P. 1
Sorques Nature Compil

Sorques Nature Compil

|Views: 196|Likes:
Published by fleg77

More info:

Published by: fleg77 on Apr 01, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/01/2014

pdf

text

original

décou ouvrir Venez découvrir l'espace naturel sensible atur l'es ace naturel sensibl

La Plaine de Sorques

Conseil général de Seine-et-Marne Direction de l’eau et de l’environnement 145 quai Voltaire 77190 Dammarie-les-Lys Tél. : 01 64 14 76 48 Fax : 01 64 14 76 65

Pour tout complément d’information, consulter le site du Conseil général de Seine-et-Marne www.seine-et-marne.fr

Photographie de couverture S. Plancke- Rédaction M. Géniez/Biotope - Imprimerie du Département - Imprimé sur papier recyclé

la décou ert ouv sit ite À la découverte du site
. La Plaine de Sorques a été aménagée de façon à vous permettre de découvrir un maximum Sorque ques aménagée façon ous permettre décou ouvrir un max aximum a Plaine végétal lors ale promen des. omena diver ers pa age d'espèce animal ale de diversité de paysages et d'espèces animales et végétales lors de vos promenades. observatoir ornithologiques oire logique Deux observatoires ornithologiques vous permettront d'observer discrètement les oiseaux stationnant sur les étangs et les îlots. N'oubliez pas vos jumelles ! sentier-découvert -décou Un sentier-découverte parcourant l'ensemble du site en une quinzaine de stations vous mènera des berges du Loing à la forêt de Fontainebleau. "Sur le la Plaine Sorque ques" Pour compléter cette découverte, un dépliant gratuit "Sur le sentier de la Plaine de Sorques" est à votre disposition au 01 64 14 76 12 ertains secteur eurs particulièrement fragi artic agil rai aison la présence d'espèce . Certains secteurs sont particulièrement fragiles en raison de la présence d'espèces végétal rar ale are d'animaux sensibl déran ement. ang végétales rares ou d'animaux sensibles au dérangement. Aussi a-t-il été décidé de garantir la tranquillité des animaux et la protection des végétaux en réglementant l'accès à la partie centrale du site sous forme de visites guidées et d'animations. La Maison de l'environnement propose : des activités pédagogique agogiques . des activités pédagogiques suivies sur l'ensemble de l'année, en lien avec les programmes scolaires des sortie thématiques ties atique . des sorties thématiques ouvertes à tous pour découvrir les oiseaux migrateurs, les grands mammifères, les plantes médicinales, l'évolution des étangs, ainsi que des sorties crépusculaires alliant nature et astronomie Vous pouvez vous y inscrire seul, en famille ou en groupe, en réservant auprès de la Maison de l'environnement au 01 64 31 11 18. Un calendrier trimestriel des animations est élaboré régulièrement et des visites spécifiques peuvent s'y ajouter à la demande. Plaine Sorque ques acqui quise aménagée par le Conseil général onsei Seine-et-M -Marne . La Plaine de Sorques a été acquise et aménagée par le Conseil général de Seine-et-Marne ans le cadre sa politi litique fav aveur des es ace naturel sensibl aturels avec dans le cadre de sa politique en faveur des espaces naturels sensibles, avec l'aide de l'Agenc ence l'Eau Normandie. sur eil ance l'entretien urv as l'Agence de l'Eau Seine Normandie. La surveillance et l'entretien sont assurés en aboration avec le communes ommune Montign ur-Loing Moret ur-Loing. gny -Loin et- -Loin collaboration avec les communes de Montigny-sur-Loing et Moret-sur-Loing.

Vincent Éblé
Président du Conseil général de Seine-et- Marne

Photo F. Couturier CG77/DEE

La Plaine de Sorques, entre Loing et forêt, un espace naturel exceptionnel !
La plaine de Sorques, située à Montigny-sur-Loing et Moret-sur-Loing, est un vaste espace naturel reliant le Loing à la forêt de Fontainebleau. Actuellement constitué d'étangs, de marais, de prairies et de bois, son aspect a changé au cours du temps. En effet, au cours des âges, l'Homme a profondément modifié le site, altérant ses milieux originels. Pourtant, paradoxe, la Plaine de Sorques est aujourd'hui un espace naturel remarquable. Si vous voulez savoir pourquoi, ouvrez ces pages, ouvrez l'oeil ... et bonne promenade !

Jean Dey
1er Vice-Président chargé de l’aménagement durable et de l’environnement

20 - Espace naturel sensible

1 - Espace naturel sensible

his oire Une histoire mouv mouvementée. cour ours temp le emps, Au cours du temps, le age la Plaine paysage de la Plaine de ques sub ubi Sorque Sorques a subi de ofond profonds chang profonds changements.
l'origine gine, . A l'origine la Plaine de Sorques est couverte de forêts, les berges sableuses du Loing sont fréquemment modifiées par les inondations. Moyen-Âge . Au Moyen-Âge, le paysage et le milieu naturel cèdent la place à des pâturages et des cultures, la dynamique fluviale du Loing s'affaiblit. Au iècl . Au 18è siècle, le site est voué à l'exploitation du bois et à l'agriculture, le cours du Loing est maîtrisé et la construction du canal du Loing permet la navigation. 1960, . Après 1960 une carrière de sable s'implante dans la Plaine de Sorques, de grands bassins sont creusés pour l'exploitation du sable et les terres sont décapées, des plantations sont effectuées. Malgré ces bouleversements, l'intérêt écologique du site subsiste, le milieu se diversifie, favorisant une flore remarquable et une faune riche (insectes, batraciens, oiseaux ...) . Dans les années 1990 une prise Dans le années 1990, de conscience de l'intérêt patrimonial s'opère, un arrêté de Biotope est pris en 1993, à l'initiative de la Direction Régionale de l'Environnement, notamment pour protéger les sites de reproduction des amphibiens. Le site est racheté en 1994 par le Conseil général de Seine-et-Marne afin de le protéger, le gérer et l'ouvrir au public.

Photo F. Couturier CG77/DEE

Découvrez ce sit avec un re ard ouvr ite Découvrez ce site avec un regard nouv appr prenez reconnaîtr econnaître nouveau : apprenez à reconnaître milieu "naturel" atur un milieu "naturel"
Des marais, des étangs, des prairies, des bois : voici des milieux que vous pouvez observer du premier coup d'oeil en vous promenant de long du sentier-découverte qui relie le Loing à la forêt de Fontainebleau. Mais il en existe encore d'autres que vous pouvez identifier avec l'aide du plan ci-dessous et les explications des pages suivantes.

Dessins M. Géniez/Biotope Plan M. Géniez/Biotope

2 - Espace naturel sensible

3 - Espace naturel sensible

Photo T. Menut/Biotope

commencé l'exploitation xploit En 1960, a commencé l'exploitation de abl graviers. De ba ins avier sables et de graviers. Des bassins de dimensions ariab abl creusés, dimensions variables ont été creusés, ais apparaîtr la nap phréatique. aître appe faisant apparaître la nappe phréatique. foi l'exploitation terminée, la flore ois xploit Une fois l'exploitation terminée, la flore colonisé ce plans d'eau. la fau aune et la faune ont colonisé ces plans d'eau.

Photo F. Couturier CG77/DEE

Le Crapaud commu auds ommun . Les Crapauds communs passent l'hiver cachés bien à l'abri dans le bois. Au printemps pour se reproduire, ils se rendent par milliers jusqu'au marais en empruntant le "crapauduc". Le Crapaud commun mâle rejoint la mare sur le dos de la femelle. Nos joyeux noceurs s'accouplent et pondent dans l'eau de longs chapelets d'oeufs. Après éclosion, les têtards vivent quelques semaines dans l'eau puis se métamorphosent et deviennent terrestres.

ones humides les zones humides le milieux aquatique ques et les milieux aquatiques

les marais marais arai

Pendant les trajets, les crapauds se faisaient écraser sur les routes. C'est la raison pour laquelle des aménagements, appelés "crapauducs", ont été réalisés.
Photo M. Géniez/Biotope

Les petits bassins ont donné naissance à des marais. Leur faible profondeur et leur pente douce offrent des conditions favorables aux plantes et aux petits animaux qui, pour certains, sont semi-aquatiques. Le plante hydrophi ophil . Les plantes hydrophiles qui vivent totalement immergées dans l'eau : Potamots, Vallisnerie ... Le plante hygrophi ophil . Les plantes hygrophiles qui peuvent supporter l'émersion lorsque le niveau de l'eau diminue : scirpes, bidents ... Le libellu lul . Les libellules passent une partie de leur existence dans l'eau sous forme de larve puis se métamorphosen en adulte capable de voler.

De

ssi

nM

.G

én

iez

/B

iot

op

e

ge La gestion
Les marais sont menacés de comblements du fait de l'envahissement par la végétation : en particulier les saules, en se multipliant, peuvent les envahir totalement et les faire disparaître. Un débroussaillage régulier de ces arbustes, en hiver, est une des mesures de gestion appliquée aux zones de marais.

Le Martin pêcheur

4 - Espace naturel sensible

5 - Espace naturel sensible

Photo F. Couturier CG77/DEE

grand étan ands ang profonds, ofond Les grands étangs sont profonds, vastes, bordés berg abrupte Ils abritent bordés de berges abruptes. Ils abritent des espèce différent ente cel ell des espèces très différentes de celles des marais ici le poissons arai roi ois des marais : ici les poissons sont rois ! égal alement seaux ais le oise Mais les oiseaux y sont également nombreux. nombreux.

Photo F. Couturier CG77/DEE

Le estivants . Les estivants viennent nicher jusqu'ici puis repartent à la mauvaise saison pour un grand voyage vers des pays plus chauds : c'est le cas de la rousserolle effarvate ou du petit gravelot ... ernants Le hivern . Les hivernants fuient les grands froids des pays du nord de l'Europe et de la Sibérie pour passer l'hiver chez nous. Vous pourrez facilement en cette saison observer, regroupés par centaines sur les grands étangs, de nombreux canards comme les fuligules milouins, fuligules morillons, sarcelles d'hiver ...

Le grand observatoire

ones humides les zones humides le milieux aquatique ques et les milieux aquatiques

grand ands les grands étan ang étangs
Le Héron cendré

Allez visiter le grand observatoire, équipé de panneaux thématiques sur les oiseaux, vous pourrez en observer dans de très bonnes conditions. Ceux que l'on rencontre ici ne sont pas tous présents toute l'année. oise seaux pa age . L e s oiseaux de pa s s age sont visibles seulement le temps d'une halte qu'ils font au cours de leur migration, au printemps et à l'automne : par exemple, le balbuzard pêcheur, la bécassine des marais, la bergeronnette printanière et bien d'autres ... Le oise seaux sédentair aire . Les oiseaux sédentaires demeurent sur place toute l'année et s'y reproduisent. Citons le héron cendré, la poule d'eau et le martin-pêcheur ...

Fuligule milouin mâle et femelle

Fuligule morillon mâle et femelle

Dessin M. Géniez/Biotope

Les Fuligules sont des canards hivernants sur les grands étangs de la Plaine de Sorques.

La gestion ge
Dessin M. Géniez/Biotope

Certains oiseaux ont besoin de tranquillité pour nicher. En coupant des digues, on a créé des îlots visibles depuis l'observatoire, susceptibles d'être colonisés par différentes espèces qui nichent dans ces milieux : Petit Gravelot, Sterne Pierregarin.

6 - Espace naturel sensible

7 - Espace naturel sensible

Photo F. Couturier CG77/DEE

Loin oing Sorque présente un cour ques ours Le Loing à Sorques présente un cours lent, prof ofond des berg plutôt lent, peu profond et des berges profi ofil plage sab abl aux profils variés : plages de sables graviers, micro-falaise avier alaises et de graviers, micro-falaises ...

Photo F. Couturier CG77/DEE

milieux types végétation 3 milieux et 3 types de végétation
l'eau co ra te . l'e au c o u r a n t e est le royaume des plantes hydrophytes : Nénuphars jaunes, Potamots à feuilles crépues ... le berg . les berges à sec en été abrite le Bident à fruits noirs et la Renoncule scélérate. des nive des eaux moyennes . au dessus du niveau des eaux moy ennes , mais atteintes par l'humidité de la rivière, se développent l'Ortie et son parasite la grande Cuscute, espèce protégée en Ile-de-France.
Photo Biotope

rive les rives Loin oing du Loing
Cette libellule, répondant au doux nom d'Erythromma viridulum, vient fréquemment se poser sur les berges exondées du Loing

Loin es capric oing apricieux Le Loing est capricieux ! La capacité d'un cours d'eau à changer d'aspect est appelée "dynamique fluviale". Jadis, celle du Loing était beaucoup plus importante et les berges étaient constamment modifiées. En hiver il déborde souvent; à l'inverse en été le niveau baisse et laisse apparaître des bancs de graviers. Ces berges sont dites "exondées" et abritent une végétation particulière. Dans cette ripisylve logent certains insectes rares, notamment des coléoptères.

La Grande Cuscute (les filaments rougeâtres visibles sur la photo) parasite les orties; on la rencontre sur la partie haute des berges du Loing.

ge La gestion
L'entretien du cours d'eau et de ses rives est assuré par le Syndicat Intercommunal d'Aménagement et de Gestion du Loing, assisté par l'Equipe Départementale d'Assistance Technique à l'Entretien des Rivières. Les embâcles sont enlevées et les arbres entretenus pour éviter leur chute dans l'eau. Certains saules ou frênes peuvent ainsi être taillés en "têtard" et adoptent un port en "boule". Ceci les empêche de tomber sous leur propre poids et conduit à la formation de cavités dans le bois propices à certains insectes et oiseaux.

8 - Espace naturel sensible

Photo T. Menut/Biotope

9 - Espace naturel sensible

Photo M. Géniez/Biotope

ors l'exploitation xploit sab abl Lorsque l'exploitation de sable ce le ones décapée apées a cessé, les zones décapées ont été lonisée par une végétation sées colonisées par une végétation que l'on appel "pionnière". pell appelle "pionnière".

Le Crapaud calamite alamit . Le Crapaud calamite , différent du crapaud commun, est un amphibien menacé. Lui aussi est qualifié de pionnier : pour se reproduire, il part à la recherche de zones humides instables et pauvres en végétation. Une flaque d'eau dans un chantier lui convient très bien ! Certes, la précarité de ces zones de reproduction lui occasionne des difficultés, mais en même temps, il se soustrait à la compétition qui existe dans les milieux plus stables.
Le Crapaud calamite
Photo M. Géniez/Biotope

Cette plage en bordure d'étang est riche en plantes pionnières. On distingue en arrière plan des buissons qui commencent à se développer : sans gestion adaptée, ceux-ci risquent d'étouffer ce fragile milieu.

Autrefois efoi . Autr ef ois , la dynamique fluviale forte générait constamment des milieux pionniers : les berges et les bancs de sables, régulièrement déplacés par les crues, restaient constamment à recoloniser. Aujourd'hui, ourd'hui . Aujourd'hui les berges des rivières sont stabilisées par divers aménagements, les espèces pionnières se font rares. C'est pourquoi la végétation qui a recolonisé les terrains nus de la carrière a un intérêt patrimonial si fort. L'Hélianthème tac aché, le Plant antain des sab abl . L'Héli anthème taché, l e Pl ant ain de s sab l e s , plantes peu courantes vont pousser dans des milieux pionniers terrestres sur sables secs, comme les bords de chemins constamment piétinés ! Cour tilièr ourtilière . La Cour tilière , insecte fouisseur, va creuser des galeries dans les berges sableuses des étangs.

milieux les milieux "pionniers" "pionniers"
Photo T. Menut/Biotope

ge La gestion
Sans intervention naturelle ou humaine, un milieu pionnier a toujours tendance à disparaître : des buissons l'envahissent rapidement et font se "refermer" le milieu; comme aucune crue ne vient plus "faire le ménage", la zone pionnière se transforme rapidement en broussailles souvent moins intéressantes. Il faut donc agir : les petits saules sont éliminés sur place au fur et à mesure qu'ils poussent. Certains facteurs limitent spontanément la fermeture des milieux et favorisent les espèces pionnières : les grands mammifères comme les sangliers ou les cerfs ... jouent ce rôle, ainsi que les lapins, du fait de leur broutage continuel.

L'Hélianthème taché est une espèce pionnière que l'on peut voir sur les sables secs.

10 - Espace naturel sensible

11 - Espace naturel sensible

prairie fauc auche, Loin es un oing La prairie de fauche, près du Loing est un tig précieux. vestige précieux. sièc iècl ce prairie airies Il y a deux siècles, ce type de prairies bord le Loin sur tout sa longueur oing oute gueur, bordait le Loing sur toute sa longueur, ais quelques-une seul ques-unes mais quelques-unes seulement ont été servée onservées. Or des espèce conservées. Or, des espèces ce milieu. emarquabl peupl arquab remarquables peuplent ce milieu.
Dans la Plaine de Sorques, une partie de la prairie de fauche est sèche et abrite notamment une plante protégée en Ile-de-France : l'Euphorbe verruqueuse. Mais on rencontre, à la faveur de petites dépressions, des parties plus humides inondées chaque hiver. Des plantes, des prairies humides apparaissent, telle la Grande Pimprenelle ou la rare Inule à feuilles de saules.

Photo T. Menut/Biotope

Photo CG77/DEE

Les insectes peuvent être abondants dans cette prairie si elle est correctement gérée : parmi les plus intéressants, citons la mante religieuse, une sauterelle appelée Conocéphale des marais et un superbe papillon, le Flambé. Les bords ensoleillés de la prairie profitent à la Vipère aspic.

prairie la prairie fauc auche de fauche

Photo CG77/DEE

La sauterelle Conocephalus dorsalis

Le Flambé

ge La gestion
Que se passerait-il dans la prairie si on laissait faire la nature ? Des buissons vont apparaître, transformant cette belle prairie de fauche en une zone impénétrable de broussailles; par la suite, des arbres prendront le dessus, formant un boisement continu. Il a été décidé d'appliquer une gestion adaptée au maintien de son aspect esthétique et de sa diversité actuelle : les herbes sont fauchées le plus tard possible, à une période où la majorité des plantes a fini de fleurir et où les insectes sont déjà adultes.

L'Euphorbe verruqueuse

12 - Espace naturel sensible

13 - Espace naturel sensible

Photo CG77/DEE

Photo M. Géniez/Biotope

Photo T. Menut/Biotope

Le insect secte . Les insectes abondent, dont certaines espèces rares, telle la sauterelle Ruspolia nitidula. Le amphibien iens . Le s amphibiens sont souvent observés dans ces friches : le Crapaud calamite tente de se reproduire dans les flaques et la grenouille agile utilise les friches comme terrain de chasse (les insectes abondent disions-nous !) Le repti eptil . Le s r epti l e s tels le lézard vert ou le lézard des murailles, occupent les surfaces sèches et bien exposées au soleil.

friche hes d'ancienne cultur iennes ure Les friches sont d'anciennes cultures abandonnée andonnées ones déboisée sées. abandonnées ou de zones déboisées. milieux appel pell Il s'agit de milieux que l'on appelle "ouverts" c'es -à-dire "ouverts" c'est-à-dire très peu ecou erts par la végétation. ouv recouverts par la végétation.

Grenouille agile

Dans la Plaine de Sorques, certaines friches sont remarquablement diversifiées : plantes, chauvessouris, grands mammifères, renards, grenouilles, reptiles ... Le orchidées . Les orchidées fleurissent par dizaines au printemps, comme l'Orchis militaire. Son nom lui vient de la forme de ses fleurs : un aspect de bonhomme paraissant au garde-à-vous, surmonté d'un casque ! . Les chauves-souris chassant de petits insectes sont Le chauv s-souri souris observables au crépuscule. Le sa nglier chevr euil ce rf gliers, hevreui . L e s s a n glier s, c hevr eui l s, c e r f s déambulent régulièrement dans les friches, contribuant à maintenir le milieu ouvert. L e renard , plus discret, peut être renard enar aperçu en train de chasser.
Photo T. Menut/Biotope

L'Orchis militaire

Une sauterelle rare vivant dans les friches très ouvertes : Ruspolia nitidula

ge La gestion
M. G énie ioto z/B pe

Des

sin

Les friches sont des milieux ouverts qui évoluent spontanément vers le boisement. Bien que les inondations, le broutage par les lapins ou le passage régulier des sangliers ralentissent la fermeture du milieu, cette évolution est inéluctable en cas de non-gestion. Il faut donc faucher les herbes, débroussailler lorsque des arbustes apparaissent. Dans la Plaine de Sorques, une expérience est menée dans une friche : des mares ont été creusées, plus petites et moins profondes encore que les marais, pour favoriser la reproduction de certains amphibiens : Crapaud calamite, tritons ...
Le sanglier

Dessin M. Géniez/Biotope

Photo F. Melki/Biotope

friche hes les friches

Le Lézard vert, ici le mâle avec sa gorge bleue, apprécie l'ensoleillement offert par les zones de friches.

14 - Espace naturel sensible

15 - Espace naturel sensible

Photo F. Couturier CG77/DEE

Photo T. Menut/Biotope

bois ma ifs arbu tifs recouvr ecouvrent Les bois et massifs arbustifs recouvrent par importante artie la Plaine une partie importante de la Plaine de Sorque Ils con tituent une trame ques. ons Sorques. Ils constituent une trame sur le sit reli ite, eliant entre des continue sur le site, reliant entre eux des es un milieux naturel différents, ce aturels milieux naturels différents, ce qui est un avantage antag beauc aucoup d'animaux. avantage pour beaucoup d'animaux.

boisements naturel aturels Les boisements naturels se maintiennent sur le site et n'ont pas été touchés par l'exploitation. Belles chênaies de chênes sessiles, chênes pubescents, chênes pédonculés ... Les orchidées, comme l'Hélléborine commune, n'y sont pas rares. On y observe de nombreux oiseaux tels que les pics (Pic vert, Pic cendré ou Pic noir) et la Sittelle torchepot. Quelques petites clairières abritent le Lézard des souches.

Les saules poussant au milieu de cette zone humide peuvent en menacer l'existence si leur développement n'est pas contrôlé.

Cette orchidée, l'Hélléborine commune pousse en sous-bois.

bois les bois

Le tai lis ail sau aul le pré-bois . Les taillis de saules et les pré-bois étaient en pleine expansion avant l'acquisition par le Département de Seine-et-Marne. Ils commençaient à envahir les marais, les friches humides et les zones pionnières. Des campagnes de débroussaillement ont eu lieu et se poursuivront dans les années à venir. Toutefois, ces milieux sont utiles à de nombreux petits oiseaux qui y construisent leurs nids : hypolaïs polyglotte, rousserolle verderolle, rossignol philomèle ... Les débroussaillements sont donc pratiqués avec discernement. boisements artificiels tificiel . L e s boisements ar tificiels correspondent à des plantations de peupliers, résineux, robiniers fauxacacias. Leur sous-bois est assez pauvre et abrite des plantes rudérales, c'est-à-dire issues de milieux artificialisés : ronces, douce-amère ... Les résineux, pins sylvestres, pins noirs d'Autriche, profitent toutefois au pic noir.
Photo F. Couturier CG77/DEE

Des sin M. Gén iez /Bio top e

M. Géni

Peupleraie

ez/Bioto

pe

Le Pic vert

ge La gestion
La plupart des boisements artificiels ont vocation à être exploités (peupleraies). Par contre, les boisements naturels seront conservés sans intervention afin de laisser vieillir les peuplements et permettre le développement de la faune et de la flore qui leur sont liées.

16 - Espace naturel sensible

Dessin

Feuilles et fruits du Chêne pédonculé

17 - Espace naturel sensible

Qu'es -ce- qu'un milieu "naturel"? atur Qu'est-ce- qu'un milieu "naturel"?

La gestion des milieux naturels ge des milieux naturel aturels

d'un es ace Il s'agit d'un espace soumis la présence peu soumis à la présence humaine un ensemb sembl humaine et où un ensemble condition onditions la de conditions régit la vie smes des organisme ivants. des organismes vivants.

. Des conditions physiques : eau, nature de la roche onditions phy ques ou du sol, exposition au soleil, humidité ... . Des conditions biologiques : hauteur et densité de onditions biologique iologiques la végétation (une prairie et une forêt de chênes n'offrent pas les mêmes conditions), prédateurs, nourriture disponible ... . Pourquoi des guillemets à milieu "naturel" ? Pour ourquoi des guil milieu "naturel" atur Parce qu'il ne subsiste à l'heure actuelle que très peu de milieux vraiment originels : la plupart ont été modifiés ou créés par l'Homme. Cela ne signifie pas qu'ils ne soient pas riches ou intéressants, bien au contraire ! Mais ils doivent être considérés comme des milieux de substitution aux milieux originels : forêts primaires, lits majeurs des rivières et des fleuves avec leurs cortèges de noues, bancs de sable, zones humides ... Dans la Plaine Sorque l'es ques, des . Dans la Plaine de Sorques, l'essentiel des milieux es is des activités humaine aines. milieux est issu des activités humaines. Il existe des milieux ouverts : prairies, friches, milieux ouverts bords de chemins ... et des milieux fermés comme milieux fermés les forêts. Le milieux jamais figés, il évo amai . Les milieux ne sont jamais figés, ils évoluent le temp emps tout le temps . Par exemple, un milieu ouvert a tendance à se refermer pour devenir à terme une forêt. Seule une perturbation importante, naturelle ou artificielle, le maintient ouvert : activité agricole, passages fréquents de gros animaux, broutage ...

le animaux Parmi les animaux le plante ou les plantes plu intére lus le les plus intéressants ou les lus rar are beauc aucoup ivent plus rares, beaucoup vivent de nos jours dans nos jour dan ours ans des milieux façonnés par des milieux façonnés par aines. activités humaine les activités humaines.

Dans ces conditions, croire que ces espèces sont protégées en "laissant faire" la nature conduirait à l'effet contraire : elles disparaîtraient de ces espaces sans aucune garantie de pouvoir réapparaître ailleurs. D'où la notion de "gestion des milieux" qui complète nécessairement la protection d'un site. Gérer un milieu, c'es d'abord es Gérer un milieu, c'est d'abord essayer de onser serv le espèce ivent conser ver les espèces qui y vivent ! Le débroussaillement des arbustes envahissants, le fauchage tardif de la prairie, l'installation de "crapauducs" pour protéger les amphibiens de la circulation routière constituent plusieurs facettes de cette gestion. Une connaissance approfondie du milieu naturel est nécessaire pour mettre au point des mesures de gestion bien adaptées et éviter de commettre des erreurs; le contrôle de la fréquentation humaine, notamment dans les secteurs les plus fragiles ou bien là où le dérangement des animaux serait le plus préjudiciable, complète ces mesures.

18 - Espace naturel sensible

19 - Espace naturel sensible

Le statut en France et l'oiseau de Sorques Statut en France Le secteur de Sorques, où un Vanneau sociable a été vu à la mi-octobre 2005 se situe dans la zone de passage (en rouge) des grandes troupes de Vanneaux huppés en France

En France, le Vanneau sociable est un oiseau très rare, avec 55 données homologuées par le C.H.N. concernant 54 individus entre 1981 et 2001 (source : www.oiseaux-nature.com). L'espèce est surtout vue lors du passage de printemps (pic durant la première décade de mars), lors du la migration prénuptiale du Vanneau huppé auquel il se joint très fréquemment. Le passage d'automne (fin septembre - début décembre) concerne la majorité des données. Les données sont surtout réalisées autour d'une ligne "Lorraine-Centre-Ouest", qui correspond aux zones de passage des grandes troupes de Vanneaux huppés (source : Les oiseaux rares en France de Philippe J Dubois et Pierre Yésou). Le Vanneau sociable venant d'Asie centrale, il est possible que certains Vanneaux huppés notés en France viennent également de cette zone, "entraînant" avec eux le rare limicole. L'observation du Vanneau sociable de Sorques d'octobre 2005 s'inscrit dans une intéressante série de données (7 entre 1981 et 2001) obtenues dans le sud de la Seine-et-Marne, une zone de passage de grandes troupes de Vanneaux huppés assez souvent inspectées. Les secteurs de l'aérodrome de Melun-Villaroche (au nord de la forêt de Fontainebleau, de Montereau-sur-le-Jard ou de Marolles-surSeine semblent être particulièrement favorables en automne (octobre surtout), avec le passage de beaux effectifs de Vanneaux huppés. La plaine de Sorques

Plan d'eau de la plaine de Sorques (77) : vue depuis l'observatoire principal Photo : Ornithomedia.com Le Vanneau sociable découvert à la mi-octobre 2005 a d'abord été vu depuis l'observatoire de la Plaine de Sorques, un espace protégé situé sur la commune de Montigny-sur-Loing (77) géré par le Conseil Général de Seine-et-Marne. Il s'agît d'un espace naturel reliant le Loing à la forêt de Fontainebleau, constitué d’étangs, de marais, de prairies et de bois riches en amphibiens, en oiseaux et en grands mammifères. Un parcours y a été aménagé pour le public, avec deux observatoires idéalement placés sur le bord d'un grand plan d'eau. Plus de 400 espèces végétales ont été inventoriées sur le site, chiffre tout à fait considérable, dont 10 sont considérées comme rares en Ile-de-France, une comme très rare et trois sont protégées au plan régional.

Observatoire principal de la Plaine de Sorques Photo : Ornithomedia.com Les amphibiens constituent certainement un des éléments les plus remarquables du site, et les plans d'eau situés au nord du site sont un des secteurs les plus importants d'Île-de-France pour la reproduction du Crapaud commun. Chaque année, au début du printemps, des milliers de crapauds venus de la forêt de Fontainebleau viennent se reproduire dans les plans d'eau de la Plaine de Sorques. Plus de 140 espèces d'oiseaux ont été observées sur le site qui constitue un site de nidification intéressant pour de nombreuses espèces menacées ou rares au niveau national ou régional. Enfin, les grands mammifères (cerfs, chevreuils, sangliers) sont très présents sur le site et profitent de sa tranquillité et de l'abondante nourriture qu'ils y trouvent. Des sorties de découverte y sont organisées par un club local.

Accès à la zone d'observation Carte autour de Sorques (77). En rouge, secteurs où a été vu un Vanneau sociable en octobre 2005

A la mi-octobre (vers le 16 à priori), un Vanneau sociable en pluamge internuptial a été vu depuis l'observatoire principal de la Plaine de Sorques, notamment tôt en matinée, accompagnés de centaines de Vanneaux huppés. Il a été repéré à nouveau le vendredi 21 dans un champ le long de la D58 à la sortie du petit village de la Genevraye, de l'autre côté du Loing, se déplaçant avec les troupes de Vanneaux huppés. Nous avons eu la chance avec d'autres observateurs de le voir le 23 octobre le long de la D58 et de la D40 à la sortie du village. La zone est facile d'accès depuis Fontainebleau au nord (par la N7, la D58 et la D 148) : rejoindre Montigny-sur-Loing, puis le village de Sorques (D 148). La Plaine de Sorques est située sur la commune de celui-ci. Traversez ensuite le Loing vers Episy pour rejoindre La Genevraye et observez dans les champs autour du bourg, au sud de la D40 juste à la sortie de la ville, et surtout dans le grand champ en cuvette le long de la D58, non loin d'une très belle église bâtie sur une butte. Photos et dessins du Vanneau sociable d'octobre 2005 Vanneau sociable (Vanellus gregarius), photographié depuis l'observatoire de la Plaine de Sorques (77), le 16/10/2005. Il était accompagné par des centaines de Vanneaux huppés. Le plan d'eau servait-il de dortoir et de lieu de refuge aux oiseaux dans une zone très chassée ? Photo : Jaime Crespo / BlogObs Troupe de Vanneaux huppés, observatoire de la Plaine de Sorques (77), le 23/10/2005 : pas de Vanneau sociable dans le groupe ... Photo : Ornithomedia.com

Le Vanneau sociable a été revu avec des Vanneaux huppés les 21, 22 et 23 octobre dans ce grand champ à la sortie de La Genevraye, le long de la D58 Photo : Ornithomedia.com Vanneau sociable et Vanneaux huppés, photographiés le 23 octobre 2005 dans le grand champ en cuvette à la sortie de La Genevraye. L'oiseau se tenait souvent en périphérie de la troupe, et était facile à repérer en vol grâce à ses grandes plages alaires Photo : Sylvain Houpert / fotooizo.free.fr Vanneau sociable et Vanneaux huppés, photographiés le 23 octobre dans le grand champ en cuvette à la sortie de La Genevraye (77) Photo : Thierry Cense

Vanneau sociable (Vanellus gregarius), La Genevraye, 23 octobre 2005 Dessin : Jean-Yves Barnagaud

Vanneau sociable (Vanellus gregarius) en vol, La Genevraye, le 23 octobre 2005 : notez les grandes plages alaires, et la ressemblance avec le dessin d'une Mouette de Sabine ! Dessin : Jean-Yves Barnagaud

Vanneau sociable (Vanellus gregarius) et Vanneau huppé (Vanellus vanellus) en vol, La Genevraye,le 23 octobre 2005 : notez les différences de la forme des ailes Croquis : Jean-Yves Barnagaud

Sites web à visiter - Les observations dans le sud de la Seine-et-Marne pratiquement au jour le jour, grâce au blog de Jaime Crespo : http://gcrespo.club.fr/dotclear/index.php - Le site de l'association des naturalistes de la vallée du Loing et du massif de Fontainebleau : http://anvl.club.fr/index.htm - Le très bon site perso de photos d'Emmanuel Fréri : http://pixailes.free.fr - Le non moins très bon site de Sylvain Houpert : http://fotooizo.free.fr - Et un très beau site web sur le projet de suivi de la Grue de Sibérie au Kazakhstan : http://www.scwp.info

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->