<

TARNOS

Info du salarié
Le 02/03/2016

NAO
Cette négociation se déroule dans un contexte particulier notamment en matière de communication.
En effet, cette dernière est exacerbée sur la nécessité d’adaptation liée à une hypothétique baisse
d’activité prévisionnelle. La Direction propose de modifier des accords existants notamment celui de
2000 « accord sur l’aménagement et la réduction du temps de travail». Alors que les prévisions de
résultats de notre société, à court termes 2016 – 2017, ne sont pas modifiées. Ces dernières sont d’un
haut niveau jamais égalé dans l’histoire de Turbomeca.

Un tableau bien noirci…
Premier constat : stratégie inchangée par rapport aux années précédentes, le contexte
présenté par la direction peut effrayer, et c’est le but ! Nos dirigeants essaient de nous
expliquer que la situation est quasi-catastrophique. Baisse des commandes de moteurs neufs,
réparés, baisse RTDI…
Les élus CGT aux travers des instances (CCE, CE, Réunions DSC) ont soulevé un certain nombre
de questions auxquelles la direction ne répond pas. Les éléments sont-ils gênants ?

Où en est-on ?
Mercredi 24 février la Direction a présenté ses premières mesures. Encore moins que l’an
dernier ! Par contre elle monopolise les élus sur des mesures d’adaptation soit disant
nécessaires, à savoir, l’ouverture d’un compteur temps : c’est la pluriannualisation des RTT à
la DI ainsi que la mise en place d’activité (chômage) partiel. Ça veut
dire quoi ? Cela se traduit par soit la prise par anticipation de MS de
2017 pour les secteurs en sous-charge, soit la non prise de MS en 2016
et paiement à la fin de l’année pour les secteurs chargés.
Quelle peut être la conséquence de cette mesure ? Ni plus ni moins que
la remise en cause de notre accord sur la réduction et l’aménagement
du temps de travail de 2000 !
Au travers des mobilités, la DG parle de 100 supplémentaires. L’accord GPEC
groupe traite d’ores et déjà le sujet, mais nos dirigeants nous expliquent que
les propositions NAO vont au-delà. Sauf que ceux sont des mobilités subies
par les salariés…
Concernant certaines autres mesures comme, le pointage du temps de repas, la
mise en équipe de certains cadres, nous assistons à la mise en place de dispositions
sans négociations d’accord spécifique.
La CGT a demandé avec insistance que ces sujets ne soient pas traités en Nao.
Courriel : cgtturbo.40@orange.fr (Tarnos) ufict.turbomeca64@orange.fr (Ingénieurs- Cadres)

--- Téléphone interne Tarnos : 294099

Nous arrivons enfin sur les mesures salariales, là c’est peau de chagrin ! La Direction s’évertue
à nous expliquer qu’elle ne peut pas faire mieux vu le contexte, 0.45% en AG et 1.35% en AI
dont 0.15% spécifique pour les non cadres, 2% pour les cadres avec 0.6% minimum.
Dans le même temps, le groupe publie ses résultats financiers! Ils sont phénoménaux!
Hausse de 13,4% du chiffre d’affaire
Le résultat opérationnel augmente de 14 %
Le résultat net en hausse de 18.8%
Pour TURBOMECA, les résultats de 2015 devraient confirmer cette tendance.
A la réunion de cadrage groupe, le PDG, Mr Petit Colin a généreusement octroyé 2%
d’augmentation aux salariés, alors que les actionnaires se voient attribuer une
augmentation de 15%.
Pour les uns le fruit, pour les autres le trognon…
En CCE et en CE, les dirigeants avancent leurs propositions pour l’activité (chômage) partielle.
Ils imposent 4 jours de formations par salarié pas obligatoirement adaptés au besoin du
personnel (LEAN, GEODE, SAP,…), financés par des fonds publics, dont les caisses sont déjà
vides. Suivant le nombre de jours non travaillés (10,15 ou 20), les autres jours seront pour
moitié des MS de 2017 et pour moitié du chômage indemnisé également par les fonds publics!
Sont concernés 534 « directs » et 727 « indirects », ce qui correspond à 120 000 heures.
Pourquoi se faire financer 120 000 heures par les fonds publics pour une baisse de 53000
heures ?
Comment peut-on tolérer que des salariés soient les seuls à payer les pots cassés ?
En effet, ils se voient amputés de MS de 2017, se voient imposer des formations également
financées par leurs impôts, du chômage qu’ils financent aussi, et en plus la société sera
exonérée de cotisations sociales sur ces mesures ! Bonjour la Solidarité Nationale !
Il est encore temps de réagir pour stopper le rouleau compresseur de la Direction. En
effet, ces mesures ne peuvent être appliquées sans signature des organisations
syndicales
Il est important que l’ensemble des salariés se saisisse du sujet. Sans mobilisation du plus
grand nombre les carottes seront cuites.

Rendez-vous dès lundi pour exprimer NOTRE mécontentement.
ADIEU TURBOMECA !: La nouvelle est
tombée…SAFRAN écrase tout sur son passage
même l’identité des sociétés. Le créateur de
Turbomeca doit faire bien des tours dans sa
tombe.

Courriel : cgtturbo.40@orange.fr (Tarnos) ufict.turbomeca64@orange.fr (Ingénieurs- Cadres)

--- Téléphone interne Tarnos : 294099