You are on page 1of 174

2006.

43245
(}uylJE(}AUFEY'
1

1

I
l

LE PASTOUT DE LACAN
CONSISTANCE LOGIQUE, CONSEQUENCES CLINIQUES
i
\
I

Î

2

EPEL

I

LE PASTOUT DE LACAN :
c0NsIsTANcE LOGIQUE,

CONSÉQUENCES CLINIQUES

Im.«\\s\\*\f`\Î\E*\i2_\I

du même auteur
Elrzcomplétude du symbolique, Paris, EPEL) 1991
L'Évz'czz`0rz de Z”0rz:gz'rze, Paris, EPEL, 1 994
Le Lasso spéczzlaíre, Paris, EPEL, 1997
/lnazomíe de la rroz'sz'ème personne, Paris) EPEL, 1999

7"

*

î

*

"'

*W

'

'

x_*

_

.____›_
.\\

© EPEL, 2006

9

29, rue Madame, 75006 Paris
cpcl.paris@wanadoo.fr
www.cpel-editíon.com

Diffusion, ToThèmes

Distributig

3, allée des Genêts

PARIS, FRA1\;ç_\ 11:, S

91220 Le I>Iessis-I>ä[e

016084 78 01- 0615 61 '70 24

thicrrydpdp@aoI.com

ISBN: 2-908855-82-8

/"Î

J

Bayerîsche
Staatsbibliothek
München

Depot legal 61534

OD]

5

GUY LE GAUFEY

LE PASTOUT DE LACAN :
CONSISTANCE LOGIQUE,
CONSEQUENCES CLINIQUES

ä
i
I
I

F
L
\

“I
\I

P
J

EPEL / collection Lacan

1
lib

*IM

Îïi;
,M
W

UI

_
_
__
...___
_
_.
_
__
___."
__
_'I .=.--"
._-.,. ___."
_.__ -II __-_ I-_-1 II' 1- -'I I.1*I;.--I.H_."_*
_ _-_.
I, -_-- -....-...___ ._ __,_ 1___ 'F' - .....
__. .____ -' ,I
.._I.I,
.
" II
'I-“=-:.-:"".-I*'I'.*~=.
' - . ___....arr
:_
==-I 1.-I
.- 1'
-'.~...-.,'›.. -r-I-_
'II
-*-_I_. _____
-:I___I ,_
-'-.**.I-“
'-HI--"`I:›.I*...I*Ii'-.›If*-É*-ï-III??'--.-*I-š›r-..:r-I
=-1--If:*_-I.I1="Î.*:.I':"_'I'J:iIÎ.-'›'îI'.*Ê"-I-avi*
.-Iå'fi.--1«'.I“Ivf!-_Y*- ..'.'.*I..frI-7.*-.'*.-.I1
*«_*?.*I
'-.I..*\î-'
:f~1*'
_*›.I'Î*-"l`I'*'I`
*'f*:›-_›.=I3'
I.-Ixfi'
..›*II;I.*-Ê'.T'..`-!.-"-IÊ."Ê
~I '_I'-.III_;.'Î'È*}*`-.!"15I{Î-Iu.'*.;Y:`)'I_I.'*.::?~*.«*"I.'I';'-"
-,II-*.I-«PI»M.-P:'
-I'-I T-_Î'-=.I'IÎ'.*'.'_-*;I..
=›_*.*.-*I`.'
--.-=î"_."=~_-:I-5”ï****:.*I?.1'
:-*-I**I›=*“.'
*;;*._
I:*'*.-I-.ä--'
-PI.:I**...I'
-*II_--::-..I'.:'III-_-.'.*;*I-I-:'
If=1-.-*.:5fr'
'__=*
I'I“¢I_I.-'I-"¢'
ï'='*Î* *-!«*.*=*~''1."F\v=*PIII -I'-ZI
I ~«'l›'II-".~ I ":_:-*-*I__-I.':'$_='I{_›._.`__'.,;**'*¿I'* *I *II-II"-Î-""'-*"*L'»°`I.:%
W:-I'
.›`5**'-I'I.'*î-"~'
-31*-'.*~¿-.1'
I'-' É'\*.1f'.II,..'--**
'I-'--I"
›Èf*I.*..Ià.
t;_'?.';.1_*"
¿I'~:'š-'..*:III:.-3'
'.'ï-".?I.-«*;=;
Î=.i.'.'*r=._-¢I. 'I-'.I=>.*.-i. z*E1'_ -:'.I_'_›z-1-'
-21.'-I -2 _'_.
I. 2`5›'- -.I:-_=-.. -f-=.: III T'
-..._. 'T-'?--I-II'
_'._
I'-_ I._.a_..___='.
...__.-FF-I .'›_-¿_'. ..-“I-'
_- Ê' -“ 't-{.L*'È'."-'I'
I._› .r «.1-.
__.. _. ,~ rv. *..-.'
. ._.-.-_Ir-Ii'-'__-_*
.I .. I .. .__ _~._...'
_ .«, 1~ï_.'. _,.I,._.
___..
I_-.I,I'II_:I.4,r'-3;-:.¿_§._.{-'›lI1._-I'
'I-.___-'
"¢_I}-I¿I'
-,I; -I .-._ *.__.-3:-'«I'I
':._-I__
4 ,-_'. __
. ei"*-'_I.".›'
ct',_~\_`,-L'-.I'!*_I;:Ii:!I_-:LI-.Ifl-'î§a'f=.-_;-E':-FÊI.-'E~*Îf'f"'Î
-. -IfIPII.- -_ ..._ .' -.'..
-å;_.___-,_~:.¿_jI{I_1_:_¿|.-.I;,:._
,nmIIH_-._=.;._-.FI
.__,__,__._..fl_ã_1.-_.*.;›I _.¿¿_. o_-:_-\_¿\'_«_“,_¿-_¿__:I__¿'.\1'vf-__If_!_'.'gI.
.1 _ II__'
.--' ;F-__*
_»-I
.f-_ _ -.¿.I'
_'\ ..-__I.J\'1*1II___
II.. 1.. ;._-.-_-___.__.~___,'
._,,I-15,;
-III"-*I'I:.:'\'_I'3;§: -.:?'i!.*.'-I-¿.Ê`*-.I'f).'_.E- 'î,":=l;I\I-ë*-L4":Î'š_;«".-_-*+55'5912-,-`};'^£?'.f'Î*'IÎ-".L;_f=- È:_"›.'-"' = ' -:=1'.*'~-='š›('_~
;..;
.*I-`
”'¿;,_:~_-'¢\_'¿-,
1 1..
=¿.?'._*rg,
.:;-*_;-'.'_".'.'_¿ 'N -.._'".-,It-..Λ;_-._¿¿'¿..-__¿!._
«III 'II'
'» I' *I ›*-M" '-*'*“+"*.*'-5?
_«:f›5,g",J,:_-.›-xa;-41;...¿«:!.?.'-1%';:¿.':».¿:i*__'I¿'.;,'P!;-1_'¿I.*'-'II?.9fI.;-*_I~r«':_I.a--I-I;\=122.1
QI. ..___.
L-_II:I;'.*I'*I'.*';-_-___-II5,-.¢,;{5_-_
;_';-.'
II; .fgç-_-_I_ I...___,--___i.,__
1'-Q;-.I-f__\I'-'J_li,' -';ÁI'v_'È'I,--_:;;›"I_ÿI'ï'i'Î.fi:.\¿I?-_¿ÂI
.-uåiïiå-Il_"ã;*_f'_¿«'2i'K,I;-11,'-TW."-'
-_ I¿'I.f¿ .JI -'I__._.
'_I,'-."--_ '95-'II-¿ :I__-I ¿_!'._'-`._{_I..- 5_1',_II,g__.-. «:¿_'$'.*_:-.___ _._:I;-- .y-" T,-I.,_--,__ È?'Ê 29_-_-'-ÇI,_jÃ*§Iù_¿-I*Â;_;""'
_ I, ___,!;__¿
._ _.._,,.____-“_
. _ __. ru s.-"_ __-,__ _ qi* ._.I¿ `__~_.._.|. .5
._ ._ . ` _._, _. ,_-_ __ ._ . . _ *'I,_IF_._._.
-,_ ,'_:_'._-_.I-'_=__-ra
ri;__i_.-__¿_.._____:.¢..
_ - ›- -e
r'
"
_"_-l-›I'.:.'.'
5";-_
"'I
-.
'-"Z
-L..
É
.«=-'"
_."*
_-:VI
1'.
-._~;_
'-'-'*;I'?
›I
-..-.I-;`Y
."'..-_'1='."I"
'_=:-'_'.".
-'
-_:
I--..f\'
_
'-1
.':.II'
'_I.-_
íI..\-I-.E-_
1
-_
'
'
-_
-7
'
¿›tI.
_ 51Ûf'I`J1--'I
ii
'¢'h.'...'-*5_§-_'f.'-77§___-_-_.É1¿,'
'E--,~J.'.I“IIÈîE.-5-'-'Îfi-;*fkÎ-_-'*I`M; '['r*.fI'I=.I-I.
=._ --*.._':;.'%.'f*"1_››_'
_I5'I -!..-7 \'I¿^-;-Î_-:?=','IÎ _-'Ê-'!-;'f?=--59"'I.!\:¿`f'"":'.'“"-.'Î'Î'?..Ãï':I~G;-.I'§,›;"ÈÎ'*II'_1}_2If'ffe-'«'¢f['.':Êï".Îfi¿=*-');.;-Eîflfif;?'I_'--'*ïJI1'-'2I-5535?£-'-i`iïÎw..".,-'J-IPÎ'-i*'**ÎI.:_£='-*I-:Er-2
_?-îhjî-{=:.'."'='.'.' Ê" "3'Î-`."Î?".Î-2T4-'¢'.?`fl'§<'_fÎI;-.._._`II-'.5-.iI'_'=r.'f]'E."-.'-:'=_›;_£-'-'.É-1'-'.a'.Ê:.;
"èI?,È"-_a*}r*“.II.`I\
'.;;I*.=. I ` "
e'
3,-J'
«ir
II' . III.-- Ir- I.-__:'I.-:'š'Iï*.
-. P- .-' _--"''I
-_ .-.*'.
-ut .IIIII I I
' 1*-'"*"I"_-\II.
"-“' I*-I .v:I.--':I"'?'..'
*I ..*; 'I.'f.-...'M.I€'.'I~-'›.-_; F' 13%.*-3 '›' ;¿-"ar £I.Î*"Y;- I-L-._Q'_I_.;.?2*f`aI.*.IIII*›'_;-_; I-›-¿-..=.'I*.**r›;**I.-.I_I'I'fg-I'-.--II. .'-.-_-II. I-I...-.I-I-I I---*.I-_.›,,-:.I›_=-¿- _;. -_.-__» -«
!
.-¿'*«=I.._~I.f"`_=I›*"
.. '-'II ' -I*_'_I__II.I.I¿I"!'=;¿I__=W_¿I--I¿.*5r-I" '*I' '›..*¿I__~«* ..,._;¿-...I-..I È-'?..\I._“-*.1--_"-1"»Iv.-,I-II. -_›' :H--.:qI'I*'-I"1~:;--1*. (IS--I»515-14€-'Ê'=.-.--.È-_
I*
_
_ _ ef'' '--I
_ If"'I 1.-.*!I.'-.--II~I<...'-Iv."
:I--.{!.I-I'
"._-_.-.e--.I
_II..I-.I-.,..
..,«.-_-,nf"
;_'_' * =¿.\_._;¿¿¿_I›_.I›.I_-II-¿.___-SIIÎII;I;,.=;».;¿`{'.'_;*I**«.¿.¿-«F;;_.__:II..:`f.;II¿.ïÊã1ÎÊI_§.II.^î'I4§“I.],_ä';;'I¿¿_ '; Iq LI'IyI;?j_fi-'!-I.Iî'II'f__.Ê-;\'¿'§ÎI*._I'.I'I.ÊI_I'ʧ'È.I;::*.f'¿_§î§:;;.-'fi'f;.,-:Î:_;';II*.;Î__f-'r$f*_I*.§r›È§-fn.,-1;II'1'IÈ_¿_'ÉfI:_?§¿'1;å!fi*'Î3I¿-;1`Ê_§_=fI_.*i.§.Ê1I*f='›',§Î'.F'*"`I'É?
'KJ
"'
`
A"
"
'
`
"
'*"'
"
"'
"“"
'
'"""*'
'
"
'
.IX-_ _-QI :ÉI__`_-'I 1 _ Z I ¿.*{"I' 1-'I -'§_'-_'f_.›-, .I'_ I'_5'-`-_=I!*-.-M; _;
I
›. I
_ * ..'›'*I_-*_I'If.
'
_' _ _ .
_.,_.- ._;I:_
:I _*
I__*-1,-\QE
'- _'_.¢,\___\-,_.1;'r
1.';_- -I_¿-Î__=\_ ,___ -._ -4«¿,(;'.-":.¿.r.'_
. ' _ _*
_ _ '_ ' _ -'fåf
_ ' _I _--="II`È\-n›*_._.
_
._-I--_-'-._-'*
€.›*..I~I:=-;-fI;›_Ii*.›.:I.-I*-_-.-'*=*-I fi'.I'?: .'.=.î.I-IIII.
-**.;'*-*=*'
*

:__-:_ _I:_ .l.I. .. _- I-__ if .In -_.I- ___? . - *TC_ 9-'_ L *:i'.1.I =-III ' _ 'làI.
-3* 9"* -._-I;'r
_.__,¿. ._¿1__ Q... _ ;_-.':`,-'._ __ '-1; « '_'ïI.'_I|-_-_1.î\›1.- f_ ¢`.,._ _' .-;..-:- *=.I __I›-'-¢__e-'__. .__-_^-'--;_:'._ -μ'I';_^,.*' _- _-.I__-.I_.I_-_
_ _
__
-_I_›I_f ';_-._ _' F. ' _\,'_-_._'!I _"I-.' .*'_;. -I. \"!:_-; _' _'I -__: ¿›'I___- _,›_
›;_¿_¿ _ _
_
.¿._.\-.___ '- ' --_\.
;I
_ _;I' _'
_ __-,_ ._ I._-,.«II«_.
_v;_
l\_ I' _. -_ _II__ _'›.- '_g_I'
.=...-.,-La. ._I I I
I`_.,___¿,_\"_.__I____i-___?
.Wu ._.,__ .gr . ___.£›1._I.Il;_«f_
,¿_`.__P, _¢`{II'§I___1¿\{n_ If_:__._.__¢`._¿
_ ¢'2%'Ii-'___:-._¢_
i"'_;._._`_I¿I,._,I..__.I
_-_.:,¿|`.__.¿I¿__
§\\I:._¢ ¿<. __,('§_._, I {'.___fi_¿§~_*_I___II.¿
IIE_..___
I_,:.`._..I_.,1*:_,.\'.__
__:
_,_._I¢ . _.¿_,__,_I:
____\. Ii-._
.II-__.-,i-*'!._I ._=:0_-___»
.I 1!^ _j_1I
_._§-_:_:,___________,__¿$`__.___
J- _ "Èi"-.É`
_
/I.
.'- p
'fl ';'.-, -III"\I'.'. "'.lI`r -_ ,J ___-,
I_ _ ___-';_ ._ _; _.
_ -.__,_-¿__. _ _ I_I' '¿_;_._ ____¿.___ '
;___ *›_~fÎ' \I-I-_,
I _`__' __1.'
__\_1-_ ___,-,_ __. _;; __ I-@_-_ _
__. ___-__ _ -;_ .I ._ _ _-_
__ ___.
_.-I
- _.
__
_ _'I_ ly: _' I'-I. ,-_L.I_› .fè
._|__ !f_'_._`_.II›__.
_ ___ _ ________.___|_I___I._1_:__ïîÿqàè____$,_,._I'
_¿.
___
_.___.;__» _.- _. ¿¢_›I__= .___
_ I'**- .-:
'zš5 in ._ I__ Ê. .1I._ I.. ,_!}_,I3_ \Au .~__*_I'_ã__ g_.¿___r_I?__L._ ._ __. ___1 _.__:1.__«.I'
_-.:III
"
__.. .`1_I.'42.¿.__¢._g_.E-_¿'.;I;¿I_g`_I-_*_
___.. _-H
-__f_1«__1\'
_.vr II' *"I'\›
_ __ '.4
_ __ ___»
Î..-___ I.I t __ _ II-._ ._-.:_____¿_-,,..__.__,____k_.__},ç____:___í|å_
_
U JI
“III-I _- -_'* - _ *v'ã...-1.*
_II__,_ ;,›.~,:*_I:._._'¿..*I____.;" ''._-.-,Iv-__.-I-_._I_4_,._..._-_,Ir_¿__1.
- ._ *.~...- _ ._ *e-3-".?"_\ ›:.Î"-F_: ¿,_.-.1 ___ I...
_
I___I':¿__,,._`_:__.__,_IQ _¿J_,___. .I.'-1.-IL, :.I-.-.:*_.› .›{'.._,__,__¢__I___I'I›_._
r In 1 _.. 1'__. in _'L
\›,__- __________.__vI_¿\;I.¿,--.¿¿ã___i___f_1.___________á__,_________š_________i_______èf_________
___:
_Î-I-.I*:-I.-*a;1*
-I .9_._-:_____`J1_;_¿_:-_5__;_›_._fJ“___ȧ_I.;l_ “___ \I__ Pv _.,îIä.r.
.
__ _ .Ia _ `
_
«_-. '¿':ãJ* vt..o*_ -: I. Ir'II
Q
.-r
Ig.-;'_2i*.:,;§'-_';_g-_.
_
_
_ Á__*
._I,_*-.A2
I lf___ :._9.1." I \.'_ '

I .ï.,_
_-

-

__
__- _,
. _- - ,mv

“LH " hr*

_.
-

I- =I›'..j:I.'..I"i-_; f_I_-,I__-k
__._: .

{›_..\ _'-\_.,.. I_.,. *I
__ ".a;_:_l>I_ _";'›I 1, ¢I,_;,¢_'p.-Îfå

:gu-

du même auteur

IH.'m1©mï)îåtIIdIe du sywwoîiqzze, ParTI*s_, EPEL. 1991

L

LIÊIIIIIIIII III I 'I ››I«I“I-gII ›I I,I .I I I,I«I >I9.I. 1994
"*\.›' I:-.r

Lam ïsI>'è*c*II'l*a,I @> Δ9'f1S›ÈÎ)EL° ï I EPEL.. 1999

9Á L

' "
ersorme P8I`ÎS›
Anazomze de la zrozszeme 39

'
`*_=''~ã*.
.LJ

I

---- -:-

------ -

_ ..._

_-_ _..-...î-*în

_ _

-- *

'

__.:-__.._..

f ._›

.___`

2006
39, ruë MQQQDIQI 75906 Paris
Fi-?È1=P§FÎëC£!šWanadQO.I*i~
WWW-91961-editiOn.COm

.EI
'II:Ê
_ Il
_..

__

3, allée des Gcnûts

Díffllsigna TO"ÎhÈmc5

Distributiün, SQDIS

91220 I_,¢ I›leSSis_Pâté

PARIS, FRANCE

0160 84 78 01-061561 70 24
th“'rrVdPdP@aol.c0In

E:_

._ 1
-gs-'f"'-I

__»

"` '

_\I
IS

_

.I '

BN_2-908sss-sz-S

__ _

` * .

_ _ ,' V

_

,I .Na

fl.

\_

_

__I19"__'.'_." _f_ `\

_
I\'__-,-

Munchen

-`

'
_-

:J __';'wù`

_

_.

'

'

_.

___ I'

'__\'\_

_ \î__ I

9
_,
_ _ _ __ _
_

'

________ _ .

1

-

..
,_."`.'_I ã

__.- _- I

.ft

I

`

__ '

\.

"'

\u

' ' ›.:*_*

"

r _ “__ " ' `

-~*_'^

*

'

1

.

._

I

75.

'_' `

_

_ *1

I,*eIr_
I'
T

'I_

\__

I'

1

IH*

.
_

'I

"

_

'

_» É. Ê'
'
Q
___,Px.§_
,__f. _

II'
II;~a
II. I
_
:II:.'_~__I*Ií. ' -._ "I_.I
I ._-__ I
_ _
_
-I'
__
_
_
_
_
“ .__ -..:.-'.:;f"-:_:-_.-__..^I--'-__._;-._.'-9;_'_-;_'ο-_x:-1=_
__-;,___
_ _ ___..
I. __- _.:
._I-:_--_--I-. _- I_-_?-.- . ï_;'_I§_-j;.*'I;;I.._ * , - 1'* _ .r.I I A.~ 'II ___
I__..-.-._-_
.-.--_-_
1 _-*_
_
I
ii; -I__I3I-_=_E1.-'I-*wa-.T-_.'--._-_*..-_:.;.'-_;.-'_fI1'--I_.;.'.__:-:_-..._I I;-L,
'. I -:Ill *I

.__._*-¿_I=:;_-_'I_-I-_;__-__I_-__-_:¿--.;.-___¿-_-.-_-_-__ I 1 I *
:I -«- I « I-.-I
_. .I_.IrfaI_.'
. .._ ..*_:..-î:=..:-.-_-£..;I=Iï'
;`.*-if:-'-îfif-Ii: ~- I* .**.-1+.-I*II!*.›'å-_¿.9-.'**>'.-I"--.=r-'I:-› I.
_
_
“ I«-* - -I'- ~_.'" . ._
._ ._I_._-_.-_I___ =3'=;'-:I..='_'1I.`-'I_5:_;'__|_.__:-'{-›-_'f__:
II._I¢.¢-_.-_~__,.
- '-2__._._-=_:_'¿å¿_'-.__.-_-:.-=__'.
›.. -_-.I .-I'_,_-.=_.._.'=;,_-'.§-.È-I-3.
.I-_:›. _-_ .I - _ _ ,'*--._
.r_ __ :..-I.. ;I_§-1--_
-J.. I ' f I r " I _›:'.*'
I.-_.-._
.I
› .
I 1._¿.'_,-Ç_;.- _ ._.<
. _ '.;¿_I-;-._'_:
. . I›.. _ .'__¿"\Î
< _ . 'Vif -_~'_ .;_«I
\_;LI: IH;-.I_'§.-5:¿'§=_5:";L-1[*r_1
__
:;.\;__'..__jI'_I' _'_'.-I?
1
*§._;_:"L_~;:__-:__-_I
\I__'-;-_._'¿: -ig'-,._ ~
'_I
; _... _*_ f
_. _,_,I,-=a;;:=_
._
._|__ I ' 1 1*-_-_
« "'-_._.jî;_-'-I.-1».;_
___.
..
_.
____.__,_I._
_›I..
_.I, \_ II._"__I=:._'.
_
.I '-.'_',f_._ _ _
_.
_ 'I .
_ _¢'II'._.gi'_'
.
I
- _
'_,...È__§\.-':__',_I._<;_.f4.;_;.-_ ,
1**-.1
,_:.I.,'-'I:"-¿=_'›JI.'I1':.'.-_¿'_'a-:.
:-,\.-IIÈÎ
"
Il _¿_I,;;_
5-_ =_.-..'I-';__.'-__!._-.L_';'
--\
;,'. fI.
_'_ , I
- ':'I 1-'
I-¢I____' _ __._I._'._'_
5.
- " _Z:*_' _ ...I__ IÎ I. ›› _.I .F_ ' _.__I.'_.“
_-~
:_
-_
';.
_=.
;- __ ._; __ I. _-_ II' _
*
_- - -_ _ -__' " -I-,
ra
'_.. 1_-:;_:.1;.¿^;`II_;'
î -_" ' ._î.'.`_.'_.__.'_".
I.. '_' _ _I,-_-_I__'
'_ I“¿_,._-_;-.-_¿_.E_¢_-=_.__
__ _"_`_ __ 1 _ I_ ' _".'_:›'_
'_ '__ '_
..'___-_ - I -¿; .^_
_ " - _' ' _
I) ›I§.._*_ ..I._!=__
'A1>.'-__-.II-_-.I-t
_.;k'!¿_2.I=-'ο:.:.;-_1fI;-_'
.._.,_.=.-II.--1*,-' __-.=__~.; _ _-5-1-1-__'.;p_-_'_-¿'-__.=_. '-':;;-._›__='j';¿.'-..¿,
_;
_;-_-__-'__f_-_":_I
'I_ "_ __' _ _ __ [-.1 _ I__' *'_ I-_ _ 'Ê - _ I _
_
_, Ô
._':_
'I _._II¿_.- ...Hï*-III"
-_u,-,=;'.:-'.=;..='
__
_
- -_.._.- 4.1.-.I -.
._
_
I- _ _-_-._-__-___..-.__
_;-.___;-4..
-_.,-_
_ ;_
I
_
_- _- _
1I. _- -.__-'.--II.-"J
___...-.I, II
_,--.I.I_..I..I
I=~._._-Il-.
:I,I.'
_. - I _-I«... .,-._I_ _-_5,,I rI' _, 1-19.'-.-:AL--_-..=_.=.__
_
.-_II_.I,
_.\I-_-I
._-_-.__-._ _ __.-_.å
I.._,.;.-.-.I--I
.-.___-__¿__¿_¿_¿I
___I_._ -._
__I___I____._._
._
___I._-__¿;.:_*
__
_-__ __ _ _. _, _ _ _
_, _. -_
;=._
_-.-._;I_¢II_-_I¿__.I;;_.:.___-.-_.-'-_-.;__<_;..*.__r-.'.;_.;-___I._---___.-_-.II
_-›I._.
_ , * «_.-_..-_
.- ..;,_ _._ __ _ ..- .I
..I›I.-. ,r.
_. --_-,
,~. . ___.›_5;¿.-._ f;__ .-..I
_-_{',¿_
_-__-_,-_____ I _ , _ ___-_ -._-___.__\I--__,
-__ _ I.. 1-- I.¿._. .Il-_ .-;_._.-_-.I.._.
I-.__.__.«__-_-_-_-__;.-.__
_ ___,__I._-_.-I _ .,›,,_
II'
I. _ I".
. I. __›
__.____.I '-I.
I
. .'
'I"¿-_;,1;,_
-:.'-1¿_;.._;_ _;r,._I -______I_:_-_I__.._._- I__ __.'.-,I _ _- _.; _ _ .___ I-I_¿_.__.: _-;
_ I _ _;
_...
_-I
___.
_;
_
-_
__ __
_ _
`
__--_--_.=_;_I=;
_ .____..
_
_ _
_ '
I I
II-"I _'I'. _1'I-'=1v._-Î.'¿_*I'1.\.IÈ! -_
~ _'.-..*-_ rv_'.-,;'I'-- I"_'¿_~'I_›___1.' I_;--:.1-._ .__ -;_-r
I ' L;I_'I_':_-.I¿- .-4. __-._.-I- I
I
. _II_
_ _ _-__
“fu
1 _¢_ I
__.I.'
_-_.,-.-I
-.I *_I v`-='a
-_, -___-_-_.
-I-.--_;._ ¿ ,.__-›.__._-›¢..;_.-.,; __-I - _ ,__--_;_
_ _ - -_---1I_.._-_
-_-_; ,I- _ - _' _ --I-_-I-.-_-"II"
;_ .1 I -__.. I-__..
_.. _.I_Îr-_.-___;__“_-_,I__,___,I_
-_ __
_- _ -. .-.____,
- .__ _ _ '-1,4 _,.' I *_ _.._ _- .__ -_ __ Ilmi._ I .I,_ __I ._
' -__I›,._.__;-;
›--__... _;*_ -_-_:I_\;eL__-I...__-III-,I
-|¿-;._-_;-.-I
,.; _;*
_1-_.._.=_._-_-._-___=__`_
II-.__-;ã_._.-_=___I-_-_-.__›_=-_,_.¿.I.;-=_,
-.-_-_"›-_'_&._›-I
."I '__
_ -A '-='_.-= 'r II_ ' '_.:-_-I.:
I,.I¿=-'- ._
__.
_ _, I _
*
;'›-Il -. -g.:-_“I._I;-_I\'_-_-_ I-,II.-_=;;.__I:;_¿ ¿_I_- __.I.* -__-...*'I_aÎ-_*I_;-._ .=._I:.-.--'=-_-I'I_ .'--›.._--.I-_.- cI'1._ I
.-_'<----.._-_.;_-:._.'_:-_-_'I
_.: _, .I__-.~_-._f.',“.-_-__-«'_ !._-;-;'î;--- =---_-=:-:_'_-I'._I=;:-:II:-_-ç _t. '»__I_= III-I
I_'I_~_-.
.I-I__.-_lI'1_Î-"›_j-_I_;..'-; ;-_-. __ ;¿_'^-_:-_
I- ~
'J i, '
¿.
' :I "
*
-I"=- ':?_',í.'.'--_-_'i-'!I;IÎ='_!sg;_I,i'I_'I-1-13-;'¿---,;-"=L;_='I.-;-___¿_r'I_¿"-'<-;-I_'-:;_=__ __' 13'.-'-!¿.;;ï,_'I_-_:§_-_ -.,¿=;I__-.;'-';!_'_I-'-;' I-.._;_r:§I.1j..I;-_-_-:_._},£:._;.'.- -_,_-_;,;.:-=._-_=__.¿_; _.;_:__
____=._._I ._-_-,_I._:_. ;'¿_'__I.¢__ _.I.,_' '_'.-;_ "_.;_ .___-__I-_.-___:-__*_.-_
-_-¿ =.__--_II_.'_,_,_.I~.I\'
. _.
I
.
_ ,Ê - _. , _- I, *I
I__: _:=-_-I'-;_5=.._*'-_-;::f".f1-r- I:-_-¢;!1-*:îiI'-.:'.:_I_¿_?=*_I_.I.=.g_"-II;'=_-I';_'*-Ifr._*.*:;:*§;'.=J-*I-='!;:I.I-¿I.-:eggiqI._*¿'I=¿II*.;«;.*':*:'í_I;:I_'I:-Z-Ii¿¿1Z.'..;;I::'-1;.
=L*I:II=..=II2*Iç'.I:'.ï›'i=-'.'_=.'I=¿=.;f?-I
'?.I:'f.-:':;-'.'-IfIfI:.'1¿fI£'ï'¿iE.I:~:'-'..';*=.e_'_I='-:_._P}&=j:A;`3:Î;.'f'i'.-;§=fi.ä«.I-;?L*II'I“fiI=-"T1-ii.=_I_=II=-I.*;_.'-F5'-,I.-_-'Ji v¿\
I.
, * ~'Î\'I III-

' '

*

-

_

_

_

I

1-

._

› -

.I ' =

-'I 'If'

_-._-_..-I;-I;;*.=-I*-.+1.-'*.-:-f=_.=-II_I:.__I-,:,:':I._I-.=,;+;.I.
. -"I
.-II=-I=i-**-.f-..«:'--I'I.'I'II-*
-*
.III
-;:':*.*.'=_`I I *.£*-===*.I==.='I.*.';I*
T515- :I__-* .II -*.Y:.'.-I
-.-'.*:'..'_-_'__'>
-:-*= 1'-1':..{I_-¿-.nf
..
.
H
=..
_: -*Q' _
II --*›«I_=.'I
*II _=_:.:='_
ut- '.-.._“'I:.-..,-,I-II '_ _f__.-.I-.f.,_¿.-I.:-;.-_-.-I *II -.-___-.--._I_II_.-'_- _:__-_-'_--_ :_-.I_;_q4_._I__._II'I'=z-. =-..._
I,
:__;u-: ›g_-:_
III
JI __¿`{J_', _
_I
"-¿L==l:L_-I._=;-Î=;':- ;_.=.1_¿l
-_-I.-I,-__-:II.II=I.:«_-_-._-I__;-'-I.-.I;__¿1.I-.IT. _ _ -hc-.1;.-5.-IL
1- _;--¿_..'.--1--__I__=5.;-__._;_;.¿._,-__-_
I; ._-f:II' .z\'›_I_.-:_-_-__I__-.-I; *__.._,'__f._'._:g.__;_,g:-.;_-I;
';-._t_'__._I_.--_-_--_.
I.:-*›:-_;*;_.'..1__*__._'¿;_«-;ãI._
_*_--._;_.'.-_ -I¿;-_1;I:__.;;_I:I.9._;f:!_I.,*¿I *rg-J-.._-___'
;.;_-_-É
¿_.¿_____¿;__,¿___¿II __.. -_-.,_ _ _ _
.¿_ .«:;_'=-;-.I-_:-.î=__IL'
-,.'._-I-.__--_-_-...__
__,._ __-.-_
_;1I_;__._-:.-5-_-._I§I;-_;:-_-I_;;.-_I¿;,__-_.¿..;¢¿_-:_;I,.'
,_I,.
,;._;_¿_______.
-.1-_____.__,__¢__¿__.;,_-¿-.¿;_,¿_'
-______;._._¿..I______¿____¿_¿___
_
..__{¿_I.¿..›-=..
I-I _-¿_¿.___-___,.___.¿¿.;-_-,_-.-,_-(_.
'~___“.!.. - ___..-._I. .I--I.I. _ , _-.__-___II _..-I__-_*I..--_-.-\.._.›.¿__-__-_..__.
._...___.
_,.___ _. ___;
.___.___[,_.__-_=_____-___;____¿._
.___-____I___,5:_._¿_.___.,._¿__,.___ _--_ ___;_____.__¿_._¿_____._,___I_
_ __._______._.__ _.._._._____.
___-__
_ _______...._ _______
_.__ _?
_, i _ __;
I _
'_ _~'-"..'I.='.'-:'-_-=*I-____-_I<*
::-*'.:-.
"._'-=I.-=,1I'
-.'-_=
...-›.;=_. P.- -.'I:I:_-;;-I";1f?¿;.;I-'.I'-f=*-1*?-';-I..-_.
;_-_-.-I-.I-r.'_
I-'I
:I_.;-_ .:I. .Ii-I -:_:=-«-;-I- I--.
I--I›_.
-_
-_
_
:_'i- 1I-'-.'*','-I-.-'I-I-"_'_=.;_'-;'
I_-;-.'= I-'›_;:.1-_'ã1;}¿='_-}.-I.=.II--I'.--'=:-I
I--If. E:;_--,;!- -:-:__:-_-_
=.îI+I-.››II.eI'I-'
'I-'.?î=._-FiIII:-.'I=_'-"-_-._I:--fi-_-'I
fr
I _. I --_-;.;
-.'II
.I
1.'-_ 1;-II-*I.--.
_,'_-.
.If
.¿_-:I_-¿_;._.-.gi--'__I,;.-_.:.'j._-I';:.'.-:.:ç-._'.:::.;
'iI_
.
II ' Ê
I _I_-__.-.--._._-¿__;_«_,__- --._,_.II
,_¿g-_;.._. I- _›. -_-I___-;_-___-_-_-_-____If,;-II-.-_1__._..I.
.__›--__.\.__;;_, “I LI.-_.!_'
_-,I--_-__.-_-_I.
_-.__.=1;,I.- _:_ _-_-,_
I-I I- _;-_-Ix-_ :._›.I, I_;1.››__
_.'-' _- -I_-;.-I,I:
-._-I,...-_'__ § ._.___
- ;.I.-;=-._ -_ _-_-_-_.I _. I,
.I'.I=_-I-I
-.; . I
-_I.¢_._-.-_+..I_I..:--...I
.-_--_.-_ .-_-._;_~-_. _.. I* _ ,¿- -II .I.-__.____;._*
.I I-f:,I--.'-.-- |I..I..._-_.I-.
› .__|- I-_› I.-_-_.›,
_ ._ --_;-I-1-_;-.;_._~_._.
_ -_ _. - __.-.I-_ _,-9 .._ . _I vI I _..II
I. -_.I_.__
Ii Ê I
I
.¿¿
___..
*__'.I _:'_.._I_._-I.'-;_.=--¢
-__=r , .-__I_; ¿__IL.._-_-_
-;_-.I-_ -;_I-.5.__.¢I.I.¿'I____;_I¿IJP;--:-.5
I;.II'
_
_¿;___I-Î_1î'
_
:I¿¿_._¢,-,¿.I
!.II_-.___!_-III-___',_I,--I_\;-IÇÎ;--;2I;\¿_I-;.,;_§_I_I_-3.-Ê.
'
*
.
_
1__I
'
;
«
__-_-ÿ,
_
_.-_,
.;=-;|I-:“._
_.
_-.
1
;
:
Y
__¿-_I
_
;
_
.
_
T._-___I.-__'
_
1.|
;
_-,_-È_.
I
_I_-.¿'
¿
_:-,-._I;!
_.
I
=
_'
-@_
«,&'
.
;.f'
.
'
;
.;
!;-.}I.
\I
;I;'
I
_-§:I-I-;-Ys-I__;<
:'!;-*_-.
1-_.
'
_
;
I
_
\__:;..'
;
_§'
LI'
.f.'
É
__"I
:
--'
=
-'
_
'
-_-.-_.-I I__-;':I_--.L- ._II, .-_f_- _ _¿ I_~ I_ -.- -II-.›..'I=._ ...., --II...-_
.,.._.- _. -I -_-Ir-'*._-_-..._-I I-:-,--_1.--;-'I--_..-_-_-.-.I-'
_- -. .-=_--.._=II---:--I.-_srI-_.-- I* - :_-_-=_ _
-I-__?-.;:.L .I 1;'
-_ --_=:1- 'I I.I__._.L: - _I:- II
, ,I
. ` _Î~Î.'¢-._ _ _ _ _ I
' .'.*.jt:-:I
I.=:.-'
.›..Isr-II-eî.--EI;-3;;-.*.'
I.=.'..=î=;==:.-\'¿:'_'-¿¿.. *I¿;I -1-.-%.*;›I_*:'
-*.=*;-'-*:.'-:.-.î.'.I-1''_ .IIL-_f-;-_-'_'
-1*;:I-.;I-_*-::-=-'*.*;;: I__*-I=I-È*-=;*zI'
-I=.*=.'›'=-Q-.I.*
I-_'--.='*'.î!:=:=.-1'-DI?
.*-I' '.›.*.I*=-..=.*-'
I;-II ~'
1-.:=' I.--IK:--_'=I'_-.-.-_'J.::-¿I›I;ΧII*.-.I
:_=›_--~;=-"I._'-'-:-'-'='_I-;='I_'.'_-_
_ <;-_:'-.›i=-I-:-_..-'-':'.I--:;:I. _*-I--'I'-_-_; .=._'<I"=I_I='.-I'_-I'I'I
_..--=Ij""-.;'.-'- I;-_-¿ _--,--.-I:-Q-Χ¿'.I'~"
;..;.;~._.-I-_-._._I_Is.:.-.;..,¿
__-_-›.._i-I. .I'-fr-_I_-.I-_=
.-,.1-.,=_›_ 4I__-I_:.:,.g;_.-E_uI¿-I;.._::}.-_
-.I-1._I.I I_I`I.\_-.-.E.-:-I;:=:¿¿._=:..._.5_;.I:I¿;-_-I.-__._ I'I.¿I;:.-__=;.=I,-I...-I;¿.I_{.I.I-.y...Eq-.1_.I-I-9.3._-sg.-Q=._:....ë:_¿.¢«-I.:
I-_.-_uI-I_¿¿-¿I¿-;¿,-I§I.._-:I.`>__I-:QI-,:;_..;I~:
.L4_-E-..¿-.-.-IE-;¿.;;._-- -_'-'I:I-.- I-_-.II.-_×.;:.,_1.-;.._I«.;.-.-¿I¿.!¿-II;.I
-fly.. gt -_ - --___,...
-Il-s'.›~-"'. ':- ~I i1. _:" . .,___l__._:-_ _ .__ _. __.____..r

IILI

.__-_....¿_.._;_.'.L.'.-_'.__.-.._ ;'__-_;...-___..-__... ..'_:'__-_...._..._..'__._'...;.›..__;_.;.; ;...__._-_..--_.;.____ __:_;._'_._._-..-.._ __:___. ..___..._:_..;.-.__._'.._._..I_._.;_. IL..., ....-_._._._.. .___.__._..I;____........._.__..__...__.._.._--__._._____.._-..._

_al:"_':å1I'II;I:I._...--..I

_

_

I"

_
I

-_

'
(

,_ __

I

.

- .~ I

._ _ _
.
,
__ _ _ _
- ' _- "
'

'J

(QI l

__

'

__

,II I.
-

_

I

-

_ _,
' ' '

_

_

.
.If

ï ' ' '

I

_

I

\_

-'

`-' .

J

"

_.'. I
_

I-._.*II

- I'~ I\,' "\ .' ""
\
.II
1
_ 1:_ I __. ,_ I
I
"I
\,___ -. __¿__,__
I
_
_
__
- _ _. _ .If _
_ ;
_
__-_
.
_
_ I
I
` * "

'

~

I

I

._

I
I

,

If.

_- ._.___..
_
_ _ ._ * _ I,
`

\

_

.if

,II_'.

\

.

_'

"

I

_μ.I_

_.

1'

*

" I _.
_

W

f_____

_-_ ,

I I

~

' '

>'_'-'I

`

_ I.. __ __.-. _ _

. '

if.
'* _

_- IÎI .' )`I _ ._ I.-' _ 4 '" I: ''-_ "frr- ",__ F: ' 1' _
___ * _ - - _
__
_'
I "I"
__
. - 'I
_.

_ I ._ ç
f
_ *_
J
__
B __ _ _._ .__
I
'I
' -'
_
. ,- _
_
.
,
'

I

I

. _. _.¿___

I ._'

_.

I.-, _

'
'

_

I
_

.I_

I

I' I .

B' _' _ _“.I:=:.'fi_';'f= '_"';?'
-,JI _ -_

I.

I
_ I,

I

¿.*I_'~' _ XI , -'I ,_
~_,_.,f._
.I_'- ' _.
1'
I'
1*»
. .

V

JI

.[3 , I' _*_
.,
'

_'

"
-

,__

›I

__ '
I

__
___.
_

'_
.

I*

,I

I `

1.'

_ -" - "-

I

_

. _ _ -_

._

_ ' -,«..II';~*'-

_

I

_

__a-._

ÿ-_ _ _

_

_

_

_
,___________ __ __ _

_ __ ........--.--»_---'›**_-_--_-_*.=---rf*::*-*- *=' _ _.-_..-_'1¿-*-*_-*_'-_-{***_f',_.j
_
" '_
_

.* *'_"""
..?_"
,_,_, ._._._._.__...........___.

- ¿-

_

-*

---'------4-1-'*_Î*"""*' *' "
_
_____¿¿__`__ _
_

_

“ '"

___

_

_

_
._.__41
, __,,__;¿,_-;..-.;_.._...~-.'

___._.
› _-- __

_

*"' '

.

'

n-....-.,» -___..-.-›---_-M*

_.,,,__,.,._,.,...¢""'“¿'*=*›'f
_

_

-

-

_

*

*

==;.._'___._¿-_:..L1..._;..;;:L-.îî';_:.;...;:._;___;:.._;'__.._.'
'"

-

_

-

_ _

_

~

_

-

.

__ _
- -

.

-

___._

_

._

_

*.»,__-,›*__-_,-`,.*_.Fç__-É'-*?.f¿*_*¿.*L_._~*.å-È.__* _:_:`
_ _ ___._,_'É
-*_ .__-M.
_5»*\f_¿*_*_ _'-_.:;.§*v~
'__ åO_:. __ _ _ '

*_.;;.'._;:._'_1.;_'_____:î_¿____;___¿;;__;__*,--_1:_'};;_;"~:-**_*--›«---_--¿-:H--»~

~
« « ~« «W «- «
_
›"_1'›¿_~¿_
.Jf
;* {¢':-2

'I' '=

-›-›-_. , _

.

_. _.

.

1',-5-

-_

_
* _ - _

3›-.-

š.Î`*“"'_;?.'

'a

5

Ê_e1f-'›.i!š<-..:`- ` '
'
-- --.ÈTF

_ ._-_-_ .r'-*:'¢.-* _ H;-_=*"*_!¿! .fs E*1_*;*,-_*_** '

- ` '_ l
` '

«l._.'È›; ' -_=È'---'¢.'›_\.--:

.

'."'~“_'-==f':a:v-.<,*'
*fi'*"Î_Ê:›`¢."'*"""*'›* -=

xr _

'

'_f-'\ `- .;*-_-_?

'

_`.'

_____¿___.

'
_

*ÈÎ-.
:_

1.'_

_

.=.1,;_ ._'_-

'Y'
.___-._
__ __,__.__
_
gl
_ ._ .

*

_.

_
.

_;

'

_
»

_

_

`

" _

.¿__ _¿_
' ÊÊÎ È'-å1.':"

_

.* "

__;r-__;'.*._-___=¿-_*;-*

..fif*e:=__":*.-=.-_-.' -'_-›*.'.'*".

-

'+:'??.**"ï-*'9\£.'--

-

'-"i':-::-:-=:_=~_è_:-_=_-_-_-pi-_ -.È
,_'__›i-'-:

,

_
-_

-

'Î;fï.-';
_*Iï*-'.aI*_'_ *_:*¿\_"-_
' _.\ __! :=__›_,__
'=~._=;:-1-*.-_\
.5 ."~a '_-:_.'«:-;em..
fi'' -#1:
_

_-.

_

___-:___ _

______

_ .' _T='
._ _1___:
__,--5..L"
_ +_.*._›::-.-

__

_ _.-_

!_yI"'. 1,'-_'-;"__._'-*=f1-.f=-1'.

,_-_,¿_$ -_.

_-_. .-1-;._-.- _* - __=;e*
-;-=_- _ -\._.-!__._›5._¿
-r. __=._-_..<-;_›-_- -5.3- ,_
,__ _.. __ ___._.:
___ _
.- _-_:!-i. =;§. |_-- ___-__'
- -:_ ' _. ;-~:,-_- ~1_,.-_-9
_-¿-_¿_'! _.-__'›
-.
._-_ '¿~î=I*
1*.:-_;-__* _gs-\*~.
-.-.*:_ .2'.-.-__?
*_--;=-'
= ._._.
-'u -a_ ";':_.a*-,›;.-'_'
'
'__-* ' =',
¿.'¿ 'gg-2
- :-1 =.1_
_ ':Î-.='ïåi-1:" *a-*
_ u:-'
_ *~¿,.¿. ___*_: E92-': _ -_-5-< ,_-._ ;-¿-._-!..5\___'.-__-._z~ -_:'¿-.;§__"Îf›_';'_!
_ '>í*î'x*'. -E='-'=.' " " 1'.'§.|F:ÊI;!'
!'!›È`l'Î -.".'.':1'_.*- _
_ ' _.'..__
*.'___-:*.*'
__-__=! I'_«*:.-k_'_1_:--:
_ _* ____
__.. .-_..n._-._=;
_ :..__-.* __-'fè-.*'
_ _.''_z1=e-=
-_-___
.' ff"- --___._ _¿
_¿._.--___;-__.
_'«--" ._

_

=t

. 1.1-

-

_
_

' _'


'

_
_;_ _

_
'

_

.vf *› _
-_.*.*?**

.

'_

_.._=-.1'*.--\_

__'

_

_.Ii
.'*-1_-=`
_' -«_ 1.

I

_
-

.

._
_ - -_ _

-_.-T`*._r›_*f

_*.-:Y
_ _ ._›_*'*.__,s"_>_.
'< -_›_
.,:_
- _ _ -_ I š'!¢*

I

- '

-.

_

*

rfi.
,_

4'

_

- .{

'

_.~yç._;?__._*¿- .-_'*____-'- _.

"_-}"_-'_`:*¿Ê_'*'

«r*."~_"'

_
_

_§¿_:e'-fr =' -

'V-._. _-:¿
_...¢›
-_* __--:
_; ›._)_.'-_.
.__
.'a
_ ' _."-FL.__g____;_-1._..

_ '

I

_

_ _

_

_:i'._

r--*_-I-. _î**f '-1.. _'-5'.-.-:-r'-_'›*. __'›_E ___ _ _ _ _

' '_~' -5.;
- _._.'_: 21':^_1-_\.:
A1'/
g_ _ _ _,V .'-_'-_I.-_
. -.____,_.__.-E__-.-. ___!--_¿¿;:_'
__: ,--':I _- --'-~
_4f
_.4;
,=,\__r_. _ "
' ._j_._',_ ._ g___-..__-_;_._;_'y___.¿_ _ _ -._
-.AW _ -*L
..--_;;ç_-* -Ã. ¿__'=__:!-'_.;;-- '-__._;_§ =.:-J. ___* È; _
_.:L.

_

-f -4-1'
-=:-'_'f:_'__î“:-2*--.1
513- .;_-'raFÿf- 5.5-_-__-__..*;_g-gi .“"._,-:=;¿- ;-,-*.
.___
.J-'-_
" _
2`:~i_:=¿
*.;_ï_ ;'.':'.'
':¿.
* ¿.;';§ _ '\*._*«*= ¿=r 11;- -'\.
-_*.-¿e:'1_í:_-_'*'_-:_i_-.:..:'
1;_.==_
_, .g.._;=..f¿È=;'
_, _ _ _ :;.__
_ '-'.*;:_=;-*,'
.f"'- _-.'.-.-_f=:_-...*_*._.ïï.-_'
=*.¿-.1-_-:-22;.'
_.
__;;
_-ifÎ.*.-_«'
-_f_*1__'
' -.r` *'.'__*' .'_.";._>"_“›1"'_
-.__ ='-.QU-_'
..*. - _-.'___.¿'§:-_-;-.;_L'.'›---:.5:-Fry* ;¢4__›1_\-=_\';_.j¿;-;_-:__f:_='2.;_!
0'.. 'L'›'§_ .'__..;-"I__ _ _._'.1'._.-;.;.-_-.'
1'“6y=.^-,_'
._'_-.__-,_.5_ ___.
§_ _›¿-5.=_.-_-_'
!-r'- -.« _'.-_-___
___¿¿___E__,_îI__›:_"'
____________________¿__.
:___
-__..
___»_ ,-..
__._;'.›..*'¢__.-..._
_..__._.,_
___* _____,__;_..__,_
_.
_
..'
;
î_-'
.
.*+_-;.:*._î-'
=
:'

fi;i_;:
_
__
_* _. .¿.- - , *¿ .*~.=-'.*.;_¢1*§'.¿-:¿_;--.IÊ _;_='_'_'-1-:.j_¿-'. _;-_: _-_- .-.-_'›_;.;. _'_\*
_.

_

1 .

_

5?

*_

.

:_-V
__
_ 5,'*,›1»-_*

_

_ 1›_›.›

* -

*.¢-'. ;'_. --_ __ -_ *___._ _; _ -_
.-.1 .1-I',J-I'-.*.':'=zï.f'
_' ._.-,1. ._-_ _=1L'-'-'ã,'.g*-_ 1'.-'-_
___¿_μ.
____._;_.___._.y_.__
.--*;~ -1f .-

_=_;¿ _,_. 1 _.-_.,
;--. f_
:-'-22'-_ :F _-i-_ï.i=
_.!-'Ê-'._.-._-È _-'s_' ._'› -§'-_'›§`..
-'2.'$_=.
.«*- ' -(__, _ ____, iv.

' *-

.-*.;›-¿_*_¿'.¢. 2» :I _ *_ _-¿,;.'¿'_;ï-._.*_;:'. .¿"-;-___fi"f;._- .-4 '_j=-:_*'_*_; _-H
xl' H -5';
'_ i.T_:å: __._.
- ._--.f-:-<*-ï.-=«4-_-_-_;-=:*_._iÊ
«.-__
'_*I›_7_'_.-'*
_*_¢','¿;_'.'"-""."**-<
-fl-_._.___
'
"'.'-.¿..
«- _
.v.
_*-_.<1*-_.',*'I:;_,:'..y-.___.-'/'G'
-_-_=;.j “._.§2f_::<-.;=\-.-}_
._.;__¿i__.1__+,_q.-_;-_I_.F¿___-;_;

* .__
-_ ~'_=__t'*T.i»- _:

AUFEY

UYE

_ ___._.

_- J ›

E PASTO T DE LACAN :

_...

____›

_

`

'.-f›<-

I
_.-,'¿ ._1"*__-...'
-fiša.~=*-'
f='_'-fflfi.*.:¿2..¿:. -.':':*_--_*-7.¿-'
-i¿-;.!£-_*:**=Ê3:-_-_
_ ..H.. ._ ,_
_¢__ ______ ._ ..__.__ _*___

'

__.. ., 0. ._

'5?.'7....-.Ã'Î"`-'5-› '-(_.;-._..-..._f._-- '-1.'-.î-:"3I~;=*f Es;._--_-_--I-;!-.1--_-__-_›
ÊÊ-`Î `§*'57:E-:E*''_-_'_-i'Â".s_---_»
-1 _:
›'Li_ l . ' W"5-._...7 195*
__..._.
' ' EI* _' ` È "'.
'til-.,'_4;"-f*-IÎ
§='I_Î*.*_ï§Î_-'1-_I*.":.'fi _'
"j›_ "'_**:*'«'-.fiä*_--1.'-;_f'.__*;A115:*f'-,_.›_M
-_.:irÉ*;j.-f~'_*_;'.*_:'
-*f:_='r -.-.1f1f_';r:=._._'L: __-*-1 -_ ._
*?=:-_ 5.' 21; - .
¿-_¿
._.-:_
'-1 ==.- .'=.*-_'= =¿f›'
-*L

.'

___ ._
'_

."" '_f.È""._'745.'^ '25-I'7~'ÂÎ*1 .*-25-' .'

_

E4

._.'_f;›fΛÎi
_¿_--__-;:, › _ :›,.."
.›'›.

ze- ___-`-_j:é.-_
- ' -_»
-. * *_\
r.s._å_ __\<__1_
.›3";
_-;_

1.5*.a:"

-'
:;I¿î_- 11-". 7:=.'Ê-" _ Î-'Â'

_-fll*-;.=›_=*t_.-1;
:.-'.-:'-.1-f:E'-.-'-.=:.-;-3.-'.-wa.¢:.':-E=:1:-.__
..
._›.: J..»._._.,.
_-_
..__-._ _ ._._-.__._____›-- _; -_ -___,-: _;=.›_¿--_-1.-,_--;n-__;_

_ _'.

3.

. "~..~__=1-:-'
-.-..~.J..
':-';5.*_-.;.-*.-:¢'
.~1..
_=:*_- *--__-u
*-*_í_ ^ :=-.'4-.74 .*..__,-'-__nl;-'
-1* _.__.=I_-=*-..;__¿_-_-._;:=:-=_ -_ 9--_ _ ._--._-_,-\
-=+.'=-!_-¢_i-__.
.*4.\1'.~_ - _- -_|..-\_-J ;-_-,_'
_-?._..-;)'-\_*-,.î=
ff*:,'-.-'-_r=.;.-:1 --._›'. _- =.t-=--_-@- -'-*._.
1-*._.
.-1.-_
_ -._;_
-__.;_'_-_<
.3
_ __ _,_. _.__ ._ ______
_ _______\_
,__ __-.-.-_-*,_s___
_`Î"'.4-f.
_,
;_.__,_____
_.:.1 ff: -=,.._\.-1-__....__;.__›_.-_____..;.;.,.-.._-_, -_-_.-'_.-z-_-_-_;--_:.;_--;-;__=_-.L
_*› ›'.{›'› N- . ›_¢' _*--1.-HE.. __- .ï';_-;-_J__-:~_*=-f~¿__ *-:='=_T;:_|_=-*¿_-ã_.._.;_-.›-=.;
._.:›.«.
_.
--=."'..'-_*“[11"^-"1'“_'f*¿.'21%;-'Î;¿'.£1-=:__¢'._=i-__;'k=r;*_f:'_;'-'<_.';I:.'
_.
;""ï"..›.*
*""
'“"'
.-_
HF- kL_' n-.-'
.,'›- .--'
'if*___
1', 'H1.-5'- _. _ __:-.'j__;
.fj
-_.-'
_
_ _
_ ._
_
.'_
_.21-. _* '_ ._
_ ._ _
; j:__
*-¿j:._§._
_-if
-.
_-_*=.-_
'
.
2
_
*__f".
1*':3_¿..__-¿;›x›_›_~__*- «__ _'_I*-+'.î:j,'j:-_
-` '.f_:=.-5.
ï_:§=1¿_|
._j._.
-_;¿.;¿=
_.-_ -. _.-_
_
. ,_v.__._› _ ,';7_
.›,
.\›\__.
_ __

_
Î

ak. _îš*:*i:1*¿_.*'= ;_'*.“ .2- 5-_t'L_

*_.?'_*›,-2 :_:›-'_-.¿-=-f î_.f._*_¿;.:_-.;*j_;

:`_?__:_;.Ifi_=¿ï__'¿è*§_-î.:2;_§;'ï:_*;:1f?;;
'_ï _=:.«.;1›-.;_'~_._
-'.*-*î. ¿›î_-;-_›î_r.'* -T.
!›_*
_ '_ 111:-1
_ <_
"-j.:-,gf - 1.2
'_
_*›
s_\¿,..\
Î.*__›' ›__' -1-: _ ~-_
Î;.
;.*_*›.*-==;='*1.j:.*._'.'*1 -2-.___ ;._j<.¿__.*'_-_-*-=_§';
.*j¢,*;
.\
'7 _'-_'wi-fi
' ~_1 _
“f'i.`;-=_=.'4_'-*".¿;=*.fLift-Ii.
"'_EÈ^¿":
_ .i .-_;-T-__...-af.¿..}.::.:»:'fx2).;
_-__-_¿7. :___¿._ ,_i - 1'.__;r.'-_"* 52, _: 1-___
._ . ›_ ,'~
.--*._.=_:.ݢ.. -_ _ _,...
_-- -_-_ |_.
-=-_~¿,.-;_.
_, *›.;:
_ 1..-.
_ .-_;-..',.-_--_r.-__..~._._-_-'*;_5._--1=_¿;.-_,
.___ .
__.,
__
__ _..
››..__
. -››~- ›.-' * _- '
..~': 1*-1*.'= -_
.*:=.:1 *..-'.'=_*.='.'-11 *::.¢ 1 *E-_'_+'='. *F-è='*'
:.¿-,.;-54
'_*-*.;.'_---<--:._.._._.
f_;.*:
1
-;§_.:._~._.-_1.=e__.*.:'
_:-'_._._
*-13:ff:-.;-_7._:='
.:“::'-_- =:î<_ü'
.'-:-››,›._. .~r.
_.. ,_..*..¿.._
_. ._.,_._ff !..-*_._n_.*:__ -'
.__.___--,__
-____›μ,››\.__:i..__›.__›
_; n `J ' ,.'_--;-__.,
;:__ ;,;._*. . '_¢_-_, -_ -.-_ ._-_.
.'_',... ;,§¢_-.v_
gf
_ ¿*.~'~;*:
_ .:. '1._i *.":; _'.^ 2;* _*.**(fi..r._î_!' .; I 1. -.;,*' .¿.:í;:.. .*.2%
=›\!__
-›..w-1*! 4.--*-.2 5..«._"_ 1;›_|›_›
›.f››››
.* ›1 -` al 3- _.-*_-.- '.1 * ¢:- ._'›-' !f'-`.: .:'-1: -.-,,.,___-_-.×=_'__..-.:_._*_.--*.f;:_.___-J-;_--_-_
_.-.-': .-= =: ft. _ ._ -_.-*-' _-_=_1:
_.'.-_

_

.=L_.__ -_-*»›__-' 1- -._› :-*.*. __..-.~,-.-_*

*;=\_=+__._'=-.-*. z-

- '>.;-.I*-;I-*- .:;

;¿.;',-._
; μ 11'-._
1.' - .-.;;_.'- -î:",¢ -; -';-_._.__._.__.¢;.
gm; .-*¢_-*_.._..:=_1__- =^ -:..__ _.:,___._:.._- -_' ;_...*;.9*_..
.-_: ._-___-1

f

v -.fr-'
_ _A 1 _ -Q_ ___._ ___ __ ___ _
_
.____._ _.__ .
'_ ,.___¿
_ _ _--_'_.-_.;3. __.. .'-.:;-'-;:I
.. '- 1.;-_"'_ _*-~ij.:.,-'
._;.,j.;.___;
__--:_-_-_._-.___0.-,
;.__ ._-_-__*-._-_:-:_-¿-_-._.4_._ __- ,,_r__ __'- _ -_-.1ï*1*_ -*ig __i.§_ï:-."Î ;*Î
jf1.*"¿'Ê"É-.Iï_ï!_:fi'I_›_-_
ï].¿.*_È'_'åI.'=:`.*'Ê:z'-: -. '35'

._____

¿.,.`f›._§.__\_.**

_ .~*..›ã›..;¢.'
::.~.'\' "'
'.“['?›¿'__-_,-Á!
›,¿-\
_ ::_-_ ._.›a
___¿.,_››.__;_¿:'

-:J-'.-'-ff'-5'-91'-.'=;'.-.11.*5_.'¢§'.f*:mj--':*1;=;.-'.2-':'_=Î=f?I-f**_f=1'“î?_fí4-ägiríråä

"JE
.*_¢_l_`- -.!'.-¿.;..=y+_-;__.-¿__._._.-|.;_
_¿*v_
.__-¿;..e___'-1:,'__-',;.<-;.,._-..- *.['i_.;1._

$›.'§È'¿::› .Wc J*-_-__..
'. -Çf-"Â'
_-_*;"'.-*'-î_Î';È--“._^;.f"É-'
Z§_'j..îäï*.;'._Χï::-§_μ"*'r-'_'¿'.f 'E55'-Î"
_*_._;__:*Î:'¿_*';..¿.-._›--.::_._
_-_-.:_:_ _--3¿-__.'
_¢' -__*._-___.-_
›Î›_î:f¿!›',§'›>.›'*,'_ ._
*ï-'.,=*_";.-=_ '*':l..ï111;'-.}¿-*-1.-'.j2_..§ak..§iI¿._-_i_s{1-“_1¿'.=:e\›..'~i_.-';;;i_r: '!'- * _='_-ff;=¿;._f__¿jJ;.-';î'§--.*_~i_:¿;4-,,::á_ --'¿-.gf '_-_f'_1jl -.2;*!.-,\_'å_*;§?¿:$.
..._.-_ .¿_ _ 1.1,...
._.__ -1-›,-*-_
___ ,.h.;._~__._
".\' ._›_"Ê'-['›'.',__'
.-K'
5* * "_"
. ___"-`-:'
. "_'_`-"'. *=.I"-1Ê..Îl^*.*"*
,
_._..
- .,. .E__.-..,.-....«-.._ __» ._._ ..~__ -›`Z
._ ._.-..;._._:..*_.__..,_..
a 36.-j f jšá__;___, 2---4..H*
- _- _._._...._.
. __«
f.. ef.:-_...
14 -.-.¿.;:;_...§;._-._..-.-__.
-1*-,_ *
~_..
1.; .›
-¿._..,-_.;¿:*_-f..-=_=._--:j
..._..:;_.;*;,_.a.
___.__..... ._ ...--

-_* _-

_

Î,~'.,=`_;v en _
,x._›_. _-

-.f`-firfi

12__..

*.1-_-› ~›._-.,-==.'*_-:'.'f-=~.

KG- :_ -.'μ-^*..1;._:.-zal,-.f ._-.1-*...' -'_.*_'

«__ .___ __ _.-___, ¿__ '› \_.›__ __ ¿_.,_. .._______ «_
_
.__
_L _ .__
_:
_ "
_-1 f** =-1'
-_" ' "-__...
-_¿__;›. 1 -_¿*,'__ *>._1_*;.-_______.;._;;_r_
Ã
(-."___.1._:_ .._ _ *.*.*-*›':-_.. '~_*-._~.__
-1.. _; '›
_f›. ›_«-_» _-_,
-"-;=_î_¿"-1î1*'* Ê'*"ä'_";"--Ã -1'-'-ff..-;ï,'
1 `f\.-Ê--'..:›_'
:,._-_ “ _-_\_;_
_ , _-*-_
"-117)"-* -'-11'
11'.-I .-.L *' ;'__ _:__-- '.- '¿ -.: -«__-__.
__ ;›,_.__í_
1.*-._.
**"";-'.'-'\"*'-'Î a' '_' 'sta
*“-'*
'. :_fi,*' ,vf
;'_"_ -_;_1__fn___;__§_¿_
_

._

-'

\__

"›'1'
-5 "5›' _:_: _ li' ".¿f.-_xil_ .1..
'*.""5-Y-_'.
'*¿=îÎ'- I*__,_' 1. ..1* -\--_ '_= '-':'\
A J'
-._ .' "_*-.*›"-«
_... *_.__-..*`¿
_' 1 ›.~,¿,_
-.=f\':*='-_
*_.-'
_::`*;,
_
._ __ __
I. "_ __*.
1"1'Î"3_= _ .L-1
'«*_.=k.'__-_
_..'HV»-«_
, «___.,
~ __v-'_ -J:
_. __-«.
_-.__._.__
-._._.;_.
_;
4-_* __,, ,_
=_ .__
-__...- <1;-'<
*-,__.._-_-___
›v__'_._
___*:-.~..'_"';_v-›'.'=u_ ___.
___ :'-\_
__ _-___ .*_.___
_.. __.___ __ ____.___›_, -“_
__
'-_. _. `-f:*~_'*. ';_-1- 15..-_* ...r;;.': ._ * ~_**_:«-- '-› ___... ›.*^_ ;
_-. 1» _- ';_¿ _-1 - :_i _- 'Ê -r *,"_,`__fl _.
'-_*,_'.-__-_.'- '_-_ _'.'.'
7.3-j_.1;.;.¿ _
_ , .j - 1¿_f%._*_'_;.:;î¿_=*¿`- -:-;._-§.:':._-{
;§.___~.~..§
›_-_~¿î-'.;-_.- ..__-<1
;-;*_"
-«_»
L.,
\ - -_.,_f.._____s_, - ._ _-..___. ._- - -- _'
'W _'-.-;¢'.1*-:[_* n. - *..'Ê£-.,~=-:=:.
F: :'- ;`s_;-=-5-= _'- -2
-'~_...-2-.T
-:.';'¢'-1-.L-:›= .\ .aμ-.-_
1,.. _
1.'. «›. ›. ~_¿«_2-1-`-"~r'«^"-›Î3v`
_ _.
__._. _,4›_~:-

__=*,._-**.'i"'; *vi _' '_- _- _ -1:§,.;'\.-1"-_:*7;*1_-wi -**.;_.îÎ1-*'›'.=_;'

_

*~:_*1l_*.;*:*.=_1:-'==-

~=.._-.='. -

*'J.*_*;1¿..=.EîÎ-:__;.1 --'-1 -5*.. 5`*_':`;=* f I';«Î'-=ï.'*_iA` l'j*_-î?_=._:*¿ *5-_: -: 1 ¿_: .§';.';=-;*_i-=›..*I;i.'!.%:;;.§¢;
'-ë_*_\.I:I*-:f*'
1f*.- -.=';'_: -_›_r_=__ :=::.'.:.-_ - _.-*_ Î.. _ _..¿__=___-_=___=
«___._-_.T
` “` `\ -'-''I :__"1_" ' =*_-.: -"_ '-'.'\
'=" *,* '.'1_"-_=

!'.?{.'.'-T'

~~....,__._
«_-.-:_ .-;=---.__..-___' ._. _-.,_-x...-_. -

.._..-,___,
_<_ .___._-_.:_ A
_-

.- _f._._.\¿.j. :-.-«¿¿_-=_T:_¿_-__- _-___.._§___._.._,.¿¿3_-__-:_._____.,_...._..-..- E.-_

`*i;_;' 1**»*:›.
..__ __ .9 :*¿
_ *f
_- 1- .;;:r_. '-Î^"-

ÎÎ'_* _- -'iz-.'11 _'.--= -F

.1

e:`-1'r_*«_-'._-.1_«;*I+j~I_:EI='-.*`_§'=_`E`;:i-*è-1-;_..-`+'1*'.f*j__-__›=._'
«.4 -fg -5 Y :- _ =-_-.-_-i<_ _'=;

:if-__.-1
_-_'-,j _:_1: _'¿! _ _=..,- E-_.: ;-1. -__.__.}

_* 91*
'.-.1= :__
_- _«' .:;._._.--__:..__<'_›.* -;\*.._'¿.,' _'-__;-r.*._.-__;_<
.-_'_-›_*.:š'.-.-. '.~
_|_;.:
:_-_. ."..-'.-5-:_:-.¢_-_
¢'..._-.;!';
._*.:*-.;-.-...=*,_-_=_'-__'_
;_-_1_
:_ _*; _::.s'
;fl:- -;_:_-_*-:~1.;.
_'
_ _.,_?__;.. _ _._,_ 'rx-.
.;= -.;--..::-._.;.-.E._..,.'*_=_.-;;.._
._-@._. _-_-1-;;
-;._'.;.:-,«==.I.;-_ -. -,¢_
.__-_-,
Î -.'5'. F". -H - ^ É'-'È-_ _î*:`-=`E'_'“."5.=_`*~ ':'-"* =_'.- -5-1 - '_"¿-1.'-`È'_.-='.'i*L:` .L1"_`:î`-¿`¿`-'=å*`Ê'Ê".` 1=:-7.-ÎI'f=~.-_
" 11"'_¿«__
'- -;:
^. . ›'-.x=.î-_*f"'=L* `._*`-.,_-_- _-Ti'
':-5-I'Ê`r¢'.-"-*`:".;:-Î'-:'=`_~51-'-'hit-'-ä«I*?.'f!
I' 4.*
*._.-_-___: i__* L,-_§_*;;__*._.g -_
;
._ _ -'_*__'1 5.
î_f.;-¿'; i._-.1;- _,__ _'. __
_., ›*--- -1'
.
«
.:___._.:-.5.~:_ *\=_\.__._r.~
-.-_-=.;_.-.ir-_-_.. 5
:.| '
.vîï,_^Î__.vf
« .7 .~,,-_
. =-_ -=__- ~,-._.I.'«.__-'._.-.-.-._-==_;._.*.
I* -- «_._.= ;~ .*._

, ___._.

*;_-_._ _ ___._ u

' ._ ' -›«'.›.--_,_
-_ -' :ay
__
_-J
gi.. '.}'-¿___'*'_ v-_ ,**_<* _,.Î;.:_;1-.*\._-+'*__-:_.'_.-*__ _.f_:.__=..
›__v
- .-. :';

-_.

'_'-U*

;:-3,;- -«_ - *.¿-- ;'È;. -,-*__..w._-.1--;_._.›
-* _.-;___.:_.,.---._›_-___;
;*-'.'_._ç
f;-'_
-_'-'-*_=_.fl_;-;1
*..._.f-, _
.._.¿;._._<-_.¿___¿_=_.1'-59._:-5
' -.*_.;=._t_.:"›:.
__
-›;.___.
;;¿--___._» -

_ «,- -\*__:-*`f'ï.*ä1I:f¢._'fI¢*.`;è.
:? 1'; ."2.'~>1.-_.-=.=_:2--.“.'
=I\ïf-:î;È`¿-f'.š._'-1.--:_:._- ":"§
1.;-'*.*¿
._'_.*-_-_:-*::, *_'*-*
^ _^-.'
,›...=_'_›_-¿-,-uw = :__ *-;-;._-*-_-›''-2-11-1_-.-_;;**1_'
.-J * 11*-1:.-_-1-,'-._ _- -* '-2.3.-_.--*_-._. ...~'

-_-.*:**.1=«'=:.'-t-:_-:_:_:--,'.=..

-1::-,--.;-'-

_
- *-¿-_!_*§=_ ;_1:.ï_1_*-_:-;:='._'-_; -:¿_',+I;1; Läïlr- -:`.~I__î_-.;=¢1__,"_`: _ï¿{`2›_I __
. 1'; .-._\---;I_'_-.;:'- -=*__:5. _.-_-:_-._åš_'.-_ -V"_I'='î::-2=';-'*_-=;*- -'. = :=-'_'.-:-= -.P -.__ _=<_.1*¿.`*. = ._ 2*. :.* 1._==..¿*_`{.I ;-`--sa.-*f›' :r¢:_-IJ.-\_ ~':! F--I
-;”_r.f>..'
i 1:*- f-.'..'_;'__-;-1-.j:_1_._
îe._.1*._._*_.«_ _ __'_›_..å`-"`:i;
*__
.7,~._;=. P.-'›,-_* _ _? -:_

-.:_--._-.__.-av...-i.-._-...___ __.,-a -_-

;

,-5

':
'-._..'.' -;*¿=_| 7,3
~-

_;
__;\-. ',*.-,_ *_;:.__.¿_
;- -¿___,_.-_:! - _- _ r_"::_å'-1_1-^_,
-;__:-I -*_
_. :.2 __*1 -' -_,-1 'à-*____î_-.Eq I* "-

_› _ 1-: ._.. _ _; .__._-__,- Q! _ .=.1;.:-:*,=.;*__'._¿-:_-*;....-.;:-,-;'.I_\,f-.-;_›;-_:-_ :v

_-

.
ivåf
_- -:_-_
_'-.'*:fî I-î* 155.-`:._:*>`_f;='*'=';':;:.:?'î.-:`;îe-'I -==*~¿'__.T-__v*_=:5_Ri:-'=›*'!=*-=?;f=:_._
9..-13
-_
-=_.':. U.: _. -~ .:_; .î_~a_*-.-.!__=-.-._*.-_5.-_.__- _-_.-

.1 -,-î;-*_:-1 _,-_. ._ . -._-* ._-._-_j_;.;__-_ î'i
*_-_§_.-;
_{51.-¿_§.¿- ;-_;';¿, _-'.<;: 3'-". ~“ __-_='¿§__!-;:_:-.
*rw ' '1-__-'_ ',_**__§';f.';-,'_.-__:=_f; ;--.:'-1.--;μ;*_.*_.¢-_ ______.;-_:-;-Λ¢§_¿--';-_
` ,_¿_._«.._ _-_>_._.-_
*
*° -*
*'='-5*'.¿_-___¿î¿_;¿-5-.ga-..._,
-':;:*:._
=..-r_ ._
-__-IJ-"~`
,.*;.'_*_'{*.§*'*_.-:.
›._,.-___
__›.._1*.._._}._«._._.___.-.
*'ï'°Î:ï * .+
53:_-_¿__-.
'Q'-È*-.-'_
'--`ï'_
Î-="_.,-_-__--___._ÊÎ*;'È'1`..~
==š'Î=*'__- ›_¿¿
_-_ -______. :- ,_-:~__$-_,
._____-__,«__ ____'_§î~.:š'-E
-. .:_:_-__;
.___._-,¿-_.._-_;-.,›-E
* _*-.
« -:**-'-._ › -\U _
...W-L_*.
* -*-.*.'*
r
..__ . .._._--_-<_________

*'v_-.._1
~.'¿;.1,_,.-j=`_.«_-;_-._-f-.1-*._-.*_-.*_=-._§._*. :-=1.= -.-.'-z=_--_-_+¿_s_«;
:*. *=-* .=z*~_
*Z : .=-1_*: -j_-_f_s''_§«'.* -;-1*.=_1¿-_.-1a-aa-=.
-_u.. -.¿-;.-*¿*__f.›-':-I-=s__-I.=.&.-

F;-_* .*-i.1_.*..:.
.__«<_ -«
.
*-*:ë«*<`:'.'.`:-*:'=*'=_.'í..*ï
_-›_-~:.-._
_ _ ~ _ -:.Z1,.5;-¿_¿'
-_"..-;y
;*-',-î:I= e'*-'-_?-E2"-='*.'-?=.f.'._-._,i_-sfi' *rf-'-~ _-'.1-:_.;¿'_-=ñ_¿'='_|J_E'*;;:'
._.*-_-.~..~
;“ -J. --.;___._.'_fl=_':¿ '-..-:.4 1;-36.-I....'›,**
=.=. 1-1;.5. '.=._*; .if-5-.
_, __.7 c .›,-«_,J____*-_-*._-.__
._-_._›_1¿..l_
-.›<.=._*_*.'. . ._=-_-_-:f _:_-:
_-;_.;..,'._1_-g__.
”'.
-11ï'F>.~\'-"-'ww-5
-i.=1.r-*.- ^Î*'--2*..:.-__€`.'."-*"-.->f'**"'-*.-:-.«-«.
.5'-«.-`.f-_*--ia-›-'.>Ê5!."__îí-*_-=;-__:-È:-a-.5_ .2 -'_1.--_-2-1.-2:,-› :›'-'
`-_\'1-E. ._a_-¢_*_-..:›_!_=¢-.Jx";'
=.e 5: _-:r-:2-_.#-.-î='
'-_~.:--.:-'.._:_I:_I.- _._' '-È_.' _ _-'='_
;=_'-.- *-_-'_:=.-;-." -“Ê-“ 'Fi
_\; _!
›°. ` '."`_-i .-.'.\_:' '-'.'<:_| .Ê .';".§-. .T n'.'; 'J '- . -"-'_-_*"4I¢.' _?
<_:1<'›Ît**;_¿._'›Î.ã.-_.__. __._'<"§Î<-.'i'
* .'-'N'
- --'` __|.-.=_1___._.--!.=--_.,
,_ __ _-_ !__.,- ._-__'«=--!__ . _;__ _._fg_._._
_.._. .._«.._
Q-::_<;_ ,\_
1 1- Jfî==:;~=_aî*:.-:E'
-na-"'?'-_:_'
î .T-=..__1;*_.-_ef'' -a*-_.
- - .:.. -__¿¿-L»
___..
-._-=_-_
.1 .-: 1; .1._._ 1-___..-_-___›._.--._
_____-_- _____..--__._-.<;._-._..¿__¿|__'-*,_'-'..-'/7\
* . _*_
_\*_-;` _* -_' -_
~ -« _-- .'_._:› ' μ , _ _
~-:'eÎ$L›_'Î;7¿.' "';'
-; -.-1-1::-'1-._:'*f::_:¿§:¿
_¿:_-.j_¿____.¿,,r;_._,___1;_*...-_?
fi .-__-:-___.-:-__ - -*_-.IL-_. -= . -:_-' 1_;.___-.¿. -__.:,._.
;_..-›*___.m.-_ ï':"*-=1{*._.î I--','=.1 __.__¿¿_
*_-ï
§.¿'Jj-§"§y'__'*f¿'__..-_.
¿š _' _'_;_' *_'¿' '-1 I__'î_='ï;å[`î_ 1`_§-f¿'-'f_È;.îå _* I-:'__=-'*›`r";'_..-_..--/'.~
_1îfg.: _<:--_!: ___ -_-__':':-: __."-Er!J;!':"-«' 113.- ,ffiga
. .>.'..~_f1, _. _ _- -_* .-1.-_* =-11*_¿;j¿-_;1__¿.-__;_ ;..'s-__.\__=;_--_-s*.-_-__=:-_:*_
=»:'-* .'è'.--=:=*.=-'“i

I'-.z"š71L~I '*

"""'=__¿_¿_;_¿____¿___›.
-ï"*-*'».=1"-"1."*.'___:'*<'“___________.¿.__¿._:_____
fš*..i`.Y:*ï.~L=l`i _f._..._.___...__._.

,__._..«_., _,..

___¿-_,_-___:__u_-_-.__._.___-.___!___
.|-W
_..<›.|'|.._.-'<l'..-_r
- _-i'.-'-".'f .;v.I.1_-. .' .'_Y..'-'. :'12 ` 1_'
'a'

, - ›v_wf~ 1'.'¿ 'w-- p- .`-.:-- ._ _--. .';:~.¿_ :*-r-* $'...:._='.-:~.fif*_=_--_ ._=_._-'__
4:*" ?`Î\Î.`.
ä._ _«:.*.'_ ~._: *.=*_*'
'.-"-Îl“':*'ï_
1 `__.;*.-;- __ _ _-33.; _ -..=*--.
-='4:;.*'-.L-j
3*.-«__ ' ~____-.;;.!.=-;
z
...'
___. ___.JL'
__¿_.¿__;___=_.__:.;1.._;__.;{___¿_$-_
|
'-* "^*-* _ ._'-*"'f..__1-:

3': _ 1-._-;_-_-__ ,_ _.:'-'-._-_.-_ .___-__
..__.I__
.__›:_. ~.- __ '..1'- -.
»
. -._- '_ 1;:-.
- _- ._.F
J:1 .-...._.-__»
.___ . ..__
'4!:~*_.'. .-' _ '.* -_-«:.È-'£=*_;=;-!-_.sl-;:-:'-"--*-_=f_1--'_-;_'__<_:;_;1-.›:;_-“-.-_'- 21
'.<f._.._ 9:*_'__.*'¿___'_rÎ4_.'
\.-›_. _ -'*.;';.f-f-*'*-=;L_-325155-_:.Tî=.:I ._'1.-'f.;I\--J*mg;;.:;;_-y'f'j;_;I=_*-ll
1-':
› -_ . -u *~. =_'.:,4'- *==_.
__-'__-._-2 ,._;- =; _.. '_g1_{¿-;*_
;'r;'1 1-7* «›".Ç_ __; :f'*I=$_è:31'?
`_'_¿'-':-_'£ 55$; _=;*_=
1fl_.-.`;;
* *'11 21'*
f
*
_'
`
.
'
*f1.'_'».~'I:-I=5
1...*_^=_-¿-_
:

_-.
_
=.*=`_".a~_:
=<=
z *E ' _ .,_. .-'
ez-._.-_ - 1*- 4.5-'~.-;r¿.-_ -_"._.__.*_*-.'.;*:__::__@¢;.g ___,. .
=*-.'==:_*='~':È-; 1-.-_ -_-' -= ja-.=-fa I.-5
-_-_-l-_.-a-;'_ 1.1.51;
_ -_*-';:_
_. _. *r _ - -_ 2.5.
-_...
-1
..._-_

:'.:;f;'-i1__'-È -í_*_*- 1==:'1-;:f_=.?.~_:sI$.__-.E›* *a:_ 1-:È:_-; -;__.'.[~. -._if-

¢-1«<*._-;,.-_;1' * **:
_*;__f.;-:_.~_-›-_. -I-=1__-¿-.-:=¿._-¿._
,×_'=§*-_î',›'- -§J*'-'*_-e
l_›`r_-'ã==::=,*.-='-1'='*';-Fmï._-ir.:;:_'ai__";_î1; '_.-_'-È,f_!¿-T;*,.§;L*.'-._=?=
-. ;:;'_-y-1-._..
r--412-_.. = -*-_._l
1 * _=.¿.=_1.~_
rf..-_:-1 . .__-_*_-.:=-:;-1.*:.›_-___:'«* ._-:.=:.*'f=-:«

.ÈΛ.v;'17'-"'-Î>`-'*
' = "-'_-__-r--_
-'!È_'-:*_._____*.1_'
Ê_"J-.ÎI§ï\'*§_ï-.`5.._="'-1:.' °*'.*,_._;=
*jÊF' -\_-_-_?'
'IV'
Ê;Î"`-3ΧÊ!- :"":-_ -._:'!_;=_.___~_
-'*':'Î=__›E=f_'Î
;._f.*-*
1___-_-.__
* "fl_. I'¿" 7 ' _'
-9_ "*“ › "
:'21
'~"ä-'*"-'§.t-21'-:.';:` `.-f'-E.='_,;›:__.'<=. _=;--'
-'-';.-_=--_-_-;€=_fW!-..:.-1"I---*_'
='1!'f
jf_
-_ _ . __ .1-,_ 5
-_ _*..:-. « __ 1 -.;_'¿;_ -1,5;
_ ,..__\_›_ ._..__ __.-..__,._.
__-___.__ .1-_
_-`. '2-'3-__;;§î-___'¿1:_ï'=*'£__".'ùj;i!« __-_:.' ' ---›!'_=.'j¿¿'.'_<_
4;-2';-"' -'E-_'
'_-:'.-__: '-._-.-.1r.
_--..
J-_-.__-«_-_-.-_-___..;;,*;:*_¢
I.-_C '-*`:5'!:~-::'=
_
_ ._;'~.- ..- ~ ;_.-__-'
*› 1 :-,v
3;; .___-=:_.
_;- __=_*;*--_-._.î~;'
-*:-_ ~ ;-1f_;__.;¿;_-.1 -_ *. __:›; 1? _*
:__:-._;-T1. -'-^' ' _ ' '__'_':_,_1_ '. =¿5- :_-_; ›__'
_ 1-__; '- '__._.Î
¿- *' 5 : .- _ -=. I _-':i;Î.«':Î.-_ :;:f_ ':;v' _-_; _
.
f
a . | :_-_._-_. __,
1 _.- f .' . 4 .;..¿.: .›__;.- ¢ __.
-\«._.-1-__
-1*.
.
'_, ui.___-«_-_-.1 ›:'-_
'-'='.:=_' -F3;-";'-:-=_=1'
ï-_i!Î'=_f.;_-Î_«b-Î
-î';'5
\-_-_ . - 'W'-.'iJ'-_ '-|-_ __. :-'H-7-:i`f=:"'I'.
,_›__-__.
_.-_- _;-_'-____¿_:
-_____E-_____¿¿____

.-.. -5 _.fm-s.'=f1:-*.@1i.-:fs.-__.-*:.;*.-j.-ef;-_z. ;;_

f,._*'._f_\._ ..__::__._-¿__-._¿_-'
1:;-=-'_¿Î
~::=-;"-:§'_-';._1-';_-_-_!.;ä__:__:;¿;_;fiJ_
;=;,-,¿;-è='!-1:
___.. ____._»
_______-__=,_'___x“.. ` -___ _-___-;._¿g¿__'-:'.*-f;-_:
*.__:;¿__-:.__..;..,,.-___._.-..
-:_:--;-È;-›-vr:q_"_1:_='
__ :¿. _- -_.;.:_:a*:__=-_ --1..
'__›f._-1;-.._=';:-;_='-1 -:_:._...
g.'_=,;-_ _; -=_.__..
='
-1'.
-> *.'*'-*."--. _'-' ã-^:-f;!«_-'-«'5.-«_
1-*F *-\.`.%'_"2-:.'_=--I=.'f;=;';_-«_:1 -*_=._§-'
-.rf ':'_-:-1._<;-._f-_. .-_-;:='
- -,~:-. i'-fg.,
: -e"."_-“_:'.-_ ;'f_-'-:
_.-g.~
.R __* ;.¿ -=__.:.
:2_ -?=_-iîI"›'
+¿*_. '.~._:.__': _ . *« _.I*.- .':;'_=* 1'- -'-1-_ 4. *I-.rf
_ 4. . _- '.3-.-'¿_l3`*=_'.=:-5
fi¢_›.--.-J¿'-_=__¢:
__
¢
=î.';:*.-šÎ*.-l,'ï':`r*..
'f-_:_*-_.?5f1¿_-;;frí,_5:=_li_
_*
'S371'J ›.;'*-.'*_-_-.f- - _.
1::*_'i:'__*-*r-._
;.'f-.--=....__.*-'.«-_~.-.-{_5_'
=t=_-=`.*'~.;*1¢=f.._*..*¿s;_¿:=.:fi
_ _ *.-_ -: ___5___-\_=i
_ _:=_-=.-;!:\=;»_.
!_,¿--«'
_*§_-'_
:f:_-_-¿__-_.:-_.-¿:_=-._-a--:.fi.a'._u_.-._y:3;-;.-_
I-:ï._~_.:._-.È!.-.5 -“_'¿_-.M_'-::-rg-=_r_-=-__:,==L-__--_=--'=.._.-_-1-;¿;_›.q_›_.,¿_=-__.-:_;=.-':__-_'_'.-___.gg L2-[^
___ _ - _. _,--.----.;-*;-'-.__'.4,_-'-.:5×.'-ç-3..=¿-=-.;\
-_
.;..___-__ _;
___,__.__,' __'._¢._._.;_-_-___,,_›._ _;-_..-:.:'.-.-1:
- - _. __--Eu..._________.
_¿1-›:..r_
“:*_._...___
Lx.:--.
.-._ ~. .__ .1
_ ¢ __ - .
________\___.\-__ __-._-_..-,H
______._ _. :_fa:_=-_
_ f.__,«-___._¿_____(.__.¢.¢.__¿_._
-1' μ-'=*==__
_. -______,¿_'
*_ . .
_== - ._; -_.,;_-.:-.
_ 'E-__.;:;
__L.-'.-1:..
._*'-"*_I _:;_-= .:._;:=_'_ _.›__
H :I=;'-_;_J
.f .___-.*_=, _'_:

_

_

_

hun. .|
\.
_
"“""W_.*›*›' '

-;-›«_.:('

_
'r

_

_» __*_~,
.__
.
"" *_".-_ .,".

_ -ifi
- ' ._ \fn- - ' ,. __- - ..__-. _ . _ ._--- ' ._
_,_:__._H`V›;__)}._-'_
'
_
._ _¢__.¿_
_
_
__
- ~_ * _ ._, .i- ' 1..›-.
\_ *___ -_ __ N _,
_ _
`
'..^-2
_.n"-I

,ï_,-,

_

' -_ _ _ - ,
- ' :_ '__
__ __ _ .
*'›_
_ .-_ _
_..

_

ai*-V' _

*"v§Î
_-

-

~- - ,

F

--f›

-_

_

_
4*- _; \__

-

.__-,3

__

EPEL /


collectzorz

. . ' *-

- f' _..~.f"' . *- * ":

Lacan

__'_;__-*_.-. .¢__
*Mv

if-sw-.-__
_____:___-“_

l_ -.-›- *_=-

' ____,

' -_Î"
_

_;

.
.

-.,'o*

_

-

-

__

_.1

_

._ _.

_-

_

á

_-

.

_.

_

_

_.

`

' '

.
-

~

'

_
* ~- =*

- - '

_ _

\-4_ _ '
_

___`_

-_'

_

_

\›_

.

__

›.__-

.

'

_

_

-_

_

.

ik
__:_ _

_
\
J,
fi.-

_:

. .-

_

"

'

:

-

" '

_ __» :I

-'

- `

.

-'-'

: *__-_-' _
_. - -

_. _ '_--

*
_. .
f*_-_-*_*«- _ - *

- --

_

:_
__,
________._4,___
',\.'Î"
:Y-_ __

__ _
È.-H
`

___. __ ¿_______ _..2'. -_. '1-.E_.'*:
_______ __-¿=_
_, __-...__-F _- :fçîï
__=____- _- -'."f'-al'
__-___ ._
'Î'7`*.

____=

'___
_- __
-'r-'="'ÎJ':'.'-

_

--;-__-,__..__¿=_'_

_ -,

'_ _`

-1 1

_.6-

_

`

-.'

_-

,

.
*..

\_ '
-',
___'

_*

_

~ ' ~ '-- .

|

|

.\.

..||›-.J|..

._

μ..

.-›l__l

_

|

-|

-up

-.

1

_

A_||

_|,__|_

- -* **.*_ *..__-__'_ . -___;_ _

_v.1

||,..'

.q|'

_

_..

1.

|rI.".-_“

_=__*._-_-*_:-*_-*-

.

|..*--JT?-,..l\.-“__

Îl1'.|I'

_.|'.›...

-_

-.

^

1-,If' --

.|.1-_."

_.

_ \_
_
\.5_
_ '-'_ I
' , \_

'

_î`. ' _.\_ -*"\1 _

_.'___

*fa

_ .

^
- _;

£'_` _
_. _.. -

,\-

.

~-.
.-'

-'
___ “_

'

:Ha\ - ' -11

.

-

-

.__. ._

_-

~ _.

_

_

`
.

`f

'

alîfiàä

_¿_.-_å;__
_
- _.-\ _.' '1. -_: _._
- *
*"'*.. *\
u 1 V-. ri. ' \_ M " _ ' " 5*:
_
.5 '___.:
._
___-1 _.. '-._
.-*__
__
. _| '-___
_ _
"'-Î- ___
__
\_'_“9
___.,_

'r"-Î

*_

,w

'

_:

_*

.

_ ~ ›..-

__

`

,.

\

«___ ,;_-__
,. › _

-

Î'
_1 _ -.-il__'' ¢« ' 'I Ê "q
___. ×.
if.
__ - __._
_'-..J. _'_,
_-'-___?
__' -._'_- ___
*_
-_ _- . - __;-1-1 __\

xa-'_

_

_- .1

_-

_ 'Jr
-a

'- \ _:-.-._f._-L-_*-r:
¢;-=_-_-:._1 _.-5 _-1._. -_ ._`- ' __ _
.,___-_____..¿..-.__
_
_ _'_
_\. _ _
._
;_- _-_' JL- I-' - '

__ .-"ï '
_

--'-' -~ -' " -- -'

_-

5.
_ _

_

-

\_ -

'. =.__.›`-'
1-._
1"
`- J" "
"
' ft
*,_
~
,af
\._ ' . *I '
uv'
' - ' . 5
\ - '_
|
-__- _ _
___...''*,_
- ..¢."J .
›____,_ ,_
. _ _ f
-_ _.|_ '_

I» ___=_\'_. _ rp

'W . ' ` - .
"Hi __j'-.aise-›-*:~.-_-..-__
;_¿'_:-';¿_§*=";-¿_;_§§__;_-'_. _“,-_'
__.¿^ __._ ' -

.
__

_

2.1' «
.›~_.
›"'¢'Á' . ~.
_ '
__ . ' ` -_;._ R"_-:__
__-_-_:.__._. _. _.. _____. _-_\_._ '_ ._._ _ __ 1*.

'

_ _- _____..'.f

_.

È ¿ ~ _
'_ 1 _ -.

=›. _ ___ _ s _. . _~-_ f' _-.~,.~I
- 'If .› --'_ _- '

“'

*= -*

,QY
__

F
'- '“'.`Î-Ê '- ' ~
-''- ~ \ '. 'f'.'_-.f_'f-:_:_'_-'- - :_ ' -_ -'- -_
_ ,.1_ _ - ' _- .-.i~.'“'.`-.
'I
_'
--a-_I.›_-›
-- _ ”*
- ' '›
___
_ ___ ._
-'_'-'
___. -_* I;_,___ _.__.:`_______
_ - _ __

-

_

-

___ ___-qe
..
_ - .

_

___f*@,_._ _ af- _ _

'
\f :,_..'
....-.
- _ \__ _--*E
z.
ål
--4
_- _
_ _
eu. _ _
_ _
'
_'_.--_- _'-' _'
'
_- -_~- _ '_"¿'.' `
--'' '_~*_-_ -_I -'È'
-›.“' ¢\
-*_ '
-\
\_
s ._ ____¢
_ _ \ _, __.
1* __._!){ _ _, _.
_
._. __ a* _ _* _
-_
/
__

§._ _

'
-

*'

_

-

\_

-

-.u

- «_1'*-.'

_

_

_

'- * *'
_

_- __
3.-

_

._ \_
À. ~. _
.W

_

.

_ '--;-.f._::_._-_-.:_. __-_-;!..' ___-1_ ¿!_._›__ __

,_

* ._

'-_'

'

_

il ~ -J* _._ - - - * __. ._ _
___.;_› _-___-__.-.-_.:-_-_,_;_:_--_;-,____; _..---_..-:.
-_____.--_::__..-_-__-_-__--_-_-¿_'___à\;;___ -_*_*_-*_=_¿-__'__-1,.:-:--_--.
.:-._='- -'-.=;--J-_ _- -_'-›-::-î!-?:;._v-_-; _1_\-_r-;_._-_- ?---- __:--ff.-È;-*
I- .._-- .\.-.'-"--.' _..-.
._. 1..-._
_ _ " ___.__._ '- -.::'-*_\_ _-¿¢.'_'-_'_-si_-4 ___-___.-;;
2.11- :_--,_; :.3:-.¿. -_-:;5__;_›';.-;»_-:-__'-'--_¿_.-,_;;5 -:.j_;.__'-. _ _._\-__: _.'._._--_¿__'
_';7=___!.~;-_;
-1-=-;'_;=§_'|-J1.---_-3-YI-5_-__-Q.:"_:_f_-'
-:-_!_-=-_-,__-..__-_-.__._-,.-1
'_=__›-'_-,.--¿-:--.-__e- ._-__;-_-:,_1-_,:.-.,=_- _...--__.-...--..-.--_...
_-_-.› :-_i::_-____T.'-_ ;_-151- _ “ __-;<_;=.;'.-.~___
›__,_ \.1 _ ::)-?`-_ ._ _ .-''
_ '__.-__ __' _ -. _
__.__=?=-.-'__-.:_.'-'-\.-_;-¢*_..›_ _:¿Î'
-_ .-__.'.1:_.¿_--š_.;-1-_'
__
JF.
`_T-*'___.2__- ._ -_
I__
__ _ _ - _
:_-.1--__ _,.____ -_
-_.-.;_- - __
.-;.,---.-_'¢'-_'_›iJ_'.7.=._
CJ
-4:'-._-':-I__.-_Î*--_..-_
.-.-_?..-- .'
_ ;._. . -_. -_
' - . ' ._
: " . - ' I
.
._
-'.
[ '__.'..r 'Î1:'1-«_...- _n:- _: f,I'--r.'1.'-.-'!.*'._-:H-'-_›:¿5I--I-_'~~,'--I -_-.'-'. -_.;I-'. -1;"-'g-"; ff '. - .A`I:J=r_".= ~~__'_- .1=".- ._ 5. L"-'. = '.-">. ' ".-' -_? '-; -'›.'-; ›ÎÎ._ =.-- ';"'J':.'-'Î'-_;-=_'-.;
._. 'v'-_1' '.--,~ 1 -'=1'.- .- “_ -1' --_'h'_--"fl__' \_ _
;.¿. .
*
._ _
- \__ -' ”
' - ' 1.11:
4--2*'-_-'ÎT-*f*.1"*-;_"f`?-fi;¿::-'-.:=›.§:f-'*:-_-;--L1*-1..-_;-I.':=_i'-L
-.F--=T-*-ï-'_'_-I.-'_::fi-Î:h*':'=z-'**.:'-I
- =*.:__.
:HL-_-__*:*;'
_ _ __
_-_ .._¿___...-..__ ,_~.__-___,
:_-_..__-,___._-___.___-3.).
.* '_'*-::.=
¿ _ __-_-¿-¿,.__.¿_
__\~
___.
:_--_--.'-:
-*.- -..-.-.-.
.-....-j-*-.“›_'-;-_._
_ __-- _v~_--=.:._:__-_'
_r-_
__ - ;l.?_'J:.'.'*_{--:Ê__-_
_
__ :___________
__ _-'_ ›¿:-*_;Î-":
_ -1 *;_-:_|
_ '.1
__
"-_ _
' -›
"1 1'* .-›-__'-'
“' -"“-' ë-_'.---_-: Lrífl-_:;¿_;Ê'
-_-',-:_ .`;._“›1__.__*_'
____-,_-_-_'
|-_:_*_-_'
-.1-_:-.:;'
___...__-=_.:_-«-_-_:-.;;-.-_-..__
sg- .
---- _ -.-_-,_-'
-- ¢--:«_._f_._1-_-__'
-. __- __: _-,.'!.=-.___;_____-: -_ ____q:___1_-,ä-__,-;;_:_.-_-«__;=__=_;=3.-_*-_-_.-_.-_.,,-¿:______-_-_.¿___
._ __ _*_*-.-:__-_-__;=,(__
_-__¿:__.__:_,-__-1.3.1
; .,_.-_-:____. _,-,_
__.__:_¿..__!¿__;__-,1-__. .__.;-_¿___ ;__.____:¿_-_¿j:¿-_ __._:__-..¿._
__ __-_
___.
_________
_ _. _... ._
.-___,__ _-;:_¿ L {;':_;;
_.§._f-_;
.4 ___._.__ -_
__ _ __:.___.._«__._____.¿_____.,_____¿
_ _
._ ,__ __ _.
_.____-___¿__._____-__?_._____,_.___.___.'~_¿_:¿ -_R__ -___;___
__.
_1_
_* + _ _ _ 44” - -_-_. rvl'.=;_-_-_-_,-,-.
__--=z.-:_-$_;,.-..._-.'1;=-;_;«
...i-_'¢F..__'_*
__._..*_-:__ _ _:4..¢-_-_-_-_
_-_.-f.;›a.. __.'L_'_a.L'_-;_-.__~›.:._-\:μ.;_¿'_'.ï-z:I'.-¿- ;›.'. <-1..J._ ;;¿___.__:_.__-___.
_

_.

_

¿'_:___1_._- _ ›__. ___5___.__'_.______,_*_
__ .__ _ ____.
'___-___._.___._ ~.-._.-L__
-:_ -ç
_- _
__ ___ ::¿_,*__'¿;-_
__-_-_ - ._._ 1.. __,.____=.
. * _-_._.. _.__, -_._ _ '_ _ = ._ _ (-_
._-__-_ _.<-__¿__-__---_
_ .j___.___-_ ____; _,-_._.;_;-___-,_*-'
._:-.;:_-_- . _._j.'__
_=__-. __ -______ -;__¿--:
__ -_ __
3 _
..___ _.__ ___
_ _ .¿;-_____-_'
_
_ _..
_ _ .__ `wf._'** ,. . 1!- _
___._
-__*-1.-.Lu ,._. -2. _-__. ._-›_
,__-_ ..._-_-._,.__-_-,_-,}¿-_-_
.¿.-_¿ -_-_;-.¿3_*.-1:
=_.¿_:-_,x_f¿- «__:\_×
*._.-_.-=,-._,'.*-;_f.f_'-;--3 .1 _ --= _- ---1-*'£.',;_1'Z.__
{'-"¿'.-*I-1-_'.
_ 1
μ. .ig
-| .
_ , ,' .
" * _- - .-:¿=.._fI'_;.E;1=__?§ë'_;î_-ç=;;'¿:=§*_-§_=§f-ã=-1`;-ÿ_'è*.§_:_:-*-:¿';__',ë;Jï__.'_5S5.z*ï__:___3-_-___15:E.-:'§;¿._,'fï;_'¿i- *'_ÿ-'_j_í;_:-.*'-f¿-__-:_-;*__-,;¿;'.__=;.;-___;'__'._;.j____¿=.."_=¿'-.;_-___=*;_;_____,.-_;_¿,__-___;_'_¿_-_¿_¿_-_'_.;__,§;.-__-__;f-__¿**-_; -_;-_=ig_'_-.=.-¿_____-___-_-_¿e_g-'_5__¿¿:-=*_;_-.É1 ' *<1 \-.1-_-r.--L«._1
- f" -“ ' - ,___
1-. "fT '*__,7.__;____ _.,.y r:-_-1|¿_;;_:_-2-_:¿-..___2'-_;_-_x› '_ - _", _-' 'úi
-__-" _- _
* - *_-_-"-'
_ * *_*_-1.-_--*+î'
î_:;_*-f._=:-'-:.-:
__-.- _ 'T_._.____.;_______________;7.___
'_
.-'
=--'f--=_ ___.r_-'*..=_.- 3 __*='___=!**'I* *..'.-.-_--*__';-›",_
-T__
I'
-'-'._a';-_-1
-'_ -.'f.;*=_._11'-*L1-.",1.*
1-,':`
_ __ __ _ - - ›_.**šfi_ .___- 1_.:;:-'.¢T*;`--;-*g._
___
_
__ '_:__~__1-I---'~'
.__'__'_-:..--..__ _,__;-_
_
___1__›.__._-. Î-_-'___'
" _=.'.~_,_y_.›,.
_- - - 1- . ` .-'_ _:-!.!r-,--._¿_ -_-_--.<--;'- _:-:.--- ;?:__-_-:Î?_.'f'›.*`,_ \.;.Ç_-f==._..__.¿__-_
_Î.. .:'--'*.-'-:-__:=,_
'~T-_<:'-'_'-'É-_--Ê
'_---.'--.:-==-:--'\__-_<_«
Z'-_-*ff-_L1.-;_=Î_.-_-:'
.'ã-5.-.-*f -;_____ -ça!-_.-:I__.›_-_ . __<.___._-___
*I1.Ê:Î".`-.'
;'-.' ..`;.`* --'_'-'-'.'*-'Î-'_Ê? Î ;--_-"-ff `
'_'

'

.

'

__*

_ .

r

\

'

-

*s

__?

- _ _

_-_f›___

I _

,

Ê

_

'

_

__
_
-.. \ 'L \_
,__'4'- .\
19:-_..
f _;I Îrf

___¿. 1* __., -- .*._ .. _-_, . -_.r _-'_
_ _
I
- _*
-'~ _ -' '.›"ï n
'.¢*':
__
_, .- _ _- 1-'

`-

J

__

___

_

_

_

μf*-

-1¢.¿___

.-1*."
_-______\§__` .,_¿________

J. _

_____î;._,›.____

-

_ ._

-_

'

'-

_-

-

u-"71_':___'.1_ _

___ '

':<
-› . '9...- '“.:. '_-fi'›. -' -'.-"'-- _ 'Î' ~ \ ___ - _. ' _
1'
__
._-_1,
'
.'-'- - 2-a- ;“-"'f4:`-'§'-.'- =" ~"^` «`1

H
P'
_
_.
_
-.
_
'Îlfif
“' -šff'
'
*
"r
"
_
›*_' -\ .'
*
"+Î-. __¿_
' '¿.'*"Î'-*Î ¿""<”_ . ,,- _
-' _-'-›'-_' ' . 'V'
'.' -_'
'
_ '."'.;-I _."~'L 'È'-" ' _-___;
--"- -' ~ --'.." _
' ~î 25,'-2 ' -\
-*-«`_~*ï - "_
r'
_
_
_
_
_'
_ '._ _,-___'_.-' '
_ _
F
“_ \
` \. :
“VJ ' _'
" -Z'
`
_- - .'.-_'›=;'.=.':=.
*' 'vy-1 -_-!-.-'._.-_I›'.=..-_.Tf'›' ..
`- 'l'- 1'." 4.
_-' Z1'
-I-I.: _.-_'-1,~'*.**›*'f
*I
-:-`:_''-1
; - .\-:W
- _ _ .L '35'
' .,_._
-_
*___
_
_
. 3
_
_ _
_
_* '
. _ ' -.___._.__.;_¿,__È-___¿¿¿_;_-¿-__._._-.___
_*.`
_ 1-_ - '-*.;
.-- -- -'_ '_-,~.
._
.
"_'
_

_
'
_-L
\--_
_
._
_
-.
._
___1_*-@_-_..-___._-,__-_._¿___.*¿-,.5--._-I_.¿-1_ ._
__-:-___-_.-___._;-_g__--._
-¿-\-.2 _.-_*-'__3'.'-¿*.,;_=.,;¿_¿-_,_54_ 3
_: ..' ..i_;“›^".*.::_ -_
._ _
9
._
_ _ - _.
--.-*-._.*
-._ a_-_-.-_-:_.-..._ -._.---__-_-¢-_-11:_-_-..._-,r
-__-...__-_
_-_-_--;. !-'__--a..-_.›.'_
__;-\_-___-1:_u_-.-_-_-H
__
_..'€~ ' _ - '- \_ \
_
_
' -_ -_
-- _
--«:._“
__; .___-_-_.'_-_: ' *'-'.__.-._.--__-._
_. -_'-_-__-.:-_--_!_-:_-« - -__
fi.--,..__
- «-;.- -; -_; '- -:--;;:-_
.;«;:--'_::-_-_-*_1.-.-_ _--*1 _
_ _
~-_ _ _ .1
_- _- _ \ ._ - 4*/
_ -›
r...
____)--_,_:__§..____-._,.__.__¿_
._.______________r_____'_.__ä_ÿ_gf;-_§_¿î¿:_,-_
'¿____-_-___*
_._çí__-.1-":_____,:____~_f¿ _¿_- _=_-._ ¢_:___¿_-;_'_-__*_:,___.__5_._îfi_._;___;__Ê“j_.}______-_____§¿¿___*_;*¿'
.ï¿';__ï-_;-1; '
.:¿
_.
' _ ___ _\
' *1_ __ __
- ~›
'-`. , _›'_ '1__'; __; _ ,.'.__-.___ z¢ ___
.=; ____.______¿___
: 1:.-_-~..<,.
-' '__>'\._-: '- .J*':_:¿-___
_ __/2 '_- -“`--I.-*
--1* - ____,_}_;_____
'_ › 2. _ ,_.___ __~..__.-_..*¢.__ .-._ _
___.
_ _ _' _ ' - - __ ' '_____-'
____._
___*,__._
_____Î_____
______________¿_
.|-5. _.' _'-.'_\.'
_- _¿,_____,___¿,_;_:-__=_-___;..__
,___
_'1.-._'f.- H".
_- ___-,_
__ '
:._. .
_;
qäfia
._-

_.

. __ ___, .__;________ _

______ ,

_

_

'7'-_4..'-._*.

f-"'*«'_,'Á"

_ «':.Γ".?-'_-_-l .

fä'_

-fl1\_._

_

H

-

_ *_-

'
.
"'.__ '
__-_,_=1.____.__
_ _ _ ä _._ _'_ 5,
..,_;.=____*__._-__,
_ ..__ __.¿_ __

.\`-.-- -~

-

'

_ _
_ 1'

_

' -

"-

}

_-

_

__ _
_

_

?“_\__

_

.
. '_

'
_

'1

.

_
.\

,

- *-

-

r_ ,

'

'

-

* .*_\
-U
_

_-HW _

Carre logique de la proposition particulière nzifzirmz/c

Ybus disent oui

Yöus disent non

(1

4------------------------->

e

Z'

4 .............................................. ..>

0

Quelque5"'m-Y dîifem 01"'

Quelques-uns disent non

Carré logique de la proposition particulière 1/z¢1;\*1'n1u/t
Ybus disent Oui
a

Aucun qui dise non

4 '

'

-

2' 4- ' '
Quelques-uns disent non

'

'

' ' '

-D

Ø

' P' 0
Quelques~uns disent oui

Calrré logique des formules de la sexuation
Îbus disent oui
a

4-

Aucun qui dise non
-

-

-

D

l
i

6

1
<-

-

Quelques-uns disent non

-

> 0
Quelques-uns disent oui

= universelle affirmative
= universelle négative
= particulière affirmative
Q"'<\Q = particulière négative
contrariété

<- ----- - - ->

Qgmpafibifité < ................ ..>

implication
L->
contradiction 4-24

Sommaire

PROLOGUE .......................................................................................................................... .. 9

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE ................................................................ .. 15

POUR UNE LECTURE CRITIQUE
DES FORMULES DE LA SEXUATION ........................................................ _. 47

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES
DE LA DIFFERENCE LOGIQUE ENTRE LES SEXES ........................ .. 103
SCOLIE. UN ABUS DE METAPHQRE ...................................._. ......................... _. 153

o ¢o o u a u u n - fl 0 U I U U I I * *' U ' ' ' * U ' U ' ' 0 I I I I I I | ¢ U ¢ U | 1 h v - - - u | ¢ . - - - ; ¢ . | ¢ ¢ n ¢ - . ¢ - o ¢ - u u › μ n . u - u u μ - - ¢ ¢¢ › | | u u o n ¢ n | E μ . . , . ,

......................... _. 171

_.-1"

PRQLQGUE

E.,

.4u.vL.~J-

A I

i

'“-@_

. .

La logique n'a pas la réputation d”entretenir avec les sexes de
rapports étroits, et ni les p ni les q qui peuplent le calcul propositionnel 1n”incitent à beaucoup de pensées licencieuses. De méme,
pour autant qu'on imagine les sexes, on les conçoit mal régis par
la rigueur littérale qui fait tenir la logique dans son priapisme à Pendroit de la vérité.
Et pourtant... À peine s”est-on convaincu que Pattraction dite
sexuelle ne se réduit pas chez l”étre humain aux jeux des phéromones, mais va puiser d'importantes ressources dans le matériel
symbolique si prégnant dans cette espèce, qu°on voit s'ouvrir une
curieuse interrogation: s'il y a deux sexes, et qui s”attirent l'un
l°'autre, lequel est l”un et lequel est l'autre? « C”est égal! ››, diront
les modernes, chacun est l”autre de l°autre - donc chacun est un.
On se propose dans ce qui suit de n°aller pas si vite, et de prendre
le temps qu'il faudra pour passer de un à deux en posant que ce
dernier doit être Pautre du premier. Déjà le souci logique montre
ici le bout du nez. On pressent que Paltérité au sein d°un couple
n°<-:st pas celle qui s°établit au sein d'une pluralité, et que la différence qui écarte l'un de l”autre n'est peut-être propre ni à l'un ni à
l”autre. En tous les cas, ça se complique dans la mesure où les instruments logiques de base - le méme, Pautre, la différence, le
pmpre, l°identique - sont d”emblée requis pour articuler quoi que

ce soit des sexes dans Z”o*rd*re discursif. Se pourrait-il que le noble
drapé philosophique de ces instruments soit de fait tout imprégné
de la sourde bagarre des sexes, et que certains piliers logiques (et
quelques bases de Pordre social) aient été construits pour régenter
une confusion sexuelle jugée funeste? Qu”on ait très tôt pensé, y
Compris logiquement, contre la chose sexuelle?
Jacques Lacan semble en avoir fait Phypothèse. À peine
Cherche»-t-il à ordonner les deux sexes qu°on le voit faire appel à
1°arsenal logique traditionnel des propositions universelles affirmarjves et négatives, escortées de leurs particulières respectives. Après
un coup de salve longtemps isolé (début 1962), il y revient à la fin

_1:",-:.4_,/ ? :S

ll
μ

'l
Il
II
I

*I
!'
F

~----_..-H"

¢*_'.*i* *H
7'"'\",'1:`\':'..-"

I2

LE. I›AsToU'r DE LACAN

des an I1e;2S
' Soixante
'

. soixante-dix,
_
- pour
donn
et au tout debut
des annees
er a Ors, a travers la lente construction
- de ses «formules de la
s
t' >>›l1821 pgîlnae
' extension
- logique
.
S:l>*ãI11al:l0H
a. sa provocante affirmation
que C << H Y 21 pas de rapport sexuel ››,

Une lecmre Critique de ces formules requiert de s”ouvrir à l'as-\
pect formel de la différence des sexes grâce auq uel depuis la dis. .
. _
_
,
pOS1îÎ_Ê1§¿îî21LèÎt0__nI,Îgle
les
questions
du
propre
et de la différene
a Omme et à la femme. Un bref aperçu de la
^
. comment,
fl uerelle des universaux au Moyen Age
permet de voir
à
vouloir
décrire
les
sexe
»
mets dann impossible CO S en leur difference, on reste pris. dans les
u P 218€ entre une conception
. discrete
. . ou_ ils
.
sont sé arés t f
p rupture
e Orment
deux
eSSenC@S›
passe sans
de l°un
à 12-autœ
et et
Oùune
-1 conce

-p tion
~ où Fon
d
Pexistant, du relatif (ce s con 1 n y a Jamais. que C
d
I
Uîaintes formelles restant actives
chez
reu et Lacan). Ce sera l°0b et d
.
'
1
U Premier chapitre.

F

L”'Ipproche
des form ules lacanien nes suppose aussi. que l'on
°
apprécie dans leur détail cel]
.
'
enseignement
qui 1,Ont Condui@S
_ des
_ tensio ns presentes
dans. cet
t 3
.
pour la subvertir dans son ambifiglåläåîf _21vec la logique classique
ÎOUITIHIII des années Sgjxamej de 1,0bjetIå1_Versalite. L invention, au
qualité cl›0bjet << partiel » (au Sens Où il n, it a et. de sa .tres curieuse
port avec quelque unité que ce soit) 1,, I entretiendrait aucun rap'

I

,I

0

tel << 11011 rapport ,,, que Fon S,aVemu ÉC amait que 1›0n conçût un
quilibre logique capable de prendre fïãt \gers 1 ecriture d=un dese..
cale des sexes Pour ce fair
C arge la bípartition ban”
.
ff dans Êes demeles
* ›~ › avec le « tout ›› de
Punlversene
(et` donc du Conèept)
un emploi de la proposition parúëuli-ïlèîîn Êlãvait prendre appui sur
_

_

.

classique, hypnotisée sur c fi point
'

r

a

5 v

.

'_

'

a - rmauve .que. la logíqüe

marges de ses traités, et qui correspoîã _Af1Stot_€, rejetait dans les
des langues vis-à-vis du partitim quel a l ambiguïté de la plupart
ce terme est restrictif: si le candidat ques »' En general” le Sens de
est Clair qu›i1 n›a pas été élu quan alobtenu « quelques ›› voix, il
›~
. . sim l 3
HG es a p as eues « toutes ” (11 .
meme
une
maiorité
_
pe).Au
cont
`
. .
. forme1
la proposltion particulière affirmafive (raireî
sl,- en l0g1cien›
Je
me pousse à penser que je ne fais là qque ques A so.nt.B ››,Aristor¢
_
U une instanciation parri¢
U*
mem implicite « qui affirmat
peut lelvî «Tous les A sont B ››. Selon l'argu_
líère de liuniversene

quelques A le sont aussi Il P US peut le moins ››, Si tous 'le sont,
S ensuit alors, selon le ballet reglé des

_/ 'l
_/

:

,
'-. Î.

Jf f'

i' .

'

PROLOGUE

13

propositions, que les universelles affirmative et négative sont

contraires l”une à Pautre.
En promouvant le pastout, Lacan joue sa partie contre Aristote
(et contre Kant, par la même occasion), non en misant d”abord
sur je ne sais quelle propriété de la sexualité féminine, mais en faisant le choix de la particulière restrictive, celle qui dit << quelques,
mais pas tous ››. Dans ce cas, en raison des mêmes contraintes formelles, les particulières affirmative et négative sont éqm`*z›aZerzzes (si

quelques-uns disent oui, mais pas tous, alors il est aussi vrai que
quelques autres ne disent pas oui). Mais il s”ensuit surtout que,
puisque les universelles doivent contredire leurs particulières
opposées, et puisque ces dernières sont équivalentes, les universelles le sont aussi. Ici, le bon sens rouspète et préfère, comme

Aristote, qu”elles soient contraires, et que la négative de l”universelle affirmative << tous disent oui ›› soit << tous disent non ››, et non
pas « pas un qui ne dise oui ››.
Lacan, lui, tient beaucoup, depuis son entrée en matière en

1962, à ce que l°universelle négative puisse s°entendre ainsi, comme
vidée de tout élément: ce << pas un qui... ››, il le prend au pied de
la lettre (avec l°aide de Charles Sanders Peirce) pour y installer un
<< rien ›› qu°il veut différent de celui de Freud ou de celui de Hegel,

un rien en accord avec le pas-d°ètre qu°il exige de son sujet, représenté par un signifiant pour un autre signifiant. Il y a en tout cela
une cohérence que le fil des séminaires occulte, et qu”i1 faut recons-

rruire en s”écartant parfois des interprétations que Lacan lui-méme
propose pour donner vite sens à ses formules. Ce sera l”objet du
deuxième chapitre.
Du fait de prendre appui sur une acception de la proposition

particulière affirmative qui objecte à Puniverselle de même qualité,
une telle dz'sposz'zz'0n des sexes bouscule l°idée qu'on pourrait se faire
d”une clinique << psychanalytique ››. Si l”on tient en effet que l°affirmation d'une existence va à l°encontre du concept sous lequel on

la range, adieu les vignettes cliniques et autres petits récits dont raffole aujourd°hui le monde psy, où des « cas ›› viennent exemplairement se ranger sous les auspices d”une théorie plus obsédée par sa
propre transmission que par son rapport incertain et heurté à la
pratique. Contrairement aux apparences, ces vignettes ne viennent
que fort peu témoigner de ladite pratique dans la mesure où elles
prétendent avant tout << illustrer ›› un point de savoir théorique jugé

|

r
l

!

L.

I'

i
l
l

E ".*Îlš

___._,.-

14

La PASTOUT DE LACAN

trop abstrait. On tentera donc de montrer dans le détail comment
ce .<< 'style vignette ›› participe allègrement (fun rapport à Puniversalite du concept qui transforme le savoir analytique en une psy..
chologie d'autant plus malvenue qu°elle a par tro les Coudées
franches. À Pinverse › aussi conc eptuel soit-il,
- - l”eng@jgnem¢nr
p
de
rïfîffaclè lâutnijxîîãilliîécãaîšallélqntiîllfefaux bond à Ce fùnctionnement
ger sous les concepts qui les attendent de ied
1.té
3 qu e E)0u_1` se fan
du concept - dont il n”est pas question dî se ferme` L umversali.
rement conduite par lui jusquïlü POÎHE où el] passer -~ est regu 1
. ,
,.
.
ruinee
meme
non par accident
ma _
. G SQ tr 0LlVe mise 21 fn 51 ,
.

.

f

toute pensée s'exerce, y compris la plus f

langage avec leflu

d'd
' du l angage et d e sa prise
' dans un Corps
Oflhelle
- qui' S6
e uit
, . Le sujet
.
_
6
sous le concept, même pas celui. de Su]-et V _ n` est rien
<l1U11I01'r1b__
tous les psychopathologues, quand bie . orla ce qui échappe a
mettre en œuvre des concepts lacanienS_ åemelne ils penseraierlï
sième chapitre.
Sera là ÿobjet du U-ol"
Enfin, pour montrer sur un exem
_ _
joue la partie du concept et de son Obîšî precis ¢0mme t Lacan
près Paffaire, montée par lui de bout en bšle propose d n _ 6 de

bsrromemv a-r-11, Oui ou non, un Seul n ur, c1e1°un¿C-“Ê Suwrœua
brables présentations qu°on peut en don œud à U-aver ne dljl n In,
sible, moyennant quelque définition ad homer ? Si Oui
les “_mOOS..
objet bien repéré dans sa positivité le « Ã, de faire 8:11 serait ÿcet
présente, lui, le désavantage de touœg les a °n**rappOI_tpDorter 21 ui
sait ce qu°il nie, mais on ne sait pas pouppellations Sffiïxuel ›› C1 n
sinon, si, pour finir, il n°y a pas un tel Ob_1" autant cenegatives : (ét
Pimpossibilité de savoir quel est le b
leb mais
C111 11 est.
"
« support» que le non-rapport trouvalt_ On:
da Il faudra
sieurs,
dfl [15
reconnaît comme vrai le 9 janvier 1979 1:18 le nœudaballdonner le
cours. Cet exercice d'école méritait de SÎÊ la quasi het: que Lacafi
ppeler

n de son P Elf'
unH sc
0Z2°e_

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

i
I

-1-%-__


|
1
|

_

*

1
1
1._.

À____*__
IX_ _.?

____

__
__*__H
q__________
*_ J'JI

_____;

___
J_ _]

W,I
“___'_I__gv')¿

“_
__ MI
____r__

_
\_“___w__
'
___,___
I__
,___
J__ H_ _),

____ _ _______
_ _¿___W______
_ _______J
/_
h__ _P

'I___-_

___!
'__L
__`__
V____
I_ VIV_

___"___

____
_*___¿(¿__
_`

Que les sexes soient deux consume peut-être la certitude la plus
mystérieuse, qui divise au plus intime puisqu°elle force la voie à un
double régime de vérité : oui, homme et femme appartiennent bien
à la même espèce, celle qu'on dit << humaine ›› (en même temps
qu”ils constituent, bien sûr, le « genre ›› humain) 5 mais ne sont-ils
pas si radicalement différents l”un de l'autre qu”on croirait voir passer entre eux la différence à l'état pur, aussi décisive qu'irréductible ? Au point que l°on reprend ce même mot de << genre >> POUY
différencier, au sein de 1°espèce, deux classes d”individus, homme/
femme, dont l'union est cruciale pour la perpétuation... du genre
humain! Comment un genre peut-il être composé d°une seule
espèce, qui elle-même se divise en deux genres ? Homonymie I dirat-on: le premier << genre ›› n'a pas le même sens que le second! Et
certes, il le faut bien, mais ne serait-ce pas là Poccasion d”envisager la différence sexuelle dans le registre logique et classificatoire
où elle s”exprime depuis toujours ?
_
Un inceste métaphysique
Dieu lui-même aura boité en l”affaire, si l°on en croit le bref et
énigmatique passage de Genèse I, 27, selon lequel << Dieu Créa
l°homme à son image, à l'image de Dieu il le créa 5 mâle et femelle
il les créa ››, et Popération bien plus complexe qu'on peut lire ÎUSÎC
un peu plus loin, en Genèse II, 18-24 :
1sYahvé Dieu dit: << Il n'est pas bon que l'homme soit seul5
je veux lui faire une aide qui lui soit assortie. ››
19 Yahvé Dieu façonna du sol toutes les bêtes des champs et
tous les oiseaux du ciel, et il les amena à l'homme pour
voir comment il les appellerait : le nom que l'homme donnerait à tout être vivant serait son nom.
20 L'homme appela de leurs noms tous les bestiaux, les
oiseaux du ciel et toutes les bêtes des champs 5 mais pour
Phomme il ne trouva pas d'aide qui lui fût assortie.

|
|

I
I

»
I

I

\
\X
Tqugfi-1-1-0

\'ë_..:

cr: «fša
._«_*î"_«
v*›`

J;

@Win

1'

,gf

13

LE PASTOUT DE LACAN

\_-*__
-v_;

i"'\i \"¿_L

zi Alors Yahvé fit tomber une torpeur sur l”h0mm<'1› qU_1 S_@H*
dormit. Il prit une de ses côtes, et referma la 0112111” il Sa
place.
22 Yahvé Dieu bâtit en femme la côte C1U_11 Walt P1156 de
Phomme, et il l°amena à l'homme.
23 L'homme dit: << Celle-ci, cette fois, est l”os de mes os et la
chair de ma chair; celle-ci sera appelee femme C81' C est
d°un homme qu°elle a été prise, celle-ci. ››
24 C'est pourquoi Phomme quitte son pere et sa mere, et s attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair.
. .
i
25 Or tous deux etaient nus, et ils n”en avaient pas honte .
.

,

r

.

\

7

\

7

En Genèse I, 27, on assistait à une cocréation, homme et femme
surgissant à parité, (presque) dans le même temps, sans aucune
préséance logique de l'un sur l”autre, à peine une brève consécution narrative; en Genèse II, 18-24 au contraire, un ordre est mis
en place, qui servira pendant des millénaires à justifier les patriarcats machistes et religieux que 1”on sait.

P.,-,nn-Iv'“"<*'*-«_

....,... “*****›=*"""""_Z...."T
-Ø*$_`__.Ã*""'

,

'“š____

Si la femme est ici dite procéder de Phomme, premier en scène,
c”est d”abord pour assurer Punicité du genre. Car en partant de
l°idée selon laquelle tout individu humain provient de deux parents,
on est conduit à penser Porigine de l'espèce comme un pullulementz. Or pour peu que l”on veuille à l”inverse penser l”origine
comme principe, il est au contraire impératif de poser un terme
premier, comme Aristote lui-même y convie (II/Iéraphysz_que, al) en
affirmant que pour tout genre, il existe un terme initial, principe de
la série des éléments qui ressortissent au genre.
Seul le principe - Phomme en l°occurrence _- dédoublé en la
femme façonnée par Dieu donne lieu et place à la différence
(sexuelle), et non bien sûr Pinverse, sinon il aurait fallu faire de cette
1. Traduction française sur les textes originaux par Émile Osty, avec la collaboration de
Joseph Trinquet, Paris, Seuil, 1973, p. 39-40.
2. L'idée d'un arbre généalogique commun à l'esp<`-:ce est ici trompeuse, car cet arbre se produit de haut en bas, de son sommet unique vers sa base multiple, et seule une lecture postérieure a cette construction mentale peut laisser croire qu'on pourrait aussi facilement
remonter du multiple de la base vers Punicité du sommet. Or si l'on part de nous vers nos
ancêtres, on ne cesse de multiplier les aïeux. Les amateurs d'arbres généalogiques connaissent le probléme. Si d'Adam à nous le chemin peut paraître assez direct, de nous à Adam il
est bien plus risqué.
'

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

19

différence même le principe qui aurait tenu le genre entier sous sa
dépendance. Genèse II, 18-24 déplie cette progression de l°un au
deux puis au multiple, en affirmant cette fois le monogénisme, Pengendrement par un seul de son futur partenaire, et non plus un
couple primordial (comme en Genèse I, 27), qui eût menacé l”unicité du genre, et fait courir un risque majeur: qu°homme et femme
soient conçus comme deux espèces au sein d°un même genre.
C'eût été intenable puisque deux espèces (sauf rarissimes
exceptions) ne peuvent procréer, alors qu'homme et femme sont
bibliquement là pour ça : engendrer, perpétuer le genre. Il faut donc
qu°ils ne constituent qu”une seule espèce, et qu°à peine sont-ils
deux, ils se replient en << une seule chair ››, ce qui se comprend
mieux s”il est dit d'avance, comme c°est le cas dans ce texte si bref,
que l'un(e) est la << chair de la chair ›› de l”autre.
Car la copulation ne suffit pas pour organiser un tel mystère
logique et textuel : que faut-il pour que l°union du principe
(Phomme) et de ce qui a été extrait du principe (la femme) produise de l°un? Rien de moins que ce que Olivier Boulnois, dans
son article << Un et un font un ››, nomme << un inceste métaphysique :
le principe doit s°unir à ce dont il est le principe pour se réunir en
une seule unité3 ››. Pour penser une chose aussi audacieuse, les théologiens médiévaux ne manquaient certes pas de moyens puisque le
divin et l°humain, cette irréductible dualité, se trouvaient unis dans
le Christ, Lui dont la double nature n°entame en rien l°unité. Mais
ces mêmes théologiens, pour soutenir et surtout transmettre des
conceptions aussi austères et rebelles au sens commun, étaient dans
Pobligation de s”appuyer toujours plus sur des auteurs - philosophes, logiciens - qui leur fournissaient des outils pour pareille
opération. C”est là que l”histoire se complique.
Il vaut pourtant la peine de s'arrèter sur la très longue durée au
cours de laquelle se sont forgés les systèmes de pensée qui, aujourd”hui encore, organisent en sous-main nos réfiexions (et souvent
nos réflexes) sur le sexe et le genre. Grâce au renouveau des études
3. Olivier Boulnois, <1 Un et un font un. Sexes, différences et union sexuelle au Moyen Âge,
à partir des “Commentaires des Semences” ››, in Ils seront deux en une seule chair, scénographie du couple lzumain dans le texte occidental, édité par Pierre Legendre, Travaux du laboratoire européen pour l'étude de la filiation, Bruxelles, Émile Van Balberghe Libraire, 2004,
p. 115.

II

ã
I
I

1

I

I

20

LE PASTOUT DE LACAN

médiévales, on peut suivre d”assez près Paffaire, notamment en prenant appui sur les travaux d”Alain de Libera4 pour autant qu”il a
su distinguer et trier des fils qu”une histoire trop téléologique, trop
pressée de trouver dans les textes ce qu”elle savait y chercher, avait
jusque-là brouillés.
_
L'entrée dans la querelle

r_____,_.-/

Parler de genre, d'espèce, de différence, de propre ou d”accident, cela ne put se faire pendant ce quasi millénaire qu”on rassemble sous le nom de << Moyen Age ›› sans se référer, d°une façon
ou d”une autre, à l°Isagoge de Porphyre puisque Boèces, précepteur
de toute la gent savante durant des siècles, avait commencé par là :
un commentaire de cet Isagoge, ce texte qui servit d°introduction â
Aristote avant (et même après) l°arrivée massive de ce dernier *via
le monde arabe. On se trouve ici pris d'emblée dans une curieuse
enfilade : tout étudiant médiéval commençait par plonger dans la
lecture du commentaire que Boèce fit de Plsagoge de Porphyre, petit
texte lui-même écrit aux alentours de 270 en guise d”introduction
au texte d”Aristote sur les Catégories. Celui-ci, jugé non sans raison
trop difficile, appelait en effet à commentaires et, sur la demande
de son ami Chrysaorios, Porphyre -_ qui avait étudié à Athènes et
rejoint Plotin â Rome (en 298, après la mort du maître, il publie
les Ennéades) _- entreprend de rédiger quelques pages oû serait présenté l°essentiel du texte aristotélicien.
Oublions pour l'instant Boèce et sa propre équation personnelle pour mieux saisir le chiasme entre Aristote et Porphyre dans
la mesure où la fameuse querelle des Universaux - dont je fais ici
Phypothèse qu°e1le continue de peser lourd dans les débats actuels
sur les sexes _- y a vu le jour. Étant donné le destin de ces quelques
lignes, autant les lire attentivement:
4. Dans un vaste ensemble, on choisira pour la présente étude : La Querelle des z_¢m_*<ve-rsaux,
de Platon à la _/in du Moyerz Âge, Paris, Seuil, 1996, coll. rr Des Travaux ››, et la rmdugrign
d'Alain de Libera et de A. Ph. Segonds de Plsagoge de Porphyre, Paris, Vrin, 1998. La très
longue introduction d'A. de Libera est particulièrement riche.
5. Ce Romain, né à la fin du V” siècle et mort en 524, fut sénateur, consul, puis conseiller
de Théodoric, qui l'exila et finit par le faire exécuter. Il fut le traducteur de l'Isagoge de
Porphyre, mais également de certains textes d'Aristote. L'ot-:uvre qui le rendit célèbre, jusqu'à aujourd'hui, est son De consolazzkvze phi_losophz`ce.

LoGiQUi_: DE La FAILLE sExUi¿i.i.i¿

21

1. Puisqu”il est nécessaire, mon cher Chrysaorios, pour recevoir l”enseignement relatif aux catégories d°Aristote, de savoir ce qu'est 1) un
genre, 2) une différence, 3) une espèce, 4) un propre et 5) un accident, et puisque pour donner des définitions ainsi que pour ce qui
concerne la division et la démonstration cette étude est utile, je te ferai
un court exposé à ce sujet, en m°efforçant de parcourir, en bref, sous
forme d'Introduction, ce que l°on trouve chez les plus anciens, tout
en m'abstenant d'entrer dans les questions trop profondes, et en ne
touchant qu°avec mesure aux plus faciles.
2. Tout d°abord, concernant les genres et les espèces, la question de
savoir 1) s'ils existent ou bien s°ils ne consistent que dans de purs
concepts, 2) ou, â supposer qu'ils existent, s'ils sont des corps ou des
incorporels, et 3), en ce dernier cas, s°ils sont séparés ou bien s'ils
existent dans les sensibles et en rapport avec eux - voilà des questions dont j'éviterai de parler, parce qu°elles représentent une
recherche très profonde et qu'elles réclament un autre examen, beaucoup plus long [._.] 6.

C°est donc en voulant éviter << les questions trop profondes ››
que Porphyre produit une sorte d”algorithme qui va fonctionner
comme un formidable topos. Des générations de professeurs transmettront â des générations d”étudiants ce lieu commun qui tire
toute sa puissance du fait de se présenter comme un carrefour entre
le réalisme de Platon et le conceptualisme d°Aristote. Dès le premier point, si l”on choisit de considérer que les genres existent réellement_'_, la voie est ouverte au réalisme platonicien selon lequel existent avant tout les formes séparées auxquelles participent les
individus singuliers; si l'on opte pour une conception du genre
comme pure entité conceptuelle qui permet de rassembler par la
pensée des individus qui possèdent les mêmes traits, de façon à
constituer une classe, alors nous voilà pleinement du côté
d°Aristote.
Mais ce qui partage aussi bien, permet mieux que n”importe
quoi d°autre de réunir, articuler, nuancer, intriquer des systèmes
dont chacun présente des avantages, et pas mal d°inconvénients.
6. Porphyre, Isagoge, op. cil., p. 1.
7. Tous les différents traducteurs sont déjà ici au rouet. Pour traduire le grec,'I`ricot tente
« réalités subsistantes ››. Face au même terme, A. de Libera choisit pour sa part le simple
<< existent ››, mais ne peut éviter deux pages et demie de commentaires très denses pour justifier une telle traduction. Cf Porphyre, lsagoge, op. cíz., p. 32-34.

`\
~

.rv

; __K`._-*
.

«

»*

` W;
.

_

I..

-

.4

"'<

f J,-If

\

_,
.,..\-,J
.-:,- t._
-_ - , .
L
5 _
_
_
h--«.
_ ___.-_
/_'
.
,:_

22

_'

/
K _

__

_

Et ce d°autant plus que dès le second point - s°ils existent réellement, ces genres, sont-ils des corps ou des incorporels ? - voilà d°un
seul coup introduit l'autre grande famille philosophique, le sto`i`cisme dont A. de Libera montre à quel point il fait partie du bagage
de Porphyre, à plusieurs niveaux et de différentes manières.

. , _ _ f*
_-*_

._

_'l-. '

_:,.

_..›«ï

_'

.

_

-›-

il

. .__ ._

i

.,_
'

_

__ ;'.__*

_


.
_
»--_.-“' .v

'

-"

_
- .

_

'\.

_

-

' _

__

_____

__

-.___

'\
-,u

1

.__

.f
~.

_

_*-_.
_ `i_

__'-_
_`

, '\
. \_-_
K
'I .

._
\_

_,

-l

=.f

›|
_

i- _?
_ï__r

_

Le troisième << problème de Porphyre ›› enfin - si les genres sont
des incorporels, sont-ils à situer dans les sensibles ou hors d°eux ? -_
reprend de façon plus subtile la grande opposition Platon/Aristote
sur la question de l”ontologie formelle : l°universel est-il une forme
séparée, ou une forme immanente au sensible P

_

f

_
*- '..- n _
_'.. _¿<_ ."
'Cf
..__
.___ _i`__,'____,___ _-

I =*_
_-,

i_,

I

_._×,___-

4`

,

_ ~,.__\ ___4__

...___

_

-

_

,-:*_- _
_-qi _ _
-1 ': _

_-_î“4_ _

ii' - *'

La i›AsToU'r DE LACAN

_`\

“__

__:*_=.__

'-

_

DP

.. M .'
~

\-°_ _i\-._

Â-

_

`

Du coup, ce texte aura fonctionné, non seulement comme l'introduction obligée aux Catégories, mais comme le questionnaire
minimal à partir duquel se déploient les systèmes (platonisme, aristotélisme, stoïcisme) que tout professeur doit apprendre, comparer, évaluer pour pouvoir faire enseignement. Cet aspect germinal,
ramassé sous une forme simple, a fait la fortune de ce texte dont
Étienne Gilson se demandait déjà en 1942 << comment un texte
aussi anodin a pu servir de point de départ à de si imposantes
constructions métaphysiques qui, de Boèce à la Renaissance, ont
passionné les plus puissants espritsg ››.
Un autre point est ici susceptible de retenir Pattention: il ne
s est rien passé pendant cinq siecles. C est seulement au tournant
des XI° et XIIC siècles qu”éclate la querelle des universaux, soit
_ .Ã chose remarquable _- bien avant l”arrivée des corpus aristotélicien
_
t platonicien, en un temps où les érudits n'ont toujours rien de
plus à se mettre sous la dent que des trognons de textes grecs : un
fragment du Timée pour Platon, et les deux premiers traités de
1° Organon pour Aristote (les Catégories et le De z_nterpreratz'one). Ce
n'est donc pas face à la complexité, la richesse et l°ambigu`i`té des
textes grecs bientôt transmis par la voie arabe que la traduction de
Plsagoge de Porphyre par Boèce aura pris un soudain relief. Les historiens de la philosophie se perdent ici en conjectures sur la cause
véritable du débat, déjà pleinement attesté chez Abélard (10791142). D”où le problème : à quoi référer un tel temps d”incubation ?
Que s”est-il passé pour que les lignes de Porphyre traduites par

.,___
__
_ _ .._._____
_åÎ_m'“~*.
'

1

,

~\_

__

.

.

.

___

M.

.___

,

`

Î

\..__

\_|_

'

_ .-'

›“

_

*...~.

›--.
_,
."_ - __

,

_

-

lu

,___

_

`°.-._ I

“U

_

.hi 1'* .'

*.

.

*

'

1

\ \

8. Étienne Gilson, La Phz'Zosophz'e au Moyen Age, Paris, Payot, 1942, p. 142-143. Cité par
A. de Libera, La Querelle. _ ., op. cil., p. 39.

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

23

Boèce enfiamment et opposent les esprits quand, depuis si longtemps, nul n°y voyait malice? Je retiens volontiers Phypothèse
d”Alain de Libera, même si Pentame en est fort prudente :
Il est probable que, la comme ailleurs, la théologie trinitaire a joué un
rôle déterminant. C'est le mystère de la définition grecque des trois
<< Personnes ›› comme « tres usie, id est tres szzbszarztie ›› qui, avec la question de savoir si les trois Personnes étaient « seulement une chose (una
zcmtzmz res) ou trois choses distinctes (tres res per se) ››, a suscité la
réponse de Roscelin de Compiègne, dénoncée par Anselme, selon
laquelle il fallait bien que le Père, le Fils et l”Esprit fussent trois
<< choses ›› distinctes si l'on voulait éviter la conclusion, théologiquement funeste, que << le Père s”était incarné en même temps que le Fils ››.
Par là, les fragments d”ontologie et de sémantique aristotéliciennes
dont disposait le haut Moyen Âge ont été mobilisés, et par des chemins imprévus la question « qu°est-ce que la substance? ›› dont
Aristote avait fait, dans sa Métaphysique, la question << éternellement
poursuivie ››, a effectivement retrouvé une seconde jeunesse. [...] La
lecture de Plsczgoge a alors changé de statut. De simple répertoire de
définitions, le manuel de Porphyre est devenu un index de questionsg.

Le mystère de l°union dans la différence, de l”unité d'une pluralité, de Pappartenance d°un individu à son genre, aura d”abord
été divin dans la mesure où, dans ces parages et selon les options
que l'on prenait, on passait vite de la chaire au bûcher. Il y avait là
urgence à trancher ce que la plupart des affaires courantes laissaient volontiers dans 1'ombre. Et donc avant même que la masse
des textes aristotéliciens et platoniciens ne déferle, Roscelin de
Compiègnem a, en quelque sorte, ouvert la querelle en soutenant
des options extrêmes.
Les premiers pas
Il prétend en effet que les termes universels (comme
<< homme ›>) ne sont que des flatus *u0cz`s, ou encore des fuoíx, des
mots qui n”appellent et ne désignent aucune réalité existante, ce qui
le conduit en bonn_e logique à soutenir qu'aucune chose n°est
9. Alain de Libera, La Querelle..., op. cis., p. 127.
10. Roscelin naît au milieu du XI° siècle à Compiègne, étudie à Soissons et à Reims, puis
enseigne dans sa ville natale, àTours, à Loches (où il est le professeur d'Abélard) et enfin à
Besançon où il meurt vers 1120.

,_

'
-

'-1'
_

_-

-

|

_

1

J,

.

;__,»
1:;

*__-__f__".-3___~.

24

3'`*“V5-.`\-\_
_`-=_"\:`~.'-_
Je
\__\_,
'*›-_z-_"
`;_:_'
!<_*_
\
1 _

LE PAs'roUT DE LACAN

/__
"'q`-ah
Îë
"'-._
-_
4

/-"

È

constituée de parties, au sens où n”existe aucune « chose ›› qui rassemblerait d'autres << choses ››. Pour nous, post-bourbakistes qui
avons avalé toute crue la vérité intangible selon laquelle un
ensemble est plus que la somme de ses parties - donc existe à part
d°elles -, ça coupe un peu le souffle. L”apparente absurdité de la
thèse ne la rend que plus attrayante : aucun tout n'existe parce qu”il
faudrait le penser extérieur à la somme de ses parties, et verser ainsi
dans l'opinion qu'existent substantiellement des choses qui outrepassent les collections d”objets dont elles sont constituées, et donc:
ne sont aucun objet. Ainsi, Roscelin répond-il à Pierre Abélard (qui
le critique sur ce point) que «une fois ôtée la partie qui fait
l”homme, il faut l°appeler non pas “Pierre”, mais “Pierre-incomplet” ››, sinon il faudrait croire en Pexistence d”une chose qui resterait la même en cas d°ablation de l”une de ses partiesll. Ce qui
entraîne Roscelin à énoncer sa seconde thèse selon laquelle seuls
existent les wces, les noms ou sons vocaux, et les choses singulières
référées par ces noms, pour autant qu°e1les possèdent des qualités
qui ne les séparent pas, qu°elles sont des << touts dont les parties restent solidaires ››, bref qu”elles sont toutes comme des cailloux dont
chacun supporterait le même nom.


rh .1
/'
'_'\" "'*y§_:y"*-«_.`

1' «._.

* `-."."'-'-51;... 'if-.;'
1
_

_μ.

'“"u

n

.J

'

,*

_R*
51»=-Â

:___
'J
I
-'

il'
=

-'

_Î. _- _.-'
'\,.`

.

__`
:_"-¢'
_

_.|'

f

'll

f /

`_
_

Ik

r

.f
, !

'\--.

f/
.-~"“'

1-"J

_/ /-

Pour Abélard au contraire, les noms s”attribuent aux choses
z`ndz`reczement, en fonction de leur signification, autrement dit en
fonction de l'essence de la chose, qui persiste que les parties soient
toutes présentes ou non. Cette essence n”est pas nécessairement
une chose indépendante à laquelle le nom renverrait univoquement
(en cela il suit son maître face aux futurs « réalistes ›› qui croient
dur comme fer à Pexistence effective, << réelle ››, des Idées platoniciennes, des formes séparées), mais elle permet de penser, entre
l°objet comme tout et le nom, une articulation tierce située au
niveau d”une signification, laquelle ne se confond ni avec le flams
wcís du nom, ni avec l”objet qui sert de référence.
Ce sont, dès les premiers pas de la querelle, deux sémantiques
qui s”affrontent: l'une de la szgm`ficazz'on, avec Abélard et son souci
de maintenir séparées la question de l°essence et celle du tout;
11. Je ne sais pas comment Roscelin s'arrange avec cela de Genèse II, 18-24. Ève appartient-elle au genre humain, ou passe-t-elle à l'« humain-incomplet ›› ? Par ailleurs, l'argumentation est fort cruelle puisqu'au moment des échanges Abélard n”est plus lui-même tout
à fait « complet ››...

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

25

\

l”autre de la référence, avec Roscelin qui n”entend, lui, qu”un lien
direct entre le son d°un mot et sa référencelz.
Sans même aller plus avant, il devient possible de distinguer
entre deux << touts ››, ce qui permit de régler des le XIIIC siècle des
arguments comme ceux de Roscelin, mais qui prouve aussi qu'on
ne peut oeuvrer dans ce genre de probléme sans posséder au moins
deux notions de l”unité englobante. Déjà du temps de Roscelin, un
certain Garland-le-computiste faisait une différence entre le << tout
universel ›› et le « tout intégral ››. Le premier, défini comme «supérieur et substantiel ››, se présentait comme une unité composée de
parties dites << subjectives ››, elles-mêmes pensées comme << ce qui
est inférieur à Puniversel ›› 5 le tout universel correspondait donc à
la conception actuelle de la classe qui subsume, comprend, englobe
un nombre x d”éléments qu'on dira, pour aller vite, détachables_ Le
tout intégral, lui, est la chose singulière, la « partie subjective ›› du
tout universel, composée de parties réelles qu°on ne peut détacher
de leur tout sans Paltérer (alors qu°ôter un élément à la classe ne la
menace pas comme classe). On voit que l°<< erreur ›› de Roscelin
consista à vouloir confondre ces deux touts (ces deux << uns ››), et
qu°Abélard put critiquer et redresser son maître sur la base de leur
distinction.
La critique abélardienne portait aussi contre son autre maître,
Guillaume de Champeaux, qui soutenait Pexistence << dans les
choses qui différent entre elles, d”une substance essentiellement la
même, essence matérielle des êtres singuliers en qui elle est: une
en elle-même et diverse seulement par les formes des êtres rangés
sous elle” ››. Dans cette optique, non seulement la substance fondatrice du genre existe réellement, mais elle est présente en chacun
des éléments qu'ainsi elle rassemble. Chaque homme est donc bien
singulier, mais ces hommes singuliers, distincts en eux-mêmes,
<< sont un même être dans l°homme (in homme), c'est-à-dire qu°ils
ne diffèrent pas dans la nature de Phumanité ››. Ils sont donc << singuliers à raison de leur distinction ››, mais << dits universels a raison
12. Cette conception extrême de Roscelin d'une sémantique de la reference pourrait être fort
utile à qui voudrait se lancer - recherche toujours à faire - dans une description de la sémiotique d'un certain Jacques Lacan. Bien que toujours esquissée et jamais dégagée, sa conception du signe fait si peu de cas du signifié que le référent y occupe souvent plus de place
qu”on ne Pimaginerait au premier abord.
13. Cité par A. de Libera, La Querelle..., op. cit. p. 150.

l;

“f"'Î".".°'_>.

_

_.

f.

11"'
J

H

_

H-

' .~'_ __'

-*

-“--_
1.-f-__,
_

_

'\
-›\

_

'W _. x. ,'
1

.

_ __ _
___

_

_

_

._

'

,

'¢_

_

:rs

_, _.

__ _

Z, .
_ÿÎ'
___ /?____

___ _,;_
'.f :___ . __!/_¿/f
f
._

_ _r_
,fx

'

1;

"

_

fl /

_n

.'

_

,__
__ £|

_. '\__|¢ _

"r_ ________
_

\

1.

'_.,;_*___

__

' _`Î"`_Çt...'**`,,1'.' f/

\_

`

.

“" *›- _ 'K
_ _ '
_

*_*

K

__¿_

›_____\ __~____,£__%_.`___1;,_

_›~_k__
,___ *›___

l

L

_
_

'rv

-

___ _ .

_

_

_

_.'.__'

/ -›f /"_.
;_'¢._«

af

_

___ ___ _

` 3'-_

i'

_*
_ \:::__` _›__"_'..'
_

V\vi
\\__
_

__

Est-ce que tout ce qui est non différent est pour autant ressemblant? La démonstration de Socrate porte, elle, sur les abeilles:
puisque rien ne distingue une abeille en tant qu°abeille d'une autre
abeille en tant qu”abeille, c°est d'abord sur la perception d”une nondzfférence entre les individus que l°on conclura à leur appartenance
à une même espèce, et non par la reconnaissance première, en
chaque individu, d”un << quelque chose ›› identique. L'identité spécifique, dans la perspective empirique et épistémologique de Socrate,
provient de l'absence de différence, mais cette non-différence n°est,
en elle-même, aucun être-à-part, ne jouit donc d'aucun poids ontologique, a Pinverse de l'autre option qui fait exister d°abord une part
identique en chacun, réduisant alors Pidentité spécifique à n”être
rien de plus qu°une conséquence obligée de la présence effective,
en chaque individu, d°un minimum commun à tous, où se réfugie
du coup la notion d”espèce et de genre.

1

.

›1"-'

__,_,
. fr'

L. __››-

_

-_

_ _

_. ._ __

ia

.__
_

_.
.

_

_

I _ =__

. *-*-- '

"~\.
__
_

-_

"

_ -_
-

.__e
-

_

*

*"`

_

_

~

'-

-

_

S

_.

_

_-___.
_

_ _ __ -_ _,-_-¿____ _
flîfl
_- '«¿v' -- _ ___.T›*'_
.__

Calin:

_ ____

_- .
.__
.fx
- '1_'. ~ -,°*s

de la non-différence et de leur concours en une même ressemblance ››. La querelle des universaux prend son envol de cet ultime
« et ››, lequel, à sa façon, remonte aux thèses de Socrate dans le
Ménon (dont Guillaume ne disposait aucunement).

rh

,_

À-t,

LE PAsTou'r DE LACAN

Q...
l`'- ,fl,

"
-tï_ *»`.';_~ -__«.-¿_ _ ~._-:.:_;*_;;

\
,_1?__

E
F-3-i
'l

25

***" _:

"`-'*'\

'

'

f
`\='\
_'\ù-_`._

._ _

I

._,-__
_ _ ___.

J
_

_ __:

|
l
I

-

/

' '- __
'.?1__›~'__

._

__
.

_

Î\

\_:`

1

__

'

_._,..-!_\

_
_f__._____¿:_`

-

Cet algorithme a traversé les siècles et partagé les esprits. Pour
n”avoir pas à choisir de la sorte entre un réalisme platonicien
extrême et les absurdités de son maître Roscelin, Abélard dut soutenir cette sémantíque de la szgnÿîcatz`on grâce à son invention du status. Ce terme n°est qu'à lui. Seul un anachronisme intempestif en
ferait notre post-saussurien << signifié ››. La démarche d”Abélard est
ici plus trouble, mais par là même plus riche : puisque toute chose
est singulière, elle est elle-même et ne peut être rien d”autre. Exit
l°idée, fondamentale chez les réalistes, qu”une chose pourrait être
prédiquée d'une autre chose, qu”une identité spécifique pourrait
résider comme telle dans Pidentité singulière d'un individu (et que
donc la ressemblance primerait sur la non-différence, puisqu”elle
proviendrait de la présence effective de la même substance chez
des individus par ailleurs différents). Seul un nom, selon Abélard,
peut « servir de prédicat à plusieurs sujets pris un à un ››. Seul un
mot universel, et non une chose, peut remplir cette fonction. Nous
en sommes, hélas, si vite persuadés, que nous ne mesurons plus
bien l”audace d'Abélard d°insérer ainsi, entre les choses singulières
et le pur flatus vocís du nom, ce status, cet << état ›› qui flirte avec

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

27

l”Idée platonicienne (et permet de penser que Dieu détient le status de toute chose avant même qu”elle n”existe - la création est
sauve) sans lui conférer la moindre existence réelle. Mais cette
invention écarte aussi le concept car il s°agit moins de ce qui serait
<< pensé ›› que de ce qui est << dit ›› par ces mots universels,
<< homme ››, << animal ››, etc. Lorsque, dans Genèse II, 18-20, Adam
prononce les noms des espèces qui défilent devant lui, ce n°est pas
au titre d”en fonder le concept, mais d°en produire Pabélardien status, autrement dit de faire subsister chaque espèce dans la langue,
et non dans la pensée.
Le nom de << femme ›› : où loger la différence ?
Comment comprendre alors, dans cette veine, le verset 23 ?
Cette fois encore, Adam poursuit son travail de donateur de noms
quand, sӎveillant de la torpeur que Dieu a fait descendre sur lui
pour opérer la soustraction costale, il dit: « Celle-ci sera appelée
femme car c”est d'un homme qu”elle a été prise. ›› Voici qu”un nouvel animal lui est présenté et, sur sa lancée, il nomme celle avec qui,
dès le verset suivant, il ne fera plus qu”<< une seule chair ››. Quelle
est ici son opération linguistique? Origène, dans son commentaire
sur l”Évangile de Matthieu (XIV 16-17), rappelait le texte hébreu
pour mieux articuler les différences terminologiques d°avec
Genèse I, 27 :
« Homme ›› est désigné par le mot IS, et « mâle ›› par le mot ZACHAR;
et encore « femme ›› parle mot ISSA, et « femelle ›› par le mot ANI<EBA14_

ZACHAR et ANKEBA, << mâle ›› et « femelle ››, sont des mots qui
s°opposent sans avoir grand chose en commun, comme lors de leur
apparition extemporanée de Genèse I, 27; à l”inverse, dans
Genèse II, 23, ISSA se présente comme une dérivation directe dels,
ce pourquoi le latin emploie à cet endroit le mot « virago ›› pour
maintenir la communauté évidente de racine linguistique entre IS
et ISSA. Ces considérations font partie du patrimoine des commentateurs de toutes les époques, comme en témoignent ces

14. Cité par Alain Bolluec dans son article <¢ De Punité du couple à l'union du Christ et de
l”Eglise ››, tu Ils seront deux..., op. cít., p. 50.

|IP""

*-._.:_

Jf.

._ \_

_ '_".Î"=vs,_
_.-"

-

×_*` -` :\~._
_,

/_¿___',2f

/__,_

_ '

il

Î

_

_

__

_

,

l

_

_

'

_ 1

,

-

V* _-

__

_'<`

28

l ."`x-_

`\

_

»~_"*'..'Z~-Z"-›*<_»..rf"l"',*
_*-t _ .fl'__f:. *_.f _; _

..\

`

.

s

_r--'y_Î-

“..__

_,

/_.

__!

`

_

I

\

_

_
_

quelques lignes de Dominique Grima15 qui, dans la première moitié du XIVC siècle, glosait Genèse II, 23 en prenant d°emblée la voix
d”Adam :

H

'R___.
\__

._`

.

_
U-_u._,__
'-._

“K

_.

*sw

.

_

'.«__

_

_,

._;'_¿__-'

__;

.-gf*

__

*-._

;/¢

Et cettefemme, formée à partir de moi, sera appelée, de son nom propre
que je lui impose, hommesse, et cela convenablement puisqu°elle a été
tirée de Phomme. << Hommesse ›› [m`rago], en effet, est un nom tiré du
nom homme, comme une matière tirée d”une matière. Cette dénomination flgure dans le texte hébraïque : en effet, homme se dit ísh en
hébreu, femme ísha (même rapport entre hommesse et homme). Ce
nom fut le nom propre de la première femme. Maintenant on appelle
<< hommesse ›› toute femme qui agit comme un homme. La forme syncopée de *virago est *oírgo [<< vierge ››], comme le dit Pierre le Mangeur.
C'est pourquoi, tant qu'elles conservent Pintégrité de leur naissance,
les femmes sont appelées << vierges ›› 5 par la suite, une fois fracturées,
elles sont appelées mulíeres [<< femmes ››], pour ainsi dire « amollissant
les héros ››, c”est-à-dire les hommes. De la même manière, Adam fut
le nom du premier homme, comme le dit le Mangeur, mais maintenant c”est un nom communló.

_

__'

_ -

.

'

_

_r

...__

__

-___-

_

;.

.__`_›'u_'

_

_

°i“Îf. *'

?__'_

1,-

-¿ _- -v-__»/__.

._ -*.___¿_,__

1

`\
i

_

\__

\ -_-` _
li. `›
'li' ' '
.I -_' '
__ _
_ 2
'
\
'
_
a-.. _
'
J

“ty

__

__

L

`____
\N__________,

\__

_

`1› *.4
L

çv-_ __

_
_"

__

__

_.
_'-'-"'» -: L
_ ,_ _--:___.__'ï

_. '.\
':. __r__.

_ -;_ s".-'ft
1 **.* -Y

.r

LE 1›As'roU'r DE LACAN

'rl

N' .,w`*"_ J* __
' 1
'b._
« ,_}!.__,-'__'
*_`|_ -. "')*'\l
._ _ / .
.___
__,_

“J

s-H
*U
il
1

t
gf
1-

1

I

'Y

i

1
:I
r'N

“Ã
_

_. *__ )_
__ ., 'TJ

_'fi"_'___:_,î_*`_f-'fj

“~::›*-vt-_ ._ _
_

'

__ __

1-. -_

- *_

'

`- '

_

_

_

__

__

J' _.

_

_

`

|

_.

'

_

___
i

1'- _- _
_..

.. _.-.

.-

'.-_-=;
x

H

--.

_
- _

,__'_*.'

.
_,
“___ _*

_

~,'._ _ 4”

I

"

.

_

_

_. \\_
1

`.

«›f¢fl9Î__:___ __`_`
li] ._ ¿

,_

..

._=~.
.W
\__ .`
_
` `~.

_- _.__ '
-.
._ _

« -.

__;*____,..' _

_

_

_
. __ _ -_
I
~-.__ ;<- -1

_

"s
"`

f"-

_

Ce passage du propre au commun ramène aux catégories porphyriennes (genre, espèce, différence, propre, accident) avec lesquelles le haut Moyen Âge a tenté de résoudre ces problèmes, et
permet maintenant d'avancer dans quelques arcanes de la querelle
munie de cette différence sexuelle comme d”un viatique. C”est aussi
ici que nous retrouvons l'équation personnelle de Boèce.

S

_'.__

Comme tout traducteur, il ne peut pas ne pas prendre des partis, aussi transparent qu°il se veuille dans sa tâche. Ainsi, à la première difficulté, il penche ouvertement, quoique silencieusement,
du côté d'Aristote pour soutenir que les genres et les espèces ne
peuvent être des substances, usant d°un raisonnement présent en
ll/Iétaphysíque Z selon lequel, puisque genres et espèces sont communs simultanément à une pluralité de choses individuelles, ils ne
possèdent eux-mêmes aucune unité numérique qui vaut pour tout
15. Né à Toulouse, dominicain et lecteur en théologie, il fut évêque de Pamiers de 1326 à
sa mort en 1347.

L

16. Cité et traduit par Gilbert Dahan dans son article « Genèse II, 23-24 dans Pexégèse chrétienne ››, in Ils seront deux..., op. eít., p. 102. Curieusement, dans sa traduction, G. Dahan
laisse tomber le passage « virago enim quasi “acta de viro” ››. .. Pierre le Mangeur fut, quant
à lui, chancelier des écoles de-Troyes de 1168 à 1178, et l°auteur d'une compilation de Phistoire biblique célèbre, connue sous le nom de Bible hístoríale.

LOGIQUE DE LA FAILLE snxuiïtuz

29

être singulier. N”étant pas singuliers en ce sens, ils ne peuvent avoir
le degré d”existence d°une substance.
Mais en même temps - et cela sans l°aide d°Aristote ni de Platon- ils ne peuvent pas non plus être situés seulement dans l”intellect (ce que nous concevons, nous, trop facilement), parce que
<< toute intellection se fait à partir d°une chose qui est son sujet ››.
Nul ne peut avoir dans l°esprit ce qu”il n”aura d”abord eu dans les
sens, et il est exclu d”intellecter quelque chose qui ne serait nulle
part. De là une double et intenable exigence: il faut affirmer que
genres et espèces sont bien quelque chose « dans la réalité ›› (in
*rerzmfz fueritate) sans être pour autant des substances, et que par
ailleurs ils sont bien dans Pintellect, mais pas comme des concepts
vides qui ne renverraient à rien dans la réalité.
Boèce y parvient en prenant appui sur le mécanisme de la perception tel que le concevait Alexandre d'Aphrodise: selon ce dernier, les sensations présentent à l”âme sous forme incorporelle des
choses qui, en elles-mêmes, sont corporelles. Si donc l°esprit, poursuit Boéce, << peut distinguer ce que les sens lui transmettent comme
mélangé (confusa) et attaché (conjzmcza) aux corps, et ainsi contempler (specularz) et voir la nature incorporelle par elle-même, sans
les corps où elle est mêlée (concreta) ››, alors ce même esprit a le
pouvoir de << considérer et contempler ›› les genres et les espèces
<< en séparant les incorporels qu”il reçoit combinés (permz`xza) aux
corps17››.
Cette opération cruciale s°appel1e absz1^aczz`orz, nom de lui-même
trop polysémique pour qu”on s”en contente. Le Moyen Âge distinguait en effet l°abszrac1fz`on mathématique (qui vise la production

d°êtres abstraits, formes saisies par l”activité mathématicienne),
l°absz*ractz`on mystique qui, selon le Pseudo-Denys l°Aéropagite, permet au chrétien de s°élever par la pensée du monde des êtres jusqu°au << suressentiel ›› (sur le modèle du sculpteur qui dégage du
bloc de marbre la statue qui y était latente), et enfin Pabstraction
qu”on dira épz'stémol0gz`que, seule à nous intéresser ici.
Par l°<< induction abstractive ››, on entend passer d”éléments
tenus pour semblables à leur rassemblement sous une même notion
17. Je suis ici la présentation que donne A. de Libera dans son commentaire de Boèce.
La Querelle..., op. cíz., p. 130.

__\
-1
_.r_
ff'

›-

__/'

*

_

_›~“ ' /l
f›“-*.Î.a- '
,_

, afiîîb

'

-¿.'.îT

_

f .
= "/_
/

- _

..r I-

,-

- "-

›'3"':f_;
_-.. 1 . . _, 4 ._
_ ,
-1
.J -9
_.'.`-*'
. _. _ .: .- _;å/,(__

'

30

'
-_

_¿_¿\I.î¿_ -fi,/4”-,fj _
.

.Á _

Q; '
,af

-'

.

_ av

_,

_

_ _ _
/
4'" .,..l_`__*`:":'_§\..`_"”' '_ _
I __. S,-.Ê «.1 14,-

...

'

“~

`-..

_:-_

f'

I. ,«

I.

'\¿_

I

'HI'

- _: A'

¿

_

.1

'lir-_
1
¿ ' 152

_«lv¿

._ _.:

J_
rl ›._. __
_

I.

_

' __

›_

1, It

.. M* '
_
_"
_'-3";
\ .

' '
«U
I *.§___ù _' *_ ~~,f,,I__ (__
_

_
_.,
_ î.

_
I.

_

._,

_
_

-~
_

_

; Ê

LE PASTOUT DE LACAN

._

X
_,

'.I

_

__

_-""'

(donc sous un même nom) 5 mais de quelle maniére? On ne sera
pas trop surpris de retrouver ici deux familles d°esprits aussi
proches qu”opposées sur ce point névralgique de la querelle. Les
uns sont partisans de ce qu”un nom permet de saisir des ressemblances, de regrouper sous un même flazus *vocis et un même status
des êtres numériquement singuliers. Comme le signale A. de Libera
dans Particle << abstraction ›› du Dz'czz'ormaz're du Moyen Âgelg, cette
conception s”étend jusqu°à Locke qui, dans son Essai sur Penzendement humain, écrivait encore: << Le regroupement de choses sous
des noms est l"œuvre de Pentendement, qui prend occasion de la
similitude qu°il observe parmi elles pour forger des idées générales
abstraites. ›› Mais d°autres privilégient une autre voie: neutraliser
les traits singuliers chez un individu numériquement singulier, de
façon à produire le type << abstrait ›› qui ne présentera plus rien
d°autre que les traits communs susceptibles de rassembler la pluralité d”individus singuliers passibles d'une opération identique
d°abstraction. Les premiers se basent sur l'existence d”une ressemblance déjà présente qu'il ne s°agit que de prélever par l°intellect (notre notion moderne de << classe ››), les autres produisent de
la non-différence en écartant tous les traits qui fondaient la différence visible entre les individus singuliers (en produisant le « type ››
d°où découle le genre, comme dans le cas d°Adam). Les premiers
perçoivent directement la ressemblance entre les individus; pour
les seconds, cette ressemblance n”est pas un donné sensitif, mais
une construction per via dz' levare, comme on passe d°un triangle
tracé dans le sable à l'idée de triangle abstrait en lui ôtant ses particularités pour accéder à son << type ››.
Du propre et de la différence
Ces subtilités pourront paraître d”un autre âge si l'on perd de
vue les débats actuels sur la différence sexuelle, mais la vague féministe et la conception aujourd°hui banalisée de l”égalité des sexes
ne nous ont pas autant qu'on pourrait le croire libérés de l°infernale question de la différence dans la commune appartenance au
genre humain. Tout au contraire : si l°on ne s'approche un tant soit
18. Dz'czz'onnaz're du Moyen Âge, sous la direction de C. Gauvard, A. de Libera et M. Zink,
Paris, PUF, « Quadrige ››, 2002, p. 2.

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

31

peu de ces exercices de dispute médiévale, on risque fort de se précipiter vers une conception de la différence sexuelle qui rate le probléme logique sur lequel elle repose.
Celle-ci met en effet si directement en oeuvre les éléments les
plus basiques de notre entendement qu”il faut perdre espoir de
détenir par nous-mêmes les outils conceptuels qui permettraient
de la décrire correctement. La psychanalyse n'offre à cet endroit
aucun point de vue privilégié, aussi détaillé soit le savoir théorique
et clinique qu°elle offre sur ce chapitre. L”une des rares possibilités
disponibles revient donc à faire vaciller nos conceptions les plus
naturelles (celles que nous avons apprises dans les petites classes)
en les confrontant à d'autres.
Si l°on énonce le probléme sous une forme d”apparence minimale, on se heurte à une dualité irréductible: d'un côté, l'opposition homme/femme est parfaitement discrète, tout sujet est soit 1'un
soit l'autre et ne ressortit qu°à une et une seule catégorie19; d”un
autre côté, ce sont deux qualités qui s”interpénétrent sans cesse
selon un gradient qui conduit de Phomme le plus homme à la
femme la plus femme en passant par toutes les combinaisons intermédiaires. La différence sexuelle mélange donc sans vergogne deux
qualités que Pentendement tient pour hétérogènes : le discret et le
continu.
Ces données sont devenues plus faciles à énoncer depuis l”ouvrage de Thomas Laqueur La Fabrique du sexezo, qui établit en toute
clarté historienne cette duplicité (plus que dualité) inhérente aux
sexes. Que notre conviction inébranlable selon laquelle il existe
deux sexes morphologiquement, histologiquement, génétiquement
différenciables ait été précédée d'une très longue période où n°existait, pour tout un chacun, qu°un sexe inégalement partagé par
chaque genre, voilà qui, encore aujourd”hui, fait l'effet d'un
scoop. Bien sûr, quand on s'en approche, cette prétendue succession historique a tout d”un enchevêtrement complexe: la théorie
du deux sexes a toujours déjà été là, peu ou prou, et la pensée d°un
19. La question de Phermaphrodisme ne fait pas ici contradiction dans la mesure où l'hermaphrodite est conçu, soit comme faisant défaut aux deux classes, soit comme leur appartenant -- mais évidemment pas les deux.
20. Thomas Laqueur, La Fabrique du sexe, Paris, Gallimard, 1990.

,L;
___
w

_

-.~__.

;. \'›.~

"-.î"'*-»......

_

_.

-

/r

Ç '

._

6"\

_ Il

-

_

32

.._

,¿___

'j'

N

3' If!! .V
_- ___:
_›)-

E

._
__

-_

lb":-.
/J <
_
__,-__

_

_.

_/(
1 _-Vf

-.
I _.
_.

-

n

__
..._

-

Q

'

1

I .

›/,ill

'3
-P,_-__
_

1

,_____¿___
_(\
_H_
__
- .__

Jf Á

“< ___

'- .__*__

__
-

'

_ ,_
"-.

_

ÎÇ!
j-'-_2,
-›._. _ _-_.

.

..

*

.r

`.\.
' "\,'_""”"H›.'

_____*-› _ \__" :'-fl.

31

.__ _,
¿'C,.

I-il".
. ''* __

*N

)'
f
\-._
'~¿

\

,"
-,= _-.
_

'

,

._

f

'

_

.___

\_
v

.'___.'*'_-i_.-'
._

.

-.R

?

-_,.Zi

_

""'**\'
*H-_'
-L-;"“f'Î'
_/ \"*-

._

'_ _!

__ ___,
_ J_..

_

____¿____,-,

l

'_
f
"-_
'a.

Q.?'
L
t

'/*'_

/,_5
__ È*
J 'f-_. .J

__

_
_

*..____
\`

3
ll""'n
:_
"f
`-*L
'.\_.__ .xèï

\I.` .Î
___;
_;

- _ - J..»- _. _ _

LE PASTOUT DE LACAN

_

---fi*::':.*'I›'
*_°"-*"_ '- ' Il J"
'\r:*.'.¢
_

.J

`» __ _-__ '°'
_

\'

f
l:.`
I.
' _

"-.' œil

¿

_.

'_La
:È-"'

__

.'11

_/

\___
-___*

_
Á

,~'

;_-_

,_

-

unique sexe, aussi mise à mal soit-elle par la science, continue d°irriguer pas mal de discours. Reste cependant l°idée d”un même
encombrement mental, dans des épistémê quasi étanches les unes
par rapport aux autres, à Pégard de cette dualité qu”on essaie en
vain d”appuyer, tantôt sur un << propre ›› (ce qui est homme n”est
en rien femme, et vice versa), tantôt sur un « accident ›› venant altérer différemment des sujets à part cela identiques.

_. .

_

Ik
AU

_
ll

Freud

r

La découverte freudienne s”inscrit dans cette longue histoire,
surtout avec les textes de 1923 qui établissent l'affaire alambiquée
de la « phase phallique ››. Freud y met en place une sorte de tronc
commun au garçon et à la fille, déjà présent dans les Trois essais sur
la théorie du sexuel de 1903, qui repose en fait sur la conception
d°une libido n°ayant trait qu'à un sexe, le masculin:
Si on savait donner un contenu plus précis aux concepts de << masculin » et << féminin ››, il serait alors possible de soutenir Paffirmation
que la libido serait, régulièrement et conformément à des lois, de
nature masculine, qu'elle se trouve chez l'homme ou chez la femme,
et indépendante de son objet, que celui-ci soit Phomme ou la femmezl.

|

¢ «._.
'
1
"'

_

"-.
\

_

.'*.
_*-avi.-'¢_=
f',.
_. 4*'.
.__

___

_/

-4.'
J

'

.P

f

'

v- '

_-_

un

'

'

'

'

'

-_

-

-_

'

-

r
- _ _

'
_

.

_-

.

'

-_

-_

'

“'.

_

*.:~›f:ο**

Comme le petit garçon, la petite fille découvre le plaisir masturbatoire, jouant l”une de son clitoris comme l”autre de son pénis.
Jusque-là, match nul. Une première différence se creuse à partir de
la vision réciproque que chacun obtient des génitoires de l”autre :
le petit garçon fait mine (dixit Freud) de n°avoir rien vu, << il se
conduit de maniére irrésolue, peu intéressé avant tout ››, car ce qu'il
voit risquerait fort de donner du poids à la menace de castration
qu°il a reçue, perçue, mais qu°il n°a jusque-là pas prise au sérieux.
Pour la petite fille, c°est tout le contraire : << D°emblée, elle a jugé et
décidé. Elle a vu cela, sait qu°el1e ne l°a pas, et veut l'avoir22. ››
21. S. Freud, Yirois Essais sur la théorie du sexuel, traduction La transa, 1985, tome III, p. 37.
Texte allemand : » H'/iisste man den Begrzfifeu ”märmlich und zveiblich“einem Bestimmtereu Inhalt
zu gebeu, so liefie sich auch die Behaupumg fverzrererz, die Libido sei :regelmàfiigf und gesezîzmàl/.îig
märmlicher Natur, ob sie mm beim Manue oder beim l%ibe *vorkomme und abgeselzerz 'von ilzrem
Objekr, mag dies der Maun oder das l%z'b sein.«
22. S. Freud, << Quelques conséquences psychiques de la différence anatomique entre les
sexes ››, La Vie sexuelle, Paris, PUF, 1969, p. 127.

LOGIQUE DE LA t=.-\1LLt=. SEXUELLE

33

Elle va donc entrer dans le complexe d”(Edipe par le complexe
de castration, et se mettre à vouloir un enfant du pére en tant que
substitut à ce pénis absent; tandis que le petit garçon, si tout va
freudiennement bien, sortira, lui, de son (Edipe par ce même complexe de castration qui, en donnant corps à la menace narcissique
sur cette partie du corps propre, parviendra à faire refiuer ses investissements libidinaux incestueux. Pour sauver son précieux pénis,
il laissera tomber sa mére (sauf à seulement << refouler ›› tout cela,
ce qui lui ouvre toutes grandes les portes de la névrose).
Telle est du moins l°histoire que Freud lance des 1903, et réorchesre en 1923. Le succès de cette conception, comme la violence des attaques dont elle a été, dont elle est encore, 1”objet, témoignent de l”insertion dans une problématique multiséculaire. La
théorie de la libido, tout novatrice qu°elle fût par bien des aspects,
se moulait aussi sur de parfaites antiquités, et mérite en cela toute
notre attention.
Dés le chapitre << Différenciation de Phomme et de la femme ››
de ses Trois Essais, Freud fait état de trois sens distincts de l”oppo-

sition des concepts << masculin ›› et << féminin ›› :
Il est indispensable de se rendre compte que les concepts de << masculin ›› et << féminin ››, dont le contenu semble tellement non équivoque
à Popinion commune, appartiennent dans la science à ceux des plus
confus et sont à décomposer dans au moins trois directions différentes. On utilise masculin et féminin tantôt dans le sens d°aczz`vité et
de passivité, tantôt dans le sens biologique, et puis aussi sociologique. La
premiére de ces trois significations est celle qui est essentielle et utilisable le plus souvent dans la psychanalyse. C'est de celle-ci qu°il s'agit
lorsque la libido est désignée comme masculine, car la pulsion est toujours active, même la où elle s”est donné un but passif. La deuxiéme
signification, biologique, de masculin et féminin est celle qui permet
la différenciation la plus claire. Masculin et féminin sont ici caractérisés par la présence du spermatozoïde et de l°ovule, et par les fonctions qui en découlent. [...] La troisième signification, sociologique,
reçoit son contenu de Fobservation des individus masculins et féminins effectivement existants. Il s°ensuit pour l'être humain que, ni dans
le sens psychologique, ni dans le sens biologique, on ne trouve une
pure masculinité ou une pure féminité33.
23. S. Freud, Trois Essais..., op. cit., p. 39-43. On retrouve les mêmes accents dans la conférence de 1933 « La féminité ››.

__.§F:è.*-,'

_.,

_ _

\

_

_*`

_,

.\¿|_

/> /

ff'

'
`

,r
//' _å

* .-:
,'*'

'

_

'

f
y-

_

Pr'

-*'“"'\-_-,_
-`
_.

ln

f/. ` f :__
'›-"
-_
“I
.
._

_, ~

,

_

_--

_

__

'|=.

__

,
:
!
1

1
_

34

›__-.

_ /-v

-

*

r,

_

__

__, ___ ___

_
_

_Î`

_

_
_

›!'

'_\_

Vingt-deux ans plus tard, les mêmes mots reviennent sous sa
plume pour conclure son article sur << Quelques conséquences psy-\
chiques de la différence anatomique entre les sexes ›› :

__ _ .

_ '__

__

__~»'-

_

_r'

«__
__/_»/.rn. .___"\_
___._____,
__

_ _____

S'

'\,_

_

_

*___
__- _;

_

-

- '"'\_ 1'.

\__
_ ._
* *.'*-

.

"l_

_- _

-

\_

'--._ __

il* `*:'

*'-'___

'\

_-

_
'

_

_ 2-

` '_\\__I'-_."`a

`

-

'\ _, --_-_

._

` -_

_.

'

"

1' .'.Î
f

[. _ .] tous les individus humains, par suite de leur constitution bisexuelle
et de leur hérédité croisée, possèdent à la fois des traits masculins et
des traits féminins, si bien que le contenu des constructions théoriques
de la masculinité pure et de la féminité pure reste incertain24.

I

`¿_-.Q-___
`!.; _Î

f ›

- I'

_ _ '_ _

--

_*.

-'- -:

_.

Jr
›'

A

._ __. 'I

Il

`_______y

'¿ .

' '
__

"`*-Î~,*.

_,_ ' _ _ 5', .___ _
n__›,._
5
J
_

_ _ -_

¿

.__

_

'-.-_:-_n_ _s_-_

"na *

`i'f< ___ -

._

.__

_ \_ .__ _ ._

-aa.-

_= <;¿_›.*«*
È.'*~›_'.

`_'QI'____'

F/__

_
._.

-

_

La configuration formelle des entités ici manipulées est constante au point d°avoir le mérite, sinon de la clarté, du moins de la
durée. Ainsi Freud est-il confronté àla duplicité plus haut évoquée :
d'un côté, avec la Bedeuzung « biologique, il fait un instant mine de
tenir avec mâle/femelle un couple d°opposition qui présenterait le
comble de la différenciation fonctionnelle (ovule/spermatozoïde) 5
des deux autres côtés, psychologique ou sociologique, toutes les
formes mixtes sont concevables.

_

_”

'_

- _ __,u

-_..

_ '. -_*. _-,
_- =,.ï

.j=_`

=

\-_... - ._

._ ".

_ '*-_-_.':i *

S'

¿

u.

I'
J

Á

'F
f
*« .T
åi

\-

Le PAs'roUT DE LACAN

››.

_

_

_`*'

_

|

'

_; s '

x

-;_

_

'

ff

~.

'_ *nin--¢
*
_ _ ,_ _ _/* _ j.- -- _
._
_,,r_'-*___*¿, -_,

'- _

_

_-

:S21

-*nm

___ .

/

É

.

ce
§_*_,=,
"ui-Êij

-

_.-I .
_
__
/r'
_a_ 4

- -_..

_ _ - iz.
›_
-

..,q«.`»f.;-

.*

.

'

r

-

_ - _ _ :._

_

ar. ' _
_/_"

_

t

__._.- __. 14")

È

'l
H
I

1!
“'4-

L

l

il'

M1
$
*P
.__

-\_

-___

_

_
N

_

-

_.-'

_

_ .
_

_

_

__

__

_

-“în -ll'

~_

._›___-.
J...

J

A

a

J

__
-

._____

_

M_
_~.

._*.`

-- _.

_

_

D

"'

.t_ ___
- _

._¿

'

"

_..

.-

'\ ..§

.
-lu

_

«-\_

_

._'~-.

_

.¿

'

Q

._
_;-_
1 .,.
_
'_ _- «-_ . __

È"
.

r

-

`

I'~_

*W

_______

__-_*__'I

'N
..._

.nö

Moralité: les sexes ne sont aisément différenciables qu°'au sein
des cellules germinales, quand laméiose les a fait passer du stade
diploïde (23 paires de chromosomes) au stade haploïde (23 chromosomes), et que des ovules << tout X ›› s°offrent désormais à la rencontre avec des spermatozoïdes tantôt « tout X ›› tantôt << toutY ››.
Là, peut-être pourrait-on parler, avec précaution, de « pure masculinité ›› et de << pure féminité ››. Après... Même si la loterie chromosomique va fatalement faire pencher Pévolution fœtale vers la
production de cellules mâles XY ou femelles XX, Porganisation
somatique, elle, ne se départira plus d”une ambiguïté irréductible.
Le « me ›› biologique du vingt-troisième chromosome vient alors
soutenir Fimaginaire d”une différence tout en puissance, avec son
gène TDF porté par le petit chromosome Y, et tenu pour responsable du phénotype masculin, tandis que le XX femelle fait désormais figure de sexe fort, du fait de son homogénéité.
Freud ne savait pas tout ça - bien que l°on puisse penser que
la double hélice lui eût plu. Mais il faut convenir que ce savoir sur
la forge génétique de Phumain renforce Popinion commune sur
l”idée d”une différence irréductible, puisqu'on la sait inscrite dans
24. S. Freud, << Quelques conséquences... ››, op. ait., p. 132. Texte allemand: ›› [...] die reine
l\×I¿1'1*mlzclzkei'z und lVeibliclzkeiz zlzeorezisclie Koi-iszruluioueiz bleibeu mit u›*zgesz`clierzem Irzlzalt. «

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

35

l”intimité microscopique de chacune de nos cellules. Si, selon la
parole de Freud se faisant lui-même l”écho de Napoléon, << Panatomie, c”est le destin ››, que dire alors de la génétique ?Travestis et
transsexuels pourront pousser aussi loin qu°ils le pourront les transformations corporelles qu”ils souhaitent, on les voit mal changer
entièrement de cellules, sinon à retomber sur le probléme du bateau
de Thésée, dans lequel on en vient à changer la totalité des éléments
qui le composent, et pour lequel on se demande s°il est bien toujours « le bateau de Thésée25 ››. Il faut donc, non seulement en pratique, mais aussi bien « en pensée ››, soutenir l'existence d°entités
mâle/femelle séparées, ne fût-ce que dans le bref temps de la prérencontre mitotique.
Ainsi, le << contenu des constructions théoriques de la masculinité pure et de la féminité pure ›› n°est-il plus aussi << incertain ›› que
du temps de Freud - et pourtant je soutiens que le décor n°a pas
fondamentalement changé de ce fait, en raison de la permanence
des contraintes logiques et mentales. Cette épure grâce à laquelle
nous isolons deux entités qu°on voudrait croire indépendantes
parce que la science a su les repérer, les nommer, les séparer, ne
fait que tendre les deux extrémités entre lesquelles glisse plus que
jamais le furet de la détermination sexuelle. On apprend, avec surprise et amusement, que l°une des danseuses étoiles de Popéra de
Pékin fut un ancien colonel de Parmée Rouge, et pendant plus d°un
millénaire on a craint Pusurpation d'une << papesse Jeannezô ››:
autant dire que Pincertitude, sinon règne, du moins toujours sait
montrer le bout du nez, puisque des postes aussi marqués sexuellement n°offrent pas de garantie fiable.
Freud ne se dégage donc pas de la figure de pensée dans
laquelle tout un chacun se trouve engagé quand il s”agit de passer
de la différence des sexes à l'<-:xistence de deux sexes chacun bien
individué. De sorte que le problème s°établit désormais assez clairement sur le plan formel: les sexes n'existent-ils que relaziverrzerzt
l°un à l'autre, la différence sexuelle n”est-elle pour finir rien d”autre
que ce qu°Aristote nommait un << relatif ›› P Ou bien chacun de ces
sexes relève-t-il d”une << substance ›› singulière, de sorte que la dif25. Stéphane Ferret, Le Bateau de 'I'h¿se'e. Lc problème de Z'z`demz'zé à mwcrs le temps, Paris, Èditions de Minuit, 1996.
26. Alain Boureau, La Papesse ÿeamze, Flammarion, « Champs ››, 1993.

__.¿.,

_\'

-n *_ "

'

,_..-

Î-

I

-_\

'

'›

'

«

1 '

"U__.__ _.

1'

_ : ._.

4'

_ -_
Îx
`*\\`
\\
"'

-

-

".' .

_* . \-¿
<

*X \,

_ -I _/ _ '
f

__."

›~

_ .Jk

_ _. \.

,

'

JJ" _
.K

i _»

'

_

"

''

.

A-;_›

1-

"

' ._

_

J-J'

*' I

ii'

Il

<

\_-1.'

.

'

_ nur- 'li

___'

-_

1...»

_ __ _

P -ft
I

-_ _
- __ › »

_f

ir.-f'

0"

__- ;,.-

|

i~*î'*
. -' .y

_.f_-

"I “_
___¿¿_

La PAsToU'r DE LACAN

.- _-'

'

!

férence sexuelle ne serait que la conséquence de cette dualité ds
substances? Pour mieux creuser l°aspect formel de la questionå
autant se tourner vers un relatif moins investi que celui de la diíîï.
férence sexuelle: qu°est-ce que le chaud, et qu°est-ce que le froids

"“\.
-l\

_

.

.

+'

1"../I" i

= ' ji
,-1

____,
_-

_ 4»

*ar

"-Qlïvj -.ff

_- ' *"'*_ \. -e*'î-_Î.--'ï.›*'_›/5*';r"'_Î"'
' f ._-,~ .
-

'
_ :\

*

/'

_..---_.,
M
__ Ç.

._

~

35

~

,fi-

___'_

'Ir-7':

I_

' '

f'

_
1-

_

*›- __

/.

if
I-:__'
«___

Absolu *vs relatif

\R\t
-.____-.,?___
\__^-

Q/

M. hu

'\

._

-'lx
_

'

'

'

f ' _ ›*

.

.

--*jf
-*-__;
¿__Î-t
_ @-.›.-

`_,}_"
._'
__-_?
(_
* ,_ _ _ ____ _.

Ji'`P'1_
J__:
.._ :Ê___*.;'
___ jf
__'-'
_ 23
Dfiríi/vr
F
f-_
'_f*;_
j__

J
n

.

«_

D°emblée, on est tenté de répondre que, comme pour Pombrtg
et la lumière ou le grand et le petit, le froid et le chaud sont deg
valeurs exclusivement relatives, qui ne se définissent que l”une pa1~
rapport à l”autre. Ayant posé conventionnellement ce qu”il convient
de tenir pour << chaud ››, je tiendrai pour froid, autrement dit pour
<< moins chaud ››, tout ce qui présentera un degré d”agitation ther~.
mique moindre, et réciproquement. Le plus et le moins, emblèmes
de tous les relatifs, semblent régner en maîtres sur le froid et le
chaud. Mais tel n'est pas le cas toujours et partout.

_

_

F

\n
-t

1'

J:
Il

A peine apprend-on que la chaleur n°est rien qu°un certain
degré d”agitation de la matière, que Fomniprésence du relatif bute,
en matière thermique, sur une valeur plancher: le zéro dit à juste

F

'1

titre « absolu ››, à -273,16 °C (ou 0 ° Kelvin). Puisque la température

I

l

L

.___
:1
4-...

l


.1,

_

_

i'

"I _"_ 'J'
.

.

_

U
.}

' ,ig*._____,.~*;/-v. "
' "Q '

-

__
,__ '_

*'

._

1
_

`“\

r
\-

.

-. -

_

f"
-

'_

°-›
_

\.

_
*__

il '

__

*

' \_

_

__. __

_.

--_ "_-H. ..-

" 1*”

'

« "\_

_

-

›=__"'-

_

"-

`
~

~.

.

-_
.

':

'.
xx

_.

_ '__ . ,

__ *inf
,
_ _
. __
_
. _ _. ' \'29 .__
- `
.'
_ _ .-".;- _*1
_
.
______
_. ___ _ __v :£.__.5_å_,

mesure le degré de mouvement des molécules les unes vis-à-vis des
autres (dans les gaz et les liquides, certes, mais aussi dans les
solides), le degré zéro correspond à 1°état de repos absolu dans
lequel, non seulement les molécules ne bougeraient plus, mais où
également les électrons s”arréteraient de tourner autour de leur
noyau et autour d°eux-mèmes (spin). Bien qu'à l”heure actuelle la
record ait été poussé jusqu°à 10'” °I<, il est clair qu'il n°est pas
question de dépasser cette limite : comment aller plus loin dans le
repos quand plus rien ne bouge ?
A l”inverse, la température ne connaît pas de limite supérieure:
si Pagitation devient trop intense, les molécules se brisent, les atomes
eux-mêmes volent en éclats dans les états dits << plasmatiques ››. Si
Pénergie manque pour créer des états de la matière encore plus
intenses dans lesquels les particules les plus élémentaires perdraient
leur consistance, rien n°interdit de penser une pareille situation.
Uimagination, qui rencontrait avec le repos un véritable mur dans
sa progression vers un << plus de froid ››, ne bute sur rien de tel du

LOGIQUE DE LA FAILLE sExUELLE

37

côté de la fournaise universelle (sinon à penser des énergies infinies
au temps zéro du Big Bang. Exercice difficile).
Dans le mème temps, côté vitesse, la relativité générale est
venue, elle aussi, bousculer Pimagination et son goût naturel pour
les relatifs, pour les « plus ›› et les << moins ›› à perte de vue, en positionnant une limite supérieure absolue : rien ne peut aller plus vite
que la lumière. Cette nouvelle donnée pourrait paraître aussi mystérieuse que le zéro absolu en température, si le raisonnement ne
venait de la mème manière soutenir Pimagination dans ce dédale :
puisque ce qui freine le mouvement c°est l°inertie, autrement dit la
masse de ce qui est mis en mouvement, rien ne peut aller plus vite
que ce qui possède une masse nulle. Or c”est le cas du photon.
Donc rien ne peut aller plus vite qu”un photon.
Certains relatifs supportent donc de buter sur des valeurs
limites, sorte d”asymptotes inatteignables par définition et en cela
prêtes à incarner des points stables, étrangers aux variations qui,
defaçon continue ou discrète, travaillent les relatifs, bref des candidats idéaux pour conforter l”idée de << substance ›› : quelque chose
qui ne bouge pas et reste identique à soi, indépendamment des qualités qui Paffectent et des relations qu°elle autorise.
Mais où est la poule, où est lioeuf ? Faut-il considérer qu”il y a
d°abord des substances séparées, et que les relatifs ne font qu”aménager un éloignement progressif de cette donnée fixe, ou qu°à l°inverse il n°y a que du relatif, des plus et des moins que nous offre
notre expérience quotidienne, et qu”avec cela nous construisons
(bien plus aidés par le raisonnement que par Pintuition) des entités qui bornent ces relatifs ?
Y a-t-il ainsi, à dignité ontologique égale, Homme et Femme”
en tant qu°entités séparées, véritables poteaux entre lesquels chaque
ètre humain viendrait glisser comme sur une corde à linge pour,
finalement, se faire pincer, au gré d”une bisexualité capricieuse?
Ou bien n”y a-t-il que des relatifs, de la différence sexuelle à perte
de vue, sans que jamais elle parvienne à s”hypostasier dans ces blocs
opposés par où Pimagination seule s”ingénie, elle, à pratiquer une
induction (douteuse en son principe) selon laquelle la vérité locale
27. Ici comme ailleurs dans le texte, quand chaque sexe est considéré comme une essence,
il lui est donné la majuscule.

mil

Îfi,
I.

1
-1

,_

_-f_-'_*\ \ _

«*îî_›I
.

`

.

f'

_______¿_____,_1

`-

_

_____;_/_.

_ ___

38
__ _.

__ _____,_

*

.*
“-

- *

__s,_

_

'

--..._

-

A

-

__,.-..__,__
"-.

1-¢.
b
1'

_

\j

_

.

.li 'I
_

.

__ 'li

;'

_ -'_z

._¿__.*

_

'

._ _.

(la différence sexuelle) n°est que Pinstanciation d'une vérité globale (une dualité substantielle irréductible) ?

.î.

1'

.«..f*×~ `*`\

-' _--` J ,`
J

_

'

*

_ _'

K

__.

.J¢...\ _ ,._`___

.

Lacan et Pinaccessibilité

_ __

_,...

_»-C.

LE I›As'roU'r DE LACAN

1

:/__ ›
" ''

›`__ «*.' z
._.F |

-

_. .J _.

'r
^"

_

.

Lg-`Î*.='H

- -_

›.__

".›.

«L›_'

_`

H `_
J__
_*

i

pr..
_

!'.
.__

. _.

_

I'' 1.

-

\

51"-

_

-

-._

.

~* _»"“~._--_ *›.ÿt
f ."_
_§~

_

_
_. __,

._ `“__ ›*

.

'

_ _
_ ._ _
_ _ _.______.

_

W.
,

i

“_r'_

-I__'

_

"

"~

\_

1

-_-

\__ \ _ 5

.
_
-.__
“\_":`\”"`\__v
Î _ _.
__ -'f
__
__._
1.-__ ___ - .`

* __`\
_..

Le temps d°incubation de cette question dans Penseignement
de Lacan est remarquable. Pendant près de quinze ans, bien que
parcourant les thèmes les plus divers, on ne le voit guère retoucher
le décor freudien en la matière alors même qu°il en redéfinit et en
subvertit bien des points. Les catégories d°'homme et de femme,
indispensables aussi bien dans les descriptions cliniques que dans
le cours des élaborations théoriques, n”appellent guère à interrogation directe. Il faut attendre le petit texte << Propos directifs pour un
Congrès sur la sexualité fémininezg ›› pour apprécier son entame
dans la question. Elle est éminemment relative, au sens où aucune
<< nature ›› ne vient définir chacun des partenaires sexuels. La prévalence des déterminations symboliques oblige à ce que chacun ne
trouve son statut qu°en fonction de l”autre, voire de l°Autre, ce
qu”une seule citation suffira à faire sentir:

*-,___.;_..
HYN

' -'I1'
1

|

__..

,
.-'

r

_
.

_,

.f _
_
_*-.

_

.'«'

:_____¿›'
.¿_

.iw

-.

-

1-

_ .

[...] la castration ne saurait ètre déduite du développement, puisqu'elle suppose la subjectivité de l°Autre en tant que lieu de sa loi.
L”alre'rz`zé du sexe se dénazure de cette aZz`énazz'on. L'homme sert ici de
relais pour que la femme devienne cet Autre pour elle-méme, comme
elle l'est pour lui29.

m:..__.

_

.

rg

'_

_

_'.."

.

'

`
-_

.

. if-

_

___.__

-_

I

HY,

`
_

__

_.`_
_ , _

_
`

\

\_
'T

`.

An' "jul I.,¿“,- ^ _
'.
1'
'7.__. _› ._ .`~__:*
t
_,

i.

*q

..**›.'(
'J'

- _

.

_

_

__

_
.

'_

au-_

_ --1:'- .v- › ,*._'*..¿.__,..-.«
-7"
_
W*
..__
_ I __, ___
_
_ ' › _
\t
_
. _!n ›:
-,_ . .,
. __ _ _
-.
_

1

\›"\
-_ \
*\t.
._
_

§
_

'
A
'_

_

'

__,...-,_›_`_\fl.
_
_ _?__`
_
__
_ '* › ` > ` › . _
_ .._› pv
f*_J_.,_››.....¢_.-.

Pas question, donc, de chercher une quelconque << nature ›› de
chaque sexe. Les 'différences de fonctionnement décrites - par
exemple << une jouissance enveloppée dans sa propre contiguïté ››
côté femme, et << un désir que la castration libère chez le mâle en
lui donnant son signifiant dans le phallus” ›› côté homme - ne permettent pas de construire des entités séparées, tant chacune est faite
pour répondre à l'autre au moins autant que pour mettre en oeuvre
une quelconque spécificité.
28. J. Lacan « Propos directifs pour un Congrès sur la sexualité féminine ››, in Écrits, Paris,
Seuil, 1966, p. 725-736. Annoncé comme ayant été écrit « deux ans avant le congrès ››, ce
texte est à dater de 1958.

I

1
I

”'ÎîÎ`°'~°~=

1'/' 7

'

29. Ibíd., p. 732. Souligné par moi.
30. Ibíd., p. 735.

_

LOGIQUE DE LA FALLLE SEXUELLE

39

Se dessine en revanche une mise en relation de chaque étre parlant avec la jouissance sexuelle, sans que cette dernière subisse la
bipartition habituelle qui ferait que chaque sexe aurait la sienne.
Accrochée qu”elle est au phallus, lorsque, avec l”apparition de l°objet a, ce dernier voit progressivement s'évanouir sa qualité de substantif au profit de sa valeur adjectivale, elle finit par s°appeler
<< jouissance phallique ››. Il y a là un écho direct de Passertion freudienne déjà rencontrée selon laquelle il n°y a qu'un type de libido,
le type mâle, mais cette exclusivité s°attachait àVienne à l'idée de
la libido comme activité pure - signe d°une confusion fatale entre
la définition discrète du sexe (Homme/Femme) et sa définition
continue (plus ou moins actif/plus ou moins passif).
En n°utilisant pas ce recours au plus et au moins qui ne pouvait que mélanger, à ses yeux, la dimension symbolique et la dimension imaginaire, Lacan se trouvait géné pour soutenir une telle unicité de la libido, alors même qu°il tenait pour exclue Phypothèse
(qu'il dénonçait chez ]ones) du << à chaque sexe sa jouissance ››.
Comment se sortir d°un tel pas ? Il suffit de se poser une telle question pour le voir, à quelques mois d”intervalle, s”engager dans un
curieux dédale sur ce qu”on pourrait appeler, en forçant un peu le
trait, << le nombre des jouissances ››.
La première étape n°a pas le mérite de la clarté. Elle a lieu vers
la fin de l”une des derniéres séances du séminaire... ou pire, le
10 mai 1972, à un moment où Lacan se trouve entraîné, pour des
raisons qu°on ne perçoit pas d°emblée clairement, à commenter que
l'infini actuel, R0, est un un << inaccessible ›› au sens où aucune sommation ou exponentiation de ses sous-parties ne Patteint. Et en ce
sens il serait révélateur de l°<< un-en-plus ›› que Lacan traque comme
ce qui se réalise dans toute opération de compte. Il doit sentir qu°il
est lui-même engagé dans une mauvaise passe oratoire, puisqu°il
rajoute : << Je vais, pour terminer, vous le faire sentir sous une forme
tout à fait simple qui est celle-ci. _. ››
Et d”expliquer une propriété dite d”<< accessibilité ›› selon laquelle
un nombre entier serait dit accessible s°il pouvait étre construit, soit
comme somme, soit comme exponentiation des nombres (entiers)
plus petits que lui. Le 1, dit Lacan, << j°ai suffisamment souligné qu”i1
s”engendre de ce que le 0 marque de manque ››, et de toute façon,
n”ayant qu'un seul antécédent, la règle dfaccessibilité ne s°applique

*Ii

;

.L;-

H

.U

r'

;' '_' __

_

_

'

*

Y

J È'

gl*

' .1

_/J

,

'

*

-

`

,_.-

'.

'_

__ \___

'

/,._,

-"

'

å/Î*"“'

'v_ ___ __'

-nf *fai-il'

Î

-rp .§_-

'_

_r"'

-

"

_

.

I

`

È*

1.

'

.

`-

'sr'

**

.1
Li-'

.___
\_

__ _-

-_
.

'1_

r _""%,j'l

\

.

. '

@__

____;¿_i=› _
___?
_ ._
-`
-_

.

_

_
_`_
_.
-.'.

'

_

_

.*.

*_-u
'.\\_`
__\_ _`__

'.`.

.:
.

:J

'_
__r.
›__

.f

“-'1-›
, \Nå-;__
,
\ix_ ,__`o_

"

.r

_,..-_

I
_;¿-

-_

"'

__

r'-

__ _ . _

_

'

-.°-

ç'
`ÿ
1

I _ '

. '-

.t

_

_,_ '_

'-\.

,___
_

_ ._ _-

Y _,-"H
_
_

' *'
1

___

.`

\__. 1_,k_ _-

"“'*~.:=*. ï"Î_.;'_«

-È-,,
,_

_

pas à lui. Elle ne se pose vraiment qu“avec le 2. Or, avec 0 et 1, on
peut les combiner à sa guise, on ne parvient pas à 2, alors qu”à partir de 2, il est évident que tout nombre devient accessible comme
somme ou exponentiation de deux quelconques de ses prédécesseurs.Voilà donc le nombre 2 proclamé << inaccessible ››. Le lecteur
de ces lignes peut bien être aussi interrogatif que l”auditeur d°alors :
où donc Lacan veut-il en venir avec ces propriétés ad hoc? Certes,
il tient à faire entendre le fait que la considération de la droite réelle
[0,l] creuse entre chaque nombre entier un espace numérique où
se loge rien de moins que l'infini actuel, et que donc tout entier est
comme un R pour son prédécesseur. Mais en quoi cette considération d”al1ure bourbakienne le touche-t-elle, lui? Seules les derniéres lignes de cette séance le laissent entendre :

_

;__.- _

1- LX*

ë

=-_-__.=--. .

La PASTOUT DE LACAN

_.

'*'-"V/iff i

_/-(13.

` ' '«-'F' «__L.«v'f”.l-/:~'-'W'
.-_
-\_ "›--"_J"_-f_/

«_

40

_ __ _! __ _`

__ ,_»_g::___'_ \__ __¿_* ___., _

** ._

L

__*--,r:*_9:*
' . /""
*' l **-5

_

'

-:'-*_
X

I"
,›_.`

.

I_Q'l'_'Î,

- _ *Z

/Il-J,Îl|;rÎ_`-¿«,_~"{.'¿T_

*'~1

1'

-

- . -

II'

...E

__

.: '

._
r

[...] ce dont il s”agit, et ce dont je suis parti, est ce qui est fait pour
vous suggérer l°utilité de ce qu“il y ait de l”un, [pour] que vous sachiez
entendre ce qu”il en est de cette bipartition à chaque instant fuyante,
de cette bipartition de l°homme et de la femme : tout ce qui n“est pas
homme est-il femme, on tendrait à Padmettre. Mais puisque la femme
n'est << pas-toute ››, pourquoi tout ce qui n'est pas femme serait-il
homme? Cette bipartition, cette impossibilité d”appliquer, en cette
matière du genre, quelque chose qui soit le principe de contradiction
[_ . .], c°est cela que je vous indique comme étant ce qui doit permettre
à l'analyste d'entendre un peu plus loin” [...].

_
_

_

_

._..__

_

_

._.

_ *-:..__-,i--.,___
*`^~a,"._
*-1-,_

..,,"
ab*
,_
-'
z---1"' “_ -,\_` “°*_n.r

.
_

`
_

'-u.
_

*'
.H

I_ _'

*-É:›_

-_

››.tl*

""1A.,..
_

1_f;.`-ÇA'

'

'_'

_\

`

-_

'f;{;

En

is"

Seul un travail d°approche, à lire dans le cours du chapitre suivant, nous permettra de lire cet étrange << pas-tout ›> qui vient
prendre la femme en écharpe. Mais éclate déjà, au niveau du comptage de l°habituel couple Homme/Femme, un déséquilibre que
Lacan rapporte à un trébuchement du principe de contradiction,
qui prend d”ailleurs en enfilade le principe du tiers exclu. Dans un
premier temps, il fait en effet équivaloir non-homme à femme, mais
niant femme (donc : non (non-homme)), il ne revient pas à
homme32. Les deuxsexes ne partagent pas à ses yeux le genre de
3l.]acques Lacan,
ou pire, séance du 10 mai 1972, a partir de la version Cholet disponible
sur http://www.ecole-lacanienne.net/stenotypies. ]'ai fait des coupures dans la citation car elle
joue, par ses incidentes, sur des registres trop différents pour être tous commentés ici.
32. Raison pour laquelle il lui arrive dïnvoquer la logique intuitionniste puisque cette derniére, excluant le principe du tiers exclu, ne tient pas pour équivalents un terme et la négation de sa négation. Mais je doute qu'il soit pour autant très utile de s'engager plus avant
dans le fonctionnement de la logique intuitionniste pour lire les formules de la sexuation.

WU

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

41

façon telle que, sur le plan de Pextension, tout ce qui n°est pas à
ranger d°un côté serait à ranger de l”autre et vice versa: exit le yin
et le yang et tous les couples d”opposition qui prétendent dans différentes cultures régler d°un seul et même geste le nombre des sexes
et le sens logique de la contradiction.
En voulant régler la question sur le plan qu°il a su dégager
comme symbolique, et en refusant le recours freudien à l°imaginaire de la tension actif/passif, Lacan tombe sur un problème de
numération des sexes: plus de un, mais pas deux. Pas moyen
d°« accéder ›› au deux, le deuxième ne parvient pas à boucler son
unité comme le premier, et donc le compte trébuche irrésistiblement. Un an plus tard, ce probléme formel rejaillit au niveau du
comptage des jouissances.
Ni une ni deux
Si Lacan a pu en effet user du terme et du concept << phallus ››
d°une façon fort accentuée, les différentes écritures qu'il en produit au fil des séminaires suffisent à assurer de sa polyphonie:
(I) pour le phallus dit symbolique, tp pour le phallus imaginaire (parfois négative en - tp). C°est bien sûr un signifiant, mais un signifiant
limite puisqu°il serait seul à pouvoir se signifier lui-méme 5 c°est également parfois un objet, bien spécial lui aussi quand il est dit << métonymique ››, autrement dit c°est le point catastrophique du système
cher au structuralisme, le chiasme qui inverse toutes les valeurs. Or
au moment où Lacan entreprend - tardivement - de se prononcer
sur la dualité Homme/Femme, le substantif << phallus ›› tend à s°effacer, se trouve beaucoup moins chargé conceptuellement et devient
adjectif pour qualifier, tantôt une << fonction ›› (qu'on étudiera plus
loin), tantôt une jouissance, LA jouissance faudrait-il dire puisque,
de celle-là, il n°y a pas lieu de douter. Elle est, aux yeux de Lacan,
ce qui, dans la structure du sujet, s°impose du fait du langage et
détermine 1°étre humain à ne pouvoir s°avancer vers ses satisfactions
qu”en s°immergeant dans le langage. L'humain, ce néoténe, cet étre
si incomplet à sa naissance, fait post-parzum du langage l'un de ses
principaux organes, et cet organe jouit.
Pas avant, du moins, d'en avoir parcouru les aspects classiques sous lesquels elles se présentent.

__

\.-1.1--*'

\, _,_____

/«în-ng*

_. ;¿§ ”`
1

.-' '

6 `\ .
__;/_ __

-Q.-ri..
-1

42

_.

*rf hf /I
_ /_. _. __/*

__

!

/_

LE PAs'roUT DL' LAC/\N


|

__

-.

1, ':.

'_-'› .'¿.

_-__

\__ _

.

-

___?

`_î___'
__

_
-

_ ._ ›-.i¢- fi' _

ga .___j

. _ _ ___,:_
_

i

_;r )_

_

fj.-

__

_. -__*.

, ,

_ ,_ '

"'11

-t___*

'_' *_ u

1

1

__,

_

/

'.-"

f _

_.

.ff

£'
*"

L* _

.Ah

*-_
:'

_

/

*__
3_
_

______
_ _______

La-dessus, point d”hésitation: de la jouissance phallique, il y
en a. Elle frappe tous et toutes en ce que nul n°est sujet s”il ne parvient à se produire comme tel dans et par le langage, en participant
de cette jouissance qui articule corps et parole, et lie définitivement
le plaisir sexuel au jeu des signifiants, de la phonation et de l'audition. L”unicité proclamée de la libido freudienne trouve ici chez
Lacan son écho direct, dans cette universalité de la jouissance phallique. Mais, comme bien souvent chez lui, la reprise est suivie d”une
subversion. Se pourrait-il, demande-t-il le 13 février 1973, qu°il y
eût une autre jouissance? La question n'est en rien innocente
puisque, même du côté des analystes freudiens de l°époque, il y en
a pas mal pour le penser tel quel, Jones en tête (d°autres plus dis-

/_;¿--'vr

-.vs 5.'-1*-'*

_r-

.

. 'U-

'Q
'Y--*_-l\_____g_ó-:"`\
.n-.\_

J_ 1*..

-f_.
.›

ff

1

'

,_
ll

__

"H

_

"'.¢,[

.

__\`

l'I.;

__-.l'____

_' “**›i__`

'
"

\

\_

1'/

- _.-'

B

.jf .

.¿í

\_.~_
_..__.

_€
J..
'i

.H

/

crètement).

'I

_

_
_

_

'__ _'_

, _

_

Le mérite de Pexpression << jouissance phallique ››, c”est qu'elle
n°effectue d”elle-même aucune partition. Elle vaut, on peut commencer à le dire ainsi, « pour tout ›› étre parlant, sans demander
d°abord ni son sexe ni son genre. Une pareille universalité pose
d°elle-méme la question de sa pertinence, de l”étendue de son
extension : est-elle vraiment seule à régner sur ce domaine appelé
par Lacan << jouissance ››, terme dont on chercherait presque en vain
un équivalent direct chez Freud? Dans le corpus freudien en effet,
Lust n°est rien que le plaisir, qui obéit à son principe. Genufi, qui
pourrait se traduire par << jouissance ›› est fort rare, et n”a pas valeur
conceptuelle. Reste l”<< au-delà du principe de plaisir ››, que Lacan
traduit pour sa part par << jouissance ››. D”où Pétrangeté de la question qu°il pose ce 13 février 1973 : se pourrait-il qu°il y ait deux
<< au-delà ›› ?

».""~~* .__,_
t 5 ~_\*›_
›_ _
›, › _ \___
_ _
\__
-›_

."

_ ._

1'

:

_

l'
.›--

'

-

_v.,,._
I - .

i

4-

_

. '
..›.._,,._
\ii

:-__

..__ ,_

` -.›\-

'

_,,__,_,

'-

i

.

`U›

;..

_\
V s

“vn *“

La reponse qu°1l donne joue d°abord des ambiguites de la langue
et de la grammaire françaises, qu1 lui offrent l°auberge de la protase
et de Papodose (il emploie lui-même ces termes lors de son séminaire). La protase est une subordonnée conditionnelle placée en téte
de la phrase, nécessairement suivie de son apodose, qui n°est autre
que la proposition principale : s”z'l l”exz}ge,]'e parzz`rai,'sz' *vous niarrzivez
pas à Pheure, je ne vous atrendraz' pas33. En fonction d'une concordance des temps impérieuse à cet endroit, le présent de la protase
appelle le futur de Papodose, et Pimparfait le conditionnel. Or Pim33. Le Grand Robert de la Langue française, respectivement, tome 1, p. 628, tome V; p. 1319.

LOGIQUE DE LA FAILLE SEXUELLE

43

parfait peut avoir à lui seul une valeur fortement hypothétique, déjà
soulignée par Lacan à d”autres fins : un instant plus tard, et la bombe
éclatait, phrase qui ne dit pas d°elle-même si la bombe a éclaté, ou
si elle a seulement failli le faire mais qu°il n°en a rien été.
« S'il y en a'vaz'z une autre, il ne faudrait pas que ce soit celle-Zà34. ››

Voilà énoncé le régime d”existence d”une jouissance qui serait autre
que la phallique. Lacan s”empresse de faire remarquer Péquivoque
du << celle-là ›› terminal: laquelle? L°autre dont la protase suppose
Pexistence, ou << celle dont nous sommes partis pour désigner cette
autre comme autre” ››, donc la phallique? Cette furtive vacillation
entre la valeur déictique, qui renvoie à la situation d°énonciation,
et la valeur anaphorique, qui renvoie à Pantécédent dans l”énoncé
méme, se tranche vite en faveur de la dernière : à supposer qu”il y
en eût une autre que la phallique, alors elle ne conviendrait pas36.
Mais à qui, à quoi ? Au dire : << On la refoulé, ladite jouissance, parce
qu'il ne convient pas qu”elle soit dite, et ceci pour la raison justement que le dire n”en peut être que ceci - comme jouissance, elle
ne convient pas37. ›>
Cette non-convenance est cependant loin de suffire à Lacan,
qui cherche ici à titiller quelque chose de plus subtil que la représentation << incompatible avec le moi ››, sur quoi Freud a basé le
concept de refoulement secondaire. Cette jouissance, en effet, n”est
rien qui existe et qui serait tel qu”elle devrait être refoulée; il faut
pousser la chose jusquӈ soutenir sa non-existence. Prenant appui
sur l°opérateur logique d”implication, présent dans le couple protase/apodose, Lacan argue du fait qu'un antécédent faux peut fort
bien entraîner un conséquent vrai, que dans ce cas Pimplication
reste valide, et donc: << Il est faux qu°il y en ait une autre, ce qui
n°empéche pas la suite d°étre vraie, à savoir qu'il ne faudrait pas
que ce soit celle-là38. ››
34. ]. Lacan, séminaire Encore, Paris, Seuil, 1975, p. 56.
35. Ibíd.
36. « Non decer ››, dit Lacan en s'armant du latin, et pour relancer Péquivoque entre convenir (decer) et dire (dicere).
37. Ibid., p. S7.
38.1bz'd., p. 56.

_

« ..'“*~;___*=I

.
_ 1,

i

_

."ñ`-

fr- *** - L

I

.

_

_,

I

__.«¿<~_*

_

_

--'II. É

_

-

›"

/

-. 1* * 'ra'
H”-_,-ifi

44

,_ -_-.f_,› -*'-*__-'

I

_

On ne peut guère raffiner plus sur le degré de supposition. Cela
évoque indirectement le Descartes des Principes de la phz`Zosophz'e39,
mais revient surtout à affirmer une inexistence, mouvement énonciatif dont Lacan sait pertinemment ce qu'il comporte de paradoxe
puisque le simple fait d”affirmer donne à l°objet de Paffirmation ce
minimum d°existence que le langage confère à tout ce qu°il porte
au dire. Que la référence soit vide, comme dans le cas des << cercles
carrés ››, ne les fait pour autant << inexister ›› purement et simplement, dans la mesure où la signification permet d°accueillir aussi
bien les étants que les non-étants. C°est en tout cas la raison pour
laquelle on voit Lacan faire une rapide embardée, dans cette même
page 56 d”E1*zc0*re, sur l”étre et le non-étre: << Eh bien, que le nonétre ne soit pas, il ne faut pas oublier que cela est porté par la parole

W

r"

v.__.,'I

'L_.- _ . _

..›

-

n

å

I

)

__ _

_

/I

“J *

___.________;_____________,_× _.›* ¿.

_

_

.__

I* ._«*i-

'- _ __ ”^ - -- *.`.°_*f**..:*..~*rf..-J*
"; ,Ii J

L*
I
v ~.
___-_
.___ `__Il_\.,Î__"_

' "I"I"-'1_\. 'I'

1.

_

I

Y
J'

lu

_'

_

_/

_. rIIII

'

_

7

'f_

_

J
x

__

I ..`.';- ,_“____
\Ix __
.I III

_ _

I

__.-.
.__
r.

__,.›«*

____:_¿,__

LE PAs'roU'r DE LACAN

-

_

'/_'_;].¿¢_..-

,

1

1

_ , f
_/___;

.ff i~ . /
_ .--'___ _* _' f* _:_¿« -_
.1

.

`

___
"

.9

_/

.-._*¢¿:__ _

._

K

_

I

f"

1

\.'~_;~,_

,r

__,,:,__)f"I

I__. _,,_,._

__ _

au compte de l°étre dont c”est la faute. ›› Raisonnement immédia-

tement valable pour le compte des jouissances : celle qu°il n”y a pas
n°en vient pas moins s°inscrire dans le dire comme celle qui ne
conviendrait pas, nous ramenant derechef à la case départ, celle de
la jouissance phallique qui, elle, alimente jusquӈ plus soif le dire.

Il n”y a donc pas qu°une jouissance, dz vrai dire, mais il est exclu
qu°il y en ait deux. Ceci met d”emblée un singulier bémol sur la
<< jouissance féminine ››, expression lancée par Lacan, qui l”a reprise
de nombreuses fois, et qui a connu depuis lors un succès remarquable, dans la droite ligne du biblique << à chacun son ›› : aux
hommes
la jouissance phallique (on Paccordera aussi aux petites
'-'>i »-_-.~filles et aux << clitoridiennes ›>), aux femmes << femmes ›› la jouissance féminine. L°ennui, en terrain lacanien tout du moins, c'est
_. _ _ ~ _f . ue << si elle existait [cette jouissance féminine], il ne faudrait pas
:. .«.«*_£›s-'.«=*~'***'
'
°
'
»_¢=¿: "
1ue ce soit
celle-la~ ››. Raison
pour laquelle, soit
dit
au passage,
<< non-homme ›› s”entend, alors que << non (non-homme) ›› ne présente pas la même positivité.

_

_,

-

_

r__-__

.

_ I

_

-

Qu _»

_. -

__

'1¿_

I""~
-›..__\.._

____Î"__~_ ,<3 u›____ ._,__ __ _
_____..__` ___
_.
.1-.`,,____
._

_

_

___._

..__

- t

__

nn;

'

Aussi indéfini soit le dire, Lacan tient à affirmer que quelque
chose lui échappe, qu”il ne peut que taire, ou exclure, ou invoquer,
39. << [...] je désire que ce que j'écrirai soit pris seulement comme une hypothèse, laquelle
est peut-être fort éloignée de la vérité; mais encore que cela fût, je croirai avoir beaucoup
fait si toutes les choses qui en seront déduites sont entièrement conformes aux expériences
[. . .] i› R. Descartes, (Ezrvres phílosophiqires, tome Ill, Paris Garnier-Flammarion, 1973, p. 247.
C'est exactement ce genre d'hypothèse que Newton déclarait ne pas vouloir << feindre ›› dans
sa physique.

LOGIQUE DE LA 1*=AiLLL= s1zxU1¿1-1.E

45

ou repousser, sans jamais pour autant parvenir à le saisir dans les
pincettes de la signification. L°<< autre jouissance ›› s”efforce de désigner ainsi, à sa façon, Pexcés de la référence sur la signification40,
de la Bedeurung frégéenne sur le Sírm du méme. De ce fait, on peut
la dire centrale chez l°étre parlant, mais on peut tout aussi bien dire
qu°elle n”est rien, aucune expérience singulière. Elle est sans lieu, et
accompagne la jouissance phallique comme son ombre s'il est vrai
que la phallique fait cette jointure du sujet parlant au langage et à
tout Fappareil symbolique dont il dépend, tant pour sa survie que
pour son existence; mais du point de vue rhétorique, cette autre
jouissance s'inscrit plutôt dans le type d°argumentation propre aux
théologies négatives. On ne peut Pinvoquer que pour la nier puisque
sa référence est absente, mais cette absence est cruciale pour qui
voudrait apprécier la consistance de la jouissance phallique, la qualité de son universalité. On va bientôt voir Lacan batailler pied
pied pour établir une << fonction phallique ›› qui ne se réduise pas à
une universalité d°abord posée comme telle, dans son extension classique. Pour l°instant, il suffira de prendre acte du fait que ce nombrage des jouissances repose à sa façon le probléme initial dont nous
sommes partis avec les citations bibliques : impossible de compter
tranquillement jusqu°à deux41, en dépit des apparences, dés qu'il
s°agit de fonder la différence des genres sur une différence sexuelle.
Cette différence, indéniable, ne permetppas à elle seule de substantialiser les termes qu”elle oppose, de produire des genres consistants 5 il y faut d”autres hypothèses, le plus souvent silencieuses, et
sans lesquelles le deux reste hors d°atteinte.
40. Ainsi prend sens la précision apportée par Lacan dans la séance du 9 juin 1971 du séminaire D'un discours qui ne serait du semblant: « Bien plutôt insisterais-je sur ce que “Die
Bedeuzzmg des Plzallus” est en réalité un pléonasme. Il n'y a pas dans le langage d'autre
Bedeuzurzg que le phallus. Le langage, dans sa fonction d'existant, ne connote - j'ai dit
“connote” - en derniére analyse que Pimpossibilité de symboliser le rapport sexuel chez les
êtres qui Phabitent, qui habitent le langage, en raison de ce que c'est de cet habitat qu'ils
tiennent la parole. ››
41. Le poete anglais Philip Larkin en a donné une version courte: “'I`lu'ulez`ug in terms of
oue / Is easz`l_-,v done / Oue room, one bed, eue clmlr / Oue person there, / Affakes perfect sense ; one
set / Of wislzes can be met / Oue coflirz filled / Bur coumzug up ro two / ls harder to do / I*`or one
must be denied / Before z`£'s zrz'ed”, Collected Poems, Londres, Faber 81 Faber, 1989, p. 108.
« Penser de façon um`zaz're / Facile à faire - / Une cluunbre, une chaise, un lit, / Une persouue
ici / Rien de plus simple; une série / De vœux, ça se comble / Un cercueil, ça se remplir. / Mais
compter jusqu 'à deux / Est plus hasardeux / Puz`squ'on doi: ou dou repousser Fun /Awuz de s”eu
revêtir. » ('I}'aduczz'on perso;-melle.)

É-vb.-J-...pf

\5-_'_5

I-si
fi".
_-I 1"." ,fel
-*î'~.-«tü_
.:¿;ë¿)'
'

'F

'*;¿f«.i~'%
Vif*
I-`

\_.

1,

VLÂ
__ _\`-

- _

/JJ :flv

|
f'

/
._
__

_;/___

_

___._
'tk

álåfl
rs;

'

_ _.

_

_

_,.
*

*.

._ l _ ~.
, V1'V"

'r

_

_,

1 s ._. _..,»*:

_

\

'
.1

__

...__'L. .fix/.bi/_ f

Rx
-wa

_

A

l Xl'

lvl

»

› _

.__.__

\_

v

'
_
U

-

_

-

-

1

_

'_9

'VI

/

,

JV

u

.

._

\

'-

_

Ij X

I

J

_

';
e ._

_î\'..

4'-

vl*

_
dim 1ÎÎ .\-_._' JM'__
*I _ ___.. _ .__^_-_-__

_

J. ›

-. 351,'/~

_ _ /I

~\ _, _ _. ,
'*'›

>› '

_

››

.'

_

._ '

,___

- If

\ '__ _ " '_
_

v

*
,_ ›, ›' ,J _",
'_ ››. 0
› ,
› \\`-_? _., Jf
: ¿~

' l

M__

_

1
___.

_

0 '.

_

_
."
\_

._

I

_M › .

.

.

_

.~_*.._,. . ›_ _/ Y;

__ ___. _
`

«__

.

'1 ...fi_r,

\.7-___
1

v'
1
_

1'

,» R.

'

'.

..

_

'lv

,__

,

_

.._¢

_4
_
1,

Il

f

*_ ›

_J"* .
'.'›

r'

..~*_.7_
.v la
»
I
.

1~\`

__ ,_..›_

1 1*

.-l

"|:'_I"'

_

*.*:'-___._"`f›'*"Δ', ~«:">×_*i.¿1;*Îf"~ * ~ _

1__

|

_

1" _
_/________
_

/ ' .H /' f

rf'

f¿__,
J.

_

IJ'-/,

_'

_/,

__

_'Î'ÎY;

_ __ ,;I-)Î"
_
'-.7' 'l .
_ .

____ t
_

_

_ __

›«› ¿,,¢¢fJ_ 'I

nv".
F 1"

_ \

_ .t H-\_

__-_:._;_ ¿'\
n f
. _`__
..r_ _,,.._,

4" _"_-.cv
__ _.____3£__
|4

_

f

.'Y

lu

__;.È3_'___.'.
Ê'-..:'-,'\'J'.'5
Zu".-4 '.'
| .!- .-

2-K

`|\
<

._ _':\:-1'
_______

_
s

_ _ _ 1 ._
._ '_¢-.
_,___,,,

1 _
" -bit' '

kia',
I ___,s
._ rè-

.n

_

_ fa”-'-1

1: _-,É
__ _,_.

"›»

13'.

-f-:__

.'›_` ,- -

.3
›-

_ _-:_
_..
i I'

.rt

.*.-.1:'-'* __._
_

'î'_'_""
_ _
'
'

.

.

1

-

f
J!

'

I'
r"
F

-

-'_-.'*_

'

|›
4

|
-\1.__
«.,
s

, _ ___.
_____

- ›_.

in

1 1
_ `1 _'..
_

---\.
.V

W

4

_- "
'

`

_ - *Y _,

_
.
fh*~_'.a-1 ,.._,_'__
1'»
__'››**t'
'_.._`__- '*-\_
'___
,___ _\ _» ,_
~ -ir,-1, _ › .
1., -

r_' ,__ _ 'H'
__
_f._
'

7.. 3 V V

___

._

.

Il

'L ~

' _

'>-...QQ

-

` “"""_".”
V'
,,._v,

.ÂÃ
V

.
'

*

'V

.

*

Q'

V

I'

_

,sn/. \
. _

._-«.

*..'_»:;:~*

.a
__

' ;v\.@§"

|

PoUR UNE LECTURE CRITIQUE
DES FORMULES DE LA sExUAT1oN

Î""'

_______

_ ___
/____/_,

_ __rJa
Q_

_/_
__!/_
_ jr

wax___
_______ ____'d_ _ _ r_

______
__
______

__ __,
__ ,__f____
_4____
_
___
_ _ _Á?_
_ _______
_ J__
__l”_
*
F`________

«__
____

________

____¿'
______
_'

_ ___ H/_ _________N__W_____μ_

_K
H_____

_I-V
Ø
f`
___

___
V
,___
___ _/

___\___ __
_
tt
__ ____'_l__
_______
_ _____.
____\
_ __
_

___________
___________

_ _L_ _ _ _\__
U¿__ _ f_

__`
_______r_____
___
_ `____

_ ____ _

îμh
I __"
__

_C_
N
__'_

_____
*_
_ _"
___
_ __

_ _ _____“
_ __

_____
__ _
*___

__ _ Q

_____ _ _ _________

__
__“
_ ___h__
_ __

____
____
_ __ _ I

“_
_”__L1

m___`
__. _____`

_
_ _-

_ _`

___H
_ ___ _

____]

\_____ _ _ _ _ _
È
__

___“___
_*

De par sa frappe provocante, Paffirmation de Jacques Lacan
selon laquelle << il n°y a pas de rapport sexuel ›› continue d°apparaître à beaucoup comme une sorte de vérité brutale sur le sexe,
presque authentifiée de venir d°un psychanalyste aujourd°hui de
renoml. De là à imaginer que seule son expérience de praticien
l”aurait amené ce dur constat sur la nature des relations qu”entretiennent (ou pas) hommes et femmes, il n°y a pas loin. Et
d”ailleurs, les formules logiques d°apparence contradictoire qui, au
tournant des années soixante-dix, soutiennent et escortent dans son
enseignement cet énoncé paradoxal produit vers la fin des années
soixante ne font-elles pas état d'un côté << homme ›› et d°un côté
<< femme ›› ? C°est ainsi qu”on se contente, depuis plus de trente ans,
de voir dans ces formules (quand on s°y attarde) le grimoire
moderne où, dans un prodigieux aggiornamemo, la vérité biblique
aurait enfin trouvé sa place et sa fonction dans le vaste décor freudien, grâce aux sauts carpes du saltimbanque Lacan. Il n°en est
rien, et ce qui suit entend le montrer en déployant la problématique
logicienne dans laquelle celui qui proféra cet énoncé se trouvait
engagé depuis quelques années.
ma

Le découpage en tranches d”un enseignement qui se poursuivit
durant vingt-sept ans présente autant d”inconvénients que d°avantages, mais la prise en bloc d°un cheminement aussi long génère,
elle, une illusion d”optique fatale à toute lecture en ramenant à un
système ce qui fut, en son prz'ncz'pe clairement affiché, une élaboration

progressive, avec ses chaos et ses fulgurances, ses frayages et ses évitements. Si, dés 1953, Lacan produisit avec son ternaire symbolique,
z'magz'naz're, réel, un outil propre à effectuer une Zeczure du texte freudien qui ne fût pas de commentaire professoral, ce n°est en effet
1. Ce chapitre a fait l'objet d'une publication antérieure dans le numéro 22 de L'Um:bé*uue,
Paris, Uunebévue éd., 2005, sous le titre « Pour une lecture critique des formules de la sexuation ››, p. 167-206. De nombreuses modifications ont été apportées, sans changer le profil
général du texte.

['**-'ÿ
, jt. "'.

_

'

-'L

ff'f”"“"›`›1: .

50

..»f""'~
'-*nv

af ›

,,«;:=**
15

É

. .

_. '

_ ,.-'

_

_]
-^

p

'

_ "

;r

Q

qu°au début des années soixante qu”il se lança dans des innovations
dont on chercherait en vain un équivalent direct chez Freud. Disant
cela, je n”indique aucune rupture, ni épistémologique ni thématique, et l”on trouverait sans peine de telles constructions dans le
cours des années cinquante (l'objet métonymique, la forclusion du
nom-du-pére, etc.) 5 bien plutôt une décision claire d°introduire
dans le champ freudien ce qui mériterait de s°appeler (en chipant
le mot aux mathématiciens) des << éléments idéaux ››, ce type d°éléments qu”il faut ajouter à un ensemble d°éléments déjà donnés pour
y installer, sous certaines conditions, une structure d”ordre plus
puissante. Lorsque, dans le cours de son séminaire L'z'demzficazz`on
(1961-1962), Lacan introduisit sa définition du sujet en tant que

f 1 š
*_

1» ~

f
_
~§4r'

:-~n..fl|r.

,/'\,“_.

s/

_

"L . 1';/-__;l£' '-

__;«-.*;“___.'_*'_f_',:"'_ `_f .
.-_ f

l J |"›\
;u
f

'

'*~.
_

_

_ 1.
_ _.

, _

,

¿_
-

/._.

_;

u1`_`~\_._›-:,¿§ '_-?,'¿'›_
:
5 *_

_ H _ - 5*.
×›.\__.l' _* ,K ` .f--

\

- _ *
nf-\
1*
\_ _
'
\__

'l

\

3,
íy

~

›'
-_.

\

_

.1
.rf

qt

".:_Î,-f/l'
:fr

LE PASTOUT DE LACAN

.

.,›, :_ _*
_«›

45 .›.

î

-_

/ 1 *' ×

v.¿î«

'

représenté par un szgnzfiant pour un autre szgnÿîarzt, il faisait place à

une telle entité, qui n°appartient pas à l°ensemb1e qu°elle régle (le
grand Autre, défini en la circonstance comme « le trésor des signifiants ››), mais c”était aussi ce sujet»-là qui le condamnait à mettre
en scène un objet tout différent de ce dont jusqu°ici il avait fait
usage sous ce même nom d'objet.
Vers l'objet et son peu de rapport à l°un
Qu”il fût alors dans Pobligation de s'avancer vers une sienne
conception de ce que l”on entend par << objet ››, il en avait déjà plus
qu°un pressentiment:

""*--__._ _

__

...J

[...] l°objet a, tel que nous essayons de le définir - parce qu”il est
devenu pour nous maintenant exigible que nous ayons une juste
définition de l'objet [...], d'essayer de voir comment s'ordonne, et
du même coup se différencie ce que jusqu°à présent dans notre
expérience nous avons à tort ou à raison commencé d'articuler
comme étant l”objet2.

Mais cela ne pouvait se faire pour lui qu°en récusant d”emblée
l°opposition binaire sujet/objet, tant il est vrai que son ternarisme,
sa façon de compter trois en toute chose, le contraignait. Les cita2.1. Lacan, Le désir et son z'rzzerprétazz'on, séminaire inédit, séance du 29 avril 1959. Les citations des séminaires sont à trouver aux dates mentionnées, dans la version disponible sur le
site de l'elp (www.ecole-lacanienne.net/biblotheque.php3?id=13). Sauf mention spéciale, il
s°agit des versions sténotypées, dites << ].L. ››.

mb...

POUR UNE LECTURE CRITIQUE. _.

51

tions ici pourraient étre fort nombreuses; on se contentera de
celle-ci:
Toute la notion de relation d°objet est impossible à mener, impossible
à comprendre, impossible même à exercer si l°on n”y met pas comme
élément - je ne dis pas médiateur, car ce serait faire un pas que nous
n”avons pas encore fait ensemble -, un tiers élément qui est un élément, du phallus pour tout dire, ce que je rappelle aujourd'hui au premier plan par ce schéma : Mère - Phallus - Enfant3.

En quoi Lacan était-il ici conduit à plus de précautions que ses
collègues, qui ne voyaient aucune difficulté à parler d”objet au sens
commun du terme? Essentiellement du fait de détenir par devers
lui une sienne conception d”un tel objet, fort propice et généreuse
en ses débuts, et désormais bien compromettante si elle devait
s'avérer la seule en piste : l”image spéculaire.
Il a en effet produit, dès ses premiers pas dans la psychanalyse,
avec son stade du miroir et le texte le plus élaboré qui en a découlé,
à savoir << La Fami1le4 ››, une conception de l”objet sur l°exact modèle
de Pimage spéculaire : tout ce qui viendra comme << objet ›› à l”avenir portera la marque de fabrique de cet objet premier, cette image
dans le miroir à laquelle Penfant s°identifie et s”aliène dans le même
mouvement, ce que Lacan appelle dès cette date le << nœud de servitude imaginaire ››. L”expression est violente. L°idée qui la commande ne Pest pas moins : l°objet, le gegenszand, ce qui fait face au
sujet, portera à jamais Pempreinte de cette image spéculaire, avec
les propriétés afférentes à ladite image. Autant dire que cet objet
pourra toujours tomber sous un certain type d'unité, que Lacan
qualifie d”<< imaginaire ›› au départ, mais dont nous pouvons savoir
aujourd°hui qu'elle correspond à ce qu°il nomma beaucoup plus
tard5 << unien ›› : une unité englobante, qui possède sa propre circonscriptionó, qui fonctionne comme un sac, proche parente de
3. I. Lacan, La relation d'0bjez et les structures freudiemzes, séminaire inédit, séance du
28 novembre 1956.
4. Réédité sous le titre Les Complexes familiaux, Paris, Navarin, 1984.
5. De fait, en 1971, dans le cours du séminaire

ou pire.

6. ]'ai tenté de diversifier et d'expliciter ce vocabulaire dans Le lasso spéculaire, une étude traversière de lümiré ir-naginaz're, Paris, EPEL, 1997.

__.-._-_
×-'
_ \.

_

52

H.

,_ ^

/'îf .

J'/I'

_›~»f'.f

_ t
.

-

-

,›* ff

f'\

/-1.. _:

_

'

' .
I

*

l”unité ensembliste et de sa vocation à rassembler en un << tout ››
autant d”éléments qu”on voudra, une infinité à l”occasion.

__ J ..μ¿l _.
_ Je _ 1;;
.-1-.Jf S,

. __ _ -oš.
|"'*IIIT"'4_
__ _

La 1›As'roU*r DE LACAN

\'

¿__'.-H" -*?›'.v_'*_.`fL--* È

v
- _-_\-*,..f -,__*
~f---" ›*'_,›* --»*
0'-

Î_

1»_'

,f'__I_-

_ V. ' _ _ ' 5

_ _

Î

;.'

f

--/'

2 f

_;

_

ÿ'

r ff'
-

f

_!

_

HQ'
_\

//'

.

_i_'-;"..1

.F ' :;_

'

I

*' '_/_- 1* "
nl

'

I

;

.

'J

*

,J I
,__k_

0-

_ ___*
\***»_
-`___
-. *'2-. -_-*'
'

`~'_'__
)`
1-' ._

- -_,

'' _« _
7

-_
.`

"_,\"“*j`"_j
-_f_raï
1.1.;
I?. _,_,
_,
-. -'- _- '
__ ___2"\\___:
__
__. _
\WW
(if-'*'›._«.
.

1*

.rf

f

Cette conception n°avait pas manqué de faire surgir une difficulté : si l”objet et l°autre sortent tous deux de la méme matrice spéculaire, comment les différencier clairement? Cette question restait irrésolue dans Les Complexes famz`lz`aux. Or il fallait bien la traiter
victorieusement puisque l°objet de la pulsion, pour ne s”en tenir
qu”à lui, devait être différencié du petit autre. Deux événements,
l'un positif l°autre négatif, mais tous deux liés à la conception de
l”unité, allaient précipiter une issue.

_

F

Lors du séminaire L”ézhz'que de la psychanalyse, Lacan se lançait

(pour de tout autres raisons) dans le commentaire du Ding freudien tel qu°il le trouvait dans l°Esqm'sse (dans son opposition à
Sache), ce qui lui permettait d°entrevoir de façon claire ce qu°il en
serait d”un objet non-narcz'ssz`qz,ze (en conséquence : non-spéculaire,
et donc: non un). Commentant la distinction freudienne entre
<< libido du moi ›› et « libido d”objet ››, il avançait ceci :
L”objet, ici, a ce niveau, s”introduit pour autant qu°il est perpétuellement interchangeable avec l°amour qu°a le sujet pour sa propre image.
[. . .] C”est dans cette relation de mirage que la notion d°objet est introduite. Cet objet n'est donc pas la même chose que l°objet qui est visé
à Phorizon de la tendance. Entre l'objet tel qu”il est structuré par la
relation narcissique et das Dmg, il y a une différence7. ..

"`“"--_._______

Dans ce terme autant philosophique que freudien, Lacan trouvait un premier appui pour penser un objet qui ne fût pas pris dans
ce << noeud de servitude imaginaire ›› qu”était pour lui, depuis 1938
au moins, l”image spéculaire. Une voie s”ouvrait pour penser l°existence d°une chose assez cruciale dans l”économie subjective qui, au
dire même du Freud de l”Esquz'sse, échapperait au type d'unité présentée par tout objet digne de ce nom. Pour la plupart de ceux qui
s'aventuraient à penser quoi que ce fût de l”objet en général, la
maxime leibnizienne selon laquelle << l°étre et l°un s”équivalent ›› faisait en effet loi, et l'on ne pouvait poser aucun objet sans, de ce fait
méme, dire qu°i1 était << un ››. Das Ding, de par sa prétention à échapper à la représentation, à incarner ce qui constitue la part inarticu7. J. Lacan, L'ézlzz'qz.re dela psyclzarz-abfse, Paris, Seuil, 1986, p. 1 17, séance du 13 janvier 1960.

Î.

_

_..ï.L.

Pour-1 UNE LL=c'rURt¿ cRrr1QUr¿. ..

53

lable du jugement, ouvrait une voie pour parvenir a soutenir l°existence d'un objet qui aurait rompu les amarres avec l°unité.
Mais quelle unité ? Au cours des mêmes années, dans le fil du
commentaire freudien, Lacan faisait un sort tout particulier à
l°ez`rzzz}ger Zug avec lequel Freud avait construit Pidentification hystérique à un trait « singulier ››. En traduisant cette expression par
<< trait unaire ››, Lacan choisissait d'en faire l°une des figures de l°un,
à vrai dire indispensable pour lui, en train de construire sa notion
de << signifiant ››. Ses supposés emprunts à Saussure ne lui offraient
en effet qu°une conception dzflérerzzielle du signifiant, chacun défini
de n°étre que différent de tous les autres. Avec cette notion, freudiennement autorisée, de « trait unaire ››, Lacan fondait quelque
chose d”autre, une sorte d°atomistique du signifiant qui allait lui
permettre de donner corps a une notion de «lettre ›› qui ne fût qu'à
lui. On la voit apparaître en clair dans son commentaire de La Lettre
volée, et plus encore dans la suite au commentaire qu°il donna lors
de la parution de ses Écrits, en 1966, dans sa << Parenthèse des
parenthèses ››. Si Lacan put y affirmer avant tant d”assurance qu°une
lettre arrive toujours à destination, ce n”était au nom d”aucun constat
empirique, mais au titre d”un axiome servant à définir une lettre:
quelque chose d”impartitionnable dans son principe mème parce
qu°elle relève de ce << trait unaire ››, lequel se définit de posséder ce
type d'unité qui ni ne se dissout ni ne se corrompt, sorte d”unité
irréductible de Pélément de base du système symboliques. Contre
un Jacques Derrida encore a venir, Lacan mettait en place une
conception d°une lettre non disséminable, étrangère à l'archive, aux
rats et autres accidents qui peuvent toujours lӎcorner, Pentamer, la
ruiner, et ainsi la détourner de son parcours de lettre. Nul besoin
de se pencher sur une supposée << nature ›› de ce que serait véritablement une lettre; nous sommes ici au niveau d'énoncès axiomatiques, aucun n”est plus vrai que l”autre, il faut choisir celui dont les
conséquences seront affines à ce qu°on veut soutenir congrûment
avec lui9. Lacan en tient pour une lettre définie par son parcours,
8. Proche en cela du phonème attaché au concept de << pertinence ››, qui en fait une unité
insécable puisque, au contraire de la phonétique et ses variations continues, le phonème est
essentiellement discret, et ne permet aucune approximation ou partition.
9. Cette définition lacanienne de la lettre est du même ordre que Paffirmation freudienne
de Pimpossibilité d'effacer une trace dans Pappareil psychique. Loin d”ètre des constats

`€.-.-_--

_.«-*“-*-._

ak
.›

.f_f.*î"
f'

'

'

_--/

'

r)

"

_

_

I

et pour cette raison il a besoin d”une lettre qui, dans son fonctionnement, possède cette << unarité ›› qui en fait « la structure localisée
du signifiant ››. Avec elle, Lacan possède désormais un type d°unité
(symbolique) qui fait pendant à son unité spéculaire (imaginaire) :
autant cette dernière correspond à l°un englobant de Pensemble,
autant la première vaut pour l°unité irréductible de l”élément. Avec
deux uns de ce calibre, on peut déjà aller loin, mais aussi se rendre
compte... qu'aucun ne convient pour donner forme et corps à un
objet qui soit, non seulement différent, mais irréductible à l°autre,
à ce petit autre qui, depuis ses débuts, offrait le gîte et le couvert à
toute pensée de l”objet.

f -r', ._

-!¢-"`».

....¿__.,_
7" _- 1
| .
'f»'›°*f''
_.-...,«›..,.
-._r..»,_›
.
-D

..›

.'f,1.'.

`__._./__.

.3

J/'

r

_,'

-' .»".-_/”
_ _ _,
X

__§;,__.
-lv..

.I

I

...J

*._.

K
'-__??
' .Î

_

- «_

'å*-`
f___r“
`"ff-' _*,/Î

\ë _
Â'

_~

1

ir'

I
r
_..'.››*
__,

.rl_
,"¿
'E
J

'

Ja.-';._

/

^'
_x

_
1'

-

__;-_;-r'î-*

-t
_

_"- _
' _

LE PAs'roU'r DE LACAN

_

-_ »j

/' _/*

.›"l:

54

.
' 1
A,

_

Ni passible de l°unité imaginaire et spéculaire, et pas plus de
l'unaire symbolique: quels peuvent donc être les rapports de l°objet encore à venir avec Fun? Ainsi posée, la question, en gésine
depuis longtemps déjà dans Pélaboration progressive des séminaires,
pouvait espérer rencontrer graduellement sa réponse - négative.
L°objet dit << partiel ››
Le séminaire Le transfert fait avancer cette problématique en
proposant d”abord, concernant cet objet en quète de ses nouvelles
déterminations, la notion d”agalma. Ce terme grec, que Lacan dit
avoir rencontré et remarqué bien avant de le retrouver dans Le
Banquet, désigne bien sûr un objet précieux, un ornement, une
parure, mais ce qu°il a de plus intéressant à ses yeux, c°est surtout
son côté brillartt:
Ce dont il s'agit, c°est du sens brillant, du sens galant, car le mot galant
provient de galer en vieux français.
.1

A cause de l”insistance de Lacan sur ce « brillant ›› qu°<-331;
Pagalma, un premier glissement de sens est déjà à l“oeuvre : ce n°est
plus un objet particulier qui tombe sous ce concept d°agalma, c°est
bien plutôt une propriété d'un objet - pas tout à fait quelconque
cependant dans le monde grec. L°agalma, pour le dire en termes
aristotéliciens et pour le Lacan qui en fait alors état, n”est pas tant
empiriques, ce sont là des axiomes sans lesquels les théories qui s'ensuivent perdraient leur
consistance.

vm

POUR UNE LECTURE CRITIQUE. _.

55

un être qu°un accident. Moins un substantif qu°un adjectif. Et
pourtant Lacan l”amène, et le considère bien comme un objet, sans
en faire un seul instant un universel a la mode médiévale. Il ne s°agit
pas, en effet, de considérer l°agalma comme << le brillant ››, un
brillant à qui l°on préterait une existence hors les objets sur lesquels
il porte. C°est un objet... qui n°a pas l°étre plein et stable qu”on a
l°habitude d'attendre d'un objet, dont on croit savoir a l°avance qu°il
est tout à la fois : substantif dans la langue, perdurant dans l”espace
et le temps, doté d'un étre qui le fait participer d'une ontologie
naturelle, etc. L”agalma, lui, se présente d°emblée de travers par rapport à cette plénitude.
Plus encore : à peine promu de la sorte, voilà cet objet rattaché
avec force à la notion analytique d°« objet partiel ››, mais de quelle
façon! Dans le fil méme de cette idée de << galant ››, Lacan poursuit, tout de suite après la citation précédente:
C”est bien, il faut le dire, cela que nous, analystes, avons découvert
sous le nom d'objet partiel. C'est là une des plus grandes découvertes
de Pinvestigation analytique que cette fonction de 1”objet partielw.

Ce développement au sujet du terme d°agalma se termine donc
sur un crochet direct : Lacan était en train de parler de l°« objet partiel ›› ! Mais qu°est-ce donc que ce machin déclaré 1”<< une des plus
grandes découvertes de Pinvestigation analytique ››? Pour comprendre la manœuvre, il convient d'oublier ce que nous croyons si
bien savoir sur cet objet partiel... du fait du travail ultérieur d°un
certain ]acques Lacan.
En ce ler février 1961, Pexpression d”<< objet partiel ›› ne peut
résonner familièrement aux oreilles des auditeurs que parce que
Melanie Klein l”a promu depuis plus de vingt ans. La chose se dit
alors surtout en anglais : part object. Et, pour elle, cet objet partiel
n°a rien à voir avec l°agalma que Lacan est en train de brosser
devant ses auditeurs. Il y a là une première embrouille qu”il importe
de mettre à plat.

10. I. Lacan, Le transfert dans sa disparité subjective, sa préterzdue sz'tuatz`orz, ses excursz`0rzs techrziques, séance du 1" février 1961, stécriture, bulletin n° 4, p. 8.

\una-I"-'

56

Îf;`îF”““fi _

`\

-E

/' -'

LE PAsToU'r DE LACAN

_ \ .'

sr»
_

1

-.

,_

_.-v
.~

__

_
J ,(»y

_

-..*£-'EZ _,'

_

La fausse piste freudienne

'

___

« _

--s¿._'
_*

' _ 'Q
_____í:-;--

_

___.r- rj

1

Le mot « partiel ›› a, lui, toute sa dignité freudienne. Dès les Trois
Essais sur la theorie du sexuel, Freud l°a utilisé tout au long de sa
description du fonctionnement de la pulsion. Le problème, c”est
qu°il ne l'emploie jamais au niveau de l°objet de la pulsion, toujours
dit << quelconque ››, jamais << partiel ››. Les pulsions sont dites << partielles » au sens très précis où, lors de la deuxième poussée pulsionnelle pubertaire, elles vont devoir converger vers le << primat du
génital ››. Elles sont alors partielles au seul titre de leurs sources
puisqu°elles ne sont distinguables ni par leur but (la satisfaction),
ni leur poussée (constante) et encore moins leur objet (quelconque). Leur convergence ultérieure est seule à les faire « partielles ›› dans le temps de la sexualité infantile, cette partialité restant l'une des composantes constantes de ces pulsions, même une
fois établie ladite << convergence génitale ››. Le texte ultérieur
<< Pulsions et destin des pulsions ››, qui emploie une seule fois l”expression << pulsion partielle ››, n”apporte aucun autre élément au dossier d”une quelconque << partialité ›› de l”objet.

4 _ __/_ lé-J

*zz

-rl

_ Îrlîf:
,

. '.:-

"**_, \..-_.

/

. _ _,_
_
,~
___ _ _
_* _
1 _. _. Il _'

_

f

i*

5"

' *

_ I,
*
'

*

-:'
.

,""

__._.4.»___

_

`

r

_ __

ÿ

I

_

__

_i ,.2

_

~`\

_ .

_. i
“-`l"h'R*
_ _ __ 'L _,- _,

_

_

.*. ,/

_*'u

'ÿ-f,

9*.__'/` -*

_' __a_

\E_

_

____r

gc -_ *

*is,_

'-›\.'__
'¢__

5,*

`\_*_

'

____.!__

_-'r

K

i/

*__

__

__-i
___

__

.__ ___._.. .¿_ __
W

I

J.

_- _ -

_[.= <
-

1.

"-_

._

,.¿

-_

_

_

I..

1,1-

vfi,

_ _

__ › ,_
_

"u

_

\
.
\ _ _-

_ _

._
'

_
_

_

v"?'
'

-

_

ny a
_, «L
,

|

_ _
H-«af
`

"

__

_

v

«

-

__

\\

___.___¢___ pi *U
.'

_

¿.

,-*.*"
'Fsa

ãw¿¿›_'»_-1

E*-@___._

La première approche d°une quelconque partialité vient de Karl
Abraham qui, vers la fin de son texte << Esquisse d”une histoire du
développement de la libido basée sur la psychanalyse des troubles
mentaux ›› (1924), dans le chapitre intitulé << Débuts et développement de Pamour objectalll ››, en vient à forger l°expression << amour
partiel de Pobjet ››, à partir de laquelle Melanie Klein va inventer
mur autre Chose; son « objet partiel ››. Ce n°est pas le lieu ici d”entrer dans les relations complexes qu”entretiennent chez cet auteur
ses objets partiels (qui, au départ, se calquent sur les sources freudiennes orale et anale, mais très vite se multiplient dans la position
schizo-paranoïde) et l'<< objet total ›› qui, en réunissant bons et mauvais objets, ouvre la voie à Pambivalence et à la position dépressive.
Il convient par contre de bien apprécier contre qui porte l°ironie que
Lacan déploie aussitôt a ce sujet:
Nous [les analystes en général] avons effacé, nous aussi, tant que nous
avons pu, ce que veut dire l”objet partiel; c°est-à-dire que notre prel 1. Karl Abraham, (lïufores complètes II, Développemerzt de la libido, Paris, Payot, 1966, p. 306-3 07.
Au cours des dernières séances du séminaire Le transfert, lorsqu'il élabore sa « dynamique
spéculaire ››, Lacan fait un sort tout spécial au cas à partir duquel Abraham construit cette
notion d”« amour partiel de 1'objet ››. Le cas est celui d`une patiente révant de son père nu,
sans les poils pubiens (donc une image spéculaire décomplétée).

POUR UNE LECTURE CRITIQUE...

57

mier effort a été d°interpréter ce qu°on avait fait comme trouvaille, à
savoir ce côté foncièrement partiel de l°objet en tant qu°il est pivot,
centre, clé du désir humain, ça valait qu'on s°arrête là un instant...
Mais non ! Que nenni ! On a pointé ça vers une dialectique de la totalisation, c'est-à-dire le seul digne de nous, l'objet plat, l°objet rond,
l°objet total, l'objet sphérique sans pieds ni pattes, le tout de Pautre,
l'obj et génital à quoi, comme chacun sait, irrésistiblement notre amour
se termine” !

La cible n°est pas tant ici Melanie Klein que les analystes français qui viennent de publier La Psychanalyse aujourd'hm`, Maurice
Bouvet en tête. Dans sa charge contre des auteurs qui inventent,
en effet, un objet génital (que Freud lui-même n'a pas soutenu),
Lacan fait passer comme une trouvaille de Freud ce qui n”est rien
qu°une invention de son cru : Pobjet partiel dans un sens totalement
inédit, un objet qui ne vient d'aucune totalité, n”appartient ni ne se
destine à aucune, et pour lequel le terme grec d”agaZma vient offrir
son abri, dans la suite directe de l°objet métonymique, moitie
objet/moitié phallus/moitié signifiant, dejà coince entre ce qui, du
signifie, resterait au-delà de la signification, sans pour autant
rejoindre Popacité mondaine du référent linguistiquelfi.
Cette ironie bruyante dessine les enjeux de ce partiel que Lacan
présente comme le bien le plus précieux de la tradition analytique
freudienne, alors même que personne avant lui n”a songe à mettre
en scène, sous le nom d'<< objet ››, un partiel qui ne fût la partie d'aucun tout, jamais appelé à integrer quelque tout que ce fût. À partir de ce 1*” février 1961, on peut considérer que l”objet a, depuis
près de cinq ans présent dans les seminaires, vient de se désolidariser du petit autre (il est dit << non-spéculaire ››), et d”acquérir la
détermination qui le conduit vers une consistance bien à lui: ce
«partiel ›› dont il reste à assurer le statut, ce qui commence par une
sorte de bagarre avec Kant lui-même.

12. J. Lacan, Le transfert..., séance du 1“ fevrier 1961, szécrímre, bulletin n° 4, p. 8-9.
13. Quelque chose comme le lien obscur propose par Peirce dans sa conception triadique
du signe, entre l'objet immédiat (qui appartient au signe) et l`objet dynamique (qui appar~
tient au monde).

\al-

58
Á_/ /_

/

2” __

LE PAsToU_'r DE LACAN

Le nihil negativum kantien

¿.,_¿_
/ '/
v

_

-*_

/

,-

-.¢

_

._

I
1

/

_

4'

.
1

_.-

_.f

_-

/

'

.xs

-*

A “ 12.;

»f-*

¢
}`_
›› _'

I-1*fl«'_.
i;

/:je
-1*; œ _'_

"fl
'__
f
'I'

__`».

\__._

r'1

- __.r_

_

,
'

.

1

1

.-

\gf
1*

1_

._
V *cll

”_.*'
i 1/
i

U.. .*
U

.Il

iv __

En..

J

'

Que Lacan eut alors une claire conscience des enjeux épistémiques nouveaux posés par ses exigences théoriques, on peut le
savoir en parcourant tout du long le séminaire qui suit Le transfert, à savoir L'z`dentzfz'catz`0n. Le 28 février 1962, par exemple, il
enonçait:
f

Il est tout à fait clair en tout cas qu°il n”y a pas lieu d°admettre pour
tenable Pesthétique transcendantale de Kant, malgré ce que j°ai appelé
le caractère indépassable du service qu°il nous rend dans sa critique, et
j'espère le faire sentir justement de ce que je vais montrer qu°il
convient de lui substituer.

Quel est donc le point d°introduction par lequel Lacan fait
appel à Kant? C”est si peu clair qu”i1 n°est d°autre recours que de
suivre le pas à pas de son cheminement. Il se trouve ce jour-là en
train de parler des pulsions de vie et de mort, puis de la nécessité
où est Freud de soutenir son idée de pulsion de vie par celle de narcissisme - jusqu”à étudier de près la question de la douleur dans
son Pour z`mrodm're le na*rcz'ssz'sme. Lacan rappelle alors - pourquoi
diable, quelle mouche le pique alors ? - que, lors d'une conversation familière de peu antérieure, il avait fait remarquer à son auditeur que Pexpérience d'une douleur en efface une autre, bref qu”on
souffre mal de deux douleurs à la fois. Il poursuit:
_
Une prend le dessus, fait oublier l”autre, comme si Pinvestissement
libidinal sur le corps propre se montrait là soumis à la méme loi que
j'appellerais de pa*rtz'alz`te' qui motive la relation au monde des objets
du désir.

Voilà donc réunis, tels le parapluie et la machine à coudre sur
la table de dissection, la partialité de l°objet - d°invention toute
récente comme on vient de le voir - et le jeu des processus primaires (Pinvestissement libidinal) dans son rapport au corps,
lorsque Lacan déclare tout de go :
C"`est là que, si je puis dire, la référence, Panalogie avec Pinvestigation
kantienne va nous servir.

De façon surprenante, Lacan se livre d°abord à une sorte de
disqualification grossière de Pesthétique kantienne. << Elle n”est abso-

PoUR UNt1Lt~:c*rUR1s c1a1'r1QUt:. ..

59

lument pas tenable ››, dit--il, << pour la simple raison qu”elle est pour
lui [Kant] fondamentalement appuyée d'une argumentation mathématique qui tient à ce qu°on peut appeler Pépoque géométrisante
de la mathématique. ››
Cet adjectif- « géométrisante ›› - suffit à indiquer le décrochement de Lacan par rapport à Kant, car il est à lui seul lourd d°histoire: jusqu°à Cantor/Dedekind, l”unique continu disponible était
le continu géométrique, seul apte à représenter (grâce à la diagonale
du carré par exemple) les nombres z`r-razíormels, les nombres qui
ne résultaient d'aucun rapport de nombres, comme \/Ê , si bien que
ce nombre et tous ses pairs appartenaient bien à l”<< époque géométrisante de la mathématique ››. Dès que Cantor et Dedekind, chacun à sa manière, fondent le continu numérique, la question se présente tout autrement, et c est ainsi que Lacan entend la traiter, dès
sa première attaque de Kant.
9

Dans ce contexte, il évoque alors un passage précis de la
Crz'tz`qae de Za raison pure, la fin du chapitre sur << L°amphibo1ogie

des concepts de la réflexion14›>, où Kant prend soin d°aligner quatre
riens différents. Lacan ironise d'abord sur l°exemple que donne
Kant pour illustrer le dernier cas de sa table des riens, le Zeer
Gegerzszand ohne Begrÿÿfi le << pur objet sans concept ››, à savoir une
figure rectiligne qui n”aurait que deux côtés. Et l°épicyclo`1'de,
demande-t-il, en continuant à disqualifier la mathématique kantienne, ne fait-elle point contradiction directe avec une telle définition, et elle est connue depuis Pascal! La suite de cette séance reste
floue dans son rapport au texte kantien, Lacan insistant sur un certain erzs prioazrvzim qui suffit à indiquer un flottement puisque Kant
n°emploie jamais une telle expression.
Dans sa table des quatre riens, Kant aligne en effet dans cet
ordre l”erzs razionis (le concept vide sans objet, le << rien ›› banal) 5
l°erzs z`rrzagz'rzarz`zm*z (liintuition vide sans objet, comme le temps ou
l”espace, les formes simples de Pintuition qui n°ont pas rang d'objet) 5 le rzihíl prz`*vazz'*vzm*z (soit la négation du quelque chose, concept
du manque de l”objet, comme le froid ou l”ombre, que Lacan présente comme un erzs prz`vazz'vzm*z) 5 et enfin le m`hz`Z rzegazùozmz, le leer
14. E. Kant, Critique de la raison pure, Paris, PUF, 1965, trad. Tremesaygues et Pacaud,
p. 248-249.

\E

60

LE PASTOUT DE LACAN

.J--"_" ""'°fl=-_.-@___
\__

_

_

.

Gegenstand ohne Begrÿjfi l°objet vide sans concept que Lacan vient
de presque disqualifier, dans un vocabulaire kantien imprécis. Le
ton change avec la séance du 28 mars 1962 :

_/_

_;

_/

_.i*

'1l`£'i:"'?1.,_
«=›f_`.f ~ î- _. .1 _:r I -=-"fQi."" _'

*::-f***_›~*:i;-af
_,

-rw'

_

_.

W

1'.

_

Chaque fois que nous avons affaire avec ce rapport du sujet au rien,
remarque alors Lacan, nous autres analystes, nous glissons régulière*
ment entre deux pentes : la pente commune qui tend vers un rien de
destruction [...] et l”autre qui est une néantisation qui s'assimilerait à
la négativité hégélienne.
I

_

J r ¿,_, /"`

" .

_

\

*

/

l
,,._ ..f
,,.mG. 1.

- \R---u...

_ __

'_\ݢ_
-I.-'if''__ _;
É' -«'

'T.'
_

J '' -Ê
.fill

_

5-____

_

__

_

*,

*

Il'll'_'

W-.

«Jf
»..._

1'-fi
-f

ii"
_,
\ ,/
___

.Ir

-'1

Il poursuit - dans un vocabulaire kantien cette fois bien plus
rigoureux puisqu°il épelle alors, dans l”ordre, les quatre riens de
Kant:

___*'

___ _

*J

Le rien que j'essaie de faire tenir à ce moment initial pour vous dans
Pinstauration du sujet est autre chose. Le sujet introduit le rien comme
tel, et ce rien est à distinguer d'aucun être de raison qui est celui de
la négativité classique [voilà l"ens rationis], d°aucun ètre imaginaire
qui est celui de l'ètre impossible quant à son existence [vo*z`lc`z Pens imaginariumj, qui n”est pas non plus l'ens prz`*oazz'*vurn [à nouveau le lapsus

déjà fait lors de la séance précédente, chez Kant il s”agz`z du nihil privativumj, [ce rien est celui] qui est à proprement parler ce que Kant,
admirablement dans la définition de ses quatre riens dont il tire si peu
parti, appelle le nihil negazivurn, a savoir pour employer ses propres
termes un leer Gegenszand ohne Begrzjf, un objet vide, mais ajoutons :
sans concept, sans saisie possible avec la main.

--_

/

En un mois d°écart, Kant est passé du zéro pointé en mathématiques à une << invention admirable ›› à propos de la méme chose,
ce « rien ››, cet « objet vide sans concept ›› qui intéresse Lacan dans
son approche toute nouvelle de la partialité puisqu°il offre refuge
à un objet qui, par définition, échappe à l”unité du concept, à cette
saisie minimale qui met en rapport quoi que ce soit avec l°un dès
lors qu”on se met en posture de le penser. Il s”agit donc bien de
combattre le Kant de Pesthétique transcendantale, mais pas sans
lui emprunter au passage ce qui permet de soutenir le terme
d°<< objet ›› en le décollant préventivement de tout rapport à Fun,
sous la forme privative d”une absence de concept.
On néglige trop souvent cet étrange recours de Lacan à l°un
des points les plus excentriques du grand oeuvre kantien, sous le
prétexte qu°il n”y revient pas une fois passées les citations qu”on

ll...

POUR UNE LECTURE CRITIQUE. . .

61

vient de lire; mais c'est se vouer à ne pas comprendre les enjeux
qui sont les siens vis-à-vis de l°unité dans le cours de la constitution de son objet partiel, dès ses tout premiers pas. Cet objet ne
doit passer ni sous les fourches caudines de l°unité spéculaire (baptisée << unienne ›› au début des années soixante-dix), ni sous celles
de l”unaire 5 il faut donc d”emblée lui retirer Pauberge trop
accueillante du concept qui le ramènerait, en silence, sous les auspices de l”unité la plus classique. Mais pourquoi Lacan fait-il ainsi,
à plusieurs reprises et à plus d°un mois d°intervalle, alors qu°il a de
toute évidence relu de près le texte kantien, ce mème lapsus qui lui
fait inventer un ens prz`*¿›cztz'*oz,tm ?

Avec une telle expression, indéniablement de son cru, il tient
donc, contre Kant, qu°il y aurait là un ètre, et non un rien, alors
que la Crztíque de la raison pure présente sans ambages le nihil pri*vatífourn comme un rien issu d”un manque :
La réalité est quelque chose, la négation n°est rien, c'est-à-dire qu°elle
est le concept du manque de l°objet, comme Pombre, le froid (nihil
prz'vatz"oum) 15.

La chose s'éclaire si l°on considère que ce manque de 1°objet
constitue, à la lumière du texte kantien, une quasi-définition de l”objet freudien, lequel ne sera jamais que la marque du manque du
mythique objet de la première satisfaction. Cet objet premier, objet
perdu par excellence, prend ainsi aux yeux de Lacan statut de nihil
priocztioztrrz, de << l°objet vide d”un concept ›› comme s”exprime aussi
Kant.
Ceci conduit ici à Phypothèse selon laquelle le lapsus répété de
Lacan vient du fait qufil lit << Freud ›› dans le mot << manque ›› présent chez Kant, et fabrique de ce fait ce curieux « ens p*rz'vatz`vun*z ››,
cet objet de la privation, qui correspond par ailleurs, au latin près,
a l°<< objet de la privation ›› qu”il a lui-même construit lors d'un séminaire précédent et qu°il reprend la première fois où il commente
les quatre riens de Kantló. Or le rien qu°il essaie de faire valoir se
15. E. Kant, Critique de la raison pure, op. eft., p. 249.
16. J. Lacan, séminaire L'z'dentzficatz`(m, séance du 28 février 1962 (p. 25 et 26 dans la sténotypie). Lacan invoque « la balle du petit-fils de Freud ››, autrement dit Pexpérience connue
sous le nom de « fm-t_d;1 ››, pour dire : << il n°y a pas là erzs prz'*oatz'*vnm, bien sûr il y a un vide,
et e'est de là que va partir le sujet, l”erreur. [...] Seul le sujet peut ètre ce réel négative d'un
impossible qui n°est pas réel ››.

fiuulq

62
P'

,_~

'vx

.

r

différencie autant du << manque freudien ›› que de la << négativité
hégélienne ›› qu'on vient de le voir dénoncer tous deux comme
étrangers à son propos. En somme, lui seul se voit du côté du nihil 5
il relègue les autres (Freud, Hegel, Bouvet et Cie), chacun à sa
façon, du côté de l°ètre, de l'ens, à tout le moins d°une simple négation syntaxique de Pétre, tandis que lui s”efforce de soutenir la paradoxale existence d°un rien nettoyé de toute essence. Ici commence
Paffaire du non-rapport.

l

"

.« '×* .5
.

Il

A 4
ffaç'

?,._,», _//Q:-','E«^
' _›",,.Îf'

\-

'

i
_v'

_--F'
r

-

Mn.., _
.___
_.._;

`;_
/_ "-.1-__¿›__»,1'
rf'
-_.__

_,
_

LE PASTOUT DE LACAN

.___
_
:"=,'\ _'_.-.-___!
._\_

__.

Vers le non-rapport

_/

Pressé de me diriger maintenant vers ce qui pousse Lacan à
radicaliser la mise qu°il a inaugurée, au début des années soixante,
par cette innovation d°un partiel sans précédent, je laisserai ici dans
une ombre relative deux dimensions qui font l°objet de nombreuses
séances de séminaire entre 1961 et 1967 : celle qui, grâce à la série
de Fibonacci, tente de nouer les rapports de l°objet a et de l'unité
numérique; l”autre qui, en jouant de la topologie, offre une définition de la spécularité -- l'inversion de Porientation d”une surface
dans son image spéculaire - qui permet d°envisager la non-spécularité de ce même objet a autrement que sur le mode des vampires
(connus pour n'avoir pas d”image dans le miroir).

.___

1..

__/

Une lecture sérieuse de ces deux axes de travail du Lacan des
années soixante ne serait pourtant pas superflue. Elle permettrait
de mieux dégager les conditions rencontrées par Lacan dans Pétablissement d°un objet a tel qu”il pouvait penser en avoir besoin, et
tel qu”aucune autre tradition, ni philosophique ni mathématique,
ne lui offrait sur un plateau. ]e me contenterai ici d”u_ne remarque
relative à la série de Fibonacci. Celle-ci permet en effet à Lacan
d°indiquer, grâce à une audacieuse métaphore, la relation entre
signifiant et objet a. La loi de composition de la série s°ex prime
comme suit:
Un = Un-1 + Un~2

les deux premiers termes étant égaux à l°unité. On produit donc
ainsi la série numérique suivante:
6
1,1, 2, 3, 5, 8,13, 21, 34, 55, 89,144, 233, 377, 610, 987,1597, 2584, 4181, etc.

Poux UNE LECTURE CRITIQUE...

63

La raison arithmétique de cette progression, Un-1/Un,
s°avère égale à 0,61803989..., soit le nombre d'or, rencontré par
Euclide dans son partage du segment unité (qu'i1 appelle « la toute ›› 1)
en « moyenne et extrême raison ››. Or ce nombre - que Lacan se
dépêche de nommer a - présente d”étonnantes propriétés, entre
autres il est égal qu°il divise l”unité ou qu”i1 s°y ajoute: 1 /a = 1 + a.
On ne peut certes pas dire qu°il n°entretient aucun rapport avec
l”unité - et en ce sens il est impropre à prendre en charge 1° objet a
sous cet aspect - mais au moins est-il seul à proposer une relation
aussi bizarre avec l”un. C”est déjà ça. Mais il y a plus, et Lacan s”en
fait l”écho, assez tardivement, à un moment où il est près d”abandonner cette série et ses étonnantes propriétés. Le 11 juin 1969, vers
la fin du séminaire D"tm Autre à liatttre, il avouait à ses auditeurs :
Si je vous parle de la série de Fibonacci, c”est en raison de ceci: c°est
qu'à mesure que les chiffres qui la représentent croissent, c°est de plus
en plus près, de plus en plus rigoureusement que le rapport Un_1/Un
est strictement égal à ce que nous avons appelé, et pas par hasard,
quoique dans un autre contexte, du même signe dont nous désignons
1”objet a. Ce petit (a) irrationnel qui est égal à å(1 1*/5) est quelque
chose qui se stabilise parfaitement comme rapport à mesure que s”engendre la représentation du sujet par un signifiant numérique auprès
d”un autre signifiant numérique [. . .] «

C”est bien là qu°il s°agissait d”en venir, en effet: la série de
Fibonacci nous offre la métaphore élégante d”une série signifiante
qui se trouve approximer toujours mieux dans son développement
une même valeur, laquelle n”appartiend*ra jamais à la série, et entretient avec l”unité les rapports étranges qu”on vient de voir. En
somme :plus s°allonge la série signifiante, et mieux l'on cerne, sans
jamais y toucher, ce qu°il en serait de l°objet a, déjà défini aussi
comme << objet cause du désir ››. Tout un programme pour un psychanalyste appliqué à donner à ses auditeurs une certaine conception de la cure analytique, puisque l'idée d'une fin intrinsèque de
Paventure transférentielle est déjà inscrite dans une telle métaphore.
Si elle articule de façon (un peu trop) heureuse la production
signifiante et la constante échappée de cet objet a qui a pris la relève
de l°objet métonymique, la série de Fibonacci reste impuissante à
générer un quelconque non-rapport à l°un qui dirait la valeur que

v¿`__-_*

64
`

.fil

"ef

*;
N.- -fa.

_“_f«f_ _l.e=›

'_°,~=-_'___,_ “

/

ës«._.

. * ff' 1._-

"MI

_

.__

μm- _._ ._
1*,
Mr. '-.________f___› .,

'

\_

_

_,›

.›'

1

1..
.-'

"`.\.--«~
.,_ _-

/ "

“MJ
_ - .

~

^1,'- |.
'u '

.\

_

"'-=

.

_

.

'_| 1

,'

-_»

_:

.°'

f

^
___/_¿_

wir
-' .1

_
_

`

_›_

_.,1'

-_'

f ,X
-_*

_ t9

.

,/_

.

_

____,__r

"Î-

_;

_'i(-.

r ,__ '__.<*

-A

_

'

-

.

"'.`..-.___ ,_ ._¢_
$
' "
U
'

_ '_'§~. \

*___'-_*

,..

Je serai plus allusif encore sur les efforts topologiques de Lacan
qui, en s°aidant de l”une des propriétés de Pimage spéculaire (Fin,
version des rapports gauche/droite), va nommer << non-spéculaire i,
les surfaces, bien connues alors des mathématiciens sous le nom ds
<< surfaces non-orientables ›> (ou << non-énantiomorphes ››), qui ns
possèdent pas cette propriété réflexive d”inverser Porientation, et
se trouvent donc identiques à leur image miroir (on convient ds
dire qu°elles n”ont pas d”image spéculaire) :bande de Möbius, bou,
teille de Klein et cross-cap vont ainsi peupler les séminaires des
années soixante pour donner place à ce qui, dans la pratique ana,
lytique et la conception de la cure, échappe à l”emprise tentaculairq
de l”image spéculaire-

i

Jfirí

-

'

_

1

"

-1»-_*:››*..-=» . _» _;
l

"'- _

_

I'

.

Ã".

x

/

_«-

* 1 *`
.

. _,_

-

J

_,
.

\X
_.

;..'›'ï,'/W

-*_ _.

Lacan entend donner à son partiel. En cette année 1969, cette séris
invoquée de-ci de-là depuis près de dix ans a donné tout son jus_
et doit passer la main à autre chose pour que se dise ce qui resta
tu avec elle.

.*,)

/il

_~|-_-.

-

:

å

La PAs'roU'r DE LACAN

Quels que soient les mérites intrinsèques de ces recours numét
rique et topologique, je pars de l°idée qu°aucun ne parvint à offrir»
à Lacan matière à soutenir l°intuition qui le guidait depuis, au
moins, le séminaire Le transfert et sa promotion d°un partiel sang
précédent. Que l'objet tel que nous devons le concevoir dans le fi1
de Pexpérience freudienne fût à exclure de tout rapport à l°u11
nécessitait beaucoup plus que la trouvaille d°un savoir déjà là, prêt
à accueillir pareille chose.

.-._-.______

__,

Cette intuition d”un partiel insaisissable dans les pincettes de
l'unité a chez Lacan des racines mathématiques dans la mesure où
il s'agit de fonder un nouvel << ir-rationnel ››, ce mot signifiant à lui
seul « non-rapport ››. Durant l°<< époque géométrisante de la mathé~.
matique ››, le carré de la diagonale et son \/2 suffisait, comme on
l°a brièvement évoqué, pour représenter pareille chose, mais depuis
Pavancée de Dedekind” les irrationnels se trouvaient intégrés dans
le corps des réels en tant que << coupures ›› ordonnées, et donc entretenaient des relations topologiques réglées avec tous les autres
nombres. Ils n”ont plus depuis lors d”ir-rationnels que le nom puisqu'ils forment avec les entiers et les rationnels (ainsi que les trans17. Richard Dedekind, Les Nombres. Que sont-ils et à quoi serfoent-ils P, Paris, Bibliothèque
d'Ornicar P, 1978.
_

,-

PoUR UNE LECTURE CRITIQUE. ._

65

cendantaux) le continu numérique, qui a désormais pris le pas sur
le continu géométrique. Lacan ne peut donc plus s°appuyer sur la
diagonale du carré pour faire entendre le « sans-rapport ›› de son
partiel. Bye bye Ménon! Mais ce partiel new look a aussi pour lui
une force poétique et politique qu°il serait fãcheux d”ignorer, car
c°est là qu°il puise l'essentiel de sa force, bien avant de trouver la
moindre pertinence clinique. L”unité possède bien sûr au moins
deux faces (voir Le Parrnénide où Platon les énumère, entre autres),
celles que Lacan pour sa part distingue comme << unaire ›› et
« unien ››, symbolique et imaginaire. Mais voilà que le partiel qui se
profile est dit échapper à l°une comme à l°autre : sa qualité obstinée d°<< objet ›› lui permet - comment? on ne le sait pas bien! - de
ne tomber sous aucun de ces deux uns. Il s”annonce donc comme
un parfait personnage de dessin animé, mâtiné de Robin des Bois :
libéré dès ses premiers pas de tout asservissement à un concept,
insoumis au << noeud de servitude imaginaire ›› de l”image spéculaire, d”emblée lié à la pulsion et au désir, le voilà prêt à gambader
à gauche et à droite, et par là même à accomplir pour son Gepetto,
son inventeur, des tâches multiples et variées. Sauf que, comme
tous ces petits personnages extravagants, il a ses propres exigences:
ilfaut le nourrir en non-rapport, puisque son destin l”oblige à ne pas
entrer en rapport avec l°un (qui le reconduirait au concept, tel l”enfant prodigue). D'où la nécessité d°écrire une telle chose, faute de
quoi Lacan pouvait savoir qu”il se retrouverait dans une position
poético-mystique que, certes, il ne méprisait pas, mais où il ne lui
était décemment pas permis de s”établir.
L°arrivée des formules de la sexuation
Je ne referai pas ici le parcours textuel qui nous mènerait d'un
premier (et risqué) << Il n”y a pas d°acte sexuel ›› (dès La logique du
fantasme), au << il n°y a pas de rapport sexuel ›› présent tout au long
des séminaires D”un discours qui ne serait pas du semblant et

ou pire. ]e me contenterai de marquer quelques moments clefs
dans cette progression qui aboutit aux formules dites « de la sexuation ››, pour autant qu”elles tentent d”écrire ce qu°il en serait du nonrapport sexuel. L”affaire commence avec D”un discours qui ne serait
pas du semblant, notamment dans la séance du 17 février 1971.

1

66

/
I/

/
_-.›-__
___ ›

.

'Z/;«

ff
J
__,_

_

f"
fr

___.**

2%:--«

= »//i
_,
_
,*

un

1

flu

1I

-J.,

"-\__

.

\

u \'
.

___

*_

_ ,___

__.-

ri'

___'

'

..

f'
f 1

,r

|_
_'
, _ »

'

LE PASTOUT DE LACAN

Ce n'est pas la première fois que Lacan articule Pexpression
selon laquelle << il n°y a pas de rapport sexuel chez l'être parlant ››,
mais il va ce jour-là entrer plus dans le détail des considérations qui
produisent un tel énoncé. Il invoque les signes utilisés par la biologie moderne pour désigner le masculin et le féminin, puis le yin et
le yang chinois, et d°autres couples encore qui ambitionnent tous
de dire une bipartition sexuelle. Mais ce qui objecte à une telle classification binaire, ce qui fait qu'il est << intenable d”en rester d'aucune façon à cette dualité comme suffisante ››, c'est une nouvelle
fois la fonction dite du phallus, qui joue toujours les empêcheurs
de compter en base deux:
Cette fonction du phallus rend désormais intenable cette bipolarité
sexuelle, et intenable d'une façon qui littéralement volatilise ce qu'il
en est de ce qui peut s'écrire de ce rapportls.

Si, dès 1956, ce phallus suffisait, en tant que << tiers élément qui
est un élément ›› (cf supra), à faire objection au couple sujet/objet,
ce n'est plus à ce titre d'élément qu°il intervient ici, mais en tant
que << fonction du phallus ››, et bientôt de << fonction phallique ››.
Cette féminisation et cette adjectivisation sont lourdes de conséquences, car nous n'avons plus affaire à un objet (symbolique,
mythique), mais bien à un rapport puisqu”une fonction, dans le
vocabulaire mathématique ou logique que Lacan affectionne (il
emprunte cette fonction surtout à Frege), n°est rien d'autre qu°une
mise en rapport d'éléments appartenant à deux séries disjointes.
La « fonction phallique ›› est donc, par principe et par définition,
Pécriture d'un rapport. Elle n”est même que ça. Cependant les deux
séries que Lacan relie ou distingue par cette fonction du phallus ne
sont en aucun cas hommes et femmes, mais les êtres parlants d'un
côté, et la jouissance de l”autre. Cette fonction phallique nomme
désormais le rapport de chaque être parlant, chaque << parlêtre ››, à
la jouissance qu”i1 vient à toucher par le langage. Lacan peut donc
désormais rajouter que le phallus ainsi entendu << ne désigne nullement Porgane dit pénis avec sa physiologie ››.

18. I. Lacan, D'un discours qui ne serait pas du semblant, séance du 17 février 1971, p. 13
(version Chollet).

POUR UNE LECTURE CRITIQUE. ..

Ô7

<< Toutes les femmes ››

Comme souvent lorsqu°il introduit quelque chose de nouveau,
Lacan aime à rappeler qu”il l'a déjà dit il y a longtemps. D”oû un
rappel de «La direction de la cure et les principes de son pouvoir ››,
texte dans lequel il opposait, sur le point exact du phallus en effet,
le fait de l'« être ››, plutôt réservé aux femmes dans ce contexte, et
celui de l”<< avoir ››, plutôt réservé aux hommes. Ce qui s”annonce
maintenant paraît cependant plus prometteur dans la mesure où
Lacan y parle d'une << substitution au rapport sexuel de ce qui s'appelle la loi sexuelle ››. Or que voyons-nous apparaître dans les
minutes qui suivent cette << substitution ›› ? Rien d°autre les propositions universelles et particulières affirmatives et négatives, à la
manière de Peirce, que Lacan lui-même avait présentées lors du
séminaire L”identzfication, près de dix ans auparavant” 5 elles vont
maintenant lui servir pour écrire cette «loi sexuelle ››, laquelle ambitionne d°articuler le rapport de chaque sexe à la jouissance - donc
de faire de la fonction phallique ce qui permettra de différencier
homme et femme, de construire cette différence, et de cesser ainsi
de la tenir pour un donné premier (biblique) sur lequel tout le reste
pourrait se construire. Ce recours à la logique est précédé d°une
mention rapide, mais décisive, de flitern et tabou :
Le maintien, dans le discours analytique, de ce mythe résiduel qui
s'appelle celui de l°(Edipe - Dieu sait pourquoi - qui est en fait celui
de 'Ibtern et tabou où s°inscrit ce mythe, tout entier de l'invention de
Freud - du père primordial en tant qu°il jouit de toutes les femmes,
c'est tout de même de là que nous devons interroger d°un peu plus
loin, de la logique de l”écrit, ce qu°il veut dire. Il y a bien longtemps
que j”ai introduit ici le schéma de Peircezû [...]
19. Je n'oublie pas la séance du 7 février 1968, lors du séminaire Bacte analytique, au cours
de laquelle Lacan reprend le quadrangle de Peirce, sans introduire beaucoup de nouveautés par rapport à ce qu'il avait pu en dire en 1962, mais en insistant sur l'intérêt de concevoir Puniverselle négative comme vide de tout élément, et en cela capable d'accueillir l'absence d'être du sujet: « [. . .] que le sujet puisse fonctionner comme n'étant pas est proprement
[...] ce qui nous apporte Pouverture éclairante grâce à quoi pourrait se rouvrir un examen
du développement de la logique ››.
20. J. Lacan, D'un discours qui ne serait pas du semblant, séance du 17 février 1971, p. 13
(version Chollet).

Ö8

\.=._ _
._-._

I
1-.aš

1

» »
ݢ'_

/_'

vf'
i
.f

,

_
_

u_

.

__ ›
-_ .-;_

.,

1"

I

_ '

-'¿l

1
,
_ ,,

si-:ill la

.

I

*li

'

\

/

,*

-__;›_

"'r_\.

.

_

'.'|_
P _
.›

' '

1/

_.
_

_
_.. ~;_'/_! il ç. *
'ua'

Lé :'.

l

I ` 1 6

"':?_'.:"'
;

_
_

`A.'

_

.

_
._ J -'
_ _ .'J
_;

f

_.--

/5

_

P

la 'I
__

_-

*'-

-m '-.

_ __ lv '
_ _ ,_
\_

-

\va

*_

`

`.l\

fr*

_ __; J

_'
.

_

`\.¿`.'¿

_›`î"-..

_/1 1

"

Q.,-'

1-

--.___ _.

ul'

_' f
.

~

~

“fl
j

4

Voilà prononcé, sur le compte du Freud de 'lbtem et tabou qui
n°en peut maiszi, un << toutes les femmes ›› qui va se révéler crucial
dans la suite des opérations pour autant que Lacan entend énergiquement le nier, soutenir qu°il n”existe rien de tel. Il pourra par la
suite accrocher cette assertion à je ne sais quoi de la jouissance
féminine, mais le point de départ est freudien: c”est sa façon à lui,
Jacques Lacan, d”écrire le mythe oedipien. «Toutes les femmes ›› : y
a pas. À partir de là, il va pouvoir déployer son questionnement visà-vis de la tenue de Puniverselle.

_._4!}

._":_^{:¿\.___

-

LE PASTOUT DE LACAN

'I/fi
_,,›

xx

_

Ce que désigne le mythe de la jouissance de toutes les femmes, C'est
que, un << toutes les femmes ››, il n°y en a pas. Il n”y a pas d'uni*ue*rselle
de la femme. [...] Voilà ce que pose un questionnement du phallus, et
non pas du rapport sexuel, quant à ce qu°il en est de la jouissance
féminine. C°est à partir de ces énoncés qu°un certain nombre de questions se trouvent radicalement déplacéeszz. ..

Grand coup de trompette, mais nous sommes encore loin d°y
voir clair. Le passage immédiatement suivant, qui a trait au fait que
la vérité et la fausseté ne sont traitables que dans la dimension de
l”écrit, insiste sur le même point sans le rendre beaucoup plus probant. Tout ce que nous avons pour l'instant, c°est, d'un côté dit
<< homme ››, une universelle qu°on peut dire classique, et de Pautre,
côté femme, du fait de cette mention très partiale, pour le coup, de
'Ibtem et tabou, la négation d°une autre universelle, la déclaration,
pour l°instant étrange, de son inexistence23.

9

21. Par deux fois seulement,l une dans 'Ibtem et tabou, l'autre dans Ijhomme Moise et le monoth¿z`sme, Freud emploie Padjectif « toutes ›› pour les femmes en tant qu'elles seraient la possession du chef de la horde. Mais ce trait ne constitue en rien chez lui l”axe de Paffaire, et
reste à chaque fois pris dans la référence à Darwin qui, lui, affirme que le chef de la horde
s”était approprié « toutes les femmes ›› (sic!`*t alle Wèibclzen aneignete), S. Freud, Der il/Ian .Moses
und die Monotheisticlze Religion, Studienausgabe vol IX, Frankfurt, Fischer Verlag, 1974, p. 575.
Dans 'Ibtem et tabou, l'unique mention de ce point ne se trouve que dans une citation de
Darwin (en français, Payot, p. 145 5 en allemand Studienausgabe IX, p. 41 1).
________hh______h _ _-_

22. J. Lacan, séminaire D'un discours qui ne serait pas du semblant, séance du 17 février 1971,
p. 13 (version Chollet).
23. Pourquoi n”y aurait-il pas un tel « toutes les femmes ›> ? À cause de l'OEdipe, qui met la
mère sous interdit? Mais le père aussi tombe sous Pinterdit! Pourquoi, au point où nous en
sommes, y aurait-il un « tous les hommes ››, et pas un <1 toutes les femmes ›› ?

POUR UNE LECTURE CR1T1QUE. ..

69

Les premières écritures
C°est alors, vers la fin de la séance suivante, celle du 17 mars
1971, que Lacan reprend d'une part ce qu”il a amené de Peirce,
d°autre part la fonction phallique en tant que rapport à la jouissance, chiffré par la lettre (I), et enfin les << quanteurs ›› (ou quantificateurs) de la logique symbolique, pour commencer d'écrire tout
cela sous la forme d”un carré logique distribuant les quatre places
connues depuis Aristote - et plus encore Apulée qui les ordonna
ainsi - sous les noms d°universelles affirmative et négative, et particulières affirmative et négative. Il propose ce jour-là les écritures
suivantes :
- Puniverselle affirmative : Vx.<I›x (pour tout x, phi de x)
- la particulière affirmative : E|x.<I›x (il existe un x tel que phi de x)
Arrivé à Puniverselle négative (e), première difficulté5
Vx.<Î3΢ . Ca, je veux exprimer que c°est une négative. Comment le puisje? Je suis frappé de ceci que ça n'a jamais été vraiment articulé
comme je vais le faire. C”est qu°il faut que vous mettiez la barre de
négation au-dessus de <I>x, et non pas du tout comme il se fait habituellement au-dessus des deux. Et ici? C”est sur Elx que vous devez
mettre la barre (Elx.<I›x , particulière négative).

Le lecteur un tant soit peu décidé à lire Lacan de façon critique
rencontre ici, d'emblée, un sérieux problème d°attribution. Cette
façon d°en user de façon non classique avec la négation en la faisant porter, non plus sur l”ensemble de la proposition, mais sur chacun de ses composants, se trouve déjà banalisée à l°époque, même
si Lacan la présente ici comme une sienne invention, qu°il va bientôt commenter avec les termes, bien à lui quoique empruntés à
Damourette et Pichon, de << forclusion ›› et << discordance ››. On
pourra s”en convaincre en allant lire la seule page 25 du livre de
Robert Blanché, Les Structures intellectuelles24, où ce dernier produit, à partir de l”universelle affirmative (unifoersellement p) et avec
le seul opérateur de négation, les trois autres propositions, en distinguant entre une négation << forte ›› qui ne porte que sur la fonction et engendre Puniverselle négative (urtioersellernent non-p), et
une négation << faible ››, qui ne porte que sur le quantificateur pour
24. Robert Blanche, Les Structures intellectuelles, Paris,Vrin, 1966.

70

_'/

-/_'

/

/ _

__:_=___ _
_

_.

_/_/-/_

-»/__

*.

--4.

»

f

/*

r" l

.-'
_/

_,

/`

.

_____.

_.

.J
_^-__'Jf__

*'/fi.

ff'

_;

”T\

«___

.

.

_,__ i'

ÿ ,__
_ ___
*« \ l_* . *

*Gu

_ _,

___._ _
_,f .-

' iJ

ll :JJ

"

As)

Quoi qu”il en soit, ce 17 mars 1971, dans sa première tentative
d”écrire les quatre postes du carré logique que sont respectivement
les universelles positive et négative et leurs particulières correspondantes, Lacan présente alors la série suivante :

.

I

mn-

donner la particulière négative (non-universellement p), soit le pastout que Lacan cherche déjà à construire (VÎ<:.<I>x ). Et cela va jusqu”à la particulière affirmative, qui s°écrit en conséquence chez
Blanché non universellement non-p (puisqu”elle doit entrer en contradiction avec Puniverselle négative, comme on va le voir plus en
détail dans le fonctionnement des différents carrés logiques). Or
c”est bien ce qu”on retrouve, à une nuance d°écriture près, chez
Lacan : 3x.<ÎÎic.Ajoutons à cela que Blanché n”était en rien un
inconnu pour Lacan puisqu°on retrouve son nom dans le
numéro 10 des Cahiers pour Panalyse, lesquels commencent par
Particle de Brunschwig dont on va bientôt voir à quel point il fut
décisif dans Pétablissement des formules. ._

ff:-l

r

,__

LE i>AsToUT DE Li*-\CAN

v,¢_<px(a)i5 Elx.<I›x (t) 5 Vx.<Λʢ re) 5 Êl΢.<I›x (0)25
C°est avec la négation de Puniverselle que Lacan dit inventer ce
qu'i1 ngmme presque tout de suite << la non-valeur de Puniverselle
negative ›› (on sait qu”il a déjà en tête son << il n°y a pas de toutes les
femmes ››, qu°il va chercher à caser à cet endroit), non-valeur dont
il tire, en guise d”ultime commentaire, cette assertion: << C°est ici
[avec Puniverselle négative telle qu°il l”entend] que fonctionne une
coupure essentielle, eh bien c'est cela même autour de quoi s°articule ce qu”il en est du rapport sexuel. ››
On remarque d'emblée - nous qui savons ce que le Lacan de
ce 17 mars 1971 ne sait pas encore - que la barre de la négation
ne tombe pas ce jour-là sur le quanteur pour produire le fameux
pastout (ce Vx.<I›x qui ne viendra, lui, que le 19 mai), mais seulement sur la fonction elle-même, entraînant dès lors ce Vx.<I›x dont
l°existence sera brève26. La particulière négative se fabrique avec
_*-.___._

25. Dans la tradition syllogistique, on nomme a Funiverselle affirmative, ila particulière
affirmative, e Funiverselle négative et ola particulière négative. On suivra cette notation dans
Ce qui suit.
26. Ce <* tremblé ›› des écritures lacaniennes est précieux, non en lui-même (esthétisme de
Pérudition), mais par la liberté qu'il accorde par rapport à des textes écrits, trop vite canoniques.'I`raduction (Freud) et transcription (Lacan) permettent bien souvent de retrouver

POUR UNE LECTURE CRITIQUE. . .

71

l”autre moitié de la négation, qui tombe sur le quanteur existentiel
pour produire un ET:-c.<I>x fort peu intéressant, et qui va lui aussi disparaître explicitement sous peu. En dépit de cette distinction entre
deux négations, il est clair que Lacan cherche encore, en ce 17 mars,
comment écrire aussi bien Puniverselle négative que sa particulière,
dans le sens qui Pintéresse alors relativement au rapport sexuel.
Ici se situe cependant le décrochement, même s”il reste encore à
écrire correctement. En ce point, en un mouvement qui reste
confus, Lacan se souvient de Peirce, alors même qu°il se propose de
réécrire Aristote (mais quoi d°Aristote? on va le Voir bientôt) avec
la fonction et la quantification inventées par Frege. À ce momentlà, il refait grand cas de ce qu°il dit tenir de Peirce, à savoir que l”absence de tout trait (Puniverselle négative) confirme l”universelle
affirmative: tout trait est verticalzl. Il omet, chose remarquable, de
noter que l°absence de tout trait ne vérifie pas seulement Puniverselle affirmative, mais tout et n°importe quoi puisque, comme les
mathématiciens le savent, s°il n”y a pas de x, si x appartient à l°ensemble vide, x vérifie n°importe quelle propriété. Le point que
Lacan tient à souligner, par contre, c'est que le quantificateur de
Puniverselle, V, n”entraîne aucune nécessité quant à l”existence, à
l°inverse du quantificateur dit justement << existentiel ››, El, qui, lui,
implique Fexistence de ce qu'il nommera bientôt ailleurs dans son
enseignement l°<< au-moins-un ››, voire Fhommoinzun.

V et la question de Pappartenance
Lorsque donc l'on dit (mais plus encore lorsqu°on écrit) << pour
tout homme ››, ce << tout homme ›› qui n°implique aucune existence
présente un statut bien singulier puisqu°on va prédiquer certaines
choses de cet être. Où est-il? Quel est-il? « Quand il est sujet, dit
Lacan le 19 mai 1971, il implique une fonction de Puniverselle qui
ne lui donne pour support très précisément que son statut symboce tremble qui autorise la question : « Pourquoi a-t-il dit ça comme ça plutôt qu”autrement?
Comment en est-il venu là ? ››
27. Autrement dit, il conçoit déjà comme équivalentes (et non contradictoires) Puniverselle
affirmative et l'universelle négative. Il faudra s'en souvenir bientôt, au moment d'entrer dans
le carré logique de la particulière maximale à la Brunscliwig.

72

LE i›AsToUT DE LACAN

lique. ›› Voici donc posée la question de Pappartenance, en tant
qu'elle ne suffit pas à régler la question de Pexistence.

_*-._
_____n

_/",

_
#1'

_

_-I › '
,H _/

rt*

\_

4

_-

/Î/'

1* .

__t"

_ -_ il
____ ___,-___ ¿_

.

,_ _-_,(__ .

_ -

1\¿*_r.
._-*'
_

E

'1_

si-*

r'-

'I

f'.'I.'

__' 1": ›..-_* ,«

(_-dir..
',›

'I
.-¢

.› f

`

(_

f

I_ -

\
_

'

"Jf

.-

,

J'

_

*' _.

4'.____*_-..,-_';§,_; ____//_:,›

_,

________*.=«*,-¿îš`›*_'~›\_›__(-?-

if...

_

_-._-

-A.

~

__

_

__.____.

\

.57.".
*›._ _'
~ *- -4

,

/ /

'I'_ ' l' ' "' . f-

_ \_
“_

__ _.9,__-

,'-

_ _
`

m.._

Î

L'opérateur << pour tout ›› (V) n°a en effet de sens qu°à référer
la lettre qui le suit à un individu dont il est par là même écrit qu°il
appartient à un ensemble déterminé. Il n”est pas quelconque en luimême, comme Frege l”avait déjà fait remarquerzg, il résulte d°une
désignation quelconque dans Pensemble auquel il appartient, ce qui
pose de façon décisive la question de Pensemble en question.
Employer ce quantificateur, c”est faire ipso facto Phypothèse que cet
ensemble - que Frege appelait le « parcours de valeurs ›› de la
variable - existe bel et bien, et que donc il est permis d'en prélever
un élément ou un autre pour peu qu'on ait les bonnes pincettes (la
bonne fonction, celle à laquelle il satisfait). En montrant que de tels
ensembles n'existent pas toujours (à la grande surprise de Frege),
Bertrand Russell avait soulevé de façon décisive la question des
paradoxes, ce que Lacan aimerait bien refaire pour son propre
compte puisqu”il estime avoir lui aussi sous la main un domaine
peuplé d°individus (les x des propositions universelle et particulière
négatives) dont il prétend, contre l°opinion reçue, qu°ils échappent
à toute collectivisation, à toute mise en ensemble pouvant être parcourue par un opérateur du type V, exactement sur le modèle des
fameux « ensembles qui ne s'appartiennent pas eux-mêmes ››.
J”ai essayé de montrer ailleurs que la tenue subjective de Puniverselle tient, pour chacun, au mystère de son étrange assentiment
à l°idée qu°il mourra un jour, que << tout homme est mortel” ››. D°un
côté, le narcissisme est dans Pincapacité foncière d°envisager
pareille chose, et de l°autre, il y a là une certitude sans mélange que,
oui, ça arrivera. Si, au lieu de s'obnubiler d”un tel clivage, on s”approche de la certitude en jeu, on voit que le « tout ›› qu”il s”agit pour
chacun de rejoindre en reconnaissant l”absence absolue d°exception à cette règle de l°espèce équivaut à se rayer mentalement de

.-.._ -.__

28. <1 Certes, il y a bien lieu de parler d”ind-étermination, mais “indéterminé” n'est pas un
qualificatif épithète de “nombre”, c'est plutôt un adverbe modifiant “indiquer”. On ne dira
pas que n désigne un nombre indéterminé, mais qu”il indique de manière indéterminée des
nombres. ›› « Qu'est-ce qu'une fonction? ››, in G. Frege, Ecrits logiques et philosophiques, Paris,
Seuil, 1971, p. 163.
29. Guy Le Gaufey, « Mourir pour que “tous” tienne ››, Les lettres dela SPE n° 9, Paris, SPFCainpagne-Première, 2003, p. 135-146.

POUR UNE LECTURE CRITIQUE...

73

son appartenance à l°ordre des vivants, et donc a fortiori de l°espèce qui y appartient. «Tous les hommes sont mortels ›› n”a de sens
qu°à partir du moment où un qui dit « je ›› accepte d°appartenir à
cet ensemble qui dit, lui, dans sa quasi-définition, se défaire luimême de lui-même puisque y appartenir revient à accepter de s°en
abstraire. «Tous les hommes ››, loin de collectionner empiriquement
des << encore vivants ›› pour les rassembler en un tout dans lequel il
n°y aurait qu°à puiser et s°inscrire, ne siobtient qu°en liquidant l°exception narcissique que je suis dans la question de ce tout-là.
L°induction ici ne réussit que dans la mesure oû elle parvient à avaler son inducteur, et << tout homme ›› consent, dès son départ délibéré en la matière, à ce que son appartenance pleine et entière à
l°espèce soit, en son essence, un événement de pensée par lequel il
s°absente à l”avance du tout auquel il ambitionne d”appartenir. Je
n”adviens comme << tout homme ›› que dans la mesure où ce tout
homme que je suis, que je veux être, est capable de tirer un trait
sur son existence, de son vivant - Puniverselle est une dure
conquête, nonobstant d”une désarmante facilité.
Le 19 mai 1971, Lacan, pour se faire entendre sur ce point, ne
se lance pas dans de telles difficultés logiques. Il utilise Pexemple
des racines des équations du second degré, qui n°appartiennent pas
toutes aux nombres réels puisque certaines, racines de nombres
négatifs, ne peuvent ressortir que des nombres imaginaires. Laissant
de côté les nombres complexes (qui conjuguent nombres réels et

nombres imaginaires), Lacan peut faire valoir qu°il existe des cas où
il y a des racines réelles, et qu°il existe également d'autres cas oû il
n”y en a pas 5 on rencontre donc des situations dans lesquelles la particulière affirmative et la particulière négative, loin de s”exclure l°une
l°autre, s”accordent (on verra bientôt toute Pimportance de cette
nuance). Il n”en reste pas moins que, dans tous les cas, lorsqu°on
écrit qu°un élément quelconque appartient à un ensemble déterminé, l°on pose comme existant un tel ensemble. Pas de V sans l°ensemble qu°il est supposé parcourir. Et si pas d'ensemble. ._
A partir de la négation portée sur << toutes les femmes ››, Lacan
conclut à Pinexistence de << La ›› femme en tant qu”entité strictement
symbolique, et par là même s”évanouit la possibilité d°écrire un rapport entre une entité possédant un ensemble de valeurs à parcourir
(hommes), et une autre qui ne possède pas un tel << parcours de

Î-nur*
i

74

_:_"""*a._

4;-

_

"-.

/;;Î_._«'\._

'_

I/

.-'

, .

ll-

_ .p

_ _,..›l"

'ff

1

___._i___«_
_

_.,»i. _
_`
~

l

.

-_

I

fl.. J'

_ _! _
_i~__

.li

'-

'_ _"',

."'r'._"'- »` 1" _*
__f-

*__
É'
.-_
_

_

,_

:fi

___, _.

___

' .›. in '
__
,› :__
1

LE i>AsToUT DE LACAN

valeurs ›› frégéen (femmes). De ce qu°il n'y a pas d”ensemble de
toutes les femmes - de façon au fond homogène au paradoxe de
Russell selon lequel il n°y a pas d°<< ensemble de tous les ensembles
qui n°appartiennent pas à eux-mêmes ›› -, il ne peut y avoir << toute
femme ›› (n'importe laquelle en tant qu”elle appartiendrait à l°_ensemble << Femmes ››), et donc il n°y a pas << La ›› femme. C.Q.FÎD.
(tout cela sous la condition de départ - énigmatique, elle -, qu”<< il
n°y a pas de “toutes les femmes” ››).

1-"
r

_

z
.«/_? *

.__' _ 'I F
«H-' _

_ .s

¿___

.1

.___-.uu__

n

_
“*. -

'~|_.

"

.__

' _

_...

\_

_

f*;,J"¿/_;

Jr
_,_
___:
___,-.
_:

"

_

'l

.

'~']°*,'.-.›'

\Q
1

1/

1-. ' ' FF":
_

,.1-

La migration de la négation : discordance et forclusion

,,_L :Z

3 _ 1

~.

.;-.___.- _ __.- . \__\ _______
É
' '\\`__\
(_.1 .

iz! .W _'

_.f_-._,_-

-

'

_¢.,.
_
- .1 J ___,* ..-_ '. ,..
_

_

L`“ *ff

J'__

i

_ ,
/___-.___ __

De là dérive Pimportance de Popérateur de négation aux yeux
de Lacan, au point qu°il n°est pas parvenu tout de suite à le situer
correctement au regard de ses propres exigences. En niant d'abord
la fonction - et non le quantificateur, comme il le faisait en
mars 1971 avec son étrange écriture de la particulière négative sous
la forme Îcxbx -, il était encore en recherche, comme il le reconnaît le 19 mai 1971 en qualifiant d°<< ineptie ›› son écriture antérieure de l'universelle négative sous la forme Vxfific :
[. . .] j'ai glissé à 1'écrire, à savoir que la fonction, avec cette petite barre
au-dessus, symbolisait quelque chose de tout à fait inepte au regard
de ce que j°avais effectivement à dire. Vous avez peut-être remarqué
qu'il ne m'est même pas venu à l°idée, du moins jusqu°à présent, à
vous non plus, de penser que la barre de la négation peut-être avait
quelque chose à faire, à dire, dans la colonne, non pas de droite, mais
de gauche. Essayons... Quel parti peut-on en tirer?

Et voilà donc une négation qui tombe maintenant - non plus
sur une proposition, c°est-à-dire sur une fonction quantifiée - mais,
tantôt sur le quantificateur, tantôt sur la fonction, d”une façon inversée par rapport aux premières écritures du 17 mars. Lacan (en suivant ici Robert Blanché ou sa propre inspiration), écrit donc pour
qualifier ses deux particulières (négative ici à gauche, et affirmative ici à droite) :
F-"""'*---_-._ _

Vx.<I)x et Elx.<I)x
Il y a un monde, poursuit-il, entre les deux négations : celle qui fait
que je ne l'écris pas, que je l'exclus et, comme s'est exprimé autrefois

ä._

PoUR UNE LECTURE CRITIQUE. ..

75

quelqu°un qui était grammairien, c”est forclusif : la fonction ne sera
pas écrite, je ne veux rien en savoir. L”autre est discordantielle.

Nous pourrions hésiter un peu quant à savoir comment répartir des adjectifs, mais le 8 décembre 1971, au tout début de
ou pire et dans le droit fil de cet usage nouveau de la négation,
Lacan est on ne peut plus clair: << Notre “pastout”, c”est la discordance. ›› Comment entendre ces précisions grammairiennes, dans
un tel décor?
Assez simplement : le discordantiel, comme son nom l°indique,
et pour une fois que Damourette et Pichon n°ont pas recours à leur
galimatias savant, est ce qui introduit du discord, de la discordance,
du désaccord. (Test une façon, non pas encore de nier (ce sera le
travail du forclusif), mais de marquer un écart, une distance qu”introduit le mot << ne ››. Damourette et Pichon en lisent la plus fine et
expressive nuance dans Pemploi occasionnel de ce << ne ›› aprés l°expression << avant que ››, tournure, disent-ils, qui gagne du terrain
dans le français de leur époque : Il sera parti avant que tu arrives; il
sera parti avant que tu niarríves. Le premier emploi signale le fait
brut d”arriver; le second renforce le subjonctif appelé en français
par Pexpression avant que, soulignant ainsi la possibilité du fait plus
que le fait lui-méme.
Le forclusif, quant à lui, vient dans ces compléments indispensables de la négation que sont: pas, rz`en,jamaz`s, aucun, personne, plus,
guère, mie, goutte, etc. Ils s”appliquent, poursuivent Damourette et
Pichon, << aux faits que le locuteur n”envisage pas comme faisant
partie de la réalité” ››. Forte opposition donc au discordantjel, qui,
lui, envisage fort bien que ce sur quoi il porte fasse partie de la réalité, sinon à y introduire des nuances décisives : pastout ne dit pas
qu”il n'y a rien, mais que ce qu”il y a ne donne forme à aucun tout.
Ces précisions grammaticales ne suffisent pas, à mon sens, à
faire toute la clarté sur ce que Lacan alors entreprend pour subvertir le sens et la portée de Puniverselle négative. Elles permettent
cependant de voir d'emblée qu'il ne s'agit plus de produire un
30. Damourette et Pichon, Des mots à la pensée, Paris, Ed. d'Artrey, tome I, p. 138, § 115Lacan a déjà largement commenté cette affaire, autour de la phrase <1 Ie crains qu'il ne
vienne ››, jusqu'à faire de ce « ne ›› le signe le plus proche du sujet de Pénonciation. Cf 121
séance du 17 janvier 1962 dans L'z'dentz]îcatt'on.

X

76

':l'Ç`.'

/_/`
"

_n
_- .-.
_

t

'_'

'“.

, 1, .V.
_ la//'È
' rf' V
'xt

,

*.--9 i-_›,;f

*”

,f

W*

.J
_

__

. -

_;-tx "<.

' Î-'

ar _ fl ,
_ _.'
1..:`~*
'-* .J

\.

_

-. _ 1
"Iii
"ll
_

..

'_, _

_

".'v'\

f _. I
,.
.f
2* .
_ I


\-«
X

T

`\,

›'-' .-

.

-.|.

'É'
"-

""*5«`¢u'.
;'.'. -. '
- sai,-'-,_`.`-,îl I,
--,_ '_
1;.
* 1

\."'l'\e«“'“.-' 1”
'P-Ê Î
. ,J it

«_

_, "ls P ,f
"

: -

'_

*-

couple d”opposition genre vrai/faux, mais qu°universelle affirmative et universelle négative entretiennent désormais une sorte de
commerce qui n”est pas de pure contrariété, comme, de méme, la
discordance et la forclusion sont à la base de la richesse de la négation en français pour autant qu°elles situent des postures différentes
dans le rejet et Pexclusion d”une action, par ailleurs posée dans la
proposition.

_ ,./.L-Hifi/.ï;Î,,~* i\`;_i.,`

)

-

LE 1›As'roU'r DE L/-\CAN

Ainsi progresse-t-on avec Lacan, de par ce qu”il appelle (le
8 décembre 1971) « deux formes tout à fait différentes de négation ››, d”une distance prise énonciativement à Pégard d”une fonction (par où ça << discorde ››), à son refus entier, sa << forclusion ››, renforcée de ce qu”<< il en existe bien un ›› qui soutient cet extrême de

la négation, laquelle porte désormais, non plus sur la proposition
(qui s'écrirait alors E1_xÎ<ÎÊ¢ ), mais sur la seule fonction: Elxflïc.

ï_.,›×

Le 3 mars 1972, dans le fil de
I.G`

ln.

ou pire, Lacan apporte encore

quelques précisions sur la valeur à accorder à ses écritures :

I

Il est clair, que ce n°est pas parce que j'ai usé d”une formulation faite
de Pirruption des mathématiques dans la logique que je m”en sers tout
à fait de la même façon. [...] la façon dont j°en use est telle qu”elle
n'est aucunement réductible en termes de logique des propositions.

Ayant ainsi rangé ses écritures,
E|x.<I›x

3x.<I>x

Vx.<I›x

Wzfbx

il poursuit:

---.__ __

[...] dans les deux cas, à ces deux niveaux (l”<< inférieur ›› et le « supérieur ››) qui sont comme tels indépendants, il ne s”agit pas du tout de
faire de l°un la négation de l'autre, mais au contraire de l°un l°obstacle
de l'autre. [...] Loin que l'un s'oppose à l°autre comme sa négation,
c”est tout au contraire de leur subsistance, ici très précisément comme
niée, qu°il y a un x qui peut se soutenir dans cet au-delà de la fonction phallique, et de l'autre côté il n”y en a pas, pour la simple raison
qu”une femme ne saurait étre châtrée. [...] Loin donc que la relation
de négation nous force à choisir, c°est au contraire en tant que, loin
d'avoir à choisir, nous avons à répartir, que les deux côtés s”opposent
légitimement l'un à l”autre.

Î_Î._...-._,-

POUR UNE LECTURE CRITIQUE. _.

77

Particulière maximale et particulière minimale
Nous voilà donc prévenus de la vanité qu°il y aurait à faire fonctionner ces écritures dans des couples d”opposition qui reconduiraient ipso facto la dualité de départ à laquelle il s'agit ici d°échapper. Lacan ne se munit d'aucun microscope pour s°approcher des
jouissances masculine et féminine de façon à en écrire les formules
différentielles; il tente au contraire de mettre en péril Puniverselle
(négative) dont il serine depuis pas mal de temps qu°elle ne
convient pas pour attraper dans ses ñlets la fonction phallique telle
qu°il l”a, lui, fabriquée. Nous n°aurions donc qu”une vue partielle
de l”opération globale qu”il tente au niveau de cette universelle si
nous n”allions enquêter vers le texte qui a joué ici, de façon indéniable, le rôle de source, à savoir Particle de Jacques Brunschwig
paru en 1969 dans le n° 10 des Cahiers pour Z'anab›se, article intitulé << La proposition particulière et les preuves de non-concluance
chez Aristote” ››. Lacan en donne la référence, mais à parcourir les
séances où il traite de ce thème, on perçoit que sa dette à l”endroit
de Brunschwig est patente (ses renvois à certaines écritures
d°Aristote en grec viennent tous de Particle).
Brunschwig attire d'emblée l°attention sur le problème lié à la
proposition particulière chez Aristote: à suivre la langue naturelle,
le mot << quelque(s)_›› peut en effet étre entendu dans deux sens différents, l°un qu°il dit maxírnal, et Pautre nn`nz`mal. Or ces deux sens
se trament dans un rapport différent de la particulière à l”universelle. Lorsqu”en effet j”affirme que << quelques A appartiennent à B ››,
deux possibilités restent ouvertes : ou bien tous les A appartiennent
à B, auquel cas c”est vrai aussi, a fortiori, de quelques-uns, et la particulière et Puniverselle sont vraies en méme temps; ou bien « pastous les A appartiennent à B ››, et dans ce cas seuls quelques-uns y
appartiennent, les autres n”y appartiennent pas, écartant de ce fait
la vérité de Puniverselle affirmative. Le premier sens de la particulière est dit par Brunschwig « minimal ›› dans la mesure où elle n'est
qu”une partition du << tous ›› de l”universelle : il y en a << au moins un ››
(et possiblement plusieurs, sans en rien exclure que ce soit le cas de
tous). Le second cas est dit « maximal ›› dans la mesure où il connaît,
31. Jacques Brunschwig, « La proposition particulière et les preuves de non-concluance
chez Aristote ››, Cahiers pour l'anaZyse n° 10, Travaux du Cercle d'épistémologie de PENS,
Paris, Seuil, 1969, p. 3-26.

78

\vi

ï' '_

f/./2
__:.›___

_ “

_
` .'

.

._

_-

_

_-

I f

\

_

_

,I .«

__;_

5,, S:
, .-

*

.H T-e,"

.-

I Ni*

-:~""""-,"J'
ny _N_v|.__,} fl"-'

x

.-1
-

|' . _ _

\

.

,

'

'

ç.'__"'-

_*
,›

f ,

.af

_ - 1' ; Il -

*

,*=.¿* '

"

F

_:
_"<._
\P1-.___,.“I

Î «-_

_f
f

._

,ff

' \

_).
.f I
_; _-xl '
_-" .

I__..

hf. -_

_.›¢›_

›_

S

lili

w›*'.:*_/. ,Ã
'K4

.
-_
'

.

__

__
.

1

ff;
*“~"
.

\

_

_,“'r
Á'
iw

'
- ,

_.

' re" _»-`
-.
' .'
,-'

M

il

\\
wp

r-il
'I'
å*

lui, une borne supérieure qui interdit d°atteindre le << tous ›› : il y en
a, là aussi, << au moins un ››, mais il est exclu que ce soit aussi le cas
de tous, ce quelques-là est restrictif, comme c'est Pusage dans la
langue commune. Si donc, dans le sens mz'nz`rnal de la particulière,
j”affirme que << quelques A appartiennent à B ››, c°est que tous le font;
si au contraire j°affirme la particulière en son sens maxz`rnal,
<< quelques A appartiennent à B ››, j”exc1us du même pas que tous y
appartiennent, seuls pas-tous le font (c”était le cas des racines réelles
des équations du second degré, mentionné par Lacan le 19 mai
1971, cf supra p. 73).

si

1. _'

-

“_ Y. -

'S

'-si

.
*

` 3\

I,
~_-E . _ ' f
kg.-.A-1'
Ng
il, Ê"
_
f'*.f' _
Q'
_
-›
' . - '
_/
-'
.r
:ft
Ã
'

_ '--.1

. 1'.
-¢.. “

. _
-vf'

~_`_`__`

R*-\_
'\

-'
_

-.

. J
pf

-

*k_ '__ _;
1I-t

LE 1›AsToUT DE LACAN

_:

A suivre Brunschwig, on voit alors Aristote s°empétrer dans sa
recherche de procédures qui permettraient d”isoler avec quelque
certitude les formes de syllogismes concluants indépendamment
des concepts qu'on leur applique, dans un sens que nous dirions
aujourd°hui strictement formel. Tout Particle revient à montrer
comment, au fil de son oeuvre, Aristote n'a eu de cesse que d'écarter le sens maximal de la particulière, comprenant que ce sens générait à lui seul la plupart des difficultés qu”il rencontrait. Brunschvvig
conclut son mouvement démonstratif sur ce point par ces lignes :
Cette clarification de la situation correspond à une liquidation maintenant intégrale des connotations maximales de la particulière. La particulière « logique ›› [la << minimale ››, celle à laquelle aboutit Aristote]
a eu quelque peine à tuer la particulière «naturelle ›› [celle de la langue
naturelle, qui est restrictive, et donc << maximale ››] gmais elle a fini par
y arriver.

Comment Brunschvvig parvient-il à une telle conclusion? Il ne
peut se contenter de Pambiguïté présente dans la langue concernant
le << quelques ››, et se voit donc dans Pobligation de construire les carrés logiques du sens minimal et du sens maximal. Il vaut la peine de
le suivre dans cet effort du fait des vertus clarificatrices de cette mise
en ordre des propositions, inventée bien après Aristote par Apulée.
Ce carré ordonne les quatre postes que nous avons déjà rencontrés
(a, e, i, o) en rangeant à gauche les affirmatives, à droite les négatives, puis en haut les universelles et sous elles les particulières.
-_._______h__-

_

__...|a-f

PoUR UNE LECTURE CRITIQUE...

79

On part donc du schéma général suivant:
Universelle ajÿ'irrnative
(tous disent oui)

Universelle négative
(tous disent non)

Cl<(-----*-------D-8

l_______-_.l

Particulière affirmative
(quelques-uns disent oui)

Particulière négative
(quelques-uns disent non)

Grâce à cet artifice de présentation, il devient plus aisé 61,813'
précier les conséquences logiques de ce distinguo sur le << qufilques ”*
Si en effet Pon décide de préciser les relations entre les quatre termes
telles que Pon puisse tenir conjointement pour vraies Puniversellfi
affirmative et la particulière affirmative - soit donc le cas minimal
où << quelques ›› n“est qu”une partition du « tous ›› et n”a pas de senS
restrictif - alors il s°ensuit que « quelques-uns disent oui ›› [W il est
en contradiction avec «tous disent non ›› [iv e] et se déduit de << t0L1S
disent oui ›› [ff a ], que << quelques-uns disent non ›> [W 0] est en
contradiction avec << tous disent oui ›› [MP a] et se déduit de << ÈOUS
disent non ›› [If e ], et qu'enfin, si << quelques-uns disent oui ››, V11
que << tous disent oui ››, il est exclu que << quelques-uns disent 11011 >>Les deux propositions particulières peuvent donc étre vraies alternativement, ou vraies ensemble (mais alors dans ce cas les deux L1I11_'
verselles sont fausses, on va bientôt revenir sur ce cas de fi8Ufe)> 11
est seulement exclu qu”elles soient fausses en même temps- Elles
sont donc reliées par une relation dite de << compatibilité ››. On Obüfînt
ainsi une relation de contradiction entre chaque particulière ct .S011
universelle opposée, une relation d”implication entre chaqufî Pafücu'
lière et son universelle, et une relation de compatibilité entre 16$ Paf'
ticulières. Il s'en déduit que les deux universelles sont, soit vraies alternativement, soient fausses en même temps (lorsque les d<:2UX
particulières sont vraies), mais qu°en aucun cas elles ne pctlvfiflï @UC
vraies en même temps. Elles sont donc liées par une relation de

\
'\

'i

S

'J
Ê

K'
_-T1
__-,J

It-'1L

_

__
'.
_

zN
-niV
`)

f'
_'

80

LE PASTQUT DE LACAN

E""It'.~

¿j__~_
*

contrariété, ce qui nous conduit au carré logique suivant, qu”on

N

\jf,I

f
,_

__

=

1

_ _¢¢*"_ *_

'H __--IB '

J

' ¿;_._»"_f¿-“>
4.

_
-

_. _*_

_ '

*

_
.I

,rl

_ *_
,_

_
f.

___

-

_'

4

*

, _¢
.s

_
›';._j_'/;_';*

-.

'\

_

I/li*1

Tbμg dfggm Om'

§_.,.,...'25:
______`___,__,______¿'___,

_ _

_ _'\_
1

_

._

1' 'f

_
--

. .,' _,
.u
_ f ' -I '_

dira « minimal ›› :

v. __

I"
/ff

-'

_
.':

'____ .f
'

_

_`
."'î;.__
__.__ `:u1`:__

_

'

(Z

4

__ I, ' .
'N
_ . ' .|_¿

.I

_ _-___

_ '

-_:

.› 'f
__, A
_;
__

«I

_

*'

_

6

4. - . ¢ . . . . . . . - - - › « ¢ n o o o › u u ¢ ¢ ¢ ¢ ¢ ¢ . . . ¢ ¢ ¢ ¢ ¢ ¢ ¢ ¢ › › | - u U*

0

_
_A _

___/

_

_

_

Tous disent non
-Q* -------------------- --->-

.r

_

[

Jf

*

_,-_

.':"' -

:_-_

\f"

_

..__.-5
N _.

I“¢L - _

«_ '* _

___

_-I"
_

_f_¿~

"'§&{i__".`J**-.°7
` __
___
_`

_¢-

'I "'.'l.
_ ,

,

_

'W r'

,ks

-'

I

o
Z

i_____

_,

Qzgelqugg-Lgng diggmî (mi

_

QI-lGlqt~£€S-HTIS dZ'S67'lZ HOTZ

,_

' N;.:ï**~«:*`*.[îj'"I_Îs.À/_;7
-\

_

K-"`*_

'\

_

vl
\

-

.

I

.

_' - SE_

_

9

_-__;-'

"

_

contrariété

'

F

J

iéiêy ,

.

implication
-"-'m-Pcontradiction mr*

__

_

I
*~

\

_

f-

,'~--._

'

«

'

«

.

_-

_ -* *_. R\,*_~ _-__

_

_
'.

-<- ----- - - -›<................ ur

1 __",-IÎ' _

`-

*s

`-

-;_
'

-

=*

.

_ __-

:_
.

1
" `

. \_

-_

`_ _
`

_
_ i

`

H

\`

' 'il¿'Î"ÎÎ*;*~*a*›tf~'tf"§*i`*€ï»-<

Soit maintenant Pautre cas, celui où il est vrai que << quelquesuns disent oui ››, mais où aussi, à cause du sens restrictif accordé
d'emblée à ce << quelques ››, il est exclu par principe que ce soit le
cas de tous, et que donc il est aussi nécessairement vrai que
« quelques-uns disent non ››. Il apparaît alors d°emblée qu“entre
Puniverselle affirmative et sa particulière il y a nécessairement
contradiction: puisqu°il est vrai que, lorsque quelques-uns disent
oui, quelques autres disent non, il est toujours faux que tous disent
oui (comme de même il est faux que tous disent non). La relation
d'implication qui liait universelle et particulière dans la minimale
laisse la place à une relation de contradiction. Il reste vrai, par
contre, que si quelques-uns disent oui, il est faux que tous disent
non, comme de méme, puisqu'il est vrai que quelques-uns disent
non, il est faux que tous disent oui. La relation de contradiction
entre chaque particulière et Puniverselle opposée se maintient à
Pidentique. Par ailleurs, puisque les deux particulières s'impliquent
mutuellement (si Pune est vraie, Pautre est nécessairement vraie;
si Pune est fausse, Pautre est nécessairement fausse), elles sont équivalentes. Et de même pour les. universelles qui, puisqu”elles contredisent deux propositions équivalentes, sont elles-mêmes équivalentes et sont toutes deux vraies ou fausses en méme temps. On
aboutit ainsi au carré logique suivant, qu°on dira << maximal ›> :

POUR UNE LECTURE CRITIQUE...

81

Tous disent oui

Aucun qui dise non

a

-4------------>›

g

i

<1--î---Î--›

0

QHGÎCIWFUWS díîeïlï OUI'

Quelques-uns disent non

équivalence 4-----P
contradiction -4--*_'-'___=>

Si ce carré de la maximale est plus en accord avec la langue et
le sens commun en ce qui concerne les particulières et le sens communément restrictif accordé au mot << quelques ››, il heurte par contre
ce même sens commun au niveau des universelles qui, loin de s°opposer comme la négation Pune de Pautre, s°accordent pour dire référentiellement la même chose: que tous disent oui, ou qu”il n°y en
ait pas un pour dire non, c°est bonnet blanc et blanc bonnet.
Reste cependant une difficulté de lecture importante dans la
mesure où il faut lire Pensemble des relations du carré logique p01l1”
comprendre en quoi la particulière affirmative (quelques-uns disent
oui) possède un sens restrictif et se trouve en contradiction avec
son universelle : il faut en effet considérer comme également vraie
la particulière négative (quelques-uns disent non) pour voir qué?
Puniverselle affirmative est fausse. Or comme les deux propositions
particulières sont équivalentes, on gagne en clarté à les écrire à Pinverse de la façon suivante :
Tous disent oui

Aucun qui dise non

cz -1----èi-››

e
\

i

-<---_-----›› 0

Quelques-uns disent non

Quelques-uns disent oui

équivalence
contradiction

-4--*""›
-<---'-_-_"-*›

On voit que cette inversion ne change aucune des flèches, que la
consistance du carré se maintient à Pidentique lorsque la particulière

82

affirmative dit << quelques-uns disent non ››, alors même que la lecture du sens maximal se trouve facilitée du fait que les contradictions
entre chaque particulière et son universelle sont lisibles d”emblée.

__ `_-*1*..ç\_____ _

__»,__.E¢*_

,.__'f_

/*_

'J

_,

1*

*“-'ÇÎ'

nir..

'

/'

_*`Î

-,_
.
, _
.
/-'›t
f -'f_A
_ ry
_ ja,
_,- '
__ - F'

'

|

Q

_

/
-'
J
_ ' 1".-f

-u

"_

-ÎM,_›"'-

.1_ -

_

_;

__,\

-,

R

R

'x »

(

il

.

,

_

I

f-.›-*

L

_,... _.

/\_

"e.Î_"' ›
'*--.
":--..
'Ir' .
"

__'- Fif'
1'-fr'
- _, \__ im' _,_

«_-`_“\_*~.

_

jf
_
1'
-'-_

^'=*¿_~.

5*
J_,

_.
_ _'

_ _-

_ _ __.'__.

*'-

» A __.**/f
*"

HI

-

"

'

_

_¢"

_

, -.i
,_

-._ 'VI '

:Y _

`*-t
__ "`“_*

___

_

xx

':;r

\ '.Î.':i'*~,_

-_

/

`

1' "
__

I'

f

ä'›:_
i

LE PASTQUT DE LACAN

Ces différents appareils permettent de comprendre comment
Brunschwig parvient à conclure sur le rejet par Aristote du sens
maximal.Toujours en recherche d”une procédure formelle pour distinguer les syllogismes conclusifs des inconclusifs en ne se souciant
que de savoir si la majeure, la mineure et la conclusion sont respectivement une universelle affirmative, une particulière affirmative, une universelle négative ou une particulière négaïives Aristote
invente d°abord une procédure dite << par instances contrastées ›› sur
laquelle il serait trop long de s”étendre. Mais lorsqu°elle ne marche
pas, Aristote se tourne vers ce qu”il appelle « la preuve par Pindétermination de la particulière ››, et c”est cela qui permet à
Brunschwig de trancher.
Aristote entend par là les cas où, si je tiens pour vraie une particulière, je suis dans Pincapacité de savoir si son universelle est
vraie ou fausse. Or cela n'est pertinent que dans le cas de la proposition dite minimale, comme on le voit dans son carré logique
puisque, de Puniverselle à sa particulière il y a implication, et Pon
sait par ailleurs que Popérateur d°implication est valide lorsque, le
conséquent étant vrai, Pantécédent est soit vrai, soit faux, et reste
donc << indéterminé ››. Car si le vrai ne peut impliquer le faux, il est
par contre recevable que ce vrai soit impliqué aussi bien par le vrai
que par le faux. Aristote, en s'appuyant sur la preuve par Pindétermination, indique donc son choix exclusif (et terminal) de la particulière minimale. Brunschwig peut alors conclure :
On est donc logiquement conduit à supposer qu”Aristote a dû parfois faire usage de Pindétermination de la particulière sans le dire
expressément; cette manière de faire, si elle se vérifiait, permettrait de
dire cette fois que la particulière maximale est non seulement morte,
mais bel et bien enterrée32.

Les lignes qui suivent, très techniques, vérifient cette hypothèse,
et Pon comprend mieux dès lors ce que Lacan a trouvé dans cet
article: ce qu”Aristote, au dire de Brunschvvig, a dû laisser tomber
pour rendre plus consistantes ses preuves de non-concluance.
32. J. Brunschwig, op. cit., p. 22 (souligné par Brunschwig).

POUR UNE LECTURE cR1T1QU13. ._

83

À Pinverse du Stagirite, Lacan tient avec cette particulière maximale Pinstrument qui, au lieu de faire accéder à un tout de Puniverselle qui Pembarrasse à plus d”un titre, lui ouvre la voie d'un tout
décomplétè de Pexistence, et du coup d'un pastout, d”zme existence
sans essence - cela même qu”il veut faire valoir côté femme33. Il sait
bien qu°il va par là à l'encontre de Pensemble de la tradition logicienne qui, sur ce chapitre, suit Aristote quasi aveuglèment. On en
tiendra pour preuve le fait qu”un très bon et très récent manuel de
logique standard34 ne mentionne ce sens maximal que de la façon
suivante, introduite en bas de page par un petit colophonç « On
prendra garde au fait que le discours naturel présuppose généralement que si “quelque F est G”, il est exclu que “tous les F sont G”.
Ce que ne fait pas la logique qui interprète le quantificateur El
comme signifiant simplement “au moins un”, ce qui n'exclut en
rien tous. ›› Exit le sens maximal de la particulière, on n”en entendra plus parler dans le calcul des propositions.
Lacan et sa particulière maximale : le pas-tous
Lacan privilégie ainsi cette forme maximale de particulière qui
objecte à Puniverselle en affirmant en même temps que, si quelques
x possèdent la propriété, on aurait tort d'en conclure que, pOUI`
autant, tous le font. Bien au contraire : pas-tous la possèdent. C°eSI
à cet endroit qu”il faut faire encore un effort de compréhension:
classiquement, si pas-tous la possèdent, et qu'en mème tempS
quelques autres ne la possèdent pas, alors la conjonction des éléments qui la possèdent et de ceux qui ne la possèdent pas reconduit le tout de Puniverselle. Lacan intervient sur ce point Pour
consolider son pastout dans sa valeur critique à Pendroit de Puniverselle. Il écrit qu”en même temps, dans les formules de droite, Si
pas-tous la possèdent, il n'y en a pas qui ne la possède pas I
¢_|x-

¢Î--__

Vx.<I›x alors Elx.<I>x l

Ici, le pas-tous règne au sens où il n”y a aucun x pour 11€ pas
satisfaire à la fonction (D, et que néanmoins ceux qui y satisfont ne
33. On se souvient que l'objet a est lui aussi dépouille par principe de toute essence, sinon
il tomberait naturellement sous le concept.
34. Denis Vernant, Imrodzzcríon à la logique standard, Paris, Flammarion, Champs, 2001, P- 156-

84

¿_

.

,J

_

__

,

_

'_

.
«_

_
.

i

.

_

_

1

f.J

rir

12'-... ._
_ '.Ϋf /

A
'È '31' ' .en
-in yu-**
l '
-

,r ' _

,›*I av
_-

›_1'

_-ar «.

-.'
. f

; 3'

ÎÎF- *',_`_Î: "*1'._ *'Î',*'
|

-

'

«__

1

!'¢›"":."

i

;

- 1' _"

_ 3'- _

9

--

\-

'

,-L., _ *'-

.

' -~

_

-.'
'

¿
_

_
'

..'›**"”.

¢

'

- ,ef _›;
*î..i`.Î

' 5/VI,
7 r
-

_

. _`

,`__?

-_

._

_

.Î\I"

\
K

1

` Î`*se
..›¿/f¿›_.

›.

__

X

-.mg

_

".|-.._

1

.`__

1

_1 _

__ .

¿__

_\ .

_

_'

_ .›'
_~<

f

9

e-*fl
_/

1"

_? ',.r;_'

_-L'

LE 1>As'roU'r DE LACAN

constituent pas pour autant Pensemble des éléments qui satisfont.
Ici est la difficulté d'allure très russellienne : les ensembles qui ne
s”appartiennent pas existent (ils sont légion), mais ça ne permet
pas pour autant de penser qu'ils se regroupent, sur la base de ce
trait commun, dans un ensemble dont chacun serait un élément. Il
convient donc de concevoir qu'en lieu et place de Puniverselle négative il n°y a pas d”exception (ãfïc), il n°y en a pas pour dire que
non, et que la collection de ceux qui satisfont, les quelques qui
disent oui `Î'Êc.<I›x, ne se réunit pas sous l°égide du tous d°une universelle puisque 3 à cet endroit méme, il est écrit qu'il n°y a pas de
tous, seulement aucun : Elx.
Cette apparente bizarrerie est pourtant rigoureusement
conforme à l”ordre développé par la proposition maximale telle que
Lacan la reprend d”Aristote. En écrivant ainsi que ses deux universelles, Paffirmative et la négative, loin d°ètre contradictoires, sont
équivalentes _ ce que Peirce lui souffle depuis longtemps, et qu°il
illustrait lui-méme dès 196235 par l”exemple suivant: << Tous les
hommes sont menteurs ›› (Vx.<I›x), et << Pas un homme qui ne
mente ›› (ÊÎÊ.<ΛÊc) - Lacan suit à la lettre le carré logique de la maximale. Cette équivalence entre universelles (très étrange au regard
de la logique classique et du sens commun qui aiment tous deux à
ce que les universelles affirmative et négative soient contraires Pune
à Pautre) est en effet parfaitement régulière dans le cadre de la proposition maximale. Il n'y a là aucun mystère en provenance directe
des arcanes de la féminité.
Lacan aboutit ainsi à cet apparent paradoxe que son universelle
négative s°écrit désormais à l°aide de la négation du quanteur existentiel (Îc ), tandis que sa particulière négative, strictement maximale,
s”écrit, elle, à l”aide de la négation du quanteur universel (Ê/1:). Façon
de signifier que le pastout ne laisse dépasser aucun << quelques ››
(quelques autres) qui le contredirait pour aboutir de nouveau à un
tous. La totalité se refuse doublement à droite des formules, tant au
niveau de la particulière qu°au niveau de Puniverselle.
35. J. Lacan, séminaire L'z`denzzficazz'on, séance du 17 janvier 1962 (p. 18 de la sténotypie).
Toute la fin de cette séance laisse par ailleurs penser que Lacan avait déjà en main Pessentiel de ce que Particle de Brunschwig établit dans le détail, entre autre le « pas tout ››. Étrangeté des temps d'élaboration chez Lacan.

POUR UNE LECTURE CRITIQUE... _

85

Comrnent ne pas en revenir au binarisme ?
Le nerf de Popération, tant côté gauche que côté droit, n°est
autre que la conception de Pexception. Elle saute aux yeux d°un
côté (Elx.¢Ê:); elle est niée de Pautre (§.<'ΛÎc).]ean-Claude Milner,
dans son bref commentaire de la chose36, fait grand cas de cette
opposition, sans prèter d”attention au fait qu°à elle seule, elle
ramène la lecture de ces formules à un strict binarisme, soit ce visà-vis de quoi Lacan tente de prendre ses distances. Il est certes judicieux de distinguer comme il le fait Pinfini, potentiellement présent
dans le tout, et Pillimité, qui possède une tout autre facture : la surface d°une sphère est un tout fini, et cependant illimité (sans aucun
point ou série de points qui fassent limite) 5 le fragment de droite
réelle [0,l] est un tout limité (borné) et cependant infini. Si Milner
n°avait cherché à mettre en valeur que ce couple d°opposition pour
les besoins de son argumentation, le plus obscur des manuels de
topologie lui aurait fourni les exemples idoines. Pourquoi donc aller
chercher le Lacan des formules de la sexuation, si c'est pour en
revenir à un couple d”opposition fondé sur la présence/absence
d”un trait pertinent: limité *vs illimité ? Le linguiste y retrouve peutètre ses aises, mais le lecteur appliqué des formules beaucoup
moins, puisqu”il se retrouve plaqué sur un binarisme dont il était
question de s°écarter. Adieu, alors, la discordance et la forclusion›
et la parfaite correction logique du carré produit par Lacan sur la
base de la particulière maximale de Brunschwig ! Tout à la clarté
de son trait pertinent, Milner se précipite vers une suggestion du
méme Lacan qu°on étudiera de beaucoup plus près par la suite, à
savoir que Pexception fonctionnerait comme « limite ››. Cette réduction conceptuelle (exception : limite) suggérée par Lacan, IOUÎ
comme Pexemple, ajouté par Milner, de la logique scolastique distinguant entre termes divisifs et termes transcendants (qui ne divisent pas), lui permettent de donner comme raison ultime de cette
attaque de l'univocité de Puniverselle. ._ une bipartition qui reconduit l°universelle dans toute sa splendeur inentamée. L”attaque de
Puniverselle n°était donc, à l'en croire, qu'une ruse stratégiqufb des'
tinée à ménager une marche pour des fins démonstratives locales

_/

\_

'iz

_

36.1. C. Milner, Les Penchams crz'mz`r-:els de Z'Europe démocratique, Lagrasse, Verdier, 2003,
p. 17-20.

.E-._ -_
_.`

-_

1:»

F,-._' '

85

LE PAsToU'r DE LACAN

(distinguer deux tous de différentes factures), sans remettre en
cause l”empire de Puniverselle.
mm

. il

_

.`.
.-,fa

/I*

_
E*' ' -'(* ,fè
-

_-x _'..'
È ÎÈ-'-'v;ÀI-. .

\_

_ ..._f= __

_..¿

.J

:

\

'I

.

_

, ik.

,_

.__

\x
*/.
'

,fg

J'

,

-

F

\_

y¿ 1

./'*"'

f
_.,,_

._,

,

Jn

" `\›-if " '

J

.-J.ir

”""<
-».

23%. _

I

I

'\

_,
.'

il

V

la
:'-

-.I
_.__

:_-

Qi'

-Â'

ff

/

dr.

P.-f
'I'

E

.-

On a vu, au contraire, Lacan insister sur l”<< obstacle ›> de l°un à
Pautre - << il ne s”agit pas du tout de faire de l”un la négation de
Pautre, mais au contraire de l°un l'obstacle de Pautre ›› -, comme
dans un carré logique aristotélicien les quatre propositions a, e, i, 0
se soutiennent ensemble, dans un jeu de relations mutuelles, certes
réglées par des oppositions duelles, et cependant irréductibles à ces
dernières. Il convient donc de s'approcher autrement de la consistance globale de Pensemble de ces quatre formules si l°on veut éviter le piège de les lire comme des écritures en leur fond dualistes,
d°emblée prêtes à prendre en charge, sous les couleurs désormais
impressionnantes de la logique, les opinions les plus éculées sur...
ce qui les fit homme et femme.
Lacan, pour sa part, ne cherche pas le trait pertinent qui différencierait homme et femme 5 il ramasse, dans Particle de
Brunschwig, ce que ce dernier signale comme ayant été rejeté par
Aristote, soit la particulière maximale. Il le signale, à sa façon et
bien plus tard, lors de la première séance du séminaire
ou pire :
« [...] le pastout, qui est très précisément et très curieusement ce
qu'élude la logique aristotélicienne” [...] ››. Cependant, pour soutenir un tel rapprochement, on ne peut se satisfaire du seul appui
pris sur Pappellation « pas tous ›› que Brunschvvig trouve déjà chez
Aristote. Pour se convaincre qu°il s°agit là d°un emprunt conceptuel, et pas seulement nominal, il est nécessaire d°étudier la consistance du carré logique de l°écriture finale des formules de la sexuation, chose relativement facile maintenant qu'ont été présentés les
carrés logiques de la maximale et de la minimale.
Le carré logique de la particulière maximale

_.____H_`

Il suffit en effet de disposer les écritures données par Lacan
sous leur forme canonique pour voir qu°elles s°ordonnent parfaitement avec le carré logique de la maximale : Puniverselle affirmative
Vx.<I›x et Puniverselle négative ÊÎ.<Î>΢ entrent en contradiction avec
37. J. Lacan,

ou pire, séminaire inédit, séance du 8 décembre 1971.

PoUR UNE LECTURE CR1'r1QUE. ._

87

les deux particulières, tandis que les universelles et les particulières
(respectivement 3x.<Dx et Vx.<I>x) entretiennent entre elles des relations dӎquivalence :
Vx.<I>x
a

¢'<Elx.<I>x

""""""

__'-Î>~

e

-----_--_>.0
Vx.<I›x
équivalence
contradiction

<_““'“'“'›'
"¢"__-"_-'_;"

Comme cette écriture le rend visible, a entre en contradiction
à la fois avec z' et avec 0 (si tous disent oui, alors il est faux et que
au moins un dise non, et que pas tous disent oui) 5 de même e entre
en contradiction avec z' et 0 (s”il n°y en a pas pour dire non, alors il
est faux et qu°il y en ait au moins un qui dise non, et que pas-tous
disent oui). Par ailleurs, les deux universelles s'impliquent Pune
Pautre puisque, si tous disent oui, cela n°entre aucunement en
contradiction, ni même en contrariété, avec le fait qu”aucun ne dise
non. De mème, les deux particulières s”impliquent l'une Pautre:
qu”il y en ait au moins un qui dise non reste congruent avec le fait
que pas-tous disent oui.
Cette mise en place fait bien apparaître que ce carré logique est
celui construit par Bruns chwig pour expliciter la particulière maximale, comme il l”écrit en toutes lettres :
Les deux particulières s°imp1iquent Pune Pautre; si l'on veut qufl 165
couples a-0 et e-z' restent contradictoires, on est conduit paradoxalement à admettre que chacune des particulières, d'une part exclut
Puniverselle de même qualité, et est exclue par elle, d”autre part continue à exclure Puniverselle de qualité opposée et à être exclue par elle;
en effet, chacune des universelles ne peut contredire une particuliërfl
sans contredire Pautre, qui lui est équivalente. Il suit en outre qufi ICS
deux universelles sont maintenant équivalentes, puisqu°elles contredisent deux propositions équivalentes38.
38. J. Brunschwig, << La proposition particulière... ››, op. cit., p. 7.

íft. sf
'.

@nur-_

88

1 "\ -4»
__;

'

_ *._.

sa

___

Il s”agit donc bien de la méme disposition que dans le carré
logique des formules de la sexuation. Avec cette concordance, nous
avons la preuve que le rapprochement entre le rebut aristotélicien
et la trouvaille lacanienne vaut. Et pourtant, ce que cherche à en
faire Lacan ne s°en déduit pas si facilement; ce pied de nez a
Aristote, cette volonté déclarée défaire apparaître le problème lie
à Puniverselle, s°origine certes dans cette décision de relever le gant
de la particulière maximale, mais tout autant dans le fait d°engager
le fer bien au-delà de ce cliquetis logicien.

_--.___
'

_'

5°-"" ¿Î`--_--_
'

_

- '

_:

i

:'.

-'jÎ__ __.›“

-

"

I

_

__,___f_'Î::›'›:î'__._' '*___ï"J_Î*)___'

-

J

.

\

_

-

,

_ _.

5'

_\

'I _.›..~,

._

_. _

_ .

A

_

"._`_L_

\___
*__ .« _:-_;_Î's.

.

___,__.-

,Fi

"x - _ _.
_* _ _-.an
* "`-._. '-".-"
.›*'

,_

___

_

:_

*.-,*_f_
__`____}__.
fÎ'~
-

_

\_ _

_____,¢

.

\__.-u.*;:.
-

_

_._

_."'_-1

_
_ __|
.¢__
.__ ,_- , J-È___ ,__
'-1' ! .f _ @Y
"- - _
f- 'J._ “.1
||
_ . _i¿
.

-.__*\______y 11'

_ "

~._. _§,.

En quoi Lacan ne peut-il se satisfaire de la seule particulière
maximale si bien isolée par Brunschvvig? Si tel avait été le cas, il
lui aurait suffi d°y renvoyer! Or les raisons qu°il a d”aller chercher
de ce côté - à savoir faire vaciller le sens de Puniverselle négative
pour cesser d”avoir affaire à un << tous les hommes ›› *versus << toutes
les femmes ›› -le poussent un peu plus loin. Il est clair en effet que,
si la particulière maximale pose à Aristote des problèmes de consistance logique dans ses preuves de non-concluance, elle ne menace
pas pour autant, à elle seule, le statut de Puniverselle négative - ce
que Lacan veut toujours mettre en place. Comment?

'

-

_

'_1-_ _ ___. __-'
_______
__. ,
_¿

_
_____

,.1

.__

' ___¿__.

_

\ _l

[_

-__

.

_1 ___" _

__* _

1-;._
_

_a_

_

-fi_

-_

'

_. =

_

_

_

V

_
\-

ii'-'I

.__:_'

_

'

\

J
l

\"

,,_
',_ ._

nm.
~' '
- ..,/\
,._ _ _,': _ «

.'-*_f'

*.-/ ._

___

"Y

-_

-.›

_* '
-F '

.-

, _

.:

¢`
'

_

,
1"'

__
_
'.-

'-._'

-.

'_

"`--

'\

_
_

_

_

_. *
'

J'

'

'

.

_

-_
_. _ ' _

“-

_

_

-

"_
-.__
_-

.

.Y'_ _ '
._
_
_

¢

-.

_

.

_

-

__

f. *;;__
_:--_.
.

\_

-_

'

_ _

-

.._

_
«_
__ _

_

_

_

-_

_

_

_

_

\.

' _
'

-.

_

._ -~~.~*f*-:* -**'*;*1f*""""' "_ I' __""“"""'§
,_:..-- _

3--uv .

__-.__

=-

.-*_

_»_-

__

_

_ \

_
""""`
_
_,_._¿_...=-*.___ '~
*W-~ *_«-r-›*==
'

-. .;w'¿__'¿_*

LE PASTOUT DE LACAN

Pour le comprendre, il faut maintenant se rendre attentif au
mouvement d”écrz`zu*re des quatre formules qui composent son carré
logique. Lacan part, comme toute le monde, de Puniverselle affirmative, qu'il écrit donc : Vx.<I›x. Son choix de la particulière maximale, et son souci de produire les trois autres formules avec le seul
opérateur d'une négation dédoublée (comme Blanché), le conduit
d°abord à affirmer la particulière négative en soutenant Pexistence
du << pas tout ››, autrement dit, déjà, à écrire une particulière en niant
Popérateur universel: V;Îc.<I›x. Mais puisque nous sommes dans le
cadre d”une particulière maximale, si la particulière négative affirme
que pas tous le font, il y a obligation à ce que la particulière affirmative dise, de son côté, qu°il y en a pour ne pas le faire. Lacan
a_tu"_zut donc pu écrire à cet endroit (comme Blanché le suggère) :
Vx.fI›x. Pour des raisons qui apparaîtront plus loin (avec le mot
<< exception ››), Lacan transforme la négation dite faible du quantificateur universel (lïc), en un quantificateur existentiel (Elx), produisant ainsi pour écriture de la particulière affirmative EIx.<Î3Î: .

POUR UNE LECTURE cRrrtQUI~:. ._

89

Dans cette substitution, << pas tout ›› est tenu pour équivalent de
« quelques ››, et du coup la particulière affirmative dévoile quelque
chose du maniement régulier de l”écrit chez Lacan : elle écrit d'emblée le sens maximal en affirmant, non pas qu”il y en a quelquesuns pour illustrer Puniverselle affirmative (ce qui resterait ambigu),
mais qu”il y en a quelques-uns pour ne pas l”illustrer, pour ne pas
aller dans son sens. Cette décision - absente ghe-Z Brungchwig/
Aristote pour qui la particulière maximale, le « quelques, mais pas
tous ››, se lit dans les relations du carré logique, mais ne siécrit pas
à sa place, au contraire de chez Blanché - va tout décaler.
Reste en effet Pépineux problème de l°écriture de Puniverselle
négative. Selon Blanché, elle devrait s°écrire unzbersellemenz mm-p,
autrement dit: Vx.<Χc. Or cela ne convient en rien à Lacan, qui
cherche à évacuer toute dimension d°universalité dans ses écritures
å f1I`0iï€ 5 ce mouvement a commencé d”emblée avec le pas-tous dc
la particulière négative, pas-tous et pastout étant ici équivalents
dans la mesure où lorsqu°il y a un << mug ›› régulièrement formé,
autrement dit un ensemble en bonne et due forme, il est toujourS
possible d”en saisir un élément quelconque, et de considérer qui?
<< pour tout ›› élément, la fonction (IJ vaut ou ne vaut pas. Il applique
alors la solution inverse de celle qui vient de lui permettre dӎcrire
une particulière (négative) avec la négation d°un quantificateur universel; il va maintenant écrire une universelle en niant un quantificateur existentiel: à la place de Vx, il écrit Îe. Ces renversemenîS
entre quantificateurs sont-ils légitimes? Peut-on passer de l'un 51
l”autre par la seule négation?

*aug

v
5

L0gÎCl1-œmeflï, il y a lieu d”en douter. Que la négation de 1°universalité produise de Pexistence est déjà questionnable: si << 19215*
tous ››, alors << quelques ››, certes, mais je peux tout aussi bien soutenir << si pas-tous, alors aucun ››. Et de la méme façon, si ÿaffirmc
<< P215 CIUCÎQUÊS >>, ic peux aussi bien en conclure << alors tous ›> que
<< alors aucun ››. Une ambiguïté essentielle est ici reconduite qui n°21
rien d”anodin.
.

/f
_J"

/.
IFnlå'

/-w
\_ .1)›_

Jb
`- s-*È

f
.1

`
_ _\_I I

'-.

Or cette ambiguïté, c”est ce que vise Lacan depuis dix ans déjíh
depuis la séance du 17 février 1962, lors du séminaire L"z`cierzzificczzz`0?'l›
quand il saluait Pintuition de Peirce selon laquelle Puniverselle négative peut être conçue, non seulement comme Pensemble des éléments

..š«.\K-1+_«.L;-

'L\
* ._;

\Ê i

f

_
\J

fl
«-

A

*

-1*

\

-hr'

1
,,¿.\
1' ›..-'
1
\L-_
J

`

'L

`“'-_"'_`.u_

'_

"›_
- -' . .
` ¿. I. .__¿ : ' \i `.
`. _-\_
-|\'›¿`\Q
'^ \,_.n

-Î 'ls

- l

Î

90

_F,»--:*-°-^*=q›i_______
.ff'_'l-".4"-,

èlgfi-

`

1

_'

“I-"x

_ *._.

. -- -

/f" \`*- '
* il
/' J. ...f

'
_:

__-

___

_

-

»__-.*--/__«-*-›_5__«,'_";

I

.- _

qui ne satisfont pas à la fonction, mais aussi comme le lieu où ne se
rencontre aucun élément. Le «pas quelques ›› (ETx) est à lire ici comme
<< aucun ››, alors même qu”il vient prendre la place d°un « tous ››.
C'est bien le pas que franchit Lacan avec son écriture de Puniver-

_ _

-"¿'›-at

jr* __*

_

._

_

'

ii If
i
_ __

-:›

-f
'

\

_, -

J 21,; .

.'-_.f~',..*«"-

_ U.

\ai '

¿

-

.-

'Q

_"'ä~._ __
__-

_

._

,¿

-_'
-1,

'

_ ,

'

--

-'

f'

__ _A_,

"

j

selle négative : ÊΛÊÎfÎ>Îc, il n'y en a pas pour dire non.

'r
-.›

_'

I

.v

/,/ii

\

_* J'

r

.U

Á

.F

“lt
-ÉL-:“_`“?'**›gä

' "

'“-_*
-*_› _

*-

_"* y

- 'TÎ._

_

`

._ _

..f. “___

_

.I

,||n.sn._____<..__

*“".__z
._

N

_-μ ZI.f -› . H_
'Q-i.
.in
_

'

\
. `

'

*
1

*\

_

-r

_ 1-

_

'
__ _
_ ~, _
¢_'

_

*" :*
'

.__,,,×_
.

_

| Î

1)

'*

'

.

`

JJ

T
'ir'
_ i

' '|.
- -' '_
1
- -"-, f

__

.

__

.-A - › _.-.

.

_

,

\___

la Ç_'“_g.___ -' _'l r.

:fl-ii. *_ r

-

3'
_

'< .
.

_;

_.

'

_

'_

_ _: |

_

I

_.____

___

.___ _

_

_

_

_/

'_'

Ici, indéniablement, se situe la pointe de son invention, bien plus
que du côté du << pas tous ›› (Aristote déjà le profère, relayé par
Brunschwig), ou de Papparente contradiction entre universelle et
particulière affirmatives (qui ne relève que du sens maximal de la
proposition particulière). Car en décidant d”écrire Puniverselle
négative avec la négation d'un quantificateur existentiel, Lacan
rejoint l°intuition de Peirce pour mieux ancrer son sujet, celui dont
on Pa vu soutenir qu°il entretenait un rapport très spécial avec le
rien, un rien différent de celui de Freud ou de Hegel39. Mais surtout, avec cette écriture, il obtient une sorte de verrouillage de sa
batterie de formules qui, sans cela, irait à vau-Peau.

:_ -_ '

l

_

LE 1›As*roUT DE LACAN

'

J"

I"

i

_

.¢-

'ï .

_

'

il

_ _»
'

K'

_._,5°:«______'_

_

_

'_"

_

I*

- ,____

1 -au--**-.+~* fa*
- -

_

_,

__'_____

-I'

_ ~

-_

_

-.

'

_

`

i

.

_

Il ne faudrait pas en effet que le << pas tous ›› de la particulière
négative soit lu comme un << quelques ››, comme un partitif qui laisserait penser que, si quelques-uns disent oui (à droite), alors les
autres disent non (à gauche). Ici, Lacan ne veut rien que briser la
symétrie, et il le fait avec son écriture de Puniverselle négative qui
affirme qu'aucun ne dit non, là où, justement, pas-tous disent oui.
C'est donc qu”ici, à droite, le pas-tous ne doit pas étre entendu
comme un partitif, mais comme Paffirmation que les éléments pré~
sents de ce côté sont soumis chacun au méme régime, sans cependant jamais ètre les éléments d°un quelconque tous4°. Leur existence sous ce régime de la fonction phallique ne les conduit pas à
faire ensemble, les laisse en vrac, dans une existence décrochée de
toute essence au sein de laquelle ces éléments se subsumeraient:
c'était cela qu'il s°agissait de mettre noir sur blanc, de produire dans
sa consistance logique, depuis la lecture singulière du mythe des
femmes dans Îbtem et tabou.

__

\
\_ ".\_

' ' _ '}__._\_

*- _. - i*.,
_

_

' ""f'

'H 'x"_“'_ï-___;<__..__b ._

Ê

_

39. << Le rien que j*essaie de faire tenir à ce moment initial pour vous dans Pinstauration du
sujet est autre chose. ›› Cf supra, p. 60.
40. D'0ù les énoncés dérivés : « LA femme n'existe pas ›› ; << La femme n'est pas toute ››, etc.,
toutes formulations qui glosent chacune à leur manière le fait que les éléments de droite ne
forment aucun ensemble, aucun «tout» dans lequel on pourrait prendre << un quelconque ››.

POUR UNE LECTURE CRITIQUE...

91

Le carré logique développé par Lacan est donc bien celui de la
particulière maximale, mais écrit d”une façon telle, avec cette inversion des quantificateurs universel et existentiel, qu°il présente dans
l”écriture de chaque proposition la faille logique que la particulière
maximale façon Brunschwig ne permettait de lire que dans le
dépliement des relations internes au carré logique. Du fait de ces
écritures, Lacan aboutit à ce que le côté gauche et le côté droit (respectivement : affirmatif/négatif 5 homme/femme) ne présentent pas
une consistance en miroir, ne soient plus opposables en une parfaite symétrie, mais s'apportent réciproquement obstacle et appui.
Ce faisant, Lacan se montre averti de ce que, si lion veut saper les
dualités Homme/Femme,Yin/Yang, XX/XY, membré/n0n-membré, etc., il ne faut pas hésiter à mettre à mal leurs soubassements
logiques, sûr qu”il est de ce que la logique, dans son propre fonde*
ment, est << gendrée ›› (du fait de son binarisme foncier), bien p1uS
que << sexuée ››. Il est important de se persuader de ce point, à défaut
de quoi on raterait l°intuition qui le pousse à rapprocher faille
logique et faille sexuelle. Pour lui, le sexe touche à la logique, maiS 121
logique touche au sexe tout autant. Si bien que les rebrancher l°un
sur Pautre est de nature à éclairer l°un et Pautre, l”un par l°autr€›
tandis que les couples d”opposition symétriques soutiennent des
logiques du genre (Homme/Femme, Actif/Passif, etc.) qui, c11€S›
cherchent à s”articuler sans faille et sans reste en donnant au p21Ssage naissance à deux entités séparées.
Il n°est plus très difficile, à partir de cette lecture, de repérer le
point de branchement par où Lacan siautorise à faire se conjoindrfi
logique et sexe dans une sorte de faille, sinon commune, du moiI1S

fr

proche. Le lecteur du séminaire D'unAuz*re à Pautre peut savoir qL1€

ce qui retient Lacan dans le paradoxe de Russell, c°est Pinexistencc
d°un ensemble qui, à première vue, paraît d°aussi bonne facture
que n°importe quel autre : Pensemble de tous les ensembles qui 11€
s”appartiennent pas eux-mêmes. Par cette faille qu”il avait su trouver dans Les Fondements de l”arz`tlz1*rzézz'qz¢e de Frege, Russell avait

ouvert la crise des fondements en mathématiques. Ce que tente
Lacan du côté droit des formules est du méme ordre. Il ne nie pas
plus Pexistence de chaque femme qu”il n°est venu à l°idée de Russel.
(ou de quiconque) de nier qu°existent des ensembles qui ne s°a;:_***
partiennent pas eux-mêmes. De fait, ils sont légion, mais le hi

-4.-Î.

_

...\*;_
-_;\'*Î".' "_ .
KK _ .Î" .

92

LE PAs'roU'r DE LACAN

._ Â

"/}i« /
_

_

, ,¿___/ __-___

i

-__ç L'

u
«__
__ \`.

1**
\_

I' - `\
_ ~
×
*-_›
.
I.
À À

/A

, \\\
_ 17',\§,_'
i:x\.›-_.×"“i'*`L":\*¢_ Iwc<~,_*J-,*

"'.›__ __

'.,.___

c°est qu”aucun ensemble ne les collectivise. Il ne siagit donc pas, au
point où Lacan essaie d'entrai`ner ses auditeurs d°alors, de trouver
LE trait pertinent qui permettrait de ranger correctement Homme
et Femme dans leurs ensembles respectifs - puisque, dès lors, ce
serait un véritable enfantillage que d°écrire leur rapport - mais de
faire apparaître entre eux une irréductible dissymétrie qui ne *repose

J'

_,
_ 1

-_;-"___Y

'

*_

___ _.

_

'

.,_' __ _*
;

~››/

'.

1+ _.
.._""I

_

-

.

.'."

af*

"* .Î_'En.____ÎÎ"
'\«`__.. _`_.
____

'UU'

L”approche de Milner n°est donc pas promise à un grand avenir pour qui cherche à lire les formules de la sexuation, pour la
simple et bonne raison qu'il n'y lit que ce qui lui importe : distinguer deux « tous ››. Il le fait avec toute l'élégance d°un Young lisant
<< Pto-lé-ma-ios ›› dans la pierre de Rosette (il en connaît le nom par
ailleurs), mais si ce qui différencie le côté homme et le côté femme
des formules de la sexuation s”avérait n°étre que la
présence/absence d°un trait pertinent (limité os illimité), alors nos
bipartitions coutumières continueraient de distribuer les places en
fonction de nos préjugés sur l°avoir/pas l”avoir, châtrée/non chãtrée,
actif/passifiiz, etc. La psychologie la plus << naturelle ›› viendrait se
ranger sous la bannière des écritures logiques, pour à nouveau prédiquer des essences que leurs différences mémes mettraient << en
rapport ›› l”une avec Pautre.

'~`_
M
' __ _

__š__ *ii
,_if.
___ Î'
"*,- .__ _§_~.`?`\
.›.*. - inf
;= _ 1* .,. :_

`=›."____Î
"_..____"__
__._\
_. _ ` 1'.
'I_.\'_
_'
_ ___;

I -F:
«_.`.'__.
_'
.I
_,__
IlJ
_I__ ._. Il_\_
IlT'
- %`§":
ti,.

'

-'

_\___

_

i.._

_

.

sur aucun trait donne' par az'lleurs41. Seule une telle dissymétrie est à

mème d”offrir sa chance au non-rapport.

_ _

4
ua-

Essence vs existence
À lire cursivement les séminaires qui brassent et rebrassent ces
formules de la sexuation, on voit Lacan revenir à plusieurs reprises
sur une distinction qui lui est chère : étre (essence) *versus existence. L'inexistence du rapport sexuel tient d°abord au fait de déconstruire des essences, de reconnaître qu°il n”est pas possible de produire des entités symboliques de même niveau côté homme et côté
I

_

`f\
è

_

.
'_J:-e-›::

» _____
..-_«Î. _

\

_
_'

'_

Q. _
'*

fi-É

41. « Qu'il n'y ait pas de métalangage ›› est à cet endroit une dure loi, et si l'on y distingue
encore quelque chose, ce sont ceux qui oublient momentanément cet énoncé, et veulent
avant tout de la clarté (prêts qu'ils sont à la payer d'un point de vue de Sirius d'ou s'énonce
le dernier partage dont ils font état), et ceux qui le respectent, au prix d'y perdre assez vite
leur chemin en ayant voulu rester fidèles au fonctionnement tournoyant de la parole.
42. Derrida n'en usait pas autrement dans son « Facteur de la vérité ›› lorsqu°il remarquait
que la lettre, objet de tant de considérations sophistiquées de la part de Lacan, se trouvait...
entre les jambes de la cheminée (suivez son regard !).

PoUR UNE LECTURE CRITIQUE. ._

93

femme (sinon à les considérer l°un et Pautre comme des essences
développées chacune par une universelle consistante, ce qu”il veut
nier). Car pour lui comme pour tout le monde, le « pourtout ››, le V
de la logique moderne, vise l”étre et l°essence : dès lors que je dis,
et surtout que j'écris << tout homme ››, je produis cette << entité semicrépusculaire ›› (comme les appelle \X/.V.O. Quine), pur symbole
dont la dénotation attend d”étre effectuée, et qui de ce fait n”institue aucune existence, mais produit un être qui peut être qualifié,
donc une essence. À Pinverse, le << il existe ›> (El) annonce la couleur
puisqu°il dit ce qu°il fait: il asserte d°emblée Pexistence de l”élément qu'il écrit. Le problème pour Lacan c”est que, sans précaution supplémentaire, cette existence d'emblée marche l°an*1ble avec
UHG €SS€HC€› se trouve toujours en relation avec la suppositi01'1
d”étre de Puniverselle, ce qu°il1ustre la particulière minimale sur
laquelle se replie Aristote puisque, avec elle, Pexistence n”est jamaiS
que Pacnlalisation singulière d”un être toujours universel dans sa
catégorie. Voilà ce que Lacan, pour de multiples raisons qui V0I'1ï
en partie au-delà de Paffaire du rapport sexuel, rejette, jusqu'å Paf'
ler parfois de ce qu°Aristote « a raté ›› en opérant de cette manière
(que lui souffle Brunschvvig). Or, une existence sans essence, 011 qui

du moins se pose hors toute nécessité d”une sienne essence, V0i1å
ce que Lacan traque depuis sa mise en orbite du partiel de 1”0b΀ï
cz, et qui se poursuit dans l°épopée du « il n°y a pas de rapp0I`Î
sexuel ››. Son insistance sur Fexistence le place d'ailleurs -- njfin
déplaise à l°habitude qui le range chez les structuralistes - dans 168
rangs des existentialistes, non pas à la Sartre ou à la Mounier, mais
dans la lignée qui, de Pascal à Kierkegaard en passant par Maille
de Biran, tient diversement à faire prévaloir l°existence sur l'esse1'1*ce, dans une lutte tenace contre la tradition philosophique dominante qui est, toujours, celle du concept d”abord.
3 mars 1972 : Pexception confirme la règle

Sur ce point, il faut maintenant suivre de près le virage quai?
amorce le 3 mars 1972, séance à marquer en rouge pour cc C1111
nous retient ici dans la mesure où elle est, de loin, l”une des Plus
riches sur le sujet.

T

94

LE 1›AsToUT DE LACAN

1

"'-'13

.

'I

Lacan en est conscient:
,

É/

_

. jj ”'.__«__m.3
-pi'
\

vr-

,

_.'~”1;*'_,1`-._ * ;
**...,_

'Î'-Q
*.H.
I

vp

.

. V .;›

'

~_|›Io

_

I
_

"

._ 1.

\

'_

`

.

Y .V
V
.
-

_.w

_

*air \`° *~f.«l"\.`.-

,_

N'

_)#.¿',.'. vr..
3

,

_. ;'7«'_:', \V V

-~›

_

V

_

.1-\...~_`¿*

_

5

°`“~f
§_`\.-'
*'

_.

_. _ '

I__* '_

7

.

' '_ _' :

,.

E

_›*“

_' _-2 If

_--

C”est ici que j°avance un aperçu qui est celui qui manque à la fonction, à la notion de l'espèce ou de la classe. C'est en ce sens que ce
n est pas par hasard que toute cette dialectique dans les formes aristotéliciennes a été ratée.

'HQ->_

-›/jr)

ÿ v

~

1.,..-

,j_;>
'I
W

of
F

-

1_:

-'

-1'

f__*"

.r

¿ ,.2 ¢ E

_. _

f,

ag; _('_.

\

_

- zi.-'=

_ ._,
'.¢*"

.

.-

Puisqu°il s”agit de faire vaciller Puniverselle, de la décoller de
son adhérence à un tout dans lequel il n'y aurait qu”à puiser pour
obtenir un élément quelconque, le travail va ètre double pour Lacan
dans la mesure où il va devoir produire, dans chaque deixis43, un
élément capable de contrevenir au bouclage aristotélicien qui s°emploie à dériver Pexistence de l°essence. Ce 3 mars 1972, il commence par le côté homme;

'

Où fonctionne enfin cet Elx.<I›x, cet << il en existe au-moins-un ›› qui ne
soit pas serf de la fonction phallique? Ce n°est qu°un réquisit, je dirais,
du type désespéré, du point de vue de quelque chose qui ne se supporte pas d°une définition de Puniverselle. Mais par contre observez
qu°au regard de Puniverselle marquée du Vx.<I›x, tout mâle est serf de
la fonction phallique. Cet au-moins-un fonctionnant d”y échapper,
qu'est-ce à dire ? Je dirais que c”est Pexception. C'est bien la fois où
ce que dit, sans savoir ce qu'il dit, le proverbe que << Pexception
conñrme la règle ›› se trouve pour nous supporté. Il est singulier que
ce ne soit qu'avec le discours analytique qu'un universel puisse trou*
ver, dans Pexistence de Pexception, son fondement véritable, ce qui
fait qu'assurément nous pouvons en tout cas distinguer Puniversel
ainsi fondé de tout usage rendu commun par la tradition philoso~
phique dudit universel44.

.fr

!_-* i _. i '

Voilà donc désormais avouée Pambition logicienne de Lacan:
fonder un nouvel um`*ve*rseZ sm* Pexceptíon qui luz' fait objection. On
f"

_.

_-

_ rm., __: W

'_

"'-u.

\

*\
\.
5

_¿_

'

.
_

--.

,..____`.
III-L

'

1

_
-`,Î'_§“

- _`\

-

-

'_ -. -z

commence à deviner ici le bénéfice qu”i1 y a eu à d”abord scinder
la barre de négation et à faire que les particulières, la positive
comme la négative, entrent toutes deux en contradiction avec
chaque universelle (dans ce cas équivalentes, comme on vient de
le voir). Cela signifie en clair que si les particulières sont vraies
(Lacan va faire en sorte que la balance penche de ce côté), les uni-

.--

Fi'

=_`t<*.
'n

_, ,

-'

^.-_

l_____:›4Y__l.¿ü!____ I

-

-

43. On appelle « deixis ›› dans le carré logique les éléments qui se rangent du même côté, ce
que Lacan nomme donc, pour sa part, « homme ›› et « femme ››.
44. J. Lacan,

ou pire, séance du 3 mars 1972, p. 17 (version Chollet).

POUR UNE LECTURE cR1TiQUE. ..

95

verselles seront nécessairement fausses, et qu'il faudra supporter
d”oeuvrer au sein d”une permanente contradiction entre le niveau
des universelles où s°énoncent concepts et essences, et le niveau des
particulières où s”affirment les existences.
Dans la mesure cependant où le fameux proverbe qui ferait de
Pexception la confirmation de Puniverselle ne nous dispense aucune
lumière susceptible de nous instruire en la matière, il faut bien
convenir que cet appui de Puniverselle sur Pexception reste mystérieux. L'important, pour l°instant, dans Pobscurité où nous nous
trouvons quant au sens à donner à cette valeur inhabituelle (en
logique) de l°exception, c”est de voir dans le détail comment Lacan
soutient son affaire dans Pautre deixis, côté droit. Il prend en effet
soin - c°est l”une des deux formules - d'écrire noir sur blanc que,
ici, il n°y a pas d”exception: Îfnlïc.
C'est là quelque chose qui n°a pas plus de symétrie avec l'exigence
désespérée de Pau-moins-un. [._.] le fait qu”il n'y ait pas d'exception
n”assure pas plus Puniverselle de la femme, déjà si mal établie, en raison de ceci qui est discordant : le << sans exception ››, bien loin de donner à quelque << tout ›› consistance, naturellement en donne encore
moins à ce qui se définit comme pastout.

Ce « naturellement ›› vaut bien quelque « nazürlích ›› qu”on trouve
de-ci de-là chez Freud : il signale un réel embarras, et de fait, à la
lecture de ces séminaires, Pimpression dominante quant à cette
jonction du pastout à la femme résulte plus d”une répétition que
d”une clarification. Ressort par contre de cette demi-obscurité le
fait que là où aucune exception n”est conçue, le tout n”en est paS
moins dénié par le quanteur pastout.

/.
,__

*-`\_._ _

__

t

La seule façon de comprendre cette sorte d”affirmation rageuse
et tautologique de Lacan est une fois encore mathématique et
logique : il y a une différence décisive entre un ensemble d'individus et le domaine qu'i1s constituent. Dans le premier, ils font
« ensemble ››, ils sont pris dans une unité dont ils sont les élémentS.
À ce titre, soit ils appartiennent, soit ils sont inclus dans ledit
ensemble. Le domaine, ce serait quelque chose comme les mêmes,
mais non collectivisés, qui ni n'appartiendraient à ni ne seraient
inclus dans quelque ensemble que ce soit (en ce sens, il y a bien
un ensemble des ensembles qui s”appartiennent à eux-mêmes, mais

._\___`
\_

_ ` -_ _\

_ -\C
.A

.n-¿

:

'


"-1.-_.

*gn
-¿_.._.

* <:*_

"~ '-912

...N

\_ -

_ _,
\

. .›':”.__

H/

_
1 vy.,

- _
¢ _*

_/

'

96

\

.fly

1,»

_

_ ,›~/

(_

_-

`

._7.«~_ -_f_«__ _¢J.,
la '__.

A
.Jvr'
«_.,,'_* ._-_
.-11
_

.

,-

_

_

;`

`-uw

z
yi-[I _ _ _: _
î.

Jf Fr, ir." ;:›,: fn

*

.

"'

-

ff;

'

_. fl

› '› .*

1.

..__,_

f ›

,_-'pf

¿

_
_

\_

›r-'Á,'f;__ ›i

›_. I.

_! _'

'il

_'_ 'r

It

¿

'N

\

.*

._,p
q.

_,

_› _

!.'

_.

(_

' ~*'›

›v-.' -r ", .~ \*_.
'~.'!.'›š.'~"'

-hu*

-:~. .
«__
Î\:_

- '“'»..“.
_ '›

*

.
_

hum

_

_
.\

. al

"*“<<`Î.

AL

<'

s.
_ 1 1»
1*"

1

_._,;*'*
_.

.4

¿¢-_..

-

LE PAsToUT DE LACAN

il n°y a qu”un clornaine des ensembles qui ne s°appartienn¢¿nt as
à eux-mêmes). C'est ce qu”ambitionne d”écrire Lacan avecpun
domaine d°individus dont onîffirme Pexistence (grâce à la nédík
tion du quanteur universel, Vx, valant ici comme quanteur Q *f.S_
tentiel), mais qu°on se refuse à collectiviser puisque Pexclugio Âjje
l”exception revient à affirmer qu°il n°y en a, de ce côté-là, auîun
pour échapper au pastous, sans que cette absence diexceptz`0,.¿ f S58
pour autant clôture. Avec ces deux écritures contradietgiîes
conjointes dans une même deixis, Lacan pose un domaine ¿1›indiÎ_
vidus échappant à toute collectivisation qui en produirait l°e-gsence
ainsi que Particle défini qui, en français, la signe. D'où le fame
<< La femme n°existe pas ››, énoncé résiduel provoquant dg
,
.
.
A
c tte
traque au defaut partiel d'un1verselle chez l”etre parlant.
Ê
Résumons-nous de façon à essayer de rendre co-présents à 1,eS__
prit les éléments irréductiblement pluriels de l”espèce de pginœ
bifide sur laquelle repose le carré logique de Lacan: pour Q¿¿¿a,_¿¿
qu ”il y a un tout, il est fondé sur l'existence de l”exception d”az,t-;»n0.¿~,,¿5_
un (donc possiblement cle plusieurs), et pour autant qu "il n”y a pas d›ex_
ception, alors les plusieurs qui existent ne forment aucun tout. Dans les

deux cas, Puniverselle ne tient plus comme rassemblement sans
exception de tous les éléments qui, par appartenance ou par inC1u_
sion, donneraient lieu à une unité compacte et homogène. @est
toujours la même attaque de Lacan contre le tout englobant quqj
a su, dès ses premiers séminaires, accrocher à Pimage spéct11a¿1.@,
et qu°il retrouve ici sous la forme de Puniverselle. La partialité de
l”objet, telle qu'entrevue en toute clarté dès Le transf9,~¿ et
Ijidentzfication, réclame ici son dû en exigeant qu°existe quelque
chose qui ne puisse être ramené à Pappartenance ou à Pinclusion
dans une universelle.

~«-..____H_hï kv
"'---.______

On ne se demandera pas ici si cet équilibre logique est
congruent ou pas avec la différence des sexes ou Pimpossibilité du
rapport sexuel. On se contentera de remarquer que Puniverselle
entretient avec l'exception un rapport que Lacan, à mon sens, ne
parvient pas à clarifier dans le cours de ces deux séminaires,
D'un discours qui ne serait pas du semblant, et

ou pire. À s”en tenir

en effet aux formules dans leur état final, loin de se précipiter à les
scinder en deux côtés (de quelque nom qu°on les affuble) pgmmieux charger chacun de sa propre contradiction, mieux vaut ten*

,F

__..-.~..¢μ,,

POUR UNE LECTURE cR1T1QUE. _.

97

ter de les tenir conjoints; ce n°est que par ce biais que l”on parvient
se rendre sensible à la répétition de la contradiction sans laquelle
tout l°effort de Lacan est illico presto reconduit aux vérités ancestrales, et idéologiquement lourdes, concernant la différence des
genres `(ne parlons même plus de sexe dans ce rabattement bipolaire). A gauche en effet, la particulière objecte à son universelle,
comme il en va de même à droite 5 mais chaque côté objecte lui aussi
à Pautre en ce que l°un affirme Pexistence de l°exception, alors que
Pautre la nie. C°est donc pour finir le statut fragile de cette contradiction portant sur Pexception qu°il convient de régler, d”une façon
ou d'une autre, puisqu°il s”offre comme la pointe de cette petite
pyramide qui ne consiste qu”à. mettre en scène deux types de contradiction (l”un propre à chaque deixis, Pautre entre les deixis).
De Pexception conçue comme limite
La seule aide effective que nous apporte Lacan en ce dédale se
trouve, non dans les séminaires, mais dans le texte publié dans
Scilicet puis dans Autres écrits, dans lequel il soutient:
La seconde [il sîgit donc de la « seconde écriture ›› par rapport au
VX-@xs soit le Elx.¢l›x], il y a par exception le cas, familier en mathématiques, (Pargument x = 0 dans la fonction hyperbolique 1/x), le cas où
il existe un x pour lequel <I›x, la fonction, n”est pas satisfaite, c°est-àdire ne fonctionnant pas, est exclue de fait45.

Une fonction hyperbolique du genre 1/x se présente ainsi:

,

\\
\_

-v-¢-¢-o-›-0--§-›-o-›o-¢-+-+-o-9-v-+-n-›_____ __ ___m________›___m_¿?
_'
__..., __

_ ____`\

*~\,_

H
`._“

` ù" "'“~H-_~a<-Q--« -n-@..u. ,~›

o-¢--|›-1--í-+-§--›-o_`t,-›-¢-o-'¢-.*'-¢›-o-›-

\ _.

X.

45. J. Lacan, « L'Ètourdit ››, in Scilicet n° 4, Paris, Seuil, 1973, p. 15, ou Autres écrits, Paris,
Seuil, 2000, p. 458. Je donne ici un texte triplement corrigé, tant par rapport à Scilicet que
par rapport à Autres écrits, qui en rajoute dans Pincornpréhension, rendant illisible cette
ultime précision de Lacan.

Bayerîsche

£É›'taa'it.1-:l*›it.›liolhek
I'*Ji£`1nel':-en
'11-u._,... ....-l-au--. wflwμ.-uμhnnnnunuu-«_-....,,,.

A

TT

-*---q-w.

98

\j

'_

\›

-lil;
'.

'ici

_*

là' '.

'
1

_

'

\
\.

*"//_-_

-._

la

fifi...

_-,›

_

'

I'
"\`
ix

"Î .wÿ
'flr ›
eÿvq-*J
_ j."
,

2

-__M

\..__
_ `_:,'.___Á""- ¢=-_'

' ^'\_
*

1"
:rh
r

/**

'_

:fi
.ii
_

__.\

' *_

H

_;,;'

-l.È3*7

_

_

.

-.s-__ '¿__\
~.~\Ha.
__-_ `

“Z
xfi.
š“t
"_'
If I*ügk

_¿

I

_.,

_ ___.:rf.

._,_ _ _ _ __ --; ,t,
.

_-

"

Q.-

-_;

.f

'

'T-“Á
*_\*»
_

?,,*_

{'“-I-Q??
"_-`_

LE PASTOUT DE LACAN

La valeur 0 y fait << limite46 ›› au sens où la fonction tend vers
Pinfini lorsque x tend vers zéro (et tend vers zéro quand x tend vers
Pinfini), mais ne présente plus aucune valeur si x = 0 puisque Popération de division ne peut se soutenir en aucune façon si l”on veut
diviser quelque nombre que ce soit par 0. Lacan situe donc
son E|x.<ÎÎc au lieu et place du zéro dans la fonction hyperbolique,
ce qui sous-tend fort bien, sur le plan visuel, son idée que l°universelle, le « pourtour ›› prendrait appui sur Pexception, laquelle, loin
de la contredire, lui offrirait un << fondement ››. L°ennui, dans cet
exemple, c”est la disparité profonde entre la courbe et les axes de
coordonnées, la parfaite extériorité, de principe, entre des axes de
coordonnées et une courbe, quelle qu°elle soit.
Nous voilà de nouveau en arrêt sur la pointe de la question
posée par Lacan avec ses écritures : la limite est-elle à inclure dans
Pensemble, comme ce peut étre le cas d”une figure topologique qui
inclut son bord, ou est-elle à exclure de Pensemble, comme le suggère (un peu trop fortement) Pexemple de l°hyperbole dans laquelle
la valeur x = 0, autrement dit l'axe des y, n'appartient en aucun
point à la courbe y = 1/X?

.3

D'une certaine façon, nous avons la réponse, bien que Lacan
n'en articule, à ma connaissance, rien dans le cours des séminaires
sur lesquels nous venons de nous pencher. Si la limite devait ètre
pensée comme extérieure à la série (comme c°est le cas avec lihyperbole), elle risquerait de devenir bien vite métaphoriquement
transcendante. Depuis saint Anselme (et même saint Augustin),
n”ont pas manqué les tentatives pour positionner Dieu comme l°élément supérieur, extérieur à la série mondaine. Où faut-il en effet
se placer pour voir, et la série, et sa limite, puisque celle-ci doit ètre
pensée extérieure à la série, sinon dans la posture du croyant que
sa foi autorise à faire valoir une... révélation? La religion n°est
jamais bien loin dans cette élégance intellectuelle qui tient à disposer tout à la fois de son savoir et de ce qui y ferait limite.
Autre argument: là où Pexception est exclue, côté droit donc,
le tout ne parvient pas à se fonder, ce qui rétroagit sur chaque élé"*-«..__

46. << Je les conjugue [ces deux écritures] de ce que 1'il existe un en question, à faire limite au
pourtour, est ce qui Paffirme ou le confirme (ce qu'un proverbe objecte déjà au contradictoire d'Aristote). ››

.in-

PoUR UNE LECTURE CRITIQUE. ._

99

ment en entamant son unité puisqu°il s°avère n°étre qu”une existence sans essence. Il convient donc de penser l°absence d'exception sans se donner, là non plus, le point de vue à partir duquel il
deviendrait possible de voir la série, puis tout ce qui n”est pas la
série, pour se prononcer ensuite sur le fait que cette série, décidément, ne possède pas de limite, tandis que Pautre, oui, en a une.
Faire prévaloir Pexistence sur l°essence - ainsi que le soutient
Lacan -, c°est s°interdire tout point de vue de Sirius, en dernière instance. I1 nous faut donc, pour être cohérent avec ce qui le conduit
à soutenir le non-rapport, parvenir à penser Pexception à partir de
la série (ce n°est pas dire qu”elle y appartient), et non dans un
espace qui inclurait, et la série, et son exception/limite. Le petit mot
de << désespéré ›› dont Lacan usait pour indiquer d°où pourrait venir
une telle pétition de principe, apte à poser l”existence d”une exception, disait bien, à sa façon, un peu psychologique, que c”est
<< tout x ›› qui envisage l'exception, et non quelque démiurge façonnant dans la boue l”humanité qu”il lui plairait de fabriquer, ou
quelque père totémique puisant à sa guise dans son vivier de
femmes. Sauf qu”à s”en tenir là, cette exception n°est plus qu”un
voeu, d'allure religieuse, bien digne de cet espoir d”une vie éternelle
qu°il faut supporter d'entendre, parfois, au long des enterrements :
puisque cette exception que fut Jésus a ressuscité d”entre les morts,
alors tous (ses fidèles), un par un, y auront droit. L”exception n”est
plus, dans cette perspective, qu”une affaire d”avenir commun. Je
doute fort que Lacan ait voulu l°entendre ainsi, de sorte que son
<< désespéré ››, qui renvoie à sa lecture de Îbtenz et tabou, n”est rien
sur quoi prendre longtemps appui pour recevoir le statut d°exception qu”il nous propose avec ses écritures de la sexuation, seules à
soutenir avec quelque rigueur le non-rapport sexuel qui fait pour
l°instant notre souci.
Retour au non-rapport
Que Pexception existe et n”existe pas, qu'on puisse appeler le
côté gauche << homme ›› et Pautre << femme ›› en tant que régis tous
deux par une même fonction dite << phallique ››, tout cela n°est pensable que dans l°idée, la perspective, le soupçon du non-rapport.
Bien sûr, penser, parler, écrire, c”est indéfiniment créer du rapport.

100

Et si l”ordre des raisons se montre assez parcimonieux, voire chichiteux pour qui élève ses exigences, le rapport signifiant, tel que
Lacan le déchaîna par sa définition du sujet, est, lui, tous azimuts.
Aucune limitation interne ne vient spécifier à l”avance quel signifiant représente le sujet pour quel autre signifiant. Cette restriction
n”aurait, à la vérité, aucun sens puisque la définition se propose,
entre autres choses, d”accueillir à bras ouverts le « quelconque ››:
n'importe quel signifiant lui est bon, elle ne chipotera pas. Loin
d”elle1”idée, si chère au clinicien, de générer des contre-indications,
et de produire une sous-classe de signifiants qui, eux, n”auraient
pas vocation à représenter le sujet auprès d”autres. Cuéntanze tu
vida, titre un livre de psychanalyse argentin; mais la définition du
sujet lacanien, en cela en prise directe sur la règle fondamentale
freudienne, va d”emblée bien au-delà ou en deçà de la vie, de la biographie et de ses avatars. Seul Pirréalisable << dites n°importe quoi >>
serait à la hauteur d'une telle définition.

,¢fF"WW_*vn.__

vb*

' ag;-...Q
_.___

t _

f* H”

_!

xxl*

1

I

`

5'.

fie

H' _'
-

.

_

'

-I. `
_

___
._ -_-

f' ,=
_. _ _'

.

F

un

f *

_.

"

'

-

._

_

-

_

Îm

F.

›_

VL?-,__

____ I .
1

' _'_:\'
_,

'-.

È

_

_

_

l
\

"I .
_
, ` fl.
7' `
'
. *_
_

-u

ix'

_

_

~

*.*.-_›

(J

J
___'

'__

-.

_

.› - ;` .
_
_ __
-

'fl

.

.

_

,_

'\_"ru

_

.*
- ;'

:,¿-›› *~.'_

_¿

_\,,,,_.

_

--_

I

1-'
_
_ -.¢-

'_

_

'

--*
--

'

_ _

'
_/ .g
-r

*T

'

.

5'.

'
,

I""-vwhÿyl'-il'

._ _

_

-

'
_
\

1'

I-

."-._

_

,f
.r .
__ __ -À_ __
_
_

f- -_.À

'~

Ji`2.

"1.

_'=. H

'_ .
_- _,1_ 'I _ _

'

_

Á'
A

"

_

l ji
__

i
_ __ -_ __!
. _›_.,
__- _»
_. ›
. ._,'›'_
_
_ ,¿.__t~
-« .

e- r. '

f.

-

,

'_ _ . ›'

'.

.

.

__

=-,_
-__i___._.¿___
1'
.(

_
_
›.-`

=

--*__

'."v _' -`_'_~`3' -¿_._ '__-_
- _ .f '-5

___

_. _ -_
_
r- _"

_.
_ ' __

if

_
_ _;

, _

'

fi.-'-I

_

""Î"","_
___

--

-

'

.

`

H

-__< _

_

___` _*-_
_

L

1
_

"- Î_ _-

,_ '
'

_

\._¿_

-_ ›

“- r.-_._....__,,

` _ _ '- Î
_... __.

_/

"

_

_

_ __

“__
___
*

LE I›AsToUT DE L:-\CAN

'vx

'.:--_;
_______ __ _ .-.'nq-_›<_\_
_\_;
- "*'=-'».-3.
~ -_'-'-`*>e.H- \
-'-_-›_.-1
' *fs -.-

Dans un tel décor, le non-rapport, c°est le merle blanc,
l'« impensé radical ›› comme on l°aurait appelé dans une époque qui
s'éloigne au point d'étre aujourd°hui presque révolue. Et le moins
troublant n'est pas que Lacan l”ait conçu à sa façon très tôt, dès la
fin des années cinquante, lors de Pélaboration de son << graphe du
désir ››. On y voit en effet apparaître la notation S (A) commentée
comme le « signifiant qui manque à l”Autre ››. Comment un signifiant peut-il manquer à l”Autre alors défini, sans équivoque, comme
le << trésor des signifiants ›› ? N°y aurait-il pas là comme l”amorce de
Pexception qu”on va retrouver bien plus tard sous la forme
du Elx.ÎI›Îc ? Question qui trouve un début de réponse dans la notation même du sujet: S, qui se lit comme la barre tombant sur la
lettre S, jusque-là préposée à désigner le signifiant. Le sujet n”est
donc pas un signifiant mais, oui, il est bien ce qui manque à l”Autre,
où << tous ›› les signifiants se rassemblent. Le lecteur de Lacan peut
savoir par ailleurs que cet Autre, si décisif dans toute la construction théorique, << n'existe pas ››, chose qui ne peut se dire (de le dire,
je le fais ipso facto exister), mais par contre peut s”écrire : Ã. Toutes
ces barres qui tombent sur des lettres participent ainsi du même
mouvement: on affirme une universelle (Az on ne peut pas faire
mieux), puis on la nie: Ã. Pourquoi cette rage de la rature?

POUR UNE LECTURE CRITIQUE. ._

101

Parce qu°il faut soutenir deux choses à la fois, si pas en même
temps ni sous le même rapport: que Pindéfini de la mise en rapport n”entame rien d°une absence abrupte de rapport, absence déjà
P0ÎHï뀛 de façon timide et elliptique, par le leer Gegenszand ohne
Begrzff, Pobjet vide sans concept - objet dont je peux certes me
f01"8€ï 1111 concept generique (Kant me le tend tout prêt à FemP10î)› 1112118 SOUS lequel ne viendra s°abriter aucun objet mondain.
CGIIC r0Se d"aucun bouquet a vocation de raviner le parcours
Sign-Îfi21HΛ Sans jamais y apparaître comme tel. On ne s”étonne plus
U"0P› f-ÎÈS 10rS, de voir cette contradiction installée au centre de
Pécriture du fantasme, dans ce poinçon qui tout à la fois unit (aliéMÎÎOU) et désunit (séparation) le sujet S COHÇL1 comme universel
(il est Fexception, le Elx_ÎIΛ2 apte à soutenir, tel Épimenide, que,
0UΛ Vxfibx), et l°objet a comme Ce avec quoi... il n°y a pas de rapport. Les sexes viennent re-marquer cettfi faille, sans qu°on sache
bien si elle est là de leur fait, ou eux du sien.

l_ ,-_

/.'
_l_.

,F

_. K

`
, __

'

-

.sv

_.
..

W
_

;

t

~

Î
*J-'å
_;
_; _

f

'

-_

.

fr'

ww

\u

-. _. .,\

,' s

`

--lu."

9:* `
I"

...._.---_›-.....,..,.M'}

-_

_ _. _
,`_._\,,

§

_:

:_

._', -\-_ Ul,

_-

,_

_

\

. __,_

,_ - _

_

' 'XFÎHI

_`.

,.

*;__ _ ._ ._

_ - = _ __ M-.r.,¿ _ _

_

_
'

ÿ
i

_
\

\

_

_

_

_ _.

~

_:

__

_-_.-_-__-, ___=_¿
_*,\.,¿__`__.,_____
.._£.~

se-Iî_*.* : -"*.*:* . .;s'_-*:*

-"'

___).

_

'

__

' __~_: _:- _.-_r,~:
_

--

_;-_--- -¢~------------..._.;_;;___,_=_=
*--__--

='2*_'__-*___

..~ ›_ ._

*

mè*-:_

___»-:-135-___._ ---_,!=,=.;-__ . gg __-33*

1-'L1-.T1-!:=f"@'â-_ '¿'=:-'l_:_:f_2'Ê'»¢“.4¢\î'Î:

1

*`F;,'.'î{ü'_:':=¿_2I_"ë_'._ *i«_':_¿_;*;:
i '_ . __-fini;

'

_:
:ff9"_-_-5
_ n

A;-j_-*"è_.___

;*_:+*›.-_@în
fi'*H-¿ si
.~"'
'f-1~ __'.'¢'

*

'f›š¿»_*š'
_'*__-_§__î'-. 1
'{!__»¿'~$ ¢+i¿l'_›¿

`

"*?i`;:1:!;:f'_Ê'.*:'

_* *_,§?l_*._~_ _ '-E:

*

'M ' '1.

_

1'521.

_

_ _¿__
.._-`í:

I

'_ __*-.*"" __ï?"'fi*.-_____

1_''-_I*2I:;¿:$-=¿:
-§*_.*¿§_-

›_-.*-:'ï*` . “ 'Î'

.f_.-K .- N-\-'_ . .

`

.,i__

-.___ _ ___. `

_

-____

'

3

'

:_

'

____;1_'_____l_i"._ ___`
K

4U I'
**
'

__
_ ur:
__5_- 5 31:-_____\._* __ _

.

____';_ _.
___f|"

*_ '

_* '
_›

3'

**

_

_

_

__':'_3

'J

__ ._ 9'

-

_

,

`|,

*~. _

_

'

Î

_ _
J

_

_-

_

_

*_

=.
_

.___ ._
".-

/__

-,
___

'***..

.

_ _ ,_

-\lu
_

r

r

_

,f

pff ›
__; ›_:

._

_*

_

'

1

__

\›

J-W.

xy

_'-¿_

K

~

"1\_

,__-_

-_»

-_

_

,jg

'

1-;

~

,_
*e

'_
___?

'›

_

*'-

'

'i

«›

1- '-_›.,+
\:-›.'›*.* 1.,'__
\Â.
'11' _ vi-*,m“>.i'›vy,*._›>
._,,_v

".'

.

__ *~*§«--___..s_,¿sï_¿» _
__r_'_¿μ'_

|*_.¿.»'__;

-._'_r 'JH ii. '

___

-

-».\_

_ 1--11""
x

«vf

*

lf

_

_

*-

_ '*-_'_
_

'

x~«__*
_
f

___

.9-i'l.__

›*

'

_.

z

I_'“«...__

_

.

'_

_

* =_'-if-2 - . __,_
.
__
- _=_ __~;_,____

-

-_

*_

Ê'-=

3

'

_ iv

._ ___
'

_ - 1

.

-

',_-

-' 1
___" _

_›f ,

t

_

w.

___,*'_.

pli»-_. I__ _* _*'__ ›î"Î_ _-

" -__<_"- _-'
__»
___".:

'\

__

6'

_.:--i

_
_ /;__/-_(_______ __'

μï*~`l_,'.-__

__*›-H
_ _ - . .__ -

«

_

'

`I\
'

__ _i. _ _
_-___'-__________ _ _

:_

_ ___.
. __ gf* _

,

,

"\_\_____

` -* *: î_~.'_-

_
*f

_
_*

_

- -___' ,

"

'

_

.___

ft _
.' a- ' «_\:.'-›\ ff

~;î

-

'

.J

v

_?4':-.:-

s_*

_

"_'.."

9,/'__,¿-f v *::-ne ._
-Ah". »
›'

'

'

1'
_ Y

'."

_' -

`<`_. _=_«3'
_"_ .:_ " _ _
_`_~Î__'--_
'4 _ - ''.›.-'Ê
_-2-.Î'Lr_-1Î='{~ '

___

__,

.fl

.er ,' ,,_.¿*_ __

:`¿:\

,,.›P« ._ _,¢'“,¿

__

.' _", ---1'*-μ, 'Ãr _- __ _-_Ii==i_fÎ'.1_'.*«;':,-."_'_ï_

*.if".*.-'<.__¢_¿.:_-*np
¿~.. _:_
--.¿_ _,;~',__ ;¿,, _ _*
**'_ «« ' *.-_=;'F=-_:-* -f=.'1__-.-_-==;-=î.: .*¿=*-:1_*:fl'-

~ ._ -_¢_- .=*t._›.:.-15. e___:1_**-_-_¿_.-*-_-___¿__;.
'_t.*__-_._._._
'-

-.*.
vf

'

'- - _:_ï5 j-Î'-ii .1 §I'_?1:._ I__

' `-"-.~;"`*; ' --9";

. _-__: =-._'›*I»- _ '
:;.'_ ›';__ «_ ;*._-f'=_--=___.*._ -: -3 _- ; _- _' ›-, .1 ;~_«-:-.:'1€*
_--..__:tm:
.:; 5;;-j:»,;'@ f_-;__ïj'r=_Î=___,_=*›. _,-;-'*¢-;_“_¿.;'¢.-_ _ : =-;-'-

;'!`;'î,
".*=_,_!= f
=;eÉ1_*_¿|. 5
=*_'_=_:.-___._-_--*_;-'
-'i=._' ;-.= 'E_.=_:_j
-.Z1-'=*-_*___'._ .ff:
--'-'_:,-__-3-_'
_.j\';-_'«_-:›f.'-_-..__.*\-'-¿-_:-1: _;.r
:=__-'_`=I,a';_

'___

___

:\~_- '__,_-"_›'_'__-if. _;'¿'-,_

_':.*_s-_*'_:*-.was -_“':--_-_\:_.*ï:›=_=-.

'-f-'rl

___ '_;=;'
_
2"*-ï:I-.è_`*`;-P¿_;*';..=`!1- _.`,'*!:'-. 5:'
=_E.-il-.f!.-'Î_i'=¿|-§î_|'1r'+!-: '___ `=_§_ *L-:_i1;-.;'.'_ _ .__J
..`;- ':-fi* ..Î_.*_':ÎÉ*~l="_"*'f'l"_-2
=. .__ _=_i__L*.£ 3 -_ _=' :_-J; 2 _.;_-;_'. _- ¿,-“_'_
F512-*.Î=à _ ' ___" Î'_Î_ ' .`Î'f:__"1- __"--_'?Î`:ä_* ~';f;'_`? 'Ia

2fi_'-*_*I§'r1'-'='.*`§-_-f_'
-Ie? .*I::

:__ ____-_:;_ |._ü__';_
-='-:"_'_--

“_ï*1'-

__ 2-;

':_

:i__:;_-.}'_';_;*_
›;""-__'-2';-*îj--__f.,

î!_ïi_I_'=.=äf:¿*-'-_`;<﫧î 21:...

_-`=--¿*'*-.-'.*_: fi

-'=
_:s-:.*-.;*›* ._ '=:-"1.~I-:_"_L;-:*.`
'|Î`_'::«*Î-'1_-'1*_:.=*;I='J'Î__Î'-I.-'î ...`:= -'.;“_'-'i_S*-*_=f_'-5-' .'
-.'_».'f: +5' :-1 -: z~ * -1 : =*= _- '=r''=:_-**_î*_-f=r›-: . ==
___r_'¿›:
"-3-___`Y~.'r."'.-il_"'*1i.___.__.
-¿:__ ¿___._-._=:'.'..
_,_.1__5›___|_ §¿-___-.
.:¿ ___.'_'.-"L
_.

_ :_-.\-'-_-5*-_.
.j1 -__-_--_§.-__
_-_ _;

. «__= -__-_-=__'
_l__
_-ff, _"'
.__-__*____-__'
___*._*-__

-_ _., _-_;›_._ _›«- _ '=_= - __-___. _ -< _.= "';:_^-___
-;___.._ -._ _.
;›_ ;_,-_
*._;_-'__|___f.1.1 *'___
_'-«'1__ _f.t'Ê=:'='__=____._;
':_*;; '_¿__-=__§¿=
_ __;_î'f!.,_- '*".'=;*'__ï _-__”-_ _-_:-jl' _`**Î'**,-»Î_':*
¿_;1_¿_:___'_1_¿_¿'1___ .-=¿,=___ __________¿_-._-;_ :_-- .-_-;_-..f._

j_*f*i:'î;___1.-

_' ;:'-_.›j=_..-*.=*.'_*_.f-.=.3F:_'î' *-= _

I__- '- _.1 -'-'ami'

1- __ ' -'E

=-__-v--_v__._*;:-_'¢__-: -

;.-.-5._'_*_

_. _-_.___.*__-g¿_- -_' '\__5

î*:."jf*--"f= _';?I“-_Ef='._?:_:.-fl.: * _ .*_.;1--*ar
«_-_"._-__-:=_1'
=.-=_
_-.;-.-_==. ,-›__ J.,-_____-;_;'-.'.:.
¿!__›--.__:__-'
_;
__-,Ul›
_
_- ___.-.;:_--__ _-»_.i._-_1._'1-.:_'_.- - -'-__".
f_?._:_ L«'_'4=lf__ .:.*j=*1_=-1- .'11
¢.=,-_*-_
Ê-zz1-È-'
_'I.._=-j2'Î ,,LÎ-ï'«__=:-;;.::-_;
'-rsa :_-,'-=-._'=-:"Î-.-.-'
_-_-1 i›_'~.' _'_.î;*'
_ ›*_*_*:!
'
I- “- \"-'_' ' '-1-.- .'.-'-._v'-.1 - :__ 1;- -_ E. 1-E›__
_ '; -.__ __-'!¿_ ! _ " 1--.1
- '-1
_ Ii'- - - :_:-:__'“:i;'
- .--_-__!-_-\.=-._
.\_«.__
a.,-_`_____
'

__

_

_

"

_

___

L'

=

f.'_ _
_. __.. Y?
_ _ _¿ (__
. _

_

I 1

_

,_

- _

__

1
'

_
'

_

'

- _ *_

_
~.
¿¿¢_..-*_-_'
-..._' _ _ _
__,_,`›_;___.__-___.¿.__›_-_;._-_ .-_1_..,

.\

:'-E'-e :*_="'¿"= 'Em '; _';*:F
'= 1*.--':=ü._j_* '*`*-.'f-1.'

' _\1i1Éf`;.¿-1-_: .î-"_ïr__- _ -1 if: -!.--'.- -' _--5

,___ «:ÎÎ_ _ _______›.
=--_-.:-.\_~
__.
'-.-_ .-: «.- 4.. _ .-_-_-.
_ sa '
§-_'=_:__:¿,_1:.-*_ 1.;j'=_ -;'_':-'=_';:_'
_ '_ :-.' *.-_- _; _- _›; .-:-_:.
:__
-'-1.==,*f_;"ëf-§
.`~.:›-È._ '__'_l"='?_
'=._' _'- _ _ __*__.
' ____-._
._:_ r-___* _.,____
- --_.'1____'«-:\!:È_.;".=;.--._-I

.

___ __.:

_ ...__
_ .___ _ _

-M

.__--\*;'_ _¿_..-

_ __ __
__ ,_

_.,__________
__ __". .___._
¿,___ _-___`__._;_._.¿
___¿__.___ ,_,g;___¿-_
_-_-__›_. _

f

_

.

_

-

-

.-

_

. -. '

'\

».›

:

_ ›_

_

__ _-1¿

--_1'*u_'_= '.
-

_
i

__

-

N-

_

_

. -_
__ ____ _ 1 _ _-.,_.__
_.-_ -_ -_
'
_*._ __1 *' 5 _ `~|.
“rxa:._- ____ '___.

_ _ _". _

_
.|-: -_ _;-

_;~î-f -_'= <'=-=f._.*-._*

~,-_1_

_

._<._

.

._._ _
_
' ._ '

'_

\'- P*__' \' ,__ __ _
_.

\_

I. n _ "
_ ___.__

'_ '
viifi'
...g
l
"-_-,__
_ -1 «_
_ _ yälfllr.
___._ . _____- _ __ -_›~<_._,,_____
.-~__dH¢-›---

_*::'~'hr!-.._i_".'-.=**-'*-'-*-._-=='::
'_~ --'ft-.
ï'="-*,f_-=- .-=.î1 "H ':.":-a
Î '-"_ ' :_ F1;
.'.=.=e'_'lL:'
_-:-___;=i';_-'ï= kj
___*
__-_-_-':
-."_;*'_'¿;!-_--i-_;-_. =j«¿;E_f-_.-._-g};"=_=I _!.-__-__-_-.I;',_ j-_.:_-'_5_.1*_I<__\_- fi-5*: 1;-_== ,*î§:_¢_
i' *I~», '_¿*.-=.__ ;_;î 1;-2'-J, _';\j'¿f
›___
_ _ _
__
_-_ ..._ _
-_.
:_-'_'.=_L.._*_¿_,'t;-v_.›_-.
1*. ".-' 1.-_
_ ._
_
__
.

_=;__r. ¢____-___--___'_:':

_

_

__, *J

Ji
-___»_

_-, .ü

__

'

_

. _

'

,

_

_ _

__

'

_

"__

'

_

-

.

_

'r

-

_

v_u.__,_;|9*μruq`__

___..., Mi; _' '

_

.

....-__.-_.-_-_
___;__..__.

__
_

**""'fiI'f

__ "\:›: 13$;
-ffffil-fli
_-_;¢ "-ï.i:-'H›;r__›-a._-<."_
._<;_°. -.,,.'|.;*l.I_\
*-7:1.w.-*_
'f-'sl1
“I-"E31
u-.{.__ _*-;_r*-_*'*':. 'fr-_!-:'Ê_**Î'

Bi'-F-'_-iš_._L`*.
_:- ___,-_.

'

=-'~«-=-- --_ ._._.`-_ ".'._'.'“î'*_**"1~L__;---__:-::f==f----.-...__
___¿__- -___..-._.._...,.,

__ "__ _
_
___
**
_ '
_.
_
“"'"'_'
f F' 1"*-*-›-w _ -__ _ M.. _ 4,...-.¢_«_4.x_..u.__--_:_;›..;.».-u›«.¢~›_\.||.....:
_
_ _
__ *-,-__ if-___ __ _
I,...-_
-"'"*\*f^~:; *1 ""'h^* -Inn¢.μμ____."- .*

_-*f
,'*.__
I *_ _-f*-'zi-?'l.'_«-'_-È.. 1"* Hi§;*'_*_.Î.ï_
_. .*_'L Ht'.*.”*-J;e_.
"gç-9,-_ ;
E; S»

. '

-i
__

_.
i

\`
_

_'

-

.- _ ..`

._ "U-"_ 'i
' ,_-__'--_-nr..
'
:-È-M1 .._f
“al _.- _.-_.
-. _ _ _~× ___ ' _' " . ' -.u

' . . 1"-f*î'* * -*M

'

_ ._.-._.__._...
_

__

"

" . _ _

-* *1-|μq-_-f- L'

_

_

_
-›_

_-

.. . -

-.

__~__ _ __

._ î.
;~

--

_.-,,,.........,.“¢-u-n--1n¢n›=n›n|~n.n..«_¢..._|__

"

_

--

- ~--

-*

'

`

__ _

";_'_,í;:*t-*
“-'“""'-"
"1i›':%
__

“It%il
.---1,-F .

'

'

`

'- *-5*"
'

_

"

'Mr
1
_- 1

-="
J...

_ _ __-___-.

n__¿___

_. -

__ °~

_

_

_ __

__

_ _

_

_

_.___. ..-

-----›-=-

_...-

f

--'

«s
QUELQUES CONSÉQUF-N
E LOGIQUE
DE LA DIFFÉRENC
S
ENTRE LES SEXE

_r"
'_r'

.

._

_

_.
\
i
|
|
a

-ri

_.›<«_-F-'*'-*--«__
.

Q

i

'
__

f

'ã*,_

`
1
*_

_

-_
a

_.

__

_

*_

__
w___

,_ _

-*»'.

_ .___.
_

._

_ _

_

__. .-JHy
'΢_i_.î_
._\ w. ___.

\_

\

_

1__

_
\

' .f

.,

_

_

,,

.

'L

` .`

__

_'

_

50'-È

\

\

} E 9"

I

ll' pr

\

-

s._ .. k
F'
_ . . ›_--

\__ \L

'1_`__ Il -rl-1.,

“M._

\1

.§\
_
*
__

\_

fa:

ãš
:_

r____

" klùw
1

___

I '^v{1~
_

Î

\

"

_ fi _
__
_- .'.

1

1

_-15:.
I.
_.-*-“ -

lv .Ø

;-_*_:
` -.

`
|

|

* * ~*

È

.
»

JA ,_ _

-_¿\\
1' ._-›_
\_\¿_\
_
' -;_~ '_ _ _

_
,

1*
1

_- _'__
. - i.
-

'__'

_- _

'

au":
'

._
_

__ .- : .
a _-I'-_*f*_.› _ -- ' _

x

_:
-___. _ _
_ . ` _. '_ ___-:
_____
___-_,_._
.-:
- r. _ , _'
__='_
¿_._:.'
'
_ 1-'

\ 1.

_ _» _

4.

_

_

'-.

-'__ _ ,__ _» _- J'

-I _

._

\_

*_'_ * W»
- *_ _*-W*
_. ff*

N

__

_____ , __

*_

6.

\

.

_ ___.
ff."

._

. ¢=\_-. «**;*.:¢.-.*_*-_ .«: ._ .

\
.

--

-

i

ï ' '
___

_
X

'

f

__

__

_

_

"H

_ ._

_

šf~¢-1»-f_'-f.'š.m:-._+*-"'.'..-.-f ._ *
`. _' _' _ 'I '- "'\.
'_,..,._
* -.
-H*---'*'H*“*'*'
'
*

-L

._.

-.
-_ ,_~'

_ _L
F

'*

\

_ 1

I

.

_-

"'.{' ,'$

1* *-

Pk*

._ -'-__. '~ _ f "- JR
'- -

--

r"

`

__

*

_

"

J- _-

_. ,

'
.

-_

\
1

_.

"'
*

' .

,

_

\_
_

_' '
-

-¿:.__-__L_ -.
\

_

-_

'I 'È_

f\
__ .
-=~\\

.`
-I__--'là'-Iå

'_ ' .J
. -I ,
_ -`í ,__ _.. __-_
.
-pj
$__¿_¿\¿:-:>-

'*
_

¿r - _

l*f"lU<3

\__~
__ F1,
.

'

n.

F,-

'

_

(__-f

-

_.

ft)
_

_,

_

"

.
_

_

_.

_

_-

ff

_- ._

_

.

_

'

_. .

___1/

_f_,/
_ ._

_:

.

-. _ ,
_________¿
_
' _ '___

'

\~

_/
_ "

_

_.<`

_

_."{›f`Î.

__ _ .

_-.

- *

___

H
f"_

_;

-,ff

__!.___-_«,*_

_

'

¿_ ___

\__
.1

~."

'-V

3`\ _ _ `“'
_

I

H- __ "

__ _.

___"

.__

\.\`

_ _,1_-

_

_- _

¿

___ 9
_ ,I

I

.

gx... Ihu:`-:-

_

*__

___.

. _' _
.,_.

<3

.

.`.›«.

<.

,

I:
nn-

_,

.F

." _

__.

.J
'--›..
_ .-

f

-

\___

"im-..__

-~›

-

'_ › -*E

\_'\'.' 3* L “ 3

-'§,.__'_

'x

_.

'

;
-«sm -...qu _ -_, `
"› .. .4' _
_'
"*'-'_
; ,__- *'
. .“
\_,._- _ .__ “I”-"›'.
__ f._
_ I._ ._

.

'

.~m-

'›*-~--'-'_››..f_--._*
_
-«_
--

_

.

' 1,
~,_«'

__

'*,_

r

"-“

"

.__-___ ___/

Il

- ~K"*»*~ __ ~`._ '__»-/_*

_

._ _
`.`

_ .

_

/.

. I

_

.*

_.___ _ _.»* J' _

__

.'

,_
:_
,__

,gf

K*

-

___

_

__,


fiçμnnmjfa-

5

-;,-o.

¢._- __
,._›_..\

.

_

___-

- k'


If

,

_

F. -

-._

`

_

, __;

_"*' .

,

_

_

' 3*.. _
,

__

'_

*_ .
_

`

X

»
,

»
_ 'L_ __

_..
_

\_ ___
_

›.

\
`_ M _

,_

'¿-

_ *

'I

._

-_ -

_)`*'t__ÿ«\í"\

f

*-

.

..`
\_

'\.
__

_-\-__«_*'_.-,._«__«_________î“H_'_:___ "
-'- .~›,__. . ______ ,_._¿_›_¿_
H, 5"
_. 1
_._À;_.

.

On aura ainsi tenté de suivre au plus près les mouvements
d”écriture par lesquels Lacan a abouti à ses formules, dans l”espoir
de dissiper ce faisant quelques ombres insistantes, en grande PHYtie dues aux interprétations que, tout le premier, il a pu tirer de là
- entre autres celle qui lit dans Pexception, dans le EIx.<I›x, 1°écriÎufe 108Î<1ue du père totémique, de celui qui échappfšrâîï Paf défi'
nition à la loi phallique bonne pour tous, sauf pour lui. Reprise de
façon non critique, cette interprétation confond un singulier (il n°y
21 Îamais x pères totémiques par horde) et un particulier qui, Daf
définition, ne prétend pas comme tel à la singularité. Du moins en
10'šÎClU€› où il est impérieux de distinguer entre une proposition particulière et une proposition singulière qui, elle, implique un individu et un seul, posant de ce fait d°autres pr0b1ëm€S quam à1,eXiS“
tence de l'élément à propos duquelelle asserte quelque Chose.
Lacan, tout en donnant Pexemple du père totémiqufä ne C0mn_}_ÉÎ
pas cette confusion puisqu°il croit bon de nommer cet Elx.<I›x
l°« hommoinzun ››, et donc laisse ouverte la p0SSibi1Îïë Cluiil Y @T1 ait
plusieurs à méme de soutenir cette exception. En rabattant la particulière affirmative sur une proposition singulière, 011 SÎÎXPOSC 51
l°inverse à rater le difficile statut de Pexception C11-1€ cette PHTÎÎCU'
lière cerne puisqu”à ramener son extension à un seul individu, il
n'y a plus qu°à laisser faire le narcissisme de chacun P0111' ïéduiïe
cette exception à un << soi ›› (momentanément pr0΢Îé dans liauïffî
exceptionnel), et noyer ainsi la moitié du poisson PêCh¿î Paf Lafiïïln-

De mème, nombre de commentaires vont chercher dans le pastout je ne sais quelle essence de la féminité, ou de la iouissance dite
féminine, engageant Pensemble dans un C0ntr€S€1'1S 821118 espoir
puisqu°il s°agit, d°un bout à Pautre des écritures, de déconstruire la
possibilité d”une dualité d”essences afin d°écrz`sre un non-rapport.
Il nous reste cependant un sérieux problème sur les bras.Avoi1~
écarté d'entrée de jeu tout sens qui pourrait venir des appellations,
<< homme ›› et << femme ›› nous maintient dans Pobligation de dQn__

\

/

106

LE 1>As"roU'r DE LACAN

ner sa place et sa fonction à cette bipartition. L°a p*rz'o*rz` de départ,
que les formules prennent en charge et traitent à leur façon mais
qu”elles n”inventent pas, revient à distinguer deux côtés, l”un pour
lequel il est affirmé qu”il n°existe pas d°essence << Femmel ››, et donc
pas de repérage strictement symbolique de cet élément, et Pautre
où l”on soutient à l”inverse Pexistence d”une essence << Homme ››
qui, elle, développe une valeur symbolique de Pélément. À première
vue, on a donc affaire à un couple d°opposition, et Milner pourrait
avoir eu raison en ramenant toute Paffaire à la présence/absence
d”un trait distinctif.
Le tout et sa bipartition stricte
Le refus du mythe freudien - « il n°y a pas un “toutes les
femmes” ›› -- n°est pas ici d°un appui très solide. Comment concevoir que << Femme ›› n”accède pas au pur symbole? L”une des rares
raisons qui se puisse ici invoquer tient à Pabsence de trait phallique,
laquelle empécherait la réduction d°un individu à ce seul trait tenant
lieu de symbole. Hélas, un certain bon sens, aujourd°hui mãtiné
d°un structuralisme décrété par ailleurs dépassé, n”a plus aucune
difficulté pour voir dans l°absence de trait un trait décisif. En quoi,
en ce cas précis, il se trompe.
Pour s°en rendre compte, il faut buter à nouveau sur la difficulté qui scande ce cheminement depuis le début: Pimpossible rapport entre la dijférence (qui articule des termes relatifs), et le propre
(qui fonde des termes absolus, c”est-à-dire séparés). S°il ne s°agissait que de la première, de cette différence homme/femme, il irait
de soi que Pabsence de trait d”un côté ferait réponse à la présence
du même trait de Pautre côté, et vaudrait donc comme trait qualifiant Femme par opposzfion à Homme. Mais cherchons maintenant
à établir le propre qui qualifie Homme et le propre qui qualifie
Femme, sans plus les articuler 1”un à Pautre d”entrée de jeu.
Ijabsence de trait ne fait plus aussi vite repère pour subsumer la
diversité des individus (logiques) qui ne trouvent pas leur place du
côté de la présence du trait,.et l°on comprend mieux la prudence
de Lacan faisant remarquer qu”en niant Homme, on passe côté
1. Rappel : lorsque chaque sexe est considéré comme une essence, il lui est donné la
majuscule.

QUELQUES coNsEQUENcEs CLINIQUES...

107

Femme, mais qu°en niant Femme rien ne garantit qu”on repassera
côté Hommez. Si en effet je nie la présence d'un trait donné, j°0btiens son absence, mais si je nie son absence, en quoi puis-je savoir
si je vais retrouver ce trait-là ou tout autre, ou rien du tout ? Je ne
le retrouverai que si je me suis donné au départ un ensemble composé exclusivement de deux sous-ensembles, << Homme >> et
<< Femme ››, de telle sorte que tout ce qui ne sera pas d'un côté sera
obligatoirement de Pautre. Lacan, on l°'a vu à plusieurs repriseS›
refuse ce dualisme, et c°est la raison pour laquelle l'absence de trait
phallique n”a aucune valeur complémentaire par rapport à sa présence, ouvrant de ce seul fait un autre espace, passible d”autr€S
règles.
Pourquoi récuse-t~il ce dualisme ? Il eût suffi de Padopter Pour
que la chose soit réglée, de la façon la plus classique, en instaurant la femme comme objet sexuel de Phomme et récipr0QUe'
ment, les faisant valser tous deux avec plus ou moins de bonheur
au rythme chaloupé du phallus. Or ce qui fait objection å Cette
harmonie, ce n°est rien que ce petit grain de sable, décisif p0U1`
tout freudien qui se respecte : la pulsion n”em*rezz'enz aucun raPP0”
naturel et préétablí à son objet. Elle vise indubitablement à sa pr0P1'_e
satisfaction, mais l°objet qu”elle nécessite pour y parvenir est dlî
par Freud quelconque :
Îf_fïXP¿11`î€HCe des cas tenus pour anormaux nous apprend qu”il existe
1c1 une soudure [eine Verlözzmg] entre pulsion sexuelle et objet sexuel
que nous risquons de ne pas voir dans Puniformité de la configlffaf
tion normale où la pulsion paraît apporter l'objet. Nous sommes ainsl
amenés à desserrer dans nos pensées le nouage [I/ërkrziipfimšíf @nue
pulsion et objet. La pulsion sexuelle est vraisemblablement tout
d”abord indépendante de son objet et ne doit probablement p€1S “On
plus sa genèse aux attraits de celui-ci3.

Voilà le point de virage que Lacan, à sa façon, poursuit au-delà
de ce que Freud lui-même avait su en conclure. Il y était d'aUï211'1Î
plus porté que s”étalait devant lui, sous les couleurs du freudisme
2. J. Lacan, séminaire
ou pire, séance du 10 mai 1972 : « [...] cette bipartition à chaque
instant fuyante de Phomme et de la femme: tout ce qui n'est pas homme est-il femm€›,0U
rendrait à Padmettre. Mais puisque la femme n'est “pas toute", pourquoi tout ce qui U est
pas femme serait-il homme? ››
3. S. Freud, Trois Essais sur la théorie du sexuel, traduction La Transa, p. 48»-49.

108

le plus orthodoxe, l°énormité de l”<< objet génital ›› que Freud luimême n”avait jamais mis en scène. On a vu que si les pulsions
convergent dans le primat du phallus, ce n”est assurément pas au
titre de leur objet, ou grâce à lui. La forgerie - silencieuse et
naïve - de l°objet génital dans la psychanalyse française des années
cinquante ramenait de fait Pinvention de Freud dans le moule d°une
pensée normalisante qui ne lisait plus dans les apories de l°(Edipe
que la matrice d”une hétérosexualité conçue comme finalité thérapeutique du travail analytique. Cet objet génital ne devait pas
grand-chose à Freud, mais beaucoup à la tradition psychiatrique
française qui, depuis Moreau de Tours, s”appuyait sur la notion,
alors presque évidente, d°<< instinct génésique ››, qui rabattait la
sexualité humaine sur la procréation, comme aux plus beaux jours
de la théologie morale chrétienne depuis le xr* siècle4. Puisqu”un
instinct guidait l”homme vers la femme et réciproquement, il suffisait de rater la marche freudienne qui découplait Trieb et Objekz
pour tomber pile sur cet objet génital. Tout écart par rapport à cet
instinct permettait de penser le concept nouveau de << perversion ››,
avec les relents de pathologie malséante qui escortent ce terme
nosographique_ Glisser sur ce point, tenir hommes et femmes pour
naturellement complénzenrazres, revenait donc à abandonner la psychanalyse à la psychologie qui, sous couvert de << science de
l”homme ››, était en train d'acquérir sa dignité universitaire, et cherchait déjà à établir dans le terrain freudien une clinique apte à donner quelque lustre à une psychopathologie désireuse de se démarquer de la psychiatrique. On conçoit que Lacan ait eu à coeur de
lutter contre ce courant, et pour cela d°installer un déséquilibre foncier dans Pinévitable bipartition de l”ètre humain.

.";__
__.

sv43
\__ _

_____

*= _. -b____-'fr
'_
*É_¿."_.

f.

'__'

_'_

'

rx;

Tek;
Êz.-:I
/
-` ___
*i
'l"_r'r_f'r`.'
f Éfí

'

J'
ll

I

_

III

\ _ "I

Il

i

*

"J

-u

I

'I

|

* ___i. -_

.P

1,. `__

1-

*

__

___. __

__;

_'

'

'_- ' ._.*

-'

,

_

___

_ -_
.

'

-'

_
'_

'-

f

I

' _
__ _ _

_

_

_;-

_

_

.Ii

___

'

___,__f

-;_:-

_ _

_

' _: 5..
' .;›,i_)_f_
_, ,.
__

-

(___.

.

_

f

__.--.«
_
_
i* * -'-f'-lu
L, .'-^'
¿ ._ J*.Ir .'.

fv -. "

.

_ ._=».,____.¿
__

_

I
__!

--

_

" '_

_'

5'

. _
f"

,

_;y__._____

- ”

r _»

X

`

` _:

_» _ __

*
-

'\

`

__

_ _ _

=_
1

:I

'

*_-.- _.*

=

____ __

`-.

:I

` - ~* _'“Î '×*1- ji” __?

-

_.

_›

'-

-

___.

_ _

_ _~
_ _;
fl'

_)
,L

\

_
5

-

."

'-

Ex'

_-*r - *'

__ ;,:*.v
_

'

;:-_-

UJ
I

__

Il se trouvait en effet averti de ce que le même geste logique
sert à établir une dualité stricte entre les sexes (quitte à raffiner par
la suite sur les cas ambigus), et à partitionner le vivant en normal
et pathologique (avec de méme d”innombrables problèmes de frontière). Dans les deux cas, on suppose silencieusement un monde,
un donné clos, bien circonscrit, que l”on partage ensuite de façon
voyante en deux parties opposées et complémentaires, avec pour

-\______
_

“ "ii
im-_* a"'\'

|

'

_

_

*-J* w
,

\_ ,_

i

__

_

_
_i

_

,

_

__

a
§._'__"*-*-Ã.-«._.

_
_
.ä -_

.

-

._

_

__

`
I

I:

LE PAs'roU'r DE LACAN

.___
_

_

_

.._
'

_

_§£1nI"""' _._- _;-Ê" _
_
_
. __ , __
_
_
,,_,.k_,_-_ . _
- ~f,__.-.
_
_ _ ¢~_ K ›_~¿

_

._

\__

`

`\
_.

-_ _.
,_ _
-,
.

_
\
s

_

4. Pour Moreau de Tours et Pinstinct génésique, voir Donald Davidson, L'Énzer;gence de la
sexualité, Paris, PUF, 2005. Pour la théologie chrétienne, Mark Jordan, Ulnoenzíon de la sodomie dans la théologie chrétienne du X1” siècle, traduit de Panglais (américain) par G. Le Gaufey,
Paris, EPEL, 2006 (à paraître).

-u---0"'

_______________

QUELQUES coNSEQUENcEs cL1N1QUES_..

_

_ _ ___ Î_______Î

109

conséquence dès lors incontournable qu°étre absent d”un côté équivaut à ètre présent de Pautre. À se rendre attentif, à l”inverse, à Pappui mutuel que se prêtent la bipartition stricte d'une classe en deux
sous-classes et Puniverselle qui, grâce à son << pourtout ››, sait trouver dans chacune de ces sous-classes ce qui n°est pas dans l°autre,
on devine mieux comment le réglage logique des sexes en tant
qu”ils seraient substantiellement deux et la tenue souveraine de
Puniverselle dans le jeu du concept sont les deux faces d'une même
pièce. Sexe et logique ont bien partie liée, au moins dans leur façon
d°en imposer en comptant jusqu°à deux.
Le mérite des formules de la sexuation revient d”abord à ne pas
traiter séparément ces deux aspects de la mème question, et à jouer
de Puniverselle pour, la faisant trébucher au bon endroit, déconstruire le couple d”opposition sexuelle qui aura, dans un premier

temps, servi à la poser. Toute l”astuce tient à faire que ce déséquilibre ne génère aucune symétrie, que le trait présent à gauche (qui
fonde le tout) et l”absence de trait à droite (qui oblige au pastout)
ne partagent aucun espace déjà circonscrit. Dans un tout autre
horizon, au moment de réécrire Palgorithme saussurien du signe
pour Faccommoder à ses préoccupations, on se souvient que Lacan
prenait Soin de laisser entièrement de côté le cerclage qui ceignait

signifiant et signifié, tous deux séparés par la barre5. Il en va de
même ici: il faut se donner la peine de faire sauter le cercle, non
tracé, certes, mais ô combien facilement pensé, qui pourrait entourer les formules et les ramener à une articulation interne d”un seul
et méme espace, celui de la fonction phallique en tant qu'elle serait
numériquement bornée.
_
De Puniverselle au concept
Pour parvenir à prendre ses distances vis-à-vis de cette suggestion Si naturelle, qui tend à enclore un champ à peine est-il posé,
il convient de revenir sur les raisons qui arment Lacan dans sa lutte
contre la proposition universelle affirmative, dès 1962 au moins de
façon claire. Pourquoi tient-il à ce qu°au niveau de Puniverselle
négative, et selon Pexemple 'qu”il prend de Puniverselle affirmative
5. G. Le Gaufey, Ulncon-tplétude du symbolique de René Descartes àjacqnes Lacan, Paris, EPEL,
1991, p. 147-158.

.-

¿"

(L Î
šia _
spv*-**"_________

110

<< tout trait est vertical ››, il soit énoncé, non pas << tout trait est non
vertical ››, mais << pas de trait (qui ne soit vertical) ›› ? Pourquoi privilégier le rien là où Aristote, Apulée et Kant (entre tant d°autres I)
ne voyaient qu°une pluralité de sujets niant le prédicat de Puniverselle affirmative ? Il faut pas mal chercher pour rencontrer quelque
affirmation claire sur ce point. Le 7 mars 1962 cependant, il avance :

\t
V

H.

LE PAS'roU'r DE LACAN

Dans le premier rond [soit le quadrangle supérieur droit, celui de
Puniverselle négative], il s'agit de préserver les droits du rien, parce
que c°est lui qui crée, en bas, le peut-être, c°est-à-dire la possibilité.
Loin que l°on puisse dire comme un axiome - et c”est là l°erreur stupéfiante de toute la déduction abstraite du transcendantal - loin qu°on
puisse dire que tout réel est possible, ce n°est qu'à partir du pas possible que le réel prend place. Ce que le sujet cherche, c'est ce réel en
tant que justement pas possible, c”est Pexception [. . .]

*sf

X1\

On a pu voir qu”une telle décision n°a trouvé que bien plus tard
sa consistance chez Lacan en prenant appui sur la particulière
nzaximale, mais dès le 17 janvier de cette même année 1962, dès la
mise en jeu des différentes propositions logiques sur la base d°une
universelle négative affirmant << pas un homme qui ne menteö ››, il
en vient à demander: « Quel est Pintérét pour nous de se servir
d'un tel appareil? ›› Sa réponse vaut d”ètre citée assez longuement.
Ce que nous apportons qui renouvelle la question, c'est ceci: je dis
que Freud promulgué, avance la formule qui est la suivante : le père
est Dieu, ou << tout père est Dieu ››. Il en résulte, si nous maintenons
cette proposition au niveau universel, celle qu°il n°y a pas d”autre père
que Dieu, lequel d'autre part quant à Pexistence est dans la réflexion
freudienne plutôt aufgehoben, plutôt mis en doute radical. Ce dont il
s'agit, c'est que l'ordre de fonction que nous introduisons avec le nomdu-père est ce quelque chose qui, à la fois a valeur universelle, mais
vous remet à vous, zi Pautre, la charge de contrôler s°il y a un père ou
non de cet acabit. S”il n'y en a pas, il est toujours vrai que le père soit
Dieu, simplement la formule n'eSt confirmée que par le secteur vide
du cadran [...] c'est justement ces deux secteurs [...] qui donne[nt]
sa pleine portée à ce que nous pouvons énoncer comme affirmation
universelle.

-r""""ùW*

.fi
au-

.r

*i

1

\F

\

6. Le choix d'un tel énoncé montre que déjà en 1962 la référence à Peirce allait chez Lacan
de pair avec une conception de Puniverselle négative équivalente à Puniverselle affirmative.
<< Pas un homme qui ne mente ›› (universelle négative) est en effet équivalent à « tout homme
est menteur ››, omnis homo mendax (universelle affirmative).

QUELQUES CONSEQUENCES cLiNiQUEs._.

111

Ce qui limite la portée de Faffirmative universelle aux yeux de
Lacan est donc double : non seulement elle se trouve niée par la
particulière affirmative qui soutient Pexistence d°exceptions, mais
du fait de ce choix de la particulière maximale, Puniverselle affirmative s”accorde avec Puniverselle négative (elles sont vraies ou
fausses conjointement) alors que cette dernière ne fait plus état
d°aucun sujet - là est la nouveauté. On a là, du coup, un maniement de Puniverselle qui dépasse d”emblée la question sexuelle
puisque le concept alors central produit par Lacan - le nom-dupère - est lui aussi passible de la même économie, comme on vient
de le lire : sa vérité n'est pas mise en jeu au seul niveau des particulières (oui, il y en a quelques-uns qui vérifient cet énoncé, et
d”autres non), mais elle supporte fort bien Pabsence totale de réalisation. Voilà le rien dont il S”agit de « préserver les droits ››, et qui
fait éclater le quadrangle bien cerclé de Peirce sur lequel on rabat
trop souvent les formules de Lacan (il est vrai que, là aussi, il a été
le premier à le faire).

«_/'
f

\

.›/
J

Il s”agit de marteler sur tous les tons que l°Autre n'eSt pas un;
que ce qui vaut pour le grand-Autre-trésor-des-signifiants vaut
pour l°Autre-sexe 5 qu”aucun heteros n°enclot l°allos 5 qu°aucun alter
ne Subsume l”alz`us 5 qu°homme et femme ne sont pas parties aliquotes dans le sexe, mais bien aliquantes 5 que les ensembles qui ne
s”appartiennent pas ne se comptabilisent pas comme ceux qui s°appartiennent, etc. L°incomplétude, qui donnait déjà sa facture au
symbolique façon Lacan, s°impose dans la question du sexe dès
lors qu”il s”agit d°en écrire la logique interne, de mettre au travail
ce symbolique par lequel s°énoncent des propositions universelles
qui permettent de prédiquer un certain nombre d°individus, de
fabriquer un savoir sur des postures différentes à l°endroit de la
jouissance phallique. Mais cette incomplétude, désormais reprise
sous la forme de formules logiques qui en détaillent le fonctionnement, engage aussi un autre positionnement vis-à-vis de la théorie
que la psychanalyse requiert. En quoi ces formules font-elles
ombrage au maniement classique du concept ? Comment viennentelles se mettre en travers de cet autre couple fatidique : théorielpraúque?

i\

J.z_--

_

-

112

LE i›As'roU'r DE LACAN

Les deux types de contrariété logique
fu-“__

_

¿_

_,_

___

_

_,_

**"'Î) _/

ik":_
\ "' fllf;
._

:

/
"*\``
*-_.

___._ - lu_ _ /___
_ 6 _ _if , _

_..
___ _
,_ 'Y' ._'..
.ln _ _. .r

- :

_

-

_

,*'

_r_f - f

__.
._
1

*

1'"

_

_

.

:_- _'~' it_'

__.

i'

.__

_-

_

I

-

l

_

_:

_

.___

'

:

'J
_

'

-_*

.5 _r

.

I__'

se

* '

Qt'

"
'
_

Comment différencier en toute clarté la contrariété par
contraste et la contrariété par incompatibilité ? Il y a peu de chances
que leur négation produise le même résultat! Et l”on a pu voir que
cette question est par excellence celle posée par les sexes, qui tantôt s”oppoSent sans s”exclure, Se complémentent réciproquement,
et tantôt S°excluent l”un Pautre, incarnant à leur façon la double
valeur du « ou ››, parfois inclusif, parfois exclusif (respectivement
vel et aut en latin). Mais l”approche par les particulières présente
d°abord l°intérét de nous montrer en quoi le carré logique, qui
semble en imposer par son ordre parfait, est lui-méme boiteux.

_ "

_

/

__

la

*›,

_* '

3 _-t _-

.<

)

_'
-'

_

in

5 ..*~“
_; -~'
¿

vl'

__ -i

_\_

_ ___: J _
_ a
¿' 3
_›_fl_

,_
._ _

_

_«'

*› *«'_. 'r_›**_`_*__-**'_;¢_=›'

_
›'

f

\_ \___
._ -i ._ _
_ _
___3_)__'__'_____;;1_
ë- --_U-'I
_r,,_-*
_-

'~.,,-

_;

,<_ __:_- 5 ,

«

__' r_.*

_

_

_'

,_*`

_"_

v_

-_

_\`\ __ __
5 __

_

1

_

_. k
_-

`

rI

'I'

-___.-w

-

J"

'_ _-'__
_
-

_ __,".{_

__ _
_

_

__ " -

r

.

--_1

___
_ _

_\

_

-___ _

,_

_ - __ -T'

minimale. Qu°Aristote ait jugé bon d°en écarter une pour mieux
régler la question qui lui importait, et que via Apulée et quelques
autres cette décision ait pesé lourd dans l”hiStoire de la logique, tout
cela n°a pas évacué le problème tout à la fois logique, langagier et
sexuel puisqu°il tient à l”ambigu'i'té de l”opposition des contraires
au niveau des universelles, qui commande la double valeur de la
particulière: tantôt les contraires se présentent comme les deux
extrêmes d'un même genre (de l°un à Pautre, il y a continuité), et
tantôt ils s”incarnent dans des termes qui ne souffrent pas d°ètre
unis et s'excluent mutuellement (entre les deux il y a séparation).

*- _____;
__ la.i`.'A` -."4`-Î"j_\ÎÀl'. _f'. * f'.-/-

-. - ;_μ'________
__
_

,
_

nière fois sur la double acception de la particulière, maximale et

s«_ _

X*-.

I

Pour le comprendre, il faut prendre le temps de revenir une der-

_.

,f

___

'i

\
g

.D
-a

14'

Quelles différences peut-on légitimement concevoir entre la
particulière affirmative (Elx) et la particulière négative Wc ? Pour la

.
_.

'_

_

-

!`_"_~.

_ rf "_^.

_

`

.

-

,

*

if

_.,« _

--0*?
J§_

μm

_
__ _«_
'~___,'

1

_-K _". V

-_

_

:__

_

\_
\lâ-

_
__

_.›____._

_

-

*-_

,

'I'-' H- '_
Il ¢.._
- . _ `:›'1"
- -z
.
, `4 . * Il 'V _ _
_,-..
?*_.**-.
__
ua
Yi
«_ --.¿
- _- ›
'

'-.

i

:'-.

K'
`-'_'

_

¢,\\_

-nini:-H .

',
. _':":i

._

_

À .""'-'-Il-_-I.*'-.1"_:«

-fl":**~=“'**
_-Gå"-I

première, la langue vient à notre secours pour dire << quelques ››, et
pour la seconde Lacan s”empare d”une expression d°Aristote et la
porte au néologisme avec son << pastous ››, d°une part, une affirmation d°existence : oui, il y en a bien au moins quelques-uns, et
d”autre part une restriction: quelques-uns, oui, mais pas tous.
Précieuse précision... pour le logicien bien plus que pour le locuteur, qui a le plus souvent parfaitement interprété le << quelques ››
dans sa valeur restrictive par rapport aux tous. Si j°apprends que
quelques voyageurs ont perdu la vie dans le crash aérien, je n”irai
pas imaginer un seul instant que, tous Payant perdue, on m”informe
qu°au moins quelques-uns ont fait de mème. Le sens << maximal ››
de Brunschwig est le premier que promeut la langue, et, loin d°étre
complexe (union du partitif et du restrictif), il y apparaît comme

nf

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES...

113

le terme le plus simple: le partitif est d'emblée un restrictif, et si

l”on veut qu”il ne le soit pas, si l'on penche, comme les logiciens,
pour le sens minimal de la particulière, alors et alors seulement il
convient d'aller contre la langue en précisant ce qui ne va pas de

/_

S0Λ å S21VOir que << quelques, parce que tous ››, que la particulière
affirmative n°est qu°une instanciation partielle d'une vérité univer-

selle (dans l'univers de discours choisi, le scientifique par excellence qui, dans sa quète de vérités universelles, ne s”intéresse qu'aux
particulières minimales). Leibniz lui-méme s°ingénia à distinguer
entre le quelque restrictif, et le quelque indéterminé, quand les diagrammes de Venn" s”avèrent, eux, incapables de représenter sépa-

.._\.

_

.;,__›;..- ---..
f

rément les deux types de particulières, ce qui leur vaut en logique
le qualificatif de « zrozzblesome proposzfions ›› dans la mesure où les
sens qu°elles distinguent renvoient à des universelles affirmative et

négative tantôt contradictoires et tantôt équivalentes.
Le carré logique associe en effet chaque particulière à son uni-

verselle selon la qualité: les affirmatives à gauche, les négatives a
droite. Par ailleurs, dans les deux cas de particulières (maximale et
minimale), se maintient une relation de contradiction entre chaque
universelle et sa particulière opposée selon la qualité: la particulière affirmative nie Puniverselle négative, et la particulière négative
nie Puniverselle affirmative. Le double sens de la contrariété, qu”on
lisait mal au niveau des deux universelles, transparaît alors dans
leur négation dans la mesure où la langue n'offre qu'un seul mot
pour la particulière affirmative existentielle et la particulière négative restrictive : quelques. En choisissant le sens minimal, Aristote
et la tradition logique ont privilégié le « quelques ›› de la particulière affirmative qui nie le << nul ›› de Puniverselle négative, sans
aucune nuance restrictive, et laisse le champ libre au dícmm de Umm,
au fait que ce << quelques ›› est impliqué par Puniverselle affirmative : << quelques parce que tous ››. De ne venir qu°en second, la par7. Reprenant Pinitiative de Leonhard Euler (1707-1783), qui voulut éduquer une princesse
en lui expliquant les raisonnements syllogistiques à l'aide de cercles sécants et non sécants,
John Venn (1834-1923) les généralisa sous forme de << diagrammes de Venn ››, lesquels répondent à la définition suivante: << Représentation schématique d'ensembles par des courbes
planes fermées sans point double dont les points intérieurs sont les éléments de Pensemble
représenté, appelé communément "patate". ›› Alain Bouvier, Michel George et François
Le Lionnais, Dz'czz'om*zaíre des nzarhémcníqztes, Paris, PUR 1979, p. 774. Dans Le Lasso spéculaire (Paris, Epel, 1997), j`ai tenté de percer une partie du mystère de cette patate.

1;' _'
:Q:

_

/

/

114

I'

ticulière négative restrictive, celle qui s°obtient en niant Puniverselle
affirmative, perd beaucoup à user elle aussi du << quelques ›› puisque,
pour lever Péquivoque de cet élément supposé simple, il faudra
rajouter << quelques, mais pas tous ››, soit la restriction qui qualifie
ce poste dans la version maximale.

'f
.If I

«\--'_«'
~s_~'W \›¿:.
.`Îu-Ê!-'“&¢vI*"-.*"
*_
\I
-§~`___
-___ _ __-`.".-'"v-›:ff

Jÿ'

.

f}",)llïi"
r.-_ .- _ ,›

J

Ø
J . J
.
-.-,
5 .*!
'if' ix.

'~

.
\

r

.'

_,,..
ni A
r'

__¿M`__

'lim 2.-

Á

\:.

_.-___.«_ ,_

_.
\_

-

._--,I__

.›.
t

_,`_

«-1

.,

_
__

.

W
. .

_. __

v

r
!

1-

-l*\_.,_
`“v`_|¿,
_ _'
_

f__

,.
_“_
V

3.-

,_

-4

1"
_).

.L .

ip
ff

fl'

_

kk

_

LE PAs'roU'r DE LAC;-\N

___\_"`_____

_-.

_

/

Lacan, pour sa part, reste dans les limites du carré logique classique (à aucun moment il ne s”embarque du côté de 1°<< hexagone
logique ›› proposé par R. Blanché dans ses Structures intellectuelles),
mais il en inverse les valeurs. Sous son apparente symétrie, le carré
logique aristotélicien penchait à gauche en favorisant la particulière
affirmative, tant du fait de son accord avec Puniverselle affirmative
que de par son poids ontologique résultant de sa contradiction avec
la négative universelle 5 celui de Lacan penche, lui, à droite en donnant la priorité au pastout, à la particulière négative, au point que
la particulière affirmative, le EIx.<Λ΢ , ne parvient à s”écrire que
comme négation de Puniverselle négative, et non comme partielle
de Puniverselle affirmative, puisqu°elle la contredit. Blanché luiméme, en prise au méme carré logique, fait explicitement état de
la difficulté a concevoir la particulière affirmative d°abord comme
négation de Puniverselle négative : << Les seuls vrais opposés, on en
a fait plus d”une fois la remarque, sont ceux qui s'excluent mutuellement, c°est-à-dire les contraires et les contradictoires. C”est pourquoi, dans le carré logique lui-méme, la construction du quatrième
poste z' (particulière affirmative) avec la négation a quelque chose
d”indirect et de forcés. ›› Le fait que cette particulière affirmative
ainsi produite entre en contradiction avec Puniverselle affirmative
(Vx.<I›x) n”est donc pas premier (comme nombre de commentaires
cherchent à l°établir en interprétant d'emblée cette particulière
comme une exception à la règle de Puniverselle), mais résulte de
Pafflrmation préalable du pas-tous (première étape dans la
construction des particulières du carré des formules de la sexuation) puisque, en niant Puniverselle affirmative, cette particulière
négative laisse le champ libre au E|x.ÎIÎc de la particulière affirmative (on se rappelle qu'elles sont équivalentes, qu°elles sont donc
vraies ou fausses conjointement).
8. R. Blanché, Structures intellectuelles, op. cit., p. 59.

-.-

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES...

115

En privilégiant, avec son pastout, l”aspect restrictif de la particulière négative qui vient mettre en échec aussi bien Puniverselle
affirmative que la négative, Lacan tout a la fois donne raison à la
langue et vide les universelles de leur ontologie résiduelle. Dans
Pacception aristotélicienne classique, << tout homme ›› possédait bien
quelque existence, soutenu qu'il était par la particulière existentielle
qui venait lui prêter main-forte en lui offrant Pauberge d”un
<< quelques ›> en harmonie avec elle. Avec la version Lacan du carré
logique, c'en est fini: << tout homme ›› devient un élément strictement symbolique sur lequel il est bien sûr permis de prédiquer
(Vx.<I›x), mais dont rien pour l”instant n°assure Pexistence.
L°universelle négative rend la chose encore plus explicite puisque
l°on s”y permet de prédiquer en l°absence de sujet:
Les particulières existentielles, affirmative et négative, ne sont
donc plus des instanciations partielles de vérités universelles.Tout
au contraire, elles ne valent qu°à en prendre le contre-pied, à objecter à Puniversalité qu”e1les rejettent d'un commun désaccord.
A supposer que tous disent oui (Vx.f1›x) et qu°il n”y en ait aucun
qui dise non (ÊKIÎÈ), ceux qui disent non (E|x.ÎΛÎ:)et ceux qui disent
Oui (lt/x.<I›x) viennent faire doublement la nique aux énoncés universels qui prétendent les gouverner.
Consistance du savoir analytique
Cette disposition logique ainsi explicitée crée une situation épistémologique nouvelle, dont il reste à apprécier jusqu'à quel point
elle convient au savoir psychanalytique, pour autant qu'il présente
lui aussi une consistance très singulière. Quelques remarques d”abord
pour approcher celle-ci, impossible à épingler à l'aide d'une observation locale dans la mesure où il s'agit d°une propriété globale.
Après un siècle de prolifération, on peut affirmer que ce savoir
est extraordinairement peu cumulatif. Qui pourrait prétendre
encore avoir ajouté une pierre à l'édifice freudien? Celles et ceux
qui ont fait oeuvre dans ce champ (ils sont aujourd°hui presque
légion) peuvent passer pour avoir construit sur des bases freudiennes - à défaut de quoi Padjectif leur échapperait -, mais leurs
développements ne viennent guère s'ajouter au corpus freudien

1/

._\_

“K

116

'.e.I'¿_.
c-_
-'

..§"\~;**_Î`=›Î-_~\-*ïm-"'
/_'<"\\§

u_ .-' -I

jf

\ï'~..'_

_

.
.,*›'

'~«_'*Î
.___k*.,`_
"`\\\
.

*-<'.*_*_¿;
J!

_
.

, "*'

'

,__

"

_

-_ '*

_.“*\
..

_-_""*.
. . ..

;-'_

_-I

- 'WJ ."

xv.
.
_.. `-F.
.,
e -›
._ _ ',

_ ,.-' .-1
_ *_
-1:" '

.

V
_

«

1

_I

.14-"

_ _.
_r-W;

1;,
J'
If

._

_

FJ,
lof.

_;
u"
.I

|

LE I>AS'roU'r DE LACAN

pour former un nouvel ensemble homogène. La disparité reste
essentielle à la compréhension de leur travail, et si Freud prète à
chacun peu ou prou de son savoirg (tout comme chacun a grand
souci d”al1er ancrer dans le texte freudien Pessentiel de ses propres
inventions), le respect de Phétérogénéité des corpus reste la condition d'une lecture attentive des différents auteurs. En quoi la psychanalyse n°est résolument pas une science puisque, dans ce
champ, si l'historien sait rendre à César ce qui fut à César, les
manuels qui servent à transmettre les savoirs établis n°ont aucun
besoin de respecter scrupuleusement la diversité des contributeurs.
Chaque génération d'analystes doit ainsi << apprendre sa leçon ››
en lisant Freud, le plus souvent à travers les lunettes de quelque
lignée de commentateurs. Une grosse partie de la littérature analytique est ainsi composée d°exercices d”apprentissage du langage
freudien (lacanien, kleinien, bionien, etc.), qui n”ambitionnent guère
d°innover, mais servent de marchepied à l”entrée dans la corporation. Nulle critique dans ce constat, qui n”est là que pour souligner
le mode d”acquisition d”un savoir constitué d°une indéniable richesse
en textes à partager et d”une non moins certaine pauvreté en expériences à compatir. Sur ce dernier point, chacun n”est renvoyé qu°à
lui-mémeet à ses suppositions à l”endroit des autres qui l”entourent,
à la grande différence du chercheur scientifique qui a presque plus
de facilités à partager ses expériences que ses théories.
Face à cette particularité périlleuse pour la transmission de leur
pratique, les analystes ont assez vite réagi, selon deux voies différentes et même divergentes, chacune cherchant néanmoins à
constituer un champ homogène, apte à subsumer la diversité des
auteurs et des situations qu'il prétend inclure. D'un côté, la voie
universitaire, qui offre à la psychanalyse la consistance d”un savoir
d”enseignement Supérieur avec ses degrés, ses titulaires, ses
diplômes, son public régulièrement renouvelé; de Pautre, plutôt

reléguée dans les instituts et autres écoles en dépit de son modèle
franchement médical, une clinique s”est mise en place qui, flanquée
.fixîk U -H-

b__

9. Exemple 1 je ne connais pas chez Lacan de théorie spécifique du refoulement. Son moi
Spëculaire n'est pas une instance apte à refouler, ni le << je ››, encore moins le sujet. Sera-ce
le signifiant lui-méme ? Impossible. Et donc, alors même qu`il rejette clairement le moi perception/conscience de Freud, il continue d'en avoir besoin pour employer la notion de
refoulement.

J

.,'_,.-f

QUELQUES CQNSEQUENCES CLINIQUES...

117

sans autre forme de procès de l”adjectif << psychanalytique ››, ambitionne ce à quoi le savoir universitaire ne prétend même pas : transmettre le plus vif de Pexpérience analytique, par-delà les diversités
théoriques tenues pour irréductibles. Et de là installer le psychanalyste dans sa légitimité opérationnelle.
Une telle clinique souffre cependant, dès le premier regard,
d°un défaut constitutif. Celle que la médecine a inventée se présente sur une sorte de trépied irréductible dans lequel les signes
naturels de la maladie s°offrent d°eux-mémes (enfin, presque! Je
n°oublie pas qu°il faut bien souvent les circonscrire, ce qui n°a rien
de neutre, mais il n”est pas question de les fabriquer) à un double
regard: celui, en partie naïf, de l”élève désireux de faire la différence entre son savoir livresque et la réalité de la maladie; celui,
instruit et pragmatique, du clinicien averti de Péquivocité foncière
des signes tenus pour pathologiques. La psychanalyse, elle, obligée
qu°elle est de refuser tout tiers dans son dispositif, ne peut pas produire de signe clinique en tant que signe naturel, observable par
quiconque, clerc ou la'I`c. Comment une clinique peut-elle se constituer en étant incapable d°offrir aux signes qu”elle promeut l”espace
où ils se déploieraient sans autre artifice?
Du cas, façon vignette
Cette carence cruciale (et constitutive) a conduit à une conception du cas terriblement ambiguë. Comme il possède depuis toujours ses lettres de noblesse freudiennes, beaucoup font semblant
de n°y voir aucun problème: si Freud l'a fait, pourquoi ne le
ferions-nous pas, nous qui voulons étre freudiens ? Ici, l”étymologie du mot << auteur ›› peut venir en aide, car c°est bien d'<< autorité ››
qu°il s”agit. Lorsque Freud écrit quelques-uns des différents cas qui
égrènent son oeuvre, il prend appui sur une historicité d'événements
dont il fait plus ou moins récit, nous invitant par là mème à gober
sa version des faits1°. Imagine-t-on un chef de clinique qui se
contenterait de << raconter ›› les signes que Pétudiant devra identifier dans le magma perceptif qui l'attend dans sa pratique médi10. Aujourd”hui que les témoins ou les historiens ont livré des textes portant sur ces mêmes
événements, on peut lire certains partis pris de Freud narrateur. Faut-il pour autant se
contenter de lui en tenir rigueur? Quels rapports entre psychanalyse et histoire?

118

- 1
._
_-'
in*

_r

\L//

.i.

i'

Bill

r

'

n ÿwîg'
,nl/U
'J' >
,› ››.
.:;:D_fl'._Ã,i
l*
›--_..1;, :-1
-.
,_

il

'

._

_

_,»")_

l›

\

\

.- f

_

,

_-:EF

I

,

_

*K

l

.I il

`

-1"*--.

K,

.i

_

J
J.

J'

, l
-_-__ 4*;
'*...*%"*'**
/ //1
.

v

1

.1

il»
'

_ *X

_

* :_`-«

'f.'v

h.

_."_','.0fa'
__`w{_ï..

u
. ,.'

,_. n _J,:I:J.'

_`f
_'

J..1

›.-

:*-

-

s

1.É
'x

__'

'__
v

e' ,_\ ›V

_¿_/_

I _ .xv-I*
*~›. ,_ ._..,._f
J

\.._

'/ l

I,

'

' _ _ _..

_

'M

N

.

. I _.',

f

.sf
J

_/'
'B'
J
I

LE PAs'roU'r DE LACAN

cale? Les cours magistraux débordent de ces descriptions de
signes, escortés de leurs explications rationnelles ! Ce qui est
attendu, par contre, d°une clinique digne de ce nom, c”est qu”un
signe non inventé trouve sa place dans le savoir théorique qui l”intègre au sein d”un tissu rationnel. La clinique paraît en ce sens
comme le lieu d”un déictique ayant a charge de faire la liaison entre
un fragment de savoir théorique, où le signe est décrit dans sa complexité rationnelle et relationnelle, et le hic et nunc d'un signe reçu
et perçu dans Popacité de sa présence.
Rien de tel en ce qui touche au récit de cas psychanalytique, où
l”on est tenu de croire celui qui raconte. Autant que ce soit un
maître, sinon... le cas risque bien de tomber dans l'oubli avant
même d'avoir touché à l”existence. D”où le paradoxe: la clinique
psychanalytique ne se soutient que de cas magistraux, et laisse dans
l°ombre de son immense «littérature grise ›› le pullulement de récits
cliniques. Même Lacan, que 1°on accuse si souvent de n°avoir pas
parlé de << ses cas ››, aura laissé derrière lui de quoi en construire un
certain nombre : l'homme-aux-cervelles-fraîches, Joyce, Lucie
Tower, sans oublier son entrée en psychanalyse, Marguerite Anzieu,
Aimée. Le fait qu”ils aient été pour la plupart plus construits par
ses élèves que par lui-même ne change pas la donne: ils tiennent
leur autorité d”abord de sa patte première.
Ce mode de transmission du cas n”est évidemment pas l”apanage de la psychanalyse. La psychiatrie elle-même a produit tout
au long de sa brève histoire des cas célèbreslï, qui ont pu servir de
pierre de touche aux affrontements théoriques dans ce champ. Et
l”on pourrait aussi bien se lancer ici dans une étude détaillée de la
casuistique morale ou religieuse pour assister au même phénomène.
On n”y parle cependant pas pour autant de << clinique ››: on se
contente de partir d'un récit commun, pour ouvrir Péventail des
interprétations possibles. Qu'est-ce donc qu'on appelle « clinique ››
de nos jours en psychanalyse?
Si l°on tient de côté la marée des publications psychopathologiques, qui pensent relever de la clinique parce qu”elles traitent

______`

L

«-.___________ .

11. Exemple : Ernst Wázgrzer, Robert Gaupp, un monstre et son psyclziatre. Documents réunis et
présentés par Anne-Marie Vindras, traduction Claude Béal, Thierry Longé et A.-M. Vindras,
Paris, EPEL, 1996. Également: Raquel Capurro, Diego Nin, « je l'az' tué, dit-elle, c'est mon
père ››, traduction Françoise Ben Kemoun, Paris, EPEL, 2004.

1,/

QUELQUES CQNSEQUENCES CLINIQUES...

119

d”entités tenues elles-mêmes pour cliniques (Phystérie, la phobie,
la psychose infantile, le transfert négatif, etc.), reste un pullulement
de texticules, en général disséminés dans des articles ou des livres
diversement qualifiables, mais qui tous font état de cas, en quelques
lignes ou quelques pages (maximum). Cela s°appe1le depuis une
trentaine d°années (pas plus) des << vignettes cliniques ››, et le succès de Pappellation a été tel qu”elle est passée sans difficulté à Panglais (clz`nz`cal vignette), ainsi qu°à l°espagnol (víñetas clz'nícas).
Le mot << vignette ›› est apparu d°abord sous la forme << vigneture ›› pour désigner les ornements en forme de feuille de vigne qui
encadraient les miniatures médiévales. Mais lorsque la typographie
s°en mêle, elle s°empare du mot pour signifier << le motif ornemental imprimé en haut de la première page d'un livre ou d°un chapitre, puis à tout emplacement dans la page” ››. A partir de là, le
mot, sans changer son sens premier, envahit de multiples secteurs
de la vie quotidienne: cartes à jouer, étiquettes commerciales,
timbres fiscaux (la vignette automobile et autres13), sans négliger
ses premières amours : les culs-de-lampe. Il se charge même déjà
d”un sens stéréotypé avec Pexpression << faire vignette ››, vers la fm
du XIX* sièclel4.
Quelles que puissent ètre les différences de facture dans ces
vignetages qui ornent, décorent, enguirlandent, rehaussent, agrémentent, parent des propos dont on craint qu”ils manquent de chair,
il est remarquable qu”ils accomplissent tous la même tâche, qui justifie d°ailleurs leur appellation: z'llustre*r, par un exemple démonstratif, quelque énoncé trop aride et à ce titre qualifié de «théorique ››.
Plutôt que de se rabattre sur ce que cette littérature a bien souvent
de caricatural, je choisis ici dans quelque lecture récente un texte
d°une certaine ampleur, qui entend décrire en une douzaine de
12. Trésor de la langue française, 'I`lI;` tome XVI, p. 1145.
13. « En 1963, le gouvernement instaure par voie législative Papposition d'une vignette sur
le tabac, destinée à rapporter à la Sécurité sociale 5,5 milliards de francs par an ››, Le Monde,
21 mai 1986, p. 21, col. 2-3.
14. Le poète Jules Laforgue, dans son In-zz`tatz`of*z de la lune, écrit en 1886 : « Absolus, drapés
de layettes, / Aux lunes de miel de l'Hymette, / Nous avions par trop l'air vignette! ›› Cité
dans le 'FLE tome XVI, p. 1145. Uexpression « faire vignette ›› était passée de mode, mais
une certaine psychanalyse est en train de lui redonner un regain d'actualité.

_/

=

.-

_¿~¿Á__ _
_
,
_\__ -- _
_. .î¿_å_.
I ._ .Il

_'..I)?;:.`-`.

_ .-;-.».›.,_- - '
_ ..;,_.--..“:*__«¿_,t.

120

LE PASTQUT DE LACAN

pages le parcours d°une cure15. Après un récit fort détaillé, à l”approche de la conclusion, on lit ceci:
-¢._

_ _.

-6

`\

*

.f

¿

»t____

_1'
f

W\XÔ;
.

“X
1"

3

S.,, _`

_

__

__-I

.

3

.. 'I

'

_ '

.

_.

_

.-

_

_4.~f,_ ;fl{.\
«.
`¿~_'l
-ll
_/
_.*

:fl/}

.=~› _ V-1,* _

_
_

\

_.

«

'-4

.

MA.

-Ka. _

_

\

.2

,_

››-

S

2
'.

,I

_/
.

;

*

,

_.

_

__

'

J ,

rg'

.

_

_.u'

. -..«.
. . *
'|_`

*.
,.

-

_.

xt'

.

-

_

¿

_

›.› ~.

1
›- V

_

_I1-, 1- *,_
5

_

.

;.
'.

.,_,

'*-ll".

- `
2
Li'

_

_* -_ of.rIr

¿

_

_`\
'11

1
ll.

'

_

._ _'

:

.".μ=_' _

I

_

f

_

,

'=_
'-I

Il m°apparaît ainsi que, dans l°optique Winnicottienne qui est la
mienne, les manifestations phobiques décrites ici peuvent tout à fait
s'entendre comme autant de moyens dont Pauline a usé pour se protéger contre cette menace d”un effondrement, << danger que l°on
cherche dans le futur alors qu”il a eu lieu dans le passé ››.

_ _
_- ,. I I

r

Je ne songe ici ni à critiquer une référence à Winnicott plutôt
qu”à quelque autre auteur, ni à mettre en doute la pertinence, relativement au cas, de cet appui théorique et pratique pris par Panalyste durant cette cure. M”importe par contre le « peuvent tout à
fait s°entendre ›› qui énonce sur le mode apparemment prudent de
la possibilité un lien d'implication entre la thèse Winnicottienne de
la crainte de Peffondrement dans les phobies en raison d°un << noyau
mélancolique héritier de ce temps d”avant la différenciation
moi/non-moilö ›› et les tribulations de la dénommée « Pauline ››. Ce
lien, présent tout au long du texte, se réaffirme dans le résumé :
Dans une perspective Winnicottienne, le déroulement de la cure a, en
fait, permis de mettre progressivement en évidence une organisation
défensive contre un effondrement subjectif d°allure mélancolique.

La particulière affirmative - Pauline et le récit de son indubitable et romanesque existence - tombe bien, même si c°est grosso
modo, dans la catégorie abstraite que tout lecteur de Winnicott
connaît, au moins dans ses grandes lignes 5 mais pourquoi produire
une telle harmonie entre un cas et ce dont il relèverait? pour
répondre à une certaine idée de la clinique selon laquelle le savoir
est congru à la réalité qu'il décrit. Cela paraît dans un premier
temps si évident, si simple, qu°il n'est pas aisé de voir le paquet
d°hypothèses qui escorte cette vision.
Si je produis un concept, c'est bien en effet dans l”idée qu°un
certain nombre d'objets et/ou de situations correspondent à sa définition, et que donc les liens qu°il entretient avec ses collègues, les

«-._
1
.1 `. .I
.
;¿_v
. ' ._

_
1.' _

_
_ _ '- _
,._.

`

_

_

4.

.“

_

.›\
_
_
__ \I-_
~.
1. '
_
"'.
"
._..,`

`-if.

'

-¿

-.

-

.

1

"

'

,_
-›.

.

._

l'-μ

.gm _

\
_
7""_\.

_

15. Laura Dethiville, « Chambre avec vue ››, in Les lettres de la SPF n° 14, Paris, SPFCampagne-Première, 2005, p. 55-67.

_

*›
O

__l__"*--4..-__'_'-:.1
›. .
_

R
_

< .*

*- .'¢_..-;.t,
M

16. Ibid., p. 67. La phrase de Winnicott présente dans cette citation n”est pas spécialement
référencée, sinon a renvoyer de toute évidence à La Cratlnte de l'effond*renzent et autres situations cliniques, mentionné page précédente de son article.

._,...r'

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES...

121

autres concepts, sont autant de directions de recherche qui se proposent à mon étude. Il n°y a rien à redire à cela; la plupart des
savoirs, y compris le scientifique, marchent de ce pas. Or il en va
d”un concept comme d”une universelle en ce qu°il prétend énoncer quelque chose qui vaut pour tous les t`ndt'*vz'dus qui << tombent ››
sous lui. Il entend les subsumer pour se faire porteur d'une vérité
qui, appartenant à chacun, vaut pour tous, et permet de traiter cette
pluralité comme une unité, passible de relations jusque-là imprévues avec d°autres unités du même ordre.
Cependant, notre parcours logique antérieur a montré qu'une
telle implication de Puniverselle vers sa particulière ne relève que
de la particulière minimale, et que ce type de fonctionnement
logique ne peut prétendre seul à la rigueur; la maximale le peut
tout autant, alors même qu”elle objecte à Puniverselle de mème qualité (à Pautre aussi d”ailleurs). Il devient donc possible de se défaire
un peu de Pintimidation avec laquelle une certaine rationalité
entend réduire tout usage du concept à la subsomption d”occurrences positives, et envisager le rapport du concept avec toute existence, quelle qu”elle soit, d”une façon éminemment contradictoire:
non plus un rapport de congruence, mais de refus actif. Le trait que

\_

`N

\

présente l”objet, la situation ou l”indt`*vt'du, et qui permet cle les ranger
sous tel concept, n”est en effet pas de même nature que le trait présent

dans le concept". Ce point, presque illisible dans la particulière minimale, éclate dans la maximale. Pour prendre un exemple trivial, si
<< tous disent oui ››, affirmer qu°« il en existe quelques-uns qui ne
disent pas oui ›› place d”emblée ces quelques-uns dans une existence qui prime la présence du trait symbolique puisque je les
prends en compte alors mème qu'ils ne Paffichent pas. En affirmant des existences qui ne tombent pas sous le concept, je donne
la préséance à Pexistence, et ce faisant, sans aucunement porter
atteinte à l°ordre conceptuel lui-mème, je lui offre au contraire une
possibilité de consister autrement que comme la carte d”un pays
déjà là, autrement qu”une carte qui me proposerait, à l°échelle et
avec une grande économie de moyens, une chance de me repérer,
grâce à une cohorte de signes ordonnés, dans le monde trop touffu
et divers de mes perceptions.
17. On gagnera à se rappeler ici les débats évoqués dans le premier chapitre sur la question
de Pidentité spécifique et de l'« induction abstractive ››.

/_

122

«_.-\

›*fr

l.\

I,

. -- 'ff'

.›~

.

_ \I '_'
_

/ /
f.'

rb"I'_-.
_

1

-*u

15.

,
5

la"

'_'_,,,.,,μn--4'-_.

,/-

'_

-*,

ill

*_ "'

`

\

_

._

9...'

`

*

"

____*_/'-

'o_

'

I

1

' " af '

. À
.,`

fa.

_

'=5if›"Î_.

-` .

,_

'

/J”

__šl

_).

.Mv-',',\..' 'Ln'-_'ùf_

of_. ,__

ÿ.
=

- *~
-II

%

."'

:

i

H
V

.I

.¢.
..›

››.

* *.'*"+

.'-V

F

-

..
.

\

\WK

~. _

\ '_\«
-\

-,_

-

___,

_¿*

.

Y

.

.

JU!
1"

vatófl

a"

`*¿..;.

I-

_.

V

_..
-›
,a

,

ile

_

- _

\.*.
3

-'\_

`

*.__,

>'

""`."\"'!Ã,}{§';

`

-___

v'_

«vi *-` ;-

.u

¢

Il

_

_' ,
*-C.

_ "" ":`Î'*`,`!'~.1J-' il
I

.

.*..

/

.l

V

_'.l›_i§›

f
¢

LE I›As'roU*r DE LACAN

Donner la préséance à l”un ou l°autre des deux types de particulières ne relève donc pas d°un seul choix technique, comme la
décision d°Aristote pouvait le laisser penser, mais engage des perspectives presque diamétralement opposées dans la façon de faire
jouer un savoir relativement aux expériences qu”il encadre. La promotion du << fait polémique ›› dans Fépistémologie bachelardienne
est caractéristique d”une prévalence de la particulière maximale
dans la recherche de Pexpérience qui va apporter contradiction à
la loi scientifique jusque-là reçue, alors que Penseignement et la
transmission de cette même loi s”inscriront, sans avoir aucun besoin
de le spécifier, dans le cadre de la particulière minimale. Aussi
exclusives qu°elles soient l”une de Pautre, aucune de ces deux
options ne peut prétendre faire la loi et régner seule, sans qu°on
puisse d°ailleurs les articuler rationnellement Pune à Pautre. Il y a
là un hiatus qui donne lieu à deux familles spirituelles souvent
ennemies, souvent sourdes Pune à Pautre, ce dont William James

7. 3.J ` _ ~

_-

rfsf' _

prenait ainsi acte:

É

J”estime que la lutte de ces deux tempéraments différents se verra toujours en philosophie. Tels hommes insisteront sur la raison, Pharmonie qui demeurent au coeur des choses et en conforrnité desquelles nous
pouvons agir; tels autres préféreront le fait brut et opaque contre
lequel nous devons réagirïg.

:F

Pour les uns, Parchitecture conceptuelle dit d”abord l°ordre du
monde. Pour les autres, d°abord elle le rate, et de ce ratage mème
Pobjet resplendit, s”ancre dans Pexistence : «Y a-t-il un concept d”un
pas venant dans la nuit? - demande Yves Bonnefoy” - de l”éboulement d°une pierre dans les broussailles ? de Pimpression que fait
une maison vide? mais non, rien n°a été gardé du réel que ce qui
convient à notre repos. ›› Je n'ai pas ici Pintention de réconcilier ces
deux approches, mais au contraire de marquer les voies divergentes
qu”elles ouvrent dans la << clinique psychanalytique ››.
.À|'

'-

'_

'
'

.

:"*`*__

\_

S* .

_ -. .

-

I*
.`\

\.

_

_

-\s
~. ›__'
'-

_.-u,_

`~› ..__

_ _-

\

' \li.| ~«"_,
_- .

W.
'\
-`

* --..-q.-

'

=..¢-μ¢_
' .
.

wa.

,..

`

~\,__ «- ' '. -L
,.. si
ñafôllfl

18.William James, La Volonté de croire, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, Seuil, septembre 2005, p. 113 (les italiques sont de lui). On pourrait aussi invoquer le Dr Pangloss et
le Candide de Voltaire.
19.Yves Bonnefoy, «Les tombeaux de Ravenne ››, Ijlrnprobable et autres essais, Paris, Mercure
de France, 1993, p. 13.

'\1._.--"

___.-

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES...

123

La vignette clinique et son ordre
La vignette clinique naît dans le creuset de la particulière minimale en raison de son credo en la conformité (jusque-là, rien de
grave), mais elle entoure bien vite cet exercice d”une naïveté qui lui
fait ignorer les limites de sa pertinence, et l”enfle alors d°une fausse
rigueur scientifique et morale qui tend à l”exclure de la clinique
même à laquelle elle prétend. Car, en ne pensant qu°à illustrer, elle
s°empèche et s°interdit de critiquer, de sorte que le fragment théorique pris en référence, quelle que soit son ampleur, sort de là avec

un redoutable coefficient de réalité.
Puisqu'il y a des existences -~ celles dont il est fait récit - qui
s'ordonnent peu ou prou selon l”armature conceptuelle invoquée,
alors cette dernière n”est pas seulement une construction symbolique, un paquet de significations articulées, mais le reflet exact des
rouages du monde réel! La caverne platonicienne, toujours à l'affût dans une pensée qui s”organise, reprend subrepticement le des~
sus dès qu°on laisse le champ libre à l'idée selon laquelle les existences sont avant tout les ombres portées des Idées. Additionnez
les vignettes cliniques, et vous ne pourrez plus sortir d'un réalisme
qui érige la théorie choisie en surmoi d°une voracité à la démesure
de son savoir: immense, tatillon, despotique - protecteur.
Ainsi la vignette clinique triomphe-t-elle dans ce que Thomas
S. Khun eût pu appeler les périodes et les ambiances << normales ››
de la psychanalyse, celles où un paradigme a acquis un pouvoir tel
dans un milieu donné qu”il est exclu de le questionner dans sa
consistance propre. ll règne et gouverne à la fois puisque, tout
occupé à ordonner un supposé bric-à-brac, il se drape d°une légitimité qui affecte le naturel en prenant appui sur le bon sens : on
ne peut pas se servir d°un outil et le fabriquer en même temps,
non? C”est la riposte obligée de tous les pouvoirs en place: ils se
donnent un mal de chien à régenter le monde pour son plus grand
bien, et l”on voudrait que, de surcroît, dans le même temps, ils se
transforment, voire passent la main! Une espèce d°indignation
secoue souvent Pévocation de telles perspectives, bien dignes d°irresponsables.
Comme les paradigmes ne se promènent pas dans la nature, il
faut par ailleurs qu'un pouvoir en place produise, ou à tout le moins

124

nn...

f
_ _ .a *_-:.'.':

ï*-ff* ~

`:-“l_.J
-_;__
, 1,)/'

.

. _"

_________|._uuf>'___.____,______,_.__,- _,._
.›_

'

1.1'

~

' -I .

_.H.
1
.."

'

.ïåc
¿*
- ' __'-' 1-,¿\.-

a-

_

__.. __

_ -

.

\.
'-.
''_'“›
- - -Q'

._

___. _. .'**\:_________
__'_

'

.-

_

`“'*:,§“'.:'\Z'. _*_--;/
ï

yf

__

_

__

__

4%.

___

-_ _.J" J.
. › __\
- _' _ _'¿_*
._ _'

-

`

\un-___!-

-*”_Î

x**_
a.u_L* - _ ___._a__ 'L
=»*r.
_ _. _- _-:

-

\_
s1.__¿
____
_

`\Ia
'_-.
* ,__ Jf*
._`,¿ "_

'J''_
J.1
__ _ ,__ _ _; _

_.

_ \ ___

_
'

«'

.. *'

' ".1 '

/_
._.,_____
_-____¢_

'_'

_

_

_ 1'
,

__

'\~__|

' .1

l

ku-

- fl._

_

'_ _¢.›*

_;-_
__

&“'”"Î'›~?: 'nf F

_

.›J,¿ -;_
_f . '
" -.' _ -1'.
'._ '
',, .*= '_-7. .5 . 1

_

.

__

r-

`-_

-

`

_

.

_

_*›

_,.s

-.-'

ff

_' › f
(_É-1

}

autorise, une vulgate de ce savoir de référence; en revigore de
temps en temps les grandes lignes 5 de façon plus sourde, qu°i1 soit
reconnu comme ayant accès, lui et lui seul, à des << retouches ›› du
pattern fondamental, puisque de celui-ci vient toute vie. Ce modèle
textuel et théorique qui centre la collectivité doit ainsi être à la fois
vivant et fixe, viviñant et ordonnateur, présent et en réserve. Sa
puissance a charge de venir à bout de la diversité du réel puisque,
en tant que grille d”interprétation, ce modèle a vocation de traiter
la variété des situations, mais - hors le retoucheur officiel - nul n”est
autorisé à le questionner car il y aurait alors risque que les pas de
la grille se mettent à jouer de façon anarchique, risque d”invalider
les interprétations déjà données, risque enfin de révéler le côté mal
fichu de cette si prestigieuse construction.
La vignette n”est donc pas qu°un petit ornement qu”on ajoute
pour faire vrai, et dont on pourrait aussi bien se passer. Elle participe d”une économie générale qui joint à un réalisme philosophique
inavoué un ordre politique centralisé, détenteur (local) de la légitimité du texte fondateur. Elle promeut une sémiotique dans laquelle
le signe est en son fondement un index du réel. C°est certainement
la raison pour laquelle on a pu voir une telle insistance, chez certains lacaniens grands pratiquants de vignettes cliniques, sur les
« points de capiton ›› lâchés par Lacan qui, dans telle séance de son
séminaire Les psychoses, se faisait fort de donner « le nombre minimum de points d°attache fondamentaux entre le signifiant et le
signifié nécessaires à ce qu°un être humain soit dit normal et qui,
lorsqu°ils ne sont pas établis, ou qu”ils lâchent, font le psychotique20 ››. Par la suite, il ne fait plus guère mention de ces très scabreux << points de capiton ››, mais c°était là une aubaine pour les
vignettes cliniques, encore à venir à Pépoque, qui reposent sur cette
conviction qu”il y a, tout de méme, un minimum de signes non
trompeurs. Ainsi peut-on lire, dans le numéro 52 de la revue

41)

x

LE PAsToU'r DE LACAN

I

La Cause freudz'em*ze :
Lacan a posé qu'il y a dans l'expérience d'une analyse un point de
capiton, celui de la traversée du fantasme, qu'il s'agit de démontrer
au un par un selon une procédure réglée. S'il a par la suite investigué
l”au-delà de ce point de capiton, il n”en reste pas moins qu°il a installé
dès 1967 l'examen de Pexpérience analytique, de ses résultats et de

m§μnQu~;,¿_. ________ _____

_

_
«_

l

,
.
_'
v .'-.

Y.

_

-

.

_

.

,
R

\
__\\

\._ _

J"
_ _

'' '

››x__ _

I_
.

-c _

-

.__-__-.________ _ .___

_

__

~› _.
_r_,,.-,,,_. u-ig»--__._
_,
ar
._,,

,___
'

1

'Ji'
*_`_

.M -_

. L*

-

_

..

R
.

\__

__

__

_ _

°"-,*.'_" -,.,-

-.,,_ __

i
\.

_. _
__

.

Weμïuwmws*
. vw-_
____._.-,,.

20. J. Lacan, Les psychoses, Paris, Seuil, 1981, p. 304.

1.

QUELQUES coNsi¿QU1=;Nc1¿s cL1N1QUL=s...

125

sa conclusion, au cœur de la communauté analytique, mettant celleci à la tâche de dire chaque fois, au cas par cas, ce qu”est une psychanalysezl .

La vignette contraint à un type déterminé de rapport au texte
puisque les relations d°autorité entre elle et lui sont telles que le
vainqueur est connu d°avance. Étant exclu que Pon brandisse un
cas qui ferait preuve par observation directe, imagine-t-on le
nombre de pages qu°il faudrait pour en établir un qui chercherait
à contredire... disons l°énoncé de Lacan selon lequel << il n°y a pas
de rapport sexuel ›> ? Avec cette complication, fatale sur le sol freudien miné par la dénégation: qui veut trop prouver...

___

____\

Cet ordre dans lequel s°inscrit la vignette n°appellerait pas tant
à critique s°il n°allait à l'encontre, non seulement d”un certain
nombre de thèses présentes dans le corpus théorique qu°il s”agit
d”illustrer, mais même de ses visées les plus immédiates. A première
vue, la vignette offre en effet, sur le mode narratif, par le biais d'une
langue dans les meilleurs des cas sans afféterie, des êtres et des événements singuliers vers lesquels tout naturellement l”intérèt se
porte. De fait, les premières lignes d°une vignette bien écrite sont
plutôt agréables à lire, et donnent le sentiment d°une fenétre
ouverte dans une pièce où flotterait quelque remugle. Mais invariablement cette impression tourne au vinaigre et les Pauline, les
Bernard, les C. et les P. deviennent assez vite d'étranges ectoplasmes 5 une fois leurs emplois devinés, les voilà tout souffreteux,
blancs comme des Gilles roulés dans la farine, avec leur gros nez
rouge de clown. La singularité qu°ils avaient, semble-t-il, mission
de défendre face au rouleau compresseur d”une théorie sans visage
humain s°est réduite au petit doigt sur la couture du pantalon censé
accompagner le << Présent! ›› vibrant et sonore qui répond à l”appe1
nominal de la chambrée. La chair vivante qu°on attendait blanchit
de se montrer si soumise, et c°est pis encore quand le luxe des
détails s°épaissit sans qu'aucun jamais ne jette de trouble spéculatif dans Pinterprétation qui va, pour finir, les coffrer.
i
21. Christine Le Boulengé, <= La “formation” des analystes: deux orientations ››, La cause
freudz'e1me. Revue de psychrmaZ_ysc, n° S2, novembre 2002, p. 4-5.

r-

_/

126

_ _"-››..Î
raï.

._

t

f

.

'\'.

,_

fa' \H
___

_

,-

.

._

__

À

ill
v
'fu

F1

'H-›=Î_“_;_'-.“¢_~ _*

--.. \_

» ______
._,.§____¿"'~_'

. ". 4 -* '.-1

_›

/

r'

1'

.

_'

__;

Q'

_

'

-r

1

f_'

\

_

_

___:

__

' ff! il

fur' I' __!
/ I ~__

_

l

'rl»./_//.

_-

_ _f

i

.I
___ ___

_

_' _

!{

I

_ _
__1'

'

' -5-_*--' _

"

'

`

\I

-

*_ -

`¿ I

-

\M,'_-_

_

!.'
,

__ _

_ '

'_

«_

r

Iv
«'

,_,

ç _

_; il

___: _* _,;'
-_ -“J-_"
- 9lf

'

1.*

« Il n°y a pas de rapport sexuel ›› marque une disparité entre les
sexes telle que, loin de réduire la différence sexuelle, elle Pamplifie
jusqu”à faire d“eux des incommensurables; or ceci ne s°obtient
qu°en prenant un appui de départ sur la particulière maximale, qui
invalide Puniverselle affirmative, qui donc d°emblée met des bâtons
dans les roues d'un cas qui se contenterait d°illustrer la véracité
d°un énoncé théorique. Si une particulière affirmative vient en effet,
dans la naïveté supposée de son existence, confirmer Puniversalité
d°un concept (ou d”un enchaînement conceptuel), et mettre en
place, ce faisant, une particulière minimale, adieu le << pastout ›› ! Il
n”aura plus aucune chance d°advenir, sinon vidé de son sens, ou
chargé du contresens qui en fait la marque d°une essence << Femme ››
- car on ne navigue pas sans inconséquence entre les carrés
logiques.

'

llmÿh E'-Ix 1"*-;,;.

_

J _.

\ *_

_
-

,

\

4.

.

- -

.

K

'

.___

_-.__

`

'

_

Î "'\.

¿[_'u.*,`,tI'-

`

_

_
_

`

._

."-*_
.

'

'

_

'

`

IL «;“____: ___ __ __
'

-

_

--.
\-.___-_

i""-f

'V ¿:.§

_

'

1
*

'-fL\,,~_.

"' *“”'-'¢_ «;*`.--i--1 '

H...

On pourrait pourtant croire avoir affaire à une forme rhétorique
complexe et variée, si développée dans la littérature freudienne
depuis près d°un siècle quiil serait excessif de la réduire à une fonction si servile. On vante encore les petits écrits primesautiers d°un
Ferenczi, la richesse clinique d°une Klein. Mais la promotion de la
vignette clinique est plus récente, et dénote autre chose que l°appel
freudien au cas : elle répond à la fixation du paradigme lacanien et
à sa mise en batterie dans une collectivité occupée à acquérir une
maîtrise professionnelle et à se structurer sur cette base. Il importe
cependant avant tout, au-delà de sa fonction sociologique dans le
milieu analytique, que la vignette prenne un appui aussi massif
quïnsoupçonné sur la particulière minimale car, à partir de là, une
logique impérieuse régit ses emplois et la prédispose à rater quelques
intuitions foncières de Lacan relativement aux sexes et à la tenue
du savoir analytique dans la clinique du même nom.

.\

er*

. -.

1 '

'-1'

._

,rf

t.. -__;
. '_

-'

in
J'
'

`I

_*

-

.

_

_ _'-

| Á' I
'_'

`“' 1

-

LE PAsToU'I' DE Li*-\CAN

.

r

Le réalisme que développe insidieusement la vignette porte, lui,
à des conséquences plus directes et plus visibles quant à la médicalisation du savoir analytique. L°apparente promotion du point de
vue clinique, avec sa méfiance affichée pour la théorie, est à cet
égard trompeuse : puisque le récit qui est fait tient son pouvoir de
sa valeur indexicale directe, de sa façon de pointer vers une réalité
aussi rigidement qu°un index à la Kripke, la théorie devient un
réservoir de noms, un amoncellement de termes, une boîte à outils.
Du coup, son architecture interne, ses possibles contradictions,

'---*'---4:&n|II-'

QUELQUES coNsÈQUENcas CLINIQUES...

127

incertitudes ou fanfaronnades, n”ont plus aucun statut, et pratiquement n'existent pas. Les énoncés théoriques sont positifs, ou ne sont
pas. Cette réduction, évidemment silencieuse, les retire du champ
polémique ainsi vidé de sa substance, et produit une sorte d”irénisme
de la vignette, qui n°a rien de fortuit puisque tout débat interne relatif àla consistance du paradigme est exclu - seules les modalités de
son application au cas sont ouvertes à discussion. Ce même irénisme
se renverse néamnoins en passion guerrière dès qu°il s°agit de considérer, aussi peu que ce soit, un paradigme étranger, qui ne peut
guère relever alors que de la bêtise, de l°ignorance ou de la mauvaise
foi, rien qui vaille qu°on le discute. La vignette laisse ainsi les coudées franches aux prazz`cz`ens qui entendent exercer leur art à la jointure entre un savoir (fait par d”autres) et une nature (que Dieu, ou
l°Évolution, ou la société ont fait telle en sa pathologie profuse). Les
voilà médecins de l°ãme, psycho-thérapeutes.

r

]”ai ici appuyé le trait pour dégager Fun des axes entre deux
positions hétérogènes, logiquement incompatibles. Il va de soi que
les choses sont plus complexes, plus enchevêtrées, entre autres
parce que les analystes, en tant que praticiens, ne sont pas - on l°espère ici! - si conséquents, n'érigent pas la rigueur en idéal si
constant, et savent s'en déprendre. .. au bon moment. Je maintiens
qu”on ne passe pas continûment d°un carré logique à Pautre 5 mais
nul n”est empêché d”y passer... discontinûment! Ainsi, qui se
risque à la vignette n'est pas ípsofaczo contraint d'en dévaler toutes
les pentes, et il arrive que quelqu°un suive momentanément cette
voie sans trop s°empêtrer et s'enferrer dans sa logique sousjacentezz. Mais c'est rare.
Ébauche d”une clinique maximale
Reste maintenant à voir quelques conséquences cliniques de la
particulière maximale, lorsque les affirmations d°existence effectuées au niveau des particulières prennent chacune le contre-pied
des deux universelles, Paffirmative comme la négative. Les existants
font exception, c°est là leur statut, sans qu°on ait à se précipiter à
penser qu°ils sont de ce fait rares par rapport au tous (puisque le
22. Un exemple entre quelques-uns :Michel Gribinski, « Furtiva Nox ››, in Le Démon de l'z`1zterprézazzlwz, Le fait de Panabfse n° 4, mars 1998, p. 60-65.

/

...__

128

tous de Puniverselle maximale n”implique aucune existence à son
niveau, et que Puniverselle négative est vide). Il faut donc maintenant parvenir à penser liexíszence de l”exception comme un phénomène qualitatzfi sans prendre un appui indu sur le quantitatif qui,
en isolant un pourcentage minimum d'individus face à une majorité mise en position de quasi-universalité, en tirerait subrepticement la notion d°exception.

\2_ «.
1

_,.

_
__

"'

' .-

__'_; 'x

_/@__

J.

J

.

_,_.

.

.v

-.
'

`

'_-_

,:..;'.:??/*,;v'_î.* ,_-*_
'~-_"°'°\_**_
.....*'îΛ*§-L-".** f' '
' '

.

_-

_.

5 .

__ _

f ~

_

'

*_

.f >-î
" /"

' "

.
_ .

_

' Ã;

-_

'

_ :
'

_

/*

5.34

-

`

_

-

5'

Après avoir posé les termes mêmes du problème, Lacan en a
proposé une solution en produisant l°asymptote de l°hyperbole
comme exemple d”exception à même de servir de fondement. ]”ai
eu ici même l°occasion de critiquer cette solution qui singularise
par trop Pexception, et tend à maximaliser Pexistence des éléments

/.vf...A

`

1

,-

-f

_

\
p

F

_

"

-'L

'

_

.

'-›'

.

_

_\__
\_--:_

_
_

t
__

.

\

_

1

_*

__._

'<

-

`,\-

du tous (l'infinité des points de la courbe) et à minimaliser la valeur

|

_ .

--'

*-

_1

'1

__r _- _-_-

_ __

.-_

1

"'_~*;-P'-,I

_ _'_*›'
_ .__ -

_________ _
__

-_

'_~_y
..'

exception (le zéro, correspondant à l°axe des ordonnées).
L”avantage de la figuration -la courbe donne bien Pimpression de
« s°appuyer ›› sur son asymptote - se renverse dans les poids ontologiques respectifs des valeurs régulières de la courbe et du zéro
d'abscisse de Pasymptote, qui lui-même réduit Pexception à la singularité. Cet appui figuratif ne suffit donc pas à dire le fait de l°exception plurielle à gauche des formules (elle rate totalement
1'<< hommoinzun ››), ni son absence à droite 5 en cela, Lacan ne rend
pas justice à sa trouvaille d”écriture, et son commentaire mathématique reste en deçà de son audace logique23.

-_-›+.

,Jf
,_,

_:"

'

,_

\
'n _.-_'
,X
'~.'-_ _<'
_
,__ _
\
'\

-.1_ I
Ê\

'

i

___.;`
_.
JI
':'
,_ ._.
._
. -.-›
*.9 *
r., _ '
_1`

1

:

.____

_

/"

._

_ '
_

_

.
,,

s

v ~

__

'

-- .
_
'r' '_='.':' .
..-_>. «I-_._ __'_..-"_.- '.'-' ,
\1'_._._ _.

_
_._ -

- }\__' ..- .

. _`_.
I.

\

_'
'

'

-. -

11-ll"

"` _

1

"-

'D

"x
«

' _ -

'- -

_

.

_' _____

.

.

a

'-

\_

'_ _

`

'

' _

*

`- *

_

-.(_____._____

En
_' ._

"i" '15. Î@'u`5å'§,1Î_§i_"iÎ!"M-

-"' - '
-' “

-_

_ * . ;“**~-«_

" f'
`

_

---'_›-f".-f›_`

-_

.-

_

__\__

_

De fait, on peut commencer à pressentir qu'aucun exemple ne
nous permettra de saisir le statut de Pexception que Lacan produit
dans ses formules car cette exception ne se réduit pas à un ou plusieurs cas qui s'excepteraient de Puniverselle affirmative, la laissant
comme amputée de ces éléments qui la contredisent. Cette compréhension, très ensembliste ou eulérienne, considère Puniverselle
comme une sorte de règle générale capable de souffrir quelques
exceptions sans cesser pour autant de gouverner la majorité des
cas. On se retrouve trop vite avec ce genre de vision dans des considérations quantitatives qui traitent universelle et particulière sur le
même pied existentiel, et font de l”exception rien d”autre qu°une

_'

F _-J --,.,_ [

.

LE 1›As'roU'1" DE LACAN

23. Serait-ce là ce qui lui fait traiter de <¢ fonction exponentielle ›› une fonction hyperbolique?
Voir sur ce point « L'Ètourdit ››, tant dans la première version Scz`Zz`cez (n° 4, p. 15) que dans
celle d'Auzres écrits (p. 458), qui préfèrent toutes deux en rajouter dans l'erreur plutôt que
de corriger Lacan sur cet adjectif fautif.

QUELQUES coNsEQUENcEs CLINIQUES. ._

129

minorité dérogeant à la loi commune. Or ce décompte silencieux
n”est plus de mise une fois lancé le pastout façon Lacan, qui
déborde de beaucoup la particulière maximale façon Brunschvvig
du fait de son traitement de Paffirmation d°existence (réduite aux
propositions particulières), alors que les universelles en sont totalement dépourvues.
Ces brèves considérations logico-ontologiques pouvant paraître
abstruses, on peut ici avoir recours à la règle logique élémentaire
du modus ponens, qui met en lumière le même décrochement en
postulant que si l”implication « si A alors B ›› est vraie, et rien de
plus... rien ne s”ensuit. Aussi vrai soit cet énoncé, il ne portera à
conséquence que si quelqu”un est en posture d°affirmer qu°il est
vrai que A, auquel cas Pimplication susdite déploie sa vérité, et
affirme alors, et alors seulement, que B est vrai. Tant qu”aucune
existence n'est affirmée du côté. de Pantécédent, du côté de A, l”implication reste inerte. Elle véhicule un savoir certain en décrivant
les relations contraignantes entre deux termes, deux propositions,
deux concepts, mais tant que Pantécédent n°est pas réalisé, ce savoir
reste ineffectif.
Quel est donc le mode de subsistance d”une telle implication
avant qu“une quelconque existentielle ne vienne affirmer de l'un de
ses éléments qu”il est (ou n'est pas) le cas? Cette question, ou
d”autres de la même veine, a sillonné les premiers pas de la nouvelle logique formelle. Chez Frege, par exemple, on la trouve sous
la forme de l°opposition fondamentale entre les « objets ›› et les
<< fonctions ››. Une fonction est une sorte de proposition qui présente toujours (par définition) une place vide, qui doit être occupée par un objet pour que ladite fonction se mette en branle et
accouche d”une signification, qui elle-même possède (ou pas) une
référence, et du coup une valeur de vérité. Tant qu°elle n”est dotée
d°aucun objet, la fonction présente un très curieux niveau d'existence. On ne peut pas vraiment dire qu”el1e appartient à ce monde
où nous vivons. Les objets, de leur côté, ne présentent aucun
manque interne (par définition), et attendent sagement qu°une
fonction veuille bien s”occuper d'eux pour qu°ils participent à un
savoir. Ils existent, sans pour autant « être ›› au sens que Quine a su
détacher par sa formule selon laquelle << être, c'est être la valeur
d”une variable ›› : tant qu'un objet n'est pas saisi par une fonction

_/

,._:.__

'-.

È

/

130

LE i›As*roU*r DE LACAN

au titre de variable, la question de son être ne se pose n_*ieme pas.
son existence, curieusement, prime sur son essence. A 1 1HV¢1'S@› 1€
même Quine parlait à propos des fonctions en attente de ÎÊUYS
objets d°<< entités semi-crépusculaires ›› au sens où chacune ne possède aucune franche identité tant qu'elle ne s”occupe d°aL1CUH Oblïfb
qu°elle reste trouée par la place vide qui la qualifie. Et si l'<_)1?l?€I1S€›
toujours comme Quine, qu°il n”est pas d°entité sans ident1t€›11fï1_Uï
convenir que les fonctions frégéennes restent au bord d'UI1@ @X}S**
tence affirmée qui n°adviendra qu'au moment furtif où €11fîS CÎIS'
paraîtront comme telles quand, une fois satisfaites par
0b1@Λ
elles auront produit une signification et une valeur de vérlïfi-

On trouve une intuition partiellement identique chez le HUSSGY1
des Recherches logiques lorsqu°il distingue la << connexion des choses ›>
et la << connexion des vérités ››, qu'il tient pour << indissociables >>›
ajoutant:
Mais cette indissociabilité évidente n”est pas une identité. L'eXiSt€nC<2
réelle des choses et des connexions de choses s”exprime dans des vérités ou les connexion s d e ventes
' ` ' qui` sy
' rapportent. M818
` les
connexions de vérités sont autres ue 1
q
es connexions de choses qui
sont << véritablem ent ›› en elles ,* ce dont nous trouvons aussitôt la
preuve dans ce fait que les vérités s'
1'
`
' ` '
"
app iquant a des verites ne coincident pas avec les vérités s'appliquant aux choses posées dans ces
vérités24.

C'est enfin, last but
_ nor least, le s ym b olique lacanien qui, en tant
que << trésor des signifiants ››, impose u
_ _
_
Q e ses agencements soient

conçus
independance
de l “ordre réel et/ou ima_ _ dans
_ une certaine
_
_
ginaire
qu'1ls
<<
representeraient
››
(car
cette
fonction
'
_
_ _ _
_
_
de représen..
tation, pour
decisive
qu
elle
soit
dans
Péconomig
d
_
_
_
u sujet, n°est pas
fondatrice de 1 ordre symbolique tel que le pmpose Lacan)

Dans tous ces cas (et d”autres, dïnspirati
_ __
Onexemple)
parfois bien
diffé..
rente - Popper et son << troisieme
monde ››, par
SݎnOnC
une autonomie du savoir au regard d'un référent qu›il ngcesse
Q'
de viser pour produire sens et signification C
pas
_
,
_
- G niveau~ du savçfIr
conçu << a part ›› de ses possibles
denotations
poss`d
_
.
.
fi G Ses exi enc
ses regles locales de validation, et surtout une pro ___. . .
.g
es”
_
_ __ _
D lete spécifique.
24. IE. Husserl, Recherches logiques I. Prolégomènes à la logiqm, p,m, I,____. _

1990, iv. 252.

_

_

_ _

” “ “›1Uf`›3 G
diIÎ()n_

QUELQUES CONSÈQUENCES CLINIQUES...

131

dont personne n”avait jamais eu idée avant qu°on ne réussisse à
Pisoler comme tel : Pincomplétude.

Des effets de limitation interne
O

,

I

Le choix de la maximale façon Lacan nous remet _d.emblee
dans ces Coordonnées egmplexes (mais en meme temps viviñantes)
Où les universelles (les concepts) vont leur chemin, se repondent,

s'enchevêtrent, s°entrecroisent, se heurtent et se contredisent. DanS
Ce reseau conceptuel, des tensions s”organisent qui clemandent
d'ëtres lues, sans qu°il y ait à se précipiter pour leur offrirl auberge
d“eX1Sten¢@S particulières. Lorsqu°un lecteur anime aussi peu que

ce soit cette trame, il S6 Passe en effet quelque chose de

Sim?-

blable à la mise en œuvre d°une langue : une sorte de cre it gene' t dit our peu que cela
ml est Cvemblée Ouvert selon lequel ce~ qui es
› P'
'
Il n'est
.
.
ct ossede sens et d€I10'E21U0I1-

son gmmmaucalementdçolããnsilî seconde un référent pour s'assuD218 nécessaire de bïan ir Cela se tient avant même Cluiil SOÎÎ PYOUVÉ
rer d”un sens. On_ Pa1`1e> et. 1 ue chose. Walter Benjamin énonçait ce
que l°on parle bien C16 QW q
' .

A

:

fau Ln pesant ses

.

.

A

1

r quelque chose (en dehors de lui-meme).'lel

Le moi doit Commïšiiäuãriginei de resprit linguistique- En tan? quan
est réellemfïnï _le pe , ieur 3 le mot est en quelqufi' f21Ç01'11fl
P*11`0d1¢›
Paf
.
.
Communique a1'€X΀î médiat, du verbe expressement immediat25 [. . .]
' men

le verbe <*3XPfeSSe

i
1

Omme le mot, puisse faire médiation en pari: 0
_ . .
.
Que le C0UCeš)h:)Se amene ici le qualificatif de << parodique ›› au
13m de quelque
pférafien, de son immédiateté expresse et Îacu'
urö
Pro
regard de sa P
Benjamin force ici le trait, mais - oui, C ° @SÎ blfïn
latoirû Le poète €n_
ue1que chose de grotesque dans cette foncVmi __ 11 peut Y avolšî dans sa volonté de se faire oublier et de ne
tion nîiédiate du vef éåiair6S pOur faire valoir autre chose que lui.
'
fm
' ' ' ' dont nul n e saurait se
iouer
que les lfltemodefš ne f cette_ serviabilite
_
erlïfi
t ent à la seule manifestation du
Cette HPPQÎ
t une lueur qu1_ 1
.
.
_
sser ételgnen mise en relation avec quoi que ce soit, ce que
pa..

)

r

È

,
' '› - et sur le langage
* * h uma`n
signfib
avan __,,,//""/
__Ff£:__:__f__,
sur le 1ang¿ge
en general
1 '› › in A/I*N the et 'vio-

.am,n, <*

25.\×/aiter
. BU”
't de i*aiiemfi“d P
lm'zcf3› Îmdul

ar NL de Gandillac, Paris, Denoel, 1971› D~ 93-

LE PAs'roU'I` DE LACAN

1 32

.
sa part
.
Charleb. Sanders P<î11`C e nommait pOU1`

la priméiié du signe

qu›i1 déerivait ainsi.

.
- «
_. ement séparee
'
' dé toute
doit etre
enüfîf
'
L'idée de Pabsolumenï pšeïieier
d'autré
ou de
référencé
21_ quelque îîhose
C - 0 un sãcotndonc
éme unetsecon
ãenutrî
.' earde
cequelque
qui_ impliqué
présent
lmmedlatj
ce Uon
.
d est être
1111`- m
,
. Daf
21

' r

01

ort a~ cé secon d. LC Pfemle

.

-

'
t ation - Il doit`
rt à une réprésen

ldapfîmîon
à n°êtr€ pas Second*' par rappën
il est SGCOHCÎ par_ rapport
'
i 1
- a
fraisantérieur.
et nouV€ï1U›
Carétre
S Il initia
-eS°t'q1nc
ri inal
SP0nÎaUf3 @È libre
é"fie
n état
Il doit
, ousge
ågterminantù
Il est5 sinon
aussi
S0
t
à
une
ca
_
d par fëlppor

il est secon

.
'
dé conscient.
Cé n › eg t qu ”`a cette condition
_ , . hose dfî› Vif
b . etet d › une sensation
11 précédé
toute s n th`
.
* *
Clu'il evite, d”étré
y
@Se CI
- l- 0 J- ' °
nités
ni'i artiés.
_

'
Il
ne
peI1Së
toute différenciation ,'11 n zšãii uez le et iïa déjà perdupeut
son être
Innocence

" e articulée 5 3

1"m` '

caraC téristiquéå car Paffirmation impliqufš wulours la négation de
,
' >
'
] Voilà
quûlque C hose d =- autre. Arrétéz d' y penser et il s est envolé [...
- . presen
'
t› immédiat fr '

1€ premier.

ais, nouveau, initial, oriUi~
nal 3 s p ontané 3 lib re, V1-f, conscient ét évanéscenî _ *SOUVCU ez-vous 23
1e1T1Cnt que toute déscrlp
' tion qu é nous en faisons
i
ne
”^S611peut qu étre
faussfizöD

. ff ire à un Concept limité, qui ne souffre aucune

'ci a a
.
.
Qn a ïlisquql prétend viser ce qui se tiendr
réa~
lisation P
ait hors
toute répré~
.
' de toute sa verve pour
lui donné
*
Peirce
a
besoin
séntat101'1'
`brér la langue
r éxiSténc€› beso ln de faire V1
pour soutenir sa
- fiarl té s a ns a nouer trop vité a une référence `
face:
gigni
_
.
t en Signé. I
qui la constitue'
1 n°ést guère dïautre 1"
_

.

1

l

\

écours pour

1 Qbyéctif que

- '
d”émpilér des significatio
atteindre le
ns, clé les éntas,, , Ssoufflement pour ruiner
ser JUSCIU a 1 G
`
toute relati on biunivoque
. ferénb
.
et faire ainsi énté n d ré une fonction d
Slgne/ré
.
é la langu
' par le ch arroi' représentatif.
'
plus s0uVent assourdié
é lé
B e niamim Pour aboutir à la citation qu°on a lue usa'
`
tu-e en scène lui
'

lt Cl°un au
pQ1_1I` IÎIÊ
,
aussi,
une <<' pur
Î1"<i*
_
*
Ce
,
de
touté
re
'férence
à
un
b
'
'
8
manifés
mon ›) llber
IE-1--.
ut déterminé °. la colére.
`
.
' '
la ' 1
'
non mediate de vio ence [. . _] sé révélé déja dans
.
dienné de la vie.

Stratagfïme


Ce qLlOÎ1›
perlefl

-

`

En ce qui co

'
l ex...
ncérné l homme, la colére
Vioî
p ar exemple, P1`0V0C1ue
_____M en lui les plus visibles explosions ci'
3

UÎIÊÎ
“"“"*'μ Sanders pci,-ee, Écrits sur le signe, rassemblés, traduits et présentés par
(3
26. CharleS _
_ .
_72-73.

D¢1¢da11¢,i›aris, S*-U1l› 1978, P

@ra tq

QUELQUES CONSÈQUENCES ctmiouns...

133

lence qui ne se rapporte pas comme moyen à un but déjà fixé. Elle
niesï pas 1110371211 mais mat-1ifestation27.

Cette obsession div me de Pimmécliateté de la manifestation
.
_
6
Signifiante est Fung des rares indications que Pon puisse avancer
POur
_ _ iuger de l°exQ epfion en tant que qualité, et non comme quanUte (négligeable ou hs,
bolique). On assiste en effet dans ces tentatives (Peirce, Bgn- peîn) à une sorte d”épuisement voulu du
Concept qui fait Q Q qu,fl
uml peut pour désigner ce qui ecahï*-1PP€_i1 S0n_
Oïbfä Ce qui SC ïefugä ,

désignation: cette existence d un obleï QUI

naen est P215 Uni C1°u a ia 6 qui n'en est pas un; mais tel ClUe› sans
lui,
Il Slgn
1 _sans_ ç a ,_a d'ieu Signes
et Objets ! Adieu les médiation? sans fin de
a signification et 1€S méafidres du proces representati .
o
On n'aura gal-QQ ,
biier ici que c”est précisément la fonctltolã
dévolue par Lacan ,d Ou' Obiet a dont le caliier des chargãs llîolãs
D0rtait mention) bi a S001.hfl negazivwn kantien, de ne tom Sitter Ce

aucun concept. PQ Q le n i une telle exigence, sinon Pffîrdîc si ne
fluiíl peut y avoir qurqflcî ré dans tout emP101 1`efeœnue_

un

g

°

(yu n Concept? Q Q diffö Ondante,
- * denoncee
'
' par Peirce dans sa
C
.
.
' `
fa on
recherche d°unQ Dëtïfî rsa, qui en soit une, Lacan aussi› 21 sa 9 >
,
'
' 6
'
démêlés
Pecarte avec sgn “mat tout comme Benlamm dans Fes
* tentent de
avec les formeg qgbletî o1@nce dans le droit , tous trojisstatíon sans
donner un statutg 13 V1 ,Ordre du savoir a une trldm G
.
~ représentatif
'
` sa ns C1ue 1'amais
,,¿¿d.¿a¿¿0n,preSQn
dans 1 ur du proces

i

.
«
.* cas de tout et de
œ1u¿_Ci pulssê
Sffiš au 06in 1m_ qui. pretend
faire
_
'5
n°importe C1u<>i__ QU Sal

|

È

Â

.

5

_

's auteurs ne tient à

ICI “ent le D1

délicat'

Îeïîismtitcéls
externes du monde

mprendre.1a Dlãi us Olïlanugue e le concept laisserait échapper la
de la representäïllg
*hte r51) f leCefau
q.u pretend
.
'
qu°il
circonscrire,
qu e le D orpart la plus prèäi n, e; 616 `1 i nore la vie en sa mystérieuse incar-

nait toulours bât L eus ,fflodeîí gl* on trouvera quelque accent de
nation, etc. Biäå son ¿1e-cii ecšéetlšque (voir Bonnefoy Supra), mais
|
I
i
1

S*

,

i

1 Q

ue, S

bia

p

.

¢

9

'

'

de leur position. Il s aglt blfifl Plus (E1099

.-

elle n est pas QQIÁYLÎ) uóaö . fait exception au régimg de la représenar au

Qnt Ce:

efnment utile, mais qui s°avére de lui-meme

r___.,--***'““**-»,__
rs é
27 Walter B eniarï1î;tåt_"Hï/fit:Critique de 121 violence ››, in Mytlle et violence, op. cil., p.
'

B

it Pour

1)

141.

134
_›*"' __ ~-L -_ _'
_-___,_r,=___ ._

_ __.,»_¿/,f__f,*,_= f- -*

*isi. - 'f
-_

'

_

.'\._

`

.vf

_.

__

1
" _;{'
I *_ 'J

:Y

'

'

._ «..__

*

.
\

.

*'

_

'*'ï_
K"Î
*_×'\_
_ ____î1t
Y
_1 '

il
**-›~§,«;_* *" * ;~*f"._Î'vii'O._
¿-_
' '_
v*_-¿¢*Q";
_`

-'

--

.

_
.

-

,,-H
_,

*Î-`\

,

- “`..;.i' f" _.,' __?" H*_

aw
*

._

_..

._

""`_

'

'

'.".\`~"_'_=.μ.

'

_

-

-1

.5 Ju* *P

__

_-" :__'_

I”-'I'

__

_

,-.-' fr _-3! -_

_

_ .

--.'

'

LE PASTOUT DE LACAN

_

incapable de reconnaître les limitations internes des appareils symboliques qu”il met en oeuvre pour constituer des savoirs. Peut-ètre
le mot << limitation ››, banal en logique, est-il ici trompeur en ce qu”i1
suggère de handicap, de restriction du champ d”action, alors qu”il
ne sert qu'à énoncer la consistance même qui permet à ces savoirs
d°0euvrer dans le champ de la représentation, ad lz`bz`zz.m*z.

___;
__\'

L”exception que les formules dégagent en toute clarté grâce åi
la particulière maximale, avec sa particulière affirmative (šlxxïs) qui
va visiblement à Pencontre de Puniverselle du même nom,n”est
donc pas à considérer numériquement, mais plastiquement, en tant
qu”elle manifeste cette existence qui donne forme à des traits. Alors
que dans la particulière affirmative minimale (E|x.<I>x), ces traits (<Dx)
prennent Pascendant sur Pexistence de cette forme en fondant la
ressemblance avec le modèle ou l”identité spécifique énoncée au
niveau de Puniverselle (Vx.<I›x), dans la particulière affirmative
maximale (Elx.ÎI-5Îc), Paffirmation d”existence vient au premier plan,
sans devoir s'accrocher à la présence des traits universalisés. Mais
dans le même temps, cette exception est aussi ce qu”on peut imaginer de plus pauvre : on n°en peut rien dire, il n”est permis que de
l”affirmer - et encore! on a vu que Peirce, dans sa rigueur échevelée, s'y refusait rhétoriquement.

'f
.

"\_

'\

__

_

."'.«

_

_

_

\_~._
. ______

F!!

'

\

1'*

'-_*

î'_*î_'_§'.i'

_ '-3
_'
a' -'__ . “'

__v' _

__',»*"`Î'_1!f_;-Î' JC" _-

______,__ _
'._.J'1,

r.

_
i-`

__¿___w____________

¿r M'

V '

N_, _+_______

_

_ * ×.- *r_».~~ :_ _ .

r'.Î'.

___

* i.*_--~«_._,. -

_'

'

_.

_

,

* '* - - -

"-.,....i›->*--o-'--"I"
*15.
` ~-ff.._*'«.›_
"`«_.

'

«_-.',.a-.

`

" '°'›i._Ç'“ i_'J-'_._

'~,_
_'

._

_

_
'-

_

_

\

f`§_"f_*_-* _

1

\_

.T5

Le point extrême ici atteint porte aussi en logique Pappellation
d°<< élimination des singuliers ››. Aucun règlement de comptes, ni
génocide en perspective : il ne s”agit que de se débarrasser des problèmes liés à la question de la référence des noms singuliers. Si j°affirme << Socrate fut le maitre de Platon ››, je confonds dans le nom
<< Socrate ›› une conviction sur son existence et le fait qu”il fut le
maître de Platon. Or tout un mouvement de la logique symbolique
moderne a tendu à faire éclater cette dualité et à distinguer le fait
brut de l”existence et le prédicat qu°on veut lui attribuer. On
cherche par là à écarter du calcul logique des cz priori ontologiques
qui ne lui appartiennent pas et le grèvent de considérations qui
réduisent ses possibles développements (ce mouvement commence
avec Frege et sa Begríjfschrzfi, et une fois lancé, plus rien ne l”arrète). On a donc convenu de dire plutôt: il existe un x tel que cet
x est Socrate, et tel que cet x fut le maître de Platon :
Elx (x = Socrate) 5 (x = maitre de Platon)

_..-vf

QUELQUES consiîouizncas CLINIQUES...

135

Ainsi dégage-t-on l°espace du calcul en isolant, par l”écrit, ses
hypothèses existentielles, comme par une sorte de mise en facteur
commun. C”est aussi bien le travail de la particulière affirmative
maximale promue par Lacan (3x.<ÎÎx) : elle distingue Pexistant et le
calcul que par ailleurs elle déploie, dans le jeu des traits et des fonctions, de leurs négations, conjonctions et autres implications.
L°existant s°en trouve posé à part, ex-trait des déterminations symboliques qu°il supporte, qui éventuellement le déterminent dans son
parcours, mais avec lesquelles il ne se confond paszg. Cet x mérite
de s'appeler << sujet ››, mème si cet hypokeimenon apte à supporter
des prédicats n°est plus ici gonflé de je ne sais quelle substance.
Comment respecter sa consistance dès lors que l'on prétend en
faire cas ?
Le côté forcé de la vignette clinique tient à ce qu°elle y échoue
presque par principe : si l”x convoqué ne l'est qu'au titre de la pertinence des traits qu”il affiche, il ne sera jamais que l'ombre portée
des concepts dont il défend (bon gré mal gré) les couleurs.
Comment s°y prendre alors pour lui laisser sa place, puisqu°il n'est
pas question de plonger vers des théologies négatives du sujet et de
louer ses mérites sur le mode du << tu nous échapperas toujours ›> ?
La particulière maximale ouvre ici une piste, qui pourrait bien véhiculer une autre clinique.
Du cas freudien dans son rapport à1'universelle

t

Il se trouve que Freud a laissé à sa postérité un texte où, dès le
titre, il s”inscrit dans le cas de figure de notre particulière maximale
puisqu'il relève le gant d”<< un cas de paranoïa en contradiction avec
la théorie psychanalytique” ››. Comment se tire-t-il de cette opposition à une construction conceptuelle à prétention universelle qu°il
a lui-mème pris soin de mettre en scène?
j

28. De mème que le quantum d'affect freudien, contraint de suivre les tribulations de la
représentation [I/brsrellzmgj à laquelle il se trouve soudé [verlözetej dans son
l/0rs:ell:mgsrepräsemarzz. Même figure formelle.
29. S. Freud, << Communication sur un cas de paranoïa en contradiction avec la théorie psychanalytique ››, in Névrose, psychose, perversion, Paris, PUF, 1973, p. 210-218. xl/Iz'tzez'Zz.mg eines
der Psychoanalwíschen 'I`heori`e widersprechcnden Falles von Pmrmoïa, Studienausgabe, vol. VII,
Frankfurt, Fischer Verlag, 1973, p. 207-217.

.-....,-

,--

r.

_

_

_
J'

'

_ :

F
'- “1

'

-

-

|

_..- -_

'É in rf

.

1/

;

À

f".

ti

_

*.1

_

Quatre ans après l'écriture du cas Schreber, il est en effet en
possession de sa thèse sur la paranoïa, déjà esquissée lors de la rup-

ä'

f
f/
/
_
'. '
_
_
___ .
r ^'
__...
_
,_

ture avec Fliess 1 le Pfl1"aH0ïaque « lutte contre le renforcement de

f

'

_

_* _ ' __?' ___*

_
_

ses tendances homosexuelles ››, de telle sorte que, du fait d”un cer-

_

tain nombre de raisonnements et considérations annexes, il faut que
le persécuteur soit du même sexe que le persécuté. Or la patiente
- qu'un avocat, ami de Freud, lui amène - présente un indéniable
délire où le persécuteur est, de façon tout aussi évidente, un
homme: << Sans doute, écrit alors Freud, nous n°avionS pas posé que

_4 i.'T ¿V
.1--._.

_

,

""~¢›...___`_'__'
.

`

;

_* __:

3

f

_

_J..
`

f

Ã* _,*›“
.
, ,-

.

Ww._

'*

il

___

.-`

1€ Ptlncipe du conditionnement de la paranoïa par Phomosexualité

"^\ '_*~'.
Ix

I`

5,*

.._E

_ .\_

'

_

__!

valait zmwersellement et sans exception, mais cela pour l°unique raiS01? que nos observations n”étaient pas assez nombreuses3°. ›› Voilà
qui sonne comme un appel à l°induction: son étude du cas
Sclireber avait bien rencontré un certain consensus autour de lui,
mais cela semble ne pas suffire ici à Freud-le-scientifique, en posture de n'ava1iser ses hypothèses que si elles ont été confirmées par
de nombreuses expériences. Il enfonce d'ailleurs tout de suite son
C10U› non sans entrer dans la problématique générale des cas :

'

1'
I

_ _ _\A

;
'._

-_

1.

_... _» -f .
,J . -

.r _ _ .
. --._-'.-__-*___
_

.-.
xl'
J

LE PAsToU'r DE LACAN

I ,ff
'

LM

'*.

136

A

_
'

_

É

:
_› '
'-ir ~ _»
- _ ¿ /, 15

.fi

1' _...

cette P1'0P0S_1tion appartenait du reste à celles qui, par suite de
connexions determinées, ne deviennent significatives que du jour où
elles peuventprétendre à Puniversalité. Les cas dans lesquels le malade
5€ C1`01ï PCYSCCUIÈ par des personnes de Pautre sexe ne manquaient
pas dans la littérature psychanalytique, mais une chose est de lire un
cas, autre chose est de l'avoir devant les yeux31.
Uautorité de la chose vue prend ici le pas sur la << littérature ››,

comme il est de rigueur en bonne clinique où le signe est appréhendé d'abord dans son contexte. Freud se dépêche donc de
convoquer une deuxième fois la jeune femme, l'avocat se trouvant
désormais en dehors de Paffaire. Elle, pour sa part, ne demande

rien, se montre d'emblée méfiante, et ne reviendra plus par la suite.

\_*.
f

, “.`*.
.._ _

_

"

\ `

_

4 _ _

*___

\FI

-.

:~.¿f"'\ _
isa'

lîlle accepte neanmoins ce deuxième entretien que Freud lui
_1__1'__1Î_{l?_9_§f_î_¿_<_î0_}1fî0lSeIT_tentmais fermement semble-t-il32. Elle y apporte

..

_
j

N "-.
Î
.

"`

*

“ .

'am

' _ 'Y
_

_

1

.

Y

*

'D
._
,`.l

j 1 *-._
________ _

V

Î".`_,1-.1, V

f

30. S. Freud, « Communication... ››, op. ein., p. 21 l.]e souligne.

_ . 1'

V ix

it..

31. sl. . _] aber es blíeb ein anderer Eindruck, *von solchen Fällen zu lesen, als einen derselben selbst
vor szch zu sehcn.«
32_.
expliquai donc qu'il m'était impossible de porter un jugement le jour mème, et la
priai instamment de plutôt venir me voir une seconde fois, afin de me raconter Phistoire
une facon plus circonstanciee et avec tous les details sur lesquels elle avait peut-etre passe

d,

'

I.

'

'll

cette fois-ci. ›› S. Freud, « Communication

L.-....-

'

nue

'

'

››, Op ¢¿¿ p 212

@J

,

I\

u

........-/

QUELQUES CONSÈQUENCES CLINIQUES. ._

137

<< de tels compléments, écrit tout de suite Freud, que tous les doutes
et les difficultés tombèrent ››. En effet, apparaît alors derrière le personnage masculin en position de persécuteur officiel un autre personnage, une « dame âgée ›› (aux cheveux blancs, comme la mère).
La patiente estime avoir des raisons de supposer que cette dame a

_/

reçu de Phomme des confidences concernant les timides ébauches

de vie sexuelle entre eux deux. En possession de cette nouvelle

donne, Freud retrouve illico ses marques œdipiennes:

\_
`\ .`._

_

Il n'est pas difficile de reconnaître que la supérieure aux cheveux
blancs est un substitut maternel, que l°homme aimé est mis, malgré
sa jeunesse, à la place du père, et que c°est la puissance du complexe
maternel qui contraint la malade à supposer contre toute vraisemblance des rapports amoureux entre partenaires si différents.

De ce fait, la contradiction avec la théorie psychanalytique << se
volatilise ››, << s'évapore ›› [z›erflz'¿c/*zzz`gz], et la thèse des racines homosexuelles de la paranoïa en sort toute ragaillardie: la vraie persécutrice est bien la vieille dame, donc de même sexe que la patiente !
Reste néanmoins à rendre compte du déplacement qui a fait passer, dans le délire, de la dame âgée au jeune homme. Ici, Particle
de Freud devient soudain plus compliqué, et plus intéressant.
Jusque-là, Sherlock Holmes a gagné : le clinicien ne s°est pas laissé

démonter et a su retrouver, sous le clinquant trompeur des apparences, la vérité des connexions profondes qui ont produit la situation observée. Freud est par là mème d”autant plus chez lui qu”il
retrouve, non seulement son modèle oedipien, mais aussi et surtout
son schéma fondamental d°intervention, qui a acquis valeur de
paradigme depuis I:`z`nrerprézatz'0n des rêves : prenez un texte, considérez-le comme la face manifeste d°un autre texte latent, et une fois

ce dernier exhumé (reconstruit ?), expliquez le passage du latent
au manifeste, et vous saurez comment la censure est intervenue
pour permettre que ça passe sans que le refoulement soit levé.
Délaissant momentanément la psychose, Freud gagne le terrain
de la névrose pour remarquer que certains neurasthéniques, du fait
de leur liaison inconsciente avec un objet d”amour incestueux, ne
peuvent avoir accès à une femme étrangère et doivent se contenter, à cet égard, de ce que leur offre leur vie fantasmatique. Mais
sur ce terrain-là -- et voilà le rajout qui éclaire le cas de paranoïa ces mêmes neurasthéniques peuvent fort bien réussir à substituer

/

_/

_ .-'

'tt'
__ Vs/Î"'
__
_
a
.

_ _1
_
i
i

1";

' '›
______t____r

1-;

/,I __
_

._

.

ve ›

_

,¿?_,

-i

_¿

-_

138

«_
tu

ÿ Z\

r

-

_, F. _ '

.-1.

af " 1"
|'

.

,I

_'

I'" _
4

._

_
›,

_. _'

-

_'

_

Iii

/-__. l`

__*'_..-;'*';"Î' Î'
_,__-

i
I

_

_\__n

,__

_._

'ir

'I

g'-.J

if

-

_.

_\|`__ _

1

--"*
\__

f

i

'_

Q

i

'_

¿.__ È
\i " -`+ ,'_'

_

°1

,___._

..›-ir. -' "

'

\

*ig www _›

›'

.

-

- _ "

-Q

"

.~__'__,;'_~f' _' .

›-/

,._.

_/__ -:_

_

._

/*_ .›_*_î--;*'.' _,f= __,________¿_,/r
_,__.

..'

1,

.f
1
J

à la mère ou à la soeur des femmes étrangères. Ils réussissent donc
sur le plan de la rèverie ce qui leur reste interdit dans les actes, et
ils peuvent ainsi se convaincre qu°ils sont amoureux de femmes
hors le cercle familial. À peine cette considération posée, Freud
élargit le débat: le symptôme fait-il toujours disparaître le conflit
névrotique? Oui, mais en fait non :
Les deux séries de phénomènes sont à peine à séparer conceptuellement Pune de Pautre. Nous penchons très franchement pour la
conception suivante: le conflit qui est au fondement de la névrose
prend fin avec la formation du symptôme. En réalité, le combat se
poursuit encore, d”une manière complexe, après la formation de
symptôme. Des deux côtés surgissent de nouveaux apports pulsionnels, qui le continuent. Le symptôme lui-mème devient l”enjeu du
combat; des tendances qui veulent l°affirmer se mesurent avec
d'autres, qui travaillent à sa suppression, et au rétablissement de l°état
antérieur33.

\_

ÿ

-

-1

i I
,_

_' ff; I*

__

-u__

›._

_

›.
"i
_›._-

'°'-I

A .f.l

-

»_
"a

.,

/1 l

___ .Ö /É
s*

'

\

1'

*«.\_-`Î"*- -`

"\u__`
*__

La ivisrour DE LACAN

_ f»î*.»;*. ._. _
/*

,_-›

_. -_*
._-.›
1"-

1

Les esprits mal intentionnés qui chercheraient à prendre Freud
sur le fait d°un forçage théorique auraient ici de quoi faire : grâce
à un double saut carpé, il retrouve ses hypothèses d”une façon telle
qu”en possession d°une théorie aussi complexe et d°une attitude clinique aussi pragmatique, on sent bien qu°il aura pour finir toujours
raison et parviendra à se tirer de toutes les éventuelles contradictions. Mais peu nous chaut de lui faire ici un tel procès car ce qui
importe est précisément le rebond qui le force à cet ajout lequel,
débordant de beaucoup le cas qui fait contradiction, met en question Paffirmation première selon laquelle le symptôme met fin au
conflit névrotique qui lui a donné naissance.

"M-_
_--.-'y__

n

._-"`v"\i_

K'

_'
/

5«*._-Fr
.1

i

._› *

§_
1.
\ .___

'

_ _

5.. .if 1-n.....|,'T__,____

'2l\*U_`f1

_-:-*

_ l
~f__*

' _ _ ._.`=__.*f_._-*____¿__

<< Il y a, écrit Freud, en dehors de la paranoïa beaucoup de processus analogues, dont certains sont très connus, qui jusqu”alors
n'ont pas été réunis sous ce point de vue34. ›› Il est donc décisif que
Particle ne s”arrète pas sur les retrouvailles de l°oedipe et du persécuteur de mème sexe, mais que le paradigme interprétatif issu du
travail sur le rève relègue le contenu latent (pour une large part
construit par les convictions théoriques) à un rôle, certes nécessaire,
mais cependant subalterne. Quand Freud retrouve ses marques
théoriques dans ce cas, il est à peu près aussi avancé que lorsque,
33. S. Freud, « Communication... ››, op. cír., p. 218.
34. Ibídcm, p. 217.

hu..

.-_--.\__.,¿ -Li'

QUELQUES coNsI3QUENc1=:s CLINIQUES...

139

dans Pécriture de Iîlrzterprézaziorz des rêves, il s”aperçoit qu°i1 a affaire
à l°un de ses nombreux rêves animés, à cette époque, par son voeu
d”être nommé professeur extraordinaire. Il ne les méprise pas, il sait
seulement que le contenu latent n”est pas l°alpha et l°oméga de son
travail: rien qu”une étape dans le procès de déchiffrement qui doit
rendre compte du passage de ce latent à ce manifeste.
Ses convictions sur les fondements homosexuels de la paranoïa
(et non les fondements paranoïaques de Phomosexualité I) ne sont
pas de l°ordre d°hypothèses qui pourraient étre infirmées par des
cas, en dépit de la présentation qu”il en fait. Ces postures d”honnéte
expérimentateur scientifique, que Freud bien souvent affecte, masquent les situations sémiotique et épistémologique en jeu. Pour ce
qui est de la première, la présence des signifiés (en posture latente)
ne suffit pas pour rendre compte de la distribution signifiante observée (en posture manifeste) : que le persécuteur soit, pour finir, du
même sexe que le persécuté ne constitue pas un point de butée à
partir duquel le clinicien freudien aurait l°ãme en paix puisqu°il lui
reste à rendre compte du déplacement qui permet d°ajuster ce qui
est cliniquement observé et la théorie qui le pré-dit.
Quant à la situation épistémologique, elle est assez claire :
Freud, ne lui en déplaise, n°est à aucun moment dans une situation
à la Bachelard, ou à la Popper, dans laquelle un fait polémique peut,
à lui seul, jeter à bas une théorie en résistant obstinément à toutes
les explications qu°elle en propose. Il est par contre (le cas ici étudié à cet égard << fait vignette ››) dans une situation épistémologique
connue sous le nom de << thèse Duhem~Quine ›› dans laquelle aucun
énoncé ne peut étre expérimentalement testé jusqu°à mettre en
balance la validité de Pensemble des énoncés théoriques qui ont
participé à sa production. Duhem avait énoncé cette thèse dès le
début du XXG' siècle relativement aux théories physiques, et Quine
l”a reprise dans le milieu du même siècle pour en donner les fondements logiques35. L°attachement des analystes à leurs théories
étant par ailleurs au moins aussi vif que celui des scientifiques aux
leurs, il est exclu qu°on assiste sur le plan casuel à des combats cruciaux qui permettraient d”invalider une théorie au profit d°une
35. Cf Sandra Laugier, L'/1nzhropoZogz`e logique de Quine. Uappnnzzissage de Pobfvie, Paris,Vrin,
1992, tout spécialement les pages consacrées à « La révision impossible ››, p. 199-210.

_/

Z

`\

ff.. "**

140

JI

,J
.1

r

.

./ *J
=.r"

.I

îfÎ\›.

"a`iH

.

.` -

f
I

'^'*J
"-. .L
:T'j-.*'.
é-.`_'_'*j_ Y..
3.Q
.-F:

.›' , .

.I _ .1 -"_

"_
.

La 1›As'roU'r DE LACAN

.

_,"

.3
* in ;'*~_~;-..,
'

'

Y"

›_ __F`_¿___'. ,

.«¢._

-;_ *
,_- ._

._ “~,_J
_

'_ _
J

I'

!-"\im_r.- ._;. _f`

'~ x.,\

..._

1

/;-M'1'›'f

Ö'i$*'^vf¢'§~

.-1

-:*' -3 il

_

,u
3.

J

L;

autre. On peut tout au plus noter les appétences différentes de
chaque théorie pour des types de cas particuliers : la psychiatrie
phénoménologique a écrit ses plus belles pages sur la mélancolie
et les états maniaques, la psychanalyse freudienne excelle sur l°hys~
térie, les thérapies comportementales en pincent pour les phobies,
les Winnicottiens affectionnent les supposés borderlines, etc.
Chacune semble perdre un peu de sa pertinence à trop élargir son
champ d'action casuel, obligée qu”el1e est alors de se complexifier,
parfois à outrance; aucune ne couvre un hypothétique « champ
psychopathologique ››, délimité, lui, par des normes qui échappent
autant à chacune qu°à Pimpensable << toutes ››. Il convient de tenir
ce point pour acquis J et chercher à partir de là le statut que l°on
peut accorder à notre Elx.<I>x.
En passant par la Crète
À ne lire que le seul côté gauche du carré logique de la particulière maximale, Elx.<ΛÎc rencontre le paradoxe d'Épiménide le
Crétois, énonçant Puniverselle affirmative selon laquelle « tous les
Crétois sont menteurs ›› : Vx.<I›x. Cette universelle, qui soutient un
énoncé théorique supposément vérace à propos d”un pluriel générique - les Crétois -, est énoncée par quelque x qui ne prétend pas
pour autant échapper, ni à son ensemble d°appartenance, ni à la loi
qu'il énonce comme une vérité, et selon laquelle il serait lui-même
menteur. Or, ce faisant, il entend bien dire la vérité à cet endroit,
et se positionne donc comme cet x qui, tout en énonçant une universelle, y contredit par cette énonciation méme: Elx.<Î5Îc .
Pour lire ce paradoxe, le faire résonner au-delà du refrain
auquel souvent on le cantonne en se contentant de le mentionner,
il convient d'abord de se rendre sensible au redoublement de la
qualité ici en jeu : les formules logiques, quelles qu”elles soient, prétendent toutes être vraies ou fausses selon que le prédicat est ou
non dans le sujet (en logique classique tout du moins, mais nous
sommes délibérément dans ce cadre), et c”est là ce qu°on conviendra d”appeler leur << valeur ››. Mais voilà que la proposition
d'Épiménide, non contente d”avoir, comme toutes ses consœurs,
une valeur de vérité, entend aussi faire de la vérité le prédicat du
sujet qu°elle requiert. Est-ce qu°on est dans le vrai quand on dit le

QUELQUES coNsÈQUENcEs CLINIQUES...

141

vrai? La moindre querelle de ménage suffirait à savoir que non:
en disant le vrai, on peut faire beaucoup d”autres choses, comme
Nietzsche s°en était déjà rendu compte (prendre le pouvoir, coincer son interlocuteur, faire le mariolle, plaire aux dieux, etc.). Que
fait donc Èpiménide quand il affirme un mode de rapport des
Crétois (donc de lui-mème) à la vérité, dans une assertion qui, elle
aussi, pour son propre compte, a affaire avec la vérité? Imaginons
qu°il ait plutôt dit << tous les Crétois sont grands ››, et que les témoignages concourent à nous faire savoir qu°il était plutôt petit pour
son époque et son milieu : aucun problème - tous les Crétois sont
grands (Épiménide le dit, et nous avons nos raisons de lui faire
confiance), sauf lui. Il fait exception au sens le plus banal du terme,
et Paffaire est dans le sac : prenez tous ceux qui possèdent le prédicat, et rajoutez tous ceux qui ne le possèdent pas (mais sont
repérés à ce titre36), et vous avez un << tous ›› (et donc un << tout ››)
de très bon aloi.
.
Avec la vérité en position de prédicat et en position de valeur,
un chiasme se produit qui fait tout le charme de l'énoncé en ce qu°il
attend notte verdict, si du moins nous écartons une lecture qui ne
tiendrait compte que du seul prédicat (comme supra avec la grandeur), et traitons la chose numériquement en considérant que tous
les Crétois sont menteurs sauf Épiménide - mais alors nous envisageons le fait de dire la vérité uniquement comme une propriété
psychologique, que l°on peut posséder ou pas, les Crétois oui, Epiménide non. Si, au contraire, on considère ensemble la vérité
comme valeur de la proposition et la vérité comme prédicat du
sujet, alors on tombe à pieds joints sur le paradoxe qui présente
formellement la structure du paradoxe de Russell: si Èpiménide
dit vrai, il y a au moins un Crétois qui s°exclut de Puniverselle où
ils sont réunis, donc la proposition universelle est fausse et Épiménide dit faux (il ment) 1orsqu'il Pénonce; s'il ment, il rejoint les
Crétois menteurs, donc tous le sont, ce qui rend vrai l”énoncé de
la proposition universelle, et donc il dit vrai. ._ quand il ment37. S°il
36. Cj supra la question de Pabsence de trait. L'ensemble « Crétois ›› se fondant, lui, sur une
entité géographique autre que << grandeur ›› ou << menteur ››, il devient possible de qualifier
un individu par Pabsence de tel ou tel trait, ce qui n'est pas le cas de << femme ›› dans la perspective des formules où aucun ensemble ne les collectivise préalablement comme telles.
37. Mentir se présente comme un acte délibéré, ce qui met beaucoup plus de psychologie dans
Paffaire que ce que la logique classique est à méme de prendre en charge. Le psychologue,

142
f

'

a raison, il a tort; et s”il a tort, il a raison. Ce tourniquet n°off`re pas
de sortie.

"

.\__
_

1

_

4-___«
,;

1

"››.
\_

I' La

1*
* _ :__-_?
, ›'. .='.`

rf.-

.

_;

_

-_

_/ i

“H

_

_ ›

›~_...__

:'-.

,¿'.f..* ¿*=_f_

-*_.f_' *'77
_____,_;I_.
. _. ¢__ “'- A;I,


.r

_ «f-_ ¿f ,_F'
_-gn; #5

I

..-

7'

.1 ;

-*.1
<

/"

LE I›As'roU*r DE LACAN

1-'

_-

._

Les << ensembles qui ne s°appartiennent pas ››, chers à Russell et
fatals à Frege, dansent la méme gigue : s”ils s”appartiennent, ils ne
s°appartiennent pas, et s'ils ne s”appartiennent pas, ils s”appartiennent.Tout ça parce que << appartenance ›› est un nom pour désigner
le lien entre Pensemble et ses éléments, tout comme << vérité ››
désigne la nature du lien entre le sujet et son prédicat (pour la proposition en logique classique), ou entre la fonction et son objet
(dans la logique frégéenne). Pour peu que de telles propriétés soient
comme pliées sur elles-mêmes pour participer à leur propre gestation, il s”ensuit un affolement local, qui menace cependant la totalité de l”édifice.
À la lumière de ce qui précède, que penser du E|x.ÊIÎ: en tant
que << réquisit désespéré ›› en vue d”un << au moins un ›› à ne pas être
serf de la fonction phallique, à ne pas être soumis à la castration
(formules équivalentes pour Lacan) ? Car tous le sont! Inutile donc
de s”armer d'un Urvater, d”un père originaire, après avoir écarté
sans appel un << toutes les femmes ›› puisque, de s°impliquer l°un
Pautre, ces deux énoncés sont logiquement équivalents. L”exception
ne désigne plus ici aucun élément qui s°extrairait de Pensemble
pour lequel Puniverselle vaudrait, pas plus qu”Épiménide ne cesse
d°étre crétois à les décréter tous menteurs.
Une exception qui ne ferait pas cas
Récapitulons maintenant les caractéristiques rencontrées au
sujet de cette exception coincée dans les formules de la sexuation
au poste de particulière affirmative maximale. Elle n'est pas singulière, ni mème minoritaire au regard de Puniverselle affirmative
qu°elle prend à contre-pied. Elle n'est produite que comme contradiction de Puniverselle négative qui se veut, elle, affirmation du
<< rien ›› que Lacan poursuit depuis le début, ce rien qui n°est ni celui
de Hegel ni celui de Freud, l”absence mème de sujet sur quoi prédiquer. Elle est donc d°abord affirmation de ce qui existe au regard
lui, ne verra pas grand paradoxe dans le fait que quelqu'un puisse dire le vrai en mentant
- ou mentir en disant le vrai, ce qui n'est déjà pas la même chose.

_,...*f"

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES...

143

de la fonction (du prédicat), sans pour autant y satisfaire (le posséder). Du coup, loin de trouver appui sur une supposée rareté,
l'exception vire au régime commun et chaque être parlant, lié de
ce fait à la fonction phallique, en devient une sorte d°Épiménide
sexuel, donnant de la voix pour asseoir ce << tous ›› auquel il appartient, mais dont il ruine, par sa profération mème, la consistance,
ni plus ni moins que tout vivant en train dӎnoncer << tous les
hommes sont mortels ›› non sans se ménager in petto l”espace d°une
exception - celle dont les religions font commerce.
Remercions ici Abélard de nous avoir, sitôt, offert l°auberge de
son status, de nous avoir suggéré l°idée selon laquelle entre les...
disons les choses, faute de mieux, et la nature sonore (ou scripturale) des mots, il existe, il y a, on suppose, des entités qui permettent de collectiviser des individus, sans que cependant elles jouissent d°un quelconque poids ontologique. C'est vraiment ce dont
nous avons besoin pour apprécier à sa juste pesée Vx.<I›x , dès lors
qzfon se demande qui le dit, qui le performe.

Car la question posée par Pexception que cerne Lacan fait
retour aux mystères de Pappartenance (d°où s°engendre le paradoxe de Russell) : on a vu que, pour utiliser le quantificateur V, il
fallait posséder un ensemble peuplé d°éléments qui appartiennent
audit ensemble. A cette condition, il était permis d'en prendre un
quelconque avec cette pincette du V. Mais si j”affirme 1°existence
d'un (au moins) qui ne satisfait pas à la fonction, qui ainsi s°excepte du tout de Puniverselle, cesse-t-il d”appartenir à ce tout? Oui
et non (dirait Freud)`!
La logique ne peut se construire sur une telle ambiguïté, et
tranche la question: dans le carré logique de la maximale, soit les
universelles sont vraies, soient les particulières sont vraies, mais il
est exclu qu”une universelle et une particulière soient vraies en
mêmes temps puisqu”elleS sont liées par une contradiction. Avec
Lacan, comme avec Épiménide, se conserve au contraire une ambiguïté essentielle dans la mesure où, du fait de la fonction (ou du
prédicat) en jeu, la vérité de l”énoncé particulier n”anéantit pas la
vérité de l”énoncé universel, puisque au contraire elle la fonde du
fait même d°y objecter (dixit Lacan, cf supra) en lui fournissant
l”existant qui l”énonce, qui prète sa voix pour la profération de cette
.universelle à laquelle il fait nonobstant défaut. Mais avec son carré

*Iv-.__
'\
` _

ÿ.
*c*_

\-__.

144

. _ . _.-~=`:;-“*'si_

._I.
Ii

›`
.\_

_,f.-

.
"'-.1-»

ã_.«*'_.`f -`

I
ff
.Iii

_. |«

«Uli

fly.

._.`

.J yd

.-

_" 3
r

R'

LE PASTOUT DE LACAN

-

f

'*--'mai

logique, Lacan nous en dit tout de même plus que le Crétois qui
n'a, lui, pas un mot pour les Crétoises.
Il se donne en effet un côté << femme ›› où se trouve niée toute
exception (Elx.<I>x),où donc l°écriture proposée pour Puniverselle
négative affirme que, dans cette deixis, il n”existe aucun x pour ne
pas satisfaire à la fonction, dans le temps même où les éléments qui
y satisfont, présents au seul niveau de la particulière négative, ne
font pas ensemble. Pour rappeler la formule proposée en conclusion du chapitre précédent: pour autant qifiurz tout est én once'
(Vx.<l›x), il estfondé sur Z"exisrence cfexcepziorzs (3x.<Î>ÊÊ:), et pour amant

qu”il rziy a pas d'excepzion (Elx.<I>x), ce qui existe ne se collectivise dans
aucun tout (Λ¢.<I›x). Dans les deux cas, le tout en prend un coup.
L°universalité du concept, qui trouve son assise dans ce tout-là,
n”en est pas moins malmenée (quoique différemment) à gauche
et à droite, et l'on se rend compte alors que le pastout déborde sa
qualité de quantificateur en donnant la raison de Pensemble des
formules.
Le mérite de Lacan tient au fait de S°ètre laissé guider par les
exigences de cette particulière, en s”efforçant d”écrire chacun de
ses quatre postes d”une façon qui permette d°y lire d'emblée l°attaque portée contre un tout qui posséderait un quelconque poids
ontologique. Ceci porte à conséquence sur le plan épistémique, sur
le statut qu°il convient d”accorder au concept dans cet enseignement qui fut le sien: la précision que le concept requiert (et dont
il est souvent l”objet) ne dit rien de la réalité de ses possibles dénotations. Entre le concept et les individus qui tomberaient dans son
orbe (chose qui évidemment n”est pas niée, la particulière minimale continue d°0euvrer aussi bien), restera actif cet objet a qui, lui,
relève entièrement de la particulière maximale, ne tombe sous
aucun concept et se maintient comme existence sans essence, une
existence décisive dans le procès subjectif.
Il y a une autre conséquence, que j'ai délibérément laissée de
côté depuis l'attaque de ces formules, dans la crainte que le poids
imaginaire des termes utilisés - homme/femme - ne charge les écritures de valeurs indues pour faire mine de les retrouver ensuite.
Maintenant que nous avons entrevu la solidarité des côtés gauche

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES...

145

et droit dans ce carré logique que Pon continue d'appeler les << formules de la sexuation ››, en quoi l°un mérite-t-il de s'appeler
<< homme ›› et Pautre << femme ›› ?
Vous avez dit << rapport ›› P
Dans la tradition chrétienne, le rapport sexuel en est toujours
bien un puisque tout acte sexuel possède une valeur. Soit il y a
fécondation et naissance, et l'enfant est la valeur qui résulte de ce
rapport. Soit il y a acte sexuel sans reproduction, mais dans le
sacrement du mariage (et selon les règles prescrites), et cela devient
Un CÎ@V0i1'› 1€ « devoir conjugal ››. Pour tout le reste, s°il y a acte
sexuel, quel qu°il soit, c'est péché. Donc tous les cas de relation
tenue pour sexuelle ont droit au nom de « rapport ›› au sens qui
intéresse Lacan, le sens mathématique, quand on écrit: a/b = c. Si
deux termes entrent en relation de telle sorte qu”ils produisent une
Valeur U11ÎClU€› fllors il y a << rapport ››. Comment écrire que tel n°est
pas le cas lorsque, soucieux du dire freudien qui brise toute harmonie préétablie entre la pulsion et son objet, on se refuse à considérer un quelconque « instinct génésique ›› qui tiendrait pour acquis
une « nature ›› du rapport entre les sexes, sur une base qui se voudrait désormais hormonale, ou génétique, ou quoi que ce soit
d"`autre, de préférence d°allure bien scientifique ?
À << homme ›› revient donc de proférer Puniverselle affirmative,
mais aussi bien, ce faisant, de s'y soustraire, dans ce tournoiement
qu'on vient de voir. A suivre Lacan, << homme ›› soutient Puniverselle du même nom du fait de sa propre défection à ce niveau. Il
produit Pessence de son être en y objectant d'emblée de par son
existence. Le << tout, mais pas ça! ››, cri s°il en est de ce même
homme face à la castration, prend ici la forme d”un << tous, mais pas
moi ›› qui s°avère la condition sine qiza non pour qu°un « tous ›› de
ce calibre soit proféré. Cette donation d”une universelle s'effectue
dans le retrait de sa particulière, qui s'exclut du tous pour mieux
le poser dans sa virtualité classificatoire. Il y a là un mouvement
tournant à défaut duquel on s'épuise à énumérer les contradictions
présentes dans les formules : tout « un ›› qui s'excepte du tous pour
mieux le performer mérite d°ètre qualiñé d°« homme ››, quel que
soit le sexe que lui aura attribué la nature.

146

LE PASTCUT DE LACAN

\ " ll:
,ly

. __ I__'

*_.-¢,;.-

7*?

I' / r

,yz

1' '

Q.

il

\_
._

»`

Î
Jf __:

_

il

-;

Î_

-Ji!
IL i
-_';';'I
.i -

'

ç*J J_
/
'MI

Au nom de quoi, dans ces conditions, nommer << femme ›› la
position selon laquelle les éléments qui satisfont ne forment aucun
tout, sans engendrer la moindre exception? Quel imaginaire se
prète à cette distribution symbolique? Car la contradiction est éclatante: s'il n°y a pas d°exception, comment se peut-il que les présents ne donnent pas forme à un tous? La réponse s°impose : que
chacun ne soit pas si un que ça. Que leur rassemblement ne tombe
pas juste. Que chaque existence ainsi affirmée (par la particulière
négative, le Wc ayant valeur d°un Elx qui afficherait sa valeur restrictive) soit en excès ou en défaut par rapport à l”unité - thème
lacanien s'il en est puisque dans cet enseignement l°unité ressortit,
soit d”une valeur spéculaire (unienne) soit d'une valeur symbolique
(unaire).Voilà bien pourquoi aucune valeur, ni symbolique ni imaginaire, ne tombera juste pour qualifier un élément dans la mesure
où aucun n°y sera identique à lui-même (sinon cette identité suffirait à l'intégrer dans le << tous ›› d'un ensemble).
A
N'en déplaise aux féministes qui pourraient se sentir
agressé(e)s par une telle répartition des tâches, et loin d°ètre une
déchéance par rapport à l°unité symbolique placée côté « homme ››,
cette dissonance à droite finit le travail engagé à gauche en inscrivant dans l°ordre des déterminations sexuelles cet objet a dont on
a vu qu°il avait conduit à l”énoncé << il n°y a pas de rapport sexuel ››
précisément parce qu'avec lui « il n°y avait pas de rapport ››, pas
méme celui, si élémentaire, de posséder ce trognon d”unité qui l”aurait rendu apte à la griffe du concept, et par là d”entrer en relation )
de << faire rapport ››.
Ainsi les écritures gauche/droite, homme/femme, ambitionnentelles de dire le fait du non-rapport en plaçant côte à côte un x dont
le fonctionnement permet de penser une essence (Vx) et une existence (šlx), et un x dont le fonctionnement n°autorise aucune
essence mais repose tout entier sur une existence qui reste revèche
à quelque unité que ce soit. À ce prix, on peut toujours écrire
homme/femme ou l”inverse, ça ne donnera rien, aucune valeur qui
signerait Pexistence d”un rapport. Pour faire rapport, au niveau des
essences il en manque une, et chacune des existences classées à
gauche ou à droite est dite incommensurable à Pautre. La métaphore numérique et ensembliste qui a servi à disposer les deixis
homme/femme nous maintient dans l”ir-rationnel, le non-rapport,

.-'I--I--_..-1-H-in-..,1

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES...

147

aucun terme commun ne venant subsumer la mise en relation - car
Lacan tient ferme alors sur sa définition du rapport en tant qu”il
produit un tiers terme. Ni l°enfant ni la pulsion et encore moins le
fantasme ne jouent ce rôle, et donc la rencontre sexuelle - indéniable, elle - conjoint deux ètres qui, ni ne font un, ni ne font trois.
Le phallus, objet à tout faire de la dialectique freudienne, est désormais disqualifié en tant que tiers élément” 5 il disparaît dans la fonction phallique qui ne sert qu”à distinguer et disjoindre deux fonctionnements irréductibles l°un à Pautre.
Lacan - c”est remarquable - s'est bien gardé d”écrire x à gauche
et y à droite, ce qu”il aurait pu faire s°il avait pensé une seconde
qu”homme et femme se présentent comme tels avec des qualités si
différentes qu'ils méritent d°ètre écrits et décrits séparément. C”est
au contraire le méme x qui vaut partout, qui désigne partout le
même parlêtre aux prises avec la jouissance liée au sexe et au langage. Ce petit détail entraîne encore plus loin dans le refus de
prendre en compte une dualité de départ. Sans plonger dans une
conception trop substantialiste qui ferait de cet x quelque chose
d”antésexuel, on est ainsi amené à concevoir que la bipartition
sexuelle résulte de dispositions énonciatives: l'x qui s”excepte du
tout qu”il pose comme le lieu de son appartenance sera dit homme 5
l°x qui existe sans appartenir à quelque tout sera dit femme. On
voit que cette perspective performative n°entre pas en contradiction avec la bisexualité freudienne car, aussi différentes soient les
deux postures, elles s°offrent à cet x avec autant de véracité l”une
que l°autre.
]ouir

'

Reste la fonction fl), fonction énigmatique puisque, loin d”étre
un pur événement corporel, elle mélange corps et esprit bien mieux
que la glande - pourtant pinéale - chère à Descartes. Son obscurité s”accroît encore lorsqu°on apprend que le terme de << jouissance ›› est quasi absent chez Freud, où le mot Gerzufi, qu'on rencontre de-ci de-là, pourrait ètre ainsi traduit, sans pourtant jamais
atteindre au concept. Certes la trace en est donnée dans la notion
38. C”était au contraire son statut lors du séminaire Le désir et son z'›*zzerpr¿Iazz`0rz, cfi supra la
citation au début du chapitre It.

148

LE PASTOUT DE LACAN

très freudienne d°<< au-delà du principe de plaisir ››, mais il faut le
génie des langues française ou espagnole pour accueillir avec le plus

grand naturel une notion que ni l”allemand ni l°anglais ne pratiquent
aussi aisément. << Jouissance >>› << 300€ ›> disent sans ambages qu°il est
une forme de plaisir qui n'est en rien le plaisir au sens freudien, cet
abaissement plus ou moins brutal des tensions qui a failli conduire
Freud au << principe de Nirvana ››, mais au contraire une forme d°intensification de certaines tensions, celles dont la libération à venir
sera source de plaisir. En attendant cette délivrance, jouir fait monter les enchères, selon des voies qui mettent à profit aussi bien le
corps et ses différentes zones érogènes que la machinerie symbolique qui permetde forger des postures désirantes, de convoquer
des fantasmes considérés par Lacan, å URC Cflrtaine époque de son
enseignement, comme << ce par quoi le désir condescend au plaisir ››_
Mais le jouir ne développe pas que ces perspectives orgastiques.
On le suppose aussi au coeur du symptôme, dans ce qui arme la
répétition, lui confère cette force absurde qui veut obstinément
reparcourir les traces signifiantes que des désirs souvent hors d°ãge
ont frayées, une fois. Dans les deux cas cependant, une méme soudure est à l°oeuvre entre des fragments déterminés de Pappareillage
symbolique et des investissements corporels. Dès lors, la tentation
est grande de reconduire la différence des sexes en cherchant à l°asseoir sur deux modes disparates du jouir, selon un constat dont on
ne sait jamais très bien s”il possède un fondement réel, ou ne résulte
que d°un effet de perspective, comme une sorte d”anamorphose :
la jouissance pénienne serait hautement manifeste en son cycle
(érection, éjaculation, détumescence), la jouissance vaginale ô Combien latente. La première s”offrirait à Pobservation autant qu”à la
sensation 5 la seconde, si elle sait ètre bruyante, resterait avant to Ut
de l'ordre de la seule sensation. Et quant à la clitoridienne, qui
retrouve de nos jours quelque prestige en sortant de son purgatoire
bourgeois, puis freudien, toute semblable qu”elle paraisse à la
pénienne, elle n°en possède pas l°évidence du cycle phallique. Ceci
sans porter préjudice aux autres zones érogènes, à commencer par
le rectum, qui ouvrent autant de voies aux acmés jouissives et jouissantes sans pour cela faire étalage de leur point de butée ~ si bien
qu°on s°empresse d°y déceler je ne sais quel << infini ›› qui serait ici
en gésine, et dont nos soubresauts corporels soudain apaisés ne

_-_...--11_--...V

QUELQUES CQNSEQUENCES CLINIQUES...

149

seraient qu'une sorte d'écume, abandonnée par les flots d°un plaisir sans limites sur nos petites plages privées.
Raquel Welch, du temps où elle était un sex symboi, n”hésitait
pas à dire haut et fort dans la presse féminine : << L°organe sexuel
le plus important chez la femme, c”est son cerveau. ›› Encore un
énoncé passible de la théorie Duhem-Quine, car on ne voit pas bien
quel fait polémique, quelle atroce expérimentation, l'inf1rmerait.
Mais on devine dans cette parole autorisée du point de vue médiatique l'idée qui fait du rythme imposé a certains organes féminins
rien d°autre que la portée musicale en attente des notes de la mélodie. Il ne s°agit pas de « penser ››, mais de << pensées ›› qui offrent un
sens, une direction, à ce qui se passe dans les circuits sensitifs._. et
leur désigneraient du coup un terminus ad quern? Hypothèse! Le
malheur, pour qui voudrait en effet fonder là un mode à part du
jouir, tient à ce que cette cérébralité d°une supposée jouissance
féminine ne paraît guère absente côté homme. La masturbation y
est dite, plus encore que de l°autre côté, la << jouissance de l”idiot ››,
mais qui dira à quel point cette solitude est acéphale ou non?
]usqu°où la jouissance phallique - la seule dont les formules fassent
état” - pourrait-elle avoir lieu hors Pébranlement des réseaux neuroniques, hors la mise en jeu du langage et des images qu”il soutient, matrices des postures fantasmatiques qui libèrent lfaccès au
plaisir? La mécanique ne suffit à personne, et l”on devine vite Pillusion qu”il y aurait à vouloir classer hommes et femmes selon que,
chez les premiers, ça jouirait plus vite que chez les secondes. Le
chronomètre ne sera pas d°une grande aide pour départager les
sexes en fonction de leur mode de jouissance.
Les formules, dans la sécheresse de leur écriture, seraient-elles
à même de jeter quelque lumière dans cet obscur et fulgurant
déduit? Leur plus gros avantage tient àla monotonie de cette fonction <I› : quoi qu°e1le soit, d°un côté elle est affirmée par qui s”en
excepte et se fait le moyeu de ce mouvement tournoyant; de Pautre
côté, elle est vécue par qui ne boucle aucune unité de son fait4°,
39. La << jouissance de l'Autre ››,](A), fait son apparition plus tard dans les séminaires, dans
le cours de Pélaboration borroméenne, comme pendant à la jouissance phallique J ((1)). Cela
déborde notre lecture des formules, centrée sur ce qu”il est permis de faire avec la seule
fonction <-I>.
40. Ce qui suggère aussi Pidée d'infinité puisque ce qu'aucune unité ne ceint mérite d'étre
considéré comme une « multiplicité de multiplicités ››, expression qui sert parfois à désigner

/

150

LE I›As'roUT DE LACAN

mais elle ne change pas de nature. S”agirait-il de deux << savoir y
faire ›› avec la même fonction, la différence des organes et de je ne
sais quoi d°autre imposant des modes de jouir spécifiques, euh, pardon... génériques... non, pardon, opposés ? Voilà qui irait à l°encontre de nos efforts puisque des qualités externes présideraient à
la bipartition! Bien mieux vaut se retourner vers notre hypothèse
de départ, et convenir quela dualité des sexes, de quelque réalité
anatomique, psychologique et chromosomique qu°on la leste ou
l°affuble, ne trouve à s°écrire qu”en heurtant ce fait de langue : des
termes qui s°opposent - des contraires logiques - peuvent aussi
bien étre incompatibles et donc séparés, que reliés par toute une
chaine de relatifs, et valoir l”un par Pautre. La dualité est un concept
lui-même irréductiblement double, marqué par ce que Lacan distingua un temps” comme << séparation ›› et « aliénation ››, pour de
ce fait les réunir dans la figure d”un poinçon dont il fit Popérateur
- tiens donc! - de son écriture du fantasme. A
Prendre acte d°une différence revient ainsi à affirmer la coexistence de deux axes eux-mêmes contraires, l”un qui énonce la mise
en rapport, l°autre qui pose le non-rapport. De sorte que la
constante mise en rapport de tout ètre humain avec la fonction
phallique peut fort bien aller de pair avec Paffirmation du non-rapport entre les sexes, dont les formules rendent compte. Le déploiement du carré logique de la particulière maximale vient alors raffiner sur cette opposition inscrite au coeur de la notion de dualité
en écrivant comment les sexes se séparent et s°aliènent tout à la
fois, dans leur façon d”y faire avec l”exception, cette racine de
l°unité. Que l”un des deux soit un du fait de s”exclure du tout, il le
faut, mais que Pautre le soit aussi, voilà ce que Lacan refuse. Et
quant à savoir qui fait l”un et qui fait Pautre. ._
On ne peut conclure sans évoquer la poésie spéciale qui monte
du non-rapport lui-mème, pour qui voudrait en faire un concept à
part entière, de l'espèce dure et exigeante (on vient de voir qu”il
Pinfini actuel des nombres réels. Mais ces renvois aux réalités mathématiques, pour instructífs qu”ils puissent étre en proposant des appellations et des images pas trop trompeuses,
nous égarent aussi parfois en prenant pour guide un savoir trop Sûr, trop impressionnant,
qui fausse le jeu, tout d'allers-retours, de la métaphore.
l
41. J. Lacan, Les quatre concepts fondamerttaux de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1973, Séance
du 27 mai 1964, p. 190-194.

QUELQUES CONSEQUENCES CLINIQUES...

151

n°est que la deuxième partie d°une paire qui n°admet qu°une moitié franche). Dans cette veine, au moment d'achever son premier
séminaire rue d”Ulm, le 24 juin 1964, Lacan énonçait ceci:
Le désir de l”analyste n'est pas un désir pur. C°est un désir d°obtenir
la différence absolue, celle qui intervient quand, confronté au signifiant primordial, le sujet vient pour la première fois en position de s”y
assujettir. La seulement peut surgir la signification d”un amour sans
limitefz parce qu”il est hors les limites de la loi, où seulement il peut
vivre _

La différence absolue, pour le coup, serait celle qui magnifierait le non-rapport, ne parlerait que de lui; elle serait telle qu'entre
les deux éléments qu”elle sépare, il n°y aurait même pas elle pour
faire le moindre lien. D”où la veine mythique qui suit immédiatement une telle impossibilité, où l”on voit le sujet comme sur ses
fonts signifiants baptismaux. Lui qui ne sera jamais que représenté
par un signifiant pour un autre (Lacan dixit), le voici débarquant
pour une invraisemblable première fois sur la scène qu°il ne quittera plus et rencontrant LE signifiant qui le marquera au fer rouge.
Dans ces lignes si souvent citées, celui qui s°est plu à brocarder le
mythe de Totem et tabou paye son tribut à la pensée des origines,
seule à lui offrir un entre-deux où manquerait le premier terme.
Cet impossible << temps zéro ››, que seule l'angoisse rend vraisemblable en le pointant comme cause, pousse à cette rhétorique échevelée (déjà rencontrée chez Peirce) où la pensée, qui ne sait que
produire de la relation, essaie de passer la main à la langue afin
qu”elle désigne, à sa façon et avec les moyens du bord... un bord,
un vrai bord, quelque chose qui ne soit pas une frontière, constitué par un défaut de voisinage qui altère sa capacité relationnelle,
son aptitude à « entrer en rapport ››.
Dans cette tentative répétitive de clormer corps à la différence,
d'isoler le non-rapport comme un ingrédient indispensable à la
constitution du sujet, Lacan, dans les dernières années de son enseignement, devait tomber sur une étrange difficulté qu°il a tenu à
faire sienne, et que je propose de visiter comme ce qui vient confirmer Pimpossibilité de mettre la main - fût-elle topologue - sur ce
qui a prétention d°échapper au concept.
42. Ibid., p. 248.

"“*---_---_-_/

SCoLIE
UN ABUS DE METAPHORE

Á

__,|,_.__-

1
/

Assez insensiblement, entre 1972 et 1975, Lacan opère un glissement de la négation sur le rapport sexuel, passant de << il n°y a pas
de rapport ›› à << il y a un non-rapport ››, de Pinexistence d'un tel
rapport à Pexistence d”un tel non-rapport. La nuance pourrait
paraître rhétorique si ne s”y greffait un changement de perspective
qui prend appui sur Pinstrument clé dans Penseignement de ces
années soixante-dix: le nœud borroméen.
Vers la fin du séminaire R.S.I., Lacan propose en effet, dans cette
veine nodologique, de différencier << rapport ›› et « non-rapport ›› en
s”aidant de deux types différents de nouage: le rapport sera supporté par la concaténation simple, représentée par deux ronds de
ficelle fermés, deux consistances qui s°interpénètrent Pune Pautre,
comme dans une chaîne olympique, tandis que le non-rapport sera
supporté, lui, par le nouage borroméen, par le fait qu”aucune des
trois consistances n°en pénètre une autre, qu'aucune n°entretient
donc de « rapport ›› (au sens restreint) avec Pune quelconque des
deux autres bien qu'elles soient toutes trois liées. Le 15 avril 1975,
dès le début de cette séance, il précise :
7
"
1
.'
.f
*

A

,

*f
*

fi.

_

V .

,- A
«f il

C”est en cela [du fait du nouage borroméen dont il vient d°énoncer la propriété fondatrice : coupez-en un et les
deux autres se libèrent] que peut se
supporter le terme de non-rapport
sexuel en tant que - je ne peux que
répéter - qu'il se supporte essentiellement d'un non-rapport de couple. Estce que le nœud en chaîne suffit à représenter le rapport de couplel ?

Le non-rapport s'avance ainsi dans la positivité d”un nouveau
type de lien, << ce lien que j°appelle le non-rapport sexuel ›› va jus-

l.]. Lacan, R_S.I., séminaire inédit, séance du 15 avril 1975, version Cholet, p. 2.

156

LE PASTOUT DE LACAN

qu”à dire Lacan ce même jourz, tandis que le terme de rapport
continue de jouir de sa positivité de toujours, mais à travers l°image
réduite de Pinterpénétration directe. Désormais, du fait que dans
le noeud borroméen il n”y a aucun rapport entre deux consistances
mais seulement un lien entre les trois, et du fait que la signzfication
du rnot « rapport ›› a été (assez silencieusernent) restreinte à un couple
cl“éléments darts lequel chacun est noué à Pautre, ce noeud à trois vient

pour désigner le non-rapport, lui offrir l°auberge d°une représentation singulière. A l°absence pure et Simple de rapport succède
maintenant une forme particulière de lien, qui se différencie du
rapport.
Or cette façon de faire reconduit formellement l°opération réalisée lors de l°introduction des surfaces unilatères au cours du Séminaire L'z`dentz_`fication. Lacan, on l°a entrevu, cherchait alors à positionner son objet a en dehors du registre narcissique (et donc
spéculaire, Péquivalence date de 1936-1938), à le faire exister sans
le doter pour autant d°une image dans le miroir. Sur quoi prendre
appui pour faire entendre pareille chose sans qu'on aille Pidentifier
à un mirage ou à un vampire, seuls ètres connus pour ne point troubler les miroirs ? Avec la bande de Möbius, la bouteille de Klein et
le cross-cap, Lacan fait usage de surfaces qui, bien sûr, possèdent
une image dans le miroir, mais cette image spéculaire n”est pas différenciable de la surface présentée face au miroir. On aura beau
l°orienter, le miroir n°inversera pas cette orientation et contrairement au gant droit qui, dans le miroir, devient un gant gauche, une
bande de Möbius arborant une flèche droite engendre dans le
miroir plan qu°on lui présente une bande de Möbius de méme
orientation. Lacan - suivant en cela les mathématiciens qui nomment de telles surfaces << non-énantiomorphes ›› - prend alors le
parti de considérer qu°elles n°ont pas d°image dans le miroir, ce qui
n”est, à tout prendre, qu”une ellipse: elles n'en ont pas différentes
d”elles du fait de Porientation. Mais voilà qui suffit pour indiquer
que tout ne passe pas au miroir de la re-présentation spéculaire, et
ainsi se trouve justifié l'effort pour nommer un objet tel qu”il
échappe au narcissisme puisque narcissisme et spécularité mar2. Rejoignant par là sur le strict plan formel, un P. F. Strawson qui, dans son ouvrage
Les la-ulit›idus (Paris, Seuil, 1973), avançait l°idée de « lien non-relationnel ›› entre sujet et prédicat (cf p. 197).

Î-_...,

SCCLIE

157

chent l'amble depuis le départ et que la spécularité connaît des
limites du fait de Pexistence des surfaces unilatères et de leurs
bizarres propriétés spéculaires, lesquelles viennent ainsi plaider la
cause d”un objet non-narcissique.
Dans la même veine, au début des années soixante-dix et sans
grand tapage, le mot « rapport ›› voit son aire ramenée, sur le plan
topologique, à la concaténation simple de deux (ou x) éléments
emboîtés (deux à deux pour faire chaine, ou à plusieurs comme
dans le noeud olympique), ce qui ducoup dégage le nouage borroméen comme présentification d°un type de lien qui mérite alors
d'étre nommé << non-rapport ››. Non-spéculaire et non-rapport ne
s”imposent de la sorte qu'une fois redéfinis leurs termes positifs
d”une façon suffisamment restrictive pour que leurs négations ne
voient pas leurs sens flotter à l°aventure et sombrer dans le n°importe quoi ou le rien. << Non-spéculaire ›› ne désigne pas << tout ce
qui n'est pas spéculaire ››, mais seulement tout ce qui possède une
image dans le nziroir telle qu ”on ne peut pas la différencier de l”objet lui-

rnêrne. Et pareillement << non-rapport ›› ne désignera pas la pure et
simple absence de rapport, mais ce type de lien à trois irréductible à
des liaisons deux à deux (apparemment, seul le nouage borroméen
présente cette propriété). ll faut attendre la fin du séminaire R.S.I.,
le 13 mai 1975, pour entendre la chose en clair:
[_ _ .] Ceci pour vous faire sentir que quand j°énonce qu°il n°y a pas de
rapport sexuel, je donne au sens du mot rapport l”idée de proportion.
Mais chacun sait que le rnore geometricurn d'Euc1ide, qui a suffi pendant tant de temps à paraître le parangon de la logique, est tout à fait
insuffisant et qu°à entrer dans la figure du noeud, il y a une tout autre
façon de supporter la figure du non-rapport des sexes: c°est de les
supporter de deux cercles en tant que non noués. C'est de cela qu”il
s'agit dans ce que jӎnonce du non-rapport. Chacun des cercles qui
se constituent, nous ne savons pas encore de quoi, dans le rapport des
sexes, chacun dans sa façon de tourner en rond comme sexe n'est pas
à l”autre noué. C'est cela ce que ça veut dire mon non-rapport3.

Cette clarification est bienvenue - on mesure lӎcart par rapport
à l”<< instinct génésique ›› qui nouait sans appel un sexe à Pautre -,
mais elle a son prix : il faut que l°objet qui vaut preuve soit univoque,
que l°on puisse s”en saisir sans hésitation. Est-ce bien le cas du noeud.
3. ]. Lacan, séminaire R.S.I., op. cit., séance du 13 mai 1975, version Cholet p. 6.

158
"ls-_

' o "_ ,_

xx
X,-1
__e'a
-'_-.Î

__!

/_.

LE I›AsToU'I* DE LACAN

borroméen ? Toutes les présentations de ce nœud renvoient-elles à
un seul et unique objet? La question pourra paraitre oiseuse 5 Lacan,
lui, fait montre d'une singulière obstination à ce propos. Non seulement il S°interroge dès ses tout débuts dans l”affaire, mais il y
revient à plusieurs reprises, de façon toujours plus spécifique. Le
18 mars 1975, à la presque fin du séminaire R.S_I., faisant état des
discussions en cours avec Pierre Soury, son interlocuteur princeps
sur les questions borroméennes, il évoque le problème consécutif
au fait de distinguer chacune des consistances (aussi bien en les
coloriant qu°en les nommant), et ceci sur fond de son affirmation
centrale sur Péquivalence des consistances.
Ce que lui offre le nœud borroméen à trois ronds dans sa définition physique (coupez n”importe laquelle de ces consistances, et
les deux autres se libèrent), ce sont en effet trois ronds de ficelle strictement équivalents, ce qui lui va << comme bague au doigt ›› puisqu'il
entend soutenir, contre une période révolue de son enseignement,
qu'imaginaire, symbolique et réel qui nomment chacun des ronds de
ficelle ne s'ordonnent selon aucune préséance, mais doivent étre
reconnus comme ayant la même valeur. Il faut néanmoins les distinguer, car les dire équivalents ne revient pas à les confondre ou les
interchanger. Se présente alors la possibilité de les colorier: si l'on
dote chaque consistance d”une couleur qui la différencie des deux
autres, est-ce que toutes les présentations que je pourrais en donner
seront réductibles à un seul et même nœud, ou est-ce qu”au contraire
je vais buter sur deux ou plusieurs nœuds irréductibles l'un à Pautre ?
Ce 18 mars 1975, la question fait son apparition:
Il y aurait une autre façon ces ronds - nedisons pas de les reconnaitre, ça serait déjà entrer dans toutes sortes d'implications - disons
de les différencier: ça serait de les colorier. [...] ]'avais posé la question à un de mes précédents séminaires, si ces nœuds - j 'en avais pris
un un peu plus compliqué que le nœud borroméen à trois, non pas
qu'ils ne fussent pas trois - mais j°avais posé la question de savoir si
ce nœud n°était qu'un, à savoir si Pintroduction de la différenciation
dans le nœud laissait le nœud, non pas pareil, mais toujours le méme.
ll est effectivement toujours le mème, mais il n'y a qu'une seule façon
de le démontrer: c°est de démontrer que dans tous les cas - qu'estce que veut dire cas ? - il est réductible au pareil4_
4.1bidem, séance du 18 mars 1975, p. 4.

L

9

SCOLIE

159

Lacan fait alors état de la réponse que lui a apportée Soury, et
selon laquelle les recensements des différentes mises à plat d”un
nœud à trois consistances coloriées montrent (sans le démontrer)
qu”il n°y a qu”un seul nœud colorié, que quels que soient les rotations, étirements, renversements et autres opérations licites, toute
présentation colorée d”un nœud peut ètre ramenée à une seule et
mème présentation convenue. Mais à peine énoncé ce point, Lacan
se lance dans le récit de ce qu°il nomme sa << dernière aventure ››, à
savoir l'idée que s”il y a bel et bien un seul nœud colorié, il risque
fort d”y en avoir deux si, au lieu de colorier les consistances, on les
oriente.
[. . .] ]”étais en effet bien convaincu qu'il n°y a qu'un seul nœud colorié, mais j'ai eu un flottement - c”est ça que j”appelle ma dernière
aventure - concernant le nœud orienté [...] je n°ai pas été jusqu°à me
dire qu”il y avait huit nœuds, je n'ai même pas été penser qu”il y en
avait quatre, mais je sais pas pourquoi je me suis cassé la tète sur le
fait qu'i1 y en avait deux.

Lui arrive alors la missive de Soury faisant monstration qu°il
n”y a qu'un nœud si l”on oriente chacune des consistances.
Soulagement de Lacan, qui en profite cependant pour relancer la
question: pour arriver à ses fins, pour montrer que les différentes
présentations d”un nœud orienté peuvent ètre réduites à une mème
figure par les opérations géométriques licites dans l'eSpace topologique (pas de coupure, pas de pli, etc.), Soury a utilisé des << mises
à plat ›› du nœud. Loin de considérer les présentations dans leur
réalité physique, dans l”espace à trois dimensions, Soury les plaque
sur le plan, les écrit à l'aide de leurs consécutions de dessusldessous, et grâce à cela parvient à montrer qu°il est toujours possible
de ramener ces figures à un méme dessin selon des transformations
réglées.
Lacan se montre très sensible à ce détour démonstratif car, en
sus de la question du nouage à trois, il témoigne d°un fait d°écriture. Or Pinexistence du rapport (sexuel) puis l”existence du nonrapport (sexuel) sont toutes deux, depuis leur départ, considérées
comme des faits d”écriture. Il n”existe pas entre les sexes de rapport, dit Lacan, tel qu 'il pourrait s”écrire. Retrouvant avec ces mises
à plat la dimension de l”écriture, il peut alors convenir qu'avec deux
consistances non nouées et cependant liées par une troisième, il

I/

160

LE PAs'I*oU't' DE LACAN

tient lobjet propre à représenter son non-rapport, quand bien
méme l”on différencie chacune des consistances par la couleur ou
Porientation - et l'on se souvient que l°orientation a été décisive
dans l°affaire des surfaces unilatères du début des années soixante.
7

Le 16 décembre 1975, dès les premiers pas du séminaire Le sintlzorne, la question reste d°actualité au sens où Lacan prend bonne
note de ce que Michel Thomé et Pierre Soury lui ont fait parvenir
la monstration que si l”on veut à la fois colorier et orienter chacune
des consistances, alors il y a deux nœuds irréductibles l°un à Pautre.
<< Lequel est le vrai, demande très curieusement Lacan, est le vrai
au regard de ce qu°il en est de la façon dont se nouent Pimaginaire,
le symbolique et le réel dans ce qui supporte le sujet5 ? ›› Trois mois
plus tard, dans le cours du méme séminaire, Lacan revient sur ce
point, sur un ton qui vaut d”étre noté :
7

ll faut maintenant que je vous avoue ceci, c est que après avoir assenti
a ce que Soury et Thomé_m°avaient articulé, c”est à savoir qu°une
chaîne borroméenne à trois se montre supporter deux objets différents à condition que les trois ronds qui constituent ladite chaîne
soient coloriés et orientés, les deux étant exigibles (ce qui distingue
les deux objets en question, dans un second temps), après [donc] avoir
assenti à ce qu”ils disaient, mais en quelque sorte superficiellement, je
me suis trouvé dans la position désagréable de m°étre imaginé que de
seulement les colorier suffisait à distinguer deux objets, ceci parce que
j°avais consenti tout à fait superficiellement à ce dont ils m'avaient
apporté Paffirmationó.

La petite trouvaille de Lacan, en la circonstance, revient à voir
qu”il n”est pas nécessaire de colorier et d”orienter les trois consistances, mais qu°il suffit d'en colorier deux (la troisième l°étant de
ne l'être pas), et d°en orienter une seule. Il produit alors une autre
figuration du nœud qui lui est presque familière, fabriquée par
superposition réglée de deux droites infinies nouées par une consistance qui place les trois éléments dans une structure borroméenne :

5. I. Lacan, Le sinthonze, Paris, Seuil, 2005, p. 53.
6. Ibid_, séance du 9 mars 1976, ici dans la version Cholet, qui restitue un pli énonciatif
absent de la version Seuil.

SCOLIE

161

--*'23

'\
0 ,_

.

79,

'-;›.~

lvl.

`›.
'_

1

5*

.J

il

/
~* 1*.

.

Voilà donc deux nœuds dont, avec quelque patience, le lecteur
pourra se convaincre qu°ils sont différents, autrement dit qu”aucune opération licite ne permettra de les réduire à une seule et
même figure. Lacan en tire assez rapidement quelque effet de sens :

\

La notion de couple, de couple colorié, est là pour suggérer que dans
le sexe il n°y a rien de plus que, dirais-je, l'ètre de la couleur. Ce qui
suggère en soi qu”il peut y avoir femme couleur d'lzomme, dirais-je, ou
homme couleur de femme. Les sexes en Poccasion, si nous support0nS
du rond rouge [ici blanc] ce qu°il en est du symbolique, les sexes en
l'occasion sont opposés comme Pimaginaire et le réel, comme l°idée
et l°impossible pour reprendre mes termes7.

Déjà, lors de la séance précédente, Lacan avait poussé loin le
parallèle entre accidents nodologiques et relations entre les sexes
en prenant appui sur le cas suivant: soit un nœud << fautif ››, sous la
forme d'un nœud de trèfie, autrement dit d”un nœud borroméen
dont on aura mis les consistances en continuité, mais en faisant une
faute de dessus/dessous qui fait de l“apparent nœud de trèfle
quelque chose de réductible à un cercle. Les opérations sur le nœud
exigeant un minimum de visualisation, les trois étapes conduisant
au nœud de trèfle correctement noué peuvent étre rendues comme
suit :
'
7. lbid.

\

,/

162

LE I>AS'roU'r DE LACAN

__ F

_._,___ ›.

(¿r¢â.

:fx-.`|.._. h
*ù-.lah

;§__

'

_

"

\kzb
I

:

__.:£“ '

_
. Y'

_..-,;¿¿. \iii

_

'`

in

-V __

*

_."

'V

Mais il se peut aussi que, dans le cours de cette transformation, l”on commette une erreur et qu'on rate le bouclage du
nœud, produisant du coup un faux nœud de trèfle comme celui
ci-dessous :

Pour << réparer ›› cette erreur et réintroduire une structure borroméenne, Lacan introduit une autre consistance, sur le modèle de
celle qu°il a précédemment introduite au niveau de la présentation
classique du nœud borroméen à trois consistances, par l”ajout d'une
quatrième dénommée « sinthome ››, comme Pexplicite la figure suivante qui noue borroméennement trois cercles simplement superposés l”un sur Pautre, puisque à couper n”importe laquelle des
quatre consistances, les trois autres se libèrent:

fè)

SCoLIE

163

Si donc, armé de cette stratégie de réparation opérée à l°aide
d'une consistance << sinthomatique ››, on se rapporte à nouveau au
nœud de trèfle fautif, on perçoit au prix de quelque effort de lecture que l°erreur de dessus/dessous est en quelque sorte délocalisée. Elle a été faite en un point précis, mais peut étre réparée en
chacun des trois points de croisement des consistances, avec cependant des conséquences que Lacan distingue à juste titre. Si la réparation a lieu à l'endroit mème de l”erreur, le nœud retrouve sa structure de trèfle, comme il apparait ci-dessous :
, * '~1.,.~ __
i`.'f\

''

-I Q* _

' I?

*_ i

îuï _

ti

» _»
“E-_- '-

"'i2L¿,.g\:.'›1

mais si elle a lieu en l”un ou l°autre point des dessus-dessous de la
mise à plat, les deux consistances qui en résultent (celle du nœud initial et celle du sinthome) sont interchangeables, et donc équivalentes
( ce C1ui n°'était pas le cas dans la réparation au point d”erreur) :

Css1-~ 57*.)
Lacan en tire alors l'effet suivant: si l°erreur est réparée en un
point autre que là où elle a été commise, on obtiendra une forme
de nœud dans laquelle les consistances, du fait d”étre strictement
/Z

¿u'iï¢';I_f¿

.

.

l^'>~= --›- lè'
4.

(Q

*i._<_§;}':¿ÿD --->

U' Ô

›_"ïš'
\
ag

ig;

ki

164

LE I›AsToU*I* DE LACAN
_

__ 5,,-il-1...

U-._

1,...1

O F1 \J

1
. :?

"*-'\-1.-1

`\,«L

.tt/9.

:

È?
fifa
1._

'ÎIR
1305,.

interchangeables, devront être considérées comme équivalentes, à
la différence de la réparation au point d°erreur qui, elle, constituait
les consistances comme non réductibles l°une à l°autre, non équivalentes, et donc susceptibles d”entrer en << rapport ››. Sur ce point,
Lacan se montre alors d”une imperturbable logique :
C°est dans la mesure où il y a sinthome qu”il n”y a pas d°équivalence
sexuelle, c°est-à-dire qu'il y a rapport 5 car il est bien Sûr que si nous
disons que le non-rapport relève de Péquivalence, c°est dans la mesure
où il n°y a pas d”équivalence que se structure le rapport. Il y a donc
à la fois rapport sexuel et pas rapport, a ceci près que là où il y a rapport, c”est dans la mesure où il y a sinthome, c°est-à-dire où, comme
je l°ai dit, c”est du sinthome qu”est supporté Pautre sexe.

On a l”impression d”ètre arrivé ici aux limites de la marche en
demi-aveugle à laquelle Lacan se plie, traquant dans les propriétés
de l°objet nodologique des aspérités dont il cherche à ce qu°elles
prennent sens du côté de ce non-rapport sexuel, permettant de
donner une syntaxe minimale à quelques intuitions clés concernant
les sexes, afin de les accueillir dans un savoir qui respecte leur différence sans les hypostasier.
Mais dans le temps même où cette dualité du nœud
colorié/orienté le pousse à ces précisions, il maintient ferme le cap
sur le fait que le nœud à trois << physique ››, celui dans lequel les trois
consistances sont strictement équivalentes, est unique en son genre :
A considérer maintenant le nœud à trois, il est remarquable de constater qu°il ne porte pas trace de cette différence. Mais étant donné qu°il
homogénéise le nœud borroméen, c'est-à-dire que nous y mettons en
continuité Pimaginaire, le symbolique et le réel, on ne s'étonnera pas
que nous voyions qu”il n°y en a qu”un seul.

Cette question de l°unicité ne cesse donc de constituer un enjeu
dans la mise en fonction du nœud borroméen comme << support ››
(mot très fréquent chez Lacan dans ses emplois du nœud) du non-

SCoLIE

165

rapport sexuel, en méme temps qu°il a charge de dire le non-rapport, l”absence de concaténation directe, entre chacune des catégories d°imaginaire, symbolique et réel. Qu”il y ait là métaphore,
c”est sûr 5 mais Lacan ayant pris ses distances depuis longtemps visà-vis de la métaphore en tant que sous-tendue par une analogies,
il y a toujours lieu de se demander si un emploi aussi soutenu de
ce trope n°est pas chez lui de nature à en subvertir quelque peu le
sens et l”usage. Le 20 décembre 1977, il indique à sa façon le problème auquel nous nous trouvons confrontés :
Tout ça ne me dit pas à moi-même comment j”ai glissé dans le nœud
borroméen pour m'en retrouver, à Poccasion, serré à la gorge. Il faut
dire que le nœud borroméen c”est ce qui, dans la pensée, fait matière.
La matière c”est ce qu'on casse, là aussi au sens que ce mot a d'ordinaire. Ce qu°on casse, c”est ce qui se tient ensemble et est souple
l°occasion, comme ce qu°on appelle un nœud. Comment ai-je glisse
du nœud borroméen à Fimaginer composé de tores et, de là, a la pensée de retourner chacun de ces tores, c'est ce qui m°a conduit à des
choses qui font métaphore, métaphore au naturel, c°est-à-dire que ça
colle avec la linguistique, pour autant qu'il y en ait une. Mais la métaphore a à étre pensée métaphoriquement. L'étoffe de la métaphore,
c°est ce qui dans la pensée, fait matière ou, comme dit Descartes,
« étendue ››, autrement dit corps9.
md
\

Lacan cherche donc du côté de la consistance du nœud (« ce
qui tient ensemble ››) des propriétés telles qu°elles pourraient << Supporter ›› ce qu”il en est du sujet, du ternaire imaginairelsymbolique/réel et de l°inexistence d”un rapport entre les sexes. Puisque
ce nœud convient localement comme support, jusqu”où est-il permis d°étendre cette convenance? Sur ce chapitre, Lacan se fait délibérément dupe de l'écrit, dans une constante tension métaphorique. On peut méme croire parfois que la psychanalyse est passée
à la trappe, perdue sous le poids d°une espèce d”érudition borroméenne 5 mais elle refait à tout moment surface, questionnée désormais par le nœud et ses avatars.
8. Cjï G. Le Gaufey, L'Èoiction de lbrigine, Paris, EPEL, 1994, p. 151-189. Pour la réponse
à Perelman sur Panalogie, p. 172-177.
_
9. J. Lacan, Le moment de conclure, Séminaire inédit, séance du 20 décembre. On remarquera
Pusage du verbe << glisser ››. Aujourd'hui que les recherches de mots sont facilitées par l`informatique, il vaut la peine d'interroger les occurrences de ce verbe tout au long de Penseignement de Lacan. On y lira sans peine un marqueur de l'erreur, surtout quand elle est
sienne, cf infra.

_//

1""

166

t:~\
r /-

LE I›AS'roUT DE LACAN

Le 9 janvier 1979, à quelques encablures de la fin de cet enseignement ininterrompu pendant vingt-sept années, Lacan revient
une nouvelle fois - elliptiquement, comme c°est alors devenu le cas
dans ces séances où sa parole se fait lente et rare - sur la nature de
la relation qu”il soutient depuis presque dix ans entre le nœud borroméen et son non-rapport sexuel. << Il n°y a pas de rapport sexuel,
c”est ce que j'ai énoncé ››, rappelle-t-il d°entrée de jeu. << C”est
curieux, dit-il un peu plus tard, que j°aie choisi le nœud borroméen
pour en faire quelque chose. ›› Puis de s°engager une nouvelle fois
dans des distinguos entre deux mises à plat du nœud qu'il produit
ce jour-là, et telles qu°elles ne seraient pas strictement équivalentes
dans leurs capacités à symboliser imaginaire, symbolique et réel.
Alors même qu°il s°agit dans les deux cas d”un même nœud borroméen à trois consistances, Lacan s°emploie à montrer que leurs
mises à plat, donc les écritures qui en sont présentées, ne sont pas
équivalentes, qu”elles développent des tresseslo différentes. Il conclut
cette séance ultra-brève (la sténotypie tient en une page et demie) :
La métaphore du nœud borroméen à l'état le plus simple est
impropre. C'estun abus de métaphore, parce qu°en réalité il n”y a pas
de chose qui supporte Pimaginaire, le symbolique et le réel. Qu'il n”y
ait pas de rapport sexuel, c'est ce qui est l°essentiel de ce que j°énonce.
Qu°i1 n”y ait pas de rapport sexuel parce qu”il y a un imaginaire, un
symbolique et un réel, c°est ce que je n”ai pas osé dire. Je l'ai quand
même dit. Il est bien évident que j'ai eu tort, mais je m”y suis laissé
glisser... je m'y suis laissé glisser, tout simplement. C'est embêtant,
c°est même plus qu'ennuyeux. C'est d°autant plus ennuyeux que c”est
injustífié. C”est ce qui m'apparaît aujourd'hui, c'est du même coup ce
que je vous avoue. Bien!
5

En quelques phrases, le non-rapport - qui ambitionnait de dire
positivement l”absence de rapport - perd son support. Il n°y a pas
de << chose ›› pour supporter pareil... concept? Pour autant qu”on
cherche à l'écrire à l'aide d”un nœud borroméen, Punicité de ce
nœud se refuse, ruinant Péquipollence recherchée entre un ordre
sexuel qu°on veut rebelle à la binarité, et cette écriture borroméenne
emblématique d'une triplicité irréductible, non décomposable en
dualités. Ne reste plus que la fragilité d'une énonciation - << il n°y a
10. Autre mode de mise à plat d'un nœud dans lequel chaque consistance voit sa circularité
ramenée à une droite infinie afin que Pensemble des dessus/dessous apparaissent dans une
succession linéaire réglée.

*in
I

SCoLIE

167

pas de rapport sexuel, c”est ce que j°ai énoncé [. . _] Qu°il n”y ait pas
de rapport sexuel, c”est l°essentiel de ce que j”énonce_.. ›› - pour
soutenir un hiatus singulier entre les sexes. Ce même jour, dans le
peu de phrases que comporte cette séance, Lacan en vient à évoquer la possibilité d°un troisième sexe, qu”il ne commente pas plus,

se contentant d°ajouter: << Pourquoi est-ce qu'il y en a deux,
d”ailleurs, ça s°explique mal. ››
Fin d”une épopée métaphorique qui a pu parfois prendre des
allures d”allégorie, tendue entre deux ordres de savoir que Lacan
force à marcher de façon à ce que les pas de l”un trouvent à se mouler sur les pas de l°autre. Dans ce parcours, le nœud vient non seulement exercer l'esprit à une triplicité inhabituelle (puisque penser
revient à concaténer deux idées, à marcher au petit trot de la binarité), mais il suggère aussi bien des échappées, questionne des évidences dans Pautre savoir, le psychanalytique, qui souffre depuis
toujours de s°amonceler sans ordre global, et plus encore de reconduire en matière sexuelle des truismes à peine déguisés dans un
vocabulaire faussement technique. Ici, la poursuite acharnée de
l°unicité du nœud comme preuve manifeste de l°existence d°un
<< non-rapport ›› est venue se briser sur un fait têtu : pas moyen d”obtenir une telle unicité par le biais de la mise à plat. Ce qui, bien sûr,
ne prouve pas le contraire, Pinexistence du non-rapport, mais laisse
ce dernier sans recours autre que Pénonciation qui l”aura produit.
<< Il n”y a pas de rapport sexuel ›› rejoint ainsi les autres << il n°y a
pas ›› produits par Lacan au fil des ans: << il n”y a pas d”Autre de
l'Autre ››, << il n”y a pas de métalangage ››. Aucun ne peut exhiber l'objet qui vaudrait preuve car tous témoignent de faits de limitations
internes, qui tiennent à la consistance de Pensemble prédiqué, et ne
relèvent donc d°aucune singularité locale qui se puisse approcher,
exhiber, dont on puisse << faire cas ››. Ces énoncés viennent cependant chacun subvertir le jeu de Puniverselle et de sa particulière en
écornant le tout grâce auquel on peut se saisir de l”un quelconque
de ses éléments, que ce tout enserre telle une mère poule. En conséquence, ces mêmes énoncés subvertissent le jeu naturel du concept
qui appelle à ce que des objets, des événements, des individus s'attroupent sous ses ailes protectrices. Ainsi vont-ils à l”encontre de
toute une littérature où l”<< obsessionnel ›› le dispute au << jaloux ››, qui
se différencie ou s”acoquine au « pervers ››, lequel prend volontiers

/'

168

LE i›AS'I*oU"I* DE LACAN

l”« hystérique ›› comme partenaire, etc. Ils s”inscrivent en faux par
rapport à ce bestiaire psychopathologique qui étale ses entités cliniques, grandes consommatrices de << cas ›› puisque ces entités s”alimentent de vignettes cliniques comme autant d”objets qui « tombent»
sous elles.
Le non-rapport, pour finir, n°a pas trouvé son objet, et reste
une affirmation qu°il convient de rapporter à son enonciation - non
seulement Jacques Lacan en son idiosyncrasie, mais Pensemble de
son enseignement où les conditions précises de cette construction
se sont forgées. Exporter cet énoncé vers d°autres savoirs, d°autreS
pratiques, d”autres styles, ne va pas de soi. La lumière qu”il projette
sur la différence sexuelle n”a pas fait varier Pambiguïté de départ :
oui J il y a deux sexes, quasi indépendants (sans «rapport ›› l°un avec
Pautre) J et cependant tenus par une forme de lien pas moins impérative, où ces sexes pourraient aller jusqu°à S°échanger: << femme
couleur d”homme ››, « homme couleur de femme ››. L'insaisissable
et indubitable différence qui les sépare et les aliène l”un à Pautre
n 'assure d”aucune identité première de chacun, pas plus qu”elle ne
la dissout dans un pur semblant. Ce n”est pas là-dessus que Lacan
innove 5 il maintient sur ce point le cap freudien dans son equivoque
foncière.
Par contre, sur le bâti logique de cette différence, en écrivant le
déséquilibre conceptuel qui à la fois les distingue et les conjoint, il
aura p oussé loin l”étude du réseau formel qui permet de poser deux
sexes comme tels. Il aura par là même produit une sorte d”écorché
logique du corps sexuel en rabattant la dualité manifeste offerte
dans la procréation et la génération sur l°outil symbolique par lequel
se pense toute différence dans l”ordre logique et conceptuel. Il y a
là un renversement de perspective - difficile a deviner au premier
abord - semblable à celui qui nous fait passer de l°idée d°une nature
ordonnée, déployant à l”envi ses nécessités, à celle d'une évolution
acci'dentelle soumise à des contingences de tous ordres. Ainsi peuto n s”émerveiller de ce que l'être humain s'accorde parfois si bien à
son milieu naturel, sans plus s”attarder sur le fait que l”évolution a,
en toute sauvagerie, produit cette convenance, sculpté dans l'éventail des possibles ce qui avait chance de survivre, pour nous offrir
cette fausse harmonie préé tablie. A leur façon, les formules de la
sexuation nous invitent à penser à un temps immémorial où les pre-

"

' '

....,..___ _ __ _ _ Î ___.i. ._Î._ _ ___

__

_

I

SCoLIE
' `

'

.

.

,

169
iv

.v

_

mieres articulations logiques d une pensee encore trebuchante pre
naient appui sur l”étrangeté de la répartition sexuelle, et sur la façon
qu”a toute organisation sociale du groupe humain d y repondrã, de
la eanaliger, de parer à son equivoque en bridant ses termes ans
des formes Cannniques, qui jamais ne tombent juste, en dépit de
leurs efforts.
'

'

_

o

,

I

Q
A

-

«H

,_

\

ù


a.

'v
-tu

\_
4-

-›-

¿=›«

F6.

__

Ê `.î“_i '*

5 .-e. _ _

E .:›j*-__.
-6
-_1_\-\
_ ._
._

“H

si
åfl-r
Ã
in
*.1
,_
-u
ar

Î

-1.
J'

/`ww
_iÿvilwî
/bv
rn
mm
I__“_
__J
'_
_\I
_h
Y_¿›
'PI4
I__
A____Vÿÿ,_
_VVY*_
____”v
_____ü
_VV_____ÿ,V

J
_'V1A___J_'`f,_“__

v_\__ _'
I'VI
›_¿!_
_ _'P
_

____*
I_W'_
_›f_`__"f
`\__\_:_

_¿`_____l_'2m_ _____
___fl__
fl_ |
_` _ _
'J
_wI__
H
_I"__*_Ki?_JI

___/V
\sv
____
fV/ÿ,
V_››___,__
N[Vqvl“______
I__
XT“lay
lv`_›|_›(mH_lv'Iv`Y_ 'v
W__
`__Y_____I
_4__V _VH
J'›____
_"
VI_'_l_h__'___,
_¢__F__r___
_
I_“_›_

arf:K
N"
rv.:
HJ;`
_ `_

î_'._
_] /la
_'›
-f:'r

›¿¿níî
› ›_n|›_ `_ _
ra
“____"f__
1;'

_J__,

“_

,ju
“ANNA_Lf_,I_x,th,___z__!

V

I

171

INDEX
DERRIDA Jacques : 53
DESCARTES René : 44, 147

AEELARD Pierre: 22, 24, 26, 143
ABRAHAM Karl : 56

ADAM: 18, 28

DETHIVILLE Laura: 120

agalma: 54

Ding (das): 52

ANZIEU Marguerite: 118
APULEE: 69, 110, 112
AR1sTo'1"E: 12, 13, 18, 20-21, 23,

DUHEM-QUINE (thèse) : 129, 149

discordance : 75

28-29, 69, 77, 82, 84, 88, 93, 112,

eirzzzger Zug: 53
1 ans prz'vazz'mzm : 60, 61

113

1

EPIMENIDE: 101, 140-143

armée Rouge : 35
au-moins-un: 94

EULER Leonhard : 113
exception: 94, 105, 128

BACHELARD Gaston: 139

faux noeud de trèfle : 162-163
féminin : 32-34

BEAL Claude: 118
BENJAMIN Walter: 131

Besançon : 23
big Bang: 37

BLANCHE Robert: 69-70, 74, 88,
89, 114
BOECE: 20-22, 28, 29
BOLLUEC Alain: 27
BONNEFOY Yves: 122, 133
BoULNo1s Olivier: 19
BOUREAU Alain: 35
BOUVET Maurice: 57
BOUVIER Alain: 113
BRUNSCHWIG Jacques : 70
CANTOR Georg: 59
CAPURRO Raquel: 118
CHRYsoAR1os : 20-21

FERENCZI Sandor: 126
FERRET Stéphane: 35
FIBONACCI (série de) : 62, 63
\ FLIEB Wilhelm: 136
fonction phallique : 66, 67, 69
FREGE Gottlob: 66, 71, 72, 91, 134
FREUD Sigmund : 13, 32-34, 61,.

95, 135-140

GANDILLAC Maurice de: 131
GARL»*-\ND-LE-coMPU'r1s'rE: 25
GAUP Robert: 118

GAUvAED Claude : 30
Gegerzsrrmd: 51

Genèse I, 27 : 17-19, 27

Genèse II, 18-24: 17-19, 24, 27

Compiègne : 23

genre: 17
GEORGE Michel: 113

contrariété (les deux types de) : 1 12

GEPEITO : 65

150

GILSON Étienne : 22

DAHAN Gilbert: 28
DAMoURE'I"rE et PICHON: 69, 75
DAVIDSON Donald: 108

GR1B1Ns1<1Michel: 127
GRIMA Dominique : 28

GUILLAUME DE CHAMPEAUX: 25

DEDEKIND Richard: 59, 64

HEGEL G.W. F. : 13

DELEDALLE Gérard: 132

hommesse : 28

172

LE PASTOUT DE LAOAN

Homme et Femme : 37-41, 106,

Il n°y a pas de rapport sexuel : 49,
155, 167
_
image spéculaire: 51
inaccessibilite : 38
induction abstractive : 29
instinct génésique: 108
Isagoge : 20

.›

;

_

.

__¿ ar.

JAMES William : 122
JONES Ernest: 42

jouissance féminine : 44
jouissance phallique : 39, 42, 45
JOYCE James : 1 18
KANT Emmanuel : 13, 57-61, 101,
1 10

KIERKEGAARD Saren: 93
KLEIN (bouteille de) : 64
KLEIN Melanie: 55
KUHN Thomas: 123

'

:_ _ 1 '›"'*'t- .__f¿_
-_..` _

` : ,-;;'lT_-i“I

points de capiton: 123
POPPER Karl: 130

60, 101
LEGENDRE Pierre: 19
LEIENIZ GW. : 113
LE LIONNAIS François: 113

pourtout: 98, 109
pulsion partielle: 56, 107

lettre impartitionnable : 53

QUINE \X/.V.O.: 129, 130

MARK Jordan: 108

_

masculin: 32-34

\J

particulière maximale : 77, 1 10
particulière minimale : 77
PASCAL Blaise: 93
PEIRCE Charles Sanders : 13, 67,
71, 84,110,11,132-134
père totémique: 68, 105, 142
phallus: 41, 147

LE BOULENGE Christine : 125
Zeer Gegenstand ohne Begrzff: 5 9,

-.

"|_'l
__ 1

objet a: 50, 57, 63
objet genital: 108
OSTY Emile : 18

photon: 37

PLATON: 22, 29, 65
PLOTIN: 20

'

MAINE DE BIRAN Pierre: 93

_

nihil negativzmz : 58-61, 133

NIN Diego: 118
noeud de servitude imaginaire : 52
non-être : 44
non-rapport: 12, 14, 105, 155157, 166-168

LAQUEUR Thomas: 31
LARRIN Philip : 45
LAUGIER Sandra: 139

Î_.OcI<E John: 30
LONGE Thierry: 118
._

MOREAU DE TOURS Jacques J. : 108
MOUNIER Emmanuel: 93
NAPOLEON: 35

phonème (pertinence du) : 53

LIBERA Alain de : 20-23, 30
Loches: 23

_* n '

uw

E

,¿ __›.
_ , ,_
._,f _.__

MÖEIUS (bande de) : 64
modus ponens: 129

145-147
HUSSERL Edmund : 130

MATPIIIEU (Évangile) 27
MILNER Jean-Claude : 85, 92

PORPIIYRE: 20-22

querelle des universaux : 20, 22
rapport: 145, 155, 156
Reims : 23
relatif: 35, 36

ROBIN DES Bots: 65
ROSCELIN DE COMPIEGNE: 23-26
RUSSELL Bertrand : 72, 74, 91,

141-143
SAINT ANSELME : 98

INDEX

173

SAINT AUGUSTIN: 98

1 toutes les femmes : 68, 106

SARTRE Jean-Paul: 93
SAUssURE Ferdinand de: 53

_ TOWER Lucie; 113
` trait unaire: 53

SEGONDS Phlhppe 1 28 _ _

trepied clinique: 117

SIIERLocI< HOLMES (clinicien) : 137

1 TRINQUET Joseph: 18

slnthome (quatrième consistance) : 162
SQCRATE: 26

sur Za théorie du sexuel: 32

Soissons. 23
SOURY Pierre: 158-160
stade haploïde: 34

_ Troyes: 28

`i unarité : 54

S'1¿§:^WS°:ï1;5F= 156

_ \ANN John, IA

SuSu]eïcîncef
represente› par un signifi ant
pour un autre signifiant) I 50

,

,

Tmís Essais

_ vignettes cliniques: _13›_ 117427
` VINDRAS Anne`Mar1e ` 1 18

*

virago: 28

FHEODORIC: 20
TI-IESEE: 35

I \WAGNER Ernst: 110

TOME Michel: 160
Toulouse: 28
Tours: 23

WELCH Raquel: 149
” WINNICOTT D.W.: 120
`

tout intégral: 25

1 YAHVÉ :E 17

tout universel: 25

_ ZINK Michel ; 30

_,
I

_

\

\'

r

.7"°

\___ _

In"

" '›t1'“,. _

Bayerische
Staatsbibliothek
München

*- .' *"*t ri

-\

A
å

\

'\

1
F--

. ,1
-\.i

-

1

--a

f

I"
i.

¿

.I

\
f

.

:__

,›* ff
4.
\

,, .
_

i..

.4

ä

i.'

1

I

"\

(

i""

_.

_*-"' n.
-* - ,__.
fr
_,fi "),

:
__'
si

Y a-t-il, à dignité égale, deux entités dites homme et femme, séparées par le Grand Canyon de la différence sexuelle? 0u faut-il penser
cette différence comme un pur relatif, chaque être humain se situant sur
un continuum de plus ou moins homme à moins ou plus femme?
Sigmund Freud a établi de quelle étrange façon la sexualité détermine l”être humain: sa pulsion n'est plus Pinstinct sexuel hétéronormé
des psychiatres d”alors. Avec son surprenant énoncé « Il n”y a pas de rapport sexuel» et les formules de la sexuation qui le soutiennent, Jacques
Lacan est intervenu dans cet embrouillamini entre logique et sexes,
inventant un nouvel opérateur, un pastout, qui pointe Pincomplétude de
la chose sexuelle.
Guy Le Gaufey étudie ici comment ces formules ne sont lisibles
qu°au regard de contraintes formelles propres à Penseignement de Lacan
- avant tout Pinvention d'un « objet partiel ›› sans précédent dans la psychanalyse. Relève de cette même partialité Parmature logique des formules de la sexuation, à savoir une valeur de la proposition particulière
explicitement laissée de côté par Aristote et toute la tradition logique
classique.
Cette particularité permet de dégager la logique sous-jacente aux
vignettes cliniques, brefs récits de cas censés illustrer un fragment théorique jugé par trop abstrait. Le pastout de Lacan fait valoir comment,
derrière Papparente modestie de leur naïveté empirique, ces vignettes en
viennent à faire du savoir une référence inquestionnable. L°opérateur
pastout réaffirme au contraire la partialité foncière et sans totalité de
l'être parlant sexué.

9

908

5 82 1

2 6 'Ê

Maquette Lucien Favard