3030/155

3030 - STOCKS (et 6030) A. COMPTABILITÉ
1. Éléments du coût Marchandises achetées à l'état fini et matières premières: coût en magasin= coût d'achat selon facture + droits de douane; + droits d'accise; + frais de transport et de livraison.

-

Produits en cours et produits finis coût en magasin des matières premières, main d'oeuvre directe et juste part des frais généraux de fabrication.

-

Pour la fabrication: s i le processus de fabrication com prend une période d'entreposage d'une certaine durée, il est normal d'inclure: - le coût d'entreposage; - une juste part des frais financiers y afférents. L'I.C.C.A. ainsi que Revenu Canada ne reconnaissent pas la méthode des coûts proportionnels. On peut en conclure que s i l'I.C.C.A. reconnaît les frais fixes tels que les coûts d'entreposage et les frais financiers dans l'évaluation des stocks de produits en cours et des stocks de produits finis, il doit certainement admettre les autres coûts de fabrication fixes standards rencontrés normalement dans une entreprise industrielle tels la dotation à l'amortissement de l'usine et de la machinerie, le salaire des contremaîtres, le coût de la main-d'oeuvre indirecte, etc. C'est dire que l'I.C.C.A. re connaît la méthode des coûts complets.

-

2.

Coût standard On peut utiliser le coût standard si l'écart avec le coût réel n'est pas important.

3.

Méthodes d'évaluation du coût des stocks a) La méthode choisie doit être celle qui permet le meilleur rapprochement des produits et des charges, elle ne doit pas être fondée sur la chronologie des mouvements de la marchandise (attention à l'E.F.U., plusieurs candidats se font prendre avec cette dernière partie soulignée); - une fois la méthode choisie, on doit la garder pour tout exercice subséquent à moins que les circonstances n'exigent de la modifier. b) Méthodes les plus fréquentes - Méthode du coût distinct surtout pour les entreprises ne vendant qu'un petit nombre d'articles (ex.: concessionnaire d'autos usagées). - Méthode du coût moyen lorsque les marchandises achetées sont interchangeables et nombreuses. Méthode de l'épuisement successif (PEPS: FIFO). les stocks au bilan sont à une valeur plus actuelle (bon pour la recherche de financement). Méthode de l'épuisement à rebours: (PEPS: LIFO) permet un bon rapprochement des produits et des charges, mais refusé par l'impôt.

-

3030/156

4. Base d'évaluation des stocks
Au moindre du coût et de la valeur marchande. La valeur marchande se détermine (entre autres) selon une des façons suivantes: - valeur de remplacement; - valeur de réalisation nette; - valeur de réalisation nette moins une marge de profit normale. Les dévaluations ainsi obtenues doivent être comptabilisées au cours de l'exercice où elles surviennent (en vertu du principe de prudence). Perte anticipée sur les engagements d'achats. - lorsque l'entreprise s'est engagée à faire l'achat à un prix fixe de marchandises dont le prix a diminué, il faut alors comptabiliser en fin d'exercice une moins -value (en vertu du principe de prudence).

-

-

5. Moment de la constatation
a) Stocks en transit Si FAB point de départ (titre de propriété transféré à l'expédition): l'acheteur comptabilise l'achat à la prise de possession par le transporteur; le vendeur comptabilise la vente à la sortie de la marchandise. Si FAB point d'arrivée (titre de propriété transféré à la réception): l'acheteur comptabilise la marchandise uniquement à la réception; le vendeur comptabilise la vente seulement au moment où le client en prend possession (l'entreprise sera donc forcée d'estimer un délai de livraison raisonnable). Lorsqu'aucune clause écrite ne fait mention du point de transfert entre l'acheteur et le

-

vendeur, le propriétaire des stocks en transit est celui qui paie les frais de transport (à l'E.F.U., cela peut être important d'identifier le propriétaire des stocks via le texte ou les états financiers, par exemple, en constatant la présence de frais de transport dans les frais de vente). b) Stocks en consignation - Les marchandises demeurent incluses dans les stocks du propriétaire tant qu'elles ne sont pas vendues à une tierce partie. c) Ventes à tempérament - Dans ce type de vente, le vendeur demeure propriétaire légal de la marchandise jusqu'au paiement complet par l'acheteur. Néanmoins, on comptabilise une vente et on diminue l'inventaire dès que l'acheteur prend possession de la marchandise (primauté de la substance sur la forme).

6. Présentation
On doit présenter en note: - la base d'évaluation des stocks ainsi que la méthode utilisée s i elle produit un chiffre sensiblement différent du coût le plus récent; - tout changement de méthode d'évaluation ainsi que l'effet sur le bénéfice net (l'effet du changement doit être présenté rétroacti vement). Il est bon d'indiquer le montant des grandes catégories de stocks (matières premières, produits en cours, produits finis).

-

3030/157

-

On doit divulguer la méthode d'évaluation pour le coût ainsi que pour la valeur du marché; il peut arriver que l'on ne soit pas obligé de mentionner la méthode d'évaluation si le coût ne diffère pas sensiblement du coût le plus récent. À l'E.F.U., il serait bon de le mentionner au correcteur si vous êtes placés dans une situation d'examen où la méthode d'évaluation n'est pas divulguée dans les conventions comptables.

7. Principes comptables reliés
- Rapprochement des produits et charges: dans le choix de la méthode de détermination du coût. - Prudence: moindre du coût ou de la juste valeur marchande. - Coût d'origine. - Primauté de la substance sur la forme: le choix de la méthode ne doit pas être fondé sur la chronologie du mouvement des stocks.

8. Autres
Voir Brassard: Les chapitres 2 et 3 discutent en détail de tout ce qui touche l'établissement du coût d produits (uniforme et continu vs par commande, coût standard vs coût réel, coûts es proportionnels vs coûts complets, méthode d'évaluation des stocks, etc.). Le document complémentaire sur les états financiers, section V, aborde certains problèmes reliés à l'évaluation des stocks.

B. VÉRIFICATION (6030)
1. Risques
Assez élevé puisque c'est généralement un poste très important. Le risque inhérent dépend de: - nature des produits: ex.: périssable, haute technologie; - conjoncture économique; - la valeur des stocks; - secteur d'activité de l'entreprise; - grosseur de l'entreprise; - objectifs des utilisateurs.

2. Assertions
Assertions Existence Exemples de procédés Assister au décompte physique. Effectuer des sondages de dénombrement à partir d'items sélectionnés sur la liste d'inventaire final. Effectuer des procédés de démarcation sur les réceptions subséquentes à la prise d'inventaire et sur les expéditions antérieures afin de s'assurer que les items ne figurent pas à la liste d'inventaire final. Stocks en consignation: faire des sondages de dénombrement sur place si importants; confirmer les quantités par le consignataire. Effectuer des procédés de démarcation sur les stocks en transit (ex.: regarder les conditions de transfert et la date sur les bons de livraison des stocks reçus peu après la fin d'exercice). Retracer aux factures d'achat pour s'assurer que les stocks n'étaient pas détenus en consignation.

-

Appartenance

-

-

3030/158

-

Obtenir confirmation des soldes par le consignataire afin de s'assurer que tous les items en consignation ont été notés à part. Lors du dénombrement, prendre note des marchandises qui semblent endommagées. Obtenir une liste des mouvements d'inventaire ou consulter le registre d'inventaire permanent pour prendre note des stocks qui ne bougent pas (désuétude). Retracer aux factures de vente les plus récentes pour s'assurer que les stocks n'ont pas diminué d e valeur. S'assurer de la bonne application de la méthode d'évaluation (ex.: DEPS, PEPS). Refaire les calculs du client sur base de sondages (prix X quantité, additions).

Valeur

-

-

Exactitude

-

Intégralité

-

Effectuer des sondages de dénombrement et retracer les résultats à la liste d'inventaire final. Effectuer des sondages sur les dernières réceptions avant la prise d'inventaire ainsi que sur les premières expéditions subséquentes afin de s'assurer que ces items ont été comptées.

3. Autres (important pour l'E.F.U.)
a) Date du dénombrement: On peut effectuer le dénombrement à une date différente de la fin d'exercice. On devra alors effectuer un "pont" entre la date de prise d'inventaire et la fin d'exercice (c.à-d. faire un suivi des quantités achetées et vendues entre les deux dates). La possibilité d'effectuer le dénombrement à une date différente sera influencée par la qualité du contrôle interne.

-

b) Stratégie: La possibilité de se fier aux politiques et procédures en effectuant des tests des contrôles peut diminuer de beaucoup l'étendue des procédés de corroboration à effectuer. Toujours aborder cet aspect à l'E.F.U. (c.-à-d. mentionner si possible de se fier aux politiques et procédures et pourquoi). Lorsqu'il y a plusieurs entrepôts, possible d'assister à la prise d'inventaire sur base rotative (tenir compte de l'importance relative), prévoir du personnel en nombre suffisant. Lorsque des inventaires sont détenus à des endroits lointains, demander à d'autres vérificateurs d'effectuer certains procédés. Pour des stocks de nature inhabituelle, avoir recours à l'aide d'un spécialiste interne ou externe (ch. 5360): s'assurer de sa compétence et de son indépendance. Le recours à des procédés d'analyse, tels que l'analyse de la marge brute, peut réduire l'étendue des sondages et, par conséquent, permettre une vérification plus efficiente.

-

-

-

-

C. INTÉGRATION - MANUEL DE L'I.C.C.A.
1500 Normes générales de présentation des états financiers: Lorsque les stocks sont donnés en garantie d'une dette (normalement la marge de crédit) on doit l'indiquer. Si ce n'est pas la totalité

3030/159

1505 1506

1510 1581

1600

1650

1751 3061

3260 3280 3290

3400

3475

3480

3830

3850

des stocks qui est donnée en garantie, on doit indiquer, dans la mesure du possible, la valeur comptable des stocks affectés à la garantie. Publication des conventions comptables: La base d'évaluation des stocks doit être indiquée clairement aux états financiers. Modifications comptables: Un changement de méthode de détermination du coût constitue normalement une modification de convention comptable, à moins de résulter de nouvelles conditions qui dictent une nouvelle méthode visant à assurer un meilleur rapprochement des produits et des charges. Actif et passif à court terme: Les stocks sont habituellement présentés dans l'actif à court terme. Regroupements d'entreprises: (1) Lors de la répartition du coût d'acquisition les produits finis sont comptabilisés au prix de vente, net des frais de vente et d'une marge de profit raisonnable. Les produits en cours sont comptabilisés au prix de vente, net des coûts d'achèvement, des frais de vente et d'une marge de profit raisonnable. Les matières premières sont c omptabilisées au coût de remplacement. (2) Puisque les stocks sont des actifs destinés à être vendus, on ne doit pas réduire leur valeur lorsqu'on procède à la répartition du montant d'un écart d'acquisition négatif. États financiers consolidés: On doi t éliminer les gains ou les pertes réalisés sur les ventes intersociétés dont les biens n'ont pas encore été revendus à des tiers. On doit aussi éliminer les ventes et les achats intersociétés. Conversion des devises étrangères: Pour l'application de la règle du moindre du coût et de la valeur marchande lors de la conversion des stocks d'un établissement étranger intégré, on doit comparer le coût converti au taux d'origine et la valeur marchande convertie au taux courant, c'est -à-dire qu'on n'applique pas la règle aux montants établis en devises étrangères, mais plutôt aux montants après conversion. Ceci ne vaut pas pour un établissement autonome dont les stocks sont toujours convertis au taux courant. États financiers intermédiaires: Voir la sect ion A-3-b) du chapitre 1751. Immobilisations corporelles: Certains biens peuvent constituer des stocks pour une entreprise, alors que dans une autre, ils seraient considérés comme des immobilisations corporelles. Voir la section I du chapitre 3030. Réserves: Les réserves pour dépréciation éventuelle et autres réserves de même nature ne doivent pas être défalquées de la valeur des stocks. Engagements contractuels: Tout engagement important d'approvisionnement doit être indiqué par voie de note. Éventualités: Même si la provision pour désuétude présente bon nombre des caractéristiques des éventualités, elle n'est habituellement pas considérée comme une éventualité au sens du chapitre 3290. Elle résulte plutôt du processus d'estimation normal inhérent à la comptabilité d'exercice. Produits: Selon la méthode de l'achèvement des travaux, les travaux en cours qui figurent au bilan sont assimilables à des stocks, tandis que selon la méthode de l'avancement des travaux, les travaux en cours s ont assimilables à des comptes à recevoir (non facturés) du fait qu'ils incluent une marge bénéficiaire. Abandons d'activités: La décision d'abandonner une activité peut signifier qu'on réalisera une perte lors de la vente des stocks; perte qu'on devra considérer dans le calcul de la perte nette (ou du gain net) découlant de l'abandon de l'activité. Éléments extraordinaires: On ne doit pas présenter les pertes et les provisions pour pertes relatives aux stocks à titre d'éléments extraordinaires ca r on considère qu'elles découlent des activités normales de l'entité. Opérations non monétaires: Les échanges qui ne constituent pas l'aboutissement du processus de génération du profit (ex.: deux détaillants qui s'échangent des marchandises destinées à la revente) doivent être comptabilisés à la valeur comptable de l'actif cédé, ajustée de toute contrepartie monétaire donnée ou reçue. Intérêts capitalisés - information à fournir: En théorie, on peut justifier la capitalisation des intérêts dans es stocks lorsqu'on peut directement les y rattacher. En pratique, on capitalise l rarement les intérêts car l'incidence sur le bénéfice net serait minime (présentation des intérêts dans le coût des marchandises vendues plutôt que sous le poste Frais financiers). Par contre, on retrouve cette pratique chez les promoteurs immobiliers (capitalisation des intérêts afférents au stock de terrains) et, moins fréquemment, chez les entrepreneurs en construction.

3030/160

5150

5301 5303 5305

5360 5800

6930

Planification et supervision: La majorité des points énumérés à la section B du présent chapitre doivent être abordés à l'étape de la planification, particulièrement en ce qui concerne le dénombrement et la stratégie à adopter. Analyse: L'augmentation du niveau des stocks peut être un indice de désuétude. Confirmation: La confirmation est un excellent moyen de corroborer l'existence de stocks détenus par des parties indépendantes (ex.: stocks en consignation). Vérification des estimations comptables: Le vérificateur doit réunir des éléments probants suffisants et adéquats afin d'obtenir un degré raisonnable de certitude que l'estimation de la provision pour désuétude est raisonnable. Utilisation du travail d'un spécialiste: Le vérificateur peut être amené à utiliser le travail d'un spécialiste lorsque les stocks sont de nature inhabituelle (évaluation et/ou dénombrement). Rapports spéciaux: 5805 - On peut être amené à fournir une opinion portant uniquement sur les stocks d'une entreprise, par exemple suite à une demande de la banque qui s'apprête à offrir du crédit en prenant les stocks en garantie. 9100 - On peut devoir effectuer certains procédés portant sur les stocks, par exemple, effectuer certains procédés portant sur le dénombrement ou sur l'évaluation des stocks lorsqu'une entreprise s'apprête à être vendue, ou suite à une demande de la banque. Utilisation du travail d'un autre vérificateur: Le chapitre 6930 ne vise pas les cas où le premier vérificateur demande à un autre vérificateur de mettre en oeuvre certains procédés précis, par exemple la prise d'inventaire pour le compte du vérificateur, mais ce chapitre peut cependant fournir des indications utiles à cet égard. FISCALITÉ Deux méthodes sont acceptées pour évaluer les biens figurant à un inventaire: - moindre du coût et de la JVM de chacun des biens; - tout l'inventaire à la JVM. Pour les contribuables dont la date de fin d'exercice est postérieure au 20 décembre 1995, les biens figurant à l'inventaire d'une entreprise qui est un projet comportant un risque ou une affaire de caractère commercial doivent être évalués à leur coût d'acquisition, même si la JVM est inférieure. La méthode selon DEPS n'est pas acceptée par Revenu Canada: - par contre, cette méthode est rarement utilisée en pratique par les entreprises, elles évitent ainsi la création d'écarts temporaires et donc d'actifs ou passifs d'impôts futurs. La méthode d'évaluation doit être la même d'année en année. Il est possible de changer de méthode en obtenant cependant une autorisation des autorités fiscales concernées. Le coût standard convient aussi en fiscalité s'il ne diffère pas trop des coûts réels. La loi permet à une entreprise de prendre une provision pour des marchandises non livrées avant la fin de l'année. La réserve doit être ajoutée dans le revenu de l'année suivante. TPS (il n'y a pas de TPS dans le coût des stocks si admissibles aux crédits pour intrants). Entreprises agricoles - Les entreprises agricoles peuvent choisir de réduire leur inventaire pour fins fiscales. Toutefois, cette réduction ne doit pas créer ou augmenter une perte calculée par ailleurs. Pour les entreprises ayant des divisions ou filiales à l'étranger, le prix de cession interne doit suivre le principe de pleine concurrence afin d'éviter que des bénéfices réalisés au Canada ne soient taxés à l'étranger.

D.

-

-

-

-

-

-

E. GESTION ET FINANCE
1. Gestion des stocks (voir Brassard: chapitre 6 section III-C)

3030/161

a) Niveau des stocks À l'E.F.U., on peut constater qu'une entreprise détient un niveau de stocks trop élevé par un des moyens suivants: coefficient de rotation des stocks (CMV/stocks) faible ou en diminution par rapport aux années antérieures (voir Brassard: page 4-16); proportion des stocks augmentant par rapport à l'actif à court terme (attention, peut-être que ce sont les autres postes de l'actif à court terme qui produisent cet effet); manque de liquidités (c.-à-d. toutes les liquidités ont été investies dans les stocks). Un niveau de stocks trop faible sera, par contre, plus difficile à déterminer. On devra vous mentionner qu'il y a eu rupture de stocks pendant l'année ou encore, une baisse importante du niveau des stocks pourrait vous amener à vous interroger sur un risque de rupture éventuelle des stocks.

-

b) Impacts d'une mauvaise gestion des stocks Stocks trop élevés: diminution des liquidités; augmentation des coûts d'entreposage; augmentation des coûts de financement; risque de pertes dues à la désuétude (impact aussi sur l'évaluation au bilan et sur le risque au niveau de la vérification). Stocks trop faibles: renonciation à des profits s i on ne parvient pas à répondre à la demande; à long terme, la clientèle ira s'approvisionner chez d'autres fournisseurs.

-

c) Façons de corriger une mauvaise gestion des stocks Un niveau de stocks trop élevé peut être corrigé par une ou plusieurs des méthod es suivantes: ralentissement du rythme des achats; liquidation d'une partie des stocks à prix de vente réduit (si possible, les stocks désuets ou endommagés); meilleure planification des achats futurs en améliorant les outils de gestion p révus à cet effet (ex: instaurer un système d'inventaire permanent). Un niveau de stocks trop faible peut être corrigé par une meilleure planification des achats et une meilleure analyse de la demande.

-

2. Financement des stocks (voir Brassard: chapitre 6 page 6 -13)
Les deux modes de financement les plus courants pour les stocks sont: - les comptes fournisseurs; - la marge de crédit; Il est habituellement avantageux de profiter des escomptes offerts par les fournisseurs en échange d'un paiement plus rapide. En pratique, on peut s'attendre à obtenir environ 50% de la valeur des stocks en marge de crédit. À l'E.F.U., on peut s'orienter vers ce ratio lorsqu'on analyse la capacité d'emprunt d'une entreprise.

-

-

3. Autres
Investissement dans les stocks dans une décision d'investissement à long terme: voir Brassard page 14 -19 section IV-H.

3030/162

-

Valeur des stocks dans l'évaluation d'une entreprise: voir Brassard page 16-39 en bas.

F. ACTUALITÉ
N/A

G. CA MAGAZINE
N/A

H. ANNALES DE L'E.F.U.
97 97 97 98 99 99 II III IV I I II 3 2 2 1 1 2 U M M G G M B B B B B A 00 00 00 00 00 00 I II II III III IV 1 2 3 1 2 1 G G M U M M B B B A B B 00 01 01 01 01 IV I II III III 2 1 4 1 2 U G U M M B B B B B

Fréquence: forte À l'E.F.U., les éléments les plus fréquemment rencontrés concernent: - le choix de la méthode d'évaluation du coût (FIFO, LIFO, etc.); - la planification du dénombrement (date, endroits, spécialiste, utilisation du travail d'un autre vérificateur); - l'application du moindre du coût et de la valeur marchande et la façon d'en faire la vérification.

I. SOLUTIONS -TYPES E.F.U.
C Coût standard pour l'évaluation des stocks Les stocks peuvent figurer aux coûts standards s'ils ne diffèrent pas trop des coûts réels. Vérifier si cette valeur se rapproche des coûts réels. S'assurer que l'on retrouve des stocks de matières premières et des stocks de produits en cours. Convient aussi pour la fiscalité si ne diffèrent pas trop des coûts réels. Vérifier par sondages en vue de déterminer si des redressements sont requis.

S -

C

-

Est-ce un stock ou une immobilisation corporelle? Note: donner des arguments faveur de chacune des positions Note: utiliser le chapitre 1000 pour argumenter Déterminer l'utilisation qui sera faite des actifs si utilisés dans l'exploitation, ce sont des immobilisations; si conservés pour fins de revente, ce sont des stocks.

S -

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful