You are on page 1of 1

JACKSON ELIAS

Orphelin, né à Stamford dans le Connecticut, Jackson Elias a appris très tôt à se débrouiller seul.
Agé de 38 ans, aux cheveux bruns, de taille et corpulence moyennes, affiche généralement une
humeur joyeuse et amicale. Il n'a ni famille ni adresse permanente, car il voyage sans cesse.

Il est sociable et ne refuse pas un petit verre de temps à autre. Il fume la pipe. C'est aussi un
coriace, solide et ponctuel, qui n'a pas peur de la bagarre ou des autorités. Elias parle
couramment plusieurs langues.

Jackson Elias s'est fait une réputation dans le petit monde de l'anthropologie pour deux raisons :

d'abord, c'est un autodidacte ; il va lui-même sur le terrain, il ne se contente pas de recherches
dans des bibliothèques poussiéreuses. Ses travaux de recherche sont très fouillés et s'appuient
sur une expérience de première main. Très secret, il ne parle jamais de ses projets avant d'en
avoir terminé la rédaction.

Ensuite, son domaine de recherche est très spécialisé : ses ouvrages ne décrivent que les cultes
consacrés la mort.

Tous ses ouvrages expliquent comment les cultes exploitent les petits de leurs adeptes. Elias est
un sceptique qui n'a jamais découvert de preuves démontrant l'existence des pouvoirs
surnaturels, de la magie ou des dieux. Pour lui, les adeptes des cultes de la mort se caractérisent
d'abord par leur folie et leur complexe d'infériorité. Ils massacrent des innocents pour se sentir
puissants ou élus. Les cultes attirent essentiellement des faibles d'esprit, même si leurs chefs sont
généralement très intelligents et manipulateurs. Lorsqu'un culte cesse de terrifier, il disparaît
inéluctablement.

LIVRES
- Des Crânes sur le Fleuve, (1910). Traite du culte des chasseurs de têtes du bassin de
l'Amazone.
- Les Maîtres des Arts Noirs (1912). Un survol des cultes sorciers à travers l'histoire
Le Chemin de la Terreur (1913). Analyse le système de la peur employé par les cultes.
Une introduction enthousiaste de Georges Sorel.
- Un Cœur Encore Fumant (1915). La première partie traite des cultes de la mort
historiques de la civilisation mavi, la seconde décrit certains cultes de la mort existant
encore au sein de l'Amérique Centrale actuelle.
- Les Fils de la Mort (1918). La communauté thug moderne. Elias l'a infiltrée pour
écrire ce livre. Son livre le plus célèbre.
- Les Cultes de Sorcières en Angleterre (1920). Les cercles de sorcières de neuf
comtés anglais et des interviews de sorcières anglaises modernes. Rebecca West a jugé
qu'une partie de la documentation était insignifiante et abusivement exploitée.
- Le Pouvoir Noir (1921). Suite du Chemin de la Terreur, on y trouve les interviews
anonymes de plusieurs chefs de cultes.
Tous ces ouvrages sont publiés par Prospero Press à New York - éditeur, Jonah
Kensington. Ce dernier, un ami intime de Jackson Elias, vous connaît bien.