Montage, démontage et maintenance

Montage des roulements
Règles générales Principes de montage Montage à chaud Montage à la presse (ou au marteau anti-rebond) Manchons de serrage

136
136 136 137 138 139

Démontage des roulements
Démontage avec extracteurs ou à la presse Démontage des roulements à alésage conique

140
140 141

Maintenance
Surveillance et entretien préventif Cause de détérioration prématurée des roulements Expertise des roulements détériorés Aspect des détériorations Origine des détériorations Stockage Emballage Conditions de stockage

141
141 142 142 142 145 146 146 146

Montage, démontage et maintenance
Montage des roulements
Règles générales
Propreté La propreté doit être la préoccupation permanente de l'opérateur. Toute pénétration de corps étranger entraîne une détérioration rapide du roulement. Protéger le roulement de la pollution s'il doit être stocké en atelier avant montage. Précautions de montage pour les étanchéités Lubrifier les portées des joints au moment du montage. Un cordon de graisse déposé au niveau de la lèvre du joint et du passage de l'arbre contribue à renforcer l'efficacité du joint et limite les risques de détériorations.

Principes de montage
• Vérifier l'identification du roulement en fonction des plans, spécifications, procédures • Vérifier que les dimensions et l'exactitude de formes et positions des portées de roulements correspondent aux plans et spécifications SNR • Préparer tout le matériel, les pièces, les outillages nécessaires avant de commencer la mise en place. S'assurer de leur propreté • Nettoyer soigneusement et vérifier toutes les pièces et organes dans l'environnement du roulement • Sortir le roulement de son emballage au dernier moment, dans une zone de travail parfaitement propre • Ne jamais le laver sauf cas exceptionnel spécifié Le roulement est en effet protégé de l'oxydation par un léger film d'huile compatible avec tous les lubrifiants • Réaliser le montage du roulement suivant la méthode choisie • Lubrifier avec une graisse spéciale pour roulements suivant les instructions données • Après montage et avant mise en route définitive, faire une vérification en fonctionnement, de manière à détecter les anomalies éventuelles (bruit, vibrations, température, jeu anormal…) Cas des carters comportant une pression interne Dans certaines applications, il existe une différence de pression entre le carter et le milieu extérieur qui demande certaines précautions de montage. Les roulements à étanchéité intégrée standard n'autorisent pas de différence de pression entre l'un et l'autre côté du roulement à cause du risque d'élimination du lubrifiant du roulement et de retournement des lèvres des joints. Seuls les joints indépendants du roulement peuvent soutenir une différence de pression. Il s'agit essentiellement des joints métalloplastiques et des joints mécaniques. Lorsque la différence de pression est importante, on aura recours à des joints spéciaux adaptés notamment aux milieux en présence. Certains mécanismes sont mis en légère surpression pour éviter la pollution des organes intérieurs. Dans ce cas le système de protection sera du type non frottant de manière à faciliter l'échappement de l'air.
136

Montage à chaud
Important : Le chauffage à la flamme est à proscrire absolument

Le montage à chaud permet de dilater le roulement et de le monter sur son arbre sans effort. La température ne doit pas être trop élevée, de façon à ne pas modifier les caractéristiques de l'acier (maximum 130°C) ou des composants internes du roulement. D'autre part, elle doit être suffisante pour provoquer une dilatation convenable permettant une mise en place facile du roulement par annulation temporaire du serrage. La température de chauffage est fonction d'une part de la dimension et d'autre part de l'ajustement et du matériau de la portée. Diamètre d’alésage
jusqu'à 100 mm de 100 à 150 mm au-delà de 150 mm

En règle générale, les valeurs de température suivantes peuvent être appliquées :

Température de chauffage maxi
+ 90°C +120°C +130°C

Les différents modes de chauffage utilisés pour monter un roulement sur son arbre sont :

Chauffage par induction avec les appareils SNR Le chauffage par induction est le mode de mise en température le plus rationnel et le plus sûr : Q Sécurité de l'opérateur Seule la pièce à chauffer subit une élévation de température, ce qui facilite la manipulation et réduit le risque de brûlure. Q Contrôle de la température La température est contrôlée par une sonde intégrée. Les qualités initiales du roulement sont ainsi totalement sauvegardées Q Démagnétisation En fin de cycle, une démagnétisation automatique est pilotée par l'électronique de l'appareil.

137

Montage, démontage et maintenance
Montage des roulements
Bain d'huile L'huile et le récipient doivent être propres. L'huile doit être fluide (huile F par exemple). Des températures localement plus élevées pouvant se produire dans le bain et détériorer le roulement, interposer un support isolant entre le roulement et le fond du récipient.

(suite)

Table chauffante Eviter le contact direct du roulement avec la plaque au moyen d'une cale, si la plaque chauffante ne comporte pas une régulation automatique. La cale est impérative pour les roulements étanches.

Etuve Refroidissement de l'arbre Le montage peut aussi se faire à froid par contraction de l'arbre au moyen d'un bain d'azote liquide (-170°C).

Montage à la presse (ou au marteau anti-rebond)
Appliquer l'effort sur la bague à monter. En aucun cas, cet effort ne doit être transmis par les corps roulants, ce qui aurait pour effet de faire des empreintes sur les chemins de roulement. Utiliser un tube ou une douille prenant appui sur la bague qui doit être emmanchée avec un ajustement serré.

Presse

Presse

Bague intérieure serrée

Bague extérieure serrée

138

Q Si l'ajustement est serré sur l'arbre et dans le logement, on emploie une douille agissant à la fois sur les deux bagues. Les deux surfaces d'appui sont dans un même plan pour donner une mise en place correcte du roulement. Q Cet outillage est particulièrement recommandé pour la mise en place des roulements à rotule sur billes ou rouleaux.

Presse

tube rondelle appui sur les 2 bagues Bague intérieure et extérieure serrées

Manchons de serrage
Deux types principaux de manchons Manchon de serrage, le plus courant

Manchon de démontage qui facilite le démontage des gros roulements

Montage des roulements à rotule sur billes ou rouleaux sphériques Roulements à billes Pendant le serrage de l'écrou, contrôler : • la douceur de la rotation • la facilité de la rotulation de la bague extérieure Le serrage est poursuivi très progressivement jusqu'à ce qu'un début de résistance à la rotulation soit perceptible, à ce moment, la rotation doit encore être facile.

Roulements à rouleaux La carte de jeu SNR définit le jeu prescrit et la procédure de vérification à suivre en utilisant des cales d'épaisseur.
139

Montage, démontage et maintenance
Démontage des roulements
Démontage avec extracteurs ou à la presse
Appliquer l’effort sur la bague à démonter. En aucun cas cet effort ne doit être transmis par les corps roulants.

Extracteur

Roulements montés avec ajustement serré sur l'arbre Saisir le roulement par sa bague intérieure pour ne pas transmettre l'effort d'arrachement par les corps roulants.

Si on ne dispose pas d'un extracteur, utiliser un étau, la bague intérieure reposant sur un support au-dessus des mâchoires, et l'arbre étant suspendu librement entre elles. L'effort d'extraction est exercé soit à la masse, soit à la presse. Si le roulement bute contre un épaulement plus haut que l'épaisseur de la bague, on peut le décoller grâce à l'appareil de la figure ci-contre. Ce décolleur peut ensuite servir d'appui à l'extracteur.

Support spécifique ou étau

Décolleur

Roulements montés serrés dans le logement Exercer l'effort de démontage sur l'une des faces de la bague extérieure par l'intermédiaire d'une douille telle que celle représentée sur la figure ci-contre.
Support spécifique ou étau

Roulements montés serrés sur l'arbre et dans le logement Le principe consiste à laisser l'arbre suivre le roulement lorsqu'on extrait celui-ci du logement. L'effort doit être exercé sur la bague extérieure et non sur l'arbre. La figure ci-contre illustre ce procédé qui suppose que le logement soit accessible des deux côtés. Le roulement est ensuite séparé de l'arbre.

Support spécifique ou étau

140

Démontage des roulements à alésage conique
Pour les roulements montés sur manchon de serrage, dévisser l'écrou puis extraire le roulement par sa bague intérieure. Les roulements montés sur manchon de démontage sont extraits par l'intermédiaire d'un écrou de démontage. Les gros roulements sont parfois montés directement sur l'arbre dont la portée est conique (ex : palier de laminoir). Dans ce cas, le démontage se fait par pression d'huile. Des trous spécialement prévus à cet effet permettent de brancher une pompe haute pression qui envoie l'huile entre la portée d'arbre et la bague intérieure. La dilatation élastique de celle-ci permet de retirer le roulement.

Maintenance
Surveillance et entretien préventif
Très généralement, le roulement en fonctionnement ne demande aucune surveillance ou intervention, hormis les apports de lubrifiant lorsqu'ils sont prévus. Dans certaines applications, une défaillance du roulement doit être absolument évitée soit pour des raisons de sécurité (aéronautique, ventilation de mines…) soit pour des raisons économiques (détérioration de la machine, arrêt de la production). Il est alors nécessaire de procéder à une surveillance et à un entretien préventif. Une amorce de détérioration du roulement peut être diagnostiquée par un dépassement de son niveau normal en vibration, bruit, température, couple de rotation. Le moyen de contrôle le plus courant porte sur le niveau vibratoire. La détection peut se faire de façon sommaire à l'oreille (transmission par stéthoscope ou tige métallique) ou bien par des dispositifs électroniques (analyseurs de fréquence et d'amplitude) qui donnent l'alerte ou arrêtent la machine. L'efficacité de ces contrôles repose sur la qualification et l'expérience de l'opérateur ainsi que sur la qualité du matériel mis en œuvre. Dans le cas des roulements lubrifiés à la graisse, le suivi du niveau thermique est aussi un bon indicateur de l'état du roulement. La fréquence des contrôles dépend de la fiabilité recherchée, du taux d'utilisation du matériel et de l'organisation interne des entreprises. Cette fréquence doit être basée sur la durée de vie probable du roulement.
141

Montage, démontage et maintenance
Maintenance
(suite)

Cause de détérioration prématurée des roulements
Expertise des roulements détériorés L'expertise d'un roulement détérioré est une source précieuse d'informations sur ses conditions de montage et de fonctionnement, aussi doit-elle être faite avec précision et méthode : Avant le démontage • noter les bruits • vibrations • élévation de la température • perte de lubrifiant • encrassement Pendant le démontage • retirer les chapeaux des paliers, joints (sans les laver) et graisse, les déposer dans un emplacement propre pour examen ultérieur • noter le couple de serrage aux faces de l’écrou • noter les positions axiale et radiale du roulement (repères sur les bagues par rapport à l'arbre et au logement) et le sens de montage • contrôler les ajustements (arbre et logement) • noter l'état des portées et des pièces environnantes Après le démontage • examen visuel • démontage du roulement • examen des composants • analyse de la graisse, recherche des particules étrangères par lavage et filtrage

Aspect des détériorations Ecaillage de fatigue Fissuration et enlèvement de fragments de matière.

Ecaillage superficiel Taches en surface provenant d’arrachements superficiels de métal.

142

Grippage Zones mates avec enlèvement de matière, traces brunes d’échauffement, déformation des corps roulants, micro-fusions et laminage du métal.

Empreintes par déformation Empreintes des billes ou des rouleaux (génératrices) correspondant à leur écartement. Le fond de l’empreinte est brillant, on y retrouve les traces de la rectification. La matière a été repoussée, sans usure.

Empreintes des corps roulants par abrasion Empreintes correspondant ou non à l’écartement des corps roulants. Il y a eu enlèvement de matière par usure due aux vibrations subies par le roulement à l’état stationnaire.

Usure Usure généralisée des corps roulants, des pistes et cages. Teinte grise (due à l’effet d’une pollution abrasive).

Cratères et cannelures Piqûres à bords nets ou succession de plages étroites parallèles, liées à un passage de courant électrique.

143

Montage, démontage et maintenance
Maintenance
(suite)

Coups, fissures, cassures Chocs violents, enlèvement de matière en surface, fissures, ruptures des bagues.

Corrosion de contact Coloration rouge ou noire sur les surfaces d’appui du roulement, dans l’alésage et sur le diamètre extérieur.

Corrosion Oxydation localisée ou généralisée, à l‘intérieur et à l’extérieur du roulement.

Coloration Coloration des chemins de roulement et des corps roulants.

Détérioration des cages Déformation, usure, rupture.

144

Origine des détériorations Les causes de détériorations peuvent se rattacher à quatre origines principales : Mauvaise qualité du montage • Méthode et moyens insuffisants ou mal adaptés • Pollution au montage • Mise en place brutale • Mauvaise construction des organes récepteurs : arbres et logements hors tolérance, mauvais accès du lubrifiant, défaut d’alignement Conditions de fonctionnement • Surcharges accidentelles ou non • Vibrations en marche ou à l’arrêt • Vitesses excessives • Flexions d’arbres Conditions d’environnement • Température ambiante trop basse ou trop élevée • Passage de courant • Pollution par l’eau, la poussière, les produits chimiques, les déchets textiles... Lubrification (les détériorations peuvent avoir une ou plusieurs causes. Le tableau ci-dessous les résume et permet à l’utilisateur de déceler leur origine probable) • Mauvais choix du lubrifiant • Qualité inadaptée • Fréquence d’entretien inadéquate Le dossier technique SNR “Causes de destruction prématurée des roulements” développe et illustre de façon précise le constat, les causes et les remèdes des diverses détériorations du roulement. Pour une expertise plus approfondie, consulter SNR.

ORIGINE MONTAGE Manque de soin Coups Défauts logements ou portées Ajustement trop serré Ajustement trop libre Désalignement FONCTIONNEMENT Surcharge Vibrations Vitesse excessive ENVIRONNEMENT Température trop basse Passage de courant électrique Pollution eau Pollution poussière LUBRIFICATION Lubrification inadaptée Manque lubrifiant Excès lubrifiant

145

LA é M CR NT tal ATE PREIN Sp RE TES ar Sab r CO CA asi TR RP NN AC on SE ELU ES TR DE RE AN S CO GE CO RS UP RR SOS FIS ION SU DE RE CO SCO RR NT OS CA AC ION SS T UR DE ES TER IOR ATI ON DE SC AG ES

AG Ed EC e fa AIL tig LA ue GE sup GR erf IPP icie AG l E

E par MPR déf EINT o E EM rmati S COR o P PR EIN n ou a S RO TES rra ULA CO chem NTS US RP UR S R ent d ES OU e m -E

EC AIL L

Montage, démontage et maintenance
Maintenance
Stockage
Le roulement doit être stocké dans un local sain. Certaines règles doivent être respectées si l’on veut lui conserver ses qualités d’origine.

(suite)

Emballage Le roulement est protégé et emballé par SNR dans les meilleures conditions : • L’assemblage est réalisé en milieu climatisé et dépoussiéré • Une graisse de protection antioxydante à haut pouvoir couvrant est appliquée en ambiance contrôlée. Elle est compatible avec tous les lubrifiants courants. • Un emballage de protection étanche à la graisse apporte en complément ses propres propriétés antirouille • Le carton d’emballage complète la protection Le roulement doit être stocké dans son emballage d’origine qui ne doit être ouvert qu’au moment de l’utilisation.

Conditions de stockage Local Les conditions normales de stockage sont les suivantes : propreté générale, absence de poussière et d’ambiance corrosive, température recommandée : 18° à 20°C, degré hygrométrique maximal : 65%. Pour des situations climatiques exceptionnelles, un emballage spécifique sera nécessaire (emballage tropical). Eviter les étagères en bois. S’éloigner de 30 cm au moins du sol, des murs et des canalisations de chauffage. Eviter l’exposition au soleil. Stocker les boîtes à plat. Ne pas empiler de trop fortes charges. Disposer les boîtes de manière à lire la référence du roulement sans manipulation. Durée de stockage Le conditionnement standard unitaire des roulements SNR leur assure, dans des conditions normales de stockage sous abri, une longue durée de conservation. Il faut pour cela que l’emballage n’ait été ni ouvert, ni modifié, ni détérioré. Cette durée se décompte à partir de la date indiquée sur l’emballage. Certains conditionnements spécifiques pour les livraisons en première monte sont adaptés à une utilisation plus rapide des produits et ne permettent pas une durée de conservation aussi longue.

146