Agrippa, Henri Corneille (1486-1535). Dr Marc Haven. La Magie d'Arbatel, traduite pour la première fois du latin de H.-C.

Agrippa, et publiée avec des notes et une introduction. (1910). In-16, 94 p..

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

.

-l'a::Sp'çihii\^iigfiitiqttfiy<it. o'DÎ^ ^icé-Pfésidènt d'honneurdé. boctéur*GiHîieo.>:"--.d'^ t d'Ihohïiêûr-/dela~\'Spçiït$l'Mag4ieliçu Réglày.. Docteur J//ÂlbertoVdév.Viçé.ur Bôucheh^eo.ra progrès Vwmsm .Souza-Çbuto.-:. Autriche}. HYPNOTISME . DIRECTEURS^: MAGNÉTISME ..rr-~. Prb/eçsëu'ryÈcoie. -COMITÉ DE IIÉDAC^^ — -r v^.^Doçte..prattque ..-:— H. ancien':'-. . ~~-:^ .es.:i..én. :à dt\Ma-. ( Docteur d ^Directeur e la révûé :~Estud6s:Pjychicos. P îguéiismè. t France. \—-Guillaume .S yèrgnês.^.Apprenez les Sciences.Brètoh1-.Hamïnede ttlr..yrigoyëh:i[Sâh. .. là Qùintana (Madrid). Fprifenâv.'-Fr4 Docteurjulien^Ôchbrowîcz.j^* :^îinquedis'Mâlâdiei-nt^eusit]etifiéiifaléiàl'Université Ç fDpçtMrMoutlh". Réctëùrdel'Âcadémiedé ij. Gérâùd:B6nriet-(Orân|. ==.•.Jules Bols.-".Lembérg.===psychiques LISEZ LA Tenez. Diaz dé. déjà: Sôciilï'd'Etudesfsyçhiques. -r-EmilëMagniri.-"_~E/Bbirsc. MÉDIUMNISM SUGGESTION .de? AV: Docteur'.<Lisb6nne)ï.yousjâu = courant de = îeù.Pt'6fei&ur-'fcV-Unive -^:: .^ Docteur Fugairon (Àx-IesrThêirmesl Docteur-aV ^ bonneîMar^ déGéhës.-P_réside'nt —. DocteurBonnaYmé:{Lyon) L Président rDocteur Bougie (Les/Bi-énets)>-:W-'boct0ùr..*etëC^:.ntrexéville)..

.

LA MAGIE D'ARBATEL .

... du russe. boulevardde Strasbourg PARIS.DU MÊME AUTEUR Quelques traits de l'Eglise Intérieure. i vol. 4 fr. trad. orné d'une planchehors 6 fr. orné d'un beau portrait de Gagliostro . texte. — Interprétation de l'Arbre de la Cabale. trad. tiré à 200 ex.. in-8. française. Henri DURVILLE fils. PHILIPPE D'AQUIN. L'Evangile de Cagliostro. . orné d'une planche kabalistique. éditeur 30.10» . numérotés . 3 fr.. . trad. du latin et publié avec des Notes et une Introduction.

. Paris 10». Éditeur « « © « 30. et publiée DE ^PUBLICATIONS TSYCHISME EXPÉRIMENTAL 9 9 <s> & Henri DURVILLE Fils. .-C.Dr MARC HAVEN LA MÀGIF D'ARBATEL f Traduite pourla premièreoisdu latin de H.AGRIPPA avecdes Noteset uneIntroduction. Boulevard de Strasbourg'.

D*MARC HAVEN. .A MON FRÈRELE D' SAIR EN TOUTE COMMUNION D'ESPRIT.

toute action est magique comme tout savoir. leur révèle toutes choses par elle. l'Esprit. Tout est magie. Dieu l'a mise en Abraham. c'est par elle que le Verbe du Père s'est incarné . selon la promesse. les enfants de Dieu la connaissent . La magie est la seule force . . c'est par l'éternelle magie d'amour de l'Esprit que le monde renaît sans cesse de sa continuelle absorption en Dieu. Jésus en a parlé à ses disciples . La magie est l'unique science . c'est le livre sacré de la Magie divine. Cette magie est éternelle .NOTE PRÉLIMINAIRE Ceci n'est pas un grimoire . elle a passé par Moïse . elle ne saurait se perdre.

Il s'aperçoit qu'il porte en lui l'univers. pour chanter la gloire des mystères. c'est que tout est en lui . son être. interdit. il sent qu'il ne peut sortir de lui-même . Si rien ne lui est étranger.— 6 — . L'intelligence humaine est appelée à la magie dès son premier effort vers la connais^ sance . son esprit lui semble grandir mais il ne rencontre jamais que lui-même. La . résonne d'une façon magique qui l'émeut lui-même . il éveille. au fur et à mesure de ses méditations. le savant s'arrête. le poète entrevoit le monde des splendeurs et sa voix. Le philosophe la rencontre à l'origine du monde comme à l'origine de la pensée . les êtres n'existent que par leur participation à sa pensée . devant la magie qui fait vivre et se multiplier les êtres devant lui. lorsque l'homme cherche à prendre conscience de ses pensées. la légion des notions qui sommeillaient en lui . en s'universalisant les connaît et les absorbe.

et les événements naissent. Il parle. Lui. Un monde spirituel entoure le néophyte. L'oratoire du Mage est le palais où la Schechinah descend lorsque sonne minuit . . le dieu qui lui parle. L a grande parole révélatrice : prend un sens miraculeux : l'Eternel. Il écoute.lumière même qui l'éclairé. c'est le temple où se célèbrent les noces de l'Amour et de la Sagesse. Dr MARC HAVEN. la nature qui le fait vivre sont lui-même. et la terre reçoit son pain quotidien. Il s'y meut. Le Seigneur compte un serviteur de plus. Les Dieux sont Un.

.

: _'. TANT MAGES PEUPLE DU DEDLEU DE QUE ANCIENS. ."' « Celui uimarcherauduleusef q ' ment évèle secret l'homme r le fl* dèle contraire esprit ache au en c lachose.Bible-Cahen. PUBLIÉE CÉLÉBRER POUR LA GLOIRE DE DLEUTSON AMOUR LES POUR HOMMES."-"--.":"--. e Sonnomsymbolise également l'ange d l s'occupe e la matière. (l) Proverbes.producteur matérialisé et d mystères:il a révélationrèspubliéla Loi Quaternaire e t occultedans son expression Dieu.. 13. .ne • . (•) » ARBATEL DE LAMAGIE PNEUMATIQUE ou DES (*). DES CEUXES D GENTILS. e de des (') Arbatel stle révélateur la vérité.e princedesquatrepointscar3ui inaux.ne faisrienqueDieu t'aitconseil M» -. e dis. ne pente.maissa restepourles ignorants insidieuse t fallacieuse e les comme démons t lesserpents.DE LA MAGIE DES ANCIENS ASCÈSE ABSOLUE DE LA SAGESSE « Entouteschoses onsultee c l et n Seigneur.le. E POUR PREMIÈRE MISEN FOIS E LUMIÈRE AUJOURD'HUI LA CONTRE CACOMAGES CONTEMPTEURS LES ETLES DES DONS XI.

!ÉTIJ parce qu'il contient 49 aphorismes qui sont les préceptes les plus généraux de l'art. ACTIONS AVEC DE POUR GRÂCE. Le premier tome est intitulé Isagoge ou livre des lois de la Magie ou TÔ. Le troisième est la magie olympique montrant de quelle façon l'homme est tour à tour se d en (I)Cesneuftomes divisent troisternaires anschacundesquelseretrouvent s lestroisqualités. septénaires ('). et comment il peut le faire. c'est-à-dire parla science spirituelle.HVEUU. . ET LEUR DIEU. Le deuxième est la magie microcosmique qui traite de ce que le microcosme par son esprit propre et par les génies qui lui sont adjoints par la nativité peut effectuer magiquement. Magie qui a p tomes d?aphorismes de 7.IO DEDIEU DE POUR L'USAGE LEBONHEUR ET TOUS EUX C ETPIEUSEMENT LES S AIMENT CRÉATURES QUI INCÈREMENT DE DIEU S'EN ET SERVENT. HONORER SESERVIR SERVIR PROCHAIN.

Le quatrième est la magie hésiodique et homérique qui opère par l'intermédiaire des calo-démons comme n'étant pas hostiles à la race humaine. médecine. La septième est la magie apollonienne qui a beaucoup de rapport avec les deux magies romaine et microcosmique . La cinquième est la magie romaine ou sybilline qui enseigne l'emploi et l'action des esprits tutélaires auxquels sont distribuées les régions de l'univers. mathématiques. C'est la très insigne magie d'où est née la doctrine des Druides. . La sixième est la magie pythagoricienne qui opère seulement sur les esprits auxquels est donnée la connaissance des arts: physique. elle a cependant ceci de particulier qu'elle exerce son pouvoir sur les esprits hostiles à l'homme. alchimie et sciences analogues.— II — actif et passif par rapport à l'influx olympique.

Au nom du Créateur des choses visibles et invisibles qui révèle à ceux qui l'invoquent les mystères de ses trésors et nous dispense division el'ascèse agique. trouvait la basedesinitiations égyptienne pythagoricienne et délaissée complètement aujourd'hui etpervertie. dèslois lesvoies ela étaient magie apollonienne fermées. c'està-dire égyptienne.— 12 La huitième est la magie hermétique. seuteadmise ed la d m (})Cette se à puis longtemps. . Le neuvième est cette Sagesse qui émane du seul verbe de Dieu et que l'on appelle prophétique (')• LIVRES D'ARBATEL SUR LA MAGIE TOME DIT ISAGOGE Ier. carl'homme a moderneremplacé sesdemeudans reslechaume22K)parl'orOriTI. Elle fait se manifester les dieux qui habitent les temples de tout genre. qui ne diffère pas beaucoup de la magie divine. anssaviel'activitéro( d p ductrice arla jouissance et d p passive.

6. qu'il scelle ce qui doit être scellé. (Bible V)Mathieu. —Que celui qui veut savoir les secrets sache d'abord garder secrètement les secrets . . ne donne pas aux chiens ce qui est sacré et ne jette pas les perles aux pourceaux (*). Qu'il nous donne par son fils unique N. Tu obtiendras les messages des anges de Dieu et des services plus parfaits des esprits VII."- — 13 largement et paternellement ses secrets sans mesure. I. J. PREMIERSEPTENAIRE D'APHORISMES A. ses envoyés Sp^ituels révélateurs de ses secrets pour que nous puissions écrire le livre d'Arbatel sur les plus grands secrets qu'il soit permis à l'homme de savoir et dont il puisse se servir sans offenser Dieu. Osterwald).-C.-S. AMEN. Observe ces lois et les yeux de ton âme s'ouvriront pour comprendre les secrets et tu entendras une voix divine te révéler tout ce que ton âme aura désiré.

que jamais le Verbe de Dieu ne s'éloigne de ta bouche. veille sur ta vocation .— H — dans la nature que ne le peut désirer aucun esprit humain. . sans témérité ni présomption.Mais. sois avare de ton temps. sers-toi des esprits qui t'ont été donnés ou attribués comme serviteurs. et. à améliorer toi et ton prochain. bienfaisant pour tous . mets en oeuvre tes qualités.XIV. avec le respect dû au Seigneur des esprits : regardeles comme des émanations de Dieu . pour le reste de ta vie.13. — Vis pour toi et pour les Muses. À. ni aucune action. II. 0) Jean. III. — En toutes choses invoque le nom du Seigneur et ne commence aucune méditation. sans l'avoir invoqué par son fils unique (*). travaille pacifiquement à honorer Dieu. évite les amitié J de la multitude . A.

de toutes tés forces. Aux tentations du tentateur. fuis tout atermoiement. et ton prochain comme toi-même (a) : et le Seigneur te prêtéest la e es Touteignorance anti-naturelle. suivant l'expression de Philon. nous élevons les yeux vers toi (4). cherche le ciel. par VI. » Lorsque viennent à nous manquer les forces humaines. car il est dit dans l'Écriture : « Lorsque nous ne savons pas ce que nous voulons faire. — Aime le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur. est dep L'ignorance uneépreuve nous que vonsvaincre la prière. IV.— 15 — A. V. Fuis le siècle. A. alors jaillit comme un éclair le secours de Dieu. Ne te fie pas à ta sagesse. Accoutume-toi à la fermeté et au sérieux dans tous tes actes et dans toutes tes paroles. d (*)C'estle drapeau (Deuter. sur . 4) quetoutenfant 'Israël fixesur le montant e ses porteslorsqu'il rendpossession d p d'unbienquelconque cetteterre. résiste par le verbe de Dieu. — Obéis aux bons conseillers. mais en toutes choses élève ta pensée vers Dieu. lumière stnotre essence rimitive.

— Tout ce que tu auras appris. et ton âme ne désirera rien qu'elle ne le possède immédiatement. (') Psaumes. pourvu que ce soit chose saine à ton corps et à ton âme. VI. — « Invoque-moi au jour de l'épreuve et je t'exaucerai et tu me glorifieras ». repasse-le souvent et fixe-le dans ta mémoire. te délivrera de tout mal et te remplira de tout son bien. toute ignorance est une épreuve. 15. apprends beaucoup et non beaucoup de choses. à moins qu'il ne soit divinement régénéré . or. L'esprit humain ne peut tout embrasser. . VII. A. Invoque donc le Seigneur dans ton ignorance et il t'exaucera. mais pour celui-là.— logera comme la prunelle de son oeil. rien n'est si difficile ni si varié qu'il ne le puisse posséder. A. a dit le Seigneur (<). et souviens-toi d'en XL.

i (') Psaume. et. CXV. ni dans les enfers aucune vertu qui ne descende de Dieu . —L'Écriture atteste que Dieu imposa en même temps aux choses ou aux personnes leurs noms. pour cette même raison.. tous attributs émanés de ses trésors. . mais ' pour ton nom seul. mais de la force ou de la propriété que Dieu ou la nature a imprimée dans ce nom ou ce caractère. » (') DEUXIÈME SEPTENAIRE A. qu'elle ne soit pas pour nous. leurs vertus et leurs fonctions. rien ne peut transmettre ni actualiser ce qu'il a en puissance. ni sur la terre. Il n'y a en effet ni dans le ciel.— 17 — rendre gloire à Dieu et de dire avec le Psalmiste : « Que la gloire ne soit pas pour nous. les caractères et les noms constellés ne tirent pas leur propriété de leur forme ou de la prononciation. Seigneur. VIII. sans sa grâce.

en sixième lieu. nous sachions sur-le-champ la manière d'agir et la raison de l'acte. (<) l: Zohar. s'il nous est utile d'attirer à nous quelque chose de l'une d'elles. puis vient celle des créatures spirituelles. mais à long intervalle. les Pygmées qui tiennent une place peu négligeable et habitent les éléments et les choses élémentaires. p. serviteurs de Dieu. et qu'un moyen. V. les ministres des peines dans les enfers. C Section. puis celle des corporelles . En septième lieu. A la suite. le quatrième degré est dans la nature et les choses naturelles (<).i8 A. 148et 149. Il convient de connaître et de distinguer tous les degrés qui différencient la sagesse du Créateur de celles des créatures afin que. viennent les esprits du Rebelle et ceux qui sont réservés pour le jugement dernier . •—La sagesse absolue est celle qui est en Dieu. IX. la nature humaine. . puisque toute la création n'a qu'un but.

— iQ — la nature humaine. —Dieu père tout-puissant. a voulu se refléter luimême et se manifester dans l'Ecriture Sainte et. il nous enseigne ce qui est utile. ce qui ne l'est pas. pour posséder aujourd'hui comme dans toute éternité le bonheur et la béatitude. X. — Le quaternaire est le nombre . ce qu'il faut rechercher. il nous éloigne de ce qui nous serait nuisible. Ensuite. A. O toi qui me lis. comme un père qui aime tendrement ses fils. créateur du ciel et de la terre. par la promesse des plus grands biens corporels et éternels. XI. retourne donc dans tes mains l'Ecriture Sainte. par la menace du châtiment. comme en témoignent les Saintes Écritures. ce qu'il faut fuir. Fais cela et tu vivras comme te l'enseignent les pages sacrées. A. la raison et l'expérience. et les nuits et les jours. il nous entraîne à l'obéissance. de toutes les choses visibles et invisibles.

après la sagesse révélée par Dieu même dans l'Ecriture Sainte. Cet art ne s'obtient que divinement . celui auquel il ne veut rien dispense!"-deses trésors. Sache bien que celui qui tout entier dépend de Dieu est obéi et servi par toute la sagesse de la création (i) de gré ou de force. apprendre à nous adapter l'intelligence et la fonction de chaque être. consciemment ou inconsciemment. Dieu révèle ses secrets à qui bon lui semble . et présentée dans la nature à la contemplation des hommes. d'intelligent cientdans lanature et parlà l'auteur ntend : e mêmeeque c nousappelons notreprésomption inanimée. celuietdecons(i) Partoutcequ'ily a devivant.— 20 — pythagoricien et le premier carré. établissons-le donc ici comme fondement de toute la sagesse. dans nature . C'est là le point capital : vouloir se faire servir par la création et se distinguer de ceux qui ne veulent pas . En cela se manifeste la toute-puissance de Dieu.

(a) Actes esApôtres. d ch. x. car c'est moi qui les ai (1)JeanXIV. comment ne nous soumettraitil pas bien mieux encore toute la création visible ou invisible ? « Tout ce que vous demanderez vous sera accordé (i) ». N'abusez pas des dons de Dieu et tout coopérera à votre salut.v S7iiffiu. § 20. mtupiwrp Donc. Mais avant toute chose veillez à ce que votre nom soit inscrit au ciel : cela vous sera plus favorable qu'un esprit serviteur : ce sont les conseils du Christ. XII.13. demandons à Dieu seul xf. . Celui qui nous a donné son fils et •nous a ordonné de prier pour obtenir son Esprit-Saint. l'Esprit dit à Pierre après sa vision : « Descends et n'hésite pas. — Dans les Actes des Apôtres (2)./jv.— 21 là qui a encouru la colère divine. A. nous y fera miséricordieusement qui participer. n'obtiendra rien même par la force. malgré Lui.

car la foi véritable est la foi à ce que l'on a entendu. Quant à être sûr de la véracité des révélations. c'est la vérité. comme cela est évident d'après les monu-r ments égyptiens. Mais ils ont été dans la suite mélangés d'opinions humaines. — C'est de cette façon et par le verbe humain que tous les enseignements étaient transmis par les saints Anges de Dieu. (i) Rom. . Il n'est pas d'autre base pour restaurer les arts que de s'instruire auprès des saints esprits de Dieu . cela dépend de ta foi en Dieu . pervertis par l'action des esprits malins qui sèment les zizanies et la discorde chez les enfants du doute.— 22 envoyés » lorsqu'il était mandé par le centurion Cornélius. 14. comme on le voit dans St-Paul et dans Hermès Trismégiste. si tu peux dire avec Paul : « Je sais en qui je mets ma confiance (i) ». XIV.

et tout ce qui vit vit en lui . XIII. Dieu ne permettra-t-il pas que tu sois déçu. à toute l'armée du ciel leurs noms propres. homme de peu de foi.— 23 — Si aucun passereau ne peut périr sur terre sans la volonté du père qui est au ciel. des ténèbres . — Dieu est le Dieu vivant. Celui à qui Dieu révélera les noms de ses créatures. il est véritablement nm» qui se répand en toutes choses pour qu'elles soient ce qu'elles sont. A. et d'un seul mot de sa bouche par son fils a manifesté tout ce qui est pour que cela soit. l'ordre et l'harmonie de toute la création visible et invisible. celui-là saura les véritables vertus et la nature des choses. si tu dépens de lui. Mais reste à recevoir de Dieu le pouvoir de manifester les vertus et de les faire passer de puissance en acte dans la nature et l'universelle création. Il a donné à toutes les étoiles. combien plus. si tu places en lui seul toute ton affection.

c'està-dire leurs fonctions et leurs pouvoirs pour qu'avec l'aide de Dieu. leur force vienne se joindre et se soumettre à la tienne. père de JeanBaptiste. pour lui amener sa jeune épouse. à Marie. messager de Dieu. Ne néglige aucune occasion de t'instruire ou de veiller sur ta vocation. C'est ainsi que Raphaël fut attribué à Tobie pour guérir son père. de ton sanctificateur.— 24 — à la lumière. gouvernait le peuple de Dieu. à Zacharias. fut envoyé à Daniel.. Et sur ta demande on te donnera un esprit capable de t'enseigner tout ce que ton âme désire savoir dans la nature des choses. . Ton but doit donc être de connaître les noms des esprits. du Fils et du Saint-Esprit. leur nom. force de Dieu. Gabriel. Tu employeras ses services avec crainte et respect de ton créateur. pour sauver son fils du danger. de ton rédempteur. Ainsi Mikhaël. et jamais rien de ce qui te sera nécessaire ne te manquera. c'est-à-dire du Père.

et d'amener au respect de son fils tout ce qui se réfugie vers toi : voilà la loi et les prophètes. — Ton âme vit dans l'éternité par celui qui te créa . ce que tu dois à Dieu. Si tu as ce respect. Dans les choses temporelles tu dois invoquer Dieu comme un père pour qu'il te donne tout ce qui est nécessaire à cette vie. invoque donc le Seigneur ton Dieu et obéis à lui seul. ce que tu dois à ton prochain. tu accomplis déjà la volonté de ton Père qui est aux cieux. « Seigneur du ciel et de la terre.— 25 — A. XIV. formateur et créateur de toutes choses visibles et invi- . Tu dois à ton prochain les services de la charité. Tu dois faire participer aux dons de Dieu ton prochain. Tû prieras de la façon suivante . Tu parviendras à ce but si tu considères pour quelle fin Dieu t'a créé. que ces dons soient spirituels ou corporels. Dieu demande de toi que tu honores son fils et que tu gardes dans ton coeur le verbe de son fils.

je t'invoque.. vers ton Bien absolu.-C. la connaissance parfaite de ce qui m'est nécessaire.— 26 — sibles. selon ton ordre. par le nom de ton fils unique N. être indigne. prêt à le répandre comme un ruisseau de tes inépuisables trésors pour tous les usages nécessaires. moi. S. J. donne-moi un de tes «sprits qui m'enseigne ces lois que tu veux nous voir apprendre et connaître pour te louer. et donne-moi cette grâce d'user de si grands bienfaits avec . pour que tu envoies vers moi ton Esprit-Saint qui me dirige dans ta vérité. donne-moi un coeurdocile pour que je saisisse facilement ce que tu m'enseigneras et que je l'enfouisse dans mon âme. « Car je désire d'un profond désir la science de cette vie. science plongée dans •de telles ténèbres et souillée d'un si grand nombre d'opinions humaines que je sens par mes propres forces n'en pouvoir rien pénétrer si tu ne me diriges . t'honorer et servir notre prochain .

Amen ». sublunaires et infernaux obéissent à Dieu créateur : aussi efforce-toi d'entreprendre tout . J. d'administrer les événements fatidiques autant qu'il plaît à Dieu et qu'il le permet de sorte qu'aucun mauvais démon. Dieu seul en effet lui donne ce pouvoir et cette action. Tout esprit olympique enseigne et accomplit tout ce que l'astre auquel il préside présage.~ 27 — une humble crainte et un timide respect par N. mais cependant il ne peut rien faire passer de puissance en acte sans la permission divine.-C. S. Leur fonction est d'exécuter le destin. Tous les êtres supracélestes. SEPTENAIRE TROISIÈME A. aucun mauvais destin ne pourra nuire à celui qui est assis à l'ombre du Très-Haut. XV. â"vec ton Esprit-Saint. célestes. — On appelle esprits olympiques ceux qui habitent le firmament et les astres du firmament.

la guerre pour les autres 1» (2) a dit le Seigneur. C'est ce que prouvent l'histoire du monde entier et l'expérience quotidienne.Lemage uisaitlesloisdela nature acquisur les une êtres puissance quetoutactedesapensée'effectue telle s d nécessairement d'autre le granddanger ecette .outenégligence phrase 'Eliphas : « Toute d peut Lévy » êtremortelle . Phul. la chap. — Sept sont les puissances ou les offices propres des esprits à qui Dieu a confié la direction de la machine du monde. 1" et «11. n LonA o dres.: (1)Arbatel e » comitédeuxième . en c Deo ici répète ses premiersnseignements. A. Leurs astres visibles (3) sont Aratron. Och. 1V1 et {3)Cf. i. Bethor. . « Paix aux hommes de bonne volonté. et toutes tes entreprises atteindront le but souhaité et désirable. premier del'initiation Ferro degré s a q degré. L a (a) IsaTe VII.Boehme. urorenaissante. théorie del'Astre oirdansLight fEgypi.1891. mais part sefaitvoirici et c'est la clefde cettesi vraie puissance t faute. Hagith.— 28 — ce que tu entreprends avec l'aide de Dieu (i). nonyme. Phaleg. XVI. Ophiel.« duce».

II.— 29 — langue olympique (i)... Chacun a sous ses ordres une nombreuse armée du firmament. OEdipus Egypt. à visibles. t nousindique l'homme.Cela en c quenoussommes pleincorpsde l'ouvrage. r. commande49provinces Aratron — Bethor — 43 — — Phaleg — 35 — — 38 — Och — — ai \ * Hagith \ — 14 — Ophiel — — — — Phul 7 Ce qui fait en tout 186 provinces dans l'Olympe.van Helmont revoyait e F les s decelte langue du formerdansles organes mêmes langagearticuléchez Cf. Il faut indiquer maintenant de quelle façon peut s'établir la communication avec ces princes et ces puissances.M. Kircher. parlesvoiles . (1)L'ancien les d Gaffarel retrouvait anslesétoiles caractères principaux céleste. 'est-à-dire avec et a qu'ilfautmarcher précaution ne passelaisser rrêter d'une l extérieurs traductionittérale. que gouvernent sept puissances que Vastronomie de la grâce étudie longuement. Aratron apparaît le samedi à la première heure et donne d a les chaldéen conservé racines e cesnoms.

jusqu'en 1410 . Le gouverneur Aratron a en son pouvoir les choses naturelles qu'il produit.DeSeptem Rabba. (1) A. et a duré jusqu'à 430 . de 430 à 920 . . et Hagith régnera jusqu'en 1900. Secundeis deTrithème le Seder lam et O (1)Cf. Le premier cycle. XVII. Chacun préside à 400 années.— 3o — de très nettes réponses sur ses provinces et propriétés provinciales. ce qui est à sa correspondance dans le milieu considéré. Phaleg. — Magiquement on évoque les sept premiers des gouverneurs simplement au jour et à l'heure où ils dominent visiblement et invisiblement par les noms et les vertus que Dieu leur a donnés en présentant le caractère qu'ils confirmeront ou traceront eux-mêmes. J. a commencé en l'an 60 av. Och.-C. celui de Bethor. De même pour les autres à leurs jours et heures.

1578. Deocculta en C jamais pierre. Paracelsi. 2° De changer les trésors en charbon et les charbons en trésors (i) . os.. 7° De rendre fécond ce qui est infécond et de donner la longévité.. 4° D'enseigner l'Alchimie. 3° De donner des esprits familiers avec un pouvoir défini . 6° De rendre invisible . 5° De concilier à l'homme l'amitié des Pygmées. matièresétides. la Magie. DeThesauris occultisubterradivitiis.vin . 74. en vieux f () Ouencore excréments. Dorn. . c'est : i° De pouvoir changer sur-le-champ toutes choses en pierre. . comme une plante ou un animal.Lyon. Ce qu'il/ait aisément et volontiers. Th. f. et s chap. hommes poilus .G. et lui donner l'apparence même de la pierre .— 3i — et que l'astronomie de la grâce attribue aux vertus saturniennes. philosophia. p éd. la Physique .

14 familles. e desclavicules qu'ilsne ence occ. 42 princes. Celui qui se de ( (1)Cescaractères distinguent ceuxd'AgrippaPh. il. 35 satrapes. . Bethor gouverne ce qui est attribué à Jupiter . sensastrologique.I.— 32 — SONCARACTÈRE EST Il a sous ses ordres 49 rois. sontpurement magiques. et commande à 36. xxiti)t de ceux ni ni mais présentent sens cabalistique. il arrive dès qu'on l'invoque. 28 ducs.000 légions de chacune 490 unités (1). 21 ministres qui se tiennent debout devant lui. 7 messagers. ch.

Il transd'un lieu à un. Il donne même des esprits familiers venus du firmament et peut prolonger la vie jusqu'à 700 ans si Dieu le permet. EST SON CARACTERE 3 . Il concilie les Sylphes qui donnent de sincères réponses. autre les choses et les porte pierres précieuses et donne des médicaments d'un effet merveilleux. mis en possession de ses trésors.— 33 — est digne de tracer son caractère est par lui élevé aux plus hautes dignités.

Celui à qui il donne son caractère est élevé aux plus hautes dignités dans l'art de la guerre. 21 conseillers. Phaleg préside aux choses attribuées à Mars.000 légions d'esprits.— 34 — Il a sous sa direction 42 rois. 35 princes. prince de la paix. 28 ducs. 29. 7 ambassadeurs. SON CARACTÈRE EST Och préside aux choses solaires et donne . 14 messagers.

il distribue la sagesse suprême. SONCAE.536 légions : à . il donne de l'or et une bourse pleine d'or. Celui qui aura été jugé digne de son caractère se fera adorer comme un Dieu par les rois de l'univers entier. enseigne la médecine et change toutes choses en un or parfait et en pierres précieuses .ACTÈRE EST Il a sous sa dépendance 36.— 35 — 6oo années de vie avec une santé robuste . il envoie de très beaux esprits.

000 esprits et à la tête .lui seul il administre toutes choses et ses lui obéissent par centuries. Il en un instant le cuivre en or et l'or change en cuivre . EST SONCARACTÈRE Il a des légions de 4. esprits Hagith gouverne les choses de Vénus : il rend très beau celui qui est digne de posséder son caractère et l'orne de toute noblesse. ilprocure des esprits qui obéissent ^ *.' fidèlement à leurs maîtres.

Ophiel est gouverneur des choses de Mercure : Ses esprits forment 100.— 37 — de chaque millier il place des Rois aux époques fixées. il enseigne tous les arts et celui qui est honoré de .000 légions : il donne facilement des esprits familiers.

Phul se plaît dans ce caractère.-38son caractère peut changer instantanément le vif-argent en pierre philosophale. . il gouverne les choses lunaires. Par la parole et l'acte. il change tous les métaux en argent . guérit l'hydropîsie. donne des ondins qui servent l'homme sous la forme corporelle et visible : il fait vivre 300 ans.

I. — Il peut même dans une matière non prédisposée. tantôt naturellement et alors toujours de la même manière. II. Les gouverneurs du monde lui obéissent. Préceptes très généraux de cet art secret. mais Dieu seul est l'auteur de ces miracles. . en moins de temps il le fabrique par voie chimique. III. C'est ainsi que Josué arrêta le soleil dans les cieux. De même que le prince solaire Och prépare lentement l'or dans les montagnes. tantôt à son bon gré si Dieu ne l'empêche pas. viennent à son appela exécutent ses ordres . produire subitement ce qui naturellement demande un long laps de temps à se faire même dans une matière prédisposée. — Un gouverneur quelconque agit toujours avec tous ses esprits. en un instant par voie magique.— 39 "•''-.-— Le vrai mage divin peut sur un seul geste de sa main avoir à son service lès gouverneurs du monde et de toutes les créatures.

Dé Mirville. chapitre vin. Les pseudomages. par cesturbulentes h Spiritisme . V. et des accidents causés » Cf. p DesEsprits 381et 413.— 40 ^ Pour les mages de moindre puissance.récit des (i) Lesannalesdu Spiritismeont pleines méfaits e ces« esprits d farceurs . — Dans tous les éléments il y a sept gouverneurs avec leur armée qui sont mus d'un même mouvement avec le firmament. celui qui doit être un véritable s du. . ils ne les écoutent pas et leur jettent quelques démons pour les leurrer et àur l'ordre de Dieu leur font encourir des périls variés (i). IV. et toujours les inférieurs dépendent des supérieurs. p. comme l'enseigne la Philosophie de la grâce. . pp. DrP. ettoujoursdangereuses puissances. comme en témoigne Jérémie au sujet des magiciens juifs. ils leur envoient des Esprits qui ne leur obéissent qu'en certaines affaires très déterminées. 337et suiv. — Dès le ventre de sa mère. Gibier. il est destiné à la magie.

les autres qui. VII. XVIII. Tu conserveras le pacte que tu as conclu en Dieu avec l'esprit par la révélation pour que s'accomplissent toutes les promesses de l'Esprit. Et c'est ici le lieu de dire avec Jean-Baptiste : Personne ne peut rien recevoir pour soi-même qui ne lui ait été donné par Dieu. — Dieu est vivant et ton âme est vivante. — Tout caractère donné dans un but quelconque par un esprit a son efficacité dans l'objet pour lequel il a été donné et dans un temps déterminé. (i) VI.37. . s'ingénient à le devenir sont malheureux.— 41 — mage . A. Il faut donc s'en servir au jour et à l'heure de l'esprit planétaire qui l'a donné. d'eux-mêmes. — Les noms des esprits olympiques sont rapportés diversement par lés (i) JeanIII.

maisil ne peutprendre le i véritablementnomde mage. Le plus sûr pour les débutants en notre science est donc d'opérer sans les noms et par la seule vertu des Esprits .-"" 42 -"-' divers auteurs. pleinement réalisé. est (i) Unespritévoqué ar sonnomde. et si un d'eux a été prédestiné à la magie. destination. a prièrelui apprendraientôt a puissancee L b l d Dieuet les nomsen MK Dèslors il est sur la voie. Mais ceux-là sont efficaces qui sont transmis à chacun par l'esprit révélateur visible ou invisible. « Priez seulement pour avoir une foi constante » et Dieu ordonnera tout en temps opportun. tout le reste de l'art étudié viendra de lui-même à lui et au delà de ses espérances.révélation obligé p d'accourir n quelque e contrée u'ilsoitdumonde.l ne les les et gouverne esprits. monstres les angesque lorsque. débutant sont Tout doitdonccommencer l'étude l'emploi elàseulevertu et d par des Esprits. Claq (Cf. des . Pierre Mais et d'Aban. (El). Arbatel: ph. il connaîtlesnom3 «n fP (lah)i esnoms l irrésistibles Esprits. Voilà pourquoi on les appelle constellés et leur efficacité s'étend rarement au delà de quarante ans (i). et selon sa pré-.à l'âgede 40 ans.précédents. a noms transitoires eux-mêmes personnels..) ces vicules.

c e (1)Ausensbanaldu mot»ar nul péché n'est. e de XI. (a)Corollairexactet effrayant l'aphorisme Quelle mêmeil doitdonner ansla prad prudence. Dieu ordonnera et imposera à son ennemi l'obligation de servir le mage (2). Cf. XIX. combien mieux encore te seront-ils accordés si tu les demandes ! Les esprits du mal et les esprits destructeurs qui viennent à un homme y viennent par la haine du diable. Lévy. lelatindit littéralement : extraordinaire.E. uelletimidité q il l tique. et qu'il prie fermement le TrèsHaut de le prendre en sa garde. Bien plus. — L'Olympe et ses habitants se présentent d'eux-mêmes aux hommes sous la forme d'esprits et leur donnent leurs services même s'ils les refusent ." — — 43 A. attirés par les péchés des hommes comme une peine méritée. Que celui qui désire converser familièrement avec des esprits se garde donc de tout péché mortel (i). ogme. et il brisera les embûches et les obstacles de l'Adversaire. D p. n fait. .mortel . 3$.et comme faitconcevoire soin méticuleuxxigé e de l'adepte toutes en sesoeuvres.

— Tout est possible à qui croit et à qui veut. — 44 — A. éternel. Il importe donc beaucoup d'être pieux. d'être prudent. je te. la désobéissance au Verbe de Dieu. .Quand tu voudras évoquer un esprit olympique.. la luxure.. XX. Rien n'est plus contraire que la mobilité d'esprit. d'ordre solaire . qui as fait toute la création pour ta glorification et ton honneur et pour le service de l'homme. l'ébriété. tout est impossible à qui doute et à qui ne veut pas. XXI. de n'être avare d'aucune chose que de sagesse qui est chose divine et sacrée. disant l'oraison suivante. l'inconstance. constant dans ses paroles et dans ses actes. la légèreté. d'avoir une foi ferme en Dieu. la futilité.. tu verras ton voeu se réaliser : « Dieu tout-puissant. observe le lever du soleil le jour correspondant à l'esprit que tu désires et. T. prie de m'envoyer l'esprit N. probe. _-A.

mais par la tienne. Amen. Aussi tes paroles sont bien peu de chose : car dans la . Dieu en effet est dans le ciel et toi sur la terre.. et que tu as répondu à ma demande. ch. « Puisque tu es venu sans tumulte ni bruit. à moins que ce ne soit un esprit familier. l'heure une fois écoulée. au nom de Jésus-Christ ton fils unique Notre seigneur. etc. je rends grâce à Dieu au nom duquel tu es venu. » Mais ne fatigue pas l'Esprit. V : Ne parle pas avec précipitation et que ton coeur ne se hâte pas de proférer un verbe en face de Dieu. prêt à revenir quand je t'appellerai par ton nom. ou pour qu'il me donne un remède contre Thydropisie. Retourne en paix à tes affaires. Amen. ton nombre ou ta vertu puisque cela m'a été permis par le Créateur.— 45 — pour me communiquer et m'apprendre ce sur quoi je l'interrogerai. » Ecclés. D'ailleurs que cela soit non par ma volonté.

XV il qu'ilest écrit: o C'estpourquoi n'y a pointde cilsni de » v.) . nedort jamais. phraDzénioutha. A. mais que cependant il a permis aux Esprits de révéler pour qu'il en soit fait bon usage. sont soit d'ordre divin. qui v. — Nous appelons secret ce que par la seule industrie humaine et sans révélation personne ne pourra savoir : science dont la connaissance a été cachée par Dieu dans la portion occulte de la nature. XXIII.-46plus grande préoccupation meil (i). arrive le som- SEPTENAIRE QUATRIÈME A. — Tout d'abord étudie la nature estsoumis la loidubinaire: c'estpourcela à (i) L'homme et ( l qu'ilnefautpasfatiguer'Esprit Cf. Fais un choix méticuleux et discret parmi les secrets qui auront le plus attiré ton attention. soit d'ordre naturel. XXII.et : « La vue observesansfin. 14. » [Sigrandeouverte. soit d'ordre humain. s paupièresurcet oeil (IdraRabba% 115). Et ces secrets.plushaut Aph.

2° Le deuxième est de pouvoir à volonté prolonger sa vie jusqu'à un âge quelconque. que tu parviennes au but secret désiré pour la louange et l'honneur de Dieu et pour le service de ton prochain.. Cela fait. XXIV. ou ce qu'il y a de secret en lui. A.— Les grands secrets sont au nombre de sept : i° Le premier est la guérison de toutes les maladies dans l'espace de sept jours soit par les caractères. soit par des intelligences séparées. soit par les sciences naturelles. .. soit par la mise en oeuvre des facultés humaines ou de quelque autre façon. soit par les esprits supérieurs avec l'aide de Dieu . de te l'enseigner brièvement et prie Dieu de t'inspirer sa grâce pour.— 47 — de ce secret et sache s'il peut être obtenu soit par des esprits sous la forme humaine. évoque l'esprit qui sait cet art.

C'est là la perfection du microcosme . 5° Le cinquième est de pouvoir se gouverner soi-même vers la fin que Dieu nous a fixée . 4° Le quatrième est de pouvoir parler avec toutes les intelligences de l'univers. d a d divin.— 48je dis la vie corporelle et naturelle. les Fées. et de pouvoir être -en rapport avec celle qui préside à une chose déterminée . 6° Le sixième est de connaître Dieu et le Christ et son Esprit-Saint. visibles •et invisibles. à savoir les Pygmées. comme faisaient nos premiers parents . de pouvoir lès entendre sur quelque chose que ce soit. les Nymphes . u nombre e sept. les Sylvains.évoquent (i) Cessecrets 'ordre immédiatementjustement l'espritla pleine et à de possession . 7° Le septième est de se régénérer comme Hénoch roi du monde inférieur (i). les Dryades. 3° Le troisième est d'avoir l'obéissance des créatures élémentaires qui ont la forme d'esprits personnifiés.

33 : « Et le nombre desespériodesumineuses de l six et de cinqmutations temporelles. » ' 4 . qui est vulgairement appelée alchimie.Le q l e s d septième. il faut la grâce de Dieu . V. tout homme d'une âme ferme et honnête pourra les apprendre des esprits sans offenser Dieu. rien ne sert de vouloir.l cessad'exister sanscesser 'être.e plusterrible. -.— 49 — Ces sept secrets. décuples troiscentaines » mutations. 'Hénoch dontil s'agit ici est celuidontil est dit par Moïse dansle Sebher ereschit. stl'éternelecret u Phénix que les et L connaissaient collèges égyptiens hindous. mais qui n'est donnée qu'à bien peu et seulement par une grâce particulière. chose sûre. carl'Etredes êtresle retiraà lui. d d'/Elohim. Rien ne sert de courir. v : B chap. 34 : « Comme continueoujours suivrelestraces il à t i /«îles Dieux. fut V.Lesixième . précède mortdel'individu c'est e doncle dernier uel'initiépuisse apprendrencettevie. Secrets moins importants également au nombre de sept : ic La transmutation des métaux. 2° La cure des maladies par les métaux ou par action merveilleuse des pierres précieuses la la sagesse.

Petits secrets au nombre de sept : i° Faire son métier avec soin et gagner beaucoup d'argent . 4° Pouvoir réaliser toutes les oeuvres de la Magie naturelle ._ 5o — ou de la pierre philosophale et des préparations analogues. 3° Pouvoir réaliser des merveilles astronomiques et mathématiques comme sont les machines hydrauliques et régler ses affaires parles influences célestes et les opérations de ce genre . 5° Connaître tous les pronostics d'ordre physique . 2° Monter d'une humble position aux dignités et aux honneurs et fonder une nouvelle . 6° Connaître le fondement de tous les arts d'ordre manuel ou corporel . 7° Connaître le fondement de tous les arts qui s'exercent par la nature angélique de l'homme.

— i° Nous venons de dire quels sont les secrets. 7° Être théologien. leur genre. aristotélicien. platonicien. hippocratique et galênique . leur espèce. scholastique .— 5i — famille qui soit illustre et fasse de grandes choses . XXV. . connaître tous les auteurs théologiens anciens et modernes. biblique. 3° Exceller dans l'art militaire. réussir de grandes entreprises et être la tête de la tête des rois et des princes . A. L'unique et la véritable voie vers tous les secrets est d'avoir recours à Dieu auteur de tout bien. 6° Être philosophe. Il reste à dire de quelle façon nous obtiendrons ce que nous désirons savoir. ptoléméen. mathématicien. 5° Être marchand industrieux et fortuné . 4° Être un bon père de famille à la campagne et à la ville . médecin. et. euclidien.

et de mon regard je te dirigerai sur la route. » 5° « Et je te donnerai l'intelligence et je t'instruirai. » 2° Et aussi : «Prenez garde que votre coeur ne soit appesanti par la luxure. et sa droite agira. combien plus sûrement encore votre père qui est aux cieux vous donnera-t-il son Esprit-Saint si vous le demandez 1» 7° Et aussi : « Si vous voulez accomplir les volontés de mon père qui est aux cieux vous . » 6° Et aussi : « Vous qui êtes pervers. 3° Et aussi : « Confie tes projets à Dieu. » 4° Et aussi : «Je suis ton Dieu.— 52 — comme le dit le Christ : « Cherche d'abord le royaume de Dieu et sa justice et le reste te sera donné par surcroît. vous savez enseigner le bien à vos enfants. la gourmandise et les soins matériels de cette vie. ton Seigneur qui t'enseigne les choses utiles et te dirige dans la voie où tu marches.

est celle par laquelle Dieu te révèle. tu dises avec les apôtres : « L'Esprit m'est soumis ». ses secrets soit par les . même inconsciemment. et plus commune. joyeux et heureux. t'empêcheront de te tromper. et enfin. te feront atteindre la borne désirée. comme maîtres et comme appuis pour pénétrer tous les secrets de l'univers. — Une autre voie. Il ordonnera à toutes les créatures de t'obéir pour que. il te donnera même ses anges comme compagnons. » Ces sept passages de l'Écriture. et Dieu lui-même par son Esprit-Saint t'enseignera l'utileet le vrai . ce qui est le principal. si tu les fais passer de la lettre à l'esprit. c'est-à-dire en acte. A. XXVI. tu seras certain que ton nom est inscrit dans les cieux.— 53 — serez véritablement mes disciples et nous viendrons à vous et nous ferons notre tabernacle de votre âme. ne pas t'éloigner de la voie droite.

Orphée. Achille. à supposer que ceux-ci n'aient pas tenu leur puissance du précédent arcane. le père des secrets avec Théophraste Paracelse. Hésiode. Marius. qui ont en eux toutes les vertus des secrets. Enée. Hippocrate.— 54 — Esprits qui ont les secrets en leur pouvoir. le iv«entretien. par les intelligences célestes : c'est ce qui fait les héros. A ce groupe se rattachent encore Homère. Comte eGabalis. Aristote. Galien. soit par les visions et les impressions vives. A eux se rattachent encore les enfants des nymphes (i). Euclide. . comme Platon. aris. et aussi Cyrus. Lucullus. Hermès Trismégiste. comme le sont presque tous les grands hommes. Sylla.Abbé Villars. grâce à la figure astrologique de la nativité. comme les fils de Mélusine et les fils des dieux. Archimède. Pythagore. ou bien. Alexandre le Grand^ Jules César. Hercule. soit par les songes. de d (i) Cf. P 1743.

La troisième méthode est d'un travail pénible. e . aux embûches des mauvais génies pour n'être pas précipité dans le malheur comme Brutus et Marc Antoine. traités: de Fortuna et de Eutycho). et. ont plus facileà évod s quer. ès la naissancemisà la dispositionu mage.^ — 55 — . car il est écrit: Tu nihil invita dicesfaciesve Minerm Nous détestons tout les cacomages qui par d'illicites superstitions s'associent auxdémons et obtiennent d'eux certaines choses que Dieu a permises comme châtiments. maismoins.: La loi est que chacun connaisse son génie (i) pour en suivre l'impulsion selon le verbe de Dieu et qu'il prenne garde. sans le secours de quelque divinité. (Cf. JovianusPontanus. rien ne s'en peut tirer de grand ou de digne d'admiration.puissants ceuxattribués postérieureque mentet par grâceà celuiquile demandet lemérite. es astrologues onneront ce des d d à : d sujetdesrenseignements précieux ces génies. Car il y a cerde de (i) Lesouvragés Lenain Science (/a cabalistique)Picatrix [Table 72 génies).

— Fais un cercle ayant au centre A qui soitB. d'un centre A qui est l'ineffable Dieu. CD au Nord. l'évocation du soldat mort de Lucain pour prophétiser l'issue de la bataille de Pharsale et celles du même genre. comme l'atteste l'Écriture au sujet de Judas. XXVII. est émanée toute . A cette variété se rapporte toute l'idolâtrie des anciens et de notre âge et l'abus des sorts fait si souvent par la gentilité. E. Divise chaque quadrant en 7 parties de façon qu'il y ait en tout 28 parties et que chaque secteur soit divisé lui-même en 4. Ce cercle ainsi divisé s'appelle SCEAUDES SECRETSde l'univers entier de qui.. A. A cela se rattachent aussi l'évocation charontique des mânes. soit en tout 112 parties et il y a autant de secrets qu'il est défendu de révéler. BC à l'Orient. etc. l'oeuvre de Saul avec la femme. C. D.-56tains maux qui sont l'oeuvre du diable.

leurs satrapes et leurs ministres quaternaires. matinet le milieu jour pour le du lestravaux uGrand-OEuvre. celui de l'Occident de toute force.nousconseillons I été.— 57 — la circonférence. d réservant reste la vieaux le de banales.la lunemontante.Danscette première ériodeil faut occupations p encore l desdeux surlesgrands distinguer'influence princesnotreauteur. A l'Orient donc sont fixés les grands secrets. L'usage de ce cercle est de savoir d'où viennent les esprits ou les anges qui enseifi) A l'inverse certainadeptede la Science haldéode c m a et grecque. M la .a conservé lettredecesenseignements. Mais celui de l'Orient est le dispensateur de toute sagesse.'. celui du Midi de toute culture. au Midi les moyens. celui du Nord de toute rigueur dans la vie (i). à l'Occident et au Nord les petits. aisd'accordvecla traditionhermétique madoncavecArbatele printemps t l e gique. .*. Tous les autres quadrants de même ont leur prince des secrets. secretstlesmoyens ecrets e s comme'indique l LaFr. Le prince des secrets de l'Orient réside au milieu et a de chaque côté trois satrapes qui ont chacun quatre ministres sous leur dépendance et le prince lui aussi en a quatre.

Les uns sont les anges gardiens des royaumes. suivant que chacun aura formé leur nom dans sa langue (i). selon que Dieu distribue à chacun sa fonction. Or leurs noms sont établis d'après leurs fonctions et de leurs vertus. l'autre de la peste. ou son à a n (il L'hommedonné nom toutechose: orsque ous l voulonsvoquer géniequi nous metteen rapportavec un é .il fautdonc etle d'abord retrouver méthodiet l quement danssa plusgrandepureté possibleenomprimitivement attribué nousà cegénie. Et ainsi celui qui le voudra invoquera l'ange de la Médecine. qui doit frapper les peuples sur l'ordre de Dieu. L'un a le pouvoir de l'épée.— 58gnent les secrets qui leur sont confiés par Dieu. les autres des individus.sonDieu notre. comme ces deux anges qui furent envoyés pour renverser Sodome et Gomorrhe et les environs : l'exemple en est rapporté par les Écritures. un autre de la famine. et oublipassager C par dû à la rupture 1équilibre à la distensioninaire de et du b microcosmedu macrocosme un despoints et est importants . Les autres sont les destructeurs des cités.

dans tout l'élan de son coeur. commander géniede porterà Dieunotreprièreet l'exéau de unicution ou moins plus parfaite notreordredépendra d p g quement e la perfectionlusou-moins randede notrerecherche réliminaire.— 59 — dé la Philosophie. y a attaché cette vertu ou essence spirinous pouvons Ce de la scienceésotérique. comme d'un plus simple créé par Dieu qui. ou des Mathématiques. p . Qu'il demande sérieusement. ou de la Sagesse civile. A cette foi s'ajoute la science caractéristique d'évoquer les anges. ou de la Sagesse naturelle ou surnaturelle. elle demeure dans les ténèbres. qui a pour source la seule révélation divine . foi susdite et qui doit la précéder. ou de tel autre qu'il voudra. mais sans la. et certainement il recevra ce qu'il désire de Dieu père de tous ces esprits. nom retrouvé. Cette foi est supérieure à tout talisman. et soumet les anges à la volonté humaine. avec foi et constance. pour moyen cela. Si quelqu'un veut s'en servir uniquement comme d'une science mnémotechnique.

de toute impiété. . Ce n'est donc qu'avec crainte et tremblement que l'on doit aborder la Pneumatique. de toute jalousie. il pourra le faire sans que Dieu s'y oppose. Nombreuses sont les tribulations. ou à la semence de la femme. lorsqu'il a reçu l'ordre de tendre des embûches au talon du Christ. d'incliner devant lui sa mauvaise volonté. Qu'il se garde de toute légèreté. qu'il prenne garde de ne pas tomber dans l'idolâtrie et dans les lacets du Diable qui. Or cet adversaire ne peut être maintenu que par le doigt de Dieu . celui qui tente une telle entreprise. avec le plus grand respect de Dieu. capture facilement les imprudents.— 6o — tuelle. et l'homme ne doit converser avec les essences spirituelles qu'avec recueillement et sagesse. ardent à la chasse. de tout orgueil. s'il ne veut périr misérablement. de toute avarice. il est forcé d'obéir à l'homme de bien. de toute vanité. Mais. grandes les tentations.

Dieu peut et veut accorder sa demande pourvu qu'il reconnaisse l'auteur du bienfait dont nous demandons humblement la réalisation. Que le doute n'affaiblisse donc pas sa propre prière. La conclusion du Secret des secrets est que chacun s'excite à prier pour ce qu'ildésire et il ne souffrira pas de refus. XXVIII. à celui qui le prie. Aussi lis et relis t Clenodium Clinodium) e (i) Cteinodiorum (pour signifien basselatinité.Cteinodiorum cf: o doit-ilse rapprocher e Kleinod. Mais il ne veut pas que nous donnions le Saint aux chiens ni que nous méprisions et rejetions les merveilles (i) de son trésor. bjetprécieux. car. d ? allemand Nousle supposons. . Du Cange. Ce père miséricordieux et bon aime ses fils de désir. et les exauce avant même qu'ils n'aient pu vaincre la dureté de leur coeur à prier.— 6i — A. — Comme tout bien vient de Dieu qui est le seul bien. comme dit Daniel. c'est à lui qu'il faut demander ce que nous voulons en le priant en esprit et vérité et d'un coeur simple.

Dirige et règle ta vie et toutes tes actions sur ces préceptes. Celui qui désire le mal l'obtiendra aussi et sur-le-champ par l'effet de justice absolue . SEPTENAIRE CINQUIÈME A. De sorte que rien de bien ni de mal ne se fait sans un ordre sûr et une direction bien déterminée. XXIX. les uns conservateurs du corps et de l'âme. Les esprits sont ou des ministres du Verbe de Dieu. auquel tu te confies. laissons les préceptes généraux et abordons maintenant les explications spéciales. —Pour que notre étude sur la magie procède régulièrement. et tout cédera à l'assentiment de ton âme en Dieu. Celui qui désire le bien comme but sera exaucé. les autres destructeurs. ou ce sont les serviteurs de la créature dans les choses corporelles.— 62 — souvent et avec soin le premier septénaire des secrets. de son Eglise et des membres de cette Eglise.

-

63

et par la conséquence de son opposition à la loi divine. Par conséquent, celui qui identifie son but avec le Verbe de Dieu, qui, comme à la pierre de touché, choisit entre le bien et le mal, qui décide en lui ce qu'il doit fuir, ce qu'il doit rechercher, qui suit avec fermeté la route qu'il a choisie et définie, — sans rien remettre au lendemain, — celuilà atteindra finalement le but qu'il^ s'est proposé. A. XXX. — Ceux qui recherchent les richesses, l'éclat de cette vie, les magistratures, les honneurs, les dignités, les royautés, et cela magiquement, s'ils se font remarquer par leur zèle, l'obtiendront. A chacun selon son destin, son habileté et sa science magique. C'est ainsi que nous voyons dans l'histoire de Mélésinus qu'un certain mage décréta que désormais aucun Italien ne régnerait à Naples et réussit si bien que celui qui régnait à son

— 64.— époque même fut renversé. Tant est grande la puissance des anges gardiens ou protecteurs des royaumes du monde. A. XXXI. — Evoque le prince d'un royaume (i) et obtiens la domination sur lui ; commande ce que tu voudras et cela sera exécuté jusqu'à ce que ce prince soit délié de son obéissance par un nouveau mage. C'est ainsi que de nouveau le royaume de Naples pourrait être restitué à l'Italie si quelque mage évoquait le prince qui a restitué l'ordre actuel et le forçait à détruire sa fondation. De même il serait forcé de rendre les objets merveilleux enlevés au trésor magique, le livre, la gemme et la corne magique, qui permettraient à qui les posséderait l'établissement de la monarchie du monde (2). Mais ce mage, d d l'égrégore e ce royaume. {i\ L'esprit irecteur, Unseul (a)Nousne nouspermettrons de commentaire. pas d livreest digned'entenirlieu,cestl'Etatsocial el'homme. d l'a Nousavonsconservé avectouslesvoiles ontl'auteur en-

-

65 -

JUIF, a préféré vivre entre les dieux jusqu'au partage des biens transitoires de la terre, et son coeur est aveuglé car il n'a rien compris du Dieu du ciel et de la terre et il ne songe à rien de plus qu'à jouir, pour son éternelle perte, de délices immortelles. L'évocation en serait plus facile que celle du génie de Plotin dans le temple d'Isis (i). A. XXXII. — C'est ainsi que les Romains, instruits par les Livres Sybillins, se rendirent maîtres du Monde ; l'histoire le prouve. Ce sont les Satrapes du prince du Royaume qui accordent les magistratures moins importantes. Que celui donc, qui désire une charge ou une dignité de peu d'importance, évoque L d théories. efait spécial ont d veloppé'exposé e ceshautes l d de il est ici question la séparationu royaume Naples est L d'avec l'Italie ence siècle. eslecteurs uiaurontsu appréq de d'Arbatelrouveront t cierla sciencehermétique l'oeuvre desaméthode. iciunedesplusinstructives applications d L D Introd.,p. (1)Cf.Eliphas évi, ogme elaHaute Magie, d Missionesjuifs,passim. d 16,et St-Yves 'Alveydre, 8

— Il n'existe qu'un seul genre. une seule forme d'évocation : cette formule.. aspire aux seules richesses. — Mais celui qui. A. . méprisant les dignités.— 66 — magiquement un Satrape du Prince et ses voeux seront satisfaits. parfaitement connue autrefois des sibylles et des grands prêtres. pourvu qu'il ait fait apparaître le prince qui préside à ces différentes spéculations et qu'il ait obtenu le droit de s'en faire obéir. évoquera le prince des richesses ou un de ses satrapes et réussira dans le genre où il voudra s'enrichir. soit en biens terrestres. étude hermétique ou chimique. A. commerce. est presque totalement perdue de nos jours par ignorance et impiété : ce qui en subsiste est dénaturé par la superstition et le mensonge. dons des grands. XXXIV. XXXIII.

-

67

A. XXXV. — L'esprit humain est seul producteur de miracles lorsqu'il s'est uni à l'esprit qu'il a choisi (i). Après cette union il produit ce qu'il veut : c'est pourquoi il faut agir avec la plus grande prudence dans les hautes oeuvres, de peur d'être leurré par les sirènes et autres monstres, esprits toujours épris de lasociété de l'homme. Abrite-toi donc sous les ailes du Très-haut pour ne pas t'offrir en proie au lion rugissant. Ceux qui recherchent les biens du monde échappent, en effet, difficilement aux lacets de Satan. SIXIÈME SEPTENAIRE A. XXXVI. —-Il faut veiller à ne pas mélanger expériences et expériences ; chaque opération doit être une et simple. Car Dieu et la nature ont. ordonné chaque chose pour un a soumis st/avec [i\ Carle premier ctede l'espritdevenu e larévélationesonnom d etdesoncaractère, donimmédiat le du Septénaireestalismans. f. Eliphas évi,Dogme d C delà L HauteMagieet Cagliostro. L'oeuvre la régénération. de

— 68 — but fixe et déterminé. Ainsi l'ont compris ceux qui soignent les maladies par les herbes et les racines les plus simples et n'en ont que plus de succès. C'est pour cela que, dans les noms et les caractères constellés et dans les pierres et les autres objets se cachent des influneces et des vertus qui, actualisées, sont d'un effet merveilleux. Il en est de même des paroles qui, prononcées, font immédiatement apparaître à nos ordres les créatures visibles et invisibles^ tant de notre monde que du monde aqueux, aérien, souterrain, olympique, supracéleste^ infernal et enfin même divin. Travaillons donc surtout dans la simplicité et demandons à Dieu la connaissance des choses simples : du reste, nous ne pouvons l'apprendre par aucune autre méthode, par aucune autre expérience. A. XXXVII. — Chaque être occupe donc

-

69

le lieu qui lui convient spécialement : il y a un ordre, une raison, un mode qui rendent aisée à apprendre la science des choses visibles et invisibles. Au point de vue de l'ordre, il y a des créatures de lumière et de ténèbres ; les dernières sont en proie à l'orgueil pour s'être précipitées dans les ténèbres, et, par leur rébellion, se sont faites les esclaves des peines éternelles. Leur royaume, participe de la beauté, — car il ne pourrait subsister sans quelque qualité et sans quelqu'un des puissants dons de Dieu, — d'autre part il est repoussant et hideux, car il regorge de toutes les hontes et de tous les crimes ; idolâtrie, mépris de Dieu, blasphème contre le Seigneur et contre ses oeuvres, culte des démons, révolte contre les lois, sédition, homicide, vol, tyrannie, adultères, plaisirs illicites, rapines, larcins, mensonges, parjures, désir de dominer. C'est ce mélange qui constitue le royaume des ténèbres. Mais les créatures de lumière

elle-même. et celle-ci. sur l'ordre de Dieu. est celle par laquelle Dieu. La seconde division de la magie est la suivante : on peut opérer. à un premier point de vue. forceles princes des ténèbres. la magie est double : l'une est un don de Dieu aux créatures de lumière . l'autre. de faire du bien aux créatures . le signal delà paix. soit par des ins-- . XXXVIIL— Donc. comporte deux variétés : l'une. Entre eux est une guerre éternelle jusqu'à ce que Dieu donne.— 70— par la vérité éternelle et la grâce de Dieu commandent même aux seigneurs des ténèbres. A. les laisse être trompés magiquement ou les précipite à leur perte. pour punir les méchants. comme membres du Christ. l'autre ayant pour but le mal. ayant le bien pour but. venant également de Dieu est celle des créatures de ténèbres. à son dernier jugement.

elle est en partie prophétique et en partie philosophique comme la magie Théophrastique . .— ri — truments visibles dans les choses visibles. ditexactement texte.33. le (t) Desmercuriaux. soit encore en mélangeant les moyens. une autre espèce de Magie. Telle est la magie des alchimistes (i). soit par des instruments invisibles dans les choses invisibles. les instruments ou les effets. telle était la magie des Baalims (2) . par ignorance du vrai Dieu. Cf.: JugesVII. (a) Statues magiquesde Baal chez les Phéniciens. La troisième est la suivante : une Magie opère seulement par l'invocation de Dieu . opère avec l'aide des Princes des Esprits pour accomplir ses oeuvres. La quatrième distinguera magie de ceux qui opèrent en descendant du Dieu suprême par l'échelle des bons anges et exercent leur art par cette intervention substituée à celle de Dieu .

la seconde celle où les Esprits servent d'eux- . La sixième est que les uns agissent par les créatures immortelles. et d'autres auxquels ils obéissent difficilement. face à face avec les — pouvoir bien rare — . la plus noble est celle qui ne dépend que de Dieu . La cinquième division est la suivante : les uns agissent directement. les autres parles créatures mortelles.~~ 72 — et la magie dont les adeptes évoquent les des mauvais esprits. même quand ils sont évoqués selon l'art magique. les autres Esprits opèrent par les songes et autres signes (augures et victimes chez les anciens). De toutes ces espèces de Magie. comme le faiSatrapes saient ceux des gentils qui utilisaient les dieux inférieurs. Satyres et autres habitants des éléments. comme les Pygmées. même sans rituels spéciaux. La septième est qu'il existe certains hommes que les esprits servent spontanément. Nymphes.

3° Qu'il apprenne par son être immortel à . à savoir ce qu'il a en lui de mortel. 2° Qu'il cherche par quelle voie l'homme peut descendre en lui-même. qu'il travaille à se connaître le mieux possible. soit par l'échelle de la création et des créatures.— 73 — mêmes fidèlement . soit par les effets admirables que produisent les créatures visibles et invisibles de Dieu . nécesA. sance du Christ. XXXIX. ce qu'il a d'immortel. au Ciel et à la Terre. spéciale aux est celle qui se fonde sur la puisChrétiens. ce qui dans chacune des parties de son être lui est spécial ou commun . la troisième. — Les préparatifs saires à Vétude de la magie sont au nombre de six : i° Que le néophyte nuit et jour cherche comment s'élever à la véritable connaissance de Dieu soit par le verbe révélé et de là jusqu'à la création.

Ce sont là les trois grands et premiers préceptes. non seulement occultement. à respecter l'Eternel. autour de lui.— 74 — cultiver. Le choix lui sera facile. aimer. par son être mortel. 5° Qu'il surveille si. 4° Lorsqu'il sort du ventre de sa mère. ceux par lesquels on devra se préparer à la conquête de la vraie Magie qui est la divine Sagesse . s'il se dirige d'après nos enseignements. comme le succès s'il tente nos expériences. qu'il fasse ce qu'il sait être agréable à Dieu et utile à son prochain. Car ce n'est qu'aux petits et aux humbles que sont accordés de si grands biens. manifes- . qu'il applique son attention à discerner s'il est né pour la Magie et pour quelle espèce de Magie. c'est le seul moyen d'être trouvé digne de commander un jour aux créatures angéliques. puis. chaque homme est destiné à un certain genre d'existence . mais manifestement et face à face.

mais on pèche aussi par ingratitude envers Dieu. Ici.— 75 — tement. c'est-à-dire maître des Esprits pour l'accomplissement de choses merveilleuses. ce qui a été finalement cause de la perte de beaucoup d'hommes et des plus célèbres. comme il a été recommandé à Daniel. l'a sacré mage. On pèche encore par témérité et par obstination . par son ordination. surtout ne divulgue rien des secrets qui te seront révélés par l'Esprit. on pèche le plus souvent par négligence. S'il le sent. . même par excès de superstition . Il y a des choses à sceller qui ne doivent pas être divulguées. par indifférence. se trouvent des esprits dont il sent la présence au moment où il va prendre de graves décisions. si tu veux être mage. enfin on pèche aussi quand on ne rend pas à Dieu tout l'honneur qui lui est dû pour les dons qu'on en reçoit. quand on préfère -nipta^aip^oi*. c'est le témoignage que Dieu. par ignorance. 6° Aie la foi et la discrétion.

j risme suivant emandeui aussila plussérieusettention.Cespratiques r faire — peuvent d'unhomme un Sorcier ellesn'en feront amaisun Mage. c'est ainsi qu'il sera protégé divinement de tout mal (i). de condamnable ou d'injuste . A. soit par les sens intérieurs. —-Lorsque le mage sentira autour de lui agir quelque chose d'incorporel. XL. 7° La plus grande équité est nécessaire au mage futur . qu'il n'entreprenne rien d'impie. et quelleest l'ereurdeceuxqui se figurent ue la puissance agique onc q m sistedansla connaissance quelquesormules l'applicade f et tiondecertainsites. Personne ne saurait croire combien il y a de choses en ce seul précepte. qu'il n'admette même pas de pareilles pensées dans son âme . l d a . soit parles sens extérieurs. qu'il se dirige selon les sept principes suivants pour obtenir l'oeuvre magique : combien'étude la Vraie de l (i) Onvoitpar cetAphorisme est Magie loind'êtreà la portéede tous.-76C'est ainsi que Paul n'était pas libre de publier ce qu'il avait vu par la révélation. L'apho.

fuyons ce qui répugne à la volonté divine. Dirige donc ta vie suivant la loi établie. je t'en prie. Ne donne pas sur moi. Eprouvons tout. Amen. 3° Habitue-toi à éprouver les esprits comme le recommande l'Écriture.— 77 — ire Loi : Sache que Dieu est celui qui a envoyé vers toi cet esprit. c'est d'attribuer la divinité à des choses en qui rien n'est divin. mais garde-moi dans ta vérité. 2° Dis toujours avec David : Ne me retire pas ton Esprit saint : soutiens-moi dans la voie par ton souffle directeur. depuissance à l'esprit de mensonge que tu as déchaîné sur Achab pour qu'il mourût. et la superstition. . 4« Éloigne-toi très fortement de toute superstition. mais délivre-nous de tout mal. et ne nous induis pas en tentation. Père céleste. car les épines ne produisent pas de raisins. suivant le verbe de Dieu. et sache que Dieu regarde toutes tes actions et toutes tes pensées. saisissons ce qui est bon et louable.

70Reste attaché aux dons de Dieu et de comme purephiloen (1)C'esten astrologieabalistique. imitant la puissance du Créateur et de la Création. k de c s sophie la tradition. ettetendanceensuelleui a faitdéq vierduchemin grandnombre 'esprits urtoutorientaux. fausse création qui parodie le secret incommunicable du Dieu. 5° Fuis le culte des idoles : n'attribue pas de ton propre jugement une puissance divine aux idoles et aux autres choses où ni le Créateur ni la nature n'ont placé quoi que ce soit de tel. produit à son verbe des illusions capables de faire paraître les choses ce qu'elles ne sont pas. idoles que multiplient les cacornages(i). 60 II faut fuir aussi les insidieux prestiges du diable qui. tout-puissant. un s d ._ 78- ou bien de vouloir rendre à Dieu de notre propre chef un culte que Dieu n'a pas commandé* Telles sont les cérémonies de magie satanique par quoi le démon veut impudemment être honoré comme un Dieu.

Tel fut Simon le Mage dont il est fait mention . Il faut d'abord préciser ce que nous entendons par mage dans cette oeuvre. par la grâce divine. pour nous. les essences spirituelles manifestées obéissent pour lui faire connaître tout l'univers et les choses qui y sont contenues. Cette définition s'étend fort loin et est universelle. pour troubler l'âme des hommes et les éloigner de Dieu. est celui à qui. XLI. A.— 79 — l'Esprit-Saint pour les étudier avec zèle et les pénétrer de tout ton coeur. Le mage. — Arrivons aux neuf derniers de ce volume par lesquels nous toute la magie isagogique si la de Dieu le permet. aphorismes terminerons miséricorde Le cacomage est celui à qui obéissent par la permission divine les Esprits du Mal pour sa ruine temporelle et éternelle. visibles et invisibles.

sqq. qu'il s astrales se livreauxpuissances pourobtenirurelleuneilluson fatal. noir. . De ces deux magies nous indiquerons les divisions et les espèces dans les tomes suivants.qui n'a pas mage sur lessphèresnférieures même i ce pouvoir ambitionne. Le cacomage.VIII. te. A. i les éclairé après (3)Le mage dirige sphèresnférieures illuau d mination essupérieures un SOIprovidentiel nom pour non d'D'n'îfl. (3)GenèseIIet Hermès rismégis Pimauder. science dont l'homme.— 80 — dansles Actes des Apôtres (i)etdans Clément et que saint Pierre fit précipiter sur la terre alors qu'il s'était fait élever dans les airs comme un Dieu par les esprits impurs (2). pour sa perte. Dans cette catégorie doivent aussi se ranger ceux qui sont marqués sur les lois des Douze Tables. XLII. illuminé. soireet dangereuse dont royauté s'enorgueillit MOI I T 1. voulut avoir la possession comme l'indiquent Moïse et Hermès (3). — Il faut savoir en deuxième 8 (1)Act. célèbres par leurs méfaits et leurs maléfices. Il nous suffit d'avoir distingué ici la science du Bien de celle du Mal.

comme nous l'avons dit plusieurs fois déjà> il faut vivre dans ce monde avec crainte et modération. S'il la désirait.— 8i — lieu que lé Mage est un être prédestiné à ce genre d'oeuvres dès le ventre de sa mère et que personne ne progressera si peu que ce soit dans cette grande science. IX.1 6 . mais malheur à l'homme qui s'en rendra coupable î » (i). (î) Marc 41. car il faut que soit accompli ce mot de l'Ecriture : <allest inévitable que des scandales se produisent. il en serait puni violemment en son corps et son esprit. Tels ceux qui.XVII. s'il ne fut divinement élu par la grâce pour le Bien ou pour le Mal. Aussi. Je ne nie pas cependant que les deux variétés de magie ne soient possibles à atteindre pour qui travaille et avec zèle si les circonstances lui sont favorables. Luc. Mais qu'il n'aspire jamais à la pleine possession de la science.

se font transporter soit sur le mont Oreb. dès que. quittant Dieu. ou enfin deviennent fous. pouvoir limité cependant. et cela leur arrive avec bien d'autres maux encore. soit dans des solitudes : ils sont mutilés de quelque membre. aux obéissants il offrit ses récompenses. XLIII. des Esprits orgueilleux et méprisant le fils de Dieu s'éloignèrent du créateur : ils sont réservés pour le jour de la colère. ou complètement mis en pièces. ils se livrent à Satan. SEPTIÈME SEPTENAIRE A. — Dieu est vivant et ses oeuvres vivent dans l'état où elles ont choisi de vivre. Par leur libre volonté.— 82 — par les opérations des sorciers. car il a voulu que par leur liberté elles puissent se soumettre spontanément ou s'opposer à ses lois . ses peines justes aux désobéissants. et toujours retenu dans . Il leur a été laissé un très grand pouvoir dans la création.

— «3 —" cette limite par le frein de Dieu. Le Mage de Dieu. est conduit par sa main vers tout bien éternel et vers les plus modestes comme les plus grands des biens terrestres. Par le but qu'elle poursuit chaque magie est spéciale : l'une mène aux biens éternels et ne se sert des biens temporels qu'avec actions de grâces . aussi les mages de Satan ont-ils accompli des oeuvres puissantes et plus qu'on ne pourrait le croire. peu soucieuse de l'éter^ nité. en tout ce qui concerne les choses corporelles et transitoires. . Beaucoup d'histoires très anciennes et l'exemple quotidien des événements le prouvent. se livre tout entière au corporel pour jouir plus librement de tous les désirs et de toutes les délices. c'est-à-dire l'être illuminé de la sagesse divine. méprisant Dieu et sa colère. Grande est la puissance de Satan à cause des grands péchés des hommes . l'autre. formé par Dieu. . Quoique maintenus dans leur sphère. ils dominent cependant la science humaine.

Le mage comprend quand son esprit pense de lui-même . raisonne. quand au contraire ses pensées viennentd'une essence séparée qui l'assiste. ce qui dans la vie ordinaire arrive à l'homme d'une façon inconsciente et ignorée arrive au mage consciemment et de sa pleine volonté. et. —-Le passage de la vie ordinaire des hommes à la vie magique ne diffère pas du passage du sommeil à la veille (î).-84 - A. Mais l'homme non versé dans la magie est jeté de ci et de là par ses passions comme une bête sauvage. tels de éveillés. XLIV. décide. sait s'il délibère. que ses passions émanent de lui ou des essences qui l'environnent. 11 )Complètement . sontlesdisciples Gôtama. Il ne sait pas détourner les projets de ses ennemis par le verbe de Dieu ni se protéger contre les embûches du tentateur. il diagnostique de quel ordre émane cette intelligence séparée. décrète l'acte à faire de lui-même . En effet.

Le psalmiste nous l'apprend : «-Comment le jeune homme corrigerat-il sa voie ? En gardant ta parole. le reste des suggestions qui ne sont pas contraires à la gloire de Dieu et à la charité envers le prochain. Garder le verbe du Seigneur pour que le Malin ne l'enlève pas de notre coeur. ce qu'on en doit repousser. XLV.CXV1II. . vous vous ocpupez de bien des choses : Marie a choisi la meil- (i)Psalm. Prenons garde cependant de ne pas trop nous préoccuper de choses peu nécessaires. suivant la parole du Christ : « Marthe. Marthe. c'est le plus grand précepte de la Sagesse . — Le plus grand précepte de la magie est de savoir ce que Ton doit accepter pour son usage d'un esprit assistant. ô Seigneur ! (î) ».- 85 A. 9. on doit les admettre et les recevoir sans chercher à savoir de quel esprit émanent ces avertissements.

41. Car les anges saints les entourent et les protègent de leur garde et ils détestent au contraire les hommes de rien plus légers que les feuilles mortes. Le reste c'est tout ce que réclame la portion mortelle du microcosme. C'est ainsi qu'il faut comprendre le mot du Christ : « Cherchez d'abord lé royaume de Dieu et sa justice. — Rien n'est plus estimable chez l'homme que la fermeté dans ses paroles et ses actions.— 86 — leure part qui ne lui sera point enlevée (î)».X. personne n'est plus heureux que ceux qui vivent ainsi. et. (a) Matt. 43. .33. comme le semblable attire le semblable. A. le vêtement et les arts nécessaires à la vie. XLVI.VI. la nourriture. De là nous tirons ce 46* aphorisme : Chacun appellera à lui les esprits conformes au genre de vie qu'il (1)Luc. et le reste vous sera donné par surcroît (2) ».

qu'il ne se laisse pas hanter par quelque esprit malin. . qui le tromperait et finalement le précipiterait à sa ruine. Mais avertissons bien celui qui voudrait se hausser au-dessus de sa vocation. venu de l'extrémité des terres. Oh ! si les hommes suivaient ces préceptes et ne prenaient pas l'histoire de Midas pour une fable (î). aussi âge cescasde possession touslesgrandsobservateurs ont que signalés. trompé par lui. que. ils seraient plus zélés dans la modédansla tradition la fable. de notre temps. car Midas. ontdesproductions l et s d'esprits endes désoeuvrés etinsignifiants jours décadence. maître de ces transmutations. <t) On ne trouve defable pas . symde Ces bolesantiquesontdoncvrais s detoutela vérité d'uneloi et nousretrouvons.- 87 mènera. la même aventure aune pauvre femme de Francfort-sur-Oder qui volait et dévorait toute espèce d'argent. voulant tout changer en or. appela à lui un tel esprit. il fût mort de faim si la miséricorde divine n'avait pas eu pitié de sa folie. Il est arrivé. bienau moyen quedenosjours. Ce précepte est très important . commee roman le journal.

S'il a en outre quelque connaissance de la magie ils ne refuseront pas de se montrer à lui et de causer familièrement avec lui. XLVII. . Les exemples en sont nombreux dans l'histoire du monde entier et . qui lui procureront tous les succès désirables.— 88 — ration de leurs passions et de leurs pensées et ne seraient pas continuellement agités par les vents des monts dorés d'Utopie. mauvais et agissant pour sa perte et sa ruine dans le mal. A. — Celui qui sera fidèlement attaché à sa vocation aura ainsi de constants compagnons de ses études. dans les différentes fonctions auxquelles ils sont attribués. Ensuite il faut observer avec soin que de telles obsessions cèdent facilement au verbe magique quand elles sont récentes et qu'elles n'ont pas eu le temps de s'enraciner encore dans un esprit oisif et vide du verbe divin. et. de le servir : bons et agissant pour son salut dans le bien.

(a) Hesiodi Theogonia. comme le prouve sa Psigiogagie (3).35.— 89 tous les jours en amènent de nouveaux : dans le bien. 10.—Erga rai. dans le buisson ardent . Hermès fut instruit par l'esprit de l'âme des hauteurs . comme il en témoigne lui-même dans la Théogonie (2) . Théodose avant sa victoire sur Arbogaste (î) . celui qui avait tué le Père de la Patrie et son propre père. v. — Toute magie est la révélation d'une classe d'esprit dont cette magie est la science propre.30. C'est ainsi que les neuf Muses initièrent Hésiode à la magie novénaire. v. que le génie d'Ulysse initia Homère. 5. les trois mages qui du (1)Surlesbords Prigidus (394). Brutus. kaihemeAscroei. poursuivi avant sa mort par le génie de César qui conduisit à s'égorger lui-même. dans le mal. pour .. (3)Sansdoutepar erreurd'impression Psychagogie. par Dieu lui-même.XLVIII. Moïse. A.

§ de 8 et 30 . « Quelque e grandquesoitl'abîme ntrel'homme bienet lepêcheur. ne s'avise de s'attribuer à soi-même la gloire de la possession de la Magie . il qui mensurable lhomme ebienet celuiquiestsurle seuil d entre deladivinité. car ce n'est ni la volonté ni l'effort humain. (î) Nousavons vu cette expression XXII).— 90 — venaient chercher le Christ à Jérusalem. » . De là l'origine de toute magie. par santepassion la stature de » personnelle. pas qui ledésirdelacroissancecardanscecastu t'épanouis dansla . qu'elle soit bonne ou mauvaise. Daniel. estencorelus grandentrel'homme il de p bienet l'homme a atteintla connaissance est incom. Que personne donc. surgit Il (A.. Voilà pourquoi Tagès. indéjà h dans1avancement si diqueque l'oeuvre umaine magique.surle sent. qui la font acquérir. de là son développement. par l'ange du Seigneur qui les conduisait . magie La hindoue dità ce sujet: de t(Ainsidois'tu l . de tu luxuriance la pureté dansl'autre t'endurcis lapuis. soit importanteu'elle de fait. faciliter'éclosion tonâmeà l'éternelmais sa non c'estl'éternel doitdévelopperforceet sa beauté.Lum.n'estrien à côtédes grâces q nous successives obtenues. premier maître de la magie chez les Romains. parles anges du Seigneur. mais seule la miséricorde de Dieu ou quelqu'autre destinée spirituelle (î).

— 91 — de la terre et déclara que par ordre céleste son culte était voué à Diane d'Ephèse. . comme initiation à la Sagesse (î). XLIX. comme le pensent les Sadducéens. à savoir : il n'y a qu'un Dieu. la désobéissance envers la volonté de Dieu. la domination sur les anges et sur tous les biens des inépuisables trésors divins. et toute la religion des gentils a été reçue de ces mêmes esprits et n'est pas. — Que la conclusion de cet Isagoge soit la même que ce que nous avons dit plus haut. de là l'utilité de toute magie. et qu'un péché. à celle-là la présence du Seigneur et de son Esprit-Saint. A. De là la crainte du seigneur. oeuvre humaine. (i) Ps. Car l'obéissance à la volonté de Dieu succède à la. crainte du Seigneur.io. De même Apollon . CX. source de tout bien.

bienveillant lecteur. perdant en notre coeur la crainte de Dieu. d'autres. le péché nous envahit . il les protège et les porte aux plus hauts sommets pour qu'ils tombent d'une chute plus gravée Regarde autour de toi.et qui donneà cetteforme substance et la vieapparente. de même Satan entoure sa capture du filet des désirs jusqu'à ce qu'il l'ait épuisée et desséchée (î) pour en faire la matière du feu éternel . s'effacerait bientôt. de même que l'araignée enveloppe de ses filets la mouche qui se jette sur sa toile. d . rappelle-toi les histoires sacrées et profanes. on fantôme.— 92 — Mais la magie inutile et condamnable procède du moment où. Etsil'hommevecamour luifournisa ne saitsonsanget ne l'engendrait commeonproprefilsdesa s s portionla plus noble. aussitôt le prince de ce monde. lui et (î) Cettesève ce sangque le vampire prendpouren fairesa proprenourriture. y établit son royaume et ses rites en vue des avantages qu'il doit en retirer . le Dieu de ce siècle. c'estla lumière divine spécialisée dansl'homme la seul. Et c'estpourcela que les kabalistes ppellentLilithla a femme e Satanet la reinedes Stryges. parmiceuxde la nuit.

. celle qu'il a à fuir et de quelle façon chacun doit travailler et prendre de la peine pour atteindre le terme de cette vie et le seuil d'une_autre. et comme conclusion de notre Isagoge. du Bien et du Mal. dans leur double royaume.— 93 — ' contemple ce qui se passe journellement et tu verras que le monde est plein de mages. Pour mieux le démontrer. je te donne ci-contre la division et la subdivision où chacun pourra voir la route qu'il a à suivre.

. I Athéisme.. . de j Ignorance l'administration par Cacosophie{ des choses les anges de Dieu. \ i Leurusage le mépris e dans d Dieupour la perte et | malheur eshommes. ( Science. le d | Dr MARC HAVEN . . et j \ Science tousles arts du de f ) malp^r la pertedu génie I Cacodémonie humain. dolâtrie. Directionelaviesuivant e d c verbe. I dela des Mépris garde anges.— 94 — Connaissance verbe de du Dieu. ou MAL/ î Sciences esvénéfices ans d d J I la nature leurusage. l'Ecritureappelle du Connaissance ministère angélique. de 1Connaissance l'administration choses arDieu des p au moyendes angesque Gardiens.es choses hu' Sa*e?se à l'homme)) (donnée 1 Y maines. 1 des du Fréquentation esprits Mal.eschosesnaturelles \„ Anthroposophie . r d j Vievécue I la d'après volonté 1 du Diable. d . -. dans. de t Mépris u verbe Dieu.

.

dun Sorcellerie ohémiens chapitre des lusurieux. pardesgensincultes. récentes. qui d Recettes Formules et dela rurale.e mécanismela Lycanthropie Vampirism l mineures Sabbat. a puseprocurer lesunes les e qu'il placetde oumanuscri main. adjointles Lepremier Dictionnaire. des laSorcellerie cellees laSorcellerie fraudeurs. la8oieellerIe ampagnes. il donne récit étaillé d d'expérien toutes ^-'""~-personnelles. s thérapeutiques Sorcellerie soit ur plusétranges. entre qui.A cetouvrage c deux il a déjàconsidérable. dela Réperentton dans le blessures lescasde lycanthropie. laBaguet etc. Imprimerie . a occultes Entités desCollaborations des etcelle des doMystère.inaptes lesrecevoir. p c B forme Ildonnensuite Physiologie e une oùil dnsorcier campagne. d ignorants. dont sorcier caractéristiques Paisil par l un chapitrel'étude touteses à consacre long de héritage. Enfin astrale. des à part. Ilexamine etsuccessivement...et du comment et l les de .Signes i la les les dusorcier. ancelïn d'abord. parmiesoeuvres il conclut lesHallucinations.. ensuite celle laPseudo-Sorcellerie. enétudiant rôle le négatif Diable celui du et divinatoire. dans des C lesOrigines retrouve lahautecience d?ns s dessanctuaires qu'il etdes dont à la secrets d'Egypte le vieux ystères certains diffusésà M tombés dermains dans public tont longue lesontdénaturés. Façons ondevient i parinitiation. Herbln. fruste. elaForce plus d Mais e n'estpastout. Jettent s'évitent soits. exercées l'une mais étenteurs La desecrets redoutables. : le lesGardes. Sorcellerie. etoutes estun le plus appendices. Montluçon. de étudie successivement la Croyance. par OEuvresSorcellerie t parmi oeuvres de les il indique se rurale majeures.etl'autre et la deMagnétismeSorcellerie deOoétle.Chirlis LAICELII L étudie Ch. plus extraordinaires que autres. aptitude. — Grande duCentre. beaucoup réel. complet soit. d devieux uvrages première soit ans o imprimés la réalité techniques Le secondppendice estunenotetrèsétendue pourprouver où.

.

toutea série e les lesproblèmesplusardu^ ta destinée à S? etcontinuée dutombeau. une L'auteur d'ans langue etcompréhensibleous'. parl'auteur setenant courant derniers qui.tenant audelà l'évolution à la naissance prise Jules a su etdu de irraisonnée mysticisme. quio scientifiques ntrévélé phénomène» inspiré laScience' unvérîtable>manuel de etainsi et incontestables parachevé nouveaux ''* . des constatations deedernières . é •'-vjnu de s'est au des progrès l'occultisme. déjà les longtempsparmi classiques science t a su. . Lcrmina distancel'incrédulité égale même de oecnKe lespins tirerdesenseignements subtil» taSeltMe l'essence et de 4'unehéorie lajdstiçe delamorale. xposé et logique la Science estclasséepuis clair occulte. t etaugmenté a été enlibrairie. psychique. pour aborder simple d dans l de humaine. d e dela ésoîcrîque. . remanié introuvable Ce qui ta?t jj\re.de Celivre.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful