You are on page 1of 40

> Croissance, capital

et progrès technique

Séquence 2-SE01

21

© Cned – Académie en ligne

Introduction

Chapitre 1

.........................................................................................................................................................................

> Sources et limites de la croissance
A

...............................................

25

27

Les origines de la croissance 
La croissance, résultat de la mobilisation des facteurs de production 
Le rôle de la productivité 
Le rôle des agents économiques

B

Les limites de la croissance 
La mesure de la croissance : un indicateur imparfait 
Les retombées négatives de la croissance

C

L’impératif de développement durable 
Genèse du concept 
Définition 
Des propositions aux limites 
Faut-il envisager une décroissance ?

Chapitre 2

> L’investissement
A

..........................................................................................................

Définitions et mesure 
L’investissement est un détour de production 
L’investissement au sens de la comptabilité nationale 
Les différents types d’investissement

B

Le financement de l’investissement 
L’autofinancement 
Le financement externe

22

Séquence 2-SE01

© Cned – Académie en ligne

41

C

Les déterminants de l’investissement 
Le rôle de la demande anticipée 
Profits et rentabilité 
Le rôle des taux d’intérêts 
La situation financière

D

L’investissement : moteur de la croissance 
Des analyses théoriques... 
... aux faits

Chapitre 3

> Progrès technique et évolution économique
et sociale
A

.................................................................................................................................

56

Origine et diffusion du progrès technique 
Qu’est-ce que le progrès technique ? 
Les différentes formes d’innovation 
Le progrès technique : fruit d’un processus complexe

B

Les effets du progrès technique sur la croissance 
L’analyse de Schumpeter 
Le rôle du progrès technique dans la croissance endogène 
Progrès technique, productivité et croissance.

Séquence 2-SE01

23

© Cned – Académie en ligne

ntroduction

C

ette séquence regroupe des concepts étroitement liés entre eux.
L’investissement, à l’origine de l’augmentation du capital, est aussi le vecteur du progrès technique.
Si différents modèles économiques donnent leur version explicative du phénomène de croissance économique, tous s’accordent à démontrer le rôle déterminant de l’investissement et du progrès technique.
Cette séquence se propose d’étudier ces différents concepts en lien avec la croissance économique et
le changement social.

Mots clés

(notions essentielles et complémentaires à connaître)
Valeur ajoutée, produit intérieur brut, revenu par tête, population active, capital, productivité du travail,
FBCF, investissement.
Investissement immatériel, investissement public, IDH, développement durable.
Innovation, taux de rentabilité, taux d’intérêt, demande anticipée.
Épargne, innovation de procédé/de produit/organisationnelle, Recherche et développement, autofinancement, financement externe, destruction créatrice.

Séquence 2-SE01

25

© Cned – Académie en ligne

selon les époques et les pays. Après l’étude des conditions de la croissance (A et B). Condition nécessaire à l’amélioration du niveau de vie et facteur de profondes mutations. Depuis la classe de seconde. on distingue deux types de croissance : – La croissance extensive. Alors que les populations prennent conscience des risques qu’engendre une croissance non maîtrisée. – La croissance économique est en réalité à la fois extensive et intensive. la croissance économique française des années 1945 à 1975 (les trente glorieuses) était pour une grande part intensive puisque près des deux tiers de la croissance étaient dus à une augmentation de l’efficacité des facteurs de production. Étudions à présent la croissance d’un point de vue macroéconomique. vous savez que pour produire. le travail et le capital. – La croissance intensive. l’entreprise peut augmenter la quantité de facteurs utilisés et/ou améliorer l’efficacité de sa combinaison productive. elle fait cependant l’objet de multiples critiques. l’entreprise combine des facteurs de production. nous nous interrogerons sur les limites qui se posent (C).Sources et limites de la croissance La croissance mesurée par l’accroissement d’un indicateur de production globale est au centre du débat politique. Toutefois. Ainsi. qui résulte de l’accroissement des facteurs de production. c’està-dire d’une hausse de la productivité. l’une des formes domine. qui résulte de l’accroissement de l’efficacité des facteurs de production. Traditionnellement. Conclusion Augmentation du facteur travail Augmentation du facteur capital Augmentation de la quantité de facteurs utilisés Amélioration de l’efficacité des facteurs de production = hausse de la productivité Hausse de la production = Croissance économique Séquence 2-SE01 27 © Cned – Académie en ligne . Pour augmenter sa production. A Les origines de la croissance Du point de vue microéconomique…. de nombreux auteurs réfléchissent sur les conditions d’une croissance propre et d’un développement durable.

La population active est l’ensemble de la population qui a ou qui cherche un emploi : le facteur travail est l’utilisation de la population active par l’économie . l’autre partie s’expliquant par la productivité globale des facteurs.6 .21 + Contribution du facteur capital 0. logements. Ainsi.  Pourquoi ces trois variables évoluent-elles en même temps ?  La population est-elle un facteur de production ?  Que regroupe le « stock de capital » ? Exercice 2  Document 2 Insee Questions  Faites une phrase avec les données de 1975-1989. résultat de la mobilisation des facteurs de production  Document 1 Facteurs de production : Le capital (fixe) désigne l’ensemble des moyens de production durables utilisés dans une économie (machines. biens d’équipement. terrains). l’emploi désigne la population active occupée. la croissance française peut être décomposée de la manière suivante : Croissance annuelle du PIB 2.58% 28 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne = Contribution du facteur travail 0.  L’augmentation des facteurs de production suffit-elle à expliquer la croissance ? Les facteurs travail et capital n’expliquent donc qu’une partie de la croissance. soit l’efficacité ou la mesure du progrès technique.77 + Résidu : productivité globale des facteurs 1. Questions  Faites une phrase avec les données de l’année 2000. infrastructures. Exercice 1 La croissance. sur la période 1975-1989.

 Le rôle de la productivité a. Le travail est certes plus efficace. un capital peut être plus efficace s’il est utilisé par une main-d’œuvre mieux formée. mais pour des raisons qui peuvent être autres que le facteur travail (mécanisation. investissement. Néanmoins on définit également la productivité du capital et la productivité globale des facteurs. La productivité accompagne la croissance Exercice 4  Document 3 Séquence 2-SE01 29 © Cned – Académie en ligne . b. Vous devez retenir les définitions de l’INSEE. Définir et mesurer la productivité Quand on parle de productivité sans autre précision. De la même manière. il s’agit de la productivité du travail. progrès technique…). Exercice 3 Remplissez le tableau ci-dessous Définitions Productivité du travail Productivité par personne Productivité horaire apparente* (INSEE) Productivité du capital Productivité apparente* du capital (INSEE) Productivité globale du capital * Le qualificatif « apparente » invite à une grande prudence dans l’explication des gains de productivité. C’est la notion la plus souvent utilisée.

p. On en est donc réduit à mesurer les accroissements de travail et de capital. N’est-ce pas la même chose au fond. on ne sait pas comment imputer ce résultat à chacun des facteurs susceptibles d’en être à l’origine. remplissez le schéma suivant Gains de productivité Les gains de productivité sont dus à une conjonction de facteurs. 3 facteurs fondamentaux seront étudiés séparément : la division du travail. comme l’énergie ou les produits photo sanitaires. Si l’on sait à peu près mesurer tout cela. 3e trimestre 2002. Denis Clerc. Ce prodigieux accroissement de l’efficacité trouve sa source dans plusieurs composantes.Questions  Faites une phrase avec les chiffres entourés  Pourquoi la croissance de la productivité par tête est-elle inférieure à celle du PIB ?  Que peut-on dire de la contribution de l’emploi à la croissance ? c. Extraits La productivité C’est la potion magique qui donne aux travailleurs une force surhumaine : chaque heure de travail utilisée en France produit. Hors série Alternatives Économiques n°53. comme disent les économistes orthodoxes : les machines et l’utilisation de certains inputs. La croissance. À l’origine des gains de productivité À partir du moment où la productivité augmente. 30 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . et à mesurer la production supplémentaire qui ne provient ni des uns ni des autres : c’est la productivité globale des facteurs.fr Exercice 5 À l’aide de ce document et de vos connaissances. l’accumulation du capital et le progrès technique. d’autres mesure de notre ignorance. D’abord le facteur capital. c’est-à-dire la productivité apparente ou productivité horaire du travail. 7 fois plus de richesses qu’il y a un siècle : il faut environ cinquante fois moins de temps pour produire le même kilo de blé. il y a gains de productivité. Certains la qualifient de mesure du protégé. 8. Ensuite l’organisation du travail : spécialisation mais aussi analyse des temps et des informations pour réduire les déperditions. Enfin les hommes eux-mêmes grâce à leur formation et leur intelligence. www. pour une meilleure compréhension.alternatives-economiques. en moyenne. Toutefois. © Alternatives Economiques.

dont les effets sont aussi peut-être toujours les mêmes ou très approchant les mêmes. montrait les avantages de la division technique du travail (parcellisation des tâches) sur la productivité. 1775. Smith. Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations. en y ajoutant la standardisation des pièces et des produits. Puis l’industriel Ford généralisera les principes de Taylor. Certains auteurs mettent aujourd’hui en avant les effets positifs de la qualification et de l’intérêt à la tâche sur la productivité. et devient en général aussi stupide et aussi ignorant qu’il soit possible à une créature humaine de le devenir … ». il perd donc naturellement l’habitude de déployer ou exercer ces facultés. n’a pas lieu de développer son intelligence ni d’exercer son imagination à chercher des expédients pour écarter des difficultés qu’il ne rencontre jamais . A. Sa méthode basée sur une double division du travail(séquence 3) sera à l’origine d’importants gains de productivité. la démotivation peuvent entraîner un baisse de la productivité. Accroissement de l’habileté des ouvriers Hausse de la productivité Division du travail Gain de temps Innovations Ces principes seront approfondis par Taylor au début XXe siècle. Smith lui-même a soulignés. « Un homme dont toute la vie se passe à remplir un petit nombre d’opérations simples. La Exercice 6 division du travail Questions  Pourquoi parle-t-on de division du travail ?  Pourquoi la division du travail accroît-elle la productivité ? Dès la fin du XVIIIe siècle. Si la division du travail peut être source de gains de productivité. Ainsi. Smith. Les principes de Taylor et de Ford vont définir les bases d’une organisation du travail qui se généralise dans l’ensemble des pays développés au lendemain de la seconde guerre mondiale. elle comporte un certain nombre d’effets pervers qu’A. A. Comme le montre le document 4 avec l’exemple de l’iPod. à travers l’exemple devenu célèbre de la manufacture d’épingles. et le principe du convoyeur. l’économiste classique écossais. l’ennui. inventeur de l’OST (l’organisation scientifique du travail). la division du travail se développe au niveau international avec la DIPP (décomposition international du processus productif). Séquence 2-SE01 31 © Cned – Académie en ligne . D’importants gains de productivité seront alors à l’origine d’une croissance sans précédent. la déqualification.

la croissance économique résulte de l’accumulation du capital. C’est ce que les économistes appellent l’accroissement de l’intensité capitalistique (capital deepening). économiste néoclassique. Un accroissement du taux d’investissement à 15 % augmente le capital par salarié et donc la productivité. rendue possible par l’investissement (voir chapitre suivant). Question Montrez que l’utilisation des machines favorise la croissance de deux façons différentes. la production par salarié augmente. Ricardo. Nouvelles technologies et développements industriels Début (date symbolique) 1re Révolution industrielle. propose un « modèle de croissance à long terme ». infrastructures…). Solow. qui augmente l’efficacité du travail fourni. c’est-à-dire la quantité du matériel à la disposition des travailleurs. […] Des hausses de l’investissement par rapport au PIB se traduisent par une augmentation du capital par travailleur. Pour les économistes classiques A. industries pétrolières 1908* 5e Microprocesseurs et technologies de l’information et de la communication 1971 Questions  En quoi l’électricité est-elle une forme de progrès technique ?  Quelles sont les activités économiques qui s’appuient sur la cinquième révolution technologique ? 32 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . Considérons une économie qui enregistre un taux d’investissement de 10 % du PIB et un faible niveau de capital par salarié. En 1956. L’augmentation de la richesse par tête provient de celle du capital par tête. Pour cet auteur.  Le progrès technique L’investissement permet l’augmentation de l’efficacité productive car il incorpore du progrès technique. R. électricité et biens d’équipement lourd 1875 4e Moteurs à explosion. fer et machines textiles 1771 2e Machines à vapeur et chemins de fer 1829 3e Acier. C’est l’accumulation de capital. la productivité de chaque travailleur augmente d’une année sur l’autre car il dispose d’un capital technique accru (machines. Puisque le capital par salarié croît. Le Exercice 7  rôle de l’accumulation de capital Document 4 « Les travailleurs sont aujourd’hui plus productifs qu’ils ne l’étaient il y a vingt ou cent ans parce qu’ils disposent de plus de machines et que celles-ci sont de meilleure qualité. » Joseph Stiglitz. Smith et D. Exercice 8  Document 5 Typologie des révolutions technologiques Révolutions technologiques * Lancement de la Ford T.

toutes les étapes qui passent de la recherche à l’investissement vont avoir des conséquences sur l’efficacité des processus productifs.  Le rôle des agents économiques a. Sans l’expérience accumulée dans le domaine de la fabrication des chaussures. la recherche appliquée et le développement expérimental. et les concurrents n’ont pas encore pu le rattraper. de dépenses de recherche . avoir l’esprit d’initiative et le goût du risque. ils sont aujourd’hui 5000 à travers le monde. L’entrepreneur innovateur est celui qui accepte de prendre des risques. l’un des plus grands succès de l’industrie italienne est Geox. Greox n’aurait jamais pu décoller. Tous ces éléments constituent l’effort de recherche-développement (R-D). le Vietnam et l’Indonésie ? Le fondateur de Geox. Ainsi.Au sens large. De ce point de vue. Il lui vint l’idée de fabriquer des semelles dotées d’une membrane permettant à l’humidité de s’échapper mais pas d’entrer. Plus généralement. région traditionnellement vouée à la chaussure et aux vêtements de sport. – en se risquant à parier sur l’avenir. Geox détient aujourd’hui trente brevets sur ce concept de base. Le progrès technique est le résultat d’un processus complexe qui trouve son origine dans la recherche. Mario Moretti Polegato. Être entrepreneur innovateur au sens de Schumpeter exige de nombreuses qualités : être créatif et travailleur. […] Comment a-t-il été possible de créer une nouvelle entreprise dynamique dans un secteur dominé par les producteurs à faibles coûts dans des pays comme la Chine. Les publicités sur le thème de la « chaussure qui respire » montrent la sueur sortant des semelles comme la vapeur sort d’un fer à repasser. Lorsqu’un ingénieur met au point un robot. Une invention appliquée dans le domaine industriel ou commercial devient une innovation (ex : le robot utilisé dans une entreprise). – en prenant les décisions d’investissement. il est particulièrement important de pouvoir disposer d’une recherche et d’innovations suffisantes pour pouvoir exploiter rapidement les idées et les méthodes nouvelles. Berger Questions Quel est le rôle de l’entrepreneur dans le processus de croissance ? L’économiste autrichien Schumpeter a montré le rôle clé joué par l’entrepreneur dans la mise en place des innovations. avec 9 millions de paires vendues en 2004. Le rôle de l’entrepreneur Exercice 9  Document 6 « Ces dernières années. a eu l’inspiration un jour où il se promenait à Reno. Séquence 2-SE01 33 © Cned – Académie en ligne . dans la perspective d’une amélioration de la productivité. il perça les semelles de ses chaussures pour laisser sortir la transpiration. Geox a commencé avec dix employés. Il faisait très chaud et. le progrès technique (chapitre 3) désigne l’ensemble des innovations qui affectent les procédés de fabrication et la nature des biens réalisés. sans les compétences en matière de design et sans la main-d’œuvre qualifiée qui existaient à Montebelluna. La productivité est une mesure du progrès technique. l’utilisation de méthodes de la recherche pour de nouveaux produits ou procédés. comme il avait mal aux pieds. S. […] C’est devenu le quatrième producteur mondial. c’est une invention. l’entrepreneur contribue à la croissance : – en choisissant la combinaison productive . producteur de chaussures créé en 1995 à Montebelluna (province de Trévise). Les efforts doivent donc se porter à chaque étape du processus : la recherche fondamentale. dans le Nevada.

 Financer Exercice 11 34 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne  la recherche Document 8 . Le rôle de l’État  Faciliter Exercice 10 les externalités positives  Document 7 Questions  Qu’est-ce qu’une externalité ?  Pourquoi un réseau de transports collectifs est-il source d’externalités positives ? Au début des années 80. – en investissant dans les infrastructures publiques. – en favorisant l’accès à l’éducation (mise en place de bourses). les nouvelles théories de la croissance réhabilitent le rôle de l’État. l’État peut influer sur les comportements des agents économiques en matière d’innovation et d’investissement : – en instaurant un régime fiscal avantageux .b. Le stock de capital humain de la nation augmente. – en renforçant la protection des brevets . En effet. ce qui contribue à améliorer la productivité .

Séquence 2-SE01 35 © Cned – Académie en ligne . De nombreux auteurs montrent l’importance de la reconnaissance financière et de la protection de la propriété intellectuelle dans la mise en place des innovations..Questions  Quelle est la part des entreprises dans les dépenses de recherche en Suède ?  Quelle place occupe la France dans ce classement ?  Peut-on dire que les dépenses de recherche sont principalement le fait des entreprises ?  Les dépenses de recherche ne profitent-elles qu’aux entreprises qui les effectuent ? c. En effet. Plus généralement. B Les limites de la croissance  La mesure de la croissance : un indicateur imparfait Le PIB se mesure généralement par l’augmentation du PIB. elles définissent les règles du jeu économique et la structure des incitations (subventions. et donc la rentabilité de toute activité économique. les institutions déterminent les coûts des transactions et de production. Le rôle des institutions et des incitations Exercice 12  Document 9 Question Pourquoi une entreprise a-t-elle besoin d’institutions juridiques stables (tribunaux) pour se développer ? Ce document montre que l’environnement institutionnel est une garantie pour l’innovation et la croissance. Or. vous avez vu en classe de première que cet indicateur comporte un certain nombre de limites.) qui motivent les comportements des agents économiques. Institutions et incitations sont cependant intimement liées et l’explication de la croissance ne doit pas être recherchée exclusivement dans l’accumulation du capital physique. technologique ou humain mais bien dans les institutions qui la sous-tendent. protection des brevets….

accidents de la route. loisirs et autres biens et services non marchands. Le PIB ne mesure pas le bien-être  PIB et indicateur de bien-être économique (IBEE) Si la croissance est un préalable à l’évolution du niveau de vie. aux ruptures de la cellule familiale. Pour les deux premières dimensions. à la pauvreté chez les personnes âgées.a. ne sont pas nécessairement synonymes. 36 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . à la vieillesse. Cette dimension est certainement la plus originale et peut être définie comme « l’inquiétude causée par l’incapacité à être protégé contre les pertes économiques potentielles ». – L’accumulation nette de stocks de ressources productives : accumulation nette de biens corporels. le niveau de la pauvreté et des inégalités. l’intensité de la participation démocratique. la capacité des individus à maîtriser leur vie. qui sont plus sociales. une moyenne pondérée est effectuée. la qualité des libertés publiques. Dans les années 2000. les inégalités et la pauvreté économiques. de parcs de logements et de biens de consommation durables . à la maladie.  Quelle est la composition de l’indice de bien-être économique ?  Comment peut-on expliquer la divergence entre l’évolution du PIB et celle de l’IBEE ?  La Norvège et le Royaume-Uni connaissent-ils la même évolution ? Le document 11 montre que le bien-être est une notion très difficile à définir et donc à mesurer. flux réels de production domestique. des activités comme le bénévolat. qui sont les plus économiques. Questions  Faites une phrase avec les données entourées. Elle intègre des éléments multiples et variés : l’état de santé et le niveau d’éducation d’une population. de capital social et d’investissement en recherche et développement . changements nets dans la valeur des réserves de ressources naturelles . y compris pour la dégradation de l’environnement. alcoolisme. – La répartition des revenus. la méthode de monétarisation est retenue. les variables composantes (au total 15 variables pour l’ensemble des dimensions) sont traitées de deux façons distinctes. Pour les deux dernières dimensions. le niveau de la violence. Exercice 13  Document 10 L’indice de bien-être économique est construit en faisant la moyenne de quatre indicateurs synthétiques. À l’intérieur de chaque dimension. accumulation nette de capital humain. elle ne signifie pas forcément amélioration du bien-être. À l’inverse. utiles à la qualité de vie. coûts environnementaux et évolution nette de l’endettement extérieur . – Le degré de sécurité ou d’insécurité économique : risques économiques liés au chômage. la qualité de l’air et de l’eau… L’indice du bien-être économique tente de mesurer cette notion en intégrant de nombreuses composantes. sans être antinomiques. de nombreux indicateurs de richesse ont été créés pour pallier l’insuffisance du PIB en ce domaine. la qualité des rapports sociaux. ne sont pas prises en compte. La comparaison de la Norvège et du Royaume-Uni montre que croissance et bien-être. portant respectivement sur : – Les flux de consommation courante : consommation de biens et services marchands.  De quelles richesses parle-t-on ? Certaines activités prises en compte dans le PIB sont significatives d’une dégradation du niveau de vie : pollution.

travail non déclaré) ou illégales (prostitution.. trafic d’armes…). L’économie souterraine désigne l’ensemble des activités qui échappent au contrôle de l’État. © Le Monde Questions  D’où vient l’importance du secteur informel au Bénin ?  Pourquoi l’activité des zemidjans n’est-elle pas comptée dans le PIB du Bénin ?  S’agit-il pour autant d’une activité économique ?  En quoi le travail informel peut-il être un obstacle à la croissance économique ? Toute une partie de l’activité économique n’est pas prise en compte dans le calcul de la croissance économique : c’est l’économie souterraine. la solidarité (dons du sang. Le PIB est un indicateur purement monétaire Il ne prend pas en compte les actes et les valeurs qui fondent le lien social. Conclusion Séquence 2-SE01 37 © Cned – Académie en ligne . Le PIB ne prend pas en compte l’économie souterraine Exercice 14  Document 11 Des motos taxis qui n’existent pas. services non déclarés.. c. associations…).b. Ces activités peuvent être légales (activités domestiques.

  Document 12 Les retombées négatives de la croissance Du sommet de la terre de Jania en 1992. au sommet de la terre de Johannesburg en 2002. Exercice 15  Document 13 Les enjeux du développement durable Questions  Quelles sont les conséquences possibles du réchauffement climatique ?  Quelles sont les solutions qui dépendent du progrès technique ?  Les mesures de protection des ressources renouvelables sont-elles efficaces ? On peut dresser une liste non exhaustive des dégâts engendrés par deux siècles de croissance : – pollution de l’air (rejets industriels et CO2) – pollution des eaux – gaspillage des ressources énergétiques – pollution de la nappe phréatique (engrais) 38 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . Tous ces événements sont révélateurs d’inquiétudes mais aussi de déceptions face à une planète en danger. des sommets et des conventions est longue. la liste des forums. en passant par le protocole de Kyoto en 1997.

émergence du slogan « une seule terre ! » question fondamentale : environnement et développement 1987 Le rapport Brundtland acte de naissance du concept de développement durable nécessité de concilier les préoccupations économiques et environnementales fracture pays du Nord et pays du Sud se creuse 1992 « Sommet de la terre » Rio de Janeiro adoption du concept de développement durable Programme à long terme AGENDA 21 signature de deux conventions internationales sur les changements climatiques et sur la biodiversité 1997 Conférence de Kyoto sur l’effet de serre Pays signataires s’engagent à limiter les émissions de gaz à effet de serre Protocole opérationnel après signature par la Russie (non signé par les États-Unis).de repenser nos méthodes de production et nos habitudes de consommation au Nord . il est donc urgent : 1. C L’impératif de développement durable  Après-guerre Genèse du concept Reconstruction ordre économique mondial (guerre froide) consommation et production de masse Limites : dépendance de l’énergie fossile 1972 Conférence de Stockholm prise de conscience. Sa généralisation sera un suicide. et de garantir ainsi la capacité des générations futures à satisfaire les leurs.de favoriser un processus de développement différent dans les pays du tiers-monde. expansion de certaines maladies…) – traitement des déchets – pénurie d’eau – catastrophes nucléaires – catastrophes sanitaires et humaines (accès à la santé. sans épuiser les ressources naturelles. Ce concept repose sur une double solidarité : – horizontale : à l’égard des plus démunis du moment – verticale : entre générations  Séquence 2-SE01 39 © Cned – Académie en ligne .– désertification – réchauffement de la planète et effet de serre (amplifications des conditions climatiques. 2. 2002 Sommet de Johannesburg Bilan Dimension sociale (inégalités pays du Nord / pays du Sud)  Définition C’est un modèle de développement qui permet à la fois de satisfaire les besoins des générations présentes. malnutrition au Sud…) – injustices et exclusion Le mode de développement des nations industrialisées auquel souhaitent légitimement adhérer les pays en développement débouche sur une impasse écologique et humaine.

les problèmes sociaux   Des propositions aux limites Le document 14 présente un certain nombre de solutions qui ne remettent pas en cause le modèle productiviste capitaliste. c’est un slogan politique qui remet en cause le mode de développement occidental productiviste. 40 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne .  Exercice 16  Faut-il envisager une décroissance ? Document 14 Franck-Dominique Vivien. pourtant décrié par certains qui proposent une alternative . Les défenseurs de cette idée considèrent que le développement durable n’est pas compatible avec les formes actuelles de la croissance.la question de l’environnement .et concerne deux champs d’action : . « le concept de décroissance ». «Croissance soutenable ou croissance zéro ?» Sciences humaines hors-série n°49 Juillet-Aout 2005. Déchets d’emballage par tête en 2002 669 Déchets d'emballage par tête en 2002 En kg/hab 250 250 210 200 180 150 160 130 80 100 50 0 is Un ts- a Ét Fr an ce le Al m ag ne Es pa gn e e ch tri Au de lan Fin Questions  Quel est le principe de décroissance ?  Peut-on dire qu’il s’agit d’une critique de la société de consommation ?  La décroissance vous semble-t-elle une solution possible pour préserver l’environnement ? La « décroissance » n’est pas un concept économique .

le capital est « l’ensemble des biens indirects ou intermédiaires qui.  Qu’appelle-t-on un retour sur investissement ?  Pourquoi l’investissement est-il un pari sur l’avenir ? Le document 15 apporte une première réponse à la question de définition de l’investissement. engendrer un revenu supplémentaire (c’est le retour sur investissement). Il s’agit à présent d’apporter des précisions nécessaires à une meilleure compréhension des phénomènes économiques et sociaux qui y sont liés. A Définitions et mesure  Exercice 17  L’investissement est un détour de production Document 15 « Selon l’économiste autrichien Böhm-Bawerk. Fabriquer des machines demande du temps et du travail et repousse à plus tard la production de biens de consommation qui auraient pu être immédiatement disponibles. à travers des détours productifs féconds et moyennant une dépense de temps.L’investissement Le chapitre précédent a permis d’aborder le concept d’investissement et de montrer son rôle dans la croissance. à terme. le revenu supplémentaire dépendra de l’évolution de la conjoncture. La décision d’investir est le résultat d’anticipations réalisées par l’agent économique. Questions  Expliquez ce qu’est un détour de production. C’est un détour de production (dépense immédiate consacrée à créer ou à augmenter un capital technique) qui devra. Un investissement et une dépense réalisée aujourd’hui dans l’espoir de gagner une somme supérieure dans un délai déterminé. Pourquoi ? Avant de répondre à cette question (D). une entreprise achète une nouvelle machine pour augmenter son niveau de production si elle pense que les bénéfices générés par les ventes supplémentaires vont plus que compenser le montant de l’investissement. mais ce « détour de production » permettra par la suite d’obtenir une quantité supérieure de ces biens de consommation. En ce sens. il est nécessaire de définir précisément la notion d’investissement (A) de s’interroger sur les possibilités de financement (B) avant de présenter les facteurs qui influent sur la décision d’investir (C). Ce « retour sur investissement » est un pari sur l’avenir». l’investissement est un pari sur l’avenir . (+) Investissement Stock de capital Dépense immédiate Revenu futur hypothétique Séquence 2-SE01 41 © Cned – Académie en ligne . ont la vertu de rendre plus productif le travail ». Ainsi. Toutes les écoles de pensée s’accordent au moins sur un point : celui du rôle moteur de l’investissement dans l’économie.

Les amortissements représentent le coût. L’utilisation doit être supérieure à 1 an.editionsladecouverte. est mesuré par un indicateur que vous avez déjà rencontré en classe de première : la formation brute de capital fixe (FBCF). L’obsolescence est une usure liée à l’évolution technique. Macroéconomie.collectionreperes. Différents agents économiques participent à la FBCF : FBCF totale 42 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne FBCF FBCF FBCF des entreprises des ménages des administrations . La FBCF inclut l’acquisition de logiciels. La FBCF représente l’acquisition de biens durables pour produire. Depuis 1995. La formation nette de capital déduit les amortissements.  En quoi peuvent consister des investissements financiers assimilés à des placements financiers ? L’investissement. généralement annuel.fr www. Exercice 18  L’investissement au sens de la comptabilité nationale Document 16 Patrick Villieu. au sens de la comptabilité nationale. due à l’usure ou à l’obsolescence.com Questions  Expliquez la phrase soulignée. FNCF = FBCF – amortissements. © Editions La découverte www. de la dépréciation (perte de valeur) des actifs ou des biens de production.

FBCF des entreprises = achats de biens de production durables y compris achats de logiciels. voitures…) O Exercice 19 Il ne faut pas confondre biens de production et consommations intermédiaires. Vous devez également savoir distinguer biens de production à destination de l’entreprise et biens de consommation finale à destination des ménages. assurez-vous de leur maîtrise à l’aide de l’exercice suivant : Cochez la case correspondante. FBCF Achats de biens de consommation finale Consommations intermédiaires Autres Achat d’une voiture par l’administration des finances Achat d’une voiture par une entreprise Achat d’une voiture par un particulier Achat d’un logiciel de comptabilité par une entreprise Achat de tomates par une conserverie Achat de tomates par un particulier Émissions d’actions par une entreprise Achat d’ordinateurs par le Cned Achat d’actions par un particulier Séquence 2-SE01 43 © Cned – Académie en ligne . hôpitaux…) et gros matériels (ordinateurs. = investissement productif FBCF des ménages = achats de logements neufs FBCF des administrations = achats d’équipements collectifs (crèches. Après avoir revu ces différentes définitions. écoles.

c’est-à-dire qu’il a fallu retirer du processus de production.  les investissements de productivité ou de rationalisation ou de modernisation : investissements destinés à accroître la productivité des facteurs. L’investissement matériel correspond à l’acquisition de biens de production. Investissement matériel et investissement immatériel On distingue l’investissement matériel (machines. depuis 1995. ces trois formes d’investissements sont souvent difficiles à distinguer. b. les dépenses de formation. la valeur du capital fixe diminue et on parlera alors souvent de désinvestissement. l’INSEE calcule chaque trimestre le taux d’utilisation des capacités de production. Rappel 44 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne la comptabilité nationale inclut dans la FBCF des entreprises essentiellement les biens de production auxquels il faut rajouter les logiciels. L’investissement est souvent l’occasion de remplacer un bien d’équipement usagé. bâtiments. Des investissements différents selon leur destination Exercice 20  Document 17 Questions  Construisez un tableau récapitulatif des différentes formes d’investissement en précisant leurs objectifs et donnez un exemple concret de chacune des formes.) et l’investissement immatériel. tout en augmentant les capacités de production et la productivité des facteurs.  Pourquoi ces formes d’investissement sont-elles difficiles à distinguer ?  Quelle est la forme qui permet a priori de créer le plus d’emplois ? Pourquoi ?  les investissements de remplacement : investissements destinés à remplacer les équipements déclassés. l’achat de logiciels et les dépenses de recherche-développement. L’investissement immatériel regroupe six types de dépenses : l’acquisition de brevets et de licences.  les investissements de capacité : investissements destinés à accroître la capacité de production potentielle. Si l’investissement de remplacement n’est pas réalisé. . Celle-ci étant plus ou moins utilisée. les dépenses de publicité et de marketing. soit parce qu’ils sont devenus obsolètes.. les investissements commerciaux à l’étranger. Sur le plan micro-économique. Ils induisent une baisse du coût par unité produite en économisant de la main-d’œuvre. Les différents types d’investissement a. soit parce qu’ils sont usés à force d’avoir fonctionné..

À l’échelon macro-économique. marketing…. publicité. bâtiments…. Investissements de remplacement : destinés à renouveler le capital usagé (amortissement) Investissements de capacité (augmentation des capacités productives) Selon le but Investissements nouveaux Investissements de productivité (amélioration des capacités productives) B Le financement de l’investissement D’où viennent les fonds qui permettent l’investissement ? À l’échelon micro-économique. l’investissement est financé par l’épargne propre de l’investisseur ou par l’emprunt. Par nature Immatériels : formation. L’insuffisance de l’épargne globale conduit les institutions financières à créer des ressources monétaires nouvelles (programme de première).Conclusion Les différents types d’investissement Matériels : machines. recherche. Exercice 21  Document 18 Les modes de financement de l’investissement Financement sur fonds propres Endettement Financement externe Financement interne Autofinancement Financement indirect (établissements de crédit) Financement direct (marchés financiers) Actions Obligations Sans création monétaire Avec création monétaire Questions  Recensez ce qui correspond à un financement sur fonds propres et ce qui correspond à un endettement. une partie des fonds empruntés vient de l’épargne d’autres agents.  En quoi consiste un financement externe indirect avec création monétaire ?  L’autofinancement On parle d’autofinancement quand l’investissement est financé par les ressources propres de l’agent économique. Taux d’autofinancement = (épargne brute / FCF) x 100 Séquence 2-SE01 45 © Cned – Académie en ligne .

Au niveau macro-économique. le niveau de l’investissement est la résultante de multiples facteurs résumés par le schéma ci-après : Quel niveau de demande ? Quelles sont les prévisions ?  effet accélérateur Demande anticipée Rentabilité Quel est le coût de l’investissement (taux d’intérêts) Décision d’investir Situation financière Niveau d’endettement Coût relatif du travail et du capital Quel profit supplémentaire va-t-il engendrer ? Y a-t-il des placements plus rentables ? Est-il plus intéressant d’employer des travailleurs supplémentaires ou d’investir dans des machines ? Quels sont les facteurs qui agissent sur la décision d’investir ? Quelles questions se pose l’entreprise avant d’investir ? 46 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . Vous pouvez retenir le schéma proposé plus haut (document 20). Le financement externe L’émission d’actions L’entreprise peut décider d’augmenter son capital social en faisant appel à l’épargne de ses actionnaires ou/et de nouveaux actionnaires. L’endettement L’entreprise peut contracter des emprunts par le système bancaire (financement désintermédié). La décision d’investir s’intègre à une stratégie globale et constitue un pari sur l’avenir. Elle peut s’adresser directement au marché financier en émettant des emprunts obligataires ou obligations. C Les déterminants de l’investissement L’entrepreneur qui envisage un investissement est amené à comparer une dépense immédiate avec des recettes futures résultant de la vente des produits obtenus grâce à cet investissement.

et donc de l’investissement. Cette relation est formalisée par le principe d’accélération (ou accélérateur). et un simple ralentissement de la demande entraînera une chute de l’investissement. » Dictionnaire des Sciences économiques et sociales. ce qui suppose une absence de progrès technique . qui désigne le mécanisme par lequel la variation de la demande induit une variation plus que proportionnelle de l’investissement. En effet. que font les entreprises pour pouvoir répondre à la demande ? Exercice 23  Document 20 : L’importance de la demande « La croissance de la demande couvre des perspectives de profits qui incitent les entreprises à investir. – L’entreprise ne doit pas répondre à l’augmentation de la demande par une hausse des prix mais par une augmentation de la production . Bréal. 2002.9% 4 230 5 235 6 235 1. dans le cas contraire une augmentation de la production ne se traduirait pas par une augmentation de l’investissement mais par une augmentation du taux d’utilisation des capacités productives. ainsi il faut toujours la même quantité de capital pour un niveau donné de production. Cette relation repose cependant sur trois hypothèses : – Le coefficient de capital (rapport entre le stock de capital et la production ) doit être constant sur la période étudiée. Ainsi. p 177. une augmentation de la demande entraînera une augmentation plus importante de l’investissement. * L’ investissement induit est lié à une variation de la demande contrairement à l’investissement autonome qui est indépendant de l’évolution de la demande Périodes Demande Equipement nécessaire Investissement induit* 1 200 800 2 206 824 24 3% 3 210 840 16 1. – Le taux d’utilisation des capacités de production doit être au maximum (proche de 100%). Exercice 22  Le rôle de la demande anticipée Document 19 L’importance du taux d’utilisation des capacités de production Questions  Pourquoi le volume des équipements disponibles est-il inerte à court terme ?  Face à une hausse temporaire de l’activité.9% = [(210 – 206)/206] X 100 Taux de variation de la demande Taux de variation de l’investissement -33% –33% = [(16 – 24)/24] X 100 Séquence 2-SE01 47 © Cned – Académie en ligne .

alors la rentabilité économique sera de 0. l'entreprise va décider d’augmenter son stock de capital (et c’est en général une grosse dépense) alors qu’elle ne sait pas avec certitude de quoi demain sera fait . elle essaie au maximum de limiter l’incertitude. Mais combien vaut aujourd’hui cette somme qui ne rentrera dans les caisses que dans 5 ans ? Cela dépend en particulier du taux d’inflation. c’est-à-dire ramener à des valeurs actuelles des valeurs futures. Pour comparer des montants exprimés à des dates différentes. Les nécessaires calculs d’actualisation  La décision d'investir repose toujours sur une sorte de pari : en effet. Cela traduit le fait que l’appareil technique ne peut fournir des réponses parfaitement adaptées aux besoins des consommateurs.Question Supposons qu’une entreprise ait un coefficient de capital (K/Y) de 4. elle parie qu’elle arrivera à rentabiliser son investissement. entre les revenus actualisés attendus de l’investissement et le coût initial du projet. il est intéressant de décomposer le rapport définissant la rentabilité économique de la manière suivante : EBE Capital engagé = EBE Valeur ajoutée Taux de marge 48 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne x Valeur ajoutée Capital engagé Productivité du capital . et trouvez durant quelle période il y a effet d’accélération. Pour cela. On appelle valeur actuelle nette (VAN) la différence. pour un taux donné. un capital engagé. Construisez et remplissez un tableau sur le modèle page suivante. b. En effet pour déterminer si un projet est rentable. c’est-à-dire d’anticiper. qui devraient me rapporter 1 million d'€ dans 5 ans.   Exemple. tout ce qui pourrait avoir des conséquences sur la rentabilité de l’investissement. La rentabilité économique se mesure par le rapport suivant : RE = EBE/capital engagé Exemple : Si un investissement de 100 € permet à l’entreprise de dégager un profit de 10 €. en fonction de l’évolution de la demande. du risque…. il faut comparer son coût initial (I) aux revenus qui seront issus de cet investissement. un calcul d’actualisation est nécessaire..  Profits et rentabilité a. c’est-à-dire à augmenter ses profits Mais comme l’entreprise a horreur de faire des paris risqués. en termes de profit.  L'entreprise va procéder à des calculs d’actualisation.(exercice 23) Le principe de l’accélérateur (exercice 24) met en évidence qu’un investissement induit par une augmentation de la demande augmente plus que proportionnellement à la demande. j’investis aujourd’hui 100 000 €.10 (10/100) Pour étudier l’évolution de la rentabilité. Les entreprises cherchent à ajuster leurs capacités de production à l’évolution des débouchés. La rentabilité économique Le profit est mesuré par l’EBE La rentabilité économique (RE) ou taux de profit mesure ce que rapporte. elle va essayer de prévoir.

L’exercice 25 montre que lorsque la rentabilité économique est supérieure au taux d’intérêt. Le niveau élevé des taux d’intérêt réel dans les années 80 a profondément alourdi les charges financières des entreprises qui ont préféré se désendetter et retarder leurs investissements. le taux d’autofinancement des entreprises est de 113. en partie tout au moins. À l’inverse. Inversement. Plus le taux d’intérêt est élevé.taux d’inflation. Exercice 25 Soit une entreprise qui envisage de réaliser un investissement d’un montant de 1000 000 . Mettre en évidence l’existence d’autres facteurs. augmente.Exercice 24 Complétez La rentabilité économique augmente quand le taux de marge …………………………. ………………. financés par des emprunts dont le coût dépend du niveau des taux d’intérêt. en particulier le niveau des taux d’intérêt et le niveau d’endettement de l’entreprise. Un taux d’intérêt réel élevé décourage l’investissement et encourage les entreprises à se désendetter ou à préférer des placements financiers plus rentables sur le court terme.  La situation financière En pratique. sources de financement) 2.  Quelles sont les sources possibles de cet investissement ?  Si le taux d’intérêt de l’argent emprunté est de 8 %. C’est pourquoi les économistes ont introduit la notion de taux d’intérêt réel = taux d’intérêt nominal . Vérifier l’acquisition de connaissances (rentabilité économique. plus la masse des investissements rentables est faible. Le taux d’intérêt représente également le « coût d’opportunité » des capitaux propres réinvestis par l’entreprise. Sinon. plus le taux d’intérêt est faible.. c’est-à-dire le manque à gagner par rapport à un placement de ces capitaux sur le marché financier. l’entreprise a intérêt a se désendetter ou à orienter son épargne vers des placements financiers plus rentables. Les entreprises doivent plus précisément prendre en compte le taux d’inflation. certains projets d’investissement ne sont plus rentables (question 4 de l’exercice 25). Ce comportement de prudence s’est poursuivi dans les années 90 malgré une relative détente sur les taux d’intérêt. En 1998.  Le rôle des taux d’intérêt Les investissements doivent en général être. plus la masse des investissements rentables est forte. L’importance des fonds propres et le poids de l’endettement antérieur sont pris en compte dans la décision d’investir.3 % : les entreprises ont donc éliminé leur besoin de financement. Lorsque le taux d’intérêt s’élève. l’entreprise a intérêt à emprunter pour investir car l’endettement accroît la rentabilité des capitaux propres : c’est l’effet de levier. c’est l’effet boomerang.. Les entreprises françaises ont fait jouer l’effet de levier dans les années 70 grâce à la faiblesse des taux d’intérêt. l’entreprise a-t-elle intérêt à s’endetter ? Pourquoi ? Y a-t-il des limites à l’endettement ?  Si le taux d’intérêt dépasse 15 %. En effet. ….  Calculez la rentabilité économique de cet investissement. Lorsque l’entreprise Séquence 2-SE01 49 © Cned – Académie en ligne . l’entreprise a-t-elle intérêt à investir grâce à l’emprunt ? Que peut-elle faire de ses bénéfices lorsqu’elle décide de retarder une décision d’investissement ? Cet exercice a deux objectifs : 1. lorsque la rentabilité économique est inférieure au taux d’intérêt. l’inflation déprécie les charges de remboursement et réduit le coût réel de l’endettement. l’entreprise ne peut s’endetter de manière illimitée. Le profit annuel escompté de cet investissement se monte à 150 000 .et/ou quand la ………………….

parmi les différents déterminants de l’investissement. certains se réfèrent-ils à des jugements sur la situation présente. elle préfère utiliser les profits réalisés pour se désendetter plutôt que pour investir. Conclusion : Les déterminants financiers de la décision d’investir  Document 21 Exercices d’application Exercice 26  Document 22 Croissance en volume du PIB et de la FBCF Questions  Que signifient les chiffres entourés ?  En quoi peut-on dire que ce graphique confirme le principe théorique de l’accélérateur ?  Pourquoi. et d’autres sur la situation future ? 50 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne .se rapproche du seuil d’insolvabilité.

Exercice 27  Document 23 Taux de marge et taux d’investissement des sociétés non financières Questions  En quoi l’évolution du taux de marge peut-elle être un déterminant dans la décision d’investir ?  Le graphique confirme-t-il toujours cette corrélation ?  Pourquoi le niveau des taux d’intérêt est-il un élément souvent essentiel dans la décision d’investir ? D L’investissement : moteur de la croissance  Des analyses théoriques… a. facteur de croissance économique. Une hausse de l’investissement entraîne donc une augmentation de la demande globale. L’investissement agit sur la demande et donc sur la croissance (optique keynésienne de court terme)  directement : augmentation de la demande en biens d’équipement L’investissement est un élément de la demande globale.  le multiplicateur keynésien Séquence 2-SE01 51 © Cned – Académie en ligne .

Keynes démontre que. Ensuite s’ensuit une succession de vagues de consommation qui entraînent au final une augmentation plus que proportionnelle du revenu national.5. en économie fermée. c’est-à-dire la variation du revenu consacré à une augmentation de la consommation ( C ). c= ∆C/∆Y 52 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . à combien se monte le multiplicateur ? Keynes montre donc le rôle moteur de l’investissement sur la croissance grâce au multiplicateur d’investissement. Le mécanisme : Une dépense initiale d’investissement autonome se traduit par une augmentation équivalente de revenus distribués qui sont pour partie consommés (c ) et pour partie épargnés.5 ?  Si c=0.Exercice 28  Document 24 Circuit économique et multiplicateur  Pourquoi l’épargne est-elle considérée comme une fuite ?  Quelle est la signification d’une propension marginale à consommer de 0. ∆Y = k x ∆I avec k = 1/1-c Y = revenu ou production nationale ∆Y = variation du revenu ou de la production ∆I = variation initiale d’investissement k = multiplicateur d’investissement c= propension marginale à consommer.

L’investissement permet l’amélioration des conditions de l’offre La mondialisation impose aux entreprises une concurrence toujours plus forte. . . L’investissement. c.  Pourquoi l’État a-t-il tendance à réduire son effort d’investissement malgré les effets positifs que celui-ci engendre ? Si tout investissement engendre des effets positifs sur la croissance.en améliorant la productivité. permet alors de répondre à cet impératif de compétitivité imposé aux entreprises : .en remplaçant les machines usées ou obsolètes. télécommunications …) utiles à tous. l’investissement public présente certaines spécificités :  En raison des domaines qui le concernent : – Les infrastructures (transports. Le rôle des investissements publics Exercice 29  Document 25 Questions  En quoi consistent les externalités positives ?  Expliquez la phrase soulignée. utiliser les dépenses d’investissement public comme instrument de politique économique pour relancer l’activité économique (politique keynésienne).  L’État peut. en améliorant les conditions de l’offre.  L’État raisonne en termes d’intérêt général.en augmentant les capacités de production. – Les dépenses de santé et d’éducation permettant d’améliorer le capital humain. Séquence 2-SE01 53 © Cned – Académie en ligne .b. enfin.

… aux faits Les interactions entre investissement et croissance : Il s’agit ici d’une sorte de synthèse sous forme de deux graphiques et d’un schéma pour résumer les interactions entre investissement et croissance. que la croissance entraîne l’investissement ?  En quoi peut-on relier ce phénomène au double mécanisme multiplicateur-accélérateur ? Conclusion 1 . à l’inverse. Exercice 30  Document 27 Effet accélérateur Demande Investissement Effet multiplicateur  Que signifient les chiffres entourés dans les deux graphiques ?  Où peut-on voir que l’investissement entraîne la croissance et.ne pas confondre : Accélérateur : effet de la hausse de la demande (qui se traduit par une hausse du PIB) sur l’investissement. Conclusion 2 : Les conséquences de l’investissement sur la croissance économique 54 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . Multiplicateur : effet de la hausse de l’investissement sur la croissance (PIB).

Investissement Action sur l’offre Action sur la demande en biens d’équipement Demande amplifiée par l’effet multiplicateur Accroissement de capacité Accroissement de productivité Effet d’entraînement sur la production Croissance Économique Amélioration de la compétitivité Séquence 2-SE01 55 © Cned – Académie en ligne .

Exercice 31  Les différentes formes d’innovation  Document 27 « Schumpeter spécifie cinq formes d’innovation : la production d’un bien ou d’un service nouveau. l’ouverture d’un débouché nouveau . l’emploi. Sur cette base. Les innovations de procédé (ou de processus) correspondent aux nouvelles technologiques de production ou de commercialisation. les effets du progrès technique sur la croissance et le développement. nous analyserons. l’adoption d’une nouvelle méthode de production ou d’un nouveau procédé commercial . La seconde catégorie concerne les innovations organisationnelles qui correspondent à de nouvelles formes d’organisation des entreprises ou des marchés. Cela concerne les biens de production mais aussi l’organisation de la production ou de la commercialisation. il est cependant à l’origine de bien des inquiétudes : Que mangerons-nous demain ? Comment travaillerons-nous ? Ce dernier point de la séquence revient sur les conséquences du progrès technique déjà abordé précédemment. les innovations commerciales ou financières). jusqu’alors inconnue ou jugée difficilement exploitable. Ces innovations sont radicales lorsque les produits n’ont aucun équivalent préexistant. La première regroupe les innovations technologiques : il s’agit d’innovations de produit ou d’innovations de procédé (en sont parfois exclues. Les innovations de produit concernent les biens et des services nouveaux.Progrès technique et évolution économique et sociale Introduction Le progrès technique touche des domaines aussi variés que la santé. l’alimentation. du fait de leur spécificité. Pour Schumpeter. » Serge d’Agostino Questions  Donnez des exemples récents de chacune des cinq innovations distinguées par Schumpeter  Expliquez la phrase soulignée 56 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . A Origine et diffusion du progrès technique  Qu’est-ce que le progrès technique ? Le progrès technique a été défini précédemment comme l’ensemble des modifications qui affectent les procédés de fabrication et la nature des biens réalisés. Après avoir apporté quelques précisions sur la signification et l’origine du progrès technique. une nouvelle organisation des entreprises ou des marchés . l’innovation est l’essence même de l’activité de l’entrepreneur. elles sont incrémentales lorsqu’elles se traduisent par l’amélioration significative des performances de produits existants. les auteurs contemporains distinguent deux grandes catégories d’innovations. l’accès à une nouvelle source de matières premières ou de produits semi-finis. les loisirs… Source d’amélioration du niveau de vie.

Nouvelle organisation de la production : concentration 4. Des innovations différentes par leur ampleur On distingue les innovations majeures (ou radicales) qui constituent une véritable rupture et les innovations mineures (ou incrémentales) qui correspondent à une amélioration des produits et procédés nouveaux. Nouveau produit : télévision. NPI 5. Nouveau procédé de production : la conception assistée par ordinateur. Des innovations différentes par leur nature  Les différentes formes d’innovation Innovation technologique Innovation de procédé Innovation organisationnelle (nouvelles formes d’organisation des entreprises et des marchés) Ex : Division internationale des processus productifs (DIPP) Innovation de produit Nouvelles techniques de production ou de commercialisation Ex : robot Produits nouveaux : DVD  Schumpeter définit 5 types d’innovation : 1. 3. Schumpeter parle de « grappes d’innovations ». solaire… Le même auteur précise qu’une innovation n’arrive jamais seule car une innovation en suscite d’autres. Nouvelle source de matière première ou d’énergie : nucléaire. b. Séquence 2-SE01 57 © Cned – Académie en ligne . DVD… 2.a. Nouveau marché : Chine.

invention .3 États-Unis 2.2 % du PIB. la DIRD en France représentait environ 2.8 Allemagne 2. .Nouveaux biens de consommation qui doivent permettre l’amélioration des conditions de vie. c’est la phase de recherche.innovation (production en série du produit nouveau). 58 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne .  Les dépenses de recherche Exercice 32  Document 28 Qui finance la recherche-développement ? R&D en % du PIB en 2005 Japon 3. La productivité est donc la mesure du progrès technique. quelle que soit la nationalité des bailleurs de fonds.développement (mise au point d’un prototype) . Le progrès technique est à l’origine d’importants changements structurels que nous allons étudier maintenant.2 Questions  Que signifient les chiffres entourés ?  Quelle est la situation de la France par rapport à ses concurrents ? L’effort annuel de recherche et développement d’une nation est le plus souvent évalué par la dépense intérieure de recherche et de développement (DIRD) qui correspond à l’ensemble des travaux de RD exécutés sur le territoire national.découverte .Nouveaux procédés de fabrication qui entrent dans l’entreprise via l’investissement engendrant une augmentation de la productivité.4 France 2.(procédé technique brevetable) . Le progrès technique correspond à l’ensemble des innovations : . … aux innovations Les innovations sont le résultat d’un processus complexe : Recherche . – le développement qui permet de concevoir un prototype pour s’assurer de la faisabilité industrielle du projet : c’est la phase initiale de l’innovation. – la recherche appliquée qui est à l’origine d’une invention . On distingue : – la recherche fondamentale qui élargit le champ des connaissances . Le progrès technique : fruit d’un processus complexe a. De la recherche développement … À l’origine du progrès technique : la recherche-développement  La première phase du progrès technique. b. En 2005.

Une autre innovation majeure prend alors le relais (vapeur. la situation normale de l’économie n’est pas l’équilibre sur les différents marchés mais le déséquilibre dynamique rythmé par la fréquence des innovations.1950). auto et électronique). électricité. des emplois. A. À l’origine de la phase d’expansion. nouvelle organisation du travail . nouveaux emplois . juillet – août 2003 Questions  Comment expliquer le caractère cyclique des innovations dans un processus de destruction créatrice ?  Expliquez la phrase soulignée  Pourquoi peut-on penser que les NTIC sont à l’origine d’un nouveau cycle de croissance ? J. se situe en rupture avec l’économie néoclassique. Séquence 2-SE01 59 © Cned – Académie en ligne . Concepts et mécanismes ». logiciels… Ces « grappes d’innovations » vont se traduire par une hausse de l’investissement. Cahiers français n°315. prolongée par sa diffusion. Il se place dans les cycles longs de Kondratieff (environ 50 ans). En effet selon lui. « La Dynamique de l’économie – L’innovation – Comprendre l’économie 1. et contribuer ainsi à la croissance économique. chemin de fer. L’innovation surgit dans une période de dépression afin d’y faire face. et permet une forte croissance. une « grappe d’innovations » issue de l’initiative d’entrepreneurs « dynamiques » ou « innovateurs ». Pourquoi parler de « grappes d’innovations » ? Parce qu’une innovation en suscite d’autres : informatique robot . jusqu’à son essoufflement. Schumpeter. Les cycles Kondratieff se définissent par une phase d’expansion d’environ 25 ans suivie d’une phase de récession d’environ 25 ans. économiste autrichien (1883.B Les effets du progrès technique sur la croissance  Exercice 33  L’analyse de Schumpeter Document 29 Un facteur essentiel de croissance pour Schumpeter Serge d’Agostino. La Documentation française. qui apparaissent puis mûrissent au sein de l’économie. ordinateur .

Concepts et mécanismes ».Ensuite des entrepreneurs « routiniers » vont imiter les entrepreneurs « innovateurs » car ils y voient une source de profit : cette vague d’imitation enclenche un processus d’accroissement de l’investissement. « La Dynamique de l’économie – Comprendre l’économie 1. Elles entraînent la disparition des entreprises les moins efficaces de la structure économique : ce double mouvement (apparition de nouvelles entreprises et élimination d’autres) est appelé processus de destruction créatrice par Schumpeter. La dépression se mue en récession car le système déstabilisé est poussé vers une liquidation excessive. plus la phase d’expansion est longue. ce qui entraîne un surinvestissement. Cette « surchauffe » de l’économie aboutit à une chute de l’investissement. L’afflux d’entrepreneurs « imitateurs » conduit à concurrencer les entrepreneurs « initiateurs » sur leurs produits ou procédés nouveaux. Plus la phase d’imitation est longue. Lucas ou Barro. La Documentation française. une surproduction et une saturation des marchés. Cette phase d’expansion s’accompagne d’un processus de « destruction créatrice » : Ces nouvelles innovations rendent obsolètes les anciennes capacités de production qui deviennent dépassées (exemple : les ordinateurs rendent inutiles les machines à écrire).  Exercice 34  Le rôle du progrès technique dans la croissance endogène Document 30 Marc Montoussé. juillet – août 2003 Questions  Donnez des exemples d’externalités positives permises par les différentes formes de progrès techniques distinguées par Romer. Cahiers français n°315.  En quoi le rôle de l’État est-il réhabilité par ces analyses ?  Quelles sont les limites du rôle de l’État dans ces analyses ? 60 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne . La dépression est provoquée par l’innovation qui ruine une partie de l’appareil productif.  Une nouvelle phase d’expansion ne débutera qu’avec l’émergence d’une nouvelle vague d’innovations. de l’emploi et de la production. de la production. de l’emploi et de la consommation.

Les théories de la croissance économique ont pour objet d’expliquer la hausse persistante des niveaux de vie. Le modèle de Solow. l’activité productive. en investissant notamment dans le système éducatif. innovation et progrès technique ?  Pourquoi les innovations de procédés et les innovations organisationnelles aboutissent-elles à des hausses de salaires et à des baisses de prix ? En quoi ces évolutions dynamisent-elles la production ?  En vous appuyant sur le lien existant entre valeur ajoutée et revenus. observée dans de nombreux pays. plus la croissance est forte. qui accroît la productivité. Deuxièmement. productivité et croissance Document 31 Joëlle Bails. formation professionnelle. se sont penchés sur cette question écartée par Solow : comment s’explique la formation du progrès technique ? Ces recherches ont mené à la conception de théories de la croissance dans lesquelles le progrès technique est considéré comme endogène. Des économistes de l’École de Chicago. souligne le rôle important joué par le progrès technique dans l’explication de la croissance. c’est-à-dire issu des comportements internes de l’économie. Solow appréhende en effet le progrès technique comme exogène au modèle. « Productivité – Découverte de l’économie 1 – Concepts et mécanismes ». En effet. En produisant. le « learning by doing » : plus on produit. plus il est possible d’accroître le niveau d’instruction de la main-d’œuvre. on acquiert en particulier de l’expérience. La création de réseaux de communication efficaces favorise. la croissance permet de financer des infrastructures (publiques ou privées) qui la stimulent. La Documentation française. janvier – février 1997. Il l’apparente ainsi à « une manne tombée du ciel ». tels Romer ou Lucas. Une des limites de ce modèle réside dans l’absence d’explication de l’apparition et de la formation du progrès technique. Premièrement. la croissance favorise l’accumulation du capital humain. aides à la recherche développement ) et la croissance économique. Questions  Quels liens peut-on établir entre investissement. expliquez pourquoi des hausses de profit et de prélèvements obligatoires vont aussi avoir lieu ?  Quels sont les effets sur l’offre et la demande ?  Quelle place faut-il accorder aux innovations de produit dans ce raisonnement ? Séquence 2-SE01 61 © Cned – Académie en ligne . Les théoriciens de la croissance endogène sont des économistes d’inspiration libérale qui ont réhabilité les rôles de l’État en montrant les conséquences positives (externalités) que les investissements publics engendraient « gratuitement » pour les autres agents économiques (financement ou construction d’infrastructures. qui se définit comme une des principales théories de la croissance. Troisièmement. Ces modèles expliquent que la croissance engendre du progrès technique par trois grands mécanismes. c’est-à-dire les compétences possédées par la main-d’œuvre et dont dépend sa productivité.  Exercice 35  Progrès technique. par exemple. plus on apprend à produire de manière efficace. Cahiers français n°279.

Pour autant le progrès technique a toujours fait peur. D’autres conséquences seront ainsi étudiées dans les séquences suivantes.. ou en tout cas de négociations. ) et ont profondément changé les modes de vie et les relations sociales. ■ 62 Séquence 2-SE01 © Cned – Académie en ligne .. croissance et emploi (séquence suivante). Il n’a cessé de dynamiser les économies. de conflits. notamment le lien progrès technique..Les effets du progrès technique sur la croissance. disparition de certaines tâches pénibles. via les gains de productivité qu’il engendre. Conclusion : Le progrès technique engendre des transformations structurelles importantes. qui peut faire l’objet. Les gains de productivité engendrés depuis plus de deux siècles ont permis des progrès sociaux considérables (du niveau de vie. et aujourd’hui encore certains travailleurs craignent qu’il ne détruise leur emploi. entraînant sur son passage des transformations importantes.  Document 32 Le partage des gains de productivité et ses effets sur la croissance économique Hausse de la compétitivité Baisse des prix Hausse des exportations Hausse des profits Gains de productivité Hausse des salaires Hausse des prélèvements étatiques Hausse des investissemens Hausse des dépenses publiques Hausse de la consommation Croissance de la production Les effets sur la croissance dépendront du partage des gains de productivité. nous le verrons. peuvent être résumés par le schéma ci-dessous.