P. 1
oracl projet

oracl projet

|Views: 377|Likes:
Published by adnaneadnane
Ce mini‐projet nous a permis de perfectionner nos connaissances en
programmation avancée en PL/SQL et surtout la partir des Déclencheurs
automatiques en utilisant Base de données Oracle
Ce mini‐projet nous a permis de perfectionner nos connaissances en
programmation avancée en PL/SQL et surtout la partir des Déclencheurs
automatiques en utilisant Base de données Oracle

More info:

Published by: adnaneadnane on Jul 18, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/20/2011

pdf

text

original

l·¦¦Jr¦ oe Mini-lrJ,e¦

:














Réalisé par :
 Mr Adnane AL ECHCHEIKH EL ALAOUI
 Mr Alaa Eddine JADDAD
 Mr Adil SALIM
Encadré par : Mr B. RIYAMI
Filière : Ingénierie du logiciel et multimédia
Matière : SGBD
Année universitaire 2009/2010 


2
































3



Sommaire 
1  Introduction ..................................................................................................................................................... 4 
2  Généralités ...................................................................................................................................................... 5 
2.1  Définition ............................................................................................................................................... 5 
2.2  À quoi sert un déclencheur ? ................................................................................................................. 5 
2.3  Triggers dans SQL3 ............................................................................................................................... 6 
2.4  Database trigger ..................................................................................................................................... 6 
2.5  Mécanisme général ................................................................................................................................ 7 
2.6  Utilisation des triggers ........................................................................................................................... 7 
2.6.1  Mise à jour de données ...................................................................................................................... 7 
2.6.2  Duplication des données .................................................................................................................... 7 
2.6.3  Intégrité étendue des données............................................................................................................ 8 
2.6.4  Sécurité étendue des données ............................................................................................................ 8 
2.6.5  Ou encore… ...................................................................................................................................... 8 
3  Conception des triggers ................................................................................................................................... 9 
4  Types des triggers (Oracle) ............................................................................................................................. 9 
4.1  Trigger LMD ....................................................................................................................................... 10 
4.2  Constitution d’un trigger ..................................................................................................................... 10 
4.2.1  Définition de déclenchement ........................................................................................................... 10 
4.2.2  Syntaxe ............................................................................................................................................ 10 
4.2.3  Option FOR EACH ROW ............................................................................................................... 12 
4.2.4  Restriction de déclenchement .......................................................................................................... 12 
4.2.5  Action à déclencher ......................................................................................................................... 12 
4.2.6  Création d’un trigger LMD ............................................................................................................. 12 
4.2.7  Utilisation des pseudos colonnes ..................................................................................................... 15 
4.2.8  Regroupement d’événements déclencheurs .................................................................................... 16 
4.2.9  Modification d'un trigger ................................................................................................................. 16 
4.2.10  Suppression d'un trigger .............................................................................................................. 16 
4.2.11  Vues du dictionnaire ................................................................................................................... 16 
4.2.12  Lecture inconsistante, table en mutation et transaction autonome .............................................. 17 
4.2.13  Trigger INSTEAD OF ................................................................................................................ 17 
5  Conclusion .................................................................................................................................................... 18 



















4
1 Introduction

Traditionnellement  les  bases  de  données  sont  des  systèmes  s'occupant  de  données 
statiques. Les SGBD sont responsables de la gestion de données sous forme de tables, 
respectant  des  règles  prédéfinies  dans  leurs  propres  structures.  Les  systèmes 
assurent  une  gestion  des  données  sécurisées  et  supportant  des  accès  concurrents 
grâce  à  une  parfaite  maîtrise  des  transactions.  La  large  diffusion  du  modèle  client‐
serveur  pour  les  bases  de  données  est  principalement  due  à  la  maturité  des  SGBD 
actuels.  L'autonomie  du  SGBD  (sécurité,  règle  et  transaction)  a  permis  la  mise  en 
place du concept du serveur de données; le serveur fourni aux différents producteurs 
ou  consommateurs  de  données  des  informations  sécurisées  et  fiables  avec  un 
maximum de disponibilité. La montée en puissance du "service" gestion des données 
peut être assurée assez simplement par un passage à l'échelle du même système.  
L'efficacité  des  serveurs  sous  les  fortes  sollicitations  nous  permet  de  formuler  de 
nouvelles exigences et de constater que les bases de données actuelles sont capables 
de comportements dynamiques.  
Prenons  par  exemple  une  base  de  données  gérant  un  stock  de  pièces  et  pouvant 
comporter dans son schéma une règle permettant son réapprovisionnement à partir 
d'un seuil prédéfini.  
Ce système nécessite deux processus distincts, soit la détection du seuil minimum, et 
l'action  de  réapprovisionnement  elle‐même,  en  suivant  un  processus  prédéfini  (une 
règle métier).  
L'événement doit être catalogué dans la base elle‐même pour permettre sa détection 
indépendamment  du  client.  Sa  puissance  de  description  dépend  des  possibilités  du 
SGBD utilisé.  
Quant  à  l'action,  elle  doit  pouvoir  être  décrite  avec  un  langage  de  programmation 
complet permettant la manipulation native des données. Idéalement, ce langage doit 
être  capable  d'intégrer  SQL  pour  la  gestion  des  données  et  permettre  une 
programmation  classique  pour  assurer  la  complétude  du  langage.  Le  langage, 
suffisamment  puissant,  permettrait  une  interaction  avec  les  autres  services  du 
système, soit avec un dialogue SQL, soit avec des dialogues de genre RPC.  
Afin  d’assurer  ces  comportements  dynamiques,  les  SGBD  actuels  permettent 
l’utilisation de déclencheurs.  









5


2 Généralités

2.1 Définition

Un déclencheur (trigger) est une action stockée dans la base et associée à une table. 
La suite d'instructions que constitue cette action est exécutée automatiquement par 
le  système de  gestion de  base de  données, chaque  fois  que  l'événement  auquel  elle 
est associée se produit.  

Les déclencheurs (triggers) existent depuis la version 6 d’Oracle. Ils sont compilables 
depuis  la  version  7.3  (auparavant,  ils  étaient  évalués  lors  de  l’exécution).  Depuis  la 
version 8, il existe un nouveau type de déclencheur (INSTEAD OF) qui permet la mise 
à jour de vues multi tables. La plupart des déclencheurs peuvent être vus comme des 
programmes  résidents  associés  à  un  événement  particulier  (insertion,  modification 
d’une  ou  de  plusieurs  colonnes,  suppression)  sur  une  table  (ou  une  vue).  Une  table 
(ou une vue) peut « héberger » plusieurs déclencheurs ou aucun. Nous verrons qu’il 
existe  d’autres  types  de  déclencheurs  que  ceux  associés  à  une  table  (ou  à  une  vue) 
afin  de  répondre  à  des  événements  qui  ne  concernent  pas  les  données.  À  la 
différence  des  sous‐programmes,  l’exécution  d’un  déclencheur  n’est  pas 
explicitement opérée par une commande ou dans un programme, c’est l’événement 
de  mise  à  jour  de  la  table  (ou  de  la  vue)  qui  exécute  automatiquement  le  code 
programmé dans le déclencheur. On dit que le déclencheur « se déclenche » (l’anglais 
le  traduit  mieux  :  fired  trigger).  La  majorité  des  déclencheurs  sont  programmés  en 
PL/SQL  (langage  très  bien  adapté  à  la  manipulation  des  objets  Oracle),  mais  il  est 
possible d’utiliser un autre langage (C ou Java par exemple). 
 
2.2 À quoi sert un déclencheur ?

Un déclencheur permet de : 
●  Programmer  toutes  les  règles  de  gestion  qui  n’ont  pas  pu  être  mises  en  place  par 
des  contraintes  au  niveau  des  tables.  Par  exemple,  la  condition  :  une  compagnie  ne 
fait voler un pilote que s’il a totalisé plus de 60 heures de vol dans les 2 derniers mois 
sur  le  type  d’appareil  du  vol  en  question,  ne  pourra  pas  être  programmée  par  une 
contrainte et nécessitera l’utilisation d’un déclencheur. 
●  Déporter  des  contraintes  au  niveau  du  serveur  et  alléger  ainsi  la  programmaon 
client. 
● Renforcer des aspects de sécurité et d’audit. 
●  Programmer  l’intégrité  référenelle  et  la  réplicaon  dans  des  architectures 
distribuées avec l’utilisation de liens de bases de données (database links). 




6
2.3 Triggers dans SQL3

Les triggers de base de données sont normalisés par la norme SQL3.  
La  norme  SQL2  décrivait  la  notion  d'assertion,  qui  ressemble  à  celle  du  trigger.  Une 
assertion est une règle non rattachée à une table, qui doit être respectée, quelles que 
soient les instructions envoyées au système.  
Exemple :  

CREATE ASSERTION val_globale_stock
CHECK ( (SELECT Sum(colonne) FROM table1)
>
(SELECT Sum(colonne) FROM table2) ) ; 
Les assertions constituent une notion intéressante mais qui n'est pas implantée dans 
les  bases  de  données  commerciales  qui  préfèrent  la  notion  de  triggers.  On  peut 
penser  que  c'est  principalement  à  cause  des  problèmes  de  temps  de  réponse 
qu’engendrerait une gestion globale des assertions.  
La  norme  SQL3  normalise  la  notion  de  trigger  sous  une  syntaxe  très  proche  de  celle 
d’Oracle.  


2.4 Database trigger

Les SGBD du marché implémentent la notion de "database trigger". Cette notion, non 
normalisée  engendre  des  objets  relativement  similaires  chez  les  différents 
constructeurs.  
Les  triggers  sont  généralement  des  objets,  appartenant  à  une  table,  permettant 
d'exécuter une procédure lorsqu'un événement prédéfini est produit sur cette même 
table.  
 
La  définition  du  déclencheur  est  similaire  d'un  SGBD  à  l'autre,  mais  l'action,  décrite 
dans  un  langage  de  programmation  souvent  propriétaire  du  SGBD,  est  totalement 
dépendante de son pouvoir de description.  
Il  faut  remarquer  encore  que  la  liste  exhaustive  des  déclencheurs  supportés  par  le 
SGBD peut être différente d'un système à l'autre, mais une nouvelle version du même 
SGBD peut supporter de nouveaux événements.  
 
En  bref,  les  triggers  sont  des  procédures  stockées  dans  la  base  de  données  et 
implicitement exécutées ou tirées (triggered) quand un évènement se produit.  
Traditionnellement l'événement est une écriture (INSERT UPDATE, DELETE) dans une 
table. 





7
2.5 Mécanisme général

La figure suivante illustre les étapes à suivre pour mettre en œuvre un déclencheur. Il 
faut  d’abord  le  coder  (comme  un  sous‐programme),  puis  le  compiler  (il  sera  stocké 
ainsi en base). 
Par  la  suite,  au  cours  du  temps,  et  si  le  déclencheur  est  actif  (nous  verrons  qu’il  est 
possible  de  désactiver  un  déclencheur  même  s’il  est  compilé),  chaque  événement 
(qui caractérise le déclencheur) aura pour conséquence son exécution. 







2.6 Utilisation des triggers

Les  triggers  servent  à  garantir  l'exécution  d'une  tâche  et  à  centraliser  les  opérations 
sans  s'occuper  de  qui  les  déclenchent  ni  d'où  elles  se  déclenchent  puisqu'elles  se 
trouvent dans la base de données.  

2.6.1 Mise à jour de données

Lors  de  l'effacement  de  données,  on  peut  stocker  automatiquement  les  valeurs 
effacées  dans  une  table  journal.  L'effacement  devient  alors  logique.  Une  autre 
utilisation classique est la gestion de champs dérivés (champs calculés).  

2.6.2 Duplication des données



8
La duplication de données, pour des raisons de performance sur une base distribuées 
peut être faite avec des triggers. On peut facilement gérer une réplication synchrone 
asymétrique.  

2.6.3 Intégrité étendue des données

La  gestion  de  l'intégrité  des  données  peut  être  faite  avec  des  triggers, 
particulièrement  dans  les  cas  où  elle  ne  peut  être  assurée  par  des  contraintes 
déclaratives.  Toutefois,  les  triggers  ne  doivent  pas  se  substituer  au  système 
d’intégrité natif du SBBD pour des raisons de portabilité.  
Il  est  important  de  noter  que  si  les  triggers  peuvent  gérer  l'ensemble  de  l’intégrité 
des  données  de  la  base,  mais  les  contrôles  s'appliquent  au  niveau  de  la  seule 
transaction. Ils ne contrôlent donc pas les données existantes.  

2.6.4 Sécurité étendue des données

On  peut  également  gérer  les  droits  d'accès  aux  données  avec  des  triggers, 
particulièrement  si  ceux‐ci  ne  peuvent  être  traités  par  les  commandes  classiques  de 
gestion des droits. 

2.6.5 Ou encore…

• Audit complexe  
 
• Prévention de transactions invalides  
 
• Renforcement de règles de gestion complexes  
 
• Mise en place d'évènements de connexion transparents  
 
• Génération automatique de colonnes dérivées  
 
• Mise en place de vues modifiables complexes  
 
•  Réplication  synchrone  symétrique  de  données  entre  un  système  legacy  et  un 
nouveau système en cours de développement  
 
• Surveillance d'évènement systèmes  
 
 
 



9
3 Conception des triggers

Il est important de suivre les quelques règles ci‐dessous lors du design des triggers.  
 
•  Utiliser  les  triggers  pour  exécuter  des  opérations  de  façon  centralisée,  ceci 
quelque soit le genre de client ou d’application connectée.  
 
•  Limiter  la  taille  du  corps  du  trigger  à  60  lignes  de  code  au  maximum.  Si  la 
taille doit être dépassée, utiliser le trigger pour appeler une procédure stockée 
(le corps d’un trigger ne peut dépasser 32 Ko).  
 
• Ne pas développer des triggers qui duplifient des fonctionnalités existante du 
SGBD (ex: Intégrité référentielle).  
 
• Ne pas créer des triggers récursifs !!!! (Exécution de l'action qui déclenche le 
trigger dans le corps).  
 
• Utiliser judicieusement les triggers sur la base de données. Ils sont exécutés 
pour chaque utilisateur chaque fois que l'évènement se produit.  
 
• Respecter les transactions !  
 
• Utiliser avec précaution (difficile à debugger et à maintenir…)  


4 Types des triggers (Oracle)


Un trigger peut être de plusieurs types:  
 
• Trigger LMD sur une table  
 
• Trigger INSTEAD OF sur une vue  
 
• Trigger système sur DATABASE ou SCHEMA  
 
Remarque : 
 
Les événements déclencheurs peuvent être : 
● Une instruction INSERT, UPDATE, ou DELETE sur une table (ou une vue). On parle 
de déclencheurs LMD ; 
● Une instruction CREATE, ALTER, ou DROP sur un objet (table, index, séquence, etc.). 
On parle de déclencheurs LDD ; 


10
● le démarrage ou l’arrêt de la base (startup ou shutdown), une erreur spécifique 
(NO_DATA_ FOUND, DUP_VAL_ON_INDEX, etc.), une connexion ou une déconnexion 
d’un utilisateur. 
On parle de déclencheurs d’instances. 

4.1 Trigger LMD

Les triggers du LMD sont les plus courants. On les trouve presque systématiquement 
chez chaque constructeur.  

4.2 Constitution d’un trigger

La  constitution  d'un  trigger  est  différente  d'un  constructeur  à  l'autre,  mais  on 
retrouve globalement les mêmes éléments dans les différentes syntaxes.  
Un trigger est constitué de trois parties distinctes:  

4.2.1 Définition de déclenchement

Cette  partie  déclare  le  trigger  en  lui  donnant  un  identificateur  (unique  au  schéma) 
ainsi qu'un événement déclencheur.  
Cet événement déclencheur est une écriture (INSERT UPDATE, DELETE) dans la table 
qui lui est associée.  
On  définit  également  si  le  trigger  sera  déclenché  avant  ou  après  l'écriture  dans  la 
table avec les options BEFORE et AFTER.  

4.2.2 Syntaxe
Remarque: Conventions d’écriture. 
 
Exemples, syntaxe  
« MAJUSCULES » Commandes SQL  
« Italiques » Variables de substitution  
[ ] Elément facultatif  
{ } Liste de choix  
¦ Séparateur dans une liste de choix  
NB : Les exemples et syntaxes de ce support de cours sont spécifiques à la base 
de données Oracle 10g. Nous spécifierons lorsqu’un exemple fait référence à la 
norme.  

Pour  pouvoir  créer  un  déclencheur  dans  votre  schéma,  vous  devez  disposer  du 
privilège  CREATE  TRIGGER  (qui  est  inclus  dans  le  rôle  RESOURCE  mais  pas  dans 
CONNECT).  Pour  créer  un  déclencheur  dans  un  autre  schéma,  le  privilège  CREATE 
ANY TRIGGER est requis. 


11
En plus de ces conditions, pour fabriquer un déclencheur d’instances, il faut détenir le 
privilège ADMINISTER DATABASE TRIGGER. 
Un déclencheur est composé de trois parties : la description de l’événement traqué, 
une  éventuelle  restriction  (condition)  et  la  description  de  l’action  à  réaliser  lorsque 
l’événement se produit. La syntaxe de création d’un déclencheur est la suivante : 
 

CREATE [OR REPLACE] TRIGGER [schéma.] nomDéclencheur 
{ BEFORE | AFTER | INSTEAD OF } 
{ { DELETE | INSERT | UPDATE [OF col1 [,col2]…] } 
[OR { DELETE | INSERT | UPDATE [OF col1 [,col2]…] }]… 
ON { [schéma.] nomTable | nomVue } 
[REFERENCING 
{ OLD [AS] nomVieux | NEW [AS] nomNew | PARENT [AS] nomParent } 
[ OLD [AS] nomVieux | NEW [AS] nomNew | PARENT [AS] nomParent]… ] 
[FOR EACH ROW] } 

{ événementBase [OR événementBase]… | 
actionStructureBase [OR actionStructureBase]… } 
ON { [schéma.] SCHEMA | DATABASE } } 
[WHEN ( condition ) ] 
{ Bloc PL/SQL (variables BEGIN instructions END ; ) 
| CALL nomSousProgramme(paramètres) } 

Les options de cette commande sont les suivantes : 
● BEFORE | AFTER | INSTEAD OF précise la chronologie entre l’acon à réaliser par le 
déclencheur  LMD  et  la  réalisation  de  l’événement  (exemple  BEFORE  INSERT 
programmera l’exécution du déclencheur avant de réaliser l’insertion). 
● DELETE | INSERT | UPDATE précise la nature de l’événement pour les déclencheurs 
LMD. 
●  ON  {[schéma.]  nomTable  |  nomVue}  spécifie  la  table,  ou  la  vue,  associée  au 
déclencheur LMD. 
● REFERENCING permet de renommer des variables. 
 
● FOR EACH ROW différencie les déclencheurs LMD au niveau ligne ou au niveau état. 
●  événementBase  idenfie  la  nature  d’un  déclencheur  d’instance  (STARTUP  ou 
SHUTDOWN 
pour exécuter le déclencheur au démarrage ou à l’arrêt de la base), d’un déclencheur 
d’erreurs (SERVERERROR ou SUSPEND pour exécuter le déclencheur dans le cas d’une 
erreur particulière ou quand une transaction est suspendue) ou d’un déclencheur de 
connexion (LOGON ou LOGOFF pour exécuter le déclencheur lors de la connexion ou 
de la déconnexion à la base). 
● aconStructureBase spécifie la nature d’un déclencheur LDD (CREATE, ALTER, 


12
DROP,  etc.  pour  exécuter  par  exemple  le  déclencheur  lors  de  la  création,  la 
modification ou la suppression d’un objet de la base). 
●  ON  {[schéma.]SCHEMA  |  DATABASE}}  précise  le  champ  d’applicaon  du 
déclencheur  (de  type  LDD,  erreur  ou  connexion).  Utilisez  DATABASE  pour  les 
déclencheurs  qui  s’exécutent  pour  quiconque  commence  l’événement,  ou  SCHEMA 
pour les déclencheurs qui ne doivent s’exécuter que dans le schéma courant. 
● WHEN condionne l’exécuon du déclencheur. 

4.2.3 Option FOR EACH ROW

Cette option définit si le trigger est un trigger de ligne ou d'instruction. S’il est définit 
comme trigger de ligne, le corps du trigger sera exécuté pour chaque tuple "touché" 
par  l'instruction  qui  a  déclenché  le  trigger.  Si  le  trigger  est  un  trigger  d'instruction,  il 
sera  déclenché  une  et  une  seule  fois,  indépendamment  du  nombre  de  tuples 
manipulés par l'instruction.  
La plupart des triggers sont spécifiés avec l’option FOR EACH ROW dans la pratique. 


4.2.4 Restriction de déclenchement
Cette  partie  optionnelle  permet  d'ajouter  une  clause  (WHEN)  qui  sera  évaluée  et  le 
trigger exécuté que si elle renvoie la valeur Vrai.  
Si  cette  clause  est  absente,  le  trigger  est  toujours  exécuté.  La  clause  WHEN  est 
réévaluée  lors  de  chaque  déclenchement  du  trigger.  Si  celle‐ci  retourne  un  False  ou 
un état inconnu (Null) alors le trigger n'est pas exécuté.  

4.2.5 Action à déclencher

On  l'appelle  aussi  corps  du  trigger.  C'est  l'action  à  exécuter  lorsque  l'événement 
associé se produit.  
Cette suite d'instructions est écrite dans un langage supporté par la base de données. 
Oracle  supporte  en  natif  son  propre  langage  appelé  PL/SQL,  ainsi  que  l’appel  de 
procédures compilées écrites dans un autre langage (C, C++, Java,...)  

4.2.6 Création d’un trigger LMD

Pour  ce  type  de  déclencheurs,  l’événement  à  déterminer  est  une  mise  à  jour 
particulière  de  la  base  (ajout,  modification  ou  suppression  dans  une  table  ou  une 
vue).  L’exécution  est  dépendante  ou  non  du  nombre  de  lignes  concernées  par 
l’événement. On programme un déclencheur de lignes (row trigger) quand on désire 
exécuter autant  de  fois  le  déclencheur qu’il y  a  de  lignes  concernées  par  une  mise  à 
jour.  Si  on  désire  exécuter  une  seule  fois  le  déclencheur  quel  que  soit  le  nombre  de 
lignes concernées, on utilisera un déclencheur d’état (statement trigger). 
La directive FOR EACH ROW distingue ces deux familles de déclencheurs. 


13
Dans  l’exemple  d’une  table  t1  ayant  cinq  enregistrements,  si  on  programme  un 
déclencheur de niveau ligne avec l’événement AFTER DELETE, et qu’on lance DELETE 
FROM  t1,  le  déclencheur  exécutera  cinq  fois  ses  instructions  (une  fois  après  chaque 
suppression). Le tableau suivant explique ce mécanisme : 

Déclencheurs de lignes (row triggers)

Un  déclencheur  de  lignes  est  déclaré  avec  la  directive  FOR  EACH  ROW.  Ce  n’est  que 
dans  ce  type  de  déclencheur  qu’on  a  accès  aux  anciennes  valeurs  et  aux  nouvelles 
valeurs des colonnes de la ligne affectée par la mise à jour prévue par l’événement 

Quand utiliser la directive :NEW ?

Considérons  l’exemple  suivant,  et  programmons  la  règle  de  gestion  tout  pilote  ne 
peut  être  qualifié  sur  plus  de  trois  types  d’appareils.  Ici,  il  s’agit  d’assurer  la 
cohérence entre la valeur de la colonne nbQualif de la table Pilote et les lignes de la 
table  Qualifications.  Programmons  le  déclencheur  TrigInsQualif  qui  surveille  les 
insertions arrivant sur la table Qualifications et incrémente de 1 la colonne nbQualif 
pour  le  pilote  concerné,  ou  refuse  l’insertion  pour  le  pilote  ayant  déjà  trois 
qualifications (cas du pilote de code 'PL‐1' dans la figure suivante). 



L’événement déclencheur est ici BEFORE INSERT car il faudra s’assurer, avant de faire 
l’insertion,  que  le  pilote  n’est  pas  déjà  qualifié  sur  trois  types  d’appareils.  On  utilize 
un  déclencheur  FOR  EACH  ROW  car  on  désire  qu’il  s’exécute  autant  de  fois  qu’il  y  a 
de  lignes  concernées  par  l’événement  déclencheur.  S’il  se  produit  une  insertion 
multiple de type INSERT INTO Qualifications SELECT…, on préfère lancer plusieurs fois 
le déclencheur. 
 
Chaque  enregistrement  qui  tente  d’être  ajouté  dans  la  table  Qualifications  est 
désigné  par  :NEW  au  niveau  du  code  du  déclencheur.  L’accès  aux  colonnes  de  ce 
pseudo‐enregistrement dans le corps du déclencheur se fait par la notation pointée. 


14
Le  code  minimal  de  ce  déclencheur  (on  ne  prend  pas  en  compte  l’éventuelle  erreur 
du SELECT ne renvoyant aucun pilote). est décrit dans le tableau suivant : 

Code PL/SQL  Commentaires
CREATE TRIGGER TrigInsQualif 
BEFORE INSERT ON Qualifications 
FOR EACH ROW 
Déclaration de l’événement 
déclencheur 
DECLARE 
v_compteur Pilote.nbHVol%TYPE; 
v_nom Pilote.nom%TYPE; 
Déclaration des variables 
locales. 
BEGIN 
SELECT  nbQualif,  nom  INTO  v_compteur, 
v_nom 
FROM Pilote WHERE brevet = ; 
IF v_compteur < 3 THEN 
UPDATE Pilote SET nbQualif = nbQualif + 1
WHERE brevet = ; 
ELSE 
(‐20100, 'Le pilote ' 
|| v_nom || ' a déjà 3 qualifications!'); 
END IF; 
END; 

Corps du déclencheur. 
Extraction et mise à jour 
du pilote concerné par 
la qualification. 
Renvoi d’une erreur 
utilisateur. 
 
Le test de ce déclencheur peut être réalisé sous SQL*Plus comme le montre la trace 
suivante. 
On retrouve l’erreur utilisateur qui est levée en premier. 
 
 
Événement déclencheur  Sortie SQL*Plus
SQL> INSERT INTO Qualifications 
VALUES ('PL‐2', 'A380', 
'20‐06‐2006'); 
1 ligne créée.
SQL> SELECT * FROM Pilote; 
BREVET NOM NBHVOL COMP NBQUALIF 
‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐‐ ‐‐‐‐ ‐‐‐‐‐‐‐‐‐ 
PL‐1 J.M Misztela 450 AF 3 
PL‐2 Thierry Guibert 3400 AF 
PL‐3 Michel Tuffery 900 SING 1 
SQL> INSERT INTO Qualifications 
VALUES ('PL‐1', 'A380', 
'20‐06‐2006'); 
ERREUR à la ligne 1 :
ORA‐06512:  à  "SOUTOU.TRIGINSQUALIF", 
ligne 9 
ORA‐04088: erreur lors d'exécution du 
déclencheur 'SOUTOU.TRIGINSQUALIF' 
 


15
 
Exemple de création d’un trigger :  
 
CREATE TRIGGER dept_del_cascade  
AFTER DELETE ON dept  
FOR EACH ROW  
BEGIN  
DELETE FROM emp  
WHERE emp.deptno = :old.deptno;  
END  
 
CREATE TRIGGER [schéma.]trigger  
{BEFORE | AFTER}  
{DELETE | INSERT | UPDATE [OF colonne [,colonne]...]}  
[OR {DELETE | INSERT | UPDATE [OF colonne [,colonne]...]}...  
ON [schema.]table  
[[REFERENCING {OLD [AS] ancien NEW [AS] nouveau ]  
| NEW [AS] nouveau OLD [AS] ancien ]}]  
FOR EACH ROW]  
[ENABLE|DISABLE]  
[WHEN (condition )]  
bloc_PL/SQL 

4.2.7 Utilisation des pseudos colonnes

Les  triggers  de  lignes  (FOR  EACH  ROW)  permettent  de  manipuler  les  attributs 
(colonnes) du tuple actuellement traités, avec les pseudos colonnes :New et :Old.  
Les  triggers  d'insertion  ont  accès  à  une  variable  contenant  la  nouvelle  valeur  d'une 
colonne ( :New.colonne).  
Les  triggers  de  suppression  ont  accès  à  une  variable  contenant  l'ancienne  valeur 
d'une colonne (:Old.colonne).  
Les triggers de modification ont accès aux deux variables précédentes.  
Vous  pouvez  spécifier  un  nom  différent  pour  :New  et  :Old  avec  la  clause 
REFERENCING  (peu  utilisé  dans  la  pratique).  Vous  pouvez  ainsi,  dans  le  corps  du 
trigger, utiliser les nouveaux noms à la place des :New et :Old.  

[[REFERENCING {OLD [AS] ancienNEW [AS] nouveau ]
| NEW [AS] nouveau OLD [AS] ancien ]}]
 






16
4.2.8 Regroupement d’événements déclencheurs

On  peut  créer  un  trigger  traitant  le  cas  de  plusieurs  ordres  LMD.  La  condition  de 
déclenchement sera donc composée :  

....INSERT OR UPDATE OR DELETE ON matable. 
On  dispose  alors  pour  la partie  action de  fonctions  booléennes, nommées prédicats, 
permettant de caractériser l'ordre exact déclenchant le trigger:  
 
IF Inserting THEN...END IF; 
IF Updating THEN...END IF;  
IF Deleting THEN...END IF;  


4.2.9 Modification d'un trigger

La modification d'un trigger consiste à l'activer ou le désactiver. La recompilation d'un 
trigger peut également se faire par la commande de modification suivante:  

ALTER TRIGGER [schema.]trigger
{ENABLE | DISABLE | COMPILE} ;) 
Dès sa création, un trigger est prêt à fonctionner. Pour l'invalider temporairement, on 
lance l'ordre SQL suivant:  
 
ALTER TRIGGER trigger_name DISABLE 
 
Pour invalider tous les triggers d'une table, on dispose de la syntaxe suivante:  

ALTER TABLE table_name DISABLE ALL TRIGGERS; 
Pour  remettre  en  place  les  triggers,  on  utilise  l'option  ENABLE  en  lieu  et  place  de 
l'option DISABLE.  
Exemple : Recompiler et activer le trigger tr_bi_eleve.  

ALTER TRIGGER tr_bi_eleve COMPILE;
ALTER TRIGGER tr_bi_eleve ENABLE;
4.2.10 Suppression d'un trigger

Pour supprimer un trigger, l'utilisateur doit formuler la commande suivante:  

DROP TRIGGER [schema.]trigger; 

4.2.11 Vues du dictionnaire



17
Les  vues  du  dictionnaire  référençant  les  triggers  sont:  USER_TRIGGERS, 
ALL_TRIGGERS et DBA_TRIGGERS  
 

4.2.12 Lecture inconsistante, table en mutation et transaction autonome

Dans un trigger FOR EACH ROW, on ne peut pas lire ou mettre à jour la table à partir 
de  laquelle  le  trigger  a  été  déclenché.  Cette  limitation  permet  d’éviter  les  lectures 
inconsistantes.  
Cela provoque l’erreur suivante:  

ORA-04091 EMP IS MUTATING, TRIGGER MAY NOT READ OR MODIFY IT 
Si  vous  désirez  toutefois  contourner  cette  limitation,  vous  pouvez  utiliser  une 
transaction autonome.  
La  directive  de  compilation  PRAGMA_AUTONOMOUS_TRANSACTION  spécifiée  au 
début  de  l’action  de  votre  trigger,  vous  permet  d’exécuter  votre  action  dans  une 
transaction  autonome.  Vous  pouvez  dans  ce  cas  utiliser  les  commandes  COMMIT  et 
ROLLBACK.  

4.2.13 Trigger INSTEAD OF

L'option  INSTEAD  OF  (littéralement  :  au  lieu  de)  peut  être  spécifiée  sur  les  triggers 
placé sur une vue.  
Cette  option  offre  une  possibilité  transparente  et  efficace  pour  permettre  la  mise  à 
jour de données à travers des vues non modifiables (non UPDATABLE.)  
L'action du trigger est bien effectuée en lieu et place de l'instruction qui le déclenche. 
Les  triggers  INSTEAD  OF  ne  sont  évidement  pas  utilisable  sans  l'option  FOR  EACH 
ROW et ne disposent pas des options BEFORE et AFTER.  
La syntaxe des triggers INSTEAD OF est la suivante :  
CREATE TRIGGER nom_trigger INSTEAD OF  
{INSERT¦UPDATE¦DELETE}  
ON nom_de_vue  
suite_d_instructions;  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


18
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
5 Conclusion

        Ce  mini‐projet  nous  a  permis  de  perfectionner  nos  connaissances  en 
programmation  avancée  en  PL/SQL  et  surtout  la  partir  des  Déclencheurs 
automatiques en utilisant Base de données Oracle    
   Suite  à  notre  avancé,  dans  ce  mini‐projet  nous  avons  fait  face  à  plusieurs 
difficulté  au  niveau  de  langage  PL /SQL  ce  qui  nous  a  poussé  à  faire  des  recherches 
pour  concrétiser  certaines  idées  et  aussi  a  demandé  l’aide  de  notre  cher  professeur 
qui  nous  l’a  accordé  avec  beaucoup  de  bonne  volonté  et  a  qui  nous  sommes  très 
reconnaissant. 
    Par  la  suite  nous  aimerions  cerner  toutes  les  subtilités  du  ORACLE,  pour 
améliorer  et  évolué  nos  connaissances,  dans  le  but  de  devenir  des  ingénieurs 
compétant. 
 
 

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->