You are on page 1of 2

e InTeRnaTIOnaL 1 Etats-Unis

La crise done les rabais


pour les seniors
Pratique ancienne, les "senior discounts" bénéficient de primes plus importantes et sont
accessibles de plus en plus tôt. Mais leur banalisation risque de nuire aux distributeurs.

ous les joUl'S, jusqu'à deux

T heures de l'après-nûdi, les


trois supermarchés Food
FrontQJoperativeGroceryde Port-
land o:ffrenttmrabais de 6 96surtous
les produits. Aucune publicité ne
vient signaler la bonne affaire: les
chalandsconœm.é'ssaventqu'illeur
suffit. de faire valoir à la caisse leur
igehonorable. «C'est tres i7f(urmel,
nous ne demaruions pas de~
ves. mhnesi d/a:uJres distributeurs
sontplus rig&ureu::&», explique'Ibm
Mattox, directeur marketing et des
relaô.onsaveclaconunun.auté (sic!)
de ce petit groupe coopératif. Car
am:: Etats-Unis où 30% de la poptr
lation a plus de 50 ans, les "senior
discounts• -les rabais pourpe:rson-
nesâgées-sontmonnaiecourante.
Des raiNIIs db rage da 50 ans
la crise les a même reviv.lflés, avec
des primes plus importantes et un Aux Bats-Unis, c'est un. aaadatlon qui a prtdd6 au dltwlapplrntnt dl • promalcn dbllhs: la pulaantl Arnlrtcan
abaissementdefâ,geminimumpour Assodalkln of ReChd PersciM {MRP), YtiiSCidatlan ami!rkah= des reCn11t:ês. Yun des tout premlets labbles arnidllllns.
en bénéficier. Restœsezcourantde
voir ce genre de discount proposé sibles conflits d'intérêt Et édite un lieuWai.-Mart, fidèle à sapoli:âquede
dès 50 ans. Idem. au Canada où l'as- magazilleàfc:xt tirage, segmenté par prix b&'!ltouslesjours etrétifàtnute
sociation de retzaités qui cautionne 1l:3ncbe d'ige. Soussoninfluen.ce.les prom.otion. D'autres enseignes sui-
ces prognmunes reçoit de plus en "seniordiscounts• se sontbanalisés. vent le même raisonnement. telle
plus de demandes de distributeurs. «Leur développement date des an- discounter DollarGeneraL Pourles
Aux Ef.at&.Unis, c'estaussiuneasso- née8 1900, carlaperœpt:iondmni- autres, les rabais pour chevel'IX gris
ciation qui a présidé au développe- nante était que les sen:Wrs avaient sont généralisés, souvent :réduits à
ment de ces promotions cibléEs: la besoindbide. Pw:rks clistri.butml:r une période pm:ûculière. Le bénéfi-
Aux Etats-unis,
pui.ssante .American .Association of Œlaleu:rperme/JJ:J.Üde se dJJterd'wrœ œ:pow-le distributeur revient à lisser
Retired PelSOllS (AARP), l'associa- bonne im.age, voire d'en faire 14 où30%de les flux de fréquentation. Ces "se-
tionamérl.œine des retlattés, run des publicité. oommelegrarulmagasin la population mor~ sont réguliers, mais leur
premiers lobbies américains. Bears», décrit George Moschis, di- a plus de 50 ans, fréquenœpeutaugm.enta'l018d'tme
Dèlqu\mAmérlcalnfêteses50ans, recœurdu CenterforMat\n'e QlllSll- les robais pour ouverture de magasin.
f AARPlui envoie tm courri.erpour b.D. merSWdies(Centrepourl'étudedes personnes agées
demander d'être membre. Gdce à consonunateUIS d'âge mOr) à l'uni- sont monnaie Des enseignes œdent fila mode
ses40millions d'adhére.rtœ, ellenégo- ve:rs:iœ de Géorgie. courante. Ensuite, les enseignes font leur
cielestarifsdescompagniesaérien- Depuis, les 61senior discounts" sont choix. Par exemple, le grand maga-
nes. restaurar11s.loueurs de voiture, devenus un "dogme"r selon les ter- sin KoJ:trs o:lfre, del'IJ:à1roisfoispar
assureurs... IlAARPvendm@m.eses mesdeGeargeMoschis,pour~ mois, 15 96 de réduction aux plus
propres produits financiers. ce quia ment tous les distributeurs. Quel- de 62 ans (l'âge légal de la retraite
SCllllle\'équeJques criliquessurdepos- ques-unsfontexœption, en premier pourlesfemmes,lecouperetétantà

40 1 22 mars 2010 · n•to67 -.POinTSDIVQtiT8.1'1'


Etats-Unis l tnreRnartonaL

e FORces en PRésence
Un marché "trop mature" à l'horizon 2050
• Répartition de la population amEricaine Lors d'un recensement
p:or.tnJnches d'IJge (en 'M} effectué en 2006·2008,
• Prévisions pour 2050 les seniors représentaient
MONUNA 30,4% de la population
américaine, soit un peu
ID.IHD plus de 100 millions
NEIIWXA
de personnes. En 2050,
les seniors devraient
représenter plus de 36 %,
c'est~-dire 160,9 millions
de personnes. Si les parts
des tronches d'6ge de
so ll79 ans augmentent
peu1 en revanche1 le
pourœntage des plus de
80 ans double1 passant
de 3,6% en 2008 à
7,3% en 2050.
(Soulte: CellSUS Bureou. 2006·2008). (Saurœ: O!nsus Btm~J)

66anspourlœhommœ). Fn!dMeyer, marginales et le •semor discount" geabkpourles prqfits», poursul:t ce


l'mseignedesupeanarehésdugrou- reste lapromotioncibléequi faif.xéfé. demiet: D'a:utantqu'ilestœrtainque
pe Kroget; organise aussi des jour- renee. Au risque depanilreproblé- les seniors ne sont pas si deman-
nées spéclales. I:alhnentaire est ex- matiquepourlesmoinsde30ansqui deurs que cela, ou, à tout le~
clu decespromotionsetl'igerequis forment la1ranche d'igelaplus dure- qu'ils ont aussi d'autres attentes.
est de 66all& Mêm.eGroce~YOutlet, ment touchée par larécesslon... «Ces discounts sont bien aoœptés
une chaîne de magasins d'usine ali- Biensfut on peut trouver surle blog parles plus 8.gé:s, mais plus diJ]icir
m~ auxprixd~se.rr61, cède d'unjeune écr1va1n, Ethan Epstein, lement par les cinquantenaires»,
àlamodeenfonctiondesmagas:ins. une dénaru::iation de cette '}mzlique distingue George Mosclùs. Pour
Enfin, Ieschaines deph.arm.aciesont presque~nequidonnedes ceux-là, il leur est encore plus em-
adeptes des "senior discounts". avantages à ceux qui sontdéjàprir barrassant de se voir demander la
vilégiésetjaitmonterlesprizpour carte d'identité à lacaisse •••
Des réductions pour les chlmeurs tout le monde. On savait depuis
((Il n'y a pas de réti.ce1we cu.IJ:u'Tf!!le langtemps que les~ (Jgée:s "Il n'y a pas
Les -.n1ar dllcaunts" dans 40 ans
au:& Etats-Unis: les distributeu:rs étaient une menacesurlesroutes; D'ici à 2060, les plus de 50 ans de-
derétiœnœ
n'ontpaspeurdevieillirleurmar- mai:nten~ elles le sont aussi de- vraient voir leur poids dans la so-
queou.de~les.:jeu;nes», ex- venues dans les allées des super- wlturelle aux ciété américaine croître, à plus de
plique Benoh Goblot, directeur gé- marchés'~ écrit cerécalcitrant. On a
am-unis: 36%. Qu'adviencfra..t.il des "senior
néral de Senioragency. agence de aussi pu lire sur quelques ''numuny les distributeurs discotmt.s"? ((S'il y a deplus enpl:us
publicitéspécialisée. En Europe, de blogs" -cesblogsdeménagèresqui n'ont pas peur de senio'rs, iljaw:J;ra f"éexttminerla
telles pratiques semblent impossi- dispensent des conseils pour bien de vieillir leur qu&Stion. Mais aujourd!h:ui, nous
bles. «.De'lh.ailu avait bien fait un économiser- des appels COUlTOU- marque ou ne voulons pas changer nos pra.ti,.
test à/afin du a:n:n/!e.s 1990 enBel- cés pour que ces promotions leur de œpousser qlWS», déclare 'Ibm Mattox, direc-
gique, poUI'Sl.ÙtrÙ, maisl~~aété soientall8'3iappliquées.Maisrlenqui teur marketing et des relations avec
fO;Jlide: lïmpressionde ''ghelto"tfto,it puisse:r:éellemen1remettre en cause
les jeunes'~
laconummautédeFood.FrontCoo-
trop ghnante. » La. capacité desAmé- les"seniordiscounts". «C'estmain-
explique Beno1t perati:ve Grocery. nest un autre lien
rlcalns à découper la population en t.erum.timpossibled.erevenirenar- Goblot, directeur entre la distribution et les seniors
cibles etstatistiquesapemaislacréa- 1"Ïèr8», regret:teGeor:geMœchis.du génémlde qui pourrait également être affecté
tion de discotmts pour étudiants ou Center for Mature Conswner Stu- Seniomgency:. par le vieillissement et l'apparition
militaires, tout aussi inhabituels aux: dies. Carpourceprofesseurdemar- d'une population très âgée: atùour-
yeux d'un Européen. 11été dernier, ketin& cette pratique est devenue d'hui, la distribution est le premier
Kmartamêmelancéunprognmune néfaste pour les distributeurs. secteur employeur de personnes
pour chômeurs leur garantissant « 1but le 11W'TUle enjait: le bén4fiœ âgées, avec350000hommesetfem.-
20%de:réductionsurlesMDD. Ces a disparu etcelo, produit de laccmr mesdephlsde66anstlavaiJlantdaœ
tentatives sont toutefois plus que nibalisation. Deplus, c'estdmn:mar ses magas:ln.s. • Isabelle Daiseau