You are on page 1of 2

NOTES

ET

INFORMATIONS

TECHNIQUES

Essais d'eau en place

Normalisation

Gérard BIGOT
Secrétaire de la Commission de Normalisation
Sols : reconnaissance
et essais
Laboratoire Régional de l'Est Parisien
Centre de Melun

Introduction
La prise en compte de l'eau dans le
sol et de ses effets sont des éléments fondamentaux dans les
travaux de construction.
En effet, que ce soit pour la réalisation de grandes fouilles, pour
des terrassements de tranchées de
déblais, pour la construction de
digues-réservoirs ou d'ouvrages de
captage, les constructeurs ont
régulièrement à se préoccuper des
p r o b l è m e s d ' é p u i s e m e n t des
fouilles, de rabattement, ce qui
exige une bonne connaissance de
l'écoulement de l'eau dans les sols.
M a l g r é le d é v e l o p p e m e n t des
m é t h o d e s de calcul n u m é r i q u e
permettant de traiter un très grand
nombre de p r o b l è m e s , la réalisation d'essais d'eau en place
reste le seul moyen d'appréhender
les terrains dans leur masse et donc
d'avoir une bonne connaissance de
leur comportement hydraulique.

Présentation des essais

86

• l'essai de pompage :
norme NF P 94-130, homologuée
en septembre 1992 (18 pages) ;
• l'essai d'eau L U G E O N :
norme NF P 94-131, homologuée
en septembre 1994 (13 pages) ;
• l'essai d'eau L E F R A N C :
norme NF P 94-132, homologuée
en juin 1992 (16 pages).
Le tableau ci-contre rassemble les
informations essentielles sur ces
trois essais.

Commentaires
Pour un site d o n n é , la d é t e r mination des caractéristiques hydrauliques d'un terrain s'effectue à
partir d'un processus opératoire
n o r m a l i s é et s'appuie sur des
mesures. A u s s i , i l convient
d'attirer l'attention sur le fait que
si des précautions sont à prendre,
car les mesures sont délicates à
réaliser, et que si le respect du
mode opératoire est nécessaire,
cela ne garantit pas obligatoirement la représentativité des
résultats obtenus.

Les essais qui permettent de caractériser un site doivent être choisis
en fonction du p r o b l è m e constructif posé et r é a l i s é s ensuite
selon une procédure bien définie.

L'ingénieur géotechnicien associé
aux essais devra donc toujours
garder un esprit critique lors de
l'exploitation des mesures.

Cette note d'information a pour
but de rappeler les caractéristiques
des trois essais en place qui,
actuellement, font l'objet de
normes françaises.

Il devra se rappeler, entre autre,
que les essais qui se font en injectant de l'eau ( L E F R A N C , L U G E O N )
ont plutôt tendance à colmater les
parois du forage, ce qui conduit à

un coefficient de perméabilité plus
petit que celui réel. Il est donc fortement déconseillé d'utiliser l'essai
L E F R A N C seul pour d é t e r m i n e r
l'amplitude d'un rabattement de
nappe.
En revanche, l'essai de pompage
bien qu'il demande beaucoup de
moyens, et soit long et coûteux, est
le mieux adapté pour appréhender
la perméabilité en grande masse
des terrains.
Il importe également, et tout partic u l i è r e m e n t si l'on r é a l i s e des
essais ponctuels
(LEFRANC,
L U G E O N ) , de bien c o n n a î t r e la
structure géologique de la couche
dans laquelle l'essai est effectué.
Sur la plupart des sites, les
couches géologiques présentent
des variations latérales (faciès
sablo-argileux, marno-calcaire), et
i l est c o n s e i l l é de r é a l i s e r des
essais à différents niveaux dans
plusieurs sondages.
Signalons enfin, que les essais
doivent tenir compte non
seulement des d o n n é e s g é o logiques du site, mais également
de l'environnement et des constructions voisines, notamment,
lorsqu'il est procédé à des essais de
pompage e n t r a î n a n t un rabattement de la nappe à une grande
distance.

Bull, liaison Labo. P. et Ch. -198 - juil.-août 1995 - NIT 3926

CARACTÉRISTIQUES

Essais

DES

ESSAIS

DE

POMPAGE,

Essai de pompage
NFP 94-130

DES

ESSAIS

LUGEON

Essai d'eau LUGEON
NFP 94-131

ET

LEFRANC

Essai d'eau LEFRANC
NFP 94-132

estimer
- le coefficient global de perméabilité
- le rayon d'action du pompage
- le débit de pompage
- l'amplitude du rabattement

- évaluer la possibilité de circulation
d'eau dans les sols
- déceler des hétérogénéités et des
fissurations

déterminer la perméabilité LEFRANC k|_
d'un sol

Domaine
d'emploi

- sols aquifères grenus
- sols aquifères fins ou rocheux
traversés par un réseau de
discontinuités

- rocher
- sols cohérents de résistance
mécanique compatible avec la
pression de 1 MPa d'eau injectée
pendant l'essai

sols fins ou grenus sous la nappe

Principe

- abaisser, par pompage à débit
constant, le niveau piézométrique de
la nappe
- mesurer dans des piézomètres au
pourtour du puits la variation de niveau
de la nappe en fonction du temps

- injecter de l'eau sous pression
constante dans un forage
- mesurer le volume injecté sous
chaque palier de pression, en fonction
du temps

- pomper ou injecter à débit constant
Q(t) de l'eau dans une portion limitée
de forage
- mesurer la variation de charge en
fonction du temps h(t)

But

Injection dans un forage

Injection, ou pompage, dans un forage

Pompage

Piézomètres
Puits

Préparation

1. forage sans boue d'un puits équipé
d'un tube crépine sur :
- une longueur L supérieure à 25 fois
le diamètre de la crépine
de la pompe
- un diamètre B égal au diamètre de
la crépine de la pompe augmenté de
10 cm
2. remplissage de matériau filtre entre
le puits et le tube crépine
3. implantation des piézomètres
(voir norme)
4. détermination du niveau initial de
la nappe

1. forage à l'eau claire ou à l'air
2. isolation d'une portion de forage
(longueur 3 m en général) avec un
obturateur dilaté sous pression
suffisante (voir norme)
3. détermination des pertes de
pression du dispositif d'injection
4. détermination du niveau initial de
la nappe

1. forage à l'eau claire
2. isolation d'une longueur de forage
avec une partie crépinée de diamètre
extérieur B (voir norme)
3. détermination du facteur de forme
de la cavité m (voir norme)
4. détermination du niveau initial de
la nappe

Exécution

1. pompage préliminaire : durée 7 h
(voir norme)
2. délai de repos
3. pompage à débit constant jusqu'à
stabilisation du niveau de la nappe
avec relevé périodique des niveaux
piézométriques (voir norme

injection par paliers croissants de
pression jusqu'à 1 MPa avec mesure
du volume injecté en fonction du
temps à chaque palier

pompage à débit constant jusqu'à
stabilisation avec mesure du niveau
d'eau dans le forage

NB
durée d'un palier : 10 minutes
nombre de paliers : 9

Bull, liaison Labo. P. et Ch. -198 - juil.-août 1 9 9 5 - NIT 3926

5

b. observation du niveau d'eau dans
le forage à débit d'injection
ou pompage nul

durée du pompage limitée à 48 heures
(voir norme)

variation du niveau de la nappe à
différentes distances du puits en
fonction du débit de pompage et
du temps

k < 1.10" m/s
L

NB

Paramètres
mesurés

NB
a. durée déssai limitée à 1 heure au plus
pour les sols peu perméables,

nombre d'unité LUGEON : U|_

perméabilité LEFRANC k|_

NB
une unité L UGEON est, dans les conditions
définies dans le processus opératoire, le
débit moyen injecté sous une pression de
1 MPa, exprimé en litres par minute et
ramené à1 m de longueur du forage)

k =
L

"
m h (t) B
Q (

m = facteur de forme

87