You are on page 1of 3

KARINE COSSETTE

AVM-8112

14 AVRIL 2014

IMAGE(S) TEST
VOIR DES CHOSES, RECHERCHES, HIVER 2014

!
!

Ce projet est né de la nécessitée d’explorer techniquement avant d’entamer la
production de mon projet de recherche, Voir des choses, qui impose une
transposition de ma pratique de la rue au studio. Il s’agit d’abord d’apprivoiser le
processus complexe de prise de vue en studio ainsi que de développer un langage
photographique adéquat pour représenter les images mentales. Le résultat de cette
exploration technique est quatre-vingts épreuves à développement chromogène,
issues de longues séances en studio et en chambre noire. D’un côté, on retrouve
quarante variations sur une même image, et de l’autre, quarante abstractions de cette
image. Dans un ordre aléatoire suivent mes réflexions sur les différentes
composantes de ce projet.

!
!

IMAGE TEST

L’inspiration pour cette image vient, à la base, des images tests utilisées afin de
calibrer des impressions, écrans et projecteurs. Quelles soient fournies par le
fabriquant ou quelles soient crées par les photographes eux-mêmes, ces images ont
une constance commune, des objets aux couleurs primaires.

!
!

NATURE MORTE PHOTOGRAPHIQUE

L’image porte aussi un hommage à la tradition de la nature morte en photographie,
spécifiquement au travail de Paul Outerbridge, Nickolas Muray, Irving Penn, Sarah
Charlesworth et à celui de photographes actuels tels qu’Elad Lassry, Roe Ethridge,
Lucas Blalock, Christopher Williams et Sara Cwynar.

!

Je pense que la nature morte présente peut-être les plus grandes possibilités de travail
purement créatif pour la photographie en couleurs, car mettre de la vie dans une
nature morte, dans des objets inanimés, créer de nouveaux rythmes et de nouveaux
motifs, exige de l’imagination. 1

!!

 

IMAGES MENTALES

Voir des choses cherche à représenter des images mentales, des images dont la
source ne se trouve pas dans le monde, mais bien dans mon imaginaire et dans notre
inconscient collectif. Par la photographie, je cherche à matérialiser ces images, à les
1! . Paul Outerbridge, Photographing in Color, 1937.

!1

un langage spécifique est développé. perspective subjective.KARINE COSSETTE AVM-8112 14 AVRIL 2014 extérioriser. l’objet nous livre une partie de lui. et ce. Par l’image. Cette 2! . filtres d’effets spéciaux. Qu'est-ce que le cinéma ?. teinte de couleur. Je fais la collection d’objets transparents. 1958. Essayer d’épuiser les possibilités d’une image. par des manipulations brisant son réalisme. éclairage contrasté. qui sont pour moi fascinants. il y a maintenant plusieurs années. j’ai toujours cherché à communiquer avec les objets. son intérieur s’offre à nous. !2 . Pousser la photographie à ses limites. multiples expositions. jeu d’éclairages. je me pose comme intermédiaire entre deux objets. distorsion de l’image. à me rapprocher de leur existence. La transparence nous permet de transpercer l’objet de notre regard. en utilisant des techniques propres au langage photographique : filtres de couleurs. ! ! DREAM SEQUENCE Au cinéma. Une de mes principales préoccupations est de développer un langage visuel propre au médium photographique afin de représenter les images mentales. ! ! RÉALISME SPÉCULATIF Le Réalisme spéculatif. Par la photographie. 2 !!   OBJETS TRANSPARENTS Les objets sont au centre de mon travail photographique depuis ses tout débuts. afin de distinguer les séquences où les personnages rêvent de celles où ils sont éveillés. ! Toute image doit être sentie comme objet et tout objet comme image. l’appareil et l’objet photographié. Ontologie de l’image photographique. sousexposition. La photographie représentait donc une technique privilégiée de la création surréaliste puisqu'elle réalise une image participant de la nature: une hallucination vraie. surexposition. Pour ce faire. flou artistique. toutefois. rejette la supériorité de la pensée humaine sur le monde et affirme l’indépendance des choses de notre perception de celles-ci. et plus spécifiquement ceux d’effets spéciaux. une référence incontournable est celle de manuel technique de photographie argentique. noir et blanc. aller à l’essence du processus photographique. André Bazin. ! ! EXERCICE TECHNIQUE Image(s) test est une tentative d’échantillonnage du lexique photographique.

donc. accepter que le résultat est dépendant de processus duquel il découle. ! !3. qui signifie lumière et de graphie. les possibilités sont absolues. j’ai voulu réduire l’image à sa quintessence. Steven Shaviro. composé de photo. Les choses ne se conforment jamais à l’idée que l’on se fait d’elles. Le résultat est une rencontre entre le papier photosensible et la lumière décomposée en ses couches de couleurs. ! ! ABSTRACTIONS L’essence même du processus photographique s’explique facilement par la définition du terme photographie.93. La photographie. il y a toujours quelque chose de plus chez elle que ce que nous sommes en mesure de saisir.KARINE COSSETTE AVM-8112 14 AVRIL 2014 philosophie insiste sur le fait que la réalité est bien plus incompréhensible que l’ont pourrait l’imaginer. le sujet. Il faut apprendre à laisser aller. oublier l’objet. March 2014. Speculative Realism – A Primer. Texte zur Kunst. qui signifie dessin ou écriture. Issue No. Tandis qu’avec la photographie analogue il s’agit d’un dialogue avec la matière photosensible. C’est pourquoi la spéculation est nécessaire. Il nous faut spéculer. Pour ces abstractions. pour échapper à notre désir endémique d’anthropocentrisme. et de prendre sérieusement l’existence d’un monde étranger non humain. !3 . la facilité de retoucher une image rapproche le rôle du photographe à celui du peintre. Avec le numérique. c'est l’écriture de la lumière. la machine à images contrôle le résultat final.3   ! ! ANALOGUE L’analogue nous dépasse toujours un peu.