FUTURE  MAKERS   Photos  et  texte  :  Tancrède  Melet  (Bad  Slackliners)  avec  Jordan  Tybon  (Somewherelseisland)      

 

Contexte : Cette highline d’environ 45m avait été équipée par Christian avec 4 plaquettes de chaque côté. Elle n’avait jamais encore été tendue. Seuls les trous avaient été percés. Nous la découvrons donc avec Jordan. Installation : Côté Montferrand, le rocher semble sain, malgré les fissures et formes aléatoires, le bloc sur lequel se trouvent les 4 points a une bonne assise. C’est Jordan qui reste de ce côté-là pour installer les poulies. Pour ma part je vais de l’autre côté. En arrivant je me dis que le bloc n’est pas très beau, je l’inspecte rapidement : il est incliné dans le sens où l’on tire, il y a des fissures mais des endroits semblent soudés, le bloc doit peser des tonnes, ça devrait le faire. Sans se poser plus de questions, on fait l’install, et je rejoins Jordan et Analina pour les aider à tirer. A 3 personnes, avec des doubles poulies et un renvoi, on est aux alentours de 800kg de tension (ça commence à être dur, on a ramené 5-6m de poulies sur une tubulaire doublée). Le bloc de l’ancrage d’en face se disloque soudain en plusieurs blocs de centaines de kilos chacun. Vu la configuration du site, la dégringolade des blocs n’est pas très longue, il y a des arbres, le fracas s’arrête rapidement. La slack et le backup sont encore en tension, consternation. Constat : En arrivant de l’autre côté, on se fait une idée plus précise de la situation : des blocs ont dévalé 7/8m, emportant deux chênes verts sur leur passage. D’autres se sont bloqués au bout de 2/3m. L’élingue de la force est bloquée sous deux gros blocs, un bout de backup est coupé, des mousquetons sont tordus, des plaquettes aplaties. Un bloc de derrière, qui servait à backuper le backup (en faisant le tour d’un becquet avec la corde) s’est aussi fait emporter. Tous ces blocs doivent bien peser 4/5 tonnes au total. Heureusement que c’est à la mise en tension que les blocs se sont disloqués, et non pas avec qqn sur la ligne. Verdict : La ligne étant déjà équipée, c’est dans cet état d’esprit qu’on vient pour l’installer. On n’est pas dans la démarche de trouver un rocher sain et le tester au marteau pour en vérifier la qualité avant de percer les trous. De plus on est face à une situation ou tout a pété, et même si le rocher semblait compact au marteau, tout est parti, force et backup. La highline sollicite énormément le matériel, et les ancrages, vu les forces engendrées, on atteint vite des limites. La morale de l’histoire, c’est qu’il faut toujours inspecter minutieusement les assises des rochers sur lesquels on met les ancrages, que l’on soit l’équipeur ou un répétiteur. Cette situation est la pire qui puisse arriver : ce n’est pas un point qui pète, ni une ligne qui casse, c’est un pan de falaise qui part, et qui entraine tout sur son passage. Même si le backup avait été installé sur un autre rocher, il aurait pu casser. En espérant que ce retour d’info serve à la communauté. Tancrède PS : pour finir sur une touche d’humour, on se disait avec Jordan qu’on se recyclerait bien dans l’arrachage de rochers, histoire d’accélérer un peu l’érosion et l’effet du temps, on serait des visionnaires en gros, des faiseurs de futurs !

                 

 

 

       

 

    Attention  à  vous.  

 

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful