You are on page 1of 1

L’aide au Népal depuis chez moi

Par Catherine Christ Revaz
Avant 2012, je n’avais jamais mis les pieds au Népal.
Pas très tentée d’aller dans ce pays montagneux – dont les sommets font penser à la
Suisse – je me retrouve en avril 2012 dans l’avion pour le Népal. Dès mon retour,
après un séjour court mais intense, je rejoins le petit groupe de personnes motivées
qui ont créé l’Organisation Suise Sagarmatha, dont mon mari fait partie. Cette petite
association collecte des fonds pour soutenir le centre pour enfants défavorisés
« Children of Sagarmatha » que j’ai visité à Katmandou.
En avril dernier, je rentre de mon troisième voyage au Népal après un voyage en
famille… Je suis pleine des souvenirs de moments d’échange avec les amis et les
enfants de là-bas. Quelques jours après, j’apprends qu’un séisme de grande ampleur
frappe ce pays, déjà si durement touché par la pauvreté.
Dès l’annonce de cette nouvelle, nous tentons et parvenons de joindre par téléphone
Pasang (dit Babu) Sherpa, le responsable du centre Sagarmatha. Nous sommes
rassurés car tous les enfants du centre sont sains et saufs. L’ancien bâtiment du
centre – qui hébergeait les plus jeunes d’entre eux- est cependant fissuré en de
nombreux endroits et a été évacué. Il ne pourra probablement être réouvert que
lorsque nous l’aurons fait expertiser. Heureusement, quelques mois auparavant,
nous venions d’achever la construction d’un deuxième bâtiment, en grande partie
conforme aux normes antisismiques, et qui providentiellement est assez spacieux
pour héberger tout le monde.
Les images qui nous parviennent du Népal sont terribles. Tout s’enchaîne. Dans les
jours qui suivent, Pasang et son réseau d’amis entreprennent de collecter de la
nourriture et des biens de première nécessité pour les districts sinistrés de Dolakha,
Sindhupalchok et Kavre.
Rapidement, il me faut rassurer nos parrains et marraines d’enfants au Népal pour
leur dire que ceux-ci sont sains et saufs, informer par e-mail et Facebook, organiser
des transferts de fonds, remercier les donateurs... Des proches offrent
spontanément un coup de main. Le fait de posséder déjà un compte bancaire au
Népal nous permet de contourner la directive du gouvernement qui bloque les fonds
provenant de comptes ouverts après le séisme. Et malgré la toute petite taille de
notre association par rapport aux grandes ONG, nous avons pu subvenir aux
besoins urgents de plusieurs centaines de familles (nourriture et tentes).
Même s’il reste beaucoup à faire, j’aimerais rendre hommage : à la famille Sherpa et
ses proches, qui comme de nombreux Népalais s’est spontanément mobilisée pour
aider les victimes du séisme ; aux personnes qui depuis des années luttent pour
assurer la pérennité du projet Children of Sagarmatha, et en particulier Francis,
fondateur du centre, et Olivier, organisateur de voyages de l’Ecole internationale de
Genève au Népal ; enfin à deux généreuses et exceptionnelles donatrices – ainsi
qu’à la Fondation G. Hirzel – grâce auxquelles un nouveau bâtiment a vu le jour l’an
dernier. Grâce à cette construction, les enfants du centre Sagarmatha ont,
contrairement à d’autres, un toit pour dormir.