Le taux de chômage au Maroc est resté stable à 9,6 pour cent au cours du premier trimestre 2009, a fait savoir le Haut

Commissariat au Plan (HCP) dimanche 10 mai. Il est passé de 14,7 à 14,1 pour cent dans les villes et a augmenté de 4 à 4,7 pour centdans les campagnes. Près de 40 000 emplois ont été créés entre mai 2008 et mai 2009.

Maroc/Emploi : Le chômage en légère hausse à mi 2010
05.08.2010 | 10h00 Article lu 1646 fois Réagissez à cet article 0 votes

De récentes statistiques du Haut commissariat au plan (HCP) montrent une légère hausse du taux de chômage au deuxième trimestre de 2010, par rapport à la même période l'année passée. D'après ces statistiques, même s'il y est relativement faible, c'est bien en milieu rural que le taux de chômage a le plus augmenté.

Dans l'ensemble, se situant à 8,0% au deuxième trimestre 2009, le taux de chômage au Maroc serait actuellement de l'ordre de 8,2%, soit une progression de 0,2 points. Relativement faible dans les campagnes, ce taux y a pourtant enregistré la progression la plus sensible (+0,3 point), passant ainsi de 3,0% à 3,3%. En milieu urbain, le chômage aurait progressé de 0,1 point, pour s'établir désormais à 12,7%. Du point de vu démographique, comme en 2009, les personnes âgées de 15 à 24 ans restent la tranche d'âge la plus affectée par le chômage : 16,3% de la population active appartenant à cette catégorie seraient touchés (+ 0,6 point). Le taux de chômage enregistre cependant un léger recul dans la classe des 35 à 44 ans. Concernant le sexe, on note un recul chez les femmes (de 8,8 à 8,6%) alors que chez les hommes il est en hausse de 0,4 point, et passe à 8,0%. On l'aura compris, malgré un recul du taux de chômage féminin, ce dernier reste supérieur à celui des hommes (8,6 contre 8,0%). Pour ce qui est des postes créés, le secteur du bâtiment arrive en pole position des emplois créés avec 109 000 nouveaux emplois, soit une progression de 11,4%, soutenue par la bonne santé du ciment selon L'Économiste. Le secteur des services arrive juste après le bâtiment avec 92 000 postes créés, pour une progression de 2,4% par rapport à 2009. Les principales pertes d'emploi concernent le secteur «agriculture, forêt et pêche » qui enregistre la suppression de 83 000 postes, dont la plupart dans le monde rural. Somme faite des postes créés et perdus, on obtient un solde positif de 140 000 emplois nets de plus par rapport au deuxième trimestre 2009. Cependant cette offre n'a pas suffi à combler une demande de plus en plus importante La population active est . en effet passée de 11,4 à 11,6 millions, ce qui a entraîné une légère diminution du taux d'activité qui passe de 50,6 à 50,5%. La donne est différente lorsqu'on compare les milieux. Les villes, enregistrent un recul de 0,2 point à 43,9%, alors que la campagnes affiche une hausse à 0,1 point pour atteindre 60,1%, profitant certainement de la création de postes dans le secteur de l'industrie (46 000, soit +20,8% d'après L'Economiste).