You are on page 1of 59

Systèmes triphasés

Etude en régime équilibré


Historique
Le « courant alternatif »
Réseaux alternatifs monophasés à partir de1890 (puis diphasés)

Vtransp grand itransp faible pertes réduites


Puissance
mécanique
vgéné

transport
Turbine longue distance ↸

L >>
Alternateur Transformateur Transformateur Utilisateurs
élévateur abaisseur

distances sous faibles tensions très réduites


Historique
Le « courant alternatif »
Les réseaux alternatifs triphasés s’imposent ultérieurement puis
s’interconnectent en de vastes réseaux.
Fréquence électrique de 50 Hz (Europe) ou de 60 Hz (U.S.A.)

 Avantages du triphasé sur le monophasé :

 production de l’énergie : alternateurs triphasés


performants (rendement)
 transport de l’électricité : moitié moins de pertes qu’un
réseau monophasé
 utilisation : les moteurs alternatifs triphasés sont
simples et économiques
Historique
Choix triphasé / monophasé suite
 alternateur monophasé :  moteur monophasé :
couple résistant pulsatoire impossibilité de démarrer !!!
Φ(t) Φ(t)

SR SR
Φ(t)
Φ(t)
NR i(t) NR i(t)

v(t) Ω=0 v(t)

dΦ dΦ
couple v(t ) = - v(t ) =
pulsatoire dt dt

p(t) = v(t) i(t) Couple électromagnétique à valeur


passe cycliquement par 0 moyenne nulle
Préliminaire
Systèmes q-phasés

Ensemble de q grandeurs sinusoïdales (tensions, courants, induction…)

Même Valeur efficace


Même fréquence

Déphasées de m
q
Ordre du système

Paramètre compris
entre 0 et q-1
Préliminaire
Systèmes q-phasés
même valeur efficace
même fréquence
e1 = E 2 cos(ωt + θ 0 )
 2π 
e2 = E 2 cos ωt + θ 0 − m
 
 q 
... déphasage
 2π 
ek +1 = E 2 cos ωt + θ 0 − k .m 
 q 
q grandeurs ...
sinusoïdales  2π 
eq = E 2 cos ωt + θ 0 − (q − 1).m 
 q 
Préliminaire
Représentation de Fresnel systèmes q-phasés
même valeur efficace possible car
même fréquence


q

E1

−m
q
déphasage, ici m=2
E2
Préliminaire
q=2 , système biphasé (différent de diphasé)

e1 = E 2 cos(ωt )
m=1
déphasage π
e2 = E 2 cos(ωt − π)

m
q
+ E1
E2
Préliminaire
q=3 , système triphasé
e1 = E 2 cos(ωt )
E3
m=1

m Déphasage 2π/3
q 2π 

e2 = E 2 cos ωt − 
 3 
 4π 
e3 = E 2 cos ωt − 
 3 
+ E1

E2
Préliminaire
q=4 , système tétraphasé un cas particulier

E4 aussi appelé diphasé

m=1

m Déphasage π/2
q
e1 = -e3
e2 = -e4
E3
+ E1

E2
Préliminaire
Système tétraphasé (appelé diphasé)
e1 = -e3
E1
e2 = -e4
E2 au départ, 2 tensions déphasées de π/2

e1 e2 N 2 transfos à point milieu e1 e2 e3 e4 N

e1
e1
-e1

e2
e2
-e2
Paramètre m
Différents systèmes triphasés


Déphasage m
3
m=0 Déphasage nul Système triph. homopolaire

m=1 Déphasage 2π/3 Système triph. direct

m=2 Déphasage 4π/3 Système triph. inverse


Paramètre m
Différents systèmes triphasés
m=0 m=1 m=2
3 2

1
2 1 1
3

2 3

Système Système Système


Homopolaire Direct Inverse
Etude restreinte
Systèmes triphasés équilibrés

E1 = E2 = E3 (même valeur efficace)

et déphasages successifs de m2π/3 égaux


E1 + E2 + E3 = 0
Ordre de succession des phases

m=1 Sens de rotation du trièdre


3

Observateur fixe
1

Système
Direct Ordre de passage 1-2-3
Ordre de succession des phases

m=2 Sens de rotation du trièdre


2

Observateur fixe
1

Système
Inverse Ordre de passage 1-3-2
Notations
Exemple du système direct
m=1 Analytique e1 = E 2 cos(ωt )
(instantanée)
3
 2π 
e2 = E 2 cos ωt − 
 3 
1  4π 
e3 = E 2 cos ωt − 
 3 
2 Complexe E1 = E
Vectorielle 2π
−j
E2 = E e 3

Système 4π
−j
Direct E3 = E e 3
Notations
Exemple du système direct
m=1 a
3 Racines cubiques
de l’unité
1
1

a2
2 E1 = E Complexe E1 = E
E2 = a E12
−j

E2 = E e 3
E3 = a E1

−j
Système direct E3 = E e 3
Oscillogrammes
Exemple du système direct
m=1
3

Système
Direct
Oscillogrammes
Exemple du système direct
m=1
3 1 2
1

Système 2π/3
Direct
Groupements
Tensions et courants équilibrées
E3
i1
e1 ↑ Z I3

i2
e2 ↑ Z
E1
i3 I2
e3 ↑ Z I1
Charge
inductive
nécessite 6 fils E2

les 3 courants forment un système équilibré


Groupements
Groupement étoile
courant de ligne fil de ligne (ou de phase)

I1
e1 V1 U12

e3 e2

V1 tension simple (entre phase et neutre)


fil neutre
U12 tension composée (entre deux phases)
IN =I1 + I2 + I3
Groupements
Relation tension simple-composée
V3
U12 = V1 − V2
U12 -V2
− j 2π 3
= V1 − V1 .e
 − j 2π 
= V1 1 − e 3 
V1  

V2
e1 V1 U12
e3 e2
Groupements
Relation tension simple-composée
V3
U12 = V1 − V2
U12 -V2
− j 2π 3
= V1 − V1 .e
 − j 2π 
= V1 1 − e 3 
V1  

2π 2π
= 1 − cos + j sin
3 3
3 3  3 1 jπ
V2 = +j = 3  + j  = 3 e 6
2 2  2 2
Groupements
Relation tension simple-composée
V3
U12

π/6 jπ
V1 U12 = V1 3 e 6

U =V 3
V2
π
déphasage
6
Groupements
Groupement étoile
I1
e1

e3 e2

ligne à 4 fils iN =i1 + i2 + i3

en équilibré, iN = 0 ligne à 3 fils

1er intérêt du triphasé : moins de cuivre pour transporter la même puissance


Groupements
Groupement Triangle
J12
I1
e3
e1 U12

e2

V1 tension simple indisponible


U12 tension composée (entre deux phases)
I1 Courant de ligne
J12 Courant de Triangle
Groupements
Groupement Triangle, remarque

e3
e1
V1
N

e2

Potentiel du neutre
V1 tension simple indisponible

mais, avec 3 résistances identiques en étoile


Groupements
Relation courants de ligne-triangle
J31
I1 = J12 − J 31
− j 4π
= J12 − J12 e 3

 − j 4π 
= J12 1 − e 3 
J12  

-J31
I1 I1 J12
J23 J31
Groupements
Relation courants de ligne-triangle
J31
I1 = J12 − J 31
− j4π3
= J12 − J12 .e
 − j 4π 
= J12 1 − e 3 
J12  

-J31 4π 4π
= 1 − cos + j sin
I1 3 3
3 3  3 1
J23 = − j = 3  − j 
2 2  2 2
− jπ
= 3e 6
Groupements
Relation courants de ligne-triangle, résumé

J31
I1 = J12 − J 31 − jπ
I1 = J12 3 e 6

J12 I=J 3
π
-J31
déphasage −
I1 6
J23
Groupements
Résumé
On peut grouper des générateurs:

En étoile ou Y En triangle ou D
ou ou
L1
e1 V e3
U e1 U
N
e3 e2
e2
Tension simple V
Tension composée U
Groupements
Résumé
On peut grouper des récepteurs:

En étoile Ou Y En triangle Ou D
Ou Ou
L1 L1
V
U U

L2 L2
Groupements
Résumé
Relations étoile-triangle
I I
L1 L1
V J
U U

L2 L2

π
I = J 3 I retarde de sur J
6
π
U = V 3 U avance de sur V
6
Groupements
Utilisation particulière
Soient les mêmes 3 résistances placées en étoile ou en triangle :
I I
L1 L1
V J
U U

L2 L2

La puissance en étoile est 3 fois plus faible qu’en triangle (à même U)

D’où la possibilité d’avoir deux tensions d’alimentation pour le même appareil


Exemple : démarrage étoile-triangle des moteurs assynchrones (obsolète)
Aspect puissances
puissance instantanée
Pour une phase :

a1 = 2 A cos(ω t )
b1
a1 ↑ Z
b1 = 2 B cos(ω t − ϕ )
b2
a2 ↑ Z
p1 = a1 b1
b3 = 2 A B cos(ω t ) cos(ω t − ϕ )
a3 ↑
= AB [cos ϕ + cos(2 ω t − ϕ )]
Z

Terme constant Terme fluctuant


Aspect puissances
puissance instantanée pour une phase
T = 2π/ω
b1 (t)
b1
a1 ↑ charge
a1 (t) t

Une phase
ou bien p(t) = a1(t) . b1(t)
monophasé

P0 = A.B.cos(ϕ)
t
T T
2 2
Aspect puissances
puissance instantanée en triphasé équilibré

b1
a1 ↑ Z p1 = AB[cos ϕ + cos(2 ω t − ϕ )]

b2   4π 
a2 ↑ Z p2 = AB cos ϕ + cos 2 ω t − ϕ − 
  3 
  2π 
a3 ↑
b3
Z p3 = AB cos ϕ + cos 2 ω t − ϕ − 
  3 

p = AB [ 3 cos ϕ + 0 ]
Donc p(t) = P
Aspect puissances
Puissance instantanée en triphasé équilibré
b1 (t)
a1 (t) t
b1
a1 ↑ Ch p1(t) = a1(t) . b1(t)
P10 = A.B.cos(ϕ)
b2 t
a2 ↑ Ch p2(t)
P0 t
b3
a3 ↑ Ch p3(t)
P0 t

ptri(t) = p1(t) + p2(t) + p3(t) = 3.P0


t
Aspect puissances
Comparaison transport monophasé et triphasé
pertes v1 pertes
i1
i


v2

charge
i2 P
v ↑ P charge


v3
i3


L
L
P P/3
Imono = Itri =
ϕ)
V cos(ϕ ϕ)
V cos(ϕ
I
2PL J= ≤ Jmax PL
 Vcumono = s  Vcutri =
V Jmax cos(ϕ) V Jmax cos(ϕ)

 pertesmono = 2 ρ P L Jmax  pertestri = ρ P L Jmax


V cos(ϕ) V cos(ϕ)
Aspect puissances
Puissance instantanée
p = P = 3 AB cos ϕ
Etoile I
p = 3VI cos ϕ
L1
V A=V
U B=I = 3 UI cos ϕ
L2

I
Triangle
J
L1
A=U p = 3UJ cos ϕ
= 3 UI cos ϕ
U B=J

L2
Aspect puissances
Puissance instantanée

p = 3UI cosϕ
Formule valable quelque soit le couplage

ϕ est l’argument de Z
ϕ est aussi toujours le déphasage de I sur V.
Aspect puissances
Les autres puissances

p = 3UI cosϕ
Expression. RAPPEL : Expression en monophasé.

Active P = 3UI cosϕ P = VI cos ϕ

Réactive Q = 3UI sin ϕ Q = VI sin ϕ

Apparente S = 3UI S = VI
P P
Facteur de puissance k = = cosϕ k = = cosϕ
S S
Aspect puissances
Théorème de Boucherot
3 phases
Amont Aval

neutre

Pfournie Preçue
égal
Qfournie Qreçue
Idem monophasé et seulement
pour les régimes sinusoïdaux de même fréquence
Mesure des puissances
Méthode à 3 wattmètres
L1 P1N1
L2 2
P2N
L3 3
P3N

x Courant pris en compte

P
xy Tension prise en compte
Mesure des puissances
Méthode à 3 wattmètres
L1 P1N1
L2 2
P2N
L3 3
P3N

Puissance active P=P +P +P 1


1N
2
2N
3
3N

Puissance réactive Q = Q1 + Q2 + Q3
avec Qi = (Vi Ii ) − (P1 2
)
2
en sinus uniquement 1N

quels que soient les déséquilibres tension et courant


Mesure des puissances
Méthode à 2 wattmètres
L1 P11N ′
L2 P22N ′
L3 P33N ′
point commun
aux 3 wattmètres
N
N’
P 1
1N ′ = i1 v1N ′ = i1 v1N + i1 vNN ′
Vrai en équilibré
P 2
2N′ = i2 v2 N ′ = i2 v2 N + i2 vNN ′
ou en 3 fils quelconque
P33N ′ = i3 v3 N ′ = i3 v3 N + i3 vNN ′ (quelque soit le potentiel N’)

P = P + P + P + v NN ′ (i1 + i2 + i3 )
1
1N
2
2N
3
3N
Mesure des puissances
Méthode à 2 wattmètres
L1 P11N ′
L2 P22N ′
L3 P33N ′

P=P +P1
1N ′
2
2N ′ +P 3
3N ′
(quelque soit le potentiel N’)

Prenons
N’ sur L3 2 watmètres suffisent
Mesure des puissances
Méthode à 2 wattmètres
L1 P131
L2 P232
L3

P333 indique toujours 0


P=P +P
1
13
2
23
N’ devient L3

Vrai
quels que soient les déséquilibres sur ligne 3 fils
Mesure des puissances
Méthode à 2 wattmètres, remarque
1
En équilibré
L1 P 13
L2 P232
L3
ϕ U13

P = U13 I1 cos(U13 , I1 )
v1
1
π
13 i1 ϕ−
P232 = U 23 I 2 cos(U 23 , I 2 ) 6
U23

v3 i2 v2
Mesure des puissances
Méthode à 2 wattmètres , remarque
L1 P131
L2 P232
L3
U13

 π
P = UI cos ϕ − 
v1
π
1
13
 6 i1 ϕ+
6
P232 = U 23 I 2 cos(U 23 , I 2 )
U23

v3 i2 v2

ϕ
Mesure des puissances
Méthode à 2 wattmètres , remarque
L1 P131
L2 P232
L3
π ϕ U13

P13 = UI cos ϕ − 
1

 6 v1
ϕ−
π
6
 π i1
P23 = UI cos ϕ + 
2

 6
U23
= 3UI cos ϕ
v3 i2 v2
π
ϕ+
Comme démontré précédemment ϕ 6
en régime quelconque !
Mesure des puissances
Méthode à 2 wattmètres , remarque
L1 P131
L2 P232
L3
π ϕ U13

P13 = UI cos ϕ − 
1

 6 v1
ϕ−
π
6
 π i1
P23 = UI cos ϕ + 
2

 6
U23
P=P +P1
13
2
23
v3 i2 v2
π
ϕ+
ϕ 6
Somme algébrique
Mesure des puissances
Méthode à 2 wattmètres , puissance réactive
L1 P131
L2 P232
L3
 π U13
P13 = UI cos ϕ − 
1

 6 v1

 π i1
P23 = UI cos ϕ + 
2

 6
U23
= UI sin ϕ
v3 i2 v2

Q= 3 (P131 − P232 ) Seulement si courants


et tensions équilibrés
Mesure des puissances
Mesure directe de Q
ϕ
1 1 seul wattmètre
L1 P 23 v1
L2
i1 π
L3 −ϕ
2
U23

P231 = U 23 I1 cos(U 23 , I1 ) v3 i2 v2

π 
= UI cos − ϕ 
2
= UI sin ϕ

Q= 3P 1
23

Sur ligne totalement équilibrée i et v


Conclusion
Systèmes triphasés
•Equilibrés v3

•Directs i3

v1
i2
i1
Charge
inductive
v2
Conclusion
Tensions et courants
•Simples
•Composés I
L1
V
U
I
L2 L1
J
U

L2
Conclusion
Puissance en triphasé
•Non fluctuante
•Indépendante étoile-triangle

P = 3UI cosϕ
Q = 3UI sin ϕ
Attention: ϕ est le déphasage de I sur V.
Conclusion
Mesures de puissance
•Divers montages
•Attention aux déséquilibres
P1N1 P231
2
P
2N
3
P3N

P131
P232