You are on page 1of 1

Valorisation des déchets de crevettes

Extraction de la chitine et mise en évidence d’activités biologiques dans les


hydrolysats protéiques

Auteur : Islem Younes

Encadreurs : Pr. Moncef Nasri, Dr. Ali Bougatef

Spécialité : Génie Biologique (Option : Alimentaire)

Domaine d’application : en nutrition et agro-alimentaires.

Les déchets des produits de la mer représentent une source importante de protéines, de
lipides, de vitamines et d’oligo-éléments, ce qui justifie l’importance de leur valorisation. La
crevette est l’exemple le plus probant, sa carapace commence à offrir des produits tout aussi
intéressants, en raison de leur richesse en protéines et en chitine. La digestion enzymatique de
ces carapaces avec des protéases permet aussi bien la récupération de chitine que la
production d’un hydrolysat protéique riche en peptides et en acides aminés.

Dans ce travail et dans ce même contexte, nous nous sommes intéressés d’une part, à
l’optimisation de la déprotéinisation des déchets de crevettes dans le but de leur conversion en
une biomasse utile (chitine et ses dérivés) en utilisant plusieurs extraits enzymatiques
d’origine bactérienne et digestives de poissons. Les meilleurs taux de déprotéinisation
enzymatique des déchets de crevettes sont de l’ordre de 77% et de 83% moyennat le
surnageant de Bacillus mojavensis A21 et l’extrait enzymatique de viscères de baliste,
respectivement. D’autre part, et en vue de mieux valoriser les déchets de crevettes, qui
présentent une teneure importante en protéines, la production d’hydrolysats protéiques a été
également envisagée pour la mise en évidence de certaines activités biologiques :
antioxydante, hémolytique, antitrombique et antihypertensive.

Mots clés : valorisation, déchets de crevettes, déproteinisation, chitine, hydrolysat, peptides


bioactifs.