You are on page 1of 173

SOUS-DOSSIER N° 1 :

PROMOTION DE 1ème ANNEE

1
TERMINOLOGIE

I- DEFINITIONS RELATIVES A L’ARME :

11 Classification en fonction de leur emploi :

 Arme individuelle : C’est une arme servie par un seul combattant. on


distingue :

- Arme de poing exemple : PA MAC 50.

- Arme d’épaule : Fusil, PM.

- Arme à tir courbe : FLG.

 Arme collective : C’est une arme servie par deux ou plusieurs


combattants. On distingue :

- Arme légère: MAG, KALASCH FM.

- Arme lourde: Mitrailleuse 12,7mm

- Arme à tir courbe: Mortiers.

12 Classification en fonction de l’énergie du système moteur :

 Arme non automatique : C’est une arme dont toutes les opérations du
cycle de fonctionnement sont provoqué directement ou indirectement par
la force musculaire du servant.

 Arme semi-automatique : C’est une arme dont laquelle l’énergie


développée par les gaz au départ du coup est utilisée pour assurer la
presque totalité des opérations du cycle de fonctionnement (la servant
n’intervient en général que pour réaliser une seule opération : le départ
du coup).

2
 Arme Automatique : C’est une arme dont laquelle l’énergie développée
par les gaz au départ du coup est utilisée pour assurer la totalité des
opérations du cycle de fonctionnement (y compris le départ du coup
suivant)

13 Classification en fonction de la destination :

 Arme Anti-personnel : C’est une arme utilisée contre le personnel. On


Distingue :

- Arme anti-personnel de combat rapproché : PM

- Arme anti-personnel de moyenne portée : FM, mit12, 7

- Arme anti-personnel de longue portée : mortiers 81et 120mm

 Arme Anti-char : C’est une arme utilisée contre les chars, véhicules et
engins blindés et Semi – blindés. On distingue :

- Arme anti- char à courte portée exemple FLG, LRAC

- Arme anti- char à longue portée exemple les missiles.

 Ressort récupérateur : Sur les armes automatiques, ressort


emmagasinant au départ du coup une partie de l’énergie due à la charge
propulsive à fin d’assurer le retour en batterie des parties mobiles.

 Agent moteur : Source d’énergie nécessaire à une phase ou à la totalité du


fonctionnement.

 Extracteur : Pièce servant à décoller l’étui de la chambre de tir, à le


transporter jusqu’à l’éjecteur, puis à faciliter l’éjection par rotation de l’étui
autour de sa griffe.

 Détente : Pièce sur laquelle agit le tireur pour provoquer le départ du coup.
Cette pièce commande la gâchette.

 Chien : Se dit d’une masse percutante indépendante de la culasse,


lorsqu’elle est solidaire du percuteur.

3
 Accessoires à la puissance de feu: Ce sont des pièces qu’on ajoute à
l’arme pour augmenter sa stabilité, son efficacité et sa précision au tir.

II- DEFINITIONS RELATIVES A L’ALIMENTATION ET A


L’OBTURATION :

 Approvisionner : Placer des cartouches dans un magasin faisant partie de


l’arme ou fixer sur l’arme un chargeur ou une bande garnie.

 Armer : Prendre les dispositions nécessaires pour produire l’accrochage de


la masse percutante sue la gâchette.

 L’armé: Accrochage de la masse percutante sur une pièce appelée gâchette


dans une position telle que le ressort de percussion soit comprimé.

 Transport : Opération qui assure le déplacement des cartouches à


l’intérieur du magasin ou le déplacement du magasin lui même lorsque celui
ci est mobile.

 Présentation : Positionnement de la cartouche à utiliser pour que la


culasse puisse la saisir à coup sûr.

 Introduction : Opération qui fait passer la cartouche présentée dans la


chambre de tir.

 Fermeture : Mouvement de la culasse qui a pour but de masquer l’entrée


de la chambre de tir.

 Ouverture : Mouvement de la culasse qui pour but de découvrir l’entrée de


la chambre de tir.

 Verrouillage : Opération qui pour but caler mécaniquement la culasse en


la rendant solidaire avec le canon.

 Déverrouillage : Opération qui pour but de rompre la liaison mécanique


entre le canon et la culasse.

4
 Culasse calée : Lorsque la fermeture étant réalisée un calage mécanique
lui interdit tout mouvement suivant l’axe du canon. (présence de
verrouillage et de déverrouillage).

 Culasse non calée : Lorsque la fermeture étant réalisée, elle est maintenue
immobilisée contre le canon par la seule force du ressort récupérateur
(absence de verrouillage et déverrouillage).

III- DEFINITIONS RELATIVES A LA SECURITE :

 Sécurité : Mécanisme particulier ou agencement de l’arme qui interdit


certains incidents sans intervention du tireur.

 Sécurité à la percussion : Sécurité qui a pour but d’interdire toute


percussion tant que le verrouillage n’est pas terminé.

 Sécurité à l’ouverture : Sécurité qui a pour but sur les armes


automatiques, à culasse calée, d’interdire l’ouverture tant que la balle n’est
pas sortie du canon. Ceci à pour but d’éviter des crachements des gaz vers
l’arrière.

 Sécurité de bouche : Sécurité propre à certaines fusées d’obus et qui a


pour but d’interdire toute percussion tant que l’obus n’a pas parcouru une
certaine distance.

 Sécurité de chargeur : Sécurité propre à certains pistolets et qui a pour


but d’interdire toute percussion tant que le chargeur n’a pas été introduit.

 Sécurité au choc : Sécurité propre aux pistolets et qui à pour but


d’interdire toute percussion dans le cas où une de ces armes tomberait à
terre.

 Course de sécurité : C’est le recul seul de la pièce de manœuvre ou de


l’ensemble culasse- canon de quelques mm avant le déverrouillage. Cette
opération s’effectue en sens inverse après le verrouillage.

 Sûreté : Mécanisme manœuvré par le tireur et qui à pour but d’interdire


toute mise de feu indépendante de la volonté du tireur.

5
IV- DEFINITIONS RELATIVES AUX TIRS ET AUX PORTEES :

 Tir direct : Un tir est direct lorsque le pointage est fait à vue de l’arme sur
l’objectif.

 Tir indirect : Un tir est dit indirect lorsque ne sont pas réalisés les
conditions du tir direct c’est le tir normal d’artillerie et des mortiers.

 Tir masqué : Un tir est dit masqué lorsqu’il est exécuté derrière un
obstacle rendant invisible à l’ennemi les servants de la pièce de l’arme.

 Tir repéré : Un tir est repéré lorsqu’on a déterminé et noté les éléments de
pointage en direction et en hauteur permettant de tirer avec la même arme
et le même support sur l’objectif devenu invisible.

 Tir tendu : Un tir est dit tendu lorsqu’il est exécuté avec des armes tirant à
grande vitesse initiale et lorsque l’angle de hausse est inférieur à
240millieme

 Tir vertical : Un tir est dit vertical lorsqu’il est effectué avec des angles au
niveau supérieur à 45°.

 Tir plongeant : Un tir est dit plongeant lorsqu’il est effectué avec des
angles au niveau inférieur à 45°.

 Portée maximum : Distance maximale à laquelle peut aller un projectile.


Elle correspond à un angle au niveau de 45°.

 Portée pratique ou portée tactique : Distance limite maximale


d’emploi au combat.

 Portée utile : La plus grande graduation inscrite sur l’appareil de pointage.

 Hausse de combat : Elle correspond à une trajectoire dont la flèche est


égale à la hauteur de l’objectif habituel de l’arme. Elle permet de prendre à
partie, en cas d’urgence, des objectifs fugitifs situés à différentes distances et
dans une limite variable suivant la nature de l’arme. Le tireur qui utilise
cette hausse doit viser le bas de l’objectif. La précision de la hausse reste
relative.

6
 Calibre : Diamètre intérieur du canon. Pour un canon rayé, le calibre est
pris entre 2 cloisons diamétralement opposées.

 Vitesse initiale (v0) : Vitesse d’un projectile à l’origine de sa trajectoire


(bouche du canon).

 Cadence de tir pratique : Nombre de cartouches tirées par une arme en 1


minute, compte tenu de tous les arrêts de tir dus au repointage, aux
opérations de chargement et éventuellement aux incidents de tir.

 Cadence théorique de tir : Nombre de coups tirés par une arme en 1


minute déduction faite des arrêts de tir de quelque nature qu’ils soient.

 Armement 2 :

7
GENERALITES SUR LES MUNITIONS
DE PETIT CALIBRE

I- CONSTITUTION D’UNE CARTOUCHE

11- la balle :

ETUI

BALLE CULOT

12- l’étui : sert à assembler toutes les pièces de la cartouche, à protéger la


charge de poudre contre l’influence extérieure et à interdire l’échappement des gaz.

L’étui comporte :

- Le corps qui contient la charge de poudre.

- Le collet pour la fixation de la balle et le culot.

- A l’extérieur près du culot est pratiquée la gorge annulaire que


l’extracteur saisit par la griffe.

Le culot de l’étui comporte le logement pour l’amorce, l’enclume et deux évents.

13- la charge de poudre : sert à imprimer à la balle le mouvement


progressif. Elle se compose de la poudre pyroxyle.

14- l’amorce : met le feu à la charge de poudre. Elle représente une capsule en
laiton où est sortie la composition fulminante recouverte d’une rondelle de clinquant.

8
MUNITION EN SERVICE
AU STANDART OTAN

9 x 19 5,56 x 45 7,62 x 53 12,7 x 99


ou ou ou ou
9 par 223 REM 30 OTAN 50 OTAN

MUNITION EN SERVICE
AU STANDART ex-bloc de l'est :

9 x 18 5,45 x 40 7,62 x 39 7,62 x 64 12,7 x 108 14,5 x 114


ou ou ou ou ou ou
9 MAKAROV 5,45 M 74 7,62 M 43 7,62 MOSIN 12,7 SCHPAGIN 14,5 KPV

II- LES DIFFERENTS TYPES DE CARTOUCHES

Les cartouches sont fabriquées à balle ordinaire et à balles spéciales : traceuse


et perforante incendiaire. Pour distinguer les balles, leurs parties ogivales sont
peintes en couleurs différentes.

21- balle ordinaire : destinée à atteindre le personnel ennemi se trouvant à


découvert ou derrière les masques vulnérables par la balle. Elle comprend
l’enveloppe en acier et le noyau en acier. Entre le noyau et l’enveloppe se trouve la
chemise en plomb.

22- balle traceuse : est destinée à détruire le personnel de l’ennemi. En


outre, à son trajet dans l’air jusqu’à 800 m de portée, elle laisse une trace lumineuse,
ce qui permet de corriger le tir et de désigner les objectifs. La partie ogivale de la
balle est peinte en vert.

23- balle perforante incendiaire : destinée à enflammer les liquides


combustibles et à atteindre le personnel ennemi se trouvant derrière les blindages
légers à des distances jusqu’à 300 m.

9
Cartouches modernes pour fusils et fusils d'assaut, avec
leurs projectiles, de gauche à droite :

- 30 US Carbone (désuète)
- 7,62 OTAN ; (Fusil)
- 223 Remington (Fusil d'assaut moderne)
- 7,42 mm soviétique courte (Fusil d'assaut désuète).
- 5,4 mm soviétique Bloc (Fusil d'assaut moderne)
- 7,92 mm Kurts (8 x33) Fusil d'assaut désuète)
- 7,92 mm (8 x57) Fusil.

10
F.A.L :CARACTERISTIQUES
GENERALE

I- DESTINATION :

C’est une arme de nationalité belge, de calibre 7.62 mm NATO, individuelle,


légère et tirant coup par coup et par rafale. Elle est utilisée contre le personnel et
peut tirer des grenades (FLG).

Le F.A.L tire les munitions suivantes : cartouche à balle perforante, à balle


d’exercice et cartouche feuillette pour le tir des grenades.

Le F.A.L existe en trois versions : standard, allégé, para.

II- ORGANISATION GENERALE :

- Canon : rayé, chambre pour étui tronconique à gorge.

- Obturation : culasse calée sur un coin d’appui.

- Système moteur : action indirecte des gaz (existence d’un piston).

- Alimentation : magasin indépendant de l’arme qui contient 20


cartouches à piles imbriquées.

11
- Extracteur : extracteur à action forcée avec poussoir et ressort.

- Ejecteur : éjecteur fixe porté par la boite de culasse.

- Percussion : percussion circulaire assurée par le marteau qui tape


sur le talon de percuteur : Armé culasse fermée.

- Sécurité à la percussion : assurée par le retard à la fermeture (course


de sécurité).

- Sûreté : blocage mécanique de la détente commandée par le sélecteur de


tir (S).

- Appareil de pointage : hausse à rampe et curseur d’arrêt gradué de


200m à 600m.

- Système de détente : détente, marteau, deux gâchettes (normale et


automatique), déclencheur de la gâchette automatique et sélecteur de tir à
trois positons(S : sûreté -R : répétition ou coup par coup -A :
automatique ou par rafale).

ACCESSOIRES A LA PUISSANCE DE FEU :

- A l’arrêt de tir, la culasse est ouverte enfin de chargeur grâce à


l’arrêtoir de culasse porté par le boîtier de culasse.

- Le manchon cache-flamme.

III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

- Calibre : 7.62 mm NATO.

- Poids de l’arme sans chargeur : 4.2 kg.

- Longueur de l’arme : 1.10 m.

- Vitesse initiale : 840 m/s.

- Cadence théorique de tir : 650 à 700 coup/mn.

- Cadence pratique de tir : 120 coup/mn (rafale) et 20 à 30


coup/mn (coup par coup).

12
- Portée pratique : 200 m.

- Contenance du chargeur : 20 cartouches.

IV- PARTIES PRINCIPALES :

- Le canon et le boîtier de culasse avec le couvre culasse.

- L’ensemble mobile (culasse et glissière).

- Le mécanisme de détente et de percussion.

- La monture et les garnitures.

- La boite chargeur.

- La crosse.

COUVRE GARDE MAIN


CULASSE
CANON

MANCHON
CACHE
FLAME

CROSSE
POIGNEE
F.N FAL. (7,62 mm O.T.A.N)
PISTOLE
CHARGEUR

13
F.A.L : DEMONTAGE ET REMONTAG

I- MESURES DE SECURITE :

- Enlever le chargeur

- Vérifier la chambre de tir

- Donner deux coups de sécurité en orientant l’arme vers une


direction non dangereuse

- Armer sans percuter

- Mettre la sûreté

II- DEMONTAGE :

- Ouvrir l’arme en appuyant vers le haut sur la clé d’assemblage (cote


gauche)

- Retirer l’ensemble mobile par l’intermédiaire de la tige guide

- Séparer la culasse de la pièce de manœuvre en pressant le talon de


percuteur

- Enlever le couvre culasse

- Enlever le bouchon évent en comprimant le bouchon arrêtoir et en


faisant pivoter le bouchon d’un quart de tour vers la droite

- Retirer le piston

III- REMONTAGE :

Opérer en sens inverse

PRECAUTION :

Avant de remonter l’ensemble mobile, la culasse doit être en position avant par
rapport à la pièce de manœuvre.

14
FAL : FONCTIONNEMENT

I - POSITION DES PIECES AU DEPART DU COUP

- La détente est toujours actionnée.

- L’étui est dans la chambre de tir.

- La griffe de l’extracteur est en prise dans la gorge de l’étui.

- La culasse est en contact avec l’arrière du canon et la pièce de


manœuvre est en position avant.

- Le percuteur fait saillie dans la cuvette de tir.

- Le marteau est en position avant, en appui sur le talon du percuteur.

- La gâchette automatique et la gâchette normale ne sont pas en prise


sur le marteau.

- Le ressort récupérateur est décomprimé et une nouvelle cartouche


est en appui sous la culasse.

II - MOUVEMENT ARRIERE

- Course de sécurité : sous la poussée des gaz le piston pousse la pièce


de manœuvre qui recule, seule, de quelques millimètres.

- Déverrouillage : les rampes de déverrouillage de la pièce de


manœuvre soulèvent l’arrière de la culasse.

- Ouverture : la culasse quitte le contact du canon.

- 2° temps de l’extraction.

- 1° temps de l’armé : accrochage du marteau (poussé par la pièce de


manœuvre) à la gâchette automatique (cran d’armé supérieur).

- Ejection

- ½ transport et présentation d’une nouvelle cartouche.

15
III - MOUVEMENT AVANT

- Agent moteur : décompression du ressort récupérateur.

- Introduction.

- Fermeture.

- 1° temps de l’extraction.

- Verrouillage : la culasse s’abaisse contre le coin d’appui.

- Déclenchement de la gâchette automatique : la pièce de manœuvre


en poursuivant son mouvement vers l’avant fait basculer le déclencheur
de gâchette automatique :

- Si le sélecteur est sur A : tir par rafales. La gâchette automatique


libère le marteau : le coup part (la gâchette normale entraînée par la
détente ne peut alors accrocher le cran d’armé inférieur du marteau).

- Si le sélecteur est sur R : tir au coup par coup. La gâchette


automatique libère le marteau : celui-ci s’accroche à la gâchette normale
par le cran d’armé inférieur (la course de la détente est moins grande
avec le sélecteur sur R).

- Course de sécurité inverse.

N.B : En fin de rafale, le tireur libère la détente, le marteau vient s’accrocher à


la gâchette normale.

- Sécurité : à la percussion. Tant que la pièce de manœuvre n’est pas


complètement vers l’avant (course de sécurité inverse non effectuée) le
déclencheur de gâchette automatique n’est pas actionné et l’action du
doigt sur la détente se fait dans le vide : le coup ne peut pas partir.

16
FIN DE FERMETURE

VEROUILLAGE

VEROUILLAGE

CULASSE PIECE DE MANOEUVRE

Rampes de déverrouillage
de la pièce de manoeuvre
Rampes de déverrouillage
de la culasse

DEVERROUILLAGE

17
PHASE N° 2

LIBERATION DU MARTEAU
DE LA GACHETTE

PHASE N° 1

ACCROCHAGE DU MARTEAU
SUR LA GACHETTE

18
FAL : INCIDENTS DE TIR ET REGLAGES

I – INCIDENTS :

NATURE CAUSES REMEDES

Manque de poussée à Mauvais réglage des gaz Régler le régulateur


l’ouverture

Mauvaise alimentation - Chargeur endommagé - Changer de chargeur, le


ou encrassé. nettoyer.
- Rupture d’étui. - Extraire l’étui cassé
avec une baguette.
- Nettoyer la chambre.

Pas de percussion - Cartouche défectueuse. - La changer.


- Percuteur cassé. - Le changer.
- Arme encrassé. - La nettoyer.
Ou passer sur la position
2 ou 1 du régulateur.

II – REGLAGES :

21- Réglage des gaz :

- Mettre le bouchon évent sur la position A.

- Visser complètement vers la droite la bague régulatrice puis la


dévisser jusqu’à la position 4.

- Mettre un chargeur vide sur l’arme, introduire une cartouche dans


la chambre et tirer. S’il n’y a pas accrochage de la culasse sur l’arrêtoir de
culasse, visser cran par cran en tirant chaque fois une nouvelle cartouche
après chaque manœuvre jusqu’à obtenir l’accrochage de la culasse sur
l’arrêtoir de culasse.

19
- Confirmer cet accrochage en tirant cinq cartouches l’une après
l’autre.

- En cas de non accrochage d’un coup, on doit visser de deux crans


supplémentaires.

BAGUE REGULATRICE

LUMIERE

BOUCHON DU CYLINDRE A GAZ

20
POSITION A TIR Protège
NORMAL guidon

Bague
régulatrice
Bouchon du cylindre à
gaz

Piston

Canon
Cylindre à gaz

EVENT

22- Réglage des organes de visée

Réglage du guidon :

- utiliser la clé spéciale, le réglage se fait à 100 mètres.

- 1 clic déplace le tir en hauteur de 1 cm à 100 m.

- pour baisser le tir, il faut dévisser le guidon.

Réglage de l’œilleton :

- il existe deux vis de réglage (et de blocage) situées à droite et à


gauche de l’œilleton. Le déplacement de l’œilleton se fait dans le même
sens que le déplacement du point moyen.

- 1 clic des vis de réglage déplace le point moyen de 1 cm à 100


mètres.

21
KALACHNIKOV :
CARACTERISTIQUES GENERALES

I- DESTINATION :

11- classification utilisation :

Arme d'épaule individuelle légère à tir tendu, de nationalité Russe, tirant coup
par coup ou par rafale et utilisée pour le combat à courte distance.

12- munitions :

- Utilise les munitions "intermédiaires" de 7,62 du pacte de Varsovie


(7,62 x 39) : Cartouche à balle ordinaire ; traceuse (Vert) et perforante
incendiaire (Noir et rouge).

13- versions :

- Fusil d'assaut AKM - AKMC

- Fusil mitrailleur PMK – PMKC

II- PARTIES PRINCIPALES

- Le canon

- L’ensemble mobile

- La boîte de culasse

- Les mécanismes de détente

- Le cylindre à gaz

- Les montures et garnitures.

22
Le canon présente :

En haut le filetage de fixation du compensateur de relèvement ou du bouchon de


tir à blanc ;

- Le support de guidon

- La pièce d’emprunt de gaz

o Les ensembles mobiles comprennent :

 la pièce de manœuvre avec le logement de culasse, la


rampe de verrouillage et déverrouillage, le levier d’armement, le
logement du ressort récupérateur, le piston..

 la culasse avec le percuteur et l’extracteur, le tenon de


verrouillage et celui de manœuvre.

 Le ressort récupérateur et sa tige guide.

 La boîte de culasse porte la hausse, le couvre culasse, le


logement et le verrou du chargeur, le pontet, le sélecteur de tir.

 Les mécanismes de détente comprennent :

 La détente, les 3 gâchettes, le marteau, le sélecteur de tir,


le déclencheur de gâchette automatique.

 Le cylindre à gaz démontable inclus dans le garde-main.

 Les montures et garnitures : la crosse avec logement de la


boîte à accessoires, la poignée pistolet, le garde-main, le fût.

III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES

- Calibre : 7,62 mm x 39

- Poids arme avec chargeur : 3,7 kg environ

- Longueur : 0,90 m environ

- VO : 715 m/s

23
- Portée utile : 1000 m

- Portée pratique : 200 m environ

- Hausse de combat : obtenue en tirant le cran de mire à fond vers


l’arrière (350 m pour une cible de 50 cm).

- Cadence théorique de tir : 600 cp/mn.

- Cadence pratique : 100 cp/mn.

- Perforation :

o Brique : 12 à 15 cm à 100 m

o Bois : 40 cm à 100 m.

o Terre : 30 cm à 500 m.

Tôle : environ 4 mm à 100 m.

IV- ORGANISATION GENERALE :

- Canon : rayé, chambre pour étui tronconique à gorge.

- Système moteur : action indirecte des gaz.

- Alimentation : chargeur curviligne à piles imbriquées (contenance


30 cartouches) introduction directe.

- Extracteur : porté par la culasse.

- Ejecteur : fixe porté par la boîte de culasse.

- Système de percussion : percussion circulaire, armé culasse fermée.

- Système de détente : mécanisme à triple gâchettes, sélecteur de tir


et ralentisseur de marteau.

- Sûreté : manuelle par blocage de la détente.

- Sélecteur en haut : sûreté ; au milieu : rafales ; en bas : coup par


coup.

- Sécurité : à la percussion (ou à la fermeture) par déclencheur de la


gâchette automatique.

24
- Organes de pointage :

o Cran de mire monté sur hausse à curseur graduée de 0 à 1000


m.

o Guidon réglable en hauteur par l’utilisateur et en direction en


atelier.

o Renseignement complémentaire : le Kalachnikov existe en


plusieurs versions en particulier avec crosse repliable (AKMC).

ACCESSOIRES A LA PUISSANCE DE FEU

- Le compensateur de relèvement

- Le ralentisseur du choc du marteau

Guide du ressort Verrou du Glissière Poussoir de verrou


Récupérateur Sélecteur de Tir de l'écrou de bouche

Levier d'armement

Verrou
de chargeur

Fusil d’assaut AK (Avtomat Kalashnikova) de 7.62 mm

25
Trous-évents radiaux Couvre-Culasse rainuré
Carcasse emboutie

Tenon à baïnnette
Garde main
Marquages

AKM soviétique

26
KALACHNIKOV : DEMONTAGE ET
REMONTAGE

11- MESURES DE SECURITE :

- Enlever le chargeur

- Vérifier la chambre de tir

- Donner deux coups de sécurité en orientant l’arme vers une


direction non dangereuse

- Armer sans percuter

- Mettre la sûreté

12- DEMONTAGE :

- Pousser vers l’avant le verrou placé à l’arrière du couvre culasse,


retirer le couvre culasse, pousser une seconde fois sur le verrou et retirer
le ressort récupérateur et sa tige guide, tirer l’ensemble mobile vers
l’arrière, le soulever, le retirer de la boîte de culasse.

- Reculer la culasse vers l’arrière de la pièce de manœuvre en la


faisant tourner d’un demi-tour vers la droite. La ramener vers l’avant et la
séparer de la pièce de manœuvre.

- Placer le verrou du cylindre à gaz vers le haut, et légèrement incliné


vers l’arrière de l’arme, retirer la boîte à accessoires : elle comporte une
encoche permettant de débloquer facilement le verrou. Retirer la
baguette de nettoyage.

27
13- REMONTAGE :

Opérer en sens inverse.

Points particuliers :

- Placer la culasse dans son logement de la pièce de manœuvre,


introduire le tenon trapézoïdal dans la rampe oblique.

- Pousser la culasse vers l’avant en lui faisant faire un quart de tour


vers la gauche.

- Introduire le piston dans le cylindre à gaz, placer l’arrière de la pièce


de manœuvre en arrière de la boîte de culasse. Avec la paume de la main
enfoncer l’arrière (2 crans) de la pièce de manœuvre et la pousser vers
l’avant.

- Pour remettre en place le couvre culasse : placer l’avant dans la


rainure située au-dessus du piston. Poser l’arrière du couvre culasse sur
le verrou. Placer les deux pouces de part et d’autre de la fenêtre du
verrou. Pousser vers l’avant et vers le bas.

2
3

28
2

3
4

6
12 14 7
13
1 15

9
16

11

10

3 4

1
2

Plusieurs modèles de l'A.K 47,1


A.K 47 standard, ôté droite.
A.K 47 standard, côté gauche
A.K 47 ( chinois)
M.62 finlandaise, avec sa baïonnette

29
KALACHNIKOV :
FONCTIONNEMENT

I– POSITION DES PIECES AU DEPART DU COUP

- La détente est actionnée par le doigt

- Un étui est dans la chambre de tir

- La griffe de l’extracteur est en prise sur la gorge de l’étui

- Le percuteur fait saillie dans la cuvette de tir

- Le marteau est en position avant et prend appui sur le talon du


percuteur

- Le ressort récupérateur est décomprimé

II - MOUVEMENT ARRIERE

Agent moteur : action indirecte des gaz

- Course de sécurité ou de garde : recul de la pièce de manœuvre


seule.

- Déverrouillage : sous l’effet de la rampe de manœuvre et du tenon


de verrouillage, la culasse fait une rotation vers la gauche. Le tenon de
manœuvre quitte le coin d’appui supérieur et la face d’appui quitte le
coin d’appui inférieur.

- Ouverture : rupture du contact entre la culasse et la chambre de tir.

- Extraction : l’étui quitte la chambre de tir.

- 1er temps de l’armé : accrochage du marteau à la gâchette


automatique.

- Ejection.

- Demi transport : présentation d’une nouvelle cartouche.

En fin du mouvement arrière, compression totale du ressort récupérateur.

30
III - MOUVEMENT AVANT

Agent moteur : décompression du ressort récupérateur.

- Introduction : le becquet d’introduction passe entre les lèvres du


chargeur et introduit la cartouche déjà présentée.

- Fermeture : prise du contact entre la culasse et la chambre de tir.

- Verrouillage : sous l’effet de la rampe de verrouillage et du tenon de


verrouillage, la culasse fait une rotation à droite. Le tenon de manœuvre
loge dans le coin d’appui supérieur et la face d’appui loge dans le coin
d’appui inférieur.

- Course de sécurité inverse : avancée totale de la pièce de manœuvre.

- 2ème temps d’armé : le point d’appui agit sur le D.G.A, libère le


marteau de la GA et l’accroche à la GN avant.

En fin du mouvement, décompression totale du ressort récupérateur.

31
FONCTIONNEMENT DU
MECANISME DE DETENTE

I- SELECTEUR DE TIR SUR SURETE :

La sûreté est assurée par blocage de la détente.

II- SELECTEUR DE TIR SUR COUP PAR COUP :

* Position initiale des pièces :

- l’ensemble mobile est vers l’avant.

- Le marteau est accroché à la gâchette normale avant.

- Le ressort du marteau est comprimé.

- La détente est relâchée.

* Action du doigt sur la détente :

- La gâchette normale avant s’abaisse et libère le marteau qui sous


l’effet de son ressort tape sur le talon du percuteur.

* Mouvement arrière :

- L’ensemble mobile rabat le marteau qui s’accroche à la gâchette


automatique.

* Mouvement avant :

- La pièce de manœuvre agit sur le déclencheur de la gâchette


automatique qui libère le marteau de la gâchette automatique et
l’accroche à la gâchette normale avant.

32
* Maintien du doigt sur la détente :

- Lorsque le tireur reste appuyé sur la détente la gâchette normale


arrière accroche le marteau pendant le mouvement arrière.

Lorsque le tireur relâche la détente le marteau se libère de la gâchette normale


arrière et s’accroche à la gâchette normale avant et on revient à la position initiale des
pièces.

III- SELECTEUR DE TIR SUR RAFALE:

* Position initiale des pièces :

- L’ensemble mobile est vers l’avant.

- Marteau rabattu, son ressort comprimé.

- La gâchette normale arrière est bloquée par le sélecteur de tir.

* Action du doigt sur la détente :

- Le marteau se libère de la gâchette normale et vient percuter contre


le percuteur.

- La détente efface la gâchette normale avant.

* Mouvement arrière :

- l’ensemble mobile rabat le marteau et s’accroche à la gâchette


automatique.

* Mouvement avant :

- La pièce de manœuvre agit sur le D.G.A qui libère le marteau de la


gâchette automatique, le grand jeu de la détente élimine le rôle de la
gâchette normale, le marteau tape une autrefois sur le talon du percuteur.

N.B : Lorsque le tireur relâche la détente le marteau s’accroche à la gâchette


normale avant. Donc seule la gâchette automatique qui entre en jeu au tir par rafale,
la gâchette normale avant n’intervient qu’à la fin du tir.

33
KALACHNIKOV : INCIDENTS
DE TIR ET REGLAGE

I- INCIDENTS DE TIR :

INCIDENTS CAUSES REMEDES

Le coup ne part pas malgré - Cartouche défectueuse. - changer la cartouche.


que la percussion - Percuteur usé ou cassé. - Changer le percuteur en
s'effectue. atelier.
- fort encrassement des
mécanismes. - Nettoyer l'arme à fond.

Non extraction de l'étui - Encrassement de la - Les nettoyer.


chambre ou de la
cartouche ou de
l'extracteur. - Changer l'extracteur en
atelier.
- Extracteur cassé ou usé.

Non éjection de l'étui

Mauvaise ou pas - Arme très sale. - Nettoyer.


d'introduction - Chargeur mal engagé. - Mettre en place
- Lèvres du chargeur correctement.
déformées. - Changer le chargeur
- Le tireur a raccompagné - Lâcher la culasse pour
la culasse à la main lors qu'elle vienne seule à
du chargement pour le 1er l'avant.
coup.

II- ACCESSOIRES :

21- Collection équipements :

Une bretelle - une ceinture en boite - deux cartouchières et 8 chargeurs - un


sabre- baïonnette avec son étui.

34
22- Accessoires d'entretien et de service.

- une Baguette fixée sous le canon - une burette à huile.

- une boite à accessoires logée dans la crosse.

Cette boite comprend :

Une boite avec son couvercle – une chasse goupille - un écouvillon - un lavoir -
un tournevis de réglage du guidon - un axe servant au démontage du mécanisme de
détente.

N.B. : Cette boite sert de poignée pour la baguette de nettoyage, ainsi que pour
le tournevis.

III- REGLAGES :

F.A. F.M

Guidon : 1 tour = 20cm à 100m 1 tour = 14cm à 100m

hauteur

Direction (en atelier) 1 mm = 26 cm à 100 m 1mm = 18 cm à 100 m

Cran de mire. Non dérivable Dérivable en direction


pour tenir compte du vent
latéral.

35
M.P 5 : CARACTERISTIQUES GENERALES

I- IDENTIFICATION :

Arme individuelle légère à tir tendu destinée au combat rapproché. Elle peut
tirer par rafale ou coup par coup. Elle existe en deux versions:

- Une version à crosse fixe :le MP5 A2

- Une version à crosse repliable : le MP5 A3

Munitions : - Toutes les cartouches réglementaires de 9 mm parabellum. - Les


cartouches à tir à blanc avec B.T.B.

MP 5 A2 avec crosse fixe

Goupille de
fixation Crosse fixe
Rails-guides

MP 5 A3 avec crosse escamotable

Goupille de Verrou de
fixation blocage

Crosse escamotable

II- PARTIES PRINCIPALES :

- Le canon
- L’ensemble mobile
- Le fût
- La poignée pistolet avec mécanisme de détente
- Le boîtier de culasse.
- Le chargeur.

36
MP 5
Culasse mobile avec sa tige guide

Boite de culasse

Crosse fixe

Garde main

Crosse escamotable

Poignée pistolet
Chargeur

Bretelle

III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

- Calibre : 9 mm.

- Contenance du chargeur : 30 cartouches.

- Poids de l’arme nue : 2,5 kgs.

- Poids avec chargeur : 2,850 kgs.

- Longueur totale : 68 cm.

- Portée pratique : 125 m.

- V0 : 400 m/s environ.

- Cadence théorique de tir : 750 cp/mn.

37
IV- ORGANISATION GENERALE :

- Canon : Rayé. chambre pour étui cylindrique à gorge.

- Système moteur :Action directe des gaz sur la culasse.

- Système de fermeture : culasse non calée, ralentie par rouleaux


créant un retard à l’ouverture.

- Alimentation : Par chargeur à piles imbriquées, chargeur


indépendant de l’arme, introduction directe.

- Extraction : Extracteur porté par la tête mobile.

- Ejection : Ejecteur à bascule porté par le mécanisme de détente.

- Système de percussion : percussion circulaire, armé culasse fermée.

- Système de détente : Mécanisme à double gâchette, déclencheur de


la gâchette et sélecteur de tir.

- Sécurité : A la percussion ou la fermeture assurée par le déclencheur


de la gâchette.

- Sûreté manuelle par blocage de la détente.

- Organe de pointage : Guidon sous tunnel + Hausse tournante à 4


œilletons à utiliser en fonction de la luminosité ambiante.

MP5

Culasse mobile du MP5

Pièce de manoeuvre Ressort récupérateur avec sa tige guide

Ressort récupérateur avec sa tige guide

Extracteur avec ressort d'extracteur

Tête mobile

Pièce de commande
Galet

38
Guidon
Hausse tournante
Levier d'armement

Canon
Boite de culasse
Arrêtoir du chargeur

Boite de culasse avec canon et dispositifs de chargement et divisée

Goupille de fixation

Figure 16
garde-main

39
Figure 17
Corps du chargeur

Figure 18
Plaque de fond
Figure 19
Elévateur avec son ressort et sa
plaque de sécurité

Figure 20
Bretelle de combat

Figure 21
Bouchon de tir à Blanc

40
Sûreté enclenchée Rafale
Tir coup par coup
Figure 24

Sûreté enclenchée Tir coup par coup Rafale


Figure 25

41
MP5 : DEMONTAGE ET REMONTAG

21- mesures de sécurité :

1. Canon vers le haut ou dans une direction non dangereuse

2. Enlever le chargeur

3. Vérifier la chambre de tir

4. Donner deux coups de sécurité

Mise en place du chargeur Enlèvement du chargeur

Ramener le levier de chargement vers l'arrière

42
22- démontage :

Le marteau doit être en position «ARME».

- Enlever la goupille de fixation de crosse.

- Enlever la crosse.

- Rabattre et enlever la poignée pistolet.

- Enlever l’ensemble mobile à l’aide du levier d’armement.

- Enlever le garde-main en enlevant sa goupille de fixation.

- Démonter de la culasse :

• Faire sortir le ressort récupérateur en exerçant un


mouvement de torsion.

• Faire tourner la tête mobile de 90° vers soi et la retirer de


la pièce de commande.

• Retirer de la pièce de manœuvre la pièce de commande, le


percuteur et le ressort de percuteur.

- Démontage complémentaire de la poignée pistolet

• Désarmer le marteau.

• Levier de sûreté position verticale, le retirer.

• Faire sortir le mécanisme de détente.

43
Enlèvement de la crosse

Enlèvement de la culasse mobile

Désassemblage de la culasse mobile

Démontage de la culasse en pièces détachées

44
23- remontage :

• Mettre le garde main en place.

• Introduire dans sa boite la culasse assemblée et munie du


ressort récupérateur.

• Pour remonter la culasse, mettre en place dans la tête


mobile la pièce de commande avec le percuteur muni de son ressort.
Introduire toutes ces pièces dans la pièce de manœuvre de telle sorte
que le tenon de la pièce de commande passe dans l’évidement réservé à
cet effet dans l’alésage de la pièce de manœuvre. Tourner alors la tête
mobile jusqu’à ce qu’elle s’encliquette de façon perceptible. Enfoncer le
ressort récupérateur dans le tube récupérateur.

• Mettre en place et fixer la poignée pistolet.

• Monter la crosse en la fixant avec sa goupille de fixation.

• Donner deux coups de bon fonctionnement.

Remontage de l'arme

45
MP 5 : FONCTIONNEMENT

I- ACTION D’ENSEMBLE DES ELEMENTS

L’arme est chargée et la sûreté est dégagée.

En actionnant la détente, on libère le marteau qui va frapper le percuteur. La


cartouche est amorcée. Les gaz de combustion de la poudre propulsent la balle dans
le canon et exercent en même temps une pression sur l’étui de la cartouche.

Les forces résultantes qui s’exercent alors sur les surfaces d’appui frontales de la
tête mobile sont transmises par l’intermédiaire des galets en partie vers la boite de
culasse, et en partie par l’intermédiaire de la pièce de commande, vers la pièce de
manœuvre. Cette répartition des forces déterminée par le rapport des angles de la
pièce de commande et de la pièce de verrouillage, permet de retarder le mouvement
de recul de la tête mobile.

Ceci permet à la culasse de fermer le canon tant que la balle n’a pas franchi la
bouche du canon.

Une fois que les galets se sont totalement effacés dans la tête mobile, la culasse
peut continuer son mouvement de recul, ce qui assure l’éjection de l’étui et réarme le
marteau.

Le ressort récupérateur, bandé par le recul de la culasse, ramène celle-ci vers


l’avant. Pendant ce mouvement, la cartouche supérieure du chargeur est glissée dans
la chambre de tir. L’extracteur est mis en prise avec la rainure d’extraction de la
cartouche. Les galets sont pressés par les chanfreins de la face frontale de la pièce de
commande (figure 2) dans leurs logements dans la pièce de verrouillage (surfaces
d’appui). Le PM est de nouveau prêt à tirer.

46
Tête mobile Pièce de
command Percuteur
Cartouche e

Canon Galet
Pièce de verrouillage Pièce de manoeuvre

Culasse fermée

Figure n° 1

Cannelures d'alignement

Surface d'appui

Culasse déverrouillée
Figure n°2

II- FONCTIONNEMENT DU MECANISME DE DETENTE

21 Sélecteur sur (S) «sûreté» :

L’axe du sélecteur de tir bloque la détente avec sa partie pleine.

47
22 - Sélecteur sue (E) «coup par coup » :

Pour le tir coup par coup


Déclenché après chaque coup

Le marteau doit de nouveau être

Figure
Tir coup par coup

221- position initiale des pièces :

- Petit jeu de la détente.

- L’ensemble mobile est totalement vers l’avant.

- Le marteau est accroché à la gâchette normale par son cran d’armé


inférieur.

222- Action du doigt sur la détente :

- Lorsqu’on agit sur la détente , celle-ci fait baisser la gâchette


normale qui libère à son tour le marteau qui rabat directement le talon de
percuteur et on a le départ du coup.

223- Mouvement arrière :

- Lors du mouvement arrière, le marteau s’accroche à la gâchette


automatique par son cran d’armé supérieur.

48
224- Mouvement avant :

- Lors du mouvement avant, la glissière agit sur le D G A, celui-ci


libère le marteau de la gâchette automatique et l’accroche à la gâchette
normale.

225- Le tireur maintient le doigt sur la détente :

Après le départ du premier coup, la gâchette normale fait une transition


horizontale et loge dans le cran de la détente, pendant le mouvement avant, et
puisqu’on a un petit jeu de la détente, la G N bloque le mouvement du marteau et
l’empêche à continuer son mouvement pour rabattre le talon du percuteur. pour faire
partir un nouveau coup, le tireur doit lâcher d’abord la détente pour que l’arrière de
celle-ci repose sur la gâchette normale (G .N )

23 - Sélecteur sur (F) rafale :

Pour le tir en rafales (Figure 32), le levier de détente est mis hors de portée du
cran d’arrêt du marteau. Le marteau n’est alors plus retenu que par l’arrêtoir du
marteau, et est déclanché en continu par le recul de la culasse par l’intermédiaire du
levier de déclanchement.

Figure 32
Tir en rafales

49
231- Position initiale des pièces :

- Grand jeu de la détente .

o L’ensemble mobile est totalement vers l’avant.

o Le marteau est accroché à la G N .

232- Action du doigt sur la détente :

- Le tireur agit sur la détente pour faire baisser la gâchette normale et


libérer par la suite le marteau.

233- Mouvement arrière :

- Le marteau s’accroche à la gâchette automatique par son cran


d’armé supérieur .

234- Mouvement avant :

Lors du mouvement avant, la glissière agit sur le D .G .A qui libère le marteau


de la gâchette automatique, et frappe directement le talon du percuteur, car la
gâchette normale se trouve dans une position très basse et le cycle de
fonctionnement se répète jusqu'à ce que le tireur relâche la détente.

50
M.P 5 : INCIDENTS DE TIR ET REGLAGES

I- INCIDENTS

incidents Causes Remèdes

- Mouvement avant - - Corps étranger dans la - Nettoyer l’arme.


incomplet culasse ou dans la
chambre.
- Défaut d’alimentation
ou de transport.
- - Nettoyer le
- - Encrassement, chargeur ou le
déformation du corps du remplacer.
chargeur, ressort affaibli

- Défaut de percussion - Usure ou rupture du - Remplacer le


percuteur. percuteur
- Ressort du percuteur - Remplacer le
trop faible. ressort.
- Mouvement avant
incomplet, pas de Nettoyer la partie
décrochage de la gâchette mobile de la boite de
automatique. culasse et le logement
des galets.

- Défaut d’introduction - Déformation des lèvres - Remplacer le


de distribution. chargeur.
- Chambre encrassée. - Nettoyer la
chambre.
Ressort du chargeur faible.
- Remplacer le
chargeur.

- Défaut d’extraction. - Extracteur encrassé. - Nettoyer ou


remplacer
Griffe usée.
l’extracteur.

- Défaut à l’éjection - Mauvais maintien de - Nettoyer


l’étui par la griffe de l’extracteur ou le
l’extracteur. remplacer.
- Ressort de l’extracteur - Remplacer le
faible. ressort.

51
- Détérioration de - Remplacer
l’éjecteur. l’éjecteur.
- Nettoyer l’arme.

52
II- NECESSITE DU REGLAGE :

Si les épreuves de tir font apparaître la nécessité d’une correction de la visée,


celle-ci peut être effectuée en réglant la hausse en site ou en azimut.

21- Réglage en site :

Introduire l’outil de réglage dans le tambour de la hausse tournante, de façon à


ce que les clavettes de l’instrument s’engagent dans les deux gorges du tambour de
hausse, dans lesquelles se trouvent les boulons crantés. Introduire alors dans l’outil
de réglage en hauteur un tournevis cruciforme, et l’y maintenir en appuyant.

Tourner alors le tambour de hausse avec la main dans le sens désiré (en
tournant vers la droite, le point d’impact descend ; il remonte en tournant vers la
gauche ; un cran équivaut à un déplacement du point d’impact de 1,4 cm dans le sens
vertical à une distance de tir de 25m).

Une fois la correction en site effectuée, retirer le tournevis cruciforme, puis


l’outil de réglage en hauteur. Les boulons crantés remontent alors d’eux- mêmes dans
les gorges de la clavette.

Une fois le réglage en hauteur effectué, sélectionner la distance de tir.

22- Réglage en azimut :

- Tir trop à gauche : Libérer la vis de blocage. Tourner la vis de réglage


plus au moins vers la gauche selon la correction désirée. Resserrer la vis de
blocage.

- Tir trop à droite : Libérer la vis de blocage. Tourner la vis de réglage


vers la droite jusqu’à ce que la correction désirée soit atteinte. Resserrer la
vis de blocage.

REMARQUE : Selon le sens de réglage, un tour complet de la vis de réglage


correspond à un déplacement latéral du point d’impact de 5,5 cm vers la gauche ou
vers la droite à une distance de tir de 25m.

53
Liberer la vis de blocage Tourner la vis de réglage Réglage en site

54
SOUS-DOSSIER N° 2 : POUR LA
PROMOTION DE 2ème ANNEE

55
MAG : CARACTERISTIQUES GENERALES

I- IDENTIFICATION :

La mitrailleuse à gaz est une arme de nationalité belge, automatique, collective,


légère à tir tendu, tirant par rafale sur des objectifs terrestres, alimentée par bande.

Elle existe 3 versions de la mitrailleuse à gaz :

- Version standard : Avec crosse en bois.

- Version coaxiale : pas de bipied ni de crosse.

- Version aviation : Percussion électrique.

Munitions : Toutes les cartouches réglementaires de 7.62mm.les cartouches de


tir à blanc sont tirées avec un B.T.B

II- PARTIES PRINCIPALES :

Le canon complet avec régulateur des gaz et poignée de transport.

L’ensemble mobile

La crosse.

56
La poignée pistolet avec mécanisme de détente

Carcasse avec bipied et couvercle.

4
1 5

2
3

c b
a
6

Figue 11 : Mitarailleuse décomposée en ses éléments principaux


1- Canon Complet , avec régulateur de gaz et poignée
2- Carcasse avec bépied et couvercle
3- Crosse
4- Mécanisme de mise à feu et piston
5- Récupérateur
6- Groupe de sous-garde :
a) Sous-garde
b) Broche de sous garde
c) Tige de maintien de la broche de sous garde
(La nomenclature des pièces avec leur numéro de référence se trouve à la fin de la brochure)

III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

- Calibre : 7,62mm.

- Poids de l’arme avec crosse et bipied : 11 kg

- Poids du canon : 3 kg.

- Longueur totale 1,25m

57
- Portée pratique sur bipied : 600m

- Potée pratique sur trépied : 1000m.

- V0 : 840m/s

- Cadence théorique de tir : 650à 1000coup/mn.

- Cadence pratique de tir : 200à 300 coup /mn.

- Perforation : 6 mm d’acier à 500m.

4- ORGANISATION GENERALE :

- Canon : Rayé, chambre pour étui tronconique à gorge.

- Système de percussion : culasse calée à verrou mobile,


commandé par une bielle axée sur la pièce de manœuvre.

- Système moteur : Action indirecte des gaz, emprunt des gaz en


un point du canon, régulateur.

- Extraction : Extracteur porté par la culasse.

- Éjection : Éjecteur mobile porté par la culasse.

- Système de percussion : Rectiligne, percuteur porté par la pièce


de manœuvre. Armé culasse ouverte.

58
- Système de détente : A déclencheur de gâchette.

- Sûreté : A la percussion ou à la fermeture par la course de


sécurité. De la pièce de manœuvre.

- Appareils de pointage : Hausse mixte.

 1 Hausse graduée de 200à 800

 1 Hausse verticale à cran de mire graduée de 800à 1800.

 Guidon réglable en hauteur et en direction.

- Accessoires à la puissance de feu :

 Échange rapide du canon

 Amortisseur de recule.

 régulateur des gaz.

 Amortisseur de recul (dans la crosse)

 Régulateur de cadence.

59
La mitrailleuse F.N - M.A.G , sur bipied (Face droite)

La mitrailleuse F.N - M.A.G, sur bipied ( face gauche)

La mitrailleuse F.N - M.A.G, sur affût, avec crosse et bipied ( face gauche)

La mitrailleuse F.N - M.A.G, sur affût, avec crosse et bipied ( face droite)

60
La mitrailleuse F.N - M.A.G, sur affût, avec bloc postérieur et son bipied (face
gauche)

La mitrailleuse F.N - M.A.G, sur affût, avec bloc postérieur et son bipied (face droite)

61
MAG : DEMONTAGE ET REMONTAGE

La mitrailleuse F.N - M.A.G , sur bipied (Face droite)

La mitrailleuse F.N - M.A.G, sur bipied (face gauche)

I- MESURES DE SECURITE :

I – Canon vers le haut ou dans une direction non dangereuse.

2 – Ouvrir le couvercle d’alimentation.

3 – Enlever la bande et vérifier la chambre de tir.

4 – Donner deux coups de sécurité avant le démontage .

62
II- DEMONTAGE :

A/ Canon :

- Presser le verrou du canon.

- Pivoter la poignée du transport jusqu’à la verticale.

- Tirer le canon vers le haut.

63
1

1-filet de fixation sur la carcasse

2-filet de fixation sur le canon

64
B/ Crosse :

- Appuyer sur le verrou de la crosse.

- Sortir la crosse vers le haut.

C/ Ressort récupérateur :

- Le pousser légèrement vers l’avant puis vers le haut en agissant


sur son extrémité postérieure.

- Le retirer vers l’arrière

D/ Ensemble mobile :

- Ramener l’ensemble mobile vers l’arrière à l’aide levier


d’armement.

- Retirer l’ensemble mobile vers l’arrière.

- Retirer l’axe bielle - pièce de manœuvre pour séparer la culasse,


son verrou et la bielle de pièce de manœuvre.

65
E/ La poignée pistolet (la sous garde) :

- - Enlever la goupille d’assemblage.

- - Sortir la poignée vers le bas.

66
4 3 7

5
2 9
8
6
1

1- Sous-garde 6- Axe de ressort de gâchette


2- Sûreté 7- Crochet de gâchette
3- Gâchette 8- Détente
4- Ressort de détente 9- Axe de détente
5- Axe de gâchette
(La nomenclature des pièces ave leur numéro de référence se trouve à la fin de la brochure).

F/ Le couvercle d’alimentation :

- Sortir l’axe du couvercle.

- Ôter les mécanismes (couvercle, couloir d’alimentation) .

67
4 17
16 6 6
1
5 2
18 3
12 13 11

14
7 10
9
Figure 32
1- Couvercle 10- Ressort de rappel du clapet maintien de la cartouche
2- Verrou de couvercle 11- Ressort de rappel du levier d’alimentation
3- Levier d’alimentation 12- Lame ressort de maintien du levier d’alimentation
4- Cliquet central d’alimentation13- Pivot du levier d’alimentation
5- Cliquet antérieur d’alimentation 14- Circlip pour bielles d’alimentation
6- Cliquet postérieur d’alimentation 15- Ressort des verrous de couvercle
7- Clapet de maintien de la cartouche 16- Pivot des galets guides des coulisseaux du couvercle
8- Axe de clapet de maintien de la cartouche 17- Galets guides coulisseaux du couvercle
9- Ressort de clapet de maintien de la cartouche 18- Entretoise longue de bielle d’alimentation
(La nomenclature des pièces avec leur numéro de référence se trouve à la fin de la
brochure).

68
G/ Démontage du régulateur :

- Dévisser le manchon de réglage de régulateur, en appuyant en


même temps sur la lame ressort de maintien du bouchon.

- Enlever le manchon puis les deux demi - colliers et retirer le


régulateur.

III REMONTAGE

Procéder en sens inverse du démontage.

2C
15D
2D
2B 2A
3
501 15C

1
15H

13 14 15A
15E
15B
10
9
11
8 20
7 15G

19
6

69
70
71
MAG : FONCTIONNEMENT

I- POSITIONS INITIALES DES PIECES.

- Les ensembles mobiles sont totalement vers l’avant .

- le ressort récupérateur est décomprimé.

- La bielle est oblique.

- Le verrou mobile est en contact avec le coin d’appui.

- Le percuteur fait saillit dans la cuvette de tir et on a le départ du


coup.

II- MOUVEMENT ARRIERE.

A/ Agent Moteur :

Une partie des gaz chasse la balle hors du canon l’autre partie passe par la frette
des gaz ; elle agit sur le piston et assure le mouvement arrière .

72
B/ COURSE DE GARDE :

Course de sécurité et retrait du percuteur : c’est le recul de la pièce de


manœuvre seule de quelque mm.

C/ DEVERROUILLAGE :

Pendant la course de la garde ; la bielle fait une rotation vers le haut et oblige le
verrou mobile à quitter le coin d’appui.

D / OUVERTURE :

La rupture du contact entre la cuvette de tir et la tranche arrière de la chambre


de tir.

E/ EXTRACTION - EJECTION :

C’est le fait d’extraire l’étui de la chambre de tir. Une fois au niveau de la fenêtre
d’éjection et sous l’effet de l’éjecteur, l’étui quitte l’arme vers l’extérieur.

F/ L’ARMER DE LA MITRAILLEUSE.

C’est l’accrochage de la gâchette sur le cran d’armé de la glissière. la M.A.G. est


donc une arme armée culasse ouverte.

G/ FIN DU MOUVEMENT ARRIERE .

Compression totale du ressort récupérateur.

III- MOUVEMENT AVANT :

A/ AGENT MOTEUR :

Lorsqu’on appuie sur la détente, la gâchette s’efface et sous l’effet du ressort


récupérateur qui se décomprime on a le mouvement avant .

B/ INTRODUCTION :

Une fois les deux béquets d’introduction rencontrent la cartouche, ils


l’introduisent dans la chambre de tir, on a alors une introduction directe.

73
C/ VERROUILLAGE :

La culasse est bloquée par la chambre de tir, seule la pièce de manœuvre


glissière qui continue le mouvement vers l’avant et oblige la bielle à faire une rotation
vers le bas, celle ci entraîne le verrou mobile à entrer au coin d’appui qui est fixé sur
le boîtier de culasse.

D/ COURSE DE GARDE INVERSE

C’est l’avance seul de la pièce de manœuvre glissière de quelque mm pour que le


percuteur fait saillie dans la cuvette de tir et on a le départ du coup.

74
75
2 3
3

76
GENERALITES DE L’ARME FM
KALACHNIKOV

I - DESTINATION:

11- Classification utilisation :

Arme collective légère a tir tendu, de nationalité Russe. Tirant coup par coup ou
par rafale et utilisée pour le combat à courte distance.

12- Munition :

Utilise les munitions "intermédiaire" de 7,62 du Pacte de Varsovi (7,62 x 39 ).


Cartouche à balle ordinaire ; traceuse (Vert) et perforants incendiaire; traceuse (Vert)
et perforante incendiaire (Noir et rouge).

13- versions

Fusil mitrailleur PMK - PMKC

II – PARTIES PRINCIPALES

L'arme se compose des ensembles suivants :

1) Le canon

2) Les ensembles mobiles

3) La boite de culasse et les pièces adjointes

4) Les mécanismes de détente

5) Le cylindre à gaz démontable inclus dans le garde main

6) Les montures et garnitures

77
III - RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

- Calibre : 7,62 Pacte de Varsovie.

- Poids arme avec chargeur : 3,7 kg environ.

- Longueur : 0,90m environ.

- VO : 715m/s

- Portée utile :100m

- Portée pratique : 200m environ.

- Hausse de combat : obtenue en tirant le cran de mise à fond vers

l'arrière (350m pour une cible de 50cm)

- Cadence théorique de tir : 600 cp/mn

- Cadence pratique de tir : 100 cp/mn

- Perforation :

 brique : 12 à 15 cm à 100m

 bois : 40 cm à 15 cm à 100 m

 terre : 30cm à 15 cm à 500m

 tôle : très importante

IV - ORGANISATION GENERALE :

- Canon : rayé, chambre pour étui tronconique à gorge.

- Système moteur : action indirecte des gaz, emprunt des gaz en un


point du canon.

- Système de fermeture : Culasse calée par rotation.

- Alimentation : Pour chargeur curviligne à piles imbriquées et


introduction directe - contenance 30 cartouches.

- Extracteur porté par la culasse.

78
- Ejecteur : fixe porté par la boite de culasse.

- Système de percussion : Percussion circulaire, armé, culasse


fermée.

- Système de détente : Mécanisme à triple gâchette, sélecteur de tir


et ralentisseur de marteau.

- Sûreté : manuelle par blocage de la détente.

- Sélecteur en haut : sûreté ; au milieu : rafale : en bas : coup par


coup.

- Sécurité : à la percussion (ou à la fermeture) par déclencheur de


gâchette automatique.

- Appareil de pointage : Cran de mise monté sur hausse à curseur


gradué de 0 à 100m guidon réglable en hauteur et en atelier en
direction.

- Renseignements complémentaires : existe en plusieurs versions


en particulier avec crosse repliable (AKMC).

79
GENERALITES DE L’ARME PKMS

I - DESTINATION:

11- Classification utilisation :

Arme collective la mitrailleuse est une arme automatique solide, destinée à


l’anéantissement de la force vive et à l’attaque des moyens à feu des ennemis et buts
aériens .Alimentée avec des bandes métalliques

12- Munition :

Utilise les munitions "intermédiaire" de 7,62 du Pacte de Varsovi (7,62 x 39 ).


Cartouche à balle ordinaire ; traceuse (Vert) et perforants incendiaire; traceuse (Vert)
et perforante incendiaire (Noir et rouge).

13- versions

II – PARTIES PRINCIPALES

L'arme se compose des ensembles suivants :

- Le Canon

- Le Cylindre à gaz et bipied.

- Le boîtier de culasse avec couvercle.

- Les ensembles mobiles.

- Le system de détente.

- La Crosse

- Le trépied et accessoires

80
III - RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

- Calibre : 7,62 Pacte de Varsovie.

- Poids arme avec chargeur : 4,8 kg, avec trépied 8,8kg

- Longueur : 110cm avec épauliére115cm.

- VO : 800m/s

- Portée utile : 1500m

- Portée pratique : 400m environ.

- Hausse de combat : obtenue en tirant le cran de mire à fond vers


l'arrière (1500m pour une cible de 50cm)

- Cadence théorique de tir : 800 cp/mn

- Cadence pratique de tir : 200 cp/m

IV - ORGANISATION GENERALE :

- Canon : rayé quatre rayures de la gauche vers la droite.

- chambre pour étui tronconique à gorge.

- Système moteur : action indirecte des gaz, emprunt des gaz en un point
du canon.

- Système de fermeture : Culasse calée armée culasse ouverte.

- Alimentation : Par bande métallique.

- Ejecteur : fixe porté par la boite de culasse.

- Système de percussion : Percussion circulaire, armé, culasse ouverte.

- Système de détente : simple avec gâchette.

- Sûreté : manuelle par blocage de la détente.

- Sélecteur en haut : sûreté ; au milieu : rafale : en bas : coup par coup.

- Sécurité : à la percussion (ou à la fermeture) par déclencheur de gâchette

- Appareil de pointage : Cran de mise monté sur hausse à curseur gradué


de 0 à 1500 guidon réglable en hauteur et en atelier en direction.

81
PKMS DEMONTAGE ET REMONTAGE

I – PRESENTATION :

- Démonstration d’ensemble : à cadence normale sans commentaire.

- Démonstration Décomposée : à cadence lente avec commentaire.

11- Mesures de sécurité :

1 – Canon vers le haut ou dans une direction non dangereuse.

2 – Ouvrir le couvercle d’alimentation.

3 – Enlever la bande et vérifier la chambre de tir.

4 – Donner deux coups de sécurité avant le démontage.

12- Démontage :

1/ Ressort récupérateur : -en agissant sur son extrémité postérieure.

- Le retirer vers l’arrière

2/ Ensemble mobile :

- - Retirer l’ensemble mobile vers l’arrière

3/ - levier d’arme.

- - Sortir le levier d’armé vers le l’avant.

4/enlever l’ensemble mobile

5/ séparer la culasse de la pièce de manœuvre

6/tirer le canon

13 Remontage Procéder en sens inverse du démontage.

82
PKMS FONCTIONNEMENT

1- POSITIONS INITIALES DES PIECES.

- Les ensembles mobiles sont totalement vers l’arrière.

- Le ressort récupérateur est comprimé.

- Le percuteur est armé.

- Gâchette en position haute.

2- MOUVEMENT ARRIERE.

A/ AGENT MOTEUR :

Une partie des gaz chasse la balle hors du canon l’autre partie passe par la frette
des gaz ; elle agit sur le piston et assure le mouvement arrière.

B/ COURSE DE GARDE :.

C/ DEVERROUILLAGE :

D / OUVERTURE :

La rupture du contact entre la cuvette de tir et la tranche arrière de la chambre


de tir.

TRACTION - EJECTION :

C’est le fait d’extraire l’étui de la chambre de tir. Entraînement de la bande par


le coulisseau tracteur prend une nouvelle cartouche présentation de la cartouche dans
le couloire d’alimentation éjection, accrochage des ensemble mobile sur la gâchette ;
compression du ressort.

83
F/ FIN DU MOUVEMENT ARRIERE .

Compression totale du ressort récupérateur.

3- MOUVEMENT AVANT :

A/ AGENT MOTEUR :

Lorsqu’on appuie sur la détente, la gâchette s’efface et sous l’effet du ressort


récupérateur qui se décomprime on a le mouvement avant.

B/TRNSPORT DE LA CARTOUCHE

C/ INTRODUCTION DE LA CARTOUCHE

D/ FERMETURE DE LA CULSSE

E/COURSE DE GARDE PAR L4INTERMEDIERE DE LA PI2CE


MOBILE

F/ VEROIULLAGE PAR LA ROTATION DE LA CULASSE

G/PERCUSSION ET DEPART DU COUP

H/FIN DU MOUVEMENT AVANT

84
RPG7 : CARACTERISTIQUES GENERALES

1- IDENTIFICATION :

R.P.G7 est une arme collective légère, non automatique à chargement simple
par la bouche du canon, destinée au combat A/C à courte distance, de nationalité
russe.

II PARTIES PRINCIPALES :

• Tube canon avec appareil de pointage mécanique.

• Mécanisme de percussion

• Mécanisme de détente.

• L’appareil de pointage.

85
III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

- Calibre : 40mm.

- Calibre de la roquette : 85mm

- Poids de l’arme : 6 ,3 kg.

- Poids de la roquette : 2 ,2 kg

- longueur de l’arme : 95cm

- longueur de la roquette : 92cm

- Cadence pratique de tir : 4 à 6 coups par mm

- Portée utile :500m

- Hausse de combat : 320m

- pouvoir de Perforation : 30 mm d’acier et 1 m de béton à


320m.

86
IV- ORGANISATION GENERALE :

- le canon: c’est un tube à âme lisse, ouvert aux deux extrémités.

- L’alimentation: chargement par la bouche du canon.

- système de détente: mécanisme avec une détente, une gâchette, un


marteau et un percuteur.

- sécurités:

Sécurités au choc: tant qu’on n’appui pas sur la détente, et si le marteau


reçoit un choc, il n’y aura pas de départ du coup car la gâchette s’accroche au cran de
sécurité.

sécurités à l’arme: si le marteau, armé à la main, s’échappe


accidentellement ; la gâchette vient buter sur le cran de sécurité du marteau.

87
sécurité au chargement: si on a mal introduit la roquette il n,y aura pas
départ du coup car l’amorce n’est pas alignée par rapport au percuteur.

- Sûreté: par blocage de la détente.

- Appareils de pointage: un système optique appelé une lunette de


pointage.

- Munitions: roquette sur calibrée A/C à charge creuse livrée en deux


parties : 1- La tête active et le propulseur à réaction.

2- L’empennage qui renferme la charge de lancement.

L’empennage qui renferme la charge de lancement

88
RPG7 : SIMBLEAUTAGE

I- DEFINITION :

Simbleautage en convergence Consiste à faire converger l’axe mécanique de


l’arme et optique de la lunette de tir sur un même un point situé de 500 m. Il existe
deux types de simbleautage

- En convergence

- En parallèle

II- LES OPERATIONS DE SIMBLEAUTAGE :

- fixer l’arme sur un chevalet de pointage.

- choisir un pointage nettement visible à une distance d’environ 500 m.

- mettre le bouton de correction de température sur « + ».

- mettre le simbleau dans la tranche arrière du canon, et former un croix


sur la bouche du canon en croisant deux fils.

- en agissant sur le chevalet de pointage et en visant à travers l’âme du


tube canon pointer l’arme sur le point choisis.

- regarder dans la lunette ou se situé la croix de simbleautage du véhicule


par rapport ou repère choisis

- si la coincidence n’est pas obtenue il faut

• divisser le couvercle de la vis de réglage en direction à l’aide


d’un tourne vis, agir sur la vis manière à amener le « + » à coincider
avec la ligne vertical du repère.

89
• dévisser de 1,5 à 2 tours les 3 vis la térales sur le bouton de
correction de températures et avec le tourne vis agir sur la vis centrale
pour amener le signe "+" divisser de 1,5 à 2 tous les vis la tèrales sur le
bouton de correction de températures et avec le tournevis agir sur la vis
centrale pour amener le signe "+" à coïncider avec la ligne horizontale
du point de repère.

N.B : le réglage en hauteur et en direction ne doit pas nuire au réglage de l’axe


mécanique de l’arme.

Individuelle : les E/O procèdent individuellement et à tour de rôle au simple au


tage de l’RPG7

Conclusion :

Rappel des ponts clès :

- Ramener l’axe mécanique sur le point de repère.

- Ramener l’axe optique, en agissent sur le mécanisme de réglage, sur le


point de repère.

- La séance prochaine

"Généralités sur les grenades à main"

90
RPG 7 : FONCTIONNEMENT

I- POSITION DES PIECES ET MECANISMES AVANT LE


CHARGEMENT

- le chien est à l’abattu.

- le ressort de percussion est légèrement comprimé.

- la gâchette est accrochée au cran de sécurité du chien poussant la queue


de la détente vers l’avant.

- le percuteur est effacé.

- la sûreté fait saillie du côté gauche du corps du mécanisme de feu.

II- FONCTIONNEMENT DES PIECES ET MECANISMES AU


CHARGEMENT

Mettre l’arme à la sûreté : le collet de sûreté vient en face de la dent inférieure de


la détente et empêche la rotation de cette dernière.

Introduire la roquette : le bloquer de la roquette entre dans l’encoche dans le


tube, l’amorce fulminante se trouve en face du trou de percussion.

III- FONCTIONNEMENT DES PIECES ET MECANISMES AU


DEPART DU COUP :

1- Position des pièces avant le départ du coup :

- le marteau est accroché à la gâchette par son cran d’armé

- le ressort de percussion est comprimé.

- La détente est vers l’avant.

- Le ressort du percuteur est comprimé

- La roquette est verrouillée dans le tube

91
2- Position des pièces au départ du coup:

Lorsque le tireur appuie sur la détente celle-ci pivote autour de son axe, soulève
la gâchette qui libère le cran d’armé du chien. Celui-ci poussé par le ressort de
percussion va frapper le talon du percuteur. Le percuteur comprime son ressort et fait
saillie en écrasant la pastille fulminante de la roquette.

- le marteau revient à sa position d’équilibre

- lorsque le tireur relâche la détente celle-ci revient vers l’avant poussée


par la gachette qui se place contre le cran de sécurité.

N.B :

Sous l’effet du ressort (décompression) le percuteur s’efface dans le trou de la


paroi du tube canon.

92
RPG7 : PRESENTATION DE LA
LUNETTE DE TIR

I- PRESENTATION DE LA LUNETTE DE TIR :

11- Parties principales :

La lunette de tir de l’RPG7 se compose de

- le corps avec support

- Le système optique

- le mécanisme de réglage (en hauteur et en direction)

- Le dispositif d’éclairage du réticule pendant le tir de nuit

- Une bonnette en caoutchouc et un appui fête.

2- Présentation du réticule

- La crois de simbeautage

- L’échelle des hausses (line horizontales)

- L’échelle des corrections latérales (linges verticales)

- L’échelle télémétrique (ligne horizontale et pointillé courbe)

3- Caractéristique techniques :

- Grossissement : X2,7

- Champ d’observation : 13°

93
II- DETERMINATION DES DISTANCES D’APRES L’ECHELLE
TELEMETRIQUE DE LA LUNETTE DE TIR :

- Pour un char de 2,7 m de hauteur :

- Pointer l’échelle télémétrique sur l’objectif de manière que ce dernier se


trouve entre la ligne horizontale continue et le pointillé courbe. La division
de l’échelle située au dessus de l’image de l’objectif indique la distance de
l’objectif.

- Pour un char d’une hauteur supérieur ou inférieure à 2,7 m :

- Dans le cas ou la hauteur de l’objectif est supérieure ou inférieure à 2,7


m, soustraire à la distance déterminée sur l’échelle (ou ajouter) une
correction égale au produit du nombre de dixièmes de mètre constituant la
différence des hauteurs par le nombre constant « 47 » et par le chiffre de
l’échelle au dessus de l’image de l’objectif.

Exemple :

- Déterminer la distance d’un char lourd ennemi haut de 3,2 m si son


sommet affleure le pointillé de l’échelle télémétrique sous la division 6.

- Solution :

- Différence des hauteurs : 3,2 m – 2,7 m = 0,5 m donc : 0,5 m = 5


dixième de mètre.

- La distance de l’objectif est

600+(5x4x6) = 600+120 = 720 m.s

94
PA MAC 50

A – CARACTERISTIQUES GENERALES

I - IDENTIFICATION

Arme de poing, semi-automatique, utilisée dans les actions à très courte


distance.

MAC : Manufacture d’Armes Châtellerault

II – PARTIES PRINCIPALES (Cf figure 2)

- le canon

- le bloc culasse glissière

- la carcasse

- la platine

- le chargeur

III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES

- Calibre : 9 mm.

- Poids de l’arme : 0,900 Kg.

- Longueur de l’arme : 19,5 Cm.

- Vitesse initiale : 315 m/s.

- Vitesse pratique de tir : 18 c.p./ mm.

- Portée pratique : 501 m .

- Pouvoir de pénétration : 15 cm. de sapin à 25 m.

- Contenance du chargeur : 9 cartouches.

95
IV - ORGANISATION GENERALE

- Canon : rayé, chambre pour étui cylindrique.

- Système de fermeture : culasse calée (par relèvement du canon)

- Système moteur :

 Action directe des gaz

 Court recul du canon

 La canon attend la culasse.

- Alimentation :

 - Chargeur indépendant de l’arme à pile unique

 - Introduction directe.

- Ejection : éjecteur fixe porté par la platine (ou bloc de percussion).

- Système de percussion : circulaire armé culasse fermée.

- Système de détente : mécanisme à séparateur.

- Sûreté : manuelle ; pièce qui s’interpose entre le marteau et le percuteur.

1 Canon - 2 Nervures de verrouillage - 3 Biellette - 4 Bloc de culasse - 5


Indicateur de chargement - 6 Sûreté - 7 Culasse - 8 Extracteur - 9 Ressort
récupérateur et sa tige guide - 10 Carcasse - 11 Poussoir de crochet arrêtoir de
chargeur - 12 Détente - 13 Barrette de détente - 14 Séparateur - 15 Bloc de platine - 16
Chien - 17 Ejecteur - 18 Gâchette- 19 Arrêtoir de bloc de culasse ;

96
Figure 2

- Sécurités :

- Au choc assurée par le cran de sécurité du marteau.

- A l’arme « idem ».

- A la percussion (ou au verrouillage) assurée par la tête du séparateur


et la tranche arrière du bloc culasse glissière.

- Organe de pointage : hausse unique à cran de mire guidon


rectangulaire

Accessoires à la puissance de feu :

- Arrêt du tir culasse ouverte en fin de chargeur

- Indicateur de chargement : monté sur la glissière-culasse et au-dessus


de la cuvette de tir

97
B – DEMONTAGE - REMONTAGE

- Opérations de sécurité

- Démontage sommaire

- tirer le bloc culasse vers l’arrière jusqu’à ce que le cran d’arrêt du bloc
culasse soit en face du bec de l’arrêtoir. Engager celui-ci dans le cran.

- faire reculer le bloc culasse de 2 mm.

- appuyer sur l’extrémité de l’axe d’arrêtoir afin d’amorcer sa sortie.

- laisser revenir lentement le bloc culasse.

- retirer l’arrêtoir.

- puis enlever l’ensemble canon bloc de culasse en le retirant vers


l’avant.

- pour démonter l’ensemble canon bloc de culasse :

o pousser vers l’avant la tige-guide

o soulever et retirer le canon.

o Soulever et retirer le canon.

o Enlever la platine de la carcasse en la retirant par le haut.

- Remontage

Les opérations se font en sens inverse.

C – SYSNTHESE DE FONCTIONNEMENT

- Position des pièces au départ du coup

- Alimentation

- lors de l’ouverture, l’extracteur tire l’étui qui heurte l’éjecteur porté par
la platine ; le choc le projette hors de l’arme.

- lors de la fermeture, la glissière pousse directement la cartouche dans la


chambre, la griffe de l’extracteur s’engage dans la gorge.

98
- le chargeur assure transport distribution et présentation.

- Mise de feu

- Retrait du percuteur

- le marteau rebondit sous la poussée du doigt de rebondissement de la


bielle de percussion.

- le percuteur est repoussé par son ressort.

- Armé du marteau

- la glissière pousse le bras du séparateur vers le bas ce dernier sépare la


barrette de la gâchette.

- poussé par la glissière, le marteau s’accroche à la gâchette.

- Liaison détente gâchette

A la fin du mouvement arrière, la barrette est sous la gâchette, poussée par le


séparateur ; à la fin du mouvement avant le séparateur se replace dans son logement
sur la glissière et libère ainsi la barrette. Lorsque le tireur lâche la détente, la barrette
revient vers l’avant et remonte au contact de la gâchette sous l’effet de son ressort.

- Sécurités

- Sécurité de chargeur : le bossage du chargeur actionne le bras inférieur


du séparateur.

-Sécurité à la percussion (ou verrouillage) : si la glissière n’est pas


verrouillé, le bras supérieur du séparateur n’est pas en face de son
logement dans la glissière et pousse la barrette vers le bas.

- Sécurité au choc et à l’armé : si la détente n’actionne pas la gâchette,


celle-ci s’engage dans le cran de sécurité du marteau et le bloque avant
qu’il ne touche le percuteur.

99
D – INCIDENTS DE TIR

- L’arme étant chargée

EFFETS CAUSES REMEDES

Le marteau fonctionne, - levier de sûreté à la - instruction du tireur.


mais le coup ne part pas sûreté. 1- armer le marteau,
- mauvais état de la nouvel essai.
munition. 2- changer la munition.
- percuteur cassé. - Arme en réparation.

Le marteau reste - chargeur mal en gagé. - l’engager à fond.


accroché. - bossage du chargeur usé, - changer le chargeur.
ne remonte pas le bras
inférieur du séparateur.
- verrouillage, puis si
- verrouillage incomplet. l’incident se reproduit :

• ressort récupérateur
faible (le changer).
• Chambre encrassée (la
nettoyer).
• Examiner la munition

Fermeture ou Voir ci-dessus. Voir ci-dessus.


verrouillage incomplet.

Manque de poussée. - chambre sale Nettoyer l’arme et


examiner la munition.
- Etui déformé

E - ENTRETIEN

Les ingrédients utilisés pour l’entretien sont l’huile de vaseline et le pétrole.


L’emploi des matières abrasives est interdit, l’usage de la graisse d’arme est
également proscrit.

100
- l’ensemble canon bloc culasse est en position avant, le bloc culasse
verrouillé au canon.

- Le ressort récupérateur est décomprimé

- La cartouche suivante est en place sous la culasse

- L’extracteur est en prise dans la gorge de l’étui

- Le percuteur fait saillie dans la cuvette de tir, son ressort de


rebondissement est comprimé.

- le marteau est à l’abattu le ressort de percussion légèrement comprimé

- la détente actionnée.

- Obturation

- Mouvement arrière (action directe des gaz)

- course de sécurité = recul de la glissière et du canon verrouillés.

- déverrouillage : l’arrière du canon s’abaisse sous l’effet de la rotation de


la biellette.

- ouverture : la glissière recule, seule.

- pendant tout le mouvement, compression du ressort récupérateur.

- Mouvement avant (décompression du ressort récupérateur)

- fermeture = la glissière avance seule.

- Verrouillage : poussé par la glissière, le canon remonte sous l’effet de la


biellette, ses tenons s’engagent dans leur logement

Il y a intérêt à maintenir toutes les pièces métalliques légèrement huilées.

L’arme et les chargeurs doivent être nettoyés après chaque tir. A cet effet,
effectuer un démontage partiel, essuyer soigneusement les différentes pièces, puis les
huiler légèrement (en particulier l’intérieur du canon).

101
SOUS-DOSSIER N° 1 : POUR LA
PROMOTION DE 3ème ANNEE

102
LE MORTIER 60 MM U.S
CARACTERISTIQUES GENERALES

I- IDENTIFICATION :

Le mortier de 60 mm, Mlle 1935 M44 est une arme collective semi-lourde à tir
vertical, non automatique, à chargement simple, tirent des projectiles explosifs et à
effets spéciaux.

II- PARTIES PRINCIPALES :

1-Tube Canon : Comporte une Culasse fixe, vissée à demeure sur le canon, un
méplat situé prés de la tranche de bouche, une génératrice supérieure matérialisé
l’axe du tube, le percuteur et le bouton de culasse.

2-Bipied : Comporte les pieds et le mécanisme de correction de devers, le


mécanisme de pointage en hauteur, le mécanisme de pointage en direction et le
collier disjoncteur.

3-Plaque de base : Rectangulaire, porte sur la face supérieure l’alvéole du


bouton de Culasse et l’évidement de culasse pour le transport.

4- L’appareil de pointage : Comporte un support constitué par une queue


d’aronde, muni d’un verrou commandé par un poussoir quadrillé, et un axe
horizontal duquel tourne un dispositif de pointage en hauteur.

• Un dispositif de pointage en hauteur qui comprend le secteur des angles


gradué de 40 à 90° et le tambour des angles gradué de 0 à 10°.

• Un dispositif de pointage en direction qui comprend un plateau des dérives


gradué en dérives droites (en blanc) et gauche (en rouge) de 100 en 100 m, de
0 à 3200 m, le tambour de dérives, gradué en dérives droites (en blanc) et
gauche (en rouge) de 5 en 5 m, de 0 à 150 m.

103
• L’appareil de visée qui comprend la ligne de mire auxiliaire (à cran de mire et
guidon filiforme) le collimateur avec un enligne de foi blanche.

• Le niveau de correction de devers est porté par le corps de l’appareil.

III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

Calibre : 60 mm

Poids de l’arme : 18,500 kg

Longueur de tube : 72,5 cm

Vitesse pratique de tir : 15 à20 C/mm

Portée : 100 à 1680, avec munition française 100 à 1800, avec munition
américaine.

Flèche de la trajectoire : Varie de 150 à 1000 m

Précision : à 500 m, en charge 2, rectangle de dispersion 50 m en portée x35 m


en direction

Champs de pointage : Vertical 45° à 83° horizontal 195 à 365 m suivant l’angle.

IV-ORGANISATION GENERALE :

Canon : Tube à âme lisse

Obturation : Culasse fixe, visée à demeure sur le canon

Alimentation : chargement simple par la bouche.

Percussion : percussion rectiligne, projectile formant masse percutante (auto


percussion), percuteur fixe, visée sur la culasse.

Sûreté : Pas de sûreté

Sécurité : Pas de sécurité (sécurité propre à l’obus)

Appareil de pointage : Appareil de pointage F9 M44.

104
Comportant : - Un support

- Un dispositif de pointage en hauteur

- Un dispositif de pointage en direction

- Le niveau de correction de devers.

Devers : La correction de devers se fait manuellement en agissant sur le


manchon de correction de devers porté par le bipied.

Munition : Projectile de 60 mm comportant une fusée et un empennage.


Propulsion assurée par une cartouche et des appoints de charge, un corps en fonte
renfermant la charge explosive.

105
LE MORTIER DE 81 mm BRANDT
(Nationalité : Française)

A- CARACTERISTIQUES GENERALES

I – IDENTIFICATION

C’est un tube arme collective, lourde, non automatique, à tir vertical.

II – PARTIES PRINCIPALES (Cf fig 1)

1 Le canon :

C’est une à âme lisse de 81,4 mm diamètre.

Il comporte à la bouche, alésage destiné à recevoir le protecteur de chargement.

Un méplat, prés de la bouche, sert à placer le niveau de secours.

La culasse est fixée à son extrémité; elle comporte une rotule où est vissé le
percuteur.

2- La plaque de base :

Il en existe deux types :

- La plaque de base rectangulaire qui comporte trois alvéoles de mise en


place de la rotule et des bêches d’ancrage.

- La plaque de base triangulaire qui permet le tir tous azimuts et ne


comporte qu’une seule alvéole.

3- L’affût : (Cf fig 2)

Il comprend :

- Les pieds et le mécanisme de correction de dévers.

- Le mécanisme de pointage en hauteur.

- Le mécanisme de pointage en direction.

- Le collier disjoncteur.

106
4- L’appareil de pointage :

Il comprend :

- Le support

- Le dispositif de pointage en direction, qui comprend :

- le plateau obs. dérives, gradué tous les 200 millièmes de 0 à 64,

- le contre - plateau qui porte le repère,

- le tambour des dérives gradué de 2 en 2 de 0 à 200 millièmes,

- le collimateur réversible, solidaire du contre - plateau et entraîné par le


tambour.

- Le dispositif de pointage en hauteur, qui comprend

- le secteur des angles, gradé en dégrés de 0 à 90,

- le tambour des angles, gradué en quatre de degré de 0 à 4

- le niveau des angles,

- le collimateur d’angles, limites.

- Le niveau de correction de dévers.

III - RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

- Calibre : 81 mm

- Poids : environ 60 kg

- tube : 20,5 kg

- plaque de base : 20,5 kg

- trépied : 18,2 kg

- Longueur du tube : 1,26 cm

- Portée minimum : 100 m

- Portée maximum : 3100 m (1100 m pour les obus à G.C.)

107
IV - ORGANISATION GENERALE :

- Le canon : c’est un tube à âme lisse.

- L’obturation : culasse fixe.

- Le système moteur : force musculaire des servants.

- L’alimentation : chargement simple par la bouche.

- La mise de feu : percussion rectiligne, projectile formant masse


percutante, percuteur fixe

- La sûreté : néant.

- L’appareil de pointage : il comprend un dispositif de pointage en


direction degrés en millièmes, un dispositif de pointage en hauteur
gradué en degrés et un niveau de vérification de dévers.

- Les munitions : il existe des obus :

- explosifs

- fumigènes

- d’instruction

- à grande capacité (G.C)

B- DEMONTAGE - REMONTAGE :

Le seul démontage autorisé est celui du percuteur.

C- FONCTIONNEMENT :

Le seul monde de tir possible est le tir automatique. Au départ du coup les
amortisseurs du collier disjoncteur absorbent le recul du tube.

108
D- INCIDENTS DE TIR ET ENTRETIEN :

I- INCIDENTS DE TIR

Ce sont uniquement des ratés de percussion :

- frapper le tube pour faire descendre le projectile.

- attendre deux minutes au combat, cinq minutes à l’instruction

- extraire le projectile en protégeant la fusée

- examiner l’amorce :

 si la percussion n’a pas lieu, le projectile est défectueux

 ou bien :

- le percuteur peut être usé ou dévissé

- le canon ou le projectile peuvent être sales.

En cas d’incidents successifs vérifier le mécanisme de percussion.

II- ENTRETIEN

Le canon peut être lavé à l’eau bouillante savonneuse ou au pétrole. Il doit être
ensuite sécher et graisser.

L’appareil de pointage est nettoyé à sec.

E- LES MUNITIONS :

Les plus souvent utilisées sont projectiles FA 32 et Mle 35 G.C.

1- Le projectile FA 32 :

- chargement : 350 à 400 g d’explosif

- poids : 3,310 kg

- charge maximum :6

- portée maximale : 3100 m

- diamètre d’efficacité : 30 m

109
2- Le projectile modèle 35 G.C :

- chargement : 2 kg d’explosif

- poids : 6,250 kg

- charge maximum :4

- portée maximale : 1150 m

- diamètre d’efficacité : 40 m

Fig 1

110
Fig 2

111
LE MORTIER DE 60 MM E.C.I.A.
(NATIONALITE : ESPAGNOLE )

A- CARACTERISTIQUES GENERALES :

I - IDENTIFICATION

C’est une arme collective, semi-lourde, non automatique, à tir vertical.

II- PARTIES PRINCIPALES

Le mortier comprend quatre parties :

- Le canon

- La plaque de base

- L’affût

- L’appareil de pointage

1- Le canon :

A son extrémité inférieure est fixé la culasse qui comprend :

- le levier de détente

- la sûreté

- une rotule comportant un méplat pour la fixation sur la plaque de base.

2- La plaque de base :

C’est une plaque circulaire en acier, elle présente une alvéole munie d’un ergot
destiné à recevoir la rotule de la culasse.

112
3- L’affût :

Il s’agit d’un trépied (un pied fixe, deux articulés)

Il porte le mécanisme de pointage en hauteur et le mécanisme de pointage en


direction.

Le collier du canon est articulé sur le mécanisme de pointage en direction et


comporte deux supports pour l’appareil de pointage en hauteur

4- L’appareil de pointage : (fig 1)

Il comporte :

- un système de fixation et de correxion de dévers,

- un système de pointage en direction

- un système de pointage en hauteur

- Le système de fixation :

Un axe fixe l’appareil sur un support et permet son oscillation.

L’oscillation permet à l’appareil de se placer en position verticale, donc de


corriger automatiquement le dévers.

Un système de blocage permet d’immobiliser l’appareil pendant le tir

Le système de pointage en direction :

Il comprend :

 le plateau des dérives, gradué en centaines de millièmes de 0 à


64,

 le tambour des dérives, gradué en millièmes de 0 à 100,

 la lunette.

Le système de pointage en hauteur :

113
Il est composé du :

 secteur des angles, gradué en centaine de millièmes de 800 à


1600

 tambour des angles, gradué en millièmes de 0 à 100,

 niveau des angles.

III - RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

- - Calibre : 60 mm

- - Poids : 12 kg

- - Longueur du tube : 78 cm

- - Portée minimum : 50 m

- - Portée maximum : 1975 m

IV- ORGANISATION GENERALE

- Le tube : c’est un tube à âme lisse

- L’obturation : culasse fixe pendant le tir

- Le système moteur : force musculaire des servants

- L’alimentation : chargement simple par la bouche

- La mise de feu :

 tir commandé : mécanisme actionné par le levier de


détente,

 tir automatique : porte-percuteur en position haute.

La sûreté : blocage du mécanisme de percussion.

- L’appareil de pointage : permet le pointage en hauteur et en direction,

- correction automatique du dévers.

114
- Les munition : l’obus se compose de :

 un corps en fonte renfermant la charge explosive,

 une fusée de tête,

 un empennage qui reçoit la cartouche propulsive et les


appoints de charge.

B- DEMONTAGE - REMONTAGE : (fig 3)

1- Démontage

- dévisser la culasse

- dévisser les trois vis de fixation de la boite à aiguille

- actionner le levier de détente

- sortir le mécanisme de percussion de la culasse

- enlever la clavette d’assemblage (comprimer le ressort de percussion en


posant la pointe de percuteur sur un support en appuyant sur le porte-
percuteur)

- séparer les différentes pièces

- dévisser les deux vis du mécanisme de détente

- retirer le mécanisme, la gâchette et son support.

2- Remontage

Il s’effectue dans l’ordre inverse.

C- FONCTIONNEMENT :

1- Tir commandé :

- Position initiale des pièces : (fig 2)

 le levier de détente au contact de la culasse

 la couronne dentée engagée dans le secteur denté

115
 la gâchette en place dans le cran d’armé

 le percuteur et le marteau en retrait, poussés par le ressort


antagoniste

 le porte-percuteur vers le bas

 le ressort de percussion et le ressort antagoniste


décomprimés.

- Début de la rotation du levier de détente :

 le levier entraîne la couronne dentée

 la couronne dentée agit sur le secteur denté du porte-


percuteur et le marteau.

- Fin du mouvement :

 la première dent de la couronne dentée provoque le retard


de la gâchette et la libération du marteau

- poussé par le ressort de percussion qui se décomprime, le marteau


frappe le percuteur et comprime le ressort antagoniste.

- Retour à la position initiale :

 le tireur lâche le levier de détente

 le ressort antagoniste se décomprime

 les pièces reprennent la position initiale

2- Tir automatique :

La sûreté actionne une tige qui bloque le porte-percuteur en position haute.

116
D- LES MUNITIONS :

1- Description

L’obus comporte trois parties :

- Le corps, de forme ogivale et d’un calibre de 60 mm, est constitué d’une


enveloppe en fonte renfermant la charge explosive.

- La fusée, est visée à la partie avant du corps, elle contient un percuteur,


une amorce et un détonateur muni de système de sécurité.

- L’empennage est vissé à l’arrière du corps; il stabilise l’obus sur sa


trajectoire; il est constitué de huit ailettes fixées sur un tube perforé.

2- Fonctionnement

- Propulsion : la cartouche propulsive est placée dans le tube perforé, les


appoints de charge entre les ailettes. A la percussion, les produits
passent dans le canon par les trous du tube perforé, mettent à feu les
appoints de charge et projettent l’obus sur sa trajectoire.

- Explosion : à l’impact, la fusée fonctionne,

- Sécurité : il y en a trois.

 une goupille, qui immobilise le percuteur ou l’amorce,

 une sécurité de bouche : la fusée s’est armée, par inertie,


que lorsque le projectile a parcouru une certaine distance.

 une sécurité de tir : le projectile ne peut fonctionner que


sur la partie descendante de la trajectoire.

E- INCIDENTS DE TIR ET ENTRETIEN :

I – Incidents de tir

Ce sont uniquement des ratés de percussion :

- frapper le tube avec outil en bois pour faire tomber l’obus au fond

- actionner plusieurs fois de mécanisme de détente

- attendre deux minutes au combat, cinq minutes à l’instruction

117
- extraire le projectile avec l’extracteur

- examiner l’amorce pour déterminer s’il y a eu percussion normale

- nettoyer le tube

En cas d’incidents successifs vérifier le mécanisme de percussion

II - Entretien

Le nettoyage du tube est essentiel avant, après et surtout pendant le tir.

- Avant le tir : dégraisser le tube.

- Pendant le tir : écouvillonner tous les dix coups.

- Après le tir :

 nettoyer, sécher, huiler ou graisser le tube

 nettoyer et huiler le mécanisme de mise de feu et les


mécanismes de pointage en hauteur et en direction.

 essuyer l’appareil de pointage avec un chiffon sec (l’huile


ou la graissée endommagent l’otique).

Fig 1

118
Fig 2

BLOC CULASSE

Tube

Percuteur

Levier détente

Boite d’aiguille

Obligateur des gaz

Ressort antagoniste

Gâchette

Coronne dentée

Boite de commande

Porte percuteur

Porte percuteur

119
Fig 3

MECANISME DE PERCUSSION

120
Le Mortier de 81 mm E..C.I.A

En position de Batterie

121
LE MORTIER DE 81 MM E.C.I.A.
(NATIONALITE : ESPAGNOLE)

A - CARACTERISTIQUES GENERALES

I - IDENTIFICATION

C’est une arme collective, lourde, non automatique, à tir vertical.

II – PARTIES PRINCIPALES :

Les pièces sont les mêmes que celles du mortier de 60 mm mais de plus grandes
tailles.

Les différences concernent :

- l’affût qui présente un seul support pour l’appareil de pointage.

- l’appareil de pointage dont la lunette est coudée.

III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES

- Calibre : 81 mm

- Poids : 42,5 kg

- Longueur du tube :1m

- Portée minimum : 200 m

- Portée maximum : 4100 m

IV- ORGANISATION GENERALE :

Identique à celle du mortier de 60 mm.

B- DEMONTAGE - REMONTAGE :

Cf. mortier de 60

122
C - FONCTIONNEMENT :

Cf. mortier de 60 mm.

D - ENTRETIEN :

Cf. mortier de 60 mm.

E- INCIDENTS DE TIR :

Cf. mortier de 60 mm.

F- LES MUNITIONS :

1- Principaux types :

- Explosif : Colleur jaune

marquage : 81 mm EX P.C. ECIA LOTE

- Fumigènes : partie supérieur de couleur verte

partie inférieur de couleur jaune

marquage : 81 mm FUM ECIA LOTE

- Instruction : partie supérieur de couleur noir

partie inférieur de couleur jaune

marquage : 81 mm PL ECIA LOTE

2- La fusée ECIA 35 :

Cette fusée est utilisée pour les obus explosifs

Elle comprend

- Un percuteur fixe

- Un percuteur mobile fonctionnant par inertie

123
- Un porte - amorce avec deux amorces (une par percuteur) qui
fonctionne par rotation

- Un détonateur

- Une goupille de sécurité (elle possède trois sécurités) :

 une sécurité de transport : la goupille immobilise le porte -


amorces, les amorces ne sont pas en face des percuteurs

 un sécurité de bouche : après le départ du coup,


l’accélération déverrouille le porte amorces lorsque l’obus a
parcouru quatre mètres

 une sécurité de trajectoire : le porte - amorce pivote pour


amener les amorces en face des percuteurs, uniquement
lorsque l’obus n’a plus de vitesse ascendante (somme de la
trajectoire)

Le Mortier de 120 mm E.C.I.A

124
LE MORTIER DE 120 MM E.C.I.A.
(NATIONALITE : ESPAGNOLE)

Il est conçu de la même manière que les mortiers de 60 et 81 mm E.C.I.A

Les pièces ont une masse plus importante et l’arme a des performances
supérieurs.

L’appareil de pointage est identique à celui du 81 mm.

Le mécanisme de percussion est identique.

Le mécanisme de déférent mais fonctionnement est identique.

Renseignements numériques :

- Calibre ..........................................: 120 mm

- Poids .............................................: 214 kg

- Longueur du tube ..........................: 1,50 m

- Portée minimum ............................: 600 m

- Portée maximum.............................: 6400 m

- munitions :

- Obus explosifs : rayon d’efficacité 50 m

éclat dangereux jusqu’à 500 m

- obus fumigènes

- obus d’instruction

125
LE R.P.G 9 (NATIONALITE : RUSSE)

A- CARACTERISTIQUES GENERALES :

I- IDENTIFICATION :

Le RPG9 est une arme collective lourde, non automatique, à chargement simple
par l’arrière.

II- PARTIES PRINCIPALES

21- Le canon :

Tube à âme lisse de 2,11 mètres de longueur et d’un poids de 37,4 kg.

Il comprend :

- 4 repères de simbleautage

- 2 poignées de transport

- le guidon et le protège-guidon

- le support de l’appareil de pointage

- la planchette de hausse (graduée de 400 à 1300 m)

- le protecteur thermique

- l’évasement de la chambre d’explosion

- le boîtier électrique avec deux contacteurs

- le bouton de recomplètement de fermeture.

- la tuyère et son mécanisme de commande :

 le levier de manœuvre

 les deux bras

 les deux éjecteurs

126
22- Le trépied :

Composé de trois pieds et du mécanisme de pointage porté par les flasques.

23- L’appareil de pointage :

Il comprend deux parties :

- la lunette de tir direct,

- l’appareil de pointage du tir vertical

La lunette de tir :

Optique de grossissement 2,7 ; deux systèmes de réglage :

 réglage en fonction de la température,

 simbleautage en direction et en hauteur par deux vis

- L’appareil de pointage :

Il comprend :

 une lunette coudée,

 un mécanisme de dérive,

 un mécanisme des hausses,

 un mécanisme dit “des angles de terrain”,

 Deux niveaux.

24- Le système de mise de feu :

Il s’agit d’un générateur relié par un fil conducteur au boîtier électrique porté
par le canon.

III- RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES :

Calibre 73 mm

Poids : 52 kg

Longueur 2,11 m

127
Vitesse initiale de la roquette : 453 m/s

Accélération de la roquette : jusqu’à 700 m/s

Portée maximum 5400 m

Portée pratique 1300 m (objectif fixe)

800 m (objectif mobile)

Vitesse pratique de tir : 4 à 6 coups par minute

Perforation : acier 30 cm

: béton 1 m

Zone de sécurité : angle de 90°

: profondeur de 30 m

IV- ORGANISATION GENERALE :

- Le canon : c’est un tube à âme lisse, ouvert aux deux extrémités.

- L’alimentation : chargement par la partie arrière de l’arme.

- La mise de feu : électrique par générateur électromagnétique.

- La sûreté : assurée par blocage de la détente et du levier d’armement du


mécanisme de mise de feu.

- La sécurité : interruption du circuit électrique lorsque le levier de


manœuvre n’est pas verrouillé.

- Les organes de pointage : l’appareil de pointage comporte

 une lunette pour le tir direct,

 un appareil pour le tir indirect.

- Le canon porte :

 un guidon

 un cran de mire gradué

128
- Les munitions : il existe deus sortes de munitions :

 roquettes AC,

 roquettes explosives.

B- DEMONTAGE ET REMONTAGE :

I - DEMONTAGE

1- Les contacteurs

A l’aide de chasse goupille, enfoncer les poussoirs, les contacteurs tombent.

2- Le levier de manœuvre

- Ouvrir la culasse

- Elever le couvercle du mécanisme

- Enlever le ressort

- Tourner la poignée de 1/8 de tour

- Enlever la clavette

- enlever le levier de manœuvre.

3- La tuyère

- Enfoncer le verrou de l’axe de la tuyère

- Pousser cet axe vers le haut

- Retirer la tuyère.

4- Le mécanisme d’éjection

- Ouvrir le verrou du bras inférieur

- Enlever le bras inférieur, l’axe et le bras supérieur

- Enlever les éjecteurs.

129
II- REMONTAGE :

Il s’effectue dans l’ordre inverse.

C- FONCTIONNEMENT :

1- Le générateur :

Le courant électrique produit par le générateur est un courant induit provoqué


par la variation du flux résultant du déplacement d’un noyau de fer doux dans une
bobine.

L’action sur le levier d’armement place le noyau dans sa position initiale où il est
maintenu par une gâchette, ressort bandé.

L’action sur la détente libère la gâchette, le ressort se décomprime provoquant le


déplacement rapide du noyau et l’apparition du courant dans la bobine.

2- Le circuit de mise de feu :

Le courant est transmis :

- d’une part à la masse de l’arme.

- d’autre part aux contacteurs.

La sécurité est assurée par un interrupteur (ouvert lorsque le levier de


manœuvre n’est par verrouillé).

130
D – INCIDENTS DE TIR ET SIMBLEAUTAGE

I- INCIDENTS DE TIR

INCIDENT CAUSES REMEDES

Impossibilité de 1. munition mal introduite L’introduire correctement


fermer la
culasse

2. Arme très sale Nettoyer canon et culasse

Le coup ne part 1. Sécurité électrique - Vérifier que le levier de mœuvre


pas est verrouille

- Procéder à un nouvel essai


Attendre une minute (long feu)

2. munition mal introduite Vérifier que les contacts sont en


face des contacteurs

3. Contacteurs et contacts Les nettoyer


sales

4. Circuit de mise de feu - vérifier le circuit :

- s’il fonctionne changer le


projectile

- s’il ne fonctionne pas démontrer


les contacteurs, les nettoyer,
vérifier qu’il n’y a pas de graisse
dans le boîtier électrique

131
II- SIMBLEAUTAGE :

1- Lunette de tir direct :

Il existe deux procédés de simbleautage :

- en convergence,

- en parallèle

- Simbleautage en convergence :

 placer l’arme sur une surface horizontale,

 mettre en place deux fils à l’avant et le simbleau à l’arrière,

 choisir un point de repère à au moins 800 mètres et situé au


même niveau que l’arme,

 Vérifier la coïncidence des repères du mécanisme de réglage du


dévers de la lunette (on corrige le dévers à l’aide d’un niveau ou
d’un fil à plomb),

 diriger l’axe du tube (simbleau) sur le point de repère,

 mettre le tambour de correction des températures sur zéro,

 en agissant sur les vis de réglage, amener la croix de


simbleautage de la lunette sur le point de repère.

Simbleautage en parallèle :

On utilise une mire placée à 50 mètres et qui comporte trois repères (le
troisième est utilisé pour l’appareil de pointage pour le tir indirect).

2- Appareil de pointage pour le tir indirect :

Il s’agit de mettre en parallèle, l’axe du tube et celui de l’appareil de pointage, les


éléments étant à zéro :

- Dans le plan horizontal :

 placer le tube à l’horizontal,

132
 afficher l’angle de correction du terrain 30,

 amener la bulle de réglage en portée entre ses repères,

 vérifier que les éléments (secteur, tambour, portée) sont à zéro,

 si non, déssolidariser les tambours et les régler

- Dans le plan vertical :

 à l’aide des simbleaux, diriger le tube sur un point éloigné ou sur


la mire,

 Vérifier que l’axe de la lunette arrive sur le même point, lorsque


le plateau est sur la graduation 30 et le tambour sur zéro,

 si non, régler de la même manière qu’au paragraphe précédent

E- LES MUNITIONS :

1- Les roquettes AC (poids 4,4 kg) :

Elles sont livrées en deux parties :

- le projectile,

- la charge de lancement

- le projectile de forme cylindrique, il comprend :

 une ogive conique portant une coiffe de sécurité et renfermant


une fusée de tête piézo-électrique,

 le corps renfermant la charge creuse (1,8 kg) t une fusée de culot,

 le moteur fusée qui porte six ailettes stabilisatrices.

- la charge de lancement, qui comprend :

 la charge propulsive (2,6 kg) de poudre noire à amorçage


électrique,

 le système de verrouillage sur le projectile (par tenons),

 un diaphragme qui porte les contacts électriques.

133
2- Les roquettes explosives :

Elles sont de même composition que les roquettes AC mais d’un poids supérieur
(4,6 kg).

F- MISE EN OEUVRE ET ENTRETIEN :

I- MISE EN OEUVRE

1- Préparation de l’arme

- Enlever les dispositifs de protection

- RégLer le trépied

- Mettre en place l’appareil de pointage

- Vérifier le circuit électrique

2- Chargement

- Assembler le projectile et la charge de lancement jusqu’au verrouillage.

- Oter la coiffe de sécurité de la fusée.

- Ouvrir la culasse.

- Introduire le coup dans la chambre, les contacts électriques en face

- des contacteurs.

- Verrouiller la culasse.

3- Déchargement :

- Ouvrir lentement la culasse.

- Extraire le projectile.

- Séparer la roquette et la charge de lancement.

NOTA :

S’il s’agit d’un raté, attendre une minute avant de


décharger.

134
II- ENTRETIEN :

Il s’effectue avec les instruments et les produits réglementaires, en observant les


prescriptions suivantes :

- Ne pas démontrer la boite génératrice

- Ne pas graisser ni huiler les contacteurs électriques.

135
MITRAILLEUSE DE 12.7 M2HB

A- CARACTERISTIQUES GENERALES

I - IDENTIFICATION

- Arme collective lourde, tirant coup par coup et par rafales.

- Utilisation :

- Tir à terre contre des objectifs terrestres sur affût M.3,

- Tir contre avion avec affût antiaérien,

- peut se monter sur véhicule ou sur engin blindé,

- peut utiliser un affût jumelé ou quadruple.

LES DIFFERENTES MUNITIONS

- Cartouche à balle ordinaire, couleur cuivre.

- Cartouche à balle perforante, pointe noire.

- Cartouche à balle traceuse, pointe rouge.

- Cartouche à balle traceuse, perforante pointe noire - anneau rouge.

- Cartouche à balle incendiaire, pointe bleue.

- Cartouche à balle traceuse - incendiaire pointe bleue - anneau rouge.

II – PARTIES PRINCIPALES

- L'ensemble canon-châssis.

- L'ensemble support de canon-boîte de culasse.

- L'ensemble couvercle – mécanisme d'alimentation.

- Le bloc arrière.

- Le lot d'accessoires et rechanges.

- L'affût trépied M 3 avec le mécanisme de pointage.

136
- L'affût trépied M3 :

La liaison pièce affût se fait par la chape-pivot et par le bloc de pointage.

- L'affût

- Hauteur minimale..................... : 34 cm.

- Hauteur maximale..................... : 41 cm.

- Le bloc de pointage

Le bloc de pointage permet un pointage au millième près, en hauteur et en


direction.

- Pointage en hauteur

Il s'effectue à l'aide d'une vis télescopique munie d'une réglette graduée de 50 en


50 millièmes, de - 250 à + 100 et commandée par un volant de pointage gradué en
millièmes de 0 à 50 (chaque clic correspond à un millième).

Champ de tir vertical : 350 millièmes.

- Pointage en direction

Il s'effectue à l'aide :

- d'un étier mobile muni d'un levier de blocage gradué de 5 en 5 millièmes,


de 0 à 400 millièmes de part et d'autre du repère central 0.

- d'une vis de pointage en direction, commandée par un petit volant gradué


de 5 en 5 millièmes, de 0 à 25 (chaque clic correspond à un millième).

Champ de tir horizontal : 800 millièmes environ.

III - RENSEIGNEMENT NUMERIQUES

- Calibre : 12,7 mm. = (50/100 Inch)

- poids de l'arme nue. : 38 Kg.

- Poids de l'affût M 3 complet : 23,200 Kg.

- Vitesse initiale: : 900 m/s.

137
- Cadence de tir :500 c/mn.

- Portée maximale : 7000 m.

- Portée pratique:

* tir à terre : 1200 m.

* tir anti-aérien. : 900 m.

- - Hausse de combat .: 750 yards ou 685 m.

- - Pouvoir de pénétration.. : 61 cm de bois et 65 cm de terre à

550 m.

- Pouvoir perforation : 20 mn d'acier à 400 m.

(avec balle perfomante).

- Contenance du magasin. : Bandes de 100 ou 265 cartouches.

IV - ORGANISATION GENERALE

- Canon : rayé, chambre pour étui tronconique à gorge.

- Système moteur : action directe des gaz sur la culasse, court recul :
du canon.

- Alimentation : magasin indépendant de l'arme, mobile pendant le


tir, mû par le moteur générale de l'arme, entraînement alternatif-bande à
maillons métalliques détachables fermés, introductions indirecte.

- Extraction : par rainures de culasse

- Ejection : étui chassé vers le bas par la cartouche amenée


dans l'axe du canon par le tracteur abaisseur, dernier étui chassé par le
doigt éjecteur porté par le tracteur.

- Système de percussion : percussion rectiligne, percuteur armé par


levier, armé culasse fermée.

- Système de détente : système à deux mécanismes indépendants.

138
a) Pour le tir continu : mécanisme simple de détente et levier de détente.

b) Pour le tir coup par coup : même mécanisme plus arrêtoir de culasse
permettant l'arrêt de la culasse en position arrière.

 - Sûreté : néant

 Sécurités : course de garde au verrouillage, sécurité par le


levier d'armé du percuteur et levier de détente.

 Appareils de pointage : guidon fixe porté par la boîte de culasse.

(1) certaines versions, reconnaissables au fait qu'elles ne possèdent pas de


déclencheur sue leur détente, tirent uniquement par rafales.

- Hausse à positions :

c) Planche rabattue : hausse unique à œilleton de combat (750 yards ou


650 m).

d) Planche relevée : hausse verticale curseur, à œilleton, graduée (de 100


à 200 yards soit de 90 à 2365 m).

- Accessoires à la puissance de feu :

- échange rapide du canon

- manchon de refroidissement

- accélérateur

- ressort amortisseur de l’EM.

B - DEMENTAGE ET REMONTAGE

- Opérations de sécurité

- Ramener la culasse en avant.

- Démontage général de l'arme

139
- Le canon :

Ouvrir le couvercle, saisir la poignée d'armement et faire reculer l'ensemble


mobile de 8 mm. environ, de manière à faire apparaître le bossage du ressort arrêtoir
du canon en face de l'orifice repère dans le flasque droit de la boîte de culasse ;
dévisser le canon.

- Le bloc arrière :

S'assurer que le déclencheur de culasse n'est pas retenu en position appuyée, par
son crochet. Tirer sur le contre verrou et ensuite soulever le verrou, puis faire glisser
le bloque arrière vers le haut.

- Le ressort récupérateur et la culasse :

Saisir l'extrémité de la tige guide du ressort récupérateur, l'amener vers la


gauche et sortir l'ensemble par l'arrière. A l'aide de la poignée auxiliaire amener la
culasse en arrière jusqu'à ce que le bonhomme d’entraînement et le levier
d'armement se trouvent en face des évidements qui permettent de les sortir.

- La glissière - châssis et la culasse :

A l'aide de la pointe d'une cartouche, appuyer sur le ressort arrêtoir du châssis


par l'orifice percé à cet effet à l'arrière du flasque doit, puis en agissant à l'avant de la
glissière, faire reculer l'ensemble glissière, châssis et culasse. Sortir ensuite cet
ensemble en le tirant vers l'arrière.

- Démontage de chaque ensemble

- La glissière :

Chasser l'axe de verrou, sortir le verrou.

- Le châssis :

Sortir l'amortisseur du canon par l'arrière, chasser l'axe d'accélérateur puis le


retirer.

140
- La culasse :

- Faire pivoter le traceur pour l'amener à la position verticale et le sortir par


la gauche, sortir la pièce plaque d'aiguillage en la soulevant.

- désarmer le percuteur en appuyant sur le dessus de la gâchette après avoir


amené le levier d'armé en position arrière. Sortir l'axe du levier d'armé
par la gauche et le levier d'armé en le soulevant.

- A l'aide du levier d'armé, faire pivoter l'arrêtoir du ressort de percussion


vers le milieu (pièce en L) ; pour le dégager de son logement dans la
culasse, retourner celle-ci chasser l'axe.

- Appuyer sur le dessus de la gâchette pour sortir la commande coulissante


puis sortir la gâchette par le haut. retirer son ressort à l'aide du levier
d'armé.

- Faire basculer la culasse vers l'arrière et recueillir le percuteur et sa


rallonge. séparer ces deux pièces.

- Remontage de chaque ensemble

Les remontages s'effectuent dans l'ordre inverse des démontage; Il convient de


porter une attention particulière sur les points suivants :

- La glissière :

Le verrou doit être monté tel que le chanfrein se trouve vers l'avant, le passage
de l'axe vers le bas.

- Le châssis :

Le cran du cylindre d'amortisseur doit être orienté vers le haut.

- La culasse :

Le cran d'armé de la rallonge du percuteur doit être orienté vers le bas. La partie
arrondie du levier d'armé doit être dirigée vers l'avant et son axe doit être monté à
gauche. La plaque d'aiguillage doit être placée suivant le sens d’alimentation.

141
Le levier d'armé est en avant.

- Remontage général de l'arme

La glissière et le châssis doivent être verrouillés ensemble, la queue de la


glissière en prise avec le crochet de l'amortisseur. L’accélérateur complètement
repoussé vers l'arrière.

La culasse doit être engagée dans les rainures guides de la glissière, le levier
d'armé orienté vers l'avant : châssis, glissière et culasse sont remontés ensemble.
Soulever l'arrêtoir de culasse pour amener la culasse en avant.

Ne pas oublier le maintenir l'ensemble mobile en arrière d'environ 8 mm


pendant le vissage du canon.

C - SYNTHESE DE FONCTIONNEMENT

- Tir par rafales :

- Position des pièces au départ du coup

- L'ensemble mobile est en position avant la culasse verrouillage.

- Les ressorts récupérateurs sont décomprimés.

- Le traceur abaisseur est en prise avec la cartouche suivante. Maintenue au


centre du couloir d'alimentation par le cliquet d'entraînement et les
butées de cartouches.

- La came mobile d'alimentation est horizontale.

- Le percuteur fait saillie dans la cuvette de tir. Son ressort est décomprimé.

- Le levier d'armé est basculé vers l'arrière.

- La détente papillon est actionnée. La gâchette abaissée par le levier de


détente, le ressort de gâchette est comprimé.

- L'arrêtoir de culasse est en position haute.

142
Mouvement arrière : action des gaz sur la culasse.

PHASE ACTIONS SIMULTANNEES

Court recul culasse-canon-glissière (course de sécurité 2 cm. environ).


Début de compression des ressort.
1 Arrachage de la cartouche de la bande.
Basculement de l'accélérateur poussé par la glissière.
Début du pivotement vers l'avant du levier d'armé (début du 1°
temps de l'armé).

2 Déverrouillage
Abaissement de la nouvelle cartouche.

Ouverture.
Extraction de l'étui.
3 Sortie du coulisseau et prise d'une nouvelle cartouche
Lancement de la culasse par l'accélérateur.
Fin du 1° temps de l'armé.
Verrouillage glissière - châssis.

4 Fin du mouvement arrière.


Abaissement de la nouvelle cartouche.

Mouvement avant sous l'action des ressorts

PHASE ACTIONS SIMULTANNEES

1 Début mouvement de la culasse.


Ejection - présentation - introduction.

Déverrouillage glissière - châssis par l’accélérateur et la culasse.


Mouvement avant de la glissière.
2 Pivotement du levier d'armé l'arrière 2° temps de l'armé.
Rentrée du coulisseau qui entraîne la bande.
Relèvement du traceur abaisser.
Fermeture.

143
PHASE ACTIONS SIMULTANNEES

3 Verrouillage culasse - glissière.

Course de sécurité inverse.

4 Prise d'une nouvelle cartouche par le traceur abaisser.

Décompression des ressorts.

5 Percussion

Exécution du tir coup par coup

Pour ce genre de tir le déclencheur de culasse ne doit pas être accroché par son
manchon de verrouillage. L’arrêtoir de culasse, sollicité vers le bas par son ressort
d'abaissement, se soulève à chaque mouvement arrière de la culasse et accroche celle-
ci début de son mouvement avant.

Pour Obtenir le départ du coup le tireur doit :

a) Agir sur le déclencheur de culasse qui, en pivotant, oblige l'arrêtoir de


culasse à se soulever. La culasse libérée se porte en avant.

b) Agir sur la détente (papillon) qui en faisant pivoter le levier de détente,


provoque l'abaissement de la gâchette et la libération du percuteur.

Approvisionnement de la mitrailleuse

L'arme peut être approvisionné de deux manières :

1) ouvrir le couvercle, relever le traceur, placer la bande sur la table


d'alimentation, la première cartouche doit être contre les butées, sa gorge
en prise avec le cliquet d'alimentation, la deuxième cartouche avant le
cliquet de retenue. Abaisser le traceur, fermer le couvercle, tirer la culasse
en arrière et la laisser repartir en avant.

2) Le couvercle fermé, introduire la bande dans le couloir


d'alimentation en faisant franchir le cliquet de retenue par la première
cartouche.

3) Amener deux fois la culasse en arrière et la laisser repartir en avant.

144
D - INCIDENTS DE TIR ET REGLAGES

I – INCIDENTS

NATURE CAUSES REMEDES

Impossible - Pièce d'aiguillage mal - Remonter correctement la


d'armer. montée. pièce d’aiguillage

Défaut - Couvercle mal fermé. - Fermer le couvercle


d'alimentation. - Mécanisme d’alimen-tation - Vérifier les pièces du
Bande non défectueux. mécanisme
entraînée. - Bande mal engagée ou - Placer correctement la bande
montée à l'envers.

Cartouche non - Griffe du traceur


extraite de la détériorée. - Réparation
bande. - Ressort de commande du - Fermer le couvercle
Défaut traceur, manquant ou cassé.
- Aligner les cartouches
d'introduction. - Couvercle mal fermé.
- Eliminer la cartouche
- Cartouche non alignée sur défectueuse
la bande.
- Vérifier et nettoyer les
- Cartouche déformée. rainures de culasse
- Rainures de culasse - Extraire l’étui avec le tire
obstruées ou déformées. douille puis régler la feuillure
- Rupture d’étui (excès de
feuillure).

Défaut de - Cartouche défectueuse - Eliminer la cartouche


percussion défectueuse et reprendre le tir

Amorcer percuter
normalement

145
NATURE CAUSES REMEDES

Trace de - Pointe du percuteur cassée - Remplacer le percuteur


percussion faible ou usée
ou nulle. - Ressort du percuteur trop - Remplacer le ressort
faible

L'action de la - Mouvement avant - Amer une nouvelle fois


détente ne libère incomplet
pas le percuteur. - Arme encrassée - Nettoyage de l’arme
- Feuillure non réglée
(canon trop visé)
- Régler la feuillure
- Mise de feu non réglée.
- Régler la mise de feu

Le percuteur ne - Ressort de gâchette


s’arme pas manquant ou trop faible - Remplacer les pièces
Cran d’armé de la gâchette défectueuses.
ou de rallonge détérioré

- Levier d’armé détérioré.

II - REGLAGES

- Réglage de la feuillure et l’espace de tête :

- Définition

- Espace de tête = espace compris entre la tranche arrière du canon et la


cuvette de tir

- Feuillure = espace de tête + la longueur de la surface d’appui de la


cartouche dans la chambre de tir

146
- Réglage de l’espace de tête :

Pour régler l’espace de tête on utilise la jauge GO et NOGO

- Les opérations de réglage de l’espace de tête :

- Armer la mitrailleuse et déclencher les ensembles mobile sans percuter

- Visser le canon a fond et dévisser de trois clics.

- Introduire la jauge GO dans l’espace de tête, il faut que GO rentre en


frottant

- NOGO ne doit pas rentrer dans l’espace de tête

- Si GO ne rentre pas il faut visser ou dévisser le canon jusqu ce que GO


rentre et NOGO ne rentre pas Donc l’espace de tête est régler.

- Les opérations de réglage de mise de feu (La feuillure):

- Armer la mitrailleuse et déclencher les ensembles mobiles sans percuter

- Enlever le bloc arrière et dévisser la vis-but pas à fond

- Placer la jauge FIRE entre l’arrière de la table d’alimentation et l’avant de


la glissière.

- Visser la vise butée clic par clic jusqu’avoir percussion avec FIRE

- Remettre le bloc arrière armer la mitrailleuse et déclencher les ensembles


mobiles sans percuter

- Enlever le bloc arrière et placer la jauge NO FIRE dans le même


emplacement que FIRE

- Continuer à visser la vise butée clique par clique en comptant le nombre


de clic jusqu’avoir percussion avec NO FIRE

147
Vérification :

- Armer la mitrailleuse et déclencher l’arme sans percuter

NO FIRE pas de percussion

FIRE percussion

Donc l’arme est réglée.

E – ACCESSOIRES :

- L’unité collective comporte :

- L’arme proprement dite

- Un affût trépied M3 avec bloc de pointage et chape pivot

- Un lot de rechanges et accessoires

- Rechanges :

- Un canon de rechange

- Un percuteur

- Un ressort de gâchette

- Une lame ressort de blocage du canon.

- Accessoires :

- Deux brosses de nettoyage

- Un étui de baguette de nettoyage

- Une baguette de nettoyage en cinq morceaux

- Un conduit de maillons

- Une pochette avec accessoires et rechanges

- Un coffre avec accessoires et rechanges

- Un tire – douille

148
- Un jeu de jauges de réglage

- Un chasse – goupille

- Un tournevis ordinaire

- Une étui de canon de rechange

- Une gaine pour mitrailleuse

- Un guide technique sommaire sur l’arme

- Un guide technique sommaire sur le réglage

F – ENTRETIEN :

Avant chaque tir le canon doit être parfaitement dégraissé, les pièces mobiles
légèrement huilées.

Trois cas se posent

- Si on a un nombre paire on devisse la vis butée de la moitié des clic


compté

- Si on a un nombre impaire on majore par un et on devisse de la moitié des


clics

- Si on a visser à fond et on a pas de percussion on suppose q’on a


percussion et on devisse de la moitié des clics comptés

Après le tir et aussitôt que possible, l’âme du canon doit être nettoyée avec de
l’eau chaude savonneuse. Utiliser éventuellement un écouvillon en laiton et du
pétrole.

Les autres ensembles doivent être nettoyés au chiffon sec et également huilés.

L’affût doit être débarrassé des dépôts de terre ou de sable, essuyé au chiffon.
Ses surfaces de glissement et ses articulations doivent être huilées.

149
SOUS-DOSSIER N° 2 : POUR LA
PROMOTIONS DE 4ème ANNEE

150
MITRAILLEUSE DE 14.5 MM

I - IDENTIFICATION

La Mitrailleuse 14,5 mm est une arme collective, lourde, automatique à tir


continu, destinée contre le personnel et les véhicules y compris les blindés légers en
tir terrestre, et contre les avions et les hélicos en tir aérien

II – PARTIES PRINCIPALES

La Mitrailleuse 14,5 mm se divise en 7 parties principales :

1- Le canon

2- La boite de culasse

3- L’ensemble mobile

4- Le mécanisme d’alimentation

5- Le mécanisme de détente

6- Le bloc arrière

7- Les accessoires et rechanges

III – RENSEIGNEMENTS NUMERIQUES

- Calibre : 14,5 mm

- Poids totale : 1100 kg

- Poids de l’arme complète : 660 kg

- Poids du canon ave cache flamme : 19,700 kg

- Contenance du magasin : 150 cartouches

- Poids du magasin vide : 6 kg

- Poids du magasin plein : 41,500 kg

151
- Vitesse initiale : 980 m/s (projectile B 32 BZT)

1010 m/s (projectile BS 41 ZQ-BST)

- Portée pratique : 1100 m (A/A)

1000 m (Blindé)

2000 m (Véhicule et personnel)

- Cadence théorique de tir : 1100 cps/mn

- Cadence pratique de tir : 300 cps/mn

- Pouvoir de perforation : 2 cm d’acier à 400 m

1 cm d’acier à 1000 m

- Vie du canon : 72000 cartouches.

IV – ORGANISATION GENERALE

Canon : rayé, chambre pour étui tronconique à gorge

Système de fermeture : culasse calée à verrou mobile, bague verrou


commandée par la culasse (galets et rampes).

Système moteur : action directe des gaz sur la cuvette de tir portée par la
bague verrou.

Alimentation : bande à maillons métalliques fermés, détachables


par éléments de 10, introduction indirecte.

Extraction : extracteur à rainure double de bague verrou.

Ejection : étui chassé par la cartouche amenée dans l’axe du canon,


par l’abaisseur éjecteur abondonnant l’étui hors de l’arme pour la dernière
cartouche.

Percussion : rectiligne, culasse formant masse percutante armé


culasse ouverte.

152
Système de détente : mécanisme de détente à déclencheur de gâchette
et à amortisseur de gâchette.

Sécurité : au verrouillage par les rampes portées par la culasse


agissant sur l’axe à galets porté par la bague verrou.

Sûreté : - sûreté automatique par enrayage de gâchette, sûreté


automatique par séparateur.

Accessoires à la puissance de feu :

* réduction des frottements

* refroidissement du canon

* échange rapide du canon

* ressort amortisseur de retour en batterie du canon

* ressort amortisseur de gâchette

* renforceur de recul

V- DEMONTAGE DE LA MITRAILLEUSE

A – démontage du canon avec manchon

- armer la mitrailleuse

- déverrouiller le verrou du canon

- agir sur l’arrêtoir du canon

- faire un quart de tour et retirer le canon vers l’avant.

B – démontage du couvercle d’alimentation

- tourner le couvercle d’alimentation vers la gauche ou la droite

- soulever le couvercle jusqu’à un angle de 90° par rapport à la boite de


culasse et l’enlever.

153
C – Démontage du bloc arrière

- déverrouiller le bloc arrière en agissant sur son poussoir

- tourner le bloc arrière à droite ou à gauche jusqu’à ce que les tenons de


verrouillage sortent de leur logement.

N.B : Avant de faire ses opérations l’ensemble mobile se trouve vers l’avant.

D–Retirer le ressort récupérateur

E– Retirer le mécanisme de détente

F– Retirer les plaques de protection de la boite de culasse

G– Chasser les axes de la boite de culasse, retirer l’ensemble


mobile

H– Retirer la table d’alimentation (récepteur de cartouche)

I – Démontage de l’ensemble mobile

- chasser l’axe du percuteur

- retirer le percuteur et le porte percuteur

- retirer la pointe du percuteur en chassant son axe et en le dévissant

- séparer la tête mobile (verrou du canon)

J – Démontage du mécanisme d’alimentation

- enlever la plaque de sécurité

- agir sur le poussoir de glissière

- déplacer la glissière vers l’avant

- soulever le limitateur de glissière

- enlever la table d’alimentation

- enlever le coulisseau

- retirer la glissière en agissant sur son poussoir arrêtoir

154
K – Démontage du cache flammes

- soulever le levier de blocage et tourner le cache flamme vers la droite, à


45° et le tirer.

- démonter le renforceur de recul en soulevant le levier de blocage

L – Démontage du piston

- enlever la goupille pour démonter le piston

- dévisser le piston à l’aide de la clé spéciale n° 40 en le dévissant vers la


gauche

- le piston sert pour renforcer le recul

- enlever le manchon

M – Démontage de l’ensemble mobile

- le corps de l’ensemble mobile

- la tête mobile

- corps porte percuteur

- pointe du percuteur

- les axes accélérateurs

N.B : Pour le tir des cartouches à blanc :

- changer les extracteurs pour tir de cartouches à blanc

- monter le manchon de tir à blanc.

Remontage en sens inverse du démontage

155
MITRAILLEUSE 14,5 MM SYSTEME
D’OBTURATION

I – POSITION INITIALE DES PIECES

- Une cartouche vient d’être percutée la détente maintient le relais de


détente

- La gâchette et le déclencheur en position haute

- l’ensemble canon, bague-verrou et culasse est en position extrême avant


(verrouillage)

- Le culot de l’étui est engagé dans les rainures de culasse

- La pointe du percuteur fait saillie dans la cuvette de tir

- Les 2 doigts d’arrêt de cartouche sont sous l’étui

- Le ressort récupérateur est décomprimé

- L’abaisseur – éjecteur est en appui sur le culot de la cartouche présentée


dans le couloir d’alimentation

- Les 2 grilles des tracteurs de cartouches sont en prise dans la gorrge de la


cartouche

- Le séparateur a son tenon de commande (bras arrière) en appui sur la


came avant d’abaissement portée par le boîtier d’alimentation.

II – MOUVEMENT ARRIERE

- Agent Moteur : action directe des gaz sur la bague-verrou par


l’intermédiaire de l’étui.

Déverrouillage : avec retrait de percuteur et pivotement du déclencheur lorsqu’il


y’a recul de l’ensemble canon, bague verrou et culasse, l’axe antérieur de culasse
tourne, le galet gauche à cet axe gravit la rampe de déverrouillage gauche et le corps
de l’axe prend appui sur la rampe inférieur, tandis que le galet droit descend.

156
Le corps de l’axe prend appui sur la rampe supérieur de la culasse ce qui a pour
effet de provoquer la rotation de la gauche vers la droite de la bague-verrou et par la
suite la séparation entre la tranche antérieure de la culasse et la tranche postérieure
de la partie avant de la bague verrou.

Ce retrait de la culasse par rapport à la bague-verrou a pour effet de provoquer :

- Le retrait du percuteur

- Le pivotement du séparateur

- Ouverture : l’ensemble mobile, bague-verrou, culasse libéré continue son


mouvement vers l’arrière en comprimant le ressort récupérateur.

- Extraction : l’étui est entraîné par les rainures de la bague-verrou

- Ejection : l’éjection se fait par la cartouche suivante, le dernier étui par


l’abaissement.

- 1er demi-alimentation : (voir cours système d’alimentation) (loquet)

- Fin du mouvement arrière : contact entre la tranche arrière de culasse et


le tampon amortisseur porté par le bloc arrière. (pour amortir le choc) et
compression du ressort récupérateur.

III – MOUVEMENT AVANT

- Agent moteur : décompression du ressort récupérateur

- 2ème demi-alimentation : (voir cours système d’alimentation)

- Fermeture : les secteurs filetés de la bague-verrou pénètrent dans les


secteurs lisses du canon tant que les secteurs lisses de la bague-verrou
recouvrent les secteurs filetés du canon.

157
- Verrouillage : le séparateur pivote en comprimant son ressort, la levée de
son bras droit cesse de faire opposition à la fonction de la culasse avec la
bague verrou. La rampe supérieur de l’échancrure gauche et celle
inférieure de l’échancrure droite de la culasse prennent contact avec la
culasse, la bague-verrou étant arrêtée oblige celle-ci à pivoter sur elle
même de la droite vers la gauche : les secteurs filetés de la bague-verrou
se positionnent derrière les secteurs filetés du canon, la tranche avant de
la culasse est contre la tranche arrière de la partie cylindrique de la bague-
verrou.

- Percussion : la pointe du percuteur fait saillie dans la cuvette de tir, entre


en contact avec l’amorçe.

- Fin du mouvement avant : décompression totale du ressort récupérateur.

158
MITRAILLEUSE 14,5 MM MISE DE FEU

I – COMPOSITION DU MECANISME DE DETENTE

- Le support :

- rainure de guidage et de montage

- axe d’assemblage

- ressort amortisseur de gâchette

- gâchette avec 2 chanfreins antérieurs de soulèvement

- 2 tenons d’arrêt du déclencheur

- 2 échancrures de passage d’axe d’assemblage.

- Le relais de détente

- Le déclencheur

- La détente

II – FONCTIONNEMENT DU MECANISME DE DETENTE

L’action de la main du tireur sur la poignée de mise de feu et par l’intermédiaire


de la tringlerie soulève la goupille, fait pivoter le relais de détente autour de son axe.

Le relais de détente soulève la gâchette et le déclencheur. Les 2 têtes de gâchette


libèrent les 2 crans d’armé de la culasse qui sous l’action du ressort récupérateur part
vers l’avant. L’extrémité du levier de positionnement de gâchette vient se mettre sous
le côte gauche de gâchette la maintenant aussi en position haute tant que le tireur
maintient son action sur la poignée de mise de feu, le tir continuera jusqu’à
épuisement du magasin.

159
III – REGLAGE DU MECANISME DE MISE DE FEU

Il est nécessaire de régler le dispositif de détente de telle manière que le


déclenchement des culasses des mitrailleuses soit réalisé simultanément pour la
mitrailleuse. Si la détente est retardée (ou prématurée) il est nécessaire de dévisser
d’1/2 tour l’écrou et de visser (dévisser) la vis de réglage et puis on serre l’écrou.

Ensuite on vérifie les espaces entre des mitrailleuses. (les espaces doivent être
de maximum 0,1 m/m ou moment du relâchement de la pédale de la détente.

Le réglage de l’espace se fait à l’aide de la jauge.

160
LE SIMBLEAUTAGE DE LA
MITRAILLEUSE 14,5 M/M

PRINCIPE DU POINT ELOIGNE -

Le simbleautage de cette arme consiste à amener la lunette terrestre et le


collimateur, le canon (monotube) ou les canons (bitube) sur un point précis (P.P)
d'un objectif net (crête d'un mouvement de terrain par exemple) et éloigné (4 à 5 Km
et plus).

TECHNIQUE DU SIMBLEAUTAGE /

A- LE BITUBE I 4,5 M/M :

AGIR SUR:

I- LE CANON DIRECTEUR

(gauche) : amener celui-ci sur le P.P. en agissant sur les volants de pointage et
en regardant à travers le simbleautage optique de bouchon ou vérificateur T H P.

2- LA LUNETTE TERRESTRE :

libérer les tambours des hausses et des dérives puis amener le croisillon de la
lunette sur le P.P (I) Ensuite les zéros des tambours en face de leur repère Enfin fixer
les tambours et vérifier que le croisillon et toujours sur le P.P sinon refaire
l'opération.

3- LE CANON AUXILIAIRE:

(Droit) : celui-ci dispose pour son simbleautage de deux système l'un à grands
débattements en hauteur et en direction placé à l'avant au niveau du collier (écrou/
contre – écrou), l'autre à petits débattements placé à l'arrière et sous la boite de
culasse.

161
31- Le système arrière : I1se compose d'une vis à oreille pour le réglage en
direction et d'un ensemble écrou/contre-écrou corautés plus une goupille flexible
pour le blocage du contre-écrou.

REGLAGE : Avant tout, débloquer le contre-écrou et le dévisser à moitié course


pour libérer les vis de réglage.

II- REGLAGE EN DIRECTION:

- visser ou dévisser la vis à oreille pour déplacer le canon vers la droite ou vers la
gauche selon le besoin

33- REGLAGE EN PORTEE:

A l'aide d'une clef à griffe visser ou dévisser l'écrou cranté pour faire monter ou
descendre le canon

Laisser la croix du THP légèrement en dessous du PP

Visser le contre-écrou jusqu'au serrage complet et l'engagement de la goupille


flexible dans une encoche du contre-écrou.

Vérifier avec le THP en principe, le canon aura monté légèrement sous l'effet du
contre-écrou et la croix du THP sera alors centrée sur le PP

32- le système avant:

N'agir sur celui-ci que lorsqué les canons sont franchement désalignés (le droit
par rapport au gauche).

Au préalable débloquer le système arrière puis mettre les vis de réglage (portée
et direction) à mi-course, laisser débloqué, passer au réglage par le système avant en
opérant comme suit:

- -Dévisser les contre-écrous du collier

- Dévisser les écrous légèrement pour libérer le canon

- agir sue les canon en son milieu pour le déplacer dans le sens
voulu en regardant à travers le THP.

162
- une fois la croix THP en direction du PP serrer les écrous puis les
contre-écrous

- terminer le réglage par le système arrière comme ci-dessus en


principe les simbleautage qui suivront ne s'effectueront plus que par le
système arrière si ce n'est pas le cas, il aura défectuosité dans le système de
stabilisation de l'arme (2).

163
LE CANON DE 23/MM

I- PRESENTATION DU MATERIEL :

La mission de l’artillerie antiaérienne est d’abattre des aéronefs. ces engins


peuvent voler à différentes altitudes à savoir :

- Vol rasant : 50 m

- Très basse altitude : de 50 à 500 m

- Basse altitude : de 500 à 2000 m

- Moyenne altitude : de 2000 à 6000 m

- Haute altitude : de 6000 à 10000 m

- Très haute altitude : plus de 10000 m

Le canon du 23 mm sert à abattre les objectifs en vol rasant - très basse. basse
altitude c’est a dire de 0 à 2500m par sa vitesse initiale de 970m/s.

Sa cadence de tir qui est de 400coups/mn.

Ce canon s’avère efficace.

II -RENSEIGNEMENT NUMERIQUE :

- Calibre : 23 mm

POIDS TOTAL :

• En position de batterie 950 Kg

• En position de route 1 tonne environ

- Longueur de la pièce : 4m 57

- Largeur de la pièce : 1m 87

- Voie : 1m 67

164
- Garde au sol : 0.36m

- Portée : 2500m

- Vitesse initiale : 970 m/s

- Cadence : 400 coups/mn

- Poids du canon avec boite de culasse : 75 kg

- Poids de chargeur avec 50 cartouches : 39,5 kg

- Poids de la cartouche : 450 g

LONGUEUR DU CANON :

* Sans cache flamme 242,5 cm

* Avec cache flamme 245,5 cm

- Limiteur d’inclinaison : 10 à 30°

- Champ de tir vertical : 10 à 90°

VITESSE MAXIMUM DE POINTAGE :

* En hauteur 2 tours par secondes

• Un tour de pointage en hauteur vaut 40°

• Un tour de volant de pointage gisement :

petite vitesse – 30°)

grande vitesse – 60°)

• Durée moyenne de mise en Batterie : 15 à 20 s.

• Sortie de Batterie : 35 à 40 s.

• Temps de remplacements du tube chauffé : 15 à 20 s.

165
III- DESCRIPTION : LA PIECE SE COMPOSE DE 4 PARTIES
PRINCIPALES :

- le châssis

- la tourelle

- la masse oscillante

- les appareils de pointage

a – Le châssis : se compose de :

2 pneumatiques

3 verrins

1 timon

Le triangle de renforcement

2 amortisseurs

1 système de suspension hydraulique

1 bras de mise et sortie de batterie

1 coffret pour accessoires d’entretien

1 système d’éclairage.

b – La tourelle :

Se compose d’une plate forme sur laquelle on trouve :

1 mécanisme de pointage en gisement

2 système de mise de feu

1 secteur denté

1 limiteur de secteur

1 bulle pour l’horizontalité

166
2 sièges

2 flasques qui servent de support à la masse de pointage en site avec son


système de blocage.

Sur le flasque droit on trouve une batterie pour le système d’éclairage.

C – La masse oscillante :

Se compose de :

• 1 berceau

• 2 canons avec leurs boite de culasse

• 2 supports de mécanisme d’alimentation

• 2 dispositifs d’armée

• 1 système d’équilibrage qui sert aussi comme limiteur de site.

Les appareils de pointage : se compose de 2 parallèles organes qui portent


collimateur ; lunette de tir direct.

1 cadran de distance.

Les différents arbres de transmission

L’appareil d’affichage des éléments de tir (vitesse, angle de piqué, ou cabré,


route d’avion) (voir arme) les appareils d’éclairages.

L’arbre de maintien en gisement.

IV- DEMONTAGE DU CANON :

Débâcher la pièce.

- Mettre la pièce en position de batterie

- Enlever le couvre - bouche

S’assurer que la pièce est bloquée en site est en gisement mettre les 2 verrous de
chaque système.

167
- Désassembler la bague d’appui

- Ouvrir le couvercle de la boite de culasse

- Déverrouiller le verrou du tube

Au cas où le canon refuse de sortir de son logement utiliser le levier de


désassemblage.

Démontage de la boite de culasse :

1. Fermer le couvercle d’alimentation.

2. Fermer le volet de la boite de culasse s’assurer que la pièce est


désarmé.

3. Déverrouiller le verrou d’assemblage avec le berceau.

4. Avant de désassembler la boite de culasse du berceau il faut maintenir


la boite de culasse par sa poignée arrière afin de l’empêcher de glisser
vers l’avant et une fois dégagée le sortir complètement du berceau.

V- DEMONTAGE PROPREMENT DIT DE LA CULASSE :

1. Enlever le couvercle de la boite de culasse enlever le verrou d’assemblage.

2. Enlever le cadre d’amener en le soulevant vers le haut.

3. Enlever la planchette d’évacuation des maillons.

Agir vers le haut sur le verrou d’assemblage par l’intermédiaire du grand


tourneur la faire dégager vers le haut.

4. Enlever le coussinet de détente, dégager auparavant la goupille et l’axe


d’assemblage.

5. Mécanisme de détente en le faisant glisser vers l’avant et en faisant


correspondre les tenons aux évidements, le tirer vers le haut.

6. Enlever le couvercle de la gâchette automatique en la faisant glisser vers


l’avant.

168
7. Enlever le bloc arrière.

Dégager le verrou d’assemblage du bloc arrière.

Pousser la butée arrière en le poussant vers le haut (pour cette opération utiliser
le manchon du marteau).

8. Enlever le ressort récupérateur.

9. Enlever le volet arrière.

Tirer le chariot à mi-chemin vers l’arrière.

Extraire le volet en le faisant glisser vers l’arrière.

10. Enlever le volet avant.

Dégager la goupille.

Engager le grand tournevis dans l’évident fait pour le démontage, le soulèver.

En le retenant avec la main, séparer du corps le cylindre avec ressort et tige.

11- Démontage du mécanisme de maintien de l’arme.

- Faire coïncider les trous du poussoir de la plaquette de détente et


chasser l’axe de la plaquette.

En retenant le poussoir avec la main ; séparer avec précautions la plaquette de


détente.

- Enlever le ressort du poussoir.

12- Démontage du coussinet du couvercle du couloir


d’alimentation.

- Pousser le coussinet en avant en frappant la face avant du couvercle


avec un objet en bois.

- A l’aide du marteau sortir des rainures du couvercle avec patte de


serrage, le curseur et ressort en retenant le curseur avec la main.

- En retenant avec la main, ramener le curseur avec précautions en haut,


en désaccouplant de la patte de serrage, et séparer du corps du
coussinet le curseur avec ressort.

169
- Enlever le ressort du corps du coussinet la patte de serrage.

13- Extraire la tige du châssis.

Placer la partie coudée sur la culasse dans un logement prévu à cet effet tout en
utilisant comme appui le système de guidage de la cartouche.

Frapper avec la main sur le tige jusqu’à ce que la culasse soit extraite de son
logement.

14 - Extraire le chariot avec le refouloir.

- Pour cet effet enlever la clavette d’assemblage tirer l’ensemble châssis,


refouloir vers l’arrière et les séparer.

- Tirer la glissière vers l’arrière.

- Enlever le coulisseau vers le haut.

• Tirer le cadre de guidage de la glissière vers l’extérieure.

• Tirer la glissière en faisant coïncider les tenons avec leur


logement.

- Enlever l’arrêtoir du chariot.

Extraire auparavant l’axe du châssis avec sa goupille.

Enlever la butté arrière en la faisant glisser vers l’arrière.

15- Le remontage s’effectue dans le sens inverse du démontage.

NOTA : Ne jamais débloquer le système de fixation et de blocage en site et


gisements lors du démontage du canon.

Lors du démontage, le canon doit avoir une inclinaison comprise entre 0 et 10°.

170
VI- FONCTIONNEMENT :

Pour déclancher le tir, il est nécessaire d’appuyer la pédale de détente de l’affût.


Alors, le levier de détente du mécanisme de détente de l’affût agit, du bas en haut sur
le galet de la plaquette de détente du mécanisme de maintien de l’armé du canon
automatique. La deuxième cartouche de la bande, qui se trouve dans le couloir
d’alimentation derrière les arrêts de la cartouche, efface dans l’échancrure de la boite
de culasse le bras long du levier de transmission du mécanisme de maintien de
l’armé. Le bras court de ce levier se trouve au dessus du poussoir et empêche le
poussoir de se soulever, grâce à cela, la tourner uniquement autour de l’axe de la
plaquette.

Sous la pression du levier de détente du mécanisme de détente, le bout avant de


la plaquette de détente du canon se soulève, en tournant le levier de détente et en
libérant le châssis de culasse de la gâchette ; le coup part.

Le tir automatique ininterrompu se poursuivra tant que la gâchette est abaissée.

Pour cesser le tir, il faut relâcher la pédale de détente de l’affût. Quand on


appuie sur le levier de détente et le châssis de culasse avance, les pièces du canon
fonctionnent de la même façon que lorsqu’on décroche pour la première fois le
châssis de culasse de la gâchette, à cette seule différence que maintenant une
cartouche se trouve dans le couloir d’alimentation, devant le refouloir

Lorsque le châssis de culasse avance sous l’action du ressort récupérateur, la


face avant du refouloir chasse la cartouche di maillon de bande dans la chambre.

Le levier du refouloir appuie par son bras arrière sur la came de la butée arrière,
tourne auteur de la came et accélère l’avancement du refouloir. Le refoulement de la
cartouche se produit jusqu’à ce que le bourrelet de la douille s’accroche à l’évidement
du bouton du culasse. Après avoir introduit la cartouche dans la chambre le refouloir
poursuit son avancement et coulisse en haut suivant le bourrelet de la douille en
soulevant la patte de serrage du couvercle du couloir d’alimentation.

171
La dent du refouloir atteint l’évidement de la douille et s’y engage ; sous l’action
de son ressort, la patte de serrage se porte vers le bas en maintenant le refouloir en
prise avec la douille lors de l’extraction de celle-ci. Les pièces occupent la position
(mais la chambre contient une cartouche).

Au verrouillage de l’âme (quand la culasse mobile se soulève), les griffes de la


culasse s’engagent l’évidement de la douille et la bloquent.

Après que le percuteur se décroche du cran de l’armé, la pointe du percuteur se


porte en avant (sous le choc du mentonnet) ; fait saillie dans le trou de percussion sur
la face avant de la culasse mobile et percute l’amorce de la cartouche. L’amorce
d’enflamme et enflamme la charge de poudre da la cartouche.

Dés que l’obus a passé l’évent de prise de gaz dans la proi de la bouche à feu, une
partie des gaz de poudre est empruntée dans la chambre à gaz.

Les gaz de poudre, arrivant dans la chambre à gaz, frappent le piston le faisant
reculer avec le châssis de culasse ; Au début du recul, le châssis de culasse fait pivoter
le dispositif d’arrêt de dégageant de ses griffes.

En reculant le châssis de culasse entraîne le tube qui lui est solidaire et


comprime ainsi le ressort récupérateur.

La douille est extraite par la dent du refouloir qui articulé sur le châssis de
culasse par l’intermédiaire du levier de refouloir ;

Le déverrouillage de l’âme (l’abaissement de culasse mobile) commence dès que


le châssis de culasse a passé 7 à 10 mm (courses libre). La course libre châssis est
prévue pour interdire le départ du coup accidentel lorsque la culasse est
incomplètement verrouillée ; ceci serait possible dans le cas du départ de coup
retardé arrivant pendant le recul du châssis de culasse successif au départ du coup
précédent ; L’interaction des losanges du levier de refouloir avec les chanfreins de
l’éjecteur assure l’extraction de la douille seulement après sue la culasse mobile a
déverrouillé complètement l’âme ;

172
Le châssis de culasse se déplaçant en arrière, les losanges du levier du refouloir
coulissent sur les chanfreins obliques de l’éjecteur : le levier s’incline vers l’avant et
abaisse la partie arrière du refouloir.

Au moment de déverrouillage complet de l’âme, les losanges du levier du


refouloir viennent se poser sur le châssis de culasse, et les griffes du refouloir sortent
des échancrures verticales de la boite de culasse.

En fin de déverrouillage, la culasse mobile déplace le refouloir vers l’arrière par


les cornes supérieures du corps de la culasse, qui agissent sur la face avant des griffes
du refouloir. Ceci assure, après le départ du coup, le début d’éjection de la douille
hors de la chambre par la dent du refouloir.

Le châssis de culasse continuant à reculer, le refouloir déplace la douille en


arrière par la dent, l’introduit dans les chanfreins radiaux de l’éjecteur et la dirige
vers le bas, hors du canon. Au début de l’extraction, la vitesse du refouloir est égale à
celle du châssis, mais par la suite elle devient supérieure, car bras avant du levier de
refouloir roule sur la came de la butée arrière.

Quittée par la dent du refouloir, la douille se prejette par inertie hors du canon.

Au moment où le châssis de culasse s’approche de l’amortisseur, la face avant du


refouloir s’accroche au bourrelet de la cartouche suivante

Le recule du châssis de culasse se termine par le choc contre l’amortisseur, en


écrasant les ressorts coniques de celui-ci ;

Au début du retour en batterie du châssis, il se déplace sous l’effet des ressorts


coniques et du ressort récupérateur. Après que l’amortisseur a atteint sa position
avant, le retour en batterie ultérieur se passe, d’une part, par inertie et d’autre part,
sous l’action du ressort récupérateur.

Dans le cas où le levier de détente est toujours appuyé, le cycle décrit de


fonctionnement des pièces et mécanismes, se répète.

173