You are on page 1of 22

Compatibilité électromagnétique

Eté 2004
Notes de cours

Introduction à la
CEM

F. Rachidi

École Polytechnique Fédérale de Lausanne
EPFL-DE-LRE
CH-1015 Lausanne
Farhad.Rachidi@epfl.ch

-1-

Historique
- Début des années 30 : début des communications radio

- Apparition des problèmes d’interférences radio (dus aux moteurs
électriques etc.)

- 1933 : Création du CISPR (Comité International Spécial des
Perturbations Radioélectriques) par la CEI (Commission
électrotechnique internationale) qui développe des normes pour éviter
les interférences.

- Durant la deuxième guerre mondiale, l’utilisation d’appareils
électroniques (radio, navigation, radar) s’est accélérée. Beaucoup de cas
d’interférences entre radios et systèmes de navigation aérienne.

- Le CISPR continue son activité en produisant plusieurs publications
techniques présentant des techniques de mesure des perturbations, et
recommandant des valeurs limites d’émissions. Plusieurs pays
européens ont adopté ces valeurs limites recommandées par le CISPR.

- L’augmentation la plus significative des problèmes d’interférences est
apparue avec l’invention des composants électroniques à haute densité,
tels que le transistor bipolaire dans les années 1950, le circuit intégré
dans les années 1960, et les puces à microprocesseur dans les années
1970. Par ailleurs, le spectre fréquentiel utilisé devient beaucoup plus
large, ce pour subvenir aux besoins de plus en plus croissants de
transmission d’information.

- Due à la sensibilité de plus en plus accrue des circuits électroniques,
l’American Federal Communications Commission (FCC) a publié en 1979 des
normes limitant les émissions électromagnétiques de tous les appareils
électroniques. Les valeurs limites définies par la FCC correspondent
dans l’ensemble à celles recommandées par le CISPR.

-2-

.Tout produit mis sur le marché européen à partir du 1 janvier 1996 doit également satisfaire aux exigences des normes CEM d’émission et d’immunité. Évolution du seuil d’énergie de destruction des composantes électroniques les plus sensibles Fig. 1 -3- .

Rendre le récepteur moins susceptible aux émissions.Il ne produit aucune interférence avec d’autres systèmes . Un système « électromagnétiquement compatible » respecte 3 critères : .Il n’est pas susceptible aux émissions d’autres systèmes . Décomposition d’un problème de CEM Couplage Sourc Victime (récepteur) On parle d’interférence lorsque l’énergie transmise dépasse un niveau critique qui entrave le bon fonctionnement du ‘récepteur’. Rendre le couplage le plus inefficace possible. 3. 2. ⇒ 3 moyens de protection contre les interférences : 1.Compatibilité électromagnétique : définition La compatibilité électromagnétique (CEM) est un domaine dont le but est de rendre compatible le fonctionnement d'un système électronique sensible dans un environnement électro-magnétique perturbé.Il ne produit aucune interférence avec lui-même. -4- . Supprimer l’émission à la source.

2 -5- . Exemples (réduire l’émission à la source) Signaux numériques x(t) A A/2 τ t τr τr T Enveloppe du spectre 2Ατ/T -20 dB/décade -40 dB/décade f 1/(πτ) 1/(πτr) Fig.

plus le couplage devient efficace. on devrait rendre le moins rapide les temps de montée/descente des signaux numériques. En général. -6- . on pourra alors réduire l’efficacité du couplage et donc le niveau du signal perturbateur dans le circuit récepteur. En diminuant le contenu haute fréquence du spectre. plus le spectre du signal s’étend vers les hautes fréquences. Par exemple. Les variations rapides du signal (montée et descente) sont les principales causes du contenu haute fréquence du spectre. il n’y a pas de raison d’utiliser des signaux avec des temps de commutation de 1 ns alors que le système peut fonctionner correctement avec un temps de 10 ns. Par conséquent. pour rendre le couplage moins efficace.

1996.Exemple : CEM dans un système complexe Tiré de IEEE Spectrum. Sept. -7- .

3 -8- .Autres exemples de CEM Décharge électrostatique Impulsion EM d’origine nucléaire Décharge orageuse Sécurité de communications Fig.

4 problèmes de base en CEM Le transfert de l’énergie électromagnétique peut être schématisé en quatre catégories: a) émission par rayonnement Composant perturbateur Fig. 4b -9- . 4a b) émission conduite Composant perturbateur Fig.

4c d) susceptibilité conduite Composant potentiellement susceptible Fig. 4. on utilise généralement des filtres. Les problèmes d’émission ou de susceptibilité interviennent également lorsque les signaux perturbateurs circulent par conduction le long des conducteurs (Figs.b et 4. 4.c) susceptibilité au rayonnement Composant potentiellement susceptible Fig.d).a). 4d Les câbles d’alimentation et d’interconnexion ont le potentiel d’émettre ou de capter l’énergie électromagnétique. Des émissions électromagnétiques peuvent être également engendrées par une composante électronique dans une enceinte non- métallique (Fig. . Pour bloquer la transmission de ce type de perturbations. Les signaux perturbateurs peuvent également passer directement entre différentes parties du système par conduction directe.10 - .

Activités solaires . .kAmp : surtensions induites par des court-circuits dans les réseaux à haute tension dans des circuits électroniques. .intentionelles (applications militaires) .dizaines d'Ampères (décharges électrostatiques) : destruction de diodes sensibles.centaines d'Ampères (électronique de puissance) : les installation de contrôle et de protection des chemins de fer perturbés par les locomotives à thyristors. . Il est enfin important de réaliser que les problèmes d’interférences vont au-delà des schémas de la Fig. . 4 et souvent on est en présence d’au moins deux des quatre catégories illustrées. Classification des sources de perturbations Suivant leur nature : Naturelles Exemple : .milliampères : diaphonie .11 - .Orages.Bruits cosmiques Artificielles (Man made noise) : .non-intentionelles Exemples Typiques : • perturbations dues à des sources de courant : .

Etc. .Décharge électrostatique . Etc. Redresseurs . Communications fixes et mobiles . • perturbations dues à des sources de champ électromagnétique .12 - . imprimantes .interférences radio : panne des circuits de contrôle d'un avion due à un émetteur radio puissant ou à des appareils électronique à l'intérieur de l'avion. écrans.Interruption de courant (disjoncteurs) .lignes à haute tension .communication mobile .Impulsion nucléaire d’origine orageuse (NEMP : Nuclear Electromagnetic Pulse) . Radars . Emetteurs radio .radars Sources de perturbations EM permanentes et transitoires Sources permanentes (fréquence fixe) .Défauts dans les lignes d’énergie . Sources transitoires (large de bande de fréquence) .La foudre . .effets biologiques : . Bruits des moteurs électriques . Ordinateurs.

Formes d’onde oscillatoires 100 kHz. durée de quelques dizaines de ms.13 - .Fréquences et niveaux de bruit associés aux différentes sources de perturbations typiques Type de source Commentaires Réseau électrique Transitoires de type double-exponentielle. Creux de tension (jusqu’à une durée de 100 ms) Harmoniques jusqu’à environ 2 kHz Etc. Appareils de coupure Transitoires rapides (temps de montée du courant quelques ns. amplitude de quelques kV) Décharge Temps de montée de 1 à 10 ns électrostatique Moteurs à collecteur Fréquences jusqu’à environ 300 MHz (bruit de commutation) Alimentation à Spectre de bruit continu de 1 kHz à 100 découpage MHz Circuits logiques Bruit continu de quelques kHz à 500 MHz . temps de montée de l’ordre de 1 ms. amplitude d’environ 10 kV.

5-1.3 Télévision (UHF) 470-890 67 0.5 mobiles Radar 1000.6 47-50 0.14 - .0-8.04-0.0 navigation BF Transmission AM 0.5-2 1.Puissances rayonnées et amplitudes de champ des services autorisés Service Fréquence Puissance Distances de Amplitude rayonnée séparation du champ (effective) typiques E estimée (MHz) (dBW) (km) (V/m) Systèmes de communications et d’aide à la 0.2 0.25-1.6-30 40 4-20 0.014-0.0-7. 90-97 2-20 0.5 54 5-20 0.001-0.5-3 1-3 Communications 900-1100 17-21 0.2-1.25-1 2.0 Communications 1.1-90 10’000 .5-2 0.2-6.3 Transmission FM 88-108 50 0.25 HF Télévision (VHF) 54-216 50-55 0.

échelle du temps La situation a changé d’une manière sensible dans ces dernières années . phase de phase de phase de conception test production coût moyens techniques Développement du produit.qui risque de se trouver dans un environnement perturbé.Intervention CEM Pour quel produit et à quel moment faut-il tenir compte des problèmes de compatibilité ? .quand le produit est sur le marché ⇒ coût majoré de 100%. .à la conception ⇒ coût majoré de 5%. beaucoup de produits n’ont pas été conçus en tenant compte de la CEM. .Pour tout produit : . On estime que si la CEM est prise en considération : . .après la construction du prototype ⇒ coût majoré de 50%.15 - . Actuellement. . Cette approche donne de bons résultats : • du point de vue technique • du point de vue économique.qui est particulièrement sensible.Au moment de la conception du produit.

⇒ Directive de la Commission de l’Union Européenne : Tout produit mis sur le marché européen à partir du 1 janvier 1996 doit satisfaire aux exigences des normes CEM d’émission et d’immunité.16 - . Exemple : Essai d’immunité dans une chambre semi- anéchoïque .

Blindage . Filtrage . Initialement. Isolation . le dB a été utilisé pour exprimer le rapport de deux puissances P1 et P2 :  P1   U12 / R  U  r = 10 log10   = 10 log10  2  = 20 log10  1   P2  U / R  U2   2  où U1 et U2 sont les tensions associées aux puissances P1 et P2.17 - . Le rapport des amplitudes se transforme alors en leur différence en dB. Le dB représente un rapport logarithmique de deux valeurs.Moyens d’action contre les problèmes d’interférences . D’autre part. etc. Décibels Les grandeurs utilisées en CEM sont souvent exprimées en quantité logarithmique dB (décibel). Il est donc sans unité. Mise à la terre . Ceci est dû d’une part au fait que les calculs deviennent plus simples : les produits se transforment en additions et les quotients en soustractions. déterminées aux bornes de la même résistance R. il est souvent nécessaire de comparer des signaux de très grande et de très faible amplitudes. Conception du câblage . . Symétrisation (balancing) . dans les problèmes d’interférences.

déterminées à partir des limites de susceptibilité des équipements. . pour une grandeur X.Si le rapport se réfère à une valeur spécifique de référence. on dit alors que la tension est exprimée en dBµV : U1 (dBµ V ) = 20 log10 [U1 (µV )] Exemple numérique : U1 = 120 dBµV ⇔ U1 = 106 µV= 1 V D’une manière générale. Il est impossible d'établir des "règles de cuisine" proposant des solutions "sûres et faciles" aux problèmes de compatibilité EM.18 - . par exemple U2 = 1 µV. on a X (dB y ) = 20 log10 [ X ( y )] Les valeurs de références communes dans la CEM : Grandeur ‘unité’ Valeur de référence Tension dBµV 1 µV Courant dBµA µA Puissance dBm mW Champ E dBµV/m µV/m Champ H dBµA/m µA/m Règles et normes de CEM Il est possible d'établir des normes concernant les limites admissibles de perturbation. exprimée en unité y.

Exemple : un phénomène ayant un front de montée de 5 ns (décharge électrostatique) se propageant à la vitesse de la lumière (c = 3·108 m/s) "occupe" dans l'espace une distance de 1. Tout observateur situé à une distance plus grande n'est pas au courant qu'un tel front se propage sur le "plan de masse". 3) dans le cas de phénomènes hautes fréquences ou impulsionnels rapides. en ce qui concerne les perturbations conduites par le réseau électrique. les notions de "terre équipotentielle".Les problèmes de CEM nécessitent un raisonnement d'ingénieur et une approche de cas en cas.5 m de la décharge aura un potentiel différent et la notion de "plan équipotentiel" n'existe plus. Un point du plan de masse situé à 1. il est difficile voire impossible de localiser un perturbateur dans le réseau.19 - . 4) les phénomènes sont souvent non-linéaires à cause des effets de saturation de matériaux ferromagnétiques ou diélectriques. "plan de masse" perdent leur signification ⇒ il est nécessaire de tenir compte de la propagation des phénomènes. . 2) les sources de perturbation sont souvent impulsionnelles ⇒ large bande de fréquences.5 m. car : 1) Par exemple.

La jurisprudence : la personne juridique qui construit ou qui met sur le marché un nouveau produit est responsable des perturbations produites par celui-ci.Aspects légaux Les aspects légaux représentent un problème juridique épineux à cause de la multiplicité des responsabilités. Michelle Guérin. naît le ressentiment. Si nos ondes se heurtent violemment. • payer l’installation de TV par câble. Romancière canadiennne Extrait de Le ruban de Maebius .20 - . Elle doit prendre toutes les mesures pour empêcher ou réduire ces perturbations Exemples : • la structure métallique d’un bâtiment reflète les ondes électromagnétiques d’un émetteur de TV. Le propriétaire du bâtiment doit : • changer la structure du bâtiment. Épilogue Chacun de nous est un petit émetteur-récepteur qui s'ignore. • L’antenne de l’émetteur sur ondes moyennes de Sottens perturbe l’allumage électronique des tracteurs des paysans qui travaillent à proximité de l’émetteur ⇒ les PTT payent un ingénieur conseil en CEM pour blinder l’électronique de commande de l’allumage.

Sinusoïde f(t) 0 Time |f(ω)| -A T = 1/fo fo Frequency 2.21 - . A Impulsion f(t) |f(ω)| unique 0 to Time Frequency 4. A Bruit avec une composante |f(ω)| f(t) DC 0 Time Frequency Fig. A δ(t) A Impulsion de f(t) |f(ω)| Dirac 0 to Time Frequency 6. A ....Formes d’onde typiques et leur spectre fréquentiel Signal Forme d’onde Spectre 1. 6 . A Impulsion |f( ω)| f(t) 0 sinusoïdale to t1 Time -A Frequency fo 3.. A Train f(t) |f(ω)| d’impulsions 0 Time T=1/fo Frequency 5. A/2 δ(fo) .

J. Wiley InterScience.22 - . Paul. Karlsson. Prentice Hall. Goedbloed. 1992.R. Tesche. . Ianoz. "EMC Analysis Methods and Computational Models". “Electromagnetic Compatibility”. M. 1997. T. "Introduction to Electromagnetic Compatibility". C.M. 1992. Wiley Interscience.Références F.