P. 1
Verites Sur Islam

Verites Sur Islam

|Views: 918|Likes:
Published by Ne1am

More info:

Published by: Ne1am on Aug 24, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/18/2013

pdf

text

original

L’islam a une vision totalitariste du monde qui se
rapproche de celle du communisme. En effet, à l’exception
du fait que le communisme est laïque, ces deux idéologies
prétendent à la domination totale du monde et soutiennent
leurs opposants sont soit des aveugles, soit des
manipulés, soit de sournois manipulateurs qui doivent
absolument être convertis ou éliminés.

Après la Seconde Guerre mondiale, les communistes ont
trouvé un grand terrain d’entente avec certains groupes
islamistes en désignant l’Occident capitaliste comme
ennemi commun : les mouvements musulmans de
décolonisation, tous formés autour du concept de jihad,
étaient par nature anti-occidentaux. L’aboutissement des
menées de ces mouvements à la création de nouveaux
Etats indépendants était, en effet, perçu par l’URSS
comme une aubaine de se faire de nouveaux alliés et de
se conférer un important avantage géostratégique.
Idéologiquement parlant, la propagande communiste avait
créé de toute pièce l’idée d’un Occident oppresseur et d’un
Islam oppressé par celui-ci en s’évertuant à exagérer les
débordements de la colonisation et à minimiser, voire à
nier les aspects islamiques d’esclavagisme, de génocide
et de dhimmitude dont l’atrocité n’avait absolument rien à
envier à la colonisation.

Aujourd’hui, alors que l’URSS a disparu, l’extrême gauche
(mais aussi une partie non négligeable de la gauche
modérée) continue à vouer aux intérêts palestiniens et aux
organisations musulmanes une grande sympathie.
Une affirmation souvent faite dans ces milieux consiste à
prétendre que le terrorisme serait la guerre des pauvres,
sous entendu menée par de pauvres islamistes à
l’encontre d’un Occident capitaliste et impérialiste. Une
affirmation totalement erronée : le jihad peut compter sur
un apport financier énorme de la part notamment des
finances islamiques, de l’argent du crime et des fonds
saoudiens, et les moujahidins sont la plupart du temps
issus d’une classe aisée1

.
En outre, les tendances anti-israéliennes et anti-
américaines (allant souvent de paire), tendent à renforcer
cette sympathie malsaine. Pour les milieux violents
d’extrême gauche ou les anarchistes, la sympathie peut
aussi se développer sur l’idée selon laquelle il faut
« mettre à bas le système ». En effet, alors que les
menées islamiques représentant un danger pour le
« système », les soutenir permet de fragiliser les
institutions pour mieux les détruire.

N’oublions pas non-plus ceux qu’Oriana Fallaci nomme les
« arc-en-cielistes », militant pacifistes qu’on pourrait

qualifier d’héritiers des courants hippies. Leur classification
sur l’échiquier politique est un peu ambigüe (au même titre
que les anarchistes), mais ces courants développent
souvent de profondes sympathies avec les milieux de
gauche et d’extrême gauche. Ils s’inscrivent néanmoins
plus dans une nouvelle gauche (liée à l’écologie et aux
courants new age) qu’à la gauche classique représentée
par le socialisme et le communisme. Ils semblent souvent
être les plus réceptifs aux sympathies avec l’islam,
partageant une idéologie multiculturaliste tournant au
dogmatisme et voyant dans le jihad (notamment
palestinien), une défense désespérée contre les forces
occidentales présumées agresseurs.

Ces milieux ont volontiers manifesté contre la guerre en
Irak, s’opposent fermement à une intervention armée en
Iran (bien qu’elle ne serait que la réponse à la planification
ouverte d’un génocide), ou encore à toute intervention
armée israélienne quelle qu’elle soit. Ils refusent de voir
une quelconque menace et préfèrent croire que les
problèmes se résoudront d’eux-mêmes. Ces « arc-en-
cielistes », pacifistes, refusent par conséquent d’accepter
que l’islam soit intrinsèquement violent. Ils sont les
premiers partisans du dialogue euro-arabe [voir 27.],
préférant le compromis à la confrontation.
Bien que mu généralement par de bonnes intentions, cette
vision des choses est autant naïve que dangereuse
lorsqu’elle entre en contact avec l’islam.

Il peut être étonnant de voir des intégristes religieux
s’entendre avec des acharnés de l’athéisme, mais encore
une fois : l’Islam accepte le mensonge [voir 3.7.] et les
trêves [voir 2.2.] du moment que cela va dans le sens de
son expansion.

Nous touchons là encore à un point commun entre ces
deux idéologies que sont l’islam et le communisme qui ne
peuvent pas envisager de trêve durable avec leurs
ennemis car cette idée irait dans le sens contraire de leurs
ambitions : s’imposer à toute la planète [9 :29, 9 :33,
8 :29]
.

Ceci nous amène à examiner le concept islamique de paix
qui n’a rien à voir avec ce qu’on pourrait imaginer : l’islam
apporte la paix, sauf pour ceux qui le contestent et
refusent de s’y soumettre entièrement. La « paix »
islamique ressemble ici beaucoup à la « paix »
communiste où le combat se légitime jusqu’à la conquête
globale et l’élimination physique et intellectuelle des
dissidences. Les visées sont alors si utopiques qu’elles ne
font que légitimer la guerre perpétuelle.

18. Le conflit israélo-arabe : jihad et propagande

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->