P. 1
L’évolution du droit à la santé en France

L’évolution du droit à la santé en France

|Views: 292|Likes:
Published by Gilles Cassou

More info:

Published by: Gilles Cassou on Nov 09, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/12/2014

pdf

text

original

L¶EVOLUTION DU DROIT A LA SANTE EN FRANCE

En France, le droit à la santé est l¶objet de nombreuses évolutions, quelle que soit l¶échelle de temps retenue. Sur un plan notionnel, il a fallu attendre la Constitution de la IVe République pour que ce droit soit solennellement reconnu, alors que son existence était débattue depuis la fin du XVIIIe siècle. Restait à définir l¶objet de ce droit ± la santé - ; à cet égard, le XXe siècle marque une large extension de la notion de santé, ce qui ne manque pas de susciter des mutations du droit à la santé. Sur un plan pratique, l¶obligation incombant à l¶Etat du fait de la proclamation du droit à la santé se traduit par la mise en place de nombreux outils juridiques : il s¶agit de rendre matériellement et financièrement accessible la santé à tout individu. Les récentes évolutions en la matière montrent un Etat qui doit composer avec des contraintes juridiques, pratiques et budgétaires, tout en préservant la substance d¶un droit effectif à la santé, cher à la société française.

Dès lors qu¶on en admet l¶existence, la question du droit à la santé appelle apparemment une réponse bien plus pratique que théorique ; il s¶agit alors de décrire les outils juridiques propres à en assurer l¶effectivité. Toutefois, ce serait n égliger a minima deux niveaux de complexité. D¶une part, comme le suggère l¶intitulé du sujet, le droit à la santé ne peut s¶envisager que dans un contexte temporel et spatial donné, si bien qu¶il n¶est pas possible d¶en donner une définition unique ni même d¶en aborder l¶étude sans mentionner les divers facteurs exogènes d¶influence. D¶autre part, il importe de souligner la multiplicité et l¶interdépendance des problématiques soulevées par le sujet. Par exemple, la notion même de santé nous semble devoir être définie dans le corps de l¶exposé et non dès l¶introduction, tant l¶évolution du droit à la santé est dépendante de celle de la définition de la santé. Par conséquent, la réponse proposée s¶efforcera d¶articuler ces considérations initiales en tentant de dégager les tendances lourdes en la matière. A ce titre, un premier arrêt semble devoir être marqué sur l¶évolution qui a conduit à une reconnaissance toujours plus grande du droit à la santé (I), avant d¶aborder les mécanismes juridiques au service d¶ ne meilleure u effectivité de ce droit (II).

le Conseil constitutionnel précisera qu¶il s¶agit d¶un principe particulièrement nécessaire à notre temps puis d¶un objectif constitutionnel. Du reste. toutefois limitées au contrôle de ce qui existe déjà. Le Préambule de la Constitution du 4 octobre 1958 y renvoie explicitement. la proclamation. la logique consiste davantage en un devoir de santé imposé aux individus afin de protéger la vie des autres. dont le Préambule dispose que « la possession du meilleur état de santé qu¶il est capable d¶atteindre constitue l¶un des droits fondamentaux de tout être humain. L¶idée que l¶Etat détient une dette sociale en la matière apparaît. guidé par le libéralisme économique et hostile à l¶intervention de l¶Etat d¶une manière générale. Reconnaissance accrue par la consécration juridique du droit à la santé De l¶émergence de l¶idée de dette sociale en matière d¶assistance Le pouvoir politique n¶a jamais été indifférent aux questions de santé. Par la suite. Toutefois. le repos et les loisirs ». ainsi que des collectivités territoriales. Au XVIIIe siècle. à la mère et aux vieux travailleurs. A la consécration solennelle du droit à la santé Si la loi du 15 juillet 1893 avait d¶ores et déjà mis en place un système d¶ « assistance médicale et gratuite ». d¶un droit à la santé. la Conférence internationale de la Santé adopte la Constitution de l¶Organisation mondiale de la santé (OMS). ses opinions politiques. avec la Constitution du 27 octobre. Ainsi. à hauteur de principe. quant à lui. la reconnaissance croissante du droit à la santé en France est également liée à la mutation de l¶objet de ce droit : comment définir le domaine de la reconnaissance du droit à la santé sans préciser les contours de la notion de santé (B) ? A. sa condition économique ou sociale ». sa religion. En effet. La totalité de la prise en charge de l¶assistance dépend alors de la charité privée. la consécration d¶un véritable « droit créance » avec l¶avènement de l¶Etat Providence (A) est le fruit d¶une longue évolution des idées. dans un contexte mondial de reconnaissance des droits économiques et sociaux. En 1946 également. notamment à l¶enfant. des besoins sociaux nouveaux apparaissent alors que l¶assistance traditionnelle se révèle incapable de progresser. l¶Eglise chrétienne prend le relais car seule institution solide jusqu¶à l¶avènement de l¶Etat au XVIe siècle au cours duquel apparaissent les premières mesures de reprise en main. n¶a lieu qu¶en 1946. Le XIXe siècle sera. si l¶on ne peut nier tout intérêt de l¶Etat en matière de santé afin de prévenir et de résoudre les crises sanitaires de grande ampleur. la protection de la santé. de l¶administration de l¶assistance. Dès l¶Antiquité. par ailleurs. dont la protection de la santé n¶est qu¶une composante. L¶alinéa 11 du Préambule dispose en effet que « la Nation garantit à tous. en matière de santé publique et collective. . il illustre. l¶évolution de la définition de la santé. l¶idée d¶une prise en charge étatique de la santé individuelle est moins évidente. quelles que soient sa race. par le pouvoir politique. celui de l¶immobilisme social. Le droit à la protection de la santé a ainsi valeur constitutionnelle. si bien que l¶opinion éclairée et laïcisée commence à repenser la notion d¶assistance. Au-delà de la valeur internationale que ce texte confère au droit à la santé. qu¶en un droit à la santé. général et systématique. la sécurité matérielle. Avec la chute de l¶Empire romain en 476.I ± EVOLUTION VERS UNE MEILLEURE RECONNAISSANCE DU DROIT A LA SANTE Le concept de droit à la santé ne va pas de soi. même si l¶état désastreux des finances publiques ne permettra que des applications timides. il existait des formes embryonnaires d¶organisation de l¶assistance.

Enfin. chacun est en mesure de définir beaucoup plus librement son état de santé. réforme hospitalière. une alimentation nutritive. égalité et absence de discrimination face aux soins. Le bien-être physique renvoie à l¶acception classique : l¶absence de maladie et d¶infirmité. A. médicaments). achat de médicaments sur Internet. Ainsi. peu en définissent l¶objet. seule la Constitution de l¶OMS tente d¶apporter une définition à la santé : « un état de complet bien-être physique. l¶idée de « bien-être social » modifie l¶approche traditionnelle de la santé : ce n¶est pas qu¶un état négatif . Accessibilité matérielle Par l¶offre de soin Avoir droit à la santé. mental et social ». laquelle se décline sur deux tableaux : accessibilité matérielle (A) et accessibilité financière (B). la montée des droits fondamentaux et l¶évolution démographique commandent à l¶Etat de remodeler le système de santé selon deux axes : garantir l¶accessibilité à ceux qui en étaient privés. Actuellement. c¶est avant tout avoir un accès garanti au service de santé (médecin. santé en prison. mais bien du contenu que l¶Etat a jugé bon de lui donner afin de le rendre effectif. aide médicale urgente. l¶effectivité du droit à la santé dépend tout entier de l¶accessibilité du système de santé. conciliation de la liberté d¶installation des médecins libéraux et des mesures propres à assurer une répartition homogène sur le territoire. De nombreux problèmes concrets suscitent l¶intervention de l¶Etat : ajustement du numerus clausus à l¶évolution démographique (créé en 1971). laquelle commence à être prise en compte par le droit (débat sur la prise en charge de la dépression et celle de la santé mentale au travail). L¶autonomie de l¶individu dans la prise en charge de sa santé Traditionnellement. Reconnaissance accrue par la mutation permanente de la notion de santé La santé. euthanasie. La montée de l¶individualisme et des droits fondamentaux a pourtant eu une incidence en matière de santé : désormais. De nombreuses illustrations pour s¶en convaincre : obligation d¶information du médecin à l¶égard de son patient. les contraintes budgétaires. Il n¶est plus question de l¶évolution notionnelle du droit à la santé. automédication. mais implique aussi une intervention positive du pouvoir politique. A cet égard.B. un logement décent. c¶est aussi l¶état positif de l¶individu qui a des conditions de travail sûres et saines. à peine de n¶être qu¶une déclaration de principe. le médecin s¶empare de la situation du patient pour tenter de le mener à l¶état qu¶il juge le meilleur. une notion par nature évolutive Beaucoup de textes juridiques s¶intéressent au droit à la santé. la rationaliser pour les autres (ajustement quantité/qualité). Quant au bien-être mental. il existe un fort paternalisme en matière de santé : l¶Etat définit un certain nombre d¶actes de prévention et de soins obligatoires (vaccinations. limitation du libre choix par le patient de son médecin. établissement de santé. II ± EVOLUTION VERS UNE MEILLEURE EFFECTIVITE DU DROIT A LA SANTE Le droit à la santé constitue un droit créance : il ne se contente pas de postuler l¶existence du droit. automédication. . il traduit une autre dimension de la notion de santé. port de la ceinture et du casque) . consentement du patient à tout acte médical.

Améliorer la prise en charge du coût de la santé par la collectivité La réduction des coûts de santé n¶est pas suffisante pour assurer une accessibilité financière optimale de la santé . l¶institution de la CMU en 1999 en est le meilleur exemple. lesquels peuvent trouver leur cause dans le système de santé lui-même (question de la prise en charge des accidents médicaux et des infections nosocomiales. par les dépistages gratuits à certaines maladies de masse (le cancer du col de l¶utérus. franchise). le cancer du sein. En France. fixation du prix des médicaments. . A cette fin. les difficultés budgétaires appellent une rationalisation des dépenses de santé et une multiplication des recettes . trouve son dénouement en 1945-1946 avec la création de la Sécurité sociale dont le triple objectif était l¶unité de la sécurité sociale. avec une répartition de la responsabilité entre la collectivité et les professionnels de santé). mais pourrait le devenir dans certains domaines (OGM. antennes relais). D¶autre part. plusieurs réformes sont prises dans ce sens : déremboursements (ticket modérateur. Désormais. l¶institution a pour rôle de prendre en charge financièrement les coûts de santé des individus.Par la prévention Le déplacement du centre de gravité entre curatif et préventif constitue une autre tendance importante en matière de droit à la santé. cela consiste d¶abord. autant que faire se peut. possibilité pour les opticiens d¶adapter la prescription de l¶ophtalmologue dans le cadre d¶un renouvellement de verres correcteurs. B. la CSG et la CRDS assises sur le revenu). L¶histoire de la Sécurité sociale en France débute en 1830. pour l¶Etat. se pose une question de coût : chacun doit pouvoir subvenir à ses besoins de santé. la sécurité). les maladies sexuellement transmissibles). l¶Etat s¶applique désormais à éviter au patient de multiplier les consultations pour les opérations courantes de santé : possibilité pour les sagesfemmes et infirmières de prescrire certains dispositifs médicaux. autorisation des médicaments génériques. Accessibilité financière Réduire le coût de la santé Au-delà de la mise en place de moyens pratiques propres à assurer la santé des individus. participation forfaitaire. la généralisation quant aux personnes et l¶extension des risques couverts. la tendance est à l¶approfondissement de la prise en charge. avec des systèmes de mutualisation des risques fondés sur le volontariat. L¶influence du principe constitutionnel de précaution en matière de droit à la santé n¶est pas encore manifeste. le temps de travail. il y a désormais des taxes fiscales. D¶une part. deux voies ont été prises. Beaucoup de mesures gouvernementales peuvent être vues comme servant l¶objectif de prévention des troubles de santé (l¶hygiène. forfait hospitalier. à réduire le coût de la santé. Actuellement. Plus spécifiquement. mise en place d¶autres recettes (en plus des cotisations sur la masse salariale. la solidarité nationale impose à la collectivité de prendre en charge ce coût. se poursuit avec la multiplication d¶assurances obligatoires au début du XXe siècle. par la vaccination obligatoire ou facultative (grippe H1N1). il s¶agit de contrôler le prix des prestations de santé : fixation du prix de la consultation chez le généraliste. la protection de la santé par la prévention passe par la multiplication des campagnes gouvernementales de sensibilisation à certains risques (le tabac. Depuis 1945. pour un exemple récent).

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->