Khalfaoui Youness Gr :E1 Les eucaryotes se caractérisent par la présence d’une enveloppe délimitant le noyau organite individualisé et observé pendant

l’interphase (période qui sépare 2 divisions cellulaires successives) I. Caractère généraux du noyau inter phasique Organite volumineux sphérique à ovoïde parfois lobé (g lobe blanc) limité par une membrane nucléaire qui limite le Nucléoplasme ou se trouve le matériel génétique (chromatine et nucléole) Généralement les cellules possèdent 1 seul noyau, cependant la cellule hépatique présente 2 noyaux, la fibre musculaire Constituant nucléaire 1. Enveloppe nucléaire Une excellente barrière entre le cytosol et le Nucléoplasme, elle est composé d’une double couche lipidique séparé par un espace périnucleaire .la membrane externe est en continuité avec le Rétinaculum endoplasmique rugueux et souvent parsemée de ribosomes, la membrane interne est faite de structure fibreuse La membrane externe est en continuité avec la membrane interne au niveau des parois nucléaires, ces derniers sont composé de protéines, disposé en carreaux et contrôle activement le passage de substances entre le cytoplasme et la Nucléoplasme dans les 2 sens 2. Nucléoplasme Il est riche en cation (Na2+,Ca2+,MG++),on y trouve également des fibres de protéines solubles en enzyme des métabolisme nécessaire a la synthese des acides nucléiques et des nucléotides fournisseur d’énergie (Atp,Gtp,Ctp,Utp) 3. Chromatine C’est une substance constitué essentiellement d’Adn de protéines basiques appelées histones et des protéines non basiques Deux types de chromatine peuvent être distingués  Euchromatine : sa structure est de globalement condensé permettant l’expression génétique (correspond aux gènes actif de la cellule)  Hétérochromatine : facultatif et en zone d’ADN synthétase =heter… constitutive) 4. Nucléole Structure dense et sphérique qui na pas de membrane .le nombre et la taille sont variable et dépendent des types de cellules et de l’activité de synthèse des protéines quitte le centre de synthèse des ribosomes (constitué de précurseur de ribosomes inachevée). Dans une cellule humaine le petit nucléole se forment, augmentent rapidement de taille pour fusionner en 1 seul grand nucléole typique d’une cellule en interphase. La formation des ribosomes dans le nucléole s’effectue en plusieurs étapes qui se déroulent dans les zones fibrillaires granulaires  Etape 1 :L’ADN codant les ARNr est t de ranscrit en un préARNr cette étape se passe dans la zone fibrillaire du nucléole.  Etape 2 :le preARN est ensuite découpé en 3 ARNr  Etape 3 : simultanément dans le Nucléoplasme de l’ADN codant les protéines constitutives des ribosomes est transcrit en ARNm  Etape 4 :L’ARN messager est traduit en protéines dans le cytoplasme 1

II.

Khalfaoui Youness Gr :E1  Etape 5 :les protéines traduites restent dans le noyau et dans le nucléole elle s’associent avec les ARN ribosomiaux pour transformer des ribosomes.  Etape 6 : les ribosomes reformé sortent du noyau et migrent dans le cytoplasme et jouent leur rôles. Organisation de l’ADN nucléaire L’ADN est un polymère composé de plusieurs nucléotides arrangé selon un ordre précis .l’ensemble de ces nucléotides représente l’information génétique porté par les chromosomes à l’intérieur du noyau. La molécule D’ADN d’une eucaryote longue doit subir des repliements des compactions pour se contenir dans les noyaux, ce phénomène est assuré par des protéines spécialisé (Histones) 1. Histones Ce sont des petites protéines, chargé positivement cela permet de se lier fortement et constamment à l’ADN (des nucléo filaments) et sont ainsi susceptible de jouer un rôle important On distingue 5 types d’histones dans la cellule eucaryote formant 2 groupes différents  Histones nucléosomique : petites protéines Octamère d’histones de structure (H2A,H2B ,H3et H4)  Histones H1 : responsable de l’empilement des nucléosomes 2. Nucléosome Un nucléosome est une complexe de protéine Octamère d’histones de structure (H2A,H2B,H3,H4et d’ADN qui résulte de la compaction de la chromatine au sein du noyau. L’ADN s’enroule autour du corps octamérique formant une sous unité globulaire (nucléosome=10nm) et la structure adopté par l’exemple des nucléosomes donne à la chromatine son apparence de collier de perles régulièrement espacé le long du filament par un segment d’ADN inter nucléosomique le lieu ribonucléique et le nucléosome constituent le nucléosome entier composé de 200 paires de bases d’ADN . L’arrangement des nucléosomes subit 2éme étape de compaction à l’aide de la protéine histone H1 et forme une fibre de chromatine condensée et l’obtient d’un chromosome résulte d’un degré de repliement plus élevé, cela ne s’observe qu’au moment de la division de la cellule. A la fin de la division le chromosome se décondense. 3. Chromosome Chaque chromosome contient probablement une longue molécule d’ADN condensé et organisé en série de bronches pour s’ajuster dans le noyau.les chromosomes ne sont visible qu’au cours de la mitose (empilement des nucléosomes par l’histone H1) Apres leur réplication pendant l’interphase du cycle cellulaire, les chromosomes sont composés de 2 copies identique de chromatides, attachées entre elles au niveau d’un centromère L’espèce humaine en compte 46 23 paires dont 22 sont des chromosomes homologues (autosomes) ,la dernière paire correspond au deux chromosomes sexuelles (gonosomes) .les chromosomes humaines sont numéroté de 1 à 22 du plus long au plus petit. 2

III.

Khalfaoui Youness Gr :E1 IV. Activité du noyau Le noyau contrôle les mouvements cellulaire, la nutrition et la synthèse des protéines nécessaire à la croissance et a la division cellulaire .Le noyau stocke l’information génétique (ADN) à travers laquelle contrôle l’ensemble des activités. Cette information génétique est transmise d’une génération a une autre par dédoublement d’ADN au cours des divisions cellulaires la synthèse des protéines se fait au 2 étapes Transcription et traduction par différent type d’ARN 1. Réplication d’ADN La cellule double sa quantité d’ADN et se prépare a la division, pendant l’interphase molécules d’ADN se déroulent et donnent deux brins servant de matrice pour la synthèse d’un nouveau brin complémentaire est égale c’est la reconnaissance de chaque molécule d’ADN par un nucléotide complémentaire ,puis polymérisation de ce dernier par l’ADN polymérase dans le sens 5’>3’ ,la réplication commence à des endroit précis ,fourche de réplication et progresse dans les deux sens ,on dit que la réplication des ADN est bidirectionnelle cette fonction d’ADN se fait en 3 etapes différents, initiation élongation et terminaison . a) Initiation La fourche de réplication est créé par l’action des hélicase qui séparant les 2 brins de la double hélice d’ADN en brisant les liaisons hydrogènes un complexe d’enzyme topoïsomérase 1 et 2 intervient 1 pour faciliter l’élongation de la fourche de réplication en évitant les torsions d’ADN. b) Elongation « synthèse d’ADN » Les brins de la double liaison d’ADN sont antiparallèle et donc les mécanismes d’élongation différent selon le brin à répliquer. Il existe ainsi un brin direct en précoce, crée de façon continue dans le sens 5’>3’ ,et un brin indirect ou tardif crée de façon discontinue ,sous forme de fragment d’Okazaki dans le sens 5’>3’. Comment le brin tardif est synthétisé ? L’ADNp a besoin d’un amorce pour fonctionner, cette dernière est fournie par l’ARN crée par une primase .Il y’aura donc sue le brin retard des jonctions ARN-ADN, qui seront par la suite éliminée par une ARNase . Des ADN polymérase particulière vont ensuite combler les lacunes laissées par l’ARN ensuite une lipase relie les fragments d’Okazaki de 200 pb. c) Terminaison Correspond a l’arrêt de la réplication lorsque deux fourches de réplication se rencontrent ou lorsqu’une fourche rencontre un signal de terminaison de la réplication. d) Fidélité de la réplication La conservation du matériel génétique d’ensemble non seulement mécanisme précis de copie d’ADN à chaque génération cellulaire mais également des systèmes de réparation des lésions accidentelles qui doivent agir au cours de la réplication ,cette répartition est due en très grande partie à l’ADNp qui et en place l’enzyme exonucléasique en cas d’erreurs d’autre systèmes de réparation des mésappariement mismatch repair ou MR ou PR5

3

Khalfaoui Youness Gr :E1 sont activé si des erreurs s’y échappent et un disfonctionnement de ce système altérât d’ADN nutritions. 2. Mécanisme de réparation spontané de l’ADN Le mismatch repair (système de réparation des mésappariement de l’ADN ) est nécessaire pour maintenir l’intégralité de l’information génétique .chez l’homme l’altération de ces gènes est responsable de l’apparition de cancers précoce (HNPCC) la P53 gène qui contrôle négativement la prolifération cellulaire gène suppresseur des Tm intervient pour bloquer le cycle cellulaire ,si l’ADN est lésé on na pas achevé sa replication a) Le contrôle du cycle cellulaire

V.

L’ARN polymérase enzyme qui catalyse cette réaction de transcription 3 type de polymérase interviennent dans la transcription des différents ARN , l’ARNp reconnait et se fixe en amont d’une région codante d’un gène =site promoteur (signal d’initiation). Mécanisme de la transcription 1. ARNm La transcription se déroule dans le noyau la mitochondrie dot être décompactée (enchromatine =accès aux protéines) les ARNp doivent être accompagnées de facteur s de transcription (protéines TF1 TF2) ce qui constitue un complexe protéique L’ARN produit par la transcription devrais subir une maturation post-transrationnelle en bras. 2. Le processus de transcription 3phase distinctes dans le processus de transcription Phase d’initiation :la reconnaissance du gène à transcrire spécifique d’’une ou des protéines a traduire (bote CAAT et TATA =promoteur), cette boite TATA situé à 30 pair de bases avant la transcription ,elle fixe l’ARNp 2 ce boite CAAT modulateur de la transcription et la boite GC échancre stimule la transcription à plusieurs centaines de paires de bases de la transcription . Différent TF s’assemblent, formant un complexe stable avec l’ADN –ARNp facteur de transcription supplémentaire également trans-activateurs doivent intervenir NF1 se lie à la boite CAAT le SP1 se lie aux boite GC le transcription commence par la fixation de complexe ADN-ARNp TF sur la boite TATA ce qui va constituer le cœur d’initiation. Les séquences enhancers également cis activateurs seront activées par des protéines qui vont entrer en contact avec la boite TATA Phase d’élongation : La phosphorylation de l’ARN p Kinase est essentielle 4

Khalfaoui Youness Gr :E1 Déplacement de l’ARNp jusqu’au lieu d’origine de la transcription Adition séquentielle des ribonucléotides Phase de terminaison : assuré par des signaux spécifiques Le signal P de phosphorylation AATAAA La polymérase est libérée sous l’action de divers facteurs L’ARN est clivé au niveau de signal de polymérisation L’ARN obtenus n’est pas fonctionnel, doit subir 3 étapes de maturation. 3. Etapes de maturation de l’ARNm (3etapes) Capping de l’extrémité 5’excitions des introns et réunion des exons (épissage) La Polyadénylation de l’extrémité 3’ (le poly Ap ou PAP ajoute de nombreux résidus adénine=queux poly A) Le capping : fixation d’une guanine sur l’extrémité 5’ La Polyadénylation : adition de la queue poly A à l’extrémité 3’ des ARNm L’épissage :les snrnp ou snurps vont intervenir pour l’excision des introns et soudure des exons L’épissage alternatif : le signal d’épissage alternatif permet à 1 pre ARNm d’etre épissé en plusieurs ARNm matures, c’est ainsi qu’un gène peut coder plusieurs protéines. Les autres ARN (ARNr et ARNt) 1. ARN ribosomale Constituant principale des ribosomes Rôle dans la traduction de l’information génétique Se présente toujours en structure tridimensionnel qui le protège et le stabilise Synthèse des ARNr Sont produits à partir de gènes codes dans l’ADN Sont transcrit par l’ARNp1 ARN455 (13000 nucléotide) L’ARN néosynthétisé est immédiatement condensé avec des protéines =ribosomes Maturés dans le nucléole ARN28S,ARN18S L’ARN 5S est transcrit par l’ARNp 3 puis maturé séparément dans le noyau Le ribosome est composé de deux sous unité une petite et une grande unité Grande unité (60s) et petite unité (40s) La petite sous unité se lie à l’ARNm permettant ainsi la reconnaissance des codants (aide nucléiques) La grande sous unité catalyse la formation de la liaison peptidique Fonction des différent ARNr : ARNr de la petite sous unité c’est le contrôleur de la traduction du message génétique en protéines : Impliqué dans la lecture de l’ARN messager Vérifie l’interaction entre le codant de l’ARNm et l’anticodant de l’ARNt. ARN de la grande sous unité (28S) C’est le catalyseur directe de la synthèse des protéines : Impliqué dans la formation des liaisons peptidiques Site actif du ribosome est constitué exclusivement d’ARNr (: peptidyl transférase) 2. ARN de transfert ou ARNt C’est un court ARN (50 à 100 nucléotides) 5

VI.

Khalfaoui Youness Gr :E1 Intervient lors de la synthèse des protéines dans la cellule Les cellules vivants contiennent quelque dizaine de sorte d’ARNt, chacune d’elle étant dédiée au transfert de l’un des 20 acide aminé du ribosome  Synthèse des ARNt : Spécifiquement transcrite par l’ARNp 3 Maturé par des enzymes qui clivent les extrémités  Fonction des ARNt Rôle essentiel dans le transfert du message génétique Assure la correspondance entre l’acide nucléique et l’ARNm de ces acides aminés dans ces ribosomes conformément au code génétique  Structure des ARNt

VII.

La traduction de l’ARNm code génétique

La traduction est l’interprétation des codants de l’ARN en acide aminé en formant une protéine la traduction s’effectue dans le cytoplasme, nécessite des acide aminé polymérisées de l’énergie de ribosomes des ARNt et des enzymes 1. Mécanisme de la traduction L’ARNm se fixe à un ribosome qui va assembler une séquence d’acide aminé chaque codant =3nucleotides Le codant AUG =codant incitateur permet de commencer la traduction en formant la méthionine, qui se détachera plus tard de la chaine polypeptidique Le ribosome parcourt le brin d’ARNm codant par codant et va ajouter un acide aminé a la protéine en cours de fabrication par l’intermédiaire d’un ARNt Le protéine est complet une fois le codant stop est atain Le codant stop (UAA,UAG,UGA) provoquent l’arrêt de la traduction Le ribosome se détache de la protéine et le brin d’ARNm La protéine neosynthetisé, est transporté dans la cellule sanguin ou à l’intérieur de la cellule 3. Synthèse de la chaine polypeptidique Se fait en 3 phases différentes : initiation, élongation et terminaison Les acides amines sont amenées par les molécules d’ARNt qui lisent la molécule d’ARNm positionnés et accroché à la chaine polypeptidique à l’aide du ribosome Le ribosome présente 2 sites de liaisons pour l’ARNt Adressage des protéines Les protéines sont généralement synthétisées dans le cytosol mais l’activité et la fonction se fait dans un centre compartiment .le tri en adressage des protéines s’impose et la destination de la protéine est dépendante du signal qu’elle porte L’adressage des protéines Assuré par l’addition d’un peptide signal à la protéine dont la longueur et la séquence adressent spécifiquement une protéine vers des compartiments cellulaires Transport des protéines vers le noyau

VIII.

i.

6

Khalfaoui Youness Gr :E1 Les protéine destiné a noyau portent un signal de localisation nucléaire (NLS) qui forment un complexe protéique avec le simproteines (petite protéines cytologique) cela assure la diffusion de la protéine à travers la pore nucléaire Transport des protéines vers les mitochondries Est réalisé grâce à une peptide signal situé en N terminal de la protéine âpres synthèse de la protéine dans le cytosol ,elle est associé a des chaperons qui la maintient sous forme active (linéaire) pour aider son passage à travers la double membrane Transport des protéines vers le RE Même chose que le peroxysome, ensuite certaine protéines passent dans l’appareil de golgi et le lysosome par bourgeonnement (crs flux membranaire) Acquisition de la structure tridimensionnelle des protéines la réplication de protéines est le processus physique indispensable à l’acquisition de son activité et sa fonction définitive Chez les eucaryotes le repliement de certaines protéines est assisté par les protéine chaperon afin de prévenir l’agrégat, les protéines chaperonnes sont ainsi utilisé pour empêcher les mauvais repliements. 4. Repliement des protéines erronés et maladies neurodegenerative Les protéines mal replié sont responsables : Des maladies Creutzfeld-Jakob Alzheimer ou parkinson ces maladies sont associé à la mal nutrition des protéines non repliées dans agrégation extracellulaire ou l’inclusion intra cellulaire insoluble.

7