Cours de prospection sismique

COMPORTEMENT ELASTIQUE DES ROCHES
By Djeddi Mabrouk

Ce cours « Methodes Sismiques.Comportement élastique des roches » dispensé en
Géophysique au département de Géophysique de la FHC n’est pas encore entièrement achevé,
il peut également subsister des fautes (erreurs) dans le texte et des références absentes.N’hésitez pas à
me contacter au djeddimabrouk@yahoo.com pour tout complément ou correction.

Si vous utilisez des données de ce travail , vous devez citer la référence en bibliographie de la façon
suivante :
Djeddi

Mabrouk .Cours

de

prospection

sismique

(Comportement

élastique

des

roches).Département de Géophysique de la FHC.Université M’Hamed Bougara de Boumerdes
Algérie 03/2016.

1

METHODES SISMIQUES. COMPORTEMENT ELASTIQUE DES ROCHES
Introduction
La géophysique est une branche des sciences de la terre qui consiste à étudier les
propriétés physiques du globe terrestre.Elle englobe plusieurs disciplines tel que le
géomagnétisme, l’electrométrie ,la gravimétrie, la sismologie , la radiométrie ,
l’electromagnétisme et la méthode sismique d’exploration.
Cette dernière se divise principalement en deux grandes familles
- La sismique réflexion
- La sismique réfraction
Les deux méthodes se basent sur la propagation des ondes acoustiques(sismiques)
dans le sous-sol.
Caracteristiques élastiques des roches
Nous nous contenterons de rappeler très succintemenet la théorie d’élasticité qui est à la
base de la bonne comprehension de la propagation des ondes élastiques (sismiques)
en effet, La théorie de l’élasticité des materiaux est à la base de la transmission des ondes
acoustiques(sismiques) et donc les méthodes d’exploration sismique et la sismologie tirent
profit de cette théorie. Il est donc utile de rappeler succinctement certains paramètres ou
modules élastiques pour un corps homogène et isotrope soumis à une contrainte sans subir
une déformation permanente.

Il n’existe pas de solides qui ne se déforment pas. Tout corps soumis à de très
faibles contraintes (forces par unité de surface) se déforme , il subit un
comportement élastique appelé domaine d’élasticité. On dit qu’il est élastique au
sens général du terme .Par la suite on considère que tout materiau homogène et
isotrope se trouvant à des températures et des presssions relativement faibles peut
être consideré parfaitement élastique , à condition que les déformations dont il était
l’objet , soient petites.
Dans ces conditions, on observe deux propriétés :
-

Une relation linéaire entre la contrainte appliquée et la déformation du materiau.

- Une reversibilité de la déformation .Lorsque la contrainte appliquée cesse d’agir, le
corps retrouve son état initial.
Lorsqu’un corps est soumis à une force 𝑭 appliquée sur une petite surface , il subit
trois(3) types de déformation
-

Des déformations de compression

- Des déformations de tensioqui sont de même nature que les déformations de
compression.Dans les deux cas ce sont des déformations longitudinales.

2

-Des déformations de cisaillement .La force appliquée est parallèle à la surface et la
déformation est de nature angulaire .
Les propriétés élastiques des materiaux sont regies par la loi de Robert Hooke
(physicien anglais 1635-1703) qui exprime une relation de proportionnalité entre
contraintes et déformations, relation que l’on peut établir par les constantes ou
modules élastiques.Ils caracterisent les propriétés élastiques des materiaux.
Rappel succint des contraintes et deformations
Contraintes
Lorsqu’une roche (solide) est soumise à des faibles contraintes, elle se déforme et
reprend sa forme initiale quand la contrainte cesse .La déformation est réversible,
c’est un comportement élastique. La contrainte se définit comme étant une force
appliquée à une certaine unité de surface. C’est une propriété ponctuelle(un tenseur)
.On distingue deux types de contraintes fig 1 (a).
- Les contraintes normales 𝝈
- Les contraintes de cisaillement 𝝉

a
Fig 1 :(a) type de contrainte𝑠,

b
(b) nombre de composantes de contrainte sur un petit cube

Il existe 9 composantes de contrainte sur un petit cube (fig1.b)dont
- 3 contraintes normales 𝝈𝒙𝒙 , 𝝈𝒚𝒚 , 𝝈𝒛𝒛
- 6 contraintes tengentielles(contraintes de cisaillement) 𝝉xy , 𝝉yx , 𝝉xz , 𝝉zx , 𝝉yz, 𝝉zy
Les contraintes de cisaillement qui se correspondent sont égales 𝝉

xy = 𝝉yx = 𝝉xz = 𝝉zx = 𝝉yz = 𝝉zy
3

On peut donc representer les composantes des contraintes à l’aide d’une matrice . 𝜎𝑥𝑥

|𝜏𝑥𝑦 𝜏𝑥𝑧 𝜏𝑥𝑦 𝜎𝑦𝑦 𝜏𝑦𝑧 𝜏𝑥𝑧 𝜏𝑦𝑧

| 𝜎𝑧𝑧

Déformations
Les déformations sont des déplacements par unité de longueur causées par les
contraintes . La relation entre déformation et contrainte est souvent linéaire et la
transmission des ondes sismiques dans le sous –sol est permise par cette propriété
élastique des roches.
Les déformations dans la direction de contrainte entrainent toujours des déformations
dans les autres directions.
La figure 2 montre le domaine d’élasticité linéaire 𝑂𝐴 de la courbe contrainte déformation .Il se caracterise par :
-Une relation de proportionnalité entre la contrainte appliquée et la déformation du
materiau
-une reversibilité de la déformation lorsqu’on relâche la force, le materiau revient à
son état initial
Pour de très petites déformations, la courbe contrainte–déformation est linéaire, avec
une pente 𝑬 (module d’Young).La relation de proportionnalité 𝑬 entre la contrainte 𝜹
et la déformation 𝜺 est : 𝜹

= 𝑬. 𝜺 𝑬
s’appelle module d’Young .Il représente la pente de la courbe 𝑶𝑨 dans le domaine
d’élasticité
L’unité du module d’Young 𝑬 est la même que celle d’une contrainte(force par unité
de surface,𝑭/𝑺).Comme les déformations sont sans unité,alors l’unité en système
international d’une pression est le Pascal (𝑃𝑎 = 𝑁𝑒𝑤𝑡𝑜𝑛/𝑚2 ).
Il ya également d’autres unités tel que :
le 𝑚é𝑔𝑎 − 𝑃𝑎𝑠𝑐𝑎𝑙 ( 1𝑀𝑃𝑎 = 106 𝑃𝑎)
le 𝑔𝑖𝑔𝑎 − 𝑃𝑎𝑠𝑐𝑎𝑙 (1𝐺𝑃𝑎 = 109 𝑃𝑎 )
le 𝑘𝑔𝑓/ 𝑚𝑚2 = 9.81 𝑁/𝑚𝑚2
le 𝑝𝑜𝑢𝑛𝑑 𝑝𝑒𝑟 𝑠𝑞𝑢𝑎𝑟𝑒 𝑖𝑛𝑐ℎ ( 𝑝𝑠𝑖 = 6.895. 103 𝑃𝑎)

4

fig2 :comportement des materiaux soumis à des efforts

Constantes élastiques des roches
1-

Module d’Young

Les propriétés élastiques des materiaux sont definies par des constantes élastiques
permettant d’établir une relation entre la contrainte qui leur est appliquée et la
déformation engendrée.En 1676, le physicien anglais Robert Hooke(1635- 1703) a
établi une relation linéaire de proportionnalité entre les contraintes et les
déformations , relation que l’on peut exprimer par les constantes
élastiques
determinées comme suit :
Tout materiau isotrope soumis à une faible contrainte (force appliquée par unité de
surface, 𝑭/𝑺𝟎 ) subit un raccourcissement (ou un allongement) fig 3 (a,b)
Le module d’Young 𝑬 s’exprime par la relation : 𝑬

= 𝑭 𝑆

0
∆𝒍 𝑙𝑜

= 𝜹

Si l’échantillon
∆𝒍 𝒍𝒐

= 𝟏 𝑬

. 𝑭 𝑺𝟎

soit 𝜺

= 𝜹

= 𝑬. 𝜺

de section 𝑺𝟎 possède un diamètre 𝒅𝟎 , on aura : 𝟏 𝑬

. 𝑭 𝝅𝒓𝟐 𝟏

= . 𝟒

.𝑭 𝑬

𝝅𝒅𝟐𝟎 𝑭

∶ force appliquée 𝑺𝟎
:section initiale
∆𝒍 ∶ Allongement (ou raccourcissement) du materiau sous l’action de la traction ou de
la compression 𝒍𝟎
∶ longueur initiale 𝑬
: module d’Young 𝜹
: contrainte
5 𝜺

: déformation 𝑭 𝑺

∆𝒍 𝒍𝒐

∶ Contrainte par unité de surface
: allongement ou raccourcissement par unité de longueur.

Ainsi, une tension 𝑻 appliquée sur les faces perpendiculaires d’un parallélépipède
rectangle produit un allongement ∆𝒍 des arêtes parallèles à l’axe de la tension 𝑻 .Le
rapport Tension/Allongement par unité de longueur 𝒍 est le module d’allongement ou
module d’Young 𝑬 defini par : 𝑬

= 𝑻

∆𝒍 𝒍𝒐

Fig 3 :

2-

(a) déformation de compression ,

(b) déformation de tension T

COEFFICIENT DE POISSON

C’est le mahématicien français Siméon Denis Poisson(1781-1840) qui a mis en
evidence analytiquement ce paramètre caractérisant comme le coefficient d’Young ,
une propriété intrinsèque du materiau, appelé depuis le coefficient de Poisson.
La tension qui provoque l’allongement ∆𝒍 s’accompagne d’une contraction relative

∆𝒅 𝒅𝒐

des arêtes perpendiculaires à la direction de la tension fig3(a,b).Le rapport de la
contraction latérale à la dilatation longitudinale est le coefficient de Poisson 𝝑.Celui-ci
est defini par : 𝝑
=

∆𝒅 𝒅𝒐

∆𝒍 𝒍𝒐

,

∆𝒅 𝒅𝒐

: variation des dimensions transverses

6

Etant donné que 𝜺

=

∆𝒍 𝒍𝒐

, on a

∆𝒅 𝒅𝒐

=

∆𝒍 𝒍𝒐

.𝝑 = 𝜺. 𝝑

∆𝒅 ∶ retrécissement (ou allongement de l’épaisseur(diamètre). 𝒅𝒐
: epaisseur initiale (diametre initial).
Le tableau 1 renferme les valeurs du module d’Young et du coefficient de Poisson
pour quelques roches (Mestat 1993). Il ressort que les roches tendres se
caracterisent par le module d’Young faible notamment pour la marne et le calcaire
alors que les roches dures comme le granite et le marbre possèdent des valeurs
assez elévées. Le coefficient de Poisson est sans unité,dans la plupart des cas il est
égal à 0.25
Le coefficient de Poisson est defini par le rapport entre le retrécissement latéral et
l’allongement longitudinal quand un materiau est soumis à une force de traction
(dans le domaine élastique).Ainsi, il permet de caracteriser le retrécissement du
materiau perpendiculairement à la direction de l’éffort appliqué.
Le coefficient de Poisson (grandeur sans unité) est théoriquement égal à 0.25 pour
un materiau parfaitement isotrope.Il est habituellement compris entre 0.20 et 0.30
et ne depasse pas 0.50.
Il est toujours inferieur ou égal à 0.50.S’il est égal à 0.50, le materiau est parfaitement
incompressible.Il existe des materiaux dits « auxétiques » qui ont un coefficient de Poisson
négatif.Ces materiaux deviennent plus épais dans la direction perpendiculaire à la traction.

Materiau
Granite
Basalte
Quartzite
Gneiss
Schiste
Calcaire très compact
Calcaire compact
Calcaire peu compact
Calcaire tendre
Marne
Grès
Molasse
Marbre
Gypse

Module de Young E(GPa)

Coefficient de
Poisson 𝝑

10-80
20-70
30-90
10-60
7 - 50
60-80
30-60
10-30
2- 10

0.25-0.35
0.25-0.35
0.12-0.15
0.25-0.35
0.15-0.20
0.25-0.35
0.25-0.35
0.25-0.35
0.25-0.35

0.05-1
5-60
1.5-5
80-110
2-6.5

0.25-0.35
0.25-0.35
0.25-0.35
0.27-0.30
0.27-0.30

Tableau 1

7

DETERMINATION DU COEFFICIENT DE POISSON
Le module d’Young et le coefficient de Poisson sont les deux paramètres de
déformabilité caracterisant les propriétés élastiques des roches qui sont directement
accessibles par les mesures experimentales.Ces deux paramètres physiques sont
étroitement liés à la nature pétrographique, à la parosité , au degré de saturation des
formations géologiques et bien d’autres .
La détermination du coefficient de Poisson s’effectue par la mesure des paramètres
acoustiques tel que :
-

La mesure du temps de transit(ou la lenteur ∆𝒕 ) dans la formation géologique
entre deux récepteurs à partir des données des diagraphies acoustiques (PSV,
cross-hole etc..)

-

La deduction des vitesses 𝑽𝒑 et

-

La vitesse 𝑽𝒑 𝑽𝒑

( 𝒑𝒊𝒆𝒅 𝒔𝒆𝒄𝒐𝒏𝒔𝒆

)= 𝑽𝒔

des ondes longitudinales et transversales

est deduire à l’aide de la relation de Corbier(1983) comme suit : 𝟏𝟎𝟔

∆𝒕 ( 𝝁𝒔

) 𝒑𝒊𝒆𝒅

La densité 𝒅 des formations géologiques est deduite
la sonde de diagraphie gamma-gamma).

sur le log de densité (à l’aide de

Le coefficient de Poisson est calculé directement à l’aide du rapport 𝑽𝒑

/𝑽𝒔

comme

suit : 𝐕𝐩 𝐕𝐬

= √ 𝟐

(𝟏−𝝑) 𝟏
−𝟐𝝑

, soit 𝝑

= 𝟐 𝟏

(𝐕𝐩 /𝐕𝐬 ) −𝟐 𝟐
(𝐕𝐩 /𝐕𝐬 )𝟐 −𝟏

Cas d’un milieu isotrope

Pour un milieu isotrope le coefficient de Poisson 𝝑 peut varier entre 0 et 0.5
le rapport 𝑽𝒑 /𝑽𝒔

, car

varie entre √𝟐 et l’infini.

Cas d’un milieu anisotrope

Pour un milieu anisotrope le rapport 𝑽𝒑 /𝑽𝒔 peut être inferieur à √𝟐. Il peut descendre
jusqu’à 1.3 pour une roche saturée en gaz.
Les travaux de Vasil’ev et al(1962) sur le coefficient de Poisson montrent

que :

- Les roches compactes de rapport 𝑽𝒑 /𝑽𝒔 compris entre 1.6 et 2 se caracterisent
par un coefficient de Poisson oscillant entre 0.20 et 0.35

8

- les roches déconsolidées de rapport 𝑽𝒑 /𝑽𝒔 compris entre 2 et 5 se caracterisent
par un coefficient de Poisson oscillant entre 0.35 et 0.48
Les travaux de Domenico (1977) effectués dans les sables d’Ottawa fournissent les
valeurs suivantes :
-Pour les sables imprégnés de gaz 𝝑 = 𝟎. 𝟏𝟎 − 𝟎. 𝟏𝟓
-Pour les sables imprégnés d’eau 𝝑 ≈ 𝟎. 𝟒𝟎

Fig :4 Rapport des vitesses des ondes longitudinales et transversales et coefficient de Poisson des
roches usuelles (document :IFP)

Il ressort que les sediments déconsolidés et saturés en eau se caracterisent par le
rapport 𝑽𝒑 /𝑽𝒔 >2 et par 𝝑 > 𝟏/𝟑
Les sediments consolidés ou les sables imprégnés d’hydrocarbures ont plutôt 𝑽𝒑 /𝑽𝒔
<2 et 𝝑 < 𝟏/𝟑
La figure 4(a,b) resume le calcul du coefficient de Poisson pour les roches usuelles
à partir de la connaissance des vitesses 𝑽𝒑 et 𝑽𝒔 .

9

3-

MODULE D’INCOMPRESSIBILITE

Un parallélépipède soumis à une pression uniforme sur toute ses faces subit une
contraction.
Le coefficient d’incompressibilité 𝑲 se caracterise donc par le changement relatif de
volume du parallélèpipède soumis à une pression ∆𝑷 .
Si ∆𝑽 est la diminution de volume occasionnée par la pression ∆𝑷 sur le volume 𝑽𝒐

du parallèlépipède, 𝒌 est defini par : 𝑲
= 𝜷
=

∆𝑷
∆𝑽 𝑽𝒐 𝑽𝒐

∆𝑽.∆𝑷

∆𝑽

ou 𝑽𝒐 𝟏

=

:

s’appelle 𝑲

Variation de volume

module de compressibilité

Le Rapport ∆𝑽⁄𝑽𝒐 est appelé la dilatation ou contraction volumique par unité de
volume sous l’effet de la contrainte .Il est proportionnel à la pression
On a 𝑲

. ∆𝑽⁄𝑽𝒐

avec

∆𝑽⁄𝑽𝒐 = 𝜽 (dilatation cubique)

=

∆𝑷

OU 𝑲

=

∆𝑷
∆𝑽⁄𝑽𝒐

= 𝑭 𝑺𝟎

∆𝑽⁄𝑽𝒐

= 𝑭 𝑺𝟎 𝜽 𝑲

:module d’incompressibilité (dynes/𝑐𝑚2 )
L’inverse de 𝜷

= 𝟏⁄𝒌 s’appelle module de compressibilité

Le module d’incompressibilité est lié au module d’Young et le coefficient de Poisson
par la relation suivante : 𝟏 𝑬

=𝒌= 𝜷 𝟑

(𝟏 − 𝟐𝝑)

4-

MODULE DE COULOMB

L’effet d’une contrainte de cisaillement appliquée sur les faces parallèles d’un
parallélépipède est de provoquer, sur chacune de ses faces, une déformation dite de
cisaillement
sans
changement
du
volume
global
(fig.5).Le
rapport
contrainte/déformation de cisaillement est appelé module de Coulomb ou module de
rigidité 𝝁 .
Lorsqu’une force 𝐹
égale à 𝑷 =

agit parallèllement

à la surface , la pression 𝑷 exercée sera 𝑭 𝑺

10

Si la déformation provoquée est suffisamment faible ,et comme 𝐭𝐚𝐧 𝚽 ≈ 𝚽 , on
peut ecrire : 𝑷

= 𝑭 𝑺𝟎

= 𝝁. 𝚽

La constante de proportionnalité 𝝁 s’appelle module de rigidité,module
cisaillement, module de Coulomb, module de torsion ,coefficient de glissement
encore coefficient de Lamé.Il a la dimension d’une contrainte (𝑁/𝑚2 ).

Fig :5

de
ou

Déformation de cisaillement

RELATIONS ENTRE LES DIFFERENTS MODULES ELASTIQUES (STATIQUES)

Le module de cisaillement est lié au coefficient de Poisson et au module d’Young par
la relation : 𝝁

= 𝑬 𝟐

(𝟏+𝝑)

la connaissance du coefficient de Poisson et du module d’Young permet de determiner
le module d’incompressibilité 𝒌 ou de son inverse 𝜷 et le coefficient de Lamé 𝝀
respectivement par les relations suivantes : 𝒌

= 𝟏 𝛃

=

et 𝝀 = 𝑬 𝟑

(𝟏−𝟐 𝝑)

= 𝟐

𝝁(𝟏+ 𝝑) 𝟑
(𝟏−𝟐𝝑 )

avec 𝑬

= 𝟐 𝝁(𝟏 + 𝝑) = 𝟑 𝑲 (𝟏 − 𝟐𝝑) 𝑬

.𝝑
(𝟏−𝟐𝝑 ).(𝟏+𝝑)

Le module d’Young 𝑬 est. 𝑬

= 𝝁(𝟑𝝀 + 𝟐 𝝁)/ (𝝀 + 𝝁)

11

Les roches à haute resistance tentent à avoir un grand module d’Young dependant de
plusieurs facteurs et notamment de la nature de la roche. 𝝑
= 𝟏 𝟐

− 𝑬 𝟔𝑲

= 𝝁

) 𝟑𝑲 𝝁 𝟐

+(𝟐 ) 𝟑𝑲 𝟏

+(𝟐

= 𝝀 𝟐

(𝝀+ 𝝁)

Pour la majorité des roches, le coefficient de Poisson se situe entre 0.15 et 0.4
module de cisaillement 𝝁 (shear modulus) est exprimé par. 𝝁

= 𝑬 𝟐

(𝟏+𝝑 )

= 𝟑

𝑲(𝟏−𝟐𝝑) 𝟐
(𝟏+ 𝝑)

Il mesure la rigidité d’un milieu c’est-à-dire le rapport de la contrainte tengentielle au
cisaillement correspondant ; plus 𝝁 est grand pour une contrainte donnée moins le
milieu se déforme.
Le module de cisaillement est nul (𝝁 = 𝟎 )pour un liquide qui ne resiste pas aux
efforts tangentiels(liquide depourvu de toute rigidité, il se deforme sans contrainte ).Il
est designé en genie civil par la lettre 𝑮.Le tableau 2 resume les differentes relations
existant entre les differents paramètres élastiques.

Tableau 2

CALCUL DES MODULES D’ELASTICITE DYNAMIQUE

Les modules d’élasticité
sont des paramètres qui caracterisent les propriétés
élastiques du mileu .Ils sont determinés par deux moyens :
1- Par des experiences de compression- traction
statique(essais statiques)

. il s’agit de la déformation

2- A partir de la mesure des vitesses de propagation des ondes sismiques . Il s’agit
de la déformation dynamique (essais dynamiques).
Il s’agit remonter aux
modules d’élasticité par la mesure du temps de propagation d’une onde
12

sismique dans une roche.On utilise la méthode Cross-Hole qui consiste à
mesurer la vitesse des ondes sismiques entre forage ou encore la methode
Down-Hole (PSV profil sismique vertical) dont la source se trouve en surface.
Les modules 𝑬 , 𝝑, 𝝁(𝑮) sont reliés aux vitesses des ondes sismiques longitudinales et
transversales et à la densité du milieu par les relations suivantes :
Le module de cisaillement 𝑮 et le module d’Young 𝑬 se deduisent à partir des
vitesses des ondes sismiques longitudinales 𝑽𝒑 et transversales 𝑽𝒔 par les
expressions suivantes : 𝑬

= 𝟐 𝒅. 𝑽𝟐𝒔

. (𝟏

+ 𝝑) = 𝑽𝟐𝒑

(𝟏−𝝑)

. 𝒅 . (𝟏 + 𝝑) . (𝟏 − 𝟐𝝑)

Les unités sont respectivement 𝑬

∶ en 𝐺𝑃𝑎, 𝒅

: en𝑔/𝑐𝑚3 , 𝑽𝒔

: en 𝑘𝑚/𝑠 𝑬

= 𝒅. 𝑽𝟐𝒑 𝑮
= 𝒅. 𝑽𝟐𝒔
[𝟏 − 𝟐 ( 𝝑
= 𝑽𝟐𝒔

) ] 𝑽𝟐𝒑 𝑽𝟐𝒔 𝟐

[ 𝟏 − ( 𝟐 ) ] 𝑽𝒑

En l’absence des données sur la vitesse des ondes de cisaillement 𝑽𝒔

, on utilise 𝑽𝒑

seulement dans le module d’Young en prenant le coefficient de Poisson égal à 0.25
Lorsque la vitesse 𝑽𝒔

est connue , on deduit le module d’Young par la relation 𝑬

= 𝟐 𝒅. 𝑽𝟐𝒔 . (𝟏 + 𝝑 )
En outre, la vitesse des ondes sismiques longitudinales (𝑷) depend du module
d’incompressibilité 𝒌 et du module de rigidité 𝝁 selon la relation qui suit : 𝑽𝒑

=

√𝒌+ 𝟒 𝝁/𝟑
√𝒅

13 𝑹𝒐𝒄𝒉𝒆𝒔 𝐝

(𝐤𝐠/𝐦𝟑 )

granite
Basalte

2500-2700

Calcaire
Grès
Marnes
Sols

2600-2800
1900-2600

2200-2800

2000-2400
1700-2000 𝐤

(𝐆𝐏𝐚) 𝝁

(𝐆𝐏𝐚) 𝑽𝒑

(𝒎/𝒔) 𝑽𝒔

(𝒎/𝒔) 𝑽𝒑

⁄𝑽𝒔 𝝑

20-55
25-65

17-24

4200-5900

2600-3300

1.6-1.8

0.19-0.27

13-32

4500-6200

2400-3400

1.8-1.9

0.28-0.30

20-60
10-55
5-45
0.01-10

10-38
2-19

3700-6300
2700-5600

2000-3700
1200-2700

1.7-1.85
2-2.25

0.23-0.29
0.35-0.38

2-10
0.005-0.5

2000-5000
100-2000

1000-2000
50-400

2-2.5
2-5

0.33-0.4
0.35-0.49

Tableau 2. parmètres élastiques pour differents materiaux présents dans subsurface (d’après Schön,
2011)

References
14

-Astier J.L. 1971 .Géophysique appliquée à l’Hydrogéologie .Ed . Masson et Cie.
-Baddari.K and Djeddi Mk.2009.Physique de la Terre.Office des Publications
Universitaires (OPU).Alger.
-Boyer and Mari J.L . 1994.Sismique de puits et Diagraphies.Edit.Tech.Paris.
-Chapellier .D. 1987. Diagraphie appliquée à l’Hydrologie .Technique et
documentation – Lavoisier
-Cordier .J.P .1983 .Les vitesses en sismique réflexion .Tech et Doc .Lavoisier
-Denis.A .1970 .mesure de la vitesse de propagation des ondes transversales dans
les roches .Bull.Liaison LPC n°16 p 41-43
-Datta .S. 1967.Elastic measurements in rock formations .Geo expl.Vol.5 p 115-126
-Djeddi.MK and Shout.H.1995 .Bases physiques des méthodes sismiques.Office des
Publications Universitaires .Alger
-Djeddi.MK.2013. Divergence spherique et absorption des ondes
sismiques.Département de Géophysique de la FHC Univ.M’Hamed Bougara de
Boumerdes (Algerie).
-Djeddi.MK.2013. Les paramètres élastiques des roches. Département de
Géophysique.de la FHC Univ.M’Hamed Bougara de Boumerdes (Algerie).
-Guérin .Y and Palciauskas.V 1992.Introduction à la physique des roches.Herman,
Editeurs des sciences et des Arts
-Mayer De Stadelhoffen.C.1991. Applications de la Géophysique aux recherches
d’eau.Lavoisier , Paris
-Muraour.P.1970.Elements de la Géophysique marine .Edition Masson et Cie
-Sherif.R.E & Geldart
L.P .1984.Traité de prospection sismique :Tome 2 :
Traitement,Interprétation, traduit par Leenhardt .O. ERG.ISBN n°9
Cambr.Univ.Press, Vol. 2
-Seguin .M.K .1971 .La Géophysique et les propriétés physiques des roches .Presses
univ. Laval Quebec.
-Summers G.C & Broding R.A 1952.Continuous velocity logging.Geophysics
17 :598-614
-Swain R.J .1962 .Recent techniques for determination of(in situ) élastic properties
.Geophysics vol. 27 p 237-241
-Tatham R.H .1982 .Vs/Vp and lithology.Geophysics .vol 43, p 336 -344

15