You are on page 1of 4

Corr.

Exercice 2 :
Essai CD  calcul à long terme en contraintes effectives.
Sol granulaire  c=0.
1- ’ :
On a (’1) r = (’3) r tg²(π/4+’/2)
(’1/’3) r = tg² ( π/4+’/2)
tg ( π/4+’/2)=

’1
’3

 ’ = 2 arctg (

’1
’3

_45)

A.N ’ =2 arctg (

_45) = 37°
2-

’1

On a : (’1 _ ’3) r = ’3 ( ’ 3

_1)

A.N : (’1 _ ’3)r = 100(4-1) = 300 kPa.

3- Diagramme de Mohr : (voir feuille)
Centre du cercle :
C=

’ 1+ ’ 3
2

= 250

Le rayon :

’ 1−’3
2

R=

= 150

Corr. Exercice 3:
NC  c=0 (Argile normalement consolidé à 150 kPa) : ’3= 150 kPa.
1- 3= 100 kPa = q ; u= 88 kPa.
3- 1 = 250 kPa

1
3
'1
'3

=

250
150

=?

= 1.67

√4

u = 62 kPa  '1 '3 = 2.61 ’= 2arctg( _45) = 26. Problème : a. ’3= 3.L’angle théorique de rupture : R = π/4+’/2 A.Paramètres de résistance Mohr-coulomb :  En contraintes totales : On a :  1= 3 tg² (π/4+/2)  = 2arctg( √ 1.u = 162 kPa .On a :  = ’+ u  ’1= 1.5 °  En contraintes effectives : √ 2.67 _45) = 14.En contraintes totales : Cercle : C = 1+3 2 = 200 kPa Le rayon : 1−3 2 R= = 50 kPa En contraintes effectives : Centre du cercle : C= ’ 1+ ’ 3 2 = 112 kPa Le rayon : ’ 1−’3 2 R= = 50 kPa 4. : R = 58 ° avec l’horizontale.Etude de la résistance au cisaillement à la rupture : (contraintes effectives)  Sable :  Etat de contrainte correspondant à l’essai triaxial : L’essai triaxial réalisé à 1 m de profondeur : .N.61 1.5 ° 2.

5= 135 kPa.5= 013 D’où : ’z = 260 kPa  ’vf = 10+260 = 270 kPa Avec : ’h= K0* ’v A. Avec : R=300/2 = 150 kPa .7°  Etat de contraintes à mi-profondeur de la couche de sable : ’vf = ’v0 + z Calcul de ’v0 : ’v0 = v0 – u0 = (sat) sable x 1. r=0) z/R=1/7. c= 90+R=240 kPa. Conclusion : Le sable résiste au cisaillement. I= 100 car : (R=7. A.Données : 0=’3= 90 kPa c=0. z=1 . 2) On a : ’1= 2 c’ tg (π/4+’/2) + ’3 tg² (π/4+’/2) 1er Essai : 90=2c’tg (π/4+’/2) + 50 tg² ( π/4+’/2) (1) .N : ’h= 270* 0.5 .w x 1 = 20 – 10 = 10 KN/m3  Calcul de z : ’z = q*I/100 . Avec : q=60(poids propre du réservoir) + w*20 (poids de l’eau) = 260 kPa.N : ’= 38. Argile : Résistance au cisaillement à long terme : (Puisqu’on fait l’étude à long terme les résultats doivent être exprimés en contraintes effectives) (CU)r : 3= 100 kPa 1= 140 kPa ’3= 50 kPa  ’1= 90 kPa u= 50 kPa (CU)L : 3= 200 kPa 1= 280 kPa ’3= 100 kPa  ’1= 180 kPa u= 100 kPa Détermination des paramètres de ruptures (C’ et ’): (état de contraintes à l’essai triaxial 1 . et Sin’= R/C  ’= arcsin (R/C) q r’= ’1’3= 300 kPa .

 Etat de contrainte à mi-profondeur : v= ’v0 + ’v Calcul de ’v0 = v – u0 ’v0 = (sat) *2 + (sat) sable *2.5 .5 kPa (55 : piézomètre à z = 4.5m .  Argile normalement consolidée.5-55=32.N : ’v0 = 20*2+19*2. I = 86 car : R=7.5 .2eme Essai : 180=2c’tg (π/4+’/2) + 100 tg² ( π/4+’/2) (2) – (1) 90= 50 tg² ( π/4+’/2) (2)  ’=16. z=4. r=0 . .5 .6 kPa Conclusion : L’argile résiste. z/R= 0.6° En remplaçant ’ dans l’équation (1) : on trouve c’=0 kPa.567 ’v = 223.5m = hp . u/w = 5. avec q = 260 kPa . u=hp*w) Calcul de ’v : ’v = (q*I)/100 .u0 argile A.