Le contrat de capitalisation

Le contrat de capitalisation correspond une enveloppe fiscale propre à la France très proche d'un contrat d'assurance-vie, avec quelques particularités fiscales. C'est une sorte de compte d'épargne alimenté à votre guise, avec une palette de supports financiers variable, du sécurisé au risqué, comme des SICAV (Société d'Investissement à Capital Variable), des FCP (Fonds Communs de Placement), des SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier), ou encore OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier). Le contrat de capitalisation est une opération d’épargne à long terme. Il repose sur la technique de la capitalisation : les produits ne sont pas mis en paiement chaque année, mais capitalisés automatiquement réinvestis) jusqu’à l’échéance du contrat. Comme pour les contrats d'assurance-vie, les contrats de capitalisation peuvent être : - libellés en euros ou en unités de compte ; - à prime unique, à versements libres ou périodiques ; - investis principalement en actions (DSK, NSK) ; - à sortie en capital ou à sortie en rente. Le contrat de capitalisation peut être souscrit : - par des mineurs, même de moins de 12 ans (représentés par leurs représentants légaux) ; - en co-souscription ; - en démembrement ; - par des personnes morales. En cours de contrat, vous avez la possibilité de demander une avance, un rachat partiel ou total, des arbitrages. Fiscalité des contrats de capitalisation multi-supports en cours de vie L'avantage des contrats multi-supports est l'absence de fiscalité en cours de vie (hormis les prélèvements sociaux sur le fonds en euros). Les arbitrages des unités de compte ne subissent aucune fiscalité ni prélèvements sociaux. Contrairement au compte titres, les contrats multi-supports vous permettent de fructifier votre épargne, sans subir la fiscalité des plus-values liée à vos opérations. L’épargne investie sur les contrats multi-supports demeure disponible à tout moment. Vous pouvez effectuer des rachats partiels ou programmés (trimestriels, mensuels). Le contrat de capitalisation est un placement souple, vous

pouvez récupérer à tout moment une partie des fonds placés ou même sa totalité. Néanmoins en cas de rachat (retrait) sur le contrat de capitalisation, la fiscalité s'applique. Fiscalité des contrats de capitalisation en cas de rachats partiels, total ou au terme Le choix fiscal entre la forme nominative et la forme anonyme doit être exprimé au moment de la souscription, pour les contrats de capitalisation souscrits depuis le 1er janvier 1998. La date de souscription s’entend de la date du premier versement par le souscripteur. - La forme nominative : le souscripteur et le bénéficiaire éventuel ont autorisé, dès la souscription, l’assureur à communiquer leur identité et leur domicile fiscal à l’administration fiscale. - La forme anonyme : inversement, si le souscripteur ou le bénéficiaire refuse, le contrat de capitalisation est considéré comme anonyme.

Fiscalité des produits des contrats de capitalisation pour la forme nominative Sauf exonérations, les profits réalisés dans le cadre d’un contrat de capitalisation sont imposables à l’IRPP (Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques), dans la catégorie des revenus mobiliers. Mais le porteur peut opter, au plus tard lors de l’encaissement des revenus, pour le PFL Prélèvement Forfaitaire Libératoire au taux de droit commun de l’assurance vie (article 125 O A I et II 1° bis du CGI). La fiscalité des produits du contrat de capitalisation varie en fonction du temps. Le capital n’est jamais imposé, seuls les intérêts subissent un prélèvement. La fiscalité qui s’applique aux intérêts compris dans le rachat : - Rachats entre 0 et 4 ans : o PFL au taux de 35% o ou IRPP (en fonction de la TMI, 0 ; 5,5 ; 14 ; 30 ou 41 %), c'est-à-dire intégration dans le revenu imposable. - Rachats entre 4 et 8 ans : o PFL au taux de 15% o ou IRPP (en fonction de la TMI Tranche Maginal d'Imposition, 0 ; 5,5 ; 14 ; 30 ou 41 %) - Paiements effectués après 8 ans : o PFL au taux de 7,5% (seulement si la somme des intérêts dépasse 4 600 € pour un célibataire ou 9 200 € pour un couple, sauf régime DSK ou Sarkozy) o ou IRPP (en fonction de la TMI, 0 ; 5,5 ; 14 ; 30 ou 41 %) À cette imposition s’ajoutent les prélèvements sociaux de 12,3%. À la différence des contrats en euros, les contrats de capitalisation multi-supports ne supportent annuellement, en l'absence de rachat, des prélèvements sociaux que sur le seul fonds en euros. Aucune taxation aux prélèvements sociaux n'est due sur les supports en unité de compte. Le produit du contrat multi-supports varie en fonction des

unités de compte choisies et il ne peut être considéré comme un produit acquis. À ce titre, il ne subit pas les prélèvements sociaux en l’absence de rachat. Fiscalité des produits des contrats de capitalisation pour la forme anonyme Lors du dénouement du contrat, les produits sont soumis à un prélèvement forfaitaire libératoire de 60 %, quelle que soit la durée du contrat (articles 125-0 A II, 1er bis et 125 A-III bis 9° du CGI). Ce prélèvement s’applique d’office ; aucune option pour l’imposition au barème progressif de l’IR ne peut être exercée. De plus, un prélèvement spécial de 2 % est opéré lors du remboursement du contrat (à l’échéance ou à titre anticipé). Il est dû autant de fois que la date du 1er janvier est comprise entre la date de souscription du contrat et celle de son remboursement. L’assiette est la valeur nominale du contrat (article 990 A du CGI). Sort du contrat de capitalisation en cas de décès du souscripteur Le décès du souscripteur ne met pas fin au contrat de capitalisation. Le contrat n‘est pas dénoué : il tombe dans la succession. Ses héritiers ou légataires lui sont automatiquement substitués : - ils peuvent demander le rachat du contrat ; - ou le maintenir jusqu’à son échéance. Le contrat de capitalisation fait donc normalement partie de la succession du souscripteur (juridiquement et fiscalement), contrairement à l'assurance vie. Les ayants-droit doivent ainsi acquitter les droits de succession dans les conditions de droit commun. L’assiette des droits de succession est la valeur de rachat du contrat à la date du décès. Vous avez donc une conservation du contrat avec l’antériorité fiscale en cas de décès du souscripteur. Possibilités de transmettre un contrat de capitalisation Vous avez la possibilité de transmettre à titre gratuit un contrat de capitalisation à toute personne de son choix : - par donation ; - ou par testament. Le bénéfice du régime fiscal du nominatif sera conservé, à condition toutefois que la donation ou le testament ait été déclaré à l’administration fiscale. À défaut, le régime fiscal de l’anonymat s’appliquera. Vous pouvez céder le contrat de capitalisation à un tiers (application du régime fiscal des contrats anonymes, pour les contrats souscrits depuis le 1er janvier 1998). Les intérêts exclus de l'impôt de solidarité sur la fortune ISF ! Un contrat de capitalisation doit être déclaré à l'impôt de solidarité sur la fortune à sa valeur nominale (Instruction 7 R-11-83 du 31 août 1983, n° 360). C'est-à-dire le capital versé net de frais. Ce qui correspond aux primes versées,

sans tenir compte des plus-values. Et non à la valeur de rachat du contrat, correspondant au capital et ses intérêts. Un avantage non négligeable sur la durée, d'autant que ce placement n'est pas plafonné en montant. Afin de ne pas taxer le redevable sur une assiette supérieure à la valeur réelle, si un contrat de capitalisation multisupports se trouvait en moins-value, l’assiette de l’ISF retenue peut être la valeur de rachat du contrat et non la valeur nominale. C'est l’un des intérêts essentiels des contrats de capitalisation : l’assiette de l’impôt est le nominal du contrat, et non la valeur de rachat actualisée chaque année, comme en assurance vie ! La gestion sous mandat des contrats de capitalisation La gestion sous mandat ou gestion pilotée permet de déléguer ses arbitrages en confiant son capital à une société de gestion renommée. Des spécialistes de la gestion d’actifs, prennent les décisions adéquates concernant vos investissements du souscripteur, selon votre profil de risque choisi au préalable, du plus prudent au plus dynamique. La gestion sous mandat a de nombreux avantages : - limitation des risques : Les novices en placements boursiers auront tout intérêt à utiliser la gestion sous mandat, surtout s’ils investissent d'importantes sommes d’argent. Cela permet de limiter considérablement les risques, car votre contrat est géré par des spécialistes selon le profil de gestion que vous aurez choisi. - gain de temps : suivre un portefeuille boursier avec efficacité est un métier, et pour le gérer convenablement il faut du temps. Avec la gestion sous mandat, vous n’avez rien à faire, le gérant s’occupe de tout avec réactivité. - information : Grâce à la gestion sous mandat vous savez où en sont vos investissements. Les gérants vous informent des arbitrages effectues et vous expliquent la situation des marchés et les perspectives des prochains mois. - pas de frais d’arbitrage : les contrats proposent souvent des frais d’arbitrages gratuits, mais limités en nombre, ensuite ils seront facturés. Si vous effectuez de nombreux arbitrages, cela peut vite être onéreux. Avec la gestion pilotée, il n’y a pas de frais d’arbitrage supplémentaire. Informations complémentaires Les créanciers du souscripteur ne peuvent pas saisir le contrat de capitalisation. Les ayants-droit (donataires, légataires, héritiers) du souscripteur disposeront des mêmes droits. Le souscripteur peut donner en nantissement le contrat de capitalisation.

DAVID MAO GESTION PRIVÉE
Conseil Indépendant en Gestion de Patrimoine & Ingénierie Financière 1, Pen Ar Dorgen 29460 IRVILLAC (France)
LinkedIn - Viadeo - Decayenne - Quintessentially - Ushi - Asmallworld - Affluence - P1.cn - Elixio - Incompany Brest - Quimper - Landerneau - Morlaix - Nantes (Finistère / Loire Atlantique) Conseil en gestion de patrimoine - Conseil en stratégie d'investissements immobiliers et financiers - Conseil en optimisation de la rémunération et de l'épargne - Conseil en Ingénierie financière et patrimoniale - Conseil en prévision - Conseil en Recrutement - Coaching David MAO Gestion Privée SASU - RCS Brest 513 982 157 - N° TVA intracommunautaire FR48513982157 GESTION DE PATRIMOINE - CONSEIL PATRIMONIAL, FISCAL, FINANCIER, SOCIAL, SUCCESSORAL