P. 1
Enquête de survéillance comportementale relative aux IST/SIDA à Madagascar - Rapport d'analyse des données de l'enquête auprès des travailleuses de sexe (CNLS - 2005)

Enquête de survéillance comportementale relative aux IST/SIDA à Madagascar - Rapport d'analyse des données de l'enquête auprès des travailleuses de sexe (CNLS - 2005)

|Views: 124|Likes:
Published by HayZara Madagascar
Ce rapport présente les résultats de l’Enquête de Surveillance Comportementale (ESC 2004) effectuée auprès des travailleuses de sexes exerçant au niveau des 6 chefs-lieux de province de Madagascar. L’enquête a été réalisée au mois d’août 2004 par Focus Development Association. L'ESC 2004 a été réalisée avec l’appui financier du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), de la Banque Mondiale à travers le Projet Multisectoriel pour la Prévention du Sida (PMPS) et de l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID). L’ESC 2004 a également bénéficié de l’assistance technique du projet IMPACT de Family Health International (FHI/IMPACT), dont l'objectif est de fournir les principaux indicateurs qui rendent compte des comportements sexuels des TDS y compris l’utilisation des préservatifs, du niveau de connaissance des IST/SIDA, de la proximité vis-à-vis du sida et de l’attitude présumée vis-à-vis des personnes infectées par le vih/sida, de la soumission volontaire au test de dépistage du vih/sida et enfin de l’exposition des TDS aux différentes interventions et sources d’informations sur le sida.
******************************
PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE
___________________________
COMITE NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA
___________________________
SECRETARIAT EXECUTIF

La réussite de cette opération n’a pu se faire que grâce aux efforts déployés par divers protagonistes contribuant vers les mêmes objectifs visant à prévenir et/ou à enrayer la progression de l’épidémie. Je tiens à remercier plus particulièrement :
• le Comité de Pilotage composé par le Groupe Restreint en Suivi Evaluation (GRSE) du Groupe Thématique Elargi pour la coordination, l’orientation et la validation des divers questionnaires et concepts utilisés lors de l’ESC 2004 ;
• l’UNICEF, la BANQUE MONDIALE, l’UNFPA et l’USAID pour leur appui financier ;
• le Ministère de la Santé et du Planning Familial et le FHI pour l’appui technique à l’ensemble de l’opération ;
• FOCUS DEVELOPMENT ASSOCIATION qui s’est acquitté avec beaucoup de sérieux et d’abnégation de ses tâches lors de la collecte des données, malgré les conditions de travail souvent très pénibles ;
• les cadres de la DDSS/INSTAT pour leur dévouement ayant conduit à la publication des résultats de cette enquête ;
• les contrôleurs, les agents de mapping, les enquêteurs et l’ensemble du personnel du traitement des données au bureau pour les efforts qu’ils ont déployés afin de faire aboutir cette enquête.
Ce rapport présente les résultats de l’Enquête de Surveillance Comportementale (ESC 2004) effectuée auprès des travailleuses de sexes exerçant au niveau des 6 chefs-lieux de province de Madagascar. L’enquête a été réalisée au mois d’août 2004 par Focus Development Association. L'ESC 2004 a été réalisée avec l’appui financier du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), de la Banque Mondiale à travers le Projet Multisectoriel pour la Prévention du Sida (PMPS) et de l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID). L’ESC 2004 a également bénéficié de l’assistance technique du projet IMPACT de Family Health International (FHI/IMPACT), dont l'objectif est de fournir les principaux indicateurs qui rendent compte des comportements sexuels des TDS y compris l’utilisation des préservatifs, du niveau de connaissance des IST/SIDA, de la proximité vis-à-vis du sida et de l’attitude présumée vis-à-vis des personnes infectées par le vih/sida, de la soumission volontaire au test de dépistage du vih/sida et enfin de l’exposition des TDS aux différentes interventions et sources d’informations sur le sida.
******************************
PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE
___________________________
COMITE NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA
___________________________
SECRETARIAT EXECUTIF

La réussite de cette opération n’a pu se faire que grâce aux efforts déployés par divers protagonistes contribuant vers les mêmes objectifs visant à prévenir et/ou à enrayer la progression de l’épidémie. Je tiens à remercier plus particulièrement :
• le Comité de Pilotage composé par le Groupe Restreint en Suivi Evaluation (GRSE) du Groupe Thématique Elargi pour la coordination, l’orientation et la validation des divers questionnaires et concepts utilisés lors de l’ESC 2004 ;
• l’UNICEF, la BANQUE MONDIALE, l’UNFPA et l’USAID pour leur appui financier ;
• le Ministère de la Santé et du Planning Familial et le FHI pour l’appui technique à l’ensemble de l’opération ;
• FOCUS DEVELOPMENT ASSOCIATION qui s’est acquitté avec beaucoup de sérieux et d’abnégation de ses tâches lors de la collecte des données, malgré les conditions de travail souvent très pénibles ;
• les cadres de la DDSS/INSTAT pour leur dévouement ayant conduit à la publication des résultats de cette enquête ;
• les contrôleurs, les agents de mapping, les enquêteurs et l’ensemble du personnel du traitement des données au bureau pour les efforts qu’ils ont déployés afin de faire aboutir cette enquête.

More info:

Published by: HayZara Madagascar on Mar 07, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/04/2012

pdf

text

original

L’Enquête de Surveillance Comportementale (ESC 2004) – Travailleuses de sexe – a été exécutée
par Focus Development Association, avec l’appui technique de Family Health International
(FHI/IMPACT). Le traitement et l’analyse des données collectées ont été confiés à l’Institut
National de la Statistique à travers la Direction de la Démographie et des Statistiques Sociales. Il
s’agit de la première enquête par sondage du genre qui a été effectuée dans les six chefs lieux de
province de Madagascar.

Cette étude s’inscrit dans le cadre du dispositif mis en place à Madagascar pour la surveillance des
comportements à risque vis-à-vis de l’infection à VIH. Les objectifs étaient de fournir les
principaux indicateurs qui rendent comptent des comportements sexuels des TDS y compris
l’utilisation des préservatifs, du niveau de connaissance des IST/SIDA, de la proximité vis-à-vis
du SIDA et de l’attitude présumée vis-à-vis des personnes infectées par le VIH/SIDA, de la
soumission volontaire au test de dépistage du VIH et enfin de l’exposition des TDS aux différentes
interventions et sources d’informations sur le SIDA.

Plus de la moitié des TDS enquêtées (55%) ont été rencontrées dans les voies et places publiques,
près du quart (24%) ont été trouvées dans les boîtes de nuit et 13% dans des
cabarets/bars/restaurants et le reste exerçant dans d’autres endroits. Les TDS âgées de 20-24 ans
représentent la part la plus importante des enquêtées (35%). La majorité des TDS enquêtées ne
sont pas en union (79%), de niveau secondaire 1 (43%) et enfin de confession chrétienne (79%).

Au cours des quatre dernières semaines précédant l’enquête, plus de la moitié (53%) des TDS ont
consommé de l’alcool. Le taux de consommation de drogue à un moment quelconque de la vie
s’élève à 18%. Ce sont les TDS de Mahajanga et de Fianarantsoa (respectivement de 60% et 59%)
qui consomment le plus de l’alcool et celles d’Antsiranana sont les plus grandes consommatrices
de drogue (36%) par rapport aux autres sites.

L’âge médian aux premiers rapports sexuels payants se situe à 21,8 ans chez les TDS. Sur
l’ensemble des sites, 4% ont déclaré avoir eu leurs premiers rapports sexuels payants avant l’âge
de 15 ans. La pratique des rapports sexuels payants précoces est plus répandue chez les TDS
d’Antsiranana (14%), chez celles des plus jeunes générations c’est-à-dire âgées de 15-19 ans
(13%), chez celles qui ne sont jamais allées à l’école (7%) et chez celles qui sont de religion
musulmane (13%).

La quasi-totalité des TDS connaissent le condom (98%) et l’endroit où l’obtenir (96%). Le point
de vente de condom le plus connu des TDS est l’épicerie (80%). De même, huit TDS sur dix
déclarent connaître des points de vente de condom qui se trouvent à proximité de leur domicile ou
lieu de travail.

La proportion de TDS qui ont déjà utilisé le condom à un moment quelconque de la vie s’élève à
95% et lors du dernier rapport sexuel avec un partenaire de type commercial, cette proportion est
de 76%.

Enquête de Surveillance Comportementale à Madagascar – Travailleuses de sexe – 2004

9

La connaissance des signes d’IST n’est pas encore universelle chez les TDS : le quart de celles-ci
ont déclaré ne connaître aucun signe d’IST chez l’homme et près du tiers (31%) ne connaissent
aucun signe d’IST chez la femme. Par contre, 56% des TDS arrivent à identifier au moins deux
signes d’IST chez la femme et 42% reconnaissent les signes d’IST masculins.

Au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête, 18% des TDS ont eu au moins un signe d’IST,
16% d’entre elles ont déclaré avoir eu des écoulements vaginaux et 6% des boutons ou plaies sur
le sexe. Au moment de l’épisode déclaré d’IST, près des trois quarts des TDS (73%) se sont
rendues dans un hôpital ou une clinique pour demander conseils ou se faire soigner, 14% ont
notifié leurs partenaires sexuels et 62% ont déclaré avoir fait quelque chose telle que cesser d’avoir
des rapports sexuels, prendre des médicaments pour éviter de contaminer les partenaires.

La grande majorité des TDS (90%) ont entendu parler du SIDA. Dans l’ensemble des sites
d’enquêtes, 2% seulement des TDS ont pu citer de façon spontanée les trois principaux moyens de
prévention du SIDA : l’abstinence, la fidélité et l’utilisation des condoms. Parmi ces trois moyens,
« l’utilisation des condoms » est le moyen de prévention le plus mentionné : elle a été citée par
86% des TDS. Quant aux modes de transmission du VIH/SIDA, 60% des TDS soutiennent qu’une
personne apparemment saine peut transmettre le VIH/SIDA, près de la moitié d’entre elles (48%)
arrivent à rejeter au moins deux des méthodes erronées de transmission du VIH/SIDA et enfin
32% arrivent à rejeter au moins trois de ces méthodes erronées.

Si la connaissance du SIDA est presque universelle chez les TDS (90%), la connaissance de
quelqu’un, proche parent ou ami, infecté par le SIDA ou mort des suites est au contraire très faible
(1%). Quant à l’attitude présumée vis-à-vis des personnes vivant avec le SIDA, 8% des TDS sont
disposées à manifester une attitude positive envers elles.

Dans l’ensemble, 38% des TDS ont déclaré avoir déjà effectué un test de dépistage du VIH/SIDA,
36% l’ont fait de façon volontaire et 35% sont allées chercher le résultat du test.

De façon générale, 69% des TDS ont déclaré avoir vu ou entendu quelque chose sur le VIH/SIDA
au cours des 6 derniers mois précédant l’enquête. La « radio » (50%), la « télévision » (39%),
« l’agent de santé » (29%) et les « amis /parents » (17%) constituent, par ordre d’importance, les
sources d’informations privilégiées sur le SIDA pour les TDS.

Enquête de Surveillance Comportementale à Madagascar – Travailleuses de sexe – 2004

10

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->