REPUBLIQUE DU SENEGAL ----------Un Peuple – Un But – Une Foi

------------------------

Institut Mozdahir International
---------------------------------------------

Intitulé du projet :
Projet de reboisement et de développement de l’arboriculture fruitière

Pays : Sénégal Thématique générale : Amélioration des conditions de vie des populations en zones rurales et renforcement des capacités d'adaptation des écosystèmes au changement climatique

1

le fleuve Casamance etc. Les choix agricoles 2 . La population régionale est inégalement répartie entre les trois départements : . pour la région de Kolda. I. et l'adaptation au changement climatique des villages sénégalais en utilisant l’arbre et la restauration des écosystèmes comme levier principal. de l’agriculture et de la cueillette des fruits forestiers sauvages.et Vélingara 201 680 habitants soit 20. La densité de population dans la région est de 41 habitants au km2.5 % . Kolda se caractérise par la jeunesse de sa population avec 59. 3. Cette situation est essentiellement due à la faiblesse du dispositif d’encadrement technique et organisationnel mis à la disposition des populations rurales de la région . .6 %. 2 Des sols et un climatique favorables Le Sénégal possède 6 zones agro écologiques bien distinctes offrant ainsi une bonne possibilité de variation de sa production agricole sans oublier les nombreux cours d’eaux qui le travers et dont le plus importants est le fleuve Sénégal sur 1800 km (plus de 240 000ha de terra aménageables). une population de 893 867 habitants. Les estimations faites en 2004 donnent. L’élevage constitue une activité économique importante à côté du commerce. Les sols sont généralement très favorables et de grandes potentialités naturelles et humaines existent. dont 98 % sont de nationalité sénégalaise. Le Sénégal fait parti des pays dits moins avancés (PMA) avec un revenu par habitant accusant une baisse constante particulièrement en milieu rural où l’agriculture occupe plus de 70 % de la population active et par ailleurs à près de 99 % pluviale. principale zone d’intervention du projet. 1 % et le troisième âge (60 ans et plus) ne représente que 4.8 % . A l'instar des autres régions.Sédhiou abrite 393 402 habitants soit 47. CONTEXTE ET JUSTIFICATIF DU PROJET 1 : Une population essentiellement jeune et rurale.Kolda 298 785 habitants soit 31. ces dernières n’étant pas toujours ouvertes à l’évolution des systèmes de production traditionnels et au changement.LE PROJET Intitulé : Le Projet de reboisement et de développement de l’arboriculture fruitière vise à assurer la sécurité alimentaire des populations.1 %. Plus de neuf dixièmes de la population vivent essentiellement d’activités agricoles et pastorales et près de 99 % d’entres eux pratiquent l’agriculture pluviale.8% des moins de 20 ans. Le taux d'accroissement annuel de la population est de 2.5 % . En outre.6 %. La composition ethnique est fortement dominée par les Peuls et les Mandingues qui représentent respectivement 49. le fleuve Gambie. La population d'âge adulte (20-59 ans) représente 36.8 % de la population régionale.3 % et 23. La région est fortement marquée par sa ruralité. sur les 11 000 000 d’habitants que compte le pays.8% est âgé de moins de 20 ans avec un taux d'accroissement annuel de 2. l'amélioration de leurs conditions de vie. environs 59.

Kolda et plus généralement en Casamance et au Sénégal. MOZDAHIR et son fondateur jouissent. a pour vocation le développement économique et la lutte contre la pauvreté. un village communautaire (une manière de lutter contre l’exode rural et l’immigration clandestine). Ce projet pilote s’étend sur une superficie de 400 hectares à coté du village de Najaf dans la communauté rurale de Sinthiang Koundara. Objectifs principaux : 3 . L’IMI est une ONG d’appui-conseil en développement durable dont l’intervention s’articule globalement autour de six composantes thématiques: l’éducation et la formation professionnelle. Ces trois fléaux caractéristiques de l’état de sous développement constituent les cibles de l’action de cette institution qui se veut de dimension nationale et internationale. MOZDAHIR a été fondée par Chérif Mohammed Aly Aïdara. La région est arrosée par plusieurs cours d’eau. la santé. Le climat soudano-guinéen avec un sol de type ferralitique est très favorable à l’activité agricole. Raison pour laquelle elle a démarré ses activités dans la région sud du pays précisément dans la région de Kolda. Saré Coly Salé. à la lutte contre l’ignorance. L’ONG a également à son actif. Réalisations L’ONG s’inscrit dans une logique de développement durable. de Bonconto. l’organisation communautaire. avec des matériaux locaux et bon marché. MOZDAHIR.La région recèle de très grandes potentialités naturelles et humaines. dans le cadre du projet pilote jatropha. L’élevage constitue l’activité économique dominante à côté du commerce. la culture. d’un programme d’accès à un habitat décent. avec le déploiement de la culture de bananes bio. en appui aux agriculteurs des communautés rurales de Kandia. Wassadou. la production et l’habitat. la pauvreté et pour la santé des populations à travers des projets de développement intégré. MOZDAHIR prévoit d’ouvrir en 2009 une Institution de Micro Finance dont le siège sera localisé à Kolda. Le site comprend un projet agricole (Bananeraie. MOZDAHIR s’est ainsi engagée depuis plusieurs années dans la mise en valeur du terroir de la région de Vélingara. département de Vélingara. la Koulountou. maraichage et Jatropha). dans l’ensemble du Sénégal et en Casamance en particulier. une école d’une capacité d’accueil de 400 élèves. donc propice au développement de l’agriculture irriguée. d’une reconnaissance remarquable de la part des populations et des Autorités. etc. de l’agriculture et de la cueillette des fruits forestiers sauvages. notamment le fleuve Gambie et son affluent principal. natif de la région de Vélingara et fils d’une grande famille de chefs traditionnels et spirituels. d’aide et d’assistance aux couches sociales les plus défavorisées. ainsi que les rivières Anambé et Kayang. II L’INSTITUT MOZDAHIR INTERNATIONAL (IMI) MOZDAHIR (Epanouissement en Arabe) intervient depuis 2000 dans la région de Vélingara. outre l’éveil spirituel des populations. Il a pour ambition de contribuer au côté de l’Etat et de toutes les Organisations non Gouvernementales ayant pour vocation le développement. la réalisation de plus de 200 hectares de jatropha en cultures associées. la construction d’écoles (programme de 25 écoles en cours).

haies)  Promotion de la régénération naturelle et la mise en place de pare-feux  Promotion et généralisation des foyers améliorés  Promotion de la formation des populations : vulgarisation des techniques d’agroforesterie et d’apiculture. d’unions et d’associations de femmes) 6. animation d’ateliers techniques sur le greffage des fruitiers. atelier sur les méthodes de gestion d’une exploitation.BUDGET 4 . améliorer la nutrition des animaux (agropastoralisme) et « reverdir » les villages (arbres d’alignement. développer la production fruitière (vergers). sensibilisation à l’organisation d’une filière et à l’intérêt des coopératives.  Développement des d'activités pérennes liées aux forêts : production d'arbres (pépinières villageoises) et création de filières économiques locales durables (fruit. Promouvoir à travers l'arboriculture fruitière et le maraîchage une évolution des systèmes de production et offrir une alternative concrète de génération de revenus et de production alimentaire Assurer la sécurité alimentaire des populations et améliorer leur nutrition Restaurer les écosystèmes naturels productifs et renforcer leur capacité de résistance aux impacts du changement climatique Réduire l’exode rural    Description résumée des activités pour atteindre les objectifs :  Plantation de 5 millions d’arbres fonctionnels pour créer des « écovillages » : restaurer les écosystèmes forestiers pour maintenir la biodiversité (plantations champêtres). petit bois)  Structuration de ces filières  Développement des activités de maraîchage communautaire (organisations féminines)  Développement des alternatives pour la protection de la forêt (foyers améliorés. prime au reboisement)  Enrichissement des savoirs traditionnels par les avancées récentes de la science (ex : amélioration de la productivité des arbres fruitiers)  Sensibilisation des communautés à l’autoconsommation des produits forestiers issus des plantations  Promotion du regroupement et de l’autonomie villageoise (création de coopératives. miel. et mise en place d’ateliers d’échange inter-village et de capitalisation d’expérience. protéger les espèces menacées et les arbres médicinaux (bois communautaires). sensibilisation à la protection et la valorisation de la forêt.

on peut valablement conclure que la commercialisation des produits des périmètres du projet ne posera pas de problèmes majeurs. 5 .Le budget est établi en tenant compte des prix pratiqués dans la commune de Vélingara. surtout en période de soudure qui correspond également à un moment de grande dépense d'énergie pour les travaux champêtres. les populations et les exploitants touristiques et l'absence d'une production en quantité et qualité de fruits et légumes dans la zone. fourches. Il s'agit donc seulement d'organiser l'adduction de l'eau jusqu'au lieu de production. . L'autoconsommation de fruits et légumes frais ou transformés. des rapports privilégiés qui sont existent entre les gestionnaires du parc.Facteurs favorisant la rentabilité du projet Etant donné le flux de produits fruitiers qui arrive dans le marché dakarois en provenance de Guinée.Rubriques Puits équipés Clôtures Ciment Tuyauterie Intrants (gaines. de l'existence d'hôtels et de campements touristiques. un tel projet est d'une grande importance dans la zone de Kolda et répond à une demande réelle des populations. semences) Petit matériel (pelles. étant donné que le forage de puits apte à soutenir une production maraîchère et fruitière rentable dans la zone coûterait très cher et ne pourrait être supporter par le projet. râteaux. Globalement. brouettes…) Charrette TOTAL Quantité 10 8000 m 30 tonnes 10000 m Coût unitaire 5000000 3500 70000 2000 Total ( F CFA ) 50000000 28 000 000 2 100 000 20 000 000 10 000 000 1 5000 000 20 150 000 4000 000 129 100 000 7. ne doit pas être perdu de vue et rentre en compte dans le calcul de la rentabilité. Il ne tient pas compte non plus des coût d'exhaure de l'eau. C'est pour cela que nous proposons 100 villages à raison d’une pépinière pour 10 villages qui ont déjà des forages.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful