P P. .F F. .E E. .

– – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - I I - -


Université de Tunis El Manar


Département de Génie Civil

P r o j e t d e F i n d’E t u d e s


Présenté par
Rahma Hammi & Imen Jaiem

Pour obtenir le
Diplôme National d’Ingénieur en Génie Civil




CONCEPTION ET CALCUL DE LA STRUCTURE
EN BETON ARME DE L’HÔTEL JAWHARA




Sujet proposé par : Bureau d’étude Sami Boudhri

Soutenu le : 05 Juin 2008

Devant le jury :
Président : Farah Cheick Mhamed
Rapporteur : Maha Azzabi
Encadreur(s) ENIT : Karim Miled, M
d
Yéssine Douira




Année : 2007 - 2008


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - I II I - -

R RE ES SU UM ME E

Le présent travail s’inscrit dans le cadre d’un projet de fin d’études, consacré à
l’étude d’un hôtel ‘JAWHARA’ à Sousse.


Ce projet a été proposé par le bureau d’étude Sami Boudhri à Sousse.

L’étude de ce projet porte essentiellement sur la conception et au calcul de
structures en béton armé ainsi que l’étude d’un portique en charpente métallique tout
en essayant l’application de l’approche de la haute qualité environnementale au niveau
de la conception.


Les principales tâches dans notre travail vont porter d’une part sur la conception,
le dimensionnement des poteaux et des semelles de l’hôtel en entier, et le
dimensionnement des poutres et des raidisseurs du « Bloc G » ;
D’autre part du fait de la richesse et diversité structurelle du projet, il s’est avéré
intéressant d’étudier les éléments présentant des spécificités à savoir les escaliers, les
bâches à eau, la piscine couverte, la voûte, les portiques et la rampe, etc.


La conception s’est basée sur un choix de système poteau-poutre, qui dans la
plupart des cas répond aux exigences architecturales, à l’exception des espaces
dégagés tel que la salle polyvalente où la grande portée et l’impossibilité de prolonger
les poteaux de l’étage au-dessus jusqu’au sol implique l’adaptation de portiques.


A fin d’assurer une certaine isolation thermique et acoustique du bâtiment ainsi
que le confort des personnes, nous avons essayé d’appliquer la démarche de la haute
qualité environnementale par l’application de certaines techniques et matériaux
adéquats.


Il est à noter que pour l’étude des divers éléments du projet ci-dessus énoncés,
nous avons utilisé plusieurs outils de calcul à savoir le logiciel ARCHE Ossature,
Poutre, Poteau, Semelle, le logiciel EFFEL pour le dimensionnement de la voûte et la
bâche à eau, ainsi que le logiciel RDM-Flexion et Ossature pour la détermination des
sollicitations lors de l’étude des escaliers, des portiques, etc. ce qui nous a énormément
facilité la tâche.


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 1 - -

S SO OM MM MA AI IR RE E

LISTE DES FIGURES .................................................................................................................... 3
LISTE DES TABLEAUX................................................................................................................. 5
INTRODUCTION GENERALE....................................................................................................... 6
CHAPITRE I :DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION STRUCTURALE................... 7
I- Description architecturale.......................................................................................... 7
II- Conception structurale............................................................................................. 10
CHAPITRE II :CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ............................... 12
I- Introduction ............................................................................................................ 12
II- Démarche HQE...................................................................................................... 12
III- Conception HQE de l’hôtel JAWHARA............................................................... 15
IV- Conclusion............................................................................................................. 23
CHAPITRE III :CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ............ 24
A- Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul .............................................. 24
B- Evaluation des charges ................................................................................................ 27
CHAPITRE IV : MODELISATION ET DIMENSIONNEMENT DE LA SUPERSTRUCTURE ............. 32
IV.1 : DIMENSIONNEMENT D’UNE DALLE PLEINE............................................................... 33
A) Méthode de calcul ..................................................................................................... 33
I
I
I
- Predimensionnement .............................................................................................. 33
II- Sollicitations........................................................................................................... 34
III- Ferraillages............................................................................................................. 35
IV- Vérification de la flèche......................................................................................... 35
B) Exemple de calcul ..................................................................................................... 36
IV.2. DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE COURBE ........................................................... 38
I- Présentation ............................................................................................................ 38
II- Dimensionnement et ferraillage ............................................................................. 39
III- Schéma de ferraillage............................................................................................. 42
IV.3 :DIMENSIONNEMENT D’UNE VOUTE............................................................................ 43
I- Introduction ............................................................................................................ 43
II- Présentation des méthodes de calcul ...................................................................... 43
III- Dimensionnement .................................................................................................. 46
IV- Conclusion............................................................................................................. 49
IV.4 : DIMENSIONNEMENT D’UN PORTIQUE EN BETON ARME ............................................ 50
I- Présentation ........................................................................................................... 50
II- Dimensionnement................................................................................................... 51
IV .5 :DIMENSIONNEMENT D’UN PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ....................... 58
I- Introduction .............................................................................................................. 58
II- Préliminaire ............................................................................................................ 58
III- Conception de la ferme .......................................................................................... 59
IV- Calcul de la ferme.................................................................................................. 59
V- Calcul des poteaux du portique............................................................................. 75
IV.6 DIMENSIONNEMENT DES ESCALIERS........................................................................... 82
I- Introduction ........................................................................................................... 82
II- Escalier type1......................................................................................................... 83
III- Escalier type2......................................................................................................... 88
IV- Escalier type3......................................................................................................... 90

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 2 - -

IV.7 : DIMENSIONNEMENT D’UNE RAMPE D’ACCES............................................................ 93
I- Evaluation des charges ............................................................................................ 93
II- Méthode de calcul .................................................................................................. 93
III- Sollicitations .......................................................................................................... 94
IV- Dimensionnement et ferraillage............................................................................. 97
V- Vérification de la flèche......................................................................................... 97
VI- Vérification des contraintes ................................................................................... 98
IV.8 : DIMENSIONNEMENT D’UNE BACHE A EAU................................................................. 99
I- Hypothèses................................................................................................................ 99
II- Calcul des sollicitations........................................................................................... 99
III- Ferraillage ............................................................................................................ 105
IV.9 : DIMENSIONNEMENT DE LA PISCINE........................................................................ 110
I- Introduction ............................................................................................................ 110
II- Caractéristiques géométriques............................................................................... 110
II- Chargements.......................................................................................................... 111
III- Etude des parois ................................................................................................... 111
IV- Etude du radier..................................................................................................... 113
IV.10 : DIMENSIONNEMENT DES ACROTERES.................................................................. 115
I- Introduction ............................................................................................................ 115
II- Acrotère sur mur.................................................................................................... 115
III - Acrotère sur joint ................................................................................................ 115
IV- Plan de ferraillage................................................................................................ 116
CHAPITRE V : FONDATIONS............................................................................................. 117
I- Introduction ............................................................................................................ 117
II- Solution retenue..................................................................................................... 117
III- Méthode de calcul ................................................................................................ 117
IV- Exemples de calcul .............................................................................................. 122
V- Les Longrines........................................................................................................ 125

CONCLUSION............................................................................................................................................ 126
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .......................................................................................... 127
ANNEXES

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – L LI IS ST TE E D DE ES S F FI IG GU UR RE ES S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 3 - -


L LI IS ST TE E D DE ES S F FI IG GU UR RE ES S

Figure I.1 : Façade principale de l’hôtel.
Figure I.2 : Les trois parties de l’hôtel.
Figure I.3: Types de joints de structure.
Figure II.1 : Les 14 cibles appliquées dans la démarche HQE.
Figure II.2 : Le profil QEB.
Figure II.3 : Le profil QEB fixé pour le projet de l’hôtel de JAWHARA.
Figure II.4 : Trajectoire du soleil et l’influence de l’orientation du projet.
Figure II.5 : Les blocs présentant des défauts d’orientation.
Figure II.6 : Solution architecturale pour l’orientation des blocs.
Figure II.7 : Mode de traitement pour les différentes ailes.
Figure II.8 : Double vitrage à isolation renforcée.
Figure III.1 : Composition du plancher corps creux.
Figure IV.1.1 : Dimensions de la dalle.
Figure IV.1.2 : Schéma de ferraillage de la dalle.
Figure IV.2.1 : Géométrie de la poutre courbe.
Figure IV.2.2 : Modèle de calcul de la poutre courbe.
Figure IV.2. 3 : Modèle de calcul des caractéristiques de la poutre.
Figure IV.2.4 : Schéma de ferraillage de la poutre courbe.
Figure IV.3.1 : Modèle de calcul selon la théorie de l’arc.
Figure IV.3.2 : Modèle de calcul selon la théorie membranaire.
Figure IV.3.3 : Ferraillage de la voûte.
Figure IV.4.1 : Dimensions et chargement du portique.
Figure IV.4.2 : Diagramme des efforts normaux.
Figure IV.4.3: Diagramme des efforts tranchants.
Figure IV.4.4 : Diagramme des moments fléchissants.
Figure IV.5.1 : Schéma de la ferme.
Figure IV.5.2 : Schéma de chargement agissant sur la portique.
Figure IV.5.4 : Cornière à ailes égales L150x150x18.
Figure IV.5.5 : Schéma de montage de la barre 16-h.
Figure IV.5.6 : Schéma des nœuds.
Figure IV.5.7 : Schéma constructif du nœud 2.
Figure IV.5.8 : Schéma constructif des nœuds 5, 9, 13, 17, 21, 25, 29 de la membrure
inférieure.
Figure IV.5.9 : Schéma constructif des nœuds 3, 7, 11, 15, 19, 23, 27, 31 de la membrure
inférieure.
Figure IV.5.10 : Schéma constructif de l’appui de la ferme sur le poteau.
Figure IV.5.11 : Schéma constructif des nœuds2, 6, 10, 14, 18, 22, 26, 30 de la membrure
supérieure.
Figure IV.5.12 : Schéma constructif des nœuds4, 8,12, 16, 20, 24, 28, de la membrure
supérieure
Figure IV.5.13 : Profil des poteaux du portique.
Figure IV.5.14 : Schéma de la plaque d’assise et les différentes portions.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – L LI IS ST TE E D DE ES S F FI IG GU UR RE ES S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 4 - -

Figure IV.6. 1: Caractéristiques géométriques d’un escalier.
Figure IV.6.2 : Types d’escaliers à étudier.
Figure IV.6.3 : Escaliers type 1.
Figure IV.6.4 : Caractéristiques d’une marche.
Figure IV.6.5 : schéma de calcul _escalier type1_
Figure IV.6.6 : Plan de ferraillage _escalier type1_
Figure IV.6.7 : Schéma de calcul _escalier type2_
Figure IV.6.8 : Ferraillage_ Escalier type2_
Figure IV.6.9 : Caractéristiques géométriques_ Escalier type3_.
Figure IV.7.1 : Type d’une rampe.
Figure IV.7.2 : Moments minimaux dans une poutre continue à deux travées.
Figure IV.7.3 : Moments minimaux dans une poutre continue à plusieurs travées.
Figure IV.7.4 : Efforts dans une poutre continue à deux travées.
Figure IV.7.5 : Efforts dans une poutre continue à plusieurs travées.
Figure IV.8.1 : Caractéristiques géométriques des bâches à eau.
Figure IV.8.2 : Principe de la méthode de PLASSE.
Figure IV.8.3: Moments dans les parois.
Figure IV.8.4: Contrainte sous radier.
Figure IV.8.5 : Forces appliquées sur la paroi lorsque la bâche à eau est vide.
Figure IV.8.6 : Forces appliquées sur la paroi lorsque la bâche à eau est pleine.
Figure IV.8.7 : Diagramme de l’effort normal.
Figure IV.8.8 : Sollicitations dues à la poussée de la terre.
Figure IV.8. 9 : Sollicitations dues à la surcharge.
Figure IV.8.10: Sollicitations dues à l’action de l’eau.
Figure IV.8.11 : Ferraillage des parois.
Figure IV.8.12 : Ferraillage des parois du bâche à eau.
Figure IV.9.1 : Caractéristiques géométriques de la piscine.
Figure IV.10.1 : Acrotère sur mur .
Figure V.1 : Méthode des bielles.
Figure V.2 : Ferraillage des semelles
Figure V.3 : Phénomène de poinçonnement.
Figure V.4 : Semelle sous joint de dilatation.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –L LI IS ST TE ES S D DE ES S T TA AB BL LE EA AU UX X E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 5 - -


L LI IS ST TE E D DE ES S T TA AB BL LE EA AU UX X

Tableau III.1 : Dimensionnement d’un plancher nervuré.
Tableau III.2 : Dimensionnement d’un plancher en dalle pleine.
Tableau IV.3.1 : Tableau des charges.
Tableau IV.3.2 : Tableau récapitulatif des sollicitations calculées.
Tableau IV.3.3 : Sollicitations maximales obtenues par la théorie de l’arc.
Tableau IV.3.4 : Valeurs de N.
Tableau IV.4.1 : Tableau récapitulatif des sollicitations.
Tableau IV.4.2 : Tableau récapitulatif du ferraillage.
Tableau IV.5.1 : Tableau récapitulatif des caractéristiques des barres.
Tableau IV.6.1 : Charges du paillasse de l’escalier type1.
Tableau IV.6.2 : Charges du palier de l’escalier type1.
Tableau IV.6.3 : Tableau des sollicitations aux E.L.U et E.L.S.
Tableau IV.6.4 : Tableau des sollicitations et du ferraillage de l’escalier type 2
Tableau IV.6.5: Charges du paillasse de l’escalier type3.
Tableau IV.6.6 : Tableau des sollicitations aux E.L.U et E.L.S.
Tableau IV.7.1 : Charges de la rampe.
Tableau IV.7.2 : Récapitulation des sollicitations de la rampe.
Tableau IV.7.3 : Ferraillage de la rampe.
Tableau IV.7.4 : Vérification des contraintes.
Tableau IV.8.1 : Chargements des parois et du radier.
Tableau IV.8.2 : Interpolation des coefficients.
Tableau IV.8.3 : Sollicitations dans les parois.
Tableau IV.8.4 : Récapitulation du ferraillage des parois.
Tableau IV.9.1 : Charges de la piscine
Tableau IV.9. 2: Récapitulation du ferraillage des parois du piscine.




P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 6 - -





I IN NT TR RO OD DU UC CT TI IO ON N G GE EN NE ER RA AL LE E



Le présent projet de fin d’études est consacré à la conception et le dimensionnement de la
superstructure et des fondations principalement en béton armé de l’hôtel « Jawhara » situé à
Sousse. La construction de cet hôtel est déjà entamée et suit l’avancement des études en
cours.

Ce mémoire comporte cinq chapitres :
Dans le premier chapitre, nous allons présenter en premier temps la conception
architecturale du projet afin de donner une idée générale sur la répartition des espaces et sur
leurs usages. Dans un second temps, nous allons proposer une conception pour la structure de
l’hôtel en respectant les règles d’art est les contraintes architecturales.
Dans le deuxième chapitre, nous nous proposons d’améliorer les performances
énergétiques du projet en suivant une démarche de haute qualité environnementale.
Dans le troisième chapitre, nous allons présenter d’abord les hypothèses de calcul
adoptées ainsi que les caractéristiques mécaniques des matériaux utilisés.
Ensuite, nous allons évaluer les charges permanentes et les charges variables appliquées à
notre structure.
Le quatrième chapitre sera consacré au dimensionnement de la structure de l’hôtel.
La modélisation et le calcul de l’ossature de l’hôtel seront conduits numériquement
moyennant le logiciel « Arche » ; les résultats seront présentés dans l’annexe du mémoire.
Des calculs manuels et des vérifications seront aussi conduits pour les autres éléments de la
structure a savoir une dalle pleine, une poutre courbe, une voûte, des portiques en béton armé
et en charpente métallique, des escaliers, une rampe, une bâche à eau, une piscine et des
acrotères, à l’aide de quelques logiciels tels que les modules de Arche, Effel et RDM6.
Enfin, le dernier chapitre sera dédié au dimensionnement des fondations superficielles
de l’hôtel.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 7 - -


Chapitre I

Présentation du projet
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DE ES SC CR RI IP PT TI IO ON N A AR RC CH HI IT TE EC CT TU UR RA AL LE E E ET T C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N S ST TR RU UC CT TU UR RA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 7 - -

C Ch ha ap pi it tr re e I I

D DE ES SC CR RI IP PT TI IO ON N A AR RC CH HI IT TE EC CT TU UR RA AL LE E
E ET T
C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N S ST TR RU UC CT TU UR RA AL LE E

I I- - D De es sc cr ri ip pt ti io on n a ar rc ch hi it te ec ct tu ur ra al le e
Le projet objet de notre étude est un hôtel de catégorie « 4 étoiles », nommé « Jawhara » et
situé dans la zone touristique de Sousse au bord de la mer. Le site actuel du projet est celui de
l’hôtel Coralia qui a été démoli, sa piscine extérieure est encore préservée.

Figure I.1 : Façade principale de l’hôtel.

Ce projet s’étend sur une superficie totale d’environ 5 hectares et présente une surface
couverte de 62 000 m². Il comprend un sous-sol (S.S), un rez-de-jardin (RDJ), un rez-de-
chaussée (RDC) et cinq étages.
A partir du RDC, la surface de chaque étage est d’environ 13200 m²
Cet hôtel est formé principalement par une partie centrale entourée par deux ailes
(cf. figure 1.1).

Figure I.2 : les trois parties de l’hôtel.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DE ES SC CR RI IP PT TI IO ON N A AR RC CH HI IT TE EC CT TU UR RA AL LE E E ET T C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N S ST TR RU UC CT TU UR RA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 8 - -

Selon la fonctionnalité, on peut distinguer 3 parties. Une première partie formée par des
blocs à usage d’hébergement comportant 582 chambres et 39 suites ; les deux ailes principales
de l’hôtel sont exclusivement réservées à l’habitation. La deuxième partie comporte les
locaux communs (réception, restaurants, vestiaires, bars, salles polyvalentes, etc.) et la
troisième les locaux de service et techniques (cuisines, laveries, etc.).

Le sous-sol situé à une profondeur de 7.5 m (par rapport au niveau du RDC) a une surface
d’environ 8215 m². Il comprend essentiellement des locaux techniques, de stockage et de
dépôt, des bâches à eau de hauteur sous plafond (HSP) variant entre 2.5 et 3.2 m, une salle
polyvalente (HSP égale à 7.2 m) et un parking (HSP égale à 3.2 m) ayant une capacité de
stationnement de 43 véhicules. Le moyen d’accès des camions aux locaux techniques est
assuré par une rampe de pente d’environ 15%.
Le RDJ a une surface d’environ 16 000 m². Il est constitué essentiellement des cuisines,
d’une piscine couverte (HSP égale à 3.8m), un centre de thalasso thérapie, un restaurant (HSP
égale à 5.3 m) et un parking (HSP égale à 3.2 m) de capacité de stationnement de 24
véhicules. Le RDJ comporte aussi le premier niveau des ailes d’hébergement (HSP égale à
3m).
Le RDC comprend deux blocs d’hébergement au niveau des ailes (HSP égale à 3m), un
hall de réception vaste (HSP égale à 10.2m) s’étalant sur trois niveaux et des bureaux pour la
direction. On trouve également des boutiques, des cafés, un bar, des restaurants et une salle
des jeux (HSP égale à 5m). Deux entrées principales se situent à ce niveau ; la première ouvre
sur la façade principale et la deuxième sur la piscine.
Les deux premiers étages constituent des blocs d’hébergement au niveau des ailes et des
restaurants et des bureaux administratifs (au niveau du deuxième étage) situés dans la partie
centrale.
Les trois derniers étages sont réservés principalement pour l’hébergement
(HSP égale à 2.8 m). Ils sont pratiquement identiques sauf que le 5
ème
étage comporte deux
suites de plus.
Des escaliers et des ascenseurs et des montes charges sont conçus pour permettre
d’accéder d’un étage à un autre.

A cause de l’étendue du projet, l’architecte a proposé de diviser l’hôtel en seize
blocs moyennant des joints de dilatation de longueur d’environ 30m.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DE ES SC CR RI IP PT TI IO ON N A AR RC CH HI IT TE EC CT TU UR RA AL LE E E ET T C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N S ST TR RU UC CT TU UR RA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 9 - -

Joints de structure Joints de structure
Introduction
Un joint désigne une coupure entre deux parties d’un bâtiment, permettant à chaque partie
de se déplacer librement, sans que les sollicitations auxquelles elle se trouve soumise aient
une influence sur l’autre partie.
Le rôle des joints est d’assurer la solidarisation, la continuité et l'étanchéité des matériaux
utilisés dans la construction, et par conséquent la résistance de celle-ci aux efforts de
compression, de flexion ou de traction qui la sollicitent ; ils participent à l’étanchéité du mur.
Les variations de température, le retrait dû au durcissement, le fluage et le gonflement
initial du béton entraînent une déstabilisation entre les éléments d’une construction en béton
armé. Il devient alors nécessaire de prévoir dans les ouvrages des solutions de continuité sous
forme de joints. [1]
Types et caractéristiques
Figure I.3: Types de joints de structure.

Les joints utilisés sont : Joint de dilatation et Joint de retrait ou Joint de rupture.
• Le Joint de dilatation et de retrait est plus particulièrement une coupure destinée à
parer à l’action normale des variations thermiques et du retrait.

• Le Joint de rupture est plus spécialement une coupure destinée à permettre le
mouvement de la déformation provoquée par des causes accidentelles (tassements
différentiels des du sol et des fondations) ou par des causes normales (différence de hauteur
entre deux bâtiments accolées ou une différence importante dans les surcharges et les
sollicitations auxquelles sont soumis les deux bâtiments).

Ces joints structurels doivent être judicieusement distribués, et concerner toute l'épaisseur
de la maçonnerie (y compris chapes, enduits et revêtements extérieurs rapportés) sur environ
2 cm de largeur ; ils ne peuvent être obturés qu'avec des matériaux ou profilés qui s'adaptent à
des déformations importantes.
En pratique, l'espacement maximal entre deux joints de structure consécutifs varie entre 25
et 50 m selon les conditions climatiques (plus le climat est humide plus l’espacement est
important).
A la suite des caractéristiques citées des joints, vu l’étendue du terrain du projet, on a opté
pour un placement de joints de dilatation tous les 25 à 30 m tout en respectant la répartition
architecturale et sa fonctionnalité.
[1]
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DE ES SC CR RI IP PT TI IO ON N A AR RC CH HI IT TE EC CT TU UR RA AL LE E E ET T C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N S ST TR RU UC CT TU UR RA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 0 - -

I II I- - C Co on nc ce ep pt ti io on n s st tr ru uc ct tu ur ra al le e
II.1. Introduction
La conception est la phase la plus importante lors de l’élaboration d’un projet de bâtiment.
Ainsi, une bonne lecture des plans architecturaux, des coupes et des détails est indispensable
pour la compréhension du projet et le dégagement des problèmes qui puissent nous rencontrer
ainsi que des contraintes et des exigences à prendre en compte.
La conception doit obéir à un certains nombre de critères. Elle doit assurer un bon
compromis permettant à la fois de satisfaire les exigences structurales et architecturales et de
minimiser le coût global du projet.

II.2. Critères du choix
La conception de la superstructure a été réalisée en respectant les critères suivants :
1- Assurer la sécurité des individus et des biens,
2- Respecter au mieux les plans architecturaux pour conserver l’aspect esthétique du
bâtiment. En effet, l'emplacement des poteaux ne doit en aucun cas gêner l'usage fonctionnel
de l’architecture,
3- Eviter les grandes portées dans un but d’économie et d’esthétique ; limiter les
hauteurs des retombés surtout si la HSP n’est pas importante. Dans ce cas, on a eu recours à
des poutres plates,
4- Prendre en compte les données géotechniques et l’emplacement de l’hôtel au bord
de la mer. La portance du sol est moyenne et égale à 2.5 bars.

Ainsi, le système choisie pour l’ossature du bâtiment est le système classique
« poutres – poteaux » en béton armé. Deux types de plancher ont été adoptés selon les
portées ; le plancher nervuré avec hourdis céramique (corps creux) et le plancher en dalle
pleine, tous deux coulés en œuvre. Ce système porteur est le plus utilisé en Tunisie et il est
caractérisé par sa facilité d’exécution et son économie relativement à d’autres systèmes.

La solution fondations superficielles a été retenue; des semelles isolées en béton armé avec
une base en gros béton sous les poteaux et des semelles filantes sous les voiles.





P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DE ES SC CR RI IP PT TI IO ON N A AR RC CH HI IT TE EC CT TU UR RA AL LE E E ET T C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N S ST TR RU UC CT TU UR RA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 1 - -

II.3. Difficultés et contraintes architecturales rencontrées lors de la
conception
Les principales difficultés rencontrées lors de la conception de ce projet sont :
1- Au niveau de l’emplacement et des dimensions de la section de certains poteaux.
L’emplacement des poteaux a été choisi en superposant les plans des différents étages et en
respectant certaines contraintes telles que la conservation des dimensions des poteaux du hall
de réception et de la salle polyvalente exigées par l’architecte pour leur aspect esthétique. Il
est préférable aussi que les poteaux soient cachés dans les murs pour des raisons esthétiques.
Au niveau de certains étages, nous avons eu recours à des poteaux naissants
2- Au niveau de la réception de largeur très importante (environ 25m) qui s’étale sur 3
étages, on a eu recours à des poutres de grande hauteur simplement appuyés sur des poteaux ;
la hauteur sous plafond de 10,5m nous permet d’autoriser des retombées importantes.
3- Assurer une circulation aisée dans le parking (RDJ et sous-sol), tout en respectant le
nombre des places des voitures envisagé, de ce fait, nous avons placé des poteaux espacés
d’une trame de 3 voitures,












P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 2 - -

Chapitre II
Conception en Haute
Qualité Environnementale
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 2 - -

C Ch ha ap pi it tr re e I II I


C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N
H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E

I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n
Nouvelles exigences, nouvelles technologies, nouveaux matériaux … l’émergence du
bâtiment durable remet en cause le bagage culturel et technique des professionnels : c’est la
révolution à tous les niveaux.

La véritable clé du bâtiment durable est de tirer parti de l’environnement plutôt que le
subir. En fait le bâtiment doit s’accorder aux notions du développement durable : plus
respectueux de la nature ; moins émetteur de CO
2
.

Qu’on l’appelle durable, vert ou écologique ; le bâtiment nouveau en HQE apporte non
seulement un grand confort mais aussi une réelle maîtrise énergétique : c’est la devise de la
conception HQE.

I II I- - D Dé ém ma ar rc ch he e H HQ QE E
La HQE n’est pas une norme, ni un label. C’est d’abord « une démarche de management
de projet » qui vise à limiter à court et à long terme les impacts environnementaux d’une
opération de construction ou de réhabilitation, tout en assurant aux occupants des conditions
de vie saine et confortable. Elle passe par une préparation accrue à chaque phase du projet et
en particulier en amont, lors de la conception et des études.

La démarche HQE propose aux acteurs du bâtiment une méthode pour mener un projet,
fondée sur un langage commun constitué par les 14 cibles et leurs déclinaisons qui décrivent
précisément les caractéristiques environnementales d’un bâtiment.

Deux principes sous-tendent l’approche HQE :
1. la construction, l’entretien et l’usage de tout le bâtiment induisent un impact sur
l’environnement, et donc un coût global, que la HQE tentera de réduire ou compenser, au-delà
de ce que demande la démarche (pour au moins 7 cibles sur 14) et en visant la performance
maximale (pour au moins 3 cibles dites « prioritaires »). L’économie est appréhendée sous
l’angle du coût global et tient compte à la fois de l’investissement et du fonctionnement.

2. Le principe des cibles, lié à la démarche qualité : la cible est atteinte si dans le
domaine concerné, le niveau relatif de performances correspond à un objectif bien défini de la
démarche HQE et intervenant aussi bien au niveau de la construction du bâtiment que de son
fonctionnement. Ces cibles pouvaient ne pas être traitées en visant le maximum de
performance.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 13 3 - -


Figure II.1 : Les 14 cibles appliquées dans la démarche HQE.

Une des méthodes les plus fiables pour parvenir à l’obtention de la qualité
environnementale du bâtiment QEB par l’application de la démarche HQE, est de s’appuyer
sur un profil efficace est rigoureux ; le profil QEB proposé pour faire les choix les plus
conformes au développement durable à toutes les phases de la construction et de la vie d’un
bâtiment : conception, réalisation, utilisation, maintenance, adaptation et déconstruction.
Ce profil se base sur une échelle axée par les cibles ainsi que trois niveaux de performance
décrivant le niveau de traitement d’une cible (basse performance, performant et très
performant).

Figure II.2 : Le profil QEB.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 14 4 - -

Le profil QEB vient de satisfaire et équilibrer deux exigences complémentaires:
II.1. Maîtrise de l’impact du bâtiment sur l’environnement et la gestion des
ressources renouvelables
• Relation du bâtiment avec son environnement immédiat :
− Gestion des atouts et des contraintes du terrain et du site
− Utilisation des opportunités offertes par le voisinage
− Réduction des risques nuisance entre le bâtiment et son voisinage
• Choix intégré des produits, systèmes et procédés de construction :
− Adaptabilité et durabilité du bâtiment
− Choix adéquat des procédés de construction
− Choix des produits de construction à faible impact sur l’environnement
• Chantier à faible nuisance
− Gestion différenciée des déchets de chantier
− Réduction du bruit de chantier
− Réduction des pollutions de la parcelle et du voisinage
− Maîtrise des autres nuisances de chantier

• Gestion de l’énergie
− Renforcement de la réduction de la demande et des besoins énergétiques
− Recours aux énergies renouvelables
− Renforcement de l’efficacité des équipements énergétiques
• Gestion de l’eau
− Réduction de la consommation de l’eau potable
− Recours à des eaux non potables
− Récupération des eaux pluviales
Gestion des déchets d’activité
− Conception des dépôts de déchets d’activités adaptée aux modes de collecte
actuels et futurs probables
− Gestion différentiée des déchets
• Entretien et maintenance
− Optimisation des besoins en maintenance
− Mise en place de procédés efficaces de gestion technique et maintenance
− Maîtrise des effets environnementaux des procédés de maintenance

II.2. Le confort et la santé des utilisateurs
• Confort hygrothermique
− Permanence des conditions de confort hygrothermique
− Homogénéité des ambiances hygrothermiques
− Zonage hygrothermique

• Confort acoustique
− Isolation et correction acoustique
− Zonage acoustique (bruits des équipements)

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 15 5 - -

• Confort visuel
− Maîtrise optimal confort/énergie
− Relation visuelle satisfaisante avec l’extérieur
− Eclairage naturel optimal privilégié en termes de confort et de dépenses
− Eclairage artificiel satisfaisant et en appoint de l’éclairage naturel
• Confort olfactif
− Réduction des sources d’odeurs désagréables
− Ventilation permettant l’évacuation des odeurs désagréables
• Qualité sanitaire des espaces
− Ambiances intérieures satisfaisantes
− Création des conditions d’hygiène
− Facilitation du nettoyage et de l’évacuation des déchets d’activités
− Limitation des nuisances électromagnétiques
• Qualité sanitaire de l’air
− Maîtrise des risques de pollution (équipements, produits de construction,
entretien ou amélioration…)
− Ventilation pour la qualité de l’air
• Qualité de l’eau
− Protection du réseau de distribution d’eau potable
− Maintien de la qualité de l’eau destinée à la consommation
− Contrôle de l’accès aux réseaux de distribution collective de l’eau
− Gestion des risques liés aux réseaux d’eaux non potables
NB :
La cible 4, celle de la gestion d’énergie, est fixée d’avance comme une cible très performante.
Pour le profil QEB, on doit avoir des cibles avec leurs niveaux de performance comme suit :
• Au minimum 3 cibles très performantes
• Au minimum 4 cibles performantes
• Au maximum 7 cibles en basse performance
[2]
I II II I- - C Co on nc ce ep pt ti io on n H HQ QE E d de e l l’ ’h hô ôt te el l J JA AW WH HA AR RA A
III.1. Fixation des cibles et leurs niveaux de performance
Notre but consiste à créer un bâtiment doté des technologies lui permettant de respecter au
mieux l’environnement et l’écologie dans sa construction, en utilisant des ressources
naturelles et locales.
La fixation des niveaux de performance des cibles souligne les étapes suivantes de la
conception. Elle exige une définition détaillée des différents choix adoptés et indique après les
recommandations techniques permettant d’identifier les travaux efficaces pour appliquer la
démarche HQE.

× Cible 1 : relation du bâtiment avec son environnement immédiat
L’implantation du projet doit être faite d’une manière à tirer profit de l’environnement
immédiat. Cette cible est définie comme performante dans le cas de la réalisation du projet de
l’hôtel JAWHARA. En fait le site de la construction est déjà favorable pour l’existence d’un
hôtel et offre l’opportunité à un paysage naturel agréable (mer, palmiers….).
L’intervention d’un concepteur vient de mettre accent sur l’orientation du projet de manière à
limiter les dépenses énergétiques et profiter de l’éclairage naturel.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 16 6 - -

× Cible 2 : choix des produits et procédés de construction
Les produits et les procédés de construction sont indispensables pour une approche HQE.
Définie comme très performante, cette cible garantie un niveau minimum de performance
pour les autres cibles.
L’exigence de haute performance pour les matériaux de construction est demandée pour
assurer le confort, la gestion de l’énergie et aussi l’entretien à long terme.

× Cible 3 : chantier à faible nuisance
L’action sur la limitation de la nuisance d’un tel projet n’est réellement applicable que
pour la gestion des déchets de construction.
Les pratiques de construction en Tunisie ne peuvent réduire le bruit de chantier au point
que cette cible atteint un niveau de performance élevée. Ainsi la cible 3 est fixée en basse
performance.

× Cible 4 : gestion de l’énergie
Un bâtiment bien implanté (voir cible 1) a déjà pris un bon départ pour réduire ses besoins
énergétiques et ses impacts environnementaux. Les bonnes pistes à suivre pour continuer :
- Une isolation renforcée pour limiter les besoins de chauffage ;
- une inertie thermique du bâti suffisante et l’intégration de protections solaires pour diminuer
les surchauffes ;
- une organisation de l’espace et des ouvertures, conçue pour limiter les déperditions de
chaleur et les surchauffes ;
- recours aux énergies renouvelables et naturelles
De ce fait cette cible ne peut qu’être très performante.

× Cible 5 : gestion de l’eau
Un hôtel est un grand consommateur d’eau (ECS, EP, piscine, …..). La gestion de l’eau a
un caractère primordial lors de la conception HQE pour la réduction de consommation de
l’eau ainsi que l’installation des systèmes de récupération des eaux convenables. Elle exige la
haute performance de cette cible.

× Cible 6 : gestion des déchets d’activité
La gestion des déchets d'activité intervient au niveau des évacuations des eaux usées, des
locales poubelles. La performance de cette cible ne demande pas un niveau haut de traitement.
Cette cible concerne plus le cas de la conception des bâtiments industriels à grande échelle
d’activité et d’évacuation des déchets.
Pour le cas de la conception HQE d’un hôtel, la gestion des déchets d’activité est une
cible performante.

× Cible 7 : entretien et maintenance
La haute performance du choix des produits et des procédés de construction implique
systématiquement que l’entretien et la maintenance seront assurés même à niveau de
traitement moyen. Donc la cible 6 est simplement performante.

× Cible 8 : confort hygrothermique
L’implantation du projet à la proximité de la mer nécessite la conformité de cette cible avec
un haut niveau de traitement pour assurer le confort hygrothermique pour les utilisateurs.

× Cible 9 : confort acoustique
Cette cible est traitée comme performante vu qu’elle est liée directement aux choix des
matériaux isolants définis par la cible 2.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 17 7 - -

× Cible 10 : confort visuel
Le paysage naturel du site assure un confort visuel automatique mais la nécessité du soin
de l’architecture du projet et des éléments de décoration intérieurs et extérieurs donne à cette
cible un aspect de performance intéressant. Le confort visuel est une cible performante.

× Cible 11 : confort olfactif
Cette cible est traitée en basse performance.

× Cible 12 : qualité sanitaire des espaces
Le niveau de performance de cette cible peut être identifié en basse performance.

× Cible 13 : qualité sanitaire de l’air
Le site de la réalisation du projet de l’hôtel JAWHARA est loin du cadre urbain
aboutissant à la pollution de l’air. La fraîcheur de l’air est garantie d’avantage à cause de la
proximité du projet à la mer. D’où la qualité de l’air est traitée en basse performance.

× Cible 14 : qualité de l’eau
Cette cible est liée à la cible de gestion de l’eau. Elle peut être à niveau de performance bas.

Figure II.3: Le profil QEB fixé pour le projet de l’hôtel de JAWHARA.

III.2. Application du profil QEB dans le projet de l’hôtel JAWHARA
Afin d’appliquer le profil QEB dans le cas de notre projet, nous proposons des solutions
répondants aux exigences croissantes des réglementations et s’inscrivant dans une réelle
démarche de qualité environnementale.
Sur la base de la fixation des niveaux de performance des différentes cibles, nous offrons
une conception qui suit les étapes déjà déterminées.

NB : Notre conception portera sur les cibles en haute performance.

III.2.1. Relation du bâtiment avec son environnement immédiat
La relation du bâtiment avec son environnement immédiat ne tient pas compte seulement
de l’implantation du projet dans son site naturel mais aussi de la conception architecturale et
de l’orientation des différents espaces.
Il convient de signaler qu’en dehors de toutes considérations relatives à l’environnement
immédiat, le mode de construction de certains projets est un facteur primordial pour assurer le
confort désiré. Parmi les éléments essentiels de ce mode de construction, on peut citer
l’orientation, les matériaux de construction qui influencent la puissance à donner aux
différentes installations, l’importance des surfaces vitrées, l’étanchéité des châssis et fenêtres,
les dispositifs de ventilation naturelle.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 18 8 - -

En particulier, il convient d’éviter les « ponts thermiques » occasionnés par l’existence
dans une paroi d’un élément de forte conductivité dont la présence se manifeste par des
dépôts localisés de poussière sur la surface intérieure de la paroi et des condensations de
vapeur d’eau.
Un bâtiment bien implanté prend son bon départ par réduction du poids de ses besoins
énergétiques et ses impacts environnementaux. Les bonnes pistes à suivre pour tirer profit de
l’environnement immédiat sont :
- une organisation de l’espace et des ouvertures, conçue pour limiter les déperditions
de chaleur et les surchauffes
- valorisation des apports solaires par le choix de l’orientation du projet

En réponse à ces enjeux énergétiques, l’orientation des espaces d’habitation est favorable
dans la direction de sud. La façade sud d’un tel bâtiment reçoit le maximum de rayonnement
solaire en hiver, et les façades ouest et est, ainsi que la toiture en été. De cette observation
découlent les règles plutôt simples. D’abord, orienter de préférence la façade au sud. On
bénéficie ainsi de l’apport solaire hivernal, tout en protégeant les vitrages par des dispositifs
convenables pour éviter de transformer le bâtiment en serre l’été : ainsi débord généraux de
toiture ou brise-soleil vont empêcher les rayons presque verticaux du soleil estival d’été de
frapper le verre, tout en laissant passer les rayons plus bas du soleil d’hiver. A l’est et à
l’ouest, éviter si possible les grandes fenêtres et, surtout, les munir de volets : l’été, en effet,
les rayons bas du soleil levant et couchant vont frapper longuement les vitres et réchauffer
considérablement l’intérieur. On évitera tous les vitrages obliques vers le sud. De cette
orientation découle une répartition assez naturelle des différentes pièces. Ainsi les pièces
d’habitation seront placées plutôt au sud afin que les habitants profitent d’un éclairage naturel,
gratuit et prolongé.
[3]


Figure II.4 : Trajectoire du soleil et l’influence de l’orientation du projet. [4]


Malgré que l’architecture actuelle du projet dans sa globalité soit bien définie au niveau de
l’orientation au sud, les blocs d’habitation ne profitent pas totalement de cette orientation.
En fait, les ailes des blocs d’hébergement dirigés dans la direction de nord (sélectionnés
par le rouge dans le schéma) ne profitent pas totalement des apports solaire surtout ceux
hivernaux. Ces blocs demandent plus de climatisation en été.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 19 9 - -


Figure II.5 : Les blocs présentant des défauts d’orientation.
Il s’agit là de grands défis, en aucun cas évidemment de règles absolues. Résoudre ce
problème ne signifie pas renoncer à l’environnement esthétique de l’hôtel, mais c’est une
modification qu’il faudra corriger en renforçant d’autres paramètres. Cependant, il ne s’agit
pas de suivre la course du soleil mais plutôt d’essayer de changer la configuration
architecturale en fonction de la trajectoire de notre étoile, comme le montre le schéma ci-
dessous.

Figure II.6 : Solution architecturale pour l’orientation des blocs.

Cette disposition architecturale sera si adoptée la meilleure solution en terme de bénéfices
énergétiques. D’une part, l’orientation de ces blocs va empêcher les rayons verticaux du soleil
estival de frapper longuement les chambres et les transformer en serre. D’autre part, pour la
saison d’hiver, et surtout à partir de la période d’après midi, les chambres profitent des rayons
solaires bas servant pour chauffer les pièces la nuit.
Mais notre intervention portera seulement sur la conception structurale du projet. On
maintient ainsi la conception architecturale actuelle tout en cherchant à améliorer les
performances d’habitation en toute saison.
Le traitement des différentes pièces dépend de la direction des rayons solaires :
− Un traitement horizontal pour les blocs dirigés vers le nord puisque les rayons solaires
sont presque verticaux en été.
− Un traitement vertical pour les blocs dirigés vers le sud puisque les rayons solaires
sont plus bas en hiver.
Le traitement horizontal est un traitement de surface de la toiture exposée au soleil une
longue période de la journée et ce par un choix attentif du matériau isolant au niveau du
plancher terrasse.
Le traitement vertical des blocs orientés vers le nord nécessite l’ajout des brise-soleil dont
le rôle est d’empêcher les rayons totalement verticaux et de laisser passer les rayons plus bas
du soleil. Dans notre cas, les blocs d’hébergement sont équipés des balcons qui viennent de
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 20 0 - -

remplacer le rôle des brise-soleil pour l’étage juste au dessous et les protègent des rayons
solaires en toute saison.

Figure II.7 : Mode de traitement pour les différentes ailes.

III.2.2. Choix des produits et procédés de construction
Le choix des matériaux de construction est basé sur leur performance écologique, leur
disponibilité dans le marché tunisien, ainsi que le mode de traitement fixé pour les différentes
ailes.
Il est intéressant de privilégier des produits ayant des impacts environnementaux réduits,
des produits locaux ou renouvelables. Mais deux principes essentiels assurent la qualité des
matériaux et de leur utilisation :
− La sélection de produits ayant fait la preuve de leur aptitude à l’usage et de leurs
performances en termes d’isolation et d’étanchéité.
− La sélection de produits ayant fait la preuve de leur aptitude à réduire l’existence des
ponts thermique qui sont en général des zones d’un bâtiment présentant une baisse de
résistance thermique et entraînant des déperditions de chaleur et parfois une accumulation
d’humidité (points de jonction entre deux matériaux, deux parois, angles ….).

En adoptant ces principes pour le choix des produits et procédés de construction, un
plancher réalisé en dalle pleine sera le plus conforme aux critères de sélection. En effet, le
recours à la dalle pleine assure une homogénéité de la structure et évite toute irrégularité de
résistance thermique des matériaux et donc la discontinuité des barrières isolantes par laquelle
la chaleur s’échappe. Mais le plancher le plus utilisé dans nos chantiers est un plancher en
corps creux. On est amené à choisir des matériaux entre une grande variété de produits ayant
des caractéristiques isolantes qui participent à la conception écologique du bâtiment dans son
ensemble.
Qu’il s’agisse des matériaux porteurs et isolants à la fois, ou isolant de remplissage, il est
très important que les différents choix seront coordonnés pour respecter la continuité
thermique, c’est à dire ne pas détériorer l’isolation ainsi qu’assurer l’étanchéité à l’air des
parois.

+ Matériau d’isolation des murs : Béton léger à base de Perlite
Utilisé comme matériau de remplissage d’isolation des murs et entre les doubles cloisons, le
béton léger permet de réduire les déperditions à travers ces derniers. Les besoins en
chauffages seront diminués. En été, l’isolation fait barrière à la chaleur et au rayonnement
solaire extérieur.
Ultra léger, isolant thermique, isolant acoustique, le béton léger à base de Perlite permet
encore la protection contre l’humidité. Cette caractéristique est indispensable pour le choix de
ce type de matériau puisque le projet est situé dans un site exposé à l’humidité.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 21 1 - -

Le béton léger est également bénéfique pour l’environnement car, en réduisant les
consommations, elle permet de préserver les ressources énergétiques et de limiter les
émissions de gaz à effet de serre.
Le béton léger à base de Perlite présente des propriétés intéressantes : la légèreté ; la haute
résistance thermique, la faible conductivité thermique. C’est un matériau naturel, écologique
et économique.
[5]
+ Matériau utilisé pour le plancher terrasse : Béton cellulaire
Tout au long de son cycle de vie, de sa fabrication à sa mise en œuvre jusqu’à son recyclage
en fin de vie, le béton cellulaire s’avère un matériau propre. Car le béton cellulaire est
fabriqué en grande partie avec des matières premières naturelles et abondantes telles que le
sable, la chaux, l’eau, auxquelles s’ajoutent le ciment et la poudre d’aluminium. Au contact de
la chaux, celle-ci mousse et forme de petites bulles d’air. Ce sont ces bulles d’air qui
permettent au béton cellulaire d’assurer la totalité de la fonction d’isolation du plancher qu’il
forme.

× Performances au stade de la fabrication :
• Il consomme moins de matières premières que les bétons traditionnels.
• Le procédé de fabrication eau/vapeur en circuit fermé réduit les dépenses
énergétiques.
• L'eau nécessaire à la production est réinjectée en continu dans la fabrication, limitant
ainsi sa consommation.
• Aucune matière nocive n'est rejetée dans l'atmosphère.
• Les déchets de production sont recyclables dans la production ou sous forme de
granulats.
× Performances au stade du chantier :
• Moins de déchets.
• Rapidité de pose.
• Plus légers et plus grands que les parpaings ou les briques, les éléments en béton
cellulaire se manipulent aisément et, formant un système constructif cohérent et homogène,
ont été conçus pour rendre la durée d'un chantier plus courte et pour doubler le rendement au
m
2
par compagnon.
× Performances au stade de l'habitation :
• Confort thermique :
Le béton cellulaire offre une isolation naturelle et totale ; tout autre système d'isolation est
superflu.
Il freine la déperdition de chaleur en hiver et procure le meilleur confort d’hiver. Il réduit la
durée de chauffage en demi-saison et assure même une climatisation naturelle en été.
• Hygro- régulation
Le béton cellulaire est imperméable à l'eau, mais perméable à la vapeur contenue à
l'intérieur d'un local et la rejette vers l'extérieur, assainissant ainsi l'atmosphère intérieure. Il
procure le meilleur confort d’hiver.


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 22 2 - -

• Confort acoustique
Une construction en béton cellulaire offre sensiblement le même confort phonique que
celui obtenu avec des matériaux traditionnels : protège contre les bruits extérieurs et diminue
les émissions vers l'extérieur.
• Résistance au feu
Le béton cellulaire est un matériau minéral, il est incombustible (classé M
0
), ne produit ni
fumée, ni gaz toxiques, et est classé coupe-feu 4 heures à partir d'une cloison de 10 cm.
• Santé
Constitué essentiellement de matières minérales naturelles, le béton cellulaire ne contient
aucun élément nocif ou fibreux; ni adjuvant toxique ou cancérigène. De plus, il est
inattaquable par les insectes, les termites ou les rongeurs.
Les blocs de béton cellulaire sont fixés entre eux, non par des joints de mortier, mais par
des joints minces utilisant une colle spéciale afin d’éviter la formation des ponts thermiques
entre chaque bloc. [2, 5,6]
+ Matériau d’isolation des planchers intermédiaires: Laine de roche
Il s’agit d’un isolant thermique et acoustique. Pour fabriquer ce matériau, on fait fondre et
on fibre une roche volcanique pour obtenir un matelas de laines enchevêtrées qui piègent l’air.
Cet isolant d’origine minéral est utilisé en isolation de terrasse ou de plancher.
La laine de roche présente une conductivité thermique de 0.038 à 0.041 W/(m.K) et une
résistance thermique pour 100mm de 2.4 à 2.6 m
2
.k / W. Son incombustibilité et sa résistance
au feu (jusqu’à 1000°C) soulignent le recours à ce matériau pour les grands ouvrages.

+ Vitrage : Double vitrage
Rien ne sert d’isoler un bâtiment avec les matériaux les plus performants si l’on fait
l’impasse sur les vitrages. Car une vitre standard n’offre aucune résistance thermique propre.
Elle ne vaut que comme « barrière à l’air ». En revanche, un double vitrage de 2.4 cm
d’épaisseur, avec sa lame d’air prise en sandwich entre deux feuilles de verre (voir schéma ci-
dessous), réduit autant les pertes thermiques qu’un mur de pierre de 70 cm d’épaisseur et
promet de résoudre le dilemme entre la nécessité de freiner la pénétration des rayons solaires
en été et de la favoriser en hiver.

Figure II.8 : Double vitrage à isolation renforcée. [4]
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CE EP PT TI IO ON N E EN N H HA AU UT TE E Q QU UA AL LI IT TE E E EN NV VI IR RO ON NN NE EM ME EN NT TA AL LE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 23 3 - -

• La répartition judicieuse de vitrage est de l’ordre de : 50 % des surfaces vitrées au sud, 20
% à l’est et à l’ouest, 10 % au nord.
• Les vitrages à isolation renforcée (VIR) permettent la réalisation de grandes baies : apport
de soleil, donc de chauffage « gratuit» et de lumière tout en limitant les déperditions de
chaleur.
[6,7]
III.2.3. Gestion de l’énergie
Grâce aux efforts déjà réalisés sur son implantation et la qualité de son enveloppe, le
bâtiment de l’hôtel JAWHARA est économe en énergie parce qu’il a peu de besoins. Les
équipements dont nous le dotons peuvent nous permettre de réduire son impact sur
l’environnement et de tirer profit des énergies durables.
De nouvelles sources d’énergie Solaire (éolienne, thermique …) permettent de subvenir
aux besoins du bâtiment : il est possible en effet de transformer le terminal de consommation
en un ouvrage capable de couvrir ses propres demandes en énergie.
La gestion d’énergie suit toutes les étapes de la conception HQE et intervient à tous les
niveaux de traitement. La réduction des demandes énergétiques et la limitation de
déperditions thermiques forment la base de cette gestion.
A ce niveau, on se restreint à présenter les équipements ayant recours aux énergies
renouvelables et naturelles.

+ Solaire thermique
Il s’agit de transformer l’énergie solaire en chaleur. L’énergie solaire thermique peut servir
à chauffer les différentes pièces et/ou l’eau pour des besoins sanitaires.
Il se présente sous la forme d’un réseau des tubes métalliques à la fois thermiquement
isolés, pour limiter les pertes thermiques, et recouvert d’un corps noir (du chrome) afin
d’élever la température du fluide caloporteur qui y circule (en général, de l’eau mélangée à un
antigel). Une plaque de verre recouvre le tout, créant l’effet de mini serre. Le fluide ainsi
chauffé passe ensuite dans un échangeur thermique, un serpentin métallique présent au sein
d’un ballon de stockage, et cède une partie de son énergie à l’eau sanitaire. Une fois refroidi,
le fluide caloporteur repart vers les capteurs pour un nouveau cycle.
C’est une énergie gratuite qui n’émet à l’usage ni polluant ni gaz à effet de serre.
[7]
III.2.4. Gestion de l’eau
+ Recyclage des eaux
Les eaux appelées grises sont celle recyclables (eaux de lavabos, cuisine, douche…). Elles
sont récupérées dans une citerne située au sous-sol, grossièrement traitées puis renvoyées au
bâtiment pour alimenter les chasses d’eaux ou servir à l’arrosage des gazons.

+ Utilisation de l’eau de mer
Parmi les gestes d’économie d’eau applicable dans notre projet, la bâche à eau connectée au
centre de thalassothérapie est alimentée par l’eau de mer.
I IV V- - C Co on nc cl lu us si io on n
Mener à bien un projet de construction ménageant l’environnement permet d’économiser
l’énergie, de limiter les rejets de gaz à effet de serre et de vivre dans une ambiance saine. Le
surcoût d’investissement d’un tel projet est amorti par les importantes économies réalisées à
l’usage.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 24 4 - -

Chapitre III

Caractéristiques des
matériaux et
évaluation des charges

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CA AR RA AC CT TE ER RI IS ST TI IQ QU UE ES S D DE ES S M MA AT TE ER RI IA AU UX X E ET T E EV VA AL LU UA AT TI IO ON N D DE E C CH HA AR RG GE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 24 4 - -

C Ch ha ap pi it tr re e I II II I

C CA AR RA AC CT TE ER RI IS ST TI IQ QU UE ES S D DE ES S M MA AT TE ER RI IA AU UX X
E ET T
E EV VA AL LU UA AT TI IO ON N D DE E C CH HA AR RG GE E


A A- - C Ca ar ra ac ct té ér ri is st ti iq qu ue es s d de es s m ma at té ér ri ia au ux x e et t h hy yp po ot th hè ès se es s d de e c ca al lc cu ul l
L’étude et le dimensionnement des éléments de la structure sont menés suivant les règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et de constructions en béton armé selon la
méthode des états limites (B.A.E.L 91.):
Tous les paramètres en question sont indiqués ci-après.
A A. .I I- - C Ca ar ra ac ct té ér ri is st ti iq qu ue es s d de es s m ma at té ér ri ia au ux x
A.I.1. Béton
Le béton est dosé à 350 kg/m
3
en utilisant un liant hydraulique mis en œuvre sur chantier
dans des conditions de fabrication courantes
• (C.P.A 45) pour les éléments en élévation,
• un ciment (HRS) pour les éléments en contact avec le sol

Le béton ainsi choisi a une résistance caractéristique à la compression à 28 jours de :
f
c28
= 22 MPa.

Par suite de cette donnée on définit les caractéristiques suivantes :
- la résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours égale à :
92 . 1 06 . 0 6 . 0
28 28
= + =
c t
f f MPa.
- le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours égal à :
30822 11000
3
28 28
= =
c i
f E MPa.
- le module de déformation longitudinale différée de béton à 28 jours, pour les charges
de longue durée :
10274
3
28
= =
i
v
E
E MPa.
- Poids volumique du béton armé :
ρ = 25 KN/m
3

Le coefficient de poisson du béton est donné par :



=
=
. ' , 2 . 0
. lim , 0
ELS l à ns déformatio des calcul le pour v
service et ultime ite états aux ions sollicitat des calcul le pour v


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CA AR RA AC CT TE ER RI IS ST TI IQ QU UE ES S D DE ES S M MA AT TE ER RI IA AU UX X E ET T E EV VA AL LU UA AT TI IO ON N D DE E C CH HA AR RG GE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 25 5 - -

A.I.2. Acier
• Les armatures longitudinales sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE400
de limite d’élasticité garantie f
e
et de module d’élasticité longitudinale E
s
tels que :
f
e
= 400 MPa et E
s
= 2.10
5
MPa.
Le coefficient de fissuration : h =1.6 ;
Le coefficient de scellement : 1.5;
• Les armatures transversales sont des aciers doux de nuance FeE215 de limite
d’élasticité garantie f
et
:
f
et
= 215 MPa.
Le coefficient de fissuration : h =1.6 ;
Le coefficient de scellement =1.5;
Coefficient de sécurité : γ = 1.15
A A. .I II I- - H Hy yp po ot th hè ès se es s d de e c ca al lc cu ul l
Le projet étant situé au centre de la Tunisie dans un climat non agressif pour la
superstructure, alors qu’au niveau de l'infrastructure milieu est supposé agressif.
Et on considère ce qui suit :
• Pour la superstructure
La fissuration est peu préjudiciable.
Epaisseur d’enrobage des armatures : 2.5 cm.
• Pour l’infrastructure
La fissuration est préjudiciable
Epaisseur d’enrobage des armatures : 4 cm.
Le coefficient d’équivalence est pris égal à :
b
s
E
E
n = = 15.
A.II.1. Dimensionnement à l’ELU
Pour le dimensionnement des armatures à l’ELU, on considère :
- les coefficients de pondération sont pris égal à :



. exp ' arg : 5 . 1
. arg : 35 . 1
loitations d es ch pour
s permanente es ch pour

- la contrainte admissible en compression du béton est égale à :
46 . 12
5 . 1
85 . 0
28
=

=
c
bu
f
f MPa.
- la contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux est égale à :
82 . 347
15 . 1
= =
e
su
f
f MPa.
A.II.2. Dimensionnement à l’ELS
Pour la vérification des contraintes à l’ELS, on considère :
- les coefficients de pondération sont pris égaux à 1 pour les deux types de charges.
- la contrainte admissible en compression du béton est égale à :
2 . 13 6 . 0
28
= ⋅ =
c
bc f σ MPa.
- la contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux :
MPa f f
t e
s 8 . 129 110 ,
3
2
inf
28
=






= η σ
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CA AR RA AC CT TE ER RI IS ST TI IQ QU UE ES S D DE ES S M MA AT TE ER RI IA AU UX X E ET T E EV VA AL LU UA AT TI IO ON N D DE E C CH HA AR RG GE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 26 6 - -

A.II.3. Sol de fondation
Les valeurs si dessous sont prélevées du rapport géotechnique:

Le sol est formé principalement par une couche épaisse de sable ayant pour
caractéristiques :
- Angle de frottement : ϕ = 30°.
- Coefficient de cohésion : C = 0.
- Capacité portante : σ
sol
= 0.25 MPa.
- K
p
=1/ tg²( )
2 4
(
ϕ
+
Π
= 0.33

A A. .I II II I- - M Mé ét th ho od de e d de e c ca al lc cu ul l
L’étude et le dimensionnement des éléments de la structure sont menés suivant les règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et de constructions en béton armé selon la
méthode des états limites (B.A.E.L 91.):

III.1 Poteaux
Les poteaux sont généralement soumis aux charges verticales centrées, ils sont donc
dimensionnés à la compression simple. D’autres poteaux peuvent être soumis en plus des
charges verticales à des moments de flexion et sont donc dimensionnés à la flexion composée.

III.2 Poutres, nervures, escaliers
Afin de déterminer les armatures longitudinales, la méthode utilisée est celle de flexion
simple, et pour les armatures transversales, la méthode utilisée est à travers l’effort tranchant.
Suites à des conditions à vérifier, le calcul des poutres continues sera fait soit par la
méthode forfaitaire, soit par la méthode de caquot ou caquot minorée.

Les méthodes de calcul sont les mêmes même s’il est fait manuellement ou par logiciel.









P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CA AR RA AC CT TE ER RI IS ST TI IQ QU UE ES S D DE ES S M MA AT TE ER RI IA AU UX X E ET T E EV VA AL LU UA AT TI IO ON N D DE E C CH HA AR RG GE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 27 7 - -

B B- - E Ev va al lu ua at ti io on n d de es s c ch ha ar rg ge es s

En Tunisie, les planchers les plus courants sont en corps creux vu l’abondance des produits
rouges, leurs bonnes caractéristiques d’isolation thermique et phonique ainsi que la facilité
d’exécution.
Le choix du type du plancher dépend de plusieurs paramètres parmi les quels on cite :
- la longueur moyenne des travées,
- la répartition architecturale des espaces,
- les moyens de travail et de mise en œuvre sur chantier,
- le type d’isolation demandé ou exigé,
- le facteur économique du projet,…

Le projet ci-présent comprend essentiellement des planchers traditionnels de diverses
épaisseurs selon le cas, (cela dépend de la portée des nervures).

B B. .I I- - P Pl la an nc ch he er r t tr ra ad di it ti io on nn ne el l e en n c co or rp ps s c cr re eu ux x
En effet, ce type de plancher est le plus utilisé dans la majorité des chantiers en raison de
sa disponibilité dans le marché, sa facilité de mise en œuvre, son coût économique et
l’isolation que ce soit phonique ou thermique qu’il présente.

Ce plancher représente une composition de :
♥ Corps creux : utilisés comme coffrage perdu permettant l'augmentation des qualités
d'isolation du plancher.
♥ Nervures coulées sur place : reposants sur des poutres, elles constituent les éléments
porteurs du plancher et leur espacement est fonction des dimensions du corps creux.
♥ Une chape de béton coulée sur place : permettant la transmission ainsi que la
répartition des charges aux nervures.




Figure III.1 : Composition du plancher corps creux.


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CA AR RA AC CT TE ER RI IS ST TI IQ QU UE ES S D DE ES S M MA AT TE ER RI IA AU UX X E ET T E EV VA AL LU UA AT TI IO ON N D DE E C CH HA AR RG GE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 28 8 - -

B B. .I II I- - E Ev va al lu ua at ti io on n d de es s c ch ha ar rg ge es s
B.II.1. Evaluation des charges permanentes

Les planchers traditionnels se diffèrent par le type du corps creux (de hauteur16,19,19P6)
et la nature du plancher (terrasse ou intermédiaire) et par suite les charges permanentes qui
leurs sont appliquées se diffèrent comme indiqué ci-dessous :

B.II.1.1. Plancher intermédiaire

a. Corps creux (16+5) :
Enduit de plafond (1.5 cm), 0.20 KN/cm : 0.30 KN/m²
Corps creux (16+5) : 2.85 KN/m²
Isolant laine de roche (1cm),(18-140 kg/m
3
) : 0.14 KN/m²
Revêtement :
Sable (3cm), 17 kg/cm : 0.51 KN/m²
Mortier pour carrelage (2 cm), 20 kg/cm : 0.40 KN/m²
Carrelage (25x25x25) : 0.45 KN/m²
Cloison légère : 0.75 KN/m²
⎢ G ≈ 5.40 KN/m
2
.

b. Corps creux (19+6) :
Enduit de plafond (1.5 cm), 0.20 KN/cm : 0.30 KN/m²
Corps creux (19+6) : 3.05 KN/m²
Isolant laine de roche(1cm),(18-140 kg/m
3
) : 0.14 KN/m²
Revêtement :
Sable (3cm), 17 kg/cm d’épaisseur : 0.51 KN/m²
Mortier pour carrelage ( 2 cm), 20 kg/cm : 0.40 KN/m²
Carrelage (25x25x25) : 0.45 KN/m²
Cloison légère : 0.75 KN/m²
⎢ G ≈ 5.60 KN/m
2
.

c. Corps creux (19P6) :
G ≈ 6.73 KN/m
2
d. Dalle pleine :
Enduit de plafond (1.5 cm), 0.20 KN/cm : 0.30 KN/m²
Dalles pleine, 25 kN / m3 ( e x 25) KN/m²
Isolant laine de roche(1cm),(18-140 kg/m
3
) : 0.14 KN/m²
Revêtement :
Sable (3cm), 17 kg/cm d’épaisseur : 0.51 KN/m²
Mortier pour carrelage ( 2 cm), 20 kg/cm : 0. 40 KN/m²
Carrelage (25x25x25) : 0.45 KN/m²
Cloison légère : 0.75 KN/m²
⎢ G ≈ 2.55 + 25.e KN/m
2
.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CA AR RA AC CT TE ER RI IS ST TI IQ QU UE ES S D DE ES S M MA AT TE ER RI IA AU UX X E ET T E EV VA AL LU UA AT TI IO ON N D DE E C CH HA AR RG GE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 2 29 9 - -

B.II.1.2. Plancher terrasse

a. Corps creux (16+5) :
Enduit de plafond (1.5 cm), 0.20 KN/cm : 0.30 KN/m
2
Corps creux (16+5) : 2.85 KN/m
2
Isolant béton cellulaire (10 cm)

: 0.40 KN/m²
Etanchéité :
Asphalte coulé - sablé : 0.50 KN/m
2
Multicouches : 0.10 KN/m
2
Enduit de planéité : 0.30 KN/m
2
Protection de l’étanchéité : 0.30 KN/m
2
⎢ G = 4.75 KN/m
2
.
b. Corps creux (19+6) :
Enduit de plafond (1.5 cm), 0.20 KN/cm : 0.30 KN/m
2
Corps creux (19+6) : 3.05 KN/m
2
Isolant béton cellulaire : 0.40 KN/m
2
Etanchéité :
Asphalte coulé - sablé : 0.50 KN/m
2
Multicouches: 0.10 KN/m
2
Enduit de planéité : 0.30 KN/m
2
Protection de l’étanchéité : 0.30 KN/m
2
⎢ G = 4.95 KN/m
2
.
c. Dalle pleine :
Enduit de plafond (1.5 cm), 0.20 KN/cm : 0.30 KN/m
2
Dalles pleine , 25 kN / m3 ( e x 25) KN/m
2
Isolant béton cellulaire : 0.40 KN/m
2
Etanchéité :
Asphalte coulé - sablé : 0.50 KN/m
2
Multicouches: 0.10 KN/m
2
Enduit de planéité : 0.30 KN/m
2
Protection de l’étanchéité : 0.30 KN/m
2
⎢ G = 1.90 + 25.e KN/m
2
.

B.II.1.3. Murs
Murs de 35 cm + béton léger ‘PERLITE’ : G = 10 KN/ml
Murs de 25 cm + béton léger ‘PERLITE’ : G = 8 KN/ml
Acrotère / garde corps : G = 4 KN/ml

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CA AR RA AC CT TE ER RI IS ST TI IQ QU UE ES S D DE ES S M MA AT TE ER RI IA AU UX X E ET T E EV VA AL LU UA AT TI IO ON N D DE E C CH HA AR RG GE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 30 0 - -

B.II.2. Estimation des charges d’exploitations
Indépendamment du type ou de la nature du plancher, on considère les charges
d’exploitations dans les calculs comme suit :
Local commercial : 4 KN/m
2
Local d’habitation : 1.50 KN/m
2
Terrasse non accessible : 1 KN/m
2
Terrasse accessible : 2.50 KN/m
2
Escaliers : 4 KN/m
2
Parking : 2.50 KN/m²
Bureau : 2.50 KN/m²

B B. .I II II I- - D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t
Le principe de dimensionnement d’un plancher à corps creux est de déterminer l’épaisseur
de la chape de béton ainsi que la quantité d’acier de ses nervures. Pour ce on considère une
bande de largeur unité à fin de simplifier les calculs.
* Planchers corps creux: nervures

Tableau III.1 : Dimensionnement d’un plancher nervuré. [8]

* Planchers: dalle pleine

Tableau III.2 : Dimensionnement d’un plancher en dalle pleine. [8]





P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DA AL LL LE E P PL LE EI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 31 1 - -

Chapitre IV
Modélisation et dimensionneme
de la superstructure
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DA AL LL LE E P PL LE EI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 32 2 - -

C Ch ha ap pi it tr re e I IV V

M MO OD DE EL LI IS SA AT TI IO ON N
E ET T
D DI IM ME EN NS SI IO ON NN NE EM ME EN NT T D DE E L LA A S SU UP PE ER RS ST TR RU UC CT TU UR RE E


+ + M Mo od dé él li is sa at ti io on n
Au cours de cette étape, on a eu recours à l’emploi de plusieurs logiciels vu la diversité
des éléments de structure :
• Pour l’évaluation de la descente de charge, on a utilisé le module « Arche
Ossature », en se basant sur les fichiers « autocad.dxf » comportant les axes des poutres et
des poteaux.
• Pour le dimensionnement des poteaux, on a utilisé « Arche Poteau BAEL » ; on
exporte les poteaux de arche ossature, une foi la descente de charge est faite, vers arche
poteau, on pré dimensionne la section du poteau, puis on calcul son ferraillage.
On adopte généralement le même dimensionnement pour les poteaux supportant des charges
proches.
• Pour le dimensionnement des poutres, on a utilise « Arche Poutre BAEL » ; de
même on exporte les poutres de arche ossature vers arche poutre. Le calcul se fait poutre par
poutre de la façon suivante ; on pré dimensionne la section de la poutre, puis on calcule son
ferraillage en travée et sur appuis. Il faut s’assurer aussi que la condition de limitation de la
flèche est vérifiée.
• pour la détermination des sollicitations dans les voiles et les escaliers, etc. ; on a
utilisé RDM6.
• pour la détermination des sollicitations dans la voûte, on a utilisé le module
« Effel ».

+ + D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d de e l la a s su up pe er rs st tr ru uc ct tu ur re e
Des calculs manuels et des vérifications ont été conduits pour dimensionner les éléments de la
structure a savoir une dalle pleine, une poutre courbe, une voûte, des portiques en béton armé
et en charpente métallique, des escaliers, une rampe d’accès, une bâche à eau, une piscine et
des acrotères.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DA AL LL LE E P PL LE EI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 33 3 - -

I IV V. .1 1 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d d’ ’u un ne e d da al ll le e p pl le ei in ne e

Les dalles sont calculées comme des plaques minces chargées perpendiculairement à leur
plan moyen tout en adoptant les hypothèses classiques de l’élasticité linéaire. Elles permettent
d’avoir une répartition bidirectionnelle des charges appliquer vers les poutres de rives
(éléments porteurs du plancher).

Les dalles sont dimensionnées en considérant une section de béton de largeur un mètre et
de hauteur égal à l’épaisseur de la dalle. En prenant l’indice x ou y suivant le sens de flexion à
envisagée, les aciers en travée ainsi que sur appui sont déterminés avec les moments
respectifs.

A
A
A
)
)
)


M
M
M
é
é
é
t
t
t
h
h
h
o
o
o
d
d
d
e
e
e


d
d
d
e
e
e


c
c
c
a
a
a
l
l
l
c
c
c
u
u
u
l
l
l




I I- - P Pr re ed di im me en ns si io on nn ne em me en nt t
On pose :
dalle la de coté grand du longeur
dalle la de coté petit du longeur
y
l
x
l
= = α
L’épaisseur h
0
de la dalle est déterminée forfaitairement en fonction des conditions
suivantes :
1. Si 0,40 〈 α : La dalle porte dans un seul sens.

20
x
l
0
h 〉 : pour les panneaux isolés.

25
x
l
0
h 〉 : pour les panneaux de dalles continues.
2. Si ≥ α : La dalle porte dans les deux sens. 0,40
30
x
l
0
h 〉 : Pour les panneaux isolés.
40
x
l
0
h 〉 : Pour les panneaux de dalles continues.






h
0 L
x
≤l
y





l
y


Figure IV.1.1 : Dimensions de la dalle

On peut déterminer l’épaisseur de la dalle par des conditions de flèche admissible, on doit
vérifier que Q h kL h + =
0
3
0
25 (
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DA AL LL LE E P PL LE EI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 34 4 - -

I
=
0x
0,75M
tx
=
0x
0,50M
ax
M
II I- - S So ol ll li ic ci it ta at ti io on ns s II I- - S So ol ll li ic ci it ta at ti io on ns s
II.1. Moments II.1. Moments
Le calcul se fait à l’ELU avec P
u
= 1,35G+1,50Q. Le calcul se fait à l’ELU avec P
u
= 1,35G+1,50Q.
II.1.1 Moments dans les dalles articulées sur leurs contours ( M0x ) II.1.1 Moments dans les dalles articulées sur leurs contours ( M0x )

z z











II.1.2. Moments dans les dalles partiellement encastrées II.1.2. Moments dans les dalles partiellement encastrées
Pour une bande de 1m de largeur parallèle à l
x
: Pour une bande de 1m de largeur parallèle à l
M ; M ;
0x
0,75M
tx 0x
0,50M
ax
M

)
3
2,4 8(1
1
x
α
µ
+
=
4
1
)]
2
0,95(1 [1
2
y
≥ − − = α α µ
2
x
Pl
x
0x
M µ =
0x
M
y
0y
M µ =
1
er
cas : 40 , 0 ≥ α 2
éme
cas : 40 , 0 〈 α

M 0
0y
=

8
2
x
Pl
0x
M =


x
:
=
Pour une bande de 1m de largeur parallèle à ly :
;
0y
0,75M
ty
M =
0y
0,50M
ay
M =
II.1.3. Valeurs minimales à respecter
* En travée :
4
tx
M
ty
M ≥
* Sur appuis : M
ay
= M
ax

II.2. Effort tranchant
II.2.1. sollicitations ultimes
2
éme
cas : 0,40 〈 α
2
x
l
u
P
ux
V =
0
uy
V =


1
er
cas : 0,40 ≥ α
)
2
2(1
x
l
u
P
ux
V
α
+
= ,

3
x
l
u
P
uy
V = .

II.2.2. Vérifications

b
δ
c28
f
0,07
d
u
V
u
〈 = τ
II.2.3. Longueur des barres
avec ) 2 . 0 ; max(
x s l
l l l =
28
2
_
max
6 . 0
4
t S
e
s
f et
f
l × Ψ × =
× Φ
= τ
τ

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DA AL LL LE E P PL LE EI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 35 5 - -

I II II I- - F Fe er rr ra ai il ll la ag ge es s II II I- - F Fe er rr ra ai il ll la ag ge es s
III.1. Section d’acier calculée III.1. Section d’acier calculée
En travée : En travée :
Sens l Sens l
x
:
Sens l
y
:
2
d
bu
f
0
b
ty
M
bu
= µ
su
f
b
Z
ty
M
ty
A =
avec )
bu
0,6 d(1
b
Z µ − =
2
d
bu
f
0
b
tx
M
bu
= µ
su
f
b
Z
tx
M
tx
A =
avec )
bu
0,6 d(1
b
Z µ − =


Sur appui :
2
d
bu
f
0
b
tax
M
bu
= µ ; )
bu
0,6 d(1
b
Z µ − = ;
su
f
b
Z
tx
M
ax
A =


III.2. Section minimale d’acier
ymin
A
2
) (3
xmin
A
α −
=
{ } FeE500) :
0
(6h ; FeE400) :
0
(8h ;
0
12h Min
ymin
A =

III.3. Espacement des aciers
En travée :
Sens l
x
:






≤ ;33cm
0
3h min
t
s .
Sens l
y
: { } ;45cm
0
4h min
t
s ≤ .
Sur appui :
. 33cm
t
s ≤
I IV V- - V Vé ér ri if fi ic ca at ti io on n d de e l la a f fl lè èc ch he e
La vérification de la flèche vis-à-vis de l’ELS de la déformation n’est pas indispensable
lorsque :
e à
st
ox
t
x
f
MPa
d b
A
et
M
M
l
h 2
20
1
80
3
max
0

×







×
>
[
[
[
3
3
3
,
,
,
9
9
9
]
]
]






P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DA AL LL LE E P PL LE EI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 36 6 - -

B
B
B
)
)
p
)

E
E
E
x
x
x
e
e
e
m
m
m
p
p
l
l
l
e
e
e


d
d
d
e
e
e


c
c
c
a
a
a
l
l
l
c
c
c
u
u
u
l
l
l




Dans cet exemple on va présenter le calcul d’un panneau de dalle couvrant le plancher
terrasse au niveau du bloc G.
I I- - D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d de e l la a d da al ll le e
93 . 0
84 . 9
15 . 9
= = =
ly
lx
α > 0.4 la dalle porte dans les deux sens. ⇒
Panneau isolé ⇒ cm
l
h
x
31 . 0
30
15 . 9
30
0
= = >
Q h kL h + =
0
3
0
25 (
Avec k = 0.018 pour une dalle sur quatre appuis et portant dans les deux directions
Pour h
0
= 35 cm, Q = 2.5 KN/m², on trouve h
0
= 0.355 m
Donc h
0
= 35 cm

I II I- - E Ev va al lu ua at ti io on n d de es s c ch ha ar rg ge es s
G = 2.55 + 25. h
0

= 11.30 KN/m²

& Q = 1 KN/m²

Charge de calcul à l’état limite ultime
P
u
= 1,35*11.3 + 1,50*1= 16,75 KN/m
2
.

I II II I- - S So ol ll li ic ci it ta at ti io on ns s
I II II I. .1 1 M Mo om me en nt ts s
III.1.1 Moment fléchissant pour le panneau articulé sur son contour :
40 , 0 93 . 0 〉 = α : Le panneau porte dans les deux sens.
µ
x
=0,04
9.15

µ
y
=0.75














1m
h
0
9.84
Figure IV.1.1 : Dimensions de la dalle

Pour une bande de 1m de largeur :
M
ox
= 56.1 KN.m
M
oy
= 42.075 KN.m
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DA AL LL LE E P PL LE EI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 37 7 - -

III.1.2. Moments dans les dalles partiellement encastrées III.1.2. Moments dans les dalles partiellement encastrées
Pour une bande de 1m de largeur parallèle à l
x
: Pour une bande de 1m de largeur parallèle à l
x
:
M
tx
= 42.075 KN.m M
M
ax
= 28.05 KN.m M
tx
= 42.075 KN.m
Pour une bande de 1m de largeur parallèle à l
y
: Pour une bande de 1m de largeur parallèle à l
ax
= 28.05 KN.m
y
:
M
ty
= 31.556 KN.m M
M
ax
= 21.037 KN.m M
ty
= 31.556 KN.m
ax
= 21.037 KN.m

III.1.3. Valeurs minimales à respecter III.1.3. Valeurs minimales à respecter
4
tx
M
ty
M ≥ ¬ 31.556≥ 42.075 /4 * En travée : * En travée :
* Sur appuis : M
ay
= M
ax
= 28.05 KN.m

I II II I. .2 2. . E Ef ff fo or rt t t tr ra an nc ch ha an nt t
V
ux
= 52.3 KN & V
uy
= 51.08 KN
MPa 1,02
lim
MPa 0,166
ux
= 〈 = τ τ ; Donc la section de béton est bien vérifiée.
MPa 1,02
lim
MPa 0,162
uy
= 〈 = τ τ ; Donc la section de béton est bien vérifiée.
Vu que τ < τ
lim
¬ les armatures transversales ne sont pas nécessaires

Longueur des barres
) 2 . 0 ; max(
x s l
l l l = Avec
28
2
_
max
6 . 0
4
t S
e
s
f et
f
l × Ψ × =
× Φ
= τ
τ

cm l
s
6 . 38
592 . 2 4
400
=
×
= ¬ cm l
l
83 . 1 ) 15 . 9 2 . 0 ; 6 . 38 max( = × =

I IV V. . F Fe er rr ra ai il ll la ag ge es s
IV.1. Section calculée d’acier

Sens l
y
:
A
ty
= 8.16 cm
2
/m.
A
ay
= 10.86 cm
2
/m
Sens l
x
:
A
tx
= 11.25 cm
2
/m
A
ax
= 10.86 cm
2
/m

IV.2. Section minimale d’acier
A
xmin
= 4.76 cm
2
/m.
A
ymin
= 4.67 cm
2
/m.
IV.3. Choix des aciers
a) Choix des armatures
mm
h
35
10
350
10
0
= = ≤ Φ
b) Espacement
S
t
< 33 cm soit : cm .
n
S
t
5 16
6
100 100
≈ = =
+ A
tx
= 6 HA 16 /ml
A
ty
= 4 HA 16 /ml
A
ax
= A
ay
= 6 HA 16 /ml
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –D DA AL LL LE E P PL LE EI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 38 8 - -

V- V- V Vé ér ri if fi ic ca at ti io on n d de e l la a f fl lè èc ch he e V- - V Vé ér ri if fi ic ca at ti io on n d de e l la a f fl lè èc ch he e
e à
st
ox
t
x
f
MPa
d b
A
et
M
M
l
h 2
20
1
80
3
max
0

×







×
>
Or 037 . 0
80
3
038 . 0
0
= > =
x
l
h
¬ La vérification de la flèche n’est pas nécessaire


V VI I. . S Sc ch hé ém ma a d de e f fe er rr ra ai il ll la ag ge e






Figure IV.1.2 : Schéma de ferraillage de la dalle.









P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OU UT TR RE E C CO OU UR RB BE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 38 8 - -

I IV V. .2 2. . D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d d’ ’u un ne e p po ou ut tr re e c co ou ur rb be e
Le calcul d’une poutre courbe ne diffère du calcul d’une poutre droite que par l’addition
des efforts de la torsion.
Nous allons prendre comme exemple de calcul la poutre R (35x25) situées dans le plancher
terrasse dans le bloc G du 5
ème
étage.
La poutre, curviligne circulaire encastrée sur les appuis, est soumise uniquement à son
poids propre g.
g= b*h*γ
b
= 0.25 * 0.35* 25 = 2.187 kN /m 2.19 kN /m
g
u
: la Charge à l’état ultime limite avec g
u
= 1.35xg = 2.96 kN /m
I I. . P Pr ré és se en nt ta at ti io on n
I.1. Géométrie

Figure IV.2.1 : Géométrie de la poutre courbe.

Les données de la géométrie de la poutre courbe sont :
- R : rayon de la ligne moyenne de la poutre courbe, R = 6.45m
- α = 42.5° (dans le calcul α est prise en radian)

I.2. Sollicitations


Figure IV.2.2 : Modèle de calcul de la poutre courbe.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OU UT TR RE E C CO OU UR RB BE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 3 39 9 - -


Soient :
• Moment de flexion au milieu de la travée (M f − D)
kNm M
R g M
D f
u D f
72 . 8
) 1
74 . 0
) 74 . 0 cos( 74 . 0 ) 74 . 0 sin( 2
( 45 . 6 96 . 2 ) 1
) cos( ) sin( 2
(
2 2
= ⇒

∗ − ∗
∗ = −

∗ =


α
α α α

• Moment de flexion au point défini par l’angle β (M f )
)) cos( 1 ( ) cos( ) (
2
β β β − ∗ − ∗ =

R g M M
u D f f

Au niveau des appuis (β=α), le moment de flexion est M
f
(β = α = 42.5) = -25.56 kNm
A mis travée (β=0), le moment de flexion est M
f
(β=0) = M
f-D
= 8.72 kNm

• M oment de torsion au point défini par l’angleβ ( M
t
)
)) sin( ( ) sin( ) (
2
β β β β − ∗ − ∗ =

R g M M
u D f t

Au niveau des appuis (β=α), le moment de torsion est M
t
(β=α=42.5) = -2.78 kNm
A mis travée (β=0), le moment de torsion est M
t
(β=0) = 0 kNm

• Effort tranchant (Vu )
kN
R
g
l
g V
u u u
13 . 14
2
2
2
= = =
α

I II I. . D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t e et t f fe er rr ra ai il ll la ag ge e
II.1. Justifications vis-à-vis de la torsion et du cisaillement
+ Vérification du béton
contrainte tangente due à l’effort tranchant :
MPa
d b
V
v u
u
v u
18 . 0 179 . 0
315 . 0 25 .. 0
10 13 . 14
,
3
,
≈ = ⇒
×
×
=
×
=

τ τ
contrainte tangente due au couple de torsion :
Ω × ×
=
0
2 b
M
t
u γ
τ
Avec :
o b
0
: épaisseur de la paroi de la section creuse équivalente.
b
0
= min (
6
a
; épaisseur

réelle)
a : le plus petit diamètre du cercle inscriptible dans le contour extérieur. ⇒ a = h = 0.35m.
+ b
0
= min (
6
35 . 0
; 0.35)= 0.06m
o Ω : aire du contour tracé à mi-épaisseur des parois.
Ω = (b-b
0
)*(h-b
0
) + Ω =0.055m
2
.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OU UT TR RE E C CO OU UR RB BE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 40 0 - -


Figure IV.2. 3 : Modèle de calcul des caractéristiques de la poutre.

D’où MPa
b
M
t u
t
t u
421 . 0
055 . 0 06 . 0 2
10 78 . 2
2
.
3
0
,
= ⇒
× ×
×
=
Ω × ×
=

τ τ

+ Justification du béton
Nous devons vérifier que : pour une section pleine. lim
2
,
2
,
2
τ τ τ ≤ + v u t u
Avec : 93 . 2 ) 5 ;
5 . 1
22
2 . 0 min( ) 5 ; 2 . 0 min(
lim
MPa MPa
f
b
cj
= × = × =
γ
τ pour une fissuration peu
préjudiciable.
MPa MPa v u t u
u
93 . 2 . 457 . 0
lim
.
2
.
2
= = + = τ τ τ τ p

+ Armatures transversales pour l’effort tranchant
Armature d’âme :
) cos (sin 9 . 0
3 . 0
.
α α
τ
γ + ×
× × −
= ×
×
tj v u
s
et
t
t
f k
f
s b
A

k = 0 : cas défavorable : pas de reprise de bétonnage.
α= 90°.
cm cm cm cm
s
A
s
A f
s b
A
t
t
t
t
y u
s
et
t
t
/
37
1
/ 027 . 0
215 9 . 0
15 . 1 25 18 . 0
9 . 0
2 2
.
= = ⇒
×
× ×
= ⇒⇒ = ×
×

τ
γ

- espacement minimal :
. /
5 . 21
1
4 . 0
2
cm cm
s
A
MPa f
s b
A
t
t
et
t
t
≥ ⇒ ≥ ×
×

Nous devons prévoir la section minimale car cm cm cm cm
s
A
t
t
/
37
1
. /
5 . 21
1
2 2
≥ ≥
- espacement minimal :
cm s cm cm d s
t t
28 35 . 28 ) 40 ; 9 . 0 min( = → = × ≤

+ Armatures transversales pour la torsion

- Armature d’âme :
. /
74
1
055 . 0 2 215
15 . 1 10 78 . 2
2
2
3
cm cm
s
A
s
A M f
s
A
t
t
t
t t
s
et
t
t
= ⇒
× ×
× ×
= ⇒
Ω ×
= ×

γ


- Pourcentage minimal :
. /
90
1
4 . 0
2
0
cm cm
s
A
MPa f
s b
A
t
t
et
t
t
= ⇒ ≥ ×
×

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OU UT TR RE E C CO OU UR RB BE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 41 1 - -

+ Résultats
cm m
s
A
s
A
s
A
s
A
t
t
T
t
t
V
t
t
t
t
/
66 . 16
1
74
1
5 . 21
1
2
= ⇒ + =






+






=
Pour on a cm s
t
28
0
= 6 6 . 68 . 1
2
HA cm A
t
⇒ =

+ Armatures longitudinales pour la torsion
On a :
Ω ×
= ×

2
t
ed
l
M
f
u
A

Avec u : périmètre de Ω ; m b h b u 96 . 0 ) 2 (
0
= × − + =
D’où


= ⇒ ×
× ×
× ×
=
× Ω ×
×
= ×

. 71 . 0 10
348 055 . 0 2
98 . 0 10 78 . 2
2
2 4
3
cm A
f
u M
f
u
A
l
ed
t
su
l


- pourcentage minimal :


≥ ⇒ ≥ ×
×
2
0
66 . 0 4 . 0 cm A MPa f
u b
A
l su
l
. Il faut donc prévoir la section minimale.
6 3 71 . 0
2
HA cm A ⇒ =

II.2 Justification vis-à-vis de la flexion
+ Armatures longitudinales pour la flexion simple
o En travée :
. 0 ' 028 . 0
46 . 12 315 . 0 25 . 0
10 72 . 8
2
3
2
= ⇒ =
× ×
×
=
× ×
=

A
f d b
M
lu
bu
f
bu
µ µ p
⇒ 275 . 0 p
bu
µ Méthode simplifiée m d Z
bu b
31 . 0 ) 6 . 0 1 ( = × − × = µ et
su s
f = σ
2 4
3
81 . 0 10
348 31 . 0
10 72 . 8
cm A
f Z
M
A
u
su b
u
u
= ⇒ ×
×
×
=
×
=


A cm cm A d b
f
f
A
t
f
2 2
min
2
28
min
1 99 . 0 23 . 0 ≈ = ⇒ × × × =
Donc il faut donc prévoir la section minimale.
+ 8 2 1
2
min
HA cm A A ⇒ = =

o Sur appuis :
0 ' 083 . 0
46 . 12 315 . 0 25 . 0
10 56 . 25
2
3
2
= ⇒ =
× ×
×
=
× ×
=

A
f d b
M
lu
bu
f
bu
µ µ p
⇒ 275 . 0 p
bu
µ Méthode simplifiée m d Z
bu b
3 . 0 ) 6 . 0 1 ( = × − × = µ et
su s
f = σ
min
2 4
3
45 . 2 10
348 3 . 0
10 56 . 25
A cm A
f Z
M
A
u
ed b
u
u
f = ⇒ ×
×
×
=
×
= ⇒


8 5 45 . 2
2
HA cm A ⇒ =
[3]
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OU UT TR RE E C CO OU UR RB BE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 42 2 - -


I II II I. . S Sc ch hé ém ma a d de e f fe er rr ra ai il ll la ag ge e


N 1 2 3 4 5 6
FERRAILLAGES 2HA8 5HA8 3HA6 2HA8 RL6 RL6



Figure IV.2.4 : Schéma de ferraillage de la poutre courbe.



















P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –V VO OÛ ÛT TE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 43 3 - -

Ch Cha ap pi it tr re e I IV V. .3 3 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d d’ ’u un ne e v vo oû ût te e Ch ha ap pi it tr re e I IV V. .3 3 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d d’ ’u un ne e v vo oû ût te e

I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n
Le calcul des voûtes cylindriques varie d’une méthode à une autre. Chaque méthode
présente ses propres hypothèses simplificatrices. On adoptera pour notre cas de calcul, en
raison de leur conformité avec nos hypothèses, les méthodes suivantes :
Le calcul des voûtes cylindriques varie d’une méthode à une autre. Chaque méthode
présente ses propres hypothèses simplificatrices. On adoptera pour notre cas de calcul, en
raison de leur conformité avec nos hypothèses, les méthodes suivantes :
1. La théorie des arcs. 1. La théorie des arcs.
2. La théorie des membranes faisant abstraction des moments de flexion est beaucoup
plus simple.
2. La théorie des membranes faisant abstraction des moments de flexion est beaucoup
plus simple.
3. la méthode de calcul des éléments finis par logiciels tel qu’Effel. 3. la méthode de calcul des éléments finis par logiciels tel qu’Effel.

I II I- - P Pr ré és se en nt ta at ti io on n d de es s m mé ét th ho od de es s d de e c ca al lc cu ul l I II I- - P Pr ré és se en nt ta at ti io on n d de es s m mé ét th ho od de es s d de e c ca al lc cu ul l
II.1. Théorie de l’arc II.1. Théorie de l’arc
Le modèle de calcul par la théorie de l’arc se base sur la considération d’un arc AB
reposant sur ses culées par l’intermédiaire des articulations A et B et soumis à des charges
uniquement verticales et parallèles à (oy).
Le modèle de calcul par la théorie de l’arc se base sur la considération d’un arc AB
reposant sur ses culées par l’intermédiaire des articulations A et B et soumis à des charges
uniquement verticales et parallèles à (oy).
L’axe (oy) est dirigé suivant la verticale ascendante L’axe (oy) est dirigé suivant la verticale ascendante
L’axe (ox) est dirigé suivant la ligne des naissances (figure1) L’axe (ox) est dirigé suivant la ligne des naissances (figure1)


Y









R R




a
B
f
θ
θ
0
M
A
θ
X
e= 0.08m
R
A
R
B
b = 1 m
Section de l’arc
Figure IV.3.1 : Modèle de calcul selon la théorie de l’arc. Figure IV.3.1 : Modèle de calcul selon la théorie de l’arc.

La méthode de calcul consiste à déterminer les efforts intérieurs agissants dans un arc
articulé aux naissances A et B.
La méthode de calcul consiste à déterminer les efforts intérieurs agissants dans un arc
articulé aux naissances A et B.
Les équations d’équilibre de la statique élémentaire nous montrent que d’une part, les
composantes verticales (R
A
) et (R
B
) des réactions aux appuis A et B sont égales aux réactions
R
A
et R
B
d’une poutre sur appuis simples de même portée (l) que l’arc et soumise aux mêmes
charges.
Les équations d’équilibre de la statique élémentaire nous montrent que d’une part, les
composantes verticales (R
D’autre part, les composantes horizontales des réactions aux articulations A et B sont
égales en valeurs absolues, mais de sens opposés.
D’autre part, les composantes horizontales des réactions aux articulations A et B sont
égales en valeurs absolues, mais de sens opposés.
A
) et (R
B
) des réactions aux appuis A et B sont égales aux réactions
R
A
et R
B
d’une poutre sur appuis simples de même portée (l) que l’arc et soumise aux mêmes
charges.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –V VO OÛ ÛT TE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 44 4 - -

y − = µ y Q − = µ
Désignions par Q la composante horizontale de la réaction à l’articulation A ; Q est par
définition la poussée de l’arc. C’est la seule inconnue hyperstatique qu’il faut déterminer en
tenant compte de la déformation de l’arc.
Désignions par Q la composante horizontale de la réaction à l’articulation A ; Q est par
définition la poussée de l’arc. C’est la seule inconnue hyperstatique qu’il faut déterminer en
tenant compte de la déformation de l’arc.
Les sollicitations (moment de flexion, effort normal, effort tranchant) dans une section
quelconque de l’arc, de coordonnées (x, y) sont exprimées en fonction de Q et des forces
appliquées par :
Les sollicitations (moment de flexion, effort normal, effort tranchant) dans une section
quelconque de l’arc, de coordonnées (x, y) sont exprimées en fonction de Q et des forces
appliquées par :

M M Q
Qcos sin
dx
d
N θ θ
µ
+ =
Qsin cos
dx
d
T θ θ
µ
− =

Avec :
* µ : moment fléchissant dans la poutre sur appuis simples de même portée que l’arc
soumise aux même charges.
* Q est déterminée en utilisant les équations de ‘’ BRESSE ‘’.

D
C
d D
C
Q δ =
+
=
* θ est l’Angle de (ox) avec la tangente à la fibre moyenne.
* I, S : respectivement l’inertie et la section réelle de l’arc.







− + = ∫ =
0
cos
0
3sin )
0
2
2cos (1
0
EI
3
R
EIcos
dx
2
y
D θ θ θ θ
θ


EI
0
2R
EScos
dx
d
θ
θ
= ∫ =
On pose :
S
I
2
r = ; L’expression de « BRESSE » devient :

1
0
cos
0
sin 3
0
2
cos 2 1
0
0
2
2
2
1
1
1











− +
+ =
+
=
θ θ θ θ
θ
δ
) (
θ
R
r
D
d








− − + + − = ) (
EI
R
C
0
cos
0
sin
0
cos sin
0
cos 2
2
sin
0
2
sin
2
3
θ θ θ θ θ θ θ θ

C est également calculé par double intégration par rapport à α ; dans le cas d’une charge
q
u
répartie sur toute la portée de l’arc, on trouve :







− + + − = )
0
2
2sin (1
0
cos
0 0
3
sin
3
7
0
sin
2EI
4
R
u
q
C θ θ θ θ θ
On obtient :
y Q (x) M − = µ
Qcos sin
dx
d
N θ θ
µ
+ =

dx
dM
Qsin cos
dx
d
T = − = θ θ
µ

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –V VO OÛ ÛT TE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 45 5 - -

Avec : Avec :
2
)
2
x
2
(a
u
q
(x)

= µ : Moment d’une poutre simplement appuyée, de même portée et
soumise aux mêmes chargements.

II.2. Théorie membranaire


Figure IV.3.2 : Modèle de calcul selon la théorie membranaire.

Appelons q
x
et q
y
les deux composantes tangentielles de la force extérieure agissant sur la
surface et q
z
la composante normale, les équations de projections sur les trois axes donnent :

x
x
x
q

N
r
1
x
N
− =
ϕ ∂

+


ϕ

(1)
y
x
q

N
r
1
x
N
− =
ϕ ∂

+


γ ϕ
avec

z
q . r N − =
ϕ


Pour une toiture demi-circulaire posée à ses deux extrémités et soumise à la charge q
u
,
les équations (1) donnent :


R
x l q
N
u
x
4
cos ) 4 (
2 2
ϕ − −
=
(2) ϕ
ϕ
cos . .R q N
u
− =
ϕ
ϕ
sin . . 2 x q N
u x
− =


N
x
: effort longitudinal

N
φ
: effort méridien

N

: effort de cisaillement


On voit que N
x
et N
ϕ
s’annulent le long des bords libres (ϕ=π/2), tout le long de la portée.
En revanche, N

ne s’annule pas en ces endroits.
La poutre de rive doit donc équilibrer, d’une part cette traction, et d’autres parts le
moment de flexion introduit par son poids propre.
On admet généralement qu’une telle méthode de calcul n’est valable que pour des coques
courtes, telles que l 2 r. au-delà, le calcul ne peut négliger les flexions.


[10]
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –V VO OÛ ÛT TE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 46 6 - -

I II II I- - D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t
III.1. Géométrie
• La portée est : 2a = 8.7m
• La flèche est : f = 4.35 m
• Le rayon est : R = 4.35 m
• La longueur est : l = 8.7 m
• L’Angle est : θ
0
= 90°.

III.2. Chargement

Eléments Charges (KN/m²)
Etanchéité 0,20
Brique(e = 6.5cm) 0,67
Chape (8 cm) 2
Enduit (1.5 cm) 0.33
Charges permanentes totales G= 3.2
charge d’exploitation (Terrasse inaccessible) Q =1
Tableau IV.3.1 : Tableau des charges.

III.3. Sollicitations
En exploitant les formules précédentes, on peut déterminer :

D
C
d D
C
Q =
+
= = 10.73KN (δ=1.et C/D = 10.73).
Pour différentes valeurs de θ (en degrés), on présente les valeurs de M, N et T dans le
tableau suivant :
0 30 60 90
M (KN.m) 8.38 0,87 -9.57 0
N (KN/m) 10.73 2.96 -13.62 -25.32
T (KN/m) 0 -16.33 -20.25 -10.73
Tableau IV.3.2 : Tableau récapitulatif des sollicitations calculées.

Pour le même arc, on présente dans le tableau ci-dessous les sollicitations maximales
obtenues en utilisant la théorie de l’arc.

M (KN.m) N (KN/m) T (KN/ml)
Théorie de l’arc 9.9 25.32 20.25
Tableau IV.3.3 : Sollicitations maximales obtenues par la théorie de l’arc.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –V VO OÛ ÛT TE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 47 7 - -

III.4. Ferraillage

On détermine le ferraillage de la voûte en prenant une section de largeur 1m et de hauteur
(e=8 cm) égale à l’épaisseur de la chape.
L’épaisseur maximale ‘e‘ de la chape est adaptée par la formule :
)
10
1 ( ) . 0 (
l
Nn e + × =
Dans la formule ci-dessus, N et n représentent les chiffres des dixièmes et des centièmes dans
le coefficient (0.Nn).
l : est la portée de voûte ; l=2a
n : inverse de surbaissement (inverse du rapport de la flèche à la portée)
N : varie de 1 à 4 suivant l’importance de la surcharge

N Catégorie de voûte (importance de surcharge)
1 Voûte légère servant de plafond et supportant son poids propre
2
Voûte moyenne (plancher d’appartement jusqu’à 400kg de
surcharge par m
2
)
3 Voûte forte (magasins, ateliers)
4 Voûte très forte (ateliers avec machines lourdes)
Tableau IV.3.4 : Valeurs de N.

Dans notre cas, la voûte est légère ; elle ne supporte que son poids propre. Donc N=1
2
1 1
= =
l
f
n
ainsi n=2
L’épaisseur de calcul de l’arc est :
cm
l
Nn e 56 . 10 )
10
870
1 ( 12 . 0 )
10
1 ( ) . 0 ( = + × = + × =
On adoptera ainsi pour l’épaisseur de la chape e=8cm, qui sera l’épaisseur de calcul de l’arc.
[1]

III.4.1. Ferraillage par la théorie membranaire

N
bc

bc
B avec B = 0.08 m
2
et σ
bc
= 0.6 f
c28
= 13.2 MPa.
D’où N
bc
= 1056 kN.

Étant donné que les efforts normaux engendrés sont très faibles (N
x
<< N
bc
, N
ϕ
<< N
bc
),
une quantité minimale d’acier comprimé est largement suffisante,
Soit A
min
=0.2 % B c.à.d. A
min
= 1.6 cm2 donc :

+ A
c
= 5 HA8/m : aciers des cerces
A
r
= 3 HA8/m : aciers de répartition




P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –V VO OÛ ÛT TE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 48 8 - -

III.4.2. Ferraillage par la théorie des éléments finis (idem pour la théorie de l’arc)

M
u
= 9.9 kN.m
N
u
= 25.32 kN : effort normal de compression
b = 1 m
h = 0.08 m
02 . 0
. .
1
= =
bc
u
f h b
N
ψ ; ψ
1
≤ 0.81 donc ξ= f(ψ
1
) = 0.17
e
NC
= ξ.h = 0.013
e =
u
u
N
M
=0.23 d’où e > e
NC
d’où la section est partiellement comprimée.
+ Armatures principales
On calcule un moment de flexion fictif : M
u fictif
= M
u
+ N
u
(d-
2
h
) = 10.71kN m
166 . 0
466 . 12 072 . 0 1
10 71 . 10
2
3
2
=
× ×

=
⋅ ⋅
=

bu
u
f d b
M
µ
lu
µ µ p
( ) µ α 2 1 1 25 . 1 − − ⋅ = = 0.23
m d Z
b
065 . 0 ) 4 . 0 1 ( = − = α

On calcule les armatures de la section étudiée soumise à une flexion simple de moment
M
u fictif
; on obtient :
- Le cas échéant une section d’aciers comprimée A’.
- Une section d’aciers tendus A
fictive.

2 4
3
10 73 . 4
348 065 . 0
10 71 . 10
m
f Z
M
A
su b
u
fictive


⋅ =


=

=
- La section réelle d’aciers tendus vaut : A =
su
u
f
N
- A
fictive
= (0.72 – 4.73)10
- 4
< 0
Donc on a besoin d’une section minimale
La section minimale vaut : A
min
= max {
1000
.h b
;
e
t
f
f d b
28
. .
23 . 0 × }= max (0.8 ; 0.79)
Ainsi, les armatures principales déterminées pour la voûte sont :
A = A
min
= 0.8 cm
2
donc nous prenons A = 5 HA8/m

+ Armatures de répartition
A
r
=
4
A
= 0.2 cm
2
donc nous prenons A
r
= 3 HA8/m






P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –V VO OÛ ÛT TE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 4 49 9 - -


III.5. Plan de ferraillage de la voûte III.5. Plan de ferraillage de la voûte


Figure IV.3.3 : Ferraillage de la voûte

I IV V. . C Co on nc cl lu us si io on n
La résolution pratique se simplifie bien entendu avec l’application des hypothèses propres
à chaque méthode de calcul. Par exemple, poser à priori M
x
= 0 (moment longitudinal nul)
revient à admettre que les résultats ne seront valables que loin des appuis. En fait, on sait que
c’est le caractère propre à la théorie des membranes ; il n’est donc pas utile de compliquer
celle-ci par des flexions puisque les nécessités pratiques d’un calcul possible font que l’on
arrive à des résultats voisins. Mais on peut se demander si, à force de simplifier, on résout
bien le problème et on arrive à des résultats comparables par les différentes méthodes.
























P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N B BE ET TO ON N A AR RM ME E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 50 0 - -

I IV V. .4 4 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d d’ ’u un n p po or rt ti iq qu ue e e en n b bé ét to on n a ar rm mé é

Présentant la possibilité de franchir des portées importantes et supportant des importantes
charges, on fait recours aux éléments portiques comme éléments de l’ossature, au lieu du
système poutres-poteaux pour pouvoir dégager un espace considérable sans y avoir des
poteaux ; ainsi pour cette raison, entre autres pour des raisons architecturales, on a opté pour
concevoir des portiques au niveau de la salle polyvalente pour assurer une bonne
fonctionnalité de la pièce.
Un portique est une structure située dans le même plan vertical constituant un ensemble
composé par une poutre (traverse) et par les poteaux (montants) sur lesquels elle prend appui.
I I. . P Pr ré és se en nt ta at ti io on n
On présente ci-dessous le chargement et les dimensions associées au portique à calculer.

I.1. Géométrie

Figure IV.4.1 : Dimensions et chargement du portique.

NB : la longueur l = 20.45 m est prise entre axes des poteaux.
I.2. Sollicitations
Pour les deux états limites, on obtient les sollicitations dans les différentes sections
données au tableau suivant.
Traverse Poteau
Positions

Sollicitations
En travée Sur appui Tête du poteau Pied du poteau
Moment fléchissant (KN.m) 11353 12251 12251 5365.2
Effort normal (KN) 2446 2446 3572.4 3572.4
E
L
U

Effort tranchant (KN) -- 3572.4 2446 2446
Moment fléchissant (KN.m) 8289 8934 8934 3910
E
L
S

Effort normal (

KN) 1783.4 1783.4 2604 2604

Tableau IV.4.1 : Tableau récapitulatif des sollicitations.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N B BE ET TO ON N A AR RM ME E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 51 1 - -

On représente ci-dessous les tracés des différents diagrammes associés au portique et
dégagés par le logiciel « RDM- ossatures ».


Figure IV.4.2 : Diagramme des efforts normaux. IV.4.3: Diagramme des efforts
tranchants. Tranchants.



Figure IV.4.4 : Diagramme des moments fléchissants.


I II I. . D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t
II.1. Traverse - armatures

II.1.1 En travée
a. Sollicitations :

Mu = 11353 KN.m.
Nu = 2446 KN.
Les excentricités : . 18 . 8 ) 18 . 8 ; 2 max( )
250
; 2 max( cm cm cm
l
cm e
a
= = =
m e
N
M
e
a
i i
G
j j
723 . 4 0818 . 0
6 . 244
3 . 1135
0
1
= + = + =


γ
γ

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N B BE ET TO ON N A AR RM ME E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 52 2 - -


b. Armatures :

L’excentricité e
1
étant très grande (e
1
>> h = 0.8 m), on fera le calcul en flexion simple.
37 . 1
8289
11353
= = =
ser
u
M
M
γ .
f
e
= 400 MPa =
4
28
10
3050 49 3440 − +
=
c
lu
f γ
µ = 0.274
375 . 0
466 . 12 8 . 1 75 . 0
10 11353
2
3
2
=
× ×

=
⋅ ⋅
=

bu
u
f d b
M
µ ;
lu
µ µ > = 0 ≠
sc
A
MPa
K
f f
c c sce
72 . 253
1
) 415 13 ( ' 9 . 0 9
28 28
= ⋅ + ⋅ − ⋅ = δ γ σ avec
1
10 78 . 2
180
5 '
'
2
=
⋅ = = =

K
d
d
δ
.

MNm f d b M
bu lu lu
3 . 8 466 . 12 8 . 1 75 . 0 274 . 0
2 2
= × × × = ⋅ ⋅ ⋅ = µ
2 4
2
10 76 . 68
72 . 253 ) 05 . 0 8 . 1 (
3 . 8 10 3 . 1135
) ' (
' m
d d
M M
A
sce
lu u −

⋅ =
× −
− ⋅
=


=
σ


¬ On choisit 8HA32
( ) µ α 2 1 1 25 . 1 − − ⋅ = = 0.625
m d Z
b
35 . 1 ) 4 . 0 1 ( = − = α
=
2 4
2
10 65 . 241
348 35 . 1
10 3 . 1135
m
f Z
M
A
su b
u
st


⋅ =


=

=

¬ On choisit 32HA32

c. Section minimale :
2 4 28
min
10 9 . 14 23 . 0 m d b
f
f
A
e
t −
⋅ = ⋅ ⋅ = A ≤

.

d. Armatures de peau :
Les armatures de peau ont pour rôle de limiter la fissuration de béton superficielle et
participer à la résistance à la torsion et aux moments transversaux parasites ; ainsi dans notre
cas d’étude de fissuration peu préjudiciable et pour une traverse de 80 cm de hauteur (h/80cm)
il convient de mettre en place deux barres tous les 30 à 50 cm de diamètre
10
h
= φ
¬ Ce qui revient à mettre en place 1 barre HA20 tous les 40 cm.
II.1.2. Sur appuis

a. Sollicitations :

M
u
= 12251 KN.m.
N
u
= 2446 KN.
V
u
= 3572.4 KN.
M
ser
= 8934 KN.m.
. 2 5
6 . 244
1 . 1225
m h m
N
M
e
u
u
= ≥ = = =

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N B BE ET TO ON N A AR RM ME E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 53 3 - -

b. Armatures :

L’excentricité

étant très grande (e>> h = 2 m), on fera le calcul en flexion simple.

37 . 1
8934
12251
= = =
ser
u
M
M
γ = 274 . 0 =
lu
µ
4 . 0
466 . 12 8 . 1 75 . 0
10 1 . 1225
2
2
2
=
× ×

=
⋅ ⋅
=

bu
u
f d b
M
µ ;
lu
µ µ f = 0 ≠
sc
A
MPa
K
f f
c c sce
72 . 253
1
) 415 13 ( ' 9 . 0 9
28 28
= ⋅ + ⋅ − ⋅ = δ γ σ
MNm f d b M
bu lu lu
3 . 8 466 . 12 8 . 1 75 . 0 274 . 0
2 2
= × × × = ⋅ ⋅ ⋅ = µ
2 4
3
10 89
72 . 253 ) 05 . 0 8 . 1 (
3 . 8 10 12251
) ' (
' m
d d
M M
A
sce
lu u −

⋅ =
× −
− ⋅
=


=
σ
¬ On choisit 12HA32
( ) µ α 2 1 1 25 . 1 − − ⋅ = = 0.7
m d Z
b
3 . 1 ) 4 . 0 1 ( = − = α

=
2
4
3
10 8 . 270
348 33 . 1
10 12251
m
f Z
M
A
su b
u
st


⋅ =


=

=

¬ On choisit 34HA32

+ Armatures transversales :

a. Vérification du béton :

× Contrainte tangente conventionnelle :
Pour les charges concentrées les relations suivantes sont satisfaites :



< <
<
2 / 3 2 /
2 /
h x h
h x
i
i
Par suite on n’a pas besoin de réduire l’effort tranchant au voisinage de l’appui.
MPa
d b
V
u
u
65 . 2
8 . 1 75 . 0
10 24 . 357
2
=
×

=

=

τ
× Vérification :
Fissuration peu préjudiciable MPa MPa
f
b
cj
u
93 . 2 ) 5 ; 2 . 0 min( = = ⇒
γ
τ

u u
τ τ ≤ On disposera alors des armatures droites.

b. Armatures d’âme :
) sin (cos 9 . 0
) 3 . 0 (
28 0
α α
τ γ
+
⋅ − ⋅

et
t u s
t
t
f
f K b
S
A
; Avec
28
3 1
c
u
f B
N
K

+ = (flexion composée avec compression).

22 . 1
22 2 75 . 0
10 24 . 357
3 1
2
=
× ×

+ =

K =
3
10 94 . 7

⋅ ≥
t
t
S
A
m
2
/m.

× Pourcentage minimal :
4 0
10 8 . 12
235
75 . 0 4 . 0 4 . 0

⋅ =
×
= =
et t
t
f
b
S
A
m
2
/m.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N B BE ET TO ON N A AR RM ME E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 54 4 - -

×
min
10 /
35 / min




=





m
mm
b
h
t
φ = Soit
Diamètre des armatures d’âme :
.
75
15 . 57
32 ⎧ ⎧ mm
l
φ
8 =
t
φ mm.
On choisit 4cadresφ 8 = 02 . 4 4
8
= = φ
t
A cm
2
.
Espacement des armatures : ×
3
10 94 . 7

⋅ ≥
t
A
m
t
S
2
/m = 0506 . 0
10 94 . 7
3
=

≤ S

t
t
A
m.
L’espacement maximal : ) 0 15 ; 40 ; 9 . 0 ( inf
min
≠ =
sc l t
A si cm d S φ
= cm cm cm cm S
t
; 40 ; 162 ( inf = 40 ) 48 =
adopte un espacement de 5cm
II.2. Poteau – armatures
a. Sol
On


licitations :

Mu = 12251 KN.m.
Le
Nu = 3572.4 KN.
Vu = 2446 KN.
s excentricités : . 88 . 2 ) 88 . 2 ; 2 max( )
250
; 2 max( cm cm cm
l
cm e
a
= = =
m e
N
M
e
a
i i
G
j j
46 . 3 0288 . 0
24 . 357
1 . 1225
0
1
= + = + =


γ
γ

On est alors dans le cas de flexion composée avec compression.

Longueur de flambement :
f
l
o
= 7.2m
× Type de calcul :
fectué en flexion composée en tenant compte d’une façon forfaitaire de
l’e
×

Par sécurité on prend l =



Le calcul sera ef
xcentricité de second ordre.

Excentricité de second ordre : ×

) 2 (
10
3
4
2
2
ϕ α + =
h
l
e
f
; avec ϕ : coefficient de fluage égal à 2 et 86 . 0
4 . 893
6 . 766
= = =
ser
ser
G
M
M
α

= m e 0413 . 0 ) 2 86 . 0 2 (
4 . 1 10
2 . 7 3
4
2
2
= × +
×
×
=
× sollicitations corrigées pour le calcul en flexion composée :

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N B BE ET TO ON N A AR RM ME E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 55 5 - -

m
h
d e e
A
)
2
(
0
− + =
m e
A
06 . 4 )
2
4 . 1
26 . 1 ( 5 . 3 = − + =
A u uA
e N M ⋅ =

KNm
M
uA
14504
10 06 . 4 24 . 357
=
× × =


× sollicitations ultimes ramenées au centre de gravité des aciers tendus :
Figure IV.4.5 : Sollicitations ramenées au centre
de gravité des aciers tendus






= + = + =
= + =
=
m e e e
KNm e e N M
KN N
u uG
u
5 . 3 0413 . 0 46 . 3
12508 ) (
4 . 3572
2 1 0
1 2 0

b. Armatures :
× Moment réduit agissant : 977 . 0
46 . 12 26 . 1 75 . 0
10 4 . 1450
2
2
2
=
× ×

=
⋅ ⋅
=

bu
uA
bu
f d b
M
µ

× Moment par rapport aux aciers tendus : 494 . 0 ) 4 . 0 1 ( 8 . 0 = − =
d
h
d
h
bc
µ
bc bu
µ µ f = La section est alors entièrement comprimée donc il faut réduire la hauteur du
béton comprimé par ajout d’acier comprimé.


× Nécessité d’aciers comprimés :
)
2
(
0
h
d N M M
ser serG serA
− + = ,
A ser serG
e N M ⋅ =
0
= KNm. 24 . 10572 10 06 . 4 4 . 260
3
= × ×
372 . 1
10 224 . 1057
10 4 . 1450
3
3
=
×
×
= =
serA
uA
M
M
γ .
f
e
= 400 MPa = 2747 . 0
10
3050 49 3440
4
28
=
− +
=
c
lu
f γ
µ
lu bu
µ µ f = . 0 ≠
sc
A
× Section A
1
d’aciers tendus sous M
lu
:

2747 . 0 =
lu
µ donc MNm f d b M
bu lu lu
075 . 4 46 . 12 26 . 1 75 . 0 2747 . 0
2 2
= × × × = ⋅ ⋅ ⋅ = µ
m d Z
lu b
05 . 1 ) 6 . 0 1 ( = − = µ
=
2 4
1
10 522 . 111
348 05 . 1
075 . 4
m
f Z
M
A
su b
lu −
× =

=

=


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N B BE ET TO ON N A AR RM ME E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 56 6 - -

× Section A
2
d’aciers :
2 4
2
10 645 . 243
348 ) 03 . 0 26 . 1 (
075 . 4 504 . 14
) ' (
m
d d
M M
A
sc
lu u −
⋅ =
× −

=


=
σ



× Section A totale d’aciers tendus en flexion simple :

4
2 1
10 167 . 355

× = + = A A A m
2
.


× Section A

d’aciers comprimés en flexion simple :
2 4
2
10 645 . 243
) ' (
' m A
d d
M M
A
sce
lu u −
⋅ = =


=
σ

Avec ) , min(
scu ed sce
E f ε σ =
Or )
'
( % 5 . 3
0
d
d d
lu
lu
scu
α
α
ε

= avec 411 . 0 =
lu
α
Ainsi
0 0
% 74 . 1 % 297 . 3 = =
e scu
ε ε f donc MPa
sce
348 = σ

× Armatures en flexion composée :
512 . 252
348
10 24 . 357
167 . 355
2
=
×
− = − =

sd
uA
f
N
A A cm
2
. ¬ On choisit 32HA32
2 4
10 645 . 243 ' m A

⋅ = ¬ On choisit 32HA32


c. section d’acier minimale :
m
N
M
e e
ser
serG
ser
06 . 4
0
0
= = =
2 4
0
28
min
10 522 . 9
26 . 1 185 . 0 06 . 4
26 . 1 45 . 0 06 . 4
26 . 1 75 . 0
400
92 . 1
23 . 0
185 . 0
45 . 0
23 . 0 m
d e
d e
d b
f
f
A
e
t −
⋅ =
× −
× −
× × × × =


⋅ ⋅ =

=
min
A A ≤ ¬ On choisit alors 32HA32 (A = 257.28cm
2
).

e. Armatures transversales :

× Vérification du béton :
59 . 2
26 . 1 75 . 0
10 6 . 244
2
=
×

=

=

d b
V
u
u
τ MPa 93 . 2 = ≤ τ MPa. OK
Les armatures d’âme sont droites.

× Armatures d’âme :

) sin (cos 9 . 0
) 3 . 0 (
28
α α
τ γ
+
⋅ − ⋅

et
t u s
t
t
f
f K b
S
A
; Avec
28
3 1
c
u
f B
N
K

+ = (flexion composée avec compression).
464 . 1
22 4 . 1 55 . 0
10 24 . 357
3 1
2
=
× ×

+ =

K =
4
10 23 . 71

⋅ ≥
t
t
S
A
m
2
/m.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N B BE ET TO ON N A AR RM ME E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 57 7 - -


× Pourcentage minimal :
4
10 766 . 12
235
75 . 0 4 . 0 4 . 0

⋅ =
×
= =
et t
t
f
b
S
A
m
2
/m.


× Diamètre des armatures d’âme :
.
75
40
32
min
10 /
35 / min





=






mm
mm
mm
b
h
l
t
φ
φ = soit 8 =
t
φ mm.
¬ On choisit 4cadre
8
φ = cm 02 . 4 =
t
A
2
.


× Espacement des armatures :
056 . 0 ≤
t
S m.
L’espacement maximal : ) 0 15 ; 40 ; 9 . 0 ( inf
min
≠ =
sc l t
A si cm d S φ = 8 . 4 =
t
S cm
On adopte un espacement de 5 . 4 cm S
t
=


RESUME

Travée
Sur appuis Poteau
Section (cm
2
)
Armatures Section (cm
2
) Armatures Section (cm
2
)
Armatures
A’=68.76
8HA32 A’=89 12HA 32 A’=243.645
32HA32
A=241.65
32HA32 A=270.8 34HA32 A=252.512
32HA32

Tableau IV.4.2 : Tableau récapitulatif du ferraillage.

[11]


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 58 8 - -

I IV V. .5 5 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d d’ ’u un n p po or rt ti iq qu ue e e en n c ch ha ar rp pe en nt te e m mé ét ta al ll li iq qu ue e

I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n
Les systèmes réticulés sont depuis longtemps le type classique de la charpente métallique.
La ferme est composée de :
♦ deux membrures dont le rôle est analogue à celui d’une poutre en I à âme pleine et
ce pour reprendre le moment de flexion,
♦ d’un réseau de barres comprimées et tendues qui constituent les diagonales et les
montants et qui équilibrent l’effort tranchant.
Toute action extérieure au système, que ce soit une sollicitation ou une réaction d’appui,
agit en général en un nœud et c’est pourquoi que toutes les barres subissent une force axiale ;
grâce à cela, l’acier s’utilise plus rationnellement dans les systèmes réticulés que dans ceux à
âme pleine.
L’intérêt économique de l’utilisation d’une ferme au lieu d’une poutre est d’autant plus
marqué que la portée est plus grande (une portée supérieure à environ 20 m) et la charge est
moins importante.
C’est très facile de donner à la ferme n’importe quelle forme extérieure. Par rapport à une
poutre à âme pleine, la préparation de la ferme demande plus de main d’œuvre.
On distingue plusieurs types de fermes : Suivant le schéma statique, on a par exemple
fermes isostatiques, hyperstatiques, en console, en portique et en arc. Suivant la géométrie des
membrures, on distingue les fermes triangulées, trapézoïdales, à membrures polygonales, à
membrures parallèles.
Il s’agit dans le présent travail d’effectuer la conception d’une ferme en portique à
membrures parallèles, et choisir le type de barres la composant, le type de nœuds, le moyen
d’assemblage utilisé dans les nœuds.
I II I. . P Pr ré él li im mi in na ai ir re e
Le calcul de la ferme se fait de la manière suivante :
+ on détermine les charges et surcharges agissant sur la ferme
+ on trouve les efforts dans toutes les barres tendues et comprimées
+ on choisit ensuite leurs sections
+ on calcule et on construit les joints, nœuds, détails, etc. de la ferme
+ on choisit la section des poteaux du portique
+ on calcule et on construit les éléments de la base du poteau

Les actions extérieures passent à la ferme par l’intermédiaire des pièces s’appuyant sur les
nœuds (dalles de couverture en béton dans notre cas).
Les charges et surcharges principales agissant sur une ferme sont :
- les poids propres des éléments de couverture,
- les surcharges de courtes durées sur la couverture (neige, effet du vent, poussière)

On présente dans ce qui suit les différentes données relatives à la conception de la ferme en
portique à membrures parallèles :
Acier : S235 = La nuance d’acier à considérer est R
y
= 235 MPa = 23.5 kN / cm
2
L = 64 m ; H= 23.5 m ; B = 1m


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 5 59 9 - -

I II II I. . C Co on nc ce ep pt ti io on n d de e l la a f fe er rm me e
Une ferme à membrures parallèles présente l’avantage que les barres de treillis est presque
la même et la forme de la membrure supérieure correspond à l’épure des moments de flexion.
La membrure de la ferme est conçue comme suit
L = 64 m = 4x16 m

Un système de treillis pour la conception de la ferme est nécessaire pour assurer la
triangulation de l’ensemble et par suite l’indéformabilité géométrique et le report des efforts
sur les appuis. De ce fait, un système de treillis simple en V sera le plus rationnel mais on sera
amené à créer des nœuds supplémentaires en introduisant des montants pour assurer la
rigidité de la construction vu l’importance de l’hauteur du portique.
Un schéma géométrique bien déterminé de la ferme impose la détermination de sa hauteur
sur appui ainsi qu’au milieu. Etant donné que la ferme est à membrures parallèles, la hauteur
sur appui et la hauteur au milieu sont égales.
Ainsi la hauteur optimale de la ferme pour un système de treillis en V avec des montants
supplémentaires est donnée par :
2
7 . 0 1 1 n
n L
h
opt
+
= ; Avec n représente le nombre de panne pour une membrure (n= 16)
On trouve ainsi h
opt
= 9.88 m
On adopte h
f
= 8m. Cette hauteur assure à la fois une consommation minimale du métal
ainsi que la rigidité nécessaire exprimée par la flèche relative admissible.
Le schéma de calcul de la ferme après le dimensionnement de la forme géométrique est :



Figure IV.5.1 : Schéma de la ferme.


I IV V. . C Ca al lc cu ul l d de e l la a f fe er rm me e
IV.1. Détermination des charges agissant sur la ferme
IV.1.1. Charges permanentes
La charge permanente g
n
est évaluée par considération des différents poids propres des
éléments de couverture, poids de la ferme. Concernant ce projet, on adopte comme couverture
une dalle en BA avec les couches d’isolation suivantes :
- Couche de carbone bitumé avec un poids surfacique 0.1 kN / m
2

- Chape asphalte d’épaisseur 20 mm et de poids volumique 1.8 kN / m
3

- Isolation thermique d’épaisseur 80 mm et de poids volumique 6 kN / m
3

- La dalle en béton est de poids surfacique 1.4 kN / m
2


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 60 0 - -


De cette manière, la charge permanente de la couverture est
- q
couv
= 0.1 + 1.8* 0.02 + 6* 0.08 + 1.4 = 2.016 kN / m
2

- poids de la ferme ; q
f
=0.40 kN/m² (pour l=64m)
- charge due au contreventement q
cont
; soit q
cont
=0.06 kN/m²
=La charge permanente surfacique est
- g
n
sur
= (q
couv
+ q
f
+ q
cont
) x B = 2.476 x1 = 2.5 kN / ml

IV.1.2 Charges variables
Les charges variables représentent les poussées de vent, l’action de la neige.
Dans notre cas, on n’aura que les actions statiques du vent.
Le site de la construction est considéré comme normal et appartient à la région II
= La charge accidentelle due au vent est
- q
v
= 0.70 kN/m²
- q
v
sur
= q
v
x B = O.7 x1 = 0.7 kN / ml


Figure IV.5.2 : Schéma de chargement agissant sur la portique.

IV.2. Détermination des efforts intérieurs de la ferme
Il existe plusieurs méthodes de calcul des efforts intérieures dans les barres de la ferme.
Parmi lesquelles, on cite la méthode graphique de la théorie de structure « la méthode de
CREMONA ».
Encore, la méthode des nœuds servira pour la détermination des efforts intérieurs.
Pour faciliter la tâche de calcul, la détermination des efforts de traction et de compression
dans les barres de la ferme est menée par un logiciel de calcul convenable « RDM-ossature ».


Figure IV.5.3 : Efforts normaux dans les barres du portique.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 61 1 - -

Les tensions dans les différentes barres sont récapitulées dans un tableau (cf. annexe).
IV.3. Détermination des longueurs de flambement des barres de la ferme
Les contreventements des fermes ont pour but d’assurer la stabilité de l’ensemble contre
les actions extérieures horizontales.
× Un contreventement horizontal sur les membrures supérieures des fermes.
× Deux contreventements verticaux entre les fermes
× Trois et quatre contreventements horizontaux sur les membrures inférieures des
fermes.
Dans le plan de ferme (par rapport à l’axe z-z) la longueur de flambement des barres est
évaluée en fonction :
De la distance l0 entre les centres les nœuds.
Des encastrements partiels aux extrémités ou de la continuité de ces barres.
Dans le plan hors de la ferme (par rapport à l’axe y-y) ou dans le plan horizontal on fixe la
longueur de flambement lf,y.
Il est recommandé de prendre les barres constituées de deux cornières jumelées, car elles
ont une large gamme de sections et il est facile d’unir ces barres entre elles.

⇒Les longueurs de flambements des barres de la ferme sont alors :
× Dans le plan de la ferme
l
f,y
= 0.9 l
0
= 0.9x4=3.6 m pour les membrures.
l
f,y
= 0.8 l
0
= 0.8x 8.94= 7.15 m pour les barres de treillis.
l
f,y
= 0.8 l
0
= 0.8x 8 = 6.4 m pour les montants.
× Dans le plan hors de la ferme
l
f,z
= l
0
= 8.94 m pour les barres en treillis.
l
f,z
= l
0
= 4 m pour les membrures.
l
f,z
= l
0
= 8 m pour les montants.
• Les élancements et les rayons de girations sont les suivants :
A
I
i
i
l
y
y
y
y f
y
= = ;
,
λ
A
I
i
i
l
z
z
z
z f
z
= = ;
,
λ
i
y
; i
z
: rayons de giration de la section adoptée pour chaque élément de la ferme.
I
y
, I
z
: moments d’inertie de la section.
A : section transversale de la barre.

• Les valeurs limites des élancements des barres de la ferme sont les suivantes :
- λ
limite
= 120 pour les membrures, les diagonales et les montants comprimés.
- λ
limite
= 400 pour toutes les barres tendues de la ferme.

IV.4. Choix de la section des barres de la ferme
Dés qu’on détermine les efforts intérieurs et les longueurs de flambement dans les
différentes barres de la ferme, on adopte les types de leurs sections.
On commence par calculer l’aire à donner à l’élément le plus sollicité. Ensuite, on choisit
la section suivant la gamme des profilés à consulter.
La section envisagée de chaque barre dépend de leur longueur de flambement et de la
rigidité de la section qui est caractérisée par les rayons de giration qui sont proportionnels aux
dimensions principales de la section.
Les plus petites dimensions de cornières utilisées dans les fermes sont 45x45x5 pour les
barres des fermes et 75x75x5 pour les barres de contreventement.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 62 2 - -

Parfois, il arrive que certains éléments d’une ferme (surtout les montants supplémentaires,
les diagonales dans les mailles au milieu de la ferme) subissent un faible effort, par
conséquent, il y a des contraintes insignifiantes. Alors, on sera amené à choisir la section de
ces barres en se basant sur l’élancement limite λ
limite
imposé par les règles.
Parfois, il arrive que certains éléments d’une ferme (surtout les montants supplémentaires,
les diagonales dans les mailles au milieu de la ferme) subissent un faible effort, par
conséquent, il y a des contraintes insignifiantes. Alors, on sera amené à choisir la section de
ces barres en se basant sur l’élancement limite λ

IV.4.1. Dimensionnement de la membrure supérieure IV.4.1. Dimensionnement de la membrure supérieure
limite
imposé par les règles.
♦ Barre 16-h : ♦ Barre 16-h :
N
16-h
=173.3 kN
Longueur de flambement : l
f,y
=0.9l
0
= 3.6 m
l
f,z
=l
0
= 4 m
Selon l’EUROCODE 3, on détermine l’aire de la section nécessaire à partir de la
condition
y
M sd
néc
f
N
A
.
1
χ
γ
=
Avec 1 . 1
1
=
M
γ et N
sd
= N
16-h
et χ est fixé préalablement à 0.6
² 52 . 13
5 . 23 6 . 0
1 . 1 3 . 173
6 . 0
1 . 1
16
cm
R
N
A
y
h néc
=
×
×
=
×
=


On choisie la section appropriée A
cornière
qui correspond à la condition A
cornière
>
2
néc
A
tout
en se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.

A=
2
néc
A
= 6.56cm² ⇒ Soit 2 L70×70×5 ce qui correspond à A
cornière
=3.42cm²
cm i i
y
z
14 . 2
0
0
= =
cm i
z
16 . 3 =
• Vérification de la section choisie au flambement
Non
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 120 58 . 126
16 . 3
400
lim
,
λ λ f
Non
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 120 22 . 168
14 . 2
360
lim
,
.
λ λ f
On doit changer le profil choisit afin de vérifier les conditions de flambement pour les
barres. On établit alors la nouvelle section en se basant sur l’élancement limite λlimite
imposé par les règles.

On cherche d’abord le rayon de giration nécessaire :
cm
l
i
ite
y f
nécessaire y
3
120
360
lim
,
,
= = =
λ

cm
l
i
ite
z f
nécessaire z
33 . 3
120
400
lim
,
,
= = =
λ


Or pour les barres de la membrure comprimée, l’élancement est pris entre 50 et 90.
Ainsi cm
l
i
y f
nécessaire y
4
90
360
90
,
,
= = =
cm
l
i
z f
nécessaire z
44 . 4
90
400
90
,
,
= = =
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 63 3 - -

nécessaire y y
z
i cm i i
,
54 . 4
0
0
f = =
nécessaire z
z
i cm i
,
58 . 6 f =
D’après le catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales, la section de la
barre 16-h est 2L150x150x18 qui correspond à
D’après le catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales, la section de la
barre 16-h est 2L150x150x18 qui correspond à
A
cornière
=51.03cm² > A
cornière, nécessaire
OK
OK OK
nécessaire y y
z
i cm i i
,
54 . 4
0
0
f = =
A =51.03cm² > A OK
cornière cornière, nécessaire
OK OK
nécessaire z
z
i cm i
,
58 . 6 f =
• Vérification de la section choisie au flambement : • Vérification de la section choisie au flambement :
Ok
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 120 8 . 60
58 . 6
400
lim
,
λ λ p
Ok
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 120 3 . 79
54 . 4
360
lim
,
.
λ λ p
3 . 79 ) , max(
max
= = =
y y z
λ λ λ λ
L’élancement réduit par rapport à l’axe (y-y) se détermine par :
ε
λ
λ
9 . 93
max
= ; avec
1
235
235 235
= = =
y
R
ε → 844 . 0 = λ
Le coefficient de réduction pour le mode de flambement est déterminé par interpolation
linéaire d’après les valeurs de la courbe « c » de flambement →
) 8 . 0 ( )
8 . 0 9 . 0
(
9 . 0 8 . 0
8 . 0
min
− ×


− =
= =
=
λ
χ χ
χ χ
λ λ
λ

6348 . 0 ) 8 . 0 844 . 0 ( )
8 . 0 9 . 0
5998 . 0 6622 . 0
( 6622 .
min
= − ×


− = O χ

• Vérification de la résistance au flambement de la barre :
Selon L’EUROCODE 3, si 2 . 0 f λ , pour assurer la résistance de la pièce comprimée, il
faut satisfaire :
1
min 16
M
y
R h
R A
N N
γ
χ
×
=

p où N
R
est la résistance de calcul au flambement simple
kN
R A
N kN N
M
y
R h
1 . 1384
1 . 1
5 . 23 06 . 102
6348 . 0 3 . 173
1
min 16
=
×
× =
×
= =

γ
χ p OK
La barre 16-h est de section 2×L150×150×18 suivant l’Eurocode 3


Figure IV.5.4 : Cornière à ailes égales L150x150x18.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 64 4 - -


Figure IV.5.5 : Schéma de montage de la barre 16-h.

t
g
est l’épaisseur de gousset utilisé comme attache pour le montage des barres.
La détermination de cette épaisseur dépend des valeurs des efforts normaux dans les barres.
On adopte pour toutes les barres de la ferme une épaisseur de gousset t
g
=8mm, vu que tous
les efforts normaux sont inférieurs à 200kN.
De la même manière de calcul, toutes les barres de la membrure supérieure auront la même
section 2L150x150x18, vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des
efforts normaux comparables.

IV.4.2. Dimensionnement de la membrure inférieure
Barre 14-g’
N
14-g’
=172.7 kN
Longueur de flambement : l
f,y
=l
0
= 4 m
l
f,z
=l
0
= 4 m
Selon l’EUROCODE 3, on détermine pour les barres tendues l’aire de la section
nécessaire à partir de la condition
1 M
y
sd néc
R
N
A γ =
Avec 1 . 1
1
=
M
γ et N
sd
= N
14-g’


² 08 . 8
5 . 23
1 . 1 7 . 172
1 . 1
' 14
cm
R
N
A
y
g
néc
=
×
=
×
=


On choisie la section appropriée A
cornière
correspondant à la condition A
cornière
>
2
néc
A
tout en
se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.
A=
2
néc
A
= 4.04 cm² ⇒ Soit 2 L45×45×5 ce qui correspond à A
cornière
=4.3cm²
cm i i
y
z
35 . 1
0
0
= =
cm i
z
15 . 2 =

• Vérification de la résistance et de la stabilité :
Il faut vérifier que :
' 14
1
.
g
M
y
R
N
R A
N

>
×
=
γ

OK kN N kN N
g R
→ = > =
×
=

5 . 172 72 . 183
1 . 1
5 . 23 6 . 8
' 14

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 65 5 - -

• Vérification de la section choisie au flambement : • Vérification de la section choisie au flambement :
Ok
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 400 04 . 186
15 . 2
400
lim
,
λ λ p
Ok
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 400 269
35 . 1
400
lim
,
.
λ λ p
La barre 14-g’ est de section 2×L45×45×5 suivant l’Eurocode 3

De la même manière de calcul, toutes les barres de la membrure inférieure auront la même
section 2L45x45x5, vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts
normaux comparables.

IV.4.3. Dimensionnement des diagonales comprimées
♦ Barre 1-2 :
N
1-2
=103 kN
Longueur de flambement : l
f,y
=0.9l
0
= 7.15 m
l
f,z
=l
0
= 8.94 m
Selon l’EUROCODE 3, on détermine l’aire de la section nécessaire à partir de la
condition
y
M sd
néc
f
N
A
.
1
χ
γ
=
Avec 1 . 1
1
=
M
γ et N
sd
= N
1-2
et χ est fixé préalablement à 0.43
² 21 . 11
5 . 23 43 . 0
1 . 1 103
43 . 0
1 . 1
2 1
cm
R
N
A
y
néc
=
×
×
=
×
=


On choisie la section appropriée A
cornière
qui correspond à la condition A
cornière
>
2
néc
A
tout
en se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.
A=
2
néc
A
= 5.61cm² ⇒ Soit 2 L60×60×5 ce qui correspond à A
cornière
=5.82cm²
cm i i
y
z
82 . 1
0
0
= =
cm i
z
74 . 2 =

• Vérification de la section choisie au flambement :
Non
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 120 3 . 326
74 . 2
894
lim
,
λ λ f
Non
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 120 9 . 392
82 . 1
715
lim
,
.
λ λ f
On doit changer le profil choisit afin de vérifier les conditions de flambement pour les
barres. On établit alors la nouvelle section en se basant sur l’élancement limite λ
limite
imposé
par les règles.
On cherche d’abord le rayon de giration nécessaire :
cm
l
i
ite
y f
nécessaire y
96 . 5
120
715
lim
,
,
= = =
λ

cm
l
i
ite
z f
nécessaire z
45 . 7
120
894
lim
,
,
= = =
λ

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 66 6 - -

nécessaire y y
z
i cm i i
,
11 . 6
0
0
f = =
nécessaire z
z
i cm i
,
61 . 8 f =
D’après le catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales, la section de la
barre 1-2 est 2L200x200x20 qui correspond à
D’après le catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales, la section de la
barre 1-2 est 2L200x200x20 qui correspond à

A
cornière
=76.35cm² > A
cornière, nécessaire
OK
OK OK
nécessaire y y
z
i cm i i
,
11 . 6
0
0
f = =
A =76.35cm² > A OK
cornière cornière, nécessaire
OK OK
nécessaire z
z
i cm i
,
61 . 8 f =

• Vérification de la section choisie au flambement : • Vérification de la section choisie au flambement :
Ok
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 120 8 . 103
61 . 8
894
lim
,
λ λ p
Ok
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 120 02 . 117
11 . 6
715
lim
,
.
λ λ p
02 . 117 ) , max(
max
= = =
y y z
λ λ λ λ
L’élancement réduit par rapport à l’axe (y-y) se détermine par :
ε
λ
λ
9 . 93
max
= ; avec
1
235
235 235
= = =
y
R
ε → 246 . 1 = λ
Le coefficient de réduction pour le mode de flambement est déterminé par interpolation
linéaire d’après les valeurs de la courbe « c » de flambement →
) 2 . 1 ( )
2 . 1 3 . 1
(
3 . 1 2 . 1
2 . 1
min
− ×


− =
= =
=
λ
χ χ
χ χ
λ λ
λ

4131 . 0 ) 2 . 1 246 . 1 ( )
2 . 1 3 . 1
3888 . 0 4338 . 0
( 4338 .
min
= − ×


− = O χ
• Vérification de la résistance au flambement de la barre :
Selon L’EUROCODE 3, si 2 . 0 f λ , pour assurer la résistance de la pièce comprimée, il
faut satisfaire :
1
min 2 1
M
y
R
R A
N N
γ
χ
×
=

p où N
R
est la résistance de calcul au flambement simple
kN
R A
N kN N
M
y
R
6 . 1347
1 . 1
5 . 23 7 . 152
4131 . 0 103
1
min 2 1
=
×
× =
×
= =

γ
χ p OK
La barre 1-2 est de section 2×L200×200×20 suivant l’Eurocode 3
De la même manière de calcul, toutes les diagonales comprimées auront la même section
2L200x200x20, vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts
normaux comparables.

IV.4.4. Dimensionnement des diagonales tendues
Barre 29-30
N
29-30
= 88.01 kN
Longueur de flambement : l
f,y
=0.9l
0
= 7.15 m
l
f,z
=l
0
= 8.94 m
Selon l’EUROCODE 3, on détermine pour les barres tendues l’aire de la section
nécessaire à partir de la condition
1 M
y
sd néc
R
N
A γ =
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 67 7 - -

1 . 1
1
=
M
Avec Avec 1 . 1
1
=
M
γ et N
sd
= N
29-30
et ² 12 . 4
5 . 23
1 . 1 01 . 88 1 . 1
30 29
cm
R
N
A
y
néc
=
×
=
×
=


On choisie la section appropriée A
cornière
correspondant à la condition Acornière>
2
néc
A
tout
en se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.
A=
2
néc
A
= 2.06 cm² ⇒ Soit 2 L70×70×5 ce qui correspond à A
cornière
=6.84cm²
cm i i
y
z
14 . 2
0
0
= =
cm i
z
16 . 3 =
• Vérification de la résistance et de la stabilité :
Il faut vérifier que :
30 29
1
.

>
×
= N
R A
N
M
y
R
γ

OK kN N kN N
R
→ = > =
×
=

01 . 88 25 . 292
1 . 1
5 . 23 68 . 13
30 29

• Vérification de la section choisie au flambement
Ok
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 400 9 . 282
16 . 3
894
lim
,
λ λ p
Ok
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 400 11 . 334
14 . 2
715
lim
,
.
λ λ p
La barre 29-30 est de section 2×L70×70×5 suivant l’Eurocode 3
De la même manière de calcul, toutes les diagonales tendues auront la même section
2L70x70x5, vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts
normaux comparables.

IV.4.5. Dimensionnement des montants comprimés
♦ Barre 30-31 :
N
30-31
=22.22 kN
Longueur de flambement : l
f,y
=0.8l
0
= 6 .4 m
l
f,z
=l
0
= 8 m
Selon l’EUROCODE 3, on détermine l’aire de la section nécessaire à partir de la
condition
y
M sd
néc
R
N
A
.
1
χ
γ
=
Avec 1 . 1
1
=
M
γ et N
sd
= N
30-31
et χ est fixé préalablement à 0.43
² 2
5 . 23 43 . 0
1 . 1 22 . 22
43 . 0
1 . 1
31 30
cm
R
N
A
y
néc
=
×
×
=
×
=


On choisie la section appropriée Acornière qui correspond à la condition Acornière>
2
néc
A

tout en se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.
A=
2
néc
A
= 1cm² ⇒ Soit 2 L45×45×5 ce qui correspond à A
cornière
=5.82cm²
cm i i
y
z
35 . 1
0
0
= =
cm i
z
15 . 2 =
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 68 8 - -

• Vérification de la section choisie au flambement • Vérification de la section choisie au flambement
Non
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 120 9 . 372
15 . 2
800
lim
,
λ λ f
Non
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 120 07 . 474
35 . 1
640
lim
,
.
λ λ f
On doit changer le profil choisit afin de vérifier les conditions de flambement pour les
barres. On établit alors la nouvelle section en se basant sur l’élancement limite λ
limite
imposé
par les règles.
On cherche d’abord le rayon de giration nécessaire :
cm
l
i
ite
y f
nécessaire y
33 . 5
120
640
lim
,
,
= = =
λ

cm
l
i
ite
z f
nécessaire z
66 . 6
120
800
lim
,
,
= = =
λ

D’après le catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales, la section de la
barre 30-31 est 2L200x200x20 qui correspond à
A
cornière
=76.35cm² > A
cornière, nécessaire
OK
OK
nécessaire y y
z
i cm i i
,
11 . 6
0
0
f = =
OK
nécessaire z
z
i cm i
,
61 . 8 f =
• Vérification de la section choisie au flambement
Ok
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 120 91 . 92
61 . 8
800
lim
,
λ λ p
Ok
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 120 75 . 104
11 . 6
640
lim
,
.
λ λ p
75 . 104 ) , max(
max
= = =
y y z
λ λ λ λ
L’élancement réduit par rapport à l’axe (y-y) se détermine par :
ε
λ
λ
9 . 93
max
= ; avec
1
235
235 235
= = =
y
R
ε → 1155 . 1 = λ
Le coefficient de réduction pour le mode de flambement est déterminé par interpolation
linéaire d’après les valeurs de la courbe « c » de flambement →
) 1 . 1 ( )
1 . 1 2 . 1
(
2 . 1 1 . 1
1 . 1
min
− ×


− =
= =
=
λ
χ χ
χ χ
λ λ
λ

4764 . 0 ) 1 . 1 1155 . 1 ( )
1 . 1 2 . 1
4338 . 0 4842 . 0
( 4842 .
min
= − ×


− = O χ
• Vérification de la résistance au flambement de la barre :
Selon L’EUROCODE 3, si 2 . 0 f λ , pour assurer la résistance de la pièce comprimée, il
faut satisfaire :
1
min 31 30
M
y
R
R A
N N
γ
χ
×
=

p où N
R
est la résistance de calcul au flambement simple
kN
R A
N kN N
M
y
R
12 . 1554
1 . 1
5 . 23 7 . 152
4764 . 0 22 . 22
1
min 2 1
=
×
× =
×
= =

γ
χ p OK
La barre 30-31 est de section 2×L200×200×20 suivant l’Eurocode 3
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 6 69 9 - -

De la même manière de calcul, tous les montants comprimés auront la même section
2L200x200x20, vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts
normaux comparables.
De la même manière de calcul, tous les montants comprimés auront la même section
2L200x200x20, vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts
normaux comparables.

IV.4.6. Dimensionnement des montants tendus IV.4.6. Dimensionnement des montants tendus
Barre 2-3 Barre 2-3
N
2-3
= 22 kN
Longueur de flambement : l
f,y
=0.8l
0
= 6.4 m
l
f,z
=l
0
= 8 m
Selon l’EUROCODE 3, on détermine pour les barres tendues l’aire de la section
nécessaire à partir de la condition
1 M
y
sd néc
R
N
A γ =
Avec 1 . 1
1
=
M
γ et N
sd
= N
2-3


² 03 . 1
5 . 23
1 . 1 22 1 . 1
3 2
cm
R
N
A
y
néc
=
×
=
×
=


On choisie la section appropriée A
cornière
correspondant à la condition A
cornière
>
2
néc
A
tout en
se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.
A=
2
néc
A
= 0.5 cm² ⇒ Soit 2 L60×60×8 ce qui correspond à A
cornière
=9.03cm²
cm i i
y
z
8 . 1
0
0
= =
cm i
z
82 . 2 =
• Vérification de la résistance et de la stabilité :
Il faut vérifier que :
3 2
1
.

>
×
= N
R A
N
M
y
R
γ

OK kN N kN N
R
→ = > =
×
=

22 83 . 385
1 . 1
5 . 23 06 . 18
3 2

• Vérification de la section choisie au flambement
Ok
i
l
ite
z
z f
z
→ = = = = 400 68 . 283
82 . 2
800
lim
,
λ λ p
Ok
i
l
ite
y
y f
y
→ = = = = 400 55 . 355
8 . 1
640
lim
,
.
λ λ p


La barre 2-3 est de section 2×L60×60×8 suivant l’Eurocode 3

De la même manière de calcul, tous les montants tendus auront la même section
2L60x60x8, vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts
normaux comparables.




P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 70 0 - -



C CA AL LC CU UL LS S S SE EL LO ON N L L’ ’E EU UR RO OC CO OD DE E 3 3
Section droite
Longueur de
flambement
Rayon de
giration
Elancement
Dénomination
des barres Composition
(mm)
Aire
(cm
2
)
lf,z(m) Lf,y(m) i
z
(cm) i
y
(cm) λ
z
λ
y
Toutes les
barres de la
membrure
supérieure
2L150×150×18 102.06 4 3.6 6.58 4.54 60.8 79.3
Toutes les
barres de la
membrure
inférieure
2L45×45×5 8.6 4 4 2.15 1.35 186.05 296.3
Toutes les
diagonales
comprimées
2L200×200×20 152.7 8.94 7.15 8.61 6.11 103.8 117.02
Toutes les
diagonales
tendues
2L70×70×5 13.68 8.94 7.15 3.16 2.14 282.9 334.11
Tous les
montants
comprimés
2L200×200×20 152.7 8 6.4 8.61 6.11 92.92 104.75
Tous les
montants
tendus
2L60×60×8 18.06 8 6.4 2.82 1.8 283.68 355.55
Tableau IV.5. 1 : Tableau récapitulatif des caractéristiques des barres.

IV.5. Calcul des nœuds de la ferme
× Pour les nœuds courants de la ferme dont les goussets ne servent qu’à unir les barres
entre elles, on vérifie par le calcul :
- Les cordons d’attache des barres aux goussets.
- La résistance des éléments dans les nœuds.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 71 1 - -

× Pour les nœuds particuliers (nœuds d’appuis, jonctions de montage), on calcule la
résistance des éléments supplémentaires qui assurent la jonction ; les couvres joints, les
soudures à exécuter sur chantier etc. …
Les nœuds sont nommés comme le montre le schéma suivant :


Figure IV.5.6 : Schéma des nœuds.
.
IV.5.1. Exemple de calcul des nœuds : nœud 2
a- Caractéristiques de l’acier
R
y
=23.5 kN / cm
2
R
u
=36 kN /cm
γ
MW
=1.25
β
W
=0.8
γ
MW
×β
W
=1
+ Pour la membrure (1-a) : cornière 2L 150×150×18
• Cordon du talon :

b
d b
R a
N
l
u c
a
w w
t
c

×
× ×
×
× × ≥

2
3
1
γ β

Avec a
c
=0.7 t et t = 18 mm donc a
c
=0.7 x 1.8 = 1.26 cm
mm mm
b
d b
R a
N
l
u c
a
w w
t
c
40 2 . 1
15
37 . 4 15
36 26 . 1 2
3 868 . 8
1
2
3
1
p =

×
× ×
×
× =

×
× ×
×
× × ≥

γ β
On prend cm l
t
c
5 =

• Cordon de l’aile :
mm mm
b
d
R a
N
l
u c
a
w w
a
c
40 05 . 0
15
37 . 4
36 26 . 1 2
3 868 . 8
1
2
3
1
p = ×
× ×
×
× = ×
× ×
×
× × ≥

γ β
On prend
cm l
a
c
5 =
+ Pour la membrure (4-b) : cornière 2L 150×150×18
• Cordon du talon :

b
d b
R a
N
l
u c
b
w w
t
c

×
× ×
×
× × ≥

2
3
4
γ β

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 72 2 - -

Avec a
c
=0.7 t et t = 18 mm donc a
c
=0.7 x 1.8 = 1.26 cm Avec a
c
=0.7 t et t = 18 mm donc a
c
=0.7 x 1.8 = 1.26 cm
mm mm
b
d b
R a
N
l
u c
b
w w
t
c
40 12
15
37 . 4 15
36 26 . 1 2
3 34 . 88
1
2
3
4
p =

×
× ×
×
× =

×
× ×
×
× × ≥

γ β
On prend cm l
t
c
5 =
• Cordon de l’aile :
mm mm
b
d
R a
N
l
u c
b
w w
a
c
40 5 . 0
15
37 . 4
36 26 . 1 2
3 34 . 88
1
2
3
4
p = ×
× ×
×
× = ×
× ×
×
× × ≥

γ β
On prend
cm l
a
c
5 =

+ + Attache de la barre 1-2 sur le gousset
N
1-2
= 103 kN
Cornière 2L 200×200×20
a
c =
0.7 t et t = 20 mm donc a
c
=0.7 x 2 = 1.4 cm

• • Cordon du talon :
mm mm
b
d b
R a
N
l
u c
w w
t
c
40 7 . 12
20
68 . 5 20
36 4 . 1 2
3 103
1
2
3
2 1
p =

×
× ×
×
× =

×
× ×
×
× × ≥

γ β
On prend
cm a l
c
t
c
56 4 = =
• Cordon de l’aile :
mm mm
b
d
R a
N
l
u c
w w
a
c
40 5
20
68 . 5
36 4 . 1 2
3 103
1
2
3
2 1
p = ×
× ×
×
× = ×
× ×
×
× × ≥

γ β
On prend
cm a l
c
a
c
6 . 5 4 = =
+ Attache de la barre 2-3 sur le gousset
N
2-3
= 10.8 kN
Cornière 2L 200×200×20
a
c =
0.7 t et t = 20 mm donc a
c
=0.7 x 2 = 1.4 cm

• • Cordon du talon : :
mm mm
b
d b
R a
N
l
u c
w w
t
c
40 3 . 1
20
68 . 5 20
36 4 . 1 2
3 8 . 10
1
2
3
3 2
p =

×
× ×
×
× =

×
× ×
×
× × ≥

γ β
On prend
cm a l
c
t
c
56 4 = =
• Cordon de l’aile :
mm mm
b
d
R a
N
l
u c
w w
a
c
40 5 . 0
20
68 . 5
36 4 . 1 2
3 8 . 10
1
2
3
3 2
p = ×
× ×
×
× = ×
× ×
×
× × ≥

γ β

On prend
cm a l
c
a
c
6 . 5 4 = =
+ Attache de la barre 3-4 sur le gousset
N
3-4
= 68.74 kN
Cornière 2L 200×200×20
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 73 3 - -

a
c =
0.7 t et t = 20 mm donc a
c
=0.7 x 2 = 1.4 cm
• • Cordon du talon :
mm mm
b
d b
R a
N
l
u c
w w
t
c
40 23 . 30
20
68 . 5 20
36 4 . 1 2
3 74 . 68
1
2
3
4 3
p =

×
× ×
×
× =

×
× ×
×
× × ≥

γ β
On prend
cm a l
c
t
c
56 4 = =

• Cordon de l’aile :
mm mm
b
d
R a
N
l
u c
w w
a
c
40 1 . 11
20
68 . 5
36 4 . 1 2
3 74 . 68
1
2
3
4 3
p = ×
× ×
×
× = ×
× ×
×
× × ≥

γ β
O ON N P PR RE EN ND D
cm a l
c
a
c
6 . 5 4 = =

Figure IV.5.7 : Schéma constructif du nœud 2.

De la même manière, on calcule les autres nœuds de la ferme. On représente ci-dessous
leurs schémas constructifs.
Pour la membrure inférieure:

Figure IV.5.8 : Schéma constructif des nœuds 5, 9, 13, 17, 21, 25, 29
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 74 4 - -

de la membrure inférieure.

Figure IV.5.9 : Schéma constructif des nœuds 3, 7, 11, 15, 19, 23, 27, 31
de la membrure inférieure.


Figure IV.5.10 : Schéma constructif de l’appui de la ferme sur le poteau.

Pour la membrure supérieure :

Figure IV.5.11 : Schéma constructif des nœuds2, 6, 10, 14, 18, 22, 26, 30
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 75 5 - -

de la membrure supérieure. de la membrure supérieure.

Figure IV.5.12 : Schéma constructif des nœuds4, 8,12, 16, 20, 24, 28,
de la membrure supérieure.

V V- - C Ca al lc cu ul l d de es s p po ot te ea au ux x d du u p po or rt ti iq qu ue e
Les poteaux sont des pièces, généralement verticales, chargées de façon à reporter sur les
fondations les charges verticales et horizontales qui sont appliquées sur le bâtiment : poids
propre de la couverture et de l’ossature métallique, poussées horizontales du vent, etc.
En principe, suivant l’application des charges, on distingue les poteaux à compression
centrée et excentrée. Les premiers sont soumis au moins à des charges verticales, dont la
résultante agit suivant son axe. Les seconds sont sollicités à la flexion et à la compression
simple.
Un poteau comporte une tête servant d’appui à la construction supérieure et conçue pour
répartir la charge suivant la section du fût ; une base (pied), qui se repose sur le massif en
béton par l’intermédiaire d’une platine en tôle soudée sur le poteau ; entre la tête et la base, le
poteau comporte le fût qui est un élément à âme pleine.

V.1. Détermination de la longueur de flambement du poteau du portique
La longueur de flambement des poteaux d’ossature de bâtiment peut être définie par la
formule :
l
f
= µ l
0
où µ est le coefficient de réduction de longueur de flambement et se détermine soit
par les abaques de l’Eurocode 3, soit par les formules utilisées après.
La longueur de flambement des poteaux à section constante dans le plan du portique se
détermine pour le mode d’instabilité à nœuds déplaçables par :
2 1 2 1
2 1 2 1
6 . 0 ) ( 8 . 0 1
12 . 0 ) ( 2 . 0 1
η η η η
η η η η
µ
× + + × −
× − + × −
= où η
1
et η
2
sont des facteurs de distribution de
rigidité respectivement en tête (nœud supérieur) et au pied (nœud inférieur) du poteau
déterminés par les formules :

poutre poteau
poteau
k k
k
+
=
1
η
1
2
= =
poteau
poteau
k
k
η
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 76 6 - -

Où Où
poteau
poteau
poteau
l
I
k = est la rigidité relative du poteau, I
poteau
est le moment d’inertie de la
section transversale du poteau et l
poteau
est la longueur réelle du poteau.

poutre
poutre
poutre
l
I
k = est la rigidité relative de la poutre aboutissant au nœud supérieure du
poteau, I
poutre
est le moment d’inertie de la section transversale du poteau et l
poutre
est la
longueur réelle de la poutre.

Données
M
pied du poteau
= - 103.2 kNm
M
tête du poteau
= - 153.1 kNm
N= 90.68 Kn
H=15.5m
La longueur de flambement suivant le plan (z-z) est : l
f,z
=H = 15.5m
La longueur de flambement suivant le plan (y-y) est : lf,y =µH

2 1 2 1
2 1 2 1
6 . 0 ) ( 8 . 0 1
12 . 0 ) ( 2 . 0 1
η η η η
η η η η
µ
× + + × −
× − + × −
=
1
2
= =
poteau
poteau
k
k
η
508 . 0
64
5 . 15
4 1
1
64
4
155
5 . 15
64 5 . 15
5 . 15
1
=
× +
=
× +
=
+
=
+
=
poteau poteau
poteau
poutre poteau
poteau
poutre poteau
poteau
I I
I
I I
I
k k
k
η
D’où 3 545 . 2 p = µ OK
Ainsi l
f,y
=µH=2.545x15.5= 39.45 m

V.2. Détermination de la section du poteau
Les poteaux les plus simples sont constitués par une poutrelle de type IPN, IPE, HEB,
HEA.
L’inconvénient des IPN ou IPE, dans leur emploi comme poteaux, c’est que, par rapport à
l’un des deux axes de symétrie, ils ne jouissent que d’un faible moment d’inertie, ce qui les
rend impropres au travail à la compression à cause du flambement.
La section la plus rationnelle pour les poteaux pleins à compression excentrée. Les sections
en H formées de trois éléments peuvent être confectionnées par soudage automatique ; toutes
les surfaces étant facilement accessibles, les attaches peuvent être réalisées sans difficulté.
On calcul l’aire nécessaire de la section du poteau par la formule :
) 5 . 2 25 . 1 (
1
h
e
R
N
A
y
M sd
néc
× + =
γ
avec
m
N
M
e
au têtedupote
688 . 1
68 . 90
1 . 153
= = =
m cm
H
h 033 . 1 33 . 103
15
1550
15
= = = =
On trouve
2
65 . 22 )
033 . 1
688 . 1
5 . 2 25 . 1 (
5 . 23
68 . 90 1 . 1
) 5 . 2 25 . 1 (
1
cm
h
e
R
N
A
y
M sd
néc
= × + ×
×
= × + =
γ

Connaissant A
néc
, on cherche un profilé laminé convenable dans le catalogue des profilés.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 77 7 - -

y y pl
= × = × =
y
=
cm i
y
1 . 17 =
cm i
z
4 . 7 =
3
1620 cm S
y
=
3 3
,
3240 1620 2 2 cm cm S
y y pl
= × = × =
3
2880 cm
y
=
On adopte suivant les conditions de l’élancement, le profil HEB 400 de caractéristiques : On adopte suivant les conditions de l’élancement, le profil HEB 400 de caractéristiques :

A= 197.8cm² A= 197.8cm²
cm i
y
1 . 17 =
cm i
z
4 . 7 =

3
1620 cm S
y
=
W W
3 3
,
3240 1620 2 2 cm cm S
W W
3
2880 cm

• Vérification de la section choisie au flambement • Vérification de la section choisie au flambement
2306 . 2
4 . 7 9 . 93
1550
9 . 93
,
=
×
=
×
=
z
z f
z
i
l
λ
4569 . 2
1 . 17 9 .. 93
3945
9 . 93
,
.
=
×
=
×
=
y
y f
y
i
l
λ
Le coefficient de réduction pour le mode de flambement est déterminé par interpolation
linéaire d’après les valeurs de la courbe « b » de flambement →
) 4 . 2 ( )
4 . 2 5 . 2
(
5 . 2 4 . 2
4 . 2
min
− ×


− = =
= =
=
λ
χ χ
χ χ χ
λ λ
λ
y

1444 . 0 ) 4 . 2 4569 . 2 ( )
4 . 2 5 . 2
1397 . 0 1506 . 0
( 1506 . 0
min
= − ×


− = χ

• Vérification de la résistance et de la stabilité
Il faut vérifier que : 1 ) (
, min
1

×
+
× ×
y y pl
y
y
Y
M
R W
M
k
R A
N
χ
γ
Détermination de k
y
:
) ( 1
y y
y
y
R A
N
k
× ×
×
− =
χ
µ
avec 5 . 1 =≤
y
k
y pl
y y pl
My y y
W
W W
,
,
) 4 2 (

+ − × = β λ µ avec 9 . 0 ≤
y
µ
) (
ψ ψ
β β β β
M MQ
Q
M My
M
M


+ =
ψ β
ψ
7 . 0 8 . 1 − =
M


Ce sont les facteurs de moment uniforme équivalent pour le flambement par flexion.
tête
pied
M
M
= ψ
tête pied
M M M + = ∆ ; pour le diagramme de moment avec changement de signe.
2 8 2
2
H
H
M M
H q H q
M
pied tête
v v
Q
×

+
×
+
×
= ; moment dû aux charges transversales
seulement.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 78 8 - -

On trouve ainsi 674 . 0 − = ψ ; 2718 . 2 =
ψ
β
M
; kNm M 3 . 256 = ∆ ; ; kNm M
Q
6 . 154 =
6856 . 1 =
My
β
9 . 0 4338 . 1 ≤ − =
y
µ OK
5 . 1 1937 . 1 ≤ =
y
k OK
La vérification de la résistance est assurée car
1 4126 . 0 )
5 . 23 3240
15310
1937 . 1
5 . 23 8 . 197 1444 . 0
68 . 90
( 1 . 1 ≤ =
×
+
× ×
OK
Les poteaux du portique sont de section HEB 400 suivant l’Eurocode 3



Figure IV.5.13 : Profil des poteaux du portique.


V.3. Calcul des éléments de la base du poteau
La base du poteau, élargie à l’aide des traverses et des goussets, doit répartir la pression du
fût sur la fondation par l’intermédiaire d’une plaque d’assise (ou encore platine), et assurer la
liaison entre le poteau et le massif de la fondation conformément au schéma de calcul (pied
articulés ou encastrés).
Pour la fixation de la position prévue du poteau au cours de montage et pour assurer
l’assemblage correspondant, les poteaux métalliques sont généralement ancrés dans leurs
massifs par des boulons de scellement.
Le nombre, le diamètre et la longueur de ces boulons varient suivant l’importance des
efforts qui s’exercent sur les poteaux et le type d’assemblage.
Par le calcul d’une base, on dimensionne la platine et les autres éléments (y compris les
boulons d’ancrages, les traverses et les goussets)

V.3.1. Calcul de la plaque d’assise
Au début de l’étude du pied, on se donne tout d’abord la larguer b
0
de la plaque en se
basant sur les dimensions du poteau et les dispositions constructives. La longueur a
0
de la
platine est choisie de telle façon que la contrainte maximale σ
max
dans la fondation au bord de
la platine ne dépasse pas la résistance admissible du matériau de fondation à la compression
f
b
, donnée par .
2
1

= kNcm f
b
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 7 79 9 - -

Donc on doit vérifier la condition suivante : Donc on doit vérifier la condition suivante :
b
platine platine
f
b a
M
b a
N
W
M
A
N

×
+
×
= + =
0
2
0
0 0
max
6
σ
De cette équation, on déduit a
0


La largeur b
0
est déterminé par :
1 0
2e b b
f
+ = avec b
f
= 300 mm (largeur de la section du poteau) et e
1
= 100 mm (valeur
minimale)
Ainsi les dimensions de la platine sont mm b 500
0
= et mm a 361
0
= ; on adopte
mm a 800
0
=
Après avoir adopté ces dimensions, on précise la contrainte maximale réelle dans la
fondation, et ensuite, on passe à la détermination de l’épaisseur à donner à la platine
b
f kNcm
b a
M
b a
N
≤ =
×
×
+
×
=
×
+
×
=
−2
2 2
0 0
0 0
max
216 . 0
50 80
10310 6
50 80
68 . 90 6
σ OK
b
f kNcm
b a
M
b a
N
≤ =
×
×

×
=
×

×
=
−2
2 2
0 0
0 0
min
17063 . 0
50 80
10310 6
50 80
68 . 90 6
σ OK
L’épaisseur nécessaire de la plaque est
y
platine
R
M
t
max
6
= avec M
max
est déterminé en
supposant que la charge exercée sur chaque portion de la platine est répartie uniformément et
de valeur égale à la contrainte maximale.
En fait, par les traverses et les goussets verticaux, la platine est démembrée en plaques (ou
en portions). Chaque portion est sollicitée en flexion par une charge uniformément répartie.

Figure IV.5.14 : Schéma de la plaque d’assise et les différentes portions.

)
6
)
2
((
2
0
2
0 0
0
b b b
f b
M
f b
N
f b
N
a
×
+
×
+
×
=
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 80 0 - -

Portion 1 : fonctionne et se calcule comme une console de longueur e
1
, en isolant une
bande de largeur 1 cm et en cherchant le moment dans la section par la formule :
kNcm
e
M 8 . 10
2
10 216 . 0
2
2
2
1 max
1
=
×
=
×
=
σ

Portion 2 : se comporte comme une plaque appuyée sur trois bords. La section la plus
dangereuse d’une telle plaque passe par le milieu de son bord libre. La valeur du moment
fléchissant dans cette section se définit par la méthode élaborée par l’académicien V.Galerkin:
où b
2
max 2 f
b M × × = σ α
f
est la longueur du bord libre de la portion (largeur de la section
du poteau)
α est un coefficient tiré d’un tableau en fonction du rapport e
2
/ b
f
avec e
2
est la longueur de
la portion 2.
cm
h a
e 20
2
40 80
2
0
2
=

=

=
⇒ = = 666 . 0
30
20
2
f
b
e
par interpolation linéaire on trouve α=0.08324
Ainsi kNcm M 18 . 16 30 216 . 0 08324 . 0
2
2
= × × =
Portion 3 : le moment pour cette portion se calcule comme pour une poutre simple de portée
e
3
8
2
3 max
3
e
M
×
=
σ
avec cm
t b
e
w f
325 . 14
2
35 . 1 30
2
3
=

=

=
Ainsi kNcm M 541 . 5
3
=
Le moment maximal exercé sur la platine est :
kNcm M M M M M 18 . 16 ) , , max(
2 3 2 1 max
= = =
L’épaisseur de la platine est calculée par la formule indiquée ci-dessus, et on trouve
t
pl
=2.13 cm.
On adopte t
pl
=2.5 cm.

V.3.2. Calcul des boulons d’ancrage
Au calcul des boulons d’ancrage, on admet qu’ils supportent entièrement la force N
a

définie par la zone tendue de l’épure des contraintes.
La valeur de l’effort total de traction N
b
sur les boulons d’ancrage contre un bord de la
platine peut être cherchée à partir de l’équation d’équilibre des efforts par rapport au centre de
gravité de la partie comprimée de l’épure des contraintes dans la fondation.
y
N a M
N
b
× −
=
3 2
0
c a
a − = avec
0
min max
max
a c ×
+
=
σ σ
σ

Et )
3
(
5 0
c
e a y + − = avec cm e 10
5
=
On trouve ainsi : ; ; cm c 64 . 44 = cm a 12 . 25 = cm y 12 . 55 = et
kN N
b
72 . 145
12 . 55
68 . 90 12 . 25 10310
=
× −
=
L’aire nécessaire de la section des boulons à traction est :
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –P PO OR RT TI IQ QU UE E E EN N C CH HA AR RP PE EN NT TE E M ME ET TA AL LL LI IQ QU UE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 81 1 - -

u
b
Mb
néc
b
R
N
A
×
× =

9 . 0
γ avec 25 . 1 =
Mb
γ et est la limite de rupture de la nuance d’acier
de boulon.
u
R
On se fixe la classe des boulons avec . L’aire nécessaire de la section des
boulons est ainsi
2
40

= kNcm R
u
⇒ =
×
× =

2
06 . 5
40 9 . 0
72 . 145
25 . 1 cm A
néc
b
soit deux boulons de diamètre
d=2cm
2 2
06 . 5 28 . 6 13 . 3 2 cm cm A
réelle
b
≥ = × =

OK
La plaque d’ancrage se comporte comme une poutre sur deux appuis soumise à une charge
concentrée au niveau des boulons. La valeur de cette charge concentrée sera :
kN
N
N
b
a
86 . 72
2
72 . 145
2
'
= = =
Le moment maximal dans la plaque d’ancrage dû aux efforts dans les boulons :
kNcm z N M
a a
88 . 582
' '
= × =
On prend une plaque d’ancrage de dimensions 30x250mm avec 30 est le trou de boulon de
20mm
Vérification des boulons :
On doit vérifier que
'
,
'
R a a
M M ≤
kNcm M kNcm
R
t b
R
W M
a
M
y
M
y
a pl R a
88 . 582 5 . 775
1
5 . 23
6
3 ) 3 25 (
6
'
2
0
2
0
,
'
,
= ≥ = ×
× −
= ×
×
= × =
γ γ

OK



[9,12]















P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 82 2 - -

IV IV. .6 6 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d de es s e es sc ca al li ie er rs s IV V. .6 6 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d de es s e es sc ca al li ie er rs s

I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n
Les escaliers sont des éléments de la structure qui permettent de franchir les niveaux. Les escaliers sont des éléments de la structure qui permettent de franchir les niveaux.
Un escalier est composé d’un certain nombre de marches Un escalier est composé d’un certain nombre de marches
La conception de l'escalier est déterminée par la formule de BLONDEL : La conception de l'escalier est déterminée par la formule de BLONDEL :
g + 2 . h =m =0,64m g + 2 . h =m =0,64m

Pour les différents types d’escaliers on considère les paramètres suivants : Pour les différents types d’escaliers on considère les paramètres suivants :

h : hauteur de la contre marche, comprise entre 0.13 et 0.17m. h : hauteur de la contre marche, comprise entre 0.13 et 0.17m.
g : largeur de la marche, comprise entre 0.26 et 0.36m. g : largeur de la marche, comprise entre 0.26 et 0.36m.
α : Inclinaison de la volée, α : Inclinaison de la volée,








=
g
h
arctg α .
H : hauteur de la volée.
L : longueur projetée de la volée.
e : épaisseur de dalle (paillasse ou palier).




Figure IV.6.1: Caractéristiques géométriques d’un escalier.


Comme tout grand projet, on trouve une diversité au niveau des escaliers qui se diffèrent
par leur architecture et leur géométrie. Les trois types d’escaliers suivants sont conçus dans le
présent projet :
.



Figure IV.6.2 : Types d’escaliers à étudier.


Escalier hélicoïdal Escalier avec palier
Escalier simple
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 83 3 - -

I II I- - E Es sc ca al li ie er r t ty yp pe e1 1
Cet escalier se trouve dans le bloc L dont les caractéristiques cités si dessous.


Figure IV.6.3 : Escaliers type 1.


II.1. Caractéristiques géométriques
Soient :
* e
1
: l’épaisseur de la paillasse doit vérifiant
3
1 1 1
018 . 0 q e L e
b
+ ⋅ ⋅ ⋅ = ρ ,
avec :
b
ρ : Poids volumique du béton armé (exprimé en kN/m
3
).
q : charge d’exploitation de l’escalier (exprimé en kN/m
2
).
L
1
= 4.4 m =
3
1 1
4 25 4 . 4 018 . 0 + ⋅ ⋅ ⋅ = e e = e
1
= 0.163 m
En tenant compte du poids du revêtement. = e
1
= 18 cm

* Le nombre de contre marches étant égal à n =12, la hauteur de la contre marche est
définie alors par :
1
1
1
n
H
h = ; or H
1
= 2.04m = h
1
= 0.17 m.
⇒ En appliquant la formule de Blondel, donnée par : m h g 64 . 0 2
1 1
= +

= g
1
= 0.64-2h
1
= 0.64 -2×0.17 = 0.3 m = g
1
= 30 cm et h
1
= 17 cm.
*






=








=
30
17
1
1
1
arctg
g
h
arctg α =29.53°. = α
1
= 29.53°

Figure IV.6.4 : Caractéristiques d’une marche
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 84 4 - -

II.2. Evaluation des charges
La charge d’exploitation pour les escaliers dans un milieu public est de Q = 4 KN/m
II.2.1. Charges sur paillasse
Les charges à considérer sont :
Eléments du paillasse Charges (KN/m)
Marche (marbre de 2 .5 cm) 28 025 . 0
3 . 0
025 . 0 3 . 0
× ×
+
0.758
Contre marche (marbre de 1.5 cm) 28 1
3 . 0
015 . 0 ) 03 . 0 17 . 0 (
× ×
× −
0.196
Béton banché
( )
22 1
3 . 0 2
) 015 . 0 3 . 0 ( 025 . 0 17 . 0
× ×
×
− ⋅ −
1.515
Chape en béton (18 cm) 25 1
53 . 29 cos
18 . 0
× × 5.17
Enduit (1.5 cm)
α
ϖ
cos
0
e
g
ba
⋅ = = 22 1
53 . 29 cos
015 . 0
× × 0.38
G
1
= 8.02 KN/m

Tableau IV.6.1 : charges du paillasse de l’escalier type1.


II.2.2. Charges sur palier
Les charges à considérer sont :

Eléments du paillasse Charges (KN/m)
Revêtement (marbre de 2.5 cm) 28 1 025 . 0 × × 0.7
Chape en béton (18 cm) 25 1 18 . 0 × × 4.5
Mortier de pose (e=2 cm) 22 1 02 . 0 × × 0.44
Enduit (1.5 cm) 22 1 015 . 0 × × 0.33
G
2
= 5.97 KN/m
Tableau IV.6.2 : charges du palier de l’escalier type1.




P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 85 5 - -

II.3. Dimensionnement II.3. Dimensionnement
II.3.1. Schéma de calcul II.3.1. Schéma de calcul
Soit un modèle simplifier pour cet escalier représenté par une poutre isostatique comme
indiqué ci-dessous :
Soit un modèle simplifier pour cet escalier représenté par une poutre isostatique comme
indiqué ci-dessous :







Figure IV.6.5 : schéma de calcul _escalier type1_ Figure IV.6.5 : schéma de calcul _escalier type1_

II.3.2. Sollicitations II.3.2. Sollicitations
P
u
1
= 1.35 G
1
+ 1.5 Q = 16.83 KN/m & P
u
2
= 1.35 G
2
+ 1.5 Q = 14.06 KN/m P
P
ser
1
= G
1
+ Q = 12.02 KN/m & P
ser
2
= G
2
+ Q = 9.97 KN/m P

Les sollicitations maximales calculées à l’ELU et à l’ELS sont reproduites dans le tableau
ci-dessous.
Les sollicitations maximales calculées à l’ELU et à l’ELS sont reproduites dans le tableau
ci-dessous.
A B
Q
G2 G2 G1
b= 3 a=1 .4 a=1.4

u
1
= 1.35 G
1
+ 1.5 Q = 16.83 KN/m & P
u
2
= 1.35 G
2
+ 1.5 Q = 14.06 KN/m
ser
1
= G
1
+ Q = 12.02 KN/m & P
ser
2
= G
2
+ Q = 9.97 KN/m
Travée 1 Travée 1 Appui gauche Appui gauche Appui droit Appui droit
Moment fléchissant (KN.m) 62.23 0 0
ELU
Effort tranchant (KN) - 44.79 45.64
ELS Moment fléchissant (KN.m) 44.33 0 0

Tableau IV.6.3 : Tableau des sollicitations aux E.L.U et E.L.S


II.3.3. Calcul des sections d’armatures
Le calcul des sections des armatures est réalisé pour une section rectangulaire de largeur
unité, travaillant à la flexion simple.
a. Travée :

· M
u
= 62.23 KN.m.

·
bu
u
u
f d b
M
⋅ ⋅
=
2
µ , avec d = 0.9h = 0.9×0.18 = 0.162 m.
= 19 . 0
46 . 12 162 . 0 1
10 23 . 62
2
3
2
=
× ×

=
⋅ ⋅
=

bu
u
u
f d b
M
µ
Pour f
e
= 400 MPa, µ
l
= 0.39 et vu que
lu
µ µ < = A
sc
= 0.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 86 6 - -

· ( ) µ α 2 1 1 25 . 1 − − ⋅ = = 0.26

;
· = 0.145 m. d d Z α 4 . 0 − =
¬ 23 . 12
82 . 347 145 . 0
10 23 . 62
3
=
×

=

=

su
u
st
f Z
M
A cm
2
/m.
4 28
min
10 78 . 1
400
92 . 1
162 . 0 1 23 . 0 23 . 0

⋅ = × × × = ⋅ ⋅ ⋅ =
e
t
f
f
d b A m2/m.
min
A A
st
> = A = 12.23 cm
2
/m ¬ On choisit 8HA14 par mètre (A = 12.31 cm
2
/m).


× Vérification des contraintes à l’E.L.S :
54 . 3 =
bc
σ MPa 2 . 13 6 . 0
28
= = ≤
c
bc f σ MPa. OK

× Aciers de répartition :
La section des armatures de répartition dans le sens de la largeur des escaliers est prise
égale au quart de la section d’armatures principales, ainsi on a :
07 . 3
4
31 . 12
4
= = =
A
A
r
cm
2
/m ¬ On choisit 4HA10 par mètre.

b. Appui gauche et droit :

Au niveau de ces appuis, on considère forfaitairement un moment de flexion égal à 0.15M.
En suivant la même démarche, on obtient :
· M
u
= 0.15M= KN.m. 33 . 9 23 . 62 15 . 0 = ×
·
bu
u
u
f d b
M
⋅ ⋅
=
2
µ , avec d = 0.9h = 0.9×0.18 = 0.162 m.
= 28 . 0
46 . 12 162 . 0 1
10 33 . 9
2
3
2
=
× ×

=
⋅ ⋅
=

bu
u
u
f d b
M
µ
Pour f
e
= 400 MPa, µ
l
= 0.39 et vu que
lu
µ µ < = A
sc
= 0.
· ( ) µ α 2 1 1 25 . 1 − − ⋅ = = 0.42

;
· = 0.13 m. d d Z α 4 . 0 − =
¬ 06 . 2
82 . 347 13 . 0
10 33 . 9
3
=
×

=

=

su
u
st
f Z
M
A cm
2
/m.

= On choisit 5HA8 par mètre.


II.3.4. Vérification de la contrainte

Pour les poutres dalles coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, on peut s’en
passer des armatures transversales si on vérifie :
026 . 1
5 . 1
22 07 . 0
07 . 0
=
×
= ≤
b
cj
u
f
γ
τ MPa, avec
d b
V
u
u

=
0
τ
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 87 7 - -

a. Appui gauche :

. 026 . 1 27 . 0
162 . 0
79 . 44
MPa MPa
m d
daN V
u
u
≤ = ⇒



=
=
τ . OK
b. Appui droit :

. 026 . 1 28 . 0
162 . 0
64 . 45
MPa MPa
m d
daN V
u
u
≤ = ⇒



=
=
τ OK

II.3.5. Vérification des flèches
La vérification de la flèche admissible est estimé à
500
L
f
adm
= ¬ 88 . 0 =
adm
f
Il faut vérifier que avec
l adm
f f >
ft i
S
l
I E
M
r
et
r
L
f
.
1 1
10
²
max max
=












× =

Sachant que
µ λ × +
×
= = =
i
ft s i
I
I et m KN M MPa E
1
1 . 1
. 33 . 44 ; 30822
0
avec
2
3
0
2
15
12






− × × +
×
= d
e
A
e b
I
u
¬
4 4
0
10 02 . 5 m I

=
28 . 1
3 2 (
05 . 0
28
=
×
=
× + ×
×
=
d b
A
et
b
b
f
u t
i
ρ
ρ
λ
( )
1
2
1
1 1
28
28
15
2
) ( 15
4
75 . 1
1 y d A
y b
y et y d
I
M
et
f
f
u
s
t s
t
− × × −
×
= − =
+ × ×
×
− = σ
σ ρ
µ
2 . 0
1
= ⇒ y m
( )
cm f
m I MPa m I d y A
y b
I
t
ft s u
78 . 0
3210 . 8 16 . 97 10 78 . 4 15
2
4 4 4 4 2
1
2
1
= ⇒
= ⇒ = ⇒ = ⇒ − × × −
×
=
− −
σ
On a bien vérifié la condition de flèche
l adm
f f >

II.3.6. Plan de ferraillage

Figure IV.6.6 : Plan de ferraillage _escalier type1_
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 88 8 - -

I II II I- - E Es sc ca al li ie er r t ty yp pe e2 2 II II I- - E Es sc ca al li ie er r t ty yp pe e2 2
Cet escalier se trouve dans le rez-de-jardin au niveau du parking dont la hauteur sous
plafond est de 3.2 m.
Cet escalier se trouve dans le rez-de-jardin au niveau du parking dont la hauteur sous
plafond est de 3.2 m.


III.1. Caractéristiques géométriques III.1. Caractéristiques géométriques

Le nombre de contre marches étant égal à n =19, la hauteur de la contre marche est: Le nombre de contre marches étant égal à n =19, la hauteur de la contre marche est:
n
H
h = ; H

= 3.2 m =
19
2 . 3
= h = 0.168 m.~ 0.17 m
D’après la formule de Blondel : g = 0.64-2h = 0.64-2×0.168 = 0.3 m
= Alors g = 30 cm et h = 17 cm.






=








=
30
17
arctg
g
h
arctg α = 29.53°.
3
4 25 018 . 0 + ⋅ ⋅ ⋅ = e L e , avec = L = 5.30 m. = e = 0.21 cm.
En tenant compte du poids du revêtement = e = 25 cm


III.2. Évaluation de la charge
De la même manière, on détermine la charge de l’escalier type2, tout en ajoutant le poids
du garde de corps qui est égale à 0.40 kN/m, d’où la charge totale est G = 9.82 KN/m.


III.3. Dimensionnement

III.3.1. Schéma de calcul

A fin de déterminer les sollicitations pour ce type d’escalier, on considère le modèle
simplifié d’une poutre isostatique comme indiqué ci-dessous :

Figure IV.6.7 : Schéma de calcul _escalier type2_





g

= 9.82 kN/m
q

= 4 KN/m
5.3 m
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 8 89 9 - -

III.3.2. Sollicitations

Les sollicitations maximales calculées à l’ELU et à l’ELS sont comme suit :
8
) 5 . 1 35 . 1 (
2
max
L
q g M
u
⋅ + = =
8
3 . 5
) 4 5 . 1 82 . 9 35 . 1 (
2
× × + × = 67.6 KN.m.
8
) (
2
max
L
q g M
s
⋅ + = =
8
3 . 5
) 4 82 . 9 (
2
× + = 48.52 KN.m.
2
) 5 . 1 35 . 1 (
max
L
q g V
u
⋅ + = =
2
3 . 5
) 4 5 . 1 82 . 9 35 . 1 ( ⋅ × + × = 51.02 KN.

III.3.3. Calcul des sections d’armatures
Le dimensionnement est mené suivant la même procédure que pour l’escalier type1, les
résultats sont si dessous :
M (KNm)
u
µ α
Z
st
A (cm²/m) Aciers/mètre
Travée 67.6 0.23 <
lu
µ = A
sc
= 0 0.33 0.13 14.95 8HA16
Appui 0.15M
u
=10.14 0.03 <
lu
µ = A
sc
= 0 0.08 0.152 1.91 6HA8
Tableau IV.6.4 : Tableau des sollicitations et du ferraillage de l’escalier type 2


Pour l’acier de répartition : A
r
=A/4= 3.73 cm
2
/m = 8 HA8 par mètre.


III.3.4. Plan de ferraillage


Figure IV.6.8 : Ferraillage_ Escalier type2_



P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 90 0 - -

I IV V- - E Es sc ca al li ie er r t ty yp pe e3 3
Cet escalier se trouve dans le bloc M au rez-de-chaussée. Il comporte une volée hélicoïdale
composée de marches de forme trapézoïdales de longueur 1.3 m scellées dans un poteau
circulaire. La hauteur sous plafond est de 4.5m.

IV.1. Caractéristiques géométriques
On présente ci-dessous la composition et les dimensions adoptées pour les marches.
Le nombre de contremarches étant n = 27, la hauteur associée est
donc m
n
H
h 17 . 0
27
5 . 4
= = = .


Figure IV.6.9: Caractéristiques géométriques_ Escalier type3_.


IV.2. Evaluation des charges sur les marches

On considère une portée de porte-à-faux de 1.4 m.
Eléments du paillasse Charges (KN)
Marche (marbre de 3 cm) 28 03 . 0
2
37 . 0 14 . 0
3 . 1 × ×
+
× 0.1
Contre marche (marbre de 1.5 cm) 28 015 . 0
2
015 . 0 ) 07 . 0 14 . 0 (
3 . 1 × ×
× +
× 0.057
Mortier de pose ( e = 2 cm)
( )
22 1
2
14 . 0 37 . 0
02 . 0 3 . 1 × ×
+
× × 0.157
Poids propre
( )
25
2
17 . 0
1 . 0
2
37 . 0 14 . 0
4 . 1 ×






+ ×
+
×
1.65
G
1
= 1.96 KN
Tableau IV.6.5: charges du paillasse de l’escalier type3.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 91 1 - -

Le chargement par mètre carré de marche
357 . 0
96 . 1
= =
marche la de surface
marche la de poids
= 5.48 KN/m
2
.
On définit par suite les charges appliquées sur une marche comme suit :
- une charge trapézoïdale due au poids propre de la marche, d’intensité :
14 . 0 49 . 5 × = 0.77 KN/m au niveau du poteau
37 . 0 49 . 5 × = 2.03 KN/m à l’extrémité de la marche
- une charge concentrée dû au poids du garde corps situé à 5 cm de l’extrémité de la marche
d’intensité : G
1
= 0.4 KN.
- une charge d’exploitation trapézoïdale d’intensité :
14 . 0 4× = 0.56 KN/m au niveau du poteau
37 . 0 4× =1.48 KN/m à l’extrémité de la marche.
IV.3. Dimensionnement des marches
IV.3.1. Sollicitations
Les sollicitations maximales dans les marches sont indiquées dans le tableau suivant :
Moment fléchissant (KN.m) Effort tranchant (KN)
ELU 5.87 6.02
ELS 41.3 4.37
Tableau IV.6.6 : Tableau des sollicitations aux E.L.U et E.L.S.

IV.3.2. Calcul des sections d’armatures
Le calcul est mené en assimilant la marche à une poutre en console de section
rectangulaire.
· M
u
= 5.87 KN.m.
· 02 . 0 = µ :
lu
µ µ < = A
sc
= 0 ;
· 028 . 0 = α ;
· m. 135 . 0 = Z
= m
4
10 24 . 1

⋅ =
st
A
2
= 2.36
.
10
-5
m
2
400
92 . 1
153 . 0 14 . 0 23 . 0
min
× × × = > A
= 2HA10 (A = 1.57 cm
2
).
× Vérification des contraintes à l’E.L.S :
37 . 10 =
bc
σ MPa bc σ ≤ =13.2 MPa.
× Armatures transversales :
On doit vérifier la règle de couture :
( )
et
t u s
t
t
f
b f k
S
A
9 . 0
3 . 0
0 28
⋅ ⋅ − ⋅

τ γ
, avec :





=
+ + =
=
. 235
) ( 1
15 . 1
MPa f
béton de reprise sans ble préjudicia peu n fissuratio simple flexion k
et
s
γ

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –E ES SC CA AL LI IE ER RS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 92 2 - -

= ⎟





⋅ − =
4 . 1
17 . 0
6
5
1
max
0 u u
V V 5.41 KN et 25 . 0
153 . 0 14 . 0
10 41 . 5
3
0
0
=
×

=

=

d b
V
u
u
τ MPa.
Pour une fissuration peu préjudiciable on a : ) 5 ;
5 . 1
2 . 0 inf(
28
MPa
f
c
u
⋅ = τ =2.93 MPa.
=
u u
τ τ ≤ , d’où
4
10 87 . 1

⋅ − ≥
t
t
S
A
m
2
/m.
Le pourcentage minimal d’armatures est égal à :
38 . 2
235
14 . 0 4 . 0 4 . 0
0
min
=
×
=

=








et t
t
f
b
S
A
cm
2
/m.
Soit φ
t
le diamètre d’armature transversale devant vérifier la condition suivante :
)
10
;
35
; inf(
0
min
b h
l t
Φ ≤ φ = φ
t
= 6 mm.
On choisit un seul cadre = 2φ 6

tel que A= 0.56 cm
2
.
L’espacement 235 . 0
10 38 . 2
10 56 . 0
4
4
0
=


=


t
S m.
L’espacement maximal est : ) 0 15 ; 40 ; 9 . 0 inf(
min
≠ Φ =
sc l t
A si cm d S , d’où 14 . 0 =
t
S m.
t t
S S > = 14 = =
t t
S S cm.
Les armatures principales de flexion doivent être supérieures aux armatures de glissement
calculées par la formule suivante :
39 . 1
400
15 . 1
)
153 . 0 9 . 0
10 87 . 5
10 . 026 . 6 ( )
9 . 0
(
3
3 max
= ⋅
×

+ = ⋅ + =


e
s u
u
f d
M
V Ag
γ
cm².

[13]










P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –R RA AM MP PE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 93 3 - -

V V. .7 7: : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d d’ ’u un ne e r ra am mp pe e d d’ ’a ac cc cè ès s

Dans ce chapitre on va étudier une rampe droite qui relie le S.S et le RDC passant par le
RDJ. L’étendu de cette rampe est de 40.5m, composée de six travées de longueurs de 6.75m.
Vu la grande portée de la rampe et qui va entraîner un moment important, il est nécessaire
donc de prévoir des appuis sous forme des voiles de 6.75 m de longueur afin de diminuer la
flèche.
Les rampes droites se calculent comme des dalles inclinées dont les charges sont
mentionnées si dessous.

Figure IV.7.1 : Type d’une rampe
I I- - E Ev va al lu ua at ti io on n d de es s c ch ha ar rg ge es s
Soit 2 . 0
5 . 40
3 . 8
= = =
L
h
tgα = α =11°5 = cosα = 0.979.
Les charges de la rampe sont :
Eléments Charges (KN/m)
Chape en béton (18 cm) 25 1
cos
18 . 0
× ×
α

4.59
Enduit (1.5 cm) 22 1
cos
015 . 0
× ×
α

0.33
Revêtement (marbre de 3 cm) 28 1 03 . 0 × ×

0.84
Mortier de pose (2 cm) 28 1 02 . 0 × ×

0.44
Poids du garde corps 100 100
C
h
a
r
g
e
s

p
e
r
m
a
n
e
n
t
e
s

Charges permanentes totales G = 7.2 KN/m
Charge d’exploitation Q = 4 KN/m
Tableau IV.7.1 : charges de la rampe
I II I- - M Mé ét th ho od de e d de e c ca al lc cu ul l
Selon BAEL91, et pour les charges G = 7.2 KN/m et Q = 4 KN/m ; on adopte la méthode
forfaitaire pour la détermination des sollicitations vu que les conditions de validité de cette
méthode sont vérifiées, en effet :
• Les charges d’exploitation sont modérées c’est-à-dire :






² / 5
. 2
m KN q
g q
B
B
• La fissuration ne compromet pas la tenue des revêtements ni celle des cloisons.
• Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées.
• Le rapport des portées successives est compris entre 0.8 et 1.25.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –R RA AM MP PE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 94 4 - -

I II II I- - S So ol ll li ic ci it ta at ti io on ns s
Dans la suite on désigne par :
M
o
: moment maximal dans la travée de référence (isostatique soumise aux
mêmes charges que la travée étudiée).
M
w
: valeur du moment sur l’appui de gauche.
M
e
: valeur du moment sur l’appui de droite.
M
t
: moment maximal en travée de la poutre continue.
: Le moment maximal entre et
i
j
M
0
i
M
0
j
M
0
α : Le rapport des charges d’exploitation à la somme des charges permanentes
et des charges d’exploitation
B
B
Q G
Q
+
= α
Les moments de chaque travée continue doivent vérifier l’inégalité suivante :





⎧ +

+
+
i
i
e w
t
M
M
Max
M M
M
0
0
05 . 1
) 3 . 0 1 (
2
α


III.1. Théories de la méthode
III.1.1. Valeurs minimales des moments
On doit respecter les valeurs minimales ci-dessous :
+ Cas d’une poutre à deux travées

|M
a
| ≥
M
t

0
0,6 M
o
1
2 0
2
) 3 , 0 2 , 1 (
01
M α +
2
) 3 , 0 2 , 1 (
01
M α +
M
o
1
2
= Max{M
o1
;M
o2
}
2
) 3 . 0 2 . 1 (
02
M α +
2
) 3 . 0 2 . 1 (
01
M α +

Figure IV.7.2 : Moments minimaux dans une poutre continue à deux travées

+Cas d’une poutre à plus de deux travées


0,5 M
o
1
2

0.4 M
o
2
3

0
2
) 3 , 0 2 , 1 (
01
M α +

2
) 3 , 0 1 (
02
M α +
2
) 3 , 0 1 (
03
M α +

|M
a
| ≥
M
t

avec M
o
i
j
= Max{ M
oi
,M
oj
}


Figure IV.7.3 : Moments minimaux dans une poutre continue à plusieurs travées.


Remarque
Dans le cas où l’appui de rive serait solidaire d’un poteau ou d’une poutre, il convient de
disposer sur cet appui des aciers supérieurs pour équilibrer un moment au moins égal à :

) ( 15 . 0
0 01 1 n a
M ou M M − =

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –R RA AM MP PE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 95 5 - -


III.1.2. Effort tranchant
L’effort tranchant réel est:
* Supérieur en valeur absolue à l’effort tranchant isostatique sur l’appui intermédiaire
dans la travée de rive d’où on le majore forfaitairement de 15 % pour les poutres à deux
travées ; et de 10 % pour les poutres à plus de deux travées.
* Au plus égal à v
0
ailleurs.

+ Cas d’une poutre à deux travées :
V
o1
-1,15V
o1
1,15V
o2
-V
o2

Figure IV.7.4 : Efforts dans une poutre continue à deux travées.



+ Cas d’une poutre à plus de deux travées :

V
01
-1,1V
o1
1,1V
o2
-V
o2
V
o3

Figure IV.7.5 : Efforts dans une poutre continue à plusieurs travées.

[3, 11,14]
III.2. Application de la méthode
Vu la symétrie de chargement et de géométrie dans notre rampe, on va étudier la moitié de
la poutre (poutre hyperstatique de 3 travées).
III.2.1. Moment en travée de référence
+ ELU
m KN Q G p p p p
u u u u
/ 72 . 15 4 5 . 1 2 . 7 35 . 1 5 . 1 35 . 1
3 2 1
= × + × = + = = = =

+ m KN
l
P M M M M
u ou ou ou ou
. 53 . 89
8
² 75 . 6
72 . 15
8
²
3 2 1
= × = × = = = =
+ ELS
m KN Q G p p p p
ser ser ser ser
/ 2 . 11 4 2 . 7
3 2 1
= + = + = = = =

+ m KN
l
P M M M M
ser oser oser oser oser
. 78 . 63
8
²
3 2 1
= × = = = =

III.2.2. Effort tranchant de référence (à l’ ELU)
KN
l
P V V V V V V
u oD oG oD oG oD oG
05 . 53
2
3 3 2 2 1 1
= × = = = = = =


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –R RA AM MP PE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 96 6 - -


III.2.3. Moments minimaux sur appuis
m KN M M
m KN M M
m KN M M
m KN M
u u
u
u
u
. 42 . 13 15 . 0
. 812 . 35 4 . 0
. 765 . 44 5 . 0
. 0
0 4
03 3
02 2
1
= =
= =
= =
=

III.2.4. Moment en travée
357 . 0
4 2 . 7
4
=
+
=
+
=
Q G
Q
α


+ ELU
+ = = =
3 2 1 tu tu tu
M M M m KN M
ou
. 51 . 58
2
3 . 0 2 . 1
= ×
+ α

Les moments de chaque travée continue doivent vérifier l’inégalité suivante :





=




⎧ +

+
+
m KN
m KN
Max
M
M
Max
M M
M
i
i
e w
t
. 94
. 11 . 99
05 . 1
) 3 . 0 1 (
2
0
0
α

• Travée 1



=






=
=
=
KN.m 76.71 M est valeur nouvelle sa
M augment on alors vérifier pas est n' inégalité L'
. 51 . 58
. 0
. 765 . 44
tu1
tu1
1
par
m KN M
m KN M
m KN M
tu
e
w


• Travée 2



=






=
=
=
KN.m 58.82 M est valeur nouvelle sa
M augment on alors vérifier pas est n' inégalité L'
. 51 . 58
. 765 . 44
. 812 . 35
tu2
tu2
2
par
m KN M
m KN M
m KN M
tu
e
w


• Travée 3



=






=
=
=
KN.m 74.49 M est valeur nouvelle sa
M augment on alors vérifier pas est n' inégalité L'
. 51 . 58
. 812 . 35
. 42 . 13
tu3
tu3
3
par
m KN M
m KN M
m KN M
tu
e
w


+ ELS
De la même manière on détermine les moments en service (voir tableau récapitulatif)
III.2.5. Effort tranchant
KN V V
KN V V
V V
D uG
G uD
uD uG
05 . 53
05 . 53
0
3
0
4
1
0
1
4 1
= =
= =
= =

KN V V
KN V V
uD uD
uD uG
36 . 58 1 . 1
36 . 58 1 . 1
2 2
1 2
= =
− = − =
KN V V
KN V V
uD uD
uD uG
36 . 58 1 . 1
36 . 58 1 . 1
3 3
2 3
= =
− = − =
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –R RA AM MP PE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 97 7 - -

Appui 1 Travée1 Appui 2 Travée2 Appui 3 Travée3 Appui 4
Moment
Fléchissant (KN.m)
0 76.71 -44.765 58.82 -35.81 58.82 -13.42
A gauche 0 - -58.36 - -58.36 - -53.05
E
L
U

E
f
f
o
r
t

T
r
a
n
c
h
a
n
t

(
K
N
)

A droite 53.05 - 58.36 - 58.36 - 0
E
L
S

Moment Fléchissant
(KN.m)
0 54.66 31.89 41.68 25.51 57.85 9.56

Tableau IV.7.2 : Récapitulation des sollicitations de la rampe.

IV. Dimensionnement et ferraillage
La quantité d’acier minimale est de : 2 23 . 0
28
min
= ⋅ =
e
t
f
f
d b A cm
2
.
Les sections et les quantités d’acier calculées sont résumées dans le tableau suivant.

Appui 1 Travée1 Appui 2 Travée2 Appui 3 Travée3 Appui 4
Section d’acier (cm²) 2 12.03 6.74 9.01 5.34 9.01 2.18
Acier longitudinal
par mètre
5HA8 8HA14 6HA12 6HA14 5HA12 6HA14 5HA8
A
répartition
(cm²) 0.5 3 1.68 2.25 1.33 2.25 0.54
Acier de répartition 5HA8 6HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8

Tableau IV.7.3 : Ferraillage de la rampe.

V. Vérification de la flèche
En appliquant la méthode générale décrite si dessous, il n’est pas indispensable de procéder
à la vérification de la flèche si on à :
- le rapport
l
h
de la hauteur de section à la portée libre est au moins égal à
0
10 M
M
t
,M
t

étant le moment fléchissant maximal en travée .
- la section A d’armatures tendues vérifie la condition
e
f d b
A 2 . 4
0
≤ , b
0
étant la largeur
de la poutre, d la hauteur utile de la poutre et f
e
la limite d’élasticité de l’acier exprimée en
MPA.
- Le rapport
l
h
doit être au moins égal à
16
1
pour les poutres associées à un hourdis.
- Un plancher de constructions courantes dont les éléments fléchis soit limité à 8 m.
+ La deuxième condition est vérifiée, en effet pour
• Travée 1 : f
cal
= 0.006 m f ≤ =0.0105 m
• Travée 2 et 3 : f
cal
= 0.005 m f ≤ =0.0105 m
¬ Donc il n’est pas indispensable de procéder à la vérification de la flèche.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –R RA AM MP PE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 98 8 - -

VI. Vérification des contraintes
On vérifie que :
u u
τ τ ≤ avec
d b
V
u
u

= τ et 9 . 2 =
u
τ MPa.

Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4
u
τ ( MPa )
0.295 0.32 0.32 0.295

Tableau IV.7.4 : Vérification des contraintes.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 9 99 9 - -

I IV V. .8 8 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d d’ ’u un ne e b bâ âc ch he e à à e ea au u

I I- - H Hy yp po ot th hè ès se es s
En vue d’étudier les bâches à eau, on considère les hypothèses suivantes :
- la fissuration dans les deux bâches à eau est considérée très préjudiciable,
- les parois sont supposées encastrées entre elles,
- les parois sont supposées encastrées au radier et articulées en haut.

Au cours de ce chapitre, on va déterminer les sollicitations et le ferraillage des parois et du
radier par deux méthodes.

I II I- - C Ca al lc cu ul l d de es s s so ol ll li ic ci it ta at ti io on ns s
II.1. Caractéristiques géométriques et mode de chargement
Dans le calcul qui suit, les parois des bâches à eau vont être considérées comme des
plaques rectangulaires encastrées sur trois côtés et articulées sur le quatrième.

Figure IV.8.1 : Caractéristiques géométriques des bâches à eau

II.2. Chargements

Les charges sont résumées dans le tableau si dessous

Parois
Charges verticales (KN) Charges horizontales (KN / m²)
Poids propre G
1
= 0.2 x 3.1 x 25 = 15.5 Surcharge q= 2
Poids du revêtement
G
2
= 2 x 0.03 x 3.1 x 22
= 4.09
Pression de l’eau de mer
q
eau
(z) =γ
eau de mer
× z
= 10.3 × z
Charges du mur
si dessus
G
3
= 0.1 ×(11.96 / 2)
= 0.58
Poussée de terre
g(z) = K
p
×γ
sol
× z
= 5.94× z
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 00 0 - -

Radier Radier
Poids propre G
1
= 0.2 x 25 = 5 KN/m²
Poids du revêtement G
2
= 0.2 x 22 = 4.4 KN/m²
Poids de l’eau de mer q
eau
(z) =γ
eau de mer
×H =10.3×3.1

=31.9KN/m²
Tableau IV.8.1 : chargements des parois et du radier


II.3. Sollicitations
Le calcul des sollicitations sera fait par deux méthodes :
II. 3.1- 1
ère
méthode selon la méthode de plasse
a
a
a


-
-
-




P
P
P
r
r
r
i
i
i
n
n
n
c
c
c
i
i
i
p
p
p
e
e
e


d
d
d
e
e
e


l
l
l
a
a
a


m
m
m
é
é
é
t
t
t
h
h
h
o
o
o
d
d
d
e
e
e




Figure IV.8.2 : Principe de la méthode de PLASSE.

Selon la méthode de Plasse basée sur l’égalisation des flèches, on a :
· En E : ;
2
a q M
E x
⋅ ⋅ = α
2
' b q M
E y
⋅ ⋅ = α
· En G : ;
2
a q M
G x
⋅ ⋅ = β a q T
G x
⋅ ⋅ = ' β
· En I : ; T
2
b q M
I y
⋅ ⋅ = γ b q
I y
⋅ ⋅ = ' γ .

Avec : b > a ; les coefficients α
E,
α’
E
, β
G
, β’
G
, γ
I
, γ’
I
sont donnés par le tableau du livre "Traité
de béton armé" en fonction de
a
b
= ρ .



b
b
b
-
-
-




S
S
S
o
o
o
l
l
l
l
l
l
i
i
i
c
c
c
i
i
i
t
t
t
a
a
a
t
t
t
i
i
i
o
o
o
n
n
n
s
s
s
































b.1. Sollicitations au niveau des parois de la bâche à eau



Suivant les dimensions de chaque parois on détermine les sollicitations correspondantes au
moyen des formules énoncées précédemment et interpolations des valeurs de α
E
, α’
E
, β
G
,
β’
G
, γ
I
, γ’
I.
avec a=11.965 m, b=12.26m ¬ m
b
a
025 . 1 =

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 01 1 - -

Par interpolation, on obtient :
ρ α
Ε
α
Ε
' β
G
β'
G
γ
I
γ'
I
1 0,0090 0,0120 0,0210 0,1950 0,0240 0,1490
1,1 0,0120 0,0100 0,0270 0,2850 0,0210 0,1300
b/a=1,025 0,0098 0,0115 0,0225 0,2175 0,0233 0,1443
Tableau IV.8.2 : interpolation des coefficients. [4]

En appliquant les formules des moments citées si dessus, on obtient :
Parois M
xE
(KN.m) M
yE
(KN.m) M
xG
(KN.m) Tx
G
(KN) M
yI
(KN.m) T
yI
(KN)
A 10.265 12.722 23.688 19.146 25.721 13.016
B 21.589 26.758 49.267 40.268 54.097 27.376
Tableau IV.8.3 : Sollicitations dans les parois.

Suite de la détermination des moments on obtient les sollicitations suivantes :



Figure IV.8.3: Moments dans les parois (KN.m).


b.2. Sollicitations au niveau du radier
Il est généralement difficile de déterminer les contraintes du sol sur le radier, vu qu’elles
dépendent des conditions de déformation du sol que l’on ignore la plus part du temps, il faut
donc utiliser une méthode approchée respectant au mieux le fonctionnement physique effectif
du radier.
On supposant que le terrain est de capacité moyenne est le radier est flexible on obtient les
résultats suivants :
l L
P 6
2 1
= = σ σ Avec KN Q G P 79 . 172 2 . 153 59 . 19 = + = + =
¬
( )
MPa KPa
l L
P
3
2 1
10 65 . 86 65 . 86
965 . 11 1
32 . 15 59 . 19 6 6

× = =
×
+ ×
= = = σ σ
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 02 2 - -


Figure IV.8.4: Contrainte sous radier.

+ vérification des contraintes sous le radier :
La charge uniforme due au radier et à l’eau est :
bar p 36 . 0
100
10 1 . 3 23 02 . 0 25 2 . 0
=
× + × + ×
=
La contrainte maximale appliquée par les bâches à eau sur le sol est :
σ
= p +2σ = 2.09 bar bar
sol
5 . 2 = ≤ σ
[10]
II. 3.2. 2
ème
méthode (calcul manuel)
a
a
a
.
.
.


P
P
P
r
r
r
i
i
i
n
n
n
c
c
c
i
i
i
p
p
p
e
e
e


d
d
d
e
e
e


l
l
l
a
a
a


m
m
m
é
é
é
t
t
t
h
h
h
o
o
o
d
d
d
e
e
e






On a deux types de voiles périphériques :
1- suivant x : (a x b x e) = (12.26 x 310 x 20)
2- suivant y : (a x b x e) = (11.965x 310 x20)
Lors du calcul manuel, on va se restreindre au voile type 1.
Le calcul des sollicitations dépend de la nature du chargement,
1
er
cas : la bâche d’eau est vide


Figure IV.8.5 : forces appliquées sur la paroi lorsque la bâche à eau est vide


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 03 3 - -

22
ème
cas : la bâche à eau est pleine

Figure IV.8.6 : forces appliquées sur la paroi lorsque la bâche à eau est pleine


b
b
b
-
-
-


S
S
S
o
o
o
l
l
l
l
l
l
i
i
i
c
c
c
i
i
i
t
t
t
a
a
a
t
t
t
i
i
i
o
o
o
n
n
n
s
s
s




Charges verticales

Figure IV.8.7: Diagramme de l’effort normal

Charges horizontales
1
er
cas : la bâche d’eau est vide

N = 19.59 KN




+ Poussée de terre

ml KNm M M
z z g
z M
A B
/ 49 . 29
6
1 . 3 94 . 5
& 0
6
² ) (
) (
3
− =
×
− = = ⇒
×
− =
ml KN V V
H
z z g
z V
A B
/ 54 . 28
1 . 3 2
1 . 3 94 . 5
& 0
2
² ) (
) (
3
=
×
×
= = ⇒
×
=


Figure IV.8.8 : Sollicitations dues à la poussée de la terre
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 04 4 - -


+ Surcharge

ml KNm M M
z q
z M
A B
/ 61 . 9
2
² 1 . 3 2
& 0
2
²
) ( − =
×
− = = ⇒
×
− =

ml KN V z V z q z V
A B
/ 2 . 6 1 . 3 2 & 0 ) 0 ( ) ( = × = = = ⇒ × =

Figure IV.8. 9 : Sollicitations dues à la surcharge



2
ème
cas : la bâche d’eau est pleine

0 & / 14 . 51
6
1 . 3 3 . 10
6
² ) (
) (
3
= =
×
= ⇒
×
=
B A
eau
M ml KNm M
z z q
z M
0 & / 49 . 49
1 . 3 2
1 . 3 3 . 10
2
² ) (
) (
3
= − =
×
×
− = ⇒
×
− =
B A
mer de eau
V ml KN V
H
z z q
z V


Figure IV.8.10: Sollicitations dues à l’action de l’eau



P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 05 5 - -

I II II I- - F Fe er rr ra ai il ll la ag ge e
L’armature est un quadrillage placé à l’extérieur et à l’intérieur des parois. Généralement,
on trouve plus d’armatures à l’intérieur de la bâche à eau le long des parois verticales et au
raccordement avec le radier pour réaliser les encastrements.
Les armatures situées au voisinage des faces extérieures et retournés vers l’intérieur
peuvent contribuer à équilibrer les moments des angles.

III.1. Ferraillage des parois
Concernant le ferraillage, il est recommandé de choisir des aciers d’un diamètre plutôt petit
pour augmenter l’adhérence ; en effet plus les armatures sont nombreuses plus la fissuration
est fine et bien répartie, l’étanchéité est alors meilleure.
L’espacement des aciers ne doit pas dépasser 20 cm.
Les armatures de répartition doivent avoir une section égale au minimum au ¼ de celle
des armatures principales.
La disposition des aciers au niveau des parois est comme suit avec
- A
tx
: acier en travée dans le sens x,
- A
ty
: acier en travée dans le sens y,
- A
txi
(A
tyi
)

: acier en travée dans le sens x ( sens y) due à la poussée de l’eau dans la bâche
à eau,
- A
G
: acier à l’encastrement paroi - radier,
- A
I
: acier à l’encastrement paroi - paroi.





Figure IV.8.11 : Ferraillage des parois. [10]







P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 06 6 - -

III.1.1. Principe de la méthode et hypothèse de calcul
Le dimensionnement des parois se fait à la flexion composée avec est un effort de
compression (N est égal au poids propre du voile + l’effort transmis par les étages supérieurs).
La Fissuration est supposée préjudiciable, le calcul sera fait à l’état limite de service
MPa
bc
2 . 13 = σ et MPa
s
8 . 192 = σ
- Moment résistant du béton réduit :

s bc
bc
n
n
σ σ
σ
α
+
=
1








− =
3
1
2
1
1
1
α
α µ
rb

- Excentricité par rapport au centre de gravité de la section du béton seul à l’ELS :
N
M
e =
0

- Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus :






⋅ − =






− + =
A A
A
e N M
h
d e e
2
0

Ramener le problème à un dimensionnement en flexion simple
-
bc
A
s
d b
M
σ
µ
× ×
=
²
0

-






+ × =
2
1
1
α
d Z
b

-
s
A
s
Z
M
A
σ ×
=

Armatures en flexion composée :





− =
=
s
s
s
s
N
A A
A A
σ
'
'


Condition de non fragilité :

d e
d e
d b
f
f
A
e
t
185 . 0
45 . 0
. . . 23 . 0
28
min


=
[3,10]
III.1.2. Résultats obtenues
Moment résistant du béton réduit :

506 . 0
8 . 192 2 . 13 15
2 . 13 15
1
=
+ ×
×
= α


21 . 0
3
506 . 0
1 506 . 0
2
1
= ⎟





− × =
rb
µ


P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 07 7 - -



Armatures Intérieures Armatures Extérieures
Sollicitations
N=19.59 KN
M=51.14 KN.m
N=19.59 KN
M= 39.10 KN.m
N>0 ¬ Flexion composée avec compression
Excentricité par rapport au centre de gravité de la section du béton seul à l’ELS
m e 6 . 2
0
= m e 99 . 1
0
=
Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus
m e
A
645 . 2 =
m KN M
A
. 81 . 51 − =
m e
A
44 . 2 =
m KN M
A
. 79 . 47 − =
dimensionnement en flexion simple
rb s
µ µ ≤ = 098 . 0 ¬ A’= 0
(pas d’armatures comprimées)
m Z
b
16 . 0 =
² 79 . 16 cm A
s
=
rb s
µ µ ≤ = 091 . 0 ¬ A’= 0
(pas d’armatures comprimées)
m Z
b
16 . 0 =
² 49 . 15 cm A
s
=
Armatures en flexion composée
² 69 . 16
0 '
cm A
A
=
=

² 39 . 15
0 '
cm A
A
=
=

Condition de non fragilité
² 5 . 1
min
cm A =
Ferraillage
9HA16 8HA16

Tableau IV.8.4 : Récapitulation du ferraillage des parois.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 08 8 - -


Figure IV.8.12 : Ferraillage des parois du bâche à eau

III.2. Ferraillage du radier
Le radier se calcule comme une dalle pleine.
Le principe de calcul est déjà expliqué dans le chapitre dalle pleine. (Chapitre IV.1 § A)
III.2.1. Dimensionnement de la dalle
• 97 . 0
26 . 12
965 . 11
= = =
ly
lx
α > 0.4 la dalle porte dans les deux sens. ⇒
• h0 = 30 cm
III.2.2. Sollicitations
40 , 0 97 . 0 〉 = α : Le panneau porte dans les deux sens.
¬ µ
x
=0,04
µ
y
=0.97

a - Moment fléchissant pour le panneau articulé sur son contour
Pour une bande de 1m de largeur et pour P = 41.3 KN/m²
M
ox
= 236.3 KN.m
M
oy
= 229.21 KN.m

b- Moments dans les dalles partiellement encastrées
Pour une bande de 1m de largeur :
M
tx
= 200.85 KN.m
M
ty
= 31.556 KN.m

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – B BA AC CH HE E À À E EA AU U E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 10 09 9 - -


c - Moments sur les appuis suivant x
M
w
= 70.89 KN.m
M
e
= 118.15 KN.m

d - Valeurs minimales à respecter
* En travée :
4
tx
M
ty
M ≥
* Sur appuis : M
ay
= M
w
= 70.89 KN.m

III.2.3. Ferraillage
• Section calculée d’acier
En travée :
Sens l
x
: A
tx
= 46.3 cm
2
/m

Sens l
y
: A
ty
= 44.918.16 cm
2
/m.

Sur appuis A
ax
= 27.23 cm
2
/m

• Section minimale d’acier
A
xmin
= 1.82 cm
2
/m.
A
ymin
= 1.80 cm
2
/m.

• Choix des aciers
- Choix des armatures
mm
h
30
10
300
10
0
= = ≤ Φ

- Espacement
S
t
< 30 cm
Soit : A
tx
= 10 HA 25 /ml ¬ cm
n
S
t
10
10
100 100
≈ = =
A
ty
= 10 HA 25 /ml ¬ cm
n
S
t
10
10
100 100
≈ = =
A
ax
= A
ay
= 9HA 20 /ml ¬ cm
n
S
t
11
9
100 100
≈ = =



P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – P PI IS SC CI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 10 0 - -

I IV V. .9 9 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d de e l la a p pi is sc ci in ne e

I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n
On marque la présence de 3 types de piscine dans notre projet, deux non couverte et une
couverte.
Comme tout ouvrage hydraulique, il faut que ce dernier réponde à certaines exigences
telles que la résistance, l’étanchéité et la durabilité.
En effet,
- la résistance est indispensable afin d’assurer la stabilité et lors du dimensionnement
pour tenir compte des différentes charges et contraintes,
- l’étanchéité est aussi essentielle car il n’y a pas plus miracle que l’eau vu que sa chimie
impose des contraintes, pour cette raison la fissuration est alors préjudiciable.
- la durabilité, afin que notre ouvrage soit durable, il faut que les matériaux choisis
doivent avoir une bonne résistance à l’eau.

La piscine faisant le sujet de notre étude constitue une piscine couverte qui se situe au RDJ
dans le joint H.

Pour cette étude, on considère que:
- la fissuration est très préjudiciable,
- enrobage : 3cm,
- les parois de la piscine sont supposées encastrées au fond,

Remarque : le calcul des parois et du radier de notre piscine se calcul de la même manière
et le même principe que celle d’une bâche à eau avec une différence de quelques
caractéristiques comme la densité de l’eau, la hauteur des parois…
I II I- - C Ca ar ra ac ct té ér ri is st ti iq qu ue es s g gé éo om mé ét tr ri iq qu ue es s
Dans le calcul qui suit, les parois de la piscine vont être considérées comme des plaques
rectangulaires encastrées sur trois côtés et articulées sur le quatrième

On présente ci-dessous les caractéristiques géométriques de la piscine.

Figure IV.9.1 : Caractéristiques géométriques de la piscine.

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – P PI IS SC CI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 11 1 - -

I II I- - C Ch ha ar rg ge em me en nt ts s
Parois
Charges verticales (KN) Charges horizontales (KN / m²)
Poids propre G
1
= 0.2 x 2.5x 25 = 15.5 Surcharge q= 2
Poids du revêtement G
2
= 2.14 Pression de l’eau q(z) =γ
eaur
× z= 10 × z
Radier
Poids propre G
1
= 3.75 KN/m²
Poids du revêtement G
2
=1 .6 KN/m²
Poids de l’eau q
eau
(z) =γ
eau
×H =10 2.5 ×

=25 KN/m²

Tableau IV.9.1 : charges de la piscine
I II II I- - E Et tu ud de e d de es s p pa ar ro oi is s
III.1. Sollicitations dans les parois
+ Charges verticales
G = N = 17.64 KN

+ Charges horizontales
1
er
cas : la piscine est vide
Surcharge
ml KNm M M
z q
z M
A B
/ 25 . 6
2
² 5 . 2 2
& 0
2
²
) ( − =
×
− = = ⇒
×
− =

ml KN V z V z q z V
A B
/ 5 5 . 2 2 & 0 ) 0 ( ) ( = × = = = ⇒ × =

2
ème
cas : la bâche d’eau est pleine
Pression de l’eau
0 & / 04 . 26
6
5 . 2 5 . 2 10
6
² ) (
) (
2
= =
× ×
= ⇒
×
=
B A
eau
M ml KNm M
z z q
z M
0 & / 25 . 31
5 . 2 2
5 . 2 10
2
² ) (
) (
3
= − =
×
×
− = ⇒
×
− =
B A
mer de eau
V ml KN V
H
z z q
z V




P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – P PI IS SC CI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 12 2 - -

III.2. Ferraillage
Moment résistant du béton réduit :
506 . 0
8 . 192 2 . 13 15
2 . 13 15
1
=
+ ×
×
= α et
21 . 0
3
506 . 0
1 506 . 0
2
1
= ⎟





− × =
rb
µ

Armatures Intérieures Armatures Extérieures
Sollicitations
N=17.64KN
M=26.04 KN.m
N=17.64KN
M= 6.25 KN.m
N>0 ¬ Flexion composée avec compression
Excentricité par rapport au centre de gravité de la section
du béton seul à l’ELS
m e 47 . 1
0
= m e 35 . 0
0
=
Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus
m e
A
475 . 1 =
m KN M
A
. 96 . 24 − =
m e
A
535 . 0 =
m KN M
A
. 43 . 9 − =
dimensionnement en flexion simple
¬ A’= 0
rb s
µ µ ≤ = 05 . 0
(pas d’armatures comprimées)
m Z
b
124 . 0 =
² 44 . 10 cm A
s
=
rb s
µ µ ≤ = 02 . 0 ¬ A’= 0
(pas d’armatures comprimées)
m Z
b
124 . 0 =
² 94 . 3 cm A
s
=
Armatures en flexion composée
² 34 . 10
0 '
cm A
A
=
=

² 85 . 3
0 '
cm A
A
=
=

Condition de non fragilité
² 62 . 1
min
cm A =
Ferraillage
6HA16 3HA14

Tableau IV.9. 2 : Récapitulation du ferraillage des parois du piscine.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – P PI IS SC CI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 13 3 - -

I IV V- - E Et tu ud de e d du u r ra ad di ie er r
Le radier se calcule comme une dalle pleine.
Le principe de calcul est déjà expliqué dans le chapitre dalle pleine. (Chapitre IV.1 §A)

IV.1. Dimensionnement de la dalle
• 68 . 0
25 . 15
5 . 10
= = =
ly
lx
α > 0.4 la dalle porte dans les deux sens. ⇒
• h
0
= 35 cm

IV.2. Sollicitations
40 , 0 68 . 0 〉 = α : Le panneau porte dans les deux sens.
¬ µ
x
=0,07
µ
y
=0.22

IV.2.1. Moment fléchissant pour le panneau articulé sur son contour
Pour une bande de 1m de largeur et pour P = 30.35 KN/m²
M
ox
= 234.22 KN.m
M
oy
= 51. 52 KN.m

IV.2.2. Moments dans les dalles partiellement encastrées
Pour une bande de 1m de largeur :
M
tx
= 175.66 KN.m
M
ty
= 38.64 KN.m

IV.2.3. Moments sur les appuis suivant x
M
w
= M
ax
=117.11KN.m
M
e
= M
ay
= 25.76 KN.m

IV.2.4. Valeurs minimales à respecter
* En travée :
4
tx
M
ty
M ≥ ¬ ¬ 9 . 3 4
ty
M ≥ KNm 44
ty
M ≈
* Sur appuis : M
ay
= M
w
= 117.11 KN.m
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – P PI IS SC CI IN NE E E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 14 4 - -

IV.3. Ferraillage
• Section calculée d’acier :
En travée :
Sens l
x
: A
tx
= 30.36 cm
2
/m
Sens l
y
: A
ty
= 7.6cm
2
/m.

Sur appuis A
ax
= 20.24cm
2
/m
• Section minimale d’acier
A
xmin
= 2.62 cm
2
/m.
A
ymin
= 2.1 cm
2
/m.
• Choix des aciers
- Choix des armatures
mm
h
35
10
35
10
0
= = ≤ Φ
- Espacement
S
t
< 35 cm
Soit : A
tx
= 7 HA 25 /ml ¬ cm
n
S
t
14
7
100 100
≈ = =
A
ty
= 7 HA 14 /ml ¬ cm
n
S
t
14
7
100 100
≈ = =
A
ax
= A
ay
= 7 HA 20 /ml ¬ cm
n
S
t
14
7
100 100
≈ = =



[3]












P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 15 5 - -


I IV V. .1 10 0 : : D Di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d de es s a ac cr ro ot tè èr re es s

I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n
Les Acrotères sont des éléments en béton armé qui couronnent le bâtiment. Selon l’article
B 5-3-2 du BAEL 91, ils prennent une section d’armatures longitudinale au moins égale à
0.005 de la section de béton: A ≥ 0.005 B.
Vu le risque de corrosion de l’acier et d’éclatement du béton, les barres de gros diamètre
sont à éviter.
Les joints de dilatation nécessitent un type spécial d’acrotère pour empêcher l’infiltration
de l’eau entre les blocs, ainsi, deux modèles d’acrotères sont à dimensionner.
I II I- - A Ac cr ro ot tè èr re e s su ur r m mu ur r
II.1. Armatures longitudinales
Section de béton : B = 7,00 cm
2
or A ≥ 0.005 B = 3,5 cm
2
¬

A = 6 HA 10
II.2 Armatures Transversales
L’acrotère se calcule comme une console soumise à une charge concentrée.
F =0.4 KN / ml. Le poids propre de l’acrotère n’est pas considéré lors du calcul.
P
u
= = 0.6 KN/ml F 1.5
M
u
= ; h : Hauteur de l’acrotère h
u
P
A
st
=
st
d
u
M
σ β

A
min
=
e
f
t28
f
bd 0.23

= 2.21cm
2
soit : A = 5 Φ8
I II II I - - A Ac cr ro ot tè èr re e s su ur r j jo oi in nt t
III.1. Armatures longitudinales
B
1
= 600 cm
2
; A
1
≥ 3,20 cm
2
¬

A = 5 HA 10
B
2
= 900 cm
2
; A
2
≥ 4,50 cm
2
¬

A = 6 HA 10

III.2. Armatures transversales
Par un calcul analogue au précèdent, on prévoit les mêmes armatures transversales :
A
t1
= 5 Φ 8 / ml & A
t2
= 4 Φ 6 / ml
[14]

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 16 6 - -

I IV V- - P Pl la an n d de e f fe er rr ra ai il ll la ag ge e
Les détails et le ferraillage sont représentés dans les figures fig.1 et fig. 2

Figure IV.10.1 : Acrotère sur mur Figure IV.10.2 : Acrotère sur joint
























P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8


H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 17 7 - -

Chapitre V


Fondations

P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 17 7 - -

C Ch ha ap pi it tr re e V V : :

F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S

I I- - I In nt tr ro od du uc ct ti io on n
La fondation est destinée à transmettre au sol, dans les conditions les plus favorables, les
charges provenant de la superstructure.

le rapport géotechnique nous a fourni les données suivantes (voir annexe):
• La contrainte admissible du sol
σ
sol
à était fixée à 0.25 MPa.
• La profondeur du bon sol était estimée à 2 m.

I II I- - S So ol lu ut ti io on n r re et te en nu ue e
Pour les conditions du sol
σ
sol
= 2.5 bars, on a conçu la fondation comme fondation
superficielle sur semelles isolées sous les poteaux en béton armé avec une base en gros béton
(
σ
béton G.
= 7 bars) et des semelles filantes sous les voiles.

I II II I- - M Mé ét th ho od de e d de e c ca al lc cu ul l
Il est d’usage courant d’appliquer pour le calcul des semelles sur sol une méthode simple
dite : méthode des bielles ; qui suppose que les charges appliqués aux semelles par les
poteaux sont transmises au sol par des bielles obliques qui déterminent à la base des semelles
des efforts de traction qui doivent être équilibrées par des armatures.
Cette méthode s’adapte spécialement aux semelles à charges centrées et transmettant au sol
une pression supposée uniforme.

Figure V.1 : .Méthode des bielles.



P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 18 8 - -

III.1 Géométrie et charges
On désigne par :
P
u
: charge à l’ELU
P
ser
: charge à l’ELS
a, b : dimensions en plan du poteau tel que a< b,
A, B: dimensions en plan de la semelle à sa base tel que A< B,
h

: hauteur ou épaisseur de la semelle.
e: hauteur de rive d’une semelle trapézoïdale, avec . cm e 15 ≥
c :enrobage des armatures.
d = h - c

III.2. Dispositions constructives
Pour le dimensionnement des semelles, il faut que :
• La semelle soit assez rigide pour que la réaction du sol puisse considérer comme
uniforme.
• La résistance à l'effort tranchant soit assurée sans qu'il soit nécessaire de prévoir des
aciers verticaux.
• La contrainte sur le sol soit compatible avec la résistance de celui-ci.
• l’enrobage minimal des armatures est de 3 cm pour les fondations.
• Nécessité d’ancrage des armatures.
• Les armatures verticales des poteaux doivent être prolongées jusqu'à la base de la
semelle.



III.3. Dimensionnement de la semelle
III.3.1 Semelles isolées rectangulaire sous poteau rectangulaire soumise à
une charge verticale centrée

a- section de la semelle
Pour un poteau de section a x b, la semelle et un rectangle A x B, dans le cas général on
choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elle soit homothétique du poteau :
b
a
B
A
=
A et B sont déterminés par :
σ σ σ
ser ser ser
P
b
a
A ou
P
a
b
B
P
AB ≥ ≥ ≥ . :


b- hauteur de la semelle
( ) a A d et d
b B
b a
− ≤ ≤

4
et ¬
c H
d b
+ =
c
b B
H +


4

{ }










+
+

) ( 6 12
) ( 6 6
; 15
crochets avec barres cm
ou
crochet sans barres cm
cm Max e
φ
φ



P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 11 19 9 - -

c- Armatures de la semelle c- Armatures de la semelle
En utilisant la méthode des bielles, on obtient les sections d’armatures A
a
dans le sens de
la largeur et A
b
dans le sens de la longueur :
En utilisant la méthode des bielles, on obtient les sections d’armatures A
a
dans le sens de
la largeur et A
b
dans le sens de la longueur :








− −
=
s a
s
ed a
u
a
d
a A p
f d
a A p
A
σ 8
) (
,
8
) (
sup

et








− −
=
s b
s
ed b
u
b
d
b B p
f d
b B p
A
σ 8
) (
,
8
) (
sup











Figure V.2 : Ferraillage des semelles.

Remarque :
a
e
B
b
da db
c
h
A
a
• Si la fissuration n’est pas préjudiciable on travaille avec les valeurs calculées
et .
b
A
A
a
• Si la fissuration est préjudiciable on majore et par 10%.
b
A
A
a
• Si la fissuration est très préjudiciable on majore et par 50%.
b
A
A
a

d- Espacement des armatures
25 , 0 15 , 0 ≤ ≤ e

1

e
C 2 - B

A
+
×
=
N a

≤ ≤ +
× −
N a
c B
1
25 , 0
2

1
2
1
15 , 0
2


= ⇒ +
× −
n
e
a
ta
c B c B


1

e
C 2 - B

N
B
b
+
×
=

≤ ≤ +
× −
N b
c A
1
25 , 0
2

1
2
1
15 , 0
2


= ⇒ +
× −
n
e
b
tb
c A c A


e- Vérification de l’encrage

ψ
φ
2
6 . 0
4
s tj
e
s
f
f
l
l
× =
Avec ψ
s
= 1.5
On compare respectivement les longueurs de scellement l
sa
et l
sb
des barres

à A/4 et B/4 :
· Si
4
A
l
sa
≤ : les barres dans le sens de la largeur peuvent ne pas comporter des
crochets, sinon il faut en placer.
· Si
4
B
l
sb
< : les barres dans le sens de la longueur peuvent ne pas comporter des
crochets, sinon il faut en placer.
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 20 0 - -

B ×
f- Vérification de la condition de non poinçonnement f- Vérification de la condition de non poinçonnement
La charge poinçonnant est égale à la résultante des contraintes sur le sol agissant à
l’extérieur du tronc de pyramide de poinçonnement.
La charge poinçonnant est égale à la résultante des contraintes sur le sol agissant à
l’extérieur du tronc de pyramide de poinçonnement.

Figure V.3 : Phénomène de poinçonnement. Figure V.3 : Phénomène de poinçonnement.

Cette charge doit vérifier : Cette charge doit vérifier : B × A
( ) ( )
( ) ( ) H b H a 2
f
H 0.045
P
H 2 b H 2 a
P
c28
ul
ul








+ × + × × × × −
× + × + ×

b γ

Avec P
u1
: charge appliquée au poteau à l’ELU :
= 1.35 × (G + + ) + 1.5
P
ul
remblai Poids semelle Poids × Q
= semelle Poids
σ
béton
× A × B × H

σ
remblai
× h × [(A × B) – (a × b)]

Si la condition de non poinçonnement n’est pas vérifiée, deux solutions sont à envisager :
σ
sol
• Soit on augmente la section de la semelle.
• Soit on utilise des armatures transversales dans la zone où agit la charge de
poinçonnement.






P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 21 1 - -

2
2 1
+ +
III.3.2 Semelles isolées sous joint de dilatation III.3.2 Semelles isolées sous joint de dilatation

En cas de semelle sous joint de dilatation, donc sous deux poteaux, on procède de la même
manière tout en confondant les deux poteaux à un poteau unique recevant un effort normal P
et éventuellement un moment M définit comme ci-dessous.
En cas de semelle sous joint de dilatation, donc sous deux poteaux, on procède de la même
manière tout en confondant les deux poteaux à un poteau unique recevant un effort normal P
et éventuellement un moment M définit comme ci-dessous.
Figure V.4 : Semelle sous joint de dilatation. Figure V.4 : Semelle sous joint de dilatation.

a. Pu1 ≈ Pu2 : a. Pu1 ≈ Pu2 :
La semelle est alors assimilée à une semelle centrée supportant un poteau ayant pour
caractéristiques géométriques :
La semelle est alors assimilée à une semelle centrée supportant un poteau ayant pour
caractéristiques géométriques :
2
2 1
+ + = b b b cm,
a = sup (a
1
, a
2
) ,
2 1
Pu Pu Pu + = .
b. Pu1 ≠ Pu2 :
La semelle est remplacée par une semelle fictive équivalente soumise à un effort normal
( P) appliquée à la distance ( e
0
) du centre de gravité, d’où la production d’un moment de
flexion ( M ) définie comme suit :

2
2 1
+ + = b b b cm, a = sup (a
1
, a
2
) ,
) (
2 1
0
2 1
Pu Pu
d
Pu d
+
⋅ = ,
) (
2 1
0
1 2
Pu Pu
d
Pu d
+
⋅ = ,
2
2
2 1
0
+
+
=
b b
d cm,
1
0
2
d
d
e − = ,
2 1
Pu Pu Pu + = , e Pu M ⋅ = .



P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 22 2 - -

III .4. Dimensionnement du gros béton
III .4.1. Section du gros béton
La section du gros béton ( A’xB’ ) est déterminée par :

sol
P
B A
σ
'
' ' ≥
Avec :
• P’ : Charge initiale appliquée à la semelle + poids propre semelle + poids propre
gros béton.
• A’, B’ : Les dimensions du gros béton.
• B’
σ sol
ser
p
B
A '
× ≥

Pour que les dimensions du gros béton soient homothétiques à celles de la semelle, on doit
vérifier :
B
A
B
A
=
'
'
, où A, B les dimensions de la semelle.

III .4.2. Hauteur du gros béton
La hauteur du gros béton est déterminée en vérifiant :











=

÷ =
2
55 . 0
6 . 0 5 . 0
a A
d
d
H
H
d
¬
1 . 1 55 . 0 2
a A a A
H

=
×

≥ .
[14,15]
I IV V- - E Ex xe em mp pl le es s d de e c ca al lc cu ul l
A fin de concrétiser les théories énoncées ci-dessus, on va faire le calcul de la
+ semelle isolée S5 issue du poteau P6 du bloc"G".
+ Semelle isolée S2 sous joint de dilatation issue des poteaux P6 du bloc"G"et"I".

IV.1. Semelle isolée S5
Cette semelle isolée S5 issue du poteau P6 du bloc"G". Elle supporte un poteau
rectangulaire de section (25×40).
La semelle est soumise à l’action d’un effort normal G = 59.7 T et Q = 24 T
D’où : P
u
= 1.35 G + 1.5 Q = 1.165 MN. & P
ser
= G + Q = 0.837 MN.
La semelle repose sur du gros béton de portance MPa
GB
7 . 0 = σ .
La portance du sol d’assise sous le gros béton est limitée à MPa
sol
25 . 0 = σ




P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 23 3 - -

IV.1.1 Dimensionnement de la semelle
a- section de la semelle
m B
P
a
b
B
GB
ser
38 . 1
7 . 0
837 . 0
.
25 . 0
4 . 0
. = ≥ ⇒ ≥
σ
; Soit B= 1.4 m
Vu que m A
b
a
B A
b
a
B
A
9 . 0 = ⇒ × = ⇒ =

b- hauteur de la semelle
cm H m c
b B
H
m d d a A d
m d m d
b B
d
b b b
a a a
30 3 . 0
4
345 . 0 65 . 0 25 . 0 90 . 0
345 . 0 25 . 0
4
40 . 0 40 . 1
4
= ⇒ = +


= ⇒ = − ≤ ⇒ − ≤
= ⇒ =

≥ ⇒



Poids propre de la semelle : A x B x H x 25 = 0.00945 MN
+ P
u
=1.18 MN. & P
ser
= 0.849MN.
+ B> 1.39 m & m B 40 . 1 = ⇒ m A
b
a
B A 875 . 0 = ⇒ × =

c- Armatures de la semelle








− −
=
s a
s
ed a
u
a
d
a A p
f d
a A p
A
σ 8
) (
,
8
) (
sup

¬ ² 69 . 7 )
8 . 129 345 . 0 8
) 25 . 0 875 . 0 ( 10 837 . 0
,
83 . 347 345 . 0 8
) 25 . 0 875 . 0 ( 10 18 . 1
sup(
3 3
cm A
a
=
× ×
− ×
× ×
− ×
=
− −

& + A
a
= 5HA14








− −
=
s b
s
ed b
u
b
d
b B p
f d
b B p
A
σ 8
) (
,
8
) (
sup
¬ ² 88 . 11 )
8 . 129 345 . 0 8
) 40 . 0 40 . 1 ( 10 837 . 0
,
83 . 347 345 . 0 8
) 40 . 0 40 . 1 ( 10 18 . 1
sup(
3 3
cm A
b
=
× ×
− ×
× ×
− ×
=
− −

+ A
b
= 8HA14

d- Espacement des armatures
• m
n
c B
e
a
ta
185 . 0
1
2
=


=
• m
n
c A
e
b
tb
194 . 0
1
2
=


=
On a bien vérifié que m e 25 . 0 15 . 0 ≤ ≤

e- Vérification de l’encrage
5 . 1 & 14
² 6 . 0 4
= =
× ×
× =
s l
s tj
e l
s
mm or
f
f
l ψ φ
ψ
φ
Avec ψ
s
= 1.5
+ cm l
s
54 =
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 24 4 - -

On compare respectivement les longueurs de scellement l
sa
et l
sb
des barres

à A/4 et B/4 : On compare respectivement les longueurs de scellement l
sa
et l
sb
des barres

à A/4 et B/4 :
· ·
4
21
4
875 . 0
4
& 54
A
l cm
A
cm l
sa sa
≥ ⇒ = = = : Toutes les barres dans le sens de la
largeur doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle et comportées des
ancrages courbes tels que les crochets.
·
4
35
4
40 . 1
4
& 54
B
l cm
B
cm l
sb ba
≥ ⇒ = = = : Toutes les barres dans le sens de la
longueur doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle et comportées des
ancrages courbes tels que les crochets.

f- Vérification de la condition de non poinçonnement
On doit vérifier : B × A
( ) ( )
( ) ( ) H b H a 2
f
H 0.045
P
H 2 b H 2 a
P
c28
ul
ul








+ × + × × × × −
× + × + ×

b γ

Avec
P
u1
: charge appliquée au poteau à l’ELU :
= 1.35 × (G + + ) + 1.5
P
ul
remblai Poids semelle Poids × Q
= semelle Poids
σ
béton
× A × B × H = 0.00918 MN
= remblai Poids
σ
remblai
× h × [(A × B) – (a × b)] = 0.0517 MN

P
u1
= 1.248 MN

( ) ( )
( ) ( ) H b H a 2
f
H 0.045
P
H 2 b H 2 a
P
c28
ul
ul








+ × + × × × × −
× + × + ×
b γ
= 0.86 cm²
• ² 225 . 1 4 . 1 875 . 0 cm B A = × = ×
+ On a bien vérifié que B × A
( ) ( )
( ) ( ) H b H a 2
f
H 0.045
P
H 2 b H 2 a
P
c28
ul
ul








+ × + × × × × −
× + × + ×

b γ
,
donc la condition de poinçonnement est vérifiée.

IV.1.2 Dimensionnement du gros béton
a- section du gros béton
La section du gros béton ( A’ x B’) est déterminée par :
m B
P
A
B
B
sol
ser
40 . 2
25 . 0
910 . 0
.
875 . 0
4 . 1 '
. ' = ≥ ⇒ ≥
σ
¬ B’ = 2.40 m
Et puisque
B
A
B
A
=
'
'
donc A’ = 1.50 m.




P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –F FO ON ND DA AT TI IO ON NS S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 25 5 - -

b- hauteur du gros béton
La hauteur du gros béton est déterminée en vérifiant :











=

÷ =
2
55 . 0
6 . 0 5 . 0
a A
d
d
H
H
d
¬
1 . 1 55 . 0 2
a A a A
H

=
×

≥ =0.568 m ¬ H = 60 cm
IV.2 Semelles isolées sous joint de dilatation
Puisque P
u1
= P
u2
, La semelle est alors assimilée à une semelle centrée supportant un poteau
ayant pour caractéristiques géométriques :
2
2 1
+ + = b b b cm = 0.25 + 0.25 + 0.02 = 0.52 m
a = sup (a
1
, a
2
) = 0.25 m ,
2 1
Pu Pu Pu + = = 93.9 T et
2 1 s s
P P Ps + = =67.6 T
Et par la même procédure que celle faite si dessus,
IV.2.1. Dimensionnement de la semelle
) (T Ps ) (T Pu A (cm) B (cm) H (cm)
93.9 67.6 70 140 35
IV.2.2. Armatures de la semelle
²) (cm A
a

aciers ²) (cm A
b
aciers
5.16 5HA12 9.97 9HA12
IV.2.3. Dimensionnement du gros béton
A‘(cm) B’ (cm) H (cm)
130 260 50
V V- - L Le es s L Lo on ng gr ri in ne es s
Les Longrines sont des Pièces d'infrastructure d'allure horizontale, servants à répartir des
charges ou à les reporter vers des.
Les longrines sont conçues entre les poteaux, elles permettent de :
- maintenir les distances entre les poteaux,
- raidir les poteaux afin de diminuer leurs risques de flambement,
- supporter le poids des murs et des cloisons,
- repartir les charges entre les semelles,

Les longrines se reposent sur une couche de 10 cm de béton de propreté.
[11]
P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –C CO ON NC CL LU US SI IO ON N E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 26 6 - -





C CO ON NC CL LU US SI IO ON N

Une grande partie de ce projet de fin d’études a été consacré à la conception et le
dimensionnement de la superstructure et des fondations principalement en béton armé
de l’hôtel « Jawhara ».
D’abord, nous avons pu noter l’importance de la conception qui représente une
étape principale de travail. En fait nous avons confronté un certain nombre de
problèmes concernant l’emplacement des poteaux et les retombés des poutres. Leur
conception devrait être conforme aux exigences architecturales et économiquement
acceptable, en garantissant une sécurité certaine pour l’ouvrage et une facilité
d’exécution.
Ensuite, nous avons essayé d’améliorer les performances énergétiques du projet en
appliquant la démarche de haute qualité environnementale. Et à partir ce contexte,
nous avons pu déterminer l’évaluation des charges.
Puis, nous avons modélisé, dimensionné, calculé et vérifié les différents éléments
de la structure de l’hôtel.
Enfin, nous avons dimensionné les fondations superficielles de l’hôtel.
Il est à noter que la diversité des aspects étudiés nous a poussé à utiliser les logiciels
de calculs, à savoir : Arche, Effel, RDM…, ce qui nous a énormément facilité la tâche.







P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – –R RE EF FE ER RE EN NC CE ES S B BI IB BL LI IO OG GR RA AP PH HI IQ QU UE ES S E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 27 7 - -





R RE EF FE ER RE EN NC CE ES S
B BI IB BL LI IO OG GR RA AP PH HI IQ QU UE ES S



[1] B. BOULET. Gros œuvre du bâtiment « aide-mémoire ».
[2] M.Y. DOUIRA. Polycopié de HQE, ENIT, 2007.
[3] J. PERCHAT et J.ROUX. Pratique du BAEL91, Edition Eyrolles 1992.
[4] ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise d’Energie). Construire
autrement, 6293, Novembre 2007. www.ademe.fr
[5] http://Produit d’étanchéité et d’isolation% matériaux d’isolation/, Février 2002.
[6] ADEME. Guide pratique, isolation thermique. www.ademe.fr
[7] Magasine Science et Vie, la maison du XXI
ème
siècle, les nouvelles technologies de
l’habitat durable, Décembre 2007.
[8] K.MILED. Polycopié de béton armé, ENIT, 2007.
[9] A. FUENTES. Conception et calcul des structures de bâtiments, 1981.
[10] A.GUERRIN et R .C. LAVAUD. Traité De Béton Armé, Tome VI et V, 1965.
[11] J. PERCHAT et J.ROUX. Maîtrise du BAEL91, deuxième Edition Eyrolles.
[12] E. RAMAZANOV. Construction métallique, Calcul des éléments selon l’Eurocode 3,
Tunis, 1998.
[13] H. THONIER. Conception et calcul des structures de bâtiment : T1 à T6 Presse de
l’école nationale des ponts et chaussées, 1989.
[14] J. PIERRE MOUGIN. Béton armé B.A.E.L.91 et D.T.U. associés, Guide de calcul,
Edition Eyrolles.
[15] V.BAIKOV et S.SRONGUINE. Calcul des structures, édition Mir Moscou.







P P. .F F. .E E. . – – H HO OT TE EL L J JA AW WH HA AR RA A – – E EN NI IT T. . 2 20 00 07 7- - 2 20 00 08 8



H HA AM MM MI I & & J JA AI IE EM M - - 1 12 27 7 - -


ANNEXES



Dans cette partie, nous présenterons les Plans architecturaux, coupe des planchers,
la Descente de charge, les Fiches des poteaux, les Fiches des poutres, les Fiches des
raidisseurs, le Tableau récapitulatif des efforts et des longueurs de flambement des
barres, le Rapport géotechnique et la fiche des semelles.



P.F.E. – HOTEL JAWHARA –

ENIT. 2007- 2008

RESUME
Le présent travail s’inscrit dans le cadre d’un projet de fin d’études, consacré à l’étude d’un hôtel ‘JAWHARA’ à Sousse. Ce projet a été proposé par le bureau d’étude Sami Boudhri à Sousse. L’étude de ce projet porte essentiellement sur la conception et au calcul de structures en béton armé ainsi que l’étude d’un portique en charpente métallique tout en essayant l’application de l’approche de la haute qualité environnementale au niveau de la conception. Les principales tâches dans notre travail vont porter d’une part sur la conception, le dimensionnement des poteaux et des semelles de l’hôtel en entier, et le dimensionnement des poutres et des raidisseurs du « Bloc G » ; D’autre part du fait de la richesse et diversité structurelle du projet, il s’est avéré intéressant d’étudier les éléments présentant des spécificités à savoir les escaliers, les bâches à eau, la piscine couverte, la voûte, les portiques et la rampe, etc. La conception s’est basée sur un choix de système poteau-poutre, qui dans la plupart des cas répond aux exigences architecturales, à l’exception des espaces dégagés tel que la salle polyvalente où la grande portée et l’impossibilité de prolonger les poteaux de l’étage au-dessus jusqu’au sol implique l’adaptation de portiques. A fin d’assurer une certaine isolation thermique et acoustique du bâtiment ainsi que le confort des personnes, nous avons essayé d’appliquer la démarche de la haute qualité environnementale par l’application de certaines techniques et matériaux adéquats. Il est à noter que pour l’étude des divers éléments du projet ci-dessus énoncés, nous avons utilisé plusieurs outils de calcul à savoir le logiciel ARCHE Ossature, Poutre, Poteau, Semelle, le logiciel EFFEL pour le dimensionnement de la voûte et la bâche à eau, ainsi que le logiciel RDM-Flexion et Ossature pour la détermination des sollicitations lors de l’étude des escaliers, des portiques, etc. ce qui nous a énormément facilité la tâche.

HAMMI & JAIEM

- II -

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –

ENIT. 2007- 2008

SOMMAIRE
LISTE DES FIGURES .................................................................................................................... 3 LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................. 5 INTRODUCTION GENERALE ....................................................................................................... 6 CHAPITRE I :DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION STRUCTURALE ................... 7 I- Description architecturale.......................................................................................... 7 II- Conception structurale............................................................................................. 10 CHAPITRE II :CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ............................... 12 I- Introduction ............................................................................................................ 12 II- Démarche HQE ...................................................................................................... 12 III- Conception HQE de l’hôtel JAWHARA ............................................................... 15 IV- Conclusion ............................................................................................................. 23 CHAPITRE III :CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ............ 24 A- Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul .............................................. 24 B- Evaluation des charges ................................................................................................ 27 CHAPITRE IV : MODELISATION ET DIMENSIONNEMENT DE LA SUPERSTRUCTURE ............. 32 IV.1 : DIMENSIONNEMENT D’UNE DALLE PLEINE ............................................................... 33 A) Méthode de calcul ..................................................................................................... 33 II- Predimensionnement .............................................................................................. 33 II- Sollicitations........................................................................................................... 34 III- Ferraillages............................................................................................................. 35 IV- Vérification de la flèche......................................................................................... 35 B) Exemple de calcul ..................................................................................................... 36 IV.2. DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE COURBE ........................................................... 38 I- Présentation ............................................................................................................ 38 II- Dimensionnement et ferraillage ............................................................................. 39 III- Schéma de ferraillage............................................................................................. 42 IV.3 :DIMENSIONNEMENT D’UNE VOUTE ............................................................................ 43 I- Introduction ............................................................................................................ 43 II- Présentation des méthodes de calcul ...................................................................... 43 III- Dimensionnement .................................................................................................. 46 IV- Conclusion ............................................................................................................. 49 IV.4 : DIMENSIONNEMENT D’UN PORTIQUE EN BETON ARME ............................................ 50 I- Présentation ........................................................................................................... 50 II- Dimensionnement................................................................................................... 51 IV .5 :DIMENSIONNEMENT D’UN PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ....................... 58 I- Introduction .............................................................................................................. 58 II- Préliminaire ............................................................................................................ 58 III- Conception de la ferme .......................................................................................... 59 IV- Calcul de la ferme.................................................................................................. 59 V- Calcul des poteaux du portique............................................................................. 75 IV.6 DIMENSIONNEMENT DES ESCALIERS ........................................................................... 82 I- Introduction ........................................................................................................... 82 II- Escalier type1 ......................................................................................................... 83 III- Escalier type2......................................................................................................... 88 IV- Escalier type3......................................................................................................... 90
HAMMI & JAIEM -1-

........................ 113 IV....................................................................Solution retenue............................................................................................ 117 I....................................................................................................Introduction ................................................................................................ – HOTEL JAWHARA – ENIT.................................................................... 99 III...........................................................................10 : DIMENSIONNEMENT DES ACROTERES ...............................2008 IV......................................................................................Vérification des contraintes ........................................... 110 I.........................Plan de ferraillage ............................................................................................. 97 VI.........................Chargements......... 117 III............................................................................................. 122 V........................................................................ 93 I...........Ferraillage ............................................ 99 II............P....Vérification de la flèche.........Méthode de calcul .........8 : DIMENSIONNEMENT D’UNE BACHE A EAU ......Sollicitations .......................................Les Longrines..................................................................................................Etude du radier............... 111 IV................ 115 II..........................................................E........ 117 II..................................................... 115 I................................................................................................................................... 115 III ......... 110 II.... 117 IV................................................................................................ 99 I.................................... 93 III.........................................Méthode de calcul ................................................. 93 II......... 127 ANNEXES HAMMI & JAIEM -2- .......9 : DIMENSIONNEMENT DE LA PISCINE......................Exemples de calcul ............ 98 IV................................................................................................. 115 IV......... 116 CHAPITRE V : FONDATIONS.......................... 105 IV..........................Caractéristiques géométriques........................................................................................................................Acrotère sur mur.............Acrotère sur joint ..............Introduction ...........................................................Calcul des sollicitations.......................F..................Etude des parois ..........................................................Introduction ............................ 2007..................................................Evaluation des charges ....... 94 IV...............................................................................................................................................Dimensionnement et ferraillage.... 125 CONCLUSION ................. 111 III........................................................................7 : DIMENSIONNEMENT D’UNE RAMPE D’ACCES.............................. 110 II.........................Hypothèses...................................................................................................................................... 97 V.................... 126 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................

7 : Mode de traitement pour les différentes ailes.5.4 : Cornière à ailes égales L150x150x18. Figure II.3.1. Figure IV.14 : Schéma de la plaque d’assise et les différentes portions. Figure IV.4 : Schéma de ferraillage de la poutre courbe. 8. Figure I.1 : Dimensions de la dalle. 25.6 : Schéma des nœuds.2008 LISTE DES FIGURES Figure I. 19.4 : Diagramme des moments fléchissants.2.2 : Le profil QEB. 29 de la membrure inférieure.1 : Schéma de la ferme. Figure IV.2 : Diagramme des efforts normaux. Figure IV.5 : Schéma de montage de la barre 16-h. 15.2 : Modèle de calcul de la poutre courbe.11 : Schéma constructif des nœuds2. Figure IV. 18.12 : Schéma constructif des nœuds4.1 : Géométrie de la poutre courbe.13 : Profil des poteaux du portique. Figure IV. 10.4 : Trajectoire du soleil et l’influence de l’orientation du projet.5.5. 31 de la membrure inférieure.2 : Schéma de ferraillage de la dalle. 2007.1 : Dimensions et chargement du portique.1. 21. de la membrure supérieure Figure IV.1 : Composition du plancher corps creux. Figure IV. Figure III.F. Figure IV.3 : Le profil QEB fixé pour le projet de l’hôtel de JAWHARA. Figure IV.2.3.3.2. Figure IV. 9. 27.1 : Modèle de calcul selon la théorie de l’arc. 13.E.3: Diagramme des efforts tranchants. 26. 6. 7. Figure II.10 : Schéma constructif de l’appui de la ferme sur le poteau. Figure IV. Figure IV. Figure IV. Figure II. Figure IV.P. Figure IV.4. Figure II.12. Figure IV. Figure IV. Figure II. Figure IV.5. – HOTEL JAWHARA – LISTE DES FIGURES ENIT.5. 28. 22.5. 24. 11. Figure II. Figure IV. 23.3 : Ferraillage de la voûte. 14.5 : Les blocs présentant des défauts d’orientation.2 : Schéma de chargement agissant sur la portique. HAMMI & JAIEM -3- .4. Figure II.2 : Modèle de calcul selon la théorie membranaire.7 : Schéma constructif du nœud 2. 30 de la membrure supérieure.5.4. Figure IV.8 : Schéma constructif des nœuds 5.1 : Les 14 cibles appliquées dans la démarche HQE. 3 : Modèle de calcul des caractéristiques de la poutre. Figure IV.2. Figure I. Figure IV.5.3: Types de joints de structure.4.5. 20. 17.5.5. 16.5.2 : Les trois parties de l’hôtel.9 : Schéma constructif des nœuds 3.5. Figure II. Figure IV. Figure IV.1 : Façade principale de l’hôtel. Figure IV.8 : Double vitrage à isolation renforcée.6 : Solution architecturale pour l’orientation des blocs.

Figure IV.6.9.2008 Figure IV. 9 : Sollicitations dues à la surcharge. Figure IV.7.8.4 : Caractéristiques d’une marche.8. – HOTEL JAWHARA – LISTE DES FIGURES ENIT.6. Figure IV.4: Contrainte sous radier.7.7 : Diagramme de l’effort normal.8.F. Figure IV.2 : Moments minimaux dans une poutre continue à deux travées. Figure IV.7 : Schéma de calcul _escalier type2_ Figure IV. Figure IV. Figure IV. Figure IV.6.9 : Caractéristiques géométriques_ Escalier type3_. Figure V.8.8 : Ferraillage_ Escalier type2_ Figure IV.4 : Efforts dans une poutre continue à deux travées.2 : Ferraillage des semelles Figure V.8. Figure IV.8. Figure IV.1 : Caractéristiques géométriques des bâches à eau. Figure V. HAMMI & JAIEM -4- . 1: Caractéristiques géométriques d’un escalier. Figure IV. Figure IV.E.8.5 : Efforts dans une poutre continue à plusieurs travées.1 : Caractéristiques géométriques de la piscine.10.12 : Ferraillage des parois du bâche à eau. Figure IV. Figure IV.1 : Méthode des bielles.11 : Ferraillage des parois.8 : Sollicitations dues à la poussée de la terre.5 : Forces appliquées sur la paroi lorsque la bâche à eau est vide.8.6.8.8.6.3 : Moments minimaux dans une poutre continue à plusieurs travées.6.4 : Semelle sous joint de dilatation.3: Moments dans les parois. Figure IV.7. 2007.8. Figure IV. Figure IV.8.1 : Type d’une rampe.2 : Types d’escaliers à étudier. Figure V. Figure IV.6 : Plan de ferraillage _escalier type1_ Figure IV.P. Figure IV.3 : Escaliers type 1.3 : Phénomène de poinçonnement.7.10: Sollicitations dues à l’action de l’eau. Figure IV.6.5 : schéma de calcul _escalier type1_ Figure IV.6. Figure IV.6 : Forces appliquées sur la paroi lorsque la bâche à eau est pleine.1 : Acrotère sur mur .7.2 : Principe de la méthode de PLASSE.6. Figure IV. Figure IV.

8.7.6.2 : Interpolation des coefficients. Tableau IV. Tableau IV.1 : Charges de la piscine Tableau IV. Tableau IV. Tableau IV.5. Tableau IV.4 : Valeurs de N.7.3 : Sollicitations maximales obtenues par la théorie de l’arc.3 : Ferraillage de la rampe.3.4.1 : Charges de la rampe.6 : Tableau des sollicitations aux E.6.7.2 : Tableau récapitulatif des sollicitations calculées.4 : Vérification des contraintes.4. Tableau IV.L.1 : Tableau récapitulatif des caractéristiques des barres.2 : Tableau récapitulatif du ferraillage.P. Tableau IV.6.1 : Tableau des charges. 2: Récapitulation du ferraillage des parois du piscine.7.E.3 : Tableau des sollicitations aux E.L.U et E. Tableau IV. Tableau IV.6.3.2008 LISTE DES TABLEAUX Tableau III.L.3 : Sollicitations dans les parois. Tableau IV. Tableau III. 2007.4 : Récapitulation du ferraillage des parois.S. Tableau IV. Tableau IV.1 : Charges du paillasse de l’escalier type1.1 : Dimensionnement d’un plancher nervuré.8.U et E. Tableau IV.8.9. Tableau IV. Tableau IV. Tableau IV.8. HAMMI & JAIEM -5- .4 : Tableau des sollicitations et du ferraillage de l’escalier type 2 Tableau IV.3.2 : Dimensionnement d’un plancher en dalle pleine.F. Tableau IV. Tableau IV. Tableau IV.6.L.5: Charges du paillasse de l’escalier type3.2 : Charges du palier de l’escalier type1.S.1 : Chargements des parois et du radier.2 : Récapitulation des sollicitations de la rampe.6.9. – HOTEL JAWHARA –LISTES DES TABLEAUX ENIT.1 : Tableau récapitulatif des sollicitations. Tableau IV.3. Tableau IV.

2007. nous allons présenter d’abord les hypothèses de calcul adoptées ainsi que les caractéristiques mécaniques des matériaux utilisés.E. nous nous proposons d’améliorer les performances énergétiques du projet en suivant une démarche de haute qualité environnementale.F.2008 INTRODUCTION GENERALE Le présent projet de fin d’études est consacré à la conception et le dimensionnement de la superstructure et des fondations principalement en béton armé de l’hôtel « Jawhara » situé à Sousse. Dans un second temps. Dans le troisième chapitre. le dernier chapitre sera dédié au dimensionnement des fondations superficielles de l’hôtel. Ensuite. une piscine et des acrotères. une bâche à eau. nous allons proposer une conception pour la structure de l’hôtel en respectant les règles d’art est les contraintes architecturales. les résultats seront présentés dans l’annexe du mémoire. Effel et RDM6.P. nous allons évaluer les charges permanentes et les charges variables appliquées à notre structure. une voûte. une rampe. Des calculs manuels et des vérifications seront aussi conduits pour les autres éléments de la structure a savoir une dalle pleine. – HOTEL JAWHARA ENIT. des escaliers. nous allons présenter en premier temps la conception architecturale du projet afin de donner une idée générale sur la répartition des espaces et sur leurs usages. Enfin. Le quatrième chapitre sera consacré au dimensionnement de la structure de l’hôtel. HAMMI & JAIEM -6- . à l’aide de quelques logiciels tels que les modules de Arche. Dans le deuxième chapitre. La modélisation et le calcul de l’ossature de l’hôtel seront conduits numériquement moyennant le logiciel « Arche » . une poutre courbe. des portiques en béton armé et en charpente métallique. La construction de cet hôtel est déjà entamée et suit l’avancement des études en cours. Ce mémoire comporte cinq chapitres : Dans le premier chapitre.

2008 Chapitre I Présentation du projet HAMMI & JAIEM -7- . – HOTEL JAWHARA ENIT.P. 2007.F.E.

Ce projet s’étend sur une superficie totale d’environ 5 hectares et présente une surface couverte de 62 000 m².2008 Chapitre I DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION STRUCTURALE I. A partir du RDC. Figure I.F. Le site actuel du projet est celui de l’hôtel Coralia qui a été démoli.1). un rez-de-jardin (RDJ). nommé « Jawhara » et situé dans la zone touristique de Sousse au bord de la mer.2 : les trois parties de l’hôtel.P. 2007. figure 1.E. Il comprend un sous-sol (S.1 : Façade principale de l’hôtel. sa piscine extérieure est encore préservée. la surface de chaque étage est d’environ 13200 m² Cet hôtel est formé principalement par une partie centrale entourée par deux ailes (cf. Figure I. un rez-dechaussée (RDC) et cinq étages. HAMMI & JAIEM -7- .Description architecturale Le projet objet de notre étude est un hôtel de catégorie « 4 étoiles ».S). – HOTEL JAWHARA –DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION STRUCTURALE ENIT.

restaurants.5 et 3.2 m) de capacité de stationnement de 24 véhicules. Il comprend essentiellement des locaux techniques.2 m) ayant une capacité de stationnement de 43 véhicules. Il est constitué essentiellement des cuisines. Les deux premiers étages constituent des blocs d’hébergement au niveau des ailes et des restaurants et des bureaux administratifs (au niveau du deuxième étage) situés dans la partie centrale. Les trois derniers étages sont réservés principalement pour l’hébergement (HSP égale à 2. bars.F.). A cause de l’étendue du projet.5 m (par rapport au niveau du RDC) a une surface d’environ 8215 m². Le sous-sol situé à une profondeur de 7.8 m).2 m) et un parking (HSP égale à 3. vestiaires. Une première partie formée par des blocs à usage d’hébergement comportant 582 chambres et 39 suites . d’une piscine couverte (HSP égale à 3. 2007. salles polyvalentes. des cafés. etc.2 m. l’architecte a proposé de diviser l’hôtel en seize blocs moyennant des joints de dilatation de longueur d’environ 30m. La deuxième partie comporte les locaux communs (réception. un restaurant (HSP égale à 5. Le moyen d’accès des camions aux locaux techniques est assuré par une rampe de pente d’environ 15%.2m) s’étalant sur trois niveaux et des bureaux pour la direction. etc.P.3 m) et un parking (HSP égale à 3. Deux entrées principales se situent à ce niveau . – HOTEL JAWHARA –DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION STRUCTURALE ENIT. Le RDJ a une surface d’environ 16 000 m².8m). on peut distinguer 3 parties. Le RDJ comporte aussi le premier niveau des ailes d’hébergement (HSP égale à 3m). la première ouvre sur la façade principale et la deuxième sur la piscine. des bâches à eau de hauteur sous plafond (HSP) variant entre 2. laveries. Le RDC comprend deux blocs d’hébergement au niveau des ailes (HSP égale à 3m). des restaurants et une salle des jeux (HSP égale à 5m). un centre de thalasso thérapie. de stockage et de dépôt. les deux ailes principales de l’hôtel sont exclusivement réservées à l’habitation.) et la troisième les locaux de service et techniques (cuisines. permettre HAMMI & JAIEM -8- . Des escaliers et des ascenseurs et des montes charges sont conçus pour d’accéder d’un étage à un autre. une salle polyvalente (HSP égale à 7. un hall de réception vaste (HSP égale à 10. Ils sont pratiquement identiques sauf que le 5ème étage comporte deux suites de plus.E. On trouve également des boutiques.2008 Selon la fonctionnalité. un bar.

ils participent à l’étanchéité du mur.2008 Joints de structure Introduction Un joint désigne une coupure entre deux parties d’un bâtiment.E. Les joints utilisés sont : Joint de dilatation et Joint de retrait ou Joint de rupture. Ces joints structurels doivent être judicieusement distribués. • Le Joint de dilatation et de retrait est plus particulièrement une coupure destinée à parer à l’action normale des variations thermiques et du retrait. Il devient alors nécessaire de prévoir dans les ouvrages des solutions de continuité sous forme de joints. on a opté pour un placement de joints de dilatation tous les 25 à 30 m tout en respectant la répartition architecturale et sa fonctionnalité. • Le Joint de rupture est plus spécialement une coupure destinée à permettre le mouvement de la déformation provoquée par des causes accidentelles (tassements différentiels des du sol et des fondations) ou par des causes normales (différence de hauteur entre deux bâtiments accolées ou une différence importante dans les surcharges et les sollicitations auxquelles sont soumis les deux bâtiments).3: Types de joints de structure. le fluage et le gonflement initial du béton entraînent une déstabilisation entre les éléments d’une construction en béton armé. Le rôle des joints est d’assurer la solidarisation.P. – HOTEL JAWHARA –DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION STRUCTURALE ENIT. En pratique. de flexion ou de traction qui la sollicitent . [1] HAMMI & JAIEM -9- . le retrait dû au durcissement. permettant à chaque partie de se déplacer librement. la continuité et l'étanchéité des matériaux utilisés dans la construction. vu l’étendue du terrain du projet. 2007. et par conséquent la résistance de celle-ci aux efforts de compression. et concerner toute l'épaisseur de la maçonnerie (y compris chapes. l'espacement maximal entre deux joints de structure consécutifs varie entre 25 et 50 m selon les conditions climatiques (plus le climat est humide plus l’espacement est important). enduits et revêtements extérieurs rapportés) sur environ 2 cm de largeur . sans que les sollicitations auxquelles elle se trouve soumise aient une influence sur l’autre partie. ils ne peuvent être obturés qu'avec des matériaux ou profilés qui s'adaptent à des déformations importantes. Les variations de température. [1] Types et caractéristiques Figure I.F. A la suite des caractéristiques citées des joints.

P. En effet. des semelles isolées en béton armé avec une base en gros béton sous les poteaux et des semelles filantes sous les voiles. Ainsi. Dans ce cas. on a eu recours à des poutres plates.2. le plancher nervuré avec hourdis céramique (corps creux) et le plancher en dalle pleine. l'emplacement des poteaux ne doit en aucun cas gêner l'usage fonctionnel de l’architecture.2008 II. Critères du choix La conception de la superstructure a été réalisée en respectant les critères suivants : 1.E. Ce système porteur est le plus utilisé en Tunisie et il est caractérisé par sa facilité d’exécution et son économie relativement à d’autres systèmes. des coupes et des détails est indispensable pour la compréhension du projet et le dégagement des problèmes qui puissent nous rencontrer ainsi que des contraintes et des exigences à prendre en compte. 2.10 - . le système choisie pour l’ossature du bâtiment est le système classique « poutres – poteaux » en béton armé.Respecter au mieux les plans architecturaux pour conserver l’aspect esthétique du bâtiment.5 bars. HAMMI & JAIEM .Assurer la sécurité des individus et des biens. La conception doit obéir à un certains nombre de critères. Introduction La conception est la phase la plus importante lors de l’élaboration d’un projet de bâtiment.1.Prendre en compte les données géotechniques et l’emplacement de l’hôtel au bord de la mer. limiter les hauteurs des retombés surtout si la HSP n’est pas importante.Conception structurale II. II. La solution fondations superficielles a été retenue. 2007.Eviter les grandes portées dans un but d’économie et d’esthétique . Deux types de plancher ont été adoptés selon les portées . 4. – HOTEL JAWHARA –DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION STRUCTURALE ENIT. Elle doit assurer un bon compromis permettant à la fois de satisfaire les exigences structurales et architecturales et de minimiser le coût global du projet. tous deux coulés en œuvre. La portance du sol est moyenne et égale à 2. Ainsi. une bonne lecture des plans architecturaux. 3.F.

– HOTEL JAWHARA –DESCRIPTION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION STRUCTURALE ENIT. tout en respectant le nombre des places des voitures envisagé. Au niveau de certains étages.E.Au niveau de l’emplacement et des dimensions de la section de certains poteaux.F. L’emplacement des poteaux a été choisi en superposant les plans des différents étages et en respectant certaines contraintes telles que la conservation des dimensions des poteaux du hall de réception et de la salle polyvalente exigées par l’architecte pour leur aspect esthétique.11 - . HAMMI & JAIEM . nous avons eu recours à des poteaux naissants 2.P. 2007.3. 3.5m nous permet d’autoriser des retombées importantes. Difficultés et contraintes architecturales rencontrées lors de la conception Les principales difficultés rencontrées lors de la conception de ce projet sont : 1.Au niveau de la réception de largeur très importante (environ 25m) qui s’étale sur 3 étages. nous avons placé des poteaux espacés d’une trame de 3 voitures. Il est préférable aussi que les poteaux soient cachés dans les murs pour des raisons esthétiques.2008 II. on a eu recours à des poutres de grande hauteur simplement appuyés sur des poteaux . la hauteur sous plafond de 10.Assurer une circulation aisée dans le parking (RDJ et sous-sol). de ce fait.

2007. – HOTEL JAWHARA – ENIT.2008 Chapitre II Conception en Haute Qualité Environnementale HAMMI & JAIEM .E.12 - .F.P.

Deux principes sous-tendent l’approche HQE : 1. Le principe des cibles. Qu’on l’appelle durable. et donc un coût global.E. L’économie est appréhendée sous l’angle du coût global et tient compte à la fois de l’investissement et du fonctionnement. En fait le bâtiment doit s’accorder aux notions du développement durable : plus respectueux de la nature . que la HQE tentera de réduire ou compenser. C’est d’abord « une démarche de management de projet » qui vise à limiter à court et à long terme les impacts environnementaux d’une opération de construction ou de réhabilitation. 2007. l’entretien et l’usage de tout le bâtiment induisent un impact sur l’environnement. la construction. lors de la conception et des études.F. Elle passe par une préparation accrue à chaque phase du projet et en particulier en amont. ni un label.12 - . le niveau relatif de performances correspond à un objectif bien défini de la démarche HQE et intervenant aussi bien au niveau de la construction du bâtiment que de son fonctionnement. vert ou écologique . tout en assurant aux occupants des conditions de vie saine et confortable. lié à la démarche qualité : la cible est atteinte si dans le domaine concerné. Ces cibles pouvaient ne pas être traitées en visant le maximum de performance. 2. nouvelles technologies. II. fondée sur un langage commun constitué par les 14 cibles et leurs déclinaisons qui décrivent précisément les caractéristiques environnementales d’un bâtiment. moins émetteur de CO2.Introduction Nouvelles exigences. HAMMI & JAIEM . nouveaux matériaux … l’émergence du bâtiment durable remet en cause le bagage culturel et technique des professionnels : c’est la révolution à tous les niveaux. le bâtiment nouveau en HQE apporte non seulement un grand confort mais aussi une réelle maîtrise énergétique : c’est la devise de la conception HQE. au-delà de ce que demande la démarche (pour au moins 7 cibles sur 14) et en visant la performance maximale (pour au moins 3 cibles dites « prioritaires »). La démarche HQE propose aux acteurs du bâtiment une méthode pour mener un projet.Démarche HQE La HQE n’est pas une norme. La véritable clé du bâtiment durable est de tirer parti de l’environnement plutôt que le subir. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT.2008 Chapitre II CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE I.P.

Ce profil se base sur une échelle axée par les cibles ainsi que trois niveaux de performance décrivant le niveau de traitement d’une cible (basse performance. performant et très performant).2008 Figure II.E.F. est de s’appuyer sur un profil efficace est rigoureux .13 - . maintenance. HAMMI & JAIEM .1 : Les 14 cibles appliquées dans la démarche HQE. le profil QEB proposé pour faire les choix les plus conformes au développement durable à toutes les phases de la construction et de la vie d’un bâtiment : conception.P. utilisation.2 : Le profil QEB. adaptation et déconstruction. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT. Figure II. 2007. réalisation. Une des méthodes les plus fiables pour parvenir à l’obtention de la qualité environnementale du bâtiment QEB par l’application de la démarche HQE.

Le confort et la santé des utilisateurs • Confort hygrothermique − Permanence des conditions de confort hygrothermique − Homogénéité des ambiances hygrothermiques − Zonage hygrothermique Confort acoustique − Isolation et correction acoustique − Zonage acoustique (bruits des équipements) .F.E. 2007.2008 Le profil QEB vient de satisfaire et équilibrer deux exigences complémentaires: II. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT.14 - • HAMMI & JAIEM .P. systèmes et procédés de construction : − Adaptabilité et durabilité du bâtiment − Choix adéquat des procédés de construction − Choix des produits de construction à faible impact sur l’environnement Chantier à faible nuisance − Gestion différenciée des déchets de chantier − Réduction du bruit de chantier − Réduction des pollutions de la parcelle et du voisinage − Maîtrise des autres nuisances de chantier Gestion de l’énergie − Renforcement de la réduction de la demande et des besoins énergétiques − Recours aux énergies renouvelables − Renforcement de l’efficacité des équipements énergétiques Gestion de l’eau − Réduction de la consommation de l’eau potable − Recours à des eaux non potables − Récupération des eaux pluviales Gestion des déchets d’activité − Conception des dépôts de déchets d’activités adaptée aux modes de collecte actuels et futurs probables − Gestion différentiée des déchets • Entretien et maintenance − Optimisation des besoins en maintenance − Mise en place de procédés efficaces de gestion technique et maintenance − Maîtrise des effets environnementaux des procédés de maintenance • • • • II.1. Maîtrise de l’impact du bâtiment sur l’environnement et la gestion des ressources renouvelables • Relation du bâtiment avec son environnement immédiat : − Gestion des atouts et des contraintes du terrain et du site − Utilisation des opportunités offertes par le voisinage − Réduction des risques nuisance entre le bâtiment et son voisinage Choix intégré des produits.2.

en utilisant des ressources naturelles et locales. Fixation des cibles et leurs niveaux de performance Notre but consiste à créer un bâtiment doté des technologies lui permettant de respecter au mieux l’environnement et l’écologie dans sa construction. on doit avoir des cibles avec leurs niveaux de performance comme suit : • Au minimum 3 cibles très performantes • Au minimum 4 cibles performantes • Au maximum 7 cibles en basse performance [2] III. produits de construction. entretien ou amélioration…) − Ventilation pour la qualité de l’air Qualité de l’eau − Protection du réseau de distribution d’eau potable − Maintien de la qualité de l’eau destinée à la consommation − Contrôle de l’accès aux réseaux de distribution collective de l’eau − Gestion des risques liés aux réseaux d’eaux non potables • • • NB : La cible 4.1.P. En fait le site de la construction est déjà favorable pour l’existence d’un hôtel et offre l’opportunité à un paysage naturel agréable (mer. Cible 1 : relation du bâtiment avec son environnement immédiat L’implantation du projet doit être faite d’une manière à tirer profit de l’environnement immédiat. est fixée d’avance comme une cible très performante. celle de la gestion d’énergie. Cette cible est définie comme performante dans le cas de la réalisation du projet de l’hôtel JAWHARA. La fixation des niveaux de performance des cibles souligne les étapes suivantes de la conception.E. Elle exige une définition détaillée des différents choix adoptés et indique après les recommandations techniques permettant d’identifier les travaux efficaces pour appliquer la démarche HQE. Pour le profil QEB. 2007. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT. HAMMI & JAIEM .F.Conception HQE de l’hôtel JAWHARA III.15 - . L’intervention d’un concepteur vient de mettre accent sur l’orientation du projet de manière à limiter les dépenses énergétiques et profiter de l’éclairage naturel.).2008 • • Confort visuel − Maîtrise optimal confort/énergie − Relation visuelle satisfaisante avec l’extérieur − Eclairage naturel optimal privilégié en termes de confort et de dépenses − Eclairage artificiel satisfaisant et en appoint de l’éclairage naturel Confort olfactif − Réduction des sources d’odeurs désagréables − Ventilation permettant l’évacuation des odeurs désagréables Qualité sanitaire des espaces − Ambiances intérieures satisfaisantes − Création des conditions d’hygiène − Facilitation du nettoyage et de l’évacuation des déchets d’activités − Limitation des nuisances électromagnétiques Qualité sanitaire de l’air − Maîtrise des risques de pollution (équipements. palmiers….

F. Cible 7 : entretien et maintenance La haute performance du choix des produits et des procédés de construction implique systématiquement que l’entretien et la maintenance seront assurés même à niveau de traitement moyen.Une isolation renforcée pour limiter les besoins de chauffage .. Les bonnes pistes à suivre pour continuer : .une organisation de l’espace et des ouvertures.16 - . Cible 8 : confort hygrothermique L’implantation du projet à la proximité de la mer nécessite la conformité de cette cible avec un haut niveau de traitement pour assurer le confort hygrothermique pour les utilisateurs. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT. .). Cible 6 : gestion des déchets d’activité La gestion des déchets d'activité intervient au niveau des évacuations des eaux usées.E. 2007. La performance de cette cible ne demande pas un niveau haut de traitement. Cible 3 : chantier à faible nuisance L’action sur la limitation de la nuisance d’un tel projet n’est réellement applicable que pour la gestion des déchets de construction. . piscine. . Pour le cas de la conception HQE d’un hôtel. cette cible garantie un niveau minimum de performance pour les autres cibles. Elle exige la haute performance de cette cible. …. Cible 4 : gestion de l’énergie Un bâtiment bien implanté (voir cible 1) a déjà pris un bon départ pour réduire ses besoins énergétiques et ses impacts environnementaux.une inertie thermique du bâti suffisante et l’intégration de protections solaires pour diminuer les surchauffes . des locales poubelles. Définie comme très performante.2008 Cible 2 : choix des produits et procédés de construction Les produits et les procédés de construction sont indispensables pour une approche HQE. Cible 9 : confort acoustique Cette cible est traitée comme performante vu qu’elle est liée directement aux choix des matériaux isolants définis par la cible 2. la gestion de l’énergie et aussi l’entretien à long terme. EP. HAMMI & JAIEM .recours aux énergies renouvelables et naturelles De ce fait cette cible ne peut qu’être très performante. L’exigence de haute performance pour les matériaux de construction est demandée pour assurer le confort. Donc la cible 6 est simplement performante. la gestion des déchets d’activité est une cible performante. Les pratiques de construction en Tunisie ne peuvent réduire le bruit de chantier au point que cette cible atteint un niveau de performance élevée. Ainsi la cible 3 est fixée en basse performance. La gestion de l’eau a un caractère primordial lors de la conception HQE pour la réduction de consommation de l’eau ainsi que l’installation des systèmes de récupération des eaux convenables. Cette cible concerne plus le cas de la conception des bâtiments industriels à grande échelle d’activité et d’évacuation des déchets.P. Cible 5 : gestion de l’eau Un hôtel est un grand consommateur d’eau (ECS. conçue pour limiter les déperditions de chaleur et les surchauffes .

III. les dispositifs de ventilation naturelle. Cible 12 : qualité sanitaire des espaces Le niveau de performance de cette cible peut être identifié en basse performance. Figure II. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT. Cible 11 : confort olfactif Cette cible est traitée en basse performance. l’étanchéité des châssis et fenêtres. Il convient de signaler qu’en dehors de toutes considérations relatives à l’environnement immédiat.F. HAMMI & JAIEM .3: Le profil QEB fixé pour le projet de l’hôtel de JAWHARA. Elle peut être à niveau de performance bas. l’importance des surfaces vitrées. La fraîcheur de l’air est garantie d’avantage à cause de la proximité du projet à la mer.1. nous offrons une conception qui suit les étapes déjà déterminées. III.2. Cible 13 : qualité sanitaire de l’air Le site de la réalisation du projet de l’hôtel JAWHARA est loin du cadre urbain aboutissant à la pollution de l’air. Parmi les éléments essentiels de ce mode de construction. Relation du bâtiment avec son environnement immédiat La relation du bâtiment avec son environnement immédiat ne tient pas compte seulement de l’implantation du projet dans son site naturel mais aussi de la conception architecturale et de l’orientation des différents espaces.E. Cible 14 : qualité de l’eau Cette cible est liée à la cible de gestion de l’eau.P. 2007. D’où la qualité de l’air est traitée en basse performance. NB : Notre conception portera sur les cibles en haute performance.17 - . Application du profil QEB dans le projet de l’hôtel JAWHARA Afin d’appliquer le profil QEB dans le cas de notre projet.2008 Cible 10 : confort visuel Le paysage naturel du site assure un confort visuel automatique mais la nécessité du soin de l’architecture du projet et des éléments de décoration intérieurs et extérieurs donne à cette cible un aspect de performance intéressant. le mode de construction de certains projets est un facteur primordial pour assurer le confort désiré. les matériaux de construction qui influencent la puissance à donner aux différentes installations. nous proposons des solutions répondants aux exigences croissantes des réglementations et s’inscrivant dans une réelle démarche de qualité environnementale. Le confort visuel est une cible performante. on peut citer l’orientation.2. Sur la base de la fixation des niveaux de performance des différentes cibles.

les ailes des blocs d’hébergement dirigés dans la direction de nord (sélectionnés par le rouge dans le schéma) ne profitent pas totalement des apports solaire surtout ceux hivernaux. On évitera tous les vitrages obliques vers le sud.4 : Trajectoire du soleil et l’influence de l’orientation du projet. De cette orientation découle une répartition assez naturelle des différentes pièces.E. les blocs d’habitation ne profitent pas totalement de cette orientation. tout en protégeant les vitrages par des dispositifs convenables pour éviter de transformer le bâtiment en serre l’été : ainsi débord généraux de toiture ou brise-soleil vont empêcher les rayons presque verticaux du soleil estival d’été de frapper le verre. tout en laissant passer les rayons plus bas du soleil d’hiver. les rayons bas du soleil levant et couchant vont frapper longuement les vitres et réchauffer considérablement l’intérieur. La façade sud d’un tel bâtiment reçoit le maximum de rayonnement solaire en hiver. en effet. De cette observation découlent les règles plutôt simples.P. En fait. [3] Figure II. On bénéficie ainsi de l’apport solaire hivernal. HAMMI & JAIEM . conçue pour limiter les déperditions de chaleur et les surchauffes .une organisation de l’espace et des ouvertures.2008 En particulier. et les façades ouest et est. l’orientation des espaces d’habitation est favorable dans la direction de sud. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT. Ainsi les pièces d’habitation seront placées plutôt au sud afin que les habitants profitent d’un éclairage naturel. orienter de préférence la façade au sud. les munir de volets : l’été.valorisation des apports solaires par le choix de l’orientation du projet En réponse à ces enjeux énergétiques. il convient d’éviter les « ponts thermiques » occasionnés par l’existence dans une paroi d’un élément de forte conductivité dont la présence se manifeste par des dépôts localisés de poussière sur la surface intérieure de la paroi et des condensations de vapeur d’eau. 2007. A l’est et à l’ouest. Un bâtiment bien implanté prend son bon départ par réduction du poids de ses besoins énergétiques et ses impacts environnementaux. éviter si possible les grandes fenêtres et.F. gratuit et prolongé. D’abord. Ces blocs demandent plus de climatisation en été. ainsi que la toiture en été. [4] Malgré que l’architecture actuelle du projet dans sa globalité soit bien définie au niveau de l’orientation au sud. surtout.18 - . Les bonnes pistes à suivre pour tirer profit de l’environnement immédiat sont : .

Cependant. Figure II. Dans notre cas. 2007. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT. en aucun cas évidemment de règles absolues.2008 Figure II. Le traitement vertical des blocs orientés vers le nord nécessite l’ajout des brise-soleil dont le rôle est d’empêcher les rayons totalement verticaux et de laisser passer les rayons plus bas du soleil. Résoudre ce problème ne signifie pas renoncer à l’environnement esthétique de l’hôtel. D’une part. les chambres profitent des rayons solaires bas servant pour chauffer les pièces la nuit. comme le montre le schéma cidessous. les blocs d’hébergement sont équipés des balcons qui viennent de HAMMI & JAIEM . Mais notre intervention portera seulement sur la conception structurale du projet.P.6 : Solution architecturale pour l’orientation des blocs. D’autre part. pour la saison d’hiver. On maintient ainsi la conception architecturale actuelle tout en cherchant à améliorer les performances d’habitation en toute saison. et surtout à partir de la période d’après midi. Le traitement des différentes pièces dépend de la direction des rayons solaires : − Un traitement horizontal pour les blocs dirigés vers le nord puisque les rayons solaires sont presque verticaux en été.E. mais c’est une modification qu’il faudra corriger en renforçant d’autres paramètres.19 - . Cette disposition architecturale sera si adoptée la meilleure solution en terme de bénéfices énergétiques. il ne s’agit pas de suivre la course du soleil mais plutôt d’essayer de changer la configuration architecturale en fonction de la trajectoire de notre étoile.F. Il s’agit là de grands défis.5 : Les blocs présentant des défauts d’orientation. l’orientation de ces blocs va empêcher les rayons verticaux du soleil estival de frapper longuement les chambres et les transformer en serre. − Un traitement vertical pour les blocs dirigés vers le sud puisque les rayons solaires sont plus bas en hiver. Le traitement horizontal est un traitement de surface de la toiture exposée au soleil une longue période de la journée et ce par un choix attentif du matériau isolant au niveau du plancher terrasse.

En adoptant ces principes pour le choix des produits et procédés de construction. ainsi que le mode de traitement fixé pour les différentes ailes. il est très important que les différents choix seront coordonnés pour respecter la continuité thermique.2008 remplacer le rôle des brise-soleil pour l’étage juste au dessous et les protègent des rayons solaires en toute saison. Matériau d’isolation des murs : Béton léger à base de Perlite Utilisé comme matériau de remplissage d’isolation des murs et entre les doubles cloisons. Il est intéressant de privilégier des produits ayant des impacts environnementaux réduits. Ultra léger. Les besoins en chauffages seront diminués. c’est à dire ne pas détériorer l’isolation ainsi qu’assurer l’étanchéité à l’air des parois. le béton léger à base de Perlite permet encore la protection contre l’humidité. HAMMI & JAIEM .20 - . isolant acoustique. le recours à la dalle pleine assure une homogénéité de la structure et évite toute irrégularité de résistance thermique des matériaux et donc la discontinuité des barrières isolantes par laquelle la chaleur s’échappe. isolant thermique.E. Choix des produits et procédés de construction Le choix des matériaux de construction est basé sur leur performance écologique.). Cette caractéristique est indispensable pour le choix de ce type de matériau puisque le projet est situé dans un site exposé à l’humidité. III.F. Mais deux principes essentiels assurent la qualité des matériaux et de leur utilisation : − La sélection de produits ayant fait la preuve de leur aptitude à l’usage et de leurs performances en termes d’isolation et d’étanchéité. Mais le plancher le plus utilisé dans nos chantiers est un plancher en corps creux. 2007.2. Qu’il s’agisse des matériaux porteurs et isolants à la fois. le béton léger permet de réduire les déperditions à travers ces derniers. un plancher réalisé en dalle pleine sera le plus conforme aux critères de sélection. En été. − La sélection de produits ayant fait la preuve de leur aptitude à réduire l’existence des ponts thermique qui sont en général des zones d’un bâtiment présentant une baisse de résistance thermique et entraînant des déperditions de chaleur et parfois une accumulation d’humidité (points de jonction entre deux matériaux.2. deux parois. Figure II. l’isolation fait barrière à la chaleur et au rayonnement solaire extérieur.7 : Mode de traitement pour les différentes ailes. En effet. des produits locaux ou renouvelables.P. On est amené à choisir des matériaux entre une grande variété de produits ayant des caractéristiques isolantes qui participent à la conception écologique du bâtiment dans son ensemble. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT. leur disponibilité dans le marché tunisien. ou isolant de remplissage. angles ….

assainissant ainsi l'atmosphère intérieure. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ENIT. Il freine la déperdition de chaleur en hiver et procure le meilleur confort d’hiver. Performances au stade de la fabrication : Il consomme moins de matières premières que les bétons traditionnels. • • Hygro. C’est un matériau naturel. Au contact de la chaux. écologique et économique. Plus légers et plus grands que les parpaings ou les briques.F. de sa fabrication à sa mise en œuvre jusqu’à son recyclage en fin de vie. Il procure le meilleur confort d’hiver. celle-ci mousse et forme de petites bulles d’air.2008 Le béton léger est également bénéfique pour l’environnement car.régulation Le béton cellulaire est imperméable à l'eau. les éléments en béton cellulaire se manipulent aisément et. l’eau. Ce sont ces bulles d’air qui permettent au béton cellulaire d’assurer la totalité de la fonction d’isolation du plancher qu’il forme. le béton cellulaire s’avère un matériau propre. la haute résistance thermique. Rapidité de pose. Le béton léger à base de Perlite présente des propriétés intéressantes : la légèreté . • • Performances au stade du chantier : Moins de déchets. 2007. [5] Matériau utilisé pour le plancher terrasse : Béton cellulaire Tout au long de son cycle de vie. ont été conçus pour rendre la durée d'un chantier plus courte et pour doubler le rendement au m2 par compagnon. • Aucune matière nocive n'est rejetée dans l'atmosphère. mais perméable à la vapeur contenue à l'intérieur d'un local et la rejette vers l'extérieur. la faible conductivité thermique. auxquelles s’ajoutent le ciment et la poudre d’aluminium. • L'eau nécessaire à la production est réinjectée en continu dans la fabrication. limitant ainsi sa consommation. • • • Performances au stade de l'habitation : Confort thermique : Le béton cellulaire offre une isolation naturelle et totale . Car le béton cellulaire est fabriqué en grande partie avec des matières premières naturelles et abondantes telles que le sable. elle permet de préserver les ressources énergétiques et de limiter les émissions de gaz à effet de serre. en réduisant les consommations.P. Il réduit la durée de chauffage en demi-saison et assure même une climatisation naturelle en été. • Les déchets de production sont recyclables dans la production ou sous forme de granulats.E.21 - . la chaux. Le procédé de fabrication eau/vapeur en circuit fermé réduit les dépenses énergétiques. tout autre système d'isolation est superflu. HAMMI & JAIEM . formant un système constructif cohérent et homogène.

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

ENIT. 2007- 2008

• Confort acoustique Une construction en béton cellulaire offre sensiblement le même confort phonique que celui obtenu avec des matériaux traditionnels : protège contre les bruits extérieurs et diminue les émissions vers l'extérieur.

Résistance au feu Le béton cellulaire est un matériau minéral, il est incombustible (classé M0), ne produit ni fumée, ni gaz toxiques, et est classé coupe-feu 4 heures à partir d'une cloison de 10 cm.

Santé Constitué essentiellement de matières minérales naturelles, le béton cellulaire ne contient aucun élément nocif ou fibreux; ni adjuvant toxique ou cancérigène. De plus, il est inattaquable par les insectes, les termites ou les rongeurs.

Les blocs de béton cellulaire sont fixés entre eux, non par des joints de mortier, mais par des joints minces utilisant une colle spéciale afin d’éviter la formation des ponts thermiques entre chaque bloc. [2, 5,6] Matériau d’isolation des planchers intermédiaires: Laine de roche Il s’agit d’un isolant thermique et acoustique. Pour fabriquer ce matériau, on fait fondre et on fibre une roche volcanique pour obtenir un matelas de laines enchevêtrées qui piègent l’air. Cet isolant d’origine minéral est utilisé en isolation de terrasse ou de plancher. La laine de roche présente une conductivité thermique de 0.038 à 0.041 W/(m.K) et une résistance thermique pour 100mm de 2.4 à 2.6 m2 .k / W. Son incombustibilité et sa résistance au feu (jusqu’à 1000°C) soulignent le recours à ce matériau pour les grands ouvrages. Vitrage : Double vitrage Rien ne sert d’isoler un bâtiment avec les matériaux les plus performants si l’on fait l’impasse sur les vitrages. Car une vitre standard n’offre aucune résistance thermique propre. Elle ne vaut que comme « barrière à l’air ». En revanche, un double vitrage de 2.4 cm d’épaisseur, avec sa lame d’air prise en sandwich entre deux feuilles de verre (voir schéma cidessous), réduit autant les pertes thermiques qu’un mur de pierre de 70 cm d’épaisseur et promet de résoudre le dilemme entre la nécessité de freiner la pénétration des rayons solaires en été et de la favoriser en hiver.

Figure II.8 : Double vitrage à isolation renforcée. [4]
HAMMI & JAIEM - 22 -

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –CONCEPTION EN HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

ENIT. 2007- 2008

• La répartition judicieuse de vitrage est de l’ordre de : 50 % des surfaces vitrées au sud, 20 % à l’est et à l’ouest, 10 % au nord. • Les vitrages à isolation renforcée (VIR) permettent la réalisation de grandes baies : apport de soleil, donc de chauffage « gratuit» et de lumière tout en limitant les déperditions de chaleur. [6,7] III.2.3. Gestion de l’énergie Grâce aux efforts déjà réalisés sur son implantation et la qualité de son enveloppe, le bâtiment de l’hôtel JAWHARA est économe en énergie parce qu’il a peu de besoins. Les équipements dont nous le dotons peuvent nous permettre de réduire son impact sur l’environnement et de tirer profit des énergies durables. De nouvelles sources d’énergie Solaire (éolienne, thermique …) permettent de subvenir aux besoins du bâtiment : il est possible en effet de transformer le terminal de consommation en un ouvrage capable de couvrir ses propres demandes en énergie. La gestion d’énergie suit toutes les étapes de la conception HQE et intervient à tous les niveaux de traitement. La réduction des demandes énergétiques et la limitation de déperditions thermiques forment la base de cette gestion. A ce niveau, on se restreint à présenter les équipements ayant recours aux énergies renouvelables et naturelles. Solaire thermique Il s’agit de transformer l’énergie solaire en chaleur. L’énergie solaire thermique peut servir à chauffer les différentes pièces et/ou l’eau pour des besoins sanitaires. Il se présente sous la forme d’un réseau des tubes métalliques à la fois thermiquement isolés, pour limiter les pertes thermiques, et recouvert d’un corps noir (du chrome) afin d’élever la température du fluide caloporteur qui y circule (en général, de l’eau mélangée à un antigel). Une plaque de verre recouvre le tout, créant l’effet de mini serre. Le fluide ainsi chauffé passe ensuite dans un échangeur thermique, un serpentin métallique présent au sein d’un ballon de stockage, et cède une partie de son énergie à l’eau sanitaire. Une fois refroidi, le fluide caloporteur repart vers les capteurs pour un nouveau cycle. C’est une énergie gratuite qui n’émet à l’usage ni polluant ni gaz à effet de serre. [7] III.2.4. Gestion de l’eau Recyclage des eaux Les eaux appelées grises sont celle recyclables (eaux de lavabos, cuisine, douche…). Elles sont récupérées dans une citerne située au sous-sol, grossièrement traitées puis renvoyées au bâtiment pour alimenter les chasses d’eaux ou servir à l’arrosage des gazons. Utilisation de l’eau de mer Parmi les gestes d’économie d’eau applicable dans notre projet, la bâche à eau connectée au centre de thalassothérapie est alimentée par l’eau de mer.

IV- Conclusion
Mener à bien un projet de construction ménageant l’environnement permet d’économiser l’énergie, de limiter les rejets de gaz à effet de serre et de vivre dans une ambiance saine. Le surcoût d’investissement d’un tel projet est amorti par les importantes économies réalisées à l’usage.

HAMMI & JAIEM

- 23 -

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –

ENIT. 2007- 2008

Chapitre III

Caractéristiques des matériaux et évaluation des charges

HAMMI & JAIEM

- 24 -

P. . Par suite de cette donnée on définit les caractéristiques suivantes : la résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours égale à : f t 28 = 0.24 - .Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul L’étude et le dimensionnement des éléments de la structure sont menés suivant les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et de constructions en béton armé selon la méthode des états limites (B.L 91.1. .E.6 + 0. 3 .92 MPa.le module de déformation longitudinale différée de béton à 28 jours.2.Caractéristiques des matériaux Le béton est dosé à 350 kg/m3en utilisant un liant hydraulique mis en œuvre sur chantier dans des conditions de fabrication courantes • • (C.): Tous les paramètres en question sont indiqués ci-après. HAMMI & JAIEM .A 45) pour les éléments en élévation. Béton Le béton ainsi choisi a une résistance caractéristique à la compression à 28 jours de : fc28 = 22 MPa.E. – HOTEL JAWHARA –CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ENIT. pour le calcul des déformations à l ' ELS .F. un ciment (HRS) pour les éléments en contact avec le sol A. pour les charges de longue durée : E E v 28 = i = 10274 MPa.2008 Chapitre III CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE A.Poids volumique du béton armé : ρ = 25 KN/m3 Le coefficient de poisson du béton est donné par : ⎧v = 0.06 f c 28 = 1.I.P.le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours égal à : E i 28 = 110003 f c 28 = 30822 MPa. 2007. pour le calcul des sollicitations aux états lim ite ultime et service.A. A.I. ⎨ ⎩v = 0.

les coefficients de pondération sont pris égaux à 1 pour les deux types de charges. Acier • Les armatures longitudinales sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE400 de limite d’élasticité garantie fe et de module d’élasticité longitudinale Es tels que : fe = 400 MPa et Es = 2. ⎨ ⎩1.105 MPa.46 MPa. • Pour l’infrastructure La fissuration est préjudiciable Epaisseur d’enrobage des armatures : 4 cm. on considère : les coefficients de pondération sont pris égal à : ⎧1.6 . Le coefficient de scellement : 1. Le coefficient de scellement =1.5 cm.I. la contrainte admissible en compression du béton est égale à : 0. 1. • Les armatures transversales sont des aciers doux de nuance FeE215 de limite d’élasticité garantie fet : fet = 215 MPa. Epaisseur d’enrobage des armatures : 2. 110 ηf t 28 ⎬ = 129. on considère : .35 : pour ch arg es permanentes.6 ⋅ f c 28 = 13. 2007. Dimensionnement à l’ELS Pour la vérification des contraintes à l’ELS.1. 1 .la contrainte admissible en compression du béton est égale à : σ bc = 0.6 . .85 ⋅ f c 28 f bu = = 12.5.II.2 MPa.II. – HOTEL JAWHARA –CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ENIT.82 MPa. E Le coefficient d’équivalence est pris égal à : n = s = 15.2. Le coefficient de fissuration : h =1.2008 A.15 - - A.la contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux : ⎧2 ⎫ σ s = inf ⎨ f e .Hypothèses de calcul Le projet étant situé au centre de la Tunisie dans un climat non agressif pour la superstructure.P.II.E.5 la contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux est égale à : f f su = e = 347. alors qu’au niveau de l'infrastructure milieu est supposé agressif.15 A.5. Et on considère ce qui suit : • Pour la superstructure La fissuration est peu préjudiciable. Coefficient de sécurité : γ = 1.8MPa ⎩3 ⎭ HAMMI & JAIEM .25 - .F.2. Dimensionnement à l’ELU Pour le dimensionnement des armatures à l’ELU.5 : pour ch arg es d ' exp loitations. Le coefficient de fissuration : h =1. . Eb A.

2007. σsol = 0.III. III. soit par la méthode de caquot ou caquot minorée.E. escaliers Afin de déterminer les armatures longitudinales. nervures.L 91.A. Suites à des conditions à vérifier. .F.Méthode de calcul L’étude et le dimensionnement des éléments de la structure sont menés suivant les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et de constructions en béton armé selon la méthode des états limites (B. HAMMI & JAIEM . la méthode utilisée est celle de flexion simple.E. – HOTEL JAWHARA –CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ENIT. et pour les armatures transversales. Les méthodes de calcul sont les mêmes même s’il est fait manuellement ou par logiciel. ils sont donc dimensionnés à la compression simple.Kp=1/ tg²( ( + ) = 0. Sol de fondation Les valeurs si dessous sont prélevées du rapport géotechnique: Le sol est formé principalement par une couche épaisse de sable ayant pour caractéristiques : .26 - .2 Poutres.33 4 2 A.3. le calcul des poutres continues sera fait soit par la méthode forfaitaire.25 MPa.): III.Angle de frottement : ϕ = 30°. D’autres poteaux peuvent être soumis en plus des charges verticales à des moments de flexion et sont donc dimensionnés à la flexion composée. .P.Coefficient de cohésion : C = 0.1 Poteaux Les poteaux sont généralement soumis aux charges verticales centrées.II. la méthode utilisée est à travers l’effort tranchant.Capacité portante : Π ϕ .2008 A.

sa facilité de mise en œuvre.2008 B. elles constituent les éléments porteurs du plancher et leur espacement est fonction des dimensions du corps creux. leurs bonnes caractéristiques d’isolation thermique et phonique ainsi que la facilité d’exécution.E.Evaluation des charges En Tunisie.F. Figure III.Plancher traditionnel en corps creux En effet. 2007.1 : Composition du plancher corps creux.… Le projet ci-présent comprend essentiellement des planchers traditionnels de diverses épaisseurs selon le cas. (cela dépend de la portée des nervures). – HOTEL JAWHARA –CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ENIT.P. les moyens de travail et de mise en œuvre sur chantier. Le choix du type du plancher dépend de plusieurs paramètres parmi les quels on cite : la longueur moyenne des travées. la répartition architecturale des espaces. ce type de plancher est le plus utilisé dans la majorité des chantiers en raison de sa disponibilité dans le marché. Ce plancher représente une composition de : ♥ Corps creux : utilisés comme coffrage perdu permettant l'augmentation des qualités d'isolation du plancher. le facteur économique du projet. son coût économique et l’isolation que ce soit phonique ou thermique qu’il présente. HAMMI & JAIEM .I. B.27 - . le type d’isolation demandé ou exigé. ♥ Nervures coulées sur place : reposants sur des poutres. les planchers les plus courants sont en corps creux vu l’abondance des produits rouges. ♥ Une chape de béton coulée sur place : permettant la transmission ainsi que la répartition des charges aux nervures.

17 kg/cm d’épaisseur : Mortier pour carrelage ( 2 cm). c.40 KN/m² 0. Dalle pleine : Enduit de plafond (1. 2007.20 KN/cm : Corps creux (16+5) : Isolant laine de roche (1cm). 40 KN/m² 0.75 KN/m² ⎢ G ≈ 5.5 cm).14 KN/m² 0.1.5 cm).20 KN/cm : Corps creux (19+6) : Isolant laine de roche(1cm).1.II. 17 kg/cm : Mortier pour carrelage (2 cm).P.14 KN/m² 0.85 KN/m² 0. b.e KN/m2.E.(18-140 kg/m3) : Revêtement : Sable (3cm). Corps creux (19P6) : G ≈ 6.19.45 KN/m² 0.(18-140 kg/m3) : Revêtement : Sable (3cm). 20 kg/cm : Carrelage (25x25x25) : Cloison légère : 0.45 KN/m² 0.F.II.55 + 25. Evaluation des charges permanentes Les planchers traditionnels se diffèrent par le type du corps creux (de hauteur16.45 KN/m² 0. Plancher intermédiaire a.II.40 KN/m² 0.20 KN/cm : Dalles pleine.40 KN/m2. 0.1.30 KN/m² 3. 17 kg/cm d’épaisseur : Mortier pour carrelage ( 2 cm).30 KN/m² 2.Evaluation des charges B.19P6) et la nature du plancher (terrasse ou intermédiaire) et par suite les charges permanentes qui leurs sont appliquées se diffèrent comme indiqué ci-dessous : B. 0.51 KN/m² 0.75 KN/m² ⎢ G ≈ 5. 25 kN / m3 Isolant laine de roche(1cm). – HOTEL JAWHARA –CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ENIT.60 KN/m2. Corps creux (16+5) : Enduit de plafond (1.73 KN/m2 d.05 KN/m² 0.(18-140 kg/m3) : Revêtement : Sable (3cm).75 KN/m² ⎢ G ≈ 2. 0.28 - . 20 kg/cm : Carrelage (25x25x25) : Cloison légère : 0. 20 kg/cm : Carrelage (25x25x25) : Cloison légère : 0.5 cm). HAMMI & JAIEM .2008 B.51 KN/m² 0.14 KN/m² 0.30 KN/m² ( e x 25) KN/m² 0.51 KN/m² 0. Corps creux (19+6) : Enduit de plafond (1.

2008 B.sablé : Multicouches: Enduit de planéité : Protection de l’étanchéité : B. Dalles pleine .5 cm). Corps creux (16+5) : Isolant béton cellulaire (10 cm) Etanchéité : Asphalte coulé .50 KN/m2 0.sablé : Multicouches : Enduit de planéité : Protection de l’étanchéité : b.50 KN/m2 0. 0.75 KN/m2. Corps creux (19+6) : Enduit de plafond (1.30 KN/m2 0.sablé : Multicouches: Enduit de planéité : Protection de l’étanchéité : c.30 KN/m2 ⎢ G = 4.40 KN/m² 0.30 KN/m2 ⎢ G = 4.20 KN/cm : 0.1. 2007.20 KN/cm : 0.2. – HOTEL JAWHARA –CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ENIT.10 KN/m2 0.30 KN/m2 0. Plancher terrasse a.e KN/m2. Corps creux (16+5) : Enduit de plafond (1. Dalle pleine : Enduit de plafond (1.II.5 cm).30 KN/m2 0.10 KN/m2 0.40 KN/m2 0. 0.10 KN/m2 0.95 KN/m2.3.85 KN/m2 : 0.30 KN/m2 ⎢ G = 1.5 cm).30 KN/m2 ( e x 25) KN/m2 0. Murs Murs de 35 cm + béton léger ‘PERLITE’ : G = 10 KN/ml G = 8 KN/ml G = 4 KN/ml Murs de 25 cm + béton léger ‘PERLITE’ : Acrotère / garde corps : HAMMI & JAIEM .30 KN/m2 2.30 KN/m2 3. 25 kN / m3 Isolant béton cellulaire : Etanchéité : Asphalte coulé .II.F. Corps creux (19+6) : Isolant béton cellulaire : Etanchéité : Asphalte coulé .50 KN/m2 0.29 - .E.20 KN/cm : 0.40 KN/m2 0.05 KN/m2 0. 0.1.90 + 25.P.

Estimation des charges d’exploitations Indépendamment du type ou de la nature du plancher.50 KN/m² 2.2.30 - .Dimensionnement Le principe de dimensionnement d’un plancher à corps creux est de déterminer l’épaisseur de la chape de béton ainsi que la quantité d’acier de ses nervures.50 KN/m2 1 KN/m2 2.III. on considère les charges d’exploitations dans les calculs comme suit : Local commercial : 4 KN/m2 Local d’habitation : Terrasse non accessible : Terrasse accessible : Escaliers : Parking : Bureau : 1.E.2008 B.II. [8] HAMMI & JAIEM . [8] * Planchers: dalle pleine Tableau III. – HOTEL JAWHARA –CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET EVALUATION DE CHARGE ENIT.50 KN/m² B.P. Pour ce on considère une bande de largeur unité à fin de simplifier les calculs. * Planchers corps creux: nervures Tableau III.2 : Dimensionnement d’un plancher en dalle pleine.50 KN/m2 4 KN/m2 2. 2007.1 : Dimensionnement d’un plancher nervuré.F.

P. 2007. – HOTEL JAWHARA –DALLE PLEINE ENIT.31 - .2008 Chapitre IV Modélisation et dimensionneme de la superstructure HAMMI & JAIEM .F.E.

on pré dimensionne la section de la poutre. en se basant sur les fichiers « autocad. • Pour le dimensionnement des poteaux. Il faut s’assurer aussi que la condition de limitation de la flèche est vérifiée.E. . on a utilisé RDM6. une voûte. puis on calcule son ferraillage en travée et sur appuis. on exporte les poteaux de arche ossature. une bâche à eau. « Effel ». • Pour le dimensionnement des poutres. le module « Arche Ossature ». 2007. • pour la détermination des sollicitations dans les voiles et les escaliers. on a utilise « Arche Poutre BAEL » . des portiques en béton armé et en charpente métallique. On adopte généralement le même dimensionnement pour les poteaux supportant des charges proches. puis on calcul son ferraillage. HAMMI & JAIEM . • pour la détermination des sollicitations dans la voûte. de même on exporte les poutres de arche ossature vers arche poutre. – HOTEL JAWHARA –DALLE PLEINE ENIT. une foi la descente de charge est faite.dxf » comportant les axes des poutres et on a utilisé le module Dimensionnement de la superstructure Des calculs manuels et des vérifications ont été conduits pour dimensionner les éléments de la structure a savoir une dalle pleine.2008 Chapitre IV MODELISATION ET DIMENSIONNEMENT DE LA SUPERSTRUCTURE Modélisation Au cours de cette étape. des escaliers. une poutre courbe.32 - . on a eu recours à l’emploi de plusieurs logiciels vu la diversité des éléments de structure : • Pour l’évaluation de la descente de charge. une piscine et des acrotères.P. on a utilisé « Arche Poteau BAEL » . Le calcul se fait poutre par poutre de la façon suivante . vers arche poteau. etc.F. on a utilisé des poteaux. on pré dimensionne la section du poteau. une rampe d’accès.

P. 40 h0 Lx≤ly ly Figure IV.Predimensionnement l longeur du petit coté de la dalle On pose : α = x = l y longeur du grand coté de la dalle L’épaisseur h0 de la dalle est déterminée forfaitairement en fonction des conditions suivantes : 1. 2007.40 : La dalle porte dans un seul sens. Si α ≥ 0. – HOTEL JAWHARA –DALLE PLEINE ENIT. Si α 〈 0. 20 lx h0〉 : pour les panneaux de dalles continues.2008 IV. 30 l h 0 〉 x : Pour les panneaux de dalles continues. En prenant l’indice x ou y suivant le sens de flexion à envisagée. Elles permettent d’avoir une répartition bidirectionnelle des charges appliquer vers les poutres de rives (éléments porteurs du plancher). Les dalles sont dimensionnées en considérant une section de béton de largeur un mètre et de hauteur égal à l’épaisseur de la dalle. 25 2. A)) Métthode de callcull A Mé hode de ca cu I.E.1. les aciers en travée ainsi que sur appui sont déterminés avec les moments respectifs.33 - . on doit vérifier que h0 = kL3 (25h0 + Q HAMMI & JAIEM .1 : Dimensionnement d’une dalle pleine Les dalles sont calculées comme des plaques minces chargées perpendiculairement à leur plan moyen tout en adoptant les hypothèses classiques de l’élasticité linéaire.40 : La dalle porte dans les deux sens.1 : Dimensions de la dalle On peut déterminer l’épaisseur de la dalle par des conditions de flèche admissible. l h 0 〉 x : Pour les panneaux isolés. l h 0 〉 x : pour les panneaux isolés.F.

40 P l Vux = u x 2 Vuy = 0 et τ = 0.2. – HOTEL JAWHARA –DALLE PLEINE ENIT.34 - .3.75M 0y . 0.50Q.75M 0x .1 Moments dans les dalles articulées sur leurs contours ( M0x ) z 1er cas : α ≥ 0.95(1 − α 2 )] ≥ M 0x = µ x Pl x M 0y = µ y M 0x 1 4 2 Pl M 0x = x 8 2 II.1. Longueur des barres Φ ×f ll = max(l s .1. Vérifications f V τ u = u 〈 0.40 M 0y = 0 µ y = α 2 [1 − 0. sollicitations ultimes 1er cas : α ≥ 0.2. Effort tranchant II.1.3.2.40 1 µx = 8(1 + 2.F.40 Pu l x Vux = . 3 II.35G+1.P. Moments Le calcul se fait à l’ELU avec Pu = 1.4α 3 ) 2éme cas : α 〈 0.Sollicitations II.6 × ΨS 2 × f t 28 .07 c28 d δ b II. II. 2007.50M 0x Pour une bande de 1m de largeur parallèle à ly : M ty = 0.1. Moments dans les dalles partiellement encastrées Pour une bande de 1m de largeur parallèle à lx : M tx = 0. α 2(1 + ) 2 P l Vuy = u x .1.2.E. M ay = 0. Valeurs minimales à respecter M * En travée : M ty ≥ tx 4 * Sur appuis : May = Max II.2008 II.2.2l x ) avec l s = max _ e 4τ HAMMI & JAIEM 2éme cas : α 〈 0.2. M ax = 0.50M 0y II.

6µ ) .F. Section d’acier calculée En travée : Sens lx : µ bu = A tx = avec M tx b0f bu Sens ly : d2 µ bu = A ty = M ty b0f bu d2 M ty M tx Z f su b Z = d(1 − 0.6µ ) b bu Sur appui : µ bu = M tx .E. Z = d(1 − 0. IV.. { } Sur appui : s t ≤ 33cm .6µ ) b bu Z fsu b avec Z = d(1 − 0.P.Vérification de la flèche La vérification de la flèche vis-à-vis de l’ELS de la déformation n’est pas indispensable lorsque : ⎧ 3 ⎪ h0 ⎪ > max ⎨ 80 lx ⎪ 1 × Mt ⎪ 20 M ox ⎩ et Ast 2 MPa ≤ bà × d fe [[3.33cm ⎫ . Espacement des aciers En travée : Sens lx : s t ≤ min ⎧3h 0 . – HOTEL JAWHARA –DALLE PLEINE ENIT.1.45cm . 2007. (6h 0 : FeE500) ymin { } III.3. A ax = b bu Z f su b0f d 2 b bu M tax III. Section minimale d’acier (3 − α ) A xmin = A ymin 2 A = Min 12h 0 .Ferraillages III. (8h 0 : FeE400).9]] 39 HAMMI & JAIEM . ⎨ ⎬ ⎩ ⎭ Sens ly : s t ≤ min 4h 0 .2.2008 III.35 - .

40 : Le panneau porte dans les deux sens.m Moy = 42.1.Sollicitations III.Evaluation des charges G = 2. III.075 KN.93 〉 0.3 + 1. Q = 2.84 Figure IV. µx=0.35*11.4 ly 9.018 pour une dalle sur quatre appuis et portant dans les deux directions Pour h0 = 35 cm.75 1m h0 9.Dimensionnement de la dalle α= lx 9. – HOTEL JAWHARA –DALLE PLEINE ENIT. I.F.75 KN/m2.36 - .15 9.1 KN.93 > 0.55 + 25.1 Moment fléchissant pour le panneau articulé sur son contour : α = 0.1 : Dimensions de la dalle Pour une bande de 1m de largeur : Mox = 56.84 ⇒ h0 > ⇒ la dalle porte dans les deux sens.1 Moments III. on trouve h0 = 0. l x 9.50*1= 16.1.15 = = 0.31cm 30 30 Panneau isolé h0 = kL3 (25h0 + Q Avec k = 0.E.04 µy=0.P.30 KN/m² & Charge de calcul à l’état limite ultime Q = 1 KN/m² Pu= 1.5 KN/m².355 m Donc h0 = 35 cm II.m HAMMI & JAIEM .15 = = 0.2008 B)) Exemplle de callcull B Exemp e de ca cu Dans cet exemple on va présenter le calcul d’un panneau de dalle couvrant le plancher terrasse au niveau du bloc G. h0 = 11. 2007.

2.86 cm2/m Axmin = 4.86 cm2/m Aax = 10.556 KN.m Max = 28. Section minimale d’acier IV.3.2.05 KN.1.592 ll = max(38.3. Donc la section de béton est bien vérifiée.67 cm2/m. Moments dans les dalles partiellement encastrées Pour une bande de 1m de largeur parallèle à lx : Mtx = 42.83cm IV.02 MPa .6 cm 4 × 2.15) = 1.6 .05 KN.5 cm n 6 Atx = 6 HA 16 /ml Aty = 4 HA 16 /ml Aax = Aay = 6 HA 16 /ml .2 × 9. τ uy = 0.16 cm2/m. Effort tranchant τ ux = 0.2008 III. Section calculée d’acier Sens lx : Atx = 11. Valeurs minimales à respecter M * En travée : 31.m III.162 MPa 〈 τ lim = 1.m III.76 cm2/m.2. Ferraillages IV.075 /4 M ty ≥ tx 4 * Sur appuis : May = Max = 28. Donc la section de béton est bien vérifiée.m Pour une bande de 1m de largeur parallèle à ly : Mty = 31.037 KN. Aay = 10.37 - HAMMI & JAIEM . – HOTEL JAWHARA –DALLE PLEINE ENIT.08 KN Φ max × f e 4τ _ et τ = 0.25 cm2/m Sens ly : Aty = 8.m Max = 21.3 KN & Vuy = 51.2l x ) Avec l s = Vux = 52. 0.075 KN. Aymin = 4.02 MPa . 2007.F.6 × ΨS 2 × f t 28 400 ls = = 38.E.166 MPa 〈 τ lim = 1.556≥ 42.1. IV.P. 0.1. Choix des aciers a) Choix des armatures h 350 Φ≤ 0 = = 35 mm 10 10 b) Espacement St< 33 cm soit : S t = 100 100 = ≈ 16. les armatures transversales ne sont pas nécessaires Vu que τ < τ lim Longueur des barres ll = max(l s .

Vérification de la flèche ⎧ 3 ⎪ h0 ⎪ et > max ⎨ 80 1 Mt lx ⎪ × ⎪ 20 M ox ⎩ h0 3 = 0. Schéma de ferraillage Figure IV.F.037 Or 80 lx Ast 2 MPa ≤ bà × d fe La vérification de la flèche n’est pas nécessaire VI.1. – HOTEL JAWHARA –DALLE PLEINE ENIT.038 > = 0.2 : Schéma de ferraillage de la dalle.P.2008 V.E. 2007.38 - . HAMMI & JAIEM .

Sollicitations Figure IV.2.E.2 : Modèle de calcul de la poutre courbe.187 kN /m 2.P.1 : Géométrie de la poutre courbe.2.25 * 0. R = 6.α = 42. La poutre.38 - . Géométrie Figure IV. g= b*h*γb = 0.5° (dans le calcul α est prise en radian) I. Nous allons prendre comme exemple de calcul la poutre R (35x25) situées dans le plancher terrasse dans le bloc G du 5ème étage. est soumise uniquement à son poids propre g.1.2.2008 IV. Dimensionnement d’une poutre courbe Le calcul d’une poutre courbe ne diffère du calcul d’une poutre droite que par l’addition des efforts de la torsion.R : rayon de la ligne moyenne de la poutre courbe.F.2. 2007. Présentation I.35xg = 2. curviligne circulaire encastrée sur les appuis.96 kN /m I.19 kN /m gu : la Charge à l’état ultime limite avec gu = 1. – HOTEL JAWHARA –POUTRE COURBE ENIT. HAMMI & JAIEM . Les données de la géométrie de la poutre courbe sont : .45m .35* 25 = 2.

35m.v = Vu 14. épaisseur réelle) 6 a : le plus petit diamètre du cercle inscriptible dans le contour extérieur.1.18MPa = b × d 0. le moment de torsion est Mt (β=0) = 0 kNm Effort tranchant (Vu ) l 2 Rα Vu = g u = g u = 14. le moment de flexion est Mf (β = α = 42. 0.45 2 ( 0. – HOTEL JAWHARA –POUTRE COURBE ENIT.5) = -25. b0 = min ( a .055m2.74) M f −D = g u ∗ R 2 ( − 1) − 1) = 2.v = 0.06m 6 o Ω : aire du contour tracé à mi-épaisseur des parois.25 × 0. le moment de torsion est Mt (β=α=42.78 kNm A mis travée (β=0).179 ≈ 0. Dimensionnement et ferraillage II.F. 2007.74 ∗ cos(0.2008 Soient : • Moment de flexion au milieu de la travée (M f − D) 2 sin(α ) − α cos(α ) 2 ∗ sin(0.5) = -2.72kNm Moment de flexion au point défini par l’angle β (M f ) M f ( β ) = M f − D ∗ cos( β ) − g u ∗ R 2 (1 − cos( β )) • Au niveau des appuis (β=α).56 kNm A mis travée (β=0).13kN 2 2 • II.13 × 10 −3 ⇒ τ u .96 ∗ 6.P.35 b0 = min ( . 0.35)= 0.39 - . le moment de flexion est Mf (β=0) = Mf-D = 8.74) − 0.74 α ⇒ M f − D = 8..72 kNm • Moment de torsion au point défini par l’angleβ ( Mt ) M t ( β ) = M f − D ∗ sin( β ) − g u ∗ R 2 ( β − sin( β )) Au niveau des appuis (β=α).315 contrainte tangente due au couple de torsion : τ uγ = Mt 2 × b0 × Ω Avec : o b0 : épaisseur de la paroi de la section creuse équivalente. Ω = (b-b0)*(h-b0) Ω =0. HAMMI & JAIEM . Justifications vis-à-vis de la torsion et du cisaillement Vérification du béton contrainte tangente due à l’effort tranchant : τ u .E. ⇒ a = h = 0.

espacement minimal : st ≤ min(0.5 .Armature d’âme : At f et Mt A A 2.4 MPa ⇒ t = cm 2 / cm.15 A 1 ⇒ × et = ⇒⇒ t = ⇒ t = 0. – HOTEL JAWHARA –POUTRE COURBE ENIT.t = Mt 2.93MPa Armatures transversales pour l’effort tranchant τ u .40 - . b0 × st s t 90 HAMMI & JAIEM .5 A 1 1 Nous devons prévoir la section minimale car t ≥ cm 2 / cm. 2007.5 préjudiciable. st γ s 2 × Ω st 215 × 2 × 0.35cm → st = 28cm Armatures transversales pour la torsion .v = 0.9 × (sin α + cos α ) k = 0 : cas défavorable : pas de reprise de bétonnage.2008 Figure IV.055 st 74 .t + τ 2 u .5MPa) = min(0. f cj 22 Avec τ lim = min(0. τ u.Pourcentage minimal : At A 1 × f et ≥ 0.P.93MPa : pour une fissuration peu .9 × d .3 × k × f tj At f Armature d’âme : × et = b × st γ s 0.v − 0.espacement minimal : At A 1 × f et ≥ 0.4 MPa ⇒ t ≥ cm 2 / cm.457 MPa p τ lim .5) = 2. α= 90°.2 × γb 1.E. b × st st 21.t + τ 2 u .06 × 0.F.v ≤ τ 2 lim : pour une section pleine. τ u = τ 2 u . t = 0. 3 : Modèle de calcul des caractéristiques de la poutre.9 st 0. = 2.18 × 25 × 1.027cm 2 / cm = cm 2 / cm b × st γ s 0.78 × 10 −3 ⇒ τ u .2 × .421MPa = 2 × b0 × Ω 2 × 0.2.40cm) = 28.15 1 × = ⇒ t = ⇒ t = cm 2 / cm. ≥ cm 2 / cm st 37 21.055 Justification du béton Nous devons vérifier que τ 2 u . y At f A 0.78 × 10 −3 × 1. D’où τ u .9 × 215 st 37 .

P.2008 Résultats ⎡A ⎤ At ⎡ At ⎤ A 1 1 1 =⎢ ⎥ +⎢ t⎥ = + ⇒ t = m 2 / cm st ⎣ st ⎦ V ⎣ st ⎦ T 21.315 2 × 12. b × d 2 × f bu 0.45cm 2 f Amin Z b × f ed 0.71cm 2 ⇒ 3HA6 II. A = Amin = 1cm 2 ⇒ 2 HA8 Au = o Sur appuis : µ bu = µ bu 25.72 × 10 −3 = = = 0.81cm 2 Z b × f su 0.31 × 348 f Amin = 0.46 p 0.275 ⇒ Méthode simplifiée Z b = d × (1 − 0.25 × 0.66 Pour st 0 = 28cm on a At = 1.6 × µ bu ) = 0.275 ⇒ Méthode simplifiée Z b = d × (1 − 0.315 2 × 12.98 = × 10 4 ⇒ ∑ Al = 0.72 × 10 −3 = × 10 4 ⇒ Au = 0.4MPa ⇒ A ≥ 0.3 × 348 [3] Mf ⇒ Au = A = 2.5 74 st 16. Il faut donc prévoir la section minimale.23 × t 28 × b × d ⇒ Amin = 0.46 p 0.68cm 2 .56 × 10 −3 = 0.3m et σ s = f su = Mu 25.45cm 2 ⇒ 5 HA8 HAMMI & JAIEM .41 - .56 × 10 −3 = × 10 4 ⇒ Au = 2.6 × µ bu ) = 0.96m l ∑A l × f ed = D’où ∑A u × f su = Mt ×u 2.055 × 348 . 2007.25 × 0.F. u = (b + h − 2 × b0 ) = 0. 2 × Ω × f ed 2 × 0.E.083 p µ lu ⇒ A' = 0 b × d 2 × f bu 0.31m et σ s = f su Mf Mu 8.pourcentage minimal : ∑ Al × f ≥ 0. ∑ l su b0 × u A = 0. – HOTEL JAWHARA –POUTRE COURBE ENIT.71cm 2 .66cm 2 .028 p µ lu ⇒ A' = 0.2 Justification vis-à-vis de la flexion Armatures longitudinales pour la flexion simple o En travée : µ bu µ bu 8.99cm 2 ≈ 1cm 2 f A f2 Donc il faut donc prévoir la section minimale.78 × 10 −3 × 0. ⇒ 6 HA6 Armatures longitudinales pour la torsion On a : Mt 2×Ω u Avec u : périmètre de Ω .

2007. HAMMI & JAIEM .4 : Schéma de ferraillage de la poutre courbe.42 - .2008 III.P. Schéma de ferraillage N 1 2 3 4 5 6 FERRAILLAGES 2HA8 5HA8 3HA6 2HA8 RL6 RL6 Figure IV. – HOTEL JAWHARA –POUTRE COURBE ENIT.E.F.2.

La théorie des membranes faisant abstraction des moments de flexion est beaucoup plus simple. La méthode de calcul consiste à déterminer les efforts intérieurs agissants dans un arc articulé aux naissances A et B. La théorie des arcs.P.2008 Chapitre IV. Les équations d’équilibre de la statique élémentaire nous montrent que d’une part.43 - . Théorie de l’arc Le modèle de calcul par la théorie de l’arc se base sur la considération d’un arc AB reposant sur ses culées par l’intermédiaire des articulations A et B et soumis à des charges uniquement verticales et parallèles à (oy).08m b=1m Section de l’arc Figure IV.F. 3. la méthode de calcul des éléments finis par logiciels tel qu’Effel.E. II.1. On adoptera pour notre cas de calcul. les composantes horizontales des réactions aux articulations A et B sont égales en valeurs absolues. L’axe (oy) est dirigé suivant la verticale ascendante L’axe (ox) est dirigé suivant la ligne des naissances (figure1) Y M f θ A RA θ θ0 a R B RB X e= 0. 2. D’autre part.Introduction Le calcul des voûtes cylindriques varie d’une méthode à une autre. mais de sens opposés. – HOTEL JAWHARA –VOÛTE ENIT.3. les composantes verticales (RA) et (RB) des réactions aux appuis A et B sont égales aux réactions RA et RB d’une poutre sur appuis simples de même portée (l) que l’arc et soumise aux mêmes charges.3 : Dimensionnement d’une voûte ha I. 2007. HAMMI & JAIEM . en raison de leur conformité avec nos hypothèses. Chaque méthode présente ses propres hypothèses simplificatrices. les méthodes suivantes : 1.Présentation des méthodes de calcul II.1 : Modèle de calcul selon la théorie de l’arc.

* I. 2007. effort normal. y 2 dx R3 ⎡ ⎤ 2 D=∫ = ⎢ θ 0 (1 + 2cos θ 0 ) − 3sinθ 0 cosθ 0 ⎥ EI ⎣ EIcosθ ⎦ 2Rθ dx 0 d=∫ = EScosθ EI I On pose : r 2 = . effort tranchant) dans une section quelconque de l’arc. C C Q= =δ D+d D * θ est l’Angle de (ox) avec la tangente à la fibre moyenne. dans le cas d’une charge qu répartie sur toute la portée de l’arc. Q est par définition la poussée de l’arc. C’est la seule inconnue hyperstatique qu’il faut déterminer en tenant compte de la déformation de l’arc. de coordonnées (x.P. on trouve : q R4 ⎡ 7 3 ⎤ 2 C= u ⎢− sinθ 0 + 3 sin θ 0 + θ 0 cosθ 0 (1 − 2sin θ 0 )⎥ 2EI ⎣ ⎦ On obtient : M = µ (x) − Q y dµ sinθ + Qcosθ dx dµ dM cosθ − Qsinθ = T= dx dx N= HAMMI & JAIEM . y) sont exprimées en fonction de Q et des forces appliquées par : M= µ −Q y dµ sinθ + Qcosθ dx dµ cosθ − Qsinθ T= dx N= Avec : * µ : moment fléchissant dans la poutre sur appuis simples de même portée que l’arc soumise aux même charges. L’expression de « BRESSE » devient : S ⎞ ⎛ 2θθ ⎟ ⎜ r2 1 0 δ= = ⎜1 + d ⎜ R 2 θ ( 1 + 2 cos 2 θ ) − 3 sin θ cos θ ⎟ ⎟ 1+ 0 0 0⎠ 0 D ⎝ R3 ⎡ ⎤ 2 2 C= ⎢ sin θ 0 − sin θ + 2 cos θ 0( sin θ + cos θ − θ 0 sin θ 0 − cos θ 0 ) ⎥ 2 EI ⎣ ⎦ −1 C est également calculé par double intégration par rapport à α . S : respectivement l’inertie et la section réelle de l’arc.44 - . * Q est déterminée en utilisant les équations de ‘’ BRESSE ‘’.2008 Désignions par Q la composante horizontale de la réaction à l’articulation A . Les sollicitations (moment de flexion.F.E. – HOTEL JAWHARA –VOÛTE ENIT.

d’une part cette traction.q z Nx : effort longitudinal Nφ : effort méridien avec Nxφ : effort de cisaillement Pour une toiture demi-circulaire posée à ses deux extrémités et soumise à la charge qu.2 : Modèle de calcul selon la théorie membranaire. x.2.F. sin ϕ On voit que Nx et Nϕ s’annulent le long des bords libres (ϕ=π/2).R. les équations (1) donnent : Nx = (2) − qu (l 2 − 4 x 2 ) cos ϕ 4R N ϕ = −qu . de même portée et 2 soumise aux mêmes chargements.2008 q (a 2 − x 2 ) Avec : µ (x) = u : Moment d’une poutre simplement appuyée. telles que l ≤ 2 r.3. [10] HAMMI & JAIEM . le calcul ne peut négliger les flexions. au-delà. Théorie membranaire Figure IV. La poutre de rive doit donc équilibrer. les équations de projections sur les trois axes donnent : (1) ∂ N x 1 ∂ N xϕ + = −q x ∂x r ∂ϕ ∂ N xϕ 1 ∂ N γ + = −q y ∂x r ∂ϕ N ϕ = −r.45 - . tout le long de la portée. – HOTEL JAWHARA –VOÛTE ENIT.P. On admet généralement qu’une telle méthode de calcul n’est valable que pour des coques courtes. Appelons qx et qy les deux composantes tangentielles de la force extérieure agissant sur la surface et qz la composante normale.E. cos ϕ N xϕ = − 2 q u . 2007. II. et d’autres parts le moment de flexion introduit par son poids propre. En revanche. Nxϕ ne s’annule pas en ces endroits.

E. Sollicitations En exploitant les formules précédentes.67 2 0.m) N (KN/m) T (KN/ml) 9.et C/D = 10. 2007. M (KN.25 -10.20 0.3. on présente les valeurs de M. Pour le même arc.62 -25.9 25.73 2. – HOTEL JAWHARA –VOÛTE ENIT.2.33 -20. Pour différentes valeurs de θ (en degrés).F.33 G= 3.57 0 10.3.2 : Tableau récapitulatif des sollicitations calculées.35 m l = 8.m) 8.1 : Tableau des charges.7 m θ0 = 90°.32 N (KN/m) 0 -16.25 Théorie de l’arc Tableau IV. Chargement Eléments Etanchéité Brique(e = 6.5cm) Chape (8 cm) Enduit (1.7m f = 4.73KN D (δ=1.2 Q =1 Tableau IV.46 - .P.3. HAMMI & JAIEM .38 0. on peut déterminer : Q= C = D+d C = 10.3 : Sollicitations maximales obtenues par la théorie de l’arc.Dimensionnement III.35 m R = 4.73 T (KN/m) Tableau IV.1. III.5 cm) Charges permanentes totales charge d’exploitation (Terrasse inaccessible) Charges (KN/m²) 0. N et T dans le tableau suivant : 0 30 60 90 M (KN.3.96 -13.2008 III.87 -9. Géométrie • • • • • La portée est : La flèche est : Le rayon est : La longueur est : L’Angle est : 2a = 8.32 20. III.73). on présente dans le tableau ci-dessous les sollicitations maximales obtenues en utilisant la théorie de l’arc.

Ferraillage On détermine le ferraillage de la voûte en prenant une section de largeur 1m et de hauteur (e=8 cm) égale à l’épaisseur de la chape.2 % B c.6 fc28 = 13.6 cm2 donc : Ac = 5 HA8/m : aciers des cerces Ar = 3 HA8/m : aciers de répartition HAMMI & JAIEM . D’où Nbc = 1056 kN.3.2008 III. l=2a n : inverse de surbaissement (inverse du rapport de la flèche à la portée) N : varie de 1 à 4 suivant l’importance de la surcharge N Catégorie de voûte (importance de surcharge) 1 Voûte légère servant de plafond et supportant son poids propre Voûte moyenne (plancher d’appartement jusqu’à 400kg de 2 surcharge par m2) Voûte forte (magasins.Nn). [1] III.d. qui sera l’épaisseur de calcul de l’arc.4. ateliers) 3 4 Voûte très forte (ateliers avec machines lourdes) Tableau IV.1.56cm 10 10 On adoptera ainsi pour l’épaisseur de la chape e=8cm.12 × (1 + ) = 10.à.F. Dans notre cas. l : est la portée de voûte . Ferraillage par la théorie membranaire Nbc=σbc B avec B = 0. L’épaisseur maximale ‘e‘ de la chape est adaptée par la formule : l e = (0.Nn) × (1 + ) 10 Dans la formule ci-dessus.47 - . Soit Amin =0. elle ne supporte que son poids propre.P. – HOTEL JAWHARA –VOÛTE ENIT. 2007. Nϕ << Nbc).4.Nn) × (1 + ) = 0.2 MPa.4 : Valeurs de N. Étant donné que les efforts normaux engendrés sont très faibles (Nx<< Nbc. une quantité minimale d’acier comprimé est largement suffisante.E. la voûte est légère . Donc N=1 1 f 1 = = ainsi n=2 n l 2 L’épaisseur de calcul de l’arc est : l 870 e = (0. Amin = 1.08 m2 et σbc = 0. N et n représentent les chiffres des dixièmes et des centièmes dans le coefficient (0.

065m On calcule les armatures de la section étudiée soumise à une flexion simple de moment Mu fictif .73 ⋅ 10 − 4 m 2 Z b ⋅ f su 0. 0.71 ⋅ 10 −3 = = 4. Ferraillage par la théorie des éléments finis (idem pour la théorie de l’arc) Mu = 9.466 α = 1.4 < 0 f su Donc on a besoin d’une section minimale b.8 cm2 donc nous prenons A = 5 HA8/m Armatures de répartition A Ar = = 0.71 ⋅ 10 µ= = = 0.013 M e = u =0. – HOTEL JAWHARA –VOÛTE ENIT.2. Mu 10. 2007.23 × }= max (0.166 µ p µ lu 2 b ⋅ d ⋅ f bu 1 × 0.79) 1000 fe A fictive = ( ) Ainsi.23 d’où e > eNC d’où la section est partiellement comprimée.73)10.23 Z b = d (1 − 0.E. on obtient : .) = 10.17 b.71kN m 2 −3 Mu 10. f t 28 b.4. 0.h La section minimale vaut : Amin = max { . les armatures principales déterminées pour la voûte sont : A = Amin = 0.P.72 – 4. ψ1≤ 0.065 ⋅ 348 N .Le cas échéant une section d’aciers comprimée A’.A fictive = (0.Une section d’aciers tendus A fictive.32 kN : effort normal de compression b=1m h = 0.La section réelle d’aciers tendus vaut : A = u .02 . .h = 0.4α ) = 0.072 2 × 12.d .9 kN.8 .08 m Nu ψ1 = = 0.m Nu = 25.48 - .F.2008 III.81 donc ξ= f(ψ1) = 0.h. f bc eNC = ξ. Nu Armatures principales h On calcule un moment de flexion fictif : Mu fictif = Mu + Nu (d.25 ⋅ 1 − 1 − 2µ = 0.2 cm2 donc nous prenons Ar = 3 HA8/m 4 HAMMI & JAIEM .

En fait.5. Par exemple. Mais on peut se demander si. on résout bien le problème et on arrive à des résultats comparables par les différentes méthodes.2008 III.P. – HOTEL JAWHARA –VOÛTE ENIT. il n’est donc pas utile de compliquer celle-ci par des flexions puisque les nécessités pratiques d’un calcul possible font que l’on arrive à des résultats voisins. HAMMI & JAIEM . Conclusion La résolution pratique se simplifie bien entendu avec l’application des hypothèses propres à chaque méthode de calcul.F. Plan de ferraillage de la voûte Figure IV.3 : Ferraillage de la voûte IV.3.E.49 - . 2007. à force de simplifier. poser à priori Mx= 0 (moment longitudinal nul) revient à admettre que les résultats ne seront valables que loin des appuis. on sait que c’est le caractère propre à la théorie des membranes .

4 2446 8934 2604 Poteau Tête du poteau Pied du poteau 5365.m) ELU Effort normal (KN) Effort tranchant (KN) ELS Moment fléchissant (KN.m) Effort normal ( KN) Traverse En travée 11353 2446 -8289 1783.2. Présentation On présente ci-dessous le chargement et les dimensions associées au portique à calculer.4 : Dimensionnement d’un portique en béton armé Présentant la possibilité de franchir des portées importantes et supportant des importantes charges.4. Géométrie Figure IV.E. on fait recours aux éléments portiques comme éléments de l’ossature. Positions Sollicitations Moment fléchissant (KN.50 - .4 12251 3572. I. ainsi pour cette raison. au lieu du système poutres-poteaux pour pouvoir dégager un espace considérable sans y avoir des poteaux . NB : la longueur l = 20. 2007. I.4 2446 3910 2604 Tableau IV. on a opté pour concevoir des portiques au niveau de la salle polyvalente pour assurer une bonne fonctionnalité de la pièce.1 : Dimensions et chargement du portique. entre autres pour des raisons architecturales.4 8934 1783. on obtient les sollicitations dans les différentes sections données au tableau suivant.P. HAMMI & JAIEM . – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN BETON ARME ENIT.45 m est prise entre axes des poteaux.4 Sur appui 12251 2446 3572.2 3572. I.F.2008 IV. Un portique est une structure située dans le même plan vertical constituant un ensemble composé par une poutre (traverse) et par les poteaux (montants) sur lesquels elle prend appui. Sollicitations Pour les deux états limites.4.1 : Tableau récapitulatif des sollicitations.1.

2 : Diagramme des efforts normaux. Les excentricités : ea = max(2cm.4 : Diagramme des moments fléchissants. Nu = 2446 KN.51 - ∑γ M ∑γ N j i jG i 0 HAMMI & JAIEM . – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN BETON ARME ENIT.1.723m 244.ossatures ».3 + 0.18cm. Figure IV. 250 + ea = 1135. 2007.8. Traverse .F. tranchants.m.armatures II.4.3: Diagramme des efforts Tranchants. IV.4. Sollicitations : Mu = 11353 KN.0818 = 4.2008 On représente ci-dessous les tracés des différents diagrammes associés au portique et dégagés par le logiciel « RDM.P. II.E. Figure IV. Dimensionnement II.1.4.1 En travée a.6 . e1 = l ) = max(2cm.18cm) = 8.

Vu = 3572.466 = 8. M 11353 = 1.4α ) = 1.8 − 0. M u 1225.375 . Sur appuis a.625 Z b = d (1 − 0.P.1 e= = = 5m ≥ h = 2m. II.8 2 × 12. on fera le calcul en flexion simple. Section minimale : Amin = 0. Sollicitations : Mu = 12251 KN.274 µ lu = 10 4 Mu 11353 ∗ 10 −3 µ= = = 0. fe d. µ > µ lu Asc ≠ 0 b ⋅ d 2 ⋅ f bu 0. Armatures de peau : Les armatures de peau ont pour rôle de limiter la fissuration de béton superficielle et participer à la résistance à la torsion et aux moments transversaux parasites .35 ⋅ 348 ( ) c.72 ¬ On choisit 8HA32 α = 1.75 × 1.274 × 0.3MNm A' = M u − M lu 1135.E.35m Ast = Mu 1135. 2007. Nu = 2446 KN.25 ⋅ 1 − 1 − 2µ = 0.2008 b.52 - .8 m).2.72MPa avec . Nu 244.76 ⋅ 10 − 4 m 2 (d − d ' )σ sce (1. Armatures : L’excentricité e1 étant très grande (e1 >> h = 0.6 HAMMI & JAIEM .F.m. γ = u = 8289 M ser 3440γ + 49 f c 28 − 3050 fe = 400 MPa = 0.m.4 KN.3 ⋅ 10 −2 = = 241. d 180 K K =1 M lu = µ lu ⋅ b ⋅ d 2 ⋅ f bu = 0.05) × 253. Mser = 8934 KN.23 f t 28 ⋅ b ⋅ d = 14.37 .1.75 × 1. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN BETON ARME ENIT.3 = = 68.65 ⋅ 10 − 4 m 2 ¬ On choisit 32HA32 Z b ⋅ f su 1. ainsi dans notre cas d’étude de fissuration peu préjudiciable et pour une traverse de 80 cm de hauteur (h/80cm) h il convient de mettre en place deux barres tous les 30 à 50 cm de diamètre φ = 10 Ce qui revient à mettre en place 1 barre HA20 tous les 40 cm.78 ⋅ 10 − 2 σ sce = 9γ ⋅ f c 28 − 0.8 2 × 12.3 ⋅ 10 −2 − 8.9δ '⋅(13 f c 28 + 415) ⋅ = 253.466 d' 5 1 δ '= = = 2.9 ⋅ 10 − 4 m 2 ≤ A .

St . 235 St f et HAMMI & JAIEM At ≥ 7.75 × 1.75 = = = 12.4b0 0.53 - .33 ⋅ 348 ( ) Armatures transversales : a.3K ⋅ f t 28 ) Nu (flexion composée avec compression).1 ⋅ 10 −2 = 0.75 × 2 × 22 Pourcentage minimal : At 0.9δ '⋅(13 f c 28 + 415) ⋅ = 253. γ = Mu 12251 = = 1.3 = = 89 ⋅ 10 − 4 m 2 ¬ On choisit 12HA32 (d − d ' )σ sce (1.65MPa b⋅d 0.37 8934 M ser µ lu = 0.F.22 0.274 Mu 1225.93 MPa γb τ u ≤ τ u On disposera alors des armatures droites.8 ⋅ 10−4 m ¬ On choisit 34HA32 Z b ⋅ f su 1.2008 b. Vu 357.4α ) = 1.8 2 × 12. µ f µ lu Asc ≠ 0 = b ⋅ d 2 ⋅ f bu 0. ≥ .P.8 ⋅ 10 − 4 m2/m.72MPa K 2 M lu = µ lu ⋅ b ⋅ d ⋅ f bu = 0. Armatures d’âme : At γ s ⋅ b0 (τ u − 0.94 ⋅ 10 −3 m2/m.8 − 0.05) × 253.3MNm µ= A' = M u − M lu 12251 ⋅ 10 −3 − 8.274 × 0. Avec K = 1 + 3 B ⋅ f c 28 St 0. on fera le calcul en flexion simple.8 Vérification : f cj Fissuration peu préjudiciable ⇒ τ u = min(0.E.4 .24 ⋅ 10 −2 K =1+ 3 = 1.24 ⋅ 10 −2 τu = = = 2.4 × 0.75 × 1.72 α = 1.8 2 × 12. b.466 = 8.466 1 σ sce = 9γ ⋅ f c 28 − 0. Armatures : L’excentricité étant très grande (e>> h = 2 m).9 f et (cosα + sin α ) 357.75 × 1.3m Ast = 2 Mu 12251⋅ 10−3 = = 270. 5 MPa) = 2. 2007.7 Z b = d (1 − 0. Vérification du béton : Contrainte tangente conventionnelle : ⎧ xi < h / 2 Pour les charges concentrées les relations suivantes sont satisfaites : ⎨ ⎩h / 2 < xi < 3h / 2 Par suite on n’a pas besoin de réduire l’effort tranchant au voisinage de l’appui. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN BETON ARME ENIT.2 .25 ⋅ 1 − 1 − 2µ = 0.

4 sollicitations corrigées pour le calcul en flexion composée : e2 = HAMMI & JAIEM .86 ser 893. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN BETON ARME ENIT.E. At = 4φ8 = 4. St 7. 40cm .86 × 2) = 0. 2 2 ( 2 + 0. e1 = j jG 0 ∑γ M ∑γ N l ) = max(2cm.15φ lmin si Asc ≠ 0) S t = inf (162cm . 40cm .P. avec ϕ : coefficient de fluage égal à 2 et α = ser MG 766.4 M 3 × 7. Vu = 2446 KN.0288 = 3.4 KN. Nu = 3572.9d .94 ⋅ 10 −3 m2/m = 0. Excentricité de second ordre : e2 = 3l 2 f 10 4 h (2 + α ϕ ) .0506 m.2008 Diamètre des armatures d’âme : ⎧φl ⎧32mm ⎪ ⎪ φt ≤ min ⎨h / 35 = min ⎨57.46m 357.02 cm2. Les excentricités : ea = max(2cm.88cm) = 2. 1225. Poteau – armatures a.94 ⋅ 10 −3 L’espacement maximal : S t = inf (0.m. 250 + ea = Longueur de flambement : Par sécurité on prend lf = lo= 7.2.24 i i On est alors dans le cas de flexion composée avec compression.F. 48cm) = 40cm On adopte un espacement de 5cm II.0413m 10 4 × 1.15mm .2m Type de calcul : Le calcul sera effectué en flexion composée en tenant compte d’une façon forfaitaire de l’excentricité de second ordre.88cm.1 + 0. ⎪b / 10 ⎪75m ⎩ ⎩ On choisit 4cadres φ 8 Soit φt = 8 mm. Espacement des armatures : At At St ≤ ≥ 7. 2007.6 = = 0. Sollicitations : Mu = 12251 KN.54 - .2.

75 × 1.E. = M serA 1057.224 × 10 3 3440γ + 49 f c 28 − 3050 µ lu = = 0.4 e A = 3.4 ∗ 10 −2 = 0.46 + 0.075 = = 111.5 : Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus ⎧ N u = 3572.075MNm Z b = d (1 − 0.26 2 × 12.06 × 10 = 14504 KNm Figure IV.24 KNm.4 × 10 3 = 1.05m A1 = M lu 4.4 KN ⎪ ⎨M uG 0 = N u (e2 + e1 ) = 12508 KNm ⎪e = e + e = 3.P.06 × 10 3 = 10572.2747 × 0.2747 donc M lu = µ lu ⋅ b ⋅ d 2 ⋅ f bu = 0. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN BETON ARME ENIT.55 - . µ lu = 0. Armatures : Moment réduit agissant : µ bu = M uA 1450.F. Nécessité d’aciers comprimés : h M serA = M serG 0 + N ser (d − ) .46 h h Moment par rapport aux aciers tendus : µ bc = 0.24 × 4.494 d d µ bu f µ bc La section est alors entièrement comprimée donc il faut réduire la hauteur du béton comprimé par ajout d’acier comprimé.4. M uA 1450.4 × 4.5 + (1.372 .2008 sollicitations ultimes ramenées au centre de gravité des aciers tendus : h e A = e0 + (d − )m 2 1.46 = 4.26 − ) = 4.06m 2 M uA = N u ⋅ e A M uA = 357.26 2 × 12.05 ⋅ 348 HAMMI & JAIEM . 2007.6µ lu ) = 1.4 ) = 0.0413 = 3.5m 1 2 ⎩ 0 b.2747 fe = 400 MPa 10 4 Section A1 d’aciers tendus sous Mlu : γ = µ bu f µ lu Asc ≠ 0 .977 = b ⋅ d 2 ⋅ f bu 0. 2 M serG 0 = N ser ⋅ e A = 260.8 (1 − 0.522× 10−4 m2 Z b ⋅ f su 1.75 × 1.

504 − 4.92 4.645 ⋅ 10 −4 m 2 ¬ On choisit 32HA32 c. Armatures d’âme : At γ s ⋅ b (τ u − 0. Eε scu ) α d − d' Or ε scu = 3. ¬ On choisit 32HA32 348 f sd A' = 243.F.55 × 1. e.297% 0 f ε e = 1.28cm2).26 Amin ≤ A ¬ On choisit alors 32HA32 (A = 257.411 α lu d Ainsi ε scu = 3.6 ⋅ 10 −2 τu = = = 2.23 × × 0.06 − 0.645 ⋅ 10 − 4 m 2 A' = (d − d ' )σ sce Avec σ sce = min( f ed . Section A’ d’aciers comprimés en flexion simple : M u − M lu = A2 = 243. St .185d 400 4.56 - .45 × 1.03) × 348 Section A totale d’aciers tendus en flexion simple : A = A1 + A2 = 355. Armatures transversales : Vérification du béton : Vu 244.075 A2 = = = 243.167×10−4 m2. Avec K = 1 + 3 ≥ B ⋅ f c 28 St 0.3K ⋅ f t 28 ) Nu (flexion composée avec compression).522 ⋅ 10 −4 m 2 Amin = 0.26 × = 9.512 cm2.4 × 22 HAMMI & JAIEM At ≥ 71.26 Les armatures d’âme sont droites. OK b ⋅ d 0.74% 0 donc σ sce = 348MPa Armatures en flexion composée : N uA 357.9 f et (cosα + sin α ) 357.59 MPa ≤ τ = 2. .167 − = 252.75 × 1.24 ⋅ 10 −2 K =1+ 3 = 1.06m N ser f e − 0.E.23 ⋅ t 28 b0 ⋅ d fe e − 0. section d’acier minimale : M e = e0 ser = serG 0 = 4.185 × 1.23 ⋅ 10 −4 m2/m.26 = 0.464 0.26 − 0.93 MPa.5% 0 ( lu ) avec α lu = 0.2008 Section A2 d’aciers : M u − M lu 14.P.45d 1.24 × 10 −2 A = A− = 355. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN BETON ARME ENIT.75 × 1.645 ⋅ 10 − 4 m 2 (d − d ' )σ sc (1.06 − 0. 2007.

2007. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN BETON ARME ENIT.F. ⎪b / 10 ⎪75mm ⎩ ⎩ ¬ On choisit 4cadre φ8 soit φt = 8 mm.645 32HA32 A’=68. At = 4. 40cm .76 A=241.E.8 cm Sur appuis Poteau Travée 2 2 Section (cm2) Armatures Section (cm ) Armatures Section (cm ) Armatures 8HA32 A’=89 12HA 32 A’=243. St f et 235 Diamètre des armatures d’âme : ⎧φl ⎧32mm ⎪ ⎪ φt ≤ min ⎨h / 35 = min ⎨40mm .2008 Pourcentage minimal : At 0.2 : Tableau récapitulatif du ferraillage.766 ⋅ 10 −4 m2/m.75 = = = 12.65 32HA32 A=270.4 × 0.15φ lmin si Asc ≠ 0) On adopte un espacement de S t = cm4.57 - .9d .5 RESUME S t = 4. L’espacement maximal : S t = inf (0.512 32HA32 Tableau IV.4.8 34HA32 A=252. Espacement des armatures : S t ≤ 0.02 cm2.056 m.4b 0.P. [11] HAMMI & JAIEM .

on distingue les fermes triangulées.5 kN / cm2 Acier : S235 L = 64 m . H= 23. grâce à cela. on a par exemple fermes isostatiques. Suivant la géométrie des membrures.les poids propres des éléments de couverture. Les charges et surcharges principales agissant sur une ferme sont : . II. nœuds. ♦ d’un réseau de barres comprimées et tendues qui constituent les diagonales et les montants et qui équilibrent l’effort tranchant. détails. à membrures parallèles. agit en général en un nœud et c’est pourquoi que toutes les barres subissent une force axiale . en console. que ce soit une sollicitation ou une réaction d’appui. C’est très facile de donner à la ferme n’importe quelle forme extérieure.P. L’intérêt économique de l’utilisation d’une ferme au lieu d’une poutre est d’autant plus marqué que la portée est plus grande (une portée supérieure à environ 20 m) et la charge est moins importante.2008 IV. La ferme est composée de : ♦ deux membrures dont le rôle est analogue à celui d’une poutre en I à âme pleine et ce pour reprendre le moment de flexion. la préparation de la ferme demande plus de main d’œuvre. le type de nœuds. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT. On distingue plusieurs types de fermes : Suivant le schéma statique.5 : Dimensionnement d’un portique en charpente métallique I. effet du vent. trapézoïdales. poussière) On présente dans ce qui suit les différentes données relatives à la conception de la ferme en portique à membrures parallèles : La nuance d’acier à considérer est Ry = 235 MPa = 23. de la ferme on choisit la section des poteaux du portique on calcule et on construit les éléments de la base du poteau Les actions extérieures passent à la ferme par l’intermédiaire des pièces s’appuyant sur les nœuds (dalles de couverture en béton dans notre cas). Préliminaire Le calcul de la ferme se fait de la manière suivante : on détermine les charges et surcharges agissant sur la ferme on trouve les efforts dans toutes les barres tendues et comprimées on choisit ensuite leurs sections on calcule et on construit les joints. en portique et en arc. . B = 1m HAMMI & JAIEM . Par rapport à une poutre à âme pleine. Il s’agit dans le présent travail d’effectuer la conception d’une ferme en portique à membrures parallèles. l’acier s’utilise plus rationnellement dans les systèmes réticulés que dans ceux à âme pleine.E.5 m .F. le moyen d’assemblage utilisé dans les nœuds. hyperstatiques.58 - . et choisir le type de barres la composant. à membrures polygonales. 2007.les surcharges de courtes durées sur la couverture (neige. Toute action extérieure au système.Introduction Les systèmes réticulés sont depuis longtemps le type classique de la charpente métallique. etc.

un système de treillis simple en V sera le plus rationnel mais on sera amené à créer des nœuds supplémentaires en introduisant des montants pour assurer la rigidité de la construction vu l’importance de l’hauteur du portique. Calcul de la ferme IV. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT. on adopte comme couverture une dalle en BA avec les couches d’isolation suivantes : .7 n = . Un schéma géométrique bien déterminé de la ferme impose la détermination de sa hauteur sur appui ainsi qu’au milieu.1.1.5.1. Concernant ce projet. la hauteur sur appui et la hauteur au milieu sont égales. De ce fait.4 kN / m2 HAMMI & JAIEM .88 m On adopte hf = 8m.8 kN / m3 .La dalle en béton est de poids surfacique 1. Détermination des charges agissant sur la ferme IV.P.59 - . Conception de la ferme Une ferme à membrures parallèles présente l’avantage que les barres de treillis est presque la même et la forme de la membrure supérieure correspond à l’épure des moments de flexion.E.Chape asphalte d’épaisseur 20 mm et de poids volumique 1. poids de la ferme. 2007.1 kN / m2 .1 : Schéma de la ferme. Charges permanentes La charge permanente gn est évaluée par considération des différents poids propres des éléments de couverture. Le schéma de calcul de la ferme après le dimensionnement de la forme géométrique est : Figure IV. Avec n représente le nombre de panne pour une membrure (n= 16) 2 L n On trouve ainsi hopt = 9.F.Couche de carbone bitumé avec un poids surfacique 0. IV.2008 III. Ainsi la hauteur optimale de la ferme pour un système de treillis en V avec des montants supplémentaires est donnée par : hopt 1 1 + 0. La membrure de la ferme est conçue comme suit L = 64 m = 4x16 m Un système de treillis pour la conception de la ferme est nécessaire pour assurer la triangulation de l’ensemble et par suite l’indéformabilité géométrique et le report des efforts sur les appuis.Isolation thermique d’épaisseur 80 mm et de poids volumique 6 kN / m3 . Etant donné que la ferme est à membrures parallèles. Cette hauteur assure à la fois une consommation minimale du métal ainsi que la rigidité nécessaire exprimée par la flèche relative admissible.

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE

ENIT. 2007- 2008

De cette manière, la charge permanente de la couverture est - qcouv = 0.1 + 1.8* 0.02 + 6* 0.08 + 1.4 = 2.016 kN / m2 - poids de la ferme ; qf =0.40 kN/m² (pour l=64m) - charge due au contreventement qcont ; soit qcont=0.06 kN/m² La charge permanente surfacique est - gnsur = (qcouv + qf + qcont ) x B = 2.476 x1 = 2.5 kN / ml
IV.1.2 Charges variables

Les charges variables représentent les poussées de vent, l’action de la neige. Dans notre cas, on n’aura que les actions statiques du vent. Le site de la construction est considéré comme normal et appartient à la région II La charge accidentelle due au vent est - qv = 0.70 kN/m² - qv sur = qv x B = O.7 x1 = 0.7 kN / ml

Figure IV.5.2 : Schéma de chargement agissant sur la portique.

IV.2. Détermination des efforts intérieurs de la ferme
Il existe plusieurs méthodes de calcul des efforts intérieures dans les barres de la ferme. Parmi lesquelles, on cite la méthode graphique de la théorie de structure « la méthode de CREMONA ». Encore, la méthode des nœuds servira pour la détermination des efforts intérieurs. Pour faciliter la tâche de calcul, la détermination des efforts de traction et de compression dans les barres de la ferme est menée par un logiciel de calcul convenable « RDM-ossature ».

Figure IV.5.3 : Efforts normaux dans les barres du portique.
HAMMI & JAIEM - 60 -

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE

ENIT. 2007- 2008

Les tensions dans les différentes barres sont récapitulées dans un tableau (cf. annexe).

IV.3. Détermination des longueurs de flambement des barres de la ferme
Les contreventements des fermes ont pour but d’assurer la stabilité de l’ensemble contre les actions extérieures horizontales. Un contreventement horizontal sur les membrures supérieures des fermes. Deux contreventements verticaux entre les fermes Trois et quatre contreventements horizontaux sur les membrures inférieures des fermes. Dans le plan de ferme (par rapport à l’axe z-z) la longueur de flambement des barres est évaluée en fonction : De la distance l0 entre les centres les nœuds. Des encastrements partiels aux extrémités ou de la continuité de ces barres. Dans le plan hors de la ferme (par rapport à l’axe y-y) ou dans le plan horizontal on fixe la longueur de flambement lf,y. Il est recommandé de prendre les barres constituées de deux cornières jumelées, car elles ont une large gamme de sections et il est facile d’unir ces barres entre elles. ⇒ Les longueurs de flambements des barres de la ferme sont alors : Dans le plan de la ferme lf,y = 0.9 l0= 0.9x4=3.6 m pour les membrures. lf,y = 0.8 l0 = 0.8x 8.94= 7.15 m pour les barres de treillis. lf,y = 0.8 l0 = 0.8x 8 = 6.4 m pour les montants. Dans le plan hors de la ferme lf,z = l0 = 8.94 m pour les barres en treillis. lf,z = l0 = 4 m pour les membrures. lf,z = l0 = 8 m pour les montants. • Les élancements et les rayons de girations sont les suivants : Iy l f ,y λy = ;iy = A iy
Iz iz A iy ; iz : rayons de giration de la section adoptée pour chaque élément de la ferme. Iy , Iz : moments d’inertie de la section. A : section transversale de la barre.

λz =

l f ,z

; iz =

Les valeurs limites des élancements des barres de la ferme sont les suivantes : λlimite = 120 pour les membrures, les diagonales et les montants comprimés. λlimite = 400 pour toutes les barres tendues de la ferme.

IV.4. Choix de la section des barres de la ferme
Dés qu’on détermine les efforts intérieurs et les longueurs de flambement dans les différentes barres de la ferme, on adopte les types de leurs sections. On commence par calculer l’aire à donner à l’élément le plus sollicité. Ensuite, on choisit la section suivant la gamme des profilés à consulter. La section envisagée de chaque barre dépend de leur longueur de flambement et de la rigidité de la section qui est caractérisée par les rayons de giration qui sont proportionnels aux dimensions principales de la section. Les plus petites dimensions de cornières utilisées dans les fermes sont 45x45x5 pour les barres des fermes et 75x75x5 pour les barres de contreventement.
HAMMI & JAIEM - 61 -

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE

ENIT. 2007- 2008

Parfois, il arrive que certains éléments d’une ferme (surtout les montants supplémentaires, les diagonales dans les mailles au milieu de la ferme) subissent un faible effort, par conséquent, il y a des contraintes insignifiantes. Alors, on sera amené à choisir la section de ces barres en se basant sur l’élancement limite λlimite imposé par les règles.
IV.4.1. Dimensionnement de la membrure supérieure ♦ Barre 16-h : N16-h =173.3 kN Longueur de flambement : lf,y=0.9l0= 3.6 m lf,z=l0= 4 m Selon l’EUROCODE 3, on détermine l’aire de la section nécessaire à partir de la N sd γ M1 condition A néc = χ. f y

Avec

γ M 1 = 1.1 et Nsd= N16-h et χ est fixé préalablement à 0.6 N × 1.1 173.3 × 1.1 = A néc = 16− h = 13.52cm² 0.6 R y 0.6 × 23.5
A néc tout 2

On choisie la section appropriée Acornière qui correspond à la condition Acornière> en se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales. A=
0

A néc = 6.56cm² ⇒ Soit 2 L70×70×5 ce qui correspond à Acornière=3.42cm² 2 i z = i y0 = 2.14cm
i z = 3.16cm

λz = λ. y =

l f ,z iz l f ,y

Vérification de la section choisie au flambement 400 = = 126.58 f λlim ite = 120 → Non 3.16 =

360 = 168.22 f λlim ite = 120 → Non 2.14 iy On doit changer le profil choisit afin de vérifier les conditions de flambement pour les barres. On établit alors la nouvelle section en se basant sur l’élancement limite λlimite imposé par les règles. On cherche d’abord le rayon de giration nécessaire : l f ,y 360 i y ,nécessaire = = = 3cm λlim ite 120 l f ,z 400 i z ,nécessaire = = = 3.33cm λlim ite 120 Or pour les barres de la membrure comprimée, l’élancement est pris entre 50 et 90. l f , y 360 Ainsi i y ,nécessaire = = = 4cm 90 90 l f , z 400 i z ,nécessaire = = = 4.44cm 90 90
HAMMI & JAIEM - 62 -

E.nécessaire OK • λz = λ.54cm f i y . λ y ) = λ y = 79.844 − 0.9 − 0.8) 0.8 ) × (λ − 0.2008 D’après le catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.P.F.58cm f i z .6348 × 102.z iz l f .5998 χ min = O.9 χ min = χ λ =0.8 − ( λ =0.5 = 1384.58 = 360 = 79.6622 − 0. HAMMI & JAIEM .63 - .9ε ε= 235 = Ry 235 = 1 → λ = 0. pour assurer la résistance de la pièce comprimée.03cm² > Acornière.3 L’élancement réduit par rapport à l’axe (y-y) se détermine par : λ = λmax .8 • Vérification de la résistance au flambement de la barre : Selon L’EUROCODE 3.8 0. si λ f 0.06 × 23. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.844 235 Le coefficient de réduction pour le mode de flambement est déterminé par interpolation linéaire d’après les valeurs de la courbe « c » de flambement → χ − χ λ =0.1kN 1. il faut satisfaire : A × Ry où NR est la résistance de calcul au flambement simple N 16−h p N R = χ min γ M1 N 16−h = 173.y iy Vérification de la section choisie au flambement : 400 = = 60.1 OK La barre 16-h est de section 2×L150×150×18 suivant l’Eurocode 3 Figure IV. la section de la barre 16-h est 2L150x150x18 qui correspond à Acornière=51.3 p λlim ite = 120 → Ok 4.nécessaire OK 0 i z = 6.5.2 .6348 0.8) = 0.3kN p N R = χ min A × Ry γ M1 = 0.9 − 0. avec 93.4 : Cornière à ailes égales L150x150x18. nécessaire OK i z = i y0 = 4. 2007.6622 − ( ) × (0. y = l f .8 p λlim ite = 120 → Ok 6.54 λmax = max(λ z .

3cm² 2 i z = i y 0 = 1 . 15 cm Vérification de la résistance et de la stabilité : A.5kN → OK 1.5 A néc tout en 2 On choisie la section appropriée Acornière correspondant à la condition Acornière> se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.y=l0= 4 m lf. Dimensionnement de la membrure inférieure Barre 14-g’ N14-g’ =172. toutes les barres de la membrure supérieure auront la même section 2L150x150x18. vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts normaux comparables.4.z=l0= 4 m Selon l’EUROCODE 3.7 × 1. on détermine pour les barres tendues l’aire de la section N nécessaire à partir de la condition A néc = sd γ M 1 Ry Avec γ M 1 = 1.04 cm² ⇒ Soit 2 L45×45×5 ce qui correspond à Acornière=4. × R y Il faut vérifier que : N R = > N 14− g ' • γ M1 NR = 8. vu que tous les efforts normaux sont inférieurs à 200kN. On adopte pour toutes les barres de la ferme une épaisseur de gousset tg=8mm.1 .1 Ry = 172. 2007. La détermination de cette épaisseur dépend des valeurs des efforts normaux dans les barres. IV.F.6 × 23.7 kN Longueur de flambement : lf.5 = 183.E.2. A néc A= = 4. tg est l’épaisseur de gousset utilisé comme attache pour le montage des barres.5.P. De la même manière de calcul.5 : Schéma de montage de la barre 16-h. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.1 = 8.1 et Nsd= N14-g’ A néc = N 14− g ' × 1.08cm² 23.72kN > N 14− g ' = 172.35 cm 0 i z = 2 .2008 Figure IV.64 - HAMMI & JAIEM .

nécessaire = = = 5.1 103 × 1.04 p λlim ite = 400 → Ok 2.z iz l f .9l0= 7.15 m lf.2008 • λz = λ.E.82cm 0 i z = 2.z iz l f .74cm • λz = λ.3.61cm² ⇒ Soit 2 L60×60×5 ce qui correspond à Acornière=5. on détermine l’aire de la section nécessaire à partir de la N sd γ M1 condition A néc = χ.43R y 0.21cm² 0. toutes les barres de la membrure inférieure auront la même section 2L45x45x5.82 On doit changer le profil choisit afin de vérifier les conditions de flambement pour les barres.43 × 23. A néc = 5. 2007.5 A néc tout 2 On choisie la section appropriée Acornière qui correspond à la condition Acornière> en se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.1 = = 11.3 f λlim ite = 120 → Non 2.45cm λlim ite 120 HAMMI & JAIEM .35 La barre 14-g’ est de section 2×L45×45×5 suivant l’Eurocode 3 De la même manière de calcul.65 - . Dimensionnement des diagonales comprimées γ M 1 = 1.y=0.y 715 i y .1 et Nsd= N1-2 et χ est fixé préalablement à 0.F.z=l0= 8.15 = 400 = 269 p λlim ite = 400 → Ok 1.94 m Selon l’EUROCODE 3. y = l f .z 894 i z .43 A néc = N 1− 2 × 1.82cm² A= 2 i z = i y0 = 1. ♦ Barre 1-2 : N1-2 =103 kN Longueur de flambement : lf.4.96cm λlim ite 120 l f .y iy Vérification de la section choisie au flambement : 400 = = 186.74 = 715 = 392. On cherche d’abord le rayon de giration nécessaire : l f . f y Avec IV.nécessaire = = = 7. On établit alors la nouvelle section en se basant sur l’élancement limite λlimite imposé par les règles.P. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.9 f λlim ite = 120 → Non iy 1.y Vérification de la section choisie au flambement : 894 = = 326. vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts normaux comparables. y = l f .

246 235 Le coefficient de réduction pour le mode de flambement est déterminé par interpolation linéaire d’après les valeurs de la courbe « c » de flambement → χ − χ λ =1.z=l0= 8.35cm² > Acornière.2) 1. on détermine pour les barres tendues l’aire de la section N nécessaire à partir de la condition A néc = sd γ M 1 Ry HAMMI & JAIEM .9ε ε= 235 = Ry 235 = 1 → λ = 1.2 − ( λ =1.E. si λ f 0. nécessaire OK i z = i y0 = 6. Dimensionnement des diagonales tendues Barre 29-30 N29-30= 88. λ y ) = λ y = 117.11 λmax = max(λ z .2 ) × (λ − 1. y = • l f . IV.4131 × 152.02 L’élancement réduit par rapport à l’axe (y-y) se détermine par : λ = λmax .8 p λlim ite = 120 → Ok 8.nécessaire OK λz = λ.nécessaire OK 0 i z = 8.01 kN Longueur de flambement : lf.4.61cm f i z .5 = 1347.3 − 1.246 − 1.94 m Selon l’EUROCODE 3.2 0. pour assurer la résistance de la pièce comprimée.15 m lf.4131 1.F. toutes les diagonales comprimées auront la même section 2L200x200x20.6kN 1.P.1 OK La barre 1-2 est de section 2×L200×200×20 suivant l’Eurocode 3 De la même manière de calcul.2 . vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts normaux comparables. il faut satisfaire : A × Ry où NR est la résistance de calcul au flambement simple N 1−2 p N R = χ min γ M1 N 1− 2 = 103kN p N R = χ min A × Ry γ M1 = 0.y iy Vérification de la section choisie au flambement : 894 = = 103.61 = 715 = 117.7 × 23.11cm f i y .4338 − ( ) × (1.3888 χ min = O.2 • Vérification de la résistance au flambement de la barre : Selon L’EUROCODE 3.66 - .3 χ min = χ λ =1.2008 D’après le catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales. 2007.4338 − 0.2) = 0. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.9l0= 7.4.z iz l f .y=0.3 − 1.02 p λlim ite = 120 → Ok 6. la section de la barre 1-2 est 2L200x200x20 qui correspond à Acornière=76. avec 93.

R y Avec IV.5. A néc = 2.1 et Nsd= N30-31 et χ est fixé préalablement à 0.P.43R y 0. Dimensionnement des montants comprimés γ M 1 = 1.15cm HAMMI & JAIEM . y = = = 334.35cm 0 i z = 2.2008 Avec γ M 1 = 1.4.1 et Nsd= N29-30 et A néc = N 29−30 × 1. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.1 88.12cm² Ry 23.82cm² A= 2 i z = i y0 = 1.y=0.14cm 0 i z = 3 .06 cm² ⇒ Soit 2 L70×70×5 ce qui correspond à Acornière=6.z=l0= 8 m Selon l’EUROCODE 3.25kN > N 29−30 = 88.1 • Vérification de la section choisie au flambement l f . × R y Il faut vérifier que : N R = > N 29−30 • γ M1 13. z 894 λz = = = 282.1 = = 2cm² 0. A néc = 1cm² ⇒ Soit 2 L45×45×5 ce qui correspond à Acornière=5.1 22.E.01kN → OK 1.14 NR = La barre 29-30 est de section 2×L70×70×5 suivant l’Eurocode 3 De la même manière de calcul.11 p λlim ite = 400 → Ok iy 2.F.4 m lf.8l0= 6 .22 kN Longueur de flambement : lf.43 × 23.68 × 23. vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts normaux comparables. toutes les diagonales tendues auront la même section 2L70x70x5. 2007.22 × 1.9 p λlim ite = 400 → Ok iz 3. on détermine l’aire de la section nécessaire à partir de la N sd γ M1 condition A néc = χ . 16 cm Vérification de la résistance et de la stabilité : A.84cm² A= 2 i z = i y0 = 2.01 × 1.1 = = 4.y 715 λ.5 = 292.67 - .43 A néc = N 30−31 × 1.5 A néc 2 On choisie la section appropriée Acornière qui correspond à la condition Acornière> tout en se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.5 A néc tout 2 On choisie la section appropriée Acornière correspondant à la condition Acornière> en se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.16 l f . ♦ Barre 30-31 : N30-31 =22.

11cm f i y .z iz l f . la section de la barre 30-31 est 2L200x200x20 qui correspond à Acornière=76.F.2 − 1.2 .66cm λlim ite 120 D’après le catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.4842 − ( ) × (1. λ y ) = λ y = 104.9 f λlim ite = 120 → Non 2. On cherche d’abord le rayon de giration nécessaire : l f .33cm λlim ite 120 l f .4842 − 0.1) 1. il faut satisfaire : A × Ry où NR est la résistance de calcul au flambement simple N 30−31 p N R = χ min γ M1 N 1− 2 = 22.z iz l f .35 On doit changer le profil choisit afin de vérifier les conditions de flambement pour les barres. 2007.61cm f i z .22kN p N R = χ min A × Ry γ M1 = 0. avec 93.nécessaire = = = 5. On établit alors la nouvelle section en se basant sur l’élancement limite λlimite imposé par les règles.y 640 i y .7 × 23.4764 × 152.1 0. si λ f 0.91 p λlim ite = 120 → Ok 8. pour assurer la résistance de la pièce comprimée.2008 • λz = λ.4764 1.nécessaire OK • λz = λ.z 800 i z .1155 235 Le coefficient de réduction pour le mode de flambement est déterminé par interpolation linéaire d’après les valeurs de la courbe « c » de flambement → χ − χ λ =1. y = l f .P.12kN 1.1 OK La barre 30-31 est de section 2×L200×200×20 suivant l’Eurocode 3 HAMMI & JAIEM .nécessaire OK 0 i z = 8.y iy Vérification de la section choisie au flambement 800 = = 92.61 = 640 = 104.5 = 1554.1 • Vérification de la résistance au flambement de la barre : Selon L’EUROCODE 3.1 − ( λ =1.1 ) × (λ − 1.E.75 p λlim ite = 120 → Ok 6. nécessaire OK i z = i y0 = 6.75 L’élancement réduit par rapport à l’axe (y-y) se détermine par : λ = λmax .9ε ε= 235 = Ry 235 = 1 → λ = 1.15 = 640 = 474.1) = 0.68 - .2 − 1.1155 − 1.4338 χ min = O. y = l f .y Vérification de la section choisie au flambement 800 = = 372.07 f λlim ite = 120 → Non iy 1.2 χ min = χ λ =1. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.11 λmax = max(λ z .nécessaire = = = 6.35cm² > Acornière.

on détermine pour les barres tendues l’aire de la section N nécessaire à partir de la condition A néc = sd γ M 1 Ry Avec γ M 1 = 1. tous les montants comprimés auront la même section 2L200x200x20.4 m lf.8 NR = La barre 2-3 est de section 2×L60×60×8 suivant l’Eurocode 3 De la même manière de calcul.1 • Vérification de la section choisie au flambement l f .z=l0= 8 m Selon l’EUROCODE 3. IV.83kN > N 2−3 = 22kN → OK 1.1 = = 1.P.82 l f .6.5 cm² ⇒ Soit 2 L60×60×8 ce qui correspond à Acornière=9.03cm² Ry 23.4.68 p λlim ite = 400 → Ok iz 2. y = = = 355. 2007. y 640 λ. 82 cm Vérification de la résistance et de la stabilité : A.69 - .55 p λlim ite = 400 → Ok iy 1.5 = 385. Dimensionnement des montants tendus Barre 2-3 N2-3= 22 kN Longueur de flambement : lf. tous les montants tendus auront la même section 2L60x60x8.1 et Nsd= N2-3 A néc = N 2−3 × 1.5 A néc tout en On choisie la section appropriée Acornière correspondant à la condition Acornière> 2 se référant au catalogue des produits sidérurgiques des cornières à ailes égales.1 22 × 1.E. × R y Il faut vérifier que : N R = > N 2 −3 • γ M1 18. vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts normaux comparables.8cm 0 i z = 2 .z 800 λz = = = 283.F.2008 De la même manière de calcul. vu qu’elles ont les mêmes dimensions géométriques ainsi que des efforts normaux comparables.06 × 23. HAMMI & JAIEM . A néc = 0. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.8l0= 6.y=0.03cm² A= 2 i z = i y0 = 1.

15 8. Calcul des nœuds de la ferme Pour les nœuds courants de la ferme dont les goussets ne servent qu’à unir les barres entre elles.82 1.54 60. IV.68 355.7 8 6.5.70 - . 1 : Tableau récapitulatif des caractéristiques des barres.8 117.8 79.06 4 3.55 Tableau IV.06 8 6.02 2L70×70×5 13.94 7.E.11 92.11 2L200×200×20 152.y(m) iz(cm) iy(cm) 2L150×150×18 102.15 3.8 283.68 8.4 8.9 334.16 2. HAMMI & JAIEM .6 6.05 296. on vérifie par le calcul : Les cordons d’attache des barres aux goussets.15 1.61 6.35 186.3 2L200×200×20 152. La résistance des éléments dans les nœuds.3 2L45×45×5 8.4 2.6 4 4 2.P.75 2L60×60×8 18.5. 2007.61 6.11 103.14 282.58 4.94 7.F. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.7 8.92 104.z(m) Lf.2008 CALCULS SELON L’EUROCODE 3 Dénomination des barres Toutes les barres de la membrure supérieure Toutes les barres de la membrure inférieure Toutes les diagonales comprimées Toutes les diagonales tendues Tous les montants comprimés Tous les montants tendus Section droite Composition (mm) Aire (cm2) Longueur de flambement Rayon de giration Elancement λz λy lf.

les couvres joints. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.5.P. Exemple de calcul des nœuds : nœud 2 a.7 t et t = 18 mm donc ac =0. .5.F.8 = 1.7 x 1. les soudures à exécuter sur chantier etc. 26 × 36 15 Avec ac =0.2008 Pour les nœuds particuliers (nœuds d’appuis. 37 × = 1× × = 0 . 868 × 3 15 − 4 .E.Caractéristiques de l’acier Ry=23.25 βW=0. 05 mm p 40 mm 2 × ac × Ru b 2 × 1 .5 kN / cm2 Ru=36 kN /cm γMW=1. 868 × 3 4 .1. 37 × = 1× × = 1 .71 - HAMMI & JAIEM .26 cm l ct ≥ β w × γ w × On prend l ct = 5 cm • Cordon de l’aile : l ca ≥ β w × γ a w × N 1− a × 3 d 8 . 2007. IV.8 γMW×βW=1 Pour la membrure (1-a) : cornière 2L 150×150×18 • Cordon du talon : l ct ≥ β w × γ w × N 1− a × 3 b−d × 2 × ac × Ru b N 1− a × 3 b−d 8 .6 : Schéma des nœuds. 2 mm p 40 mm 2 × ac × Ru b 2 × 1 . jonctions de montage). … Les nœuds sont nommés comme le montre le schéma suivant : Figure IV. 26 × 36 15 On prend l c = 5cm Pour la membrure (4-b) : cornière 2L 150×150×18 • Cordon du talon : l ct ≥ β w × γ w × N 4−b × 3 b−d × 2 × ac × Ru b . on calcule la résistance des éléments supplémentaires qui assurent la jonction .

34 × 3 4 .P. 34 × 3 15 − 4 . 26 × 36 15 l ca = 5cm Attache de la barre 1-2 sur le gousset N1-2 = 103 kN Cornière 2L 200×200×20 ac = 0.7 x 2 = 1.6cm Attache de la barre 3-4 sur le gousset N3-4 = 68. 4 × 36 20 2 × ac × Ru On prend l c = 4 a c • Cordon de l’aile : t = 56 cm l ca ≥ β w × γ On prend w × N 2−3 × 3 d 10 .E. 4 × 36 20 lca = 4 ac = 5. 26 × 36 15 On prend l ct = 5 cm • Cordon de l’aile : l ca ≥ β w × γ On prend w × N 4−b × 3 d 88 . 2007. 3 mm p 40 mm × = 1× l ct ≥ β w × γ w × b 2 × 1 .8 kN Cornière 2L 200×200×20 ac = 0.4 cm • Cordon du talon : N 1− 2 × 3 b−d 103 × 3 20 − 5 .7 t et t = 20 mm donc ac =0.26 cm l ct ≥ β w × γ w × N 4−b × 3 b−d 88 .7 x 2 = 1.7 t et t = 18 mm donc ac =0. 68 × = 12 . 4 × 36 20 2 × ac × Ru On prend l c = 4 a c • Cordon de l’aile : t = 56 cm l ca ≥ β w × γ On prend w × N 1− 2 × 3 d 103 × 3 5 . 4 × 36 20 lca = 4 ac = 5. 8 × 3 5 . 37 × = 1× × = 0 .7 x 1.4 cm • Cordon du talon : N 2−3 × 3 b−d 10 .6cm Attache de la barre 2-3 sur le gousset N2-3 = 10. 37 × = 1× × = 12 mm p 40 mm 2 × ac × Ru b 2 × 1 . 68 × = 1 .2008 Avec ac =0.8 = 1. 5 mm p 40 mm 2 × ac × Ru b 2 × 1 .74 kN Cornière 2L 200×200×20 HAMMI & JAIEM .72 - . 7 mm p 40 mm l ct ≥ β w × γ w × × = 1× b 2 × 1 . – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT. 68 × = 1× × = 0 . 68 × = 1× × = 5 mm p 40 mm 2 × ac × Ru b 2 × 1 .F.7 t et t = 20 mm donc ac =0. 8 × 3 20 − 5 . 5 mm p 40 mm 2 × ac × Ru b 2 × 1 .

68 l ct ≥ β w × γ w × × = 1× × = 30 .73 - . On représente ci-dessous leurs schémas constructifs. 1 mm p 40 mm 2 × ac × Ru b 2 × 1 .2008 ac = 0. 21. 74 × 3 5 .4 cm • Cordon du talon : N 3− 4 × 3 b−d 68 . 4 × 36 20 • Cordon de l’aile : l ca ≥ β w × γ ON PREND w × lca = 4 ac = 5. 17. 68 × = 1× × = 11 . 25.E.5.7 : Schéma constructif du nœud 2. 9.7 x 2 = 1. 29 HAMMI & JAIEM . 2007. De la même manière. 23 mm p 40 mm 2 × ac × Ru b 2 × 1 . on calcule les autres nœuds de la ferme.5. 13. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT. Pour la membrure inférieure: Figure IV.P.8 : Schéma constructif des nœuds 5.F. 4 × 36 20 On prend lct = 4 a c = 56 cm N 3− 4 × 3 d 68 . 74 × 3 20 − 5 .7 t et t = 20 mm donc ac =0.6cm Figure IV.

Figure IV.2008 de la membrure inférieure. 26.E.9 : Schéma constructif des nœuds 3. Pour la membrure supérieure : Figure IV. 15. 27.74 - .F. 10.P. 11.5. 30 HAMMI & JAIEM . 22.10 : Schéma constructif de l’appui de la ferme sur le poteau. 14. Figure IV. 19. 31 de la membrure inférieure.11 : Schéma constructif des nœuds2.5. 6. 2007. 18. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT. 23. 7.5.

P. 8. le poteau comporte le fût qui est un élément à âme pleine. 28.8 × (η1 + η 2 ) + 0.12η1 × η 2 où η1 et η2 sont des facteurs de distribution de µ= 1 − 0. etc. chargées de façon à reporter sur les fondations les charges verticales et horizontales qui sont appliquées sur le bâtiment : poids propre de la couverture et de l’ossature métallique.6η1 × η 2 rigidité respectivement en tête (nœud supérieur) et au pied (nœud inférieur) du poteau déterminés par les formules : k poteau η1 = k poteau + k poutre η2 = k poteau k poteau =1 HAMMI & JAIEM .2 × (η1 + η 2 ) − 0. entre la tête et la base. 2007.12.Calcul des poteaux du portique Les poteaux sont des pièces. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT. on distingue les poteaux à compression centrée et excentrée.F. Un poteau comporte une tête servant d’appui à la construction supérieure et conçue pour répartir la charge suivant la section du fût .2008 de la membrure supérieure. poussées horizontales du vent. En principe.75 - .E. de la membrure supérieure. dont la résultante agit suivant son axe.5.12 : Schéma constructif des nœuds4. Détermination de la longueur de flambement du poteau du portique La longueur de flambement des poteaux d’ossature de bâtiment peut être définie par la formule : lf= µ l0 où µ est le coefficient de réduction de longueur de flambement et se détermine soit par les abaques de l’Eurocode 3. une base (pied). Les premiers sont soumis au moins à des charges verticales. La longueur de flambement des poteaux à section constante dans le plan du portique se détermine pour le mode d’instabilité à nœuds déplaçables par : 1 − 0. 24. V.1. généralement verticales. soit par les formules utilisées après. 16. Figure IV. 20. qui se repose sur le massif en béton par l’intermédiaire d’une platine en tôle soudée sur le poteau . suivant l’application des charges. V. Les seconds sont sollicités à la flexion et à la compression simple.

5 = = = 0. dans leur emploi comme poteaux.033m 15 15 N sd γ M1 e 1. I poteau est le moment d’inertie de la l poteau section transversale du poteau et lpoteau est la longueur réelle du poteau.5= 39. Données Mpied du poteau = .25 + 2. L’inconvénient des IPN ou IPE.033 Connaissant Anéc.1 = 1.6η1 × η 2 Où k poteau = I poteau η2 = k poteau k poteau =1 I poteau = I poteau η1 = k poteau k poteau + k poutre D’où µ = 2.1 × 90.68 .5m La longueur de flambement suivant le plan (y-y) est : lf.545x15. ils ne jouissent que d’un faible moment d’inertie. toutes les surfaces étant facilement accessibles. 2007.545 p 3 OK Ainsi lf.45 m 1 15. La section la plus rationnelle pour les poteaux pleins à compression excentrée.y =µH=2. I poutre est le moment d’inertie de la section transversale du poteau et lpoutre est la longueur réelle de la poutre.688 On trouve A néc = (1.8 × (η1 + η 2 ) + 0. c’est que.68 Kn H=15. HEB.y =µH 1 − 0. I poutre k poutre = est la rigidité relative de la poutre aboutissant au nœud supérieure du l poutre poteau.65cm 2 Ry h 23. on cherche un profilé laminé convenable dans le catalogue des profilés.25 + 2.5 64 155 64 V.688m 90.5 × ) = × (1.E.2008 est la rigidité relative du poteau.25 + 2.5 × ) avec Ry h N H 1550 h= = = 103.5m La longueur de flambement suivant le plan (z-z) est : lf.P.1 kNm N= 90. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.76 - e= M têtedupoteau = 153.5 × ) = 22. Détermination de la section du poteau Les poteaux les plus simples sont constitués par une poutrelle de type IPN. ce qui les rend impropres au travail à la compression à cause du flambement. les attaches peuvent être réalisées sans difficulté. IPE. HAMMI & JAIEM .103.2 × (η1 + η 2 ) − 0.68 1.153.2.5 15.2 kNm Mtête du poteau = .5 1+ 4× + + 4× 64 15.12η1 × η 2 µ= 1 − 0. On calcul l’aire nécessaire de la section du poteau par la formule : N sd γ M 1 e A néc = (1.z =H = 15.508 I poteau I poutre I poteau I poteau 15. Les sections en H formées de trois éléments peuvent être confectionnées par soudage automatique .33cm = 1.F.5 1. HEA. par rapport à l’un des deux axes de symétrie.

8cm² i y = 17 .5 − 2. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.7ψ W pl . HAMMI & JAIEM .4) 2.5 χ min = χ y = χ λ = 2. y = = = 2.2306 93.1506 − ( ) × (2.9 × i y 93. y = 2 × S y = 2 × 1620 cm 3 = 3240 cm 3 W y = 2880 cm 3 • Vérification de la section choisie au flambement l f . le profil HEB 400 de caractéristiques : A= 197.. y × R y Détermination de ky : µy × N ky = 1− ( ) avec k y =≤ 1. pour le diagramme de moment avec changement de signe. moment dû aux charges transversales H 2 8 2 seulement.9 × 17. M pied ψ = M tête ∆M = M pied + M tête MQ = . q v × H q v × H 2 M tête − M pied H + + × . 4 cm S y = 1620 cm 3 W pl .y 3945 λ.77 - .4 0.4569 − 2.1444 2.9 × 7.4569 93. y − W y W pl .1397 χ min = 0.5 χ y × A × Ry • µ y = λ y (2 × β My − 4) + β My = β Mψ + β Mψ MQ ∆M = 1.4 − χ λ =2.5 − 2.8 − 0.F. 1cm i z = 7 .4) = 0.1 Le coefficient de réduction pour le mode de flambement est déterminé par interpolation linéaire d’après les valeurs de la courbe « b » de flambement → χ λ =2.9 ( β MQ − β Mψ ) Ce sont les facteurs de moment uniforme équivalent pour le flambement par flexion.z 1550 λz = = = 2.4 − ( ) × (λ − 2.P. 2007.4 l f .4 Vérification de la résistance et de la stabilité My N Il faut vérifier que : γ M 1 ( + ky ) ≤1 χ min × A × RY W pl .1506 − 0.9 × i z 93. y avec µ y ≤ 0.E.2008 On adopte suivant les conditions de l’élancement.

donnée par f b = 1kNcm −2 . β Mψ = 2.8 × 23. Calcul des éléments de la base du poteau La base du poteau. on se donne tout d’abord la larguer b0 de la plaque en se basant sur les dimensions du poteau et les dispositions constructives.2008 On trouve ainsi ψ = −0. Calcul de la plaque d’assise Au début de l’étude du pied.4126 ≤ 1 OK 0. Par le calcul d’une base.5 Les poteaux du portique sont de section HEB 400 suivant l’Eurocode 3 Figure IV. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT. 2007. élargie à l’aide des traverses et des goussets.F. β My = 1. doit répartir la pression du fût sur la fondation par l’intermédiaire d’une plaque d’assise (ou encore platine). HAMMI & JAIEM .13 : Profil des poteaux du portique.1444 × 197.3kNm . et assurer la liaison entre le poteau et le massif de la fondation conformément au schéma de calcul (pied articulés ou encastrés).78 - . les traverses et les goussets) V. M Q = 154. les poteaux métalliques sont généralement ancrés dans leurs massifs par des boulons de scellement.1.6kNm . Pour la fixation de la position prévue du poteau au cours de montage et pour assurer l’assemblage correspondant.E.1937 ≤ 1.P.3.4338 ≤ 0. V.674 .68 15310 1.3.6856 µ y = −1.1937 ) = 0. on dimensionne la platine et les autres éléments (y compris les boulons d’ancrages.5 3240 × 23.5.9 OK k y = 1. ∆M = 256.1( + 1.2718 . La longueur a0 de la platine est choisie de telle façon que la contrainte maximale σmax dans la fondation au bord de la platine ne dépasse pas la résistance admissible du matériau de fondation à la compression fb. Le nombre. le diamètre et la longueur de ces boulons varient suivant l’importance des efforts qui s’exercent sur les poteaux et le type d’assemblage.5 OK La vérification de la résistance est assurée car 90.

on précise la contrainte maximale réelle dans la fondation. et ensuite.E. 2007. on déduit a0 6M N N )2 + ) a0 = + (( 2b0 × f b 2b0 × f b b0 × f b La largeur b0 est déterminé par : b0 = b f + 2e1 avec bf = 300 mm (largeur de la section du poteau) et e1= 100 mm (valeur minimale) Ainsi les dimensions de la platine sont b0 = 500mm et a 0 = 361mm .2008 Donc on doit vérifier la condition suivante : N M N 6M + = + 2 ≤ fb σ max = A platine W platine a 0 × b0 a 0 × b0 De cette équation. on adopte a 0 = 800mm Après avoir adopté ces dimensions. En fait.68 6 × 10310 σ max = + = + = 0. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.5. HAMMI & JAIEM . Figure IV.17063kNcm − 2 ≤ f b OK 2 2 80 × 50 80 × 50 a 0 × b0 a 0 × b0 L’épaisseur nécessaire de la plaque est t platine = 6M max Ry avec Mmax est déterminé en supposant que la charge exercée sur chaque portion de la platine est répartie uniformément et de valeur égale à la contrainte maximale. Chaque portion est sollicitée en flexion par une charge uniformément répartie. la platine est démembrée en plaques (ou en portions).216kNcm − 2 ≤ f b OK 2 2 a 0 × b0 a 0 × b0 80 × 50 80 × 50 6M 90.F.14 : Schéma de la plaque d’assise et les différentes portions.P.68 6 × 10310 N σ min = − = − = 0. par les traverses et les goussets verticaux.79 - . on passe à la détermination de l’épaisseur à donner à la platine N 6M 90.

18kNcm Portion 3 : le moment pour cette portion se calcule comme pour une poutre simple de portée e3 b f − t w 30 − 1. La section la plus dangereuse d’une telle plaque passe par le milieu de son bord libre.325cm 2 2 8 Ainsi M 3 = 5. La valeur du moment fléchissant dans cette section se définit par la méthode élaborée par l’académicien V.13 cm. M 2 . y = 55.80 - . M 3 ) = M 2 = 16.F.2008 Portion 1 : fonctionne et se calcule comme une console de longueur e1.P. et on trouve tpl=2. V. on admet qu’ils supportent entièrement la force Na définie par la zone tendue de l’épure des contraintes.8kNcm 2 2 Portion 2 : se comporte comme une plaque appuyée sur trois bords.541kNcm Le moment maximal exercé sur la platine est : M max = max(M 1 . a − h 80 − 40 e2 = 0 = = 20cm 2 2 e2 20 = = 0. 2007. en isolant une bande de largeur 1 cm et en cherchant le moment dans la section par la formule : σ max × e1 2 0.18kNcm L’épaisseur de la platine est calculée par la formule indiquée ci-dessus. La valeur de l’effort total de traction Nb sur les boulons d’ancrage contre un bord de la platine peut être cherchée à partir de l’équation d’équilibre des efforts par rapport au centre de gravité de la partie comprimée de l’épure des contraintes dans la fondation.12 × 90.12cm et 10310 − 25.E.2.216 × 30 2 = 16. On adopte tpl=2. M − a× N Nb = y a σ max c a= 0 − avec c = × a0 2 3 σ max + σ min c Et y = a 0 − (e5 + ) avec e5 = 10cm 3 On trouve ainsi : c = 44.08324 × 0.12 L’aire nécessaire de la section des boulons à traction est : HAMMI & JAIEM .35 σ ×e 2 M 3 = max 3 avec e3 = = = 14.64cm .3.5 cm.12cm .666 ⇒ par interpolation linéaire on trouve α=0.68 = 145.216 × 10 2 M1 = = = 10.08324 b f 30 Ainsi M 2 = 0.72kN Nb = 55. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT. a = 25. Calcul des boulons d’ancrage Au calcul des boulons d’ancrage.Galerkin: 2 M 2 = α × σ max × b f où bf est la longueur du bord libre de la portion (largeur de la section du poteau) α est un coefficient tiré d’un tableau en fonction du rapport e2/ bf avec e2 est la longueur de la portion 2.

06cm 2 OK La plaque d’ancrage se comporte comme une poutre sur deux appuis soumise à une charge concentrée au niveau des boulons.81 - .12] HAMMI & JAIEM .F.88kNcm On prend une plaque d’ancrage de dimensions 30x250mm avec 30 est le trou de boulon de 20mm Vérification des boulons : ' ' On doit vérifier que M a ≤ M a . 2007.86kN 2 2 Le moment maximal dans la plaque d’ancrage dû aux efforts dans les boulons : ' ' M a = N a × z = 582. – HOTEL JAWHARA –PORTIQUE EN CHARPENTE METALLIQUE ENIT.9 × Ru avec γ Mb = 1.25 × = 5.a × OK ' Ry γ M0 = (25 − 3) × 3 2 23.28cm 2 ≥ 5.E.P. On se fixe la classe des boulons avec Ru = 40kNcm −2 . R M a .5 b × t 2 Ry ' × = × = 775. La valeur de cette charge concentrée sera : N 145.5kNcm ≥ M a = 582.72 néc boulons est ainsi ∑ Ab = 1.25 et Ru est la limite de rupture de la nuance d’acier de boulon.9 × 40 d=2cm réelle ∑ Ab = 2 × 3.13 = 6.06cm 2 ⇒ soit deux boulons de diamètre 0.2008 ∑A néc b = γ Mb × Nb 0. R = W pl . L’aire nécessaire de la section des 145.72 ' Na = b = = 72.88kNcm 6 γ M0 6 1 [9.

F. ⎜g⎟ ⎝ ⎠ H : hauteur de la volée.1: Caractéristiques géométriques d’un escalier.P. Les trois types d’escaliers suivants sont conçus dans le présent projet : .Introduction Les escaliers sont des éléments de la structure qui permettent de franchir les niveaux. ⎛h⎞ α : Inclinaison de la volée.17m. Un escalier est composé d’un certain nombre de marches La conception de l'escalier est déterminée par la formule de BLONDEL : g + 2 .2 : Types d’escaliers à étudier.36m.82 - . comprise entre 0. Figure IV. h =m =0.26 et 0. comprise entre 0. HAMMI & JAIEM .6 : Dimensionnement des escaliers V. I. on trouve une diversité au niveau des escaliers qui se diffèrent par leur architecture et leur géométrie.13 et 0.E. α = arctg ⎜ ⎟ . 2007. L : longueur projetée de la volée. Escalier simple Escalier avec palier Escalier hélicoïdal Figure IV.6.6.2008 IV. g : largeur de la marche. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT.64m Pour les différents types d’escaliers on considère les paramètres suivants : h : hauteur de la contre marche. Comme tout grand projet. e : épaisseur de dalle (paillasse ou palier).

P.6.17 m.04m n1 ⇒ En appliquant la formule de Blondel. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT.64m g1 = 0.E.3 : Escaliers type 1. ⎜g ⎟ ⎝ 30 ⎠ ⎝ 1⎠ g1 = 30 cm et h1 = 17 cm.3 m ⎛h ⎞ ⎛ 17 ⎞ * α 1 = arctg ⎜ 1 ⎟ = arctg ⎜ ⎟ =29. 2007.4 m e1 = 0. Figure IV.018 ⋅ 4. q : charge d’exploitation de l’escalier (exprimé en kN/m2). définie alors par : h1 = 1 .17 = 0. e1 = 18 cm * Le nombre de contre marches étant égal à n =12.163 m En tenant compte du poids du revêtement. L1 = 4. la hauteur de la contre marche est H h1 = 0.018 ⋅ L1 ⋅ 3 ρ b ⋅ e1 + q .2008 II.53° Figure IV. avec : ρ b : Poids volumique du béton armé (exprimé en kN/m3).4 ⋅ 3 25 ⋅ e1 + 4 e1 = 0. or H1 = 2.64-2h1 = 0.53°. II.4 : Caractéristiques d’une marche HAMMI & JAIEM . donnée par : g1 + 2h1 = 0.64 -2 × 0.1.83 - . α1 = 29.Escalier type1 Cet escalier se trouve dans le bloc L dont les caractéristiques cités si dessous.6.F. Caractéristiques géométriques Soient : * e1 : l’épaisseur de la paillasse doit vérifiant e1 = 0.

025 × 0.2 : charges du palier de l’escalier type1.758 0.F.025 × 1 × 28 0. 2007.6.44 0.025 × 28 0.3 (0.3 + 0. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT.5 0. Charges sur paillasse Les charges à considérer sont : Eléments du paillasse Marche (marbre de 2 . Evaluation des charges La charge d’exploitation pour les escaliers dans un milieu public est de Q = 4 KN/m II. HAMMI & JAIEM .17 − 0. II.2.33 0.84 - .02 × 1 × 22 0.015 = × 1 × 22 cos α cos 29.5 cm) Charges (KN/m) 0.6.18 × 1 × 25 0.196 1.3 0.2008 II.03) × 0.025) ⋅ (0.18 × 1 × 25 cos 29.1.53 G1 = 8.5 cm) Charges (KN/m) 0.5 cm) Béton banché Chape en béton (18 cm) Enduit (1.2.97 KN/m Tableau IV.3 − 0.515 5.2.5 cm) Chape en béton (18 cm) Mortier de pose (e=2 cm) Enduit (1.2.7 4.E.53 g 0 = ϖ ba ⋅ e 0.015 × 1 × 28 0.3 0.17 0.1 : charges du paillasse de l’escalier type1. Charges sur palier Les charges à considérer sont : Eléments du paillasse Revêtement (marbre de 2.38 (0.02 KN/m Tableau IV.5 cm) Contre marche (marbre de 1.015 × 1 × 22 G2 = 5.17 − 0.015) × 1 × 22 2 × 0.P.

2008 II. avec d = 0.35 G2 + 1.1.23 ⋅ 10 −3 = = 0. µu = Mu .06 KN/m Pser 2 = G2 + Q = 9. µl = 0.3.m) Effort tranchant (KN) Moment fléchissant (KN. b ⋅ d 2 ⋅ f bu Mu 62.23 KN.23 44.4 Figure IV.97 KN/m Les sollicitations maximales calculées à l’ELU et à l’ELS sont reproduites dans le tableau ci-dessous.5 : schéma de calcul _escalier type1_ II. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT. Dimensionnement II.S II.35 G1 + 1. HAMMI & JAIEM .L.85 - . Calcul des sections d’armatures Le calcul des sections des armatures est réalisé pour une section rectangulaire de largeur unité.9× 0.L.3.3 : Tableau des sollicitations aux E.3.F.4 b= 3 a=1.m.02 KN/m & Pu 2 = 1.5 Q = 14.18 = 0. Sollicitations Pu 1 = 1.P.9h = 0.3.33 0 44.m) Appui gauche Appui droit 62.E.39 et vu que µ < µ lu µu = Asc = 0.83 KN/m & Pser 1 = G1 + Q = 12.46 Pour fe = 400 MPa.5 Q = 16.6.19 b ⋅ d 2 ⋅ f bu 1 × 0.2. a.162 2 × 12. Travée : Mu = 62.U et E. Travée 1 ELU ELS Moment fléchissant (KN. travaillant à la flexion simple.64 0 Tableau IV. Schéma de calcul Soit un modèle simplifier pour cet escalier représenté par une poutre isostatique comme indiqué ci-dessous : Q G2 A G1 G2 B a=1 .3.162 m.79 0 0 45. 2007.6.

33 KN. Vérification de la contrainte Pour les poutres dalles coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur.07 f cj γb = 0. Appui gauche et droit : Au niveau de ces appuis. Ast = Vérification des contraintes à l’E.m.9h = 0. 2007.145 × 347.F. Ast = Mu 9.2 MPa.15M= 0.18 = 0.54 MPa ≤ σ bc = 0.15M. ( ) Asc = 0.162 m. 4 4 b.82 f 1. on obtient : Mu = 0.9× 0.39 et vu que µ < µ lu α = 1.4 α d = 0.23 = 9.5 avec τ u = Vu b0 ⋅ d . Z ⋅ f su 0. 1.3.26 . on peut s’en passer des armatures transversales si on vérifie : τu ≤ 0.6 f c 28 = 13.23 cm /m ¬ On choisit 8HA14 par mètre (A = 12.42 .23 ⋅ b ⋅ d ⋅ t 28 = 0.86 - HAMMI & JAIEM .13 × 347.S : σ bc = 3.E.33 ⋅ 10 −3 = = 2.28 b ⋅ d 2 ⋅ f bu 1 × 0. Z ⋅ f su 0.25 ⋅ 1 − 1 − 2µ = 0.L.P.25 ⋅ 1 − 1 − 2µ = 0.31 = = 3.162 2 × 12. ( ) Mu 62.78 ⋅ 10 − 4 m2/m.31 cm2/m).13 m. ainsi on a : Ar = A 12.06 cm2/m.026 MPa. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT. En suivant la même démarche.23 × 1 × 0.23 ⋅ 10 −3 = = 12.92 Amin = 0.33 ⋅ 10 −3 µu = = = 0. µl = 0.4.46 Pour fe = 400 MPa.82 On choisit 5HA8 par mètre. fe 400 2 Ast > Amin A = 12. OK Aciers de répartition : La section des armatures de répartition dans le sens de la largeur des escaliers est prise égale au quart de la section d’armatures principales.23 cm2/m. II. Z = d − 0.4 α d = 0. on considère forfaitairement un moment de flexion égal à 0. Z = d − 0.162 × = 1.145 m. Mu µu = . b ⋅ d 2 ⋅ f bu Mu 9.07 cm2/m ¬ On choisit 4HA10 par mètre.2008 α = 1.15 × 62.07 × 22 = 1. avec d = 0.

Plan de ferraillage 2 Figure IV.05 × f t 28 A λi = et ρ = u = 1.F. 2007. . 1 × I 0 avec 1 + λi × µ M s = 44.162 m ⎭ OK OK II.P.2008 a.88 Il faut vérifier que f adm > f l avec Sachant que E i = 30822 MPa .75 × f t 28 M b × y1 µ = 1− et σ = 15 s (d − y1 ) et y1 = − 15 × Au × (d − y1 ) 4 × ρ × σ s + f t 28 I 2 ⇒ y1 = 0. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT. Vérification des flèches La vérification de la flèche admissible est estimé à f adm = fl = L² ⎡ 1 ⎤ et × 10 ⎢ r ⎥ max ⎣ ⎦ L 500 f adm = 0.m et b × e3 ⎞ ⎛e I 0 = 5.6. Appui gauche : Vu = 44.162 m ⎭ b. d = 0.5. d = 0.026 MPa. Appui droit : Vu = 45.27 MPa ≤ 1.02 10 −4 m 4 + 15 × Au × ⎜ − d ⎟ 12 ⎠ ⎝2 0.026 MPa.16 MPa ⇒ I ft = 8. 2 MS ⎡1 ⎤ = ⎢r ⎥ ⎣ ⎦ max Ei .78 10 − 4 m 4 ⇒ σ s = 97.I ft I ft = 1.28 MPa ≤ 1.3.6 : Plan de ferraillage _escalier type1_ HAMMI & JAIEM .E.6.3210 − 4 m 4 2 ⇒ f t = 0.87 - .3.33 KN .78 cm On a bien vérifié la condition de flèche f adm > f l II.28 b b×d ρ × (2 + 3 × b 2 1.79 daN ⎫ ⎬ ⇒ τ u = 0.2 m I0 = b × y1 2 I= − 15 × Au × ( y1 − d ) ⇒ I = 4.64 daN ⎫ ⎬ ⇒ τ u = 0.

82 kN/m 5.7 : Schéma de calcul _escalier type2_ HAMMI & JAIEM .1. on détermine la charge de l’escalier type2.1.3. e = 25 cm III. ⎝ 30 ⎠ e = 0.82 KN/m.2008 III.F.6. d’où la charge totale est G = 9. Caractéristiques géométriques Le nombre de contre marches étant égal à n =19.2 h = . avec L = = 5.168 m. Dimensionnement III.21 cm.64-2 × 0. III.3.53°.17 m n 19 D’après la formule de Blondel : g = 0.30 m. III. Évaluation de la charge De la même manière.88 - . H = 3. tout en ajoutant le poids du garde de corps qui est égale à 0.3 m Figure IV.018 ⋅ L ⋅ 3 25 ⋅ e + 4 .168 = 0.Escalier type2 Cet escalier se trouve dans le rez-de-jardin au niveau du parking dont la hauteur sous plafond est de 3. la hauteur de la contre marche est: H 3.E.~ 0.40 kN/m.64-2h = 0.2. 2007.3 m Alors g = 30 cm et h = 17 cm.P. on considère le modèle simplifié d’une poutre isostatique comme indiqué ci-dessous : q = 4 KN/m g = 9. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT. En tenant compte du poids du revêtement e = 0.2 m h= = 0.2 m. Schéma de calcul A fin de déterminer les sollicitations pour ce type d’escalier. α = arctg ⎜ ⎟ = arctg ⎜ ⎜ ⎟ ⎛h⎞ ⎝g⎠ ⎛ 17 ⎞ ⎟ = 29.

III.4 : Tableau des sollicitations et du ferraillage de l’escalier type 2 Pour l’acier de répartition : Ar =A/4= 3.8 : Ferraillage_ Escalier type2_ HAMMI & JAIEM .3. les résultats sont si dessous : M (KNm) Travée Appui 67.F.E.35 g + 1.5 × 4) ⋅ = 51.13 0.95 1.89 - . 8 8 L2 5.5 × 4) × = 67. Sollicitations Les sollicitations maximales calculées à l’ELU et à l’ELS sont comme suit : L2 5.152 Ast (cm²/m) 14. 2007. 2 2 M u max = (1.23 < µlu 0.82 + 4) × = 48.82 + 1.08 Z 0.4. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT.5q) ⋅ = (1.m.03 < µlu Asc = 0 Asc = 0 α 0.35 g + 1.3.82 + 1.15Mu=10.35 × 9.3 2 = (1. Plan de ferraillage Figure IV.3.35 × 9.52 KN.2.91 Aciers/mètre 8HA16 6HA8 Tableau IV.5q ) ⋅ III.6 0.6 KN. 8 8 L 5.33 0.m.6.2008 III.3 2 M s max = ( g + q ) ⋅ = (9.6.3.02 KN. Calcul des sections d’armatures Le dimensionnement est mené suivant la même procédure que pour l’escalier type1.14 µu 0.73 cm2/m 8 HA8 par mètre.P.3 Vu max = (1.

37 + 0. IV. Caractéristiques géométriques On présente ci-dessous la composition et les dimensions adoptées pour les marches.5 cm) 1.65 Contre marche (marbre de 1.3 × Mortier de pose ( e = 2 cm) Poids propre 1.1 + 0. IV.6. Il comporte une volée hélicoïdale composée de marches de forme trapézoïdales de longueur 1.E.02 × 1.03 × 28 2 (0.1. HAMMI & JAIEM . nombre de contremarches H 4.5 = = 0.17 m .057 0.Escalier type3 Cet escalier se trouve dans le bloc M au rez-de-chaussée.5: charges du paillasse de l’escalier type3.157 1. Eléments du paillasse Marche (marbre de 3 cm) 1.14 + 0. Evaluation des charges sur les marches On considère une portée de porte-à-faux de 1.015 × 0.07) × 0.F.1 0.6. donc h = n 27 Le étant n = 27.96 KN Tableau IV. La hauteur sous plafond est de 4.P.17 ⎞ × 25 2 ⎜ ⎝ ⎟ 2 ⎠ G1 = 1.37 ) × ⎛ 0.2.9: Caractéristiques géométriques_ Escalier type3_.14 + 0. 2007.14) × 1 × 22 2 (0.4 m.90 - .5m. la hauteur associée est Figure IV.37 × 0.4 × (0.3 m scellées dans un poteau circulaire.3 × Charges (KN) 0.015 × 28 2 0. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT.14 + 0.2008 IV.3 × 0.

une charge concentrée dû au poids du garde corps situé à 5 cm de l’extrémité de la marche d’intensité : G1 = 0.m.E. .une charge d’exploitation trapézoïdale d’intensité : 4 × 0.49 × 0. IV.23 × 0. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT.L.56 KN/m au niveau du poteau 4 × 0.3k ⋅ f t 28 ) ⋅ b0 ≥ .24 ⋅ 10 −4 m2 = 2.P. Asc = 0 .L.S : 1. Z = 0. Sollicitations Les sollicitations maximales dans les marches sont indiquées dans le tableau suivant : Moment fléchissant (KN.10-5m2 > Amin = 0.37 Tableau IV.87 41.57 cm2).37 MPa ≤ σ bc =13.3 6.3.02 : µ < µ lu α = 0. IV.F.37 = 2. Dimensionnement des marches IV. surface de la marche 0.2 MPa.87 KN.357 On définit par suite les charges appliquées sur une marche comme suit : .m) ELU ELS Effort tranchant (KN) 5.03 KN/m à l’extrémité de la marche .2008 Le chargement par mètre carré de marche = poids de la marche 1.6.14 = 0. Armatures transversales : On doit vérifier la règle de couture : At γ s ⋅ (τ u − 0.153 × Vérification des contraintes à l’E.02 4.028 .92 400 σ bc = 10.91 - .15 ⎪ ⎨k = 1 ( flexion simple + fissuration peu préjudiciable + sans reprise de béton) ⎪ f = 235 MPa.96 = = 5.49 × 0.37 =1.48 KN/m2.1.S.9 f et ⎧γ s = 1.U et E.135 m.une charge trapézoïdale due au poids propre de la marche. avec : St 0.6 : Tableau des sollicitations aux E. ⎩ et HAMMI & JAIEM .3. Mu = 5. d’intensité : 5.4 KN.3.14 × 0. Calcul des sections d’armatures Le calcul est mené en assimilant la marche à une poutre en console de section rectangulaire. 2007.77 KN/m au niveau du poteau 5. Ast = 1.36.48 KN/m à l’extrémité de la marche. µ = 0.14 = 0.L. 2HA10 (A = 1.2.

St > St S t = S t = 14 cm. L’espacement S t 0 = 0.235 m.17 ⎞ Vu 0 = Vumax ⎜1 − ⋅ ⎟ = 5. – HOTEL JAWHARA –ESCALIERS ENIT.92 - .87 ⋅ 10 − 4 m2/m.14 × 0.41 KN et ⎝ 6 1.38 cm2/m.14 m. 0.39 cm².F. d’où ⎛ At ⎜ ⎜S ⎝ t ⎞ 0.41 ⋅ 10 −3 = = 0.4 ⋅ b0 0. ) 35 10 On choisit un seul cadre φ t ≤ inf(Φ l min . 5 MPa ) =2.026.87 ⋅ 10 −3 1.15 = (6.9d f e 0.56 cm2.93 MPa. St Le pourcentage minimal d’armatures est égal à : τ u ≤ τ u .P. 2φ 6 tel que A= 0.9 × 0.5 τu = At ≥ −1.2008 ⎛ 5 0.14 ⎟ = = = 2. Les armatures principales de flexion doivent être supérieures aux armatures de glissement calculées par la formule suivante : Ag = (Vumax + Mu γ s 5.10 −3 + )⋅ )⋅ = 1.4 × 0. 15Φ l min si Asc ≠ 0) . b0 ⋅ d 0. φt = 6 mm.25 MPa.153 f Pour une fissuration peu préjudiciable on a : τ u = inf(0. 2.E. 1 .4 ⎠ Vu 0 5. 40cm . d’où S t = 0.56 ⋅ 10 −4 = 0. 2007.9d .2 ⋅ c 28 .153 400 [13] HAMMI & JAIEM . ⎟ f et 235 ⎠ min Soit φt le diamètre d’armature transversale devant vérifier la condition suivante : h b0 .38 ⋅ 10 − 4 L’espacement maximal est : S t = inf(0.

Charges (KN/m) 0.2 L 40. en effet : • Les charges d’exploitation sont modérées c’est-à-dire : Charges permanentes ⎧q B ≤ 2.44 Mortier de pose (2 cm) Poids du garde corps 100 100 Charges permanentes totales G = 7.2 KN/m Charge d’exploitation Q = 4 KN/m Tableau IV.25. 2007.2008 V.015 × 1 × 22 Enduit (1.F. Vu la grande portée de la rampe et qui va entraîner un moment important.P. Figure IV.7.33 cos α 0.5 cm) 0.979.7.75m. Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées.5 Les charges de la rampe sont : Soit tgα = α =11°5 cosα = 0.03 × 1 × 28 0.S et le RDC passant par le RDJ. il est nécessaire donc de prévoir des appuis sous forme des voiles de 6.02 × 1 × 28 0.1 : charges de la rampe Eléments II.59 Chape en béton (18 cm) cos α 0. L’étendu de cette rampe est de 40.7: Dimensionnement d’une rampe d’accès Dans ce chapitre on va étudier une rampe droite qui relie le S.18 × 1 × 25 4. Le rapport des portées successives est compris entre 0.5m.g ⎨ ⎩q B ≤ 5KN / m² • • • La fissuration ne compromet pas la tenue des revêtements ni celle des cloisons.84 Revêtement (marbre de 3 cm) 0. – HOTEL JAWHARA –RAMPE ENIT.Evaluation des charges 8. on adopte la méthode forfaitaire pour la détermination des sollicitations vu que les conditions de validité de cette méthode sont vérifiées.93 - HAMMI & JAIEM .8 et 1. et pour les charges G = 7.2 KN/m et Q = 4 KN/m .Méthode de calcul Selon BAEL91.3 h = = 0.75 m de longueur afin de diminuer la flèche. composée de six travées de longueurs de 6.1 : Type d’une rampe I. Les rampes droites se calculent comme des dalles inclinées dont les charges sont mentionnées si dessous.E. .

F.4 Mo23 (1 + 0 .E. Me : valeur du moment sur l’appui de droite. Mt : moment maximal en travée de la poutre continue.Mo2} Figure IV. – HOTEL JAWHARA –RAMPE ENIT. .15M 01 (ou M 0 n ) HAMMI & JAIEM .3 : Moments minimaux dans une poutre continue à plusieurs travées.7. 2 + 0.3α ) M 01 01 2 0.6 Mo12 (11.2 + 0 .3α ) M 02 2 0. Remarque Dans le cas où l’appui de rive serait solidaire d’un poteau ou d’une poutre. i i M 0 j : Le moment maximal entre M 0 et M 0j : Le rapport des charges d’exploitation à la somme des charges permanentes QB et des charges d’exploitation α = G + QB Les moments de chaque travée continue doivent vérifier l’inégalité suivante : i ⎧(1 + 0.2 22 0 Mo12 = Max{Mo1 .1..2008 III.P.7. Valeurs minimales des moments On doit respecter les valeurs minimales ci-dessous : Cas d’une poutre à deux travées |Ma| ≥ Mt ≥ 0 (1 2 + 0 3α (1. 2007.3α ) M 01 2 0.1.2++003α ))M 02 .3α ) M 0 Mw + Me ⎪ ≥ Max⎨ i 2 ⎪1.5 Mo12 (1 + 0 . 3α ) M 2 03 avec Moij = Max{ Moi. il convient de disposer sur cet appui des aciers supérieurs pour équilibrer un moment au moins égal à : M a1 = −0.Sollicitations Dans la suite on désigne par : Mo : moment maximal dans la travée de référence (isostatique soumise aux mêmes charges que la travée étudiée). Mw : valeur du moment sur l’appui de gauche.3α M 01 (. Théories de la méthode III.94 - ..05 M 0 ⎩ α Mt + III.2 : Moments minimaux dans une poutre continue à deux travées Cas d’une poutre à plus de deux travées |Ma| ≥ 0 Mt ≥ (1.1.Moj} Figure IV.

III. et de 10 % pour les poutres à plus de deux travées.15Vo2 -Vo2 Figure IV.5 : Efforts dans une poutre continue à plusieurs travées.14] III. Moment en travée de référence ELU 2 3 pu = p = pu = pu = 1. [3. Effort tranchant de référence (à l’ ELU) l 2 2 3 3 = VoG = VoD = VoG = VoD = Pu × = 53. 2007.1 V o1 1.m 8 1 u 1 1 VoG = VoD III.15Vo1 Cas d’une poutre à plus de deux travées : V 01 -1.1. Application de la méthode Vu la symétrie de chargement et de géométrie dans notre rampe.2008 III.1 V o2 V o3 -V o2 Figure IV.75² l² 1 2 3 M ou = M ou = M ou = M ou = Pu × = 15.2.2 + 4 = 11.05 KN 2 . -1.1.2.35G + 1.53 KN . Cas d’une poutre à deux travées : Vo1 1.5Q = 1.2.7.7. Effort tranchant L’effort tranchant réel est: * Supérieur en valeur absolue à l’effort tranchant isostatique sur l’appui intermédiaire dans la travée de rive d’où on le majore forfaitairement de 15 % pour les poutres à deux travées . – HOTEL JAWHARA –RAMPE ENIT. on va étudier la moitié de la poutre (poutre hyperstatique de 3 travées).4 : Efforts dans une poutre continue à deux travées.78KN . * Au plus égal à v0 ailleurs.95 - HAMMI & JAIEM .5 × 4 = 15.72 × = 89.P.E.35 × 7.72 KN / m 6.m 8 8 ELS 2 3 p ser = p 1 = p ser = p ser = G + Q = 7. 11.2 KN / m ser l² 1 2 3 M oser = M oser = M oser = M oser = P ser × = 63.2 + 1.2.F.2.

05 M 0 ⎩ ⎩ M tu1 = M tu 2 = M tu 3 = ⎧M w = 44.1 VuD = −58.m ⎧(1 + 0.m ⎩ tu1 • Travée 2 ⎧M w = 35.m ⎪1.m ⎪M = 58.812 KN .765 KN . – HOTEL JAWHARA –RAMPE ENIT.P.71 KN.42 KN .m ⎩ tu 2 • Travée 3 ⎧M w = 13.E.m ⎪M = 58.765 KN . 2007.51 KN .m ⎪M = 58. Moments minimaux sur appuis M 1u = 0 KN .4.2.F.m tu 3 ⎩ ELS De la même manière on détermine les moments en service (voir tableau récapitulatif) III.m M 4u = 0.15 M 0u = 13.m ⇒ ⎨ ⎩sa nouvelle valeur est M tu2 = 58.51 KN . Moment en travée α= Q 4 = = 0.4 M 03 = 35.42 KN .51 KN .3 α × M ou = 58.2 + 4 ELU • Travée 1 1.96 - .36 KN 3 2 VuG = − 1.3.1 VuD = −58.m III.m ⎧L' inégalité n' est pas vérifier alors on augment M tu2 par ⎪ ⎨M e = 44.05 KN 4 VuG = V03D = 53.m 2 Les moments de chaque travée continue doivent vérifier l’inégalité suivante : i ⎧99.m ⎩sa nouvelle valeur est M tu1 = 76.m ⎧L' inégalité n' est pas vérifier alors on augment M tu3 par ⎪ ⎨M e = 35.11 KN . Effort tranchant 1 4 VuG = VuD = 0 1 VuD = V01G = 53.2 + 0.36 KN HAMMI & JAIEM .5.m M 2u = 0.05 KN 2 2 VuD = 1.82 KN.812 KN .51 KN .49 KN.36 KN 2 1 VuG = − 1.1 VuD = 58.765 KN .5 M 02 = 44.m M 3u = 0.m ⎧L' inégalité n' est pas vérifier alors on augment M tu1 par ⎪ ⇒⎨ ⎨M e = 0 KN .2.m ⇒ ⎨ ⎩sa nouvelle valeur est M tu3 = 74.357 G + Q 7.3α ) M 0 Mw + Me ⎪ ⎪ Mt + ≥ Max⎨ = Max⎨ i 2 ⎪94 KN .2008 III.1 VuD = 58.36 KN 3 3 VuD = 1.812 KN .2.

25 5HA8 1.01 5.Mt de la hauteur de section à la portée libre est au moins égal à l 10 M 0 étant le moment fléchissant maximal en travée .68 -35.89 58. b0 étant la largeur .2008 Appui 1 Travée1 Appui 2 Travée2 Appui 3 Travée3 Appui 4 Moment Fléchissant (KN.m) ELU Effort Trancha nt (KN) A gauche A droite 0 0 53.18 5HA8 0.36 31.42 -53.05 0 9.68 5HA8 2. 2007.01 2.56 Moment Fléchissant (KN.97 - .Le rapport doit être au moins égal à pour les poutres associées à un hourdis.P.36 58.51 58. en effet pour • Travée 1 : fcal = 0.m) ELS Tableau IV. l 16 . Dimensionnement et ferraillage f t 28 = 2 cm2. h 1 .2 : Récapitulation des sollicitations de la rampe. La deuxième condition est vérifiée.33 5HA8 2.03 6.Un plancher de constructions courantes dont les éléments fléchis soit limité à 8 m. Vérification de la flèche En appliquant la méthode générale décrite si dessous.0105 m Donc il n’est pas indispensable de procéder à la vérification de la flèche.82 57. il n’est pas indispensable de procéder à la vérification de la flèche si on à : Mt h .7. A 4. d la hauteur utile de la poutre et fe la limite d’élasticité de l’acier exprimée en MPA.81 -58.005 m ≤ f =0.5 5HA8 Tableau IV.23 b d ⋅ Appui 1 Travée1 Appui 2 Travée2 Appui 3 Travée3 Appui 4 2 Section d’acier (cm²) Acier longitudinal 5HA8 par mètre Arépartition (cm²) Acier de répartition 12.006 m ≤ f =0.765 -58.36 58.7.05 0 76.0105 m • Travée 2 et 3 : fcal = 0.85 -13.82 41. V.E.74 9.3 : Ferraillage de la rampe.F.34 9.66 -44.25 5HA8 0.36 25.la section A d’armatures tendues vérifie la condition b0 d fe de la poutre.54 5HA8 8HA14 6HA12 6HA14 5HA12 6HA14 3 6HA8 1. - le rapport HAMMI & JAIEM . IV. fe Les sections et les quantités d’acier calculées sont résumées dans le tableau suivant.2 ≤ . – HOTEL JAWHARA –RAMPE ENIT.71 54. La quantité d’acier minimale est de : Amin = 0.

98 - . HAMMI & JAIEM .32 Appui 3 0. 2007.32 Appui 4 0.295 Tableau IV.7. b⋅d τ u ( MPa ) Appui 2 0. Vérification des contraintes On vérifie que : τ u ≤ τ u avec τ u = Appui 1 0.2008 VI.295 Vu et τ u = 2. – HOTEL JAWHARA –RAMPE ENIT.9 MPa.4 : Vérification des contraintes.P.E.F.

Au cours de ce chapitre.E.96 / 2) = 0. on considère les hypothèses suivantes : . Chargements Les charges sont résumées dans le tableau si dessous Parois Charges verticales (KN) Poids propre Poids du revêtement Charges du mur si dessus G1= 0. .99 - .09 G3 = 0. les parois des bâches à eau vont être considérées comme des plaques rectangulaires encastrées sur trois côtés et articulées sur le quatrième. Caractéristiques géométriques et mode de chargement Dans le calcul qui suit. II.2.la fissuration dans les deux bâches à eau est considérée très préjudiciable.8 : Dimensionnement d’une bâche à eau I.les parois sont supposées encastrées entre elles.1 × (11.1 x 22 = 4.Calcul des sollicitations II. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.2008 IV. .8.F.03 x 3.P.1 x 25 = 15.3 × z g(z) = Kp × γsol × z = 5.5 G2 = 2 x 0. 2007.2 x 3.les parois sont supposées encastrées au radier et articulées en haut.58 Surcharge Pression de l’eau de mer Charges horizontales (KN / m²) q= 2 qeau(z) =γeau de mer × z = 10.1.Hypothèses En vue d’étudier les bâches à eau.94 × z Poussée de terre HAMMI & JAIEM . on va déterminer les sollicitations et le ferraillage des parois et du radier par deux méthodes. Figure IV.1 : Caractéristiques géométriques des bâches à eau II.

βG.1. les coefficients αE. γ’I.2008 Radier Poids propre Poids du revêtement Poids de l’eau de mer G1= 0. .3 × 3. β’G.100 - . Avec : b > a . a β’G. b=12.9KN/m² Tableau IV. on a : En E : M x = α E ⋅ q ⋅ a 2 En G : M x = β G ⋅ q ⋅ a 2 En I : M y = γ I ⋅ q ⋅ b 2 .8. Selon la méthode de Plasse basée sur l’égalisation des flèches.1 : chargements des parois et du radier II.Priinciipe de lla métthode a Pr nc pe de a mé hode Figure IV.8.2 : Principe de la méthode de PLASSE.025m b HAMMI & JAIEM .2 x 22 = 4. γI. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.1ère méthode selon la méthode de plasse a -. a b-. Sollicitations au niveau des parois de la bâche à eau Suivant les dimensions de chaque parois on détermine les sollicitations correspondantes au moyen des formules énoncées précédemment et interpolations des valeurs de αE .2 x 25 = 5 KN/m² G2 = 0.F.965 m. βG. γI. α’E.26m = 1.1 =31. M y = α ' E ⋅q ⋅ b 2 Tx = β 'G ⋅q ⋅ a T y = γ ' I ⋅q ⋅ b .P. 3.4 KN/m² qeau(z) =γeau de mer × H =10. α’E. Sollicitations Le calcul des sollicitations sera fait par deux méthodes : II.E. . avec a=11. 2007. γ’I sont donnés par le tableau du livre "Traité b de béton armé" en fonction de ρ = .1.Solllliiciittattiions b So c a ons b.3.

m) MxG (KN.0210 0.2850 0.P.0120 0.1950 0.0210 0.59 + 153.0100 0.32) σ1 = σ 2 = = 86. b.m) TyI (KN) 10.0120 0.3 : Sollicitations dans les parois.267 40.65 × 10 −3 MPa = Ll 1 × 11. on obtient : ρ 1 1.1300 0.E.025 αΕ 0.0090 0.8.1 b/a=1.965 HAMMI & JAIEM .268 54. [4] En appliquant les formules des moments citées si dessus. vu qu’elles dépendent des conditions de déformation du sol que l’on ignore la plus part du temps.0115 0.376 Suite de la détermination des moments on obtient les sollicitations suivantes : Figure IV. On supposant que le terrain est de capacité moyenne est le radier est flexible on obtient les résultats suivants : σ1 = σ 2 = 6P Avec P = G + Q = 19.0225 0.59 + 15.0233 Tableau IV.265 21. 13. 2007.m) MyE (KN.688 19.101 - .0240 0.2 = 172.2.0098 αΕ' βG β'G γI γ'I 0. on obtient : Parois A B MxE (KN.016 27.2008 Par interpolation.79 KN Ll 6 P 6 × (19.1490 0.146 25.589 12. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.F. Sollicitations au niveau du radier Il est généralement difficile de déterminer les contraintes du sol sur le radier.8.758 49.m).722 23.65KPa = 86.m) TxG (KN) MyI (KN.2 : interpolation des coefficients.721 26.3: Moments dans les parois (KN.1443 0.2175 0.097 Tableau IV. il faut donc utiliser une méthode approchée respectant au mieux le fonctionnement physique effectif du radier.8.0270 0.

102 - .02 × 23 + 3.4: Contrainte sous radier.E.5 : forces appliquées sur la paroi lorsque la bâche à eau est vide HAMMI & JAIEM . 1er cas : la bâche d’eau est vide Figure IV. Le calcul des sollicitations dépend de la nature du chargement.8. 2007.F. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT. 2 ème [10] méthode (calcul manuel) a.965x 310 x20) Lors du calcul manuel.8. vérification des contraintes sous le radier : La charge uniforme due au radier et à l’eau est : 0.2 × 25 + 0.5 bar II.suivant x : (a x b x e) = (12. on va se restreindre au voile type 1..2. 3.suivant y : (a x b x e) = (11.1 × 10 p= = 0.36 bar 100 La contrainte maximale appliquée par les bâches à eau sur le sol est : σ = p +2σ = 2. Priinciipe de lla métthode a Pr nc pe de a mé hode On a deux types de voiles périphériques : 1.26 x 310 x 20) 2.2008 Figure IV.P.09 bar ≤ σ sol = 2.

7: Diagramme de l’effort normal Charges horizontales 1er cas : la bâche d’eau est vide Poussée de terre M ( z) = − g ( z) × z² 6 g (z) × z² 2H ⇒ ⇒ MB = 0 VB = 0 & & MA = − VA = 5.13 = 28 .P.54 KN / ml 2 × 3 .E.1 Figure IV. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.49 KNm / ml 6 V ( z) = 5 .94 × 3 .94 × 3.F.2008 2ème cas : la bâche à eau est pleine Figure IV. 2007.13 = −29.8.8.Solllliiciittattiions b So c a ons Charges verticales N = 19.8.103 - .6 : forces appliquées sur la paroi lorsque la bâche à eau est pleine b-.59 KN Figure IV.8 : Sollicitations dues à la poussée de la terre HAMMI & JAIEM .

9 : Sollicitations dues à la surcharge 2ème cas : la bâche d’eau est pleine M ( z) = V ( z) = − q eau ( z ) × z ² 6 de mer ⇒ ⇒ MA = 10.104 - .F.E.2008 Surcharge M (z) = − q × z² 2 ⇒ M B =0 & M A =− 2 × 3 .1 = 6. 61 KNm / ml 2 V ( z) = q × z ⇒ V B ( z = 0) = 0 & V A = 2 × 3. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.49 KN / ml 2 × 3 .10: Sollicitations dues à l’action de l’eau HAMMI & JAIEM .8.1 & & MB = 0 VB = 0 q eau ( z) × z² 2H VA = − Figure IV.13 = 51.8.P.1 ² = − 9 .3 × 3 .13 = − 49 . 2007.2 KN / ml Figure IV.14 KNm / ml 6 10 .3 × 3.

L’espacement des aciers ne doit pas dépasser 20 cm. 2007.Ferraillage L’armature est un quadrillage placé à l’extérieur et à l’intérieur des parois. Les armatures situées au voisinage des faces extérieures et retournés vers l’intérieur peuvent contribuer à équilibrer les moments des angles. on trouve plus d’armatures à l’intérieur de la bâche à eau le long des parois verticales et au raccordement avec le radier pour réaliser les encastrements.AG : acier à l’encastrement paroi . . Ferraillage des parois Concernant le ferraillage. .Atx : acier en travée dans le sens x. en effet plus les armatures sont nombreuses plus la fissuration est fine et bien répartie.1. .Aty : acier en travée dans le sens y.F. . [10] HAMMI & JAIEM . l’étanchéité est alors meilleure. Les armatures de répartition doivent avoir une section égale au minimum au ¼ de celle des armatures principales.paroi.105 - .Atxi (Atyi) : acier en travée dans le sens x ( sens y) due à la poussée de l’eau dans la bâche à eau. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.2008 III. Généralement. La disposition des aciers au niveau des parois est comme suit avec .AI : acier à l’encastrement paroi .P. il est recommandé de choisir des aciers d’un diamètre plutôt petit pour augmenter l’adhérence .11 : Ferraillage des parois.8. III.E.radier. Figure IV.

F.8 µ rb = 0 .2008 III.23 f t 28 e − 0.106 - .21 3 ⎠ 2 ⎝ HAMMI & JAIEM .P.506 ⎞ 1 ⎛ × 0 . La Fissuration est supposée préjudiciable.506 ⎜ 1 − ⎟ = 0 .2. le calcul sera fait à l’état limite de service σ - bc = 13. Principe de la méthode et hypothèse de calcul Le dimensionnement des parois se fait à la flexion composée avec est un effort de compression (N est égal au poids propre du voile + l’effort transmis par les étages supérieurs). Résultats obtenues Moment résistant du béton réduit : α1 = 15 × 13 .8 MPa Moment résistant du béton réduit : nσ bc α1 = nσ bc + σ s α ⎞ 1 ⎛ µ rb = α 1 ⎜ 1 − 1 ⎟ 2 ⎝ 3 ⎠ - Excentricité par rapport au centre de gravité de la section du béton seul à l’ELS : e0 = M N Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus : ⎧ h⎞ ⎛ ⎪e A = e0 + ⎜ d − ⎟ 2⎠ ⎝ ⎨ ⎪M = − N ⋅ e A ⎩ A Ramener le problème à un dimensionnement en flexion simple - µs = MA b 0 × d ² × σ bc - - α ⎞ ⎛ Z b = d × ⎜1 + 1 ⎟ 2 ⎠ ⎝ MA As = Z ×σ s Armatures en flexion composée : ⎧ A ' = A s' ⎪ Ns ⎨ ⎪ A = As − σ s ⎩ Condition de non fragilité : Amin = 0.2 MPa et σ s = 192. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.185d [3. 2007.1.2 + 192 .1.2 = 0 .E.45d .b.1.10] III.d . fe e − 0.506 15 × 13 .

E.m e A = 2.m dimensionnement en flexion simple µ s = 0 .39 cm² Condition de non fragilité Amin = 1.5cm² Ferraillage 9HA16 8HA16 Tableau IV.8.107 - .4 : Récapitulation du ferraillage des parois.m N>0 N=19.F.m Flexion composée avec compression Excentricité par rapport au centre de gravité de la section du béton seul à l’ELS e 0 = 2 .81KN .59 KN M=51.P.14 KN.79 cm ² (pas d’armatures comprimées) Z b = 0 .16 m As = 15 .091 ≤ µ rb A’= 0 (pas d’armatures comprimées) Z b = 0 . HAMMI & JAIEM .645m M A = −51. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.6 m e 0 = 1 . 2007.10 KN.59 KN M= 39.2008 Armatures Intérieures Sollicitations Armatures Extérieures N=19.99 m Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus e A = 2.16 m As = 16 .44m M A = −47.098 ≤ µ rb A’= 0 µ s = 0 .69 cm² A' = 0 A = 15.79 KN .49 cm ² Armatures en flexion composée A' = 0 A = 16.

556 KN.m Mty = 31.04 µy=0.1 § A) • • III.3 KN. – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.97 〉 0. 2007.2.4 ⇒ la dalle porte dans les deux sens.12 : Ferraillage des parois du bâche à eau III.P.m Moy = 229.85 KN.8. Dimensionnement de la dalle lx 11.F.2.965 α= = = 0. (Chapitre IV.2.26 h0 = 30 cm III.2.97 > 0. Le principe de calcul est déjà expliqué dans le chapitre dalle pleine.1. Ferraillage du radier Le radier se calcule comme une dalle pleine.m HAMMI & JAIEM .108 - .2008 Figure IV.21 KN.m b. µx=0.97 a .Moments dans les dalles partiellement encastrées Pour une bande de 1m de largeur : Mtx = 200.Moment fléchissant pour le panneau articulé sur son contour Pour une bande de 1m de largeur et pour P = 41.40 : Le panneau porte dans les deux sens. Sollicitations α = 0.3 KN/m² Mox = 236. ly 12.E.

2007.P. Ferraillage • Section calculée d’acier En travée : Sens lx : Sens ly : Atx = 46.89 KN.Moments sur les appuis suivant x Mw = 70.2008 c . Aymin = 1.Choix des armatures h 300 Φ≤ 0 = = 30 mm 10 10 .2.3.Espacement St< 30 cm Soit : Atx = 10 HA 25 /ml Aty = 10 HA 25 /ml Aax = Aay = 9HA 20 /ml St = St = 100 100 = ≈ 10 cm n 10 100 100 = ≈ 10 cm n 10 100 100 = ≈ 11 cm n 9 St = HAMMI & JAIEM .82 cm2/m.15 KN.F.m Me = 118.23 cm2/m • Section minimale d’acier Axmin = 1.3 cm2/m Aty = 44.109 - .Valeurs minimales à respecter M M ty ≥ tx * En travée : 4 * Sur appuis : May = Mw = 70. Sur appuis Aax = 27.m d . – HOTEL JAWHARA – BACHE À EAU ENIT.89 KN. • Choix des aciers .16 cm2/m.m III.918.80 cm2/m.E.

9 : Dimensionnement de la piscine I.la résistance est indispensable afin d’assurer la stabilité et lors du dimensionnement pour tenir compte des différentes charges et contraintes. . Pour cette étude. il faut que ce dernier réponde à certaines exigences telles que la résistance. les parois de la piscine sont supposées encastrées au fond. En effet.Introduction On marque la présence de 3 types de piscine dans notre projet. 2007.110 - .E. on considère que: la fissuration est très préjudiciable.1 : Caractéristiques géométriques de la piscine.9. pour cette raison la fissuration est alors préjudiciable.F.P. l’étanchéité et la durabilité. afin que notre ouvrage soit durable. . Figure IV. il faut que les matériaux choisis doivent avoir une bonne résistance à l’eau.l’étanchéité est aussi essentielle car il n’y a pas plus miracle que l’eau vu que sa chimie impose des contraintes. enrobage : 3cm. Comme tout ouvrage hydraulique.Caractéristiques géométriques Dans le calcul qui suit. La piscine faisant le sujet de notre étude constitue une piscine couverte qui se situe au RDJ dans le joint H. les parois de la piscine vont être considérées comme des plaques rectangulaires encastrées sur trois côtés et articulées sur le quatrième On présente ci-dessous les caractéristiques géométriques de la piscine. . la hauteur des parois… II.la durabilité.2008 IV. – HOTEL JAWHARA – PISCINE ENIT. HAMMI & JAIEM . Remarque : le calcul des parois et du radier de notre piscine se calcul de la même manière et le même principe que celle d’une bâche à eau avec une différence de quelques caractéristiques comme la densité de l’eau. deux non couverte et une couverte.

14 Surcharge q= 2 Pression de l’eau q(z) =γeaur × z= 10 × z Radier Poids propre Poids du revêtement Poids de l’eau G1= 3.1.5 = 5 KN / ml 2ème cas : la bâche d’eau est pleine Pression de l’eau M ( z) = V ( z) = − q eau ( z ) × z ² ⇒ 6 q eau de mer ( z ) × z ² 2H MA = ⇒ 10 × 2.5 & & MB = 0 VB = 0 HAMMI & JAIEM .2008 II.9. 2007.Etude des parois III. Sollicitations dans les parois Charges verticales G = N = 17.P. – HOTEL JAWHARA – PISCINE ENIT. 25 KNm / ml 2 V ( z) = q × z ⇒ V B ( z = 0) = 0 & V A = 2 × 2.1 : charges de la piscine III.F.2 x 2.04 KNm / ml 6 VA = − 10 × 2 .64 KN Charges horizontales 1er cas : la piscine est vide Surcharge M (z) = − q × z² 2 ⇒ M B =0 & M A =− 2 × 2 .5 × 2.111 - .75 KN/m² G2 =1 .25 KN / ml 2 × 2 .5 3 = − 31 .5 G2 = 2.Chargements Parois Charges verticales (KN) Charges horizontales (KN / m²) Poids propre Poids du revêtement G1= 0.5 ² = − 6 .5x 25 = 15.5 2 = 26.6 KN/m² qeau(z) =γeau × H =10 × 2.5 =25 KN/m² Tableau IV.E.

05 ≤ µ rb A’= 0 µ s = 0 .96 KN .2 = 0 .25 KN.m N>0 N=17.124 m As = 10 .506 et 15 × 13 .04 KN.43KN .506 ⎜ 1 − ⎟ = 0 .9.2.F.P.E. HAMMI & JAIEM .21 3 ⎠ 2 ⎝ Armatures Intérieures Armatures Extérieures Sollicitations N=17.64KN M=26.62cm² Ferraillage 6HA16 3HA14 Tableau IV.m e A = 0.2008 III.124 m As = 3 .35 m Sollicitations ramenées au centre de gravité des aciers tendus e A = 1.44 cm ² Z b = 0 .506 ⎞ 1 ⎛ × 0 . Ferraillage Moment résistant du béton réduit : α1 = 15 × 13 .64KN M= 6.112 - .85 cm² Condition de non fragilité Amin = 1.8 µ rb = 0 . 2 : Récapitulation du ferraillage des parois du piscine. – HOTEL JAWHARA – PISCINE ENIT.94 cm ² Armatures en flexion composée A' = 0 A = 10.535m M A = −9.47 m e 0 = 0 . 2007.m Flexion composée avec compression Excentricité par rapport au centre de gravité de la section du béton seul à l’ELS e 0 = 1 .34 cm² A' = 0 A = 3.2 + 192 .m dimensionnement en flexion simple µ s = 0 .475m M A = −24.02 ≤ µ rb A’= 0 (pas d’armatures comprimées) (pas d’armatures comprimées) Z b = 0 .

1.07 µy=0.4 ly 15.11 KN.66 KN.2.2.4. Moments dans les dalles partiellement encastrées Pour une bande de 1m de largeur : Mtx = 175.m IV.68 > 0.Etude du radier Le radier se calcule comme une dalle pleine.22 KN.64 KN.2. Le principe de calcul est déjà expliqué dans le chapitre dalle pleine.m HAMMI & JAIEM . 52 KN. 2007. µx=0.2. Sollicitations α = 0.1 §A) IV. Moment fléchissant pour le panneau articulé sur son contour Pour une bande de 1m de largeur et pour P = 30.22 IV.25 ⇒ la dalle porte dans les deux sens.m Moy = 51. h0 = 35 cm IV.E.11KN.F.40 : Le panneau porte dans les deux sens.2. – HOTEL JAWHARA – PISCINE ENIT.35 KN/m² Mox = 234.113 - . Dimensionnement de la dalle • • α= lx 10.m Mty = 38.76 KN. (Chapitre IV.m Me = May = 25.5 = = 0. Valeurs minimales à respecter * En travée : M ty ≥ M tx 4 M ty ≥ 43.m IV.P.m IV.2.2008 IV.3.1. Moments sur les appuis suivant x Mw = Max =117.9 M ty ≈ 44 KNm * Sur appuis : May = Mw = 117.68 〉 0.

24cm2/m Sur appuis • Section minimale d’acier Axmin = 2.Espacement St< 35 cm Soit : Atx = 7 HA 25 /ml Aty = 7 HA 14 /ml St = St = 100 100 = ≈ 14 cm n 7 100 100 = ≈ 14 cm n 7 St = 100 100 = ≈ 14 cm n 7 Aax = Aay = 7 HA 20 /ml [3] HAMMI & JAIEM .3.Choix des armatures Φ≤ h0 35 = = 35 mm 10 10 . Aymin = 2. Aax = 20. Ferraillage • Section calculée d’acier : En travée : Sens lx : Sens ly : Atx = 30. • Choix des aciers .E.2008 IV.62 cm2/m.114 - .36 cm2/m Aty = 7.1 cm2/m.F. – HOTEL JAWHARA – PISCINE ENIT.6cm2/m.P. 2007.

P.20 cm2 .E. Selon l’article B 5-3-2 du BAEL 91. les barres de gros diamètre sont à éviter. Les joints de dilatation nécessitent un type spécial d’acrotère pour empêcher l’infiltration de l’eau entre les blocs.1.2 Armatures Transversales L’acrotère se calcule comme une console soumise à une charge concentrée.5 cm2 A = 6 HA 10 II.115 - . Vu le risque de corrosion de l’acier et d’éclatement du béton. – HOTEL JAWHARA – ENIT. Le poids propre de l’acrotère n’est pas considéré lors du calcul.005 B = 3.F.1.21cm2 fe III .Acrotère sur mur II.5 F = 0.10 : Dimensionnement des acrotères I. II. h : Hauteur de l’acrotère Mu Ast = β d σ st f soit : A = 5 Φ8 Amin = 0. A2 ≥ 4. Armatures longitudinales Section de béton : B = 7.23 bd t28 = 2.005 B. on prévoit les mêmes armatures At1 = 5 Φ 8 / ml & At2 = 4 Φ 6 / ml [14] transversales : HAMMI & JAIEM .6 KN/ml Mu = Pu h .50 cm2 A = 5 HA 10 A = 6 HA 10 III. F =0.4 KN / ml.2. 2007.005 de la section de béton: A ≥ 0. ainsi. Armatures transversales Par un calcul analogue au précèdent. deux modèles d’acrotères sont à dimensionner. Pu = 1.00 cm2 or A ≥ 0.Acrotère sur joint III. ils prennent une section d’armatures longitudinale au moins égale à 0. A1 ≥ 3. Armatures longitudinales B1 = 600 cm2 B2 = 900 cm2 .2008 IV.Introduction Les Acrotères sont des éléments en béton armé qui couronnent le bâtiment.

10. 2 Figure IV.Plan de ferraillage Les détails et le ferraillage sont représentés dans les figures fig.F.10. – HOTEL JAWHARA – ENIT.P.116 - .E.2008 IV.1 : Acrotère sur mur Figure IV.2 : Acrotère sur joint HAMMI & JAIEM .1 et fig. 2007.

2007.P. – HOTEL JAWHARA – ENIT.E.2008 Chapitre V Fondations HAMMI & JAIEM .F.117 - .

1 : . Cette méthode s’adapte spécialement aux semelles à charges centrées et transmettant au sol une pression supposée uniforme.117 - .béton = 7 bars) et des semelles filantes sous les voiles. on a conçu la fondation comme fondation superficielle sur semelles isolées sous les poteaux en béton armé avec une base en gros béton (σ G . Figure V.E.Méthode de calcul Il est d’usage courant d’appliquer pour le calcul des semelles sur sol une méthode simple dite : méthode des bielles . La profondeur du bon sol était estimée à 2 m.Méthode des bielles. III.P. II.25 MPa.5 bars. les charges provenant de la superstructure. – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS ENIT. 2007. HAMMI & JAIEM .Introduction La fondation est destinée à transmettre au sol. le rapport géotechnique nous a fourni les données suivantes (voir annexe): • • La contrainte admissible du sol σ sol à était fixée à 0. qui suppose que les charges appliqués aux semelles par les poteaux sont transmises au sol par des bielles obliques qui déterminent à la base des semelles des efforts de traction qui doivent être équilibrées par des armatures.2008 Chapitre V : FONDATIONS I. dans les conditions les plus favorables.Solution retenue Pour les conditions du sol σ sol = 2.F.

A.section de la semelle Pour un poteau de section a x b.2008 III. A et B sont déterminés par : AB ≥ ser : B ≥ a σ σ b.F. h : hauteur ou épaisseur de la semelle.118 - . avec e ≥ 15cm . La résistance à l'effort tranchant soit assurée sans qu'il soit nécessaire de prévoir des aciers verticaux. – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS ENIT. ⎜ ou ⎜ 12φ + 6cm (barres avec crochets ) ⎝ B−b ≤ (d a et d b ) ≤ A − a et H = d b + c 4 ⎛ 6φ + 6cm (barres sans crochet ) H ≤ B −b + c 4 ⎞ ⎟ ⎟ ⎟ ⎠ } HAMMI & JAIEM . La contrainte sur le sol soit compatible avec la résistance de celui-ci. e: hauteur de rive d’une semelle trapézoïdale. Les armatures verticales des poteaux doivent être prolongées jusqu'à la base de la semelle. b : dimensions en plan du poteau tel que a< b. III. il faut que : • • • • • • La semelle soit assez rigide pour que la réaction du sol puisse considérer comme uniforme. 2007.1 Géométrie et charges On désigne par : Pu : charge à l’ELU Pser : charge à l’ELS a. c :enrobage des armatures.2.3. dans le cas général on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elle soit homothétique du poteau : A a = B b P b Pser ou A ≥ . l’enrobage minimal des armatures est de 3 cm pour les fondations. Dimensionnement de la semelle III. la semelle et un rectangle A x B.E.3. B: dimensions en plan de la semelle à sa base tel que A< B.hauteur de la semelle a Pser b σ ⎜ e ≥ Max{ 15 cm . Dispositions constructives Pour le dimensionnement des semelles.P.1 Semelles isolées rectangulaire sous poteau rectangulaire soumise à une charge verticale centrée a. d=h-c III. Nécessité d’ancrage des armatures.

Si la fissuration est très préjudiciable on majore A b et A a par 50%.15 • N a ≤ e ≤ 0 . B : les barres dans le sens de la longueur peuvent ne pas comporter des Si l sb < 4 crochets. • • Si la fissuration est préjudiciable on majore A b et A a par 10%.5 On compare respectivement les longueurs de scellement lsa et lsb des barres à A/4 et B/4 : A Si l sa ≤ : les barres dans le sens de la largeur peuvent ne pas comporter des 4 crochets.P.Vérification de l’encrage l s = φl 4 × 0 .2008 c. Remarque : • Si la fissuration n’est pas préjudiciable on travaille avec les valeurs calculées A b et A a . 25 N b ≤ e tb = A − 2c nb−1 e.15 A − 2 × c + 1 ≤ 0 .F.119 - . on obtient les sections d’armatures Aa dans le sens de la largeur et Ab dans le sens de la longueur : ⎛ p ( A − a) p s ( A − a) ⎞ ⎛ p ( B − b) p s ( B − b) ⎞ ⎟ et Ab = sup⎜ u ⎟ Aa = sup⎜ u . sinon il faut en placer. ⎜ 8d f ⎜ 8d f .6 f f ψ e tj 2 s Avec ψs = 1. 8d σ ⎟ 8 da σ s ⎟ a ed b ed b s ⎠ ⎝ ⎠ ⎝ b e B a db c h da A a Figure V. d.Armatures de la semelle En utilisant la méthode des bielles.E. 25 N a ≤ B − 2 × c + 1 ⇒ 0 .Espacement des armatures 0 . – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS ENIT. sinon il faut en placer. 2007. HAMMI & JAIEM . 25 B − 2c na−1 = B-2×C eA +1 B − 2 × c + 1 ≤ 0 .2 : Ferraillage des semelles.15 e ta = • N b = B -2×C eB + 1 A − 2 × c + 1 ⇒ 0 .

045 × H × ⎜ ⎟ γb ⎝ ⎠ Avec Pu1 : charge appliquée au poteau à l’ELU : Pul = 1. 2007.2008 f. HAMMI & JAIEM . • Soit on utilise des armatures transversales dans la zone où agit la charge de poinçonnement.3 : Phénomène de poinçonnement.120 - . Cette charge doit vérifier : A × B ≥ Pul × (a + 2 × H ) (b + 2 × H ) ⎛ f c28 × 2 × (a + H ) × (b + H )⎞ ⎟ Pul − ⎜ 0.Vérification de la condition de non poinçonnement La charge poinçonnant est égale à la résultante des contraintes sur le sol agissant à l’extérieur du tronc de pyramide de poinçonnement. – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS ENIT.E.5 × Q Poids semelle = σ béton × A × B × H σ remblai × h × [(A × B) – (a × b)] Si la condition de non poinçonnement n’est pas vérifiée.P. deux solutions sont à envisager : • Soit on augmente la section de la semelle. σsol Figure V.35 × (G + Poids remblai + Poids semelle ) + 1.F.

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS

ENIT. 2007- 2008

III.3.2 Semelles isolées sous joint de dilatation

En cas de semelle sous joint de dilatation, donc sous deux poteaux, on procède de la même manière tout en confondant les deux poteaux à un poteau unique recevant un effort normal P et éventuellement un moment M définit comme ci-dessous.

Figure V.4 : Semelle sous joint de dilatation.
a. Pu1 ≈ Pu2 :

La semelle est alors assimilée à une semelle centrée supportant un poteau ayant pour caractéristiques géométriques :
b = b1 + b2 + 2 cm,

a = sup (a1 , a2 ) ,
Pu = Pu1 + Pu 2 .

b. Pu1 ≠ Pu2 :

La semelle est remplacée par une semelle fictive équivalente soumise à un effort normal ( P) appliquée à la distance ( e0 ) du centre de gravité, d’où la production d’un moment de flexion ( M ) définie comme suit :

b = b1 + b2 + 2 cm, d1 = Pu 2 ⋅ d0 = d0 , ( Pu1 + Pu 2 )

a = sup (a1 , a2 ) ,
d 2 = Pu1 ⋅ e= d0 , ( Pu1 + Pu 2 )

b1 + b2 + 2 cm, 2

d0 − d1 , 2

Pu = Pu1 + Pu 2 ,

M = Pu ⋅ e .

HAMMI & JAIEM

- 121 -

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS

ENIT. 2007- 2008

III .4. Dimensionnement du gros béton
III .4.1. Section du gros béton

La section du gros béton ( A’xB’ ) est déterminée par : P' A' B' ≥

σ sol

Avec : P’ : Charge initiale appliquée à la semelle + poids propre semelle + poids propre gros béton. • A’, B’ : Les dimensions du gros béton. p ' ser A • B’ ≥ × •
B

σ

sol

Pour que les dimensions du gros béton soient homothétiques à celles de la semelle, on doit vérifier : A' A = , où A, B les dimensions de la semelle. B' B
III .4.2. Hauteur du gros béton

La hauteur du gros béton est déterminée en vérifiant :
⎧d ⎪ H = 0.5 ÷ 0.6 ⎪ A−a A−a d ⎪ ¬ H≥ = . ⎨H ≥ 2 × 0.55 1.1 0.55 ⎪ A−a ⎪ ⎪d = 2 ⎩

[14,15]

IV- Exemples de calcul
A fin de concrétiser les théories énoncées ci-dessus, on va faire le calcul de la semelle isolée S5 issue du poteau P6 du bloc"G". Semelle isolée S2 sous joint de dilatation issue des poteaux P6 du bloc"G"et"I".

IV.1. Semelle isolée S5
Cette semelle isolée S5 issue du poteau P6 du bloc"G". Elle supporte un poteau rectangulaire de section (25×40). La semelle est soumise à l’action d’un effort normal G = 59.7 T et Q = 24 T D’où : Pu = 1.35 G + 1.5 Q = 1.165 MN. & Pser = G + Q = 0.837 MN. La semelle repose sur du gros béton de portance σ GB = 0.7 MPa . La portance du sol d’assise sous le gros béton est limitée à σ sol = 0.25 MPa

HAMMI & JAIEM

- 122 -

P.F.E. – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS

ENIT. 2007- 2008

IV.1.1 Dimensionnement de la semelle a- section de la semelle

B≥ Vu que

b Pser . ⇒B≥ a σ GB

0.4 0.837 . = 1.38m ; Soit B= 1.4 m 0.25 0.7

A a a = ⇒ A = B × ⇒ A = 0.9m B b b

b- hauteur de la semelle 1.40 − 0.40 B−b da ≥ ⇒ da ≥ = 0.25m ⇒ d a = 0.345m 4 4 d b ≤ A − a ⇒ d b ≤ 0.90 − 0.25 = 0.65 ⇒ d b = 0.345m

B−b + c = 0.3m ⇒ H = 30cm 4 Poids propre de la semelle : A x B x H x 25 = 0.00945 MN Pu =1.18 MN. & Pser = 0.849MN. a B> 1.39 m ⇒ B = 1.40m & A = B × ⇒ A = 0.875m b H≤
c- Armatures de la semelle ⎛ p ( A − a) p s ( A − a) ⎞ ⎟ Aa = sup⎜ u ⎜ 8d f , 8d σ ⎟ a ed a s ⎠ ⎝

Aa = sup(

1.18 × 10 −3 (0.875 − 0.25) 0.837 × 10 −3 (0.875 − 0.25) , ) = 7.69 cm² 8 × 0.345 × 347.83 8 × 0.345 × 129.8
Aa = 5HA14

&

⎛ p ( B − b) p s ( B − b) ⎞ ⎟ Ab = sup⎜ u ⎜ 8d f , 8d σ ⎟ b ed b s ⎠ ⎝ 1.18 × 10 −3 (1.40 − 0.40) 0.837 × 10 −3 (1.40 − 0.40) , Ab = sup( ) = 11.88 cm² 8 × 0.345 × 347.83 8 × 0.345 × 129.8
Ab = 8HA14 d- Espacement des armatures B − 2c = 0.185m • eta = na − 1 A − 2c • etb = = 0.194m nb − 1 On a bien vérifié que 0.15 ≤ e ≤ 0.25m e- Vérification de l’encrage fe φ ls = l × or 4 0.6 × f tj ×ψ s ²

φl = 14 mm

&

ψ s = 1.5

Avec ψs = 1.5

l s = 54cm
HAMMI & JAIEM - 123 -

section du gros béton La section du gros béton ( A’ x B’) est déterminée par : 1.P.00918 MN Poids remblai = σ remblai × h × [(A × B) – (a × b)] = 0.Vérification de la condition de non poinçonnement Pul × (a + 2 × H ) (b + 2 × H ) On doit vérifier : A × B ≥ ⎛ f c28 × 2 × (a + H ) × (b + H )⎞ ⎟ Pul − ⎜ 0.40m B' ≥ 0. B' B B’ = 2.045 × H × ⎟ ⎜ γb ⎠ ⎝ Avec Pu1 : charge appliquée au poteau à l’ELU : Pul = 1.F. lba = 54cm & B 1.124 - .045 × H × ⎟ ⎜ γb ⎠ ⎝ donc la condition de poinçonnement est vérifiée. . IV. f.225 cm² On a bien vérifié que A × B ≥ Pul × (a + 2 × H ) (b + 2 × H ) .35 × (G + Poids remblai + Poids semelle ) + 1. 2007.875 A = = 21 cm ⇒ l sa ≥ : Toutes les barres dans le sens de la 4 4 4 largeur doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle et comportées des ancrages courbes tels que les crochets.4 0.5 × Q Poids semelle = σ béton × A × B × H = 0.25 A σ sol Et puisque A' A = donc A’ = 1.0517 MN Pu1= 1. ⇒B≥ = 2.2008 On compare respectivement les longueurs de scellement lsa et lsb des barres à A/4 et B/4 : l sa = 54cm & A 0.40 m HAMMI & JAIEM .045 × H × ⎟ ⎜ γb ⎠ ⎝ A × B = 0.875 0.2 Dimensionnement du gros béton a.1. – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS ENIT.86 cm² ⎛ f c28 × 2 × (a + H ) × (b + H )⎞ ⎟ Pul − ⎜ 0.910 B P' ser .40 B = = 35 cm ⇒ l sb ≥ : Toutes les barres dans le sens de la 4 4 4 longueur doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle et comportées des ancrages courbes tels que les crochets.4 = 1. ⎛ f c28 × 2 × (a + H ) × (b + H )⎞ ⎟ Pul − ⎜ 0.248 MN • • Pul × (a + 2 × H ) (b + 2 × H ) = 0.E.875 × 1.50 m.

52 m a = sup (a1 .6 ⎪ A−a A−a d ⎪ ¬ H≥ =0.6 A (cm) 70 B (cm) 140 H (cm) 35 IV. Les longrines se reposent sur une couche de 10 cm de béton de propreté.55 2 × 0.2 Semelles isolées sous joint de dilatation Puisque Pu1 = Pu2.maintenir les distances entre les poteaux.1. a2 ) = 0.25 + 0. Les longrines sont conçues entre les poteaux.raidir les poteaux afin de diminuer leurs risques de flambement.55 1. . Dimensionnement de la semelle Ps(T ) 93.repartir les charges entre les semelles. [11] HAMMI & JAIEM .3.2008 b.97 aciers 9HA12 IV.P.supporter le poids des murs et des cloisons. elles permettent de : .hauteur du gros béton La hauteur du gros béton est déterminée en vérifiant : ⎧d ⎪ H = 0.02 = 0.2.2. Dimensionnement du gros béton A‘(cm) B’ (cm) H (cm) 130 260 50 V. 2007.1 ⎪ A−a ⎪ ⎪d = 2 ⎩ H = 60 cm IV. Armatures de la semelle Aa (cm²) 5.125 - .25 + 0.E.2. servants à répartir des charges ou à les reporter vers des. Pu = Pu1 + Pu 2 = 93. .2.F. La semelle est alors assimilée à une semelle centrée supportant un poteau ayant pour caractéristiques géométriques : b = b1 + b2 + 2 cm = 0.16 aciers 5HA12 Ab (cm²) 9.568 m = ⎨H ≥ 0.9 T et Ps = Ps1 + Ps 2 =67.5 ÷ 0. IV.9 Pu (T ) 67.Les Longrines Les Longrines sont des Pièces d'infrastructure d'allure horizontale.25 m .6 T Et par la même procédure que celle faite si dessus. – HOTEL JAWHARA –FONDATIONS ENIT. .

Effel. nous avons dimensionné les fondations superficielles de l’hôtel. calculé et vérifié les différents éléments de la structure de l’hôtel. en garantissant une sécurité certaine pour l’ouvrage et une facilité d’exécution.F.E. ce qui nous a énormément facilité la tâche. 2007. D’abord. HAMMI & JAIEM . Leur conception devrait être conforme aux exigences architecturales et économiquement acceptable. Ensuite. Il est à noter que la diversité des aspects étudiés nous a poussé à utiliser les logiciels de calculs.P. En fait nous avons confronté un certain nombre de problèmes concernant l’emplacement des poteaux et les retombés des poutres. Puis. nous avons pu noter l’importance de la conception qui représente une étape principale de travail. RDM…. à savoir : Arche. – HOTEL JAWHARA –CONCLUSION ENIT.126 - .2008 CONCLUSION Une grande partie de ce projet de fin d’études a été consacré à la conception et le dimensionnement de la superstructure et des fondations principalement en béton armé de l’hôtel « Jawhara ». nous avons modélisé. nous avons essayé d’améliorer les performances énergétiques du projet en appliquant la démarche de haute qualité environnementale. Enfin. dimensionné. Et à partir ce contexte. nous avons pu déterminer l’évaluation des charges.

Conception et calcul des structures de bâtiments. www.P. DOUIRA. 1989. Gros œuvre du bâtiment « aide-mémoire ». 6293.fr Magasine Science et Vie. [2] M.E. Edition Eyrolles. édition Mir Moscou.127 - . RAMAZANOV. THONIER. l’habitat durable. les nouvelles technologies de K. Calcul des éléments selon l’Eurocode 3. deuxième Edition Eyrolles.ademe.ROUX. ENIT. HAMMI & JAIEM .E. Février 2002.U. PIERRE MOUGIN. associés. Construction métallique. [13] H. [14] J. Polycopié de béton armé. Maîtrise du BAEL91. Guide de calcul. [3] J. Traité De Béton Armé. LAVAUD.GUERRIN et R . [15] V.T. 2007. Tunis.Y.F. www. [11] J. Béton armé B.ademe. ADEME. [12] E. [4] ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise d’Energie). 1965.C.MILED. Construire autrement. Tome VI et V. Polycopié de HQE. isolation thermique.BAIKOV et S. Guide pratique.A.91 et D. Calcul des structures. Novembre 2007. Edition Eyrolles 1992. BOULET. 2007. PERCHAT et J. Pratique du BAEL91. 2007. [10] A. PERCHAT et J. 1981.ROUX.fr [5] [6] [7] [8] [9] http://Produit d’étanchéité et d’isolation% matériaux d’isolation/. ENIT.2008 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] B. 1998. la maison du XXIème siècle. Conception et calcul des structures de bâtiment : T1 à T6 Presse de l’école nationale des ponts et chaussées. A.L.SRONGUINE. FUENTES. – HOTEL JAWHARA –REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ENIT. Décembre 2007.

127 - . coupe des planchers. les Fiches des poteaux.F.E. le Tableau récapitulatif des efforts et des longueurs de flambement des barres.2008 ANNEXES Dans cette partie.P. les Fiches des poutres. HAMMI & JAIEM . nous présenterons les Plans architecturaux. la Descente de charge. les Fiches des raidisseurs. – HOTEL JAWHARA – ENIT. 2007. le Rapport géotechnique et la fiche des semelles.