1 RAHAR

LE PIRATE NOIR

Rahar

Le pirate Noir

2

© Rahar mars 2010

Le pirate Noir

Rahar

3

LE PIRATE NOIR
INFILTRATION

FLASH DE DERNIERE MINUTE : on vient de nous transmettre que le yacht de plaisance Régalia a été attaqué par le fameux vaisseau pirate noir, à proximité du système Astor. On ne sait encore le nombre de victimes. La force spatiale de la Fédération a envoyé un détachement dès le déclenchement de la balise de détresse. Il est à noter que c’est la huitième victime de ces bandits sans foi ni loi, aussi sanguinaires que les hommes du Baron Bleu qui avaient sévi un siècle plus tôt. L’on se demande ce que fait le Gouvernement face à l’insécurité grandissante qui frappe le quadrant trois de la Galaxie. Rappelons que la planète Grace, lieu de fastes et de villégiature célèbre, se trouve en plein milieu de ce quadrant. Les touristes fortunés hésitent maintenant à y effectuer un séjour, au détriment du secteur touristique qui fait vivre bon nombre de planètes de cette région. L’impact sur l’économie de la Fédération est considérable. Rahar Le pirate Noir

le peuple gronde. les vaisseaux hésitent à s’aventurer dans l’espace. sénateur Klotz. — Nous lui avons maintes fois tendu des pièges. comment un seul vaisseau peut-il mettre en échec le fleuron de la flotte de la Fédération. — J’en déduis amiral. — Amiral. il était le garant de la sécurité de l’espace. et quelles sont les mesures que vous avez prises ? — C’est peu probable. qu’il a des espions au sein de la Flotte. Il était assis seul en face des vingt deux sénateurs de la Fédération placés en arc de cercle auxquels il devait rendre compte. Y avez-vous pensé. le Pirate Noir semble bénéficier de technologies de pointe que seule la Garde Spatiale possède. je vous assure que nous faisons tout notre possible. Il semble au courant de nos moindres mouvements. Mais je ferai une enquête approfondie par acquis de conscience. un homme ventripotent au teint vermeille. En outre. Les media sont en train de nous ridiculiser. mais en vain. Il prend un malin plaisir à nous narguer. L’économie va en prendre un coup. — Sénateur Amoun. Où en êtes vous donc avec ce fameux Pirate Noir ? Et puis voilà-t-il pas qu’il fait des émules. — Amiral. n’en menait pas large. ont été appréhendés ou neutralisés.4 L’amiral Jinas Gruck. Beaucoup des imitateurs comme vous dites. sénateur Joraya. le fret met plus de temps à arriver. s’il arrive. Mais le Pirate Noir nous donne du fil à retordre. Et je profite de Le pirate Noir Rahar . Seul un petit cercle d’officiers supérieurs à la loyauté indiscutable est au courant des plans élaborés. En tant que chef suprême de la Force Spatiale de la Fédération.

vous savez bien que c’est impossible. mais quant à la Flotte… — Écoutez sénateur Vaklav. Détrompez-vous. — Mais comment voulez-vous qu’on l’attrape si nous ne pouvons l’affronter à armes égales ? — C’est assez sensé. nous avons notre bureau de renseignement. ce serait la porte ouverte à l’anarchie.5 votre convocation pour demander que la Flotte Spatiale puisse accéder à ces technologies. là-dessus : seule la Garde Spatiale peut détenir ces technologies de pointe. honorables compagnons. Le 741e amendement est bien clair. — Très bien. examinons donc ce fameux amendement d’amendement. — Mais qui a donc donné ces technologies au Pirate Noir ? — Vous semblez insinuer qu’il y a des traîtres dans la Garde Spatiale. pas trop mal : nous avons obtenu ce que nous voulions. — Amiral. Ils se sont fait Rahar Le pirate Noir . Ces technologies sont similaires mais pas identiques aux nôtres. qui vous dit qu’il n’y aurait pas de fuite dans la Flotte Spatiale ? Nous pouvons contrôler de près la Garde Spatiale. Et si l’on amendait cet amendement ? — Mais sénateur Arkont. en vérité. Le Pirate Noir compte peut-être parmi ses hommes des scientifiques de génie. ceci pour qu’ils ne tombent pas entre de mauvaises mains. ça s’est bien passé ? — Pas trop mal capitaine. je mettrai en place un système de sécurité draconien dont je vous soumettrai évidemment le principe. — Alors amiral.

Et convoquez-moi les vice-amiraux et les contre-amiraux pour dans un heure. Moi je suis utile à la Fédération. — Hum… Je vous fais respectueusement remarquer que vous faites partie des privilégiés. Les nouvelles armes seront légèrement modifiées et on pourra les vendre dans les mondes en conflit. — Ne mélangez pas les torchons et les serviettes. Préparez-moi un ensemble de protocoles de sécurité irréprochable… enfin. — Et cela ne vous arrange pas. capitaine Toron. mais vous aller étudier ça sérieusement. C’est bien le capitaine de frégate Mélissa ? — Malika.6 tirer l’oreille pour la forme. — Pas seulement les armes capitaine. — Oui. — Donc nous allons bénéficier des armes secrètes de la Garde Spatiale. amiral. mais il y a une petite condition : le sénat veut un système de contrôle strict qu’il supervisera. oui. — Je ne crains pas d’avancer que la Flotte a les meilleurs techniciens du quadrant. Je l’amènerai. mon oeil ! Ce sont les sales nantis et les privilégiés qui trinquent. Le peuple gronde. ces politicards hypocrites. amiral. Ce ne sera pas un problème. — Et que fait-on pour le Pirate Noir ? — Amenez-moi le chef du service de renseignement après la réunion. Le pirate Noir Rahar . On va se faire du blé. — Sacré capitaine ! J’ai bien fait de vous avoir choisi comme aide de camp. je vous fiche mon billet. si je vous comprends bien. aux yeux du sénat.

On l’appelait parfois « captain Cambouis » dans son dos. Tout le monde sait que le brigand dépeint par les media comme un être assoiffé de sang ne s’attaque qu’aux vaisseaux de luxe et n’a versé aucune goutte de sang. il avait reçu son grade comme les autres mercenaires. n’étant pas militaire (sa taille de moins de cinq pieds et demi l’avait fait recaler à la révision). Les richards qu’il a pu rançonner s’en sont sortis sans une égratignure. Vous n’êtes pas sans savoir que la sécurité est fortement compromise par le Pirate Noir. Rahar Le pirate Noir . la Fédération a besoin de vos services. à titre honorifique et pour éviter tout conflit de compétence avec les militaires. Les politiciens de la Fédération ont plus de morts sur leur conscience. ne sachant s’il était du lard ou du cochon : il était à tu et à toi avec nombre de hauts gradés. c’était un teigneux. Les officiers de la marine le considéraient cependant avec perplexité et circonspection. Quoique de petit gabarit. Technicien polyvalent. — Capitaine de vaisseau Kris Sannon. capitaine Malika. il se souciait de l’étiquette comme de son premier caleçon . il était l’un des meilleurs commandants mercenaires de la Flotte.7 Le capitaine de vaisseau Kris Sannon était nonchalamment assis dans le fauteuil visiteur. — Ne me faites pas rire. Conscient de sa compétence. Malgré sa réputation de tête brûlée. il n’hésitait pas à mettre la main à la pâte pour la bonne marche de son patrouilleur. dans le bureau de la redoutée chef du service de renseignement. ce qu’attestait la fine cicatrice courant sur sa tempe. avec un fond d’exaspération.

elles doivent importer. Ses planètes ne sont pas très fertiles et pour satisfaire les besoins de leur population. Nous vous donnerons le moyen de le terminer. c’est du chantage. un ingénieur en cybernétique et télécommunication. un docteur es physique. Vous êtes… Attendez que je lise votre fiche… Vous êtes un ingénieur mécanicien. un expert en hyperpropulsion. — D’accord. Pourquoi moi qui ne suis pas entraîné pour ça ? — Parce qu’aucun de nos agents ne possède votre polyvalence. brisons là. C’est ce qui vous tient le plus à cœur. Le tourisme dans le quadrant trois est un secteur clef de son économie. et elle sera considérée comme retraitée de la Fédération. Le pirate Noir Rahar . capitaine Kris. — En clair. Que me voulez-vous donc ? — Nous voulons que vous infiltriez l’équipage du Pirate Noir et amassiez le plus d’informations pour connaître ses points faibles. Nous pourrons alors envisager une stratégie valable pour le capturer. — Minute papillon ! Vous avez des tas d’espions. je crains fort pour votre avenir. en supposant que j’accepte ? — Nous savons que vous avez commencé à construire un yacht privé. — Et qu’y gagnerai-je. j’en passe et des meilleures.8 — Là n’est pas la question. Dans le cas improbable où vous refuseriez la mission. n’estce pas ? — Et que croyez-vous que ça me fasse si je me fais faire la peau ? — Le yacht reviendra à votre mère.

bien entendu. vous vous en tirerez. C’est un déviateur de charge. Nous savons que vous êtes champion pour jouer au couteau. un matériau réservé à la Garde. j’en suis sûre.9 — Je vous suggère fortement d’accepter. C’est bien. — C’est prévu. Soyez prudent avec ça. — C’est quoi cette plaisanterie ? D’ailleurs je préfère mon propre couteau. alors qu’est-ce que j’aurai comme gadgets ? — A la bonne heure ! Vous aurez un émetteur souscutané. — Eh oh ! On parle des victimes. N’oubliez pas que vous n’êtes qu’une grosse tête. pas d’un… espion. un civil mercenaire. sa lame est en céramétal. Ensuite. nous avons pensé vous doter d’une arme discrète : une sorte de talisman avec son collier. — Et c’est tout ce que j’aurai ? Pas de paral ? Pas de radiant ? — Vous n’aurez pas à vous battre. avez le grade de capitaine de vaisseau. mais j’ai besoin d’une arme offensive. c’est vous-même qui affirmiez que ce pirate n’a pas de sang sur les mains. — Ne vous en faites donc pas. — Wouah ! C’est le fameux bouclier de la Garde. que ce soit d’un paral ou d’un fulgurant. ce que les militaires ne Rahar Le pirate Noir . frais émoulu des grandes écoles. on ne veut pas vous perdre. — Ce couteau est parfaitement équilibré. Voici le vôtre. Votre intérêt. Ça entre comme dans du beurre dans toutes les matières imaginables. — Bon. Ça absorbe toute énergie offensive. Et puis. c’est votre polyvalence (voilà d’ailleurs pourquoi vous. tâtez-le. En outre.

Ce qui est déroutant. un vaisseau de plaisance transportant des touristes à destination de Bolas. et surtout un transmetteur de matière focalisé. — Et si nous parlions de l’essentiel. c’est que Kris était un mutant.10 comprennent pas). Il avait arraisonné le Zéphir. L’enfant était né apparemment sans tare visible. connaître sa stratégie. — Voilà pourquoi nous avons besoin d’en savoir plus sur lui. Le pirate va vous remarquer. et est entièrement noir. — Personne ne sait qui il est. En Le pirate Noir Rahar . des grappins en céramétal. a un forme de fuseau inhabituelle. Ce que personne ne savait. Racontez-moi un peu ce que vous avez dégoté sur ce fameux Pirate Noir. on ne l’a détecté que parce qu’il occultait le fond d’étoiles. maintenant. — Charmant ! Ce qui veut dire que le Pirate Noir est pratiquement invincible. ses points faibles. L’appareil de notre Garde Spatial ne porte qu’à une dizaine de mètres. — Quoi t-est-ce ? — C’est une technologie qui permet de téléporter une quelconque charge (explosif. un faisceau tracteur très puissant. ce qui est illégal. D’après les vidéos prises par le capitaine. Il est apparu il y a six mois environ. Feu son père avait été un prospecteur d’astéroïde et avait été exposé à des rayonnements inconnus. le vaisseau mesure environ une centaine de mètres. Il est doté de missiles à tête nucléaire. afin de pouvoir le capturer. c’est que la coque ne réfléchit aucun rayon . gaz toxique ou autre incapacitant) à un endroit précis jusqu’à un kilomètre. de canons radiants. n’en doutez pas.

en le freinant. ou même acquérir des connaissances qui ne faisaient pas partie des cours des établissements en un temps record . C’était pour la forme qu’il avait récriminé au sujet des armes. il avait également un faible pouvoir de télékinésie. voire toxique . le résultat d’un long processus . Il se trouvait en bordure du troisième quadrant ouest. Il était d’une arrogance tranquille. du moins la méfiance. Déjà. Mais son principal atout. il pouvait se passer d’attendre désoeuvré. le fait d’avoir sauté plusieurs classes avait suscité des suspicions. il pouvait visualiser en se concentrant. En d’autres termes. Contrairement aux autres êtres humains. Sa fine cicatrice datait de ses premiers essais. Il survivait très longtemps dans une atmosphère extrêmement polluée. c’était un certain contrôle de l’aura de temps qui l’englobait. en l’accélérant. ne doutant de rien. sur Rahar Le pirate Noir . il pouvait se permettre de s’amuser et d’étudier à la dernière minute. il avait développé des facultés pour le moins étranges. sinon la discrimination. un autre avantage est d’avoir des réflexes hors du commun. les points vitaux de tout être vivant et n’avait aucun problème pour se tirer de n’importe quel mauvais pas à mains nues . son aura avait des prolongements dans la quatrième dimension.11 grandissant cependant. Le système Bullas avait été nommé ainsi à cause de l’anneau de poussière luminescente qui l’entourait. mais heureusement. Kris avait su calmer les doutes en se vantant devant ses condisciples de savoir bien tricher sans être attrapé. il pouvait ralentir ou accélérer son temps personnel . Ses parents lui avaient cependant appris la discrétion : être trop différent des autres peut entraîner.

et la balance commerciale était très loin d’être satisfaisante. Les rares techniciens de valeur avaient été débauchés pour d’autres planètes ou attirés dans les mondes industrialisés. était semi-aride. quand deux Oasiens s’invecLe pirate Noir Rahar . C’est dans cette atmosphère de mécontentement que Kris débarqua sur Oasis. la quatrième ironiquement nommée Oasis. Pourquoi un homme de cette valeur venait-il dans ce monde oublié des dieux sinon pour fuir quelque passé douteux. mais le développement des Oasiens était fortement limité. prétendant chercher du travail. La seule planète habitable de Bullas. Kris se morfondait apparemment en sirotant son infect arack.12 l’itinéraire touristique menant vers la planète des jeux New Vegas. la Fédération achetant à vil prix les métaux précieux. les entreprises étaient réticentes pour même l’écouter. L’économie de la planète était basée sur l’exportation de tantale et de cobalt en lingots. ne présentant qu’un ridicule lac d’eau douce . sous le nom de Sirk Nonnas. Légitimement méfiants envers ce jeune homme inconnu bardé de diplômes ronflants. La culture du blaïs modérait quelque peu les importations vivrières. La population rongeait son frein. La chance lui sourit dans un bouge miteux de l’unique astroport. les eaux souterraines exigeaient des forages profonds et onéreux. La valeur ajoutée était hors de portée : la Fédération ne leur avait fait l’aumône d’aucune technologie leur permettant d’exporter des produits finis ou même semi-finis. La dernière frasque du Pirate Noir avait eu lieu dans le système voisin.

les deux Oasiens se pointèrent et approchèrent respectueusement la table de Kris. — Je te dis que c’est le décompensateur à cardan qui est mal réglé. — Messieurs. Sirk Nonnas. si vous cherchez du boulot. — Oh oui. — M’sieur Sirk. Si j’ai bien compris.13 tivant avec chaleur étaient entrés. commandant vivement à boire. vous ne craignez rien. — Mais c’est un montage très peu orthodoxe. malgré que la Fédération ait daigné nous faire cadeau d’un nouveau module impulsionnel. je vous trace le schéma de branchement sur cette serviette de table. je pense avoir trouvé la solution à votre problème. — Allons messieurs. on n’a pas pu s’empêcher de parler de vous au patron. Rahar Le pirate Noir . ingénieur au chômage. — Essayez-le. chaque module est protégé. Tenez. — Et moi je soutiens que c’est le module impulsionnel qui fausse la rétroaction. je me présente. Kris ne perdait pas une miette de la discussion. votre chaîne de production décroche plutôt souvent. Il aimerait bien s’entretenir avec vous. Vous parlez si fort que je n’ai pu m’empêcher d’entendre votre discussion. — Pardon. Le lendemain. Finalement. Mine de rien. Vous n’avez qu’à intercaler un intégrateur pseudo-linéaire entre le décompensateur et le module. il n’y tint plus et rejoignit les duettistes à leur table. Chacun lançait ses arguments à la tête de l’autre comme des balles de ping-pong. Vous m’en direz des nouvelles. c’est le décompensateur à cardan qui n’est plus adapté.

D’ailleurs. Jorg Siluk. — Comme je l’ai dit. n’importe qui sauterait immédiatement sur l’occasion. une partie de sa mission Le pirate Noir Rahar . faites-moi faire le tour du propriétaire. conséquence de la politique impérialiste de la Fédération. j’aimerais avoir une vue d’ensemble.14 — Alors le truc a marché ? — Ben c’est dingue comme montage. vraiment arrogant. Mais j’aime ça. jeune homme. Il paraît que vous cherchez du travail. A votre place. Qu’il fût une tête brûlée n’empêchait pas Kris de ressentir une pointe de compassion devant les conditions misérables des Oasiens. La plupart des appareils étaient vétustes. j’espère faire de grandes choses ici. vous commencez à me plaire. je suis le patron de cette entreprise. — Monsieur Sirk. Heureusement. Qu’est-ce qui vous pousse donc à chercher fortune dans notre pauvre monde à peine civilisé ? — Je veux devenir un gros poisson dans un étang plutôt que rester un petit alevin dans l’océan. L’unité de production de cobalt était des plus rudimentaire. je vous dirai ensuite si cela en vaut la peine. Je vous offre la place d’ingénieur de maintenance. — Monsieur Siluk. Voulez-vous voir aussi notre unité d’extraction ? — Pourquoi pas. chapeau m’sieur. — Vous êtes bien présomptueux. Il avait l’injustice en horreur. et leur mariage avec les rares engins modernes était d’une incongruité pathétique. mais il n’y a plus eu une seule interruption de la machine jusqu’à maintenant.

Dans un premier temps. Vous possédez tous les éléments. Kris suggéra de partager cette technologie. Kris apporta des améliorations drastiques à l’unité de production.15 consistait à se faire remarquer . c’est votre monde qui en bénéficiera. — Ce serait génial. Si vous partagez la technologie de ces appareils. eh bien tant pis pour la Fédération. c’est un capital marketing que vous ne devriez pas négliger. Le rendement en avait grimpé à un point que Jorg n’aurait jamais espéré. c’est la transformation. on vous considérera comme un bienfaiteur. — Mais je perdrai aussi l’avantage de mon avance. faisant pâlir d’envie les autres exploitants. le nouvel ingénieur de maintenance créa des machines d’extraction bien plus performantes. Vous n’avez besoin que d’un ingénieur pour tout concevoir. — Votre prochaine étape. — Voyons monsieur Siluk. Et puis. les Oasiens ne peuvent progresser à cause de la politique de la Fédération. mais mal utilisé. S’en ouvrant à Siluk. que cela contribuât à l’amélioration de la condition de vie des Oasiens. — Vous n’avez pas besoin d’acheter quoi que ce soit. ils n’avaient qu’à vous embaucher quand vous cherchiez du boulot. — Pas question ! C’est moi qui vous ai trouvé. mais si la Fédération faisait embargo sur nos produits ? Rahar Le pirate Noir . Sur sa lancée. les schémas qu’il dressait tenaient compte du stock de pièces qui était plutôt bien fourni. si je ne m’abuse. — Mais vous êtes fou ! La Fédération ne nous vendra jamais les machines nécessaires. Il se rendit compte que les Oasiens étaient très doués et étaient d’excellents exécutants.

Il prit cependant le temps de contempler le féerique spectacle qu’offrait le ciel unique de la nuit oasienne. Kris ne voyait pas passer les jours. ce n’est pas mon affaire. — Monsieur le député. Vous savez que vous êtes très énigmatique. Appelez-moi Jorg. L’anneau de poussière lumineuse éclairait comme une lune que n’avait pas la planète. Vous prospecterez discrètement les mondes qui endurent le monopole de la Fédération. jeune homme. On était tout simplement fasciné dès qu’on levait les yeux dès le crépuscule. c’est vous qui êtes le bienfaiteur de notre monde. Il y avait à peine une quinzaine qu’il avait atterri sur Oasis. à laquelle vous fournirez son quota habituel ou ce que vous voulez. On devinait un représentant de la haute caste des Oasiens. le député Hruk Shelk.16 — Je vous ferai construire un télécommunicateur hyperspatial. Absorbé par l’élaboration de ses épures. voici donc le transfuge de la Fédération. était avec le patron. Nous n’avons trouvé rien d’intéressant dans votre vie. Nous avions d’abord craint que vous fuyiez un lourd passé pour vous réfugier chez nous. laissez-moi vous présenter un de nos dirigeants. Son port était altier. — Mon cher Sirk. à la chevelure dorée. — Sirk. Un étranger à la peau ambre. voire un rien condescendant. — Monsieur Nonnas. Ne craignez-vous pas que la Fédération vous mette des bâtons dans les roues ? Le pirate Noir Rahar . pas une peccadille. Kris venait d’achever le schéma complexe de montage du transmetteur. quand Siluk le convoqua.

Elle est tellement sûre de sa mainmise sur ce monde qu’elle n’a même pas de représentant ici. le travail qu’il avait fourni avait été étrangement gratifiant. Vous avez désormais l’outil pour la développer et aller loin. — Mais encore ? Ne pensez-vous pas que c’est un Robin des Bois moderne ? Rahar Le pirate Noir . A l’institut. — Mais monsieur le député… (Siluk était désemparé. — Monsieur Nonnas. je suis venu pour vous intégrer à notre institut des technologies. Monsieur Nonnas. essayant de corriger à sa manière les injustices flagrantes subies par les mondes mineurs. Celui-ci lui demanda son orientation politique. Siluk. Votre entreprise a reçu une impulsion inestimable.17 — Monsieur le député. il escomptait encore plus de son ingénieur) — Suffit. Tiens. le temps que votre économie décolle irrésistiblement. — Remarquable. il eut le plus étrange des entretiens avec le directeur. Il avait voulu faire plus. mais à la réflexion. que pensez-vous du Pirate Noir ? — Euh… C’est un pirate. Kris ne pouvait dire qu’il s’en fichait comme de l’an 40. son avis sur la politique de la Fédération visà-vis des planètes défavorisées. la Fédération ne pourra plus rien faire. alors il se présenta comme un modeste paladin. Kris se demanda si c’était le début d’un contact. si vous restez discrets. voilà qu’il se mettait à oublier sa mission. il ferait un meilleur boulot à l’institut. ça c’est sûr. Le Pirate Noir aurait-il des complices bureaucrates ? Quoiqu’il en soit.

vous pourrez discuter avec lui à loisir. Etait-ce le Pirate Noir ? Les présomptions étaient fortes. tout serait réglé. Un androïde ! Kris n’avait été confronté à un androïde qu’une seule fois. étaient d’un vert fluo. mais Kris n’était pas sûr à 100%. quasi indiscernables des humains. Le directeur amena le jeune homme dans un bureau un peu à l‘écart. un peu moins peut-être qu’un robot de métal. grâce à sa faculté. on ne pouvait ainsi l’identifier formellement. se tenait en contre-jour devant la fenêtre. pour arriver à ses fins ? Tenez. S’il le tuait là. les points au lieu d’être brillant comme l’or. s’il se trompait. — Ce que vous avez fait pour nous est indéniablement formidable. mais très difficile à maîtriser. L’affaire se corsait : le cerveau positronique qui animait aussi bien les robots que les androïdes était théoriqueLe pirate Noir Rahar . C’était une créature puissante. En outre. et je peux vous en donner les preuves… — Mais n’y a-t-il pas de moyen moins… barbare.18 — Attendez. Mais attendez que je vous présente quelqu’un. Une forme drapée dans une cape. vous insinuez qu’il vole les riches pour donner aux pauvres ? — Effectivement. Lui seul pouvait théoriquement les distinguer. Mais d’un autre côté. comme je viens de le faire. Il se concentra pour visualiser les points vitaux de l’individu. Il avait entendu dire que certains éléments de la Garde Spatiale étaient des androïdes. Etrange. un distorseur probablement fixé à sa ceinture rendait légèrement flou son corps entier . ses chances d’approcher le vrai pirate seraient réduites à néant. ouvrit la porte et s’en alla un fois Kris entré. capuchon rabattu.

Je vous ai entendu. Croyez bien que je vous approuve tout à fait. — Amusant. les babioles que nous leur prenons ne leur sont d’aucune utilité vitale. monsieur Sirk (un modulateur transformait sa voix en la rendant méconnaissable). Cependant. votre tâche ici a été grandement facilitée. — Asseyez-vous. C’est de la pure exploitation. — Donc vous volez les riches pour que les mondes arriérés puissent s’équiper. lequel trime pour leur confort. ce qui serait plus que préoccupant pour la Fédération. sous tutelle de la Fédération. Nous savons de source sûre que la Fédération fomente des conflits sur des mondes où des débuts de révolte se sont manifestés.19 ment le monopole de la Mechanics Corp. A moins qu’il ne possédât une fabrique de cerveaux positroniques. ne pouvant même pas gagner de quoi acheter la plus élémentaire des machines de la Fédération. Mais beaucoup d’autres mondes sont démunis de tout. Vous avez bénéficié d’un stock important de pièces que les Oasiens ne pouvaient assembler. Les quelques planètes technologiquement avancées écrasent le reste. Rahar Le pirate Noir . La Fédération est un conglomérat loin d’être homogène. — Cela vous choque ? De toute façon. Je ne sais pas si c’est mérité. tout à l’heure. faute de savoir et d’ingéniosité. Ce ne sont que des marques extérieures de leur richesse. — Êtes-vous le Pirate Noir ? — Ah c’est comme çà qu’on m’appelle ? — Mais le directeur de l’institut vous appelle le Robin des Bois moderne. Le Pirate Noir disposait peut-être de complices haut placés dans l’entreprise.

je ne saurais que faire de tout cet argent d’un coup. c’est-à-dire tous les mondes défavorisés auxquels vous avez promis assisLe pirate Noir Rahar . ce qui prendra peu de temps au rythme où nous « travaillons ». — Et qu’y gagnerai-je ? — Aimez-vous l’argent ? — Eh bien. je me mettrai à dos tous vos supporters. — Savez-vous que la Fédération promet cinq cents millions de solars pour ma capture… ou ma mort ? Vous avez devant vous la possibilité d’empocher ce pactole. la Fédération sera impuissante. grâce à notre supériorité technologique. nous n’avons pas été contraints à cette extrémité. L’avènement d’une confédération plus équitable sera inévitable. comme tout le monde. Malgré ses espions. — Avez-vous déjà tué ? — Jusqu’à maintenant. Deuxio. dès que l’une de nos planète pourra subvenir aux besoins technologiques des autres. je suppose. Nous stockons quelque part tous les composants. Mon équipe a besoin de vos compétences. nous monterons les machines sur une planète secrète et nous les acheminerons vers les mondes qui en auront besoin. — Quand cesseront vos activités de… collecte ? — Si cela peut tranquilliser votre conscience. je sens qu’il va pourrir ma vie. A ce moment. Je voudrais vous demander si vous acceptez de venir me rejoindre. Quand nous serons prêts. la Fédération n’y voit que du feu. — Primo.20 — Vu sous cet angle… Mais vous ne craignez pas la réaction de la Fédération ? — Nous avons un réseau de fournisseurs peu regardants.

— Vous n’êtes pas bête. compte tenu des risques. Instantanément. C’est tout ce que vous devez savoir. — Je ne vais pas vous abuser longtemps. Je ne vous ferai l’affront d’en appeler à votre sens humanitaire. Même la Garde Spatiale peine encore à téléporter un cancrelat vivant sur quelques malheureux mètres. — Oh ces risques… risquent d’être minimes. disons trois fois plus que dans une entreprise ordinaire. — Vous êtes nouveau. monsieur Sirk. — Eh oui. nous sommes sur une autre planète. Je comprends votre curiosité. — Et nous sommes sur quelle planète ? — Sur une planète d’un système à la périphérie du quadrant cinq. Faisant machinalement un tour d’horizon. bien audelà de l’influence de la Fédération. monsieur Sirk. d’après tout ce que crois savoir sur votre compte. vous saurez tout bien assez tôt. Mon vaisseau y fait escale en ce moment. je me doute bien que vous avez des tas de gadgets qui vous protègent. Nous avons trouvé une porte sur une planète très lointaine. le jeune homme se figea : ce n’était pas l’astroport d’Oasis. Et enfin. Kris suivit l’androïde dans un télétransporteur d’un modèle inconnu. — Eh beh. la confiance règne. Rahar Le pirate Noir . Vous venez d’emprunter une porte hyperspatiale. Vous serez donc rémunéré selon le travail que vous fournirez. — Vos scientifiques sont décidément de première force. mais il vous faut faire d’abord vos preuves. ils se retrouvèrent à un quai à l’écart de l’astroport. Nos techniciens l’ont étudié et ont réussi à la reproduire.21 tance.

— Pas entièrement : nos techniciens ont quand même fait un sacré boulot. — Je suppose que ce sont également des technologies « empruntées ». il est très difficile de le distinguer. Le pirate Noir Rahar . sauf s’il occulte des champs d’étoiles. ingénieux et remarquablement intelligent. le moteur hyper-drive laisserait loin derrière le plus rapide des vaisseaux de la Garde spatiale. — Et qu’est-ce que moi. Même en visuel. On ne devinait que la forme du fuseau. vous cumulez des spécialités étonnamment vastes. Vous devez avoir une faculté d’intégration multidisciplinaire extraordinaire. — Nos techniciens ont inventé un revêtement qui absorbe quasiment toutes les ondes. Comment faites-vous ? Le champ d’invisibilité des vaisseaux de la Garde est loin d’être aussi parfait. Contrairement aux propulseurs classiques. — Vous ne croyez pas si bien dire. vous êtes perspicace. C’est ce dont nous avons besoin pour progresser. — Je n’en reviens pas. Par ailleurs. le nôtre ne laisse aucun sillage détectable dans l’hyperespace. — Et pour la propulsion ? Je présume qu’il est doté du jump-drive dernier cri. En outre. C’est très pratique pour éviter toute détection dans le noir de l’espace. Aucune lumière n’était réfléchie. pourrait faire de mieux que votre géniale équipe ? — Ne soyez pas si modeste. un frais émoulu d’université.22 Le vaisseau du pirate était d’un noir tellement mat qu’on croyait voir un immense trou. Kris restait bouche bée devant le prodige.

il faut les enfiler au cas où les machines ont besoin de maintenance ou de réparation en vol. — Effectivement. Il ne pouvait évidemment pas le saboter. Une porte d’un rouge inhabituel fermait l’arrière qui contenait certainement les générateurs et les propulseurs. Il y a un sas. Kris n’avait jamais pu approcher un vaisseau de la Garde Spatiale. Mais dans l’espace. car les appareils génèrent une atmosphère toxique en fonctionnement. Voici votre cabine. Il se Rahar Le pirate Noir . Vous avez deux heures pour vous en imprégner. à terre elle est jaune. alors qu’elle devrait être jaune ? s’enquit le jeune homme. Néanmoins. monsieur Sirk. je suppose donc que vos machines ne sont pas ordinaires. signe de danger.23 La configuration du vaisseau différait peu d’un patrouilleur. ne serait-ce que pour déceler ses points faibles. — Pourquoi donc cette porte est-elle rouge. vous y trouverez des manuels où sont portées les dernières théories élaborées par nos scientifiques concernant quelques disciplines de pointe. il espérait que son esprit ouvert et curieux lui permettrait d’appréhender des concepts non enseignés dans les écoles. Kris n’était pas trop dépaysé et il s’imaginait aisément les différentes parties de l’appareil. Kris se dirigea précautionneusement vers la porte rouge. ce serait du suicide. — C’est inhabituel . sa couleur d’avertissement était certainement suffisante pour tenir les importuns à l’écart. vous voyez ces quatre scaphandres . Elle n’était pas gardée. Sortant subrepticement de sa cabine. — C’est le moins qu’on puisse dire. n’était la dimension plus grande . Il devait examiner la machinerie du vaisseau noir. elle devient rouge.

vous êtes de mauvaise foi : je l’avais fermé à l’astroport et vous étiez présent. S’il avait décroché un seul scaphandre. Kris. On s’invectivait à l’extérieur.24 glissa dans le sas et tendit la main vers un scaphandre. Kris devait donc entrer sans protection . — Le voyant ne ment pas. avertissant probablement la passerelle de l’intrusion. Il accéléra le temps de son aura quadridimensionnel de façon à avoir deux heures subjectives pour une heure réelle. moins avec son accélération temporelle. L’excitation du jeune homme était à son comble devant les nouveautés présentées par les propulseurs. puis débloqua la porte intérieure. je te dis que tu as mal fermé la porte du sas. heureusement. Des voix le clouèrent sur place. va le fermer. Il était temps de sortir. Le bourdonnement des générateurs et le doux ronronnement des propulseurs créaient une ambiance irréelle ouatée. il était un mutant. Il suspendit son mouvement : des fils presque invisibles reliaient le support à la porte intérieure. était persuadé qu’on pourrait remédier à cela. tout de suite ! Le pirate Noir Rahar . Le seul inconvénient était la génération de cette atmosphère toxique. l’ouverture de la porte aurait émis un signal. On avait apporté des améliorations très ingénieuses aux générateurs. Kris avait noté ses observations dans le petit enregistreur inclus dans son bouton de col. — Pas de mais. — Mais chef. augmentant leur rendement. dans son enthousiasme. Kris ne perdit pas de temps : sa capacité à se contenter de moins de 5% d’oxygène durait à peine une heure et demie. inspira un bon coup. Ne s’étant pas fié à sa mémoire dans cet environnement toxique.

Il entendit le verrou s’enclencher avec un claquement sourd. Il compta les Rahar Le pirate Noir . le jeune homme parvint tant bien que mal à soulever la lourde plaque et resta assis. de même que la salle des machines . Au lieu d’être en plein milieu de l’allée centrale. la disposition de la salle des machines était légèrement différente de ce que Kris voyait habituellement. L’obscurité étant totale. malgré toute sa concentration. on devait accéder à la superstructure du vaisseau sous le plancher. Les mains tremblant. la trappe se trouvait dans un coin. soit dix minute subjectives. Il attendit un moment et s’approcha de la porte. Il finit par s’insinuer par l’ouverture et rabattit péniblement la trappe. Les cabines devaient donc avoir des trappes de communication. le verrou refusait de s’ouvrir : le mécanisme était trop rigide ou mal huilé pour son faible pouvoir. Il s’efforça alors à visualiser le plan du vaisseau. le taux supérieur d’oxygène le revigora presque instantanément. Il était enfermé. haletant. derrière un générateur. il suffisait de trouver la trappe. Quoiqu’un peu d’air toxique l’eût suivi. Compte tenu des nouvelles technologies mises en œuvre. mais il n’en était pas troublé : il avait confiance en sa capacité télékinésique.25 Kris se cacha précipitamment derrière un générateur et ne bougea plus. Il visualisa de nouveau le plan du navire pour repérer sa cabine. Il commençait à ressentir les effets de l’atmosphère toxique et sa tête commença à tourner. Malheureusement. Kris ne disposait plus que de cinq minutes réelles. Toujours est-il qu’il n’était pas facile de s’orienter parmi les entretoises de métal. mais il avait du mal à se concentrer. Kris remercia la Providence d’avoir sur lui son crayon-torche. En principe.

Il était un partisan inconditionnel du capitaine et il ne lui venait pas à l’esprit de discuter le moindre désir de son chef vénéré. Il souleva doucement de quelques millimètres la plaque de métal. Lentement. Kris s’arrêta sous ce qu’il crut être sa cabine. Effectivement. s’épousseta. Kris avait dû mal calculer et il avança vers la cabine suivante. Dans sa hâte. Kris se faisait fort de déverrouiller la trappe. C’était la bonne et il émergea de la trappe avec un long soupir de soulagement. Le Pirate Noir appela le mess par interphone. ce qui était fort inconfortable. Il rétablit son aura à la normale. il s’était trompé de cabine. — Le nouveau doit avoir un petit creux en potassant de nouveaux concepts. il parvint à libérer la fermeture par télékinésie. il rabattit la trappe et la reverrouilla. Bien que fatigué. Il était temps. rejoignit la table et ouvrit le premier manuel venu. Kris se remémora méthodiquement le plan du vaisseau. la porte s’ouvrit sur un homme portant un plateau garni. Bien lui en prit : un ronflement sonore l’arrêta . en se concentrant. il verrouilla précipitamment la trappe. Encore sous accélération temporelle.26 trappes tout en avançant courbé. Le pirate Noir Rahar . il réactiva son accélération temporelle pour lire consciencieusement les fascicules tout en dégustant l’encas qui était le bienvenu. un plateau de bonnes choses à la main. Le membre d’équipage faisant office de steward se dirigeait vers la cabine de Kris en sifflotant. Veuillez lui apporter un petit encas assez copieux. Légèrement décontenancé. Si ce vaisseau respectait les standards. Il lui restait à peine une demi-heure pour se plonger dans les manuels. quand on toqua à sa porte.

Etant lui-même atypique. Comment aurait-on fait ? — Je ne sais pas. sergent Marcus ? Son émetteur a cessé de fonctionner ? — L’agent qui suivait notre homme sur Oasis prétend que seule la mort du lieutenant de vaisseau. Rahar Le pirate Noir . il se pourrait qu’il ait été transporté hors de la limite de la portée de l’émetteur. — Appelez-moi l’expert en communication. ou son exposition à un magnétisme très intense et donc létal. Cependant. Si votre homme n’est pas mort. — Comment va-t-on faire pour le retrouver ? Lancer des sondes ? — Bah il peut se trouver aussi bien dans un autre quadrant que dans un coin encore inexploré de la Galaxie. pourrait désactiver l’émetteur. il semblerait que le lieutenant de vaisseau Kris ait disparu d’Oasis. Il doit se débrouiller seul désormais. — Je suis là. Kris n’avait aucune peine à assimiler les concepts dont il en avait pressenti certains sans avoir eu l’occasion de les expérimenter. Votre homme est certainement entré dans la gueule du loup. sa mort est très improbable. — Comment ça disparu.27 Fascinant ! Le Pirate Noir avait embauché la crème des scientifiques. Il n’était pas étonnant que la Fédération fût impuissante devant ces cerveaux d’exception. en l’état actuel de sa mission. Ce serait chercher une aiguille dans une grosse botte de foin. — Capitaine Malika. — Mais c’est absurde. capitaine. mais c’est la seule hypothèse plausible.

Elle préférait vivre de son souvenir et se consacrer à des œuvres sociales. Les fêtes de la Réconciliation approchaient. Margit Sannon se préparait à recevoir son fils unique. taupe. alors que la chambre de son fils brillait déjà comme un sou neuf. Bien qu’encore jeune. Son dévouement était tel d’ailleurs. s’occupant des orphelins de la Flotte Spatiale. et c’était la période où son prodigue de fils rentrait au bercail pour quelques trop courts jours de congé. Elle voulait que Kris se sentît dans un environnement propre et autrement confortable que dans Le pirate Noir Rahar . Vous pouvez rédiger un rapport bidon soulignant que tout se déroule comme prévu. apportant ses cadeaux aussi adorablement inutiles qu’onéreux. — Que devons-nous faire alors. l’amiral ne veut rien savoir. qu’il se débrouille. Pour ce qui est de votre… hum. elle n’avait jamais voulu remplacer son défunt mari. connaissant son intrépidité fondée sur ses facultés secrètes. et même de certains militaires. inventez n’importe quoi pour rassurer le Sénat. Vous savez bien que nous avons d’autres chats à fouetter. voire l’affection de nombre de mercenaires. capitaine Toron ? — Ne vous concentrez pas trop sur le Pirate Noir. qu’elle s’était attirée la sympathie. Ce n’est pas une priorité. malgré l’insistance de Kris.28 — Capitaine Malika. Margit ne pouvait s’empêcher de trembler pour son unique rejeton. Bien de valeureux mercenaires ont été portés disparus ou tombés en mission. Elle programma pour la centième fois le robot de ménage. tant qu’il ne commence pas à tuer. Mais elle avait gentiment décliné moult avances : elle était femme d’un seul homme.

Ce qu’elle ne savait pas. Ce qui l’étonnait un peu. le cœur ratant un battement. manifesta chaleureusement sa joie . il m’a envoyé une lettre.29 sa misérable cabine de patrouilleur. Elle se prépara à passer les fêtes au foyer des orphelins. — Mais Margit. était aussi luxueuse qu’un salon. Kris n’aurait jamais oublié. du moins jusqu’à maintenant. elle considérait Margit comme sa mère : elle avait perdu très tôt ses parents et avait considéré Kris comme le frère qu’elle n’avait jamais eu. d’ailleurs le patrouilleur est à quai. Et où est Kris ? — Il est en mission. il ne nous a rien dit. Montre-moi cette lettre. D’abord alarmée. sans aucun grain de poussière. elle leur déverserait son trop-plein d’affection. nous sommes tous en congé. car il devait effectuer une patrouille exceptionnelle. loin d’être spartiate. Margit eut l’agréable surprise de la visite de Morgane. la jeune femme au gabarit impressionnant. Son garnement de fils ne pouvait venir. Rahar Le pirate Noir . Ensuite. c’était que ladite cabine. elle avait appréhendé une tragique nouvelle. Margit était en train de dresser la liste des provisions. tu as pu avoir un congé ? Tu as de la chance. il aurait dû les joindre à la missive . — Alors Morgane. quelles que soient ses préoccupations du moment. Les bras chargés de cadeaux. la délicieuse chef mécanicien du patrouilleur de Kris. quand un troufion lui apporta un pli portant le sceau de la Flotte Spatiale. c’était de ne pas recevoir les traditionnels cadeaux que son fils ne manquait jamais de lui apporter. la déception fit monter une boule à sa gorge. En l’occurrence. — C’est étrange. La veille des festivités.

parole d’une Sannon. La dernière fois qu’on l’a vu. — Très curieux. — Il était peut-être pressé ? — Kris n’est jamais pressé. Margit. je doute qu’ils acceptent de te renseigner. mais je ne pense pas que l’Etat-major accepterait de perdre une excellente recrue. Ce n’est pas la signature de Kris. ce Bureau 5 ? — Les renseignements de la Flotte Spatiale. — Mais je suis sa mère. n’avons pas été informés. — Si même nous. Autrement dit le centre d’espionnage. beaucoup de militaires n’aiment pas l’arrogance de Kris. son équipage. Je veux savoir ce qu’ils ont fait de mon fils. Nous avons deux hypothèses : soit on a besoin de sacrifier quelqu’un. — C’est quoi. On l’a certainement obligé à faire l’espion. — Donc c’est encore plus dangereux. il allait à une convocation du Bureau 5. Margit. soit. la mère de Kris Sannon désire vous voir. ces deux boucles sont trop lâches. voilà la lettre. Margit. que diantre ! On va voir ce qu’on va voir. et c’est plus probable.30 — Tu crois qu’il est arrivé quelque chose à Kris ? Tiens. — Comment diable est-elle arrivée ici ? Y a-t-il eu une faille dans la procédure ? Le pirate Noir Rahar . Regarde. — Mais n’est-ce pas dangereux ? — Ça dépend. — Capitaine Malika. il a été choisi pour des compétences que n’ont pas les agents réguliers.

Margit confia son inquiétude à Morgane. la Fouine la déterrerait. on n’a pas réussi à la décourager. madame. en tout cas. — Mais il y a bien d’autres gens bien plus aptes que lui. S’il y avait quelque chose à trouver. Rahar Le pirate Noir . elle attend depuis une heure. votre fils a des compétences extraordinaires et son aide est précieuse. contacta l’ingénieur des transmissions de l’équipage. Il est au secret avec les autres chercheurs. Prenez place je vous prie. capitaine . — Capitaine. le lieutenant de vaisseau Kris a été affecté à des travaux de recherche extrêmement délicats.31 — On ne comprend pas. — Madame Sannon. Que devonsnous lui dire ?… C’est bon. — Appelez-moi l’aide de camp de l’amiral Gruck… Bonjour capitaine Toron. rentrez chez vous et je vous promets que vous retrouverez sous peu votre fils. — Détrompez-vous. mais je vous assure qu’il va très bien. Celle-ci. il n’est qu’un simple patrouilleur. je vais arranger ça… Agent Glitch. je n’ai qu’une question à vous poser : qu’avez-vous fait de mon fils ? — Mais qu’est-ce qui vous fait croire qu’il est ici ? — Des membres de son équipage l’ont vu entrer ici. faites-la entrer… Madame Sannon. L’officier radio avait des accointances insoupçonnées avec diverses personnalités de différents organismes de la Flotte. la mère de notre taupe perdue est là et demande des nouvelles de son fils. pour rassurer la pauvre femme. je suis tellement chargée. Allons. dit « la Fouine ». Peu convaincue. excusez-moi de vous avoir fait attendre.

à la barbe de la Garde Spatiale. madame Johanne ? — Vraiment désolé madame Sannon. le second de Kris. Si l’affaire s’ébruitait. — Quand y allons-nous. qu’allons-nous faire capitaine ? — Appelez-moi Johanne. Le Bureau 5 était désemparé.32 Les deux femmes n’eurent pas longtemps à attendre. d’ailleurs – qui nous permet de savoir où l’un de nous se trouve dans la Galaxie. — Dites Johanne. — Rassure-toi Margit. quel prétexte allons-nous présenter pour pouvoir disposer du patrouilleur ? Le pirate Noir Rahar . mais il possède un transpondeur hyperspatiale – comme moi aussi. C’est un gadget que nous avons conçu tous les deux. Le mieux est que vous gardiez votre train de vie quotidien. — Alors. mais nous ne pouvons vous emmener. Morgane décida alors de tout raconter au capitaine de frégate Johanne Bold. C’est un secret entre Kris et moi. Mais il nous faut rejoindre le patrouilleur : le détecteur y est intégré. La Fouine avait fini par connaître la vérité : la tentative d’infiltration de l’équipage du Pirate Noir. je ne donnerai pas cher de la peau de votre fils. puis la disparition mystérieuse de Kris. nous ne sommes pas sur le patrouilleur. mais le Pirate Noir possède indéniablement une technologie très avancée. Morgane. nous allons faire tout notre possible pour ramener Kris sain et sauf. En tant que physicien. mais ne faisait presque rien pour retrouver leur capitaine. je suis au courant des dernières avancées en matière de téléportation. — Donc Kris a disparu.

Ngoma le gros toubib jovial. mais personne ne lui avait trouvé de trait vraiment marquant. Tchang le xénobiologiste et surtout cuistot. Morgane « Molette » (de clef à molette) chargée de la bonne marche du vaisseau. Il en était d’ailleurs de même pour les autres équipages contractuels de la Flotte. Le capitaine de frégate Bold contacta le QG de la Flotte et leur fit part d’une rumeur comme quoi un acte de piraterie aurait été rapporté du côté de la bordure sud du troisième quadrant. rameutez seulement tous les autres. Le navigateur Pohl dit « la Fouine ». non qu’elle fut particulièrement sévère ou stricte. je me débrouillerai. et évidemment Bold le second que personne n’avait osé affubler d’un quelconque surnom. de demander éventuellement des renforts. Rahar Le pirate Noir . C’étaient tous des civils. le QG lui notifia d’y jeter prudemment un coup d’œil. et s’il y avait quelque chose de tangible.33 — Ne vous en faites pas Morgane. autrement dit « Mouche » d’après son expression favorite quand elle avait touché sa cible (qu’elle ne ratait jamais). affectueusement appelé « sa Grosseur ». l’artilleur Sarah. malicieusement surnommé « Fayot » à cause de la fréquence des légumineuses qu’il servait à toutes les sauces. Ils étaient tous là. sauf peut-être une beauté discrète que son uniforme et son visage toujours sérieux ne mettait vraiment pas en valeur. mais seuls Kris et son second avaient reçu un grade militaire pour huiler quelque peu leurs relations avec les militaires. Comme prévu. Je n’ai besoin que de votre visiophone. Kris étant très estimé de son équipage.

un pirate ne s’embarrasserait pas d’un prisonnier. à proximité du système Monaos. Nous allons sauter jusqu’au quadrant cinq pour affiner le repérage et on avisera une fois là-bas. Le second s’était résolu à mettre dans la confidence la Fouine. Tous les passagers. ont été dépouillés de leurs objets de valeur. — C’est dément capitaine. êtes-vous sûre que votre bidule fonctionne ? — Je crains que oui. Pohl. surtout non fortuné. FLASH DE DERNIERE MINUTE : le vaisseau de plaisance Marul a été attaqué par le célèbre Pirate Noir. mais trop tard comme toujours. capitaine ? — Voyons Morgane. jusqu’à l’équipage. je suis sûre qu’il poursuit sa dangereuse mission. — Et s’il avait été fait prisonnier. dernier escale de Kris. Une distance du près du quart de la Galaxie ! Ce Pirate Noir est extraordinaire. à part des crises de nerf qui ont mobilisé les médecins de la Flotte venue à la rescousse. La hardiesse de ce brigand consterne les compagnies de navigation de luxe qui vont se Le pirate Noir Rahar . Kris a certainement infiltré son équipage. Aucune victime n’a été déplorée. Car n’en doutons pas. A leur effarement. l’appareil indiquait la périphérie est du quadrant cinq. Non. très loin de la planète Oasis. ayant besoin de ses compétences pour interpréter les graphes affichés.34 Bold consulta pour la première fois le détecteur dissimulé parmi les consoles et qui intriguait particulièrement le navigateur Pohl.

35 concerter pour débattre de la conduite à tenir, face aux actes de piraterie qui portent un coup très dur à leur activité. Il n’est pas exclu qu’elles envoient une délégation auprès du gouvernement fédéral pour inciter la Fédération à des actions plus efficaces. — Alors monsieur Sirk, que pensez-vous du travail que nous avons effectué ? — Très impressionnant, euh… comment dois-je vous appeler ? — Appelez-moi tout simplement maître… Sérieusement, capitaine suffit. — Très bien, capitaine. Voyez-vous, ce type de vaisseau a un armement lourd très discret. Ce n’est pas officiel ni très légal, mais au cours de mes pérégrinations, je me suis lié à quelques techniciens navigants de la Flotte. Certains touristes n’hésitent pas à payer cher pour visiter des planètes interdites et dangereuses. Qu’auriez-vous fait si un matelot nerveux vous avait lâché une bordée ? J’ai vu votre bouclier de force, mais il se serait effondré tout de suite. — Bien vu monsieur Sirk, voilà pourquoi je vous ai emmené. Allez, étonnez-moi. Je cherche toujours des améliorations pour réduire plus encore les risques de violence. — Vous craignez pour les victimes ou pour vos hommes ? — Ne soyez pas sarcastique, évidemment pour les deux. Je ne suis pas sanguinaire, vous savez. Mais revenons à nos moutons. Votre cerveau génial a-t-il pondu quelque chose d’intéressant ? Rahar Le pirate Noir

36 — C’est à votre tour de railler, hein ? Bon, effectivement, la première chose est de renforcer notre bouclier… — Vous croyez qu’on n’a pas déjà pensé à ça ? — Des yeux neufs ont toujours apporté du bon. Je continue. On pourrait créer un rayon de blocage… — Kézako ? — Disons un rayon modulé qui magnétise à distance tout mécanisme métallique, faisant en quelque sorte se coller les petits contacts de façon qu’on ne puisse les enclencher. — Génial, mon cher Sirk. Je ne regrette pas de vous avoir embauché. — Ensuite, les robots devraient être reprogrammés pour accélérer le ramassage du butin. Deux heures, c’est trop. Si jamais la Fédération fait appel à la Garde Spatiale, je ne vous donne pas une heure avant qu’elle rapplique fissa. En son for intérieur, Kris se disait qu’il faisait un drôle de boulot. Il cherchait aussi bien à préserver les proies que les prédateurs. Mais le Pirate Noir lui avait fait prendre conscience de la politique réelle de la Fédération. Celle-ci ne favorisait que les nantis, les planètes déjà prospères, au détriment des mondes défavorisés. Plongé dans sa vie trépidante et plutôt insouciante de patrouilleur, sans vraiment avoir d’idéal clair, il ne s’était jamais penché sur les dessous de la politique interstellaire. Il était tiraillé entre sa loyauté envers la Flotte Spatiale, c’est-à-dire continuer sa mission en amassant le plus d’informations possibles sur le Pirate Noir, voire le tuer, et sa nature d’aventurier-savant, attiré par la Le pirate Noir Rahar

37 perspective de pouvoir utiliser pleinement ses compétences dans la contribution au développement de mondes difficiles, un challenge exaltant à sa mesure. Il considéra le Pirate Noir. Il ne pouvait rien faire : c’était l’androïde. Un doute s’insinua en lui. Le Pirate Noir et l’androïde ne faisait-ils qu’un ? Non, quand bien même l’androïde ferait le travail, il avait dû être programmé par quelqu’un. D’ailleurs, il se comportait trop comme un humain pour ne pas être téléguidé de temps en temps. Et puis, il devait avoir un comportement identique à celui qui le pilotait. En outre, il ne cacherait pas son visage si son maître n’avait pas le même ; celui-ci devait donc apparaître de temps à autre. Le problème était ainsi de localiser ce quelqu’un. Kris ne se demandait plus comment le Pirate Noir connaissait l’itinéraire des vaisseaux de luxe. Il possédait un réseau d’indics particulièrement efficaces dans les agences, des gens cupides ou des ressortissants exilés des mondes défavorisés. Cependant, leur liste était dans le petit computeur toujours accroché à la hanche du pirate. Comme un androïde n’avait pas besoin de dormir ni de se laver, Kris ne savait pas comment le subtiliser. Le vaisseau noir se posa sur une planète non répertoriée. Kris en était sûr : il avait fait une triangulation discrète. Ils se trouvaient à la périphérie du quadrant cinq. La planète était plus tropicale que tempérée, la chaleur était à peine supportable. Cinq membres de l’équipage étaient certainement originaires d’un monde aride, car ils étaient fortement bronzés et ne semblaient pas incommodés le moins du monde. Mais le radio au teint livide devait venir d’un monde frisquet et Rahar Le pirate Noir

Kris savait bien que le radio ne simulait aucunement : ses points vitaux clignotaient misérablement. p’tite tête : il fait trop chaud. Alors. Kris accrocha à la ceinture du pauvre radio son climatiseur individuel. un gadget que son second et lui avaient mis au point. c’est mon climatiseur et j’en fais profiter qui je veux. — Écoutez-moi ce blanc bec qui veut jouer les matamores. tenez-vous à carreau. Le gorille préposé au rayon tracteur accusa le radio de simulateur et exigea le climatiseur car lui souffrait réellement . Des récriminations montèrent derrière. lui jurant protection éternelle. — J’m’en vais t’apprendre à me traiter de p’tite tête. Les hommes allaient en venir aux mains. Ce devait être une nouvelle base pour que les membres non préparés souffrissent ainsi. indifférent ou inconscient de son malaise. Le pirate Noir Rahar . mais il n’intervint pas et resta immobile en spectateur. Pris de pitié. il en vint à le bousculer. — Je n’ai pas l’humeur à me battre. Le capitaine. juste pour occuper un moment de loisir. L’androïde s’arrêta et se retourna. construits au milieu de la forêt exubérante. sale sagouin d’intello. — Écoutez les gars. Il est vrai que l’ingénieur en transmission avait une bonne tête de plus et était baraqué comme un lutteur de foire. Le radio lui jeta un regard d’épagneul reconnaissant. Je m’en vais te rabattre le caquet. continuait allègrement son chemin pour rejoindre les bâtiments à l’aspect neuf. moi. comme s’ils cherchaient un exutoire après l’intolérable tension au cours du raid.38 souffrait visiblement le martyre.

— Non. Il choisit rapidement un point particulièrement douloureux près de la clavicule. nous avons une excellente infirmière à la base.39 Kris accéléra un peu le temps de son aura quadridimensionnelle et visualisa les points vitaux de son adversaire. Le reste de l’équipage fut d’abord muet. Il devait y en avoir d’autres sur d’autres planètes. Kris aurait eu la joue et la hanche meurtries. le Pirate Noir ne devait pas mettre ses œufs dans le même panier. Ou sur cette même planète . — Où avez-vous appris à bouger si vite ? — Oh un androïde m’a entraîné (Kris apprécia l’ironie de la situation). les yeux embués exprimant une incrédulité sans borne. lança son médius dans un geste presque nonchalant. Compte tenu de ses dimensions. Il y avait même des machines qui Rahar Le pirate Noir . Il évita à temps un poing baladeur et un coup de pied chassé. Non content d’avoir une tête pleine. mais c’était peu probable. — Voilà une excellente recrue. J’espère que vous ne l’avez pas estropié. Le colosse s’effondra à genoux. Le bougre était rapide : sans ses réflexes accélérés. cette base ne pouvait contenir tout le trésor amassé depuis le début des activités de la bande. puis exprima bruyamment son enthousiasme. Kris était adopté. il sait aussi se battre. esquiva prestement un autre coup vachard et dans le même mouvement. couinant de douleur. le Pirate Noir activa des robots pour décharger le butin. ça fait un mal de chien. Arrivés dans le bâtiment. Kris resta baba devant les laboratoires équipés des meilleurs appareils. mais c’est pratiquement sans séquelles. — Et si j’avais reçu une raclée capitaine ? — Bof.

vous le méritez amplement. Un autre point titilla son esprit déjà troublé… — Pourquoi me fixez-vous comme ça ? — Euh… Je me disais que vous êtes un grand génie. Mélomane averti. l’androïde était bien un double. Il est vrai qu’il n’avait pas accès aux labos de la Garde Spatiale et ne disposait donc pas de référence comparative. je n’ai pas publié suffisamment d’ouvrages pour mériter ce titre. pas de flagornerie mon cher Sirk. capitaine. d’autres l’ont déjà fait avant moi. — D’ac. Si vous pensez que c’est un acte de génie. Sachez seulement coopérer avec vos collègues. Osera-t-il le buter là ? Mais il ne tenait pas à risquer sa vie. — Prévenez-moi dès que vous trouverez quelque chose. je sens que je vais faire de l’excellent boulot ici. professeur Sirk. Intrigué. Donc il avait raison.40 lui étaient inconnues. La substitution avait dû se faire pendant le charivari et la cohue du rangement du butin. nous allons l’essayer ensemble. Incroyable : c’était un humain avec ses points d’or dansants. Un détail frappa l’inconscient de Kris. — Ne vous moquez pas capitaine. ce ne sera vraiment pas facile de s’échapper. Il y avait surtout un délicat si bémol qui se distinguait davantage. — Ah mais pour moi. il visualisa les points vitaux de la créature qui se tenait près de lui. Le pirate Noir Rahar . — Tout cela est à votre disposition. son oreille musicale détecta une subtile différence de tonalité dans la voix artificielle restituée par le modulateur. — Allons. je n’ai fait que réunir des génies.

Elle supervise tous Rahar Le pirate Noir . Son hâle dénotait une origine planétaire du troisième quadrant. Kris alla rejoindre l’équipe de physiciens et se mit au travail. vous ne pouvez pas mettre un peu de sourdine ? On bosse là. nullement imbus de leur personne. — Dites m’sieurs-dames. la roboticienne. et le jeune homme se sentit revenir à la fac. Kris était pris par l’ambiance et n’était pas le moins excité. les savants se traitant parfois de noms d’oiseau comme des potaches chahuteurs. — Oh excusez-nous maâme Cerveau.41 — Avec ce matériel. Une jeune femme absolument exquise dans sa blouse comme coupée par la crème des stylistes. Ce sentiment était renforcé par l’animation des discussions autour du tableau couvert de formules. était sur le seuil. Décidément. vivement intéressé. voilà pourquoi on l’appelle Cerveau. se considéraient plutôt comme des gamins ravis de leurs coûteux joujoux. — C’est qui cette beauté ? demanda Kris. à côté. Elle s’en retourna d’une pirouette élégante. il se sentit à l’aise : ses collègues. on vous promet de murmurer nos jurons. Et comment vous trouverai-je. Oubliant déjà le point qui l’avait turlupiné. ce sera du rapide. le Pirate Noir aimait la discrétion. Tout de suite. nous. — C’est le docteur Silène Alma. La longue chevelure noire cachait partiellement son fin visage. où est votre… bureau ? — Vous n’avez qu’à me demander à un quelconque robot et je rappliquerai. Le léger sourire narquois démentait la fausse sévérité des sourcils froncés. les mains aux hanches.

seulement d’être performants. Alors. sortie intacte de la salve infernale du radiant. Kris était rien moins qu’embarrassé : il se serait passé de cette trop grande popularité. — Je pense travailler avec le Cerveau… Euh. le docteur Silène… sur les robots. avec l’aide de son second Bold . C’est curieux. Nullement complexés. Les essais se firent sur une vieille chaloupe toute cabossée. professeur Sirk. le Pirate Noir avait fait pointer dessus un des puissants radiants du vaisseau pour le test décisif. placée à 500 km de la base . est-ce qu’il y a des androïdes ici ? — Pour quoi faire ? Les robots sont suffisants : on ne leur demande pas d’être esthétiques. Plus d’un s’est ramassé un rateau.42 les robots du capitaine. En fait. Vous voyez bien que vous méritez ce titre. — C’est un bien beau morceau ! — T’emballe pas le nouveau. — Félicitations. — A propos. il projetait même d’en faire bénéficier son futur yacht privé. Une immense ovation accueillit la chaloupe pilotée automatiquement. Le Pirate Noir resta un moment pensif en considérant Kris. les physiciens portèrent en triomphe le nouveau. avec le docteur c’est boulot-boulot. Kris avait finalement réussi à imposer sa « théorie » concernant l’amélioration du bouclier de force. quel est votre prochain projet ? Nous avons encore du temps avant le raid suivant. je la croyais sur Alfabé. il avait déjà appliqué secrètement sa théorie à son patrouilleur. — Ce ne serait pas pour la draguer des fois ? Le pirate Noir Rahar .

— Décidément. mes collègues trouveront sur mon bloc portable les esquisses et les ébauches de formules qui les mèneront vers la solution. tant par son intelligence que par son physique parfait. Avez-vous de la famille ? — C’est vrai. Kris n’avait pas mis longtemps pour se rendre compte de la haute compétence du docteur Silène. votre question est indiscrète. tant dans le domaine de la physique pointue que dans la science du cerveau positronique. rayon de blocage ? — Bah. Il était absolument Rahar Le pirate Noir . La rencontre de leurs esprits faisait des étincelles : l’un finissait la formule de l’autre. donnait envie de toujours bavarder avec elle de boulot ou d’autre chose. Le tandem arrivait ainsi à parler musique. s’envoyant comme une balle les idées. peinture. ça bout sous votre caboche. — Et votre projet de… hum. sa culture étant également vaste. ne crachant pas sur l’humour sarcastique. monsieur Sirk. — J’aimerais vous poser une question indiscrète. c’est tout. Son esprit ouvert. sans perdre le fil de leurs programmes. Faites votre boulot. Nous allons faire de grandes choses. Son caractère enjoué.43 — Je vous assure que c’est pour le boulot (Kris protestait de façon faussement vertueuse). allié à une rigueur toute scientifique. — Pourquoi cachez-vous votre identité ? Est-elle donc si célèbre dans la Fédération ? — Vous êtes très curieux… trop curieux même. Il était subjugué. littérature. les algorithmes. ne laissait pas d’impressionner le jeune homme.

Et vous ne semblez pas être un cancre. — Vous connaissez Anna Glock. — Vous l’avez séduite ? (Kris pensa que c’était une question bien déplacée) — Hélas non. — Dites monsieur Sirk… — Appelez-moi Sirk. docteur. — Ma mère et la sienne sont amies. la gosse de riche ? — Mais oui. Avez-vous travaillé sur les androïdes ? Je crois qu’Anna est la seule spécialiste en androïde. j’étais un auditeur libre… — Mais en tant que tel. celle à qui son père avait construit un superbe labo. — Euh… Eh bien ma chère Silène. Elle y est encore je pense.44 étonnant d’entendre l’énoncé d’une formule coupé par une appréciation sur le jeu d’un acteur. je tombais à pic pour elle. puis reprendre comme si de rien n’était. Le pirate Noir Rahar . Dites-moi. — Mais non. elle ne pensait qu’à sa passion : le cerveau positronique. vous n’aviez pas accès aux travaux pratiques. Elle profitait même de moi sans vergogne pour ses expériences. — Alors appelez-moi Silène. à mention ou non. elle n’est pas la seule (Kris décela une pointe d’impatience… ou bien de mépris ?). Je crois que la Mechanics Corp l’avait embauchée. et j’en ai profité pour l’approcher et utiliser son labo. Anna ne cherche pas la perfection : ses androïdes sont facilement reconnaissables. où avezvous acquis ces connaissances pointues en robotique ? Il n’y a que deux instituts de robotique dans la Fédération et je connais tous les sortants. Elle est parmi les meilleurs. En fait.

— Alors monsieur Sirk ? Trouvez-vous la collaboration fructueuse ? — Formidable capitaine. En regardant Silène. et quoiqu’il fût perspicace. se disait Kris. Elle est très perspicace. pourquoi s’était-elle mordu la lèvre. Serait-elle le Pirate Noir ? Si non. Les pierres sont-elles des diamants ? — Non. Rahar Le pirate Noir . penchée sur ses graphiques et formules. Le distorseur ne permettait pas de savoir si c’était un homme ou une femme qui se cachait sous la forme floue. Silène ne lui jeta pas un regard. Je ne le quitte jamais. il prit conscience de la présence d’une magnifique broche dans les cheveux de la jeune femme. elle devait bien le connaître si elle avait créé l’androïde. ce sont des zircons. lui-même avait des difficultés à les distinguer sans sa faculté. et comment pouvait-elle avoir connaissance des androïdes d’Anna ? Ceux-ci étaient presque tous dans la garde. C’est un bijou que m’a offert mon père. — J’ai entière confiance en elle. j’ai proposé quelques suggestions au docteur Silène et elle en a accepté quelques unes. Le pirate avait déjà tourné les talons quand Kris s’était rendu compte qu’il avait omis de visualiser les points vitaux. Le Pirate Noir apparut sur le seuil.45 Tiens. Aurait-elle construit l’androïde qui doublait le Pirate Noir ? Elle en était très capable. Il ne savait donc pas si c’était le vrai pirate ou l’androïde. On va appliquer toutes les modifications qu’elle juge nécessaire. paraissant fort absorbée. — Une bien superbe broche que vous avez là.

46 — Mais dites-moi. vous auriez pu avoir la fortune et la célébrité dans la Fédération. Les plus désolés étaient les pseudo-manchots. alors que les créatures couraient en se dandinant comiquement après le jouet. une planète glacée en bordure du quadrant cinq. bien emmitouflés. mais cela exigeait de se déplacer pour avoir un autre point pour la triangulation. — La richesse n’est pas tout dans la vie. il y avait trois jours que Kris n’avait pas bougé . Il fallait profiter de l’immobilisation du transpondeur pour achever le repérage hypergoniométrique. Le patrouilleur commandé par le capitaine de frégate Bold était posé sur Mira. Apparemment. jouaient comme des gamins au ballon avec les pseudo-manchots pensants autochtones. Bold assistée du navigateur Pohl et sous l’œil attentif du chef mécanicien Morgane. le patrouilleur atterrit sur une belle planète verte. Trois parsecs plus loin. Quant à la célébrité. Dénuée de montagnes. Continuons notre travail. Bold lança le signal de rembarquement. s’efforçait de déchiffrer les graphes complexes du détecteur. Pour les consoler. Dans la salle des commandes. le gros toubib shoota dans le ballon sacrifié et embarqua en rigolant. ça peut souvent être un frein à vos buts. qu’est-ce qui vous a incité à vous joindre au capitaine ? Avec vos compétences. — Qu’est-ce qui vous motive alors ? — Je vous le dirai peut-être plus tard. celle-ci était Le pirate Noir Rahar . Le détecteur montrait une direction. Les membres inactifs de l’équipage. il était donc sur une planète.

pépiant comme des roitelets. Finalement. Bold dirigea la caméra extérieure vers le bosquet incriminé et zooma. capitaine. quand Sarah apparut Rahar Le pirate Noir . — Capitaine. Comme créatures vivantes apparentes. il y avait des sortes de grands papillons bariolés. — Qu’est-ce qu’on fait. A cinq mètres de l’orée. de la plaine la plus basse à la plus haute des innombrables collines . à la frontière séparant le quadrant cinq du quadrant quatre. L’équipage se dégourdit. les papillons l’auraient laissé tomber de dix mètres de haut. le paral à la main. ils repérèrent la planète tropicale. — Rappliquez tous et endossez vos tenues de combat. Ils approchèrent précautionneusement du petit bois. les papillons ont enlevé la Mouche. Ils avaient tous le doigt sur le bouton du paral. capitaine ? — Puisqu’on l’a repéré.47 couverte de mousse et de lichen. quelques bosquets étaient éparpillés çà et là. certainement dix fois plus grands que le bombyx atlas. Seraient-elles dangereuses ? Tout le monde sortit. on n’a qu’à verrouiller un traqueur sur son signal. L’image agrandie s’afficha sur le grand moniteur de contrôle. — Qu’est-ce que vous racontez ? Que s’est-il passé ? — Elle s’était un peu éloignée pour examiner les arbres quand les papillons s’étaient abattus sur elle et l’ont emportée. laissant le patrouilleur en défense automatique. des tentacules végétaux s’agitaient mollement sous la frondaison. des papillons énervés rappliquèrent. Sous les yeux ébahis de l’équipage. tandis que Bold et Pohl effectuaient leurs mesures. On n’a pu rien faire : si on avait tiré. On attend.

— La Mouche ? Mais on croyait qu’ils t’avaient bouffée. mais il y en a tant. ça n’aurait pas collé. — Quelle impertinence ! Et pourquoi juste moi ? s’indigna Bold.48 en courant de derrière un mamelon et leur cria de reculer. Notez-moi ça quelque part. — J’ai aussi reçu une image. c’est un affreux quiproquo. Pourquoi ne pas acclimater des abeilles ici et apprendre l’apiculture à ces merveilleuses créatures ? — Ma foi. ils adorent. moi je te trouve absolument féminine. Ils allaient seulement m’emmener loin de l’endroit. — Euh… Molette est un tantinet trop forte pour ça. Et sauriez-vous ce que sont ces tentacules dans le bois ? Le pirate Noir Rahar . les fleurs des mousses sont minuscules. capitaine. Je leur ai envoyé une image du capitaine berçant un bébé. La coque des œufs contient des sels d’or. et on a fini par se comprendre quelque peu. Les papillons pondent dans les bosquets et ils ne font que protéger leurs œufs. — Forte moi ? Tu penses que je ne suis pas assez féminine ? — Hé hé. ces sels sont réduits pour former une fine pellicule d’or que nous pouvons récupérer. Quand les chenilles sortent. — Et que pouvons-nous leur donner en échange ? — Ils ont goûté à ma ration qui contient du miel. on s’en occupera dès que l’affaire présente sera résolue. — Eh non la Fouine. petite Clef à Molette de mon cœur. intervint Fayot avec son inimitable zézaiement. Ils ont un faible pouvoir empathique comme moi.

plusieurs disciplines Rahar Le pirate Noir . — Berk ! Et ils les tuent donc.49 — Ce sont en quelque sorte les biberons des larves. mais Kris est d’une autre trempe. — Alors je suis perplexe : je me demande où il a pu avoir le temps d’étudier. Cette crise va m’obliger à dévoiler quelques pans de nos… cachotteries. et à recueillir quelques coques dorées. je ne crains pas d’avancer que je suis une des meilleures physiciennes de la Fédération. et à fond. Les arbres les nourrissent de sève à travers ces tentacules. — Johanne. Seriez-vous plus intimes que nous le croyions ? — Ma chère Morgane. il semble que l’espérance de vie de beaucoup d’insectes et d’autres petits animaux soit assez brève. Je ne sais toujours pas comment il a fait. Kris avait besoin d’un… cerveau auquel s’affronter et s’appuyer. comment se fait-il que Kris et vous ayez un transpondeur ? Je pensais que lui et moi étions plus proches. L’équipage s’amusait à observer les mignonnes petites chenilles écloses biberonner aux tentacules. Morgane rejoignit le capitaine Bold qui était à l’écart. Les papillons passent beaucoup de temps à ramasser les dépouilles. mais on dirait qu’il n’a jamais dormi pendant ses études. — Non. En contrepartie. — Ils s’abreuvent de sève comme les cigales. Voyez-vous. sans vouloir vous blesser. les papillons leur apportent des cadavres de petits animaux pour enrichir l’humus. — Et que mangent-ils ? se hasarda à demander Fayot. absorbée par des calculs abscons. — Oh je vous rassure. les papillons ayant été rassurés sur les intentions des humains. il dormait bien ses six heures.

Il voulait seulement être parmi les meilleurs. et que votre vie privée en pâtirait. — Eh capitaine. mon métier de navigateur me manquerait. et il m’a comprise. alors j’aimerais simplement courir l’espace dans un beau yacht avec vous tous. on a déjà récolté une petite fortune (la Fouine brandissait des coques dorées). et être le médecin à bord Le pirate Noir Rahar . mais vous auriez tort. Et toi. Sa Grosseur a peut-être envie de prendre sa retraite. Il en remontrerait à un agronome. Vous savez que je suis orphelin. Que ferezvous si vous étiez riche ? — Oh je me paierai un yacht. à un chirurgien. J’adore voyager. — Ah non ! Je ne tiens pas à devenir un médecin de campagne. Et vous. saviez-vous que c’était par discrétion ? Il disait que devenir le premier vous désignait comme cible. Je l’ai surpris maintes fois donnant sciemment de mauvaises réponses.50 hors des cours. à un météorologue. Fayot ? — Vous croiriez que j’ouvrirai le meilleur restaurant de la Galaxie. pas LE meilleur. Bref. mais j’ai préféré rompre : je ne tenais pas à vivre dans son ombre ni le ralentir. — Eh oui. — Mais pourtant il n’était jamais sorti major de quoi que ce soit. Lassés par leurs observations. alors que je savais pertinemment qu’il était pratiquement incollable sur tout. et j’en passe. c’est un génie. le reste de l’équipage s’approcha des deux jeunes femmes. avec le plus performant des télescopes… Mais en fait. Nous avions bien eu une aventure. la Fouine ? — Ben je me bâtirais le plus grand observatoire de la Fédération. ma seule famille c’est vous. C’était un rêve de jeunesse.

il faut relever la position de la planète et de son système. qu’allons-nous en faire ? Vat-on le signaler à la Fédération ? — Non la Mouche. — Qu’y a-t-il dans ce système ? — La planète Sylva. le premier à partir de Vogel et le second partant de Plaisir. Mais Cap’tain Cambouis aura peut-être des idées personnelles s’il était riche. — Je crois bien que la richesse nous séparera. — Allez. on va garder ça secret et en discuter avec le capitaine Kris. assez papoté. Il semblerait qu’il se déplace vers le système de Norane. Cette fortune lui permettrait de le terminer et de l’équiper. Le rocher moussu sur lequel était assise Johanne bascula sans crier gare. — Il y a deux vols capitaine. chacun embarquant un millier de touristes.51 d’un yacht me plairait bien. — Demandez au Grand Ministère du Tourisme les plans de vol à destination de cette planète et avertissez le capitaine Toron. dont les fabuleux paysages attirent les touristes. entraînant la jeune femme dans une cavité sombre. — Capitaine Malika. se lamenta le cuistot. D’ailleurs. Rahar Le pirate Noir . notre agent sur Marnos vient de détecter le capitaine Kris dans la nébuleuse du Lapin du quadrant trois. Qu’il fasse mobiliser la Flotte Spatiale en vue d’une intervention. je crois savoir qu’il s’est déjà construit un bijou de yacht. — Euh… captain Bold.

L’équipage n’était pas en reste. Il était impatient de tester ces formidables armes contre le fameux Pirate Noir. on va s’en contenter. Donnez aux croiseurs toutes les données nécessaires pour rejoindre les touristes : heure de départ. — Capitaine. La vigilance Le pirate Noir Rahar . Le capitaine de vaisseau Lick Moran était très excité. — Très bien. Le reste est soit affecté à d’autres missions. Les deux autres croiseurs qui l’accompagnait avaient aussi hâte d’en découdre : ils étaient comme des enfants avec de nouveaux jouets. le capitaine Toron dit qu’il ne peut nous fournir que six croiseurs. Je crois bien que ce sont des bobards. ce serait le diable si on n’arrive pas à capturer ce Pirate Noir. confiant en la sécurité du milieu quintidimensionnel où aucune attaque n’était possible. Le Pirate Noir allait voir ce qu’il allait voir.52 — Dites au capitaine Toron de diviser la Flotte et de faire surveiller à distance les deux vaisseaux de plaisance. etc. nombre de sauts. Son croiseur avait été équipé du nouveau bouclier de force et du mythique radiant multifréquence de la Garde. Il n’avait qu’à faire deux sauts pour intercepter le vaisseau de plaisance parti de Plaisir. La nef de plaisance Camalus voguait tranquillement dans l’hyperespace. Avec les améliorations apportées à nos croiseurs. c’est-à-dire dans un peu plus d’une heure. Il savait bien qu’il n’avait qu’une chance sur deux d’affronter l’ennemi. soit trop loin pour intervenir. les touristes insouciants faisant la fête dans les salons spacieux. mais il avait confiance en sa chance. performances hyperspatiales des vaisseaux.

que la salve de paral serait suffisante ? — Mieux vaut trop de précaution que peu. minimisant les probabilités d’attaque dans cette région du quadrant. Rahar Le pirate Noir . la beauté alléchante de la destination. J’ai déjà vu des hommes qui se sont rétablis très rapidement après une exposition au paral. — Vous ne pensez pas monsieur Sirk. — Si vos informateurs ont dit vrai capitaine. la compagnie avait pris le risque de continuer ses croisières sous la pression des actionnaires. mais ça nous laisse le temps d’envoyer une salve de paral. les commandes de leur radiant se trouvent ici.53 ne reviendrait qu’à l’émergence pour la détermination du prochain saut. D’après moi. Des financiers trop cupides avaient avancé des statistiques optimistes. Malgré le risque. Le vaisseau noir était à peine à cinq cents mètres du point d’émergence. mais on ne peut en courir le risque. du navigateur et de l’ingénieur mécanicien. Les touristes avaient plusieurs motivations : la chute des prix. Son bouclier de force devrait être activé entre cinq et dix secondes après l’émergence. En dépit des frasques du Pirate Noir. indétectable mais menaçant. personne ne voulait se priver d’afficher son rang et son prestige en arborant les signes clinquants de sa richesse. Kris examinait une épure aux côtés du capitaine. préparez-vous à l’abordage. et surtout le frisson du danger. — Très bien. On doit diriger le rayon de blocage des mécanismes par là. Je vous concède qu’il n’y en a pas beaucoup. ceci est le plan du vaisseau qui va émerger. selon les réflexes du navigateur.

Ouvrant les yeux. Elle regarda ses compagnons . Elle ferma quelques instant les yeux et respira profondément. capitaine (le chef mécanicien visiophonait de la soute). la base était à plus de mille parsecs de là. Johanne Bold avait été légèrement étourdie par un caillou en tombant.54 — Les robots sont prêts. Ils avaient formé une sorte de fine résille se faufilant entre les cheveux. La fine résille de mousse palpitait. éblouie pas la clarté soudaine. on peut tout voir à partir des moniteurs. — Nous allons les accompagner. Au fait. Quelque chose fourmillait sur sa tête et elle y porta la main. — Ne vous en faites pas monsieur Sirk. elle tituba jusqu’à un rocher stable. Chancelante. — Mais pourquoi capitaine. pas son double androïde. Curieux se dit Kris. Bold clignotait des yeux. Je veux voir de visu l’efficacité de votre programmation. j’aurais bien aimé que le docteur Silène eût pu observer l’expérience. Comment Silène pouvait-elle assister à l’action ? A moins que le Pirate Noir disposât d’un moyen télévisuel révolutionnaire. Les membres de l’équipage durent donc tirer sur les jambes de leur capitaine pour la sortir. monsieur Sirk. c’étaient des formes parcourues de lignes de lumière avec des nœuds Le pirate Noir Rahar . La cavité était étroite et personne ne pouvait s’y insinuer. S’appuyant sur Morgane et Tschang. c’était vraiment le Pirate Noir qui était à bord. Une petite entaille à sa tempe saignait. D’ailleurs. Des rejets de mousse avaient rampé sur sa tête et avaient atteint l’entaille. le docteur est en train d’assister à tout. elle eut un petit cri de surprise : tout était flou et en même temps lumineux.

55 brillants de place en place. Je suis malade, se dit-elle. Et pourtant, elle entendait bien, et même mieux : elle arrivait à percevoir les pépiements lointains des papillons, elle sentait la délicate fragrance des fleurs des mousses, jusqu’ici imperceptible. Elle s’en ouvrit au toubib qui examinait avec curiosité et circonspection la résille de mousse sans oser la toucher. — Il n’y a que deux possibilités capitaine, soit vous êtes en train de subir les séquelles de votre choc, soit vous êtes sous l’influence de cette… mousse : elle doit vous injecter quelque alcaloïde inconnu, peut-être hallucinogène. — Mais ma pensée est claire. Il n’y a que ces anomalies des sens. Le seul problème c’est que je ne vois plus très net. — Vous dites que vous voyez des lignes et des nœuds brillants en nous regardant. — Les nœuds n’ont pas tous la même brillance. Vous par exemple, un nœud près de votre foie est moins brillant. — C’est normal avec la quantité de rhum que s’enfile sa Grosseur, intervint Sarah. Sa cirrhose est prévisible. Et si vous étiez devenu medium, capitaine ? — N’importe quoi, la Mouche ! — Ben quoi, c’est une hypothèse comme une autre. Essayez de toucher le fameux nœud pâle du toubib, capitaine, on va bien voir ce qui se passera. Bold avança le doigt. Celui-ci se mit à luire doucement en palpitant ; il toucha la peau du docteur, brilla un peu plus, puis s’éteignit lentement. Le capitaine se recula, suffoquée, le nœud vital avait maintenant la même brillance que les autres. Rahar Le pirate Noir

56 — Comment te sens-tu, la Grosseur ? — Ben j’sais pas. Attendez, j’ai senti comme une chaleur irradier du doigt du capitaine et un petit fourmillement au niveau de mon foie je suppose. — Hourrah ! Nous n’avons plus besoin du toubib : le capitaine va nous soigner dorénavant. — Oh, Oh ! Pas si vite, bonnes gens. C’est bien beau tout ça, mais je tiens à redevenir telle que j’étais. Je ne tiens pas à vivre dans le flou, et la lumière m’éblouit. Faites quelque chose, doc. — Très bien, je pense que le coupable est cette espèce de mousse. On va essayer de l’enlever. Heureusement que vous avez les cheveux courts. A l’aide de fines brucelles, le docteur parvint à extirper doucement la mousse qui laissa des traces livides sur le cuir chevelu jusqu’à l’entaille du capitaine. Celle-ci ne se sentit pas mieux, mais le toubib lui assura que les alcaloïdes cesseraient leurs effets dans quelque temps. Emporté par la curiosité, Tschang le xénobiologiste, s’enferma dans le labo, petit mais plutôt bien équipé, avec un échantillon de mousse. Il voulait isoler et extraire le ou les alcaloïdes qui avaient donné au capitaine des facultés extraordinaires. Entre-temps, le détecteur signala un déplacement du capitaine Kris. Le navigateur dut prendre le commandement jusqu’au rétablissement total du capitaine Bold. Le patrouilleur plongea dans l’hyperespace, à la poursuite du vaisseau noir. Le Pirate Noir, accompagné de Kris, du navigateur et du radio, avait abordé le vaisseau de croisière à la suite Le pirate Noir Rahar

57 des robots. Tout se déroulait selon les prévisions. Les robots ratissaient systématiquement les cabines, puis dépouillaient prestement les passagers, suivant scrupuleusement la nouvelle programmation implantée par le docteur Silène. Le pirate et sa suite franchirent le seuil du mess où l’équipage était réuni. Par pure précaution, Kris avait légèrement accéléré le temps de son aura quadridimensionnel. Bien lui en avait pris : du coin de l’œil, il détecta le début de mouvement d’un officier qui sortait un petit radiant de derrière son dos. L’inconscient ! Ne se doutait-il pas que le pirate ne se baladait pas sans bouclier de protection ? Il est vrai que celui-ci n’avait qu’un paral, le navigateur et le radio n’avaient pas de bouclier, et officiellement lui non plus. L’officier visera donc le Pirate Noir sans succès, et le navigateur ou le radio feront usage de leur radiant. L’inutile acte héroïque de l’officier n’amènerait que des représailles meurtrières. Se décidant en une fraction de seconde, Kris dégaina son couteau et le lança dans le même mouvement. Le paral fut coupé en deux et le couteau alla se ficher dans le mur, derrière l’équipage. Poursuivant sa rotation, le jeune homme bloqua de la main celle du radio qui avait dégainé à demi, et bouscula le navigateur sur le point de tirer. Le Pirate Noir avait déjà son paral à la main, mais n’avait pas tiré. Chapeau ! se dit Kris, devant le réflexe et la rapidité d’analyse du capitaine. — Sans mon… « collaborateur », vous seriez dans l’autre monde, vous pouvez le remercier. N’essayez plus de jouer au petit soldat, vous n’avez aucune chance. Rahar Le pirate Noir

fit Kris d’un ton badin. je voulais préserver votre image de pirate non sanguinaire. plus de « monsieur ». — Euh… Je l’ai volé à un garde. Le navigateur fulminait. mais était retenu par son respect pour le capitaine. Il était certain que celui-ci avait eu chaud et était moins endurci qu’on le pensait. Et c’est curieux. capitaine. le capitaine avait été vraiment secoué). se dit Kris in petto.58 — Si quelqu’un d’autre a une arme. le modulateur ne restituant pas d’émotion) — Vous savez ça date déjà. — Ne remuez pas le couteau dans la plaie. Vous avez ma reconnaissance. il avait pleinement confiance en son « protégé ». — Et il ne s’en est donc pas aperçu ? (Kris ne savait s’il y avait une pointe de soupçon dans le ton. lentement. Sirk (tiens. si je ne m’abuse. Quant au radio. qu’il le dépose par terre. Vous avez de sacrés réflexes et de la jugeotte. fit Kris mi-figue mi-raisin. vous êtes le seul jusqu’ici à l’avoir remarqué. résigné. l’équipage se tenait tranquille. dans la pénombre. — Je vous avais dit que c’était une mauvaise idée. une bière à la main. — Bah. Kris avait décelé un léger tremblement de la main qui tenait le paral. Vous avez évité une tragédie. malgré le léger flou généré par le distorseur du capitaine. L’alerte était passée. alias Kris. Le pirate Noir Rahar . lança le navigateur furibard. justement. J’ai eu ma chance dans une échauffourée. — Et comment pouvez-vous posséder un couteau en céramétal ? Seule la Garde Spatiale en dispose. On serait peinard devant les moniteurs pour suivre les robots. c’était au cours d’une manifestation d’étudiants.

Où en est le chargement ? — Il reste encore cinq robots dans le vaisseau de croisière. activez leur autodestruction et préparez-vous à plonger dans l’hyperespace. Rahar Le pirate Noir . — Abandonnez-les . — Ça commence à se stabiliser. — Utilisez le transpondeur du capitaine Kris pour l’extrapolation. déterminez le trajet du pirate. — Pohl. Le Pirate Noir vient d’attaquer un vaisseau dans la zone de dernier saut avant Sylva. vous avez trouvé quelque chose ? — Et comment. j’ai surpris une communication de la Flotte. Je ne crains pas d’avancer que ça a des effets différents selon la personnalité du sujet. capitaine ? s’enquit le gros Ngoma. — C’est impossible capitaine : il ne laisse aucun sillage exploitable. — Capitaine. capitaine. — Comment est-ce possible ? C’est sûrement une coïncidence. — Comment vous sentez-vous. J’en ai synthétisé une certaine quantité. le détecteur annonce trois croiseurs de la Flotte qui vont émerger incessamment (le radio en bégayait de surprise). capitaine ! C’est une drogue qui sublime certaines de vos facultés paranormales latentes. mais je suggère de ne l’expérimenter qu’à la fin de cette crise. mais je vois toujours un peu flou… Je n’arrive plus à bien distinguer vos lignes et nœuds brillants… Alors Tchang.59 — Parce que vous croyez que les couteaux qui peuvent couper un radiant en deux courent les rues ? — Capitaine.

capitaine. le plus compétent des navigateurs : amenez-nous le plus près possible du point d’émergence du vaisseau pirate. — Eh oui. Le vaisseau noir sortit de l’hyperespace. intensité moyenne. elle nous permet de rester stable près d’un point d’émergence en activité. capitaine ? — On va l’intercepter à sa prochaine émergence. ne nous décevez pas. vous avez l’occasion de montrer que vous êtes le meilleur. Le pirate Noir Rahar . nous nous appuyons sur vos réflexes. le plus tordu. disons… à une centaine de mètres. capitaine. Pohl. Je veux une surprise totale. insinua Morgane. Le capitaine de vaisseau Bold avait raison : l’équipage du pirate s’était un peu relâché et les secondes passaient sans que le bouclier de force ne fût encore levé. soyez prête au paral. — Mais le vaisseau pirate doit être bien protégé… — Nous allons tabler sur les réflexes de son navigateur. le patrouilleur a des possibilités… spéciales (Bold eut un sourire énigmatique). Ces brigands sont probablement trop euphoriques pour être d’une vigilance efficace. — C’est encore une de vos cachotteries à Kris et à vous. — Ne vous en faites pas. La Fouine avait montré qu’il était le meilleur : le patrouilleur était à moins d’une centaine de mètres de sa proie. L’ébranlement du continuum va nous balayer comme un fétu dans un ouragan. — Mais c’est de la folie. nous avons équipé le patrouilleur d’une ancre quintidimensionnelle de notre invention. La Mouche ne perdit pas de temps et « balança la sauce » paralysante. Sarah.60 — Que va-t-on faire.

et sa broche tomba) — Chut ! Plus tard Silène. toi et le robot allez enfermer Rahar Le pirate Noir .61 Le Pirate Noir était sur la passerelle. et comment ai-je été touchée malgré mon bouclier ? (elle désactiva son distorseur et apparut dans toute sa beauté. Dans son incompréhension. un projectile sortit du tube et atteignit le pirate à l’abdomen. Il se précipita. du radio. avec une petite détonation. Par pur réflexe. Le pirate était incrédule : comment l’appareil n’avait-il pas été balayé par l’émergence ? Une série de chutes détourna son attention. tout près . Ils étaient stupéfaits par l’image incroyable que renvoyait le moniteur : un patrouilleur de la Flotte Spatiale était devant eux. quoique son visage fût crispé par la douleur. ses faibles dimensions n’en faisaient pas moins un ennemi redoutable. — Silène ! Oh merde ! — Sirk. non !!! Trop tard. Son équipage s’était effondré… sauf Sirk. ses réflexes jouèrent et son paral cracha une salve sur Kris… sans aucun effet. tout va bien. Kris avait visualisé les points vitaux du capitaine. de l’artilleur et de Kris qui était en charge de la commande des robots. le nœud vital du bassin était indubitablement celui d’une créature féminine. L’une tenait une arme étrange : une poignée prolongée par un tube creux. Il se rappela le point qui l’avait titillé. ne bougez pas… La Mouche. comment savez-vous ? D’où viennent ces deux femmes. — Pirate Noir ! Deux femmes et un robot se tenaient debout au milieu de la salle de commandement. entouré du navigateur. le faisant s’effondrer avec une incrédulité douloureuse dans les yeux. — Johanne.

Celle-ci s’illumina une fraction de seconde. capitaine Kris ? (Bold était perplexe) — Plus tard les explications. tout va s’arranger. — Donnez-moi la broche. derrière un lacis de vaisseaux et de nerfs. Il raconta l’incident survenu au capitaine Bold et sa faculté à guérir. Malgré sa compétence en chirurgie. Dépêchons-nous. hein ?… Quelle déconvenue. elle décida de faire confiance à Sirk. mais inexplicablement. Silène remit fébrilement le bijou et les bruits de pas cessèrent. Il avait bien essayé le produit. Tchang vint à la rescousse. et des pas se firent entendre dans la coursive. bien fait pour moi ! — Silène. Le pirate Noir Rahar . puis alla rejoindre Kris et son blessé dans le cabinet du toubib. Johanne. très près du cœur. j’ai embauché un espion. donne-la lui. mais lui n’avait comme faculté que la télépathie. — Pourquoi tant d’égards pour un vulgaire pirate. L’androïde était commandé mentalement à l’aide de la broche. Sarah ramassa le bijou et appuya malencontreusement sur une des pierres. — Capitaine Kris. Malgré sa blessure. Johanne. Le docteur était vraiment fortiche.62 l’équipage dans le mess. La Fouine alla rejoindre la Mouche sur le vaisseau pirate pour le piloter. vite ! — La Mouche. Bold programma comme destination la planète aux papillons. aide-moi à transporter Silène sur le patrouilleur. Kris s’arrachait les cheveux : la balle était vraiment mal placée. faites-moi confiance. Son androïde pouvait venir à bout des intrus. Silène s’agita.

Johanne mit son doigt sur la blessure qui commença à luire doucement. je vous remercie tous. Chaque membre de l’équipage y alla de son couplet. Johanne visualisa une dernière fois le nœud cardiaque . Qu’allez-vous faire maintenant… capitaine Kris ? — Allez. railla Tchang. — Je te réserve un chien de ma chienne. fit Tchang faussement contrit. celui-ci s’illuminait progressivement. La plaie commença inexplicablement à se refermer et cicatriser en peu de temps. La jeune femme finit par fondre. — Hum… Pas entièrement purifié. — Je vais étonnamment bien. La blessée gémit en se contorsionnant. briefing au mess. Une minute suffit pour la rendre nauséeuse. notre élixir. ses yeux imploraient. sa vision devint floue. les battements du cœur du pirate lui étaient perceptibles. la jeune femme alla précipitamment vomir aux toilettes. Kris la tenait doucement mais fermement aux épaules. Rahar Le pirate Noir .63 — Je ne veux pas subir de nouveau cette expérience. sale empoisonneur. se rebiffa Bold avec défi. Satisfaite. essaya de plaisanter Bold. Puis Kris relata ses aventures dans l’équipage du Pirate Noir. Kris regarda son second. tous. et avala de mauvaise grâce l’infâme mixture du xénobiologiste. — Comment vous sentez-vous. La balle sortit comme poussée de l’intérieur. Silène ? (Kris ne pouvait cacher son empressement) — Le capitaine n’a jamais été comme ça avec l’un de nous. Elle vit le nœud cardiaque d’un jaune terne. la balle formait une ombre pâle.

pas aussi performant que le vôtre. Nous aurions fini sur la paille si mes parents n’avaient émigrés avec leur fortune en changeant d’identité. Il faut établir une documentation détaillée sur les trafics et l’influence occulte de la Fédération. j’ai été recruté comme espion. J’ai voulu poursuivre leur rêve. Leur entreprise marchait bien. et j’ai pu ainsi achever mes études. mais j’émets des réserves sur les moyens utilisés. voilà pourquoi le patrouilleur devait être à proximité. Une fois constituée. Si j’en crois le capitaine Bold. à diviser la population et armer les factions. le capitaine Bold a donc dû utiliser une antiquité. de réfléchir. Je suis convaincu par votre objectif. C’est vrai. et d’autre part que vous renonciez à la piraterie. Le pirate Noir Rahar . on la confiera aux media de la Fédération. les coques d’or pourraient suffire à financer votre révolution.64 — Silène. — Et en ce qui concerne les conflits créés par la Fédération sur certaines planètes ? Mes parents avaient tenté d’introduire de nouvelles technologies dans notre monde. Votre bouclier est efficace contre les armes conventionnelles basées sur les rayons . Je vous fiche mon billet qu’il y aura du grabuge et des changements. de méditer sur le sens de ma vie. un vulgaire pistolet à balle matérielle. d’une part mon équipage est d’accord avec moi. jusqu’à les faire accuser d’exploiteurs. Je suis disposé à vous l’offrir si. mais la Fédération leur avait mis tous les bâtons imaginables dans les roues. le capitaine Bold et moi avions créé un téléporteur. — Je vous suggère de mobiliser vos partisans. mais j’ai eu le loisir de voir certaines réalités. Mon équipage a fait une découverte capitale avec la planète aux papillons.

intervint le toubib. — Je n’aimerais pas changer d’équipage. Silène ? Rahar Le pirate Noir . par exemple. Vos hommes connaissent-ils votre identité ? — Non. — Que deviendrez-vous. Le vaisseau noir. les gars ? — Déserter captain ? Oh moi. on pourra l’utiliser à autre chose. — Et toi. je l’ai gardée secrète par précaution. confia la Mouche.65 — Et vous Kris. — Soigner des fédéraux. fit Morgane. — Son équipage m’acceptera-t-il ? — Ne vous en faites pas Johanne. — Moi je ne te quitte pas. — Mais ils sont habitués au Pirate Noir. soigner des pirates… peu m’importe. mais j’ai mon diplôme de géologue. des fois que le nouveau n’apprécie pas ma cuisine.. Ils vous suivront sans problème si vous savez vous montrer convaincante. j’ai promis à Margit d’avoir un œil sur toi. je pourrais dire à l’équipage que je me retirais pour effectuer d’autres tâches. fit Tchang. Pour vous aider. Kris… N’aimerait-elle pas commander son propre bâtiment ?. — Vous l’aviez peut-être oublié captain. J’ai très envie d’utiliser mes connaissances pour éviter d’être rouillée. Il est évident que mon androïde doit aussi suspendre ses fonctions de doublure .. pincesans-rire. Johanne. p’tit frère. qu’allez-vous faire ? — On va disparaître. ce ne sont pas de vrais pirates. simplement des révolutionnaires. tant que je navigue… annonça la Fouine. Qu’en dites-vous. que décides-tu ? — Attendez Sirk… pardon.

on va entasser dans deux chaloupes tous les appareils standard de la Fédération. Le contrat stipulait qu’elle deviendrait retraitée de la Fédération. si vous voulez bien… et faire des tournées d’inspection… ensemble ? Morgane crut déceler une légère rougeur chez Kris. — Ils sont morts en faisant leur devoir. Quant au patrouilleur… — Nos techniciens vont le modifier et lui faire bénéficier de nos technologies. — Nous avons perdu un patrouilleur et surtout un homme de valeur. L’amiral Jinas Gruck convoqua le capitaine de frégate Malika. — … Et boum ! Fini le Pirate Noir… Adieu le valeureux équipage du patrouilleur. capitaine. amiral. captain ? — C’est simple. amiral. programmer un message de détresse bidon et faire exploser une charge thermonucléaire suffisante pour attirer l’attention des détecteurs de la Fédération. termina Kris.66 — Mon cher Sirk… Kris… je ne m’y habituerais jamais… eh bien j’aurai plus de temps à consacrer à mes travaux… à nos travaux. Le pirate Noir Rahar . disons pour service rendu à la Fédération. Le Sénat était satisfait et avait récolté les lauriers aux yeux des mondes de la Fédération. Au lieu de çà : — Comment allons-nous disparaître. — Qu’on y ajoute une prime conséquente. ainsi que la gratitude des planètes touristiques. mais elle n’osa le taquiner. Euh… votre taupe avait-il de la famille ? — Une mère. avec la pension et les avantages y afférents. Il la félicita personnellement de son succès. intervint Silène. On va organiser des obsèques grandioses.

elle a fini par rompre sa solitude. — Étranges comment ? — Ben… compromettants. — Alors qu’ils les répandent. capitaine ? — Que voulaient en faire ceux qui ont les originaux sur Ménès ? — Les répandre à travers la Fédération. plutôt aisé. je te présente Silène… — Tu ne m’as pas attendue. Elle était seule ? — Elle accompagnait un homme. — Oh les salauds ! Ce sont eux qui ont fomenté les divers conflits qui embrasent les mondes extérieurs. Nous allons assister à un changement drastique. — Ah. — Cela ne lui ressemble pas. on nous signale que Margit Sannon a embarqué pour New Vegas. — M’man. — Capitaine. hein. madame Sannon. Rahar Le pirate Noir . ce n’est pas ce que tu crois… — Du moins pas encore… Enchantée. Ce sera peut-être bon pour la Fédération. * — Oh Kris. La mort de son fils l’a peut-être décidée. et en plus ils les attisent avec leur trafic d’armes. — Qu’allons-nous en faire.67 — Capitaine Malika. petit cachottier. — Compromettants pour qui ? — Pour l’Etat Major. Tenez. capitaine. — M’man. Donnez discrètement ces copies aux media. que je suis heureuse de te revoir mon petit. notre agent sur Ménès vient de nous transmettre une copie de documents très étranges.

Le pirate Noir Rahar . — Maman !.. nous avons beaucoup à nous dire.. Vous êtes la meilleure de toutes celles que j’ai vues. Vous serez étonnée de ce que Kris est capable de faire.68 — Appelez-moi Margit. — Maman ! — Venez ma chère Silène.

Elle abritait une installation de montage Rahar Le pirate Noir . Leur technologie était des plus rudimentaire.69 LA RIPOSTE — Capitaine Malika. — Qu’a d’étrange ce rapport ? — Un patrouilleur a recueilli une capsule de survie dans le vide. sergent. Cependant. une grande base sous-marine avait été construite près de la plus grande des îles. elle n’avait que trois petites îles. Monde océanique. près du système Volute. le capitaine Kris est vivant. c’est le capitaine de vaisseau Kris Sannon. mais la capsule a été cabossé par une quelconque météorite et le choc. poésie. Les océans hébergeaient des mammifères bien plus évolués que des dauphins ou des orques. Le Pirate Noir avait réussi à s’entendre avec ces créatures pacifiques. La planète Maerl était très en dehors de l’influence de la Fédération. certainement violent. — Je vous le donne en mille capitaine. danse et ballet. — Au fait. nous venons de recevoir un drôle de rapport de notre agent sur Ménès. et avec leur aide. l’impossibilité du feu leur interdisait la création d’une vraie civilisation digne de ce nom . et vous ne devinerez jamais qui était dedans. insuffisantes pour attirer l’attention des prospecteurs et d’éventuels colons. lui a fait perdre la mémoire. — Quoi ? Ce n’est pas vrai ! — Eh si. la leur était surtout tournée vers les arts : chants ultrasoniques.

70 d’appareils et d’engins divers, destinés à équiper les divers mondes mineurs de la Fédération. Un grand laboratoire de recherche et de conception, également sous-marin, avait été bâti près d’une autre île, et était dirigé par le docteur Silène, la roboticienne. La dernière île qui était rocheuse, avait été creusée et on y avait aménagé de vastes cavernes destinées au montage de vaisseaux de transport dotés des toutes dernières technologies. Le docteur Silène était inquiète : le vaisseau cargo piloté par Kris avec un équipage de robots, n’avait plus donné signe de vie après l’émergence près du système Volute. Il transportait les premières machines-outils destinées à Massy, du système Rungis. Aucun de ses agents disséminés aux quatre coins de la Fédération n’avait de nouvelles. Ce ne fut qu’au quinzième jour de la disparition, qu’une taupe au Bureau 5 de la Flotte Spatiale transmit la nouvelle de la découverte du capitaine Kris au relais de sécurité, lequel relaya l’information à la base sousmarine. La note ajoutait les circonstances du sauvetage et l’état d’amnésie du rescapé. Quelque peu soulagée, le docteur Silène avertit la mère de Kris, Margit, qui enseignait la physique sur Pelmas. Il était évidemment hors de question pour Margit d’accourir au chevet de son fils avant une notification officielle de la Fédération. Elle devait se préparer minutieusement à jouer la comédie de la surprise devant la « résurrection » de son fils. La roboticienne s’empressa de dresser le planning des activités de son réseau pour la semaine. Elle confia au navigateur Pohl la responsabilité entière de la Le pirate Noir Rahar

71 programmation des prochains envois, puis s’enferma dans son labo personnel (où seul Kris avait le droit d’entrer). Elle pressa un des zircons de la broche qui ornait ses cheveux. — Où suis-je ? Un aviso spécial du Bureau 5 avait cueilli le capitaine de vaisseau Kris à l’hôpital de la Flotte de Ménès, sous l’œil furibard de son supérieur hiérarchique qui ne pouvait mais. Il avait été transféré au dispensaire du centre de renseignement, sous la responsabilité du capitaine de frégate Malika soi-même. — Vous savez qui vous êtes ? — Ben oui, je suis le capitaine de vaisseau Kris. Mais vous, qui êtes-vous ? — Je suis le capitaine de frégate Malika Hélek, le chef du Bureau 5. Vous ne vous rappelez vraiment pas de moi ? — Non… et où est mon équipage ? — Nous y viendrons plus tard, mais dites-moi ce dont vous vous rappelez en dernier. — La dernière chose dont je me rappelle est d’avoir reçu une convocation du Bureau 5, c’est tout. On est le quantième, aujourd’hui ? Et à propos, que me vouliezvous ? — Comment vous sentez-vous, d’abord ? — Plutôt bien, à part une légère migraine. — Très bien, on va vous donner un bon de sortie et vous me rejoindrez à mon bureau. Le capitaine Malika relata à Kris tout ce qui était supposé s’être passé depuis son entrée au centre de renseignement jusqu’à sa récupération dans une capsule Rahar Le pirate Noir

72 de survie. Le labo avait pu récupérer le bouton de col enregistreur, et les scientifiques étaient enthousiastes comme des gamins devant les quelques technologies obtenues du vaisseau noir. Ils ne comprenaient pas tout, malgré les commentaires enregistrés par Kris, mais le peu qu’ils avaient assimilé apporterait des améliorations appréciables aux vaisseaux de la Flotte, bien plus que ce qu’avait accordé la Garde Spatiale. Le seul document où l’on voyait le Pirate Noir provenait de la vidéo de surveillance du dernier vaisseau attaqué. Un document exceptionnel s’il en était ; en effet, c’était l’unique fois où le pirate avait daigné monter à bord pour on ne sait quelle raison. La vidéo avait aussi montré l’acte héroïque du capitaine Kris qui avait évité un massacre inutile. Le Pirate Noir était resté inidentifiable, du fait certainement d’un distorseur qui rendait flou tout son corps. Un des hommes identifiés sur la vidéo, le radio, avait bien été capturé sur un monde mineur, grâce à l’efficace réseau d’agents du Bureau 5. Mais on n’avait presque rien pu en tirer : tous les hommes et femmes du Pirate Noir ne connaissaient pas son identité ; n’étant pas navigateur ni astronome, le radio ignorait totalement l’emplacement des bases du pirate. Le projet du Pirate Noir de vendre de la technologie aux mondes mineurs a néanmoins été communiqué au Sénat, parmi les autres maigres informations recueillies. Le sénateur Joraya descendit de son glisseur personnel et se dirigea vers l’imposante porte du pénitencier. La prison était bâtie sur une île étroite, longue de deux kilomètres, située à trois miles du continent. La mer Le pirate Noir Rahar

sénateur Joraya. l’arrivée des matières premières est perturbée et le marasme commence salement à gagner les entreprises. Rahar Le pirate Noir .73 infestée de grands et féroces prédateurs marins ne permettait aucune évasion. mon cher Jinas. j’ai une proposition qui pourrait vous intéresser. un rictus désabusé déformait son visage aux bajoues pendantes et la dureté de son regard s’était évanouie. et laissa le sénateur qui se tint debout sur le seuil. — Il ne tient qu’à vous pour vous retrouver dans le circuit. Le garde déverrouilla la cellule de Jinas Gruck. je n’ai plus aucun bien. Tout le monde sait que chacun de vous a la mainmise sur plusieurs entreprises de transformation. — Vous n’avez qu’à en prendre à votre manque de jugement et à votre imprudence. Sa joue râpeuse était flasque. mes enfants me méprisent. — Amiral Gruck… — Je ne suis plus amiral. — Monsieur Gruck. — Qu’est-ce qui pourrait encore m’intéresser ? J’ai perdu mon honneur. Sans parler des débuts de rébellion à la périphérie. ma femme et ma maîtresse. sénateur. Jinas n’était plus que l’ombre de lui-même . — Ne me faites pas rire. Elle dévisagea longuement l’amiral déchu responsable du trafic d’armes sur les mondes mineurs en conflit. dédaignant l’unique chaise de plastique. Vous vendez au prix fort les produits finis aux autres mondes et engrangez de jolis bénéfices. sa bedaine jadis rebondie avait fondu. Vous avez fait un joli travail : la crédibilité de la Fédération en a pris un bon coup. Nous autres militaires n’avons pas été aussi favorisés.

touchant à divers domaines en dilettante. Initié aux intrigues de palais. Fortement choqué en entendant la perte de son équipage. on avait généralement recours à ses compétences dans les affaires délicates. Il avait tissé des liens très solides avec les hommes et les femmes qui l’avaient accompagné depuis son entrée dans la Flotte. Tous les spécialistes baissèrent les bras. chocs luminiques). Intelligent. il avait pensé trouver sa vocation au centre de renseignement et s’était révélé une recrue de choix. Elle lui affecta l’agent Merrick Verk qui devait le suivre partout. il gardait les façons raffinées d’une aristocratie impérissable. la mémoire de Kris refusait de revenir. Le pirate Noir Rahar . Merrick n’était pas un butor : issu d’une noblesse ruinée. L’arrivée de sa mère ne le réconforta qu’à peine. Margit Sannon ne pouvait rien dire : l’agent Merrick était toujours à portée d’oreille. j’ai d’autres plans. Trop de zones obscures voilaient la disparition du Pirate Noir. — Vous voulez recommencer le trafic d’armes ? Vous voulez finir comme moi ? — Le trafic ne me dit rien. aussi discret fut-il. A bout de ressources. Kris resta prostré de long jours. le marché vous intéresse-t-il ? Malgré tous les traitements imaginables (narcoanalyse. Alors. le capitaine Malika dut se résoudre à avertir la mère de Kris et à libérer celui-ci. hypnose.74 — Et comment un trafiquant en disgrâce pourrait-il vous aider ? — Tout simplement en me donnant votre réseau. à l’affût de tout signe d’amélioration de l’amnésie.

Margit voulait que son fils l’accompagnât sur Pelmas pour récupérer. une âme généreuse qu’il ferait bon d’avoir comme ami. Mariale Gomez.75 Malgré les tribulations et turpitudes auxquels il avait été confronté et qui l’avaient endurci. et il éprouvait de la compassion pour ce jeune homme brillant sur lequel s’était abattu le sort : perte tragique de mémoire. Le navigateur. affichait un flegme tout britannique. et l’équipage l’avait accueilli avec chaleur. La première mission du patrouilleur fut de rejoindre les quatre autres patrouilleurs qui escortaient un croiseur Rahar Le pirate Noir . La renommée du capitaine de vaisseau Kris l’avait précédé. un boute-en-train. mais un ordre venu de l’Etat Major affecta Kris au commandement d’un patrouilleur dont le capitaine avait été tué dans un accident. Merrick devait le suivre à titre de « garde du corps ». Sue Wong. N’oubliant pas sa mission. une brune piquante. Touché plus qu’il ne voulait l’admettre. Il pressentait que c’était un joyeux luron. Kris révisa son préjugé sur les espions froids comme le serpent et impitoyables comme le cruel glouton. cumulait les fonctions de chef mécano et de cuistot . une première dans la Flotte. quoiqu’il fût aussi sombre que l’ébène . Joe Blackpot. s’efforçant de dérider et distraire le pauvre garçon. véritable géant de deux mètres. l’artilleur. Merrick dérogea cependant à ses habitudes et manifesta quelque sympathie. était une petite bonne femme sémillante aux yeux bridés . Merrick avait gardé dans un coin de son âme une sensibilité innée. disparition d’amis chers. était le médecin de bord. Ernie Sumo le bien nommé. Un courant de sympathie passait entre les deux hommes si différents.

La mer était chiche en produits comestibles. La seule ressource intéressante était l’élevage de bœuchon. Les enquêteurs mandatés. et la Flotte dut venir à la rescousse. Celui-ci devait leur fournir à bon prix. delà quelques plages de forêts peu denses. établissant un couvre-feu musclé. Il paraîtrait que des émeutes aient été relatées sur la planète Aldémar. recherchaient leurs fournisseurs qui. lequel était composé d’hommes et femmes liges du Sénat fédéral. appuyer militairement le gouvernorat en place. avec de-ci. à l’insu de la Fédération. embarqués sur le petit croiseur devaient éclaircir l’affaire. matériels et technologie pour commencer la révolution industrielle de la planète. Ceux-ci à leur tour. Il en résultait des scènes d’atrocité inouïe dans la plupart des villes. La terre était ingrate. Les revenus obtenus suffisaient à peine à importer le complément de vivres. un ruminant local à la viande délicate. Les plantes importées produisaient peu. les récoltes étant insuffisantes. Les éleveurs avaient mis leur espoir dans la promesse d’aide du Pirate Noir. Cependant. Le pirate Noir Rahar . s’étaient évanouis. les Aldémarins étaient forcés d’exporter à bas prix le bétail sur pied. Aldémar était un monde pauvre. La milice locale était impuissante devant le déferlement de violence. très inexplicablement. les accusant de tromperie et d’escroquerie. et le cas échéant. malgré le grand foisonnement de créatures marines. la majorité des deux continents n’était qu’une steppe d’herbe dure. n’ayant pas les moyens de s’offrir la création d’une sidérurgie.76 en mission dans le système Rochas. Il s’était avéré que des exportateurs furieux s’en étaient pris à la guilde des producteurs.

il ne s’était jamais soucié de sociologie ni d’économie. et de Sue. montrant un Rahar Le pirate Noir .77 Ils pourraient alors présenter des produits finis plus rentables et choisir leurs clients. Invité à partager le repas d’une modeste famille. heureux de se dégourdir les jambes. Il détachait ses missions de toute considération humanitaire : il s’en tenait aux ordres. et leur maintenance et leur réparation coûtaient plus que les produits censés obtenus. Il était un peu déconcerté en découvrant une facette inattendue. un dur de dur. les autochtones se montraient sous leur vrai visage de peuple hospitalier. Tout au long de ses entretiens avec les Aldémarins. un brin fataliste. Il se promit alors d’aider à démanteler ce réseau pernicieux. Cependant. Kris. poussé par une curiosité irrépressible et inexplicable. Les tensions étaient tombées avec l’intervention de la Flotte. Il ne put s’empêcher d’être troublé par leur désespoir et leur déception. Il avait considéré le capitaine Kris comme une tête brûlée. Kris était accompagné de Merrick qui le suivait comme son ombre. se mêlant à la population. Le reste de l’équipage s’était égaillé dans la ville. Kris constata leur immense rancœur à l’encontre du défunt pirate aux promesses fallacieuses. Merrick avait largement roulé sa bosse. et le calme revenu. il sentit son cœur se serrer devant la frugalité indécente de la nourriture. Le réseau clandestin de fournisseurs soi-disant mis en place par le Pirate Noir (qui avait d’ailleurs été éliminé par la Flotte) avait fourni du matériel de piètre qualité. atterrit avec les soldats du croiseur et déambula à travers la principale ville. aussi curieuse qu’une chatte. conformément à sa renommée.

La jeune femme était troublée : elle n’avait jamais été confrontée directement à la misère. Le navigateur Sue savait maîtriser ses émotions : c’était un trait de caractère atavique. Son ancien chef était aussi un mercenaire. il ne lui était pas difficile de comprendre la politique inique de la Fédération : exploiter les mondes mineurs pour le maintien. Il gagnait bien sa vie. Parmi les cordes de son arc. C’était comme une illumination soudaine. elle détenait un diplôme d’économie . Il se sentit vaguement mal dans sa peau. En cours de route. sinon l’accroissement du confort des privilégiés. Le scénario était pratiquement le même que sur Aldémar. Kris était vraiment un capitaine à part. compatissant. Kris et Merrick étaient accoudés au bar du Papillon de Nuit. C’était la première fois qu’elle se mêlait à une population différente de celle des planètes « civilisées » de la Fédération. la passerelle était exceptionnellement peu animée. à l’étonnement du reste de l’équipage. Durant le retour à la base.78 être sensible. sirotant leur liqueur. mais il ne vivait pas dans le luxe indécent de certains citoyens de la Fédération. Ses parents étaient des gens plus qu’aisés et avaient été scandalisés quand elle s’était mise dans la tête d’intégrer la Flotte en tant que mercenaire. Merrick prit conscience de l’état de précarité des Aldémarins du fait de la politique de la Fédération. Ils s’échangeaient des Le pirate Noir Rahar . N’étant pas tout à fait ignare. mais il ne lui serait jamais venu à l’idée de se compromettre avec la populace. les patrouilleurs reçurent l’ordre de rejoindre le croiseur qui était dans le système Orians II.

Un spationaute plus qu’éméché voulut faire le mariole en draguant ouvertement et en empoignant le bras de la jeune femme. Apparemment insensible à la brûlure des regards tant féminins que masculins. Indépendante. Kris avait légèrement tiqué au nom d’Alma. Kris n’avait bien sûr pas eu l’idée d’accélérer le temps de son aura quadridimensionnel. le pauvre marin s’était retrouvé les quatre fers en l’air. Merrick était subjugué. mademoiselle. hors de propos de sa mission. Il ne sut pas ce qui lui prit. L’agent spécial ramassa galamment le sac et le tendit à la redoutable jeune femme. le petit sac de la jeune femme était tombé juste près de Merrick. Me retrouverais-je aussi par terre si je me permettais la témérité de vous offrir à boire ? — Voilà au moins une manière à laquelle je ne peux opposer la violence. quand une créature sublime entra. elle était pigiste auprès de plusieurs grands quotidiens. car il dérogea à ses principes en engageant la conversation. Personne ne sut vraiment ce qui s’était passé au juste. Mais ce type n’avait plus un comportement professionnel. sous les quolibets de l’assistance. quel scandale ! La séduisante journaliste s’appelait Laurène Alma. Toutes les têtes se tournaient vers la jeune femme qui vint s’accouder au bar. Aucun doute. Je suis journaliste et je dois savoir me défendre. — Houlà ! Il ne fait pas bon vous importuner. Kris observait le manège de son ami avec un regard légèrement narquois. Quoiqu’il en soit. elle commanda nonchalamment un cocktail plutôt fort.79 anecdotes extraordinaires ou drôles. Dans l’action. une certaine résonance avait Rahar Le pirate Noir .

tu n’aurais pas tendance à sortir de ta mission par hasard ? fit Kris. Intéressant. Il avait été relativement facile pour Laurène de tirer les vers du nez de l’agent spécial qui était littéralement comme hypnotisé. Merrick qui semblait ne plus avoir toute sa tête. La journaliste eut alors connaissance des événements qui s’étaient passés dans les systèmes Rochas et Orians II. — Messieurs. ma chère ? (Merrick était à la limite de bêtifier) — Dis donc Merrick. — Actuellement. espiègle.80 ébranlé son esprit. Quant à Kris. je vous sais infiniment gré de m’avoir fourni toutes ces informations. La prochaine tournée est pour moi. en tant qu’agent du Bureau 5. je peux réquisitionner ton patrouilleur si je l’estime nécessaire. mais l’étincelle s’était rapidement évanouie. légèrement embarrassé. — C’est quoi le Bureau 5 ? s’enquit Laurène. — Et comment pourrions-nous vous aider. n’étant pas inféodé aux règles de l’espionnage. il n’y a pas d’alerte. j’aurais bien aimé étoffer un peu plus mon article. avait néanmoins remarqué la crispation fugace de Kris. Cependant. peu convaincue). Il était conscient que l’agent n’était pas dans son état normal pour chercher à briller devant la jeune femme. voulait noyer le poisson. Et puis. Mais qu’avez-vous donc en tête ? Le pirate Noir Rahar . mais la belle journaliste eut un léger froncement de sourcil. ainsi que des opinions personnels des deux hommes. il se foutait royalement du degré de confidentialité des informations révélées. — Oh ce n’est qu’un département de l’Etat Major (Merrick.

— Je suis formel capitaine Malika. un peu de culture améliorait leur ordinaire. faisaient leur enquête. Alors qu’ils espéraient prendre du bon temps pendant que la journaliste et le capitaine Kris. Dès leur descente. Rahar Le pirate Noir . Kris… Euh le capitaine Kris a été troublé quand il a entendu le nom de la journaliste. Ennemis de toute technologie. Je vais faire enquêter sur cette journaliste et voir si le capitaine Kris a déjà eu un contact avec elle ou quelqu’un de sa famille. les membres de l’équipage avaient ressenti une atmosphère de sourde hostilité. — No problemo ! Je vais faire un saut au bureau et on aura notre mission spéciale. alors que les peuples des plaines ont du mal à survivre. J’aimerais bien y enquêter. selon le programme de Laurène. prétendaient-ils. Ils pratiquaient une cueillette et une chasse rationnelles. accompagné de son ombre Merrick. Ces gens vivaient en harmonie avec leur milieu. le reste de l’équipage sentit son enthousiasme refroidir quelque peu.81 — Une de mes sources m’avait parlé d’une rumeur selon laquelle la planète Ésoter aurait des problèmes similaires à ceux que vous avez rencontré. — C’est une piste à creuser. mais plus complexes. Les peuples de la forêt seraient opposés au progrès technologique. Le patrouilleur avait atterri sur le misérable astroport d’Ésoter. Les enquêteurs prirent le petit glisseur pour débuter leur investigation par le peuple de la forêt. major Merrick. ne prélevant que ce dont ils avaient strictement besoin .

mais leur qualité avait laissé plus qu’à désirer.82 ils se satisfaisaient de leur mode de vie quasi primitif. Kris activa l’antivol qui protégerait l’appareil. Déboutés de leurs doléances. il commença à s’enrouler Le pirate Noir Rahar . Leur seul contact avec les peuples des plaines consistait en trocs : des pointes de métal et des outils agraires simples contre du gibier. Laurène se précipita et empoigna le cou de l’ophidien. puis les trois explorateurs s’enfoncèrent dans la forêt. changeant de proie. Merrick qui avait pris la tête et avançait un peu en avant. du miel sauvage ou des fruits exotiques. La faction qui avait mis son espoir dans la promesse d’aide de feu le Pirate Noir. Elle n’avait pas supporté la raillerie de la faction fidèle à la Fédération. arrosait avec son paral de temps en temps devant eux. Le glisseur s’arrêta à l’orée de la forêt. Pour leur part. Cependant. Celui-ci se déroula et se débattit vigoureusement . et une violence discrète et sournoise. s’était vue abusivement flouée par les fournisseurs du réseau clandestin prétendument mis en place par le forban. s’apparentant à la vendetta s’abattit sur les plaines. Le conflit avait débuté quand une amorce de taylorisation avait modifié le mode de vie des peuples des plaines. Pour faire fuir les petites bestioles. l’attaque vint d’en haut : un énorme serpent constrictor se laissa tomber sur l’agent spécial et chercha à enrouler ses anneaux. Les produits avaient augmenté de prix. certaines tribus avaient eu recours à la violence pour exprimer leur mécontentement. les peuples de la plaine avaient subi la pire déception de leur vie. La camelote livrée semblait n’avoir pour but que d’enfoncer encore plus Ésoter dans la misère.

Silène Alma. l’étude des tournées de la journaliste et des missions effectuées par le capitaine n’a pas montré de corrélation notable. qu’a-t-on trouvé ? — Eh bien capitaine Malika. encore groggy. quand il entendit craquer les vertèbres du serpent. — Il doit y avoir certainement quelque chose. Un flash de souvenir essaya bien d’émerger dans son esprit. Rahar Le pirate Noir . mais il demeura insaisissable comme une ombre de fumée. Les nœuds. Laurène Alma était un androïde ! Un courant électrique traversa brièvement son cerveau déstabilisé. nous avons bien une Laurène Alma. fille d’un industriel qui a émigré sur Mossur. Kris allait accélérer le temps de son aura quadridimensionnel. celle-ci a disparu voici deux ans au cours d’une croisière touristique. étaient d’un vert fluo caractéristique. Creusez encore. Les circonstances de sa disparition ne sont pas très claires.83 autour de la jeune femme. Interloqué. Il fallait une force peu commune pour briser le cou d’une bête aussi puissante. les rapports ne sont pas très détaillés. Kris contempla l’animal qui se détendait lentement comme un cordage flasque. Merrick. Elle est effectivement journaliste indépendante et a un certain succès. Elle a une sœur. — Alors sergent. On ne voit pas très bien le rapport de la journaliste avec le capitaine Kris. Je veux un rapport complet. avait de la peine à reprendre son souffle. au lieu d’être brillants comme l’or. voyez du côté de cette Silène. Se reprenant. il visualisa les points vitaux de la journaliste.

lesquels étaient leur modèle. Kris en était rétrospectivement horrifié pour lui. Tout dans son comportement était d’une humanité effarante. laid ou difforme ? Ou avait-il d’autres desseins inavouables ? Profitant de ce que Merrick relaçait sa godasse. prenant des initiatives quasi humaines. Interloqué. Ne pouvant dévoiler son secret.84 Kris récapitula rapidement ce qu’il savait sur les androïdes. Autant qu’il le savait. Kris ne put que présenter le seul argument plausible : la force surhumaine du journaliste en tuant le monstrueux serpent. Ils reprirent plus prudemment leur marche. l’agent spécial le regarda avec de gros yeux. Même son penchant affiché pour Merrick était tellement convaincant. Ils avaient un sens de l’initiative assez limité et étaient presque perdus s’ils étaient coupés de leur milieu et de leurs coéquipiers humains. Kris observait discrètement la pseudo journaliste. Merrick ne fut pas convaincu. Il n’avait même pas remarqué le caractère insolite de l’incident. tant financiers que matériels. conditionné pour l’environnement militaire. L’agent spécial avait enlacé la jeune femme apparemment essoufflée et lui exprimait chaleureusement sa gratitude. était le produit d’un roboticien de génie qui avait dû disposer de moyens extraordinaires. Kris s’approcha de lui et lui annonça tout de go que Laurène était un androïde. Un androïde comme Laurène qui était tout à fait autonome. seule la Garde Spatiale avait des androïdes parmi ses effectifs. Il avait bien Le pirate Noir Rahar . Quel intérêt avait donc son créateur pour l’avoir doté de tant d’autonomie si extravagante ? Voulait-il être journaliste mais était handicapé. Leur comportement était pratiquement stéréotypé.

Arrivée à l’esplanade. Kris accéléra immédiatement le temps de son aura et activa la visualisation des points vitaux. Son énergie cinétique était augmentée du fait de l’accélération temporelle. l’androïde avait senti que les pauvres victimes de Kris qui se tortillaient de douleur le gêneraient dans une tentative de poursuite. Résignée. Rahar Le pirate Noir . Ils arrivèrent à un village niché au bas d’une falaise.85 côtoyé maintes fois les androïdes de la Garde et était persuadé de connaître leur comportement. Bien qu’ayant la rapidité d’un robot. pour le moins douloureux pour ceux qu’il toucherait. c’est tout. Ses réflexes perdirent un temps précieux. Kris avait disparu. L’accueil n’était ni hostile ni enthousiaste. Laurène avait eu un coup de pot. Kris eut la désagréable impression que les villageois les prenaient en tenaille au fur et à mesure qu’ils avançaient vers le centre dégagé de l’agglomération. Il se releva en secouant la tête et alla rattraper la journaliste. ayant été entraîné pour ça. Et lui-même aurait pu briser le cou de l’animal. la fausse journaliste se tourna vers l’agent spécial immobilisé. Laurène se retourna brusquement et jeta un ordre aux indigènes. Il ne put non plus éviter le lasso qui immobilisa ses bras le long de son corps. — Arrêtez-le… Non ! Kris attend ! Ce n’est pas ce que tu crois… Trop tard. — Attrapez-les et immobilisez-les. et Kris se faisait fort de se frayer un passage. Toute retraite était coupée. La foudre était tombée sur Merrick. avalé par la forêt. et un fouet expertement manié lui arracha son paral.

Kris semblait n’avoir pas été affecté le moins du monde. — Merrick… Je dois te faire subir une expérience… pas très agréable. Il ne voulait pas se l’avouer. un androïde était-il vraiment capable de la jouer ? Ou bien Laurène voulait-elle le décourager par cette réponse grotesque ? Pourtant. Il en vint à soupçonner un quelconque subterfuge de l’androïde : ondes hypnotiques. hormones lénifiantes… Cependant. — Oui… souffla Laurène dans un murmure à peine perceptible et après une légère hésitation. L’insinuation de Kris était vraiment trop incroyable. ses certitudes avaient été ébranlées. Le pirate Noir Rahar . Cette hésitation dénotait cependant un certain déséquilibre de potentiel inattendu dans le cerveau positronique. Je suis sincèrement désolée. au point même de laisser se fissurer sa légendaire maîtrise de soi. Cependant. L’insolite comportement de l’androïde était relégué bien au fond de sa conscience . Il s’attendait évidemment à une réponse négative. ne pouvait mentir si cela n’entrait pas en conflit avec les trois lois de la robotique. Un androïde amoureux ? Pfuit ! Vraiment n’importe quoi. Jamais encore il n’avait été aussi amoureux. Merrick avait été intimement persuadé qu’il ne lui était pas apparemment indifférent. Un androïde. ce qui lui importait présentement était sa douleur insupportable.86 — Es-tu un… androïde ? demanda lentement Merrick. mais il avait le cœur brisé. Merrick n’y croyait pas encore tout à fait. à l’instar d’un robot. Et ce semblant de comédie inutile (était-ce bien de la comédie ?) de la femme sincèrement navrée.

mais la source lumineuse était invisible.87 — Je suis entièrement à ta merci . si tu étais vraiment un androïde. Kris n’était armé que de petit paral et de son couteau de céramétal. Abrité derrière un arbre touffu sur une légère élévation. Les quatre indigènes s’étaient vivement écartés et se rangèrent contre la paroi avec les autres villageois. Soudain. élevant et abaissant les bras en cadence. Ils étaient au milieu de la caverne. et il ne savait que faire. Celui-ci tressaillit sous l’impact de ces lianes lumineuses qui le transperçaient. pourquoi jouer cette ignoble et cruelle comédie de la compassion ? — Merrick. je… tu comprendras plus tard. Le fond était plus sombre. la sueur perlant sur leur torse nu. Elle était éclairée par une lueur verdâtre fantomatique. il observait avec avidité les événements qui se déroulaient en contrebas. Merrick fut libéré de ses liens. Quelques villageois exécutaient un rite obscur près de la paroi aux motifs. Ils se regroupèrent en une boule lumineuse. Kris sortit des petites jumelles et observa la caverne. Merrick était poussé sans grand ménagement vers une grotte tout près. puis brusquement. mais quatre solides individus tenaient fermement ses bras. et de drôles de motifs brillants s’y dessinaient. — Avoir confiance en un androïde ? Faut pas rêver. les motifs semblèrent se détacher de la paroi. Kris avait fait un large détour et était revenu avec toutes les précautions du parfait commando. de la boule jaillirent des tentacules de lumière qui plongèrent vers l’agent spécial. Aie confiance. Il ne Rahar Le pirate Noir . Ils se balançaient au rythme d’une mélopée envoûtante.

Que signifiaient donc toutes ces simagrées ? Le pirate Noir Rahar . les 400 coups de son adolescence. Ils l’emmenèrent dehors avec ménagement. trop conformiste à son goût. Merrick sentit un choc électrique. il aimerait exploiter à fond ses compétences. impuissant. ses camarades ? Les attaches n’étaient pas très recommandées dans son métier. ou bien l’harmonie dans la Fédération ? Avait-il un idéal ? Il ne s’en était jamais soucié jusqu’ici. Il avait envie de se confier . son esprit avait été aveugle à tout ce qui était étranger à sa mission. suivis par l’androïde. Conditionné par le système strict du renseignement.. il ne voyait aucun inconvénient à changer d’orientation. puis un fourmillement d’abord désagréable. il lui avait permis de s’ouvrir sur les réalités du monde. un chic type . ses succès et ses échecs. avec ses joies et ses peines. Non. Il n’avait pas de lien particulièrement fort pour sa famille. il se rappelait son enfance. Les tentacules de lumière se retirèrent et deux solides gaillards se précipitèrent pour soutenir Merrick qui allait s’effondrer. une main virtuelle semblait caresser son esprit. Ensuite. ce serait certainement gratifiant. Qu’était le plus important. l’incroyable phénomène qui se déroulait dans la caverne. C’était finalement apaisant. sa loyauté envers le service. une onde de chaleur parcourut tout son corps. Non.. son premier amour. Bien sûr. Ses amis. Kris était quelque peu rassuré : l’agent spécial était libre de ses mouvements et les villageois ne semblaient pas le surveiller particulièrement.88 pouvait qu’observer. la fierté après le succès éclatant de sa première mission… Et puis Laurène… Quelle amère déception !. il ne s’était pas posé la question si le métier d’espion était sa vraie vocation. Et Kris.

si ce n’est trop te demander ? Au fait. Il faut vraiment le reprendre et soigner son amnésie. A l’origine. J’espère seulement ne pas avoir tort de te faire confiance (elle lui jeta un regard énigmatique). — Comment veux-tu que je te croie ? — Tu es libre. nous savons tout de lui… puisqu’il était devenu un des nôtres. — Appelle-moi Laurène. Nous avons commencé ailleurs. — Ah ce réseau qui trompe et qui cherche à détruire les mondes mineurs. comme avant (Merrick crut déceler une ombre de tristesse dans le regard de l’androïde. Je voulais connaître tes convictions. Personne ne t’empêchera de t’en aller.89 — Que m’avez-vous donc fait subir. et voir si tu représentais une menace pour nous. tu l’as déjà constaté j’espère. — Impossible ! — Pourquoi donc ? Il a l’esprit ouvert et c’est un homme profondément humain. comment dois-je donc t’appeler ? railla l’agent spécial. mais c’était absolument impossible !). D’ailleurs nous n’avons pas encore établi un véritable contact sur les mondes où ces incidents se sont produits. Eh oui. Tu sauras ainsi ce qu’il en est. la cérémonie auquel tu as pris part était destinée à réveiller la mémoire de Kris. — Et qui sont ce « nous » ? — Le réseau du Pirate Noir. Rahar Le pirate Noir . — Tu te trompes. si tu en avais évidemment. On a délibérément cherché à discréditer notre mouvement. Ceux qui ont escroqué ne font pas partie de notre réseau.

90 — D’accord. — C’est bon. mais il était persuadé que Merrick avait subi une sorte de lavage de cerveau. Bêta 2. tu l’as laissé s’échapper. auriez-vous l’amabilité de me donner les coordonnées du transpondeur du capitaine Kris ? — Si je comprends bien cher Bêta 2. et la projection la plus probable de son itinéraire. il suffit de lui tendre un piège. Après. je vais t’aider à le retrouver. Plus d’échec cette fois-ci. Il était sûrement revenu pour observer. mais je ne promets rien quant à mon adhésion à votre mouvement. — Je ne pouvais pas prévoir qu’il pourrait bousculer toute une rangée d’humanoïdes qui lui coupait la retraite. Quant à Merrick. — Capitaine Johanne. voici ses coordonnées à l’instant. probablement pour infiltrer le cœur de la Fédération pour le compte du réseau de feu le Pirate Noir. — C’est étrange. rien ne pouvait plus l’étonner. A l’évidence. — J’ai un moyen de le repérer. l’androïde était un agent recruteur. jetant son dévolu sur des éléments de choix. L’androïde entra dans une case et dévoila un émetteur hyperspatiale. La technologie de la miniaturisation n’avait pas encore permis de l’intégrer dans l’androïde. Kris ne disposait pas de micro directionnel et ne pouvait donc entendre ce qui se disait. Je t’avais pourtant prévenu : Kris a des réflexes fulgurants et il a de la ressource. Mais il n’avait qu’un sens plus Le pirate Noir Rahar . Il devait s’échapper rapidement. Il pourrait presque rivaliser avec un androïde. il ne s’était pas beaucoup éloigné. bien incongru dans cette forêt.

S’arrêtant un instant. il portait un habit d’écorces et ses mains étaient Rahar Le pirate Noir . il contacterait alors le capitaine Malika. Il jetait de temps à autre un regard rapide derrière lui. Il ne pouvait recourir constamment à l’accélération temporelle. Il était imprudent de contacter celui-ci : qui sait ce que Merrick pourrait aller raconter. C’était logique. et lui devait donc se débrouiller comme il pouvait pour rejoindre l’astroport . il réduisait son espérance de vie. La densité des arbres l’empêchait de marcher en ligne droite. la courte lance était prête. quand une petite créature bipède haute comme trois pommes apparut comme par magie devant lui. mais il ne put rien détecter. Il était dommage que ce fût Merrick qui disposait de l’émetteur . il avait un teint grisâtre. L’énergie dissipée par le paral pourrait être détectée. Tout en marchant. Merrick était très capable de désactiver l’antivol. Il arrivait près d’un étang aux eaux limpides. L’homoncule avait une grosse tête avec de gros yeux attendrissants. et cela le ralentissait encore. Cependant. Kris éprouva l’étrange sensation d’être observé. Il s’enfonça alors dans la forêt. estimant grossièrement sa direction par rapport au soleil de la planète. Le merveilleux couteau de céramétal facilitait beaucoup la tâche. elle avait ses limites et il avait l’intuition qu’en abusant de sa faculté. Kris se confectionna un pieu aiguisé pour se défendre contre d’autres charmantes bestioles comme le serpent. et en quelques instants.91 qu’ordinaire de l’orientation et il craignait que les autres arrivassent bien avant lui au glisseur. il ne pourrait donc pas avertir l’équipage du vaisseau. la désagréable impression persistait.

avaient été trempés dans un liquide narcotique puissant. Le jeune homme hésita . et ils arrivèrent à l’entrée ingénieusement dissimulée d’une grotte. Interdit. mais l’intonation très pressante ne laissait aucun doute sur l’urgence. l’entreprise paraissait plus facile la nuit tombée. sa curiosité scientifique était éveillée . La piste se perdit dans la rocaille. Les pépiements d’oiseau de la créature étaient évidemment incompréhensibles. Des éclaireurs s’étaient portés en avant. Bêta 2 et Merrick organisèrent la battue. Le gnome lui fit signe de le suivre. fasciné par une forme de vie autochtone non répertoriée. les traits de leur sarbacane. Quelques autochtones avaient été envoyés se mettre en embuscade près du glisseur .92 gantées d’une fine peau. il ne fallait pas cracher sur l’aubaine. dame. mais en y réfléchissant. L’androïde décida de poursuivre selon l’itinéraire probable suggéré par le capitaine Johanne. avec instruction de ne prendre aucun risque et de tirer de loin à la sarbacane. près d’un étang. Les pisteurs avaient découvert la trace du fuyard et la progression était plutôt rapide. une espèce humanoïde qui n’avait pas encore été découverte à étudier. on pouvait raisonnablement penser qu’ils arriveraient bien avant le fugitif. sa priorité était de rejoindre au plus vite l’astroport. le groupe mené par l’androïde se mit à la poursuite de Kris. et les traqueurs tournaient en rond. D’un autre côté. Avançant sur un front de plusieurs mètres. Kris s’efforça de suivre le rythme du nain sautillant. Par leur connaissance parfaite de la forêt. Kris restait immobile. et le groupe dépassa le groupement Le pirate Noir Rahar . habituellement enduits de poison mortel.

une femelle apparemment âgée était couchée sur un lit de mousse. mais de manière tellement féerique tout l’intérieur. Une vingtaine de petites créatures était présentes . De place en place. Un trou quelque part au sommet laissait passer un rayon de soleil et les cristaux de rubis se le renvoyaient. Les interstices permettaient l’aération et un éclairement faible mais suffisant. on pouvait distinguer les femelles par leur forme plus gracile et leur chevelure plus fournie. allant du rose pâle au carmin. Ses immenses yeux. des statuettes et sculptures métalliques intrigants trônaient sur des socles. s’appuyant sur des blocs formant les murs. sinuant selon leur disposition. c’était une sorte de boyau entre des gros blocs de rocher. le tunnel naturel déboucha sur une ouverture dans la roche et le gnome s’y glissa. sa chevelure était d’un blond filasse et son teint était cendreux. C’était une sorte de caverne dont le plafond. au lieu d’être noisette Rahar Le pirate Noir . était formé par un bloc rocheux en forme de coupelle renversée. Kris s’ébroua et se résolut à suivre son guide qui s’impatientait près d’une ouverture. Kris se figea. Cependant.93 rocheux qui abritait l’entrée de la grotte. Entrant à son tour. haut d’une vingtaine de pieds. une source d’eau limpide coulait dans une canalisation artificielle. stupéfait : le bloc rocheux était une géode géante. les pisteurs ne retrouvèrent pas la piste du fuyard. Le sol était recouvert d’une mousse épaisse et souple. son intérieur était tapissé de milliers de cristaux de tous les tons du rouge. le long des murs. Finalement. Au fond. Sur un côté. illuminant faiblement. L’entrée n’était pas celle d’une grotte en réalité. Ils pénétrèrent dans un lieu incroyable.

je crains pour ma vie car celle qui me succèdera n’est pas encore prête. que ce soit le peuple de la forêt ou le peuple des plaines. Je pourrais peut-être répondre à quelques unes un peu plus tard. Kris en remontrerait à un médecin ou à un chirurgien. Outre les symptômes qu’elle avait décrits. il ne savait si ses connaissances seraient de quelque utilité. il visualisa donc les points vitaux de la sorcière. précisant le Le pirate Noir Rahar . D’après son expérience. Désorienté. Kris fut sorti de son hébétude par une sorte de douce caresse à son esprit. Je suis malade. Mais d’abord. son nœud pubien s’illuminait à peine. Mon clan serait perdu s’il me perdait : je suis la gardienne de notre sagesse. J’ai senti que tu pouvais m’aider. était d’une ocre claire. Dis-moi donc ce que je fais ici. je peux te parler d’esprit à esprit. mais je vais faire tout mon possible. — Très bien. — Non Kris Sannon. mais je ne sais comment. — Je décèle des tas de questions qui te tourmentent. pratiquement tous les humanoïdes de type primate avaient sensiblement les mêmes physiologie et anatomie. Un cancer de l’utérus la gangrenait. — Je ne sais si je pourrais. j’ai une requête à formuler. tu ne rêves pas. mais confronté à un humanoïde miniature. Accepte-tu d’essayer de me guérir ? Je sais que les autres ne le peuvent pas. même si nos langages sont différents.94 comme ses congénères. Sa faculté lui était généralement d’une grande aide . tu es télépathe. En tant que grande sorcière du Petit Peuple (son nom était imprononçable). il se dit que l’atmosphère lui jouait des tours. Sans être diplômé.

il devait alors accélérer son aura temporel pour opérer avec une lenteur subjective et parer à toute éventuelle hémorragie. le soin des détails. Exprimant dans son esprit l’idée d’antibiotique. Elle devait être immédiatement opérée. mais Kris dut l’arroser du paral à faible intensité. — Nous ne travaillons le métal que pour l’art. Le Petit Peuple avait des couteaux d’obsidienne. Leur délicatesse. des pinces et des canules en os. et le jeune homme se décida rapidement. Mais comment opérer une petite poupée haute comme trois pommes ? Le doute passa fugacement. Kris fit quérir par la sorcière un liquide verdâtre. émit la sorcière. Kris s’enquit de diverses choses dont il avait besoin. Son paral convenablement réglé fera office d’anesthésique. le jeune homme examinait les œuvres d’art métalliques. juste pour notre satisfaction. l’ingéniosité des assemblages étaient tout simplement stupéfiants. Rahar Le pirate Noir . L’hystérectomie fut un franc succès. Sa médiumnité aida grandement la sorcière à supporter le choc postopératoire. Une loupe de cristal avait été prélevée sur un mécanisme – probablement un concentrateur de fonderie solaire – et la petite sorcière sut transmettre à ses congénères le montage que Kris avait généré dans son esprit .95 diagnostic. Tout en lavant ses mains dans le canal. Les gnomes avaient heureusement un liquide analgésique pour soulager leur sorcière après l’opération. L’opération allait exiger une minutie et une précision extraordinaire . à l’échelle des nains et donc plus que convenables. fins et tranchants comme des scalpels. dame ! les organes d’une petite poupée seraient difficile à voir pour un homme normal. Les fils fournis étaient très fins.

Nous ne travaillons les métaux que pour notre loisir. La forêt est généreuse pour nous. Sois béni. acier. — Offrez-moi donc ce bel ouvrage. et nous savons utiliser leurs cristaux pour l’obtention des métaux par l’énergie solaire. cuivre.96 — Je serais très curieux de connaître votre technologie. Je n’en vois pas les détails et je ne sais pas ce que cela signifie. — Nous avons une assez bonne maîtrise de l’optique et de l’utilisation des rayons du soleil. bien qu’il ne soit pas conscient de notre existence. alors que je dois rejoindre l’astroport. — J’ai une vision : tu fuis tes ennemis… qui en même temps ne sont pas des ennemis. Des ennemis sont à mes trousses. bronze. — C’est un grand honneur que tu ais daigné juger cette sculpture digne de ton attention. Il semble cependant que tu te trompes d’ennemi . et nous coexistons avec le peuple de la forêt. parfaitement agencées. son regard était attaché à une sculpture abstraite. se décida-t-il. Il y a beaucoup de ce que tu appelles géode. Je pressens de grands bouleversements dans l’univers et tu y joues un grand rôle. Ne te laisse pas tromper par Le pirate Noir Rahar . Nous n’avons rien qui puisse t’intéresser. Elle était formée d’assemblage de petites pièces de métaux différents. une sorte de brume enveloppe ton esprit. Nous utilisons des outils de pierre et d’os car ils nous suffisent pour notre vie quotidienne. c’est un peu confus. mais je ne sais comment t’exprimer autrement notre gratitude que par des « mots ». Je suis vraiment désolé Kris. — Vous pouvez peut-être m’aider à mon tour. Kris était pensif.

par précaution. Nous sommes les premières créatures pensantes de la planète. Nous qui étions restés petits. nous ne pouvons rien exiger. je vais essayer de répondre aux questions qui te turlupinent. et le temps passant. Après ce que tu as fait. — Tu es bien énigmatique. et certains d’entre nous ont commencé à grandir. Voilà l’origine des peuples des plaines et des peuples de la forêt. Rahar Le pirate Noir . c’est de faire tout mon possible pour vous protéger. nous nous contentons d’observer le monde. avions subi la discrimination et les brimades. et notre plus grande satisfaction est de nous adonner à l’art du métal. Il y a longtemps. une effroyable éruption solaire a provoqué des mutations. Cependant. En attendant que tes guides se préparent. dès que les grands eurent atteint trois fois notre taille. j’aimerais ne partir qu’à la tombée de la nuit. nous connaissons des voies souterraines et des tunnels qui te permettront d’arriver discrètement où tu veux. — Tout ce que je peux te promettre. mais c’est une prière que nous t’adressons : ne révèle pas notre existence. Nos ancêtres qui n’avaient pas grandi. Mais je vais te faire accompagner par quelques chasseurs. ont donc dû se réfugier dans la forêt. — Tu n’as rien à craindre. je crains fort que je ne me leurre : mon intuition me dit que nous allons nous revoir . il n’est pas très clair dans mon esprit si c’est bon ou mauvais.97 des faux-semblants. — Je sais que tu es sincère. les grands ont oublié notre existence. Hélas. Que le destin se réalise. Nous formons une centaine de clans à travers toute la planète et nous restons en contact. Maintenant.

L’androïde se résolut donc à reconnaître son échec . — Que dois-je faire de l’agent Merrick ? — Rien. On devait se rendre à l’évidence : le capitaine Kris avait inexplicablement disparu. le glisseur se posait près du patrouilleur. Nous allons nous concerter et nous te transmettrons de nouvelles instructions. on ne va pas pleurer sur le lait versé. sinon vides. que se passera-t-il si je disais tout au Bureau 5 ? — Je t’ai dit que tu étais libre. agissez comme si de rien n’était. nous avons perdu le capitaine dans les rochers. Rejoignez le patrouilleur. une quantité négligeable. mais aucune amorce de tunnel n’était visible. Les grottes visitées étaient. Kris tomba sur l’équipage qui rentrait. Et s’il jouait le grain de sable dans les rouages. il activa le petit relais pour se connecter à l’émetteur hyperspatial du village. Merrick était pour le moins vexé : on le considérait comme la cinquième roue du carrosse. Tout rentrera dans l’ordre.98 Bêta 2 était dérouté : la piste indiquait l’amas titanesque de rochers. ou bien farouchement défendues par des félins féroces. — Johanne. comme avalé par le roc. j’ai confiance en toi. Arrivé à l’astroport. je reconnais mon incompétence. ces illuminés y avaient-ils pensé ? — Bêta 2. Le pirate Noir Rahar . Agis selon ta conscience. Quelles sont tes directives ? — Pourtant il est bien près de vous. Bon. Au même moment. Il décida de ne rien lui dire.

ou ressentait les séquelles de son accident. lisant le compte rendu de son interrogatoire. — Il y a un grand risque de violence latente. Kris se figea : Laurène était debout près du chef du Bureau 5. capitaine ? s’étonna le navigateur Sue. Le capitaine Kris avait eu un comportement aberrant. mais on verra ce que la Fédération décidera. n’omettant que l’épisode des nains de la forêt . Kris et Merrick furent briefés séparément. Kris et Merrick se regardèrent. Kris relata minutieusement leur aventure. On ne savait s’il avait été piqué par une bestiole venimeuse. un véritable coup de chance allié à une témérité conforme à sa réputation de tête brûlée. Kris fut mené au bureau du capitaine Malika. et une lueur douloureuse chez Merrick. — Euh… J’avais quelque chose à faire. — Capitaine Kris. voici donc l’androïde dont vous parlez ? — Oui. mâchonné quelque herbe vénéneuse. Celle-ci était assise. il se fait passer pour une journaliste pour recruter des taupes dans la Flotte de la Fédération. Merrick brossa un tableau sombre. Rahar Le pirate Noir . Toujours était-il qu’il avait divagué et prétendait voir des trafiquants partout. — Alors capitaine. il s’attribua la découverte du réseau souterrain. on ne pouvait vraiment dire en chiens de faïence : il y avait une certaine méfiance chez Kris. c’est lui. Un bref instant. alors que le calme régnait sur Ésoter. toujours curieuse.99 — Mais vous n’êtes pas revenus ensemble. Il était devenu paranoïaque. qu’avez-vous trouvé ? s’enquit Sue.

Allez rejoindre votre mère sur Pelmas. ondulant légèrement des hanches. Kris embarqua sur le vaisseau de croisière Burnas.100 — Alors que pensez-vous de ça. La reverrait-il un jour ? Il se détourna en soupirant. En bas. la petite figurine de métal offerte par la petite sorcière était réelle. C’était impossible. et détendez-vous pendant une bonne quinzaine. et à ce propos. Son tempérament l’incitait à l’action. Mais que devait-il faire ? Merrick était indécis. son aventure sur Ésoter était si réelle. et s'engouffrait dans un glisseur estampé du sigle d'un quotidien bien connu. Le Bureau ne se doutait donc de rien s’il la laissait s’en aller ainsi. Le capitaine Kris devait retrouver la mémoire. Son esprit était confus . le jeune homme sentit son esprit vaciller. Son rapport terminé. capitaine ? (Malika fit glisser un cliché radiographique vers lui) On vient de le tirer. il restait la preuve du cou brisé du serpent. C’était à devenir fou ! — Allons capitaine Kris. vous avez besoin de repos. Merrick jeta un regard par la fenêtre. Laurène sortait du bâtiment. se traitant d’imbécile. sa cabine jouxtait le sien. Ils étaient d’un jaune d’or lumineux. il ne pouvait se tromper : même si ses yeux avaient été abusés inexplicablement (peut-être par le coup qu’avait reçu sa tête). l’objectif du Le pirate Noir Rahar . Incrédule. il n’avait tout de même pas rêvé. Il fouilla sa poche. et voyez. Kris visualisa les points vitaux de la créature au sourire angélique. ce n’est manifestement pas celui d’un androïde. C’est un ordre. Merrick serait-il un traître ? L’agent spécial avait été attaché à lui de nouveau. Ebranlé.

et le jeune homme n’aurait donc pu passer par là. Maintenant inquiet. Mais si l’androïde disait vrai. Merrick courut à la cabine de Kris et l’examina minutieusement. Il savait que c’était déraisonnable. Aucun panneau secret. les cloisons étaient solides. il ferait tout pour être du voyage et déciderai de ce qu’il ferait d’après ce que révèlerait Kris. Merrick était conscient que le réseau du Pirate Noir avait bien prévu la réaction du capitaine Malika en mettant au vert l’amnésique. Serait-il ramené et traité sur Ésoter ? Ou bien le réseau avait-il d’autres traitements ? En tout cas. et il était sûr que des dispositions étaient déjà prises sur Pelmas pour l’enlèvement de Kris. aucun passager n’avait vu Kris. ou ne ferait-il rien ? Il n’avait plus revu la journaliste. Il se figea : la cabine était vide. lui ? Livrerait-il le jeune homme. N’ayant pas eu de réponse après avoir heurté à la porte. il se mit à fouiller le navire. et c’est par les media qu’il avait su qu’elle faisait un reportage quelque part dans la Fédération. et il devait lui parler.101 Bureau 5 et celui de Laurène et consort coïncidaient. Légèrement énervé. quitte à noyer le poisson. La vingtaine de cabines fut rapidement passée en revue. Seuls les couloirs étaient sous caméra. la trappe de révision était verrouillée. mais il n’y avait aucune trace du jeune homme. mais il ne pouvait s’empêcher de penser à elle. Il alla donc à la cabine du jeune homme. Il s’était bien rendu compte de la froideur de celui-ci après le briefing. que ferait-il. que Kris avait épousé leur cause. et son cœur se serrait. Par Rahar Le pirate Noir . Merrick se permit d’entrer. l’agent réquisitionna la salle vidéo et visionna les disques de surveillance. Ils allaient atterrir dans une demi-heure.

La minuscule batterie de l’appareil était rechargée par le flux sanguin artériel. — Allons Silène. La roboticienne avait reçu un message de sa sœur. puisque l’appareil générait en fonctionnement une atmosphère toxique. j’ai confiance en la chance et l’ingéniosité de mon fils. Si sa vue ne provoquait pas le déclic espéré (elle espérait que le lien qui les unissait serait assez fort pour cela). nous ne maîtrisons pas notre destin.102 acquis de conscience. colère contre cet agent dit spécial qui avait négligé sa mission de surveillance. Margit et Silène attendaient dans la salle d’accueil de l’astroport. les techniques de son équipe de psychologue y parviendraient. La pièce du nouveau propulseur était cependant inaccessible. Etant hyperspatial. C’était comme si le transpondeur était détruit. jusqu’aux entrailles du nef. et même si l’hôte était décédé. — Ah si seulement Kris ne s’était pas obstiné à inaugurer la première livraison. et amère déception de n’avoir pu revoir le jeune homme absent depuis de si longs jours. il visita la salle des machines. Quelle ne fut sa colère et sa déception à la nouvelle de la disparition de Kris . les recherches de celle-ci étaient très avancées. malgré l’aide du navigateur Pohl. sa portée Le pirate Noir Rahar . L’agent spécial contacta l’astroport et donna des instructions pour une fouille minutieuse du vaisseau à l’atterrissage. Et puis. se lamenta Silène. son autonomie hors recharge pouvait durer quelques jours. Demandons à Johanne de repérer son transpondeur. ce n’est pas de ta faute. Il devait se rendre à l’évidence : l’amnésique avait tout simplement disparu. Le capitaine Bold n’avait pu repérer Kris. et elle était impatiente de revoir son cher Kris.

toute ouverture. construit selon des plans qui avaient circulé sous le manteau. sous la peau duquel était inséré le transpondeur. Le vaisseau était en approche de Pelmas. En fonctionnement. détraquant Rahar Le pirate Noir . et Kris se prépara. heurta violemment le bord. c’est-à-dire dans l’espace. faisant ainsi croire qu’on n’y avait pas eu accès. l’appareil devait cependant être isolé dans une pièce étanche. si le jeune homme était sorti dans l’espace. La disparition était tout simplement incroyable. s’y était glissé. il se fraya un chemin à travers les poutrelles de la superstructure.103 englobait la Galaxie. Kris avait ouvert la trappe d’inspection de sa cabine. C’était largement suffisant pour sa faculté à supporter une atmosphère toxique. C’était une adaptation du générateur du vaisseau pirate : il y avait eu des fuites au Bureau 5. D’ailleurs. Ayant en tête le plan de ce modèle de vaisseau. Kris calcula donc le temps qui restait avant l’atterrissage : une demi-heure. Un peu étourdi. puis ralentit son aura temporelle pour écourter subjectivement l’attente. la salle était condamnée. Le capitaine du navire n’avait pas résisté à l’envie d’épater la galerie et il s’était vanté de son nouveau propulseur. puis avait verrouillé la plaque par télékinésie. Il s’assit sur un caisson d’acier et attendit. il vacilla en s’engageant dans la trappe et son poignet. Générant une atmosphère toxique. et se dirigea vers la poupe. Il se camoufla ainsi dans la pièce du nouveau générateur. sinon plus. ou même une simple fuite d’oxygène était connue de la passerelle par un signal quelconque. vers la salle des machines.

verrouilla la porte et se perdit parmi les vaisseaux qui encombraient l’astroport. L’apprenti pirate ne se priva absolument pas et fit bombance aux frais de la princesse. et forts de leur supériorité. et son luxe apparent laissait présager la présence d’un jump-drive performant. puis il se dirigea vers la soute dans laquelle il s’introduisit. Sa formation particulière lui permettait de se passer d’un navigateur . il attendit un accroissement du trafic pour se glisser effrontément dans le sillage d’un cargo. Le yacht était très bien approvisionné. Il n’oublia cependant pas de verrouiller la plaque malgré sa douleur et son malaise. les clients du yacht étaient de grosses pointures. il mit le cap sur Aldémar. à moins que luimême ne fût bien ignorant de la vie sociale des affaires. La présence d’un robot serveur l’impressionna au plus haut point . la planète où il avait aidé l’armée à établir le couvre-feu. il eut un peu de difficulté à déverrouiller la porte. Ce devait être un vaisseau d’affaire. décidément. Le pirate Noir Rahar . Il boula hors de la soute. compte tenu de la délicatesse des provisions.104 irrémédiablement le délicat appareil. ne pliaient devant aucune menace d’un éventuel pirate de l’espace. les pilotes étaient trop bien payés pour se permettre toute fantaisie. Kris n’eut aucun scrupule à s’approprier l’appareil. Sorti du système. Il était très rare qu’on volât un vaisseau. il devait être destiné à être loué à d’importants hommes d’affaire. Il fallait qu’il entrebâillât la porte extérieure pour sortir subrepticement. Il repéra un petit yacht parqué tout au bout de la rangée. Aucune surveillance particulière n’était exercée sur l’astroport. Un peu éprouvé par son passage dans la salle toxique.

ils avaient passé aux pertes et profits leurs acquisitions. quelques vis et boulons. Il songea aux provisions du yacht. cherchant à satisfaire tous les secteurs des Rahar Le pirate Noir . un circuit imprimé. Certains ont bien fait l’achat d’échantillons de marchandise. Néanmoins. Celle-ci était assez bien équipée. Kris atterrit sur le second continent et camoufla le yacht dans un bosquet plus feuillu que les autres. il demanda à acheter quelques spécimens de produits fournis par le soi-disant réseau du Pirate Noir.105 Il s’appropria l’oreillette de télécommande de l’automate. dissimula un petit paral dans les pans de la longue et ample veste grossière. Accueilli avec bienveillance. glissa son couteau de céramétal à la ceinture. il regagna discrètement le yacht et s’enferma dans la salle technique. quelques pièces de métal. le téléphone arabe avait mystérieusement transmis les nouvelles de la planète. Déjouant le radar de l’astroport. étant généralement fatalistes de nature. mais après les déboires des précurseurs. Il acquit ainsi. Il ordonna au robot de lui confectionner des vêtements adéquats de citadin. Kris put converser ouvertement. mais remit à plus tard tout acte de générosité. Il observa au télécaméra les quelques Aldémarins qui s’affairaient non loin. Satisfait. les bœuchons étant strictement réservés à l’exportation. un manuel de montage. Il devait continuer ses investigations . les troubles n’étant pas parvenus jusqu’à cette contrée assez reculée. Kris fut encore confronté à la frugalité pitoyable de la nourriture. puis sortit nonchalamment rejoindre les indigènes. à l’étonnement non dissimulé des Aldémarins.

même si un composant avait été modifié pour les fragiliser ou changer leur propriété. il devait consulter la banque des entreprises de la Fédération dont le Grand Cerveau Positronique recensait tous les fabricants et leurs produits avec leurs caractéristiques homologuées. Passant au manuel. Kris se mit à examiner ses notes et les graphes tracés la veille. n’intéressaient pas Kris. Il prit des clichés pour comparer les pièces au catalogue du constructeur.106 affaires. Le jeune homme fit des tests sur les pièces. de noircissement de bien de feuilles. vis et boulons. La proportion des métaux composant les pièces constituait la signature de leur fabricant. Après des heures d’intense travail. il y avait même une petite bibliothèque de recueils de droit. Pour pouvoir les exploiter. Les erreurs volontaires dans le manuel. laissant la salle dans une pagaille bien ordonné. Tôt le matin. rendant l’assemblage boiteux. indiscernables au profane. Il saurait ainsi auprès de qui le réseau commandait ses marchandises sciemment trafiquées et modifiées. Kris releva la marque de fabrique gravée sur une des couches d’époxy. il se permit une somme réparatrice bien méritée. il soumit le papier à différentes batteries de test. allant de la minéralogie à la médecine . étudia les caractères et analysa même l’encre. des fois que leur forme ait été modifiée. Les différentes couches du circuit imprimé furent délicatement séparées. effectua des analyses chimiques et griffonna quantité de notes. seuls les mondes Le pirate Noir Rahar . Cependant. Il fit des coupes au laser qu’il examina au binoculaire. seul lui importait son éditeur. Il avait ainsi des données.

il ferma le sas. Puis il lui ordonna de rejoindre sa niche et de se désactiver. il entassa dans une grande caisse toutes les provisions du yacht. Ceci fait. calé sur la fréquence du bidule . Rejoignant rapidement la console de commande. Le jeune homme s’activa fébrilement : il ramassa toutes ses notes. jeta au loin les objets compromettants. Un vaisseau s’approchait. Kris sortit de la soute l’unique glisseur biplace et le passa sous contrôle minutieux. Kris réfléchissait à divers plans. puis ordonna au robot de la porter jusque derrière une haie. Il enfila son uniforme et attendit impatiemment le retour du robot. quand un signal d’alarme déchira le silence de son grincement aigu. avec les diverses barrières de sécurité. le jeune homme ordonna à l’automate d’effacer de sa mémoire tous les faits depuis son intrusion dans le yacht. Il lui permettra de rejoindre l’astroport avec discrétion et célérité. près du village . Songeant brusquement aux pauvres Aldémarins. jusqu’au moment présent. en moins de trois heures. il sera là en moins de quatre heures. il avait oublié de déconnecter le transpondeur du yacht. les autochtones la trouveront bien assez tôt. Rahar Le pirate Noir . C’était même quasi impossible. Mais il n’était pas facile d’approcher un terminal sans accréditation.107 développés possédaient des terminaux reliés au Grand Cerveau Positronique. remit en place les instruments utilisés et commanda au robot de confectionner fissa un uniforme d’agent de maintenance. puis enfourcha le glisseur. Se basant sur la troisième loi de la robotique. il se traita de tous les noms : dans sa hâte.

Des agents infiltrés l’avaient mis au courant. Elle n’avait plus qu’à intervenir au bon moment comme la cavalerie. il était vraiment dommage que le jeune homme ne fît pas partie de son équipe. La localisation de celui-ci sur Aldémar ouvrait des perspectives intéressantes. Merrick avait pesté contre le retard de son ordre de mission. Il se doutait que l’inconscient voulait enquêter sur le réseau qui se réclamait du Pirate Noir. Elle avait confiance en l’ingéniosité du capitaine Kris pour lever tout lièvre intéressant. le fait étant assez insolite pour que le Bureau 5 y fourre son nez. il cherchait évidemment à remonter la filière du réseau malfaisant. Ne comprenant toujours pas comment Kris s’était éclipsé. les meurtres avaient été constatés au voisinage des systèmes où des troubles avaient été signalés. agissant en franc-tireur. certaines facettes de la personnalité du jeune homme. Malika décida de lui donner du mou . son estime pour le jeune homme avait monté de plusieurs crans. grâce à sa perspicacité. En effet. Le chef du Bureau 5 avait fini par découvrir. d’après l’analyse du cerveau positronique du département. Le capitaine Kris avait de la suite dans les idées . Une vague d’assassinats incompréhensible mettait la Police Fédérale dans l’embarras.108 Le capitaine Malika relia immédiatement la disparition inexpliquée du capitaine Kris à celle du yacht privé. Un autre fait inquiétait le capitaine. Elle s’arrangea pour retarder un peu l’agent Merrick dans sa poursuite. Le pirate Noir Rahar .

l’agent spécial passa au peigne fin le petit vaisseau. L’absence du glisseur indiquait que le jeune homme avait été averti et était allé rejoindre l’astroport. évidemment. On pouvait supposer qu’il avait suffisamment d’avance pour rejoindre son but. de petites gouttelettes de réactifs. il était clair qu’il allait consulter les banques de données du Grand Cerveau Positronique pour exploiter les résultats de ses analyses. il revenait au capitaine Malika de mobiliser ses agents basés sur les cinq planètes concernées pour retrouver Kris. sinon seulement la confirmation du passage de Kris. L’agent spécial ne put donc qu’avertir son supérieur . Accompagné du propriétaire et de son pilote. Les cinq vaisseaux qui avaient décollé de l’astroport se dirigeaient vers des mondes possédant au moins un terminal de consultation. point de Kris. Les difficultés qu’aura à affronter Kris pour s’en approcher étaient quasi insurmontables. L’interrogatoire du robot était significatif. mais Merrick était prêt à parier que ce diable d’homme avait son plan. Il retraça rapidement les récentes activités du fugitif : des flacons entamés de produits chimique.109 Le yacht n’était pas difficile à découvrir . et il n’y avait plus qu’à s’enquérir de la destination des vaisseaux partants. le capitaine Malika avait connaissance du déroulement de l’enquête sur les Rahar Le pirate Noir . Quant aux projets du fugitif. des traces de poussière métallique. Par ses taupes dans la police. Là était la difficulté : Merrick ne pouvait tout simplement pas conjecturer sur la destination de Kris. L’effacement de la mémoire n’avait pas d’importance particulière. ainsi que de son navigateur.

Il passa en revue tout ce qu’il savait à propos de ces terminaux. sur Magnus.110 assassinats. Malika finit par les relier à l’ancien aide de camp de l’ancien amiral Jinas Gruck. Les deux anciens officiers avaient été arrêtés pour incitation au trouble et trafic d’armes. probablement des Le pirate Noir Rahar . Toron. il expliqua qu’on avait volé ses habits dans les vestiaires de l’astroport. A la vendeuse ahurie. Les gros bonnets étaient tous tombés. Trois noms furent crachés par la machine. Kris s’acheta des vêtements plus appropriés à la mode de la planète. Alors elle mit tous ses espoirs en Kris et son projet insensé. du fait de ses activités d’espionnage. il se creusait la tête sur le problème d’accès au terminal. elle ne pouvait rien faire. Par élimination. Des éléments de la Garde Spatiale. Comment pourrait-elle lui faciliter la tâche ? Peut-être organiser une bonne petite diversion. et disposait de beaucoup plus de données. Le cerveau positronique du Bureau 5 était autrement plus sophistiqué que celui de la police. Arrivé sur Vogel. Elle se garda bien de le gêner et donna comme instruction à ses agents de simplement surveiller discrètement les déplacements du jeune homme. le capitaine Malika avait déduit que Kris se trouvait sur Vogel. Intéressant. mais sans faits solides. Mais qui donc avait récupéré leur réseau ? Malika avait bien une intuition. elle ne savait même pas que chercher. Le Grand Cerveau Positronique se trouvait dans le grand bâtiment du Sénat. Tout en se sustentant dans un restaurant chic. voilà pourquoi il se baladait en bleu de travail. Par un travail de fourmi de ses agents.

oserait-il mettre à l’épreuve sa confiance ? Jouant son va-tout. étaient chargés de sa protection. mais… — Pas de « mais » Sue. Il savait qu’il avait fait forte impression sur son nouvel équipage. Kris ignorait ce que cachait le troisième cercle : ceux qui consultaient le terminal étaient des plus discrets. As-tu assez d’estime pour moi pour me faire confiance sans poser de question ? — Bien sûr capitaine. trois cercles de protection devaient être franchis. il demanda une communication privée cryptée à destination de Magnus où se trouvait le navigateur Sue Wong. mais Kris voulait garder sa liberté d’action et éviter les tracasseries administratives s’il agissait ouvertement. que voulez-vous que je fasse ? Rahar Le pirate Noir . et sans appui conséquent. Kris se rappela que les parents du navigateur Sue étaient de gros industriels. avant de pouvoir accéder au terminal. Pour les autres planètes. — Capitaine Kris ! Mais où étiez-vous donc passé ? Tout le monde vous recherche… — Plus tard. Les bibliothécaires formaient le deuxième cercle intérieur : les demandes devaient être précises pour éviter la perte d’un temps précieux. Ce genre de communication était coûteux et était presque exclusivement utilisé par les hommes d’affaires qui voulaient s’assurer de la confidentialité de leurs conversations.111 androïdes pour la rapidité de leurs réflexes. son inertie était souvent dissuasive. Sue. il fallait subir le parcours du combattant de l’appareil administratif. veux-tu m’aider ? — Bon d’accord. La machine était d’abord située dans une aile du bâtiment du Gouvernorat .

Le pirate Noir Rahar . D’ailleurs. le technicien limite la consultation selon la demande accordée par le bibliothécaire. ce sont presque tous des hommes d’affaire véreux. Il a donc accès au terminal du Grand Cerveau Positronique.112 — Ton père est dans l’industrie. — Ah… Il accède à la salle des consoles. comment procède-t-il ? — Le technicien active la console avec une petite clé spéciale… — Comment se présente-t-elle ? — C’est un petit bidule vraiment particulier fait d’un assemblage de divers métaux ajusté au micromètre près. mais ce que je veux savoir c’est après qu’il ait formulé sa demande auprès des bibliothécaires. Il paraît que seule la Garde Spatiale possède la machine-outil capable d’atteindre la précision suffisante pour l’ajustage des composants. — Donc il peut accéder à toutes les données ? — Eh non. il est difficile de surveiller tout le monde. Il y a bien une documentation sur l’univernet. — Concrètement. Un technicien de maintenance en débloque une et mon père peut alors y travailler. Chacun ne peut ainsi dépasser les limites de sa consultation. Explique-moi comment il procède pour le consulter. il soumet une requête au Bureau des Statistiques… — Oui je sais. ceux qui ont essayé croupissent tous en prison . mais personne n’a encore réussi à reproduire la fameuse clef. — Eh bien. si je ne m’abuse. C’est paraît-il pour assurer la protection du Cerveau contre toute malveillance et manipulation non autorisée : dans la salle des consoles. avec les spécifications et tout et tout.

veuillez nous mettre au courant du déroulement du plan. j’aurai en effet besoin de beaucoup de chance. — Quand donc ? — Dans peu de temps. Grâce aux autorisations que chacun de vous m’aviez fournies.113 — Merci beaucoup Sue. garde secret notre entretien. les membres de ce réseau ont Rahar Le pirate Noir . Quinze des vingt sénateurs fédéraux étaient assemblés dans la salle de bibliothèque du Sénat. j’ai l’immense plaisir de vous informer que notre objectif est atteint. j’ai approché Jinas Gruck. — Sénateur Joraya. — Capitaine ? Merde. Sue. — Très bien. — Merci Sue. J’ai une enquête à terminer. Je l’ai persuadé de nous livrer son réseau de trafic d’armes. tu m’as été d’une aide précieuse. capitaine ? Vous ne voulez pas autre chose ? — Non. Les planètes qui avaient eu l’audace de chercher à ébranler notre puissance industrielle ont reçu une bonne leçon. nous aimerons tout de même avoir quelques détails de vos actions. Le souvenir de ce pirate est désormais lié à l’infamie. L’action révolutionnaire du Pirate Noir a été totalement discréditée. Les glisseurs les attendaient dans le garage souterrain noyé dans l’obscurité. La nuit assurait la discrétion du bâtiment désert. — Mesdames et messieurs. — Et c’est tout. S’il te plait. — Sénateur Joraya. je te promets de tout te dire quand je rentrerai. comme vous le savez.

Le Pirate Noir est mort et les mondes mineurs rentrent dans le rang. — Et que sont devenus ces gens ? Ne craignez-vous pas qu’ils parlent ? — Ils ont été discrètement liquidés par le Bureau 7. Jinas Gruck a été aussi neutralisé. le département action de la Flotte (nous y avons des fils et des filles de sympathisants). Le pirate Noir Rahar .114 pu vendre du matériel défectueux à sept des mondes mineurs. pour traîtrise envers la Fédération. L’aide involontaire de l’Etat Major de la Flotte Spatiale a permis d’exfiltrer discrètement les membres du réseau une fois l’opération effectuée. — Donc nos entreprises ne sont plus menacées. les amis. bien entendu. Buvons à notre succès. passant pour le réseau du Pirate Noir. Nous n’avons plus besoin d’eux et devons éliminer toute source de fuite.

Kris bouscula légèrement un homme corpulent et s’apprêtait à s’excuser. il pourrait activer une console. Il fit les cents pas comme un lion en cage. mais le problème était toujours le temps. Kris consulta l’univernet. Il la considéra pensivement. beaucoup trop de temps. Malgré son brillant cerveau. une main figée dans la poche. mais après ? Bien sûr. et un rideau sombre s’abattit sur ce début de clarté. exposant des souvenirs enfouis. Une grande déchirure se produisit dans son esprit et il sentit comme un voile tomber. Comment allait-il la reproduire ? Il avait bien un plan pour s’introduire dans la salle des consoles.115 LE MATIN DES TECHNICIENS Dans sa chambre d’hôtel. Leur conception et leur fabrication ne sont pas un obstacle. — Monsieur Sirk Nonnas. Néanmoins. les mains dans les poches. il les mémorisa. un lambeau de souvenir subsista et Kris se rappela une partie de ses aventures sur Oasis. avec ses connaissances. il ne pouvait rien faire sans outils. Il devait trouver un vaisseau. une nuit ne suffirait pas. En sortant de l’hôtel. Vous êtes en mission ici ? Je me doute Rahar Le pirate Noir . Le jeune homme fut comme foudroyé. quelle surprise ! Que le monde est petit. Il la retira avec la petite statuette de métal. puis un petit sourire fleurit à ses lèvres. C’était cependant fugitif. Il s’arrêta brusquement. les spécifications de la clef des consoles étaient bien disponibles . mais cela lui prendrait du temps.

j’ai un plan. nous allons botter les fesses de la Fédération. je vous loue votre vaisseau. je Le pirate Noir Rahar . mais c’est insensé ! D’ailleurs je n’y connais rien. Mais allons donc nous restaurer. — Mais c’est à vous que nous devons tout ça. Vous ne risquez absolument rien. — J’en suis content pour vous. — Non.que vous avez des affaires et que vous êtes très occupé. — Ecoutez monsieur Jorg. — Justement. J’ai seulement besoin de votre aide pour consulter le terminal — Quoi. j’aurais besoin de votre aide. Je suis un homme d’affaire. — Ecoutez monsieur Jorg. Dans très peu de temps. Je viens justement de raccompagner un bon client et je vais retourner sur Oasis. excellemment même. Nous avons suivi vos conseils et nous faisons tout dans la discrétion. j’accepte volontiers. — Alors monsieur Sirk. Alors. rassurez-vous. Sur quel vaisseau allez-vous rentrer ? — Ah mais c’est que j’ai mon propre yacht. Je n’ai besoin ni de pilote ni de navigateur. on sera mieux dans une auberge discrète pour parler. Vous êtes le bienfaiteur d’Oasis. mais accepteriez-vous une invitation ? — Monsieur euh… Jorg Siluk. — Parlez. tout ce que vous voulez. comment vont les affaires ? — Oh très bien. vous êtes en fuite ? Vous avez besoin de fonds ? Dites tout. Nous ne saurons quoi faire pour vous remercier. monsieur Sirk.

— C’est curieux capitaine. vous pouvez disposer. — Ca me chagrine un peu de voyager comme un pékin ordinaire… mais que ne ferais-je pour vous. bien qu’elle eût souvent souffert de la discrimination. non… Ce n’est pas nécessaire… Du moins pas encore. voici un rapport qui va vous intéresser. Un de nos agents a pu savoir qu’un petit industriel a honoré pour la seconde fois une commande non comptabilisée de deux caisses de pièces essentielles à des machines-outils spécifiques. Je paie votre ticket pour Oasis. s’il faisait réserve de pièces de rechange. la planète Oasis. — On fait faire arrêter l’acheteur. elle avait bénéficié d’une éducation excellente. Si son intuition s’avérait.117 prendrai bien soin de votre yacht. La première commande avait été passée avant la mort du Pirate Noir. c’est une trop grosse quantité . Je vous souhaite bonne chance pour ce que vous avez à faire. cher monsieur Sirk. Fille d’un brillant technicien arraché à un monde arriéré. — A moins que… C’est bon. capitaine ? — Non. si le réseau voulait ces pièces pour ses propres besoins. sergent. Malika Razen était pensive. il en aurait pour des siècles. et le cerveau positronique n’a trouvé aucune trace de réclamation quelconque au sujet de ces pièces. ce serait abominable. Les pièces sont originales et conformes aux spécifications. — Si je comprends bien sergent. le réseau installé par le Pirate Noir est toujours actif. — Capitaine Malika. surtout de la part Rahar Le pirate Noir .

Elle était la fierté de son mari. et de favoriser son approvisionnement en pièces détachées. Elle avait rapidement gravi les échelons. de l’or et des bijoux qu’il transformait (aucun bijou n’avait jamais reparu tel quel. Cependant. elle avait concouru à la dure entrée de la Garde Spatiale. sinon impossible d’acquérir des machines (la Fédération Le pirate Noir Rahar .de ses condisciples issus de la haute aristocratie. issu de la haute bourgeoisie de New Végas. Elle avait brillamment réussi et. classée parmi les premiers. Le Pirate Noir était-il simplement un brigand sans foi ni loi ? Ou était-il un révolté issu d’une planète spoliée et désireux de changer le monde ? Malika récapitula ce qu’elle savait sur toute l’affaire. la comprenait parfaitement : New Végas était considéré par la Fédération comme une province mineure. sinon aux mondes défavorisés. Son radio capturé avait affirmé que son chef voulait vendre de la technologie. elle se sentait profondément Oasienne. selon le cerveau positronique). malgré les taxes substantielles que généraient les jeux. c’était « d’oublier » la planète (il n’y avait donc aucun agent de la Fédération sur son monde). outre les solars. et son mari. Le pirate volait. chercheur dans le département robotique dirigé par Anna Glock. Au fond d’elle-même. Pour prouver sa valeur. Malika ne voyait pas comment aider vraiment sa planète natale . Son intelligence et sa fierté l’avaient fait sortir major de sa promotion. elle avait pu choisir la filière qui l’intéressait. tout ce qu’elle avait pu faire. A qui. Puisqu’il était très difficile. Son esprit avide de connaissances l’avait dirigé vers le renseignement. elle dirigeait le célèbre Bureau 5. et à la trentaine.

Sans oublier les dommages collatéraux. la constitution de la Fédération garantissait la libre concurrence. le capitaine pouvait s’enorgueillir de n’avoir pas une seule goutte de sang sur les mains. elle préférait utiliser les combinaisons plus complexes. son supérieur. A une centaine de mètres. Le cas échéant. les industriels se sentaient visés. le moindre faux pas lui coûterait très cher. des sortes de lucioles aptères éclairaient assez pour qu’on ne trébuchât pas. et sortit de la cité. Cette initiative menaçait l’hégémonie des mondes avancés. Il était d’ailleurs très proche d’un important industriel. Mais un Rahar Le pirate Noir . il éteignit sa torche : le long des parois. elle pourrait utiliser les talents de cette journaliste. plus tortueuses. L’éducation morale de Malika l’interdisait d’approuver la méthode criminelle du pirate. Elle se doutait qu’elle marchait sur des œufs plus que fragiles. Et pourtant. Elle allait avancer son pion : le capitaine Kris. Malika n’avait aucune estime pour le nouveau chef d’Etat Major de la Flotte Spatiale. mais elle condamnait la fourberie… de la Fédération ? des industriels ? qui réduisait à plus de désespoir les mondes trompés. pour arriver à ses fins sans perte humaine. qu’elle estimait être une femme de caractère. Elle n’allait pas lui communiquer la dernière information. il fallait les monter et donc acheter les pièces détachées… avec le produit des vols. Il rejoignit discrètement l’entrée dissimulée de la galerie souterraine qui le mènerait vers le Petit Peuple. Kris laissa le beau yacht à l’astroport d’Ésoter. Depuis qu’elle était à la tête du Bureau 5. Laurène.119 veille).

Fallait-il prendre à gauche ou à droite ? Le temps pressait. il fallait rebrousser chemin. à l’aspect de grosses cacahuètes bleues. Et s’il appelait. Sortant ses documents. On lui proposa aussi des sortes d’amusegueule assez intrigant : des graines de suiki (d’après une transcription phonétique) cuites. Le boyau était bien trop petit pour un gaillard de près de cinq pieds et demi. Kris finit par comprendre les gesticulations véhémentes du gnome : il s’était trompé de direction. Kris tenta d’expliquer à la sorcière le service qu’il leur demandait. Tout en picorant. sa voix porterait-il assez loin ? A l’estime. Le gnome ayant pris le raccourci du boyau. Après une centaine de mètres. il tomba sur un petit humanoïde pépiant et sautillant. L’accueil fut des plus chaleureux. son aura temporelle ne lui était d’aucun secours. il s’efforça de bien visualiser les spécifications de la clef de console. la direction collant plus sur celle de la forêt. Le pirate Noir Rahar . nonobstant son apparent grand âge. l'attendit plus loin et le guida alors jusqu’à la grande salle où l’attendait la petite Grande Sorcière. baignant dans une sauce huileuse jaunâtre.peu plus loin. il fut confronté à un embranchement qu’il n’avait pas remarqué la dernière fois. le gîte de la petite sorcière était encore à plus de cinq cents mètres. Il se mit alors à courir pour regagner le temps perdu. leur « grand verre » faisant plutôt figure de verre à liqueur. On lui servit un breuvage rafraîchissant d’un bleu lumineux dans un de leurs brocs. Il se décida pour la gauche. sorti d’un petit boyau. la petite créature se portait comme un charme et faisait montre d’une grande vivacité.

était presque pire qu’un gaz de combat pour les pauvres créatures. Sans crier gare. Kris. impassible. Rahar Le pirate Noir . Alors ce fut la débandade . Décidément. Celle-ci. Sur Magnus. chacun s’efforçait d’atteindre une sortie. jusqu’à ce que cinq petits corps s’effondrassent. un gargouillement incongru provoqua un silence soudain. rouge comme une tomate. autrement dit un atroce fumet concentré de chou et d’œuf pourris. ôta sa veste et tenta de ventiler la salle. en se pinçant le nez. C’était plutôt Kris qu’ils remerciaient pour avoir apporté un nouveau thème pour leur distraction. les graines de suiki ne réussissaient pas aux humains : c’étaient un mélange détonant de friandise pétomane et de boule puante. quinze sénateurs fédéraux étaient réunis.121 La télépathie était une faculté merveilleuse. Une explosion de petits cris de souris exprima l’hilarité générale. Une vingtaine de paire d’yeux se braquèrent sur Kris dont les oreilles se mirent à rougir. Dame ! du méthane mélangé à de l’hydrogène sulfuré et à de l’éthyle de mercaptan. Les pépiements d’enthousiasme de la vingtaine d’individus ressemblaient à ceux d’une batterie de grands poussins affamés. tous les regards étaient tournés vers le sénateur Joraya. L’atmosphère était électrique. L’instant d’après. dans la salle de bibliothèque du Sénat. et les gnomes étaient intelligents. presque immédiatement suivie d’une suite de sournoises petites vesses chuintantes. dans le charivari indescriptible. tombés en pâmoison. celui-ci ne put réprimer une caisse retentissante. laissa planer un grand moment de silence.

— Très bien messieurs-dames. La plupart des membres se ralliaient à l’idée de donner une solution brutale et définitive au problème. sénateur Joraya ? Mais le Pirate Noir est mort . j’approuve absolument l’idée du sénateur Klotz. sénateur Amoun. elle si scrupuleuse de la hiérarchie. — Oui. je vais arranger l’affaire. oui. — En êtes-vous bien sûre.— Je vous ai convoqué parce que je voudrais vous communiquer les détails de l’inquiétante information que je vous ai transmis. quelqu’un a donc pris sa relève ? — Un de mes neveux travaille au Bureau 5. — Mais il faut la neutraliser ! — Doucement. — Elle n’en a pas avisé l’amiral Kervizic ? — Non. Il est à supposer qu’elle le soupçonne d’être de connivence avec notre réseau. Elle semble se douter de quelque chose. puisque la majorité le veut. Elle a de puissants appuis à l’Etat-Major. Le petit laboratoire personnel du docteur Silène était bondé. et il semble qu’il est en train d’équiper des planètes mineures. Le réseau du Pirate Noir est toujours en activité. C’est par lui que nous savons que le capitaine Malika a délibérément omis de nous informer de l’achat clandestin d’une grande quantité de pièces stratégiques. supprimons discrètement cette menace. — Le sénateur Amoun a raison. et elle est très estimée dans son département. Ceux qui connaissaient l’identité du Pirate Noir Le pirate Noir Rahar . On n’a qu’à le faire faire discrètement… dans un accident peut-être. n’a pas daigné juger bon de mettre le chef d’Etat Major au courant de sa découverte.

et je crains que Kris soit l’agneau qui sera sacrifié. Il est évident qu’il va se forcer illégalement un passage pour accéder à un terminal. Monsieur Pohl. avez-vous les plans que je vous ai demandés ? — Hé hé. une de mes taupes au Bureau 5 m’a communiqué des nouvelles importantes. — Mes chers amis. sur Vogel. et il n’est pas gardé la nuit. docteur ? s’enquit Johanne. Kris va essayer de consulter un terminal du Grand Cerveau Positronique pour découvrir qui se cache derrière ceux qui ont jeté l’opprobre sur notre réseau. Donc voici le bâtiment où est abrité le terminal. — Selon le député Hruk Shelk de la planète Oasis. Kris aurait demandé à l’exportateur Jorg Siluk le plus perfectionné de ses excavateurs portables. docteur. le cuistot Fayot et Morgane la Molette. — Ne vous en faites pas monsieur Pohl. Il est certain que nos lascars vont s’introduire par là pour creuser vers le terminal. Remarquez que l’édifice de la Chambre des Commerce jouxte l’aile qui nous intéresse. Leur rendez-vous est dans deux jours. l’artilleur La Mouche. le toubib Sa Grosseur. — Quel est donc votre plan. Nous ferons donc en sorte que Kris et son ami ne soient pas dérangés pendant leur boulot. C’est à la sortie de Kris que nous devons Rahar Le pirate Noir .123 y étaient rassemblés : le capitaine Johanne Bold. Nous allons donc faire en sorte de le protéger et de recueillir les fruits de ses investigations. on ne m’appelle pas La Fouine pour rien. Il semblerait que le Bureau 5 va tenter de tirer les marrons du feu. je suis persuadée que les agents du Bureau 5 s’en chargeront parfaitement. le navigateur La Fouine.

— Mais Silène. et vous serez son équipage. ce qu’un androïde aussi perfectionné soit-il. nous peaufinerons le plan sur place. En outre. Johanne. c’était de voir les quelques petits êtres qui devaient emprunter l’entrée. et il serait judicieux que vous portiez aussi une cape noire. pourquoi ne pas faire intervenir ton androïde ? intervint Morgane.intervenir. Ce qui le déprimait le plus. j’aurais une bien piètre opinion de moi-même si je ne vais pas personnellement au secours de Kris (les anciens membres de l’équipage de Kris s’échangeaient sans vergogne des regards entendus). — L’important est de semer la confusion . avec votre vaisseau noir. fit Sa Grosseur avec une moue dubitative. qu’allons-nous faire docteur ? interrogea La Mouche — Un autre vaisseau vient d’être construit. — Merci de t’inquiéter pour moi. conclut Silène. Par précaution. Kris faisait contre mauvaise fortune bon cœur. Honteusement relégué dans un vestibule très aéré. je vais vous donner un distorseur. évidemment. il devait se précipiter dehors contribuer à la pollution de l’atmosphère. j’aimerais que vous nous couvriez en orbite. Tu es trop importante pour que tu prennes des risques. Je crois que cette cape ne m’irait pas. Quand des vents impérieux menaçaient de sortir. — Heureusement que c’est pas pour moi. Le Pirate Noir va réapparaître. Il peut y avoir certaines situations difficiles qui demandent des réponses parfois illogiques. le Le pirate Noir Rahar . ne pourra jamais concevoir. Johanne. sauf votre respect docteur. Ton équipage sera averti du subterfuge. — Et nous. Morgane.

Kris s’en fut avec la Rahar Le pirate Noir . la plus fine blague. alors que celui-ci ne s’habituait pas encore à converser « dans le vide » : il était déroutant de ne pas voir en face de soi son interlocuteur. certes admirables. Le prodigieux téléphone arabe avait déjà atteint l’autre côté de la planète. Il n’était pas difficile pour la sorcière de s’entretenir avec Kris à distance. et les autres petites créatures savaient déjà que la Grande Sorcière avait un hôte humain très spécial. Mais l’âme d’artiste de certains avait rapidement pris le dessus. on le surnommait « le Démon des Vents » (encore heureux que ce ne fût « le Géant Péteux »). Pour le repos de son esprit. Kris ne connaissait pas leur langue. mais bien loin de ce dont Kris avait besoin. leur seule récompense était une longue ovation sincère de leurs congénères. La déformation particulière propre aux rumeurs faisait affirmer par certains êtres très imaginatifs qu’un simple éternuement du géant pouvait renverser toute une rangée d’individus. les gnomes concouraient à inventer le meilleur calembour. et on avait assisté à des chef-d’œuvres. Exprimant sa gratitude du fond du cœur. témoignant de la virtuosité de leurs créateurs . car dans son dos.125 contourner ostensiblement en lui jetant des regards suspicieux. tout en respectant scrupuleusement les spécifications. produits exaequo du concours impromptu. Quoiqu’il en soit. La fabrication de la clef avait fait l’objet d’un concours spontané : c’était à celui qui la finirait le plus vite. le jeune homme disposait enfin de dix petites clefs à la finition irréprochable. Le caractère heureux du Petit Peuple avait rapidement tourné le malheureux incident en vaste rigolade.

s’arrogea le privilège de court-circuiter la police de la circulation. en tant que chef des services Le pirate Noir Rahar . arriva presque aussitôt. Mais un cadre tordu de la banquette avait cassé quelques côtes de son mari et un éclat de plexiglas avait sérieusement entaillé sa tempe . La jeune femme. Les réflexes entraînés de la jeune femme jouèrent instinctivement : elle enveloppa son mari. Le glisseur filait rapidement le long de l’avenue bordée d’arbres. Malika quitta à regret son bureau à 20 heures : son mari l’attendait dans le glisseur sur le parking. et ils se couchèrent sur la banquette. pulvérisant le robot pilote. La Brigade de Secours. Il avait programmé un petit dîner en amoureux dans un restaurant huppé de la ville. L’impact fut assez violent. l’avant du véhicule fut écrasé. et Malika et son mari furent rapidement conduits à l’hôpital. immédiatement averti de l’accident par un dispositif du glisseur. Malika n’avait que quelques contusions et de simples estafilades. rassurée par les médecins sur le sort de son mari. Elle ne reconnut pas le robot pilote.promesse sibylline de la sorcière d’une autre rencontre prochaine. Malika était blottie contre son mari qui lui susurrait des bêtises charmantes. Elle avait accepté avec reconnaissance la proposition de son adjoint d’assurer la permanence. mais son étonnement fugace fit place à la joie de voir son mari lui ouvrir galamment la portière. il était inconscient. l’appareil tangua et fit une glissade vers un immense platane. Soudain. donna un violent coup de hanche au glisseur pour essayer de dévier quelque peu sa course.

Elle contacta immédiatement le sergent Marcus Pohl. et si La Mouche n’avait pas vu leur holographes. Kris se résigna à subir des heures de bavardage. Cinq agents du Bureau 5 faisaient déjà le guet aux alentours du bâtiment du Gouvernorat. Elle voulait le résultat le plus tôt possible.127 secrets de la flotte. Malgré les nuages épars qui les cachaient parfois. et elle devait repérer la sortie de Kris et de son compère. les larmes aux yeux. La nuit était éclairée par les deux lunes qui se poursuivaient dans le ciel piqueté d’étoiles. personnellement et sans intermédiaire. le ou les responsables de l’attentat manqué allaient payer très cher leur échec. héritages du premier siècle de colonisation. le jovial Oasien était aussi bavard qu’une pie. et le pria de récupérer le glisseur et le robot. elle aurait été bluffée. en attendant la tombée de la nuit. une clarté suffisante était dispensée par les lampadaires surannés. Ses compagnons étaient camouflés près de la Chambre de Commerce. puis de les confier au laboratoire qui devrait mener une enquête minutieuse sur les causes de l’accident. Ils étaient tous entraînés pour se fondre dans le paysage. porteur d’une grande et lourde valise. son fidèle secrétaire. rejoignit Kris à son hôtel. Deux silhouettes s’approchaient nonchalamment de la ChamRahar Le pirate Noir . Jorg Siluk. Les retrouvailles furent chaleureuses. prodigue en anecdotes et potins de sa planète. Elle avait un affreux pressentiment. elle était dans une rage froide. Malika se permit alors de rejoindre le chevet de son mari emmailloté et toujours inconscient .

Kris alluma une console qui demanda la clé d’activation. Ne perdant pas un seul instant. uniquement consultables par une personne accréditée de haut niveau. hors catalogue . Les deux hommes parvinrent rapidement sous la salle des consoles dont le sol était carrelé de grandes plaques métalliques isolantes. ces petites créatures étaient des génies de la micromécanique. le ronronnement du terminal n’arrivait pas jusqu’ici. Dans la cave. Jorg creusa soigneusement le plafond jusqu’à une des plaques et Kris n’eut pas à fournir trop d’effort pour la soulever et s’insinuer dans l’ouverture. L’un d’eux portait une grosse valise noire. Jorg refusa de confier l’excavateur et mit un point d’honneur à forer le plus propre des tunnels. La salle était silencieuse. Il sortit de sa poche une des pièces usinées par le Petit Peuple. leur destination coïncidait avec les mondes où les troubles avaient été signalés. Le manuel technique Le pirate Noir Rahar . Le circuit imprimé avait été produit par une entreprise qui fournissait le laboratoire de la Garde Spatiale. Bingo ! L’activation était réussie. Kris accéléra son aura temporelle et se mit à pianoter frénétiquement : il savait que le temps subjectif passé à consulter sur écran était des plus trompeur. suivant les directives de Kris qui consultait un plan.bre de Commerce. Kris découvrit que les pièces qu’il avait analysées avaient été fabriquées par des entreprises d’envergure des plus renommées. Ahuri. Entrant dans le dédale de leur comptabilité. il releva des factures cachées. portant sur des composants spéciaux. et il pouvait se passer bien des heures qui semblaient des minutes.

Ils furent traînés dans un bosquet . auriez-vous l’amabilité de porter monsieur Jorg dans une cabine et de l’y enfermer ? Morgane. prenaient philosophiquement leur mal en patience. L’entrebâillement de la porte de la Chambre du Commerce lança le début de l’action . il ne va pas tarder à se réveiller. Docteur Ngoma. Rahar Le pirate Noir . et de ci de là. Fébrile. alors que les acolytes du Pirate Noir trépignaient sur place. Les agents secrets qui faisaient le pied de grue. Effaré. Les deux hommes n’eurent pas le temps de s’étonner : ils s’effondrèrent comme des marionnettes. — Capitaine Bold.129 avait été édité par l’imprimerie fédérale. les cinq agents spéciaux commencèrent à converger en courant vers l’entrée du bâtiment. le jeune homme se plongea dans le complexe organigramme de chaque société. — Maintenant ! C’était au tour des agents de tomber comme des chiffes. sec. il enregistra toutes les informations qu’il avait consultées. des membres de leur famille. le Pirate Noir glissa une enveloppe scellée au nom du capitaine de frégate Malika Razen dans la poche d’un des agents. dès que Jorg et Kris apparurent. Toute l’équipe fut alors téléporté sur le vaisseau noir. il releva le nom de quelques sénateurs. Alors un ordre fusa. Sans grande surprise. On se retrouve sur Maerl. succès sur toute la ligne. aide-moi à mettre Kris dans ma cabine . étant formés pour cela. L’un d’eux tira une rafale paralysante. Branchant une mémoire de cristal. il constata que plusieurs heures s’étaient écoulées malgré son accélération temporelle : l’aube n’était pas loin.

Sans se laisser abattre. Une minuscule bombe à retardement avait été dissimulée dans la tête de l’automate . Mais les techniciens avaient pu relever le minuscule numéro de série gravé dans un endroit seulement accessible en démontant le cerveau : il appartenait au sénateur Joraya. Elle mit en place le plus vaste filet de l’histoire de la Fédération. selon le cerveau positronique du Bureau 5. Le laboratoire venait juste de terminer ses investigations. la surprise était venue de « l’autopsie » du robot. personne ne se serait douté de rien. vous aurez bientôt de mes nouvelles ». Plusieurs de ses agents eurent pour tâche de fouiller profondément dans la vie des sénateurs et des principaux capitaines d’industrie. Le glisseur n’avait pas présenté d’anomalie. Se doutant qu’il y avait un espion du Sénat dans son département. elle contenait une goutte d’un liquide conducteur qui avait causé un petit court-circuit dans la zone d’équilibre du cerveau positronique au déclenchement de la bombe. Malika se précipita à son bureau. Une autre mauvaise nouvelle vint l’achever : l’équipe de récupération du capitaine Kris s’était vu soustraire sa proie. Elle sut ainsi que l’un Le pirate Noir Rahar . Malika décacheta le pli. Sans les soupçons de la jeune femme. L’attentat était indéniable. elle demanda au sergent Marcus d’étudier secrètement le dossier de son staff administratif. Son robot habituel avait dû être modifié pour devenir méconnaissable et remplacer celui sacrifié. elle élabora sa stratégie. et c’était signé le Pirate Noir. et une enveloppe au nom du chef du Bureau 5 avait été glissée dans la poche d’un agent. et elle se renfrogna à la lecture du message : « Patientez encore un peu.Rassurée sur l’état de santé de son mari.

celui-ci n’allait pas tarder à émerger de sa paralysie. Morgane ? Et pourquoi se cachet-il ? — C’est le Pirate Noir. Morgane était assise au chevet de Kris . — Mais qui est-ce. Kris ouvrit les yeux . Silène désactiva le distorseur et se présenta dans toute sa splendeur. Elle envoya l’agent Merrick auprès de Margit.131 de ses analystes était le neveu du sénateur Joraya. tu ne te rappelles de rien ? — Me rappeler de quoi ? Tu n’as donc pas péri dans l’explosion ? Silène sut que Morgane avait échoué. représentant une énorme perte de temps. il eut bien un choc. Silène gardait activé son distorseur et contemplait les rubans de couleur de l’hyperespace par le large hublot. Kris sentit un courant Rahar Le pirate Noir . L’enlèvement du capitaine Kris l’avait dépité : elle était sûre qu’il avait trouvé des éléments qui auraient pu éviter le déploiement de ses effectifs pour une tâche colossale et fastidieuse. La forte jeune femme espérait que le choc de sa vue sortirait son « frère » de l’amnésie. voir s’il y avait une piste quelconque menant vers celui-ci. frérot. Suffoqué. c’était à son tour d’essayer. la mère de Kris. Elle élabora alors un programme d’activités qui lui permettrait d’immobiliser l’espion dans son bureau en lui confiant une lourde tâche. Kris ? Oui. — Morgane ? Mais tu es vivante ! Oh ma tête ! — Ça va. elle s’avança. je suis vivante.

Nous sommes en face d’un ennemi formidable. puis un flash qui l’aveugla un instant. on ne se voit que de loin en loin et il n’a pas reconnu ma voix. c’est toi le brillant officier stratège de la Flotte Spatiale. je ne suis qu’un passager. — Si… Silène ?..douloureux traverser son cerveau. Ma tête éclate ! — Kris. Que nous proposes-tu ? — D’accord… — Docteur. c’est elle le capitaine de ce vaisseau. docteur. — Voyons monsieur Pohl. ça va ? Elle se précipita à son chevet que Morgane avait libéré. Ta mémoire est revenue ? — Oui Silène. — Le capitaine Malika vient juste d’échapper à un attentat. j’ai des informations terribles. où suis-je ? — Sur un vaisseau noir. capitaine. capitaine… — Ne t’en fais pas La Fouine. — Et il n’est pas étonné de te savoir en vie et que tu es du côté du Pirate Noir ? — Vous savez capitaine.. je ne suis qu’une modeste roboticienne. très probablement perpétré par le Sénat… Le pirate Noir Rahar . Mais qui est donc ce Marcus ? — Ben c’est mon cousin. nous allons sur Maerl. — Silène. quelle est donc cette nouvelle ? intervint Silène. C’est le secrétaire du capitaine Malika. C’est la tête même de la Fédération qui est derrière toute cette opération de désinformation et de calomnie. je viens de recevoir un message de Marcus… Oh pardon. Quelle va être notre stratégie ? — Moi tu sais. Nous avons devant nous le fleuron de la puissance économique des industriels.

je suis sincère et j’ai beaucoup d’estime pour Kris. ne serait-ce que du fait que vous l’appelez Kris. Vous avez dû sympathiser. Je ne vais pas l’arrêter ou quoi que ce soit. elle avait confiance en sa sagesse et son discernement. vraiment désolée. D’ailleurs. je sais que Kris adhère au mouvement du Pirate Noir. il savait comment se comporter. Silène. — Madame Sannon. mais un agent de renseignement. le sénateur Joraya. mais il détient des informations vitales qui pourraient influer sur le destin de la Fédération. — Je vous crois monsieur Merrick. C’est aussi bien dans l’intérêt du réseau du Pirate Noir. allons consulter le contenu de mon cristal mémoire. je suis plutôt enclin à leur accorder ma sympathie.133 enfin. et non capitaine Kris. L’agent sentait bien qu’elle le tournait en bourrique. Son fils était un grand garçon et ne lui rendait plus de compte . Devant un suspect ou une autre personne anonyme. Ecoutez madame. Rahar Le pirate Noir . et se résolut donc de jouer carte sur table. n’est-ce pas ? Mais je vais vous décevoir. Je ne suis pas un policier. c’est peut-être dû au fait qu’elle n’avait pas averti l’Etat-Major de l’activité de notre réseau. Merrick ne savait comment prendre Margit. je n’ai aucune idée de ce qu’il fait ni où il est. si ce que m’ont révélé certains de ses membres était vrai. D’après mon cousin. du moins un de ses membre. La mère de Kris lui opposait sa candeur et une apparente naïveté désarmante. — Je pense qu’elle se doute de la vérité et que l’adversaire commence donc à paniquer.

Mais nous avons des moyens légaux pour régler le problème et nous avons une organisation puissante pour nous appuyer… D’accord. bon. écoute un peu. étant habitué aux gadgets de son département. — Kris ? C’est Merrick… Non mais tu me prends pour qui ? Je n’ai pas torturé ta mère. mais je vous en prie. mais considère un peu l’aspect médiatique : on vous assimilera à un mouvement terroriste… Bon. elle a agi de son plein gré… Attend. un émetteur hyperspatial. madame Sannon ? — Volontiers. Je n’ai pas encore eu l’occasion de l’essayer. Aucun doute. fais comme tu l’entends. mais accorde-moi une faveur : donne-moi les informations que tu as collecté au terminal… Ah ! Petit cachottier va. surtout ne l’abîmez pas. moi. L’émetteur était évidemment monocanal. Merrick n’eut pas de difficulté à manipuler l’émetteur. — M’autorisez-vous à l’utiliser. j’avais bien l’intention d’envoyer une copie de tes informations à notre chère Le pirate Noir Rahar . vous avez une plus grande liberté d’action. ce Kris était un génie. — Mais bien sûr Kris. en cas d’urgence ? — Ah mais si ! Où avais-je la tête ! Il m’avait offert une jolie ceinture dont la boucle est. Je te souhaite quand même bonne chance. le capitaine Malika est aussi indignée des dommages collatéraux que toi. tu nous as bien fait courir.— Mais n’avez-vous pas un moyen de le contacter ? Je ne sais pas. mais il était diablement impressionné par la technologie employée. tenez. mais même le Bureau 5 n’était pas arrivé à un tel degré de miniaturisation. selon lui.

puis de dégoût. — Mais n’est-ce pas dangereux pour ta sœur ? — Elle en a vu d’autres. — Tu l’as donc prise comme modèle pour ton androïde. tu ne savais pas ? Elle avait bravé les puissants caciques de la planète. La colère froide du chef du Bureau 5 s’intensifia à la vue des données explosives rassemblées par le capitaine Kris (Malika pensait encore que celui-ci était prisonnier du Pirate Noir). et qui n’étaient pas des enfants de chœur. Elle a fait le reportage sur la grande corruption qui avait pourri Boldor III. je vais aussi en donner une à Laurène. Laurène avait de toute façon besoin de se mettre au vert quelque temps : elle travaille trop. tu nous accompagnes. Allons à la salle des cartes. — Eh bien. Bêta 2 n’en a pas la formation. Il va nous aider à mobiliser les medias. — Pas question. La Fouine. — Je parie que c’est la copie des informations dont m’a parlé l’agent Merrick. nous avons besoin d’un vrai journaliste. elle va encore avoir besoin de vacances : ton androïde va avoir du pain sur la planche. le transmetteur hyperspatial vient de cracher ce cristal de mémoire sans indication d’expéditeur. sergent. mais tu n’as donc pas craint qu’on ait pu découvrir qu’elle était à deux endroits différents ? — Bah. Allez chercher le lieutenant Prat et rejoignez-moi dans la salle de projection… Ah. — Très bien. préparons notre stratégie. — Capitaine Malika. des trois agents ponctuaient le défilement des Rahar Le pirate Noir . Les exclamations de surprise.135 Malika. et amenez aussi l’analyste Willy. D’ailleurs.

Elle eut juste le Le pirate Noir Rahar . Quelqu’un toqua à la porte verrouillée. elle croisa le capitaine de frégate Elly Boudig. Elle fut emmenée sous le regard stupéfait de l’assistance. — Que veulent-ils ? — Ils n’ont rien dit capitaine.noms et des entreprises. Le Sénat qui aurait dû œuvrer pour le développement harmonieux de la Fédération. semble avoir cautionné cette abomination. l’analyste avait modulé cette conclusion en démontrant que seuls quelques membres de la plus haute institution y étaient mêlés. Malika écoutait les commentaires de l’analyste et dictait des notes au sergent. — Dites-leur que j’arrive… Lieutenant Prat. Nous allons en discuter tout à l’heure. Cependant. tempêter. une camarade de promotion qui avait choisi le Département de la Logistique et qui devait apparemment la remplacer. sans un mot. elle se heurtait au mutisme caractéristique des androïdes. Les grands industriels tenaient sous leur coupe les mondes mineurs et voyaient d’un mauvais œil les agissements du Pirate Noir qui allait ébranler leur empire. mais leur méthode défiait toute éthique. enfermez-moi ce cristal quelque part en sûreté. vous en êtes responsable. cela va sans dire. Elle avait beau demander. Exactement quinze. Dès sa sortie de la salle. Sur le seuil. Malika fut encadrée et menottée. Leur riposte était évidemment de bonne guerre. mais ils ont affirmé que c’était urgent. — Capitaine Malika ? Deux membres de la Garde Spatiale vous demandent. Tout ce que vous avez vu ici est hautement confidentiel.

Les deux Gardes qui lui étaient affectés ont pu repérer l’assassin et l’avaient tué en ripostant. Il pourra toujours prendre des dispositions derrière le dos du nouveau chef. un tireur embusqué l’avait tué au radiant.137 temps de jeter à son adjoint Prat l’ordre de suspendre l’agent Merrick. Il était clair que le groupe criminel l’avait neutralisé. et on avait trouvé sur lui une lettre de mission ayant pour objectif d’éliminer le sénateur Moritz. après la mission. Elle est accusée d’attentat contre le sénateur Moritz. Il y avait de trop nombreuses années qu’il côtoyait le capitaine Malika pour douter de son innocence. la lettre contenait des fautes et il était possible de l’annuler pour vice de forme. C’était un code entre eux : une notification de suspension était rédigée avec un motif bidon. Ce matin. C’était apparemment un agent du Bureau 5. FLASH DE DERNIERE MINUTE : le capitaine de frégate Malika Hélek. et il décida donc de taire les récents évènements. Rahar Le pirate Noir . Le lieutenant Prat ne connaissait pas encore son nouveau chef. alors que le sénateur Moritz faisait ses adieux aux députés d’Alambra II sur son perron. il s’arrangea alors pour exécuter le dernier ordre du capitaine Malika. en vue de donner carte blanche à un agent . signée du capitaine Malika. Il savait en outre que l’on avait souvent recours à l’agent Merrick pour des missions délicates. chef du Département de Renseignement de la Flotte Spatiale a été arrêté ce midi par la Garde Spatiale.

Cependant. On devait synchroniser les actions avec la tournée de Laurène. Kris s’était résolu à tirer le capitaine Malika de son mauvais pas. Elle avait soigneusement rédigé les articles qu’elle allait présenter sur les ondes audiovisuelles. La journaliste Laurène avait reçu l’itinéraire de sa tournée. Nous vous mettrons au courant du déroulement de l’enquête. Kris et son équipe furent atterrés par la nouvelle de l’arrestation du capitaine Malika. Nous nous risquons à avancer que cet assassinat avait donc des motifs plutôt personnels. la rumeur laisse entendre que c’est le Bureau 7 qui était chargé des exécutions. il partit pour Magnus. Celui-ci l’avait doté d’un transpondeur hyperspatial et d’une ceinture identique à Le pirate Noir Rahar . et malgré les suppliques de Silène. le Pirate Noir et son réseau devait contre-attaquer rapidement mais sans précipitation. En effet. l’océan assourdissant le tintamarre des machines en action. des hommes s’activaient comme des fourmis dans les bâtiments sous-marins. Pourtant sous la surface. En apparence. Leur adversaire ne perdait pas de temps .Pourtant. selon les indications de Kris. nous croyons savoir qu’il y a déjà eu des différends entre le sénateur et le capitaine au sujet de l’allocation du budget du Bureau 5 pour l’année en cours. on ne voyait que ses habitants amphibies qui jouaient à se poursuivre. La première action était de renverser la propagande de la Fédération concernant la réputation du réseau. Maerl était un monde océanique calme.

Ce local avait été créé en secret par le capitaine Malika. Merrick rejoignit les bas-fonds inquiétants où même la police urbaine n’osait s’aventurer. Pour leur rémunération cependant. Franchissant une porte dérobée de l’arrière-boutique. encombrée d’ordinateurs. Il était déterminé à enquêter sur cette affaire. le chef du Bureau 5 avait préféré les « embaucher » à son service. quitte à écraser quelques cors. une copie du fameux cristal mémoire. Un lien d’estime réciproque les reliait . il entra de plain pieds dans une salle futuriste violemment éclairée par des néons. Rahar Le pirate Noir . dans l’éventualité d’une extraction éventuelle si l’adversaire était trop menaçant. Merrick avait été consterné par l’arrestation de son chef. Il entra dans un minable boutique de prêteur sur gages. Le capitaine avait recours à leur compétence pour pirater des systèmes dans le cadre de missions qui auraient buté contre une impasse autrement. Malika avait toléré qu’ils prélevassent leur salaire sur le compte des plus riches citoyens. au lieu de les coffrer pour crime antiéconomique. dans une ruelle peu ragoûtante. Y travaillaient les trois meilleurs hackers de la Fédération . il avait été l’un des rares aristocrates qui avaient été invités au mariage de Malika. la plus élevée : il avait les coudées franches pour foutre le bordel comme il l’entendait. Il reçut avec sa notification de mise à pied. d’appareils divers et d’un cerveau positronique sous cloche. Traversant la ville dans presque toute sa longueur.139 celle de Margit. et une accréditation de niveau zéro. tout en contrôlant le montant qu’ils détournaient.

les deux hommes s’échangeaient des nouvelles. A la réception. il pouvait maintenant s’occuper de l’affaire Malika. Entrant dans le système informatique de la police criminelle. Merrick obtint la collaboration des hackers.Muni de son accréditation maximale. et les vautours des medias auront de quoi se mettre sous la dent. il faillit tomber à la renverse : Kris était au comptoir. il devait se concentrer sur le problème immédiat. cachant ostensiblement leur plaisir de se revoir. De gros bonnets se réveilleront avec une accusation de crime avéré. Confortablement assis dans un coin du restaurant. Merrick alla s’inscrire dans un hôtel assez discret . Et je ne suis plus amnésique. mon espion d’opérette ! Pour une coïncidence… Je suis venu pour aider le capitaine Malika. Certains pontes vont avoir la surprise d’être poursuivis pour détournement ou enrichissement illicite. vérifièrent les intitulés et contrôlèrent les dates bidon. — Goddam ! Mais qu’est-ce que tu fous ici. ils maquillèrent des données sur des enquêtes non encore terminées ou des affaires non résolues. Kris et lui cherchèrent un moyen Le pirate Noir Rahar . Le serveur de la police économique eut aussi droit à leur visite. Satisfait. L’esprit de Merrick était confronté à un dilemme : que ferait-il quand toute cette affaire serait terminée ? Reprendrait-il sa vie errante d’espion. sacré bougre d’amnésique ? — Tiens. frappant son formulaire au terminal. Les bombes amorcées exploseraient quelques jours plus tard. ou irait-il rejoindre le réseau du Pirate Noir ? En attendant. Ils effectuèrent divers mouvements bancaires.

vol et rixe . — Et paf ! Le voilà cette raclure. — Oui. ces enfoirés ont oublié d’effacer la séquence. la villa du sénateur a une caméra de surveillance. ce fait avait fait tiquer Kris : en effet. mais pour le prouver. On tient notre coup monté. ayant été à bonne école auprès des hackers. Rahar Le pirate Noir . et son corps est à la morgue de la Garde Spatiale. Rayé de la Flotte pour insubordination. Mais le tireur est assez loin. Je me doute bien que c’était un mercenaire sacrifié. pas à celui de la police ? Vérifie toujours. Tu peux te connecter au serveur du Sénat. — Es-tu vraiment sûr que c’était un agent du Bureau 5? — Justement non. les gardes des sénateurs étaient des androïdes au tir précis et ils avaient l’instruction formelle justement d’éviter la tête pour faciliter l’identification ultérieure de leur cible. macache. recueilli par l’escorte du sénateur Klotz.141 d’innocenter le capitaine Malika. mais tu te doutes bien que tout a été effacé… — Voire. — Attend. si je ne m’abuse. L’assassin avait été atteint à la tête qui avait été carbonisée. — C’est vrai. Cependant. — Bingo ! T’as raison. Il n’a définitivement jamais fait partie du Bureau 5. on n’a pu l’identifier. Utilisant le cyber de l’établissement. — Allons. tous les archives gardent les images de haute définition… Et voilà ! On va faire des recherches sur cette binette. Je suis sûr de ne l’avoir jamais vu. Merrick se connecta au serveur de la police. ne me dis pas que ce petit problème est hors de ta portée. — Je te conseille le serveur de la Flotte Spatiale. Il n’y avait rien de bien exploitable.

Cependant. le calendrier de livraison des pièces détachées vers les autres mondes mineurs poursuit son petit bonhomme de chemin. s’était arrangé pour neutraliser l’émetteur hyperspatial du Gouvernorat. Autrement. Bêta 2. mais devant les preuves irréfutables. Les formateurs viendraient plus tard achever le processus de développement. coupant ainsi la planète de la Fédération. Les livraisons furent ainsi interrompues. au grand dam des techniciens du Pirate Noir qui virent leur planning chamboulé. ils avaient commencé à reprendre espoir. le Pirate Noir avait proposé un système de traites. des robots déchargèrent un échantillon de machines semi-montées. L’enthousiasme des Aldémarins était à son comble quand le Pirate Noir en personne était apparu avec son vaisseau . les industriels avaient commencé à faire le ménage et les commandes clandestines avaient été découvertes : les flux bancaires avaient été examinés à la loupe et les transactions décortiquées avec l’aide des agents du gouvernement fédéral. Silène avait opté pour des appareils immédiatement fonctionnels pour cette campagne. camouflé en technicien. dans la discrétion. Le pirate Noir Rahar . car le plus important était sa réhabilitation sur les quelques planètes durement touchées par les manigances de son adversaire. permettant ainsi aux Aldémarins de prendre rapidement leur essor avec un capital. Contrairement aux agissements de l’autre réseau qui avait exigé un paiement cash.Les Aldémarins avaient d’abord été sceptiques en regardant l’émission spéciale de Laurène.

Quoique l’émetteur hyperspatial officiel eût été coupé. bien. celui qui reçoit chaque mois vos… hum. Le deuxième conseiller fut contacté. où sont les membres du Gouvernorat. Seuls sept sénateurs étaient présents . également appointé par une importante société de conserverie comme observateur discret. — Monsieur le conseiller. en ce moment ? — Ils sont tous dans la salle de conférence. — Vous avez. rapports. — Certainement sénateur. et ayant été secrètement doté d’un émetteur. Finalement. débattant de ce qu’il faut faire. il avait été décidé de créer un incident sur Aldémar. ici le sénateur Amoun. susceptible de faire intervenir la Garde Spatiale. le deuxième conseiller du Gouvernorat. que puis-je faire pour votre service ? — Bien. Vous désirez certainement vouloir garder votre poste. avait transmis l’information. avec tous ses avantages.143 Une réunion impromptue avait été tenue dans la petite bibliothèque du Sénat. ils avaient comme hôtes quatre des plus influents des capitaines d’industrie. et également bénéficier des largesses de mon ami Kojuma. J’ai prétexté un entretien avec un informateur. je crois. Le débat avait été très animé pour trouver la meilleure stratégie face à cette situation. Vous allez y prendre assez d’explosif pour faire sauter le Gouvernorat… Rahar Le pirate Noir . Une nouvelle des plus fâcheuse était venue troubler leur sérénité : le réseau du Pirate Noir était en train de faire construire un abattoir sur Aldémar. accès au magasin d’armement. vous savez.

elle sera obligée d’enquêter sur l’infraction à la libre concurrence d’une part. — D’accord. et mettre en accusation un ou plusieurs sénateurs avec la collaboration de la Police Fédérale. Alors ? — Très bien sénateur. Prenez aussi de l’explosif. ce sont des membres fidèles de la Fédération… — Vous voulez le faire. on s’en passera. Le pirate Noir Rahar . La libération du capitaine Malika n’était qu’une question de quelques heures. ces machines sont trop bien surveillées. puis vous allez vous en aller avant l’explosion.— Mais sénateur. oui ou non ? Ils doivent être sacrifiés pour le salut de la Fédération. c’est la salle centrale je crois. Kris avait rejoint Maerl . elle pouvait demander des comptes au Sénat Fédéral. en cas d’irrégularité quelconque. vous allez détruire les machines apportées par le réseau du Pirate Noir. nous trouverons quelqu’un d’autre et ce sera tant pis pour vous. que dois-je faire ? — Vous allez mettre l’explosif dans la salle du cerveau positronique. et sur les procédés criminels employés d’autre part. Merrick avait insisté pour régler personnellement le cas Malika. Pour respecter la procédure et éviter de donner un quelconque motif de pinaillage. En l’occurrence. Contactez-nous quand le Gouvernorat sera détruit. Quant à la Police Économique. il devait saisir l’Inspection Générale de la Fédération : cette institution indépendante était en quelque sorte le contrôleur des autres institutions. — C’est tout à fait impossible sénateur. Si vous refusez.

elle reprogramma Bêta 2 pour commander le dernier vaisseau en tant que Pirate Noir. La destruction totale du Gouvernorat d’Aldémar jeta la stupeur dans tous les mondes de la Fédération. Le Sénat avait immédiatement dépêché six vaisseaux de la Garde Spatiale pour enquêter sur place . l’ancien équipage de Kris était sur le second vaisseau et aimerait bien être commandé par son captain Cambouis . L’équipe du Pirate Noir n’était évidemment pas dupe. officiellement le transmetteur hyperspatial avait été détruit dans l’explosion. En résumé.145 Un autre vaisseau noir venait de sortir des chantiers. Le Pirate Noir craignait. suivi par le dernier vaisseau noir. un patrouilleur commandé par un androïde avec un équipage de robots. Quelqu’un avait averti l’adversaire qui avait riposté immédiatement et sans état d’âme. Johanne se mit immédiatement sur orbite synchrone. comme Silène voulait rester avec Kris. sans considération de tout dommage collatéral. celui-ci avait toutes les données. avait eu secrètement pour instruction de repérer les installations mises en place par le réseau du Pirate Noir et de les réduire en cendres. à la verticale des installations. Très peu de personnes cependant s’étaient demandé comment la nouvelle était connue. Johanna commandait un vaisseau avec l’ancien équipage du Pirate Noir. Il se demandait ce que foutait Merrick. Sa tactique était limpide : il voulait provoquer l’intervention de la Garde Spatiale et étouffer dans l’œuf toute tentative de sécession en organisant une chasse aux sorcières. et fonça vers Aldémar. pour le chantier du nouvel abattoir. Kris quitta Maerl. et était sur Aldémar . toutes les Rahar Le pirate Noir . à juste raison.

une femme d’honneur. mais je Le pirate Noir Rahar . deux regagnèrent le spatioport. Je me doute qu’on l’a piégé. incapable de bassesse et d’un acte sordide comme un assassinat motivé par une frustration mesquine. il programma son émergence à quelques dizaines de mètre du vaisseau noir de celle-ci. reçut l’ordre de suivre le vaisseau baladeur. le capitaine Boudig pouvait dire que c’était un officier honnête. Je dois vous dire que j’ai beaucoup d’estime pour le capitaine Malika. mais ceux-ci suivaient attentivement les évènements sur leurs écrans. et du peu qu’elle savait d’elle. la popularité du capitaine Malika était de notoriété publique. je ressens comme une vague réticence de l’équipe à mon égard. Elle se doutait bien qu’on la considérait comme une intruse. trois restèrent en orbite. descendit en orbite basse pour repérer son objectif. Celle-ci était une excellente camarade à l’école des cadets. Il n’avait simplement pas conscience de la lourdeur administrative prévisible. Elle n’avait pas de données fiables sur l’affaire. celui commandé par un androïde. elle avait donc obéi aux ordres de prendre la direction du Bureau 5. Ils n’avaient pas détecté les vaisseaux noirs. Ayant reçu les coordonnées de Johanna. Elle convoqua le lieutenant Prat. les armes prêtes à faire feu si nécessaire.preuves pour faire tomber leur adversaire. Les six vaisseaux de la Garde émergèrent de l’hyperespace. jouons cartes sur table. ayant pris l’apparence du Pirate Noir. malgré leur technologie. — Lieutenant. Le capitaine Boudig avait de l’admiration pour le capitaine Malika. et l’un d’eux. Bêta 2.

et de lui soutirer tout ce qu’il avait découvert. mais heureusement pas trop. Je suis sincère. l’amiral ferait jouer tout son pouvoir et ses influentes relations pour accélérer les procédures. Il utilisa toutes ses ressources pour tirer son épingle du jeu. Voici donc tout ce que je sais. avait été impliqué. capitaine. je vous accorde volontiers l’accréditation temporaire pour le consulter . S’appuyant sur un article peu connu de la création du Bureau 5 lui permettant de réquisitionner la Flotte en cas de force majeure. — Je ne sais quoi dire. Celui-ci.147 n’ai aucun élément pour étayer ma conviction. le chef d’Etat-major de la Flotte Spatiale. Ses sabords commencèrent à s’ouvrir et les radiants de gros calibre pointèrent. Aux aguets. Boudig prit l’initiative de mobiliser une dizaine de mercenaires de la Flotte. — Vraiment impressionnant. capitaine… — Je sais pertinemment que le Bureau 5 a un dossier complet sur moi. asseyez-vous au clavier et consultez mon dossier. Le vaisseau de l’androïde de la Garde finit par repérer sa cible. Elle lui communiqua toutes les données concernant le vaste complot des grands pontes de la Fédération . Bêta Rahar Le pirate Noir . Le capitaine Boudig demanda au lieutenant Prat de contacter le major Merrick. alors si vous avez des informations. je vous en conjure. Pour vous convaincre de ma bonne foi. communiquez-les moi. l’amiral Kervizic. Elle se mit immédiatement en rapport avec son parrain. ayant sa confiance. Vous m’avez convaincu. Je vous assure que ce n’est pas seulement par solidarité d’officier de la Flotte que j’aimerais bien l’aider. par la force des choses.

il avait déjà averti ses compagnons de l’agression. Kris et Johanne avaient probablement été parmi les meilleurs pilotes de la Flotte Spatiale. il partit en ressource pour amorcer un virage de contre-attaque . son artilleur n’était sûrement pas parmi les meilleurs. il ne pouvait pas être partout à la fois. Il lui avait suffi de quelques millisecondes de transfert pour former un robot docker . Bêta 2 réussit à abattre son adversaire positronique. car son tir n’avait fait que toucher partiellement le flanc de l’ennemi. Déjà le vaisseau de Johanne avait souffert d’un tir croisé de deux ennemis. revenant aux commandes. Les vaisseaux noirs n’étaient pas en reste et arrivèrent à la rescousse.2 donna l’ordre d’ouvrir le feu . les cinq vaisseaux de la Garde convergèrent vers le lieu de combat. Comme un seul homme. Bénéficiant de l’avancée technologique de sa créatrice. trop dépendant des schémas classiques de combat. Quoique surclassant techniquement les vaisseaux de la Garde. Kris avait imposé l’utilisation des parals. les vaisseaux noirs étaient numériquement inférieurs et avaient fort à faire pour éviter les tirs des radiants. Bêta 2 était en train de dégager un vaisseau paralysé hors de la zone avec son rayon tracteur . mais les écrans de force de l’adversaire étaient autrement plus efficaces que ceux des vaisseaux de la Flotte Spatiale. mais ceux de la Le pirate Noir Rahar . mais conduit par des robots aux réflexes inhumains. il rentra dans la danse. Bêta 2 décida de former un robot et de le promouvoir au rang d’artilleur. Conscient de son handicap. le docteur Silène. et Kris était trop occupé à esquiver pour venir à son secours. Celui-ci avait quand même été ébranlé. ne pouvant en même temps piloter et servir au canon.

Rahar Le pirate Noir . Les membres de la Garde étaient troublés par les révélations. passée le moment de stupéfaction. permettant ainsi à tous de voir et d’entendre le chef du centre de renseignement. un quelconque imbécile avait accordé à la Flotte des technologies de la Garde. mais les mercenaires de la Flotte. étaient indignés. Kris se résolut à dévoiler leur arme secrète. Heureusement. Le chef d’escadrille de la Flotte se connecta alors au Bureau 5 et balança l’image du capitaine Boudig sur la vidéo. et il était loin d’être certain qu’ils auraient le dessus. La situation étant critique. copiées sur des modèles exposés dans quelques obscurs musées d’armes. Ce fut au tour des pilotes de la Garde sidérés. Soudain. Il s’adressa particulièrement aux vaisseaux de la Garde. Le chef d’escadrille déploya ses nefs et ordonna par vidéo le cessez-le-feu. les équipages seraient rapidement privés d’air et raides comme des glaçons dans l’espace. remplacèrent les canons paral. la bataille se déroulait dans l’atmosphère. fonçant déjà sur la scène de combat. de déployer toute leur virtuosité à esquiver ces armes diaboliques qui se jouaient de leur bouclier de force seulement efficace contre les rayons. un sursaut d’orgueil et ç’aurait été le massacre. plusieurs de ses membres étant originaires de mondes mineurs.149 Garde étaient autrement plus entraînés. Ceux-ci n’osaient se rebiffer : dame. D’antiques mitrailleuses à balles traçantes. d’autant moins que l’autre adversaire utilisait des armes inconnues et aux effets ravageurs. sinon avec leurs vaisseaux criblés comme des passoires. tous ressentirent l’ébranlement du continuum : dix vaisseaux de la Flotte Spatiale émergèrent de l’hyperespace.

Finalement.Les vaisseaux noirs profitèrent du flottement providentiel pour filer à l’anglaise et ils plongèrent illico dans l’hyperespace. Le chef d’escadrille de la Flotte était trop occupé à calmer les esprits pour se soucier de leur fuite. du moins pour un certain temps. les deux corps spatiaux s’accordèrent pour mener une enquête commune sur Aldémar pour trouver l’auteur de l’attentat. C’était un autre élément accablant à ajouter au dossier déjà épais. Il leur était relativement facile de remonter jusqu’au second conseiller qui ne se fit pas prier devant la détermination et la rogne des frères de l’espace pour tout déballer. il fallait d’abord répertorier les mondes qui pouvaient fournir les métaux nécessaires et négocier avec eux en espèces. les espèces ne circulaient pas beaucoup : le troc prévalait encore. elles avaient été équipées entre autres. Déjà trois planètes sur la trentaine de la Fédération avaient amorcé leur révolution industrielle. D’abord décontenancé par le tarissement de la plupart des sources d’approvisionnement en pièces. La solution vint naturellement de Kris . le plus dur serait d’acquérir les plans des pièces à fabriquer. les populations avaient lâché d’un cran leur ceinture . mais préférablement en nature par un transfert de technologie . Cet écueil fut balayé par le Pirate Noir qui comptait des partisans parmi les techniciens de la Fédération originaires de mondes mineurs. regagnant leur base océanique. une source d’énergie propre et pratiquement inépuisable. d’extracteurs de l’énergie du vide EEV. Le pirate Noir Rahar . le Pirate Noir provoqua une réunion de toutes ses têtes pensantes pour trouver comment parer à ce fâcheux contretemps. La remontée du niveau de vie était déjà sensible.

devant cette fuite soudaine de leurs cerveaux. Pour certains. le salaire proposé était plus que motivant . Fayot voulait expérimenter la gastronomie des gnomes. pour d’autres. élixirs et potions miraculeux… Des techniciens de la Fédération étaient revenus dans leur monde natal pour enseigner dans des écoles de technologie récemment ouvertes. un autre fournissait les plus beaux tissus et vêtements de laine pour des médicaments. et malgré les avertissements de Kris sur les désagréments Rahar Le pirate Noir . et de Tchang le xénobiologiste. accompagné de Silène. Les établissements de formation étaient financés par des organismes occultes qui se cachaient derrière des sociétés écrans. et le Petit Peuple espérait que l’ami de la Grande Sorcière (au nom intraduisible) apporterait de nouveaux thèmes pour alimenter leur inspiration. avait étalé tout un paquet de plans devant les gnomes ravis. de Ngoma le toubib. Les grosses sociétés de la Fédération ne pouvaient légalement rien faire. La rumeur avait rapidement circulé à travers toutes les forêts d’Ésoter : le Démon des Vents était revenu. Sa Grosseur était très intéressé par la pharmacopée du Petit Peuple et se réjouissait d’avance des découvertes qu’il ne manquerait pas de faire. Les ramifications et les cloisonnements dissuadaient tout curieux de creuser loin pour percer leur identité. le prestige et la respectabilité avaient constitué une revanche sur l’humiliation et la discrimination qui avaient meurtri leur fierté.151 Un monde donnait ses céréales et ses dérivés contre des boîtes de corned-beef. Il n’avait pas été déçu : Kris. La fameuse clef avait déjà subi toutes les variations artistiques possibles.

éventuels causés par la nourriture, se faisait un point d’honneur à faire avancer la science... et trouver des sources d’inspiration culinaire. Les humains purent constater avec émerveillement la maîtrise extraordinaire qu’avait la petite sorcière de la télépathie : tout en prodiguant les traductions et les spécifications des plans à ses congénères, elle pouvait simultanément assister le toubib dans son entretien avec les guérisseurs, traduire les recettes pour le xénobiologiste, et papoter avec la roboticienne qu’elle avaient prise immédiatement en affection. Rapidement, un protocole d’accord d’échanges commerciaux avait été signé entre une société dont la propriétaire réelle était Silène Alma, et le clan de la Grande Sorcière. Tout ce que voulait le Petit Peuple, c’était l’accès à toutes les œuvres artistiques de la Fédération. Il était bien entendu que toute reproduction était sujette à autorisation. Mais en fait, l’imitation n’intéressait nullement le Petit Peuple, il ne voulait que des sources d’inspiration, ou simplement admirer les manifestations artistiques des autres mondes. Mais comme les gnomes ne voulaient pas quitter leur monde, du moins dans les temps présents, la société devait donc embaucher des photholographes qui auraient donc pour mission de visiter les planètes pour capturer des hologrammes des œuvres d’art qui en valaient la peine. Le clan avait naturellement la latitude de sous-traiter, et quant au partage des hologrammes avec les autres clans, c’était son affaire. La société devait également garantir la non immixtion des Grands, que ce soit le peuple de la forêt ou le peuple des plaines, dans les affaires du Petit Peuple. Le pirate Noir Rahar

153 La mission terminée avec succès, l’équipe prit congé en promettant de revenir, juste pour le plaisir. La besace du toubib était pleine de simples et de feuilles diverses bien étiquetés. Le retour au vaisseau n’avait pas été de tout repos : les blagues et les quolibets avaient plu sur Fayot qui continuait sa route dignement. Il arborait de magnifiques pustules jaunâtres, des petits boutons rouges, et un teint verdâtre de malade nauséeux. Encore heureux qu’il n’eût pas goûté au suiki cuit. Le Sénat, de nouveau au complet après une rapide élection, s’était réuni en huis clos ; étaient néanmoins invités le chef d’État-major, le chef de la Garde Spatiale, le chef de la Police Fédérale, et le chef de la Police Économique. La présidence tournante revenait au sénateur Arkont. — Mesdames et messieurs les sénateurs, on peut affirmer que la Fédération est à un tournant de son histoire. Espérons que le Sénat assaini va maintenant œuvrer véritablement au développement harmonieux de notre univers. Il est malheureux qu’il ait fallu les actions provocatrices d’un hors-la-loi pour nous dessiller. Nous devons prendre des décisions pour bien orienter notre politique… Oui, sénateur Broge ? — Le Pirate Noir ne constituerait-il pas un élément perturbateur dans nos actions ? — Laissons monsieur le chef de la Police Économique répondre à cette question. — Le Pirate Noir semble avoir cessé ses actes de piraterie. Nous savons maintenant que le motif de ses raids est le financement de l’industrialisation des mondes mineurs en développement. Je pense qu’il est Rahar Le pirate Noir

originaire d’une de ces planètes. Il est vrai que les grandes industries de la Fédération tiennent sous leur coupe ces mondes pour les exploiter… honteusement. Il semble que le Pirate Noir dispose maintenant d’une source financière secrète. — Donc il semblerait que le Pirate Noir soit un bienfaiteur, sinon de l’humanité, du moins des mondes. pauvres Qu’en pensez-vous, monsieur le chef de la Police Fédérale ? — Quoiqu’il ait fait ou fasse encore, il doit répondre de ses actes de piraterie. Encore heureux qu’il n’y ait pas eu mort d’homme. — Monsieur le chef d’État-major ? — Ca ne va pas être facile de mettre la main sur le Pirate Noir, sénateur. On ne peut attendre de coopération de la part des mondes qu’il aide ; en outre, sans vouloir vexer mon collègue de la Garde Spatiale, sa technologie dépasse de loin celle de la Fédération. — Oui, sénateur Mariam ? — Je pense que nous sommes amenés à envisager un compromis. L’action actuelle du Pirate Noir va dans le sens de notre politique et il a l’estime des mondes qu’il aide. Son arrestation va créer des vagues à la répercussion imprévisible. D’un autre côté, les victimes n’ont vraiment souffert que dans leur amour-propre. Je suggère donc de maintenir officiellement son avis de recherche, mais officieusement de ne pas faire de zèle intempestif. — Très bien, personnellement, je rejoins l’avis du sénateur Mariam. Passons donc au vote de la motion.

Le pirate Noir

Rahar

L’ambiance était des plus chaleureuse. mais tu dois tenir encore un petit moment. et le travail d’espionnage n’arrive pas à combler mon vide. — Mais pourriez-vous le retrouvez ? — J’ai mon idée. ça me donne la migraine. Je crois que Kris est assez proche de lui. je suis venue te dire que ta place t’attend. — Malika. j’ai quelque chose à vous dire. le patient se remettait rapidement. major Merrick. ne vous en faites pas. et vous voulez rejoindre le Pirate Noir ? — Euh… En quelque sorte capitaine. mais suivez votre voie. Rahar Le pirate Noir . — Oui major Merrick ? — J’ai mûrement réfléchi sur la vie que je mène.155 Le capitaine Malika était au chevet de son mari. — Je vous regretterai. Je préfère mon poste bien routinier. — Ce que vous voulez dire major. Je pense que même ceux de son entourage ne le savent pas : ils ne l’appellent que capitaine. quand le capitaine Elly Boudig et le major Verk Merrick entrèrent. je sens comme un manque en moi. c’est que vous voulez démissionner. bien paisible. J’ai un besoin d’exploiter toute ma compétence. je voudrais passer un peu de temps auprès de mon mari. — Connaissez-vous son identité ? — Non capitaine. Depuis toujours. Je ne suis pas faite pour les intrigues. une insatisfaction. C’est la première fois que je prends un peu de congé. — Je te remercie Elly. — Capitaine Malika.

et je sens que je peux accomplir de grandes choses avec le Pirate Noir. une personne va aller rejoindre le Pirate Noir comme vous l’appelez. — Je suis Laurène. Je veux le rejoindre. vous pouvez l’accompagner. D’ailleurs la voici. la vraie. j’ai démissionné du Bureau 5. Silène le rejoignit. Elle garda le silence un moment. que Merrick et Bêta 2 pourrait la poursuivre avec succès ? A moins que Merrick ne soit perturbé par les visites périodiques de Le pirate Noir Rahar . — Tu sembles bien absorbé par les étoiles Kris. assis sur un rocher de la plage. de voir quelque chose de nouveau ? — Mais Kris. — Bêta 2 ? Que fais-tu ici ? Il ne pouvait empêcher son cœur de battre un peu plus vite. bien que le monde s’achemine progressivement vers une confédération. Merrick. Veux-tu me toucher pour vérifier ? Kris contemplait la Galaxie. — Eh bien. se blottit contre lui et passa son bras autour de sa taille. notre tâche n’est pas encore achevée. sur Maerl. à quoi penses-tu ? — Ne ressens-tu pas parfois le désir d’explorer d’autres mondes. la sœur de Silène la roboticienne du Pirate Noir. — Ne penses-tu pas Silène. un vaisseau va justement venir. je ne sais si je peux… — Madame. je suis Laurène. si tu veux que je t’appelle ainsi… — Je ne suis pas Bêta 2. Merrick. nous n’avons pas besoin d’appeler mon fils. — Bah. je voudrais bien joindre Kris. voudriez-vous le contacter ? — Mon cher Merrick.— Madame Sannon.

Certains de ses potentiels variaient alors mollement . Mon équipage ne demanderait pas mieux que de sillonner l’espace. était-ce cela la tristesse ? *** Rahar Le pirate Noir . * Un androïde peut-il éprouver un sentiment ? Bêta 2 avait été promu superviseur. Bêta 2 mettait un point d’honneur à s’éclipser tout le temps de ces séjours. Seule la Mouche a trouvé de quoi s’occuper. — Mmmh… Laisse-moi réfléchir… Et qu’aurais-je comme place dans ton équipage ? — Bah. laissant seuls les deux tourtereaux. Quand il était près de Merrick. En tant que tel. ce qu’il assimilait à du plaisir. La roboticienne avait bâclé sa reprogrammation : des résidus de la personnalité de Laurène subsistaient dans ses circuits. une zone du cerveau positronique de l’androïde voyait ses potentiels monter et descendre erratiquement. D’ailleurs on n’a pas vraiment besoin d’artilleur.157 Laurène. Était-ce cela l’amour ? Lors des visites de la journaliste entre deux reportages. il avait à côtoyer Merrick dont les compétences en avaient fait le coordonnateur général du Pirate Noir. tu feras le ménage et la lessive… — Espèce de sale macho ! Les deux jeunes gens se poursuivirent en riant sur la plage de sable fin.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful