Le grand Secret de l’industrie pharmaceutique

Philippe Pignarre, Editions La Découverte, 180 p., Paris 2003 Loin d’être motivée par la seule recherche du profit, la course au gigantisme des groupes pharmaceutiques aurait surtout un but : masquer le manque d’innovation dont souffrirait, selon l’auteur, l’industrie pharmaceutique. Philippe Pignarre affirme que cette industrie de l’invention se révèle incapable de trouver de nouveaux médicaments. D’où, le rachat à prix d’or des laboratoires « inventifs » ou de sociétés de biotechnologies censées les « pourvoir » en médicaments du futur. Cette thèse iconoclaste s’appuie sur l’expérience accumulée, durant dix-sept années, par l’auteur au sein de différents laboratoires. La volonté de freiner, partout dans le monde, le développement des génériques, les copies moins chères de leurs médicaments, ou la mise à l’index des pays (comme le PDG de Pfizer l’a fait récemment pour la France) où les prix des médicaments sont administrés, participent du même écran de fumée, affirme Philippe Pignarre. C’est en insistant sur le coût de la recherche et sur le fait que des prix trop bas la pénaliseraient que l’industrie peut, selon l’auteur, continuer à revendiquer « ses profits d’aujourd’hui par les médicaments de demain ». Toujours aussi hypothétiques, ceux-là. Au chapitre des solutions, dans une seconde partie, Philippe Pignarre suggère notamment que les Etats lancent des appels d’offres aux laboratoires où ils imposeraient leurs choix et leurs priorités de santé.

Copyright © Club des Vigilants. Tous droits réservés.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful