You are on page 1of 39

CAHIER DES CHARGES

———————————
PORTAIL INTERNET DECLARATIF
DE L’ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES
CONSEIL SUPÉRIEUR

Version 2.1
29 juin 2000
SOMMAIRE

1 GÉNÉRALITÉ ..........................................................................................................................................................0
11 CONTEXTE ...........................................................................................................................................................0
12 OBJECTIF DU DOCUMENT ..................................................................................................................................0
13 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L’ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES.........................................................0
131 Qui sont les experts-comptables ? .............................................................................................................0
132 Les missions des experts-comptables ........................................................................................................0
133 Le Conseil Supérieur de l’Ordre des experts-comptables .....................................................................0
2 PROPOSITION.........................................................................................................................................................0
21 CONTENU DE LA PROPOSITION .........................................................................................................................0
22 REMISE DE LA PROPOSITION .............................................................................................................................0
3 RELATION AVEC LE CS-OEC .........................................................................................................................0
31 SOUMISSIONNAIRE .............................................................................................................................................0
32 CRITÈRES DE SÉLECTION DU SOUMISSIONNAIRE ............................................................................................0
33 RELATION ENTRE LE PRESTATAIRE ET LE CS-OEC.......................................................................................0
34 DROITS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ........................................................................................................0
4 PRÉSENTATION DU PORTAIL ENVISAGÉ ...............................................................................................0
41 SOLUTION ENVISAGÉE .......................................................................................................................................0
411 Exposé des besoins de l'étape.....................................................................................................................0
42 A RCHITECTURE SOUHAITÉE..............................................................................................................................0
421 Principes généraux.......................................................................................................................................0
422 Détail des échanges......................................................................................................................................0
423 Spécifications fonctionnelles des destinataires........................................................................................0
4231 Les échanges ...........................................................................................................................................0
4232 Télédéclarations fiscales EDI-TDFC & EDI-TVA .................................................................................0
42321 Les échanges vers la DGI ...................................................................................................................0
42322 Les échanges vers les autres destinataires ..........................................................................................0
4233 Déclarations sociales ...............................................................................................................................0
42331 DUCS (message COPAYM)..............................................................................................................0
42332 TDS.....................................................................................................................................................0
4234 Déclaration d'échange de biens (DEB)....................................................................................................0
424 Organisation de la gestion du portail .......................................................................................................0
425 Spécifications des interfaces de gestion....................................................................................................0
5 PRESTATIONS ATTENDUES ............................................................................................................................0
51 A PPROCHE ...........................................................................................................................................................0
52 M ODALITÉS .........................................................................................................................................................0
521 Découpage en lots.........................................................................................................................................0
5211 Lot 1 : Maîtrise d'œuvre ..........................................................................................................................0
5212 Lot 2 : Analyse fonctionnelle détaillée....................................................................................................0
5213 Lot 3 : Fourn iture des fonctions WEB ....................................................................................................0
5214 Lot 4 : Fourniture des autres fonctions dont la messagerie .....................................................................0
5215 Lot 5 : Exploitation..................................................................................................................................0
5216 Lot 6 : Assistance des utilis ateurs ...........................................................................................................0
522 Modèle économique......................................................................................................................................0
523 Volumétrie......................................................................................................................................................0
53 M ODALITÉS COMPLÉMENTAIRES......................................................................................................................0
531 Modalités de réalisation et livraison des prestations.............................................................................0
532 Modalités de réception des prestations.....................................................................................................0
533 Pénalités .........................................................................................................................................................0
6 ANNEXE A : LISTE DES SOCIÉTÉS CONSULTÉES ................................................................................0

7 ANNEXE B : FICHE DE PROPOSITIONS .....................................................................................................0
71 FICHE N° 1 : PLANNING .....................................................................................................................................0
72 FICHE N° 2 : PRIX................................................................................................................................................0

Portail déclaratif page 2
73 FICHE N° 3 : COMPOSITION DU CONSORTIUM ................................................................................................0
74 FICHE N° 4 : LISTE DES RESPONSABLES ..........................................................................................................0

Portail déclaratif page 3
1 GENERALITE

11 CONTEXTE

Dans le cadre de la mise en œuvre des téléprocédures sur Internet, le Conseil Supérieur de
l'Ordre des experts-comptables (CS-OEC) étudie la possibilité de compléter les modes de
collecte des déclarations par un portail déclaratif pour la télétransmission aux administra-
tions, aux organismes de gestion agréés (OGA), aux banques, aux organismes de protec-
tion sociale (OPS) des déclarations suivantes :

• dès aujourd’hui les téléprocédures existantes :

 EDI-TDFC (Déclarations annuelles des résultats des entreprises),

 DUCS (Déclarations unifiées de cotisations sociales),

 DEB (Déclaration d’Echanges de Biens) ;

• puis les téléprocédures à venir :

 TVA (deuxième semestre 2000),

 TP (Taxe Professionnelle),

 DADS-U (Déclaration Annuelle des Données Sociales Unifiées),

 DUE (Déclaration Unique d’Embauche),

 CANAM (Déclaration des travailleurs non salariés non agricoles) ;

• et enfin à d'autres procédures hors du domaine déclaratif concernant notamment la
collecte des extraits de comptes bancaires des entreprises.

L’objectif recherché consiste à proposer aux cabinets d’expertise comptable un service
Internet facile d’accès et au moindre coût pour télétransmettre l'ensemble de leurs déclara-
tions fiscales et sociales.

Ce portail déclaratif permet de centraliser l’envoi des déclarations fiscales et sociales via
Internet par une couche de communication TCP/IP (protocole Internet). Il est avant tout
destiné aux experts-comptables ou à leurs partenaires, mais doit également être prêt à ac-
cueillir, dans un second temps, les déclarations émanant directement d’entreprises ou de
groupements d’entreprises.

Seules l’entrée et l’identification de l’émetteur du message s’effectuent sur le portail envi-
sagé. L’intégralité des traitements est ensuite effectuée sur le site du prestataire retenu.

Portail déclaratif page 4
12 OBJECTIF DU DOCUMENT

Le présent document décrit le projet pour sélectionner un prestataire ou un groupe de
prestataires réuni dans un consortium qui prendra en charge l’ensemble des développe-
ments (routage, archivage, interfaces d'application avec les logiciels existants dans les ca-
binets, intégration, etc.) ainsi que l’ensemble de l’exploitation quotidienne du système.

13 PRESENTATION GENERALE DE L’ORDRE DES EXPERTS-
COMPTABLES
131 Qui sont les experts-comptables ?

Les experts-comptables sont des professionnels libéraux indépendants.

Après une solide formation théorique et pratique, ils doivent obligatoirement, pour exercer
la profession, être inscrits à l’Ordre des experts-comptables, après avoir prêté serment. Ils
sont soumis à une déontologie rigoureuse dans l'intérêt de leurs clients.

Le métier d'expert-comptable a préexisté à l'organisation de la profession en ordre profes-
sionnel ; le métier de comptable, privé ou public, est en effet pratiqué depuis très long-
temps. L’origine remonterait en Mésopotamie, plus de 2000 ans avant Jésus-Christ.

La première organisation importante de comptables en France fut créée en 1881 sous le
nom de la société de comptabilité de France. C’est elle qui divisa la discipline comptable
en trois niveaux de compétence : tenue de livre, comptable et expert-comptable. Elle ras-
semblait tous les comptables salariés et libéraux.

L’Ordre des experts-comptables et des comptables agréés, placé sous la tutelle du Minis-
tère des finances, est institué par la loi du 3 avril 1942. Il est redéfini par l’ordonnance n°
45-2138 du 19 septembre 1945 qui demeure le texte de base de l’organisation actuelle en
France.

L’ordonnance a été modifiée une première fois par la loi du 31 octobre 1968 qui a apporté
un certain nombre de changements dans la définition légale des missions de l'expert-
comptable et du comptable agrée et qui a supprimé le recrutement des comptables agréés.

La loi du 8 août 1994, quant à elle, a supprimé toute référence à la notion de comptable
agréé et a élargi le champ d'intervention des experts-comptables.

132 Les missions des experts-comptables

L'expert-comptable intervient dans tous les secteurs de la vie collective : commerce et arti-
sanat, services, industrie, agriculture, professions libérales, associations, secteurs public et
parapublic.

Les grandes missions confiées à l’Ordre sont les suivantes :

Portail déclaratif page 5
• assurer la promotion de la profession,

• protéger les intérêts de ses membres,

• affirmer sa contribution à l’évolution et au redressement de l’économie du pays et pré-
coniser toutes les mesures susceptibles d’atteindre ces objectifs,

et ce, dans l'intérêt général du public.

133 Le Conseil Supérieur de l’Ordre des experts-comptables

L'Ordre est représenté par le Conseil supérieur, dont le siège est 153, rue de Courcelles,
75817 Paris Cedex 17.
Téléphone : + 33 1 44 15 60 00
Fax : + 33 1 44 15 90 05
URL : www.experts-comptables.fr

Le Conseil supérieur a seul qualité pour exercer, devant toutes les juridictions, tous les
droits réservés à la partie civile, notamment par voie de citation directe devant les tribu-
naux répressifs, relativement aux faits portant un préjudice direct ou indirect à l'intérêt
collectif de la profession d’expert-comptable.

Il est composé des présidents des 22 conseils régionaux et de membres élus. Le nombre des
membres élus est égal au double de celui des présidents de conseils régionaux. Il élit parmi
ses membres un bureau qui sont élus tous les deux ans au scrutin secret. Ce bureau est
composé de quinze membres dont un président, sept vice-présidents, un trésorier et six
assesseurs.

Le Conseil supérieur élit également en son sein les membres des commissions. Il est orga-
nisé en secteurs d'activité, commissions et comités.

Portail déclaratif page 6
2 PROPOSITION

21 CONTENU DE LA PROPOSITION

Il est attendu en termes de proposition :

• une nouvelle formulation du contexte du projet de portail déclaratif du CSOEC et de la
place du prestataire dans ce contexte,

• une présentation de la solution proposée, avec une description précise des moyens mis
en œuvre pour réaliser les différentes prestations attendues par le CS-OEC (moyens
techniques et procéduraux ainsi que les références aux normes ou standards utilisés),

• la configuration technique qui doit clairement indiquer la part logicielle, matérielle et
organisationnelle incombant au prestataire et contenue dans sa proposition financière,

• l’expression des moyens pour assurer la pérennité de la solution,

• un projet de plan de travail en conformité avec le planning souhaité par le CS-OEC,
faisant apparaître les différentes étapes du développement, l’identification des fournitu-
res à livrer et la répartition des charges entre les intervenants proposés et la participa-
tion souhaitée du CS-OEC,

• un planning détaillé par prestation avec les points de contrôle (voir Fiche n° 1 Pla n-
ning),

• les modalités de réception des lots avec la vérification d’aptitude au bon fonctionne-
ment et la vérification de service régulier, et, en particulier les points d’avancement qui
devront valider des prestations intermédiaires,

• les références du prestataire dans des missions analogues et la possibilité de pouvoir
visiter un ou plusieurs sites opérationnels ainsi que rencontrer des responsables de tels
projets,

• les états financiers des trois dernières années si la société les possèdent et sinon les
états financiers depuis l’origine,

• l’assurance de la continuité des prestations face aux incidents,

• les effectifs et la constitution de l’équipe de travail du prestataire (voir Fiche n° 3
Composition du consortium).

• les références des responsables et intervenants,

• le modèle de contrat du prestataire,

• les attestations d’assurance en responsabilité civile,

• les charges et coûts par lots puis globalisés (voir Fiche n° 2 Prix).

Portail déclaratif page 7
Toute proposition incomplète sera considérée comme non conforme et ne sera pas prise en
considération.

22 REMISE DE LA PROPOSITION

La proposition, rédigée en langue française, comprendra au moins une version sur sup-
port papier accompagnée de la version électronique correspondante.

La proposition sur support papier sera datée et signée. Une forme électronique de celle-ci
sera également fournie sous le format Adobe Acrobat (pdf) sans protection sur la capture
de texte.

En outre, la proposition comportera une durée de validité supérieure ou égale à six mois et
devra impérativement être remise avant le 9 août 2000 à 12 heures, à l’adresse suivante :

Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables
Projet PORTAIL
153, rue de Courcelles - 75817 Paris Cedex 17.
et mcmancuso@cs.experts-comptables.org pour la version électronique.

Un accusé de réception sera fourni au dépôt de la proposition.

Portail déclaratif page 8
3 RELATION AVEC LE CS-OEC

31 SOUMISSIONNAIRE

Le soumissionnaire au présent appel à propositions doit mettre en œuvre les moyens pour
assurer, pour le compte du CS-OEC, l’ensemble des prestations demandées dans cet appel
à propositions pour une déclaration donnée.

En effet, le CS-OEC n’acceptera de propositions que de soumissionnaires répondant à
l’ensemble des services attendus pour la déclaration concernée. Dans un but de compré-
hension, ces prestations sont décrites par lot dans le présent document. Cependant, le CS-
OEC ne prendra en considération que les réponses globales.

Le soumissionnaire répondra soit seul soit en alliance avec d’autres sociétés. Dans le
cas d’un consortium, le CS-OEC ne traitera qu’avec un prestataire principal assurant le lot
n° 5 Exploitation du portail déclaratif. Les autres soumissionnaires étant considérés comme
sous-traitants.

Le soumissionnaire peut être :

• un fournisseur de services,

• un intégrateur,

• un service d’hébergement et d’exploitation.

Les soumissionnaires devront donc mentionner, à l’aide de la Fiche n° 3 Composition du
consortium, la déclaration concernée par leur proposition, leurs sous-traitants éventuels
intégrés au sein de leur consortium, les logiciels du marché (ou les portails des sociétés de
services) avec lesquels leur système sera interfacé, leur politique commerciale pour facili-
ter un déploiement rapide de leur solution auprès des éditeurs du marché.

Une liste non exhaustive de sociétés consultées par le CS-OEC pour le portail Internet dé-
claratif est donnée en annexe A chapitre 6.

32 CRITERES DE SELECTION DU SOUMISSIONNAIRE

La sélection du soumissionnaire est basée d’une part, sur des critères qualitatifs :

• la compréhension du problème,

• l’organisation, la démarche et la méthodologie proposées,

• la facilité d’utilisation de la solution,

• la pérennité de la solution,

Portail déclaratif page 9
• le savoir-faire de la société comme par exemple la qualité dans des interventions simi-
laires et la capacité à faire visiter un site opérationnel,

• la pérennité de la société,

• la constitution de l’équipe,

• les références des intervenants et leurs compétences dans le domaine,

• Le respect du « business model » envisagé ;

et d’autre part, sur des critères quantitatifs :

• la conformité des plannings avec les délais de livraison des prestations,

• le coût global de l’intervention,

• les modalités de financement,

• la compatibilité avec les solutions de connexion à Internet présentes dans les cabinets
d'experts-comptables.

Dans la suite de ce document, le ou les soumissionnaires retenus par le CS-OEC sont ap-
pelé(s) "le prestataire".

33 RELATION ENTRE LE PRESTATAIRE ET LE CS-OEC

Pour le CS-OEC, le responsable social est Jean Saphores et le responsable du projet de
portail déclaratif est Gérard Patouillère.

Le prestataire devra désigner des personnes responsables vis-à-vis du CS-OEC (voir Fiche
n° 4 Liste des responsables).

Pour le CS-OEC, une personne sera assignée à la maîtrise d’ouvrage et aura un assistant
apte à le suppléer. De même, il sera demandé au prestataire de désigner une personne char-
gée du pilotage et du suivi de projet ainsi qu’un assistant.

En cas d’escalade sur incidents, le prestataire devra désigner la ou les personnes respons a-
bles avec leur titre respectif.

34 DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE

L’ensemble des développements spécifiques à la solution de mise en œuvre sera dévolu au
CS-OEC en pleine propriété, selon des modalités qui seront fixées dans le contrat entre le
CS-OEC et le prestataire retenu.

Portail déclaratif page 10
4 PRESENTATION DU PORTAIL ENVISAGE

La profession comptable souhaite se doter d’un outil de télétransmission par Internet des
déclarations administratives afin de compléter l’ensemble des solutions offertes par les
partenaires habituels. Ce projet de portail déclaratif se développera en quatre étapes afin
d’obtenir un site complet de services aux experts-comptables et de s’harmoniser avec les
autres travaux de la profession (signature et archivage électroniques notamment) :

1. Réseau déclaratif en mode messagerie offrant au plus grand nombre un moyen simple,
peu coûteux, sécurisé et s’intégrant au mieux dans l’architecture informatique de cha-
que cabinet pour effectuer les déclarations périodiques de leurs clients ; un site WEB
de gestion dudit réseau et mise en place d'un tableau de suivi des déclarations ;

2. Un site WEB d’informations, de références et de mises à jour sur les téléprocédures. Ce
site pourrait centraliser les fichiers de référence indispensables au bon paramétrage des
logiciels déclaratifs, en particulier dans le domaine social (code activités, code caisses,
etc.). Ce site sera aussi le lieu de gestion de la qualification des logiciels produisant des
télédéclarations ;

3. Une offre d’EFI complétera le dispositif précédent permettant la saisie de formulaires
en mode interactif sur le serveur WEB, à l'exclusion des téléprocédures mises en place
par les administrations, leur validation par l’expert-comptable (ou l’entreprise) puis
leur routage vers les destinataires ;

4. Ouverture du portail déclaratif aux flux d’informations du cabinet et en particulier le
transport des informations bancaires des clients.

Le présent cahier des charges ne concerne que la première étape du projet de portail envi-
sagé.

41 SOLUTION ENVISAGEE
411 Exposé des besoins de l'étape

L’environnement télédéclaratif français est hétérogène :

• Multiplicité de format d’échanges :
 Les déclarations fiscales sont en langage EDIFACT (la période actuelle où cohabi-
tent les formats TDFC et EDI-Liasse s’achève avec la campagne 2001),
 Les déclarations sociales (annuelles et mensuelles) sont dans des formats divers ; la
convergence des formats si elle est inéluctable nécessite du temps : il faut donc gé-
rer la mixité,
 Les autres déclarations et travaux sectoriels, avec ou sans les administrations dé-
centralisées, sont proposés dans des formats divers y compris des formats proprié-
taires ou XML (par exemple XBRL) ;

• Multiplicité des supports de communication (principaux) :

Portail déclaratif page 11
 Protocoles messagerie : TEDECO, X400, Internet (TCP/IP),
 Protocoles point à point : PESIT (CFT),
 Physique (pour mémoire) : bandes, cartouches, disquettes ;

• Multiplicité des obligations selon les destinataires :
 Dates limites des déclarations,
 Sécurisation informatique,
 Accusés de réception/Comptes rendus de traitement,
 Traçabilité des échanges,
 Archivage électronique,
 Gestion des mandats (papier et électronique),
 Confidentialité ;

• Pluralité des destinataires (y compris d’une même information) :
 Direction Générale des Impôts,
 Organismes Sociaux,
 Assurances,
 Greffes des Tribunaux de Commerce,
 I.N.P.I.,
 Organismes de Gestion Agréés,
 Experts-comptables,
 Commissaires aux comptes,
 Avocats-conseils,
 Banques,
 Banque de France,
 Assurances Crédits et Banques de données,
 Entreprises,
 Tiers archiveurs,
 Direction générale des douanes,
 etc.

Face à cette multiplicité, le cabinet doit multiplier les solutions techniques et organisation-
nelles. L’objectif du portail est d’apporter une unification de "l’interface" de ces télédécla-
rations en respectant les contraintes de chacune d’elles :

• Il n'est pas envisagé dans cette première étape de mettre en place un service de transco-
dification entre des standards de fichiers ; ces opérations peuvent être proposées par
différents acteurs dans le paysage comptable actuel ; le transport des informations vers
ces opérateurs pourra cependant être assuré par le portail ;

• La multiplicité des supports est conditionnée par le choix des destinataires finaux. En
l’absence de consensus sur les protocoles Internet qui permettrait une banalisation des
échanges, il faut un "étage" intermédiaire. Le portail peut apporter la solution intermé-
diaire qui permettrait de collecter les déclarations via Internet, puis les convertir sans
altération dans le protocole du destinataire.

• Le respect des obligations déclaratives demandées par chaque destinataire est à la
charge du portail en particulier dans le domaine de la sécurisation des échanges ou de
la gestion des messages de contrôles et d'anomalies. Les contraintes de date de dépôt

Portail déclaratif page 12
sont particulièrement importantes. Le portail devra donc s’assurer que l’expert-
comptable ayant réalisé les formalités dans les délais requis ne pourra pas être pénalisé
par un dysfonctionnement technique grâce à un système d'horodatation approprié ;

• Une même information peut être transmise à plusieurs destinataires. La règle
d’organisation "naturelle" est la génération de plusieurs messages pour chacun d’entre
eux. Actuellement, les concepts de la multidistribution permettent la génération d’un
seul message ayant une entête complexe indiquant les destinataires finaux. Il est indis-
pensable de conserver cette possibilité de confier au portail la gestion du nouvel ache-
minement et des tables de routage (protocole, adresse, contraintes fonctionne lles).

Il doit être possible au travers de ce portail de véhiculer des messages ordinaires à envoyer
sur le réseau Internet ou à les recevoir.

42 ARCHITECTURE SOUHAITEE

421 Principes généraux

L’idée directrice du portail est l’utilisation de protocoles banalisés de moindre coût avec le
cabinet. Pour assurer la qualité nécessaire aux télédéclarations, la liaison cabinet/portail est
soumise à des contraintes fonctionnelles particulières qui sont exposées ci-après. Les autres
besoins sont liés aux cahiers des charges des différents partenaires des télédéclarations.

Le schéma suivant résume les types d'échanges envisagés et les besoins de chaque étape :

Expert-comptable
6
2
1
Portail
Déclaratif
5

4
3 Traitement de
la distribution
7

Destinataire Destinataire 8
"Internet" "non Internet"

Portail déclaratif page 13
ARCHITECTURE GENERALE

Chaque expert-comptable doit disposer d’une boîte aux lettres (BAL) Internet de télédécla-
ration. Le nom de la BAL est de la forme : cabinet@declare.net 1 .. Un cabinet peut éve n-
tuellement disposer de plusieurs BAL si son organisation le requiert.

L’expert-comptable ne souscrit pas un nouvel abonnement Internet mais utilise son four-
nisseur habituel (s’il ne dispose pas d’abonnement, il pourra utiliser l’offre e-expert de la
profession ou éventuellement une des offres du marché ). Le cabinet paramètre son logiciel
de messagerie pour ouvrir le nouveau compte de déclaration et effectuer les dépôts direc-
tement dans le serveur SMTP du Portail.

Toute liberté est laissée au soumissionnaire pour proposer des solutions avancées de sécu-
rité des échanges entre le cabinet et le serveur SMTP de déclaration. Toutefois, celles-ci
doivent respecter les points suivants :

• La compatibilité doit être assurée avec les principaux clients de messagerie et logiciel
de gestion "proxy-mail" du marché ;

• Les solutions de sécurité ne doivent pas nécessiter d’investissements complémentaires
pour le cabinet ;

• Les solutions proposées ne doivent pas parasiter les autres comptes de messagerie du
cabinet.

422 Détail des échanges

Une déclaration ou un ensemble de déclarations pour un même destinataire s’effectue par
envoi d’un me ssage (au sens de la messagerie) et de sa pièce jointe :

• Le destinataire (D) est indiqué dans l’adresse du message (au sens de la messagerie) ;

• La déclaration ou l'ensemble de déclarations par message est inclus dans la pièce jointe
audit message.

L'objet du message est laissé libre, selon le destinataire il doit parfois respecter une struc-
ture particulière.

Après dépôt dans le serveur SMTP de déclaration du message (étape Œ du schéma ci-
dessus), le serveur accuse une réception horodatée du dépôt du message (étape •). Cet
AR complète explicitement le dépôt dans la boîte d'envoi du courrier. Cette fonction
d’horodatation avec AR est essentielle puisqu’elle marque la prise en charge de la déclara-
tion par le portail à l'heure de référence du portail. Le mode d’horodatation est laissé à
l’appréciation du soumissionnaire. La solution retenue sera soumise à l’appréciation des
destinataires afin d’obtenir une reconnaissance de la datation.

Tous les messages déposés suivent le même traitement :

1 Nom générique pour ce document à remplacer in fine par le nom du portail.

Portail déclaratif page 14
• Archivage des dépôts (Œ) et des accusés explicites de réception (•) ;

• Recherche de la "nature" du destinataire à partir de l’adresse destinataire D :
 La recherche de la nature du destinataire (étape •) se fonde sur un fichier de réfé-
rence interne au portail dont la gestion est détaillée au chapitre 45. Les éléments es-
sentiels de ce fichier sont :
- Alias du correspondant au sein du portail sous la forme :
♦ destinataire@declare.net,
♦ par exemple : dgi@declare.net, cga96@declare.net.
- Les moyens de communication acceptés par le correspondant sont :
♦ Internet,
♦ Tedeco,
♦ X400,
♦ PeSIT (CFT).
NB - Cette liste est susceptible d’ajouts en fonction des demandes de nouveaux
destinataires (ETEBAC, FTP, etc.).
- Ajouts de sécurités et de fonctions complémentaires nécessaires pour le desti-
nataire (Sécurité DGI par exemple ).

Si l’adresse du correspondant n’existe pas dans la base de référence le portail sup-
posera un destinataire Internet.

 Le portail ouvrira une adresse particulière multi@declare.net 2 pour permettre la
multidistribution.

• En fonction du profil du destinataire, il faut exécuter les fonctions suivantes :

 Destinataire Internet sans traitement complémentaire à effectuer (Ž). Le portail as-
sure la distribution horodatée du message et s’assure du dépôt dans la boîte aux let-
tres du destinataire (analyse des éventuels messages d’erreur Internet de suivi de
distribution) ;

 Destinataire non Internet et/ou traitement complémentaire à effectuer (il est rappelé
que le portail est partenaire EDI-DGI sans sous-traitance possible (’)) :
- Le portail doit assurer la conversion de protocole et ajouter les dispositifs de sé-
curité éventuellement demandés par le destinataire (par exemple : signature
DGI). Le portail connaît la nature du destinataire au moyen du profil. Il connaît
aussi son adresse électronique réelle. L’utilisation par le cabinet d’un alias
identifiant le destinataire simplifie les opérations de mise à jour en cas de cha n-
gement du profil du destinataire. Il est possible d’utiliser le profil pour faire un
simple changement de nom d’adresse internet.
- Il est intéressant de pouvoir regrouper des messages, éventuellement en prove-
nance d’émetteurs différents, vers un seul destinataire. Ceci est particulièrement
vrai si le protocole final est de type point à point (PESIT (CFT)). Dans ce
schéma, le portail doit assurer la traçabilité des groupages et la création des ac-
cusés de réception vers chaque émetteur individuel. De même, en cas d’accusé
de réception global de la part d’un destinataire, il devra régénérer autant
d’accusés de réception que de messages initiaux (• & “).

2 Nom pour l’exemple.

Portail déclaratif page 15
- Les messages de retour des destinataires sont envoyés au portail qui assure sy-
métriquement à l’expédition le rapprochement avec le groupage effectué et la
conversion de protocole pour déposer le message dans la boîte aux lettres décla-
rative du cabinet (étape ‘).

 Si le cabinet a demandé une multidistribution, le portail reçoit le message à l’adresse
générique. Il analyse le contenu de l’entête et à partir des éléments identifiant les
destinataires de la multidistribution et des alias du paragraphe précédent, il génère
les écha nges correspondants.

Les problématiques des accusés de réception et du groupage/dégroupage sont iden-
tiques à celles du paragraphe précédent.

423 Spécifications fonctionnelles des destinataires

4231 Les échanges

Un cabinet peut préparer un ou plusieurs messages suivant le nombre de destinataires à
informer et les informations demandées.

Un ensemble de données peut être transcrit dans un groupe de fichiers, dénommé dans ce
qui suit “groupe fonctionnel” 3 . Chaque groupe fonctionnel est caractéristique d’un type de
données particulier (exemple : éléments d’information d’une déclaration fiscale).

Un interchange 4 peut comprendre plusieurs groupes fonctionnels comprenant pour
chacun d’entre eux plusieurs messages regroupés par nature :

• 1er groupe fonctionnel : tous les messages de type A,

• 2ème groupe fonctionnel : tous les messages de type B,

• etc.

Ainsi, les contenus des documents sont codifiés à la suite. Il s’agit de différencier les séries
de caractéristiques alphanumériques par des indicateurs. Ceux-ci prennent la forme de dé-
but et de fin d’un ensemble ou d’un groupe. De cette façon, on peut organiser l’envoi ou
l’interchange comme indiqué dans le schéma ci-dessous. Un interchange peut comprendre
plusieurs groupes fonctionnels contenant chacun des messages ayant la même structure.

Chaque message comprend une section en-tête, une section corps et une section résumé.

“L’en-tête contient, de façon optionnelle, des informations qui peuvent faciliter
l’identification et le traitement des messages par le partenaire receveur : objet, référence,
importance, informations complémentaires sur l’émetteur, etc. Il peut comprendre égale-

3 Groupe fonctionnel : message (ou plusieurs messages du même type) débutant par un segment de service
d’en-tête et se terminant par un segment de service de fin (ISO 9735).
4 Interchange : communication d’un partenaire à un autre consistant en une combinaison structurée de mes-
sages et de segments de service commençant par un en-tête de contrôle et se terminant par une fin de
contrôle (ISO 9735).

Portail déclaratif page 16
ment des informations permettant au système informatique récepteur d’avoir une vision
rapide des informations reçues et d’effectuer des sélections, classements, etc.”

“Le corps contient les données proprement dites qui peuvent être de différents types cor-
respondant à différents codages. Une grande souplesse est ainsi offerte pour le transport
des informations comme, par exemple, l’indication de l’alphabet utilisé, les informations
définies par accord entre les correspondants, télécopie, télétex, données chiffrées, etc.”

En-tête d'interchange
En-tête du
groupe
fonctionnel A

En-tête du message B
Détail du message B
Fin du message B

En-tête du message C
Détail du message C
Fin du message C

En-tête du message D
Détail du message D
Fin du message D

Fin du groupe
fonctionnel A

En-tête du
groupe
fonctionnel E

En-tête du message F
Détail du message F
Fin du message F

Fin du groupe
fonctionnel E

Fin d'interchange

Organisation de l’interchange

Les paragraphes suivants résument, sans être exhaustifs, les spécificités de chaque desti-
nataire. Ils permettent de comprendre les traitements à effectuer dans les fonctions de
transfert 2 & 3. Nous invitons les candidats à se reporter aux cahiers des charges respectifs
de chaque destinataire (cédérom mai 2000 des téléprocédures, sites des destinataires, site
EDIFICAS).

4232 Télédéclarations fiscales EDI-TDFC & EDI-TVA

Ces deux téléprocédures ont comme destinataire final la Direction Générale des Impôts
(DGI).

Portail déclaratif page 17
La téléprocédure EDI-TDFC permet également la transmission des messages vers d'autres
destinataires finals (organismes de gestion agréés, banques, commissaires aux comptes,
etc.). Elle peut donc faire appel à la multidistribution. Les scénarios sont décrits dans le
Volume 1 chapitre 3 du cahier des charges EDI-TDFC (voir cédérom 2000).

42321 Les échanges vers la DGI

Les échanges vers la DGI ne peuvent se faire que par l'intermédiaire d'un partenaire EDI
DGI (PED) habilité. Le portail doit donc obtenir l'habilitation (cf. Volume 2 chapitre 3 du
cahier des charges EDI-TDFC). Pour l'obtenir, il doit respecter un certain nombre d'obli-
gations décrites dans les cahiers des charges EDI-TDFC et EDI-TVA (Volume 2).

Les principales obligations pour être habilité sont :

• La signature d'une convention "DGI - PARTENAIRE EDI",

• La déclaration à la CNIL,

• La gestion des mandats,

• L'obtention de l'attestation de Conformité EDIFICAS,

• La non divulgation de l'algorithme de transformation du code FRP (Fichiers des Rede-
vables Permanents) à des destinataires autres que la DGI,

• La sécurisation électronique des échanges avec génération du message AUTACK,

• Le respect du calendrier de transmission,

• Le respect des délais d'envois,

• L'utilisation des protocoles de transmission acceptés par la DGI,

• Le traitement des accusés de réception, comptes rendus de traitement.

La plupart de ces obligations doivent être assurées par la mise en place d'une solution in-
formatique appropriée.

Gestion des mandats
Le déclarant doit souscrire un contrat d'adhésion à la procédure, il mentionne expressément
le partenaire EDI DGI mandaté et donc habilité à effectuer les transmissions pour son
compte.
Le PED doit donc gérer une table des mandats par cabinet afin de s'assurer qu'il peut ef-
fectuer le transfert. C'est au cabinet qu'il appartient d'informer le portail qu'il détient un
mandat.

Attestation de conformité des fichiers EDIFACT
Afin de faciliter la phase d’exploitation des procédures EDI-TDFC et EDI-TVA, notam-
ment en période fiscale, et d'éviter des anomalies de syntaxes EDIFACT dans les messa-
ges, une procédure d'attestation de conformité de la structure des fichiers est mise en place.

Portail déclaratif page 18
Cette procédure donne lieu à la délivrance d’une attestation émise par EDIFICAS. Le ré-
pertoire des attestations délivrées est détenu par EDIFICAS.
Tout fournisseur de logiciel émetteur de messages doit donc obtenir cette attestation pour
les fichiers "sortis" issus de l'application.
Cette attestation est attribuée par module émetteur de messages.
L'attestation des fichiers "sortis" conditionnent l’agrément d’un partenaire EDI DGI par la
DGI (cf. Volume 2 chapitre 3).

Pour déterminer les problèmes de responsabilité, un partenaire EDI DGI a l'obligation de
n’accepter que des fichiers attestés. En conséquence, il doit mettre en place une table con-
tenant la liste de logiciels attestés Cette table permettant de vérifier l'exactitude des infor-
mations concernant l'attestation. Ces informations sont contenues dans la partie entête du
message.
Le partenaire EDI DGI recevant des messages en provenance de logiciels titulaires d'un
numéro d'attestation, son logiciel étant lui-même attesté, peut substituer son propre numéro
à celui de l'émetteur en vertu d'une transitivité des tests.
Les tests doivent se dérouler de préférence avant la période fiscale (septembre à décembre
de chaque année). Ils sont exigés à chaque modification importante des logiciels ou à cha-
que modification du présent cahier des charges impliquant une modification de structure
des messages. Si un même module de création de messages est mis en œuvre dans plu-
sieurs applications, une seule procédure d'attestation est exigée.

La mise en place prochaine de la signature institutionnelle des experts-comptables perme t-
tra de garantir l’intangibilité du détail des messages transmis contenu dans la partie détail
du message. Par conséquent, le partenaire EDI DGI ne doit pas altérer ce détail, sa respon-
sabilité pouvant être engagée

Transformation du code FRP
Le code FRP permet à la DGI d'identifier le déclarant ; seul le PED détient l'algorithme
permettant de constituer le numéro FRP complet. Le portail doit donc assurer la transfo r-
mation du code FRP (code de 15 caractères porté à 19 par un algorithme de calcul).

Sécurisation électronique des échanges
Les échanges sont soumis obligatoirement à la sécurisation électronique. Par conséquent le
portail devra générer par interchange un message AUTACK contenant la sécurisation.
Cette opération de sécurisation électronique est assurée par un système à cartes magnéti-
ques.
Il est donc nécessaire de pouvoir assurer la fonction de sécurisation électronique de façon
permanente (en dehors des heures et jours ouvrables) et tout particulièrement en période
de date limite des dépôts.

Calendrier de transmission - Délais d'envoi
Les échanges vers la DGI peuvent se faire par groupage des messages reçus. Cette possib i-
lité est intéressante dans la mesure où elle évite une connexion permanente, un envoi au fil
de l'eau des messages et donc une mise en œuvre de la signature à chaque instant. Elle
nécessite la prise en compte du calendrier de transmission et des délais d'envois afin de ne
pas dépasser les dates limites.
En cas de rejet de la transmission par la DGI, il y a lieu de tenir compte également des dé-
lais impartis pour procéder à une nouvelle émission des messages.

Portail déclaratif page 19
Utilisation des protocoles de transmission acceptés par la DGI
La DGI accepte uniquement les protocoles de transmission TEDECO et CFT, par consé-
quent le portail devra obligatoirement assurer la transformation de protocole.

Retraitement des accusés de réception - Comptes rendus de traitement
La DGI renvoie des accusés de réception et des comptes rendus de traitement sous forme
de messages EDIFACT. A un dépôt de message donné correspond un retour. Si la possibi-
lité de groupage a été utilisée, le traitement des accusés réception et des comptes rendus de
traitement nécessite un dégroupage pour permettre leur réexpédition vers l'émetteur initial
des messages.
Lors de la réception des accusés de réception et des comptes rendus de traitement une
analyse des anomalies est nécessaire afin de déterminer si celles-ci proviennent du portail
PED ou de l'émetteur initial.
Dans le premier cas la correction devra être apportée par le portail, dans le second cas les
anomalies seront renvoyées vers l'émetteur initial des messages.
Le retour des accusés de réception et des comptes rendus de traitement nécessite de retrou-
ver l'adresse réseau de l'émetteur initial, le portail devra donc gérer une table contenant les
coordonnées réseau des différents émetteurs ainsi que des tables temporaires de correspon-
dance entre les messages initiaux et les messages finals aux destinataires.

42322 Les échanges vers les autres destinataires

Attestation de conformité
Les autres destinataires imposent également l'obtention d'une attestation de conformité.

Gestion du code FRP
Lorsque le message est envoyé à un destinataire final autre que la DGI ou qu’un partenaire
EDI DGI (dont les OGA), il ne doit pas comprendre le code FRP. Lors de la transmission
vers le destinataire final autre que la DGI ou qu’un OGA, le partenaire EDI DGI doit sup-
primer dans le message le code FRP.
Cette opération est plus particulièrement mise en œuvre lors de l'opération de multidistri-
bution.

Retraitement des accusés de réception - Comptes rendus de traitement
Le retraitement des accusés de réception et des comptes rendus de traitement devra être
mis en œuvre également pour tous les autres destinataires des messages.

Opération de groupage/dégroupage
Le portail reçoit du cabinet des messages contenant plusieurs déclarations d'entreprises
différentes destinées à un même destinataire. Le portail réexpédie lesdits messages audit
destinataire et reçoit en contrepartie les accusés de réception d'application au fil de l'eau ou
groupés par lot correspondant aux envois ou à tout autre critères (jour, semaine, etc.). Il
faut alors effectuer une opération de suivi individuel de chaque déclaration.

Tests CANAM (cf. Volume 7 chapitre 1 du cahier des charges EDI-TDFC)
Les tests permettent de s'assurer de la qualité de la relation entre les relais de communica-
tion et la CANAM surtout en matière de protocole de transmission.
Par conséquent, pour obtenir l'habilitation de la CANAM, le portail doit effectuer des tests
avant toute transmission réelle.

Portail déclaratif page 20
Utilisation des protocoles de transmission acceptés
Les autres destinataires acceptent uniquement les protocoles de transmission TEDECO,
PESIT (CFT) et Internet sécurisé ; par conséquent le portail doit obligatoirement assurer la
transformation de protocole.

4233 Déclarations sociales

Il n'y a pas de mise en œuvre de la multidistribution dans les téléprocédures sociales. Un
message ne peut-être envoyé qu'à un seul destinataire.

Utilisation des protocoles de transmission acceptés
Les OPS acceptent les protocoles de transmission X400, TEDECO, PESIT (CFT) et Inter-
net sécurisé ; par conséquent le portail doit obligatoirement assurer la transformation de
protocole.

42331 DUCS (message COPAYM)

Tests
Les tests permettent de s'assurer de la qualité de la relation entre les relais de communica-
tion et les Ops (Organisme de protection sociale) surtout en matière de protocole de trans-
mission.
Par conséquent pour obtenir l'habilitation auprès des Ops, le portail devra effectuer des
tests avec chaque Ops (URSSAF, ASSEDIC, Caisses de retraites).

Calendrier de transmission - Délais d'envois
L'absence de respect du calendrier des dépôts peut entraîner une lourde pénalité pour le
déclarant, il est donc impératif de ne pas dépasser les dates limites.
En cas de rejet de la transmission par un OPS, il y a lieu de tenir compte également des
délais impartis pour procéder à une nouvelle émission des messages.

Retraitement des accusés de réception
Chaque Ops renvoie des accusés réception, un accusé par dépôt. Compte tenu de cette rè-
gle, il n'est pas possible dans l'état actuel de la procédure de procéder à un groupage des
envois par le portail. Par conséquent, il n'y aura pas de fonction de dégroupage à mettre en
œuvre lors du retraitement des accusés réception. Néanmoins cette possibilité pourra faire
l'objet d'une future version de la procédure. Lors de la réception des accusés de réception et
des comptes rendus de traitement, une analyse des anomalies est nécessaire afin de déter-
miner si celles-ci proviennent du portail PED ou de l'émetteur initial.
Dans le premier cas la correction devra être apportée par le portail, dans le second cas les
anomalies seront renvoyées vers l'émetteur initial des messages.

42332 TDS

La DADS (Déclaration annuelle des données sociales) dématérialisée doit être transmise à
chaque centre TDS (CTDS) régional dont dépend le déclarant.

Tests
Les tests permettent de s'assurer de la qualité de la relation entre les relais de communica-
tion et les CTDS surtout en matière de protocole de transmission, ils sont donc fortement
recommandés.

Portail déclaratif page 21
Cependant il est possible d'obtenir auprès des CTDS un programme de contrôle permettant
de vérifier le fichier avant envoi.

Calendrier de transmission - Délais d'envois
L'absence de respect du calendrier des dépôts peut entraîner une lourde pénalité pour le
déclarant, il est donc impératif de ne pas dépasser les dates limites.
En cas de rejet de la transmission par un CTDS, il y a lieu de tenir compte également des
délais impartis pour procéder à une nouvelle émission des messages.

Retraitement des accusés de réception
Chaque CTDS renvoie des accusés réception papier. Lors de la réception des accusés de
réception et des comptes rendus de traitement une analyse des anomalies est nécessaire
afin de déterminer si celles-ci proviennent du portail PED ou de l'émetteur initial.
Dans le premier cas, la correction devra être apportée par le portail, dans le second cas, les
anomalies seront renvoyées vers l'émetteur initial des messages.

4234 Déclaration d'échange de biens (DEB)

La direction nationale des statistiques du commerce extérieur (DNSCE) ainsi que les cen-
tres interrégionaux de saisie de données sont habilités à recevoir des déclarations d'écha n-
ges de biens par voie informatique.

Tests
Après une période de tests pendant laquelle l'administration vérifie le respect des spécifi-
cations du cahier des charges, celle-ci donne l'autorisation à l'entreprise de transmettre des
déclarations d'échange de biens par voie informatique.
L'entreprise signe alors une convention avec l'administration des douanes qui lui attribue
un numéro d'habilitation et un mot de passe confidentiel devant être indiqués à chaque en-
voi.

Retraitement des accusés de réception
L'administration accuse réception de chaque envoi de déclarations dématérialisées en ind i-
quant si les déclarations sont acceptées ou rejetées.
Lors de la réception des accusés de réception et des comptes rendus de traitement une
analyse des anomalies est nécessaire afin de déterminer si celles-ci proviennent du portail
PED ou de l'émetteur initial.
Dans le premier cas la correction devra être apportée par le portail, dans le second cas les
anomalies seront renvoyées vers l'émetteur initial des messages.

Calendrier de transmission - Délais d'envois
L'absence de respect du calendrier des dépôts peut entraîner une lourde pénalité pour le
déclarant, il est donc impératif de ne pas dépasser les dates limites.
En cas de rejet de la transmission par l'administration, il y a lieu de tenir compte également
des délais impartis pour procéder à une nouvelle émission des messages.

Utilisation des protocoles de transmission acceptés
Les douanes acceptent les protocoles de transmission TEDECO, X400, PESIT (CFT) et
Internet sécurisé ; par conséquent le portail doit obligatoirement assurer la transformation
de protocole.

Portail déclaratif page 22
424 Organisation de la gestion du portail

Chaque cabinet possède un seul compte de télédéclaration mais peut ouvrir pour ce compte
plusieurs boîtes aux lettres déclaratives (BAL). Plus particulièrement :

• La création, la modification, la fermeture du compte déclaratif et des BAL associées
sont du ressort direct du CS-OEC qui effectue cette administration à distance par
l’intermédiaire d’un profil d’accès spécifique ;

• Une demande d’ouverture de compte, de BAL, etc., est effectuée par l’expert-
comptable à l'aide de l’envoi d’un formulaire (téléchargeable sur le site du portail) dans
un courrier électronique spécifique comme par exemple : enregistrement@declare.net ;

• Le CS-OEC vérifie l’existence du cabinet dans la base du tableau des membres de
l’Ordre, émet éventuellement une facture (en fonction du modèle économique retenu)
vers le cabinet ; à réception du règlement, il initialise les prestations choisies par le ca-
binet et envoie à ce dernier les codes d’accès pour configuration ;

• Le cabinet peut ensuite effectuer lui-même la gestion de son profil et la sélection de ses
destinataires habituels (par rapport à la base de référence) ;

• Périodiquement (une à deux fois par an), une procédure automatique de rapprochement
des comptes de déclarations ouverts et du tableau de l’Ordre est déclenchée pour iden-
tifier les cabinets qui ont été radiés et procéder à leur suppression dans le portail décla-
ratif ;

• Une procédure spécifique est également établie pour l’ouverture du portail déclaratif
aux entreprises.

425 Spécifications des interfaces de gestion
La gestion du portail implique la mise en œuvre de plusieurs interfaces pour la mainte-
nance des différentes bases de données. En attente de la généralisation de la signature
électronique des experts-comptables (projet SINE), les fonctions d’administration seront
protégées par des identifications Utilisateur/Mot de passe.

Les spécifications demandées seront affinées et complétées pendant l’analyse fonctionnelle
détaillée. Le portail doit être suffisamment paramétrable pour accepter dans l’avenir des
spécifications nouvelles liées à de nouveaux partenaires destinataires.

Chaque cabinet possède un seul compte télédéclaratif mais peut ouvrir pour ce compte
plusieurs boîtes aux lettres (BAL).

Les interfaces suivantes sont pressenties :

• Gestion du compte télédéclaratif d’un expert-comptable :
 Demande d’ouverture d’un compte télédéclaratif pour un cabinet,
 Accord de l’ouverture du compte par le CS-OEC, signification au cabinet,

Portail déclaratif page 23
 Suspension d'un compte par le CR-OEC / CS-OEC,
 Clôture d’un compte par le CS-OEC ;

• Gestion des BAL d’un expert-comptable :
 Gestion de l’ouverture/fermeture de BALs secondaires d’un compte télédéclaratif.
Cette procédure permet de rendre autonome les cabinets secondaires après que le
cabinet principal ait demandé l’ouverture du compte. Un cabinet doit pouvoir ou-
vrir autant de BAL que nécessaire pour "coller" à son organisation ou à son envi-
ronnement,
 Gestion individuelle des comptes secondaires (changement des mots de passe, fer-
meture d’une BAL, etc.),
 Mode de fonctionnement de la BAL :
- Suivi par courrier électronique (accusés de réception, messages retour, etc.),
- Suivi sur site WEB avec mot de passe spécifique,
 Liste des boites aux lettres, avec ses caractéristiques :
- Date d’ouverture,
- Date de fermeture,
- Demandeur,
- Profil,
- etc.
 Gestion des mandats de télédéclarations ;

• Gestion WEB des comptes d’un expert-comptable :
 Liste des messages émis,
 Liste des messages reçus,
 Etat des messages, suivi de la distribution et des AR ;

• Gestion des profils des destinataires :
 Ouverture du compte par un destinataire,
 Avertissement et validation de l’ouverture par le CS-OEC ;
 Gestion du profil de chaque destinataire :
- Identification,
- Alias dans le portail,
- Traitements complémentaires :
♦ Sécurité,
♦ Cryptage,
♦ etc.,

- Scénarios des échanges :
♦ Groupage autorisé,
♦ Accusés de réception,
♦ etc.,
- Pour chaque protocole accepté :
♦ Type de protocole,
♦ Adresse finale,
♦ Caractéristiques mises en œuvre,
♦ etc.

Portail déclaratif page 24
- Gestion de la BAL de destination au sein même du portail ;
 Statistiques de trafic et diverses sur l'origine des émissions et les destinataires.

Portail déclaratif page 25
5 PRESTATIONS ATTENDUES

51 APPROCHE
Pour la présentation des besoins, le projet de portail déclaratif est découpé en lots selon une
approche fonctionnelle homogène qui est définie ci-après :

TRAVAUX D'ANALYSE, DE TESTS ET DE MISE EN PLACE S UIVI CONTRACTUEL

LOT 1 : M AITRISE D'ŒUVRE

LOT 2 : A NALYSE
FONCTIONNELLE
DETAILLEE

LOT 3° : FOURNITURE DES FONCTIONS WEB

LOT 4 : FOURNITURE DES AUTRES FONCTIONS
DONT MESSAGERIE

LOT 5 : EXPLOITATION DU
PORTAIL DECLARATIF
LOT 6 : A SSISTANCE DES
UTILISATEURS

Temps

La maîtrise d’ouvrage est réalisée par le CS-OEC éventuellement assisté d’un ou de plu-
sieurs conseils hors de ce présent appel à propositions.

De plus, le CS-OEC se réserve le droit de commander tout ou partie des lots décrits dans ce
présent appel à propositions.

52 MODALITES

521 Découpage en lots

Le découpage en lots est prévu comme suit :

Lots Description

1 Maîtrise d’œuvre (gestion du projet, coordination des relations avec
les destinataires, etc.)

Portail déclaratif page 26
2 Analyse fonctionnelle détaillée

3 Fourniture des fonctions WEB

4 Fourniture des fonctions de messagerie, conversions de protocoles,
groupage/dégroupage, multidistribution, gestion des accusés de récep-
tion et reroutage des messages en retour. Fourniture des kits/guides de
paramétrage des accès au portail au sein du cabinet.

5 Exploitation

6 Assistance des utilisateurs (Experts-comptables). La formation des
utilisateurs sera assurée au travers de l’organisme de formation de la
profession par des stages spécifiques inter-cabinets ou au travers des
séminaires existants.

5211 Lot 1 : Maîtrise d'œuvre

Finalité Gérer l’ensemble le développement du portail et son déploiement.

Contenu • Pilotage et planification du projet. Le prestataire assurera :
 la maîtrise d’œuvre du projet de portail sur toute sa durée ;
 le pilotage et le contrôle des différentes sous maîtrises d’œuvre.
 En collaboration avec le CS-OEC, le prestataire établit :
 le calendrier détaillé de réalisation des différents lots lors du lance-
ment de la mission et la liste des tâches intermédiaires et de leurs
points de contrôle d’avancement et de qualité ;
 la liste des responsables de lots en particulier dans le cas d’une plura-
lité d’intervenants ;
 un tableau de bord hebdomadaire qui est remis au maître d'ouvrage
lors de chaque réunion de suivi d'avancement du projet.
 Ces tâches consisteront en particulier à :
 gérer l’avancement du projet, le respect des plannings et assurer le re-
porting d’un tableau de bord hebdomadaire qui est remis au maître
d'ouvrage lors de chaque réunion de suivi d'avancement ;
 assurer la coordination des équipes chargées des différents lots et
s’assurer de la circulation de l’information entre les responsables de
lots de manière à garantir la cohérence des choix de toute nature et
leur répercussion au sein des lots et la cohérence avec les services
existants du CS-OEC touchés par le projet ;
 s’assurer de la mise en œuvre du plan d’assurance qualité ;
 assurer le suivi de la mise en exploitation, des tableaux de bord

Portail déclaratif page 27
d’exploitation, du bon déroulement du projet.
• Plan d’assurance qualité (PAQ).
Le prestataire rédigera et mettra en œuvre le PAQ. Il portera à la fois sur
la conception, le cycle de vie et l’exploitation du portail déclaratif et des
outils liés. Les éléments mis en place par le prestataire devront permettre
de contrôler la qualité des éléments suivants :
 le manuel de référence du projet incluant le PAQ, la prise en charge, la
réception des lots, les points d'avancement, la réception générale et le
bilan du projet ;
 le guide de rédaction des documents d’exploitation ;
 l’audit qualité au sein du projet développement et exploitation.
• La supervision et la cohérence du manuel de procédure d’exploitation du
portail déclaratif.

Engagement Le CS-OEC s’engage à mettre à la disposition du prestataire toutes les in-
CS-OEC formations utiles en sa possession concernant le projet.

Engagement Le prestataire s’engage sur les prestations et fournitures à livrer ci-dessous.
prestataire

Fournitures à livrer Conception Validation
Plannings du projet de portail. Prestataire CS-OEC
Coordination des intervenants . Prestataire CS-OEC
Comptes-rendus des réunions. Prestataire CS-OEC
Tableaux de bord et fiches d’avancement par lot. Prestataire CS-OEC
Procédures de mise en production. Prestataire CS-OEC
Comptes-rendus des suivis d’exploitation. Prestataire CS-OEC
Plan d’assurance qualité du projet. Prestataire CS-OEC
Manuels d’exploitation de la SINE Intégration & CS-OEC
cohérence par
le prestataire

5212 Lot 2 : Analyse fonctionnelle détaillée

Finalité Réaliser l’analyse fonctionnelle du portail déclaratif, des interfaces avec les
différents intervenants, des solutions de sécurités, des applications de ges-
tion, paramétrage et maintenance du portail.

Contenu ♦ En liaison avec la maîtrise d’ouvrage (CS-OEC) le prestataire réalisera :
 Le périmètre fonctionnel détaillé du portail.

Portail déclaratif page 28
 La rédaction de l’analyse détaillée des échanges avec les utilisateurs
du portail (déposants) ;
 la rédaction de l’analyse détaillée des échanges avec les destinataires
du portail (organisations destinataires des télédéclarations et mode
messagerie simple) ;
 la rédaction de l’analyse détaillé des fonctions d’enregistrement d’un
adhérent et de gestion de son compte ;
 la rédaction de l’analyse détaillé des fonctions d’enregistrement et de
paramétrage d’un destinataire ;
 la rédaction de l’analyse détaillé des fonctions d’interconnexion des
protocoles de messagerie ou de transfert direct supportés par les desti-
nataires ;
 la rédaction de l’analyse détaillé des opérations de suivi des télédécla-
rations et d’informations des déposants;
 l’analyse détaillée des opérations de sauvegarde et d’archivage des
échanges dans le respects des spécifications des contraintes de la
C.N.I.L. et selon éventuellement les destinataires ; Cette étude peut
prendre en compte l’appel à un tiers archiveur.
 la rédaction de l’analyse détaillé des statistiques de trafic et de leurs
restitutions ;
 la rédaction de l’analyse détaillé du système de facturation des adhé-
rents et/ou des destinataires en fonction du modèle économique rete-
nue. Cette partie inclus aussi éventuellement l’analyse du suivi des
comptes de contrepartie en cas de mise en œuvre d’un système de Bo-
nus et de péréquation des pertes et gains ;
 La rédaction des outils de contrôles de cohérence entre la base de ge s-
tion des adhérents du portail et les tableaux de l’Ordre ;
 L’étude des procédures d’inscription d’une entreprise en qualité de
télédéclarant sur le portail. Cette partie est destinée à prévoir une ou-
verture du portail sans mise en œuvre immédiate de ses fonctions.

Engagement Le CS-OEC s’engage à mettre à la disposition du prestataire toutes les in-
CS-OEC formations utiles en sa possession concernant le projet.

Engagement Le prestataire s’engage sur les fournitures à livrer ci-dessous.
prestataire

Fournitures à livrer Conception Validation
Les différentes analyses fonctionnelles. Prestataire CS-OEC
Un éventuel maquettage de certaines fonctions. Prestataire CS-OEC
L’analyse détaillée des capacités d’évolution vers les en- Prestataire CS-OEC
treprises.

Portail déclaratif page 29
5213 Lot 3 : Fourniture des fonctions WEB

Finalité Développer les outils WEB du portail.

Contenu • Ce lot concerne en particulier le développement des outils d’inscription
et de paramétrage du portail ainsi que les options de restitution des in-
formations, rappel des besoins qui seront détaillés dans l’analyse fonc-
tionnelle :
 Gestion des comptes des experts comptables adhérents au portail ;
 Gestion des profils des destinataires ;
 Gestion du suivi des échanges ;
 Suivi des comptes financiers (facturation) ;
 Maintenance du portail et suivi des sauvegardes/archivages ;
 Gestion des statistiques ;

Processus • Capacité de traitement et montée en charge.
informatique Le prestataire doit mettre en œuvre les moyens nécessaires pour assurer
l’ensemble des fournitures attendues par le CS-OEC, en tenant compte
des montées en charges qui pourront s’effectuer pendant la durée du
contrat. L’ouverture à terme du portail aux entreprises doit être prévue.

Suivi • Assurance qualité.
et rapport Le prestataire doit mettre en œuvre le PAQ.
d’activité • Suivi des développements techniques.
Le prestataire doit se tenir à même d’intégrer de nouvelles technologies
qui se dégageraient comme normes de fait ou seraient particulièrement
intéressantes pour le CS-OEC ou ses membres. Dans cette hypothèse le
prestataire doit être particulièrement attentif à la normalisation de la sé-
curité sur Internet et prévoir l’intégration de la mise en œuvre de la
S.I.N.E. 5 De même le prestataire devra être en mesure de prendre en
compte les exigences des destinataires.

Garantie Le prestataire s’engage à privilégier les architectures et solutions standards
d’évolutivité disponibles sur le marché et facilement portables qu’il mettra à disposition
du CS-OEC.
Par ailleurs, les fournitures devront pouvoir évoluer sans contrainte majeure
pour tenir compte de la réglementation et des usages.

Engagement Le CS-OEC s’engage à mettre à disposition du prestataire toutes les infor-
CS-OEC mations utiles en sa possession concernant le projet.

Engagement Le prestataire s’engage à fournir l’ensemble des systèmes opérationnels ain-
prestataire si que les manuels d’installation et d’exploitation. Si la proposition ne pré-
voie pas le transfert de propriété, les codes sources seront déposés et de-
viendront la propriété du CS-OEC en cas de disparition du fournisseur.

5 S.I.N.E. Signature Institutionnelle Non Ecrite fondée sur l’utilisation de certificats X509v3 au sein d’une architecture
à clef publique.

Portail déclaratif page 30
5214 Lot 4 : Fourniture des autres fonctions dont la messagerie

Finalité Développer les outils de messagerie du portail.

Contenu • Ce lot concerne en particulier le développement des outils de messagerie
du portail ainsi que les fonctions de suivi des déclarations, rappel des be-
soins qui seront détaillés dans l’analyse fonctionnelle :
 Gestion des comptes de messagerie du portail ;
 Gestion des alias ;
 Gestion des groupages/dégroupage des messages ;
 Gestion pour les destinataires concernés des opérations de multidistri-
bution ;
 Gestion des anomalies et de leur nouveau routage en fonction des opé-
rations de groupage, multidistribution et selon les destinataires;
 Gestion de la sécurité des échanges ;
 Alimentation des bases des statistiques ;

Processus • Capacité de traitement et montée en charge.
informatique Le prestataire doit mettre en œuvre les moyens nécessaires pour assurer
l’ensemble des fournitures attendues par le CS-OEC, en tenant compte
des montées en charges qui pourront s’effectuer pendant la durée du
contrat. L’ouverture à terme du portail aux entreprises doit être prévue.

Suivi • Assurance qualité.
et rapport Le prestataire doit mettre en œuvre le PAQ.
d’activité • Suivi des développements techniques.
Le prestataire doit se tenir à même d’intégrer de nouvelles technologies
qui se dégageraient comme normes de fait ou seraient particulièrement
intéressantes pour le CS-OEC ou ses membres. Dans cette hypothèse le
prestataire doit être particulièrement attentif à la normalisation de la sé-
curité sur Internet et prévoir l’intégration de la mise en œuvre de la
S.I.N.E. 6 De même le prestataire devra être en mesure de prendre en
compte les exigences des destinataires.

Garantie Le prestataire s’engage à privilégier les architectures et solutions standards
d’évolutivité disponibles sur le marché et facilement portables qu’il mettra à disposition
du CS-OEC.
Par ailleurs, les fournitures devront pouvoir évoluer sans contrainte majeure
pour tenir compte de la réglementation et des usages.

Engagement Le CS-OEC s’engage à mettre à disposition du prestataire toutes les infor-
CS-OEC mations utiles en sa possession concernant le projet.

Engagement Le prestataire s’engage à fournir l’ensemble des systèmes opérationnels ain-
prestataire si que les manuels d’installation et d’exploitation. Si la proposition ne pré-
voie pas le transfert de propriété, les codes sources seront déposés et de-

6 S.I.N.E. Signature Institutionnelle Non Ecrite fondée sur l’utilisation de certificats X509v3 au sein d’une architecture
à clef publique.

Portail déclaratif page 31
viendront la propriété du CS-OEC en cas de disparition du fournisseur.

5215 Lot 5 : Exploitation

Finalité Exploiter le portail.

Contenu • Ce lot concerne la prise en charge de l’exploitation de l’intégralité des
outils du portail :
 Hébergement de la messagerie et des solutions de sécurité ;
 Hébergement des fonctions WEB en liaison avec la messagerie ;
 Hébergement de la gestion des destinataires et des différentes fonc-
tions liées ;
 Gestion des différents protocoles des destinataires ;
 Gestion des sauvegardes et de l’archivage ;
 Relations avec le CS-OEC ;
• Continuité de traitement :
Le prestataire doit, sinon fournir son plan de continuité, décrire avec pré-
cision les modalités qu’il mettra en œuvre pour assurer la continuité des
prestations :
 pannes des matériels ;
 sinistre majeur ;
 problèmes liés au réseau de télécommunication ;

Suivi • Assurance qualité.
et rapport Le prestataire doit mettre en œuvre le PAQ.
d’activité • Audit.
Le prestataire doit se conformer aux audits qui pourraient être demandés
par le CS-OEC durant toute l’exploitation du portail.

Engagement Le CS-OEC / CNCC s’engage à mettre à disposition du prestataire toutes les
CS-OEC / informations utiles en sa possession concernant le projet.
CNCC

Engagement Le prestataire s’engage à assurer ces prestations conformément aux exigen-
prestataire ces de l’analyse fonctionnelle détaillée et du présent document.

5216 Lot 6 : Assistance des utilisateurs

Finalité Assistance des utilisateurs du portail.

Contenu • Ce lot concerne la prise en charge des utilisateurs du portail :
Le prestataire doit assurer un support personnalisé aux experts compta-
bles. Ce support doit être facilement accessible (service en ligne, par
exemple) et disponible. Il doit également apporter l’aide nécessaire pour
faciliter l’utilisation des télédéclarations.

Portail déclaratif page 32
 pour l’installation du portail chez les experts comptables : fourniture
des renseignements destinés à faciliter le paramétrage des systèmes de
messagerie des cabinets ;
 pour la phase d’exploitation du portail chez les experts comptables :
assistance à l‘utilisation des outils WEB ;
Devront figurer dans les moyens d’assistance :
 les points d’entrée du service (numéro de téléphone, et/ou URL, et/ou
message électronique) ;
 les plages d’accès au service d’assistance aux experts comptables,
 la description d’un suivi d’incident (n° incident, heure début, heure
fin, délai de réaction, résolution, degré de satisfaction de l’expert
comptable, etc.) ;
 la procédure d’escalade en cas de persistance d’incident, avec les ni-
veaux et les critères d’escalade ;
 les éléments statistiques des suivis d’incidents ;
 un transfert sur demande des fiches détaillées d’incidents à la cellule
de gestion du portail au sein du CS-OEC ;
 l’archivage des fiches d’incidents.

Suivi • Assurance qualité.
et rapport Le prestataire doit mettre en oeuvre le PAQ.
d’activité • Audit.
Le prestataire doit se conformer aux audits qui pourraient être demandés
par le CS-OEC durant toute l’exploitation du portail.

Engagement Le CS-OEC / CNCC s’engage à mettre à disposition du prestataire toutes les
CS-OEC / informations utiles en sa possession concernant le projet.
CNCC

Engagement Le prestataire s’engage à assurer ces prestations conformément aux exigen-
prestataire ces de l’analyse fonctionnelle détaillée et du présent document.

522 Modèle économique
Plusieurs modèles économiques sont en cours d'étude. Ils tendent tous vers une gratuité
de transmission pour les cabinets en fonction des recettes générées par les destinatai-
res des déclarations dudit cabinet. Toutefois, on peut déjà préciser qu'ils s'appuieront sur
un compteur individualisé par cabinet et par destinataire. Ce compteur permettra réguliè-
rement de déterminer les sommes à recouvrer et à payer par cabinet et par destinataire, et à
faciliter la compensation qui en résulte.

523 Volumétrie
Les volumes estimés pour la première année d'exploitation sont les suivants :
• EDI-TDFC dont 80 % en avril 140 000
• EDI-TVA entre le 1er et le 15 de chaque mois 42 000

Portail déclaratif page 33
• EDI-TVA entre le 1er et le 15 de chaque trimestre 70 000
• EDI-TVA une fois par an en avril 21 000
• DUCS entre le 1er et le 15 de chaque mois 48 000
• DUCS entre le 1er et le 15 de chaque trimestre 256 000
• DEB tous les trimestres 10 000
• TDS une fois par an en janvier 200 000

On peut estimer une augmentation régulière de 20 à 30 % par an à déclarations constantes.

53 MODALITES COMPLEMENTAIRES

Le CS-OEC informera le soumissionnaire qui aura été retenu. Un contrat sera rédigé pour
fixer les prestations de chacune des parties. Certaines obligations qui pèseront sur le pres-
tataire retenu sont d’ores et déjà indiquées dans les développements qui suivent.

531 Modalités de réalisation et livraison des prestations

La livraison et la mise en œuvre des prestations doivent être réalisées comme suit :

• Date limite de dépôt des souscriptions : 9 août 2000 ;

• Audition des candidats retenus le 30 août 2000 ;

• Choix du soumissionnaire le 18 septembre 2000 ;

• Analyse fonctionnelle du Service Web et du Service Messagerie jusqu'à fin septembre
2000 (lot 2) ;

• Développement des Services en octobre et jusqu'au 15 novembre 2000 (lots 3 et 4) ;

• Test avec des sites pilotes (10 cabinets) du 15 novembre au 15 décembre 2000 ;

• Déploiement à partir du 1er janvier 2001 pour la DUCS et TDS ;

• Déploiement EDI-TDFC et EDI-TVA à partir du 1er février 2001.

En tout état de cause, la vérification d’aptitude au bon fonctionnement (VABF) doit être
prononcée avant fin 2000.

532 Modalités de réception des prestations
La réception des produits et services, sujet du présent marché fera l’objet d’une VABF et
d’une vérification de service régulier (VSR). La VABF est destinée à vérifier la conformité
de l’ensemble des produits et services fournis, aux stipulations du cahier des charges défi-
nitif.

Portail déclaratif page 34
Dans l’hypothèse où la procédure de VABF donnerait lieu à des réserves du CS-OEC, le
prestataire devra procéder, dans des délais compatibles avec le calendrier aux corrections
requises et à la livraison correspondante d’une nouvelle version des fournitures.

En cas de persistance des défauts, la validation d’aptitude sera repoussée, sans pouvoir
excéder la date butoir de mise en œuvre opérationnelle prévue au calendrier. Dans cette
hypothèse, le CS-OEC aura la faculté de prononcer la résiliation du marché sans indemni-
tés compensatrices.

533 Pénalités

En cas de retard dans l’exécution du contrat, imputable au prestataire titulaire, celui-ci peut
encourir, après mise en demeure préalable, une pénalité.

Si le retard se prolonge au-delà d’un mois, le CS-OEC pourra prononcer la résiliation du
contrat à expiration du délai susvisé, sans préjudice des dommages et intérêts qui pour-
raient être réclamés au prestataire.

Portail déclaratif page 35
6 ANNEXE A : LISTE DES SOCIETES CONSULTEES
Les sociétés consultées dans le cadre de cet appel à propositions sont par ordre alphabéti-
que (cette liste est ni exhaustive ni limitative) :

LES MEMBRES EDIFICAS

ATOS
M. Pierre ROUAL
Tour "Les Miroirs" - 18 avenue d'Alsace – 92926 PARIS LA DEFENSE Cedex
Tél. : 01 55 91 22 72 - Fax : 01 55 91 29 12 - Mél : proual@atos-group.com

CAP GEMINI FRANCE
Mme Krystyna LAUS
6-8 rue Duret – 75784 PARIS cedex 16
Tél. : 01 53 64 47 36 / 01 53 64 46 81 (secrétariat) - Fax : 01 53 64 44 45 - Mél : klaus@capgemini.fr

CERTPLUS
M. Laurent MALHOMME
36 rue Guynemer - 92447 ISSY LES MOULINEAUX Cedex
Tél. : 01 46 48 20 82 / 92 / 93 - Fax : 01 46 48 20 84
Mél : mark.cabiling@certplus.com - Mél : richard.wojciechowski@certplus.com - Mél :
pierre.herbelot@certplus.com

COLT TELECOMMUNICATION FRANCE
Vincent BAIF
129, rue Montmartre - 75002 PARIS
Tél. : 01 44 29 58 06

COMPAGNIE DES SIGNAUX SYSTEMES D'INFORMATIONS
M. Marc MILAN
88 rue Brillat-Savarin – 75013 PARIS Cedex 13
Tél. : 01 44 89 46 92

France TELECOM
M. Thierry GUIDON
Unité d’affaires Intranet - 87 Rue du général EBOUE - 92136 ISSY LES MOULINEAUX
Tél : 01.41.23.93.98

GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES
M. Dominique DECAVELE
Immeuble Monceau - 31 rue de Berri – 75008 PARIS
Tél. : 01 53 89 39 00

Compagnie IBM FRANCE
Stéphane BERTIN
Tour Descartes - 92066 PARIS la défense Cedex

INTERNET.FR

ITESOFT
M. Didier CHARPENTIER
Immeuble Alliance – Parc G. Besse – 30035 NIMES cedex 1
Tél. : 04 66 29 00 92 – Fax : 04 66 29 02 37

OLEANE

Portail déclaratif page 36
OMNICERTIS
Madame Isabelle DIDIER
11, rue de Tiquetonne - 75002 PARIS
Tél. : 01 45 08 52 71

PROLOGUE SOFTWARE
M. SEBAN
12 avenue des Tropiques BP 73 - 91943 LES ULIS CEDEX
Tél. : 01 69 29 39 39

SEMA GROUP
55 avenue des Champs Pierreux – Le Capitole – 92 029 NANTERRE Cedex
Tél : 01 46 14 50 00

SETEC Informatique
M. Alain DESCAMPS
Tour Gamma D - 58, quai de la Rapée – 75583 PARIS Cedex 12
Tél. : 01.40.04.57.81 – Fax 01.44.74.07.81

STERIA
M. Philippe TOURNAUD
147 rue de Courcelles – 75017 PARIS
Tél. : 01 48 88 73 89 - Fax : 01 48 88 74 00 - Mél : philippe.tournaud@steria.fr

SYSECA E.Services (THOMSON)
M. Gilles COLEOU
66/68 Avenue Pierre Brosselette – 92 MALAKOFF
Tél. : 06.11.33.33.77

UUNET

Portail déclaratif page 37
7 ANNEXE B : FICHE DE PROPOSITIONS

71 FICHE N° 1 : PLANNING
1ère semaine 2ème semaine nème semaine
LOT n° d’exécution du d’exécution du ... d’exécution du
contrat contrat contrat
1
2
3
4
5
6

72 FICHE N° 2 : PRIX
La décomposition des prix (en F HT) est la suivante :

LOT n° 1

LOT n° 2

LOT n° 3

LOT n° 4

LOT n° 5

LOT n° 6

COUT TOTAL

73 FICHE N° 3 : COMPOSITION DU CONSORTIUM
Dans le cas d’un consortium, le soumissionnaire précisera, tout en conservant la respons a-
bilité de sa proposition, les noms des sociétés avec lesquelles il compte travailler ainsi que
les relations contractuelles établies.

Portail déclaratif page 38
Sociétés Relations contractuelles

74 FICHE N° 4 : LISTE DES RESPONSABLES

Responsabilité Nom du responsable

sociale au nom du consortium

du projet de portail pour le consortium

du système d’information

Lot 1 :Maîtrise d'œuvre

Lot 2 : Analyse fonctionnelle détaillée

Lot 3 : Fourniture des fonctions WEB

Lot 4 : Fourniture des autres fonctions dont me s-
sagerie

Lot 5 : Exploitation

Lot 6 : Assistance des utilisateurs

Portail déclaratif page 39