Le Poing

Novembre 2014

et la Rose

Le magazine du Parti Socialiste de la Charente-Maritime
Editorial

Cher-e-s camarades,
En ce début d’automne, je souhaite tout abord remercier l’ensemble
des camarades bénévoles qui ont permis, encore une fois, que se déroule l’Université d’Eté de notre parti dans les meilleures conditions.
Le Premier secrétaire a d’ailleurs confirmé, à cette occasion, que notre
fédération sera sollicitée pour accueillir l’Université d’Eté 2015.
Au cours de cette 22ème édition, le parti a lancé des Etats généraux
que nous avons décliné sur notre territoire le 4 octobre dernier, en présence de Juliette Méadel, porte-parole et secrétaire nationale, et sous
la coordination d’Anne-Laure Jaumouillié, avec des réunions thématiques dans l’ensemble du département.
Je tiens à renouveler mes plus chaleureuses félicitations à Bernard
Lalande pour son élection au Sénat ainsi qu’à ses colistiers. La campagne intense, qui a été menée, se trouve couronnée de succès. Cette
élection est d’autant plus importante historiquement que la Charente-Maritime n’avait jamais été représentée par un sénateur socialiste au Palais du Luxembourg.
Enfin, nous allons prochainement entrer dans la phase de désignation
interne pour les élections départementales. Le nouveau découpage
des cantons va nécessiter des binômes investis, qui devront connaitre
et représenter au mieux leurs territoires. L’investissement et le sens des
responsabilités de chacun seront de
rigueur pour emporter ces élections.
Et, nous aurons besoin de vous, militantes et militants, pour porter nos
propositions afin que notre département soit plus juste et plus égalitaire.
Je compte sur votre engagement
pour notre réussite collective.
Amitiés socialistes,
Mickaël Vallet.
Premier secrétaire fédéral

Sommaire
Page 2

Mise au poing • Nos députés,
défenseurs de la ruralité
Page 3
Les épines et la rose • Zéro
gaspillage, zéro déchets
Pages 4-5 Dossier Europe • Interviews de nos
députés européens du grand Ouest
Page 6
La vie en rose • États Généraux
du Parti Socialiste en CharenteMaritime : c’est parti ! 
Page 7
La vie en rose • L’Ecole et l’enjeu
de l’Egalité entre les territoires
Page 8
Elections • Les Sénatoriales
Agenda fédéral

1

Mise au poing

Le Poing et la Rose

Le magazine du Parti Socialiste
de Charente-Maritime
Tirage : 2000 exemplaires
Directeur de publication :
Mickael Vallet
Rédactrice en chef :
Fabienne Dugas-Raveneau
Rédacteurs :
A​u​rélie Arainty, Fabienne DugasRaveneau, Pierre Feydeau, Denis
Hébert, Anne-Laure Jaumouillé,
Julien Papineau, Catherine Quéré,
François Souty, Suzanne Tallard

2

Les épines et la rose

Nos députés,
défenseurs de la ruralité

Zéro gaspillage,
zéro déchet !

S

L

ous l’effet de la mondialisation, nous assistons actuellement à une métropolisation
croissante du territoire national.
Ce phénomène va de pair avec le
développement de l’urbanisation
et la péri-urbanisation, la ville exerçant une activité «écrasante» sur
l’économie. Dans ce contexte, quel
avenir pour les territoires ruraux
éloignés des métropoles ? La montée des inégalités territoriales s’est
accentuée depuis la crise de 2008.
Cette crise a affaibli les mécanismes
de redistribution qui ont contribué,
pendant plusieurs décennies, à la
dynamique d’égalité des territoires.
Dans les territoires à faible densité,
le développement suppose le maintien des populations et donc une
politique volontariste en faveur de
la préservation des activités économiques existantes et du maintien
du tissu social.
Pour lutter contre la tendance à la
metropolisation, les députés socialistes ont créé, en 2012, un groupe
d’études «politique de la ruralité»
qui réunit tous les élus qui souhaitent veiller aux intérêts des territoires ruraux dans tous les textes
soumis à délibération à l’Assemblée nationale.
Cette démarche a permis d’orienter
sensiblement le premier texte sur
la décentralisation, la loi ALUR sur
le logement, et jouera un rôle important dans l’élaboration de la seconde loi sur la réforme territoriale
(compétences des collectivités territoriales).

Ce groupe d’études permet aussi de
suivre et de peser sur différents sujets comme le dispositif des zones
de revitalisation rurale, les assises
de la «ruralité»… Nous avons examiné précisément le dispositif des
zones de revitalisation rurale (ZRR).
Les critères de classement aboutissant à un zonage de plus en plus
dilué. Cette dilution est en partie à
l’origine du saupoudrage des aides
versées sur ces zones rurales à revitaliser. Il faut déterminer de nouveaux critères pour ces zones qui
pourraient être, par exemple, celui
de la densité démographique, couplé à celui du revenu par habitant
sur le modèle de la réforme de la
politique de la ville. Peut-être fautil mettre en place un dispositif plus
resserré en faveur des communes
rurales les plus fragiles moyennant
alors un mécanisme de sortie progressive pour les communes exclues.
Catherine Quéré
Députée de Charente-Maritime

e projet d’incinérateur d’Echillais est surdimensionné par
rapport aux besoins actuels et
futurs, a fortiori depuis que les intercommunalités des 97 communes
ont décidé de répondre à l’appel à
projet du Ministère de l’Ecologie
«zéro gaspillage, zéro déchet».
Les conséquences environnementales sont préoccupantes, l’impact
sur la qualité des eaux ne peut que
questionner. L’Institut National de
Veille Sanitaire a déjà informé les
maires des dangers d’une contamination par les métaux lourds des
organismes marins, notamment
les coquillages.
En terme de santé publique, les
études existantes révèlent une augmentation significative des cancers

aux alentours d’un incinérateur ancien, risques persistants avec les
équipements nouvelle génération.
Enfin, c’est un projet qui va coûter au
minimum 80 millions d’euros HT. A
l’heure où les finances publiques
sont exsangues, ne vaut-il mieux
pas investir dans des solutions plus
économes, respectueuses de la santé et de l’environnement ?
Nous demandons la suspension
du projet actuel, une analyse approfondie des besoins futurs et une
concertation exemplaire.
Suzanne Tallard
Députée de Charente-Maritime
Pierre Feydeau
Conseiller Général, Conseiller
Municipal et Communautaire
de Rochefort

Rejoignez-nous !
Fédération de Charente-Maritime
du Parti Socialiste
103, Avenue Denfert Rochereau
17000 LA ROCHELLE
Tél. : +33546672939
Fax : +33546675326
fede17@parti-socialiste.fr

Nous vous accueillons !
Au siège de la Fédération à La
Rochelle, du mardi au vendredi
de 10h à 12h et de 14h à 17h,
et sur rendez-vous
en dehors de ces créneaux.

Suzanne Tallard et Pierre Feydeau

3

Dossier EUROPE

Le TTIP...
Le TTIP, (ou Partenariat Transatlantique de Commerce et
d’Investissement) concerne des
domaines aussi variés que l’agriculture, l’agroalimentaire, l’accès
aux médicaments, les règles de
concurrence, les marchés publics, les marchés de l’énergie,
les produits chimiques… Malgré
les préoccupations de la société
civile, les membres du Parlement
européen (PE) ont validé en 2013
le mandat autorisant la Commission européenne à négocier
TAFTA. Les députés socialistes du
PE se sont exprimés en faveur du
renforcement de la protection des
droits d’auteur, des brevets et des
marques. Depuis juillet 2013, six
cycles de négociations sont déjà
intervenus et le septième est prévu
pour septembre 2014 à Bruxelles.
Matthias FEKL, secrétaire d’Etat au
commerce Extérieur du nouveau
Gouvernement de Manuel Valls
vient d’exiger la transparence des
négociations, conformément à
une exigence notamment portée
par le MJS.

4

Le menu de rentrée
au Parlement européen
par François Souty - Secrétaire fédéral aux questions européennes

L’activité du Parlement européen est particulièrement chargée :
audition des commissaires désignés avant investiture de la
"Commission Juncker", budget européen pour relance industrielle
et de l’innovation, débats sur les négociations transatlantiques de
libre échange Union Européenne-Etats-Unis (TAFTA-TTIP), etc...

Entretien avec Isabelle Thomas, Députée européenne,
Vice-Présidente du groupe des Députés du Parti Socialiste
Européen.
• Dans quelles Commissions parlementaires siègerez-vous ?
J’ai l’honneur et la responsabilité d’avoir
été choisie par mes collègues socialistes
comme vice-présidente du groupe S&D. Il
s’agira d’impulser et coordonner les positions des socialistes de toute l’europe sur
les questions du budget, de l’agriculture,
de la pêche et des fonds régionaux. Pour
mener à bien ma vice-présidence, il m’a été
proposé exceptionnellement de siéger en
tant que titulaire dans deux commissions :
celle du budget et celle de la pêche. 
• Vous avez été élue vice-présidente du
groupe des Socialistes et démocrates.
Quelles sont vos priorités budgétaires au
cours de cette nouvelle mandature ?
Le budget de l’UE va être fondamental pour
relancer la croissance et créer des emplois.
L’instrument budgétaire est donc le cœur
du travail des socialistes européens notamment au moment de la rediscussion
du Cadre Financier Pluriannuel. Les socialistes doivent continuer à être offensifs sur
la Taxe sur les Transactions Financières,
mais nous devons prendre des initiatives
pour trouver d’autres ressources propres
pour le maintien des politiques de cohésion, c’est-à-dire des fonds régionaux qui
sont là pour financer la solidarité entre les
régions et pays européens.  

• Qu’attendez-vous du Commissaire chargé de la politique des pêches ?
La mer regorge de ressources qui peuvent
être exploitées à condition de prendre les
précautions nécessaires au développement durable. Je souhaite qu’il accélère la
croissance bleue qui représente un potentiel de 7 millions emplois d’ici 2020. Enfin
sur la pêche, j’attends du commissaire
Vella une approche fidèle du développement durable qui place la protection des
espèces, des emplois et de l’autonomie
alimentaire de l’Union au même niveau.
• Qu’attendez-vous du commissaire européen français désigné, Pierre Moscovici ?
Son rôle est important. Il doit permettre aux
états membres de participer à la relance en
faveur de l’emploi et la croissance en déverrouillant les traités. Il lui faudra faire preuve
de résistance face aux vice-présidents aux
tendances néo-libérales de la commission
qui s’y opposeront. Il pourra compter dans
cette bataille sur mon soutien.

Entretien avec Emmanuel Maurel, Député Européen de
notre circonscription, membre titulaire de la commission
Commerce International (INTA) et suppléant au sein de la
commission Affaires économiques et monétaires (ECON).
• Au titre de la Commission INTA,
quelles sont vos priorités ?
J’entends suivre très attentivement
les négociations en cours du traité de
libre-échange transatlantique entre
l’UE et les États-Unis. Je reste également vigilant par rapport aux autres
accords de libre-échange qui seront
soumis au Parlement, notamment
l’accord CETA entre l’UE et le Canada
qui me semble comporter les mêmes.
D’une façon générale, interroger les
vertus du libre-échange prôné sans
mesure par la Commission Barroso
me semble indispensable. Dans mon
activité au sein de la commission,
je travaillerai à la construction d’un
modèle alternatif de juste échange
dans le cadre de la réorientation de la
construction européenne sur laquelle
nous avons fait campagne. 
• Qu’attendez-vous de la nouvelle
Commissaire suédoise désignée
pour le Commerce extérieur ?
La commissaire désignée, Cecilia
Malmstrom, a été auditionnée par
la commission INTA à Bruxelles lundi 29 septembre. J’ai eu l’occasion de
l’interroger notamment sur les évaluations exagérément optimistes
de la Commission quant aux gains
que pourrait générer pour les foyers
européens le traité transatlantique,
mais aussi sur la limitation du commerce des minerais issus de zones
de conflits. Plus globalement, j’espère
de sa part une attitude plus ouverte
et constructive que celle de son prédécesseur vis-à-vis des députés européens en charge de contrôler son travail. Mais elle appartient à la même
famille politique libérale et demeure
porteuse d’une orientation politique
dans laquelle je ne peux me reconnaître.  
• Qu’attendez-vous de la nouvelle
Commissaire danoise désignée à la

Table ronde

le 17 novembre 2014

politique de la concurrence ?
Margrethe Vestager qui est destinée
au portefeuille de la concurrence a
montré un certain volontarisme lors
de son audition, en affirmant par
exemple sa détermination à mener à
bien les procédures antitrust ouvertes
contre Google. J’espère qu’elle saura
traduire en actes ses positions pour
une meilleure protection des consommateurs européens. Elle devra également intégrer les conséquences
sociales des décisions en matière de
concurrence et appliquer les nouvelles
règles sur l’encadrement du secteur
bancaire.  
• Quelles seront vos priorités concernant le Traité Transtlantique ?
Les négociations sont encore en cours,
le vote au Parlement européen sur la
ratification de ce traité pourrait intervenir courant 2015, voire en 2016.
Je suis intervenu en juillet lors d’une
session plénière pour demander
davantage de transparence sur les
négociations et rappeler les risques
que ce traité ferait courir à notre modèle social. Comme mes collègues
du groupe S&D, j’estime notamment
que le mécanisme de règlement des
différends publics-privés (ISDS) susceptible de limiter la souveraineté des
États est inacceptable. Il menacerait
nos normes sociales, sanitaires et environnementales.

Rendez-vous le 17 novembre
2014 à Royan avec Emmanuel
Maurel pour une table ronde
sur le Traité Transatlantique,
«Piège ou opportunité du
marché de 800 millions de
consommateurs ?»
(à 20h30 salle de la conche au
Palais des Congrès)

5

La vie en rose

La vie en rose

Etats Généraux du Parti
Socialiste en CharenteMaritime : c’est parti !
Samedi 4 octobre, à Rochefort, la fédération du PS
a officiellement lancé les Etats Généraux du Parti Socialiste
en Charente-Maritime.

P

roposés aux dernières universités d’été par Jean-Christophe
Cambadélis, pour aboutir le
6  décembre à Paris, les États généraux des socialistes (EPGS) sont
un large processus
de consultation militante visant à reformuler l’identité du
Parti socialiste face
aux grands bouleversements qui traversent le monde et
la société. Ces États
généraux doivent
permettre le renouveau de notre
identité en affirmant ce qu’est le
socialisme dans le
monde contemporain.
Juliette Méadel, secrétaire nationale
aux questions industrielles, numérique et liée à l’économie sociale et
solidaire et référente nationale pour
notre fédération, était présente pour
lancer les travaux.
Les interventions de bon nombre de
militants ont montré leurs doutes
quant à la pertinence de ce projet
de consultation, au regard de l’action gouvernementale, souvent
mal comprise. Par ailleurs, certains
camarades se sont ouvertement interrogés sur la place des militants

6

dans le fonctionnement interne du
Parti Socialiste.
Juliette Méadel et Mickaël Vallet ont
rappelé que la présence des socialistes au pouvoir ne devait pas
empêcher les socialistes de se réinterroger sur un certain nombre de
questions d’une part, et que, si les
fondamentaux sont partagés, bon
nombre de débats n’ont pas encore
été tranchés en notre sein (sur l’Europe ou la famille par exemple). Ces
états généraux sont donc l’occasion
de le faire, et plus largement, de poser les bases d’un projet de société
sur le long terme.
A nous, socialistes, d’y contribuer.
La fédération a souhaité pouvoir
impliquer l’ensemble des militants
de Charente-Maritime, sur les questions de leur choix. Le mois d’octobre
est donc consacré à la déclinaison
départementale des états généraux,
sur l’ensemble du département, les
sections étant les pivots de cette production (cf Agenda p. 8).
Militants, secrétaires fédéraux, sections, tous sont mobilisés pour que
la Charente-Maritime prenne une
large part au renouveau du Parti Socialiste !
Anne-Laure Jaumouille
Secrétaire Fédérale
à la Coordination

L’Ecole et l’enjeu de
l’Egalité entre les territoires
Une 2ème table ronde a été organisée à Saint-Jean d’Angély le
samedi 14 juin 2014, pour présenter les propositions de la commission éducation au terme d’un travail d’un an et demi.

O

nt participé à ce moment
d’échanges  : Suzanne TALLARD, Députée de la 2ème circonscription de Charente-Maritime ;
Jacques ROUX, Maire de la Croix-Comtesse et Vice-président de la CDC des
Vals de Saintonge (Affaires Scolaires) ;
Christian BRUNIER, Maire du Thou,
Conseiller général du canton d’Aigrefeuille d’Aunis, Vice-président de la
CDC d’Aunis Sud (Enfance, Jeunesse,
Famille, Affaires Scolaires) ; Thierry
JULLIEN, Conseiller général du canton
de Montlieu-la-Garde ; Christine COUSIN, directrice d’école, maîtresse-formatrice, représentante CFDT.
Les propositions avancées sont le
fruit de l’analyse des rapports présentés dans la première partie et des
actions concrètes mises en place par
plusieurs élus charentais-maritimes.
Les objectifs
• Améliorer les conditions d’enseignement sur certains territoires et favoriser
la réussite scolaire de tous les élèves:
• Réduire les inégalités de moyens mis à
disposition des écoles.
• Lutter contre le turn-over des enseignants sur les écoles qui est devenu
préoccupant dans l’est et le sud du département.
Les propositions ont été déclinées à partir des trois échelons territoriaux, avec
un partage clair des responsabilités.

Les recommandations
En lieu et place du modèle existant de
3, 4 ou 5 petites écoles dispersées correspondant à un modèle scolaire du
début du XXème siècle,
nous recommandons,
entre autres choses,
pour plus d’efficacité
pour les élèves et une
meilleure attractivités
pour les familles et les
enseignants :
- des écoles de
taille
suffisante
(4/5classes a minima), disposant des
moyens d’enseignement du XXIème siècle, dans des RPIC
(regroupements pédagogiques intercommunaux concentrés),
- des écoles équipées par mutualisation des compétences et des budgets ,
notamment avec une prise en charge
accrue de la compétence Education par
les CDC et les CDA.
La fracture se faisant, dans ce domaine
comme dans d’autres, entre une ligne
réformatrice et une ligne conservatrice,
ces mutations impliquent des choix politiques qui sont exigés par le seul objectif qui doit nous importer : la recherche
de l’intérêt général.
Denis Hébert
Secrétaire Fédéral
délégué à l’Education

Retrouvez l’intégralité des travaux et la totalité des propositions de la
commission sur notre site : http://charentemaritime.parti-socialiste.fr/
Nous les tenons également à votre disposition au siège de la Fédération.

7

Elections

Agenda
• Mercredi 8 octobre à 20h30, SaintJean d’Angély à l’Abbaye Royale :
EGPS - Services publics et ruralité
• Mercredi 15 octobre à 17h30, Saujon au Château : La place des militants dans le fonctionnement interne
du PS
• Jeudi 16 octobre à 20h30, Jonzac en
Mairie, salle n°2 : EGPS - Justice
et libertés publiques
• Jeudi 23 octobre à 20h30, Saintes à
la salle Saintonge n°5 : EGPS - Laïcité
et république
• Mardi 28 octobre à 19h30, La
Rochelle à la salle de l’Arsenal : EGPS Economie social / écologie
• Jeudi 30 octobre à 20h30, Rochefort au Palais des Congrès, salle de
l’Auditorium : EGPS - Démocratie et
représentations
• Lundi 17 novembre à 20h30,
Royan, salle de la grande Conche du
Palais des congrès : Table ronde avec
la participation d’Emmanuel Maurel,
Député Européen
• Vendredi 12 décembre : Fête de la
Rose en Charente-Maritime

8

Sénatoriales :
Une victoire collective !
Une victoire collective aux élections sénatoriales, avec
Bernard, Bérangère, Pierre, Françoise, Fabrice, et les autres !

C

e dimanche 28 septembre restera à jamais gravé dans l’histoire
politique de notre département.
Pour la 1ère fois, un socialiste est élu
sénateur.
Malgré le contexte national peu favorable, Bernard Lalande, accompagné
de Bérangère Gille, Pierre Feydeau,
Françoise Mesnard et Fabrice Barusseau a convaincu les délégués sénatoriaux : «Nous sommes allés à leur
rencontre, dans toutes les mairies de
Charente-Maritime, non pas pour leur
vendre de la soupe, comme d’autres
essaient de le faire trop souvent, mais
pour présenter les valeurs communes
qui guident notre engagement, mes
colistiers et moi-même, à la fois pour
nos territoires et pour la République.»
Cette honnêteté a convaincu en particulier les maires ruraux. Ceux qui
connaissent l’action de Bernard Lalande à la Communauté de Communes de Haute Saintonge ont par
leur vote reconnu ses compétences
et fait confiance à sa capacité à défendre la ruralité. «La République s’est

construite avec l’apport des territoires
ruraux. On a ainsi construit des écoles,
des hôpitaux dans tout le pays et pas
seulement dans les villes. La ruralité
est un élément fondamental du socle
républicain.»
Dans le contexte local politiquement
tendu des secteurs urbains de Charente-Maritime, l’équipe conduite par
Bernard Lalande, a également réussi
à rassembler une grande partie des
électeurs de gauche qui se sont reconnus dans les valeurs qu’il incarne. Les
résultats sont là pour le démontrer.
Membre des Commissions des Finances, du contrôle des comptes et
Commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant
le calendrier électoral, notre sénateur
nous rendra compte régulièrement
de son mandat au Sénat et sur le territoire.
Fabienne Dugas-Raveneau
Secrétaire fédérale
à la Communication