P. 1
LE BUTEUR PDF du 26/06/2010

LE BUTEUR PDF du 26/06/2010

|Views: 480|Likes:
Published by PDF Journal
Journal le buteur édition PDF du 26/06/2010
Journal le buteur édition PDF du 26/06/2010

More info:

Published by: PDF Journal on Jun 25, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/01/2014

pdf

text

original

SAMEDI 26 JUIN 2010 QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 1246 PRIX 20 DA

millions d’euros 7,9pour Belhadj

La Lazio offre

Saâdane révèle l’affaire Mansouri
«Il savait en Suisse qu’il n’allait pas être titulaire»
«Je ne l’ai pas fait jouer à cause de sa bouderie»
«Sans les blessés, il n’aurait même pas pris part aux matches amicaux»

Mansouri «L’EN,

c’est fini !»
Boudebouz
«Je n’ai rien compris car face aux USA, je devais jouer d’entrée»
M’bolhi vu par des spécialistes

Michael Laudrup

Petr Cech «Il a
réalisé une bonne Coupe du monde»

Abedi Pelé
«C’est une énorme révélation» «Y a pas d’individualités dans l’équipe d’Algérie»

02

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

De nos

10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud

Boudebouz :

Mohamed Saâd

Farid Aït Saâda

Nacym Djender

Redouane Bouhanika

Madjid Aït Abdallah

Samir Bechir

Mourad Hachemi

Adlène Chouial

Yacine Selhani

Farid Zouaoui

«Mardi, Sâadane m’avait dit que j’allais débuter la rencontre contre les États-Unis. Le jour du match, je me retrouve sur le banc»
«Si on est venus en Afrique du Sud juste pour ne pas être ridicules et jouer le 0-0 à chaque match, ce n’était pas la peine de faire le déplacement»
Ryad Boudebouz, au centre, est ravi d’avoir pu rencontrer de grands joueurs, comme Gareth Barry et les Anglais, durant ce Mondial. Il a assisté depuis le banc des remplaçants à l’élimination de l’Algérie mercredi soir. Sa première Coupe du monde n’en reste pas moins une belle expérience. Dans les couloirs du Loftus Versfeld Stadium de Pretoria mercredi soir, Ryad Boudebouz n’a pas fait long feu. La déception d’avoir été éliminé du Mondial 2010 par les États-Unis explique en partie son silence. La colère de ne pas avoir joué, aussi. Avant de rejoindre l’Alsace ce matin, le Colmarien du FC Sochaux a finalement accepté de dresser le bilan de son premier Mondial.
Pourquoi avoir refusé de vous prendre des risques. Perdre 1-0 ou 3-0, ça n’aurait pas fait une grande exprimer après le match de l’Aldifférence. Il fallait gagner pour gérie contre les États-Unis ? être en 8es de finale, un point c’est Le sélectionneur Rabah Sâatout. dane m’avait dit mardi que j’allais débuter la rencontre de mercredi Est-ce que cette déception a contre les États-Unis. Le jour du gâché votre Mondial ? match, je me retrouve sur le banc. Non, ça m’a énervé sur le coup, Je n’ai pas compris parce que j’étais parce que si on est venus en persuadé que je serais titulaire. Afrique du Sud juste pour ne pas Mais le pire, c’est qu’au lieu de me être ridicules et jouer le 0-0 à faire finalement entrer en jeu chaque match, ce n’était alors que le score était toupas la peine de faire jours 0-0 et qu’on devait le déplacement. absolument gagner «Perdre Mais c’est du pour se qualifier, il passé. Je ne fait entrer un mi1-0 ou 3-0, ça garderai que lieu défensif. les bons n’aurait pas fait J’étais dégoûté, souvenirs, surtout qu’au comme ce une grande final, on a groupe quand même de différence. Il fallait perdu 1-0. joueurs Est-ce que gagner pour être en formidables que Rabah Sâa8es de finale, un j’ai rencondane vous a trés, les expliqué son point c’est nouveaux choix après le amis que je me match ? tout» suis faits. Non, personne n’est venu me voir. Mais peu Pensez-vous avec le importe. Si encore j’avais fait recul que l’Algérie aurait pu un mauvais match contre l’Anglefaire mieux ? terre, j’aurais pu comprendre. Bien sûr ! Tous les matches Mais c’est ce soir-là qu’on a obtenu étaient jouables. On le voit bien : notre meilleur résultat (0-0) on a rivalisé avec les deux meilcontre l’un des favoris du Monleures équipes du groupe, l’Angledial. Contre les USA, on aurait dû terre et les USA. On a certes joué trop défensif, il nous manque quelque chose offensivement, mais j’ai pu voir que l’Algérie était vraiment à la hauteur d’une compétition de haut niveau. C’est vraiment dommage pour nous et tous nos supporters. Personnellement, que vous a apporté ce Mondial ? Beaucoup d’expérience. J’ai évolué pendant un mois avec de grands joueurs, et ça me sera forcément utile pour la suite avec Sochaux. Quel est votre programme maintenant ? Je rentre quatre ou cinq jours en Alsace, puis je pars en vacances, à Dubaï sans doute. J’ai besoin de couper un peu du foot ! Puis le FC Sochaux doit m’appeler pour me dire quand je dois reprendre l’entraînement. Avez-vous peur de subir un contrecoup ? Non, pas du tout. Je vais revenir à Sochaux très motivé, avec l’ambition de finir dans la première moitié du classement. In Alsace.fr

Les Verts étaient attendus hier vers 00h30
Initialement, l’équipe nationale devait rallier le pays hier dans la matinée, finalement ce retour a été retardé à plusieurs reprises. On a parlé de 19h, puis de 21h avant que la nouvelle tombe : l’avion transportant la délégation algérienne ne devait atterrir que tard dans la soirée, probablement vers les coups de 00h30. A l’heure où nous mettons sous presse, les Verts n’étaient pas encore arrivés. A rappeler que Mecherara, le président de la Ligue, était présent à l’aéroport pour accueillir les joueurs de l’EN.

Une centaine de supporters était là
Tout ce retard n’a pas découragé les inconditionnels de l’Equipe nationale d’attendre les joueurs pour les accueillir. En effet, ils étaient une centaine de fans à déambuler dans le hall de l’aéroport international d’Alger à attendre le débarquement des Verts. Une famille s’est déplacée de Oued Souf Parmi les supporters présents, notre attention a été attirée par cette famille venue de Oued Souf spécialement pour accueillir la sélection.

Djebbour pourrait rester à l’AEK
Le 17 juillet, il reprendra le chemin des entraînements sous les couleurs de son club employeur l’AEK Athènes. Selon toute vraisemblance, l’international algérien restera une autre saison en Grèce alors qu’à un certain moment, on avait évoqué son départ de l’AEK.

Le club turc de Sivassport veut M’bolhi
Selon la presse bulgare, le club turc de Sivassport s’intéresse de près au gardien de but de l’équipe nationale, M’bolhi, qui ,de l’avis de tous les spécialistes, a réalisé une bonne Coupe du monde.

Des bus transportant des enfants dépêchés sur les lieux
Au fil des heures qui passaient, nous avons également remarqué la présence de petits enfants de 14 ans qui ont été dépêchés sur les lieux à bord de bus alloués par une APC limitrophe à l’aéroport pour souhaiter la bienvenue aux internationaux algériens. Saïd Fellak

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Les joueurs attendent la nomination d’un entraîneur
Au lendemain de l’élimination de l’Equipe nationale de la Coupe du monde suivie de regrets, la question de la nomination du prochain entraîneur des Verts et d’une extrême urgence. Pour preuve, les dates des matchs des qualifications à la Coupe d’Afrique des nations qui se déroulera en Libye sont proches. On ne peut donc imaginer les Verts disputer un match amical contre le Gabon, le 14 août 2010, sans coach. On nous a habitués au système de l’intérim. Sous prétexte «de prendre son temps et de ne pas faire de faute» Pendant ce temps, des équipes qui sont sorties du Mondial auront déjà engagé de nouveaux entraîneurs. A titre d’exemple, Laurent Blanc avait déjà donné son accord pour prendre les Bleus avant le Mondial. Il devrait signer son contrat d’engagement ces jours-ci et entamer la reconstruction de l’équipe de France, à partir du 1er juillet, c'est-à-dire dans moins d’une semaine. L’Italie en a fait de même, en engageant un autre coach à la place de Marcello Lippi. Cesare Prandelli, l’ex-coach de la Fiorentina, est désormais le nouvel entraîneur de la Squadra Azzura. Il prendra ses fonctions le 1er juillet également. Prendre exemple sur plus forts que soi est vivement conseillé. Faute de quoi, on assistera au bricolage et à l’interventionnisme de tous bords. La désignation par accointance, les supporters des Verts n’en veulent pas. Le «taxieur» et le responsable de la barre technique de l’EN sont liés par alliance, car ayant épousé deux sœurs. On ne critique pas, on parle de fait. Depuis le début du Mondial et même avant le 11 juin, on a entendu les spéculations les plus invraisemblables. On ne sait pas jusqu’à ce jour si Saâdane partira ou continuera à diriger le onze national, laissant planer le doute. Sinon, qu’est-ce qui empêcherait le coach le plus ultra défensif de ce Mondial de dire : «Je pars ou je veux continuer

03

à être le patron de l’EN.» Les joueurs demandent un entraîneur de renom Dans ce flou total qui entoure l’avenir de l’Equipe nationale, même si on laisse entendre que le coach des Verts ne va pas tarder à présenter sa démission, les joueurs quant à eux exigent un grand coach à la barre technique des Verts. Un coach qui ne sera pas contraint de demander à Belhadj d’avertir Chaouchi pour aller s’échauffer avec le groupe en prévision d’un éventuel remplacement, comme l’a confié Gaouaoui à notre confrère, de crainte d’éveiller la colère de certains joueurs. Comme ce fut le cas lors du Mondial-86 lorsque Belloumi, Menad et autres Megharia avaient créé une véritable foire dans le hall de leur hôtel au Mexique pour exiger de jouer de force. En Afrique du Sud, les joueurs auraient évoqué la faillite tactique face aux Américains. A la différence de Bob Bradley qui avait su prendre le dessus sur le coach des Fennecs en procédant à des chan-

gements judicieux. Et le changement de Ziani par Guedioura ne veut pas dire autre chose que le plus important pour le coach était de sauver son image de marque. Peu importe si les Verts ne passent pas au second tour. Eviter la défaite, voilà ce que le coach voulait. Personne ne voulait la défaite, mais ils ne sont pas nombreux pas les Algériens qui partageraient le choix de Saâdane par rapport à la sortie de Ziani ou Djebour ou plus grave la rentrée de Saïfi, n’est-ce pas ? Ce dernier aurait décidé de se mettre sur la ligne de touche de son propre chef pour être incorporé. Faire le déplacement en Afrique du Sud sans jouer, on ne la fait à Saïfi qui aura eu la totale : le brassard, le but raté et le contre au profit des Américains. Ils s’informent sur Benchikha Le nom de Benchikha est annoncé comme étant celui qui prendra la barre du staff technique. Il n’est pas le seul cité. Ce serait un ballon de sonde jeté à l’intention de la société

sportive et de l’opinion publique ? C’est probable. C’est souvent mis en pratique chez nous. On est même allé chercher des noms oubliés depuis des lustres. Comme c’est le cas avec Kaoua qui ferait partie du staff technique. Des techniciens algériens veulent engager Madjer ou Khalef qui sont devenus des consultants sur des chaînes arabes. Depuis combien d’années ces deux coaches, à qui nous devons tous nos respects, n’entraînent plus de clubs ? Au fait, n’a-t-on pas parlé avant le Mondial d’un certain Philippe Troussier ? N’a-t-on pas vu son préparateur physique sur les traces de l’EN lors du stage de Crans-Montana ? Troussier aurait demandé plus de 10 000 euros. A ce qu’il paraît, une loi pondue par le professeur Guidoum interdirait d’accorder à un entraîneur des Verts un salaire mensuel supérieur à ce montant. «Les Marocains ont engagé Gerets, il faut agir vite», disent-ils. A l’unanimité, les joueurs sont tous d’accord pour dire que le prochain coach doit être au top du football moderne, pour ne pas tomber dans le piège du Mondial qui a vu Saâdane faire des choix qu’on ne recommande guère dans les écoles de foot. Peut-être des cas d’école à ne pas imiter pour gagner un match par deux buts d’écart. Les joueurs citent comme exemple le Maroc qui est dans le même groupe que l’Algérie. Le pays voisin a engagé le Belge Gerets, l’ancien entraîneur de Marseille et du Hillal Saoudi. Les coéquipiers de Riad Boudebouz ne veulent pas que le groupe soit perturbé par l’absence d’un coach. Ils veulent préparer les prochaines sorties dans la sérénité. Il y a, disent-ils, un match amical en août suivi d’un autre comptant pour la qualification à la Coupe d’Afrique des nations. M. H.

Le peuple réclame Madjer
ussitôt l'information parue sur les colonnes du Buteur en exclusivité qu’on a commencé à réagir en Algérie. La nouvelle concernant l'éventuel retour de Rabah Madjer à la tête de la sélection a fait le tour d'horizon. L'ex-star du football algérien et du FC Porto, auteur du but légendaire face au Bayern de Munich, serait en effet sur les tablettes de la fédération et pourrait effectuer son retour à la tête de la sélection. Nous apprenons même que le bourreau de la RFA lors du Mondial espagnol de 1982 aurait le soutien des plus hautes autorités du pays pour redorer le blason du football algérien. Les nombreux inconditionnels des Verts sont presque unanimes à dire que Rabah Madjer est l'homme qu'il faut pour que les Verts franchissent une autre étape. Les prochaines échéances importantes des Verts, éliminatoires de la CAN 2012 et 2013 ainsi que le Mondial 2014 constitueront, en effet, un tournant pour le football algérien. Certes, même si les avis diffèrents, une chose est sûre, Rabah Madjer représente la personnalité tant souhaitée par le peuple de par ses compétences mais surtout sa personnalité. Son passé glorieux y est pour beaucoup Dans la rue, on n'a pas manqué l'occasion de s'exprimer sur le sujet. Le parcours de Madjer en tant que joueur et son passé glorieux avec l'EN ou le FC Porto plaident en sa valeur. Ainsi, il jouit du soutien du peuple qui espère que Madjer contribuera au véritable

A

départ du football algérien qui a commencé à retrouver ses vraies valeurs : «Madjer était un très bon joueur à son époque. Personne ne pourra oublier ce match face à l'Allemagne et son parcours avec le FC Porto. Comme il a été un bon joueur, il sera aussi un grand entraîneur.» C'est ce que chuchotaient des personnes d'un certain âge dans une cafétéria à Bab El Oued. Pour certains, le fait que Diego Maradona ait pris les commandes de la sélection nationale d'Argentine, en dépit de tout ce qu’il a enduré, Madjer est capable de faire autant avec l’Equipe nationale qu'il a toujours portée dans son cœur : «Malgré sa mauvaise conduite, Maradona a quand même pris en main la sélection de son pays. Pourquoi pas alors Madjer qui est resté toujours un gentleman ?» Son dernier passage à la tête de l'EN restera gravé dans les mémoires Tout le monde n'a pas oublié le dernier passage de Madjer à la tête de l'EN, en 2011, après la grosse désillusion au Caire (5-2). Il est vrai que lors de la CAN 2002 au Mali, les Verts avaient quitté la compétition à l'issue du premier tour, mais le véritable travail de Madjer avait commencé juste après. En effet, il avait lancé des joueurs inconnus dans le bain, tels que Salim Arribi qui s'est affirmé deux ans après sous la coupe de Saâdane lors de la CAN 2004. Madjer avait réussi à mettre en place une équipe qui avait réussi à tenir en échec la Belgique chez elle à Bruxelles, alors qu’elle avait réussi à battre les champions du monde en

titre une semaine après à Paris (1-2). Le peuple se remémore cette période : «Le dernier passage de Madjer à la tête de l'EN restera inoubliable. Il avait fait beaucoup de choses avant qu'on ne le limoge, sans aucune raison apparente. Il avait réussi à mettre une équipe en place et pourtant, il n'y avait pas de bons joueurs. Avec un tel groupe, il pourra réussir beaucoup de choses.» Personne ne pourra oublier ses larmes en direct sur le plateau d'Al Jazeera après que l'Algérie eut été humiliée par le Gabon à Annaba En Algérie, on n'est pas prêt d’oublier le 5 septembre 2004, lorsque l'Algérie avait été humiliée par le Gabon à Annaba (0-3). Ce jour-là, Madjer était consultant sur Al Jazeera Sports qui avait retransmis le match en direct. Après le troisième but gabonais, il a explosé en pleurs, tellement touché par cette débâcle. Le lendemain, toute la presse a évoqué cette affaire. Six ans après, elle est toujours vivace dans les esprits. Dans le même café de Bab El Oued, un homme d’un certain âge dira à son ami, pessimiste, quant à une éventuelle arrivée de Madjer : «Madjer aime l'Algérie. Moi, je n'ai pas oublié ses larmes en direct sur le plateau d'Al Jazeera après la défaite (0-3) face au Gabon ici en Algérie. Madjer est connu pour son attachement au pays.» Il ne badine pas avec la discipline, Mezaïr et Bourahli en ont été le meilleur exemple Un trait de son caractère, c'est qu'il ne tolère aucun écart disciplinaire. Hi-

chem Mezaïr et Issaâd Bourahli sont des exemples vivants. Il les a écartés de l'EN pour une affaire qui a fait couler beaucoup d'encre. Madjer n'a pas hésité une seconde à sévir afin de maintenir la stabilité et la sérénité au sein du groupe. Pourtant, Bourahli était le meilleur attaquant du championnat national et Mezaïr le meilleur à son poste. En homme averti, Madjer lui a trouvé un remplaçant en la personne de Gaouaoui, découvert quelques jours seulement avant le début de la CAN 2002. En évoquant l’épopée Madjer, des supporters accostés nous ont confié : «Avec un tel groupe, à sa tête Rabah Madjer, on pourra remporter la CAN.» Hamza Rahmouni

Le probable futur entraîneur de l’Equipe nationale, Rabah Madjer, a beaucoup critiqué les changements effectués par Rabah Saâdane sur le plateau de la chaîne Al Arabiya. En effet, le joueur emblématique du football algérien n’a pas cessé de dire que Rabah Saâdane a effectué des changements poste pour poste (Djebbour-Ghezzal, Ziani-Ghedioura, Matmour, Saïfi). Madjer voulait dire que les changements de l’entraîneur national n’ont pas porté leurs fruits.

Madjer : «Les changement de Saâdane n’avaient aucun sens»

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

Les vérités de Rabah Saâdane

04

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

De nos

10 envoyés spéciaux en Afrique du Sud

Mohamed Saâd

Farid Aït Saâda

Nacym Djender

Redouane Bouhanika

Madjid Aït Abdallah

Samir Bechir

Mourad Hachemi

Adlène Chouial

Yacine Selhani

Farid Zouaoui

«Mansouri savait en Suisse qu’il n’allait pas être titulaire»

ouvent critiqué pendant ce Mondial, Rabah Saâdane n'a pas toujours pu exposer le fond de sa pensée. Après l'élimination des Fennecs au premier tour du Mondiial, le sélectionneur algérien répond sans détour aux questions du parisien.fr. Et aux critiques...

S

A propos du manque d'au dace de son équipe «C’est bien de jouer l’attaque, mais il faut avoir les capacités physiques pour le faire»
«Je me demande bien ce qu'on pouvait faire de plus. Toutes les équipes ayant des capacités similaires aux nôtres jouent de cette façon. On a une bonne assise défensive, il faut se servir de ça. Je viens de voir la Slovaquie qui a battu l'Italie avec cette organisation. Ou alors, on fait comme la Corée du Nord et on en prend 7 (NDLR : contre le Portugal). Et puis, jouer l'attaque c'est bien beau, mais il faut avoir les possibilités physiques pour le faire et il faut du temps. Mais avec les dates Fifa, on en manque pour travailler la cohésion.»

pu concrétiser. Il va falloir continuer. On a aussi dans notre championnat un joueur comme Abdelmalek Ziaya (ES Sétif) qui est pétri de qualités, mais il est encore trop fragile psychologiquement.»

Coupe du monde parce que, pour moi, c'était le premier remplaçant. Malheureusement après sa réaction, j'ai considéré qu'il n'était pas assez fort psychologiquement.

A propos de la stérilité offensive «Le paire Djebbour-Ghezzal ne fonctionnait pas bien avant le Coupe du monde»
«Les critiques ne sont pas nouvelles, elles existaient déjà avant la CAN. Notre problème lors de cette Coupe du monde vient surtout des joueurs blessés avant le tournoi. En plus de Meghni, il y avait cinq joueurs cadres touchés. On n'a pu jouer avec l'équipe-type qu'à partir des matchs officiels et les gars manquaient de repères. Si on les avait eu plus tôt disponibles, on serait montés plus vite en puissance. D'ailleurs sur le dernier match, on s'est procuré plus d'occasions. Je tiens aussi à préciser que j'ai essayé la paire Djebbour Ghezzal avant la Coupe du monde mais ça ne fonctionnait pas à cause de méformes ou de manque de complémentarité. C'est pourquoi j'ai associé Matmour à Djebbour en pointe lors du dernier match.»

A propos de la gestion de l'affaire Mansouri «Mansouri savait en Suisse qu’il n’allait pas être titulaire»
«Qui vous dit que je lui ai annoncé (qu'il n'était plus titulaire. NDLR) trois jours avant le premier match face à la Slovénie ? En réalité, je lui avais fait passer le message dès le stage en Suisse à Crans-Montana. Je lui avais dit : «Tu n'es pas titulaire à Lorient, pourquoi tu le serais chez nous ? Ensuite, il a joué les matchs amicaux parce qu'il y avait des blessés.»

A propos du camp de base situé au niveau de la mer et très isolé «Le problème sécuritaire nous a empêchés les sorties après les matchs»
«Le problème, c'est qu'on est arrivés parmi les derniers (qualifiés. NDLR) et tous les sites proposés par la Fifa ne répondaient pas à nos critères. On a suivi le modèle de l'équipe de France. Au final, même si le camp était situé au niveau de la mer, on a rectifié le tir pour le troisième match en rejoignant Pretoria trois jours avant la rencontre. D'ailleurs sur le plan physique, on a tenu le coup face aux EtatsUnis. Quant à l'isolement, les joueurs n'en ont pas souffert, ou alors ils ne m'en ont pas parlé. Le souci dans des longs stages suivis de phase de compétition, c'est de prévoir des sorties. Mais ici, l'environnement sécuritaire ne nous le permettait pas. On aurait aimé au moins avoir du temps pour que les joueurs décompressent après les matchs, mais c'était impossible.» In leparisien.fr

A propos de «l'oiseau rare à trouver en attaque» «Ziaya est doué, mais il est fragile psychologiquement»
«Améliorer l'attaque, c'est avoir un bon passeur mais aussi un bon finisseur. On avait entamé le travail de prospection avant la Coupe du monde et des noms étaient apparus comme ceux de Karim Benyamina (Union Berlin, D2 allemande) ou Karim Soltani (Ado Den Haag, D1 hollandaise), mais on n'a pas

«Il aurait pu jouer le Mondial, mais à cause de sa bouderie je ne l’ai pas utilisé»
En Coupe du monde, il n'y a pas de place pour les sentiments. Ce qui s'est passé, c'est que sa mise à l'écart s'est confirmée quand j'ai considéré que Yebda était apte et que j'ai dégagé l'équipe-type, trois jours avant le match. Ensuite, il a boudé. Je vais même vous dire une chose : il aurait pu jouer pendant cette

Petr Cech «M’Bolhi a réalisé une très bonne Coupe du monde»
Pendant la conférence de presse donnée par Goycochea, Kahn et Cech, les journalistes réclamaient plus de temps pour poser leurs questions. Malheureusement, les organisateurs ne pouvaient pas aller au-delà du temps sur lequel ils s’étaient entendus avec les trois stars. Lorsque l’animatrice avait mis fin aux débats, les journalistes frustrés ne se sont pas empêchés de tenter d’aller poser les questions qui leur brûlaient les lèvres aux trois stars. Les journalistes du Buteur, qui étaient dans le même cas de figure, avaient couru derrière le portier de Chelsea pour lui poser la question qui intéressait sans le moindre doute l’ensemble des supporteurs algériens. A savoir, comment a-t-il trouvé le rendement de Raïs MBolhi-Ouhab contre l’Angleterre et les USA ? Le gardien de but tchèque s’apprêtait à prendre place dans la voiture qui allait le ramener à son hôtel. Mais la langue dans laquelle nous l’avions interpellé l’a fait retourner vers nous, tout souriant, pour nous répondre dans un français impeccable qu’il n’a pas oublié depuis sa saison passée à Rennes. «Il a réalisé une très bonne Coupe du monde. Ça c’est sûr !», nous a-t-il dit. Et qu’en est-il de ses chances de jouer pour Manchester United avec lequel il a effectué des tests avant le Mondial ? «Ah, ça je ne peux pas vous le dire ! Je ne sais pas. Mais une chose est sûre, c’est qu’au vu de ses prestations dans ce Mondial, il peut jouer dans n’importe quel grand club en Angleterre ou ailleurs», nous a-t-il ajouté avant de s’engouffrer dans le véhicule qui l’attendait. N. D.

M’bolhi «Désolé, j’évite d’attirer
Le successeur de Faouzi Chaouchi, Ouhab Raïs M’bolhi, a refusé de faire des déclarations après la rencontre qui a mis aux prises l’Algérie avec les USA. Joint par nos soins hier soir, le keeper du Slavia Sofia a refusé de nous faire des déclarations, se contentant de nous dire : «Je suis désolé, je ne veux pas parler. J’évite de me faire remarquer et d’attirer l’attention sur moi. Vous savez que je suis du genre qui ne parle pas beaucoup. Toutefois, je dois vous dire que je n’ai fait que mon travail sur le terrain. Je remercie l’entraîneur de m’avoir fait confiance.»

l’attention sur moi»

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

05

Mansouri depuis hier au Qatar

C

omme nous l’indiquions sur ces mêmes colonnes, le transfert de Yazid Mansouri au Qatar s’est confirmé hier lorsque le désormais ex-capitaine des Verts a pris, à partir de Johannesburg, la direction de Doha où il doit rallier les rangs de son nouveau club, Al Silya, afin d’effectuer les examens médicaux nécessaires d’usage, avant de parapher un contrat de deux ans. Al Silya sera sans doute la dernière station du joueur, avant de tirer sa révérence.

lui avait déjà porté le maillot d’Al Silya. Il s’agit de Brahim Zafour.

Lemmouchia pourrait le suivre
Mansouri ne sera sans doute pas dépaysé au Qatar. Et pour cause, il pourrait retrouver deux de ses coéquipiers en Equipe nationale : Saïfi, que le club d’Al Khor insiste pour le récupérer d’Istres, ainsi que Khaled Lemmouchia, très courtisé actuellement par bon nombre de clubs qataris, et dont toutes les indications montrent qu’il y a de fortes chances pour qu’il opte pour l’un d’entre eux. On risque donc de retrouver trois ex-internationaux algériens la saison prochaine dans le championnat du Qatar.

Tout avait été réglé à Crans-Montana
Ce que tout le monde ignore, c’est que l’exmilieu de terrain du FC Lorient avait tout réglé avec les responsables d’Al Silya en Suisse, en marge du stage qu’effectuaient les Verts à Crans-Montana où le club qatari avait délégué un de ses dirigeants pour négocier avec Mansouri les grandes lignes du contrat. Tout a été tenu au secret jusqu’à cette phase finale de la Coupe du monde. Pour rappel, un autre Algérien avant

La fin n’a pas été comme il le souhaitait
Cela dit, l’ex-capitaine des Verts n’a pas quitté la sélection comme il le souhaitait. Il estime être sorti par la petite porte. Ce qui lui a fait très mal, après une dizaine d’années passées en Equipe nationale. A ses proches, il avait confié qu’il ne regrettait guère tous les efforts qu’il avait consentis pour la sélection et qu’il était très fier d’avoir contribué au retour de l’Algérie sur la scène mondiale. Mais la fin de sa carrière internationale ne s’est pas terminée comme il le souhaitait. M. H.

«L’histoire se rappellera de nous»
Contrairement à vos coéquipiers, vous allez rallier Doha pour rejoindre certainement les rangs de votre nouveau club, non ? Exact, je vais signer un contrat avec le club qatari d’Al Silya et passer les examens médicaux nécessaires. Je vais rester deux jours à Doha, après je rentre en France pour passer quelques semaines de vacances avec ma famille. J’ai besoin de me reposer après tout ce que nous avons enduré jusque-là. Quelle sera la durée de votre contrat ? C’est un contrat de deux ans et je crois que j’ai fait le bon choix dans la mesure où je suis sûr de pouvoir m’adapter au championnat qatari où évoluent d’ailleurs plusieurs stars du football mondial. Je suis également sûr de pouvoir nous adapter, ma famille et moi, à la vie là-bas. Est-il vrai que vous aviez tout réglé à Crans-Montana ? Oui, c’est en marge du stage de l’équipe nationale que j’ai tout réglé avec Al Silya. Le club avait dépêché quelqu’un en Suisse afin de tout mettre en place avant mon déplacement à Doha. Parlons de la Coupe du monde. Comment évaluezvous le rendement de l’équipe dans ce Mondial ? Je pense que ça été une participation honorable où nous avons eu un bon rendement sur l’ensemble des trois matches. Je pense aussi que les résultats ne reflètent pas exactement les prestations de l’Equipe nationale qui méritait, à mon avis, beaucoup mieux. Même les matchs que nous avons perdus, c’était à cause de petits détails, comme c’était le cas face à la Slovénie où nous avons encaissé un but assassin dans les dernières minutes à cause d’une petite erreur, et cela s’est malheureusement répété face aux Etats-Unis. On suppose que vous avez été très déçu de n’avoir pas participé aux trois matches de l’EN… Certainement, très déçu même. Je ne vous cache pas que cela m’a fait mal de n’avoir joué aucun match dans cette Coupe du monde, d’autant que j’avais bien préparé cette compétition. J’avais tant envie de sortir par la grande porte après dix ans de présence en sélection, mais on m’a fait sortir par la petite porte, et cela m’a fait très mal. Mais bon, que pouvais-je faire que d’accepter mon sort. Selon vous, si on vous avait fait jouer, auriez-vous pu donner un plus sur le terrain ? Sans aucun doute. J’aurais certainement pu donner un plus, car j’avais très bien préparé ce Mondial. Il se peut que le prochain match contre le Gabon soit votre dernier match avec l’EN. Un commentaire ? Je dis que le Mondial et l’Afrique du Sud ont été la dernière station dans ma carrière internationale. Je ne serai pas présent contre le Gabon et je ne jouerai pas ce match. L’Equipe nationale, c’est fini, j’ai tourné la page. Quel est le joueur qui a manqué, selon vous, à l’Equipe national en Afrique du Sud ? Sans conteste Meghni. C’est le joueur qui nous a manqués. Je suis sûr que s’il avait été présent, on aurait pu faire mieux. Comment voyez-vous l’avenir de l’EN après cette Coupe du monde ? Ce que je peux dire, c’est qu’il faut préserver les acquis de cette équipe et la protéger après tout ce qu’elle a réalisé. Il faut prendre soin d’elle, c’est très important. Que pouvez-vous dire de votre carrière avec la sélection nationale ? Durant dix ans, j’ai tout donné à l’équipe nationale et je lui ai resté fidèle au moment où plusieurs joueurs lui ont tourné le dos. J’éprouvais toujours le même plaisir à répondre à la convocation de l’EN, et qu’on le veuille ou non, ma génération, celle de Saïfi, Gaouaoui et autres Lemmouchia, aura gravé son nom dans l’histoire et on se rappellera toujours de nous, nous qui avons qualifié l’Algérie au Mondial. Entretien réalisé par Mourad H.

de Mans s En plus souri, d’autres

Le Dr Chalabi rentre au Qatar

membres de la délégation algérienne avaient pris le même vol à partir de Johannesburg. Il s’agit du Dr Chalabi et de tout son staff qui devaient le rejoindre la clinique d’Aspitar à Doha après la fin de leur mission avec la sélection nationale. Le docteur nous a indiqué toutefois qu’il répondra présent à chaque fois que les Verts sollicitent ses services.

s Nadir Belhadj, contrairement à ses coéquipiers, n’a pas rallié l’Europe, mais a choisi de prendre le même vol que Mansouri, c’est-àdire vers Doha. Personne ne sait pourquoi le latéral gauche des Verts a choisi le Qatar.

Belhadj dans le vol de Doha

s

Lazio propose 7. 9 M euros
à Portsmouth pour avoir Belhadj
La Lazio pourrait être la nouvelle destination de l’arrière gauche de l’Equipe nationale Nadir Belhadj. En effet, la direction du club italien a offert 9.7 millions d’euros pour s’attacher les services de Nadir. Avec la crise financière que le club anglais traverse en ce moment, les dirigeants pourront facilement accepter l’offre italienne. Nadir rejoindra-t-il Mourad Meghni la saison prochaine ? L’avenir nous le dira…

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

06

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Convaincre Feghouli, Tafer, Belfodil et Brahimi

la nouvelle mission de la FAF
Tafer, Belfodil et Brahimi, la solution offensive
Si le rendement des Verts a été grosso- modo acceptable lors des trois matchs disputés en Coupe du monde, les résultats n’ont pas suivi. Les Algériens sont sortis avec zéro but marqué. Et cela fait un bon moment que les Fennecs ne trouvent plus le chemin des filets. Si l’on excepte le penalty transformé par Ziani lors de la dernière rencontre amicale avant le Mondial contre les EAU, l’Algérie n’a pas marqué depuis le match des quarts de finale de la dernière CAN, face à la Côte d’Ivoire. Depuis, Saâdane a essayé en vain de résoudre ce problème en attaque. La solution réside peut-être dans le renforcement de ce compartiment en injectant du sang-neuf. Nous avons évoqué dans nos précédentes éditions les noms de joueurs évoluant en France sélectionnables en EN. Il s’agit de Yannis Tafer et Ishak Belfodil les deux attaquants du l’Olympique Lyonnais, et Yacine Brahimi prêté par le Stade Rennais à Clermont-foot. Des joueurs au profil intéressant et qui sont courtisés par les grands clubs d’Europe. Yannis Tafer (19 ans) et Ishak Belfodil (18 ans) ont fait de très bonnes apparitions avec l’équipe A et se sont illustrés notamment avec la sélection française des moins de 17 ans. Agé de 18 ans, Yaine Brahimi, un milieu offensif, a réalisé lui aussi une saison remarquable avec Clermont-Ferrand où il a été prêté par son club, le Stade Rennais, pour gagner un temps de jeu. Brahimi ne tarde pas à faire parler de lui, et plusieurs clubs européens comme Hoffenheim, Villareal, Arsenal et le Real Madrid s’intéressent à lui, notamment après un championnat d’Europe prometteur avec l’équipe de France des U19 ans. Ces trois joueurs, qui peuvent être la solution offensive pour les Verts, hésitent toujours à faire le choix entre les Bleus et les Verts.

C

omme il fallait s’y attendre, la sélection algérienne connaîtra forcément des changements à la fin de son aventure en Coupe du monde. Cela au niveau du staff technique mais aussi au sein de l’effectif. Des joueurs en fin de carrière devront laisser leur place, à l’image du gardien Gaouaoui, Mansouri et Saïfi entre autres. D’autres, qui n’ont pas été utilisés ou qui ne font pas l’unanimité, ne feront certainement pas feu long au sein des Verts. C’est la raison pour laquelle la Fédération algérienne de football doit songer dès à présent à renforcer l’équipe en perspective des prochaines échéances qui attendent les Fennecs, à commencer par les éliminatoires de la CAN 2012 qui débuteront au mois de

septembre prochain. La mission des responsables de la FAF est de convaincre certains jeunes prodiges algériens qui évoluent à l’étranger et qui hésitent toujours entre le maillot algérien et celui des Bleus. Il s’agit de Sofiance Feghouli, Yannis Tafer, Ishak Belfodil et Yacine Brahimi.

Feghouli, la priorité
De ces trois jeunes et prometteurs joueurs algériens, Sofiane Feghouloi semble la priorité des responsables de la FAF. Lors de sa première saison en Ligue 1 française, à Grenoble, Feghouli a suscité l’intérêt de grands clubs dans l’Hexagone (O Marseille et O Lyon) et en Europe (Everton, Chelsea, Liverpool, Fiorentina, Juventus, Inter Milan, Atletico Madrid). Finalement, c’est le FC Valence qui réus-

sira à lui faire signer un contrat de quatre ans. Un grand saut pour le jeune joueur de (20 ans) qui prouve on ne peut mieux ses qualités. Sélectionné avec les Espoirs de France, Feghouli a été même présélectionné par Raymond Domenech pour jouer en France. Rabah Saâdane ne tardera pas à lui envoyer une convocation pour jouer avec les Verts, mais il a demandé un temps de réflexion pour choisir entre le maillot bleu et celui de l’Algérie. La FAF doit donc revenir à la charge et essayer de convaincre Feghouli à choisir le pays de ses ancêtres. La venue d’un joueur de la trempe de Feghouli ne sera pas de trop pour la sélection algérienne qui, après le forfait de Mourad Meghni, s’est retrouvé sans un véritable meneur de jeu.

Le scandale de l’équipe de France, un avantage pour l’Algérie
La mission de la FAF de convaincre ces quatre joueurs d’opter pour la sélection de leur pays d’origine semble peut-être plus facile qu’elle ne l’était avant le Mondial. En effet, le scandale qu’a vécu l’équipe de France en Afrique du Sud et la non-convocation de Nasri, Benzema et Benarfa devront peser dans la balance. Feghouli, Tafer, Belfodil et Brahimi vont réfléchir par deux fois avant de prendre la décision de jouer pour l’équipe de France.

N. B.

Adidas fait parler Goycochea, Kahn et Cech sur les penalties

L

es journalistes du Buteur ont assisté hier matin à une conférence de presse peu ordinaire organisée par Adidas, au centre des Congrès de Sandton, un quartier huppé de Johannesburg. Il s’agissait en fait d’un débat sur les penalties, organisé par la firme Adidas, avec comme invités de marque, trois grands gardiens de but retraités ou encore en activité : l’Allemand Oliver Kahn, l’Argentin Sergio Goycochea (tous deux anciens champions du monde) et le Tchèque de Chelsea Petr Cech qui ont animé les débats devant un nombre impressionnant de journalistes du monde entier. Les trois hommes ont donné leurs points de vue sur la qualité des gardiens participants au Mondial, tout en détaillant chacun à sa manière, comment on vit ce moment cruel qui les met face à un joueur qui n’a qu’une idée en tête, celle de les crucifier. Par la suite, les journalistes présents ont eu le droit de poser des questions liées aux penalties, avant de déborder sur des généralités sur la Coupe du monde. En voici des extraits.

gardiens dans ce Mondial ?
Je ne peux pas accepter d’entendre un gardien de but justifier une erreur par la qualité d’un ballon ou des chaussures. Ce ballon a subi des tests très poussés dans des laboratoires très fiables. Les joueurs aussi l’ont testé. Les gardiens ont tous eu le temps de l’essayer avant les matchs officiels. Chacun pouvait donc l’étudier à sa guise. On le fait tous lorsqu’on a un ballon ou des chaussures nouveaux. Je ne pense pas que ceux qui ont encaissé des buts dans ce Mondial aient été lésés par le ballon. Je me dis juste pourquoi les autres n’ont pas commis les mêmes erreurs. Ce serait trop facile de se justifier de la sorte. Il y a toujours des facteurs qui font que le gardien n’arrive pas à arrêter des ballons faciles. La qualité du gazon, la pluie, le vent et j’en passe. Ceux qui veulent se justifier ainsi ont tort, à mon avis.

Quels sont, à votre avis, les gardiens susceptibles de décrocher le Gant d’Or de la Coupe du monde 2010 ?
Sergio Goycochea : J’ai bien apprécié l’assurance du Brésilien Julio Cesar, qui a réalisé une grande saison avec l’Inter Milan, notamment en Ligue des Champion. Je pense qu’il très bien placé pour être le numéro 1 de ce Mondial. Mais en tant qu’Argentin, je ne peux pas oublier mon compatriote Sergio Romero, qui réalise un sansfaute jusque-là. Je pense que le celui qui gagnera le Gant d’Or sera issu de l’équipe qui sera sacrée championne du monde. Oliver Kahn : Dans ce Mondial, je mettrai Buffon et Casillas dans un registre à part, pour tout ce qu’ils incarnent depuis quelques années déjà. Mais Julio Cesar n’est pas en reste. Il est arrivé dans ce Mondial avec un titre de champion d’Europe avec l’Inter Milan. Ce qui n’est pas

rien. J’ai aussi apprécié le gardien du Japon, du Ghana et celui de l’Argentine Romero. Petr Cech : Je suis entièrement d’accord avec Kahn. Je n’ai pas grand-chose à rajouter, si ce n’est de dire que le gardien de but endosse une responsabilité supérieure à celle des autres joueurs.

Que doit faire un gardien de but avant un penalty ?
Goycochea : Il y a le facteur chance qui est déjà important lorsqu’on plonge dans le bon sens, mais il y a aussi le talent du gardien et le flair qu’il a au moment où le joueur s’apprête à exécuter le penalty. Il ne faut pas croire, comme le soulignent souvent les journalistes, que c’est une affaire qui ressemble à la loterie ou la roulette russe. Les qualités du gardien de but ont aussi un rôle important dans les arrêts. C’est aussi cela qui fait qu’un gardien arrive à stopper les tirs plus que les autres. Kahn : On a forcément toujours besoin de chance dans ces moments. Mais cela ne suffit pas pour arrêter un penalty. Parfois, lorsqu’on

connaît les habitudes du tireur, ses préférences et la manière avec laquelle il exécute ses penalties, ça peut sans doute aider. Des fois aussi on demande des yeux à des coéquipiers qui connaissent le tireur par où il va tirer. Si on fait assez confiance, on plonge dans le sens indiqué sans se poser de questions. On s’accroche à tout dans ces moments. Personnellement, j’insiste beaucoup sur ce qu’on peut appeler «le langage du corps de l’adversaire ». C’est cela qui me parle le plus dans ces cas et ça me donne des détails importants. Le regard qu’on lance dans les yeux du tireur est aussi important, parce qu’on peut aisément le déstabiliser. Cech : Il est toujours préférable de connaître les habitudes du tireur. On récolte les informations là où on peut les trouver ; que ce soit dans des vidéos ou autre. Il faut surtout garder ses nerfs et ne pas fléchir, ne pas montrer d’agitation, ne pas paniquer. Car les duels se gagnent aussi dans le regard.

Goycochea, que dites-vous de Maradona, en tant que sélectionneur ?
Goycochea : C’est vrai que beaucoup de gens avaient critiqué l’équipe d’Argentine lors des éliminatoires de la Coupe du monde. Il faut reconnaître que le jeu et les résultats n’étaient pas terribles et donc rien ne pouvait aider Maradona dans sa défense. Par la suite, les joueurs semblaient jouer plus libérés et la pression de la qualification s’était sensiblement calmée depuis. Et l’on a revu l’Argentine pratiquer un jeu plus séduisant et plus rassurant. C’est ce qu’on est en train de voir surtout depuis le début de cette Coupe du monde. Maradona aussi semble moins tendu et son message passe nettement mieux chez les joueurs. Messi est très bien épaulé par Maradona et les deux s’entendent bien, puisqu’ils parlent le même langage sur le terrain, celui des génies. A eux deux, ils peuvent mener l’équipe vers le titre. Ils sont en tout cas sur la bonne voie, à mon sens.

Cech, que pensez-vous du ballon Jabulani qui semble déranger beaucoup de

Nacym Djender

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Halliche vers la Bougherra : «On regrette notre Premier League premier match du groupe» ou la Bundesliga
Madjid Bougherra pense qu’en dépit de l’élimination au premier tour, l’Algérie a montré un visage honorable dans ce premier Mondial qui s’est déroulé sur le sol africain. Le défenseur algérien regrette énormément le premier match concédé face à la Slovénie et qui aurait pu changer le sort de l’équipe d’Algérie dans ce tournoi. L’Algérie sort avec un petit point de cette Coupe du monde à l’issue de votre défaite contre les USA. Comment jugez-vous votre rendement dans ce tournoi ? Je crois que nous sommes sortis avec les honneurs, surtout lors de la rencontre contre l’Angleterre et même face aux USA où nous avons résisté jusqu’aux dernières minutes de la rencontre ; on aurait même pu aspirer à une victoire si cela n’avait été le ratage de nos occaLorsqu’on s’est qualifiés pour ce Mondial, on ne voulait pas participer juste pour faire de la figuration, mais on voulait plus : marquer l’histoire de ce Mondial sudafricain avec une qualification historique. Malheureusement, on a échoué à cause de plusieurs facteurs. Franchement, que regrettez-vous dans ce tournoi ? Je pense que si regrets il y a, c’est cette première rencontre qu’on a qualifiée dès le début de décisive. La défaite dans ce premier match a beaucoup influé sur le reste de notre parcours. Si on avait réussi le nul, tout aurait changé. Je pense que c’est le match qu’on regrette le plus. Avec de recul, qu’aurez-vous changé dans cette première rencontre ? On aurait montré moins de respect pour l’adversaire et plus de détermination pour gagner le match. Mais je dirai qu’on n’était pas à côté de la plaque et qu’on a montré un bon visage. D’autant plus que l’équipe a gagné un excellent gardien en la personne de M’bolhi, n’est-ce pas ? Oui, Raïs a prouvé contre l’Angleterre et les USA qu’il est un grand gardien de but, il a joué un grand rôle dans la préservation de notre cage jusqu’aux dernières minutes du dernier match contre les USA. Après avoir réalisé le rêve de participer à une phase finale de la Coupe du monde, quel est votre prochain objectif ? Franchement, on veut revivre cette aventure. Lorsqu’on a goûté à une participation dans cette compétition, on cherche toujours à revivre une telle aventure une deuxième, voire une troisième fois. Donc, on songe d’ores et déjà à la façon de participer au Mondial 2014. Croyez-vous que la sélection algérienne a les moyens pour cela ? Oui, on a une grande équipe truffée de jeunes joueurs qui prouveront leurs capacités dans un avenir proche. Des éléments comme Boudebouz, Abdoun, Guedioura et M’bolhi ont tout l’avenir devant eux et seront au rendez-vous et réaliseront de belles performances. Nous devons jouer pour s’illustrer dans chaque compétition à laquelle on participe. Nous avons atteint les demi-finales de la dernière Coupe d’Afrique, maintenant nous devons nous qualifier pour la prochaine, puisque c’est tout le monde qui attend l’Algérie qui ne devra plus décevoir. Qu’avez-vous appris lors de ce Mondial ? Beaucoup de choses, on a compris le sens du haut niveau et donné tout ce qu’on pouvait sans aucun ménage. Qu’est-ce qui manquait à l’équipe ? Marquer ce but qui nous aurez libérés. Entretien réalisé par Redouane B.

07

sions de but. Bien qu’on soit déçus, je pense qu’on n’était pas mauvais dans ce Mondial. Je crois que nous avons montré un visage honorable. Vous auriez souhaité réaliser de bien meilleurs résultats n’est-ce pas ? Bien évidemment, notre but était de passer au deuxième tour même si on savait que la mission ne sera pas facile. Mais il ne faut pas oublier aussi d’où on est venus. Il y a deux ans de cela, l’Algérie ne parvenait même pas à se qualifier en Coupe d’Afrique, maintenant qu’on a réussi à marquer notre présence dans le plus grand événement footballistique dans le monde ; nous devons continuer sur la même voie et ne pas brûler les étapes. Vous êtes d’accord avec ceux qui disent qu’on est au Mondial pour apprendre ?

Lesquels ? Je pense que la chance n’était pas de notre côté. On a perdu le premier match à cause d’une seule erreur alors qu’on n’a pas mal joué. On méritait au moins le nul. Lors du deuxième match contre l’Angleterre, il y avait de la place pour une victoire, mais on est sortis avec un seul point. Dans le troisième match, on a raté plusieurs occasions. Si on avait réussi à marquer sur l’occasion de Djebbour, on aurait pu assister à un autre match. La chance, encore une fois, n’était pas dans notre côté, en plus du manque d’expérience qui a influé sur le rendement du groupe. Mais de l’avis de tout le monde, la stérilité de l’attaque reste le point noir de cette équipe qui n’a pas réussi à marquer le moindre but… Oui, en football moderne, c’est tout le monde qui marque, et non pas les attaquants seulement qui sont les premiers défenseurs de l’équipe. Nous ne devons pas accuser l’attaque d’être derrière notre élimination. Mais il faut parler de tout un groupe, je pense que ce sont tous les joueurs qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes.

armi les nombreuses satisfactions de l’équipe d’Algérie, les prestations de Rafik Halliche durant les trois matchs de Coupe du monde. Ajoutées à son jeune âge (24 ans le 2 septembre), ces prestations très remarquées ont attiré vers l’ancien Nahdiste les convoitises de plusieurs clubs européens notamment anglais et allemands, les qualités physiques de Halliche cadrant parfaitement avec ces deux championnats. Au moins quatre clubs de chacun de ces deux championnats ont déjà pris contact avec l’entreprise qui s’occupe depuis le mois de mai dernier de sa carrière pour récolter le maximum d’informations sur le joueur : durée du contrat avec Benfica, coût de l’indemnité du transfert et cassettes vidéo. Aucune offre n’a toutefois été faite aux responsables de Benfica, les clubs intéressés préférant sans doute temporiser un peu pour que le club lisboète revoit ses prétentions financières à la baisse.

P

Le Benfica exige 2 millions d’euros
Alors qu’ils ne réclamaient que 1,5 million d’euros avant la Coupe du monde, les dirigeants de Benfica exigent désormais 2 millions tout ronds pour céder leur perle. Prestations de Halliche obligent. Ce qui est sûr, c’est que les responsables lisboètes ne veulent plus céder Halliche sous forme de prêt. Ils vont soit le transférer, soit le garder, il ne sera pas question de le vendre. S’il y a une proposition sérieuse, ils seront même prêts à redescendre jusqu’à un million et demi d’euros.

Un grand club portugais le veut sous forme de prêt
Par ailleurs, un grand club portugais habitué à jouer les premiers rôles serait prêt à engager Rafik Halliche sous forme de prêt, mais le Benfica n’a pas voulu donner suite à cette proposition pour deux raisons : le club concerné est un rival et le Benfica veut absolument vendre son joueur. La situation de Halliche va s’éclaircir davantage après ses vacances. Le joueur aura d’abord une discussion avec ses agents avant d’aller se reposer pour se préparer à jouer dans un grand club européen. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Matmourhier au centre des desplus grands d'Adidas côtés de joueurs à l’insparmi les affiches géantes accompagné d'un trouvait aux Adidas a déployé,
Congrès de Sandton, quartier chic de Johannesburg, une galerie de portraits de joueurs étant sous contrat avec le célèbre équipementier. Les portraits d'une centaine de joueurs participant actuellement à la Coupe du monde ont été ainsi reproduits sur surnom. Parmi eux, ceux de Messi et Kaka qui côtoyaient d'autres moins illustres comme celui de Karim Matmour. L'attaquant de l'équipe d'Algérie, surnommé «the Blade» (la lame en anglais) par les organisateurs de cette opération publicitaire, se tar du Nigérian Obafemi Martins, traité de «Meteor», du Français Yoann Gourcuff («Creator») ou encore de l'Italien Daniele de Rossi («Gladiator»). A signaler que Matmour est le seul joueur algérien à avoir participé à cette campagne de publicité.

Il a signé son contrat avec Puma
Tout se présente sous de meilleurs auspices pour Rafik Halliche qui a signé son contrat avec Puma avant d’aller en Coupe du monde. Un contrat qui concernait uniquement la Coupe du monde. Après les vacances, il signera un contrat de deux saisons. M. S.

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

08

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

La participation
algérienne par les chiffres
A
près la fin de l’aventure mondiale pour les Fennecs, place au bilan. Avant de présenter sa démission, le sélectionneur national Rabah Saâdane ainsi que son adjoint Zoheïr Djelloul doivent établir un rapport sur l’équipe et ce, depuis qu’ils ont pris le groupe en main. Mais ce qui retiendra beaucoup plus l’attention, ce sont les 3 derniers matchs du Mondial face aux Slovènes, les Anglais et les Américains. Les deux hommes donneront leurs avis sur le groupe ainsi que chaque joueur et sa marge de progression durant ce Mondial. Ce bilan permettra au futur sélectionneur des Verts de bénéficier d’assez d’éléments, ne serait-ce que pour entamer son travail. Pour notre part et pour satisfaire nos lecteurs, nous vous proposons quelques chiffres à travers lesquels nous tenterons à chaque fois de les interpréter en fonction du rendement de l’équipe lors des 3 matchs du Mondial. Cela concerne la prestation du groupe et les performances de certains joueurs et leur influence sur les résultats des 3 matchs. En gros, les chiffres concernent dans un premier temps les schémas de jeu adoptés puis les réalisations personnelles de certains éléments, avant de s’étaler sur l’attaque et la défense. Abdelatif Azibi

3 matchs, 3 schémas tactiques, 0 but ! Les spécialistes ont été unanimes à dire que l’Algérie a opté pour 3 schémas tactiques différents, soit un schéma par match. Face à la Slovénie, l’Algérie a évolué avec 4 défenseurs centraux, 4 milieux de terrain et 2 attaquants. Un schéma classique qui révèle une certaine prudence de la part du sélectionneur, d’autant plus qu’il s’agissait du premier match du Mondial. Même si les Verts ont bien résisté en première période, ils ont craqué vers la fin. Les observateurs ont estimé que les joueurs n’ont pas trop osé devant. Chose qui a poussé Saâdane à revoir sa copie. Face à l’Angleterre, l’EN a débuté avec un 3-5-1, avec seul Matmour en pointe. La satisfaction de ce match aura été la défense qui a été impeccable, contrairement à l’attaque. Lors du 3e et dernier match du groupe C face aux USA, les Algériens savaient se qu’ils avaient à faire, défendre et marquer au moins 2 buts. Raison pour laquelle Saâdane a incorporé une seconde fois Djebbour en attaque épaulé par Ziani sur le côté gauche (contrairement au 1er match où il a évolué entre Yebda et Lacen au milieu) et Matmour sur le côté droit. Un 3-4-3 inefficace pour les Algériens qui n’ont pas réussi à mettre fin à la stérilité offensive. Après avoir perdu tout espoir, les Verts craqueront dans le temps additionnel suite à une contre-attaque des Américains. Bilan : 3 matchs, 3 schémas tactiques, 2 défaites, 1 nul et 0 victoire, et surtout 0 but. 210 passes pour Belhadj En tête des joueurs qui ont effectué le plus de passes lors des 3 matchs, figure le latéral gauche Nadir Belhadj avec un total de 210

passes. Le joueur de Portsmouth en a effectué 82, 73 et 55 resp ec tivement face à la Slovénie, l’Angleterre et aux USA. Il faut relever que Belhadj a réussi 164 passes. Ce nombre révèle une fois de plus l’apport du joueur dans le compartiment offensif, occupant aussi le rôle du lien entre la défense et le milieu. Pour preuve, Belhadj a offert plus de 34 balles à Ziani et 46 à Lacen. 1460 passes dont 402 perdues Toujours au chapitre des passes réalisées, la sélection algérienne en a effectué 1460 lors des 3 rencontres. Un chiffre nettement supérieur à celui de la sélection américaine (1274), ou celle de la Slovénie (1335). Seul les Anglais devancent les Verts avec 1668 passes. Pour ce qui est de leur efficacité, le pourcentage est égal à 72%, soit 402 ballons perdus. Ce qui demeure quelque peu satisfaisant. Toutefois, et avec 0 but marqué, il n’y a eu aucune passe décisive. Un véritable point noir. 60 centres en retrait et 23% de réussite seulement Par contre, les centres en retrait ce sont faits de plus en plus rares lors des 3 matchs. 60 au total. Pour ce qui est de leur répartition, 18 ont été enregistrés face aux Slovènes et les Anglais, contre 24 face aux USA. Ce qui révèle le jeu offensif des Verts lors du dernier match. C’est là où les Algériens ont été le plus offensif. Toutefois, l’efficacité des cen-

tres reste à désirer. En effet, les Verts enregistrent un pourcentage faible de 23%, soit 14 centres réussis. Là aussi, plusieurs paramètres rentrent en jeu pour expliquer cela, à savoir le placement des attaquants ainsi que le marquage des défenseurs adverses et leur capacité dans le jeu de tête. Yebda, le plus précis Nous avons constaté que le milieu de terrain Hassan Yebda aura été le joueur le plus précis. Pour preuve, sur les 166 passes effectuées, le milieu de Portsmouth en a réussi 140. Ce qui lui donne un pourcentage de 84,34%. Toutefois, c’est dans les passes moyennes que Hassan s’est le plus illustré avec un total de 92 contre 48 courtes et 26 longues. Il se place en tête des tireurs En plus de ses balles précises, Yebda se place en tête des joueurs qui ont tenté le plus de tirs, enregistrant 9 tirs lors des 3 matchs. Avec 2 tirs cadrés, 7 à l’extérieur de la surface et 2 à l’intérieur, Yebda reste le joueur le plus dangereux sur les tirs de loin. Dommage qu’il n’ait pas pu concrétiser ne serait-ce qu’une

seule fois. Il a commis le plus de fautes en compagnie de Matmour Yebda et Matmour ont été les joueurs qui ont commis le plus de fautes part rapport au reste des joueurs. En effet, les deux joueurs en question enregistrent un total de 8 erreurs défensives. Yebda a été averti à deux reprises, tandis que Matmour n’a enregistré aucun carton. Ce dernier s’est contenté uniquement de bloquer l’attaque adverse sans se montrer très dangereux sur ses interventions. L’Algérie, 2e au classement des équipes ayant commis le plus grand nombre de fautes Avec un total de 51 fautes commises, 4 cartons jaunes et 2 rouges, l’Algérie occupe la seconde place au classement des sélections à avoir enregistré le plus de fautes lors des 3 matchs joués. Même avec une défense assez compacte, les joueurs algériens, en particulier ceux du milieu, ont commis beaucoup d’erreurs. Il faudrait signaler aussi que les deux expulsions de Ghezzal lors du 1er match et Yahia au cours du 3e

y sont pour beaucoup ; 2 rouges en 3 matchs est quelque peu inquiétant. Meilleure note pour Halliche C o m m e nous l’avons annoncé précédemment, le défenseur central Rafik Halliche s’est illustré lors des 3 matchs de la sélection, malgré les deux buts encaissés. Après avoir enregistré une excellente note face aux Anglais, Halliche termine ce Mondial avec 8,67, la meilleure de l’équipe. Même s’il a perdu plusieurs places au classement des meilleurs défenseurs du Mondial, il aura fait grimper sa cote qui lui permettra de négocier en position de force les offres qu’il recevra très certainement. La plus mauvaise pour Ghezzal L’attaquant Ab delkader Ghezzal fait partie des joueurs qui ferment la marche. L’attaquant de Sienne enregistre une notre faible de 4,67. Son expulsion face à la Slovénie y est

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

09

pour beaucoup. Cette mauvaise notre est à l’image de la prestation médiocre de l’attaque algérienne qui n’a pu inscrire le moindre but dans cette compétition. 33 attaques placées Pour essayer de donner une meilleure explication sur la faiblesse du compartiment offensif, nous avons relevé quelques statistiques qui concernent le compartiment offensif. Les Verts ont enregistré 33 attaques placées. Certains diront que c’est peu, mais ce n’est pas tout à fait vrai lorsqu’on compare ces chiffres avec les adversaires des Algériens. En effet, la sélection américaine emmenée par Donovan ne compte que 30 attaques, soit 3 de moins que l’Algérie. Pire, la Slovénie, qui a réussi à marquer 3 buts lors de ce Mondial, n’enregistre… que 18 attaques placées. Ce qui révèle une fois de plus l’inefficacité des attaquants et du milieu de terrain aussi. D’après les mêmes chiffres, la plupart des ballons ont été perdus au milieu du terrain, bien avant qu’ils n’atteignent dans la surface de réparation. La conservation du ballon en attaque demeure elle aussi un réel souci. 47 actions individuelles Un autre chiffre révèle aussi le style du jeu de la sélection nationale. En plus des 33 attaques placées enregistrées, nous constatons qu’il y a eu 47 actions individuelles devant le but. Là aussi, la question reste posée sur le collectif du jeu de la sélection. En faisant l’addition, on s’aperçoit que 80 actions devant le but (collective et indivi-

duelle) n’ont pas trouvé preneur. Ce qui est énorme pour une sélection qui dispute une compétition de haut niveau. 51 relances, 15 réussies Même si les défenseurs algériens ont laissé une bonne impression, leurs relances ont été le plus souvent approximatives. Sur les 51 effectuées, seulement 15 ont été récupérées par les milieux de terrain et/ou les attaquants, soit un faible taux de 29%. Une fois de plus, cela se répercute sur l’inefficacité en attaque, surtout lorsqu’on connaît l’avantage d’une relance réussie. 34 tacles, 17 réussis Pour plus de précision, nous nous sommes penchés davantage sur le paramètre technique, à savoir le tacle défensif. Les joueurs algériens comptent au total 34 tacles lors des 3 rencontres. Le plus grand nombre de tacles a été enregistré face à l’Angleterre (17) ; ce qui reflète la physionomie de la rencontre caractérisée par plusieurs duels avec les attaquants

adverses. Pour ce qui est du taux de réussite, sur 34 tacles, 17 ont engendré une récupération du ballon, soit 50%. 17 arrêts, 14 pour M’bolhi et 3 pour Chaouchi En dernier lieu, nous nous sommes étalés sur la prestation des deux gardiens, en particulier M’bolhi qui a séduit par ses qualités lors des deux dernières rencontres. Une fois de plus, les chiffres parlent d’eux-mêmes. En deux rencontres, Raïs M’bolhi a enregistré un total de 14 arrêts. Vous l’aurez deviné, le plus grand nombre d’interventions a été enregistré face aux USA (8) contre 6 seulement face aux Anglais. Faouzi Chaouchi, qui n’a disputé qu’une seule rencontre, a effectué 3 arrêts face à la Slovénie.

Même si elle n’y a participé que trois fois

L’Algérie occupe la 48e place dans l’histoire

de la Coupe du monde et la 2e arabe
Malgré le fait que l’Algérie n’ait récolté qu’un seul petit point dans sa participation à la Coupe du monde 2010, ce précieux nul enregistré face aux Three Lions a amélioré la place des Fennecs dans le classement mondial. En effet, l’Equipe nationale d’Algérie a glané son huitième point depuis sa première participation en CM qui remonte à 1982 qui s’est déroulée dans le pays de la Roja. Selon le nouveau classement de la FIFA, les Verts occupent la 48e place dans l’histoire de la Coupe du monde. Cette place est très honorable du fait que l’Algérie n’a connu le Mondial qu’à partir de 1982. Le match nul contre l’Angleterre a amélioré la place de l’Algérie L’Algérie a gagné beaucoup de points dans cette prestigieuse compétition. C’est vrai que les coéquipiers de Karim Ziani ont été éliminés dès le premier tour de cette Coupe du monde, du moment qu’ils n’ont récolté qu’un seul point en trois rencontres disputées, et c’était face à la bande à Capello. Avec ce bon résultat, les Algériens totalisent huit points dans leur compteur depuis le premier Mondial disputé en Espagne en 1982. Elle occupe la 2e place arabe La première victoire de l’Algérie en Coupe du monde remonte à 1982, les Coéquipiers de Rabah Madjer ont battu la machine de la Mannschaft par 2-1 grâce à Rabah Madjer et Lakhdar Belloumi. Le second succès des Verts était face au Chili dans le même Mondial (1982 Espagne) lors du troisième match sur un score de 3 buts à 2. Tandis qu’en 1986 et lors du Mondial du Mexique, l’Algérie n’a récolté qu’un seul point, c’était face aux Irlandais (1-1). Le dernier point obtenu par l’Algérie remonte à quelques jours face aux Anglais (0-0) et cela a permis aux Fennecs d’occuper la deuxième place arabe derrière le Maroc. A rappeler que les Lions de l’Atlas occupent la première place arabe du fait qu’ils ont participé 4 fois à la Coupe du monde et ils ont glané 10 points. 76 équipes seulement ont disputé la Coupe du monde Cette compétition qui revient chaque quatre ans a connu depuis sa naissance la participation de 76 nations. Parmi ces équipes, on en trouve 67 qui ont enregistré de bons résultats (des matchs nul ou bien des victoires), tandis que 17 équipes n’ont enregistré aucune victoire. Il s’agit de l’Egypte et du Koweït. N. S.

Saïfi «Si on avait battu la Slovénie,
on serait passés au deuxième tour»
La participation de l’Algérie à ce Mondial sud-africain est très honorable. Nous étions très bons sur le terrain. D’ailleurs, je ne suis pas le seul à le dire, tout le monde partage mon avis. Nous avions démontré de belles phases de jeu. Sincèrement, nous avons honoré l’Algérie. Vous auriez pu passer au second tour si vous aviez battu les USA. Ne pensezvous pas que vous êtes passés à côté d’une qualification ? C’est vrai, nous aurions pu accéder en huitièmes de finale, mais nous avons manqué de réussite devant les bois. Vous savez, si on avait battu la Slovénie, on serait passés au prochain tour. Comme vous le savez, l’équipe qui récolte le maximum de points aura la chance de passer. Contrairement à nous, on a raté la première rencontre. Que pensez-vous des trois équipes que vous avez affrontées ? Sincèrement, le groupe C est un groupe de la mort au sens propre du terme. Tout le monde avait dit avant le début de la compétition que ce groupe était facile, mais c’est tout à fait le contraire. La preuve, la qualification au second tour s’est jouée lors du troisième match. Tout le monde s’accorde à dire que la participation de l’Algérie est honorable par apport aux précédentes éditions où l’équipe n’arrivait même pas à se qualifier pour la Coupe d’Afrique. Partagez-vous cet avis ? Comme je viens de vous dire, nous avons honoré l’Algérie en Afrique du Sud. C’est vrai, si on revient un peu en arrière, l’Algérie n’a pas participé aux deux éditions de la Coupe d’Afrique (2006-2008). Maintenant, Hamdoullah, on est revenus en force. J’espère qu’on continuera sur cette lancée. Comment voyez-vous l’avenir de cette équipe ? Elle aura un bel avenir. La majorité des joueurs sont jeunes capables de redonner le sourire à ses inconditionnels. Un grand travail nous attend, nous allons faire notre possible pour être à la hauteur. Maintenant place à l’avenir, ce qui est passé est passé. Entretien réalisé par S. B.

Selon Rafik Saïfi, l’Equipe nationale aurait pu accéder aux huitièmes de finale de la Coupe du monde s’ils avaient bien sûr battu la Slovénie lors du premier match. Dans l’entretien qui suit, l’attaquant des Verts nous a révélé que la participation des Fennecs était très honorable dans ce tournoi planétaire.
Alors Rafik, comment analysez-vous le parcours de l’Algérie après votre élimination ?

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

Michael Laudrup au Buteur «Y a pas d’individualités en équipe d’Algérie»
Avec deux tentatives avortées, la troisième a été la bonne avec Michael Laudrup, sans doute le meilleur joueur danois de tous les temps. Hier, il fallait se lever tôt pour espérer discuter avec l’ancien joueur du Real et du Barça. «Je vais m’entraîner d’abord après on verra bien, je ne vous promets rien, j’ai rendez-vous à 11h 30», nous a-t-il prévenu. Après une heure d’attente, Laudrup qui venait de finir sa séance d’entraînement nous a fait un signe de la main pour faire l’interview et sans doute en finir avec nous. La preuve, il n’avait même pas pris sa douche.

10

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

«J’ai été déçu par la prestation des Africains»
C’est quoi le secret de cette silhouette toujours svelte malgré vos 46 ans ? Depuis que j’ai arrêté le foot il y a plus d’une dizaine d’années, je n’ai jamais arrêté de m’entraîner. J’ai aussi une bonne hygiène de vie, mais cela ne m’empêche pas de vieillir pour autant (rires). Vous avez de nombreux fans en Algérie, les uns aiment le Barça, les autres le Real et ils n’arrêtent pas de dire que vous êtes l’un des leurs. Dites-nous sincèrement, pour quelle équipe votre cœur bat ? Cette question, on me l’a posée maintes fois et ma réponse a été toujours la même : j’aime les deux équipes car j’ai vécu des moments fabuleux avec le Barça et avec le Real. C’est vrai que je vis actuellement à Madrid, mais je vais sou-

vent à Barcelone et à chaque fois je suis accueilli comme un vrai Catalan. Comment peut-on conserver le respect des supporters catalans lorsqu’on quitte le Barça pour le Real ? On les respectant tout simplement. Je crois que j’ai toujours respecté les supporters de Barcelone que ce soit dans mon comportement ou dans mes déclarations. J’ai aussi quitté le Barça après avoir passé presque une saison sur le banc. On ne pouvait pas m’empêcher de partir ailleurs. Qu’est-ce que cela vous fait de battre le Barça 5 à 0 sous les couleurs du Real et le Real 5 à 0 sous les couleurs du Barça ? C’est peut-être pour cela que les supporters des deux équipes me respectent. Comme ça, tout le monde est quitte (rires). Parlons un peu de la Coupe du monde. Avez-vous vu les matchs de l’Algérie ? Pas en entier, mais j’ai revu Algérie-Angleterre en différé.

Que pensez-vous du football proposé par les Algériens ? Contrairement au passé, je n’ai pas vu des individualités marquantes dans cette équipe algérienne qui a joué en bloc. C’est normal quand vous avez en face une sélection comme l’Angleterre avec beaucoup de joueurs dangereux. Vraiment, aucun joueur ne m’a attiré l’attention tellement le jeu des Algériens était basé sur l’engagement physique et la réduction des espaces. Je me rappelle de la sélection algérienne des années 80 qui a obligé l’Allemagne et l’Autriche à combiner pour l’empêcher de passer au second tour et là je peux vous dire qu’il n’y avait pas seulement un joueur de très haut niveau mais plusieurs. Cinq équipes africaines sur six sont éliminées. Un commentaire… C’est la grosse déception de la Coupe du monde. Avec l’organisation du Mondial sur le continent africain, on s’attendait tous à ce qu’une équipe africaine aille audelà des quarts de finale, mais sur ce que j’ai pu voir jusque-là, je suis

pessimiste. Je ne vois même pas le Ghana faire mieux que le Cameroun en 90 et le Sénégal en 2002. L’autre déception, c’est l’élimination du Danemark au premier tour... On savait au début qu’il était difficile de battre les Pays-Bas et que la qualification allait se jouer contre le Japon et le Cameroun. On a réussi à battre le Cameroun, mais face au Japon ça s’est joué à peu de choses. Les joueurs danois n’ont pas l’expérience des phases finales, à mon avis, car ils ont réalisé d’excellentes éliminatoires en terminant premiers devant le Portugal. Vous avez déjà été entraîneur adjoint de la sélection danoise. Pensez-vous revenir un jour comme entraîneur en chef ? Oui, mais pas pour le moment. Morten Olsen est en train de réaliser un excellent travail, il lui reste encore deux ans de contrat, il faut le laisser travailler. On verra bien plus tard. Entretien réalisé par Mohamed Saâd

Carlos Alberto Parreira au Buteur

«Je n’ai pas reconnu l’Algérie»
Lorsque Farid Zouaoui, notre confrère du Parisien, nous a invité à dîner dans un restaurant de Johannesburg, nous avons traîné un peu la patte avant de dire oui. Et bien nous avons eu tort ! Dès que nous avons pris place au Piatti, restaurant italien, une tête pas du tout inconnue était en face de nous : Carlos Alberto Parreira, champion du monde 94 avec le Brésil et actuel sélectionneur des Bafana Bafana en train de savourer une succulente pizza italienne. Un cadeau tombé du ciel. Bonsoir M. Parreira, pouvezvous nous accorder quelques minutes après avoir terminé de manger ? Si pour quelques minutes, vous pouvez parler maintenant, il n’y a pas de problème. Tout d’abord, bravo pour votre geste de fair-play à l’égard de Domenech qui a refusé de vous serrer la main… Merci, mais je n’ai fait que mon métier parce que durant toute ma carrière de joueur et d’entraîneur on m’a appris et j’ai appris aux autres que le respect de l’adversaire est important. Comment qualifiez-vous le geste de Domenech ? Domenech s’est comporté comme un bad boy, c’est tout ce que je peux dire, mais j’ai déjà tourné la page. Comment qualifiez-vous le parcours de l’équipe algérienne ? Pour être sincère avec vous, je n’ai vu qu’un seul match de l’équipe d’Algérie, c’était face à l’Angleterre et on m’a dit que c’était le meilleur match des Algériens durant cette Coupe du monde. Comment avez-vous trouvé les joueurs algériens ? Ils étaient bons physiquement. C’est tout ? Je vais vous dire la vérité : je n’ai pas reconnu le football algérien joyeux des années 80. Pour moi, les Algériens jouent à la brésilienne, ce sont des adeptes du football samba tourné carrément vers l’offensive et basé sur les passes courtes et la technique en mouvement. Il y avait quelques combinaisons certes, mais avant les 40 mètres anglais. Je n’ai pas vu une combinaison offensive durant tout le match. Sincèrement, ce n’est pas le football algérien que j’ai aimé. Pourquoi à votre avis ? L’Algérie joue à l’européenne sans doute parce que tous ses joueurs ont été formés en France. Avez-vous été déçus par les résultats des équipes africaines durant ce premier tour ? Je suis déçu, mais c’était prévisible. Pour pouvoir rivaliser avec les Européens et les Latino-Américains, il faut avoir un championnat local fort. Ce n’est pas le cas des sélections afri-

caines. Les joueurs argentins, par exemple, jouent presque tous en Europe, mais ils ont d’abord brillé chez eux. La solution passe par le développement du football local, sinon je

ne vois pas une sélection africaine bousculer la hiérarchie. Entretien réalisé par Mohamed Saâd

Le Buteur du 26-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

11

Claude Leroy «Il vaut mieux que Saâdane
reste à la tête de la sélection algérienne»

L’

ancien sélectionneur du Cameroun, du Ghana et actuellement d’Oman, le Français Claude Leroy a gentiment accepté de répondre à nos questions et de nous parler du parcours de l’Algérie durant ce Mondial sudafricain. Même s’il juge que les Verts ont réalisé de bonnes prestations dans l’ensemble lors de leur séjour au pays des Bafana Bafana, notamment face à la redoutable équipe d’Angleterre, il estime néanmoins que le résultat aurait pu être meilleur. Il pense que l’actuelle équipe d’Algérie a une grande marge de progression devant elle, et avec le travail et l’abnégation de tout le monde, elle finira par devenir encore plus forte.

«M’bolhi m’a impressionné. Il a sorti deux énormes matchs face à l’Angleterre et les Etats-Unis et a démontré qu’il état très bon» «Nadir Belhadj a franchi un pallier incroyable durant ce Mondial. Il déborde d’énergie et d’activité et il a beaucoup apporté sur son couloir gauche»
mieux et apporter plus de soutien à ses coéquipiers. Il a raté pas mal de corners, de coups francs et de tirs. C’est dommage lorsqu’on sait que la force de la sélection algérienne réside dans les coups de pied arrêtés. Sur ce plan-là, on peut dire qu’on n’a pas vraiment «Le su fiasco qu’a profiter e de vécu l’équip ue de nos riq France en Af balles t Mondial et en faisant au final un bon tournoi. Il connaît parfaitement le groupe, et je pense qu’il peut encore apporter à cette sélection algérienne. Cela dit, je préfère ne pas m’immiscer dans quelque chose qui ne me regarde pas. Saâdane est quelqu’un que j’apprécie et que j’estime. Beaucoup lui reprochent le fait de n’avoir pas su gérer l’affaire Mansouri qui, pour rappel, s’est vu prendre sa place de titulaire et son capitanat aussi… Que voulez-vous que je vous dise ? Tout dépend de la nature des joueurs, c’est tout. Un joueur professionnel doit avant tout penser à l’intérêt de l’équipe et non pas à sa petite personne. A ma connaissance, Mansouri n’a pas été évincé de la liste des 23 ; il a été juste mis sur le banc, et cela ne doit pas lui poser trop de problèmes en principe. Vous savez, certains cadres doivent donner l’exemple même s’ils ne jouent pas. C’est ça le football. En équipe de France, par exemple, si c’était moi l’entraîneur je prendrais Patrick Vieira parmi le groupe pour le Mondial, et ce même si je sais qu’il n’a plus ses jambes de 20 ans. C’est un cadre de l’équipe que tout le monde respecte et je sais qu’en sa présence l’EDF n’aurait jamais connu le fiasco qu’elle a vécu en Afrique du Sud. Justement, en tant qu’entraîneur français. Comment expliquezvous ce qui s’est passé au sein de votre sélection durant son séjour au pays de Mandela ? Ce qui s’est passé est tout simplement désastreux et pitoyable. On aurait tout imaginé mais pas ça quand même. On est dans un pays de communication, mais quand la politique s’en mêle, les choses deviennent encore plus incompréhensibles. Alors que les grèves sévissent partout en France, le chef de l’Etat trouve le moyen d’avoir un tête-à-tête avec un joueur de foot. Que voulezvous que je vous dise de plus ? Je suis dégouté. Entretien réalisé par Saïd Fellak

jouer avec deux défenseurs bien faire, il a pénalisé sa formaTout d’abord, on aimerait que centraux et non trois, pour avoir tion encore plus. vous nous établissiez un petit la possibilité d’incorporer un bilan de la participation de l’EN Quels ont été, selon vous, les attaquant supplémentaire qui algérienne durant ce Mondial points forts et les points faibles donnerait un plus à cette ligne sud-africain… de la sélection algérienne durant offensive… Sincèrement, je crois que l’Algécette Coupe du monde ? Sur un tableau, c’est facile de rie a fait bonne figure durant sa D’après ce que j’ai vu, je dirai décortiquer et d’analyser comme participation à ce Mondial. Elle a que l’Algérie a démontré beauon veut. Certes, je suis quelqu’un fourni dans l’ensemble de bonnes coup de solidité et de rigueur surqui prône l’offensive dans le jeu, prestations et n’a nullement été ritout sur le plan défensif. La mais de là à juger les choix d’un dicule. Il faut reconnaître qu’il y a défense algérienne fut à la hauteur entraîneur, ça, je ne pourrai le de la qualité dans cette équipe. durant ce Mondial, il faut l’avouer. faire aussi directement. Vous Néanmoins, on a pu constater Aussi, le milieu de terrain défensif savez, chaque coach a sa méthode quelques erreurs individuelles qui a bien accompli son rôle. En propre à lui. On ne vit pas dans le ont influé négativement sur le résomme, on a vu une bonne et sogroupe, donc on ne peut pas juger sultat de l’équipe. L’expulsion gralide assise derrière, contrairement avec exactitude les choix que peut tuite de Ghezzal lors du premier à la ligne offensive qui demeure a prendre un entraîneur. Cela dit, match face à la Slovénie a été fapriori le point faible de l’équipe alsur ce match face aux Etats-Unis tale à l’équipe, qui a dû par la suite gérienne. Les attaquants n’ont c’est clair que ça aurait été plus juabdiquer et s’incliner dans cette réussi à marquer aucun but dans dicieux si le sélectionneur avait partie. ce tournoi, et ça c’est infligeant apporté plus de folie dans le jeu de comme constat. Beaucoup estiment que n’avait son équipe vers la fin du été ce revers concédé bêtement Qu’est-ce qui a fait que les lors de ce premier match face à attaquants n’ont pas su comment match, en la Slovénie, l’Algérie aurait s’illustrer dans ce Mondial ? incorporant un certainement eu plus de facilité à Selon vous, le fait est dû joueur qui sait mase qualifier pour les 8es de finale. au système tactique «L’EN nier le dribble. e Partagez-vous cet avis ? adopté par le d’Algérie a un Il fallait oser Vous savez, le premier match sélectionneur ou au de marge de gran et tout tennt d’un tel tournoi demeure très imfaible niveau de nos ression deva ut ter, puisque prog portant, surtout pour les équipes il fa attaquants ? . A présent, l’équipe elle dites de moyenne envergure. Il Je ne pense pas que i laisser la nrichir et lu s joueurs était toul’e faut bien le négocier pour éviter le système tactique Le jours élirte ouverte. po de jouer après sous pression et mis en place par le ivent en minée. actuels ne do re que avec la peur constante d’être élisélectionneur peut se di Quels sont aucun cas miné à tout moment. Ce n’est pas être la cause principale leur la sélection les joueurs par exemple comme l’Espagne, de cette inefficacité des partient.» ap algériens qui qui, à mon sens, peut se permettre attaquants. L’entraîneur a, vous ont le plus de rater son entrée en lice dans ce certes, choisi de privilégier impressionné ? genre de compétition mais qui l’aspect défensif mais ça n’explique Celui qui m’a le plus imprespeut aisément se racheter par la pas. N’oubliez pas que l’équipe sionné c’est le gardien M’bolhi. Ce suite, du moment qu’elle possède d’Algérie, surtout sa défense, a pris joueur a sorti deux énormes dans ses rangs des joueurs de l’eau durant ses derniers matchs matchs face à l’Angleterre et les classe mondiale. Je pense que la de préparation, et Etats-Unis. Il a démontré qu’il faute de l’Algérie durant de ce fait, il fallait vite était très bon et qu’il avait du poce match face à la remédier à cela. La priorité est tentiel. Il y a aussi Nadir Belhadj Slovénie était souvent de sécuriser sa défense «Un qui, à mon sens, a franchi un pason manque avant de penser à l’offensive. En joueur lier incroyable durant ce Mondial. de concentout cas, quand on voit les ocel Il déborde d’énergie et d’activité et tration. S’il professionn casions ratées par Djebbour et tout tous s’accordent à dire qu’il a avait été doit avant consorts lors du dernier l’intérêt beaucoup apporté sur son couloir bien penser à match face aux USA, on peut ipe et non dire que la tactique n’a rien à gauche. Bougherra et Halliche concentré de l’équ aussi ont fait un excellent tournoi. sa petite sur son pas à avoir. Des actions pareilles sujet, Ghezrsonne.» pe Et comment avez-vous trouvé dans le haut niveau, on ne les zal n’aurait jaZiani ? rate pas. mais mis sa main Je dirai que Ziani n’a pas fait un En décortiquant le jeu de ce de la sorte et provoquer ainsi son grand tournoi. Il n’a pas été brilmatch USA-Algérie sur la chaîne expulsion de la rencontre lant, mais n’a pas été mauvais. Un française L’Equipe TV, vous avez quelques minutes seulement après joueur comme lui aurait pu faire signifié que l’Algérie aurait dû son entrée en jeu. En voulant trop

du Sud es et désastreux is su pitoyable. Je dégoûté»

arrêtées… Voilà. Les tireurs de ces balles arrêtées ont manqué d’application et de concentration. Je reste persuadé que si l’Algérie avait bien exploité tous ses coups de pied arrêtés, elle aurait sans doute marqué quelques buts. Tout le monde est unanime pour dire que l’Algérie a gagné malgré tout une équipe d’avenir, sur laquelle elle pourra compter dans les années à venir. Partagez-vous cette opinion ? Bien évidemment. L’Algérie a gagné une équipe, et je peux ajouter aussi qu’elle a une grande marge de progression devant elle. Il faudra prendre soin d’elle et persévérer dans le travail. Cette équipe, il faut aussi l’enrichir et lui laisser la porte ouverte. Les joueurs actuels ne doivent en aucun cas se dire que la sélection leur appartient. Seuls les meilleurs doivent être retenus. Aussitôt la Coupe du monde terminée pour l’Algérie, on a commencé à parler d’un probable successeur de Saâdane à la tête de la sélection. Selon vous, le coach devrait-il rester ou quitter son poste, d’après ce qu’on a vu durant cette compétition et bien avant aussi ? Me concernant, je dirai qu’il vaut mieux qu’il reste et qu’il ne quitte pas ses fonctions maintenant. Saâdane a démontré sa valeur en qualifiant son équipe au

12

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Abedi
Nous sommes effectivement très, très contents parce que si cette Coupe du monde est arrivée ici, c’est grâce à deux personnes : Danny Jordaan (président du Comité d’organisation sud-africain du Mondial, ndlr) et moi. C’est nous qui dormions dans les avions lors de longs déplacements pour défendre cette candidature, allant jusqu’en Arabie saoudite. Cette Coupe du monde, c’est nous deux ! Même lors de notre première tentative pour avoir l’organisation, c’était nous deux qui étions devant et qui affrontions les questions difficiles que nous posaient certains comme Michel Platini, à propos de notre candidature et du contient africain. On nous disait : «Vous avez le sida, vous avez la malaria, vous avez des guerres partout. Comment voulez-vous organiser une Coupe du monde ?» Nous leur répondions que c’est justement à cause de tout cela que nous avions besoin de la Coupe du monde afin de montrer aux gens que nous faisons partie du monde et que nous pouvons montrer au monde que l’Afrique a un savoir-faire. La campagne a été très, très difficile. Déjà, lors de notre première tentative pour avoir l’organisation de la Coupe du monde 2006, l’Afrique du Sud n’avait pas remporté le vote parce qu’il y avait un votant qui avait refusé de voter : le représentant de la Nouvelle-Zélande. Malgré cela, nous avions convaincu Blatter (le président de la FIFA, ndlr) et de sept membres du Comité exécutif. Au final, nous avions eu 11 voix et l’Allemagne a obtenu 12 voix. Au pays, tout le monde était triste et déçu. A notre retour, le président de l’époque, Tom Mbeki, m’avait appelé et m’avait dit : «On a besoin de toi.» Nous avons tenu une réunion et il m’a dit que, du moment que nous avions

au Buteur

«M’bolhi est une
«Mon fils André Aye
obtenu 11 voix, soit seulement une voix de moins pris le pouvoir, beaucoup de gens avaient eu peur que l’Allemagne, cela voulait que ce sera notre tour et avaient fui. Il a sillonné plusieurs pays pour dire la prochaine fois. Il a promis de mettre tous les aux Sud-Africains blancs : «Vous êtes chez vous. Il moyens financiers en place pour mener une autre faut revenir parce que, si vous ne revenez pas, le campagne de candidature. J’ai donné mon accord pays peut couler.» et je suis rentré au Ghana me reposer. Deux mois N’y a-t-il pas crainte qu’on oublie toutes ces après, je suis revenu et nous avons recommencé. belles choses après la Coupe du monde ? C’était dur car il avait fallu aller dans tous les pays, Non, car il n’y a qu’une Coupe du monde en rencontrer tous les gouvernements et parler de- Afrique, pas deux. S’il y aurait une autre Coupe vant les Parlements. En voyant le résultat au- du monde sur le continent africain, peut-être que jourd’hui, je suis ravi. ça ferait oublier Les sceptiques, comme Michel Platini, sontcelle-ci. ils convaincus aujourd’hui ? Se sont-ils ravisés ? (Rire) Platini est un ami. Nous sommes dans la même «J’ai trouvé l’équipe commission à la FIFA. Je respecte la décision d’un ami qui d’Algérie magnifique contre l’Angleterre ne partage pas la même opinion que moi. Cependant, c’est et les USA» une très bonne question que vous me posez. Je ne l’ai pas encore vu, mais je vais bientôt le voir, peut-être saY a-t-il une medi à l’occasion du dernier match du Ghana. Je chance, pour discuterai avec lui et lui demanderai ce qu’il pense vous, qu’il y ait de tout ce que nous avons réalisé. Il n’y a pas que une autre Coupe du lui qui était sceptique. Il y avait beaucoup d’autres monde en Afrique ? qui n’avaient pas confiance en l’Afrique. Cette Ah, oui ! Bien sûr ! Coupe du monde n’est pas la réussite de l’Afrique Dans quel pays, par du Sud seule. C’est la réussite et la fierté de tout un exemple ? continent. De plus, ce qui est beau, c’est qu’on voit (Après une hésitation) Je dans les stades qu’il y a des blancs et des noirs assis sais qu’il y a des pays en côte à côte avec des vuvuzelas, chantant et dansant. Même les Sud-Africains se retrouvent dans Afrique qui peuvent organiser une Coupe du monde. cette communion. Vous pensez à l’Egypte ? Vous voulez dire que le Mondial a scellé la Non, pas l’Egypte. réconciliation raciale en Afrique du Sud ? Votre pays, le Ghana ? Oui. C’est énorme ! Et cela, ça n’a pas de prix. Il y en a, parmi les Sud-Africains, qui ne se connaisNon, pas le Ghana. saient pas ou ne se parlaient pas. Là, ils travaillent Le Maroc ? tous ensemble pendant un mois. Un mois, c’est Oui, le Maroc. long. Justement, le Maroc était en concurrence Ce Mondial a donc renforcé les liens entre avec l’Afrique du Sud pour décrocher les Sud-Africains ? l’organisation du Mondial-2010… Oui. Il a renforcé l’unité du pays pour que les Oui, c’est ça. Je vois bien le Maroc organiser une blancs se sentent chez eux. Lorsque les noirs Coupe du monde. avaient repris le pouvoir, les blancs pensaient Pour bientôt ou à long terme ? qu’ils n’avaient plus leur place dans le pays et qu’ils Pour bientôt. On va lutter pour cela. étaient perdus. Or, Nelson Mandela a dit qu’il y a Etes-vous prêt personnellement à vous de la place pour tout le monde. Aujourd’hui, tous investir pour une autre candidature les Sud-Africains, blancs, noirs et métis, se senafricaine comme vous vous êtes investi pour tent chez eux. la candidature de l’Afrique du Sud ? Le plus dur sera de continuer comme ça (Rire) Puisque je dis que c’est le Maroc, cela exaprès la Coupe du monde… plique tout. Le plus dur a été ce que Mandela avait fait, c’estVous avez évoqué la réussite populaire de ce à-dire renforcer l’unité nationale. Lorsqu’il avait En deux ans, vous emblez avoir pris un peu de poids. Est-ce parce que vous ne vous entraînez plus ? Cela se voit que cela fait longtemps que vous ne m’avez pas vu. Avant, j’étais encore plus gros que ça (rire). Mais depuis que j’ai recommencé à m’entraîner et à jouer, j’ai réduit mon surpoids. «Même s’il Comment faites-vous ne marque pour répondre favorablement à toutes les pas, sollicitations des Ghezzal journalistes ? Vous êtes crée des constamment sollicité, occasions» mais vous ne dites jamais non. J’ai le souci d’être bien avec tout le monde. Sans les journalistes, nous, joueurs, ne sommes rien. C’est vrai que, parfois, ça nous fait ch…, mais on s’y est habitué. De temps en temps, il faut qu’on parle de toi et il faut que tu dises des choses. Même si sur des choses négatives, on a envie qu’on parle de toi. Si je réponds à toutes les sollicitations, c’est par respect pour le public et par respect aussi pour les journalistes. Ce n’est pas concevable qu’un journaliste vienne t’attendre pendant deux ou trois heures et ne te voit pas. Le football m’a donné beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses : le pouvoir, le respect… Si j’en suis arrivé au niveau de vie que j’ai actuellement, c’est grâce au football et aux journalistes. Vous avez été ambassadeur de la candidature de l’Afrique du Sud à l’organisation de la Coupe du monde. Alors que la première phase, qui concerne quand même les trois quarts des matchs, se termine et que tout se passe bien, ne pensez-vous pas que neuf années d’efforts ont porté leurs fruits ?

Pel

(1re partie)

e ENORME révélation !»
ew m’a dit que c’est son ami !»
Mondial en Afrique, mais la réussite sportive fait défaut puisque plusieurs sélections africaines ont été éliminées : le Cameroun, le Nigeria, l’Algérie, l’Afrique du Sud… Etesvous déçu ? C’est une déception pour Danny Jordaan et moi. Hier (entretien réalisé jeudi, ndlr), nous avons eu une réunion au niveau du comité d’organisation et tout le ponde était déçu de ce fait. Pensez-vous que c’est injuste ou bien que c’est ça le sport ? Je dirai que c’est le sport. Les sélections africaines ont eu vraiment déçus de ces éliminations. ce qu’a fait l’Algérie, elle passera certainement. N’est-ce pas aussi un problème d’organisation ? La Côte d’Ivoire et le En tant qu’ancien meneur de Nigeria ont changé d’entraîneur il y a jeu, ne pensez-vous pas qu’un quelques mois seulement… Mourad Meghni a manqué à Je ne crois pas que ce soit cela le vrai problème. l’équipe d’Algérie ? Cela dit, c’est vrai que ce n’est pas normal de prenOui car, dans le football, il faut dre un entraîneur quatre mois avant une Coupe toujours des joueurs expérimentés. du monde. Moi, je suis déçu de tout ce qui se Contre les Américains, il y a eu le passe dans le football africain. A travers cette joueur algérien le n°9 (Abdelkader Coupe du monde, nous tenions à délivrer un Ghezzal, ndlr) qui était absent du message : le continent africain est tellement grand précédent match à cause d’une susque cinq représentants au Mondial, c’est peu. Or, pension. Il a manqué dans le il se trouve que nous, qui défendons cette thèse, match face à l’Angleterre, car il est qui devons avancer des arguments, qui devons costaud et il peut jouer seul devant convaincre les autres, nous perdons un peu l’es- en perturbant la défense adverse. poir d’avoir gain de cause à cause des résultats de Même s’il ne marque pas, il crée cette Coupe du monde. Si une sélection africaine des occasions pour permettre à parvenait en demi-finale ou en finale, même si d’autres de marquer. Je pense que nous n’obtiendrions pas d’autres places pour s’il y a eu quelques faiblesses dans l’Afrique dans l’immédiat, nous serions en mesure les rangs de la sélection d’Algérie, de dire aux gens : «Voyez ce que peut faire c’est dû à ce qui s’était passé durant l’Afrique ! La situation actuelle ne peut pas durer.» la Coupe d’Afrique des nations où, contre l’Egypte, il y a eu quelques Le Ghana est la seule sélection africaine à problèmes avec des cartons distritirer son épingle du jeu. Etes-vous fier que bués. Ça a perturbé les joueurs l’équipe n’ait pas la pression sur elle ? Certes, j’en suis fier, mais je suis en même temps dans leur préparation. Malgré cela, ils étaient déçu par les lacunes montrées sur le terrain. venus avec un mental fort et de la combativité. Lorsque je vois l’organisation des joueurs, leurs Cela donne de la confiance pour le futur. qualités physiques, techniques et mentales, ça me Sur un plan individuel, y a-t-il eu des soulage un peu et me rassure pour le futur. Hier, joueurs que vous ne connaissiez pas et que les Ghanéens ont réalisé un grand match face à vous avez découverts ? l’Allemagne. Ils ont eu des occasions qui auraient Le gardien de but, Mbolhi. J’ai appelé mon fil pu se transformer en buts. On a dominé. Quand (André Ayew, ancien joueur à l’Olympique de l’Allemagne attaquait, nous attaquions Marseille, ndlr) et lui ai dit : de même. C’était très équilibré. «Pourquoi ne m’as-tu pas dit qu’il «Platini n’avait y avait un gardien comme ça qui Comment voyez-vous votre pas confiance avait joué à Marseille ?» Il m’a réhuitième de finale contre les Etatspondu que M’bolhi était son en l’Afrique» Unis ? ami et qu’ils avaient joué enNous avons beaucoup de chances de semble à l’OM ! Moi, je ne le sapasser. Si les joueurs respectent les mêmes bases tactiques et les mêmes tactiques, je vais pas. J’ai vu que le gardien de but était un peu noir et je me suis dit : «Comment se fait-il qu’il est crois qu’ils n’auront pas de problème. Cela ne veut dans le but de l’Algérie ?» pas dire pour autant que ça va être facile. Son père est Congolais et sa mère Tirez-vous votre optimisme du fait que les Algérienne… Américains ont été bousculés par les Je ne le savais pas ! C’est mon fils qui m’a appris Algériens, ce qui montre qu’ils sont que c’est un ami à lui et qu’il est Parigot (Parisien, prenables ? Oui, parfaitement. Vous savez, l’Algérie est l’un ndlr). Quelle surprise ! Vous aviez un gardien de des pays du continent que j’adore le plus au niveau but comme ça et il ne joue pas ??? football. Lorsque j’ai vu comment les Algériens C’est parce qu’on l’a découvert il y a quelques ont joué contre les Anglais et contre les Amérimois seulement… cains, cela me donne de l’espoir et me renforce (Rire) Pour moi, c’est une ENORME révéladans ma conviction qu’il leur manque juste de tion ! J’étais bien content de le voir jouer. faire un peu mieux pour qu’ils passent un cap. A-t-il le niveau international, selon vous ? Donc, si la Ghana parvient à faire un peu plus que

é

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

13

qq On ne se lasse jamais d’une discussion avec Abedi Pelé, l’ancienne perle du football ghanéen. L’un des artisans du sacre de l’Olympique de Marseille en Ligue des champions de 1993, un vrai militant du football africain qu’il n’a eu de cesse de défendre au

point de s’investir personnellement dans la campagne pour l’attribution de la Coupe du monde à un pays africain. Rencontré jeudi matin, il évoque différents sujets de l’actualité du Mondial en usant d’un francparler qui fait que ce qu’il dit n’est jamais banal.

«Non, cette équipe ne fera pas oublier celle de 1982»
des occasions pour gagner leurs matchs, comme cela a été le cas du Cameroun et de la Côte d’Ivoire, sachant que cette dernière est dans un groupe très difficile. Que dire alors de l’Algérie ! Très forte. C’est vrai, elle a été moyenne dans son premier match, mais dans les deux autres, je l’ai trouvée magnifique ! En votre qualité d’ancien attaquant, comprenez-vous les choix de l’entraîneur Saâdane ? Je n’aime pas parler des entraîneurs. Je parle d’une équipe. Concernant l’attaque, il n’y a pas que l’Algérie qui souffre d’un problème de buteurs, mais de tout le continent africain. Toutes les équipes africaines participantes se créent des occasions, mais n’arrivent pas à les concrétiser. Y compris le Ghana qui a inscrit deux buts, mais les deux sur penalty ? C’est exactement ce que je voulais dire : les Africains n’arrivent plus à marquer sur des actions construites. Avant que les Etats-Unis ne mettent leur but, c’est l’Algérie qui avait raté un but de la tête. La contre-attaque a donné le but américain. Pourtant, l’Afrique a des attaquants de niveau mondial, comme Drogba et Eto’o. Nous sommes

Bien sûr ! Du moment qu’il a joué la Coupe du monde, y a-t-il niveau international plus élevé ? Tout se passe ici. Les championnats, les coupes nationales et la Ligue des champions, c’est des petits à côté du Mondial. Hier, pour Ghana-Allemagne, il y avait plus de 81 000 personnes au stade. Vous vous rendez compte ? Ceci sans compter les millions de téléspectateurs. Pour moi, la révélation côté algérien est le gardien de but. Il m’a vraiment, vraiment gâté, surtout contre l’Angleterre. Il y a deux ans, vous nous disiez que l’équipe d’Algérie de 1982 est irremplaçable. Pensezvous que celle de cette année peut faire oublier cette équipe-là ? C’est trop lui demander ! Pour que l’équipe fasse oublier celle de 1982, il faut qu’elle batte l’Allemagne en Coupe du monde ! L’équipe des années 80 l’avait fait. Plus même : il avait fallu un complot pour que l’Algérie ne passe pas au deuxième tour ! Madjer, Belloumi, Assad, Mustapha Kouici, c’était autre chose ! Il n’y avait pas seulement un ou deux joueurs de niveau mondial, mais bien sept joueurs ! Non, il n’y a pas matière à comparaison. Peut-être dans le futur. Entretien réalisé par Mohamed Saâd, Farid Aït Saâda et Farid Zouaoui (à suivre)

14

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Chili
Del Bosque:
«On a progressé»
Vicente del Bosque (sélectionneur de l'Espagne): «On sait qu'aucun match n'est facile. A la mi-temps, je pensais qu'on contrôlait le match, mais leur but nous a assez perturbés. On a réagi dans un match difficile mais émotionnellement, l'équipe est bien. Il fallait prendre les trois points et se qualifier, peu importe le prochain adversaire. Le match contre le Portugal sera très difficile. On a progressé un peu. Torres a joué 60 minutes, Iniesta se sent bien, je crois qu'on est dans de bonnes conditions. Il y a beaucoup de pression, on sait ce qui se vit en Espagne, et on veut faire le maximum.» Stade : Loftus Versfeld Stadium Tshwane/Pretoria Affluence : Nombreuse Arbitre : Marco Rodriguez Avertissements : Medel (15’), Ponce (19’), Estrada (21’, 38’) (Chili) Expulsion : Estrada (38’) (Chili) Buts : Millar (47’) (Chili). Villa (24’), Iniesta (37’) (Espagne)

1-2

Espagne

L'Espagne assure le coup
qualification. Mission accomplie face à une équipe du Chili étonnante jusque-là, mais dominée sur cette affaire (2-1). En raison du match nul entre la Suisse et le Honduras (0-0), les deux Rojas se qualifient ainsi pour les huitièmes de finale. Grâce à sa première place, l'Espagne affrontera son voisin le Portugal, et évite surtout le Brésil, prochain adversaire des hommes de Marcelo Bielsa, lundi à Johannesburg. L'Espagne a bien fait de se mettre à l'abri lors d'une première période certes tendue mais bizarrement plus ouverte. La lumière est une nouvelle fois venue de l'étincelant David Villa. Le nouvel attaquant du Barça a ouvert le score dès la 25e minute d'un astucieux lob de 30 mètres. Il a signé du même coup son 41e but en équipe nationale en 60 sélections et est devenu, par la même occasion, le meilleur buteur espagnol en Coupe du monde avec six réalisations (3 en 2006 et 3 en 2010). Le deuxième

Chili:
Bravo, Isla, Jara, Medel, Ponce, Estrada, Gonzalez (Millar 46’), Vidal, Beauséjour, Sanchez (Orellana 65’), Valdivia (Paredes 46’) Entraîneur : Bielsa

Espagne :
Casillas, Ramos, Capdevila, Puyol, Piqué, Busquets, Xavi, Alonso (Javi Martinez 73’), Iniesta, Villa, Torres (Fabregas 54’) Entraîneur : Del Bosque

Iniesta :
« L’équipe a montré une bonne attitude »
«On avait une opportunité unique après avoir perdu le premier match, on s'est rachetés. L'important c'est que l'équipe soit en 8e de finale. Je me suis senti bien, l'équipe surtout a montré une bonne attitude, on est là où on voulait arriver. Ce sera difficile contre le Portugal mais notre sélection est bien armée. C'est toujours bien de gagner. L'équipe a toujours été dans la même ligne; perdre le premier match est toujours difficile, mais on a réussi à passer.»

F

avorite au sacre avec le Brésil et l'Argentine, l'Espagne monte incontestablement en puissance et elle a livré ce vendredi au Loftus Versfeld de Pretoria sa prestation la plus aboutie depuis le début de ce Mondial. La sélection de Vicente Del Bosque devait gagner pour assurer sa

éclair a été l'oeuvre d'Andres Iniesta. De retour dans le onze type après avoir été ménagé face au Honduras, le Catalan a conclu d'un plat du pied instantané une belle action collective qu'il avait initiée (37e). A dix contre onze suite à l'expulsion d'Estrada (38e), le Chili ne

s'est malgré tout pas démonté. Il a réduit la marque dès le retour des vestiaires par Rodrigo Millar, lequel venait de faire son apparition sur la pelouse. Son tir dévié par Piqué a trompé un Casillas impuissant (47e). Une défaite, au final, sans conséquence. Merci la Suisse. Ou plutôt le Honduras.

Bielsa : «Je suis satisfait, mais…»
«Les joueurs n'ont pas manifesté beaucoup de joie au coup de sifflet final parce que certes nous sommes qualifiés, mais nous avons été battus. Cela génère des sentiments ambivalents chez les joueurs. Quant au match lui-même, nous avons fait une bonne entame, mais après l'exclusion (37e), nous avons été contraints de jouer en infériorité numérique et nous avons beaucoup couru après le ballon. Jusque-là, nous avions été performants dans la conservation du ballon et dans l'agressivité.»

Millar : «On veut aller le plus loin possible»
«Avec ce but et tout ce qu'on a fait aujourd'hui, on méritait de se qualifier, avec aussi les deux matches précédents. On a atteint le premier objectif, les 8e de finale, mais on veut aller plus loin. On a un match super-dur et on espère passer. Le Brésil, c'est une équipe qui, quand elle a un petit avantage, elle le traduit par un but, c'est une des meilleures sélections du monde. Si on joue chacun à notre niveau, on peut faire quelque chose. On a quelques jours pour se reposer et se concentrer sur ce match.»

Vidal : «Nous sommes au deuxième tour, c’est le plus important»
«Il était important de passer dans la deuxième phase. Le Brésil (futur adversaire en 8e) est un candidat au titre, mais nous on fait notre Mondial et il est normal de se confronter aux meilleurs.»

Suisse
Stade : Free State Stadium Mangaung/Bloemfontein Affluence : Nombreuse Arbitre : Hector Baldassi Avertissements : Fernandes (34’) (Suisse). Thomas (4’), Chavez (64’), W Palacios (88’) (Honduras)

0-0

Honduras
«Déception profonde»

La Suisse en toute neutralité

Hitzfeld :

Suisse:
Benaglio, Ziegler, Lichtsteiner, Von Bergen, Grichting, Inler, Huggel (Shaqiri 78’), Derdiyok, Fernandes (Yakin 46’), Barnetta, N’Kufo (Frei 69’) Entraîneur : Hitzfeld

«On n'a pas réussi notre pari. On a mis très longtemps à trouver notre jeu, le Honduras s'est créé des occasions avant nous. Ensuite on a eu nos occasions, mais on n'a pas mérité cette qualification, puisqu'on n'a pas marqué. La déception ce soir est très profonde, parce qu'après notre victoire inaugurale contre l'Espagne, on avait eu de très grands espoirs. Maintenant on rentre à la maison et il reste à se concentrer sur l'avenir, sur les qualifications pour l'Euro 2012.»

Résultats d’hier

Honduras :
Valladares, Figueroa, Sabillon, Chavez, Bernardez, W Palacios, Alvarez, Nunez (Martinez 66’), Thomas, J Palacios (Welcome 79’), Suazo (Turcios 86’) Entraîneur : Rueda

Groupe G
RDP Corée
0-3

L

Valladares : «Ce fut une bonne expérience»
«Je crois que nous avons joué un bon match, nous avons eu plus la possession du ballon que les Suisses. Mais en face, il y avait une équipe qui voulait gagner. Mais il faut marquer pour remporter des victoires... J'espère que cela constitue une bonne expérience pour nous. Nous n'avons pas encore l'infrastructure et la logistique suffisantes pour aller plus loin.»

a mission de la Suisse n'avait pourtant rien d'impossible. Il suffisait aux hommes d'Ottmar Hitzfeld de marquer deux buts contre le Honduras vendredi pour se qualifier en huitièmes, puisque l'Espagne avait fait le boulot de son côté en battant le Chili (2-1). Las, Eren Derdiyok et consorts ont été incapable d'en marquer un petit à l'équipe la plus faible du groupe H et quittent la compétition sur un match nul et

vierge (0-0). Il ne faut pas aller chercher d'explication très loin : contrairement à ses deux précédents matches, la Nati devait prendre le jeu à son compte et ne pas se contenter de défendre et d'espérer un contre salutaire, comme ce fut le cas contre l'Espagne (1-0). Et dans ce genre de situation, les limites de la bande à Hitzfeld ont été criantes, tant elle a été incapable d'emballer ce match. Les Suisses se sont pourtant procurés plusieurs occasions, par

Derdiyok (16e), Nkufo (27e) ou Frei (74e), mais ils n'ont jamais cadré leurs frappes. Face à tant de stérilité, les Cuatrachos ont logiquement pris confiance et se sont même procurés les occasions les plus dangereuses : Suazo et Welcome ont manqué le cadre d'un rien (53e et 90+1) alors qu'Alvarez a buté sur Benaglio (72e). La Suisse est donc éliminée de ce Mondial dès le premier tour, alors qu'elle avait toutes les cartes en main.

Côte d’Ivoire

Portugal

0-0

Brésil
Espagne Honduras

Groupe H
Chili Suisse
1-2 0-0

Programme d’aujourd’hui

8es de finale
Uruguay États-Unis
15h00

Corée du Sud Ghana

19h30

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

15

Portugal

0-0

Brésil

Le Portugal et le Brésil bons amis
Stade : Durban Stadium (Durban)
Affluence : nombreuse Arbitres : Archundia, Vergara, Torrentera (Mex) Avertissements : Duda (25’), Tiago (31’), Pepe (40’), Coentrão (45’) (Portugal). Luis Fabiano (15’), Juan (25’), Melo (43’) (Brésil)

Queiroz : «On s'est qualifiés avec mérite»
«On a fait un bon match, l'équipe a été fantastique. Tous les joueurs ont été brillants, dans leur manière de presser et de jouer. On s'est qualifiés avec mérite, et je m'attends désormais à des tours à élimination directe complètement différents. Le Brésil est rentré fort dans le match, mais à la fin, on est tous contents. On ne sait pas qui on rencontrera en 8es de finale, mais la seule chose de sûre, c'est qu'en finissant deuxièmes, on a quatre jours pour se reposer.»

Portugal :
Eduardo, Costa, Coentrão, Bruno Alves, Carvalho, Pepe (Pedro Mendes 64’), Meireles (Veloso 84’), Tiago, Duda (Simão 54’), Ronaldo, Danny Entraîneur : Queiroz

Brésil :
César, Maicon, Bastos, Juan, Lucio, Gilberto Silva, Daniel Alves, Melo (Josué 43’), Fabiano (Grafite 85’), Baptista (Ramires 83’), Nilmar Entraîneur : Dunga

Simao : «Nous n’avons peur de personne»
à un doigt de pied d'ouvrir le score, mais sa frappe à bout portant a été détournée sur le poteau par Eduardo, alors que Raul Meireles a raté l'immanquable en deuxième mi-temps, pourtant seul devant le but (60’). Les équipes ont joué le jeu jusqu'à la fin, preuve en est cette magnifique frappe de Ramires dans les arrêts de jeu (90’+1) détournée par le gardien portugais. tijeu, comme cette main volontaire de Juan (AS Rome) qui prive Cristiano Ronaldo d'un faceà-face avec Julio Cesar (25’). Le défenseur brésilien s'en est bien sorti en ne prenant qu'un jaune, alors que les arbitres avaient pourtant le rouge facile depuis le début de la compétition. En face, les Portugais n'ont pas montré grandchose, semblant se satisfaire de ce nul qui leur ouvre les portes des huitièmes de finale. Ils se sont souvent retrouvés en position de contre, mais Cristiano Ronaldo a toujours fait les mauvais choix, frappant de n'importe quelle distance alors qu'il avait, dans la plupart des situations, un partenaire démarqué. Même si elles ont joué le jeu, ce nul arrange les deux équipes qui se qualifient en huitièmes. «On savait que le Brésil était très fort, mais on a été bien, on a pratiqué notre jeu, on a eu des occasions et on se qualifie. Je préfèrerais qu'on évite l'Espagne, qui a une sélection fantastique, mais il faut qu'on pense à nous, et finalement peu importe qui on rencontrera.»

e Portugal et le Brésil se quittent sur un match nul et vierge (0-0) qui qualifie les deux équipes pour les huitièmes. Les Brésiliens terminent premiers du groupe G. En attendant Allemagne - Angleterre de dimanche, ce Portugal Brésil avait des faux airs de huitièmes de finale. Force est de constater que tout était réuni ce vendredi à Durban pour assister à un match couperet, avec de la tension, de l'agressivité (7 cartons jaunes distribués), des occasions.... Enfin presque tout, puisqu'au contraire d'un match à élimination directe, le nul faisait le jeu des deux équipes. Il n'a manqué qu'un but pour que l'on n'épilogue pas sur un éventuel arrangement entre amis. Nilmar (30’) était pourtant

L

Le Brésil à l'italienne
Si le tournoi a perdu l'Italie dès le premier tour, il a trouvé en ce Brésil façonné par Dunga, un digne représentant : défense de fer - les 4/5e jouent dans le Calcio - rigueur tactique, un fuoriclasse (Robinho) et quelques gestes d'an-

Julio César : «Le Brésil est prêt»
«Le Portugal a encore une fois joué derrière et en contre-attaque avec Cristiano Ronaldo et Simao qui sont des joueurs rapides. On était dans un groupe difficile mais ça nous a souri. Maintenant, une étape plus compliquée commence, mais j'ai la certitude que le Brésil est prêt. (A propos de son dos) Tout va bien. Je porte une protection seulement parce que je me sens plus rassuré avec.»

Lucio : «Ce fut un match dur, mais correct»
«On savait qu'il n'y aurait pas beaucoup de spectacle puisque les deux équipes étaient déjà qualifiées (le Portugal n'était pas mathématiquement qualifié avant le match, mais en position très favorable, ndlr). (Sur le fait que l'homme du match soit Cristiano Ronaldo) C'est quelque chose de la FIFA. On sait quel joueur c'est, et aussi que dans le football, il n'y a pas de justice. (sur les nombreux cartons jaunes) On savait qu'il y aurait beaucoup de contacts, avec deux équipes très déterminées. Ce fut un match dur, mais correct.»

Corée du Nord
Stade : Mbombela Stadium - Nelspruit
Affluence : moyenne Arbitres : Undiano, Martinez, Jimenez (Esp) Buts : Yaya Touré (13’), Romaric (19’), Kalou (81’) (Côte d’Ivoire)

0-3

Côte d’Ivoire
une maîtrise technique bien supérieure aux Coréens pour créer le décalage.

Les Ivoiriens trop justes L'
Afrique n'aura donc qu'un seul représentant dans ce qui devait être «sa» compétition, le Ghana. La Côte d'Ivoire, malgré son succès face à la Corée du Nord (0-3), n'a pu réaliser l'impossible et reste donc au pied des deux places qualificatives. Cela aurait tenu du miracle. La Côte d'Ivoire se devait de rattraper un déficit de neuf buts, après la démonstration des Lusitaniens face à la Corée du Nord (7-0) lors de la précédente journée. Mission impossible donc, puisqu'en plus d'un large succès, il aurait fallu une défaite dans le même temps du Portugal face au Brésil. Or, les deux pays «amis» se sont quittés sur un match nul qui fait leur bonheur. Plus que remontés, les Eléphants étaient pourtant prêts à écraser la Corée du Nord. Menant par deux buts d'écart au bout de vingt minutes (Yaya Touré 14’ puis Romaric 20’), on se dit que l'exploit est envisageable. D'une détermination exceptionnelle, la Côte d'Ivoire se projette rapidement vers l'avant, s'appuyant sur

La Côte d'Ivoire joue son va-tout
Physiquement mise au supplice, la valeureuse formation nord-coréenne a plongé. Elle n'aura donc été programmée que pour une rencontre et demie, avant de sombrer face à des adversaires habitués au haut niveau. Leur match de vendredi ne s'est joué qu'à sens unique. Au total, les Ivoiriens auront frappé à 28 reprises vers le but de Ri Myong-Guk, contre huit pour la Corée du Nord. Mais si les Africains n'ont pas eu de mal à faire le jeu, la totalité des joueurs asiatiques évoluant dans leur propre moitié de terrain, la réussite n'était pas au rendezvous. Trois poteaux et deux buts refusés pour hors jeu plus tard, les espoirs étaient déchus. Et ce n'est pas la troisième réalisation de Salomon Kalou, arrivée trop tardivement (83’), qui a changé la donne.

Corée du Nord :
Myong-Guk, Jong-Hyok, Ri Kwang-Chon, Pak Chol-Jin, Ji Yun-Nam, Ri Jun-Il, Nam-Chol, Young-Hak, Mun In-Guk (Choe Kum-Chol 68’), Yong-Jo, Tae-Se Entraîneur : Kim Jong Hun

Côte d’Ivoire :
Barry Copa, Eboué, Boka, Zokora, K Touré, Y Touré, Romaric (Doumbia 79’), Tiote, Gervinho (Aruna 64’), Drogba, Keita (Kalou 64’) Entraîneur : Eriksson

16

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Uruguay-République de Corée, aujourd’hui à 15h

L'Uruguay retrouve les feux de la rampe

L'

Uruguay qui affrontera la Corée du Sud aujourd’hui en 8es de finale, après avoir franchi le premier tour sans encaisser de but, a enfin renoué avec son glorieux passé et pourrait bien être la «surprise» du Mondial-2010. L'attaquant Diego Forlan n'aime pas le mot «surprise», jugeant qu'il fait injure au «passé glorieux» d'un double champion du monde (1930, 1950), double champion olympique (1924, 1928), codétenteur avec l'Argentine du record de sacres en Copa America (14). Mais depuis un ultime sacre continental en 1995, la «Céleste» restait clouée au sol, avec un seul Mondial, en 2002, terminé dès la phase de poules. C'est une sélection qui vit sur des souvenirs couleur sépia qu'Oscar Tabarez reprend en février 2006 : une équipe réputée violente mais désormais sans talent ; minée par les divisions aussi et qui n'a pas su tirer profit de joueurs d'exception comme Enzo Francescoli. Après avoir mené l'Uruguay en 8es de finale du Mondial-1990, Ta-

barez «reconstruit avec des jeunes joueurs. On l'a d'abord payé en terme de résultats. Mais on savait que si on se qualifiait, on serait dans de bonnes conditions», se souvient le technicien. Si le Mondial est une «joie», les qualifications furent «une souffrance», reconnaît-il, obligé d'en passer par les barrages contre le Costa Rica. Mais une demi-finale de Copa America perdue aux tirs au but contre le Brésil en 2007 laissait présager des lendemains qui chantent pour ce que le milieu Alvaro Pereira décrit comme «un groupe impressionnant sur le plan humain, qui a toujours cru en lui».

La «garra»
Cette cohésion, cette foi en un destin collectif, se voit sur le terrain. «Il n'y a pas de super vedettes, mais de très bons joueurs. Le sélectionneur a eu la bonne idée de conserver le même groupe depuis qu'il est en poste», explique Pablo Forlan, ancien joueur et père de Diego. L'entraîneur mexicain, Javier Aguirre, a rendu hommage à une équipe «compacte» face à laquelle

monopoliser le ballon n'est pas gage de réussite. Des Français inoffensifs l'ont appris à leurs dépens en ouverture (0-0). L'Uruguay a retrouvé sa «garra», mélange d'engagement physique et de détermination mentale qui fut sa marque de fabrique. A l'instar de l'Inter Milan de José Mourinho, les individualités sont au service du collectif, comme l'illustre parfaitement Diego Forlan, positionné derrière deux attaquants. Cette cohérence, et le talent du gardien Fernando Muslera, ont permis de ne pas encaisser le moindre but. «Bien défendre n'est pas un crime, c'est une vertu», rétorque Tabarez à ceux qui taxent son équipe de conservatisme. Avec Forlan et Luis Suarez, la Céleste dispose de joueurs capables de capitaliser sur le socle collectif. Face à la Corée du Sud, l'Uruguay sera favorite. Après... «On sera dur à battre», prévient Tabarez.

n plus d'accéder pour la première fois aux huitièmes de finale d'une Coupe du monde de la FIFA dont elle n'est pas l'organisatrice, la République de Corée a battu en Afrique du Sud un autre record national en marquant cinq buts dans sa poule, sa meilleure performance en huit apparitions dans la reine des compétitions. Sur ces cinq buts, deux ont été inscrits sur une erreur de l'adversaire et les trois autres, sur coup franc, performance remarquable dans une compétition qui n'a pas fait la part belle aux coups de pied arrêtés. Le sélectionneur Huh Jung-Moo dispose dans son effectif d'au moins trois spécialistes des ballons arrêtés. Durant la campagne de qualification de la zone Asie, le prometteur milieu de terrain Ki SungYueng s'est distingué en inscrivant de puissants coups francs directs. L'ailier gauche Yeom Ki-Hun, quant à lui, tire tous les coups francs du côté droit depuis qu'il a réalisé des prouesses dans ce domaine lors de la Coupe d'Asie de l'est 2008. Pour sa part, l'attaquant Park Chu-Young possède un pied droit redoutable qui lui permet d'inscrire des coups francs en feuille morte depuis les abords de la surface. Les coups de pied arrêtés se sont révélés particulièrement profitables pour les Guerriers Taeguk, surtout face à des équipes très resserrées derrière. Lors du premier match, face à la Grèce, Ki a offert depuis le point de corner le premier but de son équipe en servant au deuxième poteau son coéquipier Lee Jung-Soo, qui n'avait plus qu'à pousser la balle dans le but. Ki et Lee ont ensuite reproduit quasiment la même combinaison pour marquer contre le Nigeria mardi : coup franc de Ki au second poteau pour l'égalisation de volée du défenseur des Kashima Antlers, son deuxième but personnel.

Le coup franc, arme secrète coréenne E

De la tête au pied
«En réalité, lors du dernier entraînement avant le match, la combinaison que nous avions répétée n'a pas fonctionné aussi bien que prévu. Alors Sung-Yueng et moi-même avons décidé de prendre un peu de temps pour travailler cette séquence tous les deux», déclare Lee à la FIFA au lendemain de la qualification. «Comme nous avions beaucoup travaillé les coups de tête sur coup franc, j'ai d'abord essayé de reprendre la balle de la tête lorsqu'elle est arrivée vers moi, mais il se trouve qu'elle est tombée sur mon pied et c'est comme ça que j'ai pu marquer un but aussi chanceux.» La chance n'avait pas été du côté du buteur lors des deux premiers matches, durant lesquels les buts opportunistes de Park Ji-Sung et Lee Chung-Yong, respectivement contre la Grèce et l'Argentine, leur avaient permis de garder la tête hors de l'eau. Mais à l'occasion du choc avec les Super Eagles pour le dernier match de poule, il était temps que la Corée du Sud dévoile enfin une arme pas si secrète que ça. Park Chu-Young, qui avait marqué contre son camp un but malheureux lors de la déroute 1-4 face à l'Argentine la semaine dernière, a finalement gagné sa rédemption grâce à un superbe coup franc qui a donné l'avantage aux Coréens sur les Nigérians en deuxième mi-temps. Le tireur d'élite de Monaco a contourné le mur pour aller loger la balle dans le petit filet nigérian, et marque le but ô combien important qui a permis à la République de Corée de tenir le nul 2-2 qualificatif pour les huitièmes de finale.

Pereira blessé à la cuisse droite
Le milieu de terrain uruguayen Alvaro Pereira, remplacé en cours de rencontre face au Mexique mardi, souffre de la cuisse droite, a annoncé mercredi le médecin de la Celeste, Alberto Pan, en conférence de presse. «Il a ressenti une douleur de plus en plus intense dans la partie postérieure de sa cuisse, ce qui nous a conduit à le sortir du terrain», a expliqué M. Pan, qui a souligné qu'il ne s'agissait pas de crampes. Selon le médecin, Pereira a déjà été examiné à plusieurs reprises mais il n'a pas encore passé de radiographie. Une telle éventualité sera discutée dans les

La précision plutôt que la puissance
«Nous avons beaucoup travaillé ce domaine et c'était Chu-Young qui était chargé de tirer les coups francs dans cette zone», explique Huh après le match. «La plupart du temps, quand on frappe très fort dans le ballon, il s'envole loin au-dessus du but. Alors je lui ai dit de mettre plus de précision que de puissance dans sa frappe.» Même si les hommes de Huh maîtrisent l'art de la feuille morte, leurs prochains adversaires ne sont autres que l'Uruguay, qui n'a toujours pas encaissé le moindre but dans la compétition. L'un des intérêts des huitièmes de finale sera de voir si les Guerriers Taeguk parviendront à nouveau à marquer sur coup de pied arrêté, cette fois-ci contre une des défenses les plus expérimentées de la compétition.

prochaines heures, a-t-il ajouté. Concernant le défenseur Diego Godin, qui a souffert de douleurs à l'estomac mardi, son état de santé s'est amélioré.

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

17

Huh «C'est du 50-50»

USA-Ghana,

aujourd’hui à 19h30

Plusieurs cordes à l'arc américain
Le sélectionneur de la République de Corée, Jungmoo Huh, estime que son équipe possède de réelles chances de battre l'Uruguay samedi à Port Elizabeth, lors du premier 8e de finale du Mondial-2010 : «C'est du 5050», estime-t-il. Les observateurs font plutôt de l'Uruguay le favori de la rencontre. Qu'en pensezvous ? Notre équipe et tous les joueurs ont atteint les 8es de finale car ils sont travailleurs. Nous voulons rentrer dans les huit derniers en lice et remercier ainsi nos supporteurs et fidèles soutiens dans le pays, qui suivent nos matches la nuit. On ne sait pas qui va gagner. Ce qui est sûr, c'est que l'Uruguay est une grande équipe. Mais nous sommes aussi une grande équipe. Nous pouvons atteindre le prochain tour, nous pouvons le faire. C'est du 50-50. Comment faire pour marquer un but à une équipe qui n'en a pas encore encaissé ? L'Uruguay a vraiment été très bon en défense. Nous, je vous l'accorde, on laisse trop d'espaces à nos adversaires. Mais d'un autre côté, nous avons marqué des buts. Il va falloir que l'on fasse du mieux possible dans ces deux domaines pour espérer. Dans cette Coupe du monde, les possibilités sont ouvertes à tous. La France et l'Italie ont été éliminées, le ballon tourne toujours, et une équipe inattendue peut bien faire. Je réfléchis encore à la façon dont nous pouvons finaliser notre jeu. Les gens me demandent des informations sur nos atouts ou faiblesses : je dis qu'on peut faire mieux sur le côté droit. On a revu nos matches et les joueurs travaillent sur leurs erreurs passées. C'est une bonne chose pour eux. Les beaux parcours de votre équipe et du Japon doivent vous réjouir... Nous sommes plus que des partenaires, plutôt grandir ensemble que se combattre ! En 2002, les deux équipes ont atteint le 2e tour, à domicile. Et c'est bien encore que toutes deux en fassent de même cette année, à l'extérieur cette fois. In fifa.com

L

e sélectionneur des États-Unis, Bob Bradley, a brouillé les pistes en attaque tout au long de la première phase de cette Coupe du monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010. Alors qu'on leur promettait depuis les matches de préparation une pénurie dans le secteur offensif, les Américains ont semblé à l'aise en attaque tout en disposant de solutions de rechange intéressantes. Souvent accusés de manquer de profondeur de banc, les Américains ne partaient pas favoris, surtout depuis le forfait du «but-en-train» Charlie Davies et la sélection par Bradley de trois attaquants bien moins connus. Robbie Findley, Herculez Gomez et Edson Buddle ont tous pris une part active à la qualification mouvementée des États-Unis pour les huitièmes de finale. Critiqué pour avoir écarté de la sélection l'expérimenté Brian Ching à la veille de la phase finale, Bradley est en train de gagner son pari. Pour l'instant, le forfait après un accident de voiture de Davies, héros de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Afrique du Sud 2009, semble tout à fait oublié. «Nous disposons de nombreuses options en attaque et nous les avons utilisées en fonction des circonstances», assure Jozy Altidore, le seul attaquant aligné d'entrée lors des trois rencontres de poule, à FIFA.com. «Sur le banc, nous avons beaucoup de joueurs qui peuvent entrer en jeu et changer le cours d'un match, ça en dit beaucoup sur la profondeur de banc de notre équipe.» Titularisé aux côtés de Finley à l'entame des deux premiers matches, le buteur de Hull City a en-

suite joué avec Gomez, entré pour le joueur du Real Salt Lake à la mi-temps contre la Slovénie et reconduit face à l'Algérie. La victoire 1-0 qui s'en est suivie a envoyé les États-Unis en huitième pour la première fois depuis 2002.

Attaquants muets, mais attaque efficace
Étrangement, aucun des attaquants américains n'a marqué jusqu'à présent. Passeur décisif pour Michael Bradley contre les Slovènes, Altidore y voit la manifestation des instincts offensifs des milieux américains, à l'image de Landon Donovan, auteur du but vainqueur face à l'Algérie, et de Clint Dempsey, à l'origine de la désormais célèbre gaffe du gardien anglais Robert Green. «On bouge pas mal en attaque», ajoute Altidore, heureux de la complicité entre attaquants et milieux offensifs. «Ça se voit sur le but contre l'Algérie, quand j'ai fait cette course vers l'avant, Clint Dempsey et Landon Donovan étaient là pour finir le travail», estime le meilleur buteur américain des qualifications. Quand on lui demande si, en tant que buteur, il ressent un manque de continuité du fait d'avoir été associé à différents joueurs sur les trois matches de poule, Altidore réfute l'idée sans hésitation. «Ça ne change pas grand-chose pour moi. Quel que soit le joueur qui joue devant avec moi, je sais que j'aurai un soutien de qualité, qu'il s'agisse d'un second buteur ou bien de gars comme Landon ou Clint qui débordent sur les ailes.» Lorsqu'il a fallu marquer un but contre les Algériens, Bradley a jeté toutes ses forces

dans la bataille, finissant la partie avec Dempsey, Donovan, Altidore, Buddle, le milieu offensif Benny Feilhaber et même le supersonique ailier DaMarcus Beasley pour forcer la décision. Dans la bataille qui s'annonce face au Ghana, seul représentant africain à ce niveau, Bradley sait qu'il dispose de plusieurs solutions en attaque. Et comme tous ses attaquants ont pu jouer pendant la phase de poules, ils seront fin prêts pour donner un coup de main en cas de besoin dans les matches à élimination directe. «Notre équipe a de l'épaisseur. Nous avons sur le banc les joueurs qu'il faut lorsque nous en avons besoin et nous le savons.» Pour finir, Altidore nous confie tout de même qu'il aimerait ouvrir son compteur en Afrique du Sud face aux Black Stars. «Dans une compétition comme la Coupe du Monde, c'est quelque chose d'important.» Un buteur reste un buteur...

Les arbitres connus pour les huitièmes
Voici les arbitres qui officieront les quatre premiers matchs des huitièmes de finale. L'Allemand, Stark, dirigera Uruguay-Corée du Sud, tandis que Kassai arbitrera Etats-Unis - Ghana. Enfin, l'Uruguayen Larrionda aura le sifflet pour Allemagne-Angleterre et Rosetti dirigera Argentine-Mexique.

Le Comité organisateur félicite le Ghana
Le Comité organisateur du Mondial-2010 (Loc) a officiellement félicité jeudi le Ghana, seule nation africaine qualifiée pour les huitièmes de finale. «Nous tenons à féliciter le Ghana qui assure une présence africaine dans le tournoi et nous leur souhaitons bonne chance face aux Etats-Unis», a déclaré le porte-parole du Loc, Rich Mkhondo, jeudi matin lors de la conférence de presse quotidienne du Mondial. «Nous faisons cela, bien sûr, parce qu'il s'agit d'une Coupe du monde africaine, d'une fête en Afrique et nous avons dit que nous souhaitions et espérions que les équipes africaines aillent le plus loin possible, et c'est le cas du Ghana», a-t-il expliqué. Battu par l'Allemagne (1-0) mercredi soir, le Ghana a terminé deuxième du groupe D et affrontera les EtatsUnis samedi en huitièmes de finale. Pour la première fois, l'Afrique avait six représentants au Mondial. Quatre des cinq autres équipes engagées (Afrique du Sud, Nigeria, Algérie, Cameroun) sont déjà éliminées. Et les chances de qualification de la Côte d'Ivoire dans le groupe G sont très réduites. «Le football est un jeu. On gagne des matches et on en perd. Il y a seulement six équipes africaines, donc la balance n'est pas favorable aux équipes africaines, a relevé M. Mkhondo. Ce que nous disons, c'est qu'avant tout, nous voulons montrer au monde entier que nous sommes capables d'organiser un événement international. Nous disons, en tant qu'organisateurs, que nous sommes fiers que le Ghana soit toujours là.»

18

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Coup d’œil Division I

JSK
Les Canaris dès aujourd’hui au Maroc

La Lyonnaise des Eaux vous tend les bras
Les Canaris face à un grand chantier
Le moins que l’on puisse dire, et de l’avis même des joueurs kabyles qui nous ont affirmé hier à l’issue de la séance d’entraînement, un grand chantier les attend au Maroc, notamment sur le plan physique. Hier, même le préparateur n’est pas allé par trente-six chemins pour annoncer la couleur. Il a tout simplement fait comprendre aux joueurs que tout passe par une bonne préparation physique qui sera couronnée bien sûr par des matchs amicaux, avant de jouer officiellement en Coupe d’Afrique où la JSK est appelée à croiser les plus grandes équipes du continent. En effet, les deux clubs égyptiens le Ahly et l’Ismaily ainsi que le club nigérian le Heartleand composent le groupe B avec la JSK.

Une délégation de 30 personnes dont 23 joueurs
qq La délégation qui ralliera à partir d’aujourd’hui le Maroc est forte de trente personnes, dont vingt-trois joueurs : Asselah, Berrefane, Mazari (G.B), Amiri, Ziti, Oussalah, Nessakh, Belkalem, Berchiche, Coulibaly, Rial (défenseurs), El Orfi, Douicher, Saidi, Ech Chegui, Kasri, Tedjar, Lamhene, Yaâlaoui, Cherif El Ouazzani (milieux de terrain), Hamiti, Azuka, Aoudia (attaquants). A rappeler que parmi la délégation figurent l’entraîneur Geiger, Bouhelal son adjoint, Mehrez entraîneur des gardiens de but et Mohammedi préparateur physique, Guillou, le kiné. Le chef de mission est Karim Doudane, président de la section football de la JSK.

dans la liste des joueurs qui se rendront aujourd’hui au Maroc. Sid Ali devrait encore patienter quelques jours encore à Tizi, jusqu’à ce qu’il se fasse délivrer son nouveau passeport, l’ancien ayant expiré depuis quelques jours. YahiaCherif attend le retour de son président de France, prévu pour aujourd’hui, pour qu’il intervienne afin de lui faire obtenir le document le plus vite possible.

Yahia-Cherif : «Je rejoindrai le groupe lundi ou mardi»
qq«Je suis vraiment déçu de ne pouvoir effectuer le déplacement demain avec mes partenaires, (entretien réalisé hier). Certes, sur le plan physique je ne suis pas encore rétabli à cent pour cent, bien que je ressente une nette amélioration. Cela dit, j’attends le retour du président Hannachi de France, pour intervenir et me faire délivrer dans les meilleurs délais le précieux document afin de rejoindre le groupe au Maroc. Peutêtre que je serai parmi eux lundi ou mardi prochain.»

C’

est aujourd’hui à partir de 12h15 que les Canaris embarqueront à bord d’un l’avion de la compagnie aérienne Royale Air Maroc, à destination de Casablanca. L’équipe Kabyle y effectuera jusqu’au 9 juillet la première étape de la préparation pour la phase des poules de la Champions league africaine. Ayant repris les entraînements sous la houlette de l’entraîneur adjoint Bouhelal lundi dernier, hier les Canaris ont effectué leur ultime galop d’entraînement sous la conduite de l’entraîneur en chef Alain Geiger, arrivé avant-hier à Alger. La JSK a enregistré aussi le retour de l’attaquant nigérian Isu Asuka du Nigeria où il a passé les trois semaines de vacances auprès de sa famille. Autre-

ment dit, l’effectif kabyle était hier au grand complet.

Mohammedi a déjà une idée sur le groupe
Hier, le préparateur physique de la JSK avait, comme nous le disions dans notre précédente édition, organisé une série de tests physiques d’endurance et autres travaux en atelier, dans l’optique de se faire une idée précise sur les capacités de chaque joueur. Cette manière de faire aidera beaucoup Mohammedi dans la tâche qu’il aura à assumer lors du stage de préparation. C’est justement à partir des résultats qu’il aura tirés hier à la fin de la séance qu’il scindera l’équipe en petits groupes au Maroc.

Vite fait bien fait
La délégation kabyle séjournera au Maroc pendant quatorze jours, du 26 au 09 juillet prochain. Durant cette période, les camarades de Douicher auront comme priorité la préparation au premier match de la ligue, un match qui s’annonce difficile en terre égyptienne. Hier, le discours du préparateur physique à l’adresse des joueurs était on ne peut plus clair : «On fera les choses dans les règles de l’art, chaque joueur doit savoir que rien ne vient par hasard. Cela dit, le travail sera très rude et chaque élément doit mériter sa place.» Lyès A.

Yahia-Cherif ne s’est pas entraîné hier
qqL’attaquant Sid Ali Yahia- Cherif ne s’est pas entraîné hier avec le groupe. S’étant présenté en tenue de ville, l’enfant de Kouba a suivi la séance à partir de la main courante. Il faut dire que son état de santé actuel ne lui permet pas de se remettre au travail, sa blessure n’étant pas encore guérie à cent pour cent. Autrement dit, Sid Ali ne pouvait pas subir la charge des tests physiques à laquelle ses coéquipiers ont été soumis hier.

Lamhene et Ziti promus en seniors
qqDésormais, les deux joueurs qui avaient intégré l’équipe la saison dernière alors qu’ils étaient toujours en catégorie juniors, l’exSétifien Ziti (latéral droit) et Mokhtar Lamhene (milieu de terrain), évolueront la saison prochaine avec une licence seniors. Aussi, la direction kabyle songe à faire accéder deux autres juniors à partir de la reprise. Lyès A.

En prévision de la saison 2010-2011

L’heure est à la prospection de jeunes talents
Fini le recrutement des joueurs seniors, place maintenant à la prospection de jeunes talents susceptibles de renforcer les rangs des jeunes catégories de la JSK, en prévision de la nouvelle saison sportive 2010-2011. En effet, en plus des dizaines de joueurs composant les trois catégories jeunes de la JSK (minimes, cadets et juniors) qui seront encore reconduits pour le prochain exercice, la section football de la JSK que dirige Karim Doudane a élaboré cette semaine un programme de prospection de jeunes joueurs susceptibles d’être retenus à la JSK pour la saison prochaine. L’opération s’étalera sur neuf jours, du 28 au 06 juillet prochain, selon le programme ci après : - 28, 29, 30 juin 2010 : jeunes nés en 1991 et 1992. - 01, 02 juillet 2010 : nés en 1993 - 03, 04 juillet 2010 : nés en 94 et 95. - 05, 06 juillet 2010 : nés en 1996 et 1997. Les tests de sélection auront lieu au stade de Tizi Ouzou à partir de 08h, et seront dirigés par les encadreurs et techniciens de la JSK.

Il n’ira pas au Maroc aujourd’hui
qqNous avons appris que Yahia-Cherif n’est pas retenu

JSMB

Maroci : «Je ne regrette pas mon choix»
Désormais, vous êtes Béjaoui… Effectivement, j’ai signé mon contrat en faveur de la JSMB. Je vous affirme donc que je suis à cent pour cent Béjaoui. J’ajouterai que c’est un plaisir pour moi de jouer pour une équipe comme la JSMB qui est devenue désormais l’un des grands clubs dans notre championnat qui vise toujours haut. J’ai quitté une prestigieuse formation qu’est la JSK pour rejoindre une aussi grande. Le contact avec la JSMB remonte à loin, n’est-ce pas ? Effectivement, j’ai été en contact permanant avec les dirigeants de la JSMB depuis bien longtemps. Il faut dire que c’était très sérieux entre les deux parties. D’ailleurs je n’ai trouvé aucun problème lors des négociations. C’est pour cela que je suis aujourd’hui à Béjaïa. Qu’est-ce que qui a fait que vous choisissiez cette formation plus exactement ? C’est vrai que j’ai été contacté dernièrement par beaucoup de clubs qui m’ont proposé de jouer pour eux dont la JSK qui voulait me garder pour la saison prochaine, mais vu que j’avais déjà donné mon accord de principe aux dirigeants de la JSMB, je n’ai pas voulu les trahir. Aussi, le challenge de la JSMB qui ambitionne de jouer le titre dès la saison prochaine m’a poussé à opter pour ce club. Peut-on dire que la signature de votre coéquipier Meftah vous a encouragé à vous engager pour la JSMB ? Oui, d’un côté la signature de Meftah à la JSMB m’a vraiment encouragé à signer ici à Bejaïa. Mais il faut dire aussi que c’est n’est pas la seule raison. Mes parents ainsi que mon entourage m’ont conseillé d’opter pour la JSMB et non pas ailleurs. Donc, vous ne regrettez pas votre choix… Non, je ne regrette jamais mon choix. Cette décision, je l’ai prise après des semaines de réflexion. Je ne pense pas que je puisse regretter un jour d’avoir opté pour un club qui m’a estimé à ma juste valeur. Aujourd’hui, tout joueur ambitieux son, même les supporters, que je respecte énormément, me demandaient quotidiennement de rester. Mais dans ma tête, c’était déjà clair, je voulais changer d’air ; en plus, j’étais en fin de contrat avec ce club et je devais choisir ma future destination. Un point c’est tout. Peut-on connaître la raison qui vous a poussé à partir ? Moi, je ne suis pas du genre de joueur qui critique ses ex-dirigeants au lendemain de son départ. A la JSK, j’ai passé de bons moments et je n’oublierai jamais ça. C’est le destin, aujourd’hui je suis à la JSMB, mais je garderai toujours de bons souvenirs de mon passage à la JSK. Si je l’ai quittée, c’est à cause de quelques petits soucis. Donc, je ne pouvais pas continuer ainsi, c’est tout. En optant pour la JSMB, vous avez fixé des objectifs personnels, n’est-ce pas ? Exactement, comme je viens de vous le dire, je suis un joueur très ambitieux, donc je veux réussir mon passage avec la JSMB. Si je suis ici, cela veut dire qu’il faut s’investir au maximum dans le championnat afin d’atteindre l’objectif du club qui est de jouer les premiers rôles. Et puis, sur un plan personnel, je ferai tout pour retrouver le sommet de mon niveau afin d’apporter le plus escompté. Qu’avez-vous à dire aux supporters qui ont bien accueilli votre arrivée ? J’espère être à la hauteur des espérances placées en moi par les dirigeants de la JSMB et faire plaisir aux fans. Comme tout joueur nouveau, j’espère m’adapter à ma nouvelle équipe et réaliser une bonne saison. Un dernier mot ? J’ai passé deux ans à la JSK, et ce n’est pas facile de quitter un club après tout ce temps-là et où je n’ai eu que des amis. Je demande pardon à ses supporters qui m’ont toujours soutenu et encouragé. Enfin, ainsi est la vie d’un footballeur, aujourd’hui tu es là, demain tu es ailleurs. Entretien réalisé par S. A.

souhaite porter le maillot de la JSMB. Alors, je ne vois pas pourquoi refuser une telle opportunité. Revenons maintenant à la JSK. Votre situation n’était pas claire au départ. Confirmez-vous que le président Hannachi voulait vous garder dans l’effectif ? Effectivement, la JSK voulait me garder encore pour une autre sai-

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

19

Coup d’œil Division I

MCA
Il a été opéré dernièrement du ménisque

Amroune : «Pas d’inquiétude, je serai d’aplomb pour la reprise des entraînements»
Avec onze titularisations pour cinq buts, Mohamed Amroune est un joueur comblé qui aura tout remporté ou presque avec son club formateur. Opéré dernièrement du ménisque, l’international du MCA a entamé depuis une dizaine de jours sa rééducation. Il espère être ainsi d’attaque pour la reprise des entraînements programmée pour la mi-juillet.
deuxième année chez les seniors, sans oublier la Coupe d’Algérie militaire que j’ai décroché avec le CNEPS en inscrivant un doublé avec en sus une passe décisive lors de la finale. Je suis un joueur comblé. Après un début de saison tonitruant vous avez connu par la suite un long passage à vide. Comment expliquezvous cela ? Les blessures ont stoppé mon élan. Et puis il y a aussi la concurrence qui était rude. Ne pensez-vous pas avoir subi les effets blessure à un moment crucial de la saison. de la saturation à un certain moment Maintenant, j’ai tout le temps pour m’en rede la saison ? mettre. Absolument, j’étais retenu en sélection Avez-vous réalisé que vous venez de militaire et en EN espoirs sans oublier mon remporter le titre de champion avec club. Il m’est arrivé de disputer trois matchs votre club ? amicaux en une semaine. Mais bon, j’ai esJe ne vous cache pas que j’ai bien du mal sayé tant bien que mal de m’adapter à ce à réaliser ce que nous avons réussi cette sai- rythme. Le fait de défendre les couleurs de son. Subtiliser le titre à l’Entente qui pos- mon pays a eu pour effet de me transcensède le meilleur effectif du championnat est der, même lorsque j’étais émoussé physiune véritable performance. Personne n’avait quement. cru en nous en tout début de saison. A présent que vous avez décroché le Jamais un championnat n’a été aussi sacre, vous allez participer à la Ligue serré, et pourtant vous avez caracolé en des champions africaine. Autant dire tête du classement durant toute la saique vous aurez un calendrier démenson… tiel lors du prochain exercice… Le destin a voulu qu’on décroche le sacre C’est pour cela qu’il faudra avoir un eflors de la dernière journée du championnat fectif assez riche et étoffé, car ce ne sera pas chez nous, dans notre stade du 5-Juillet. facile de jouer sur quatre fronts à la fois. On C’était inoubliable cette rencontre face au doit être bien armés pour défendre au MSPB que j’avais suivi à partir de la tribune mieux les couleurs du club lors de cette officielle. J’avais vibré avec chaque but ins- prestigieuse compétition qu’est la Ligue des crit. champions. Vous avez dû être déçu de ne pas avoir Pour conclure, un mot sur la participris part à cette dernière rencontre de pation des Verts au Mondial ? la saison... Je pense que nous avions largement les Il est évident que j’aurai aimé jouer cette moyens de passer au second tour. Il nous a rencontre. Mais, le plus important c’était de manqué ce brin de réussite devant qui audécrocher le sacre. Maintenant, nous rait pu nous permettre de nous sommes champions alors que imposer face à la Slovénie et Achouri, personne n’aurait misé contre les Etats-Unis. sur nous. Benamer et Mais, dans l’ensemble Mekhazni de retour Avec cinq buts nous avons montré inscrits en de très belles aujourd’hui d’Afrique du Sud championnat choses qu’il fauAprès avoir assisté aux matchs des Verts en pour onze tidra fructifier Afrique du Sud, les techniciens du Mouloudia, à tularisations, lors des prosavoir Kamel Achouri, Mourad Benamer et peut-on dire Mohamed Mekhazni devraient rallier aujourd’hui c h a i n e s que vous avez échéances. le pays à bord d’un vol spécial affrété par la réussi une saiFédération algérienne. Dès leur retour, Achouri son satisfaiEntretien et Benamer doivent se remettre au boulot sante ? réalisé par avec Michel pour peaufiner le Je ne peux qu’être Tarek-Che programme des Vert et Rouge lors satisfait. J’ai remporté du stage en Pologne. le championnat pour ma

Al Shamal El Qatari revient à la charge pour Bouguèche
Meilleur buteur du championnat avec 17 réalisations et troisième meilleur passeur de l’équipe, Hadj Bouguèche est plus que jamais convoité par certaines formations des pays du Golfe. Parmi elles, l’équipe d’Al Shamal El Qatari, qui a été entraînée une certaine période par Alain Michel. On vient d’apprendre que les dirigeants de cet club seraient revenus à la charge dans le but de convaincre le goleador mouloudéen de s’établir au Qatar. Et pour ce faire, Al Shamal El Qatari serait prêt à mettre le prix pour s’attacher les services de l’enfant d’Arzew. Même si l’idée de jouer dans cette équipe taraude l’esprit de Hadji, il ne serait nullement intéressé par cette perspective de jouer dans une formation qui joue désormais en seconde division du championnat du Qatar. Seule l’option d’embrasser une carrière professionnelle en Europe pourrait inciter Hadj à quitter le Mouloudia. Bouguèche sait que le fait de poursuivre l’aventure au MCA lui permettrait de participer à la Coupe d’Afrique des locaux, qui aura lieu l’année prochaine au Soudan.

La piste Hamidi écartée
Alors qu’il était très convoité par le Mouloudia d’Alger, le goléador de l’USMA, Cheikh Hamidi, ne portera pas le maillot vert et rouge lors du prochain exercice. C’est du moins ce que nous a confirmé la direction mouloudéenne qui a décidé d’écarter de façon définitive la piste de l’enfant de Saida.

Qu’en est-il de votre état de santé, puisque vous avez subi une intervention au ménisque il y a de cela deux semaines ? Je me suis fait opérer du ménisque du genou droit et, Dieu merci, tout s’est bien passé. Je dois observer cinq jours de repos total et ensuite je vais attaquer la rééducation. Vous devez être soulagé de ne pas avoir contracté cette blessure en cours de saison ... Tout à fait, même si je me suis blessé avec les U-23 en Italie alors qu’il restait deux rencontres de championnat que je n’ai pas pu jouer. Mais, Dieu merci, comme vous dites heureusement que je n’ai pas eu cette

Il est pressenti pour remplacer Ouamane
Bouhedda : «Je n’attends qu’un signe du MCA»
L’un des responsables de la section football, Omar Ghrib, nous a fait part de sa volonté de recruter le portier de l’ASMO, Seddik Bouhedda. Ce joueur est plus que jamais séduit par cette idée de jouer chez les champions d’Algérie. «Je suis plus que séduit par cette idée de jouer au Mouloudia. C’est un très grand honneur pour moi d’intéresser un si grand club. Personnellement, je n’attends qu’un signe des dirigeants mouloudéens pour conclure», nous dira Bouhedda qui est aussi convoité par d’autres équipes de l’élite à l’image du Mouloudia d’Oran. T.Che

USMA
Le recrutement sera clos cette semaine
Trois, c’est le nombre de joueurs que les dirigeants usmistes ont réussi à engager jusqu’à présent. Merbah, Heriat et Ziane Chérif sont donc les nouveaux renforts en prévision du prochain exercice. A quelques semaines de la reprise des entraînements, nous avons appris d’une source bien informée que le recrutement pourrait bien être clos cette semaine. Toujours selon cette source, deux joueurs sont attendus aujourd’hui par le président, Saïd Allik, pour qu’ils signent leur contrat. L’un d’entre eux évolue comme arrière latéral droit, tandis que l’autre est un attaquant. Deux postes que Noureddine Saâdi veut renforcer après avoir assuré les services de deux défenseurs centraux qui pallieront ainsi les départs de Rial et Zidane. Jusqu’au moment où nous mettons sous presse, les noms des deux joueurs n’ont pas été révélés, mais ce ne sera ni Remache ni Gacemi. Les deux anciens joueurs de l’USM Annaba ont été annoncés à maintes reprises du côté de Soustara, mais en fin de compte, ils ne porteront pas le maillot de l’USMA la saison prochaine. Courtisé auparavent, le jeune milieu de terrain offensif du PAC a été relancé ces derniers temps après qu’il ait refusé de signer un contrat au profit du MCA. Profitant de cette situation, il a été approché une nouvelle fois. En partance du Paradou, les dirigeants ne comptent pas lâcher prise, puisqu’ils semblent décidés à faire tout leur possible pour enrôler Herrouche qui a évolué lors de la seconde moitié de la saison au NAHD, sous forme de prêt. A. C.

Herrouche un cas spécial
En engagent ces deux joueurs, le recrutement devrait être clos mais les responsables usmistes auront, quand même, un dernier transfert à négocier, celui de Hocine Herrouche.

20

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Coup d’œil Division I

CRB

Le Chabab tout droit vers la catastrophe
que les joueurs du CRB - ceux qui sont en fin de contrat ou qui sont soumis à libération - refusent de reprendre les entraînements avant qu’ils ne touchent leur argent, car ils ne comptent plus prendre leur mal en patience. En effet, depuis longtemps, ils ont reçu des garanties de toucher leur dû, mais à leur grand dam, ils continuent à vivre au rythme des promesses, touchant seulement une petite partie de leur argent qui se résume aux primes de matchs et les salaires. Pour illustrer la situation difficile, voire critique, que traverse le CRB actuellement, la direction du club n’est même pas fixée sur le futur entraîneur, après que la piste de Fouad Bouali a été écarté, lui qui semble avoir pris la décision de rester au WAT.

Kerbadj : «Sans l’aide des autorités je ne reviendrai pas»
Comme annoncé dans notre édition d’hier, le président démissionnaire, Mahfoud Kerbadj, s’est dit prêt à reprendre ses fonctions au sein du club à l’issue de la réunion tenue mardi passé et à laquelle ont pris part des sages du club et les membres du bureau exécutif. Contacté par nos soins, le premier responsable du Chabab nous dira qu’il ne reviendra pas sur sa décision si la situation du club ne change pas.

«Il nous faut au moins 7 milliards»
«Pour débuter la saison, nous avons besoin d’au moins sept milliards. J’en ai besoin pour régulariser les joueurs et recruter un entraîneur. Cela, sans oublier qu’il y a un match de Coupe d’Afrique qui se profile à l’horizon. Le club a besoin d’aide financière. Il faut que tout le monde s’implique, même les autorités locales. Je ne vois pas alors pourquoi dois-je revenir au club dans une situation pareille», poursuit Kerbadj.

Pourquoi les subventions ne sont-elles pas débloquées ?
écidément, rien ne va plus au sein du club. Malgré le retour de Kerbadj à de meilleurs sentiments en étant prêt à reprendre ses fonctions, il n’a pu faire bouger les choses en raison du manque des moyens financiers. Ainsi, la situation va de mal en pis dans la maison du CRB, car c’est le flou total qui règne actuellement au sein de la formation. Si la direction ne parvient pas à trouver l’argent nécessaire pour préparer le prochain exercice, le club risque de se diriger tout droit vers la catastrophe. En effet au moment où nos deux autres représentants en Ligue des champions ont déjà entamé leur préparation, le CRB n’a même pas trouvé un

D

terrain d’entente avec les joueurs qui sont en fin de contrat ni entamer l’opération recrutement. Et si par malheur le Chabab perd plusieurs joueurs qui sont en possession d’une licence africaine, on pourra dire tout simplement que les Belouizdadis risquent d’être humiliés lors du prochain tour de la Coupe de la CAF, où ils seront confrontés à la redoutable formation du Djoliba de Bamako le 17 juillet prochain.

Les joueurs refusent de reprendre les entraînements avant de toucher leur argent
Une source digne de foi nous a confié

Malgré l’appel lancé par les dirigeants du CRB aux pouvoirs publics afin de venir en aide au club qui vit une crise sans précédente, aucune subvention n’a été débloquée jusqu'à présent que ce soit de la part de l’APC, la DJS et même de Sonatrach. C’est pour cette raison que la direction est confrontée au manque des moyens financiers. Cependant, les Belouizdadis se demandent pour quelle raison les subventions tardent à être débloquées malgré le fait qu’elles reviennent de droit au club du moment que les autres formations ont bénéficié de l’aide des pouvoir publics. K. M.

«Les autorités n’ont pas tenu leurs promesses»
Kerbadj nous expliquera qu’il a en effet discuté avec les membres du bureau exécutif et des sages du club. «Oui on a discuté, mais je ne leur ai pas promis de revenir. Je leur ai expliqué les raisons qui m’ont poussé à prendre la décision de partir. Le CRB est abandonné par les autorités locales. Moi je ne peux pas travailler dans des conditions pareilles. Il y a deux ans que nous attendons en vain l’argent de Sonatrach par exemple. Les autorités locales, le président d’APC de Belouizdad, le wali délégué d’Hussein Dey, ainsi que la DJSL d’Alger nous ont promis de régler le problème. Malheureusement, personne n’a tenu sa promesse. Il n’y a pas d’argent, je ne peux pas travailler dans des conditions pareilles.»

«On risque de déclarer forfait pour la Coupe de la CAF »
«J’ai comme l’impression que le CRB est abandonné. Il nous faut de l’argent en urgence pour payer les joueurs et préparer le match de la Coupe d’Afrique le 17 juillet. Dans le cas contraire, on sera obligé de déclarer forfait. Le CRB représentera tout le pays, il a besoin de l’aide des autorités. J’ai expliqué aux présents lors de cette réunion les raisons qui m’ont poussé à démissionner de mon poste. A présent, on ne peut rien me reprocher. Et si cette situation perdure je ne suis pas prêt de revenir», dira Kerbadj pour conclure. N. B.

On parle toujours de Gasmi, mais…
qq Alors que les autres clubs ont réussi à faire recruter des joueurs même si le championnat ne reprendra qu’en septembre prochain, au CRB rien n’est fait jusqu'à présent, car même si on parle toujours de la piste Gasmi, ce dernier risque d’opter pour une autre formation si les responsables ne parviennent pas à trouver l’argent nécessaire pour l’engager. Le joueur, qui a reçu plusieurs offres, ne compte pas attendre éternellement que les dirigeants se manifes-

tent d’autant plus qu’il veut être fixé sur son avenir le plutôt possible.

Le stage de préparation aurait lieu à Alger
qq Vu le problème financier auquel est confronté le CRB, on croit savoir que les Belouizdadis, contrairement à leurs habitudes, effectueraient leur stage de préparation à Alger. Un choix déjà contesté car ce n’est pas de cette manière qu’on prépare le rendezvous africain.

USMH
Les tests de sélection se poursuivent
Dans le but de dénicher l’oiseau rare, Charef poursuit l’opération présélection pour les nouveaux joueurs susceptibles de renforcer l’effectif de l’USMH la saison prochaine. Pour l’instant, certains d’eux ont déjà donné satisfaction, le coach Harrachi veut prendre son temps avant d’arrêter la liste des nouveaux sélectionnés.

NAHD
Que de temps perdu !
Le Nasria est toujours à la case départ, à une semaine de la date butoir fixée par la FAF concernant le dépôt du dossier du professionnalisme. La situation du NAHD traîne après le conflit au sommet de la hiérarchie entre le président Kenfoud Manaâ et le président de la commission chargée de la création de la SPA, Mourad Lahlou. Un conflit qu’on pensait définitivement enterré, mais qui a surgi pour une histoire de leadership. Une situation qui a causé un retard énorme aussi bien sur le plan de l’organisation que sur le plan technique. Donc, le NAHD n’est toujours pas prêt pour le professionnalisme. Pis, l’équipe n’est même pas prête pour la saison prochaine, et c’est ce qui inquiète le plus ses fans. En effet, la direction n’a pas mis la main sur le futur entraîneur de l’équipe, ni même procédé au recrutement de joueurs ou tenter de conserver l’ossature. Sur ce dernier chapitre, le Nasria risque de se vider sachant que la majorité des joueurs veulent changer d’air à cause de la crise financière qui couve au club depuis un certain temps et l’absence de sponsors. Plusieurs éléments n’ont pas encore perçu la dernière partie de leur prime de signature. S. H.

Il a demandé sa libération

Boutrig veut changer d’air
e gardien de but Abderahmane n’est apparemment pas du tout content de son nouveau statut de remplaçant. Déjà lorsque nous l’avons aperçu mercredi matin, premier jour de la reprise au complexe sportif de la Protection Civile, nous avons étés surpris par la présence du gardien Harrachi. En fait, on a su par la suite qu’il était venu pour voir Laïb. Après avoir caché son amertume tout au long de la phase retour pour des raisons professionnelles, le coach harrachi vient de manifester son mécontentement en demandant purement et simplement sa lettre de libération. Selon nos sources, l’ancien portier du WAB et du CABBA s’est rendu mercredi dernier au siège du club où il a rencontré le président. Tout en lui faisant part de son désir de quitter le club Harrachi, Boutrig a poliment demandé

L

Les agents de joueurs se succèdent à l’entraînement
Les séances d’entraînement se poursuivent quotidiennement sur le terrain de football du complexe sportif de la protection civile sous les regards de certains agents de joueurs qui sont les seuls autorisés à accéder au complexe sportif. Ils viennent en compagnie de leurs joueurs dont il convient d’appeler «clients» avec l’espoir de les voir retenir l’attention du coach Harrachi.

à Laïb sa lettre de libération pour pouvoir rejoindre un autre club où il aura l’occasion de jouer souvent. Lié à l’USMH par contrat qui court jusqu’au 31 décembre prochain, Boutrig ne veut plus rester au club banlieusard en tant que remplaçant.

Il est en contact avec le MCEE
Convoité par plusieurs clubs de première division, le gardien de buts Harrachi pourrait atterrir à El Eulma où les dirigeants du club local du Mouloudia insistent pour l’enrôler au sein de leur équipe. Pour l’instant, on ne sait pas qu’elle a été la réaction du président Laïb qui, depuis quelques semaines, se montre très discret que ce soit dans l’opération recrutement ou même en ce qui concerne les départs. N. R.

Libération de Boualem

L’USMH lance un avis aux futurs actionnaires
Dans un communiqué parvenu à notre rédaction et émanant de la direction de l’USMH, celle-ci informe l’ensemble des amoureux du club du lancement de l’opération souscription publique pour la vente des actions à ceux qui désirent faire partie de l’assemblée générale de la SPA/USMH. A cet effet, une permanence à la salle des fêtes frères Barkat (ex-cinéma Splendid) sera assurée dès aujourd’hui et tous les jours de 16h à 18h. Le prix de l’action est fixé à dix mille dinars.

Laïb aujourd’hui à Oran
Après avoir arraché l’accord de principe des dirigeants de l’ASMO pour la libération de Boualem, le président Laïb se déplacera encore une fois ce week-end dans la capitale de l’ouest. Le premier responsable de l’USMH séjournera deux jours durant lesquels il devrait rencontrer les dirigeants Asémistes pour conclure le transfert à titre de prêt du joueur Oranais. Laïb sera de retour ce dimanche avec probablement en poche la lettre de prêt du joueur.

Condoléances
Très affectée par le décès de Djamel, frère de Hacen Benomar ancien joueur et actuel entraîneur adjoint de l’USMH, la direction du club présente en cette douloureuse circonstance ses sincères condoléances à la famille du défunt et les assure de sa profonde sympathie. Puisse Dieu le Tout-Puissant lui accorder sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Coup d’œil Division 1

21

ESS
C’est officiel

USMAn
Boudjlida était hier à Annaba
A la recherche d’un défenseur de métier pour apporter son expérience et son vécu au profit du reste du groupe, la direction annabie a décidé de faire appel à un ancien de la maison. Il s’agit du défenseur du MCEE, Boudjldia qui était attendu hier à Annaba pour négocier avec les dirigeants, et peut-être confirmer son retour à l’USMAn, deux ans après de son départ.

Ghazali
pour faciliter la venue des joueurs sétifiens.

septième recrue
Le souhait du joueur d’opter à tout prix pour le club phare de Aïn Fouara, Youcef Ghazali, qui était lié avec la direction du WAT jusqu’en juin 2012, vient d’être réalisé. En effet, les di-

Zekri déçu de l’attitude de la direction
Alors que le courant semblait passer à merveille entre la direction et l’entraîneur Nouredinne Zekri, ce dernier, qui se trouve actuellement en vacances en Italie, semble très déçu de la liste des libérés annoncée par la direction, en voyant toujours des noms maintenus dans le groupe, alors qu’il exige leur départ, vu qu’ils ne peuvent rien apporter de plus à l’avenir.

rigeants sétifiens ont pu arracher l’accord définitif de la direction tlemcénienne de céder le meilleur buteur du club durant ces deux dernières saisons. Il devient ainsi la septième et dernière recrue de l’ESS.

Menadi est revenu d’Alger
De retour d’Alger hier, le big boss Menadi devra trancher dans plusieurs affaires importantes dans les heures à venir. Notamment dans le recrutement d’un gardien de but, ainsi qu’un latéral gauche, sans oublier de mettre tous les moyens au profit de la bande de Amrani, dès le 1er juillet afin d’assurer un bon démarrage de la machine annabie.

«J’annoncerai la liste des joueurs à libérer dans deux jours»
Si pour l’instant ce n’est pas encore le feu à la maison, le coach sétifien ne veut nullement fermer les yeux sur le comportement de la direction en nous affirmant qu’il espère que cette dernière écarte tous les joueurs libérés et qu’il n’est pas prêt à entraîner ces éléments. Dans deux jours, il dévoilera lui-même la liste des libérés qui fera sûrement quelques mécontents du côté de Aïn Fouara. Apparemment l’été risque d’être encore très chaud dans les coulisses de l’Entente.

Le WAT recevra l’argent ce dimanche
Après avoir trouvé un terrain d’entente avec la direction tlemcénienne, concernant un achat définitif du contrat du joueur et non d’un simple prêt d’une saison, les dirigeants sétifiens ne recevront la lettre de libération de Ghazali une fois la totalité de la somme versée. Cela se fera ce dimanche ou lundi. Ainsi, Ghazali sera officiellement l’Ententiste.

Le stage bloqué officiellement à Hammam Bourguiba
Comme nous l’avons annoncé durant notre récente édition, la bande à Zekri effectuera un stage bloqué de dix jours en Tunisie, plus précisément à Hammam Bourguiba, après l’échec des deux pistes menant à un stage en France et récemment à Ifrane au Maroc, malgré le souhait d’un supporteur de l’Entente résidant en France de faire de son mieux

ESS-Espérance de Tunis le 16 juillet
Après l’accueil de la délégation de la CAF pour superviser le stade 8-Mai-45, la direction sétifienne vient de connaître la date exacte du premier match de la phase des poules en Ligue des champions, où la bande à Zekri recevra la formation tunisienne de l’Espérance de Tunis, le vendredi 16 juillet, alors que le second match se jouera face à Mazembe au Congo début août, avant de recevoir durant le mois de Ramadhan la formation zimbabwéenne de Dynamos.

Cinq émigrés attendus le 2 juillet
Voulant tenter la piste des joueurs émigrés pour renforcer un groupe largement décimé par le départ de plusieurs cadres de l’an dernier, le président Menadi nous a informé qu’il attend l’arrivée de cinq émigrés le 2 juillet prochain. Ils passeront des tests devant le staff technique, qui devra trancher quant à leur maintien ou non au sein de l’USMAn. Haddou

Kheiredinne R.

USMB
Le transfuge de Témouchent, Megueni, nous a dit, dans l’entretien qu’il nous a accordé, qu’il s’est totalement adapté à son nouveau club. Malgré la grande concurrence qui existe au milieu du terrain, ll nous a déclaré qu’il est certain d’avoir les qualités pour s’imposer dans l’équipe. Il nous a affirmé par ailleurs que contrairement à tout ce qui se dit, il est libre de tout engagement

Megueni«Blida aura son mot à dire cette saison»

Tout d’abord, quelles sont les nouvelles ? Elles sont excellentes. Je n’attends que le jour de la reprise pour préparer la nouvelle saison. Je passe mes journées auprès de ma famille et de mes amis et il y a aussi la Coupe du monde qui nous permet de passer de bons moments. Justement, que pensez-vous du parcours de l’Equipe nationale ? Sincèrement, je ne pense pas que notre équipe nationale avait les moyens de faire un meilleur parcours. Il n’y a pas de hasard, à haut

niveau. Il y avait un manque total de cohésion, ce qui n’est pas le cas des autres équipes dont les joueurs se connaissent parfaitement. Parlons de vous. Qu’est-ce qui vous a fait choisir l’USMB, car nous croyons savoir que plusieurs équipes étaient sur les rangs pour vous recruter ? Il est vrai que deux présidents de club de l’Ouest ont beaucoup insisté pour m’avoir, mais au moment où ils m’ont contacté, j’avais donné ma parole à Zaïm. D’un autre côté, c’est à Blida que je voulais jouer et cela pour plusieurs raisons. Lesquelles ? Même si les propositions que j’ai eues de la part d’autres clubs sont

plus intéressantes sur le plan financier, à Blida toutes les conditions sont réunies pour qu’un joueur progresse. Il y a de superbes infrastructures, un public qui est, lors de tous les matchs, nombreux à suivre son équipe et aussi un staff technique de qualité. C’est un proche parent qui m’a vivement conseillé de venir à Blida et je ne le regrette pas. L’effectif de l’USMB a connu de profonds changements cette saison et il y a des places à prendre dans l’équipe. Pensezvous être en mesure de décrocher une place de titulaire ? Je suis un battant, et la concurrence ne me fait pas peur. Cela ne sera pas du tout facile car il y a de

très bons éléments, surtout dans la zone où j’évolue. Je suis persuadé que chacun a sa chance et qu’avec le travail, on ne peut que réussir. Quel jugement portez-vous sur l’effectif actuel ? Il est difficile de juger l’effectif, car il n’est pas encore arrêté. Je peux seulement dire que l’ossature de l’équipe de la saison passée est là et cela est une excellente chose. Et pour ce qui est de l’entente avec vos futurs coéquipiers ? Je pense qu’avec le temps, il n’y aura aucun problème de ce côté. Nous aurons le temps de travailler la cohésion et avec la multiplication des matchs amicaux, je suis sûr que nous arriverons à nous trouver sur le terrain les yeux fermés. Un dernier point. Il se dit que votre ancien club va faire opposition pour ce qui est de votre qualification. Qu’avez-vous à dire à ce sujet ?Il n’y a aucun problème de ce côté-là et tout ce qui s’est dit n’a aucun fondement. Je suis libre de tout engagement. Les supporters de l’USMB attendent beaucoup de vous, qu’avez-vous à leur dire ? Qu’ils doivent soutenir leur équipe et surtout faire preuve de patience. Il y a de très bons joueurs, cette saison, à Blida et nous aurons notre mot à dire dans ce championnat. Entretien réalisé par Slimane Baghdali

Dans les tous prochains jours, les choses vont sérieusement se décanter en ce qui concerne la composante de l’effectif qui aura à défendre les couleurs de l’USMB lors du prochain exercice. Tous les compartiments du jeu ont connu ou auront à connaître un renfort de qualité, selon Zaïm. Même s’il n’y a, jusque-là, aucune grande vedette qui a été recrutée, plusieurs joueurs qui étaient très précieux dans leur formation d’origine ont choisi, cette saison, la ville des Roses. Des éléments comme Abed, Telbi ou Harizi sont d’infatigables travailleurs sur un terrain et sont du genre de joueurs qu’il faut impérativement avoir dans son équipe. Bien sûr, des valeurs sûres pourraient quitter le club et croire qu’ils ne seront pas remplacés se serait se tromper lourdement. Cette semaine s’annonce donc décisive en ce qui concerne la composante du futur effectif sur lequel doit compter Assas.

Une semaine décisive

Cela se confirme de jour en jour, Boudjakdji, le défenseur du WAT, ne défendra pas les couleurs de l’USMB, cette saison. Les approches faites par Zaïm ont été jugées trop frileuses par le joueur qui n’a pas effectué le déplacement à Blida, comme cela était convenu. Boudjakdji aurait même déjà pris la décision de rester à Tlemcen et déjà du côté de la ville des Roses, on se tourne vers d’autres pistes pour recruter un libéro.

Pas de Boudjakdji à Blida

S. B.

22

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

Coup d’œil Division 1

MCO
Elimam voulait démissionner avant l’AGE
A en croire une source digne de foi, le président du Mouloudia, Kacem Elimam, aurait décidé de démissionner avant la tenue de l’AGE qui s’est déroulée hier en fin d’après-midi. En effet, le boss des Hamraoua aurait transmis la nouvelle aux sages d’El Hamri qui prennent souvent place du côté de la célèbre cafétéria d’El Hassira. La décision d’Elimam aurait été motivée par l’autorisation donnée aux membres d’AG de tenir une AG extraordinaire. Le président du Mouloudia redoute qu’on lui retire la confiance, et a voulu jeter l’éponge avant qu’il ne soit éjecté de son siège par ses opposants à l’AG. Mais, suite aux conseils de ses proches, Elimam n’est pas allé au terme de sa décision puisque le retrait de confiance n’était pas à l’ordre du jour lors des points évoqués par les membres d’AG en concertation avec la DJSL, lors des travaux d’hier. Elimam tient toujours à entrer dans l’histoire du club en étant aussi le fondateur du MCO club professionnel. eux qui croient que l’o p é r at i o n recrutement est ratée au Mouloudia d’Oran ont tort, puisque plusieurs éléments de valeur n’écartent pas l’idée de s’engager avec les Rouge et Blanc, à condition qu’on trouve dans les prochains jours un sérieux interlocuteur et un président capable de satisfaire leurs conditions financières. En effet, des éléments qui ont déjà connu par le passé ce club à l’image de Berradja, Feham, Belabbès et Zidane ont formulé le vœu de porter le maillot du MCO. Même Boumechra aurait donné son accord pour jouer au Mouloudia si on lui propose quelque chose de sérieux. Ainsi, ces joueurs qui se sont déjà exprimés sur ces mêmes colonnes ont lancé un message bien clair aux membres de l’AG afin de choisir la meilleure solution possible pour le club et élire les hommes capables de gérer cette grande

WAT
Quel président pour les recruter ?

Cinq éléments prêts à revenir C

équipe qui fait rêver les supporters des Rouge et Blanc.

Au Mouloudia on parle seulement du passage du club en professionnel. On oublie certainement qu’il y a une nouvelle saison à préparer durant laquelle le club devra faire oublier à ses fans la saison passée, qui fut complètement ratée. Les Hamraoua sont appelés à éviter les erreurs de la saison dernière où ils ont assuré leur maintien avec toutes les peines du monde. C’est pourquoi, ces membres qui ont fait des pieds et des mains pour convoquer une nouvelle AG extraordinaire devront aussi, et surtout, penser trouver la personne capable de mettre la main à la poche et ramener les joueurs susceptibles de donner au MCO l’allure d’une grande équipe. C’est d’ailleurs l’un des grands défis du nouveau patron du club, et pour gagner l’estime des supporters du MCA, il sait ce qui lui reste à faire. Recruter les joueurs que la rue oranaise souhaite voir porter le maillot du MCO cette saison, tout simplement.

Bouali, le plus sollicité des Widadis
Si les mordus des Bleu et Blanc peuvent soupirer en voyant vu que la direction, a débuté la phase du recrutement avec l’arrivée de Berramla, Kedider et Zazoua en attendant d’en faire autant avec deux attaquants de renom, le cas de Bouali reste un grand mystère. En effet, le coach widadi vient de recevoir quelques offres très alléchantes qui peuvent l’inciter à succomber à l’appel des sirènes.

Le CRB le veut à tout prix
Vu que son travail est désormais connu sur la scène nationale, au point même de pousser le sélectionneur national, Rabah Saadane, de lui proposer un poste dans son staff technique avant la Coupe du monde, Fouad Bouali intéresse plusieurs formations de l’élite. Ainsi, il a reçu des offres de l’ASO, du CABBA et surtout du CRB dont son président Kerbadj ne cesse de le solliciter pour prendre les rênes du Chabab.

A. L.

Kechamli : «Pourvu que les choses s’éclaircissent au Mouloudia»
Le capitaine du Mouloudia d’Oran se dit déçu par la sortie médiatique d’Elimam, qui a rendu publique la somme d’argent touchée par chaque joueur cette saison. Peut on savoir comment vous passez ces moments de repos ? Je tente de profiter de ce repos en passant le maximum de temps auprès de ma famille et mes amis. Comme n’importe quel joueur, j’attends que les choses s’éclaircissent au Mouloudia d’Oran pour prendre une décision finale en ce qui concerne mon avenir. Mais il y a une chose qui m’a vraiment déçu. Laquelle ? J’ai été vraiment déçu d’apprendre les chiffres que le président a avancés lors de sa dernière sortie médiatique. Il était censé taire ces chiffres. Mais ce qui m’a irrité le plus c’est le montant de la somme qui n’était pas exact. Heureusement, que j’ai en ma possession mon contrat et je peux prouver ça. J’espère seulement qu’il s’est trompé avec son trésorier. Mouloudia mais aussi les sages du club que ce soit anciens dirigeants ou joueurs qui m’ont fait confiance. C’est l’heure de l’AGE au Mouloudia. Etes- vous pour le changement ? Je n’ai pas d’avis à donner là-dessus. Je suis un joueur, je n’ai pas le droit de m’immiscer dans ce qui ne me regarde pas. Je travaille au MCO pas chez les personnes. Sinon, je veux bien que les choses s’améliorent au niveau du club. Etes-vous prêt à rempiler au Mouloudia ? J’ai toujours donné la priorité à mon club employeur. Mais, à l’instar des joueurs, je vais attendre comment les choses vont se dérouler et après je prendrai une décision finale en ce qui concerne mon avenir. Souhaitez-vous toujours jouer au Golfe ? Je l’espère toujours. C’est une éventualité à laquelle je pense sans cesse. Si j’aurai l’occasion de décrocher un contrat au Golfe sera l’idéal pour moi ! Entretien réalisé par Amine L.

Il ne remettra pas le dossier du professionnalisme
Le problème qui peut se poser à l’issue de cette AG est relatif aux documents du dossier du professionnalisme. Déjà, le MCO accuse un sérieux retard puisque le dossier qui est complet à 90% n’est pas encore déposé au niveau de la FAF, dont les responsables rappellent le MCO que la date butoir est le 30 du mois en cours. Le pire risque d’arriver à ce club dans la mesure où Elimam a juré qu’il ne remettra pas le dossier à la commission issue de l’AG, si jamais on décide de lui retirer confiance. «Cela fait plus de six mois que je travaille sur ce dossier avec mes propres moyens. Si on décide de me retirer confiance, je brûlerai le dossier qui est en ma possession», aurait déclaré le président en colère. A. L.

Des pistes au Maroc et en Tunisie
En plus des clubs algériens, on vient d’apprendre d’une source proche de l’intéressé, qu’il a reçu récemment un contact très intéressant de la part d’un club tunisien, mais aussi de deux clubs du Maroc. Le coach widadi, qui devra se rendre très prochainement au Maroc pour y passer quelques jours de vacances, pourrait éventuellement rencontrer les dirigeants de ces deux clubs, qui suivent son travail depuis l’an dernier déjà après la montée du WAT en D1, sauf qu’il a choisi de continuer l’aventure widadie à l’époque.

Selon vous, pourquoi a-t-il avancé ces chiffres ?
Je ne sais pas vraiment. Mais les gens doivent savoir que je n’ai pas touché cette somme et que le club me doit encore de l’argent. Je suis l’un des rares joueurs ayant pris part à toutes les rencontres et j’ai fait plusieurs sacrifices et j’ai répondu toujours présent lorsqu’on me le demandait. Dieu merci, j’ai tenu ma parole non seulement vis-à-vis des supporters du

La direction tient vraiment à lui
Malgré toutes ces offres très intéressantes, la direction tlemcéniènne qui a un profond estime pour Bouali, espère toujours le voir à la tète des Bleu et Blanc l’an prochain. Une perspective qui paraît pour l’heurte la plus plausible vu qu’il a eu un rôle important dans l’arrivée des trois nouvelles recrues du WAT durant cette intersaison.

ASO
Younès, l’autre carte maîtresse
Le président Medouar cache apparemment bien son jeu dans ce marché des transferts où il semble avoir plus d’un atout dans sa manche. Ainsi alors qu’on le croyait parti à Alger pour y rencontrer le défenseur Senouci avec qui il avait rendez-vous pour faire avancer les choses quant à son transfert à l’ASO, le voilà qui abat une jolie carte sur le tapis. En effet, nous apprenons que le boss chélifien a profité de sa présence dans la capitale pour relancer Younès, l’attaquant du CRB, avec lequel il aurait été déjà en contact avant de le revoir ce jeudi sans faire trop de bruit. D’après nos informations, l’exMouloudéen serait montré très intéressé par l’offre de Medouar et les deux hommes ont convenu de se revoir incessamment pour éventuellement tout mettre au point et finaliser la venue du virevoltant attaquant à l’ASO. Au cas où ce transfert deviendrait effectif, alors on pourra parier que le club chélifien qui s’est déjà assuré les services de Chérif Abdeslam n’aurait que fière allure la saison prochaine. Et ce n’est pas peu dire quand on sait que rien dit qu’on au bout de nos surprises dans la mesure où Medouar poursuit toujours sa quête d’oiseaux rares.

Medouar et Menadi se disputent Mokhtari
Les inconditionnels du club chélifien se souviennent certainement de ce Franco-algérien répondant au nom de Youcef Mokhtari, et qui était venu il y a deux ans de cela à l’ASO pour y subir des essais qui s’étaient avérés concluants mais il avait dû renoncer à rester après avoir été contraint de retourner en urgence en France au chevet de sa mère malade. Cette fois, la piste de cet attaquant a été réactivée par le président Medouar qui n’aurait pas dû à forcer sur les arguments pour convaincre le joueur à signer enfin pour l’ASO, si, en effet, il y a un si, le boss annabi ne s’était pas lui aussi mis de la partie en faisant une offre intéressante à l’exMessin. On devine aisément que derrière cet intérêt il y a l’avis de l’entraîneur de l’USMAn, Abdelkader Amrani, qui était à la barre technique de l’ASO lorsque Mokhtari était venu montrer ce qu’il sait faire avec un ballon. Autant dire que même s’il a une longueur d’avance sur son homologue de Annaba, Medouar va devoir jouer serré s’il veut avoir gain de cause et réussir à faire signer cet attaquant dont on dit beaucoup de bien et qui serait aussi sur le calepin du président blidéen, Mohamed Zaïm.

Le WAT, le choix du coeur mais….
Le coach Fouad Bouali qui refuse d’évoquer l’actualité du WAT tant qu’il n’est pas encore officiellement partant pour une nouvelle saison, ne cesse de clamer son amour pour son club de toujours. Toutefois, le départ des meilleurs éléments peut le pousser à prendre un peu de recul, même si tout le monde sait qu’il n’est pas du genre à refuser les grands défis.

A. F.

Bourahli, la surprise du «Chlef»
Selon une source proche du président Medouar, ce dernier est en contact très avancé avec l’attaquant du CAB, Amir Bourahli, pour le convaincre de porter le maillot de l’ASO la saison prochaine. Le boss chélifien, qui avait promis une belle surprise après avoir enrôlé Cherif Abdeslam et dévoilé la piste Younès, vient donc d’actionner une autre corde de son arc et entend bien atteindre sa cible, tellement il rêve d’associer le baroudeur des Aurès à Soudani et Messaoud.

Othmane Riyad Baba Ahmed

Coup d’œil International
Juventus Chelsea

Le Buteur n° 1246 Samedi 26 juin 2010

23

Tottenham

L’Atletico attend une réponse de Tiago
Prêté l'hiver dernier pour le reste de la saison par la Juventus Turin, Tiago (29 ans, 18 matchs en Liga en 2010, 2 buts) pourrait bien prolonger son séjour à Madrid. Selon La Gazzetta dello Sport, l'Atletico et la Vieille Dame seraient parvenus à un accord pour le transfert définitif du milieu de terrain portugais. Le montant de la transaction serait de 5,5 millions d'euros. Quant à l'ancien Lyonnais, il s'est vu proposer un contrat de 3 ans avec un salaire annuel net de 2 millions d'euros. Tiago devrait donner sa réponse après la Coupe du monde. Un temps intéressé, le Paris Saint-Germain peut, semble-t-il, d'ores et déjà abandonner cette piste.

Anelka prolonge

On aurait pu penser que les Blues n'avaient plus envie de prolonger le contrat de Nicolas Anelka, après l'affaire dans laquelle a été impliquée le Français. Il n'en est rien. Sur son site internet, le club champion d'Angleterre a annoncé que l'attaquant lui était désormais lié jusqu'en juin 2012. L'ancien joueur du PSG a réagi : «Quand je suis arrivé à Chelsea je voulais rester beaucoup plus longtemps que ce que j'ai fait dans le passé avec d'autres clubs. C'est un grand club, vous jouez avec de grands joueurs et j'aime ce club, j'aime Londres. Je suis donc très heureux de signer un nouveau contrat.» Quant à Carlo Ancelotti, son entraîneur, il affirme : «Nicolas est un joueur fantastique qui a de bonnes qualités techniques et de mouvement.»

Ballack attendu à Leverkusen
Arrivé au terme de son contrat, Michael Ballack (33 ans, 32 matchs de Premier League en 2009-10, 4 buts) va quitter Chelsea cet été. Pressenti pour rejoindre Schalke 04, le milieu de terrain allemand devrait finalement rejoindre le Bayer Leverkusen, club dont il a déjà défendu les couleurs de 1999 à 2002. Selon l'agence SID, Ballack devrait rapidement s'engager pour deux saisons en faveur du Bayer avec à la clé une rémunération annuelle de 6,5 millions d'euros.

Redknapp veut Joe Cole

Inter Milan

Rafinha dans le viseur
Afin de pallier le possible départ de Maicon pour le Real Madrid après la Coupe du monde, l'Inter Milan pisterait un autre latéral droit brésilien. Selon le Corriere dello Sport, les dirigeants Nerazzurri songeraient à recruter le défenseur de Schalke 04, Rafinha (24 ans, 31 matchs en Bundesliga en 2009-2010, 1 but), pour évoluer dans le couloir droit. Le deuxième de Bundesliga la saison dernière souhaite dégraisser son effectif pour éponger les dettes du club (137 millions d'euros) et ne devrait pas s'opposer au départ du Brésilien dont le transfert serait évaluer à 5 millions d'euros.

ur succéder à Rijkaard po s de successeur n’a toujours pa é s Rafa itez sem n’ nt toujou pa ard. à Benrti depuis plus de troisdantsaines,t nombBenitez Redsgeroait à FrankrsRijkatrouv reux, les Pa son

Liverpool

préten is son Liverpool. Si les . Selon Skysports, le club angla i à Galatasaray, ne serait pas in- r qué pa le profil idoine îneur du Barça, aujourd’hu pour l’instant blo ncien entra ool, mais serait positions émanant de L’a erp position de Liv t refusé deux pro sensible à la pro b turc qui aurai clu la direction du Reds. la direction des

Libre de s'engager avec la formation de son choix depuis son départ de Chelsea, Joe Cole (28 ans, 26 matchs de Premier League et 2 buts en 2009-2010) attise les convoitises. Après Arsenal, c'est au tour de Tottenham de se renseigner sur l'ancien milieu de terrain des Blues. L'entraîneur du club londonien, Harry Redknapp, a affirmé avoir pris contact avec l'agent de l'international anglais pour évoquer un transfert. Actuellement en Afrique du Sud, Joe Cole et la sélection britannique s'apprêtent à disputer les huitièmes de finale de la Coupe du monde face à l'Allemagne.

Arsenal

Et revoilà Aaron Ramsey !
On l’avait abandonné à son triste sort, allongé sur la pelouse de Stoke City après un tacle violent de Ryan Shawcross. Verdict : double fracture tibia-péroné. Aujourd’hui, Aaron Ramsey (19 ans) va beaucoup mieux. The Daily Star révèle que le Gallois pourrait reprendre la compétition dans les tous prochains jours après quatre mois de rééducation. Une bonne nouvelle pour Arsenal et Arsène Wenger.

Manchester United

22 M€, insuffisant pour Navas
Le milieu de terrain du FC Séville, Jesus Navas (24 ans, 34 matchs et 4 buts en Liga cette saison), intéresse Manchester United. Selon le quotidien As, les dirigeants anglais auraient formulé une offre de 22 millions d'euros au club andalou. «C'est un manque de respect envers Séville et le joueur que d'offrir si peu», a rétorqué la formation espagnole. Sorti du centre de formation sévillan, Navas a depuis gagné ses galons d'international espagnol et dispute actuellement la Coupe du monde en Afrique du Sud. Son contrat court jusqu'en juin 2013.

PSG

Everton ne met pas lourd pour Sessègnon

Comme nous vous l'indiquions il y a quelques jours, Stéphane Sessègnon (26 ans, 29 matchs en L1 en 2009-10, 3 buts) souhaite quitter le Paris Saint-Germain. Ça tombe bien, le club de la capitale est lui aussi prêt à s'en séparer. Mais pas à n'importe quel prix. La direction parisienne attend 10 millions d'euros en échange du transfert de son milieu de terrain offensif. Problème, si Everton et Tottenham sont intéressés, ils tardent à mettre la main à la poche. A en croire le Mirror, les Toffees viendraient de faire une offre de 7 millions d'euros pour le Béninois. Même pas la somme qu'avait déboursée le PSG pour acheter Sessègnon au Mans en 2008, à savoir 8 millions d'euros. Les dirigeants parisiens regretteront sans doute longtemps de ne pas avoir laissé filer leur joueur l'été dernier pour 15 millions...

Scholes tout proche de la retraite

Après avoir discuté à plusieurs reprises avec Sir Alex Ferguson, Paul Scholes (35 ans, 28 rencontres de Premier League en 2009/2010, 3 réalisations) a finalement choisi de resigner un contrat jusqu'en juin 2011. Le milieu de terrain de Manchester United a confié lors d'un entretien accordé au média EPL Talk qu'il devrait raccrocher les crampons à cette date. «J'arrive à la fin de ma carrière de joueur et peut-être qu'il me reste une année devant moi. J'ai commencé à passer mes diplômes d'entraîneur en Angleterre et j'espère qu'un jour je pourrais diriger des enfants ou une équipe quelque part», a indiqué le joueur emblématique des Red Devils.

Fred toujours à Fluminense
Brésil

Contrairement à ce qu'indiquait L'Equipe le 19 juin dernier, l'attaquant brésilien Fred n'a pas officiellement signé à Naples. L'ancien buteur de Lyon figure toujours dans les rangs de Fluminense (26 ans) avec qui il pourrait même prolonger jusqu'en 2015. L'attaquant de 26 ans intéresserait néanmoins l'Atletico Madrid, le Dynamo Kiev et... Naples selon La Gazzetta dello Sport.

Keirrison plus que jamais vers le Brésil
Barça

En l’espace d’un an, Keirrison a connu quatre clubs : Palmeiras, le FC Barcelone, Benfica et la Fiorentina. Beaucoup de bouleversements pour un attaquant tout juste âgé de 21 ans. Peu à son avantage lors de ses prêts à Lisbonne et à Florence, le Brésilien devrait à nouveau être cédé la saison prochaine par le Barça. C’est au Brésil qu’il devrait partir se ressourcer et relancer sa jeune carrière. Dans un entretien accordé au média auriverde Lance !, l’entraîneur de Santos Dorival Junior a confirmé qu’il souhaitait récupérer le buteur. «Je le connais très bien depuis mon passage à Coritiba et il serait important pour nous. Il veut revenir au pays. Toutes les négociations sont menées par la direction», a-t-il expliqué. Reste désormais à savoir si les Blaugrana se montreront conciliants dans le dossier Keirrison.
Contact@lebuteur.com
Pour vos insertions publicitaires, contactez notre service publicité. Tél : 021 73 14 37 / Fax : 021 73 14 17 ou bien contactez lʼANEP : 1, avenue Pasteur - Alger Tél : 021 73 76 78 Fax : 021 73 95 59 / Télex : 56150

QUOTIDIEN SPORTIF ANNEXE DE PANORAMA

¥ Tél. (021) 73-24-03 / Fax : (021) 73-16-47 Maison de la Presse Tahar Djaout 01, Rue Bachir Attar - Alger e-mail : lebuteurdz@yahoo.fr

Directeur de la publication : Boussaâd Kahel - Rédacteur en chef : Mohamed Saâd - Rédacteur en chef adjoint : Ali Hamouche - Rédaction : Achour Aït Ali, Noureddine Benazzou, Tarek Bouchikhi, Adel Cheraki, Kamel Manane, Abdelbasset Mogdad, Mohamed Raber, Hamza Rahmouni, Nacer Eddine Ratni. Imprimerie : SIO - Distribution : Entreprise Nationale de Distribution.

N° 1246 SAMEDI 26 JUIN 2010

Diego

Maradona mande

Dhorasoo s’attaque aux joueurs
musulmans de l’équipe de France

Vikash Dhorasoo, ancien footballeur reconverti en chroniqueur télé et radio, é qu’il mais aussi en joueur de poker, n’a pas sa langue dans sa poche. Et, à l’occasion de Diego Maradona a confi cette Coupe du monde cataclysmique pour les Bleus, l’homme aux 18 sélecment, le désormais appelle régulière l Madrid. tions lâche un scoop qui, dans le contexte français actuel (débat sur l’identité nouvel homme fort du Rea J'ai son nationale, etc.), devrait faire beaucoup de bruit. Dhorasoo affirme que les o. «J'aime beaucoup Mourinh Bleus exigent de manger de la nourriture halal lorsqu’ils sont en déplaceest possible numéro de téléphone, il r lui demander ment. Lorsqu’on lui demande s’il se reconnaît dans l’équipe actuelle, il réque je l'appelle (pou pond : «Non. Mais je ne me reconnais pas quand il n’y a pas de mixité. déclaré Cette équipe représente la France des banlieues, la France des ghetdes conseils, ndlr)», a-t-il tos, des quartiers populaires qui sont devenus très durs. Je viens en conférence de presse. à d’un milieu ouvrier, mon père travaillait ; Deschamps, Blanc «Nous passons des heures aussi. Mais aujourd’hui, dans les quartiers populaires, le pouparler football, de tactique voir a été abandonné aux caïds, et c’est ce qu’on retrouve en nsive. offensive et défe équipe de France. On voit un Gourcuff, un peu différent des Pour moi, c'est un autres, qui ne se reconnaît pas dans cette équipe. Cela me homme que vous devez choque par exemple que l’équipe de France demande un bufavoir à votre chevet fet halal pour être reçue quelque part…On est un pays laïc, républicain, à l’école on ne demande pas une cantine halal (...), pour pouvoir lui on fait un buffet pour tout le monde, avec des différendemander ciations, mais on ne va pas faire un buffet halal dans la à tout conseil République française ! Moi, ça me choque». Et Dhoramoment.» soo d’insister : «Oui, buffet halal pour tout le monde ! Ce n’est pas un buffet halal plus un buffet pour les autres, non c’est buffet halal pour tout le monde. Y a un truc vraiment qui me dépasse là. Où on est ?...Je suis français, fier de l’être. Etre français, pour moi, c’est manger français, parler français, aimer la littérature française, avoir des amis français… »

de des conseils à Mourinho

«Cela me choque qu’on demande un buffet Halal»

«Le supporter» anglais privé de AngleterreAllemagne
Le procès pour «violation de propriété» du supporter anglais, qui s'était infiltré vendredi dernier dans les vestiaires de la sélection aux Trois Lions, après le nul (0-0) contre l'Algérie, a été de nouveau reporté, vendredi. Un juge du Cap a renvoyé l'affaire pour permettre aux défenseurs de Pavlos Joseph de présenter de nouveaux arguments contre l'accusation. «S'ils réussissent, l'affaire sera close. Autrement, ce sera l'heure du plaidoyer et du procès», a-t-il dit. Deux jours après son intrusion, le supporter a été brièvement interpellé avant d'être remis en liberté sous caution. Il lui a été interdit d'assister aux matches de la compétition avant son procès. Il ne pourra donc pas être présent au Free State Stadium pour le 8e de finale de l'Angleterre contre l'Allemagne, dimanche à Bloemfontein

L'homonyme
de Raymond Domenech vit un cauchemar

Evra : «Une enquête
Interrogé par TF1, Patrice Evra a voulu apporter sa version des faits sur le fiasco de l'équipe de France en Afrique du Sud. Pour le capitaine des Bleus, il n'était «pas possible de partir en vacances sans parler aux Français». Et pour lui, cet échec est avant tout sportif, mais «personne n'est encore assez lucide pour dire ce qu'il s'est passé parce que la cicatrice est ouverte». De toute façon, le latéral gauche de Manchester United a affirmé qu'une «enquête serait ouverte par le ministère. Chaque joueur sera convoqué pour dire ce qu'il a vécu», a-t-il encore promis. Evra est surtout déterminé à «relever la tête», et promet au futur sélectionneur que les joueurs seront «unis et soudés pour redresser la barre. Car, ditil, c'est une obligation». «Jouer pour mon pays et porter ce maillot me tient à coeur», a-t-il ajouté.

sera ouverte»

Le Parisien est allé à la rencontre de Raymond Domenech. Non pas le sélectionneur -bientôt ex-cible d'une grande majorité des critiques mais de son homonyme, un homme de 56 ans résidant à Bédarieux dans l'Hérault. Le pauvre homme vit un véritable enfer depuis le début de la Coupe du monde : «Le téléphone n'a pas arrêté de sonner, y compris la nuit», raconte Raymond Domenech. «Le téléphone retentit à 4h ou 5h du matin pour m'insulter et vomir sur l'équipe de France qui n'avance pas et qui a dû aussi faire face à la visite intempestive de certains supporters en colère». Autant dire que ce Raymond Domenech a lui aussi hâte que le sélectionneur quitte son poste. Et doit d'ores et déjà plaindre l'homonyme de Laurent Blanc..

L’Algérie réconcilie
Donovan avec sa femme Les derniers mois étaient vraiment pénibles pour Landon Donovan.
Il s’est disputé avec sa femme, l'actrice Bianca Kajlich. Mariés depuis 2006, ils s'étaient séparés en 2009 et les procédures du divorce étaient sur le point de commencer. Mais un événement qui a fait bondir les fans de soccer aux USA pourrait bien changer la vie du couple, qui n'en était plus un. En marquant le but vainqueur contre l'Algérie en début de semaine, Landon Donovan pourrait retourner prochainement dans les bras de sa bien-aimée, selon Marca : «On s'est parlés hier soir et c'était vraiment bien», confie même le joueur.

Le G20

sous haute tension à cause du Coupe du monde de football Mondial La

pourrait à l'origine d'incidents diplomatiques ce week-end lors du sommet du G-20 à Toronto. Avec en point de mire : le duel entre Merkel et Cameron. D'autant que mêler sport et politique n'améliorera pas forcément l'ambiance du Sommet. David Cameron, Premier ministre d'une Angleterre qui se retrouvera dimanche face à l'Allemagne, a annoncé qu'il éviterait Angela Merkel pendant le duel entre leurs deux équipes : «Je ne suis pas persuadé que ce soit sûr», a-t-il dit à la chaîne anglaise GMTV. «Nous pourrions nous laisser emporter». David Cameron aurait-il une âme de hooligan ?

Mardi 22 juin au matin, la mère d'un enfant de 5 ans a été très surprise d'apprendre le motif de renvoi de son enfant. Le jeune garçon aurait été exclu de l'école maternelle, car il portait un maillot de football arborant les couleurs du pays d'origine de son père, le Portugal. «Je suis arrivée comme tous les matins vers 8 h 20, et là, j'ai croisé une maman qui m'a dit qu'il était interdit aux enfants de porter un maillot de foot», raconte la mère de l'enfant au Parisien. «J'ai cru à une blague. Je suis donc allée voir la directrice, qui me l'a confirmé. Elle m'a expliqué que c'était discriminatoire et que cela pouvait engendrer des conflits entre les parents et les enfants. Qu'en voyant des enfants avec des maillots, ceux qui n'en avaient pas allaient en réclamer à leurs parents, qui n'avaient pas forcément les moyens de leur en acheter.»

Un enfant exclu à cause d’un maillot de football

Après deux matchs peu convaincants face aux Etats-Unis (1-1) et l'Algérie (0-0), les joueurs de Fabio Capello ont affiché un tout autre visage face à la Slovénie (1-0). Cette métamorphose porte un nom : la bière. Contraints à l'abstinence depuis leur arrivée en Afrique du Sud, les joueurs anglais ont été exceptionnellement autorisés par leur sélectionneur à boire une pinte avant leur match face à la Slovénie. Mais si cela leur a permis de se qualifier pour la suite du Mondial, la tâche s'annonce nettement plus compliqué au prochain tour face aux Allemands, les rois de la bière...

Les Anglais ont pris de la bière pour battre les Slovènes !

Ballack Ballack

a signé au Bayer Leverkusen pour 13 millions d’euros
Privé de Coupe du monde à cause d'une blessure à la cheville, Michael Ballack a eu le temps de s'occuper de son avenir. Chelsea n'ayant pas voulu reconduire son contrat, l'international allemand a décidé de revenir dans son pays natal. L'Allemand a signé un contrat de 2 ans estimé à 13 millions d'euros en faveur du Bayer Leverkusen, selon l'agence sportive SID. Le joueur a donc refusé les approches du FC Séville, d'Hambourg ou encore de Wolfsburg, qui auraient été prêtes à lui offrir un contrat de 19 millions d'euros.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->