·~- ^~-~

~- ^·-~^- .- -··~
· .










~ ~~ ~
~ ~~ ~
^ ^^ ^
^ ^^ ^


· ·· ·
· ·· ·


- -- -
- -- -

. .. .
. .. .
- -- -
- -- -





. .. .
. .. .
: :: :
: :: :
· ·· ·
· ·· ·


· ·· ·
· ·· ·


- -- -
- -- -



·... · . ·. · ..··..
··... .· . ·`. '....· ..··.·...
··... .· . ·`. ...· .·..












···· ·.. ·· .

~·.. ¬~:~·.·
~·....·........


2

La fameuse crise des crédits hypothécaires risqués (subprimes) ne cesse à ce jour de produire, par
ricochet, des effets négatifs touchant les grandes places financières partout dans le monde. Des fonds
d’épargne, des banques d’affaires, des spéculateurs et d’autres investisseurs… tous lésés et se
déclarent de plus en plus touchés par la crise de l’immobilier américain malgré un premier silence
qui cachait l’ampleur de la dépréciation de leurs actifs financiers. Loin de là, même les Etats
développés se voient touchés par cette crise qui fait craindre une récession de l’économie mondiale
tirée par la ‘puissante’ économie américaine.

Cet événement, important par son ampleur certes, me pousse en réalité à méditer le contexte dans
lequel il s’inscrit qui est cette globalisation financière qui a permis la constitution d’un marché de
capitaux intégré et mondialisé jouant ainsi un rôle positif grandissant dans le financement de
l’économie mondiale mais présentant également un revers de la médaille qui consiste en un risque
beaucoup plus grand dont les retombées ne sauront être limitées à l’échelle intérieure des Etats et
ceci est dû au développement considérable de mécanismes de financement complexes et compliqués,
tels que, à titre indicatif, les produits dérivés : contrats à termes, options, swaps, ou les opérations de
titrisation des créances (subprimes et autres), …

Pour s’intéresser plus particulièrement au problème des subprimes, il faudrait tout d’abord retracer
l’origine de la crise avant de développer sur les répercussions qu’elle a eues sur les marchés
financiers internationaux et les banques des pays développés pour ensuite mettre le point sur
l’éventuel impact sur le système bancaire marocain.


L’ORIGINE DE LA CRISE DES SUBPRIMES

Le terme anglophobe subprime est un dérivé de prime lending rate qui est le taux d’intérêt accordé
aux emprunteurs les plus fiables qui disposent de la capacité de remboursement de leurs crédits.
Alors que subprime (ou surprime) renvoie vers un crédit plus risqué puisque consenti à des ménages
dont le revenu modeste ne garantit pas forcément le remboursement des sommes dues.

Le marché des subprimes s’est largement développé aux Etats-Unis à partir de l’année 2001 (passant
de 200 milliards USD en 2002 à 640 milliards USD en 2006). Cette tendance haussière se trouve
alors justifiée par plusieurs facteurs.

Tout d’abord, la politique des taux d’intérêt directeurs très bas pratiquée par la FED a permis de
mettre à la disposition des prêteurs une masse importante d’argent facile et bon marché qu’il fallait
exploiter. Les prêteurs se sont mis alors à accorder des crédits hypothécaires subprimes aux ménages
dont les revenus sont modestes parce que d’un côté ces crédits sont très rentables (surprime liée au
risque élevé) mais aussi parce que qu’une loi à vocation sociale (Community Reinvestment Act,
1977) les oblige à octroyer un certain seuil de crédits pour acquisitions de logements au profit des
ménages les moins riches.

Un autre fait qui a aussi participé à cette tendance haussière des prêts hypothécaires risqués est que
les prêteurs aux Etats-Unis ne sont pas systématiquement des banques, ce qui laissait pratiquer des
souscriptions laxistes voire mêmes frauduleuses dans certains cas (des familles bien notées qui
avaient droit aux crédits prime se sont vues octroyées des crédits subprimes - plus chers).

En effet, les crédits subprimes étaient certes considérés comme individuellement risqués mais
collectivement plus sûrs et rentables puisque le marché immobilier américain était en pleine
croissance, le prix du foncier observait une augmentation régulière (dernière baisse en 1945) et rien
ne laissait imaginer que la donne va changer.


3


Ayant besoin de liquidités mais aussi cherchant à répartir le risque lié aux crédits consentis, les
organismes prêteurs ont transformé leurs portefeuilles de créances (y compris les crédits subprimes)
en titres (via une opération dite de titrisation) de façon à pouvoir les vendre sur les marchés
financiers. Les créances ‘titrisées’ n’étaient pas toutes risquées mais vendues en réalités sous forme
de groupages qui contenaient et des créances sûres et des créances risquées voire très risquées
(subprimes). Ce groupage a bien induit en erreur les organismes internationaux de notation du risque
financier, notamment la fameuse agence Standard & Poor’s - S&P qui a attribué une note très
favorables (triple A) à ces créances groupées, chose qui a encouragé de grands investisseurs
internationaux (grandes banques internationales, fonds spéculatifs (Hedge Funds), …) à y investir en
masse, tenant en considération la notation favorable, les taux de rémunération élevés et la flambée
des prix des maisons hypothéquées.

Cependant, le marché américain opère un retournement qui va s’avérer fatal. D’une part, la FED a
mis fin à sa politique d’argent bon marché en augmentant progressivement ses taux directeurs (de
1% à 5,25 entre 2004 et 2006) ce qui a impacté directement la capacité des ménages à rembourser
leurs mensualités qui deviennent plus conséquentes (crédits à taux variables) grevant ainsi leur
pouvoir d’achat. De plus en plus de ménages se retrouvent alors en cessation de paiement ce qui
poussait les prêteurs à saisir les maisons des ménages en difficulté afin de récupérer la créance
restant due. Les faillites personnelles des ménages se multiplient et conséquemment des prêteurs,
notamment les entreprises spécialisées dans les crédits hypothécaires à risque (Expl. New Century
Financial Corporation) rencontrent de grandes difficultés les conduisant vers la faillite puisqu’ils
n’arrivaient plus, vu la dépréciation de la valeur des maisons hypothéquées, à récupérer la totalité de
leurs créances sur les ménages défaillants.

Et c’est ainsi que la finance mondiale s’est vue touchée par les ‘déboires’ de l’affaire des crédits
subprimes américains lorsque les investisseurs internationaux qui ont financé l’économie américaine
en ‘misant’ sur ces crédits trop risqués n’ont encaissé que les pertes générées, proportionnellement à
leur degré d’implication (volume investi).

Sans la mondialisation financière, ce problème aurait dû rester une affaire américaine interne. Mais,
le cours réel des choses montre que cette mondialisation est repartie sans détour, les problèmes
arrivent certes, mais l’enjeu est d’en comprendre les mécanismes au mieux afin de les prévenir au
futur. Or, ceci n’est pas toujours évident et j’avance à cette occasion l’histoire de la fraude qui a
causé la faillite inéluctable de la prestigieuse banque anglaise BARINGS INC, et même avec tous les
dispositifs de contrôle mis en œuvre dès lors, la même fraude a récidivé encore une fois, 13 années
plus tard, encore dans une des plus grandes banques internationales (LA SOCIETE GENERALE), sauf
que cette fois-ci, il s’agit de la plus grande fraude de l’histoire de toutes les banques !

Plusieurs crises se sont défilées dans l'histoire de la finance mondiale, et à chaque fois, c'est tout le
système financier globalisé qui montre sa vulnérabilité qui est peut-être inévitable.

Dans le cas des subprimes, quelles étaient alors, les répercussions de la crise sur le système financier
international ?




4
REPERCUSSIONS SUR LE SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL


Avec tout le bruit qu’a causé cette crise des subprimes américains, il est vraiment difficile de
répertorier toutes les répercussions d’une manière exhaustive. Néanmoins, certaines sont déjà
identifiées et présentent en fait un risque dont une partie s’inscrit sur le court ou le moyen terme
alors que l’autre relève plutôt du long terme.

Comme cité ci-avant, la crise américaine de l’immobilier s’est exportée hors des E-U via la
technique de titrisation dont les principaux clients étaient les fonds spéculateurs ou Hedge Funds.
Ces derniers ont joué un deuxième rôle de transmission de la crise au reste des acteurs de la finance
mondiale puisque ils se basent principalement sur de l’argent emprunté pour investir (principe
d’effet de levier). Ces Hedge Funds étaient alors soit appartenant à des banques soit financés par des
banques, ce qui fait que le système bancaire était très impliqué dans les subprimes d’une manière
directes ou indirectes.

Avec le développement de la crise, les banques touchées n’avaient pas communiqué depuis le début
sur l’ampleur des répercussions qu’elles allaient supporter. Par conséquence, une autre crise, cette
fois, de confiance s’installe entre les grandes banques ; une banque savait bien ce qu’elle a dans son
bilan mais ne savait pas ce qu’il en était dans le bilan d’une autre banque. Les banques ne se prêtent
alors plus car elles ne savaient pas quelle sera l’ampleur des pertes de leurs concurrentes. Les
bourses ont chuté et le marché interbancaire est devenu paralysé : crise de liquidités. Finalement les
Banques centrales des pays industrialisés ont dû intervenir en injectant les sommes nécessaires afin
de désamorcer une vraie crise qui allaient être très grave.

Seules les règles de pratiques comptables (Bilans et autres états publiés) et l’obligation de
transparence et de communication leur avaient acculé à s’exprimer sur leur degré d’implication dans
les subprimes en donnant des chiffres sur les pertes qui ont déprécié la valeur de leurs actifs.

Ainsi et à titre indicatif, voici quelques répercussions communiquées par certaines banques
internationales :

- HSBC : la première banque européenne avait dû constituer une provision pour dépréciation
d’environ 880 Millions $ suite à la fermeture de sa branche américaine spécialisée dans les
crédits hypothécaires à risque (Decision One mortgage) ;
- NIBC : la Banque d’affaires néerlandaise annonce une perte de 137 Millions $ pour le seul
premier semestre 2007 ;
- Northern Rock : la banque anglaise spécialisée dans les crédits immobiliers avait échappé de
justesse à la faillite à cause de la pénurie de liquidité, aggravée par la méfiance de ses clients
épargnants qui se sont dépêchés en masse pour récupérer leurs fonds déposés (retrait de 12%
des montants déposés) ;
- UBS : la banque suisse avait déclaré une perte estimée entre 510 et 680 millions $ et une
suppression de 1500 postes de travail;
- Citigroup : la première banque américaine avait annoncé une chute de 60% de son bénéfice
net du troisième trimestre 2007 ;
- Etc.


Les banques jouent un rôle de premier plan dans la dynamique économique. La croissance
économique crée de gros besoins en argent que les banques satisfont en prêtant aux entreprises, aux
ménages, aux investisseurs, … Si les banques fragilisées par la crise des subprimes n’ont plus la
capacité suffisante pour financer l’économie, c’est alors le risque de récession qui plane dans
l’horizon.


5

Et même si les banques centrales continuent à réduire leurs taux directeurs. Le risque de récession
reste très probable. Cela impacte significativement le moral des investisseurs qui, en conséquence,
s’empêcheront de prendre du risque. Les ménages pourront baisser leur consommation à cause de la
raréfaction des crédits du fait d’une part, des problèmes de liquidités et des dépréciations d’actifs des
banques, et d’autres part, du fait de durcissement des procédures d’octroi des crédits.

La crise des subprimes est loin d’être finie malgré les déclarations officielles qui tentent d’apaiser les
craintes et les tensions. Les experts disent que le pic pourrait être atteint à l’hiver 2009, ce qui
renforce encore la défiance sur les marchés financiers déjà déstabilisés. La faiblesse du dollar
américain et la hausse des cours de pétrole viennent aussi pour alimenter le pessimisme des acteurs
économiques.

Après tout cela, une question très importante s’impose : Est-ce que les créanciers étrangers feront-ils
toujours confiance dans l’économie américaine ? Une question soulevée par la crise des subprimes et
dont la réponse négative pourrait remettre en cause l’équilibre actuel de l’économie mondiale. Les
jours qui viennent apporteront des indices… La forte demande sur l’Or pourrait en être un. En fait,
devant la baisse continuelle de la valeur du dollar américain, les réserves libellées en dollars
continueront à perdre de leur valeur et l’or constituerait une alternative très sûre pour contrer ce
risque imminent. L’Or est probablement en train de changer de rôle pour supplanter le dollar en
perte de puissance.

Voici donc quelques répercussions causées par la crise des subprimes sur le système financier
mondial. Une question s’impose : Y a-t-il des répercussions sur le système bancaire marocain ?


REPERCUSSIONS SUR LE SYSTEME BANCAIRE MAROCAIN

Apparemment, la crise des subprimes qui déstabilise le système financier mondial semble épargner
notre pays, comme d’ailleurs à chaque crise mondiale que connaissaient les places financières
internationales, la place de Casablanca (SBVC) restait non atteinte voire enregistrait même une
tendance favorable dans les temps où les plus grands indices boursiers observaient des baisses
importantes.

L’explication de ce comportement de notre système financier national, paradoxalement opposé à la
tendance des grandes places financières, réside en fait dans sa très faible corrélation avec les bourses
mondiales. La SBVC est toujours en quête de maturité et le volume global des affaires n’est pas
encore arrivé au point d’intéresser des investisseurs internationaux plus importants…

Les Hedge Funds qui sont très impliqués dans les crédits subprimes et qui ont transmis la crise aux
banques internationales ne sont pas encore présents à la bourse de Casablanca. De même pour les
institutions spécialisées dans les actifs immobiliers qui ne sont également pas encore présents à la
SBVC (une loi régissant l’activité de titrisation des crédits immobiliers est encore en étude au niveau
du Parlement).

En fait, malgré cette situation, on ne peut dire que l’impact de la crise des subprimes sur notre
économie est nul mais on peut avancer qu’il est plutôt limité et ne présente pas de risque. L’impact
que nous pouvons noter concerne Maroc Télécom qui est cotée à la bourse de Paris et qui peut être
touchée par des liquidations de positions par certains fonds d’actions. Un autre impact pourrait être
envisagé, bien qu’il ne s’est pas encore produit, serait le fait que certains investisseurs étrangers
présents à la SBVC et qui pourraient également liquider leurs positions sur la place s’ils sont touchés
par les subprimes ailleurs. Certains avancent encore plus qu’il pourrait y avoir d’impact négatif sur


6
l’acquisition des résidences secondaires financés à partir de fonds européens, qui si touchés par les
subprimes, vont resserrer leurs procédures de crédits. Au-delà de ces trois risques que j’ai cités plus
haut, un autre s’ajoute et dont les conséquences pourrait peser plus lourd sur l’économie nationale,
ce risque est lié à la dévalorisation du dollar américain qui constitue une principale composante de
notre réserve de devise. Si la FED continue sa politique de baisse du dollar, le Maroc supportera des
pertes importantes mais qui peuvent être évitées en optant pour des réserves en Or qui observe une
tendance continue à la hausse.


Mais, si la crise des subprimes américains n’a pas vraiment eu de répercussions notables sur le
système bancaire marocain, elle a néanmoins alimenté des craintes sur une éventuelle crise pareille
au Maroc vu qu’il y a beaucoup de similitude de la situation actuelle du marché de l’immobilier au
Maroc avec celle qui a conduit à la crise aux Etats-Unis ; Il y a une vraie bulle immobilière, les prix
du foncier ont considérablement augmenté depuis quelques années et les banques de la place y ont
participé en octroyant de plus en plus de crédits immobiliers, même en faveur des ménages
vulnérables dont le revenu faible et irrégulier fait d’eux trop risqués au vu des principes prudentiels
de la pratique bancaire. Et même si ces crédits à risques sont systématiquement garantis par l’Etat
(Fogarim), le poids grandissant de leur valeur dans le bilan des banques pourrait pousser à plus de
crainte dans les temps qui viennent : durant l’année 2007, les banques marocaines ont débloqué des
crédits immobiliers auprès de 28000 ménages à risque faisant ainsi progresser l’encours des crédits
immobiliers de 30,8% sur une seule année (94 Milliards de dirhams contre seulement 30 Milliards
cinq ans auparavant !), et à en rajouter que 42% des crédits accordés sont à taux variables, ce qui
menace la capacité de remboursement de ces ménages si, éventuellement, les taux directeurs de
BAM augmenteront dans le futur.

Malgré ce décor, les banquiers marocains affichent optimisme et écartent tout scenario de crise
éventuelle de l’immobilier au Maroc. Bank al-Maghrib, de sa part, a appelé à la mise en place d’un
système de détection précoce de crise et a également externalisé le service central des risques à
Experian Maroc ce qui devrait permettre, en principe, de mieux gérer les risques et la solvabilité.











même les Etats développés se voient touchés par cette crise qui fait craindre une récession de l’économie mondiale tirée par la ‘puissante’ économie américaine. Tout d’abord. Un autre fait qui a aussi participé à cette tendance haussière des prêts hypothécaires risqués est que les prêteurs aux Etats-Unis ne sont pas systématiquement des banques. la politique des taux d’intérêt directeurs très bas pratiquée par la FED a permis de mettre à la disposition des prêteurs une masse importante d’argent facile et bon marché qu’il fallait exploiter. le prix du foncier observait une augmentation régulière (dernière baisse en 1945) et rien ne laissait imaginer que la donne va changer. En effet. L’ORIGINE DE LA CRISE DES SUBPRIMES Le terme anglophobe subprime est un dérivé de prime lending rate qui est le taux d’intérêt accordé aux emprunteurs les plus fiables qui disposent de la capacité de remboursement de leurs crédits. … Pour s’intéresser plus particulièrement au problème des subprimes. Des fonds d’épargne. il faudrait tout d’abord retracer l’origine de la crise avant de développer sur les répercussions qu’elle a eues sur les marchés financiers internationaux et les banques des pays développés pour ensuite mettre le point sur l’éventuel impact sur le système bancaire marocain. ce qui laissait pratiquer des souscriptions laxistes voire mêmes frauduleuses dans certains cas (des familles bien notées qui avaient droit aux crédits prime se sont vues octroyées des crédits subprimes .La fameuse crise des crédits hypothécaires risqués (subprimes) ne cesse à ce jour de produire. à titre indicatif. Alors que subprime (ou surprime) renvoie vers un crédit plus risqué puisque consenti à des ménages dont le revenu modeste ne garantit pas forcément le remboursement des sommes dues. tels que. par ricochet. les produits dérivés : contrats à termes. important par son ampleur certes. 1977) les oblige à octroyer un certain seuil de crédits pour acquisitions de logements au profit des ménages les moins riches. les crédits subprimes étaient certes considérés comme individuellement risqués mais collectivement plus sûrs et rentables puisque le marché immobilier américain était en pleine croissance. des effets négatifs touchant les grandes places financières partout dans le monde. des spéculateurs et d’autres investisseurs… tous lésés et se déclarent de plus en plus touchés par la crise de l’immobilier américain malgré un premier silence qui cachait l’ampleur de la dépréciation de leurs actifs financiers. options. Loin de là. Cet événement. Les prêteurs se sont mis alors à accorder des crédits hypothécaires subprimes aux ménages dont les revenus sont modestes parce que d’un côté ces crédits sont très rentables (surprime liée au risque élevé) mais aussi parce que qu’une loi à vocation sociale (Community Reinvestment Act. swaps.plus chers). ou les opérations de titrisation des créances (subprimes et autres). me pousse en réalité à méditer le contexte dans lequel il s’inscrit qui est cette globalisation financière qui a permis la constitution d’un marché de capitaux intégré et mondialisé jouant ainsi un rôle positif grandissant dans le financement de l’économie mondiale mais présentant également un revers de la médaille qui consiste en un risque beaucoup plus grand dont les retombées ne sauront être limitées à l’échelle intérieure des Etats et ceci est dû au développement considérable de mécanismes de financement complexes et compliqués. des banques d’affaires. 2 . Cette tendance haussière se trouve alors justifiée par plusieurs facteurs. Le marché des subprimes s’est largement développé aux Etats-Unis à partir de l’année 2001 (passant de 200 milliards USD en 2002 à 640 milliards USD en 2006).

D’une part. la même fraude a récidivé encore une fois. 13 années plus tard. notamment la fameuse agence Standard & Poor’s . la FED a mis fin à sa politique d’argent bon marché en augmentant progressivement ses taux directeurs (de 1% à 5. Ce groupage a bien induit en erreur les organismes internationaux de notation du risque financier. ceci n’est pas toujours évident et j’avance à cette occasion l’histoire de la fraude qui a causé la faillite inéluctable de la prestigieuse banque anglaise BARINGS INC.Ayant besoin de liquidités mais aussi cherchant à répartir le risque lié aux crédits consentis. Sans la mondialisation financière. à récupérer la totalité de leurs créances sur les ménages défaillants. proportionnellement à leur degré d’implication (volume investi). quelles étaient alors. notamment les entreprises spécialisées dans les crédits hypothécaires à risque (Expl. ce problème aurait dû rester une affaire américaine interne. tenant en considération la notation favorable. New Century Financial Corporation) rencontrent de grandes difficultés les conduisant vers la faillite puisqu’ils n’arrivaient plus. les taux de rémunération élevés et la flambée des prix des maisons hypothéquées. le marché américain opère un retournement qui va s’avérer fatal. le cours réel des choses montre que cette mondialisation est repartie sans détour. Les créances ‘titrisées’ n’étaient pas toutes risquées mais vendues en réalités sous forme de groupages qui contenaient et des créances sûres et des créances risquées voire très risquées (subprimes). Les faillites personnelles des ménages se multiplient et conséquemment des prêteurs. Mais.25 entre 2004 et 2006) ce qui a impacté directement la capacité des ménages à rembourser leurs mensualités qui deviennent plus conséquentes (crédits à taux variables) grevant ainsi leur pouvoir d’achat. les problèmes arrivent certes. c' tout le est système financier globalisé qui montre sa vulnérabilité qui est peut-être inévitable. il s’agit de la plus grande fraude de l’histoire de toutes les banques ! Plusieurs crises se sont défilées dans l' histoire de la finance mondiale. vu la dépréciation de la valeur des maisons hypothéquées. Or. les organismes prêteurs ont transformé leurs portefeuilles de créances (y compris les crédits subprimes) en titres (via une opération dite de titrisation) de façon à pouvoir les vendre sur les marchés financiers. De plus en plus de ménages se retrouvent alors en cessation de paiement ce qui poussait les prêteurs à saisir les maisons des ménages en difficulté afin de récupérer la créance restant due. les répercussions de la crise sur le système financier international ? 3 .S&P qui a attribué une note très favorables (triple A) à ces créances groupées. mais l’enjeu est d’en comprendre les mécanismes au mieux afin de les prévenir au futur. fonds spéculatifs (Hedge Funds). sauf que cette fois-ci. encore dans une des plus grandes banques internationales (LA SOCIETE GENERALE). et même avec tous les dispositifs de contrôle mis en œuvre dès lors. Cependant. Et c’est ainsi que la finance mondiale s’est vue touchée par les ‘déboires’ de l’affaire des crédits subprimes américains lorsque les investisseurs internationaux qui ont financé l’économie américaine en ‘misant’ sur ces crédits trop risqués n’ont encaissé que les pertes générées. et à chaque fois. Dans le cas des subprimes. chose qui a encouragé de grands investisseurs internationaux (grandes banques internationales. …) à y investir en masse.

REPERCUSSIONS SUR LE SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL Avec tout le bruit qu’a causé cette crise des subprimes américains. cette fois. Les banques ne se prêtent alors plus car elles ne savaient pas quelle sera l’ampleur des pertes de leurs concurrentes. les banques touchées n’avaient pas communiqué depuis le début sur l’ampleur des répercussions qu’elles allaient supporter. … Si les banques fragilisées par la crise des subprimes n’ont plus la capacité suffisante pour financer l’économie. La croissance économique crée de gros besoins en argent que les banques satisfont en prêtant aux entreprises. certaines sont déjà identifiées et présentent en fait un risque dont une partie s’inscrit sur le court ou le moyen terme alors que l’autre relève plutôt du long terme. 4 . voici quelques répercussions communiquées par certaines banques internationales : HSBC : la première banque européenne avait dû constituer une provision pour dépréciation d’environ 880 Millions $ suite à la fermeture de sa branche américaine spécialisée dans les crédits hypothécaires à risque (Decision One mortgage) . Northern Rock : la banque anglaise spécialisée dans les crédits immobiliers avait échappé de justesse à la faillite à cause de la pénurie de liquidité. Ces derniers ont joué un deuxième rôle de transmission de la crise au reste des acteurs de la finance mondiale puisque ils se basent principalement sur de l’argent emprunté pour investir (principe d’effet de levier). aux ménages. Par conséquence. il est vraiment difficile de répertorier toutes les répercussions d’une manière exhaustive. Avec le développement de la crise. Seules les règles de pratiques comptables (Bilans et autres états publiés) et l’obligation de transparence et de communication leur avaient acculé à s’exprimer sur leur degré d’implication dans les subprimes en donnant des chiffres sur les pertes qui ont déprécié la valeur de leurs actifs. aggravée par la méfiance de ses clients épargnants qui se sont dépêchés en masse pour récupérer leurs fonds déposés (retrait de 12% des montants déposés) . UBS : la banque suisse avait déclaré une perte estimée entre 510 et 680 millions $ et une suppression de 1500 postes de travail. - Les banques jouent un rôle de premier plan dans la dynamique économique. Ces Hedge Funds étaient alors soit appartenant à des banques soit financés par des banques. aux investisseurs. Citigroup : la première banque américaine avait annoncé une chute de 60% de son bénéfice net du troisième trimestre 2007 . Les bourses ont chuté et le marché interbancaire est devenu paralysé : crise de liquidités. Etc. la crise américaine de l’immobilier s’est exportée hors des E-U via la technique de titrisation dont les principaux clients étaient les fonds spéculateurs ou Hedge Funds. Néanmoins. Comme cité ci-avant. Finalement les Banques centrales des pays industrialisés ont dû intervenir en injectant les sommes nécessaires afin de désamorcer une vraie crise qui allaient être très grave. Ainsi et à titre indicatif. une autre crise. c’est alors le risque de récession qui plane dans l’horizon. une banque savait bien ce qu’elle a dans son bilan mais ne savait pas ce qu’il en était dans le bilan d’une autre banque. de confiance s’installe entre les grandes banques . ce qui fait que le système bancaire était très impliqué dans les subprimes d’une manière directes ou indirectes. NIBC : la Banque d’affaires néerlandaise annonce une perte de 137 Millions $ pour le seul premier semestre 2007 .

des problèmes de liquidités et des dépréciations d’actifs des banques. malgré cette situation.Et même si les banques centrales continuent à réduire leurs taux directeurs. ce qui renforce encore la défiance sur les marchés financiers déjà déstabilisés. Une question s’impose : Y a-t-il des répercussions sur le système bancaire marocain ? REPERCUSSIONS SUR LE SYSTEME BANCAIRE MAROCAIN Apparemment. réside en fait dans sa très faible corrélation avec les bourses mondiales. en conséquence. Après tout cela. Un autre impact pourrait être envisagé. du fait de durcissement des procédures d’octroi des crédits. les réserves libellées en dollars continueront à perdre de leur valeur et l’or constituerait une alternative très sûre pour contrer ce risque imminent. Cela impacte significativement le moral des investisseurs qui. Les ménages pourront baisser leur consommation à cause de la raréfaction des crédits du fait d’une part. Les jours qui viennent apporteront des indices… La forte demande sur l’Or pourrait en être un. la crise des subprimes qui déstabilise le système financier mondial semble épargner notre pays. comme d’ailleurs à chaque crise mondiale que connaissaient les places financières internationales. s’empêcheront de prendre du risque. L’Or est probablement en train de changer de rôle pour supplanter le dollar en perte de puissance. une question très importante s’impose : Est-ce que les créanciers étrangers feront-ils toujours confiance dans l’économie américaine ? Une question soulevée par la crise des subprimes et dont la réponse négative pourrait remettre en cause l’équilibre actuel de l’économie mondiale. devant la baisse continuelle de la valeur du dollar américain. La SBVC est toujours en quête de maturité et le volume global des affaires n’est pas encore arrivé au point d’intéresser des investisseurs internationaux plus importants… Les Hedge Funds qui sont très impliqués dans les crédits subprimes et qui ont transmis la crise aux banques internationales ne sont pas encore présents à la bourse de Casablanca. et d’autres part. De même pour les institutions spécialisées dans les actifs immobiliers qui ne sont également pas encore présents à la SBVC (une loi régissant l’activité de titrisation des crédits immobiliers est encore en étude au niveau du Parlement). Certains avancent encore plus qu’il pourrait y avoir d’impact négatif sur 5 . la place de Casablanca (SBVC) restait non atteinte voire enregistrait même une tendance favorable dans les temps où les plus grands indices boursiers observaient des baisses importantes. En fait. serait le fait que certains investisseurs étrangers présents à la SBVC et qui pourraient également liquider leurs positions sur la place s’ils sont touchés par les subprimes ailleurs. paradoxalement opposé à la tendance des grandes places financières. Voici donc quelques répercussions causées par la crise des subprimes sur le système financier mondial. La crise des subprimes est loin d’être finie malgré les déclarations officielles qui tentent d’apaiser les craintes et les tensions. L’impact que nous pouvons noter concerne Maroc Télécom qui est cotée à la bourse de Paris et qui peut être touchée par des liquidations de positions par certains fonds d’actions. bien qu’il ne s’est pas encore produit. Le risque de récession reste très probable. Les experts disent que le pic pourrait être atteint à l’hiver 2009. L’explication de ce comportement de notre système financier national. En fait. La faiblesse du dollar américain et la hausse des cours de pétrole viennent aussi pour alimenter le pessimisme des acteurs économiques. on ne peut dire que l’impact de la crise des subprimes sur notre économie est nul mais on peut avancer qu’il est plutôt limité et ne présente pas de risque.

un autre s’ajoute et dont les conséquences pourrait peser plus lourd sur l’économie nationale. le Maroc supportera des pertes importantes mais qui peuvent être évitées en optant pour des réserves en Or qui observe une tendance continue à la hausse. les prix du foncier ont considérablement augmenté depuis quelques années et les banques de la place y ont participé en octroyant de plus en plus de crédits immobiliers. les banques marocaines ont débloqué des crédits immobiliers auprès de 28000 ménages à risque faisant ainsi progresser l’encours des crédits immobiliers de 30. elle a néanmoins alimenté des craintes sur une éventuelle crise pareille au Maroc vu qu’il y a beaucoup de similitude de la situation actuelle du marché de l’immobilier au Maroc avec celle qui a conduit à la crise aux Etats-Unis . éventuellement. le poids grandissant de leur valeur dans le bilan des banques pourrait pousser à plus de crainte dans les temps qui viennent : durant l’année 2007. les taux directeurs de BAM augmenteront dans le futur. Mais. les banquiers marocains affichent optimisme et écartent tout scenario de crise éventuelle de l’immobilier au Maroc. Et même si ces crédits à risques sont systématiquement garantis par l’Etat (Fogarim). même en faveur des ménages vulnérables dont le revenu faible et irrégulier fait d’eux trop risqués au vu des principes prudentiels de la pratique bancaire. Au-delà de ces trois risques que j’ai cités plus haut. ce risque est lié à la dévalorisation du dollar américain qui constitue une principale composante de notre réserve de devise. 6 . a appelé à la mise en place d’un système de détection précoce de crise et a également externalisé le service central des risques à Experian Maroc ce qui devrait permettre.8% sur une seule année (94 Milliards de dirhams contre seulement 30 Milliards cinq ans auparavant !). vont resserrer leurs procédures de crédits. qui si touchés par les subprimes. de sa part. Malgré ce décor. en principe.l’acquisition des résidences secondaires financés à partir de fonds européens. Si la FED continue sa politique de baisse du dollar. et à en rajouter que 42% des crédits accordés sont à taux variables. si la crise des subprimes américains n’a pas vraiment eu de répercussions notables sur le système bancaire marocain. ce qui menace la capacité de remboursement de ces ménages si. de mieux gérer les risques et la solvabilité. Bank al-Maghrib. Il y a une vraie bulle immobilière.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful