Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES SOUS LE THEME:

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

Préparé par : IKEN Naoual, G1B

Encadré par : Mr BENTABET Mme Ilham LAHLOU : manager au cabinet AMCS Audit

1

IKEN NAOUAL

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

INTRODUCTION PREMIERE PARTIE : AUDIT DES UNITES MEDICALES : VERS UNE OPTIMISATION DE LA QUALITE
I- PRINCIPES GENERAUX DE L’AUDIT DES ENTREPRISES DE SRVICE :
CAS DES UNITES MEDICALES

I.1 Définition d’un service I.2 Audit financier et comptable des entreprises de services : cas des unités médicales I.2.1 I.2.2 I.2.3 I.2.4 Définition de l’audit Qu’est ce qu’un service médical ? Différents intervenants concernés par l'activité du service médical Audit financier et comptable d’une unité médicale

II- L’EQUIPE DES AUDITEURS

II.1 Composition de l’équipe des auditeurs II.2 La mission de l’auditeur financier II.3 Les normes applicables à l’auditeur
II.4 Les normes applicables par l’audit II.5 La responsabilité de l’auditeur 2
IKEN NAOUAL

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

III- REALISATION DE L’AUDIT

III.1 La nature de la démarche

III.11 Général III.1.2 Nécessité d’une bonne compréhension de l’unité médicale et de son organisation III.1.3 Nécessité de l’évaluation du contrôle interne III.1.4 Nécessité de l’examen des comptes III.2 Le déroulement de la démarche III.2.1 Organiser les travaux à réaliser selon un découpage cohérent III.2.2 Dérouler les étapes de la démarche
IV- RAPPORT D’AUDIT

DEUXIEME PARTIE : APPRECIATION DU CONTROLE INTERNE DES POLYCLINIQUES A ET B
I- APPRECIATION DU CYCLE ACCUEIL, ADMISSION ET FACTURATION TRAVAUX EFFECTUES FAIBLESSES : RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS

I.1 Manuel des procédures I.2 Accueil I.3 Admission soins externe I.4 Admission hospitalisation I.5 La Facturation I.6 Registres des services médicaux I.7 Système de traitement de l’information I.8 Produits accessoires I.9 Conventions tiers payants I.10 Comptabilité I.11 Recouvrement I.12 Système d’archivage des dossiers
II- APPRECIATION DU CYCLE INVESTISSEMENT IMMOBILISATIONS TRAVAUX EFFECTUES FAIBLESSES : RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS

II.1 Procédures relatives à la gestion des immobilisations II.2 Rapprochement inventaire physique / données extra comptables II.3 Inventaire physique des immobilisations II.4 Les acquisitions II.5 Procédures comptables
3
IKEN NAOUAL

4 La gestion des Congés payés IV.11 Listing et journaux de paie IV.5 Gestion des variables de la paie IV.2 III.8 Rapprochement inventaire / fiches de stock V.6 Archivage des dossiers d’acquisition des immobilisations III.1 Système de gestion des stocks V.PAIE PERSONNEL TRAVAUX EFFECTUES DESCRIPTION DE LA PROCEDURE RELTAIVE A LA GESTION DU PERSONNEL FAIBLESSES : RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS IV.3 III.7 Les entrées et sorties de médicaments inter polycliniques V.5 Cumul de fonctions Encaissement Excédents de trésorerie Les états de rapprochements: Caisse des avoirs IV.APPRECIATION DU CYCLE TRESORERIE III.6 Tenue des fiches de stock V.1 Procédure de gestion des ressources humaines IV.5 Gestion des médicaments et des produits de laboratoire V.2 Gestion des dossiers administratifs du personnel IV.9 Gestion des consommables médicaux V.9 Avancement IV.2 Procédures liées à la gestion de stock V.3 Feuille de présences IV.13 Prêts au personnel V.10 Gestion des produits dentaires PROPOSITION D’UN MODELE DE GESTION DES STOCKS DE MEDICAMENTS VI.6 Rémunération du personnel occasionnel IV. APPRECIATION DU CYCLE « ACHATS FOURNISSEURS » 4 IKEN NAOUAL .GESTION DU STOCK TRAVAUX EFFECTUES DESCRIPTION DE LA PROCEDURE RELTAIVE A LA GESTION DES STOCKS FAIBLESSES : RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS V.3 Contrôle V.4 Procédure d’inventaire physique du stock au 31/12/2002 V.4 III.7 Recrutement IV.1 III.8 Formation IV.12 Avances au personnel IV.10 Circulation de l’information IV.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne II.

leur organisation et leur gestion comportent obligatoirement des spécificités. RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS VI.1 La gestion budgétaire VI. militaire. C’est la santé de son peuple ».5 Comptabilisation CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE A N N EX ES « Le bien le plus précieux d’une nation n’est cependant pas sa réserve d’or ou de devises pour considérable qu’elle soit. Citation de SM le Roi feu HASSAN II. en ce sens qu’elles ne peuvent être comprises qu’avec et comme partie du tout ». qui relèvent des secteurs privé. De l’avis de nombreux spécialistes. leur optimisation par une gestion rationnelle restera toujours une nécessité. même si ces moyens atteignent un jour des niveaux convenables. Dans toute entité vivante. où persistent encore de nombreuses zones enclavées…. les moyens mis en œuvre par les pouvoirs publics pour la promotion de la santé sont très limitée. Dans notre pays de 30 millions d’habitants (avec presque 10 millions d’enfants de moins de 15 ans).4 Non respect du principe de séparation des exercices VI. ce que nous appelons parties sont inséparables du tout. Les structures de soins au Maroc relèvent essentiellement du secteur public qui compte environ 2000 centres de santé et dispensaires. L’ensemble de ces secteurs offre une capacité litière de quelques 30000 lits dont presque 90% relèvent du secteur public. GOETHE. polycliniques et hôpitaux. de ce fait. mutualiste et de la sécurité sociale. ce n’est pas davantage la richesse de son sous sol ou la puissance de son industrie.2 Achats passés par bon de commande VI. De plus. C’est la raison pour laquelle je me limiterai dans ce texte à la gestion hospitalière dont les principes fondamentaux s’appliquent dans une large mesure aux grands établissements de soins quelque soit leur tutelle. A cette pyramide sanitaire gérée directement par le Ministère de la Santé. 120 hôpitaux régionaux et quatre centres hospitaliers universitaires. s’ajoutent quelques 200 cliniques. Les objectifs et les attributions de ces structures sont évidemment très différents et.3 Achats passés par marché VI.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne TRAVAUX EFFECTUES : DESCRIPTION DE LA PROCEDURE EN VIGUEUR : FAIBLESSES. l’élément déterminant de cette optimisation est la maîtrise des 5 IKEN NAOUAL . où la moitié de la population est rurale.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne dépenses de santé grâce à un management de qualité. le confort mental et physique du patient qui constitue l’un des grands enjeux de la rénovation va s’atrophier à cause d’un mauvais accueil. En effet. la nécessité vitale d’optimiser les ressources par la maîtrise de la gestion. la même litanie maintes fois répétée. Connaître les détails. la vétusté. Le constat est simple : aucune polyclinique ne couvre ses charges en l’an 2000 ( la moitié pour les meilleurs . Par conséquent. mauvaise maintenance bio-médicale. le quart pour les moins performantes) . En voici quelques exemples cités en vrac : absence d’une couverture médicale généralisée. prévoir les conséquences : voilà des objectifs que doit atteindre l’établissement de santé aujourd’hui. la masse salariale du secteur public représente la plus grande part du budget de fonctionnement. 15 à 20 ans. De 1990 à 2000. insuffisance des ressources financières. L’objectif étant clair ( à savoir : Assurer l’hygiène et la sécurité et promouvoir le confort du patient tout en retrouvant l’équilibre financier). encore une fois. les unités médicales « X » doivent être intégrées à une vision plus élargie et plus gestionnaire de la santé au Maroc. mettre au net la situation d’aujourd’hui permettrait de mesurer la distance à franchir. analyser les causes et leurs enchaînements. expliquent les coûts exorbitants des prestations de soins. Les critiques formulées quotidiennement à l’égard des établissements de soins sont souvent fondées et justifiées. D’où. d’une mauvaise gestion administrative. indigence de la réglementation… Bref. flagrantes disparités dans la géo-démographie médicale. absence de carte sanitaire. les frais de personnel représentent plus du double du chiffre d’affaires . la médecine curative moderne est très coûteuse. Par ailleurs. Dans la plupart des pays. technologie médicale entièrement importée. les nouveaux produits pharmaceutiques introduits en grand nombre dans les circuits de prescription. et portera plus précisément sur l’évaluation du contrôle interne. Je m’arrêterai à ce dernier point. puisque sans un équilibre gestionnaire rien n’est possible : la garantie de l’hygiène et de la sécurité au patient se verrait compromise par les dysfonctionnements techniques et organisationnels. Rappelons que l’avenir repose d’abord sur la maîtrise financière qui couvre tous les concepts et toutes les techniques d’analyse et d’appréciation de la santé financière de l’entreprise en 6 IKEN NAOUAL . A ce titre. Les causes des nombreux dysfonctionnements constatés sont évidentes. De plus. après leur création. l’insuffisance d’entretien. faire appel à des consultants et experts externes est inévitable et faire de l’audit s’avère incontournable. assuré par des professionnels de la gestion hospitalière. mesurer les enjeux. le présent mémoire traitera de l’audit financier et comptable des unités médicales que j’appellerai « X » par respect au secret professionnel. De 1990 à 2000. fait ressortir l’absence d’une véritable politique de santé et une mauvaise gestion hospitalière1. Au Maroc. elle atteint actuellement le niveau de 78%. le aux d’occupation moyen s’est établi à 36%. déficit en ressources humaines qualifiées. la maintenance des équipements lourds et d’autres charges encore. les nouvelles technologies médicales et informatiques.

Il y a lieu de rappeler que pour l’exercice 2002. Or. Proposer des recommandations en vue d’améliorer le dispositif de contrôle interne. constituant le système der contrôle interne . de la qualité des procédures administratives et comptables. grâce à la collaboration des auditeurs et de mes encadrant. Omar CHERKAOUI : Professeur en Médecine et Directeur de l'hôpital Avicenne de Rabat En effet.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne général et de l’unité médicale en particulier. la mission porte sur la réalisation de l’audit des comptes des unités médicales « X » au titre de l’exercice 2002 afin de pouvoir exprimer une opinion dûment motivée sur les comptes. s’appliquant à l’ensemble de la comptabilité en vue d’en vérifier la régularité et la sincérité. Il importe donc que l’image qu’elle donne de la situation de la polyclinique soit la plus fidèle possible pour tous ceux qui seront amenés à utiliser les informations comptables. Ceci dit. mon travail consiste donc à : Rendre compte de l’appréciation que j’ai pu avoir. l’organisation et le fonctionnement des procédures au sein des unités médicales. s’approprier de moyens ad hoc est une condition sine qua non pour pouvoir prescrire le remède adéquat. Vu la période de déroulement de mon stage (entre le 15 janvier et le 15 mars 2004). La mission s’est déroulée dans un contexte globalement favorable. a commencé le 7 février 2004 et prendra fin en avril 2004. la comptabilité générale est l’(une des plus riches sources d’informations dont on doit disposer pour pouvoir gérer. 7 IKEN NAOUAL . Relever les faiblesses de contrôle interne que j’ai pu identifier à l’aide de l’équipe AMCS Audit. pouvant avoir une incidence matérielle directe ou indirecte sur le patrimoine et les comptes annuels des unités médicales . 1 : « la réforme de la gestion des structures de soins : élément fondamental de toute reforme du système de santé ». pour faire un bon diagnostic. Le présent mémoire vise principalement à répondre aux questions suivantes : Le contrôle interne des unités médicales « X » permet il de s’assurer que les décisions prises sont correctement appliquées ? Assure t il un niveau minimum à la qualité des prestations médicales effectuées ? Est ce qu’il permet de déceler les principales anomalies de fonctionnement ? A ce titre. j’ai pu participer à l’audit de 2 polycliniques. Le déroulement de la mission. l’équipe AMCS va auditer 4 polycliniques comme prévu contractuellement. semble indispensable : tel est l’objectif de la mission à laquelle j’ai participé durant mon stage de fin d’études. Un contrôle général.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Pour ceci. La deuxième traitera d’un cas pratique « Evaluation du contrôle interne des deux polycliniques A et B » PREMIERE PARTIE : AUDIT DES UNITES MEDICALES : VERS UNE OPTIMISATION DE LA QUALITE 8 IKEN NAOUAL . le présent mémoire sera scindé en deux grandes parties : La première intitulée « Audit des unités médicales : vers une optimisation de la qualité » .

enfin une large part du secteur privé se consacre également aux services : compagnies aériennes. Les activités de service sont extraordinairement diversifiées : il y a le secteur public avec ses tribunaux.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne I. PRINCIPES GENERAUX DE L’AUDIT D’UN SERVICE I. Un service peut être associé ou non à un produit physique. informatique. Un service est une activité ou une prestation soumise à un échange. Les services présentent 4 caractéristiques majeures : L’intangibilité 9 IKEN NAOUAL . agences pour l’emploi. essentiellement intangible et qui ne donne lieu à aucun transfert de propriété.1 Définition d’un service L’une des tendances les plus significatives de notre époque est la prodigieuse croissance des activités de service.il y a aussi le secteur associatif avec ses organismes d’aide et d’assistance . postes et écoles . loisirs. hôpitaux. etc. Il semblerait d’ailleurs que de nouveaux services apparaissent chaque jour. banques.

La persissabilité d’un service n’est pas un écueil si la demande est stable et donc connue d’avance. le responsable d’un service doit concrétiser une offre abstraite. On peut élargir l’audience comme dans le cas de la psychothérapie de groupe. Alors que le chef de produit doit ajouter une valeur imaginaire à son produit. les sentir. les toucher. Les entreprises de service améliorent le contrôle de qualité de deux manières. suréquipés le reste du temps. les prix. comme pour les transports en commun. Pour réduire son incertitude. Il attache une signification à tout ce qu’il voit :les locaux. So Les éléments d’une prestation de service 10 IKEN NAOUAL . La variabilité Un service est éminent variable selon les circonstances qui président à sa réalisation. puis commercialise en autant d’actions séparées. On ne peut les voir. enquêtes et comparaisons avec la concurrence. elle crée en revanche des problèmes d’infrastructure. le personnel. la personne incarnée fait partie intégrante du service. Le malade fréquentant un cabinet de psychologie ne peut connaître le résultat à l’avance.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Les services sont intangibles. fabriquer. L’indivisibilité Un service est fabriqué en même temps qu’il est consommé. On ne peut. insuffisants aux heures de pointe. l’acheteur cherche attentivement des signes démontrant la qualité du service. ou développer un réseau de distribution. Si le service comporte une prestation humaine. Elles investissent dans un personnel qualifié de façon à harmoniser le niveau de service rendu. comme dans le cas des produits tangibles. les logos. réduire la durée du service (fast-food). les goûter ou les entendre avant de les acheter. Plusieurs stratégies permettent de contourner cet écueil. Quand elle fluctue. La périssabilité Les services ne se stockent pas. Elle mesurent également la satisfaction obtenue à travers lettres de réclamation. concevoir. C’est la raison pour laquelle les compagnies aériennes introduisent des pénalités en cas d’annulation sur certains billets : un billet non vendu est perdu à jamais. l’équipement. l’information. boîtes à idées.

Heede. Il voit aussi un environnement composé d’un bâtiment. Il entre enfin en contact avec le personnel de l’hôpital. d’un mobilier. tout un système d’organisation et de production supporte la partie visible du service rendu. A mesure que la concurrence s’intensifie. il semblerait que les entreprises de service soient confrontées à un triple défi : celui de la différenciation. Seul un courant continu d’innovation permet d’y parvenir. etc. Dans les coulisses. Sur place. La solution face à une guerre de prix menaçante consiste à différencier son image et son offre. 11 IKEN NAOUAL . H. d’un décor intérieur. Un patient A se rend dans un hôpital pour se faire soigner (service X). Hartvig Laresn et S. Le principal problème dans cette approche est la difficulté de se protéger contre l’imitation. celui de la qualité et celui de la productivité. Illustrons les. Ces facteurs sont reproduits à la figure ci dessus. La tendance à la déréglementation qui souffle sur certains marchés a renforcé cette menace. il rencontre d’autres patients venus pour le même ou d’autres services. Ed. Copebhagen : School of Economics and Business Administration.1981. La qualité d’un service dépend dans une large part de facteurs liés au processus de production lui même. On peut y parvenir en ajoutant des innovations au service rendu. La différenciation Les entreprises de service se plaignent souvent de la difficulté à différencier leur offre face à la concurrence.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Entreprise de service Environnement physique Personnel Visible Service X Client A Système d’organisation Kj Invisible Autres services Autres clients Interactions directes Interactions indirectes M Publicité Facturation / encaissement Contacts commerciaux Bouche à oreille Rédactionnel Etudes de marché Source :Adapté de Pierre Eiglier et Eric Langeard »A Concepttual Approach of the Service Offering » dans Proceedings of the EMAC X Annual conference.

La qualité L’une des stratégies concurrentielles majeures. Une dernière approche consiste à se différencier à l’aide de marques et de logos. est de garantir un niveau de qualité supérieure. Le coût occasionnée serait peut être supérieur au bénéfice attendu.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne On peut également se différencier à travers la rapidité avec laquelle le même service est rendu. il n’est pas nécessaire de les prendre tous en charge. Un modèle de la qualité Bouche à oreille Besoins personnels Expérience passée Service attendu Ecart n° 5 Service perçu Client Entreprise Ecart n° 4 Prestation de service Ecart n° 3 12 Traduction des perceptions en normes de qualité Communications externes IKEN NAOUAL . Il faut d’abord connaître les attentes et souhaits des clients en matière de qualité (que veulent ils ? quand ? où ? et sous quelle forme ?). Il convient donc de choisir les niveaux de satisfaction que l’on s’efforcera d’atteindre et de les communiquer tant au client qu’au personnel. Une fois les souhaits analysés. dans le domaine des services.

Dans ce cadre. personnes morales ou personnes physiques (résultats. son système administratif et comptable constitue un moyen de : Management (dirigeants) .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne I. 13 IKEN NAOUAL .1 Définition de l’audit De nombreuses personnes sont intéressées par l’entreprise et l’image qu’elle donne d’elle même : Les dirigeants (qu’a t on fait ? peut on faire mieux ?) Les actionnaires actuels. agrégation des comptes nationaux).2. Aussi l’entreprise doit rendre des comptes et se rendre compte. situation financière : peut on faire mieux ?) Les actionnaires potentiels (dois je acheter ?) Les salariés (quels sont les résultats auxquels nous sommes intéressés ?) Les fournisseurs (puis je traiter ? serai je payé ?) Les clients (puis je traiter ? serai je servi durablement ?) L’état (résultat fiscal.2 Audit financier et comptable des entreprises de services : cas des unités médicales I.

pour être acceptables. Locaux pour hospitalisation et ou techniques . normalement. L’image fidèle : Les deux critères de régularité et de sincérité peuvent être contradictoires sur certains points . Calcul de l’impôt (l’état) . La réglementation se compose des textes législatifs ou réglementaires mais aussi des règles fixées par la jurisprudence et des normes élaborées par les organisations professionnelles compétentes. ou en son absence.Compétences individuelles ( métier ) : évaluation individuelle . l’image fidèle constitue le principe à respecter lorsque la règle n’existe pas ou lorsqu’elle est insuffisante pour traduire la réalité : l’application de ce principe doit permettre de donner l’image la plus objective possible de cette réalité. avoir de la réalité et de l’importance des opérations.2. le plan comptable précise que c’est l’application de bonne foi des règles et procédures en fonction de la connaissance que les responsables de comptes doivent. Ceux ci doivent donner une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé. surveillance et ou diagnostic . en évitant les déformations intentionnelles. partenaires) .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Information (actionnaires. Connaissance générale de l’économie. L’entreprise doit donner des informations . événements et situations.Pratiques collectives ( service ) : évaluation par l’audit . Les objectifs fondamentaux de l’audit sont : La régularité : La régularité est la conformité à la réglementation. les manipulations ou les omissions de faits significatifs de par l’application des autres critères.2 Qu’est ce qu’un service médical ? On peut définir un service médical comme étant une association des éléments suivants : Groupement de professionnels différents : . I. Matériel pour soins . ces informations ne peuvent être laissées à la discrétion de l’entreprise : il faut qu’elles soient contrôlées. Preuve . 14 IKEN NAOUAL . ainsi que de la situation financière du patrimoine de la société à la fin de cet exercice. La sincérité : La sincérité n’a pas fait l’objet d’une définition légale. aux principes généralement admis. On peut définir l’audit comme étant un examen critique qui permet de vérifier les informations données par l’entreprise. L’audit comptable et financier est l’examen auquel procède un professionnel indépendant et externe à l’entreprise en vue d’exprimer une opinion motivée sur la régularité et la sincérité des comptes annuels.

Econométrie : adéquation des malades ( nombre . conditions de travail. Environnement . recherche. Ses objectifs prennent en compte l’ensemble des conditions de fonctionnement : conditions professionnelles. compétences …) et au budget. c’est à dire les autres services médicaux et chirurgicaux ainsi que les services administratifs et techniques. Culture . le 3ème intervenant est le personnel du service. Pratiques professionnelles : . protocoles. infections nosocomiales. personnel médical. gravite … ) au personnel ( nombre . Clients et fournisseurs. qualité du service . le 2ème intervenant est le directeur de l’établissement dont le but est d’assurer la mission de soins qui lui est confiée avec une maîtrise des coûts dans le cadre du budget qui lui est alloué et dans le respect de la réglementation concernant le fonctionnement général des établissement hospitaliers .Satisfaction du personnel . I. type. participation aux activités collectives hospitalières ou professionnelles . durée de séjours. .2. paramédical et administratif. dynamisme. il est l’intervenant essentiel. en particulier au niveau des soins : le client est constitué par le patient et par les accompagnateurs. accueil. Les résultats attendus par l’activité d’un service médical sont tout simplement une vision relative du service en terme de : Santé : mortalité.3 Différents intervenants concernés par l'activité du service médical Plusieurs intervenants dans les services d’urgences doivent être identifiés. le dernier intervenant est constitué par l’environnement du service : environnement interne à l’établissement. . Qualité : niveau de la démarche . environnement 15 IKEN NAOUAL - - - .Entretien des compétences individuelles . etc… . enseignement. . celle des prestations qui entourent le soin : hébergement. satisfaction des malades ou de leur famille. mais aussi. la qualité du service est la qualité des soins.Culture de service.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Gestion et organisation . d’autre part. etc… . De leur point de vue.Evaluation des pratiques collectives : staffs .

L’exploitation des informations recueillies sur ces thèmes permet d’apprécier les risques liés à la situation économique de l’unité auditée.2. du fait de son organisation et de sa structure . il est nécessaire d’énumérer les questions auxquelles l’auditeur doit répondre avant de se prononcer. I. du fait de son organisation administrative et comptable. reproductible et fiable. Les objectifs de l’audit financier et comptable d’une unité médicale : La préoccupation fondamentale de l’auditeur est d’appréhender les risques généraux liées à l’unité qu’il audite : . C’est pourquoi l’unité médicale est appelée à : Créer une référence d’organisation . La définition donnée de l’audit (émettre une opinion motivée sur la qualité de l’information financière) donne le sens de l’action mais demeure insuffisante pour en déterminer le contenu . Standardiser le fonctionnement tant administratif que médical (pratiques professionnelles ) . La non qualité de l’organisation pour un même résultat coûte plus cher .4 Audit financier et comptable d’une unité médicale Hypothèses de base : La qualité de l’organisation participe à la qualité des soins . Questions relatives aux enregistrements 1/ Toutes les opérations de l’entreprise devant être comptabilisées ont elles fait l’objet d’un enregistrement dans les comptes ? 16 IKEN NAOUAL . de la réglementation qui lui est applicable ou de son stade de croissance . assure une qualité et une sécurité minimale fiable. c’est à dire les correspondants médicaux du service. du fait de sa politique générale et de ses dirigeants .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne externe. les médecins de ville et les établissements ayant passé contrat avec le service. assure une meilleure gestion des ressources et facilite les comparaisons et les évolutions. du fait de ses perspectives de développement . La standardisation des pratiques simplifie le fonctionnement. Définir une méthodologie rigoureuse. à son organisation générale et à l’attitude de sa direction.du fait de la nature de prestations médicales qu’elle fournit. contrôlable.

constitution de l’équipe. L’EQUIPE DES AUDITEURS II. ne serait ce que pour les soldes liés aux années précédentes. Il assume la responsabilité de l’opinion émise . Le contrôle sur les soldes ne peut se substituer au contrôle sur les enregistrements : il ne permet pas de détecter tous les oublis d’enregistrement et les annulations d’enregistrement injustifiées. Ils sont très largement marqués par la structure traditionnelle des équipes d’audit. Le directeur de mission (manager) 17 IKEN NAOUAL . assure la responsabilité et la conduite générales de la mission (stratégie et plan d’audit. composée autour de quatre niveaux principaux : L’associé (partner) le plus souvent signataire. budget. il représente la firme auprès du client. II.Questions relatives aux soldes 4/ Tous les soldes apparaissant au bilan représentent ils des éléments d’actif et de passif existant réellement ? 5/ Ces éléments d’actif et de passif sont ils évalués à leur juste valeur ? Questions relatives aux documents financiers 6/ Les documents financiers sont ils correctement présentés ? 7/ Les documents financiers font ils l’objet des informations complémentaires qui sont éventuellement nécessaires ? Le contrôle sur les enregistrements ne peut se substituer au contrôle sur les soldes : il ne permet pas détecter toutes les anomalies.1 Composition de l’équipe des auditeurs L’organisation humaine de la mission d’audit et l’aménagement de la relation avec le client constituent deux éléments clés de la qualité de l’intervention de l’auditeur. supervision d’ensemble des travaux) et prend les décisions les plus importantes en liaison avec le client.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne 2/ Tous les enregistrements portés dans les comptes sont ils la traduction correcte d’une opération réelle ? 3/ Tous les opérations enregistrées durant l’exercice concernent elles la période écoulée et elle seule ? .

résout les difficultés rencontrées par les assistants et supervise les taches qu’ils assurent. II. Concrètement. L’assistant (junior) intervient sur la base des instructions qui lui sont données et se familiarise avec tous les aspects de l’entreprise auditée pour assurer la mission qui lui est confiée dans le programme de travail.2 La mission de l’auditeur financier Emettre une opinion sur la qualité de l’information financière L’appréciation de la qualité de l’information financière se fait à partir de quatre critères : La prudence. en dénouant en permanence les problèmes recensés par les collaborateurs et en assurant une revue périodique des travaux effectués . - Détecter la fraude ? En fait. La régularité des comptes La sincérité des comptes L’image fidèle. il mettrait en péril son indépendance. lorsqu’il rencontre des motifs à s’inquiéter. d’incertitudes présentes susceptibles de grever le patrimoine et les résultats de l’entreprise . les moyens de poursuivre ses investigations dans le sens de l’obtention d’une conviction suffisante ou prévenir officiellement des risques encourus.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne prolonge au stade opérationnel les attributions de l’associé en charge du client : il facilite la mise en forme de la mission au quotidien. l’auditeur doit révéler les fraudes que son action lui fait découvrir : il ne doit en aucun cas absorber ses contrôles en présumant la mauvaise foi ou la malhonnêteté des différentes personnes contribuant à l’élaboration des états financiers. c’est à dire l’appréciation raisonnable des faits afin d’éviter le risque de transfert. Améliorer la gestion ? L’amélioration des procédures résulte de la mise en œuvre d’un audit mais elle n’est pas pour autant l’objectif qui détermine l’action de l’auditeur : le rôle de l’auditeur n’est pas d’apporter un guide aux décisions de la direction : si le praticien participait activement à la prise de décision incombant à la direction et à elle seule. Le responsable de mission (senior) met en œuvre les travaux d’audit. alors il doit tout faire pour obtenir de la direction de l’entreprise qu’il audite. Cependant. en vérifiant particulièrement le bon déroulement des programmes de travail et la clarté des conclusions qui en découlent . On peut 18 IKEN NAOUAL . les obligations de l’auditeur en la matière procèdent uniquement de l’objectif fondamental de vérification de régulation et de sincérité des comptes : la détection de la fraude est une conséquence de cet objectif et en aucun cas une finalité spécifique. sur l’avenir.

3 Les normes applicables à l’auditeur les normes applicables au choix de l’auditeur : La compétence et l’indépendance de l’auditeur déterminent la qualité de la mission : Compétence : l’audit est une affaire de professionnels. . particulièrement dans le cadre d’un mandat légal de commissaire aux comptes. c’est à dire les normes de l’IASC (International Accounting Standard Committee). comme par exemple : . issues des A. qui ne sont pas d’application obligatoire au Maroc. II.Il doit apprécier les sécurités que présente l’organisation de l’entreprise .S (Financial Accounting Statements).R. Indépendance : L’indépendance est de deux types : .4 Les normes applicables par l’auditeur les normes comptables et leur rôle dans le travail de l’auditeur financier L’auditeur doit respecter les normes comptables marocaines qui constituent en fait le cadre de référence au niveau national.L’auditeur doit planifier et superviser les travaux effectués par lui même et son équipe .S. .B (Accounting Principles Board) et des F.les normes britanniques et notamment les S. juridique et fiscale. Les personnes désirant entrer dans la profession au Maroc doivent posséder des diplômes qui attestent d’une triple formation comptable. ou le principe de la non immixtion dans la gestion est explicitement prévu. L’auditeur peut également trouver son cadre de référence : • dans les normes comptables internationales. • dans des normes nationales étrangères. du fait principalement de l’identification de problèmes : le respect de son autonomie impose cependant qu’il dissocie le rôle d’audit et le rôle de conseil . mais qui sont souvent utilisées par les sociétés cotées pour l’établissement de leurs comptes consolidés .P (Statements of Standard Accounting Practice).Il doit pouvoir justifier son opinion par des travaux suffisants et matérialisés par la constitution d’un dossier .A. 19 IKEN NAOUAL . . les travaux mis en œuvre doivent respecter un certain nombre de diligences comme minimales : .A.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne donc estimer que l’intervention de l’auditeur a normalement des aspects constructifs. les normes applicables aux travaux de l’auditeur : Au delà de la compétence et de l’indépendance de l’auditeur.P. de l’A.vis à vis de l’entreprise : l’auditeur ne doit pas être lié à l’entreprise qu’il audite.Il doit rédiger un rapport.les normes américaines. Le stage professionnel est de rigueur pour pouvoir porter le titre.B (Accounting Research §Bulletins). II.psychologique : l’indépendance doit être avant tout un état d’esprit .

et par la chambre nationale de discipline en appel. La radiation du tableau avec interdiction définitive d’exercer la profession. l’auditeur va dérouler une démarche à trois temps qui lui permettra de : Comprendre l’entreprise auditée : c’est la démarche d’acquisition d’une connaissance générale de l’entreprise .1. . La responsabilité pénale pourra être recherchée si le réviseur a enfreint à certaines dispositions du droit des affaires ou de la législation fiscale. II. Comprendre son système d’organisation administrative et les sécurités qui y sont attachées : c’est la démarche d’évaluation du contrôle interne . La réprimande devant la chambre de discipline . Le blâme avec inscription au dossier La suspension pour une durée déterminée . et particulièrement celles qui résultent des travaux des institutions professionnelles aux Etats Unis et en Grande Bretagne.une obligation générale de diligence. Les peines peuvent être : l’avertissement dans le cabinet du président de la chambre régionale . escroquerie. la réglementation professionnelle.2 Nécessité d’une bonne compréhension de l’entreprise et de son organisation 20 IKEN NAOUAL . banqueroute. pénale.1 La nature de la démarche III. soit comme auteur principal soit comme complice (faux en écriture. les clauses contractuelles. infraction aux lois sur les sociétés). La responsabilité disciplinaire de l’expert comptable peut être engagée devant les chambres régionales de discipline au premier degré. Cette responsabilité trouve sa source dans les textes légaux. REALISATION DE L’AUDIT III. valider et vérifier l’application des options retenues pour l’établissement des comptes : c’est l’examen des comptes et des états financiers à proprement parler. III. fiscale ou disciplinaire.1. et de la mission que la loi accorde à l’expert comptable . Comprendre. La responsabilité civile est une responsabilité contractuelle qui a pour fondement : .1 Général Pour assurer la couverture des risques pressentis et vérifier les propositions énumérées dans la partie précédente.une obligation contractuelle liée au contrat. III. contrepartie de la confiance accordée par le client.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne les normes d’audit Il existe des normes d’audit internationales dont les normes marocaines sont très largement inspirées. abus de confiance.5 La responsabilité de l’auditeur La responsabilité qu ‘assume un expert comptable peut être civile.

L’auditeur commencera par acquérir une compréhension d’ensemble : des composantes qui permettent d’identifier l’entreprise . par le respect d’une procédure prévue et appliquée. du fait de sa politique générale . on ne peut pas apprécier les risques et les provisions qu’il faudra constituer pour les couvrir si on ne connaît pas l’entreprise. L’exploitation de toutes les informations recueillis sur ces thèmes permet d’apprécier les risques généraux liés à : la situation économique. si le contrôle interne est insuffisant les investigations devront être approfondies. sociales…dont les éléments comptables sont la traduction. l’auditeur peut réduire ses vérifications directes . l’organisation générale . on ne peut pas porter de jugement si on manque d’éléments de comparaison avec la branche. commerciales. du fait de ses perspectives de développement du fait de son organisation administrative et comptable. lorsque l’analyse aboutit à une appréciation favorable du contrôle interne. du fait de son organisation et de sa structure . juridiques. les autres entreprises. en revanche. le système d’information.3 Nécessité de l’évaluation du contrôle interne On pourrait penser qu’un certain nombre de vérifications directes sur les comptes devrait suffire. on ne peut pas contrôler l’évaluation des stocks si on ne connaît pas les principales étapes de la fabrication . ses problèmes. ses contraintes. Ce choix serait totalement erroné car on ne pourra jamais vérifier l’ensemble des comptes : il faut s’assurer qu’une même opération est toujours traduite de la même manière. Un premier jugement pourra alors être porté sur la qualité des trois pôles de l’organisation de l’entreprise : le plan d’organisation/organigramme le système de pouvoirs et d’autorisation des transactions . L’évaluation du contrôle interne est l’élément central de la démarche.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne On ne peut pas porter un jugement sur les états financiers de l’entreprise en faisant abstraction des réalités techniques . Cette compréhension d’ensemble lui permettra d’appréhender les risques généraux liés à l’entreprise : du fait de son activité ou du secteur dans lequel elle opère . l’attitude de la direction. Par exemple. ses opérations . des outils qui permettent de « gérer » l’entreprise . III. ses risques.1. des particularités du système approché . des secteurs ou elle exerce son activité. 21 IKEN NAOUAL . fiscales. La maîtrise de cette organisation par l’entreprise sera appréciée par la technique de l’évaluation du contrôle interne. En effet.

dans le respect toutefois de la proposition précédente : plus l’un des termes est fort. Afin de planifier l’audit d’un client implanté en divers endroits ou disposant d’unités de production très distinctes par exemple. Une section peut être une rubrique ou une sous rubrique des états financiers.4 Nécessité de l’examen des comptes La qualité de l’organisation apporte une présomption de qualité des comptes mais ne la prouve pas : l’examen des comptes permettra de la confirmer et de porter un jugement sur toutes les opérations de clôture et les éléments liés au choix des grandes options. dont les termes se compensent entre eux. il subdivisera les états financiers en sections. en ne tenant compte que de ce qui peut effectuer la signification des états financiers. d’un système d’autorisation et de contrôle de toutes les transactions. III.1 Organiser les travaux à réaliser selon un découpage cohérent L’auditeur. d’un personnel qualifié. Comment se caractérise un bon contrôle interne ? La qualité optimale de l’organisation interne peut être recherchée autour : d’une assignation claire de ses fonctions et des responsabilités correspondantes entre les personnes.2 Le déroulement de la démarche III. III.1. approbations. Pour planifier l’audit d’une entreprise relativement peu complexe ou pour planifier l’audit d’un sous ensemble comme déterminé précédemment. moins les autres ont besoin de l’être.2. procédures de contrôle et d’autorisation) qui permet à l’entreprise d’assurer la sauvegarde de ses actifs et la fiabilité des informations administratives et financières qu’elle produit et qu’elle utilise pour la prise de décision. compétent et intègre. pour mettre en œuvre dans les meilleures conditions les éléments précédents. sanctions…). un ensemble 22 IKEN NAOUAL . dû notamment à des préoccupations fiscales. étayé par une ensemble de procédures définissant les conditions de réalisation de chacune des opérations et leur retranscription dans le système d’information. écrite si possible et connue de tous. dont le premier objectif est de comprendre la réalité des opérations que les états financiers traduisent et l’organisation qui les met en œuvre. l’évaluation du contrôle interne de l’examen des comptes constituent ensemble une équation : dont aucun terme ne peut être égal à 0 et ne peut descendre d’un certain seuil sans compromettre l’égalité d’ensemble.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Qu’est ce que le contrôle interne ? C’est l’organisation (mécanismes. dispositifs. il va organiser ses contrôles et diviser les états financiers autour de ces sous ensembles. qu’il rejette les contrôles excessifs. et de bonnes pratiques administratives pour les mettre en œuvre (dispositifs de sécurité et de contrôle : visas. La prise de connaissance de l’entreprise. va organiser son intervention selon le découpage naturel lié à l’activité de l’entreprise. - L’auditeur vérifiera en permanence : qu’il met en œuvre des contrôles suffisants pour fonder son opinion.

Valeurs d’exploitation. Opérations financières.1 Collecte des informations utiles 23 IKEN NAOUAL . pour mieux en comprendre l’environnement : réglementations spécifiques applicables (banques ou assurances par exemple). il vérifiera dans une étude unique le contrôle interne qui est attaché à ce processus et la traduction comptable qu’il trouve dans les deux comptes. Capitaux propres et résultat… Pour le cas des polycliniques que nous avons auditées. documentation de la profession…. Trésorerie. le découpage qu’on a effectué est le suivant : Accueil. - Concernant les polycliniques en question. documents internes à l’entreprise comme par exemple les procédures ou la documentation.1 L’acquisition d’une connaissance générale de l’entité objet de l’audit: Les deux grands volets de cette démarche sont : les travaux préliminaires de prise de connaissance de l’entreprise : documentation externe. Portefeuilles titres.2. les premiers contacts avec l’entreprise : entretiens avec les dirigeants et les différents responsables des services. Achats et dettes fournisseuses. Le découpage pourrait être comme suit : Ventes et créances clients.2.Admission-Facturation Trésorerie Investissements Paie personnel Gestion des stocks Achats fournisseurs III. les informations qu’on a collectées sont les suivantes : III. pour en mieux saisir les spécificités . Frais de personnel Investissements d’exploitation.2 Dérouler les étapes de la démarche Les différentes phases de la démarche de l’auditeur sont présentées dans le tableau ci après : III.1. visites des lieux… qui permettront de mettre au point le programme de travail et son découpage. commerciale.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne d’opérations concernant différentes rubriques ou une information de l’annexe : l’auditeur n’examinera pas séparément par exemple les comptes « ventes » et les comptes « clients » mais d’une manière générale le processus de facturation .

24 IKEN NAOUAL .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Il s’agit des informations utiles permettant de connaître d’une manière générale les polycliniques que nous allons auditées.Examen des résultats .2 Plan stratégique pour le développement de la polyclinique Prise de connaissance du plan stratégique de la polyclinique. Activité . Budget .Formalisation des objectifs stratégiques . Tarification appliquée . Tests d’opérationnallité du plan stratégique en place.Déclinaison en objectifs opérationnels .Information de la Direction Générale.De la fiabilité des informations . Moyens de production . Résumé des observations émises par l’auditeur externe dans son dernier rapport .Existence ou non d’un processus de la planification stratégique . .Degré de rattachement entre les objectifs stratégiques de la polyclinique et les orientations stratégiques de la direction générale . . . Plateau technique .Des résultats obtenus .De la suite réservée aux résultats obtenus… Evaluation du plan stratégique Cette évaluation couvre les aspects suivants : . Effectif du personnel .Définition et mise en place de mécanisme de suivi .Définition des objectifs stratégiques . . Activité chiffrée pour les trois derniers exercices . III. . . Principaux tiers payants . . Spécialités médicales . Cette prise de connaissance couvre les aspects suivants : . .Fiabilité et pertinence des indicateurs du plan stratégique . . . Tableaux de bord . Nous avons dans un premier temps pris connaissance du plan stratégique de la polyclinique.1.Affectation des objectifs aux différents services de la polyclinique . Concurrence .2. .Des contrôles exercés par la hiérarchie . Cette phase consiste à choisir un échantillon représentatif des indicateurs prévus dans le cadre du plan stratégique et contrôler certaines périodes pour s’assurer : .

2. Cette prise de connaissance comprend les étapes suivantes : • Existence d’un programme préalablement établi. Test d’opérationnalité de ces actions Ce test consiste à effectuer suivantes : • Choisir un échantillon représentatif d’opérations traduisant l’assistance réservée aux polycliniques • Vérifier la matérialisation de l’assistance effectuée par le siège aux polycliniques . • Fréquence d’intervention par rapport à l’importance et la complexité des opérations à mener . l’évaluation des actions d’assistance menées par le siège au profit des polycliniques Cette évaluation porte sur les aspects suivants : • Adéquation des besoins des polycliniques avec la nature de l’assistance fournie . Degré d’implication des responsables dans la définition et la discussion de la stratégie arrêtée . • Conclure sur les travaux réalisés et décider d’élargir ou non l’échantillon choisi.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Périodicité de production des résultats et actions prises pour réaliser les objectifs stratégiques (reporting et pilotage) . qui fixe les objectifs à atteindre conformément à la stratégie de la direction générale.1. Périodicité de production des informations et actions prises pour réaliser les objectifs stratégiques . II.1. • Fréquence des opérations d’assistance . Fiabilité et clarté des procédures de planification stratégiques . Degré de prise en compte des moyens dont disposent ces personnes pour la réalisation des objectifs stratégiques . • Noter les exceptions relevées et les discuter avec le responsable de la polyclinique .2.4 Communication des documents et informations entre le siège et les 25 IKEN NAOUAL . II. • Fiabilité des informations utilisées pour l’évaluation des retombées des actions d’assistance . Répartition des tâches et des responsabilités entre les différents intervenant dans le processus. Souplesse et fiabilité des mécanismes permettant le suivi des réalisations des objectifs stratégiques . • Evaluation périodique des actions d’assistance menées.3 Assistance apportée par le siège aux polycliniques Prise de connaissance des actions d’assistance apportées par le siège aux polycliniques Nous avons pris connaissance des actions d’assistance apportées par le siège aux polycliniques dans le cadre de gestion des objectifs à atteindre. Fiabilité des informations utilisées pour la quantification des objectifs stratégiques . • Nature de l’assistance fournie . • Nature des actions correctrices prises suite à l’évaluation des retombées des actions d’assistance.

informatisé. avec décharge…) Evaluer les procédures de communication entre le siège et les polycliniques Cette évaluation porte sur les aspects suivants : • Couverture exhaustive des besoins en données et informations pour le siège et pour les polycliniques . Tester l’opérationnalité des procédures décrites en effectuant les actions suivantes • • • Choisir un échantillon représentatif de chaque type de données ou informations . pertinence et rapidité de transmission des documents et informations entre le siège et les polycliniques . Examiner les aspects relatifs au système de traitement et de communication (manuel. • Identification des principaux goulots d’étranglement entre les données et informations communiquées entre le siège et les polycliniques.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne polycliniques Prise de connaissance du système de communication des documents et informations entre le siège et les polycliniques Cette action comporte les tâches suivantes : • Description détaillée des liens entre le siège et les polycliniques • Description détaillée des données et informations entre le siège et mes polycliniques . • Fiabilité. Evaluation préliminaire du contrôle interne Evaluation du contrôle interne . Examiner les aspects relatifs aux délais de communication des données et informations . Premiers contacts avec l’entreprise Prise de connaissance générale 3. • Rapidité de réponses aux réclamations de documents et informations. • Description des systèmes de communication des données et informations . Différentes phases de la démarche de l’auditeur 1. Saisie des procédures 4. Travaux préliminaires 2. • Confidentialité et sécurité des documents et informations transmis . Tests de conformité 26 IKEN NAOUAL 5.

Des questionnaires ouverts sont utilisées pour favoriser l’exhaustivité de la démarche. représentation graphique des circuits) pour stocker ces informations dans leurs dossiers.2. Cette démarche lui permet de corriger les erreurs de compréhension ou les inexistences de description de procédures. Les auditeurs utilisent les techniques du mémorandum (description narrative) ou du diagramme de circulation (« flow chart ». à partir des étapes précédentes. L’évaluation préliminaire du contrôle interne : L’auditeur procède à une première évaluation du contrôle interne pour dégager.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne III. il recense et formalise dans ces dossiers toutes les procédures qui caractérisent le déroulement des opérations. ce travail s’effectue soit par examen d’une documentation écrite existant au niveau de l’entreprise (manuel de procédures). il suit « pas à pas » quelques transactions pour s’assurer de l’existence et de la compréhension du système. depuis l’opération elle même jusqu’à sa comptabilisation .2 L’examen et l’évaluation des procédures La saisie des procédures : L’auditeur identifie le système de contrôle interne : sur chacune des sections de travail. soit par entretien avec les acteurs qui les mettent en œuvre. Ce test est d’une ampleur limitée en nombre : son objectif n’est pas de vérifier que la procédure est bien appliquée mais qu’elle existe. Les tests de conformité : L’auditeur s’assure qu’il a saisi correctement le contrôle interne : il vérifie pour chaque procédure qu’il a bien notée et comprise : pour ce. les sécurités 27 IKEN NAOUAL .

afin de nous prononcer sur la qualité des procédures relatives à ce cycle.Facturation » est l’équivalent du cycle « Vente Clients » dans les autres entreprises. C’est elle en fait qui différencie et distingue l’activité médicale des autres activités (industrielles. de contrôle. il détermine ce que sont les points forts et les points faibles de chacune des procédures dans leur conception (en terme d’autorisation.. Le cycle « Accueil – Admission . dans tous les lieux .2. L’évaluation définitive du contrôle interne : à partir des tests de permanence.l’admission des patients . commerciales… ). le jugement de l’auditeur permettra d’en déterminer le volume e fonction des risques qu’il pressent à ce niveau du fait des étapes de travail précédentes. Ce sont des tests de plus grande ampleur que les tests de conformité puisqu’ils doivent donner à l’auditeur la conviction que les procédures contrôlées sont appliquées en permanence et sans défaillance : ils doivent pouvoir constituer un élément de preuve de bon fonctionnement sur tout l’exercice.2. généralement à l’aide de questionnaires fermés. Pourquoi choisir ce cycle à titre illustratif et non pas un autre? Ce choix s’explique par la simple raison que « l'admission – facturation » est une fonction très spécifique des établissements de santé. l’auditeur détermine les faiblesses de fonctionnement qui découlent d’une mauvaise application des points forts.Facturation ». où les constatations effectuées sont complètes par les recommandations nécessaires pour améliorer les procédures. Les tests de permanence : L’auditeur teste que les points forts « théoriques » du système se vérifient en pratique et qu’ils sont appliqués de façon constante.l’accueil et l’information en générale des patients et de leurs familles . Pour les cliniques en question. ce document de synthèse. c’est pourquoi il revêt une importance particulière. de formalisation. Il permet de s'assurer de la maîtrise et du contrôle de la production. il récapitule pour chaque section de travail les constations effectuées (points faibles de conception et d’application du contrôle interne) dans un document de synthèse. pour déterminer l’impact que peuvent avoir sur la qualité de l’information financière les forces et les faiblesses du système. doit être orientée vers la recherche des contrôles internes clefs et couvre les aspects suivants : 28 IKEN NAOUAL . peuvent se présenter suivant ce cheminement : III. dus à la conception elle même du système.la facturation des personnes. A ce titre. en plus des faiblesses de conception identifiées lors de l’évaluation préliminaire . Il est déjà capable à ce stade de répertorier les premiers points faibles du contrôle interne. les travaux que nous avons effectués. illustrons l’examen et l’évaluation des procédures par le cas du cycle « Accueil – Admission . Cette description.…).1 Description des systèmes en place : Les systèmes à décrire sont ceux relatifs à la gestion des domaines suivants : .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne qui garantissent la bonne comptabilisation des opérations et les défaillances qui font naître un risque d’erreur ou de fraude . . fait très souvent l’objet d’un rapport de contrôle interne destiné à la direction de l’entreprise : c’est un des aspects constructifs de la mission de l’auditeur. .

.2.Possibilité pour le demandeur d’accéder rapidement aux renseignements qu’il souhaite obtenir (les soins. contacter un proche hospitalier. Application stricte des instructions du manuel de procédures ou de notes de services . les médecins. 29 IKEN NAOUAL . Toutes les annulations et avoirs sont autorisées par des personnes nommément désignées . Chaque dossier d’admission a t il un numéro unique . Personnes en charge de la gestion de ces domaines .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne • • • • • • Accueil.2. Moyens logistiques en place permettant l’accueil et l’information des patients .2 Vérification de l’existence des systèmes Cette vérification consiste à sélectionner quelques dossiers ou critères (dossiers pour l’admission et la facturation. III. Au niveau de l’Admission des patients. les éléments sur lesquelles nous nous sommes basés pour évaluer sa qualité sont les suivants : .2. Fiche d’admission . • Documentation pour l’information mise à la disposition des « clients » . Informations statistiques relatives à ces différents domaines . Toutes les prestations données aux patients sont facturées . • Justification des contrôles observés pour la validation de la facturation émise. Elle intéresse les aspects suivants : • Test de la qualité de l’accueil téléphonique . Ces prestations sont facturées conformément à la tarification en place . Les dossiers sont complets .Application stricte des instructions du manuel de procédures ou de notes de services . Prise en charge totale ou partielle .Qualité du standard téléphonique . . .Nature des contrôles exercés par la direction de l’établissement.3 Evaluation du contrôle interne en place Au niveau de l’accueil. information et orientation des patients et de leurs familles . Suivi numérique des factures émises . et critères pour l’accueil) et suivre les transactions dans le circuit depuis l’origine jusqu’à leur dévouement.…). . • Coordination des actions entre les divers services pour faciliter la prise en charge des patients . . Versement d’acompte . Les dossiers sont correctement archivés . Instruction des réclamations émanant des patients et des tiers payants . Les dossiers archivés sont en sécurité . III.Qualité des standardistes en charge de l’accueil et de l’information des patients . Les procédures et notes de services .Existence d’une structure permanente relative à l’accueil des patients .2. les éléments de base permettant l’évaluation de ce système sont comme suit : La planification des admissions pour faciliter la prise en charge efficace du patient via l’établissement des bons de rendez vous.

statistiques. Les tests de cohérence se font à partir de revues de l’information comptable (revue des balances. par exemple) ou qui concernent l’entreprise (avocats pour les litiges éventuels avec des tiers ou le personnel. 30 IKEN NAOUAL . contrôle des immobilisations. des amortissements des investissements. extra comptables (budget. Cette technique de « circularisation » est très utilisée pour la validation des soldes. de la trésorerie…(validation des soldes).2. balance clients mensuelles rapprochement des comptes collectifs clients avec les auxiliaires correspondants. Les factures émises sont remises à temps aux tiers payants pour paiement . bons de réception ou de livraison. contrats. dont l’auditeur se servira pour décider de ses tests sur les comptes. Fiabilité du système de comptabilisation des comptes « clients » et des opérations de prestations (comptabilité auxiliaire. - La validation sera d’autant plus probante que la source utilisée est indépendante de l’entreprise : cependant l’évaluation du contrôle interne a permis de donner un degré de fiabilité aux documents produits par l’entreprise. des frais de personnel. fournisseurs. allège ou renforce les programmes standard de vérification directe des comptes. Les factures émises sont éditées en nombre suffisant . Les tests de cohérence et de validation : vont permettre à l’auditeur de vérifier l’homogénéité des informations comptables et des informations opérationnelles dont il peut disposer (recherche d’anomalies éventuelles par les tests de cohérence) et de vérifier les données de la comptabilité en les rapprochant de la réalité qu’elles représentent (tests de validation).…) III. banques. les faiblesses de conception et d’application et les risques qui s’y attachent. Les doubles de factures émises sont correctement archivés et en sécurité . de l’inspection physique : contrôle de comptage et d’évaluation des stocks.3 L’examen des comptes Les trois grands volets de cette démarche sont : La détermination des conséquences de l’évaluation du contrôle interne : l’auditeur. de demandes de confirmation à des tiers des informations qui les concernent dans les livres de l’entreprise auditée (clients. Les tests de validation des enregistrements et des soldes peuvent se faire à partir : de la documentation interne de l’entreprise : facture. conservation des hypothèques…). définition de la politique de provisions des créances douteuses.…) et à partir des comparaisons par calcul (évolution de la marge brute. tableaux de bord. commerciales. fichier d’inventaire permanent des valeurs d’exploitation…(validation des enregistrements et des soldes). inspection rapide des grosses écritures et examen approfondi des opérations de centralisation). Un très bon contrôle interne peut par exemple le dispenser à l’extrême d’opérer un contrôle direct sur l’exhaustivité et la réalité des enregistrements par exemple. alors qu’une trop grande densité de points faibles dans la conception du système de contrôle interne peut le conduire à ne pouvoir tirer aucune conclusion de l’examen des comptes.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Les factures émises sont établies à temps (après la fin de l’hospitalisation) . des frais financiers). en fonction des conclusions tirées sur les points forts et les garanties qui y sont liés. procès verbaux de réunions.

IV. pour être en mesure d’émettre une opinion sur la qualité de l’information financière : revue des options comptables retenues par l’entreprise. examen des événements après bilan.1 Le rapport Un rapport type est fourni à l’équipe d’audit comme modèle du rapport d’audit. IV. L’achèvement de l’audit : l’auditeur mène les opérations complémentaires suivantes. précise les dates et lieu de la mission et précise la composition du groupe d’audit ainsi que des personnes auditées ou interviewées et des conditions matérielles de l’audit. 3) Une note de synthèse Ce résumé qui doit faire de 5 à 10 pages au maximum est un résumé de l’audit qui doit mettre en valeur les principales conclusions positives et négatives. 4) Compte rendu de la visite 6) Une réponse écrite du service quand une analyse contradictoire est réalisée 7) Une description du déroulement de l’audit selon le coordonnateur 8) Recommandations 31 IKEN NAOUAL . se baser sur des faits et des observations dont on apportera chaque fois que cela est possible la preuve. examen de la présentation des comptes et de la rédaction finale de l’annexe. La forme doit être particulièrement soignée. les annexes. l’efficacité d’un rapport dépendant souvent de sa présentation. Il doit éviter tout jugement subjectif et en particulier des jugements de valeur. RAPPORT D’AUDIT Le rapport d’audit comporte deux parties : le rapport proprement dit. précise les demandeurs. inclut éventuellement les demandes particulières. revue des papiers de travail de l’équipe d’audit (contrôler que tous les travaux prévus ont été mis en œuvre et que leur qualité permet de motiver l’opinion de l’auditeur). Le rapport doit être aussi objectif que possible. parfois désagréables pour les audités.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne L’ampleur et la nature des tests de cohérence et de validation sont déterminées par l’auditeur en fonction des résultats de l’évaluation définitive du contrôle interne. La neutralité n’empêche cependant pas de faire des constatations fortes. 1) Un sommaire classique 2) Introduction Elle comprend les titres de la mission. Ils constituent une partie traditionnellement importante des travaux de l’auditeur.

analysant chacune un grand dysfonctionnement marquant. Quoi qu’il en soit. elles sont justifiées sur des faits. 3) Réalisation pratique Le responsable de l’audit est responsable de l’écriture globale du rapport. le responsable d’audit étant responsable de l’homogénéité. Ces remarques doivent être prises en compte pour les modifications éventuelles du rapport si elles sont pertinentes. en analysant les causes et en proposant des solutions.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Il faut établir des fiches synthétiques . 32 IKEN NAOUAL . L'objectif est de réaliser un constat contradictoire. Chaque fiche doit décrire le problème en précisant les faits.2 Annexes Les annexes jointes au rapport doivent comporter : a) un rappel de la méthodologie qui est fournie par le secrétariat du groupe d’audit b) le référentiel complété par l’entité auditée et par les auditeurs 1) Déroulement de l’audit Le rapport est adressé dans un premier temps sans les annexes au chef de l’entreprise. Le chef de l’entreprise et les personnes impliquées qui le veulent doivent réaliser dans le mois qui suit les remarques sur le rapport et les envoyer par écrit au responsable de l’audit. Chaque membre du groupe d’audit doit donner son accord sur l’ensemble du rapport au cours de la réunion après audit. Elles peuvent également faire l’objet d’une réunion contradictoire. Si les conclusions sont maintenues. Il est adressé exclusivement au directeur. la même méthode peut être utilisée pour analyser les points forts et originaux. l’ensemble de ces réflexions doit se passer dans le mois suivant la remise du rapport. IV. Chacun est donc responsable d’un chapitre particulier du rapport. l’expérience ayant clairement montré que la qualité du rapport se dégrade rapidement s'il n’est pas fait immédiatement. 2) Rapport définitif Le dernier rapport est alors rédigé incluant en annexes les remarques de l’entreprise auditée lorsqu’elles ont été fournies. Elle prévoit le contrôle de ces mesures au cours de la visite de suivi. Au besoin. son mode de déroulement. 9) Déroulement de l’audit Une page doit rappeler les conditions de la mission de l’audit. Le responsable de l’audit distribue les chapitres à écrire aux différents membres du groupe d’audit. Chaque auditeur reçoit un exemplaire du rapport. la réponse de l’entreprise est alors annexée au rapport. Il est essentiel que la contribution de chacun des membres du groupe d’audit parvienne au responsable de l’audit dans les 15 jours qui suivent l’audit. La fiche de recommandation fait place aux actions correctives proposées par le service pour répondre aux remarques de l'audit.

Au niveau de la diffusion : (service.Observation et preuves tangibles . on peut dire qu’il doit répondre aux critères suivants : Au niveau de la forme : . Rapport préliminaire.Objectif : ▫ ▫ . Pas d’audit absolu .Limitation des interprétations. lisibilité .Pratique : ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ Amélioration et non dénonciation .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Le rapport doit être réalisé sur disquette. consensus des auditeurs . Fiabilité du groupe (influence ) . Enfin pour résumer les principales caractéristiques d’un rapport d’audit.Clarté . . . Responsabilité . agence …) 33 IKEN NAOUAL . Transparence . hopital. Au niveau du fond : . directeur. Respect du champ analyse .

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne DEUXIEME PARTIE : APPRECIATION DU CONTROLE INTERNE DES POLYCLINIQUES A ET B 34 IKEN NAOUAL .

TRAVAUX EFFECTUES : Nous avons : .Pris connaissance et des procédures relatives à ce cycle . • Un contrôle des prestations effectuées et de celles facturées. Au-delà de ces aspects. la maîtrise de cette fonction doit.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne I. 35 IKEN NAOUAL . l'évaluation de la production. cette fonction permet de s'assurer de la maîtrise et du contrôle de la production. • Un suivi des factures annulées. surtout permettre de prodiguer des soins aux meilleures conditions de qualité et de délais. • Un contrôle quotidien des états des mouvements des patients entrants et sortants.Pris connaissance des différentes conventions conclues avec les tiers payants . ADMISSION ET FACTURATION» L'admission. Le respect de ces procédures doit permettre de sécuriser la facturation des prestations. ainsi que la gestion des stocks des produits médicaux. • Un suivi des dossiers en instance de facturations. . Cette fonction est placée sous la responsabilité du chef de l'administration générale et du médecin directeur qui doivent veiller en particulier à assurer : • Un contrôle interne efficace des systèmes de facturation et de comptabilité. sur la base de sondages à partir des registres médicaux et des dossiers de facturation. APPRECIATION DU CYCLE «ACCUEIL.facturation est une fonction très spécifique des établissements de santé.

Il s'en suit des interrogations des utilisateurs. . FAIBLESSES. RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS : La procédure d’accueil admission facturation au sein des polycliniques souffre des insuffisances suivantes : I. Ainsi.de définir les tâches et les responsabilités de chaque intervenant dans le circuit de l'admission facturation .1 Manuel des procédures : Faits constatés : La procédure actuellement en vigueur est assez ancienne. leur périodicité et leurs destinataires. en précisant leur périodicité. Pris connaissances des courriers de rejets des tiers payants .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - - Suivi le circuit des patients hospitalisés et soins externes depuis leurs admissions jusqu'à leurs sorties .des contrôles à réaliser par les différents intervenants. . Cette mise à jour doit permettre notamment: . Examiné le mode de recouvrement des créances. .2 Accueil : Description des procédures existantes 36 IKEN NAOUAL . bien qu'elle ait subi une mise à jour. Examiné les registres des différents services médicaux . au sujet : . Vérifié l’application des procédures décrites.de préciser les contrôles à effectuer et les personnes qui en sont chargées. cette mise à jour est restée insuffisante dans la mesure où elle n'a pas tenu compte des aménagements rendus nécessaires suite à l'informatisation totale de l'activité séjour avec la mise en place d’un nouveau système informatique. certes.Application subjective de procédures non autorisées. des notes de services concernant l’admission et la facturation mais ces notes ne sont pas exhaustives et ne peuvent remplacer le manuel des procédures. nous avons sélectionné quelques dossiers pour l’admission et la facturation des patients soins externes et hospitalisés et suivis les transactions dans le circuit depuis l’origine jusqu'à leur dénouement . .des documents à éditer.de recenser les documents et les états à éditer. I. Recommandations : Le manuel des procédures régissant la facturation doit être complètement revu. et leurs destinataires . suite à la mise en place du nouveau système. Risques : .Contrôles indispensables non effectués. Vérifié les procédures de comptabilisation et leur adéquation avec les normes du CGNC . Il existe. En effet.

nous avons noté une quasi absence des cellules d’accueil permettant d’orienter le patient. le bureau de l'accueil doit être indépendant du standard et du bureau des rendez-vous. pendant un horaire continue de 8h à 20h.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne L'accueil au sein des polycliniques est important à plus d'un titre. ils se sentent obligés de les orienter. En outre. Cette situation de mal information risque de se répercuter sur le deuxième maillon de la chaîne « L’admission ». Or. de prise des rendez-vous. De son point de vue. : accueil.Si le patient est présent. hébergement . ainsi que le troisième « La facturation ». et des admissions se situent au même endroit. il permet de mieux orienter les patients pour une meilleure efficacité. De la qualité de l'accueil dépendra la qualité des prestations dispensées aux patients. Les bons de rendez vous remis aux patients au sein de la polyclinique B ne sont pas suffisamment renseignés. au sein des polycliniques que nous avons visitées. Tout d'abord. mais aussi. ces deux services se trouvent souvent face à des patients mal renseignés. celle des prestations qui entourent le soin. Ce qui est susceptible de nuire à l’image de marque de la polyclinique et de conduire à une perte de chiffre d’affaires. Faits constatés : Le client de la polyclinique est constitué par le patient. donnant toute information sur le fonctionnement de la polyclinique. 37 IKEN NAOUAL . Alors. les services d’accueil. et ce au détriment de leurs principales attributions. En effet. et au niveau des différentes caisses auxiliaires. il est l’intervenant essentiel. vu que c’est un espace ouvert ayant une porte battante permettant ainsi l’entrée de plusieurs personnes à la fois. etc… L'accueil doit être assuré par des hôtesses qualifiées dont la mission est d’octroyer tous les renseignements nécessaires aux visiteurs de la polyclinique. ces bons ne sont quasiment pas établis. la qualité du service est la qualité des soins. Risques : L’absence d’une cellule d’accueil provoquerait le mécontentement du patient et de sa famille . Recommandations : . que ça soit au niveau central ou au niveau des différentes caisses auxiliaires. Et c’est surtout le service facturation qui se sent dérangé. La qualité de l'accueil est une mission essentielle des polycliniques. A la polyclinique A et en raison de l’exiguïté du hall d’entrée. Il en va ainsi de l'image de marque des polycliniques. l'accueil doit exister au niveau central. Les hôtesses assurant cette tache doivent être qualifiées. alors qu’à la polyclinique A. il faudra tenir compte de ses besoins et souvent investir dans un cadre de qualité et un accueil convenable. il en découle constamment un manque de respect manifeste des procédures en vigueur.

Il doit être situé dans le hall d'entrée de chaque polyclinique.3 Admission soins externes : Description des procédures existantes : L'accueil et la réception pour les consultations et les prestations à titre externe.vérifier les informations portées sur le bon de rendez-vous (rappelons aussi que les bons de rendez-vous ne sont pas bien renseignés) . de façon qu’il soit aisément repéré par la totalité des patients. proposer aux patients un autre médecin de la même spécialité. . l'agent réceptionniste doit accueillir le patient muni de son bon de rendez-vous et procéder à son admission à la consultation. sauf en cas de prise en charge. ensuite. le patient aura deux numéros : un numéro d'IPP. ce numéro est attribué de manière définitive. . en informer le cabinet de consultation. .L’accueil doit être localisé au niveau de l’entrée principale de la polyclinique. il est tenu d'accomplir les tâches suivantes : . I. Ces formalités étant accomplies.vérifier qu'ils sont munis de feuilles de maladies. un séjour soin externe. Les éléments de tarification doivent être en particulier clairs. L'agent ouvre. 38 IKEN NAOUAL .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Et effet.rappelez aux patients que les prestations sont payables d'avance. doivent se faire au niveau d'une réception unique. et un numéro de séjour.se référer à la liste des rendez-vous pour pouvoir permettre d'autres consultations en cas de désistement (rappelons que ces listes ne sont quasiment pas établies). . Cette réception doit se trouver au niveau de la consultation ou dans le hall principal de la polyclinique. La courtoisie : Les hôtesses doivent être amicales. avant même d'arriver au service admission facturation. Le jour de la consultation. l'agent attribue au patient un numéro IPP (identification permanente du patient). En cas d'acceptation.en cas d'absence d'un médecin. Ce qui est loin d'être le cas. Elle doit être tenue par un agent réceptionniste polyvalent et qualifié. il faut prévoir une cellule étoffée ayant les connaissances et les qualifications nécessaires pour assurer un accueil qui réponds aux objectifs suivants : L’accès : L’accueil doit être facilement accessible. sans retard ni attente. de manière définitive. La capacité de réaction : Elles doivent réagir rapidement et efficacement à toute requête ou problème du patient. Ainsi. L’information : Les différentes prestations doivent être décrites complètement en termes faciles à comprendre par le patient. sachant bien que la qualité de l’organisation participe à la qualité des soins.Etablir les bons de rendez vous ainsi que les listes de rendez vous par médecin ce qui mènera à une meilleure organisation. . dans ce cas exiger la prise en charge en double exemplaire. dans les polycliniques que nous avons visitées. respectueuses et attentives. il sert à l'identification permanente du patient. .

L'agent réceptionniste éditera en fin de journée deux listes : . matérialisés par des procès-verbaux. Risques : Un tel cumul favorise les erreurs.un bon de caisse pour les patients payants .une liste des patients payants . - Ce cumul s’accentue surtout au niveau de la caisse d’urgences le soir et les week ends à cause de l’effectif réduit et donc de l’absence de moyens de contrôle efficace. Cette date doit être fixée après que le Médecin se soit assuré de la disponibilité des lits auprès du major du service et de la réception hospitalisation. Faits constatés : La procédure prévue n’est pas respectée dans la mesure où : d’une part le patient se présente le jour de la consultation sans bon de rendez vous. les fraudes et leur dissimulation. renforcer le contrôle des caisses auxiliaires.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne L'agent réceptionniste établira. les négligences. o Les fonctions d’enregistrement . Recommandations : Séparer la fonction facturation avec celle d’encaissement et lorsque l’effectif ne le permet pas. . on a noté un cumul de fonction facturation-encaissement.un décompte pour les patients pris en charge. ensuite les documents permettant l'accès aux soins : . par l'instauration de contrôles inopinés. Cette situation se contredit avec la règle de séparation des fonctions qui a pour objectif d’éviter qu’un même agent cumule : o Les fonctions de décision . précisant la date présumée et la durée prévisible d'hospitalisation.une liste des patients pris en charge. I. ou même simplement deux d’entre elles. et d’autre part le réceptionniste ne consulte pas les listes de rendez vous pour permettre d’autres consultations. 39 IKEN NAOUAL . o Les fonctions de contrôle . Le patient devra également être muni d'un pli confidentiel précisant l’acte chirurgical (K).4 Admission hospitalisation Description des procédures existantes : Hospitalisation programmée : Tout patient se présentant à l'accueil hospitalisation doit être muni d'un bulletin d'admission en deux exemplaires. o Les fonctions de détention matérielle des valeurs et des biens . les bilans et éventuellement les appareils et prothèses. Concernant l’admission facturation des patients soins externes. . L'agent réceptionniste portera son nom sur tous les dossiers qu'il traite.

Un devis estimatif établi à partir du pli confidentiel peut être remis au patient. En effet. Faits constatés : Suite au test de fonctionnement de la procédure hospitalisation. . L'agent du bureau admission procède ensuite à l'ouverture du dossier administratif du patient. Lorsqu'il s'agit d'une première hospitalisation. Faire effectuer la mise à jour des fiches des stocks par le service comptabilité ou le service facturation. l'agent vérifie l'existence de ce numéro au niveau du nouveau système. la première à adresser au tiers payant. pour l'attribution de la prise en charge. l'agent réceptionniste attribue au patient un numéro d'identification permanent.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Le réceptionniste rempli le questionnaire. la seconde à classer avec le décompte dans le dossier de facturation et la troisième à classer chez le service ayant réalisé la prestation (exemple : pharmacie pour justifier les sorties de stock…) . Toute hospitalisation décidée par un médecin doit faire l'objet d'une procédure de réservation. on a noté l’absence d’acompte qui doit être en principe versé avant l’hospitalisation . le cas échéant.Dans quelques dossiers.Absence du devis estimatif sur la base duquel l’acompte est versé en cas d’une prise en charge . I. . Absence de moyen de s’assurer que les produits pharmaceutiques et les consommables médicaux sont prescrits par des médecins. et c'est en fonction des réponses qu'il informera le patient de tous les documents nécessaires à son admission. Solliciter et contrôler le versement d’acompte afin de limiter le risque de non recouvrement sauf en cas de force majeure . Risques : Refus de l’octroi de la prise en charge par l’organisme habilité . Lorsque le patient possède déjà un numéro d'identification. . le patient se présente muni d'un exemplaire du bulletin d'admission comportant le visa de réservation ainsi que toutes les pièces administratives nécessaires à son hospitalisation. surtout que le service pharmacie ne garde pas une copie de l’ordonnance interne. on a pu noter plusieurs situations qui se contredisent avec la procédure hospitalisation en vigueur dont les plus importantes sont les suivantes : . Procédure d’hospitalisation : Le jour de l'hospitalisation. le devis est indispensable.Les ordonnances internes devant accompagner les décomptes sont quasi absentes dans le cas d’une prise en charge.5 La facturation 40 IKEN NAOUAL - . Risque de non recouvrement des créances .Absence de la prise en charge des dossiers des patients pris en charge . qui lui servira pour toute hospitalisation ultérieure. Recommandations : Faire respecter la procédure relative à la prise en charge . Etablir l’ordonnance en trois exemplaires au moins.

Il n’existe pas de procédure de communication régulière de la liste des actes non facturés aux médecins directeurs et aux CAG de chaque polyclinique. cependant.5. I. Former et sensibiliser les hôtesses chargées de la facturation. Abus et/ou malversations. Perte de chiffre d'affaires . Les actes non facturés sont également dus à une mauvaise saisie des utilisateurs. qu’ils n’ont plus d'actes à saisir. avant la sortie d'un patient hospitalisé. exigent le regroupement des deux factures.Existence de prestations réalisées et non facturées : Ces cas sont dus au fait que les hôtesses ne saisissent pas les actes accomplis dans les délais opportuns . . le service facturation établit hors système une facture globale. et absence de tout système de suivi de ces factures : Pour les séjours à cheval sur deux exercices .5. le système informatique utilisé présente une insuffisance très dommageable à ce niveau . en partie. De même aucune procédure de suivi n'est envisagée. Exemple : lorsque la pré facture doit être transformée en forfait. Risques : Non exhaustivité du chiffre d'affaires Abus et/ou malversations. cette faiblesse a été palliée. certains tiers payants. A cet effet. puisqu’il permet à tout utilisateur de saisir les actes après la sortie des patients. Etablissement de factures hors système X . depuis le 21/05/2002 par l’instauration d’une fiche navette émargée par les majors de chaque service. au sujet des actes non facturés.2 Facturation Faits constatés : Retard dans la facturation des prestations.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne I. en limitant l’accès à la saisie des actes après la date de sortie des patients. le système X produit deux factures. 41 IKEN NAOUAL . les hôtesses peuvent ne pas saisir le code correspondant.1 Contrôle de l’exhaustivité des facturations Faits constatés : . Recommandations : Pallier d'urgence à l'insuffisance du nouveau système. attestant ainsi. Risques : Prestations fournies non facturées . Rendre systématique la recherche d'actes non facturés lors du contrôle pré facture/facture. Toutefois.

en accord avec les tiers payants. La facturation des AT doit se faire au fur et à mesure des actes accomplis. Risques : Perte du chiffre d'affaires . Recommandations : Respecter le manuel des procédures en matière de facturation des dossiers AT .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Recommandations : Veiller au respect de la procédure relative à facturation. L’examen a pour objectif de : 42 IKEN NAOUAL . Une mise au point doit être faite tous les deux mois. Ces registres sont tenus par service sous la responsabilité des majors. avant le délai de prescription de deux années. Faire la mise à jour de ces dossiers tous les deux mois. Travaux effectués : Nous avons demandé aux majors des polycliniques de nous conférer l’ensemble des registres médicaux tenus par service afin de les tester. Fait constatés : Non respect de la procédure concernant le suivi de la facturation des AT . Les actes accomplis ne sont pas facturés au fur et à mesure de leur accomplissement. I.6 Registres des services médicaux Description des procédures existantes : Les registres des services médicaux jouent un double rôle : Consigner les différents actes réalisés .5. et au plus tard. Prohiber tout établissement de factures hors système X. I. Rejet de créances prescrites . Non respect du principe comptable de séparation des exercices. Toutefois tous les dossiers doivent être facturés avant le délai de prescription légale de deux années.3 Facturation des Accidents de travail (AT) Description des procédures existantes : Les dossiers des patients admis au titre des accidents de travail (AT) doivent être complétés par un certificat d’accident de travail établi par l’employeur. Prévoir. le suivi des dossiers AT. mais regroupés selon une périodicité non précisée. et la facturation des AT en instance de guérison au 31 décembre. Se pose alors deux problèmes. une procédure de facturation des séjours à cheval sur deux exercices. Tenir des statistiques de production.

Par contre. Faits constatés : . et d'autre part. .examiner leur mode de tenue. nous avons relevé les écarts suivants: Journées "B" Registre Hospitalisation S.… En effet. ces registres ne sont pas utilisés comme moyen de contrôle par le service Admission.Nous avons constaté les anomalies suivantes lors de l’examen des registres de la polyclinique A: ▫ Le numéro de séjour et celui de facture ne sont pas systématiquement reportés (quasitotalité des cas). Cette procédure doit permettre d’uniformiser leur mode de tenue à toutes les polycliniques. notamment pour s’assurer que toutes les prescriptions ont été demandées par des médecins.externes "B"Axya Hospitalisation S.externes Ecart Hospitalisation S. 43 IKEN NAOUAL . et qu’elles ont été toutes facturées. Néanmoins.externes 02/01/02 05/04/02 11/06/06 30/07/02 16/10/02 660 410 860 495 115 370 1115 1170 595 300 660 415 990 115 150 325 1500 1200 0 1065 0 -5 -50 380 -35 45 -445 -30 595 -765 Risques : Abus et/ou malversation .Les procédures concernant l'établissement et l'exploitation des registres médicaux.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne . et plus exploitables que ceux de A. . Prestations fournies non facturées Recommandations : Les registres revêtent une grande importance dans l’exercice des activités médicales.voir dans quelle mesure ils servent pour réaliser des contrôles sur le chiffre d'affaires. La tenue de ces registres est indispensable à plus d’un titre. En effet. . Il est nécessaire de leur consacrer une procédure à part entière. de préciser les personnes devant les contrôler . . ne sont pas respectées .s'assurer de leur contrôle permanent par la hiérarchie.Tout au long de nos travaux d'évaluation du dispositif du contrôle interne. le type de contrôles à effectuer. d'une part d’effectuer des contrôles à posteriori. en effectuant notre test sur le registre "Laboratoire" qui consiste à sélectionner un nombre de "B" et vérifier leur facturation effective sur le nouveau système . leurs modes d’archivage . ▫ Tenue de registres non uniformisée au niveau des services et au niveau des polycliniques ▫ Absence d’information permettant de remonter jusqu’à l’origine de l’acte ▫ Absence de contrôle des dits registres par le major. Ils permettent. Les registres des services médicaux de la polyclinique B sont mieux tenus. ils participent à fiabiliser l’information contenue dans les tableaux de bords.s'assurer du caractère permanent de la tenue des registres.Facturation. nous n'avons pas pu nous assurer de l'application de ces procédures.

une analyse détaillée des pré-factures présentant des tarifs supérieurs au forfait doit être faite par la direction pour déceler toute erreur.La dernière page du relevé est toujours erronée . et des produits à reformer. . selon une procédure à définir. De même. Tableaux de bords contenant des indicateurs de productions erronés . et autres états statistiques.Programmer le système de manière à émettre un listing des anomalies. Par ailleurs. Ces anomalies sont à définir en fonction de l’activité en fixant par exemple des limites supérieures et inférieures de quantités et de prix par catégories d’intervention ou de maladies.Absence de procédure concernant le chiffre d'affaires issue de la vente de la vente éventuelle des déchets. ce système présente un ensemble d’anomalies dont les suivantes : . .Apporter une réponse. I. Erreurs de cotations des actes .8 Produits accessoires : déchets et produits à reformer : Fait constaté : . Non réalité du chiffre d'affaires.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne s’agissant des indicateurs de production figurant dans les tableaux de bords. . qui à leur tour se feront l'écho des problèmes et des difficultés de tous les utilisateurs du progiciel utilisé. . leur analyse et leur traitement. Recommandations : . l'ensemble des problèmes rencontrés par les correspondants informatiques des différentes polycliniques. ou en externe en faisant appel à un consultant informatique aux éventuelles insuffisances du progiciel .Abus et/ou malversations .7 Système de traitement de l’information : Faits constatés : Il n’existe pas de procédure au niveau de l’utilisation du nouveau système permettant l’édition périodique d’un listing des anomalies.Recenser.Le numéro de séjour n'apparaît pas sur un reçu de règlement .Perte de ressources pour les polycliniques Recommandations : Mettre en place une procédure simple. I.Le progiciel doit avoir une gestion des erreurs au niveau des actes médicaux pour éliminer les erreurs de saisie : Risques : Etats statistiques erronés . concernant la vente de produits accessoires dans les polycliniques. 44 IKEN NAOUAL . Risques : . en interne.

Il n’existe. Absence de balance âgée des comptes clients.9 Conventions tiers payants Fait constaté : Nous avons noté un changement fréquent de conventions tiers payant sans délai suffisant laissé aux correspondants informatiques afin de procéder au paramétrage des nouveaux tarifs.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne I. Recommandations : Prévoir un temps suffisant. Comptabilité non conforme au CGNC. Absence de contrôle de la séquentialité des factures . de faire des tests de validation de ces modifications ou de former les hôtesses …Le délai entre la date de transmission des modifications à la cellule informatique et la date d’entrée en vigueur des nouveaux tarifs est très court . Rejets de factures par les tiers payants. à cause des règlements non identifiés . Difficultés d'analyser les comptes . délai qui doit être fixé en concertation avec les correspondants informatiques des polycliniques.10 Comptabilité Faits constatés : Absence de fiche d'imputation sur les factures . . Recommandations : Procéder à la codification directe sur les factures. avant son entrée en application. . par ailleurs. cas de la polyclinique B . . . conformément au manuel des procédures Procéder au contrôle de la saisie. - Risques : Erreurs de saisies : Factures saisies doublement … Non exhaustivité du chiffre d'affaires . Relevé comptable des comptes clients entaché d'erreurs. Absence de codification directe sur les factures .Risque de présentation de compte ne donnant pas une image fidèle . moins d’une semaine. I. pas de procédure de suivi ou de recensement des chevauchements d’enregistrement permettant d’éviter de comptabiliser deux factures avec le même numéro. lors de tout changement de convention. et de la séquentialité des factures. 45 IKEN NAOUAL . notamment. Risques : Erreurs de cotation et de tarification des actes .Risque de perte de créances. Absence de contrôle de la saisie par le chef du service comptabilité Absence d'analyse des comptes clients. ce qui prive le recouvrement d'un outil indispensable.Erreurs non décelées .

Procéder au lettrage systématique de tous les comptes clients. il n’existe pas de meilleure solution que celle de se faire payer au comptant. Pour se faire payer à temps. Objectifs : Traitement à temps des données nécessaires au suivi des comptes « clients » ▫ ▫ Saisie à temps de toutes les factures à recouvrer. ▫ Suivi de l’état d’avancement du planning arrêté. En fait. exigent un « délai de crédit » qu’il faut suivre avec rigueur.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Procéder à l'analyse de tous les comptes clients tout en matérialisant ces analyses sur des feuilles de travail bien référencées. Planification des actions de recouvrement et suivi ▫ Actions détaillées pour le recouvrement des créances dues. 46 IKEN NAOUAL Examen des résultats les actions menées et ▫ ▫ Examen des résultats obtenus. Validation de ces données par le chef de l’Administration Générale. Lettrage à temps des comptes « clients ».12 Recouvrement Description des procédures existantes : Les besoins en fonds de roulement. Fiabilité des données nécessaires au suivi des comptes « clients » ▫ ▫ ▫ ▫ Réalisation à temps des rapprochements bancaires mensuels. notamment les tiers payants. Procéder à l'identification de chaque règlement . les impératifs de gestion de la trésorerie. I. Justification à temps des soldes « clients ». Mais les relations avec les « clients ». font de la maîtrise de la créance « clients » une priorité. Informations de la direction des résultats obtenus et . Saisie à temps de tous les règlements reçus des « clients ». Formation des comptables afin de pouvoir établir et exploiter des balances âgées. il faut savoir se doter des garanties adéquates et agir rapidement.

3. chargé (e) du recouvrement des créances Tiers Payants les documents suivants: 1. (du 01/01/n au 31/m/n) .Rapprochements bancaires du compte Recettes effectués pour tous les mois depuis le début de Références Traitement à temps des données nécessaires au suivi des comptes « clients » Fiabilité des données nécessaires au suivi des comptes « clients » IKEN NAOUAL . . La balance âgée des Tiers Payants relatives à l’exercice en cours pour la même période que ci dessus .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Postes Le responsable de la comptabilité générale Tâches ▫ Quand : Fin du mois (mois m) ▫ Comment : Remettre à M. ou Mme….Comptabilisation de tous les règlements reçus des Tiers Payants pour la période du début de l’exercice au 47 31 du mois courant.Comptabilisation de toutes les factures émises pour la période du début de l’exrcice au 31 du mois courant. La balance auxiliaire des Tiers Payants relative à l’exercice en cours pour la même période que ci dessus . Le grand livre auxiliaire des Tiers Payants pour la période du début de l’exercice comptable jusqu’à la fin du mois courant(du 01/01/n au 31/m/n)1 2.(du 01/01/n au 31/m/n) . . Ces éditions devront être remises aux intéressées sur la base des conditions suivants : .

▫ Examiner les éditions remises et demande à la personne chargée du recouvrement et / ou Chef de la Comptabilité Générale de procéder à d’autres travaux complémentaires si nécessaire . Fiabilité des données nécessaires au suivi des comptes « clients » Le Chef d’Administration Générale Quand : avant le 10 du mois suivant (m+1) . le cas échéant. si nécessaire. Fiabilité des données nécessaires au suivi des comptes « clients » IKEN NAOUAL . d’autres éditions mises à jour . Comment : Réclamer à la comptabilité générale des états de rapprochement bancaire du compte Recette pour le mois (m-2) et le mois (m-1) . de la balance auxiliaire. Remettre ces « éditions à jour au Chef de l’Administration Générale et attendre ses instructions . ▫ Signer ces trois éditions . ▫ Valider ces états de rapprochement en les datant et en les signant . saisir le chef de la comptabilité générale et procéder aux corrections nécessaires . Refaire les éditions à jour.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Le responsable de la comptabilité générale Chargé (e) du recouvrement des créances Tiers Payants ▫ ▫ Quand : avant le 5 du mois suivant (m+1) Comment : Vérifier que les factures non lettrées depuis le début de l’exercice jusqu’à l’avant dernier mois sont bien des factures éditées au nom du Tiers Payant concerné (du 01/01/n au 31/(m-2)/n) . ▫ Vérifier également que les paiements non lettrés depuis le début de l’exercice jusqu’au mois précédent sont des paiements reçus du Tiers Payant concerné (du 01/01/n au 31/(m-1)/n) . du grand livre auxiliaire des tiers payants et de la balance âgée pour la période du début de l’exercice comptable jusqu’à la fin du mois précédent (du 01/01/n au 31/(m-1)/n . 48 Garder la balance auxiliaire et remettre le grand livre auxiliaire et la balance âgée à la personne chargée du recouvrement. ▫ Réclamer au Chef de la Comptabilité Générale. Fiabilité des données nécessaires au suivi des comptes « clients » Le Chef d’Administration Générale ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ ▫ En cas d’anomalies.

entre autre de récupérer le courrier. prise en charge. Lors de ses déplacements à Casablanca. Les tests effectués ont révélé l'absence de documents suivants : fiche de renseignement. pour le dépôt des fonds. exemplaire de la facture pour les tiers payants. ordonnance interne.13 Système d’archivage des dossiers Fait constaté : Les dossiers des patients hospitalisés ne contiennent pas toutes les pièces justificatives des prestations à facturer.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Faits constatés : Non respect de la procédure de recouvrement. et de déposer régulièrement la caissière principale à la banque. contrôle pré-facture / facture matérialisé. Veiller au respect de la procédure de recouvrement en place depuis début 2003. Recommandations : Archiver un exemplaire de l'ensemble des documents ayant servi à l'identification des patients et à la facturation des prestations. I. Rejets des factures par les tiers payants. Confusion des taches: L'agent de recouvrement de la polyclinique est chargé. Risques : . fiche d'admission. on lui confie la tache d'effectuer quelques achats pour le compte de la polyclinique. Recommandations : Veiller au respect de la répartition des taches. APPRECIATION DU CYCLE « INVESTISSEMENT IMMOBILISATIONS » TRAVAUX EFFECTUES 49 IKEN NAOUAL . Risques : Difficultés de contrôle à posteriori du respect de la procédure de la facturation . II.Recouvrement non efficace. cas de la polyclinique A. Définir une politique claire d'archivage.Perte de créances . notamment concernant les points suivants : Absence d’établissement de planning hebdomadaire des visites.

G.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Nous avons pris connaissance des procédures de gestion et de suivi des immobilisations.La concordance entre le bon de commande ou le marché. Cependant. Nous avons vérifié : Pour les acquisitions faites par voie d’appel d’offres : Si l’exploitation des offres des soumissionnaires a été matérialisée par un PV signé par les membres de la commission . . Pour les acquisitions par bon de commande : Si les offres des fournisseurs proviennent sous plis fermés et qu’elles sont exploitées par une commission . . le bon de livraison et la facture ou le décompte définitif des fournisseurs . cette opération s’est déroulée en 1997. Cette opération a abouti à la constitution d’un fichier des immobilisations détaillé article par article. Risques : 50 IKEN NAOUAL . . également. Si les bons de commande sont signés par le médecin directeur et le CAG.Si le marché a été accordé au soumissionnaire offrant le meilleur rapport qualité prix (PV technique) Si le marché est signé par le médecin directeur et visé par le fondé de pouvoir et le C. Nous avons procédé à l’examen exhaustif des investissements réalisés au titre de l’exercice 2002 afin de valider la procédure d’acquisition des immobilisations. il n’a pas été possible d’identifier la destination réelle (localisation) de chaque immobilisation. pour les acquisitions sélectionnées de : . FAIBLESSES.La concordance entre la facture ou le décompte définitif et l’ordre de paiement . - - Nous nous sommes assurés. RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS : II. Aucune mise à jour de cette comptabilité n’a été effectuée.La signature de l’ordre de paiement par l’ordonnateur et par le fondé de pouvoir. Si l’exploitation des offres des fournisseurs a été matérialisée par un PV signé par tous les membres de la commission . Si la consultation d’au moins trois fournisseurs a été effectuée et que le fournisseur retenu est celui offrant le meilleur rapport qualité prix .A. il en est ainsi des procédures suivantes : Fait constaté : Il a été procédé à la reconstitution de la comptabilité auxiliaire du matériel médical à partir de la comptabilité générale.1 Procédures relatives à la gestion des immobilisations La gestion des immobilisations des activités médicales a fait l’objet de plusieurs procédures de suivi qui ont été ébauchées ou utilisées sans qu’aucune ne soit opérationnelle ou fiable.

de plusieurs anomalies : La structure chargée de l’inventaire est insuffisamment dotée en moyens humains et matériels. ces écarts ne furent pas expliqués et les résultats de l’inventaire non exploités. II. Cependant.Cet inventaire souffre.3 Anomalies relatives à l’Inventaire physique Faits constatés : Les polycliniques procèdent annuellement à un inventaire physique des immobilisations . Cette comptabilité auxiliaire est d’autant plus importante qu’elle permet le calcul des amortissements et le retrait des immobilisations cédées sur des bases réelles et vérifiables. En effet. Recommandations : Dans le cadre d’une volonté globale d’assainissement des comptes des immobilisations. Manque de politique globale continue dans le temps relative à l’assainissement des comptes. Investissement en temps pour développer des applications non utilisées. Perte et/ou détournement d’immobilisations non investigués. 51 IKEN NAOUAL . II. toutefois. le matériel informatique abritant la base de données des immobilisations est très ancien ce qui engendre une lenteur dans le traitement de l'information .2 Rapprochement inventaire physique/données extra comptables Fait constaté : La direction avait lancé une opération d’inventaire physique des immobilisations par un cabinet externe qui a livré ses travaux en décembre 1998. les dirigeants pourraient utiliser cette comptabilité auxiliaire et procéder à sa mise à jour afin de disposer du détail comptable des immobilisations facilitant ainsi la procédure de rapprochement entre les données de l’inventaire physique et la comptabilité.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Absence de système de suivi des procédures mises en place . Risques : Erreurs d’évaluation non décelées. Etude non exploitée. Cet inventaire a été rapproché avec des données extra comptables et a permis de dégager d’importants écarts. Recommandation : Il est nécessaire de disposer d’une vision globale quant à la gestion du patrimoine des unités médicales et d’établir un plan d’action conséquent.

Risques : Absence de suivi des immobilisations. L’inventaire physique. ainsi réalisé.Données comptables ne respectant pas le principe de séparation des exercices. . .Procédures de travail . . d’où un cumul de fonctions et l’inexistence de valeur probante de l’inventaire ainsi réalisé. Les origines de ces écarts sont multiples : . Recommandations : La cellule chargée de l’inventaire physique des immobilisations doit être revue au regard des éléments suivants : . elle n’est pas utilisée en raison de son caractère jugé complexe et inadapté par les utilisateurs. Les déploiements du matériel d'une polyclinique à une autre ne sont pas systématiquement portés à la connaissance de la structure chargée de l’inventaire au niveau de la direction générale. n’est exploité par aucune entité et ne fait l’objet d’aucune procédure de rapprochement avec les données comptables. - - - - Nous avons également rapproché les acquisitions de l’exercice 2002 comptabilisées par rapport à celles inventoriées.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Il n’existe aucune procédure de traitement et de sauvegarde ou d’archivage des résultats des inventaires (traitement effectué sur Excel.Objectifs stratégiques et opérationnels . absence d’archivage des résultats des inventaires d’où l’indisponibilité d’historique concernant les résultats d’une année donnée).Moyens mis à sa disposition (humains et matériels) . Nous avons rapproché les résultats de l’inventaire physique avec les données comptables relatives . L’opération d’inventaire manque d’objectifs clairs. L’inventaire est réalisé par les majors des différents services qui sont eux mêmes chargés du suivi du matériel correspondant. Aucune procédure alternative n’existe.Les états transmis par les polycliniques et servant de base à la réalisation de l’inventaire ne sont pas exhaustifs et tiennent souvent compte des engagements budgétaires et non des livraisons réelles…. Toutefois. de procédures adéquates et d’utilité dans son état actuel. les écarts constatés sont très importants et remettent en cause la fiabilité de cet inventaire. 52 IKEN NAOUAL .Immobilisations acquises et non inventoriées. Ce rapprochement a révélé plusieurs écarts. . ce qui engendre un manque d’uniformité d’une polyclinique à une autre et une dilution des responsabilités . absence de sauvegarde des fichiers. Absence de valeur probante des inventaires effectués. La procédure d’inventaire existante est celle mise en place par le cabinet externe.

II.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Résultats attendus et moyens de contrôle.4 Les acquisitions Faits constatés : Les tests portant sur l’acquisition des immobilisations font apparaître certaines situations non conformes aux procédures de consultation et d’acquisition. Les consultations ne sont pas homogènes. il est nécessaire de mettre à jour la procédure d’inventaire physique et de la diffuser au sein de l’ensemble des polycliniques. Acquisitions à des conditions non optimales pour les polycliniques (coût supérieur au coût réel). Recommandations : Veillez au respect du manuel de procédures. II. la dite procédure doit prévoir les méthodes d’inventaire à utiliser et les niveaux de contrôle à mettre en place. 5 Procédures comptables Faits constatés : La comptabilisation des immobilisations des unités médicales ne respecte pas les principes comptables du CGNC : 53 IKEN NAOUAL . Instaurer un contrôle rigoureux des achats pour s’assurer de l’objectivité du choix des fournisseurs. Il s’agit des cas suivants : Anomalies liées à la procédure de consultation et de choix des fournisseurs : Non envoi de la demande d’offres simultanément auprès de l’ensemble des fournisseurs consultés. Absence de PV d’adjudication pour certains marchés et consultations . Certains PV d’adjudication ne sont pas signés par tous les membres de la commission. avec les fournisseurs. Risques : Non-respect des dispositions régissant les marchés publics. Risque de collusion. Par ailleurs. Il faut également mettre en place une procédure relative à l’exploitation des résultats de l’inventaire et son rapprochement avec les données comptables et la mise en place d’actions correctives. la comparaison a été faite sur la base des prix totaux tandis que les quantités sont différentes . En effet. Portez ce manuel à la connaissance de l’ensemble des intervenants de cette procédure.

En effet. . Recommandation : Former le personnel du service de comptabilité aux règles du CGNC. Recommandation : Transférer aux polycliniques la base de données relatives aux amortissements des immobilisations. la comptabilité constate les acquisitions sur la base de la date de l’ordre de paiement et non d’après la date du bon de livraison.Il n’existe aucun moyen de vérifier le calcul des amortissements de ces immobilisations. Fait constaté : Les transferts d’immobilisations effectués vers les polycliniques ne sont pas détaillés : La comptabilité constate les dotations aux amortissements pour les acquisitions antérieures à 1998. . Rendre systématiquement toute analyse de comptes selon des périodicités régulières à définir.Absence d’analyses des comptes fournisseurs dans la polyclinique A. Recommandations : Actualiser le manuel de procédures comptables . Instaurer une procédure du contrôle de la saisie des imputations comptables .Il existe plusieurs erreurs de comptabilisation tels que l’utilisation de comptes erronés pour les dotations aux amortissements. il existe un important risque de non respect du principe de séparation des exercices. . en effet. Sur la base d’un état envoyé par la direction sans avoir ni le détail des immobilisations ni le taux d’amortissement correspondant. Fait constaté : Compte tenu du mode de comptabilisation en place. Risques : .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne . 54 IKEN NAOUAL . Risques : Non-respect du CGNC. Former le personnel du service de comptabilité aux règles du CGNC . Risques : Non-respect du CGNC. comptes ne reflétant pas l’image fidèle.Absence de critères de distinction entre les immobilisations et les charges . Absence d’image fidèle des états financiers.Absence de retrait de l’actif du matériel réformé et cédé. certaines charges d’exploitation sont immobilisées et amorties et inversement.Surestimation ou sous estimation du montant des dotations aux amortissements. . charges minorées ou majorées.

correctement comptabilisées. Impossibilité de contrôler les consultations effectuées . nous avons vérifié le fonctionnement des procédures d’encaissements et de décaissements en vigueur aux polycliniques. les situations comptables arrêtées quotidiennement par les caissiers sont rapprochées aux valeurs détenues dans la caisse . Nous nous sommes également assurés si : le principe de séparation des tâches est respecté . III. tous les encaissements sont remis en caisse ou sur les comptes bancaires des polycliniques dans les délais . les caissiers font l’objet de contrôles inopinés des valeurs qu’ils manipulent . afin de nous assurer que tous les risques pour la protection de ses actifs. sont maîtrisés et couverts par des contrôles internes efficaces. Nous avons vérifié si toutes les opérations d’encaissements et de décaissements sont : maîtrisées et appréhendées d’une manière exhaustive . les états de rapprochement bancaires (ERB) sont établis régulièrement pour tous les comptes bancaires des polycliniques. les opérations de dépenses et de recettes comptabilisées sont conformes aux registres de caisses tenus par les caissiers. Il n y a pas d’états exhaustifs du nombre de marchés réalisés en 2002. les ERB sont contrôlés et visés par un supérieur hiérarchique. relatifs à ces procédures.( Polyclinique A). appuyées de pièces justificatives probantes. 55 IKEN NAOUAL . Sensibiliser Les CAG et/ou le médecin directeur ou sujet des archives.6 Archivage des dossiers d’acquisition des immobilisations Faits constatés : Les fonds de dossiers concernant les acquisitions par consultations ne sont pas archivés. Recommandation : Mettre en place une procédure d’archivage . Abus et/ou malversations. enregistrées d’une manière exhaustive et dans la bonne période .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne II. analysées et régularisées dans les délais . Risques : Perte de pièces justificatives. fonctionnant d’une manière permanente pour toutes les opérations liées à la trésorerie. APPRECIATION DU CYCLE « TRESORERIE » TRAVAUX EFFECTUES D’une manière générale. les opérations en suspens sur les ERB sont justifiées.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Nous avons procédé à des demandes de confirmation des soldes auprès des banques et exploité les réponses qui nous ont été adressées par ces dernières. 56 IKEN NAOUAL .

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

FAIBLESSES, RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS III.1 Cumul de fonctions :

Fait constaté :
Il existe plusieurs cas de cumuls de fonctions au niveau de la fonction de caissier. Dans les services admission facturation, de nombreux cas de cumul de fonction ont été recensés concernant les caisses auxiliaires.

Risque :
Abus ou malversations; Erreurs non décelés.

Recommandations :
Séparer les fonctions incompatibles. Accentuer les contrôles au niveau des caisses auxiliaires et principales (contrôles inopinés formalisés…). III.2 Encaissement :

Faits constatés :
La centralisation des différentes caisses auxiliaires dans la caisse principale n'est pas systématiquement contrôlée, cas de la polyclinique A, Ce contrôle lorsqu'il existe, n'est pas matérialisé, cas de la polyclinique B. Toutefois, nous avons été informés que des contrôles inopinés de ces caisses auxiliaires, existe, aucun procès-verbal n’est dressé à l’issue de ces dits contrôles. Par ailleurs, nous avons relevé certains cas de détention de chèques et un important retard dans leur versement aux bénéficiaires

Risques :
Abus et/ou malversations. Perte de chiffre d'affaires.

Recommandations :
Le service comptabilité doit procéder au contrôle quotidien de la centralisation des caisses auxiliaires ; Ce contrôle doit être matérialisé et visé par le chef du service comptabilité ; 57
IKEN NAOUAL

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

-

Les résultats du contrôle doivent être présentés au médecin- directeur et/ou CAG pour suite à donner. III.3 Excédents de trésorerie :

Toutes les opérations que l’entreprise réalise avec son environnement se traduisent, immédiatement ou à court terme, par des flux de trésorerie. Sur un exercice donné, la différence : Encaissements - Décaissements Représente l’excédent global de trésorerie ∆T obtenu au cours de cet exercice. Cet excédent global de trésorerie est aussi donné par la relation fondamentale : ∆T = ∆FR - ∆BFR ∆FR : Variation du fond de roulement ∆BFR : Variation bu besoin en fonds de roulement. ∆T provient de eux origines distinctes : - les opérations de gestion (opérations affectant le compte de résultat, cessions d’éléments d’actif exclues) ; - Les opérations d’investissement et de financement. Gestion Investissement Financement Encaissements Trésorerie Décaissements On a donc : Excédent de trésorerie ssur opérations d’investi+ ssement et de financement (2) Décaissements

Excédent de trésorerie sur opérations de gestion (1)

= ∆FR - ∆BFR = ∆T

(1) : L’excédent de trésorerie sur opérations de gestion (ETOG) relatif à un exercice donné, est

la différence entre les produits de gestion encaissés au cours de cet exercice et les charges de gestion décaissés au cours de ce même exercice. 58

IKEN NAOUAL

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

ETOG = Produits de gestion encaissés – Charges de gestion décaissés L’ETOG peut être calculé à partir de la capacité d’autofinancement (CAF), moyennant certaines corrections. ETOG = CAF - ∆BFR L’ETOG permet de savoir si les opérations de gestion améliorent la trésorerie. Une entreprise dont les opérations de gestion réduiraient la trésorerie(ETOG<0) se trouverait dans une situation critique et risquerait d’être confrontée, à bref délai, au problème de non liquidité
(2) : Schématiquement, on a :

Emplois stables
- Dividendes… - Acquisition d’éléments de l’actif immobilisé. - Charges à répartir - Réduction des capitaux propres - Remboursement de dettes financières

Ressources durables - CAF
- Cessions ou réductions d’éléments de l’actif immobilisé. - Augmentation des capitaux propres - Augmentation des dettes financières.

Décaissements

Encaissements

Excédent de trésorerie sur opérations d’investissement et de financement De ce schéma découle la relation suivante : Excédent de trésorerie sur opérations d’investis. et de financement Ressources durables Autres que CAF Ressources durables Emplois stables

=

-

= D’où :

-

Emplois durables

-

CAF

∆FR Excédent de trésorerie sur opérations d’investis. = ∆FR - CAF et de financement

59

IKEN NAOUAL

Les titres de créances négociables : On distingue : . répartir le risque.Les billets de trésorerie : Elles sont émises par toute personne de droit marocain à l’exception des banques et des sociétés de financement. Autrement dit. .Les bons des sociétés de fianacement : Seules les sociétés de financement dûment autorisées à cet effet par le Ministre des Finance sont habilitées à les émettre pour une durée allant de 2 ans à 7 ans. Et pour gérer de manière optimale un portefeuille d’actifs financiers. on note l’absence de politique de placement des excédents de trésorerie au sein de sein des polycliniques. La première règle de base est la suivante : sur les marchés financiers. . la direction doit adopter une méthode défensive en se réfugiant dans des produits de taux. Recommandations : Conclure dans l’immédiat. D’une part. Or. avec les banques. Ce prix est le risque. la gestion de placement des excédents de trésorerie ne cesse d’intéresser et de préoccuper les responsables financiers dans le but d’asseoir les bases d’une gestion optimale de la trésorerie. Les produits de taux sont des titres de créance donnant droit à un intérêt payé périodiquement ou en un seul versement. Leur fonctionnement consiste à bloquer une somme d’argent dans un compte bancaire pour une durée déterminée et un taux d’intérêt convenu à l’avance.Les certificats de dépôt négociables : Ce sont des titres de créance négociables. pour une durée allant de 10 jours au moins à un an au plus et s’adressant à toute personne physique ou morale résidente ou non résidente. portant intérêt. Risques : Perte de ressources. tout a un prix. Non-optimisation de la gestion de la trésorerie. d’une durée déterminée. Les dépôts à terme : Ils sont constitués par les bons de caisse t les comptes à terme. La seconde est qu’il ne faut jamais tous ses œufs dans un même panier.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Fait constaté : Faisant partie intégrante de la politique financière. deux principes sont fondamentaux. 60 IKEN NAOUAL . Il existe plusieurs types de produits de taux à savoir : Les bons de trésor : Ce sont des titres de créance négociables de gré à gré donnant droit à des intérêts et souscrits par voie d’adjudication. il faut diversifier son portefeuille. une convention de rémunération des excédents de trésorerie Mettre en place une politique de placement des excédents de trésorerie. émis au gré de l’émetteur en représentation d’un droit de créance.

de SICAV.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Les fonds de titrisation : La technique de tirisation est une technique financière consistant à transformer des crédits en titres négociables et à les céder sur le marché financier.0185% 0% 0.006% V(Rp) = p²aV(Ra) + p²sV(Rs) + p²bV(Rb) = (0.1)² * ( 0. SICAV monétaires et Bons de trésor qui se répartit comme suit : Répartition du portefeuille 10% Actions 60% 30% SICAV monétaires Bons de trésor Les rentabilités des sous portefeuilles étant indépendantes. Exemple : un portefeuille qui combine actions.6E-09 D’où : σ(Rp) = 0.006% III.3)² * (0. on suppose : Type de portefeuille Portefeuille Actions σ(Ra) Portefeuille SICAV σ(Rs) Portefeuille Bons de trésor σ(Rb) Risque global Risque 0.94% 0.0185)² + (0.4 Les états de rapprochements: Fait constaté : Les états de rapprochement ne sont pas établis mensuellement et leur contrôle n'est pas supervisé par la hiérarchie. 61 IKEN NAOUAL . On observe que le risque du portefeuille global (composé d’actions. la diversification dans le placement doit être un fondement de la politique de placement adopté.9)² + (0. de bons de trésor par exemple) est inférieur au risque des portefeuilles le composant. D’autre part. Les produits de taux répondent pleinement au souhait primordial de la direction à savoir celui de préserver une très bonne sécurité.6)² * 0 = 3.

Anomalies comptables .Difficultés de suivre les recettes journalières de la caisse principale. le responsable de la trésorerie doit procéder à la comparaison des opérations figurant sur les relevés bancaires avec celles qui sont passées par le service de la comptabilité générale.5 Caisse des avoirs : Fait constaté : L'absence quasi-systématique du fondée de pouvoir durant l'exercice 2002 avait pour conséquence un manque de provision au niveau de cette caisse. tout en demandant des explications. en vue de l'attribution de la prime de rendement. IV. Cette situation a duré 6 mois. soit par le service de la comptabilité générale. Pour pallier cette situation. à la fin de chaque mois. Recommandation : Respecter la procédure consistant à organiser l'établissement et le contrôle systématique des états de rapprochement. Pris connaissance de la convention collective en vigueur aux polycliniques. ce qui est en contradiction totale avec les procédures en vigueur. III. En effet.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Risques : Absence de situation réelle de la trésorerie chaque mois. à défaut prévoir une procédure alternative pour le remboursements des patients. Risques : . Pris connaissance de la procédure de notation du personnel. et particulièrement de sa partie relative au personnel des activités médicales. en cas d'insuffisance de provision au niveau de la caisse des avoirs. Pris connaissance des conventions régissant les prêts au personnel et leurs suivis. APPRECIATION DU CYCLE « PAIE PERSONNEL » TRAVAUX EFFECTUES : Nous avons : Pris connaissance et décrit les procédures relatives à ce cycle. Pris connaissance de la politique de formation interne dans chaque polyclinique. Le CAG rembourse les patients de son propre argent. 62 IKEN NAOUAL . Absence de suivi des impayés. soit par la banque. Erreur bancaires non décelés et non suivies en temps opportun. Il relèvera les différents états qui ont été non comptabilisés. Recommandation : S'assurer de la présence du fondé de pouvoir. .

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

-

Recueilli des informations auprès des personnes intervenant dans ce circuit, particulièrement les personnes chargées du traitement de la paie, du traitement des avancements, du traitement de la prime de rendement, du traitement des mutations, du traitement des prêts au personnel et de la comptabilité.

DESCRIPTION DE LA PROCEDURE RELATIVE A LA GESTION DU PERSONNEL Le service chargé de l’administration générale se verra confier les tâches de gestion locale du personnel de la polyclinique. Celles ci consistent en : 1) La gestion des dossiers administratifs du personnel 2) La discipline Il est institué des commissions locales de discipline appelées à statuer sur les dossiers disciplinaires au niveau de chaque unité sanitaire pour chaque catégorie du personnel. 2.1) Commission locale de discipline du personnel médical : Président A.O.D A.O.D Membre de la Commission Médecin directeur Rapporteur Chef de Sce ou de bureau de l’administration générale Représentant du personnel Médecin issu de la même catégorie Représentant du médecin mis en cause Il doit appartenir à la même catégorie que celle du médecin mis en cause

2.2) Commission locale de discipline du personnel para médical : Président A.O.D Membre de la Commission Médecin directeur et surveillant général Rapporteur Chef de sce ou de bureau de l’administration générale Représentant du personnel Représentant issu de la même catégorie Représentant du médecin mis en cause Il doit appartenir à la même catégorie que la personne mise en cause

2.3) Commission locale de discipline du personnel administratif : Président A.O.D Membre de la Commission Chef de Sce ou bureau de l’administration générale Rapporteur Chef de Sce ou de bureau de l’administration générale Représentant du personnel Représentant issu de la même catégorie Représentant du médecin mis en cause Il doit appartenir à la même catégorie que la personne mise en cause

Après la constitution d’un dossier disciplinaire jugé utile d’être étudié par la commission locale de discipline, l’administrateur délégué en tant que président fixe la date de la réunion et 63
IKEN NAOUAL

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

en convoque les membres. Cette convocation doit intervenir au moins dix jours avant la date de la réunion. La convocation, en deux exemplaires, est adresse à l’agent concerné sous couvert du responsable hiérarchique contre signature sur la copie qui constitue un accusé de réception. Le représentant de l’agent mis en cause doit être désigné au moins quatre jours avant la date de la réunion de la commission faute de quoi l’A.O.D procède à sa désignation. Un registre local disciplinaire est tenu à jour à l’administration générale de la polyclinique concernant son personnel. 3) Le contrôle des présences ; 4) La gestion des congés ; 5) La notation du personnel ; Les agents sont notés annuellement conformément à l’article 25 de la convention régissant le personnel des unités médicales. Les notes sont cotées de 0 à 20 en tenant compte de : - la valeur professionnelle de l’agent. - la manière de service de l’agent . Ces notes sont complétées par une appréciation générale des qualités de l’agent. La note numérique est communiquée à l’agent par le service ou bureau de l’administration générale. Procédure de notation : 5.1) Personnel administratif et technique

La notation et l’appréciation sont faites par l’administrateur ordonnateur délégué sur proposition du chef de service ou de bureau dont relève l’agent. 5.2) Personnel médical

La notation et l’appréciation sont faites par le médecin chef et contre signées par l’A.O.D. 5.3) Personnel para médical

La notation et l’appréciation sont faites par le médecin directur sur proposition de chefs des services et du surveillant général et contre signées par l’A.O.D. La notation de tout le personnel doit parvenir à la direction des ressources humaines avant le 15 avril de chaque année. Elle est prise en compte pour l’octroi de la prime de rendement. 6) La gestion des accidents du travail ; Conformément aux dispositions du dahir n°1-6-2223, sont considérés comme accidents de travail, à moins que l’employeur ou l’assureur n’apporte la preuve d’une disposition pathologique de la victime, les accidents survenus par le fait ou à l’occasion du travail.

64

IKEN NAOUAL

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne

Le bénéfice de la législation des accidents du travail a été étendu aux accidents du trajet d’aller et retour au travail, à condition que le parcours ne soit pas interrompu pour un motif dicté par l’intérêt personnel de la victime, ou indépendant de son emploi. Procédure à suivre en cas d’accident de travail : a) Rapport La victime d’un accident de travail doit immédiatement informer la direction de l’unité médicale dont elle relève. Celle ci désignera une personne chargée d’établir un rapport sur les circonstances de l’accident. b) Eléments du rapport Etat civil : nom, prénom, matricule, date et lieu de naissance…concernant la victime de l’accident. Circonstances de l’accident : date, lieu, heure… Témoins de l’accident : nom, prénom, matricule, fonction, service d’affectation… Déclaration des témoins : dûment signée par ceux ci.

-

a) Certificat médical de constatation de l’accident Ce certificat est établi par le médecin traitant en quatre exemplaires : - L’original est joint à la déclaration. - Un exemplaire est classé dans le dossier médical. - Un exemplaire est classé dans le dossier administratif. - Un exemplaire est remis à la victime. b) d) Prise en charge Une prise en charge est délivrée par la direction générale pour les soins donnés à l’agent victime de l’accident de travail. Pour ce faire, une copie du rapport de l’accident de travail et du certificat de constatations sont communiqués à la direction générale. e) Déclaration de l’accident de travail La direction de l’unité médicale procède à la déclaration de l’accident de travail sur la base des renseignements figurant dans le rapport et le certificat de constatations. Cette déclaration est transmise aux autorités compétentes dans un délai de 48 heures non compris les dimanches et les jours fériés. Elle doit comporter : - La déclaration (en trois exemplaires) ; - L’attestation et dépôt de certificat médical (en trois exemplaires) accompagnée du certificat de constatations. f) Enregistrement de l’accident de travail Un registre « accidents de travail » est tenu au niveau du service ou bureau administration générale suivant un ordre chronologique. Les éléments du dossier sont : - Rapport de l’accident de travail ; - Copie du certificat médical de constatations de l’accident de travail ; 65
IKEN NAOUAL

. En fait. bilans de compétences et plan de carrière et elle implique la hiérarchie de façon croissante. intensification et internationalisation de la concurrence. 66 IKEN NAOUAL . esprit d’initiative. RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMNDATIONS: IV. évolutions démographiques. nouveaux courants socio culturels. il n’y a pas de pratiques universelles en matière de gestion des ressources humaines (GRH). Risque : . Celles applicables actuellement relèvent de notes de service ou de la pratique qui en est faite dans les différentes polycliniques. Ceci implique intelligence. Recommandations : Pour répondre aux défis du 21ème siècle. aptitude à communiquer et à négocier.La personnalisation : Elle suscite l’apparition ou le développement de certaines pratiques : systèmes d’évaluation des personnes. Récépissé de la déclaration. Les directions générales savent que les structures et les hommes peuvent donner un avantage compétitif à leur organisation.L’adaptation : La logique de l’adaptation (ou de la flexibilité) concerne tous les domaines de GRH. au sein des polycliniques que nous avons visitées. Pour faire face à un environnement cahoteux et chaotique. 7) La gestion des éléments variables de la paie et la gestion directe des rémunérations diverses FAIBLESSES. Or. les polycliniques sont amenées à adopter de nouvelles logiques qui irriguent les politiques sociales : .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Copie de la déclaration de l’accident de travail . Elles attendent de la fonction ressources humaines une forte valeur ajoutée. au service de la compétitivité. Les pratiques performantes sont celles qui. nous avons noté une absence de mise à jour des procédures relatives à la gestion des ressources humaines . Les polycliniques sont confrontées à des défis fondamentaux : mutations technologiques. adaptées au contexte permettent de répondre aux défis qu’à un moment donné. une organisation doit affronter. les procédures existantes sont dépassées et désuètes. Ces pratiques mettent en œuvre les logiques de réponse induites par les contraintes internes et externes.1 Procédure de gestion des ressources humaines : Faits constatés : Intégrer la dimension ressources humaines dans la stratégie de l’organisation est aujourd’hui une nécessité reconnue. les polycliniques doivent exploiter les voies de la flexibilité tant externe qu’interne. des potentiels .Abus ou application subjective de procédures non autorisées. incertitude et fluctuations économiques.En effet. Copie de l’attestation de dépôt . Elles adoptent une stratégie de développement humain et social en harmonie avec leur stratégie globale. des performances. enquêtes d’opinion.

d’avance… . soit pour nécessité de service. Le dossier de l’agent contient les éléments suivants : . . IV.Les comptes rendus des visites médicales .Les certificats médicaux .La décision de recrutement ou de mutation .Le compte de prise de service. . est une source de risque. Elle suppose également la construction de nouveaux liens sociaux : l’homme n’est plus une contrainte mais un gisement de ressources. soit pour des raisons personnelles.Les titres de congés annuels . . le manque de visibilité implique une démarche anticipatrice favorisant les adaptations aux événements imprévues et à l’incertain. . Ces notes sont signées conjointement par l’administrateur ordonnateur délégué et le médecin directeur pour le cas du personnel médical et para médical. . Ceci impose un important effort de sensibilisation et de formation de la hiérarchie. Le service de l’administration générale de l’unité médicale établit un compte rendu de prise de service et un ordre de service d’affectation interne. La mutation d’un agent : La mutation est l’acte administratif qui consiste à changer de poste ou de fonction à l’intérieur de la polyclinique ou d’une polyclinique à une autre. Le « court termisme » qui caractérise les mesures d’adaptation quotidienne qui ne s’inscrivent pas dans une dimension stratégique.L’ordre de service d’affectation et de réaffectation interne . .La mobilisation : Elle nécessite un climat social favorable et un réel dialogue social. En ce qui concerne le personnel administratif et technique ces notes sont signées par l’administrateur ordonnateur délégué. l’unité médicale reçoit de la direction des ressources humaines une copie de la direction de recrutement.Les copies de décisions de la direction générale pour les cas de prêts. .2 Gestion des dossiers administratifs du personnel Description de la procédure en vigueur : Si l’agent est nouvellement recruté : Pour tout nouveau recrutement. Une gestion à court terme sans anticipation multiplie les dangers à moyen terme et compromet la survie des polycliniques. -L’anticipation : Aujourd’hui. . 67 IKEN NAOUAL .Les autorisations d’absence . la personnalisation réelle des décisions de GRH et la mobilisation du personnel. Ce partage impose un important effort de sensibilisation des salariés.Les annulations de congé administratif .La demande d’allocations familiales . .Le partage : la décentralisation de la fonction permet une adaptation rapide et pertinente.La fiche personnelle des relevés d’absence . . . .La fiche des congés annuels . .La copie de l’acte de mariage et les extraits d’acte de naissance des enfants à charge .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne .

▫ La mutation ordonnée : Elle est considérée comme indispensable par la direction générale est sollicité par un autre service de travail suivant ses aptitudes et ses connaissances professionnelles. Le personnel para médical : 68 IKEN NAOUAL . absence autorisée. le cas échéant. l’établissement des différents certificats sociaux.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Il faut distinguer deux types de mutation : ▫ La mutation volontaire : Elle intervient pour des raisons personnelles. dans ce cas. Un compte rendu de prise de service et un ordre de service d’affectation interne sont établis par le service ou bureau de l’administration générale de la polyclinique. Aussi bien pour la mutation volontaire que pour la mutation ordonnée. outre de la qualification du personnel en son sein. Ce bureau comme son nom l’indique n’effectue que les tâches de nature purement administratives telles que le contrôle des feuilles de présences . l’agent muté doit se présenter à son nouveau poste de travail à compter de la date de sa mutation. le suivi des congés. congé…). Risques : Retard dans le traitement et la transmission de l'information relative aux variables de la paie . Ce bureau souffre. et de matériel informatique suffisant.3 Feuilles de présences : Description de la procédure en vigueur : Des feuilles de présence doivent être émargées par les agents administratifs et para médicaux à l’entrée et à la sortie. d’un manque manifeste de matériel informatique . Préciser par le biais de procédures claires et précises les attributions de ce bureau. Le personnel administratif : Les chefs de service ou de bureau administratif sont chargés de veiller à ce que les feuilles de présence soient émargées par le personnel relevant de leur autorité et qu’elles soient complétées. En effet. Comptes annuels ne donnant pas une image fidèle Recommandations : Etoffer le bureau du personnel au niveau des polycliniques de personnel compétent. le postulant doit obligatoirement formuler une demande de mutation comportant l’avis de la hiérarchie directe. IV. par leurs observations (retard. Faits constatés : La gestion des ressources humaines dans les polycliniques est confiée pour sa partie administrative seulement au bureau du personnel rattaché au CAG.

se verra demander par l’intermédiaire de son chef hiérarchique. Présence fictive du personnel. Recommandations : Mettre en place une application informatique pour la gestion des présences. Assurer un suivi et un contrôle régulier des feuilles de présence de manière à éviter tout abus. Faits constatés : Les feuilles de présence du personnel paramédical sont mal archivées . Si les justifications s’avèrent insuffisantes. . L’agent qui n’aura pas respecté les dispositions de la « convention » en matière d’absences.Les congés de maladie ordinaire dans la limite de trente jours . . Risque : Abus. absentéisme non contrôlé. Ces feuilles sont remises par les majors des services médicaux ou médico-techniques au surveillant général de l’unité médicale.La période d’indisponibilité consécutive à un accident de travail ou à une maladie professionnelle . .4 La gestion des congés payés : Description de la procédure en vigueur : Tout agent en activité depuis au moins six mois peut faire valoir ses droits à congé. par leurs observations. l’absence sera considérée non justifié. Toute absence non justifié dûment constatée sera passible de sanctions prises dans le cadre de la commission de discipline locale. Le personnel paramédical de la polyclinique B. . une explication écrite. Sont considérées ainsi comme périodes de travail effectif et ouvrant droit à congé payé de vacances : . . Les feuilles de présence doivent parvenir au service ou bureau de l’administration générale de la polyclinique au plus tard : un quart d’heure après l’heure de reprise du travail pour chaque entrée. signe lors de la prise de service l'entrée et la sortie.Les périodes de congés payés et de préavis . IV.La période d’instruction militaire. et cinq minutes avant l’heure de sortie. Impact négatif sur la qualité des soins.Les autorisations d’absences exceptionnelles . 69 IKEN NAOUAL .Le congé de maternité . le cas échéant.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Les majors des services médicaux ou médico techniques sont chargés de veiller à ce que les feuilles de présence soient émargées par le personnel paramédical placé sous leur responsabilité et dûment complétées .

la présence simultanée pendant un délai effectif ouvrable de 48 heures minimum de l’agent responsable d’une fonction et de celui qui le remplace dans cette fonction pendant le congé payé de vacances. Dispositions générales : Il est exigé. pour la passation des consignes. Les jours de congé non pris ne sont reportables d’une année sur l’autre que si le maintien en fonction résulte de raisons de nécessité dûment attestées par la hiérarchie. Les titres de congés.O. Le congé payé de vacances ne peut être accolé à une absence autorise sauf lorsqu est prévu par la convention. En cas de départ d’un agent.pour le personnel administratif : par le chef de service ou bureau concerné. Il appartient à chaque responsable d’un service ou d’un bureau au niveau de la polyclinique. rigoureusement conformes au planning arrêté sont établis par le service ou bureau de l’administration générale et signés par l’A. la provision pour congés payés au 31.12.2002 a été calculée en utilisant une estimation sommaire.pour le personnel médical : par le chef de service et le médecin directeur . un planning des congés par catégorie de personnel. il est établi pour le compte de chaque année. Faits constatés : Absence de procédures concernant la détermination de la provision pour congés payés. dans tous les services et bureaux de l’unité médicale. l’état des congés est envoyé à la direction des ressources humaines pour régularisation.D. Les plannings de congés annuels sont arrêtés comme suit : . Un registre numéroté et paraphé par le responsable du service ou bureau de l’administration générale est tenu à jour dans chaque unité médicale pour suivre les mouvements de départ en congé et les reprises de service. Le titre de congé est établi par le service ou bureau de l’administration générale. de l’adresse à laquelle celui ci peut être joint en cas de nécessité de service. lors du départ en congé payé de vacances d’un agent. ou majoration des charges de l'exercice pour le montant de la provision 70 IKEN NAOUAL . de prendre note. Procédure d’attribution Pour que les départs en congé soient bien organisés de façon à permettre un fonctionnement normal des services de l’unité médicale.O. Une copie du titre de congé et du compte rendu de cessation et de reprise de service est conservée dans le dossier administratif de chaque agent. ce qui laisse apparaître de sérieux doutes quant à sa réalité. Le départ en congé de vacances est subordonné à l’établissement d’un titre de congé où les dates de départ et de retour portées doivent correspondre systématiquement à celles de la cessation et de la reprise de service. Risques : Minoration.pour le personnel para médical : par le major et le surveillant général .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Conditions d’attribution Les congés payés de vacances sont déterminés par année légale allant du premier janvier au 31 décembre. Son mode de comptabilisation et son sort diffère d'un exercice à l’autre.D. A la polyclinique A. Ce planning est approuvé par l’A.

L’exemplaire (copie) est conservé par l’unité médicale. . IV. à la clôture de chaque exercice.La date d’établissement de la fiche .aux références bancaires. .5 Gestion des variables de la paie : Description de la procédure en vigueur : Le responsable de la paie établit avant le 5 de chaque mois le formulaire intitulé « ordonnancement mensuel des variables de la paie ». .Code traitement P : permanent R : rappel M : mensuel T : trop perçu A : annulation d’une plusieurs rubriques. A cet effet. . .Montant Outre les éléments cités ci dessus.à la mutation .Le numéro d’identification à six caractères .l’exemplaire (original) est adressé à la direction des ressources humaines. . Cette évaluation permettrait à la comptabilité de constituer. . La fiche « ordonnancement mensuel des variables de la paie » est établie en deux exemplaires : .Le code unitaire . Cette fiche comporte impérativement et dans tous les cas les suivants : .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - Absence d'image fidèle des états financiers et non respect des normes du CGNC. Recommandations : Le service du personnel devrait effectuer une évaluation globale et valorisée des congés payés.à la situation de famille en cas de modification intervenue . la fiche comportera des renseignements relatifs : . Une étude de la paie du personnel est présentée en annexe à titre d’information.Code mis à jour : C pour la création M pour la modification A pour l’annulation. . le bureau du personnel au sein de chaque polyclinique devrait faire un suivi des congés payés en terme de jours et transmettre un état des congés payés restant dus en fin d’exercice à la comptabilité afin d’évaluer la provision pour congés payés.Le mois de l’établissement de la variable . une provision pour charge à payer. Fait constaté : 71 IKEN NAOUAL . . .Code rubrique .Le N° de la fiche .

Ce retard fait naître un passif non pris en compte par les polycliniques.6 Rémunération du personnel occasionnel : Faits constatés : La détermination de la rémunération du personnel occasionnel et de la rémunération des gardes et astreintes des médecins vacataires ne fait pas l’objet de procédure formalisée concernant notamment le calcul et le contrôle de ces rémunérations. Recommandations : Instaurer une communication permanente. il s’en suit un risque social. le correspondant informatique a créé une base de donnée sous Access. à la polyclinique A. prime de caisse…). En effet. Seuls les médecins procèdent à un recoupement entre leurs agendas personnels et l’état du service informatique. Risques : Charges latentes. Quant à la polyclinique B. Il existe certes des notes de services précisant certains éléments de traitement de ces rémunérations mais qui demeurent insuffisantes et incomplètes au regard de l’ensemble des éléments à prendre en compte.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne La gestion des variables de la paie communiquée à temps par les différentes polycliniques sont traitées avec un certain retard par les services de traitement de la paie. 72 IKEN NAOUAL . cas de la prime attribuée d’après la convention collective pour certains postes (prime de bloc. le service comptabilité procède au prélèvement de l’IGR et au calcul ainsi du net à payer. Absence d'image fidèle. ce qui lui permet d’éditer mensuellement le chiffre d’affaires réalisé par médecin. Altération de l’image de marque de la polyclinique. Risques : Charges minorées. Recommandation : Se conformer à la législation en vigueur. Cotisations CNSS : Les unités médicales ne payent pas les cotisations CNSS sur les rémunérations allouées aux personnels occasionnels. Sans aucun contrôle de cet état. qu’il alimente à partir des informations extraites de la base de donnée générale. En effet. il est stipulé que toutes les rémunérations accordées dans le cadre de l’exécution d’un travail qui crée un rapport d’employé employeur sont comprises dans le champ d’application du régime de sécurité sociale. Risque social. entre la DRH et le bureau du personnel des polycliniques IV. le traitement est manuel et ne fait pas l’objet de procédures uniformes et de contrôles systématiques et matérialisés. et d’après la note circulaire relative à l’assiette des cotisations n°295-98 DG-DIA du 15 avril 1998.

alors qu’elles prélèvent ces cotisations pour les salariés. De même. il existe un différent avec la MAS au sujet de l’intégration de cette catégorie de personnel. IV. Recommandation : Eclaircir la situation avec la MAS et rembourser aux salariés occasionnels les prélèvements effectués à tort.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Cotisations MAS et CAID : Les unités médicales ne paient pas les cotisations MAS et CAID pour le personnel occasionnel . cette inadéquation se fait fortement ressentir pour le personnel administratif (comptabilité. Profils inadaptés aux postes. 73 IKEN NAOUAL . cas de la polyclinique A où le responsable des magasins venait d’être muté du service de la cuisine à la gestion des stocks sans aucune formation et de la polyclinique B où la pharmacie est gérée par un technicien de laboratoire et non par un pharmacien comme le prévoit la procédure. sur son intégration réussie dans la structure.7 Recrutement Faits constatés : Inadéquation entre les profils requis et le personnel existant. la recherche méthodique des candidatures externes et la qualité des procédures d’accueil et d’intégration. sur la recherche fructueuse du candidat compétent et enfin. Elle repose sur une bonne définition et une description réaliste du poste. nous avons constaté un manque de qualification et de formation de certains agents affectés à de nouveaux services. Risques : Mauvaise gestion des ressources humaines . En effet. admission facturation. Or. rappelons que la qualité d’un recrutement est le résultat de l’adéquation existant entre la personne recrutée et le poste à pourvoir. Recommandations : La réussite d’un recrutement repose sur une démarche rigoureuse. gestion du personnel). sur l’identification du profil correspondant. gestion du stock. Risque : Prélèvement à tort des cotisations sans contrepartie pour les salariés occasionnels.

Sélection des candidats Questionnaire Entretien Tests Décision Négociation des conditions d’embauche Signature du contrat IV. Recherche des candidats III. Définition du besoin Décision de recruter Définition du poste Définition du profil Prospection interne Recherche des candidatures externes 1er tri des candidatures II.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Demande de recrutement I. Concrétisation 74 IKEN NAOUAL .

8 Formation : Faits constatés : Absence d’établissement de plans de formation . La formation aide aussi à traverser les évolutions technologiques et organisationnelles. Formation sur le terrain non structurée . C’est l’évolution conjoncturelles de la technologie et des données économiques qui détermine les compétences et. par extension.Détermination à partir des attentes des individus et des groupes. de faciliter les relations fonctionnelles (pour des personnes de services différents). seul l’individu ou le groupe professionnel. Or. C'est souvent les correspondants informatiques qui font office de formateurs internes. Certains doivent même changer d’emploi. Risques : Mauvaise gestion des ressources humaines . Pour faire face aux évolutions organisationnelles. la formation professionnelle est devenue un outil stratégique. c’est un moyen d’apprendre à travailler ensemble (pour les membres d’un même service). peut exprimer rationnellement les besoins de formation en regard des données conjoncturelles. .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne IV. Recommandations : Gérer la formation à partir d’un processus de planification : Diagnostiquer les besoins : Jean Claude PLESSIS distingue trois types de détermination des besoins. D’autres personnes intervenant dans le circuit admission facturation. Elle apporte les compétences requises. . empêchant d’avoir une conduite réfléchie et adaptée devant des situations nouvelles. d’ouvrir les horizons. les salariés doivent enrichir leurs compétences et transformer leurs pratiques. Enfin. certains savoirs deviennent des actes réflexes. Faute de réactualisation régulière. On part du principe que. Absence de critères objectifs lors du choix du personnel bénéficiant des formations informatiques .Détermination à partir des compétences requises pour les situations professionnelles et la finalité de l’organisation. d’enrichir les perceptions. du fait des exigences concurrentielles qui posent à l’adaptation technologique et au développement des savoir faire. Profils inadaptés aux postes. Sclérose des mécanismes mentaux et vieillissement des connaissances . les besoins de formation nécessaires à la survie et au développement de l’organisation. Ainsi les formations dispensées au personnel ne correspondent pas toujours au travail qu’ils effectuent quotidiennement. d’apporter des idées nouvelles. tout en rassurant sur l’aptitude à pouvoir affronter la nouveauté. Le concept dominant est que la formation agit sur la compétence de l’individu et que la performance de l’entreprise est directement liée à cette compétence. 75 IKEN NAOUAL . n'ont bénéficié d'aucune formation. Les polycliniques peuvent les aider par une politique de formation appropriée.

information du personnel sur la polyclinique.les catégories de bénéficiaires . les échecs ou les erreurs ne sont pas intégrés dans le processus d’apprentissage . celui du transfert de ces apprentissages dans la pratique professionnelle et celui de l’évaluation des effets de ce transfert sur les performances de la polyclinique. Reste à tirer l’attention sur une chose : c’est qu’on a tendance à considérer la formation comme un remède mythique. de connaissances et savoir faire nouveaux. Au contraire. La formation remplit des fonctions imbriquées. 76 IKEN NAOUAL . La provision pour avancements acquis présente des insuffisances manifestes quant à la détermination de son montant. réactualisation de connaissances techniques visant à maintenir le potentiel du personnel . c’est souvent une fausse solution à des problèmes qui n’ont rien à voir avec la compétences des salariés.le budget .9 Avancement : Faits constatés : Absence de procédure concernant la détermination du montant de l'avancement à provisionner. formation culturelle plus large pour tous . beaucoup d’apprentissages cherchent à inculquer des normes ou à vendre des « success stories ». Cette démarche repose sur une procédure d’enquête pour identifier les conditions générales et particulières de l’exercice du travail.la pédagogie . son fonctionnement dans un but d’intégration et d’amélioration des communications .le calendrier . Choisir des objectifs qui doivent être coordonnés dans un plan opérationnel : Donner une compétence professionnelle à ceux qui n’en ont pas ou développer celle du personnel qualifié et la hiérarchie . Ces choix doivent être traduits par la mise au point d’un plan de formation.le contenu . pendant le stage.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne . Les performances jugées positives sont médiatisées . amélioration du climat social. Par ailleurs. ils sont des sources importantes d’information.la durée . C’est la liste des moyens prévus pour atteindre les objectifs définis. Ce dernier planifie et organise des actions de formation en fonction des objectifs retenus. on les survalorise. Il comporte : les objectifs . au delà de sa véritable utilité. préciser et détailler les montants provisionnés annuellement. Alors qu'on devrait. Or les échecs font partie intégrante de la réalité des entreprises . aux objectifs qu’on leur donne et aux motivations qui les guident. par souci d'image fidèle.Détermination à partir de la situation de travail. Risques : Minoration ou majoration de charges. de prise de conscience et de modification des comportements. IV. On peut distinguer trois niveaux d’évaluation : celui de l’acquisition effective. à la façon dont ils s’organisent.la manière dont ces actions seront évaluées. on évite même d’en parler. La polyclinique peut retenir un ou plusieurs de ces objectifs. Absence d'image fidèle et non-respect des normes du CGNC.les priorités . mais qui sont plutôt liés à l’information qu’ils reçoivent. Par exemple. Monter les actions avec l’aide ou non d’organismes extérieurs : Evaluer la mise en œuvre et les effets : Autrement dit contrôler régulièrement la validation des acquis.

« communiquer c’est rendre commun ». des projets communs et la solidarité de tous. Recommandations : Mettre en place des procédures de circulation de l’information relative au traitement de la paie. les collaborations transversales et la circulation de l’information. Cette faiblesse en matière de communication a en fait un coût social et économique lourd de conséquences : blocage divers. Ce plan suit une démarche selon plusieurs étapes : 1.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Recommandation : Prévoir une procédure pour le calcul de la provision pour avancement en relation avec les services responsables de la paie. des valeurs. d’être autonome et efficace à son poste de travail. Et si. La procédure doit préciser également le sort à lui réserver d’un exercice à un autre. Informations non transmises . Afin d’atteindre ces objectifs.10 Circulation de l’information : Fait constaté : Il n’existe pas de procédures permettant la circulation de l’information et des documents entre les différents services intervenant dans la gestion des ressources humaines au niveau des polycliniques. 3. rétention d’informations. Diagnostic de la situation actuelle de l’organisation 2. Définition des objectifs de communication Hiérarchisation des objectifs par ordre de priorité et de faisabilité Hiérarchisation à court terme et à moyen terme Arbitrage entre objectifs et moyens. 2. L’adhésion à une ambition. comme l’affirme un sociologue. démotivation… Risques : Informations transmises en retard . l’élaboration d’un plan de communication interne s’avère nécessaire. C’est un vecteur essentiel de sa bonne marche car elle permet d’y instaurer un climat de confiance et d’adhésion qui favorise les synergies des compétences. l’enrichissement réciproque. la coordination et l’interactivité entre personnes ou entités. IV. L’animation de la vie de l’organisation par l’échange. la communication doit être la pierre angulaire de l’organisation. Trois objectifs essentiels peuvent être assignés à la communication interne : 1. 77 IKEN NAOUAL . et portant sur toute opération ayant trait à la gestion des ressources humaines. La diffusion d’une information pertinente permettant à chacun de s’adapter en permanence aux aléas. Oubli et/ou retard de traitement de l'information.

Calendrier L’élaboration du calendrier doit prendre en compte : Les contraintes internes : temps forts de l’activité. Budgétisation des actions prévues dans le plan de communication interne. 78 IKEN NAOUAL . IV. délais de conception.12 Avances au personnel: Faits constatés : Les états des décomptes ayant servi à la reconstitution des avances au personnel ne sont pas exhaustifs. Evaluation et actualisation Contrôle et suivi des actions Analyse des écarts Ajustement du plan si nécessaire. coordination avec les différentes fonctions de l’organisation 9. Recommandations : Rendre obligatoire le contrôle du listing de paie au niveau des polycliniques. Abus et/ou malversations. Risques : Charges du personnel non justifiées . Communiquer mensuellement les résultats de ces contrôles au service chargé des rémunérations au régime général. il n'est pas matérialisé. Contenu de la communication 4. cas de la polyclinique A . disponibilité des émetteurs. cas de la polyclinique B.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne 3. Contraintes conjoncturelles. IV. 8. réalisation diffusion. 7. lorsque ce contrôle existe. Source et cible L’identification de la cible et de ses caractéristiques est capitale pour le choix du contenu. 5. disponibilités des canaux de diffusion. disponibilités des récepteurs… Les contraintes externes : contraintes techniques. du canal et du support de la communication interne.11 Listing et journaux de paie : Fait constaté : Absence de contrôle du listing de paie du personnel permanent. Choix des outils et des actions 6.

Charges injustifiées. le prêt est diminué du montant total du prélèvement (principal et intérêt).Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - - Absence de suivi des avances suite aux mouvements du personnel. et non mises à jour. Absence d'une comptabilité auxiliaire de gestion des prêts . Recommandations : Prévoir la mise en place de procédure écrite définissant les procédures de gestion et de suivi des encours des prêts. Absence d'image fidèle. Les mouvements de personnel ne donnent pas lieu à la mise à jour du compte prêt au personnel. Risques : Abus et/ou malversations. En effet. Erreurs dans la comptabilisation des annuités de remboursement des prêts. Mettre en place une procédure comptable. Absence de pièces justificatives probantes. IV. Anomalies comptables non régularisées. Comptes ne présentant pas une image fidèle. Risques : Prêts non remboursés. Abus et/ou malversation. Recommandations : Assurer un suivi extra-comptable des avances au personnel. alors qu’il devrait l’être que du montant du principal afin de ressortir le capital restant dû . 79 IKEN NAOUAL . Absence d'interface entre l'application informatique de suivi des prêts et la comptabilité.13 Prêts au personnel : Faits constatés : Les procédures écrites existantes sont incomplètes.

il peut sortir par fractions successives. APPRECIATION DU CYCLE « GESTION DES STOCKS » TRAVAUX EFFECTUES : Nos contrôles ont consisté à vérifier : Par sondages. Si la procédure d’entrées et de sorties des stocks garantit la protection des actifs des polycliniques.. La méthode de valorisation des stocks en fin d’exercice .2002. Que le principe de séparation des exercices est respecté. nous avons effectué nos tests sur 5 types de familles de produits qui représentent des montants importants au niveau du stock : Produits dentaires . ce qui implique une « gestion des stocks » qui comprend : L’organisation matérielle des magasins la détermination des quantités à y laisser en stock La périodicité des commandes La détermination des quantités pour chaque livraison. l’existence physique des biens figurant en stock et à rapprocher cet inventaire aux fiches de stock et à l’inventaire permanent . Si les fiches de stocks sont tenues correctement et régulièrement mises à jour . D’où. Produits pharmaceutiques . 80 IKEN NAOUAL . Que le principe de séparation de tâches est respecté . L’objectif principal découle de la définition de la gestion des stocks : « c’est l’ensemble des opérations à effectuer pour pouvoir : . » Que doit on stocker ? En règle générale.Répondre à une demande de produit ou article dans les délais nécessaires . Produits de laboratoires.12. Consommable médical . Nos contrôles ont porté sur les listes de l’inventaire physique des stocks au 31.Avoir le minimum des frais financiers.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne V. Instrumentation. Si l’inventaire permanent des mouvements de stock est mis à jour régulièrement . DESCRIPTION DE LA PROCEDURE DE GETSION DES STOCKS : Un produit livré n’est pas toujours immédiatement utilisé. « il faut couvrir l’unité contre les risques de rupture de stocks en produits indispensables ». Il faut considérer l’unité comme un service ayant des besoins SPECIFIQUES et souvent URGENT. Il est parfois stocké dans un magasin .

S’il n’y a que le stockage pour satisfaire les besoins ? .Si la connaissance des besoins prévisionnels et leur étude sur plusieurs exercices ne permettent pas d’aboutir à une meilleure satisfaction et à une réduction des stocks. compte tenu de l’activité de l’unité.Veiller à une conservation adéquate des articles stockés . Toute préemption. A. certains besoins quel qu’en soit le coût ».Magasin papeterie .Surveiller les dates de préemption des produits .Magasin des ateliers .Magasin des produits alimentaires . 81 IKEN NAOUAL . Partant de ce principe. Organisation matérielle des magasins L’organisation matériel le de chaque magasin dépend de la nature des articles qui y sont stockés ainsi que la méthode retenue quant à la classification des dits articles.Magasin des produits d’entretien . B.Magasin textile . tout vol se traduit par une augmentation du prix de revient des articles restant.Si le stockage important n’est pas une solution de facilité ? .Magasin du petit matériel de cuisine .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Importance des stocks Ils doivent satisfaire.Consommable médical. Conservation Les techniques ci après ont pour buts principaux : ◦ Eviter l’augmentation du prix de revient du produit ◦ Eviter les ruptures de stocks.1 Eviter l’augmentation du prix de revient d’un produit .S’entourer du maximum de précautions et de sécurité. réactifs divers . altération d’un produit. Principaux magasins spécialisés : . on doit se demander : .Lieux de stockage spéciaux ◦ Fuel ◦ Propane ◦ Gaz médicaux ◦ … B.Pharmacie .

. la connaissance de la consommation moyenne d’un service ou de l’ensemble de la formation hospitalière permet. un suivi permanent et avec vigilance des articles du groupe « A » permet le contrôle de 80% des articles en valeur.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne B.2 Eviter les ruptures de stock 1) Tableaux de bord Le but de l’établissement des tableaux de bord est la surveillance de la consommation. 3) Méthode de calcul économique Si gérer un stock c’est faire en sorte que les produits nécessaires au bon fonctionnement des services demandeurs soient disponibles : à la date désirée en quantité requise à un moindre frais. Ces articles coûtent cher et leur possession est indispensable.Groupe B : 10% des articles représentant en valeur 10% de la consommation. Le stock critique est le stock minimum nécessaire pour couvrir les besoins pendant une période déterminée. Cette période correspond au temps s’écoulant entre une commande et la livraison qui en découle. par comparaison avec la consommation actuelle. Un tableau de bord n’est exploitable immédiatement que s’il permet une comparaison rapide entre des éléments de référence et les paramètres que l’on désire analyser. . . De ce fait. En effet.Groupe A : 20% des articles représentant en valeur 80% de la consommation. Au niveau de la pharmacie de l’unité. de vérifier à tout moment toute modification de l’activité hospitalière.Groupe C : 70% des articles. représentant en valeur 10% de la consommation. le responsable de la pharmacie est en mesure d’éviter toute rupture de stocks et ce par une action corrective au niveau de l’approvisionnement. ▫ ▫ Quand faut il réapprovisionner ? Combien faut il commander ? La réponse à ces 2 questions nécessite l’introduction de la notion de seuil ou « stock critique ». 2) Méthode « A-B-C » Il s’agit de classer tous les produits en 3 groupes selon la valeur totale de leur consommation. 82 IKEN NAOUAL . Cette classification permet un suivi plus souple et une surveillance plus aisée.

les caractéristiques sus citées varient d’une famille de produits à l’autre et au sein d’une même famille. Le stock maximum sera déterminé en fonction de la consommation. On distingue : Produits nécessaires au service Produits destinées à un patient (facturable) Produits destinées à un patient et recevant un caractère particulier.Le mode d’exécution (mise à disposition) .La mise à jour des fichiers et registres concernés La périodicité (fixe ou aléatoire) et la quantité est fonction de la nature du produit ou article. de la consommation du service demandeur et de sa capacité de stockage. La détermination de la quantité de commande se fera également en fonction de la consommation. à la demande de la direction de l’unité médicale 83 IKEN NAOUAL . Maintenance Elle est assurée par : L’équipe locale chargée de l’entretien et de la maintenance L’équipe centrale. si la méthode « A-B-C » est mise en place. De plus. de la capacité de stockage et des délais de livraisons. Cela suppose une classification spécifique à chaque famille en vue de mettre en valeur des produits « coûteux ».L’imputation . Commande à quantité fixe Cette gestion se caractérise par une quantité de commande fixe et une périodicité variable. Distribution La distribution peut se caractériser par : .La détermination des éléments déclenchant . En effet. La commande est déclenchée dès que l’on atteint le stock critique. Exemple : Famille : médicaments et produits pharmaceutiques. D.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Deux techniques peuvent être envisagées à ce niveau : Commande à périodicité fixe Cette technique se caractérise par la définition de commande dont la périodicité est fixe et dont la quantité commandée est variable puisqu’elle correspond à la différence entre un stock maximum et le stock disponible. C. L’hétérogénéité des produits et articles manipulés au sein d’une unité de soin rend difficile la mise en place d’une procédure standard de distribution. de la capacité de stockage et des délais de livraison.

il est tenu à jour par le bureau ou section chargé de l’entretien et de la maintenance. Si la panne dépasse les moyens technicien de l’équipe locale chargée de l’entretien et de la maintenance. Si la panne nécessite l’intervention d’un service extérieur. En cas de besoin de pièces de rechange pour la réparation de la panne. il est établi un bon de sortie à transmettre au responsable du magasin des pièces de rechange.2 Maintenance curative La défaillance ou la panne est signalée par l’utilisateur au bureau ou section chargé de l’entretien et de la maintenance qui doit dépêcher sur les lieux un technicien pour constater la défaillance ou la panne. D. le technicien doit établir un bon de travaux et procéder à la réparation de la panne. il est établi par l’équipe locale ou centrale un procès verbal de diagnostic sur la base duquel il est fait appel à un intervenant extérieur qui doit localiser la panne et évaluer les travaux à entreprendre. A ce titre.1 Maintenance préventive Elle est effectuée suivant un planning d’intervention arrêté par type de matériel. celle ci est immédiatement portée à la connaissance du service administration générale/bureau des achats pour faire le nécessaire : déclenchement de la procédure d’approvisionnement. S’il s’agit d’une défaillance de fournitures. S’il s’agit d’une panne. il est fait appel à l’assistance de l’équipe centrale de maintenance avec évidemment la fourniture des pièces de rechange par l’unité médicale. 84 IKEN NAOUAL .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne On distingue deux types de maintenance : D.

T P.V et diagnostic B.ACHAT/APPROV Bon de travaux Etude de cas Dépêche technicien Bon de travaux Diagnostic P.L BS Stop Stop 85 INFORMATIQUE IKEN NAOUAL .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Maintenance corrective Equipe centrale ou locale Réparation avec pièces de rechange UTILISATEUR SERVICE OU BUREAU MAINTENANCE STE CONTRA CTANTE ADMINIST.T visé par l’utilisateur.V de Diagnostic Visa P.V Bon de sortie Bon de livrais Pièce rechge Pièce de rechange technicien Réparation Constitution Dossier B.V Procédure d’acquisition Pièces + bon de livraison Pièces + bon de livraison Visa P. DELEGUE COMPT-MAG. le technicien Fiche technique P.

1 Système de gestion des stocks Fait constaté : Le système de gestion comprend un module intégré de gestion des stocks.Les procédures actuelles ne prévoient pas d'effectuer des rapprochements entre les produits Consommés et les quantités facturées notamment en matière de produits pharmaceutiques. Risques : 86 IKEN NAOUAL . il existe une anomalie consistant en la non prise en compte des mouvements de stock en temps réel. il existe une procédure mise en œuvre. De ce fait. qui est cependant entachée de plusieurs anomalies qui la privent de toute valeur: . Cette prise en compte ne se fait qu’après le lancement manuel d’une procédure de validation. toutefois.2 Procédures liées à la gestion de stock Faits constatés : En l’absence d’un système de gestion de stock opérationnel et intégré avec la fonction facturation. des radios infructueux nécessitent une quantité supplémentaire de produits. Risques : Non suivi des stocks Abus et/ou malversations non décelés Recommandations : Vu la diversité et l’importance des articles en stocks.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne FAIBLESSES. le rapprochement ente le nombre de clichés produits et les quantités de filmes consommées relève des écarts . de produits radiologiques et de produits de laboratoires. les stocks issus du système présentent souvent des quantités non conformes à la réalité voire des quantités négatives. des abus.Les procédures de gestion des stocks sont diverses et non uniformes d’une polyclinique à une autre et d’une catégorie de stock à une autre. Les procédures utilisées ne sont pas formalisées. En effet. Ces écarts pourraient avoir comme origine : des filmes ratés. . il est nécessaire de revoir l’application Axya en vue de comprendre et de corriger les problèmes liés à la gestion de stock. ce module n’est toujours pas opérationnel. Exemples: Aux polycliniques A et B. V. RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS V.

Il n’existe pas de procédure d’explication des écarts entre inventaire physique et permanent. Contrôler le nombre de filmes raté par jour en le maternalisant par un PV signé par le médecin directeur et le major du service. Risque : Perte de chiffre d’affaire non décelée. Risques : Erreurs non décelées Malversations et/abus Recommandation : Instaurer une procédure claire et formalisée de contrôle périodique du suivi du stock par des personnes indépendantes de celles qui s’occupent de sa gestion. 87 IKEN NAOUAL .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Gestion non rigoureuse des stocks .3 Contrôle Faits constatés : Les procédures de gestion de stock existantes ne prévoient aucun niveau de contrôle. d'autant plus que le système d’information est en mesure de fournir tous les états nécessaires à un tel contrôle . Impossibilité de contrôler la réalité des filmes ratés . Les personnes responsables de la tenue des stocks sont elles même qui assurent la réception des consommables et tiennent l’inventaire physique.Mettre en place les outils opérationnels nécessaires à cette gestion. . Fait constaté : Il n’est pas prévu de système de contrôle global des mouvements de stock par rapport au chiffre d’affaires réalisé. Abus et/ou détournements . V. Abus ou malversations non décelés. Recommandations : . Ainsi aucun contrôle n’est effectué sur les supports de suivi du stock.Prévoir une réconciliation périodique entre le chiffre d'affaire facturé ramené au coût d'achat et les achats de médicaments et de produits laboratoires et radiologiques en tenant compte des mouvements d'entrée et de sortie des stocks (bouclage des flux).Les polycliniques doivent mettre en place un dispositif de contrôle et de rapprochement entre les quantités consommées et les actes produits et facturés . Recommandations : . notamment une application informatique intégrée à la fonction facturation. .Mettre en place une procédure de gestion de stock pour toutes les polycliniques.

(Polyclinique B) Il existe plusieurs articles non valorisés. feuilles non signées.12. V. 88 IKEN NAOUAL . Magasin pièces de rechange.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne . Magasin de produits alimentaires . Prothèse et implant . V. Instrumentation . Le premier et le second comptage physique des stocks suivants ont été effectué par la même équipe : Consommable médical . Risques : Les valeurs des stocks au bilan ne reflètent pas la réalité Abus et/ ou détournements Recommandations : Instaurer une procédure claire et formalisée des contrôles pendant le déroulement de l'inventaire physique du stock Sensibilisation des polycliniques quant à l'intérêt de l'inventaire physique des stocks. d’où le risque de modification des quantités. Seule la première feuille de l’état d’inventaire physique est signée par toute l’équipe tandis que les autres pages sont signées par le médecin Directeur ainsi que le chef de l’administration générale. Prothèse et implant . Magasin pièces de rechange.5 Gestion des médicaments et des produits de laboratoire Faits constatés : La tenue des fiches de stock est très insatisfaisante : mouvements non référencés .4 Procédures d’inventaire physique du stock au 31. Magasin matériel de restauration . mouvements non enregistrés en temps réel .Des analyses de marge doivent être réalisées par produits ou gamme de produits et les écarts significatifs sont à investiguer. (Polyclinique B) Il existe des ratures et des surcharges sur les états d'inventaire physique du stock. certains stocks théoriques ne correspondant pas aux stocks physiques . il s’agit d’articles anciens pour lesquels il n’existe pas de base de valorisation. absence de pré numérotation…) Le report des quantités du stock physique sur les états d’inventaire est fait en crayon est pas en stylo. Consommable médical .2002 Faits constatés : La procédure d’inventaire physique souffre de plusieurs anomalies : Les supports d’inventaire physique présentent plusieurs anomalies (ratures et Blanco sur les feuilles d’inventaire..

les ordonnances internes (justificatif des sorties de médicaments et du consommable médical) ne sont pas gardées et classées.Absence de suivi des stocks . inter polycliniques. Risques : . pour matérialiser les entrées et les sorties de médicaments. . Recommandation : Etablir un nombre suffisant d'exemplaires de l'ordonnance interne. Ainsi. Recommandation : Instaurer une procédure uniforme.6 Tenue des fiches de stock Fait constaté : L'ordonnance interne est établie en un seul exemplaire.Abus et/ou malversations Recommandation : Etablir des fiches types de stock et rédiger une procédure claire pour son application. pour que l'inventaire permanent soit mis à jour. ainsi les sorties de stock de médicaments ne sont pas appuyées par les ordonnances correspondantes.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne - les mouvements des produits de l’année 2000 et 2001 figurent sur les mêmes fiches de stock.Abus et/ou détournements.Absence de moyen de contrôle des sorties de stock . de façon à mouvementer les fiches de stock. Risques : Absence de moyen de contrôle des mouvements de stock . Risques : . V. mais uniquement par une décharge qui est signée par le responsable de la pharmacie. V. Abus et/ou détournements . les échanges des produits qui peuvent être effectués entre les différentes polycliniques ne sont pas matérialisés par des bons de sorties ou d'entrée. 89 IKEN NAOUAL .7 Les entrées et sorties de médicaments inter polycliniques Fait constaté : Les entrées et sorties de médicaments inter polycliniques ne sont pas matérialisées par des bons d’entrée et de sortie.

V. Exemples d'écarts relevés: Produits pharmaceutiques stock : Code B071 D020 Libellé Bisolvon 1% 1 amp 20 ml Diprivan 1% 1 amp 20 ml Fiche d'inventaire 90 75 Fiche de stock 15 17 Ecart 75 58 Produits pharmaceutiques tampon: Code B071 D020 Libellé Bisolvon 1% 1 amp 20 ml Diprivan 1% 1 amp 20 ml Fiche d'inventaire 11 7 Fiche de stock 5 4 Ecart 6 3 Produits de dialyse: Code CMK004 CMC196 CMF014 Libellé Kit pour hémodialyse complet F6 Concentré Acide Bidon Filtre à charbon Fiche d'inventaire 126 300 8 Fiche de stock 78 200 6 Ecart 48 100 2 Produits de radiologie : Code CMF019 Libellé Film de radiologie format 30+40 Fiche d'inventaire 8 Fiche de stock 6 Ecart 2 Risque : Erreurs dans la détermination des stocks Absence de suivi des stocks .9 Gestion des consommables médicaux Faits constatés : 90 IKEN NAOUAL .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne V. En effectuant notre test. Abus et/ou détournements. Recommandation : Instauré une procédure de rapprochement et d’explication des écarts entre les quantités inventoriées et celles figurant sur la fiche de stock. nous avons pu déceler plusieurs écarts. Nous n'avons pas pu trouver d'explication à ces écarts puisque tout le staff de la pharmacie a été changé.8 Rapprochement inventaire / fiches de stock Fait constaté : Il n’existe pas de procédure de rapprochement et d’explication des écarts entre les quantités inventoriées et celles figurant sur la fiche de stock.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Les sorties ne font pas l’objet d’une mise à jour systématique des fiches de stock. A. Il est donc préférable de considérer un stock moyen par spécialité. Abus et/ou détournements. Impossibilité de contrôler l'état du stock . PROPOSITION D’UN MODELE DE GESTION DES STOCKS DE MEDICAMENTS Le pharmacien doit pouvoir démontrer son aptitude à bien utiliser les ressources mises à sa disposition . Recommandation : Etablir des fiches types de stock et rédiger une procédure claire pour son application. V.10 Gestion des produits dentaires Fait constaté : Non tenue des fiches de stocks pour les produits dentaires à la Polyclinique A. il lui incombe notamment d'assurer une gestion des approvisionnements et des stocks de médicaments compatibles avec la sécurité du malade et les exigences économiques de son établissement.1. l'agent responsable procède seulement à un classement des bons d'entrée accompagnés des demandes d'approvisionnement et des bons de sortie. Risques : Perte des produits dentaires . Risque : Absence de suivi des stocks Abus et/ou détournements. Définition Le stock réel de chaque médicament variant en permanence selon les achats et les consommations. une mesure ponctuelle de ce stock n'est pas significative.1 Notion de stock moyen A. Des bons de sorties de médicaments ne figurent pas sur la fiche de stock. Pour ceci. Le stock moyen se compose de deux éléments (Figure 1) 91 IKEN NAOUAL . on propose à ce sujet une méthode de gestion rationnelle expérimentée dans d’autres unités médicales. Recommandation : Les fiches de stock doivent être mises à jour à partir des mouvements réels de stocks (sorties des consommables médicales). Bases théoriques et méthodologiques A.1.

destiné à pallier les risques dus au caractère aléatoire tant de l'approvisionnement que de la consommation. appelé aussi stock de sécurité. A. Sm. le stock moyen . Mode de calcul Le stock moyen peut être calculé de deux façons différentes : • • A priori. le stock tournant Q. Figure 1 : Les deux composantes du stock. la quantité commandée à chaque commande . Le stock tournant.2. C. On a : Et b. A posteriori. Sp.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne • • Le stock de protection. le nombre de commandes de la période . qui évolue entre un maximum le jour de la livraison et un minimum correspondant au stock de protection. sur la base des consommations et du nombre prévisionnels de commandes . Méthode comptable : 92 IKEN NAOUAL . Méthode prévisionnelle : Soit : St. la consommation de la période . sur la base d'inventaires périodiques (méthode comptable traditionnelle). le stock de protection. appelé aussi stock actif. N.1.

Assurances .2 Le coût de passation de commandes Il s'agit de connaître l'engagement financier résultant de la procédure de passation de commandes. Dotation aux amortissements ou loyer des immobilisations corporelles . L'identification et la valorisation se déroulent en trois phases : Identification des charges Détermination du temps d'utilisation des éléments pour la passation de commandes Détermination du coût fixe unitaire au prorata du nombre de commandes passées lors de l'exercice précédent. les charges doivent donc être valorisées au prorata du temps réellement consacré aux commandes . La partie fixe comprend essentiellement : • • • Dotation aux amortissements .. Cette partie fixe est répartie entre chaque spécialité en stock.3 Le coût de détention du stock Le coût de détention du stock moyen correspond aux charges engendrées par sa possession et se compose d'une partie fixe estimée. le stock moyen . comme pour le coût de passation. Salaires et charges de personnel . Energie (gaz.) . A. dans le cas où la charge considérée concerne un élément qui ne peut être utilisé que pour la passation. SF. On distingue essentiellement les charges suivantes : • • • • • • • Fournitures administratives . électricité. le stock de début de période . Le coût de passation unitaire est calculé pour l'exercice suivant à partir des données de l'exercice précédent sur la base d'une analyse de processus. On a : A. Entretien et réparation des locaux et matériels..Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Soit : Sm. La partie variable correspond à l'immobilisation financière résultant de la détention du stock. le stock de fin de période. Assurances . 93 IKEN NAOUAL . Rémunérations et charges du personnel . à partir des données de l'exercice précédent et d'une partie variable dépendante du nombre de commandes de la période. SI. elle y est intégralement affectée. Frais de télécommunication . Les éléments générateurs de coûts peuvent être utilisés pour d'autres opérations que celles liées à la passation de commandes .

On a . Tx. C. Figure 3 : stock d'alerte. le stock moyen représente donc un manque à gagner proportionnel à sa valeur. Soit : Sp. A. seuil 94 IKEN NAOUAL . Toutefois. Figure 2 : le coût de gestion du stock Le coût de passation croît avec le nombre de commandes alors que le coût de détention et le stock moyen baissent . un stock réduit n'est donc pas forcément le reflet d'une saine gestion.4 Le coût de gestion du stock Le coût de gestion du stock est obtenu en additionnant le coût de passation et le coût de détention (Figure 2). pour limiter le risque de rupture de stock et faciliter la passation des commandes. l'intérêt annuel que l'on aurait perçu si on n'avait pas détenu de stock. N le nombre de commandes de la période.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne L'argent consacré à l'acquisition du stock moyen pourrait faire l'objet d'un placement financier. le stock de protection . le taux d'intérêt. la consommation de la période . le seuil d'alerte déclenche le processus de commande. Il est calculé pour couvrir la consommation de médicaments entre le moment où l'on constate le besoin de réapprovisionnement jusqu'à la mise à disposition de la nouvelle livraison. A. Le taux d'intérêt de ce placement (taux de rendement brut des obligations par exemple) s'applique aux deux éléments du stock moyen : le stock tournant et le stock de protection. nous considérons plutôt un stock d'alerte.5 Notion de stock d'alerte Supérieur au stock de protection. jouant le rôle de seuil d'alerte et remplaçant avantageusement le stock de protection en envisageant les hypothèses pessimistes que sont une consommation et des délais de livraison maxima (Figure 3).

6. Définition Pour une meilleure gestion.A. Ce nombre optimal est celui qui minimise le coût de gestion du stock.6.6 Le nombre optimal de commandes A. Les résultats sont présentés dans une fiche par fournisseur.2. la partie fixe du coût de détention . le nombre optimal de commandes .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne d'alerte et stock de protection 2. A. Mode de calcul Soit : Cp. Il s'agit de déterminer le point de la courbe du coût de gestion qui égalise les coûts de passation de commandes et de détention du stock. par spécialité pharmaceutique. Le calcul du nombre optimal de commandes consiste à réaliser l'égalité suivante : B. Sp. le taux d'intérêt. d'améliorer les rapports avec l'administration de l'hôpital . le stock de protection . le pharmacien impose le stock d'alerte qu'il estime nécessaire. A. 95 IKEN NAOUAL . Un nombre de commandes inférieur ou supérieur à cet optimum ne peut qu'engendrer un coût de gestion plus important. Sur la base des données fournies par les fiches (nombre optimal de commandes et frais de gestion). N. Le stock d'alerte calculé est vérifié et validé par le pharmacien : si le calcul préconise un stock trop faible pour assurer la qualité des soins et la sécurité du malade. le coût de passation .1. c'est à dire à la fois le coût de détention et le coût de passation (Figure 2) . bimensuels. la Cellule de Commande de la pharmacie a planifié les approvisionnements selon des rythmes hebdomadaires. mensuels et bimestriels. les résultats L'informatique permet d'automatiser le calcul du nombre optimal de commandes à partir des prévisions de consommation annuelles et des stocks d'alerte. un nombre optimal annuel de commandes à passer auprès de chaque fournisseur. C. il est déterminé par la méthode de Wilson. il convient de rechercher. Tx. la consommation . L'usage des fiches fournisseurs aura enfin permis: • • de développer les relations avec les laboratoires fournisseurs en négociant avec eux le rythme et l'amplitude des commandes .

Discussion C.3 Le coût de gestion Le coût de passation unitaire et la partie fixe du coût de détention sont estimés à partir des données de l'exercice précédant alors qu'il serait plus exact d'effectuer l'ensemble des calculs sur les données prévisionnelles. En d'autres termes. tel qu'un objectif à atteindre. le résultat d'un hôpital réputé pour sa performance etc. Les outils statistiques permettent d'apprécier le caractère linéaire de cette consommation en sachant que les sorties de stocks de la pharmacie ne correspondent pas forcément aux quantités réellement consommées par les malades. L'utilisation des fiches fournisseur ayant permis d'améliorer les conditions de travail. en l'absence de comptabilité analytique " médicaments " et au regard du gain potentiel en précision. le modèle ne peut concerner que la planification de commandes de volumes identiques à des périodes fixes.4 La place du pharmacien dans le processus 96 IKEN NAOUAL . Le référentiel permet de porter un jugement de valeur sur le processus. c'est maintenant l'ensemble du personnel qui souhaite voir optimiser et pérenniser l'outil.1 Le modèle de Wilson Si le modèle est théoriquement simple à utiliser.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne • • • • d'initier avec les médecins une réflexion sur les prévisions de consommations de spécialités pharmaceutiques . d'améliorer la satisfaction et les conditions de travail du personnel de la pharmacie . ce qui ne correspond pas a priori à la consommation de médicaments. l'option choisie apparaît tout à fait acceptable. il impose le respect d'une condition réductrice : la linéarité de la consommation sur l'ensemble de la période considérée. Un tableau de bord constitué d'indicateurs pour quantifier les écarts entre les résultats obtenus et le modèle en question.2 Les indicateurs de gestion La maîtrise d'un processus nécessite un référentiel c'est à dire : Un modèle. C. C. d'accroître la réactivité face à des commandes ou des consommations anormales . Les indicateurs utilisés dans cette étude ne remplissent que partiellement ces conditions et doivent être améliorés. Il serait souhaitable que la pharmacie hospitalière rapproche ses résultats en matière de coûts de passation de commandes et de détention de stock afin qu'il soit possible de définir des standards de gestion et des référentiels quant à la composition et à la nature de ces coûts. Cependant. de positionner les compétences propres du pharmacien dans le processus de gestion. C. C. une norme professionnelle. Les indicateurs doivent posséder certaines caractéristiques de validité et de fiabilité pour que l'appréciation soit la plus objective possible.

Nous nous proposons. Il doit maîtriser les paramètres influant sur la qualité de cet acte. La compétence est liée à la formation et à l'expérience de l'individu alors que la responsabilité lui est attribuée par autrui (texte ou délégation).Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Dans certains établissements hospitaliers. Tableau 5 : domaines de compétences pharmaceutiques et gestionnaires Domaines de compétences gestionnaires Compétence économique : calcul du coût de passation de commandes Calcul du coût de détention du stock Etablissement des statistiques des consommations Recherche de corrélations Domaines de compétences pharmaceutiques Analyse des consommations Analyse des matrices de corrélations Négociation de protocoles thérapeutiques avec le corps médical Lancement des marchés publics Etude statistique des délais de livraison Etablissement des prévisions de consommations Choix des stocks d'alerte Négociation de procédures d'approvisionnement en urgence Etude comparative des coûts de détention et des procédures d'urgence Calcul du nombre optimal de commandes Etablissement des fiches fournisseurs Planification des approvisionnements Simulations Valorisation des indicateurs Analyse du risque de rupture de stock Analyse des tableaux de bord En résumé. le choix des produits. la détermination des stocks d'alerte et des consommations prévisionnelles ainsi que leur analyse sont de sa seule compétence. le pharmacien a la responsabilité de la dispensation. 97 IKEN NAOUAL . Les conditions de stockage. dans le Tableau 5. qui ne sont pas abordées dans cette étude. les pharmaciens et les directeurs des Services Economiques s'opposent sur le terrain de la gestion des approvisionnements et des stocks de médicaments alors que chacun possède des compétences propres qu'il s'agirait de valoriser pour développer des synergies aboutissant à une meilleure maîtrise du processus de gestion. sont également de la compétence pharmaceutique. Un pharmacien peut parfaitement être responsable d'un domaine échappant à sa compétence à la seule condition que l'agent possédant cette compétence soit sous son autorité. En particulier. d'identifier les différents domaines de compétences qu'il convient de bien distinguer des domaines de responsabilités.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne VI.Biens de fonctionnement médicaux . Exemple1 : CHAPITRE FAMILLLE SS FAMILLE Exemple 2 : CHAPITRE FAMILLLE ------Biens de fonctionnement généraux ------------Articles pour bureau 98 IKEN NAOUAL ------Biens de fonctionnement médicaux ------------Consommable médical ------------------Ligatures chirurgicales . Ainsi. La concordance entre les prix figurants sur les devis et les prix facturés . examiné la structure et l’organisation des services impliqués dans le système comptable et financier et la gestion des marchés et bons de commande.1 Classification des biens de fonctionnement La classification retenue comprend 2 chapitres : . nous avons vérifié : Le respect de la procédure de passation des commandes et des marchés .La quantité nécessaire . APPRECIATION DU CYCLE « ACHATS FOURNISSEURS » TRAVAUX EFFECTUES : Nous avons procédé à des sondages permettant de valider la procédure d’achat.Biens de fonctionnement généraux Chaque chapitre regroupe plusieurs familles.Le délai dans lequel le produit doit être disponible. L’existence de bons de réception . DESCRIPTION DE LA PROCEDURE EN VIGUEUR : A. Nous avons. Expression des besoins : L’expression des besoins prévisionnels consiste à définir l’objet de l’approvisionnement et ce. Que l’imputation comptable est faite correctement. A. Le respect du principe de séparation des exercices .Les spécificités et performances souhaitées . Certaines familles étant elles mêmes composées de sous familles. en précisant : . par ailleurs.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne SS FAMILLE ------------------Articles spécifiques - Biens de fonctionnement médicaux Médicaments et produits pharmaceutiques Sang et dérivés Réactifs de laboratoire Consommable médical Instrumentation Ligatures chirurgicales Films de radiologie Consommable médical Biens de fonctionnement généraux Produits alimentaires Articles pour bureau Lingerie Articles et produits d ‘entretien Petit matériel de restauration Outillage divers Carburants et lubrifiants Fuel et propane Articles et produits nécessaires à la maintenance.Fournitures de bureau 99 IKEN NAOUAL . A. le choix des articles s’effectuera essentiellement sur la base de listes préétablies par les dites commissions et qui seront mises à la disposition des utilisateurs afin qu’ils puissent établir leurs prévisions. 3 cas de figure peuvent être envisagées : 1) Produits commandés par un seul service Ex : . De ce fait.Médicaments . pour chaque famille ou sous famille sont précisées au niveau des fiches techniques relatives à l’expression des besoins.Films radiologiques .2 Expression des besoins - Afin de normaliser et standardiser les différents produits et articles utilisés au sein des polycliniques.Consommable médical .Matériel de cuisine 2) Produits commandés par deux ou plusieurs services Ex : .Articles et réactifs de laboratoire . A.3 Schémas d’exécution Selon la famille ou la sous famille concernée. Les éléments nécessaires à la détermination et à la validation (quantitative et qualitative) des besoins prévisionnels et ce. les spécificités et performances souhaitées seront étudiées par des commissions techniques désignées par la direction générale.

1 Eléments déclenchant : Besoins exprimés émanant d’un ou de plusieurs services et résultant de l’étape précédente. en tenant compte : . nombre de fournisseurs restreints.du schéma d’exécution mentionné sur la dite liste et figurant en annexe. toute acquisition devra être exécuté sur la base d’un appel à la concurrence. Disponibilité des crédits nécessaires B.Fluides médicaux .1 Recherche fournisseur B. fournisseur unique…). La publication de cet avis doit intervenir 15 jours au moins avant la date limite pour la réception des offres.de la liste préétablie correspondante . Cette consultation doit s’adresser à trois entrepreneurs ou fournisseurs au moins.1. susceptibles de répondre le mieux aux besoins à satisfaire.Sang et dérivés .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne 3) Produits faisant appel à une procédure particulière Ex : .1. La procédure à mettre en œuvre sera fonction : .des modalités fixées au niveau des fiches techniques . B.Fuel et propane Par conséquent. On distingue principalement : Marchés par appel d’offres : L’appel d’offres est dit « ouvert » lorsqu’il comporte un appel public à la concurrence et que tout candidat peut déposer une offre. la phase terminale de l’étape « expression des besoins » se traduira par la mise en forme de la demande d’acquisition et ce. Acquisition B. Les principales étapes de l’appel d’offres : ♦ Avis d’appel d’offres 100 IKEN NAOUAL .des conditions particulières liées à la nature de l’acquisition (achat urgent. Cet appel public se matérialise par une insertion d’un avis dans deux journaux d’annonces légales au moins. L’appel d’offres est dit « restreint » lorsqu’il ne s’adresse qu’aux candidats que l’administration décide de consulter.de la valeur de l’acquisition .2 Procédures : D’une manière générale.

d’une commission technique et d’une commission financière . ♦ ♦ ♦ Forme des soumissions Envoi. .Délai de livraison . Les principales étapes des marchés par « entente directe » sont : .Les justifications à produire. Toute proposition reçue dans les temps impartis (délai de réponse) est confiée à une commission ouverture des plis.Commission d’ouverture des plis dont les rôles sont l’ouverture des plis .Forme des marchés par entente directe. Marchés par entente directe « Le marché est dit par « entente directe » lorsque l’administration engage librement les discussions qui lui paraissent utiles et attribue librement le marché à l’entrepreneur ou au fournisseur qu’elle a retenu dans les conditions fixées par le présent chapitre » (chapitre IV). B. l’établissement et le visa du procès verbal d’ouverture des plis afin de la transmettre à la commission de jugement. le cas échéant. .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne L’avis d’appel d’offres fait connaître : .Descriptif du produit souhaité (qualité et quantité) .La passation des marchés par entente directe .Le ou les lieux ou l’on peut prendre connaissance des cahiers des charges et du modèle de soumission. l’étude et le contrôle du dossier administratif et du dossier technique .Organisation de la profession. la désignation.2 Analyse des propositions Le but de l’analyse des propositions est de « dégager la proposition la plus intéressante économiquement ».La publicité . la date et l’heure limites de réception des offres . dépôt et remise des soumissions Délai pour la réception.L’autorité qui procède à l’appel d’offres.l’objet du marché . la fixation de la réunion de la commission de jugement .Le lieu.Aptitude actuelle et potentialité du marché des fournisseurs . . le dépôt ou la remise des offres. Consultation L’administrateur ordonnateur délégué procède à une consultation auprès de 3 sociétés au moins et ce par envoi d’une lettre circulaire en y précisant : . Cette phase nécessite une connaissance véritable du marché des fournisseurs : .Tout autre renseignement ou exigence jugé nécessaires par le service demandeur.Qui peut livrer qui ? . 101 IKEN NAOUAL .

B. la commission de réception pourra : . L’Administrateur Ordonnateur Délégué établit et signe le bon de commande dont il remet : . MARCHE Pour tout achat dont la valeur est supérieure à 100 000 Dhs l’établissement d’un marché est de rigueur.5 Contrôle quantitatif et qualitatif du produit livré Les éléments de référence sont : .une copie au service chargé de la réception . Ce contrat devra être rédigé en tenant compte de : .Soit rejeter le produit livré (produit non conforme ou quantité insuffisante) .une copie au fondé au pouvoirs pour l’informer des engagements en cours.4 Surveillance de l’exécution du contrat Cette surveillance portera essentiellement sur le respect des délais de livraisons. les quantités livrées.3 Rédaction.Formes des marchés .une copie au service demandeur .6 Contrôle des pièces comptables L’élément de référence est le contrat (marché ou bon de commande).Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne B.Cahier des charges .Soit rejeter l’excèdent (quantité livrée supérieure à la quantité commandée) B.Prix des marchés.Le bon de livraison de livraison (BL) présenté par le fournisseur lors de la livraison. Pour toute anomalie constatée. signature et notification du contrat La nature du contrat est fonction de la valeur de l’acquisition . et ce conformément au planning préalablement établi par l’unité sanitaire et transmis au (x) fournisseur (s) retenu (s). B. 102 IKEN NAOUAL . BON DE COMMANDE Il est possible d’établir un bon de commande (BC) pour tout achat dont la valeur n’excède pas les 100 000 Dhs.Le planning de livraison .l’original au fournisseur .une copie au service ou bureau « comptabilité é » qui le classe en instance de réception du bon de livraison et de la facture .L’échantillon remis lors du dépôt de la soumission . Tout écart pouvant donner suite à l’application de la clause relative aux pénalités de retard. Les éléments à contrôler sont la facture et le bon de livraison.

la remise au fournisseur d’un bon de réception et le bon de livraison visé faisant office de bon de réception.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne L’étape « acquisition » se termine par : . . EXPRESSION DES BESOINS BESOINS ANNUELS BESOINS PONCTUELS CONTROLE ET VALIDATION CONTROLE ET VALIDATION O/N O/N O/N APPEL D’OFFRES ENTENTE DIRECTE CONSULTATION ACHAT SUR REGIE/AVANCE EMISSION DES DOC D’ENGAGEMENT RECEPTION ET CONTROLE MISE A JOUR DES FICHIERS SUIVI DES ENGAGEMENTS EXPRESSION DES BESOINS 103 IKEN NAOUAL .la transmission au service chargé du règlement des fournisseurs des pièces originales nécessaires à cette opération.

Ordon. (2) Pharmacie Contrôle et validation Adm. Délégué pour déclencher la procédure d’achat Médecin chef (1) Besoins du service médical visés par le responsable ou le chef de service (2) Besoins adressés au pharmacien 104 IKEN NAOUAL . Besoin Sce utilis. Besoin Sce utilis.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne LISTE EXISTENTE MISE A JOUR VALIDATION LISTE PREETABLIE Sce utilisateur Sce utilisateur Sce utilisateur (1) Besoin Sce utilis.

O Ouvert Prépa.O Restreint Choix fournisseurs Prépa. Objet de la consultation Publication Avis d’appel d’offres Choix fournisseurs Envoi de la lettre circulaire Remise des C. Cahiers Charges et modèles soumission A.C et du modèle de soumission Remise ou envoi de l’objet consultation Réception des plis DESIGNATION FOURNISSEUR CONSULTATION 105 IKEN NAOUAL .APPEL D’OFFRES Audit financier et comptable des unités médicales : CONSULTATION interne Evaluation du contrôle A.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Réception des plis 1ère Validation consultation O/ N Nombre de plis reçus Ouverture des plis reçus Etude technique Ech. Financière Tbl. comparatif Jugement DESIGNATION FOURNISSEURS APPELS D’OFFRES 106 COMMISSION D’OUVERTURE DES PLIS Réception des plis IKEN COMMISSION FINANCIERENAOUAL DE JUGEMENT COM. catalogue Rapport technique 2ème Validation consultation Nombre de soumissions retenues O/ N Et. .

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne COMMISSION TECHNIQUE FAIBLESSES. RISQUES Y AFFERENTS ET RECOMMANDATIONS 107 IKEN NAOUAL .

Bons de commande non signés par le CAG. cas de la polyclinique B : .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne VI. Taux d’engagement est faible Le contrôle budgétaire : Ecarts assez sensibles entre les prévisions et les réalisations. Suite à ce test. Après cette sélection. Exemples: N° du bon de commande 1256 105 101 2550 107 119 148 Fournisseur COOPER MAROC STERIFIL MANAL CHOBANI IMPRIGEMA EL BAATMANI CHRAIBI Youssef MANAL CHOBANI . on a sélectionné les montants les plus significatifs. on a demandé au responsable du service achat. En fonction de : . 108 IKEN NAOUAL . on a relevé plusieurs anomalies. en se basent pas sur les réalisations des années précédentes pour les charges et produits de fonctionnement . Absence d’analyse des écarts Absence de responsabilisation Risques : Non-paiements des fournisseurs.Bons de commande non datés.Contrôle V. leurs fonds de dossiers afin de s'assurer du respect des procédures relatives aux achats par bons de commande.Prévision . Recommandation : Respecter les prévisions budgétaires .Et pour les investissements.1 La gestion budgétaire Faits constatés : La gestion budgétaire au sein des polycliniques souffre de plusieurs anomalies et ce sur plusieurs niveaux : Les prévisions : elles se font d’une manière aléatoire sans études statistiques d’études de tendance. absence de critères d’investissements… La réalisation : Suivi des engagements et non des réalisation et de paiement surtout pour les investissements.2 Achats passés par bon de commande Fait constaté : A partir du Grand Livre des achats.Réalisation . Non-respect des limites budgétaires et risque de dérapage. d’extrapolation.

Risques : Non-respect des dispositions régissant les marchés publics. même s'ils sont les moins disants pour les motifs suivants: Ce soumissionnaire n'a jamais collaboré avec des résidants hors de Khouringa. Ce soumissionnaire n'a pas répondu à la totalité des articles demandés Le plus disant "La société IMPRIGEMA avec laquelle nous avons l'habitude de collaborer a un dossier technique qui la qualifie à être adjudicataire. Produits alimentaires: La commission technique se compose de 4 membres. mais on a seulement 3 signatures." . V. 109 IKEN NAOUAL . Abus et/ou malversation. Elle a écarté les autres fournisseurs.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Exemples: N° du bon de commande 1253 326 2517 1315 2518 2550 Fournisseur SODIMAP ERGO MAROC PHARMACIE MAGHREBINE INFELEC IMPEXA IMPRIGEMA Risque : Abus et/ou malversations. Acquisitions à des conditions non optimales pour les polycliniques. • Appel d'offres N° 2/2002 lot 01.3 Achats passés par marché Fait constaté : Le test relatif aux achats passés par marché a fait sortir les particularités suivantes (cas de la polyclinique B) : • Appel d'offres N° 3/2002 lot 01. Imprimés et formulaires de bureau La polyclinique n'a pas respecté la règle du moins disant. Recommandations : Faire respecter la procédure relative aux achats par bon de commande en veillant au contrôle des dates de passation des bons de commande et en les faisant signer par le Chef d’Administration Générale.La lettre de notification adressée au soumissionnaire choisi n'est pas datée.

V. Donner des explications plus étoffées quant au refus d'adjudication des fournisseurs.Les dites.4 Non respect du principe de séparation des exercices Situation relevée : En vérifiant le respect du principe de séparation des exercices. Recommandation : Renforcer le contrôle afin de respecter le principe de séparation des exercices.89 10 144. cas de la polyclinique A. on peut citer principalement les deux anomalies suivantes : .28 77 488.factures sont les suivantes (polyclinique A) : n° FACTURE 1103243 1103735 1106887 1106039 1107853 Date 27/04/01 10/05/01 22/08/01 18/07/01 25/09/01 Année de comptabilisation 2002 2002 2002 2002 2002 montant 6 075.51 73 759.28 46 573.41 55 617.28 Risques : Non-respect du principe de séparation des exercices Absence d'image fidèle des états financiers Incidence sur le résultat.02 110 IKEN NAOUAL . V.5 Comptabilisation Situations relevées : Au niveau de la comptabilisation. Date 22/08/01 22/08/01 18/07/01 18/07/01 25/09/01 25/09/01 Numéro de facture 1106887 1106887 1106039 1106039 1107853 1107853 Montant 10 157.La comptabilité accepte de recevoir deux factures portant le même numéro et qui sont comptabilisées toutes les deux.51 58 724.79 73 759.41 55 617. nous avons relevé des livraisons effectuées en 2001 avec des factures datées de 2001 mais dont la comptabilisation n’est effectuée qu’en 2002.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Recommandation : Veiller au respect des prescriptions du code régissant les marchés publics.46 10 144.

- Recommandations : . Comptabilité non conforme au CGNC.Existence d’erreurs de libellé et d’imputation au niveau du grand livre.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne . Risques Erreurs de saisies : Factures saisies doublement … Difficultés d'analyser les comptes . Erreurs non décelées . . 111 IKEN NAOUAL .Renforcement les mesures de contrôle quant à la saisie des factures fournisseurs . Risque de présentation de compte ne donnant pas une image fidèle .Procéder à la codification directe sur les factures. conformément au manuel des procédures .Procéder au lettrage systématique de tous les comptes fournisseurs. .

ni la réalité. Par ailleurs.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne D’une manière générale. soit. facturation « soins externes » : Concernant l’admission facturation des patients soins externes. Admission. FONCTION IMMOBILISATIONS Les immobilisations ne font pas l’objet de procédures d’inventaire et de suivi fiables. FONCTION ACCUEIL ADMISSION FACTURATION La procédure d’accueil admission facturation au sein des polycliniques souffre de plusieurs insuffisances dont l’absence de mise à jour du manuel des procédures suite à la mise en place nouveau système d’information. Comptabilité : Au niveau de la comptabilité. nous avons noté un cumul de fonction facturation encaissement contraire aux principes de contrôle interne. fiable ou opérationnelle. il n’existe pas de procédure de saisie et de vérification (Absence de fiche d'imputation. Les procédures d’acquisition des immobilisations font apparaître certaines situations non conformes aux procédures de consultation et d’acquisition auxquelles doivent répondre les marchés publics. absence de contrôle de la séquentialité des factures…). non respect du manuel des procédures comptables. Registres des services médicaux : Les procédures concernant l'établissement et l'exploitation des registres médicaux ne sont pas connues des utilisateurs et ne sont pas respectées. En effet. Parmi les faiblesses et dysfonctionnements relevés dans le présent rapport. plusieurs procédures ont été mises en place sans qu’aucune ne soit finalisée. 112 IKEN NAOUAL . absence de contrôle de la saisie par le chef du service comptabilité. Les systèmes de traitement de l’information en vigueur aux unités médicales sont insuffisants et ne présentent pas toutes les sécurités requises pour le traitement des opérations d’une manière fiable et exhaustive. soit parce qu’ils présentent des risques élevés sur le contrôle interne. nous en résumons ci-après ceux que nous avons jugés les plus significatifs. parce qu’ils ont une incidence matérielle sur les comptes des unités médicales et entachent par conséquent leur image fidèle. ni l’exhaustivité de l’enregistrement de l’information financière et comptable. nous avons constaté que le dispositif de contrôle interne en place dans les polycliniques n’est pas fiable et ne permet pas de garantir la protection du patrimoine de ses unités. absence de codification. l’organisation des unités médicales en terme de moyens humains et de procédures de contrôle interne mises en place ne permet pas d’assurer la sauvegarde et la protection du patrimoine.

gestion du stock. PAIE PERSONNEL En matière de gestion des ressources humaines. les états de rapprochement ne sont pas établit mensuellement et leur contrôle n'est pas supervisé par la hiérarchie. gestion du personnel). cette inadéquation se fait fortement ressentir pour le personnel administratif (comptabilité. Par ailleurs. La gestion manuelle des stocks telle qu’elle existe actuellement aux unités médicales présente plusieurs irrégularités qui lui enlèvent toute valeur probante. Dans certaines polycliniques. Formation : Les unités médicales souffrent d’une inadéquation entre les profils requis et le personnel existant. GESTION DES STOCKS Le système de gestion comprend un module intégré de gestion des stocks. les stocks issus du système présentent souvent des quantités non conformes à la réalité voire des quantités négatives. ce module n’est toujours pas opérationnel. dans certaines polycliniques nous avons noté le dépassement du délai dans le versement des recettes à la banque. la comptabilisation des immobilisations des unités médicales ne respecte pas certains principes comptables du CGNC. toutefois. la centralisation des différentes caisses auxiliaires dans la caisse principale n'est pas systématiquement contrôlée. En effet. TRESORERIE Il existe plusieurs cas de cumuls de fonctions au niveau de la fonction de caissier.Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Par ailleurs. FONCTION ACHATS 113 IKEN NAOUAL . il n’existe pas de mise à jour des procédures existantes. De ce fait. il existe une anomalie consistant en la non prise en compte des mouvements de stock en temps réel. Il existe certes des notes de services précisant certains éléments de traitement de ces rémunérations mais qui demeurent insuffisantes et incomplètes au regard de l’ensemble des éléments à prendre en compte. Celles applicables actuellement relèvent de notes de service ou de la pratique qui en est faite dans les différentes polycliniques. Cette prise en compte ne se fait qu’après le lancement manuel d’une procédure de validation. Rémunération du personnel occasionnel : La détermination de la rémunération du personnel occasionnel et de la rémunération des gardes et astreintes des médecins vacataires ne fait pas l’objet de procédure formalisée concernant notamment le calcul et le contrôle de ces rémunérations. les procédures sont dépassées et désuètes. admission facturation. en effet. De même. Nous avons également relevé certains cas de détention de chèques et un important retard dans leur versement aux bénéficiaires.

ni à l’intégrité du personnel des unités médicales. ne visent en aucune manière à porter atteinte. que nous remercions pour sa collaboration. ni à la compétence. Nous tenons à préciser que les observations contenues dans notre rapport. 114 IKEN NAOUAL .Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne La procédure de comptabilisation des charges induit les risques de non-respect du principe de séparation des exercices et le manque de suivi ou de contrôle des charges comptabilisées.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne Ouvrages : « La pratique de l’audit » de Laurent HERVE et Philippe PEUCH-LSTRADE. qui modernise le financement des établissements de santé ». Thierry Cuyaubèr et Jacques Muller « Finance d’entreprise ». Jean VERNIMMEN.Articles.google.sante. Serge Evraet et Christian Part « Ressources humaines ».fr 115 IKEN NAOUAL .com/Le dossier médical sur Internet www. Ed. édition Vuibert « Marketing Management ». Internet : www. Ed. La tarification à l’activité : une réforme en marche.Travaux : « La réforme de la gestion des structures de soins : élément fondamental de toute reforme du système de santé ». DECF N°7 . Jean BARREAU et Jacqueline DELAHAYE « Comptabilité financière ».anaes. Kotler et Dubois. UV N° 6.C « Contrôle de gestion ». Omar CHERKAOUI : Professeur en Médecine et Directeur de l'hôpital Avicenne de Rabat « Evaluation des pratiques professionnelles dans les établissements de santé dossier du patient : méthodes d’amélioration de la qualité ». Patrick JOFFRE. Economica Revues. 4ème édition. Encyclopédie : Encyclopédie de gestion : Yves SIMON. ECONMICA. Edition DALLOZ « Gestion financière ».gouv. Publi union.fr www. Tetter Haward F. « Audit principes et méthodes générales ». collection DECF.google. Jean Marie PERRETTI.com/image polyclinique/ LA REFORME DE LA GESTION DES STRUCTURES_fichiers www.

Audit financier et comptable des unités médicales : Evaluation du contrôle interne 116 IKEN NAOUAL .