Celui qui commet du Chirk Akbar par ignorance est nommé Mouchrik

Vu les divisions sur ce sujet il est impératif pour le Musulman qui cherche à comprendre sa religion qu’il sache qu’il n’y a aucune excuse concernant la personne qui commet du Chirk Akbar (idolâtrie majeur) pour le nom d’ici-bas, par contre les savants ont divergé à savoir s’il sera châtié ou s’il fera parti des gens de la fitra qui seront testé par Allah ta’ala le jour du jugement. Cet avis est celui de Cheykh al Islam Ibn Taymiyya et des Imams du Najd. Il sont tous unanimes pour dire qu’on lui attribue le nom « Mouchrik » dans ce bas-monde. Allah ta’ala dit : « Et si l'un des associateurs te demande asile, accordes-le lui, afin qu'il entende la parole d'Allah, puis fais-le parvenir à son lieu de sécurité. Car ce sont des gens qui ne savent pas. » (Sourate 9 Verset 6) « Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les associateurs, ne cesseront pas de mécroire jusqu'à ce que leur vienne la Preuve évidente » (Sourate 97 Verset 1) « Et ils ont désigné des associés à Allah : les djinns, alors que c'est Lui qui les a créés. Et ils Lui ont inventé, dans leur ignorance. des fils et des filles, Gloire à Lui ! Il transcende tout ce qui lui attribuent. » (Sourate 6 Verset 100) Ou bien penses-tu que la plupart d'entre eux entendent ou comprennent? Ils ne sont en vérité comparables qu'à des bestiaux. Où plutôt, ils sont plus égarés encore du sentier. (Sourate 25 verset 44)

« Nous avons destiné beaucoup de djinns et d'hommes pour l'Enfer. Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n'entendent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels sont les insouciants » (Sourate 7, verset 179) « Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelqu'associé commet un énorme péché. » (Sourate 4 Verset 48) Allah ‘Azza wa Djall a dit : « Il guide une partie, tandis qu'une autre partie a mérité l'égarement parce qu'ils ont pris, au lieu d'Allah, les diables pour alliés, et ils pensent qu'ils sont bien-guidés! » (Sourate 7 verset 30). Ibn Jarîr At-Tabarî dit dans l’interprétation de ce verset (volume 12 page 388) : ‫وهذا من أبين الدللة على خطأ قول من زعم أن ال ل يعذب أحدا على معصية ركبها أو ضللة اعتقدها، إل أن يأتيها بعد‬ ً ّ َ ‫علم منه بصواب وجهها، فيركبها عنادا منه لربه فيها. لن ذلك لو كان كذلك، لم يكن بين فريق الضللة الذي ضل وهو‬ ّ ً

‫.يحسب أنه هاد. وفريق الهدى، فرق. وقد فرق ال بين أسمائهما وأحكامهما في هذه الية‬ ّ ٌ َْ ٍ ُ َ « Ceci est une preuve des plus évidentes contre l’erreur de celui qui prétend qu’Allah ne punis personne pour le péché qu’il commet ou l’égarement qu’il professe tant qu’une science de cela ne lui est pas parvenu mais persiste par entêtement contre son Seigneur, car si c’était vrai il n’y aurait pas de différence entre le groupe égaré qui pense être bien guidé et le groupe de la guidé, alors qu’Allah a séparé leurs noms et leurs statuts dans ce verset. »

Il dit dans son Tafsîr volume 18 page 128 :

‫وقوله:) الذين ضل سعيهم في الحياة الدنيا ( يقول: هم الذين لم يكن عملهم الذي عملوه في حياتهم الدنيا‬ َْ ّ ِ ََ ْ ِ ْ ُ ُْ َ ّ َ َ ِ ّ ‫على هدى واستقامة، بل كان على جور وضللة، وذلك أنهم عملوا بغير ما أمرهم ال به بل على كفر منهم‬ ‫به، وهم يحسبون أنهم يحسنون صنعا : يقول: وهم يظنون أنهم بفعلهم ذلك ل مطيعون، وفيما ندب عباده‬ ‫إليه مجتهدون، وهذا من أدل الدلئل على خطأ قول من زعم أنه ل يكفر بال أحد إل من حيث يقصد إلى‬ َ ‫الكفر بعد العلم بوحدانيته، وذلك أن ال تعالى ذكره أخبر عن هؤلء الذين وصف صفتهم في هذه الية، أن‬ ‫سعيهم الذي سعوا في الدنيا ذهب ضلل وقد كانوا يحسبون أنهم محسنون في صنعهم ذلك، وأخبر عنهم‬ ‫أنهم هم الذين كفروا بآيات ربهم. ولو كان القول كما قال الذين زعموا أنه ل يكفر بال أحد إل من حيث‬ ‫يعلم، لوجب أن يكون هؤلء القوم في عملهم الذي أخبر ال عنهم أنهم كانوا يحسبون فيه أنهم يحسنون‬ ،‫صنعه ، كانوا مثابين مأجورين عليها، ولكن القول بخلف ما قالوا، فأخبر جل ثناؤه عنهم أنهم بال كفرة‬ ‫وأن أعمالهم حابطة‬
« Quant au verset « Ceux dont l’effort s’est égaré dans ce bas monde » sourate 18 verset 98, il dit : ce sont ceux dont les œuvres qu’ils œuvrèrent dans ce bas monde ne fut pas bâtit sur la guidé et la droiture, mais bien sur l’injustice et l’égarement. Ceci car ils ont agis autrement que selon l’ordre d’Allah, mais bien sur la mécréance envers Lui. « Et ils pensent qu’ils font le bien » c'est-à-dire ils pensent obéir à Allah en faisant cela, et qu’ils s’efforcent de faire ce qu’Il leur a demandé. Et ceci est la plus probante des preuves de la faute de celui qui prétend que nul ne mécroit en Allah tant qu’il n’a pas intentionnellement mécru après avoir connu Son Unicité ; ceci car Allah, qu’Il soit sanctifié, annonça que ceux qu’il décrit dans le verset et dont les efforts qu’ils firent dans ce bas monde s’envola en égarement, et qu’ils pensaient faire le bien ; Il nous annonça qu’ils ont mécrut aux signes de leur Seigneur. Or si l’avis de ceux qui disent qu’on ne peut pas mécroire en Allah tant qu’on ne sait pas, il serait alors obligatoire de dire que ceux là au sujet de qui Allah nous informa qu’ils pensent faire le bien, auraient été récompensé pour leurs œuvres. Mais la parole d’Allah contredit la leur, car Il nous informa qu’ils sont mécréants en Allah et que leurs œuvres sont anéanties. »

- Allah a dit au sujet de Hoûd : « Adorez Allah, vous n’avez de divinité que Lui. Vous n’êtes que des diffamateurs. » (Sourate 11 Verset 50) Ne voit-on pas qu’Allah affirma que le peuple de Hoûd était diffamateur, alors que le message ne leur était pas encore parvenu ?

Ibn Taymiya a dit dans majmoû‘ Al Fatâwâ volume 20 page 38: ‫فجعلهم مفترين قبل أن يحكم بحكم يخالفونه؛ لكونهم جعلوا مع ال إلها آخر فاسم المشرك ثبت قبل الرسالة؛ فإنه يشرك‬ ‫بربه ويعدل به ويجعل معه آلهة أخرى ويجعل له أندادا قبل الرسول ويثبت أن هذه السماء مقدم عليها وكذلك اسم الجهل‬ ‫والجاهلية يقال: جاهلية وجاهل قبل مجيء الرسول‬ « Allah les déclara diffamateurs alors qu’Il ne leur avait pas encore ordonné de loi à laquelle s’opposer. Mais Il les déclara diffamateur car ils ont mis en place d’autres divinités qu’Allah. De ce fait, le nom d’idolâtre est affirmé même lorsqu’aucun message n’est encore parvenu, car il donne des associés à son Seigneur et s’en détourne, et il croit en d’autre divinité qu’il met en concurrence avec Allah, bien qu’aucun prophète ne lui soit parvenu. Mais ces noms lui sont affirmé, tout comme les noms « paganisme » et « Païen », on dit d’une personne qu’elle est païenne même si aucun messager ne lui est parvenu. » Fin de citation. « Et nous ne châtions personne tant nous ne n avons pas envoyé de messager » (Sourate 17 verset15) Ibn Taymiya dit dans Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 2 page 78 : ‫والكفر المعذب عليه ل يكون إل بعد بلوغ الرسالة‬ « La mécréance n’est punies qu’après la transmission du message. » Nous remarquons bien que pour Ibn Taymiyya, il y a bien une différence entre le nom d’icibas et le châtiment dans l’autre monde qui dépend de la transmission du message ou de l’établissement de la preuve( Iquamat al Hujja), le Cheykh nomme Mouchrik tout ignorant qui commet du Chirk Akbar comme ceux qui adorent les tombeaux, implorent les saints, immolent pour un Djin, font des circombulations(tawaf) autour des tombes, légifèrent des lois comme le faisaient les tatares etc...

L’avis des savants de l’Islam sur le statut de l’ignorant qui adore un autre qu’Allah

Cheykh al Islam Ibn Taymiya dit dans Majmoû‘ Al Fatâwâ,volume 20 page 38 :

‫فاسم المشرك ثبت قبل الرسالة؛ فإنه يشرك بربه ويعدل به ويجعل معه آلهة أخرى ويجعل له أندادا قبل‬ ‫الرسول ويثبت أن هذه السماء مقدم عليها وكذلك اسم الجهل والجاهلية يقال: جاهلية وجاهل قبل مجيء‬ ‫الرسول وأما التعذيب فل‬
« De ce fait, le nom d’idolâtre est affirmé même lorsqu’aucun message n’est encore parvenu, car il donne des associés à son Seigneur et s’en détourne, et il croit en d’autre divinité qu’il

met en concurrence avec Allah, bien qu’aucun prophète ne lui soit parvenu. Mais ces noms lui sont affirmé, tout comme les noms « paganisme » et « Païen », on dit d’une personne qu’elle est païenne même si aucun messager ne lui est parvenu. Mais il n’y a pas de châtiment. » Il dit dans Majmoû‘ Al Fatâwâ, volume 14 page 282 :

‫و لهذا كان كل من لم يعبد ال وحده، فلبد أن يكون عابدا لغيره، يعبد غيره فيكون مشركا. وليس في بني‬ ً ‫آدم قسم ثالث، بل إما موحد، أو مشرك‬
« C’est pour ça que quiconque n’adore pas uniquement Allah, c’est qu’il adore forcément un autre que Lui, il est donc idolâtre. Il n’y a pas trois catégories d’êtres humains : soit il est monothéiste, soit idolâtre. » Ibn Taymiya qualifie de « Muchrik » l’ignorant qui se réclame de l’Islam lorsqu’il donne un associé à Allah Ibn Taymiya, par exemple, dit :

‫ومنهم من يطلب من الميت ما يطلب من ال فيقول : اغفر لي ، وارزقني ، وانصرني ونحو ذلك كما يقول‬ ‫المصلي في صلته ل تعالى إلى أمثال هذه المور التي ل يشك من عرف دين السلم أنها مخالفة لدين‬ ‫المرسلين أجمعين ، فإنها من الشرك الذي حرمه ال ورسوله بل من الشرك الذي قاتل عليه الرسول صلى‬ ‫ال عليه وسلم المشركين وأن أصاحبها إن كانوا معذورين بالجهل ، وأن الحجة لم تقم عليهم، كما يعذر من‬ ‫لم يبعث إليه رسول كما قال ال تعالى }و ما كنا معذبين حتى نبعث رسول{ و إل كانوا مستحقين من‬ ‫عقوبة الدنيا ما يستحقه أمثالهم من المشركين قال تعالى }فل تجعلوا ل أندادا وأنتم تعلمون{ وفي الحديث‬ ً ‫)إن الشرك في هذه المة أخفى من دبيب النمل( و الذين يؤمنون بالرسول، إذا تبين لحدهم حقيقة ما جاء‬ ‫به الرسول، وتبين أنه مشرك، فإنه يتوب إلى ال ويجدد إسلمه ، فيسلم إسلما يتوب فيه من هذا الشرك‬ ً
« Et certains demandent au mort ce qu’il faut demander à Allah en disant « Pardonne moi ! Subvient à mes besoins ! Sauve-moi ! » Et des choses comme ça, qui sont les mêmes demandes qu’adresse celui qui prie à Allah, lors de sa prière, et d’autres choses du même genre dont nul qui ne connaisse la religion de l’Islam ne douterait un seul instant que ceci contredit la religion d’absolument tous les messagers. Ceci tient en effet de l’associationnisme qu’Allah et Son messager ont interdit. C’est même pour cet associationnisme que le messager –qu’Allah répande Son salue et Sa bénédiction sur lui- a combattus les donneurs d’associé. Et [ils savent] que ceux qui le commettent peuvent soit être excusé pour leur ignorance quand la preuve ne leur a pas été établie, tel que celui à qui aucun messager n’est venu, comme Allah le dit « Nous ne punissons personne avant de lui envoyer un messager ». Ou bien ils méritent le châtiment dans ce bas-monde tout comme l’ont mérité leurs semblables parmi les donneurs d’associé à Allah, Allah a dit « Ne donnez pas d’égaux à Allah alors que vous savez » et dans le Hadîth il fut dit « L’associationnisme est plus subtil dans cette communauté qu’une patte de fourmis. » Quant à ceux qui ont Foi au messager- qu’Allah répande Son salue et Sa bénédiction sur lui- lorsque l’un d’entre eux se rend compte du véritable enseignement du messager, et se rend compte qu’il est un idolâtre– Muchrik- eh bien il se repent, revient à Allah et renouvelle son Islam. Il se soumet alors à Allah d’un Islam par lequel il se repent de cet associationnisme. » [Qâ3idatun ‘Adhîmah, page70. Édition Dâr El ‘Açima]

Il dit dans son texte « Radd ‘Alâ Al Akhnâ’î »

‫فإذا قصد النسان السجود للشمس وقت طلوعها و وقت غروبها كان أحق بالنهي والذم والعقاب ، ولهذا‬ ‫يكون كافرا كذلك من دعا غير ال وحج إلى غير ال هو أيضا مشرك والذي فعله كفر لكن قد ل يكون‬ ً ً ‫عالما بأن هذا شرك محرم كما أن كثيرا من الناس دخلوا في السلم من التتار وغيرهم وعندهم أصنام لهم‬ ً ً ‫صغار من لبد وغيره وهم يتقربون إليها ويعظمونها ول يعلمون أن ذلك محرم في دين السلم ويتقربون‬ ‫إلى النار ول يعلمون أن ذلك محرما فكثيرا من أنواع الشرك قد يخفى على بعض من دخل في السلم ول‬ ً ً ‫يعلم أنه شرك فهذا ضال وعمله الذي أشرك به باطل لكن ل يستحق العقوبة حتى تقوم عليه الحجة‬
« Lorsqu’un homme désir se prosterner pour le soleil lors de son levé ou de son couché, il mérite encore plus d’en être blâmé et puni. Ce pourquoi celui qui invoque un autre qu’Allah ou fait le pèlerinage pour un autre qu’Allah est un mécréant, et c’est aussi un Mouchrik et ce qu’il a fait est de la mécréance, mais il se peut qu’il ne sache pas que c’est du Chirk interdit, comme le cas de beaucoup de gens se convertissant à l’islam comme les Tatars et autres, qui ont des statuettes qu’ils adorent et vénèrent, mais ne savent pas que c’est interdit dans la religion de l’islam. Ils adorent aussi le feu sans savoir que c’est interdit, et beaucoup de genre de Chirk peut être confus pour certaines personnes qui entre dans l’islam et ne savent pas que c’est du Chirk, et une telle personne est égarées et son acte par lequel il a associé à Allah est nul, mais il ne mérite pas le châtiment tant que la preuve ne lui est pas établie. » Ibn Taymiya nomma ces gens Mouchrik tout en affirmant que beaucoup d’entre eux ignorent que leur acte est du Chirk, il affirme que ceux qui font du Chirk sans le remarquer associent à Allah et que l’Iqamat Al Houjja concerne le châtiment et non pas la sortie de l’islam.

Cheykh ‘Alî Al Khoudheyr dit dans Charh Ouçoul Theletha, page 36, lorsqu’il commente la parole du cheykh « Et quiconque voue quoi que ce soit de cela à un autre qu’Allah, c’est un Mouchrik Kafir » :

‫يقصد المصنف هنا من قامت عليه الحجة فهو مشرك كافر ، أما من فعل الشرك وهو حديث عهد بكفر أو‬ ‫عاش ونشأ في بادية بعيدة أو عاش ونشأ في بلد الكفر فهو مشرك خارج عن الملة لكن ل يكفر كفر‬ ‫تعذيب وعقوبة حتى تقام عليه الحجة وهذا هو قول المصنف في كثير من كتبه وهو قول طلبه وأحفاده‬ ‫وهو قول ابن تيمية وابن القيم بل وقول كل من نحفظ من أهل العلم نقل الجماع عليه أئمة الدعوة ، ومن‬ ‫أراد مزيد بحث فليرجع إلى كتب أئمة الدعوة والدرر السنية ، وقد يسر ال أن أفردنا هذه المسألة في‬ ‫رسالة مستقلة باسم المتممة لكلم أئمة الدعوة في العذر بالجهل في الشرك الكبر‬
« L’auteur veut dire que celui à qui la preuve a été établie est un Mouchrik Kâfir, quant à celui qui commet du Chirk alors qu’il vient de se convertir à l’islam, ou bien vit dans un désert lointain ou est né dans un pays de mécréance (loin des musulmans) alors c’est un Mouchrik hors de l’islam, mais il n’a pas le statut du mécréant tant que la preuve ne lui est pas établie, et ceci c’est l’avis de l’auteur dans beaucoup de ses livres, et c’est l’avis de ses disciples et petits fils, et l’avis d’Ibn Taymiya et d’Ibn Qayyim et l’avis de tous ceux de qui nous avons étudié comme gens de science, et les savants de la da’wa ont rapporté l’unanimité sur cette question. Celui qui veut plus de détailles, qu’il revienne aux livres des savants de la da’wa et dans Dourar As-Saniyya, et Allah nous a facilité d’avoir expliqué ce thème dans un texte qui lui est spécialement destiné, nommé « Al Moutammama likalâm A’imma Da’wa dans l’excuse de l’ignorance dans le Shirk Akbar »

Cheykh Al Khoudheyr rapporte l’unanimité que celui qui fait du Chirk Akbar alors qu’il vient de se convertir ou qui vit dans un désert lointain et donc qui ne sait pas que ce qu’il fait est du chirk est quand même un mouchrik hors de l’islam, mais il n’a pas le statut de mécréant tant que la preuve ne lui est pas parvenue ! Cheykh Hammad ibn Nâçir a dit dans Dourar As-Saniyya volume 10 page 136 lorsqu’il fut questionné:

‫المؤمن بال ورسوله إذا قال أو فعل ما يكون كفرا، جهل منه بذلك، فل تكفرونه، حتى تقوم عليه الحجة‬ ‫الرسالية، فهل لو قتل من هذا حاله، قبل ظهور هذه الدعوة، موضوع أم ل؟‬ ‫فنقول: إذا كان يعمل بالكفر والشرك، لجهله، أو عدم من ينبهه، ل نحكم بكفره حتى تقام عليه الحجة؛ ولكن‬ ‫ل نحكم بأنه مسلم، بل نقول عمله هذا كفر، يبيح المال والدم، وإن كنا ل نحكم على هذا الشخص، لعدم قيام‬ ‫الحجة عليه؛ ل يقال: إن لم يكن كافرا، فهو مسلم، بل نقول عمله عمل الكفار، وإطلق الحكم على هذا‬ ‫الشخص بعينه، متوقف على بلوغ الحجة الرسالية‬
« Question : Celui qui croit en Allah et Son messager, lorsqu’il dit ou fait ce qui est une mécréance par ignorance, vous ne lui donnez pas le statut de mécréant tant que la preuve du message ne lui est pas parvenue, est ce qu’il faut le tué alors qu’il est dans une telle situation et que la da’wa n’est pas encore apparue ? Réponse : Celui qui commet de la mécréance ou du Chirk par ignorance, et sans personne pour l’en avertir, nous ne lui donnons pas le statut de mécréant tant que la preuve ne lui est pas parvenue, mais nous ne le jugeons pas non plus musulmans ! Nous disons au contraire que son acte est celui des mécréants, et cela désacralise le sang et les biens. Et même si nous ne jugeons pas cette personne, pour cause de non établissement de la preuve, nous ne disons pas non plus « S’il n’est pas mécréant alors il est musulman » mais nous disons que son acte est bien celui des mécréant, mais l’attribution du jugement du mécréant sur cette personne est restreinte à l’établissement de la preuve. » - Mouhammad Ibn Abdelwahhab a dit dans Dourar As-Saniyya volume 1 page 522 :

‫فجنس هؤلء المشركين، وأمثالهم، ممن يعبد الولياء، والصالحين، نحكم : بأنهم مشركون ونرى كفرهم‬ ‫إذا قامت عليهم الحجة الرسالية‬
"Et ce genre de Mouchrikoûn, et ceux de leur genre qui adorent les saint et les vertueux, nous jugeons qu'ils sont Mouchrikoûn, et nous sommes d'avis qu'ils sont mécréant après que la preuve leur soit établie." Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb lui-même dit dans Dourar As-Saniyya volume 18 page 534 :

‫فجنس هؤلء المشركين وأمثالهم، ممن يعبد الولياء والصالحين، نحكم بأنهم مشركون، ونرى كفرهم إذا‬ ‫،قامت عليهم الحجة الرسالية؛ وما عدا هذا من الذنوب التي دونه في الرتبة والمفسدة، ل نكفر بها‬
« Ce genre d’idolâtres et leurs semblables qui adorent les saints et les pieux, nous jugeons qu’ils sont idolâtres, et nous considérons qu’ils sont mécréants après que la preuve leur soit

établie. Par contre, pour le reste des péchés moins grave que cela en rang et en nuisance : nous ne donnons pas le verdict de mécréance pour ces choses là. » Fin de citation. - Analyse : Il considère que ceux qui adorent les saints sont idolâtres, mais il ne les juge mécréant qu’après l’établissement de la preuve.

Dans Dourar As-Saniyya, volume 10 page 434, les savants ‘Abdallah et Ibrâhîm fils d’Abdellatîf Âl Cheykh ainsi que Soulaymân Ibn Sahmân, dirent :

‫وأما قوله - عن الشيخ محمد، رحمه ال -: إنه ل يكفر من كان على قبة الكواز، ونحوه، ول يكفر الوثني‬ ‫حتى يدعوه، وتبلغه الحجة، فيقال: نعم; فإن الشيخ محمدا رحمه ال، لم يكفر الناس ابتداء، إل بعد قيام‬ ‫،الحجة والدعوة‬
«Quant à la parole du Cheykh Mouhammad, qu’Allah lui fasse miséricorde « Celui qui est sur la coupole d’Al Kawâz et ses semblables, et qu’il ne donne pas le statut de mécréant à l’idolâtre (Wathanî) tant qu’il ne l’a pas invité à l’Islam, et que la preuve ne lui est pas parvenue ; en effet le Cheykh Mouhammad, qu’Allah lui fasse miséricorde, ne jugeait pas les gens directement mécréant, mais uniquement après que la preuve leur soit parvenue et après exhortation. » Fin de citation.

Cheykh ‘Abdellatîf Ibn ‘Abderrahmân Âl Cheykh expliqua les propos de son arrière grand père dans « Minhâj Ta’sîs wa Taqdîs » page 97, 98 :

‫والشيخ محمد رحمه ال من أعظم الناس توقفا وإحجاما عن إطلق الكفر، حتى أنه لم يجزم بتكفيره‬ ً ً ‫الجاهل الذي يدعو غير ال من أهل القبور أو غيرهم إذا لم يتيسر له من ينصحه ويبلغه الحجة التي يكفر‬ ‫تاركها، قال في بعض رسائله: وإذا كنا ل نقاتل من يعبد قبة الكواز حتى نتقدم بدعوته إلى إخلص الدين‬ ‫ل، فكيف نكفر من لم يهاجر إلينا وإن كان مؤمنا موحدا؟ وقال: وقد سئل عن مثل هؤلء الجهال. فقرر أن‬ ً ً ‫من قامت عليه الحجة وتأهل لمعرفتها يكفر بعبادة القبور. وقد سبق من كلمه ما فيه الكفاية، مع أن‬ ‫العلمة ابن القيم رحمه ال جزم بكفر المقلدين لشيوخهم في المسائل المكفرة إذا تمكنوا من طلب الحق‬ ‫ومعرفته، وتأهلوا لذلك. فأعرضوا ولم يلتفتوا. ومن لم يتمكن ولم يتأهل لمعرفة ما جاءت به الرسل فهو‬ ‫عنده من جنس أهل الفترة ممن لم تبلغه دعوة رسول من الرسل. وكل النوعين ل يحكم بإسلمهم ول‬ ‫يدخلون في مسمى المسلمين، حتى عند من لم يكفر بعضهم وسيأتيك كلمه. وأما الشرك فهو يصدق‬ ‫عليهم، واسمه يتناولهم وأي إسلم يبقى مع مناقضة أصله؟‬
« Et Cheykh Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb qu’Allah lui fasse miséricorde était des plus abstinent quant à prononcer le verdict de mécréance, au point qu’il n’était pas catégorique quant au verdict de mécréance sur l’ignorant qui invoque un autre qu’Allah parmi les morts dans les tombeaux alors que personne ne l’a conseillé ni transmit, à ce sujet, de preuve à laquelle celui qui s’oppose devient mécréant. Il a même dit dans certaines de ses lettres : « Alors que nous ne jugeons pas mécréant celui qui adore la coupole d’Al Kawâz tant que l’invitation au monothéisme ne lui a pas été présenté, alors comment jugerions nous mécréant celui qui ne s’exile pas chez nous et qui est croyant et monothéiste ? » Il fut aussi

interrogé au sujet de ce genre d’ignorants, et il estima que celui à qui la preuve est établie, ou qui est capable d’en prendre connaissance prendra le statut de mécréant s’il adore les tombes. Et nous avons déjà fait une mention suffisante de ses propos, en plus l’érudit Ibn Al Qayyim qu’Allah lui fasse miséricorde fut catégorique dans son verdict de mécréance sur ceux qui suivent aveuglément leurs gourous dans l’impiété alors qu’ils sont capables de rechercher la vérité et de la connaitre, mais s’en désintéressent et s’en détournent. Quant à ceux qui ne sont pas capable de prendre connaissance de l’enseignement des messagers, il entre, selon lui, dans la catégorie des gens de la rupture, c'est-à-dire ceux à qui aucun message n’est parvenu. Mais aucune des deux catégories n’est jugée musulmane, ni ne rentre sous la nomination de « musulman » même selon ceux qui ne jugent pas mécréant certains d’entre eux, et nous allons citer ses propos. Mais pour ce qui est de l’idolâtrie, ils méritent ce nom, et ce nom les englobe, et quel Islam peut-il rester chez quelqu’un alors que sa racine même est détruite ? » Fin de citation.

Ibn Hazm dit dans Al Fiçal volume 1 page 390 :

‫قال أبو محمد: فصح بما قلنا أن كل من كان على غير السلم وقد بلغه أمر السلم فهو كافر‬
« Aboû Mouhammad dit : Il est donc juste, après ce que nous avons dit, que quiconque est sur une autre religion que celle de l’Islam, alors que le commandement de l’Islam lui est parvenu, c’est un mécréant. » Fin de citation.

Ibn Al Qayyim dit a dit dans « Tarîq Al Hijratayn », page 411 :

‫والسلم هو توحيد ال وعبادته وحده ل شريك له، واليمان بال وبرسوله واتباعه فيما جاء به، فما لم‬ َ ‫يأت العبد بهذا فليس بمسلم‬ ْ
« L’Islam, c’est l’Unicité d’Allah et L’adorer Seul et sans associé, et avoir Foi en Allah et Son messager et le suivre dans ce qu’il a enseigné. Tout serviteur n’accomplissant pas ceci n’est pas musulman. »

Les savants Husseyn et ‘Abdallah, fils de Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb, ont dit dans Dourar As-Saniyya volume 10 page 142 :

‫من مات من أهل الشرك، قبل بلوغ هذه الدعوة، فالذي يحكم عليه: أنه إذا كان معروفا بفعل الشرك، ويدين‬ ‫به، ومات على ذلك، فهذا ظاهره أنه مات على الكفر، ول يدعى له، ول يضحى له، ول يتصدق عنه؛‬ ‫وأما حقيقة أمره، فإلى ال تعالى، فإن كان قد قامت عليه الحجة في حياته وعاند، فهذا كافر في الظاهر‬ ‫والباطن، وإن كان لم تقم عليه الحجة فأمره إلى ال تعالى. وأما سبه ولعنه فل يجوز، بل ل يجوز سب‬ ‫الموات مطلقا، كما في صحيح البخاري، عن عائشة رضي ال عنها: أن رسول ال صلى ال عليه وسلم‬ ‫قال: "ل تسبوا الموات، فإنهم قد أفضوا إلى ما قدموا" ، إل إن كان أحدا من أئمة الكفر، وقد اغتر الناس‬ ‫.به، فل بأس بسبه إذا كان فيه مصلحة دينية، وال أعلم‬

« Celui qui meurt parmi les idolâtres avant que ne lui parvienne cette prêche, nous jugeons que : s’il était connu pour pratiquer de l’idolâtrie et le prenait pour mode de vie et est mort ainsi : celui là est manifestement mort sur l’impiété : on ne fait pas de prière pour lui ni ne sacrifie pour lui ni ne donne d’aumône pour lui. Pour ce qui est de la réalité de son sort : cela appartient à Allah. Si la preuve lui a été établie de son vivant mais qu’il l’a refusé, c’est alors un mécréant extérieurement et intérieurement. Si, par contre, la preuve ne lui fut pas établie, alors son sort revient à Allah. Pour ce qui est de l’insulter ou de le maudire, ce n’est pas permis. Il n’est même pas permis d’insulté les morts du tout, comme cela fut stipulé dans le Hadîth que rapporte Al Boukhârî d’après ‘A’icha qu’Allah l’agrée, que le prophète salla llahou ‘alayhi wa sallam a dit « n’insultez pas les morts… » Sauf s’il était un leader de la mécréance à cause de qui les gens se sont égarés, là il n’y a pas de mal à l’insulter s’il y a un intérêt légal à cela, et Allah est plus savant. » Fin de citation.

Ibn Al Qayyim dit dans Ahkâm Ahl Ad-Dhimma volume 2 page 111, concernant ceux qui sont mort sur une autre religion que l’Islam sans qu’aucun messager ne leur soient venu :

‫هؤلء ل يحكم لهم بكفر ول إيمان فإن الكفر هو جحود ما جاء به الرسول فشرط تحققه بلوغ الرسالة‬ ‫واليمان هو تصديق الرسول فيما أخبر وطاعته فيما أمر وهذا أيضا مشروط ببلوغ الرسالة ول يلزم من‬ ‫انتفاء أحدهما وجود الخر إل بعد قيام سببه فلما لم يكن هؤلء في الدنيا كفارا ول مؤمنين كان لهم في‬ ‫الخرة حكم آخر غير حكم الفريقين. فإن قيل: فأنتم تحكمون لهم بأحكام الكفار في الدنيا من التوارث‬ ‫والولية والمناكحة. قيل: إنما نحكم لهم بذلك في أحكام الدنيا ل في الثواب والعقاب كما تقدم بيانه. الوجه‬ ‫الثاني: سلمنا أنهم كفار لكن انتفاء العذاب عنهم لنتفاء شرطه وهو قيام الحجة عليهم فإن ال تعالى ل‬ ‫يعذب إل من قامت عليه حجته‬
« Ceux-là ne sont ni jugé mécréants, ni croyants. En effet, la mécréance consiste à rejeter ce qu’a apporté le messager, et donc sa condition d’existence réside en la transmission du message. Alors que la Foi consiste à croire le messager dans ce qu’il informe et de lui obéir dans ce qu’il ordonne, or ceci aussi ne peut exister qu’à condition que le message soit transmit. Et la disparition de l’un n’implique pas la présence de l’autre tant que la cause n’est pas établie. Donc, à partir du moment où ces gens là ne sont dans ce bas monde ni mécréants ni croyants, ils auront dans l’au-delà un statut spécial qui n’est pas le même que celui des deux catégories [mécréants et croyants]. Si l’on dit alors : Vous leur donnez pourtant le statut de mécréant dans ce bas-monde en ce qui concerne l’héritage, l’alliance et le mariage ?! On répondra alors que nous leur donnons ces statuts en ce qui concerne ce bas monde mais pas en ce qui concerne la rétribution dans l’au-delà comme récompense ou châtiment, comme nous l’avons démontré précédemment. Ou alors sous un deuxième aspect, on leur dit : Ils sont mécréants, mais leur châtiment disparait vu que sa condition était absente : à savoir l’établissement de la preuve contre eux, or Allah ne puni personne tant que la preuve ne lui est pas parvenue. » Fin de citation.

Le consensus rapporté par les savants

Cheykh ‘Abderrahmân Ibn Hassan Âl Cheykh a dit :

‫وأجمع العلماء سلفا وخلفا، من الصحابة والتابعين، والئمة، وجميع أهسسل السسسنة أن‬ ،‫المرء ل يكون مسلما إل بالتجرد مسسن الشسسرك الكسسبر، والسسبراءة منسسه وممسسن فعلسسه‬ ‫وبغضهم ومعاداتهم بحسب الطاقة، والقدرة، وإخلص العمسال كلهسا لس، كمسا فسي‬ ‫حديث معاذ الذي في الصحيحين: "فإن حق ال على العباد: أن يعبدوه ول يشسسركوا‬ "‫به شيئا‬
« Tous les savants anciens et contemporains, des compagnons et leurs disciples jusqu’aux imams et l’ensemble des sunnites sont unanimes pour dire: Qu’un homme ne devient musulman qu’après s’être dépouillé de toute idolâtrie majeure, s’en être totalement séparé ainsi que de ceux qui la commettent, les avoir détesté et s'être distingué d'eux dans la mesure du possible et de la capacité, et d’avoir consacré toutes ses œuvres qu’à Allah, comme le rapporte Mou‘âdh Ibn Jabal d’après les deux recueilles authentiques « Le droit d’Allah sur Ses serviteurs est qu’ils L’adorent sans rien Lui associer. » » [Dourar As-Saniyya 11/545] Cheykh Hammad Ibn ‘Atîq dit :

‫وهاهنا نكتة بديعة في قوله: }إنا برءاء منكم ومما تعبدون من دون ال{: وهي أن ال تعالى قدم البراءة من‬ ‫المشركين العابدين غير ال، على البراءة من الوثان المعبودة من دون ال، لن الول أهم من الثاني، فإنه‬ ‫قد يتبرأ من الوثان ول يتبرأ ممن عبدها، فل يكون آتيا بالواجب عليه، وأما إذا تبرأ من المشركين، فإن‬ ً ‫هذا يستلزم البراءة من معبوداتهم. وهذا كقوله تعالى: }وأعتزلكم وما تدعون من دون ال وأدعو ربي‬ ‫عسى أن ل أكون بدعاء ربي شقيا{ فقدم اعتزالهم على اعتزال معبوداتهم، وكذا قوله: }فلما اعتزلهم وما‬ ‫يعبدون من دون ال{، وقوله: }وإذ اعتزلتموهم وما يعبدون إل ال{ فعليك بهذه النكتة، فإنها تفتح لك بابا‬ ‫إلى عداوة أعداء ال، فكم من إنسان ل يقع منه الشرك، ولكنه ل يعادي أهله!! فل يكون مسلما بذلك، إذا‬ .‫ترك دين جميع المرسلين‬
« Il y a là un point remarquable dans le verset « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah » c’est qu’Allah a fait primer le désaveu envers les polythéistes sur le désaveu envers leurs objets de culte, car le premier est plus important que le deuxième ; en effet il se peut qu’un homme désavoue les idoles mais pas ceux qui les adorent, il n’aura alors pas accomplit son devoir. Par contre, si quelqu’un désavoue les polythéistes, il aura automatiquement désavoué leurs idoles. C’est comme dans le verset « Je m’écarte de vous et de ce que vous invoquez d’autre qu’Allah » Sourate 19 verset 48. Il a donc fait primer de s’écarter des polythéistes sur le fait de s’écarter de leurs idoles. Et aussi le verset « Et lorsqu’il s’écarta d’eux et de ce qu’ils adorent d’autre qu’Allah… » Sourate 19 verset 49, et dans le verset « Puis, lorsque vous vous serez écartez d’eux et de ce qu’ils adorent, sauf d’Allah… » Sourate 18 verset 16. Tu dois faire attentions à ce point, il t’ouvrira la porte de la rupture avec les ennemis d’Allah ; car combien sont ceux qui, bien qu’ils ne commettent pas de polythéisme, ne se séparent pas de ce qui y adhèrent ! À cause ça, il n’est pas musulman vu qu’il a abandonné la religion de tous les messagers d’Allah. » [Majmoû3at Tawhîd, pp.175, 176]

Cheykh Abou Boutayn a dit dans Dourar As-Saniyya volume 10, page 249 :

‫وأما قول من يقول: إن من تكلم بالشهادتين ما يجوز تكفيره، وقائل هذا القول ل بد أن يتناقض، ول يمكنه‬ ‫طرد قوله، في مثل من أنكر البعث، أو شك فيه، مع إتيانه بالشهادتين، أو أنكر نبوة أحد من النبياء الذين‬ ‫سماهم ال في كتابه، أو قال الزنى حلل، أو نحو ذلك، فل أظن يتوقف في كفر هؤلء وأمثالهم، إل من‬ ‫يكابر ويعاند. فإن كابر وعاند، وقال: ل يضر شيء من ذلك، ول يكفر به من أتى بالشهادتين، فل شك في‬ ‫كفره، ول كفر من شك في كفره، لنه بقوله هذا مكذب ل ولرسوله، ولجماع المسلمين؛ والدلة على ذلك‬ ‫ظاهرة بالكتاب والسنة والجماع‬
« Quant à celui qui dit qu’il n’est pas permis de juger mécréant quiconque prononce les deux attestations, il devra forcément se contredire pour celui qui renie la résurrection ou en doute, même s’il prononce les deux attestations, ou s’il renie la prophétie d’un prophète qu’Allah nomma « prophète » dans Son Livre, ou celui qui dit qu’il est permis de faire l’adultère ou autre. Je ne pense pas qu’il se retiendra de juger mécréant ce genre là, sauf s’il est entêté et orgueilleux. S’il s’entête et s’enorgueillit, et qu’il ose dire « Cela ne lui fait aucun mal, il ne peut devenir mécréant tant qu’il prononce les deux attestations » alors il n’y a aucun doute de sa mécréance, ni sur la mécréance de celui qui doute de sa mécréance. Car lorsqu’il dit ça ; il dément Allah et Son messager, ainsi que l’unanimité des musulmans. Et les preuves de cela sont évidentes dans le Coran, la Sounnah et l’unanimité. »

Il a dit aussi dans Dourar As-Saniyya volume 12 pages 72, 73 :

،‫فالمدعي أن مرتكب الكفر متأول، أو مجتهدا أو مخطئا، أو مقلدا أو جاهل‬ ،‫معذور، مخالف للكتاب والسنة، والجماع بل شك، مع أنه ل بد أن ينقض أصله‬ ‫فلو طرد أصله كفر بل ريب، كما لو توقف في تكفير من شك في رسالة محمد‬ ‫.صلى ال عليه وسلم ونحو ذلك‬
« Celui qui prétend que l’auteur d’une mécréance par mauvaise compréhension, par effort, par erreur, par conformisme ou par ignorance est excusé : il s’oppose au Coran, à la Sounnah ainsi que l’unanimité, sans aucun doute ; en plus il sera forcé de contredire son principe, sinon il deviendra mécréant sans aucun doute : si par exemple il ne juge pas mécréant celui qui doute du message de Mouhammad salla llahou ‘alayhi wa sallam, ou quelque chose comme ça. » Fin de citation.

Cheykh Soulaymân Ibn Sahmân a dit dans Dya’ Achâriq page 161 :

‫والحكم على المشرك الشرك الكبر بالكفر مشهور عند المة، ل يكابر فيسه إل جاهسل ل يسدري مسسا النسساس‬ ‫.فيه من أمر دينهم، وما جاءت به الرسل‬

« Juger mécréant l’idolâtre qui fait du Chirk Akbar est une chose célèbre dans cette communauté, et ne s’entête à ce sujet que celui qui ignore ce que sont les gens aujourd’hui au sujet de la religion, ainsi que l’enseignement des prophètes. »

Cheykh Ishaq Ibn Abdurrahman rapporte l’Ijma’ dans son livre « tekfir al Mou’ayyin » :

‫بل أهل الفترة الذي لم تبلغهم الرسالة والقرآن وماتوا على الجاهلية ل يسمون مسلمين بالجماع ول‬ ‫. يستغفر لهم ، وإنما اختلف أهل العلم في تعذيبهم في الخرة‬
« Certes les gens de la fitra, c'est-à-dire ceux qui n’ont pas reçu le message coranique et qui sont mort sur l’ignorance ne sont en aucun cas appeler Musulman et cela par consensus des Musulmans et nous n’implorons pas le pardon pour eux. Les gens de science ont seulement divergé concernant leur châtiment dans l’au-delà. » Le Cheykh Ali al khoudayr –qu’Allah le libère- a rapporté plusieurs fois se consensus dans plusieurs de ses fatwas et de ses livres : Il dit dans sa fatwa « Al ‘oudr bi jahl fi chirk akbar »

‫في باب الشرك الكبر؛ فل عذر بالجهل، وهذا محل إجماع - نقل الجماع في عدم العذر بالجهل ابن القيم‬ ‫ في "طريق الهجرتين" ونقله أئمة الدعوة‬‫فكل من فعل الشرك الكبر؛ بأن ذبح لغير ال، أو استغاث بالولياء أو المقبورين، أو شرع قانونا‬ ‫.ونحوه؛ فهو مشرك، ولو كان جاهل أو متأول أو مخطئا‬ (‫قال ابن تيمية في الفتاوى ]83/02 - 73[: )واسم الشرك يثبت قبل الرسالة لنه يعدل بربه ويشرك به‬ ‫اهـ‬ ‫ومعنى كلم ابن تيمية؛ انه يسمى مشركا إذا عدل بربه وأشرك به، "ولو قبل الرسالة"؛ أي ولو كان‬ ‫.جاهل‬
« Dans le Chirk Akbar, il n’y a aucune excuse par ignorance, et ceci fait objet de consensus, et ce consensus a été rapporté par Ibn Al Qayyim dans Tarîq Al Hijratayn, ainsi que les imam du Najd. Quiconque commet du Chirk Akbar, en sacrifiant pour un autre qu’Allah, en demandant le secourt des pieux et des tombeaux, ou en légiférant une loi ou quelque chose comme ça, c’est un Mouchrik même s’il ignore, interprète mal ou le fait par erreur. Ibn Taymiya a dit : "De ce fait, le nom d’idolâtre est affirmé même lorsqu’aucun message n’est encore parvenu, car il donne des associés à son Seigneur et s’en détourne", le sens de la parole d'Ibn Taymiyya, c'est qu'il est nommé idolâtre (mouchrik) lorsqu'il donne des associés à son Seigneur "et même avant le message" et même lorsqu'il est ignorant. »

Il dit aussi :

‫أئمة الدعوة - منذ المام العلمة الشيخ محمد بن عبد الوهاب إلى وقتنا الحاضر - وهم مجمعون بدون‬ ‫استثناء؛ على عدم العذر بالجهل في الشرك الكبر، بل من ذبح لغير ال أو استغاث ودعا الموتى أو‬ ‫صرف أي نوع من أنواع العبادة لغير ال، أو شارك ال في التشريع؛ فإنهم يسمونه مشركا، ولو كان‬ ‫.جاهل أو متأول أو مقلدا‬
« Les Imams de la prêche depuis l'Imam érudit Cheykh Muhammed Ibn Abdelwahhâb jusqu'à notre époque sont unanime et sans exception qu’il n’y a pas d’excuse dans l'association Majeur (Chirk akbar),que ça soit immolé pour un autre qu'Allah, ou implorer le secours et faire des invocations aux morts ou le sarf ou voué une partie de l'adoration à un autre qu'Allah, ou associé Allah dans le Tachri' (légiféré des lois); Tous ceux-là sont nommé idolâtre (Mouchrik.) Et même lorsque qu'il est ignorant ou victime d'une mauvaise compréhension ou qu'il suit aveuglément. » Il dit dans Charh Ouçoul Theletha, page 36, lorsqu’il commente la parole du cheykh al islam « Et quiconque voue quoi que ce soit de cela à un autre qu’Allah, c’est un Mouchrik Kafir » : ‫يقصد المصنف هنا من قامت عليه الحجة فهو مشرك كافر ، أما من فعل الشرك وهو حديث عهد بكفر أو عاش ونشأ في‬ ‫بادية بعيدة أو عاش ونشأ في بلد الكفر فهو مشرك خارج عن الملة لكن ل يكفر كفر تعذيب وعقوبة حتى تقام عليه‬ ‫الحجة وهذا هو قول المصنف في كثير من كتبه وهو قول طلبه وأحفاده وهو قول ابن تيمية وابن القيم بل وقول كل من‬ ، ‫نحفظ من أهل العلم نقل الجماع عليه أئمة الدعوة ، ومن أراد مزيد بحث فليرجع إلى كتب أئمة الدعوة والدرر السنية‬ ‫وقد يسر ال أن أفردنا هذه المسألة في رسالة مستقلة باسم المتممة لكلم أئمة الدعوة في العذر بالجهل في الشرك الكبر‬ . « L’auteur veut dire que celui à qui la preuve a été établie est un Mouchrik Kâfir, quant à celui qui commet du Chirk alors qu’il vient de se convertir à l’islam, ou bien vit dans un désert lointain ou est né dans un pays de mécréance (loin des musulmans) alors c’est un Mouchrik hors de l’islam, mais il n’a pas le statut du mécréant tant que la preuve ne lui est pas établie, et ceci c’est l’avis de l’auteur dans beaucoup de ses livres, et c’est l’avis de ses disciples et petits fils, et l’avis d’Ibn Taymiya et d’Ibn Qayyim et l’avis de tous ceux de qui nous avons étudié comme gens de science, et les savants de la da’wa ont rapporté l’unanimité sur cette question. Celui qui veut plus de détailles, qu’il revienne aux livres des savants de la da’wa et dans Dourar As-Saniyya, et Allah nous a facilité d’avoir expliqué ce thème dans un texte qui lui est spécialement destiné, nommé « Al Moutammama likalâm A’imma Da’wa… »

‫وصلى ال وسلم على نبينا محمد وعلى آله وصحبه أجمعين‬

Y-a-il l'excuse de l'ignorance dans les domaines de la Croyance (Aquida) ou pas?

Shaykh Ali al Khoudayr, qu'Allah le libère.

Question : Y-a-il l'excuse de l'ignorance dans les domaines de la Croyance (Aquida) ou pas? Et lorsque qu'il est excusé par l'ignorance, est-ce que nous pouvons dire : Qu'il n'a pas rendu ses actions vaines à cause de son ignorance ou a-t-il rendu ses actions vaines?

Réponse : Dans le Chirk Akbar, il n’y a aucune excuse par ignorance, et ceci fait objet de consensus, et ce consensus a été rapporté par Ibn Al Qayyim dans Tarîq Al Hijratayn, ainsi que les imam du Najd. Quiconque commet du Chirk Akbar, en sacrifiant pour un autre qu’Allah, en demandant le secourt des pieux et des tombeaux, ou en légiférant une loi ou quelque chose comme ça, c’est un Mouchrik même s’il ignore, interprète mal ou le fait par erreur. Ibn Taymiya a dit : "De ce fait, le nom d’idolâtre est affirmé même lorsqu’aucun message n’est encore parvenu, car il donne des associés à son Seigneur et s’en détourne", le sens de la parole d'Ibn Taymiyya, c'est qu'il est nommé idolâtre (mouchrik) lorsqu'il donne des associés à son Seigneur "et même avant le message" et même lorsqu'il est ignorant. Et si tu voudrais simplifié et étendre cette question, tu peux les revoirs dans ces livres : - La compilation des paroles des Imams du Najd - Le livre jam'a wa Tajrid, charh kitab Tawhid, dans le Chapitre " khawf mina chirk" - Le livre Kashf Shoubouhat En ce qui concerne les questions apparentes : Celle qui sont connu par le commun, pour celui qui ne vit pas parmi les musulmans et qu'il se trouve dans un désert lointain ou qu’il vient de se convertir à l’islam, ou est né dans un pays de mécréance (loin des musulmans) celui-la est excusé par la l'ignorance et la mauvaise compréhension. En ce qui concerne les questions cachés (non apparente) : Celles qui sont connue que par les savants ou certains, dans ce cas la il est excusé par l 'ignorance et la mauvaise compréhension, jusqu'a ce qu'il s'obstine et que lui soit clarifier l'ambiguité, vu que l'ignorance a pris le dessus [sur la science] à notre époque. Dans les question apparentes ou cachées, il n'y a pas de différence entre les questions relatives à la Aquida ou le fiqh et les règles, elles sont une seule et même chose.

Quand la question relative à l'annulation des actions : Cela dépend de la mort, sur quoi est-t-il mort? D'après la parole d'Allah : Quiconque parmi vous apostasie de sa religion et meurt en étant mécréant, ce sont eux dont leurs actions sont vaines. Et Allah demeure le plus savant

L’excuse par ignorance jusqu’à ce que la preuve soit établie
‘Abdel‘Azîz ibn ‘Abdallah Ar-Râjihî. Question : Celui qui tourne autour d’un tombeau ou commet quoi que ce soit comme acte menant au polythéisme par ignorance, c’est à dire en étant ignorant que ce qu’il fait est du polythéisme, est-il excusé par cela ? J’espère une réponse détaillée. Réponse : Il y a deux avis chez les savants à ce sujet, qui est le fait de faire la distinction entre avant et après l’envoi du prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- : Les gens de la fatrah sont ceux avant l’envoi du messager. Les savants ont parlé d’eux, disant qu’ils seront testés le jour du jugement. Mais après l’envoi du prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- et la révélation du Coran, Allah ta‘âlâ a dit : « Nous ne châtions personne avant de lui avoir envoyé un messager. »[1] Or Allah a envoyé le messager et révélé le Coran, alors est-ce qu’un polythéiste est excusé lorsqu’il se fait tromper à tourner autour des tombeaux et de les invoquer, de sacrifier pour elles et que les savants du mal le trompent, il est donc aveuglé et ne distingue plus le vrai de la tromperie des savants maléfiques qui le trompent et lui embellissent le polythéisme ? Certains savants ont dit : Dans un tel contexte, il est excusé, mais nous agissons envers lui comme nous agissons envers les polythéistes : on ne les lave pas, on ne prie pas sur eux, on ne les enterre pas dans les cimetières des musulmans. Par contre dans l’au-delà, son sort appartient à Allah et son statut est celui des gens de la fatrah. C’est cet avis là qu’avait l’imam Mouhammad ibn ‘Abdelwahhâb Qu’Allah lui fasse miséricorde, il dit : « Nous n’excommunions personne tant que la preuve ne lui a pas été établie. » D’autres savants ont dit : Personne n’est excusé par l’ignorance après l’envoi du prophète – salla llahou ‘alayhi wa sallam- car Allah a dit « Nous ne châtions personne avant de lui avoir envoyé un messager. » Allah a envoyé le messager, révélé le Coran, et les textes sont clairs dans la dénonciation du polythéisme et la mise en garde contre, ils ne sont donc pas excusés. Ce sont deux avis des gens de science que cheykh Al Islâm Ibn Taymiya ainsi que d’autres ont cité. Quoi qu’il en soit, ceux qui sont d’avis qu’il est excusé disent que dans ce bas

monde, on agit avec lui comme avec les polythéistes : on ne les lave ni ne prie sur eux, ni ne les enterre dans les cimetières des musulmans, ni ne donne d’aumône, et on ne fait pas le pèlerinage pour eux, et on ne demande pas le pardon ni la miséricorde pour eux. Par contre dans l’au-delà, sont sort est entre les mains d’Allah.

Nommer quelqu’un « polythéiste » lorsqu’il commet du polythéisme avant l’établissement de la preuve (iqâmat al houjja)
Question posée par téléphone à ‘Abdel‘Azîz ibn ‘Abdallah Ar-Râjihî. Question : Il y a une fatwâ du comité de permanence des grands savants d’Arabie Saoudite qui dit : « Toute personne qui a cru au message de Mouhammad, salla llahou ‘alayhi wa sallam- et aux restes de ses lois, et qui après cela se prosterne pour un autre qu’Allah comme pour l’habitant d’une tombe, ou un walî, ou le cheykh d’une voie (soufie), il est alors considéré mécréant, apostat de l’islam associant à Allah un autre qu’il adore, même s’il prononce les deux attestations lors de sa prosternation pour un autre qu’Allah du au fait qu’il commet ce qui annule cela en se prosternant pour un autre qu’Allah. Cependant, il se peut qu’il soit excusé pour son ignorance, de ce faite on ne lui applique pas la sentence tant qu’on ne lui a pas apprit et que la preuve ne lui soit établie et qu’il ait été, durant trois jours, exhorté à se rétracter, dans le but de lui accorder un retour au pardon, afin qu’il se repentisse. S’il persiste après cela à se prosterner pour un autre qu’Allah, on le met à mort pour son apostasie. Donc, l’explication et l’établissement de la preuve se font pour lui accorder de se rétracter avant d’appliquer la sentence, et pas pour le nommer « mécréant » après que l’explication lui soit faite. Au contraire, on le nomme « mécréant » pour sa prosternation pour autre qu’Allah, ou pour le vœu qu’il a fait dans le but de se rapprocher d’un autre qu’Allah, ou le sacrifice d’un animal pour autre qu’Allah. » Fin de citation.[1] Puis un frère m’a dit que ce que veut dire le comité ici, c’est que toute personne qui se prosterne pour un autre qu’Allah, on lui donne le nom de polythéiste mais on ne le juge pas mécréant et on ne lui applique pas la sentence tant qu’il n’y a pas eu d’établissement de la preuve. Par contre, même avant l’établissement de la preuve, toute personne commettant du polythéisme se nomme « polythéiste » qu’il soit ignorant ou pas. Est-ce juste ? Réponse : Oui c’est correct, on ne le nomme pas « croyant » alors qu’il fait du polythéisme. Appel t’on « croyant » une personne qui fait du polythéisme ?! Une personne qui invoque un autre qu’Allah, c’est un polythéiste ! Cependant, on ne lui applique pas la peine tant que la preuve ne lui est pas établie. Et un individu qui sacrifie des animaux pour des morts, et qui invoque autre qu’Allah, l’appel t’on « croyant » alors qu’il fait du polythéisme ?! On ne l’appel pas « croyant », mais on le nomme polythéiste, cependant il faut impérativement lui établir la preuve avant de le tuer, avant de lui appliquer les jugements tel le fait de ne pas le laver

(lorsqu’il meurt), et de ne pas prier pour lui, il faudra impérativement lui établir la preuve. Mais on ne l’appel pas « croyant » alors qu’il fait du polythéisme. Oui… Question Et si je vois une personne ainsi, car cela se trouve beaucoup, particulièrement au Maroc et en Algérie, les gens adorent les tombes, m’est-il permit de dire qu’ils sont monothéistes et musulmans car on ne leur a pas établi la preuve ? Réponse : Non ! Tu dis qu’ils sont polythéistes, mais on ne les combat pas tant qu’on ne leur a pas établi la preuve. Celui qui fait du polythéisme ne se nomme pas « croyant ». Celui qui fait du polythéisme se nomme polythéiste. Mais on ne lui applique pas de sentence tant que la preuve ne lui est pas établie. Question : On m’a aussi dit qu’on l’appel « Mécréant ignorant. » Est-ce juste ? Le cheykh : Hein ? Le questionneur : On m’a dit qu’une telle personne, l’individu précis qui se prosterne pour un autre qu’Allah ou sacrifie pour un autre qu’Allah se nomme « mécréant ignorant » jusqu'à ce que la preuve lui soit établie. Réponse : On le nomme « polythéiste », mais il faut lui établir la preuve, on ne le combat ni n’applique sur lui la peine tant que la preuve ne lui a pas été établie. Oui…

Source : Cassette de questions réponses de Belgique posées au cheykh ‘Abdel‘Azîz ArRâjihî. [1] Fatwâ n° 4400 du comité des grands savants, signée par les cheykh : ‘Abdallah ibn Qou‘oûd ,‘Abder-Razzâq ‘Afîfî

Explication du Cheykh Ishaq al Cheykh dans « tekfir al mou’ayyin »

‫‪Il est l’imâm et grand savant, érudit du Hadîth et juriste, inquisiteur et vertueux Cheykh Ishâq‬‬ ‫9581( ‪Ibn ‘Abderrahmân Ibn Hassan, Qu’Allah lui fasse miséricorde, 1276-1319 de l’hégire‬‬‫.)1091‬

‫الحمدل رب العالمين ول عدوان إل على الظالمين والعاقبة للمتقين ، وأشهد أن ل إله إل‬ ‫ال الحد الصمد ، الذي ل يستغاث في الشدائد ول يدعى إل إياه ، فمن عبد غيره فهو‬ ‫المشرك الكفور ، بنص القرآن ، وأشهد أن محمدا عبده ورسوله ، وخليله صلى ال عليه‬ ‫وعلى آله وصحبه أجمعين ، الذي قامت به الحجة على العالمين ، فل نبي بعده ول رسول‬

‫‪Cheykh Ishâq Ibn Abdurrahman Âl Cheykh qu’Allah lui fasse miséricorde a dit au début‬‬ ‫: » ‪de son livre « Takfîr Al Mou‘ayyin‬‬

‫فقد بلغنا وسمعنا من فريق ممن يدعي العلم والدين وممن هو بزعمه مؤتم بالشيخ محمد بن عبدالوهاب‬ ‫أن من أشرك بال وعبد الوثان ل يطلق عليه الكفر والشــرك بعينــه وذلــك أن بعــض مــن شــافهني منهــم‬ ‫بذلك سمع من بعض الخوان أنــه أطلــق الشـرك والكفـر علـى رجـل دعـا النــبي واسـتغاث بــه ، فقـال لــه‬ ‫الرجل : ل تطلق عليه الكفر حتى تعرفه .‬ ‫وكان هذا وأجناسه ل يعبأون بمخالطة المشركين في السفار وفي ديارهم بل يطلبون العلم علــى‬ ‫من هو أكفر الناس من علماء المشركين ، وكانوا قد لفقوا لهم شــبهات علــى دعــواهم يــأتي بعضــها فــي‬ ‫أثناء الرسالة ـ إن شاء ال ـ وقد غروا بها بعض الرعاع من أتباعهم ومن ل معرفة عنده ومن ل يعــرف‬ ‫حالهم ول فرق عنده ول فهم ، متحيزون عن الخوان بأجسامهم وعن المشايخ بقلوبهم ومــداهنون لهــم‬ ‫وقد استوحشوا واستوحش منهم بما أظهروه من الشبه وبمـا ظهـر عليهـم مـن الكآبـة بمخالطـة الفسـقة‬ ‫والمشركين ، وعند التحقيق ل يكفرون ل المشرك إل بالعموم ، وفيما بينهم يتورعون عن ذلك ، ثم دبت‬ ‫بدعتهم وشبهتهم حتى راجت على مــن هــو مــن خــواص الخــوان ، وذلــك والـ أعلــم بســبب تــرك كتــب‬ ‫الصول وعدم العتناء بها وعدم الخوف من الزيغ .‬ ‫رغبوا عن رسائل الشيخ محمد بن عبدالوهاب ـ قدس ال روحه ـ ورسائل بنيه فإنها كفيلة‬ ‫بتبيين جميع هذه الشبه جدا‬
‫‪« Il m’est parvenu, et j’ai entendu qu’un groupe prétendant être savant et religieux et qui‬‬ ‫‪poursuivent soit disant l’enseignement du cheykh Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb, dire que‬‬ ‫‪celui qui donne un associé à Allah et adore les idoles, on ne lui donne pas personnellement le‬‬ ‫‪nom de mécréant et d’idolâtre. Ceux qui m’ont rapporté cela ont entendu que certains frères‬‬ ‫‪avaient traité de mécréant et d’idolâtre un homme qui implorait l’aide du prophète, et qu’un‬‬ ‫‪homme leur dit « Ne le traitez pas de mécréants sans lui avoir expliqué ! » Or, lui et ceux de‬‬ ‫‪son genre n’éprouve aucune gène de se mélanger aux idolâtres lors de leurs voyages et dans‬‬ ‫‪leur demeures, et vont même étudier chez le plus gros mécréant des savants idolâtres… Et ils‬‬ ‫‪ont dupé certains imbéciles de leurs adeptes qui ne connaissent rien et ne connaissent pas‬‬ ‫‪leur situation, séparés des frères physiquement et des savants moralement, ils transigent‬‬ ‫,‪envers eux et se méfient l’un de l’autre mutuellement, dû aux ambiguïtés qu’ils manifestent‬‬ ‫‪ainsi que la gêne de se mêler aux idolâtres et pervers. En pratique, ils ne jugent l’idolâtre‬‬

mécréant que de manière générale mais s’abstiennent d’appliquer ce jugement entre eux. Ensuite, leur hérésie et leur confusion s’est propagée au point qu’elle a fini par toucher certains frères privilégiés. Et la cause de ceci, et Allah sait mieux, c’est qu’ils ont délaissé les livres fondamentaux ainsi que leur manque d’intérêt pour ces livres, et leur manque de peur de l’égarement. Ils se sont passé des livres de cheykh Mouhammad ibn ‘Abdelwahhâb – qu’Allah sacralise son âme- ainsi que ses ouvrages, alors que s’y trouve tout ce qu’il faut comme réponses à ces ambiguïtés. » Il rapporte le Ijma’ dans le même livre :

‫بل أهل الفترة الذي لم تبلغهم الرسالة والقرآن وماتوا على الجاهلية ل يسمون مسلمين بالجماع ول‬ ‫. يستغفر لهم ، وإنما اختلف أهل العلم في تعذيبهم في الخرة‬
« Certes les gens de la fitra , c'est-à-dire ceux qui n’ont pas reçu le message et le Coran et qui sont mort sur le paganisme ne sont en aucun cas appeler Musulman et cela par consensus des Musulmans et nous n’implorons pas le pardon pour eux. Les gens de science ont seulement divergé concernant leur châtiment dans l’au-delà. »

Et ‘Abdellatîf ibn ‘Abderrahmân Âl Cheykh a dit dans « Minhâj Out-Ta’sîs » page 214 et 215 :

‫قد أكثر هذا العراقي من التشبيه بعدم تكفير المخطئ وعدم تأثيمه، وقد مر من الجواب عن هذه الشبه ما‬ ّ ‫فيه كفاية. وأكثر كلمه تكرير وإسهاب، يوهم الجهال به أنه قد قرر الصواب، وأوضح الخطاب، ول‬ ‫يروج هذا إل على العوام ومن ل بصيرة له بحقيقة دين السلم. وقد قدمنا أن طرد قول العراقي‬ ‫واستدلله يفيد عدم التأثيم والتكفير في الخطأ في جميع أصول الدين، كاليمان بوجود ال وربوبيته‬ ‫وإلهيته وقدره وقضائه، واليمان بصفات كماله الذاتية والفعلية، ومسألة علمه بالحوادث والكائنات قبل‬ ،‫كونها، والمنع من التكفير والتأثيم بالخطأ في هذا كله رد على من كفر معطلة الذات، ومعطلة الربوبية‬ ‫ومعطلة السماء والصفات، ومعطلة إفراده تعالى باللهية والقائلين بأنه ل يعلم الكائنات قبل كونها كغلة‬ ‫القدرية، ومن قال بإسناد الحوادث إلى الكواكب العلوية، ومن قال بالصلين النور والظلمة؛ فإن التزم‬ ‫العراقي هذا كله فهو أكفر وأضل من اليهود والنصارى، وإن زعم أن ثم فرقا بين هذا وبين مسألة‬ ً ّ ‫النزاع التي هي دعاء الموات الغائبين فيما ل يقدر عليه إل رب العالمين فليوجدنا هذا الفرق، وليوجدنا‬ ّ ‫دليل على صحته، فإن لم يفعل - ولن يفعل - بطل تقريره وتأصيله، وعلم أهل العلم واليمان أنه دلس‬ ً ‫مشبه، ليس من أهل الفقه والدين، ول ممن يعرف السلم والمسلمين، ويفرق بين الموحدين‬ ‫«.والمشركين، بل هو في ظلمات الطبع والجهل والشرك المبين‬
« Al 3Irâqî a de nombreuses fois répéter son ambiguïté concernant le fait de ne pas juger mécréant le fautif, ainsi que de ne pas lui faire porter de péché. Et nous avons déjà suffisamment répondu à cette ambiguïté, et ses propos sont majoritairement répétitions et redondances, pour faire s’imaginer aux ignorants qu’il a raison. Mais ceci ne fonctionne que sur la populace qui ne comprend pas ce qu’est réellement l’Islam. Et nous avons déjà expliqué que si nous appliquions le principe d’Al 3Irâqî et son argumentation, cela mène à ne prêter aucun péché et de ne pas juger mécréant pour quoi que ce soit des fondements de la religion comme : croire en l’existence d’Allah, en Sa Seigneurie, Sa divinité, Sa puissance et Son décret, ainsi que de croire en les descriptions parfaites de Son Être et de Ses actes, ainsi que Sa connaissance de tout les événements qui existent dans l’univers. Et empêcher de juger

mécréant et de prêter un péché dans quoi que ce soit de ces choses est un rejet de la mécréance des athées, et de ceux qui invalident le Seigneur ainsi que ceux qui renient les noms et attributs, et ceux qui invalident Son Unicité dans le droit d’être adoré, ainsi que ceux qui disent qu’Il ne connait pas les événements tant qu’ils ne se sont pas produits, comme le professent les Qadarîtes extrémistes, ou qui attribue les événements aux astres, ou qui prétend qu’il y a deux origine à l’univers ; la lumière et les ténèbres. Si Al 3Irâqî adhère à cela, alors il est plus mécréant encore que les juifs et les chrétiens ! Et S’il prétend qu’il existe une moindre différence entre toutes ces choses, et l’objet de divergence entre nous qui est la question d’invoquer les morts et les absents dans des choses que seul le Seigneur des mondes peut exaucer, eh bien qu’il nous trouve cette différence ! Puis qu’il nous trouve la moindre preuve de son exactitude ! Et s’il ne le fait pas – et il ne pourra jamais le faire- tout son principe sera détruit ; et alors les gens de science et de Foi sauront qu’il ne s’agissait que de ruse, et qu’il ne fait pas partie des gens de science et de religion, ni de ceux qui connaissent l’Islam et les musulmans, ni de ceux qui peuvent faire la différence entre les monothéistes et les idolâtres, mais qu’il est au contraire dans les ténèbres de l’ignorance et de l’idolâtrie évidente. » Et Cheykh Soulaymân Ibn Sahmân mentionne dans son livre « Kachf Choubouhatayn » page 80 :

‫وهل أوقع التحادية والحلولية فيما هم عليه من الكفر البواح، والشرك العظيم، والتعطيل لحقيقة وجود‬ ‫رب العالمين إل خطأهم في هذه الباب الذي اجتهدوا فيه فضلوا وأضلوا عن سواء السبيل، وهل قتل‬ َ ‫الحلج باتفاق أهل الفتوى على قتله إل بضلل اجتهاده، وهل كفر القرامطة، وانتحلوا ما انتحلوه من‬ ،‫الفضائح الشنيعة، وخلع ربقة الشريعة إل اجتهادهم فيما زعموا، وهل قالت الرافضة ما قالت‬ ‫واستباحت ما استباحت من الكفر والشرك وعبادة الئمة الثني عشر وغيرهم، ومسبة أصحاب رسول‬ ‫ال صلى ال عليه وسلم، وأم المؤمنين إل باجتهادهم فيما زعموا هؤلء، هؤلء سلف العراقي في‬ ‫قوله: إن كل خطأ مغفور، وهذا لزم لهم ل محيص عنه، فقف هنا واستصحب ما ذكر هنا في رد ما‬ ،‫يأتي. والمقصود أن هؤلء الجهال أوردوا كلم شيخ السلم ظنا منهم أن كل اجتهاد وكل خطأ مغفور‬ ً ‫وأن الجهمية المنكرين لعلوا ال على خلقه، وعباد القبور المتخذين النداد واللهة من دونه داخلون في‬ ‫هذا الكلم، وأنه مغفور لهم خطؤهم.سبحانك هذا بهتان عظيم‬
« Et la doctrine de l’unique existence et de l’incarnation, et tout ce qu’elle inclut comme mécréance limpide et de Chirk immense, et l’abolition de l’existence du Seigneur des monde ne furent ils pas causé par l’erreur qu’ils firent par effort de compréhension, où ils s’égarèrent et égarèrent les gens du droit chemin ? Et est-ce que la raison pour laquelle Al Hallâj fut exécuté à l’unanimité des juristes fut elle autre chose que son égarement dans son effort de compréhension ? Et l’impiété des Qarâmita, et ce qu’ils se sont emparé comme infamie, et la Chari3a qu’ils ont défait de leur coups ; tous ceci ne fut-il pas causé par leur prétendu effort de compréhension ? Et les Râfida, n’ont-ils pas professé ce qu’ils ont professé, et légalisé ce qu’ils ont légalisé comme impiété et idolâtrie et culte des 12 imams et d’autres, et les insultes envers les compagnons du messager d’Allah que la paix et le salue soient sur lui, et envers les mères des croyants, tous cela ne fut il pas le fruit de leur prétendu effort de compréhension ? Et tout ceux-là sont antérieur à Al 3Irâqî dans sa doctrine : « Toute erreur est pardonnée » Et ceci leur implique indubitablement, fait donc suivre ce qu’il fut dit ici… Ce qu’on veut dire, ces que ces gens là ont rapporté ces propos de Cheykh Al Islam en pensant que sa parole concernait tout effort de compréhension et que toute erreur est pardonnée, et que les Jahmya qui contestent l’élévation d’Allah au dessus de Sa création, ainsi que les adorateurs de tombeaux qui prennent des divinités et des égaux en dehors de

Lui, sont inclus dans cette parole et que leurs erreurs sont pardonnées. Gloire à Toi, c’est une immense calomnie. »

L’imam Ibn Al Qayyim : Il dit dans « Tarîq Al Hijratayn » : « Et l’islam, c’est pratiquer l’unicité d’Allah et l’adorer Seul sans associé, ainsi que la foi en Allah et Son messager, et le suivre dans ce qu’il nous a enseigné. Toute personne qui ne pratique pas cela n’est pas musulman ; il est soit un mécréant entêté, soit un mécréant ignorant.» Et il dit « Et Allah jugera entre Ses serviteurs, le jour du jugement, par Sa Justice et Sa Sagesse, et Il ne punira personne sans que les messagers ne lui aient transmit le message, et ceci est catégorique en ce qui concerne la création. Mais quant à savoir si la preuve a été ou pas établie à Zayd ou ‘Omar ou untel, ceci ne peut être connu que par Allah et la personne concernée, et nous ne pouvons intervenir là dedans. Ce qu’il est obligatoire pour l’homme, c’est de croire que quiconque ne se conforme pas à la religion de l’islam est un mécréant, mais qu’Allah ne punira pas celui à qui la preuve n’a pas été établie par le messager, et ceci est ce que nous disons sur dans les cas particuliers. » (Mentionné également par Cheykh Ishâq ibn ‘Abderrahmân Âl Cheykh dans son ouvrage « Takfîr Al Mou‘ayyin »

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful