P. 1
audit achat

audit achat

|Views: 16,430|Likes:
Published by salina087

More info:

Published by: salina087 on Apr 22, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/18/2013

pdf

text

original

Sections

ETUDE DE CAS.

Conscient des enjeux du nouveau contexte international et des grandes mutations
que connaît le marché de textile au Maroc, M. RADI, PDG de la société « Espoir »
a décidé d’instaurer une démarche d’audit au sein de son établissement pour
maîtriser la gestion, déceler les dysfonctionnements et trouver des solutions.

En fait, il a vu essentiel de commencer par les fonctions dont il constate un grand
écart au niveau de la réalisation des objectifs, et c’est ici que le commencement par
le circuit des achats est pertinent.

Identification de l’entreprise :

Raison sociale : Espoir.
Capital social : SARL.
Siège social : Lot 77; zone industrielle Gznaya, Tanger.
Tél : 039302510.
Fax : 039302560.
CNSS n° : 2655823.
Patente n° : 54892176.
R.C n° : 13652.
Activité : Industrie de confection des vêtements.

MSLT 2009 /2010Page 32

AUDIT ACHATS

Description des tâches du circuit des achats- fournisseurs.

Etablissement d’un bon de commande:

En cas de besoin l’utilisateur final établit un bon de commande après avoir
s’assurer de l’inexistence des marchandises au sein du magasin.

Le BC doit ensuite passé au manager pour approbation.

Passation de commande :

Le service demandeur contacte directement le fournisseur sans passer par le service
« achats ». Dans le cas des articles d’un montant important; des demandes de prix
sont adressés à des fournisseurs avant chaque commande. Dans le cas des articles
dont l’achat est courant et de faible valeur. Le service contacte le fournisseur
habituel.

Le BC, doit être obligatoirement signé par la manager du département concerné,
doit être établi en 4 exemplaires :

L’original « blanc » est transmis au fournisseur.

La souche « Verte » sera gardée au niveau du service demandeur.

La souche « Rose » sera transmise au service « achats- Comptabilité ».

La souche « bleue » sera gardée au carnet pour l’archivage.

Le BC doit mentionner le nom du fournisseur, la désignation, la date, la quantité de
l’article demandé et les différents calculs.

La réception des fournitures.

Les fournitures sont livrées et réceptionnées au niveau du département demandeur.

Au moment de la livraison, le fournisseur est tenu d’envoyer au service
« Comptabilité » la facture en 2 exemplaires ainsi que le bon de livraison indiquant
la nature des articles, la quantité livrée et la date de livraison.

MSLT 2009 /2010Page 33

AUDIT ACHATS

En cas de fournitures importées, la société procède à l’établissement d’un
engagement d’importation en 6 exemplaires envoyés à la banque pour signature
prouvant le paiement de la marchandise importée et présenté à l’administration des
douanes pour paiement des droits de douanes. Dans ce cas, c’est la banque qui se
charge du virement du montant de l’achat en consentement avec l’office de
change.

Le suivi des factures.

Une fois la facture et le bon de livraison sont arrivés à la comptabilité, le
responsable des achats procède aux vérifications suivantes :

Contrôle arithmétique de la facture.
Contrôle de numéro de patente du fournisseur.
Cachet et signature du fournisseur.
L’existence de BC et du BL correspondants.
Contrôle de la conformité des deux documents.

En l’absence de l’un des éléments précités, l’agent ne peut pas procéder à la
comptabilité des achats.

Après ces différentes vérifications; l’agent comptable constitue le dossier d’achat
qui comporte toutes les pièces justificatives nécessaires et vérifie par l’occasion
que ces pièces sont dûment visées par les personnes autorisées.

Le dossier est constitué des pièces suivantes :

Bon de commande « rose ».
Facture.
B.L.

Après la constitution du dossier, il procède à la constatation de l’opération dans le
journal des achats et le dossier est classé en lui donnant un numéro.

Le chèque de paiement qui doit être signé par le DG et le Directeur Financier, sera
ensuite établi et présenté au fournisseur qui doit se déplacer aux locaux de la
société pour signer et cacheter une photocopie du chèque faisant foi de sa
réception.

MSLT 2009 /2010Page 34

AUDIT ACHATS

Le chèque est ensuite enregistré au journal de banque.

Déroulement de la mission d’audit

a- Phase de préparation :

C’est la période au cours de laquelle les travaux préparatoires vont être réalisés et
ce, avant de passer à l’action. Pour l’auditeur des achats, il s’agit de chercher les
informations nécessaires capables de cerner le sujet audité. Cette phase
s’appréhende par des observations, des études préliminaires et des repérages des
zones de risques. Elle se compose de 4 étapes :

L’ordre de mission.
La prise de connaissance.
L’identification des risques.
Le rapport d’orientation.

1/- Ordre / lettre de mission

Il s’agit d’un mandat donné par le directeur général en vue d’informer les
principaux responsables concernés par l’intervention imminente des auditeurs.

Lorsqu’il s’agit d’une mission externe, on parle de lettre de mission, qui est un
document contractuel entre l’E/se et l’auditeur.

Ordre de mission

MSLT 2009 /2010Page 35

Société « ESPOIR »

Tanger, le 10/03/05

Lot 77; zone industrielle Gznaya,
Tanger

Destinataire : Le directeur de l’audit interne.
Copie pour information : le directeur des ressources humaines.
Objet : Audit du circuit achats- fournisseurs.
Dans une perspective d’amélioration continue, nous avons l’honneur de vous charger
d’un audit concernant tous les services susceptibles d’être intéressés par le circuit
achats- fournisseurs.
Toutefois; le DRH portera l’ordre de mission à la connaissance de tous les responsables
concernés.

Le PDG

Ordre de mission

AUDIT ACHATS

2/- La prise de connaissance :

L’efficacité de cette phase réside sur la pertinence des résultats du questionnaire de
prise de connaissance et des grilles d’analyse des tâches, mais aussi de la pertinence
des informations sectorielles collectées.

Les données sectorielles :

Le secteur d’activité.

La position sur le marché.

La structure et facteurs clés de la réussite du secteur.

Etc.

Les grands axes du questionnaire de prise de connaissance
sont :

Les données quantitatives :

Le nombre de fournisseurs;

Le nombre de personnes intervenantes dans le service;

La consommation de l’exercice;

Le nombre de commandes;

Le coût de passation;

MSLT 2009 /2010Page 36

AUDIT ACHATS

Les barèmes appliqués par les fournisseurs;

Les modes de règlement.

Les données qualitatives :

Le nombre de retour des commandes;

Le nombre de litiges;

Le nombre de réclamations;

L’existence d’un service qualité;

Etc.

Les données réglementaires :

Les formalités administratives;

Les subventions à recevoir;

Les contrats spéciaux;

Les tarifs imposés;

Les avantages fiscaux;

Etc.

Les procédures :

L’existence ou non d’un manuel des procédures.

Les grilles d’analyse des tâches.

Elles nous permettent d’apprécier le niveau de satisfaction de la séparation des
fonctions.

MSLT 2009 /2010Page 37

AUDIT ACHATS

GRILLES D’ANALYSE DU CIRCUIT ACHATS – FOURNISSEURS DE
L’ENTREPRISE « ESPOIR ».

ENTREPRISE « ESPOIR » Grille d’analyse des tâches

Etablissement du bon de commande ¼

Opérations

Intervenants

Utilisateur final

Manager

Non exécuté

Etablissement d’un
bon de commande
interne

x

Consultation du
magasin

x

Etablissement du BC

X

Approbation du BC

x

Rapprochement BC/
Besoin

x

Etablissement d’un
bon de sortie en cas
d’existence de la
marchandise en
stock.

x

ENTREPRISE « ESPOIR » Grille d’analyse des
tâches

Passation de la commande 2/4

Opérations

Intervenants

Services demandeurs

Section achat

Non exécuté

Consultation de plusieurs
fournisseurs

x

Réception des devis

x

x

Choix du fournisseur

x

Contact du fournisseur

x

ENTREPRISE « X » Grille d’analyse des tâches

MSLT 2009 /2010Page 38

AUDIT ACHATS

Réception de la commande 3/4

Opérations

Intervenants

Services demandeurs

Section achat

Non exécuté

Réception des
fournisseurs

x

Contrôle

des

conformités

x

Etablissement des
bons d’entrée

x

Mise à jour la fiche
de stock

x

Réception du bon
de livraison

x

x

Réception de la
facture

x

Contrôle
arithmétique de la
facture

x

Rapprochement
facture/B.C/B.L

x

ENTREPRISE « ESPOIR » Grille d’analyse des tâches

Paiement de l’achat 4/4

Opérations

Intervenants

Section
achat

Section
Banques

D.A.F

D.G

Non exécuté

Validation des
pièces justificatives

x

Constitution du
dossier achat

x

Enregistrement
comptable de
l’achat

x

Etablissement du
chèque de paiement

x

Signature

du

chèque

x

x

Enregistrement de
l’opération de

x

MSLT 2009 /2010Page 39

AUDIT ACHATS

paiement

Cet outil nous permet de faire une évaluation sommaire mais directe de la

séparation des tâches.

Ainsi au niveau de passation des commandes, on constate qu’il n y pas de
cumul de tâches sauf dans le cas de rapprochement du bon de commande, établit
par l’utilisateur final et aussi l’absence de quelques opérations telles: le non
établissement du bon de sortie en cas de satisfaction du besoin.

Au stade de la passation de la commande, la répartition des tâches est
suffisante. Nonobstant aucune personne ne se charge de l’exécution.

Quand à la réception des commandes, toutes les vérifications habituelles sont
faites. La seule remarque concerne le non établissement du bon d’entrée qui a pour
conséquence la non actualisation de la fiche du stock par le magasinier, celui-ci
n’établissant pas de même le bon de sortie.

Somme toute, on peut dire que l’organisation et la structure administrative de la
société permettent une séparation satisfaisante des tâches entre les différents
intervenants du cycle achats- fournisseurs.

3/- L’identification des risques .

En se basant sur les données recueillies du questionnaire du contrôle interne (1ère
version du QCI) et du diagramme de circulation, l’auditeur créera le tableau de
forces et faiblesses apparentées (TFFA).

Le questionnaire du contrôle interne

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°1 : Formalisation et autorisation des commandes 1/7

Q.C.I

Moyens utilisés

Evaluation

1- qu’est ce qui assure
que toutes les
commandes ne peuvent
être passées sans
l’autorisation

des

Tout B.C doit être signé par
le manager du département
avant d’être envoyé au
fournisseur

Force

MSLT 2009 /2010Page 40

AUDIT ACHATS

personnes ayant autorité
à l’approuver ?
2- qu’est ce qui assure
que toute commande est
passée dans les limites
budgétaires autorisées ?

Chaque département procède
au suivi des achats effectué à
travers l’établissement d’un
état des achats périodiques
faisant ressortir le cumul des
dépenses.

Force

3- qu’est ce qui assure
que toute commande est
conforme aux besoins
exprimés ?

Aucun repère à signaler
puisqu’il n’y a aucun
contrôle effectué.

Faiblesse

4- qu’est ce qui assure
que le B.C est correct
quant aux montants ?

Aucun contrôle n’est
effectué.

Faiblesse

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°2 : Efficacité de la procédure des choix des fournisseurs 2/7

Q.C.I

Moyens utilisés

Moyens utilisés

1- qu’est ce qui assure
que tous les fournisseurs
potentiels sont pris en
compte

Aucune base de données des
fournisseurs potentiels n’est
établie

Faiblesse

2- comment se fait le
choix des fournisseurs ?Un accord est établit avec un
fournisseur sur les prix à
pratiquer, le délai de
livraison, le mode et le délai
de paiement.

Faiblesse.

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°3 : Suivi des commandes en cours 3/7

Q.C.I

Moyens utilisés

Evaluation

1- qu’est ce qui assure
que tous les commandes
en cours sont suivies ?

A l’envoie du bon de
commande au fournisseur,
l’initiateur de la demande
reste en attente de la
réception de la commande.
En cas de retard, il contacte
le fournisseur par téléphone.

Force

2- Comment se fait la
relance des fournisseurs
en retard de livraison ?

A expiration du délai de
livraison, le chef du service
de gestion des stocks informe
le service approvisionnement
qui envoie un fax urgent au
fournisseur pour rappel. En
vaine, on constate un autre

Force

MSLT 2009 /2010Page 41

AUDIT ACHATS

fournisseur.

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°4 : Suivi de la réception 4/7

Q.C.I

Moyens utilisés

Moyens utilisés

1- qu’est ce qui assure
que toue les réceptions
correspondent à des
marchandises
commandées ?

Toute réception de
marchandise est effectuée sur
la base du B.C
correspondant.
En outre, aucune réception
ne peut être faite sans B.C.

Force

2- qu’est ce qui assure
que toutes les réceptions
sont conformes aux
commandes quant aux
quantités et la qualité ?

Aucun contrôle de la qualité
n’est effectué, par ailleurs le
magasinier vérifie seulement
la quantité reçue.

Faiblesse.

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°5 : Rapprochement entre réception et facturation 5/7

Q.C.I

Moyens utilisés

Evaluation

1- qu’est ce qui assure
que toue les
marchandises reçues
sont facturées ?

Le magasinier fait un
rapprochement des quantités
livrées et les quantités
mentionnées, respectivement,
sur le B.L et le B.C.

Force

2- qu’est ce qui assure
que toutes les factures
sont correctes quant aux
montants

Un contrôle arithmétique des
factures est effectué sur la
base des éléments du bon de
commande.

Force.

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°6 : Rapidité exactitude et exhaustivité de l’enregistrement comptable des
factures 6/7

Q.C.I

Moyens utilisés

Moyens utilisés

1- qu’est ce qui assure
qu’il est gardé une trace
de la réception des
factures ?

A la réception de la facture,
le responsable de la section
Achat accuse réception de la
facture et met un cachet sur
une facture Duplicata remise
au fournisseur.

Force

2- qu’est ce qui assure
que toutes les factures
sont comptabilisées ?

Le délai normal de paiement
est un mois. Toute facture
non comptabilisée aura pour

Force.

MSLT 2009 /2010Page 42

AUDIT ACHATS

conséquence une réclamation
de la part du fournisseur.

3- qu’est ce qui assure
qu’une

double
comptabilisation des
factures est impossible ?

Le responsable de la section
« achat », effectue, à l’aide
du relevé fournisseur, un
suivi mensuel des
enregistrements des achats
effectués pendant le mois.

Force.

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°7 : Régularité du paiement 7/7

Q.C.I

Moyens utilisés

Moyens utilisés

1- qu’est ce qui assure
que tout paiement est
justifié par une facture
acceptée?

Le chèque n’est établi par le
responsable

qu’après
validation de la facture et sa
saisie dans le journal des
achats.

Force

2- qu’est ce qui assure
que l’ordre de paiement
est donné par des
personnes autorisées ?

Le chèque est signé
conjointement par le D.G et
le D.A.F.

Force.

3- qu’est ce qui assure
qu’un double paiement
des factures est
impossible ?

La technique de lettrage sur
le logiciel utilisé permet de
marquer les factures
réglementées par le chèque à
établir.

Force.

Le tableau de forces et faiblesses apparentes.

TFfA

Tâches

Objectifs

Risques

Commentaire

Séparation des
fonctions,
réception

et

comptabilisation

Séparation des
tâches

Détournement de la
marchandise

Recensement et
suivi des besoins
réels de l’entreprise

Rationaliser les
achats

Engagement des
achats sans rapport
avec les besoins réels
de l’entreprise

MSLT 2009 /2010Page 43

AUDIT ACHATS

Envoi des bons de
commandes aux
fournisseurs

Suivi

des

commandes

Autorisation
préalable des
commandes et
contrôle de cette
autorisation

Harmonie au
niveau du travail
du service achats

Sur stockage et
risque
d’obsolescence des
stocks

Rapprocher des
éléments de la
facture avec des
éléments de la
commande

Eviter les litiges
et surévaluation
des coûts pour
l’entreprise

Surévaluation ou
sous évaluation des
coûts

4/- Le rapport d’orientation.

Ce document se décline en objectifs généraux, objectifs spécifiques et champ
d’action de l’auditeur :

Les objectifs généraux : ils reflètent les principaux objectifs du
contrôle interne, dans ce cas l’auditeur doit s’assurer de la bon application de la
procédure du contrôle interne au sein de la fonction des achats. Il doit veiller à
l’identification complète, exacte et au moment opportun des besoins et
compromettre la sélection du meilleur fournisseur. Il doit aussi faire attention à
la non dégradation de la performance des fournisseurs et à la prise de
conscience à temps de la nécessité de réviser la cotation de ses fournisseurs
référencés.
Les objectifs spécifiques : ils matérialisent de façon concrète les
dispositifs du contrôle interne qui devront faire l’objet d’un test. L’auditeur se
focalise ainsi sur les zones de risques détectés :
Le contrôle au niveau de réception des m/ses.
Le contrôle des montants figurants dans le BC.
Le choix et la sélection des fournisseurs.
Le champ d’action :

–Champ d’action fonctionnel : Entrepôts, magasins, halles.

MSLT 2009 /2010Page 44

AUDIT ACHATS

–Champ d’action géographique: ville, région, usine….

b- Phase de réalisation :

C’est la phase du travail sur le terrain, elle comporte trois étapes principales :

La réunion d’ouverture
Le programme d’audit
Le travail sur le terrain

1) La réunion d’ouverture :

Cette réunion marque le commencement des opérations de réalisation, elle doit être
organisée suivant le planning ci-après:

Présentation des auditeurs et des audités
Rappel sur l’audit interne
Présentation du rapport d’orientation
Rendez vous et contact
Logistique de la mission
Rappel sur la procédure d’audit

2. Le programme d’audit

C’est un document interne et contractuel qui permet de répartir les tâches entre les
différents membres de l’équipe d’audit.

3. le travail sur le terrain.

Dans cette étape les auditeurs procèdent à des observations et des tests pour affiner
le questionnaire du contrôle interne et établir les feuilles de révélations et analyses
des problèmes (FRAP).

MSLT 2009 /2010Page 45

AUDIT ACHATS

Ces FRAP doivent être préparées par les auditeurs, validées par les audités
(responsable des achats) et approuvées par le chef de mission, en débutant le travail
par des observations qui constitueront un constat, puis la recherche de leurs
causes, ensuite l’élaboration des recommandations et enfin, la précision des
problèmes.

Le questionnaire du contrôle interne : 2 ème

version.

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°1 : Exhaustivité des procédures 1/4

Q.C.I

Oui

Non

Evaluation (F/f)

Est-ce que toutes les factures sont
enregistrées?
Existe-t-il une sélection des doubles
de BC, une recherche des factures
correspondantes et un enregistrement
de ces factures?
Existe –t-il une procédure de
traitement des demandes d’Avoir.

ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°1 : Réalité des procédures 2/4

Q.C.I

Oui

Non

Evaluation (F/f)

Est-ce que tous les achats sont
effectués?
Est-ce que toutes les charges et les
dettes sont autorisées?
Existe-t-il une procédure de
vérification des factures avec les
achats effectuées?
ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

Objectif N°1 : Autorisation 3/4

Q.C.I

Oui

Non

Evaluation (F/f)

Les besoins sont-ils déclenchés par
des personnes ayant autorité?
Le choix des f/rs est-il approuvé par la
personne compétente?
Toutes les commandes sont-elles
autorisées?
Les réceptions sont-elles validées par
des personnes habilitées pour ce fait?
ENTREPRISE «ESPOIR » Q.C.I sur le cycle achats -fournisseurs

MSLT 2009 /2010Page 46

AUDIT ACHATS

Objectif N°1 : Optimisation 4/4

Q.C.I

Oui

Non

Evaluation (F/f)

Les f/rs choisis sont-ils ceux qui ont
offert les meilleures propositions?
Les délais de suivi sont-ils respectés?
Les conditions de paiement sont-ils
respectés?
La gestion des stocks est-il efficace?

Les FRAP concernant le circuit achats- fournisseurs.

Département
Section achat FRAP N° : 01

Problème : non assurance de l’existence du besoin d’achat

Les B.C sont signés sans s’assurer que le besoin existe
Les commandes passées ne sont pas justifiées.

Constat :

Chaque département est libre de passer des commandes.
Aucune justification ne figure dans les B.C quant à l’utilisation de la
marchandise commandée.

Causes :

Non établissement d’une fiche suiveuse du stock.
Non optimisation de l’utilisation des articles commandés.
L’absence de contrôle quant à la consommation de chaque département.

Conséquences :

Gaspillage de la fourniture.
Risque de fraude et de détournements.
Mauvaise gestion du stock.

Recommandations :

Etablissement d’une fiche suiveuse des stocks avec précision des stocks
minimums pour chaque article.
Création d’un bon de commande interne dans lequel est mentionné la destination
ou l’utilisation de l’article demandé.

Département
Section achat FRAP N° : 02

Problème : Des fournisseurs uniques pour la société

L’approvisionnement se fait à travers un seul fournisseur.
Se rattacher à un seul fournisseur est un mauvais choix.

Constat :

Chaque fois qu’une commande est passée, c’est le même fournisseur qui est

contacté.

Causes :

Relation de confiance avec le fournisseur.

MSLT 2009 /2010Page 47

AUDIT ACHATS

Non volonté de multiplier les fournisseurs pour ne pas rendre leur gestion
compliquée.

Conséquences :

Non bénéfice des baisses des prix de certains articles au cours de l’année.
Risque de se contracter avec un fournisseur moins avantageux.

Recommandations :

Nécessité d’établir une base de données des fournisseurs potentiels.
Recours aux appels d’offre surtout pour les grandes dépenses.

Département
Section achat FRAP N° : 03

Problème : contrôle de la qualité

Aucun contrôle de la qualité.

Constat :

Absence de rapprochement entre la commande passée et la marchandise livrée
quant à la qualité.
Le magasinier se contente du contrôle des quantités.

Causes :

Non formalisation de la procédure.

Conséquences :

Réception de marchandises de qualité inférieure.

Recommandations :

Obligation de contrôler la qualité de la livraison.
Formaliser la procédure.

Département
Section achat FRAP N° : 04

Problème : Etablissement du bon de commande

La commande se fait par téléphone.

Constat :

Le constat des fournisseurs se fait par téléphone ou par faxe.
Le non établissement du bon de commande qu’après la réception de la
marchandise.

Causes :

MSLT 2009 /2010Page 48

AUDIT ACHATS

Relation de confiance entre le fournisseur et le demandeur.
Absence de contrôle.

Conséquences :

Risque de non satisfaction de la commande.
Risque d’envoyer une marchandise non conforme.

Recommandations :

Obligation de produire le B.C.
Obligation de recevoir un accusé de réception de la part du fournisseur.

c-Phase de conclusion :

Dans cette phase l’auditeur va rédiger un projet de rapport d’audit pour permettre
la validation générale lors de la réunion de clôture afin d’aboutir au rapport d’audit
en état final.

1/- Le projet de rapport d'audit

C’est déjà le Rapport d’Audit, à ces trois différences près, c’est pourquoi on le
nomme «provisoire »:

Absence de validation générale.
Absence de réponses aux recommandations.
Absence de plan d’action.
Ce document va constituer l’ordre du jour de la réunion de clôture.

2/- La réunion de clôture

Elle réunit exactement les mêmes participants que la réunion d’ouverture. Et doit
respecter les quatre principes suivants :

1. Le principe du « livre ouvert » :

C’est l’affirmation que rien ne saurait être écrit dans le rapport d’audit qui n’ait été
au préalable présenté et commenté aux audités.

2. Le principe de la « file d’attente » :

Le premier servi en matière d’information, c’est et ce doit être l’audité, le
responsable direct, avec lequel les informations sont validées. C’est pourquoi le

MSLT 2009 /2010Page 49

AUDIT ACHATS

Projet de Rapport et son contenu ne sont ni diffusés, ni divulgués tant que la
réunion de clôture (et de validation) n’est pas achevée. Rien n’est pire que la
divulgation anticipée à la hiérarchie de constats d’audit – si «croustillants » soient-
ils - et qui arrivent ensuite sur l’audité en forme de reproches alors qu’il n’a pas été
informé par les auditeurs.

3. Le principe du « ranking » :

Les recommandations des auditeurs figurant dans le Projet de Rapport sont
présentées en fonction de leur importance. On effectue donc un classement des
constats à partir de l’analyse des conséquences.

4. Le principe de « l’action immédiate » :

Dès que l’audité est informé, on va l’encourager à prendre immédiatement des
mesures correctives, s’il en a les moyens. Si tel est le cas, le rapport mentionne que
des dispositions ont été prises aussitôt et ont déjà porté leurs fruits.

3/- Le rapport d'audit

Il communique aux principaux responsables pour action et à la direction pour
information les conclusions de l’audit concernant la capacité de l’organisation
auditée à accomplir sa mission en mettant l’accent sur les dysfonctionnements pour
faire développer des actions de progrès.( voir exemple en annexes)

4) Le suivi des recommandations :

L’état des actions de progrès communique régulièrement à la direction les suites
données aux recommandations formulées par l’audité et éventuellement les
résultats obtenus par des actions correctives des audités.

MSLT 2009 /2010Page 50

AUDIT ACHATS

CONCLUSION

Nous avons vu tout au long de ce travail, à quel point les achats sont devenus une fonction
stratégique au sein de l'entreprise au cours des dernières années. Cette fonction symbolise la

MSLT 2009 /2010Page 51

AUDIT ACHATS

recherche permanente de baisse des coûts des entreprises qui veulent rester compétitives sur
leur marché tout en préservant un certain niveau de rentabilité.

La fonction Achats se positionne plus que jamais en tant que fonction stratégique, synonyme
de productivité, d'innovation et de qualité totale. Son rôle dans la compétitivité globale de
l'entreprise est déterminant. Face aux bouleversements induits par les nouvelles technologies
et l'internationalisation des échanges, la fonction Achats connaît un réel essor en matière de
management.

En dépit de la multiplication des études, la fonction achats reste relativement méconnue.
Pourtant, elle contribue de façon décisive, via les différentes formes d'organisation, à
l'amélioration du couple rentabilité-risque.

Toutefois, la gestion des achats est tant délicate qu’un dysfonctionnement pourrait menacer la
survie de l’entreprise. Dés lors des audits internes et opérationnels respectant la méthodologie
universelle permettront de mettre en évidence ces dysfonctionnements et y remédie.

MSLT 2009 /2010Page 52

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->