Pierre Flament

F. Hermans. Ruysbroeck l'Admirable et son École
In: Revue de l'histoire des religions, tome 155 n°1, 1959. pp. 102-103.

Citer ce document / Cite this document :
Flament Pierre. F. Hermans. Ruysbroeck l'Admirable et son École. In: Revue de l'histoire des religions, tome 155 n°1, 1959. pp.
102-103.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhr_0035-1423_1959_num_155_1_8901

120 p. « Maître spirituel » et « jalon sur la route de la littérature mystique ». L'auteur s'attache surtout à démontrer V orthodoxie de la doctrine de Ruysbroeck. Dans ce cadre. l'ampleur réelle des découvertes portugaises en 1485 et la redécou verte des chrétientés africaine et asiatique comme mobile de l'expan sion portugaise. dans l'allégresse. il campe la vie de Ruysbroeck : naissance en 1293. I. Ruysbroeck l'Admirable devait y trouver place. du discours d'obé dience au pape Innocent VIII prononcé. Vargumeni des œuvres de Ruysbroeck. S. Le texte latin est magnifiquement reproduit en fac-similé. University of Minnesota Press. remplissent ses journées. enfance au village de Ruysbroeck dans le Brabant. L'auteur brosse le décor du siècle : mouvement démocratique des villes drapantes. luttes contre le pape d'Avignon. Tout envahi des choses de Dieu.102 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS Francis M. 1958. le 9 décembre 1485. — II s'agit d'une excellente tra duction. il y passera près de quarante ans de sa vie. L'introduction et les commentaires apportent tous les éclairciss ements nécessaires et mettent en valeur l'intérêt multiple du texte. Le travail manuel. Devenu prieur du jeune monastère. Translated. Min neapolis. où l'accompagnent quelques ermites. Impossible. 00. C'est ensuite. est reprise en 1885. puis quitte Bruxelles pour Groenendael. la lecture de la Bible. Une dernière sec tion étudie les réactions qu'à provoquées le discours d'obédience en ce qui concerne trois problèmes historiques : le « miracle » d'Ourique. Sa cause. de 242 p. famine et guerre. l'emphase avec laquelle l'orateur magnifiait la contribution de la dynastie lusitane à la lutte contre les Infidèles et à la propagation du christianisme. à 88 ans. par Vasco Fernandes de Lučena. éditées et traduites en latin comme en langues modernes. spécialement la plus célèbre. Ruysbroeck devient chanoine de Sainte-Gudule. sous la Règle de saint Augustin. with commentary. essor littéraire et architectural. étude de la vie active. suspendue par Urbain VIII. d'analyser la substance d'œuvres si riches. Fayard. — La collection des « Textes pour l'histoire sacrée » s'enrichit d'un ouvrage préfacé par Daniel Rops. intérieure et contemplative. Est bien analysée. en particulier. affaissement de la morale et de la foi. — Ruysbroeck l'Admirable et son École. Rogers. Prix : $ 5. au nom du roi de Portugal Jean II. peste. L'ornement des noces spirituelles. sur le . des livres des Pères et des Scolastiques. à Rome. commentée avec beaucoup d'érudition. il y compose ses premières œuvres. — The Obedience of a King of Portugal. ado lescence aux petites écoles de Bruxelles. Francis Hermans. Paris. exposé. fait justice d'une condamnation portée par Gerson. RÉVAH. Prêtre à 24 ans. dans une aussi brève notice. 1 vol. 1958. la rédaction de ses œuvres mystiques. et Pie X proclame Ruysbroeck bienheureux en 1908. à la légère. Il meurt en 1381.

sur Vascèse et la mystique dans une vie surnaturelle. celui-ci semble l'abandonn er. va rénover une grande partie de l'Ordre suivant la règle primitive. Les solitaires du Mont Carmel sont reconnus vers 1210 par Albert de Jérusalem. conduisent les Carmes en Occident. avec John Bacon. Leur règle dénote un bel équilibre entre la vie d'ermite et celle de moine : solitude. 1 vol. en 1247. dont la doctrine est tout entière édifiée sur les vœux de religion. Les Croisades. Qu'il soit permis de regretter quelques tournures de phrase. ou Carmes déchaux. Malgré les efforts de Jean Legros. sur le zèle apostolique. tout en respectant leur rôle de contemplatifs. l'abbé Hermans termine son livre en présentant quelques maîtres de l'École de Groenendael. éprouvant une faim inextinguible de Dieu. Paris. Cette dernière. des Carmes de la Primitive Observance. Reproche mineur. les meilleurs textes de Ruysbroeck. L'ascèse est la première voie . vie fraternelle et discipline sous l'autorité d'un abbé. une « mitigation » s'impose. et saint Simon Stock. Un coup d'œil à V école de Groenendael au XIVe siècle. Au milieu du xive siècle. avec Nicolas le Français. des Carmels féminins prennent naissance. est chose malaisée. peste. Pris au jeu. de 340 p. guerre et famine s'abattent sur l'Ordre. s'opposent au bienheureux Jean Soreth. amorce d'un ouvrage en préparation. Éditions du Seuil. cette attaque « n'aurait jamais dû émouvoir les historiens de la spiritualité ni les théologiens ». séparatistes. travail.NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES 103 troisième livre des Noces . précieux écrin. aidée par Jean de la Croix. mais d'importantes fractions de l'Ordre s'y refusent. Les uns. — L'abbé Peltier écrit « pour le grand public catholique. et si. momentanément. Ils s'adaptent. En 1568. par leur échec. Un bref . les autres. qui n'enlève rien à la valeur de l'étude. Un ultime regard est jeté derrière levoile. quelques figures de style qui surprennent dans notre langue. La vie intérieure y conduit à l'union à Dieu. Mantoue et Albi. elle poursuit quand même sa contemplation. L'auteur dit avoir préféré oublier toutes les traductions anté rieures pour faire du neuf. — Histoire du Carmel. mettent l'accent sur la prière et la pénitence . apparaissent. Il s'attaque en effet directement à l'édition néerlandaise des œuvres de Ruysbroeck et demande aux connaisseurs de juger de la réussite. active et contemplative. forme un nouveau chapitre. Je suis incapable d'en décider. L'abbé Hermans nous offre. prière. l'histoire du Carmel de la Réforme de sainte Thérèse ». Pierre Flament. Henri Peltier. les oriente vers le ministère des âmes. Au xve siècle. sur le bonheur éternel. elle mène à la mystique. Maintenir le juste milieu entre deux vies. un moment divisé. 1958. L'âme désire connaître l'Époux. sous l'impulsion de Marie-Madeleine de Pazzi et de Thérèse d'Avila. selon lui.