André Bareau

Vidyaranya. Panchadasi
In: Revue de l'histoire des religions, tome 171 n°2, 1967. pp. 244-245.

Citer ce document / Cite this document :
Bareau André. Vidyaranya. Panchadasi. In: Revue de l'histoire des religions, tome 171 n°2, 1967. pp. 244-245.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhr_0035-1423_1967_num_171_2_8498

! Vidyaranya. donations destinées à faire célébrer des offices à . . 2e éd. — C'est 1ач traduction. et surtout de la dïk§â ou consécration >. lecteur est amplement récompensé par . de la mâyâ ou . sont commises dans l'interprétation de ces idées. par la profondeur: des réflexions exprimées. publié dans . du . la r richesse de . et des « fondations pour l'âme ». . qui. en anglais d'un* ouvrage* philosophique indien1 du xive siècle appartenant. sur lequel on sait . Gonda apporte ainsi une contribution importante. l'auteur fait . en un dernier chapitre synthétique. Shastri esquisse le : portrait de l'auteur. fournira un regain d'intérêt et un nouvel élan aux études iraniennes. dans des cas particuliers.substratum. 484 p. 1954. qui est étudiée longuement sous ses multiples aspects. L'ouvrage est . àl'indianisme. M. London. théorie ■ du . nos connaissances actuelles au sujet des différentes sortes de feux. l'évo lution i de : certaines idées j ouant un x rôle important dans la = civil isation indienne. du. par la valeur de d'ensemble. — Panchadasi. Gonda.. ce qu'il y recueille. Gignoux. soit au . dus védisme à l'hindouisme moderne. Il montre que de' nombreuses erreurs . le . Mouton and Co. du : brahmacarya ou conduite sainte.. 1965. à l'école du. . — Le savant' indianiste néerlandais présente ici une série de monog raphies dans lesquelles il : étudie avec sa minutie eoutumière . du maître religieux (guru) . Disputa. la nouvelle collection des « Travaux de l'Institut. \ d'où. ce qui change et ce qui demeure dans la religionindienne.. de l'absence des montures (vâhana) des dieux dansle-Vedaet de leur apparition dans l'art et la littérature de l'Inde. des dons pieux.1965. Shanti Sadan. . . Les divers t chapitres traitent de -■ la .l'intention des âmes des vivants et des défunts. André • Bareau. M. nous le souhaitons.v H. — Change and continuity in indián religion.contraire qu'on les surestime. Cependant. par la justesse des critiques émises. de réfé rences et de notes. traduit par Hari Prasad Shastri. Il analyse ainsi. l'effort du .• tiones rheno-trajectinae. Chacun de ces chapitres est bourré: de citations en sanskrit et en diverses langues européennes. illusion . de l'idée ďlšvara ou dieu suprême.244 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS ■- données fournies par ces textes. de leur hiérarchie. des problèmes de succession. des rapports entre . le titre ? général \ de > l'ouvrage. nombre seize. P. Dans l'introduction. universelle.le point de .Vedanta. . religieuse. personnel qui leur était affecté. soit que l'on néglige les variations de celles-ci au cours des siècles.. . d'Études iraniennes de l'Université de Paris ». Vamrta et la lune. depuis l'époque védique jusqu'à nos jours. . Une fois de plus. qui en rendent la lecture assez difficile en empê chant de suivre aisément les idées principales de l'auteur. IX. xxxvr-f 486 p.soma. La Haye. Ph. : : ■ J.

où. Si le Panchadasi n'est.. -. Quand le chef des Moraves Rostislav expédie. André Bareau. Désolée & CIe. — « Bibliothèque de théologie ». confrontées les unes aux autres. certes. survenue à Rome en XF>9. la. cependant pas d'intérêt en*. — L'évangélisation des Slaves.-. qui . tour .dui pape Jean VIII. Aussi . puis dans sa traduction anglaise.1 et Méthode . Shastri dans son texte sanskrit d'abord. Chaque stance de* cet ouvrage rédigé en vers nous est donnée par M. ce sont. vie des deux frères. la mission -. conseiller des > premiers rois de . est leur. Le P. l'attitude. Vijayanagar. historique ». P.nom." mais elles renferment un.' D. elle ne: manque. Cela justifierait l'intérêt et l'orthodoxie de son œuvre.vicissitudes. Les documents fond amentaux sont les vies des deux frères. de Cyrille..vérité. Cyrille et Méthode. ce qu'elle nous montre -comment les penseurs hindous du xive siècle. Constantin et Méthode se -heurteront-ils à l'opposition :. Vedanta fondée par Shankaracharya.c'est-à-dire peu après la mort des deux frères. : .NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES "24Г) > en fait peu de chose : frère du célèbre philosophe Madhava Acharya.. en Moravie et en Pannonie. Vidyaranya aurait été l'un des chefs spirituels de la principale branche du. Constantin. que l'auteur cherche à dégager en utilisant d'autres sources.plus importante ■ étant les lettres. La Quinzaine. présentée ici et qui comprend quinze chapitres. sans doute en 860. jusqu'à leur activité la plus importante.surtout. à l'époque où la poussée musulmane sur l'Inde centrale devenait particulièrement forte. arrive ainsi à donner un récit relativement sûr de la . la-. apostolat . L'activité des deux frères est étroitement liée aux conditions politiques où se trouvaient alors les tribus slaves et à. la légende » foisonne. Paris. à la mort de Constantin. et à celle de Méthode. qu'il tient pour historique. Un index. termine le livre. Le P. comprenaient et commentaient la philosophie de Shankaracharya. son message à. qui' prit. grecques et latines. d'où son nom. écrites à. H)63. avec un grand souci de . sur le tards le. apôtres des Slaves. en Moravie..références à d'autres ouvrages de spiritualité hindoue. étudie. des missionnaires latins venus à la suite des armées germaniques.. D. fin du ixe ou . Byzance demandant l'envoi de missionnaires qui enseigneraient le christianisme en langue slave. pas l'une des œuvres les plus importantes du Vedanta. depuis leur jeunesse à Salonique. dans lequel" sont mélangés les termes anglais et sanskrits.. leurs. de Constantin chez les Khazars. des: compositions hagiographiques.« noyau. christianisme chez les Slaves repose sur une constante 'critique des sources.2()'2:p. il est alors en lutte ouverte contrel'Empire germanique et il cherche à rendre à son pays l'indépendance. Duthilleul. Duthilleul a consacrée aux origines du. qui mourut le -6 avril 8Я5. . au > début i du » xe siècle. laquelle est souvent suivie d'un bref commentaire1 ou < de. — L'étude très diligente que le P.