P. 1
Nutrition Des Poissons 2nd. Edition

Nutrition Des Poissons 2nd. Edition

|Views: 285|Likes:
Published by jkashema
A l'ère de changements climatiques qui connait aussi la disparition de bon nombre d'espèces, il est important de définir les besoins alimentaires d'espèces animales endémiques ou non afin de tenter de contrôler leur élevage dans les perspectives de les remettre dans leur écosystème ou les réadapter à d'autres niches écologiques (inoccupées), très proches ou semblables de celles dont elles sont originaires.
A l'ère de changements climatiques qui connait aussi la disparition de bon nombre d'espèces, il est important de définir les besoins alimentaires d'espèces animales endémiques ou non afin de tenter de contrôler leur élevage dans les perspectives de les remettre dans leur écosystème ou les réadapter à d'autres niches écologiques (inoccupées), très proches ou semblables de celles dont elles sont originaires.

More info:

Categories:Types, Research, Science
Published by: jkashema on Oct 17, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/08/2012

pdf

text

original

1

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

KASHEMA M.J-Gr.
Chartered biologist Chercheur enseignant

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT :

"Quel Avenir pour la biodiversité de la RDC "

Euro-Cebadac 7/CDLF/13.957/S

International Editions Center
June 2008

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

2

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

"Etre, mourir, renaître encore et progresser sans cesse telle est la loi" (Alain C.)

DEDICACE A toi cher KABALA M. (fonctionnaire de l'UNESCO décédé à Paris)

Publié aux Presses Universitaires de Liège (P.U.L) Ière Edition Mars 1994 IIème édition au CEBADAC en 2006

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

3

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Où commander Les éditions du CEBADAC Center International Research Center and Study Area Rue Victor Carpentier, 4 B-4020 LIEGE Website: http://www.euro-CEBADAC94.be E-mail: kashjustin@yahoo.fr; euro-cebadac94@yahoo.fr Tél:+32(4)3441551; +32(484)591814

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

4

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

FIGURES & TABLEAUX DU TEXTE 1- FIGURES Fig. 1 ETAT DE L’ENVIRONNEMENT MONDIAL Fig.1a DESTABILISATION PROGRESSIVE DE L’HOMEOSTASIE DE LA BIOSPHERE Fig. 2 EFFET DE SERRE Fig. 3 DESTRUCTION DE LA COUCHE D’OZONE Fig. 4 POLLUTION DES MERS ET DES OCEANS Fig 5a ENSEMBLE D'INTERACTIONS DANS UN ECOSYSTEME Fig. 5 FORETS ET DENDRO-ENERGIE Fig.6a LOCALISATION DES ZONES PREFEREES PAR LES OISEAUX ENDEMIQUES DU CONTINENT AFRICAIN Fig. 7 LOCALISATION DES ZONES PREFEREES PAR LES OISEAUX EN AFRIQUE DE L’OUEST Fig. 7a LOCALISATION DE L’ENSEMBLE DU COUVERT VEGETAL AFRICAIN Fig. 8 LOCALISATION DES ZONES PREFEREES PAR LES OISEAUX EN AFRIQUE DE L’EST pg.13

pg.15 pg.19 pg.20 pg.21

pg.24 pg.28

pg.58

pg.59

pg.68

pg. 60

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

5

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Fig.9 ZONES FORESTIERES HYDROMORPHES PERIODIQUEMENT INONDEES Fig. 10 LOCALISATION DES PRINCIPALES ENTITES FLORALES ET DES RESSOURCES AQUATIQUES DU ZAIRE Fig. 12 LES GRANDES REGIONS ICHTYOLOGIQUES EN AFRIQUE Fig. 13 LOCALISATION DES PRINCIPAUX PARCS NATIONAUX ET RESERVES NATURELLES EN REPUBLIQUE DU ZAIRE Fig. 14 DEGRADATION DES SOLS , TERRES CULTIVABLES ET DESERTIFICATION Fig. 15 CRISE DE L’URBANISATION DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT Fig. 16 LE CYCLE DU PHOSPHORE Fig. 17 CYCLE DE L’AZOTE Fig. 18. RELATION ENTRE LA PHYSICO-CHIMIE & LA LIMNOLOGIE A QUELQUES SITES DU FLEUVE ZAÏRE, A KINSHASA Fig. 19 PRECIPITATIONS ACIDES

pg.70

pg.72

pg.93

pg.119

pg.129

pg.130 pg.143 pg.144

pg.147 pg.151

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

6

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Fig. 20 COMPLEMENTARITE ET SOURCES DE DESEQUILIBRE DES ECOSYSTEMES AQUATIQUES EN AQUACULTURE Fig. 20a SCHEMA DE L’ECOSYSTEME D’UN ETANG A POISSON Fig. 21 POLLUTION DES EAUX DE SURFACE ET SOUTERRAINES Fig. 22 CYCLE DU CARBONE DANS LA NATURE Fig. 23 SECTEUR INDUSTRIEL ET POLLUANTS TOXIQUES Fig. 24 ADDUCTION D’EAU ET ASSAINISSEMENT

pg.153

pg.158

pg.164 pg.171

pg.173 pg.174

Fig. 25 ELEMENTS A LA BASE DE LA PERTURBATION DE LA DYNAMIQUE SPATIO-TEMPORAIRE DES COURS D’EAU A POISSONS pg.180 Fig. 26 DESTRUCTION DU MILIEU NATUREL Fig. 27 SANTE ET MALADIES Fig. 28 ACCROISSEMENT DE LA POPULATION pg.204 pg.208 pg.209

II- TABLEAUX Tableau 1 Inventaire des espèces animales et végétales du continent africain

pg.37

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

7

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Tableau 2 Etapes dans l’adoption d’une stratégie nationale commune pour la protection des zones critiques Tableau 3 Situation pour une stratégie commune de protection du couvert végétal africain avec le concours international Tableau 4 Diversité biologique de quelques rares espèces (animales) aux seuils critiques dans des à risque sur le continent africain Tableau 5 Localisation des zones préférées par des oiseaux endémiques au continent africain Tableau 5a Diversité biologique de quelques rares espèces (animales et végétales) au seuil critique dans des zones à risque Tableau 7 Légende des principales entités florales et des ressources aquatiques du Zaïre

pg. 39

pg. 42

pg.48

pg.61

pg. 67

pg.72

Tableau 7a Légende sur la localisation des principaux parcs nationaux et des réserves naturelles en République du Zaïre

pg.118

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

8

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Tableau 7b. Liste d'espèces des poissons les plus capturés au PoolMalebo entre 1988-1993 pg. 121

Tableau 8 Inventaire ichtyologique de quelques espèces aux lacs de l’Est du continent africain pg.140 Tableau 9 Effets négatifs des éléments extérieurs sur la productivité et dans la perturbation de la dynamique spatiotemporaire des cours d’eau et des étangs à poissons (Implications à la pêche et à l’aquaculture) pg.148 Tableau 10 Valeur de quelques paramètres physico-chimiques chimiques de l’eau de rejet d’une ferme norvégienne Tableau 11 Valeurs des rejets d’un étang d’une ferme expérimentale d’élevage du poisson chat américain, Ictalurus punctatus Tableau 12 Extinctions d’espèces enregistrées à ce jour Tableau 13 Estimations d'espèces inconnues du monde scientifique

pg.169

pg.170

pg.198

pg.203

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

9

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Abréviations utilisées dans ce texte CITES : Convention sur le Commerce International des Animaux et des Plantes sauvages en danger. EEC: Communautés Economiques Européennes EWT: Compagnie pour la Vie sauvage en danger FAO: Organisation Mondiale pour l'Agriculture et l'Alimentation. FZS : Société Zoologique de Frankfurt GTZ: Société Allemande d'Assistance Technique (Deutsche Gesellschaft fur Technische Zusammenarbeit, West Germany) ITTA: Convention Internationale pour le Bois Tropical. IUCN: Union Internationale pour la Conservation de la Nature IZCN: Institut Zaïrois pour la Conservation de la Nature NGO: Organisation Non Gouvernementale ORSTOM: Office de la Recherche Scientifique d'Outre-Mer (en France) TFAP: Programme d'Action pour la Forêt Tropicale UNESCO : Organisation des Nations Unies pour la Science et la Culture. WCI: (section de New York Zoological Society) : Convention Internationale pour la Conservation de la Vie Sauvage WWF: Organisation Mondiale pour la Conservation de la Nature.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

10

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Préface A l'heure ou le monde entier s'apprête à chanter le requiem du dernier quart de ses organismes animaux et végétaux et que certaines puissances se refusent toujours de ratifier la Convention de RIO quoi de plus honorable à un chercheur que continuer à sensibiliser ceux de l'opinion publique (et particulièrement politique ) sur l'hécatombe que nous préparons. Confrontée à l'épineux problème de la destruction des habitats, l'humanité prend conscience mais il faut encore faire davantage. Désormais tout intellectuel doit pouvoir devenir le messager, le vulgarisateur et le combattant de notre cause commune: SAUVER LA TERRE. L'étape à laquelle l'opinion internationale devrait passer serait d'obtenir quelques minutes , à tout le niveau de l'Enseignement primaire et secondaire de l'enseignement des différentes formes de l'équilibre écologique et le respect de la nature que cela implique. Enfin, au niveau universitaire et supérieur de tout pays il faudra obtenir de l'UNESCO un programme plus élaboré qui généralise le cours de l'ECODEVELOPPEMENT dans toutes les options (aussi bien en sciences humaines qu'en sciences exactes). Un sondage d'opinion organisé en France sur 100.000 habitants le 8 mars 1994 confirme que parmi les valeurs que les
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

11

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

parents aimeraient retrouver auprès de leurs enfants, les français ont voté pour 60 % le respect de l'environnement. Que dans tout pays, le média réserve au programme journalier quelques spots publicitaires sur la Conservation de la Nature. Qu'une fois par semaine le média (radio et TV) consente de diffuser un documentaire d'enseignement sur la Protection de la Nature. L'idée belge du ministre bruxellois de l'environnement D. Gosuin d'intéresser nos enfants à mieux gérer l'environnement par des bandes dessinées est originale et mérite d'être encouragée dans d'autres pays (VAN SANTEN & GOSUIN, 1993). Que l'opinion internationale encourage davantage l'organisation des Colloques et des Séminaires sur la Conservation de la Nature et qu'on pense attribuer au meilleur travail un prix. Bref, en ce moment précis, ce livre est un plus pour l'étudiant et le chercheur zaïrois en écodéveloppement car à plusieurs égards c'est un document de référence. De plus, le changement d'attitude et de comportement de la diaspora africaine face à la gestion souvent catastrophique des recettes du tourisme (sur les sites et aux réserves naturelles) ne laissera pas les pays occidentaux insensibles. Une telle prise de position en faveur de la protection de la Nature par l'homme politique et le gestionnaire africains (des parcs nationaux et des réserves naturelles) pourrait amener certaines puissances à reconsidérer leur attitude quant à la ratification d'autres traités sur l'Environnement.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

12

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

INTRODUCTION 1. HISTORIQUE Bien que l'attitude destructrice de l'homéostasie de la biosphère remonte au paléolithique, après que l'homme ait découvert le feu, il a fallu attendre le XXème siècle pour que certaines catastrophes révélatrices obligent l'homme à changer de comportement. L'Histoire nous apprend qu'au Moyen âge, l'Humanité avait développé ce qu'on a appelé "HORROR SYLVANUM" (ou l'horreur de la forêt). La Planète Terre est de plus en plus considérée par certains auteurs comme un Paradis perdu (EDWARD et al., 1994 & KAUFMAN and KENNETH, 1994). A base des informations connues sur l'évolution technologique qu'a connu l'homme on peut schématiquement représenter la destruction de l'homéostasie de la biosphère comme indiquée cidessous (fig. 1). L'autodestruction de la terre est une réalité qui représente depuis son existence près de 18% du total ayant disparu (organismes vivants et les habitats). Un des phénomènes d'autodestruction de la terre qui a bouleversé le monde scientifique est l'explosion du volcan PINATUBO (aux Philippines):les poussières expulsées par l'explosion de ce volcan Pinatubo en juin 1992 trois fois supérieures à celles d'El Chichon ,un autre volcan qui a subitement explosé en 1982 en produisant d'énormes quantités d'aérosols (SCIENCES ET AVENIR, mars 1992). L'ère de CFC
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

13

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

(chlorofluocarbures) inquiète. Ces molécules dont la durée de vie est estimée à 100 ans est responsable de la destruction de la couche d'Ozone souvent réduit au seuil critique de 2mm au dessus de certains pays ( cas de Canada).
Fig. 1: DESTABILISATION PROGRESSIVE DE L'HOMEOSTASIE DE LA BIOSPHERE

ACTIVITES ANTHROPIQUES

Temps moderne XVIIIème siècle 10.000 AV. J . C.
NEOLITHIQUE PALEOLITHIQUE

50 %

ER E NUCLEAIRE ER E INDUSTR IELLE

25 % 0 18 à 20%
AUTODESTRUCTION

FEU

L'E RE AGRICO LE

<- RECHERCHE

DE LA PUISSANCE DU FEU

->

2 - DES CATASTROPHES REVELATRICES En effet, le 18/03/1968 un pétrolier TORREY-CANYON (U.K) battant pavillon britannique a perdu 117.000 tonnes de brut pétrolier le long des côtes de l'Angleterre. L'inexpérience internationale face à ce type de catastrophe conduisit la marine britannique à utiliser 15.000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

14

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

tonnes de détersifs qui aboutirent à la destruction des parcs à huîtres , des fonds marins riches en crustacés stérilisés, des oeufs pélagiques détruits sur de grandes surfaces, et à une très forte réduction des effectifs d'espèces d'oiseaux marins . L'exemple du naufrage de l' AMOCO-CADIZ, à proximité de Portsall, en Bretagne (en mars 1978) dont les conséquences furent encore plus désastreuses, a montré que l'humanité est toujours désarmée face à ce type de catastrophe écologique. La catastrophe de Tchernobyl qui survint le 26 avril 1986 a conduit à l'irradiation sévère de plusieurs centaines de personnes dont plusieurs dizaines périrent. Les émanations nucléaires de cette centrale ont contaminé 3000 km2 de terres situées autour du réacteur incendié. Le nuage radioactif fut ressenti à plus de 2000 km du site accidenté. Ce désastre est une preuve de plus de l'impact sur l'environnement d'une frénétique consommation d'énergie (DAVID 1994, THORNES, 1994 & BARROW, 1994). La pollution des eaux du Rhin par l'endosulfan, un insecticide organochloré, survenue le 23 juin 1969 est un autre exemple. Ce jour-là , le fleuve fut contaminé par un tonneau de produit pur, perdu par une péniche en aval de Bingen. Les évaluations des pertes ichtyologiques se chiffrent à plus de 20 millions de poissons ramassés. Pendant une semaine, la ville de Rotterdam fut privée d'eau. A ce jour, on ne dispose pas de techniques d'épuration capables d'éliminer des eaux, les insecticides organochlorés. Ces exemples n'étaient malheureusement pas suffisants pour que dans l'immédiat soit élaborée une législation
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

and KATRINA,

15

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

internationale et qu'il soit mise en place des structures de contrôle sur les rejets des déchets toxiques et polluants dans tout pays et en tout lieu (REID, 1993, CYRILLE, 1993 & PHILLIPPE et al., 1994; (MILLER KENTON & STEVEN LANOU, 1995)! Il a fallu attendre 1980 pour la première STRATEGIE INTERNATIONALE DE LA CONSERVATION soit adoptée et publiée en mars 1980. Il s'en suivit le fameux rapport BRUNTLAND intitulé " NOTRE AVENIR COMMUN" publié en juin 1987 (GAGNON & MEAD, 1989). Dans ce rapport , la Commission des Nations unies attire l'attention des hommes politiques sur la nécessité urgente de mettre en place des structures politico-administratives pour la Conservation de la Nature . La volonté internationale de renforcer le dispositif de contrôle et de suivi de l'état de dégradation de notre planète est encore mieux définie dans les documents " "Global biodiversity: Status of the Earth's Living Resources" et dans le "Global Biodiversity Strategy" (IUCN, 1992 & WRI, IUCN, UNEP, FAO & UNESCO, 1992); Planification Bationale de la Biodiversité (MILLER KENTON & STEVEN LANOU, 1995). Ceci prouve à suffisance que de nos jours, il existe un contentieux de l'environnement (BONELLO & FEDIDA, 1994). Partant de cette considération , à savoir "notre avenir commun" qu'est-ce qui justifierait la non ratification du Traité de Rio? Cet Avenir Commun qui se justifie d'ailleurs par une série d'exemples ou certaines nations payent pour la capacité polluante des autres. N'est-ce pas que la
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

16

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

pluie récolte, au passage, des poussières atmosphériques, dont elle dépose le contenu sur le sol. Ainsi, les Hongrois ont-ils trouvé, dans les eaux de pluie de la région du Kecsskemét de 1982 à 1985, du lindane , du DDT, du DDE, de la dieldrine , du chlordane, de l'heptachlore, et de l'aldrine: autant d'insecticides organochloré qui n'ont jamais été utilisés dans leur pays! Les valeurs qui varient de 0,5 g à 0,01 mg ont été enregistrés (HOLLO, et al., 1988). Tout a été possible par tranfert de pollution par les courants aériens. Puisque la capacité de régénération de notre planète à absorber l'incidence environnementale de nos activités a été largement dépassée pourquoi il n'apparaît pas dans le comportement de l'homme le plus averti un changement d'attitude (HUDSON, 1991, BROWN et al., 1992 , SHIVA et al., 1992 & THORNES, 1994) ? En soutenant que les problèmes de Conservation de l'Environnement sont mondiaux et locaux d'aucuns se demandent pourquoi la ratification du Traité de Rio n'a pas fait l'unanimité au sein de la CEE ? YANNIS P. (1993) (membre de la Commission) a demandé que la CEE passe de la parole à l'acte ! (CECACEE-CEEA, 1993). L'opinion scientifique internationale et le Green Peace se demandent si le rendez-vous de RIO (1992) n'a pas été plutôt une occasion pour les puissances mondiales de verser les larmes de crocodile (NEIL et al.(1993)!

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

17

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

3. DEFINITIONS Que signifie le mot biodiversité ? Biodiversité est le terme employé pour décrire la variété totale des organismes vivants (plantes, animaux , champignons et microbes) qui existent sur notre planète. Les Biologistes ont pensé qu'il convenait de considérer la Biodiversité sous trois angles: 3.1 - la diversité génétique 3.2 - la diversité d'espèces 3.3 - la diversité des écosystèmes 3.1 - La diversité génétique Elle se réfère à la variété des gènes (unités biochimiques de l'information héréditaire).C'est donc une mesure de variabilité dans une espèce et entre deux espèces (DANIEL, 1993). 3.2 - La diversité des espèces Elle est considérée ici comme une mesure du nombre total d'espèces dans une zone donnée. La diversité mondiale en espèces est habituellement estimée entre 5 et 30 millions, bien qu'environ 1,4 million

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

18

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

seulement d'entre elles Scientifiques.

aient été à ce jour, identifiées par les

3.3 - La diversité des écosystèmes Elle se rapporte à la variété d'habitats (ex. les mers et les océans, les zones hydromorphes périodiquement inondées, les récifs coralliens, les mangroves, les cours d'eau, les lacs, les marécages, les forêts , les savanes, et les déserts) à l'intérieur desquels on trouve une grande variété d'espèces. Les écosystèmes sont par définition, composés de groupes complexes d'espèces interdépendantes (plus des composantes non biologiques), et ils contribuent au maintien des cycles naturels de l'Eau, de l'Oxygène, du Carbone, de l'Azote, du Soufre, et d'autres éléments, ainsi qu'aux flux d'énergie dont dépend toute la vie. Les rapports entre les trois types de diversité sont complexes et il est important de se rappeler qu'ils constituent essentiellement différentes façons de voir la même chose. Il est impossible d'intervenir à quelque niveau que ce soit, sans affecter les autres. Les interactions entre les organismes d'un écosystème sont complexes et complémentaires (d'après MOLINIER & VIGNES, 1971) :

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

19

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Fig. : ENSEMBLE D'I NTERACTIO NS DANS UN ECOSY STEME

Agent végétal < ou animal A

Agent végétal > ou animal B

Agent climatique < ou édaphique C

>ou édaphique D

Agent climatique

En effet, du point de vue physiologie des milieux naturels, il existe des mécanismes élémentaires des interactions à 4 niveaux à savoir: 1.- les interactions des composantes non vivantes (agents climatiques et édaphiques); 2.- les interactions des composantes vivantes par l'intermédiaire des agents biotiques; 3.- les actions du vivant sur le non-vivant; 4.- les actions du non-vivant sur le vivant. Chaque niveau d'interactions se fait de 4 manières différentes : - mécanique : par exemple le fait que les eaux en mouvement, pluies, eaux sauvages, cours d'eau, eaux marines littorales, sont responsables du remaniement permanent des substrats (cas d'agents climatiques et édaphiques).
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

20

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

- photique : le rôle du soleil et de la lune dans leur cycle éclairent l'atmosphère, les couches peu profondes de l'hydrosphère, la surface du sol. La productivité des eaux, et l'heure biologique que tout cela entraîne est indispensable à l'équilibre des écosystèmes. - thermique : le fait que les sols et les eaux ayant reçu les rayons solaires rechauffent à leur tour les basses couches de l'atmosphères qui du fait de l'extrême transparence de l'air et de son albedo à peu près nul, ne bénéficie pas directement des effets thermiques de l'insolation . - chimique: le cas des innombrables substances polluantes, minérales ou organiques, liées à l'activité humaine, déversées dans l'air, les eaux douces ou sur les sols , sont entraînées vers la mer qui tend à les accumuler . Par exemple, la plupart des espèces seront garanties d'une longue vie si la diversité génétique à l'intérieur de leurs populations est maintenue. Les faiblesses génétiques pourrait se manifeste avec la baisse d'immunité aux maladies et avec l'augmentation des anomalies congénitales. Ces problèmes détériorent la capacité des espèces à s'adapter aux changements des conditions environnementales et enfin de compte, de survivre.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

21

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

En général, la diversité génétique peut être maintenue si les populations d'une espèce peuvent être gardées au-dessus du seuil critique qui peut varier d'une petite centaine à un million d'individus (en ce qui concerne le nombre, cela dépend d'une espèce à l'autre) . Cette"population minimale viable" (PMV) ne peut être maintenue que dans des zones où les échanges entre les différentes populations et les biotopes qui les supportent restent en équilibre. Bref, la diversité des espèces peut être considérée comme étant dépendante du maintien de la diversité de l'écosystème. Inversement, les écosystèmes peuvent exiger l'existence d'une espèce particulière,"une espèce-clé", pour leur survie. Ces espèces jouent un rôle critique dans la structuration des écosystèmes dans lesquels elles vivent et sans elles, les écosystèmes sont sujettes à l'instabilité, et évolueront donc vers un équilibre différent qui est habituellement moins biologiquement diversifié et donc moins apte à supporter une vie humaine.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

22

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Ière PARTIE CHAPITRE I CHANGEMENT DE COMPORTEMENT 1.1.BIODIVERSITE ET LES ETAPES D'UNE PRISE DE CONSCIENCE Un exemple d'espèce-clé est celui de Orycteropus afer qui joue un rôle crucial dans le maintien de la diversité des habitats de la savane par les excavations de ses trous qui servent de tanières et de terriers pour la reproduction et la protection d'une grande variété d'espèces de savane. Avec optimisme, on peut déjà voir qu'il y a une importante corrélation entre la biodiversité et le bien-être humain. La dépendance humaine vis à vis du climat, du cycle des nutriments et de la stabilité des écosystèmes, est très grande, étant donné que les humains ont besoin de nourriture provenant d'espèces qui sont une part de la biodiversité de notre planète et qui sont dépendantes des autres espèces et des écosystèmes pour la stabilité (GAGNON & MEAD, 1989). La compréhension scientifique de la biodiversité est encore au stade précoce. Cependant, l'exemple ci-dessus démontre que les aspects génétiques, espèce et écosystème sont très étroitement inter-connectés. Il
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

23

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

faut une action à tous les trois niveaux si la biodiversité doit être conservée et si les bénéfices qu'elle procure à la vie humaine continuent à être disponibles. Si le père de ce terme est incontestablement américain Wilson l'entomologiste (1988), il faut cependant reconnaître que d'une

manière implicite ce concept est présent dans le vocabulaire plus ancien tel que : EQUILIBRE DES ECOSYSTEMES, CHAINE TROPHIQUE, SYMBIOSE et j'en passe ! L'élément le plus déterminant est enfin la prise de position de l'homme pour un changement de comportement et d'attitude afin de sauver les habitats en disparition. On notera que dans la chronologie des faits, il existe 6 étapes pouvant aboutir à un changement d'attitude dans un pays donné. Il s'agit de: 1.1.1 - de participer aux rencontres devant aboutir aux déclarations des Institutions internationales sur l'Etat de l'Environnement dans le monde; 1.1.2 - d'inventorier des espèces et des habitats aux seuils critiques; 1.1.3 - de prendre conscience qu'il existe une pression de plus en plus croissante sur les écosystèmes et leurs biocénoses; 1.1.4 - de mettre en place un dispositif de contrôle et de protection;
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

24

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

1.1.5 - de définir et de soutenir une stratégie de réhabilitation; 1.1.6 - de vulgariser (éduquer la masse par le média) des programmes et des messages de nature à promouvoir une vision nouvelle de l'exploitation des ressources naturelles de la biosphère. Mais quel sens donner à la biodiversité en Afrique et plus particulièrement au Zaïre qui héberge le plus grand nombre d'espèces animales et végétales de ce continent ?
1.2.LES SITES QUI MERITENT LA PLUS GRANDE PROTECTION

Ce qui inquiète de plus en plus l'homme averti ce n'est ni l'extinction des espèces ni la pression qu'elles continuent à subir soit par la pêche ou la chasse, mais plutôt la destruction accompagnée de la disparition des habitats. Notre première tâche est donc de définir les types des sites qui doivent bénéficier de toute notre attention pour une protection urgente et plus accrue. Il s'agit de: 1.2.1 - Les réserves scientifiques: lieu d'étude et d'enregistrement des modifications génétiques et morpho-somatiques qui interviennent dans la nature sans intervention de l'homme sur les organismes vivants. Cela s'inscrirait aussi dans le cadre de ce qu'on appelle changements globaux et qui relève du processus normal de l'autodestruction de la Terre.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

25

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

C'est aussi un lieu de conservation d'héritage génétique de souches rares en voie d'extinction. 1.2.2 - Les Parcs nationaux: lieux de conservation plus étendus et gérés par les hommes compétents qui jouissent d'une certaine intégrité sur le plan national et régional. C'est pour cela que le titre de conservateur garde tout de même son caractère honorifique. 1.2.3 - Les Monuments naturels: c'est l'identité socio-culturelle de toute une nation. 1.2.4 - Réserves artificielles ( de la création de l'homme): véritable sanctuaire de la vie sauvage. Tout est mobilisé pour créer un environnement artificiel favorable (ayant disparu) pour la survie d'une catégorie d'organismes. 1.2.5 - Paysages protégés: ce sont des contrées ou des zones spécifiques à une région et qui sont à l'abri de toute manipulation de l'homme ni pour le tourisme ni pour l'agriculture et l'industrie et encore moins pour les habitations. 1.2.6 - Zones des ressources naturelles: localités qui regorgent certaines richesses naturelles souvent souterraines et dont l'épuisement est imminent si les précautions de fermeture et de protection ne sont pas imposées par l'Etat.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

26

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

1.2.7 - Zones biotiques naturelles ou réserves anthropologiques: ce sont des superficies où évolue une catégorie des peuplades et dont leur déplacement ou la destruction de l'environnement occupé conduirait à la disparition du groupe éthnique ( les masaïs entre le Kenya et le Tanzanie et les pygmés de la forêt équatoriale) 1.2.8 - Les entités à vocation multiple ou les localités aménagées dans le seul but commercial soit en tant que source d'eau, des grumes, pâturages, ou en tant que lieu d'activités récréatives.

CHAPITRE II : LE STATUT DE LA BIODIVERSITE EN AFRIQUE 2.1. ENTITES BIOGEOGRAPHIQUES ET LEUR VARIABILITE A la question de savoir quel est le statut de la biodiversité en Afrique? La brève réponse à cette question est "divers". L'Afrique inclue une très large gamme d'habitats et d'écosystèmes, avec des degrés variés de diversité d'espèces . Quelques écosystèmes sont appauvris à cause de leur passé récent, et la diversité d'espèces est très réduite dans certaines zones. L'aspect diversité d'espèces peut être plus facilement quantifié et est donc utilisé dans les exemples qui suivent.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

27

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

La diversité d'espèces à l'intérieur des habitats varie beaucoup et il est plus élevée dans les déserts, les plaines équatoriales et dans les forêts pluvieuses plus qu'ailleurs. En général, la diversité d'espèces est bien corrélée avec la quantité annuelle de pluies, avec les zones humides tendant à être riches en espèces. Les autres facteurs affectant la diversité d'espèces incluent la forme du paysage (topographie), le drainage, la végétation et le type de sol. Le nombre d'espèces à l'intérieur d'un pays donné d'Afrique, dépend donc en partie des pluies reçues, mais aussi du degré de la variation topographique et de l'habitat dans chaque pays. Les pays avec d'importantes étendues de montagnes et ceux avec une variété d'habitats, supportent beaucoup plus d'espèces que ceux qui présentent beaucoup moins de variations environnementales. Considérant tous ces facteurs, il n'est pas surprenant que le Zaïre soit probablement la nation la plus riche en Afrique en termes de diversité d'espèces (cela inclue les étendues des plaines forestières pluvieuses, les savanes du Nord et du Sud, les grandes zones hydromorphes périodiquement inondées et les lacs et les montagnes), bien que l'Afrique du Sud dispose d'une flore unique et très riche . D'autres pays présentent une grande variation d'habitats, et sont mondialement importants pour la Biodiversité ( le Cameroun, le Kenya, le Nigéria, l'Afrique du Sud, la Tanzanie et l'Ouganda). Tableau 1 : Inventaire des espèces animales et végétales
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

28

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

du continent africain Légende: M: Mammifères; O: Oiseaux; R: Reptiles; A: Amphibiens; Po.: Poissons; Pa. : Papillons; Pl.: Plantes. Pays Angola Benin Botswana Burkina Fasso Burundi Cameroun Cape vert M 275 187 154 147 103 297 9 O 872 630 569 497 633 848 103 668 496 99 500 311 392 836 617 489 100 200 80 26 2 400 130 16 500 24 7 3 37 6 13 15 25 9 5770 7000 530 158 38 R A Po 268 150 81 120 Pa. 27 23 9 8 15 39 Pl. 5000 2000 2000 1096 2500 9000 700 3600 1600 935 4000 454

Rép.. 208 Centrafricain e Tchad 131 Iles Comores 17 Congo 198 Djibouti 22 Guinée 141 Equatorial Ethiopie 265 Gabon 190 Gambie 108

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

29

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Ghana Guinée

222 188

721 529 376 683 1067 288 590 250 630 647 550 102 666 640 473 831 33 669 124 625 126 614 12 6 19 170 2 62 32 259 124 16 144 69 191 88

180 250 90 200 180 8 130

27 17 8 24 30 7 23 13

3600 1000 4700 7500 1700 1100 0 3600 1600 1100 900 5500 3159 1178 4614 720 2150 700

Guinée 109 Bissao Côte d'Ivoire 226 Kenya 314 Lessoto 54 Liberia 193 Madagascar 105 Malawi Mali Mauritanie Iles Maurices Mozambique Namibie Niger Nigéria Iles de la Réunion Rwanda 187 136 61 4 205 190 131 274 2 147

600 160 15

22 6 6 2 16

97 140 200

9 6 30 2 18

Sâo-Tomé et 7 Principe Senegal 166 Seychelles 2 Sierra Leone 178

140 130

10 21

2100 1200 2000

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

30

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Somalie Afrique du Sud Soudan Swaziland Tanzanie Togo Ouganda Zaïre Zambie Zimbabwe

173 283 266 46 310 196 311 409 228 194

639 774 938 477 1016 630 989 1086 732 635 152 155 83 120 273 160 300 700 156 132 301 95 220 120 45

12 15 20 9 34 25 31 48 23 12

3000 2030 0 3200 3000 1100 0 2300 5000 1100 0 4600 4200

Tableau 2 : Etapes dans l'adoption d'une stratégie nationale pour la protection des zones critiques. (Sources : Simon et al., 1990) Légende R.: Réalisé; P.: En préparation; D.: En discussion; S. :Suspendu; SP.: Sans progrès. Pays Angola Benin R P D S SP. $ $

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

31

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Botswana Burkina Fasso Burundi Cameroun Cape vert Rép.. Centrafricaine Tchad Iles Comores Congo Djibouti Guinée Equatorial Ethiopie Gabon Gambie Ghana Guinée Guinée Bissao Côte d'Ivoire Kenya Lessoto Liberia Madagascar Malawi $

$ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

32

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Mali Mauritanie Iles Maurices Mozambique Namibie Niger Nigéria Iles de la Réunion Rwanda Sâo-Tomé et Principe Senegal Seychelles Sierra Leone Somalie Afrique du Sud Soudan Swaziland Tanzanie Togo Ouganda Zaïre Zambie Zimbabwe $ $ $ $ $

$ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

33

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Total

5

5

8

6

24

Le problème est donc très sérieux. Sur 48 pays il n' y a que 50 % des pays qui ont honoré leur contrat à l'égard des Nations Unies. Certains pays, heurtés à des sérieuses difficultés financières estiment que cet inventaire peut attendre. D'autres doivent d'abord régler certaines contraintes que leur impose la récession financière internationale avant de se lancer à cette noble tâche(MILLER KENTON & pays à l'autre. Tableau 3 : Situation pour une stratégie commune de protection du couvert végétal africain Légende: PPT: Phase de planification terminée; AC: Activité en cours; RC. : Révision en cours; RDA: Révision demandée et acceptée; DF: Demande faite; AP.: Aucun progrès. Pays Angola Benin PPT AC RC RDA DF $ $ AP. STEVEN LANOU, 1995). Bref, les raisons d'abandon ou de la non exécution de ce programme dépend d'un

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

34

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Botswana Burkina Fasso Burundi Cameroun Cape vert Rep. Centrafricaine Tchad Iles Comores Congo Djibouti Guinée Equatorial Ethiopie Gabon Gambie Ghana Guinée Guinée Bissao Côte d'Ivoire Kenya Lessoto Liberia Madagascar Malawi $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $

$

$

$ $

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

35

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Mali Mauritanie Iles Maurices Mozambique Namibie Niger Nigeria Iles de la Réunion Rwanda Sâo-Tomé et Principe Senegal Seychelles Sierra Leone Somalie Afrique du Sud Soudan Swaziland Tanzanie Togo Ouganda Zaïre Zambie $ $ $ $ $ $

$ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $

$ $ $ $ $

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

36

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Zimbabwe Total 4 5 17

$ 7 3 12

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

37

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2. DELIMITATION & DESCRIPTION

DES REGIONS DES

GRANDES BIODIVERSITES BIOLOGIQUES EN AFRIQUE Les Biologistes ont tenté de décrire la variation régionale dans les habitats et les espèces suivant un certain nombre d'orientations. Celle qui est la plus fréquemment utilisée en ce moment est une série de divisions biogéographiques, les phytochoria, basées sur la distribution des plantes. Mais quelles sont donc les zones biogéographiques de l'Afrique ? Nous en distinguons 12, à savoir : 2.2.1- La forêt humide guinéo-congolaise 2.2.1.1 - les forêts pluvieuses guinéennes (Afrique de l'ouest) 2.2.1.2 - les forêts pluvieuses congolaise (Afrique centrale) 2.2.2 - La région fynbos du Cap 2.2.3 - Les régions afro-montagneuses 2.2.3.1 - zones montagneuses ouest africaines 2.2.3.2 - les régions montagneuses éthiopiennes 2.2.3.3 - les montagnes de Ruwenzori et du Kivu ou les monts Albertins de grabben

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

38

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.3.4 - les montagnes Imatong -Usambara (cette partie inclue quelques zones de Kenya , le nord de Tanzanie, le sud de Soudan et la partie frontalière de l'Ouganda avec le Kenya). 2.2.3.5 - les régions montagnes d'Uluguru-Mulandje (en Tanzanie et à Malawi) 2.2.3.6 - les montagnes angolaises 2.2.3.7 - les montagnes Drakensberg (Afro- australe) 2.2.4 - La région somalo-masaïenne 2.2.5 - La région zambézienne 2.2.6 - La région Karoo-Namibienne 2.2.7 - La région soudanienne 2.2.8 - Autres zones importantes: 2.2.8.1 - la région du Sahel et sahelo-saharienne 2.2.8.2 - les côtes est africaines 2.2.9 - Les eaux douces 2.2.9.1 - la région soudanienne ou Nilotique 2.2.9.2 - le bassin du fleuve Zaïre 2.2.9.3 - les grands lacs
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

39

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.10 - Le Madagascar 2.2.11 - Les écosystèmes côtiers et marins: les récifs coralliens 2.2.12 - Les mangroves

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

40

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Tableau 4 : Diversité biologique de quelques rares espèces (animales) aux seuils critiques dans des zones à risques sur le continent africain. LEGENDE: RBG: Régions biogéographiques ; SRB: Sous-régions biogéographiques ; N spp: Nombre d'espèces connues (*) : Endémiques, (**) menacé et en voie d'extinction (T.C): Toutes les espèces confondues RBG 2.2.1 SRB LES ANIMAUX - Papillons (T.C) : région la plus riche: 1200 espèces inventoriées : 80 % (*)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

41

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.1.1

- Ongulés Cephalophus zebra; C.. niger; C. jentiki - Antilopes: Neotragus pygmaeus - Ecureuil Allosciurus aubini; Anomalurus peli - Loutre:Micropotamogale lamottei - Genette:Genetta johnstoni - Mangouste libérien:Liberiictis kuhni

- Colobe d'olive:Colobus verus - Singe diane:Cercopithecus diana - 20 espèces d'Oiseaux endémiques 8 (**) - Hibou pêcheur:Scotopelia ussheri - Oiseau guinéen gorge-blanche Agelastes meleagrides -L'oiseau coucou:Campephaga lobata - Greenbul d'olive Criniger olivaceus Phyllastrephus leucolepis -Picathartes:Pocathartes gymnocephalus - Oiseau chasseur d'insectes en vol Melaenornis annamarulae
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Gola malimbe:Malimbus ballmanni ---Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

42

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.1.2

Les vertébrés des forêts de l'Ouest - Angwatibo:Arctocebus calabarensi - Galago d'Allen:Galago alleni -le colobe noir :Colobus satanas -le drill: Mandrillus leucocephaeus -Le mandrille:Mandrillus sphinx -L'Okapi: Okapia johnstoni - la guenon au visage de hibou: Cercopithecus hamlyni -la genette aquatique : Osbornictis piscivora -la genette géante: Genetta victoriae -le paon du Congo: Afropavo congensis - le cusimanse d'Ansorge: Crassarchus ansorgei -le chimpanzée nain: Pan paniscus -le mangabey noir : Cercocebus aterrimus - le chimpanzée commun: Pan troglodytes - le rusé mangabey gris : Cercocebus albigena.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

43

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.2

- 23 amphibiens (*); 43 reptiles (*); plus de 150 espèces de poissons d'eau douce endémiques dont une vingtaine (**) 2.2.3.1 - 53 espèces d'oiseaux: 22 (*) - 55 espèces d'amphibiens (*) - 10 espèces de reptiles 2.2.3.2 - 30 espèces d'oiseaux (*) - 20 mammifères (*) Chacal: Canis simens Nyala: Tragelaphus buxtoni - 13 amphibiens (*) Aux parcs: -14 espèces d'oiseaux (*) - 11 espèces de mammifères (*) 2.2.3.3 2.2.3.4 - 15 papillons et 37 espèces d'oiseaux (*) - espèces d'oiseaux montagneux (*) - nombreux spp. de papillons (*) - oiseau rouge-gorge: Sheppardia montana - Hibou aigle : Bubo vosseleri - 2 amphibiens (*) 2.2.3.5 A Uluguru - 2 oiseaux ; 5 reptiles; 6 amphibiens (*) 2.2.3.6 Inventaire jamais entrepris

2.2.3

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

44

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.3.7 2.2.4.

- 4 oiseaux (*) - 86 espèces de reptiles (*) - les ongulés Beira : Dorcatragus megalotis - 4 espèces de dik dik: Madoqua saltiana; M. philipsi; M. guentheri. piacentinii; M.

- le dibatag: Ammodorcas clarkei - le gernuk:Litocranius walleri -les gazelles : Gazella spekei; G. granti - l'Antilope: Damaliscus hunteri - le Zèbre: Equus grevyi. 2.2.5. 2.2.6. Peu connu -très pauvre et non diversifié - peu d'endémisme, spp. désertiques bien représentées 2.2.7. - assez de variétés animales: les mammifères et les oiseaux: peu (*) - les antilopes: Kobus kob leucotis - le tiang : Damaliscus lunatus tiang - lelwel: Alcelaphus buselaphus lelwel - la gazelle Mongalla: Gazella thompsonii albonotata 2.2.8. 2.2.8.1
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

45

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.8.2

- nombreuses spp. d'oiseaux (*) Dans la forêt d'Arabuko-Sokoke (Kenya): 2 espèces d'oiseaux (*): le tisserin: Ploceus golandi le hibou Sokoke: Otus ireneae

2.2.9. 2.2.10.

- Rfr. au tableau d'inventaire ichtyologique et aux notes d'explication ci-dessous. - 197 espèces d'oiseaux dont 106 (*) - 144 espèces d'amphibiens : 2 (*) -- 260 espèces de reptiles : 90 % (*) - 380 espèces de mollusques dont 360 (*)

2.2.11 2.2.12

Inventaire jamais effectué: faune inconnue - Nombre d'espèces variables entre 6 et 9 - les côtes Ouest (6) ont généralement moins d'espèces que sur les côtes Est (9) - faune constituée principalment des invertébrés: crevettes, gastéropodes et mollusques.

Notes explicatives: Sur la sous-région biogéographiques 2.2.1.1.: La Côte d'Ivoire offre l'étendue la plus vaste où une partie de ces organismes (1.1) sont protégés: Park National Tai et la réserve nationale d'animaux de N'ZO dont la superficie totale(pour les 2) serait de 445.000 ha. Le parc national occupe 350.000 ha. Ce parc héberge:
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

46

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

- 47 de 54 mammifères connus inventoriés dans cette région biogégraphique - 230 espèces d'oiseau dont 143 propre aux zones des forêts pluvieuses (dont 7 de ceux-ci sont menacés d'extinction en milieu naturel) - 1300 espèces des plantes dont 700 ont été reconnues endémiques à la région 1.1. et 200 autres qu'on ne rencontre que dans la zone Taï. A part ces entités ivoiriennes de la Conservation de la Nature , cette région biogéographique compte le Parc National Sapo au Libéria d'une superficie de 130.700 ha., la réserve massive de la biosphère en Guinée d'une superficie de 116.000 ha. Sur la sous-région biogéographiques 2.2.1.2: Dans cette partie biogéographique les réserves et les parcs nationaux sont les suivants: Au Cameroun - le Parc National de Korup (126.000 ha) - la réserve animale de Campo (271.160 ha) - la réserve animale de Dja (526.000 ha) Au Gabon - Parc National Wonga-Wongue (500.000 ha.) - Réserve animale de Lope (500.000 ha)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

47

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

- Complexe de la réserve de Sette Cama (700.000 ha) La forêt frontalière au sud -est de Cameroun, au nord du Congo au sud-ouest de la République Centrafricaine est aussi un acquis de l'humanité qui nécessite une protection suivie. A l'Est du continent et du Zaïre les grandes étendues confrontées à d'énormes difficultés de gestion et de survie même de l'action hébergent des espèces rares et parfois uniques au monde. Nous citerons - le Parc National de Kahuzi-Biega (600.000 ha dont 500.000 sont constitués des forêts pluvieuses denses) - Parc National de Maiko: c'est la région prioritaire dans cette sousrégion biogéographique en tant que site le plus important d'Okapi, disposant aussi de 13 espèces de primates, chiffre jamais égalé dans une autre forêt tropicale en Afrique. Le gigantesque Park National de Salonga dont la superficie est de 3.600.000 ha. Ces deux sous-régions (2.2.1.1 et 2.2.1.2) hébergent près de 50% de toute la faune et flore du continent. Sur la région biogéographique (2.2.3.)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

48

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Les montagnes camerounaises (une partie volcaniques et des des zones montagneuses riches en espèces endémiques: d'oiseaux dont 22 sont endémiques. Dans la sous-région (2.2.3.2) les entités les plus protégées sont: -les Parcs Nationaux de Bale ( 247 ha) et de Simen (17.900 ha) situés dans le Nord-Ouest de Grabben. Le Parc de Bale comporte 14 espèces d'oiseaux et 11 espèces de mammifères endémiques aux montagnes éthiopiennes. Tableau 5 : Localisation des zones préférées par les oiseaux endémiques au continent africain Centre d'endémisme Nombre d'espèces réduite cette zone Forêts de Guinée Montagnes camerounaises Angola Région du Cap Sud-Est (altitudes)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

53 espèces

Préférence d'Altitude à Plaine(P) Montagne (M) P M P/M M M

Préférence d'habitat forêt (F) Non (N) F F F/N N N

7 23 12 4

Afrique 4

49

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Montagnes (Est du 25 Zaïre) Montagnes africaines Forêts côtières de 6 Kenya Tanzanie Montagnes d'Ethiopie 8 et de Est 26

M M P

F F/N F

M

N

Au Parc de Simen on connaît l'existence d'un Chacal: Canis simens alors que dans les montagnes éthiopiennes on a inventorier le Nyala: Tragelaphus buxtoni En ce qui concerne la sous-région (2.2.3.3) eu égard au nombre d'espèces d'oiseau, cette entité comporte le plus grand nombre d'espèces d'oiseaux endémiques que nulle part ailleurs sur ce continent. On y rencontre: - le fameux Parc National de Virunga au Zaïre (780.000 ha) contigu au Parc National des Volcans au Rwanda (12.500 ha) et une réserve de Gorilles en Uganda de 8800 ha. - le Parc National de Kahuzi Biega (75.000 ha) dans l'est du Zaïre. On peut ajouter à ce répertoire, la forêt Nyungwe au Rwanda et la forêt
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

50

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

impénétrable (vierge) en Ouganda. Plusieurs zones forestières de cette sous régions ont été déboisées pour les habitations et l'agriculture industrielle. Il y a nécessité de renforcer le dispositif de protection pour cette sous-région. Les zones de 2.2.3.5. s'étendent entre la Tanzanie et le Malawi. La sous-région 2.2.3.6 est très peu connue sur le plan scientifique. S'agissant de la région biogéographique (2.2.4), on peut dénombrer: - la réserve de Mille-Sardo, la réserve de Gewane et le Parc National de Yangudi-Rassa en Ethiopie . Toutes ces zones protégées ont une superficie de 1,6 million d'hectares. - le Parc National d' Omo au Sud-Est d'Ethiopie dont une partie se retrouve dans la région biogéographique soudanienne. - la partie Sud de cette région partage sa faune avec la région zambézienne et dispose très peu d'espèces endémiques. La qualité de terre de cette région fait qu'il y a une très forte concentration des mammifères. Parmi les entités protégées on peut citer: - le Parc National de Tsavo (au sud de Kenya) d'une superficie totale de 2.082.114 ha; - la réserve complexe de Serengeti (plus grande partie se retrouve en Tanzanie) de 1.480. 000 ha.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

51

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

- la zone protégée de Ngorogoro (828.200 ha); la réserve de Maswa avec 220.000 ha et les zones de haute surveillance de Loliondo et d'Ikongoro. La réserve nationale Mara des Masaï La région biogéographique (2.2.5) s'étend de Zambie au Zimbabwe et au Malawi (moins la partie montagneuses de Malawi). Elle inclue aussi une bonne partie d'Angola, de Mozambique, du Sud de Tanzanie, du Zaïre, de Namibie, de Botswana et d'Afrique du Sud. La région biogéographique (2.2.6) s'étend de sud-ouest d'Angola en passant par la Namibie, l'Afrique du Sud (dans l'entité biogéographique de fynbos de Cap). Les zones protégées comprennent: - le Parc National d'Iona en Angola : 1.515.000 ha; - le Parc National de Namib-Naukluft en Namibie: 4.976.800 ha. La région biogéographique (2.2.7) comprend toute l'Afrique du Nord partant des côtes atlantiques Est jusqu'aux montagnes Ethiopiennes. la zone sahélienne marque ses frontières du nord et au sud par la région forestière guinéo-congolaise. Les réserves pour conservation de la Nature comprennent: - les Parcs nationaux du Sud de Soudan et de Boma (sudest de Soudan): 4,6 millions ha. La sous-région biogéographique (2.2.8.2) s'étend sur les côtes Est-africaines en partant du Sud de Somalie à la rivière Limpopo dans le sud de Mozambique. Les zones telles que les collines Shimba et la forêt
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

52

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Arabuko-Sokoke sont enregistrées au pays (Kenya) comme une réserve mais ne bénéficient d'aucune attention de protection adéquate. La région biogéographique (2.2.9) comprend les eaux intérieures: 2.2.9.1.1 - les cours d'eau ( le Nile, le fleuve Zaïre, le Niger, et le Zambèze) 2.2.9.1.2. - les lacs de grabben (Victoria, Tanganyika, Nyassa, Turkana, Moëro, et Albert 2.2.9.1.3. - le lac Tchad, le Delta de Niger au Mali, le Sudd au sud de Soudan et le Delta d'Okavango au Botswana. La distribution de la faune est divisée en plusieurs entités mais nous en citerons les 3 plus importantes:

2.2.9.2.1.- l'entité soudanienne ou nilotique: la partie sud du Nile, le lac Mobutu, le Niger, la Gambie, les fleuves Sénégal Volta dans l'Ouest y compris les lacs Tchad et Turkana. 120 espèces des poissons au delta de Niger dont 24 de celles-ci vivent dans le bassin de Niger. 115 espèces des poissons dans le Nile dont 26 de celles-ci seulement ont été enregistré dans le bassin du Nile.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

53

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.9.2.2.- l'entité du bassin du Zaïre 700 espèces inventoriées mais on estime à plus de 1.000 espèces son potentiel ichtyologique. De celles-ci 560 ont été reconnus endémiques à cette zone. La rivière Lualaba (supérieure) à une faune différente de celle du fleuve Zaïre car il a été longuement séparée par des chutes et des cataractes mais cette rivière partage sa flore avec la rivière Zambèze et la région soudanienne. 2.2.9.2.3.- les Grands lacs: habitats des Haplochromis spp., et surtout des cichlidés. Les cas d'introduction d'espèces étrangères: Lates niloticus et le Tilapia spp. au Lac Victoria pose des problèmes de prédation très sérieuse. La pression de pêche, la pollution agricole (l'engrais, les pesticides, le D.D.T. et les herbicides) sont autant de dangers qui menacent la faune et l'équilibre des écosystèmes de ces lacs et plus particulièrement du lac Victoria. A ce répertoire non moins exhaustif nous ajoutons l'entité de Cap en Afrique du Sud (peu riche mais très endémique), la rivière Zambèze (riche en ichtyofaune) et la région somalo-masaïenne Tableau 5a : Diversité biologique de quelques rares espèces (végétales) aux seuils critiques dans des zones à risques sur le continent africain.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

54

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

RBG 2.2.1

SRB

LES VEGETAUX 8.000 (T.C.)

2.2.1.1

- plaines forestières et pluvieuses - Inventaire inachevé

2.2.1.2.

- plaines et montagnes forestières - inventaire en cours

2.2.2

-

- Région de fynbos: plaines et montagnes: plus riche en végétaux: Superficie: 71.000 km2: . 8.500 plantes vasculaires : 70 % (*) . il ne reste plus que 20% de réserve de fynbos des plaines. .le fynbos des montagnes restent intact

2.2.3

4000 espèces dont 80 % (*)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

55

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.3.1

- Mont Imba (1752 m): riche en espèces florale (*) - végétations des roches volcaniques (*) - végétations de la forêt guinéenne Block et du massif Ziama Inventaire en cours

2.2.3.2 2.2.3.3

- végétations afroalpines (*) - Plaines et chaînes de montagnes

forestières (riche en espèces florales et faunistiques) - Inventaire non actualisé (date des années 1949) 2.2.3.4 - nombreuses espèces des plantes (*) - 50 espèces d'arbres (*) 2.2.3.5 Au mont Mulandje: - 20 espèces de plantes (*)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

56

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.3.6

- Importante végétation (*) Inventaire jamais effectué

2.2.3.7

- 1800 spp. dont 300 (*) Inventaire poursuivi

2.2.4.

- la végétation répandue: AcaciaCommiphora - 2.500 spp. dont près de 1300 (*)

2.2.5.

- 8.500 espèces : moins d'espèces (*), mais très diversifiées

2.2.6. 2.2.7. 2.2.8. 2.2.8.1

- 3.500 spp + 50 % (*) - 2.750 ssp. : près de 950 (*) - sous-région pauvre: 1.200 espèces dont 3% (*) 2.2.8.2 - l'inventaire botanique fait état de 3.000 spp. dont 40 % (*)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

57

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.9.

Voir notes explicatives au texte cihaut.

2.2.10.

- 12.000 spp. avec 60 % (*) - 2 zones botaniques distinctes: Est et Ouest: Est : forêts tropicales pluvieuses et la région de Sambirano Ouest:- au sud avec comme caractéristique : Didiereaceae - au nord la forêt tropicale

2.2.11

- Très peu connu : il y a nécessité d'explorer et d'étudier la faune de ces récifs coralliens

2.2.12

- Pauvre en végétaux: Avicennia sp. - Zone tampon

Notes explicatives: Sur la région biogéographique (2.2.2.) : les quelques réserves inclues: - les localités environnantes des montagnes Hawequas (115.910 ha) et Sederberg (126.375 ha)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

58

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

- les plaines de fynbos (31.800 ha). Sur la région biogéographique (2.2.3.) Il y a très peu d'entités protégées dans cette sous-région biogéographique. Le plus important c'est la réserve massive Ziama de la biosphère (116.170 ha) Guinée. La sous-région (2.2.3.4) comprend les régions colinaires de Kenya , et du nord de Tanzanie les montagnes Imatong du sud de Soudan, le mont Elgon (situé à la frontière entre le Kenya et l'Uganda). La sous-région 2.2.3.7. compte 200.000 ha à titre de forêts protégées et pourraient jouir du statut des Parcs nationaux. La sous-région biogéographique (2.2.8.1.) est une zone de transition entre le Soudan et le désert de Sahara. Deux réserves : Ouadi Achim-Ouadi Rimé au Tchad. Une réserve naturelle de l'Air et de Téneré a une superficie de 6,5 millions d'ha. La pression de chasse exercée sur l'Addax et l'Oryx pourrait en ce moment avoir décimé ces deux espèces endémiques. La région biogéographique (2.2.10.) comprend les îles Comores et Sychelles. Deux Parcs Nationaux qui hébergent 11 réserves (de 100.000 ha) et 23 autres réserves spéciales qui couvrent 365.500 ha.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

dont une partie est la montagne Nimba au

59

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

- les zones montagneuses et la réserve de Tsingy de Bemaraha (152.000 ha) sont des entités où l'endémisme est très élevé. La région biogéographique (2.2.11.) comprend toutes les profondeurs des côtes continentales, des îles seychelles, Comores et malgaches. Inventaire jamais entrepris et donc inconnu du monde scientifique. La région biogéographiques (2.2.12) ne se rencontre que dans pays côtiers et dans les îles et les îlots. Leur superficie varie d'une région à l'autre: - la Tanzanie dispose de 200.000 ha (delta de Rufiji) dont 50 % s'étend au Mozambique. Une partie de cette entité est considérée comme réserve protégée pour les deux pays. - au Madagascar on estime à 300.000 ha la superficie de mangroves dont 90 % serait dans la partie west du pays. Aucune mesure de protection n'existe à ce jour pour cette entité au Madagascar.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

60

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

CHAPITRE III FONDEMENTS DES AFFINITES BIOLOGIQUES 3.1.- IMPORTANCE REGIONALE DES ENTITES BIOGEOGRAPHIQUES Les pays ayant la plus grande diversité biologique en Afrique tendent à avoir le plus grand nombre de phytochoria à l'intérieur de leurs limites. La distribution des phytochoria africains est présentée à la fig.7., et ceci forme la base des affinités biogéographiques enregistrées . Dans le Tableau 1., les nombres approximatifs d'espèces de plantes, de mammifères, d'oiseaux, de reptiles, d'amphibiens, de poissons d'eau douce et de papillons, sont donnés pour chaque pays africain dont les données sont disponibles. Dans plusieurs cas, ces figures font allusion aux nombres d'espèces que les scientifiques considèrent comme devant exister dans chaque pays, bien que dans certains, les totaux des espèces couramment connus soient donnés.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

61

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Les listes complètes des espèces ne sont pas toujours disponibles pour tous les pays africains; non plus en effet, pour tous les pays du monde. La plus grande part de la diversité d'espèces dans le monde consiste en des invertébrés, en particulier des insectes,mais ceuxci sont si mal connus qu'ils ne sont pas inclus dans le Tableau 1. En termes d'efforts globaux, préserver la biodiversité et arrêter la vague massive d'extinction des espèces, sont pour des pays tels le Zaïre, le Cameroun et la Tanzanie, les plus grandes priorités. Cependant, il y a trois principales raisons pour lesquelles il serait imprudent de concentrer tous les efforts sur juste quelques pays : - 1) la gestion convenable de la biodiversité est essentielle pour le développement à long terme de toutes les nations africaines. Ignorer certains pays parce qu'ils possèdent un faible taux de biodiversité équivaut à dire que les conséquences écologiques, économiques et sociales de la destruction de leurs ressources de base sont de moindre importance, biologiquement, que celles de la plupart des nations. La conservation de la biodiversité est une priorité urgente pour chaque nation africaine. - 2) richesses d'espèces et d'habitats ne sont pas les seuls critères par lesquels les priorités internationales pour la conservation de la biodiversité doivent être définis (MILLER KENTON & STEVEN

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

62

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

LANOU, 1995). Dans plusieurs parties de l'Afrique, il y a des zones dans lesquelles les concentrations des espèces qui y existent n'apparaissent nulle part ailleurs (ce sont les espèces "endémiques"). Le pays africain ayant le plus haut niveau d'endémicité est Madagascar, bien qu'il ne soit pas spécialement riche en espèces. C'est aussi vrai pour les pays des Iles océaniques tels les Comores, l'Ile Maurice, Sâo Tomé et Principe et les Seychelles. Pour les espèces de forêt sur le continent, les régions suivantes sont d'une importance particulière pour l'endémisme: les plaines forestières de la Côte d'Ivoire et du Libéria, les montagnes et les plaines forestières du Nigéria, du Cameroun et du Gabon; les forêts de l'escarpement ouest de l'Angola; la plaine forestière et les montagnes forestières de l'est du Zaïre, de l'ouest de l'Ouganda et du Rwanda; et les forêts côtières du Kenya et les forêts de l'est de la Tanzanie. L'unique sa flore. Pour les zones humides, les centres d'endémisme sont moins nets, mais les régions d'importance internationale incluent clairement l'intérieur du Delta du Niger au Mali, les plaines saisonnièrement inondées du nord de la République Centrafricaine et le sud Tchad, la région sud du Soudan sud, les Lacs Victoria et Kyoga en Ouganda, les "fynbos" de l'Afrique du Sud contribue

significativement à la grande diversité d'espèces de ce pays, spécialement

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

63

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

marécages de l'est de la Tanzanie, du sud du Zaïre et de diverses parties de la Zambie et la région Okavango du nord du Botswana. Les grands Lacs de l'est et du centre de l'Afrique sont remarquables pour leur grand nombre d'espèces de poissons endémiques. Les importants centres d'endémisme pour les espèces des plaines arides existent en Somalie, Ethiopie et Namibie. En somme, les régions montagneuses sont le centre d'une grande variété d'espèces endémiques de plusieurs habitats différents. Comme on peut le voir sur la liste ci-dessus, la décision de concentrer toutes les ressources sur les quelques pays à grandes diversités d'espèces et d'écosystèmes, signifierait que plusieurs zones avec une haute endémicité d'espèces seraient ignorées. -3) les pays présentant le plus haut degré de diversité d'espèces et d'écosystèmes, ne constitue pas un bon échantillon représentatif de toute l'Afrique. Les compositions en espèces des pays tels le Zaïre, le Cameroun, le Nigéria et l'Ouganda, sont en fait très similaires, mais plusieurs parties de l'Afrique ne sont pas représentées dans la liste de beaucoup de pays, par exemple, l'est de l'Afrique, le Sahel, la corne de l'Afrique et des parties de l'Afrique du Sud. Même s'il était possible de parvenir à un accord selon lequel les pays avec un maximum de diversité d'espèces et / ou d'endémisme doivent avoir une grande priorité pour la conservation, ce groupe ne sera pas un bon échantillon représentatif du continent. Aussi, il faut
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

64

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

reconnaître que la perte de toute ressource biologique pourrait avoir de sérieux effets, écologiquement ,dans les pays à faible biodiversité (comme ce qui s'est passé au Sahel) comparés à ceux qui sont plus diversifiés.

3.2.-MENACES A LA BIODIVERSITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE En Afrique, la biodiversité est menacée pour exactement les mêmes raisons que partout ailleurs dans le monde : le conflit entre l'offre et la demande, en termes de limite de l'offre des ressources de la terre et de l'augmentation de la demande sur elles, pour répondre aux besoins d'une population en croissance et dont les aspirations augmentent . Dans beaucoup d'endroits, une forte demande est exercée sur les espèces et les écosystèmes, qu'elles ne sont elles-mêmes plus capables d'atteindre au taux naturel de recrutement. La déforestation en Afrique représente 1,33 millions d'hectare/an entre 1976 et 1980 et 4,80 x 106 d'hectare/an entre 1980 et 1990 (MERCIER, 1991). Pour le seul cas du Zaïre avec son couvert végétal de la forêt dense évalué à 105.750 Mha (milliers hectares) et de forêt ouverte à 71.840 Mha la déforestation annuelle pour 1982 représente en valeur absolue 347 soit près de 0,2 % en valeur relative (FAO, 1982).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

65

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

3.2.1. Les pressions de l'explosion démographique De petits regroupements de population qui vivent en faible densité à cause de leurs pratiques agricoles, pastorales ont souvent utilisé les ressources naturelles sans en affecter l'équilibre. Certains peuplades ne se sont rendus compte de leurs effets néfastes sur les habitats (le taux de renouvellement ) que quand leurs communautés ont commencé à souffrir des changements intervenus dans l'écosystème. Parmi les changements qui ont modifié le mode de vie de ce siècle figurent au premier plan l'amélioration des soins de santé et l'éducation qui ont accéléré l'explosion démographique. Ce qui a conduit au besoin d'accroître le plus rapidement possible les productions agricoles. Il est cependant connu que toute solution à type de problèmes entraîne ipso facto un autre type de problèmes parfois beaucoup plus complexe que le précédent. Ici le principe malthusien trouve tout son sens! 3.2.2. Méthodes de production alimentaire La pression de la population sur l'environnement croît à un taux qui n'a pas permis la technologie de la production alimentaire, même basée sur les méthodes traditionnelles ou modernes, pour garder le pas,
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

66

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

excepté par des moyens qui laissent les terres inutilisables pour des années ou même des générations. De plus, les gens ont, dans certains cas, conservé des techniques d'agriculture ou d'élevage non appropriées au changement de l'environnement : par exemple, dans certaines régions, l'augmentation rapide des troupeaux de bétail et l'éradication de la Tsé-tsé n'ont pas nécessairement entraîné une production plus élevée de la viande; la destruction de la savane et de quelques régions boisées pour un but agricole n'ont pas été gérées de manière à accroître les productions agricoles mais elle a plutôt à la désertification de ces contrées. De plus en plus, les populations des zones rurales croient vivre en harmonie avec les écosystèmes naturels qu'ils occupent, mais il est regrettable de constater que de par leurs méthodes d'exploitation (telle que l'agriculture sur brûlis dans les zones forestières et boisées) la pression sur les habitats est au seuil parfois limite de son potentiel d'exploitation. Malheureusement, ce mode de vie a réduit la diversité biologique dans ces régions. Ni l'environnement, ni les populations concernées ne vont plus supporter pour longtemps ce mode de relation pourtant répandu en Afrique noire. 3.2.3. La charge de la dette extérieure

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

67

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

L'accroissement de la dette extérieure, avec une moyenne de 58% de GNP pour l'Afrique subsaharienne, poussent aujourd'hui certains gouvernements à s'engager dans une variété de pratiques agricoles et industrielles qui ne respectent pas l'équilibre des écosystèmes et le potentiel de renouvellement biocénotique. 3.2.4. Exploitation commerciale des terrains Le déboisement pour l'installation des firmes, la déforestation pour le commerce du bois, l'extraction minière et de l'huile sont des exemples d'activités qui peuvent et ont contribué à une destruction irréversible de l'habitat . Ceci a probablement provoqué l'extinction de beaucoup d'espèces, particulièrement les invertébrés dont la plupart sont inconnus de la science. La destruction des habitats comme les zones marécageuses, les forêts et les récifs coralliens, a un impact direct sur la diversité de l'écosystème qui s'accompagne d'une réduction remarquable des espèces dépendant de ces habitats . 3.2.5.La sur-exploitation L'exploitation intensive peut conduire au déclin des espèces dans des populations sauvages. Etant donné que le potentiel de recrutement d'une population est fonction de plusieurs paramètres, on ne peut donc pas généraliser la capacité d'exploitation à tous les habitats. Ainsi,toute population si nombreuse soit-elle ne résiste pas au saut de
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

68

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

sur-exploitation. Un exemple classique d'une sur-exploitation est celui du Rhinocéros noir qui, en moins de 20 ans a été réduit de 70.000 à environ 3.500 individus. 3.2.6. Population au seuil critique Pour les espèces qui ont été réduites en nombre, la survie doit être difficile à assurer même si apparemment, des mesures de conservation adéquate ont été introduites. Ceci parce que les espèces existent en petites populations fragmentées et non viables, qui peuvent être en-dessous du seuil minimal d'une population viable. De telles populations sont extrêmement vulnérables à l'extinction si des catastrophes environnementales tels le feu, la maladie, les cyclones, se déclenchaient. Même si ces populations survivent à de tels risques, elles peuvent être sujettes à de sévères pertes de diversité génétique, avec des symptômes associés comme la baisse de la vigueur et de la fertilité. Les petites populations qui courent le grand risque de disparition sont souvent ces groupements d'animaux ( souvent de même sexe) limité à une région où ils sont endémiques et non protégés. La rapidité de disparition de la faune du Sahel durant ces 20 dernières années, peut être attribuée en partie aux problèmes associés aux petites populations non viables d'animaux. 3.2.7. Les changements climatiques
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

69

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

En Afrique, la biodiversité est aussi sous la menace des changements climatiques, en particulier les chutes de pluies. Les raisons de tels changements sont sans aucun doute complexes , mais il est évident que les pires effets peuvent être réduits si une action est menée contre la dégradation de l'habitat, spécialement dans les forêts pluvieuses de l'Afrique Equatoriale et les prairies semi-arides. Une telle action dans n'importe quel cas, recommande de protéger la biodiversité de ces régions. Que dire de l’effet albédo ? Un arbre est un puits à carbone quand il est en phase de croissance, aussi la lutte contre le déboisement et l’encouragement à la reforestation sont considérés comme des leviers permettant de lutter contre le réchauffement de la planète. Toutefois, cet état de fait pourrait être bousculé par la publication d’une étude américaine qui estime, au contraire, qu’une déforestation des moyennes et, surtout, hautes latitudes de la planète pourrait limiter le réchauffement de 0,3 °C à l’horizon 2100. Si ce faible gain ne change probablement rien à la problématique de la fin du XXIe siècle, il est néanmoins intéressant d’analyser plus précisément ce qui permet aux chercheurs d’aboutir à ce constat. Les forêts peuvent affecter le climat de plusieurs manières :

- elles absorbent plus de gaz carbonique qu’elles n’en rejettent
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

70

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

(essentiellement dans la phase de croissance des végétaux) ; - elles rejettent d’importantes quantités d’eau dans l’atmosphère, qui favorisent les nuages et aident à refroidir la planète tout en accroissant l’effet de serre ; - avec une végétation de couleur foncée, les forêts absorbent la chaleur du soleil, contribuant à son piégeage. Jusqu’à présent, les stratégies visant à limiter le réchauffement climatique, en ayant recours à la plantation d’arbres, ont seulement tenu compte du premier effet cité. Or, en prenant en compte l’intégralité de ces paramètres, l’équipe de chercheurs du Lawrence Livermore National Laboratory (1), dirigée par Govindasamy Bala, démontre que dans certaines configurations l’effet albédo (2), du dernier point, peut inverser la contribution des forêts au réchauffement climatique. Si les zones forestières tropicales sont salutaires pour limiter le réchauffement climatique, le reboisement des forêts boréales canadiennes, scandinaves et sibériennes pourraient contribuer au réchauffement de la planète. Pour illustrer le problème, des pins aux aiguilles foncées pourraient donc avoir un impact plus important que des peupliers aux feuilles claires. A mi-chemin de ces forêts, aux moyennes latitudes (Etats-Unis, majeure partie de l’Europe et de l’Asie), le reboisement n’apporterait que des avantages minimes pour le climat.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

71

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

En conclusion, bien que les chercheurs estiment qu’il convient de poursuivre les recherches pour obtenir des résultats plus détaillés, ils jugent que les forêts, en dehors des tropiques, ne devraient pas être considérées comme une stratégie d’atténuation face au réchauffement climatique. 1- Le laboratoire national de Lawrence Livermore dépend de l'université de Californie pour le compte du département en charge de la sécurité de l'énergie nucléaire aux USA. 2- Albédo : pouvoir réfléchissant d'un corps. Ainsi, un corps noir mat qui ne réfléchit pas a un albébo de 0%, quand celui de la craie est de 0,85.

3.2.8. Introduction des nouvelles espèces Pour les îles autour de l'Afrique, l'introduction d'espèces tels les rats, les chats, les chèvres, les cerfs et beaucoup de plantes, représente une menace incontrôlable particulièrement pour la biodiversité. Les écosystèmes des îles sont extrêmement fragiles et les espèces introduites peuvent renverser les équilibres écologiques naturelles , et peuvent même conduire à des extinctions massives. Les îles de la Réunion, les îles Maurices et Rodrigues, ont souffert de la dévastation dans les temps historiques, due surtout aux espèces introduites. Une fois introduite,les espèces étrangères ont été par
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

72

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

la suite impossible à éradiquer: le retrait des lapins sur les Iles Maurices a été une exception louable. Jusqu'aujourd'hui, il n'y a aucune solution à la dévastation des cichlidés par le Lates niloticus introduit au Lac Victoria; l'erreur de la pisciculture de la République Centre Africaine (Bangui) est à la base de la présence d'Heterotis niloticus au fleuve Zaïre. Que nous réserve l'introduction de Limnothrissa miodon introduit au lac Kivu en 1959 ? et le Stolothrissa tanganikae

3.2.9. Cas de menaces et d'extinction de l'ichtyofaune africaine dus aux activités anthropiques

L'impact des barrages , de la sécheresse et de la surexploitation sur la rivière Benué (au Nigéria) a modifié gravement la fréquence d'espèces habituellement capturée dans cet environnement aquatique (NEILAND et al., 1991). OGUTU-OHWAYO (1991) dénonce la réduction de la diversité d'espèces aux lacs Kyoga et Victoria due à l'introduction d'espèces étrangères (Lates niloticus, Linnaeus 1758; O. niloticus,Linnaeus 1758; O. leucostictus,Trewavas, 1933; T. zilli, Gervais, 1948 and T. melanopleura, Dumeril, 1859 ) et à l'activité de l'homme. McGREGOR (1990) signale l'extinction de 2 cichlidés (Stomatepia mongo Trewavas 1972 et Konia dikume Trewavas, 1972 du lac Barombi Mbo au

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

73

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Cameroun. C'est le résultat de la déforestation dans les environs immédiats, de la construction du barrage sur la rivière Kake, de l'utilisation abusive des pesticides et de la pression des visiteurs sur ce beau site du lac Barombi Mbo. En Afrique du Sud, SKELTON (1991) rapporte qu'il y aurait 24 espèces des poissons d'eau douce (Austroglanis barnadi Skelton, 1981; Clarias cavernicola Trewavas, 1936; Nothobranchius sp., Pseudobarbus burgi Boulenger, 1911; P. phlegethon Barnard, 1938; P. quathlambae Barnard, 1938;Tilapia guinasana Trewavas , 1936; Barbus andrewi Barnard,1937; B. erubescens Skelton, 1974; B. serra Peters, 1864; B. treurensis Groenewald, 1958; B. trevelyani Günther, 1877; Chiloglanis bifurcus Jubb & LeRoux, 1969; Sandelia bainsii Castelnau, 1861; Astatotilapia brevis Jubb,1968; Austraglanis gilli Barnard, 1938, A. sclateri Boulenger, 1901; Barbus capensis A. Smith, 1841; B. calidus Barnard, 1938; B. hospes Barnard, 1938; Labeo seeberi Gilchrist & Thompson, 1911; Pseudobarbus burchelli A. Smith, 1841; P. tenuis Barnard, 1938 et Serranochromis meridianus Jubb, 1967) et 8 espèces d'estuaire (Hippocampus capensis Boulenger, 1900; Syngnathus watermayeri J. Smith, 1963; Taenioides jacksoni J. Smith, 1943; Croilia mossambica J. Smith 1950; Myxus capensis Valenciennes, 1836; Redigobius dewaali Weber, 1897; Silhouettea sibayi Farquharson, 1970) menacées de disparition. L'auteur pense que cette menace est due surtout à la degradation et la destruction d'habitats mais aussi au phénomène
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

74

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

d'introduction d'espèces étrangères. L'Afrique du Sud est le pays qui a connu le grand nombre de cas d'introduction d'espèces étrangères à sa biocénose (MOOR & BRUTON, 1988). La cannalisation et la déviation des plusieurs cours d'eau est un autre élement responsable de ce coup fatal à l'ichtyofaune de ce pays. La construction des barrages (avec ou sans échelle à poissons) et des puits ont sérieusement affecté le niveau d'eau dans certaines régions. La pollution est surtout responsable de la menace qui pèse sur P. burgi et S. bainsii. (O'KEEFFE et al., 1989). L'introduction des espèces étrangères affectent 20 (83% du lot) d'espèces menacées. Parmi les espèces introduites on peut citer les plus destructrices à savoir : Oncorynchus mykiss Walbaum, 1792, Salmo trutta Linnaeus, 1758 et Micropterus spp. et Micropterus dolomieu Lacepède, 1802. Le Clarias gariepinus est particulièrement hostile à deux espèces (Barbus trevelyani Günther, 1877 et S. bainsii) fortement menacées. 3.3.-ACTIONS CONJUGUEES A ENCOURAGER AU NIVEAU DE CHAQUE ETAT AFRICAIN AFIN A D'INTEGRER LA CONSERVATION DE LA NATURE LA POLITIQUE

GENERALE DU DEVELOPPEMENT

3.3.1. Privilégier l'alimentation comme but principal de la politique économique et de développement .
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

75

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

3.3.2. S'assurer que les décisions sur budgétaires, de la politique économique et des investissements tiennent compte de leur impact sur l'Environnement . 3.3.3. Que dans le domaine de la politique environnementale on préfère anticiper et prévenir certaines situations que de les subir. 3.3.4. Faire qu'en sorte les idées clé de la conservation de la nature soient maintenues et respectées au cours des différents mandats politiques et à tout le niveau des Institutions . 3.3.5. Etablir ou revaloriser la capacité à analyser les implications environnementales de la politique gouvernementale . 3.3.6. Faire ressortir dans la loi les obligations du citoyen face aux principes et aux règles politiques qui régissent un développement intégré (Bonello et Fédida, 1994) 3.3.7. Réexaminer et réadapter chaque fois que cela est nécessaire les lois et leurs mécanismes de contrôle. 3.3.8. Reconnaître et faire valoir la légitimité des approches locales pour la conservation et la gestion des ressources naturelles.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

76

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

3.3.9. Accroître le Pouvoir et Responsabilité des Administrations dans le respect de l'Environnement . 3.3.10. Responsabiliser ceux qui détruisent les ressources naturelles ou qui endommagent les écosystèmes ou qui portent atteinte à la santé de la population de par leurs agissements. 3.3.11. Inclure les coûts ou les charges du maintien de l'équilibre de l'environnement dans les prix de l'énergie, des matières premières et des produits manufacturés . 3.3.12. Utiliser les taxes et d' autres instruments économiques pour motiver la conservation . 3.3.13. Revoir les droits de propriété sur les ressources des propriétés communes . 3.3.14. Elargir l'étendue des plans de développement national et décentraliser le processus de planification . 3.3.15. Souscrire obligatoirement à des projets importants faisant état d'une politique à adopter, des lois qui les régissent et des programmes de réalisation, de manière à permettre l'évaluation de leur impact sur l'environnement .
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

77

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

3.3.16. Adopter une approche écologique dans l'utilisation des terres ; et recourir aux plans régionaux en vue d'anticiper et de minimiser les conflits et prendre des décisions de nature à favoriser un développement intégré. 3.3.17. Renforcer les institutions gouvernementales et faire des associations avec les gouvernements locaux et le secteur nongouvernemental . 3.3.18. Encourager le développement des ONG; et reconnaître les droits à l'information, à être consulté, à participer à la prise des décisions, et aux remèdes légaux quand la santé ou l'environnement est endommagé ou menacé . 3.3.19. Garantir la liberté d'information sur les questions de l'environnement comme droit fondamental du citoyen 3.3.20. Inventorier dans un fichier les indices ou les critères-clés d'un développement intégré . 3.3.21. Fixer des taxes élevées sur les ressources énergétiques et les réduire sur les importations 3.3.22. Donner priorité aux voies et moyens par lesquelles le pays en développement pourrait avoir accès au type d'énergie qui n'implique pas la destruction des réserves naturelles . Cela implique
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

78

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

une aide et une assistance technique, y compris la formation de cadres pour l'exploitation rationnelle de l'énergie en agriculture, en industrie et en construction . 3.3.23. Rejoindre et supporter les mouvements des végétariens ( "green consumers") . 3.3.24. Multiplier les efforts de service de planning familial , particulièrement par la diffusion de l'information sur les méthodes de contraception et la distribution de contraceptifs . 3.3.25. Accroître l'éducation , les soins de santé, les revenus et la sécurité des familles les plus pauvres en développant les directives qui cadrent mieux avec leurs besoins . 3.3.26. Accroître la vigilance pour que les programmes global, national et à l'échelle régionale fassent l'objet d'un suivi et d'un contrôle permanent par la diffusion d'informations et de programmes d'éducation permanente.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

79

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

IIème Partie: LA BIODIVERSITE DU ZAIRE

CHAPITRE I PRESENTATION DE LA RDC ET DE SES DIVERSITES BIOLOGIQUES

1.1. GENERALITES La superficie de ce pays est de 2345.410 Km2 (15 hab./Km2), dont 3 % seulement sont cultivés. La forêt occupe près de 75 % de l'ensemble du territoire national. Le taux de croissance démographique est de 3,1 % . Population doublant tous les 23 ans. 1.2. AFFINITES BIOGEOGRAPHIQUES Il existe des affinités biogéographiques prédominantes avec la zone biogéographique guinéo-congolaise, dont la partie sud est a des affinités avec celle guinéo-congo-zambezienne et dans la partie nord du pays, avec la zone biogéographique guinéo-congo-sudanienne 1.3. VEGETATION Forêt équatoriale (au centre) et plaines marécageuses. Une savane boisée dans le sud et quelques montagnes dans l'est du pays.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

80

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

1.4. SITES CRITIQUES Bien que ce pays dispose d'un potentiel considérable en réserves tropicales d'intérêt international, la gestion et l'aménagement des sites sont insuffisants et parfois même non apropriés. Il y a une insuffisance de cadres techniques formés à cet effet et les moyens alloués à ce secteur sont toujours insuffisants. Les sites protégés se divisent en 3 , à savoir : les parcs, les réserves naturelles et jardins zoologiques. Bien qu'il existe une dizaine de parcs nationaux au Zaïre, nous ne parlerons ici que de 5 considérés comme sites critiques qui nécessitent une surveillance permanente. Les parcs nationaux: de Salonga, de Maiko, de Kahuzi Biega; de Virunga. Les réserves naturelles de Masoko et l'île de Kongolo. Pour certaines espèces dont le rayon d'endémisme est bien définie, des petites réserves ont été circonscrites à l'intérieur de certains parcs et sont sous la plus haute surveillance. C'est le cas du Parc national d'Okapi (dans la forêt d'Ituri). La forêt de Lomako-Yekokora avec ses (au moins 3 sous-espèces de primates) chimpanzés nains entre les rivières Lomami et Lualaba; la forêt de Wamba près de DJolu pour la seule espèce endémique de Guenon de la Salonga. La réserve de la biosphère de Luki nécessite des mesures d'urgence vu la déforestation pour la construction des maisons.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

81

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

La réserve de la forêt de Bushenyi sur l'île Idjwi, au Kivu. Les montagnes d'Itombwé à Uvira qui héberge quelques rares oiseaux uniquement endémique dans ces montagnes. D'autres réserves naturelles bien que mal entretenues jouent le rôle de zone tampon entre le Parc national de Virunga et les frontières ugandaises, elles comprennent la réserve de Luama (forêts du sud du pays) et la réserve de Rutshuru (c'est la forêt frontalière de l'est du pays) les régions montagneuses et de savanes de Marungu et la réserve de savane et des forêts des Bombo-Lumene. L'avantage du Zaïre sur ce point, en ce qui concerne sa biodiversité par rapport à d'autres états africains, est qu'il dispose de la savane du type nord et sud. En effet, ce pays compte dans sa partie nord, le Parc National de Garamba et la réserve naturelle de Bomu; dans le sud on peut citer le Parcs nationaux de Upemba et de Kundelungu, la vallée de la Lufira (considérée comme réserve de la biosphère) et la réserve régionale d'éléphants au Shaba. Certains des habitats écologiquement importants ne font pourtant pas partis de ces trois catégories, nous citerons pour exemple: la forêt sèche de Muhulu dans le Kyamasumba à Kolwezi, l'étendue de mangrove à l'embouchure du Zaïre. Chaque lac du Zaïre est unique en son genre et d'une grande importance biologique spécifique. Certains lacs de l'est constituent la
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

82

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

frontière entre le Zaïre et les pays voisins. Il s'agit des lacs: Mobutu, Edwards (Idi Amin), Kivu, Tanganyika et Mweru. On peut ajouter qu'en ce qui concerne le bassin hydrographique du fleuve Zaïre, les lacs Tumba et Mai-Ndombe. Comme nous le verrons plus loin, il faut une politique d'exploitation de ces lacs afin d'éviter certains abus. - dispositions préventives Les tableaux 1, 2 et 3 nous présentent l'état d'avancement de procédure de réhabilitation et de protection grâce au concours international. L'Etat zaïrois a donc d'une manière urgente besoin d'un inventaire de ce qui existe, leur niveau de réhabilitation ou d'extinction. - stratégies de réhabilitation connues à ce jour Aucune stratégie ne peut être généralisée sur l'ensemble de ces réserves. A chaque habitat conviendrait donc une stratégie de réhabilitation et de gestion. Cette stratégie commence par l'inventaire, en passant par la mise en place des structures de contrôle et la formation des cadres techniques appelés à gérer ces sites.

CHAPITRE II LE STATUT DE LA BIODIVERSITE AU ZAIRE
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

83

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.1. ESPECES TERRESTRES AU SEUIL CRITIQUE 2.1.1- LES PLANTES On dénombre 11.000 espèces de plantes au Zaïre avec une particularité : plus de 29 % d'endémisme (3200 espèces). Cette richesse de la diversité florale serait due à l'existence des plaines et des montagnes forestières, et de la savane et des terrains boisés au nord et au sud du pays. 2.1.2. - LES PRIMATES Le Zaïre dispose du plus grand nombre d'espèces du continent: 32 espèces. La guenon salongo est endémique au Zaïre dans la forêt de Wamba. Les Chimpanzés nains (ou pygmés) sont endémiques dans ce pays et localisés au sud du fleuve Zaïre. A l'Est du pays dans les montagnes de Kahuzi on a identifié ce singe , Cercopithecus hamlyni kahuziensis environnement. L'assassinat de Diane Fossey pour avoir lutté contre les exterminateurs de ces primates de montagnes illustre encore mieux la détermination des braconniers. Les plus chassés sont incontestablement la guenon d'Hoest et la guenon Salongo (à Ituri, Kivu et à Tshapo). C'est une viande appréciée par certaines populations locales et qui coûte plus cher que le poisson au kg (MUZIGWA, 1991).
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

endémique à cet

84

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.1.3.- LES ANTILOPES Une trentaine d'espèces. La pression de chasse est telle que certaines espèces des savanes ont été décimées. On peut encore cependant rencontrer le topi dans le parc national de Virunga. Les espèces naines se rencontrent au Parcs de Maiko et de Kahuzi-Biega. Si aucune mesure visant à garantir d'autres sources en protéines animales aux ruraux chasseurs, n'est prise, nous assisterons au début du 21ème siècle à l'extinction de plus de 50 % de toutes les espèces d'antilopes de ce pays.

2.1.4.- LES RONGEURS 17 espèces ont été inventoriées. Nous citerons à titre exceptionnel l'écureuil de la montagne, Funisciurus carruthersi, le rat à queue longue (Dendromus kahuziensis) connue seulement dans la montagne de Kahuzi et le rat nain , Malacomys verschureni.. Deux autres espèces de rat aux dents en forme de sillon, il s'agit de Otomys tropicalis et O. denti. La souri de Delany, Delanimus brooksi , une autre toujours endémique aux montagnes de Kahuzi, Mus pasha et enfin le rat , Lophuromus cinereus. Les populations locales et les pygmés font la chasse et mangent ces rongeurs. 2.1.5.-LES PETITS CARNIVORES
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

85

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

4 espèces enregistrées dont deux se limitent aux régions des plaines forestières du Nord- Est du Zaïre et les deux autres dont l'un dans les forêts du sud du fleuve Zaïre et l'autre dans le Parc National de Garamba. 2.1.6.-LES CHAUVES-SOURIS FRUGIVORES 18 espèces reconnues dont 4 jouissent d'une protection internationale. Il s'agit de Casinycteris argynnis(Zaïre et Cameroun); Micropteropus intermedius (Zaïre et Angola); Pleurotes anchietae (Angola, Zaïre et Zambie) et Rousettus lanosus (Zaïre, Ethiopie, Kenya, Rwanda, Sudan, Tanzanie et en Uganda). 2.1.7.- LES MAMMIFERES Le Zaïre compte des spécimen d' importance internationale comme l'Okapi endémique au Zaïre et plus particulièrement à la forêt d'Ituri.(Animal fort traqué à cause de sa belle peau). Les hippopotames estimés à 1000 individus et les dernières 300 têtes de girafes dans ce pays vivent dans le Parc National de Garamba. Les cochons sauvages (près de 2000 individus) et 20.000 têtes d'Hippopotames vivent dans le Virunga. C'est plus importante population africaine des hippopotames. Quelques têtes des buffles au Parc National de Garamba. Plus curieux sont ces rhinocéros blancs , le seul endroit ou ils vivent encore en liberté dans ce même parc. Sur le point d'extinction, avec l'aide internationale suivie d'une imposition des mesures très sévères de surveillance,la population vient d'être réhabilitée jusqu'à 25 individus. Le Zaïre héberge
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

86

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

aussi la plus grande population africaine des éléphants: 10.000 têtes en 1989. Ce nombre est en pleine réduction suite au braconnage principalement pour l'ivoire et la chair. Ils sont distribués dans les Parcs Nationaux de Garamba, de Kahuzi-Biega, de Maiko et de Salonga. 2.1.8.-LES OISEAUX 1086 espèces au Zaïre, c'est la plus riche zone ornithologique africaine (fig.11). 25 de ces espèces ont été déclarées menacées par le WWF(World Wild Foundation). Beaucoup d'entre eux sont endémiques à la région . Les montagnes Itombwé, Kabobo, Kungwe (sur l'Ile Idjwi) en hébergent quelques unes. Les régions montagneuses de Marungu, les alentours du lac Lufira non loin du Parc National de Kundelungu regorgent de bien d'autres espèces endémiques. 2.1.9.-LES REPTILES La tortue de boue qu'on rencontre dans le Parc National de l'Upemba. Trois espèces de crocodile ont subi une très forte pression de pêche et sont sérieusement menacées. 2.1.10-LES AMPHIBIENS L'inventaire fait état de 51 espèces endémiques au Zaïre dont 16 ne vivent que dans une seule localité. Parmi celles-ci, 13 sont très protégés. Les montagnes Itombwé renferment quelques individus qui y
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

87

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

sont endémiques. Dans la région du Shaba et des forêts centrales on trouve quelques unes de ces espèces. Tableau : Type des mammifères associé à la vie aquatique ou vivant dans les environs immédiats du fleuve Zaïre (Identifié grâce aux guides du naturaliste (DORST & DANDELOT, 1972). Nom français Potamogale ORDRE FAMILLE ESPECE velox (DU (DE CHAILU) Lièvre à oreille Duplicidentés Leporidae du lapin Pangolin géant Pangolin à écailles tricuspides Pangolin longue queue Galago Demidoff de Primates Galagidae Galagoides (FISCHER) demidovii à Pholidotes Manidae Manis (Uromanis) tetradactyla (L.) ou Lagomorphes Pholidotes Pholidotes Manidae Manidae Manis (Smutsia) gigantea (ILLIGER) Manis tricuspis (Phataginus) Lepus crawshayi WINTON)

Potamogales Potamogalidae Potamogale

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

88

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Cercocèbe noir

Primates

Cercopithecid Cercocebus ae (OUDEMANS) Cercopithecid Cercocebus ae (PETERS) Cercopithecid Papio ae leucophaeus (F. CUVIER)

aterrimus galeritus (Mandrillus)

Cercocèbe agile Primates Drill Primates

Mandrill Cercocèbe collier blanc Cercocèbe joues grises Cercopithèque noir et vert

Primates à Primates

Cercopithecid Papio (Mandrillus) sphinx ae ae (L.) torquatus (KERR) albigena Cercopithecid Cercocebus

à Primates

Cercopithecid Cercocebus ae (GRAY)

Primates

Cercopithecid Allenopithecus nigroviridis ae ProsimiensLorisidae Galagidae Galagidae (POCOCK) Perodicticus potto (P.L.S. MULLER) Gallago alleni Waterhouse Euoticus elegantulus (LE CONTE)

Potto de Bosman Primates Gallago d'Allen Primates Galago élégant, Primates Gallago mignon s

Rhinocéros noir Périssodactyle Rhinocerotida Diceros bicornis (L.) e
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

89

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Elephant Civette Loutre à joues blanches Congo Nandinie Mangouste queue touffue Mangouste marais Mangouste à long museau du

Proboscidiens Elephantidae Loxodonta africana (BLUMENBACH) Carnivores Carnivores Viverridae Mustelidae Viverra (SCHREBER) Aonyx (Paraonyx) congica (LÖNNBERG) Carnivores à Carnivores des Carnivores Carnivores Viverridae Viverridae Viverridae Viverridae Nandinia binotata (GRAY) Bdeogale (PETERS) Atilax paludinosus naso (G. (DE CUVIER) Herpestes WINTON) dont le synonyme est le Xenogale microdon (J.A. ALLEN) crassicauda civetta

Mangouste ichneumon Mangouste à pattes noires Genette tigrine

Carnivores Carnivores Carnivores

Viverridae Viverridae Viverridae

Herpestes ichneumon (L.) Bdeogale (PUCHERAN) Genetta (SCHREBER) tigrina nigripes

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

90

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Genetta servaline Carnivores Mangouste rouge Carnivores Serval Chat doré Léopard Oryctérope Daman d'arbre Potamochère d'eau Carnivores Carnivores Carnivores

Viverridae Viverridae Felidae Felidae Felidae e

Genetta (PUCHERAN)

servalina

Herpestes (Gallerella) sanguineus RÜPPELL) Felis (Leptailurus) serval (SCHREBER) Felis (Profelis) aurata (TEMMINCK) Panthera pardus (L.) afer (PALLAS) Dendrohyrax arboreus (A. SMITH) Potamochoerus porcus (L.) Tragelaphus (SCLATER) Kobus (Adenota) Kob (ERXLEBEN) spekei

Tubulidentés Oryctropodida Orycteropus Hyracoidea Procaviidae

Artiodactyles Suidae

Sitatunga , Guib Artiodactyles Suidae Cobe de buffon Artiodactyles Renducinae ou Cobe de Thomas Cobe defassa Cobe onctueux Redunca, Nagor Artiodactyles Renducinae Artiodactyles Renducinae

Kobus defassa (RÜPPELL) Redunca (PALLAS) redunca

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

91

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Cephalophe dos jaune Cephalophe Peters Céphalophe à bande noire ou C. bai Céphalophe front noir

à Artiodactyles Cephalophinae Cephalophus silvicultor (AFZELIUS) de Artiodactyles Cephalophinae Cephalophus (PETERS) Artiodactyles Cephalophinae Cephalophus (GRAY) dorsalis callipygus

dorsale

à Artiodactyles Cephalophinae Cephalophus (GRAY) (Philantomba)

nigrifrons

Céphalophe bleu Artiodactyles Cephalophinae Cephalophus monticola (THÜNBERG) Céphalophe de Grimm couronne Céphalophe à ventre blanc ou C. du Gabon Antilope Bates Ourébi Artiodactyles Neotraginae Ourebia (ZIMMERMANN)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

Artiodactyles Cephalophinae Sylvicapra grimmia (L.) C. Artiodactyles Cephalophinae Cephalophus (GRAY) leucogaster

ou

de Artiodactyles Neotraginae

Neotragus pygmaeus (L.) ourebi

92

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Oréatrague

Artiodactyles Neotraginae

Oreatragus oreatragus ( ZIMMERMANN) Rhynchotragus (GÜNTHER) Syncerus (SPARRMAN) caffer kirki

Dik-dik de Kirk, Artiodacty les Madoquinae D. Damaraland Buffle d'Afrique Artiodactyles Bovinae Galago Sénégal Potto de Calabar Primates Galago Demidoff Babouin doguéra Primates Moustac guénon Cercopithèque ascagne Hocheur Primates Primates ou Primates de Primates Galagidae Galagidae du Primates Galagidae

Galago senegalensis ( E. GEOFFROY) Arctocebus (SMITH) Galagoides (FISCHER) Galagoides thomasi demidovii calabarensis

Cercopithecid Papio ae ae FISCHER)

anubis

(J.P.

Cercopithecid Cercopithecus cephus (L.) Cercopithecid Cercopithecus ascanius ae ae (AUDEBERT) nictitans mitis (L.) (WOLFF) Cercopithecus albogularis Cercopithecid Cercopithecus Cercopithecid Cercopithecus ae

Cercopitheque à Primates diadème

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

93

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Mone Cercopithèque de Brazza Cercopithèque de l'Hoest Patas, rouge Vervet, Grivet Colobe bai

Primates Primates Primates

Cercopithecid Cercopithecus ae ae ae (SCHREBER) Cercopithecid Cercopithecus (SCHLEGEL) Cercopithecid Cercopithecus (SCLATER) Cercopithecid Erythrocebus ae (SCHREBER) Cercopithecid Cercopithecus ae (L.) Colobidae

mona neglectus l'hoesti patas aethiops

singe Primates Primates Primates

Colobus (Piliocolobus) pennanti (WATERHOUSE)

Colobe noir et Primates blanc d'Angola Colobe guéréza Primates

Colobidae Colobidae

Colobus polykomos (ZIMMERMANN) Colobus (RÜPPELL) ou C. abyssinicus guereza

Colobe noir

Primates

Colobidae Canidae Canidae

Colobus (WATERHOUSE) Canis sp. Canis sp.

satanas

Chacal à flancs Carnivores rayés Chacal chabraque à Carnivores

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

94

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Chacal commun Carnivores Otocyon Lycaon, Cynyène Poecilogale Mangouste à queue blanche Poiane Genette géante Genette aquatique Mangouste naine Carnivores Mangue rayée Carnivores Carnivores Carnivores Carnivores Carnivores Carnivores Carnivores Carnivores

Canidae Canidae Canidae Canidae Viverridae Viverridae Viverridae Viverridae Viverridae Viverridae Viverridae

Canis sp. Otocyon (DESMARET) Lycaon (TEMMINCK) Poecilogale (GRAY) Ichneumia albicauda (G. CUVIER) Poiana (THOMSON Genetta (THOMAS) Osbornictis piscivora (J.A. ALLEN) Helogale (SUNDEVALL) Mungos (GMELIN) mungo parvula victoriae richardsoni albinucha pictus megalotis

Mangouste brune Carnivores ou brune Mangouste de Dybowski Carnivores Crossarche

Crossarchus obscurus (F. CUVIER)

Viverridae

Dologale

dybowskii

(POUSARGUES )

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

95

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Protèle

Carnivores

Hyaenidae Hyaenidae Felidae

Proteles (SPARRMAN) Crocuta (ERXLEBEN) Felis (Syvestris)

cristatus crocuta libyca

Hyène tachetée Carnivores Chat sauvage Carnivores

d'Afrique ou Chat ganté Guépard Lion Lamantin Carnivores Carnivores Siréniens Felidae Felidae

(FORSTER) Acinonyx (SCHREBER) Panthera leo (L.) senegalensis capensis brucei (LINK) Trichechidae Trichechus Procaviidae Procaviidae Procavia (PALLAS° Heterohyrax (GRAY) Artiodactyles Giraffidae Giraffa (L.) camelopardalis jubatus

Daman de rocher Hyracoidae Daman de steppe Hyracoidae ou D. gris Girafe

Grysbok de Sharpe Artiodactyles Neotraginae Phacochère Hippopotame Artiodactyles Suidae

Raphicerus sharpei (THOMAS) Phacochoerus aethtiopicus (PALLAS)

Artiodactyles Hippotamidae Hyppopotamus amphibius (L.)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

96

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Okapi Hylochère

Artiodactyles Giraffidae Artiodactyles Suidae

Okapia (SCLATER) Hylochoerus meinertzhageni (THOMAS)

johnstoni

Chevrotain aquatique Elan de Derby Bongo Impala

Artiodactyles Tragulidae

Hyemoschus (OGILBY)

aquaticus derbianus euryceros

Artiodactyles Tragelaphinae Taurotragus (GRAY) Artiodactyles Tragelaphinae Boocercus (OGILBY)

Artiodactyles Antilophidae Aepyceros melampus Sous-famille de (LICHTENSTEIN) Aepycerotinae

Bubale de Lichtenstein Puku

Artiodactyles Alcelaphinae Alcelaphus Lichtenstii (PALLAS) Artiodactyles Reduncinae Kobus (Adenota) vardoni (LIVINGSTONE)

2.1.11. - LES INVERTEBRES Deux espèces endémiques de libellule à savoir Pseudagrion quadrioculatum, Congothemis longistyla. Le rare géant papillon africain qu'on rencontre dans les forêts des plaines, nous avons cité Graphium
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

97

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

aurivilliusi.La liste des invertébrés aquatiques est très longue et il y aurait très peu d'endémisme en matière. 2.2. - ETAT ACTUEL DES RESSOURCES AQUATIQUES 2.2.1. PRESENTATION DU BASSIN HYDRO GRAPHIQUE DU FLEUVE ZAÏRE 2.2.1.1.Caractéristiques hydrographiques 2.2.1.1.1. Longueur et largeur du fleuve Zaïre Sur le plan continental, de par sa longueur (+ 4260 km dont les 3/4 traversent le Zaïre) ce fleuve occupe la 2ème place, juste après le Nil ( 6417 km) . Ses plus grandes largeurs enregistrées sur son parcours sont de 23,4 km au Stanley Pool, de 18,8 km à Banana et de 15,5 km au confluent avec l'Ubangui. A l'échelle mondiale, du point de vue débit (volume d'eau en m3/seconde), le fleuve Zaïre (43.000 m3/sec.), se range directement après l'Amazone. 2.2.1.1.2. Le débit Son écoulement annuel est de 1.300 milliards de m3 alors que le volume des alluvions charriées ne représentent que 50 millions de tonnes (AUBRAY, 1976). Sur le plan économique, le fleuve Zaïre joue un rôle important, il regorge près de 700 espèces (LOWE McCONNELL, 1986)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

98

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

et occupe environ 10.000 pêcheurs artisanaux (CORSI, 1984). Une Ière phase des trois Centrales hydroélectriques d'une capacité de 814,35 Gwh est opérationnelle depuis 1976. La IIème phase d'Inga serait d'une capacité de 1.889 Gwh (en 1984)(LIASSA NKOY, 1992). 2.2.2 - L'ICHTYOFAUNE ET LES PECHERIES Le poisson est un des groupes le plus diversifiés (après les insectes) du règne animal de ce pays. Il est aussi parmi les plus controversés et un des plus menacés. Près de 1000 espèces dont plus de 380 espèces sont endémiques au bassin du Zaïre. Tableau : Les familles les fréquemment pêchées dans le bassin

hydrographique du fleuve Zaïre Familles Genres Espèces aethropicus Protopteridae Protopterus owen 1839 Protopterus (HECKEL 1851) Protopterus dolloi (BOULENGER 1900) Polypterus endlicheri congicus Polypteridae Polypterus GEOFFROY St. (BOULENGER 1898) HILAIRE, 1839 Clupeidae Odaxothrissa Odaxothrissa vittata (REGAN BOULENGER, 1899. 1917). Microthrissa BOULENGER, 1902 Microthrissa royausci (BOULENGER, 1902)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

99

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Poecilathrissa REGAN, 1917 Potamothrissa REGAN 1917 Osteoglossid Heterotis RUPPEL, ae 1829.

Poecilathrissa congica (REGAN, 1917) Potamothrissa acutirostris (BOULENGER, 1899) Heterotis niloticus (CUVIER,1829)

Mormyridae

(Mormyrops) Mormyrops MÜLLER, Mormyrops deliciosus (LEACH, 1818) 1843 Mormyrops (Mormyrops) curtus (BOULENGER, 1899) Mormyrops (Mormyrops) lincolatus (BOULENGER, 1898) Mormyrops (oxymormyrops) boulengeri (PELLEGRIN, 1900) Mormyrops (Mormyrops) nigricans (BOULENGER, 1899) Mormyrops (Mormyrops) masuiantus (BOULENGER, 1898) Petrocephalus grandoculis Petrocephalus (BOULENGER, 1920) MARCUSEN, 1854 Petrocephalus chrysithyi (BOULENGER, 1920) Petrocephalus microphtalmus (PELLEGRIN, 1908) Petrocephalus sauvagii (BOULENGER, 1887) Hyppopotamyrus psittacus Hyppopotamus (BOULENGER, 1897) PAPPENHEIN, 1906 Hyppopotamyrus macrops (BOULENGER, 1909) Hyppopotamyrus weeksii ( BOULENGER, 1902) Hyppopotamus wilverthi (BOULENGER, 1898)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

100

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

nigripinnis Pollimyrus TAVERNE, Pollimyrus (BOULENGER,1899) 1971 Pollimyrus isodris fasciaticeps (BOULENGER, 1920) Pollimyrus plagrostoma (BOULENGER, 1898) moorii Marcusenius GILL, Marcusenius (GÜNTHER, 1867) 1862 Marcusenius schilthuisine (BOULENGER, 1899) Marcusenius monteiri (GÜNTHER, 1873) Marcusenius greshoffi (SCHILTHUIS, 1891) Marcusenius stanleyanus (BOULENGER, 1897) Marcusenius macrolepidotus (PETERS, 1852) caballus Mormyrus LINNE, Mormyrus (BOULENGER, 1898) 1758 Mormyrus rumeproboscirostris (BOULENGER, 1898) Campylomormyrus Campylomormyrus chrysityi ( BLECKER, 1874 BOULENGER,1920) Campylomormyrus luapuluensis (DAVID & POLL,1937) Campylomormyrus curvirostris (BOULENGER, 1898) Campylomormyrus numenius ( BOULENGER, 1898) Campylomormyrus rhynchophorus ( BOULENGER, 1898) Campylomormyrus tamandua (GÜNTHER, 1864) Campylomormyrus elephas (BOULENGER,1898)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

101

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Genyomyrus BOULENGER, 1898 Gnathonemus GILL, 1862 Notopteridae Xenomystus GUNTHER, 1868. Hepsitidae Hepsetus SVAINSON, 1838.

Genyomyrus donyi (BOULENGER, 1898) Gnathonemus petersii (GÜNTHER, 1862) Xenomystus nigri (GÜNTHER, 1868) Hepsetus odoe, (BLOCK, 1794) .

vittatus Hydrocynus CUVIER, Hydrocynus (CASTELNAU, 1861) 1817 Hydrocynus goliath (BOULENGER, 1898) Hydrocynus forskalii (CUVIER, 1819) Bryconaethiops microstoma (GÜNTHER, 1873) Alestes labrechtsii (BOULENGER, 1898) Alestes imberi (PETERS, 1852) Alestes macrolepidotus (VALENCIENNES, 1849) Micralestes Micralestes acutidens (PETERS, BOULENGER,1899 1852) Alestopetersius Alestopetersius brichardi (POLL, HOEDEMAN, 1956 1967) Phenacogrammus inter-ruptus Phenacogrammus (BOULENGER, 1899) EIGENMANN, 1907 Bathyaethiops caudamaculatus Bathyaethiops (PELLEGRIN, 1925) FOWLER, 1949 Brachypetersius altus Brachypetersius (BOULENGER, 1899) HOEDEMAN, 1956 bifasciatus Duboisialestes POLL, Duboisialestes (POLL, 1967) 1967 Bryconaethiops GÜNTHER, 1873

Carvehidae

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

102

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Cichlidae

Tilapia tholoni (SAUVAGE, 1884) Tilapia boulengeri (PELLEGRIN, 1903a) lateralis Tylochromis REGAN, Tylochromis (BOULENGER, 1898g) 1920 Nanochromis muliceps Nanochromis (BOULENGER,1899f) PELLEGRIN, 1904 Hemichromis bimaculatus Hemichromis (GÜNTHER, 1862) PETERS, 1857 Hemichromis fasciatus (PETERS, 1857) Pelmatochromis congicus Pelmatochromis ( BOULENGER,1887) STEINDACHNER, Pelmatochromis ocellifer 1895 (BOULENGER, 1899f) Lamprologus congolensis (1900f)) garo Mastacembel Caecomastacembelus Caecomastacembelus (BOULENGER, 1902) idae POLL, 1958 Tetraodontid Tetraodon Tetraodon mbu (BOULENGER, ae LINNAEUS, 1758 1899) Tetraodon murus (BOULENGER, 1902) Claridae Channallabes Channallabes apus (GÜNTHER, GÜNTHER, 1873 1873) angolensis Clarias SCOPOLE, Clarias (STEINDACHNER, 1866) 1777 Clarias gariepinus (BURCHELL, 1822) Clarias buthupogon (SAUVAGE, 1879) Malapterurus electricus Malapterurid Malapterurus (GMELIN, 1789) ae LACEPEDE, 1803

Tilapia

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

103

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Mochokidae

Schilbeidae

acanthomis CUVIER, Synodontis (BOULENGER, 1899) Synodontis angelicus (SCHILTHUIS, 1891) Synodontis alberti (SCHILTHUIS, 1891) Synodontis bricardi (POLL, 1959) Synodontis caudalis (BOULENGER, 1899) Synodontis depauvi (BOULENGER, 1899) Synodontis notatus (VAILLANT, 1893) Synodontis nummifer (BOULENGER, 1899) Synodontis decorus (BOULENGER, 1899) Synodontis pleurops (BOULENGER, 1899) Synodontis schoutedeni (DAVID, 1936) Synodontis saloni (BOULENGER, 1899) Microsynodontis batesii Microsynodontis (BOULENGER, 1903) BOULENGER, 1903 Acanthocleithron chapini Acanthocleithron NICHOLS & (NICHOLS & GRISCOM, 1917 GRISCOM, 1917 congicus Chiloglanis PETERS, Chiloglanis (BOULENGER, 1920) 1868 Schilbe (Eutropius) grenfelli Schilbe OBEN, 1817 (BOULENGER, 1900) Schilbe (Schilbe) mystus (LINNAEUS, 1758) Synodontis 1817

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

104

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Parailia BOULENGER, 1899 Eutropiellus NICHOLS & LAMOTTE, 1933 Parachanna TEUGELS & DAGET, 1984.

Parailia (parailia) BOULENGER, 1899)

congica

Channidae Amphiliidae

Eutropiellus (Parentropius) mandevillei (POLL, 1959) Parachanna obscura (GÜNTHER, 1861)

Belonoglanis tenuis (BOULENGER, 1902) Lates (lates) niloticus (LINNAEUS, 1758) Lates (luciolates) mariae (STEINDACHNER, 1909) Lates (luciolates) microlepis (BOULENGER, 1898) Anabantidae Ctenopoma PETERS, Ctenopoma nanum (GÜNTHER, 1844 1896) Ctenopoma nigropanosum (REICHENOW, 1875) Eugnathichthys octveldii Distichodonti Eugnathichthys (BOULENGER, 1898) dae BOULENGER,1898 Belonoglanis BOULENGER, 1902 Centropomm Lates CUVIER, 1828 idae Phago GÜNTHER, 1865 Ichthyoborus GÜNTHER, 1864 Phago boulengeri (SCHILTHUIS, 1891) Ichthyoborus ornatus (BOULENGER, 1899)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

105

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Citharinidae

Cyprinidae

antonii Distichodus MULLER Distichodus & TROSCHELL, 1845 (SCHILTHÜIS, 1891) Distichodus atroventralis (BOULENGER, 1898) Distichodus fasciolatus (BOULENGER, 1898) Distichodus lussoso ( SCHILTHÜIS, 1891) Distichodus sexfasciatus (BOULENGER, 1898) Distichodus maculatus (BOULENGER, 1898) Nannocharax macropterus Nannocharax (PELLEGRIN, 1926) GÜNTHER, 1867 Nannocharax gracilis (POLL, 1939) gibbosus Citharinus CUVIER, Citharinus (BOULENGER, 1898) 1817. Citharinus congicus (BOULENGER, 1897) pleuropholis Barbus CUVIER & Barbus (BOULENGER, 1899) CLAQUET, 1816. Barbus cardozi (BOULENGER, 1912) Barbus cadens (NICHOLS & GRISCOM, 1917)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

106

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Labeo CUVIER, 1817

Bagridae

Labeo weeksii (BOULENGER, 1909) Labeo lineatus (BOULENGER, 1898) Labeo velifer (BOULENGER, 1898) Labeo cyclorhynchus (BOULENGER, 1899) Labeo degeni (BOULENGER, 1920) Labeo dekeyni (POLL, 1959) Labeo brichardi (POLL, 1959) Leptocypris modestus Leptocypris (BOULENGER, 1900) BOULENGER, 1900 chrystyi Opsaridium PETERS, Opsaridium (BOULENGER, 1920) 1855 Raiamas JORDAN, Raiamas weeksii (BOULENGER, 1919 1899) Cheloethiops congicus Chelaethiops (NICHOLS & GRISCOM, 1917) BOULENGER, 1899 Cheloethiops elongatus (BOULENGER, 1899) Auchenoglanis balayi Auchenoglanis (SAUVAGE, 1879) GÜNTHER, 1865 Auchenoglanis punctatus (BOULENGER, 1902) Auchenoglanis occidentalis (VALENCIENNES, 1840) Bagrus BOSE, 1816 Bagrus ubangensis (BOULENGER, 1902)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

107

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Chrysichthys BLECKER, 1858

Parachenoglanis BOULENGER, 1911 Leptoglanis BOULENGER, 1902

Chrysichthys cranchii (LEACH, 1818) Chrysichthys longibarbus (BOULENGER, 1899) Chrysichthys punctatus(BOULENGER, 1899) Chrysichthys ornatus (BOULENGER, 1902) Chrysichthys duttoni (BOULENGER, 1902) Chrysichthys longipinnus (BOULENGER, 1899) Parachenoglanis guttatus (LÖNNBERG, 1895) Leptoglanis brieni (POLL, 1959) Leptoglanis mandevillei (POLL, 1959) Leptoglanis bouilloni (POLL, 1959) Leptoglanis xenognathus (BOULENGER, 1902)

S'agissant du Zaïre plus particulièrement de la gestion des écosystèmes aquatiques, il ressort que la biologie des espèces les plus menacées sur le fleuve Zaïre est le résultat des pêches incontrôlées et non réglementées. Ce qui fait la différence entre les causes des menaces entre les animaux terrestres et la faune aquatique dans ce pays. C'est aussi une différence fondamentale entre ce qui se passe en Afrique du sud où le problème est plutôt la destruction des habitats (O'KEFFE, 1989 & O'KEFFE et al., 1989 et SKELTON 1990) .

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

108

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Conséquemment, la stratégie de réhabilitation des espèces en voie de disparition ne peut pas envisager les mêmes voies et moyens. 2.2.3. AMPLEUR DE MENACES ET DE DESTRUCTION DES HABITATS Cette menace est d'autant plus grave en ce moment ou les pratiques de pêche les plus destructrices qui soient , à savoir, l'usage des ichtyotoxines (telles que le Mbaka (Région de Bandundu), le Kisanda (Région de Manièma), le Bumi (Région de Bas-Zaïre) refont surface. Le Bumi (du nom scientifique Tephrosia vogelii a été signalé par WALKER (1928) et CLAUS (1930) comme une plante dont la sève est un stupéfiant utilisé dans différentes régions du Congo belge. Le recours aux dynamites et à la technique d'assèchement gagnent du terrain dans le seul but d'optimaliser ses captures. Afin de remédier à cette situation et apporter une solution plus durable à ce type de pratique catastrophe, il faut dès à présent entreprendre les études sur les conditions environnementales où vivent les poissons, l'écologie alimentaire, la biologie de la reproduction et la dynamique des populations piscicoles . Ce souci s'inscrirait dans un programme général de surveillance et de gestion des ressources aquatiques avec pour objectif de réhabiliter les espèces en voie de disparition.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

109

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Pour mieux appréhender le problème, il faut étudier l'ichtyofaune par tronçon et dans des conditions écologiques les plus variées , à l'occurrence à l'étiage et pendant la grande crue. Une analyse des communautés de poissons sur les portions limitées du fleuve Zaïre permettra d'établir une corrélation entre la diversité de l'habitat et la diversité spécifique du peuplement (MERONA et ALBARET ,1980) 2.2.4. OPINION PUBLIQUE FACE A LA DESTRUCTION Pourquoi ni la disparition ni la diminution de certaines espèces piscicoles en aval ou en amont n'a jamais suscité d'émotion même dans les milieux concernés par la Conservation des Ressources Naturelles au Zaïre ? Ce fleuve qui constitue pourtant une des plus grandes réserves de l'ichtyofaune tropicale (près de 1000 espèces) dont la biodiversité est actuellement menacée, notamment suite à des modifications environnementales et à l'intensification de la pression des pêches incontrôlées et non réglementées, devraient mobiliser , au même titre, les pouvoirs publics et l'opinion internationale comme cela se fait pour la protection des mammifères, du couvert végétal et du sol dégradé. 2.2. 4.1. Attitude d'indifférence Il est vrai que l'indifférence de l'opinion publique à l'égard des écosystèmes aquatiques tient d'abord au fait qu'on a tendance à minimiser
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

110

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

les dangers qui les menacent . Faute d'informations, on a souvent du mal à comprendre que les dangers les plus graves peuvent ne pas provenir de l'excès de la pêche mais des modifications du milieu et des pollutions dont les effets néfastes ne sont pas toujours directement perceptibles (DAGET, 1988). 2.2.4.2. Risques d'extinction moins spectaculaires L'intérêt moindre accordé à l'ichtyofaune par rapport à la flore et à la faune terrestre tient également au fait que l'observation des poissons ou d'autres composantes biocénotiques dans leur milieu naturel est beaucoup moins spectaculaires que celles des mammifères, des oiseaux ou des végétaux connus du public (MUTAMBUE, 1992). 2.2.4.3. Quel modèle de conservation pour quel type d'écosystème Le modèle de conservation des écosystèmes pourrait être mieux ressenti et soutenu par l'opinion publique et politique du pays que s'il traite de problèmes de l' environnement aquatique qui leur est immédiat et proche; enfin, la proximité de Kinshasa devrait permettre une sensibilisation plus rapide et plus efficace des autorités locales des problèmes de conservation ; aussi, le modèle de conservation ne pourra être efficace que si elle repose sur des bases scientifiques solides.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

111

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.5. EVALUATION DE L'ETAT ACTUEL DES SITES AQUATIQUES DU BASSIN HYDROGRAPHIQUES DU FLEUVE ZAIRE Les changements du "catchment area" et des berges sont ressentis dans les fluctuations des paramètres physico-chimiques et limnologiques que des nombreux chercheurs ont étudiés et mis en évidence à l'étiage et pendant la grande crue. On sait que d'une manière générale les fluctuations des paramètres , physico-chimiques, climatiques, géophysiques et limnologiques sur la reproduction (ou tout simplement sur le cycle de vie) des poissons (MUZIGWA & DIEMBY, 1993). Il faut donc une réglementation (Bonello et Fédida, 1994) dans la gestion des sites environnants nos cours d'eau, car toute modification où tout excès d'utilisation d'engrais et des pesticides fait des victimes par millions d'individus des différentes espèces de nos poissons et des microorganismes végétaux et animaux. 2.2.5.1. Les invertébrés aquatiques Ce groupe comprend le Benthon dont les mollusques (Corbicula africana, Melania sp., Byssanodonta parasitica et Psidium pirothi ), des larves d'insectes et des vers d'Oligochètes (Aulodrilus sp. et Polamothrix sp.). Des Nématodes et des Ostracodes y sont aussi bien représentés (Muzigwa, 1989).
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

112

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

D'autres invertébrés connus entièrement d'eau douce). Tableau

sur ce tronçon du fleuve Zaïre

comprennent les Céphalopodes , Macrobrachium vollenhovii (crevettes

: Les macro-invertébrés et la faune benthique recensés sur le

tronçon Maluku - Kinkole et Kinsuka sur le fleuve Zaïre. Espèces Cardina africana AMPHIPODES Kingsley Desmocaris trispinosa (Aurivillius) Macrobrachium vollenhovii Lanistes Montfort, 1981 Lanistes congicus AMPULLLARII O. Boettger, 1891 Lanistes ovum DAE Bulinus Müller, 1781 Bulinus rohfsi (Clessin, BULINIDAE 1886 B.forskali (Ehrenberg,1831) B. truncatus Familles Genres

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

113

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

CHIRONOMID AE

Ablabesmyia Ablabesmyia pictipes K Johannesen Chironomus Chironomus congolensis Meigen,1803 "Chironomus sensu Stenochironomus polychaetus stricto" Stenochironomus Orthocladius sp. Kieffer, 1969 - Orthocladius Van der Tanytarsus sp. Wulf, 1874 - Tanytarsus Van der Cladotanytarsus sp. Wulf , 1884 Cladotanytarsus Clinotanypus claripennis K. Kieffer, 1922. - Clinotanypus Kieffer Procladius sp. - Procladius Skuse, Cryptochironomus sp. 1889 Nilodorum sp. -Cryptochironomus Polypedilum sp. Kieffer, 1918 Nilodorum Kieffer,1918 - Polypedilum Kieffer Copelatus Erichson Hydrovatus sp. Hydrocanthus sp. Copelatus sp. Micronecta sp. Uvarus sp. Bridessus brevistriga Copelatus sp.

HYDROPORIN Hydrocanthus Say AE CORIXIDAE Hydrovatus Motsch Micronecta Kirkaldy Uvarus Guignot HYDROPORIN Bridessus Sharp AE Copelatus Erichson

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

114

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

ELMIDAE

Helminthopsis Grouvelle Leptelmis Sharp

Helminthopsis sp. Helminthopsis pluriciliata Leptelmis sp. Aulonogyrus sp. Orectogyrus wagus Hydraena sp. Hydraenopsis sp. Neohydrophillus sp. Helochares sp. Enochrus sp. Berosus signaticollis Berosus affinis Berosus bispina

GYRINIDAE

Aulonogyrus Motschulsky Orectogyrus

HYDRAENIDA Hydraena E Hydraenopsis Neohydrophillus HYDROBIINAE Helochares Latereille Enochrus Berosus Leach

Regimbartia Limnebius Mulsant Paracymus Thomson Anacaena Thomson AE HYDROPSYCH Hydropsyche Pictet INAE Chematopsyche

Regimbartia sp. Limnebius sp. Paracymus sp. Anacaena sp. senegalensis Hydropsyche sp. Chematopsyche sp.

HYDROPHILIN Hydrophylus Thomson Hydrophylus

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

115

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

PHILOPOTAMI Chimara Stephens DAE PLEIDAE NAE PLANORBIDA E POTAMIDAE THIARIDAE Cyraulus 1837 Plea Leach

Chimara sp. Plea pillula Stal Dipseudopsis capensis

DISPEUDOPSI Dipseudopsis Walter

Charpentier, Cyraulus costulatus (Krauss, 1848)

Sudanonatus Bott, 1955 Sudanonautes africanus (A. Milne Edwards) 1869. Potadoma Swainson, P. schoutedeni Pilsbry 1840 et Bequaert, 1927. Velia Latreille Rhagovelia Mayr Velia sp Rhagovelia maculata

MICROVELINA Microvelia Westwood Microvelia sp. E VELINAE RHAGOVELIN AE (China Usinger, 1949) MICRONECTIN Micronecta Kirkaldy AE Les insectes sont assez bien diversifiés bien que dominés par le sous groupe de Chironomides. Le seul vrai insecte aquatique dans ce site est un Hémiptère des Chaoborus spp.. Les autres genres les plus fréquents
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

&

Micronecta sp.

116

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

sont : Polypedilum spp., Chironomus sp., Tanytarsus sp.. Parmi les Ephémeroptères nous pouvons citer Eatonica sp., Povilla adusta et dont un Trichoptère, Ecnomus sp. 2.2.5.2. Les algues Groupe/Classe S/classes s CHLOROPH Chlorophycée Zygnématales Zygnematacée Spirogyra YTES Zygophycées Chlorophycées s Chlorococcale s Ulvales es Oocystacées Ulvacées CYANOPHY TES Hormogonophyacidae DIATOMOPH PennatomoYCEES phycidées Diatomales Biraphidés Synedra Gomphonema Navicula Ropalodia Oscillatoriales Oscillatoriacé Oscillatoria es Rivulariacées Rivularia s Zygnema Gonatozygon Mésotaeniacé Oocystis Schizomeris Ordres Familles Genres

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

117

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.5.3. Les macrophytes flottants A part les prairies végétales flottantes composées de plus 80 % d'Eichornea crassipes ou "Kongo ya sika" les berges des trois sites sont bien envahis à des degrés différents d'une végétation herbeuse . Le long du fleuve, la végétation est composée de quelques arbustes rabougris atteignant à peine 5 m de haut. A part le tronçon du fleuve Zaïre qui traverse la forêt équatoriale, sur le parcours du fleuve Zaïre les formations végétales sont diversifiées et parfois rampantes. Ces macrophytes jouent un rôle important dans l'équilibre et le fonctionnement global des écosystèmes du fleuve à ce niveau. Ces végétations influent d'une manière déterminante (en tant que substrats) sur le cycle de vie (au moment de reproduction) chez quelques espèces de poissons .

2.2.5.1. Physiographie du bassin versant du fleuve Zaïre Le travail de DEVROEY (1951) nous a décrit les caractères physiographiques de ce bassin versant; le travail de SYMOENS (1968) sur la minéralisation des eaux naturelles nous a servi de base à une première évaluation de l'apport annuel du fleuve à l'océan Atlantique en éléments majeurs; les analyses mensuelles de l'eau du fleuve à Kinshasa de DERONDE et SYMOENS (1980) ont fait état d'une évaluation plus précise de l'apport annuel du fleuve Zaïre.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

118

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.2.5.4. Physico-chimie du fleuve Zaïre à Kisangani et au Pool Malebo Tout récemment , GOLAMA et SYMOENS (1990) ont discuté de caractéristiques chimiques de quelques cours d'eau de Kisangani (Zaïre) et NOËL et al. (1993) viennent d'analyser le transport en solution et en suspension du fleuve Zaïre et de ses principaux affluents de la rive droite. 2.2.5.5. La biogéochimie du fleuve Zaïre au Pool - Malebo L'étude de la biogéochimie et de transport des éléments majeurs dissouts, NKOUNKOU & PROBST (1987) et PROBST et al. (1992) ont comparé le fleuve Zaïre (Congo) à l'Amazone, à la rivière Negro, à Ouhan, au Niger, au Chari et au fleuve Sénégal. OLASUMBO & PROBST (1991) ont évalué la quantité des minéraux et de Carbone que charrie ce fleuve alors que AMIOTTE SUCHET & PROBST (1993) ont évalué la consommation de CO2 par le fleuve. PROBST & MORTATTI (1994) ont étudié le flux de CO2 consommé par l'érosion chimique sur le bassin versant du fleuve Zaïre (Congo). 2.2.5.6. La productivité du fleuve Zaïre S'agissant de plancton, des algues et des protistes du fleuve Congo dans sa partie Nouvelle-Anvers, (le Bas - Congo) et dans son estuaire, les travaux de KUFFERATH (1948 et 1956) nous renseignent sur la
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

119

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

productivité de cette partie du Bas-Fleuve . MATEBA (1982 et 1984) fait distinguer les débits liquides et solides dans le bief maritime du fleuve Zaïre et il nous renseigne aussi sur quelques observations limnimétriques à Kinshasa, Matadi et Boma. 2.2.5.7. Limnologie du fleuve Zaïre au Pool Malebo Enfin, les données concernant la limnologie du Pool Malebo et des zones humides associées par COMPERE et SYMOENS (1987) soulignent l'importance du catchment area et de l'exposition dans la productivité du Pool Malebo. MUZIGWA et al., 1994 ont étudié les effets des fluctuations des paramètres physico-chimiques et limnologiques(à Maluku, à Kinkole et à Kinsuka) sur ces différents sites pour l'aquaculture. Tableau 8 : Inventaire Ichtyologique de quelques espèces aux lacs de l'Est du continent africain Lacs Espèces Espéces endémiques
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

l'occupation

spatiale et la distribution de l'ichthyofaune du fleuve Zaïre et l'intérêt de

Victoria Edward- Malawi TNGY Georges 200 KA 126

Total des cichlidés 150-170 35-40

Tous -3 Tous - 5 Tous - 4 Tous

120

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Famille (n. total) Famille endémique Espèces cichlidés Espèces endémiques Famille (n.total) Familles endémique Espèces totales Endémiques Famille (n. total) Endémiques

8 4

4 0 17 2 10 0

23 20 42 26 19 0 240 220 41 20

37 33 67 47 29 7 193 173 66 40

non 38 16 20 1

178-208 52-57 163-183 45-50 28 5 14 0

2.2.5.8.Valeurs de toute faune ichtyologique Les poissons d'une manière générale présentent des valeurs et des intérêts à des nombreux points de vue: * ils constituent un patrimoine naturel à préserver au même titre que les mammifères, les reptiles, les oiseaux ou les monuments historiques (valeur esthétique, éthique et scientifique); * ils participent au transfert fonctionnelle);
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

d'énergie et au cycle de la matière et

contribuent en même temps à l'auto-épuration naturelle (valeur

121

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

* ils sont partie intégrante et indispensable au fonctionnement des écosystèmes (valeur pratique); * ils sont indicateurs biologiques de la qualité des eaux et, de manière plus générale, de la qualité du milieu aquatique (valeur méthodologique); *ils font partie des ressources naturelles renouvelables susceptibles de fournir aux populations locales des protéines animales de qualité et de les aider à améliorer leur position sociale et économique (valeur sociale, économique et culturelle) (PHILIPPART et VRANKEN, 1983). 2.3.- AQUACULTURE & POLLUTION DES MILIEUX NATURELS 2.3.1.Type d'infrastructure La fig. 19 montre quelles sont les principales sources de pollution et de déstabilisation des écosystèmes aquatiques. S'agissant des différentes formes d'élevage (étangs, cages, raceways, enclos, bassins en béton ou en verre fibreux) la plus importante source de pollution nous parvient d'aliment (non consommé) et des déchets des poissons. 2.3.2. Sources et causes de pollution Dans ce cas précis, le poisson étant amniotélique (utilise principalement la protéine comme source d'énergie) les déchets et les
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

122

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

aliments distribués au poissons sont généralement riche en Azote et en Phosphore. 2.3.2. Seuils limites des rejets A cet effet, certains seuils limites, que nous appelerons indices écologiques de pollution agro-piscicole ont été fixés et ils concernent les éléments suivants: C:N:P et N:P:K. Le rapport entre C:N:P pour une eau non polluée et donc capable de favoriser une productivité optimale doit être de 105:16:1 (COLBY et al., 1972) alors qu'en termes d'épandage d'engrais dans un étang les éléments N:P:K devraient être dans un rapport de 4:4:1.(RIGLER, 1973 et WETZEL, 1975). Vu le rôle que joue le Phosphore dans la productivité (des algues) du coup il devient un "facteur limitant". 2.3.3. Le facteur limitant dans un environnement aquatique En d'autres termes, tout excès ou déficit de cet élément dans un environnement aquatique affecterait le "biological carrying capacity" de cette eau. DILLON & RIGLER, 1974 ont fixé le seuil maximum de 0,5 mg de P. par litre d'eau d'un environnement favorable à l'exploitation piscicole. 2.3.4. Modèle d'évaluation d'un site pour l'aquaculture en milieu naturel
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

123

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

L'environnement aquatique du fleuve Zaïre sur son tronçon Maluku - Kinsuka en passant par Kinkole (Pool Malebo) se trouve dans les limites autorisées (MUZIGWA et al., 1994). Cependant comme le montre la fig. d'autres risques existent. Ci-dessous un tableau récapitulatif des effets négatifs extérieurs sur la productivité de ces sites. Tableau 9: Effets négatifs des éléments extérieurs sur la productivité et dans la perturbation de la dynamique spatio-temporaire des cours d'eau et des étangs à poissons (Implications à la pêche et à l'aquaculture).

SOURCES CATCHMENT AREA

EFFETS SUR LA PISCICULTURE

EFFETS SUR LA PECHE

- Nature de roche Néants lessivée -Feuilles acidification et Croissance lente

Insignifiants

Espèces adaptées

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

124

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

PECHES - dynamites -Icthyotoxines

-Stress, fragilité

- destruction massive - migrations, stress, captures aisées prédation, - espèces introduites - contamination compétition - mailles des filets - Néant - cas d'extinction, dangers à la consommation - destruction des oeufs et des alevins - compétition - cannibalisme - pression de pêche INDUSTRIES - pluies acides - nanisme -faible vitesse croissance - vulnérabilité cannibalisme rupture de de dynamique spatiotemporaire et migration et réduction en nombre d'espèces - over loading en - risque de stérilité métaux lourds et - baisse de taux de fécondité - teneur en physicochimie - rupture de la chaîne trophique - affecte l'équilibre spatio temporaire - migration - rupture de la chaîne trophique

AGRICULTURE pesticides engrais

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

125

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

TRAFIC entretien des - Négligeables selon - danger pour les l'importance du oeufs pélagiques bateaux charroi et du cours - turnover des zones - hydrocarbures d'eau de ponte MENAGE - dépend du volume - déchets menagers - eutrophisation du cours d'eau et du savons et "algae bloom" nombre des menages. détergents (non biodégradables) GENIE CIVIL -barrage hydroélectriques Néant en aval migrations interrompues - disparition d'espèces - destruction des zones des frayères et des pontes - la productivité aux berges

- Néant

- balisage(1)

(1) Le balisage des berges favorise le trafic et le déchargement ou le chargement des marchandises mais en même temps il fait disparaître un important habitat et une gamme de substrats de ponte. 2.3.5. Effets de l'aquaculture sur l'environnement Les effets néfastes de la pisciculture sur l'environnement sont de deux natures et dont l'action sur le déséquilibre de l'environnement est fort complexe.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

126

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

2.3.5.1- Nature des effets néfastes sur l'environnement 2.3.5.1.1. Epandage d'engrais et l'élevage associé Il est difficile de généraliser les bienfaits d'un épandage d'engrais en aquaculture parce que la productivité qu'engendre la fertilisation dépend de plusieurs facteurs, à savoir, la température (°C), la nature du sol et même l'espèce en élevage. Répandre un engrais organique (N:P:K sous forme de bouse de vache,de fientes des poules, etc..) ou inorganique (N:P:K sous forme de N, de K2O et de P2O3) nécessite les conseils d'un spécialiste (HEPHER 1962 ; SCHROEDER 1980 & MUZIGWA,1991). Il est vrai que dans toute forme d'intégration (fig.26) l'objectif poursuivi soit de maximaliser le rendement: toute forme d'énergie est récupérée et valorisée. Bien entendu, les risques sont nombreux. 2.3.5.1.1.1. Présence des métaux lours, des teneurs négligeables de quelques insecticides, des pesticides et des PCB (polychlorobiphényl) et risques pour les consommateurs et pour d'autres organismes de l'écosystème La récupération des déchets agro-industriels (tourteau de coton, drêche des brasseries et la fiente de poule ) est souvent accompagnée des métaux lourds (Hg, Cu etc..) . Or toute eau riche en Cu est toxique aux crustacés aquatiques (Daphnia sp., Macrobrachium spp.) qui ne supportent pas d'excès de cuivre dans leur environnement (chez les
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

127

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

crustacés , à la place du noyau de Fe dans le globule rouge ils ont plutôt un noyau de Cu). Toute exposition des phytoplanctons et de zooplancton à une dose de 1 millimole d'ions (+ 63,5 mg/l) de Cu 2+pendant 2 minutes non seulement ce fait bloque la photosynthèse d'une manière irréversible mais aussi il entraîne l'asphyxie des grands et des crustacés microscopiques de cet environnement aquatique (CEDONOMALDONADO & SWADER, 1974). En eau douce la contamination de crustacés par l'insecticide, le lindane a été mise en évidence par Thomé et al. (1988). Ils ont démontré que les effets à long terme sont beaucoup plus dangereux car toute teneur de lindane dans l'eau à une concentration comprise entre 0,02 et 10 ppb. engendre des troubles des métabolismes, reproducteur et respiratoire chez les espèces telles que Asellus aquaticus Astacus leptodactylus. Les métaux lourds (H.M), les pesticides acides (A.P) et le polychlorobiphényl (PCB) causeraient des dégâts assez graves à nos systèmes aquatiques même pour une teneur de l'ordre de 0,5 à 1 g/l. La compétitivité agro-industrielle et commerciale qui , Gammarus pulex et

caractérise ce XXème siècle (et qui va encore s'accentuer au XXI ème ) fait qu'aujourd'hui une gamme de dérivés des phényles organochlorés (POC) et des chlorofluorocarbones (CFC) sont de plus en plus utilisés comme pesticides ou insecticides en agropisciculture. Les résidus dans les plantes ou dans les animaux d'élevage consommés par l'homme ont
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

128

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

été détectés même dans le lait maternel pourrait entraîner chez ce bébé à l'âge adulte des conséquences graves. En effet, des spécialistes italiens ont retrouvé dans les huiles d'olive vierges en provenance de Grèce 95 g/l de fréon 11 (CFC 13) (MASTROBATTISTA, 1989). 2.3.5.1.1.2. Quantification des différentes sources d'engrais organiques d'usage courant en pisciculture Comme on le sait, les animaux domestiques éjectent annuellement une quantité énorme de fumier organique. En effet, DELMONDO 1980, rapporte qu'une vache peut produire approximativement 6 tonnes, un porc 3 tonnes, une chèvre et un mouton 0,8 tonne et une poule 0,025 tonnes de déchets par an. Ainsi, une des plus simples formes de pisciculture intégrée serait l'usage des déchets d'animaux dans le but de fertiliser l'étang afin de favoriser la multiplication des zooplancton et des phytoplanctons. Aussi, il est possible d'installer une source permanente de fertilisation à proximité d'un étang, en construisant une porcherie , un poulailler en amont ou aux environs les plus immédiats de l'étang afin que tous les déchets s'écoulent directement dans l'étang. La quantité et la qualité de fumier autorisées pour fertiliser une surface donnée sont déterminées en termes de poids total de l'animal vivant. Elles seraient aussi fonction du type d'aliment auquel cet animal
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

129

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

est soumis. Ainsi, par exemple, la fiente des poules (nourris aux concentrés) est plus riche que la bouse de vache. 2.3.5.1.1.3.Risques d'eutrophisation "Algae bloom" Bien que la fertilisation peut entraîner une productivité supérieure à la normale estimée entre 100-200 kg/ha/an (ADCP/REP/87/26), KAVALEC (1976) montre qu'en utilisant 460 kg/ha de nitrate de sodium ; 360 kg/ha de triple superphosphate (TSP) et 15 kg/ha de chlorate de potassium, la productivité s'accroît de 4 à 5 fois. Les cas d'eutrophisation ayant conduit à la mort massive des espèces très sensibles à la baisse drastique d'oxygène ont été plusieurs fois signalés dans l'étang et en aval de celui-ci. Il se développe aussi un type de micro-organismes mieux adaptés à cet environnement et en même temps nous assistons à la disparition d'autres organismes les moins adaptés. 2.3.5.1.2. Les types d'aliments et leur pouvoir polluant En aquaculture l'aliment est non seulement l'élement le plus coûteux (près de 60 % de coût de production) mais il est aussi le produit le plus polluant surtout en pisciculture intensive. composé le plus polluant. - perte considérable d'aliments, ce qui rend l'eau de très mauvaise qualité pour d'autres utilisateurs en aval.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

Distribués à l'état

humide ou sec, l'aliment humide est considéré comme le type d'aliment

130

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

– s'ils sont préparés à partir de poissons humides, il y aurait possibilité de transférer les microbes pathogènes. (FAO/ADCP 1987 ; COWEY et al 1985 ; TACON 1985) – possibilités d'introduire la thiaminase si l'on a incorporé des poissons humides dans l'aliment composé (TACON 1985).

2.3.5.1.3. L'usage des vitamines ,des hormones, des antibiotiques, des pesticides et des fongicides A la suite d'une perte progressive de vigueur génétique des individus en élevage (parce que issus du lot de la 3ème ou de la 4 ème génération des poissons d'élevage) certains lots sont très fragiles et sensibles aux maladies. Aussi en vue d'optimaliser le rendement, certains gestionnaires se voient obligés de recourir au traitement préventif et curatif et à l'usage d'hormones de croissance ! Il existe actuellement tout un arsenal: - d'antibiotiques tels que l'auréomycine (chlorotétracycline) et la terramycine (oxytétracycline) La kanamycine et la pénicilline se sont avérés moins efficaces (FERNANDEZ,1990). Le chlorophénicol n'est plus tellement utilisé en raison des déformations osseuses qu'il causait aussi bien aux poissons seins qu'aux individus malades. La stéptomycine
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

131

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

s'est révélée peu utile en ichtyopathologie. Le furoxone (3mg/kg d'aliment), l'oxytétracycline en bain (70 g/m3), le chloramine (40 g/m3) en bain et le furaldone HCl (1g/20 l d'eau) et le Wescodyn 1ml/40 l d'eau) - de sulfamides (le sulfanilamide, la sulfadiazine et la sulfamérazine sodique) - et les colorants organiques (le vert de malachite qui est un dérivé du triphénylméthane c'est en fait du sulfate de tétraéthyldiparaminotriphénilcarbinol, la rhodamine B issue de la molécule de phénothiazine et l'acriflavine qui est un dérivé de l'acridine, c'est un mélange de dichlorure de diamino-3, 6 acridine (1/3) et de chlorure de diamino-3, 6 méthyl-10 acridinium (2/3) et le bleu de méthylène qui est un chlohydrate de tétraméthylthionine) utilisés aussi bien en élevage intensif qu'en élevage extensif (AXELROD, 1970; ROBERTS, 1979; REICHENBACH-KLINKE & ELKAN, 1965; HERMAN, 1972; REICHENBACH-KLINKE 1972 & 1973; DE KINKELIN,MICHEL & GHITTINO, 1985. Il faut ajouter à ces 2 types d'élevage, l'intérêt de plus en plus croissant pour les aquarium de famille dans lesquels plusieurs antibiotiques et désinfectants sont utilisés (GOLDSTEIN, 1971; GEISLER, 1963 & FERNANDEZ, 1990). D'autres composés organiques dotés d'un pouvoir antiséptique et des bonnes propriétés désinfectantes sont de plus en plus utilisés. Il s'agit par exemple de formol, de mercurochrome, de sulfate de quinine, d'hydrochlorure de quinine, de l'acide acétique, de l'acide picrique, de
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

132

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

phénoxéthol, de phosphate éthyl-mercurique, de la chloramine T, de di-nbutyloxyde de zinc et de cyanamide calcique. Malheureusement ils sont toxiques pour un type de micro-organismes du cours d'eau en aval. Ils sont surtout plus dangéreux pour la population qui utilise cette même eau pour l'irrigation, le bain et le boisson. Les substances inorganiques utilisés et qui ne sont pas nécessairement tous biodégradables comprennent: le chlorure de sodium, le permanganate de potassium, l'iodure de potassium, l'iode, le chlorure de calcium, le nitrate de mercure, le nitrate d'argent et le nitrate d'ammonium. Ce sont des remèdes drastiques et malgré les précautions qu'on peut prendre ils provoquent d'énormes dégâts de zooplancton et d'équilibre d'échange d'ions dans la rivière. L'Ozone souvent utilisé pour lutter contre la putréfaction de la matière organique qui s'accumule au fond de l'aquarium et contre la formation d'odeurs désagréables (aquarium d'eau de mer surtout). Mais l'effet néfaste de l'Ozone au niveau de l'épithelium branchial des poissons et des crustacés aquatiques a été denoncé par la ligue des écologistes. Les rayons ultraviolets utilisés comme germicides contre les infections bactériennes. Ils ont cependant un effet mortel sur les organismes unicellulaires. Ces rayons ont été reconnus d'une très grande énergie aux effets mutagènes. L'installation d'un écran protecteur est nécessaire car les rayons ultraviolets sont dangéreux pour la vue . Ces

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

133

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

rayons diminuent les algues vertes du cicuit et privent en même temps les poissons d'une partie de leurs anticorps. Certains de ces produits sont détectables à plusieurs km en aval d'une ferme piscicole, c'est le cas de la permangante de potassium (KMnO4) (MUZIGWA, 1985). A part les effets néfastes que cela produit chez le consommateur, l'environnement qui recoit ces composés chimiotheurapeutiques est en déséquilibre. Si pour traiter un étang ayant connu le phénomène d'eutrophisation on peut recourir jusqu'à 5,5 mg/l.de KMnO4 (Permanganate de Potassium) il faut cependant savoir que dans un étang d'une eau claire il suffit de 3 mg/l pour tuer les poissons. Aussi, il n'est pas dit que même 2 à 3 mg/l de KMnO4 (Permanganate de Potassium) suffirait pour soigner les poissons malades dans un étang ayant connu l'eutrophisation!. Mais ce produit reste toujours toxique pour les autres organismes (poissons et microoganismes) en aval de cet étang. -Le formol: il est utilisé dans le contrôle des champignons sur les oeufs et des parasites des poissons. La dose utilisée est de 2 ml/l pendant 15 minutes dans un bassin ou l'eau coule. Cependant, une dose de 15 mg/l est très toxique à tous les micro-organismes et les poissons de cet environnement aquatique (ALLISON, 1962). Aujourd'hui il est établi que ce produit est très cancérigène.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

134

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

- Le vert de malachite : 4-(p-(diméthylamino)-a -phénylbenzylidène)-2,5-cyclohexadiène-1-ylidène diméthyl-ammonium chloride. Il traite aussi les champignons sur les oeufs, certains types des parasites mais aussi certaines infections bactériennes.Il reste malgré tout très toxique à certaines espèces des poissons et aux zooplancton (pour une dose aussi faible que 0,1mg/l). Ce produit est fortement déconseillé dans une pisciculture de consommation car il serait très cancérigène. - Les hormones et les vitamines doivent être manipulées avec attention dans un circuit ouvert car leur rejet dans l'environnement aquatique est à la base des modifications biocénotiques à la sortie de la ferme et ces produits ont été ressentis sur le tronçon d'un cours d'eau à plusieurs km de la ferme (MUZIGWA, 1985) . 2.3.5.1.4.Les composés organiques en suspension L'inquiétude des écologistes quant aux effets néfastes des rejets d'une pisciculture intensive se justifie. Des nombreux auteurs aquaculturistes (DEVIK, 1976, ALABASTER, 1982, ALABASTER et al., 1980, PENCZAK et al., 1982 et SOLBE, 1982 ne cessent d'insister sur le choix de site dont le volume et la qualité d'eau garantissent la capacité auto-épuratrice du cours d'eau. 2.3.5.2. Evaluation des capacités polluantes de quelques fermes et expérience d'autres pays

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

135

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

PENCZAK et al., 1982 rapportent qu'à la production d'un kg de truite en pisciculture il y a rejet de 0,75 kg de Carbone, 0,023 kg de Phosphore et 0,10 kg d'azote dans l'environnement. En Belgique aussi bien qu'au Zaïre, et ce dans le souci de sauvegarder l'équilibre des habitats et la diversité biologique d'un cours d'eau aucune réglementation ne définit les seuils limites des rejets des paramètres physico-chimiques provenant d'une pisciculture intensive. En Norvège, où la pisciculture est très avancée, l'eau sortant d'une ferme piscicole présente un rapport en Azote et en Phosphore total (N:P) de l'ordre de 2,4:1, alors qu'en Finland et en Suisse ce rapport est de 4:1 (DEVIK,1976). En Ecosse, le Loch Fad (d'une superficie de 74 ha) et d'une profondeur moyenne de 5 m est intensivement exploité en élevage des truites en cage. En produisant 300 T de poissons par an, il en résulte un rejet de 6 T de Phosphore/an dans ce Loch . Ce rejet considérable en Phosphore provient essentiellement des aliments et des déchets fécaux de ces poissons (MUZIGWA, 1985, STEWART, 1985). Tableau 10 : Valeurs de quelques paramètres physico-chimiques de l'eau de rejet d'une ferme norvégienne (source: SOLBE, 1982)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

136

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Paramètres

Valeurs Tonnage moyennes des poissons rejets (mg/sec) produits. (T)

de Poids net de rejets par T. de poissons/an (kg). 285 10,2 15,7 1350

DBO NO3-N PO4-P S.S (*)

302 15,8 26,0 23,30

33,7 48,8 52,4 54,4

(*) Solides en suspension. Avec un aliment humide (cas d'élevage de turbot Scophtalmus maximus, le S.S représente 52 à 60 mg/l. Ces valeurs triplent au moment de vidange et de nettoyage des bassins. Tableau 11 : Valeurs des rejets d'un étang d'une ferme expérimentale d'élevage du poisson chat américain , Ictalurus punctatus (MURPHY & LIPPER, 1970 et de BOYD (1978)

Temps/Lieu DBO (Unités) jours) (mg/l) En temps 4,5 normal Vidange 28,9 (récolte)

(5 NO3-N (mg/l) 0,16 0,14

PO4-P (total) (mg/l) 0,11 0,49

Eléments en suspension (mg/l) 80 28.500

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

137

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

En amont de 1,68 la ferme

0,21

0,04

7

En Israël, SCHROEDER 1974 cite le cas de 3,5 mg/l de DBO et de 25 mg/l de turbidité dans un étang de tilapia , Sarotherodon niloticus bien fertilisé. Autant de valeurs qui prouvent qu'en pisciculture intensive où le nourrissage et l'utilisation des produits chimiques (tels que les hormones, les bactéricides, les fongicides et les antibiotiques) peut constituer un danger à toute autre forme de vie (faune et flore) en aval d'une rivière. Il est indispensable que chaque gérant d'une ferme piscicole sache tout au moins la capacité polluante de sa ferme afin de se situer dans les limites des normes devant être fixés. Ce qui s'inscrit d'ailleurs dans le contexte de la troisième révolution industrielle, celle des technologies propres. Préserver l'équilibre de la Nature est une chose et celui des finances de l'entreprise en est une autre. Il faut réconcilier la concurrence commerciale (production intensive) et l'écologie. L'éco-technologie ne tardera pas à s'inscrire parmi les nouvelles branches de la biotechnologie. Une haute technologie est toujours accompagnée des déchets parfois non biodégradables et dont les traces se retrouvent en quantité toxique dans l'alimentation et le boisson destinés à la consommation humaine .
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

138

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

En Allemagne, à Düsseldorf (RFA) les chercheurs de l'Institut de toxicologie ont trouvé chez les enfants de 3 à 7 ans 0,5 g de cadmium par gramme d'ongle des pieds (WILHEM et al. 1991). Au Japon, à Ishakawa près de la rivière Kakehashi, la population absorbe en moyenne 0,1 mg/jour. A ces doses là, le fonctionnement des reins est altéré et l'urine se charge de métallothionéines (KIDO et al., 1991). Une teneur de 0,075 mg de cadmium par litre cause une baisse sensible de la récolte des céréales (qui sont en même temps polluées)(BOUNIAS, 1990) 2.3.6.Espèces non endémiques introduites par l'homme Les risques qu'a osé l'homme de science nous oblige à parler de ce qu'il convient d'appeler la pollution biologique . Il s'agit de toutes ces manipulations génétiques, les transplantations anatomo-physiologiques pour des raisons non curatives des individus (animaux et végétaux) réintroduits dans la nature et plus particulièrement le cas des poissons introduits dans quelques eaux africaines (BILL, 1993 & PITCHER, 1994). 2.3.6.1.Tentatives d'introduction Ictalurus punctatus : poisson chat américain.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

139

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Les tentatives américaines d'introduire le poisson chat américain dans la pisciculture intensive au Zaïre ayant été combattues démontrent que certains biologistes ont pris conscience même si leur voie ne se fait pas sentir assez sur d'autres questions relatives à la réserves naturelles. 2.3.6.2. Introduction volontaire - Lates niloticus Les conséquences sont difficiles à évaluer au départ. A long terme cela devient un problème très grave et difficile à résoudre. C'est le cas aujourd'hui avec le Lates niloticus (poisson Capitaine ) d'eau douce introduit par les chercheur anglais dans le lac Victoria. Le ravage que produit ce carnivore est tel que le nombre des cichlidés diminuent d'une manière très inquiétante. Aucune solution n'est possible dans l'immédiat pour résoudre cette catastrophe. - Limnothrissa miodon et Stolothrissa tanganikae Comme si le monde scientifique n'avait pas tiré de leçons de ses erreurs antérieures, la mission KEA (mission d'exploration des lacs Kivu, Edouard et Albert , 1952-1954), a proposé d'y introduire un poisson en vue d'occuper une niche écologique non exploitée. Cette tâche fut confiée au Service des Eaux et Fôrets et destruction de nos

exécutée avec succès en 1959 par l'Ingénieur Belge A. COLLART. Des milliers de larves de deux Clupeidae endémiques du lac Tanganyika,
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

140

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Limnothrissa miodon et Stolothrissa tanganyikae ont été déversés dans le lac Kivu en différents endroits. La conséquence positive de cette introduction, après quinze ans, a été l'implantation d'une pêcherie artisanale pour exploiter cette ressource piscicole sur le lac. Depuis 1974, une importante activité économique est organisée autour de l'exploitation de L. miodon. Cette activité occupe aujourd'hui plus de deux mille pêcheurs, sans tenir compte de tous les intermédiaires dans la vente des poissons. Mais pourquoi pendant plus de quinze ces espèces disparues à tel point que tout le monde cru que les alevins ne s'étaient pas habitués et qu'ils étaient peut-être tous morts..Enfin que nous réserve l'avenir sur le plan purement écologique ? Dans l'immédiat il faudrait étudier l'impact de cette introduction sur le cycle vital des Haplochromis spp. (pélagiques aussi comme les deux espèces introduites) du lac Kivu. 2.3.6.3.Introduction non volontaire - Heterotis niloticus Ce

phénomène est souvent lié à l'exploitation piscicole: ferme piscicole et à l'entretien d'aquarium familial et publics. Aujourd'hui sur le fleuve Zaïre on attrape dans le lot des Alestes sp. des Guppi (originaire) d'Amérique latine (pêche réalisée en Septembre 1991 à Kinshasa). - Tilapia spp. et Clarias spp.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

141

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Le récent développement de la pisciculture dans la Ville de Kinshasa (MUZIGWA,1991) et aux alentours de la Ville de Mbandaka (VANDEN BOSCCHE, 1986) est à la base d’une montée croissante d’espèces de Tilapia et de Clarias jusque là inconnues du fleuve Zaïre. Les ichtyobiologistes de ce pays regrettent tous la présence du poisson dénommé Congo ya sika , Heterotis niloticus, échappé des étangs de la République Centre africaine (Bangui)(originaire du Nil , il est introduit en pisciculture de ce pays en vue de stabiliser la population des tilapia dans les étangs ), s'est retrouvé ensuite dans la rivière Oubangui et aujourd'hui il colonise le fleuve Zaïre. Très carnivore, les pêcheurs attribuent la diminution de leur capture à la présence de ce poisson non désiré. CHAPITRE III CATEGORISATION DE TYPES DE MENACE 3.1. CALAMITES OU CATASTROPHES NATURELLES 3.1.1- Phénomène des changements globaux La gestion des sites protégés n'ont jamais eu assez de moyens financiers pour faire face aux changements géophysiques et autres accidents naturels (les érosions, les cassures de l'écorce terrestre, les
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

142

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

éboulements, les volcans (tel que Pinatubo et El Chichon), les tremblements de terre, la sécheresse, les calamités naturelles telle que la destruction d'un couvert végétal par des criquets migrateurs etc..). On peut classer cette série dans le processus normal de l'auto-destruction de la Planète Terre. 3.2.- EFFETS ANTHROPIQUES 3.2.1.- Suite à l'explosion démographique (besoins d'espace), et à une très forte demande de bois par les pays développés, les forêts (habitats les plus indispensables à une catégorie d'espèces) sont ravagées préférablement dans les plaines et ensuite en montagnes: nous citerons la forêt Lomako dans l'Est du pays et même celle de Mayombe. Vu l'importance à l'échelle internationale que revêtent ces sites de par la richesse de leur diversité biologique, à laquelle tient le monde, nous lançons un cri d'alarme afin qu'un plan de restructuration pour la protection soit financé par les Institutions internationales. 3.2.2 - L'introduction des espèces étrangères à un environnement ont causé dans certaines régions des dégâts énormes, parfois irréparables. 3.2.3. - Des espèces terrestres et aquatiques ont été aussi victimes des pollutions et d'une très forte pression de chasse et des pêches. La pollution reste incontestablement le type de menace le plus dangereux parce qu'il rompt l'équilibre écologique au niveau imperceptible à l'oeil
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

143

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

nu: les organismes microscopiques disparaissent à jamais et il est accompagné de la destruction d'habitats. 500 mg/kg de zinc empoisonne la faune bactérienne dont l'humus a besoin (WILKE, 1990). 3.2.4. - L'emploi des produits phytosanitaires s'est développé considérablement après la guerre de 1939-1945 (PESSON, 1978). Ces composés entièrement chimiques ont des effets néfastes sur la texture du sol, sur l'équilibre des écosystèmes aquatiques après les pluies, sur l'échange des ions dans l'atmosphère et ils seraient responsables des plusieurs maladies et de la mortalité des gibiers (les oiseaux, les mammifères et les poissons, les insectes et les crustacés aquatiques et terrestres). Il est en tout cas connu que l'herbicide tel que l'atrazine dont les doses de 1mg/litre se retrouve dans les rivières après les pluies sont responsables des graves perturbations de la formule du sang des poissons et d'autres organismes animaux. Les carbamates perturbent la formule sanguine des pigeons (MANDAL & LAHIRI, 1989). Les insecticides pyréthroïdes provoquent chez les rongeurs (rats, lapins et lièvres) les lésions hépathiques et rénales. (BOUNIAS, 1990). L'association des nitrates et de l'uranium (le nitrate d'uranyle) à des petites doses (2 mg/kg d'animal) endommage gravement les reins et empêche toute cicatrisation d'une blessure. Ce même composé bloque aussi la reconstitution des tissus osseux endommagés et il empêche la
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

144

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

guerison des fractures (SINGH et al., 1987 , UBIOS et al., 1990 & PENNER et al., 1990). D'autres expériences sur les rats ont demontré qu'avec une dose de 3 à 5 mg/kg) l'acétate d'uranyle réduit très remarquablement le taux de fécondité des femelles (LLOBET et al.,1991) Dans certains cas, ces mammifères affaiblis deviennent des hôtes intermédiaires d'un cycle vital des parasites qui s'achèvent chez le consommateur,et en l'occurrence dans l'homme. Le cas du lait maternel est le plus alarmant! En effet, le Professeur Lieselotte Jokl de la faculté de pharmacie de Belo Horizonte (Brésil) a dirigé les travaux d'analyse de polluants dans le lait maternel des mères de la campagne et des villes. Chez les premières, le lait maternel contient jusqu'à 185 g de HCH (hexachlorocyclohexane, un insecticide organochloré utilisé en Agriculture même au Kenya) par kg de poids sec de ce lait (SANT'ANA et al., 1989). En ville ou le DDT est utilisé pour la désinfection domestique se retrouve aussi à des quantités de 96 à 100 g/kg de lait maternel. Dans le lait de vache des pays industrialisés c'est plutôt le PCB (polychlorobiphényles, provenant de fourrage) qui intoxique le consommateur à petite dose. On estime à 0,1 à 0,3 g de PCB par kg du poids sec de lait chez certaines vaches laitières (WILLET et al. , 1990). Des rats ayant reçu des doses de 100 g par kg de PCBdioxine pendant 12 jours , ces doses ont provoqué les cassures de l'ADN dans les 3 jours qui suivent (STOHS et al. 1990). Le cancer a été observé chez les rats avec une dose totale de 0,4 à 7,3 mg par kg et la mortalité a
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

145

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

été provoquée chez le cochon d'inde avec une dose de 2 mg/kg (RYAN et al., 1990). Une femme enceinte exposée à des doses au-dessus des limites acceptables court le danger d'IIG (Interruption involontaire de sa grossesse). L'intoxication à long terme de l'homme est un phénomène très remarquable en cette décennie. Nous pouvons les classer en 2 catégories, à savoir: 1- Les lésions somatiques induites par les pesticides (troubles nerveux, troubles endocrines, les lésions d'organes détoxifiants et les lésions métaboliques). 2- Les effets sur le potentiel biotique (l'action des pesticides sur la fécondité et la mortalité embryonnaire, et leur action mutagène et tératogène). S'agissant de l'homme, comment expliquer aujourd'hui le taux de suicide si élevé dans les pays industrialisés! En tout cas certains observateurs émettent déjà des hypothèses telle que certains phénomènes socio-économiques (propres aux pays développés) et ce type de pratique agricole pourraient agir en synérgie pour aboutir à ces actes incontrôlés . D'ailleurs, la lindane provoque les mêmes effets qu'un anxiogène (le pentylènetétrazole)( BOUNIAS, 1990). Les chercheurs chinois ont démontré qu'il y aurait une relation de cause à effet entre pollution (en métaux lourds) et le crétinisme(LI et al., 1989) Beaucoup d'auteurs ont demontré que certains herbicides et insecticides ont des effets néfastes sur la reproduction des oiseaux et des
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

146

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

poissons. Les herbicides dans les conditions expérimentales ont montré un effet tératogène sur les embryons de Gallinacées (RAMADE, 1974). Grâce à des moyens d'analyse puissants tels que la chromatographie couplée à la spectrographie on a identifié chez les chiens venant de chasse l'insecticide endrine (près de 5 g/kg) avant que cette dose ne se repande dans le sang. Dose suffisante pour tuer même un berger allemand. Ces pesticides peuvent être regroupés en 4 catégories : - les composés organiques de synthèse (DDT et DDE par exemple); - les insecticides organo-chlorés (DDT, HCH, ...); - les insecticides organo-phosphorés (ex. le parathion); - les fongicides (ex. le manèbe, mancozèbe); - les herbicides (ex. phytohormones du type 2,4 D.,2.4.5. T, MCPA et MCPP, les triazines, les urées) En moyenne, près de 3 % d'animaux trouvés morts en Europe sont victimes d'intoxication d'origine phytosanitaire (PESSON, 1978). L'analyse des résidus comme suit: Animal oeufs coeur cerveau foie (3) Alouette 0,6 0,7 0,45 (2) (1) de DDT (en microgramme/g) trouvés dans quelques organes des animaux par une équipe israëlienne se résume

plumes (2) et

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

147

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Corbeau Merle Moineau Pigeon Tourterelle

0,8 1,4 0,8 1,1 0,6

0,4 0,3 0,5 -----0,4

-------0,3 (3) 0,3 (1) 0,2 (3) 0,4 (1; 2; 3)

Comme le dit PESSON (1978) il ne peut être question de supprimer les traitements herbicides ou antiparasitaires, la solution consiste à aménager les zones cultivées pour les rendre habitables par le gibier (abris avec agrainoirs, chemins enherbés, buissons etc..). Certaines fourrières doivent être entretenues et ne subissant aucun traitement à proximité des étendues des champs. L'utilisation raisonnée et raisonnable des pesticides ne peut être fixée que par l'Etat (sur conseils scientifiques et techniques) qui détermine par décret loi les délais extrêmes d'utilisation afin d'empêcher la présence de résidus de substances toxiques dans les produits de consommation; de plus il contrôle, par un dispositif permanent la présence éventuelle de produits dangéreux dans la production agricole mise sur le marché (LORGUE, 1990). Les précautions en faveur des écosystèmes aquatiques, localisés dans les environs immédiats des champs, afin de reduire les effets de la phytochimie consiste en un aménagement des canaux pouvant disperser, des petites érosions provenant des champs dans les terres environnantes.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

148

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Dans la mer du nord les résultats de pêche sont de plus en plus inquiétants en 1994. En Avril 1994, un grand nombre de poissons (cas de poissons plats) ont presque tous de déformations osseuses. Les chercheurs britanniques qui se sont penchés sur la question et l'Organisation de Green Peace confirment que ces anomalies est la conséquence directe des nombreux déversements des déchets chimiques (industriels, agricoles et phytosanitaires) radioactifs et nucléaires. Des oeufs des poissons et d'autres organismes aquatiques présentent aussi des caractéristiques non habituelles!

CHAPITRE IV DISPOSITIF DE PROTECTION ET DE REHABILITATION 4.1.- Responsabilité du Gouvernement zaïrois La tâche de conservation de la Nature des réserves de la biosphère dont dispose le Zaïre incombe en 1er lieu à l'Etat zaïrois qui a désigné le Ministère de l'Environnement et de la Conservation de la Nature en tant que Ministère de la tutelle. Vu l'ampleur de sa mission, un service spécialisé (IZCN: Institut Zaïrois de la Conservation de la Nature) a été créé pour la gestion et la protection de ces réserves. 4.2- Le concours international Des nombreux projets mis en place sont:
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

149

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

4.2.1. Promotion et conservation de la forêt (CEE/IZCN): vulgarisation des principes de protection , de création et des résultats de recherche. 4.2.2. Assistance au Programme National pour la Protection de la Forêt Tropicale (Projet multilatéral : GOZ/IUCN/CEE/FAO) 4.2.3. Programme d'éducation et de protection des gorilles du Parc National de Virunga (conjointement financé par la CEE et l'Organisation mondiale pour la conservation de la Nature (WWF). 4.2.4. Projet de conservation de la forêt d'Ituri et l'Okapi (financé par TABAZ/WCI/WWF/AN in Motion). Ce projet vise à définir les zones concernées, à développer l'infrastructure du parc, la reproduction en captivité et la recherche. 4.2.5. Conception et réalisation du programme de gestion du Parc National de Kahuzi-Biega (projet bilatéral entre le GOZ représenté par l'IZCN et l'Allemagne à travers la GTZ). 4.2.6. Etude de cas du Parc National de Kahuzi-Biega et de la forêt Itombwé (FFPS/WWF): étude sur les besoins de conservation et les pressions exercées sur les 2 entités. 4.2.7. Définir et mettre en application les mesures de protection et de gestion du Parc National de Garamba et de la protection de rhinocéros blanc (projet financé par IUCN/IZCN/UNESCO/WWF)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

150

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

4.2.8. Projet de réhabilitation et d'équipement du Parc National de Virunga (interventions de la CEE et du Gouvernement zaïrois à travers l'IZCN) 4.2.9. Projet de la Représentation au Zaïre de WWF en tant qu'assistance technique permanente auprès de l'IZCN dans la gestion technique et dans l'élaboration des nouveaux projets. 4.2.10. Programme de formation et de recyclage des cadres techniques (UNESCO/WWF). 4.2.11. Enquête sur les éléphants des zones forestières en vue d'établir des données statistiques sur la population (financé par WCI/WWF/EEC). 4.3. Projets de la Société zoologique de Frankfur (FZS) 4.3.1. Ressources du Parc National de Virunga: gestion et équipement 4.3.2. Conservation des gorilles dans l'Est du Zaïre 4.3.3. Projet Chimpanzé de Tongo 4.4 - Projets de l'Organisation Internationale de la Conservation de la Nature (WCI)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

151

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

4.4.1. Enquête et exploration du Parc National de Maiko 4.4.2. Enquête et exploration de la réserve de Rubi-Tele et sa surveillance.

4.5- Quelques activités de conservation de la nature au Zaïre qui méritent un renforcement et des moyens financiers plus consistants 4.5.1. Les zones protégées et autres réserves de la biosphère ont besoin d'améliorer les méthodes de surveillance, et la formation (recyclage) des cadres techniques. 4.5.2. Dans plusieurs zones protégées,la protection des espèces animales doit s'inscrire dans un contexte du développement rural intégré. Ceci est particulièrement important pour les primates et les antilopes souvent chassés par la population locale pour leur viande. 4.5.3. La protection des forêts des plaines nécessite une surveillance accrue d'interdiction d'octroi des terrains à bâtir et encore moins d'étendre les activités agricoles tout autour. Ces forêts des plaines restent souvent le dernier bastion des espèces hautement menacées si bien qu'il y a urgence ( DAVID and KATRINA, 1994 , THORNES, 1994 & WATLING et al., 1994 ).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

152

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

4.5.3.1. Pour le Parc National d'Okapi (et des primates) il faut que dans l'immédiat cette mesure soit d'application et qu'une ceinture de zone tampon soit délimitée tout autour afin d'accroître cette surveillance. 4.5.3.2. D'autres réserves doivent être créées rapidement dans les forêts de Lomako-Yekokora, entre les rivières Lomami et Lualaba pour les chimpanzés nains et autres primates. 4.5.3.3. Dans toutes les zones critiques citées ci-haut, il faut envisager leur statut de réserves protégées et sous surveillance. 4.5.3.4. Le Parc National de Virunga devrait être étendu au mont Hoyo et une partie de la vallée de Semliki dans le nord et la forêt Tongo dans le sud. 4.5.3.5. Une nouvelle réserve dans le Mayombe devrait voir le jour ou alors envisager l'extension de la réserve de la biosphère Luki ou encore créer tout près de la frontière avec Cabinda une réserve naturelle. 4.5.3.6. Deux petites réserves peuvent être proposées aux environs immédiats de Kinshasa au lac Nagarenke et Mai Mpili-Lidji. 4.5.3.7. La protection des forêts devrait être renforcée sur les îles Ishushu du lac Kivu. 4.5.4. Les forêts et les autres zones colinaires dans l'Est du Zaïre nécessite une amélioration de gestion d'interdire toute activité de déboisement et y interdire toute forme de lotissement.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

153

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

4.5.5. Une nouvelle réserve de la forêt montagneuse devrait être créée: 4.5.5.1. sur les hauteurs d'Itombwé (Uvira) pour protéger des plantes, des oiseaux endémiques, des amphibiens et des primates. 4.5.5.2. des sites critiques de l'Est du Zaïre peuvent être d'ores et déjà inscrits parmi les réserves naturelles qui nécessitent encore plus de surveillance et de protection. Des projets de développement rural intégré pouvant permettre à la population d'orienter autrement leurs activités doivent être envisagés. 4.5.6.Prévoir des aménagements des savanes des sites en état critique (réserves de Luama et de Rutshuru ) afin d'y maintenir et d'améliorer la vie des espèces qui y vivent 4.5.7. Les mesures de conservation pour sauver les plantes endémiques des collines de Marungu sont à définir dans l'immédiat. 4.5.8. La gestion améliorée de toutes les savanes du pays est indispensable dans le contexte socio-économique du Zaïre, et les mesures très sévères doivent prises à l'endroit de chasseur braconnier. 4.5.9. Créer une nouvelle réserve naturelle des forêts pour protéger la forêt de Muhulu à Kyamasumba (Kolwezi) 4.5.10. Une gestion plus active des lacs et des cours d'eau doit être dotée des moyens afin d'empêcher toute technique de pêche

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

154

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

destructrice , protéger l'ichtyofaune endémique et lutter contre toute introduction des nouvelles espèces. 4.5.11. Mobiliser des moyens conséquents pour lutter contre le braconnage des rhinocéros blancs (au Parc National de Garamba) des éléphants (aux Parcs Nationaux de Garamba, de Kahuzi-Biega et de Salonga) 4.5.12. Recenser et proposer les mesures de protection des îlots t d'autres biocénoses du fleuve Zaïre. 4.5.13. Enquêter sur l'état actuel de 3 espèces de crocodiles du fleuve Zaïre et proposer des mesures de protection 4.5.14. Entreprendre les études visant à évaluer l'état actuel et la protection de la grenouille poillue très peu connue sur dans d'autres pays.

III ème PARTIE CHAPITRE I INQUIETUDE INTERNATIONALE JUSTIFIEE Aujourd'hui, l'homme averti s'inquiète plus de la destruction des habitats plutôt que du nombre d'espèces qui s'éteignent. Il est vrai que
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

155

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

plus les habitats disparaissent moins l'homme a la chance de réhabiliter celles des espèces ayant atteint leur seuil critique. 1.1. EXTINCTIONS ENREGISTREES A ce jour, les évaluations ont établi qu'il y aurait dans le règne animal les pertes et les menaces suivants (DEMOULIN KAUFMAN and KENNETH, 1994) Tableau 12: Liste non limitative d'extinctions d'espèces connues de nos jours Espèces OISEAUX MAMMIFERES REPTILES POISSONS éteintes 116 59 23 29 menacées 1029 505 167 452 1994 &

On estime aujourd'hui que le Madagascar a perdu près de 50 % de ses habitats et les Philippines près de 80%. Ces chiffres doivent faire réfléchir car ils nous interpellent tous de l'autorité politique (décideurs) au gestionnaire du parc et des réserves en passant par le garde des parcs, le braconnier et le consommateur des produits de chasse et de pêche des espèces pourtant protégées.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

156

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

La course effrénée à la consommation d'énergie se poursuit et nous inquiète! Des chiffres faramineux tel que 200 Gigajoule/hab.aux USA, 110 Gigajoule/hab. au Japon et 1 Gigajoule /hab. au Bangladesh ( les chiffres du Zaïre en 1984 parle d'une production totale de 4.991.00 Mwh d'énergie électrique et un total de 10.167.312 d'énergie totale consommée dans ce pays.(LIASSA NKOY, 1993)) vont s'accroître au cours du 20 et du 21 èmes siècles. Les écologistes pensent même qu'à ce rythme de consommation d'énergie notre planète pourrait supporter 11 x 109 des Bangladesh mais elle ne supporterait pas 700 millions des français.

1.2.- MOTIVATIONS POUR LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE 1.2.1. Raisons principales: 1.2.1.1- moralement, l'homme se doit de respecter et de sauvegarder les ressources renouvelables de la terre; 1.2.1.2.- Ces ressources contribuent au bien-être de l'humanité (et plus particulièrement en Afrique), il aurait était indispensable de préserver leur intégrité et veiller désormais à la bonne santé du quart qui nous reste encore . Bref, si l'homme abuse des ressources naturelles, il se perdra lui même dans un tout proche avenir.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

157

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

L'argument moral et esthétique ne fait pas l'unanimité surtout que la compétition industrielle nous amène à produire des déchets souvent difficiles à stocker ou à détruire. L'argument de l'importance fonctionnelle (la survie de l'homme sur cette planète dépend de ce qu'il aura fait de celle-ci) est le plus brandi par les Gouvernements et les Institutions Internationales de protection des zones à risques et des régions au seuil critique de leur exploitation. L'argument économico- éthique que soutiennent JEFFREY et al., (1994) ne peut s'appliquer valablement qu'aux pays développés mais il n'a aucun sens pour les villageois du tiers monde où les bénéfices du tourisme aux parcs et aux réserves nationaux n'ont aucune retombée sociale dans leur vie quotidienne. 1.2.2.- Nécessité de préserver la biodiversité peut être justifiée en 5 points : 1.2.2.1.- pour la stabilité écologique: cela permet le déroulement d'autres processus qui garantissent la vie d'autres organismes vivants. Ex. maintenir le cycle de l'eau; régulation des climats; contrôler les érosions; maintenir les cycles du Carbone, de l'Azote et de Phosphore et enfin cela permet aux plantes vertes de réaliser la photosynthèse. 1.2.2.2.- pour l'intérêt matériel de l'homme: par exemple au Malawi et en Tanzanie, le bois et la bouse fournissent plus de 90% de besoin en énergie domestique; au Zaïre, la chasse constitue près de 75% de source
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

158

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

en protéines animales; au Botswana, près de 50 espèces animales offrent plus de 90 kg de protéines par pers./an.; au Ghana 75% de la population tirent uniquement leurs protéines d'origine animale (insectes, escargots, rongeurs et poissons). 1.2.2.3.- pour l'intérêt commercial: surtout à grande échelle, nous citerons le bois, les roches et d'autres minerais précieux. Certains fruits et des plantes médicinales et ornementales, les épices, les colorants alimentaires (Spirulina sp.), les plumes d'oiseaux rares et les coquilles, les peaux des serpents et de certains autres animaux sont autant de richesses que nous tirons de la nature. 1.2.2.4 - pour le tourisme et le loisir: les sites touristiques les mieux conservés et aménagés attirent davantage des touristes. Dans certains pays comme le Kenya, le tourisme constitue une des principales ressources en devises. Les Parcs Nationaux , les grands aquariums publics et les jardins zoologiques sont de véritables entreprises. 1.2.2.5 - pour l'intérêt scientifique: le niveau actuel de nos connaissances de la biodiversité est insuffisant. Il faut donner à la science l'occasion de connaître ce qui n'est pas encore identifié. On estime qu'entre 5 et 30 millions d'espèces d'êtres vivants ont vécu sur cette planète. Tableau 13 : Estimations d'espèces inconnues du monde scientifique (Source: DEMOULIN,1994)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

159

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Types d'organismes inconnus de nos jours 1.- Plantes dicotylées 2.- Poissons 3- Mammifères 4- Reptiles 5- Protozoaires 6- Champignons 7- Insectes

Nombre d'espèces 180.000 9.000 9.500 4.500 60.000 1,5 x 106 80 x 106

La science reconnaît n'avoir identifié que près de 1,4 million d'êtres vivants seulement ! Enfin, nous savons que beaucoup de questions sur l'homme ont été résolues grâce à la recherche sur les autres organismes vivants.

1.3. FONDEMENTS DE LA BIODIVERSITE

Elle fait partie de l'économie du pays. C'est un acquis de la population. Nous pouvons citer:

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

160

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

1.3.1 - l'homéopathie: la pharmacologie à base des plantes médicinales est une véritable industrie qui donne plus de 100.000 emplois en Asie et 12.000 en Europe. A cet effet, les textes choisis de Reader's digest sur les VERTUS DES PLANTES (SELECTION, 1993) démontrent de l'intérêt de plus en plus croissant en pharmacologie.

1.3.1.1- Substance anti-cancérigène: les plantes telles que: Cataractus ornementalis , la pervenche de Madagascar; 1.3.1.2.-Insecticide: biopestioïdal tree 1.3.1.3.- Stéroïdes et hormones extraites des monocotylés; Les usines européennes les plus engagées dans l'exploitation de ces ressources sont: Boerhing industries, Cibageigy et Bristol Myers. 1.3.2. Industrie alimentaire: l'extraction des colorants naturels dans les algues vertes et rouges. On parle maintenant de l'or vert. Le monde dispose enfin des colorants naturels des aliments car certains colorants synthétiques sont cancérigènes. Ex. d'algue la plus utilisée: Spirulina sp. Enfin l'interaction entre la biodiversité et l'économie d'un pays nous donne accès à la biotechnologie, mais à quel prix si les garde-fous ne sont pas fixés !
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

161

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

CONCLUSION La biodiversité tropicale dispose d'un atout irremplaçable tel que ses forêts riches en espèces endémiques très diversifiées (cas des poissons et des insectes), les mangroves dont les écosystèmes sont très fragiles, les forêts denses montagneuses et des plaines, des savanes et des récifs coraliens qu'il n'est pas possible de rétablir ou de réhabiliter une fois détruits La conservation de la biodiversité n'a pas de prix. Que représente 17 x 109 $ (U.S.A. dollards) par rapport à 77 x 109 $ (U.S.A. dollards) engagés dans les dépenses pour l'Energie. Plus alarmant est ce chiffre faramineux qu'est le tribillion $ (U.S.A. dollards) chaque année pour les dépenses militaires dans le monde. D'autres dangers en perspective concernent particulièrement les applications des biotechnologies à la reproduction humaine, à l'Agriculture et à l'industrie agro-alimentaire . Des nombreux pays sans aucune commission parlementaire sur l'éthique (de transfert de biotechnologies nouvelles) ne vont pas tarder à servir de cobbaye aux lobbies scientifico-industrielles des grandes puissances (le cas de recherche sur le sida a été le plus alarmant !). La création des manipulations génétiques in vitro (ingénierie génétique) n'inspire pas confiance aux défenseurs de la biodiversité si les garde fous ne sont pas définis d'avance dans un pays (Ministère de l'Industrie français, 1981). Comme toute activité humaine le génie génétique pourrait être exploité à des fins purement commerciales et ignorer des effets à long terme sur les organismes vivants et ses biotopes.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

consenti

162

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Il est donc indispensable que tout Etat de droit dresse un bilan et procède à une analyse prospective de l'importance des biotechnologies pour l'avenir du type d'Agriculture qui lui convient. La Commission parlementaire spécialisée devra déterminer dans quelle mesure la production agricole orientée vers l'alimentation devra être adaptée pour repondre aux besoins de consommateurs, mais également aux exigences de la concurrence. De ce fait, le Service spécialisé de l'Exécutif déterminera et analyse l'importance du marché des produits alimentaires faisant appel aux biotechnologies. Il devra envisager les moyens à mettre en oeuvre pour faire face à l'évolution à court terme de ces techniques, qu'il s'agisse de recherche, de formation ou d'adaptation tant au plan régional que national sous le contrôle de la Commission parlementaire spécialisée. Cette Commission devra définir les structures de contrôle permanent qui assure l'Etat que le développement des biotechnologies ne portera pas atteinte au patrimoine génétique existant et recherche quels pourraient être les principes et règles déontologiques en la matière (CHEVALIER, 1991). Les enjeux (éthique et économique) de la brévetabilité dans un Etat, en matière de biotechnologies doivent différer aussi bien par son fond que par sa forme ( DANIEL, 1993; SCHOOYANS, 1995 et BERNARD & BLATTCHEN 1996). Les revendications de brevetabilité comme celles de A. CHAKRABARTY (1980) (sur une bactérie modifiée du genre Pseudomonas contenant des plasmides capables de dégrader les
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

163

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

hydrocarbures) et celle sur la souris porteuse de plusieurs copies de l'oncogène C. Myc (pour tester les substances carcinogènes) vont se poursuivre même sur les mammifères transgéniques et peut-être aussi sur l'homme ! Si l'homme ne sauve pas la Nature il périra avec celle-ci!

ANNEXE 1 : SOMMET DE LA TERRE DECLARATION DE RIO SUR L'ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT ----------------------------------------------------------- La Conférence des Nations Unies sur l'Environnement et le Développement , - Réunie à Rio de Janeiro du 3 au 14 Juin 1992, - Réaffirmant la Déclaration de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement adopté à Stockholm le 16 juin 1972, et cherchant à en assurer le prolongement, - Dans le but d'établir un partenariat mondial sur une base nouvelle et équitable en créant des niveaux de coopération nouveaux entre les Etats, les secteurs clefs de la société et les peuples,

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

164

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

- Oeuvrant en vue d'accords internationaux qui respectent les intérêts de tous et protègent l'intégrité du système mondial de l'environnement et du développement, - Reconnaissant que la Terre, foyer de l'humanité constitue un tout marqué par l'interdépendance,

PROCLAME CE QUI SUIT:

PRINCIPE 1 Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. PRINCIPE 2 Conformément à la charte des Nations Unies et aux principes du droit international, les Etats ont le droit souverain d'exploiter leurs propres ressources selon leur politique d'environnement et de développement , et ils ont le devoir de faire en sorte que les activités exercées dans les limites de leur juridiction ou sous leur contrôle ne causent pas de

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

165

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

dommages à l'environnement dans d'autres Etats ou dans des zones ne relevant d'aucune juridiction nationale. PRINCIPE 3 Le droit au développement doit être réalisé de façon à satisfaire

équitablement les besoins relatifs au développement et à l'environnement des générations présentes et futures. PRINCIPE 4 Pour parvenir à un développement durable, la protection de l'environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considérée isolement. PRINCIPE 5 Tous les Etats et tous les peuples doivent coopérer à la tâche essentielle de l'élimination de la pauvreté, qui constitue une condition indispensable du développement durable, afin de réduire les inégalités entre la majorité des peuples du monde. PRINCIPE 6 La situation et les besoins particuliers des pays en développement, en particuliers des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés et des pays les vulnérables sur le plan de l'environnement, doivent se voir accorder une priorité spéciale. Les actions internationales entreprises en matière d'environnement et de développement devraient
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

166

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

également prendre en considération les intérêts et les besoins de tous les pays. PRINCIPE 7 Les Etats doivent coopérer dans un esprit de partenariat mondial en vue de conserver, de protéger et de rétablir la santé et l'intégrité de l'écosystème terrestre. Etant donné la diversité des rôles joués dans la dégradation de l'environnement mondial, les Etats ont des responsabilités communes mais différenciées. Les pays développés admettent la responsabilité qui leur incombe dans l'effort international en faveur du développement durable, compte tenu des pressions que leurs sociétés exercent sur l'environnement mondial et des techniques et des ressources financières dont ils disposent. PRINCIPE 8 Afin de parvenir à un développement durable et à une meilleure qualité de vie pour tous les peuples, les Etats devraient réduire et éliminer les modes de production et de consommation non viables et promouvoir des politiques démographiques appropriés. PRINCIPE 9 Les Etats devraient coopérer ou intensifier le renforcement des capacités endogènes en matière de développement durable en améliorant la compréhension scientifique par des échanges de connaissances scientifiques et techniques et en facilitant la mise au point, l'adaptation,
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

167

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

la diffusion et le transfert de techniques, y compris de techniques nouvelles et novatrices. PRINCIPE 10 La meilleure façon de traiter les questions d'environnement est d'assurer la participation de tous les citoyens concernés, au niveau qui convient. Au niveau national, chaque individu doit avoir dûment accès aux informations relatives à l'environnement que détiennent les autorités publiques, y compris aux informations relatives aux substances et activités dangereuses dans leurs collectivités, et avoir la possibilité de participer aux processus de prise de décision. Les Etats doivent faciliter et encourager la sensibilisation et la participation du public en mettant les informations à la disposition de celui-ci. Un accès effectif à des actions judiciaires et administratives, notamment des réparations et des recours, doit être assuré. PRINCIPE 11 Les Etats doivent promulguer des mesures législatives efficaces en matière d'environnement. Les normes écologiques et les objectifs et priorités pour la gestion de l'environnement devraient être adaptés à la situation en matière d'environnement et de développement à laquelle ils s'appliquent. Les normes appliquées par certains pays peuvent ne pas convenir à d'autres pays, en particulier à des pays en développement, et leur imposer un coût économique et social injustifié.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

168

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

PRINCIPE 12 Les Etats devraient coopérer pour promouvoir un système économique international ouvert et favorable, propre à engendrer une croissance économique et un développement durable dans tous les pays, qui permettrait de mieux lutter contre les problèmes de dégradation de l'environnement. Les mesures de politique commerciale motivées par des considérations relatives à l'environnement ne devraient pas constituer un moyen de discrimination arbitraire ou injustifiable, ni une restriction déguisée aux échanges internationaux. Toute action unilatérale visant à résoudre les grands problèmes écologiques au-delà de la juridiction du pays importateur devrait être évitée. Les mesures de lutte contre les problèmes écologiques transfrontalières ou mondiaux devraient, autant que possible, être fondées sur un consensus international. PRINCIPE 13 Les Etats doivent élaborer une législation nationale concernant la responsabilité de la pollution et d'autres dommages à l'environnement et l'indemnisation de leurs victimes (MILLER KENTON & STEVEN LANOU, 1995). Ils doivent aussi coopérer diligemment et plus résolument pour développer davantage le droit international concernant la responsabilité et l'indemnisation en cas d'effets néfastes de dommages causés à l'environnement dans des zones situées au-delà des limites de leur juridiction par des activités menées dans les limites de leur juridiction ou sous leur contrôle.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

169

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

PRINCIPE 14 Les Etats devraient concerter efficacement leurs efforts pour décourager ou prévenir les déplacements et les transferts dans d'autres Etats de toutes activités et substances qui provoquent une grave détérioration de l'environnement ou dont on a constaté qu'elles étaient nocives pour la santé de l'homme. PRINCIPE 15 Pour protéger l'environnement des mesures de précaution doivent être largement appliquées par les Etats selon leurs capacités. En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures effectives visant l'environnement. PRINCIPE 16 Les autorités nationales devraient s'efforcer de promouvoir à prévenir la dégradation de

l'internalisation des coûts de protection de l'environnement et de définir le processus par lequel c'est le pollueur qui doit , en principe, assumer le coût de la pollution, dans le souci de l'intérêt public et sans fausser le jeu du commerce international et de l'investissement.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

170

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

PRINCIPE 17 Une étude d'impact sur l'environnement , en tant qu'instrument national, doit être entreprise dans le cas des activités envisagées qui risquent d'avoir des effets nocifs importants sur l'environnement et dépendent de la décision d'une autorité nationale compétente. PRINCIPE 18 Les Etats doivent notifier immédiatement aux autres Etats toute catastrophe naturelle ou toute autre situation d'urgence qui risque d'avoir des effets néfastes soudains sur l'environnement de ces derniers. La communauté internationale doit faire tout son possible pour aider les Etats sinistrés. PRINCIPE 19 Les Etats doivent prévenir suffisamment à l'avance les Etats susceptibles d'être affectés et leur communiquer toutes informations pertinentes sur les activités qui peuvent avoir des effets transfrontalières sérieusement nocifs sur l'environnement et mener des consultations avec ces Etats rapidement et de bonne foi. PRINCIPE 20 Les femmes ont un rôle vital dans la gestion de l'environnement et le développement. Leur pleine participation est donc essentielle à la réalisation d'un développement durable.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

171

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

PRINCIPE 21 Il faut mobiliser la créativité, les idéaux et le courage des jeunes du monde entier afin de forger un partenariat mondial, de manière à assurer un développement durable et à garantir à chacun un avenir meilleur.

PRINCIPE 22 Les populations et communautés autochtones et les autres collectivités locales ont un rôle vital à jouer dans la gestion de l'environnement et le développement du fait de leurs connaissances du milieu et de leurs pratiques traditionnelles. Les Etats devraient reconnaître leur identité, leur culture et leurs intérêts, leur accorder tout l'appui nécessaire , et leur permettre de participer efficacement à la réalisation d'un développement durable. PRINCIPE 23 L'environnement et les ressources naturelles des peuples soumis à oppression, domination et occupation doivent être protégés. PRINCIPE 24 La guerre exerce une action intrinsèquement destructrice sur le développement durable. Les Etats doivent donc respecter le droit international relatif à la protection de l'environnement en temps de conflit armé et participer à son développement, selon que de besoin.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

172

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

PRINCIPE 25 La paix, le développement et la protection de l'environnement interdépendants et indissociables. PRINCIPE 26 Les Etats doivent résoudre pacifiquement tous leurs différends en matière d'environnement, en employant des moyens appropriés conformément à la Charte des Nations Unies. PRINCIPE 27 Les Etats et les peuples doivent coopérer de bonne foi et dans un esprit de solidarité à l'application des principes consacrés dans la présente Déclaration et au développement du droit international dans le domaine du programme des Nations Unies pour la protection de l'Environnement. sont

REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier très sincèrement le Professeur J. Cl. Ruwet (Chaire d’Ethologie et de Psychologie Animale de l’Université de Liège) de nous avoir donné l’occasion de sensibiliser le chercheur et l’homme responsable de demain pour les graves problèmes écologiques qui menacent l’Afrique et le RD du Congo en particulier. Nous rendons hommage à notre compatriote Kabala M.(+R.I.P.) dont quelques schémas ont été utilisés pour illustrer ce texte.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

173

LES ENJEUX DE L'ECODEVELOPPEMENT "Quel Avenir pour la biodiversité de RDCongo (ex-Zaïre)"
____________________________________________________________________

Une attention toute particulière à l’AGCD/ABOS à travers elle la Coopération belge qui nous donne l’occasion de poursuivre nos travaux de recherche en Belgique. Que l’ULg., notre Alma mater trouve ici toute notre gratitude pour son infrastructure de documentation informatisée "up to date". Enfin, grand merci aux bibliothèques du Musée Royal de Bruxelles, de l’Institut Royal des Sciences Naturelles.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Une introduction à la biodiversité de l'Afrique subsaharienne

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->