You are on page 1of 1

Besançon, le 18 février 2015

Groupe des élus Europe Ecologie les Verts
COMMUNIQUE DE PRESSE
EELV, Toujours un train d'avance !
La semaine dernière, c'était la cour des comptes qui confirmait nos arguments avancés
depuis des années, sur le non-sens de financer l'aéroport de Dole-Tavaux.
Un à un, ces projets que nous dénonçons comme incompatibles avec la mobilité quotidienne
des franc-comtois, tombent ! !
Pour la LGV Rhin-Rhône, les écologistes avaient prévenu, les chiffres étaient farfelus,
l’histoire était écrite dès le premier jour...
Parce que le modèle économique du TGV, c'est justement de ne pas s'arrêter dans les
petites et moyennes villes, sauf à ne pas être rentable. Les bisontins avaient compris l’enjeu
d’une gare TGV au centre-ville à Viotte, exprimé à plus de 70% lors d'un référendum, mais ils
n’avaient pas été écoutés.
C’est donc malheureusement la SNCF qui donne raison aujourd’hui aux analyses des
écologistes, en mettant sa menace à exécution. Après avoir promis monts et merveilles aux
élus locaux pour obtenir leur accord, et surtout le financement des collectivités, la SNCF
commence à supprimer les dessertes qu’elle juge non rentables. Nul doute que ça n’est pas
terminé...
Mais, il n’est jamais trop tard pour anticiper :
Les 250 Millions d’€ payés par les francs comtois leur donnent le droit d’exiger que des trains
non-TGV circulent sur la ligne construite sur leur territoire. Les impacts environnementaux et
financiers provoqués par la construction de la LGV, rendent légitimes cette exigence.
Si notre territoire ne se mobilise pas pour proposer un modèle de desserte alternative, les
franc-comtois auront payé doublement pour rien cette LGV RR.
Si les TGV ne s’arrêtent plus, alors des trains à haut niveau de performance, doivent pouvoir
emprunter la LGV à 220 Km/h entre Belfort et Besançon Viotte, pour poursuivre sur la voie
classique du Revermont (Besançon, Lons le Saunier, Bourg en Bresse) puis Lyon par la
ligne des Dombes.
Cet Axe Sud (en opposition à la branche Sud TGV qui ne verra jamais le jour), préconisé par
Europe Ecologie-Les Verts dès 2010, apporterait une réelle réponse en terme de temps et
de coût pour l'axe Rhin-Rhône, sans nouvel investissement LGV. L'étude Axe Sud réalisée
par la région Franche-Comté le démontre clairement.
Voilà ce que nous préconisons !
La SNCF doit au minimum compenser, ….sinon rembourser !

Pour le groupe des élus EELV
- le président – Marc BORNECK
4, square Castan 25031 BESANCON
Tel : 03 81 61 62 26 – groupe.eelv@franche-comte.fr