P. 1
base de traitement d'image 2

base de traitement d'image 2

|Views: 224|Likes:
Published by Ikram Ikram

More info:

Categories:Types, School Work
Published by: Ikram Ikram on Nov 05, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/23/2015

pdf

text

original

Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene Faculté d’Electronique et d’Informatique

BP. 32, El Alia Bab Ezzouar, 16111 Alger, Algérie Tel : (213) 021 24 79 12 poste 806 Fax : (213) 21 24 71 87

Module : Bases de traitement d’images Code :TELF03

MASTER TELECOMMUNICATIONS

BASES DE TRAITEMENT D’IMAGES

(2)

SYSTEME D’ACQUISITION D’IMAGES
Prof. Youcef SMARA

Année 2009-2010

DEFINITIONS DE BASE

Radiométrie et photométrie

Radiométrie: Étude de la relation entre la quantité de lumière incidente sur la scène et la fraction de cette lumière qui atteint le capteur. Ce e ac o dépend de: Cette fraction dépe d de - Caractéristiques de la source lumineuse - Caractéristiques de l’objet imagé l objet - Géométrie du système d’imagerie

Flux lumineux

Intensité d’un rayonnement ou d’une source ( I )

Angle solide ( Ω )
Pour calculer l'angle solide sous lequel on voit un objet à partir d' point, on l l it bj t ti d'un i t projette l'objet sur une sphère de rayon R centrée en ce point. Si la s rface q e cette projection fait surface que sur la sphère est S, l'angle solide sous lequel l'observateur voit l'objet est par définition :

L'angle solide sous lequel on voit, du centre de la sphère, une calotte sphérique de surface S dont le diamètre apparent s'étend sur un angle de 2θ s'écrit :

Grandeurs fondamentales

RAPPELS D OPTIQUE D’OPTIQUE

Que sont les aberrations chromatiques?

Une lentille peut être modélisée comme un agencement de prismes prismes.

Un prisme sépare la lumière blanche en ses couleurs

Les rayons l L lumineux ne convergent i t donc pas tous au même point focal et les images deviennent floues

Réponse impulsionnelle d’un système optique parfait

Pouvoir de Résolution
Le pouvoir de résolution est un indice utilisé pour représenter la limite de l ’observation spatiale. Deux mesures peuvent nous mesurer le pouvoir de résolution: - Réfraction qui peut être définie par deux notions: - pouvoir de définition de Rayleigh - limite de résolution de Sparrow -Fonction de transfert de modulation

Critère de Rayleigh pour deux points proches

Résolution d’un instrument

Fonction de transfert de modulation
Un instrument optique vise une mire composée de traits alterna é tivement blancs et noirs dont l'espacement est réglable. Au foyer de l'instrument, l'image de la mire est retrouvée, mais les bords des traits ne sont plus aussi nets et l contraste a diminué : les noirs sont devenus gris t l i t t le t t di i é l i td i foncé, les blancs gris clair.

Le rapport entre le contraste de l'image (Ci) et le contraste de la l image mire (Cm) est une excellente indication de la qualité de retransmission de l'information par l'instrument. Dans l'idéal, ce rapport serait de 1 : image identique à l'objet. Malheureusement, la théorie de la diff i id ti l' bj t M lh t l thé i d l diffraction ti de la lumière nous apprend qu'au foyer d'un instrument l'image d'un point lumineux n'est pas un point mais une figure dont la dimension n'est pas nulle. Ce qui implique que Le rapport Ci/Cm est donc toujours inférieur à 1.

Paramètres des capteurs
Linéarité:

•Sensibilité: •absolue: nombre minimum de photoélectrons détectables •relative: nombre minimum de photoélectrons nécessaire p p pour p passer d’un niveau de gris au suivant.

Bruits B it :
Le bruit photonique: T= temps d’observation ρ= densité de photons par unité de temps. Le bruit thermique: C’est le courant en l’absence de lumière (courant d’obscurité). Pour réduire ce b it on peut refroidir l capteur. P éd i bruit, t f idi le t

• Le bruit de lecture: dépend de la fréquence de lecture sur le CCD. Pour des signaux faibles et des fréquences de lecture importantes. • Le bruit d’amplification: bruit gaussien généré par les différents étages d’amplification. presque négligeable désormais. • Le bruit de quantification: g généré lors de la numérisation du signal en 2 B niveaux discrets. Pour B=8 bits, on g obtient 59 dB, c’est à dire une valeur très importante.

photonique qui produit le RSB le plus faible, et est donc prépondérant.

Dans la pratique, c’est le bruit

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->