P. 1
Rachis lombaire

Rachis lombaire

5.0

|Views: 1,606|Likes:
Published by Lorraine

More info:

Published by: Lorraine on Oct 24, 2007
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/14/2009

pdf

text

original

Les principes de biomécanique

Les vertèbres La partie lombaire représente le soutien mécanique de l’ensemble de la colonne vertébrale car elle est située tout en bas, et s’articule avec le bassin. Les vertèbres sont cubiques, massives, adaptées au soutien, et peu mobiles entre elles.

Les disques Les disques vertébraux s’intercalent entre chaque vertèbre. Leur rôle est de procurer la mobilité de la colonne, peu importante au niveau lombaire, beaucoup moins par exemple qu’au niveau du cou. Les disques par ailleurs ont un rôle d’amortisseur, des contraintes qui s’exercent sur les vertèbres. Il faut savoir qu’ils sont constitués d’une partie centrale sphérique exactement comme un roulement à bille et d’un anneau périphérique fibreux. Ces tissus malheureusement s’altèrent avec l’âge, et ne se renouvellent pas, contrairement à d’autres tissus humains. Sans aller jusqu’aux incroyables facultés de renouvellement qu’ont les cheveux ou les ongles, ils n’ont même pas la propriété de cicatriser comme par exemple la peau. Il faut donc déjà retenir que ces disques supportent la charge de la moitié supérieure du corps et n’ont pas la possibilité de se réparer en cas de lésion. Les ligaments

Venons en maintenant aux autres structures qui unissent les vertèbres ; les ligaments intervertébraux. Ceci sont multiples. Ce sont des éléments passifs qui ne font qu’attacher deux vertèbres adjacentes comme un câble qui relierait deux pièces mécaniques. La différence réside dans le fait que ces ligaments comme les disques sont littéralement bourrés de capteurs nerveux. Ceux-ci, lors d’un effort excessif comme un écrasement par le port d’une charge très lourde, ou d’autres situations que l’on verra plus tard, envoient alors des messages nerveux vers les épaisses couches musculaires du dos et sont alors directement responsables de la sensation de blocage douloureux. Ce phénomène correspond sur le plan physiologique une contracture musculaire : « je suis bloqué ». Cela est tout à fait équivalent à la contracture très douloureuse du ventre de la péritonite, à la différence près que celle-ci est d’origine infectieuse.

Donc pour nous résumer, les disques et ligaments sont le siège de la mobilité de la colonne lombaire, se comportent comme des amortisseurs, ne peuvent cicatriser correctement, et sont directement responsables de la sensation de blocage douloureux.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->