UNIVERSITÉ DE PARIS III - Sorbonne nouvelle U.F.R.

de Sciences du Langage
Année universitaire 1998/1999
N° attribué par la bibliothèque

ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ
THÈSE
Pour obtenir le grade de

DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ PARIS III
Discipline : Sciences du Langage Présentée et soutenue publiquement par

M. Michel SANTACROCE
_________

GRAMMAIRE, LINGUISTIQUE ET DIDACTIQUE DU FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE
____________________________________________________________________________________________________________ ___________

PROPOSITIONS POUR UNE GRAMMAIRE TRANSITIONNELLE

VOLUME 1

_________________

Directeur de thèse : M. Daniel Veronique

ii

Grammatici certant et adhuc sub judice lis est.1
Horace 65-8 av. J.-C. (Quintus Horatius Flaccus) - extrait de l’Art poétique, 78

1

Les grammairiens en discutent et le procès est encore devant le juge. iii

A mon épouse Lise et à mes filles Soffia, Léia et Elora ainsi qu’à mes parents.

iv

SOMMAIRE
Première partie
Remerciements ....................................................................................................... 3 Avant Propos............................................................................................................ 5 1. ll y a grammaire et grammaire ...................................................................................... 5 1.1. Les « pensées grammaticales ».............................................................................. 6 1.2. Une re-présentation re-présente ............................................................................. 7 2. Grammaire et enseignement du français .................................................................... 7 2.1. Une diversité salutaire ............................................................................................. 8 2.2. F.L.M. et F.L.E.......................................................................................................... 9 3. Propositions .................................................................................................................. 10 3.1. Demandes et besoins grammaticaux .................................................................... 11 3.2. Emergence et co-constructions explicites: un espace transitionnel..................... 11 3.3. Inspirations & méthodologies................................................................................. 13 4. Plan de travail et perspectives.................................................................................... 14

Traditions grammaticales et linguistiques contemporaines
Chapitre I. De la grammaire à la linguistique : aperçus historiques.......................... 17 1. Grammaires: généralités.................................................................................... 18 2. Grammaires et Linguistiques: les points de divergence ................................... 21 3. Grammaires et Linguistiques : les points de convergence ............................... 22 Chapitre II. Indications lexicographiques et ambiguïtés............................................. 27 1. La grammaire : art de parler .............................................................................. 27 2. Établir les règles du bon usage.......................................................................... 29 3. La grammaire: étude de la langue ..................................................................... 30 4. La grammaire: ensemble de règles ................................................................... 32 5. Grammaire: sens par métonymie et par analogie ............................................. 33 6. Grammaire et mots dérivés................................................................................ 34 Chapitre III. Grammaires particulières et Grammaire universelle.............................. 37 1. Grammaire et Linguistique : oscillations terminologiques................................. 37 2. Linguistique : étude des propriétés communes................................................. 38 3. Grammaires et descriptions des langues particulières ..................................... 41 4. Grammaire et langue.......................................................................................... 42 5. La grammaire universelle................................................................................... 43 Chapitre IV. Grammaire: conditions préalables et règles ........................................... 45 1. Les conditions d’effectuation.............................................................................. 45 2. Conditions d’attribution d’un prédicat différentiel .............................................. 46 3. Données et types de données ........................................................................... 47 4. Types et sous-types ........................................................................................... 48 5. L’analyse grammaticale ..................................................................................... 49 6. La notion de règle............................................................................................... 50 7. Parties du discours et Grammaire universelle................................................... 51 1

Chapitre V. Grammaire: normes et usages ................................................................... 53 1. Cercles vicieux ................................................................................................... 53 2. Jugement grammatical et jugement de valeur .................................................. 54 3. Système de la norme ......................................................................................... 54 4. Normes et usages .............................................................................................. 57 5. Normes et surnormes......................................................................................... 65 Chapitre VI. Les grands courants grammaticaux : bref rappel historique................ 69 1. Les grammairiens grecs et les « parties du discours » .................................... 70 2. Les grammairiens latins ..................................................................................... 73 3. Les grammairiens de Moyen Âge en Europe .................................................... 75 4. Les grammaires de la Renaissance .................................................................. 76 5. Les XVIIe et XVIIIe siècles................................................................................. 77 6. Les XVIIIe et XIXe siècles.................................................................................. 80 Chapitre VII. Les grands courants linguistiques ......................................................... 83 1. Le structuralisme européen ............................................................................... 83 2. Le Structuralisme américain ............................................................................ 105 3. La grammaire générative et transformationnelle............................................. 116 4. Les Linguistiques de l’énonciation ................................................................... 127 Chapitre VIII. Les approches pragmatiques................................................................ 163 1. Pragmatique et philosophie du langage .......................................................... 163 2. Une ou des Pragmatiques ? ............................................................................ 167 3. Pragmatique et Sciences du Langage............................................................. 171 4. La Pragmatique linguistique............................................................................. 183 5. Conclusions ...................................................................................................... 203 Chapitre IX. Éléments en vue d’une transition annoncée ......................................... 206 1. Les modèles en linguistique............................................................................. 208 2. Options métathéoriques et orientations........................................................... 220 3. Conclusions partielles ...................................................................................... 227

2

REMERCIEMENTS

Ce travail n’aurait pu se concevoir ni d’ailleurs aboutir sans l’aide d’un certain nombre de personnes qui tout au long de notre lent cheminement ont eu la patience et la gentillesse de nous prodiguer conseils et encouragements. Il nous faut tout d’abord remercier Mr. J. Donato, Maître de conférences en Linguistique générale à l’Université de Provence à Aix-enProvence, ainsi que Mr C. Touratier, Professeur de Linguistique dans cette même Université. Nous remercions également de tout cœur, Mr. D. Véronique, Professeur de Linguistique à l’Université de Paris III (Sorbonne nouvelle), directeur de la formation doctorale en Sciences du Langage et Traductologie qui eut la gentillesse d’accepter d’être notre directeur de recherches et dont l’aide fut toujours précieuse, qu’il soit grandement remercié ici pour sa patience et son entière disponibilité à notre égard. De même, nous remercions Mr L. Danon-Boileau, Professeur de Linguistique à l’Université de Paris III, Sorbonne Nouvelle, Mr R. Van de Velde, Professeur à l’Université de Louvain (Belgique), qui n’ a jamais manqué de nous fournir conseils et documents ainsi que Mr. Marcello Dascal, Professeur de Philosophie, spécialiste en Philosophie du Langage à l’Université de Tel Aviv (Israël) qui a toujours pris soin de nous indiquer les meilleurs chemins lorsqu’il nous semblait déboucher sur des impasses, Mr Lamizet, Professeur de Sémiologie à la Faculté des Lettres d’Avignon, Mr Schmidt, Maître de conférences dans cette même Faculté, dont les conseils furent toujours précieux. N’oublions pas Mr G. Fauconnier, Maître de conférences et responsable du département F.L.E. - E.F.E. à la faculté des lettres, Arts et Sciences humaines de Sophia Antipolis où nous enseignons, ainsi que notre collègue et ami D. Bourdin, Mr. Guy Campora (CPAIEN - BdR) qui nous

3

honora de son amitié et de ses très judicieuses critiques1, Mr. B. Grossenbacher ami de longue date, enseignant de français langue étrangère à La Chaux-de-Fonds (Suisse) auteur d’un récent ouvrage pédagogique remarquable2, Marc et Mireille Seassau ainsi que Catherine Terrier qui nous ont assisté informatiquement et moralement. Que soient également remerciés J.Cosnier pour ses recommandations, J.-M. Adam, Professeur de Littérature Française à l’Université de Lausanne (Suisse) pour ses encouragements de la première heure, ainsi que tous les membres du Groupe de Recherches Aixois « Reformulation » auquel nous avons participé de 1990 à 1993, à savoir : M. Monte, Y. Touchard, D. Véronique et R.Vion pour leur sympathie sans faille et leurs encouragements.

1

CAMPORA (G.) 1995. La tête dans les livres. Marseille: Coll. « LecRIture » (analyse critique des grammaires scolaires). CAMPORA (G.) 1996. G = CM2. Marseille ; Coll. « LecRIture » (Expérience pédagogique menée auprès d’élèves de CM2 tout au long de l’année scolaire 95-96). 2 GROSSENBACHER (B.) 1996. La base de données informatiques comme auxiliaire de l’enseignement et de l’apprentissage d’une langue seconde. Neuchâtel: Publ. du cercle. 4

AVANT-PROPOS

1. IL Y A GRAMMAIRE ET GRAMMAIRE
Dans l’avant-propos à sa Grammaire du sens et de l’expression, P. Chareaudeau1, après avoir souligné la nécessaire et inévitable hétérogénéité des grammaires, rappelle que cette diversité même constitue un obstacle à l’enseignement des langues, ainsi il affirme:
- « On le sait maintenant il n'existe pas une grammaire, ni a fotiori la grammaire d'une langue, mais autant de grammaires que de théories sur la langue. Il ne faut pas oublier que c'est le point de vue théorique qui détermine la description d'un objet, et non l'inverse. Vérité difficile à accepter, parce que la langue est le seul moyen dont nous disposions pour nous reconnaître (et être reconnu) comme appartenant à un groupe social. La langue est le garant de notre identité collective. Dès lors, comment en accepter une représentation qui ne soit pas homogène et unique? Que cette représentation éclate en autant de descriptions que de théories et voilà notre être collectif qui se fragmente et ne se retrouve plus. C'est probablement pour cette raison que, au cours de ces dernières années, il a été reproché aux linguistes de ne pas être d'accord entre eux; en conséquence de quoi, pour éviter d'avoir à entrer dans des querelles d'écoles, l'enseignement de la langue s'est orienté soit vers l'étude des textes, soit vers la grammaire morphologique de l'orthographe et de la conjugaison. Pourtant, il est heureux que des chercheurs aient, à l'intérieur d'une même discipline, des hypothèses et des modèles d'analyse différents. Sans cela il ne pourrait y avoir de progrès scientifique. Mais il est vrai que cette situation constitue un obstacle à l'utilisation de données (scientifiques) nouvelles dans le domaine de l'enseignement de la langue, et un obstacle à l'institution d'une grammaire nouvelle qui pourrait servir de référence. » (Charaudeau P., 1992, pp. 3).

1

CHARAUDEAU (P.) 1992. Grammaire du sens et de l’expression. Paris: Hachette. [Extrait de l’avant-propos de P. Charaudeau, pp. 3.] 5

Ces diverses remarques ont l’avantage de mettre en évidence la plupart des points que nous exposerons et discuterons plus en détail tout au long de ce travail.

1.1.

LES “PENSÉES GRAMMATICALES”

On notera tout d’abord les légitimes méfiances vis à vis d’une pensée grammaticale unique, on ne décrit plus un objet-grammaire, on le construit, c’est le point de vue qui fait l’objet, la visée théorique qui détermine la description des faits. Curieuse conséquence de ce truisme, le phénoménologique, l’ordre « naturel des faits », ou d’une certaine manière le Réel n’est plus accessible. Cette coupure, c’est celle de la langue même que nous sommes et à laquelle nous participons, tout aussi curieusement elle rapproche plutôt qu’elle n’éloigne les acteurs principaux impliqués à différents niveaux (ou plans) dans les processus d’acquisition/apprentissage d’une langue en milieu institutionnel: l’apprenant, l’enseignant, le chercheur. Que cette pensée grammaticale soit différente d’un acteur à l’autre implique également que nous possédons tous une « pensée grammaticale » que l’on peut percevoir dans un premier temps comme une distanciation, ce en quoi nous rejoindrions Jackobson R. (1963, p. 204)1 pour qui l’activité métalinguistique est inhérente à l’activité linguistique ou encore dans une perspective génétique, Chomsky N. (1969, 1979)2, qui s’est attaché à mettre en évidence une prédisposition innée à la faculté de langage, sorte de pregrammaticalisation de l’espèce qui se réalise ensuite dans des grammaires particulières à la fois collective (la grammaire d’une communauté particulière) et individuelle (les réalisations grammaticales d’un individu particulier au sein d’une communauté linguistique particulière). On peut imaginer assez aisément que les processus qui contribuent à la constitution d’une « pensée grammaticale » (le terme de « pensée » est pris au sens ici de système(s) de représentations) sont identiques, mais que les données (data) sont différentes selon le degré de spécialisation, ce qui serait une hypothèse Piagetienne3 étayée par de nombreuses études cognitivistes et notamment connexionnistes consacrées aux modalités de l’élaboration des connaissances.

1

JAKOBSON (R.) 1963. Essais de linguistique générale-1. les fondations du langage. Paris: Minuit. 2 CHOMSKY (N.) 1970. Le Langage et la pensée. Paris: Payot. PIAGET (J.) & CHOMSKY (N.) 1979. Théories du Langage – Théories de l’apprentissage. Paris: Seuil, Coll. « Points – Essais ». 3 PIAGET (J.) dir., 1967. « Logique et connaissance scientifique ». in: Encyclopédie de la Pléiade. Paris: Gallimard. 6

1.2.

UNE RE-PRÉSENTATION RE-PRÉSENTE

L’idée très simple de départ, est qu’une représentation est déjà une élaboration mentale active, informée par des élaborations préalables résidentes (d’où l’intérêt de la notion d’interférence), ayant subi un cheminement cognitif spécifique (traitement de l’information, inférences), repérable a posteriori grâce aux indices de production (qu’il s’agisse d’un discours théorique sur…, d’un discours didactique ou pédagogique sur la théorie, ou d’un discours « naturel », on ne quitte pas pour autant l’univers discursif. « Les objets du monde » étant aussi peu « réels » que les objets du métadiscours). Ces représentations soumises à des variations historiques, sociales et culturelles ne peuvent construire que des « objets-grammaire » partiels, fragmentés, atomisés (traitement linéaire de données non-linéaires) et qui se prêtent mal à une évaluation hormis dans le cadre qu’on leur assigne. C’est pourquoi, nous tenterons d’introduire le terme de Grammaire transitionnelle, reprenant à Winnicott (D.-W.) le terme de transitionnel (cf : l’objet transitionnel)1 tout d’abord car il s’agit de « quelque chose » pour « autre chose »2, enfin parce que l’imperfection inévitable de l’objet construit (il n’est jamais ce qu’il doit être par définition) le rend hautement variable dans les formes mais invariant en tant que processus de construction / déconstruction / reconstruction. Pris en tant que processus, nous soutiendrons l’idée que ce phénomène de (re)construction permanente, dans le cadre de notre étude, s’applique de manière analogue à l’apprenant, à l’enseignant de langue et au linguiste. Par ailleurs cette analogie, loin d’être un frein pour la recherche, l’enseignement ou l’apprentissage permet des interactions heureuses et salutaires pour les uns comme pour les autres.

2. GRAMMAIRE ET ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS
Un des grands axes que nous souhaitons interroger est celui de la place de la grammaire dans l’enseignement du français et plus particulièrement dans l’enseignement du français langue étrangère (désormais F.L.E.). Il s’agira donc tout d’abord d’exposer traditions grammaticales et théories linguistiques pour mieux saisir la diversité
1

WINNICOTT (Donald W.) 1973. L’Enfant et sa famille. Paris: Payot [trad. A. Stronck-Robert]. WINNICOTT (Donald W.) 1975. Jeu et réalité. Paris: Gallimard [trad. C. Monod et J.-B. Pontalis]. 2 Chez Winnicott, la peluche de l’enfant, la tétine, le petit bout de tissu cher à l’enfant ou tout autre objet destiné à être « la mère » sans « être la mère ». L’objet transitionnel serait toujours présent, la vie d’adulte étant en quelque sorte l’histoire du glissement d’un objet de substitution à un autre : activités familiales, sociales, culturelles, artistiques, scientifiques ne seraient de ce point de vue que la construction de l’illusion « parfaite » : la présence de la mère. 7

apparente des approches ainsi que certaines constantes méthodologiques. Ce qui importe somme toute dans la démarche que nous souhaitons adopter n’est pas qu’une description soit meilleure qu’une autre, mais plutôt qu’à tel moment d’enseignement/apprentissage de la langue une description soit perçue par les acteurs présents comme étant meilleure qu’une autre, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. La conformité ou la non conformité d’une élaboration conceptuelle innovante aux différents courants linguistiques n’est qu’une des questions qui peut effectivement se poser sans entraîner pour autant une adhésion doctrinale. Ce qui n’enlève en rien l’intérêt que l’on peut porter à ce qu’on appellera l’actualité grammaticale tout en laissant une longueur d’avance sur les représentations que l’on peut avoir d’une langue en action (attestée dans le corpus), dans des contextes particuliers (la classe de langue) avec des acteurs spécifiques que sont les apprenants et l’enseignant de langue.

2.1.

UNE DIVERSITÉ SALUTAIRE

Contrairement à ce qu’affirme P. Chareaudeau, nous ne pensons pas que l’enseignement du français langue maternelle (désormais F.L.M.) ou F.L.E. souffre de la multiplication des modèles d’analyse de la langue à enseigner (même si cette opinion est souvent formulée ainsi par les enseignants de langue eux-mêmes). Le problème se situe plutôt dans le rôle institutionnel dans lequel l’enseignant de langue se trouve confiné, ainsi que dans le sens de la relation savoir-savant, savoir-vulgarisé. Les grammaires de référence posent inéluctablement la question de l’exhaustivité et de la pertinence, pour toujours « chosifier » un ensemble de représentations qui devient doctrinal ou encore caricatural une fois utilisé par l’enseignant de langue, confronté aux multiples phénomènes « dissidents » (ie. non répertoriés par la grammaire de référence). Ce que l’enseignant gagne en confort (statut, aisance terminologique, rigueur des exemples types, démonstrations stéréotypées), il le perd en « rentabilité » et en efficacité car il n’est plus dans la matière même de son enseignement : une langue infiniment plus subtile et « contrariante » que celle exposée dans les grammaires de référence. Il nous semble ainsi peu souhaitable de vouloir s’inspirer d’une grammaire de référence particulière (ancienne ou nouvelle, toujours relative à … et toujours incomplète) mais en revanche il nous semble important qu’un enseignant de langue puisse acquérir et faire acquérir des principes méthodologiques opératoires1 permettant le cas échéant la co1

On pourra ainsi le cas échéant, nous faire remarquer que nous essayons de substituer une méthodologie de référence à une grammaire de référence. Ce à quoi on peut répliquer qu’UNE grammaire de référence, fait appel à UNE méthodologie qui permet UN travail descriptif et UNE interprétation plus ou moins globale des phénomènes pris en compte (Les autres phénomènes entrant selon les auteurs dans la catégorie des « exceptions » (chez Grevisse par exemple) ou dans 8

construction de micro-grammaires transitionnelles, transitoires, pragmatiques, aux terminologies chatoyantes et changeantes, et visant simplement à rendre compte d’un événement « grammatical » tel qu’il peut se présenter dans les circonstances particulières du cours de langue. Il ne s’agit ni de transformer l’enseignant de langue en linguiste confirmé, ni de sous-estimer l’intérêt des approches plus spécialisées mais de promouvoir seulement plus de souplesse dans un champ disciplinaire mal délimité et qui souffre d’un regrettable enfermement théorique et méthodologique. La conscience de la diversité des analyses possibles (diversité que l’on mettra en évidence par l’histoire des grands courants grammaticaux et linguistiques) est le vecteur essentiel d’une plus grande liberté dans l’enseignement en général et dans l’enseignement grammatical en particulier. La diversité ne garantit pas une vérité sans doute impossible sur la langue, mais permet, quand elle est prise en compte, une saine relativisation des résultats que l’on obtient.

2.2. F.L.M. et F.L.E.
Les relations entre enseignement F.L.M. et enseignement F.L.E. sont historiquement passionnantes et complexes, nous évoquerons les grandes étapes de ces relations, souvent paradoxales, quelquefois confuses. Toutefois, il nous semble actuellement peu judicieux d’entretenir une distinction fondamentale entre F.L.M. et F.L.E. ; les études psycholinguistiques, les théories acquisitionnistes les plus récentes, l’apport des neurosciences ; tout semble indiquer des processus d’acquisition/apprentissage très proches que l’apprenant soit ou non francophone à l’origine. La plupart des divergences que l’on constate empiriquement peuvent s’expliquer par des évolutions institutionnelles différentes et des choix politiques particuliers, notamment durant la période de décolonisation pour ce qui est de l’enseignement du français. La notion de grammaire intériorisée, d’interlangue permet sans doute avec quelques aménagements de rendre compte de la plupart des phénomènes observables dans l’acquisition / apprentissage du français quel que soit le « profil d’apprenant », natif ou non natif. Sans nier les interférences possibles entre Langue-Source (LS) et Langue Cible (LC), on peut imaginer des structurations grammaticales plus globales qui concerneraient tous les apprenants. Pour mettre en avant cette perspective, nous examinerons les différents arguments en faveur d’une telle conception qui, en outre, a des incidences importantes dans une relation d’enseignement de la langue sur
une perspective plus souple, dans celle des « petits monstres » (Blanche-Benveniste C. 1991). Un développement méthodologique élargi (ie. conciliant approches syntaxiques, sémantiques, énonciatives, pragmatiques …) ne permet pas de prédire a priori les descriptions, conceptualisations et interprétations car la matière discursive à décrire, à conceptualiser et à interpréter s’avère être en contexte souvent atypique. C’est dans cet « espace transitionnel » (terme également issu des travaux de Winnicott) que peut prendre place « une grammaire transitionnelle » 9

l’idée de progression grammaticale et sur l’idée que l’on peut se faire du rôle effectif de l’enseignant dans la classe de langue. L’idée de P. Chareaudeau, exposée tantôt, selon laquelle l'enseignement de la langue s'est orienté soit vers l'étude des textes, soit vers la grammaire morphologique de l'orthographe et de la conjugaison par peur d’une diversité descriptive et théorique ne nous semble qu’en partie justifiée, notamment dans le cadre de l’enseignement F.L.M., il semble plutôt que le degré de perméabilité des institutions concernées est inversement proportionnel à la « taille » de ces institutions et qu’une certaine tradition grammaticale mêlant rhétorique classique et grammaire raisonnée s’est perpétrée jusqu’à nos jours par une rigidité institutionnelle liée à l’ampleur des tâches assignées à l’enseignement ainsi qu’à la nécessité de toucher une population extrêmement large. L’idée d’ailleurs n’est plus totalement exacte, au sens où, ces dix dernières années, on assiste à un renouvellement notable de l’enseignement du F.L.M. La question de l’enseignement F.L.E. se pose un peu différemment car des politiques linguistiques (le français fondamental, le niveau seuil) ont induit des pratiques d’enseignements plus proches des principaux courants linguistiques du moment et les structures institutionnelles mises en place, de taille plus modeste ont permis des réflexions, des aménagements, des intégrations plus rapides des savoirs nouvellement constitués. Enfin, il est sans doute trop simpliste, trop schématique de considérer que « la langue est le seul moyen dont nous disposions pour nous reconnaître (et être reconnu) comme appartenant à un groupe social. La langue est le garant de notre identité collective (…) », une telle remarque fait l’impasse sur la diversité des systèmes sémiotiques qui assurent une effective cohésion sociale, la langue n’étant qu’un des vecteurs de cette « identité collective ». Il faut peut être reconnaître ici une particularité de l’enseignement F.L.E. qui très tôt s’est interrogé sur une sémiotique élargie de la culture française, intégrant bien évidemment la langue mais également nombre de comportements culturels non spécifiquement langagiers (en diachronie et en synchronie).

3. PROPOSITIONS
Notre souhait, que l’on peut inscrire comme une tentative de réflexion sur la didactique du F.L.E. et plus particulièrement sur la didactique de la grammaire du F.L.E., n’est pas de proposer recettes ou conseils, ni de fournir un parcours unique dont il nous faudrait expliciter et démontrer les avantages particuliers. Il s’agit tout d'abord de critiquer à titre d’exemples quelques lieux de l'enseignement grammatical F.L.E.1 et de montrer que les possibilités de traitements de situations grammaticales sont plus importantes qu’on serait
1

Nous serons tenté quelquefois de critiquer conjointement des séquences grammaticales en F.L.E. et F.L.M. 10

tenté de le croire de prime abord, même si aucune démarche ne peut véritablement garantir la validité permanente des résultats obtenus. Ce relativisme est lié au paradoxe premier que nous avons déjà évoqué, à savoir que le réel de la langue se dérobe sans cesse, tout au plus pourrions-nous parler « d’effets de réel », sorte de saturation conceptuelle momentanée et éphémère. Notons également que le souci d'établir des étapes d'explicitation grammaticales collectives (micro-grammaires transitionnelles) ne doit pas faire oublier les nombreuses périodes où les mécanismes grammaticaux peuvent rester parfaitement implicites, une éventuelle conceptualisation n'étant justifiée ni par une demande explicite des apprenants, ni par un besoin spécifique des apprenants que l'enseignant aurait pu identifier et qui pourrait l'inciter à privilégier des situations d'explicitations grammaticales.

3.1.

« DEMANDES » ET « BESOINS » GRAMMATICAUX

Pouvoir discriminer demandes et besoins grammaticaux des apprenants n'est pas toujours aisé. Cette démarche est cependant à nos yeux importante car l'enseignant de langue ne peut véritablement intervenir efficacement qu'à propos des besoins grammaticaux des apprenants. La demande grammaticale est le plus souvent explicite, consciente et relève des présupposés socioculturels et linguistiques des apprenants. Il s'agit pour l'apprenant d'exprimer une certaine idée de la langue qu'il s'efforce d'acquérir, ainsi qu'une certaine idée de la manière de l'acquérir, en d'autres termes du type d'enseignement qu'il croit devoir recevoir. Ces demandes souvent formulées, peuvent être discutées, critiquées et quelquefois en partie satisfaites sans que l'on observe d'améliorations significatives des performances des apprenants. Les « besoins » de l'apprenant, en revanche, ne peuvent s'identifier que sur des faisceaux d'indices lors de la production orale ou écrite, ils sont implicites et sans doute en bonne part inconscients. Ils se révèlent dans des modes de structurations des énoncés effectivement réalisés et sont du domaine de l'interlangue des apprenants. Ce n'est qu'après avoir cerné au mieux les zones de grammatisation que développent les apprenants que l'enseignant peut proposer des situations de conceptualisations grammaticales ponctuelles, susceptibles de faire évoluer les représentations conjointes des apprenants et de l'enseignant de langue.

3.2.

EMERGENCE ET CO-CONSTRUCTIONS EXPLICITES : UN ESPACE TRANSITIONNEL

Toutes productions discursives orales ou écrites, directes ou différées, soumises au regard d’un analyste constituent ce qu’on appellera au sens large un corpus, à savoir un segment orienté par un appareil perceptif,
11

cognitif, affectif qui attribue une forme particulière aux phénomènes observés. Un corpus ainsi conçu ne peut jamais être une collection de faits « bruts » qui préexisteraient1 à celui qui produit et qui analyse. Dès lors on ne voit pas bien ni comment ni pourquoi, il faudrait opposer systématiquement linguistiques modélisatrices et études empiriques de données attestées. Si aux dires de Sampson G. (1994, p.180)2 : « la linguistique de corpus prend le langage comme elle le trouve. », on voit mal en quoi cela permettrait d’affirmer qu’une linguistique de corpus prend le langage comme il est. Le rejet de principe, formulé par N. Chomsky dès 19573, du recours aux corpus au profit de l’appel à l’intuition du locuteur a sans aucun doute marqué les quarante dernières années de la linguistique ainsi que le font remarquer Habert (B.), Nazarenko (A.) et Salem (A.) (1997, p. 8)4 et si l’on peut se pencher à loisir sur les mutations des modèles Chomskyens, tout en constatant que les linguistiques « de corpus » ou « sur corpus » (Corpus Linguistics ) se sont parallèlement développées, on peut tout autant concevoir que dans les deux cas il y a modèle préalable plus ou moins explicité, traitement des données, hypothèses, confrontations aux réalisations « effectives » (Aarts: 1990)5 dans un cas, aux réalisations « possibles » dans l’autre cas (intuition du locuteur, jugement de grammaticalité) qui ne sont jamais que le corpus implicite de référence du locuteur. C’est pourquoi, en accord avec J.-C Milner (1989 : 55) 6 nous préférons considérer que « l’activité grammaticale ne consiste pas à enregistrer les données de la langue; elle consiste à émettre sur ces données un jugement différentiel » c’est à dire à isoler « l’impossible de la langue » (ibid.). Dans le champ didactique particulier que nous nous sommes assigné, l’ensemble des formulations discursives émises par les différents acteurs d’un cours de langue constitue un corpus. Ce corpus est limité à défaut d’être délimité notamment parce qu’il est soumis aux contraintes chronologiques des acteurs en présence et à de nombreuses limitations externes et internes. Ce corpus est fragmentable, segmentable, analysable. Lorsqu’un besoin grammatical a pu être identifié dans le groupe apprenants-enseignant, se définit ce qu’on appellera un espace transitionnel (qui n’est autre qu’un corpus réorienté) dans lequel peuvent s’élaborer ou se re-élaborer explicitement des représentations résidentes ou semi-résidentes. Le traitement des données dans cette interaction spécifique consiste alors non
1

En réalité, une telle relation de préexistence est envisageable d’une certaine façon mais reste du domaine de ce que J.-C Milner qualifierait de « l’impossible de la langue ». 2 SAMPSON (G.) 1994. « Susanne : a domesday book of english grammar ». in: OOSDIJK (N.), DE HAAN (P.) (eds) 1994. Corpus Based Research into Langage. Amsterdam: Rodopi. 3 CHOMSKY (N.) 1957. Syntactic Structures. La Haye: Mouton & Co. [trad. fr. 1969. Structures Syntaxiques. Paris: Seuil]. 4 HABERT (B.), NAZARENKO (A.) & SALEM (A.) 1997. Les Linguistiques de Corpus. Paris: Armand Colin ; Coll. « U Linguistique ». 5 AARTS (J.) 1990. « Corpus Linguistics : An Appraisal ». in: HAMESSE (J.), ZAMPOLLI (A.) (eds) 1990. Computers in Literary and Linguistics research. Paris-Genève: Champion-Slatkine. 6 MILNER (J.-C.) 1989. Introduction à une Science du Langage. Paris: Seuil. 12

pas à aboutir à une « nouvelle représentation » stabilisée mais à « saturer » ponctuellement les processus de représentation, l’étape transitoire de saturation se comprend alors comme une co-construction d'un module transitionnel (ou micro-grammaire transitoire) destiné à un perpétuel « devenir » grammatical qui échappe aux acteurs mêmes qui sont en train de le construire.

3.3.

INSPIRATIONS & MÉTHODOLOGIES

La co-construction d’une grammaire transitionnelle présuppose que des représentations grammaticales variées coexistent furtivement dans les multiples interactions entre acteurs d’un groupe-classe (explicites ou implicites, ces représentations sont liées d’une part à des invariants cognitifs qui connaissent cependant des variations de rythmes (B. Py : 1980)1 d’autre part à des variables culturelles et sociales qui créent des zones d’informations préalables en langue-source (LS) et en langue-cible (LC)) ainsi que dans chacun des acteurs (règles et sous règles des grammaires intériorisées : typiques ou atypiques, systématiques ou asystématiques, harmonieuses ou dysharmonieuses, etc.). La maturation, la direction et l’intensité des processus en cours d’élaboration (qu’ils soient progressifs ou régressifs) créent des moments où les élaborations conjointes sont préconscientes. Ainsi peut s’inscrire ponctuellement un mouvement plus spécifiquement didactique que l’on appellera mouvement d’inspiration visant à faire émerger un espace transitionnel (cf. 3.2.), lieu spécifique d’une activité explicite ayant pour but des remaniements conceptuels. Nous souhaitons mettre en évidence l’intérêt de cette sorte de gymnastique dialectique semi-guidée qui ne peut pérenniser une construction conceptuelle (état de connaissance) mais qui tout au contraire relativise les constructions toujours vouées à des remaniements ultérieurs2 en fonction du corpus et des processus de saturation des représentations. A l’occasion des développements que nous serons amené à proposer, nous devrons examiner au plus près deux aspects inhérents à cette dialectique semi-guidée que nous venons d’évoquer : l’aspect méthodologique d’une part qui demeure central dans la perspective que nous adoptons, enfin l’inévitable question du métalangage qui surgit dès lors qu’un processus entre dans une phase d’explicitation.

1

PY (B.) 1980. « Quelques réflexions sur la notion d’interlangue ». in: Travaux Neuchâtelois de Linguistique, 1. 2 On pourrait ainsi évaluer le devenir d’une construction conceptuelle en terme de félicité vs infélicité selon sa portée et sa possible intégration à de nouveaux modules transitionnels. 13

4. PLAN DE TRAVAIL ET PERSPECTIVES
J’ai souhaité présenter mon travail en trois grandes parties. La première exposera les principaux courants grammaticaux « classiques » et « contemporains » qui ont eu un impact durable sur l’enseignement du Français Langue Etrangère1 afin de mettre en évidence les points de convergence et de divergence entre « traditions » grammaticales et linguistiques contemporaines. Le fil directeur de ce premier exposé est sans doute que la diversité des approches grammaticales repose paradoxalement sur une certaine stabilité qu’une démarche épistémologique permet de mettre en évidence. Nous avons essayé également d’en retenir différents types de modèles qui, très globalement, dépendent de prémices philosophiques ou métathéoriques qui affectent également le champ de l’enseignement du F.L.E. Les chapitres VI à VIII de la première partie, plus autonomes et plus généralistes, présentent les principales notions grammaticales, syntaxiques, énonciatives et pragmatiques telles qu ‘elles apparaissent dans leurs différents champs disciplinaires d’origine (grammaires dites traditionnelles, linguistiques structurales, linguistiques de l’énonciation et approches pragmatiques). Nous retrouverons dans les parties deux et trois de ce travail, ces mêmes notions mais dans un tout autre contexte: celui de l’enseignement des langues. Les liens entre linguistique générale et linguistique appliquée à l’enseignement des langues s’établissent plus naturellement a posteriori lorsque l’on dispose d’une vue d’ensemble de problématiques qui se croisent et quelquefois se mélangent, sans jamais pour autant se fondre. La deuxième partie sera consacrée plus particulièrement à la didactique du français langue étrangère, ainsi qu’aux problèmes généraux que peut poser l’enseignement de la grammaire en Français Langue Etrangère. Nous avons voulu présenter un parcours « historique » particulièrement sinueux, exposer les différentes théories sur l’acquisition et l’apprentissage d’une langue seconde et insister sur la notion plus globale d’interlangue qui nous paraît constituer le lieu privilégié d’un questionnement linguistique qui a déjà, et peut avoir bien plus encore, des répercussions appréciables sur des notions fondamentales d’une part mais également sur des pratiques d’enseignement en F.L.E. comme en F.L.M. La troisième et dernière partie s’attache tout d’abord à observer les pratiques grammaticales actuelles en classe de français langue étrangère tout en insistant sur les aspects les plus récents de ce type d’enseignement. Partant de l’idée d’une langue contrariante, nous exposons enfin d’une
1

Nous avons ainsi centré notre présentation sur les concepts et théories qui ont eu ou qui ont encore une certaine pertinence dans les pratiques grammaticales « dominantes » en français langue étrangère. A ce titre, il ne nous a pas semblé utile de développer de manière exhaustive les modèles chomskyens dont l’influence reste marginale en F.L.E.. En revanche, le chapitre VIII, consacré aux approches pragmatiques, se devait d’être plus détaillé afin de mieux indiquer un tournant qui a durablement affecté l’enseignement des langues étrangères ou secondes. 14

manière plus radicale, ce que pourrait être une grammaire transitionnelle en classe de langue, à savoir une approche grammaticale souple et flexible, à la fois inductive et déductive, capable de « récupérer » ou de générer opérations et concepts sans jamais aboutir à une hypothétique « vérité » sur la langue, c’est à dire repoussant sans cesse d’une certaine manière ses propres conclusions ponctuelles. Nos « propositions pour une grammaire transitionnelle » s’inscrivent ainsi à mi-chemin d’un empirisme tâtonnant (notions d’inspiration, de félicité/infélicité des élaborations factuelles) et d’une démarche d’une certaine manière résolument scientifique, c’est à dire condamnée à une double malédiction : chercher ce qu’elle trouve, trouver ce qu’elle cherche.

15

Première Partie
TRADITIONS GRAMMATICALES ET LINGUISTIQUES CONTEMPORAINES

16

CHAPITRE

I
DE LA GRAMMAIRE À LA LINGUISTIQUE: APERÇUS HISTORIQUES

Parler de « grammaire » n’est jamais aisé. Voilà un terme extrêmement polysémique et particulièrement difficile à cerner qui désigne tout à la fois un champ disciplinaire souvent mal délimité, référant quelquefois à des activités mentales difficilement formalisables, à des réalités « objectives » (propriétés objectives et formelles des langues naturelles) qui ne sont jamais réellement ou totalement « objectives ». La grammaire est tour à tour « l’outil » d’analyse et « l’objet » qu’on analyse, la description d’un processus ou une description plus statique: l’état d’un « savoir grammatical », un point de vue externe et un point de vue interne, un regard sur « la langue » qui concerne des unités encore mal définies: le mot, le morphème, la proposition, la phrase, l’énoncé, le discours, le texte…, que l’on a toujours quelques difficultés à articuler. La grammaire peut tout à la fois décrire des normes, des systèmes de règles et promouvoir des normes particulières, des règles à respecter, influant ainsi sur l’objet même qu ‘elle analyse. Elle définit ou croit reconnaître des catégories (classe d’objets) auxquelles se rattacheraient des propriétés fonctionnelles souvent diffuses pour ne pas dire confuses. Longtemps rattachée à la logique aristotélicienne, elle spécule sur l’organisation de la pensée humaine et calque les propriétés logiques d’une langue-miroir sur les propriétés logiques (ou supposées telles) du raisonnement humain. Bref, elle décrit, elle prescrit, elle énonce les lois autant qu’elle les crée, elle génère et tente de formaliser des segments courts plus ou moins décontextualisés ou encore de vastes zones discursives, elle se confond avec la notion même de langue selon le point de vue adopté, elle jouxte avec la génétique et la biologie par certains côtés ou encore se trouve confinée dans le cadre plus étroit des réalisations discursives écrites ou orales, elle inclut quelquefois le paralinguistique, devient grammaire du corps, grammaire des gestes pour devenir toujours par
17

extension grammaire de la musique ou grammaire de la peinture. Par ailleurs, si elle inclut quelquefois suivant ainsi la tradition, morphologie, syntaxe et sémantique, d’autres fois elle exclut les aspects sémantiques ou au contraire s’accapare une partie des préoccupations énonciatives et pragmatiques. Elle sera distributionnelle ou encore transformationnelle, simplement générative ou générative et transformationnelle. Elle visera à l’exhaustivité dans des grammaires générales de telle ou telle langue ou s’attachera à des domaines plus délimités. Elle sera thématique, notionnelle (les grammaires onomasiologiques) ou encore s’intégrera dans une grammaire des catégories. Elle définira enfin des méthodologies quelquefois complexes, des concepts opératoires plus ou moins riches et divers et se donnera des objectifs variés selon le « public » auquel elle s’adresse. De ce fatras, de cette diversité volontairement entretenue ici, on retiendra que la notion de grammaire est complexe, mouvante, variable, et ce contrairement au sens commun qui imagine, comme d’ailleurs bon nombre d’enseignants de langue, que la grammaire d’une langue n’est qu’une fidèle description de règles strictes que l’on doit connaître et appliquer.

1. GRAMMAIRES: GÉNÉRALITÉS
Si le terme de « grammaire » peut sembler familier car fréquemment utilisé tout au long des trajectoires scolaires et universitaires, le terme de « linguistique » en revanche recouvre des démarches et représentations qui peuvent sembler plus « complexes », plus « opaques » et dans tous les cas plus abstraites. Voyons tout d’abord les raisons de cette première intuition. On notera en premier lieu que si la grammaire est une discipline très ancienne, la linguistique est une discipline beaucoup plus récente (XIXe). La première grammaire connue (en tant qu’ouvrage constitué) est une description du Sanskrit de Panini1 qui daterait du IVe siècle avant J.-C. Ce
1

Panini, dont on situe l’activité au VIe ou au Ve siècle avant J.-C., est l’auteur d’un traité remarquablement systématique sur la langue sanskrite de son temps. L’effort de formalisation dans la description est si poussé que l’on peut parler d’une véritable métalangue organisée sur un matériel abondant de termes techniques, d’abréviations, de symboles, de conventions d’énoncé, de règles d’interprétation, etc. La grammaire de Panini, appelée couramment Astadhyayi (« les huit leçons »), est un ensemble de près de quatre mille formules appelées sutra et réparties dans huit chapitres, eux-mêmes divisés en quatre parties. Ce texte est accompagné d’appendices dont l’authenticité est plus ou moins discutée. Deux appendices terminaux sont faits, l’un de listes de mots qu’un trait grammatical particulier classe ensemble, l’autre de dix listes de racines, listes auxquelles, dans la grammaire, renvoient des abréviations et qui, au nombre de près de deux mille, comportent, outre l’énoncé de la forme et des indications sur la conjugaison, une mention du sens. La mention des sens ne serait peut-être pas paninéenne. Un autre appendice est un court recueil de règles d’interprétation destinées à définir des conventions de la métalangue ou des conventions d’application de règles. Panini a décrit la langue parlée de son temps. Il ne note pas de différence majeure entre langue parlée et langue écrite, tout au plus les particularités de la langue des parties métriques du veda , sans toutefois supposer une différence dans les états de la langue à travers le 18

qui ne signifie pas que Panini ait été le premier grammairien indien (il cite lui même des prédécesseurs, mais les ouvrages de ces derniers n’ont pas survécu). Par ailleurs, des documents (Rgveda) beaucoup plus anciens (XVe siècle av. J.-C. environ) font déjà état de spéculations sur la nature et la structure de la parole humaine. Cette discipline a d’emblée des objectifs pratiques.

1.1. COMMENTAIRES DES TEXTES ANCIENS
Pour les grammairiens grecs, il s’agit par exemple de commenter Homère (IXe ou VIIIe siècle av. J.-C. Ionie). Pour les grammairiens indous, les commentaires porteront sur les Veda (Mot sanskrit signifiant « connaissance1 »). Ces ouvrages sont commentés par des rituels en prose (Brâhmana) et par des traités philosophiques (Unpanisad).

1.2. L’ENSEIGNEMENT D’UNE LANGUE ETRANGÈRE
On notera ainsi à titre d’exemple que l’une des premières grammaires françaises (1531): « Esclarcissement de la langue francoyse » a été écrite
temps. Le sanskrit a évolué considérablement de l’époque védique à l’époque dite classique. Il y a une étape intermédiaire qui est représentée par les derniers textes, brahmana, upanisad, sutra du corpus védique et le début du sanskrit classique. Le sanskrit de Panini semble être ce niveau intermédiaire. La description chez lui de formes védiques anciennes n’implique pas de sa part une intention de description historique. Il les mentionne sans les dire archaïques. Il décrit la langue qu’il parle et les formes divergentes qu’il trouve dans les textes qu’il utilise. Les formules de Panini sont des règles de construction des mots, non d’analyse. L’analyse des mots en racine, suffixe, etc. est impliquée par l’Astadhyayi et l’on voit qu’elle a été faite par Panini de façon tout à fait rationnelle, avec aussi beaucoup de finesse, comme en témoignent les notations de détail. Mais ce manuel n’est pas la description analytique d’un corpus de formes attestées. Il décrit la compétence des éléments de la langue et vise à fournir un instrument permettant à l’utilisateur de construire toute forme. Panini utilise en gros deux schémas de construction des mots. Pour la dérivation primaire, il part de la racine, élément exprimant une action, à quoi il ajoute des suffixes dont il définit le sens, telle ou telle réaction avec l’action, et qui déterminent le cas échéant l’application de règles phonétiques. Pour la dérivation secondaire et la composition qui sont couramment groupées sous la dénomination de vrtti , Panini part d’une forme analytique, un syntagme formé de noms tous fléchis, pour lequel il prescrit une transformation en une base non fléchie suivie d’un suffixe, ou une séquence de mots non fléchis. Par exemple, le composé rajapurusah (« serviteur du roi ») est la transformation de rajñah [génitif] purusah par les règles successives : 1. attribution du nom « composé » au syntagme entier ; 2. attribution du nom « thème nominal » à cette même forme en tant que composé ; 3. amuissement des désinences internes (rajan purusa ) ; 4. amuissement du n final de rajan en composition ; 5. apparition d’une nouvelle désinence selon la fonction du nouveau mot dans la phrase (rajapurusah [nominatif]), etc. 1 Connaissance sacrée désignant notamment les Saintes Ecritures au nombre de quatre: Rgveda, Yajurveda, Sâmaveda et Atharvaveda. 19

par un grammairien anglais, J. Palsgrave, pour enseigner le français à la princesse d’Angleterre.

1.3. L’ART D’ÉCRIRE ET DE PARLER
Très tôt, la grammaire se doit d’enseigner l’art d’écrire et de parler correctement sa propre langue. La grammaire de Vaugelas1 : « Remarques sur la langue française, utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire » (1647) est révélatrice de cette visée pédagogique et normative. Cette tradition des « grammaires prescriptives » est très ancienne et la grammaire de Panini que nous évoquions a d’abord été utilisée comme manuel pratique dans les écoles pendant plus de deux millénaires. L’enseignement grammatical actuel en français langue maternelle peut aisément être rattaché à ce vaste courant des grammaires d’usage, c’est pourquoi dans notre avant-propos nous récusions en partie l’affirmation de P. Chareaudeau (1992) selon laquelle la diversité des courants linguistiques contemporains avaient entraîné un « immobilisme » institutionnel, tout en reconnaissant que « l'enseignement de la langue s’est [longtemps]2 orienté soit vers l'étude des textes, soit vers la grammaire morphologique de l'orthographe et de la conjugaison ».

1.4. CARACTÉRISTIQUES INITIALES
Dans un premier temps on est tenté d’affirmer que la grammaire a ainsi une vocation pédagogique (les livres de grammaire renseignent les lecteurs sur les règles qui régissent l’usage d’une langue), qu’elle est également normative, en ceci qu’elle impose le bon usage et sanctionne « les fautes » de langue et qu’elle a une valeur spéculative dans la tradition grecque avec cette idée tout d’abord que le langage reflète la pensée mais aussi que la connaissance d’une langue (analyse logique de la phrase en sujet, prédicat) , recherche des parties du discours (nom, verbe, adjectif...) constitue un préalable à une connaissance générale de l’esprit humain.

11

Claude Favre Vaugelas, baron de Pérouges (1585-1650) grammairien français de L’Académie Française. 2 Nous rajoutons « longtemps », pensant que la situation de l’enseignement F.L.M. ayant évolué, cette remarque a largement perdu de sa pertinence initiale. 20

2. GRAMMAIRES ET LINGUISTIQUES: LES POINTS DE DIVERGENCE
La linguistique, étude du langage à travers l’étude des langues naturelles est une discipline beaucoup plus récente. Le terme de linguistique apparaît dans le courant du XIXe (1826 d’après les lexicographes1) et naît dans un domaine (étude des langues) qui était traditionnellement celui de la grammaire. Dès lors, on peut se demander ce qui oppose et différencie linguistique et grammaire.

2.1. LA VISÉE DESCRIPTIVE
On met généralement l’accent sur le caractère scientifique de la linguistique. Si grammaire et linguistique font appel à une description des langues naturelles, les objectifs ne se recouvrent pas. Dans le cas de la grammaire, les objectifs pédagogiques et/ou philosophiques sont extérieurs à la description de la langue envisagée. Dans le cas de la linguistique, l’objectif principal est de décrire la langue. La description n’est plus un moyen mais un but. Ferdinand de Saussure , considéré comme le père de la linguistique « scientifique » affirme à la fin de son Cours de Linguistique Générale (1916):
- « La linguistique a pour unique et véritable objet la langue envisagée en elle-même et pour elle-même »2

2.2. UNE DÉMARCHE SCIENTIFIQUE
Cette visée descriptive de la linguistique a au moins deux conséquences. La première est que la linguistique se préoccupe avant tout de la définition de son objet et l’on notera que de multiples théories linguistiques se sont développées à partir de définitions différentes. La deuxième est que la linguistique doit s’efforcer de mettre au point des méthodes pour décrire cet objet avec le maximum de rigueur et ce, dans le cadre d’une théorie de l’objet à décrire. Cette théorie doit répondre à des critères scientifiques, en d’autres termes une théorie est un ensemble de
1

Linguistique est présenté comme un dérivé de Linguiste (terme attesté au XVIIe puis repris à partir de 1823). Il aurait été introduit en français à partir de l’allemand Linguistik (terme utilisé en Allemagne pour opposer à la grammaire philosophique l’étude comparée d’un grand nombre de langues visant à établir leur filiation. (Grand Dictionnaire de la Langue Française). 2 SAUSSURE (F. DE) 1916. Cours de Linguistique Générale. Edition critique préparée par TULLIO DE MAURO. Paris: Payot. (éd.1972, pp. 33). 21

propositions qui permettent de décrire et d’expliquer les phénomènes, de les prédire, d’en découvrir de nouveaux et ne mérite le terme de « scientifique » que si elle satisfait à certains critères que l’on peut énoncer de la façon suivante: - Absence de contradictions internes (condition nécessaire mais pas suffisante car une théorie peut être cohérente mais fausse). - Une théorie doit être capable de constructions abstraites pour intégrer, expliquer, prédire les faits envisagés. - Les constructions abstraites de la théorie doivent être testables, en d’autres termes, on doit pouvoir (1) déduire à partir d’elles des propositions confirmables / falsifiables; (2) être en mesure d’organiser des expériences (tests) qui donneront des résultats négatifs si la théorie est fausse.

2.3. DES OBJECTIFS DISTINCTS
Ainsi, contrairement à la grammaire, la linguistique n’est à priori ni pédagogique, ni normative, ni spéculative c’est une discipline scientifique (et non empirique/intuitive) qui doit s’attacher à décrire scientifiquement des faits et au sens large, à créer une théorie comportant des concepts permettant d’intégrer les faits rencontrés, de les expliquer et enfin de prédire les évolutions/variations des phénomènes observés. De ce point de vue, exprimé ou admis par bon nombre de linguistes, linguistique et grammaire semblent s’opposer totalement. A y regarder de plus près cette opposition basique n’est pas ou plus justifiée1, fruit d’un conflit idéologique, historiquement marqué mais en bonne partie dépassé.

3. GRAMMAIRES ET LINGUISTIQUES: LES POINTS DE CONVERGENCE
On peut également prétendre à la suite de Milner J.-C. (1995)2 que la grammaire a très tôt affronté la question de son statut de science. En effet, même quand elle entend se borner à des fins essentiellement pratiques, elle souhaite présenter des règles claires et efficaces (ce qu’on appelle traditionnellement la doctrine) . Pour ce faire, il lui est toujours apparu qu’elle avait intérêt à se présenter comme une théorie, la plus rigoureuse et la plus exhaustive qui soit. C’est pourquoi il n’y a pas de séparation de nature, dans la tradition grammaticale, entre la grammaire pratique et la grammaire théorique: chacune éclaire et appuie l’autre, même s’il est vrai que les
1

La remarque suivante de Galisson (R.) & Coste (D.) va dans ce sens : « La linguistique s’est longtemps affirmée en s’opposant à la grammaire traditionnelle, le dictionnaire reflète encore cet état de fait, désormais en partie dépassé (...) » [Nous soulignons]. Extrait de GALISSON (R.) & COSTE (D.) 1976 : Dictionnaire de didactique des langues. Paris: Hachette (Préface, p. 2). 2 MILNER (J.-C.) 1995 : “Grammaire” in : Encyclopédie Universalis. Paris (Vol 10-603b). 22

ouvrages qui illustrent l’une ou l’autre peuvent être très différents de style et de présentation.

3.1. UNE SCIENCE GRAMMATICALE ?
Ainsi la tradition grammaticale a-t-elle toujours dû se référer à un modèle théorique. Or ce modèle pouvait être de deux types: d’une part, la grammaire peut se penser comme une discipline essentiellement empirique, comparable par exemple à la botanique ; son but consiste alors à proposer des classifications aussi complètes et précises que possible; dans la tradition française, ce point de vue a été illustré par Vaugelas et continue d’être illustré par des ouvrages nombreux et très usuels; d’autre part, la grammaire peut se penser comme une science déductive, comparable à la logique, et notamment à la logique aristotélicienne; dans la tradition française, ce point de vue a été illustré par Port-Royal et le mouvement de la Grammaire générale qui en est issu. Cette dichotomie ne recouvre pas du tout la dichotomie entre le descriptif et le normatif: ainsi la tradition issue de PortRoyal pouvait à la fois combiner un point de vue normatif restrictif et une présentation déductive des règles. Cette combinaison constitue même une caractéristique remarquable du projet de la Grammaire générale au XVIIIe siècle, lequel a dominé la pratique de l’enseignement français jusqu’à la fin du XIXe siècle. Dans tous les cas, à la pratique, essentiellement enseignante, la grammaire associe la théorie, présentée idéalement comme une science grammaticale (qu’elle soit de type botanique ou de type déductif).

3.2. GRAMMAIRE ET LINGUISTIQUE STRUCTURALE
D’un point de vue historique, cette « science grammaticale » a été affectée par la constitution de la linguistique: à partir du moment où la linguistique s’est présentée comme la science du langage et des langues, la grammaire ne pouvait plus revendiquer ce titre et ne pouvait subsister que sous la forme d’une technique; dans le meilleur des cas, une application des propositions scientifiques établies par la linguistique. En toute hypothèse, grammaire et linguistique désignent alors des discours entièrement séparés, relevant de principes et de méthodes hétérogènes. Cette position a été largement développée à la fin du XIXe siècle et demeurait encore prégnante, dans les années soixante, au moment où la linguistique revêtait essentiellement la forme structuraliste. Pour Milner J.-C. (1989)1, seule la linguistique structurale pouvait alors se présenter comme une science; quant
1

MILNER (J.-C.) 1989. Introduction à une science du langage. Paris: Seuil. 23

au terme grammaire , il désignait un discours à la fois trop marqué par les nécessités matérielles de l’enseignement (lesquelles entraînent notamment le style prescriptif, incompatible avec la neutralité d’une science d’observation) et encombré de préjugés issus de modèles théoriques dépassés (notamment, la logique aristotélicienne ou pseudo-aristotélicienne). Dès lors, il n’avait plus qu’à disparaître. Le fait qu’une activité grammaticale autonome subsistait malgré tout ne pouvait être attribué qu’au conservatisme des sujets parlants et à des lourdeurs institutionnelles. Cette doctrine a été contredite par les faits: d’une part, l’activité grammaticale autonome a continué (et continue encore, avec il est vrai, des finalités différentes) ; d’autre part et surtout, il est apparu que, par rapport à cette activité autonome, la linguistique structurale était loin de se révéler toujours supérieure, notamment en syntaxe où les constructions théoriques ont été incapables de saisir, sans perte d’information, la masse de propositions empiriques construite par les grammaires autonomes; même d’un point de vue théorique, certaines notions appartenant aux grammaires autonomes se sont montrées plus adéquates, quoique informelles et imprécises, que les concepts, plus rigoureux, de la linguistique structurale.

3.3. LA GRAMMAIRE GÉNÉRATIVE
L’intervention de la grammaire générative a sans doute profondément modifié cet état de choses1. Celle-ci peut, en effet, s’interpréter dans son ensemble comme une réévaluation de l’activité grammaticale autonome: a ) d’un point de vue empirique, elle soutient que les grammaires autonomes, dénommées « grammaires traditionnelles », l’emportent sur les présentations structuralistes; b ) d’un point de vue terminologique, elle s’autorise à recourir à nouveau au terme grammaire: la linguistique et la grammaire ne désignent plus des disciplines séparées, la seconde étant tout au plus l’application pratique de la première, mais la linguistique est supposée, par définition, produire des grammaires (universelles ou particulières); c ) d’un point de vue théorique, le programme génératif tient qu’une analogie profonde relie la grammaire, au sens traditionnel, qui décrit les propriétés d’une langue naturelle, et la grammaire d’un système formel ; la seconde fonctionne à l’égard de ses productions, comme la première fonctionne à l’égard de sa langue-objet et, dès que la première est formalisée avec la rigueur mathématique nécessaire, elle devient une grammaire formelle parmi d’autres. De cette manière, la linguistique acquiert un statut épistémologique plus précis : son objet consistant à décrire et à expliquer les propriétés formelles caractéristiques des grammaires des langues naturelles, elle devient une science empirique mathématisée, au même titre que la physique,
1

Encore faut-il rappeler que Chomsky N. se réclame très tôt du rationalisme qu’il croit reconnaître dans la Grammaire de Port Royal et la Grammaire Générale. 24

par exemple. À cette définition, la notion de grammaire est, comme on voit, essentielle. Ce qui apparaît dans cette entreprise, c’est que, pour parvenir à la rigueur formelle, la linguistique n’a pas à inventer de nouvelles procédures de traitement empirique des données: là serait l’erreur de la linguistique structurale. Il convient seulement de rendre rigoureuses et d’expliciter les procédures qui étaient mises en œuvre de manière informelle et implicite par l’activité grammaticale autonome. Une telle relation entre la linguistique et la grammaire pourrait paraître un artifice né de la manière particulière dont le programme génératif a été construit. En fait, l’hypothèse de fond est plus importante. Si l’on se souvient que l’activité grammaticale est fort ancienne, il est remarquable que, tout bien pesé, elle ait été couronnée de succès; à l’aide des hypothèses résumées à l’instant, on est parvenu à décrire les langues naturelles, à émettre des propositions raisonnables sur leur fonctionnement, à construire des systèmes d’écriture, à les améliorer, à traduire les langues entre elles, etc. Et cela très tôt ; les hommes ont su traiter les langues et les manier de façon réglée, alors que leur maîtrise des processus naturels demeurait extrêmement limitée. Il faut donc que les hypothèses formées par la généralité des grammaires rencontrent des propriétés communes des langues naturelles et/ou comme le prétend Auroux S. (1994)1 que l’activité grammaticale soit à considérer comme une technologie » au service d’un ordre social particulier.

3.4. COMPLÉMENTARITÉ ET DÉPENDANCE
Il convient également de souligner un contraste : l’activité grammaticale, en tant qu’activité pragmatique, est ancienne et très tôt efficace; une théorisation satisfaisante de cette activité est récente. En fait, on pourrait considérer que la linguistique moderne a eu pour l’une de ses tâches la détermination des propriétés des langues naturelles qui expliquent les succès pratiques considérables de l’activité grammaticale. Ainsi par exemple, la contradiction apparente entre le caractère fini des parties du discours ou des types de phrase et le fait que les données concrètes sont potentiellement ou actuellement infinies n’a pas, pendant longtemps, reçu de traitement théorique satisfaisant: ce n’est qu’en raisonnant en termes de récursivité qu’on a pu donner un commencement de statut formel à cette propriété, pourtant supposée implicitement par la notion même de grammaire, si informelle qu’elle puisse être. Le fait que toute grammaire raisonne sur des exemples, c’est-à-dire se donne le droit d’émettre des jugements2 sur une donnée disjointe de toute circonstance réelle d’énonciation, cela n’a été véritablement problématisé qu’avec la distinction
1 2

AUROUX (S.) 1994. La grammatisation. Bruxelles: Mardaga. Qu’il s’agisse de l’attribution d’une catégorie à un segment de langue donné ou qu’il s’agisse de l’attribution d’un prédicat différentiel de type correct/incorrect. 25

langue / parole, compétence / performance, etc. Réciproquement, ces distinctions n’ont pour fonction que de donner un fondement à l’existence, pourtant fort ancienne, du raisonnement en termes d’exemples. De façon générale, cette relation entre linguistique et grammaire se vérifie dans toutes les théories linguistiques importantes. Force ainsi est de constater ainsi que les relations entre grammaire et linguistique sont loin d’être aussi nettes qu’au premier abord. Il règne d’ailleurs un flou terminologique qui permet de parler indifféremment de « grammaire comparée », ou de « linguistique comparée », de « grammaire générative » ou de « linguistique générative », etc. Ce qui nous va nous entraîner vers une prise en compte plus fine de la signification des termes « grammaire » et « linguistique ».

26

CHAPITRE

II
INDICATIONS LEXICOGRAPHIQUES ET AMBIGUÏTÉS

Pour tenter de répondre à la question : « Que signifie le mot grammaire ? », il n'est sans doute pas inutile de se tourner vers les dictionnaires, nous reprendrons ici partiellement la présentation de Nelly Flaux1 (1993). Les dictionnaires distinguent généralement deux grandes acceptions qui correspondent en gros à un emploi courant et plutôt ancien d'une part, et de l'autre à un emploi plus spécialisé et également plus moderne. Le lexicographe isole, de plus, certains emplois « par métonymie » et « par analogie » qui méritent quelques commentaires.

1. LA GRAMMAIRE: ART DE PARLER
Selon Arnauld et Lancelot 2, auteurs de la Grammaire dite de Port-Royal (1660), dont on sait que le rôle fut important dans le développement des théories grammaticales, la grammaire s’entend comme « l'art de parler ». « Parler, précisent-ils, c'est expliquer ses pensées par des signes que les hommes ont inventés à ce dessein. » Et, ajoutent-ils, « on a trouvé que les plus commodes de ces signes étaient les sons et la voix. Mais parce que ces sons passent, on a inventé d'autres signes pour les rendre plus durables et visibles, qui sont les caractères de l'écriture. Cette définition se retrouve dans le Dictionnaire de l'Académie (1694) au mot grammaire : « Art de parler et d'écrire correctement »3. Parallèlement, le Dictionnaire universel de
1 2

FLAUX (N.) 1993. La Grammaire. Paris: P.U.F. ; Coll. « Que sais-je ? » (pp. 8-11). ARNAUD (A.) & LANCELOT (C.) 1969. Grammaire générale et raisonnée. Paris: Paulet. [1ère publ. 1660]. 3 Formule que reprend sans changement l’édition de la Grammaire de l’Académie de 1932. 27

Furetière1 (1690) précisait: « Art qui enseigne à bien décliner et conjuguer, à construire et à bien orthographier les noms et les verbes et les autres parties de l'oraison », en d’autres termes les “classes de mots”. C'est cette même définition que reprend encore le Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863) : « Art d'exprimer ses pensées par la parole ou par l'écriture d'une manière conforme aux règles établies par le bon usage », et un siècle plus tard Le Grand Robert (Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française désormais GR ): « Ensemble de règles à suivre pour parler et écrire correctement une langue. » Tel est, selon les auteurs de ce dictionnaire, le sens du mot grammaire « jusqu'au XIXe et de nos jours dans le langage courant ». Toutefois, en dépit des apparences, ces définitions ne forment guère un ensemble homogène: « l'art de parler » n'est pas forcément l'art de bien parler. On notera que si le Littré rattache explicitement la grammaire au bon usage, la définition du GR n'y fait aucune allusion. Quant à la formule du Dictionnaire de l'Académie, elle n'est pas dépourvue d'ambiguïté, tout comme celle de Furetière car bien décliner, bien conjuguer peut signifier seulement « respecter les règles de déclinaison, conjugaison, etc. », règles qui englobent et débordent celles qui caractérisent le bon usage. À moins que la notion même de bon usage ne soit équivoque: ou bien elle correspond à un sousensemble de règles caractérisant une certaine façon de parler, ou bien elle se confond avec l'ensemble des règles sous-jacentes à une langue. Bref, la définition de la grammaire comme art de (bien) parler peut s'interpréter de deux façons: « connaissance des règles de la langue » ou « connaissance des règles du bon usage ». La formule de la Grammaire de Port-Royal recèle une autre ambiguïté: grammaire y désigne à la fois les principes ou règles qui permettent au sujet parlant de s'exprimer, « I'art de parler » c'est la capacité que nous avons de communiquer par des signes vocaux transcrits par l'écriture mais c'est aussi l'étude de cette capacité2 ou , si l'on préfère, l'étude des principes qui la fondent, en d’autres termes l'étude des règles qui soustendent le fonctionnement d'une langue. De plus, il convient de souligner que, comme Furetière, et comme probablement les auteurs de la première édition du Dictionnaire de l'Académie, Arnauld et Lancelot utilisent le mot art au sens de « technique » ou de « discipline » sans y associer aucune idée d'éloquence ou d'habileté rhétorique.
1

FURETIERE (A.) 1690 : Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français. Rééd. La Haye 1727, Republication G. Olms, 1972. [à la fin de 1684, il manifesta son intention de publier son propre dictionnaire, rival de celui de l’Académie, qu’il jugeait incomplet, le Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts , sur lequel il avait travaillé pendant quelque quarante ans. Il fut exclu de l’Académie, et, bien que le roi Louis XIV eût fait de son mieux pour le protéger - il lui avait d’ailleurs accordé un privilège royal pour son dictionnaire, Furetière passe désormais le plus clair de sa vie en polémiques avec ses anciens collègues. Son grand Dictionnaire, qui devait bientôt être reconnu comme plus complet et bien plus utile que celui de l’Académie, fut imprimé une première fois en Hollande, en trois volumes (1690).] 2 Le titre de l'ouvrage est de point de vue révélateur: Grammaire générale et raisonnée. 28

2. ÉTABLIR LES RÈGLES DU BON USAGE
La tradition lexicographique n'ayant pas toujours pris le soin de préciser en quel sens devait s'entendre le mot « art », on comprend que le mot se trouve volontiers associé non seulement à l'idée de bon usage, mais aussi à celle d'habileté, voire d'éloquence. Considérée du point de vue de celui qui parle, la grammaire liée à la notion de bon usage vise un ensemble d'instructions à connaître et à mettre en pratique. Considérée du point de vue du grammairien, la grammaire désigne l'établissement des règles du bon usage. C'est ainsi que depuis le milieu du XVIIe siècle s'est développé un courant qu'on appelle la grammaire d'usage, qui se donne pour objet de préciser les règles qu'il faut respecter si l'on veut, non pas se faire comprendre, mais marquer son appartenance à la catégorie de ceux qui « savent bien parler ». Un nom est associé à ce courant, celui de Vaugelas1 qui, en 1647, fit paraître un ouvrage intitulé Remarques sur la langue française utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire. Dans la préface, Vaugelas se défend de vouloir légiférer en matière d'usage. Il se présente comme un simple témoin qui enregistre des « arrêts » pris indépendamment de lui:
« Mon dessein n'est pas de réformer notre langue, ni d'abolir des mots, ni d'en faire, mais seulement de montrer le bon usage de ceux qui sont faits, et s'il est douteux et inconnu de l'éclaircir et de le faire connaître » (Paris, Champ libre, 1981, p. 9).

Quant au bon usage, Vaugelas le définit en corrélation directe avec l'organisation sociale: « C'est la façon de parler de la plus saine partie de la cour conformément à la façon d'écrire de la plus saine partie des auteurs du temps » . Pour illustrer cette conception normative de la grammaire, on peut citer quelques titres de Remarques particulièrement évocateurs, dont certains trahissent un glissement des règles du bon usage à celles du savoir-vivre ou plutôt de l'étiquette: • • En quels endroits il faut dire on et en quels endroits l'on. S'il faut dire si c'était moi qui eusse fait cela ou si c'était moi qui eût fait cela.

1

VAUGELAS CLAUDE FAVRE (seigneur de) (1585-1650). Ses Remarques sur la langue française, sont publiées en 1647. On ne peut dire que cet ouvrage constitue à proprement parler une grammaire; il s’agit plutôt d’une suite, assez libre, de remarques s’adressant aux « honnêtes gens ». L’auteur ne cherche pas tant à décrire ou à expliquer qu’à indiquer le bon usage, « la façon de parler de la plus saine partie de la Cour.» On peut considérer l’attitude de Vaugelas comme essentiellement normative: il dit le droit en fait de langage, il précise les frontières du goût. L’élégance de son travail, l’aisance polie de son discours ne sauraient masquer les insuffisances théoriques profondes des Remarques, œuvre d’honnête homme plutôt que de savant. 29

• • •

Quand la diphtongue oi doit être prononcée, comme elle est écrite ou bien en ai. Règle nouvelle et infaillible pour savoir quand il faut répéter les articles ou les prépositions tant devant les noms que devant les verbes. De l'usage et de la situation de ces mots: Monseigneur, Monsieur, Madame, Mademoiselle et autres semblables, dans une lettre ou dans un discours. Si en écrivant on peut mêler vous avec votre Majesté ou votre Eminence ou votre Altesse et autres semblables.

Le courant de grammaire d'usage s'est développé tout au long des XVIIIe et XIXe siècles. De nos jours, il est encore bien représenté, même si son influence a considérablement diminué. Innombrables sont les ouvrages qui relèvent de ce courant, lequel se distribue en un large éventail de tendances, du purisme étroit et crispé au libéralisme ouvert aux changements. En bref, on peut dire que la grammaire d'usage ou normative 1 s'intéresse aux points de la langue qui font difficulté, soit que l'usage en soit mal assuré, soit que la raison de l'usage soit peu claire. D'où la publication de nombreux « dictionnaires de difficultés ». Mais la grammaire d'usage ne peut négliger l'étude des règles générales, si bien que la plupart des ouvrages qui se réclament plus ou moins ouvertement de ce courant proposent également une description des règles de fonctionnement de la langue. C'est notamment le cas du célèbre ouvrage de Grevisse : Le bon usage.2 L'ambivalence du mot grammaire reflète donc l'existence, dès l'origine, de deux types d'intérêt pour la langue et en conséquence de deux grands courants: la grammaire d'usage et la grammaire dite raisonnée, qui vise à mettre à jour de manière systématique les principes organisateurs des unités linguistiques. Il faut préciser tout de suite que l'étude de ces principes n'est pas envisagée par les initiateurs de ce dernier courant comme indépendante de celle des règles qui président au fonctionnement de la pensée. Ce n'est pas un hasard si les auteurs de la Grammaire de Port-Royal étaient aussi des philosophes et des logiciens.

3. LA GRAMMAIRE: ÉTUDE DE LA LANGUE
Si la grammaire raisonnée s'intéresse à la langue de manière plus globale que la grammaire d'usage, cet intérêt est cependant sensiblement différent de celui que lui portent les grammairiens modernes. Héritière de la tradition latine, la grammaire raisonnée propose une description de la langue centrée sur les parties du discours (nom, verbe, pronom, adverbe, etc.). Par ailleurs, l'étude de la langue est placée d'emblée sous le patronage de la
1

2

Ce qu'on entend souvent par grammaire traditionnelle. GREVISSE (M.) 1969. Le Bon Usage. Grammaire française. Paris: Hatier. 30

philosophie et de la logique. Il est significatif à cet égard que le premier chapitre de la seconde partie de la Grammaire de Port-Royal soit intitulé « Que la connaissance de ce qui se passe dans notre esprit est nécessaire pour comprendre les fondements de la Grammaire; et que c'est de là que dépend la diversité des mots qui composent le discours ». Pour Arnauld et Lancelot en effet, c'est parce que les « objets de nos pensées » sont des choses (substances) ou des manières d'être (accidents) qu'existent les catégories du « nom substantif » (terre, soleil, eau, bois) et celle du « nom adjectif » (rond, rouge, dur, savant) et c'est parce que l'une des opérations fondamentales de notre esprit consiste à « juger », c'est-à-dire à « affirmer qu'une chose est telle ou n'est pas telle », que toute proposition est formée nécessairement de deux termes, « l'un appelé sujet qui est ce dont on affirme [...] et l'autre appelé attribut qui est ce qu'on affirme » (op. cit., p. 23-24). Tirant les conséquences de cette conception qui subordonne l'étude des faits de langue à la connaissance du fonctionnement de l'esprit humain, le grammairien-philosophe Beauzée 1, collaborateur de l'Encyclopédie, distingue deux grammaires: la grammaire générale proprement dite à laquelle il réserve l'appellation de Science grammaticale, « qui est la science raisonnée des principes immuables et généraux du Langage prononcé ou écrit dans quelque langue que ce soit », et les grammaires particulières qui ont pour objet d'appliquer à ces principes les « institutions arbitraires et usuelles d'une langue particulière ». Beauzée parle à leur propos d'« art »2. Dans une telle perspective, la langue n'est pas considérée comme un objet qui porte en lui les principes de sa propre rationalité, ceux-ci sont à chercher ailleurs, en l'occurrence dans les règles universelles qui gouvernent le fonctionnement de l'esprit humain. Le mot grammaire change de sens quand change l'objet étudié par le grammairien ou son point de vue sur la langue. Avec le XIXe siècle apparaît l'intérêt pour les modifications qui affectent les langues au cours du temps et
1

BEAUZÉE NICOLAS (1717-1789). Né à Verdun, Beauzée s’attache d’abord aux sciences et aux mathématiques avant de s’intéresser à la grammaire. Lorsque Dumarsais meurt en 1756, Beauzée lui succède à la rédaction des articles de grammaire de l’Encyclopédie . Il publie en 1767 sa Grammaire générale ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires pour servir à l’étude de toutes les langues qui lui vaut une médaille d’or de Marie-Thérèse d’Autriche et le poste de professeur à l’École royale militaire de Paris. C’est sans doute chez Beauzée que l’on peut trouver la synthèse la plus achevée et la somme la plus complète de l’acquis des diverses « grammaires générales » de son temps. On lui doit aussi un Dictionnaire de grammaire et de littérature qui comprend ses articles de l’Encyclopédie et les articles de littérature de Marmontel, les Synonymes de l’abbé Girard augmentés des synonymes de Duclos, Diderot, d’Alembert et de l’éditeur, qu’il publie en 1780. On lui doit également une Exposition abrégée des preuves historiques de la religion chrétienne (1747), enfin des traductions de Salluste et de Quinte-Curce (Histoire d’Alexandre le Grand). 2 Voir à ce propos la Grammaire générale ou exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage, pour servir de fondement à l'étude de toutes les langues. Nouvelle impression en facsimilé de l'édition de 1767, Stuttgart, F. Frommann Verlag, 1974. 31

pour leurs liens de parenté. A côté de la grammaire d'usage ou normative et de la grammaire raisonnée se développent la grammaire historique et la grammaire comparée. Puis c'est le point de vue sur l'objet qui change. Selon F. de Saussure (1857-1913), la langue est un système qu'il faut appréhender dans son fonctionnement à un moment donné du temps et qui trouve en luimême son principe d'explication; il n'y a pas lieu de le chercher ailleurs, en particulier dans la psychologie ou dans la logique. La grammaire devient alors descriptive et synchronique. Corrélativement, le rôle du grammairien change ; ainsi dans sa préface à la Grammaire Larousse du XXe siècle F. Gaiffe indique que:
« Tout d'abord simple "greffier de l'usage", [le grammairien] est devenu un philosophe qui prétendait imposer une logique inflexible aux faits du langage, puis un historien qui suivait dans leur enchaînement les transformations d'un idiome, enfin une sorte de naturaliste qui observe et décrit dans son ensemble l'état d'une langue à une époque donnée, sans en négliger les origines ni les tendances, mais sans vouloir juger celles-ci ni se targuer de les modifier »1.

4. LA GRAMMAIRE: ENSEMBLE DE RÈGLES
À cette problématique de l'élément et du système qui domine le développement de la grammaire d'inspiration saussurienne, et plus largement structuraliste, pendant la première moitié du XXe siècle, s'oppose une autre problématique fondée, elle, sur le concept de règle. Selon Noam Chomsky, la langue ne se définit pas tant comme un système d'éléments que comme un ensemble de phrases dont les principes de construction sont à dégager. La notion centrale n'est plus celle d'élément ou d'unité, ni de système et de rapports, mais celle de règle. L'objet à décrire est non pas la langue mais la grammaire, conçue comme un ensemble fini de règles (phonologiques, morphologiques, syntaxiques et sémantiques) capables d' « engendrer » ou de « générer », c'est-à-dire de décrire de manière explicite et exhaustive la relation forme/sens pour chaque phrase de la langue. C'est pourquoi une telle grammaire reçoit le qualificatif de générative (l'adjectif transformationnel fait allusion à la nature d'un certain type de règles). Le mot grammaire prend donc une nouvelle acception, que les auteurs du GR présentent en ces termes: « Ensemble des structures et des règles qui permettent de produire tous les énoncés d'une langue et seulement ceux-ci. » Une telle approche n'est pas cependant en rupture avec celle du structuralisme, du moins avec celle du structuralisme américain tel qu'il a été développé aux Etats-Unis sous l'influence du linguiste Z. Harris. La notion de distribution mise en avant par ce dernier permet de faire un lien, dans une certaine mesure entre la problématique de l'élément/système et celle de la règle. En effet, Harris
1

Citation prise dans Le Grand Robert - Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. 32

assigne comme but à la description d'une langue de caractériser les éléments par leur distribution, c'est-à-dire par la somme de tous les environnements dans lesquels ils peuvent apparaître. Or, dans la mesure où les environnements sont « typiques », c’est à dire correspondent à des classes de substitution, la caractérisation distributionnelle des éléments n'est rien d'autre que l'établissement des règles qui définissent les conditions d'emploi des éléments. La notion de règle perd le caractère normatif qu'elle avait dans la grammaire traditionnelle pour s'enrichir d'un contenu plus objectif, plus descriptif: la règle est l'expression d'une régularité observée. La conception de la grammaire comme ensemble de règles explicites n'est pas l'apanage des seuls « générativistes ». Elle est partagée par de nombreux linguistes, qui l'expriment éventuellement sous une forme très différente de celle que proposent les tenants de la grammaire générative; et elle peut se trouver rattachée à des théories par ailleurs fort éloignées de celle que défend N. Chomsky. Ainsi, A. Culioli (1990, p. 28)1 assigne pour tâche au grammairien de rechercher quelles sont les opérations qui permettent de rendre compte de l'ambiguïté, de la paraphrase, et des contrastes d'acceptabilité entre phrases. Qu'on les appelle règles ou opérations, peu importe. Il s'agit bien de mettre à jour les principes sous-jacents au fonctionnement d'une langue. Chez les structuralistes eux-mêmes, une telle conception de la grammaire n'a pas été ignorée. C'est ainsi que Tesnière (1893-1954), réagissant contre la toute-puissance de la morphologie héritée de la grammaire comparée, a élaboré une « syntaxe structurale » qui vise à saisir l'ensemble des « connexions », des rapports de dépendance qui unissent les différents mots dans les phrases. Quant à Guillaume (18831960), s'il n'a pas cessé, à la suite de Saussure et de Meillet (1866-1936), de mettre la notion de système au centre de sa réflexion, c'est que pour lui ce terme ne désigne pas autre chose que l'ensemble des « mécanismes créateurs » qui rendent raison des faits linguistiques. « Démontrer, prouver que la langue est un système, déceler sous le désordre apparent des faits linguistiques, sous leur contradiction sensible l'ordre secret qui en est la trame »2, tel est l'objectif qu'il a toujours poursuivi. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi, la précédente définition du mot grammaire fait figurer à la fois les mots « règle » et « structure ».

5. GRAMMAIRE: SENS PAR MÉTONYMIE ET PAR ANALOGIE
Dès le XVIIe siècle, le mot grammaire a été employé pour désigner un livre, un traité, un manuel (de grammaire). Les dictionnaires du XVIIe siècle signalent cet emploi, par exemple le dictionnaire de Furetière: « On appelle
1 2

CULIOLI (A.) 1990. Pour une théorie de l'énonciation. Paris: Ophrys. GUILLAUME (G.) 1973. « La langue est-elle ou n'est-elle pas un système ? ». in: Langage et science du langage. Paris: Nizet (pp. 221). 33

une grammaire un livre qui contient les règles de la grammaire de chaque langue ». Cette extension de sens est habituellement rapportée à la métonymie1 mais la métonymie peut fonctionner aussi comme un opérateur sémantique permettant la construction de nouvelles acceptions. C'est ainsi que le mot grammaire a pu prendre le sens de « livre de grammaire » parce qu'il existe un « rapport constant » de type contenu à contenant entre la discipline qu'est la grammaire et l'objet livre qui la contient. Pour l'usage courant, un livre de grammaire est un « ouvrage didactique qui décrit les éléments, les procédés d'une langue et qui formule les règles d'un usage correct de celle-ci » selon le Trésor de la langue Française (TLF) 2. C'est au XIXe siècle qu'apparaît une autre acception du mot grammaire, construite, elle, par analogie. Stendhal aurait le premier employé l'expression grammaire musicale dans son livre sur Rossini (1ère éd. 1823)3. Dans le cas présent, le processus est simple à décrire: le mot grammaire signifiant « ensemble des règles d'une langue », on a étendu l'emploi du mot à n'importe quelle entité dont le fonctionnement ou la mise en pratique repose sur un ensemble de règles, ainsi par analogie, grammaire signifie « ensemble des principes et des règles qui président à l'exercice d'un art » (TLF).

6. GRAMMAIRE ET MOT DÉRIVÉS
On peut distinguer d'abord un ensemble de mots anciens plus ou moins isolés, parmi lesquels: grammate (le scribe, le greffier), grammatiste (dans l'Antiquité grecque ce terme désignait celui qui « apprenait à lire et à écrire aux jeunes enfants ») il se disait encore au XIXe siècle, selon le Littré, le grammatiste est « ordinairement, par dénigrement, celui qui enseigne, qui fait profession d'enseigner la grammaire et qui ne voit rien d'autre que les règles matérielles ». On note également le mot grammairerie, c’est à dire « [l’] endroit où l'on fait de la grammaire »), les mots grammatique (ou grammatical) et grammatiquement (ou grammaticalement), le terme agrammatisme (forme d'aphasie, trouble de l'agencement syntactique des mots), celui de grammatologie (d'après le Littré, il s’agit d’un « traité des lettres, de l'alphabet, de la syllabation, de la lecture et de l'écriture »)4 et enfin
1

Terme de rhétorique qui désigne une figure de style consistant à employer un mot pour un autre lorsque entre les notions correspondantes existe un « rapport constant » selon DARMESTETER 1979. La vie des mots. Paris : Champ libre; [éd. Originale 1887, rééd. 1979, p. 39]. 2 Institut National de la langue française, Dir. de publ. IMBS (P.) 1982. Trésor de la langue française - Dictionnaire de la langue du XIXe et XXe siècle (1789-1960). Paris: Gallimard, éds du CNRS. 3 STENDHAL 1992. La vie de Rossini. Paris: Gallimard. (édition originale 1823). 4 L'analyse grammatologique, est-il précisé, « consiste à faire connaître les lettres, les syllabes, les signes orthographiques » Le terme aujourd'hui tombé en désuétude, a donné son titre à un ouvrage du philosophe J. Derrida, comme le rappelle le GR. Mais le lexicographe ne précise pas si le 34

le mot grammatiser au sens de « faire de la grammaire » ou « rendre grammatical », terme d’ailleurs qui refait apparition dans la didactique des langues. Le dérivé le plus direct de grammaire est le substantif-adjectif grammairien. Le contenu de ce mot a connu les fluctuations de sens du terme grammaire lui-même, puisqu'un grammairien est défini comme « celui qui s'adonne à la grammaire ». D'où les connotations déjà signalées. Au XVIIIe siècle, Du Marsais1 s'efforçait de distinguer le sens de grammairien de celui de grammatiste alors plus répandu qu'aujourd'hui. La définition qu'il propose apporte un éclairage intéressant sur l'histoire du mot grammaire. Après avoir rappelé que, selon Quintilien2, un grammairien doit être « philosophe, orateur, avoir une vaste connaissance de l'histoire, être excellent critique et interprète judicieux des anciens auteurs et des poètes » et même « ne doit pas ignorer la musique », Du Marsais ajoute: « Tout cela suppose un discernement juste et un esprit philosophique, éclairé par une saine logique et une métaphysique solide ». D'où l'opposition entre grammatiste et grammairien :
« Ceux qui n'avoient pas ces connoissances et qui étoient bornés à montrer, par état, la pratique des premiers élémens des lettres étoient appelés grammatistes. Aujourd'hui on dit d'un homme de lettres qu'il est bon grammairien, lorsqu'il s'est appliqué aux connoissances qui regardent l'art de parler et d'écrire correctement ».

Et Du Marsais de préciser:
« Mais s'il ne connoît pas que la parole n'est que le signe de la pensée, que par conséquent l'art de parler suppose l'art de penser; en un mot, s'il n'a pas cet esprit philosophique qui est l'instrument universel, et sans lequel aucun ouvrage ne peut être conduit à la perfection, il est à peine grammatiste ».3

Si le mot grammatiste est tombé en désuétude, les grammatistes, eux, n'ont pas disparu, de là l'équivoque dont souffre le mot grammaire. Dernier groupe de mots apparentés au mot grammaire, ceux qui sont dérivés de l'adjectif grammatical (emprunté au latin grammaticalis) : grammaticalement (XVIe siècle), grammaticalisé (antérieur, selon le GR, à grammaticaliser), grammaticalisation (milieu du XXe siècle), grammaticalité, auquel il faut ajouter agrammatical et agrammaticalité. Précisons d'abord le
fondateur de la « science générale de l'écriture dans ses implications philosophiques et sémiologiques » a fait école et si l'emploi de grarnmatologie s'est généralisé avec cette acception. 1 MARSAIS CÉSAR CHESNEAU sieur Du (1676-1756). Oratorien, puis avocat à Paris, Du Marsais fut précepteur dans plusieurs familles nobles avant de publier sa Méthode raisonnée pour apprendre la langue latine et en 1730 Du traité des tropes, ou des différents sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue. Diderot et d’Alembert font appel à lui pour rédiger les articles de grammaire de l’Encyclopédie, dont le premier volume sort en 1751. Du Marsais est l’auteur notamment des articles « Césure », « Citation », « Conjugaison », « Consonance » et « Construction ». 2 QUINTILIEN [MARCUS FABIUS QUINTILIANUS (30-96)] 3 Mélanges tirés de 1'Encyclopédie, in: Les véritables principes de la grammaire. Paris: Fayard, 1987 (pp. 633-634). 35

sens de grammaticaliser : « conférer à un mot un statut de morphème », ainsi, comme le rappelle le GR, le nom latin mens, mentis s'est grammaticalisé en français pour donner le suffixe adverbial -ment. P. Guiraud (cité par le TLF) rappelait de son côté que les fonctions se sont grammaticalisées dans les langues à cas, alors qu'elles sont marquées par l'ordre des mots dans les langues non casuelles. La grammaticalisation est donc le processus par lequel un mot acquiert le statut de mot grammatical ou de morphème: ainsi point et pas ont subi une grammaticalisation lorsqu'ils sont devenus membres des locutions négatives ne... point et ne... pas. Quant à l'adjectif grammatical, il exprime une relation (ce qui est relatif à la grammaire) ou indique une qualité (ce qui est conforme aux règles de la grammaire) selon le nom auquel il se rapporte. C'est dans ce deuxième sens qu'avec le développement de la linguistique chomskyenne, qui assigne pour but à la grammaire de formuler les règles engendrant toutes et rien que les phrases grammaticales d'une langue, la définition de ce terme (sur lequel a été construit le substantif grammaticalité) est devenu l'enjeu d'un débat théorique sur lequel nous reviendrons plus loin. Il ne faut pas attendre d'une enquête lexicographique une description exhaustive et parfaitement objective de l'histoire et des emplois d'un mot. Il n'existe pas un dictionnaire mais plusieurs: on a pu voir au cours de ce bref exposé se faire jour certaines différences. Le lexicographe tient sur la langue un discours construit, tributaire de ses engagements théoriques et idéologiques, ce n'est pas une reproduction de la langue réelle1. L'image, ou plutôt les images qu'on a tenté de cerner, ne correspondent pas parfaitement à la réalité extrêmement complexe et changeante de l'usage du mot grammaire. Toutefois, cette rapide enquête a permis de mettre en évidence l'ambivalence du mot grammaire ou plutôt son caractère plurivoque, de saisir certains aspects de son évolution, de mieux comprendre les connotations négatives qui lui sont attachées, de mesurer aussi l'importance de sa position dans le champ qu'il occupe concurremment avec le mot linguistique2.

1

Comme l'écrivent J. DUBOIS ET F. DUBOIS-CHARLIER: « ... Ies dictionnaires ne sont pas une description d'un français idéal [...] ils correspondent seulement à l'idée que le lexicographe se fait de la langue et ils dépendent de l'avancement des sciences, et en particulier de la linguistique ellemême. Chacun d'entre eux est une tentative particulière de décrire un objet, ils ne peuvent être confondus abusivement avec cet objet: c'est pourtant cette confusion qui est à la base de leur caractère mythifiant et mystifiant » (DUBOIS (J.) & DUBOIS-CHARLIER (F.) 1990. « Incomparabilité des dictionnaires ». in: Langue Française. Paris: Larousse, 87, pp. 10). 2 Le premier est sémantiquement et morphologiquement beaucoup plus riche que le second. 36

CHAPITRE

III
GRAMMAIRES PARTICULIÈRES ET GRAMMAIRE UNIVERSELLE

1. GRAMMAIRE ET LINGUISTIQUE: OSCILLATIONS TERMINOLOGIQUES
Depuis son apparition dans notre langue, au début du XIXe siècle jusqu'à la fin de ce même siècle, le terme de linguistique désignait, rappelons-le, l'étude historique et comparative des langues1. C'est avec Bréal et Saussure qu'il prit le sens nouveau de « description d'un état de langue considéré comme un système ». En France, comme en Allemagne un siècle plus tôt, le mot avait donc une fonction polémique; son emploi dénotait la prétention d'une discipline nouvelle à s'affirmer dans le champ scientifique à côté de disciplines déjà installées et hégémoniques. Tant que l'existence de cette nouvelle discipline n'a pas été assurée, et dans les premiers temps de sa reconnaissance, ses adeptes ont préféré le terme de linguistique à celui de grammaire. Le premier bénéficiant de connotations positives (nouveauté, audace, rigueur...), il revenait au second de fonctionner comme terme repoussoir. La situation a changé lorsque la légitimité scientifique de cette nouvelle approche des faits de langue n'a plus été mise en doute. Il faut savoir que le mot grammaire a toujours été employé, y compris par Saussure. On peut ainsi lire dans le Cours de Linguistique Générale2 :
« La linguistique statique ou description d'un état de langue peut être appelé grammaire, dans le sens très précis, et d'ailleurs usuel, qu'on trouve dans les expressions "grammaire
1

Linguistique est présenté dans le Grand Dictionnaire de la Langue Française (GDLF) comme un dérivé de Linguiste (terme attesté au XVIIe puis repris à partir de 1823). Il aurait été introduit un français à partir de l’allemand Linguistik. 2 SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Edition critique préparée par TULLIO DE MAURO, Paris: Payot, pp.185 37

du jeu d'échecs", "grammaire de la Bourse", etc., où il s'agit bien d'un objet complexe et systématique mettant en jeu des valeurs coexistantes ».

Actuellement, l'étude synchronique des états de langue étant bien établie comme discipline autonome, l'emploi du mot linguistique de préférence à celui de grammaire n'est plus lié, pour beaucoup de linguistes qui s'intéressent méthodiquement aux faits de langue, à un véritable enjeu. On observe toutefois une tendance dans la répartition des emplois. Le mot linguistique est de préférence utilisé lorsqu'il s'agit d'énoncer les caractéristiques générales de toutes les langues ainsi que les principes et méthodes qui fondent l'approche des faits de langue, tandis que celui de grammaire est plutôt réservé aux descriptions des langues particulières. C'est dire que si le grammairien est moins théoricien que le linguiste, rien de ce qui relève de la linguistique ne lui est cependant étranger. Toutefois pour certains linguistes, le mot grammaire reste synonyme de « non-scientificité » :
« La linguistique désire être une science. En dehors de ce désir, elle n'a aucun statut et n'a plus qu'à se confondre avec les pratiques, après tout fort anciennes et fort estimables, qu'on regroupe sous le nom de grammaire ».1

D'autres justifient le choix exclusif du terme linguistique par l'étroitesse du lien qui relie l'étude du langage en général et celle des langues particulières. Ainsi A. Culioli définit la linguistique comme la discipline « qui étudie le langage à travers la diversité des langues naturelles »2. Il convient donc de préciser la spécificité de chacun des champs dont s'occupent respectivement la linguistique et la grammaire. On s'attardera ensuite quelque peu sur l'emploi du mot grammaire dans la théorie chomskyenne, dans la mesure où celle-ci a incontestablement modifié la situation de ce vocable dans le champ sémantique qu'il partage avec son concurrent.

2. LINGUISTIQUE: ÉTUDE DES PROPRIÉTÉS COMMUNES
Même lorsqu'il n'est pas accompagné de l'adjectif « général(e) » ou « théorique », le mot linguistique est volontiers employé pour désigner la science qui étudie les propriétés communes à l'ensemble des langues naturelles, c’est à dire des langues parlées par les êtres humains. On peut retrouver ainsi plusieurs approches.

1 2

MILNER (J.-C.) 1989. Introduction à une science du langage. Paris: Seuil (pp. 9). CULIOLI (A.) 1990. Pour une linguistique de l’énonciation. Paris: Ophrys. 38

2.1. TYPOLOGIE DES SYSTÈMES SÉMIOLOGIQUES
Il s’agit ici de définir les propriétés communes à toutes les langues naturelles en tant qu'elles sont des systèmes de signes et qu'elles s'opposent aux autres systèmes de signes non linguistiques, par exemple les langages artificiels, différents codes, les langages artistiques ; et aux systèmes de signes employés par les animaux. L'arbitraire et la linéarité du signe (en d’autres termes sa réalisation sur l'axe du temps), le caractère discret (ou discontinu) des unités de première et de deuxième articulation, semblent bien participer de la définition d'une langue naturelle, à quoi s'ajoute, selon N. Chomsky, la créativité à laquelle donne lieu son exercice. A la suite de Saussure, on appelle sémiologie la discipline qui étudie ce type de propriétés1.

2.2. TYPOLOGIE DES LANGUES
Les propriétés qui permettent de classer les langues en types. Véritablement inaugurée par les comparatistes du XIXe siècle sur la base de considérations en principe non historiques, la classification des langues ou typologie a connu bien des vicissitudes. Elle n'a pas toujours su se libérer de l'emprise de l'évolutionnisme qui conduit à hiérarchiser les types selon une idée a priori de progrès ou de dégénérescence, ni faire abstraction de la proximité géographique. La distinction des quatre types établie par les comparatistes: langues flexionnelles comme le latin ou l'allemand, dans lesquelles un même morphème amalgame plusieurs marques, langues agglutinantes comme les langues ouraliennes, où toutes les relations grammaticales s'expriment par les suffixes, langues isolantes, où les relations sont marquées par l'ordre des mots ou par l'adjonction de mots autonomes (comme le français), langues synthétiques, comme l'esquimau, dont les mots sont de véritables phrases, n'est plus actuellement reçue sans réserves. Comme l'écrit C. Hagège (1990)2 :
« (...) en réalité, les langues sont des complexes de structures évolutives [...] elles accusent très normalement des traits qui relèvent de plus d'un type à la fois ».

Le problème de la classification des langues est donc loin d'être réglé. « Les typologies les plus récentes », fait remarquer encore C. Hagège (1990 ; p. 8), « si elles sont clairement synchroniques, sont fondées sur la structure du mot. Or il s'agit d'un critère incertain ».
1

Voir PRIETO (L.) 1975. Pertinence et pratique. Paris: Minuit et PRIETO (L.) 1975. Etudes de linguistique et de sémiologie générale. Genève: Droz. 2 HAGEGE (C.) 1990. La structure des langues. Paris : P.U.F. (rééd.) ; Coll. “Que sais-je ?”, p. 8. 39

2.3. LES UNIVERSAUX DU LANGAGE
Les propriétés de forme et de substance; c'est la recherche de ce que certains appellent les universaux et que d'autres préfèrent nommer tendances. Question également très controversée. Existe-t-il des universaux de substance ? S'il s'agit par exemple des catégories Verbe et Nom, il est douteux qu'on parvienne à en prouver l'existence universelle. Mais il est peu probable qu'une seule langue au monde ignore l'opposition argument/prédicat. La réponse dépend donc du contenu qu'on met sous les termes. Quant aux universaux de forme, ils désignent soit des propriétés des langues, soit des propriétés des grammaires qui décrivent les langues. Selon N. Chomsky, les grammaires des langues naturelles présentent des propriétés communes: organisation de l'ensemble du modèle de description, types de règles, etc. Les universaux formels attachés aux langues ellesmêmes peuvent correspondre, dans la problématique chomskyenne, a des principes très généraux comme ceux qui règlent les rapports anaphore/antécédent (étant précisé que ces principes sont « paramétrisés », en d’autres termes qu'ils se réalisent différemment selon les langues). Mais d'autres linguistes entendent par universaux de forme un ensemble de caractéristiques, repérées statistiquement, concernant la structure phonologique et qui se partagent en traits « récessifs » et en traits « dominants »: ainsi l'opposition consonne sourde/consonne sonore est très répandue, alors qu'il est rare qu'une langue possède plus de consonnes nasales que de consonnes occlusives.

2.4. LES CONDITIONS MÉTHODOLOGIQUES DE L’ÉTUDE DES LANGUES
La linguistique générale a aussi à définir les conditions méthodologiques de l'étude des langues naturelles en diachronie et en synchronie, qu'il s'agisse de langues vivantes ou de langues mortes ou en voie de disparition, ou de langues sans écriture1. Elle doit également se prononcer sur l'utilisation des moyens technologiques mis à sa disposition: appareils de phonétique expérimentale et acoustique, matériel informatique permettant le dépouillement d'enquêtes et le traitement des données; elle doit enfin réfléchir à la pertinence des outils statistiques.

1

A ce propos, voir les réflexions de MILNER (J.-C.) sur les questions de méthodes en linguistique synchronique, dans MILNER (J.-C.) 1989. Introduction à une science du langage. Paris: Seuil. 40

3. GRAMMAIRES ET DESCRIPTIONS DES LANGUES PARTICULIÈRES
Il revient donc, plus modestement, à la grammaire de fournir une description des diverses langues particulières. On parle du reste plus volontiers de grammaire du français que de linguistique du français. Mais qu'est-ce que la description d'une langue naturelle ? Nous reviendrons plus en détail sur cette question mais il est utile d'apporter dès maintenant un premier élément de réponse à cette question. Le clivage entre les grammairiens actuels, ceux qu'on peut appeler « modernes » d'un côté et « traditionnels » de l'autre, peut être ramené dans une large mesure à une différence concernant la manière d'interpréter le verbe décrire . Par décrire une langue on peut entendre en effet deux choses: il s'agit ou bien de répertorier de manière plus ou moins organisée un ensemble de faits structurels, d'opérer quelques mises en relation et de dégager des règles approximatives et formulées de manière imprécise, ou bien d'examiner de manière systématique l'ensemble des faits, de chercher à découvrir tous les liens qui les rattachent entre eux et de formuler des règles entièrement explicites à l'aide d'un métalangage dont les termes sont univoquement définis. Dans le premier cas, on peut prétendre décrire une langue dans son ensemble, dans le second, étant donné l'étendue des faits à examiner et la complexité des relations à dégager, il faut se contenter d'élaborer des « fragments de grammaire ». Il n'existe pas en effet, à l'heure actuelle, du français ni de toute autre langue, une description qui soit exhaustive. Cela ne tient pas seulement à l'étendue du domaine d'investigation, et au fait que la plupart des relations pertinentes se dérobent à une observation superficielle, mais aussi à ce qu'aucun grammairien ne dispose d'une théorie linguistique achevée. Lorsqu'un ouvrage porte le titre de Grammaire française ou de Grammaire du français, on peut donc s'attendre à ce qu'il s'agisse d'une description qui prétend être exhaustive mais qui en réalité ne l'est pas et qui n'est pas explicite (que la terminologie soit moderne, ou traditionnelle importe peu). Lorsque l'ouvrage présente une description à portée explicative, le terme de grammaire est généralement accompagné d'un sous-titre indiquant le secteur de la langue étudiée1, ou bien le mot grammaire est construit avec un complément fournissant cette indication, par exemple: Grammaire des insultes, de N. Ruwet 2. Bien entendu, le mot grammaire ne figure pas dans le titre de toutes les études grammaticales qui s'inspirent des principes de la linguistique. La langue reposant sur la mise en relation de la forme et du sens, la grammaire ne se limite pas, comme c'était le cas dans la conception
1

Par exemple: GROS (M.) 1968. Grammaire transformationnelle du français: syntaxe du verbe. Paris: Larousse. GROS (M.) 1977. Grammaire transformationnelle du français: syntaxe du nom. Paris: Larousse. GROS (M.) 1990. Grammaire transformationnelle du français: syntaxe de l'adverbe. Paris: Cantilène. 2 RUWET (N.) 1982. Grammaire des insultes. Paris: Seuil. 41

traditionnelle, à la syntaxe et à la morphologie. Faire de la grammaire, c'est étudier la langue sous n'importe lequel de ses aspects. Une grammaire véritablement complète d'une langue devrait fournir une description exhaustive et approfondie de tous les phénomènes de forme et de sens et de leurs interrelations. Les mots grammaire et linguistique fonctionnent dans cette perspective comme un couple d'éléments solidaires et non pas antagoniques, si du moins par grammaire on entend « discipline qui a pour vocation de décrire les langues naturelles selon les principes de la linguistique ».

4. GRAMMAIRE ET LANGUE
Le choix de l'expression grammaire générative indique l'importance accordée par N. Chomsky au concept de grammaire. Celui-ci, à la suite des grammairiens de Port-Royal, souligne I'ambiguïté du terme: la grammaire d'une langue désigne soit la connaissance intériorisée que les sujets parlants ont de leur langue, connaissance dont ils n'ont généralement pas conscience, soit la description que le linguiste donne de cette connaissance intériorisée ou compétence (à la compétence s'oppose la performance qui est la mise en œuvre de la connaissance intériorisée). Avec la théorie générative est apparu un nouveau type d'approche consistant à produire un modèle logicomathématique universel dont on pourrait faire dériver la totalité des langues existantes. La construction d'un tel modèle qui doit sa légitimation dans la théorie des systèmes et langages formels1, a également donné naissance à la grammaire générative applicative du Soviétique S.-K. Saumjan2.
1

Un système formel est un système construit au moyen: 1) d'un alphabet de symboles, 2) de règles explicites de formation permettant d'engendrer des suites de symboles bien formées (c'est à dire conformes à certaines exigences données au départ). Les Grammaires formelles partent des ressemblances qui existent entre un système formel (quelquefois appelé « langage ») et une langue naturelle (les expressions bien formées sont aussi appelées « phrases »), certaines grammaires formalisent (explicitent et rigorisent par un système formel) la description des langues naturelles, le plus souvent au plan syntaxique mais parfois aussi aux plans phonologique et sémantique pour quelques-unes d'entre elles. [GALISSON (R.) & COSTE (D.) 1976. Dictionnaire de didactique des langues. Paris: Hachette.] 2 Le modèle applicationnel qui utilise la logique combinatoire comprend deux niveaux : le génotype et le phénotype. Le système génotype a pour opération fondamentale l’application (d’où le nom du modèle). Le langage génotype est une partie du système génotype. Il est construit pour rendre compte d’observations sur le fonctionnement des langues naturelles et se présente comme une théorisation de la description linguistique. Cependant, il est indépendant de toute langue naturelle et apparaît comme un métalangage de description des langues. La construction du système génotype se fait à partir d’épisémions et de sémions. Un épisémion est une catégorie. Saumjan pose deux épisémions de base : le nom et la proposition. Un sémion est un objet représentant une certaine catégorie. L’ensemble de tous les sémions de même catégorie constituent une classe. Pour délimiter le langage génotype à l’intérieur du système génotype, Saumjan introduit : un système casuel abstrait accompagné de traits sémantiques ; un système d’opérateurs de prédication ; un ensemble 42

L'organisation du modèle échappe en principe à toute considération linguistique pour se situer au seul niveau des objets théoriques abstraits. Il ne devrait en fait trouver sa légitimation que dans la cohérence de l'outil logicomathématique utilisé. Pour N. Chomsky, la faculté de langage est une des facultés de l'esprit. La structure de celui-ci étant « modulaire » (système de sous-systèmes en interaction), chacune a ses propriétés particulières. La faculté de langage consiste en premier lieu en une connaissance de la grammaire. Dans cette perspective, le concept de langue devient secondaire et « peu intéressant »: il s'agit d'un simple « épiphénomène ». D'une part, parce qu'il est empiriquement peu clair (le critère d'intercompréhension qui fonde la notion de langue est incertain et chacun sait que la frontière est mouvante entre langue et dialecte); d'autre part, parce qu'il est évident que la créativité du langage, en d’autres termes l'aptitude de tout sujet parlant à produire des discours appropriés à des situations éventuellement toutes nouvelles et à comprendre les autres quand ils en font autant, relève de la compétence et non de la langue elle-même, entendue comme l'ensemble infini de tous les énoncés. On voit qu'il y a là une sorte de glissement par rapport à la terminologie saussurienne: grammaire semble prendre la place de langue et langue celle de faits de parole ou de discours.

5. LA GRAMMAIRE UNIVERSELLE
Caractériser la faculté de langage, c'est construire la Grammaire Universelle: « Ensemble de principes qui spécifie la variété des grammaires possibles ». Ces principes, selon N. Chomsky, font partie du bagage dont l'individu est pourvu à sa naissance; ils sont innés; de plus ils sont ancrés biologiquement. Grâce à ces principes, sur la base de l'expérience à laquelle il est soumis, l'individu construit la grammaire de sa propre langue. Il acquiert la compétence de sa langue maternelle. Les positions innéistes de N. Chomsky ont soulevé, on s'en doute, de vives discussions et davantage encore l'affirmation selon laquelle les principes de la Grammaire Universelle sont « biologiquement nécessaires »1. Quoi qu'il en soit, soulignons l'étroite
d’axiomes et de règles qui forment la « sémantique formelle » du langage génotype. La méthodologie de sa grammaire applicationnelle est explicitée dans A Semiotic Theory of Language (1987). 1 Ce postulat d'innéité du Langage n'apparaît que tardivement dans les écrits Chomskyens, il faudra attendre Le Langage et La pensée pour qu'apparaissent quelques précisions sur la nature et l'étendue de ces prédispositions innées de l'enfant. N. Chomsky y affirme tout d'abord que tout esprit humain dispose d'une structure innée, qui lui permet de construire une grammaire à partir des données qui lui sont fournies par l'environnement. Cette structure est « essentiellement indépendante de l'intelligence »; en effet malgré les différences d'intelligence, de conditions d'apprentissage, de niveau socio-économique, etc. « les grammaires qui sont effectivement construites ne varient que peu chez les locuteurs d'une même langue ». Extrait de N. Chomsky. Language and Mind, New York, Harcourt, Brace & World Inc. 1968. Le Langage et la pensée. Paris: Payot (trad. fr. 1970). 43

solidarité qui est affirmée entre grammaire universelle et grammaires particulières et la remise à l'honneur du terme grammaire. L'importance prise corrélativement par la notion de grammaticalité consacre la place centrale du concept de grammaire dans la théorie chomskyenne.

44

CHAPITRE

IV
GRAMMAIRE: CONDITIONS PRÉALABLES ET RÈGLES

Pour que le terme grammaire soit employé avec un minimum de signification, il faut que soient réunies un certain nombre d’hypothèses ou de conditions préalables.

1. LES CONDITIONS D’EFFECTUATION
« Tout ne peut pas se dire » affirme Milner J.-C. (1982)1. En d’autres termes, il y a « un différentiel dans les données de langue ». Ce différentiel est généralement présenté sous la forme d’une opposition correct vs incorrect. Autrement dit, la proposition de grammaire, dans sa forme générale, consiste en un jugement de la forme : « cette donnée est correcte » vs « cette donnée est incorrecte ». Le sujet de ce jugement est une production de langue; le prédicat est constitué par le différentiel choisi. On peut imaginer d’autres oppositions: acceptable / inacceptable, grammatical / agrammatical, etc. Ces oppositions ont généralement ceci de commun: a ) qu’elles sont bipolaires (qu’elles soient à deux degrés ou à plusieurs degrés, la classification se fait entre deux pôles) ; b ) qu’elles sont évaluatives (des deux pôles entre lesquels se situe la différenciation, l’un est positif, l’autre est négatif) ; c ) qu’elles ont la forme logique de la norme (autrement dit, les données affectées d’un signe négatif peuvent parfaitement être réalisées). Cela veut dire que le jugement « ceci ne se dit pas » est un jugement modal: « ceci se dit, mais ne doit pas se dire ». Voilà selon Milner J.-C. (1995)2 « ce
1 2

MILNER (J.-C.) 1982. Ordres et raisons de langue. Paris: Seuil. MILNER (J.-C.) 1995. « Grammaire ». in: Encyclopédie Universalis. Paris (vol. 10-603b). 45

qu’on décrit quand on dit que le jugement grammatical est normatif ». Cette première condition générale nous semble acceptable en ces termes, en ce sens qu’elle renvoie tout jugement grammatical à une ou des norme(s) linguistiques, la norme étant elle-même définie par et inscrite dans le cadre général d’une théorie explicite ou implicite du langage. En revanche nous nous montrerons plus critiques sur la position de Milner J.-C. qui concerne les conditions d’attribution d’un prédicat différentiel.

2. LES CONDITIONS D’ATTRIBUTION D’UN PRÉDICAT DIFFÉRENTIEL
En effet quand Milner J.-C. (Ibid) affirme [que] :
« Le prédicat différentiel (correct/incorrect) peut être attribué, dans la généralité des cas, de manière entièrement interne à la langue. Autrement dit, il est possible d’étudier les données de langue en les déconnectant des situations particulières et toujours changeantes des actes d’énonciation. Ainsi, l’on peut évaluer une phrase en elle-même, sans rien savoir de celui qui l’énonce, sans même supposer qu’elle soit énoncée par un sujet particulier, adressée à un sujet particulier, dans des circonstances particulières. Ce n’est pas que parfois cette information ne se révèle nécessaire, mais elle ne l’est pas communément. Cette hypothèse ne va pas du tout de soi, et elle est contredite par l’apparence. Pourtant, toutes les grammaires la supposent: c’est pourquoi elles se permettent de raisonner sur des exemples qui, par définition, sont constitués d’énoncés séparés de l’acte d’énonciation qui éventuellement les aurait produits. Ce trait est évident lorsque la grammaire raisonne sur des exemples inventés; il ne l’est pas moins quand elle raisonne sur des exemples réels : ceux-ci ne requièrent pas en effet que le grammairien ou le lecteur de la grammaire reproduisent dans leur intégralité les circonstances (s’il s’agit d’un exemple emprunté à la vie courante) ou le contexte (s’il s’agit d’un exemple tiré d’un texte) d’origine ».

Nous pensons devoir émettre certaines réserves qui nous seront utiles dans les développements ultérieurs que nous souhaitons proposer (notamment dans les parties 2 et 3). Tout d’abord quand il est affirmé qu’un « prédicat différentiel peut être attribué, dans la généralité des cas, de manière entièrement interne à la langue », on notera que c’est vite oublier l’analyste, le parseur1 (dans le cas d’un programme automatique) chargé d’attribuer, d’énoncer le prédicat différentiel. À la source du prédicat, il y a un sujet énonciateur et une situation particulière d’énonciation, il y a des circonstances et intentions particulières qui font que le jugement porté est un acte de langage comme un autre et que cette « mise à distance » de la langue qui seule pourrait permettre de concevoir des conditions internes vs externes d’attribution est problématique ipso facto. Pour la même raison,
1

Le terme a été repris dans HABERT (B.), NAZARENKO (A.) ET SALEM (A.) 1997. Les Linguistiques de Corpus. Paris: Armand Colin ; Coll. « U Linguistique ». L’existence d’un programme automatique n’enlève rien à l’omniprésence d’une source énonciative (simplement différée et décalée dans le temps) qui existe en langage programme sous une forme un peu plus caricaturale. 46

l’affirmation selon laquelle « on peut évaluer une phrase en elle-même, sans rien savoir de celui qui l’énonce, sans même supposer qu’elle soit énoncée par un sujet particulier, adressée à un sujet particulier, dans des circonstances particulières » n’est ni vraie, ni fausse, elle est simplement invérifiable. On notera cependant en accord avec Milner J.-C. que c’est bien sur ce présupposé de neutralité cotextuelle et contextuelle que les grammaires semblent fonctionner. Si l’on s’en tient à l’idée de pôles statiques servant de bornes d’évaluation, on doit cependant reconnaître que bon nombre de phrases peuvent effectivement être classées en phrases grammaticales / agrammaticales, acceptables / inacceptables etc… avec des zones plus ou moins consensuelles et d’autres beaucoup plus discutables. En même temps, la problématique de l’interlangue fait apparaître un autre type de prédicat différentiel, non plus statique mais dynamique. Le jugement évaluatif intègre alors la notion de degré de grammaticalité : concept plus flou d’un côté mais beaucoup plus souple par ailleurs, qui permet par exemple de faire des hypothèses intéressantes sur le fait que certaines formulations sont plus grammaticales que d'autres dans une série du type1 : 01- il aime eux 02- ils eux aime 03- aime il eux 04- aime ils eux 05- les aime eux 06- aime les eux 07- eux les aime 08- eux les aiment 09- aiment ils eux 10- aiments il les .......etc. Nous entendons développer cette idée tout particulièrement dans la troisième partie (propositions pour une grammaire transitionnelle).

3. DONNÉES ET TYPES DE DONNÉES
Un prédicat différentiel peut être attribué par types de données et non pas donnée par donnée. On comprend aisément qu’il est impossible d’étudier chaque production de langue, chaque énoncé ou fragment d’énoncé singulier, le nombre en étant potentiellement infini. Mais cette étude infinie, qui est impossible, n’est pas non plus nécessaire: on peut arriver à des thèses grammaticales valides à partir d’un nombre fini de données. Une phrase proposée en exemple fonctionne comme un type et doit permettre de comprendre ce qui se passe dans la classe (éventuellement infinie) des
1

Dans cet exemple inventé on peut imaginer par exemple que (01) et (02) sont plus grammaticaux que (05) ou (10). 47

phrases semblables à l’exemple. On notera que cette similitude ne tient évidemment pas à la matière des mots, ni à la signification; elle tient à la structure grammaticale qui est le véritable principe de définition du type. Ainsi l’on peut parler de phrases passives, de phrases actives, de phrases relatives, etc. Et c’est pour des types de ce genre que la grammaire présentera des différenciations. En ce sens, toute grammaire, explicitement ou implicitement, traite la relation entre l’infinité (actuelle ou potentielle) des données de langue et la finitude des informations accessibles, entretenant par là-même un paradoxe non négligeable qui est que l’un des pôles de la relation: l’infinité actuelle ou potentielle des données de la langue est en quelque sorte irreprésentable sinon à basculer dans l’ensemble fini des informations que l’on traite. De ce fait, nous pensons pouvoir dire qu’un savoir grammatical est par essence relatif au cadre fini et orienté dans lequel il s’inscrit.

4. TYPES ET SOUS-TYPES
Un prédicat différentiel est attribué à une donnée de langue sur la base de ce que l’on considérera comme disposition « interne » de ses parties. Autrement dit, on suppose que les données de langue sont crucialement analysables en parties et sous-parties et c’est l’agencement de ces parties et sous-parties qui permet de justifier qu’un prédicat différentiel soit attribué à chacune. Puisque, par ailleurs, on raisonne en termes de types, ces parties et sous-parties doivent être définies, elles aussi, en termes de types et leurs agencements également sont des types d’agencement. En tant que les parties forment des types, elles permettent de ranger en classes les éléments constitutifs des données. On retrouve ici la notion de parties du discours: les grammaires peuvent varier quant à la liste des parties du discours ; elles peuvent même renoncer à dresser une liste a priori. Il n’en reste pas moins qu’elles supposent toutes la pertinence de telles parties et de leur agencement. Quelle que soit la liste choisie, elle aura idéalement1 les caractères suivants:

1

On notera qu’au-delà des fondements épistémologiques des conditions idéales de constitution d’une grammaire, l’expérience ne montre que les grammaires existantes et consultables présentent le plus souvent les caractéristiques suivantes : 1. La liste est limitée (et non pas finie), en sorte que l’on retrouve non pas LA logique mais UNE logique permettant de traiter les données accessibles en termes finis. 2. Elles ne sont pas pleinement univoques, car la liste des parties du discours est justement limitée et non pas finie, en d’autres termes qu’un nombre fini de termes n’est pas un choix (plénitude) mais une nécessité liée aux limitations de l’analyste. 3. Elles sont incertaines car tributaires de représentations spécifiques, ainsi il est souvent malaisé de reconnaître et de justifier les parties du discours qui lui sont attribuées. Cette remarque doit permettre au linguiste de s’interroger ce sur quoi il travaille 48

a ) la liste devra être finie, en sorte que l’on retrouve la logique qui permet de traiter en termes finis des données infinies; b ) elle doit être complète: tous les éléments d’une langue donnée doivent pouvoir trouver dans la liste une catégorie qui leur corresponde; c ) elle doit être univoque : étant donné un élément de la langue, il ne peut trouver qu’une seule partie du discours à la fois qui lui corresponde; d ) elle doit être certaine: on doit toujours savoir quelle partie du discours lui est attribuée et justifier cette attribution.

5. L’ANALYSE GRAMMATICALE
Ces parties doivent être considérées comme des éléments; autrement dit, leur combinaison obéit à des lois, mais, pour peu que les éléments respectent ces lois, ils sont librement combinables. Par conséquent, on retrouve les mêmes éléments, différemment disposés, dans des données différentes. On comprend alors que l’activité grammaticale se présente comme une analyse : le terme est pris dans son acception usuelle : il s’agit de résoudre une donnée en ses parties constitutives et d’expliquer les propriétés de cette donnée par les propriétés de ces parties et de leur disposition. On comprend aussi que cette analyse se présente comme une série de jugements: le sujet de ce jugement est l’élément de langue donné (morphème, mot, syntagme, etc.), le prédicat est la partie du discours appropriée, pourvue des caractères appropriés1. La tradition grammaticale laisse entendre que l’on obtiendra tous les jugements grammaticaux nécessaires en combinant une ou plusieurs catégories appartenant à une liste: phrase, nom, verbe, etc. Au reste, on a supposé souvent que les catégories de langue et les catégories de pensée devaient se correspondre, en sorte que les deux listes n’étaient pas seulement structuralement analogues, mais aussi substantiellement reliées. Mais cette supposition n’est nullement nécessaire à la notion même de catégorie grammaticale. En revanche, il est caractéristique de l’activité grammaticale que la liste des catégories se trouve recouper la liste des parties du discours. De la sorte, cette dernière notion se révèle être une notion double. D’une part, elle permet de diviser quelque donnée de langue que ce soit en composants constitutifs, d’autre part, elle permet de caractériser ces composants en leur attribuant, par un jugement d’attribution, le prédicat catégoriel correspondant.

justement, les positionnements « idéologiques » peuvent être très divers ensuite allant d’une recherche d’une exhaustivité toujours accrue à l’abandon de toute exhaustivité. 1 Soit « le est un article défini, masculin, singulier », « livre est un nom commun, masculin, singulier », etc. La technique scolaire de l’analyse grammaticale illustre bien ce type de jugements. 49

6. LA NOTION DE RÈGLE
L’activité grammaticale, réduite à sa forme essentielle, consisterait donc à combiner deux jugements d’attribution: le premier situe une donnée de langue relativement au différentiel, en lui attribuant le prédicat correct ou incorrect (si tels sont les pôles de l’évaluation choisie); le second donne la justification du premier: en effet, pour juger correcte ou incorrecte une donnée, la grammaire s’appuiera exclusivement sur la nature et l’agencement des parties de cette donnée, nature et agencement qui ont été établis par une analyse, laquelle consiste à attribuer à chaque partie la catégorie qui lui convient. Très souvent, il est vrai, la grammaire dissimulera cette structure logique, en adoptant un style de présentation prescriptif. Ses propositions prendront alors la forme d’une règle, l’attribution du prédicat incorrect étant conçue comme l’effet d’une violation de cette règle1. Corrélativement, toute donnée où cette règle serait respectée sera correcte, de ce point de vue (ce qui n’empêche évidemment pas qu’elle puisse être incorrecte d’un autre point de vue). Il est facile de montrer que cette présentation revient en fait à combiner les deux jugements : attribution du prédicat différentiel à une donnée et attribution d’une nature catégorielle (en l’occurrence : sujet, verbe, traits d’accord) aux diverses parties de cette donnée. Plus exactement, la règle consiste à relier l’un à l’autre les deux jugements: le contenu de la règle isole l’analyse qui se révèle pertinente pour déterminer l’attribution du prédicat différentiel ; le caractère prescriptif de la règle revient à poser une limite entre respect et violation de la règle, limite oppositive qui coïncide avec les deux valeurs du prédicat différentiel. Il s’agit donc là essentiellement d’une technique de présentation des propositions de la grammaire. Cette technique n’est au reste pas propre à la tradition européenne; on la retrouve très largement dans les diverses traditions grammaticales. Elle a certainement des défauts, dont le plus grave est qu’elle dissimule la nature logique de l’activité grammaticale, mais le fait qu’elle ait été constituée de manière indépendante dans la plupart des traditions peut permettre de supposer que la notion de règle et le caractère prescriptif qui lui est associé rencontrent bien quelque chose de l’activité de grammaire et, peut-être, à travers cette activité, quelque propriété des langues naturelles2. Pour s’en tenir à la grammaire, le défaut de la présentation par règle prescriptive est en effet balancé par une caractéristique intéressante : il permet de mettre en lumière le fait que l’attribution du prédicat différentiel n’est globale qu’en apparence. Sans doute, en fin de compte, c’est une donnée entière, par
1

On dira ainsi : « en français, le verbe s’accorde avec son sujet », de telle sorte que toute donnée globale (en l’occurrence toute phrase) où cette règle ne serait pas respectée sera jugée incorrecte, de ce point de vue. 2 L’invariance peut tout aussi bien se concevoir sur le plan de l’attribution des propriétés au niveau cognitif. 50

exemple une phrase entière, qui est jugée correcte ou incorrecte, mais les raisons de ce jugement ou, si l’on préfère, les causes de la correction ou de l’incorrection sont toujours supportées par une ou plusieurs parties spécifiables de ce tout. Or, ces parties sont des éléments librement combinables que l’on peut retrouver identiques à eux-mêmes dans des touts très différents les uns des autres; autrement dit, deux phrases, très différentes entre elles, peuvent cependant se ressembler sur un point et un seulement, et il peut arriver que ce point à lui seul détermine une incorrection. Une phrase n’est donc correcte ou incorrecte que point par point et le jugement grammatical final résulte d’une addition des jugements portant sur chacun des points pertinents. Il apparaît alors qu’il n’y a pas de symétrie parfaite entre les deux valeurs du prédicat différentiel: pour qu’elle soit jugée globalement incorrecte, il suffit qu’une donnée soit incorrecte d’un seul point de vue; pour qu’elle soit jugée globalement correcte, il faut qu’elle soit correcte de tous les points de vue. On comprend alors que la tradition grammaticale se concentre sur la détermination des incorrections; le jugement grammatical s’en trouve accompli de manière plus directe. La notion de règle combine donc deux particularités: d’une part, elle détermine l’incorrection plutôt que la correction; d’autre part, elle isole les uns des autres les facteurs déterminants de l’incorrection alors que dans l’idéal, il y a une règle par facteur isolable.

7. PARTIES DU DISCOURS ET GRAMMAIRE UNIVERSELLE
Cela étant dit, la présentation par règle et l’adoption d’un style prescriptif ne sont que des commodités techniques, d’autres choix sont possibles qui préservent plus clairement l’articulation logique des deux types de jugements grammaticaux, tout en continuant d’isoler aussi soigneusement les facteurs de différenciation entre les données. À cet égard, l’évolution de la théorie linguistique, à partir du moment où celle-ci s’est autonomisée, n’est pas demeurée sans influence sur l’activité grammaticale en général, et en particulier sur la présentation qu’elle doit adopter. En particulier, le développement de la linguistique structurale a conduit à préférer, pour les grammaires qui s’en inspirent, un style plus descriptif, fondé non sur la règle, mais sur le système de l’opposition fonctionnelle. Au contraire, la linguistique d’inspiration générative a remis en honneur le style prescriptif et la notion de règle. Bien qu’ils puissent répondre à des décisions importantes dans le champ de la théorie linguistique stricto sensu, ces choix ne touchent pas l’essentiel de l’activité grammaticale1. L’activité grammaticale, étant
1

Ce qui est essentiel à cette dernière, ce sont bien les hypothèses qui ont été résumées plus haut et les deux types de jugements d’attribution qui en découlent. Il ne faut donc pas confondre le caractère normatif du jugement grammatical, qui lui est inhérent et tient à son principe, avec le style prescriptif ou non prescriptif d’une grammaire; de fait, même les grammaires qui ont préféré le style descriptif et non prescriptif recourent implicitement à un différentiel de structure normative. 51

essentiellement empirique, il apparaît que les facteurs de différenciation des données au regard du différentiel pertinent relèvent de plusieurs paramètres : ainsi, une donnée peut être incorrecte du point de vue de sa forme phonétique sans l’être du point de vue de sa fonction grammaticale, ou inversement, etc. Ainsi les grammairiens grecs avaient-ils distingué le solécisme, qui est une violation de la syntaxe, et le barbarisme, qui est une violation de la morphologie. En bonne logique, la grammaire doit traiter de manière séparée ou tout au moins spécifique les divers paramètres d’une opposition. La conséquence est que la grammaire sera constituée de plusieurs parties : syntaxe, morphologie, phonétique (ou phonologie), lexique. Ces parties de la grammaire définissent chacune un système de différenciation spécifique entre correct et incorrect. Dès lors, une grammaire se présente comme un ensemble d’ensembles de règles permettant de décrire la manière dont se distribue sur les données de langue la différenciation retenue. Elle sera d’autant plus complète que moins de données de langue échapperont à sa description ; elle sera d’autant plus adéquate qu’elle attribuera le prédicat différentiel pour des raisons plus claires. Cette base générale étant énoncée, il faut ajouter que si les discours grammaticaux peuvent, malgré tout, se révéler très divers, c’est qu’il est possible d’interpréter différemment des hypothèses pourtant communes. Ainsi, toutes les grammaires raisonnent, explicitement ou non, en termes de catégories et de parties du discours, mais cela ne signifie pas que la liste particulière qu’elles définissent sera toujours identique. Autrement dit, il n’existe pas nécessairement de grammaire universelle et les diverses théories se sont opposées sur ce point. L’hypothèse de la grammaire universelle a été très répandue au XVIIIe siècle ; elle allait souvent de pair avec l’hypothèse que la liste classique des catégories entretenait un rapport étroit avec les catégories logiques; or, celles-ci étaient censées tenir à la nature même de l’entendement, lequel était supposé identique à lui-même au travers des diversités historiques et géographiques. L’hypothèse de la grammaire universelle a été abandonnée progressivement au cours du XIXe siècle; d’une part, on a renoncé à corréler étroitement les catégories grammaticales et les catégories logiques; d’autre part, les catégories logiques ont été soumises à une critique sévère1. Enfin, les catégories grammaticales traditionnelles sont apparues trop marquées par les langues classiques pour pouvoir décrire l’ensemble des langues naturelles. On notera cependant que cette dernière critique prouve seulement que la liste traditionnelle des catégories ou des parties du discours est inadéquate, elle ne prouve pas que le projet d’une grammaire universelle soit en lui-même vain. De fait, ce projet a été repris par le programme génératif. De même, toutes les grammaires raisonnent en supposant un différentiel et une norme. Mais la manière dont ceux-ci sont déterminés peut varier.

1

Notamment, leur caractère universel a été remis en cause 52

CHAPITRE

V
GRAMMAIRE: NORMES ET USAGES

1. CERCLES VICIEUX
La grammaire recherche l’adéquation empirique. Dès lors, il faut que la division qu’elle opère en fonction de son différentiel ait un corrélat « objectif » et observable. L’observable en l’occurrence dépend de la représentation même de la nature et de l’organisation des signes qui sont observés - il ne convenait pas de confondre signifiant et référent ainsi que l’a montré Benveniste1 E., faut-il considérer que référent et univers « réel » forment un seul et même ensemble ? Il faut à la grammaire un objet de référence et la question qui se pose est de savoir d’où lui viendra cet objet. Il ne peut venir que des pratiques langagières effectives. Mais ces pratiques elles-mêmes ne peuvent être analysées que par la grammaire. En sorte que ce premier cercle paraît inévitable. À moins que la différenciation que suppose la grammaire ne soit opérée, indépendamment d’elle par la communauté parlante mais les différenciations peuvent n’être considérées que comme des artefacts venus de la grammaire apprise (l’influence de l’instruction et de l’école sur les langues peut être tenue pour quasiment certaine), en sorte qu’on retrouve la circularité. Tout ce que l’on peut noter (mais ce n’est pas vrai de toutes les différenciations) c’est que certaines sont reconnues par un grand nombre de sujets parlants et qu’elles se trouvent investies de significations le plus souvent sociales. D’où le caractère très « socialisé » de la terminologie grammaticale courante: correction, contraintes, interdictions, fautes, etc.
1

BENVENISTE (E.) 1986. Problèmes de linguistique générale. Paris: Gallimard ; vol. 1 (rééd.). 53

2. JUGEMENT GRAMMATICAL ET JUGEMENT DE VALEUR
Il apparaît ainsi que le jugement grammatical a la forme d’un jugement de valeur. Cela est lié à l’écart entre ce que prévoit, décrit ou prescrit la règle et la forme effectivement réalisée. Les sujets parlants peuvent produire toute espèce de forme, y compris des formes dites « fautives », sans courir aucun risque physique; la seule sanction consiste dans l’attribution d’une appréciation négative à telle ou telle production. Là encore, il faut un objet de référence: celui-ci prend la forme d’une norme. Or, la norme de langue se confond souvent avec une norme sociale. Qui plus est, les sujets parlants, pour parvenir à donner un contenu de représentation à la valeur purement grammaticale d’une donnée, ont volontiers recours à d’autres valeurs: morales, esthétiques, etc. D’où le vocabulaire de la faute qui revient souvent dans la terminologie grammaticale. De façon générale, l’activité grammaticale est confrontée à la superposition constante entre ses principes et ses données propres et des principes et des données, souvent homonymes, qu’elle rencontre dans l’opinion courante des sujets parlants, c’est-à-dire dans la société. De là, on conclut souvent que la grammaire n’est rien d’autre qu’une expression de la hiérarchie sociale, que son différentiel n’est rien d’autre qu’un effet artificiel de cette hiérarchie, dans cette perspective on ne peut opposer que des normes sociales entre elles.

3. SYSTÈME DE LA NORME
Les diverses grammaires traiteront de manière variable ces homonymies. Au niveau des principes, elles pourront accepter ou ne pas accepter qu’une norme grammaticale soit une norme sociale; elles pourront utiliser ou ne pas utiliser le vocabulaire de la faute, le style prescriptif de la règle, etc.

3.1. L’OBJET DE RÉFÉRENCE
La tradition grammaticale française, à la suite du reste de certains modèles latins (notamment Cicéron), attribue à la réalisation de l’objet de référence des caractères matériels précis: la ville plutôt que la campagne, la capitale plutôt que les villes secondaires, les classes oisives plutôt que les classes laborieuses, les classes socialement élevées plutôt que les classes inférieures, les groupes restreints plutôt que les groupes nombreux. Certains de ces choix paraissent avoir partie liée avec le caractère politique du régime dominant dans la société parlant le français: un État centralisé (monarchie
54

absolue ou république), où les villes dominent les campagnes, où la capitale domine les autres villes, où il existe une classe de loisir quantitativement minoritaire, mais qualitativement prestigieuse1.

3.2. LES BASES DE LA DIFFÉRENCIATION
Quelle est la meilleure source d’information, concernant la différenciation ? Suffit-il d’enregistrer ce qui se dit effectivement dans la vie quotidienne (thème de l’usage) ? Ou faut-il préférer les sources littéraires (à supposer qu’elles existent) ? Dans l’un et l’autre cas, toutes les sources se valent-elles ? La tradition grammaticale française2 suppose ici un accord fondamental entre deux sources d’information. D’une part, les membres de la classe de loisir, éventuellement ignorants, mais porteurs d’une connaissance spontanée de la norme (ce qu’on peut appeler un « sens de la langue ») : l’illustration la plus explicite de cette référence se trouve chez Vaugelas. Mais aussi, d’autre part, les « meilleurs écrivains », lesquels généralement n’appartiennent pas à la classe de loisir: ici encore Vaugelas donne une bonne illustration, puisqu’il confirme les décisions des « honnêtes gens » par celles des meilleurs auteurs. La supposition est qu’un accord harmonieux subsiste entre ces deux sources, en sorte que, spontanément, les membres de la classe de loisir parlent comme écrivent les meilleurs écrivains et que les meilleurs écrivains écrivent comme on parle dans la classe de loisir. Cette supposition demeure toujours vivante aujourd’hui, compte tenu du fait que tel ou tel sujet peut choisir de reconnaître la classe de loisir dans des couches sociales dites marginales : non plus seulement la bonne société des salons, mais tout autant les bandes de jeunes ou la pègre.

1

On notera que, dans d’autres formations culturelles, on trouvera d’autres dispositifs. Ainsi, en Italie, on trouve la même prééminence des villes sur les campagnes, on trouve la même prééminence de la classe de loisir sur les classes laborieuses ; mais, par ailleurs, il n’est pas vrai qu’une ville l’emporte sur les autres et la classe de loisir se trouve représentée, avec un égal prestige, dans plusieurs centres. L’activité grammaticale y prend dès lors un tout autre caractère, plus « régional » qu’en France, étant admis cependant que les régions pertinentes se confondent avec des villes. 2 La tradition grammaticale française sur ce point encore, se distingue d’autres traditions. Ainsi, il ne semble pas que dans le domaine allemand la norme de la classe de loisir tende aussi fortement à coïncider avec la norme des grands auteurs. De plus, la norme des grands auteurs est elle-même divisée: l’influence de la traduction de la Bible par Luther n’a marqué, bien évidemment, que l’Allemagne protestante ; l’Allemagne catholique (c’est-à-dire également l’Autriche) a d’autres modèles et cela fait deux langues littéraires bien distinctes. 55

3.3. UNE NORME PLUS OU MOINS RESTRICTIVE
Le choix d’une norme restrictive, dans sa forme extrême, constitue ce qu’on appelle le purisme. Toutes les données qui ne tomberont pas dans un ensemble constitué par l’accord de quelques écrivains et de quelques usages, appartenant souvent à un passé révolu, sinon lointain, seront réputées incorrectes. La grammaire puriste existe dans toutes les traditions où existe l’activité grammaticale. Elle existe notamment dans la tradition française1.

3.4. DIFFÉRENCIATION ABSOLUE ET DIFFÉRENCIATION RELATIVE
La question est de savoir quel statut accorder aux données réputées incorrectes. Traditionnellement, l’activité grammaticale se borne à tracer le partage, sans caractériser de manière positive les données exclues. On peut imaginer cependant que certaines données réputées incorrectes relativement à un certain type de référence possèdent en elles-mêmes leur propre système; dans ce cas, elles sont susceptibles de recevoir leur propre grammaire, il suffit de changer l’objet de référence. C’est le thème de la « grammaire des fautes »2, selon quoi les données jugées fautives par la grammaire « usuelle » (grammaires statiques) sont en réalité conformes à un autre type de grammaire (grammaires des processus), qu’il s’agit seulement de reconstruire. Dans ce cas, il faut admettre qu’au sein de la même communauté coexistent plusieurs systèmes de normes, dont chacun opère un partage spécifique. Ce point de vue n’est pas répandu dans la tradition grammaticale, Il est cependant classique chez les linguistes et tout particulièrement chez les « linguistes appliquants », les grands courants didactiques tels les courants « d’analyse des erreurs », ou encore celui des « analyses contrastives » effectuées a posteriori, et d’une manière plus générale la problématique de l’interlangue s’attachent à reconstruire les grammaires intériorisées des apprenants en prenant appui sur une analyse des écarts à la norme que l’on suppose être structurés; c’est à dire que l’on suppose obéir à des systèmes de normes intériorisées.

1

On notera cependant qu’elle n’y est nullement dominante dans les faits. Elle est surtout représentée par ce qu’on peut appeler les amateurs éclairés : le plus souvent par des écrivains plutôt que par des spécialistes de grammaire. 2 FREI (H.) 1985. La grammaire des fautes - Introduction à la Grammaire fonctionnelle. Geuthner: Slaktine (rééd.). [1ère édition 1929 – Bellegarde]. 56

4. NORMES ET USAGES
Parmi les motivations qui ont pu conduire à décrire les langues, on relève fréquemment le souci de fixer avec précision un bon usage, une correction, en d'autres termes une norme linguistique1, qui retiendrait seulement certaines des façons de parler effectivement utilisées, et qui rejetterait les autres comme relâchées, incorrectes, impures ou vulgaires.

4.1. USAGES ET BON USAGE
Il est significatif à cet égard que la première description linguistique connue, celle du sanscrit classique par le grammairien hindou Panini (IVe siècle avant notre ère), soit apparue au moment où la langue Sanscrite cultivée (bhasha), menacée par l'invasion des parlers populaires (prakrits), avait besoin d'être stabilisée - ne serait-ce que pour assurer la conservation littérale des textes sacrés et la prononciation exacte des formules de prière. Dans les sociétés occidentales, la distinction du bon et du mauvais langage n'est pas moins importante - puisque la possession du bon langage est une des marques des classes sociales dominantes dans ses Remarques sur la Langue Française, publiées en 1647, Vaugelas2 définit le bon usage comme
1

Cette norme peut concerner la prononciation - on l'appelle alors « orthoepie », le choix du vocabulaire, la morphologie ou la syntaxe. 2 Définition du bon usage dans la grammaire de Vaugelas (Remarques sur la Langue Française, 1647 - pp. 9-11) : Ce ne sont pas ici des lois que je fais pour notre langue de mon autorité privée; je serais bien téméraire, pour ne pas dire insensé, car à quel titre et de quel front prétendre un pouvoir qui n'appartient qu'à l'usage, que chacun reconnaît pour le maître et le souverain des langues vivantes ? Il faut pourtant que je m'en justifie d'abord, de peur que ceux qui condamnent les personnes sans les ouïr ne m'en accusent, comme ils ont fait de cette illustre et célèbre compagnie qui est aujourd'hui l'un des ornements de Paris et de l'éloquence française. Mon dessein n'est pas de réformer notre langue, ni d'abolir des mots, ni d'en faire, mais seulement de montrer le bon usage de ceux qui sont faits, et s'il est douteux et inconnu de l'éclaircir et de le faire connaître. Et tant s'en faut que j'entreprenne de me constituer juge des différends de la langue que je ne prétends passer que pour un simple témoin qui dépose ce qu'il a vu et ouï, ou pour un homme qui aurait fait un recueil d'arrêts qu'il donnerait au public. C'est pourquoi ce petit ouvrage a pris le nom de Remarques et ne s'est pas chargé du frontispice fastueux de Décisions ou de Lois ou de quelque autre semblable- car encore que ce soient en effet des lois d'un souverain, qui est l'usage, si est-ce qu'outre l'aversion que j'ai à ces titres ambitieux, j'ai dû éloigner de moi tout soupçon de vouloir établir ce que je ne fais que rapporter. Pour le mieux faire entendre, il est nécessaire d'expliquer ce que c'est que cet usage dont on parle tant et que tout le monde appelle le roi ou le tyran, I'arbitre ou le maître des langues, car si ce n'est autre chose, comme quelques-uns se l'imaginent, que la façon ordinaire de parier d'une nation dans le siège de son empire, ceux qui y sont nés et élevés n'auraient qu'à parler le langage de leurs nourrices et de leurs domestiques pour bien parler la langue de leur pays, et les provinciaux et les étrangers pour la bien savoir n'auront aussi qu'à les imiter. Mais cette opinion choque tellement 57

« composé de l'élite des voix. C'est la façon de parler de la plus saine partie de la cour ». Il n'est donc pas étonnant que la tradition linguistique occidentale ait donné un double rôle au grammairien: d'un côté, il prétend dire ce qu'est la langue, mais en même temps il privilégie certains usages, et dit ce que la langue doit être. Cette tradition survit dans la pratique pédagogique française, qui lie l'étude de la grammaire à l'apprentissage de la correction grammaticale1. On justifie la conjonction du descriptif et du normatif par divers arguments. De différentes tournures possibles, la tournure correcte serait celle qui tout d’abord s'accorde le mieux avec les habitudes générales de la langue (elle est commandée par l'analogie), ou encore qui est susceptible d'une justification « logique », et enfin qui a les racines les plus profondes dans l'histoire de la langue (« il faut savoir le latin pour bien parler le français »). Ces trois raisons concourent en effet à la conclusion que
l'expérience générale qu'elle se réfute d'elle-même et je n'ai jamais pu comprendre comme un des plus célèbres auteurs de notre temps a été infecté de cette erreur. Il y a sans doute deux sortes d'usages, un bon et un mauvais. Le mauvais se forme du plus grand nombre de personnes qui presque en toutes choses n'est pas le meilleur, et le bon au contraire est composé non pas de la pluralité mais de l'élite des voix, et c'est véritablement celui que l'on nomme le maître des langues, celui qu'il faut suivre pour bien parler et pour bien écrire en toutes sortes de styles si vous en exceptez le satirique, le comique, en sa propre et ancienne signification, et le burlesque, qui sont d'aussi peu d'étendue que peu de gens s'y adonnent. Voici donc comme on définit le bon usage. C'est la façon de parler de la plus saine partie de la cour conformément à la façon d'écrire de la plus saine partie des auteurs du temps. Quand je dis la cour j'y comprends les femmes comme les hommes, et plusieurs personnes de la ville où le prince réside, qui par la communication qu'elles ont avec les gens de la cour participent à sa politesse. Il est certain que la cour est comme un magasin d'où notre langue tire quantité de beaux termes pour exprimer nos pensées, et que l'éloquence de la chaire, ni du barreau, n'aurait pas les grâces qu'elle demande si elle ne les empruntait presque toutes de la cour. Je dis presque, parce que nous avons encore un grand nombre d'autres phrases qui ne viennent pas de la cour, mais qui sont prises de tous les meilleurs auteurs grecs et latins dont les dépouilles font une partie des richesses de notre langue et peut-être ce qu'elle a de plus magnifique et de plus pompeux. Toutefois, quelque avantage que nous donnions à la cour, elle n'est pas suffisante toute seule de servir de règle, il faut que la cour et les bons auteurs y concourent, et ce n'est que de cette conformité qui se trouve entre les deux que l'usage s'établit. Ce n'est pas pourtant que la cour ne contribue incomparablement plus à l'usage que les auteurs ni qu'il y ait aucune proportion de l'un à l'autre, car enfin la parole qui se prononce est la première en ordre et en dignité, puisque celle qui est écrite n'est que son image, comme l'autre est l'image de la pensée. Mais le consentement des bons auteurs est comme le sceau, ou une vérification, qui autorise le langage de la cour et qui marque le bon usage et décide celui qui est douteux. On en voit tous les jours les effets en ceux qui s'étudient à bien parler et à bien écrire lorsque, se rendant assidus à la lecture des bons ouvrages, ils se corrigent de plusieurs fautes familières à la cour et acquièrent une pureté de langage et de style qu'on n'apprend que dans les bons auteurs. Il suffira donc dira quelqu'un, de lire les bons livres pour exceller en l'un et en l'autre, et les provinciaux ni les étrangers n'auront que faire de venir chercher à la cour ce qu'ils peuvent trouver dans leur étude plus commodément et en plus grande perfection. Je réponds que, pour ce qui est de parler, on sait bien que la lecture ne saurait suffire, tant parce que la bonne prononciation, qui est une partie essentielle des langues vivantes, veut que l'on hante la cour, qu'à cause que la cour est la seule école d'une infinité de termes qui entrent à toute heure dans la conversation et dans la pratique du monde et rarement dans les livres. 1 Alors que la pédagogie anglo-saxonne actuelle a cru pouvoir faire l'économie de l'enseignement de la grammaire. 58

le bon usage est celui dont la description est la plus intéressante car c'est lui qui manifeste le plus d'ordre ou de rationalité. On trouvera les trois sortes de considérations dans la Grammaire des grammaires de Girault-Duvivier (1812)1, ouvrage de base de l'enseignement du français au XIXe siècle. Dans l'histoire du français, le XVIIe siècle a joué un rôle capital pour l'établissement de cette notion de « bon usage ». Sur fond de remise en ordre politique, cette période est en effet celle d'une fixation de la langue. Une institution spécifique est mise en place pour accomplir cette tâche: l'Académie française. On remarquera que le grammairien se définit d'abord comme simple témoin de l'usage, qui est « le maître des langues ». Mais ensuite, il impose une distinction entre deux sortes d'usages, un bon et un mauvais, et propose une définition du bon. C'est évidemment ce bon usage, et lui seul, qui sera pris en compte par la suite en tant que « maître des langues ». De témoin, le grammairien s'est subrepticement fait juge, puisqu'il s'est donné le droit de choisir parmi les usages celui qu'il convient d'adopter. La définition du bon usage est d'ordre politique et culturel. On choisit la langue d'une partie de la société (la cour, les écrivains) et on exclut celles des autres (les paysans, les provinciaux, le peuple des villes parlaient à cette époque de multiples langues régionales, et non ce qui est devenu le français). C'est une décision comparable par sa nature, sinon par les arguments qui la fondent, à celle qui est souvent prise aujourd'hui, dans des réunions internationales, de communiquer en anglais. La définition du bon usage a naturellement changé depuis le XVIIe siècle, mais l'idée demeure très fortement ancrée qu'il existe des façons de parler meilleures que d'autres, et que le grammairien ne doit décrire que celles-là. C'est ainsi qu’une grammaire devient prescriptive, ou normative. On assiste alors à un renversement des rôles: la norme se met à modeler l'usage par le biais d'un enseignement de la grammaire qui accompagne le sujet parlant français dans toute sa scolarité. Le sujet apprend à appliquer les règles de grammaire et à modifier éventuellement sa façon spontanée de s'exprimer. C'est cette intériorisation d'un bon usage que l'école assure en bonne partie.

4.2. USAGES ET NORMES LINGUISTIQUES
Le développement de la recherche linguistique au XIXe siècle a en revanche amené à séparer de plus en plus la connaissance scientifique de la langue et la détermination de sa norme. D'une part, la linguistique historique, lorsqu'elle a commencé à étudier dans le détail les transformations du langage, a montré que l'évolution de la langue a fréquemment son origine dans des façons de parler populaires, argotiques ou patoisantes, de sorte
1

GIRAULT-DUVIVIER 1812. Grammaire des grammaires. Paris. Voir aussi un commentaire détaillé de cet ouvrage par LEVITT (J.) 1968. The « Grammaire des Grammaires » of GiraultDuvivier. La Haye. 59

que « la correction d'une époque ne fait souvent que consacrer les incorrections de l'époque précédente »1. D'autre part il est apparu que les processus linguistiques fondamentaux sont à l'œuvre autant, et souvent même plus, dans les parlers dits « incorrects » (enfantins ou populaires) que dans les parlers conformes à la norme officielle. L'enfant qui conjugue « prendre - que je prende » sur le modèle de « rendre - que je rende » est guidé par cette tendance à l'analogie, par cette recherche des proportions (au sens mathématique) où H. Paul et F. de Saussure2 ont vu un des ressorts linguistiques les plus fondamentaux. Ainsi Saussure critique les linguistes du début du siècle, qui voyaient dans l'analogie une « irrégularité, une infraction à une norme idéale », alors qu'elle constitue le procédé par lequel les langues « passent d'un état d'organisation à un autre ». D'une façon encore plus systématique, H. Frei (1929)3 a essayé de montrer que les prétendues « fautes » de langage sont produites par ces mêmes mécanismes psychologiques qui permettent au langage dit « correct » de remplir ses fonctions. Le rejet du point de vue normatif en linguistique a pu sembler dans la première partie du XXe siècle, à ce point définitif que certains linguistes ont cru possible de récupérer le mot « norme », et de l'utiliser dans un sens nouveau, où il ne sert plus à distinguer un usage particulier de la langue. Pour Hjelmslev4, le système d'une langue (ou son schéma) est une réalité purement formelle; c'est l'ensemble de relations abstraites existant entre ses éléments, indépendamment de toute caractérisation phonétique ou sémantique de ceux-ci (le /r/ français se définit, dans le système, par la façon dont il se combine, dans la syllabe, avec les autres phonèmes). La norme, d'autre part, c'est l'ensemble de traits distinctifs qui, dans la manifestation concrète de ce système, permettent de reconnaître les éléments les uns des autres. Du point de vue de la norme, le /r/ se définit comme une consonne vibrante, car cela suffit à le distinguer de tout autre phonème français. L'usage, maintenant, ce sont les phénomènes sémantico-phonétiques par lesquels le système se manifeste en fait (/r /se caractérise alors par la totalité des traits, même non-distinctifs, qui constituent sa prononciation: c'est tantôt une vibrante sonore roulée alvéolaire, tantôt une constrictive sonore uvulaire). La norme représente donc une sorte d'abstraction opérée par rapport à l'usage. E. Coseriu5 présente la même hiérarchie notionnelle, mais
1 2

WARBURG (W.-V.) 1946. Problèmes et Méthodes de la linguistique. Paris (chap. II). Voir PAUL (H.) 1886. Principien der Sprachgeschichte. Halle (2ème éd.) (chap. 5) et SAUSSURE (F. DE) 1916. Cours de Linguistique Générale. Edition critique préparée par TULLIO DE MAURO. Paris: Payot 1972, (2ème partie, chap. 4). 3 FREI (H.) 1985. La grammaire des fautes - Introduction à la Grammaire fonctionnelle. Geuthner: Slaktine (rééd.). [1ère édition 1929 – Bellegarde]. 4 HJELMSLEV (L.) présente l'idée de norme dans « Langue et parole », Cahiers Ferdinand de Saussure, 2, p. 29-44; article repris dans Essais Linguistiques, Copenhague, 1959. 5 COSERIU (E.) utilise cette notion de norme surtout dans Systema, Norma y Habla, Montevideo, 1952. N.C.W. SPENCE résume les principales thèses de Cosériu dans « Towards a new synthesis in linguistics ». in: Archivum Linguisticum, 1960 p. 1-34. 60

décalée d'un cran, dans la mesure où le système, selon Coseriu, n'a pas le caractère formel qu'il a pour Hjelmslev. Le système de Coseriu est proche de la norme de Hjelmslev: c'est la part fonctionnelle du langage. Ainsi la définition systématique d'un phonème indiquera essentiellement ses traits distinctifs. La norme, pour Coseriu, correspond à une partie de ce que Hjelmslev englobe dans la rubrique « usage ». Il s'agit de tout ce qui est socialement obligatoire dans l'utilisation du code linguistique. L'aspect normatif du phonème, c'est alors l'ensemble de contraintes imposées, dans une société donnée, pour sa réalisation effective (en y incluant des traits non distinctifs, et, par exemple, les variables contextuelles). C'est à un troisième niveau, celui de la parole, qu'il faut placer toutes les variations (variantes libres que le sujet parlant peut broder sur le canevas social. La notion de norme, pour Hjelmslev et Coseriu, définit donc un certain niveau d'abstraction dans l'analysé du donné, dans l'étude des emplois effectifs, et non pas, comme c'était le cas auparavant, un certain type d'emploi. Le schéma suivant1 résume les différences terminologiques entre Hjelmslev et Coseriu:

L'évolution récente de la linguistique a conduit cependant à réhabiliter dans une certaine mesure l'idée que tout n'est pas à prendre dans le donné linguistique empirique, et que le linguiste ne saurait mettre sur le même plan tous les usages qu'il observe dans une collectivité donnée. La linguistique générative admet par exemple que parmi les énoncés effectivement utilisés par les sujets parlants, certains sont grammaticaux et les autres, agrammaticaux. La distinction est si importante qu'une condition nécessaire d'adéquation pour une grammaire générative est d'engendrer les premiers et non pas les seconds. Étant donné que les grammaires traditionnelles se
1

Schéma relevé dans DUCROT (O.) & TODOROV (T.) 1972. Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Paris: Seuil ; pp. 165. 61

proposent aussi de rendre leurs lecteurs capables de construire les phrases correctes et d'éviter les phrases incorrectes, on a souvent reproché à Chomsky d'avoir ressuscité purement et simplement la vieille notion de normativité. Certaines précisions sont nécessaires pour faire apparaître l'injustice de ce reproche.

4.3. LINGUISTIQUE, NORMES, ACCEPTABILITÉ
Comme le grammairien traditionnel, le linguiste trie, parmi les phrases qu'il peut observer, celles qui lui paraissent acceptables. Les jugements d'acceptabilité ont toutefois quelque chose de plus souple que les jugements normatifs. Ces derniers en effet procèdent « par oui ou par non » (cette phrase est correcte vs cette phrase n'est pas correcte). A cette décision catégorique se substitue un jugement plus nuancé, qui procède plutôt par comparaisons: cette phrase est plus acceptable ou moins acceptable que celle-là, ou encore: cette phrase est acceptable à telle condition. Le jugement d'acceptabilité joue ainsi un rôle analogue à la norme: il filtre les données sur lesquelles le linguiste travaille pour élaborer une description de la langue. Autrement dit, on ne passe pas directement de l'observation à la description: toute séquence française n'est pas forcément un bon objet de travail. « Le français » décrit par les linguistes et les grammairiens est un objet idéal (ou fictif) que personne ne parle vraiment, et qui ne peut représenter qu’une approximation de ce que tout le monde parle.

4.4. JUGEMENT GRAMMATICAL ET USAGES
Ce qui assure le linguiste du caractère grammatical ou non d'un énoncé, ce n'est pas, pour Chomsky du moins, la catégorie sociale des personnes qui ont tendance à l'employer, ni les circonstances dans lesquelles il est principalement employé. C'est un jugement intuitif que tous les membres d'une même collectivité linguistique portent sur lui (tout Français reconnaît « il fera beau » comme grammatical, et « il faire beau » comme agrammatical). La faculté de porter ce jugement fait partie, selon Chomsky, de la compétence linguistique des sujets parlants.

4.5. OBSERVATION VS APPRÉCIATION
D'après ce qui précède, en effet, le linguiste ne se fonde pas sur l'usage d'une classe sociale particulière (les gens « cultivés »), mais sur un sentiment commun à toute une collectivité. Si, dans certains cas, il y a
62

désaccord entre les sujets parlants, si, par exemple, certains Français trouvent grammatical « Qui c'est qui viendra ? », tournure rejetée par d'autres, il n'y a pas à considérer l'un des deux jugements comme le bon, mais à admettre que l'on est en présence de deux variétés différentes du français, dont chacune doit être décrite par une grammaire générative particulière, ou par une variante particulière de la grammaire décrivant le français en général.

4.6. ÉNONCÉS IMPOSSIBLES ET GRAMMATICALITÉ
Dans la mesure où la grammaticalité n'a pas pour critère un emploi mais un jugement, il est possible de s'interroger sur la grammaticalité d'énoncés qui ne sont jamais utilisés effectivement. Ainsi personne n’hésitera à juger grammatical l'énoncé « Cette locomotive pèse un gramme », même si des raisons de vraisemblance rendent son emploi peu probable. Ou encore, imaginons une phrase qui comporte plusieurs propositions relatives imbriquées, par exemple : « la souris que le chat que le voisin qui est venu a acheté a mangée était empoisonnée ». Personne ne l'utilisera. Sans doute serait-elle même impossible à comprendre. Cependant, si une personne admet comme grammatical « Le chat que mon voisin a acheté a mangé une souris », il est possible de lui faire comprendre que les mêmes constructions sont en jeu dans les deux cas, et que la grammaticalité du second énoncé entraîne celle du premier1. Cette possibilité de tenir pour grammaticaux des énoncés impossibles à utiliser en fait, interdit donc de voir dans la complexité d'un énoncé une cause d'agrammaticalité: elle est indispensable pour comprendre l'affirmation chomskyenne que l'ensemble des phrases grammaticales est infini.

4.7. JUGEMENT DE GRAMMATICALITÉ ET RÈGLES
Puisque le sujet parlant peut porter un jugement de grammaticalité (ou être amené à un tel jugement) sur un ensemble infini de phrases, même s'il ne les a jamais entendues auparavant, c'est que cette appréciation est fondée, non pas sur la mémoire et sur l'expérience, mais sur un système de règles générales qui ont été intériorisées au cours de l'apprentissage de la langue. Donc, en construisant une grammaire générative qui engendre les phrases grammaticales et elles seules, le linguiste formule une hypothèse sur
1

On notera que Descartes usait d'un argument semblable pour prouver que tout homme porte en lui les mathématiques: « (…)qui sait reconnaître que 2 + 2 = 4, peut être amené à comprendre les théorèmes les plus compliqués, car ceux-ci ne font pas intervenir de rapports mathématiques qui soient d'un ordre différent » dans DESCARTES (R.) 1997. Discours de la méthode. Paris: Hachette ; Coll. « Classiques » (rééd.). 63

les mécanismes utilisés inconsciemment par le sujet parlant. À chaque type d'agrammaticalité va alors correspondre un composant de la grammaire. Ce sont les règles du composant syntaxique qui vont ainsi interdire l'énoncé syntaxiquement agrammatical « Il faire beau », celles du composant phonologique élimineront les anomalies phonologiques, dues à des prononciations impossibles dans la langue décrite (celle par exemple d'un énoncé qui comprendrait dans une même syllabe la suite de consonnes /pfl/, impossible en français), Le composant sémantique, enfin, aura à interdire les anomalies sémantiques1 comme « L'acier pèse trois kilos ».

4.8. LES ANOMALIES COMME MÉTHODE LINGUISTIQUE
Si tout jugement d'agrammaticalité se fonde sur une règle de grammaire, la plupart du temps inconsciente, le linguiste devra chercher à faire un inventaire systématique des agrammaticalités. Ainsi de nombreuses recherches génératives2 auront pour point de départ des questions comme : Pourquoi est-on gêné par tel énoncé?. La conception génératiste de l'agrammaticalité a cependant donné lieu à un certain nombre de critiques : -Tout d’abord, la notion de grammaticalité (et son pendant l’agrammaticalité) n’implique-t-elle pas un retour, honteux et caché, à la conception normative de la grammaire? Peut-être les jugements d'agrammaticalité portés par les sujets parlants ne sont-ils que l'effet des règles apprises en classe, et qui se fondent, elles, sur une grammaire clairement normative. - Ensuite, est-ce que ce sont les sujets parlants qui déterminent d'eux-mêmes les différents types d’agrammaticalités, ou bien cette distinction n'est-elle pas le simple reflet de la division de la grammaire générative en trois composants : phonologique, syntaxique et sémantique ? - N'y a-t-il pas, entre les phrases grammaticales et agrammaticales, un vaste no man's land, à propos duquel personne ne peut se prononcer avec assurance ? Comment expliquer alors ce phénomène dans le cadre d'une grammaire générative qui ne donne que deux possibilités pour un énoncé (être ou n'être pas engendré par la grammaire) ? Les chomskystes répondent qu'il faut distinguer des degrés d'agrammaticalité, et faire en sorte que les phrases les moins agrammaticales soient interdites par les règles les plus marginales de la grammaire. Mais ces notions de degré d'agrammaticalité et de marginalité des règles restent actuellement très floues.
1

Sur ce thème, voir KATZ & FODOR. « The structure of a semantic theory ». in: Language, 1963, pp.170-210, (trad. fr. dans Les Cahiers de lexicologie, 8, 1966). 2 Une étude des anomalies sémantiques relevées dans un corpus de poètes surréalistes, anomalies qui avaient été voulues telles, par leurs auteurs, permet ainsi à T. Todorov d'établir a contrario certaines lois de la combinatoire sémantique du français dans TODOROV (T.) 1966. « Les anomalies sémantiques ». in: Langages. mars 1966, pp. 100-123. 64

- Le sentiment de bizarrerie, d'étrangeté, éprouvé devant un énoncé a-t-il toujours son origine dans le fait que cet énoncé outrepasse des règles ? L'explication ne peut-elle pas être au contraire que l'énoncé pousse systématiquement l'utilisation des règles au-delà des limites habituelles ? Dans ce cas, ce que les chomskystes appellent « agrammaticalité » ne témoignerait pas plus d'un écart par rapport aux règles que les « fautes » où H Frei voit la manifestation la plus évidente de la vraie grammaire. L'anomalie sémantique « Et la hache maudit les hommes » (V. Hugo, les Contemplations, « Ce que dit la bouche d'ombre ») peut en effet être décrite de deux façons opposées. Ou bien il y a manquement à la règle selon laquelle maudire veut un sujet « humain », ou bien il y a une exploitation de cette règle qui aboutit à l'humanisation du sujet hache (ce qui est certainement l'intention de Hugo).

5. NORMES ET SURNORMES
Parmi les raisons qui poussent les hommes à décrire les langues en réalisant des grammaires, le désir de fixer une forme considérée comme la plus correcte joue comme on l’a dit un rôle important. La norme est donc essentiellement un phénomène social qui s'appuie sur un jugement d'inégalité entre productions linguistiques, une façon d'isoler l'usage correct de ce qui est jugé relâché, incorrect, impur, fautif ou vulgaire: plus une attitude qu'une réalité linguistique. La norme fonctionne comme un système d'instructions définissant les formes à choisir pour modèles, et celles dont l'usage est prohibé. A travers un fonctionnement en « ne dites pas cela, dites ceci » comme par exemple: ne dites pas pallier à un inconvénient, mais pallier un inconvénient, elle donne corps à une grammaire normative. La sanction du non-respect de la norme est la faute, marquée par l'opprobre social. Les rapports sont donc complexes entre norme et usage : une grammaire normative rejette des constructions qu'elle considère comme incorrectes, tout en admettant qu'elles sont dans l'usage. Les arguments donnés pour justifier la norme sont de plusieurs ordres: le sentiment de la langue (qui n'est reconnu qu'à certains), la clarté, la logique du rapport pensée-expression, l'histoire de la langue, l'esthétique... Et quand manquent les arguments, les grammaires normatives se contentent de rejets sans justification : « on ne dit pas... », « il est incorrect de dire... », « …n'est pas français »...). Ces arguments n'ont de fait jamais aucun fondement strictement linguistique. En effet, une forme ne peut être considérée comme esthétique ou claire que parce qu'elle est employée par un groupe socialement valorisé. L'évolution n'est pas seulement le produit logique de l'histoire de la langue, mais l'interaction complexe de facteurs d'ordres divers, dont certains sociaux. Elle a souvent pour origine un usage populaire (par exemple l’expression se rappeler de quelque chose, de plus en plus répandu,
65

était senti comme tout à fait fautif au début du siècle), d'où le terme de « français avancé » qui a pu être donné au français populaire - encore qu'il ne soit pas la seule source du changement. Par ailleurs, pour les arguments logiques, les innovations sont souvent le produit d'une analogie. Mais ce processus linguistique fondamental donne aussi bien jour à des formes qui s'imposeront dans la langue (qui deviendront donc norme à leur tour) qu'à des formes qui restent des fautes.

5.1. LA NOTION DE SURNORME
Il est nécessaire de distinguer deux aspects de la norme: l'essentiel est le fonctionnement de la norme dans une société, que nous venons de décrire mais pas d'expliquer. Liée à l'écrit, et spécialement aux œuvres littéraires (mais plus comme caution que comme source), elle a une origine historique. En France, l'idée s'en fixe à partir du XVIIe siècle, en rapport avec des événements politiques (unification nationale, centralisation monarchique, constitution de la bourgeoisie, qui prendra le pouvoir politique lors de la Révolution française, avec pour conséquence linguistique l'imposition définitive de la langue nationale). Ceci impose la valorisation de l'usage de la classe dominante, à travers des institutions comme l'Académie française, relayée au niveau quotidien par les dictionnaires, les grammaires, l'enseignement. Ce sont donc avant tout des raisons politiques et sociales qui imposent la norme. Ceci permet de comprendre à la fois l'arbitraire linguistique de la norme (pourquoi plutôt « je vais chez le boucher » que « je vais au boucher », sinon « parce que c'est comme ça »), et son partage par tous les membres de la communauté, même ceux qui ne l'utilisent pas mais qui la reconnaissent pour ce qu'elle est. C'est donc l'existence de la norme qui unifie la communauté, qui constitue sa structure sociolinguistique, sous les deux formes que l'on peut appeler « norme objective » de la stratification sociale et stylistique, et « norme évaluative », tôt acquise par l'enfant (de façon active par la correction, puis par intériorisation). En ce sens, norme tend à prendre le sens de « normal », largement partagé par les membres de la communauté. Le deuxième aspect dérive du premier, comme attitude normative dans la description de la langue, qui se maintient en partie dans la pratique pédagogique française, quand l'étude de la langue est liée à l'acquisition de règles culturelles, sociales, voire de conduite. Le risque de confusion entre nécessité de fixation de la langue commune et ce qui est de l'ordre du « beau parler », voire du purisme, invite à faire une distinction supplémentaire entre ce que certains ont appelé surnorme et norme1. La surnorme désignerait le système second, non impliqué par la contrainte
1

Le terme de surnorme doit pouvoir être attribuée à F. François, voir FRANÇOIS (F.) 1975. « Fonctions et normes de la langue écrite ». in: JOLIBERT (J.) & GLOTON (R.) Dir. de Publ. 1975. Le pouvoir de Lire. Paris: Casterman, pp. 55-70. 66

garantissant le fonctionnement du système que serait la simple norme. Ainsi, « après que doit être suivi de l'indicatif » serait de l'ordre de la surnorme de même que la condamnation de la forme « se suicider », qui manquerait de logique en redoublant la référence à soi. Ces deux « fautes » sont fort répandues : la deuxième est très habituelle, et l'usage du subjonctif après après que est en passe de le devenir, avec de bonnes raisons structurelles. Si la norme est attestée dans toutes les sociétés, la surnorme ne l'est que dans certaines. L'activité du grammairien risque ainsi toujours d'être un équilibre difficile entre deux plans : il dit ce qu'est la langue, en décrit le fonctionnement, mais l'usage n'est pas seulement un objet physique observable et analysable, étranger à tout jugement. En privilégiant certains usages sur d'autres (ne serait-ce que par la sélection de la description), il court toujours le risque d'énoncer ce que la langue doit être.

5.2. NORMES SUBJECTIVES VS NORMES OBJECTIVES
En observant la façon dont les gens se servent du langage quand on ne les observe pas, le sociolinguiste W. Labov1 a vu « apparaître un principe très général, partout présent dans ses résultats: ceux qui usent le plus d'un trait stigmatisé (c'est-à-dire un trait « incorrect », socialement sanctionné par les interlocuteurs) sont les mêmes qui s'y montrent les plus sensibles chez les autres». C'est qu'on pratique une langue selon certaines normes et qu'on en juge selon d'autres. Les normes objectivement pratiquées, souvent de manière non consciente, sont loin de coïncider avec les normes subjectivement admises et reconnues. Et ce sont ces dernières inculquées socialement et scolairement, qui constituent, selon W. Labov, beaucoup plus la communauté linguistique que celles effectivement pratiquées, parce que les unes sont partagées par tous, alors que les autres sont soumises à de nombreuses variations, individuelles et sociales. C'est la communauté des jugements par référence à des normes reçues qui crée le sentiment linguistique, et c'est par rapport à ces normes subjectives que sont presque toujours évaluées les productions d'autrui, car « I'extraordinaire accord des réactions manifestées au discours d'autrui ne s'assortit d'aucune lucidité quand il s'agit de percevoir sa propre performance » (Labov 1976 : 198). Bien au contraire, les sujets identifient leurs discours aux normes subjectives. Ces normes subjectives sont évidemment liées à la conscience que les locuteurs ont de la stratification sociale de leur communauté, de la place qu'ils occupent dans cette stratification et de la manière dont ils perçoivent cette place, mais elles sont aussi liées aux représentations que les institutions (école, médias publicités, écrits, dictionnaires, grammaires, manuels de politesse, etc.) leur imposent de leur propre langue, représentations dans lesquelles la description grammaticale dominante (généralement dite
1

LABOV (W.) 1976. Sociolinguistique. Paris: Minuit, pp. 198 [trad. fr.-1ère publ. 1973]. 67

« traditionnelle ») ne peut manquer de jouer un rôle important. Il n'est donc pas surprenant que les jugements de grammaticalité en apparence les plus intuitifs se réfèrent, souvent non consciemment, à ces normes. Il nous semble que, dans une classe où enseignant et enseignés travaillent sur la langue et s'observent mutuellement, ce recours constant aux normes subjectives, et donc aux jugements grammaticaux par référence, ne peut être que renforcé. Certaines « incohérences » le manifestent clairement: tel professeur souligne par un geste ascendant l'intonation d'une question partielle du type : Qui vient dîner ce soir ?, alors que cette intonation est plutôt descendante, simplement parce qu'il croit « savoir » que toute question a une intonation montante; tel autre corrige une négation omettant le ne comme dans J'ai pas de chance mais produit la même « erreur » spontanément un peu plus tard; un troisième corrige systématiquement les accords du participe passé avec avoir mais ne les respecte pas lui même, etc. L'enseignant évalue souvent les productions de ses élèves plus en fonction de ce qu'il sait de la langue que de la manière dont il la pratique réellement1.

1

De même, un apprenant peut avoir le sentiment que telle phrase est grammaticale, simplement parce qu'elle s'inscrit parfaitement dans le système par lequel il a intériorisé ce qu'il a acquis de la langue étrangère (elle correspond à la grammaire de son interlangue), et savoir qu'elle n'est pas admise dans la langue-cible. L'absence d'assurance quant à ce qui est grammaticalement admis dans cette langue ne peut d'ailleurs qu'amplifier ces recours aux jugements par référence à ce que dit le professeur. L'enseigné ne peut « modéliser » ses productions sur les seules réactions de ses pairs, il doit constamment tenir compte des évaluations (approbation, refus, correction) que l'enseignant porte sur elles, et ce sont ces jugements qui constituent les normes auxquelles il se réfère. Du côté de l'enseignant comme du côté des enseignés, il n'y a donc que rarement des jugements purement intuitifs. La référence à une norme et à une description grammaticale est constamment présente dans le manuel, dans le discours professoral, dans les diverses activités métalinguistiques des apprenants, simplement parce que l'évaluation normée, et pas seulement sous la forme de contrôle et d'examen, est inhérente à tout enseignement / apprentissage. Sur ce thème, voir également BESSE (H.) & PORQUIER (R.) 1991. Grammaire et didactique des langues. Paris: Hatier-Didier, Crédif ; Coll. « L.A.L » (Langues et apprentissage des langues), pp. 174-176. 68

CHAPITRE

VI
LES GRANDS COURANTS GRAMMATICAUX: BREF RAPPEL HISTORIQUE

Il s’agit ici avant tout de présenter les principales théories linguistiques qui s’élaborent tout au long du XXe siècle et qui, pour certaines d’entre elles du moins, contribuent encore directement ou indirectement aux débats contemporains aussi bien en linguistique générale qu’en linguistique appliquée à l’enseignement des langues ou encore en didactique du français langue étrangère. En même temps, on ne peut qu’être frappé par la résurgence de thèmes anciens dans les approches récentes, je pense par exemple à la réhabilitation partielle en pragmatique textuelle contemporaine des préoccupations de la rhétorique antique (revisitée du même coup), aux relations langage-pensée qui après avoir été longtemps écartées du champ linguistique reprennent en cette fin de siècle une importance nouvelle, aux théories modernes de l’énonciation qui vont se ressourcer dans certaines propositions de la Grammaire de Port-Royal, sans parler des démarches générativistes qui ont explicitement renoué avec les grands courants rationalistes d’antan. Ces « va et vient » n’ont rien de scandaleux et ne doivent pas cacher un renouvellement certain des concepts linguistiques et des méthodes d’investigation. Il nous a semblé cependant intéressant de rappeler dans un premier temps, de manière succinte il est vrai, les différents regards que les grammairiens de l’antiquité grecque puis latine ont pu porter sur le langage humain, de même nous présenterons brièvement l’état de la réflexion grammaticale au Moyen-Âge (en occident), à la Renaissance puis au XVIIe et XVIIIe siècles avant d’indiquer comment la linguistique structurale marque une rupture effective avec les courants précédents et notamment avec les études philologiques du XIXe siècle. Nous enchaînerons ensuite sur quelques courants linguistiques de ce siècle, tout en sachant par avance qu’une présentation de ce type ne peut être que partielle, fragmentée et lacunaire. Pour éviter les pièges d’un exposé chronologique trop linéaire,
69

nous nous sommes autorisé à traiter certains thèmes de manière transhistorique de façon à les rendre aussi pertinents que possible. L’objectif n’est d’ailleurs pas, à strictement parler, de rendre compte dans le détail de toutes les finesses conceptuelles1 ni de refaire une nouvelle « histoire de la linguistique » mais d’indiquer ce que l’on doit pouvoir considérer comme les principales avancées conceptuelles et méthodologiques notamment dans le domaine grammatical ; un domaine incontournable mais qui sans cesse est renouvelé par le point de vue qui tente de le saisir. Il faut également garder à l’esprit que c’est cette variété même des approches, ces différents recadrages de la « chose grammaticale », cette diversité, cette apparente hétérogénéité qui éclairera nos réflexions didactiques dans la seconde partie et nos propositions pour une grammaire transitionnelle qui seront exposées dans la troisième partie du présent ouvrage.

1. LES GRAMMAIRIENS GRECS ET LES PARTIES DU DISCOURS
L’étude systématique des différences portant sur les éléments (ou parties)2 mis en jeu dans le langage réalisé (le discours) a été entreprise il y a fort longtemps par les grammairiens. C’est déjà pour les grammairiens indous un début d’inventaire structural que d’inventorier le verbe, le nom, les prépositions et les particules. En Grèce, pour Aristote, l’élocution se ramène tout entière aux parties suivantes: la lettre, la syllabe, la conjonction, l’article, le nom, le verbe. Mais c’est Denys de Thrace (170-90) qui élabore la distinction entre les huit parties reprises telles quelles par Juifs et Arabes du Moyen-Âge (voir tableau en page 72); on abandonne les deux premières de
1 2

L’aurions nous souhaité que la tâche eût été impossible cependant. Plusieurs raisons ont conduit la linguistique moderne à contester fondamentalement la partition des éléments de la langue en « parties du discours ». La principale est que la logique ne peut servir de guide en cette matière, car une telle théorie repose sur la certitude, plus ou moins avouée, que la langue est un reflet de la réalité, qu’elle distribue substances, attributs et catégories logiques dans des classifications sémantiques où pourraient figurer les mots. Cette notion elle-même est battue en brèche : quelle est l’identité du mot, si l’on songe que cette unité graphique est souvent accidentelle et représente un amalgame d’unités plus petites qu’on appelle morphèmes et qui, seules, peuvent recevoir une définition formelle, c’est-à-dire indépendante du sens postulé par le classement traditionnel ; Ce dernier, les études de linguistique générale le prouvent, n’a guère de valeur universelle, s’appliquant de préférence aux langues classiques, et l’on a même tout lieu de croire qu’il constitue une projection de nos habitudes culturelles sur un ordre que nous voudrions scientifique : nous sommes, de fait, parfaitement démunis lorsqu’il s’agit de donner à la classe des adjectifs en japonais quelque statut qui entre dans nos normes familières. Si la prédication est une procédure constante dans la faculté d’exprimer un jugement, rien n’autorise à parler du verbe, porteur ou non de l’aspect, de la modalité, du temps selon les systèmes, dans des termes qui, grammaticalement, soient des constantes ; et, de ce point de vue, il n’est pas exagéré de dire que la science moderne du langage a substitué sa propre notion de l’universel de langue, fondée sur des mécanismes opératoires constants (syntaxiques), à la notion ancienne, fondée, elle, sur un logicisme mentaliste. 70

la classification d’Aristote, comme relevant d’un autre niveau d’analyse, et la liste devient: article, nom, pronom, verbe, participe, adverbe, préposition, conjonction. Les quelques variantes que l’on trouve dans la théorie ultérieure ne modifient pas fondamentalement cette classification ; et dans la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal culmine la logicisation du langage héritée d’Aristote et quelque peu remaniée: ainsi, s’agissant du verbe, on ne dira pas, comme le logicien grec, que c’est un « mot qui signifie avec une idée de temps », mais qu’il marque que le discours où ce mot est employé est le discours d’un homme qui ne conçoit pas seulement les choses, mais qui « les juge et les affirme », de telle sorte que cette catégorie de mots cumule avec cette fonction énonciative les marques de personne, de nombre et de temps.

71

Parties du discours et catégories grammaticales dans la Technè de Denys le Thrace (tableau établi par Jean Lallot)1.

(1) L'espèce est une catégorie morpho-sémantique dont les deux termes de base sont le primaire et le dérivé, ce dernier se subdivisant à son tour, pour le nom, en 7 sous-espèces: patronymique, possessif comparatif, superlatif, diminutif, dénominal, verbal. Ce sont là, bien que la Technè ne le précise pas, des espèces «selon la forme». De ces espèces se distinguent les espèces «selon le sens»; la Technè, sans les nommer ainsi, en énumère (toujours pour le nom) 24 sous-espèces: nom propre, appellatif (= nom commun), adjectif, relatif quasi-relatif homonyme, synonyme, juste-nom, double-nom, éponyme, ethnique, interrogatif, indéfini, anaphorique, collectif, distributif, inclusif, forgé, générique, spécifique, ordinal, numéral, absolu, pertinentif. (2) Les trois figures sont le simple, le composé et le dérivé de composé. (3) Les trois temps sont le présent, le passé et le futur, mais à l'indicatif du verbe le passé n'existe que sous la forme d'une de ses 4 variétés: imparfait, parfait, plus-que-parfait ou aoriste. (4) La conjugaison, classe flexionnelle verbale, est un «accident» à part, dans la mesure où elle ne comporte aucun signifié. (5) L'infinitif, la forme la moins spécifiée du verbe, est désigné comme «nom de l'action».

1

Tableau repris dans AUROUX (S.) 1994. La grammatisation. Bruxelles: Mardaga, (Tableau simplifié: les termes grecs ne figurent pas sur ce tableau). 72

2. LES GRAMMAIRIENS LATINS
La grammaire à Rome est d’abord un héritage, celui de la grammaire grecque. Cet héritage se présente sous les deux aspects fondamentaux de la grammaire à partir de la période alexandrine : l’enseignement proprement dit, ce qui a toujours été la tâche du « grammairien », et la description systématique de la langue, dont la Tekhnè attribuée à Denys le Thrace constitue l’illustration grecque.

2.1. LA GRAMMAIRE COMME SOURCE DE TOUTES LES CONNAISSANCES
En tant qu’ « enseignement », la grammaire conserve ses traits originels : lecture expressive et écriture, explication des mots, interprétation des textes, etc., ce qui donne lieu dès l’époque républicaine à de nombreuses monographies et commentaires de textes. Les sujets les plus variés étant abordés à cette occasion, la grammaire apparaît rapidement comme étant la base même de la culture, à partir de l’idée simple que qui sait expliquer les mots sait expliquer les choses, donc le monde. Par le biais de l’étymologie, la grammaire devient ainsi le fondement de toutes les autres connaissances, une sorte de savoir commun à tous les savoirs1.

2.2. LA GRAMMAIRE EN TANT QUE DESCRIPTION SYSTÉMATIQUE
Moins diffuse est la postérité de la description systématique de la langue. Elle est représentée à Rome par les Systèmes grammaticaux (Artes grammaticae ). L’apparition de ces textes remonte au Ier siècle de notre ère: Palémon, le maître de Quintilien, en serait le premier auteur2 (IIIe siècle) mais les auteurs les mieux connus aujourd’hui datent des IVe et Ve siècles: Charisius, Diomède, Consentius, et tout particulièrement Donat et ses commentateurs3. Le plan de ces Systèmes répond à un triple objet: une description phonétique, une description morphologique où sont examinées l’une après l’autre les différentes catégories de mots (les « parties du discours »), enfin une analyse plus ou moins détaillée des « qualités et
1

Le classement des connaissances qui apparaît au Ier siècle avant notre ère, et qui représentera jusqu’à la fin du Moyen Âge le cadre intangible du savoir place ainsi en premier la grammaire. 2 Nous nous référons ici à ROBINS (R.-H.) 1976: Brève histoire de la linguistique - de Platon à Chomsky. Paris: Seuil. 3 Pour les précisions voir AUROUX (S.) 1989-1994. Histoire des idées linguistiques : T1 La naissance des métalangages en Orient et en Occident ; T2 Le développement de la grammaire occidentale ; T3 L’hégémonie du comparatisme. Liège: Mardaga. 73

défauts de l’énoncé », où sont classés figures et tropes pour les qualités, solécismes et barbarismes pour les défauts. Un certain consensus s’établit entre les textes de ces différents auteurs, de telle sorte qu’on peut parler d’une « vulgate » grammaticale à Rome, dont Donat est le représentant le plus achevé « parce que son analyse est de loin la plus méthodique ». En fait, pourtant, les variations sont souvent considérables d’un auteur à l’autre, aussi bien pour le plan de chaque Système que dans le détail de la doctrine. Le nombre des catégories de mots, la définition de chacune, ce qu’elles recouvrent, etc., tout varie d’un traité à l’autre. Ces fluctuations ne sont pas dues au hasard. Elles tiennent tout d’abord au fait que les analyses de ces grammairiens sont essentiellement normatives. La description d’une langue comme système passe par l’étude des phénomènes de régularité qui apparaissent dans cette langue : c’est par là qu’il est possible de constituer une description qui se voudrait exhaustive à partir d’un nombre limité de catégories. Mais ce type de démarche passe volontiers du constat qu’il existe des régularités dans la langue, et donc que celle-ci forme un système, à l’affirmation que tout ce qui ne relève pas de ce système ne relève pas de la langue et doit donc en être exclu. L’effort de systématisation de la description a ici entraîné la normativité, et celle-ci a entraîné la diversité, ou la confusion. Enfin, les grammairiens latins éprouvent un réel problème théorique quant à la délimitation de l’objet de ces Systèmes . Ils se sont efforcés en effet d’annexer à leurs traités tout ce qui pouvait faire l’objet d’une classification systématique, dans la mesure où cela correspondait à des variations linguistiques formelles. Certains grammairiens finissent ainsi par intégrer à leur Système des pans entiers de l’élocution de la rhétorique : tropes, figures, métriques, etc. Mais cet élargissement incontrôlé de la grammaire est à la discrétion de chaque grammairien, et ne fait que souligner, d’un traité à l’autre, l’incertitude des limites de la grammaire.

2.3. L’APPORT DE VARRON ET DE PRISCIEN
Varron et Priscien encadrent chronologiquement cette vulgate grammaticale latine. Varron (116-27 av. J.-C.) n’est pas un grammairien au sens technique du terme. L’entreprise qu’il tente avec De lingua latina consiste à utiliser toutes les problématiques abordées jusqu’à lui dans l’analyse du langage pour établir une description d’ensemble de la langue latine1.
1

Les trois quarts du traité sont perdus mais le plan d’ensemble nous est connu. L’ouvrage était divisé en trois parties, où étaient examinées successivement la relation des mots, considérés individuellement, aux choses qu’ils signifient (étymologie et sémantique), puis la relation « verticale » des mots s’engendrant les uns les autres (flexion et dérivation), enfin la relation « horizontale » des mots entre eux. On ne sait pas de quel point de vue Varron envisageait cette relation des mots entre eux : on a parlé de logique plutôt que de syntaxe , mais la distinction de ces 74

Le projet de Varron n’était donc pas d’établir un corps rigide de définitions techniques : une « grammaire », mais de regrouper des recherches distinctes au nom de leur dénominateur commun, la langue. Avec Priscien1, c’est le principe de la normativité qui est mis en cause. Dans ses Institutions grammaticales, le plus gros ouvrage grammatical latin, Priscien constitue le premier la tripartition classique : phonétique, morphologie, syntaxe. On notera simplement que Priscien établit des relations originales entre grammaticalité et intelligibilité. Pour Priscien, un énoncé intelligible est, de ce fait même, forcément construit, donc syntaxique : si un énoncé est intelligible, il a sa justification linguistique, et partant sa grammaticalité, comme conformité au fonctionnement de la langue, ne peut se distinguer de son intelligibilité. La grammaire n’est alors qu’un système de justification a posteriori, et non un système de production a priori. De ce point de vue, la langue est un ensemble ouvert, et la grammaire un système fondamentalement élastique.

3. LES GRAMMAIRIENS DU MOYEN ÂGE EN EUROPE
Au Moyen-Âge, ainsi que l’indique J. Stephanini2, la grammaire, l’un des trois « arts du langage » (trivium ), avec logique et rhétorique, ouvre le cursus universitaire: fondée sur Donat et Priscien, elle sert à interpréter et à commenter les textes, puis, avec la redécouverte successive d’Aristote et les progrès de la logique, elle devient une réflexion originale sur le langage. Tout d’abord, elle confronte à ses définitions celles des logiciens, ensuite, elle se donne pour objet propre le discours « correct », c’est à dire conforme aux règles de la grammaire, la logique traitant du discours conforme à la vérité, enfin, elle se définit non plus comme « art », mais comme « science » énonçant, suivant l’exigence d’Aristote, des règles de portée générale, en établissant leurs causes. On s’achemine vers une Grammaire universelle « s’abstrayant de toute langue particulière » ou encore « unique et la même chez tous » (Roger Bacon, 1220-1290), elle étudie les traits communs à toutes les langues – opposition voyelle/consonne ou sujet/prédicat et surtout l’obligation de décomposer en mots, dans la successivité du discours, une pensée globale et instantanée – et laisse à la grammaire normative les règles particulières à chaque langue. Elle élabore les concepts techniques pour l’analyse du signifié grammatical : une première « imposition », croit-on communément, a donné un nom (dictio ) aux choses, une deuxième en fixe le statut grammatical. Les modes de signifier essentiels définissent les parties du discours et les spéciaux , leurs sousdeux domaines est moins évidente qu’il n’y paraît, et, à tout le moins, leur imbrication n’a rien d’absurde puisque, dans les deux cas, il s’agit d’analyse d’énoncés. 1 Grammairien établi à Constantinople à la fin du Ve siècle de notre ère et au début du VIe 2 STEPHANINI (J.) 1995. « Histoire des grammaires ». in: Encyclopédie Universalis. Paris, vol. 10, pp. 647c, (rééd.). 75

classes1. Les modes accidentels déterminent nombre, genre, cas, etc. et les modes relatifs , les relations syntaxiques. Dès la première génération de grammairiens dits « modistes », l’antique notion d’ordre naturel (la substance précède obligatoirement ses accidents) permet d’attribuer un rang : antécédence ou subséquence (a parte ante/a parte post ) aux termes de la phrase, indépendamment de leur place réelle. Tous les modistes reconnaissent que le langage apporte stabilité et permanence aux concepts mais les uns rattachent étroitement les modes de signifier, aux propriétés, aux modes d’être des choses, alors que les autres les rattachent à la puissance organisatrice de la langue. Le débat multiplie ainsi les distinctions subtiles2.

4. LES GRAMMAIRES DE LA RENAISSANCE
À la Renaissance, volonté humaniste de restaurer les belles-lettres et volonté bourgeoise de préparer les rédacteurs pour les administrations royale ou pontificale, raniment la tradition italienne d’une grammaire à but pratique (ars dictandi ), appuyée sur la rhétorique et fondée sur l’usage des classiques latins. On met ensuite l’accent sur la syntaxe, mais, finalement, on attaque les grammaires médiévales et, avec Érasme, les modes de signifier. C’est selon l’expression de Durkheim E. (1938)3 la « victoire de la littérature sur la dialectique ». Les débats théoriques portent sur le latin grammaticalisé depuis des siècles, alors que « le français pose encore des problèmes de description »4. Mais le XVIe siècle se caractérise surtout par l’élargissement de l’horizon linguistique : les langues de culture tout d’abord où, au latin replacé dans son histoire, s’ajoutent le grec5 ou encore l’hébreu auquel certains ajoutent l’arabe; les langues exotiques révélées par les grandes découvertes, bientôt décrites par les missionnaires. Autre langue « réelle », celle d’Adam Babel suscite, avec le regret de l’unité perdue, l’admiration devant l’infinité des langues que l’on tente de cataloguer, prenant exemple sur les naturalistes, comme les autres « merveilles de la nature », ainsi commence la période du comparatisme.

1

Ainsi par exemple, nom et pronom signifient tous deux sous le mode du permanent, mais sous le mode de la saisie déterminée (chaque nom a un sens défini), ou indéterminée (démonstratif ou anaphorique, le pronom change de référent suivant les emplois). 2 À ce propos voir ROSIER (I.) 1983. La Grammaire spéculative des modistes. Lilles: P.U.L. 3 DURKHEIM (E.) 1938. L’Évolution pédagogique en France. Paris: F. Alcan (vol. 2). 4 CHEVALIER (J.-C.) 1968. Histoire de la syntaxe - La Notion de complément. Genève: Droz. 5 Jusqu’alors réservé, en Occident, à de rares érudits comme Roger Bacon 76

5. LES XVIIe ET XVIIIe SIÈCLES
5.1. LA GRAMMAIRE DE PORT-ROYAL
De 1644 à 1660, Claude Lancelot, professeur aux Petites Écoles de Port-Royal des Champs rédige une série de grammaires (latine, grecque, italienne, espagnole) qui instaurent une importante réforme dans l’enseignement des langues et entraîneront un grand bouleversement épistémologique. Jusqu’alors les manuels d’enseignement des langues énonçaient les règles de grammaire et les illustraient d’exemples, mais règles et exemples étaient formulés dans la langue à enseigner. L’élève devait apprendre la règle de grammaire dans la langue même que cette règle décrivait et que l’exemple appuyait. Avec les grammaires de Lancelot on distingue langue d’enseignement et langue à apprendre. L’élève aura pour langue d’enseignement sa langue maternelle et c’est celle-ci qui décrira les caractères, les éléments, les règles de la langue à apprendre. Les exemples sont, bien entendu, dans la langue à apprendre, mais la règle qu’ils illustrent, le commentaire qui les suit sont formulés dans la langue naturelle. Cette démarche pédagogique se fondait sur la raison qu’il est plus aisé d’aller progressivement par le connu vers l’inconnu que d’entrer sans délai dans un univers auquel on est sourd. Mais cela suppose que l’on s’attache moins aux formes et aux usages de la langue telle qu’elle se réalise qu’aux principes généraux qui la gouvernent ; qu’on peut pénétrer cet ensemble de principes peu à peu, la langue naturelle fonctionnant comme métalangue, par rapport à la langue à apprendre. C’est du même coup reconnaître à la langue deux niveaux : un niveau apparent, celui de la langue parlée, réalisée dans sa complexité de mots, d’usages, qui constituent en quelque sorte son aspect sensible et un autre niveau, non apparent, celui des principes qui régissent son fonctionnement et permettent de la décrire. L’utilisation d’une langue A pour décrire une langue B fait plus que rénover la pédagogie, elle institue la langue en objet de savoir. C’est à partir de là que peut prendre corps le projet d’une grammaire générale. En 1660, Lancelot et Arnauld publient une Grammaire générale et raisonnée, contenant les fondements de l’art de parler, expliqués d’une manière claire et naturelle les raisons de ce qui est commun à toutes les langues et les principales différences qui s’y rencontrent... Comme l’indique ce titre, il ne s’agit pas ici de comparer diverses langues entre elles, mais de découvrir et de formuler les principes auxquels obéissent toutes les langues, de définir le langage, dont les langues particulières ne sont que des réalisations particulières. Pour ce faire, Arnauld et Lancelot ne recourent qu’à peu d’exemples, empruntés au français et au latin. En effet, si la grammaire peut, à travers quelques exemples, remonter au niveau des principes universels, elle atteindra le niveau des lois qui valent
77

pour toutes les langues particulières. C’est admettre l’universalité de la raison. La grammaire générale peut s’abstenir de décrire la diversité des langues, les usages particuliers découlant nécessairement de la raison qui les fonde. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, on ne séparera pas les deux termes de « générale » et de « raisonnée ». On suppose donc que les langues ont toutes un fondement commun, celui de la communication entre les hommes, et que cette communication s’opérant par la parole, celle-ci a pour fonction d’imiter la pensée, d’en offrir une représentation. La parole reflète la pensée et cette analogie interne s’explique par l’idée fondamentale que le langage est représentation de la pensée logique, idée que l’on retrouve dans toutes les productions et mises en ordre de la science de cette époque. La logique étant universelle, il doit y avoir des principes universels gouvernant les langues particulières. Les règles de la grammaire ne sont donc pas normatives (art de « bien » parler), mais sont la condition même d’existence de la langue. La grammaire est à la fois art de parler et ensemble des principes fondant cet art. La Grammaire de Port-Royal présente donc un certain nombre de règles comme universelles (règles d’accords, etc.) ; l’ordre des mots doit être naturel (la nature étant ici française) et le nom doit venir avant l’adjectif, le sujet avant le verbe. Aux nombreux contre-exemples qui s’offrent, on répond par une théorie des figures : celles-ci dérangent l’ordre naturel des mots pour servir des passions (désir d’abréger, d’expressivité, etc.). Bien des grammaires générales succéderont à celle de Port-Royal1.

5.2. LA LOGIQUE DE PORT-ROYAL
On désigne habituellement sous le nom de Logique de Port -Royal un ouvrage paru en 1662 et intitulé La Logique ou l’Art de penser, qui fut élaboré dans les Petites Écoles de Port-Royal par Antoine Arnault et Pierre Nicole. Destiné à être un manuel abrégé, permettant aux non-spécialistes « d’apprendre en quatre ou cinq jours tout ce qu’il y a d’utile dans la logique », il représente, en outre, une synthèse des principaux courants de pensée du XVIIe siècle2.
1

Si la linguistique s’intéresse à ce moment de la pensée, c’est que Port-Royal n’est pas sans affinités avec la grammaire générative. Ainsi la distinction entre structure superficielle et structure profonde. Port-Royal analyse en effet un énoncé comme «Dieu invisible a créé le monde visible» en trois propositions : a ) Dieu est invisible ; b ) Il a créé le monde ; c ) Le monde est visible. La proposition b est principale, a et c sont incidentes (Chomsky parlerait ici d’indicateurs syntagmatiques sous-jacents). Les structures superficielles complexes et irrégulières peuvent donc être ramenées à des structures plus simples, pertinentes pour l’interprétation sémantique. On note cependant qu’alors que Port-Royal part des processus mentaux, posés a priori (la grammaire est « psychologique »), Chomsky n’a abouti à la distinction entre structure profonde et structure superficielle qu’au terme d’une analyse purement formelle. 2 Une triple influence se fait jour dans cette œuvre: celle de saint Augustin (invocation de la lumière naturelle) ; celle de Descartes (emprunts nombreux au Discours de la méthode , entre autres : 78

Dans l’ensemble, l’ouvrage associe étroitement les considérations méthodologiques et les considérations pédagogiques et éthiques. Ainsi, la visée de la science est-elle de « nous faire mieux connaître la nature de notre esprit » et les mathématiques nous apprennent-elles l’humilité envers l’infini. Après deux « discours » introductifs et polémiques, la division de l’ouvrage suit celle des quatre « opérations de l’esprit »: la première partie contient « les réflexions sur les idées ou sur la première action de l’esprit qui s’appelle concevoir », la seconde, « les réflexions que les hommes ont faites sur leur jugement », tandis que la troisième et la quatrième traitent respectivement du « raisonnement » et de la « méthode ». Au cœur de la théorie des idées, on trouve une théorie des signes, dont le langage est un cas particulier; la Logique fournit ainsi le fondement de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal. Enfin, sur le plan technique, on peut noter l’innovation qui consiste à distinguer entre compréhension et extension de l’idée.

5.3. EXTENSION ET COMPRÉHENSION
Cette distinction introduite par la Logique de Port-Royal, porte sur les idées universelles :
« J’appelle compréhension de l’idée les attributs qu’elle enferme en soi, et qu’on ne peut lui ôter sans la détruire, comme la compréhension de l’idée du triangle enferme extension, figure, trois lignes, trois angles, et l’égalité de ces trois angles à deux droits, etc. [...]. J’appelle étendue (ou extension) de l’idée les sujets à qui cette idée convient, ce qu’on appelle aussi les inférieurs d’un terme général, qui à leur égard est appelé supérieur, comme l’idée du triangle en général s’étend à toutes les diverses espèces de triangles...».

Nous dirions aujourd’hui qu’à l’expression de l’idée est associé sémantiquement un double contenu : d’une part, l’ensemble des prédicats dont la conjonction définit l’« idée » entendue elle-même comme prédicat, d’autre part, l’ensemble des individus ou des objets auxquels on peut faire référence dans la langue par le moyen de l’expression linguistique de l’« idée ». C’est tout le problème logique et sémantique du sens et de la référence qui se trouve posé par ce couple de notions dont « l’apparente évidence cache de réelles difficultés »1.

l’affirmation qu’« il n’y a rien de plus estimable que le bon sens et la justesse de l’esprit dans le discernement du vrai et du faux », la décision de « commencer toujours par les choses les plus simples et les plus générales, pour passer ensuite aux plus composées et aux plus particulières ») ; celle de Pascal enfin (De l’esprit géométrique et l’art de persuader). 1 IMBERT (C.) 1970. Introduction aux Écrits logiques et philosophiques de G. Frege. Paris. 79

6. LES XVIIIe ET XIXe SIÈCLES
Selon Christian Puren1, c'est dès le XVIe mais surtout au XVIIIe et au XIXe siècle que « l'approche grammaticale inductive remplace la grammaire déductive ». Quelques grammairiens, vont léguer au XIXe siècle de nouvelles notions grammaticales dont certaines perdurent jusqu’à nos jours. Ainsi Charles-François Lhomond (1727-1794), auteur entre autres succès d'édition des Élémens de la grammaire françoise (1780), sépare pour la première fois le nom de l'adjectif, définit le participe et fixe ainsi la liste des catégories qu'on apprend encore aujourd'hui. C’est également à lui qu'on doit la mise en relation du point et de la phrase. Dans sa Grammaire françoise simplifiée (1778), François Urbain Domergue (1745-1810) sépare le premier l'analyse grammaticale (la nature des mots) de l'analyse logique (les relations entre les propositions ): on considérait jusqu'à lui que les relations entre les parties de la phrase complexe et plus encore entre les phrases du texte relevaient du domaine de la logique.

6.1. STRUCTURATION DES DISCIPLINES
Malgré les découvertes du XVIIIe siècle, on fait naître traditionnellement la grammaire comparée avec Bopp et son étude de la conjugaison indoeuropéenne (1816), et la grammaire historique avec Grimm. Une évolution bien connue mène de la découverte de la généalogie des langues indoeuropéennes (dressée avec une exactitude toujours plus grande) et des modèles zoologiques et botaniques aux néo-grammairiens qui, à partir des années 1870, exigent des lois phonétiques la rigueur des lois de la physique. À partir de la fin du XIXe siècle se multiplient idées et disciplines nouvelles : phonétique expérimentale, géographie linguistique et dialectologie.

6.2. LE SANSKRIT ET L’INDO-EUROPÉEN
La découverte de la parenté des langues a été en quelque sorte une conséquence directe de la rencontre, au XVIe siècle, entre l’Occident et les langues de la Perse et de l’Inde. En effet, aussitôt que les relations régulières établies entre l’Orient et l’Europe ont donné à quelques Européens l’occasion de connaître le persan et le sanskrit, ils ont été frappés par les ressemblances que montraient celles-ci avec des langues européennes, en particulier avec le grec, le latin et les langues germaniques. Cependant,
1

PUREN (C.) 1988. Histoire des méthodologies de l'enseignement des langues. Paris: Nathan ; Coll. « CLE international ». 80

comme on n’avait alors encore aucune notion précise sur l’évolution des langues, il fallait en fait inventer une approche scientifique complètement nouvelle pour expliquer ces similitudes surprenantes entre des langues, très éloignées dans l’espace et dans le temps, que l’on classa dès le XVIIe siècle en une famille « scythique » ou « japhétique » (en référence à la Genèse biblique). Le mérite d’avoir synthétisé ces premières recherches et indiqué le chemin qui devait conduire à la naissance d’une nouvelle discipline fondée sur la comparaison génétique1: la grammaire comparée2.

6.3. LA RECHERCHE DE LA LANGUE-MÈRE
Pour l’essentiel, la méthode comparative3 se propose de mettre en lumière les traits communs à deux ou plusieurs langues. Lorsqu’il s’agit de caractères attribuables à une origine commune, on donne à ce genre d’études le nom de grammaire comparée et aux langues étudiées celui de famille. C’est ainsi qu’on distingue une famille indo-européenne, une famille sémitique, une famille finno-ougrienne, etc. On peut également par une sorte de projection dans le passé reconstruire la protolangue, c’est-à-dire la langue, non attestée directement par des témoignages écrits, mais dont l’existence est postulée par un ensemble de concordances de structure dont l’importance et la précision excluent le hasard comme principe d’explication. Dans ce cas, on parlera respectivement de proto-indo-européen, de protosémitique, etc., pour désigner cette protolangue. La méthode est donc fondée sur l’existence simultanée de traits identiques ou parallèles dans plusieurs langues ; c’est ce qu’on appelle la reconstruction externe. À l’inverse, la reconstruction interne permet, dans une mesure limitée, de remonter d’une structure linguistique donnée à une structure plus ancienne, par le simple examen du système d’une langue et sans recourir ni à des sources littéraires, épigraphiques ou autres, ni à d’autres langues apparentées ou non. La valeur
1

La naissance de cette nouvelle discipline est attribué à l’orientaliste anglais sir William Jones (1746-1794) ; dans un discours prononcé en 1786 devant la Royal Asiatic Society de Calcutta, il déclarait en effet : « La langue sanskrite, quelque ancienne qu’elle puisse être, est d’une étonnante structure ; plus complète que le grec, plus riche que le latin, elle l’emporte, par son raffinement exquis, sur l’une et l’autre de ces langues, tout en ayant avec elles, tant dans les racines des mots que dans les formes grammaticales, une affinité trop forte pour qu’elle puisse être le produit d’un hasard ; si forte même, en effet, qu’aucun philologue ne pourrait examiner ces langues sans acquérir la conviction qu’elles sont en fait issues d’une source commune, laquelle, peut-être, n’existe plus. Il y a du reste une raison similaire, quoique pas tout à fait aussi contraignante, pour supposer que le gotique et le celtique, s’ils ont été mêlés par la suite avec un parler différent, n’en descendent pas moins en définitive de la même origine que le sanskrit ; on pourrait ajouter en outre à cette famille le vieux perse. » 2 Cette grammaire comparée sera développée par l’Allemand Franz Bopp (1791-1867) et ses successeurs (dont le Français Antoine Meillet). 3 Sur ce point voir AUROUX (S.) 1989-1994. Histoire des idées linguistiques: T3 L’hégémonie du comparatisme. Liège: Mardaga. 81

probante d’une concordance dépend de la probabilité d’une explication par le hasard : il apparaît que le rôle du hasard s’amenuise très rapidement lorsque croît le nombre de concordances. De même, lorsque ces concordances se retrouvent dans trois langues d’une même famille linguistique, elles acquièrent beaucoup plus de poids que si elles n’apparaissent que dans deux langues seulement. Si ces trois langues sont, de surcroît, éloignées géographiquement, on obtient une quasi-certitude que les concordances envisagées sont anciennes et, s’il s’agit de langues apparentées génétiquement, qu’elles peuvent être attribuées à la protolangue. La reconstruction de la langue-mère dépend donc exclusivement des caractères anciens conservés en commun par deux ou plusieurs des langues-filles envisagées par la comparaison. La méthode est ici importante car pendant que certains chercheurs travaillaient à élargir la base des comparaisons en incluant d’autres langues ou groupes de langues dans leurs recherches, d’autres chercheurs essayaient de coordonner les résultats obtenus et de procéder à la reconstruction de l’indo-européen lui-même. Dans ce but, ils disposaient des deux méthodes mentionnées plus haut: soit la reconstruction interne qui ne repose somme toute que sur les caractères structuraux de l’indo-européen, soit la reconstruction externe qui, à ce niveau, met en cause d’autres protolangues. Ferdinand de Saussure devait ainsi donner une impulsion très vigoureuse aux procédés de reconstruction interne tout en dotant ce qu’on appellera ultérieurement le structuralisme, des concepts que nous allons maintenant aborder.

82

CHAPITRE

VII
LES GRANDS COURANTS LINGUISTIQUES

1. LE STRUCTURALISME EUROPÉEN
1.1. LES CONCEPTS PRINCIPAUX DU STRUCTURALISME
On présente traditionnellement Ferdinand de Saussure comme le « père » de la linguistique: ce serait grâce à lui que l'étude du langage aurait acquis le statut de science. Cette affirmation un peu schématique et même caricaturale par certains côtés reste discutable sur le fond mais facilite la présentation des thèses saussuriennes. Rappelons simplement que l'importance théorique de F. de Saussure repose sur la publication posthume du Cours de linguistique générale1 qu'il fit à l'université de Genève entre 1907 et 1911 et que l’utilisation des concepts saussuriens, notamment dans le développement de la phonologie pragoise (cercle de Pragues), allait faire du Cours un texte théorique fondamental, non seulement au regard de cette linguistique nouvelle qui se constituait, mais également au regard des autres sciences humaines qui, prenant ultérieurement pour modèle la méthode phonologique, faisaient ainsi de Ferdinand de Saussure le fondateur du structuralisme2. De fait, face aux différents courants que nous avons exposés préalablement, F. de Saussure apparaît comme un novateur dans la mesure
1

SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot (1916 - 1er éd.). Note: Edition critique préparée par TULLIO DE MAURO. 2 Voir à ce propos aux éditions du Seuil, Coll. « point » le Structuralisme en linguistique, en anthropologie, en philosophie, en psychanalyse, en poétique [en 5 volumes]. 83

où le premier, il se livre à une réflexion théorique sur la nature de l'objet que constitue le langage et la méthode par laquelle il est possible de l'étudier. Au lieu de se contenter comme ses prédécesseurs, de collecter des faits, il élabore un point de vue sur l'objet, un cadre général où théoriser ces faits. C’est en ce sens que F. de Saussure aurait inauguré la démarche scientifique en linguistique. « Devient scientifique » remarquent C. Fuchs et P. Le Goffic (1985)1 « une réflexion qui se donne à elle-même ses méthodes et ses propres concepts d'analyse ».

1.1.1. L’OBJET DE LA LINGUISTIQUE SELON SAUSSURE
Le secteur de la réalité dont la linguistique doit rendre compte, sa matière d'étude, est défini comme l'ensemble des manifestations du langage humain sans restriction aucune : ceci couvre toutes les langues, toutes les époques de l'histoire, toutes les formes d'expression. Une telle définition est caractéristique du désir de faire de la linguistique une science descriptive et non plus une discipline normative (préoccupation que l'on retrouve par ailleurs chez les néo-grammairiens de l’époque). Face à ce donné brut, fondamentalement hétérogène, le linguiste se doit de définir un objet, en se fondant sur un principe théorique d'unification. L'objet n'est donc pas donné au départ, il ne se livre pas à l'observateur, il est défini au terme d'une réflexion théorique. Ce que F. de Saussure formule ainsi : « C'est le point de vue qui crée l'objet »2.

1.1.2. LA LANGUE VS LA PAROLE
La vision qu'a Saussure du langage est profondément dualiste: le langage est à la fois un fait individuel et un fait social. C'est également un système établi et un système en évolution, la langue est conçue comme une alliance de sons et d'idées. Les concepts théoriques proposés par F. de Saussure visent à permettre l'étude séparée de chacune des faces de ces dualités. Le concept de Langue (opposé à celui de parole) vise à rendre compte du fait social que constitue le langage par opposition à son aspect individuel (la parole). Ce concept joue un rôle fondamental dans la théorie Saussurienne et il aura des conséquences énormes par la suite, pour l'évolution des théories linguistiques. Il introduit selon Saussure, un principe de classification à l'intérieur du langage qu’il qualifie « d'amas confus de choses hétéroclites sans lien entre elles ». Saussure affirme ainsi que « dès
1

FUCHS (C.) & LE GOFFIC (P.) 1985. Initiation aux problèmes des linguistiques contemporaines. Paris: Hachette ; Coll. « Université ». 2 SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 23. 84

que nous donnons à la langue la première place parmi les faits de langage, nous introduisons un ordre naturel dans un ensemble qui ne se prête à aucune classification »1. L'opposition langue/parole peut semble t-il s'interpréter de plusieurs façons. On peut l’envisager soit comme l’opposition entre un code universel et des codes particuliers (idiolectes)2, soit comme l’opposition entre l'aspect virtuel du langage (par exemple l'ensemble des unités et des combinaisons possibles entre ces unités) et son actualisation (les combinaisons effectives). Ce point de vue très présent dans la problématique moderne sous la forme du rapport entre linguistique et psycholinguistique, est très discutable: il consiste en effet à postuler l'existence d'un système idéal, distinct des mécanismes réels d'utilisation ; ou encore, et cette troisième interprétation est probablement plus proche de la conception de Saussure, il s'agirait de l'opposition entre un code universel à l'intérieur d'une communauté linguistique, indépendant des utilisateurs, et l'acte libre d'utilisation par les sujets, de ce code. Pour conclure sur ce point, disons simplement que poser une opposition comme celle de langue/parole, et subordonner l'étude de la parole à celle de la langue, comme le fait F. de Saussure, c'est d'une part donner à la linguistique comme objet d'étude un code idéal, neutre, dont le lien à la réalité devient problématique et d'autre part concevoir le rapport des sujets au langage que sous l'angle individuel3. De ce double point de vue, le caractère scientifique de l'apport saussurien reste discutable: la constitution d'un objet cohérent, « chimiquement pur », semble reposer sur l'assimilation de « social » à « universel et neutre » comme le font remarquer C. Fuchs et P. Le Goffic (1985). Cette assimilation est l'effet de l'oubli du caractère différentiel de la réalité sociale (et donc de ses traces dans le langage). Cet oubli ou cette mise à l'écart, qui permet l'étude de la langue comme système fermé de signes, constitue peut-être l'une des bases qui ont rendu possibles certaines démarches formalisantes en linguistique.

1.1.3. SYNCHRONIE VS DIACHRONIE
Pour étudier l'objet de la linguistique (la langue), deux démarches possibles s'opposent, d'après F. de Saussure, selon que l'on envisage la langue comme un système établi ou comme un système en évolution. Dans le premier cas, on est amené à une étude synchronique, ayant pour objet l'état d'équilibre du système à un moment donné de l'histoire. Dans le
1

SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 25. En fait, ainsi que le font remarquer Fuchs C. et Le Goffic P. (1985) cette interprétation n'est pas valide puisque la langue (au sens de l'ensemble des conventions adoptées par le corps social pour permettre l'exercice de la faculté de langage) n’est autre que la somme des idiolectes d'une communauté linguistique. 3 Ce qui ouvrira ultérieurement la voie à certaines conceptions de l'énonciation.
2

85

deuxième cas, on est amené à poursuivre une étude diachronique de la langue, soit une étude s'intéressant aux changements linguistiques dans le temps. Cette opposition est traduite par Saussure de façon imagée par la célèbre comparaison avec le jeu d'échecs:
- « De part et d'autre, on est en présence d'un système de valeurs et on assiste à leurs modifications. Une partie d'échecs est comme une réalisation artificielle de ce que la langue nous présente sous une forme naturelle. Voyons la chose de plus près. D'abord un état du jeu correspond bien à un état de la langue. La valeur respective des pièces dépend de leur position sur l'échiquier, de même que dans la langue chaque terme a sa valeur propre par son opposition avec tous les autres termes. En second lieu, le système n'est jamais que momentané; il varie d'une position à l'autre. Il est vrai que les valeurs dépendent aussi et surtout d'une convention immuable, la règle du jeu, qui existe avant le début de la partie et persiste après chaque coup. Cette règle admise une fois pour toutes existe aussi en matière de langue, ce sont les principes constants de la sémiologie. Enfin pour passer d'un équilibre à l'autre, ou- selon notre terminologie- d'une synchronie à une autre, le déplacement d'une pièce suffit; il n'y a pas de remue-ménage général. Nous avons là le pendant du fait diachronique avec toutes ses particularités (....) »1.

Là encore, l'une des faces de la dualité est privilégiée par Saussure: l'étude synchronique doit être première. L'évolution serait alors conçue comme le passage d'un état de langue à un autre2. Cette priorité accordée à la synchronie s'oppose au point de vue historique jusqu'alors en vigueur dans l'étude des langues, elle constitue le second apport Saussurien qualifié traditionnellement de « scientifique ». On notera que dans ce domaine également, la face privilégiée par Saussure a un caractère « idéal ». Comme l'a montré A. Martinet (1960)3 : « la coupe synchronique est une fiction nécessaire, qui n'existe que par la visée théorique, à l'intérieur d'un système en évolution ». Ce choix théorique ne va pas, lui non plus, de soi car si les systèmes stabilisés sont idéaux, on peut se demander pourquoi il faudrait les privilégier comme points de départ théoriques à partir desquels est caractérisée l'évolution.

1.1.4. UNE THÉORIE DU SIGNE
Abordons maintenant le problème des concepts, unités et niveaux d'analyse de la langue selon Saussure. Le point de départ théorique pour l'analyse est une conception discontinue de l'objet: la langue est composée d'unités discrètes qui définissent une combinatoire. Les unités ne sont pas données au départ car la langue se présente comme une masse indistincte qu'il faut segmenter. Citons à nouveau F. de Saussure: « La langue », dit-il « présente ce caractère étrange et frappant de ne pas offrir d'entités
1

SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 125-126. Cette perspective est devenue de manière générale celle du structuralisme. 3 MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: Colin (rééd.), [1ère éd. 1960].
2

86

perceptibles de prime abord, sans qu'on puisse douter cependant qu'elles existent et que c'est leur jeu qui la constitue ».1 Ici, à nouveau, la définition des unités vise à rendre compte d'une dualité entre les sons (les signifiants) et les « idées » ou la pensée (les signifiés). Ce que F. de Saussure exprime de la façon suivante: « Le rôle caractéristique de la langue vis à vis de la pensée n'est pas de créer un moyen phonique matériel pour l'expression des idées, mais de servir d'intermédiaire entre la pensée et le son, dans des conditions telles que leur union aboutira nécessairement à des délimitations réciproques d'unités »2. Ces unités fondamentales de la langue, ce sont les signes. Le signe unit un signifié (concept) et un signifiant (image acoustique). Nous retiendrons ici essentiellement deux postulats caractéristiques de cette conception saussurienne: l'arbitraire du signe et la théorie de la valeur.

1.1.5. L’ARBITRAGE DU SIGNE
L'arbitraire pour Saussure désigne la nature du lien qui unit le signifiant et le signifié linguistique. Ainsi l'idée de sœur n'a aucun rapport avec les sons [sör] qui lui servent de signifiant. Saussure distingue entre arbitraire absolu par exemple la relation signifiant/signifié dans le signe linguistique vingt ou dans le signe poire et arbitraire relatif ou motivation relative, par exemple le signe dix-neuf (dans une série de type : dix-sept, dix-huit, dix-neuf) ou encore poirier (par rapport à poire). Saussure montre par ailleurs que si les onomatopées ne constituent pas initialement des signes arbitraires (analogie entre le signe et le bruit ou cri représenté) elles sont cependant en partie arbitraire, par exemple un même référent comme le chant du coq va donner les signifiants cocorico en français et cok-a-doodle-do en anglais. La thèse centrale de Saussure, sur l'arbitraire du signe, peut se développer d'un double point de vue. Nous suivrons ici E. Benveniste3, dans l'interprétation qu'il donne de la pensée de F. de Saussure. D'une part le signifié, par exemple « l'idée de bœuf » est lié avec la suite de sons qui lui sert de signifiant, ici la suite [bœf], par un rapport que F. de Saussure qualifie d'arbitraire. E. Benveniste démontre qu'il vaudrait mieux dire que ce rapport est nécessaire, car c'est lui qui fonde le signe, qui le constitue:
« le concept ou signifié bœuf est forcément identique dans ma conscience à l'ensemble phonique ou signifiant [bœf]. De même, pour un locuteur germanophone, le rapport est nécessaire entre le signifiant /oks/ et le signifié correspondant. Par suite, on voit que ce qui est arbitraire, c'est que tel signe, et non tel autre, soit appliqué à tel élément de la réalité, et non à tel autre (…) »4.
1 2

SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 149. SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 156. 3 BENVENISTE (E.) 1966. Problèmes de Linguistique générale. Paris: Gallimard ; Coll. « Tel ». 4 BENVENISTE (E.) 1966. Problèmes de Linguistique générale. Paris: Gallimard ; Coll. « Tel », t.1, pp. 52. 87

L'arbitraire se situe donc dans le découpage de la réalité1, contrairement au point de vue spontané du sujet parlant, pour qui le signe n'est que le nom de la réalité (telle qu'elle existe, indépendamment de tout langage et "avant lui"). Arbitraire va ici dans le sens de conventionnel 2. Reste bien sûr la question de savoir d'où viennent ces conventions. Cette thèse est la conséquence théorique de la définition de la langue comme code institutionnel. Elle a pour effet de considérer le signe comme une unité indécomposable : mieux vaut chercher les rapports d'un signe avec les autres signes que d'essayer d'en expliquer la dualité interne. Ce que F. de Saussure exprime de la façon suivante :
« C'est une grande illusion de considérer un terme simplement comme l'union d'un certain son avec un certain concept. Le définir ainsi, ce serait l'isoler du système dont il fait partie, ce serait croire qu'on peut commencer par les termes et construire le système en en faisant la somme, alors qu'au contraire c'est du tout solidaire qu'il faut partir pour obtenir par analyse les éléments qu'il renferme ».3

1.1.6. LA THÉORIE DE LA VALEUR
Celle-ci peut se formuler comme la primauté des rapports entre les éléments eux-mêmes, qu'il s'agisse des signifiés, des signifiants ou encore des signes. Les signifiés ou concepts sont purement différentiels, définis non pas positivement par leur contenu, mais par leurs rapports avec les autres termes du système. « Leur plus exacte caractéristique est d'être ce que les autres ne sont pas », indique Saussure4. Le signifiant n’est pas un son en luimême, « le signifiant linguistique dans son essence n'est nullement phonique, il est incorporel, constitué, non par sa substance matérielle, mais uniquement par les différences qui séparent son image acoustique de toutes les autres »5. Les rapports entre signes ne sont pas de l'ordre de la différence mais de l'ordre de l'opposition « Bien que le signifié et le signifiant soient, chacun pris à part, purement différentiels, leur combinaison est un fait positif »6. Cette conception selon laquelle dans la langue il n'y a que des différences, fonde la thèse selon laquelle F. de Saussure serait le fondateur du structuralisme en linguistique. Notons cependant que F. de Saussure luimême n'a jamais parlé de structure mais seulement de système. Le
1

Nous sommes tenté de dire que l’arbitraire se situe sur le plan des référents (qui font office de réel). on sait que les langues peuvent varier dans leur façon de distinguer les couleurs de l'arc-enciel par exemple. 2 Les onomatopées et les mots expressifs sont eux-mêmes plus ou moins conventionnels 3 SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 159. 4 SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 162. 5 SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 164. 6 SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 167. 88

structuralisme de Saussure s'oppose ainsi à l'atomisme de ses prédécesseurs au sens où la description de lois organiques et la primauté des relations sur les éléments s'opposent à la simple somme des éléments considérés.

1.1.7. AXE SYNTAGMATIQUE ET AXE PARADIGMATIQUE
Deux types de relations entre éléments sont à considérer qui ont pour corrélats deux types de pratiques d'analyse, d’une part les relations syntagmatiques et d’autre part les relations associatives ou paradigmatiques. Pour les premières, le problème se pose de savoir si l'on ne considère que les relations de succession immédiate sur la chaîne, ou si l'on rompt l'espace linéaire comme dans la syntaxe fonctionnelle de Martinet A.1 qui a pour effet de rendre solidaires les analyses syntagmatiques et les analyses associatives. pour les relations paradigmatiques, la difficulté est de spécifier la nature et le niveau du paradigme que l'on construit2.

1.1.8. LA DÉLIMITATION DES UNITÉS
La conception de la langue comme combinatoire d'éléments discrets suppose résolu le problème d'identification (comment reconnaître un même élément linguistique à travers de multiples occurrences) et de différenciation (comment savoir si deux occurences sont occurrences de signes différents). La méthode de délimitation implique un recours au sens3.Notons au passage que c'est ce recours au sens que les Distributionnalistes chercheront par la suite à éliminer. La thèse de F. de Saussure selon laquelle sur la chaîne, les signifiants sont localisables (linéarité du signifiant) pose, au niveau phonique, le problème des traits supra-segmentaux et, au niveau des morphèmes celui des signifiants discontinus, des amalgames, du caractère significatif ou non de l'ordre des morphèmes. Du point de vue des niveaux et méthodes d'analyse, F. de Saussure propose une refonte des niveaux traditionnels: morphologie et syntaxe s'interpénètrent (les formes et les fonctions sont solidaires); grammaire et lexique aussi, d'où l'idée que la combinatoire des signes se définit au seul niveau de la grammaire au sens large. En même
1

Voir MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: A. Colin (rééd.), [1ère éd. 1960]. 2 Ce que Saussure ne fait pas, puisqu'il associe aussi bien à enseignement les unités enseigner (plan grammatical) et apprentissage (plan des signifiés), voir SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 175. 3 Saussure parle d'un même signe dans la force du vent et dans à bout de force distinct de celui qui apparaît dans il me force à parler , qui, dit-il « a un sens tout différent ». Voir SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot, pp. 147. 89

temps, il faut constater que Saussure n'a pas élaboré de grammaire concrète, ni même donné de critères opératoires pour en construire une.

1.2. DESCENDANCES
En conclusion, on dira que toute l'élaboration théorique de Saussure1 repose sur sa définition de l'objet langue, dont l'étude suppose un double rejet: celui de l'histoire et celui de la réalité notamment sociale. Ce double rejet a été, historiquement très productif : il a ouvert la voie à toute une série d'études systématiques et formelles des langues. Sur le plan de la phonologie, les travaux du cercle de Prague, peuvent être considérés comme l'héritage direct de la pensée saussurienne. Sur le plan de la grammaire, la syntaxe fonctionnelle de Martinet A., entre autres, dérive de la conception de la langue comme étude des formes, de même les démarches de Tesnière L. ou encore de G. Guillaume s’inspirent en bonne part ou se sont élaborées à partir des concepts de Saussure. Outre les nombreuses descendances européennes du structuralisme (comme la glossématique ou encore la sémantique structurale) on peut constater l'existence de postulats théoriques et de démarches similaires à ceux de F. de Saussure, chez les distributionnalistes américains. La démarche saussurienne s’est trouvée être l'objet d'un contestation théorique qui remet précisément en cause le double rejet que nous avons mentionné (histoire et réalité) et vise à substituer aux dualités saussuriennes dont ce rejet dérive, une autre problématique théorique, articulant le champ de la linguistique à des domaines comme l'histoire, la pratique sociale, l'idéologie. Ces nouvelles problématiques que nous exposerons plus loin, se caractérisent par le rejet de l'idée d'un code neutre (la langue) opposé à la liberté individuelle du locuteur (la parole). Ce souci de considérer le langage comme une activité de production et de réintégrer au sein de la théorie linguistique le sujet, se retrouve dans les problématiques de l'énonciation, dont le statut théorique, demeure ambigu. Malgré ces remises en question, il n'en demeure pas moins que F. de Saussure marque une étape importante dans l'histoire de la pensée linguistique, dans la mesure où il fut le premier à marquer la nécessité d'une réflexion théorique générale sur le langage, en dépassant le niveau de la simple collecte de faits partiels.

1

Le type d’exposé que nous avons adopté ne nous permettant pas toujours d’approfondir les thèmes abordés, on se référera (la liste est loin d’être exhaustive) pour des approches plus érudites de F. de Saussure aux ouvrages d’ AMACKER (R.) & ENGLER (R.) (dir. de publ.) 1990. Présence de Saussure. Genève: Droz [Colloque] ; de BENVENISTE (É.) 1966. « Saussure après un demisiècle ». in: Problèmes de linguistique générale. Paris: Gallimard ; Coll. « Tel » ; ou encore de MOUNIN (G.) 1968. Ferdinand de Saussure. Paris. 90

1.2.1. QUELQUES ASPECTS DE LA GLOSSÉMATIQUE
Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l’enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart des concepts de ce dernier 1. Hjelmslev L. (1968)2 retient en effet du Cours de linguistique générale les deux postulats suivants : la langue est à la fois expression et contenu; la langue est forme et non pas substance. Mais il va plus loin sur un nombre important de points. Ainsi, l’opposition saussurienne entre langue et parole sera, chez lui, remplacée par une opposition à trois termes, schéma, norme et usage, tandis que la distinction entre forme et substance opérée par Saussure est intégrée dans un autre système ternaire : la matière (en anglais, purport ) est la réalité phonique ou sémantique (ce que Saussure appelle la substance), la substance désigne le découpage saussurien (ce qu’il appelait la forme) et la forme constitue le réseau de relations entre les unités. Ces trois niveaux sont, pour Hjelmslev, médiatisés par la notion de manifestation: ainsi, on dira que la substance est la manifestation de la forme dans la matière. La glossématique dégage par commutation les unités linguistiques au niveau, d’une part, de l’expression, et d’autre part, du contenu. L’unité ainsi dégagée est baptisée d’un nom générique, le glossème (qui donne son nom à la théorie de Hjelmslev). Les glossèmes de l’expression sont des cénèmes (ce que l’on appelle, dans toutes les théories linguistiques, des phonèmes) et les glossèmes du contenu sont des plérèmes (correspondant, selon la terminologie des autres théories linguistiques, aux sèmes, le sème étant l’unité minimale de signification, plus petite que le signe saussurien). Hjelmslev a, en outre, formalisé les notions de langue de connotation et de métalangue par opposition à la langue de dénotation. Une langue de connotation est une langue qui a pour face signifiante (pour expression) une langue de dénotation ; et un signe de connotation a donc pour signifiant l’ensemble d’un signe de dénotation. Ainsi, la phrase comme vé le beau brin de fille! dénote un certain message (regarde la belle fille) et connote en même temps l’origine méridionale du locuteur. À l’inverse, une métalangue a pour face signifiée (pour contenu) une langue de dénotation et le signe d’une métalangue a pour signifié l’ensemble d’un signe
1

Les théories de Hjelmslev se sont très peu répandues dans le monde, et avec une lenteur qui leur a beaucoup nui. L’une des causes de cette diffusion limitée est la difficulté d’approche de ces textes, extrêmement formalisés et complexes. Hjelmslev a également été desservi par le fait d’avoir écrit dans une langue de faible diffusion, le danois. Ainsi, son ouvrage fondamental, où s’expriment tous les aspects de sa théorie fut publié initialement en 1943 mais n’a été traduit en anglais que dix ans plus tard, à une époque où domine, aux États-Unis, le courant distributionnaliste qui éclipse un peu la glossématique. Il faudra attendre 1968 pour le lire en français (Prolégomènes à une théorie du langage ). On notera, cependant, l’influence de Hjelmslev sur un sémanticien tel que A. J. Greimas. 2 HJELMSLEV (L.) 1968. Prolégomènes à une théorie du langage. Paris (trad. fr.). 91

de dénotation. Ainsi, la science linguistique est une métalangue dont le contenu (les signifiés) est constitué par la langue naturelle elle-même, c’està-dire, par définition, par une langue de dénotation.

1.2.2. QUELQUES ASPECTS DU FONCTIONNALISME
Le fonctionnalisme a eu des répercussions non négligeables dans l’enseignement du français langue maternelle comme dans celui du français langue étrangère (à ce propos voir J. Martinet: 19721 et F. François: 1974 2). Il convient ainsi de préciser quelque peu les caratéristiques de ce courant, notamment en matière d’analyse syntaxique.

1.2.2.1.

GÉNÉRALITÉS

Le terme de fonctionnalistes désigne un ensemble de linguistes (dont le principal est A. Martinet) qui s'inscrivent dans la tradition saussurienne, en mettant l'accent sur la fonction de communication de la langue et en essayant de retrouver dans les énoncés les traces manifestes des différents « choix » effectués par le locuteur. Si les travaux d’André Martinet incarnent le prolongement incontestable de certains aspects de la linguistique du cercle de Prague dont il a été l’un des correspondants, dans le domaine phonologique tout particulièrement, il n’en rejette pas moins le qualificatif de « structuraliste » et ne retient que celui de « fonctionnaliste ». Les Éléments de linguistique générale (1974/1960)3 constituent pourtant un relais important dans la diffusion des idées structuralistes. Les travaux de Martinet dans le domaine de la phonologie diachronique apportent aux conceptions structuralistes de la langue une contribution importante en ce qui concerne l’interprétation de la distinction saussurienne entre synchronie et diachronie. Si, selon Martinet, les nécessités de la communication impliquent d’un côté un nombre maximal de différences phoniques, de l’autre la « tendance au moindre effort » (exigences d’un nombre minimal d’unités les moins différentes possibles) fait de la synchronie un équilibre instable qui tend toujours vers une amélioration du rendement fonctionnel des moyens mis à la disposition des locuteurs de la communauté. L’incidence diachronique de cette économie réside dans le fait qu’une opposition relativement peu fréquente disparaîtra plus facilement qu’une opposition plus massivement exploitée. Les perspectives diachronique et synchronique ne s’opposent donc plus ici, mais se complètent. Il existe dans une langue, à un moment donné,
1 2

MARTINET (J.) 1972. De la théorie linguistique à l’enseignement de la langue. Paris: P.U.F. FRANÇOIS (F.) 1974. L’enseignement et la diversité des grammaires. Paris: Hachette. 3 MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: A. Colin (rééd.), [1ère éd. 1960]. 92

des points de fragilité dans l’équilibre, qui peuvent s’analyser en tendances au changement. Une langue est, selon A. Martinet, un instrument de communication doublement articulé, auquel correspond une organisation particulière des données de l'expérience:
« Une langue est un instrument de communication selon lequel l'expérience humaine s'analyse, différemment dans chaque communauté (...), en unités douées d'un contenu sémantique et d'une expression phonique: les monèmes; cette expression phonique s'articule à son tour en unités distinctives et successives, les phonèmes, en nombre déterminé dans chaque langue, dont la nature et les rapports mutuels diffèrent 1 eux aussi d'une langue à l'autre. » (1974/1960) .

L'insistance sur la fonction de communication du langage est à la base du point de vue fonctionnaliste et détermine la fonction d’un élément ainsi que la nature de ces éléments qui jouent un rôle du point de vue de la communication. À chaque langue correspond une organisation particulière de la réalité, des données de l'expérience. Cette formulation, qui reprend la thèse de l'arbitraire2, amène les fonctionnalistes à refuser toute idée d'universaux de langage; hormis le caractère doublement articulé et vocal des langues, « rien n'est proprement linguistique qui ne puisse différer d'une langue à l'autre »3. Selon cette conception de la langue, la réalité linguistique par excellence, ce sont les choix que la langue rend possibles au sujet parlant locuteur. Ces choix portent sur des éléments discrets: il faut choisir entre un mot et un autre, comme entre un phonème et un autre, sans possibilité de solution intermédiaire. Dans la perspective fonctionnaliste, la notion de pertinence est centrale, elle indique simplement qu'une description linguistique scientifique répond au choix d'un certain point de vue déterminé, cohérent, et qui ne se modifie pas au fil de la description. Tel trait descriptif est dit pertinent et cela au sens étymologique4 du terme, s'il appartient au point de vue choisi par l’analyste. Mounin5 indique donc que « quand le linguiste observe les faits de langage, ne sont pertinents pour lui que les traits qui contribuent à assurer une fonction de communication - précisément parce que cette fonction de communication a été aperçue comme étant la fonction première et centrale du langage en tant que tel, et que c'est le point de vue choisi comme spécifique par la description linguistique ». La description linguistique aura, étant donné l’importance fondamentale de la notion de choix qui commande notamment la théorie de la double articulation, deux composants essentiels dans la perspective fonctionnaliste. D'une part la phonologie qui étudie la deuxième articulation, fait la liste des phonèmes, détermine leurs traits pertinents, les classe selon ces traits et indique les
1 2

MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: A. Colin, pp. 20 [1ère éd. 1960]. Contre l'idée naïve de la langue-répertoire ou de la langue-calque de la réalité 3 MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: A. Colin, pp. 21 (rééd.). 4 Pertinens est qui concerne, qui est relatif à, appartenant à… 5 MOUNIN (G.) 1968. Clés pour la linguistique. Paris: Seghers, pp. 24. 93

règles qui commandent leur combinaison. D'autre part la syntaxe, consacrée à la première articulation, qui fait la liste des monèmes, indique pour chacun d'eux les fonctions qu'il peut remplir dans l'énoncé et les classe en catégories de monèmes à fonctions identiques. À ces deux composants se rattachent deux études pratiquement indispensables, mais théoriquement marginales, qui indiquent les conditions imposées par la langue pour la manifestation de ces choix: une étude phonétique détermine les traits non-pertinents dont sont accompagnés les traits pertinents des phonèmes, et une étude morphologique indique comment les monèmes se réalisent phonologiquement selon les contextes où ils apparaissent. On a pu cependant se demander si une telle attitude n'était pas trop réductrice. En effet, privilégier un critère formel conduit à une présentation atrophiée et caricaturale du fonctionnement linguistique. Tout d’abord, concevoir les langues comme des outils de communication d'emploi général capables de transmettre des informations revient à limiter les langues à la seule fonction représentative (ou référentielle), c'est à dire à la seule narration de faits et d'évènements. Ainsi que le fait remarquer R. Vion (1980)1 « La fonction communicative des langues est infiniment plus riche que l'échange utilitaire d'informations. Le fonctionnement linguistique permet en effet également l'expression (volontaire ou non) de la subjectivité des sujets, des procédures d'appel visant à influencer l'auditeur, des procédures de vérification du contact nécessaire à la communication, des réflexions sur le langage (métalinguistiques), les jeux de mots, les formules rituelles et incantatoires, l'ironie, l'allusion, la connivence, etc.». Par ailleurs la notion de communication est loin d'être aussi transparente et évidente qu'elle semble à première vue: s'il peut paraître certain que le langage sert à communiquer, il n'est pas certain que la définition fonctionnaliste de la notion de communication soit une base d'étude aussi solide qu'il y paraît. Il y a lieu de s'interroger sur les rapports entre cette fonction et les fonctions « accessoires » du langage: servir de « support à la pensée », de « mode d'expression », ce qui peut également amener des doutes sur la valeur de la métaphore du « langage comme instrument ». Enfin un phénomène comme l'intonation s'intègre mal à cette vue radicalement discontinuiste du langage: l'intonation (montée ou descente de la courbe mélodique) est susceptible de variations graduelles qui jouent un rôle dans la communication, et modifient le sens global de l'énoncé; un tel fait d'intonation, ainsi analysable en un signifiant et un signifié, participe par là de la nature du signe. Néanmoins A. Martinet le considère comme marginal et non proprement linguistique, en tant qu'il échappe à la double articulation et par conséquent ne se laisse pas analyser en unités discrètes. Selon lui, le passage de il pleut (affirmation) à il pleut ? (question, manifestée par l'intonation) ne se fait pas par un palier nettement marqué (ce qui permettrait de dégager un « intonème » discret) mais par une série de stades intermédiaires possibles, à mesure que
1

VION (R.) 1980. « Théories linguistiques ». in: FRANÇOIS (F.) et al. Linguistique. Paris: P.U.F. 94

l'affirmation devient moins catégorique et se charge de doute, jusqu'à être sentie comme une interrogation. D'après A. Martinet les phénomènes prosodiques sont nécessairement liés à l'activité phonique; mais leur étude peut-être considérée comme secondaire du point de vue linguistique.

1.2.2.2.

LA SYNTAXE FONCTIONNELLE

Rappelons tout d’abord que chez A. Martinet, les monèmes sont les unités significatives (de première articulation) minimum, comportant un signifié et un signifiant. Le travail consistant à analyser des énoncés en monèmes met en jeu les procédures mises au point en phonologie (rapprochement et comparaison de séquences): « il s'agit, bien entendu, dans les deux cas, de déterminer les segments qui ont fait l'objet d'un choix particulier du locuteur: dans le cas des phonèmes, il s'agissait de segments qu'il fallait choisir de façon à obtenir un signifiant déterminé; ici, il s'agit de segments que le locuteur a dû choisir en fonction directe de la valeur à donner au message »1. Pour A. Martinet, le morphème est un élément grammatical (affixe, désinence, etc.) s’opposant au lexème (l’unité significative minimale qui indique le sens). Morphèmes et lexèmes sont tous des monèmes, ce terme générique désignant l’ensemble des unités de première articulation. Toutefois, cette conception bute sur un obstacle grave et ne convient vraiment qu’à l’analyse de certaines langues dans lesquelles l’unité est aisément repérable, soit parce que le système de composition en est l’isolation, ou juxtaposition de formes inaltérées, soit parce qu’on peut projeter un savoir préalable sur les formes identifiées (cas des langues bien connues). On doit se demander si l’on peut décrire un système linguistique peu ou pas connu au moyen de ces catégories, étant donné l’extrême variété des systèmes verbaux2. Malgré l’analogie combinatoire des unités de 1ère et 2ème articulation postulée par A. Martinet, il y a cependant des différences entre les deux plans, qui font que l'analyse ne peut pas être menée de façon exactement identique: dans le cas des phonèmes, la situation est plus simple car il n'existe qu'un seul type de relation entre eux dans la chaîne parlée, une relation de compatibilité pure et simple, suivant qu'ils peuvent se trouver en contiguïté ou non; par ailleurs l'ordre est directement pertinent: /lam/ (lame) est différent de /mal/ (mal). En ce qui concerne les monèmes, le rôle de l'ordre n'est pas toujours facile à déterminer: demain, je partirai a le même
1

MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: A. Colin, pp.103, (rééd.). Pour ne prendre qu’un exemple : L’ergatif, dans certaines langues, est un mode, le perfectif ; il est un aspect dans d’autres langues; cela sans compter les langues de type sémitique où la conjugaison obéit à des alternances vocaliques laissant intact le schème consonantique. Que dire enfin des langues flexionnelles, dans lesquelles il est rigoureusement impossible de déterminer, à cause de l’amalgame qu’elles pratiquent, ce qui revient à telle catégorie (Le suffixe latin -arum dans rosarum a les traits : pluriel, féminin, génitif, sans qu’on puisse associer l’un quelconque d’entre eux à un élément de réalisation phonétique segmentable.)
2

95

« sens » que je partirai demain. Par ailleurs, il peut exister bien des types de relation entre deux monèmes contigus et plus généralement entre les différents monèmes composant un énoncé. Leur étude est précisément l'objet de la syntaxe. De plus, s'il est vrai que le principe d'opposition vaut pour les monèmes comme pour les phonèmes, il est beaucoup plus difficile d'établir des classes paradigmatiques satisfaisantes: dans je partirai demain, on peut remplacer demain par en voiture sans qu'il y ait à proprement parler opposition entre les deux, puisqu'ils ne s'excluent pas. On voit donc que la combinatoire des monèmes est différente de celle des phonèmes. D'autres facteurs interviennent encore qui viennent compliquer l'analyse: ils tiennent à ce que les monèmes ne sont pas toujours clairement alignés les uns à la suite des autres dans un énoncé, comme le sont les phonèmes; ils sont souvent enchevêtrés d'une façon qu'il est difficile de démêler. C'est notamment le cas très fréquemment en français; il n'est pour s'en convaincre que d'essayer de distinguer dans la conjugaison des verbes ce qui marque le radical, le mode, le temps, le nombre (singulier ou pluriel), la personne. On s'apercevra que, si les signifiés correspondants sont toujours distincts, les signifiants sont passablement amalgamés. De même, /O/ (au) amalgame les signifiants correspondant à la préposition à et à l'article le. Voici un autre exemple d’analyse donné par Martinet1 à propos duquel on notera la latitude laissée au descripteur: « Dans un cas comme l’allemand sang, prétérit de singen, il importe peu qu'on choisisse l'analyse en un signifiant discontinu /z...N/ correspondant au signifié chanter, et un signifiant / ... a ... / correspondant au signifié « passé », ou l'interprétation de /zaN/ comme un amalgame correspondant à deux signifiés distincts ». A côté des amalgames (un signifiant indécomposable pour plusieurs signifiés), on retrouve le cas inverse des signifiants discontinus: plusieurs « morceaux de signifiant » pour un seul signifié, comme dans le cas de la négation ne ... pas en français ou des verbes à particule séparée en anglais ou en allemand. De plus, tout comme un phonème peut se présenter sous différentes variantes suivant le contexte, un monème peut éventuellement se manifester sous des formes variables. C'est le cas en français du monème dont le signifié est aller et dont le signifiant est soit /al/, soit /va/, soit /i/ (ira), soit /aj/ (aille); ou encore le cas du monème dont le signifié est « pluriel » et dont le signifiant peut revêtir des formes extrêmement diverses, le plus souvent discontinues, il suffit de comparer par exemple « les enfants écrivent » et «l'enfant écrit »; Il y a aussi les amalgames, comme dans « journaux », pluriel de « journal ». L'étude des variations de signifiant pour un même signifié constitue la morphologie2. A propos de toutes ces difficultés d'analyse, on remarquera qu'elles se situent au niveau du signifiant, le problème étant de retrouver le segment matériel qui manifeste un signifié. Mais le découpage en signifiés (supposé résolu ou non problématique dans ce qui précède) est lui aussi source de difficultés,
1 2

MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: A. Colin, pp.102, (rééd.). Le terme étant ainsi pris dans une acception assez différente de son acception coutumière. 96

beaucoup plus encore à vrai dire que le découpage en signifiants. L'analyse fonctionnelle ne s'aventure que prudemment dans ce domaine, et s'en tient à la notion de « choix unique », sans se dissimuler combien il est souvent difficile d'isoler des unités de choix sémantiques: on conviendra sans doute qu'il y a choix unique dans le cas de pomme de terre, mais il est déjà plus délicat de trancher dans le cas de chambre à coucher. La notion de « synthème » vise à présenter une catégorie en quelque sorte intermédiaire entre le monème et le syntagme proprement dit, résultant de choix multiples (par exemple: avec les valises ou encore donnerions). Le terme de synthème désigne également les dérivés (par exemple: vivement) et composés (par exemple: vide-poche), identifiables moins par leur unité sémantique que par une caractéristique fonctionnelle: ces combinaisons de monèmes se comportent comme des monèmes simples. On voit ici les difficultés de la notion de choix: le monème est défini par A. Martinet (1974)1 comme résultant d'un choix, or le synthème est défini comme une combinaison de monèmes résultant également d'un choix unique. Suivant le comportement fonctionnel des monèmes dans un contexte donné, Martinet A. propose une classification des monèmes en différents types2 : - Les monèmes autonomes (comme hier, dans hier, il y avait fête au village), qui comportent en eux-mêmes l'indication de leur fonction. - Les monèmes fonctionnels qui servent à indiquer la fonction d'un autre monème. - Les monèmes dépendants, en ce sens qu'ils dépendent, pour l'indication de leur rapport avec le reste de l'énoncé, « soit d'un monème fonctionnel, soit de leur position relativement aux autres éléments de cet énoncé3». Pour A. Martinet, la modalité désigne les déterminants grammaticaux du nom et renvoie à la classe des « actualisateurs » défini, indéfini, singulier, pluriel. Cette acception repose sur la distinction saussurienne entre langue et parole : pour devenir des éléments du discours, les noms sont soumis à la nécessité de passer du virtuel au réel ; autrement dit, ce qui est dans la langue tel quadrupède avec ses propriétés, mettons cheval, sera, en fonction de la situation où je parle, soit « le cheval » (la classe ou l’individu), soit « un cheval ». On remarquera également que cet auteur ne reprend pas exactement le schéma sujet-prédicat, qui remonte à des considérations logiques et philosophiques qu'il critique comme entachées d'a priori. Sa
1 2

MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: A. Colin, pp.133, (rééd.). Dans la phrase « hier, il y avait fête au village », village est un monème dépendant (et le syntagme au village est un syntagme autonome). Reste, dans cet exemple, le syntagme il y avait fête qui est non seulement autonome mais encore indépendant, car il suffit à former un énoncé complet: c'est le syntagme prédicatif. C'est autour de cette notion, au demeurant classique, de prédicat, que se développe la théorie syntaxique de Martinet. Il n'y a plus ici aucun lien avec la phonologie, qui ne connaît rien de comparable au prédicat; il s'agit de se donner une théorie des structures syntaxiques élémentaires. 3 MARTINET (A.) 1974. Éléments de linguistique générale. Paris: A. Colin, pp.118, (rééd.). 97

présentation du prédicat est celle d'un élément dont on constate empiriquement la présence nécessaire dans tout énoncé (pour qu'il y ait énoncé). Ce prédicat a simplement besoin d'être actualisé, c'est-à-dire mis en référence avec une situation concrète: dans il y avait fête, Martinet distingue le monème prédicatif proprement dit (fête) et l'élément qui l'actualise (il y avait). Dans telle autre langue, le simple énoncé du monème correspondant à fête aurait valeur d'actualisation. En tout état de cause, point n'est besoin d’un « sujet ». Bien entendu, cela n'empêche pas Martinet de constater la grande fréquence des énoncés dans lesquels le prédicat est actualisé par l’élément qu'on appelle le sujet, comme dans le chien court, mais il est essentiel à ses yeux de ne pas conclure de cette fréquence au caractère universel ou obligatoire de la présence d'un sujet, ni à une quelconque prévalence de la structure sujet-prédicat. On peut donc distinguer dans un énoncé le noyau indispensable, composé du prédicat et des éléments qui l'actualisent (comme, le cas échéant, le sujet) et tout le reste, qui est expansion. On retrouvera ici tout ce qui correspond aux différents compléments traditionnels, parmi lesquels l'analyse fonctionnelle s'efforce de construire un système cohérent. Tout en insistant sur le fait que « les fonctions ne sont pas identifiables d'une langue à une autre »1, Martinet esquisse ainsi différents types de classifications des fonctions2. Tout d’abord en fonctions primaires par opposition aux fonctions non primaires selon le rapport qu'elles établissent entre un syntagme non prédicatif et le noyau prédicatif ou entre des syntagmes non prédicatifs. Selon la forme que prend l'indication de la fonction, on retrouve les principes qui doivent aboutir à la classification des monèmes, selon les conditions d'apparition des fonctions3, selon « le degré de participation à l'action ». Mais, dit aussitôt Martinet A. (1972)4, « il est toutefois difficile de trouver des critères sûrs en la matière ». Et il ajoute un peu plus loin que, dans cet effort de classement, il se proposait « uniquement d'indiquer de quelles façons on peut essayer d'établir un peu d'ordre dans le fouillis des fonctions qui se présentent à celui qui cherche à dégager les traits d'une structure syntaxique »: la syntaxe fonctionnelle ne se présente donc pas comme un système achevé.

1

MARTINET (A.) 1972. « Cas ou Fonctions ? ». in: La Linguistique. Paris: P.U.F., 1972/2, 8, pp. 21. 2 MARTINET (A.) 1972. « Cas ou Fonctions ? ». in: La Linguistique. Paris: P.U.F., 1972/2, 8, pp. 22-23. 3 Ce qui implique notamment l'établissement de leur caractère obligatoire ou facultatif et des limitations de leurs emplois dans le cas de certains types de prédicats. 4 MARTINET (A.) 1972. « Cas ou Fonctions ? ». in: La Linguistique. Paris: P.U.F., 1972/2, 8. 98

1.2.3. QUELQUES ASPECTS DE LA SYNTAXE STRUCTURALE DE L. TESNIÈRE
Tesnière L. dans ses Éléments de syntaxe structurale (première édition 1959)1 préfigure ainsi que le font remarquer Fuchs C. et Le Goffic P. (1985)2 à qui nous empruntons une partie de cette brève présentation, la notion chomskyenne de transformation, pourtant ainsi que l'indique le titre de l’ouvrage, Tesnière s’inscrit dans le courant structuraliste. L. Tesnière cherche, tout comme Saussure, à élaborer une théorie générale du langage, et plus précisément à étudier la grammaire comme un système dont il s'agit de dégager les lois d'organisation et de fonctionnement, il présente cependant, par rapport à Saussure et au courant structuraliste en général, un certain nombre de particularités. Tout d'abord Tesnière se fonde sur sa propre pratique (observation des faits de grammaire dans de nombreuses langues) pour construire une élaboration théorique indissolublement liée tout à la fois à une nouvelle pratique (mieux rendre compte des phénomènes observés) et à des applications (notamment pédagogiques). Cela le conduit à proposer des critères opératoires pour la construction de grammaires: élaboration de niveaux et d'unités d'analyse. Plus spécifiquement, Tesnière insiste sur l'importance de la notion de « fonction » en syntaxe, qui n'apparaissait pas comme centrale pour Saussure. Cette notion peut être considérée comme un enrichissement de celle de forme. Il s'ensuit une distinction entre syntaxe statique (les catégories) et syntaxe dynamique (les fonctions), la première étant théoriquement subordonnée à la seconde. La syntaxe statique a pour espace d'analyse l'ordre linéaire séquentiel de la surface; la syntaxe dynamique, l'ordre « structural » où se définissent les fonctions3. Sur ce point précis, s'opposant au strict respect de la surface pratiqué par les distributionnalistes, la position de Tesnière pourrait se comparer à celle de la grammaire générative transformationnelle: « Il y a antinomie entre l'ordre structural, qui est à plusieurs dimensions, et l'ordre linéaire, qui est à une dimension. Cette antinomie est la « quadrature du cercle » du langage. Sa résolution est la condition sine qua non de la parole » (1969: 21)4. L'analyse proposée par Tesnière dans sa syntaxe dynamique vise à rendre compte de « l'activité parlante » (ou parole) par opposition à la langue. Sa préoccupation de décrire en termes d'activité de langage les deux opérations « parler » et « comprendre » le rend contemporain des recherches les plus récentes en linguistique: « parler, c'est établir entre les mots un ensemble de connexions (...), comprendre, c'est saisir l'ensemble des
1

TESNIERE (L.) 1969. Éléments de syntaxe structurale. Paris: Klincksieck. [Ouvrage posthume, Tesnière étant mort en 1954, qui représente l’ensemble des recherches de l’auteur.] 2 FUCHS (C.) & LE GOFFIC (P.) 1985. Initiation aux problèmes des linguistiques contemporaines. Paris: Hachette ; Coll. « Université ». 3 TESNIERE (L.) 1969. Éléments de syntaxe structurale. Paris: Klincksieck, pp. 50. 4 Par le dernier terme de parole, Tesnière se distingue cependant de la grammaire générative. 99

connexions qui unissent les mots »1, ou encore; « parler une langue, c'est en transformer l'ordre structural en ordre linéaire, et inversement, comprendre une langue, c'est en transformer l'ordre linéaire en ordre structural » (1969 : 19). Pour représenter les connexions structurales de la syntaxe dynamique, Tesnière se donne un mode de représentation qu'il nomme « stemma ». L'idée d'un tel mode de représentation constitue une découverte tout à fait nouvelle par rapport aux structuralistes européens. Formellement, le stemma est une arborescence qui n'est pas nécessairement binaire, et qui « se situe dans un espace à deux dimensions ». Outre ses caractéristiques formelles (et ses qualités pédagogiques de visualisation des structures), le stemma met en œuvre une élaboration théorique fort différente de celle de Chomsky. Cette élaboration théorique se caractérise par les trois points suivants: a- Redéfinition des niveaux d'analyse: mode d'articulation entre morphologie, syntaxe et sémantique; b- La syntaxe statique; c- La syntaxe dynamique. Tesnière part d'une distinction entre plan de la pensée ou plan du contenu (abstrait), d'ordre « psychologique et logique », dont les catégories sont universelles et plan de la langue ou de la forme, d'ordre linguistique, où les catégories sont variables. La langue elle-même se décompose en forme intérieure (abstraite); et forme extérieure2. Ce découpage, repris de Humboldt3, constituera aussi un point de référence pour Chomsky qui y voit une préfiguration de la distinction qu'il pose entre « structures profondes » et « structures de surface ». La forme intérieure est l'objet d'étude de la syntaxe. Le contenu (sémantique) et la forme intérieure dynamique (syntaxe structurale) constituent deux plans indépendants mais parallèles. L'argumentation de Tesnière préfigure ici celle de Chomsky : « Une phrase peut être sémantiquement absurde tout en étant structuralement parfaitement correcte », et Tesnière illustre cette remarque par l'exemple (sémantiquement absurde): le silence vertébral indispose la voile licite structuralement identique à la phrase (sémantiquement acceptable): le signal vert indique la voie libre. Mais, contrairement à Chomsky, Tesnière fait du plan sémantique celui qui fonde, en dernière instance, la syntaxe: « Le structural n'a de raison d'être que dans le sémantique »4. Tesnière réserve enfin les termes de « déterminant » / « déterminé » pour désigner les rapports sémantiques, alors qu'il utilise « subordonné » / « régissant » pour référer aux relations de

1 2

TESNIERE (L.) 1969. Éléments de syntaxe structurale. Paris: Klincksieck, pp. 12. Le « vêtement phonique abstrait » selon la terminologie de Tesnière. 3 Linguiste allemand du XlXe siècle 4 TESNIERE (L.) 1969. Éléments de syntaxe structurale. Paris: Klincksieck, pp. 46. 100

syntaxe structurale. Le tableau suivant1 permettra de visualiser cet agencement:

La syntaxe statique consiste essentiellement en une refonte des catégories traditionnelles (parties du discours) dont Tesnière estime qu'elles sont hétérogènes, dans la mesure où elles mélangent plusieurs ordres de critères2, et qu'elles omettent de mentionner la présence dans les langues de « marquants zéro ». Dans son classement des mots en catégories, Tesnière distingue les mots vides et les mots pleins. Les mots pleins sont les suivants: verbe, substantif, adjectif, adverbe.3 Les mots vides sont les jonctifs (par exemple conjonctions de coordination), les translatifs (prépositions,
1

Tableau pris dans FUCHS (C.) & LE GOFFIC (P.) 1985. Initiation aux problèmes des linguistiques contemporaines. Paris: Hachette ; Coll. « Université », pp. 47. 2 TESNIERE (L.) 1969. Éléments de syntaxe structurale. Paris: Klincksieck, pp. 51. 3 Ce qui pourrait paraître très traditionnel, si l'on ne précisait qu'il n'entend pas par là les catégories de la grammaire scolaire. Par exemple, les pronoms interrogatifs, les pronoms personnels, certains indéfinis se trouvent regroupés sous la dénomination de « substantifs », d'autres indéfinis ainsi que les démonstratifs deviennent des « adjectifs ». 101

postpositions, conjonctions de subordination, pronom relatif), les indices (par exemple: personnes, articles) et anaphoriques. On constate ainsi une redistribution des catégories traditionnelles, puisque le groupe des conjonctions éclate en deux, et que l'un des deux sous-groupes se trouve contenir également le pronom relatif. Outre l'homogénéisation théorique de la terminologie, cette présentation a le mérite de fonder clairement la classification sur la base de critères syntaxiques, tout en maintenant la distinction entre catégories et fonctions: une même catégorie peut remplir plusieurs fonctions. De ce point de vue, Tesnière s'oppose à Chomsky qui opère un constant glissement entre catégories et fonctions. La syntaxe dynamique est chargée de rendre compte de trois ordres de phénomènes: la connexion, la jonction et la translation qui sont « les trois grands chefs sous lesquels viennent se ranger tous les faits de syntaxe structurale » (Tesnière: 1969: 323). Ainsi distingue-t-il phrase simple (ne faisant intervenir que la connexion) et phrase complexe (où intervient la jonction et/ou la translation). On notera enfin que Tesnière fut le premier à faire intervenir la notion d’actant avec le contenu suivant « être ou chose qui, à un titre quelconque, et de quelque façon que ce soit, même au titre de simples figurants et de la façon la plus passive, participent au procès »1. Ainsi, dans l’énoncé: « L’enfant donne un baiser à sa mère », dont il est vrai qu’une bi-participation en thème/prédicat n’est pas très éclairante, on pourra compter trois actants représentés par les noms de la phrase. On voit bien que l’intérêt de cette description est d’amorcer la notion de subordination des différents syntagmes rattachés au verbe. Spécialement, des groupes considérés par la tradition comme des expansions indirectes deviennent, dans cette perspective, des seconds actants du procès ou contre-sujets du verbe passif, comme le prouveraient les paraphrases: Un baiser est donné à la mère par l’enfant ou La mère reçoit un baiser de l’enfant . Le terme actant s’inscrit alors dans l’opposition actant/circonstant, ce dernier terme étant réservé aux éléments stables de la phrase, les adverbes et équivalents.

1.2.4. QUELQUES ASPECTS DE LA PSYCHOMÉCANIQUE DE G. GUILLAUME
La discipline linguistique fondée par Gustave Guillaume2 a été nommée psychomécanique du langage. Longtemps réservée à un cercle étroit
1 2

TESNIERE (L.) 1969. Éléments de syntaxe structurale. Paris: Klincksieck. Linguiste, élève d’Antoine Meillet, Gustave Guillaume (1883-1960) est l’auteur de nombreux ouvrages. Il a enseigné à l’École pratique des hautes études de 1938 à 1960. Ses essais, Le Problème de l’article et sa solution dans la langue française (1919), Temps et Verbe, théorie des aspects, des modes et des temps (1929); L’Architectonique du temps dans les langues classiques (1943), ont été réédités ensemble en 1965. Un nombre important d’articles, parus entre 1933 et 1958, ont été réunis sous le titre Langage et science du langage (1964). Les leçons qu’il a données pendant vingt-deux ans à l’E.P.H.E., dont le texte manuscrit est conservé au Fonds Gustave-Guillaume de l’université Laval à Québec, ont été publiées par les soins de Roch Valin. 102

d’ « initiés », la linguistique guillaumienne suscite chez certains linguistes contemporains un regain d’intérêt, par ailleurs des travaux de plus en plus nombreux concernant cette fois plus directement l’enseignement du français langue étrangère, font allusion ou quelquefois se réclament plus ouvertement de la psychomécanique du langage. Il faut y voir sans doute le retour d’une problématique ancienne, celle des relations entre langue et pensée. Cette psychomécanique du langage, est selon l’auteur, la science des mécanismes fondamentaux de la pensée commune qui interviennent dans la genèse de la langue, conçue comme le système des représentations à partir desquelles il est possible, par la médiation de signes appropriés, de produire des actes de langage et d’émettre des discours (purement mentaux ou réalisés physiquement par l’expression orale ou écrite). La psychomécanique se complète d’une psychosystématique, science des systèmes linguistiques institués, et d’une psychosémiologie, science des signes linguistiques dans leurs rapports avec les « signifiés de puissance » qu’ils évoquent et les « signifiés d’effet » qu’ils permettent d’effectuer. Les signifiés de puissance sont conçus comme des virtualités opératoires qu’une visée de discours vient actualiser par saisie en un point quelconque des mouvements, portés par un temps opératif, qu’elles préfigurent; tout est donc cinétique et mécanique dans le fonctionnement du langage. Le verbe, par exemple, est une partie de la langue traduisant la genèse de l’image mentale du temps : la chronogenèse, et chacune de ses formes aspectuelles, modales, temporelles ou personnelles, correspond à une saisie effectuée en un point du déploiement de cette opération. Ainsi se définit une linguistique de position, opérant par mouvement et interception de mouvement. Une analyse approfondie de la nature du mot, dans la diversité des langues du monde, a amené Gustave Guillaume à concevoir une typologie linguistique intégrale, la « théorie des aires ». En un sens, Gustave Guillaume ne rompt pas l’unité de la linguistique structurale au sens large du mot. Ce qui lui importe, en effet, dans ses études sur le temps du verbe, les formes de l’article, et en général sur les catégories grammaticales, c’est l’organisation systématique de la langue1; mais cette organisation résulte d’un jeu de tendances et de tensions dont il peut être entièrement rendu compte par une psychologie radicalement différente du béhaviorisme et de l’atomisme mental, à savoir une psychologie des opérations rationnelles. Un des concepts clés chez Guillaume est la notion de système: le système est une abstraction qui procède d'une construction intellectuelle; ce n'est pas un donné qui se laisserait immédiatement appréhender par une simple observation. En ce sens, la recherche de Guillaume s'oppose radicalement aux travaux des Distributionnalistes, par exemple, qui cherchent à caractériser l'organisation des faits de surface. Selon Guillaume, le travail du linguiste consiste au
1

Reste à savoir si une réconciliation est possible entre les idées de structure et de genèse que la linguistique structurale a tendu à opposer, du moins en ses débuts, en raison de sa rupture initiale avec la méthode historique comparative. 103

contraire à dépasser le cadre étroit de l'observation empirique (la pseudoréalité des phénomènes sensibles directement observables) pour construire l'objet. On trouve chez Guillaume une critique constante du positivisme: « une science d'observation se constitue en science théorique à partir du moment où elle consent à voir dans la réalité plus et autre chose que ce qu'en montrent les apparences sensibles »1, ou encore: « un système ne devient observable qu'après un travail intellectif de reconstruction, lequel travail, très spécial, transcende, outrepasse la donnée d'observation directe, et par là suscite la défiance, illégitime, d'esprits prudents, imbus d'un positivisme excessif, et d'ailleurs périmé, dont les autres grandes sciences d'observation créées en science théorique ont su se dégager et se dégagent de plus en plus »2. Dépassant une certaine conception structuraliste de la langue comme pur système de rapports, vide de tout contenu, Guillaume G. s'intéresse à l'un des problèmes centraux de la linguistique: celui des rapports entre forme et sens. Sa démarche repose sur un postulat d'indépendance entre la forme (le signifiant) et la matière (le signifié). C'est en l'occurrence la « matière » qu'il étudie de façon privilégiée, et même plus précisément les opérations de la pensée constitutives des signifiés, telles qu'il s'efforce de les reconstruire. Cette étude a pour nom la « psychosystématique » ou encore « psycho-mécanique ». « Toute la psychosystématique est une étude des coupes par lesquelles la pensée délimite en elle-même, au sein de son activité, certains grands procès, et recoupe ensuite interceptivement ces procès, par le moyen de nouvelles coupes transversales qui, selon qu'elles sont précoces ou tardives dans le mouvement qu'elles attaquent, conférent au signe représentatif du mouvement une valeur différente »3. La pensée est activité, mouvement, flux continu qui, comme telle, n'est pas exprimable. Pour l'exprimer et c'est là le langage; il est nécessaire de délimiter, de fixer, d'arrêter ce flux, comme une photo instantanée est représentative du mouvement, ou plutôt comme le cinéma, suite de photos discontinues, nous restitue le mouvement continu. Ce genre d'opération est ce que Guillaume appelle des « coupes », et il en distingue deux sortes: La première sorte est celle par laquelle « la pensée délimite en elle-même, au sein de son activité, certains grands procès », comme le mouvement allant de l'universel au singulier4. Les différents mouvements de ce type forment un système au sens saussurien et
1

GUILLAUME (G.) 1971. Leçons de Linguistique. Québec: Presses de l’université de Laval, pp. 10. (Textes de Gustave G. publiés par Valin (R.) : 1948-1949 A- Structure sémiologique et structure psychique de la langue française, B- Psycho-systématique du Langage). 2 GUILLAUME (G.) 1971. Leçons de Linguistique. Québec: Presses de l’université de Laval, pp. 15. 3 GUILLAUME (G.) 1971. Leçons de Linguistique. Québec: Presses de l’université de Laval, pp. 209. 4 Il s’agit encore bien d'un mouvement (et non pas d'un découpage quelconque du réel en parties fixes), qui a valeur de schème explicatif très fécond, que ce soit pour les déterminants, le système aspectuo-temporel, etc. 104

constituent proprement ce que Guillaume appelle « la langue » (qui n'est donc pas ici un inventaire d'éléments, mais un système de schèmes dynamiques, « cinétiques » - c'est-à-dire en mouvement). Nous sommes à un niveau abstrait qui n'est pas encore celui du « discours ». Le passage au « discours » se fait par une seconde série de « coupes », qui « attaquent le mouvement », le saisissent, I'interceptent en un point donné de son développement. C'est le caractère plus ou moins « précoce ou tardif » de cette coupe en discours qui « confère au signe représentatif du mouvement une valeur différente ».

2. LE STRUCTURALISME AMÉRICAIN
Le développement du structuralisme américain est d’abord lié aux deux figures tutélaires majeures de Leonard Bloomfield (1887-1949) et d’Edward Sapir (1884-1949), puis à leurs disciples1. La confrontation sur le continent américain à la diversité de langues indigènes inconnues plus grande que dans l’Europe occidentale explique en partie les positions radicales du structuralisme américain vis-à-vis du sens, surtout après la Seconde Guerre mondiale2, ainsi que le balancement de la linguistique structurale américaine entre formalisme et anthropologie3. Le structuralisme développé par la postérité bloomfieldienne retient d’abord l’idée que la structure linguistique d’une langue est constituée de strates qui déterminent plusieurs niveaux dans l’analyse. De ce point de vue, l’analyse en constituants immédiats est aussi caractéristique de la linguistique issue de Bloomfield que le concept de fonction l’est pour le cercle de Prague. L’influence de la psychologie behavioriste se fait sentir à partir de 1921 et continuera, par la suite, à s’exercer dans la linguistique distributionnelle: on doit pouvoir rendre compte des comportements linguistiques, ainsi que de la structure hiérarchisée des messages émis, sans aucune postulation concernant les intentions des locuteurs et leurs états mentaux. Language de Bloomfield (1933) présente un modèle de l’analyse linguistique (grammaire et syntaxe) en niveaux hiérarchisés et dépendants : les phonèmes se combinent pour constituer des morphèmes qui se combinent en mots et enfin en phrases (unités maximales d’ordonnancement des unités de rang inférieur). Chaque niveau représente à la fois une structuration de la forme et du sens, et la fonction d’un élément de niveau quelconque se révèle dans l’intégration au niveau supérieur: l’analyse procédera donc des constructions maximales aux constituants ultimes. Dans la perspective de Bloomfield , pour qui la phrase n’est pas la simple somme de ses constituants, les formes grammaticales s’organisent (modulation, modification phonétique, ordre syntagmatique linéaire, sélection verticale)
1 2

Parmi lesquels Zellig Harris et Charles F. Hockett. Toute intuition sémantique est alors méthodologiquement bannie des procédures d’analyse. 3 Sous l’influence notamment de Franz Boas (1858-1942). 105

pour produire le sens, dont l’analyse autonome est hors de portée directe du linguistique. Bloomfield nourrit à l’égard d’une possible sémantique scientifique autonome un scepticisme radical qui repose sur l’impossibilité de maîtriser jusqu’au bout les traits distinctifs qui structurent une situation de communication, et d’en fournir un inventaire exhaustif. Il s’agira donc pour lui de rendre compte de la structuration parallèle de la forme et du sens, et de mettre en lumière un niveau proprement grammatical d’organisation de l’énoncé qui possède ses contraintes propres. Dans les travaux de Zellig Harris ou de Charles F. Hockett, le modèle distributionnel privilégiera nettement le niveau morphématique de structuration de la forme et du sens: la structure demeure une hiérarchie de dépendances que les distributionnalistes objectivent par différents artifices. L’identification des unités (la segmentation du flux continu de la parole) repose sur le critère strictement formel de distribution. La distribution d’un élément se définit par la somme des environnements (des contextes) dans lesquels il trouve place. Dans ces conditions, on pourra étudier au moyen du seul critère de commutation (substitutions d’éléments dans un contexte) les propriétés distributionnelles des éléments de la langue que l’on pourra alors ranger dans des classes aux propriétés nettement distinguées. La phrase n’est plus alors qu’une combinaison de classes distributionnelles différentes, agencées selon des formules, des schémas dont on peut entreprendre l’inventaire et étudier les variations à tous les niveaux de contrainte. La tentative distributionnaliste, en réduisant le plus possible le recours aux hypothèses mentalistes (comment procèdent les locuteurs pour émettre ou comprendre un message ?), propose non seulement une méthode d’analyse fondée sur les notions opératoires de contexte, occurrence et cooccurrence, sélection, ordre, mais aussi un idéal de la représentation scientifique (inductif), et une théorie du langage, pièce d’une science générale des comportements.

2.1. LE DISTRIBUTIONNALISME
Les similitudes entre le distributionnalisme et les courants européens contemporains autorisent à les regrouper comme étant autant de variantes du structuralisme. Les différences peuvent être mises en rapport avec des conditions de développement différentes. Alors qu'en Europe la linguistique nouvelle prend la forme d'une réflexion théorique à partir de l'étude de langues bien connues, anciennes ou modernes1, la linguistique américaine se constitue, en se dégageant du modèle universitaire européen, moins par rapport au latin et au grec qu'aux langues amérindiennes encore inconnues ou peu décrites. Le premier objectif du distributionnalisme est la description de langues très différentes du modèle indo-européen et sa réflexion vise
1

Saussure lui même était un spécialiste de premier ordre de l'indo-européen et c'est de sa pratique de philologue qu'est issu son Cours de linguistique Générale. 106

essentiellement à se donner une méthode pour y parvenir, les préoccupations théoriques sont réduites au strict minimum indispensable au travail descriptif. Notons que cette théorie, connue également sous le nom de structuralisme américain, s'est développée aux Etats-Unis à partir de l'œuvre de Léonard Bloomfield. Elle trouve son point de départ dans A Set of Postulates for the Science 1 of Language et surtout dans Language 2.

2.1.1. LES CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES
La caractéristique fondamentale du distributionnalisme concerne son hostilité à l'égard du sens. Alors que la plupart des linguistes considèrent que la langue met en relation forme phonique et sens, l'objectif des distributionnalistes a consisté à vouloir rendre compte du fonctionnement linguistique par la seule prise en compte de la forme phonique. Certes, il n'est pas question (et notamment pour L. Bloomfield) de nier que les unités et énoncés linguistiques ont pour finalité de produire du sens, ni de méconnaître que la distinction entre unités ultimes ne peut être établie en dehors d'une relation de sens: le phonème est la plus petite forme phonique dépourvue de sens, le morphème la plus petite forme phonique en relation avec un sens (le sémème). Mais pour L. Bloomfield, la signification renvoie à la totalité de l'expérience humaine et présuppose, pour son explicitation, la connaissance globale du monde, ce qui dépasse largement les possibilités de la linguistique. Ainsi pour Bloomfield, la tâche immédiate à laquelle doit s’attacher le linguiste est une description des langues, description qui doit éviter tout mentalisme et ne pas tenir compte du sens des énoncés considérés. Cette théorie est donc fondamentalement mécaniste et antimentaliste (le mentalisme voyant dans la parole un effet des pensées du locuteur).

2.1.2. CORPUS ET TRAITEMENT DES DONNÉES
Une telle étude commence par la constitution d’un corpus d’énoncés effectivement prononcés par des sujets parlant une langue donnée à une époque donnée. On s’efforce ensuite de relever les régularités dans le corpus afin d’ordonner la description. Le postulat de la théorie excluant qu’on s’appuie pour ce faire sur le sens ou la fonction des éléments, il ne reste, comme fondement à la recherche, que l’environnement des éléments, leur contexte linéaire. La somme des environnements d’un élément constitue sa
1

BLOOMFIELD (L.) 1926. « A Set of Postulates for the Science of Language ». in: Language, 2, pp. 153-164. 2 BLOOMFIELD (L.) 1970. Le Langage. Paris: Payot (Language, 1ère éd.1933). 107

distribution. À partir de ces notions, le linguiste se livre à un travail de décomposition de l’énoncé qui l’amène à dégager ses constituants immédiats. Chaque phrase se voit attribuer une structure hiérarchisée d’éléments emboîtés les uns dans les autres. On détermine d’abord des éléments assez vastes, les constituants immédiats de la phrase, puis on décompose ceux-ci à leur tour en constituants immédiats de constituants immédiats, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on obtienne les unités minimales, les morphèmes. Les procédures utilisées diffèrent selon les linguistes, mais peuvent toujours se ramener à une combinaison d’opérations de segmentation et de substitution. Soit un énoncé X. On le divise en un point quelconque et on essaie de substituer aux segments X1 et X2 obtenus d’autres segments et de voir si les nouveaux énoncés ainsi formés sont grammaticaux. D’essai en essai, on parvient à trouver les divisions permettant un découpage en segments d’indépendance maximale. La tâche du linguiste est désormais de classer les constituants immédiats et de les nommer. Dans cette perspective, la grammaire est conçue comme une grammaire de liste, un inventaire, une classification taxinomique d’éléments et de séquences.

2.1.3. LES POSTULATS THÉORIQUES DU DISTRIBUTIONNALISME
Qu'ils soient explicites ou implicites (le plus souvent), les postulats théoriques du distributionnalisme sont très comparables à ceux que F. de Saussure a formulés. L'objet d'étude est la langue, par opposition à la parole. La langue est souvent appelée code, désignation qui a des résonances plus pragmatiques, plus concrètes1. Cette étude doit être synchronique (d'autant plus naturellement qu'on a surtout affaire à des langues sans écriture, dont le passé est inconnu). La langue est composée d'unités discrètes, que la segmentation permet de dégager. Mais ici, alors que F. de Saussure développait toute une réflexion sur le signe linguistique, sa nature et sa raison d'être, il n'y a rien de comparable chez les distributionnalistes, pour eux, ce n'est pas le lieu d'une investigation théorique, mais d'un examen extrêmement minutieux des problèmes posés par l'analyse (dont Saussure ne parle pratiquement pas) à savoir la question des morphèmes (unités significatives). Les discussions sur les morphèmes se réduisent presque toujours à des problèmes de forme. Le sens pour lui-même est considéré comme hors d'atteinte, seule est requise la constatation des identités ou des différences de sens. Chaque langue constitue un système spécifique (arbitraire selon F. de Saussure). Citons ici J. Dubois: « (…) la place de chaque terme dans une structure se définissant par rapport aux autres
1

Il n'y a pas de correspondant exact en anglais des termes de langage, de langue ou encore de parole. 108

termes, il n'y a pas relation terme à terme entre les langues »1. Les éléments se définissent par leurs relations à l'intérieur d'un système, c'est à dire à leurs rapports avec les autres éléments. L'insistance est mise surtout sur les relations syntagmatiques (la distribution, d'où le nom de l'école). Il est important par ailleurs de souligner les liens entre le distributionnalisme et la psychologie behavioriste qui dominait aux Etats-Unis à la même époque. Pour cette théorie, le comportement humain, dans tous les domaines, peutêtre décrit à partir de la relation fondamentale stimulus-réponse. Parler représente un certain type de comportement, et maîtriser une langue revient à donner à un stimulus une réponse adéquate ou à pouvoir déclencher la réponse voulue en utilisant un stimulus approprié.

2.1.4. L’ANALYSE DISTRIBUTIONNELLE
Dans l'analyse distributionnelle, toute forme linguistique peut être appréhendée de deux manières complémentaires -(1) Elle peut être considérée globalement comme pouvant ou ne pouvant pas être prononcée seule et former un énoncé de la langue. Toute forme qui peut former un énoncé est une forme libre. La phrase est une forme libre maximale qui ne fait donc pas partie d'une forme linguistique plus vaste. Le mot est une forme libre minimale, c'est à dire le plus petit fragment d'énoncé. Cette équivalence entre mot et phrase minimale oblige à reconsidérer la définition traditionnelle du mot (ou faut-il dire l'absence de définition ?). Ainsi jean ! ou cours ! peuvent être considérés comme des mots, ce qui n'est pas le cas de mangeait/ le/ pour etc. Enfin toute forme qui, à l'exemple des suffixes -ette et -esse de maisonn-ette et de tigr-esse ne saurait former un énoncé qu'en étant liée à une autre forme, d'où sa désignation de forme liée. -(2) La forme linguistique peut également être considérée comme une construction, c'est à dire comme l'arrangement de deux ou plusieurs constituants immédiats. Il paraît donc possible par une procédure formelle, de la scinder en formes libres immédiatement constituantes. Par exemple, une phrase comme : « Poor John ran away » peut être décomposée comme suit : /Poor John/ et /ran away/ Chaque constituant peut à son tour être considéré comme une construction dont il convient de rechercher les constituants immédiats : /Poor/ /John/ /ran/ /away/. L'analyse s'arrête aux unités ultimes que sont les morphèmes (ici /Poor/ /John/ /run/ /passé/ /away/ ). L. Bloomfield distingue parmi les constructions, qui sont des successions de formes libres: -les constructions endocentriques, c'est à dire les constructions qui fonctionnent comme l'un de leurs constituants comme dans Le Président de la République (construction qui fonctionne comme son constituant Président).
1

DUBOIS (J.) 1969. « Analyse distributionnelle et structurale ». in: Langages, 20, Paris: Larousse. 109

-les constructions exocentriques, constructions qui acquièrent un type de fonctionnement distinct de celui des constituants. Ainsi dans Pierre mange, /pierre/ peut être un appel ou une question, /mange/ un ordre ou une demande expresse, alors que /pierre mange/ est une assertion.

2.1.5. L’ANALYSE EN CONSTITUANTS IMMÉDIATS
L’analyse en constituants immédiats est une méthode d'analyse distributionnelle reposant sur le principe que tout énoncé peut être analysé, à plusieurs niveaux successivement, en éléments constituants de chaque niveau, depuis la phrase jusqu'au morphème, considéré comme la plus petite unité de première articulation, donc inanalysable. Les niveaux sont déterminés par chacune des coupes successives de l'analyse (chaque coupe séparant généralement deux constituants immédiats). Un constituant est un élément entrant dans une construction plus vaste: un constituant immédiat est l'un des deux constituants qui forment directement une construction donnée de niveau supérieur. Selon H.-A. Gleason « les constituants immédiats d'une construction donnée sont les constituants situés au niveau immédiatement au-dessous de cette construction; ceux qui se trouvent aux autres niveaux, inférieurs à ce dernier sont des constituants mais non des constituants immédiats de cette construction »1. Lorsqu’on souhaite segmenter un énoncé en unités plus petites et ainsi de suite jusqu’à des éléments indécomposables, les morphèmes, on est conduit à user de procédures purement formelles qui permettent de décomposer l’ensemble et chaque sous-ensemble obtenu en sous-ensembles de rang immédiatement inférieur : on établit ainsi une hiérarchie de constituants immédiats. La question se pose de savoir comment valider ce type d’analyse, étant bien entendu qu’il ne s’agit évidemment pas de réintroduire un dispositif logique tel qu’une relation sujet-prédicat. On montre donc successivement que dans la phrase suivante : The king of England opened Parliament 2 en premier lieu, the king of n’est pas un constituant, dans la mesure où on ne peut lui substituer de segment plus simple sans perturber la structure grammaticale de la phrase; en deuxième lieu, les seuls constituants possibles sont au nombre de douze : 1. [the king of England ] ; 2. [the ] ; 3. [king of England ] ; 4. [king ] ; 5. [of England ] 6. [of ] ; 7. [England ] ; 8. [opened Parliament ] ; 9. [opened ] ; 10. [open ] ; 11. [ed ] ; 12. [Parliament ]. Enfin, la phrase ainsi que les éléments 1, 3, 5, 8 et 9 ci-dessus sont des constitués, c’est-à-dire des constituants qui ne sont pas des morphèmes. On voit ici la relation étroite que ce modèle entretient avec la linguistique structurale, à laquelle il emprunte la segmentation, et avec la grammaire générative, dont il préfigure la notion de

1

2

GLEASON (H.-A.) 1969. Introduction à la linguistique. Paris: Larousse [trad. fr.]. Soit : Le roi d’Angleterre a ouvert [la session du] Parlement. 110

réécriture dans les règles syntagmatiques. Charles F. Hockett1 a proposé une représentation graphique de cette structure de phrase sous la forme de boîtes enchâssées, dont l’ensemble est souvent appelé « boîte de Hockett ». Cette tendance à la systématisation se retrouve dans tous les travaux de Hockett, quel que soit leur domaine d’application (de la phonologie à la poétique, on trouve dans ses recherches le même souci de formalisation). L'analyse en constituants immédiats se heurte à des difficultés techniques (existence d'unités discontinues comme « ne....pas » , par exemple) et ne peut pas rendre compte des ambiguïtés. En fait, une telle méthode se heurte à des difficultés insurmontables. Tout d’abord, la distribution est-elle finie ou infinie. Si le corpus est fini, la distribution l’est aussi et partant, la distribution sera plus ou moins accidentelle, en d’autres termes deux éléments n’auront jamais exactement la même distribution. Mais si l’on admet une distribution infinie, on ne peut espérer obtenir une procédure effective (n’ayant qu’un nombre fini d’étapes). Enfin, si l’on décide de ne retenir que des environnements typiques, il faudra justifier le choix de ces environnements, qui doivent être définis en termes distributionnels. Question insoluble où la distribution ne sert plus à définir les éléments, mais devient justement le problème qu’il s’agit de résoudre. Il est donc impossible de formaliser complètement ces procédures et on ne peut élaborer une procédure de découverte qui produirait mécaniquement une description grammaticale à partir d’un corpus. Aujourd’hui en bonne partie abandonnée, l’analyse en constituants immédiats n’a pas été totalement inutile. Chomsky en a donné une version formalisée et a étudié systématiquement les capacités et les limites d’une grammaire fondée sur cette analyse. La visée de Chomsky étant de déterminer les propriétés formelles que doit avoir une grammaire pour énumérer automatiquement toutes (et rien que) les phrases grammaticales d’une langue, tout en donnant à ces phrases des descriptions structurales sous la forme d’indicateurs syntagmatiques, l’étude de la forme des règles dans une grammaire générative de ce type lui a permis d’établir les insuffisances du modèle en constituants immédiats et de montrer la nécessité de recourir au modèle transformationnel. A noter cependant que la notion de transformation a été introduite tout d’abord par Harris Z.-S. dont Chomsky fut le disciple.

1

Charles F. Hockett appartient, avec Harris, Bloch et Wells notamment, à cette école structuraliste américaine qui s’est efforcée de mettre au point des procédures constantes formelles permettant d’analyser toute phrase de toute langue au moyen d’étapes catégorielles intermédiaires : les constituants immédiats. 111

2.2. LE TRANSFORMATIONNALISME

2.2.1. TRANSFORMATION ET ANALYSE DU DISCOURS
La notion de transformation a été introduite par le linguiste Zellig S. Harris, dans le cadre même du distributionnalisme, pour permettre d'analyser la structures de textes entiers (ou discours). À l'origine, le transformationnalisme de Z.-S. Harris s'inscrit donc comme un des prolongements du distributionnalisme. On trouve dans un article de 1952 intitulé : « Discourse analysis »1 un exposé de la méthode qui conduisit Z.-S. Harris des procédures strictement distributionnelles aux transformations.

2.2.2. LES CLASSES D’ÉQUIVALENCE
L'analyse du discours proposée consiste tout d'abord à établir, à l'intérieur d'un texte considéré des classes d'équivalence constituées par les éléments apparaissant dans un environnement ou contexte immédiat selon la terminologie de Z.-S. Harris, identique ou équivalent, puis à diviser les phrases du texte en segments qui sont des successions de classes d'équivalence, de façon à pouvoir ensuite comparer ces segments du point de vue de la distribution des classes. Ainsi, pour reprendre l'exemple de C. Fuchs et P. Le Goffic2, imaginons que d'un même texte on puisse extraire les phrases suivantes: P1 : Les français sont gastronomes P2 : Les habitants de la France sont gastronomes P3 : Les habitants de la France aiment la bonne cuisine par comparaison des trois phrases, on obtient les deux classes d'équivalence suivantes : X= /les français / /Les habitants de la France/ et Y = / sont gastronomes /aiment la bonne cuisine / /

Les trois phrases (P1,P2 et P3) sont ensuite chacune caractérisée comme la succession des deux classes XY.
1

HARRIS (S.-Z.) 1952. « Discourse analysis ». (trad. fr.) par DUBOIS-CHARLIER (F.) 1969. « L’Analyse du discours ». in : Langages, 13. 2 FUCHS (C.) & LE GOFFIC (P.) 1985. Initiation aux problèmes des linguistiques contemporaines. Paris: Hachette ; Coll. « Université ». 112

Dans un premier temps, ce n'est qu'à titre de « technique auxiliaire » que Harris S.-Z. recours à la transformation d'une phrase originelle en une autre phrase reconnue équivalente à la première.

2.2.2.1.

ÉQUIVALENCES INTERNES

L'équivalence peut être interne au texte, ainsi si l'on trouve dans un même texte les deux phrases suivantes : P1 = La mer est bleue P2 = La mer, qui est bleue, est belle On peut poser l'équivalence entre P2 et une phrase Px constituée par la juxtaposition des deux propositions: Px = La mer est bleue (P1), la mer est belle.

2.2.2.2.

ÉQUIVALENCES EXTERNES

L'équivalence peut être externe au texte, il s'agit alors de l'équivalence grammaticale entre phrases, établie au niveau du système même de la langue, et qui exige que dans la phrase transformée l'on retrouve « les mêmes rapports grammaticaux » que dans la phrase originelle, ainsi : - Le chat mange la souris - La souris est mangée par le chat [et]

sont reconnues grammaticalement équivalentes, mais pas : - J'écris à Paul - Paul m'écrit [et]

Harris donne douze cas d'équivalences (ou transformations) grammaticales parmi lesquelles : le passage de l'actif au passif, le passage de la répétition d’un terme à l'anaphorisation, le passage d'une relative à une indépendante; etc. De façon générale, les transformations proposées permettent de décomposer une phrase complexe en plusieurs phrases simples : - J'ai téléphoné que nous arrivons - Ils fuient, laissant tout - Pierre et Paul se battent = = =
113

J'ai téléphoné ; nous arrivons Ils fuient ; ils laissent tout Pierre bat Paul ;Paul bat Pierre

Les transformations, tout comme les classes d'équivalence, sont établies en théorie « sans aucun recours au sens ».

2.2.3. UN MODÈLE TRANSFORMATIONNEL DU LANGAGE
L'importance accordée par Harris S.-Z. dans ses travaux, à la notion de transformation a sensiblement évolué au cours des années. De technique auxiliaire, la transformation est devenue en 1968 avec la parution de Mathematical structures of Language1, le concept-clé, permettant non seulement de rendre compte des relations entre phrases mais aussi de dériver toute phrase complexe à partir des phrases élémentaires du noyau, à l'aide de produits d'opérateurs de base de deux sortes ; (1) les opérateurs incrémentiels construisant des suites syntaxiques complexes comme par exemple les coordonnées, les subordonnées, les relatives, les comparatives, les phrases comportant des faits de dérivation ou d'adjectivisation - ces opérateurs changent le sens des phrases sources et (2) les opérateurs paraphrastiques, intervenant après les précédents pour réaliser des réarrangements comme le changement dans l'ordre séquentiel, effacement ou pronominalisation de morphèmes, variations morphophonématiques, ces opérateurs ne changeant pas le sens des phrases sources. Le sens est ici assimilé à « l'information objective » et l'idée d'une application à l'analyse (automatique) du discours est toujours présente. L'ouvrage de 1968 est en partie consacré à la construction de systèmes mathématiques: un premier système formalise les relations transformationnelles observées sur la langue (anglaise en l'occurrence), un second système, simplifié, caractérise les opérateurs nécessaires et suffisants pour un traitement opératoire de l'information contenue dans les textes.

2.2.3.1.

ÉVOLUTION DU MODÈLE INITIAL

Dans un texte intitulé Notes du cours de syntaxe2, ouvrage issu du cours professé à Paris par Harris S.-Z. en 1973-1974, Harris présente un état plus récent du modèle. La place accordée à la notion de transformation y est considérablement réduite. Le modèle se compose alors de deux systèmes distincts : un premier système construit, à l'aide d'opérateurs appliqués à des arguments, les séquences linguistiques dites de concaténation et un second système construit, à l'aide d'opérateurs transformationnels paraphrastriques

1

HARRIS (S.-Z.) 1971. Structures mathématiques du Langage. Paris: Dunod (trad. fr.) [1ère éd. 1968. Mathematical structures of Language. New York: Wiley]. 2 HARRIS (S.- Z.) 1976. Notes du cours de syntaxe. Paris: Seuil. 114

toutes les autres séquences linguistiques, en « réduisant » les séquences de concaténation. Dans le premier système, Harris pose que « la métalangue est dans la langue », c'est pourquoi les séquences de concaténation produites par le premier système ressemblent souvent plus à des gloses qu'à des phrases réelles, car les indications métalinguistiques y abondent. Les opérateurs proprement linguistiques de ce premier système sont : -Les opérateurs élémentaires (c'est à dire dont les arguments sont élémentaires, non composés) : opérateurs UNAIRES comme DORMIR ou ÊTRE VIEUX opérateurs BINAIRES comme MANGER (+ ) ou être près de (+) opérateurs TERNAIRES comme ÊTRE ENTRE (+) ET (+) -Les opérateurs non-élémentaires s'appliquant à une phrase (comme FAIT dans : « Qu'il soit français est un fait »), à deux phrases (comme CAUSER dans : « Que Jean ait téléphoné a causé le retour de Frank ») ou à un argument élémentaire et à une phrase (comme SURPRENDRE dans : « Que Jean traverse la rue m'a surpris »). Les opérateurs du premier système donnant des indications métalinguistiques sont: -Les opérateurs de méta-discours, ainsi : J'ai acheté un livre et elle a acheté un livre contient comme 2e argument du Ier membre de phrase le même mot que dans le 2ème argument du 2ème membre de phrase (livre). - Les opérateurs métalinguistiques , du type : Le mot « Max » contient trois lettres. Les opérateurs transformationnels paraphrastiques du second système ont essentiellement pour rôle d'effacer les indications métalinguistiques, en réalisant les conséquences linguistiques que ces indications induisent; ces opérateurs sont de diverses sortes : -Les opérateurs de pronominalisation: comme dans : Jean a lavé Jean* -> jean s'est lavé -Les opérateurs d'effacement: comme dans : Jean a vu Marie et Jean a appelé Marie -> Jean a vu et appelé Marie -Les opérateurs d'attachement: comme dans :Taxe qui est en sus -> Surtaxe

115

-Les opérateurs de permutation: comme dans: Un homme petit est entré -> Un petit homme est entré -Les opérateurs Morphophonématiques: comme dans: VITRAIL au pluriel -> VITRAUX

2.2.4. REMARQUES
Depuis les années 50 jusqu'à l'état le plus récent du modèle de Harris, on a assisté à une évolution dans la conception même de transformation. Il s'agissait au départ de relier l'ensemble des séquences syntaxiquement élémentaires à toutes les autres séquences (syntaxiquement composées), il s'agissait davantage par la suite de relier l'ensemble des séquences sémantiquement élémentaires (c'est à dire les discours de concaténation qui mettent en jeu des prédications simples et univoques) à toutes les autres séquences. Du même coup, on est passé de transformations « horizontales » (entre séquences linguistiques attestables), non orientées et induisant des effets sémantiques variables, à des transformations « verticales » (convertissant des séquences partiellement métalinguistiques et, partant non attestables, en séquences linguistiques attestables), orientées et induisant des effets sémantiques constants jugés nuls. Au départ, une partie seulement des transformations étaient paraphrastiques (les autres étant incrémentielles); puis toutes les transformations sont devenues paraphrastiques. Ainsi la théorie classificatoire, caractéristique du distributionnalisme des débuts, a progressivement cédé le pas à une véritable théorie des opérations. En définitive, tout repose dans ce modèle sur l'assimilation du « sens » à « l'information objective », et sur le parti pris d'une sémantique faible, qui ne vise pas à décrire le sens, mais qui s'appuie seulement sur la relation d'identité (ou de non-identité) du sens de deux séquences.

3. LA GRAMMAIRE GÉNÉRATIVE ET TRANSFORMATIONNELLE
3.1. INTRODUCTION
Noam Chomsky est sans doute l’un des linguistes contemporains les plus importants et les plus connus. Son influence sur la linguistique contemporaine a été et reste déterminante. Né à Philadelphie en 1928, formé à la linguistique par Z.-S. Harris, un des principaux théoriciens du distributionnalisme comme on l’a vu, au début des années cinquante, il
116

élabore dans sa thèse, The Logical Structure of Linguistic Theory , écrite en 1955, les instruments qui permettent pour la première fois à la syntaxe et à la sémantique de rejoindre la phonologie dans le domaine des études rigoureuses et empiriquement motivées, y est développée l’idée fondamentale que la maîtrise d’une langue peut être simulée par le biais d’un ensemble de règles et de principes explicites, caractérisables formellement, qui constituent une grammaire « générative », c’est-à-dire une procédure qui énumère et analyse tous les énoncés bien formés de la langue étudiée, et rien qu’eux. Depuis lors, ses contributions techniques ont été à la source d’une multitude de travaux développant et modifiant ses analyses à la lumière de langues de plus en plus nombreuses. Ses thèses sur les rapports entre linguistique, psychologie et biologie, qui redonnent vie aux approches rationalistes du langage des XVIIe et XVIIIe siècles, sont, pour une part importante, à la source de la « révolution cognitive » en psychologie. Le département de linguistique du M.I.T. (Massachusetts Institute of Technology), où il enseigne à partir de 1956, a formé et accueilli des linguistes du monde entier qui décrivent un nombre sans cesse croissant de langues et de familles de langues. La grammaire générative a pu fournir ces dernières années une caractérisation motivée et riche de ce qui, pour Chomsky et la tradition rationaliste, est l’objet même de la linguistique, la faculté de langage de l’espèce humaine.

3.1.1. LE SAVOIR LINGUISTIQUE
L’ensemble des travaux linguistiques de Chomsky se laisse décrire comme une tentative constamment reprise pour répondre aux deux questions suivantes : (1) Comment caractériser le savoir linguistique d’un locuteur maîtrisant sa langue ? (2) Comment cette « compétence » est-elle acquise ? Un examen même superficiel suffit à attribuer à cette compétence des propriétés complexes et subtiles. Chacun comprend et produit des phrases qu’il n’a jamais entendues: nos discours sont faits pour l’essentiel d’énoncés nouveaux dans l’histoire de notre langue. Nous pouvons segmenter les énoncés, y discerner des ambiguïtés de structure (par exemple dans Jean a attaqué l’homme au couteau ), leur attribuer différents statuts allant de l’acceptable à l’inacceptable en passant par le douteux1,. Nous discernons les relations de coréférence possibles entre pronoms et expressions référentielles: nous savons par exemple que Pierre et le ne peuvent désigner la même entité dans Pierre l’aime mais le peuvent dans le père de Pierre l’aime . Nous savons que le mot blin est un mot potentiel du français mais pas bnin , que s’il existait un adjectif silable il y aurait aussi un verbe transitif siler . Enfin, que si j’ai persuadé Paul de faire attention, j’ai exercé sur
1

Comparons par exemple (1) Quel livre as-tu acheté ? (2) Comment ne sais-tu quel livre acheter ?, (3) Quel livre ne sais-tu comment acheter ? 117

lui une action, mais qu’il n’y a pas synonymie entre persuader et faire en sorte que : cette dernière expression, mais non persuader, peut être utilisée à propos même si mon action n’a pas eu pour effet de décider Paul à faire attention.1 Dans chacun de ces domaines (syntaxe, phonologie, morphologie et sémantique lexicale), nos connaissances sont donc subtiles. Pourtant, aucune d’entre elles n’est apprise. En fait, seuls des aspects secondaires du français ou de toute autre langue, font l’objet d’un véritable apprentissage impliquant répétitions, corrections, etc., par exemple le fait que le participe de peindre est peint et non peindu comme le croient souvent les enfants. Notre savoir se développe de plus sans efforts apparents, inconsciemment et uniformément: à huit ans, un enfant maîtrise sa langue qu’il ne modifiera plus que sur sa périphérie, par ajout lexical. Cela est vrai en dépit des aptitudes inégales des individus et des disparités dans l’environnement culturel et affectif qui ont de grands effets dans d’autres domaines. Enfin, cette compétence linguistique s’étend à des faits auxquels le locuteur ne peut avoir accès2. Le programme de recherches, mis en place dans The Logical Structure of Linguistic Theory3 et développé avec persévérance depuis lors, tire son originalité, son succès et sa durable portée de la perception aiguë de ces propriétés du savoir linguistique. On peut également en expliquer les inflexions et modifications par l’effort constant, chez Chomsky, de rendre compte et de sa complexité et du fait qu’il se développe et « croît », sans véritable apprentissage. Le succès initial et la diffusion rapide des idées principales de Chomsky, exposées sous une forme simplifiée dans Syntactic Structures4 (1957), sont d’abord dus à leur efficacité: construire des grammaires transformationnelles pour des fragments isolables de langues permet d’analyser des faits hors d’atteinte jusqu’alors. On peut traiter de façon rigoureuse de l’ambiguïté syntaxique, des relations systématiques entre types de phrases (passives, interrogatives, négatives, etc.), formuler des analyses révélatrices de faits jusqu’alors sans explication (par exemple le fonctionnement des verbes auxiliaires de l’anglais, celui de la négation, etc.). Par ailleurs, le compte rendu que Chomsky donne alors du livre de Skinner, Verbal Behavior 5, établit clairement que la psychologie dont se réclamait une majorité de linguistes structuralistes était incapable de rendre compte des aspects les plus simples du savoir et de l’apprentissage linguistiques. Ce compte rendu invalide les thèses sur l’analogie, la répétition, le « renforcement », etc., censées traiter les questions (1) et (2) formulées cidessus.

1
2

On peut ainsi comparer j’ai fait en sorte qu’il avoue le crime et je l’ai persuadé d’avouer le crime. Par exemple les statuts des énoncés interrogatifs mentionnés ci-dessus. 3 CHOMSKY (N.) 1955. The Logical Structure of Linguistic Theory. Cambridge: M.I.T., miméo. 4 CHOMSKY (N.) 1969. Structures syntaxiques. Paris: Seuil (trad. fr.) [1ère éd. 1957. Syntactic Structures. La Haye: Mouton]. 5 SKINNER (B.-F.) 1957. Verbal Behavior. New York: Appleton Century Crofts. 118

3.1.2. LA NOTION DE GRAMMAIRE UNIVERSELLE
Afin de répondre à ces questions, Chomsky va montrer que, par-delà les descriptions qu’elle rend possibles, la théorie linguistique doit spécifier les aspects invariants des systèmes de règles qu’elle autorise. Elle doit aussi inventorier les « universaux de substance », comme la liste des traits distinctifs qui caractérisent les systèmes phonologiques des langues naturelles. Chomsky montre que si nous imputons cette théorie générale à l’état initial des locuteurs, « une thèse plausible dans une interprétation réaliste des constructions théoriques de la linguistique », nous pourrons faire le départ entre les aspects de notre savoir linguistique qui viennent de notre « faculté de langage » et qui y sont donc nécessairement inclus, et ceux qui nécessitent un apprentissage. Concernant la syntaxe, la théorie générale (qu’on nomme depuis grammaire universelle) spécifie que la grammaire intériorisée de tout locuteur, sa « langue interne », peut être représentée : (a) comme un système de règles de réécriture qui « engendrent » (énumèrent et analysent) un ensemble1 de structures sous-jacentes : les « D-structures » et (b) un ensemble de transformations qui associent les D-structures aux structures de surfaces (« S-structures ») des énoncés. Chomsky formulait là de façon précise une idée déjà développée dans la Grammaire générale et raisonnée d’Arnauld et Lancelot2 selon laquelle un énoncé était associé à plusieurs niveaux de représentation distincts reliés entre eux par des opérations de déplacement ou d’effacement3. Ce n’est donc pas tant parce que le « modèle standard » de la grammaire générative ne répond pas de façon satisfaisante à la question (1) qu’il sera récusé mais parce qu’il ne donne pas de réponse convaincante à la question (2). La grammaire universelle, dans ce cadre théorique, permet de nombreuses grammaires pour n’importe quel ensemble de faits4. La question du choix de celle(s) qui est (sont) effectivement retenue(s) par le locuteur se pose alors avec acuité. Or le seul mécanisme envisagé pour représenter ce choix était peu plausible et inefficace: il était censé s’opérer sur la base d’une évaluation de la simplicité des grammaires concurrentes, mesurée par le nombre de leurs règles et symboles. Mais même en phonologie, où il a quelque vertu, ce calcul est inadéquat. De plus, il suppose un modèle irréaliste de
1

Ensemble infini dans CHOMSKY (N.) 1971. Aspects de la théorie syntaxique. Paris: Seuil (trad. fr.) [1ère éd. 1965. Aspects of the Theory of Syntax. Cambridge: M.I.T. Press). 2 Voir ARNAUD (A.) & LANCELOT (C.) 1969. Grammaire générale et raisonnée. Paris: Paulet [1ère publ. 1660]. 3 A ce propos voir CHOMSKY (N.) 1969. La Linguistique cartésienne. Paris: Seuil (trad. fr.) [1ère éd. 1966. Cartesian Linguistics. New York: Harper & Row). 4 On notera que les travaux de cette époque portent déjà sur de nombreuses langues, l’anglais bien sûr, mais aussi l’hébreu: Morphophonemics of Modern Hebrew, 1951, le russe (travaux de M. Halle), le mohawk (travaux de P. Postal) et le hidatsa (travaux de G. H. Mathews), parmi d’autres. Ceux de Chomsky participent à leur description et en intègrent les résultats. 119

l’apprentissage: élaboration d’hypothèses, révisions sur la base des corrections du milieu. Pourtant, de telles corrections, fort rares, semblent ne jouer aucun rôle dans le développement de la compétence linguistique. Dès Current Issues (1964)1, Chomsky tente de transférer à la grammaire universelle des propriétés jusqu’alors imputées à chaque transformation. L’intérêt de l’approche est évident: si des principes généraux de ce type existent bien, ce qui semble vérifiable empiriquement, ils ne requerront aucun apprentissage, donneront un riche contenu à ce que la grammaire universelle représente - la faculté de langage - et nous rapprocheront d’une véritable réponse à la question (2). C’est à l’élaboration de cette grammaire universelle que Chomsky travaille dès cette époque, d’abord à peu près seul, notamment lors des controverses avec la « sémantique générative ». Cette période de son travail culmine avec la publication de son article « Conditions on Transformations » (1971)2. Il y est défini un programme de recherches qui s’avérera décisif3. Lectures on Government and Binding4 , publié en 1981, reprend pour partie ce travail collectif et systématise cette approche. Cet ouvrage définit le cadre conceptuel de la recherche contemporaine. Chomsky en a depuis lors élaboré et modifié certains aspects5 et a présenté les buts et les résultats de ce dernier état de la grammaire générative dans deux ouvrages6. La grammaire universelle est maintenant conçue comme un système intriqué qui regroupe des théories locales particulières ou « modules ». Chacun d’entre eux est régi par des principes universels qui lui sont propres. Ces principes sont partiellement sous-spécifiés et définissent un espace restreint de variations possibles, appelé « paramètre ». Dans cette perspective, « apprendre » une langue, c’est choisir une valeur pour chacun de ces paramètres. Pour prendre une métaphore utilisée par Chomsky luimême, on dira que les modules de la grammaire universelle forment un réseau ou figurent un nombre restreint de commutateurs. Le réseau est invariant mais les circuits potentiels qu’il définit changent selon la position des
1 2

CHOMSKY (N.) 1964. Current Issues in Linguistic Theory. La Haye: Mouton. CHOMSKY (N.) 1971. « Conditions on Transformations ». in: JACOBOVITZ (L.-A.) & STEINBERG (D.-D.) 1971 . Semantics. Cambridge Cambridge University Press. 3 Y reçoivent une première formulation des contraintes universelles comme la « sous-jacence », la « contrainte du sujet spécifié », celle des « phrases à temps fini » qui restent valides aujourd’hui encore sous des formes un peu différentes. Y sont introduits des concepts très fructueux, comme les « traces », ou l’idée, riche d’avenir, que des déplacements longs, comme celui de qui dans qui crois-tu que Jean pense que Marie aime ? est la somme de déplacements invisibles plus « locaux ». Cet article et la conception de la grammaire universelle qu’il met en place suscitent vite un vif intérêt en Europe où un nombre important de linguistes travaillent bientôt dans ce cadre sur des langues très variées, d’abord aux Pays-Bas et à Paris, puis en Italie, dans les pays scandinaves, en Allemagne et maintenant en Hongrie, et même en Afrique (notamment au Maroc), en Chine et au Japon. 4 CHOMSKY (N.) 1981. Lectures on Government and Binding. Dordrechr : Foris. 5 CHOMSKY (N.) 1987. La nouvelle syntaxe. Paris: Seuil (trad. fr.) [1ère éd. 1982]. 6 Voir CHOMSKY (N.) 1986. Knowledge of Language et CHOMSKY (N.) 1987. Language and Problems of Knowledge. M.I.T. Press. 120

commutateurs. Des différences, même minimes, dans la position de ceux-ci ont des effets considérables sur les circuits engendrés, c’est-à-dire sur les propriétés des différentes langues. Il n’y a plus ici de règles au sens du modèle standard. Les transformations individuelles ont été remplacées par une unique instruction universelle : « déplacer a ». Les effets des restrictions qui pesaient sur elles découlent maintenant de l’interaction de cette instruction et des principes universels des différents modules. De même, les structures de constituants associées aux phrases1 ne sont plus produites par des règles de réécriture spécifiques. Elles résultent de deux principes généraux. Le premier « projette » une représentation syntaxique à partir des représentations lexicales. Le second, la « théorie x », définit une classe de têtes lexicales (N, V, P, etc.) sur la base desquelles sont construites des catégories syntaxiques de rang supérieur : un SN (syntagme nominal) est une projection de N, un SV (syntagme verbal) une projection de V, etc. Cette théorie est partiellement sous-spécifiée quant à l’ordre des constituants : les têtes lexicales précèdent leurs compléments en anglais ou en français mais les suivent en japonais. Dans les langues germaniques, les compléments du verbe précèdent celui-ci, etc. Apprendre une langue, pour ce module, c’est déterminer, sur la base de phrases aussi élémentaires que Pierre mange la pomme , quelle valeur du paramètre d’ordre défini par la « théorie x » est retenue dans la communauté linguistique environnante.

3.1.3. LA GRAMMAIRE UNIVERSELLE ET L’ÉTUDE DES LANGUES
Ce modèle a donné naissance à des analyses de syntaxe comparée qui permettent des généralisations insoupçonnées. On a pu montrer que les différences entre langues ne se distribuent pas aléatoirement, mais sont le reflet, dans des domaines en apparence sans liens entre eux, de l’interaction de principes universels et de choix minimalement différents pour la valeur d’un paramètre de la grammaire universelle. Ainsi le français, contrairement aux autres langues romanes, n’a pas (plus) de phrases déclaratives sans sujet, ni d’inversion libre (* parles , * parle Marie ). Il ne permet pas l’interrogation du sujet d’une subordonnée à temps fini (* Qui crois-tu que viendra ? ) ni à des verbes comme vouloir , devoir ou savoir de fonctionner comme auxiliaire (* je le veux faire , * ceci se doit écouter ). Ces constructions sont permises en italien, en provençal ou en ancien français. Or ces différences se déduisent des propriétés de la grammaire universelle et du fait que la flexion finie du français moderne ne peut avoir de valeur pronominale2. Quarante ans après sa première formulation, le programme de

1 2

Les « arbres » ou « parenthèses » des descriptions grammaticales. Des résultats analogues ont déjà été acquis en syntaxe comparée des langues scandinaves et germaniques et aussi pour certains aspects de l’anglais, du chinois ou du japonais. On s’attend 121

recherches mis en place par Chomsky a su garder une certaine vitalité. D’un autre point de vue, la fécondité de ce programme est à bien des égards celle des idées sur le langage du rationalisme européen, et spécialement français des XVIIe et XVIIIe siècles que Chomsky a su redécouvrir et traduire en des termes modernes. Cela est vrai de l’idée même de grammaire universelle, de l’accent porté sur l’aspect créateur de l’utilisation du langage, et de l’idée, fondamentale chez Chomsky, que l’étude des langues nous donne un accès privilégié à l’esprit humain. Un des mérites essentiels de Chomsky est de leur avoir donné un contenu précis et récusable.

3.2.

QUELQUES CONCEPTS CONCERNANT L’ACQUISITION DU LANGAGE

3.2.1. LE POSTULAT D’INNÉISME
L'un des objectifs principaux de la grammaire générative et transformationnelle de N. Chomsky est de rendre compte de la créativité du sujet parlant. La critique formulée initialement par Chomsky à l'égard des modèles structuralistes concernait essentiellement leur incapacité présumée de représenter LA caractéristique fondamentale de l'activité langagière, à savoir la créativité. Découvrant la rapidité de l'acquisition de cette capacité complexe par l'enfant, Chomsky va en conclure que le mécanisme en jeu dans cette acquisition ne peut être l'apprentissage (tel que le décrivent les psychologues) mais qu'il s'agit d'une véritable « émergence » de structures préprogrammées, inscrites dans le potentiel génétique de l'espèce humaine. Ce postulat d'innéité du langage n'apparaît que tardivement dans les écrits Chomskyens, il faudra attendre Le Langage et La pensée1 en 1968, pour qu'apparaissent quelques précisions sur la nature et l'étendue de ces prédispositions innées de l'enfant. Chomsky y affirme tout d'abord que tout esprit humain dispose d'une structure innée, qui lui permet de construire une grammaire à partir des données qui lui sont fournies par l'environnement. Cette structure est « essentiellement indépendante de l'intelligence », en effet malgré les différences d'intelligence, de conditions d'apprentissage, de niveaux socio-économiques, etc. « les grammaires qui sont effectivement construites ne varient que peu chez les locuteurs d'une même langue ». Chomsky affirme ainsi [qu’] :
- « Il est raisonnable de supposer qu'une grammaire générative est un système de plusieurs centaines de lois de types différents, organisées selon certains principes fixes qu’ils se multiplient pour d’autres familles de langues. Il s’élabore ainsi une riche théorie des universaux du langage et de la diversité des langues. 1 CHOMSKY (N.) 1968. Language and Mind, New York: Harcourt, Brace & World Inc. (trad. fr. 1970. Le Langage et la pensée. Paris: Payot). 122

d'ordre et d'applicabilité et contenant une sous-structure fixe qui, de la même façon que les principes généraux d'organisation, est commune à toutes les langues ». (op. cit.; pp. 127).

Bien que souvent très vagues, les textes de Chomsky laissent penser que cette sous-structure fixe comporterait notamment les principales règles de réécritures, la distinction entre structure profonde et structure superficielle, un certain ordre d'application des transformations, etc.

3.2.2. COMPÉTENCE ET PERFORMANCE
Chomsky s'est posé le problème général des relations entre le modèle génératif et l'utilisation effective de la langue par le sujet parlant bien avant qu'il n'introduise explicitement les notions de compétence (linguistique) et de performance (verbale). Dans Aspects de la théorie syntaxique1, la compétence est présentée comme la connaissance dont dispose le sujet, et qui préside à la réalisation de tout acte langagier. Cette connaissance prend la forme d'une grammaire, d'un système de règles, et c'est ce système que décrit le modèle standard. La performance est définie, quant à elle, comme un savoir-faire, c'est la mise en œuvre de la compétence dans des situations concrètes, mise en œuvre qui dépend de différents facteurs, internes (appareil phonatoire et auditif) ou externes (contexte immédiat, connaissances et savoirs partagés). La compétence constituera l'objet d'étude de la linguistique, tandis que la performance sera abordée par la psycholinguistique.

3.2.3. LES UNIVERSAUX DU LANGAGE
La compétence linguistique que je viens d'évoquer est conçue comme étant une caractéristique de tout être humain, sous-tendue par des structures innées d'une part mais s'appuyant aussi sur l'existence (postulée) de structures universelles, communes à toutes les langues, c'est à dire d'universaux de langage. L'objectif de la théorie grammaticale sera donc de formuler un modèle qui puisse correspondre à toutes les langues, et de spécifier ensuite les règles de réalisation particulières de chacune d'entre elles. Cette nécessité de réaliser une grammaire réellement universelle pose deux sortes de problèmes. Le premier concerne l'étendue même des caractéristiques universelles de la grammaire. Chomsky semble suggérer2 que seuls appartiennent à cette « grammaire universelle » les principes qui distinguent la structure profonde de la structure superficielle et qui établissent
1 2

CHOMSKY (N.) 1971. Aspects de la théorie syntaxique. Paris: Seuil (trad. fr.). A ce propos voir CHOMSKY (N.) 1970. Le Langage et la pensée. Paris: Payot. 123

la classe des opérations transformationnelles reliant ces deux structures. On notera que les modèles génératifs ont été élaborés à partir de l'anglais et que leur pouvoir génératif ne s'étend guère au-delà de certaines langues du groupe indo-européen. Pour ce qui concerne les langues appartenant à d'autres groupes, les études comparatives ont révélé que certaines des catégories de la structure profonde sont totalement absentes (SV, Sprép, etc.) et que nombre de règles explicites ou implicites (par exemple l'ordre des mots) ne sont pas pertinentes 1. Un second problème subsiste qui est celui du statut spécifiquement langagier de cette grammaire: en quoi les « universaux du langage » peuvent-ils être distingués des « universaux cognitifs ou perceptifs ? ».

3.3.

EN FORME DE CONCLUSION

La théorie Chomskyenne a subi plusieurs mutations importantes. On considère généralement l'existence de trois moments distincts : - La théorie développée dans Syntactic Structures2. - La théorie standard, développée dans Aspects of the Theory of Syntax 3. - La théorie standard étendue (ou élargie) développée à partir de Studies on Semantics in Generative Grammar4. De 1957 à nos jours, l'évolution de la grammaire générative et transformationnelle a donc été considérable. Sur le plan technique ou « strictement linguistique » les trois modèles se sont succédé, avec des finalités, des méthodes d'élaboration et des caractéristiques internes parfois notablement différentes. Il paraît impropre par conséquent de mentionner une grammaire générative ou le modèle transformationnel comme cela se fait dans les ouvrages de vulgarisation. Il existe trois modèles principaux qui, indique Bronckart J.-P. (1977)5 « doivent être analysés comme autant de théories différentes ». Le principal objectif de la démarche inaugurée par Syntactic Structures est la construction d'un modèle formel, qui rendrait compte des « principes et des processus selon lesquels les phrases sont

1

Les formulations actuelles ne peuvent donc être considérées que comme transitoires et il faudra attendre que le modèle soit remanié à la lumière des données issues de tous les types de langue pour que soient validés à la fois le postulat de l'universalité des structures profondes et le modèle servant à les décrire. 2 CHOMSKY (N.) 1969. Structures syntaxiques. Paris: Seuil (trad. fr.) [1ère éd. 1957). 3 CHOMSKY (N.) 1971. Aspects de la théorie syntaxique. Paris: Seuil (trad. fr.) [1ère éd. 1965]. 4 Recueil d'articles publiés en 1972, voir trad. fr. CHOMSKY (N.) 1975. Questions de sémantique, Paris: Seuil. 5 BRONCKART (J.-P.) 1977. Théorie du Langage - une introduction critique. Bruxelles: Mardaga. [Chap. VII. pp. 167 à 245]. 124

construites dans les langues particulières » (Chomsky : 1957)1. Selon Chomsky, le plus fondamental de ces principes est, sans nul doute, la créativité dont témoigne le comportement langagier de tout être humain. Tout sujet parlant se révèle en effet apte à produire et comprendre un nombre infini de phrases, en mettant en œuvre un nombre fini d'éléments ou d'unités (phonèmes, morphèmes, lexèmes ). Toute phrase émise ou reçue est à proprement parler « nouvelle », c'est à dire créée ou re-créée par le locuteur comme par l'auditeur. Cette caractéristique du comportement langagier atteste en réalité d'une sorte de mécanisme ou « faculté du langage » qui permet de produire toutes les phrases possibles (c'est à dire toute la langue). Dès lors, construire la grammaire d'une langue, c'est construire un modèle qui rendrait compte, de la manière la plus appropriée de ce mécanisme du langage. La grammaire dans cette perspective est donc une représentation des procédures qui sous tendent la créativité à l'œuvre dans le langage. Étant donné l'objectif général, le premier but de l'analyse linguistique sera de différencier les énoncés grammaticaux des énoncés non-grammaticaux. La notion de grammaticalité recouvre en fait celle d'appartenance au système que l'on va décrire. La question qui se pose alors est la suivante : comment distinguer les énoncés grammaticaux de ceux qui ne le sont pas ? D'emblée, Chomsky rejette la référence au corpus (c'est à dire aux énoncés réellement observés)2. En raison de la créativité il existe un grand nombre de phrases, parfaitement correctes qui risquent de ne jamais figurer dans un corpus mais que la grammaire se doit de décrire au même titre que les autres. Il ne peut être question non plus, dans l'optique générativiste, de faire référence au sens, à la signification des phrases. Comme le montre l'exemple désormais classique: « idées vertes incolores [qui] dorment furieusement »; tout locuteur admettra qu'il existe des phrases « qui ne veulent rien dire », c’est à dire qui du point de vue du sens ne sont pas correctes mais qui sont construites « correctement » selon les principes de la grammaire de la langue. Le seul critère de grammaticalité qui subsiste dès lors est celui du jugement d'acceptabilité émis par le sujet parlant. Tout comme le locuteur dispose d'une connaissance intuitive des différences et ressemblances phonologiques ou des règles morpho-phonologiques implicites de la langue, il possède également selon Chomsky, une intuition de la grammaticalité, et cette intuition fonde le jugement d'acceptabilité qu'il peut émettre. Une fois les énoncés grammaticaux différenciés de ceux qui n'appartiennent pas à la langue, le linguiste se doit d'élaborer un modèle ou une grammaire de la langue. La construction de ce modèle implique naturellement certains choix, certaines décisions et celles-ci devront être prises en se référant à une théorie générale de la structure grammaticale. Il existe en effet des caractéristiques essentielles partagées par toutes les langues naturelles
1 2

CHOMSKY (N.) 1969. Structures syntaxiques. Paris: Seuil, pp. 13 [trad. fr., 1ère éd. 1957]. Ne seraient grammaticales, dans cette conception, que les phrases effectivement produites dans des corpus. 125

(notamment la créativité) et les grammaires décrivant une langue particulière devront formuler des lois applicables à tous les systèmes langagiers envisageables. Toute grammaire devra donc satisfaire à deux critères essentiels : un critère externe d'adéquation aux données1 et un critère de généralité. Ainsi « la grammaire d'une langue donnée doit être construite conformément à une théorie spécifique de la structure linguistique dans laquelle des termes tels que "phonèmes" ou "syntagme" sont définis indépendamment de toute langue particulière » (Chomsky 1957 ; pp. 56). Les relations entre la théorie linguistique et les modèles particuliers sont abordés par Chomsky en termes de procédures d'élaboration des grammaires à partir de la théorie. Dans le chapitre traitant « Des buts de la théorie linguistique2 » Chomsky affirme en effet que la tâche essentielle de la théorie est de fournir une justification des grammaires: idéalement, la théorie devrait donc permettre de choisir le meilleur des systèmes. Trois types de justifications sont envisageables, la théorie devant fournir (1) une procédure de découverte, (2) une procédure de décision, (3) une procédure d'évaluation. Pour Chomsky, dès lors qu'une grammaire se donne pour objectif de représenter le phénomène extrêmement complexe de créativité (ce qui est le cas de la grammaire générative), l'élaboration d'une théorie fournissant une procédure de découverte paraît inconcevable. Renonçant à la conception la plus exigeante, Chomsky adopte la plus modeste, à savoir celle qui fournit une procédure d'évaluation. Étant donné un ensemble relativement complexe de données linguistiques d'une part, l'existence de plusieurs grammaires ou modèles correspondant à ces données d'autre part, la théorie doit permettre de déterminer la « meilleure » grammaire ou en tout cas « la moins mauvaise ». L'évaluation des modèles s'effectuera en tenant compte des deux critères énoncés plus haut, à savoir l'adéquation aux données d'une part et la généralité d'autre part. À ces deux critères d'évaluation, Chomsky adjoindra un troisième: la simplicité3. Dans l'ensemble de notions remises à l'honneur par Chomsky, il en est une qui est d'importance capitale: la créativité gouvernée par des règles. Pour Chomsky, le comportement verbal de l'homme est un phénomène de création permanente, et cette caractéristique peut être représentée par un système de règles explicite ou grammaire générative. Le premier modèle ou modèle strictement syntaxique rendait effectivement compte de la génération de l'ensemble des phrases possibles d'une langue, par la formulation de deux types de règles (règles de réécriture et règles transformationnelles). l'élaboration de ce premier modèle s'est effectuée à partir d'une notion de grammaticalité purement syntaxique, en bannissant les critères de sens, et en recourant le moins possible à l'intuition du sujet. Sur le plan de la démarche ce modèle constitue donc une sorte de prolongement et d'aboutissement de Harris et des structuralistes
1 2

Les phrases engendrées par le modèle devront être acceptables pour le sujet parlant. CHOMSKY (N.) 1969. Structures syntaxiques. Paris: Seuil (trad. fr.) [1ère éd. 1957). 3 Notion très vague qui sera l'objet de nombreuses controverses. 126

anglo-saxons. C'est ce premier modèle qui a inspiré les psycholinguistes et les psychopédagogues. Au moment où le modèle syntaxique était adopté par un nombre important de psychologues et d'éducateurs, Chomsky a modifié ses objectifs et présenté la grammaire générative comme une représentation de la connaissance intuitive du sujet à propos de sa langue. Cette modification des objectifs s'est accompagnée de l'introduction des oppositions conceptuelles célèbres telles que compétence et performance ou structure profonde et structure superficielle. Sur le plan linguistique, elle s'est traduite par la formulation du modèle standard qui réduit considérablement le rôle des transformations et qui maximalise celui des structures profondes; celles-ci, désormais uniques responsables du sens, ne peuvent être générées que par l'intervention de 4 ou 5 types de règles, parfois très complexes. Etant donné l'incapacité de ce second modèle à expliquer les modifications de sens produites en surface, il a été remplacé par une troisième formulation, hybride, la théorie standard élargie. Notons enfin que cette troisième formulation a fait place à une quatrième version qui tire la conséquence de la disparition du composant transformationnel et qui à tendance à bannir la notion de structure profonde ainsi que nous l’indiquions en introduction1.

4. LES LINGUISTIQUES DE L’ÉNONCIATION
4.1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE
La prise en considération systématique de l’énonciation n’est devenue habituelle que depuis les années 1960, à l’intérieur de la linguistique dite moderne ou scientifique. Bien qu’on puisse déjà observer cette attitude dans divers ouvrages de Charles Bally2 ou d’Henri Frei3, sa popularité date des Problèmes de linguistique générale d’Émile Benveniste4 (1966), dont la section V porte le titre significatif : « L’Homme dans la langue ». L’originalité d’une telle décision apparaît dès qu’on la confronte à la doctrine de Ferdinand de Saussure. On peut définir l'énonciation à la suite de Benveniste (E.) comme l'acte individuel de création par lequel un locuteur met en fonctionnement la langue : un échange linguistique met en jeu des individus (locuteur et allocutaire), dans une situation particulière. Pour individuel et particulier que soit cet acte, il n'en obéit pas moins à certains schémas
1 2

Voir chapitreVII , §3.1.2. La notion de grammaire universelle. Voir notamment BALLY (C.) 1944. « Théorie de l’énonciation ». in: BALLY (C.) 1944. Linguistique générale et linguistique française. Berne: Francke (première partie). 3 FREI (H.) 1985. La grammaire des fautes - Introduction à la Grammaire fonctionnelle. Geuthner: Slaktine (rééd.) [1ère édition 1929 – Bellegarde]. 4 BENVENISTE (E.) 1966. Problèmes de Linguistique générale. Paris: Gallimard ; Coll. «Tel». 127

inscrits dans le système de la langue. Il faut donc distinguer entre le matériel linguistique abstrait (ou énoncé type), et les multiples réalisations que sont les actes de discours (ou énoncés-occurrences): c'est à ce deuxième niveau que s'inscrit la problématique de l'énonciation. L'étude de l'énonciation se présente donc comme une problématique des marques ou traces dans l'énoncé de l'acte de production; si elle intéresse le grammairien, c'est dans la mesure où il s'avère qu'un certain nombre de faits grammaticaux ne peuvent être correctement décrits en dehors de cette référence et que les agencements de formes ne se réduisent pas à une combinatoire formelle. À noter cependant que sous ce terme « d'énonciation » se trouvent souvent désignées des réalités fort différentes. Si au sens large, l'énonciation s'intéresse au langage tant qu'acte de production à propos d'un certain référent par des sujets dans des situations données, il est clair qu'un tel objet déborde le champ de la linguistique : le problème de l'articulation entre des productions langagières, leurs producteurs et le monde engage bien évidemment aussi la psychologie, la psychanalyse, la sociologie, les théories de la littérature, etc... d'où à l'heure actuelle, un foisonnement d'études se réclamant de l'énonciation, aux fondements théoriques variés, voire contradictoires et aux méthodologies incertaines.

4.1.1. LA DÉMARCHE SAUSSURIENNE: LANGUE ET PAROLE
Distinguant, du point de vue méthodologique, le domaine des faits qui constitue le champ d’observation de la linguistique et le système théorique construit par le linguiste pour en rendre compte, Saussure appelle l’observable « parole », et le système « langue »1. En choisissant le mot « parole », souvent explicité par « usage », pour désigner le domaine des faits, il suggère par contraste que l’objet théorique ne doit contenir aucune allusion à l’acte de parler. D’où l’idée que cet objet (la langue) consiste en un code, entendu comme une correspondance entre la réalité phonique et la réalité psychique qu’elle exprime et communique. Si l’objet scientifique « langue » peut remplir sa fonction méthodologique et permettre, au moins partiellement, d’expliquer l’activité linguistique, considérée comme fait, ce serait donc dans la mesure où celle-ci serait la mise en œuvre, l’utilisation de ce code. Mais la langue elle-même, le code, ne contiendrait aucune allusion à l’usage, pas plus qu’un instrument ne fait référence à ses divers emplois.

1

SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Paris: Payot. 128

4.1.2. LE TOURNANT AMORCÉ PAR LES LINGUISTIQUES DE L’ÉNONCIATION
C’est une démarche inverse qui caractérise la linguistique de l’énonciation. Même si on maintient la distinction méthodologique entre l’observable (constitué par les pratiques langagières) et l’objet théorique construit pour l’expliquer (objet que certains pensent pouvoir continuer à appeler « langue »), on pense que cet objet comporte, de façon constitutive, des indications relatives à l’acte de parler. Il contiendrait une description générale et une classification des différentes situations de discours possibles, ainsi que des instructions concernant le comportement linguistique, c’est-àdire la spécification de certains types d’influence que l’on peut exercer en parlant, et de certains rôles que l’on peut se donner à soi-même et imposer aux autres. Une linguistique de l’énonciation pose que nombre de formes grammaticales, de mots du lexique, de tournures, de constructions ont pour caractéristique régulière le fait qu’en les employant on instaure ou on contribue à instaurer, entre les interlocuteurs, des relations spécifiques. Si la langue peut encore être considérée comme un code, ce n’est plus au sens où le code sert à noter des contenus de pensée, mais au sens où on parle d’un code de politesse, vu comme un répertoire de comportements sociaux.

4.2. LA RÉFLEXIVITÉ DU LANGAGE 4.2.1. À PROPOS DE LA NOTION D’ÉNONCÉ
Dire qu’une suite linguistique produite par un locuteur constitue un énoncé, c’est dire d’abord que celui-ci s’est présenté, en la produisant, comme ayant eu pour but de dire ce qui est dit en elle. Supposons que quelqu’un pose la question :
- « Est-ce que Pierre est venu pour voir Jean ? »

Le nom Pierre ne constitue pas, ici, un énoncé à lui tout seul: le locuteur n’acceptera pas de se justifier d’avoir prononcé ce mot. S’il l’a prononcé, dirat-il, c’est afin de poser la question qu’il a posée, et c’est seulement sur la légitimité ou la pertinence de cette question, prise comme un tout, qu’il se déclarera engagé. Le segment : « Est-ce que Pierre est venu », considéré à l’intérieur de la suite précédente, ne constitue pas davantage un énoncé : l’objet avoué de la parole n’était pas de s’enquérir de la venue de Pierre, mais de l’intention qui a motivé sa venue. Il faut donc prendre la totalité de la suite pour constituer un énoncé. À cette première condition, qui fixe pour
129

l’énoncé une étendue minimale, il s’en ajoute une seconde, qui détermine un maximum. Si, à l’intérieur d’une suite, on peut déterminer une succession de deux segments sur chacun desquels le locuteur prétend engager sa responsabilité, on dira que cette suite constitue non pas un, mais deux énoncés. Il en serait ainsi, par exemple, si la question avait été : « Est-ce que Pierre est venu ? Et est-ce pour voir Jean ? ». Tel qu’il vient d’être caractérisé, l’énoncé est une suite effectivement réalisée, c’est-à-dire une occurrence particulière d’entités linguistiques. Supposons qu’un locuteur différent de celui imaginé plus haut, et parlant donc en un autre point de l’espace et du temps, pose, terme pour terme, la même question ; on dira alors qu’il s’agit d’un autre énoncé. Décider que deux énoncés sont des réalisations de la même phrase, c’est supposer qu’ils mettent en œuvre tous les deux la même structure linguistique. D’où il résulte que cette décision dépend de ce qu’on entend par « structure linguistique ». Si on se représente celle-ci comme une succession linéaire de mots, il sera nécessaire et suffisant que les deux énoncés soient composés des mêmes mots alignés dans le même ordre. Mais il en sera autrement si on introduit dans la notion de structure des relations plus complexes: on peut imaginer que la même suite de mots corresponde à des organisations très différentes, donc à des phrases différentes, et que des suites différentes manifestent la même organisation, donc la même phrase. Ainsi, il n’y a rien d’absurde ni d’ailleurs d’évident à dire que l’énoncé : « Est-ce que Pierre est venu pour ça ? » employé dans un contexte où « pour ça » signifie « pour voir Jean », réalise la même phrase que l’énoncé pris plus haut pour exemple. D’où on conclura que les phrases, entités abstraites, n’appartiennent pas à l’observable, au donné, mais qu’elles sont éléments de l’objet théorique construit afin de rendre compte du donné (en termes saussuriens, elles relèvent de la langue).

4.2.2. ÉNONCÉ ET ÉNONCIATION
De l’énoncé et de la phrase il faut encore distinguer l’énonciation. C’est l’événement historique que constitue, par elle-même, l’apparition d’un énoncé. En d’autres termes, c’est le fait qu’une phrase ait été réalisée. La différence entre énoncé et énonciation se remarque dès qu’on réfléchit à l’ambiguïté d’une expression comme : « Sa lettre m’a étonné. »1. Est-ce le texte même de la lettre que j’ai trouvé étonnant, les énoncés dont elle est composée, et qui contenaient des indications surprenantes ? Ou bien ai-je été étonné par le fait que cette lettre, telle qu’elle est, m’ait été écrite, soit que son auteur, d’habitude, ne m’écrive pas, ou qu’il m’envoie des lettres d’une autre nature ? Dans les deux derniers cas, c’est l’énonciation qui m’a surpris,
1

Les exemples de ce paragraphe proviennent de l’article « Enonciation » dans ARRIVE (M.), GADET (F.) & GALMICHE (M.) 1986. La grammaire d’aujourd’hui. Guide alphabétique de linguistique française. Paris: Flammarion. 130

et non l’énoncé. Ainsi comprise, comme surgissement d’un énoncé, l’énonciation ne doit pas être confondue avec l’activité linguistique, c’est-àdire avec l’ensemble de mouvements articulatoires, de processus intellectuels, de calculs de fins et de moyens, qui a amené le locuteur à produire son énoncé. Alors que cette activité, étudiée par la psycholinguistique, est préalable à l’énoncé, l’énonciation en est contemporaine : elle est l’existence même de l’énoncé. Il sera montré plus loin que la linguistique, si elle veut rendre compte du sens des énoncés, ne peut pas ignorer l’énonciation. Il s'agit là d'une propriété remarquable du langage: il comporte en lui-même les conditions de sa propre réflexivité; en tant que code, il comporte des éléments renvoyant au fonctionnement même de ce code. Cette particularité oblige donc à traiter la langue comme une entité pluridimensionnelle, où tout ne répond pas au même principe explicatif. S'il peut se faire qu'un énoncé (par exemple scientifique)1 soit interprétable indépendamment des circonstances de son énonciation, la plupart comportent au moins quelques éléments qui réfléchissent l'acte d'énonciation, et qui n'ont de sens que compte tenu des protagonistes et de la situation.

4.2.3. CONSÉQUENCES SÉMANTIQUES
Projetée dans le domaine sémantique, la distinction de l’énoncé et de la phrase a pour corollaire une distinction entre la valeur sémantique attribuée à l’énoncé (sens ) et celle de la phrase (signification ). Cette différence est d’abord méthodologique. Certes l’une et l’autre ne peuvent être déterminées que moyennant des hypothèses. Mais le sens, corrélat de l’énoncé, appartient à l’observable, et fonctionne, pour le linguiste, comme donné, comme « fait à expliquer ». La signification, au contraire, tout comme la phrase, est postulée à titre d’instrument explicatif du sens de l’énoncé, et sa seule justification possible est dans la façon dont elle aide à rendre compte de ce sens. Que le sens et la signification soient aussi différents du point de vue de leurs contenus respectifs, cela devient évident dès qu’on a remarqué l’impossibilité de prévoir le sens de l’énoncé si on connaît uniquement la phrase utilisée. Supposons qu’un locuteur énonce:
- « Même Jean est venu. »

Le sens de son énoncé comporte l’indication que la venue de Jean est un indice plus fort que d’autres d’une certaine conclusion (ces autres indices et cette conclusion étant spécifiés par la situation de discours). Or il est évident
1

On peut douter comme cela sera précisé plus tard de la « neutralité » ou de « l’objectivité » de tous les énoncés qu’ils soient « scientifiques » ou pas. A ce propos voir KERBRAT-ORECCHIONI 1980 et 1986. 131

que la phrase elle-même ne permet pas à elle seule de les connaître. On voit en outre que la différence entre sens et signification tient à la nature même, et non à la seule quantité, des indications véhiculées. Ce que la phrase apporte, ce sont des instructions pour la compréhension de l’énoncé. Ainsi, dans cet exemple, la phrase ne dit pas seulement que la venue de Pierre est un indice de quelque chose (ce qui est a priori évident); elle dit que le locuteur fait allusion à une conclusion particulière, et que l’interprétant doit, pour comprendre, deviner cette conclusion. Le sens n’est pas égal à la signification additionnée de notations supplémentaires, car la signification donne seulement des consignes à partir desquelles on doit reconstruire le sens. Cela amène à refuser la notion habituelle de sens littéral, si on entend par là une portion du sens de l’énoncé, qui serait déjà lisible dans la phrase. En fait, ce que dit la phrase est fondamentalement hétérogène à ce que dit l’énoncé. On ne saurait communiquer avec des phrases, car leur signification consiste surtout en instructions pour déterminer la valeur sémantique de l’énoncé : cette dernière seule peut être l’objet d’une communication.

4.2.4. LES TRACES RÉFLEXIVES DE L’ÉNONCIATION 4.2.4.1. LES EMBRAYEURS: LE « MOI, ICI, MAINTENANT »

Ces éléments qui réfléchissent l'acte d'énonciation, dits embrayeurs, sont avant tout les pronoms personnels de 1ère et 2ème personnes, je et tu et leurs variantes, dont la signification est pour je, celui qui parle, et pour tu, celui à qui je s'adresse. Nous et vous constituent, plutôt que des pluriels, l'extension ambiguë de ces personnes, nous pouvant représenter je + tu ou je + il, et vous pouvant représenter tu + tu ou tu + il. Les possessifs, déterminants et pronoms, de 1ère et 2ème personnes, ne s'interprètent également qu'en fonction de la situation d'énonciation, ainsi mon livre = le livre de moi*. Á part l'expression de la personne (moi/je), d'autres éléments ancrent le discours dans la situation, en référence à l'espace (ici) et au temps (maintenant). La marque temporelle de présent ne peut également s'interpréter que comme référence au moment de l'énonciation. Par rapport à ces trois données, que l'on schématise comme « moi-ici-maintenant », s'organise l'ensemble des phénomènes de repérage. Toute langue comporte ainsi des éléments, que Benveniste E. (1966)1 appelle « l'appareil formel de l'énonciation », qui permettent à chacun de « prendre la parole », en se situant comme locuteur (« JE » déclare que...). À qui renvoie « JE » ? À toute personne qui parle, qui, pour ce faire dit JE, Quelqu'un d'autre parle et il dira
1

BENVENISTE (E.) 1966. Problèmes de Linguistique générale (t.1 et t.2). Paris: Gallimard ; Coll. «Tel». 132

aussi JE, le premier locuteur étant devenu TU (« TU » viens de dire que ...). Puis JE et TU s'inverse à nouveau quand le premier parle à nouveau. Ainsi, comme l'a fait remarquer Benveniste: « "je" et "tu" ne renvoient ni à un concept, ni à un individu » (op. cit. ; pp. 261) mais permettent à chacun de se poser comme sujet dans le discours en relation avec un destinataire. De même existe comme nous l'avons souligné, toute une série de moyens pour désigner où JE me trouve: c'est ICI, dans cette maison, et le moment où JE parle: c'est MAINTENANT, à la minute PRÉSENTE (et le temps verbal « présent » est bien l'axe de notre repérage dans la temporalité). Ainsi s'effectue la mise en relation avec l'extra-linguistique grâce à ces « embrayeurs »1.

4.2.4.2.

LES ADVERBES, ADJECTIFS ET PRÉPOSITIONS

Le il est ce qui n'est ni je ni tu (d'où le terme employé par Benveniste de « non-personne »). Tout un système spatio-temporel d'adverbes (là-bas, hier, en haut, demain, etc.), d'adjectifs (actuel, prochain, proche, etc.) et de prépositions (depuis, devant, etc.) s'instaure par opposition à ici et maintenant, le système de temporalisation étant plus riche que le système de spatialisation.

4.2.4.3.

LES AFFIXES VERBAUX

Les affixes verbaux donnent aux verbes une actualisation qui a pour repère le moment de l'énonciation, par rapport auquel s'établissent le passé et le futur; l'aspect marque la manière dont est envisagé le déroulement du procès.

4.2.4.4.

DISCOURS ET HISTOIRE: SYSTÈME TEMPOREL

Par ailleurs, la distinction entre les temps se fait aussi par leurs emplois dans l'un ou l'autre des deux systèmes d'énonciation, tels qu'ils sont définis par Benveniste: le « discours », rapporté à l'instance d'énonciation (comportant des embrayeurs, et organisé autour du présent, du passé composé, du futur et de l'imparfait), et l'« histoire » (ou récit), coupée de l'instance d'énonciation (sans embrayeurs, organisée autour du passé simple et de l'imparfait).
1

JAKOBSON ( R.) 1963. Essais de linguistique générale. Paris: Minuit (trad. fr.) [voir pp. 176196 : « Les embrayeurs, les catégories verbales et le verbe russe » (1957) et pp. 210-248 : « Linguistique et poétique » (1960)]. 133

4.2.4.5.

LES DÉICTIQUES

Certaines autres catégories d'éléments appartiennent également aux embrayeurs: les déictiques, dont la référence est aussi liée à l'instance d'énonciation, mais sous l'angle de la monstration. Dans je veux cette voiture, le déictique cette désigne un objet que je montre; il est à opposer à l'anaphorique qui désignerait, sous l'angle de la reprise, un objet dont je viens de parler. Les déictiques sont des démonstratifs, déterminants (ce) ou pronoms (cela, celui-ci), et des présentatifs (voici).

4.2.4.6.

LES TERMES RELATIONNELS

On peut encore rapprocher des embrayeurs les termes relationnels, termes lexicaux liés au sujet d'énonciation: venir ou aller (de ou vers), sembler (il semble que), ami ou voisin (à moins d’indication contraire, ceux du locuteur: Pierre est un ami signifie Pierre est l’ami de JE*). Papa n'est un terme relationnel que s'il est employé sans déterminant. L'ensemble du système des embrayeurs (que l'on appelle parfois la déixis ou le caractère indiciel du langage) ne constitue pas une liste d'unités isolées. Il s'agit d'un véritable système qui organise un énoncé, qui lui donne son ancrage, et en ce sens ce serait sous-évaluer sa portée que de le concevoir comme surajouté à l'énoncé.

4.2.5. LA RELATION DE L’ÉNONCIATEUR À L’ÉNONCÉ
Cette relation, ce rapport est toujours là1, plus ou moins explicite (vs implicite ), ainsi pour reprendre l'exemple de C. Fuchs et Le Goffic2 l'énoncé « Encore une fois, fermez la porte! » signifie bien : « Je vous rappelle encore une fois qu'il vous faut fermer la porte... ». Plusieurs ordres de faits sont concernés comme l'intonation ou les modalités (etc.). Tout énoncé a ainsi ses points de repères, et toute énonciation comporte nécessairement des choix du type: c'est par rapport à tel point de vue, à telle question que je vais me situer. Seuls des exemples arrachés au contexte peuvent paraître neutres. Il existe toute une série de phénomènes, à différents niveaux linguistiques, qui reflètent le fait que la langue est une activité à travers laquelle l'énonciateur
1

On peut en effet soutenir que tout énoncé comporte un complexe d'opérations d'assertion et de thématisation mais aussi plus largement de modalisation, de distanciation énonciative, etc. 2 FUCHS (C.) & LE GOFFIC (P.) 1985. Initiation aux problèmes des linguistiques contemporaines. Paris: Hachette ; Coll. « Université ». 134

se situe par rapport à l'allocutaire, à sa propre énonciation, au monde. Sans proposer une liste exhaustive1 des phénomènes en question, on notera cependant les points suivants:

4.2.5.1.

LA THÉMATISATION SYNTAXIQUE OU INTONATIVE

Elle permet de mettre en valeur l'un ou l'autre segment de la phrase. Ainsi : Pierre prend un bain

peut se dire sous les formes : Pierre, il prend un bain. Il y a Pierre qui prend un bain. Pierre qui prend un bain ! C'est Pierre qui prend un bain. C'est un bain que prend Pierre. Il en prend un, de bain, Pierre...etc.

Ces différentes formes ou réalisations apparaissent comme des réponses à des questions elles aussi différentes: Qu'est-ce qui se passe ? Que fait Pierre ? Qui prend un bain ? Pierre prend quoi.?...etc.

4.2.5.2.

LES MODALITÉS

Les unes sont les modalités d'énonciation, comportant l'assertion (relevant du domaine du vrai-faux) et l'interrogation, l'ordre et l'exclamation (relevant de la relation à l'allocutaire). On distingue par ailleurs les modalités d'énoncé, logiques ou appréciatives, qui exposent la manière dont le locuteur situe l'énoncé par rapport à la vérité, la probabilité, la certitude, le vraisemblable, mais aussi l'heureux, I'utile...etc. Ces catégories peuvent s'exprimer par des phénomènes linguistiques très divers, comme par exemple des adverbes (peut-être, sûrement) des adjectifs (il est possible
1

Benveniste, en inaugurant ce type d'étude, était très sensible au fait qu'au-delà de l'inventaire formel de quelques phénomènes, risquait de s'ouvrir le gouffre de l'omniprésence du sujet parlant dans l'énoncé. C'est donc avec prudence qu'on donnera quelques exemples, en tentant d'aller des phénomènes les plus linguistiquement marqués aux plus interprétatifs. 135

[que], la venue possible/probable/inévitable de x), des verbes (il se peut que/il faut que x vienne), des procédés morphologiques (x viendrait), une double négation (il n'est pas possible / il ne se peut pas que x ne vienne pas) etc.

4.2.5.3.

CERTAINES CONSTRUCTIONS VERBALES

Ainsi la construction d'un verbe comme le verbe savoir marque syntaxiquement le savoir ou l'ignorance du sujet d'énonciation par la différence de conjonctions : il sait que Pierre vient dit, à travers que, que l'énonciateur le sait aussi; il sait si Pierre vient révèle, à travers si, l'ignorance dans laquelle se trouve l'énonciateur. Ce qui permet de comprendre, au présent et à la première personne, l'étrangeté de la phrase: je ne sais pas que Pierre vient, qui impliquerait à la fois ignorance et savoir de la part du sujet d'énonciation.

4.2.5.4.

L’EMPLOI DE CERTAINS CONNECTEURS

L'emploi de certains connecteurs, conjonctions ou adverbes, souligne l'organisation d'une argumentation: certes, par exemple, signale l'usage d'un argument qui tend vers une conclusion que l'on pourrait tirer de l'énoncé, mais qui néanmoins ne va pas dans le sens de l'argumentation globale (certes X, mais Y).

4.2.5.5.

L’UTILISATION DES TOURNURES PERFORMATIVES

On peut opposer, aux verbes dits d'attitude propositionnelle (je pense que, je crois que...), des verbes, dits « performatifs »1, qui ont la particularité d'accomplir, par leur énonciation à la première personne du présent, l'acte qu'ils énoncent, ainsi dire « je te promets que...» constitue l'acte même de « promettre », à condition du moins que l'énonciateur soit en position sociale de faire promesse.

4.2.5.6.

LES AXIOLOGIQUES

Tout énoncé est parsemé d'éléments évaluatifs et modalisants. Lexicalement, la subjectivité peut atteindre toutes les parties du discours comportant une liste ouverte. Pour les noms, on notera la différence entre par
1

À ce propos voir chapitre VIII « Les approches pragmatiques ». 136

exemple ingénieur (objectif) et imbécile (subjectif). Les verbes mettent en jeu deux axes d'évaluation, celle en bon/mauvais (espérer, redouter, perpétrer) et celle de vrai/faux/incertain (estimer, prétendre, s'imaginer). Pour les adjectifs, on distinguera ceux qui sont intrinsèquement évaluatifs (poignant, infantile), et ceux qui le sont par leur fonctionnement syntaxique: soit l'antéposition (un grand homme, par opposition à un homme grand ), soit encore des tournures construisant un sous-entendu (il est intelligent pour un Français; il est grand mais intelligent ). Quant aux adverbes, ils sont fréquemment évaluatifs, surtout en tête de phrase, où ils peuvent renvoyer à l'acte d'énonciation (franchement, justement, décidément, etc.). Une subordonnée peut jouer le même rôle; dans « Puisque tu insistes, je suis malade » la subordonnée « Puisque tu insistes » ne peut dépendre que de l'acte d'énonciation, et pas de « je suis malade ».

4.2.5.7.

LES SOUS-ENTENDUS

Un énoncé exprime souvent plus de choses que ce qu'il comporte littéralement: on parlera alors de sous-entendus (par exemple, x n'est pas encore à l'hôpital comme réponse à la question Y est-il gentil avec x ? laissant entendre que Y brutalise x). L'ironie et l'antiphrase relèvent également de ce type de fonctionnement.

4.2.5.8.

CERTAINS PHÉNOMÈNES LIÉS AU DIALOGUE

Par ailleurs, l'étude de l'énonciation permet de prendre en compte des phénomènes liés au dialogue: exclamations, constructions expressives sans verbe ou phrases « incomplètes » (la barbe avec cette histoire; une bière ou je m'écroule !), interrogations instaurant une dissymétrie entre les deux interlocuteurs parce que induisant une réponse déterminée.

4.2.6. L’INSCRIPTION DE L’AUTRE
Tout discours peut être compris comme hétérogène en ce sens qu ‘il est traversé par du déjà-dit, des références plus ou moins explicites à des énoncés antérieurs, qu'il intègre sous diverses modalités linguistiquement appréhendables.

137

4.2.6.1.

LE DISCOURS RAPPORTÉ

Le discours rapporté dans lequel le locuteur reproduit les paroles d'un autre (entre « répétition » et « interprétation ») manifeste cette hétérogénéité tout particulièrement. Les deux formes du discours direct et du discours indirect instaurent des rapports différents entre discours citant et discours cité.

4.2.6.2.

PHÉNOMÈNES RELEVANT DE LA POLYPHONIE

On a parlé de « polyphonie » pour désigner les phénomènes de présence du discours de l'autre qui ne relèvent pas du discours rapporté: ce terme illustre l'idée que, dans le déroulement d'un énoncé, se fait entendre une pluralité de voix, et qu'il faudrait donc, pour comprendre la portée d'un énoncé, faire une distinction entre sujet parlant (être physique), locuteur (celui qui dit je) et énonciateur (celui à qui est attribuée la responsabilité d'un acte de parole). On peut alors dire que l'être parlant se constitue de la parole d'autrui, que la prise de distance qu'effectue un sujet vis-à-vis d'une partie de son discours lui permet de s'affirmer comme source du reste. Cette distanciation est plus ou moins marquée, on peut ainsi établir une distinction supplémentaire en prise de distance univoque et prise de distance équivoque. • La prise de distance univoque

En d'autres termes l'utilisation de formes explicites de distance par rapport à une forme: les guillemets (fondamentalement ambigus, à la fois citation et marque de distance) ou certaines marques intonatives à l'oral; l'usage des caractères italiques; certains usages du conditionnel (x aurait gagné ); différents types de commentaires portant sur l'usage d'un mot ou d'une forme (en quelque sorte, si l'on peut dire, si j'ose dire, pour parler grossièrement, si vous me passez l'expression...), visant à exposer des réserves, des hésitations ou des autocorrections (X, j'aurais dû dire Y). • La prise de distance équivoque

C'est à dire des prises de distance sans marque univoque comme dans le discours indirect libre, l'antiphrase, l'imitation, l'ironie, l'allusion, le deuxième degré..., toutes formes qui, étant davantage suggérées que dites explicitement, peuvent toujours être senties comme ambiguës, voire mal interprétées.
138

4.3. LES POSITIONS THÉORIQUES D’OSWALD DUCROT
Conçue restrictivement, la linguistique de l'énonciation s'intéresse plus particulièrement à l'un des paramètres du cadre énonciatif: le locuteur. Dans cette perspective, on considère comme faits énonciatifs les traces linguistiques de la présence du locuteur au sein de son énoncé. Cependant une proposition n'est jamais « directement » assertée par un locuteur et comme le suggère la théorie polyphonique de l'énonciation, un locuteur (L) peut s'engager ou se dégager en prenant ou non en charge la proposition énoncée. Cette possibilité de dégagement est à l'origine du fait qu'un énonciateur (E) est toujours la source de la proposition mais que le locuteur peut présenter cette dernière comme valide (E = L) ou non (E ≠ L) dans son espace de « réalité » en l'assumant ou en « marquant ses distances ». On notera enfin qu'on peut opposer, d'un point de vue théorique, deux grands courants ayant pris le domaine de l'énonciation en considération: 1. Le courant énonciatif au sens strict, plutôt caractéristique de la linguistique française, notamment Ducrot. O. et Culioli A.1 à la suite de Benveniste E., et dont la tendance est de partir du repérage de marques linguistiques et de procéder par élargissement pour caractériser la langue comme activité énonciative, du double point de vue de la production et de la reconnaissance, comme activité double mais non symétrique (par exemple, des phénomènes indiciels à la référence et à la détermination). C'est dans ce cadre qu'a été élaborée la notion de « catégories énonciatives », catégories présumées universelles, comme la personne, l'aspect, la détermination, et correspondant à des opérations de prise en charge de la langue par le sujet parlant2. 2. Le courant pragmatique, essentiellement anglo-saxon3, partant de catégories notionnelles dont on cherche à retrouver les marques linguistiques, et de ce fait plutôt mis en œuvre par des philosophes, sociologues et psychologues que par des linguistes. Nous exposerons ce deuxième courant ultérieurement de manière à en montrer la spécificité.
1

En ce qui concerne DUCROT (O.) voir DUCROT (O.) 1972. Dire et ne pas dire - Principes de sémantique linguistique. Paris: Hermann. DUCROT (O.) 1973. La preuve et le dire. Paris: Mame. DUCROT (O.) 1980. Les échelles argumentatives. Paris: Minuit. DUCROT (O.) et al. 1980. Les mots du discours. Paris: Minuit. ANSCOMBRE (J.-C) & DUCROT (O.) 1983. L’Argumentation dans la langue. Bruxelles: Mardaga. Pour avoir un vue des idées d'A. CULIOLI dans ce domaine, on pourra consulter l'article de SIMONIN (J.) 1984 « De la nécessité de distinguer énonciateur et locuteur dans une théorie énonciative ». in: D.R.L.A.V., 30. Voir aussi CULIOLI (A.) 1990. Pour une linguistique de l'énonciation, opérations et représentations, t.1. Paris: Ophrys. 2 L'une des grandes difficultés apportées par l'introduction du concept d'énonciation est d'étudier les traces du procès d'énonciation sans être tenté d'établir le sujet de l'énonciation comme entité libre et maîtresse d'elle-même, le sujet est tout autant pris dans sa langue qu'il en fait usage. 3 Voir notamment AUSTIN (J.-L.) 1970. Quand dire c’est faire. Paris: Seuil. (trad. fr.) et SEARLE (J.-R.) 1972. Les Actes de langage. Paris: Hermann. (trad. fr.). 139

En France les phénomènes relevant de l'énonciation ont été problématisés dans un premier temps par deux théories: celle d'O. Ducrot et celle d'A. Culioli . Nous développerons tout d'abord la position d'O. Ducrot qui, au début des années quatre-vingt, a intimement lié les deux notions de polyphonie et d'énonciation. En effet, la particularité des travaux de Ducrot sur l'énonciation, c'est d'avoir insisté sur l'aspect polyphonique du discours, c'està-dire sur la multiplicité des points de vue exprimés dans un énoncé unique. Il a été précédé dans cette voie par Bakhtine.

4.3.1. L’APPORT DU DIALOGISME BAKHTINIEN
On peut considérer que la théorie de la polyphonie est étroitement liée à la théorie bakhtinienne du dialogisme. Non que les travaux de Ducrot se soient directement inspirés de ceux de Bakhtine mais plutôt parce que, ainsi que le fait remarquer Moeschler J.1, Bakhtine et Ducrot œuvrent dans le même but, mettre en doute l'unicité du sujet parlant. Bakhtine a principalement travaillé sur des problèmes de linguistique et de littérature avec une nette préférence pour la littérature (Bakhtine 1977, 1978 et 1984)2. Le lieu privilégié du dialogisme selon lui, c'est le texte littéraire. La frontière entre études linguistiques et études littéraires est perméable chez Bakhtine, il pose, en effet, le problème du polylinguisme du langage romanesque à partir du plurilinguisme du langage, et considère que la caractéristique du langage romanesque, c'est d'offrir une image du langage plutôt qu'une image de l'homme. Le dialogisme selon Bakhtine se manifeste de diverses façons dans le discours romanesque, à savoir par la représentation de la multiplicité des idiolectes: dialectes régionaux, jargons professionnels, argots divers, etc., par la dimension « intertextuelle », c'est-à-dire par la capacité d'un discours à s'associer aux (ou à se dissocier des) autres discours sur le même thème, par la dimension « interprétative », c'est-à-dire par le fait que la compréhension est dialectique, conditionnée par la réponse qu'elle conditionne, par la dimension « productive » et enfin, à travers les différents modes du discours rapporté. Ces différentes dimensions se reflètent dans des phénomènes sémantiques et syntaxiques qui, d'après Bakhtine, relèvent du domaine de la stylistique. Ses travaux remettent donc en cause, au niveau du texte, l'unicité du sujet parlant. Comme Bakhtine, O. Ducrot va remettre en question le postulat de l'unicité du sujet parlant et opérer une distinction

1

MOESCHLER (J.) 1985. Argumentation et Conversation - Eléments pour une analyse pragmatique du discours. Paris: Hatier-Crédif ; Coll. « Langues et apprentissage des langues ». 2 Voir BAKHTINE (M.) 1977. Le Marxisme et la philosophie du langage. Paris: Minuit ; BAKHTINE (M.) 1978. Esthétique et théorie du roman. Paris: Gallimard et BAKHTINE (M.) 1984. Esthétique de la création verbale. Paris: Gallimard. 140

entre sujet parlant et locuteur puis en distinguant plusieurs énonciateurs chez un même locuteur.

4.3.2. SUJET PARLANT ET LOCUTEUR
Ducrot commence par distinguer le sujet parlant du locuteur. Le sujet parlant joue le rôle de producteur de l'énoncé, c'est l'individu dont le travail physique et mental a permis de produire cet énoncé. en d'autres termes, le sujet parlant est un être empirique, l'individu qui énonce « physiquement » l'énoncé alors que le locuteur correspond à l'instance qui prend la responsabilité de l'acte de langage, c'est un être discours qui prend en charge la responsabilité de l'énoncé. Il analyse plus avant le concept de locuteur en y distinguant deux instances: le « locuteur en tant que tel », noté locuteur-L et « locuteur en tant qu'être au monde », noté locuteur- λ. Le premier (locuteur-L ) désigne le locuteur considéré du seul point de vue de son activité énonciative, en tant qu'être de discours; le deuxième (locuteur- λ), en revanche désigne le locuteur en tant que ce dernier possède par ailleurs d'autres propriétés et constitue un « être au monde ».

4.3.3. LOCUTEUR ET ÉNONCIATEUR
La distinction entre locuteur et énonciateur opère sur un autre plan. Comme le locuteur, l'énonciateur constitue la source d'une énonciation, mais on ne peut lui attribuer aucune parole au sens strict. L'énonciateur intervient dans un énoncé à titre d'instance donnant un « point de vue », une « position » qui ne s'expriment pas avec des mots précis. Le destinataire perçoit ce « point de vue », sait qu'il doit l'attribuer à un « énonciateur » distinct mais ne peut pas aller au-delà. En d'autres termes, le locuteur peut mettre en scène dans son propre énoncé des positions distinctes de la sienne que l'on pourra dès lors attribuer à autant « d'énonciateurs » distincts. Cette nouvelle distinction est destinée à traiter des phénomènes de non-prise en charge plus subtils comme l'ironie ou la négation polémique. Dans l'ironie par exemple, le locuteur prendrait en charge « les paroles mais pas le point de vue que défend l'énoncé: ce point de vue serait attribué à un personnage, l'énonciateur, mis en scène par l'énonciation ironique. Le schéma suivant représente les principales distinctions utilisées par O. Ducrot:

141

Sujet parlant

Locuteur

Énonciateur

Locuteur-L

Locuteur-

E.1

E.2

E.n

Le problème principal que pose cette approche de l’énonciation est qu’une telle problématique de l’énonciation en écartant le sujet parlant se prive ou plutôt se coupe d’une théorisation du sujet et qu’en fin de compte, comme l’a fait remarquer J. Authier-Revuz (1984: pp. 108-109)1 les instances dégagées par Ducrot apparaissent comme désincarnées:
- « La façon dont O. Ducrot tente de se prémunir contre cet écueil [l’émergence de l’Autre] par un système de défenses théoriques autour de l'autonomie de son objet - poussée au point limite où le concept d'énonciation « n'implique même pas l'hypothèse que l'énoncé est produit par un sujet parlant » me paraît déboucher, par la « représentation de l'énonciation » strictement refermée sur elle-même qui y est proposée, sur une sorte de « hors-lieu » théâtral habité par des « êtres de parole » qui, hors de toute attache explicite avec le sujet parlant et sa réalité d'être de parole, apparaissent comme « suspendus », « désancrés ». »

4.3.4. LA POLYPHONIE SELON OSWALD DUCROT
Le problème, qui est à la base de la théorie de la polyphonie chez O. Ducrot (1980)2, est celui de l'écart entre la signification de la phrase et le sens de l'énoncé. Dans son premier article sur la polyphonie, Ducrot commence par distinguer la phrase de l'énoncé: la phrase est une entité abstraite qui correspond à un ensemble de mots combinés selon les règles de la syntaxe; I'énoncé correspond à une énonciation particulière de la phrase. On parlera, dans la terminologie de Ducrot, de la signification de la phrase et du sens de l'énoncé. Ducrot envisage le cas où le sens que l'on attribue à l'énoncé est impossible à déduire de la signification de la phrase telle qu'elle est conçue par les linguistes. En effet, pour la tradition linguistique, la signification de la phrase, c'est le « sens littéral », où l'expression sens littéral désigne ce qui reste stable d'un énoncé de la phrase à l'autre. La possibilité que le sens de l'énoncé ne puisse se déduire de la
1

AUTHIER-REVUZ (J.) 1984. « Hétérogénéité(s) énonciative(s) ». in: Langages. 73, pp. 108-109 ; voir aussi AUTHIER-REVUZ (J.) 1982. « Hétérogénéité montré et hétérogénéité constitutive: éléments pour une approche de l’autre dans le discours ». in: D.R.L.A.V., 26. 2 DUCROT (O.) et al. 1980. Les mots du discours. Paris: Minuit. 142

signification de la phrase ainsi entendue amène Ducrot à plusieurs innovations théoriques. D'une part, la signification de la phrase n'est plus quelque chose que l'on peut dire mais bien plutôt un ensemble d'instructions qui, à partir de la situation de discours, permettent d'en arriver au sens de l'énoncé. D'autre part, l'intention du locuteur qui produit un énoncé n'est plus de produire ipso facto la signification de la phrase mais de faire découvrir à son interlocuteur une conclusion précise qui est celle qu'il vise en produisant l'énoncé. L'énonciation, qui a un grand rôle à jouer dans la sémantique de l'énoncé si ce n'est dans celle de la phrase, est l'événement historique que constitue l'apparition de l'énoncé. Dès lors, on peut dire que le sens de l'énoncé, c'est la représentation de sa propre énonciation. La définition de l'énoncé, simplement limitée à l'énonciation de la phrase dans le premier article, s'est modifiée par la suite (Ducrot :1984)1: Ducrot ajoute un critère de délimitation de l'énoncé qui doit faire l'objet d'un choix « relativement autonome » par rapport au choix des autres énoncés. Le critère de l'autonomie relative correspond lui-même à deux conditions, la cohésion et l'indépendance. La cohésion correspond au fait que le choix de chaque constituant de l'énoncé est déterminé par le choix de l'ensemble de l'énoncé; I'indépendance correspond au fait que le choix de l'énoncé ne dépend pas du choix d'un ensemble plus vaste dont il serait un élément. On notera que, dès lors, phrase et énoncé ne coïncident pas automatiquement.

4.3.5. COMMENTAIRES
Les tenants de la linguistique énonciative tentent, d'où leur nom, de retrouver dans les énoncés les marques de l'énonciation et, par là, de substituer une linguistique de l'énoncé à celle, jugée trop réductrice, de la phrase. Ainsi de nombreux travaux ont été menés et sont menés sur les indicateurs de la déixis, sur les modalisations, bref, sur tout ce qui peut laisser apparaître la trace du sujet dans le texte. Ce type de linguistique tente d'effacer la dichotomie désormais classique entre langue et parole, et celle, plus ancienne encore entre syntaxe et sémantique. Le modèle élaboré par A. Culioli, que nous allons aborder maintenant, est sans doute le plus hermétique et abstrait mais également le plus complet.

4.4. LES POSITIONS THÉORIQUES D’ANTOINE CULIOLI
Ce deuxième courant énonciatif d'origine française est essentiellement représenté aujourd'hui par Antoine Culioli qui a tenté d'élaborer une théorie globale du langage exempte d'empirisme. L'objet de la linguistique est pour
1

DUCROT (O.) 1984. Le Dire et le Dit. Paris: Minuit. 143

lui l'étude de la relation qui existe entre la faculté de langage qui est universelle (production et interprétation de textes) et les langues naturelles, en tant que systèmes particuliers. Toutefois, Culioli pense qu'observer les langues, ce qu'il tient pour une grande nécessité, ne peut se faire valablement sans une théorie qui permette d'opérer abstraitement, à l'aide d'un métalangage aussi éloigné que possible de celui dont les linguistes ont hérité de la tradition. Aux notions d'émetteur et de récepteur, Culioli préfère substituer le concept de co-énonciateurs, dont on peut retrouver les traces dans les énoncés. La situation d'énonciation elle-même laisse également des marques. Cet ensemble de marques permet, au moyen d'une suite d'opérations complexes, aux co-énonciateurs d'ajuster leurs systèmes de repérage qui ne sont jamais totalement équivalents, ce qui peut provoquer des ambiguïtés, des lapsus, etc. Pour exposer la position d’A Culioli en matière de référenciation et d’énonciation, il convient d’opérer un bref rappel des plans d’énonciation mis en évidence par E. Benveniste (1966)1 et qui vont permettre à A. Culioli de développer « un mode de calcul » d’opérations énonciatives ayant l’avantage de résoudre certaines contradictions du modèle de Benveniste dont nous rappellerons quelques caractéristiques. Sur le plan de la didactique des langues, on notera simplement que les propositions psycholinguistiques culioliennes ont eu un impact certain dont on peut retrouver les traces dans les manuels de Charlirelle (1975)2 ou encore de J. Courtillon et S. Raillard (1982)3.

4.4.1. LES PLANS D’ÉNONCIATION D’E. BENVENISTE
Il s'agit là d'une distinction relative au fonctionnement de l'énonciation, tracée entre histoire et discours. Le récit des événements passés constitue l'histoire. L'énoncé historique (parfois appelé récit) se caractérise par le fait que le procès d'énonciation qui l'a produit n'y laisse aucune trace: la troisième personne, seule admise, y est donc en fait une absence de personne (non-personne). Sont exclus de ce type d'énoncé les éléments marquant l'intervention du locuteur, tels les embrayeurs et les déictiques; les temps privilégiés sont le passé simple (l’aoriste), l'imparfait, le passé antérieur et le plus-que-parfait. Le passé composé et le présent sont exclus (sauf l'exception rare du présent atemporel). Le discours se caractérise par opposition à l'histoire: bien au-delà des seules émissions orales, ce terme concerne tout ce qui, oral ou écrit, n'est pas histoire. À côté de la 3ème personne des personnels et des possessifs, on trouve la 1ère et la 2e personne, ainsi que les autres embrayeurs, comme le présent. Tous les
1 2

BENVENISTE (E.) 1966. Problèmes de linguistique générale. Paris: Gallimard (2 vol.). CHARLIRELLE (1975). Behind the words. Paris: OCDL-Hatier. 3 COURTILLON (J.) & RAILLARD (S.) 1982. Archipel – Français Langue Etrangère. Paris: Didier [1 à 7 unit.]. 144

temps y sont autorisés, sauf le passé simple et le passé antérieur. Cette distinction permet d'étudier le fonctionnement du système temporel français en liaison avec l'énonciation, sans limitation à l'axe temporel. La distinction de deux plans d’énonciation (discours vs histoire ) qu’établit E. Benveniste repose ainsi sur des critères formels que l’on exposera brièvement cidessous. Le discours se caractérise essentiellement par : • • • Le recours au pronom « 1ère personne »1. Un système temporel fondé sur le présent2. Des adverbes qui référent à la situation d’énonciation3 (Ici, maintenant) L’histoire par contre se caractérise par: • • • Le recours exclusif aux pronoms de « 3ème personne ». Un système temporel fondé sur l’aoriste4. Des adverbes non-déictiques, du type: là, à ce moment-là, etc.

Un tableau permettra de mieux visualiser les correspondances5 qu’établit ainsi Benveniste entre ces deux plans d’énonciation:

1 2

Éventuellement, 2ème et 3ème personne. Système comprenant en outre le parfait, l’imparfait, le plus-que-parfait et le futur. 3 En d’autres termes, des adverbes qui prennent leur dénotation par rapport à la situation de celui qui dit « je » quand il dit « je » (DANON-BOILEAU (L.) 1982. Produire le fictif. Paris: Klincksiek; pp. 85-86) 4 Système comprenant en outre l’imparfait, le plus-que-parfait et le conditionnel (avec valeur de « futur » par rapport à un moment donné du passé). 5 l’idée de correspondances entre les deux plans ne gomme pas évidemment l’opposition qui assure le maintien de deux plans distincts. 145

Ainsi que l’indique Danon-Boileau (1982)1 on peut à partir de cette distinction établir une typologie des textes en « textes de type histoire » et « textes de type discours », en remarquant que:
- « Chaque type de texte correspond à un plan d’énonciation qui témoigne de la part de l’auteur du texte, d’une intention spécifique: le plan de l’énonciation « discours » « suppose un locuteur et un auditeur, et chez le premier, l’intention d’influencer l’autre en quelque manière »; le plan de l’énonciation « histoire » est celui « où il n’y a même plus de narrateur. Les événements sont posés comme ils se sont produits à l’horizon de l’histoire. Le temps fondamental est l’aoriste qui est le temps de l’événement hors de la personne du narrateur ».

Il faut cependant noter simultanément que les plans énonciatifs d’E. Benveniste ne recouvrent pas les phénomènes en œuvre dans les textes, en d’autres termes que la distinction discours/histoire dans sa formulation initiale n’est pas totalement opératoire, c’est pourquoi il convient d’examiner les problèmes qui se posent.
1

DANON-BOILEAU (L.) 1982. Produire le fictif. Paris: Klincksiek. 146

4.4.2. CRITIQUES DES PLANS D’ÉNONCIATION D’E. BENVENISTE
En réalité, Benveniste ne semble pas avoir prévu le cas des textes présentant de façon conjointe les marques caractéristiques de l'un et de l'autre plan énonciatif. Implicitement, on serait tenté de penser qu'il exclut la possibilité d'une utilisation simultanée de l'aoriste (passé simple) et du pronom première personne. Or, de tels textes existent. Le problème qui se pose est alors celui de l'interprétation qu'il faut en donner. Ainsi, Danon-Boileau (1982)1 précise [qu’]:
- « On peut d'abord tenter de rejeter purement et simplement la distinction opérée par Benveniste et déclarer que, compte tenu du fait que certains textes présentent des marques caractéristiques de chacun des deux plans d'énonciation, c'est l'ensemble de la distinction qu'il faut abandonner. Une deuxième position consiste à préserver le sens de la distinction et à maintenir la différence entre les deux plans d'énonciation, en cherchant à établir une hiérarchie à l'intérieur des marques de surface, de telle sorte qu'un texte renfermant des marqueurs de type « histoire » et de type « discours » puisse être finalement classé dans l'une ou l'autre de ces catégories ».

On peut enfin, et c’est la position en tout premier lieu d’A Culioli, considérer que ce sont en fait des hypostases artificielles de deux types de repérages qui sont à l'œuvre dans les textes tantôt de façon conjuguée, tantôt de façon indépendante. Examinons successivement chacune de ces trois positions. Voyons d'abord l'hypothèse du rejet de la distinction opérée par Benveniste. L'essentiel de la distinction porte en fait sur la possibilité de postuler, suivant les textes, la présence ou l'absence d'un narrateur. Rejeter cette distinction c'est poser que tous les textes possèdent un narrateur, ou qu'au contraire aucun texte n'en possède. La première de ces deux positions est celle de Todorov, Barthes et Genette. Elle aboutit à un échec en « aplatissant » les deux plans énonciatifs sur le discours. Kuroda S.-Y. (1975) 2, en posant que la mise en place référentielle est indépendante des phénomènes de repérage énonciatif, arrive en fait à une position symétrique. Ainsi, pour Kuroda, mis à part l'effet du pronom première personne, la différence entre discours et histoire est nulle. Voyons à présent comment il est possible de préserver la distinction opérée par Benveniste en dépit de l'inadéquation des critères de classement. Une première réponse au problème a été fournie par J. SimoninGrumbach (1975)3. Pour elle, il convient d'établir une hiérarchie au sein des critères dégagés par Benveniste. Une fois cette hiérarchie définie, un texte
1 2

DANON-BOILEAU (L.) 1982. Produire le fictif. Paris: Klincksiek. KURODA (S.-Y.) 1975. « Réflexions sur les fondements de la théorie de la narration ». in: Langue, Discours, Société. Paris: Seuil. 3 SIMONIN-GRUNBACH (J.) 1975. « Pour une typologie des discours ». in: Langue, Discours, Société. Paris: Seuil. 147

utilisant le pronom première personne et le passé simple pourrait être classé comme un texte de type « histoire ». La motivation essentielle de ce reclassement est que le passé simple ne peut en aucun cas marquer un rapport entre le moment d'un événement dans un énoncé et le moment de l'énonciation. Or pour J. Simonin-Grumbach, l'énonciation de type « histoire » est caractérisée par la mise en place de repérages indépendants des circonstances de l'acte d'énonciation. Il est clair que la première personne, à la différence de la troisième, marque de façon certaine un rapport à l'énonciateur. Voyons comment J. Simonin-Grumbach procède pour disqualifier les pronoms première personne employés dans les textes conjointement avec le passé simple. Son argument essentiel est le suivant: ce n'est pas le même « je » qui écrit et dont il est question dans le texte. Le « je » qui écrit maintenant se manifeste dans les passages de discours qui apparaissent occasionnellement dans le corps de « l’histoire ». L'argument, nous semble-t-il, est quelque peu ambigu car il y a un jeu de mot sur la notion de différence entre « je qui écrit» et « je » dont il peut être question dans un texte au passé simple. Cette différence peut s'entendre de façon référentielle ou énonciative. Voyons ce qu'il en est dans chaque cas. De façon référentielle, dire que veut dire que l'individu auquel renvoie le pronom a vieilli, qu'il n'est plus le même, ou encore, que le « je » qui écrit en discours est un véritable narrateur tandis que celui dont il est question au passé simple n'est qu'un personnage comme un autre. À cette interprétation référentielle de l'argument, on peut opposer que, même dans le cadre du discours, l'écrivain qui dit n'est jamais pris sur le vif, mais crée une situation fictive qu'il donne pour la situation réelle d'énonciation, laquelle peut parfaitement ne rien avoir de commun avec la situation effective dans laquelle il écrit. C'est d'ailleurs l'un des points de différence entre la situation de l'énonciation à l'oral, et la situation de l'énonciation à l'écrit. Mais tel n'est peut-être pas le sens à attribuer à l'argument de J. Simonin-Grumbach. Peutêtre convient-il alors d'accorder à cette « différence », une valeur énonciative. Du point de vue de l'énonciation, l'emploi du pronom première personne avec le passé simple est assimilé par J. Simonin-Grumbach à un emploi de pronom troisième personne. « Je » plus « passé simple » , dit J. SimoninGrumbach, peut-être assimilé à « il » plus « passé simple ». Or, en fait, rien n'autorise une telle réduction car si le passé simple marque irréductiblement l'absence de rapport avec le moment de l'énonciation, le pronom première personne, lui, marque non moins irréductiblement un rapport avec le sujet énonciateur. Il y a donc une « contradiction » entre l'emploi du passé simple et celui de la première personne. Mais rien ne permet de trancher en faveur de l'histoire plutôt qu'en faveur du discours.

148

4.4.3. ORIGINALITÉ DES POSITIONS THÉORIQUES D’A. CULIOLI
Le courant de pensée institué par A Culioli et ses disciples peut être schématiquement caractérisé par la recherche d'un calcul qui, sur la base des éléments dégagés par Benveniste, permette une formulation articulée de l'ensemble des phénomènes liés à l'énonciation. Le discours y apparaît alors comme le mode d'énonciation dans lequel les repérages s'effectuent par rapport à la situation d'énonciation (celle d'où parle le locuteurÞdéixis). Celleci est définie comme un couple d'origines, l'une lisible sur l'axe des temps, l'autre sur celui des personnes: le « point zéro » du vecteur temps est donné comme l'image du moment de l'énonciation et le « point zéro » du vecteur des personnes est donné comme l'image du locuteur. Par rapport à ces deux origines, il devient possible de calculer la valeur du passé et de l'avenir comme celle de « tu » et de « il ». L'histoire en revanche y apparaît comme le mode d'énonciation dans lequel les repérages s'effectuent par rapport à l'énoncé (Þanaphore), et cela, sans renvoi à la situation d'énonciation: la position de l'histoire est alors définie comme un « hors-système » du discours. La théorie d'A. Culioli est une théorie des opérations énonciatives. Elle a donc pour objet d'expliquer autant des énoncés que la façon dont ils sont produits par celui qui parle. Parler ici, c'est (1) établir un contenu de pensée indéterminé (former une lexis à trois éléments) ; (2) hiérarchiser ce contenu de pensée en indiquant l'élément autour duquel va s'organiser l'énoncé (c'est le stade de la relation prédicative) ; (3) situer enfin le contenu de pensée hiérarchisé par rapport à la situation d'énonciation et à la pensée que l'on prête à celui auquel on s'adresse. C'est ce qui constitue l'étape de la relation énonciative. Lexis, relation prédicative, relation énonciative sont autant de relations qui doivent pouvoir se calculer dans l'énoncé définitif à partir de marques de surface. Le repérage1 du contenu de pensée par rapport à la situation d'énonciation est marqué au niveau du prédicat par l'affixe de temps. La hiérarchisation du contenu de pensée (et l'organisation de la lexis) est marquée au niveau des arguments par l'article et le cas (entendu ici au sens strict de marque casuelle de surface). Le repérage du contenu de pensée par rapport à la pensée de l'autre, se marque au niveau de la modalité. Par ailleurs chacun des trois éléments du contenu de pensée initial doit être validé. La validation d'un élément peut s'opérer de deux façons différentes, soit en repérant l'élément par rapport aux origines fournies par la situation
1

Le repérage est une opération définie par A. Culioli qui suppose: a) une origine; b) un élément à repérer; c) un opérateur susceptible de prendre différentes valeurs. Chacune de ces valeurs indique une position de l'élément à repérer par rapport à l'origine retenue. Les valeurs sont au nombre de quatre (égal, différent, en rupture, indéfini). Notons enfin que le repérage intervient à différentes étapes de la constitution de l'énoncé. 149

d'énonciation1 ; soit en rattachant l'élément à une place définie au sein de la relation prédicative et de la lexis. Il en est ainsi des arguments qui figurent sous forme de noms pleins. Le cas et l'article associé à un nom plein indiquent à la fois la structure de la lexis et de la relation prédicative correspondant à l'énoncé où figure le nom ainsi que la place du nom au sein de chacune de ces deux relations.

4.4.3.1.

LA LEXIS

La lexis est la conjonction d'une forme et d'un contenu. La forme est appelée schéma de lexis. Elle est la même pour tous les énoncés. Elle est un triplet de places vides (ξ0, π,ξ1). L'une de ces places vides est instanciée par une notion de prédicat (celle qui « deviendra le verbe »). Les deux autres (ξ0 et ξ1) sont instanciées par des notions d'argument qui peuvent être soit des notions de type nominal ; soit des notions de type propositionnel. Les places des arguments sont ordonnées. Elles sont définies comme ξ0 et ξ1. Pour l'établissement de la lexis, le schéma de lexis impose trois contraintes, à savoir (1) il y a, au plus, trois éléments; (2) parmi ces trois éléments deux sont des notions d'argument et un seul une notion de prédicat. Ainsi (garçon, aimer, manger) ne sera pas considéré comme une lexis mais comme une composition de lexis du type: (garçon, aimer (garçon manger)) conduisant, par exemple à un énoncé du type « le garçon aime manger » ; enfin (3) les deux arguments ξ0 et ξ1 sont ordonnés: ξ0 est source, ξ1 est but.

4.4.3.2.

LA RELATION PRÉDICATIVE

La relation prédicative est un réagencement de la lexis qui permet de définir deux ensembles: d'une part le terme autour duquel s'organise l'énoncé, ce terme est dit terme de départ, ou encore terme thématisé. D'autre part, les deux termes restants. Le terme de départ peut être (1) la notion d'argument ξ0 (on aboutit alors à des énoncés du type « commentaires sur la source » tels que « Jean aime le chocolat »); (2) la notion d'argument ξ2, (on aboutit alors à des énoncés du type « commentaires sur le but » tels que dans « Pierre est blessé »); (3) la notion de prédicat π (on aboutit alors à des énoncés du type « constat d’événement » tels que « Pierre but un verre »). La relation prédicative est un préalable nécessaire à l'établissement de la relation énonciative. Un « contenu de pensée », une lexis, est certes

1

C'est le cas pour le prédicat. C'est le cas aussi pour les arguments nominaux lorsqu'il s'agit de pronoms (le pronom est la trace d'un repérage de l'élément par rapport à l'origine que fournit l'énonciateur). 150

ordonné, mais cet ordre n'indique pas sur quel élément l'énonciateur choisit de construire son énoncé.

4.4.3.3.

LA RELATION ÉNONCIATIVE

Au niveau énonciatif sont définis deux ordres de données : la validation des références et le statut de l’ensemble de l’énoncé. La validation (et le cas échéant la valeur) des références correspondant à chacun des trois éléments du contenu de la relation prédicative. La valeur est calculée par rapport aux références associées à la situation d'énonciation (énonciateur et moment de l'énonciation) grâce à un repérage. Ainsi au niveau du prédicat, la validation de la référence est donnée en même temps que sa valeur. Celle-ci est calculée par rapport au moment de l'énonciation. Dans les cas simples (correspondant aux formes verbales non-auxiliées) la marque en surface de cette valeur est l'affixe temps porté par le verbe (affixe présent ou passé). Au niveau des arguments, dans le cas des noms, la validation de la référence de l'argument est définie mais non sa valeur. Cette validation repose sur les indications fournies par l'article. L'article permet en effet de définir la place de l'argument qui lui est associé au sein de la lexis et de la relation prédicative qui lui correspond. La définition de cette place au sein de chaque relation garantit en retour la référence de l'argument. Dans le cas des pronoms, la validation de la référence de l'argument est donnée en même temps que sa valeur. Cette valeur est calculée par rapport à l'origine que constitue l'énonciateur. Le statut de l'ensemble de l'énoncé, du point de vue de celui qui parle, par rapport à ce qu'il imagine être la pensée de celui auquel il s'adresse. Ceci est défini par la modalité. Naturellement, les choix opérés au niveau prédicatif vont avoir des incidences au niveau énonciatif. En résumé, donc, un énoncé est associé à trois relations spécifiques dont il existe en surface des traces. Le temps du verbe indique la valeur de l'opération de repérage qui définit la position de l'ensemble de la relation prédicative par rapport à T0. Il permet également de définir la valeur temporelle de la référence du prédicat. Mais le temps du verbe ne permet pas de définir la relation prédicative de l'énoncé, faute de permettre l'identification du terme de départ. Le terme de départ peut être l'un des deux arguments principaux du prédicat ou le prédicat lui-même. C'est ici qu'intervient l'information fournie par l'article (ou, pour les pronoms, la forme casuelle) associée aux arguments du prédicat. Ce sont en effet les articles (ou le cas) qui permettent de déterminer, entre X0 et X1, lequel est terme de départ. En fait, les indications données par l'article permettent de déterminer la structure de la lexis et de la relation prédicative, ainsi que la place des éléments concernés au sein de ces relations (d'où la validation de ces éléments). La conjonction de ces deux marquages (temps d'une part, article ou cas de l'autre) permet de retrouver les relations définitoires de l'énoncé (lexis, relation prédicative, relation
151

énonciative), lesquelles garantissent sa bonne formation. Pour que trois notions quelconques forment un énoncé acceptable, on doit pouvoir dire, au niveau de la lexis, laquelle est ξ0, laquelle est ξ1, laquelle est π. Au niveau de la relation prédicative, on doit savoir laquelle est terme de départ. Au niveau énonciatif, on doit connaître enfin les origines énonciatives S0 et T0 qui servent au calcul ainsi que la valeur de l'opérateur de repérage (égal, différent) qui permet de repérer la relation prédicative par rapport à ses origines. Tout élément appartenant à un énoncé doit être validé. Un élément est validé quand il est repéré par rapport à S0 et T0 ou quand les relations qui lui correspondent (lexis, relation prédicative, relation énonciative) sont définies ainsi que sa place au sein de ces relations. Aspect et détermination sont donc définis au niveau de la relation énonciative mais demeurent tributaires du choix de thématisation opéré dans la relation prédicative. Dans les travaux de A. Culioli on trouve principalement trois secteurs dans lesquels les concepts ont été élaborés à partir des mathématiques. Il s'agit tout d’abord du domaine de la détermination du nom (concepts de fléchage, extraction, parcours), lesquels reposent sur une représentation des opérations linguistiques élaborées à partir de concepts liés à la théorie des ensembles, également du domaine de l'aspect (concepts de bornes, d'intervalle, de fermé et d'ouvert). Ici les concepts ont été élaborés à partir de notions issues de la topologie et enfin du domaine de l'argumentation. (concepts d'ouvert, de fermé, de frontière, de complémentaire linguistique, de centre organisateur). Ici les concepts ont également été élaborés à partir de concepts topologiques.

4.4.4. ÉVOLUTION DU MODÈLE: LE DOMAINE NOTIONNEL
Culioli a proposé ultérieurement un ensemble de concepts qu'il rattache à une topologie linguistique afférant au domaine de la notion. Il suppose construit par ailleurs ses explications au sein d'un modèle topologique dans lequel figurent (1) une répartition de l'espace en deux zones (un intérieur et un extérieur), (2) un intérieur muni d'un centre, (3) une frontière entre intérieur et extérieur. Cette topologie permet de saisir le fait que, lors des fonctionnements langagiers, en plus de l'affirmation simple (correspondant à l'intérieur du domaine) et la négation simple (correspondant à l'extérieur) il existe deux autres valeurs, celles de la négation polémique qui met en jeu le passage de la frontière du « oui » au « non » du type « pas vraiment ... mais presque » et celle de l'affirmation « polémique » du type « vraiment, exactement ». La représentation graphique en est la suivante1:

1

Tableau extrait de BOUSCAREN (J.), CHUQUET (J.) et DANON-BOILEAU (L.) 1987. Grammaire et textes anglais; guide pour l’analyse linguistique. Gap: Ophrys. 152

Frontière Centre attracteur 0 Intérieur

X X
Extérieur

Il ne s'agit donc pas d'une répartition de l'espace en deux (intérieur / extérieur) mais en quatre : - Centre attracteur (en 0) : position qui permet de figurer les valeurs d'énoncés de type « l'affirmation polémique ». - Intérieur : position qui permet de figurer les valeurs d'énoncés de type affirmation simple. - Frontière : position qui permet de figurer les valeurs d'énoncés de « négation polémique ». - Extérieur : position qui permet de figurer les valeurs d'énoncés du type « négation simple ».

4.4.5. COMMENTAIRES
Les positions théoriques d'A. Culioli sont d'un accès difficile. Culioli a relativement peu écrit 1 et ses textes ne sont interprétables que si l'on connaît
1

Une recherche bibliographique sommaire fait cependant apparaître les titres suivants: CULIOLI (A.) 1965. « La communication verbale ». in: Encyclopédie des sciences de l'homme, tome 4, Paris: Grange Batelière; CULIOLI (A.) 1968. « Sciences du langage et sciences humaines ». in: Raison Présente, 7, Paris: Editions rationalistes; CULIOLI (A.) 1968. « A propos du genre en anglais contemporain ». in: Les Langues Modernes, 3, Paris; CULIOLI (A.) 1968. « La formalisation en linguistique ». in: Cahiers pour l'Analyse, 9, Paris, pp. 106-117. [Repris dans CULIOLI (A.), FUCHS (C.), PECHEUX (M.) 1970. « Considérations théoriques à propos du traitement formel du langage ». in: Documents de Linguistique Quantitative. 7]; CULIOLI (A.) 1971. « A propos d'opérations intervenant dans le traitement formel des langues naturelles ». in: Mathématiques et sciences humaines, 34, pp. 7-15, Paris: Gauthier-Villars; CULIOLI (A.) 1971. « Un linguiste devant la critique littéraire ». in: Actes du colloque de la Société des Anglicistes. pp. 61-79, ClermontFerrand; CULIOLI (A.) 1973. « Sur quelques contradictions en linguistique ». in: Communications, 20, pp. 83-91, Paris: Seuil; CULIOLI (A.) 1974. « A propos des énoncés exclamatifs ». in: Langue Française. 22, pp. 6-15, Paris: Larousse; CULIOLI (A.) 1975. « Notes sur 'détermination' et 'quantification' dans les opérations d'extraction et de fléchage ». in: P.I.T.F.A.L.L., D.R.L., Paris VII ; CULIOLI (A.) 1975. « Comment tenter de construire un modèle logique adéquat à la description des langues naturelles ». in: DAVID & MARTIN (éds.) Modèles logiques et niveaux d'analyse linguistique. Paris: Klincksieck; CULIOLI (A.) 1978. « Linguistique du discours et discours sur la linguistique ». in: Revue Philosophique, 4, pp. 481-488, Paris: P.U.F.; CULIOLI (A.) 1978. « Valeurs modales et opérations énonciatives ». in: Le Français Moderne, 46-4, Paris [repris dans : Modèles Linguistiques, t-2, pp. 39-59, 1979, Lille, Presses Universitaires]; CULIOLI 153

bien les présupposés épistémologiques, méthodologiques et « techniques » de la démarche. Outre cette difficulté d'accès, la théorie elle-même constitue un ensemble complexe d'analyses subtiles sous-tendues par une trame qu'il est parfois malaisé de reconstituer. Cet état de chose s'explique d'abord par l'ambition même du projet; ne rejetant aucune des grandes questions que se sont posées philosophes, linguistes et psychologues en matière de langage, et restituant en outre ce dernier dans le cadre discursif, Culioli pratique une manière de « linguistique totale », c'est-à-dire qu'il s'efforce d'élaborer une représentation formelle de l'ensemble des opérations linguistiques du sujet. Dès lors, la complexité des textes comme la lenteur relative du rythme des publications sont bien compréhensibles. De manière générale la théorie de Culioli se présente, sur le plan linguistique, comme un modèle extrêmement riche, complet même en ce qui concerne les objectifs formulés et la démarche mise en œuvre pour les atteindre. Elle intègre les propositions les plus originales d'auteurs comme Jakobson1 avec la notion d'« embrayeur », ou encore et surtout comme E. Benveniste (1966)2 : « L’appareil formel de l'énonciation ». Elle tient compte également des remarques issues des courants behavioristes, en donnant un statut à l'environnement extralinguistique (la situation de discours), et enfin s'inspire en partie du premier modèle chomskyen, celui de Structures Syntaxiques3. Dans la mesure en outre, où ce sont les opérations mêmes du sujet qui sont formalisées, et non des résidus de productions langagières, la grammaire opératoire constitue un instrument de travail indispensable au psycholinguiste et utile au psychopédagogue de la langue. On rappellera enfin que la théorie Culiolienne des « opérations énonciatives » inspire de nombreux travaux de psycholinguistique. En réalité, de par sa nature même, le modèle de Culioli semble faire tomber les barrières qui existent entre linguistique et psycholinguistique; modèle des opérations du sujet, il constitue de plein droit un modèle psycholinguistique.

(A.) 1979. « Conditions d'utilisation des données issues de plusieurs langues naturelles ». in: Modèles Linguistiques, t-1, pp. 89-103; CULIOLI (A.) 1980. « Quelques considérations sur la formalisation de la notion d'aspect ». in: L'enseignement du russe, 27, pp. 65-75; CULIOLI (A.) 1980. « Valeurs aspectuelles et opérations énonciatives : l'aoristique ». in: DAVID & MARTIN (éds.) 1980. La notion d'aspect. Paris: Klincksieck; CULIOLI (A.) 1980. « Rapport sur un rapport ». in: JOLY (éd.). La psychomécanique et les théories de l'énonciation. pp. 37-47, Lille: Presses Universitaires; CULIOLI (A.) 1984. [Préface] in: ATLANI et al. La langue au ras du texte. Lille: P.U.L.; CULIOLI (A.) 1990. Pour une linguistique de l'énonciation; t.1. ‘opérations et représentations’. Paris: Ophrys. 1 JAKOBSON (R.) 1963. Essais de linguistique générale. Paris: Minuit. 2 BENVENISTE (E.) 1966. Problèmes de linguistique générale. Paris: Gallimard (2 vol.). 3 CHOMSKY (N.) 1969. Structures syntaxiques. Paris: Seuil (trad. fr.). 154

4.5. UNE RÉFLEXION SUR LE SUJET - LA NOTION D’HÉTÉROGÉNÉITÉ ÉNONCIATIVE
Si, effectivement, l’investigation linguistique est astreinte à prendre en compte l’énonciation, elle est tôt ou tard conduite à postuler des structures et des principes mentaux inconscients, la tentative d'Authier-Revuz pour articuler théorie(s) de l'énonciation et conception lacanienne du Sujet mérite un bref exposé.

4.5.1. INTRODUCTION À UNE PROBLÉMATIQUE
Ainsi que l’indique très clairement J. Authier-Revuz dans un article qui fait toujours référence1:
« Face à la prétention - spontanée ou reconduite sur le plan théorique - du sujet à être source autonome d'un sens qu'il communique par la langue, des approches théoriques diverses ont mis à jour que toute parole est déterminée en dehors de la volonté d'un sujet, et que celui-ci « est parlé plutôt qu'il ne parle ».

Quelles sont ces approches qui posent « un extérieur » à la linguistique ? D'une part la problématique du dialogisme et la « polyphonie » chez Bakhtine2, d’autre part les travaux posant le discours comme produit de l'interdiscours et enfin, l'approche du sujet et de son rapport au langage permis par Freud et sa relecture par Lacan. C'est par rapport à cet extérieur à la linguistique - c'est-à-dire en en tenant compte sans la confondre avec lui; en tentant de poser l'irréductibilité et l'articulation de deux plans qu’Authier1

AUTHIER-REVUZ (J.) 1984. « Hétérogénéité(s) énonciative(s) ». in: Langage. 73, pp. 98-113. Voir aussi AUTHIER-REVUZ (J.) 1982. « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive: éléments pour une approche de l'autre dans le discours ». in: D.R.L.A.V., 26, Paris; et AUTHIERREVUZ (J.) 1987. « L'auto-représentation opacifiante du dire dans certaines formes de ‘couplage’ » [in: dialogues : Du marivaudage à la machine]. in: D.R.L.A.V. Revue de linguistique. 36-37, pp. 55-103. 2 E. Roulet rappelle que le terme de polyphonie a été introduit en linguistique par Bakhtine (1977, 1978) pour désigner le fait que le discours et en particulier le discours romanesque, fait intervenir plusieurs voix. Cette caractérisation de la polyphonie peut s'entendre de diverses manières qui apparaissent d'ailleurs toutes dans les textes de Bakhtine : • a) la polyphonie peut désigner la diversité des voix (personnage, auteur), voire la diversité des langues, variétés de langues et styles, qui se manifestent dans les énoncés successifs d'un discours (en particulier dans le discours romanesque). • b) La polyphonie peut désigner aussi chez Bakhtine, la pluralité des voix au sein d'un seul énoncé appelé "hybride"; c'est cette polyphonie de l'énoncé qu'O. Ducrot tente d'intégrer depuis quelques année dans sa théorie de l'énonciation et que nous exposerons plus en détail ci-après. • c) La polyphonie peut enfin désigner chez Bakhtine, un cas particulier de dualité de voix dans l'énoncé : la reprise et l'intégration du discours de l'interlocuteur dans le discours du locuteur. Voir ROULET (E.) & al. 1985. L'articulation du discours en Français contemporain. pp. 69 et 70, Berne/Francfort: Peter Lang ; Coll. « Sciences pour la communication ». 155

Revuz propose une description de ce qu’elle appelle « l'hétérogénéité montrée », comme formes linguistiques représentant des modes divers de négociation du sujet parlant avec « l'hétérogénéité constitutive » de son discours. Il s’agit, ni plus, ni moins, de constituer « à travers une réflexion multiforme, sémiotique et littéraire, une théorie de la dialogisation interne du discours ».

4.5.2. L’ÉTABLISSEMENT DES DISTINCTIONS
Reprenant tout d’abord cette réflexion de J. Kristeva1:
-« Le travail de Bakhtine nous met au bord d'une théorie de la signification qui aurait besoin d'une théorie du sujet. ».

J. Authier-Revuz fait tout d’abord remarquer que chez Bakhtine M.2 « aucun mot n'est « neutre », mais inévitablement « chargé », « occupé », « habité », « traversé » des discours dans lesquels « il a vécu son existence socialement sous-tendue ». Ce que Bakhtine désigne par « saturation du langage » constitue une théorie de la production du sens et du discours: elle pose le « milieu » des autres discours, non pas comme un environnement susceptible de dégager des halos connotatifs autour d'un noyau de sens, mais comme un extérieur constitutif, celui du déjà dit, dont est fait, inévitablement, le tissu même du discours » tout en notant que le statut du sujet du discours tel qu'il apparaît à travers les notions « d'intention » ou d'« orientation d'un discours sur un objet » n'est pas posé de façon centrale et demeure problématique chez Bakhtine. C'est d’ailleurs l’un des points qui font obstacle, en dépit de rencontres indéniables, à un rapprochement trop systématique des perspectives dialogiques et a structuralistes » dans l'approche du discours. Nous voilà ainsi renvoyé à la problématique du discours comme produit de l'interdiscours telle qu'elle a été développée dans un ensemble de travaux consacrés au discours et à l'analyse de discours. Appuyée à la fois à la réflexion de Foucault et à celle d'Althusser, elle postule un fonctionnement réglé qui depuis l'ailleurs de l'interdiscours rend compte de la production du discours, machinerie structurale ignorée du sujet qui, dans l'illusion, se croit source de son discours là où il n'en est que le support, et l'effet. Cette citation de M. Pêcheux (1975)3 est de ce point de vue exemplaire:
- « Le propre de toute formation discursive est de dissimuler dans la transparence du sens qui s'y forme, I'objectivité matérielle contradictoire de l'interdiscours déterminant cette
1 2

KRISTEVA (J.) 1978. Sémiotikè. Paris: Seuil ; Coll. « Point ». BAKTINE (M.) 1977. Le Marxisme et la philosophie du langage. Paris: Minuit. 3 PECHEUX (M.) 1975. Les vérités de La Palice: linguistique, sémantique, philosophie. Paris: Maspero. 156

formation discursive comme telle, objectivité matérielle qui réside dans le fait que « ça parle » toujours, « avant, ailleurs et indépendamment » »

La mise à jour des processus réels qui déterminent le sens et le discours est, en effet, indissociable d'une théorie de l'illusion subjective de la parole et d'une mise en question des théories linguistiques de l'énonciation dans la mesure où elles risquent de refléter « l'illusion nécessaire constitutrice du sujet » en « se contentant » de reproduire au niveau théorique cette illusion du sujet à travers l'idée d'un sujet énonciateur porteur de choix, intentions, décisions ». Mais au-delà des manifestations inter-discursives apparentes et repérables dans tous discours, il est une autre forme d’hétérogénéité, liée cette fois à la condition du sujet problématisé par la psychanalyse. Ainsi, on prendra acte de ce que la psychanalyse, telle qu'elle s'explicite, appuyée à la théorie de Saussure, dans la lecture lacanienne de Freud, produit la double conception d'une parole fondamentalement hétérogène et d'un sujet divisé. Ainsi, remarque J. Authier-Revuz1:
- « Toujours sous les mots « d'autres mots » se disent: c'est la structure matérielle de la langue qui permet que, dans la linéarité d'une chaîne se fasse entendre la polyphonie non intentionnelle de tout discours, à travers laquelle l'analyse peut tenter de repérer les traces de la « ponctuation de l'inconscient ».

Cette conception du discours traversé par l'inconscient s'articule à celle d'un sujet qui n'est pas une entité homogène extérieure au langage, mais le résultat d'une structure complexe, effet du langage: sujet décentré, divisé, clivé, barré, peu importe le mot à condition que loin du dédoublement du sujet ou de la division comme effet sur le sujet de sa rencontre avec le monde extérieur, division que l'on pourrait tendre à effacer par un travail de restauration de l'unité de la personne, soit maintenu le caractère structurel, constitutif du clivage pour le sujet. C'est là que réside le caractère de « blessure narcissique » que Freud reconnaissait à la découverte de l'inconscient pour le sujet qui n'est plus maître en sa demeure », et c'est là ce qui est, de ce fait, toujours en passe d’être recouvert. Ce que Freud pose en effet, c'est qu'il n'y a pas de centre pour le sujet hors de l'illusion et du fantasme mais que c'est la fonction de cette instance du sujet qu'est le moi d’être porteuse de cette illusion nécessaire. C'est à une telle position, celle de la fonction de méconnaissance du moi, qui, dans l'imaginaire du sujet divisé, reconstruit l'image du sujet autonome en effaçant la division (évidemment inconciliable avec toutes les variantes des conceptions du sujet qui le réduisent au moi ou le centrent sur lui) que renvoie le point de vue selon lequel « le centre est un coup monté » pour le sujet dont les sciences de l'homme [et dans notre champ les théories de l'énonciation] font leur objet en ignorant qu'il est imaginaire ». En rupture avec le Moi, fondement de la subjectivité classique conçue comme un intérieur face à l'extériorité du
1

AUTHIER-REVUZ (J.) 1984. « Hétérogénéité(s) énonciative(s) ». in: Langage, 73, pp. 98-113. 157

monde, le fondement du sujet est ici déplacé, délogé dans un lieu multiple, fondamentalement hétéronome, où l'extériorité est à l'intérieur du sujet ». Là où se rejoignent ces conceptions du discours, de l'idéologie, de l'inconscient (que les théories de l'énonciation ne peuvent sans risque pour la linguistique, éluder), c'est dans l'affirmation que, constitutivement, dans le sujet, dans son discours, il y a de l'Autre. Tout autre est le point de vue linguistique de la description des formes de l'hétérogénéité montrée dans le discours, celles à travers lesquelles s'altère l'unicité apparente du fil du discours, car elles y inscrivent de l'autre (selon des modalités différentes, avec ou sans marques univoques de repérage).

4.5.3. LES POINTS D’HÉTÉROGÉNÉITÉ
J. Authier-Revuz note ainsi qu’ « une double désignation est ainsi opérée par les formes de l'hétérogénéité montrée: celle d'une place pour un fragment de statut autre dans la linéarité de la chaîne. celle d'une altérité à laquelle renvoie le fragment », tout en précisant que la nature de cette altérité est ou non spécifiée dans le contexte du fragment mentionné (explicite vs implicite). Sont ainsi désignés comme « ailleurs » par rapport au discours, venant interférer dans le fil de celui-ci sous la forme d'un point d'hétérogénéité: une autre langue, un autre registre discursif, un autre discours (qui peut être seulement caractérisé comme le discours des autres, de certains autres, d'un autre particulier), une autre modalité de prise de sens pour un mot, recourant explicitement à l'ailleurs d'un autre discours spécifié, ou à celui de la langue comme lieu de polysémie, homonymie, métaphore, etc., écartées ou au contraire appelées pour constituer le sens du mot. Dans les deux cas, au lieu que le sens soit donné comme allant de soi, un sens est constitué pour un mot par référence à un ou d'autres sens produits dans l'ailleurs de l'interdiscours ou celui de la langue, Au niveau du fil du discours, localiser un point d'hétérogénéité, c'est:
- « circonscrire celle-ci, c'est-à-dire poser par différence, pour le reste de la chaîne, I'homogénéité ou l'unicité de la langue, du discours, du sens, etc.; corps étranger délimité, le fragment marqué reçoit nettement à travers les gloses de correction, réserve, hésitation ...un caractère de particularité accidentelle, de défaut local. En même temps, le renvoi à un ailleurs, à un extérieur explicitement spécifié ou donné à spécifier, détermine automatiquement par différence un intérieur, celui du discours; c'est-à-dire que la désignation d'un extérieur spécifique est, à travers chaque marque de distance, une opération de constitution d'identité pour le discours. »1

Aussi la zone de « contact » entre extérieur(s) et intérieur que dessinent les marques de distance dans un discours est-elle profondément révélatrice de celui-ci, d'une part par les points où il choisit de poser explicitement des
1

AUTHIER-REVUZ (J.) 1984. « Hétérogénéité(s) énonciative(s) ». in: Langage, 73, pp. 98-113. 158

frontières, bords, démarcations - c'est-à-dire de quel autre il faut se défendre, à quel autre il a recours pour se constituer - d'autre part par le type de rapport à tel autre qui s'y joue, rapport ici encore, soit explicite par les gloses, soit interprétable en fonction du contexte. Au total, les distinctions opérées par les formes marquées de l'hétérogénéité montrée relèvent d'une relation de l'un à l'autre, inscrite dans du comparable, du commensurable, de la pluralité. En même temps qu'elles posent un extérieur par rapport auquel se constitue le discours, ces formes postulent une autre extériorité: celle de l'énonciateur capable de se placer à tout moment à distance de sa langue.

4.5.4. IRRÉDUCTIBILITÉ DES ORDRES DE RÉALITÉ
Hétérogénéité constitutive du discours et hétérogénéité montrée dans le discours représentent deux ordres de réalité différents: celui des processus réels de constitution d'un discours et celui des processus non moins réels, de représentation dans un discours, de sa constitution. Il n'est pas question de les assimiler l'un à l'autre, ni d'imaginer une mise en relation simple, d'image, de traduction, de projection de l'une dans l'autre; cette mise en correspondance directe est interdite non seulement parce qu'elle supposerait une transparence du dire à ses conditions réelles d'existence mais surtout par l'irréductibilité manifeste des deux hétérogénéités. A une hétérogénéité radicale, en extériorité interne au sujet, et au discours, comme telle non localisable et non représentable dans un discours qu'elle constitue, celle de l'Autre du discours - où jouent l'interdiscours et l'inconscient - , s'oppose la représentation, dans le discours, des différenciations, disjonctions, frontières intérieur/extérieur à travers laquelle l'un - sujet, discours - se délimite dans la pluralité des autres, et en même temps affirme la figure d'un énonciateur extérieur à son discours, ainsi:
- « Face au « ça parle » de l'hétérogénéité constitutive répond, à travers les « comme dit l'autre » et les « si je puis dire » de l'hétérogénéité montrée, un « je sais ce que je dis », c'est-à-dire, je sais qui parle, moi ou un autre, et je sais comment je parle, comment j'utilise les mots. »1

Si toute mise en relation simple de ces deux plans comporte inévitablement une assimilation réductrice de l'un à l'autre, on ne doit pas, pour autant, sur la base de leur irréductibilité, admettre de s'enfermer dans la description d'un des deux plans, avec le risque permanent d'en faire, explicitement ou non, la réalité énonciative, en refusant tout droit de cité à l'autre plan, ou plus prudemment en postulant l'indépendance, l'autonomie des deux plans. Il est indispensable de reconnaître que ces deux ordres de réalité sont irréductibles mais articulables et même nécessairement solidaires. Le paradoxe du terme
1

AUTHIER-REVUZ (J.) 1984. « Hétérogénéité(s) énonciative(s) ». in: Langage, 73, pp. 98-113. 159

« hétérogénéité constitutive » dit que ce dont le sujet, le discours est fait, menace à tout moment de le défaire; que ce dans quoi il se constitue est aussi ce qui, hétérogène, lui échappe. Pour le sujet divisé, le rôle, indispensable, du Moi, est celui d'une instance qui, dans l'imaginaire, est occupée à reconstruire l'image d'un sujet autonome, annulant, dans la méconnaissance, le décentrement réel. Les formes marquées de l'hétérogénéité montrée représentent une négociation avec les forces centrifuges, de désagrégation, de l'hétérogénéité constitutive: elles construisent, dans la méconnaissance de celle-ci, une représentation de l'énonciation, qui, pour être illusoire, est une protection nécessaire pour qu'un discours puisse être tenu. et Authier-Revuz de préciser:
- « Il importe de préciser que si ces formes de représentation se prêtent aisément aux ruses, calculs, stratégies retorses de la comédie interactionnelle, ces jeux de masques à l’égard de l’autre ne doivent pas masquer que fondamentalement le leurre, le trompe-l’œil est d abord pour le sujet, dans une stratégie protectrice pour lui et discours, aux prises avec la menace intime et incontournable de l’hétérogénéité constitutive ».(op. cit)

puis de conclure:
- « Aussi cette représentation de l'énonciation est-elle également « constitutive », en un autre sens: au-delà du « je » qui se pose en sujet de son discours, « par cet acte individuel d'appropriation qui introduit celui qui parle dans sa parole » les formes marquées de l'hétérogénéité montrée renforcent, confirment, assurent ce « je » par une spécification d'identité, en donnant corps au discours - par la forme, le contour, les bords, les limites qu'elles lui dessinent - et en donnant figure au sujet énonciateur - par la position et l'activité métalinguistique qu'elles mettent en scène ». Et nous retiendrons tout particulièrement que « ce qui caractérise les formes marquées de l'hétérogénéité montrées, comme formes de la méconnaissance de l'hétérogénéité constitutive, c'est qu'elles opèrent sur le mode de la dénégation. Par une sorte de compromis précaire qui fait une place à l'hétérogène et donc le reconnaît, mais pour mieux dénier son omniprésence, elles en manifestent la réalité, aux lieux mêmes où elles travaillent à le recouvrir ». (op. cit.)

4.6. CONCLUSIONS
Comme Roman Jakobson1 l’avait déjà remarqué, l’énonciation est l’« impact du sujet dans un texte ». Cet impact se manifeste toujours, même lorsque le sujet qui a produit le texte se défend d’y être présent de quelque façon que ce soit. Pour approcher cet impact, Jakobson a proposé la notion d’embrayeur (shifter); il appelle ainsi les points perceptibles de la présence du locuteur et essaie de définir une classe de procédures, appartenant à la structure linguistique, par lesquelles se manifeste le sujet dans sa phrase : « je », « ici », « maintenant », par exemple. Cette notion, à elle seule, modifie
1

JAKOBSON (R.) 1963. Essais de Linguistique générale. Paris: Minuit. 160

considérablement la théorie linguistique. Traditionnellement considéré comme un phénomène de communication, le langage devient un fait d’expression : l’énoncé est un objet produit dont le sujet parlant assume de façon variable la responsabilité. Jean Dubois1 fait l’inventaire de quatre concepts intervenus dans la description de l’énonciation : distance, modalisation, transparence, tension. Le procès d’énonciation est décrit comme la distance imposée par le sujet parlant entre son énoncé et luimême. Cette distance peut varier selon que l’énoncé est « personnel », à la première personne de l’indicatif par exemple, et que le sujet cherche à faire coïncider le plus possible son énoncé avec le temps même de la parole ; ou au contraire « universel », c’est-à-dire que le « je » cherche à s’en écarter le plus possible, par exemple en assimilant tous les autres locuteurs possibles au « je » énoncé (« Je pense donc je suis » : tout homme peut dire ce « je »), en énonçant une loi ou une maxime (« Tous les hommes sont mortels »). Mais l’appréciation de cette distance repose en fait sur des éléments extérieurs à la phrase elle-même : on peut facilement imaginer des situations de parole où l’énoncé « Tous les hommes sont mortels » a un caractère extrêmement personnel, d’autres où, inversement, tel énoncé de type personnel relève de la généralité. Cette ambiguïté a conduit Émile Benveniste à refuser le concept de distance dans la théorie linguistique. Font partie de ce qu’on nomme les modalisateurs (outre l’intonation, longtemps exclue de la linguistique comme inanalysable) les adverbes d’opinion (sans doute, guère, peut-être, presque, etc.), mais aussi des procédures d’expression complexes mettant en œuvre des niveaux de langue différents (« parler bébé »), faisant coexister des dialectes ordinairement séparés dans un même énoncé (langue littéraire, châtiée, vulgaire, argotique). Étudier un énoncé en fonction de la situation de parole a conduit l’école analytique anglaise, et en particulier le philosophe Austin, à construire la notion de performatif, à partir d’une étude sur la promesse : énoncer « Je promets » est du même coup accomplir l’acte décrit par l’énoncé, et qui ne peut s’accomplir sans cette énonciation. Cette notion permet d’inclure l’énonciation dans l’étude de l’énoncé, et on a tenté de l’étendre à la quasi-totalité des énoncés. Fidèle à Ferdinand de Saussure, Benveniste2 refuse cette extension en opérant une distinction entre les énoncés « sui référentiels » (qui incluent la personne du locuteur et le temps verbal de l’énonciation) et les autres, excluant ainsi avec une grande rigueur l’énonciation du champ linguistique. Les concepts de transparence et de tension peuvent être ramenés l’un à la distance (la maxime affirme la transparence totale, c’est-à-dire la disparition du sujet parlant du point de vue du récepteur), l’autre à la modalisation (tout énoncé intervenant à l’intérieur d’une tactique qui lie, ou oppose, le locuteur et l’auditeur). Les diverses tentatives pour englober dans l’étude de la langue
1 2

DUBOIS (J.) 1969. « Enoncé et Enonciation » in: Langages, 13, mars. BENVENISTE (E.) 1970. « L'appareil formel de l'énonciation ». in: Langages, 17, mars, pp. 1218 et BENVENISTE (E.) 1966: Problèmes de linguistique générale t.1 et t.2. Paris: Gallimard. 161

les situations de parole sont formulées notamment par J.-R. Searle1 (1969), qui poursuit avec une grande rectitude logique la voie inaugurée par Austin2. Ses thèses conduisent à remettre en question la théorie de Saussure, qui sépare les conventions profondes permettant de produire un énoncé et la fonction remplie dans l’activité linguistique par les énoncés. C'est ce courant pragmatique essentiellement anglo-saxon à l'origine que nous allons maintenant présenter.

1

SEARLE (J.-R.) 1972. Les Actes de langage. Paris: Hermann. (trad. fr., 1ère publ. 1969). 2 AUSTIN (J.-L.) 1970. Quand dire c’est faire. Paris: Seuil. (trad. fr.). 162

CHAPITRE

VIII
LES APPROCHES PRAGMATIQUES

1. PRAGMATIQUE ET PHILOSOPHIE DU LANGAGE
« La pragmatique, ou comment accommoder les restes »1: cette formule rejoint l’intuition de l’un de ses fondateurs (Bar-Hillel)2, qui lança de son côté l’expression de « poubelle pragmatique » pour désigner le dépotoir théorique où l’on pourrait déverser tous les problèmes insolubles en syntaxe ou en sémantique. La pragmatique contemporaine regroupe un ensemble de recherches logico-linguistiques aux frontières floues. Mais un consensus général se dessine pour la définir comme l’étude de l’usage du langage, qui traite de l’adaptation des expressions symboliques aux contextes référentiel, situationnel, actionnel et interpersonnel. C’est une discipline dont le domaine foisonnant est en train de conquérir son statut d’autonomie et en vient même à adopter une conception maximaliste voire fondatrice à l’égard de la sémantique. On comprend, dans ces conditions, que la pragmatique soit l’enjeu de réinterprétations philosophiques qui ne se confondent pas nécessairement avec le pragmatisme des fondateurs. L’attitude pragmatique correspond au déplacement de l’intérêt vers un aspect négligé : après les points de vue historique et structural qui ont marqué les sciences du langage depuis le XIXe siècle, on se met à étudier les systèmes de signes comme des phénomènes de communication. Sont « pragmatiques » les traits qui donnent à un fragment linguistique une fonction dans un acte ou un jeu de communication.
1

La remarque est de JACQUES (F.) 1995. « Pragmatique ». in: Encyclopædia Universalis. Paris: Encyclopædia Universalis France. 2 BAR-HILLEL 1954. « Indexical Expressions ». in: Mind. 163

1.1. LES ORIGINES
Les termes de « pragmatisme » et de « pragmatique » n’ont pas la même portée. Le premier désigne une position philosophique d’ensemble: c’est une théorie de la rationalité en tant que liée aux intérêts humains fondamentaux. Mais l’attitude pragmatique concerne la production du sens dans les systèmes de signes. Elle ne regarde la rationalité que pour autant que celle-ci dépend du discours en contexte. Elle déborde donc ses racines pragmatistes. Outre que Peirce 1 a fait de la vie des signes et de leur échange le milieu même de la vie de l’esprit, il est l’auteur d’une distinction importante pour l’analyse du langage : entre une expression considérée comme type et l’occurrence de cette expression. Bar-Hillel et Strawson2 l’introduiront dans l’analyse à peu près à la même date. La pragmatique s’intéressera spécifiquement à tout ce qui est fonction de l’occurrence, partant, de l’usage d’un signe. L’idée que l’usage a une efficacité sémantique propre, qui sera par la suite explorée par Wittgenstein3 sur le plan conceptuel, se trouve mise en œuvre d’abord par les philosophes logiciens. Plusieurs concepts entrent progressivement dans la théorie du langage, qui en étaient absents jusque-là, délibérément négligés pour isoler les aspects que l’on souhaitait théoriser. Morris4 (1938) voyait dans la pragmatique la science universelle de l’usage. Son intuition allait être directement corroborée par l’École polonaise qui introduisit la construction des métalangages. Ce devrait être, après la syntaxe et la sémantique, la troisième forme d’étude métalogique. Elle étudie les relations entre les systèmes formels et leurs utilisateurs. De quelque langage qu’il s’agisse (formel aussi bien), toute expression possède telle propriété syntaxique (est bien ou malformée) ou sémantique (est vraie ou fausse) uniquement pour les utilisateurs virtuels ou actuels de ce langage. Certes, on peut en faire abstraction, mais on ne saurait faire abstraction que de ce qui est : il y a une relation entre sémantique et pragmatique qui interdit de
1

PEIRCE (C.-S.) 1931-1958. Collected Papers. Ed. Hartshorne, P. Weiss et A. W. Burks, 8 vol., Cambridge (Mass.). 2 STRAWSON (P.-F.) 1950. « On referring ». in: Mind. 3 WITTGENSTEIN Ludwig (1889-1951) - Les Investigations philosophiques ont paru en 1953; mais la connaissance, l’interprétation et la discussion de l’œuvre de Wittgenstein n’ont cessé de progresser jusqu’à nos jours. Une intense activité de publication a révélé les écrits de Wittgenstein qui permettent de jalonner son développement et de combler de grandes lacunes de silence dans son œuvre majeure; d’autre part, des introductions et commentaires extrêmement précieux ont vu le jour; les plus importants d’entre eux sont consacrés au Tractatus logico-philosophicus et à sa conception des rapports du langage et du monde condensée dans la « picture theory »; ils prolongent ainsi l’influence du Tractatus au-delà de la publication des Investigations; la mentalité « logique » du Tractatus est ainsi loin d’être éclipsée par la théorie des jeux du langage et de la signification comme emploi issue des Investigations philosophiques. 4 MORRIS (C.) 1938. « Foundations of the theory of signs ». in: International Encyclopedy of Unified Science. (trad. fr. 1974. « Fondements de la théorie des signes ». in: Langages, 35, pp. 1521). 164

cantonner la pragmatique dans des recherches empiriques ou descriptives. La pragmatique s’est attachée aux anomalies que recelait la théorie sémantique des logiciens. Prenant en vue et ne perdant pas de vue la question classique de la vérité, elle s’intéressa d’abord à la vérité d’une énonciation eu égard à une interprétation fixe et à un contexte donné. Ce caractère aléthique a fait qu’au début elle s’est peu départie du guide sémantique qui traitait de la vérité dans un modèle, mais sous une interprétation constante. C’est R. Montague1 qui définit nettement le « langage pragmatique » en introduisant un référentiel élargi à des mondes possibles. La prise en compte du contexte d’usage a d’abord été liée à certains cas particuliers et centrée sur l’utilisateur du langage (le sujet parlant étant assimilé, sans autre forme de procès, à l’auteur du dire) en conformité avec les postulations subjectivistes de la phénoménologie orthodoxe. On commençait à prendre le parti de la vie du langage. La dimension active de l’usage avait été longtemps occultée par la dichotomie du système et de l’usage. On s’avisait qu’en fait l’utilisation de quelque chose: une langue aussi bien qu’un instrument, un service autant qu’un produit, constitue une activité exercée différemment selon les places et les positions que chacun occupe dans un contexte. L’utilisation de la langue implique un contrat tacite avec l’autre dans une situation communicative précise. Si Wittgenstein imposa la considération de l’usage, l’usage se révèle aussi avoir une histoire. C’est BarHillel qui en aborda l’analyse systématique : lieu et temps de l’énonciation, interlocuteurs. La leçon d’Austin (1962)2 eut valeur inaugurale : encore faut-il l’entendre dans son principe. Ce n’est pas que nos séquences linguistiques expriment des actions: elles sont elles-mêmes des actions. Désormais on pouvait prêter attention aux actes de langage en les considérant, tel Searle3 (1969), de préférence aux phrases, comme les unités de compte de l’analyse; on pouvait examiner les présuppositions et, avec Grice4, les « implicatures ». Notons que l’intention logique persistait. Searle5 et Vanderwecken jettent les fondations d’une théorie de ces actes illocutoires que sont les questions, les ordres, les promesses, etc. Or leur « logique illocutoire » a pour tâche principale de définir inductivement les « conditions de succès » des actes et des relations logiques entre eux. Le principal objectif demeure alors la formalisation des propriétés des forces illocutoires de tout langage possible, telles qu’elles se trouvent réalisées dans la syntaxe des langues naturelles. Ainsi, après le contexte, les idées, jusque-là
1

MONTAGUE (R.) 1974. « Formal Philosophy ». in: THOMASON (R.-H.) Formal Philosophy. Selected Papers of Richard Montague. New Haven: Yale Univ. Press. 2 AUSTIN (J.) 1970. Quand dire, c’est faire. Paris: Seuil (1ère publ.. 1962. How to do Things with Words , trad. G. Lane). 3 SEARLE (J.-R.) 1972. Les Actes de langage. Paris: Hermann. (trad. fr., 1ère publ. 1969). 4 GRICE (H.-P.) 1957. « Meaning ». in: The Philosophical Review, 67 ; 1975. « Logic and conversation ». in: COLE (P.) & J. MORGAN (J.) dir. 1975. Speech Acts). 5 SEARLE (J.-R.) 1982. Sens et expression. Paris: Minuit (1ère publ. 1979. Expression and Meaning) 165

absentes, d’acte et de performance faisaient leur entrée dans l’analyse. Pour Stalnaker1, la pragmatique devenait l’étude des actes linguistiques et des contextes où ils sont effectués. Son affaire était de trouver les conditions nécessaires et suffisantes pour qu’un acte linguistique (promesse, assertion, ordre, injure, question, etc.) soit effectué avec succès; de caractériser les traits du contexte qui contribuent à déterminer quelle proposition a été exprimée.

1.2. PRAGMATIQUE, LOGIQUE ET RHÉTORIQUE
La pragmatique, à la confluence de réflexions de provenances diverses, se laisse ainsi difficilement circonscrire. D'un côté on a l'impression qu'elle n'a envahi que récemment les sciences humaines, de l'autre, elle est évoquée pour des considérations sur le langage qui sont fort anciennes. En fait, on ne confondra pas la prise en compte de phénomènes aujourd'hui considérés comme relevant de la pragmatique avec la constitution d'un réseau conceptuel délibérément pragmatique. Dès l'émergence en Grèce d'une pensée linguistique, on a vu se manifester un grand intérêt pour ce qui touche à l'efficacité du discours en situation. La rhétorique, l'étude de la force persuasive du discours, s'inscrit pleinement dans le domaine que balise à présent la pragmatique. On pourrait décrire schématiquement l'histoire de la réflexion européenne sur le langage comme la conséquence de cette dissociation fondatrice entre le logique et le rhétorique. Le premier, articulé sur une ontologie, se pose la question des conditions de l'énoncé vrai à travers une analyse de la proposition; l'autre, apanage des sophistes et des rhéteurs, laisse de côté la question de la vérité pour appréhender le langage comme discours producteur d'effets, comme puissance d'intervention dans le réel. Cependant, ainsi que le fait remarquer D. Maingueneau2, les deux voies interfèrent souvent. Dans la célèbre Logique de « de Port-Royal »3 se glissent à côté de développements proprement logiques des considérations d'ordre nettement pragmatique. Il arrive souvent qu'un mot, outre l'idée principale que l'on regarde comme la signification propre de ce mot, « excite plusieurs autres idées » qu'on peut appeler accessoires, auxquelles on ne prend pas garde, quoique l'esprit en reçoive l'impression. Par exemple si l'on dit à une personne, vous en avez menti, et que l'on ne regarde que la signification principale de cette expression, c'est la même chose que si on lui disait: vous savez le contraire de ce que vous dites. Mais outre cette signification principale, ces paroles emportent dans l'usage une idée de mépris et d'outrage, et elles font croire que celui qui nous les dit ne se soucie
1 2

STALNAKER (R.) 1972. « Pragmatics ». in: Semantics of Natural Language, Reidel. MAINGUENEAU (D.) 1990. Pragmatique pour le discours littéraire. Paris: Bordas-Dunod. 3 ARNAUD (A.) & NICOLE (P.) 1970. La logique ou l’art de penser. Paris: Flammarion [Texte édité en 1662 et remanié jusqu’en 1683]. 166

pas de nous faire injure, ce qui les rend injurieuses et offensantes. Ici grâce au concept d'« idée accessoire », on peut tenter de séparer le contenu prépositionnel de l'énoncé et ce qu'on appellera sa « force illocutoire », en l'occurrence sa valeur d'insulte. Par là même, il s'agit de prendre acte de la complexité de « l'usage » de la langue tout en préservant l'autonomie et la primauté du logique. Dans le même ordre d'idées, les logiciens de Port-Royal s'interrogent sur l'énigmatique pouvoir qu'a l'énonciation de la formule « hoc est corpus meum » (ceci est mon corps) de transformer réellement, pour le fidèle, le pain en corps du Christ.

1.3. PRAGMATIQUE ET TRADITIONS GRAMMATICALES
La grammaire elle-même au cours de sa longue histoire n'avait pas manqué de prendre en considération un grand nombre de phénomènes aujourd'hui investis par la pragmatique. L'étude du mode, du temps, de la détermination nominale, du discours rapporté, des interjections, etc. supposait la prise en compte de l'activité énonciative. Mais la préoccupation essentiellement morphosyntaxique qu'avait la tradition grammaticale rejetait à la périphérie le caractère pragmatique de ces phénomènes. Ainsi un élément tel franchement dans « franchement, qu'en penses-tu ? » était-il envisagé avant tout comme « adverbe de phrase », c'est-à-dire par sa nature et sa portée, et non à travers sa valeur interlocutoire. De manière très grossière, on pourrait voir dans la réflexion pragmatique un effort pour repenser la coupure entre le logique et le rhétorique ou, quand elle se fait plus délibérément linguistique, pour repenser la coupure entre la structure grammaticale et son utilisation. En d'autres termes, il y a pragmatique linguistique si l'on considère que l'utilisation du langage, son appropriation par un énonciateur s'adressant à un allocutaire dans un contexte déterminé, ne s'ajoute pas de l'extérieur à un énoncé en droit autosuffisant, mais que la structure du langage est radicalement conditionnée par le fait qu'il est mobilisé par des énonciations singulières et produit un certain effet à l'intérieur d'un certain contexte, verbal et non-verbal. Ainsi, par pragmatique au sens strict, on entendra tout ce qui concerne le rapport des énoncés aux conditions les plus générales de l’interlocution, sans lesquelles une situation communicable ne pourrait se produire par discours. Cela revient à proposer de faire entrer le concept de relation interlocutive dans l’analyse.

2. UNE OU DES PRAGMATIQUES ?
Avant d’aboutir à la définition d’une compétence communicative, la pragmatique traite de problèmes tout à fait généraux, tels que l’articulation des conditions de succès et des conditions de vérité; le rapport entre les
167

modalités d’énoncé (les attitudes propositionnelles, le possible et le nécessaire) et les modalités d’énonciation (les forces illocutoires); les rapports entre actes linguistiques et contexte où ils sont accomplis, etc. Une telle théorie peut secondairement s’appliquer aux contextes sociaux concrets. C’est sur ce terrain qu’elle rencontre l’« analyse conversationnelle ». Celle-ci s’attache à décrire empiriquement la signification communiquée par certains comportements verbaux dans une situation singulière, qu’il s’agisse de cadres institutionnels tels que l’Université, une Cour de justice, une salle d’hôpital ou certaines situations de la vie quotidienne. Cette application de la pragmatique n’est possible que si la théorie prévoit les distinctions indispensables: pertinence, information pragmatique, places et positions énonciatives, etc.

2.1. TENTATIVE DE CLASSEMENT: LA NOTION DE CONTEXTE
Le plus expédient paraît être de classer les études pragmatiques en fonction du type de contexte, le contexte étant un concept central et caractéristique si l'on en réfère à H. Parret (1983)1.

2.1.1. LE CO-TEXTE
Alors que la syntaxe ne transcende jamais la phrase et que la sémantique, dans ses versions linguistique ou logique, tente de se restreindre à la proposition, plusieurs recherches pragmatiques offrent des techniques pour analyser de grandes unités du discours. C’est le cas de la grammaire textuelle, qui s’attache aux formes dégagées sur des « textes » entiers dont les unités constitutives ne sont plus des mots ni même des propositions. Celles-ci sont alors considérées comme simples « indices » d’un certain fonctionnement d’une grande unité, selon Ducrot (1980)2. De même les relations découvertes par l’analyse du discours ou l’analyse conversationnelle portent sur des fragments discursifs ou argumentatifs. Elles excèdent le lien anaphorique entre phrases ou le lien co-référentiel entre propositions. Le co-texte, une fois restitué dans sa cohésion et sa combinatoire propres, permet à l’interprète de découper les macro-unités qu’il s’efforce de comprendre. Mais il paraît indispensable de mettre en rapport les systèmes macro-grammaticaux avec d’autres types de contextualité que ceux qui sont pris en compte par la pragmatique des grandes unités.

1 2

PARRET (H.) 1983. Semiotics and Pragmatics. Londres: J. Benjamins. DUCROT (O.) et al. 1980. Les mots du discours. Paris: Minuit. 168

2.1.2. LE CONTEXTE RÉFÉRENTIEL
Avec le contexte référentiel, on aborde la pragmatique des philosopheslogiciens. Ce sont eux qui ont montré que les séquences de signes prennent sens par rapport à leurs référents : le monde des objets et des états des choses. Le souci qu’ils ont de la référence extra-linguistique les oppose aux diverses versions du structuralisme français, pour lesquelles le sens est immanent. Cette pragmatique référentielle, très développée, est en voie de s’intégrer dans certains aspects de la linguistique de l’énonciation. Une de ses parties est la pragmatique indexicale, chronologiquement première. On passe de la sémantique à la pragmatique dès lors que les agents concrets de la communication et leur localisation spatio-temporelle sont tenus pour des indices du contexte existentiel. Logiciens et linguistes semblent se rapprocher pour faire entrer dans la pragmatique indexicale toute partie de la description linguistique qui met en place un métalangage comportant des symboles pour les interlocuteurs, le temps, le lieu, et aussi le symbole « dire ». Ainsi Wunderlich (1972)1 et Grunig (1981)2.

2.1.3. LE CONTEXTE SITUATIONNEL
À la différence du précédent, ce contexte n’est que partiellement exprimé par les séquences linguistiques. Les situations sont médiatisées culturellement, reconnues socialement. Elles font partie de la classe des déterminants sociaux. Une célébration liturgique, une négociation salariale, une discussion entre parlementaires, un assaut de mauvaises plaisanteries, une plaidoirie au tribunal, certaines routines quotidiennes à forme fixe déterminent en grande partie soit les structures argumentatives, soit les propriétés conversationnelles de grandes unités textuelles. Les sociolinguistes se sont affrontés au problème typologique mais « faut-il construire la typologie sur la notion du rôle que peuvent jouer les participants? Ou faut-il reformuler les conditions sociales en termes spécifiquement pragmatiques, tels que les positions, places, conventions énonciatives ? » (Jacques F.: 1982)3.

1 2

WUNDERLICH (D.) 1972. Linguistische Pragmatik. Francfort. GRUNIG (B.-N.) 1981. « Plusieurs Pragmatiques ». in: D.R.L.A.V., 85. 3 JACQUES (F.) 1982. Différence et Subjectivité. Paris: Aubier-Montaigne. 169

2.1.4. LE CONTEXTE INTERACTIONNEL
Une autre solution consiste à isoler une sous-classe spécifique de situations, constituée par les actions linguistiques elles-mêmes. C’est la leçon essentielle d’Austin (1962) 1, qui inaugure la pragmatique de la performativité. « Je te plains », « je te promets que X », « je t’ordonne de X », sont des formules performatives telles qu’on fait en disant tout en disant simultanément qu’on fait ; alors que « je ferme la porte » (où ce qui est fait ne l’est plus en disant ) n’est pas une formule performative, pas davantage que « je lui ai ordonné de X », qui redevient descriptive d’une action effectuée. Les phrases marquées par la performativité seraient à elles-mêmes leur propre contexte. La théorie des actes de langage de Searle (1969)2 développe l’idée que les conditions de production d’un acte de langage (notamment sa force illocutoire) seraient liées conventionnellement à la phrase par des opérations morphosyntactiques déterminables. Signalons, sur l’autonomie linguistique de la théorie, l’objection de Bourdieu (1982)3; sur la possibilité de classer des actes plutôt que des verbes et sur la « trahison des actes indirects », les objections de B. N. Grunig; sur la notion même de force illocutoire, l’objection de Berrendonner (1981)4. Searle (op. cit.) se proposait de caractériser la force isolément sans mentionner l’exécution d’un autre acte de langage par l’interlocuteur. À propos de cette décision méthodologique et de l’aspect contractuel, qui présuppose l’intention du locuteur, on retiendra les objections de Jacques (1979)5 et, à propos de la classification de Searle (1979) en cinq rubriques : assertif, directif, commissif, expressif et déclaratif, les critiques de Wunderlich (1976)6 et de Recanati (1981)7.

2.2. AUTRES CRITÈRES DE CLASSEMENT
Apostel (1981)8 retient un autre critère de classification. La pragmatique s’intéresse à la fois aux langues naturelles et aux langages formels. En supposant que ceux-ci diffèrent génériquement et en constatant que la
1 2

AUSTIN (J.-L.) 1970. Quand dire c’est faire. Paris: Seuil. SEARLE (J.-R.) 1982. Sens et expressions. Etudes de théorie des actes de langage. Paris: Minuit (Trad. Expression and Meaning. 1979). 3 BOURDIEU (P.) 1982. Ce que parler veut dire - l'économie des échanges linguistiques. Paris: Fayard. 4 BERRENDONNER (A.) 1981. Eléments de pragmatique linguistique. Paris: Minuit. 5 JACQUES (F.) 1979. Dialogiques. Paris: P.U.F. 6 WUNDERLICH (D.) 1976. Studien zur Sprechakttheorie, Francfort. 7 RECANATI (F.) 1981. Les énoncés performatifs. Paris: Minuit. 8 APOSTEL (L.) 1980. « Communication and Action ». in: PARRET (H.) (dir. de publ.) 1980. Le Langage en contexte. Paris. 170

pragmatique s’est donnée à la fois comme une discipline empirique et comme une discipline formelle, nous serions en présence de quatre domaines : l’étude formelle de la pragmatique des langues naturelles ; l’étude empirique de la pragmatique des langues naturelles ; l’étude formelle de la pragmatique des langages formels ; l’étude empirique de la pragmatique des langages formels. Aucune n’a été développée complètement et leurs relations mutuelles n’ont pas été élaborées.

2.3. DES DÉLIMITATIONS INCERTAINES
Actuellement, c’est la pragmatique indexicale qui est la mieux assurée. Mais ses objectifs sont aussi les plus restreints. Tantôt on veut confondre la pragmatique avec une simple théorie de la performance sémantique, tantôt on souhaite y voir la théorie qui prend pour objectif la totalité de la compétence linguistique, « à charge de découvrir l’ensemble des conditions générales et intériorisées qui doivent être remplies par une situation énonciative pour que certains énoncés y soient possibles et y aient un sens » (Wunderlich, 1972)1. De multiples controverses internes ont cours, touchant le statut de la pragmatique, sa cohérence, son existence autonome comme discipline : est-elle hétérogène ou unifiée? intégrée ou intégrante? faut-il adopter à son égard une conception minimaliste ou maximaliste? À peu près autant d’efforts ont été tentés pour délimiter la pragmatique de la sémantique que pour démontrer que la démarcation est impossible. Tantôt on avance que des explications pragmatiques sont requises pour des phénomènes syntaxiques ou sémantiques, tantôt, à l’inverse, on établit que des explications syntaxiques ou sémantiques sont requises pour certains phénomènes pragmatiques.

3. PRAGMATIQUE ET SCIENCES DU LANGAGE
La prise en compte, les réflexions et les critiques portant sur les fonctions du langage, celles décrites à l'origine par R. Jakobson2 (voir schéma ci-dessous) et l'étude du « discours ordinaire » ont été à l'origine du développement de plusieurs courants d'études en sciences du langage.

1

2

WUNDERLICH (D.) 1972. Linguistische Pragmatik. Francfort. JAKOBSON (R.) 1963. Essais de Linguistique générale. Paris: Minuit. 171

3.1. LES FONCTIONS DU LANGAGE
Pour donner une idée de ces fonctions, un aperçu sommaire portant sur les facteurs constitutifs de tout procès linguistique, de tout acte de communication verbale, est nécessaire. Le destinateur envoie un message au destinataire. Pour être opérant, le message requiert d'abord un contexte auquel il renvoie (c'est ce qu'on appelle aussi, dans une terminologie quelque peu ambiguë, le « référent »), contexte saisissable par le destinataire, et qui est, soit verbal, soit susceptible d'être verbalisé; ensuite, le message requiert un code, commun, en tout ou au moins en partie, au destinateur et au destinataire (ou, en d'autres termes, à l'encodeur et au décodeur du message); enfin le message requiert un contact, un canal physique et une connexion psychologique entre le destinateur et le destinataire, contact qui leur permet d'établir et de maintenir la communication. Chacun de ces six facteurs donne naissance à une fonction linguistique différente : • • • • • • Contexte: Destinateur: Destinataire: Contact: Code: Message: « fonction dénotative » (ou « référentielle ») « fonction émotive » (ou « expressive ») « fonction conative » (ou « impressive ») « fonction phatique » « fonction métalinguistique » « fonction poétique »

Fonction référentielle , "dénotative" CONTEXTE ou "cognitive" centrée sur le Fonction poétique : caractérisée par l'accent mis contexte sur le message pour son propre compte

DESTINATEUR
Fonction émotive dont Jakobson nous dit qu'elle tend à donner l'impression d'une certaine émotion,vraie ou feinte

MESSAGE CONTACT
Fonction phatique : (accentuation du contact)

DESTINATAIRE
Fonction conative : (orientation vers le destinataire).

Fonction métalinguistique :

CODE

le discours est centré sur le code.

Le processus de communication verbale est cependant vite apparu comme plus complexe que ne le supposait la théorie de l'information et les fonctions du langage au sens de R. Jakobson: l'idée que les mots reflètent le monde, traduisent nos pensées et transportent le sens recule devant une conception où le présupposé, l'implicite et le poids du contexte confèrent à tout discours plusieurs niveaux de signification. Il semble en effet difficile de croire à l'autonomie du système de la langue. Si le sens des messages dépend du contexte, des situations présentes et antérieures, de ce que d'autres ont dit avant, et d'éléments implicites plus ou moins accessibles au destinataire, alors la communication verbale ne peut reposer sur la seule combinaison
172

d'un lexique et d'une syntaxe. Ensuite, il apparaît qu'utiliser le langage, ce n'est pas seulement dire quelque chose, c'est agir. En 1957, le philosophe Paul Grice1 proposa de substituer la notion d'intention de communication à celle de signification. Selon lui « vouloir dire », c'est vouloir qu'un énoncé ait un certain effet sur un auditoire, ne serait-ce que simplement faire comprendre le contenu de l'énoncé. En ce sens, communiquer, ce n'est pas tant transmettre une information que faire aboutir une intention. Les compétences ne sont pas les mêmes, et les stratégies non plus. Enfin, comment admettre que le contenu d'un message soit spécifique s'il peut être modifié par la réponse que lui donnera son destinataire ? La conception interactive des processus d'énonciation, de transmission et de compréhension remet en cause l'idée que les mots auraient un sens hors des échanges langagiers. Ces diverses considérations ont permis l'émergence de « nouvelles linguistiques », de « nouveaux courants » qui incluent au moins partiellement l'approche pragmatique du langage.

3.2. LES NOUVELLES LINGUISTIQUES 3.2.1. LE COURANT ÉNONCIATIF
Le courant énonciatif que nous avons exposé précédemment s'intéresse, à la suite d'Emile Benveniste, aux traces d'inscription dans la langue de ses conditions d'utilisation. L'étude de l'énonciation s'est développée dans deux directions. D'abord, celle des rapports entre énoncé et situation. Puis celle des rapports qu'entretient un locuteur avec son propre discours à travers l'étude des modalités variées (positive, négative, dubitative) et d'autres procédés (guillemets, style indirect, glose). Elle s'intéresse également au fait qu'un énoncé ne prend son sens que par rapport à d'autres énoncés prononcés par d'autres ou par la même personne. Les procédés de l'ironie, du mot d'esprit, de la citation, du discours rapporté relèvent de ce type d'approche, qui porte la plupart du temps sur la langue elle-même.

3.2.2. LE COURANT PRAGMATIQUE
Le courant pragmatique s'intéresse, plus généralement, au fait que tout énoncé est porteur d'intentions et en particulier celle de faire ou de faire faire quelque chose. Plus encore que l'étude de l'énonciation, la pragmatique s'intéresse aux éléments de signification du discours qui ne sont pas
1

GRICE (H.-P.) 1957. «Meaning ». in: The Philosophical Review, 67, pp. 377-388. 173

forcément inscrits dans la langue. Sur la base de la théorie des actes de langage des philosophes J. Austin et J. Searle, ce courant s'est développé dans deux directions: celle de l'analyse de l'argumentation et celle de l'étude des présupposés et des implicites du discours qui permettent d'en reconstruire le sens.

3.2.3. LE COURANT SOCIOLINGUISTIQUE
Le courant sociolinguistique, dominé par la figure de W. Labov, s'intéresse surtout à l'inscription culturelle et sociale du langage. Ses sujets de prédilection sont les variations syntactiques et lexicales selon les groupes sociaux (sociolectes), les règles sociales du dialogue et les situations de contact entre les langues. L'approche sociolinguistique a donné lieu à des études à la fois internes au système linguistique (en quoi les structures linguistiques sont-elles spécialisées dans l'indication de facteurs propres à la contextualisation, comme les formes d'adresse, les formes de politesse, etc.) et externes au système linguistique: les études sur les interactions en face à face et la conversation ont permis de mettre à jour certains dispositifs (spécifiques ou non spécifiques à certaines cultures) de l'usage du langage. Dans le cadre des études sur la conversation est apparue une forte divergence entre les travaux d'inspiration sociolinguistique, relevant des paradigmes sociologiques de l'interactionnisme social (Goffman) ou de l'ethnométhodologie (Sacks, Schegloff, Jefferson) et, d'autre part, les travaux relevant de la grammaire du discours ou du texte, appliquant une méthodologie et une épistémologie propres à la linguistique. Ainsi, dans les grammaires de discours, le problème de la bonne formation des discours est abordé à partir d'un ensemble de catégories ou unités discursives, et de règles de formation expliquant la composition d'unités discursives complexes à partir d'unités discursives simples.

3.2.4. LE COURANT PSYCHOLINGUISTIQUE
A ce courant, centré sur des faits de performance, peut être opposé un autre courant, donnant également le primat aux faits de performance : c'est le courant psycholinguistique, centré soit sur les processus d'acquisition soit sur les processus de traitement de l'information linguistique. L'approche psycholinguistique pose le problème du rapport entre langage (et plus particulièrement usage du langage) et cognition. Un grand nombre de travaux sur des sujets spécifiquement linguistiques (comme l'anaphore pronominale) tentent de vérifier les hypothèses (linguistiques ou psycholinguistiques) sur la nature des processus mis en place par les sujets parlants pour, par exemple,
174

résoudre une anaphore pronominale. Le débat entre encodage et inférence est notamment au centre de telles discussions.

3.2.5. LE COURANT INTERACTIONNEL
Enfin, notons qu'à partir des années 60, s'est développé aux Etats-Unis un courant dit de l'analyse conversationnelle, pratiqué au départ par les ethnométhodologues comme E. Goffman. Son postulat de base est que la communication verbale est un processus interactif: tout discours (plus ou moins inscrit dans un dialogue) est le résultat d'une construction à deux. Séquençage des dialogues, tour de parole, reprise, reformulation, accord ou désaccord des partenaires sont les éléments sur lesquels porte l'analyse conversationnelle. Au départ discipline purement empirique, cette approche, en empruntant à la pragmatique et à l'énonciation une partie de leurs outils, s'est structurée en une linguistique interactive, qui s'intéresse aujourd'hui à de nombreuses situations de communication (interview, débat politique télévisé, etc.). La pragmatique, intégrée ou non à la linguistique, est concernée de très près par des questions abordées par des disciplines voisines de la linguistique, comme la sociolinguistique et la psycholinguistique, mais relevant de traditions scientifiques et méthodologiques différentes. Ainsi, le traitement des données est très différent. Par exemple, l'approche sociolinguistique est très souvent d'orientation quantitative, les règles sont préférentielles (vs absolues) et décrivent des tendances (elles sont probabilistes). En psycholinguistique, la méthodologie est proche de celle d'une science expérimentale: on soumet un certain nombre de sujets à des tests, qui ont pour fonction de mettre à l'épreuve des hypothèses formulées indépendamment. En revanche, en linguistique, les données sont généralement le produit de la création du linguiste (ou le fait de corpus authentiques) et sont décrites à l'intérieur d'un cadre théorique autonome et complet.

3.3. PRAGMATIQUE LINGUISTIQUE OU THÉORIE GÉNÉRALE DE L’ACTION ?
Le partage entre les multiples écoles de la pragmatique linguistique s'opère à partir d'une série de considérations communes considérant le fait que l'utilisation du langage, son appropriation par un énonciateur s'adressant à un allocutaire dans un contexte déterminé, ne s'ajoute pas de l'extérieur à un énoncé en droit autosuffisant, mais que la structure du langage est radicalement conditionnée par le fait qu'il est mobilisé par des énonciations singulières et produit un certain effet à l'intérieur d'un certain contexte, verbal et non-verbal. A un pôle se tiennent les minimalistes, ceux qui font du pragmatique une composante parmi d'autres de la linguistique, à côté de la
175

syntaxe et de la sémantique. A l'autre pôle on trouve ceux qui distribuent le pragmatique sur l'ensemble de l'espace linguistique; il n'existe dès lors plus de phénomènes linguistiques qui puissent lui échapper. Mais cette confusion est encore aggravée par le fait que les linguistes ne sont pas les seuls concernés par la pragmatique. En effet, si on la définit comme l'« étude du langage en contexte », cela ne préjuge en rien de la discipline qui doit prendre en charge cette étude; du sociologue au logicien les préoccupations pragmatiques traversent l'ensemble des recherches qui ont affaire au sens et à la communication. On voit ainsi souvent la pragmatique déborder le cadre du discours pour devenir une théorie générale de l'action humaine. Ces facteurs de diversification permettent de comprendre pourquoi la pragmatique se présente comme un conglomérat de domaines perméables les uns aux autres, tous soucieux d'étudier « le langage en contexte ». Il existe indéniablement des traits récurrents, des nœuds conceptuels privilégiés, mais qui font l'objet d'élaborations variées.

3.3.1. PRAGMATIQUE, SYNTAXE ET SÉMANTIQUE
Les travaux d'Austin et de Grice ont donné lieu, en très peu de temps, à une explosion de travaux d'origine scientifique d'orientations très différentes: philosophie du langage, linguistique, logique, psychologie cognitive, psycholinguistique, sociolinguistique, intelligence artificielle. Ces travaux ont permis non seulement de faire des avancées spectaculaires dans la connaissance que nous avons du fonctionnement des langues naturelles, mais ont également eu une incidence importante sur l'architecture de la linguistique, et ont notamment permis de poser de manière explicite les rapports entre la structure du langage et son usage, un problème que la tradition structuraliste avait totalement laissé de côté. Plus précisément, la découverte des dimensions pragmatiques du langage a permis de poser les questions suivantes: la pragmatique est-elle une composante de la linguistique ? peut-on parler de pragmatique linguistique? quel rapport la pragmatique entretient-elle avec d'autres disciplines, comme la philosophie, la psychologie, la sociologie, l'intelligence artificielle? Les théories linguistiques longtemps dominantes (le générativisme comme le structuralisme) ont accordé peu d'importance à l'usage du système linguistique. La linguistique s'est consacrée à l'étude du système (phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique), on dira que la syntaxe a pour objet les relations entre les signes constituant le système sémiotique. Ces relations sont définies à partir d’un ensemble de catégories (analysant ces signes) et de règles de base (axiomes, règles de réécriture). La syntaxe linguistique a pour objet la forme des phrases. La phrase constitue l'unité maximale de la description syntaxique. Celle-ci est analysée à l'aide d'un certain nombre de catégories (dans la tradition chomskyenne, on distinguera par exemple la
176

phrase (S), le syntagme nominal (NP), le syntagme verbal (VP), le nom (N), le verbe (V), I'adjectif (A), I'adverbe (Adv), le déterminant (Det), I'auxiliaire (Aux), la préposition (Prep), etc.) et de relations entre ces catégories. Ces relations sont formulées en termes de règles syntaxiques, qui ont pour principale propriété d'être des règles de réécriture, c'est-à-dire des règles permettant de réécrire certaines catégories par une suite d'autres catégories (cf. Ia réécriture du symbole S a I'aide des symboles NP et VP donne S -> NP + VP). Que la syntaxe définisse, comme c'est le cas dans la tradition chomskyenne, des règles syntaxiques de base et des règles transformationnelles ou non, I'important est que ces règles sont des règles de bonne formation, c'est-à-dire des règles qui ont pour but de ne produire que des suites syntaxiquement bien formées. Un tel système de règles, ou grammaire, a donc pour tâche de produire un ensemble (illimité) de phrases grammaticales et d'exclure par là-même l'ensemble infini des phrases agrammaticales. La propriété centrale d'une phrase, en syntaxe, est de ce fait sa grammaticalité. La sémantique linguistique par ailleurs, a pour objet non plus la forme des phrases, mais le sens des propositions. Si la phrase est l'unité maximale de la syntaxe, la proposition est l'unité sémantique maximale (une proposition étant composée d'un prédicat et d'argument(s)). Le sens de la proposition linguistique est défini par la relation de signification, c'est-à-dire de référence. Le référent d'une proposition est sa valeur de vérité. L'emploi de la notion de vérité (issue de la sémantique logique, bivalente) signifie que ce que représente ou désigne une proposition est un certain état de choses (état, événement, procès, action, etc.). Comme la proposition est susceptible de recevoir deux valeurs de vérité (vrai vs faux), elle sera dite vraie si elle décrit une situation conforme à l'état du monde, fausse si sa description ne correspond pas à l'état du monde. Ainsi, on dira que la proposition exprimée par la phrase : Les impôts baissent est vraie si et seulement si Les impôts baissent dans le monde décrit par la phrase. Il apparaît donc que dans la tradition logique ou néo-positiviste, la signification d'une proposition est restreinte à la définition de ses conditions de vérité. Définir le sens d'une proposition à l'aide des notions de référence au monde et de conditions de vérité implique une certaine conception de l'objet et des méthodes de la sémantique, conception qui peut être qualifiée de vériconditionnelle ou représentationaliste. Il faut signaler que la sémantique moderne est davantage une sémantique intensionnelle (doublée généralement d'une sémantique des mondes possibles) qu'une sémantique extensionnelle (Moeschler : 1985). Cela signifie qu'une proposition est plutôt définie par la fonction reliant valeur de vérité et monde possible que par la relation de référence, la référence au monde réel n'étant qu'un cas particulier de référence (à d'autres mondes). Quant aux domaines de la sémantique, si les sémanticiens d'obédience philosophique se sont essentiellement consacrés aux problèmes de la référence et des noms propres (Russell, Strawson, Kripke), les linguistes se sont surtout intéressés aux conditions de vérité non pas des propositions isolées (atomiques), mais des propositions
177

combinées (complexes). Une théorie sémantique a en effet à rendre compte des conditions de vérité des combinaisons de phrases connectées par des mots comme ou, et, si, qui sont les analogues en langue naturelle des opérateurs logiques de disjonction (inclusive ou exclusive), de conjonction et d'implication, mais également par des mots qui n'ont pas d'équivalents dans la syntaxe logique comme mais, donc, car, puisque, etc., c'est-à-dire donner une représentation claire et explicite des relations in praesentia entre phrases. Cependant une telle théorie doit également rendre compte des relations in absentia, c'est-à-dire prévoir, pour n'importe quelle phrase, les conditions déterminant son incompatibilité à d'autres phrases (rapport de contradiction ou de contrariété, et son équivalence sémantique (sa synonymie ou ses rapports de paraphrase) et enfin ses relations d'implication.

3.3.2. PRAGMATIQUE, COMPÉTENCE ET PERFORMANCE
On rappellera que, dans la tradition de la linguistique chomskyenne, la distinction entre compétence et performance concerne la différence entre les connaissances (les informations disponibles par un organisme) qu'un locuteur-auditeur idéal a de sa langue et l'actualisation de ces connaissances dans la production d'énoncés lors de la communication (Chomsky 1971)1. Cette distinction est cruciale, car elle a permis à la linguistique moderne de définir son objet: un système complexe de règles (phonologiques, syntaxiques, sémantiques) intériorisées par le sujet parlant. La distinction entre compétence et performance reprend dans ses grandes lignes l'opposition saussurienne entre langue et parole. Cependant, la différence essentielle entre compétence et performance d'une part et langue et parole d'autre part tient au fait que la parole est définie chez Saussure comme un acte individuel et la langue comme un « trésor » collectif, alors que la compétence chez Chomsky n'est pas le propre d'une communauté, mais d'un sujet parlant (Ducrot et Todorov 1972)2. La question que s'est posée la théorie linguistique, lorsque l'étude du système a été complétée par l'étude de son usage, concerne la nature des faits pragmatiques: relèvent-ils de l'étude de la compétence ou de l'étude de la performance ? Deux types de réponses ont été données à cette question: (1) dans la tradition inaugurée par Grice (1975)3, la pragmatique est conçue comme une théorie de la

1 2

CHOMSKY (N.) 1971. Aspects de la théorie syntaxique. Paris: Seuil. DUCROT (O.) et TODOROV (T.) 1972. Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Paris: Seuil ; Coll. « Point ». 3 GRICE (H.-P.) 1979. « Logique et conversation ». in: Communications, 30, pp. 57-72 (trad. fr.). [1ère publ. GRICE (H.-P.) 1975. « Logic and conversation ». in: COLE (P.) & MORGAN (J.-L.) (eds), pp. 41-58]. 178

performance1. L'opposition linguistique/pragmatique correspond à l'opposition compétence/performance. En effet, les principes ou règles pragmatiques ne concernent pas la compétence linguistique (à savoir une connaissance du sujet parlant sur le fonctionnement de sa langue), mais une théorie de la performance (à savoir un ensemble de connaissances et de capacités à utiliser la langue en situation) ; enfin dans la tradition francophone inaugurée par Benveniste et poursuivie par Ducrot, la pragmatique ne relève pas de l'étude de la performance, mais de la compétence: les aspects pragmatiques sont encodés dans la langue et la langue contient des instructions sur ses usages possibles. C'est la théorie de la pragmatique intégrée.

3.3.3. PRAGMATIQUE INTÉGRÉE ET PRAGMATIQUE RADICALE
Le terme de pragmatique intégrée (à la sémantique) a été popularisé dans le cadre des analyses pragmatiques faites autour de J.-C. Anscombre et O. Ducrot et recouvre essentiellement leur théorie de l'argumentation. Les travaux relevant de la théorie de l'argumentation permettent de mettre en évidence deux thèses. La première thèse de la pragmatique intégrée consiste à défendre une conception ascriptiviste du langage, selon laquelle les énoncés ne communiquent pas des états de faits (leur fonction de représentation) mais des actions, c'est à dire des actes de langage (comme ordonner, promettre, souhaiter, asserter, argumenter). Les thèses ascriptivistes s'opposent à ce titre aux thèses descriptivistes des théories radicales. On se trouve ici en face d'une opposition classique dans la compréhension et la description du langage. Le courant de la linguistique structurale a insisté sur les rapports entre langage et communication (voir les différentes fonctions du langage dans la communication, décrites par Jakobson, 1963). Dans cette tradition, le langage a une fonction principalement communicationnelle. A l'opposé, la tradition de la grammaire générative (dont Chomsky revendique la filiation rationaliste, cf. Chomsky 1969)2 a défendu des thèses « représentationnalistes »: le langage a une fonction de représentation, celle d'exprimer des idées, sa fonction communicationnelle n'étant que seconde. Il n'est dès lors pas surprenant que les thèses pragmatiques d'orientation formaliste et cognitiviste aient adopté le point de vue représentationnaliste, alors que les travaux d'inspiration et de tradition structuralistes ont opté pour le courant ascriptiviste. La deuxième thèse de la pragmatique intégrée est la thèse de la suiréférence (ou autoréférence) du sens, que l'on peut résumer à travers la formule de Ducrot O.
1

Le concept de performance reçoit ici un sens différent de celui de la tradition générativiste. Pour Chomsky, la performance définit l'ensemble des « productions linguistiques ». La pragmatique, dans son orientation gricéenne, est une approche de la compréhension, et non de la production langagière. 2 CHOMSKY (N.) 1969. La Linguistique cartésienne. Paris: Seuil. 179

(1980)1 : « le sens d'un énoncé est une image de son énonciation ». En d'autres termes comprendre un énoncé, c'est comprendre les raisons de son énonciation. Décrire le sens d'un énoncé, c'est donc décrire le type d'acte que l'énoncé est censé réaliser. Cette thèse est fondée sur des « faits pragmatiques » qui se caractérisent par l'inscription conventionnelle de la description de l'énonciation dans le sens de l'énoncé Cette thèse n'est pas très éloignée de l'hypothèse performative associée au courant de la sémantique générative. À la conception intégrée de la pragmatique, on peut opposer une conception radicale: la pragmatique n'est pas partie intégrante de la sémantique2, elle en est séparée. L'argument est le suivant: l'interprétation des énoncés fait intervenir des aspects à la fois vériconditionnels et des aspects non vériconditionnels. Les aspects vériconditionnels relèvent de la sémantique (vériconditionnelle) et sont traités dans le cadre de la sémantique formelle, qui utilise des logiques comme le calcul des prédicats ou la logique intensionnelle. Les aspects non vériconditionnels de l'énoncé correspondent à l'ensemble des implicatures inférables soit à partir de règles conversationnelles (on parlera d'implicature conversationnelle); soit à partir du sens des mots (on parlera d'implicature conventionnelle).

3.4. LES DIFFÉRENTES THÉORIES PRAGMATIQUES 3.4.1. LES THÉORIES LINÉAIRES ET MODULAIRES
Ces théories sont issues de la tradition néo-positiviste ou logiciste de l’analyse du langage (Peirce, Morris, Carnap) et envisagent tout système de signes, à savoir toute sémiotique, comme formé des composantes suivantes: une syntaxe, dont l'objet est l'étude des relations entre signes; une sémantique, qui s'occupe des relations entre signes et référents et une pragmatique, dont l'objet d'étude est le rapport entre les signes et leurs interprétants. Ces distinctions sont à l'origine des définitions classiques de la syntaxe, de la sémantique et de la pragmatique. Ces définitions ont donné une place et un ordre de traitement à ces domaines: le traitement syntaxique précède le traitement sémantique, qui précède le traitement pragmatique. En d'autres termes, la sortie de la syntaxe constitue l'entrée de la sémantique, et
1 2

DUCROT (O.) et al. 1980. Les mots du discours. Paris: Minuit. On rappellera que la sémantique générative, représentée notamment par des linguistes comme Ross (1970), Lakoff (1972), McCawley (1981), Sadock (1974), s'est développée principalement à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix dans le but d'intégrer la sémantique à la syntaxe. L'idée est que les structures syntaxiques profondes sont des structures sémantiques de type prédicat-argument et que toute phrase est dominée en structure profonde par un prédicat performatif abstrait, qui est responsable de la force illocutionnaire de l'énoncé. 180

la sortie de la sémantique constitue l'entrée de la pragmatique. Quant à la sortie de la pragmatique, elle décrit la valeur d'action de l'énoncé. On peut qualifier ce type de théorie de linéaire (l'ordre de traitement est fondamental) et de modulaire, car chacun des domaines est autonome et indépendant.

3.4.2. LES THÉORIES EN Y
Les théories linéaires ont été critiquées par les tenants de la pragmatique intégrée. Dans le cadre de la pragmatique intégrée, il n'y a pas un traitement linéaire de l'énoncé, mais une conjonction d'informations linguistiques (appartenant au composant linguistique) et d'informations extralinguistiques (appartenant au composant rhétorique). Le composant linguistique est le lieu d'application des instructions attachées aux morphèmes et autres unités lexicales; l'unité traitée est l'objet théorique phrase, dont le traitement linguistique fournit la signification. La conjonction de la signification, de la phrase et des informations extralinguistiques produit le sens de l'énoncé, qui est donc la sortie du composant rhétorique. On peut représenter ce type de théorie par un schéma en Y (d'où le terme « théorie en Y »)1. D'après Ducrot 1984, chapitre 3.2
Énoncé E Situation S

Composant linguistique

Signification de E

Composant réthorique

Sens de E dans S

1

Désignation emprunté à Berrendonner, voir BERRENDONNER (A.) 1981. Eléments de pragmatique linguistique. Paris: Minuit. 2 DUCROT (O.) 1984. Le Dire et le Dit. Paris: Minuit. 181

Dans le cadre des théories en Y, il n'y a plus d'ordre linéaire entre syntaxe, sémantique et pragmatique (la pragmatique - ou rhétorique - est intégrée à la sémantique). Un ordre subsiste néanmoins: les « circonstances d'élocution » (ou contexte d'énonciation) n'interviennent qu'après qu'une signification a été attribuée à la phrase, la signification étant la sortie du composant linguistique. Il y a donc deux étapes dans l'interprétation des énoncés. La première étape est strictement linguistique, aucune connaissance extra-linguistique n'étant requise. Cette étape est le résultat de l'application de ce que nous avons appelé instructions. La signification ne peut être formulée que sous la forme de variables du type « interpréter presque P comme ayant la même orientation argumentative que P », etc.; ces variables ne seront saturées qu'à la sortie du traitement rhétorique (pragmatique). Si une contradiction existe entre la sortie du composant linguistique et la sortie du composant rhétorique, c'est qu'une loi de discours a été utilisée pour modifier la signification.

3.4.3. LES TENDANCES COGNITIVISTES
Le troisième type de théorie pragmatique correspond aux tendances cognitivistes de la pragmatique et s'oppose aux théories linéaires et aux théories en Y. La théorie cognitiviste est une version de la pragmatique radicale; celle-ci a donné lieu en effet à deux voies parallèles: une voie formaliste et une voie cognitiviste, modulariste, représentée par les travaux de Sperber et Wilson (1986 et 1989)1. L'hypothèse modulariste est liée à la théorie de la cognition de Fodor (1986)2, qui distingue deux types de systèmes de traitement de l'information: les systèmes périphériques (input systems), spécialisés et modulaires, et le système central de la pensée, non spécialisé et non modulaire, lieu des inférences. L'hypothèse de Sperber et Wilson est que le système central est le lieu du traitement pragmatique: les opérations du traitement pragmatique ne sont donc ni spécialisées, ni dépendantes de la nature du système périphérique qui alimente le système central. La théorie cognitiviste constitue une solution intermédiaire entre les deux premiers types de théories.

3.4.4. CHOIX DE PRÉSENTATION
Nous exposerons pour notre part les thèmes abordés par la pragmatique linguistique ou « intégrée ». Avant d’aboutir à la définition d’une compétence communicative, la pragmatique « intégrée » traite de problèmes
1

SPERBER (D.) & WILSON (D.) 1986. « Façons de parler ». in: Cahiers de linguistique française, 7, Université de Genève, pp. 9-26 ; et SPERBER (D.) & WILSON (D.) 1989. La pertinence Communication et cognition. Paris: Minuit. 2 FODOR (J.) 1986. La Modularité de l’esprit. Paris: Minuit. 182

tout à fait généraux, tels que l’articulation des conditions de succès et des conditions de vérité; le rapport entre les modalités d’énoncé (les attitudes propositionnelles, le possible et le nécessaire) et les modalités d’énonciation (les forces illocutoires); les rapports entre actes linguistiques et contexte où ils sont accomplis. Une telle théorie peut secondairement s’appliquer aux contextes sociaux concrets. C’est sur ce terrain qu’elle rencontre l’« analyse conversationnelle », celle-ci s’attachant plus particulièrement à décrire la signification communiquée par certains comportements verbaux dans une situation singulière, qu’il s’agisse de cadres institutionnels tels que l’université, une cour de justice, une salle d’hôpital ou certaines situations de la vie quotidienne.

4. LA PRAGMATIQUE LINGUISTIQUE
4.1. INTRODUCTION
D'une manière tout à fait générale, on définira la pragmatique comme l'étude de l'usage du langage, par opposition à l'étude du système linguistique, qui concerne à proprement parler la linguistique. Si l'on parle de l'usage du langage, c'est que cet usage n'est neutre, dans ses effets, ni sur le processus de communication, ni sur le système linguistique lui-même. « Il est banal, en effet, de noter qu'un certain nombre de mots (les déictiques de temps, de lieu et de personne comme maintenant, ici, je par exemple) ne peuvent s'interpréter que dans le contexte de leur énonciation. Il est un peu moins banal de rappeler que, dans l'échange verbal, nous communiquons beaucoup plus que ce que nos mots signifient. Il est encore moins banal de dire enfin que l'usage des formes linguistiques produit, en retour, une inscription de l'usage dans le système lui-même: le sens de l'énoncé consiste en un commentaire sur ses conditions d'usage, à savoir son énonciation ». La pragmatique linguistique est l'étude du sens des énoncés en contexte. Elle a pour objet de décrire non plus la signification de la proposition (sémantique), mais la fonction de l'acte de langage réalisé par l'énoncé. Si la phrase et la proposition constituent les unités syntaxiques et sémantiques maximales, l'acte de langage est l'unité pragmatique minimale, les autres unités pragmatiques étant, dans la perspective d'une pragmatique conversationnelle, l'intervention (unité monologique maximale) et l'échange (unité dialogique minimale). En opposition à la sémantique, qui définit le sens d'une proposition en termes de ses conditions de vérité, la pragmatique linguistique, en définissant le sens d'un acte de langage par sa fonction communicative, donne une image du sens centrée non plus sur la fonction dénotative ou représentationnelle du langage, mais sur sa fonction
183

énonciative. Il ressort en effet que l'acte de langage est un acte de nature particulière, qui est l'acte d'énonciation1.

4.2. PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES DES ACTES DE LANGAGE
L'acte de langage consiste en la réalisation d'une action, c'est à dire d'une activité visant la transformation de la réalité. Les actions dont il s'agit ici, c'est-à-dire les actions réalisées par le langage, sont du genre ordre, promesse, requête, question, menace, avertissement, conseil, etc. L'acte de langage est aussi un acte intentionnel: son interprétation appropriée est conditionnée par la reconnaissance, de la part de l'interlocuteur, du caractère intentionnel de son énonciation. L'acte de langage est enfin un acte conventionnel: pour qu'il soit réussi (successful), il faut que l'acte de langage satisfasse un certain nombre de conditions, conditions liées à son emploi. Ces conditions d'emploi déterminent dans quelle mesure l'acte de langage est approprié au contexte dans lequel il apparaît (raison pour laquelle Moeschler les qualifie de conditions d'appropriété contextuelle). Ces conditions portent sur des aspects différents de l'acte de langage, notamment sur les circonstances et les personnes impliquées dans la réalisation de l'acte de langage, sur l'intention des personnes impliquées et enfin sur le type d'effet associé à son énonciation. La non-satisfaction de ces conditions donne lieu à des échecs (insuccès) de natures différentes. Dans la terminologie d'Austin (1970)2, l'acte sera « nul et non avenu » si le premier type de conditions n'est pas satisfait. Enfin, si l'acte ne prend pas effet, c'est qu'il y a « rupture d'engagement » . Par exemple ne pas tenir une promesse, c’est-à-dire ne pas réaliser l'action qu'on s'est engagé à faire - même si l'intention de la réaliser était sincère - implique une rupture de l'engagement pris vis-à-vis de son interlocuteur au moment de l'énonciation. L'acte de langage est un acte de nature contextuelle et cotextuelle. Le rôle du contexte intervient - outre dans la définition des conditions d'appropriété contextuelle, déterminant le rapport d'adéquation acte de langage-contexte - comme une composante interprétative importante. Le rôle du cotexte est également important pour la caractérisation de l'acte de langage. Corollairement, le cotexte est également une donnée importante pour l'interprétation de l'acte de langage. Il apparaît en effet que la position dans le discours de l'acte de langage peut déterminer sa fonction: énoncé en début d'échange ou en réaction à une question, I'acte de langage aura des fonctions communicatives différentes. Il apparaît donc que la notion clef de la pragmatique est la notion de conditions d'emploi ou d'appropriété
1

Par acte d'énonciation, on entendra la réalisation d'une action de nature linguistique, liée à l'événement historique qu'est l'énonciation (Benveniste 1966), dont le résultat est le produit linguistique énoncé (au sens d'énoncé-token de la philosophie analytique). 2 AUSTIN (J.-L.) 1970. Quand dire c’est faire. Paris: Seuil. 184

con/cotextuelle, qui est de nature bien différente de la notion de conditions de vérité. On notera enfin que l'analyse pragmatique des actes de langage, centrée sur leur fonction communicative, s'inscrit en faux contre une conception informative du langage. Contrairement au postulat « pragmatique » de toute la tradition linguistique structuraliste, le langage ne sert pas à informer, représenter, référer, etc.

4.3. PERFORMATIF ET ILLOCUTOIRE

4.3.1. ÉNONCÉS PERFORMATIFS ET ÉNONCÉS CONSTATIFS
Dans son livre de 1962 How to do things with words1 Austin commence par s'intéresser à des verbes comme jurer ou baptiser, qu'il appelle verbes performatifs. Ces verbes présentent la singularité d'accomplir ce qu'ils disent, d'instaurer une réalité nouvelle par le seul fait de leur énonciation. Ainsi, dire « je te baptise » ou « je le jure » c'est baptiser ou jurer; réciproquement, pour accomplir l'acte de baptiser ou de jurer il faut dire « je te baptise » ou « je le jure ». De tels énoncés ne peuvent être dits vrai ou faux; à leur propos, on peut seulement se demander si l'acte que tout à la fois ils désignent et accomplissent est « réussi » ou non, s'il y a effectivement baptême ou serment. Ces verbes performatifs s'opposent aux autres, qu'Austin appelle « constatifs », qui sont censés décrire un état du monde indépendant de leur énonciation (« je cours», «j'aime mon pays » ...) et peuvent être vrais ou faux. En mettant l'accent sur cette classe singulière de verbes Austin entend critiquer « l'erreur descriptiviste » selon laquelle la fonction essentielle, voire unique, du langage serait de représenter des états du monde. L’énoncé performatif se distingue de l'énoncé constatif (ou descriptif) en ce qu’il ne peut être évalué en termes de vérité ou fausseté mais en termes de bonheur ou malheur, de réussite ou d'échec. Il ne relève pas de l'activité du dire, mais du faire (il réalise une action). La réalisation de l'action en question est fonction de l'énonciation (l’action est donc produite par le fait de dire).

4.3.2. PERFORMATIFS PRIMAIRES ET PERFORMATIFS EXPLICITES
Comparons les deux énoncés suivants qui correspondent respectivement aux énoncés constatifs et aux énoncés performatifs selon Austin: (1) Alain Juppé est Premier Ministre (2) La séance est ouverte
1

Trad. fr., AUSTIN (J.-L.) 1970. Quand dire c’est faire. Paris: Seuil. 185

Ces deux énoncés ont, sémantiquement la même structure (un argument et un prédicat), mais n'ont pas la même fonction pragmatique. Le premier est une simple description (une assertion), alors que le deuxième ne sert pas à décrire un certain état de chose (l'ouverture de la séance), mais à réaliser une action, celle justement d’ouvrir la séance. Si le locuteur dit simplement quelque chose d’Alain Juppé dans le premier énoncé, il fait quelque chose dans le deuxième énoncé. Or il le fait par l'énonciation de La séance est ouverte. Il ressort donc que l'aspect performatif de cet énoncé ne peut donner lieu à une évaluation vérifonctionnelle de son contenu: il n’est pas pertinent de dire que la proposition « la séance est ouverte » est soumise à des conditions de vérité. Par contre, l'énonciation de La séance est ouverte est soumise à des conditions de réussite (bonheur): n'importe qui n'a pas le pouvoir d'ouvrir une séance. Si La séance est ouverte est bien un énoncé performatif ce n'est cependant pas un énoncé explicitement performatif. Le locuteur aurait très bien pu ouvrir la séance en disant:
(3) Je déclare la séance ouverte

c'est-à-dire en utilisant, à la première personne du singulier du présent de l'indicatif, un verbe performatif, c'est-à-dire un verbe d'action qui nomme l'action (la rend explicite) et permet sa réalisation. Austin (1970)1 distingue donc parmi les énoncés performatifs les performatifs primaires (La séance est ouverte ), qui ne nomment pas l'action, et les performatifs explicites (Je déclare la séance ouverte ) qui indiquent explicitement le sens performatif de l'énoncé.

4.3.3. FRAGILITÉ DE LA DISTINCTION ENTRE PERFORMATIFS ET CONSTATIFS
La notion de performativité, en tant qu'elle permet de distinguer deux grands types d'énoncés, les énoncés performatifs et les énoncés constatifs, semble être une notion à la fois opératoire au plan descriptif et théoriquement consistante. Or il apparaît très rapidement - raison pour laquelle Austin l'a abandonnée au profit d'une notion plus générale, mais plus vague, d'acte de langage - qu'elle perd de sa consistance à l'examen de certains faits linguistiques et pragmatiques. Il apparaît que les énoncés performatifs perdent leur performativité par l'adjonction d'un modificateur. Ainsi, alors que le premier énoncé est performatif, le deuxième ne l'est plus :
(1) (2) La séance est ouverte La séance est ouverte dans la plus grande confusion

De même, le cotexte peut déperformativiser certains énoncés:
(3) La séance est ouverte. C'est par ces mots que le Président de l'Assemblée Nationale a ouvert la session parlementaire.

1

AUSTIN (J.-L.) 1970. Quand dire c’est faire. Paris: Seuil. 186

Cette brève observation montre que l'énonciation de la formule performative n'est pas une condition suffisante à sa performativité, puisque l'énoncé performatif peut prendre une simple valeur descriptive, c'est-à-dire constative. Cependant, au niveau théorique cette fois (Austin :1970)1, la distinction constatif/performatif est nettement plus fragile qu'il n'y paraît. Ce deuxième argument est lié aux implications que l'on peut tirer d'un énoncé constatif et d'un énoncé performatif. Prenons les deux énoncés suivants2: (1) (2) Il pleut Je vous ordonne de nettoyer les toilettes

L'inférence pragmatique, que l'interlocuteur est en droit de faire ne concerne pas, pour (1), ses conditions de vérité, ni, pour (2) ses conditions de bonheur, mais plutôt les états psychologiques du locuteur, à savoir sa croyance pour (1) et son désir pour (2). On peut soutenir en effet que Il pleut implique « le locuteur croit qu'il pleut » et que Je vous ordonne de nettoyer les toilettes implique « le locuteur désire que son interlocuteur nettoie les toilettes ». L'analogie entre l'énoncé constatif et l'énoncé performatif est encore plus marquée si l'on observe certains énoncés absurdes contradictoires L'impossibilité de (3) est à cet égard de nature similaire à celle de (4) . (3)* Le chat est sur le paillasson, mais je ne crois pas qu'il y soit (4)* Je promets d'être au rendez-vous, mais je n'ai pas l'intention d'y être. Il ressort des remarques préalables que l'opposition entre énoncés constatifs et énoncés performatifs n'est pas consistante. Cependant, ces énoncés ayant des propriétés inférentielles et formelles identiques, ils constituent des types particuliers d'actes de langage qu'Austin (1970) qualifie d'actes illocutoires. L'assertion (énoncé constatif) ne serait donc qu'un cas particulier d'acte illocutoire à côté de la promesse, l'ordre, le baptême, etc. L'acte illocutoire peut se définir à partir de trois critères essentiellement: (1) son rapport à d'autres actes, qu'Austin qualifie de locutoires et de perlocutoires, (2) sa structure interne ou sémantique et (3) ses conditions d'emploi.

1 2

AUSTIN (J.-L.) 1970. Quand dire c’est faire. Paris: Seuil. Exemples pris dans MOESCHLER (J.) 1985. Argumentation et Conversation - Eléments pour une analyse pragmatique du discours. Paris: Hatier-Crédif ; Coll. « Langues et apprentissage des langues ». 187

4.3.4. LOCUTOIRE, PERLOCUTOIRE ET ILLOCUTOIRE
Si la notion d'acte illocutoire décrit l'acte réalisé en disant quelque chose (in saying), elle ne désigne pas pour autant tous les aspects actionnels de l’énoncé. A la question « en quoi dire quelque chose revient-il à faire quelque chose ? », Austin répond en distinguant l'acte illocutoire des actes locutoires et perlocutoires. Disons sommairement qu'en énonçant une phrase quelconque, on établit trois actes simultanés: (1) l'acte locutoire consiste simultanément en l'acte de prononcer certains sons (acte phonétique), certains mots et suites grammaticales (acte phatique) et enfin certaines expressions pourvues d'un sens et d'une référence (acte rhétique); un acte perlocutoire dans la mesure où l'énonciation sert des fins plus lointaines, où l'acte de communication a un effet indirect sur l'interlocuteur. L'effet de perlocution d'un discours électoral par exemple étant peut être de convaincre, d'enthousiasmer ou d'ennuyer les auditeurs (ceci à l'insu ou non, des destinataires et du destinateur), l'acte perlocutoire consiste donc en la production de certains effets sur l'auditoire, ses sentiments ou ses actions (acte de convaincre, d'effrayer, de mettre en colère, etc.) - que ces effets soient intentionnels, visés par le locuteur ou non; un acte illocutoire dans la mesure où l'énonciation de la phrase constitue en elle-même un certain acte (une certaine transformation des rapports entre les interlocuteurs), par exemple, l'acte de promettre en disant :: "je promets", celui d'interroger en disant : « est-ce-que ....? »; C'est un acte accompli dans la parole et non pas une conséquence (voulue ou non) de la parole. De ce fait, il peut être paraphrasé et explicité par une formule performative : « je te demande si ... », « je te conseille de ... », etc. Enfin, selon Austin, l'acte illocutoire est toujours conventionnel (l'acte illocutoire n'est pas la conséquence logique ou psychologique du contenu intellectuel exprimé dans la phrase prononcée), il ne se réalise que par une sorte de cérémonial social qui attribue à telle formule employée par telle personne, dans telles circonstances, une valeur particulière. Ainsi, en énonçant:
(1) Jacques Chirac a démissionné de la Présidence de la République

le locuteur réalise un acte locutoire, c'est à dire qu'il prononce certains sons [JakSiÂakademisjOned´lapÂezidA@sd´larepyblik], une phrase grammaticale et réfère à l'individu « Jacques Chirac » en lui attribuant la propriété (« a démissionné »), un acte illocutoire (d'information) et un acte perlocutoire (création d'une émotion de joie ou de tristesse chez l'interlocuteur, ou de son indifférence, etc.).

188

4.4. L’ACTE ILLOCUTOIRE 4.4.1. STRUCTURE DE L’ACTE ILLOCUTOIRE
La distinction entre acte locutoire et acte illocutoire laisse entrevoir qu'un acte de langage peut être décrit, du point de vue de sa structure interne ou sémantique, en deux composants: d'une part son contenu propositionnel donnant lieu à l'acte rhétique (Austin:1970)1 ou acte propositionnel (Searle: 1972)2 - et d'autre part sa force ou valeur illocutoire. Prenons le paradigme suivant d'actes de langage3, qui illustre bien la différence entre contenu propositionnel et force illocutoire (Searle : 1972)4: 1 2 3 4 Jean fume beaucoup Jean fume-t-il beaucoup ? Fume beaucoup, Jean ! Plût au ciel que Jean fumât beaucoup !

On constate que ces énoncés permettent la réalisation d'actes illocutoires différents—une assertion pour (1), une question pour (2), un ordre pour (3) et un souhait pour (4). Cependant, si ces actes se distinguent par leurs valeurs illocutoires, ils ont en commun la réalisation d'un acte identique: le locuteur réfère à un même individu (« Jean ») et lui attribue (prédique) une même propriété (« fumer beaucoup »). En d'autres termes, ces quatre énoncés ont même référence et même prédication. Les actes de référence et de prédication constituent l'acte propositionnel. Distinguer entre l'acte illocutoire et l'acte propositionnel permet donc de voir deux composants dans l'acte de langage: d'une part le contenu propositionnel (p) et d'autre part la force illocutoire (F). L'acte illocutoire sera ainsi représenté par la fonction F(p). Cette notation est utile pour décrire la structure sémantique des énoncés 1 à 4 - les majuscules rendant compte du statut métalinguistique des expressions: 1' 2' 3' 4'
1 2

ASSERTION QUESTION ORDRE SOUHAIT

(JEAN FUMER BEAUCOUP) (JEAN FUMER BEAUCOUP) (JEAN FUMER BEAUCOUP) (JEAN FUMER BEAUCOUP)

AUSTIN (J.-L.) 1970: Quand dire c’est faire. Paris: Seuil. SEARLE (J.-R.) 1972. Les actes de langage. Essai de philosophie du langage. Paris: Minuit. 3 Exemples pris dans MOESCHLER (J.) 1985. Argumentation et Conversation - Eléments pour une analyse pragmatique du discours. Paris: Hatier-Crédif ; Coll. « Langues et apprentissage des langues ». 4 SEARLE (J.-R.) 1972. Les actes de langage. Essai de philosophie du langage. Paris: Minuit, pp. 60. 189

Si tout acte illocutoire est analysable en termes de son contenu propositionnel et de sa force illocutoire, il en découle que ses conditions d'emploi doivent porter à la fois sur le contenu propositionnel et la force illocutoire. En d’autres termes, les conditions d'emploi d'une assertion doivent être différentes de celles d'une requête par exemple au plan du contenu et/ou de la valeur illocutoire et donc permettre de poser les bases d'une typologie des actes de langage.

4.4.2. CONDITIONS D’EMPLOI DES ACTES ILLOCUTOIRES
Par conditions d'emploi, il faut entendre les conditions que doit satisfaire un acte de langage pour être approprié au contexte d'énonciation. Si Austin définit les conditions d'emploi comme autant de conditions de réussite de l’acte, Searle définit ces conditions comme des conditions de satisfaction, liées à des règles sur l'accomplissement sincère des énonciations. L'hypothèse faite par Searle est que chacune des conditions de satisfaction est une condition nécessaire à la réalisation sincère de l'acte illocutoire, l'ensemble constituant une condition suffisante. Searle distingue quatre types de conditions (A) Une condition de contenu propositionnel indiquant la nature du contenu de l'acte. Celui-ci peut être une simple proposition (assertion) une fonction propositionnelle (question fermée), une action du locuteur (promesse) ou de l'interlocuteur (ordre, requête). (B) Une ou des conditions préliminaires définissant le savoir ou la croyance du locuteur concernant les capacités, intérêts, intentions de l’interlocuteur, ainsi que la nature des rapports entre interlocuteurs. Par exemple, I'ordre requiert la croyance du locuteur que l'interlocuteur est capable de réaliser l'action demandée, de même qu'une relation de supériorité hiérarchique au bénéfice du locuteur. La promesse, de son côté, exigera que l'interlocuteur ait quelque désir de voir l'action promise se réaliser. Pour asserter, il ne suffit pas que le locuteur dise quelque chose de vrai, encore faut-il qu'il en ait des preuves. (C) Une condition de sincérité indiquant l'état psychologique du locuteur. Asserter implique la croyance, ordonner le désir, promettre I'intention, etc. (D) Enfin une condition essentielle, spécifiant le type d'obligation contractée par le locuteur ou l'interlocuteur par l'énonciation de l’acte en question. L'obligation peut porter sur l'action à réaliser (ordre, promesse) ou le caractère véridique du contenu (une assertion oblige son locuteur a se porter garant de sa vérité). Bien que ces conditions soient de nature très générale et portent donc sur des propriétés ne relevant pas immédiatement de la linguistique (la notion d'état psychologique, de relation entre interlocuteurs), elles permettent néanmoins selon Searle (1982)1, de formuler une classification des actes de
1

SEARLE (J.-R.) 1982. Sens et expressions. Etudes de théorie des actes de langage. Paris: Minuit (Trad. Expression and Meaning. 1979). 190

langage. Une telle classification est basée sur un certain nombre de critères, dont les plus importants sont (1) le but illocutoire correspondant à la condition essentielle; (2) la direction d'ajustement mots-monde déterminant le rapport qu'introduit l'acte illocutoire entre l'état de chose (passé, présent ou futur) et les mots le désignant. Dans le cas d'une promesse ou d'un ordre, c'est le monde qui s'ajuste aux mots (direction monde -> mots), dans la mesure où l'acte de langage a justement pour but de transformer la réalité conformément à la description qu'il en fait. Par contre, dans le cas des assertions, la direction d'ajustement est inverse (direction mots -> monde), dans la mesure où c'est justement la description qui doit correspondre à la réalité, au monde; (3) l'état psychologique, correspondant à la condition de sincérité; (4) enfin le contenu propositionnel correspondant à la condition de contenu propositionnel.

4.4.3. CLASSEMENT DES ACTES ILLOCUTOIRES
Ces quatre critères permettent de distinguer cinq grands types d'actes illocutoires, chacun de ces types pouvant être analysé en sous-types: les actes représentatifs, les actes directifs, les actes commissifs, les actes expressifs, les actes déclaratifs1 [voir Schéma ci-dessous]:
1La syntaxe est difficile 3 Je serai à l'heure au rendez-vous 5 La séance est ouverte 2 Va me chercher un paquet de Camel 4 Je suis très content de vous revoir

Ces différents types ont les propriétés suivantes: (1) Ils sont représentatifs: (assertion, information). Le but illocutoire est la description d'un état de fait, la direction d'ajustement mots -> monde, l'état psychologique exprime la croyance et le contenu propositionnel une proposition; (2) Ils sont directifs: (ordre, requête, question, permission). Le but illocutoire est de mettre l'interlocuteur dans l'obligation de réaliser une action future, la direction d’ajustement monde -> mots, l’état psychologique exprime le désir du locuteur et le contenu propositionnel une action future de l’interlocuteur. (3) Ils sont commissifs: (promesse, offre). Le but illocutoire est l'obligation contractée par le locuteur de réaliser une action future, la direction d'ajustement monde -> mots, I'état psychologique exprime l'intention du locuteur et le contenu propositionnel une action future du locuteur; (4) Ils sont expressifs: (félicitation, excuse, remerciement plainte, salutation). Le but illocutoire est d'exprimer l'état psychologique associé à l'acte expressif
1

Bien que tous les critères ne soient pas directement distinctifs, on constate néanmoins que chacune des catégories s'oppose aux autres par au moins un trait pertinent. Cependant cette vision classificatoire de l'illocutoire ne doit pas nous faire oublier la propriété principale de tout acte illocutoire, liée à la condition essentielle de Searle, qui est sa capacité à transformer les droits et obligations des interlocuteurs. C'est sur ce dernier point que nous terminerons nos remarques sur la notion d'illocutoire. 191

(plaisir/desplaisir, désir/rejet, etc.), I'état psychologique est variable selon l'acte (but illocutoire), le contenu propositionnel est une action ou propriété du locuteur ou de l'interlocuteur; (5) Ils sont déclaratifs: (déclaration, condamnation, baptême). Le but illocutoire est de rendre effectif le contenu de l'acte, la direction d'ajustement à la fois mots -> monde et monde -> mots, le contenu propositionnel est une proposition.

192

1

(a) Représentant un état de choses Ex : Le soleil est jaune (b) Exprimant une attitude sociale (remercier, s’excuser...) Ex : Je vous remercie d’être venu c) Présentant l’état de choses comme à réaliser par l’acte d’énonciation (baptiser, ordonner...) Ex : Je baptise Élora... (d) Présentant l’état de choses comme donné indépendamment de l’acte d’énonciation (affirmer, prétendre...) Ex : J’affirme que Pierre se trompe (e) La transformation de l’état de choses est immédiate car provoquée par l’énonciation (condamner, décréter.....) Ex : Je condamne Albert 1er à 10 ans de prison ferme (f) La transformation est à la charge du locuteur (promettre...) Ex : Je te promets de venir te voir souvent (g) La transformation est à la charge du destinataire (ordonner...); l’acte exprime l’intention que le destinataire accomplisse l’état de choses à cause de l’énonciation de cette intention Ex : Je t’ordonne de venir tout de suite.
1

D’après RECANATI (F.) 1981. Les énoncés performatifs. Paris: Minuit ; Coll. : « Propositions », pp. 181. 193

4.4.4. L’INSTITUTION ILLOCUTOIRE
L'acte illocutoire, par rapport aux autres types d'actes intervenant dans la vie sociale, est un acte très complexe dans la mesure où il comporte à la fois des aspects intentionnels, conventionnels et institutionnels. L'aspect intentionnel est lié aux contraintes qu'il impose sur son interprétation (nécessité de reconnaître l'intention illocutoire du locuteur). L'aspect conventionnel, lié d'une part aux conditions d'emploi et d'autre part aux types d'actes inférables, procède d'une conception idéale de l'activité langagière. C'est cette conception que J. Moeschler (1985)1 nuance, en insistant sur l'aspect institutionnel vs conventionnel de l'acte illocutoire. Dire que l'acte illocutoire est un acte institutionnel revient à dire que les transformations qu'il produit (et qu'il produit en les communiquant) sont le fait du respect ou de la violation de normes. En effet, le cadre institutionnel dans lequel s'inscrit l'acte illocutoire ne définit pas un ensemble de règles langagières, mais un ensemble de droits et d'obligations (les normes). Ces droits et obligations, dont les objets sont les comportements des interlocuteurs, définissent l'institution langagière comme une institution juridique. Les transformations liées à l'acte illocutoire seront donc des transformations juridiques portant sur les droits et obligations des interlocuteurs (Ducrot 1972)2. Obligation de répondre dans le cas de la question, obligation de réaliser l'action dans le cas de l'ordre, obligation de prouver dans le cas de l'assertion. Cependant, il faut souligner que ces obligations sont imposées en tant que normes, c'est-à-dire qu'elles sont soumises soit au respect, soit à la violation. Formulé en ces termes, le cadre définitoire de l'acte illocutoire semble correspondre à celui que propose Ducrot (1977)3 lorsqu'il définit l'acte illocutoire comme une « prétention à créer des transformations de droits et d'obligations entre les interlocuteurs ». La prétention est un effet de l'institution, ou plutôt de l'inscription des relations entre interlocuteurs à l'intérieur de l'institution langagière, créatrice de normes . Le refus de la part de l'interlocuteur de souscrire aux obligations illocutoires correspond, selon moi, à une violation de normes institutionnelles, et non pas à une non-satisfaction des règles constitutives de l'acte illocutoire. Car, voir derrière l'acte illocutoire une activité régie par des règles présuppose que la transformation liée à l'acte illocutoire est une transformation effective de la réalité, I'obligation étant une conséquence logique de l'acte illocutoire, et non une conséquence de son
1

MOESCHLER (J.) 1985. Argumentation et Conversation - Eléments pour une analyse pragmatique du discours. Paris: Hatier-Crédif ; Coll. « Langues et apprentissage des langues ». 2 DUCROT (O.) 1972. Dire et ne pas dire, principe de sémantique linguistique. Paris: Hermann ; Coll. « Savoir ». 3 DUCROT (O.) 1977. « Note sur la présupposition et le sens littéral ». in: Postface à Henry P. Outil. Langue, sujet et discours. Paris: Klincksiek, pp. 169-203. 194

inscription prétendue à l'intérieur de cette institution. Cette modification, due à Ducrot, de la position de la philosophie analytique, semble d'autant plus pertinente qu'elle permet de bien distinguer les sanctions déterminées par l'institution langagière, des sanctions déterminées par l'institution dans laquelle l'acte illocutoire prend effet. Lorsqu'un soldat refuse d'exécuter un ordre, il s'expose certes à une sanction de l'institution militaire, puisque la désobéissance à l'ordre a pour cadre un cadre institutionnel et que celui-ci prévoit des sanctions aux refus. Mais ce type de sanctions a pour condition sine qua non le refus de prétentions juridiques, c'est-à-dire de la création d'une obligation à l'intérieur de l'institution langagière . La norme posée par l'acte illocutoire est certes inscrite dans une norme non linguistique, mais la reconnaissance de la violation de la norme linguistique est une condition sine qua non à la reconnaissance de la violation de la norme institutionnelle. Cette remarque me semble justifier la possibilité d'une étude des faits pragmatiques, et en particulier de l’illocutoire, qui soit indépendante de l'institution englobant l'institution langagière. Elle permet donc, sinon d'autonomiser la pragmatique linguistique de l'interaction en général, du moins de voir dans « le sens d'un énoncé une certaine description de son énonciation », c'est-à-dire le type de normes devant être respectées pour que l'interaction effective prenne la forme des prétentions que lui attribue le locuteur.

4.5. L’IMPLICITE ET L’EXPLICITE
La nature intentionnelle et conventionnelle de l'acte illocutoire pourrait laisser penser que l'intention liée à l'énonciation est toujours présentée ouvertement et que le mode de réalisation de l'acte de langage se fait toujours via des processus conventionnels. Or, comme chacun peut l'observer, I'intention liée à un acte de langage ou à un discours n'est jamais complètement accessible, et les moyens permettant de reconnaître le sens illocutoire d'une énonciation souvent déterminés par des facteurs non linguistiques, comme le contexte, les états de croyance supposés etc. Il apparaît donc que, derrière le problème de l'acte illocutoire se posent trois grands types de problèmes, tous trois liés à l'intrusion de l'implicite dans la communication verbale: • • • Le problème des différents types d'implicite Les différents modes de réalisation explicite et implicite des actes de langage La nature du mécanisme inférentiel reliant la valeur littérale et la valeur implicite.

195

4.5.1. LES DIFFÉRENTS TYPES D’IMPLICITE
Si l'interprétation d'un énoncé doit rendre compte non seulement de son sens littéral mais également des sens implicites possibles, il s'agit tout d’abord de distinguer deux critères de classification des implicites (a) leur nature (sémantique vs pragmatique); (b) leur fonction discursive (objet de discours vs non-objet de discours).

A- IMPLICITES SÉMANTIQUES ET IMPLICITES PRAGMATIQUES
Moeschler J. (1985)1 distingue deux grands groupes d'implicite, les implicites sémantiques et les implicites pragmatiques. Bien que la frontière entre phénomènes purement sémantiques et phénomènes pragmatiques soit relativement floue, on admettra qu'un implicite sémantique est le produit du seul matériel linguistique, alors que les implicites pragmatiques sont liés à des règles ou normes discursives (principes permettant le décodage de l'implicite). Parmi ces implicites sémantiques on peut distinguer entre les implications sémantiques, les implications logiques et les présuppositions 2. A côté des implicites sémantiques, on peut encore distinguer les implicites pragmatiques. Ainsi l'implicite déclenché parLa voie express rive gauche est ouverte (-> La voie express rive droite est fermée) est pragmatique dans la mesure où le contenu implicite n'est pas déterminé par le sens des constituants de l'assertion, mais plutôt par une loi de discours (loi d'exhaustivité chez Ducrot (1972)3 ou maxime de quantité chez Grice (1979)4 indiquant que toute I'information pertinente doit être donnée. Il ressort donc que, dans cet exemple, si la mention de l'ouverture de la voie express rive droite n'a pas été faite, c'est que celle-ci est encore fermée. L'implicite pragmatique, ou implicitation, correspond ainsi à tout mouvement d'inférence autorisé de par les propriétés de l'énoncé, du contexte et des lois de discours.

1

MOESCHLER (J.) 1985. Argumentation et Conversation - Eléments pour une analyse pragmatique du discours. Paris: Hatier-Crédif ; Coll. « Langues et apprentissage des langues ». 2 La distinction entre implication et présupposition peut être définie en termes des conditions de vérité du contenu impliqué: dans la présupposition, le contenu présupposé est impliqué tant par l'assertion que par la négation du contenu posé de I'énoncé alors que dans l'implication, le contenu n'est impliqué que par l'assertion du contenu de l'énoncé, sa négation entraînant là négation du contenu impliqué. 3 DUCROT (O.) 1972. Dire et ne pas dire, principe de sémantique linguistique. Paris: Hermann ; Coll. « Savoir ». 4 GRICE (H.-P.) 1979. « Logique et communication ». in: Communications, 30, pp. 57-72. 196

B- L’IMPLICITE DISCURSIF
Le deuxième critère de classification de l'implicite permettra de bien préciser le type d'implicite que Moeschler1 aborde dans la problématique de l'illocutoire. Ce critère concerne sa fonction discursive, c'est-à-dire sa fonction d'objet intentionnel ou d'objet non intentionnel dans le discours. Ces différents implicites que l'on qualifie généralement (Ducrot :1972)2 de sousentendus ou d'implicites discursifs possèdent différentes propriétés. Tout d'abord, l'implicite est déclenché par le contexte dans lequel l'énoncé apparaît. Enoncés dans des contextes différents, les implicites discursifs peuvent très bien ne recevoir qu'une interprétation et n'avoir qu'une fonction d'information, de remerciement ou d'évaluation. L'acte réalisé implicitement peut très bien être nié (on dira annulé), sans que le sens littéral de l'énoncé en subisse quelque modification. Le sous-entendu est ainsi une technique rhétorique très astucieuse, bien que tout a fait hypocrite, permettant au locuteur de dire et de ne pas dire, c’est-à-dire de donner à entendre tout en se protégeant derrière le paravent du sens littéral. Troisièmement, tout sousentendu, pour être décodé, nécessite un calcul de la part de l'interlocuteur. L'implicite n'est jamais donné tel quel par l'énoncé ou le contexte. Encore faut-il que l'interlocuteur s'interroge sur la nature du lien (ou plus précisément sa pertinence ) au contexte. Le raisonnement en question peut être réduit au schéma suivant: « X m'a dit p. Or si X a dit p, c'est qu'il voulait dire q. X m'a donc dit q. ».
Les différents types d'implicites (Moeschler : 1985, 37)
Implicite

Sémantique

Pragmatique

Implication

Présupposition

Implicitation conversationnelle

Sous-entendu

Sémantique

Logique

Tout d'abord, en distinguant deux grands groupes d'implicites, Moeschler J. (op. cit., 1985) a essayé d'isoler du problème de l'implicite les implicites purement linguistiques, c'est-à-dire de nature sémantique.
1

MOESCHLER (J.) 1985. Argumentation et Conversation - Eléments pour une analyse pragmatique du discours. Paris: Hatier-Crédif ; Coll. « Langues et apprentissage des langues ». 2 DUCROT (O.) 1972. Dire et ne pas dire, principe de sémantique linguistique. Paris: Hermann ; Coll. « Savoir ». 197

Parmi les implicites pragmatiques, Il a distingué les sous-entendus, c'est-àdire l'implicite à fonction discursive, de la simple implicitation (Grice :1975)1 appelle ces énoncés implicature conversationnelle (conversational implicatures), traduite généralement implicitation conversationnelle).Les implicitations conversationnelles concernent soit les conséquences rationnelles que l'interlocuteur est en droit de tirer, soit les raisons de l'énonciation.

4.5.2. DIFFÉRENTS MODES DE RÉALISATION DES ACTES ILLOCUTOIRES
Modes de réalisation des actes illocutoires (Moeschler : 1985, 38)
Valeur illocutoire communiquée

Explicitement

Implicitement

Implicitation conventionnelle

Implicitation conversationnelle

Généralisée

Particulière
2

Distinguer parmi les implicites pragmatiques les sous-entendus des implicitations conversationnelles n'est pas suffisant. Tout d'abord parce qu'un sous-entendu est un certain type d'implicitation conversationnelle, et d'autre part parce que le langage a à sa disposition d'autres modes d'implicitation. Ainsi Roulet E. (1985)3 reprenant les catégories de Grice (1979)4, distingue ce qui est implicité conventionnellement de ce qui l'est
1

GRICE (H.-P.) 1975. « Logic and conversation ». in: COLE (P.) & MORGAN (J.-L.) (eds.). Syntax and Semantics 3 : Speech Acts. pp. 113-127, New York: Academec Press. 2 MOESCHLER (J.) 1985. Argumentation et Conversation - Eléments pour une analyse pragmatique du discours. Paris: Hatier-Crédif ; Coll. « Langues et apprentissage des langues ». 3 ROULET (E.) et al. 1985. L'articulation du discours en français contemporain. Berne: Peter Lang. 4 GRICE (H.-P.) 1979. « Logique et conversation ». in: Communications, 30, pp. 57-72. 198

conversationnellement, en opposant les implicitations conversationnelles généralisées et les implicitations conversationnelles particulières. En d'autres termes, la valeur (illocutoire) d'un énoncé peut être communiquée ou explicitement ou implicitement, implicitement de façon ou conventionnelle ou conversationnelle, conversationnellement de manière ou généralisée ou particulière. On peut se demander à juste titre, car les notions de convention de langue et de convention d'usage sont relativement arbitraires, s'il existe des critères linguistiques permettant de distinguer ces trois types d'implicites. Roulet, à la suite d'Anscombre & Ducrot (1977), Ducrot (1980)1 et Récanati (1981)2, propose les tests suivants: (1) le test de l'annulabilité pour distinguer les implicitations conventionnelles des implicitations conversationnelles; (2) les tests du rapport de l'implicite et de l'enchaînement sur l'implicite pour distinguer l'implicitation conversationnelle généralisée de l'implicitation conversationnelle particulière.

4.6. NATURE DU MÉCANISME INFÉRENTIEL
Le problème qu'il reste à aborder à propos de l'implicitation concerne non plus le type d'implicite mais la nature du mécanisme inférentiel existant entre la valeur littérale de l'énoncé et sa valeur dérivée ou implicite. Je ferai référence à trois types de théories, respectivement la théorie des maximes conversationnelles de Grice (1979)3, des actes de langage indirects de Searle (1982)4 et de la dérivation illocutoire, ces trois théories ayant comme point commun de centrer la problématique de l'implicite discursif sur celle des « conventions » en usage dans la langue (normes, règles, contraintes).

4.6.1. LES MAXIMES CONVERSATIONNELLES
Le point de vue de Grice est philosophique et se situe dans la tradition rationaliste de la philosophie analytique. Cela signifie que le type d'explication qu’il propose suppose que le calcul interprétatif effectué par l'interlocuteur pour décoder l'implicite est de nature purement rationnelle. Pour Iui, la rationalité du comportement conversationnel se traduit par les deux hypothèses suivantes: d'une part les participants d'une conversation respectent un principe général de coopération (cooperative principle).

1

ANSCOMBRE (J.-C.) & DUCROT (O.) 1977. « Deux Mais en Français ? » in: Lingua, 43, pp. 23-40 ; DUCROT (O.) et al. 1980. Les mots du discours. Paris: Minuit. 2 RECANATI (F.) 1981. Les énoncés performatifs. Paris: Minuit. 3 GRICE (H.-P.) 1979: « Logique et conversation ». in: Communications, 30. 4 SEARLE (J.-R.) 1982. Sens et expressions. Etudes de théorie des actes de langage. Paris: Minuit (Trad. Expression and Meaning. 1979). 199

Ce principe stipule que chaque participant doit contribuer conversationnellement de manière à correspondre aux attentes des autres interlocuteurs en fonction du stade de la conversation, du but et de la direction de l'échange. D'autre part chaque contribution d'un participant doit respecter les maximes ou règles suivantes:
• • • • Maxime de quantité1 Maxime de qualité2 Maxime de relation3 Maxime de manière4

Le déclenchement d'une implicitation est un fait rationnel de l'utilisation des maximes. Dans certains cas, une maxime peut ne pas être respectée, pour éviter d'en violer une autre, comme dans l'exemple ci-dessous où B est obligé de ne pas respecter la maxime de quantité pour ne pas violer la maxime de qualité (d'où l'implicitation de l'ignorance de B):
A: Où habite C ? B: Quelque part dans le Sud

Le calcul interprétatif, en passant par l'intermédiaire des maximes conversationnelles, est donc un processus rationnel complexe dont la démarche générale est la suivante (Grice :1979 :65):
« Il a dit P, il n'y a pas lieu de supposer qu'il n'observe pas les règles, ou du moins le principe de coopération (CP). Mais pour cela il fallait qu'il pense Q; il sait (et sait que je sais qu'il sait) que je comprends qu'il est nécessaire de supposer qu'il pense Q; il n'a rien fait pour m'empêcher de penser Q; il veut donc que je pense ou du moins me laisse penser Q; donc il a implicité Q ».

4.6.2. ACTES DE LANGAGE INDIRECT ET POSTULATS DE CONVERSATION
La théorie des actes de langage indirects de Searle (1982)5 utilise les mêmes principes explicatifs que la théorie de Grice. Cependant, ce qui intéresse Searle, c'est davantage les rapports existants entre la façon de réaliser un acte de langage indirectement et les conditions de satisfaction de l'acte en question. La généralisation que propose Searle est la suivante. Pour réaliser une requête indirecte, il suffit d'asserter une condition de satisfaction du locuteur ou de mettre en question une condition de satisfaction de l'interlocuteur. Ce principe de généralisation a été repris dans une
1 2

Il faut que la contribution contienne autant d'informations qu'il est requis, mais pas plus. Il faut que la contribution soit véridique. 3 Il faut que la contribution soit pertinente. 4 Il faut que la contribution soit claire. 5 SEARLE (J.-R.) 1982: Sens et expressions. Etudes de théorie des actes de langage. Paris: Minuit. 200

perspective sémantique plus formelle par Gordon & Lakoff (1973)1 qui ont proposé de formuler des postulats de sens (meaning postulats), c'est-à-dire des règles sémantiques intervenant dans la description des actes de langage. Pour la requête, nous trouvons donc les postulats suivants (formulés sous forme d'implication logique):
(1) REQUÊTE [L, FAIRE (I, A)]—CAPACITÉ [I, FAIRE (I, A)] Si le locuteur L fait une requête à son interlocuteur I de faire A, alors c’est que I a la capacité de faire A. (2) REQUÊTE [L, FAIRE (I, A)]—DÉSIR [L, FAIRE (I, A)] Si L fait une requête à I de faire A, alors c'est que L désire que I fasse A.

Ces postulats de sens déterminent des postulats de conversation, c'est-à-dire des règles pragmatiques d'interprétation des actes de langage du type :
(3) INTERROGER {L, CAPACITÉ [I, FAIRE (I A)] } -> REQUÊTE [L, FAIRE (I A)] Si L interroge la capacité de I à faire A, alors L fait une requête à I de faire A. (4) ASSERTER {L, DÉSIR [L, FAIRE (I, A)]} -> REQUÊTE [L, FAIRE (I, A)] Si L asserte son désir que I fasse A, alors L fait une requête à I de faire A.

L'hypothèse de Gordon & Lakoff est donc que les généralisations de Searle, basées sur le système des règles d'emploi que sont les conditions de satisfaction, reçoivent un statut de règles à l'intérieur de la description sémantique du langage naturel.

4.6.3. LA DÉRIVATION ILLOCUTOIRE
Le troisième mode de traitement de l'implicite se situe dans le cadre de la théorie de l'énonciation de Ducrot et a été essentiellement élaboré par Anscombre (1977, 1980)2. Les notions clefs sont celles d'acte illocutoire dérivé (vs primitif), de marqueur de dérivation illocutoire et de loi de discours. Pour Anscombre, la présence d'une marque linguistique donnant lieu a un acte indirect ou dérivé (marque qualifiée de marqueur de dérivation illocutoire) est la trace d'une loi de discours, c'est-à-dire l'indication qu’une loi de discours s'est fixée dans l'usage de l'activité illocutoire. Par exemple, la loi de discours attachée au marqueur de dérivation pouvoir dans son emploi en acte dérivé est la suivante: « demander à quelqu'un s'il est capable de faire quelque chose c'est lui demander de le faire » : (Peux-tu baisser le son de ta chaîne hifi ?).
1

GORDON (D.) & LAKOFF (G.) 1973. « Postulats de conversation ». in: Langages, 30, pp. 32-55. ANSCOMBRE (J.-C.) 1977. « La problématique de l’illocutoire dérivé ». in : Langage et Société, 2, pp. 17-41; et ANSCOMBRE (J.-C.) 1980. « Voulez-vous dériver avec moi ». in : Communications, 32, pp. 61-124.
2

201

4.6.4. NORMES ET RÈGLES PRAGMATIQUES
Ce qui est commun à ces trois modes d'explication des actes de langage implicites, c'est le recours à des principes d'interprétation extérieurs à la langue. Or si les mécanismes interprétatifs semblent être de nature identique, il apparaît que le statut des conventions est différent. Les maximes conversationnelles de Grice correspondent à des normes, qui ont pour propriété d'être respectées ou violées, le respect et la violation expliquant tous deux le mécanisme d'accès à l'implicite. Ces normes sont qualifiées par Grice de conversationnelles, mais elles relèvent en fait d'une conception rationaliste de la conversation. De plus elles n'ont pas toutes le même statut (voir les remarques de Wilson & Sperber (1979) réduisant I'ensemble des maximes à la seule maxime de relation)1. En effet, si une maxime comme celle de pertinence est centrale, il est moins probable que la conversation soit normée par des maximes comme celles de quantité, de qualité ou de manière. Mais c'est le statut même de norme des maximes qui semble être le plus critiquable. Un ensemble de normes renvoie toujours à une institution. Or, dans le cas qui nous intéresse ici, il semble difficile de définir l'institution posant de telles contraintes rationnelles à la conversation ou au discours. De plus, personne ne pourra refuser d'augmenter le stock des normes, par exemple, par des normes de politesse (maximes de politesse de R. Lakoff 1977)2. Les généralisations de Searle ont l'avantage de relever d'une théorie générale des actes de langage qui voit derrière la production d'un acte illocutoire la référence à un système de règles constitutives, c'est-à-dire à un système de règles (vs normes et contraintes). Si le système de règles en question est nécessairement de nature explicative, c'est-à-dire destiné à mettre en corrélation des faits de nature différente et à les intégrer dans une théorie générale, il n'en reste pas moins qu'il est basé sur les mêmes principes rationalistes d'interprétation des énoncés, et que donc la conversation est régie par des normes identiques à celles proposées par Grice (principe de coopération, maximes conversationnelles). L'originalité de la perspective d’Anscombre & Ducrot est de mettre en relation lois de discours et marqueurs linguistiques. Mais elle tient aussi à la façon de concevoir les lois de discours. Celles-ci fonctionnent certes comme des normes, mais des normes ayant comme sources deux types d'institutions bien localisables. D'une part, I'institution de la langue - en tant qu'ayant intégré les lois de discours par l'intermédiaire des marqueurs de dérivation
1

WILSON (D.) & SPERBER (D.) 1979. « Remarques sur l'interprétation des énoncés selon Paul Grice». in: Communication, 30, pp. 80-94. 2 LAKOFF (R.) 1977. « What you can do with words : politeness, pragmatics and performatives ». in: ROGERS (A.), WALL (B.) & MURPHEY (J.-P.) (eds.) 1977. Proceedings of the Texas conference on performatives and implicatures, pp. 78-105, Airlington: Center of Applied Linguistics. 202

illocutoire - et d'autre part, I'institution de ce que Ducrot (1982 et 1983)1 appelle le sens commun, institution composée d'un ensemble de proverbes, de lieux communs (topoï) dont la propriété essentielle est de poser un certain nombre de relations de causalité, d'implication entre actions, propriétés, etc.

4.7. REMARQUES
Il ressort que le problème de l’interprétation des énoncés en contexte qui constitue le problème principal de la pragmatique linguistique - interroge nécessairement d'une part la séparation entre sémantique et pragmatique, et d'autre part l'objet de ces deux composantes. Etant donné que toutes les interprétations des valeurs implicites ne sont pas le fait de la seule contextualisation des énoncés, certaines valeurs illocutoires étant liées à des processus linguistiques conventionnels (présence de marqueurs de dérivation), il est nécessaire d’admettre que la valeur pragmatique d'un énoncé peut déjà être inscrite au seul niveau sémantique. De même, la notion de verbe performatif constitue un élément supplémentaire pour refuser une séparation nette entre sémantique et pragmatique et pour refuser dans la trichotomie syntaxe-sémantique-pragmatique un ordre linéaire d'interprétation des énoncés (les informations sur la structure syntaxique étant nécessaires à la sémantique, les informations sur la structure sémantique étant nécessaires à la pragmatique). Il semble donc raisonnable de voir dans les faits pragmatiques pertinents pour le linguiste (c'est-à-dire ceux qui relèvent des seules conventions liées à l'institution langagière) des indices d'une intégration de la pragmatique à la sémantique. C'est dans le cadre de cette pragmatique intégrée, pour reprendre les termes d'Anscombre & Ducrot (1977)2, ou encre au sein d’une théorie plus générale qui serait une théorie de l'énonciation.que sont abordées les questions liées à l'argumentation.

5. CONCLUSIONS
L'idée de base d'une théorie de l'énonciation (telle qu'elle est développée en tout cas par Anscombre et Ducrot), réside dans la thèse suivante: le sens d'un énoncé est une allusion à une énonciation. Cette thèse se distingue donc d'une théorie des actes de langage classique (Searle :
1

DUCROT (O.) 1982. « Note sur l’argumentation et l’acte d’argumenter ». in: Cahiers de Linguistique française, 4, pp. 143-163, Université de Genève ; et DUCROT (O.) 1983. « Opérateurs argumentatifs et visée argumentative». in: Cahiers de Linguistique française, 5, pp. 7-36, Université de Genève. 2 ANSCOMBRE (J.-C.) & DUCROT (O.) 1977: « Deux Mais en Français ? ». in: Lingua, 43, pp. 23-40. 203

1972)1 pour laquelle le sens d'un énoncé n'est rien d'autre que sa force illocutoire, c'est-à-dire sa fonction instrumentale. Ce que dit cette thèse, c'est qu'un énoncé donne (toujours) une certaine image de son énonciation, et que cette image constitue un guide de lecture, c'est-à-dire d'interprétation de l'énoncé. Une théorie de l'énonciation associe donc, à côté d'instructions argumentatives, des instructions énonciatives: « pour comprendre l'énoncé E, chercher le type d'énonciation (acte d'énonciation) sous-jacente à E ». Mais une théorie de l'énonciation oblige de considérer l'acte d'énonciation comme complexe non seulement du point de vue de son sens, mais également du point de vue de sa source. Jusqu'à présent, l'acte d'énonciation - que ce soit l'acte illocutoire en général ou l'acte d'argumentation en particulier - a été présenté comme relativement transparent: à savoir comme la production d'une entité bien localisable qu'est le locuteur. En fait, une théorie de l'énonciation fait intervenir, à côté du concept de locuteur, celui d'énonciateur (Ducrot : 1980)2. L'énonciateur est, à proprement parler, le responsable de l'activité illocutoire, alors que le locuteur n'est que le responsable de la production de l'activité locutoire. A ce titre, un locuteur peut présenter, dans son acte d'énonciation, un ou plusieurs énonciateurs, les énonciateurs s'assimilant ou non au locuteur. Ducrot (op. cit) qualifie de polyphoniques de telles énonciations. Ainsi, ce qu'une théorie pragmatique a à expliquer n'est rien d'autre que l'attribution de tel sens à tel énoncé par les sujets parlants. Les hypothèses internes visent à produire des analogues des observables, c'est-à-dire à produire un mécanisme M' (analogue ou supposé tel au mécanisme M producteur du sens des énoncés) attribuant une signification aux phrases. Alors que les concepts de sens et d'énoncé relèvent de l'observable (la langue), ceux de signification et de phrase sont réservés aux opérations de construction des analogues des observables (la métalangue). Le terme d'instruction a été utilisé à propos des opérateurs argumentatifs et des connecteurs argumentatifs pour indiquer la façon d'interpréter les énoncés modifiés ou articulés par de tels morphèmes. A côté de ces instructions argumentatives, les instructions énonciatives donnent des indications sur la façon d'intégrer au sens de l'énoncé l'énonciation. Pour rendre compte des procédures conventionnelles d'assignation de signification aux phrases (et de façon analogue pour rendre compte des procédures conventionnelles d'interprétation du sens des énoncés), il faut distinguer entre différents types d'instructions: les instructions argumentatives sont associées aux opérateurs argumentatifs et aux connecteurs argumentatifs et donnent des indications d'une part sur l’orientation argumentative des phrases (respectivement énoncés) modifiées ou articulées et d'autre part sur le type d'actes d'argumentation réalisés. Les instructions énonciatives sont associées aux marques énonciatives et donnent des indications sur la façon dont la signification de la phrase (respectivement le sens de l'énoncé) fait
1 2

SEARLE (J.-R.) 1972. Les actes de langage. Essai de philosophie du langage. Paris: Minuit. DUCROT (O.) et al. 1980. Les mots du discours. Paris: Minuit. 204

allusion à l'énonciation. A côté de ces deux types d'instructions, J. Moeschler (1985)1 distingue un troisième type d’instructions, qualifiées d'instructions discursives. Ces instructions constituent des indications sur le type d'enchaînement compatible avec les propriétés sémantiques, pragmatiques ou argumentatives de la phrase (respectivement l'énoncé). Globalement on peut retenir dès maintenant, même si cette question n’est véritablement abordée que dans les parties deux et trois du présent travail, l’importance fondamentale de la pragmatique dans l’enseignement des langues étrangères ou secondes, notamment autour de la notion centrale d’acte de langage.

1

MOESCHLER (J.) 1985. Argumentation et Conversation - Eléments pour une analyse pragmatique du discours. Paris: Hatier-Crédif ; Coll. « Langues et apprentissage des langues ». 205

CHAPITRE

IX
ÉLÉMENTS EN VUE D’UNE TRANSITION ANNONCÉE

Le regard que l’on peut porter sur l’histoire, somme toute récente, de la linguistique et sur la longévité attestée des traditions grammaticales, fera apparaître simultanément, selon le degré de généralité adopté ou la place historique et/ou idéologique octroyée à telle ou telle autre construction théorique ponctuelle, des zones de divergence ainsi que de nombreux points de convergence. Nous avons à diverses reprises dans cette première partie, indiqué ce qui semblait pouvoir s’inscrire en rupture ou en continuité dans un parcours chronologique. Un évolutionnisme naïf pourrait faire croire en une heureuse linéarité faisant passer l’état des réflexions dans ce vaste domaine des « faits de langage », d’un empirisme intuitif : efficace mais imparfait, à une formalisation rigoureuse, traces incontournables d’une croyance philosophico-scientifique considérant la linguistique comme l’aboutissement d’une maturation séculaire et signant en quelque sorte l’accession de l’humain à des catégories de « pensées » jusqu’alors insoupçonnées. A cet optimisme un peu facile dont on trouvera de nombreuses traces chez ceux, nombreux, qui ont souhaité avoir une vue d’ensemble de la « chose linguistique »1, on peut opposer une courte liste d’interrogations qui semblent traverser l’histoire entière de la discipline (au sens large) sans jamais recevoir de réponses définitives tout en alimentant directement ou indirectement la plupart des démarches véritablement décisives et originales contemporaines. Il est vrai que le panorama actuel des sciences du langage a de quoi dérouter, la prise en compte de nouvelles problématiques, l’éclatement
1

L’enthousiasme de G . Mounin à propos des bienfaits du fonctionnalisme nous semble de ce point de vue exemplaire. Voir MOUNIN (G.) 1985. Histoire de la linguistique des origines au XXe siècle. Paris: P.U.F. (1ère éd. 1967). 206

transdisciplinaire qui se traduit par l’ajout de nombreux préfixes : psycholinguistique, socio-linguistique, ethno-linguistique, etc., la pluridisciplinarité revendiquée par la plupart des spécialistes, tout cela laisse à penser que de profondes mutations sont en cours et que la rupture est consommée entre des sciences du langage dynamiques, rigoureuses, foisonnantes et une antique réflexion logico-philosophique sur le langage dont les échos se seraient peu à peu estompés. En réalité la situation est loin d’être aussi tranchée quel que soit l’angle d’approche adopté: les oppositions binaires du type scientifique/a-scientifique ou empirique/formel, masquent bien souvent des interrogations épistémologiques plus profondes que peu de linguistes finalement expriment ouvertement. Poser le problème de la conceptualisation du savoir linguistique, ce n’est pas seulement « présupposer qu'un tel sujet a une importance du point de vue de l’histoire de la discipline » ainsi que l’affime P. Swiggers (1991)1 c’est également se poser la question de la possibilité même de ce « savoir » (Milner J.-C. 1982, 1989, 1995)2 ou encore la place de ce savoir au sein des sciences humaines (Auroux S. 1994, 1995)3. On a souvent opposé l’attitude empirique « antique » à la position résolument formalisatrice de bon nombre de courants linguistiques plus récents, en d’autres termes on a voulu dénoncer « la simple récolte de faits, mal organisés entre eux » (Mounin 1967)4 pour instaurer des cadres d’analyse rigoureux et objectifs. Une thèse souvent exprimée est celle selon laquelle la linguistique structurale aurait permis ce passage de l’atomisme descriptif (les éléments en eux-mêmes) à la prise en compte des systèmes et structures (relations entre les éléments). La grammaire générative chomskyenne aurait enfin introduit la notion de modèle, alors réservé aux sciences de la nature afin de rendre compte des mécanismes mêmes de la compétence du sujet parlant. Cette perspective présente cependant bon nombre d’inconvénients. Tout d’abord, cette distinction se laisse réduire aisément à deux termes seulement: description d’une part, modélisation d’autre part - il suffit de convenir que la description antique s’organise autour des propriétés logico-philosophiques de l’esprit, alors que la description
1

SWIGGERS (P.) 1991. « Creuser dans l'histoire des sciences du langage - Vers une archéologie du savoir linguistique ». in: La Licorne, 1991/19, pp. 115-134. Publication de la Faculté des Lettres et Langues de l'Université de Poitiers. 2 MILNER (J.-C.) 1982. Ordres et raisons de langue. Paris: Seuil ; MILNER (J.-C.) 1989. Introduction à une Science du Langage. Paris: Seuil ; MILNER (J.-C.) 1994. « Linguistique: pragmatique et conceptualisme / Où va la linguistique générale ? ». in: Raison Présente - Les Sciences humaines en débat (II). 109, 1er trim. 94, pp. 9-13. 3 AUROUX (S.) 1994. La grammatisation. Bruxelles: Mardaga ; AUROUX (S.) 1995. « La place de la linguistique parmi les sciences empiriques ». in: Cahiers de L’I.L.S.L. 6, 1995, pp. 17-64 (Institut de linguistique et des sciences du Langage - Fondements de la recherche linguistique Perspectives epistémologiques). 4 MOUNIN (G.) 1985. Histoire de la linguistique des origines au XXe siècle. Paris : P.U.F. (1 ère éd. 1967). A noter que SAUSSURE (F. DE) exprime cette même idée dans le Cours de linguistique Générale - SAUSSURE (F. DE) 1972. Cours de Linguistique Générale. Edition critique préparée par TULLIO DE MAURO, Paris: Payot. 207

« structurale » s’articule autour de la notion de fonction. Ce rapprochement est facilité par le fait qu’il est bien difficile de dire ce qui, dans l’analyse linguistique, est objectif et ce, pour une raison d’ailleurs très simple et souvent évoquée, à savoir que, comme le rappelle C. Hagège (1994)1 « La linguistique se trouve être la seule science dont I’objet se confonde avec le discours qu'elle en tient. Toute autre science tient un discours ordonné, sur un objet qui n’est pas ce que l'on fait au moment où l'on parle ». On peut enfin envisager avec Swiggers P. (op. cit.) que la conceptualisation des savoirs fait appel à différents types de modélisation: la modélisation référentielle et la modélisation intensionnelle.

1. LES MODÈLES EN LINGUISTIQUE
1.1. GÉNÉRALITÉS
L’activité de modélisation en linguistique a connu un essor considérable depuis le début des années 1970. Comme dans toutes les disciplines qui traitent de données empiriques, les modèles en linguistique cherchent à rendre compte de phénomènes observables: il s’agit de mettre en place un dispositif dont la conception est régie par la théorie linguistique que l’on veut illustrer et dont le fonctionnement produit des résultats comparables aux données observées. La modélisation est donc une manière de mettre en œuvre une théorie, qui permet de mesurer son adéquation aux faits que prétend expliquer cette même théorie. De ce point de vue, plus le modèle est simple, plus son pouvoir explicatif est grand, puisque l’on peut clairement identifier le rôle de chaque élément de la théorie dans son fonctionnement. Mais cet idéal de simplicité est contrebalancé par la nécessité de rendre compte du maximum de données et avec la plus grande précision possible, ce qui réclame en général de complexifier le modèle, et partant de diminuer d’autant sa lisibilité. Il faut donc trouver le meilleur compromis possible entre pouvoir explicatif et fidélité aux données empiriques. Comme dans les autres disciplines, les modèles en linguistique dépendent étroitement des théories dont ils sont issus, et d’abord de la définition des objets d’étude de la discipline. On sait qu’en linguistique, comme dans d’autres sciences humaines, les théories divergent assez vite, y compris sur la nature des phénomènes à étudier: aussi est-il important, quand on cherche à comparer des modèles, de ne pas imputer à la modélisation des qualités ou des faiblesses qui sont le fait des théories sous-jacentes. Comme dans les autres disciplines enfin, ce sont essentiellement les mathématiques qui sont mises à
1

HAGÈGE (C.) 1994. « Linguistique: pragmatique et conceptualisme / Où va la linguistique générale ? ». in: Raison Présente - Les Sciences humaines en débat (II). 109, 1er trim. 94, pp. 15-22. 208

contribution dans l’activité de construction de modèles, soit directement, soit plus fréquemment par l’intermédiaire de l’informatique: en fait, une modélisation informatique dérive toujours d’un modèle mathématique sousjacent, que cette dérivation soit explicite ou non. Ce rôle important de l’informatique ne doit pas conduire à confondre l’activité de modélisation dont il est question ici et le traitement automatique des langues. Même si des liens étroits se sont noués entre ces deux types d’activité, les objectifs et les méthodes restent différents: pour schématiser, on peut dire que dans le traitement automatique des langues la linguistique doit être en quelque sorte au service de l’informatique, pour aider à accomplir les tâches précises que l’on cherche à automatiser, tandis que dans la modélisation c’est l’informatique qui doit absolument rester sous le contrôle de la théorie linguistique que l’on veut tester.

1.2. PARTICULARITÉS DES MODÈLES LINGUISTIQUES
Au-delà de ces généralités, il faut noter aussi que les modèles linguistiques dans leur ensemble présentent quelques spécificités propres à la discipline. D’abord, le fait qu’il s’agit d’étudier des systèmes de signes permet de différencier deux types de modèles. Les premiers, que nous appellerons modèles internes , cherchent à rendre compte de la combinatoire des signes produits (ou productibles) en elle-même, telle qu’on peut l’observer. Les seconds cherchent au contraire à représenter ce qui fait de ces productions des signes, en traitant de leur relation avec leur forme ou avec leur sens: nous les appellerons modèles d’interface . Comme on le verra, le statut épistémologique des ces deux types de modèles est différent, ce qui doit nous conduire à les distinguer soigneusement, même si une seule et même théorie linguistique peut produire des modèles des deux types ou réduire l’un à l’autre en considérant le langage comme un système clos dans lequel s’intègrent formes et sens des signes linguistiques. Une autre spécificité importante des modèles linguistiques découle du fait que le langage est une activité cognitive humaine, et donc que l’on peut prendre position sur la valeur du modèle en tant que modélisant aussi quelque chose de l’activité cognitive liée à la possession et à l’utilisation du langage: comme on le verra, il s’agit là d’un enjeu important pour les théories linguistiques elles-mêmes.

1.2.1. LES MODÈLES INTERNES
Les modèles de ce type cherchent donc à rendre compte d’observations sur les productions langagières en tant que telles, sans se donner l’objectif de définir ni d’expliquer les conditions (matérielles,
209

biologiques, sociales, etc.) de leur apparition. Il ne s’agit pas d’étudier comment et pourquoi tel ou tel énoncé peut être produit, mais d’expliquer en quoi et pourquoi il constitue bien un énoncé d’une langue. Dans ce type de modèles, la notion d’acceptabilité joue donc un rôle essentiel. Mais cette notion elle-même ne relève pas du modèle: c’est la théorie linguistique qui définit la nature des critères utilisés pour décider de l’acceptabilité ou du rejet d’une production donnée. Une fois ce cadre établi, le rôle du modèle peut être plus ou moins important. Le modèle peut se contenter de représenter les données acceptables en mettant en évidence les structures que la théorie a épinglées: ainsi peut-on dire que les diagrammes syntaxiques qui émaillent les études de Tesnière et de Martinet sont déjà, en ce sens faible, des modélisations de la syntaxe. Au sens fort, on ne parlera de modèle que si celui-ci est capable de discriminer les données acceptables des données rejetées, ce qui, en principe, permet sa validité: chaque production acceptable que le modèle rejette (et inversement) constitue un contreexemple qui force à réviser le modèle. C’est ainsi que, toujours en syntaxe, le programme de recherche que s’est fixé Noam Chomsky dès ses premiers travaux consiste à construire « une grammaire générative », c’est-à-dire un modèle de la syntaxe d’une langue qui soit capable d’engendrer tous les énoncés bien formés de cette langue, et rien qu’eux. La popularité de ce programme est en grande partie due au sentiment qu’il a pu donner, grâce à l’introduction de cette conception des modèles, de transformer la linguistique en une « véritable » science hypothético-déductive, dans laquelle la confrontation de la théorie avec les « faits de langue » pouvait se mener sur une base rigoureuse et parfaitement objective. Plusieurs remarques s’imposent cependant à ce sujet. D’abord, les faits de langue en question ne sont pas, dans la théorie chomskyenne, des données empiriques. En effet, Chomsky distingue la performance des locuteurs d’une langue, dont relèvent les données empiriques, de leur compétence , qui définit la langue déjà comme un système intériorisé par les locuteurs, auquel ils s’efforcent de se conformer et qui est le véritable objet d’étude de la théorie chomskyenne. Pour ne prendre qu’un exemple de cette discordance théorisée entre la langue et les données empiriques, une propriété essentielle, « basique », des langues serait de pouvoir engendrer un nombre infini de phrases. Cela implique, le lexique étant fini, de pouvoir construire des phrases de longueur non bornée: ce qui, bien sûr, n’est pas le cas des énoncés que peut effectivement produire un locuteur. En fait, la propriété de récursivité qui est invoquée pour justifier cet infini ferait des productions d’une langue un ensemble « inobservable ». La linguistique est donc dans cette optique une science non expérimentale par son objet même. Il faut aussi noter que l’objectif très ambitieux assigné au modèle, à savoir engendrer toutes les phrases d’une langue et seulement elles, puis, plus tard, utiliser un même modèle de base, la « grammaire universelle », paramétrée différemment pour engendrer toutes les langues, n’a jamais été considéré par Chomsky comme forcément réalisable. La position affichée dès le début du programme était de
210

découvrir par ce biais les propriétés les plus intéressantes des langues, et de se focaliser sur celles-ci, alors qu’une approche purement descriptive ne pouvait que se noyer dans la masse des faits, sans pouvoir hiérarchiser l’importance des problèmes à se poser. De fait, il est clair qu’après plus de quarante ans de recherches l’objectif que s’était assigné le programme chomskyen est loin d’avoir été atteint, y compris pour la langue la plus étudiée dans ce contexte, l’anglais. Chomsky note lui-même, dans The Minimalist Program (1995)1, que bien des phénomènes syntaxiques, dont certains assez centraux dans les langues, n’ont pas encore trouvé de traitement satisfaisant, pas même dans les versions les plus récentes de sa théorie. Et s’il est indéniable que ce programme a permis de découvrir, ou de redécouvrir, un grand nombre de problèmes syntaxiques intéressants, on peut se demander si l’accent mis sur ces questions de manière exclusive n’a pas aussi contribué à masquer d’autres problèmes des langues dont l’étude aurait été plus féconde pour la modélisation linguistique en général. Quoi qu’il en soit, on peut penser que le programme chomskyen s’est éloigné quelque peu de l’idéal d’une modélisation réussie, dans une contradiction permanente entre « un effort vers la simplicité des principes et la nécessité d’incessantes complications et coups de pouce requis par l’adéquation empirique », comme le dit Jean-Claude Milner (1989)2, qui parle de « dégénérescence » du programme chomskyen. Cela n’enlève rien au fait que le programme chomskyen a donné une réelle impulsion à la modélisation en linguistique, et particulièrement en syntaxe. Aujourd’hui, un grand nombre de modèles syntaxiques coexistent et se développent, en particulier les grammaires d’unification. Généralement, ces modèles n’ont plus l’ambition de remplir un objectif aussi radical que celui du programme chomskyen. Il s’agit de couvrir le plus grand nombre possible de phénomènes syntaxiques de telle ou telle langue à l’aide d’un formalisme donné, dans une optique plus classique de modélisation telle qu’on la pratique habituellement dans les sciences expérimentales: on cherche le meilleur compromis entre la simplicité du système et l’adéquation aux faits observables, étant entendu que le modèle ne vise qu’à une approximation de ces données empiriques. Le fait que nous n’ayons parlé jusqu’à présent que de syntaxe ne doit pas laisser croire que ce serait le seul domaine concerné par ce type de modèles. S’il est vrai que les débats théoriques et épistémologiques se sont centrés sur la syntaxe jusqu’à ces dernières années, la modélisation a touché de fait tous les niveaux traditionnels de l’étude des langues: phonologie, morphologie, syntaxe, sémantique. En particulier, en phonologie (qui a souvent été un domaine précurseur en matière de modélisation), on retrouve toute l’étendue des positions épistémologiques sur la place des modèles que nous avons décrite à propos de la syntaxe, avec une « phonologie générative », qui a joué un rôle analogue de radicalisation théorique, entraînant les mêmes bons
1 2

CHOMSKY (N.) 1995. The Minimalist Program. M.I.T. Press. MILNER (J.-C.) 1989. Introduction à une Science du Langage. Paris: Seuil. 211

et mauvais effets, et avec une profusion actuelle de modèles plus « locaux », s’attaquant à un phénomène précis, comme la syllabation, la position de l’accent ou encore l’intonation. En sémantique, la situation est plus confuse, parce que l’existence même et l’autonomie d’un niveau de « sémantique linguistique » est loin d’être une évidence: pour certains, qui défendent le primat de la syntaxe, la forme sémantique de l’énoncé est directement issue du modèle syntaxique; pour d’autres, tenants de la pragmatique, la sémantique dépend presque entièrement des conditions de l’énonciation. Dans la mouvance chomskyenne, la lutte a été rude entre les partisans de l’autonomie de modèles sémantiques et les défenseurs plus orthodoxes du respect du primat de la syntaxe. Dans d’autres théories, comme certaines grammaires cognitives américaines (Langacker 19861 ou Talmy 19882) et la théorie de l’énonciation d’Antoine Culioli3, les relations entre syntaxe et sémantique sont tout autres. Ainsi, pour ce dernier, à chaque marqueur linguistique est associée une opération (décrite par sa «forme schématique»), et ce sont les interactions dynamiques entre ces opérations qui produisent à la fois la structure syntaxique et les effets de sens d’un énoncé: il est clair qu’une modélisation de cette théorie ne peut séparer de manière séquentielle syntaxe et sémantique. Il est donc plus prudent de renoncer pour ce niveau de l’analyse linguistique à un regroupement de modèles issus de théories divergentes. De toute manière, comme on le verra, les difficultés de définition et de représentation du sens (des unités linguistiques aussi bien que des énoncés) rendent plus arbitraire à ce niveau la distinction entre modèles internes et modèles d’interface.

1.2.2. LES MODÈLES D’INTERFACE
L’ensemble de ces modèles d’interface peut à son tour être divisé en deux: d’une part, les modèles qui traitent de l’interface matérielle, c’est-à-dire des relations des signes linguistiques avec leur forme (sonore en général); d’autre part, ceux qui traitent de l’interface conceptuelle, c’est-à-dire des relations avec leur sens. Du côté de la forme, il s’agit essentiellement de modèles dans le domaine de la phonétique, ou plus précisément à « l’interface » entre la phonétique et la phonologie. Les modélisations les plus intéressantes sont en effet celles qui cherchent à rendre compte des rapports entre la matière sonore et les systèmes phonologiques des langues. On distingue dans ce champ des modèles de production, fondés sur une modélisation par exemple de l’appareil phonatoire et enfin des modèles
1

LANGACKER (R.-W.) 1987. Foundations of Cognitive Grammar. Stanford: Stanford University Press. 2 TALMY (L.) 1988. « Force Dynamics in Language and Thought ». in: Cognitive Science, 12, pp. 49-100. 3 Voir CULIOLI (A.) 1990. Pour une théorie de l'énonciation. Paris: Ophrys. 212

« intégrés », qui modélisent la correspondance entre commandes motrices et trajectoires dans l’espace perceptif1. Ce qui caractérise ces modèles, c’est qu’il s’agit en fait d’une modélisation qui relève de la physique et dont la problématique est linguistique: il n’est pas si fréquent de rencontrer ce genre de « mixité » entre sciences expérimentales « dures » et sciences humaines. Du côté du sens, les modèles doivent présenter aussi une sorte de mixité, puisqu’il leur faut à la fois représenter le sens des énoncés, de manière forcément extra-linguistique, et rendre compte du passage de la structure linguistique de ces énoncés à la représentation de leur sens. On observe sur ces deux points une grande diversité, dont on se contentera ici de donner un aperçu à partir de quelques exemples. En ce qui concerne la représentation du sens, on peut relever deux grandes familles: les approches plutôt psychologisantes et les approches plutôt logicistes. Pour les premières, le sens est affaire de cognition, et sa représentation doit donc être de type conceptuel: c’est, par exemple, la position clairement affirmée de Jackendoff (1990)2, dans le modèle duquel le sens d’un énoncé est représenté par une combinaison de concepts de diverses catégories (objets, substances, événements, processus, etc.). Pour les secondes, le sens est affaire de relation au monde, et sa représentation doit donc donner les conditions qui permettent de décider si cet énoncé est vrai ou faux dans un monde donné. C’est la position qu’a défendue par exemple R. Montague (1970)3, en développant un modèle dans lequel le sens d’un énoncé est une proposition d’une logique intensionnelle (où un prédicat est défini comme une fonction lui associant une valeur de vérité dans chaque monde possible). Il est intéressant de remarquer que l’on rejoint par ce biais la théorie des modèles de la logique mathématique (les «mondes» en question étant essentiellement des constructions ensemblistes, dont le rattachement est problématique, que ce soit au monde vécu ou au monde des physiciens). La manière dont ces modèles construisent la représentation du sens, quelle que soit sa nature, est aussi très diversifiée. Chez Montague, cette construction est le résultat d’un principe de compositionnalité très strict, qui permet de calculer la forme logique associée à un énoncé à partir de l’arbre issu de l’analyse syntaxique de cet énoncé: à chaque nœud de l’arbre correspond une expression logique calculée récursivement à partir des nœuds-fils et de la relation syntaxique qui les lient. Dans la Discourse Representation Theory de H. Kamp (1993)4, les
1

Pour ne prendre qu’un exemple typique des questions traitées à ce niveau, on peut chercher à rendre compte avec ces modèles des différents systèmes de voyelles que l’on rencontre dans les langues. 2 JACKENDOFF (R.) 1990. Semantic Structures. M.I.T. Press. 3 MONTAGUE (R.) 1970. « English as a formal language », repris dans Formal Philosophy. Selected Papers of Richard Montague , édité par R. H. Thomason, Yale Université Press, New Haven, 1974. 4 KAMP (H.) & REYLE (U.) 1993. From Discourse to Logic, Introduction to Modeltheoric Semantics of Natural Language, Formal Logic and Discourse Representation Theory. Dordrecht: Kluwer Acad. Pub. 213

règles de construction du sens d’un énoncé font explicitement appel au contexte composé par les énoncés qui le précèdent dans le discours où il est inséré. D’autres modèles, comme la « sémantique situationnelle » de Barwise et Perry1, rapprochent plus la sémantique de la pragmatique en prenant en compte d’emblée dans le calcul du sens le contexte en un sens plus large, incluant les conditions. Enfin, il existe aussi des théories pour lesquelles l’analyse syntaxique ne peut être menée indépendamment de la construction du sens, ce qui remet en cause le calcul séquentiel par niveaux (syntaxique puis sémantique) sur lequel sont fondés les modèles classiques.

1.3. LES OUTILS MATHÉMATIQUES
Les outils mathématiques les plus utilisés dans la modélisation linguistique sont, sans conteste, de type logico-algébrique. La première impulsion de modélisation des langues en termes algébriques vient sans doute de Z. Harris, qui a développé comme on l’a vu un modèle transformationnel dans lequel les phrases sont obtenues à partir de phrases noyaux subissant une suite de manipulations algébriques. Mais très vite c’est Chomsky lui-même qui assoit définitivement la domination des modèles algébriques en syntaxe avec le programme générativiste. La plupart des modèles syntaxiques qui suivront emprunteront les caractéristiques de base du formalisme chomskyen, en particulier la définition d’une grammaire comme un ensemble de règles de production s’appliquant à un vocabulaire constitué du lexique (vocabulaire terminal) et de symboles désignant les différents types de syntagmes. La suite des règles de réécriture utilisées pour engendrer une phrase peut être symbolisée par un arbre qui fournit donc une représentation équivalente de la structure syntaxique. Des formalismes du même type ont fleuri aussi pour les autres niveaux de l’analyse linguistique: phonologie, morphologie et sémantique. Progressivement, ces formalismes ont été remplacés ou transformés par des approches tout aussi algébriques, mais qui se révèlent plus commodes pour la description des unités en termes de traits distinctifs, et plus efficaces pour le traitement automatique: il s’agit des grammaires d’unification (A. Abeille :1993)2, qui sont assez diversifiées mais qui ont en commun d’utiliser un format unique (listes de couples attributvaleur) pour représenter aussi bien les règles de composition que les structures qu’elles manipulent; le mécanisme qui permet cette homogénéité provient de la technique informatique de l’unification, qui opère en un sens bien précis le regroupement de deux listes de couples attribut-valeur en une seule. Cette domination des modèles algébriques est en fait une conséquence directe, au moins pour les modèles internes, du structuralisme
1 2

BARWISE (J.) & PERRY (J.) 1983. Situations and Attitudes. Cambridge (Mass.): M.I.T. Press. ABEILLE (A.) 1993. Les Nouvelles Syntaxes. Grammaires d’unification et analyse du français. Paris: Armand Colin. 214

tel qu’il s’est imposé, après avoir rompu tout lien avec la Gestalt théorie : définir les unités linguistiques des différents niveaux comme des unités discrètes s’opposant par des traits distinctifs et se combinant pour former des unités de niveau supérieur conduit naturellement à des modèles algébriques. Et cette tendance est confortée par les modèles d’interface avec le sens. Cela va de soi pour les approches logicistes, puisque l’obtention d’une forme logique est facilitée par les représentations algébriques. Mais c’est vrai aussi, en grande partie, pour les approches psychologisantes, puisque le paradigme « computationnel » dominant des sciences cognitives est aussi de type logico-algébrique, qu’il s’agisse du « langage de la pensée » de J. Fodor (1986)1, ou des réseaux sémantiques et autres graphes conceptuels (Sowa : 1984)2. Il ne faut pas en déduire que seules l’algèbre et la logique apportent leur contribution à la modélisation en linguistique. En fait, il apparaît assez vite que les langues ne répondent qu’imparfaitement aux critères algébriques de « bonne formation » qui régissent les formalismes classiques3. Tant que l’on pense que ces modèles fournissent une première approximation utile des faits, on peut s’en satisfaire. Mais comme le disait dès 1967 Charles Hockett4, qui fut l’un des pionniers de ces formalismes algébriques, « cela n’est plus possible quand on pense que cette approximation est obtenue en écartant les propriétés des langues qui sont de fait les plus importantes ». Les travaux de mathématiciens comme René Thom (1974)5 et Jean Petitot (1985)6, de même que ceux de linguistes comme Antoine Culioli (1990)7 avaient depuis longtemps ouvert cette voie, qui s’est popularisée par la suite, surtout avec l’apparition d’outils informatiques adaptés à la représentation de systèmes dynamiques: les réseaux connexionnistes. Ces nouveaux outils de modélisation doivent aussi en partie leur succès à la facilité avec laquelle ils permettent l’implémentation (ou réalisation) de mécanismes d’apprentissage, qui, comme nous le verrons plus loin, jouent un rôle important dans les relations entre la linguistique et les sciences de la cognition. Signalons aussi l’apparition, encore plus récente, de modèles que l’on pourrait qualifier d’intermédiaires, comme la « théorie de l’optimalité » (A. Prince et
1 2

FODOR (J.) 1986. La Modularité de l’esprit. Paris: Minuit. SOWA (J.) 1984. Conceptual Structures: Information Processing in Mind and Machine. New York: Addison Wesley. 3 Par exemple, la polysémie distingue radicalement les langues des langages formels utilisés dans ces formalismes algébriques pour représenter le sens. Si l’on pense que la polysémie est une propriété fondamentale de la sémantique des langues, qui explique leur souplesse, leur productivité et leur évolution, on devra renoncer aux modèles algébriques classiques qui conduisent à escamoter ou à marginaliser ce phénomène. Ce sont des raisons de cet ordre qui expliquent que l’on ait pu faire appel aux mathématiques du continu, et plus particulièrement à des modèles topologicodynamiques en linguistique. 4 HOCKETT (C.-F.) 1967. Language, Mathematics and Linguistics. La Haye: Mouton. 5 THOM (R.) 1974. Modèles mathématiques de la morphogenèse. Paris: Christian Bourgois. 6 PETITOT (J.) 1985. Morphogenèse du sens. Paris: P.U.F. et PETITOT (J.) 1985. Les Catastrophes de la parole. Paris: Maloine. 7 CULIOLI (A.) 1990. Pour une théorie de l'énonciation. Paris: Ophrys. 215

P. Smolensky : 1994)1, qui cherche à conserver l’essentiel des qualités des modèles algébriques tout en faisant une place à quelques caractéristiques intéressantes extraites des modèles connexionnistes: très grossièrement, une grammaire est constituée d’un ensemble ordonné, pas forcément consistant, de règles « violables », les énoncés engendrés devant être « optimaux » au sens où ce sont ceux qui violent le minimum de règles de haute priorité.

1.4. MODÈLES LINGUISTIQUES ET COGNITION
Il nous faut dire enfin quelques mots du rôle de la modélisation en linguistique lors des débats sur les activités cognitives. Les discussions portent principalement sur deux points: d’une part, sur les relations entre l’activité linguistique proprement dite et le reste des activités cognitives liées à la communication langagière, et, d’autre part, sur la problématique de l’apprentissage de la langue maternelle. Dans les deux cas, le type de modèle linguistique utilisé joue un rôle essentiel dans les hypothèses cognitives qui s’affrontent. Dans le paradigme encore répandu aujourd’hui en sciences cognitives, que l’on appelle généralement le paradigme cognitiviste, défendu entre autres par J. Fodor (1986)2, l’activité linguistique du sujet est une activité automatique, inconsciente et modulaire qui consiste à « traduire » les énoncés de la langue dans le langage computationnel de l’esprit (le « mentalais »), et réciproquement. Cette formulation, que l’on trouve par exemple telle quelle chez S. Pinker (1994)3, est fortement inspirée par les modèles générativistes, qui présentent une architecture compatible avec ce point de vue: ils sont en effet constitués d’un système syntaxique central muni de deux interfaces, qui conduisent l’une à la forme phonétique et l’autre à la forme logique. S’articule sur ce premier point une théorie de l’apprentissage. La conception chomskyenne d’un système génératif capable d’engendrer une infinité de phrases conduit à un problème sérieux pour l’acquisition par l’enfant de sa langue maternelle, que l’on appelle le problème de la « pauvreté de l’input »: comment l’enfant pourrait-il induire si facilement les règles de bonne formation des phrases de sa langue, alors qu’il n’est soumis qu’à un nombre fini et limité d’exemples de phrases correctes et que ses propres incorrections sont peu (ou même pas du tout) relevées par son entourage? Mathématiquement, on peut montrer qu’un apprentissage de ce type de grammaire ne peut réussir dans ces conditions que si la famille des grammaires possibles est fortement contrainte. Ce qui conduit directement à la thèse « innéiste » chomskyenne: chaque humain naîtrait avec un organe
1

PRINCE (A.) & SMOLENSKY (P.) 1994. Optimality Theory. Constraint Interaction in Generative Grammar. M.I.T. Press 2 FODOR (J.) 1986. La Modularité de l’esprit. Paris: Minuit. 3 PINKER (S.) 1994. The Language Instinct. New York: Penguin Press. 216

du langage muni d’une grammaire universelle, et l’apprentissage de sa langue maternelle consisterait simplement à fixer un petit nombre de paramètres, à valeur binaire variable suivant les langues. Ce qui, à son tour, sert d’argument à une théorie modulaire de la cognition, dans laquelle cet organe du langage trouve naturellement sa place dans les mécanismes automatiques périphériques. Ainsi des modèles purement linguistiques, « internes » ont-ils des répercussions importantes, bien au-delà des sciences du langage. À cette conception des relations entre langage et cognition s’opposent d’autres, qui cherchent au contraire à découvrir, à travers l’étude de la diversité des langues, les mécanismes généraux à l’œuvre dans l’activité de langage, lesquels doivent à leur tour aider à mieux appréhender la cognition en général: c’est le programme que s’est fixé la théorie de l’énonciation d’Antoine Culioli (1990)1, qui utilise largement dans ses formulations des concepts issus de la topologie (ouverts, frontières, etc.) et de la théorie des systèmes dynamiques (attracteurs, bifurcations, etc.). On peut aussi citer, parmi d’autres, les grammaires cognitives nord-américaines (Langacker (1986)2, Talmy (1988)3, Fauconnier (1984)4, Lakoff (1987)5), dont les analyses linguistiques se fondent sur l’abstraction de schémas perceptifs dynamiques pour rendre compte des phénomènes syntaxico-sémantiques. Dans ces courants aussi, le lien entre langage et cognition passe donc en grande partie par le choix des outils de modélisation des phénomènes linguistiques eux-mêmes. Notons par ailleurs que le problème de l’apprentissage ne se pose plus du tout dans les mêmes termes dans ces approches, puisqu’il n’est plus question d’isoler le processus de bonne formation syntaxique du sens qui est construit par les constituants de l’énoncé: tout l’appareil cognitif de l’apprenant peut donc contribuer à l’acquisition de la structure de la langue. Ainsi la modélisation en linguistique se trouve-t-elle au centre de débats qui concernent également l’ensemble des sciences cognitives.

1.5. MODÉLISATION RÉFÉRENTIELLE ET MODÉLISATION INTENSIONNELLE
S’il est vrai que la modélisation en linguistique a pris une importance particulière ces vingt-cinq dernières années, il n’en reste pas moins que la modélisation est sans doute aussi vieille que l’intérêt de l’humain pour le langage. On peut imaginer que d’une manière globale que toute tentative pour se représenter les phénomènes d’une langue instaure un « modèle » de
1 2

CULIOLI (A.) 1990. Pour une théorie de l'énonciation. Paris: Ophrys. LANGACKER (R.-W.) 1987. Foundations of Cognitive Grammar. Stanford: Stanford University Press. 3 TALMY (L.) 1988. « Force Dynamics in Language and Thought ». in: Cognitive Science, 12. 4 FAUCONNIER (G.) 1984. Espaces mentaux. Paris: Minuit. 5 LAKOFF (G.) 1987. Women, Fire and Dangerous Things. Chicago: University of Chicago Press. 217

cette langue – un modèle souvent implicite - qui ne connaît pas quelquefois de « cadre théorique » précis., mais modèle quand même. Ainsi nous considérerons que la capacité de modélisation, loin d’être l’apanage d’une linguistique « scientifique » est un phénomène beaucoup plus ancien qui parcourt toutes les périodes de la réflexion sur le langage. Cependant, on conviendra avec P. Swiggers (1991)1 que deux grands types de modélisation semblent se dessiner: la modélisation référentielle et la modélisation intensionnelle. La conceptualisation dans les sciences du langage présente en effet une macro-évolution intéressante, que l’on peut caractériser comme un passage d'une modélisation référentielle à une modélisation intensionnelle P. Swiggers (1991)2. La grammaire de l'Antiquité qui se perpétuera dans la tradition des grammaires scolaires (A. Chervel: 1977)3 a développé un format descriptif, où les catégories sont définies en termes référentiels. Cette modélisation référentielle englobe différents types. Il y a, par exemple, des catégories définies par référence aux états psychologiques des locuteurs; des catégories définies par référence aux types d'objets désignés4; des catégories défînies par référence à leur position ou à la position dont elles sont le substitut (le pronom substitut du nom); des catégories définies par rapport au contexte grammatical, au sens large - ainsi, le participe est défini en fonction de sa « participation » aux caractéristiques du nom et du verbe et la conjonction est défînie par son rôle de « liaison » entre des phrases ou des syntagmes; des catégories définies par référence à l'usage et l'origine des formes: ainsi, la Poétique d'Aristote énumère différents types de noms: noms simples et noms composés, noms courants et noms insignes, métaphores, noms d'ornement, noms formés par l'auteur, noms allongés, noms écourtés et noms modifiés (Aubenque Pierre: 1965)5. Cette modélisation référentielle, que l’on pourrait penser typique de la grammaire antique, s'appuie en premier lieu sur une représentation spatiale: représentation des « objets » décrits, et/ou de leur correspondance avec des données extérieures. Il est significatif que cette représentation spatiale des catégories descriptives s'accompagne d'une visée juxtaposante des langues: dans la grammaire antique, les langues sont décrites selon une démarche de juxtaposition, et non dans une tentative d’intégration ou de classificatlon typologique. C'est avec la

1

SWIGGERS (P.) 1991. « Creuser dans l'histoire des sciences du langage - Vers une archéologie du savoir linguistique ». in: La Licorne, 1991/19, pp. 115-134. Publication de la Faculté des Lettres et Langues de l'Université de Poitiers. 2 SWIGGERS (P.) 1991. « Creuser dans l'histoire des sciences du langage - Vers une archéologie du savoir linguistique ». in: La Licorne, 1991/19, pp. 115-134. Publication de la Faculté des Lettres et Langues de l'Université de Poitiers. 3 CHERVEL (A.) 1977. … Et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français. Histoire de la grammaire scolaire. Paris: Payot. 4 Par exemple la distinction entre noms et pronoms, entre définis et indéfinis, etc. 5 AUBENQUE (P.) « Aristote et le langage. Note annexe sur les catégories d’Aristote, à propos d'un article de M. Benveniste ». in: Annales de la Faculté des lettres d’Aix-en-Provence, 43. 218

grammaire modiste 1 que se fait le passage vers un type de conceptualisation intensionnelle. Il est vrai que la conceptualisation référentielle se maintient, surtout là où la correspondance avec « l'extérieur » est nette (par exemple la distinction entre singulier et pluriel, la distinction entre les temps du passé, du présent et du futur, la définition des interjections en rapport avec les sentiments exprimés, etc.), mais la visée intensionnelle permet d'envisager certains principes de construction, et d'articuler ainsi une syntaxe. Ainsi, les modistes vont élaborer une analyse syntaxique en termes de transitivité (des actes ou des personnes), et de la relation dépendentielle entre les termes. Cette visée intensionnelle emprunte surtout sa représentation à la sphère de la temporalité, en distinguant entre ce qui est « premier » et ce qui est « second », et en exploitant la notion de dérivation. C'est la conceptualisation intensionnelle qui rend possible une descriptlon « paramétrique » des langues, vu qu'elle implique un détachement du contexte référentiel immédiat, et qu'elle s'appuie surtout sur des règles formulées en termes de contenu (ce qui permet de poser des contraintes hiérarchiques sur les règles). Du Moyen Age jusqu'à nos jours, la modélisation intensionnelle n'a cessé de croître en importance. Cela tient selon Swiggers (1991)2 à deux faits, étroitement liés. D’une part, le développement d'une réflexion méthodologique, qui nécessite un détachement du cadre référenliel le plus direct, d’autre part le fait que le travail linguistique a de plus en plus porté sur un objet dispersé, soit l'histoire d'une langue, soit la comparaison (d’états) de langues. Il convient alors d'envisager le passage de la modélisation référentielle à la modélisation intensionnelle non comme un processus abrupt, mais comme une élimination (progressive) de la représentatfon référentielle au profit d'une représentation basée sur des contenus notionnels. Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, la typologie linguistique maintient une composante référentielle dominante (le renvoi aux marques flexionnelles et dérivationnelles), mais en y ajoutant une composante intensionnelle, qui conceme la structure du mot (ou son degré de composition). Ces dernières décennies, la typologie linguistique a mis au premier plan l'aspect intensionnel, étudié soit comme une sémantique des rapports d’actance ou comme une figuration morphogénétique. L'aspect référentiel n'en est pas absent mais est subordonné à l’aspect intensionnel.
Sur la grammaire des modistes, voir les travaux de BURSILL-HALL (G.-L.) 1971. Speculative Grammars of the Middle Ages: The Doctrine of Partes Orations of the Modistae. La Hague: Mouton ; STIKER (H.-J.) 1972. « Une théorie linguistique au moyen âge: l'école modiste ». in: Revue des sciences philosophiques et théologiques, 56, pp. 585-616 ; ROSIER (I.) 1983. La grammaire spéculative des modistes. Lille: P.U.L. et COVINGTON (N.) 1984. Syntactic Theory in the Middle Ages. Cambridge University Press. Sur le soubassement aristotélicien de leur théorie, voir SWIGGERS (P.) 1988. « Grammatical Categories and Human Conceptualization: Aristote and the Modistae ». in: RUDZKA-OSTYN (B.) 1988. Topics in Cognitive Linguistics. Amsterdam, pp. 621-646. 2 SWIGGERS (P.) 1991. « Creuser dans l'histoire des sciences du langage - Vers une archéologie du savoir linguistique ». in: La Licorne, 1991/19, pp. 115-134. Publication de la Faculté des Lettres et Langues de l'Université de Poitiers. 219
1

2. OPTIONS MÉTATHÉORIQUES ET ORIENTATIONS
Un autre manière de « réduire » l’apparente diversité des recherches linguistiques est d’interroger à la manière de J. Caron (1995)1 les options métathéoriques qui président aux principales façons de considérer la langue. Caron J. constate tout d’abord que la langue semble revêtir un double caractère : (1) d’un côté, le « système de la langue » se présente comme un ensemble de contraintes auxquelles doit se soumettre l'activité du sujet parlant, en d’autres termes la langue s'impose aux sujets parlants, le sujet n'invente pas sa langue, il la découvre et l'intériorise au cours d'un processus d'apprentissage. Dans cette perspective, le linguiste se doit de décrire le ou les systèmes de contraintes, alors que le psycholinguiste (dépendant ici du linguiste) essaye de rendre compte de l’activité du sujet en tenant compte des descriptions linguistiques des contraintes qui pèsent sur la langue; (2) d’un autre côté, la langue n'a pas d'existence en dehors de sa mise en œuvre, elle repose tout entière sur l'activité de sujets parlants. A ce titre, la linguistique ne peut éviter de s'appuyer, explicitement ou implicitement, sur des hypothèses de nature psychologique. Cette dualité est partiellement celle que Saussure (1916) exprime dans l’opposition langue/parole, Saussure n’envisage cependant pas de relations entre ces deux aspects et opte pour l’une des perspectives (l’étude de la langue), en laissant en suspens la possibilité ultérieure d’une linguistique de la parole (linguistiques de l’énonciation, approches pragmatiques). En établissant une relation entre ces deux aspects, Caron J. (op. cit.) envisage trois cas de figure: 1- soit on pose la langue comme un système objectif, indépendant du sujet; un répertoire de signes, objet d'une convention sociale; 2- soit on imagine la langue comme un ensemble de règles formelles inscrites dans l'architecture cognitive de tout être humain, et commandant son fonctionnement; 3- soit enfin on fait de la langue le produit d'une activité cognitive, fondée sur les représentations et les opérations du sujet parlant.

2.1. FONDEMENTS PHILOSOPHIQUES
Ces trois points de vue relèvent, en fait, d'options métathéoriques ou de « visions du monde » différentes, et inconciliables. Le premier est

1

CARON (J.) 1995. « Modèles linguistiques et modèles psycholinguistiques ». in: Cahiers de l'I.L.S.L. 6, 1995, pp. 131-146 (Institut de linguistique et des Sciences du Langage - Fondements de la recherche linguistique - Perspectives epistémologiques). 220

d'inspiration franchement empiriste: le répertoire linguistique fait partie de l'environnement du sujet, qui doit en apprendre les régularités. Le second point de vue (Illustré par Chomsky) s'inscrit dans la perspective du rationalisme classique : les structures linguistiques sont inscrites dans notre esprit, comme les idées platoniciennes ou les idées innées de Descartes. Enfin, pour la troisième approche, qu'on pourrait, indique Caron, « qualifier de kantienne1 », l'esprit ne retrouverait dans la langue que le produit de sa propre activité.

2.2. LES COURANTS
Suivant l'option choisie et toutes trois l'ont été, et le sont encore, les relations entre langue (linguistique) et sujet parlant (psycholinguistique) seront conçues de façon différente.

2.2.1. LA LANGUE COMME RÉPERTOIRE
Dans les années 50’ l'objet de la linguistique était de fournir une description des langues; celles-ci étant conçues, dans la perspective du distributionnalisme de Bloomfield, comme des répertoires de signes soumis à des contraintes de cooccurrence. Aux psychologues incombaient alors la tâche d'étudier les mécanismes associatifs par lesquels sont acquis et évoqués ces répertoires. Dans ce cadre résolument empiriste, distributionnalisme et néo-behaviorisme s'accordaient parfaitement, sous l'égide de la théorie de l'information de Shannon, qui foumissait le cadre formel de l'entreprise. L'essentiel des recherches allait dès lors se focaliser sur les propriétés statistiques de la langue, c'est-à-dire sur les probabilités d'occurrence et de cooccurrence des unités linguistiques. Ce recours à une conception purement descriptive de la linguistique - réduite à un inventaire empirique des formes de la langue - est encore très présent dans nombre de travaux actuels (même si le cadre béhavioriste du début a été assez largement abandonné). Cette démarche s'adapfe fort bien au domaine du lexique, où elle a apporté un ensemble de résultats non négligeables, il faut bien convenir toutefois que ce mode d'approche de la langue trouve vite ses limites. Et cela pour deux raisons. En premier lieu, le fonctionnement langagier du sujet humain ne se borne évidemment pas à retrouver des mots dans son dictionnaire mental. Ces mots, il faut les combiner entre eux; et les lois de cette combinaison ne peuvent se ramener à de simples probabilités

1

Mais un Kant, ajoute Caron, « revu éventuellement dans une perspective constructiviste, comme celle de Piaget ». 221

statistiques de cooccurrence. Chomsky (1957)1, a bien montré qu'un simple modèle probabiliste ne peut produire qu'une « grammaire à états finis », inapte à rendre compte d'un grand nombre de phénomènes linguistiques. Dès lors, on ne peut plus s'en tenir au minimalisme théorique des emprunts à la linguistique descriptive. La langue n'est pas un simple répertoire: c'est un système complexe de règles. Et l'étude des processus psychologiques par lesquels il est mis en oeuvre ne peut se passer d'un modèle théorique de ce système. La seconde difficulté, c'est que ces combinaisons de signes ont un sens2. Comment s'effectue alors cette mise en correspondance forme/sens ?

2.2.2. LA LANGUE COMME SYSTÈME FORMEL
Le mérite de Chomsky est sans doute d'avoir su proposer une vision de la langue qui rompait définitivement avec les présupposés empiristes qui régnaient alors. En effet dans la perspective chomskyenne, la langue n'est pas un répertoire de signes, combinés selon des lois probabilistes; c'est un système régi par des règles formelles. Et ces règles sont mises en oeuvre dans l'esprit du sujet parlant: la notion de « mind » est réintroduite - en réaction contre la tradition behavioriste, à laquelle Chomsky règle son compte dans sa fameuse critique du « Verbal Behavior » de Skinner3 (Chomsky: 1959). De ce fait, on peut considérer que la linguistique comme une branche de la psychologie cognitive (Chomsky: 1958)4. Ce qui revient à dire que les modèles théoriques construits par le linguiste, pour rendre compte des phénomènes de langue qu'il observe avec ses propres méthodes, sont également des modèles psychologiques. Mais cette affirmation est ambiguë car elle peut signifier - et c'est ainsi qu'elle sera d'abord interprétée - que les opérations formelles construites par le linguiste décrivent les « opérations » mentales du sujet. Le modèle linguistique est alors conçu comme un modèle psychologique de fonctionnement5. Ce que
1 2

CHOMSKY (N.) 1969. Structures syntaxiques. Paris: Seuil (trad. fr.). (1ère publication 1957). Il ne s'agit pas d'additionner les significations des mots (présumées enregistrées dans le « lexique interne ») pour obtenir le sens d'un énoncé. Celui-ci est le produit d'une construction. Ici encore, une théorie linguistique est indispensable. 3 L’ouvrage de Skinner date de 1957: SKINNER (B.-F.) 1957. Verbal Behavior. New York: Appleton Century Crofts ; N. Chomsky en a fait un compte rendu critique en 1959: CHOMSKY (N.) 1959. « A Review of B.F. Skinner ‘s Verbal Bahavior ». in: Language, 35 (1), pp. 26-58. [trad. fr. (1969) in: Langages, 16, pp. 16-49], repris en 1964 dans FODOR (J.) & KATZ (J.-J.). 1964. The Structures of Language. Englewoods Cliffs, N.J., Prentice Hall. 4 CHOMSKY (N.) 1968. Language and Mind. New York: Harcourt, Brace & World Inc. (trad. fr. CHOMSKY (N.) 1970. Le Langage et la pensée. Paris: Payot). 5 On comprend alors l'intérêt des psychologues de l'époque pour les thèses chomskyennes : les déçus du behaviorisme d'abord, qui découvrent qu'on peut, sans tomber dans les pièges de l'introspection, modéliser de façon rigoureuse ce qui se passe dans la « boite noire »; les piagétiens ensuite, qui tenteront de mettre en relation développement opératoire et acquisition de la syntaxe (voir SINCLAIR DE ZWART (H.) 1971. « Sensori motor action patterns as a condition for the 222

Chomsky voulait dire était en fait tout autre chose: le modèle linguistique ne décrit pas le fonctionnement du sujet; il décrit des contraintes sur ce fonctionnement. L'objet formel constitué par la langue, tel qu'il est décrit par le linguiste, est conçu comme partie intégrante du système cognitif, inscrit dans son architecture. C'est à quoi vise la célèbre distinction entre compétence et performance, introduite par Chomsky dès 19651. La compétence linguistique présente en chaque individu, c'est la grammaire telle que la décrit le linguiste; elle est donnée, et non pas construite, et la tâche du psychologue est de rendre compte, non de cette compétence, mais de la performance, c'est-à-dire des processus par lesquels le sujet met en oeuvre cette compétence. D'une façon générale, trois types de réserves ont été formulées devant un modèle syntaxique formel comme celui de Chomsky. Tout d'abord le coût théorique considérable qu'implique ce modèle, qui repose sur des hypothèses extrêmement fortes: l'innéité et la modularité de la Grammaire Universelle. Les règles de la G.U. ne peuvent être le résultat d'un apprentissage; elles sont donc innées, ou, comme l'affirme Chomsky, « biologiquement nécessaires ». Le postulat de la modularité du langage implique que la « faculté de langage » constitue un système indépendant, cognitivement cloisonné (« encapsulated »), isolé du « système central » (Fodor: 1983)2. Le postulat essentiel du modèle chomskyen est celui de l'autonomie du traitement syntaxique: la machinerie grammaticale procéderait à l'analyse des phrases sans tenir compte des informations sémantiques - ou des connaissances générales ou situationnelles dont dispose le sujet; celles-ci n'interviendraient qu'après coup, une fois l'analyse syntaxique achevée. Or, un certain nombre de données expérimentales invitent à mettre en doute cette thèse (Schelstraete: 1993)3. Une dernière difficulté concerne la relation entre syntaxe et sémantique. Dans un modèle formel comme celui de Chomsky, l'« output » du module linguistique est une structure syntaxique; un composant spécialisé lui fait correspondre une forme logique, dont il reste à instancier les variables par les représentations conceptuelles associées aux unités lexicales - sous forme, par exemple, de postulats de signification. Mais on n'obtient ainsi qu'un premier niveau, littéral, de signification. Une dernière étape est encore nécessaire, pour ajuster l'interprétation des énoncés au contexte (ou à la situation), à l'aide d'un ensemble d'inférences, fondées sur les informations générales et contextuelles, et sur des principes généraux comme le principe de pertinence (Sperber et Wilson:1989)4. La
acquisition of syntax ». in: HUXLEY (R.) & INGRAM (E.) (eds.) 1971. Language acquisition. Models and methods. New York: Academic Press, pp. 121-135. 1 CHOMSKY (N.) 1965. Aspects of the theory of syntax. Cambridge: M.I.T. Press. [trad. fr. 1971. Aspects de la théorie syntaxique. Paris: Seuil]. 2 FODOR (J.) 1986. La Modularité de l’esprit. Paris: Minuit (1ère éd. 1983). 3 SCHELSTRAETE (M.-A.) 1993. « La conception du traitement syntaxique en compréhension de phrases ». in: L'Année Psychologique, 93, pp. 543-582. 4 SPERBER (D.) & WILSON (D.) 1989. La pertinence - Communication et cognition. Paris: Minuit. 223

distinction ainsi proposée entre trois niveaux de représentation du sens: la forme logique, le sens littéral et le sens contextuel, est purement spéculative, aucune donnée expérimentale ne permet d'en attester la réalité psychologique.

2.2.3. LA LANGUE: TRACES D’OPÉRATIONS ET DE REPRÉSENTATIONS
A la base du système Chomskyen se trouve le postulat de l'autononie de la syntaxe. On peut récuser ce postulat, et refuser de séparer syntaxe et sémantique. C'est la position tenue depuis longtemps par A. Culioli (Culioli 19901, Fuchs et Pêcheux: 1970)2, et plus récemment par les « grammaires cognitives » (Langacker: 1987)3. Dans cette nouvelle perspective, la langue n'est plus un ensemble de règles formelles, de combinaison de symboles, elle est le produit d'une activité cognitive de mise en relation formes/sens. Elle ne relève plus de l'architecture du système, mais de son fonctionnement. Deux notions essentielles vont alors constituer un terrain commun à la linguistique et à la psychologie cognitive: celle de représentation et celle d'opération.

2.2.3.1.

REPRÉSENTATIONS

La question qui se pose, rappelle J. Caron (1995)4 est de savoir « comment est représenté le sens d'un énoncé, ou d'un discours ». La conception la plus commune de la représentation cognitive s'inspire directement de la métaphore de l'ordinateur. Une représentation est une séquence de symboles, combinés selon des règles syntaxiques; le travail cognitif consiste alors à effectuer un calcul sur ces séquences. C'est cette idée qui est à la base du modèle général du Système de Traitement de l'Information de A. Newell (1981) 5 et H.A. Simon (1972) 6. On la retrouve dans la conception propositionnelle de la représentation sémantique proposée par
1

CULIOLI (A.) 1990. Pour une linguistique de l'énonciation, opérations et représentations. Paris: Ophrys. 2 FUCHS (C.) & PÊCHEUX (M.) 1970. Considérations théoriques à propos du traitement formel du langage. Paris: Dunod. 3 LANGACKER (R.-W.) 1987. Foundations of cognitive grammar. Stanford: Stanford University Press. 4 CARON (J.) 1995. « Modèles linguistiques et modèles psycholinguistiques ». in: Cahiers de l'I.L.S.L., 6, 1995, pp. 131-146 (Institut de linguistique et des Sciences du Langage - Fondements de la recherche linguistique - Perspectives epistémologiques). 5 NEWELL (A.) 1981. « Physical symbol systems ». in: NORMAN (D.-A.) (ed.) 1981. Perspectives on cognitive science. Norwood, NJ: Ablex, pp. 37-85. 6 SIMON (H.-A) 1972. Human problem solving. Englewood Cliffs: NJ Prentice Hall. 224

Kintsch (1974)1. Mais un certain nombre de travaux tendent actuellement à opposer à cette conception séquentielle et digitale de la représentation, une conception parallèle (simultanée) et analogique. On peut évoquer ici le renouveau des travaux sur l'image mentale (Denis, 1989)2, ou le retour de certaines idées de la Gestalt théorie. Mais les développements les plus importants concernent la notion de « modèle mental », proposée par Johnson-Laird (1983)3: plus abstrait que l'image mentale, le modèle mental est une représentation analogique, plus ou moins schématique, du domaine considéré (qui peut être un « état de choses » concret, mais aussi une représentation conceptuelle). De nombreux travaux expérimentaux (Ehrlich, Tardieu et Cavazza:1993) 4 ont mis en évidence la pertinence de cette notion, notamment dans le domaine du raisonnement, et dans celui de la compréhension du langage. Cette émergence d'une conception analogique de la représentation cognitive peut être mise en rapport avec la tendance, dans les linguistiques « cognitives », à substituer aux représentations algébriques des représentations de type géométrique ou topologique. On sait le rôle important que jouent, dans la théorie des opérations énonciatives de Culioli (Culioli: 1990)5, les concepts empruntés à la topologie; la grammaire cognitive de Langacker (1987)6 fait, de son côté, un large usage de schémas spatiaux; la théorie des « espaces mentaux » de Fauconnier (1985)7 relève de la même inspiration.

2.2.3.2.

OPÉRATIONS

Le passage du séquentiel à l'analogique dans la conception de la représentation entraîne un remaniement dans la façon dont on définit les opérations mentales: d'opérations séquentielles de calcul sur des chaînes de symboles (empruntées au fonctionnement des ordinateurs), on passe à des opérations de type spatial (plus proches de l'activité sensori-motrice humaine). Les marqueurs linguistiques apparaissent ainsi, soit comme la trace (en production) d'opérations psychologiques, soit comme des instructions (en compréhension) déclenchant des opérations mentales analogues. Ces marqueurs (qu'ils soient lexicaux, ou syntaxiques) sont dès lors associés à des procédures mentales, dont la fonction est de construire,
1 2

KINTSCH (W.) 1974. The representation of meaning in memory. L. Erlbauni. DENIS (M.) 1989. Image et cognition. Paris: P.U.F. 3 JOHNSON-LAIRD (P.-N.) 1977. « Procedural semantics ». in: Cognition, 5, pp. 189-214. 4 EHRLICH (M.-F.), TARDIEU (H.), CAVAZZA (M.) 1993. Les modèles mentaux. Approche cognitive des représentations. Paris: Masson. 5 CULIOLI (A.) 1990. Pour une linguistique de l'énonciation, opérations et représentations. Paris: Ophrys. 6 LANGACKER (R.-W.) 1987. Foundations of cognitive grammar. Stanford: Stanford University Press. 7 FAUCONNIER (G.) 1984. Espaces mentaux. Paris: Minuit. 225

ou de réorganiser des modèles mentaux. Ce qui définit une sémantique mais non plus une sémantique des contenus (« concepts » ou représentations associées à des signes), mais une sémantique procédurale: le sens d'une marque linguistique n'est pas un « contenu » représentationnel, mais un ensemble de procédures jouant sur une représentation mentale préalable, pour l'organiser ou la transformer. En d'autres termes, il faut distinguer le « schéma de sens » procédural associé à un marqueur, des divers « effets de sens » conscients qu'entraîne l'application de ces procédures dans des contextes différents (Caron, 1988)1. Ce qui permet de rendre compte d'un certain nombre de problèmes, tels ceux de la flexibilité sémantique, de la métaphore ou de la polysémie (Caron:19922 et 1995)3. Cette notion de sémantique procédurale a été développée par Johnson-Laird (1977)4, en relation avec celle de modèles mentaux. L'idée générale est la suivante rappelle Caron (op. cit., 1995): « la signification d'un énoncé peut être conçue par analogie avec celle d'une instruction dans un programme informatique ». L'ordinateur comporte un « compilateur », dont la fonction est de traiter les instructions qui lui sont données en langage évolué (langage programmation) pour les traduire en « langage machine », c'est-à-dire sous forme d'une série de procédures élémentaires exécutables par la machine. On fait l’hypothèse qu'il en est de même pour le langage humain. De ce point de vue, les formes élémentaires de l'activité sensorimotrice apparaissent aptes à fournir la base de ce « langage machine » de l'esprit humain. Or, c'est précisément à des opérations de ce type, très voisines, en somme, des « schèmes » piagétiens - que font appel certains modèles cognitifs. Il suffit de penser aux opérations de repérage, de parcours, d'extraction, etc. chez Culioli (1990)5 ou à des opérations analogues (« landmarking », « scanning ») chez Langacker (1987)6.

1

CARON (J.) 1988. « "Schémas de sens" et "effets de sens". La sémantique des termes fonctionnels». in: Actes du Colloque de l’A.R.C. « Cognition et Connaissance: Où va la Science Cognitive ? ». Paris: A.R.C., pp. 283-297. 2 CARON (J.) l992. Précis de psycholinguistique . Paris: P.U.F. (2ème éd). 3 CARON (J.) 1995. « Modèles linguistiques et modèles psycholinguistiques ». in: Cahiers de l'I.L.S.L., 6, 1995, pp. 131-146 (Institut de linguistique et des Sciences du Langage - Fondements de la recherche linguistique - Perspectives epistémologiques). 4 JOHNSON-LAIRD (P.-N.) 1977. « Procedural semantics ». in: Cognition, 5, pp. 189-214. 5 CULIOLI (A.) 1990. Pour une linguistique de l'énonciation, opérations et représentations. Paris: Ophrys. 6 LANGACKER (R.-W.) 1987. Foundations of cognitive grammar. Stanford: Stanford University Press. 226

3. CONCLUSIONS PARTIELLES
Les trois types possibles de relation que nous avons distingués à la suite de Caron (1995)1 se fondent, en dernier ressort, sur des options philosophiques très générales: empirisme positiviste, rationalisme innéiste et constructivisme. Le critère de choix ne peut être qu'épistémologique. La question est de savoir quelle est l'approche qui, avec les hypothèses théoriques les plus simples, permet d'accéder à une meilleure intelligibilité des phénomènes. Le point de vue opératoire, qui caractérise la troisième approche, nous est apparu, dans cette optique, comme le plus satisfaisant d’une part, mais également le plus proche des préoccupations actuelles de la linguistique appliquée à l’enseignement des langues qui dans ce domaine s’avère être particulièrement novatrice par rapport à la linguistique générale (W. Klein 1990)2. C’est dans ce sens que nous argumenterons dans notre deuxième partie, après avoir exposé les problèmes spécifiques que rencontrent cette discipline d’une certaine façon récente. C’est également grâce aux concepts de « traces », de « construction d’une représentation », « d’opération » que nous aborderons la question centrale de l’interlangue, des grammaires intériorisées (Besse & Porquier: réed.1991)3 pour proposer dans notre troisième partie quelques éléments en faveur de ce que nous avons appelé une grammaire transitionnelle. Il est vrai qu’une « linguistique des opérations » telle que la définit Culioli, n'a pas pour objectif de construire un modèle psychologique mais un « système de représentation métalinguistique », rendant compte formellement des agencements de marqueurs observables, eux-mêmes produits d'une activité mentale (Culioli: 19854 et 19905). Mais c'est aussi avec l'espoir (Culioli, 1990: 23) de « simuler la correspondance » entre les représentations métalinguistiques (niveau 1) et des agencements de marqueurs observables (niveau 2) par rapport à une certaine représentation de l’activité mentale (niveau 3). On pourrait alors conclure que le modèle linguistique ainsi conçu « constitue de plein droit un modèle psycholinguistique » (Bronckart: 1977)6. Les théories de l’acquisition qui parcourent la courte histoire de la linguistique appliquée à l’enseignement des langues indiquent également que les frontières entre linguistiques et
1

CARON (J.) 1995. « Modèles linguistiques et modèles psycholinguistiques ». in: Cahiers de l'ILSL, 6, 1995, pp. 131-146 (Institut de linguistique et des Sciences du Langage - Fondements de la recherche linguistique - Perspectives epistémologiques). 2 KLEIN (W.) 1990. « A Theory of Language Acquisition is not so Easy ». in: S.S.L.A., vol. 12, 2, june 1990, pp. 219-231. Studies in Second Language Acquisirtion: Cambridge University Press. 3 BESSE (H.) & PORQUIER (R.) 1991. Grammaire et didactique des langues. Paris: Hatier-Didier, Crédif ; Coll. « L.A.L. » (1er publ. 1984). 4 CULIOLI (A.) 1985. Notes du séminaire de DEA. Université de Paris VII: D.R.L. 5 CULIOLI (A.) 1990. Pour une linguistique de l'énonciation, opérations et représentations. Paris: Ophrys. 6 BRONCKART (J.-P.) 1977. Théories du langage. Une introduction critique. Bruxelles: Mardaga. 227

psycholinguistiques restent extrêmement perméables et mouvantes. Ces théories suggèrent de nouvelles relations transdisciplinaires, comme si la linguistique « fondamentale » ne se nourrissait plus actuellement en son centre propre, mais en quelque sorte à sa périphérie. L’idée étant ici que la linguistique appliquée et les travaux acquisitionnistes tout particulièrement, renouvellent d’un côté une linguistique générale si tant est qu’une telle linguistique existe encore 1, en manque de concepts rénovateurs et d’un autre côté une didactique des langues qui, pour différentes raisons exposées en deuxième partie, ne sait pas ou ne peut pas aborder de manière rigoureuse des problématiques nouvelles.

1

Nous entendons simplement par là que les linguistiques structurales, ainsi d’ailleurs que les linguistiques génératives, pouvaient prétendre fédérer des préoccupations phonologiques, morphosyntaxiques et sémantiques. La cohésion du « noyau dur » de ces linguistiques n’étant plus assurée maintenant, il est délicat d’évoquer une linguistique générale.

228

Première Partie

TABLE DES MATIÈRES

GRAMMAIRE, LINGUISTIQUE ET DIDACTIQUE DU FRANÇAIS-LANGUE-ÉTRANGÈRE PROPOSITIONS POUR UNE GRAMMAIRE TRANSITIONNELLE

• Sommaire ............................................................................................................ 1 • Remerciements ................................................................................................... 3 Avant Propos…………………………………………………………………… 5

1. Il y a grammaire et grammaire .................................................................................... 5 1.1. Les « pensées grammaticales » .......................................................................... 6 1.2. Une re-présentation re-présente .......................................................................... 7 2. Grammaire et enseignement du français .................................................................. 7 2.1. Une diversité salutaire .......................................................................................... 8 2.2. F.L.M. et F.L.E....................................................................................................... 9 3. Propositions ................................................................................................................ 10 3.1. Demandes et besoins grammaticaux ................................................................. 11 3.2. Emergence et co-constructions explicites: un espace transitionnel.................. 11 3.3. Inspirations & méthodologies.............................................................................. 13 4. Plan de travail et perspectives.................................................................................. 14

a

Première Partie Traditions grammaticales et linguistiques contemporaines
Chapitre I. De la grammaire à la linguistique: aperçus historiques ............................. 17 1. Grammaires: généralités .............................................................................................. 18 1.1. Commentaires des textes anciens ..................................................................... 19 1.2. L’enseignement d’une langue étrangère............................................................ 19 1.3. L’art d’écrire et de parler ..................................................................................... 20 1.4. Caractéristiques initiales ..................................................................................... 20 2. Grammaires et Linguistiques : les points de divergence............................................. 21 2.1. La visée descriptive............................................................................................. 21 2.2. Une démarche scientifique ................................................................................. 21 2.3. Des objectifs distincts ......................................................................................... 22 3. Grammaires et Linguistiques : les points de convergence.......................................... 22 3.1. Une science grammaticale ? ............................................................................. 23 3.2. Grammaire et linguistique structurale................................................................. 23 3.3. La grammaire générative .................................................................................... 24 3.4. Complémentarité et dépendance ....................................................................... 25 Chapitre II. Indications lexicographiques et ambiguïtés ............................................... 27 1. La grammaire : art de parler......................................................................................... 27 2. Établir les règles du bon usage.................................................................................... 29 3. La grammaire: étude de la langue ............................................................................... 30 4. La grammaire: ensemble de règles.............................................................................. 32 5. Grammaire: sens par métonymie et par analogie ....................................................... 33 6. Grammaire et mots dérivés .......................................................................................... 34 Chapitre III. Grammaires particulières et Grammaire universelle ................................ 37 1. Grammaire et Linguistique : oscillations terminologiques ........................................... 37 2. Linguistique : étude des propriétés communes ........................................................... 38 2.1. Typologie des systèmes sémiotiques................................................................. 39 2.2. Typologie des langues ........................................................................................ 39 2.3. Les universaux du Langage................................................................................ 40 2.4. Les conditions méthodologiques de l’étude des langues .................................. 40 3. Grammaires et descriptions des langues particulières................................................ 41 4. Grammaire et langue .................................................................................................... 42 5. La grammaire universelle ............................................................................................. 43 Chapitre IV. Grammaire: conditions préalables et règles.............................................. 45 1. Les conditions d’effectuation ........................................................................................ 45 2. Les conditions d’attribution d’un prédicat différentiel................................................... 46 3. Données et types de données...................................................................................... 47 4. Types et sous-types...................................................................................................... 48 5. L’analyse grammaticale................................................................................................ 49 6. La notion de règle ......................................................................................................... 50 7. Parties du discours et Grammaire universelle ............................................................. 51 b

Chapitre V. Grammaire: normes et usages 53
1. Cercles vicieux.............................................................................................................. 53 2. Jugement grammatical et jugement de valeur............................................................. 54 3. Système de la norme.................................................................................................... 54 3.1. L’objet de référence ............................................................................................ 54 3.2. Les bases de la différenciation ........................................................................... 55 3.3. Une norme plus ou moins restrictives ................................................................ 56 3.4. Différenciation absolue et différenciation relative .............................................. 56 4. Normes et usages......................................................................................................... 57 4.1. Usages et bon usage .......................................................................................... 57 4.2. Usages et normes linguistiques.......................................................................... 59 4.3. Linguistique, normes, acceptabilité .................................................................... 62 4.4. Jugement grammatical et usages....................................................................... 62 4.5. Observation vs Appréciation............................................................................... 62 4.6. Enoncés impossibles et grammaticalité ............................................................. 63 4.7. Jugement de grammaticalité et règles ............................................................... 63 4.8. Les anomalies comme méthode linguistique ..................................................... 64 5. Normes et surnormes ................................................................................................... 65 5.1. La notion de surnorme ........................................................................................ 66 5.2. Normes subjectives vs Normes objectives......................................................... 67 Chapitre VI. Les grands courants grammaticaux : bref rappel historique .................. 69 1. Les grammairiens grecs et les « parties du discours » .............................................. 70 2. Les grammairiens latins................................................................................................ 73 2.1. La grammaire comme source de toutes les connaissances.............................. 73 2.2. La grammaire en tant que description systématique ......................................... 73 2.3. L’apport de Varron et de Priscien ....................................................................... 74 3. Les grammairiens de Moyen Âge en Europe .............................................................. 75 4. Les grammaires de la Renaissance............................................................................. 76 5. Les XVIIe et XVIIIe siècles ........................................................................................... 77 5.1. La grammaire de Port-Royal............................................................................... 77 5.2. La logique de Port-Royal .................................................................................... 78 5.3. Extension et Compréhension.............................................................................. 79 6. Les XVIIIe et XIXe siècles ............................................................................................ 80 6.1. Structuration des disciplines ............................................................................... 80 6.2. Le sanskrit et l’indo-européen............................................................................. 80 6.3. La recherche de la langue mère......................................................................... 81 Chapitre VII. Les grands courants linguistiques ............................................................ 83 1. Le structuralisme européen.......................................................................................... 83 1.1. Les concepts principaux du structuralisme ........................................................ 83 1.1.1. L’objet de la linguistique selon Saussure ............................................... 84 1.1.2. La langue vs la parole ............................................................................. 84 1.1.3. Synchronie vs Diachronie ....................................................................... 85 1.1.4. Une théorie du signe ............................................................................... 86 1.1.5. L’arbitraire du signe................................................................................. 87 1.1.6. La théorie de la valeur............................................................................. 88 1.1.7. Axe syntagmatique et axe paradigmatique ............................................ 89 1.1.8. La délimitation des unités ....................................................................... 89 c

1.2. Descendances..................................................................................................... 90 1.2.1. Quelques aspects de la glossématique.................................................. 91 1.2.2. Quelques aspects du fonctionnalisme.................................................... 92 1.2.2.1. Généralités .................................................................................. 92 1.2.2.2. La syntaxe fonctionnelle.............................................................. 95 1.2.3. Quelques aspects de la syntaxe structurale de L. Tesnière ................. 99 1.2.4. Quelques aspects de la psychomécanique de Guillaume G. ............. 102 2. Le Structuralisme américain ...................................................................................... 105 2.1. Le distributionnalisme ....................................................................................... 106 2.1.1. Les caractéristiques générales ............................................................. 107 2.1.2. Corpus et traitement des données ....................................................... 107 2.1.3. Les postulats théoriques du distributionnalisme .................................. 108 2.1.4. L’analyse distributionnelle..................................................................... 109 2.1.5. L’analyse en constituants immédiats.................................................... 110 2.2. Le transformationnalisme.................................................................................. 112 2.2.1. Transformations et analyse du discours............................................... 112 2.2.2. Les classes d’équivalence .................................................................... 112 2.2.2.1. Equivalences internes ............................................................... 113 2.2.2.2. Equivalences externes .............................................................. 113 2.2.3. Un modèle transformationnel du langage ............................................ 114 2.2.3.1. Evolution du modèle initial ........................................................ 114 2.2.4. Remarques ............................................................................................ 116 3. La grammaire générative et transformationnelle ....................................................... 116 3.1. Introduction........................................................................................................ 116 3.1.1. Le savoir linguistique............................................................................. 117 3.1.2. La notion de grammaire universelle ..................................................... 119 3.1.3 La grammaire universelle et l’étude des langues.................................. 121 3.2. Quelques concepts concernant l’acquisition du langage................................. 122 3.2.1. Le postulat d’innéisme .......................................................................... 122 3.2.2. compétence et performance ................................................................. 123 3.2.3. Les universaux du langage ................................................................... 123 3.3. En forme de conclusion .................................................................................... 124 4. Les Linguistiques de l’énonciation ............................................................................. 127 4.1. Présentation générale....................................................................................... 127 4.1.1. La démarche Saussurienne : Langue et Parole................................... 128 4.1.2. Le tournant amorcé par les linguistiques de l’énonciation ................... 129 4.2. La réflexivité du langage ................................................................................... 129 4.2.1. A propos de la notion d’énoncé ............................................................ 129 4.2.2. Énoncé et Énonciation .......................................................................... 130 4.2.3. Conséquences sémantiques................................................................. 131 4.2.4. Les traces réflexives de l’énonciation................................................... 132 4.2.4.1. Les embrayeurs : le « Moi, Ici, Maintenant » ........................... 132 4.2.4.2. Les adverbes, adjectifs et prépositions..................................... 133 4.2.4.3. Les affixes verbaux.................................................................... 133 4.2.4.4. Discours et Histoire : système temporel ................................... 133 4.2.4.5. Les déictiques............................................................................ 134 4.2.4.6. Les termes relationnels ............................................................. 134 4.2.5. La relation de l’énonciateur à l’énoncé ................................................. 134 4.2.5.1. La thématisation syntaxique ou intonative................................ 135 4.2.5.2. Les modalités............................................................................. 135 4.2.5.3. Certaines constructions verbales.............................................. 136 4.2.5.4. L’emploi de certains connecteurs ............................................. 136

d

4.2.5.5. L’utilisation des tournures performatives .................................. 136 4.2.5.6. Les axiologiques........................................................................ 136 4.2.5.7. Les sous-entendus .................................................................... 137 4.2.5.8. Certains phénomènes liés au dialogue..................................... 137 4.2.6. L’inscription de l’autre ........................................................................... 137 4.2.6.1. Le discours rapporté.................................................................. 138 4.2.6.2. Phénomènes relevant de la polyphonie.................................... 138 4.3. Les positions théoriques d’Oswald Ducrot ....................................................... 139 4.3.1. L’apport du dialogisme Bakhtinien........................................................ 140 4.3.2. Sujet parlant et locuteur ........................................................................ 141 4.3.3. Locuteur et énonciateur ........................................................................ 141 4.3.4. La polyphonie selon Oswald Ducrot ..................................................... 142 4.3.5. Commentaires ....................................................................................... 143 4.4. Les positions théoriques d’Antoine Culioli........................................................ 143 4.4.1. Les plans d’énonciation d’E. Benveniste.............................................. 144 4.4.2. Critiques des plans d’énonciation d’E. Benveniste .............................. 147 4.4.3. Originalité des positions théoriques d’A. Culioli ................................... 149 4.4.3.1. La lexis....................................................................................... 150 4.4.3.2. La relation prédicative ............................................................... 150 4.4.3.3. La relation énonciative .............................................................. 151 4.4.4. Evolution du modèle : le domaine notionnel......................................... 152 4.4.5. Commentaires ....................................................................................... 153 4.5. Une réflexion sur le sujet: la notion d’hétérogénéïté énonciative .................... 155 4.5.1. Introduction à une problématique ......................................................... 155 4.5.2. L’établissement des distinctions ........................................................... 156 4.5.3. Les points d’hétérogénéité.................................................................... 158 4.5.4. Irréductibilité des ordres de réalité........................................................ 159 4.6. Conclusions....................................................................................................... 160 Chapitre VIII. Les approches pragmatiques .................................................................. 163 1. Pragmatique et philosophie du langage..................................................................... 163 1.1. Les origines ....................................................................................................... 164 1.2. Pragmatique, logique et rhétorique .................................................................. 166 1.3. Pragmatique et traditions grammaticales......................................................... 167 2. Une ou des Pragmatiques ? ...................................................................................... 167 2.1. Tentative de classement: la notion de contexte............................................... 168 2.1.1. Le co-texte............................................................................................. 168 2.1.2. Le contexte référentiel........................................................................... 169 2.1.3. Le contexte situationnel ........................................................................ 169 2.1.4. Le contexte interactionnel ..................................................................... 170 2.2. Autres critères de classement .......................................................................... 170 2.3. Des délimitations incertaines ............................................................................ 171 3. Pragmatique et Sciences du Langage ....................................................................... 171 3.1. Les fonctions du Langage................................................................................. 172 3.2. Les nouvelles Linguistiques.............................................................................. 173 3.2.1. Le courant énonciatif............................................................................. 173 3.2.2. Le courant pragmatique ........................................................................ 173 3.2.3. Le courant sociolinguistique.................................................................. 174 3.2.4. Le courant psycholinguistique .............................................................. 174 3.2.5. Le courant interactionnel....................................................................... 175

e

3.3. Pragmatique linguistique ou théorie générale de l’action ? ............................ 175 3.3.1. Pragmatique, syntaxe et sémantique ................................................... 176 3.3.2. Pragmatique, compétence et performance .......................................... 178 3.3.3. Pragmatique intégrée et pragmatique radicale .................................... 179 3.4. Les différentes théories pragmatiques ............................................................. 180 3.4.1. Les théories linéaires et modulaires ..................................................... 180 3.4.2. Les théories en Y .................................................................................. 181 3.4.3. Les tendances cognitivistes .................................................................. 182 3.4.4. Choix de présentation ........................................................................... 182 4. La Pragmatique linguistique ....................................................................................... 183 4.1. Introduction........................................................................................................ 183 4.2. Propriétés générales des actes de langage..................................................... 184 4.3. Performatif et illocutoire .................................................................................... 185 4.3.1. Enoncés performatifs et énoncés constatifs......................................... 185 4.3.2. Performatifs primaires et performatifs explicites .................................. 185 4.3.3. Fragilité de la distinction entre performatifs et constatifs..................... 186 4.3.4. Locutoire, perlocutoire et illocutoire...................................................... 188 4.4. L’acte illocutoire ................................................................................................ 189 4.4.1. Structure de l’acte illocutoire................................................................. 189 4.4.2. Conditions d’emploi des actes illocutoires............................................ 190 4.4.3. Classement des actes illocutoires ........................................................ 191 4.4.4. L’institution illocutoire ............................................................................ 194 4.5. L’implicite et l’explicite....................................................................................... 195 4.5.1. Les différents types d’implicite.............................................................. 196 A- Implicites sémantiques et implicites pragmatiques ............................. 196 B- L’implicite discursif ............................................................................... 197 4.5.2. Différents modes de réalisation des actes illocutoires ......................... 198 4.6. Nature du mécanisme inférentiel...................................................................... 199 4.6.1. Les maximes conversationnelles.......................................................... 199 4.6.2. Actes de langage indirect et postulats de conversation....................... 200 4.6.3. La dérivation illocutoire ......................................................................... 201 4.6.4. Normes et règles pragmatiques............................................................ 202 4.7. Remarques........................................................................................................ 203 5. Conclusions ................................................................................................................ 203 Chapitre IX. Éléments en vue d’une transition annoncée ........................................... 206 1. Les modèles en linguistique ....................................................................................... 208 1.1. Généralités ........................................................................................................ 208 1.2. Particularités des modèles linguistiques .......................................................... 209 1.2.1. Les modèles internes ............................................................................ 209 1.2.2. Les modèles d’interface ........................................................................ 212 1.3. Les outils mathématiques ................................................................................. 214 1.4. Modèles linguistiques et cognition.................................................................... 216 1.5. Modélisation référentielle et modélisation intensionnelle ................................ 217 2. Options métathéoriques et orientations ..................................................................... 220 2.1. Fondements philosophiques............................................................................. 220 2.2. Les courants...................................................................................................... 221 2.2.1. La langue comme répertoire ................................................................. 221 2.2.2. La langue comme système formel........................................................ 222 2.2.3. La langue : traces d’opérations et de représentations ......................... 224 2.2.3.1. Représentations ........................................................................ 224 2.2.3.2. Opérations ................................................................................. 225 3. Conclusions partielles................................................................................................. 227 f

GRAMMAIRE, LINGUISTIQUE ET DIDACTIQUE DU FRANçAIS LANGUE ÉTRANGÈRE PROPOSITIONS POUR UNE GRAMMAIRE TRANSITIONNELLE
L’enseignement/apprentissage de la grammaire en Français Langue Étrangère pose de délicates questions aussi bien au linguiste appliquant qu’à l’enseignant de langue et à l’apprenant. D’une part, on ne dispose pas, loin s’en faut, d’une description grammaticale unifiée de la langue, d’autre part la grammaire s’apparente davantage à une activité heuristique qu’à une doctrine à transmettre. Enfin les mécanisme d’appropriation d’une langue étrangère en milieu naturel ou institutionnel demeurent mystérieux. Confrontés à une langue contrariante, chercheurs, enseignants et apprenants élaborent des micro grammaires intermédiaires : les uns pour instituer une théorie des processus d’appropriation, les autres pour faire face à des données éparses et non répertoriées, les apprenants pour valider ou infirmer des hypothèses en fonction de leur interlangue. Une grammaire transitionnelle se justifie par la variabilité et l’hétérogénéité des savoirs linguistiques. Sur le plan didactique, il s’agit à partir de moments ponctuels de conceptualisation et dans une démarche le plus souvent hypothético-déductive de co-construire des micro grammaires soumises à des variations importantes liées à la nature de l’apport, aux évolutions de l’interlangue, aux mécanismes de saisie, aux représentations préalables. La démarche s’inscrit dans le cadre méthodologique d’une linguistique impliquée dont le rôle n’est pas de transmettre des contenus plus ou moins vulgarisés mais de fournir à l’enseignement des procédures de découverte, des opérations de base pour un traitement systématique des données, des modes de validation. Dans cette perspective, faire de la grammaire en classe de langue c’est aussi construire une grammaire de la langue cible. La situation respective du linguiste, du praticien et de l’apprenant n’est plus dès lors fondamentalement différente: chacun participe d’une certaine façon, avec des objectifs différents, à l’élaboration d’un savoir relatif sur la langue.

Mots-clés : Linguistique, linguistique appliquée, linguistique impliquée, didactique des langues,
enseignement, français langue étrangère, grammaire, grammaire transitionnelle, micro-grammaires, langue contrariante, co-construction, conceptualisation, représentation, émergence, espace transitionnel.
——————

GRAMMAR, LINGUISTICS AND THE TEACHING OF FRENCH AS A FOREIGN LANGUAGE TOWARDS A TRANSITIONAL GRAMMAR
Teaching and learning grammar in French as a Foreign Language raises complex issues for the appied linguist, for the language teacher and for the language learner. On the one hand, no unified grammatical description of French language is available and on the other hand, grammar belongs more to the sphere of heuristic activity than to a doctrine to be transmitted. Furthermore, the second language acquisition process in institutional or natural settings remains largely unexplored. Confronted with the whimsical organisation of language, researchers, teachers and learners elaborate intermediate micro-grammars: some to develop a theory of language acquisition process, others to face sparse and non listed data, learners to validate or invalidate hypotheses according to their interlanguage. A transitional grammar is justified by the variability and the heterogeneity of linguistic knowledge. From a didactic point of view, learners and teacher construct, at differents points in time, while involved in conceptualisation through hypothetical-deductive steps, microgrammars submitted to important variations linked to the nature of input, to the evolution of interlanguages, to the mechanisms of intake, to metalinguistic preliminary representations. These proposals form part of « implied linguistics », whose role is not to transmit contents more or less vulgarized but to provide discovery procedures, systematic operations for data processing and modes of validation. In this perspective, teaching and learning grammar also mean constructing grammars. The respective situation of linguists, teachers and learners are not fundamentally different: each participates to a certain extent and with different objectives to the elaboration of relative knowledge on language.

Key words : Linguistics, applied linguistics, implied linguistics, didactics, French as a foreign language,
grammar, transitional grammar, micro-grammars, whimsical language, conceptualization, representation, point of emergence, transitional space. constructive grammar,

Discipline : Sciences du Langage UNIVERSITÉ DE PARIS III - Sorbonne nouvelle U.F.R. de Sciences du Langage

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful