You are on page 1of 7
no ©opyright sorbonne 68 graffiti ocumontsréunsse présentés ‘par Yoos Page verticales © Udkions Vertes, 198 ISON 284335.000. Méfiez-vous des contrefagons... ‘Mai 68 défa fait couler beaucoup dence, op. De pavés biographiques en morceaux choisis et autres leader’ digests, on a déja tout dit et son contrite jus- «quia écocurement, Lorigine de cet ouvrage est ailleurs Voceasion faisant le larton, un heureux hasard nous a {it tomber sur un document inédit, A quelques mois du trentiéme anniversaire. ‘Quand la petite histoire met en abfme la grande, Ceest en déménageant les caves d'un ancien local universitaire, situé au 18 bis rue de la Sorbonne, que ‘nous avons sort, d'un vrac d'archives, un mince dos- sier 8 Ia couverture ocre sobrement intitulé : Les murs de a Sorbonne, relewé des inscriptions, mat-juin 68. ‘inérieur, une centaine de feuilles volantes - de pales ‘copies carbones sur papier pelure. Et sur chaque page, bruissante au toucher, une quinzaine de phrases Gnigmatiques auxquelles correspondaient, dans a sarge de gauche, une localisation plus ou moins pré= SORBONNE 6 ‘ise, Renseignements pris, cétait Teeuvre de quawre technicien(ne)s Michel Askevis, Annie Dequekes, Michéle Pages et Marie-Thértse Singh~ et d'une secrétaie-dactylo ~Dany Lauvergeon-, tous em- ployés 2 I'époque par un laboratoire de psychologic sociale associé au CNRS, Solidaires de Vagitation en cours ils s étaient coordonnes ~ sans Sembarrasser de Ja tutelle davcun chescheur attire pour transcrie ensemble des graffi flcurssant dans la « Cormmune libre de la Sorbonne, a Nexclusion des affiches, tracts et divers papillons imprimés qui supposaient une infrastructure militante prGexistante, Leur relevé :méthodique, entamé dix jours aprés loecupation des licux le lundi 13 mai~, se poursuivit bien apres evacuation des derniers occupants par la police, le dimanche 16 juin, Au passage, is pritent aussi en ‘compte les trés nombreuses inscriptions de Tannexe Censier, dernier bastion du mouvement évacue par les forces de Vordre. Lintécét de ce document découvert sur le tard tient Clabord 2 la nature de ses tanscripteurs: ni étudiants, ‘i mandarins, mais mémovialistes intuiifs dune Mis- toire en train de se faire. Grévistes 261és, donc, cher chant saisir de Tintérieur d'un mouvement sa part MErEx- VOUS DES CONTREFAGONS. confusément novatrice et usant des méthodes emy riques des sciences humaines non pour forcer Vv rnement 2 enter dans quelque grille analyse prééta- bie, mais pour donner a voir ses contenus latents, ‘surenchéres verbales et imaginaires protéiformes. Dod ce document presque naif dans son respect scrupuleux des calligraphies originales. Tout y est reproduit 4 Tidentique: minuscules ow majuscules, recours Aa ligne fantaisistes, bourdes orthogra- phiques, ponctuations defaillantes, ainsi qu’ajouts e¢ ‘surcharges polémiques notés entre crochets. Le clas- ‘sement strictement topographique —balisé de pré cieuses indications de lieux, en ialique~ permet de revives entre les lignes, une sorte de libre déambula- tion dans antique et solennelle faculté parisienne, ses couloit, escaliers, amphithéatres, vestibules, sans ‘oublier ses toiletes hommes ou Femmes, Aujourd’hui, ce tapuscrt 6garé est un livre que Fon voudrait sans autre commentaire qulun hommage a la smodestie enthousiaste de ses copistes d'alors. Quant six praffitistes euxmémes, leurs mains, inconnues sis lustres, se reconnaitront sirement dans ce pparaphe lapidaire : no Gopyright