You are on page 1of 2

1 – CONSTAT ET EVOLUTION

En France , le taux de pauvreté a connu une évolution pour laquelle il faut distinguer 2
phases :
• le nombre de ménages pauvres a chuté de 2,538 millions en 70 à 1,5 millions en 84
( passant de 15,7 à 7,5 % de la population )
• de 84 à 97 , le nombre de pauvres a légèrement augmenté de 1,5 à 1,629 millions
La France occupe une position intermédiaire dans l’UE dont le taux de pauvreté moyen se
situe à 17 % .Il faut distinguer :
• les pays ayant un taux de pauvreté inférieur ou égal à 14 % : le Danemark , les Pays-
Bas , le Luxembourg , l’Autriche
• les pays ayant un taux compris entre 15 et 17 % : Allemagne , France , Belgique
• les pays ayant un taux compris entre 17 et 20 % : Irlande , RU , Espagne et Italie
• les pays ayant un taux supérieur à 20 % : Grèce et Portugal
Il ne faut pas oublier que la pauvreté nécessite une approche dynamique , c’est-à-dire qu’il
faut mesurer le taux de pauvres qui reste durablement dans une situation difficile . Ainsi , si
l’on compare les EU aux Pays-Bas , on constate :
• aux EU , le taux de pauvreté relative est de 14 % , seuls 28 % de la population pauvre
est sortie de la pauvreté dans la période étudiée et que 52 % des pauvres sont restés au
moins 5 ans en situation de pauvreté
• aux Pays-Bas , le taux de pauvreté est seulement de 6 % , 44 % des pauvres sont sortis
de la pauvreté sur la période étudiée , seuls 29 % des pauvres sont restés au moins 5
ans en situation de pauvreté

2 – PROBLEMES DE MESURE
Selon l’indicateur retenu , le nombre de pauvres ou le taux de pauvreté se révèle très
différent . Ainsi , si l’on retient :
• l’indicateur pauvreté relative en France , 1,7 million de ménages, c’est-à-dire 4,2
millions de personnes : 7 % de la population vivent avec un revenu inférieur à la demi-
médiane
• l’indicateur pauvreté existencielle , l’INSEE considère que 11,8 % de la population est
pauvre
• l’indicateur pauvreté administrative dénombre quant à lui environ 5 millions de
personnes
La pauvreté mesurée est donc très sensible à l’indicateur retenu : par exemple :
• si l’on passe d’un indicateur où sont considérés comme pauvres les personnes disposant
de moins de 50 % du niveau de vie médian ( 557 euros par mois par unité de
consommation ) , on comptabilise 3,674 millions de pauvres , soit 6,4 % de la
population française
• si l’on passe à un indicateur où sont considérés comme pauvres les personnes disposant
de moins de 60 % du revenu médian ( 669 euros par mois par unité de
consommation ) , alors le nombre de pauvres est quasiment multiplié par 2 ( 7,076
millions ) soit 12,3 % de la population.

L’Union Européenne a bien mesuré l’importance du choix du critère quand on opère des
comparaisons internationales . Ainsi , si l’on retient la moyenne ou la médiane , on change
profondément l’image de la pauvreté . Il est alors possible de montrer que la pauvreté est 2
fois plus importante qu’au Royaume-Uni ou qu’elle est équivalente dans les 2 pays .