P. 1
Ruesch Hans - L Imp Era Trice Nue

Ruesch Hans - L Imp Era Trice Nue

|Views: 585|Likes:
Published by Autres Vérités

More info:

Published by: Autres Vérités on Mar 14, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/27/2013

pdf

text

original

Lorsque, il y a pas mal d’années de cela, une bonne loi qui protégeait
le public américain contre les aliments avariés et les médicaments dan-
gereux fut adoptée, le Trust de la Pharmacie n’attendit pas longtemps
pour jeter son grappin sur l’organisme fédéral chargé de faire respecter
cette loi.

Ce service, connu actuellement sous le nom de Food and Drug
Administration (FDA) (Administration de l’Alimentation et des
Médicaments) poursuit de temps à autre des profiteurs qui méritent
bien d’être traînés en justice, mais, comme Morris Bealle le fait remar-
quer, le FDA «sert principalement à dénaturer la justice en s’attaquant
à tous ceux qui mettent les bénéfices du Trust de la Pharmacie en péril».
Apparemment, le FDA non seulement ferme les yeux sur les infrac-
tions commises par le Trust de la Pharmacie dont il est le valet (voir la
grande quantité de décès provoqués par une certaine «boisson au gin -
gembre» et par le Sulfathiozole), mais semble, en revanche, fort zélé
quand il s’agit de ruiner tous les concurrents du Trust, tels ceux qui ven-
dent des traitements thérapeutiques naturels qui améliorent la santé du
public et, ce faisant, diminuent les profits du Trust de la Pharmacie.

- 144 -

L’IMPÉRATRICE NUE

Ces mêmes procédés sont appliqués dans mon propre pays, la Suisse,
où il est de loin plus aisé à n’importe lequel des grands producteurs de
médicaments d’obtenir l’autorisation de commercialiser un nouveau
poison chimique qu’à un fabricant de produits naturels bon marché
d’obtenir l’enregistrement de sa marque. Et cette situation est pratique-
ment la même dans tous les autres pays industrialisés, notamment en
Grande-Bretagne, en France et en Allemagne.
Lorsque le FDA, dont les fonctionnaires doivent être agréés par le
Centre Rockefeller avant d’être nommés, doit acculer un indépendant à
la ruine, elle mettra tout en oeuvre pour exécuter les ordres. Toutefois,
ces ordres ne sont pas donnés directement par la Standard Oil ou par le
directeur d’une firme de médicaments. Comme Morris Bealle le montre,
l’AMA (American Medical Association) est la façade du Trust de la
Pharmacie et elle désigne les charlatans qui témoignent que le produit
en question dont souvent ils n’ont pas la moindre idée n’aurait,
après mûre réflexion de leur part, aucune valeur thérapeutique.
Bealle écrit :

Financées par les contribuables, les persécutions mises en oeuvre par le
Trust de la Pharmacie ne négligent rien pour détruire la victime. S’il s’agit
d’un petit indépendant, les honoraires des avocats et les frais de justice le
ruinent.

Bealle cite une impressionnante série de cas bien prouvés pour étayer
ses affirmations. Un jour, par exemple, un désagréable gêneur, le Dr.
Adolphus Hobensee de Scranton, en Pennsylvanie, avait assuré que les
vitamines (il n’en utilisait que des naturelles) étaient vitales pour garan-
tir une bonne santé. Il fut traîné devant les tribunaux, sous l’inculpation
d’avoir «falsifié l’appellation» de ses produits.
L’ AMA convoqua dix toubibs qui allèrent à l’encontre de toutes les
théories médicales connues en affirmant que «les vitamines ne sont pas
nécessaires au corps humain». Confrontés avec des bulletins officiels
démontrant le contraire, les toubibs se dépêtrèrent de ce mauvais pas
en déclarant que ces publications officielles étaient périmées !

- 145 -

LE POUVOIR

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->