1

LES BI : LA DOULEUR AU REGARD DE LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE

2

Introduction

Quelques principes de base en acupuncture
La théorie du Yin/Yang constitue le pilier fondamental de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), introduisant la notion de dualité dans la classification des objets et phénomènes naturels. Elle se prolonge par le concept d’Energie (Qi). L’alternance du Yin et du Yang, indispensable au maintien d’un état d’équilibre de l’Energie, se traduit par une transformation cyclique basée sur la théorie des Cinq Mouvements et de leurs interactions physiopathologiques. Les Viscères et les Méridiens représentent la base structurelle de l’organisme, l’Energie (Qi), le Sang (Xue) et les Liquides Organiques (Jin Ye), en constituant la base substantielle. La théorie des Organes et des Entrailles fonde l’organisation vitale de l’être humain sur les plans physiologiques et psychiques. Les Méridiens (Jing Mai) et leurs ramifications (Luo Mai) s’intègrent dans un système de communication qui permet la circulation du Qi et du Sang dans l’organisme. Il est le pivot de l’Acupuncture, support de points cutanés particuliers dont la piqûre ou puncture commande et harmonise l’Energie. L'état de santé se caractérise par un équilibre entre le Yin et le Yang. Selon de vieux adages chinois, “Quand le Yin est en équanimité avec le Yang secret, alors la santé est

3

garantie” (Yin Bing Yang Mi), ou encore quand “Le Yin et le Yang sont en harmonie, la santé est préservée” (Yin Yang Tiao He). Ainsi, un déséquilibre entre le Yin et le Yang sera générateur de maladie. Il en est de même des conditions suivantes : 1) Une perte de résistance corporelle par diminution de l'énergie vitale ou Zheng Qi, encore appelée Qi Correct ou Qi Droit, et plus simplement "Le Correct", ou "Le Droit". 2) L'influence d'un agent pathogène sur l'organisme. Cet agent pathogène est appelé Xie Qi ou Energie Perverse ou Energie Nocive, ou plus simplement “ Le Pervers” ou “ Le Nocif”. L'apparition et le développement de la maladie seront le reflet de la lutte entre "Le Correct" (Le Droit) et "le Pervers" (Le Nocif). Les causes des maladies sont en général classées en trois catégories :

Les causes ou atteintes externes que sont les Six Pervers : Vent, Feu, Canicule, Humidité, Sécheresse, Froid.

Les causes internes ou 7 sentiments : Colère, Joie, Frayeur, Soucis, Tristesse, Soucis et Peur.

Les causes ni externes, ni internes : erreurs alimentaires, surmenage, excès sexuels,...

4

Le concept des Bi
L’idéogramme Bi signifie "blocage". Les Bi, Blocage ou syndromes d'obstruction douloureuse sont les syndromes cliniques les plus fréquemment rencontrés en acupuncture. Ils sont la conséquence de l'obstruction des méridiens par l'association des trois Qi (Vent-Froid-Humidité). Les étiologies, les mécanismes pathogéniques et les manifestations cliniques des syndromes Bi ont pour corollaire en médecine occidentale, d'après les auteurs chinois, des affections aussi diverses que les arthrites rhumatismales, la Polyarthrite Rhumatoïde, l'Arthrose, les sciatalgies, de même que la Brucellose, les thrombophlébites, la Sclérodermie, l'érythème noueux, la Périarthrite Noueuse, le Lupus Erythémateux Disséminé, la Polymyosite,..., qui au cours de leur évolution peuvent présenter des manifestations évocatrices de Bi. La notion de Bi peut alors servir de référence tant pour leur compréhension que pour leur traitement. Selon la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), le concept de douleur peut être subdivisé en deux catégories : le syndrome Bi et le syndrome Tong. Leurs étiologies, pathogénies, localisations et symptômes étant dissemblables, leurs traitements sont différents. Le syndrome Tong souvent de cause interne, se localise dans les Cinq Organes (Cœur, Poumon, Rate, Foie et Rein), les Six Entrailles (Vésicule biliaire, Estomac, Intestin grêle, Gros intestin, Vessie et Triple Réchauffeur) et dans les Entrailles particulières (Cerveau, Moelle, Os, Vaisseaux, Vésicule biliaire et Utérus). Il est lié le

5

plus souvent au Vide de Yin, de Yang, de Qi et de Sang avec perte de la fonction énergétique et production interne de stase de sang et de mucosités troubles. L’ensemble des symptômes qui font suite à un blocage des mouvements de l'énergie (Qi) peuvent être considérées comme maladies de Bi. Une gorge douloureuse et enflée accompagnée d'une sensation de blocage respiratoire est dite Bi de la Gorge (Hou Bi). Le blocage de Qi au thorax entraîne une douleur dite Bi du Thorax (Xiong Bi). La difficulté à la déglutition accompagnée de vomissements est appelée Bi des Aliments (Shi Bi); etc...Nous nous sommes limités dans ce travail à la description des principes thérapeutiques des Bi lorsque ces derniers sont liés au blocage des mouvements de Qi entraînant des symptômes douloureux, des courbatures (Suan), des engourdissements (Ma Mu), et une lourdeur avec gêne fonctionnelle à la réalisation de tout mouvement. Les différents concepts exposés ici font état de la spécificité de la MTC qui ne conçoit pas les maladies en tant qu'entités bien définies et indépendantes les unes des autres. Il s'agit bien plus et de façon schématique d'un dysfonctionnement global du cheminement de l'énergie dans l'organisme, et d'une dysharmonie entre l'homme et son milieu naturel. L'analyse fine de ces perturbations à travers les siècles, s'est accompagnée du développement d'un principe thérapeutique original dont nous nous proposons d'exposer un aspect ici, par le biais d'observations cliniques personnelles. Celles-ci ont été réalisées au cours d'un stage dans les services d'acupuncture de l'Hôpital Ruijin chez Madame le Professeur Fu Liping et Monsieur le Professeur Qin Liangfu au CHU de l'Université de médecine francophone de Shanghai II, et à la lumière des textes anciens et toujours actuels tels que le Huangdi Nei Jing.

6

Historique
La dénomination Bi apparaît pour la première fois dans le Nei Jing. Au chapitre Bi (chap. 43), le Su Wen dit : "Lorsque les trois Qi du Vent, du Froid et de l’Humidité s'associent, ils donnent un Bi. Lorsque le Qi du Vent prédomine, il en résulte le Bi Circulant ou Bi Erratique (Xing Bi). Lorsque le Qi du Froid prédomine, il entraîne le Bi Douloureux (Tong Bi). Lorsque le Qi de l’Humidité prédomine, il définit le Bi Fixe ou Bi de l’Humidité (Zhuo Bi). En raison de leur rapport avec les saisons, les Bi subissent des atteintes répétitives dues au Vent, au Froid ou à l’Humidité." Dans ce même chapitre, il est dit que l'apparition des Bi est en rapport avec l'alimentation et le mode de vie : "L'alimentation et le lieu d'habitation sont à la base de cette maladie". Ce sont là les citations les plus anciennes et les plus systématiques sur l'étiopathogénie des Bi. Ce chapitre décrit l'évolution des Bi comme suit : lorsque les Pervers du Vent-FroidHumidité stagnent dans les tendons et les os, les douleurs sont importantes. Lorsque la maladie se prolonge et s'aggrave, la circulation du Ying et du Wei (Qi Nourricier, Qi Défensif) est entravée, la peau n'est plus nourrie, il apparaît comme une sensation d'engourdissement. Quand les Pervers de la maladie pénètrent en profondeur, ils se propagent aux Cinq Organes et aux Six Entrailles et provoquent un Bi des Organes et des Entrailles. "Lorsque les Méridiens ne sont plus perméables, naissent une inquiétude (Fan) et une sensation de plénitude sous le Cœur, un reflux de Qi est possible à l'origine

7

d'une dyspnée, d'une impression de sécheresse de la gorge et de soupirs fréquents. Quand le Qi reflue vers le haut, il provoque la peur, ceci constitue le Bi du Cœur. "La tendance aux gonflements, une attitude recroquevillée décrite comme "le coccyx est à la place des pieds, le dos à la place de la tête", constituent le Bi des Reins..." De plus, en référence aux saisons et à la localisation des atteintes par le Vent, le Froid et l’Humidité, ce chapitre distingue également les Bi de la peau, des muscles, des vaisseaux, des tendons et des os. Ces citations sont le fruit d'une expérience clinique perspicace et témoignent déjà d'un niveau élevé d'observation et de connaissance.

Sous la dynastie des Han (221 AV. J.-C.- 220 AP. J.-C.)
Dans "Les recettes résumées du coffre d'or" (Jin Kui Yao Lue), Zhang Zhongjing évoque aussi les symptômes et le traitement des Bi de l’Humidité : "Dans les maladies du Tai Yang les articulations sont douloureuses, leurs mouvements limités, le pouls est profond et fin. Ces signes constituent le Bi de l’Humidité. Dans ce type de syndrome, il existe une dysurie alors que les selles sont facilement évacuées : il faut donc favoriser la miction." Dans ce même traité, le Bi du Vent (Feng Bi) est appelé "Li Jie Bing", affection définie principalement par des arthralgies, l'impossibilité à effectuer des mouvements de flexion-extension, des douleurs fulgurantes. "Les différentes articulations des membres sont douloureuses, le corps est faible, les pieds sont enflés".

Sous la dynastie des Sui (581-618 AP. J.-C.)
Dans le "Traité général sur l'étiologie et la symptomatologie des maladies", (Zhu

8

Bing Yuan Hou Lun), l'auteur Chao Yuanfang, à partir des notions fondamentales sur les Bi développées dans le Su Wen, distingue différents types de Bi : le Bi du Vent et de l’Humidité, le Bi du Vent, le Bi du Froid, le Vent du Mauvais (Feng Bu Reng) et les "contractures des quatre membres avec impossibilité de les fléchir et de les étendre, en raison de l'atteinte due au Vent". Dans le premier volume, le Bi du Vent et de l’Humidité est ainsi décrit : "Les signes du Bi du Vent et de l’Humidité consistent soit en un épaississement de la peau, soit en douleurs musculaires. Les trois Qi du Vent, du Froid et de l’Humidité par leur assaut, constituent le Bi. Lorsque le Qi du Bi du Vent et de l’Humidité prédomine et que celui du Froid est plus faible, on parle de Bi du Vent et de l’Humidité. En raison de la faiblesse du Qi et du Sang, l'atteinte par le Vent et l’Humidité est possible, et la maladie se déclare. Quand elle se prolonge, elle affecte les méridiens Jing Luo, entraînant une lutte au niveau des méridiens Yang ; elle peut évoluer vers une impotence des mains et des pieds." Les connaissances de l'auteur concernant l'étiologie, la symptomatologie et l'évolution du Bi du Vent et de l’Humidité sont réelles. Dans le même volume, le syndrome du Vent Pirate (Zei Feng) est présenté comme suit : "Lorsqu'il (le Vent Pirate) atteint le patient, la douleur est difficile à calmer, la mobilisation est malaisée, et la Chaleur disparaît de l'endroit douloureux . Quand il fait Froid, le patient ressent des douleurs profondes au niveau des os, ceux-ci sont douloureux à la pression. Il ressent également un Froid à l'intérieur du corps et cherche à se réchauffer pour obtenir un léger soulagement. Une petite transpiration peut apparaître..." Le Vent Pirate désigne la cause

9

de la maladie et cette citation décrit d'une manière vivante la symptomatologie et les caractéristiques des Bi. Dans le deuxième volume, le Li Jie Bing correspond à une notion affinée du Bi du Vent : "Le syndrome Li Jie Bing se caractérise par une transpiration spontanée avec halètements, des douleurs articulaires insupportables, l'impossibilité d'effectuer des mouvements de flexion-extension... Quand le Vent atteint les articulations, il lutte avec le Sang et le Qi et les douleurs apparaissent. Quand le Sang et le Qi sont faibles, les sueurs apparaissent. Quand le Vent-Froid lutte au niveau des tendons, les mouvements de flexion-extension deviennent impossibles." Ces écrits ne manqueront pas d'influencer les grands maîtres des époques Tang et Song.

Sous la dynastie des Tang (618-907) et des Song (960-1279)
Dans les ouvrages de l'époque Tang, " Prescriptions valant mille pièces d'or" (Qian Jin Fang), "Prescriptions secrètes d'un officier" (Wai Tai Bi Yao) et ceux de l'époque Song, "Prescriptions sacrées bienveillantes" (Tai Ping Sheng Hui Fang), "Encyclopédie impériale de médecine" (Sheng Ji Zong Lu), les auteurs suivent l'approche de Chao Yuanfang. Ils distinguent les syndromes Bi des maladies Li Jie Bing, mais les incluent dans le cadre des maladies du Vent. Ils fondent les bases de l'étiologie et de la pathogénie sur les conceptions de Chao Yuanfang. Ainsi, dans les "Prescriptions essentielles Valant mille pièces d’or" (Qian Jin Yao Fang), au chapitre 8, Sun Simiao écrit : "Lorsque le Vent atteint un individu et qu'il se

10

pérennise, il peut provoquer un dysfonctionnement des articulations... Depuis toujours, que l'on soit riche ou pauvre, il existe des gens qui souffrent, ceci est un méfait du Vent." Cependant, lorsque Sun Simiao ajoute qu'en cas de pérennisation survient un dysfonctionnement des articulations, il s'agit là d'une précision concernant les déformations articulaires observées à la phase chronique de la maladie, avec pénétration du Pervers dans les os et dans les articulations. Sur le plan thérapeutique, le Qian Jin Yao Fang et le Wai Tai Bi Yao recensent de nombreuses ordonnances anciennes ou nouvelles, élargissent les méthodes

thérapeutiques et citent parmi d'autres traitements, la moxibustion, les médications alcooliques et les massages avec pommade. De plus, le chapitre 13 du Wai Tai Bi Yao complète les syndromes Bi et les maladies Li Jie Bing, par une autre affection appelée "Maladie du Tigre blanc" (Bai Hu Bing) ☯ . Dans les livres de l'époque Song, tels que Tai Ping Sheng Hui Fang, Sheng Ji Zong Lu, sont décrits les syndromes Bi, le Li Jie Bing et la "Maladie du Tigre blanc". Les citations regroupent surtout les théories des auteurs anciens, à l'exception de celle du Bi du Vent-Froid-Humidité, et ajoutent la notion de Bi de la Chaleur (Re Bi).

Sous la dynastie des Jin (1115-1234)
Zhang Zihe, dans son traité Comment un lettré prend soin de ses proches (Ru Men Shi Qin), écrit : "Le Bi a pour cause essentielle l’Humidité et la Chaleur, le Vent et le

Pour plus de détails, se reporter au chapitre des classifications de Bi.

11

Froid sont secondaires, et lorsque les trois Qi se réunissent ils constituent le Bi." Ni la dénomination "Maladie du Tigre blanc" de l'époque des Tang et des Song, ni celle de Li Jie Bing de Zhang Zhongjing ne sont employées. Celles du Nei Jing concernant les maladies de Bi sont conservées. Li Dongyuan et Zhu Danxi, tout en excluant les notions de maladie de Bi, de Li Jie Bing, ou de "Maladie du Tigre blanc", développent le concept de "Maladie du Vent Douloureux" (Tong Feng Bing). Zhu Danxi écrit au chapitre maladie du Vent Douloureux: "Ces Vents douloureux sont souvent consécutifs à une atteinte du Sang par un excès de Chaleur. Si par la suite, le sujet marche dans l'eau Froide, se tient debout sur la terre humide, s'évente pour se rafraîchir, ou se couche en s'exposant au Vent, le Froid et la fraîcheur attaquent par l'extérieur, le Sang en excès de Chaleur stagne en raison de la sueur trouble, et la douleur apparaît. L'intensité de cette douleur augmente la nuit, elle se localise dans le Yin. Li Dongyuan, dans les "Recettes secrètes de la salle parfumée" (Lan Shi Mi Cang) , considère que le Vent Douloureux a pour cause essentielle un Vide de Sang. En revanche, Zhu Danxi pense qu'il existe une distinction entre Vide de Sang, Chaleur du Sang, Vent, Humidité, Mucosités et Stagnation. Dans le Dan Xi Xin Fa, l'auteur écrit : "Lorsqu'une personne obèse souffre des articulations, ceci est souvent dû à une atteinte des méridiens par le Vent, l’Humidité, les Mucosités (Tan) et les Glaires (Yin). Lorsqu'une personne maigre souffre des articulations, il s'agit d'un Vide de Sang." Ces remarques font état de la prise en compte de la constitution du patient.

12

Sous la dynastie Ming (1368-1644) et la dynastie Qing (1644-1911)
Devant la complexité de plus en plus grande des noms de maladies, la plupart des médecins s'accordent pour unifier ceux des syndromes identifiés sous les appellations Bi, Li Jie Bing , Maladie du Tigre blanc, Maladie du Vent Douloureux. Ainsi, Sun Yikui dans son livre "Suppléments aux principes de médecine" (Yi Zhi Xu Yu), au chapitre 1, critique la théorie de Li Dongyuan et de Zhu Danxi sur la Maladie du Vent Douloureux. Il écrit : "Ces nouvelles dénominations, en masquant la vérité, provoquent des méfaits." Zhang Luyu, dans son livre "La médecine de la famille Zhang" Zhang Shi Yi Tong, déclare : "Le syndrome maladie du Vent Douloureux est appelé Vent Pirate dans le Ling Shu, Bi dans le Su Wen, Li Jie Bing dans Les recettes résumées du coffre d'or (Jin Kui Yao Luë Fang), puis plus tard Maladie du Tigre blanc. Cependant, les causes et les mécanismes sont fondamentalement identiques, faisant souvent suite à une attaque des méridiens par les Qi du Vent, du Froid et de l’Humidité qui profitent d'un état de Vide : le Qi et le Sang stagnent provoquant la maladie." D'un point de vue étiopathogénique, les médecins de l'époque ont surtout développé les aspects des Bi de la Chaleur et du Vide. Parmi les auteurs qui classent les Bi dans le cadre du Vide, nous citerons Yu Jiayan. Dans son livre "Principes et interdits de la médecine" (Yi Men Fa Lu), il écrit : "Aborder un syndrome Bi sans en connaître la cause et le classer dans la rubrique du Vent pour le traiter, constitue un crime." En cas de Bi chronique avec déformations et raideur articulaires, il insiste en particulier sur la nécessité de nourrir d'abord le Sang et le Qi avant de traiter le Bi. Il démontre par

13

ailleurs que le syndrome du Vent du Genou de la grue de l'enfant (He Xi Feng), "n'est pas obligatoirement le fait d’un Bi Vent-Froid-Humidité, mais peut être en relation avec une faiblesse du Qi du Rein du Ciel Antérieur et avec une stagnation du Froid Yin au niveau des lombes et des genoux". Feng Zhaozhang, dans le "Les remèdes précieux de la famille Feng" (Feng Shi Jin Nang), pense que le Vent du Genou de la grue (He Xi Feng) appartient essentiellement au Vide de Rein, le Rein gouvernant l'os en MTC. Lorsque le Qi du Rein est en état de faiblesse, le Pervers s'exprime et provoque la maladie. Le livre "Compréhension de la Médecine" (Yi Xue Xin Wu) suggère que cette maladie est liée "à l'affaiblissement des trois Yin et aux Pervers qui attaquent les méridiens". Parmi les auteurs qui associent le Bi à la Chaleur, citons Zhang Jingyue qui, au chapitre Bi de son livre "Œuvres complètes de Jingyue" (Jing Yue Quan Shu), écrit :"Bien que le principe fondamental consiste à associer les Bi au Vent, au Froid, à l’Humidité, il est nécessaire de les séparer en syndrome Yin et en syndrome Yang. Le syndrome Yang est le Bi de la Chaleur ; en cas de Froid, il convient de réchauffer, et en présence de Feu, il faut purifier et rafraîchir." Mais il reconnaît que, dans les Bi, le syndrome Froid prédomine sur le syndrome Chaleur. Les grands maîtres des Maladies de la Tiédeur et de la Chaleur ont une opinion différente à propos de ce syndrome. Wu Zutong dans son livre "Analyse détaillée des maladies épidémiques par la Chaleur" (Wen Bing Tiao Bian) écrit : "Le syndrome Bi est souvent naturellement en

14

rapport avec le Froid, mais l'association avec la Chaleur n'est pas rare." L'utilisation à mauvais escient de remèdes chauds et piquants entraîne rapidement des méfaits. Les médecins de l'époque Ming et Qing, développent également des approches particulières, tant dans la connaissance des Bi, que dans leur traitement. Li Shicai, dans son livre "Lectures recommandées pour un médecin" (Yi Zong Bi Du), écrit : "Lorsque les trois Pervers du Vent, du Froid et de l’Humidité provoquent une maladie, et bien qu'ils possèdent des caractéristiques propres, ils s'associent souvent pour donner un Bi. Il ne faut pas les séparer artificiellement." "Aussi pour traiter un Bi Erratique, l'essentiel est de disperser le Vent en dissipant le Froid et en éliminant l’Humidité. Pour traiter le Vent, il convient dans un premier temps de traiter le Sang ; quand le Sang circule, le Vent se disperse. Il est toujours nécessaire d'ajouter des médications qui tonifient le Sang." "Le traitement du Bi Douloureux consiste à dissiper le Froid, en s'aidant d'une dispersion du Vent et d'un assèchement de l’Humidité. L'association à des médications qui tonifient le Feu et à des remèdes très piquants et très chauds, permet de pallier les méfaits dus au Froid." "Le traitement du Bi de l’Humidité consiste à éliminer l’Humidité, en dissipant le Froid et en dispersant le Vent. Il faut ajouter des médications permettant d'harmoniser la Rate et de tonifier le Qi. Lorsque la Rate est forte, elle peut triompher de l’Humidité." Zhang Jingyue pense que dans le Bi du Froid et dans le Bi de la Chaleur, le traitement est non seulement différent, mais dans les cas de Vide de Sang et de Chaleur du Sang "on ne peut pas ne pas nourrir le Sang et le Qi".

15

Ye Tianshi explique le Bi chronique qui ne guérit pas, par la pénétration de l'affection dans les vaisseaux Luo. Les Luo et les Mai constituent les ramifications des Méridiens et s’intègrent dans un système de communication qui permet la circulation du Qi et du sang dans l’organisme. Ye Tianshi préconise des méthodes thérapeutiques destinées à vivifier le Sang et à transformer la Stagnation du Sang, en utilisant des médications à base d'insectes afin de perméabiliser les Luo et les Mai. De plus, il recommande que : "Les Pervers récents soient dispersés rapidement et les Pervers qui stagnent, attaqués progressivement." En cas de Bi chronique sur un état de Vide, il convient selon lui de nourrir le Qi et le Sang du Foie et des Reins. Par la suite, ces propositions ne furent pas dénuées d'influence. Afin de faciliter la classification clinique des syndromes Bi, nombre de médecins proposent de recourir aux grandes règles. Ainsi le traité "Miroir d'or de la médecine" (Yi Zong Jin Jian) classe les Bi selon le Vide et la Plénitude : "Le Bi Vide signifie que ce syndrome survient chez des malades dont le Sang et le Qi sont en Vide", "le Bi Plénitude désigne les différents Bi des malades dont le Sang et le Qi sont en plénitude". Wu Jutong peut alors déclarer : "En somme, on ne s'écarte pas des deux extrémités Froid-Chaleur et Vide-Plénitude dont découlent des traitements différents." La synthèse des textes anciens démontre que la littérature concernant la médecine traditionnelle chinoise comporte de nombreuses références et théories sur les syndromes Bi. Le Su Wen en a d'abord révélé les lignes directrices. Par la suite, la pratique quotidienne des médecins a permis des développements et un enrichissement incessants.

16

La Chine moderne
Après la fondation de la Chine communiste en 1949, les résultats obtenus dans le traitement des arthrites rhumatismales et des polyarthrites rhumatoïdes grâce à la connaissance des syndromes Bi de la MTC étant jugés satisfaisants, les auteurs chinois pensent avoir démontré tout l'intérêt que l'on doit porter aux théories et à l'expérience des anciens et justifier ainsi la poursuite des recherches.

Etiopathogénie et Symptômes généraux

17

Etiopathogénie
Les causes principales des Bi sont les suivantes:

Des horaires anarchiques au lever et au coucher et le surmenage qui blessent le Qi et le Sang, affaiblissent les méridiens et fragilisent les défenses de l'organisme. C'est à cette occasion que les Pervers externes pénètrent dans le corps.

Un habitat Froid ou humide, une activité professionnelle et toute circonstance exposant au Froid, au Vent et à l’Humidité sont des conditions favorables à la pénétration des Pervers Vent-Froid-Humidité dans l'organisme.

Un abus d'alcool, une alimentation trop riche ou insuffisante qui blessent le Qi de la Rate entraînant la production interne de Mucosités et d'Humidité qui circulent alors dans les méridiens.

Une alimentation excessive qui blesse le Jing et le Sang. Le Vide de Yin entraîne l'excès du Feu et le Sang n'arrive plus à nourrir les Tendons.

La stagnation des Sept Sentiments (la Colère, la Joie, le Choc émotionnel, les soucis, la Tristesse, l'Excès de Réflexion, la Peur), et la stase de Sang dans les méridiens.

Des hématomes ou une stagnation de Sang après traumatismes externes.

Tous ces phénomènes aboutissent à la même évolution pathogénique et entravent la circulation de Qi et de Sang dans les méridiens favorisant l'apparition de maladies de Bi. En ce qui concerne les mécanismes d'apparition de ces symptômes, Su Wen au

18

chapitre 43 Bi (chapitre 43) dit : "La prédominance du Froid entraîne la douleur, des paresthésies sans douleur évoquent une maladie ancienne et profonde. Le Qi Défensif (Wei Qi) et le Qi Nourricier (Ying Qi) ne circulent pas librement, les méridiens sont vides, ceci explique l'absence de sensation douloureuse. La peau est insuffisamment nourrie et semble "engourdie". Le Froid survient si le Qi Yang manque et que le Qi Yin abonde, le Froid de la maladie s'ajoutant à l'abondance de Qi Yin. A l'opposé, un excès de Qi Yang et une carence de Qi Yin entraînent la Chaleur, le Froid de la maladie est vaincu en raison de la rencontre entre le Yin et le Yang. Lorsque le temps est très humide et le Yang défaillant, une transpiration abondante détrempe le corps, le Yin surabondant vient s'ajouter à l’Humidité. Su Wen au chapitre Douleur Brutale (chapitre 39) explique le mécanisme de la douleur: "Le Qi et le Sang circulent dans les méridiens, parcourent tout le corps sans interruption. Lorsque le Froid envahit les méridiens, la circulation de Qi et de Sang stagne, entravant la circulation. Si le Pervers Froid se localise en dehors des méridiens, le Sang extérieur aux méridiens diminue. S'il se localise à l'intérieur des méridiens, le Qi du méridien ne circule plus librement entraînant une douleur brutale"... "Le Froid se localise en dehors des méridiens dont les contractions provoquent un spasme et une attitude en flexion, en attirant les vaisseaux Luo fins et externes . Ces phénomènes sont à l'origine d'une douleur brutale localisée au niveau des méridiens, soulagée par la Chaleur. Lors d'un nouvel envahissement par le Froid, la douleur devient maladie ancienne et difficile à guérir"... "La palpation, en dispersant le Qi et le Sang, permet de faire régresser la douleur."

19

Ces considérations physiopathologiques expliquent pourquoi les patients atteints de syndrome Bi sont attirés par la Chaleur et redoutent le Froid ; la palpation permettant de faire régresser la douleur. "La stagnation du Froid fait monter la Chaleur, les méridiens se comblent avec un désordre de Qi et de Sang. La douleur devient violente et sensible à la palpation." Ainsi la plupart des patients atteints de Bi se plaignent de "tuméfactions douloureuses" et refusent d'être palpés. "Si la maladie se prolonge et que les Pervers atteignent la profondeur, les méridiens sont obstrués, la circulation de Qi Nourricier et de Qi Défensif est entravée"... "Le Vide de Qi Nourricier est à l'origine de paresthésies, et le Vide de Qi Défensif d'une impotence fonctionnelle." Le patient signale des paresthésies des membres et une incapacité fonctionnelle. "Le Bi prolongé devient Wei". Su Wen au chapitre Régulariser les méridiens (chapitre 62) écrit "Le Vide de Yang entraîne le Froid de l'Extérieur; le Vide Yin la Chaleur de l'Intérieur. L'excès de Yang entraîne la Chaleur de l'Extérieur et l'excès de Yin le Froid de l'Intérieur. L'excès ou le Vide de Qi Yin ou de Qi Yang se manifeste dans l'organisme par différentes modifications liées au Froid et à la Chaleur. Si le malade manque de Yang Qi et que les Pervers atteints sont dominés par le Froid et l’Humidité, les deux Yin s'associent entraînant un excès de Yin et une insuffisance de Yang avec une sensation de Froid des membres voire de tout le corps. Si le patient est en insuffisance de Yin avec un excès de Feu et de Yang, et que les attaques des Pervers Vent-Froid-Humidité enveloppent le corps extérieur, le Pervers Chaleur n'arrive pas à s'expulser, le Qi Yang triomphe du Qi Yin, et le malade se plaint d'une Chaleur excessive se manifestant au niveau de la peau.

20

Il s'agit du mécanisme pathogénique de Bi de la Chaleur. En présence d'un tableau de Vide de la Rate et de l'Estomac associé à des symptômes liés à l’Humidité, une faiblesse du Yang Défensif (Wei Yang) et une insuffisance de la perméabilité des pores de la peau (Cou Li), survient une transpiration excessive du membre atteint ou de tout le corps. Tous ces mécanismes sont exposés dans le Nei Jing et se rencontrent en pratique clinique. Dans l'évolution de Bi, selon Li Chan (1575) dans Médecine élémentaire (Yi Xue Ru Men), peuvent apparaître des tuméfactions liées au Vent-Humidité et à la stagnation des Mucosités et du Feu. Ce symptôme est appelé "Vent du Noyau de pêche" (Tao He Feng) et correspond en médecine occidentale au nodule rhumatoïde. Les tuméfactions rencontrées dans les Bi ne se compliquent jamais d'ulcérations, ce qui facilite le diagnostic différentiel avec les abcès, furoncles, ulcères entre autres.

Symptômes généraux
Les manifestations cliniques essentielles des syndromes Bi que l’on peut rencontrer sont : la douleur, la lassitude intense, "l'engourdissement" (Ma Mu) qui correspond à des paresthésies, la pesanteur, la sensation de Froid, une sensation de brûlure, les contractures musculaires, l'impotence fonctionnelle des articulations, le "craquement articulaire" et la tuméfaction. Les crises aiguës se manifestent en général par une articulation "rouge" et "gonflée" accompagnée de fièvre, de céphalées, de sueurs, voire de palpitations, d'une dyspnée et

21

de divers symptômes en rapport avec l'atteinte des viscères. Les syndromes Bi sont caractérisés par une tendance à la récidive, en particulier par temps froid et humide. Si l'évolution se prolonge, apparaissent des atrophies musculaires, des déformations avec "gonflements" articulaires, une gêne fonctionnelle aux mouvements voire l’installation d’un véritable handicap.

Classification des Bi
La littérature chinoise est riche en classifications de Bi. En tenant compte pour l'essentiel du Nei Jing, nous pouvons tenter de résumer ces différents classifications.

22

Différentes classifications des Bi Selon le Yin -Yang Bi du Vent Bi (Yin) Selon l'étiologie Bi Bi Bi Bi Erratique Douloureux de l'Humidité de la Chaleur Selon la mobilité de Bi Bi Circulant Bi se Dispersant Selon le tissu atteint Bi Bi Bi Bi Bi de du du du de la Peau Muscle Méridien Tendon l'Os Cas isolés Li Jie Bing Maladie du Tigre blanc Vent du Genou de la grue Vent du Huan Tiao Vent du Membre inférieur Vent du Lacet Vent de Sandales de paille Vent de l'Epaule bloquée Vent du Qu Chi Vent du Yang Chi Vent des Pattes du poulet Vent du Jia Che Vent de la Tige de bambou Vent du Noyau de pêche Wei

1) Classification selon le Yin et le Yang
Ling Shu dans La durée de la vie et la constitution physique (chapitre 6) note : "La maladie qui se trouve dans le Yang est ainsi désignée par le terme Feng (Vent). La maladie localisée dans le Yin est appelée Bi. La maladie mixte du Yin et du Yang est nommée Feng Bi (blocage provoqué par le Vent pathogène). La maladie qui a un Xing (Xing représente la forme corporelle, l'aspect matériel de l'être) mais n'est pas douloureuse est classée dans la catégorie Yang, sans Xing mais douloureuse, elle est classée dans la catégorie Yin. Dans la maladie sans Xing et douloureuse, le Yang conserve son intégralité mais le Yin est lésé. Il faut d'urgence traiter le Yin, sans s'attaquer au Yang. Quand la maladie présente un Xing mais n'est pas douloureuse, le Yin conserve son intégralité, mais le Yang est lésé. Il faut d'urgence traiter le Yang sans s'attaquer au Yin. Lorsque le Yin et le Yang sont affectés ensemble, la maladie peut présenter tantôt un Xing, tantôt en être dépourvu. Elle est accentuée par des troubles dits du Cœur (agitation). On dit que le Yin l'emporte sur le Yang. Il s'agit d'une maladie qui n'est ni externe, ni interne."

23

Afin d’en expliquer le concept, Zhang Jingyue, dans son livre "Œuvres complètes de Jingyue" (Jing Yue Quan Shu) écrit: "L'association des trois Qi (Qi du Vent, du Froid et de l’Humidité) constitue le Bi. La prédominance de Yang donne le Vent. La prédominance de Yin donne le Bi". Le Vent et le Bi sont tous causés par les Pervers. Les troubles appartenant au Syndrome Extérieur (Biao) tels que la fièvre, des céphalées ou la transpiration sont dits maladies à Xing car les Pervers Yang, en atteignant la partie Yang, entrent dans la catégorie des atteintes du Froid (Shang Han), ou plus précisément de l'attaque de Vent (Zhong Feng) dans le tableau des atteintes du Froid. C'est pourquoi la maladie du Yang est dénommée Vent. Après l'atteinte du Pervers Froid, en l'absence de fièvre, de céphalées ou de transpiration, les douleurs des muscles et des articulations évoluent lentement et de façon prolongée sans syndrome Extérieur. Cette absence de manifestations morphologiques associée à la douleur définit le Pervers Yin auquel appartiennent tous les Bi. Les affections qui se manifestent par le Syndrome Extérieur et une douleur intolérable, constituent une entité appelée ni "Extérieur" ni "Intérieur", maladie de Yin et de Yang, incluse dans le Bi du Vent (Feng Bi). L'auteur ajoute : "afin de différencier le Froid et la Chaleur, un patient fébrile répond au syndrome Yang, s'il est afébrile au syndrome Yin". Le tableau suivant permet de schématiser ces propos : Tableau de classification de Bi selon les caractères Yin ou Yang
Nom Bi du Vent Bi Catégorie Allure de la maladie Yang Aiguë Localisation du Pervers Différences

Maladie mixte de Yin et de Présence de syndrome Extérieur (fièvre, Yang céphalées) accompagné de douleur du membre Maladie de Yin Absence de syndrome Extérieur, douleur isolée du membre

Yin

Progressive

Classification des Bi

2) Classification étiologique
Bien que le Bi soit causé par l'association des trois Qi (Qi du Vent, du Froid et de l’Humidité), il se manifeste par des tableaux cliniques différents en raison de la prédominance de l'un des trois Qi. En référence au texte du Nei Jing et des interprétations de différentes dynasties, nous résumons ainsi: Tableau de classification de Bi selon l'étiologie
Nom Pervers
Etiologie globale Prédominance de l'un des 3 Qi Vent prédominant Déficience des essences nutritives, faim, fatigue, dormir à l'extérieur, transpiration avec exposition au Vent. Vide de Sang nutritif, faiblesse du Yang Défensif, pénétration du Pervers Froid après exposition au Froid et à la pluie. Pénétration de l’Humidité dans le contexte d'un habitat humide, d'une activité professionnelle exposée à la pluie ou exercée dans l'eau; l'Estomac est blessé par l'alimentation, l'abus d'alcool blesse le Qi de la Rate avec production de l’Humidité Vide de Yin ou Vide de Sang entraînant un excès de Yang avec production de Chaleur par l’Humidité; la Chaleur accumulée dans les Viscères ou les méridiens est bloquée par les Pervers externes. Douleur mobile sans localisation fixe.

Etiopathogénie

Symptômes

Bi Erratique
Association des Bi Douloureux trois Qi (Qi du

Froid prédominant

Vent, du Froid et de l’Humidité) Humidité prédominante

Douleur violente avec contracture des mains et des pieds. Il existe une «sensibilité froide» de la zone douloureuse, aggravée par le Froid et améliorée par la Chaleur. Douleurs articulaires et musculaires, le siège de la douleur est relativement fixe. De plus, il existe une sensation de pesanteur évidente. La peau et les muscles sont "engourdis" ou la zone atteinte est le siège d'un œdème. Douleur des articulations des membres, la zone douloureuse est chaude, la Chaleur est majorée par la palpation. Les lèvres sont sèches

Bi de l’Humidité

Bi de la Chaleur

Yang prédominant

25

3) Classification selon la mobilité de Bi
Ling Shu, au chapitre 27 du Bi Circulant divise le Bi Erratique en deux groupes selon le mouvement de la douleur lors de la crise : (1) Bi Circulant (Zhou Bi) : "Les Pervers se trouvent dans les vaisseaux sanguins. Ils suivent la circulation des vaisseaux en direction du haut et en direction du bas. Ils ne peuvent se déplacer à droite ou à gauche. Mais ils se manifestent dans tout le corps par la douleur". C'est donc un Bi dont la douleur se déplace en suivant le trajet des méridiens sans apparaître alternativement sur le côté opposé. (2) Bi se Dispersant (Zhong Bi) "La douleur se manifeste et cesse alternativement. Elle se déplace, réapparaît et disparaît alternativement, mais elle n'est jamais bilatérale."

4) Classification selon le tissu atteint
En dehors des trois Bi causés par les trois Pervers, Vent-Froid-Humidité, au chapitre Bi (chap. 43), le Su Wen expose les différentes maladies de Bi en fonction du tissu atteint. Ces explications ont été élaborées dans les autres chapitres de Ling Shu et de Su Wen. En se référant aux différents auteurs postérieurs au Nei Jing, nous pouvons proposer ce tableau simplifié :

26

Tableau de classification de Bi selon le tissu atteint
Nom
Bi de la Peau Bi du Muscle Bi du Méridien Bi du Tendon Bi de l'Os

Tissu atteint
Peau Muscle Méridien Tendon Os

Symptômes
"Engourdissement" de la peau, paresthésies Douleur musculaire, paresthésies avec limitations des mouvements Stagnation du Sang et des Méridiens ou déplacement de la douleur de haut en bas. Contracture des membres ; flexum. Sensation de pesanteur de l'os avec impossibilité de soulever un poids ; extension irréductible.

Dans le chapitre Méridien tendino-musculaire (chapitre 13) du Ling Shu, le Bi est encore divisé en 12 maladies de Bi en rapport avec chaque méridien tendino-musculaire correspondant.

5) Classification selon les cas isolés
Après Nei Jing, les médecins des différentes dynasties ont redéfini le Bi en adaptant les caractéristiques de chaque Bi. Parmi ces nouvelles appellations, certaines sont d'origine populaire et expriment de façon simple les symptômes, localisations et morphologies des Bi. Voici les principaux exemples : (1) Li Jie Feng Il se caractérise cliniquement par des articulations douloureuses et "gonflées", l'impossibilité des mouvements de flexion-extension, une déformation qui peut évoluer jusqu'à l'ankylose. Son nom provient de ce que la douleur traverse les "100 articulations", traduisant ainsi l’atteinte polyarticulaire. Il est provoqué par les Pervers Vent et Froid qui, en raison du Vide de Sang et de Qi, pénètrent dans les méridiens, bloquent leur circulation, inondent les articulations et les

27

tendons. (2) Maladie du Tigre blanc (Bai Hu Bing) Dans l'ouvrage "Prescriptions secrètes d'un officier" (Wai Tai Bi Yao) de la dynastie Tang, il est dit : "Lorsqu'on parle de la Maladie du Tigre blanc, il s'agit surtout des Pervers du Vent, du Froid, de la Canicule, de l’Humidité qui atteignent le patient en cas de Vide. Lorsque les fonctions de l'organisme ne sont plus assurées en raison d'une pénétration par le Vent Pervers, les méridiens Jing Mai ne sont plus perméables (du fait de la stagnation), ils sont obstrués au niveau des articulations ou des quatre membres. La couleur des chairs ne se modifie pas, la maladie est quiescente pendant le jour et se déclare la nuit. Lorsqu'elle se manifeste, elle atteint la moelle, la douleur est comparable à une morsure de tigre, d'où le nom de Maladie du Tigre blanc." (3) Vent du Genou de la grue (He Xi Feng) En cas de Vide de Yin, les Pervers Froid et Humidité envahissent les parties basses du corps. Les cuisses et les jambes qui gardent une taille normale, apparaissent fines en raison du "gonflement" des articulations des genoux. Cette description morphologique évoque une grue. (4) Vent du Huan Tiao (région du point 30 VB) ou douleur de l'articulation de la hanche (Bi Shu Tong) Douleur dans la région périarticulaire de la hanche avec boiterie.

28

(5) Vent du Membre inférieur (Tui Gu Feng) Douleur du membre inférieur, se déplaçant vers le haut ou le bas le long du trajet du méridien de la Vessie ou de la Vésicule biliaire. Si la douleur touche les lombes, elle est appelée lombalgie et douleur des membres inférieurs (Yao Tui Tong). (6) Vent du Lacet (Xie Dai Feng) Douleur ou "gonflement" au niveau de l'articulation de la cheville avec difficultés à la marche. (7) Vent de Sandales de paille (Cao Xie Feng) Dos du pied douloureux et enflé avec une sensation de courbature et de pesanteur. La marche devient impossible. (8) Vent de l'Epaule bloquée (Lou Jian Feng) ou Bi de l'Epaule Douleur de l'épaule et/ou de la région cervico-dorsale. Les mouvements d’antépulsion et d’abduction des membres supérieurs est difficile et leur impotence fonctionnelle est possible. (9) Vent du Qu Chi (région du point 11 GI) Contracture du coude, difficultés aux mouvements d'extension et de flexion de cette articulation. (10) Vent du Yang Chi (région du point 4 TR) Poignet enflé et douloureux avec difficulté à la flexion.

29

(11) Vent des Pattes d'une poule (Ji Zhua Feng) Ce symptôme se voit chez les patients porteurs d'une atteinte chronique de Bi avec les doigts de la main ou les orteils en griffe. (12) Vent du Jia Che (région du 6 E) Mâchoires serrées, douleur à la mastication voire blocage à l'ouverture de la bouche. (13) Vent de la Tige de bambou (Zhu Jie Feng) Douleur de la colonne lombaire, raideur, mouvements de flexion impossible, la colonne vertébrale ressemble à une tige de bambou. (14) Vent du Noyau de pêche (Tao He Feng) Tuméfaction de la taille d'un noyau de pêche, douloureuse mais jamais ulcérée. (15) Wei Un Bi prolongé altère la nutrition des méridiens entraînant une perte de Qi et de Sang. Les membres s'atrophient et leur force musculaire diminue.

30

Diagnostic Dialectique (Bian Zheng)

Le Diagnostic Dialectique (Bian Zheng) est la clé de voûte de l'étude clinique en Médecine Traditionnelle Chinoise, en effet, quand il est correctement posé, il est possible d'établir des méthodes de soins en accord avec les affections et d'appliquer un traitement approprié. L'essence de la M.T.C. et sa spécificité reposent sur l'élaboration d'un double diagnostic déterminé par la maladie (Bing) et le syndrome (Zheng). La connaissance de la maladie (Bing) seule, rend impossible l'application d’une stratégie thérapeutique individualisée, car c'est du syndrome (Zheng) que découle l'élaboration générale du traitement. Mais connaître le syndrome seul, empêche d'affiner la règle thérapeutique générale vers un traitement précis, spécifique et efficace. Cette subtilité particulière à la M.T.C. est fondamentale. L'identification précise des syndromes (Zheng) est cependant primordiale car elle donne à la démarche thérapeutique son orientation fondamentale. Il est de même courant de considérer que la maîtrise des règles qui permettent d'élaborer le traitement en

31

fonction de la détermination du syndrome, définit la qualité du praticien et l'authenticité de son art. Le syndrome (Zheng) diffère des manifestations extérieures (c’est-à-dire des symptômes (Zheng) qui sont l'expression de la maladie). Ce syndrome permet d'analyser chaque symptôme corporel et de faire une synthèse. Dans l’historique d’une affection, il en résume les causes, la localisation, la nature, ainsi que le rapport de force établi entre le pervers et l’orthodoxe. Le diagnostic dialectique se fonde sur la théorie du Yin et du Yang, des Cinq Mouvements (Wu Xing), des manifestations externes des Organes (Zang Xiang), des méridiens et de leurs collatéraux (Jing Luo) , ainsi que sur l'étiologie (Bing Yin) et la pathogénie (Bing Ji). Par le biais des Quatre Examens (Si Zhen) c’est-à-dire l’observation (Wang), l’auscultation (Wen), l’interrogatoire (Wen), et la palpation (Qie), le recueil, l’analyse et la synthèse des symptômes permettent alors d'établir le diagnostic. Ces procédés reconduits grâce aux transmissions de Maître à élève sur une très longue période, ont permis d’élaborer de nombreuses méthodes de diagnostic dialectique en M.T.C. : 1) Le diagnostic dialectique selon les Huit Règles (Ba Gang). 2) Le diagnostic dialectique selon les causes des affections. 3) Le diagnostic dialectique selon les Organes et les Entrailles. 4) Le diagnostic dialectique selon l'Energie, le Sang et les Liquides Organiques. 5) Le diagnostic dialectique selon les six méridiens.

32

6) Le diagnostic dialectique selon les quatre couches. 7) Le diagnostic dialectique selon les Trois Réchauffeurs. 8) Le diagnostic dialectique selon les méridiens et leurs branches collatérales. En pratique, malgré leurs caractéristiques propres, leurs approches diagnostiques différentes et leurs intérêts particuliers, ces différentes méthodes de diagnostic sont liées et se complètent. Elles forment ainsi un système diagnostique complet qui guide la démarche clinique. Le Diagnostic Dialectique de la douleur se pratiquant selon les deux grands axes suivants :

1. Diagnostic Dialectique selon la localisation de la douleur
La localisation de la douleur, nous permet de déterminer facilement son rapport avec les Organes-Entrailles et les Méridiens. Le méridien Tai Yang parcourt la partie dorsale du corps, le méridien Shao Yang, la partie latérale et le méridien Yang Ming traverse la partie ventrale. Les trois méridiens Yin (Tai Yin, Jue Yin et Shao Yin) de la main parcourent la face de flexion du membre supérieur et les trois méridiens Yang (Tai Yang, Shao Yang et Yang Ming), la face d’extension du membre supérieur. Les trois méridiens Yang du pied passent dans la partie antérieure, latérale et postérieure du membre inférieur. Les trois méridiens Yin cheminent dans la partie médiale.

33

Par exemple, la céphalée faciale associée aux douleurs oculaires appartient à l’atteinte du Yang Ming. La douleur du vertex, évoque l’atteinte du Jue Yin, la douleur occipitale, celle du Tai Yang et la douleur temporo-pariétale, celle du Shao Yang. Les quatre membres sont également en relation avec les Organes et les Entrailles. Le creux axillaire est en rapport avec le Foie, le coude avec le Cœur-Poumon, la hanche avec la Rate et le genou avec le Rein.

2. Diagnostic Dialectique en fonction des caractéristiques de la douleur
Les caractères de la douleur peuvent être classées selon :

Les Huit Règles (Ba Gang), en particulier les règles Vide-Plénitude et FroidChaleur.

Les Pervers Vent et Humidité qui sont souvent incriminés dans la genèse de la douleur.

1) Douleur par Vide ou Plénitude
Su Wen (chap. 28) pose la question "Qu’appelle-t-on Vide et Plénitude ?." "La Plénitude (Shi) est une surabondance de Qi malfaisant, le Vide (Xu) est une défaillance du Qi essentiel (Jing Qi)." Les principes de Vide et de Plénitude permettent de déterminer dans l’organisme les notions d'Energie correcte (Zheng) et d'Energie perverse (Xie).

34

Le Vide fait suite à une insuffisance du Qi correct, la Plénitude est due à l'Excès de Qi pervers. Syndrome de Vide Le syndrome de Vide englobe plusieurs types de Vide, Yin Vide, Yang Vide, Qi Vide, Sang Vide, qui ont tous en commun l'insuffisance d'Energie Correcte (Zheng Qi), à l’image de l'aphorisme suivant: "Celui qui est attaqué par une Energie Perverse a son Qi correct nécessairement vide". Les manifestations cliniques des différents types de Vide sont extrêmement variables, les plus fréquentes étant :

Un teint blême ou jaunâtre et sec, une asthénie, des palpitations cardiaques, une dyspnée. Le corps et les membres sont froids, la paume des mains, les plantes des pieds et la région précordiale sont chaudes. Le patient est obnubilé, transpire spontanément, en particulier pendant le sommeil, présente une incontinence des urines et des selles. Une douleur par le Vide, est améliorée par l’application d’une pression ou par une contention locale.

La langue a peu ou pas d'enduit. Le pouls est vide (Xu) sans force.

Syndrome de Plénitude Le syndrome de Plénitude reflète un excès de Qi pervers. Bien que les symptômes différent selon les localisations de la Plénitude, les divers types de Plénitude ont pour point commun une résistance du Qi correct de l'organisme malgré l'excès de Qi nocif. La

35

Plénitude constitue donc un stade aigu dans la lutte entre l'Energie Correcte et l’Energie Perverse. Les manifestations cliniques sont extrêmement variables, les principales étant :

La fièvre, un ballonnement abdominal douloureux, l’aggravation de la douleur par l’application d’une pression.

Une oppression thoracique. Un état d’agitation mentale et physique, un délire verbal et quelquefois une perte de la raison.

Une polypnée bruyante, des mucosités abondantes. Des selles sèches et dures, une tendance à la constipation, une miction difficile.

Un enduit lingual épais et gras. Un pouls plein (Shi) et vigoureux.
Symptômes Langue Langue pâle sans enduit ou avec peu d'enduit Enduit épais et gras Pouls Fin (Xi), faible (Ruo)

Syndrome de Vide

Visage blême, esprit abattu, maigreur, faiblesse générale. Respiration faible. Parole brève, palpitations, transpiration spontanée. Transpiration nocturnes, spermatorrhée. Incontinence urinaire, diminution de l'acuité visuelle, amnésie. Douleurs calmées par l’application d’une pression. Etat général conservé, excitation mentale, voix puissante, respiration forte et bruyante, ventre et poitrine gonflés, selles sèches voire épreintes et ténesme, miction difficile. Douleurs aggravées par l’application d’une pression.

Syndrome de Plénitude

Grand (Da) avec de la force

La distinction du Vide et de la Plénitude représente la base fondamentale des principes thérapeutiques de Tonification pour le Vide, de Dispersion pour la Plénitude, avec le souci constant de respecter le Souffle Orthodoxe.

36

2) Douleur par le Froid ou la Chaleur
Su Wen (chap.65) déclare : "Dans le Vide du Yang, il y a refroidissement externe et dans le Vide du Yin réchauffement externe, la plénitude du Yin s’accompagne d’un refroidissement interne". Les principes du Froid et de la Chaleur permettent de déterminer la nature de la maladie. Ils sont la manifestation matérielle de l'excès du Yin ou du Yang. Syndrome du Froid Le syndrome du Froid traduit une baisse de l'activité fonctionnelle de l'organisme liée soit à un Yang Vide et un Yin florissant, soit à une atteinte par le Froid pervers. Principaux symptômes :

Crainte du froid soulagée par la chaleur, bouche pâle et humide, absence de soif, couleur bleutée du visage, peau froide, position couchée en chien de fusil, urines claires et abondantes, selles pâteuses. L’application d’une pression aggrave la douleur.

Langue pâle, enduit lingual blanc brillant et glissant. Pouls lent (Chi) tendu (Jin).

Syndrome de Chaleur Le syndrome de Chaleur traduit une augmentation de l'activité fonctionnelle de l'organisme liée soit à un Yang florissant et un Yin vide, soit à une atteinte par la Chaleur perverse.

37

Principaux symptômes :

Fièvre soulagée par la fraîcheur, soif, envie de boissons fraîches, visage et yeux rouges, agitation, oligurie, constipation, selles sèches. La douleur est souvent associée à des signes locaux de type chaleur et tuméfaction.

Langue rouge, enduit lingual jaune Pouls rapide (Shuo).
Froid et chaleur Crainte du Froid non améliorée par la Chaleur, recherche de chaleur Teint Visage blême Soif Absence de soif ou désir d’une petite quantité de boisson chaude Soif, besoin de boisson fraîche Quatre membres Froid Selles et urines Selles peu denses et pâteuses. Urines claires et abondantes. Selles dures sèches, oligurie. Langue et enduit Pouls

Syndrome de Froid

Langue pâle Lent (Chi) ou serré Enduit (Jin) mince et blanc Rapide Langue (Shuo) rouge, enduit jaune sec

Syndrome de Chaleur

Fièvre, crainte de Visage rouge la chaleur, recherche de froid

Chaud

3) Douleur causée par les Pervers Humidité ou Vent
L'Humidité se caractérise par le fait qu'elle est collante, lourde, difficile à vaincre, inhibitrice. Elle a tendance à descendre et provoque des crises à répétition. Les symptômes de Bi du Vent et de l’Humidité sont décrits dans le "tableau de classification de Bi selon l'étiologie".

38

L’examen du pouls
Wang Shuh, au troisième siècle de notre ère, dans son livre Classique des pouls (Mai Jing), affirme que dans la maladie de Bi "le pouls est Rugueux (Se) et Serré (Jin)". Le Manuel du pouls en chansons (Mai Ju) le définit comme étant un "pouls Flottant (Fu), Rugueux (Se) et Serré (Jin)". Le livre Yu Ji Wei Yi dit le pouls est "Grand (Da) et Rugueux (Se)". En général tout le monde s'accorde à dire que le pouls Rugueux (Se) caractérise la maladie de Bi. Mais en pratique clinique ce pouls est peu retrouvé ce qui n'exclut pas le diagnostic de maladie de Bi. En règle générale, nous pouvons définir les situations suivantes :

Un pouls Flottant (Fu) et Paisible (Huan) indique la prédominance du Pervers Vent.

Un pouls Flottant (Fu) et Rapide (Shu) appartient au Vent-Chaleur. Un pouls Flottant (Fu) et Serré (Jin) est en rapport avec le Vent-Froid. Un pouls Flottant (Fu) et Mou (Ru) indique le Froid-Humidité. Un pouls Flottant (Fu), Serré (Jin) et rapide (Shu) indique la transformation du Pervers Froid en Chaleur.

Un pouls Vaste (Hong), Grand (Da) et Rapide (Shu) définit l’HumiditéChaleur.

Un pouls Fin (Xi) et Rapide (Shu) indique l'Excès du Feu sur un Vide de Yin. Un pouls Fin (Xi) et Mou (Ru) est en faveur du Vide de Qi et de Sang.

39

Un pouls en Corde (Xian) et Glissant (Hua) appartient aux signes des Mucosités.

L’examen de la langue
En ce qui concerne l'examen de la langue, un enduit blanc et glissant indique le Froid, un enduit épais et gras indique l’Humidité. Lors de la survenue du Pervers Chaleur ou de la transformation du Froid ou de l’Humidité en Chaleur, l'enduit de la langue deviendra jaune. Le Vide de Yin et la perte des Liquides organiques se manifestent par une langue rouge sombre avec enduit lisse. L’examen attentif et détaillé de la langue sera étudié dans les observations.

40

Evolution et pronostic des Bi

Evolution des Bi
Su Wen au chapitre Bi (chap. 43) déclare : "Les Cinq Organes (Zang) sont en relation superficie-profondeur avec les Cinq Structures☯. Le Pervers se localise de façon prolongée dans la superficie du corps, puis il pénètre en profondeur dans l'Organe correspondant." Ainsi l'auteur indique que les Qi des Cinq Organes communiquent respectivement avec les Qi des structures superficielles du corps (peau, muscle, vaisseaux-méridiens, tendons et os). Lorsque le Pervers stagne à la superficie du corps de façon prolongée, soit cette stagnation persiste à la superficie, soit le Pervers pénètre à travers les méridiens dans les Organes profonds, en devenant Bi des Cinq Organes. Nous avons tenté de schématiser ces notions en référence au chapitre Bi du Su Wen:

Les correspondances entre les cinq Organes et les cinq structures selon la théorie des Cinq Eléments (Wu Xing)
Cinq Organes Cinq structures
Foie Tendons Cœur Vaisseaux - Méridiens Rate Muscle Poumon Peau et poils Rein Os

41

Nom
Bi du Foie Bi du Cœur

Symptômes
Frayeurs nocturnes, polydipsie, mictions fréquentes, ventre ballonné. Obstruction de la circulation de Qi et de Sang dans les méridiens, anxiété, sensation de plénitude dans la région épigastrique. Apparition brutale de la dyspnée, sécheresse de la gorge, éructations et suffocations par reflux de Qi, angoisse lors du reflux de Qi. Faiblesse des membres, paresse, toux, vomissements, difficulté à avaler en raison d'éructations. Anxiété, oppression thoracique, dyspnée avec sensation d'étouffement, vomissements. Ballonnement du ventre, faiblesse au niveau des membres inférieurs avec port de charges impossible. Difficultés à la marche, patient gardant la position assise ou couchée. La colonne vertébrale est fragile, le corps recroquevillé, le coccyx est «à la place des talons» et le dos «à celle de la tête».

Bi de la Rate Bi du Poumon Bi du Rein

Si les Pervers Vent-Froid-Humidité pénètrent dans les Entrailles (Fu), l'atteinte de la vessie est appelée Bi de l'Enveloppe du bas-ventre (Bao Bi) et l'atteinte de l'intestin grêle est dite Bi des Intestins (Chang Bi). Leurs symptômes sont les suivants :

Bi de l'Enveloppe du bas-ventre : région sus-pubienne et vessie douloureuses à la pression, sensation de chaleur, dysurie, mictions faibles associées à une rhinorrhée.

Bi des Intestins : fréquentes envies de boire mais l'évacuation des urines est difficile. Si le Qi Orthodoxe et le Qi Pervers luttent dans les intestins et l'estomac, des diarrhées peuvent apparaître.

Pronostic des Bi
Le traitement de la maladie de Bi est difficile comme l'indiquait déjà Su Wen au chapitre Bi (chap. 43) : "Le Bi devient douleur chronique quand il se localise entre l'Os et le Tendon, alors que le traitement des Bi localisés dans la Peau est facile". De fait, dans notre pratique clinique, la maladie de l'atteinte récente par le Pervers est facile à

42

soigner, celle de l'atteinte ancienne est difficile à traiter. L'évolution du Bi prolongé conduit à une atrophie musculaire voire à la maladie Wei. La maladie de Bi influence peu le pronostic vital. Mais dans le Su Wen au chapitre Bi, il est dit "Lorsque la maladie pénètre dans l'Organe, la mort survient". Ainsi lorsque le Bi atteint les viscères, le pronostic vital peut être compromis, surtout lors de l'atteinte du Cœur. "Le Cœur atteint fait partir l'Esprit (Shen), et la mort survient quand l'Esprit est parti." En ce qui concerne le Bi du Vent (Feng Bi), Ling Shu au chapitre Maladies causées par Qi à contre-courant (chap. 14) explique : "Quand un patient est atteint par une telle maladie, les "engourdissements" et l'affaiblissement augmentent jusqu'à devenir incurables, ses pieds deviennent très Froids comme trempés dans la glace, puis bouillants comme s'ils étaient immergés dans de l'eau chaude. En résumé, le malade est prédisposé aux "engourdissements", aux douleurs, à un affaiblissement musculaire dans les cuisses et les mollets, à des céphalées, vomissements, vertiges, sensation de lourdeur dans la poitrine avec transpirations froides et abondantes à l'origine des vertiges. Si la maladie s'aggrave, le patient devient sujet à des crises de chagrin, de joie ou de tristesse sans raison apparente, avec une possibilité de blocages de la respiration ou une dépression. Le malade qui présente ces symptômes est condamné, il mourra dans les trois ans." Ces propos sont évidemment à nuancer.

43

Thérapeutique

Principes du traitement des Bi
Su Wen au chapitre Bi (chap. 43) note : "Les Cinq Organes possèdent chacun un point Shu ☯ (il s'agit des points Shu-Terre des trois méridiens Yin de la main et du pied). Les Six Entrailles possèdent chacune un point He
☯☯

(il s'agit des points He Inférieur).

Ils sont tous répartis sur les méridiens, là où se développent, se manifestent et guérissent les maladies." Ceci explique que le Bi des Cinq Organes peut être traité par le point Shu (Terre) du méridien de cet Organe, alors que le Bi de l'Enveloppe du bas-ventre et le Bi des Intestins (Intestin grêles et Gros intestin) sont traités respectivement par leur point He Inférieur 40 V (Wei Zhong), 39 E (Xia Ju Xu) et 37 E (Shang Ju Xu). Si le Bi touche

Cinq Organes Point Shu (Terre)
☯☯

Foie 3 F (Tai Chong)

Cœur 7 C (Shen Men)

Rate 3 Rt (Tai Bai)

Poumon 9 P (Tai Yuan)

Rein 3 Rn (Tai Xi)

Entrailles Point He inférieur (Xia He Xue)

Estomac 36 E (Zu San Li)

Gros Intestin 37 E (Shang Ju Xu)

Intestin Grêle 39 E (Xia Ju Xu)

Triple Réchauffeur 39 V (Wei Yang)

Vessie 40 V (Wei Zhong)

Vésicule Biliaire 34 VB (Yang Ling Quan)

44

le tronc, le choix des points se fait selon le trajet du méridien. Ling Shu, au chapitre 27 Bi Circulant explique : "Huang Di demanda: comment traiter le Bi se Dispersant ?..." Qi Bo répondit: "En traitant par acupuncture une maladie, et même si la douleur a régressé, il faut tout de même puncturer cet endroit pour empêcher une récidive." Par extension, lors d'un traitement de Bi se Dispersant, il faut prendre des précautions afin de consolider les effets thérapeutiques. Dans ce chapitre, il est dit encore : "Comment traiter Bi Circulant ?" Qi Bo a répondu : "La douleur va de haut en bas. Il faut d'abord puncturer le bas afin de faciliter le passage. Puis, puncturer le haut afin de le dégager. Dans les douleurs remontant par le bas, il faut d'abord puncturer le haut afin de faciliter le passage. Puis, puncturer le bas afin de le dégager". Pour résumer, la puncture des maladies de Bi nécessite dans un premier temps de palper le méridien en aval et en amont de la zone douloureuse, de distinguer le tableau de Vide ou de Plénitude des méridiens ainsi que la libre circulation du Sang dans les vaisseaux Luo, la dépression des vaisseaux Luo et des méridiens à la suite d'un tableau de Vide. Puis il s'agit de régulariser (tonifier ou de disperser) en fonction du diagnostic, de supprimer les spasmes et de rétablir la circulation par la friction chaude. Le principe général du traitement de Bi consiste à palper les méridiens qui sont dans la zone concernée et à différencier le Vide, la Plénitude et la Stagnation du Sang des vaisseaux Luo. Les techniques utilisées sont la tonification en cas de Vide des méridiens avec dépression, la moxibustion et la Chaleur dans la Stagnation Froide qui obstrue les

45

méridiens, la puncture afin de faire circuler le Qi du méridien dans les zones contracturées et tendues, et la saignée des petits vaisseaux Luo en présence de Stagnation du Sang dans les vaisseaux Luo. Dans le chapitre 13 du Ling Shu, intitulé Méridiens tendino-musculaires, il est dit "Pour le traitement, insérer et retirer rapidement l'aiguille chauffée, autant de fois que nécessaire afin de soulager le malade, la localisation du point correspondant à l'endroit douloureux." Il est donc possible d'utiliser l'aiguille chauffée pour traiter le Bi du tendon et du muscle. La durée de la puncture est fonction de l'arrivée de Qi (De Qi) que le malade ressent, le point douloureux étant le point de puncture. C'est le principe de puncture et de choix des points dans le traitement du Bi du tendon et du muscle.

Méthodes thérapeutiques
Dans le Nei Jing les méthodes de puncture des Bi sont regroupées dans Application pratique de l'acupuncture (chapitre 7) du Ling Shu. Nous présentons ces méthodes en fonctions de leurs indications cliniques.

1) Méthodes de puncture en fonction de la localisation de Bi
(1) Puncture du Bi de la Peau : puncture locale et superficielle

Puncture Superficielle (Mao Ci) faisant partie des neuf méthodes de puncture (Jiu Ci) : "Cette méthode est appliquée pour puncturer le Bi de la région superficielle de la peau. Dans ce cas, l'aiguille doit être insérée assez superficiellement pour ne pas blesser la chair". A notre époque, ce sont les Aiguilles Epidermiques (Pi Fu Zhen)

46

que sont le marteau à aiguille, la fleur de prunier et le rouleau à aiguilles (comportant plusieurs aiguilles) qui remplissent cet office. Pour des raisons évidentes d’hygiène, seules les aiguilles à usage unique doivent être utilisées actuellement.

Puncture dite "à moitié" (Ban Ci) : une des cinq méthodes de puncture (Wu Ci). "Elle consiste à insérer l'aiguille de manière superficielle et à la retirer rapidement afin de ne pas endommager la chair comme dans l'épilation, ceci afin de désobstruer le Qi de la Peau qui est en relation avec le Poumon☯. "Il s'agit d'une technique de puncture superficielle avec insertion et retrait rapides, comparable à une épilation, n'atteignant pas les muscles mais seulement la peau, d'où le nom de "Puncture à moitié".

Puncture Sous-cutanée (Zhi Zhen Ci) : une des douze méthodes de puncture (Shi Er Zhen). "Elle consiste à pincer la peau avec deux doigts et à insérer l'aiguille de manière à ne pas toucher la chair. Elle est utilisée pour traiter les tissus superficiels agressés par le Froid". Cette méthode permet de traiter le Bi de la peau dans ses localisations plus profondes. On peut éventuellement lui associer la technique qui consiste à transpercer avec une puncture, plusieurs points (voir la Puncture de He Gu ou 4 GI ).

(2) Puncture de Bi du Muscle : puncture locale et relativement profonde

Puncture Flottante (Fu Ci): une des douze méthodes de puncture qui consiste à "insérer l'aiguille dans la chair de la région superficielle, autour de l'endroit douloureux. Elle est employée pour traiter les crampes musculaires provoquées par

Le Poumon contrôle la peau et les poils.

47

le Froid. "L'aiguille insérée obliquement, transperce les couches musculaires. Cette technique est appelée "Flottante", car les couches musculaires sont relativement peu profondes (l'aiguille "flotte" entre deux profondeurs). Actuellement elle est surtout utilisée pour traiter les crampes musculaires superficielles. Elle peut être associée à la technique dite Puncture de He Gu.

Puncture Intermusculaire (Fen Ci) : une des neuf méthodes de puncture. Il s'agit d'une puncture étagée et directe des couches profondes du muscle dans le traitement de Bi du Muscle.

Puncture de He Gu (He Gu Ci) : une des cinq méthodes de puncture. "Elle consiste à puncturer les muscles et à insérer l'aiguille dans quatre directions consécutives, obliquement, comme pour représenter la patte d'une poule". C'est une technique utilisée pour traiter le Bi du Muscle.

(3) Puncture de Bi du Méridien et des vaisseaux Luo le long de leur trajet

Puncture des Méridiens (Jing Ci) : une des neuf méthodes de puncture, elle consiste à "puncturer sur le trajet des méridiens, là où se manifestent accumulations et blocages". Le point du méridien est piqué en profondeur, tout en cherchant les signes positifs (douleurs locales réveillées par la palpation) afin de traiter le Bi du méridien.

Puncture des Vaisseaux (Luo Ci) : une des neuf méthodes de puncture, "à l'endroit où le Sang stagne dans les petits vaisseaux sanguins des régions superficielles de la peau, dans le but de drainer le Sang". Les techniques modernes qui permettent, en clinique, de faire saigner des capillaires sanguins de la surface cutanée, dérivent de cette antique méthode et utilisent l'aiguille à trois angles (San Leng Zhen), le

48

marteau à aiguille,... Cette technique de saignée peut être combinée à la ventouse. Le chapitre 10 Les méridiens principaux du Ling Shu note : "La puncture des pathologies des vaisseaux Luo doit se concentrer au lieu de stagnation du Pervers. Une atteinte grave liée à la Stagnation du Sang, en l'absence de tuméfaction, nécessite une puncture rapide afin d'éliminer le Pervers pathologique par la saignée. En effet, si le Sang stagne à l'intérieur, la circulation se bloque, causant le Bi". (4) Puncture de Bi du Tendon : puncture locale et profonde

Puncture des Articulations (Guan Ci), une des cinq méthodes de puncture. L'aiguille est enfoncée perpendiculairement, au lieu d'insertion des muscles et tendons sur l'os, au niveau des quatre membres. Cette puncture étant pratiquée près de l'articulation, il est indispensable d'éviter tout saignement. Cette technique est utilisée dans le traitement de Bi du Tendon quand le point d'attache du tendon est douloureux à la palpation.

Puncture Extensive (Hui Ci) : une des douze méthodes de puncture, utilisée dans le traitement de Bi du Tendon. La puncture qui se fait sur la face latérale du tendon, le transperce transversalement dans un second temps, puis en avant et en arrière, afin d'obtenir un effet spasmolytique.

(5) Puncture de Bi de l'Os : puncture locale et profonde

Puncture de Dégagement (Shu Ci) : une des cinq méthodes de puncture. "Cette méthode consiste à lever et enfoncer légèrement l'aiguille de manière à atteindre l'os pour traiter le Bi de l'Os". Elle est généralement complétée par la Puncture Lente.

49

Puncture Lente (Duan Ci) : une des douze méthodes de puncture, "consiste à puncturer les points, à tourner légèrement l'aiguille, puis à effectuer des mouvements de va et vient à la surface des os." La vibration permanente donnée à l'aiguille a pour but de renforcer la sensibilité à la puncture et son efficacité. Tout contact brutal avec l'os doit être soigneusement évité. Cette technique est souvent utilisée dans le traitement de Bi de l'Os.

2) Méthodes de puncture en fonction de l'étiologie de Bi
(1) Puncture à plusieurs aiguilles Puncture Groupée (Qi Ci), une des douze méthodes de puncture. "Une aiguille est insérée perpendiculairement dans un premier temps, puis deux autres obliquement, de part et d'autre, en amont et en aval ou latéralement par rapport au premier point, afin de traiter l'affection liée à la stagnation du Qi Froid". Cette méthode des trois aiguilles est souvent utilisée pour le traitement des douleurs locales révélées par la pression, ou en cas de point profond douloureux à la palpation. Puncture Eparpillée (Yang Ci), une des douze méthodes de puncture, "consiste à puncturer perpendiculairement l'endroit atteint puis à insérer superficiellement quatre aiguilles au niveau des quatre points situés en amont, en aval , à droite et à gauche du premier point traité". Cette méthode est indiquée quand la région douloureuse est étendue et superficielle. Puncture Collatérale (Bang Zhen Ci), une des douze méthodes de puncture. "La première aiguille est introduite perpendiculairement et la seconde, obliquement et à

50

proximité, pour le traitement du Bi chronique". Afin de renforcer l'effet, la seconde aiguille peut être insérée jusqu’au moment où sa pointe touche le bord de la première. Cette technique est également utilisée quand la douleur est présente à la palpation. (2) Puncture intermittente

Puncture Répétée (Bao Ci) : une des douze méthodes de puncture, "employée quand les points douloureux ne sont pas fixes. Quand la douleur migre vers le haut ou vers le bas, l'aiguille est insérée à l'endroit initial du mal et laissée en place, la nouvelle localisation douloureuse est repérée avec la main et massée. L'aiguille est alors retirée, et le nouveau point douloureux est puncturé". Cette méthode est réservée au Bi Circulant, dont la douleur migre le long du méridien sans point fixe.

(3) Puncture avec l'aiguille à feu

Puncture Chaude (Cui Ci), une des neuf méthodes de puncture. "Elle consiste à éliminer le Bi causé par le Froid au moyen d'une aiguille chauffée". Il s'agit d'une grosse aiguille chauffée et portée au rouge avant son introduction à l'emplacement choisi. Cette méthode est particulièrement utilisée pour le traitement de Bi du Froid.

3) Méthodes de manipulations combinées des siècles postérieurs à l'époque de Nei Jing
Pendant les dynasties Yuan (1206-1368) et Ming (1368-1644), il existait de nombreuses combinaisons dont certaines exclusivement réservées au traitement de Bi. Nous citons quelques exemples :

51

"Allumer le feu de la montagne" (Shao Shan Huo)☯: la profondeur de la puncture est évaluée selon trois niveaux, superficiel, moyen et profond. L'aiguille est implantée lentement jusqu’à atteindre le niveau moyen dans un premier temps, après avoir traversée le niveau supérieur. Lui fait suite un retrait rapide et une nouvelle introduction jusqu’à la couche profonde. Après un enfoncement et une sortie rapide, l'introduction progressive jusqu'à la profondeur maximale est suivie d'un retrait rapide. Cette manipulation doit être effectuée 9 fois de suite, à plusieurs reprises si nécessaire, jusqu’à ce que le patient éprouve une sensation de Chaleur locale ou générale. Dès le retrait de l'aiguille, il convient d'appuyer avec force sur le point et de le masser. Cette grande tonification qui a pour effet de réchauffer le Yang, est indiquée dans le Bi de Froid que révèlent des paresthésies et une sensation de Froid.

"Rafraîchir jusqu’au ciel" (Tou Tian Liang) : cette technique s'effectue également selon les trois niveaux. L'insertion est rapide jusqu’au plan le plus profond, puis le retrait est lent jusqu’à la superficie, ceci pour chaque niveau moyen puis superficiel, six fois de suite ou plus si nécessaire, jusqu’à provoquer une sensation de Froid local ou général. Lors du retrait, il faut éviter de boucher l'orifice. L'effet de dispersion du Feu est donc indiqué dans le syndrome de Froid (syndrome de Superficie de Bi du Vent ou de Chaleur interne du Bi de la Chaleur).

"Remonter le Qi" (Ti Qi Fa), consiste à exercer une pression légère suivie d'un retrait appuyé, six fois. Elle provoque une sensation d'arrivée de Qi. L'aiguille doit être

Cité dans le chapitre Jin Zhen Fu de Compendium sur l'acupuncture et la moxibustion (Zhen Jiu Da Cheng) : synthèse de l’ensemble des expériences et réalisations connues en acupuncture et moxibustion,

52

tournée et soulevée avec légèreté. Cette technique peut être utilisée dans le Bi, notamment en présence de Froid et de paresthésies.

"Combat entre le tigre et le dragon" (Long Hu Jiao Zhan) : il s'agit de tourner l'aiguille neuf fois vers la gauche, en superficie et avec douceur, puis six fois à droite, en profondeur et avec force. Cette méthode a pour effet de faire circuler le Qi des méridiens et de calmer les douleurs.

4) Exemples de choix des points dans le traitement des Bi
Le choix des points se réalise en fonction des localisations de Bi. Voici quelques exemples :

Vent du Jia Che (région du 6 E) : 7 E (Xia Guan), 6 E (Jia Che), 20 TR (Jiao Sun), 44 E (Nei Ting) et 4 GI (He Gu).

Vent de la Tige de bambou (Zhu Jie Feng) : Hua Tuo Jia Ji, 23 V (Shen Shu), 40 V (Wei Zhong) et 60 V (Kun Lun).

Bi des Lombes (Yao Bi) : 23 V (Shen Shu), 3 VG (Yao Yang Guan), 31 V (Shang Liao), 32 V (Ci Liao) et 40 V (Wei Zhong).

Vent de l'Epaule bloquée (Lou Jian Feng) : 15 GI (Jian Yu), 14 TR (Jian Liao), Jian Nei Ling (Point curieux qui se situe, le bras tombant le long du corps, au milieu de la ligne qui relie 15 GI (Jian Yu) et l'extrémité du pli axillaire antérieur), 11 GI (Qu Chi) et 4 GI (He Gu).

par Yang Jizhou sous les Ming et publié en 1601.

53

Vent du Qu Chi (région du 11 GI) : 11 GI (Qu Chi), 5 P (Chi Ze), 10 TR (Tian Jing) et 4 GI (He Gu).

Vent du Yang Chi (région du 4 TR): 4 TR (Yang Chi), 5 GI (Yang Xi), 5 TR (Wai Guan), 4 GI (He Gu).

Vent des Pattes d'une poule (Ji Zhua Feng) : 4 TR (Yang Chi), Si Feng (quatre points situés au milieu du pli palmaire de l'articulation interphalangienne distale de tous les doigts, à l'exception du pouce) et Ba Xie ( huit points situés dans les espaces interdigitaux à la jonction de la chair rouge et blanche).

Vent du Huan Tiao (région du point 30 VB) : 30 VB (Huan Tiao), 29 VB (Ju Liao de cuisse), 54 V (Zhi Bian), 34 VB (Yang Ling Quan) et 40 VB (Qiu Xu).

Vent du Genou de la grue (He Xi Feng) : 35 E (Du Bi, Wai Xi Yan ou Oeil externe du genou), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou, point curieux sur bord médial de la rotule au niveau du creux situé à l'horizontale du bord inférieur de la rotule, à un doigt du bord médial du ligament patellaire), 34 VB (Yang Ling Quan), 9 Rt (Yin Ling Quan) et moxibustion sur He Ding (point curieux situé dans un creux au milieu du bord supérieur de la rotule quand le genou est fléchi).

Vent du Lacet (Xie Dai Feng) : 41 E (Jie Xi), 5 Rt (Shang Qiu) et 40 VB (Qiu Xu). Vent de Sandales de paille (Cao Xie Feng) : 60 V (Kun Lun), 64 V (Jing Gu), 4 Rt (Gong Sun) et 2 Rn (Ran Gu).

Vent du Membre inférieur (Tui Gu Feng) : 30 VB (Huan Tiao), 54 V (Zhi Bian), 37 V (Yin Men), 36 V (Cheng Fu), 40 V (Wei Zhong), 34 VB (Yang Ling Quan) et 40 VB (Qiu Xu).

54

5) Exemples de choix des points en fonction de l'étiologique des Bi
Ces points doivent être complétés par d'autres en vue d'un traitement étiologique, après avoir posé un diagnostic dialectique. Voici quelques exemples:

Chasser le Vent: 5 TR (Wai Guan), 4 GI (He Gu), 20 VB (Feng Chi) et 12 V (Feng Men).

Expulser le Froid: 2 Rn (Ran Gu), 14 VG (Da Zhui) et 4 VC (Guan Yuan). Dessécher l’Humidité: 9 Rt (Yin Ling Quan), 36 E (Zu San Li) et 7 Rn (Fu Liu). Clarifier la Chaleur: 14 VG (Da Zhui), 4 GI (He Gu), 11 GI (Qu Chi) et 34 VB (Yang Ling Quan).

Lutter contre la dépression: 6 MC (Nei Guan), 7 C (Shen Men) et 2 F (Xing Jian). Dissiper les Mucosité: 6 MC (Nei Guan) et 40 E (Feng Long). Enrichir l'Essence: 52 V (Zhi Shi), 3 Rn (Tai Xi) et 4 VC (Guan Yuan).

Discussions

1) Les manipulations d'aiguille selon le tissu atteint par le Bi
Le choix des points dans le traitement de Bi exige une connaissance du type de tissu atteint par le Bi, à savoir, la peau, le tendon ou l'os. Selon le principe indiqué dans Le commencement et la fin, au chapitre 9 du Ling Shu, "La maladie de l'os doit être traitée par la méthode thérapeutique guérissant l'os, la maladie du muscle nécessite le traitement du muscle". Les méthodes sont décrites dans le chapitre 7 du Ling Shu intitulé

55

Application pratique de l'acupuncture.

2) Les applications des méthodes de tonification et de dispersion
La maladie de Bi est liée au blocage des mouvements de l'énergie (Qi) par les attaques des Pervers. La circulation du Ying et du Wei (Qi Nourricier, Qi Défensif) est entravée. Ceci explique que les manipulations qui font circuler et régularisent le Ying et le Wei sont prioritaires : méthodes de tonification-dispersion par rotations (Nian Zhuan Bu Xie) et accessoirement méthodes de tonification-dispersion selon la direction de l'aiguille (Ying Sui Bu Xie). Concernant les choix de tonification et de dispersion, il faut prendre en considération l'état de Vide ou de Plénitude au moment du traitement, ainsi que la durée d'évolution de la maladie. En général, une pathologie récente telle qu'une obstruction des méridiens par les Pervers, est en Plénitude et fait appel à la méthode de dispersion. Une maladie évoluée comme une atrophie musculaire, est en état de Vide et nécessite une tonification simple ou une tonification associée à la dispersion. La méthode combinée de tonification-dispersion par rotation et par Insertion-Retrait (Ti Cha) est aussi fréquemment utilisée en pratique. Les principales manipulations de l'aiguille pour la Tonification et la Dispersion. Manipulations
Direction de l'aiguille (Ying Sui) Rotations (Nian Zhuan) Insertion-Retrait (Ti Cha)

Tonification
Insérer l’aiguille dans la même direction que le trajet du méridien concerné. Tourner à gauche, pouce en avant, index en arrière. Retirer l’aiguille à plusieurs reprises, doucement sous la peau, puis l’enfoncer à nouveau fortement.

Dispersion
Insérer l’aiguille dans la direction opposée au trajet du méridien concerné. Tourner à droite, pouce en arrière, index en avant. Enfoncer l’aiguille doucement à plusieurs reprises, puis la retirer sous la peau avec force, sans la sortir. Insérer l’aiguille rapidement, la vriller selon une large amplitude et la retirer

Insertion et retrait lent Insérer l’aiguille lentement, la vriller ou rapide (Xu Ji) doucement. En la retirant, maintenir

56

l’aiguille juste sous la peau un court instant, la retirer ensuite rapidement. Fermeture-ouverture (Kai He) Après le retrait de l’aiguille, fermer le trou d’acupuncture par une légère pression et un massage afin d'éviter que ne s’échappe l’énergie des Méridiens. Insérer l’aiguille pendant la phase expiratoire et la retirer pendant la phase inspiratoire.

lentement. Avant de retirer l’aiguille, la faire tourner plusieurs fois de manière à élargir le trou d’acupuncture et à évacuer l’énergie Perverse. Insérer l’aiguille pendant la phase inspiratoire et la retirer pendant la phase expiratoire.

Expiration-inspiration (Hu Xi) TonificationDispersion moyenne

Après l’insertion de l’aiguille au point choisi, la tourner, tirer et pousser de façon équilibrée et avec douceur pour entraîner une sensation d’acupuncture ; la retirer ensuite.

La circulation de Qi et de Sang se fait sous l'impulsion de Qi Yang, elle peut être renforcée par la tonification de Yang en cas de Bi du Froid (Vide). La dispersion de Yang pouvant ralentir la circulation de Qi et de Sang, elle est indiquée dans le Bi de la Chaleur avec excès de Chaleur Yang. En clinique, il faut tenir compte de l'étiopathogénie.

3) Les applications des aiguilles chauffées et des ventouses
Les aiguilles chauffées (Wen Zhen)☯ et la moxibustion sont indiquées dans le traitement de Bi mais non adaptées dans les cas de Bi de la Chaleur et de Bi du Vent. Les ventouses sont également indiquées dans le traitement de Bi. Généralement elles sont appliquées immédiatement après le retrait des aiguilles, sur la région douloureuse à la palpation, afin d'activer la circulation sanguine et d'éliminer la Stase de Sang.

Il s'agit d'une aiguille filiforme au manchon de laquelle un moxa de velours d'armoise est fixé et qui se consume lentement communiquant sa chaleur à l'aiguille et à la peau environnante.

57

Observations cliniques

Les observations cliniques sont celles des patients vus en consultation au cours de mon stage de 3 mois, en 1998, dans le service d'acupuncture du Professeur Fu Liping à l'Hôpital Ruijin, qui fait partie du CHU de l'Université de médecine francophone de Shanghai II. A l’époque de la concession française elle s’appelait Université AURORE. Parmi ces 23 observations cliniques, 3 proviennent de la consultation du Dr Qin Liangfu, Professeur au CHU de l'Université médicale Shanghai II. Par convention, nous avons utilisé les symboles suivants dans la rédaction des observations cliniques : (-): dispersion;

58

(+): tonification; (±): tonification-dispersion moyenne (h): homolatéral (b): bilatéral (c): controlatéral

Bi Erratique (Xing Bi) : 2 observations
Mr X, 23 ans, Histoire de la maladie (HDM) : consulte pour douleurs articulaires migratrices avec difficultés à la flexion et à l'extension des poignets et des genoux. Il se plaint de vertiges, d'oppression thoracique, de palpitations et d'oligurie. L’ensemble de ces symptômes évoluent depuis 1 an malgré un traitement associant paracétamol et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). A l’examen clinique, le pouls est en corde et rapide. La langue apparaît grosse avec un enduit mince. On ne note pas de limitation active ou passive des mouvements articulaires ni syndrome inflammatoire local. Diagnostic dialectique : dans cette observation, ce sont les attaques des Pervers VentFroid-Humidité qui se localisent aux méridiens. L'excès du Feu est dû à une insuffisance de l'Eau, il s'agit donc d'une Agitation interne du Vent du Foie. Ce Vent interne en s'associant au Vent externe est à l'origine du caractère mobile des douleurs. Le

59

traitement a pour but de faire descendre le Yang du Foie en nourrissant le Yin, de disperser le Vent et de favoriser l'élimination d'Humidité. Traitement et évolution :

Points choisis : 20 VG (Bai Hui)(-), 20 VB (Feng Chi)(-,b), 16 VG (Feng Fu)(-,b), 35 E (Du Bi)(-,b), 3 TR (Zhong Zhu) (-,b), 4 GI (He Gu) (-,b), 43 VB (Xia Xi) (-,b), 3 Rn (Tai Xi) (+)(b) et 3 F (Tai Chong) (-,b). Méthode de tonification-dispersion par rotations, à raison de deux séances par semaine. Les aiguilles sont laissées en place pendant 10 minutes. Au bout de 4 séances, les vertiges ainsi que les douleurs articulaires ont

régressé. Mais l’oppression thoracique et les palpitations persistent. Le pouls est fin, en corde et glissant. Le Pervers Bi pénétrant au cœur, le but du traitement doit être à présent de calmer le cœur. Points choisis : 20 VB (Feng Chi)(-,b), 4 MC (Xi Men)(-,b), 7 C (Shen Men) (,b), 3 TR (Zhong Zhu) (-,b), 3 Rn (Tai Xi) (+,b), 4 GI (He Gu) (-,b) et 3 F (Tai Chong) (-,b)☯ . La méthode de manipulation des aiguilles est la même que pendant les premières séances.

Une semaine plus tard, les symptômes tels que l'oppression thoracique, les vertiges et l'insomnie sont en voie d'amélioration, les douleurs articulaires persistent uniquement en position de flexion des genoux. L'enduit lingual est

Les points 4 GI (He Gu) et 3 F (Tai Chong) bilatéraux sont appelés aussi "Quatre Barrières".

60

blanc et mince, avec la présence d'éléments punctiformes sur la pointe de la langue. Le pouls est fin et en corde surtout à gauche. Nous avons repris le même traitement en adaptant les points : 20 VB (Feng Chi)(-,b), 7 C (Shen Men) (-,b), 6 MC (Nei Guan)(-,b), 4 GI (He Gu) (-,b), 3 F (Tai Chong) (-,b), 3 Rn (Tai Xi) (+,b), 35 E (Du Bi)(-,b) et Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (,b). Même méthode de manipulation des aiguilles que précédemment.

Une nouvelle consultation au bout de dix séances de traitement, retrouve un pouls fin et en corde, mais de façon bilatérale. L'enduit lingual est mince. Les signes douloureux ont presque disparu. Points choisis : 20 VB (Feng Chi)(-,b), 4 MC (Xi Men)(-,b), 5 C (Tong Li)(,b), 6 MC (Nei Guan)(-,b), 3 Rn (Tai Xi) (+,b) et 35 E (Du Bi)(-,b).

Au bout de douze séances, tous les symptômes ont disparu, le traitement est arrêté.

Commentaires : ∗ La dispersion sur 20 VG (Bai Hui), 20 VB (Feng Chi) et 16 VG (Feng Fu) permet de chasser le Vent et de faire descendre le Yang en excès. ∗ La dispersion sur Quatre Barrières: 4 GI (He Gu) et 3 F (Tai Chong), calme le Vent et exerce un effet antalgique. ∗ La tonification du 3 Rn (Tai Xi) nourrit le Yin, rafraîchit l’excès du Feu et traite le vertige. ∗ La dispersion des points 7 C (Shen Men), 4 MC (Xi Men) et 6 MC (Nei Guan)

61

calme l'Esprit et le Cœur en éliminant le Pervers qui attaque le Cœur. Mme L, 40 ans, HDM : présente des antécédents de rhumatisme articulaire dont les poussées sont majorées par le Vent et le Froid. La douleur, qualifiée "d'erratique", se localise indifféremment aux articulations des membres supérieurs ou inférieurs. Depuis 2 semaines, en raison du changement de temps, est apparue une poussée accompagnée de douleurs au niveau des articulations de tout le corps et de lombalgies empêchant la flexion du tronc. Après l'échec du traitement antalgique simple, Mme L vient consulter pour la première fois. Examen clinique : le pouls est flottant et en corde, la langue rouge pâle avec un enduit blanc et mince. Diagnostic dialectique : blocage des méridiens par le Vent-Froid. Traitement et évolution : le traitement consiste à chasser le Vent, dissiper le Froid et tonifier le Qi pour désobstruer les méridiens. Nous avons choisi trois groupes de points combinés à alterner pendant 10 séances à raison de 3 séances par semaine ; afin d’obtenir le meilleur résultat avec le minimum de puncture. Le premier groupe concerne surtout les membres supérieurs, les deux autres groupes, les membres inférieurs.

Premier groupe de points : 15 GI (Jian Yu) (-,b), 11 GI (Qu Chi) (-,b), 4 GI (He Gu) (-,b), 4 IG (Wan Gu) (-,b) associés aux 23 V (Shen Shu)(+,b), 40 V (Wei Zhong)(-,b).

Deuxième groupe : 30 VB (Huan Tiao) (-,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b),

62

36 E (Zu San Li) (-,b), 39 VB (Xuan Zhong) (-,b) associés aux 12 VC (Zhong Wan) (+,b), 6 VC (Qi Hai) (+,b).

Troisième groupe: 31 VB (Feng Shi) (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b), 60 V (Kun Lun)(-,b), 62 V (Shen Mai) (+,b), 8 VG (Jin Suo) (+,b).

A la fin du traitement, la douleur a presque disparu. Trois séances complémentaires ont permis d'enrayer le déclenchement de la crise lors des changements de temps.

Bi Douloureux (Tong Bi) : 5 observations
Mr M, 34 ans, HDM : consulte pour douleurs et gonflements articulaires des mains et des pieds depuis dix ans. Les doigts de la main et des orteils sont en griffes. La douleur est majorée par le Froid. Examen clinique : le pouls est fin et mou. L'enduit lingual est blanc. Diagnostic dialectique : il s'agit d'un Bi Douloureux caractérisé par la prédominance du Froid dans les atteintes par les Vent-Froid-Humidité. La maladie évoluant depuis une dizaine d’années, a entraîné le Vide de Qi orthodoxe. Le traitement est basé sur la régularisation de Qi Nourricier pour débloquer la circulation des méridiens. Traitement et évolution :

63

Points choisis : Ba Xie ☯ (-,b), 4 GI (He Gu) (-,b), 5 GI (Yang Xi) (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b), 5 Rt (Shang Qiu) (-,b) et Ba Feng☯☯ (-,b). La méthode de manipulation est appelée en chinois Long Hu Jiao Zhan ("Combat entre le tigre et le dragon") et utilise des aiguilles chauffées. Elle nécessite deux séances par semaine.

Au bout de trois séances, malgré une légère amélioration, la douleur articulaire s'est brutalement aggravée au cours d'un changement de temps, entraînant une limitation des mouvements de flexion et d'extension des doigts. Le pouls est mou et légèrement rapide, l'enduit lingual est blanc. Le même traitement est poursuivi avec des adaptations : 5 GI (Yang Xi) (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b), Ba Xie (-,b), Ba Feng (-,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b) et 9 Rt (Yin Ling Quan) (-,b). La technique de manipulation des aiguilles est la même.

Deux semaine plus tard, la douleur a régressé de même que le "gonflement" de la face dorsale de la main dont l'aspect local a pris une couleur violette évoquant une Stase de Sang. Le patient se plaint d'un engourdissement de la plante du pied lié à une accumulation interne de Froid-Humidité avec Stase de

☯ Ba Xie, points curieux. Il existe deux localisations différentes de ces points, qui sont toutes les deux efficaces. Ils sont situés sur le dos de la main, soit à l'extrémité des plis interdigitaux quand le poing est fermé, soit à mi-distance entre l'extrémité de ces plis et les articulations métacarpo-phalangiennes. Les 8 points sont piqués en oblique, en direction de la paume.

Ba Feng, points curieux. Ces quatre points sont situés sur le dos du pied, près du bord des palmures interdigitales et comportent 2 F (Xing Jian), 43 VB (Xia Xi) et 44 E (Nei Ting).

☯☯

64

Sang. Le pouls est mou et faible. Points choisis : 4 GI (He Gu)(-,b), Ba Xie (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b) et 9 Rt (Yin Ling Quan) (-,b), Ba Feng (-,b) et 3 F (Tai Chong) (-,b). La technique de manipulation des aiguilles reste inchangée.

Un mois plus tard, la douleur reste stable en dehors de tout changement de temps qui entraîne une répétition des poussées avec limitation des mouvements articulaires des épaules, des genoux et de la région sacrococcygienne. Le pouls est profond et lent., l'enduit lingual mince et blanc. Les Pervers se localisent profondément, le Qi Nourricier et le Qi Défensif ne sont pas en harmonie. Points choisis :15 GI (Jian Yu) (-,b), 14 TR (Jian Liao) (-,b), 11 GI (Qu Chi) (-,b), 4 GI (He Gu) (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b), 5 Rt (Shang Qiu) (-,b), 3 F (Tai Chong) (-,b), 31 V (Shang Liao) (-,b), 54 V (Zhi Bian) (-,b). Même technique de manipulation "Combat entre le tigre et le dragon" (Long Hu Jiao Zhan) avec les aiguilles chauffées, à raison de deux séances par semaines.

Deux semaines plus tard, la douleur a régressé, les mouvements articulaires sont libres. L'enduit lingual est mince et blanc. Nous avons réalisé cinq séances supplémentaires d'acupuncture afin de chasser les Pervers. Points choisis :15 GI (Jian Yu) (-,b), 11 GI (Qu Chi) (-,b), 4 GI (He Gu) (-,b),

65

35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b), 36 E (Zu San Li) (-,b) et 5 Rt (Shang Qiu) (-,b). Même technique de manipulation. Commentaires : les aiguilles chauffées permettent de chasser le Pervers Froid. La manipulation d'aiguilles "Combat entre le tigre et le dragon" (Long Hu Jiao Zhan) est indiquée car le Pervers Froid prédomine avec pour conséquence une stagnation de Yin trouble. Mr Y, 69 ans, HDM : consulte pour douleur de la jambe droite avec impotence fonctionnelle à la marche, le patient ne se déplaçant qu’avec des cannes. La douleur est apparue 10 jours après un voyage réalisé un mois auparavant dans une région à climat froid. Examen clinique : le pouls est lent et serré. La langue est pâle avec un enduit blanc. Diagnostic dialectique : il est en faveur du Bi Douloureux nécessitant un traitement qui chasse le Vent et dissipe le Froid. Traitement et évolution :

Points choisis : 20 VG (Bai Hui) (+), 20 VB (Feng Chi) (-,b), 30 VB (Huan Tiao) (-,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b), 40 V (Wei Zhong) (-,b) et 57 V (Cheng San) (-,b). Méthode de tonification-dispersion par rotations (Nian Zhuan) et InsertionRetrait (Ti Cha), utilisant des aiguilles chauffées à raison de deux séances par semaine.

66

Après quatre séances, la douleur s'est atténuée mais une sensibilité de l'épaule droite est apparue. Points choisis : 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b), 36 E (Zu San Li) (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b), 40 V (Wei Zhong) (,b) et 57 V (Cheng San) (-,b), 15 GI (Jian Yu) (-,b), 11 GI (Qu Chi) (-,b) et 4 GI (He Gu) (-,b).

Deux semaines plus tard, l'état s'est nettement amélioré puisque le patient marche désormais sans canne. Deux séances de consolidation à une semaine d’intervalle sont ajoutées : 15 GI (Jian Yu) (-,b), 11 GI (Qu Chi) (-,b) et 4 GI (He Gu) (-,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b), 36 E (Zu San Li) (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b) et 39 VB (Xuan Zhong) (,b).

Mr Z, 31 ans, HDM : consulte pour une douleur des genoux résistante au traitement antalgique simple, et une sensation de Froid des genoux évoluant depuis 6 ans. La douleur est majorée la nuit. Il existe une perte de force musculaire à la marche, les mêmes symptômes sont ressentis au niveau des articulations des hanches et des chevilles. Le patient présente quelquefois des vertiges et une dyspnée d’effort. Il est insomniaque et son sommeil est entrecoupé de nombreux rêves. Diagnostic dialectique : il s'agit d'un Vide de Qi et de Sang avec pénétration du Pervers Froid qui obstrue les méridiens. Traitement et évolution : le traitement a pour but de tonifier le Qi et le Sang et

67

d'expulser le Froid en réchauffant les méridiens. Points choisis : 36 E (Zu San Li)(+,b), 6 Rt (San Yin Jiao)(+,b), 35 E (Du Bi) (,b)(aiguille chauffée), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b)(aiguille chauffée). La douleur a complètement régressé au bout de 24 séances, à raison de 2 séances par semaine. Commentaires : le Pervers Froid pénètre dans le corps en raison du Vide de Qi et de Sang. La dyspnée et le vertige sont des signes de Vide de Qi et de Sang. Le traitement local par 35 E (Du Bi) et Nei Xi Yan (Oeil interne du genou), associé à la tonification du Qi et du Sang par 36 E (Zu San Li) et 6 Rt (San Yin Jiao), illustre l'association de traitements à visée symptomatique et étiologique. Mme L, 67 ans, HDM : patiente droitière, consultant pour une douleur de l'épaule et du bras droits évoluant depuis deux semaines, cette patiente ayant des antécédents de poussées douloureuses similaires, améliorées par l'acupuncture. La crise actuelle est survenue dans un contexte de refroidissement et de surmenage. La douleur irradie depuis le cou vers l'épaule, le bras et le coude droits. La patiente ne peut plus soulever le bras, elle est d'humeur dépressive et sans appétit. Examen clinique : la douleur est réveillée par la pression exercée le long du trajet du méridien de l'Intestin grêle au niveau du cou, du dos et de la partie inférieure de l'omoplate. Le pouls est glissant, l'enduit lingual gras. Diagnostic dialectique : il s'agit d'une pénétration du Pervers Froid dans le méridien,

68

la circulation du Qi est bloquée, entraînant la douleur. Le traitement a pour but de désobstruer les méridiens, de vivifier le Sang et de régulariser le Qi Nourricier. Traitement et évolution :

Points choisis : 63 V (Jin Men) (h), 60 V (Kun Lun) (h), 59 V (Fu Yang) (h), Hua Tuo Jia Ji (h: C5 à T2). Méthode de tonification-dispersion moyenne en laissant l'aiguille en place pendant 15 minutes.

Au bout de trois séances, la douleur s'est nettement atténuée en dehors de la persistance d'une sensation d'étirement musculaire au niveau du dos. L'appétit est bon. Le pouls est glissant, l'enduit lingual mince et blanc. Points choisis : Hua Tuo Jia Ji (h: C5 à T2), 10 V (Tian Zhu) (b) et 11 V (Da Zhu) (b). Même méthode de manipulation des aiguilles.

Après trois nouvelles séances, la douleur de l'épaule et du bras a cessé, mais la patiente se plaint de courbatures dorso-lombaires. Points choisis : Hua Tuo Jia Ji (h: C5 à T2), 11 V (Da Zhu) (b), 23 V (Shen Shu) (b), 35 E (Du Bi) (b) et Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (b). Manipulation des aiguilles inchangée.

Tous les symtômes ont définitivement disparu après dix séances d'acupuncture, à raison de 2 séances par semaine.

Commentaires : le diagnostic de Bi Douloureux est posé en présence de facteurs déclenchant comme le Froid, et d'une symptomatologie principale douloureuse. Dans le cas présent, nous avons appliqué le principe du traitement dit "choix des points bas pour traiter la maladie haute". La douleur, localisée à l’épaule et au bras droits, se situe le

69

long du méridien Shou Tai Yang - Intestin grêle et les points choisis lui sont homolatéraux mais au niveau du méridien du membre inférieur (méridien Zu Tai Yang Vessie) et du tronc (Hua Tuo). Ceci confirme l'intérêt de la notion de croisement entre les méridiens de même nom, mais situés dans la partie supérieure ou inférieure du corps par rapport à la localisation de l'atteinte initiale (méridiens Tai Yang de la tête et du pied). Mme D 36 ans, institutrice, HDM : se plaint depuis 4 mois de douleurs articulaires généralisées survenue en post-partum. Après un accouchement eutocique, elle a pris froid et depuis lors elle présente des douleurs articulaires diffuses notamment au niveau des épaules, du dos et des lombes. La douleur est insupportable à type de "piqûre de l’os par une aiguille glacée". Le moindre mouvement la fait transpirer, elle craint le vent et le froid. La diminution de l'appétit s’accompagne de constipation. Le sommeil n’est pas perturbé. Examen clinique : la langue est rouge pâle avec un enduit mince et blanc. Le pouls est profond et fin. Diagnostic dialectique : il s'agit d'une pénétration de Vent-Froid facilitée par un Vide de Qi et de Sang secondaire à l'accouchement. La Stagnation de Qi et de Sang dans les méridiens entraîne le Bi Douloureux. Le traitement a pour but de fortifier le Qi et le Sang, réchauffer le Yang, déobstruer les méridiens et chasser le Vent et le Froid. Traitement et évolution :

70

Points choisis : Jia Ji ou Hua Tuo Jia Ji avec méthode de tonification en laissant l'aiguille en place pendant 30 minutes. Les aiguilles seront introduites obliquement en direction de la ligne médiane.

L'hypersudation a nettement régressé après 8 séances mais la crainte de froid et de vent persiste. Au bout de 14 séances, la douleur s’atténue et se localise uniquement aux lombes. Par la suite, la symptomatologie douloureuse a totalement disparu et le transit s’est normalisé.

Commentaires : Hua Tuo Jia Ji est un groupe de points (au total 34 points) localisés de chaque côté de la colonne vertébrale, de 0,3 à 0,5 cun☯ ou distance de la ligne médiane du corps, au niveau des espaces inter-vertébraux, de la première vertèbre thoracique à la cinquième vertèbre lombaire. En pratique, nous puncturons la moitié des points en espaçant chaque fois d’un étage de vertèbre. Comme les points Jia Ji se situent parallèlement entre les points du méridien Zu Tai Yang - Vessie et ceux du Du Mai, ils régularisent, fortifient le Yang, régularisent et désobstruent les méridiens. Ils sont donc indiqués dans le traitement des symptômes liés au Vide des Viscères, au Vide de Qi et de Sang et au vide de la Mer de la Moelle.

Les différentes parties du corps humain peuvent être mesurées dans le sens longitudinal ou transversal, et ces mesures peuvent être divisées en un certain nombre de segments égaux. Chaque segment est considéré comme une unité proportionnelle, ou constante, à laquelle il est fait référence sous le nom de cun ou distance ou encore largeur de la première phalange du pouce. Par exemple, l'avant-bras du patient mesure 12 cun depuis le pli du poignet jusqu'au pli du coude.

71

Bi de l’Humidité (Zhuo Bi) : 6 observations
Mr A, 31 ans, HDM : consulte pour la première fois en raison de douleur et d’un engourdissement du membre supérieur droit avec une difficulté à la préhension et une faiblesse musculaire, dans le cadre d'antécédents de douleur de Bi depuis un an. Les symptômes associés sont une diminution de l'appétit, des vertiges, des selles liquidiennes, des courbatures lombaires, une spermatorrhée et une éjaculation précoce. Examen clinique : le pouls est mou et lent. La langue est rouge avec un enduit gras. Diagnostic dialectique : il s'agit d'un Vide de Foie-Rate-Rein et d'une rétention d'Humidité due au Vide de la Rate. Le traitement a pour but de nourrir le Foie et le Rein, de soutenir la Terre pour activer la Rate. Traitement et évolution :

Points choisis : 20 VB (Feng Chi) (-,b), 4 VB (Han Yan) (-,b), 3 Rn (Tai Xi) (+,b), 2 F (Xing Jian) (-,b), 23 V (Shen Shu) (+,b), 36 E (Zu San Li) (+,b), 20 V (Pi Shu) (+,b), 9 Rt (Yin Ling Quan) (-,b), 11 GI (Qu Chi) (-,h), 10 GI (Shou San Li) (-,h), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,h), 39 VB (Xuan Zhong) (-,h) et Ba Xie(-,h). Méthode de tonification-dispersion par rotations (Nian Zhuan) et InsertionRetrait (Ti Cha) en laissant l'aiguille en place pendant 10 minutes.

La douleur a disparu au bout de dix séances à raison de 2 séances par semaine.

72

Commentaires : le pouls mou et lent avec un enduit lingual gras sont les témoins de la prédominance du Pervers de l’Humidité. Mais la courbature lombaire et la spermatorrhée signent le Vide du Rein. Le vertige et la langue rouge sont les symptômes de l'excès du Yang du Foie dont l'origine est le Vide de la Rate. Ainsi le diagnostic évoqué est celui de Vide de Foie-Rate-Rein. Les aiguilles chauffées sont en général indiquées dans le traitement de l’Humidité, mais dans le cas présent, en raison du tableau de l'excès du Yang du Foie, cette technique est abandonnée. Les principes thérapeutiques consistent à éliminer le Yang monté du Foie par 20 VB (Feng Chi) et 4 VB (Han Yan). Points choisis : tonifier 3 Rn (Tai Xi), 23 V (Shen Shu), 36 E (Zu San Li) et 20 V (Pi Shu) pour renforcer la Rate et le Rein. Disperser 2 F (Xing Jian) pour éliminer le Feu du Foie. Disperser 9 Rt (Yin Ling Quan) pour favoriser l'élimination de l’Humidité. Disperser les points du membre supérieur droit pour désobstruer les méridiens. Mme C, 49 ans, HDM : consulte pour une douleur des genoux survenue après avoir travaillé sous la pluie, sa profession l’exposant aux intempéries. Un traitement par anti-inflammatoires non stéroïdiens ne l'a que partiellement soulagée. Actuellement elle se plaint d'une fatigabilité du genou, d'une diminution de l'appétit et de diarrhées. Examen clinique : le teint est légèrement jaune, le pouls est profond, paisible et faible. L'enduit lingual est mince et blanc. Les genoux sont augmentés de volume et douloureux à la pression, les mouvements de flexion/extension sont limités.

73

Diagnostic dialectique : il s'agit d'un Vide de Yang de la Rate avec pour conséquence un Bi de l’Humidité et des diarrhées. Le traitement a pour but de tonifier la Rate afin de dessécher l’Humidité. Traitement et évolution :

Points choisis : 33 VB (Xi Yang Guan) (-,b), 38 VB (Yang Fu) (-,b), 9 Rt (Yin Ling Quan) (-,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b), 36 E (Zu San Li) (+,b) (aiguille chauffée), 3 VG (Yao Yang Guan) (+,b) (aiguille chauffée), 20 V (Pi Shu) (+,b) (aiguille chauffée) et 4 VG (Ming Men) (+,b) (aiguille chauffée).

L'évolution est favorable avec régression de tous les symptômes après huit séances de traitement, à raison de 2 séances par semaine.

Commentaires : les 33 VB (Xi Yang Guan), 38 VB (Yang Fu), 34 VB (Yang Ling Quan) et 9 Rt (Yin Ling Quan) constituent le traitement local pour dissiper le Froid et l’Humidité. Les aiguilles chauffées sur 20 V (Pi Shu), 4 VG (Ming Men), 3 VG (Yao Yang Guan) et 36 E (Zu San Li), fortifient la Rate et renforcent le Yang. Le bon fonctionnement de transport-transformation de la Rate favorise l'élimination de l’Humidité, à l’image de l’aphorisme chinois : "Le bon fonctionnement de la Rate peut vaincre l’Humidité et un Qi de la Rate suffisant ne donne jamais d'engourdissement". Mme L, 36 ans, HDM : consulte pour une douleur articulaire des genoux, une sensation d’engourdissement et des contractures épisodiques au niveau des muscles des jambes, majorés surtout à droite par climat froid et humide.

74

Examen clinique : le pouls est fin et mou, l'enduit lingual gras. On ne note pas d’épanchement articulaire. Diagnostic dialectique : il s'agit d'un blocage des méridiens par Froid-Humidité. Le traitement consiste à expulser le Froid et à éliminer l’Humidité. Traitement et évolution :

Points choisis : 23 V (Shen Shu) (+,b), 40 V (Wei Zhong) (-,b), 57 V (Cheng Shan) (-,b), 36 E (Zu San Li) (-,b) et 60 V (Kun Lun) (-,b). Deux séances par semaine.

Au bout de deux semaines de traitement à raison de 2 séances par semaine, l'engourdissement des jambes a régressé mais la patiente signale une douleur de la région lombaire évoluant depuis deux jours. La même base de traitement est continuée avec quelques adaptations : 23 V (Shen Shu) (+,b), 40 V (Wei Zhong) (+,b), 57 V (Cheng Shan) (+,b), 36 E (Zu San Li) (+,b), 9 Rt (Yin Ling Quan) (+,b), 35 E (Du Bi) (-,b), Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b), 34 E (Liang Qiu) (-,b) et 6 Rt (San Yin Jiao) (+,b).

Dix jours plus tard, les douleurs lombaires ont disparu. Deux séances complémentaires avec le même traitement permettent de consolider les effets thérapeutiques.

Mr Q, 31 ans, HDM : signale des douleurs du membre inférieur droit d'apparition brutale après un

75

effort physique. La douleur, majorée par la toux, irradie depuis la hanche jusqu’au genou et à la cheville le long du trajet du méridien Zu Tai Yang de la Vessie, et évolue depuis 3 mois. Le diagnostic initial est celui de douleur du nerf sciatique sans déficit moteur. Un traitement par anti-inflammatoires non-stéroïdiens apporte une amélioration transitoire, mais la douleur s'est majorée récemment, rendant la position couchée difficile. Le sommeil est altéré ainsi que l'appétit. Examen clinique : le pouls est lent. L'enduit lingual est blanc et gras. Diagnostic dialectique : il s'agit d'une pénétration du Pervers Froid-Humidité qui nécessite un traitement permettant d'expulser le Froid et d'éliminer l’Humidité. Traitement et évolution :

Points choisis : 3 VG (Yao Yang Guan) (-,h), 25 V (Da Chang Shu) (-,h), 54 V (Zhi Bian) (-,h), 30 VB (Huan Tiao) (-,h), 36 V (Cheng Fu) (-,h), 40 V (Wei Zhong) (-,h) et 40 VB (Qiu Xu) (-,h). Méthode de tonification-dispersion par rotations avec aiguilles chauffées.

Le lendemain, la douleur s'est atténuée. Le même traitement est repris en ajoutant 34 VB (Yang Ling Quan) (-,h) et 58 V (Fei Yang) (-,h). Après les aiguilles chauffées, des ventouses sont appliquées sur les points 3 VG (Yao Yang Guan), 25 V (Da Chang Shu), 54 V (Zhi Bian) et 30 VB (Huan Tiao) afin de renforcer l'élimination du Froid.

Au quatrième jour, l'état s'est nettement amélioré, la guérison est survenue au bout de 6 séances, à raison de 2 séances par semaine.

76

Mme Y, 21 ans, HDM : consulte pour une tuméfaction douloureuse des muscles jumeaux gauches avec une difficulté à la marche évoluant depuis 7 ans. Elle est traitée depuis deux mois pour une tuberculose pulmonaire gauche. Elle est sujette aux syndromes grippaux. Examen clinique : le teint du visage est frais et brillant, mais un peu pâle. Le pouls est fin et mou. L'enduit lingual est mince, gras et fissuré. La tuméfaction musculaire est en faveur de la stagnation de l’Humidité. Diagnostic dialectique : l'origine de la maladie se situe au méridien Tai Yang de la Vessie avec stagnation du Pervers de l’Humidité dans un contexte de Vide de la Rate (Terre). Nous avons de ce fait entrepris un traitement symptomatique associé à un traitement de fond. Traitement et évolution :

Points choisis : 13 V (Fei Shu) (+,b), 20 V (Pi Shu) (+,b), 9 Rt (Yin Ling Quan) (-,h), 55 V (He Yang) (-,h), 39 V (Wei Yang) (-,h) et 56 V (Cheng Jin) (-,h). Méthode de tonification-dispersion par des rotations au moyen d'aiguilles chauffées excluant les points Shu du dos (13V et 20 V) pour lesquels les aiguilles sont retirées. Ventouse au point 56 V (Cheng Jin). Le rythme des séances est de deux par semaine.

Deux semaines plus tard, la douleur a beaucoup régressé mais la tuméfaction persiste de même que des accès de toux nocturnes et une douleur costale à la respiration profonde. Le pouls est fin et rapide, l'enduit lingual est mince et

77

gras. Le même traitement est poursuivi dans le but de renforcer les poumons (Métal) par tonification de la Rate (Terre). Points choisis : 13 V (Fei Shu) (+,b), 20 V (Pi Shu) (+,b), 43 V (Gao Huang) (+,b), 9 P (Tai Yuan) (+,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,h), 55 V (He Yang) (,h), 39 V (Wei Yang) (-,h) et 56 V (Cheng Jin) (-,h) et 40 V (Wei Zhong) (,h). Méthode de tonification-dispersion par rotations avec des aiguilles chauffées au membre inférieur, les aiguilles étant retirées au niveau des points Shu du dos (13V, 20 V et 43 V). Ventouse au point 56 V (Cheng Jin).

Deux semaines plus tard, la toux s'est atténuée, la tuméfaction de la jambe a partiellement régressé. Le pouls est glissant et rapide. L'enduit lingual est mince et gras. On tonifie le Poumon pour clarifier la Chaleur : 13 V (Fei Shu) (+,b), 9 P (Tai Yuan) (+,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,h), 55 V (He Yang) (,h) et 56 V (Cheng Jin) (-,h). Même technique de manipulation des aiguilles.

Après dix nouvelles séances au rythme de 2 par semaine, l'état général s'est nettement amélioré, la toux, la tuméfaction et la douleur de la jambe gauche ont disparu.

Commentaires : le choix de 20 V (Pi Shu) repose sur la nécessité de renforcer les poumons (Métal) par tonification de la Rate (Terre). Le 13 V (Fei Shu) tonifie le Poumon. La tonification de 9 P (Tai Yuan) permet de "renforcer la mère pour tonifier le

78

fils".☯ La tonification de 43 V (Gao Huang) renforce le Qi Originel du Triple Réchauffeur et constitue un traitement de fond. La dispersion sur les points 55 V (He Yang), 39 V (Wei Yang), 56 V (Cheng Jin) et 40 V (Wei Zhong), chasse le Pervers de l’Humidité. 9 Rt (Yin Ling Quan) favorise l'élimination de l'Eau, et 34 VB (Yang Ling Quan) renforce le Tendon. Mr W, 54 ans, ouvrier HDM : consulte pour douleurs et dysesthésies des membres inférieurs évoluant depuis 6 mois. Diabétique non insulino-dépendant, traité par sulfamides

hypoglycémiants depuis 9 ans, il a été hospitalisé 3 mois auparavant pour ces mêmes symptômes, évocateurs d’une polynévrite des membres inférieurs, qui ne régressent pas malgré le traitement habituel (insulinothérapie, hydratation parentérale, etc...). Examen clinique : lors de la consultation, il se plaint d’une sensation d’engourdissement des membres inférieurs, de douleurs et d’une sensation de froid des pieds en insistant sur l’absence de transpiration des membres inférieurs. Il a soif mais ne veut pas boire et n'a pas d'appétit. Le patient est constipé, l’abdomen est ballonné. La langue est pâle, son enduit pâle et gras. Le pouls est profond et glissant. Diagnostic dialectique : il s'agit de Bi de l'Humidité. Le traitement a pour but de faire circuler le Qi, d'harmoniser l'Estomac, d'éliminer l'Humidité et de désobstruer les méridiens.

Le point 9 P (Tai Yuan) est un des cinq points Shu antiques et correspond à la Terre qui est la "Mère" du méridien Poumon (Métal). On peut choisir de tonifier le point qui correspond à l'Elément "Mère" en cas de vide d'un méridien.

79

Traitement et évolution :

Points choisis : 13 VC (Shang Wan) (+), 12 VC (Zhong Wan) (+) et 10 VC (Xia Wan) (+), 6 VC (Qi Hai) (+) , 25 E (Tian Shu) (b,-), 6 MC (Nei Guan) (b,-) et 36 E (Zu San Li) (b,+). Ces dix points appelées également "Dix aiguilles de l’Estomac" sont d’utilisation fréquente dans le traitement des pathologies de la Rate et de l’Estomac. Ces dix points sont encore associés à 4 Rt (Gong Sun) (b,+), 40 E (Feng Long) (b,-) et Ba Feng (b,-).

Après six séances à raison de 2 séances par semaine, le ballonnement abdominal a disparu, l'appétit est revenu. La douleur et l'engourdissement ont nettement régressé. Le patient ressent chaleur et transpiration au niveau de la plante des pieds. Le transit est plus régulier. L'enduit lingual initialement blanc et gras devient blanc et mince. Nous avons réalisé douze séances supplémentaires à raison d'une séance tous les jours par puncture de 25 E (Tian Shu), 40 E (Feng Long) et 4 Rt (Gong Sun). A la fin du traitement, l'appétit est normal, le transit régulier, la douleur et l'engourdissement des membres inférieurs ont disparu.

Commentaires : le patient diabétique se plaint en général de polydipsie et de polyurie. Mais dans cette observation, le patient malgré la soif ne veut pas boire. L'appétit est diminué et l'abdomen est ballonné. Ces symptômes sont la conséquence de l'envahissement de la Rate par l'Humidité. La Rate gouvernant les membres, le Yang de la Rate, agressé par le Pervers Humidité, n'arrive pas à circuler jusqu'aux extrémités des membres. Ceci occasionne douleurs, engourdissement, sensation de froid et absence de

80

transpiration. La langue pâle avec un enduit blanc et gras, un pouls profond et glissant sont les signes de l'excès de Pervers Humidité qui a été aggravé par les apports de liquides au cours de la dernière hospitalisation. Le choix des points doit permettre de réaliser un traitement de fond qui consiste à tonifier la Rate, éliminer l'Humidité et déobstruer les méridiens en assocaint les points locaux Ba Feng. Le traitement du Diabète par phytotérapie semble plus efficace que l’acupuncture.

Bi de la Chaleur (Re Bi) : 1 observation
Mr Y, 19 ans, HDM : consulte pour une douleur des genoux évoluant depuis un mois malgré des traitements par antalgiques et anti-inflammatoires non stéroïdiens. Examen clinique : les articulations des genoux sont œdémateuses, chaudes et douloureuses. Il n’existe pas de limitation des mouvements. La langue est rouge, l'enduit est jaune et gras. Diagnostic dialectique : il est en faveur de Bi de la Chaleur. Traitement et évolution : Le traitement doit clarifier la Chaleur , favoriser l’élimination de l’Humidité, rafraîchir le Sang et désobstruer les méridiens. Points choisis : 34 VB (Yang Ling Quan)(-,b), 9 Rt (Yin Ling Quan) (-,b), 36 E (Zu San Li) (-,b), 40 V (Wei Zhong) (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b) et Nei Xi Yan (Oeil interne du genou) (-,b). Le rythme du traitement est de trois séances par semaine, sans moxibustion

81

en raison de la présence du syndrome de Chaleur. 40 V (Wei Zhong) étant le point He Inférieur de la Vessie, il disperse la Chaleur du Sang, la Chaleur des quatre membres et désobstrue les méridiens. 9 Rt (Yin Ling Quan) élimine l’Humidité. 34 VB (Yang Ling Quan) est le point He Inférieur de la Vésicule biliaire de même que le point de Réunion des tendons. Il s'agit donc d'un point important dans le traitement des douleurs articulaires. Au bout de 4 séances, la douleur a régressé mais les genoux restent légèrement œdémateux. La guérison a été obtenue en six séances.

Bi se Dispersant (Zhong Bi) : 1 observation
Mme Y, 42 ans, HDM : consulte pour un premier épisode de douleur alternée des deux hanches, évoluant depuis 2 semaines, qui empêche toute position en décubitus latéral. Cette douleur est majorée par le temps humide et la fatigue, et s'accompagne de douleurs et de courbatures dorso-lombaires. Examen clinique : le pouls est flottant et paisible, l'enduit lingual mince et gras. La douleur se localise aux deux hanches, de façon alternée. Ceci évoque un Bi se Dispersant, lié à une pénétration du Vent-Froid-Humidité dans les méridiens Zu Tai Yang - Vessie et Zu Shao Yang - Vésicule biliaire. Le méridien Zu Tai Yang - Vessie parcourt les lombes et le dos, ce qui explique la localisation de la douleur et des courbatures dans cette région. Le pouls flottant et paisible évoque la prédominance du

82

Vent qui définit le caractère migratoire de la douleur. Traitement et évolution : Points choisis : 11 V (Da Zhu) (-,b), 13 IG (Qu Yuan) (-,b), 11 IG (Tian Zong) (-,b), 17 V (Ge Shu) (-,b), 23 V (Shen Shu) (+,b), 54 V (Zhi Bian) (-,b) et 30 VB (Huan Tiao) (-,b). Méthode de tonification-dispersion par rotations, l’absence de chaleur permettant l’utilisation d'aiguilles chauffées. Les symptômes douloureux ont disparu au bout de dix séances, à raison de 2 séances par semaine. Le traitement est poursuivi durant dix séances pour renforcer l’effet thérapeutique. Commentaires : cette patiente ne présente pas de signes de Chaleur, ce qui nous permet d'utiliser la technique des aiguilles chauffées.

Li Jie Feng : 1 observation
Mme Z, 26 ans, HDM : qui présente une fièvre, une oppression thoracique et une marche difficile depuis 2 jours, vient consulter pour des poignets douloureux et "gonflés" depuis 2 semaines. La douleur est majorée la nuit. Les antalgiques n’ont pas pu soulager la douleur. Examen clinique : le pouls est en corde et rapide, l'enduit lingual mince et blanc.

83

Diagnostic dialectique : il s'agit de la pénétration du Pervers Vent-Froid dans l'articulation. Le traitement doit conduire à l'élimination du Pervers. Traitement et évolution : Points choisis : 14 GI (Bi Nao) (-,b), 10 GI (Shou San Li) (-,b), 9 GI (Shang Lian) (,b), 8 GI (Xia Lian) (-,b), 7 GI (Wen Liu) (-,b), 6 GI (Pian Li) (-,b), 4 GI (He Gu) (-,b), 31 E (Bi Guan) (-,b), 32 E (Fu Tu) (-,b), 33 E (Yin Shi) (-,b), 35 E (Du Bi) (-,b), 36 E (Zu San Li) (-,b), 11 V (Da Zhu) (-,b) et 12 V (Feng Men) (-,b). Méthode de tonification-dispersion par rotations, associée à la manipulation de "Combat entre le tigre et le dragon" (Long Hu Jiao Zhan). Aux points 11 V (Da Zhu) et 12 V (Feng Men), la manipulation est poursuivie jusqu’au moment où la sensation d’aiguille est intense. Le rythme est de deux séances par semaine. La guérison est obtenue après douze séances. Commentaires : la manipulation de "Combat entre le tigre et le dragon" (Long Hu Jiao Zhan) a pour but de calmer et de limiter la douleur. La propagation de la douleur articulaire est une évolution très caractéristique de Li Jie Feng en l'absence de traitement

Vent du Genou de la grue (He Xi Feng) : 1 observation
Mr Y, 51 ans, HDM : consulte pour un "gonflement" du genou droit qui donne une apparence fine à la cuisse et la jambe, l’ensemble évoquant en M.T.C. l'aspect d'une grue. Les symptômes évoluent depuis 4 mois, les muscles sont atrophiés et la marche devient difficile. La peau

84

parait noire et sèche. Diagnostic dialectique : Bi du Vent. Traitement et évolution : Points choisis : 20 VB (Feng Chi) (+,h), 7 Rn (Fu Liu) (+,h), 35 E (Du Bi) (+,h), 7 F (Xi Guan) (+,h), 9 Rt (Yin Ling Quan) (+,h), 40 V (Wei Zhong) (+,h) et 34 VB (Yang Ling Quan) (+,h). Méthodes de tonification-dispersion par rotations (Nian Zhuan) et Insertion-Retrait (Ti Cha), à raison de deux séances par semaine. La symptomatologie disparaît au bout de 4 mois de traitement. Commentaires : le diagnostic est facile en regard de l'aspect du genou qui n'est ni rouge, ni chaud. La cause de cette maladie est due à un Vide des trois méridiens Yin du membre inférieur. La Méthode de tonification-dispersion par Insertion-Retrait permet de renforcer le Yang et les Rotations de faire circuler le Qi du Méridien.

85

Bi de l'Epaule ou Vent de l'Epaule bloquée (Lou Jian Feng): 4 observations
Mme C, 56 ans, HDM : est venue consulter pour des douleurs de l'épaule gauche, l’amplitude du bras gauche étant limitée en antépulsion et en rotataion postéro-interne. Les symptômes associés sont des paresthésies au niveau des doigts des deux mains, une crainte du Froid et des douleurs lombaires. Examen clinique : le pouls est fin et faible, l'enduit lingual mince et glissant. Le point Jian Shu (point curieux situé au milieu de la ligne rejoignant le 15 GI et le sommet du pli axillaire antérieur) est douloureux à la palpation. Diagnostic dialectique : il s'agit d'une attaque par les Pervers Externes dans un tableau de Vide interne. Traitement et évolution : Le traitement a pour but d'harmoniser le Qi Nourricier et de désobstruer les méridiens.

Points choisis : 15 GI (Jian Yu) (-,h), 14 TR (Jian Liao) (-,h), 9 IG (Jian Zhen) (-,h), 16 GI (Ju Gu) (-h), 14 GI (Bi Nao), (-,h), 11 GI (Qu Chi) (-,h), 4 GI (He Gu)(-, h), et 23 V (Shen Shu) (+,b). Méthode de tonification-dispersion par rotations. Technique de puncture de

86

He Gu sur le point 15 GI. Au niveau de l'épaule, l'utilisation des aiguilles chauffées est suivie de l'application des ventouses, à raison de deux séances par semaine.

Au bout de neuf séances, le mouvement d’antépulsion s'est amélioré ainsi que la douleur lombaire, mais une difficulté à la rotation postéro-interne persiste. Le point Jian Shu reste douloureux à la palpation. Points choisis : 15 GI (Jian Yu) (-,h), 14 TR (Jian Liao) (-,h), Jian Shu (-,h), 14 GI (Bi Nao), (-,h), 11 GI (Qu Chi) (-,h), 4 GI (He Gu) (-,h) et 23 V (Shen Shu) (+,b). Méthode de tonification-dispersion par rotations et Puncture Groupée sur le point Ashi (Jian Shu).

Une semaine plus tard, l'évolution est favorable, les mouvements sont libres, la douleur de l'épaule a disparu. Le traitement est arrêté.

Mr Y, 42 ans, HDM : consulte pour une douleur de l'épaule gauche évoluant depuis deux semaines, après une chute de bicyclette à l’origine d’une luxation de cette épaule réduite manuellement. Examen clinique : l’antépulsion du bras est difficile malgré une légère amélioration après des séances d'électrothérapie au service de réadaptation fonctionnelle. La douleur est décrite comme une sensation de piqûre de l'os. Une atrophie musculaire du trapèze, du biceps brachial notamment au point 9 IG (Jian Zhen), est associée. Le pouls est paisible, l'enduit lingual mince et blanc.

87

Diagnostic dialectique : il s'agit d'une stagnation de Qi après un traumatisme. Le traitement est souvent facile dans ce cas, par élimination de la stagnation, harmonisation de Qi Nourricier et relâchement des muscles. Traitement et évolution :

Points choisis : 15 GI (Jian Yu) (-,h), 14 TR (Jian Liao) (-,h), 9 IG (Jian Zhen) (-,h),14 GI (Bi Nao), (-,h), 11 GI (Qu Chi) (-,h) et 4 GI (He Gu)(-,h). Méthode de tonification-dispersion par rotations. La Puncture Lente (Duan Ci) sur le point 15 GI (Jian Yu) et 14 TR (Jian Liao), suivie de l'application de ventouses sur 9 IG (Jian Zhen) à l'endroit de l'atrophie musculaire, dans le but de prévenir la Stagnation du Sang.

Dès la deuxième séance, 9 IG (Jian Zhen) est remplacé par 16 GI (Ju Gu). L'évolution est définitivement favorable au bout de cinq séances, à raison de 2 séances par semaine.

Mr X, 49 ans, HDM : consulte pour douleurs et paresthésies de l'épaule gauche et du cou évoluant depuis un mois, majorées par temps Froid et humide. Le patient signale également des courbatures et des douleurs subcostales bilatérales ; il est souvent fatigué, sans appétit et présente un ballonnement abdominal postprandial et des réveils nocturnes. Examen clinique : l’ensemble des mouvements actifs et passifs se fait sans difficulté , il n'existe pas d'atrophie musculaire. La palpation au point 11 IG (Tian Zong) est douloureuse, et une hépatomégalie à deux travers de doigt est notée. Le teint du visage

88

est normal, l’enduit lingual est légèrement jaune et gras. Le pouls apparaît fin et en corde à gauche, fin à droite, les selles sont sèches. Antécédents médico-chirurgicaux : hépatite virale. Diagnostic dialectique : il s'agit d'un Vide de Yin du Foie, avec une perte de la fonction de transport-transformation de la Rate, d'une dysharmonie entre le Qi Nourricier et le Qi Défensif due à l'attaque externe de Vent et de Froid. Le traitement a pour but de disperser l'accumulation de Qi du Foie et de nourrir le Yin pour éliminer le Bi. Traitement et évolution :

Points choisis : 18 V (Gan Shu) (-,b), 14 F (Qi Men) (+,b), 36 E (Zu San Li) (+,b), 6 MC (Nei Guan) (-,b), 7 C (Shen Men) (-,b), 16 GI (Ju Gu) (-,g), 11 IG (Tian Zong) (-,h), 9 IG (Jian Zhen) (-,h) et 13 IG (Qu Yuan) (-,h). Méthode de tonification-dispersion par rotations (Nian Zhuan) et InsertionRetrait (Ti Cha) pour tous les points sans laisser l'aiguille en place. Puncture groupée (Qi Ci) sur 11 IG (Tian Zong).

Lors de la deuxième consultation dix jours plus tard, la douleur de l'épaule et du cou s'est atténuée de même que les poussées au climat froid et humide. Les douleurs subcostales persistent, l'appétit revient. Le traitement consiste à disperser l'accumulation de Qi du Foie, à harmoniser l'Estomac et à relâcher les muscles et les tendons.18 V (Gan Shu) (-,b), 21 V (Wei Shu) (+,b), 12 VC (Zhong Wan) (+), 14 F (Qi Men) (+,b), 36 E (Zu San Li) (+,b), 3 F (Tai Chong) (-,b), 11 IG (Tian Zong) (-,h), 13 IG (Qu Yuan) (-,h), 16 GI (Ju Gu) (-

89

,h). Méthode de tonification-dispersion par rotations sans laisser l'aiguille en place.

Lors d'une nouvelle consultation une semaine plus tard, la douleur et les paresthésies ont régressé. Il existe une sensation de brûlure de l'épaule survenant par climat froid et humide, de même qu'une impression de distension au niveau du vertex. Le pateint se plaint d'insomnie. Le pouls est toujours tendu et fin, l'enduit lingual mince et gras. La couleur jaune de l'enduit ayant presque disparu, l’Humidité régresse. En raison de la persistance d'un Vide de Foie et de Rein, le traitement est renforcé. Points choisis : 18 V (Gan Shu) (-,b), 21 V (Wei Shu) (+,b), 12 VC (Zhong Wan) (+), 14 F (Qi Men) (+,b), 36 E (Zu San Li) (+,b), 3 F (Tai Chong) (-,b), 6 MC (Nei Guan) (-,b), Tai Yang (-,b) et 23 V (Shen Shu) (+,b). Méthode de tonification-dispersion par rotations (Nian Zhuan) sans laisser l'aiguille en place.

Commentaires : ce patient signalait une douleur et des paresthésies de l'épaule gauche et du cou. L'interrogatoire ayant révélé des antécedents d’hépatite, le traitement doit permettre d'agir sur le Pervers Bi et de régulariser le fonctionnement des viscères. Les procédés utilisés sont les suivants : ∗ Association du point Shu du dos 18 V (Gan Shu) (-) et du point Mu 14 F (Qi Men) (+) pour d’une part d’apaiser le Yang du Foie et d’autre part nourrir le Yin du Foie.

90

∗ Tonification du 36 E (Zu San Li) afin de fortifier la Rate et de renforcer la source d'origine de Qi et de Sang. ∗ Dispersion du 6 MC (Nei Guan) qui traite la distension épigastrique. ∗ Dispersion du 7 C (Shen Men) afin de calmer l'esprit, d'apaiser l'agitation et de tranquilliser le Cœur. ∗ L'utilisation d’aiguilles chauffées ou de ventouses n'est pas indiquée en raison de l’excès de Yang du Foie, de l'existence d'une pathologie hépatique associée, du pouls en corde et d'un état général moyen. Mr A, 55 ans, HDM : a présenté une tuberculose pulmonaire il y a 5 ans, ayant guéri sans

séquelles. Il se plaint de douleurs et de courbatures de l'épaule droite accompagnées de difficultés au soulèvement et à la rotation postérieure depuis un an malgré le traitement antalgique. Examen clinique : les muscles de l'épaule sont atrophiés, le visage est pâle et sans éclat. Le pouls est fin, l'enduit lingual est mince. Diagnostic dialectique : ce tableau est en faveur d'un Vide de Qi du Poumon entraînant une pénétration du Vent et du Froid. Le traitement a but de chasser le Vent et de désobstruer les méridiens. Traitement et évolution :

Points choisis : 5 P (Chi Ze) (+,h), 2 P (Yun Men) (+,h), 15 GI (Jian Yu) (-,h), et 11 GI (Qu Chi) (-,h)

91

Méthode de tonification-dispersion par rotations. 2 séances par semaines. L'évolution est favorable avec une régression des douleurs au bout de 4 séances. Commentaires : il s'agit d'un cas de Vide de Qi du Poumon facilitant la pénétration du Vent et du Froid. Le méridien atteint est celui de Shou Tai Yin - Poumon et celui de Shou Yang Ming - Gros intestin. Cette analyse nous a amené à tonifier 5 P (Chi Ze) et 2 P (Yun Men) afin de renforcer le Qi originel (Yuan Qi) du poumon, et à disperser 15 GI (Jian Yu) et 11 GI (Qu Chi) dans le but d'expulser les Pervers du méridien du Gros intestin qui est d’ailleurs le méridien couplé du méridien du Poumon. Cette association de tonification et de dispersion donne visiblement un bon résultat.

Vent du Huan Tiao (région du point 30 VB) : 1 observation
Mme H, 40 ans, HDM : consulte pour une douleur de la hanche droite évoluant depuis six mois avec une difficulté à la marche. Examen clinique : la pression de la hanche au point 30 VB (Huan Tiao) ne majore pas la douleur mais provoque une sensation d'engourdissement. Le pouls est fin et en corde. L'enduit lingual est mince et blanc. Diagnostic dialectique : il s'agit d'une attaque du Pervers Froid-Humidité qui a pour conséquence un Vide de Sang nourricier et une malnutrition des tendons. La hanche étant la loge du méridien Zu Shao Yang, il est dit "la douleur de la hanche indique une maladie du méridien Zu Shao Yang". Le méridien Zu Tai Yang est le méridien du Froid

92

et de l'Eau. Ceci explique que le Pervers Froid-Humidité attaque ces deux méridiens et notamment le Zu Shao Yang. La douleur n'étant pas majorée par la palpation, la maladie se situe entre les muscles et les tendons. Traitement et évolution : Le traitement doit régulariser le Qi Nourricier afin d'éliminer le Bi.

Points choisis : 54 V (Zhi Bian) (-,h), 30 VB (Huan Tiao) (-,h), 36 V (Cheng Fu) (-,h), 29 VB (Ju Liao) (-,h), 43 VB (Xia Xi) (-,h) et 40 VB (Qiu Xu) (-,h). Méthode de tonification-dispersion par rotations (Nian Zhuan) et aiguilles chauffée Technique de puncture de He Gu (He Gu Ci) aux points 30 VB (Huan Tiao) et 29 VB (Ju Liao) en direction du grand trochanter. Application de ventouses après la puncture.

Dès la deuxième séance, la douleur s'est atténuée, le pouls est normal, l'enduit lingual est mince et glissant. La patiente signale la survenue d'une distension gastrique, d'éructations et d'une perte d'appétit. Le teint du visage est sans éclat. Le diagnostic est celui de faiblesse du Qi de la Rate qui perd sa fonction de transport-transformation. Points choisis : 54 V (Zhi Bian) (-,h), 30 VB (Huan Tiao) (-,h), 36 V (Cheng Fu) (-,h), 29 VB (Ju Liao) (-,h), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,h), 40 VB (Qiu Xu) (-,h), 6 MC (Nei Guan) (+,b) et 36 E (Zu San Li) (+,b). Même technique de manipulation des aiguilles.

La guérison est obtenue après dix séances de traitement, à raison de 2 séances

93

par semaine

Wei : 1 observation
Mme L, 37 ans, HDM : consulte pour une douleur des deux hanches évoluant depuis deux mois avec une impossibilité à la marche et une atrophie du moyen fessier. La première crise douloureuse fait suite à une journée de travail sous la pluie chez cette patiente paysanne. L'examen clinique révèle une douleur à la palpation aux points 30 VB (Huan Tiao), 54 V (Zhi Bian), 36 V (Cheng Fu) et 57 V (Cheng Shan). Le teint du visage est jaunâtre, la patiente est asthénique. Le pouls est fin et rapide. Il s'agit d'un blocage du méridien par le Pervers Froid dans un contexte de faiblesse de Qi Défensif et Nourricier. La prolongation du blocage du méridien entraîne une malnutrition des muscles et des tendons, et provoque une atrophie musculaire caractéristique du syndrome Wei. Traitement et évolution : Le traitement doit renforcer le Qi Nourricier et éliminer le Bi. Points choisis : 30 VB (Huan Tiao)(-,b), 54 V (Zhi Bian) (-,b), 36 V (Cheng Fu) (,b), 40 V (Wei Zhong) (-,b), 56 V (Cheng Jin) (-,b), 34 VB (Yang Ling Quan) (-,b) et 60 V (Kun Lun) (-,b), ce dernier point étant contre-indiqué chez la femme enceinte. Méthode de tonification-dispersion par rotations (Nian Zhuan) et utilisation des aiguilles chauffées.

94

La guérison est obtenue au bout de douze séances, à raison de 2 séances par semaine.

Remarques sur les observations
L'évaluation des résultats a été faite d’après l'école d'Acupuncture de Shanghai selon 4 critères : 1) Très bons résultats : Disparition totale de la douleur après 1 à 2 séances en cas de pathologie aiguë et 9 à 10 en cas de pathologie chronique. Le malade estime le résultat très bon. 2) Perdu de vue 3) Sans effet : Amélioration passagère puis rechute ou échec total. 4) Amélioration nette : Le malade est guéri après 8 semaines de traitement en moyenne. Amélioration significative avec l'arrêt de la prise d’antalgiques et/ou de somnifères lorsque la douleur est insomniante. Dans nos 23 observations, nous avons obtenu une amélioration nette chez 12 patients et un très bon résultat chez 11 patients.

95

Conclusions

Voilà plusieurs millénaires, le médecin consulté par Huang Di, l'Empereur Jaune, enseignait cet aphorisme : "Celui qui attend d'être malade pour se soigner, est comme ce fou qui attend d'avoir soif pour creuser un puits". Cette simple remarque fait apparaître la différence de concept entre la médecine occidentale et la médecine traditionnelle chinoise dont l’acupuncture n’est qu’un aspect, celui qu’avait retenu les missionnaires jésuites de la mission scientifique, envoyée à Pékin par le Roi Soleil. Ils furent à l’origine du mot "acupuncture", du latin acus (aiguille) et puncture (piqûre). Alors que le développement de la médecine occidentale est axé sur le concept de maladie, entité bien individualisée et analysable pour elle-même, la médecine chinoise, dans une vision globalisante, recherche des signes de dysharmonie et leurs intrications avec l’être même du sujet et son environnement. Le symptôme n’est pas l’un des révélateurs d’une maladie, mais l’expression d’un déséquilibre de l’organisme pouvant être perçu par d’autres aspects de la vie et du comportement du patient. C’est à la lumière de ce constat, que l’acupuncture se doit d’être appréhendée, technique de prévention par le maintien de l’harmonie, mais également curative dans son rôle de

96

rétablissement de la santé au moyen de la dispersion et de la tonification. Ces concepts font de la médecine chinoise un art pré-scientifique parce que née avant l’essor technologique récent de l’occident, en même temps qu’une science, parce que basée sur une observation rigoureuse à la lumière d’un raisonnement logique, avéré et transmissible. En effet, le maniement des aiguilles ne fait pas seulement appel à la connaissance des points et des méridiens, des différentes caractéristiques des pouls, témoins sensibles des dysfonctionnements de l’organisme pour qui possède les clés de leur interprétation, mais également à la compréhension de la circulation de l’énergie, et des relations entre les 12 organes et les méridiens. Ces connaissances nécessaires et fondamentales sont indissociables d’une formation scientifique préalable d’autant que les examens cliniques sont bien systématisés, de même que les procédés diagnostics et thérapeutiques. Cependant, les recours ne sont pas tant des unités de mesures "mathématiques" en terme de volume, poids, nombre, que des références à l’équilibre et à l’harmonie du macrocosme. L'un des atouts majeurs de la médecine chinoise, celui qui fait son universalité, est sa simplicité. Aussi, ne faut-il pas accorder trop d’importance aux différences culturelles qui séparent les sociétés chinoises et occidentales. Les origines des maladies (conditions climatiques, émotions, régime alimentaire, etc ... ) font partie de principes tellement essentiels qu’ils appartiennent à n'importe quelle société et à n'importe quelle époque. La colère, la tristesse, le chagrin, les soucis sont des sentiments humains fondamentaux et bien évidemment, indépendants de toute appartenance culturelle. Le cadre théorique de la médecine chinoise et son abord du traitement se focalisant

97

sur les symptômes et non sur les maladies, les manuels de médecine interne chinoise abordent le chapitre thérapeutique par des intitulés tels que "la douleur de l’épaule", "la douleur du genou", "la constipation", etc.. Au contraire, la médecine interne occidentale envisage le traitement de "pathologies" identifiées comme "la périarthrite scapulohumérale", "la maladie rhumatismale", "la sciatique", etc... C’est ainsi que les maladies occidentales spécifiques seront traitées en référence au symptôme chinois correspondant. Par exemple, pour soigner un sujet atteint de périarthrite scapulo-humérale, il paraît évident d’utiliser la différenciation et le traitement de "la douleur de l’épaule" en médecine chinoise. Dans certains cas, la correspondance est moins bien établie en particulier pour des affections très diverses pouvant se manifester au cours de leur évolution par une symptomatologie évocatrice de Bi ou obstruction douloureuse. Ainsi en est-il pour la différenciation et le traitement des arthrites rhumatismales, de la polyarthrite rhumatoïde, de l'arthrose, des sciatalgies, de même que la brucellose, les thrombophlébites, la sclérodermie, l'érythème noueux, la périarthrite noueuse, le lupus érythémateux disséminé, la polymyosite,... En effet les Bi sont les syndromes cliniques les plus fréquemment rencontrés en acupuncture. Si leur fondement étiopathogénique repose toujours sur la notion de blocage de l’énergie, la connaissance du caractère descriptif de la douleur et des symptômes associés, de même que la palpation du pouls et l’examen de la langue, sont indispensables à l’établissement d’un diagnostic précis et partant, du choix des points à piquer en vue d’un traitement adapté et individualisé de la douleur. Cependant l'acupuncture traditionnelle, thérapeutique de l'Extrême Orient, est, il faut

98

le reconnaître, brouillée à la fois par l'académisme des sociétés et l'ésotérisme des aiguillothérapeutes occidentaux. Il est fondamentalement nécessaire d'échapper aux pièges de l'exotisme. Nous avons donc rédigé notre travail à la lumière des textes anciens et toujours actuels tels que le Huangdi Nei Jing (composé entre 475 av. J.-C et 23 après. J.-C, le plus ancien ouvrage médical chinois sur l’acupuncture), par le biais de 23 observations cliniques personnelles réalisées au cours d'un stage dans le service d'acupuncture de l'Hôpital Ruijin, au CHU de l'Université de médecine francophone de Shanghai II. Mais cette médecine fonctionne-t’elle au regard de nos exigences actuelles ? De nombreuses études à l’image des cas cliniques présentés dans notre travail en attestent. Depuis son origine, la médecine chinoise traditionnelle et partant l’acupuncture, n’ont cessé de se développer et de s’enrichir, synthétisant les données d’une dynastie à l’autre, exposées à la révision et aux ajouts de nombreux penseurs. Essentiellement axée sur le maintien de l’état de santé, mais également efficace méthode curative, elle évolue parallèlement à la médecine moderne dans des champs d’action complémentaires aussi diversifiés que la nature humaine, depuis la prévention jusqu’au recours à des technologies de pointe. Et face aux limites inhérentes à "l’agressivité" de certaines méthodes modernes, ne convient-il pas précisément de renforcer les développements futurs de la médecine sur l’indispensable maintien de l’état de santé ?

99

Bibliographie
1. Académie de Médecine Traditionnelle Chinoise Acupuncture et Moxibustion chinoise : Zhong Guo Zhen Jiu, 1995, Beijing. 2. Brun C. LES CANONS DE L'ACUPUNCTURE (Tome I), Edition de l'Aire, 1988, Lausanne. 3. DENG T. La sémiologie pratique de la Médecine Traditionnelle Chinoise, 1996, Shanghai. 4. Guillaume G., Mach Chieu Dictionnaire des points d'acupuncture., Edition Guy Trédaniel, 1995, Paris. 5. Guillaume G., Mach Chieu Rhumatologie et Médecine Traditionnelle Chinoise., Edition de La Tisserande, 1990, Paris. 6. Journal de l’Acupuncture et de la moxibustion clinique 1997, Heilongjiang. 7. La médecine interne chinoise en pratique (Shi Yong Zhong Yi Nei Ke Xue). Groupe d’auteurs. Maison d'édition scientifique et technologique, 1985, Shanghai. 8. Le Classique de médecine interne de l'Empereur Jaune (Huang Di Nei Jing) -

100

Les simples questions (Su Wen) People's Health Publishing House, Beijing, 1979, première publication aux alentours de 100 avant J.C. 9. Le Classique de médecine interne de l'Empereur Jaune (Huang Di Nei Jing) Les axes spirituels (Ling Shu) People's Health Publishing House, Beijing, 1981, première publication aux alentours de 100 avant J.C. 10.ROSS J. ZANG FU - Organes et Entrailles en Médecine Traditionnelle Chinoise 1989, France - MEDIC. 11.ROY M.T. Séquelles douloureuses pos-traumatiques traités par acupuncture [Mémoire de Diplôme Interuniversitaire d’Acupuncture. Université de Montpellier I, 1992] 12.Roustan C. TRAITE D'ACUPUNCTURE (Tome III), Edition Masson, 1984, Paris. 13.Sélection des ouvrages médicaux et des observations cliniques de LU Shouyan (Lou Shou Yan Zhen Jiu Lun Zhu Yi An Xuan) Maison d'édition médicale du Peuple, 1984, Chine. 14.Zhang Jingyue (1563-1640) médecin de la dynastie des Ming, auteur du livre "Oeuvres complètes de Jingyue" (Jing Yue Quan Shu) .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful