P. 1
Musique

Musique

5.0

|Views: 149|Likes:
Published by Michel Goulet

More info:

Published by: Michel Goulet on May 02, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/29/2013

pdf

text

original

Sections

Être réaliste

Le meilleur conseil que l’on puisse donner à un musicien autogéré concernant ses finances est d’être réaliste.

Bien avant de quitter votre emploi ou l’école et de faire de la musique à temps plein, vous devez regarder de façon froide,

distante et lucide votre situation financière. Se gérer soi-même veut aussi dire être travailleur autonome. Cela signifie aussi

que vous laisserez le monde confortabledes assurances, des régimes de retraite et tous les types de protection qu’un emploi

régulier peut vous donner.

Vousdevezapprendreàtenirvoslivresdemanièreprofessionnelle,cequirevientàdirequevousdevezposséderdesconnaissances

minimalessurlafaçondontsonttaxéeslesentreprises.Vousdevrezétablirvotrecrédit—vosparentsnepartirontpasentournée

avec vous pour payer vos factures. D’abord et avant tout, vous devez être honnête avec vous-même quant à vos entrées et

sorties d’argent.

Riendetoutcelan’esttrès compliqué.Malheureusement,celaesttrès ennuyantetc’estsouventlapremièrechosequel’on

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

30

remet à demain. Personne ne veut faire carrière en musique pour remplir de la paperasse. Par contre, si vous planifiez faire

unevéritablecarrièreauseindel’industriemusicale,vosconnaissancesenmatièredefinancesserontaussiimportantesque

vos connaissances musicales.

La tenue de livre

Iln’estpasdonnéàtouslesmusiciensautogérésdesepayeruncomptableprofessionnel,particulièrementendébutdecarrière.

Celaneveutpasdirequevousdevriezvouscacherlatêtedanslesableenattendantquelesproblèmesdetaxesetdecrédits

disparaissent d’eux-mêmes. Il n’y a aucune excuse valable pour ne pas apprendre les rudiments de la tenue de livre. Au

mieux, vous économiserez de l’argent, au pire, vous éviterez les problèmes qui risqueraient de vous mener en court.

L’ordinateur que vous utilisez a probablement un tableur. Un tableur (ou chiffrier électronique) est un logiciel permettant

demanipulerdesdonnéesnumériquesetd'effectuerautomatiquementdescalculssurdesnombresstockésdansuntableau.

Il est ainsi possible d'automatiser des calculs complexes mettant en jeu un grand nombre de paramètres en créant des

tableaux appelés feuilles de calcul. Ainsi, le tableur est un outil pouvant servir aussi bien pour des activités de secrétariat

afindesaisiretd'organiserdenombreusesdonnées,maisaussiàunniveaustratégiqueetdécisionnelenpermettantdecréer

desreprésentationsgraphiquessynthétisantlesinformations.Àlalimite,vouspouvezvousprocurerungrandlivreavecquatre

colonnes. La première est celle des revenus (les entrées d’argent), la deuxième, vos dépenses (vos sorties d’argent), la

troisième, vos taxes et la quatrième colonne, votre total. À la fin du mois, il faut que le montant total indiqué dans votre

livresoitlemêmequeceluidevotrecomptebancaire.Sivousaveztoutfaitcorrectement,lesdeuxmontantsdevraientconcorder.

Les taxes

Lesmusiciensautogérésseretrouventsouventavecdesproblèmesreliésauxtaxes.Laraisonesttoujourslamême—ilsn’ont

tout simplement pas payé ce qu’il avait à payer. Les musiciens ont la mauvaise habitude de traiter leur entreprise comme

si elle existait dans un monde fantastique où les taxes et la paperasse s’évaporent avec le temps.

De toute évidence, cela est complètement ridicule. Quelques efforts vous éviteront bien des problèmes.

Il y a deux sortes de taxes sur lesquelles vous devez porter votre attention. La première est la taxe sur le revenu. Aussitôt que

vous êtes rémunéré pour un spectacle, même s’il s’agit d’un montant de 200 $, vous devez inscrire ce montant dans la

colonne des revenus. Mettez 20 % de ce montant de côté et envoyez-le au gouvernement. Faites cela religieusement et vous

n’aurez jamais peur de répondre au téléphone!

Detouteévidence,celaestunpeusimpliste,maisleprincipedebaseestclair.Lespromoteurs,lesorganisateursdeconcerts,

les acheteurs, les agents et les propriétaires de club ne retiennent jamais cette taxe pour vous. Personne ne la collectera et

ne la paiera en votre nom. Quatre fois par année, en tant que musicien autogéré, le gouvernement s’attend à recevoir un

paiement basé sur votre catégorie fiscale. La façon la plus simple est de tenir vous-même vos livres. Vous devriez déjà avoir

un grand livre qui servira à vos finances, et si vous n’en possédez pas, achetez-en un maintenant. Vous devriez aussi ouvrir

un compte bancaire pour votre compagnie, ou si vous êtes une personne physique qui exploite une entreprise individuelle,

ouvrez-en un pour vos revenus provenant vos activités musicales. Dans une des colonnes de votre livre de comptes, prenez

note de chaque montant que vous recevez. Faites une autre colonne juste à côté avec le montant qui correspond à ce que

vous devez en taxe sur le revenu. Peu importe ce qu’il arrive, gardez le montant que vous devez en taxe à votre institution

financière et vous ne paniquerez pas lorsque viendra le temps d’effectuer un paiement. À la fin de l’année, remplissez votre

déclaration fiscale et si vous avez tenu vos livres de la bonne façon, vous ne devriez pas avoir de problèmes.

Cela s’applique aussi si votre compagnie est incorporée. Tout comme les personnes physiques qui exploitent une entreprise

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

31

individuelle, les compagnies incorporées paient la taxe sur le revenu, font des paiements chaque trimestre et remplissent

leur déclaration fiscale à la fin de l’année. Par contre, il y a de légères différences que vous devez connaître (comme

le taux d’imposition, etc.). Vous devrez aussi établir un historique de paiement harmonieux avec le gouvernement.

Si vous faites vos paiements à temps et que vous êtes au-dessus de vos affaires, vous devriez éviter d’avoir à payer des

sommes ou des intérêts supplémentaires.

La taxe sur les produits et services (TPS) et les autres taxes de vente (Au Québec, il y a la TVQ) sont un peu plus com-

pliquées. La TPS est une taxe fédérale imposée sur la plupart des produits et services fournis au Canada. Chaque entre-

prise et autres fournisseurs de services doivent la facturer et la collecter. Dans les provinces de l’Atlantique, il y a quatre

provinces qui ont combiné leur taxe de vente provinciale à la TPS. La taxe de vente harmonisée (TVH) est une taxe provin-

ciale et comporte les mêmes règles fondamentales de fonctionnement que la TPS et s'applique au taux unique de 15 % sur

la même assiette de biens et de services. De ce taux, sept points de pourcentage représentent la composante fédérale et huit

points de pourcentage, la composante provinciale. Que vous soyez incorporé ou non, vous devrez la collecter et la payer.

Sivousêtesorganisé(etcommemusicienautogéré,vousdevezl’être),laTPS/TVHnedevraitpasvouscausertropdemaux

de tête. La plus grande erreur que font les musiciens est qu’il collecte la TPS et la TVH, mais ne la paie pas au gouverne-

ment. Par exemple, vous recevez 1000 $ pour jouer à un festival. La plupart des organisations paient automatiquement

laTPSetlaTVH;vousavezvotrechèqueetàvotregrandesurprise,ilya140$deplusqueprévu.Nevousfaitespasavoir,

ce n’est pas un cadeau, mais bien la TPS et la TVH que les organisateurs ont ajoutés au montant total. Dans six mois,

quand vous recevrez votre facture de Revenu Canada, vous devrez rembourser ce montant.

Encore une fois, la façon la plus facile de ne pas avoir de problèmes est de tenir vos livres de manière rigoureuse. Comme tra-

vailleurautonome, chaque fois que vous recevez un paiement, vous devriez collecter la TPS et la TVH. Chaque fois que vous

faites un paiement, vous devriez prendre en note le montant de TPS et de TVH que vous avez payé. À la fin de chaque trimestre,

additionnez les deux colonnes et soustrayez les taxes que vous avez payées des taxes que vous avez collectées. La différence

correspond au montant que vous devez à Revenu Canada. Vous aurez besoin d’un numéro de TPS/TVH du gouvernement

pourcommencerleprocessus(lesadressesdeRevenucanadaetdeRevenuQuébecsetrouventàlafindudocumentdans

les liens utiles). Vous pouvez faire votre demande en ligne. C’est alors que vous aurez un compte avec le gouvernement et

vous êtes en affaire.

Si cela vous semble contraignant, gardez ceci à l’esprit : dans quelques mois, vous aurez à payer encore plus de TPS et de

TVH que ce que vous avez collecté. Si vos livres sont à jour, le gouvernement vous remboursera la différence. Si vous ne

vous êtes pas inscrit et que vos livres sont en désordre, vous ne verrez jamais la couleur de cet argent. Il faut aussi savoir

que le plafond pour collecter la TPS/TVH est de 30,000 $ par année. Si vous faites plus que cela comme fournisseur de

services,vousêteslégalementobligédecollecteretdepayerlestaxes.Ilestdemieuxdelesavoirmaintenantqued’essayer

de vous reprendre des années plus tard, quand vous vous serez fait prendre.

Les taxes de vente s’appliquent seulement lorsque vous vendez un produit, par exemple, un CD. Il y a quelques provinces

quiexigent quevous remettiez ces taxes directement au gouvernement respectif.Dans les provinces atlantiques,elles sont

incluent dans la TPS. Les Albertains sont chanceux, car eux ne paient pas de taxe de vente. D’une façon ou d’une autre,

vous devrez évaluer votre situation et, si nécessaire, vous inscrire auprès de votre autorité provinciale en matière de taxes. Les

employéssont là pour vous aider à démarrer le tout et pour vous aider à comprendre la tonne de paperasse que vous de-

vrez remplir. Encore une fois, si vos livres sont à jour et que vous avez fait ce qu’il faut, il ne devrait pas y avoir de situations

problématiques. Cela peut même s’avérer plus facile que vous ne le croyez. Vous pouvez aussi vous référer à la partie de

ce document qui s’intitule : Les premières étapes de la gestion de carrière pour plus de détails sur la façon de gérer vos

taxes personnelles et vos taxes d’entreprises.

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

32

Les dépenses déductibles

Il y a beaucoup de mythes parmi les musiciens à propos des dépenses déductibles. En règle générale, il s'agit de toute

dépense raisonnable engagée pour gagner un revenu d'entreprise et vous pouvez donc déduire de vos revenus les dépenses

courantes engagées dans l'année en vue de gagner ces revenus. Elles incluent habituellement l’achat d’instrument de

musique, les transports, etc.

Comme tout ce qui concerne les taxes, ce n’est si simple que ce que les musiciens peuvent croire. En théorie, vous pouvez

déduire le coût d’une nouvelle guitare de vos revenus et ainsi baisser le montant de taxes que vous avez à payer. Par contre,

vous seriez peut-être mieux de faire une déduction de l'amortissement — qui est la différence entre ce que vous avez payé

etcequecelavautréellement,unmontantquidiminueavecletemps.Celaestaussivraipourl’achatd’équipementcomme

une camionnette ou un ordinateur, etc. Vous pouvez déduire la plupart de vos dépenses d’entreprises, et même les intérêts

que vous payez sur un prêt d’entreprise. Par contre, vous ne pouvez pas déduire chaque repas que vous achetez pour

quelqu’un d’autre, vos coupes de cheveux, vos revues de musique ou d’autres choses du genre.

Lesdifférentesloisàcesujetsonttrèsclairessurcequiestconsidérécommeétantdéductibledevosimpôts.Avantdevous

convaincre que d’être musicien vous a libéré de vos dépenses, prenez un guide traitant des taxes et lisez-le. Les règles

changent constamment alors vous devez rester vigilant et demeurer informer. Les travailleurs autonomes sont vérifiés avec

une régularité déconcertante. Si vos reçus semblent faux, vous aurez à payer la différence et les intérêts en plus. Déclarer

faillite ne vous aidera pas non plus. Les dettes fiscales ne disparaissent jamais.

Le crédit

Établir un bon crédit est vital pour tous travailleurs autonomes, mais cela peut s’avérer difficile. Les institutions financières et

lescompagniesdecartesdecréditsurveillentdeprèsceuxquin’ontpasunsalairerégulier,mêmesileurrevenuesttrèsélevé.

Malheureusement, pour un musicien en tournée, la carte de crédit est devenue une nécessité. Louer des véhicules, acheter

desbilletsd’avionetpayerpourleschambresd’hôtelestdevenupresqueimpossiblesansunecartedecrédit.Mêmesivoustrans-

portezde gros montants d’argent sur vous, vous risquez d’attirer une attention que vous voulez éviter lorsque vous êtes en

voyage.

Il y a deux solutions. Nous vous suggérons d’établir un bon crédit avant de devenir un musicien autogéré. Faites plusieurs

demandes de carte auprès de différentes institutions financières et utilisez-les judicieusement. Si vous payez votre dû

régulièrement,vousétablirezunboncrédit.Ilestimportantd'avoirdesantécédentsenmatièredecrédit.Sivousn'enavezpas,

vouspouvezcommenceràenétablirenutilisantunecartedecrédit—danslamesureoùvousenfaitesunbonusage!Sivous

agissezdelabonnefaçon,lescompagniesdecartedecréditserontheureusesd’augmentervotrelimitedecrédit.S’ilestdéjà

trop tard pour vous, faites une demande pour des cartes de crédit prépayées. Ce sont des cartes de crédit qui vous permet-

tentd’ydéposeruncertainmontantetdelesutiliserdelamêmefaçonqu’unevraiecartedecréditoucommeunecartededébit.

Encequi concerne les gens qui exigent des cartes de crédit comme méthode de paiement, ce genre de cartes fait office de

cartes de crédit et vous permettra de louer des voitures, etc., sans avoir à faire signer votre mère comme cosignataire à

chaque fois.

Peu importe la route que vous choisissez, souvenez-vous de la règle d’or des cartes de crédit : payez votre balance chaque

mois. Si vous ne pouvez pas, payez autant que vous pouvez. Des paiements réguliers sont la clé pour établir de bons antécé-

dentsenmatièredecrédit.Decettefaçon,quandvousmagasinerezpourunehypothèqueoupourunprêtpourl’achatd’une

voiture, votre institution financière sera contente de faire affaire avec vous, même si vous êtes un travailleur autonome qui

joue de la clarinette dans un ensemble de musique Klezmer.

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

33

Les syndicats

Àunmomentouàunautredevotrecarrière,vousdevrezvousjoindreàunsyndicatdemusicienscommelaGuildedesmusiciens

et musiciennes du Québec (GMMQ) ou la Fédération américaine des musiciens (FAM). La plupart des grands ensembles

orchestraux l’exigent, tout comme certains festivals ou lieux de spectacles. Si vous faites une prestation à Radio-Canada,

vous devrez aussi avoir votre carte de membre du syndicat.

Plusieursmusiciensquisontsemi-professionnelshésitentàdevenirmembres;ilsfontuneerreur.Commetravailleurautonome,

vous avez besoin de tous alliés possibles et les syndicats sont des alliés naturels. Les syndicats établissent les conditions mini-

males d’engagement pour leurs membres et les plus gros offrent généralement d’autres formes de protection . Ils ont plusieurs

ententes(quel’onnommeententecollective)aveclesorchestres,lespropriétairesdebars(ceuxquel’onappelle«acheteurs

» dans le présent document), etc., et ils offrent des programmes d’assurances collectives à leurs membres. Ils surveillent les

endroits qui accueillent des musiciens et s’assurent que les acheteurs et que les maisons de disques traitent les musiciens

avec tout le respect qui leur est dû. Ils ont des ententes collectives avec les maisons de disques qui permettent aux musi-

ciens de recevoir des paiements supplémentaires (et autres droits connexes) pour les séances d’enregistrement qui se font

avec un contrat approuvé par ceux-ci. Pour un petit montant d’argent, vous pourrez profiter de la force du nombre que pro-

curent ces syndicats. Si votre contrat est un contrat approuvé par les syndicats, ils peuvent vous venir en aide si vous avez

des problèmes à vous faire payer en fournissant une aide légale. Souvenez-vous, si vous ne signez pas les contrats qui sont ap-

prouvés par les syndicats, vous ne pourrez pas recevoir leur aide.

Les syndicats ont aussi des ententes qui permettent facilement d’obtenir un visa pour les membres désireux de jouer aux

États-Unis. Les tournées en sol américain peuvent être très lucratives, mais malheureusement, la paperasse que vous devez

remplirpeutêtredispendieuseoudifficileàobtenir.Danscecas,l’assistancedessyndicatsestinestimable.Certainsoffrent

aussidesrégimesd’assurance-maladieetdesrégimesd’assurancepourvosinstrumentsdemusique.Cesdifférentsrégimes

sont souvent difficiles à obtenir pour un musicien indépendant.

Beaucoupdebarsvousdemanderontdejouerpourmoinsquelesconditionsminimalesd’engagementétabliesparlessyndicats.

Faitestrèsattentionàcegenred’offres;àlafindelajournée,vousdevezquandmêmevousassurerd’êtrerémunérédefaçon

juste et convenable pour vos services. Nous savons tous que les artistes en début de carrière jouent pratiquement pour

rien. Si vous prenez l’habitude de jouer pour moins que les conditions minimales d’engagement établies par les syndicats,

c’est l’ensemble des musiciens qui risque d’en souffrir.

Les contrats

Nouspourrionsécrireunlivrecompletsurcesujet.Lescontratsaveclesmaisonsdedisquespeuventavoirplusdecentpages

etdevraientseretrouverentredesmainsexpertesetspécialisées.Detouteévidence,cenesontpaslesvôtres.Lesvôtressont

expertes et spécialisées pour une autre facette du métier.

Aussitôtquevouscommencerezàfairedesprestations,vousrencontrerezdifférentstypesdecontrats.Lescontratsd’engagement

pouruneprestationuniqueonthabituellementunepageoudeuxetsontassezdirects.Encoreunefois,nouspourrionsécrire

unchapitreaucompletsurchaquetypedecontrat,maisilyaquandmême,commepourlereste,desrèglesdebaseàsuivre.

Un contrat est un document qui a une valeur légale. Cela vous oblige, comme musicien, à vous présenter sur les lieux et à

faire une prestation. En retour, si vous respectez votre partie de l’entente, le producteur du spectacle devra aussi respecter sa

partie.Si vous n’avez pas de contrats et que les choses tournent mal, ce sera votre parole contre la leur et vos chances d’être

rémunérépourvosservicesserontgrandementdiminuées.Lessyndicatsdemusiciensoffrentd’excellentscontrats,quidictent

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

34

clairementlesrèglespourtouteslesparties.Mêmesivousnefaitespaspartied’unsyndicat,votremodèledecontratdevrait

être le même. Votrecontratdevraitconteniruneexplicationclairedequiferauneprestation,ducontenumusical,deladuréede

laprestation,de la méthode de paiement et tout ce qui peut être inclus dans ce genre d’entente, c’est-à-dire la nourriture,

les chambres d’hôtel, les frais de location d’équipements, etc. Assurez-vous que le coût de location du système d’amplifi-

cation général etdusystèmed’éclairagesoitcouvert.Sivousavezàlouercegenred’équipements,votrepaiementneserapas

le même du tout.

Si les acheteurs ne veulent pas signer de contrats approuvés par les syndicats (de façon réaliste, plusieurs ne le feront pas),

utilisez ces contrats comme modèle et écrivez-en un vous-même. Si l’acheteur refuse de signer un contrat, demandez-lui

pourquoi.

Plusieursacheteursetorganisateursdeconcertvousdemanderontdesignerleurcontratmaison.Encoreunefois,soyeztrès

vigilant. Il est trop tard pour agir ou se plaindre une fois que le contrat est signé, surtout si vous n’aviez pas remarqué que

l’acheteur exige que vous portiez des habits de scène et que vous devez débourser vous-même pour la location de ceux-ci.

Les différences provinciales

Chaque province a ses spécificités fiscales. Le pourcentage des taxes provinciales, les dépenses déductibles et autres subtilités

financièresvarientd’uneprovinceàl’autre.Sivoustravaillezseulementàl’intérieurdevotreprovince,vousdevriezdéjàêtre

informé des lois et des particularités propres à celle-ci.

Si vous faites des tournées nationales, cela peut devenir un peu plus compliqué. Disons que vous êtes résident de l’Alberta,

où il n’y pas de taxe sur la vente. Par ailleurs, si vous faites une prestation à Moncton et que vous êtes payé par l’acheteur

qui réside au Nouveau-Brunswick, vous devrez collecter et payer la TPS. Cela revient encore à la façon dont vous tiendrez

voslivresdecomptes.Plusilssontàjour,moinsleschosesserontconfuseslorsqueviendraletempsdepayerlegouvernement.

Si vous faites des tournées internationales, cela peut s’avérer encore plus complexe. Chaque pays a sa particularité et vous

demandera quelque chose de différent. Le gouvernement canadien traite les revenus provenant de l’étranger sur le même

pied d’égalité que les revenus provenant du Canada. N’essayez pas de le cacher. La plupart des pays où vous partez en

tournée ont généralement des ententes de réciprocité avec le Canada en ce qui concerne les taxes. Vous vous ferez prendre

si vous tentez de les camoufler et vous en subirez les conséquences. Si vos revenus provenant de l’étranger sont importants

(plusieurs milliers de dollars par année), il est dans votre intérêt de retenir les services d’un comptable.

Quoi faire quand le groupe se sépare?

Mêmesiraressontlescollectifsdemusiciensquipensentàcetteéventualitélorsqu’ilspratiquentdansleursous-sol,chaque

groupe doit se créer une entente qui spécifie les termes d’une séparation. En d’autres mots, vous devez vous entendre sur la

manièredediviserlesprofits(oulespertes)etdécidezquigardelenomdugroupesiquelqu’unquitteouestrenvoyédugroupe.

Cesententesnedoiventpasêtrecompliquées,maisellesdoiventêtrespécifiques.Leprincipalpiègepourlesmusiciensquivivent

ce genre de choses concerne tout ce qui touche ce que l’on nomme dans le jargon l’effet « coucher de soleil ». La loi n’est pas

claire à ce sujet, mais il y a beaucoup de précédents. Effectivement, si un musicien a aidé à développer une certaine valeur

marchandepourungroupe,mêmeaprèsqu’ilaquittélegroupe,ildevraitrecevoirunecompensationpoursontravail.Celapeut

représenter un poids énorme pour les musiciens qui poursuivent le travail, ils auront à payer, régulièrement, au musicien sor-

tant, un certain pourcentage de leur profit. À certaines occasions, cela s’étale sur plusieurs années. Comme la lumière d’un

coucher de soleil, les paiements diminuent avec le temps, mais peuvent être quand même dispendieux. Le nom d’un groupe,

mêmepourun groupe en début de carrière, est très important. Vous voulez être sûr, pendant que tout le monde est encore

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

35

ami, qui le gardera advenant une rupture. Ce genre de choses devra aussi faire partie de l’entente écrite entre les membres

du groupe.

Financement et bourses

Heureusement pour les Canadiens, les gouvernements fédéraux et provinciaux (et parfois municipaux) reconnaissent la

valeur des produits culturels et la difficulté pour les artisans de bien gagner leur vie.

Enréponseàl’importancedel’identitéculturellecanadienne,lestroispaliersgouvernementauxoctroientdesboursespour

les arts par l’entremise d’enveloppes budgétaires prévues à cet effet.

De façon générale, une bourse est un prêt non remboursable qui requiert une demande en bonne et due forme ainsi qu’une

preuve du sérieux de votre démarche artistique. Il y a plusieurs types de bourses offertes et la plupart demandent de remplir de

nombreux formulaires. Si votre démarche est sérieuse et professionnelle, cette forme de financement est certainement à

votre portée.

Voyons ce dont vous avez besoin :

Certainesboursessontdestinéesuniquementauxensemblesàbutnonlucratif.Parexemple,leschoralesamateurs,lamusique

destinée au jeune public et aux ensembles dont le répertoire est d’intérêt pour les groupes axés sur le patrimoine d’un peuple.

La plupart des bourses portent sur la viabilité commerciale et elles soutiennent activement la santé de l’industrie musicale

canadienne. Des bourses ont été créées pour l’aide à la production de maquettes, d’albums, de tournées, de vidéoclips, de

sites Internet, de plans de mise en marché, de développement de projet, de composition musicale, etc. La musique ciné-

matographique est également de plus en plus reconnue au Canada.

Avantdecommencervotredémarche,vousdevriezavoirvosdocumentsenordreetàportéedemain.Vousaurezbesoind’une

biographie ou d’un curriculum vitae, d’un plan de mise en marché ainsi que d’un historique de vos expériences et de vos pro-

jetsaccomplisentantqu’interprète.Sicelaestpossible,vousdevriezégalementincluredeslettresderecommandationsdepersonnes

actives dans l’industrie.

Un plan typique de mise en marché comporte cinq à dix pages qui identifient les éléments suivants : le style musical, votre

marché cible, les avantages et inconvénients de votre démarche artistique, les occasions de croissance future, les tendances

en vigueur dans votre créneau, votre plan pour les séances d’enregistrement, la distribution de vos CD ainsi que votre ex-

périence de tournée. Votre biographie devrait se résumer en 250 mots.

Lorsquetoutcelaserapréparé,commencezàregarderlademandeelle-même.Ilestextrêmementimportantquevouscompreniez

la section portant sur le budget de votre projet. Certaines demandes de bourse financent les pertes anticipées associées à

lamiseenœuvredevotreprojet,alorsqued’autresexigentuniquementunepreuvedevotrebesoinenmatièredefinancement.

Bienquepeudeboursesfinancentlesprojetsà100%,lamajoritérequiertquevousfassiezétatdevotrecapacitéàassumer

la moitié des frais encourus.

Assurez-vousd’avoirdesestimationsdecoûtsleplusexactespossiblepourchaquepostebudgétaire.Contacteztouslesfournisseurs

avecquivousferezaffaire,incluantlalocationdevéhicules,afind’obtenirleursprix.Lesemployésdesprêteurssontexpérimentés

et bien informés sur les prix en vigueur dans l’industrie. Par conséquent, il serait mal avisé de gonfler vos dépenses.

Ilestimportantquevousgardiezunecopiedevotredemandecomplétéeavantdelamettreàlaposte—sivousêteschanceuxet

quevousobtenezlabourse,vousenaurezbesoinpourledétaildevotredossier.Bienentendu,lebudgetsoumisestceluisurlequel

leprêteurvousoctroieralabourseetildeviendravotrebudgetopérationnel,d’oùl’importanced’utiliserdesmontantsréels.

Bourseenmain,vousentamerezlamiseenœuvredevotreprojetetsefaisantilestfortementrecommandédetoujourspayer

par chèque ou carte de crédit. Plusieurs bourses exigent des preuves d’encaissement ou des relevés mensuels de carte de

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

36

crédit. Sans compte chèque cela est impossible. Garder vos factures et relevés dans un endroit sécuritaire.

Laboursevousserafortprobablementpayéeendeuxversements:unjointaveclalettred’acceptationetl’autreàl’échéance

de votre projet. Si tel est le cas, vous serez ravi d’avoir gardé vos relevés bancaires et de cartes de crédit.

Édition musicale et droit d’auteur

Le droit d’auteur et l’édition musicale sont pour plusieurs des concepts mystérieux. Tous ont déjà entendu quelqu’un dire

«Nevendsjamaistesdroitsd’édition»,ouencore,ontentendulesrumeursentourantcertainsartistesconnusabandonnés

et sans le sou. Comment faire pour éviter cela? Et, de quoi s’agit-il exactement?

Strictementparlant,undroitd’auteurestconféréauconcepteurdetoutecréationoriginaledèsquecelle-ciestcomplétée.Cette

protectionlégaleempêchetoututilisateurd’utiliservotreœuvreetd’entirerprofitsansautorisationet/ousansreconnaître

votre paternité dans ladite œuvre. Ce droit d’auteur est la chose la plus importante que vous possédez. Même si la guerre

sur la propriété des œuvres musicales causée par Internet bat son comble, ne souscrivez pas au mythe que la musique devrait

être gratuite — vos droits d’auteur ont beaucoup de valeur à bien des égards.

Alors que le cadre légal entourant l’introduction du droit d’auteur est complexe, sa pratique est fort simple. Vous n’avez qu’à

fournirunepreuvematériellequevousavezcrééetfixél’œuvreenquestionàunedateprécise.UnCDdevosœuvresoulesymbole

universeldudroitd’auteursurvotresiteInternetestamplementsuffisant.(Voirlelienci-dessouspoursavoircommentprocéder)

Bien sûr, l’œuvre doit être originale. Affirmer que vous avez envoyé une bande à Beyoncé et qu’elle a plagié votre chanson

ne fonctionnera pas. Les grandes compagnies de disques et les artistes connus ont cette règle d’usage de ne jamais écouter

des bandes non sollicitées. S’ils le font, ils sont scrupuleux à l’égard des droits d’auteur. En fait, ils se doivent de l’être étant

donné l’ampleur économique des enjeux.

L’édition musicale génère des millions de dollars. Le terme plutôt confus d’« édition musicale » est un anachronisme. Le

terme vient historiquement de l’époque où la musique en feuille était l’unique mode de distribution de la musique. De nos

jours, le terme englobe l’industrie de la perception des diverses redevances générées par la consommation de musique. Les

éditeurs n’impriment pas la musique, ceci est une autre affaire.

Il est important de ne pas non plus confondre les éditeurs et les compagnies de disques : les éditeurs vendent des droits sur

des chansons et les compagnies de disques vendent des CD et des DVD. Par exemple, si une agence publicitaire sélectionne

unechansonpourlanouvellepublicitédevêtementsdesonclient,ellecontacteral’éditeurpourobtenirlesdroitsparl’entremise

d’une licence forfaitaire.

Droits et redevances

Il y a plusieurs types de droits pour lesquelles les éditeurs perçoivent des sommes d'argent. Pour l’artiste autogéré, les plus

significatifs sont les droits d’exécution publique et de synchronisation.

Chaque fois qu’une de vos chansons sera jouée à la radio, dans un restaurant, un magasin de vêtement, sur un site Internet,

à la télévision, quelqu’un a l’obligation légale de vous verser des redevances (quoique minimes.) Il est certain qu’un artiste ne

peutfairelesuivietlaperceptiondetouscesdroits.Enréponseàceproblème,onacréélaSociétéCanadiennedesAuteurs,

Compositeurs et Éditeurs de Musique ou SOCAN. L’adhésion à celle-ci est peu coûteuse et ils s’occupent de distribuer vos

redevancestrimestriellement.LaSOCANaaussidesententesavecd’autressociétésàtraverslemonde.Donc,sivouspercez

etdevenezunevedetteauJapon,vosactifsyserontprotégés.AuQuébec,laSPACQestunesociétéprofessionnellequiprotège

les droits et négocie des ententes avec des producteurs pour le compte de ses membres auteurs et compositeurs.

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

37

Le droit de synchronisation est également un terme anachronique : il provient du temps où le son devait être synchronisé

à l’image dans les films. En termes simples, il s’agit de la redevance que l’on vous verse lorsque votre œuvre est incorporée

à une série télé, un film, un jeu vidéo ou tout autre produit audiovisuel. Si quelqu’un utilise vos chansons de ces façons, ils

doivent vous dédommager monétairement. Malheureusement, les barèmes des droits de synchronisation sont plutôt mal

définiset,denosjours,lesartistesyrenoncentsouventenéchangedelavisibilitéquecesutilisationsprocurent.Cependant,

il y a un cadre législatif qui leur assure une compensation financière, et si jamais l’occasion se présentait de vendre vos

droitssoyezbienconscientdesenjeux.LaSOCANestlameilleuresourced’informationpourlemusicienautogéré.Contactez

un de leurs représentants et demandez leurs conseils sur les montants auxquels vous êtes en droit d’exiger. Encore une fois,

personne ne peut utiliser vos chansons sans votre autorisation préalable.

Protection du droit d’auteur

La meilleure façon de vous protéger contre certains personnages malveillants du monde de l’édition musical est de devenir

vous-même un éditeur. La première étape consiste à fonder votre propre maison d’édition. Si vous avez déjà une compagnie

incorporée ou une co-entreprise, rien ne vous empêche d’utiliser celle-là, mais si ce n’est pas votre cas, vous devrez en ouvrir

une. Il s’agit simplement de remplir les documents prescrits par les autorités de votre province respective. Les avocats et les

notaires sont en mesure de vous assister moyennant un montant d’argent à leur discrétion, mais, en le faisant vous-même

vous vous épargnerez ces sommes. Dans la plupart des provinces, il en coûte environ 250 $ pour incorporer une nouvelle

compagnie.Faitesdevous-mêmeouvoscollaborateurslesactionnaires.Choisissezd’abordunnomd’entrepriseetcontactez

ensuite votre bureau local du Registraire des Entreprises et ils sauront vous assister dans le processus.

Commenouveaupropriétairedevotrepropremaisond’édition,vouspourrezpostuleràlaSOCANpourydevenirmembredu

collègedeséditeurs.Parlasuite,vousdevreztransférerlesdroitssurvosœuvresàcettecompagniedontvousêteslepropriétaire.

Celapeutsemblercomplexe,maislesemployésdelaSOCANsaurontvousguider.Noterquelamoitiédessommesperçues

parlaSOCANpeuventêtreverséesaucompted’unéditeur«officiel».Sivousn’êtespasunéditeuroun’êtespassignéavec

un éditeur autre que vous-même, la totalité des redevances vous seront versées en votre nom personnel.

Sivousavezbiencompris,celasignifiequesivotremusiqueestentenduehorsdevotrechambreàcoucher,vousrecevrezdes

chèquesdelaSOCANtouslestroismoisenviron.Cessommespeuventêtreminimes,maisc’esttoutdemêmeunbondépart.

Lorsque les problèmes surviennent

Dans ces cas où vous croyez que votre musique est utilisée sans votre autorisation, il y a plusieurs avenues auxquelles vous

pouvezsonger.AlorsquevousêtescenséavoiradhéréàlaSOCAN,commencezparquestionnerleursagentspouravoirleur

opinion.Ilsontlesconnaissancespratiquesetlesressourcespourpoursuivrelesgens.Leursmoyensfinanciersleurpermettent

de se faire des ennemies — chose que vous ne voulez pas en tant qu’artiste autogéré.

Uneautresourcedeconflit,pluscommuncelui-là,estceluientrelesmembresd’unmêmegroupeouentredescollaborateurs

àlasuitedusuccèsdechansonsécritesilyaplusieursannées.Plusieursgroupesconnussesontdissousàlasuitededisputes

sur l’apport créatif respectif de chacun des membres et la répartition équitable des sommes perçues.

Même si vous ne faites que « jammer » dans votre garage, en matière de création musicale, il est recommandé d’emblée

d’établirquiestresponsabledequoi.Dèslacompositionterminée,assurez-vousdedélimiterclairementl’apportdechacun,

carlamémoireetl’égosont,laplupartdutemps,desélémentsquinesontpasfiables.Cesdiscussionspeuventêtrelassantes,

voire même difficiles, mais il est plus sécuritaire de régler ces questions tôt. Divisez la pièce par cent et donnez des points

pour les paroles, la musique et l’arrangement. Plusieurs groupes répartissent les droits également entre tous les membres,

d’autresontdesformulespluscomplexes.D’unefaçoncommed’uneautre,mêmesivousnotezsimplementquiafaitquoi

dans telle chanson sur un bout de papier, assurez-vous au moins que toutes les parties le signe. Vous serez content de

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

38

l’avoir fait lorsqu’une vedette utilisera votre chanson ou si Pepsi demandai à avoir les droits pour une campagne publicitaire.

Voulez-vousvraiment partager les fruits de votre labeur avec le batteur qui ne venait même pas assister aux répétitions?

Les contrats d’édition

Sivousêteschanceux,onvousoffrirapeut-êtreuncontratd’édition.PlusieurséditeursoffrentleursservicesauCanadaetsigner

avec l’un d’eux offre plusieurs avantages. Ils ont les contacts requis pour placer vos chansons dans des films, des émissions

télévisées,desjeuxvidéoainsiquedesmessagespublicitaires.Ilspeuventégalementsoumettrevotremusiqueàdesartistes

qui n’écrivent pas leur propre musique. Avoir quelqu’un dans votre équipe qui fait la promotion de vos œuvres sera pour

vousunatoutnonnégligeable.D’ordinaire,leséditeurspaientdesavancessurdesrevenusfutursanticipés,cequipeutêtre

très intéressant en début de carrière lorsque l’argent se fait plus rare. De plus, ils aident financièrement à la production de

maquettes, de « vitrines de spectacles » et d’autres événements promotionnels. Bien sûr, vous devrez rembourser l’avance

àmêmelesredevancesquevosœuvresgénéreront,mais,sommetoute,unéditeurdemeureunmembredevotreéquipequi

peut réellement faire avancer votre carrière.

Dans les années 50 et 60, les éditeurs étaient reconnus pour offrir des contrats lamentables à leurs clients. En fait, c’est de

cettefaçonquelesBeatlesontperdulesdroitsdelaplupartdeleurschansons.Maisforceestdeconstaterquedetelscontrats

sont plutôt rares de nos jours. Il existe des protections juridiques pour prévenir de tels contrats insidieux. Habituellement, les

éditeurs acquièrent une partie de vos droits pour une durée limitée et non plus tous vos droits à perpétuité. Il est toujours

recommandé de consulter un avocat si un éditeur venait qu’à vous faire une offre. Pour obtenir des noms, appelez votre

section locale de la Fédération américaine des musiciens des États-Unis et du Canada, car il est fort probable que l’avocat

devotrepapaneconnaisserienàl’éditionmusicale.Engagezunprofessionnel.C’estvotrefuturdontilestquestion.Lorsque

votre carrière de musicien de spectacle sera terminée, des redevances continueront d’affluer et vous devez vous assurer que

vous serez apte à encaisser votre dû.

Utilisation du matériel d’autres artistes

Il y a deux questions en cause ici. La première concerne l’interprétation. Tous ont commencé leur carrière en interprétant

leschansonsdesautres.Celaneposeaucunproblèmed’ordrelégal.Mais,celapeutdevenirproblématiqueàpartirdumoment

où vous en faites des enregistrements.

LaLoicanadiennesurleDroitd’Auteurstipulequevousdevezfairedeuxchosesavantd’enregistrerunechansonquiappartient

à autrui. La première est l’obtention de l’autorisation écrite du compositeur et de l’auteur. La seconde est le paiement de

redevances mécaniques lors de la fabrication de vos CD et/ou DVD.

Nous n’avons pas élaboré sur les redevances mécaniques dans ce texte, car la plupart des musiciens autogérés n’ont pas à

s’en soucier. Encore, il s’agit d’un terme archaïque qui fait référence à l’époque et au processus de fabrication des disques

vinyles. De nos jours, les maisons de disques (dans le cas du CD) ont la responsabilité de payer ces redevances mécaniques

pour toutes les chansons sur leurs produits et à tous les auteurs qui sont visés.

Lamajoritédesauteurs/compositeurs/interprètesquifabriquentetvendentleurspropresCDnesepaientpasderedevances

mécaniques à eux-mêmes. Pourquoi diviser ses revenus sans raison valable? Cependant, si vous utilisez les œuvres d’autres

individus, vous êtes dans l’obligation de leur verser des redevances.

Dans la pratique, plusieurs artistes indépendants ne le font pas, plus particulièrement les artistes folk et jazz, et s’exposent

àdegravesconséquences.Lorsquelapartieadverseprendraconnaissancedevosactes,vousserezprobablementpoursuivis

enjustice.Àtoutlemoins,onexigeraquevousretiriezvosCDdestablettes.L'AgenceCanadiennedesDroitsdeReproduction

Musicaux Ltée (CMRRA) est une organisation mise en place par les grands éditeurs pour collecter auprès des utilisateurs

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

39

les droits mécaniques de ses membres. Le taux en vigueur est de 0.077 $ par chanson par disque fabriqué. Il est fortement

suggéré de régler vos comptes avec la CMRRA afin d’éviter des désagréments.

Laquestiondel’autorisationestplusombragée.Quoiquedanslapratiqueils’avèresouventfrustrantd’obteniruneréponsedes

détenteursdedroitsdesuccèsàlamode,ilestquandmêmerecommandéd’avoirdesautorisationsécritespourenregistrerces

chansons.Sivouspayezlesauteursetleurcréditezleurschansonssurlajaquettedevotrealbum,vousvousensortirezindemne

(sauf si, vous mutilez horriblement la chanson originale). Le remixage sans autorisation est également proscrit. Gare à vous si

on vous prend!

L’échantillonnage

Laquestiondel’utilisationd’échantillonsestpluscomplexe.Unéchantillonestunextraitd’unemusiquepréexistanted’unautre

artistequevousincorporezdansundevosenregistrements.Trèsprisédanslemondeduhip-hopetdelamusiquepopulaire,

l’échantillonnage est très peu utilisé par les artistes jazz, country, classique et folk.

Pourcetyped’utilisation,c’estsanséquivoque:vousdevezobtenirl’autorisationécriteducompositeur,del’artiste,desacompagnie

de disques ainsi que de l’éditeur de la chanson échantillonnée avant de l’enregistrer. La libération des droits pour un échantil-

lon pour s’avérer très dispendieux. Il est possible que l’on demande, en plus d’un paiement, un crédit et une part des rede-

vancesmécaniquesdevotrechanson.Certainsayantsdroitvontmêmejusqu’àexigeruneavancesurvosredevancesfutures.

Quoique l’utilisation illégale d’échantillons est chose commune, l’industrie perçoit très mal ce genre de pratique. À coup

sûr, vous perdrez si on vous prend et les conséquences sont souvent très sérieuses. À titre d’exemple, le groupe Verve a

perdu tous les droits associés à leur succès Bittersweet Symphony lorsqu’on a découvert qu’ils avaient utilisé illégalement

un échantillon tiré d’une chanson des Rolling Stones. Après des millions de dollars de frais juridiques, la chanson tourne

encore quotidiennement dans les postes de radio, mais le groupe n’en tire aucun revenu.

Et finalement…

L’éditionmusicaleainsiquelesdroitsd’auteurpeuventporteràconfusionetmêmelesexpertsontsouventdesinformations

quisontpérimées.Sivousavezdesquestionssérieusesàcesujet,nousvousconseillonsdeconsulterlesiteInternetdePatrimoine

canadien, www.music.gc.ca. Ce site contient un bon nombre d’informations sur le milieu de la musique qui sont mises à

jour régulièrement. De plus, des tableaux sont offerts et expliquent comment l’argent relatif aux droits d’auteur et aux

droits d'exploitation voyage entre les différents intervenants pour finalement se rendre jusque dans les poches des artistes.

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

40

IIXX.. LLIIEENNSS (Vous trouverez des liens additionnels dans la version anglaise de ce document )

Données économiques sectorielles

www.statcan.ca/francais/freepub/87-008-GIF/about_f.htm

Statistique Canada — Guide de la statistique de la culture

www.culturescope.ca/ev_fr.php

Culturescope — Observatoire culturel canadien — Accueil

www.stat.gouv.qc.ca/observatoire/organis_obs/index.htm

Observatoire de la Culture et des Communications du Québec — Accueil

www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/culture_comnc/art_interpretation/freq_spectacles/mai_juin05.htm

Statistiques du spectacles au Québec

www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/culture_comnc/enreg_sonore/index.htm

Statistiques du disques au Québec

Ressources professionnelles en ligne et bases de données de contacts

www.culture.ca/francais.jsp

Culture.ca — Passerelle culturelle du Canada

www.sopref.org

SOPREF (Soutien aux artistes autoproduits et micro-producteurs)

• www.sopref.org/tiki-index.php?page=bdma_presentation

BDMAWeb (base de données sur abonnement)

• www.sopref.org/wikisopref

WikiSopref (informations thématiques sur abonnement)

www.artere.qc.ca

Artère — Outiller la relève (pluridisciplinaire)

www.adisq.com/doc/repertoire.aspx?s=e

ADISQ (producteurs Québec)

www.rideau-inc.qc.ca

RIDEAU (producteurs et agents de spectacles Québec et Canada)

www.aplas.ca/Filtre

APLAS (répertoire des petites salles du Québec)

www.irma.asso.fr

iRMA (France)

Démarrage d’entreprise

strategis.ic.gc.ca/SSGF/me00071f.html

Stratégis / Industrie Canada

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

41

www.infoentrepreneurs.org/servlet/ContentServer?pagename=CBSC_QC/CBSC_WebPage/

CBSC_WebPage_Temp&c=CBSC_WebPage&cid=1077799515805&t=AddLinktoWebPage_fr&lang=fr

Info-entrepreneurs

www.req.gouv.qc.ca/nous_joindre/nous_joindre.htm

Registraire des entreprises du Québec

www.emploiquebec.net/francais/individus/msemploi/soutien.htm

Programme STA (Soutien aux travailleurs autonomes) (Québec)

www.emploiquebec.net/francais/individus/msemploi/volontaires/index.htm

Emploi-Québec / Jeunes Volontaires (Québec) — Premières expériences d’entreprenariat

Formation

music.gc.ca/index_f.asp

La musique c’est mon affaire

www.culturalhrc.ca/home-f.asp

CRHSC — Conseil des ressources humaines du secteur culturel (Canada)

www.culturalhrc.ca/careersinculture/NHT/f/01-01.htm

Oyez ! Oyez ! Carrières en enregistrement sonore

www.adisq.com/doc/even-formation.html

ADISQ — Sessions de formation

www.spacq.qc.ca/html/texte.asp?id=53

SPACQ — Ateliers professionnels

www.sopref.org/tiki-index.php?page=ateliers

SOPREF — Ateliers et conférences

www.gestiondesarts.com

HEC — Chaire de gestion des arts (séminaires en ligne)

www.calq.gouv.qc.ca/regions/crc.htm

Conseils régionaux de la Culture (Québec)

www.cqrhc.com

CQRHC — Conseil québécois des ressources humaines en culture

www.irma.asso.fr

iRMA (France)(fiches thématiques)

www.irma.asso.fr/spip.php?rubrique47

iRMA (France)(formations)

Financement aux artistes

www.culturecanada.gc.ca/index_f.cfm

Portail - Culture, patrimoine et loisirs du Canada

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

42

www.calq.gouv.qc.ca/artistes/chanson.htm#dep

Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ)

www.canadacouncil.ca/home-f.htm

Conseil des arts du Canada

Financement aux entreprises

www.culturecanada.gc.ca/index_f.cfm

Portail — Culture, patrimoine et loisirs du Canada

www.musicaction.ca

Musicaction — Enregistrement sonore et initiatives collectives

www.sodec.gouv.qc.ca/disque.php

SODEC (Québec) — Disque et spectacle

www.factor.ca

Factor — Enregistrement sonore (Projets de langue anglaise)

www.fondsradiostar.com/accueil/index.asp

RadioStar — Promotion de l’enregistrement sonore

www.videofact.ca/programs/videofact_en

Videofact et PromoFact — Vidéoclips et promotion électronique (site en anglais et formulaires en français)

Associations

www.sopref.org

SOPREF (information à la relève)

www.spacq.qc.ca/html

SPACQ (auteurs-compositeurs, commandes musicales et service de dépôt d’œuvres)

www.musiccreators.ca/wp/?page_id=10

Canadian Music Creators Coalition (en français)

www.socan.ca

SOCAN (droit d’exécution)

www.sodrac.com/francais/index.html

SODRAC (droit mécanique)

www.gmmq.com/public/fr/index.asp

Guildes de musiciens du Québec (syndicat de musiciens)

www.uniondesartistes.com

Union des artistes (syndicat de chanteurs)

www.soproq.org/site_dynamic/fr/Accueil/index.php

SOPROQ (droit voisin du producteur d’enregistrements)

www.uniondesartistes.com/index_artisti.aspx

Artisti (droit voisin de l’interprète)

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

43

www.apem.ca

APEM (éditeurs)

www.musicmanagersforum.ca/index_f.html

MMF (Music Managers Forum Canada)

www.apasq.org/portrait.htm

APASQ (techniciens de son et d’éclairages)

www.capacoa.ca/site/index.php

CAPACOA (regroupement pluridisciplinaire de diffuseurs et agents d’artistes)

Distributeurs

www.distributionselect.ca/fr/index.asp

Select

secure.dep.ca/fr/default.asp

DEP

www.localboutique.org

LOCAL et LOCAL Numérique (IODA)

www.fusion3.com

Fusion 3

www.outside.on.ca/home.php

Outside

www.bros.ca/catalogue/index.php?language=fr

Production Bros. Inc.

www.statikdistribution.com/home.html

Statik Distribution

www.plages.net

Distribution Plages

www.cdbaby.net

CD Baby (distributeur numérique international — en anglais)

Médias choisis

www.bandeapart.fm

Bande à Part (et Sirius Canada)

www.voir.ca/une.aspx?zone=1VOIR

www.bangbangtemort.com

Bang Bang

www.icimontreal.com

ICI Montréal

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

44

longueurdondes.com

Longueur d’Ondes (France)

www.canalvox.com/barometre

Le Baromètre (Canal VOX)

www.arcq.qc.ca

Association des radios communautaires du Québec

www.radiorfa.com

Association des radios communautaires du Canada et Réseau Francophone d’Amérique

www.ncra.ca

NCRA-ANREC (radios communautaires de campus)

www.cruradio.ca

Coalition des radios universitaires de langue française

www.radio-canada.ca/radio

Radio-Canada

www.francodiff.org/accueil_02.php?lng=1

Francophonie Diffusion

www.culturehebdo.com

Culture Hebdo (agence de presse culturelle en ligne)

www.xmradio.ca/whatisxm/index.cfm

XM Radio satellite

www.galaxie.ca/fr/0/0.php

Galaxie (Service de musique continue de Radio-Canada)

Internet

www.bluetracks.ca/index.php?&screen_width=1024

Bluetracks (téléchargements MP3)

www.tonality.ca

Tonality (téléchargements MP3)

www.indemusicshop.com

Indé Music Shop (téléchargements MP3)

www.sincever.com

Sincever (vente physique par Internet)

www.sonicbids.com

Sonicbids (dossiers de presse électroniques — en anglais)

www.artistshare.com/home/default.aspx

ArtistShare (financement collaboratif — en anglais)

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

45

www.weedshare.com

WeedShare (vente en ligne et financement collaboratif — en anglais)

www.garageband.com

Garageband (promotion — en anglais)

www.futureofmusic.org

Future of Music Coalition (groupe de pression musique et Internet — en anglais)

cf.myspace.com

MySpace Music (Canada en français)

www.democrazik.com/informations.asp

Democrazik (Communauté virtuelle spectacle)

www.cafesonique.com

CaféSonique (Communauté virtuelle)

www.foxytunes.com/planet

Foxy Tunes (agrégateur musical — en anglais)

Concours et vitrines

www.rideau-inc.qc.ca

Bourse RIDEAU

www.roseq.qc.ca

Vitrines du ROSEQ

www.vuesurlareleve.com

Vue sur la relève

www.francouvertes.com

Les Francouvertes

www.ficg.qc.ca

Festival International de la chanson de Granby

www.festivalenchanson.com

Festival en chanson de Petite Vallée

www.sacef.com/1_0/index.html

Ma première Place des Arts

www.festivalletremplin.com

Le Tremplin de Dégelis

www.chansonenfete.qc.ca

Festival de la chanson de St-Ambroise

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

46

Francophonie canadienne

animusique.ca

ANIM (Promotion et services collectifs pour la francophonie canadienne)

www.ecma.ca/m_29.asp

ECMA — Association de la musique de la Côte est

www.plages.net

Distribution Plages (Acadie)

www.musicnb.org/mnbf_whatsnew.php

Musique NB (Nouveau-Brunswick)

www.eg2007forums.com

Société acadienne du Nouveau-Brunswick — États généraux

www.radarts.ca/g_01.cfm?PAGEID=ContenuDePage.cfm&NoPage=19

Radarts — Réseau atlantique de diffusion des arts de la scène

www.zof.ca/zof/home/index.cfm?id=9

Zof Montréal

www.apcm.ca/fr/Services_2.html

APCM (Ontario)

www.reseauontario.ca

Réseau Ontario

www.reseaugrandsespaces.ca

Réseau des grands espaces

www.rafa-alberta.ca

RAFA (Alberta)

www.ccafcb.com

CCAFCB (Colombie-Britanique)

www.rimouest.ca

RIM Ouest (Industrie du disque de l’ouest)

Exportation

www.pch.gc.ca/progs/ac-ca/progs/rc-tr/progs/pcrc-trcp/index_f.cfm

Patrimoine canadien — Routes commerciales

www.dfait-maeci.gc.ca/world/embassies/menu-fr.asp

Ambassades canadiennes (Attachés culturels commerciaux)

www.mdeie.gouv.qc.ca/page/web/portail/ministere/service.prt?svcid=BOTTIN2&page=details.jsp&iddoc=46241

Délégations du Québec

www.french-music.org/exportguidebooks.php

Canada Export Guidebook

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

47

www.sopref.org/tiki-index.php?page=international

SOPREF (Guide pratique France-Québec-Canada)

Histoire et archives biographiques

www.qim.com

Québec Info Musique (ressources biographiques)

www.collectionscanada.ca/4/4/index-f.html

Bibliothèque et archives Canada — Le gramophone virtuel

www.chansonduquebec.com

Le développement historique et le fonctionnement de l'industrie de la chanson québécoise

Blogs et bonus

hype.non-standard.net

The Hype Machine (répertoires des blogs musicaux — en anglais)

www.blogotheque.net

La Blogothèque (répertoires des blogs musicaux)

scenelocale.forumactif.com

Scène locale (Blog)

www.mcturgeon.com/blog

Vu d’ici (Blog)

sokborey.blogspot.com

Musique 2.0 (Blog)

podmodernisme.blogspot.com

Podmodernisme (Blog)

www.montrealshows.com

Montreal Shows (Calendrier)

www.quebecpunkscene.net

Québec Punk Scene (Calendrier spécialisé)

www.hhqc.com/site/index.php

Hip-Hop Québec (Webzine)

www.33mag.com/index.php

33MAG (Webzine)

© LE CONSEIL DES RESSOURCES HUMAINES DU SECTEUR CULTUREL, 2007

L’ART GÉRER SA CARRIÈRE — WWW.CRHSCULTUREL.CA

48

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->