SOLUTIONNAIRE DES EXERCICES D’ECONOMIE

Professeur: Jean­Marie Cheffert

Assistants: 

Julie Hermans Cédric Duprez

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

2

Année académique 2005 – 2006

2

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

3

chapitre 1 ­  Deux analyses économiques complémentaires   Une première théorie de la consommation     : théorie de l’utilité marginale  
Exercice 12 a) Voir syllabus p 19. b) Le point de saturation est le point à partir duquel la consommation d’une unité supplémentaire  entraîne une diminution de l’Utilité totale. Ce point est donc celui où l’Um est nulle, ce qui  correspond ici à la 8ème unité. c) Selon l’approche satisfaction/dissatisfaction psychologique, le consommateur compare - sa satisfaction à consommer la dernière unité de bien (l’Um du bien) - à sa dissatisfaction qu’il éprouve en payant le prix de cette dernière unité de bien (Umm * Px). Les unités de ces deux éléments sont des unités psychologiques. L’équilibre   du   consommateur   est   atteint   lorsque   la   satisfaction   psychologique   qu’il   retire   de   la  consommation de la dernière unité du bien est tout juste égale à la dissatisfaction psychologique que  la consommation de la dernière unité du bien provoque. La condition d’équilibre est donc Umx = Px * Umm Pour connaître l’équilibre du consommateur, il faut donc, pour toutes les quantités, calculer Umx et  Px*Umm. 1.       Umx : Umx = ∆UT UT 1 − UT 0 = ∆Q Q1 − Q0

Par exemple, Umx pour Q=2 vaut :  210 − 120 = 90 2 −1

2.   Px*Umm   : Px*Umm est constant car Px et Umm sont constants ; Px*Umm=10*5 = 50

3

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

4 8 0 50 9 ­10 50 10 ­40 50

Q Umx

0 /

1 120 50

2 90 50

3 70 50

4 60 50

5 50 50

6 15 50

7 5 50

U / mm*P x

Lorsque Q=5, la condition d’équilibre est vérifiée : Umx = Umm* Px (=50) Justification de l’équilibre : Tant que l'Umx > Umm*Px on consomme le bien X car la satisfaction psychologique qu’on retire de  la   consommation de  la  dernière  unité de  bien  est supérieure  à  la  dissatisfaction psychologique  qu’elle provoque. Lorsque Umx < Umm*Px on ne consomme plus le bien X car la dissatisfaction psychologique que  la   consommation   de   la   dernière   unité   de   bien   provoque   est   supérieure   à   la   satisfaction  psychologique qu’on en retire. Le consommateur s’arrête donc lorsque Umx = Umm*px. On trouve la quantité d'équilibre, c'est­ à­dire la demande, qui vaut 5 unités de bien X. Quand Px augmente, la droite représentant la dissatisfaction à consommer monte. La nouvelle  demande sera plus faible. Unités psychologiques

Umx 50

Umm * Px' Umm * Px

?

5

8

Quantité

d) Selon l’approche disposition à payer, le consommateur compare - sa disposition à payer pour une unité supplémentaire du bien (Umx / Umm) - au prix qu’on lui demande de payer pour cette unité ( Px). Les unités de ces deux éléments sont des euros. 4

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

5

L’équilibre du consommateur est atteint lorsqu’on lui demande exactement le prix qu’il aurait été  prêt à payer pour une unité supplémentaire du bien. La condition d’équilibre est donc : Umx = Px Umm Pour   connaître   l’équilibre   du   consommateur,   il   faut   donc,   pour   toutes   les   quantités,   calculer  Umx/Umm et comparer ce montant au Prix (Px=10). Q Umx/ Umm Px 0 / 1 24 2 18 3 14 4 12

5 10 10

6 3

7 1

8 0

9 ­2

10 ­8

10

10

10

10

10

10

10

10

10

10

Lorsque Q=5, la condition d’équilibre est vérifiée : Umx/Umm = Px (=10) Justification de l’équilibre : Tant que Umx/Umm > Px on consomme le bien X car on nous demande de payer 10€ pour une  unité supplémentaire alors qu’on était prêt à payer plus que 10€. On a l’impression de faire une  bonne affaire. Lorsque Umx/Umm < Px on ne consomme pas car on trouve le bien trop cher, on était prêt à mettre  moins de 10€ pour avoir une unité supplémentaire. Le consommateur s’arrête donc lorsque Umx/Umm = px. On trouve la quantité d'équilibre, c'est­à­ dire la demande, qui vaut 5 unités de bien X. Quand Px augmente, la droite représentant le prix du bien se déplace vers le haut.   La nouvelle  demande sera plus faible.

5

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

6

Umx/Umm 10

Px' Px

?

5

8

Quantité

e) Selon l’approche utilité par euro, le consommateur compare : - la satisfaction ressentie par le fait de dépenser 1€ de plus à l'achat du bien (Umx/Px) - à la satisfaction ressentie par le fait de garder 1€ de plus en poche (Umm) Les unités de ces deux éléments sont des unités psychologiques par euro. L’équilibre   du   consommateur   est   atteint   lorsque   l’Um   procurée   par   le   dernier   euro   consacré   à  l’acquisition de la dernière unité de bien est égale à l’Um procurée par le dernier euro gardé en  poche.   La condition d’équilibre est donc : Umx = Umm Px N.B. Cette condition d'équilibre peut être généralisée pour plusieurs biens :  Umy/Py = Umm = Umx/Px  Pour connaître l’équilibre du consommateur, il faut donc, pour toutes les quantités, calculer Umx/Px  et comparer ce montant à l’Utilité marginale de la monnaie (Umm=5)

6

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

7 8 0 5 9 ­1 5 10 ­4 5

Q
Umx/px

0 ­ 5

1 12 5

2 9 5

3 7 5

4 6 5

5 5

6 1.5

7 0.5

Umm

5 5 5 Lorsque Q=5, la condition d’équilibre est vérifiée : Umx/Px = Umm (=5)

Justification de l’équilibre : Tant que l'Um/Px > Umm on consomme le bien X car l’accroissement de la satisfaction qu’on retire  de la consommation d’un euro du bien en plus est supérieure à l’accroissement de satisfaction que  l’on retirerait si on gardait ce même euro en poche. Lorsque l'Um/Px < Umm on ne consomme pas le bien X car l’accroissement de satisfaction qu’on  retirerait   de   la   consommation   d’un   euro   du   bien   en   plus   est   inférieure   à   l’accroissement   de  satisfaction que l’on retire en gardant ce même euro en poche. Le consommateur s’arrête donc lorsque Umx/Px = Umm. On trouve la quantité d'équilibre, c'est­à­ dire la demande, qui vaut 5 unités de bien X. Quand Px augmente, Umx/px diminue et donc la droite représentant l’Um par euro se déplace vers  le bas.  La nouvelle demande sera plus faible.
Utilité par euro

Umm                                                                       

Umx/Px                                                                                        Um/Px’            Q                                                           Q’

Quantité

f) Une diminution de Umm signifie une diminution de l'utilité marginale d’un euro détenu, c'est à  dire une moins grande importance accordée à chaque euro détenu que précédemment (par exemple  suite à une augmentation de salaire).   Approche satisfaction/dissatisfaction psychologique : Si Umm diminue TACEPA, la  dissatisfaction psychologique à consommer (Umm*Px) diminue, ce qui se traduit graphiquement  par un déplacement vers le bas de la droite de dissatisfaction psychologique, entraînant une  augmentation de la demande.
Unités psychologiques

7
Quantités

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

8 Umm * Px Umm’ * Px

Umx Q Q’

Approche disposition à payer : Si Umm diminue TACEPA, la disposition à payer augmente  (Umx/Umm), ce qui se représente graphiquement par un déplacement vers la droite de la droite de  la disposition à payer, entraînant une augmentation de la demande.

euros

Umx/Umm'’ Umx/Umm Px
Quantités

Q

Q’

Approche utilité marginale par euro : Si Umm diminue TACEPA, la satisfaction ressentie par le  fait de garder un euro en poche (Umm) diminue, ce qui se traduit graphiquement par un  déplacement vers le bas de la droite d’utilité marginale de la monnaie, entraînant une augmentation  de la demande.
Utilité par euro

Umm Umm’ Umx/Px Q Exercice 13 8 Q’
Quantité

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

9

        1.   approche satisfaction/dissatisfaction psychologique   :  Tant que la satisfaction psychologique qu’on retire de la consommation d’une bien X en plus est  supérieure à la dissatisfaction psychologique qu’on éprouve en payant le prix de ce bien X, c’est­à­ dire tant que  Umx > Umm*Px, on consomme des biens X supplémentaires. Le consommateur s’arrête donc de consommer des biens X lorsque la  satisfaction  ressentie à la  consommation du dernier bien (Umx) est juste égale à la dissatisfaction à payer le prix de ce bien  supplémentaire (Umm *Px). La condition d’équilibre est donc : Umx = Umm*px La quantité d'équilibre, c'est­à­dire la  demande, est la quantité pour laquelle cette équation est  vérifiée. Qté Umx Umm*Px 1 160 40 2 120 40 3 80 40

4 40 40

5 20 40

6 0 40

7 ­10 40

A l'équilibre: Umx = Umm*Px= 40. Ceci est vrai pour Q = 4.

Unités psychologiques 160 140 120 100 80 60 40 20 0 ­10 1 2 3 4 5 6 7 Qx P x Umm Um

        2.   approche disposition à payer    : Tant que notre disposition à payer (Umx/Umm) pour une bien X supplémentaire est supérieure au  prix qu’on nous demande pour ce bien X, c’est­à­dire tant que Umx/Umm > Px, on consomme des  biens X supplémentaires. 9

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

10

Le consommateur s’arrête donc de consommer des biens X lorsque la disposition à payer vaut le  prix d'une bière (20€). La condition d’équilibre est donc :Umx/Umm = Px La   quantité   d'équilibre,   c'est­à­dire   la   demande   est   la   quantité   pour   laquelle   cette   équation   est  vérifiée. 1 Qté Umx/Umm 80 Px 20 2 60 20 3 40 20

4 20 20

5 10 20

6 0 20

7 ­5 20

A l'équilibre: Umx /Umm = Px = 20. Ceci est vrai pour Q = 4.

€ 80 70 60 50 40 30 20 10 0 ­5 1 2 3 4 5 6 7 Qx E Prix  Umx/Umm

        3.   approche utilité marginale par euro dépensé à l'achat d'un bien   : Tant que la satisfaction d’un euro en plus dépensé à l’achat de bien X est supérieure à la satisfaction  de garder ce même euro en poche, c’est­à­dire quand  Umx/Px > Umm, on consomme du bien X. Le consommateur s’arrête donc de consommer du bien X lorsque la satisfaction d’un euro en plus  dépensé en bien X (Umx/Px) est juste égale à la satisfaction de garder cet euro en poche (Umm). La condition d’équilibre est donc :Umx/Px = Umm

10

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

11

La   quantité   d'équilibre,   c'est­à­dire   la   demande   est   la   quantité   pour   laquelle   cette   équation   est  vérifiée. Qté Umx/Px  Umm 1 8 2 2 6 2 3 4 2 4 2 2 5 1 2 6 0 2 7 ­0,5 2

A l'équilibre: Umx /Px = Umm = 2. Ceci est vrai pour Q = 4.

Utilité par euro

Umx/P
8 7 6 5 4 3 2 1 0 ­0,5 1 2 3 4 5 6 7 Qx E Umm  Umx/P

Exercice 14 1) Alex P P 4 2 6 Q 6 12 Q Max P 2 2 Q 4 2 E 8 demande 20 Q 11 Roch P offre Marché

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

12

2)  Pour déduire la courbe de demande du marché, il convient d’additionner la quantité demandée par  chacun des consommateurs sur le marché aux différents niveaux de prix : si P=0 : quantité demandée = 6 + 12 + 2 = 20 si P = 1 : quantité demandée = 4 + 9 + 1 = 14 si P = 2 : quantité demandée = 2 + 6 + 0 = 8 si P = 3 : quantité demandée = 0 + 3 + 0 = 3 si P = 4 :quantité demandée = 0 3) L’offre a pour équation q = 8. Pour la représenter, il suffit de trouver 2 points : Si P = 0, q = 8 Si P = 2, q = 8 L’équilibre du marché peut être déterminé graphiquement à l’intersection des courbes d’offre et  demande. Ses coordonnées sont (8,2), c’est­à­dire que la quantité totale de pain d’épice échangée  est de 8 à un prix de 2 euros. 4)  Pour déterminer l’équilibre de chacun des consommateurs, il convient de reporter horizontalement  le prix de 2 sur les graphes de gauche. Il apparaît qu’à un prix de 2, Roch ne consomme rien, Max  consomme une quantité de 6 et Alex consomme une quantité de 2. 5) 

a) L’offre de pain d’épice augmente. La courbe d’offre du marché se déplace alors vers la droite. Un nouvel équilibre du marché peut  être déterminé entre la demande et la nouvelle offre. Il se caractérise par un prix plus faible et  une quantité échangée supérieure. Ce nouveau prix du marché peut ensuite être reporté horizontalement sur les graphes de chacun  des consommateurs : il apparaît alors que Roch consomme, et Alex et Max augmentent chacun  leur consommation de pain d’épice. Le surplus de chaque consommateur augmente. b) Un campagne de publicité pour le pain d’épice est lancée. La disposition à payer de chacun des consommateurs augmente (augmentation de UmX), les  droites représentant les dispositions à payer se déplacent vers la droite. Notez qu’elles  n’augmentent pas spécialement de la même manière pour les 3 individus, cela dépend en effet  de la sensibilité de chacun par rapport à la publicité. Il s’en suit une augmentation de la  demande du marché, et donc un déplacement de cette courbe vers la droite. Le nouvel équilibre  du marché laisse apparaître un prix supérieur, la quantité demeurant inchangée. Si on reporte ce nouveau prix horizontalement sur les 3 graphes de gauche, il est alors possible  de déterminer le nouvel équilibre de chacun des consommateurs. Ici, 2 effets en sens contraire  influencent leur quantité demandée : la hausse de la disposition à payer d’une part (la  disposition à payer s’est déplacée et donc, pour chaque prix potentiel, la demande est plus  importante, c’est un raisonnement de déplacement de courbe), et la hausse du prix d’autre part  12

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

13

(pour une disposition à payer donnée, la quantité diminue, c’est un raisonnement le long de la  courbe). L’importance relative de chacun de ces 2 effets déterminera finalement si la quantité  consommée pour chacun des 3 individus augmente ou diminue. Toutefois, on sait que la  quantité totale demandée par les 3 individus reste identique. c) Alex se retire du marché. La demande du marché diminue, elle se déplace vers la gauche. Le nouvel équilibre sur le  marché est caractérisé par un prix plus faible et une quantité d’équilibre identique. Si on reporte ce nouveau prix horizontalement à gauche, il est possible de déterminer le nouvel  équilibre des 2 consommateurs restant : chacun consommera une quantité supérieure puisque le  prix du marché a diminué. Le surplus de chacun des deux consommateurs augmente. d) L’Umm de chacun des consommateurs augmente. La disposition à payer des 3 individus diminue : effets inverses à ceux décrits en b).

13

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

14

chapitre 2 ­  La théorie du consommateur
Exercice 15     : Par convention, TMSY/X signifie que l'on calcule le TMS en considérant que Y est sur l'axe  Note  des ordonnées et que X est sur l'axe des abscisses. a) Pour pouvoir déterminer graphiquement l’équilibre, il faut tracer la droite de budget et la courbe  d’indifférence. • la droite de Budget a pour équation B = Psorties * Qsorties + Pcd * Qcd  Pour la tracer, il suffit de calculer le maximum achetable de CD (si tout le budget était  consacré uniquement à l’achat de CD, combien aurions­nous de CD ?)   et le maximum  achetable   de   sorties   (si   tout   le   budget   était   consacré   uniquement   à   l’achat   de   sorties,  combien aurions­nous de sorties ?) et de tracer une droite entre ces deux points. Maximum achetable de sorties = Budget / Psorties  = 100/5 = 20 Maximum achetable de CD = Budget / PCD  = 100/20 = 5 • Les assortiments (6s,8cd), (7s,5cd), (12s,2cd) et (18s,1cd) procurent le même niveau de  satisfaction totale. Les points A (6,8), B (7,5), C (12,2), D (18,1) se trouvent donc sur une  même courbe d’indifférence.

CD A 5 2 B C D sorties

12

20

14

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

15

L’équilibre est le point C. Le consommateur, en achetant 12 sorties et 2 Cd, maximise son  utilité totale compte tenu du budget ; il est sur la courbe d’indifférence la plus haute qu’il  peut atteindre en respectant son budget.

b) La dominance : si, entre 2 paniers, l’un est pour au moins un bien mieux doté, alors il est préféré à  l’autre. Plus d’un bien rend donc plus satisfait, l’Um des biens est positive. La continuité : chaque courbe d’indifférence est continue, on peut la tracer sans lever la main. La convexité : La valeur absolue de la pente des courbes d’indifférence est décroissante quand X  augmente. c) Le TMSCD/sorties est le rapport entre la variation de la quantité de CD et la variation de la  quantité de sorties qui laissent le consommateur indifférent ; c’est le ratio ∆CD/∆sorties calculé  le long de la courbe d’indifférence, c’est donc la pente de la courbe d’indifférence. TMS A­>B = (5­8)/(7­6) = ­3/1 = ­3 TMS B­> C = (2­5)/(12­7) = ­3/5  TMS C­> D = (1­2)/(18­12) = ­1/6 Le TMS prend en compte une variation de quantité de chacun des deux biens simultanément  pour maintenir au même niveau la satisfaction totale.  Il sera toujours négatif puisque si l'on  augmente la consommation d'un bien, l'utilité totale s'accroît (dominance).  Pour la ramener au  niveau initial, il faudra réduire la consommation de l'autre bien.  La consommation des deux  biens varie donc en sens contraire. d) Le TMS en valeur absolue est décroissant de gauche à droite.  Si le  |TMS|  =   | –3|  : le consommateur accepte de renoncer à 3 CD pour pouvoir consommer  une sortie en plus, tout en restant sur un même niveau de satisfaction totale. Le  TMS en valeur  absolue mesure donc le renoncement en CD qui, pour une augmentation de la consommation de  sorties d’une unité, laisse le consommateur indifférent. Que signifie graphiquement l’hypothèse de convexité ? Elle signifie que le TMS en valeur absolue est décroissant de gauche à droite. Comment cette hypothèse peut­elle être interprétée ? Au fur et à mesure qu’il reçoit une unité de X, le consommateur est de plus en plus réticent à  renoncer à Y pour obtenir cette unité supplémentaire. Notez que derrière l’hypothèse de  convexité, se cache l’hypothèse d’Um décroissante (voir cours). e) A l'équilibre : |Pente| de la DB = Px/Py = 5/20 = 1/4 = |pente| de la CI. =>  A l’équilibre : pente de la DB = ­1/4 = pente de la CI  15

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

16

Selon la théorie de l’utilité marginale : Umx/Px = Umy/Py = Umm à l'équilibre; Selon la théorie des courbes d’indifférence :  A l’équilibre : pente de la CI  = pente de la droite de budget (pt de tangence)  |pente| de la CI = |pente| de la droite de budget  px/py = |TMSy/x| = Umx/Umy  Umx/px = Umy/pY Ces deux théories aboutissent donc à la même conclusion. De ce fait nous savons qu'à l'équilibre  uniquement, le dernier euro dépensé en CD génère un  accroissement d'utilité équivalent au dernier euro dépensé en sorties ou qu'un euro non dépensé  (Umm).   f)  Un accroissement du budget (de 100% ici), TACEPA, implique un déplacement vers le haut et  parallèle de la DB. Le déplacement est parallèle puisque la |pente| = Px/Py reste la même, les  prix restant constants. Coordonnées du nouvel équilibre ? ∆Q Q εr = =2 ∆R R si ∆R/R = +100% : ∆Q/QCD = +200%  pour vérifier (∆Q/Q) / (∆R/R) = 2 ==> QCD2 =  QCD1 + 200% de QDC1 = 2 + 4 = 6 ==> Nombre de sorties qu'il sera alors possible d'acheter après cette augmentation de revenu : R2 = Psorties * Qsorties2 + PCD * QCD2 200 = (5 * Qs2) + (20 * 6) ==> Qsorties2 = 16 La Courbe de consommation revenu (CCR) est le lieu géométrique des points d’équilibre du  consommateur pour des variations du budget, le prix des biens restant constant. La CCR est donc la  droite qui relie le premier et le deuxième équilibre. La courbe d'Engel d’un bien indique, pour chaque niveau de revenu, la quantité consommée du  bien. CD CD
Courbe d’Engel des CD 10

CCR E2 16 sorties

6

6 5

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

17

2

2

E1

100

200

Budget Budget

12   16

20

40

Courbe d’Engel des sorties 200

100

12   16

sorties

Pour la courbe d’Engel des sorties, on reporte le nombre de sorties aux 2 points d’équilibre  (Qsorties1=12 et Qsorties2 = 16) et les revenus respectifs (R1 = 100€ et R2 = 200€).

Pour la courbe d’Engel des CD, on reporte le nombre de CD aux 2 points d’équilibre (QCD1=2 et  QCD2 = 6) et les revenus respectifs (R1 = 100€ et R2 = 200€). g) Si Px = P sorties diminue, la DB se déplace non parallèlement vers la droite (nouveau  maximum achetable de sorties = B/Psorties2 =  100/4 = 25), en conservant le même maximum  achetable en CD (5 ici).  Coordonnées du nouvel équilibre E3? ∆Q Q εpsorties = = −0,5 ∆Psorties Psorties L’élasticité ­ prix des sorties vaut –0,5, cela signifie que si le prix des sorties diminue de 20%,  les quantités de sorties doivent augmenter de 10%.   On trouve donc : Qsorties3 = Qsorties1 + (10% de Qsorties1) = 12 + 1.2 = 13.2 sorties Quelle sera la nouvelle quantité demandée de CD ? A l’équilibre, le budget est épuisé, on a donc : R2 = Psorties3 * Qsorties3 + PCD * QCD3
<=> 100 = 4 * 13.2 + 20 QCD3  ==> QCD3 = 2.36

L'équilibre E3 correspond au point (13.2 ;2.36). 17

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

18

La courbe de consommation prix (CCP) est le lieu géométrique des points d’équilibre du  consommateur pour des variations du prix d’un des deux biens, le budget et le prix de l’autre  bien restant constants. La CCP est donc la droite qui relie l’équilibre E1 et l’équilibre E3. La courbe de demande nous donne la quantité demandée d’un bien en fonction du prix de ce  même bien. On ne peut donc tracer que la courbe de demande des sorties puisque seul le prix  des sorties varie. La demande de sorties découle ainsi des deux équilibres trouvés : on reporte  les quantités de sorties aux 2 équilibres et les prix respectifs.

18

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

19

               CD

                   5

                   2.36                          E3                   2                                        E1

                                                                             12  13.2            p sorties  20       25

sorties

                     5

                     4                                   courbe de demande des sorties                                                                                                sorties 

Exercice 24 1) A l’équilibre : quantité offerte = quantité demandée Ox = Dx 5 Px = 50­5Px Px = 5 Dx = Ox = 25 2) Représentation graphique des fonctions d’offre et de demande et de l’équilibre de marché:  • demande : Qdx = 50 – 5 * Px il s’agit d’une équation du premier degré  une droite calculons deux points : si Px = 10, Qdx = 0 19

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

20

si Px = 0, Qdx = 50 • offre : Ox = 5 * Px il s’agit d’une équation du premier degré  une droite calculons deux points : si Px = 0, Qox = 0 si Px = 10, Qox = 50 l’équilibre se trouve au point d’intersection des deux droites (E1)  P*1 = 5 et Q*1 = 25

Px
10 P*1 = 5 Sd So Q*1 = 25 E1 Qdx1 50 Qox1

Qx

3) Soit P<P*1    dans ce cas, à ce prix P, le marché est en situation de demande excédentaire  (pénurie).   Certains   demandeurs   insatisfaits   vont   proposer   une   augmentation   de   prix   pour  s’accaparer   l’offre   (surenchère).     En   conséquence,   la   demande   diminue   et   l’offre   augmente  (raisonnement le long des courbes d’Ox et de Dx)    la demande excédentaire diminue.   Ce  mécanisme continue jusqu’au moment où il n’y a plus de demande excédentaire c’est­à­dire  jusqu’au moment où on a atteint l’équilibre E1. Soit P>P*1  dans ce cas, à ce prix P, le marché est en situation d’offre excédentaire (surplus).  Certains offreurs insatisfaits vont proposer une diminution de prix pour s’accaparer la demande  (rabais).   En conséquence, la demande augmente et l’offre diminue (raisonnement le long des  courbes   d’Ox   et   de   Dx)    l’offre   excédentaire   diminue.     Ce   mécanisme   continue  jusqu’au  moment   où   il   n’y   a   plus   d’offre   excédentaire   c’est­à­dire   jusqu’au   moment   où   on   atteint  l’équilibre E1. 4) Représentation des surplus et calculs: • Surplus des consommateurs   = somme des différences entre le prix que les consommateurs auraient accepté de payer  pour chacune des unités successives achetées et le prix qu’ils payent réellement = (Base * Hauteur) / 2 = ( 25 * (10 – 5)) / 2 = 62.5 =   il s’agit du triangle rectangle situé au dessus de la droite de prix et à gauche de la  demande. Surplus des offreurs = somme des différences entre le prix auquel les offreurs étaient prêts à vendre pour  chacune des unités successives vendues et le prix auquel ils vendent réellement 20

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

21

= (Base * Hauteur) / 2 = (25 * 5) / 2 = 62.5 = il s’agit du triangle rectangle situé en dessous de la droite de prix P et au­dessus de la  courbe d’offre. • Surplus de la collectivité  = 62,5 + 62,5 = 125 =  il s’agit de la somme des surplus des demandeurs et des offreurs 

5) Si le prix est fixé à 4€ on a: Qox1 = 5 * 4 = 20 Qdx1 = 50 – 5 * 4 = 30  on a une demande excédentaire = 30 ­ 20 = 10 unités de X.  Il ne sera pas possible d’aboutir à  un équilibre de marché puisque les demandeurs insatisfaits ne pourront recourir à la surenchère  pour s’approvisionner vu que le prix est bloqué à 4€.   Le déséquilibre persiste et la quantité  réellement échangée est la plus faible des deux, à savoir ici 20 unités du bien X .

Px
10 p=4 Qo Qox1

Dexcéd Qd

Qdx1

Qx

6) Soit prix fixé à 4€ et augmentation des taxes payées par les ménages: les ménages disposeront de  moins de revenus nets, ce qui réduira leur demande de consommation.   Ceci se traduit par un  déplacement vers la gauche de la demande (Qdx2).

Px
10 p=4 Qdx1 Qox1

Qdx2 Qo Qd2 Qd1 50

Qx

La   réduction   de   la   demande   permet  de   réduire   la   demande   excédentaire.     Le   surplus   collectif  diminue. 7) Suite à une réforme fiscale, les revenus des consommateurs augmentent. L’effet sur le marché du    bien X dépend de l’élasticité revenu de X     : Si l’élasticité revenu de X est positive, une augmentation du revenu entraîne une augmentation de la  demande et donc un déplacement de la courbe vers la droite :

21

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

22

p p1

E2

O

D2 D1 Q Au prix P1, apparaît une demande excédentaire suite au déplacement de la demande. Le mécanisme  de l’équilibre automatique s’enclenche alors : surenchères de la part des demandeurs, diminution de  la demande et augmentation de l’offre jusqu’à l’équilibre E2. Si l’élasticité revenu de X est nulle, l’augmentation des revenus n’a aucun effet sur le marché du  bien X. Si l’élasticité revenu de X est négative  (bien inférieur), l’augmentation des revenus entraîne une  diminution de la demande de X et donc un déplacement de la courbe de demande vers la gauche. Par ailleurs, au plus la valeur absolue de l’élasticité revenu est élevée, au plus le déplacement de la  demande est important. A   quelle   condition   la   quantité   échangée   de   X   est­elle   inchangée   suite   à   l’augmentation   des  revenus ? Si l’offre est verticale, c’est­à­dire si l’élasticité de l’offre au prix est nulle, alors un déplacement de  la demande n’entraîne qu’un effet prix, la quantité échangée reste la même : p p2 p1 q1=q2 D1 D2 Q O

Dans ce cas, suite à un déplacement de la demande, une demande excédentaire apparaît au prix P1.  Le mécanisme de l’équilibre automatique s’enclenche : surenchères des demandeurs insatisfaits et  diminution   de   la   demande   (pas   de   réaction   au   niveau   de   l’offre   puisqu’elle   est   insensible   aux  variations de prix) jusqu’au nouvel équilibre. 8) Si le prix de Y, complémentaire de X, augmente, la demande de X diminue puisque l’élasticité­prix  croisée entre les 2 biens est négative. Elle se déplace donc vers la gauche (D2). Il s’en suit une  diminution du surplus collectif (limité en bas par la courbe d’offre, et en haut par la courbe de  demande). 22

SOLUTIONS DES EXERCICES DE MICRO­ÉCONOMIE

23

Si le prix de Z, substitut de X, augmente, la demande de X augmente puisque l’élasticité­prix  croisée entre les 2 biens est positive. Elle se déplace donc vers la droite (D3). Il s’en suit une  augmentation du surplus collectif.

p

O

D3 D2 D1 Q 9) Les cotisations sociales payées par les entreprises sont un élément de leurs coûts de production. Si  elles diminuent, les firmes augmentent leur offre : la courbe d’offre se déplace donc vers la droite.
Px
Qox1 P*1 P*2 Oexcéd Q0x2  Qdx1 Q*1 Q*2

Qx

  Au niveau de prix initial (P*1), le marché sera alors en situation d’offre excédentaire.   Certains  offreurs insatisfaits vont proposer une diminution de prix.   Cela aura une double conséquence :  d’une   part,   l’offre   diminue   et   d’autre   part,   la   demande   augmente   (raisonnement   le   long   des  courbes).  L’offre excédentaire diminue et ce processus se poursuit jusqu’au moment où il n’y a plus  d’offre excédentaire c’est­à­dire jusqu’au moment où on a atteint le nouvel équilibre E2.   Influence de l’élasticité­prix de la demande      ? Si l’élasticité prix de la demande est faible, la pente de la courbe de demande est élevée (proche de  la verticale) : le déplacement de l’offre entraînera un effet important sur le prix d’équilibre et un  effet faible sur la quantité d’équilibre . Si l’élasticité prix de la demande est élevée, la pente de la courbe de demande est faible (proche de  l’horizontale) : le déplacement de l’offre entraînera un effet important sur la quantité d’équilibre et  un effet faible sur le prix d’équilibre. 10) Si les deux mesures sont prises simultanément, il y a à la fois une augmentation de l’offre et une  diminution de la demande. L’effet sur le prix est certain : il va diminuer. Par contre l’effet sur les  quantités est indéterminé : il dépend du déplacement relatif des deux courbes (l’importance d’un  déplacement par rapport à l’autre). 23